Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration de territoires composites (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Serena Morelli

Politiques économiques

« Plus riche en haut vouloir que fortuné en pouvoir donner ! ». Les finances de René d’Anjou et les duchés de Lorraine et de Bar (1430-1480)

Léonard Dauphant

Résumé

Sous René d'Anjou, la Lorraine a-t-elle été une périphérie dans la politique financière ducale, ou une base de départ, vite oubliée au profit de plus grands desseins italiens ? Ou, au contraire, a-t-elle été un poids à cause de son instabilité politique, due à un État faible et à la guerre de Cent Ans ? Ou encore, l'État angevin a-t-il exploité la Lorraine pour financer sa politique européenne ? Ces hypothèses traditionnelles peuvent être revues en posant les jalons d'une histoire financière comparée de l'État-mosaïque angevin. L'étude des épaves de la comptabilité lorraine permet d'esquisser un budget régional global, dont on peut comparer les ordres de grandeur aux budgets des autres ensembles angevins. Enfin, l'étude des mouvements d'argent peuvent déterminer la place effective de la Lorraine au sein des États angevins, et ainsi de mieux comprendre cette construction européenne.

Durante la dominazione di Renato d'Angiò, la Lorena fu una periferia nella politica finanziaria ducale, o una base di partenza, presto dimenticata a beneficio di più grandi disegni italiani ? O al contrario è stata un peso a causa della sua instabilità politica dovuta a uno Stato debole e alla Guerra dei Cent'anni ? O ancora, lo Stato angioino ha sfruttato la Lorena per finanziare la sua politica europea ? Queste tradizionali ipotesi possono essere riviste ponendo le basi di una storia finanziaria comparata dello Stato-mosaico angioino. Lo studio di ciò che rimane della contabilità di Lorena permette di abbozzare un bilancio regionale globale, da cui si possono comparare gli ordini di grandezza ai bilanci degli altri insiemi angioini. Infine, lo studio dei movimenti di denaro può determinare il posto effettivo della Lorena in seno agli Stati angioini, e di capirne meglio la costruzione europea.

Texte intégral

  • 1 G. Chastellain, Déprécation pour messire Pierre de Brézé, éd. Kervyn de Lettenhove, Oeuvres, t. 7, (...)
  • 2 M. Hébert, Cum pecuniis indigeamus : politiques fiscales et expédients financiers dans la Provence (...)
  • 3 Ibid., p. 108-109.

1Lors du colloque d'Angers de 2009, Michel Hébert a rappelé qu'autour de René d'Anjou (1409-1480) s'est constituée une « vulgate historiographique » : sur fonds d'échecs politiques répétés, on invoque son « impécuniosité » et sa « voracité financière ». On peut aussi le dire en bonne part, comme Georges Chastellain en 1461, pour qui René est « plus […] riche en hault vouloir, que fortuné en pouvoir donner ! »1. Or le dossier des finances ducales n'a en fait jamais été établi : il ne s'agit pas de « rétablir les faits » mais de les « établir »2. Les travaux de Michel Hébert permettent une vue d'ensemble des subsides levés en Provence3. Mais peut-on faire plus, se demande l'auteur, c'est-à-dire avoir une vue d'ensemble sur les trois ou quatre grands ensembles contrôlés par le duc : Provence, Anjou-Maine, Lorraine-Barrois et royaume de Naples ? Peut-on, malgré les lacunes documentaires, établir des liens entre ces espaces ? En se fondant sur des dépouillements partiels, cette étude espère apporter quelques éléments pour le cas lorrain, jalon d'une histoire financière angevine comparée.

  • 4 É. Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine et de Bar jusqu'à la majorité de Charles II (...)
  • 5 N. Coulet, A. Planche, F. Robin (dir.), Le Roi René : le prince, le mécène, l'écrivain, le mythe, (...)

2Les deux duchés de Lorraine et de Bar occupent une place paradoxale dans l'ensemble angevin. René d'Anjou a été duc de Bar toute sa vie, mais après sa captivité, il réside très peu en Lorraine. Ces terres d'Entre-deux semblent pauvres et périphériques ; si loin de Naples et si près du duc de Bourgogne, pour paraphraser Porfirio Diaz. Dans l'historiographie lorraine dominent donc deux images négatives de la dynastie angevine : les ducs sont absents et le pays, livré à lui-même, semble le parent pauvre de la famille angevine. D'autre part, les ducs exploitent le pays (l'on retrouve « l'impécuniosité » et la « voracité fiscale » ). La Lorraine serait alors une vache à lait. Duvernoy est représentatif de ces vues anciennes : la Lorraine, « sacrifiée » aux autres possessions et aux conquêtes, n'a fait qu'y perdre « les hommes et l'argent ». Et de conclure, pour 1473 : « sans aucun doute, l'extinction de cette maison fut un bonheur pour la Lorraine »4. Pourtant, c'est le sort de ces États-mosaïque d'empêcher une vue d'ensemble et de produire les mêmes critiques contradictoires dans leurs différentes parties. Pour les historiens provençaux, « la Lorraine devient très vite marginale dans l'État angevin », l'Anjou est ruiné par la guerre, la Provence assume seule le poids fiscal des États angevins5. Comme dans le cas de la Provence, il faut donc moins rétablir qu'établir les faits. Dans quelle mesure la Lorraine et le Barrois ont-ils été des périphéries dans la politique ducale, et notamment d'un point de vue financier ? La Lorraine et le Barrois ont-ils été une base de départ, vite oubliée au profit de plus grands desseins ? (un parent pauvre) Ou encore l'État angevin les a-t-il utilisé pour financer sa politique européenne ? (une vache à lait). Les terribles défis régionaux (guerre de Cent Ans, guerres de Bourgogne) en ont-ils fait au contraire un poids pour les finances de la dynastie ?

3L'état de la documentation comptable n'est pas désespéré : il est juste médiocre et permet l'étude des finances des duchés à partir de cette époque. Mais peut-on esquisser un budget global ? Peut-on ensuite comparer ce budget à ceux de l'Anjou et de la Provence ? Peut-on identifier et quantifier les mouvements d'argent au sein des États angevins ? Et ainsi pourrait-on déterminer la place effective de la Lorraine dans cette construction européenne ?

  • 6 A. Girardot, Noblesse et réformations en Lorraine angevine, dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), L (...)
  • 7 BNF Lorraine 200 fol. 14. AD 21, inventaire de Peincedé, vol. 22 p. 675.
  • 8 B. Schnerb, Bulgnéville, 1431L'État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993.
  • 9 É. Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 126-127.
  • 10 René II lieutenant et duc de Bar (1473-1508), actes du colloque de Bar-le-Duc, 27-28 sept2013, d (...)

