Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Les sources romaines dans l’historiographie de la Révolution française

Texte intégral

  • 1 On relira, entre autre, l’article de B. Plongeron, « Débats et combats autour de l’historiographie (...)
  • 2 G. Bourgin, La France et Rome de 1789 à 1797. Regeste des dépêches du Cardinal Secrétaire d’Etat t (...)
  • 3 E. Audard, « Histoire religieuse de la Révolution française aux archives vaticanes », in Revue d’H (...)

1Ce travail veut observer depuis Rome le déroulement des différents événements de la Révolution française, tels que le cœur de la chrétienté latine put les recevoir et les interpréter. Il ne saurait être ici question de reconsidérer l’ensemble de l’historiographie religieuse de la période : tâche difficile, voire impossible, malgré l’aide que nous apportent les mises au point qui virent le jour à l’occasion du bicentenaire de la Révolution1. En nous centrant sur Rome, nous nous devons de présenter d’abord une histoire interne des sources et de leur traitement par les historiens : ces deux éléments sont imbriqués l’un dans l’autre et expliquent bien l’état présent de l’historiographie religieuse de la Révolution. N’étant pas les premiers sur le champ de recherche, des études partielles doivent être inventoriées. En fait, cela fait plus d’un siècle que des historiens lancent des appels aux chercheurs pour traiter des sources romaines : Georges Bourgin2 et Ernest Audard3 prirent le soin de publier des inventaires pour attirer les chercheurs. Mais les grandes synthèses ne vinrent jamais. On en resta toujours à des études fragmentaires, souvent liées à des contextes idéologiques particuliers, spécialement au sujet de la défense des prêtres émigrés ou de la question des serments. Cette situation oblige le chercheur d’aujourd’hui à mener un travail minutieux de collation de sources et d’études. Nous procéderons en trois temps : nous relèverons d’abord les éditions des textes pontificaux de la période, puis nous ferons le point sur l’histoire des sources dans les archives romaines, avant de tenter un parcours historiographique.

  • 4 Collectio Brevium... atque instructionem Pii Papae VI qui ad praesentem Gallicanarum ecclesiarum c (...)
  • 5 Le futur Léon XII. Voir Dictionnaire Historique de la Papauté, Paris, 1994, p. 1030-1035 (Ph. Bout (...)
  • 6 AAEESS, Stati Ecclesiastici 23, f. 47-48, lettre du 7 mars 1798 de Pie VI au secrétaire d’Etat Giu (...)
  • 7 Né à Avenay (Marne) le 1er mars 1757, mort à Reims le 1er septembre 1829. Ordonné prêtre le 2 juin (...)
  • 8 Collectio Brevium atque instructionum S. Sedis Apostolicae de calamitatibus Ecclesiae Gallicanae, (...)
  • 9 Né à Paris le 31 décembre 1759, mort à Montfermeil le 16 octobre 1847. Diplômé de l’Université en (...)
  • 10 Collection des Brefs et instructions de N. S. P. le pape Pie VI, traduction nouvelle par M. N. S. (...)
  • 11 Ibid., p. xvi.
  • 12 Ibid., p. clxxxvi. En réalité, ses traductions reproduisent d’anciennes éditions parisiennes des b (...)
  • 13 A. Barruel, Collection ecclésiastique, ou recueil complet des ouvrages faits depuis l’ouverture de (...)
  • 14 Brefs et instructions de notre Saint-Père le Pape Pie VI, depuis 1790 jusqu’en 1796, nouvelle édit (...)
  • 15 Collectio Brevium, quae ad praesentes Ecclesiae Catholicae in Gallia et aliis a Gallis occupatis r (...)
  • 16 Guilleaume D.-A., Vollständige Sammlung aller Briefe, Gewalterheilungen und Unterhandlungen Pius V (...)

2Ne nous attachons pas pour le moment à décrire l’histoire mouvementée de la publication des deux premiers brefs de condamnation de la Constitution civile du clergé, Quod aliquantum du 10 mars 1791, et Charitas, du 13 avril 1791. Les premières éditions d’ensemble des documents romains furent menées à partir de 1796, à Augsbourg4, sous l’impulsion du nonce apostolique à Cologne, Annibale Della Genga5, sans doute désireux de fournir aux prêtres émigrés français l’ensemble des décisions pontificales, et de rendre hommage au travail du pape et de la Curie (ce nonce était moyennement apprécié par la Curie6 et devait chercher à redorer son blason). Il faut parler de plusieurs éditions, car les bibliothèques livrent plusieurs versions différentes entre 1796 et 1801. Certaines font état d’un auteur particulier, l’abbé Henri-Louis Hulot, prêtre émigré du diocèse de Reims7. En 17978, on retrouve cette signature avec celle de l’abbé Nicolas-Sylvestre Guillon9, ce qui permet de faire le pont avec l’édition décisive des textes en latin/français de l’abbé Guillon de 179810, elle-même reprise et augmentée en 1799, après la mort de Pie VI. Dans son discours préliminaire, Guillon fait référence à l’édition d’Augsbourg qu’il a complétée et traduite, dans l’intention que tous aient en main les véritables paroles du souverain pontife. Ce recueil veut être une « apologie de notre foi et une réfutation des erreurs »11 ; il a souhaité, dans ses traductions, « servir la pompe majestueuse, unie à la noble simplicité et à la grâce antique, qui mettent les écrits de Pie VI au nombre des plus beaux monumens du génie de la Rome moderne »12. Le fait d’ouvrir l’édition par une Epitre dédicatoire à MM. les évêques de France, illustres confesseurs de la foi achève de présenter l’ouvrage comme l’expression de ce clergé réfractaire, désireux de justifier les fondements de son attitude, à l’heure où il se trouve confronté à une situation pastorale des plus confuses... Guillon, prédicateur connu à Versailles et aumônier de la princesse de Lamballe, avait collaboré avec Barruel à la Collection ecclésiastique13, avant d’entrer sous la Terreur dans la clandestinité, en exerçant la médecine afin de cacher son sacerdoce. A Rome, on porte aussi le souci de rendre accessibles les décisions de Pie VI aux prêtres français émigrés et sans doute, ensuite, de saluer la mémoire du pape défunt, donnant du même coup les éléments de base aux négociations du concordat : on relève ainsi un recueil édité à Rome en 1796, en latin et en français14, repris et augmenté à trois volumes en 1800, auxquels s’ajoutent deux éditions en latin en 1800 et 180115. Signalons encore un recueil édité à Munster en 179716.

  • 17 DTC II (1923), p. 1243-1255, (T. Ortolan).
  • 18 Bullarii Romani Continuatio Summorum Pontificum Clementis XIII, Clementis XIV, Pii VI, Pii VII, Le (...)
  • 19 T. Ortolan écrit dans l’article cité supra : « Ils sont donc simplement des œuvres privées, n’ayan (...)
  • 20 A. Theiner, Documents inédits relatifs aux affaires religieuses de la France de 1790 à 1800 extrai (...)
  • 21 Né à Breslau le 11 avril 1804, mort à Civitavecchia le 8 août 1874. Il voyage beaucoup, rencontre (...)
  • 22 PII VI Pont. Max. Acta quibus ecclesiae catholicae calamitatibus in Gallia consultum est, Romae, T (...)
  • 23 Les seuls exemplaires que nous connaissions se trouvent dans la bibliothèque du Séminaire Français (...)

3Après ces publications contemporaines des événements, les textes de Pie VI sont entrés dans l’histoire et vont connaître plusieurs éditions. D’abord celle du Bullaire17, pour cette période, la Bullarii Romani Continuatio, collection des bulles papales dressée par l’avocat Andrea Barberi en 19 tomes de 1835 à 1857. Les trois volumes du pontificat de Pie VI paraissent en 184518. Il faut remarquer le caractère aléatoire de la sélection des textes retenus pour la publication : on trouve des motu proprio sur les réformes économiques, des grâces accordées à tel ou tel évêque ou congrégation religieuse, des mesures liturgiques, et, pour la période révolutionnaire, un corpus de textes fort incomplet19. Par exemple, on trouve le bref Charitas, mais pas Quod aliquantum ! Cela reflète combien notre classification des documents pontificaux en lettre encyclique, lettre apostolique, bref, bulle, motu proprio, était incertaine dans les esprits des xviiie et xixe siècles. Le Bullaire est donc une source qui nous renseigne utilement sur l’activité globale du pape et de la Curie durant la période, mais une source incomplète. Nous rencontrons un travail plus conséquent dans les deux volumes20 d’Augustin Theiner21, parus en 1857 et 1858. On connaît l’œuvre de cet oratorien, qui fut préfet des Archives Vaticanes à partir de 1855 et qui publia largement des fonds encore secrets (les Archives ne furent ouvertes aux chercheurs que par Léon XIII, en 1883). Dans sa soif de publication d’inédits s’inscrivent ses deux volumes donnant à la fois les grands textes pontificaux (en latin uniquement) et des pages de correspondance des personnages de l’Église de France ou de la Curie ; le tout extrait dans l’Archivio Segreto au fonds Epoca Napoleonica et à la correspondance des Particuliers. Ses contemporains relèvent déjà le caractère disparate de cette seconde catégorie de sources, qui contient des lettres ne présentant aucun intérêt. L’ouvrage offre un premier index (très incomplet) des émigrés français dans les États Pontificaux. Il a surtout le mérite d’offrir aux historiens ce qui va devenir l’édition de référence pour la citation des textes pontificaux, et ce jusqu’à nos jours. Au point que fut apparemment peu remarquée l’édition romaine de 1871, par la Congrégation de la Propagande de la Foi22, édition de documents latins beaucoup plus complète que celle de Theiner, mais absente des bibliothèques23. L’introduction évoque le rappel des positions fermes de Pie VI contre la Révolution française, rappel nécessaire dans les circonstances actuelles de la France. Car, explique-t-on, « le Malin » remet toujours en cause les principes de la foi et des autorités dans l’Église, et les affirmations de Pie VI sont encore à méditer dans nos sociétés. Curieuse reprise de l’opposition romaine aux idées de 1789 au lendemain du concile du Vatican...

  • 24 L. Madelin, « Pie VI et la première coalition. A propos de quelques documents des archives du Sain (...)
  • 25 Droits de l’Église et droits de l’homme, le Bref Quod Aliquantum et autres textes traduits et anno (...)
  • 26 U. Bellocchi (a cura di), Tutte le encicliche e i principali documenti pontifici emanati dal 1740, (...)
  • 27 H. Denzinger, P. Hunermann et J. Hoffmann, Symboles et définitions de la foi catholique, Paris, 19 (...)

