Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration de territoires composites (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Serena Morelli

Les institutions et leur organisation

Les Angevins et les chambres des comptes des duchés de Bar et de Lorraine (1430-1508)

Hélène Schneider

Résumé

René d’Anjou prend la tête des duchés de Bar et de Lorraine, au début des années 1430. Il est confronté à des institutions financières contrastées dont sa politique va entraîner l’essor. La Lorraine qui ne dispose pas encore d’une chambre des comptes rattrape en trois décennies son retard sur les États voisins, en la matière. Les offices supérieurs de finances se développent et se diversifient sous René II, en une seule hiérarchie superposée aux recettes particulières. Le choix des hommes repose sur un milieu bien constitué en Barrois, plus ouvert en Lorraine. Les officiers des chambres des comptes ont pour tâche centrale la conservation du domaine, face à la politique d’engagement de ses biens par René d’Anjou et à celle d’empiétements du royaume de France et de l’Empire durant toute la période considérée, ce qui conduit à la multiplication des démarches et des conflits, dans le contexte du renforcement général des grandes puissances et de l’essor des notions d’Etat et de Souveraineté, dont le contenu juridique demeure imprécis.

Renato d'Angiò sale al potere dei ducati di Bar e di Lorena all'inizio degli anni 30 del ‘400. Si confronta con istituzioni finanziarie contrastanti di cui la sua politica agevolerà la crescita. La Lorena, che non dispone ancora di una camera dei conti, recupera in tre decenni il suo ritardo sugli stati vicini. Gli uffici superiori di finanza si sviluppano e si diversificano, con il regno di Renato II, in un'unica gerarchia che sovrintendeva su particolari entrate. Il bacino di reclutamento degli uomini è piuttosto circoscritto nel Barrois, più aperto in Lorena. Gli ufficiali delle camere dei conti hanno come incarico principale la conservazione del territorio, in contrasto con la politica di concessioni dei beni di Renato d'Angiò e con quella d'intromissioni del regno di Francia e dell'Impero durante tutto il periodo considerato. Esso condurrà alla moltiplicazione degli interventi e conflitti, nel contesto di un rafforzamento generale delle grandi potenze e dell'espansione delle nozioni di Stato e di Sovranità, il cui contenuto giuridico rimane impreciso.

Texte intégral

  • 1 Voir Ph. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautésLes chambres des comptes, XIVe(...)
  • 2 Des études très anciennes les concernent : P. Schimberg, Recherches sur la chambre des comptes du (...)
  • 3 La plus récente mise au point sur la question est donnée par J.-M. Yante, Des comptabilités princi (...)
  • 4 Voir les articles : H. Olland, Le personnel de la chambre des comptes de Lorraine à la fin du Moye (...)

1En France et dans les principautés voisines, les chambres des comptes émanent des cours royale et princières et se constituent en organes de gouvernement autonomes, dès la fin du XIIIe siècle ou au début du siècle suivant1.Les duchés de Lorraine et de Bar, derniers et tard venus dans l’escarcelle des Angevins, offrent à cet égard, des facettes contrastées au XVe siècle. Le duché de Bar, dépourvu d’atouts économiques particuliers, hormis quelques mines de fer, doit trouver des ressources financières régulières grâce à l’impôt et développe de manière précoce, les instances de contrôle nécessaires2. Il est enserré entre deux longues frontières de direction Nord-Sud avec le royaume de France à l’ouest et le duché de Luxembourg possession impériale à l’Est. Il offre à ce dernier un relais des pratiques françaises3 auxquelles il est largement soumis. La Lorraine, terre d’Empire pour l’essentiel, mais traversée par la frontière des langues, avec une féodalité solide, enrichie par l’acquisition des salines aux dépens des évêques de Metz, demeure plus en retrait, sur ses positions en matière institutionnelle et administrative4, bien que gagnée aussi par l’influence du royaume de France qui cherche à s’étendre vers l’Est. En conséquence, René d’Anjou devenu duc en 1430 et 1431, trouve des institutions financières contrastées. Le duché de Bar, suivant le modèle français, a développé une chambre des comptes dès le XIVe siècle et détient une organisation comptable aboutie et stable, alors que son voisin lorrain ne dispose encore que d’instances financières embryonnaires.