4Sous René d'Anjou, les États lorrains vivent au rythme de la guerre, en marge du conflit franco-anglais de la guerre de Cent Ans puis au cœur de l'affrontement entre le roi de France et le duc de Bourgogne. Les années 1429-1431 apparaissent cruciales : René d'Anjou entre dans la vie active, joue gros et perd. Pour Girardot, « il ne s'en remettra jamais »6. En 1429, René se rallie in extremis à Charles VII ; en 1430-1431, il hérite du Barrois et de la Lorraine ; ses États deviennent le centre d'une offensive française au cours de laquelle les Lorrains menacent Dijon7. Les Bourguignons contre-attaquent en manœuvrant le comte de Vaudémont pour une alliance de revers contre le camp de Charles VII : René est vaincu à Bulgnéville en 14318. Pendant sa captivité, la guerre s'enlise et ses États plongent dans le chaos. Après 1437, René devenu roi mais ruiné, doit mener deux guerres de front, en Lorraine et dans son nouvel héritage, à Naples. Charles VII vient deux fois lutter contre les routiers et les seigneurs hors de contrôle. Malgré ces tentatives de rétablir la situation financière et militaire, la Lorraine reste instable jusqu'à la banqueroute de 1446. Après 1453, la Lorraine est concédée aux enfants de René et le Barrois n'est plus guère fréquenté. Jean II multiplie les expéditions extérieures9, pendant que dans le pays, l'influence bourguignonne progresse dans les élites. En 1473-1483, la Lorraine échappe de justesse à une annexion bourguignonne, dans une guerre qui est en partie une guerre civile entre Lorrains, du parti angevin et du parti bourguignon. Dans le même temps, le Barrois subit une main-mise royale. Mais René II parvient à saisir cet héritage : c'est lui qui accomplit l'ambition angevine de constituer un véritable État de Lorraine et Barrois10.

  • 11 A. Lecoy de la Marche, Le roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéra (...)
  • 12 BNF Lorraine 239 fol. 9 n° 36 : 31 mai 1441, quittance d’Antoine de Vaudémont pour 5000 florins re (...)
  • 13 BNF Lorraine 8 fol. 16-17.
  • 14 1250 florins chacun et 680 d'extraordinaire : A. Lecoy, Le roi René… cit., t. 1 p. 466 ; conversio (...)

5Sous René d'Anjou, les finances angevines sont donc éprouvées par une conjoncture politique et économique dramatique. Vaincu et prisonnier en 1431, René est chargé d'une énorme rançon, fixée en janvier 1437 à 400.000 écus, dont la moitié à payer après la conquête du royaume de Naples11. Les deux premiers termes de 100.000 écus, à payer en mai 1437 et en mai 1438, représentent 550.000 francs barrois. Or les revenus du domaine des duchés, salines comprises, atteignaient environ 70.000 francs annuels avant-guerre. La rançon équivaut ainsi à huit ans de revenus domaniaux du pays. À la rançon s'ajoutent les dépenses militaires ultérieures et le poids des coutumes lorraines. Le duc se doit de dédommager ses vassaux pour leurs pertes militaires. Après Bulgnéville, René paye donc les chevaux perdus et les rançons12 et indemnise les familles des morts. Citons, parmi des nobles du bailliage d'Allemagne dédommagés en 1434, ce Willem Stupffe dont un fils a été tué et l’autre pris pendant la bataille13. Les dépenses militaires engloutissent aussi une part énorme des ressources du pays. La dépense ordinaire et extraordinaire du roi et de la reine est fixée en 1448 à un total de 2.680 l. t.14. Les 17 capitaines français engagés en 1439 contre le comte de Vaudémont réclament autant : 2.000 vieux florins par mois, soit 2.666 l. t., près de 32.000 l. t. par an. Or le domaine et les aides rapportent ensemble 17.543 l., bien moins que ces besoins militaires.

  • 15 J.-L. Fray, Nancy-le-Duc : essor d'une résidence princière dans les deux derniers siècles du Moyen (...)

6Si les dépenses augmentent, les revenus baissent. La catastrophe financière et militaire se produit dans les années 1430, au fort de la crise économique et démographique. Guerre, occupation bourguignonne et insécurité renforcent la crise, pour aboutir au déclin : les feux de Nancy atteignent leur minimum en 1438-144115. Un élément important de la politique ducale lorraine consiste à engager des terres aux grands seigneurs lorrains et aux patriciens messins : ce que l'on nomme des gagières, souvent dotées d'une clause de rachat pour dix fois leur valeur annuelle. Les alliés de René, grands seigneurs et membres du conseil, reçoivent des prévôtés entières. De plus, des places (Clermont, Neufchâteau, Prény et Longwy) sont livrées aux Bourguignons ou leurs alliés régionaux, ce qui empêche toute indépendance et ampute encore les recettes (voir fig. 1).

  • 16 AD 54 B 967 fol. 48-51.
  • 17 AD 54 B 517 fol. 11-14 cité in A. Girardot, Noblesse et reformation… cit., p. 64.
  • 18 A. Girardot, ibid.

7Le duc de Bourgogne a obtenu ce qu'il voulait : René n'aide plus Charles VII, la guerre paralyse la Lorraine, dont l'État est entraîné dans une spirale d'endettement et de baisse des revenus par pillages et engagements. Au terme, dans les années 1440, la Lorraine est un État princier en faillite. Dès 1439, l'épuisement apparaît général : la ville de Nancy paye les aides en mettant en gage de la vaisselle à Toul16. En 1445-1446, la dette atteint 260.000 francs, ce qui correspond à la moitié de la rançon du prince, dont 40 % dans les mains de créanciers étrangers17. Cette dette mène à la banqueroute ducale de 144618.

  • 19 AD 54 B 681 n° 66.