4Du côté de la diplomatie, saluons l’édition des principales lettres de Pie VI aux souverains d’Europe, en 190324, par Louis Madelin. Mais d’autres lettres méritent l’attention, et les références ont été depuis modifiées aux Archives. Cette publication, une fois encore, ne suscitera aucune vocation d’historien pour réaliser une synthèse sur la diplomatie pontificale de la période. A l’occasion du bicentenaire, Jean Chaunu a réédité les textes de Quod aliquantum et de Charitas dans une version modernisée et annotée du texte de Guillon25. En Italie, dans l’objectif de publier « toutes les encycliques » des papes, deux collections récentes26 livrent des textes de Pie VI selon une sélection tout autant aléatoire que celle du Bullaire. Enfin, du côté de la théologie dogmatique, remarquons deux textes de Pie VI présents sous forme d’extraits dans le Denzinger27 : le bref Super soliditate et la constitution dogmatique Auctorem fidei. Nous parlerons plus loin de ces deux textes majeurs.

  • 28 H. Bordier, Les archives de la France, ou histoire des archives de l’empire... Paris, 1855, p. 396 (...)
  • 29 C. de Tortier-Bonazzi, « Archives impériales », in Dictionnaire Napoléon, sous la direction de J. (...)
  • 30 Memorie storiche dell’occupazione e restituzione degli archivi della Santa Sede... raccolta da Mar (...)
  • 31 J. Mauzaize, op. cit., p. 7.
  • 32 Voir « Index processorum authenticorum beatificationis et canonizationis qui asserventur in biblio (...)
  • 33 S. M. Pagano, I documenti del processo di Galileo Galilei, Cité du Vatican, 1984, p. 12.
  • 34 Sont aujourd’hui aux archives nationales les séries AF IV 1887-1932 et F 19 1906-1923 (légation Ca (...)

5Une seconde étape entend dresser l’état des archives romaines de la période révolutionnaire et en dessiner l’histoire interne. Le peu d’empressement des historiens français à fouiller les archives romaines peut tenir à deux faits : le mauvais classement des fonds révolutionnaires et napoléoniens, et le caractère morcelé des archives des différentes congrégations, dont certaines ne sont ouvertes aux chercheurs que depuis peu. Pourquoi la fin du pontificat de Pie VI est-elle si mal représentée dans les fonds généraux de l’Archivio Segreto ? On devine que l’exil du pape en France et l’instauration de la République romaine ne permirent pas une marche normale des institutions. Mais à cela s’ajoute le transfert des archives romaines sous Napoléon28. Dans son désir de réunir à Paris les grandes archives des pays conquis et d’y installer également le siège de la papauté, l’empereur ordonna par décret du 2 février 1810 le transfert des Archives du Vatican. On pensa les mettre à Reims, puis finalement à Paris. L’Hôtel de Soubise se révélant trop petit, de nouvelles Archives Nationales étaient projetées au Champ-de-Mars29. Il fallait organiser le transport : de février 1810 à 1813, 422 voitures au total transportèrent 3 239 caisses, soit, selon les récits de Mgr Marino Marini30, 45 848 articles pesant en tout 408 459 kg. Les convois passaient par Turin ; on changeait de voiture à Suse. Le tout sous les ordres du général Miollis, avec des archivistes romains et des gendarmes pontificaux. On sait que des mélanges de caisses se produisirent à Turin, que deux voitures sombrèrent dans un torrent, qu’il y eut des pertes dans les transferts. Nous savons surtout que la police de Fouché fouilla les archives récentes, tandis que Daunou organisait le classement des archives romaines en seize séries31. Dès avril 1814, Louis XVIII restitua les archives au pape : il fallait donc les ramener à Rome. Mais Mgr Marini manquait de moyens financiers. Plus de 200 caisses quittèrent Paris avant les Cent Jours, puis un convoi de 700 caisses fut organisé en octobre 1814. Les récits du voyage font à nouveau état de chariots terminant leur course dans des rivières. Tout n’était pas encore rentré : restaient entre autres les archives de l’administration ecclésiastique, vendues en grande partie au poids du papier. Des registres du Saint-Office finiront ainsi dans la bibliothèque de Dublin ; les procès de canonisation et de béatification resteront pour partie à la Bibliothèque Nationale de Paris32 ; on brûla les archives de l’Inquisition romaine, faute de pouvoir les racheter et les transporter. Marini reviendra à Paris en mai 1817 pour essayer de sauver quelques restes. Le procès de Galilée ne reviendra à Rome qu’en 184733 ; les papiers de la légation du cardinal Caprara resteront aux Archives Nationales34. L’histoire de ces déménagements explique en partie le caractère désorganisé des archives de la période 1789-1815. Ajoutons que le processus de centralisation de l’administration pontificale autour de la Secrétairerie d’Etat n’était pas encore achevé.

6On trouve, d’une part, les fonds habituels des archives de la Secrétairerie d’État, classés selon les destinataires ou les auteurs des correspondances : correspondances diplomatiques avec les différentes nonciatures, correspondance des cardinaux, correspondance des évêques, des particuliers, des princes. L’ensemble de ces correspondances est plus ou moins complet jusqu’en 1797, lors du départ en exil du pape. Pour les nonciatures, la date des archives suit celle de l’histoire locale : notamment, le nonce de Paris quitte son poste en mai 1791, et les courriers de l’auditeur s’arrêtent en 1793 ; nous avons pu dépouiller ces documents, généralement bien indexés. Un second ensemble est bien repéré et stable dans l’histoire des archives : le fonds emigrati della Rivoluzione francese. Il s’agit là des archives de « l’Oeuvre pie de l’hospitalité française », dirigée par Mgr Lorenzo Caleppi pour l’accueil des ecclésiastiques français émigrés dans les États pontificaux.

  • 35 J. Leflon et A. Latreille, « Répertoire des fonds napoléoniens aux archives du Vatican », in Revue (...)
  • 36 La Rivoluzione francese (1789-1799). Repertorio delle fonti archivistiche e delle fonti a stampa c (...)

7Le chercheur se perd lorsqu’il aborde ce véritable monstre archivistique qu’est le fonds Appendice Epoca Napoleonica, subdivisé en titres Francia, Italia, Baviera, Biglietti auxquels s’adjoignent depuis 1999, selon le nouvel index général de l’Archivio Segreto, les titres Vescovi e Governo, Cardinali e Governo, Governatori, non classés et non communicables (mais relevant de la période napoléonienne, ce qui permet de laisser de côté cette affaire...). Les éléments du xviiie siècle, de la Révolution, du Concordat, de l’Empire, sont parfaitement mélangés... L’histoire même de ce fonds n’est pas totalement éclaircie : il s’agirait, d’après Ernest Audard, dans son article de 1913, du regroupement de papiers de la nonciature de France (on trouve effectivement la correspondance de Bernis du début du pontificat de Pie VI), de papiers de Consalvi, et de dossiers de Mgr Michele Di Pietro, enterrés dans les jardins du Vatican en 1809 et redécouverts sous le pontificat de Léon XIII. Le classement des liasses donné par Audard fut modifié par une remise en ordre du temps de Pie XI, menée sans doute par Mgr Mercati, amenant André Latreille et Jean Leflon à donner un nouvel index en 1950, mais partiel, étant consacré presque exclusivement à Napoléon35. Cet index est encore aujourd’hui celui des archives. Il faut le compléter avec les relevés sur la Révolution de Domenico Rocciolo36, qui prépare avec Luigi Fiorani une publication à propos des documents portant sur la Révolution française aux Archives Vaticanes. Il a renoncé à faire un index complet du fonds napoléonien. Aussi cet ensemble, demeuré dans un état stable depuis l’index de Latreille et Leflon, mis à part quelques changements de place de documents par Lajos Pasztor, attend-il encore un bénédictin ou un romain qui osera se lancer dans une indexation complète (nous disposons en annexe un relevé plus complet que ceux existant jusqu’à présent).

  • 37 L. Pasztor, « La curia romana e il giansenismo, la preparazione della bolla « Auctorem fidei » in (...)
  • 38 P. Stella, « Quo primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del Sinodo di Pisto (...)
  • 39 op. cit., p. 518.
  • 40 P. Blet, « Garampi et la Constitution civile du clergé », in Miscellanea in onore di Mons. M. Gius (...)
  • 41 Il faut rendre hommage à l’état parfait et rigoureux de classement, d’indexation et de reliure de (...)
  • 42 Ces archives ont été ouvertes aux chercheurs par le préfet, le cardinal Joseph Ratzinger, au momen (...)
  • 43 Né à Rome le 28 février 1759, secrétaire puis théologien de Mgr Di Pietro, professeur de théologie (...)
  • 44 ACDF, Carte Caprano, Stanza Storica UU, 1 à 30. Le volume UU 30 donne un index des documents.
  • 45 AAEESS, Fondo Caprano, 8 volumes. Un index est consultable.

