Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rome et la Révolution française

 | 
Gérard Pelletier

Remerciements

Texte intégral

1Au terme de ce travail, il me faut d’abord remercier Monsieur Jean-Marie Mayeur d’en avoir accompagné les différentes étapes avec attention et confiance pour l’Université Paris-IV. Je dois beaucoup à Monsieur Philippe Boutry : depuis notre rencontre à l’Ecole Française de Rome en 1992, il n’a cessé de prodiguer ses encouragements pour que cette thèse soit menée à terme, et je ne me serais sans doute jamais lancé dans le dépouillement des archives romaines sans la sûreté de ses conseils, alliée à une parfaite connaissance des questions, tant politiques que religieuses, de ce monde romain de la fin du xviiie et du début du xixe siècle. A l’Institut Catholique de Paris, le père Claude Bressolette m’a accompagné dès la Maîtrise, m’ouvrant à la richesse des études ecclésiologiques, tandis que le père Hervé-Marie Legrand m’apportait la compétence et la finesse de son accompagnement des thèses.

2Il faut ensuite remercier tout ceux qui, à Rome ou à Paris, ont permis les recherches dans les archives et les bibliothèques : En premier lieu Monsieur André Vauchez, Directeur de l’Ecole Française de Rome, qui par l’accord de trois séjours de boursier a permis un travail régulier dans la Ville éternelle. Il a ensuite accepté que l’Ecole assure l’édition de cette thèse. Puis Monsieur Luigi Fiorani et Monseigneur Louis Duval-Arnould à la Bibliothèque Apostolique Vaticane ; Monseigneur Giuseppe Croce aux Archives Secrètes Vaticanes ; Monseigneur Camissassa, puis le Père Marcel Chappin, aux archives de la Secrétairerie d’Etat ; Monseigneur Alejandro Cifres aux Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ; enfin les Archives de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. Sans oublier Monsieur Domenico Rocciolo, des Archives du Vicariato. A Paris, que Monsieur Pierre Petitmangin soit particulièrement remercié de m’avoir permis l’accès à la Bibliothèque de l’Ecole Normale Supérieure. La richesse du fonds de la Bibliothèque de la Société de Port-Royal, gardé par Madame Valérie Guittienne-Mürger et Monsieur Fabien Vandermarcq, mérite une mention particulière.

3Que Madame Jeannine Bonnefoy et Mademoiselle Gisèle Hébrard soient remerciées pour leur travail patient de relecture.

4Ce travail est encore une mission reçue : je tiens à remercier monsieur le Cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, pour la confiance accordée, et les membres de la communauté du Séminaire de Paris et de la Faculté « Notre-Dame » pour le soutien apporté au long de ces années de travail.

© Publications de l’École française de Rome, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540