8En 1440, une enquête sur les finances du duché de Lorraine tentait de mesurer l'endettement19. Les revenus du duché montent alors à 14020 francs barrois (bailliages de Nancy et Vosges et salines, sans le bailliage d'Allemagne). Le tableau est sombre : la monnaie de Nancy ne frappe plus, les salines ne dégagent plus de bénéfice. Au total, 65 % des revenus sont engagés, dont 40 % au margrave de Bade et 7,2 % au bâtard de Vergy, capitaine bourguignon. Des 35 % restant de la recette (3.744 fr.), 14,5 % sont dépensés sur place et René ne touche que 20,5 % des revenus de son duché. La succession de Charles II de Lorraine a coûté cher : un autre héritier potentiel, le margrave Jacob de Bade, époux de Catherine de Lorraine, sœur cadette d'Isabelle, a reçu de grands domaines dans les Vosges, pour 6.000 francs : soit 40,6 % des ressources du duché (voir figure 1). René a obtenu la couronne de duc, mais il perçoit deux fois moins d'argent que son beau-frère.

  • 20 AD 54 B 967 fol. 41.
  • 21 Cf. C. Rivière, René d'Anjou, duc de Lorraine (1431-1453) : un prince moderne dans une principauté (...)

9Durant la crise, les ressources proviennent des seigneurs, notamment des quatre gouverneurs, les évêques de Metz et de Verdun Conrad Bayer von Boppart et Louis de Haraucourt et les seigneurs Colard du Saulcy et Érard du Châtelet. Ils assument la plus grande part du budget sous forme de prêts : en 1439, l'évêque de Metz verse l'équivalent de 12365 l. en quatre fois, soit plus d'un quart du budget20. Ils ouvrent leurs terres à la fiscalité ducale et en échange, se font payer en aliénations du domaine. Comment interpréter cette évolution et ce rapport de force : privatisation de l'État, ou participation accrue des seigneurs à l'État féodal21 ? Dans ces années 1440, Lorraine et Barrois semblent moins un parent pauvre qu'un poids, tant leur instabilité politique fragilise le pouvoir princier, en cours de démantèlement.

  • 22 Le mécanisme apparaît en décembre 1441 dans un mandement de la duchesse Isabelle aux clerc et prév (...)
  • 23 Contrairement aux conclusions de E. de Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., (...)
  • 24 BNF Lorraine 353 fol. 87.
  • 25 AD 54 B 537 n° 50.
  • 26 BNF Lorraine 353 : fol.59 : 9 mars 1437 : aide accordée par les Trois États à Pont-à-Mousson ; fol (...)
  • 27 BNF Lorraine 353 fol. 66 : 6 novembre 1440, mandement de Louis marquis du Pont lieutenant de Bar.

10Après la banqueroute de 1446, l'État angevin se refait lentement. S'agit-il d'un rétablissement qui suit la nouvelle conjoncture, ou d'un simple répit avant les Guerres de Bourgogne ? La situation financière semble s'améliorer dans les années 1450-1460, grâce à l'impôt extraordinaire. Les aides, qui existaient déjà en Barrois au début du XVe siècle, sont étendues à la Lorraine dans les années 1430. À partir de 1437, les États du duché votent une aide de tant par feu ( « conduit » ). Puis, sur ordre du trésorier, les prévôts et les clercs jurés font une déclaration des conduits de leur circonscription. Enfin, la levée est opérée par les prévôts et les receveurs22. L'assiette distingue parfois villes et campagnes23 : en 1441, les bonnes villes payent un salut (soit 20 gros), le plat pays un florin (17 gros)24. Mais les assemblées d'État sont irrégulières et mal documentées. Plus souvent, le pouvoir procède à des levées par répartition, générales ou dans quelques prévôtés. En 1472 par exemple, René demande 6.000 florins à répartir sur le duché de Bar pour l'année suivante25. De la prévôté de Sancy et Pierrepont, au nord du duché de Bar, on conserve un dossier de 13 levées d'aides en cinq ans (1437-1441). Deux levées sont liées à des réunions d'États (1437 et 1441), les autres ont un montant global, en argent. Mais aussi, pour trois d'entre elles, en blé ou en bétail26. Cette fiscalité de guerre se distingue mal des appatis, les réquisitions de nourriture pour les troupes. Témoin cette aide de dix vaches à payer par une prévôté non précisée : « ou aultrement il convenra envoyer le boucher ensemble des compaignons de la garnison par le pays qui en prenront sans ordre sur les povres subgetz qui nous venra en grans desplaisir27… ».

  • 28 Ex. BNF Lorraine 353 fol. 91 : en juillet 1447, l'évêché et le chapitre de Verdun sont exempts, l' (...)
  • 29 BNF Lorraine 354 fol.9-11 : 24 août 1457 à Saumur.
  • 30 « Et qu’ilz se aident du bailli de Vitry en ceste maniere car il fera le mieulx qu’il pourra ».
  • 31 Suit la liste des arguments : l’engager à contribuer et à faire contribuer ses nobles, invoquer le (...)
  • 32 C. Rivière, René d'Anjou, duc de Lorraine (1431-1453)… cit., p. 38-39.
  • 33 Parmi les gagières, il faut distinguer celles faites aux Bourguignons, qui sont peu à peu rachetée (...)
  • 34 AD 54 B 630 n° 50.
  • 35 G. Giuliato et C. Kraemer, Réseau défensif et résidences princières dans le Barrois sous René d'An (...)
  • 36 ADBR B 274 fol. 110.
  • 37 Ibid., fol. 71 r° : 28 novembre 1474.
  • 38 Ibid., 8 avril 1475.
  • 39 AD 54 B1, fol. 61 r°.
  • 40 AD 54 B 970 fol. 315 : Château-Salins : 584 ; Moyenvic : 152 et 84 l. ; Marsal : 223 et 123 ; Dieu (...)
  • 41 Alors que J.-L. Fray, Nancy-le-Duc… cit., p. 243-246, montre le développement de l'administration (...)