8La véritable question pour le chercheur est celle de la destinée des archives des congrégations particulières pour les affaires de France. Cette question guida dès le départ notre travail et nous amena à fouiller dans plusieurs directions. Pour ce qui est des Archives Vaticanes, il semblerait qu’il n’y ait plus rien à en attendre. Les fonds Appendice Epoca Napoleonica regroupent bien un ensemble disparate qui peut correspondre à une partie des archives du cardinal Di Pietro, qui fut secrétaire des congrégations pour les affaires de France sous Pie VI et sous Pie VII (à moins, vu le nombre de documents de ce cardinal, qu’il ne s’agisse des archives du cardinal Antonelli qui, à sa mort, légua d’ailleurs ses papiers à Di Pietro). Mais nous n’avons pas ici un ensemble structuré, ni complet, qui soit comparable, sur la même période, aux fonds Sinodo di Pistoia récemment mis à jour par Lajos Pasztor37 et Pietro Stella38, classés par Mgr Giuseppe Croce. Une phrase d’Ernest Audard39, et un article du père Pierre Blet40 nous ont conduit à poursuivre nos recherches du côté des archives de la Secrétairerie d’État, plus précisément de l’actuel Conseil pour les Affaires Publiques de l’Église : archives toujours séparées de l’Archivio Segreto, installées dans la tour Borgia41. C’est là que nous découvrions en 1992, dans le fonds Francia, les restes de plusieurs congrégations cardinalices convoquées par Pie VI pour juger de la Constitution civile du clergé et des serments. La présence de ces documents y est logique, puisque les congrégations pour les affaires de France sont évoquées comme les ancêtres directes de la Congrégation des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires, instituée par Pie VII en 1814, et devenue le Conseil pour les Affaires Publiques de l’Église dans les réformes de Vatican II. Dans les mêmes archives, le fonds Stati Ecclesiastici offre les documents conservés de l’exil de Pie VI en Toscane, puis en France. Cela complète la correspondance diplomatique de l’Archivio Segreto et comble la lacune de la période 1797-1799. Ces documents échappèrent sans doute aux transferts napoléoniens et furent conservés avec soin dans les archives diplomatiques du Secrétaire d’État. Pour les relations avec les autres pays d’Europe, les sources débutent après 1814 (sauf quelques pièces sur l’Empire et sur la Toscane) : les affaires de la Révolution furent considérées archivistiquement comme fondamentales pour la politique romaine de la Restauration. Mais là encore, il ne s’agit pas d’archives complètes et structurées. Nous ne sommes pas en présence des papiers de Mgr Di Pietro. Il fallait tenter notre chance dans d’autres Congrégations : la Propagande de la Foi (aujourd’hui Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples) offre le classement de sa correspondance, avec des éléments concernant la France. Mais les comptes-rendus des sessions ordinaires de la Congrégation ne renseignent guère, malgré le fait que ce dicastère suivait les accords de grâce pour les pays en situation de persécution. Plus heureuses furent les découvertes à la Congrégation du Saint-Office (aujourd’hui Doctrine de la Foi)42 : les comptes-rendus des sessions ordinaires en ont disparu (transfert napoléonien et destruction française ?), ce qui représente une perte considérable. Mais il reste le fonds Stanza Storica, regroupant des dossiers divers reclassés au retour de Paris. Outre un parcours possible de quelques tribunaux d’inquisition des États Pontificaux sur notre période, outre le dossier du procès Cagliostro, des éléments importants sur le synode de Pistoie, nous trouvions surtout une liasse de documents ayant appartenu au cardinal Luigi Valenti Gonzaga. Cette liasse fournit des renseignements précieux sur la marche de la congrégation pour les affaires de France en 1790-1792, puis en 1796. Nous en tirerons de nombreuses conclusions dans le cours de notre étude. Les dossiers de la censure des livres nous ouvrent par ailleurs des perspectives sur l’activité théologique du moment. Un dernier espoir de retrouver les fonds de la congrégation des affaires de France portait sur les archives de Mgr Pietro Caprano43 : ce prélat avait hérité des archives personnelles du cardinal Antonelli via le cardinal Di Pietro. Or, ces deux hommes suivirent les affaires de France. Deux « fonds Caprano » existent aujourd’hui, l’un au Saint-Office44, l’autre aux archives du Conseil pour les Affaires Publiques de l’Église45. Mais ces deux fonds ne contiennent que des matières canoniques (question de vœux, de mariage, de juridiction...) ou des éléments très généraux, et concernent surtout les années après 1800. L’historien doit donc se contenter de rassembler des données éparses pour reconstituer le puzzle du suivi de la Révolution par la Curie romaine ; ces données sont suffisantes pour mener une étude rigoureuse. Peut-être qu’un jour nous découvrirons d’autres éléments...

  • 46 Pour l’histoire de ce fonds, voir : C. Gazier, Histoire de la société et de la bibliothèque de Por (...)

9Nous avons complété nos recherches par une visite à l’Archivio di Stato di Roma (le fonds Miscellanea di carte politiche e riservate), et aux pères Barnabites pour la consultation des volumineuses archives du cardinal Gerdil (mais celui-ci ne laisse pas de sources directes sur la France). A Paris, les correspondances des pères des Missions Étrangères, et surtout la bibliothèque de Grégoire à la société de Port-Royal46, nous ont fourni le versant français des agissements romains. Notons que les livres de Grégoire offrent deux exemples de faux brefs pontificaux fabriqués en France. Sans oublier les Archives Nationales (secondaires pour notre point de vue) et les archives du ministère des Affaires Etrangères (déjà étudiées, mais bon nombre d’éléments étaient à reprendre).

10Passant dès lors à l’aspect théologique de notre étude, sans faire ici l’histoire des bibliothèques, mentionnons simplement que l’inventaire des publications doctrinales de la période s’est fait essentiellement à partir de la Bibliothèque Apostolique Vaticane, la Bibliothèque Vallicelliana et la bibliothèque de l’Université Grégorienne à Rome, et, à Paris, de la Bibliothèque Nationale de France (Tolbiac et Arsenal), des bibliothèques de Port-Royal, des Pères de Saint-Sulpice, de Fels (Institut Catholique de Paris) et Mazarine.

  • 47 J. Le Rohellec, « Ecclésiastiques, religieux et religieuses exilés pour la foi dans les Etats pont (...)
  • 48 L. Sciout, Histoire de la Constitution civile du clergé (1790-1801), Paris, 1872-1881, 4 vol.
  • 49 F. Masson, Les diplomates de la Révolution. Hugon de Bassville à Rome, Bernadotte à Vienne, Paris, (...)
  • 50 F. Masson, Le Cardinal de Bernis depuis son ministère (1758-1794). La suppression des Jésuites. Le (...)
  • 51 A. Ricard, Correspondance diplomatique et papiers inédits du cardinal Maury, Lille, 1891. 2 vol.
  • 52 L. S. de Salamon, Mémoires inédits de l’internonce à Paris pendant la Révolution 1790-1801. Avant- (...)
  • 53 E. de Richemont, Correspondance secrète de l’abbé de Salamon, chargé des affaires du Saint-Siège p (...)
  • 54 C. Ledre, L’abbé de Salamon correspondant et agent du Saint-Siège pendant la Révolution, Paris, 19 (...)
  • 55 L. Vicchi, Les français à Rome pendant la Convention 1792-1795, Rome, 1892.
  • 56 E. de Richemont, « La première rencontre du pape et de la République française : Bonaparte et Cale (...)
  • 57 H. de Surrel de Saint-Julien, « L’œuvre pontificale des émigrés français et son organisateur monse (...)

11Reste à parcourir l’histoire religieuse de la Révolution française sous l’angle des sources romaines. Tant que les archives romaines furent fermées, on chercherait vainement des traces d’études sur le sujet. A peine apparaissent les travaux sur le clergé émigré de l’abbé Le Rohellec, qui, au xixe siècle, fouilla les archives, mais dont les études annoncées ne parurent jamais47. La monumentale, mais trop partiale et peu critique étude de Ludovic Sciout (1872-1881) sur la Constitution civile du clergé48 est vierge de toute recherche romaine. Les premiers travaux virent le jour par le biais de l’intérêt porté à quelques grands personnages, à la veille du premier centenaire des événements : Frédéric Masson s’intéressa à Hugon de Basseville (1882)49 et au cardinal de Bernis (1884)50, au titre de l’histoire diplomatique, à partir des seules archives parisiennes. Ricard porta son regard sur le cardinal Maury (1891)51. L’abbé de Salamon attira l’attention avec la publication du manuscrit des Mémoires par Bridier en 189052, suscitant les recherches à Rome du vicomte de Richemont en 189853. Mais il faudra attendre 1965 pour la synthèse définitive de Charles Ledré54 sur ce personnage. Ces différents travaux n’utilisent alors que la correspondance diplomatique entre Rome et Paris. Une première étude italienne utilisant sérieusement les archives romaines fut le livre de Leone Vicchi55, qui publie un éventail très large de sources vaticanes, mais aussi journalistiques. Cette œuvre reste solitaire, et solide... Du côté français, Richemont, en 1897, va utiliser, après Theiner, les documents du fonds Appendice Epoca Napoleonica, évoquant la congrégation des cardinaux de septembre 1796, dans l’avant Tolentino56. Sur le clergé émigré, signalons les quelques études de l’abbé Surrel de Saint-Julien, de la communauté de Saint-Louis-des-Français57.

  • 58 J. Gendry, Pie VI, sa vie, son pontificat (1717-1799), d’après les archives vaticanes et de nombre (...)
  • 59 A. Mathiez, Rome et le clergé français sous la Constituante. La Constitution civile du clergé. L’a (...)
  • 60 « Aucune des explications qui ont été données jusqu’ici de la politique du Saint-Siège ne me paraî (...)
  • 61 C’est le titre du chapitre XII, ibid., p. 317.
  • 62 Ibid., p. 5-6.
  • 63 Ibid., p. 10.
  • 64 E. Sevestre, L’acceptation de la Constitution civile du clergé en Normandie (janvier-mai 1791), Pa (...)
  • 65 Revue d’Histoire de l’Église de France III (1912), p. 686-690.
  • 66 Ibid., p. 688.
  • 67 Ernest Audard écrit : « en face de la cour affolée, qui ne voit son salut que dans les extrêmes ca (...)

12Un pas est franchi dans les années 1910 : l’inventaire d’Audard ne lance pas un grand mouvement vers Rome, mais Rome est pour la première fois au centre de deux grandes études, avec les ouvrages du chanoine Jules Gendry et d’Albert Mathiez. Gendry publie en 1906 une histoire du pontificat de Pie VI58 qui utilise les archives romaines ; ce travail est fort documenté, mais il lui manque, selon nous, un sens critique plus digne d’un historien. Mathiez, lui, publie en 1911 son Rome et le clergé français sous la Constituante59. On devine que ce grand historien robespierriste allait croiser le fer avec l’historiographie ecclésiastique. Dans son introduction, il expose comment il faut résoudre la question du silence de Pie VI pour mieux déterminer la part de responsabilité de la Constituante dans les divisions religieuses de la France60. Mathiez va défendre deux thèses : premièrement, le caractère acceptable pour l’Église de la Constitution civile du clergé, que Pie VI aurait donc dû approuver pour le bien de tous, et qu’il refusa en vertu de ses attaches avec ce que l’auteur appelle le « complot aristocrate »61 ; secondement, le fait que le pape marchanda en quelque sorte le refus de la Constitution contre la perte des États d’Avignon et du Comtat Venaissin (cette idée étant reprise à Edmond de Pressensé et à Albert Sorel)62. Mathiez ne se rendit jamais aux archives romaines : il avoue63 avoir utilisé les publications de Theiner, de Richemont, et de Gendry, en ajoutant des lettres diplomatiques communiquées par l’abbé Emile Sevestre, qui travaillait alors à Rome sur la période64. Son œuvre demeure impressionnante par la richesse de la documentation, sa connaissance des publications de l’époque, lues à la Bibliothèque Nationale, et l’indéniable souffle qui anime l’auteur dans son style, mais qui l’amène parfois à porter un peu trop loin les jugements sur les hommes ou les situations. Il vaut la peine de parcourir les recensions dont le livre de Mathiez fut l’objet, car elles nous offrent une carte de l’histoire religieuse d’alors. Tous reconnaissent le sérieux de la recherche et son caractère désormais incontournable. Dans la Revue d’Histoire de l’Église de France65, Ernest Audard se livre à une critique serrée de Mathiez : « l’historien est un juge, il n’a pas le droit de conclure avant d’achever l’instruction de la cause »66, écrit-il en reprochant à l’auteur de ne pas avoir traité les sources romaines, se contentant des sources parisiennes trop incomplètes et partielles, que Mathiez d’ailleurs ne pouvait avoir consultées en entier. Adversaire de Rome, il grossit les choses et avance trop d’hypothèses en essayant de deviner les arrières-pensées des grands responsables d’alors. Pour le marchandage d’Avignon, il ne peut s’agir que d’une idée tardive du ministre Montmorin, et, en avril 1791, quand les brefs sont parus, Pie VI compte encore sur le roi pour le maintien de l’ordre en Avignon, et l’Assemblée est restée sur la voie de la prudence. Le schisme, conclut Ernest Audard, est un acte d’orgueil et d’obstination, non du pape, mais de l’Assemblée seule67 :

  • 68 Idem.