2Les Angevins, fort impécunieux au milieu du XVe siècle, développent donc des offices comptables et une chambre des comptes en Lorraine, sur un modèle proche de celui du duché voisin. Ils leur confèrent, en raison des circonstances, le rôle d’organes centraux de gestion princière et de défense du territoire. Pour ce faire, ils recourent à un personnel qualifié bien installé en Barrois, plus ouvert en Lorraine à des hommes nouveaux. L’étroitesse des milieux disponibles conduit à d’importants cumuls de fonctions qui assurent la cohérence et la continuité de la politique.

Essor des offices de finances et de la comptabilité

  • 5 Exemple de Custines, alors Condé, à 13km de Nancy, comptes conservés depuis 1345, ADMM, B 4814 et (...)
  • 6 C’est le compte rédigé en allemand par le receveur de Vaudrevange pour l’année 1452, ADMM, B 10195 (...)

3En 1430, la chambre des comptes du duché de Bar compte 6 à 7 décennies d’existence et des registres de receveurs sont conservés depuis le premier tiers du XIVsiècle pour plusieurs de ses prévôtés, alors que l’on n’en trouve aucun avant le siècle suivant en Lorraine5 où le premier compte conservé et contrôlé par la chambre des comptes de Lorraine date de 14526. A cette audition, participent le receveur et des « secrétaires ad ce commis », ce qui n’indique pas l’existence d’un personnel spécialisé, alors que l’on trouve des nominations d’auditeurs de la chambre des comptes de Bar dès le début du XVe siècle. Pour le règne de René II, des centaines de registres de comptes divers sont conservés en Lorraine. L’essor des activités de cette administration est donc très rapide.

Rattrapage de la Lorraine en matière de comptabilité

  • 7 ADMM, B 968, fin du registre. Le receveur a assumé des dépenses qui surmontent les recettes de prè (...)
  • 8 Jean Philippin receveur général de Lorraine rédige cette année-là son sixième compte, sur 650 feui (...)
  • 9 Jean Symier argentier touche une pension de 24 livres tournois depuis la Toussaint 1459, ADMM, B 9 (...)
  • 10 Registre ADMM, B 972 ; pourtant la comptabilité du bailliage d’Allemagne fait encore l’objet de re (...)

4Le premier souci de René d’Anjou fut apparemment de développer en Lorraine une chambre des comptes, indispensable à sa politique financière. Le 14 avril 1437, il demande qu’un local soit affecté à Nancy à la conservation des archives comptables. Cependant, comme sous Charles II, l’audition des comptes lorrains n’obéit pas encore à une périodicité fixe dans un lieu déterminé, avec un personnel spécialisé. Elle se déroule sur initiative du prince et en sa présence. En 1442, par exemple, Isabelle, voulant connaître l’état de ses finances au retour de Sicile, convoque le receveur général de Lorraine Jean de Barbonne qui apporte comptes et papiers de son office, pour les six dernières années. Comme il réclame sa quittance, la duchesse fait examiner une seconde fois sa comptabilité à Lunéville7. Alors que l’on n’a pas conservé de registres de comptes pour la période intermédiaire, 20 ans plus tard, la chambre des comptes lorraine paraît bien installée en 14628, avec un argentier et un chambre aux deniers distincts9. Le receveur général rédige alors des comptes annuels qui recouvrent à la fois les recettes et dépenses du domaine pour les bailliages de Nancy et des Vosges, celles de l’hôtel et enfin celles de la politique générale du duché. Le volume des registres atteint désormais généralement 500 à 700 feuillets, contre une centaine précédemment10. Dans le duché de Bar, la centralisation des recettes demeure beaucoup plus limitée. Les prévôtés conservent une large autonomie de fonctionnement et ne regroupent pas leurs budgets au niveau des bailliages, le receveur général se contente de recevoir les versements des recettes particulières et d’administrer les dépenses des offices centraux à Bar-le-Duc.