11Cette lente construction de la fiscalité de guerre puis de paix a un acquis majeur : les seigneuries, notamment les évêchés, y contribuent comme le domaine ducal. Au-delà de l'éclatement territorial caractéristique de l'Empire, le duc joue désormais le rôle de princeps du pays. Mais chaque levée générale entraîne négociation avec les seigneurs laïcs, les chapitres cathédraux et les évêques pour que leurs seigneuries contribuent28. Pour éclairer ces « pratiques » de l'État princier, lisons des instructions fiscales de René d'Anjou29. En 1457, il envoie Ferry de Vaudémont et Guy de Laval avec pleins pouvoirs pour la perception d’une aide sur le duché de Bar. Leur mission est de convaincre les États, avec l'aide de Thierry de Lenoncourt, officier du roi de France et figure de l'entourage de René30. René conseille à ses envoyés de diviser les nobles et gens d’église : ils n’arriveront à rien s'ils siègent ensemble. Mieux vaut commencer par amadouer l’évêque de Verdun en privé31. Si l’évêque fait des difficultés, les envoyés peuvent marchander, baisser la part de l'évêque à la moitié, au tiers et jusqu'au quart de ce que payent les autres. Il leur faudra ensuite « pratiquer » les grands seigneurs, Érard du Châtelet et Jean de Nancy : « et semble que quant ilz auront appouinté a ledit seigneur de Verdun et Messire Errard, que les gens d’Eglise et nobles suyvront leur trayn ». La fiscalité permanente est une négociation permanente. Si elle évite une nouvelle faillite, permet-elle de rétablir la situation financière des duchés dans les années 1445-1470 ? Dans l'état actuel des dépouillements, il est difficile de répondre. Le mouvement de restauration de l'autorité princière, notamment par le rachat des gagières32, se combine avec des expédients financiers, habituels ou renouvelés. Peut-on identifier une politique de restauration domaniale ? Des rachat de gagières33 se combinent à de nouveaux engagements. Des achat de seigneuries ont lieu, comme la part de Commercy acquise du comte de Sarrebruck en 1443. Elle est ensuite engagée, rachetée en 1478 et cédée à René II34 : ici l'intérêt est stratégique pour la Lorraine et financier pour René d'Anjou (11.000 écus). Mais ailleurs, René d'Anjou aliène son domaine : en 1480, il vend l'hommage de Châtel-sur-Moselle à Louis XI pour 60.000 l. dont 10.000 comptant35. Les revenus de l'impôt extraordinaire sont en théorie exclus des engagements, comme l'hommage et souveraineté : c'est le cas à Longchamp-sur-Aire en 147836. Mais ces nouvelles ressources fiscales permettent en fait de nouvelles aliénations. En 1474, René donne à Jean du Périer les revenus de Châtillon-sur-Saône. Il conserve le produit des aides mais lui confie le paiement des gages des officiers37. Six mois plus tard, il lui donne aussi le produit des aides38. La dette semble augmenter à nouveau à la fin des années 1460. On retrouve à cette époque des expédients financiers tels que les engagements pour dépenses courantes. En 1473 par exemple, Nicolas de Lorraine engage des seigneuries provençales pour acheter des chevaux et des draps39. Les salines, fondement de la richesse du duché de Lorraine, ne rapportent plus que 1360 l. en 147340. Sous le duc Nicolas, on atteint à nouveau un niveau d'endettement critique. Mais il est pour l'instant difficile de préciser la réalité de la restauration sous Jean II et son devenir41.

  • 42 Dans les années 1479-1509, quand apparaissent les séries comptables, le domaine de Bar a en moyenn (...)
  • 43 AD 54 B 517 fol. 11-14 cité in A. Girardot, Noblesse et réformations… cit., p. 64. La comptabilité (...)
  • 44 Lorraine, juin 1462-juin 1463 : AD 54 B 969. Barrois : septembre 1462-septembre 1464 : AD 55 B 502
  • 45 Recette de 55.691 francs en Barrois sur 2 ans et 37905 francs en un an en Lorraine, en déficit de (...)

12Un budget global des deux duchés est-il possible ? Avant le règne de René II, on ne conserve que des comptes isolés, et jamais de sources pour les deux duchés en même temps. Les problèmes documentaires concernent surtout les revenus principaux que sont les salines et les aides. Mais l'état du domaine peut être esquissé : un mémoire de 1446 affirme que le domaine de Bar rapporte 3 à 4.000 francs contre 18 à 20.000 francs en 1411, charges déduites et hors impôt. Il retrouve une situation comparable à celle de 1411 sous René II42. Selon le même mémoire, le domaine de Lorraine ne rapporte plus que 6.000 francs, contre 50.000 francs avec les salines en 143143. Pour les années 1462-1464, des comptes contemporains sont conservés dans les deux duchés (mais avec des années comptables différentes)44. On y retrouve des chiffres comparables : le revenu domanial total est d'environ 65.705 francs sur un an45.

  • 46 Un florin du Rhin par conduit (soit environ 1,47 francs) ou deux francs ; en 1437, 2 saluts (soit (...)
  • 47 AD 54 B 537 n° 50.
  • 48 Levée de 5000 florins à cause de mauvaises vendanges et des pillages : cité in É. Duvernoy, Les Ét (...)
  • 49 AD 55 B 506 fol. 217 v° (25 novembre 1473).

13Les aides sont la deuxième source de revenus ducaux. Il est difficile de reconstituer un tableau des aides équivalent à celui de M. Hébert pour la Provence. Nous n'avons souvent que des mentions d'assiette, lors des États46, mais pas le nombre des conduits ni la somme. Quelques sommes sont conservées : l'aide de 1438-1439 dans les bailliages des Vosges et Nancy rapporte pour 6 mois 13.848 l. t. En 1499, l'aide de Lorraine et des seigneuries périphériques – sans le Barrois, rapporte 45.985 francs (soit 36.788 l. t.). Dans les années 1470, le duché de Bar semble imposé d'une somme forfaitaire de 6.000 florins, soit 7.080 l. t. (147247), abaissée en cas de crise (147148) ou augmentée en cas de besoin. En 1473, le duc ne demande que 1.000 florins pour la dépense de l'hôtel49.

  • 50 A. Lecoy, Le roi René…… cit., t. 1 p. 471 n. 1.
  • 51 H. Bellugou, Le roi René et la réforme fiscale en Anjou au milieu du XVe siècle, Angers, 1962.
  • 52 M. Hébert, Cum pecuniis indigeamus… cit., tableau n° 4 p. 109.
  • 53 Un florin de Provence pour 16 s. t. en 1447 (A. Lecoy de la Marche, Le roi René,… cit., t. I p. 46 (...)
  • 54 35938 l. t., 1 l. t. pour 1,5 florin de Provence en 1475 : ADBR B 274 fol. 71.
  • 55 36.000 1. t. en 1499, après les guerres de Bourgogne il est vrai.

14Cette documentation partielle permet-elle d'établir quelques comparaisons avec la Provence et l'Anjou ? Dans les années 1437-1440, le total des aides semble plafonner aux alentours de 40-50.000 l. t. C'est moins que l'Anjou en 1451 : 61.000 l. selon Lecoy50, quand la paix a sans doute permis d'augmenter les ressources fiscales51. Mais c'est plus qu'en Provence. D'après les relevés de M. Hébert52, les subsides provençaux rapportent 42.379 florins en moyenne annuelle sous le règne de René. Recalculons la moyenne en deux périodes en fonction des rapports changeants entre la livre et le florin de Provence. En 1435-1438, les subsides rapportent 36.821 florins, soit 29.456 l. t53. En Lorraine et Barrois, les aides rapportent alors jusqu'à 48.000 l. En 1469-1479, les subsides rapportent en moyenne 53.908 florins, soit 36.000 l. t. environ54. C'est plus que le Barrois, mais peut-être autant que la Lorraine55.