« Le travail de Mr Mathiez servira malgré tout la cause de l’Église s’il force le clergé à rompre avec le système des atténuations, pour faire de l’histoire un exposé brutalement sincère de la réalité. L’Église catholique, et très spécialement le Saint-Siège, ont tout à gagner à cette pleine lumière. Nous l’attendons avec confiance »68.

  • 69 Revue des Questions Historiques XLVI (1911), p. 521-530. Sur les orientations des revues d’histoir (...)
  • 70 Ibid., p. 521.
  • 71 Ibid., p. 529.
  • 72 Ibid., p. 530.
  • 73 Revue d’Histoire Ecclésiastique XIII (1912), p. 559-562.

13On peut deviner que c’est en réponse à Mathiez qu’Audard publiera en 1913 son inventaire des archives romaines. Gardons aussi en perspective le climat religieux en France au lendemain de la séparation de l’Église et de l’État. Dans la Revue des Questions Historiques69, Paul Pisani écrivait que Mathiez « n’a pas toujours été juste, et que par suite, ses conclusions sont plus que contestables »70 ; le pape et les évêques n’ont pas été conduits par des motifs vils et mesquins ; Pie VI, par le serment de son couronnement, n’était pas libre d’aliéner les domaines du Saint-Siège ; les habitants du Comtat et d’Avignon n’étaient pas favorables au rattachement à la France. Les écoles de théologie romaines étaient loin de tout réformisme71 ; les évêques se rendirent compte qu’ils avaient été joués par l’Assemblée en essayant de négocier avec Rome. Pie VI fut le dernier à croire à l’énergie de Louis XVI et de l’épiscopat : mais il avait fallu laisser l’expérience se vivre, car les évêques n’auraient pas compris une condamnation venue plus tôt dans le cours des événements72. Enfin, dans la Revue d’Histoire Ecclésiastique de Louvain, Jean Flamion73 faisait aimablement remarquer que Mathiez se comportait plus en Constituant qu’en historien... Il ne comprenait pas de ce fait les hésitations de l’Église gallicane vis-à-vis de Rome et placait l’orgueil du mauvais côté.

  • 74 « La soi-disant erreur de la Constitution civile du clergé », in Annales Révolutionnaires XIV (192 (...)

14De ces échanges, retenons qu’il fallait prendre le chemin de Rome, et que personne ne le prit, sans doute pour cause de conflit mondial : le dossier retourna au silence. Albert Mathiez rouvrira sa cause dans deux articles des Annales Révolutionnaires de 192174. Il justifie ses positions en montrant que Boisgelin et les évêques espérèrent jusqu’au bout l’acceptation des réformes par le pape, celles-ci n’étant pas impensables selon le droit canonique d’alors. La preuve en est que Pie VI n’osera jamais promulguer d’excommunication, et que les évêques envisagèrent de se débrouiller tout seuls par un concile national. Pie VI refusa les choses parce qu’il répugnait aux droits de l’homme et voulait garder Avignon. Mathiez fait aussi remarquer que la notion de séparation de l’Église et de l’État, tenue et souhaitée par l’historiographie de gauche, n’était alors pas pensable en France ; les philosophes du xviiie eux-mêmes pensaient la religion comme du domaine public de la Nation, et la Nation devait s’occuper des affaires religieuses. Des causes financières rendaient également la réforme religieuse incontournable.

  • 75 G. Bourgin, Les archives du Vatican et l’histoire moderne de la France, Besançon, 1906 ; La France (...)
  • 76 DTC XII (1935), p. 1653-1669.
  • 77 P. de La Gorce, Histoire religieuse de la révolution française, Paris, 19091923, 5 vol.
  • 78 A. Sicard, Le clergé de France pendant la Révolution, Paris, 1912, 3 vol.
  • 79 J. Charonnot, Mgr de La Luzerne et les serments pendant la Révolution, Paris, 1918.
  • 80 L. Misermont, Le serment de liberté-égalité, Paris, 1917 ; Les évêques et le clergé de France cont (...)
  • 81 Voir le résumé de ce débat dans B. Plongeron, Conscience religieuse en Révolution, p. 36-45 ; Ph. (...)
  • 82 E. Préclin, Les jansénistes du XVIIIe et la Constitution civile du clergé, Paris, 1929.

15A coté de ce moment historiographique crucial, d’autres chercheurs œuvraient avec patience : Georges Bourgin, à l’École Française de Rome, appelait lui aussi aux études locales75. Mais ces recherches le conduisent surtout au Risorgimento italien, et il nous offre simplement la notice biographique de Pie VI dans le Dictionnaire de Théologie Catholique en 193576. Dans ces mêmes années, Pierre de La Gorce publie une Histoire religieuse de la Révolution française77 en cinq volumes : pour Rome, les ouvrages de Theiner et Gendry sont cités dans le meilleur des cas. Les travaux de l’abbé Sicard sur le clergé de France et la Révolution78 n’apportent non plus rien de nouveau pour Rome. Le débat tournait plutôt autour des questions des serments, valides ou non, et les historiens devaient, pour fonder leur position, faire état des déterminations romaines. On oublie trop souvent dans les bibliographies l’étude inachevée (à cause de la guerre) de Joseph Charonnot79 sur l’évêque de Langres, Mgr de La Luzerne, dont les prises de position furent bien communiquées dans la France d’alors. Ses sources sont purement françaises, à la différence de l’abbé Louis Misermont, qui nourrit la polémique sur la licéité du serment de Liberté-Egalité80 dans les années 1917-1919. Se basant sur Barruel et les ouvrages de Sicard, Miser-mont veut montrer que ce serment fut demandé aux martyrs de septembre 1792 à Paris, qui le refusèrent, d’où la véracité de leur martyre. Toutefois, on est alors en pleine cause de béatification de ces martyrs81, dans le climat de l’après-séparation de 1905. Misermont et le chanoine Uzureau, qui s’occupait de la cause des martyrs angevins, s’opposaient au chanoine Pisani, défenseur des positions de Monsieur Emery sur la licéité du second serment. Misermont doit être remarqué comme l’un des rares historiens français à avoir effectivement fouillé les archives de Rome. Il cite des documents des fonds napoléoniens, et même des pièces aujourd’hui aux archives de la Congrégation des Affaires Ecclésiastiques Extraordinaires. Sur la piste plus théologique, Edmond Préclin, en mettant en lumière les liens entre les jansénistes du xviiie siècle et la Constitution civile du clergé82, ouvrait une piste qui fut peu suivie alors, mais qui sera essentielle pour notre travail.

  • 83 J. Leflon, Etienne-Alexandre Bernier, évêque d’Orléans, Paris, 1938 ; A. Latreille, Napoléon et le (...)
  • 84 J. Leflon, Monsieur Emery, Paris, 1944, 2 vol. ; La crise révolutionnaire (1789-1846), in Histoire (...)
  • 85 Ajoutons sur Pie VII et son rôle de cardinal évêque d’Imola : J. Leflon, « Le cardinal Chiaramonti (...)
  • 86 M. Vaussard, « Les jansénistes italiens et la Constitution civile du clergé », in Revue Historique (...)
  • 87 F. Venturi, Settecento riformatore, Turin 1969-1990, 5 vol. Sur F. Venturi : « Ommagio a Franco Ve (...)
  • 88 E. Passerin d’Entrèves, « La politica dei giansenisti in Italia nell’ultimo Settecento », in Quade (...)
  • 89 V. E. Giuntella, Bibliografia della Republica Romana del 1798-1799, Rome, 1957 ; « L’Italia dalle (...)
  • 90 Entre autre, citons J. Godechot, La contre-révolution, doctrine et action 1789-1804, Paris, 1961 e (...)
  • 91 R. De Felice, « Studi recenti di storia del triennio rivoluzionario in Italia 1796-99 », in Societ (...)
  • 92 G. Pignatelli, Aspetti della propaganda cattolica a Roma, da Pio VI a Leone XII, Rome, 1974.
  • 93 B. Toppan, Pouvoir et culture à Rome à l’époque des Lumières (1740-1798), Thèse de doctorat de l’U (...)
  • 94 G. Alberigo, Lo sviluppo della dottrina sui poteri nella Chiesa universale, momenti essenziali tra (...)
  • 95 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, a cura di P. Stella, Florence, 19 (...)
  • 96 L. Pasztor, « La curia romana e il giansenismo, la preparazione della bolla « Auctorem fidei », in (...)