  • 11 Remontrances des gens des Etats de Lorraine vers 1481 : ADMM, B 416, f°33v° et s.
  • 12 Les annotations en marge se multiplient, tout mouvement d’argent doit être justifié.

5La situation va au contraire évoluer en Lorraine où René II est seul maître avec sa mère dès 1473. Celui-ci doit se contenter d’une assiette territoriale et de revenus considérablement plus limités que ceux de son grand-père, alors qu’il mène, aux débuts de son règne, une vie dispendieuse avec des résultats catastrophiques11. Progressivement, les offices supérieurs de finances sont considérablement développés et spécialisés, les offices locaux démultipliés. La chambre des comptes réunit des auditeurs spécialisés dans le contrôle qui devient sourcilleux12.

  • 13 Voir H. Schneider, Introduction, dans J.-C. Blanchard et H. Schneider, René II lieutenant et duc d (...)
  • 14 Le bailliage d’Allemagne bénéficie déjà de ce mode de gestion.
  • 15 Par lettre patente du duc René II, ADMM, B 4, f°219v°. 

6Cependant, la lourdeur de la centralisation archaïque pratiquée sous Jean de Calabre et Nicolas d’Anjou a conduit à des difficultés. Dans les années 1476-1491, le solde des comptes est toujours négatif, le duc intervient en tout domaine et donne directement des ordres au receveur de payer des dépenses déjà engagées. Il effectue plus de dépenses que la comptabilité n’en recense, pensions et salaires d’officiers ne sont pas régulièrement payés. Cette situation vaut au duc au début des années 1480, de sévères remontrances de ses conseillers13, auxquelles il semble d’abord ne pas réagir. Mais en 1491, interviennent deux importants changements. René II nomme quantité de nouveaux officiers de finances qui viennent, à côté des prévôts et châtelains, assurer la gestion du domaine à l’échelon local, ce qui allège d’autant la recette générale qui se contente de bénéficier de reports de comptes, ne conservant que la prévôté de Nancy sous son autorité directe14. Ses registres s’amincissent. Ils sont l’œuvre d’un nouveau receveur général, plus apte sans doute que l’ancien à adopter de nouvelles méthodes de travail. En même temps, la trésorerie générale disparaît, remplacée par la chambre aux deniers qui se charge des dépenses de l’hôtel, de celles du duc et de sa famille, y compris de son « argenterie et menus plaisirs » dont le maître devra rendre compte. Sa recette est abondée par assignations ducales sur les salines et sur le comté de Vaudémont notamment15. Après avoir connu 5 titulaires en 17 ans de règne, cet office passe aux mains d’un ancien tabellion et secrétaire qui a fait ses preuves dans des offices de recettes modestes : Jean Gerlet d’Amance qui conservera cette charge beaucoup plus longtemps que ses prédécesseurs.

Rapprochement entre les duchés et essor des offices supérieurs de finances

  • 16 Il est ainsi qualifié dans un acte du 14 mars 1437, ADMM, B 895, n° 38. Son compte de receveur gén (...)
  • 17 ADM, B 500.
  • 18 Il a été commis à la recette du duché de Lorraine du 6 juillet au 27 décembre 1437, mais la duches (...)

7Nécessaire pour faire profiter les Lorrains de l’expérience des officiers du Barrois et simplifier la gestion des finances, le rapprochement des structures des offices et des instances comptables gagne par le biais de cumuls ou d’extension de compétences et d’offices, plutôt que par une fusion brutale. René d’Anjou envisage dès les années 1430 d’étendre la compétence des instances financières barroises à la Lorraine, plutôt que de développer deux corps parallèles. C’est ainsi qu’il nomme le receveur général du Barrois Wautrin Hazart, « trésorier général de nos duchés de Bar et de Lorraine »16 . Sa fonction ne se confond pas avec celle d’un argentier ou chambre aux deniers, office alors exercé en Barrois par Mengin Thirion17. Mais la tentative a échoué. Wautrin Hazart et Mengin Thirion18 ont pourtant exercé également la charge de la recette de Lorraine, mais brièvement, semble-t-il, dans les années 1430.