  • 56 AD 54 B 1051 cité par Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 345 : 102.000 (...)
  • 57 Th. Nimerskern, Une année comptable en Lorraine : 1492, mémoire de maîtrise Nancy 2, 2004, p. 38.
  • 58 Les aides accordées par le roi et la traite sur l'exportation du vin sont estimées ensemble avant (...)

15Avec les salines, les ducs ont une troisième ressource importante : l'argent du sel est un revenu considérable, que les ducs de Lorraine et de Bar ont peu à peu accaparé au détriment des évêques de Metz. Les salines compensent le faible développement de l'impôt extraordinaire. En 1527, elles forment encore plus de la moitié du budget lorrain (76500 l. t.56). Grâce à cette manne, nul besoin de développer l'État – syndrome bien connu de la rente pétrolière. Les bénéfices des salines fluctuent énormément, en fonction des rentes qui y sont assignées : 9.600 l. t. en 1438-1439 ; 1.360 l. seulement en 1473 ; 42.594 l. t. en 149257, courbe qui suit celle de l'endettement princier. Hors crise, ces revenus sont comparables à ceux du vin et des aides royales en Anjou58.

16Ce panorama est certes lacunaire, fragile, provisoire, pour des raisons liées à la documentation et aux problèmes de change. Mais ses résultats invitent à poursuivre la comparaison ; ils suggèrent tout de même que loin d'être un parent pauvre, l'ensemble Bar-Lorraine offre des ressources fiscales considérables, peut-être équivalentes à celles de l’Anjou et supérieures à celles de la Provence. L’instabilité récurrente de la Lorraine ne vient-elle pas en partie de l'attrait de ses ressources, notamment les salines ?

  • 59 AD 54 B 969 fol. 510 et 549, cité dans J. L. Fray, Nancy-le-Duc… cit., p. 242.
  • 60 AD 55 B 507 fol. 170 (1475-1477).
  • 61 Riocour, Les monnaies lorraines… cit., p. 21.
  • 62 AD 55 B 267 fol. 18 : 3 décembre 1454.
  • 63 AD 55 B 506 fol. 217 v° : 25 novembre 1473.
  • 64 AD 55 B 509 et 510 fol. 10.
  • 65 Abbé G. Arnaud d’Agnel, Les Comptes du roi René, publiés d'après les originaux inédits conservés a (...)

17Après avoir examiné la catastrophe financière des années 1430-1440 et l'incertaine restauration qui la suit, après avoir essayé de comparer à gros traits les revenus lorrains avec ceux des autres États angevins, nous pouvons maintenant nous demander quelle place occupe la Lorraine dans les États et les finances angevins. Eloignée des lieux de résidence du duc après 1437, la Lorraine est confrontée aux problèmes des périphéries, liés notamment aux changes et à la distance. L'éloignement coûte cher. En 1462-1463, le produit des aides de Lorraine est convoyé à Naples pour qu'il soit remis à Jean II ; le voyage coûte 5 à 7 % de la somme59. Par ailleurs, quand les officiers ducaux portent des sommes d'argent de Lorraine en Provence, il leur faut négocier avec les officiers français des douanes et des péages à Lyon60. L'État angevin ne dispose ainsi que d'une souveraineté limitée, ou toujours négociée. Les problèmes de monnaies sont aussi aigus. La comptabilité est exprimée en francs barrois ou en livres tournois. La monnaie réelle est faite de florins du Rhin, d'écus ou de saluts d'or. Le florin du Rhin perd la moitié de sa valeur au cours du siècle : il est alors distingué du « vieux florin » de bon aloi. L'historien doit alors comparer monnaies de compte et monnaies réelles, alors que les étalons or et argent varient, tout comme les alois61. Ces problèmes se posent déjà à l'époque. C'est pourquoi en 1454, l'évêque d'Angers ordonne à la chambre des comptes de Bar de refuser les mandements de dons et assignations s'ils ne sont pas exprimés en monnaie courant en Barrois62. Mais on hésite quand même sur les monnaies et sur le change. En 1473, René d'Anjou demande 1034 florins du Rhin, 18 gros pièce, pour la dépense de l'hôtel. Le compte mentionne en marge une équivalence à 1551 l., qui est biffée et corrigée 1527 l. 20 d., avec une note : 1.000 florins valent en monnaie de France 1.181 l.63. Quelle est la part des erreurs involontaires et celle des indélicatesses comptables ? Dans ces États-mosaïque contrôlés indirectement, comment limiter la gabegie et la corruption ? Pour l'historien, comment les repérer, sachant que les officiers de finance sont des spécialistes de la manipulation comptable ? Certaines dérives apparaissent cependant. En 1475-1477, le Barrois est coupé en deux recettes : le Barrois mouvant occupé par les Français et le Barrois non-mouvant concédé à René II. Or l'examen des registres révèle qu'un des auditeurs de la Chambre des comptes, Jean Aubert, se paye deux fois, sur chacune des recettes64. De même, lors de la tournée de prélèvement de 1478, 300 florins disparaissent mystérieusement. Sans plus d'explications, Etienne de Naives, maître de la chambre des comptes de Bar, fait une « certification » « pour la perte qui s'est trouvée en l'argent de Barroys »65.

  • 66 BNF Lorraine 353 fol. 95 : 12 février 1450 n. s. : 330 puis 160 florins d’aide sur la prévôté de S (...)
  • 67 AD 55 B 503 fol. 170 v°.
  • 68 A. Lecoy de La Marche, Extraits des comptes et mémoriaux du roi René : pour servir à l'histoire de (...)

18L'éloignement de la Lorraine nécessite également des échanges d'argent avec le reste de l'ensemble angevin. La Lorraine est-elle bénéficiaire ou finance-t-elle les entreprises extérieures ? On possède quelques mentions de la contribution des duchés aux dépenses extérieures de la dynastie. En 1449-1450, Jean II lève plusieurs aides en Barrois pour participer à la reconquête de la Normandie66. En 1465, le même Jean reçoit 4.375 l. de l'aide du Barrois pour « ses grandes charges et affaires »67 : terme pudique pour dire le financement de la révolte du Bien public. Une autre mention, en 144968, évoque non pas de la monnaie mais du minerai, de l'argent des mines des Vosges, envoyé dans un atelier monétaire en Provence. Ces mouvements d'argent sont-ils réguliers ou épisodiques ?