16Une nouvelle étape se situe autour des années de la seconde guerre mondiale : André Latreille et Jean Leflon étudièrent à l’Archivio Segreto pour leur thèses respectives83, comme pour leurs ouvrages suivants84. On doit ainsi au chanoine Leflon le volume de l’Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours de Augustin Fliche et Victor Martin sur la Révolution et l’Empire. Mais il faut bien remarquer que les deux hommes se penchèrent plus sur Napoléon et Pie VII85 que sur Pie VI. Dans la même génération, d’autres directions de recherches virent le jour, qui aujourd’hui nous sont précieuses : notamment sur le contexte théologique italien, avec l’œuvre de Maurice Vaussard86. Ce qui nous amène à évoquer les écoles italiennes qui s’intéressèrent dans la deuxième partie de notre siècle au « Settecento » religieux. Dans le sillage de Franco Venturi87, et avec d’autres perspectives, quelques grands noms tiennent une place importante dans notre bibliographie : Ettore Passerin d’Entrèves88, qui renouvela la connaissance du climat économique et religieux du pontificat de Pie VI ; Vittorio Emmanuele Giuntella89, qui fit avancer les études sur la République romaine et sur le climat contre-révolutionnaire à Rome : nous en apprenons plus avec lui sur ce sujet que dans les histoires traditionnelles de la contre-révolution, qui délaissent les États et la diplomatie pontificale90. L’historiographie religieuse italienne était demeurée prisonnière d’un rapport difficile à assumer avec le Risorgimento dans son caractère antipontifical, d’où la faiblesse des études sur Pie VI et Pie VII, encadrant cette encombrante première République romaine. Les travaux de Giuntella (et de Renzo De Felice91) permirent de penser la naissance du mouvement intransigeant à l’intérieur même de la période républicaine. Les études de Giuseppe Pignatelli92 sur la propagande de la Curie romaine contre les ferments révolutionnaires ouvrent de larges perspectives et permettent de sortir d’une image d’un Pie VI amorphe et inactif : il y eut bien une lutte organisée, une tentative de résistance. Nos travaux sur le domaine théologique doivent beaucoup à cet éclairage sur les événements. Bruno Toppan, dans une thèse demeurée inédite93, a poursuivi l’étude de Giuseppe Pignatelli en l’étendant au domaine des œuvres littéraires (il poursuivait ainsi le travail mené en 1910 par Paul Hazard sur La Révolution Française et les lettres italiennes 1789-1815). On pourrait ajouter encore bien d’autres noms, principalement la thèse de Giuseppe Alberigo qui dressa un bilan de l’œuvre des théologiens romains94 ; mais pour aller à l’essentiel, retenons l’œuvre, encore en cours, du salésien Pietro Stella : en s’intéressant au jansénisme italien du xviiie siècle, et en particulier au synode de Pistoie de 1786, il mit à jour la documentation des archives romaines sur les trois congrégations successives de la Curie qui jugèrent les actes du synode et préparèrent sa condamnation95. Sans ses publications, la recherche n’aurait sans doute jamais atteint le point et la dimension théologique qu’elle a aujourd’hui. Sur la vie de la Curie et des congrégations, les travaux de Lajos Pasztor96 furent aussi déterminants.

  • 97 B. Plongeron, Conscience religieuse en Révolution, regards sur l’historiographie religieuse de la (...)
  • 98 B. Plongeron, « Église et Révolution d’après les prêtres émigrés à Rome et à Londres (1792-1802) » (...)
  • 99 B. Plongeron (dir.), Histoire du Christianisme vol. 10 : Les défis de la modernité (1750-1840), Pa (...)
  • 100 On peut se reporter, pour une première évaluation sur les productions du bicentenaire, à l’article (...)
  • 101 Par exemple, nous nous permettons d’extraire deux propositions malheureuses de l’ouvrage, par aill (...)
  • 102 J. Suratteau, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, 1989, p. 8 (...)
  • 103 Voir les riches actes du colloque de Chantilly : Pratiques religieuses, mentalités et spiritualité (...)
  • 104 D. Menozzi, Cristianesimo e Rivoluzione Francese, Brescia, 1977 ; « La cultura e le istituzioni ne (...)
  • 105 M. Caffiero, « La verita crocefissa. Dal sinodo di Pistoia al millenarismo giansenistico nell’età (...)
  • 106 D. Rocciolo, « I documenti dell’Archivio storico del Vicariato di Roma », in Archivi e cultura XXV (...)
  • 107 La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998 ; L. Fiorani, « Deb (...)
  • 108 P. Alvazzi del Frate, Roma e la Rivoluzione francese, l’ottantanove e il giornalismo politico roma (...)
  • 109 M. Cottret, « Aux origines du républicanisme janséniste : le mythe de l’Église primitive et le pri (...)
  • 110 Jansénisme et Révolution, Actes du colloque de Versailles 13-14 octobre 1989, réunis par C. Maire, (...)

17Tout ce travail s’accomplissait en Italie en parallèle aux renouvellements apportés à l’historiographie révolutionnaire en France par Bernard Plongeron : son livre, Conscience religieuse en Révolution (1969) et sa thèse Théologie et politique au siècle des Lumières (1973)97, utilisaient de nouvelles sources parisiennes et italiennes qui permettaient de mieux comprendre les imbrications du jansénisme et de la Révolution, et de lire à nouveaux frais l’historiographie religieuse de la Révolution depuis un siècle en dépassant le débat jansénisme-jacobinisme. Ses travaux posent par ailleurs la question de la congrégation particulière des affaires de France comme un objet d’études à mener, ce qui nous lança sur notre sujet98. Il nous a livré dans le volume 10 de l’Histoire du Christianisme99 une synthèse personnelle autour de laquelle nous aurons à dialoguer au fur et à mesure de notre exposé. Avec cet auteur, nous arrivons en fait au bicentenaire de 1989. Nous ne reprendrons pas les publications, puisqu’il y eut peu de nouveautés sur Rome100... On peut même trouver décevant que les argumentations utilisées par les principaux auteurs du moment n’aient guère dépassé celles de Mathiez, utilisé sans être cité101. Les notices biographiques sur Pie VI ne sont que rarement le fruit de recherches nouvelles102. Il faut dire que l’histoire religieuse s’est alors mieux tournée vers la religion des fidèles, vers les « transferts de sacralité »103, domaine dans lequel la place de Rome n’est pas déterminante. On peut en revanche saluer une reprise des études en Italie, avec les travaux guidés par Daniele Menozzi104, Marina Caffiero105, Domenico Rocciolo106, Luigi Fiorani107, ou encore Paolo Alvazzi del Frate108. Les évolutions du sentiment religieux dans les États pontificaux nous sont désormais connues, ce qui éclaire valablement la situation concrète du pape et ses prises de position, les cadres de son champ de manœuvre. En marge de ces travaux du bicentenaire, le renouveau des études sur le jansénisme français du xviiie siècle nous assure des apports précieux, avec les contributions de Monique Cottret109 et Catherine Maire110, qui complètent les données de Pietro Stella.

  • 111 R. Picheloup, Les ecclésiastiques français émigrés ou déportés dans l’Etat Pontifical, 1792-1800, (...)
  • 112 Ph. Boutry, « Rome et la Constitution civile du clergé », in 1792, les massacres de septembre (Les (...)
  • 113 Ph. Boutry, « Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des marty (...)

18En 1972, une thèse de René Picheloup portant sur les ecclésiastiques émigrés dans les États pontificaux111 assure une nouvelle présence d’un Français dans les archives vaticanes. Il faudrait souhaiter que le fonds Emigrati amène la constitution d’une prosopographie complète. Pour être juste avec le travail des Français sur les archives romaines, il nous faut conclure avec les travaux de Philippe Boutry sur la bulle Auctorem fidei112 et sur la cause des martyrs de septembre113.

19Ce long parcours était nécessaire pour poser les bases de ce travail. En présentant aujourd’hui une synthèse des recherches, nous entendons regarder la Révolution depuis les collines de Rome, depuis le Vatican et le Quirinal, où Pie VI habitait alternativement. Les événements et les hommes d’alors méritaient bien ce voyage pour mieux approcher une vérité historique fort complexe.

Notes

1 On relira, entre autre, l’article de B. Plongeron, « Débats et combats autour de l’historiographie religieuse de la révolution : xixe-xxe siècles », in Revue d’Histoire de la Révolution Française LXXVI (1990), p. 257-302. ou encore M. Vovelle, « Débats historiographiques sur la Révolution Française », in L’Italia nella Rivoluzione 1789-1799, a cura di G. Benassati e L. Rossi, catalogo della mostra bibliografica e iconografica, Roma, Marzo-Aprile 1990, Rome, 1990, p. 19-24. Du coté italien, signalons parmi les études les plus complètes : F. Diaz, « Gli studi sulla Rivoluzione Francese », in Un decennio di storiografia italiana sul secolo xviii, a cura di A. Postigliola, Atti del convegno organizzato dalla società italiana di studi sul secolo xviii e dall’istituto italiano per gli studi filosofici, con il patrocinio dell’istituto della Enciclopedia Italiana (Vico Equense, 24-27 ottobre 1990), Naples, 1995, p. 213-232 ; F. Diaz, La incomprensione italiana della rivoluzione francese, Turin, 1989 ; C. Ghisalberti, « La storiografia italiana e la Rivoluzione francese (1789-1799). Appunti per una riconsiderazione », in Rassegna Storica del Risorgimento, LXXVI/1 (1989), p. 3-20.

2 G. Bourgin, La France et Rome de 1789 à 1797. Regeste des dépêches du Cardinal Secrétaire d’Etat tirées du fonds des Vescovi des Archives Secrètes Vaticanes, Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, n° 102, Paris, 1909.

3 E. Audard, « Histoire religieuse de la Révolution française aux archives vaticanes », in Revue d’Histoire de l’Église de France IV (1913), p. 516-545.

4 Collectio Brevium... atque instructionem Pii Papae VI qui ad praesentem Gallicanarum ecclesiarum calamitates pertinent, Augustae Vindelicorum, 1796, 2 vol. ; Collectio Brevium atque instructionum S.S.D.N. Pii Papae VI quae ad praesentes Gallicanarum ecclesiarum calamitates pertinent, Augustae Vindelicorum, J. G. Hamm, 1796, 1 vol. ed Henri-Louis Hulot ; Collectio Brevium atque instructionum SS. D.N. Pii Papae VI, quae ad praesentes Gallicanorum ecclesiarum calamitates pertinent..., Augustae Vindelicorum, Typ. J.-G. Hamm, 1798 ; SS Domini nostri divina providentia Pii papae VI ad Galliarum ecclesias rescripta. Editio novissima collecta et aucta ab H. L. Hulot, 1799 ; Collectionis brevium Pii papae VI quae ad gallicarum ecclesiarum calamitates pertinent, continuatio atque adversus quemdam Salisburgensem pseudo-religiosum defensis... Secunda editio, Augustae Vindelicorum, J. G. Hamm, 1801.

5 Le futur Léon XII. Voir Dictionnaire Historique de la Papauté, Paris, 1994, p. 1030-1035 (Ph. Boutry) ; et sur notre période, J. Leflon, « Les missions diplomatiques du futur Léon XII, Annibale Della Genga », in Revue d’Histoire Diplomatique LXXXI (1967), p. 18-40.