  • 19 ADMM, B 975, f°537. 
  • 20 Le duc le précise dans la lettre de nomination de Thomin Boulart qui avait exercé jusque-là l’offi (...)

8Cette politique rencontre probablement des freins et des oppositions des deux duchés concernés, car malgré les initiatives prises et les nominations ducales, ces offices ne s’installent pas durablement. Durant les décennies suivantes, les officiers de finances du Barrois interviennent en Lorraine, pour prêter main forte à l’occasion des auditions de comptes, mais la coopération ne va guère plus loin. Plus tard, René II reprend avec succès la tentative de rapprochement et d’unification, en nommant « général conseiller sur le fait de toutes ses finances » le président de la chambre des comptes de Bar à compter du 1er août 148019. En outre, le titre de trésorier général reparaît en Lorraine où il le fait exercer, mais pas continuellement (entre 1474 et 1478, puis entre 1480 et 1487), avec comptabilité séparée mais compétences mal délimitées. Les dépenses de l’hôtel y sont jointes parce que le premier titulaire de cet office en avait précédemment la charge en qualité d’argentier20. Les recettes sont alors abondées de manière irrégulière et la notation en est peu claire, le système ne donne pas satisfaction, d’autant que les titulaires ne méritent pas toute confiance. Le duc y renonce donc pour un temps, à la fin des années 1480.

  • 21 ADM, B 510 et B 511, f°1. On remarque aussi que le clerc juré affecté à ce compte délègue à un tab (...)
  • 22 Antoine Warin de Gerbéviller attesté comme receveur général du duché de Lorraine de 1476 au 30 jui (...)

9L’occupation française du Barrois mouvant par Louis  XI qui revendique l’héritage de René d’Anjou, va permettre un nouveau rapprochement institutionnel. Pendant la seconde occupation des années 1480-1483, Jacquemin de Génicourt, receveur général du duché de Bar depuis 1468, se met au service du roi de France et lui rend ses comptes pour la prévôté et la ville de Bar, cependant que René II désigne son receveur général de Lorraine, Antoine Warin de Gerbéviller, pour assurer la recette générale du duché de Bar. Prudent, ce dernier n’inscrit pas de nom de bénéficiaire sur la première page de ses registres21. Dès le retour de la prévôté de Bar dans les mains du duc après la mort de Louis XI, Jacquemin de Génicourt qui a servi le roi de France, est écarté de son office au bénéfice de son homologue lorrain22. Le contrôleur général de Lorraine, écuyer de cuisine de Yolande d’Anjou devenu également contrôleur des finances du duché de Bar probablement à la faveur des mêmes évènements, est lui aussi confirmé dans sa double charge en 1484, quand René II récupère officiellement le Barrois sur le roi de France.

  • 23 ADMM, B 11, f°161v°-162v°.
  • 24 ADMM, B 11, f°161v°-162v° et ADM, B 534, il s’agit du compte de la recette générale du duché de Ba (...)

10En 1508, une nouvelle étape est franchie. L’office de trésorier général de toutes les finances ducales est rétabli et confié au « chambre aux deniers » lorrain. Sa lettre de nomination23 précise bien les objectifs du duc en ces termes : « désirons que tous nos deniers passent par une main pour de tout mieulx venir à congnoissance où ilz seront distribuez et allouez » . Il lui donne le pouvoir de prendre les bénéfices de toutes les recettes générales de ses domaines et des revenus tant ordinaires qu’extraordinaires dont il devra rendre compte. La centralisation est ainsi achevée et renforcée par sa nomination dès l’année suivante à l’office de receveur général du duché de Bar qu’il cumule avec la trésorerie générale. Un lorrain originaire d’une localité proche de Nancy accède de la sorte, à la direction de la comptabilité du duché de Bar24.

Le choix des hommes et ses écueils

Un milieu bien constitué en Barrois.