  • 69 AD 55 B 503 fol. 168 v° : 5000 l. pour la dépense ordinaire du roi ; 233 l. par mois pour Margueri (...)
  • 70 AD 55 B 503 fol. 168 (1464).
  • 71 R.-M. Ferré, Les ecclésiastiques et les fêtes profanes à la cour de René d'Anjou, dans F. Joubert (...)
  • 72 Ibid., p. 365-366.

19Dans les transferts de fonds, il faut distinguer les moments de présence et d'absence du duc. En 1462-1464, René d'Anjou est en Lorraine : une part notable de l'aide levée en septembre 1464 sert à l'entretien du prince et de sa famille69. Dans ce contexte de présence de la cour, 6.006 l. de l'aide du Barrois sont utilisées pour régler les dettes du duc70. Ces ressources apparaissent donc ponctuelles : le duc vit sur le pays, sans que les liens entre les finances locales et l'hôtel soient formalisés. Rose-Marie Ferré a édité une quittance des dépenses du secrétaire Guillaume Tourneville, officier de la chambre des Comptes d'Angers, pour la période 1446-1454. Ces dépenses sont très hétérogènes : un tournoi (1.200 l. t.), un reliquaire (120 écus), les recettes de son office de trésorier des guerres en Italie (49.000 ducats), mais aussi des recettes sur la Provence et le Barrois71. Tourneville, comme d'autres officiers aux emplois variés, est en charge des dépenses personnelles du duc, et prend l'argent là où il le peut, mais le plus souvent à proximité. Quand la cour séjourne en Lorraine (donc vers 1445), René l'envoie vider les recettes locales. Dans le bailliage de Bassigny, il trouve 4.200 florins du Rhin restant des aides et octrois. Tourneville demande une lettre pour surmonter les « questions » et « inconveniens » des gens des comptes (de Bar) mais n'obtient qu'un pouvoir verbal : le duc veut cet argent pour ses « menues affaires ». Tourneville ne rend pas de comptes à la chambre de Bar dont dépend le Bassigny, mais à Nancy, devant Jean Hardouin72, le général des finances. Ces pratiques financières contournent donc la structure financière des duchés, pour des ponctions ponctuelles mais élevées.

  • 73 G. Arnaud d'Agnel, Les Comptes du roi René,… cit., t. III n° 3531 : un chevaucheur de Nancy apport (...)
  • 74 ADBR B 274, 100 r° : en 1477, René envoie Philibert de Stainville et Louis de Florenville à Bar, S (...)
  • 75 G. Arnaud d'Agnel, Les Comptes du roi René, publiés d'après les originaux inédits conservés aux Ar (...)
  • 76 Ibid., t. II n° 3023 : Jean Royer, de Barroys donne 20 écus pour son anoblissement, reçus à Avigno (...)
  • 77 Ibid., t. II n° 2621 : achats de Louis Merlin à Marseille pour le roi, avec une partie des 50 écus (...)
  • 78 Ibid., t. I n° 135 (10 juillet 1477).
  • 79 Ibid., t. III n° 3695.
  • 80 Ibid., t. III n° 3724 (août 1478).

20Quand le duc est absent, quelques mentions attestent d'un transfert des aides de Lorraine vers la Provence, ainsi en 145173. À la fin du règne, des aides levées en Barrois pour l'usage de René en Provence sont assez bien documentées74. Ces mouvements d'argent apparaissent par exemple dans les comptes provençaux édités par Arnaud d'Agnel, qui datent surtout des années 147075. Ces sommes proviennent d'officiers ou de particuliers76, elles sont modiques77 ou plus importantes : en 1477, 700 florins de l'argent du Barrois servent à construire les cuisines, l'escalier et la chambre du château de Peyrolles78. Ces transferts peuvent être réguliers, mais ils n'empêchent pas le duc d'essayer d'obtenir de l'argent au coup par coup. En avril 1478, par exemple, Macé Rougnon est envoyé de Provence en Barrois « pour le fait des finances pour le roy, et pour l'estat des comptes au receveur dudit pays »79. Il s'agit en fait de s'emparer de l'argent disponible dans les recettes. Une quittance du mois d'août nous apprend que Macé a vaqué 69 jours « quérir le reste des menuz plaisirs du roy et de l'argent de Pont-à-Mousson »80. Il agit ainsi comme Tourneville, mais au loin cette fois. Finalement, la question se pose : y a-t-il un État angevin ou une mosaïque d'États sans lien, dont les princes d'Anjou ne sont pas forcément le centre, et où ils vivent comme des hôtes, voire comme des parasites ?

  • 81 É.Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine,… cit., p. 132.

21En conclusion, comment juger l'action de René d'Anjou et de ses successeurs ? Dès son époque, on a établi un jugement paradoxal : désastre politique dans l'honneur, faisant de la maison d'Anjou le modèle d'une sorte d'esthétique de l'échec. Puis ces jugements se sont dégradés en condescendance : Duvernoy, en 1900, tient les aliénations de René d'Anjou pour un signe de « bonté insouciante »81. On a peut-être plus conscience aujourd'hui de la crise du début du XVe siècle et des terribles épreuves auxquelles la maison d'Anjou a dû faire face. Si la politique est l'art du possible, alors on peut penser que oui, René a fait son possible : les duchés de Bar et de Lorraine n'ont été ni un parent pauvre, ni une vache à lait tant les problèmes internes étaient nombreux. Proie facile, ils ont pourtant échappé sous son règne à la dissolution interne et à l'annexion bourguignonne ou française. Dans des situations similaires, d'autres États princiers font faillite : on peut évoquer le Dauphiné des années 1330, sabordant son indépendance pour survivre face à la Savoie.

22De nombreuses questions demeurent, régionales d'abord : une vision globale des finances lorraines est-elle possible ? Il faudrait constituer des séries de chiffres et des cartes pour mesurer les revenus et spatialiser les aliénations. Quel est le bilan de la politique de Jean II dans les années 1450-1470 : restauration ou montée de l’influence bourguignonne ? Enfin, la Lorraine est-elle plutôt une périphérie financière angevine ou une périphérie politique française ? La conjoncture de cet État régional obéit-elle à la politique dynastique angevine où à celles de ses puissants voisins, le roi de France et le duc de Bourgogne ?