6 AAEESS, Stati Ecclesiastici 23, f. 47-48, lettre du 7 mars 1798 de Pie VI au secrétaire d’Etat Giuseppe Doria-Pamphili sur l’insolence de Della Genga qui veut quitter son poste dans les circonstances présentes de l’Église...

7 Né à Avenay (Marne) le 1er mars 1757, mort à Reims le 1er septembre 1829. Ordonné prêtre le 2 juin 1781, docteur en théologie en 1782, professeur à l’Université de Reims. Il refuse le serment civique, émigre à Gand en 1791-1794, puis à Munster et à Augsbourg jusqu’au concordat. Il écrit en 1809 un ouvrage qui sera édité en 1836, Sedis apostolicae triumphus seu Sedes apostolica semper impugnata, protectore Deo, semper invicta. Il y expose qu’il connaissait les cardinaux Antonelli et Della Genga, et qu’il fut en relation avec les cardinaux « noirs » exilés autour de Reims en 1809. On connaît de lui un autre écrit : Salisburgensis cujusdam religiosi delecta castigatio, seu vindiciae cleri gallicani exulis (1800). Il sera grand-vicaire de l’archevêque de Reims en 1817. DBF XVII (1986), p. 1520-1521, (T. de Morembert) ; DHGE XXV (1995), p. 324, (T. de Morembert).

8 Collectio Brevium atque instructionum S. Sedis Apostolicae de calamitatibus Ecclesiae Gallicanae, par M. N. S. Guillon et H. L. Hulot, 1797, 2 vol.

9 Né à Paris le 31 décembre 1759, mort à Montfermeil le 16 octobre 1847. Diplômé de l’Université en 1780, littérateur, il prêche le carême en 1785 à la cour de Versailles. Il travaille avec Barruel au parallèle des Révolutions en 1792. Il sera chanoine de Paris sous Mgr de Belloy, docteur en théologie en 1814. Il se trouve lié à la famille d’Orléans et devient confesseur de la future reine Marie-Amélie. Sous la Monarchie de Juillet, il est nommé pour l’évêché de Beauvais par le roi dès 1830. Mais il donna le viatique à Grégoire le 28 mai 1831, malgré les interdictions de Mgr de Queslen. Rome bloque donc sa nomination. Il sera évêque de Marrakech en 1833, et restera enseignant. DBF XVII (1986), p. 253-254 (T. de Morembert) ; DHGE 22 (1988), p. 1071-1075, (R. Aubert).

10 Collection des Brefs et instructions de N. S. P. le pape Pie VI, traduction nouvelle par M. N. S. Guillon, Paris, Leclere, 1798, 2 vol.

11 Ibid., p. xvi.

12 Ibid., p. clxxxvi. En réalité, ses traductions reproduisent d’anciennes éditions parisiennes des brefs pontificaux !

13 A. Barruel, Collection ecclésiastique, ou recueil complet des ouvrages faits depuis l’ouverture des états-généraux, relativement au clergé, à sa Constitution civile du clergé, décrétée par l’assemblée nationale, sanctionnée par le roi, Paris, Crapart, 1791. Guillon est l’auteur d’articles dans les tomes I (Discours préliminaire), III, IV (Parallèle des révolutions) et VIII (sur le serment). Il affiche une pensée très fortement en opposition à celle des philosophes. Sur les liens entre Barruel et Guillon, voir P. Bianchini, Religione e politica in Augustin Barruel (1741-1820), Te-si di Laurea, Turin, 1998, p. 22.

14 Brefs et instructions de notre Saint-Père le Pape Pie VI, depuis 1790 jusqu’en 1796, nouvelle édition établie en latin et en français, augmentée de notes et observations historiques et critiques, Rome, Typographie de la Chambre Apostolique, 1796, 2 vol. ; Recueil des décisions du Saint-Siège Apostolique relatives à la constitution civile du clergé, et aux affaires de l’Église de France depuis 1790 jusqu’en 1799, Rome, 1800, 3 vol.

15 Collectio Brevium, quae ad praesentes Ecclesiae Catholicae in Gallia et aliis a Gallis occupatis regionibus calamitates pertinent, Romae, Typis R.C.A., 1800, 2 vol. ; Collectio Brevium atque instructionum SS. D.N. Pii Papae VI quae ad praesentes Ecclesiae Catholicae in Gallia... calamitates pertinent, Typ. R.C.A., 18001801, 3 vol.

16 Guilleaume D.-A., Vollständige Sammlung aller Briefe, Gewalterheilungen und Unterhandlungen Pius VI in Betreff der französischen Staatsumwälzung, Münster, 1797, 3 vol.

17 DTC II (1923), p. 1243-1255, (T. Ortolan).

18 Bullarii Romani Continuatio Summorum Pontificum Clementis XIII, Clementis XIV, Pii VI, Pii VII, Leonis XII, Pii VIII et Gregorii XVI constitutiones, litteras in forma brevis, epistolas ad principes, viros et alios atque allocutiones complectens, quas collegit A. Barberi, Prato, Aldina, 1835-1857. Réédition Graz, Akademische Verlaganstalt, 1963, 19 tomes en 9 volumes.

19 T. Ortolan écrit dans l’article cité supra : « Ils sont donc simplement des œuvres privées, n’ayant rien d’officiel, et dès lors, comme recueils, sont dépourvus de toute autorité canonique », op. cit., p. 1255.

20 A. Theiner, Documents inédits relatifs aux affaires religieuses de la France de 1790 à 1800 extraits des archives secrètes du Vatican, Paris, 1857-1858, 2 volumes.

21 Né à Breslau le 11 avril 1804, mort à Civitavecchia le 8 août 1874. Il voyage beaucoup, rencontre Lamennais, se convertit à Rome, entre à l’Oratoire d’Italie en 1839, est ordonné prêtre. Ami de Grégoire XVI et de Pie IX, il rédige sur sa demande une histoire de Clément XIV qui lui attire des ennemis à cause de son hostilité aux Jésuites. Il publie à partir des Archives Vaticanes, au point de subir la disgrâce du pape après le concile Vatican I, car il livra des documents à la minorité anti-infaillibiliste. DTC XV/1 (1946), p. 217-218, (E. Amman) ; En Catt XII (1954), p. 45-46, (S. Furlani) ; LTK 10 (1965), p. 15-16 (H. Jedin).

22 PII VI Pont. Max. Acta quibus ecclesiae catholicae calamitatibus in Gallia consultum est, Romae, Typis S. Congr. De Propaganda Fide, 1871, 2 vol.

23 Les seuls exemplaires que nous connaissions se trouvent dans la bibliothèque du Séminaire Français de Rome et à l’évêché de Valence.

24 L. Madelin, « Pie VI et la première coalition. A propos de quelques documents des archives du Saint-Siège », in Revue Historique LXXI (1903), p. 1-32.

25 Droits de l’Église et droits de l’homme, le Bref Quod Aliquantum et autres textes traduits et annotés par J. Chaunu, Paris, 1989.

26 U. Bellocchi (a cura di), Tutte le encicliche e i principali documenti pontifici emanati dal 1740, vol. 2 : 1758-1823, Cité du Vatican, 1993 ; E. Lora, R. Simionati, Enchiridion delle encicliche (1740-1994), vol. I : 1740-1830, Bologne, 1994.

27 H. Denzinger, P. Hunermann et J. Hoffmann, Symboles et définitions de la foi catholique, Paris, 1996, n° 2592-2597, p. 591-592, et 2600-2700, p. 593-626.

28 H. Bordier, Les archives de la France, ou histoire des archives de l’empire... Paris, 1855, p. 396-401 ; R. Giusti, « Materiale documentario degli archivi papali rimasti nell’Archivio Nazionale di Parigi dopo il loro ritorno a Roma negli anni 1814-1817 », in Miscellanea Historiae Pontificiae 45, Rome, 1979, p. 263-274 ; M. L. Lombardo, « Carte degli archivi papali trasferite a Parigi al seguito di Napoleone : un viaggio senza ritorno », in Archivi nel tempo XXVII (1994), p. 9-32 ; J. Mauzaize, « Les transferts des Archives vaticanes à Paris sous le premier Empire », in Bulletin de l’Association des Archivistes de l’Église de France VIII (1977), p. 3-14.

29 C. de Tortier-Bonazzi, « Archives impériales », in Dictionnaire Napoléon, sous la direction de J. Tulard, Paris, 1989, p. 106-108. Selon l’article, arrivèrent à Paris 30 voitures d’Espagne, 3 139 caisses de Vienne, 3 500 cartons d’Allemagne, et 12 147 caisses du Vatican. Les chiffres ne concordent pas pour Rome...

30 Memorie storiche dell’occupazione e restituzione degli archivi della Santa Sede... raccolta da Marino Marini ; cameriere, prefetto de’detti archivi e già commissario pontificio in Parigi. MDCCCXVI.

31 J. Mauzaize, op. cit., p. 7.

32 Voir « Index processorum authenticorum beatificationis et canonizationis qui asserventur in bibliotheca nationali Parisiensi », in Analecta Bollandiana V (1886), p. 147-161.

33 S. M. Pagano, I documenti del processo di Galileo Galilei, Cité du Vatican, 1984, p. 12.

34 Sont aujourd’hui aux archives nationales les séries AF IV 1887-1932 et F 19 1906-1923 (légation Caprara), L. 372-398 (commission des archives italiennes). Voir J. Charon-Bordas, Inventaire des archives de la légation en France du cardinal Caprara (1801-1808), Paris, 1975 ; La légation en France du cardinal Caprara 1801-1808, Répertoire des demandes de réconciliation avec l’Église, Paris, 1979.

35 J. Leflon et A. Latreille, « Répertoire des fonds napoléoniens aux archives du Vatican », in Revue Historique 203 (1950), p. 59-63.

36 La Rivoluzione francese (1789-1799). Repertorio delle fonti archivistiche e delle fonti a stampa conservate in Italia e nella Città del Vaticano, Publicazioni degli Archivi di Stato, Sussidi 4, Ufficio centrale per i beni archivistici, Ecole française de Rome, Fondazione Lelio e Lisli Basso, a cura di P. Carucci, G. Delille, A. Groppi, Rome, 1989, Vol. 1, p. 250-257.

37 L. Pasztor, « La curia romana e il giansenismo, la preparazione della bolla « Auctorem fidei » in Actes du colloque sur le jansénisme, Academia belgica, Rome, 2-3 nov 1973, Louvain, 1979, p. 89-104.

38 P. Stella, « Quo primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del Sinodo di Pistoia », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XLV/1 (1991), p. 1-41 ; Il giansenismo in Italia, II/1 : Roma, Rome, 1995.