23Des questions générales se posent également : quelle est la place de la Lorraine dans la construction angevine, pour le mouvement de l'argent comme pour celui des hommes ? Un budget général des États angevins est-il possible ? Serait-il significatif ? Cette construction politique est-elle en effet assez intégrée pour que les budgets régionaux communiquent et contribuent à un destin commun ? Où bien deux réalités se superimposent, celle des États princiers autonomes et une dynastie vivant tantôt dans l'un, tantôt dans l'autre de ces États, et prélevant ce qu'elle peut pour le « hault vouloir » d'une politique familiale qui les dépassent ?

Notes

1 G. Chastellain, Déprécation pour messire Pierre de Brézé, éd. Kervyn de Lettenhove, Oeuvres, t. 7, Bruxelles, 1865, p. 45.

2 M. Hébert, Cum pecuniis indigeamus : politiques fiscales et expédients financiers dans la Provence de René d'Anjou, dans J.-M. Matz et N.-Y Tonnerre (dir.), René d'Anjou, pouvoirs et gouvernement, Rennes, 2009, p. 103-104.

3 Ibid., p. 108-109.

4 É. Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine et de Bar jusqu'à la majorité de Charles III (1559), Paris, 1904, p. 145.

5 N. Coulet, A. Planche, F. Robin (dir.), Le Roi René : le prince, le mécène, l'écrivain, le mythe, Aix-en-Provence, 1982, p. 49. Il est apparu dans les discussions qui ont suivies cette communication faite à Capoue que les Napolitains partageaient la conviction d'être seuls à supporter le poids de la fiscalité angevine. Sommes-nous en présence d'un sentiment d'abandon structurel dans cet État-mosaïque ?

6 A. Girardot, Noblesse et réformations en Lorraine angevine, dans N. Coulet et J.-M. Matz (dir.), La Noblesse dans les territoires angevins au Moyen Âge, Rome, 2000 (Collection de l'École française de Rome, 275), p. 52.

7 BNF Lorraine 200 fol. 14. AD 21, inventaire de Peincedé, vol. 22 p. 675.

8 B. Schnerb, Bulgnéville, 1431L'État bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, 1993.

9 É. Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 126-127.

10 René II lieutenant et duc de Bar (1473-1508), actes du colloque de Bar-le-Duc, 27-28 sept2013, dans Annales de l'Est, n° spécial 2014.

11 A. Lecoy de la Marche, Le roi René, sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires, Paris, 1875, t. I, p. 122. Le premier terme est la dot de Marie de Bourbon.

12 BNF Lorraine 239 fol. 9 n° 36 : 31 mai 1441, quittance d’Antoine de Vaudémont pour 5000 florins reçus du trésorier de René d’Anjou pour les rançons des prisonniers.

13 BNF Lorraine 8 fol. 16-17.

14 1250 florins chacun et 680 d'extraordinaire : A. Lecoy, Le roi René… cit., t. 1 p. 466 ; conversion en l. t. : ibid. p. 465.

15 J.-L. Fray, Nancy-le-Duc : essor d'une résidence princière dans les deux derniers siècles du Moyen âge, Nancy, 1986, p. 257.

16 AD 54 B 967 fol. 48-51.

17 AD 54 B 517 fol. 11-14 cité in A. Girardot, Noblesse et reformation… cit., p. 64.

18 A. Girardot, ibid.

19 AD 54 B 681 n° 66.

20 AD 54 B 967 fol. 41.

21 Cf. C. Rivière, René d'Anjou, duc de Lorraine (1431-1453) : un prince moderne dans une principauté féodale ?, dans René d'Anjou, pouvoirs et gouvernement… cit., p. 43.

22 Le mécanisme apparaît en décembre 1441 dans un mandement de la duchesse Isabelle aux clerc et prévôt de Sancy : BNF Lorraine fol. 86.

23 Contrairement aux conclusions de E. de Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 138.

24 BNF Lorraine 353 fol. 87.

25 AD 54 B 537 n° 50.

26 BNF Lorraine 353 : fol.59 : 9 mars 1437 : aide accordée par les Trois États à Pont-à-Mousson ; fol.65 : 7 juin 1437, aide de 140 francs ; fol.70 : 31 août 1438, 40 francs ; fol.73 : 9 novembre 1438, 2 franchards de blés sur chaque conduit sauf sur la ville de Sancy ; fol.69 : 8 décembre 1438, 20 florins ; fol.74 : 16 avril 1439 : 105 florins ; fol.75 : 7 septembre 1439, aide sur le bétail ; fol.72 : 16 mars 1440 : 80 florins ; fol.79 : 1er septembre 1440 : 100 quintaux de blé et 200 d’avoine sur les villages ; fol.71 : 28 novembre 1440, 100 florins ; fol.78 : 13 mars 1441 : 5 florins ; fol.85 : 4 mai 1441 : 90 florins ; fol.86 : 3 décembre 1441 : les Trois États de Nancy ayant voté une aide, ordre de faire une déclaration des conduits. 

27 BNF Lorraine 353 fol. 66 : 6 novembre 1440, mandement de Louis marquis du Pont lieutenant de Bar.

28 Ex. BNF Lorraine 353 fol. 91 : en juillet 1447, l'évêché et le chapitre de Verdun sont exempts, l'évêché de Toul l'est pour un mois car il paye déjà les appatis.

29 BNF Lorraine 354 fol.9-11 : 24 août 1457 à Saumur.

30 « Et qu’ilz se aident du bailli de Vitry en ceste maniere car il fera le mieulx qu’il pourra ».

31 Suit la liste des arguments : l’engager à contribuer et à faire contribuer ses nobles, invoquer leur affection, en admettant qu'il y a des « contrarictez » entre eux mais l'assurer que cette aide n’est pas l’occasion « d’entreprendre » sur ses droits. Le roi « est content qu’on y advise aimablement ».

32 C. Rivière, René d'Anjou, duc de Lorraine (1431-1453)… cit., p. 38-39.

33 Parmi les gagières, il faut distinguer celles faites aux Bourguignons, qui sont peu à peu rachetées (en 1445 : Clermont, Prény, Neufchâteau et Longwy du duc de Bourgogne, Darney, rachetée au bâtard de Vergy grâce à l'intervention armée de Charles VII), et celles faites aux vassaux. Parmi ces dernières, certaines concernent des terres marginales qui, en pratique, sont toujours engagées.