39 op. cit., p. 518.

40 P. Blet, « Garampi et la Constitution civile du clergé », in Miscellanea in onore di Mons. M. Giusti, Cité du Vatican, 1978, tome I, p. 131-159.

41 Il faut rendre hommage à l’état parfait et rigoureux de classement, d’indexation et de reliure de ces archives.

42 Ces archives ont été ouvertes aux chercheurs par le préfet, le cardinal Joseph Ratzinger, au moment de nos travaux. Voir l’article d’Olivier Poncet, « L’ouverture des archives du Saint-Office et de l’Index. Echos d’une journée de présentation », in Revue d’Histoire de l’Église de France 84 (1998), p. 97-103.

43 Né à Rome le 28 février 1759, secrétaire puis théologien de Mgr Di Pietro, professeur de théologie morale et d’histoire ecclésiastique, non-jureur en 1798, exilé avec son maître en 1809-1814, camérier secret de Pie VII en 1814, ordonné archevêque d’Iconium le 17 mars 1817 par le cardinal Di Pietro, secrétaire de la Propagande de la Foi, puis des Affaires Ecclesiastiques Extraordinaires, créé cardinal le 15 décembre 1828, préfet de l’Index en 1829, mort le 24 février 1834. HC VII (1968), p. 20 ; DBI 19 (1976), p. 163-165 (F. Raco).

44 ACDF, Carte Caprano, Stanza Storica UU, 1 à 30. Le volume UU 30 donne un index des documents.

45 AAEESS, Fondo Caprano, 8 volumes. Un index est consultable.

46 Pour l’histoire de ce fonds, voir : C. Gazier, Histoire de la société et de la bibliothèque de Port-Royal, Paris, 1966.

47 J. Le Rohellec, « Ecclésiastiques, religieux et religieuses exilés pour la foi dans les Etats pontificaux, liste générale d’après les archives du Vatican », in Actes des martyrs et des confesseurs de la foi pendant la Révolution, sous la direction de E. Audard, Tours, 1818-1823, vol. 1, p. 185-419.

48 L. Sciout, Histoire de la Constitution civile du clergé (1790-1801), Paris, 1872-1881, 4 vol.

49 F. Masson, Les diplomates de la Révolution. Hugon de Bassville à Rome, Bernadotte à Vienne, Paris, 1882.

50 F. Masson, Le Cardinal de Bernis depuis son ministère (1758-1794). La suppression des Jésuites. Le schisme constitutionnel, Paris, 1884.

51 A. Ricard, Correspondance diplomatique et papiers inédits du cardinal Maury, Lille, 1891. 2 vol.

52 L. S. de Salamon, Mémoires inédits de l’internonce à Paris pendant la Révolution 1790-1801. Avant-propos, introduction, notes et pièces justificatives par l’abbé Bridier, Paris, 1890.

53 E. de Richemont, Correspondance secrète de l’abbé de Salamon, chargé des affaires du Saint-Siège pendant la révolution, avec le cardinal de Zelada, 1791-1792. Paris 1898 ; « Quelques lettres inédites de l’abbé de Salamon », in Mélanges d’Archéologie et d’Histoire XVIII (1898), p. 419-450.

54 C. Ledre, L’abbé de Salamon correspondant et agent du Saint-Siège pendant la Révolution, Paris, 1965.

55 L. Vicchi, Les français à Rome pendant la Convention 1792-1795, Rome, 1892.

56 E. de Richemont, « La première rencontre du pape et de la République française : Bonaparte et Caleppi à Tolentino, d’après les documents inédits des archives du Saint-Siège », in Le Correspondant NS 152 (1897), p. 801-848.

57 H. de Surrel de Saint-Julien, « L’œuvre pontificale des émigrés français et son organisateur monseigneur Laurent Caleppi d’après des documents inédits », in Annales de Saint-Louis-des-Français, 1 (1896-97), p. 327-341 ; « Histoire de la persécution et de l’émigration des religieuses de la Providence de Charleville » in Annales de Saint-Louis-des-Français III (1898-99), p. 203-255, 347-400, 453-493 ; « Saint-Louis des Français pendant la Révolution, le Consulat et l’Empire, d’après le registre des entrées, sorties et paiements des chapelains durant cette période », in Annales de Saint-Louis-des-Français V (1900-1901), p. 75-83.

58 J. Gendry, Pie VI, sa vie, son pontificat (1717-1799), d’après les archives vaticanes et de nombreux documents inédits, Paris, 1906, 2 volumes.

59 A. Mathiez, Rome et le clergé français sous la Constituante. La Constitution civile du clergé. L’affaire d’Avignon, Paris, 1911.

60 « Aucune des explications qui ont été données jusqu’ici de la politique du Saint-Siège ne me paraît complètement satisfaisante ». Ibid., p. 2.

61 C’est le titre du chapitre XII, ibid., p. 317.

62 Ibid., p. 5-6.

63 Ibid., p. 10.

64 E. Sevestre, L’acceptation de la Constitution civile du clergé en Normandie (janvier-mai 1791), Paris, 1922 ; L’histoire, le texte et la destinée du concordat de 1801, Paris, 1905.

65 Revue d’Histoire de l’Église de France III (1912), p. 686-690.

66 Ibid., p. 688.

67 Ernest Audard écrit : « en face de la cour affolée, qui ne voit son salut que dans les extrêmes capitulations, en face des évêques et des prêtres, qui, pour la plupart, suivent le roi par un dévouement aveugle et une quasi domesticité (c’est l’aveu spontané de l’opportuniste Boisgelin, p. 460), en face du Saint-Siège qui n’a pas cessé, depuis Clément XIV, de pratiquer la politique des concessions à outrance, devant cette bonne volonté générale, seule l’Assemblée s’obstine dans son orgueil, au risque de mettre le feu à la France, et elle y parvient... », Ibid., p. 690.

68 Idem.

69 Revue des Questions Historiques XLVI (1911), p. 521-530. Sur les orientations des revues d’histoire du moment : Ph. Boutry, « Hagiographie, histoire et Révolution française, Pie XI et la béatification des martyrs de septembre 1792 (17 octobre 1926) », in Achille Ratti, Pape Pie XI, Rome, 1996, p. 310-311.

70 Ibid., p. 521.

71 Ibid., p. 529.

72 Ibid., p. 530.

73 Revue d’Histoire Ecclésiastique XIII (1912), p. 559-562.

74 « La soi-disant erreur de la Constitution civile du clergé », in Annales Révolutionnaires XIV (1921), p. 228-231 ; « La Constitution civile du clergé était-elle inacceptable pour l’Église ? », in Annales Révolutionnaires XIV (1921), p. 322-325.

75 G. Bourgin, Les archives du Vatican et l’histoire moderne de la France, Besançon, 1906 ; La France et Rome de 1789 à 1797. Regeste des dépêches du Cardinal Secrétaire d’état tirées du fond des Vescovi des Archives Secrètes Vaticanes, Bibliothèque des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome, 102, Paris, 1909 ; « Inventaire analytique et extraits des manuscrits du Fondo gesuitico de la Biblioteca nazionale Vittorio Emannuele de Rome, concernant l’histoire de France (xvie-xixe) », in Revue des bibliothèques XVI (1906), p. 6-80.

76 DTC XII (1935), p. 1653-1669.

77 P. de La Gorce, Histoire religieuse de la révolution française, Paris, 19091923, 5 vol.

78 A. Sicard, Le clergé de France pendant la Révolution, Paris, 1912, 3 vol.

79 J. Charonnot, Mgr de La Luzerne et les serments pendant la Révolution, Paris, 1918.

80 L. Misermont, Le serment de liberté-égalité, Paris, 1917 ; Les évêques et le clergé de France contre le serment de Liberté-Egalité (Appendices à la dernière position sur le martyre et la cause du Martyre de la Vénérable sœur Fontaine et de ses compagnes), Rome, 1919 ; Le serment à la Constitution civile du clergé – Le serment civique, et quelques documents inédits des Archives Vaticanes, Paris, 1917.

81 Voir le résumé de ce débat dans B. Plongeron, Conscience religieuse en Révolution, p. 36-45 ; Ph. Boutry, op. cit., p. 305-355 ; Revue de l’Institut Catholique de Paris n° 44, oct.-déc. 1992.

82 E. Préclin, Les jansénistes du XVIIIe et la Constitution civile du clergé, Paris, 1929.

83 J. Leflon, Etienne-Alexandre Bernier, évêque d’Orléans, Paris, 1938 ; A. Latreille, Napoléon et le Saint-Siège : l’ambassade du cardinal Fesch à Rome, Paris, 1935.

84 J. Leflon, Monsieur Emery, Paris, 1944, 2 vol. ; La crise révolutionnaire (1789-1846), in Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours XX, Paris, 1949 ; Pie VII, des abbayes bénédictines à la papauté, Paris, 1958 (il faut regretter que Jean Leflon n’aie pas eu le temps d’achever avant sa mort cette biographie de Pie VII) ; A. Latreille, L’église catholique et la Révolution française, Paris, 19461950, 2 vol. ; A. Latreille-R. Remond, Histoire du catholicisme en France, volume III : la période contemporaine, Paris, 1962.

85 Ajoutons sur Pie VII et son rôle de cardinal évêque d’Imola : J. Leflon, « Le cardinal Chiaramonti, évêque d’Imola et la République Cisalpine », in Rassegna Storica del Risorgimento XLIII (1956), p. 427-433 ; Ph. Boutry, « Pie VII », in Dictionnaire Historique de la Papauté, Paris, 1994, p. 1334-1342.

86 M. Vaussard, « Les jansénistes italiens et la Constitution civile du clergé », in Revue Historique CCV (1951), p. 243-259 ; Jansénisme et gallicanisme aux origines religieuses du risorgimento, Paris, 1959 ; La vie quotidienne en Italie au xviiie siècle, Paris, 1962 ; Correspondance Scipione de’ Ricci – Henri Grégoire 1796-1807, Florence, 1963 ; « Eclaircissements sur la Constitution civile du clergé », in Annales Historiques de la Révolution Française XLII (1970), p. 287-293.

87 F. Venturi, Settecento riformatore, Turin 1969-1990, 5 vol. Sur F. Venturi : « Ommagio a Franco Venturi », in Rivista Storica Italiana CVIII (1996), p. 499-856. Pour une relecture des travaux : M. Verga, « Le XVIIIe italien : le Settecento réformateur ? », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 45 (1998), p. 89-116.

88 E. Passerin d’Entrèves, « La politica dei giansenisti in Italia nell’ultimo Settecento », in Quaderni di cultura e di storia sociale I (1952), p. 25-32, 150-156, 230-236, 321-326 ; II (1953), p. 359-367 ; III (1954), p. 269-288, 309-329 ; « La riforma giansenista della chiesa e la lotta anticuriale in Italia nella seconda meta del Settecento. Gli anni di preparazione », in Rivista storica italiana LXXI (1959), p. 209-234 ; « L’Italia nell’età delle riforme 1748-1796 », in Storia d’Italia III, a cura di N. Valeri, Turin, 1965, p. 3-240 ; « Ricerche sul tardo giansenismo italiano », in Rivista di Storia e Letteratura Religiosa III (1967), p. 279-313 ; Religione e politica nell’Ottocento europeo, a cura di F. Traniello, Rome, 1993 ; « Chiesa e cattolicismo fra riformatori illuministi e stati assoluti, a proposito di un libro recente », in Rivista di Storia e di Letteratura Religiosa XIV (1978), p. 58-67 (recension de Venturi F., Settecento riformatore) ; « Le idee politiche di un canonista del Parlamento di Parigi all’inizio della Rivoluzione Francese : « l’origine et l’étendue de la puissance royale » di G. N. Maultrot (1714-1803) », in Studi in memoria di G. Solari, Turin, 1954, p. 343-372 ; Riformatori anticuriali in Italia dal Tanucci al Ricasoli, Pise, 1959. (sur cet auteur, voir : Veneruso D., « E. Passerin d’Entreves (1914-1990) storico della cultura e della società degli ultimi due secoli », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia XLV (1991), p. 408-436).

89 V. E. Giuntella, Bibliografia della Republica Romana del 1798-1799, Rome, 1957 ; « L’Italia dalle Repubbliche giacobine alla crisi del dispotismo napoleonico 1796-1814 », in Storia d’Italia III, a cura di N. Valeri, Turin, 1965 ; « Roma nel Settencento », in Storia di Roma, vol. XV, Bologne, 1971 ; Le dolci catene. Testi della controrivoluzione cattolica in Italia, Rome, 1988 ; La religione amica della democrazia, i cattolici democratici del trienno rivoluzionario 1796-1799, Rome, 1990. (sur la vie de V.E. Giuntella, voir G. Martina, « Ricordendo V. E. Giuntella », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia L (1996), p. 341-349.)

90 Entre autre, citons J. Godechot, La contre-révolution, doctrine et action 1789-1804, Paris, 1961 et J. Tulard (dir.), La contre-révolution, origines, histoire, postérité, Paris, 1990.

91 R. De Felice, « Studi recenti di storia del triennio rivoluzionario in Italia 1796-99 », in Società XI (1955) 3, p. 498-513 ; Note e ricerche sugli « illuminati » e il misticismo rivoluzionario (1789-1800), Rome, 1960 ; Italia giacobina, Naples, 1965.

92 G. Pignatelli, Aspetti della propaganda cattolica a Roma, da Pio VI a Leone XII, Rome, 1974.

93 B. Toppan, Pouvoir et culture à Rome à l’époque des Lumières (1740-1798), Thèse de doctorat de l’Université de Lille-III, 1987.

94 G. Alberigo, Lo sviluppo della dottrina sui poteri nella Chiesa universale, momenti essenziali tra il xvi e il xix secolo, Rome, 1964.

95 Atti e decreti del concilio diocesano di Pistoia dell’anno 1786, a cura di P. Stella, Florence, 1986, 2 vol. ; Il giansenismo in Italia, II/1 : Roma, Rome, 1995 ; « L’oscuramento della verità nella Chiesa dal Sinodo di Pistoia alla Bolla Auctorem Fidei », in Salesianum XLIII/4, 1981, p. 731-756 ; « Quo primum tempore : progetto di bolla pontificia per la condanna del Sinodo di Pistoia », in Rivista di Storia della Chiesa in Italia, XLV/1 (1991), p. 1-41.

96 L. Pasztor, « La curia romana e il giansenismo, la preparazione della bolla « Auctorem fidei », in Actes du colloque sur le jansénisme Academia belgica. Rome, 2-3 nov 1973, Louvain, 1979, p. 89-104 ; La Curia romana, problemi e ricerche per la sua storia nell’età moderna e contemporanea, Rome, 1971 ; « L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église », in Revue d’Histoire Ecclésiastique LXIV (1969), p. 353-366 ; « Problèmes d’histoire du gouvernement de l’Église au xixe siècle, à propos du tome VII de la « Hierarchia catholica medii et recentioris aevi », in Revue d’Histoire Ecclesiastique LXV (1970), p. 474-488 ; « Un capitolo della storia della diplomazia pontificia. La missione di G. Albani a Vienna prima del trattato di Tolentino », in Archivum Historiae Pontificiae I (1963), p. 295-383 ; « La congregazione degli affari ecclesiastici straordinari tra il 1814 e il 1850 », in Archivum historiae Pontificiae 6 (1968), p. 191-318.

97 B. Plongeron, Conscience religieuse en Révolution, regards sur l’historiographie religieuse de la Révolution française, Paris 1969 ; Théologie et politique au siècle des lumières (1770-1820), Genève, 1973.

98 B. Plongeron, « Église et Révolution d’après les prêtres émigrés à Rome et à Londres (1792-1802) », in Histoire, économie et Société VIII/1, 1989, p. 75-100.

99 B. Plongeron (dir.), Histoire du Christianisme vol. 10 : Les défis de la modernité (1750-1840), Paris, 1997.

100 On peut se reporter, pour une première évaluation sur les productions du bicentenaire, à l’article de B. Plongeron, cité dans la note 1. A signaler, sur le plan de l’édition des sources, l’ouvrage de L. Delhommeau, Les sources vaticanes relatives à l’histoire de la Révolution dans l’Ouest de la France, 1789-1799, guide des sources et archives et publications de textes, Nantes, 1989.

101 Par exemple, nous nous permettons d’extraire deux propositions malheureuses de l’ouvrage, par ailleurs fort riche par son illustration, de Y. Fauchois, Religion et France révolutionnaire, Paris, 1989 ; « Or Pie VI, inquiet du sort d’Avignon, temporise » (sur la Constitution civile du clergé) ; « Mais à Rome, l’ambassadeur de France, le cardinal de Bernis, pousse Pie VI à l’intransigeance ». p. 51. Autre exemple plus récent d’une répétition des jugements trop rapides : « Pie VI, pape médiocre, tergiverse, peine à prendre position. Le clergé de France doit se déterminer seul. Qui ne dit mot consent... », B. Vandeputte, Les 2000 ans du Christianisme, n° 10, Dans la tourmente de la Révolution, Paris, 1999, p. 15.

102 J. Suratteau, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, 1989, p. 843-844 ; un regard plus renouvelé avec M. Caffiero, « Pie VI », in Dictionnaire historique de la papauté, sous la direction de Ph. Levillain, Paris, 1994.

103 Voir les riches actes du colloque de Chantilly : Pratiques religieuses, mentalités et spiritualités dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820). Actes du colloque, Chantilly, 27-29 novembre 1986, réunis par P. Lerou et R. Dartevelle sous la direction de B. Plongeron, Turnhout, 1988.

104 D. Menozzi, Cristianesimo e Rivoluzione Francese, Brescia, 1977 ; « La cultura e le istituzioni nello Stato della Chiesa (1789-1799) », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998, p. 75-102 ; « La Chiesa, la rivoluzione francese e l’impero napoleonico », in Storia della società italiana, XIII : l’Italia giacobina e napoleonica, Milan, 1985, p. 143-188.

105 M. Caffiero, « La verita crocefissa. Dal sinodo di Pistoia al millenarismo giansenistico nell’età rivoluzionaria », in Rivista di storia e di letteratura religiosa XXV (1989), p. 48-65 ; La nuova era : miti e profezie dell’Italia in Rivoluzione, Gènes, 1991 ; « Santi, miracoli e conversioni a Roma nell’età rivoluzionaria », in Ricerche per la storia religiosa di Roma IX (1993), p. 155-186.

106 D. Rocciolo, « I documenti dell’Archivio storico del Vicariato di Roma », in Archivi e cultura XXVII (1994), p. 47-64.

107 La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Pise-Rome, 1998 ; L. Fiorani, « Deboli progressi della filosofia : Rivoluzione e religione a Roma 1783-1799 », in Ricerche per la storia religiosa di Roma, IX (1993).

108 P. Alvazzi del Frate, Roma e la Rivoluzione francese, l’ottantanove e il giornalismo politico romano, Rome, 1989 ; « Tra Rivoluzione e reazione : il giornalismo politico nello Stato Pontificio, 1788-1793 », in La Rivoluzione nello Stato della Chiesa, a cura di L. Fiorani, Rome, 1998, p. 133-146.

109 M. Cottret, « Aux origines du républicanisme janséniste : le mythe de l’Église primitive et le primitivisme des Lumières », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine XXXI (1984), p. 99-115 ; Jansénismes et Lumières, pour un autre xviiie siècle, Paris, 1998.

110 Jansénisme et Révolution, Actes du colloque de Versailles 13-14 octobre 1989, réunis par C. Maire, in Chronique de Port-Royal XXXIX (1990) ; De la cause de Dieu à la cause de la Nation, le jansénisme au xviiie siècle, Paris, 1998.

111 R. Picheloup, Les ecclésiastiques français émigrés ou déportés dans l’Etat Pontifical, 1792-1800, Toulouse, 1972.

112 Ph. Boutry, « Rome et la Constitution civile du clergé », in 1792, les massacres de septembre (Les Carmes, l’Abbaye, Saint-Firmin), Paris, Mairie du VIe, 1992, p. 39-44 ; « Tradition et autorité dans la théologie catholique au tournant des xviiie et xixe siècles. La bulle Auctorem fidei (28 août 1794) », in Histoire et théologie, Actes de la journée d’études de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, Paris, Beauchesne, 1994, p. 59-82 ; « Autour d’un bicentenaire : la bulle Auctorem fidei (28 août 1794) et sa traduction française (1850) par le futur cardinal Clément Villecourt » in Mélanges de l’Ecole Française de Rome : Italie et Méditerranée 106 (1994)-1, p. 203-261.

113 Ph. Boutry, « Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des martyrs de septembre (17 octobre 1926) », in Achille Ratti, pape Pie XI. Actes du colloque de Rome (15-18 mars 1989), Rome, 1996, p. 305-355.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540