34 AD 54 B 630 n° 50.

35 G. Giuliato et C. Kraemer, Réseau défensif et résidences princières dans le Barrois sous René d'Anjou, dans René d'Anjou, pouvoirs et gouvernement… cit., p. 149.

36 ADBR B 274 fol. 110.

37 Ibid., fol. 71 r° : 28 novembre 1474.

38 Ibid., 8 avril 1475.

39 AD 54 B1, fol. 61 r°.

40 AD 54 B 970 fol. 315 : Château-Salins : 584 ; Moyenvic : 152 et 84 l. ; Marsal : 223 et 123 ; Dieuze : 194 l. 

41 Alors que J.-L. Fray, Nancy-le-Duc… cit., p. 243-246, montre le développement de l'administration en Lorraine.

42 Dans les années 1479-1509, quand apparaissent les séries comptables, le domaine de Bar a en moyenne une recette de 16.000 francs et un solde de 840 francs. 

43 AD 54 B 517 fol. 11-14 cité in A. Girardot, Noblesse et réformations… cit., p. 64. La comptabilité le confirme : dans les années 1430-1440, le domaine de Lorraine, hors salines rapporte entre 4000 et 6600 l. t.

44 Lorraine, juin 1462-juin 1463 : AD 54 B 969. Barrois : septembre 1462-septembre 1464 : AD 55 B 502.

45 Recette de 55.691 francs en Barrois sur 2 ans et 37905 francs en un an en Lorraine, en déficit de plus de 1.000 francs (dans le contexte du séjour d'un an de la cour angevine dans les duchés).

46 Un florin du Rhin par conduit (soit environ 1,47 francs) ou deux francs ; en 1437, 2 saluts (soit 4 francs).

47 AD 54 B 537 n° 50.

48 Levée de 5000 florins à cause de mauvaises vendanges et des pillages : cité in É. Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 353. 

49 AD 55 B 506 fol. 217 v° (25 novembre 1473).

50 A. Lecoy, Le roi René…… cit., t. 1 p. 471 n. 1.

51 H. Bellugou, Le roi René et la réforme fiscale en Anjou au milieu du XVe siècle, Angers, 1962.

52 M. Hébert, Cum pecuniis indigeamus… cit., tableau n° 4 p. 109.

53 Un florin de Provence pour 16 s. t. en 1447 (A. Lecoy de la Marche, Le roi René,… cit., t. I p. 465).

54 35938 l. t., 1 l. t. pour 1,5 florin de Provence en 1475 : ADBR B 274 fol. 71.

55 36.000 1. t. en 1499, après les guerres de Bourgogne il est vrai.

56 AD 54 B 1051 cité par Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine… cit., p. 345 : 102.000 francs barrois (avec une livre à 18 gros : Riocour, Les monnaies lorraines, dans Mémoires de la Socd'Archéologie Lorraine, 1883, p. 1-106, loc. cit. p. 43).

57 Th. Nimerskern, Une année comptable en Lorraine : 1492, mémoire de maîtrise Nancy 2, 2004, p. 38.

58 Les aides accordées par le roi et la traite sur l'exportation du vin sont estimées ensemble avant la guerre à 50.000 l. t. : A. Lecoy de la Marche, Le roi René… cit., t. 1 p. 468.

59 AD 54 B 969 fol. 510 et 549, cité dans J. L. Fray, Nancy-le-Duc… cit., p. 242.

60 AD 55 B 507 fol. 170 (1475-1477).

61 Riocour, Les monnaies lorraines… cit., p. 21.

62 AD 55 B 267 fol. 18 : 3 décembre 1454.

63 AD 55 B 506 fol. 217 v° : 25 novembre 1473.

64 AD 55 B 509 et 510 fol. 10.

65 Abbé G. Arnaud d’Agnel, Les Comptes du roi René, publiés d'après les originaux inédits conservés aux Archives des Bouches-du-Rhône, Paris, 1908-1910, t. III n° 3759 (octobre 1478).

66 BNF Lorraine 353 fol. 95 : 12 février 1450 n. s. : 330 puis 160 florins d’aide sur la prévôté de Sancy.

67 AD 55 B 503 fol. 170 v°.

68 A. Lecoy de La Marche, Extraits des comptes et mémoriaux du roi René : pour servir à l'histoire des arts au XVe siècle, n° 567, p. 214 : 11 mai 1449, Theruce de Bardis, marchand de Florence reçoit 6 gros qu'il a donné aux orfèvres « qui ont fait les espreuves de l'argent apporté de Lorraine audit lieu d'Avignon ».

69 AD 55 B 503 fol. 168 v° : 5000 l. pour la dépense ordinaire du roi ; 233 l. par mois pour Marguerite d'Anjou, réfugiée en Barrois (sept.-déc. 1464 : 700 l.)

70 AD 55 B 503 fol. 168 (1464).

71 R.-M. Ferré, Les ecclésiastiques et les fêtes profanes à la cour de René d'Anjou, dans F. Joubert (dir.), L'artiste et le clerc : commandes artistiques des grands ecclésiastiques à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006, p. 353-355.

72 Ibid., p. 365-366.

73 G. Arnaud d'Agnel, Les Comptes du roi René,… cit., t. III n° 3531 : un chevaucheur de Nancy apporte l'argent de l'aide de Lorraine (mai 1451).

74 ADBR B 274, 100 r° : en 1477, René envoie Philibert de Stainville et Louis de Florenville à Bar, Saint-Mihiel, Pont-à-Mousson et d’autres villes si besoin, lever une aide pour l’entretien de la reine Marguerite et les charges du duc, y compris sur les habitants que le duc a exemptés d’impôts.

75 G. Arnaud d'Agnel, Les Comptes du roi René, publiés d'après les originaux inédits conservés aux Archives des Bouches-du-Rhône, 6 t., Paris, 1908-1910.

76 Ibid., t. II n° 3023 : Jean Royer, de Barroys donne 20 écus pour son anoblissement, reçus à Avignon par Ph. de Stainville (juillet 1477).

77 Ibid., t. II n° 2621 : achats de Louis Merlin à Marseille pour le roi, avec une partie des 50 écus du procureur de Barrois (mars 1478).

78 Ibid., t. I n° 135 (10 juillet 1477).

79 Ibid., t. III n° 3695.

80 Ibid., t. III n° 3724 (août 1478).

81 É.Duvernoy, Les États généraux des duchés de Lorraine,… cit., p. 132.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k

Auteur

Université de Lorraine, leonard.dauphant@univ-lorraine.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540