  • 25 Ch.-P. de Longeaux, La Chambre des comptes… cit., p. 55-82.

11Pour le XVe siècle, la liste des nominations à la chambre des comptes de Bar a été établie à partir de 142125. Entre 1421 et 1508, 45 auditeurs sont nommés. Tous sont nobles ou anoblis, au plus tard lors de leur accès à cet office et ont obtenu le titre de conseiller du duc.

  • 26 Le cinquième est père d’un futur président du XVIe siècle.
  • 27 L. Dauphant, La place du Barrois dans l’État lorrain de René II : du déchirement à l’intégration, (...)
  • 28 C’est le cas de Philibert du Hautoy, prévôt de Marville.
  • 29 Ce sont Jacquemin et Maxe de Génicourt pour lequel une épitaphe subsiste dans l’église, ainsi que (...)

12La plupart sont issus de familles du duché et portent le nom de localités du Barrois ou du Bassigny : on peut citer les familles de Naives, Andernay, Beauzée, La Mothe ou Saint-Hillier. La première nomination de la période angevine échoit à un membre de la famille Merlin, originaire de Naples, dit-on, et qui fait souche dans le duché de Bar. 5 de ses membres deviennent auditeurs de la chambre des comptes au cours du XVe siècle et 4 en assurent la présidence26 continuellement de 1450 à 1521, ce qui procure, pour le moins, une longue stabilité à l’institution et à ses méthodes de travail. Léonard Dauphant a expliqué la fermeture du milieu et sa continuité renforcée par l’endogamie27. La solidité de l’insertion est aussi assurée par les cumuls d’offices : 13 d’entre eux au moins ont été secrétaires du duc, mais d’autres sont procureurs généraux du duché (2), procureurs ou lieutenants généraux de bailliages (6), receveur général du duché (2) prévôt, bailli, clerc juré… Certains afferment le tabellionage de Bar et signent donc à ce titre quantité d’actes conservés. Cette poignée d’hommes tient bien en mains l’administration ducale, connaît les dossiers et se dévoue à leur solution. On ne peut étudier la période sans lire leurs enquêtes, leurs registres, leurs décisions, leurs copies d’actes. Le milieu est restreint également parce que la résidence à Bar-le-Duc est imposée à ceux qui viennent exercer cette fonction28. De plus, les officiers de finances se font rarement remplacer, contrairement aux membres des autres administrations, pour lesquels la lettre de nomination contient parfois nommément la faculté de substituer une autre personne. Ils ont aussi marqué de leur passage la ville de Bar et les établissements ecclésiastiques dont ils étaient proches de leur vivant. Un seul d’entre eux, Robert de La Mothe est chanoine de l’église Saint-Pierre de Bar, mais plusieurs ont des fils devenus chanoines de la collégiale Saint-Pierre, d’autres sont eux-mêmes inhumés dans cette église : Robert Baudinais et son fils ainsi que Jean de Barbonne receveur général y fondent chacun une chapelle, l’avocat général Jean Venredi, le prévôt de Marville Philibert du Hatoy et Jean de Naives y sont aussi enterrés. 3 autres élisent sépulture en l’église Notre-Dame, paroisse de la ville basse29. C’est donc une poignée d’hommes bien soudés entre eux qui tient la tête de l’administration financière centrale du duché, de manière durable et efficace.

Des hommes d’origine plus variée en Lorraine

  • 30 Il est qualifié « de Nancy » dans sa lettre de nomination de secrétaire, le 12 février 1475, ADMM, (...)
  • 31 Il préside la chambre des comptes de Bar depuis 1469, Ch.-P. Longeaux, La Chambre des comptes … ci (...)
  • 32 Nicolas Genest écuyer de cuisine de la reine remplace Wautrin de Bayon, avec le titre de contrôleu (...)
  • 33 Nommé receveur du bailliage d’Allemagne et prévôt de Sierck par René II en 1495, il abandonne la r (...)

13On ne rencontre pas un milieu comparable en Lorraine, parce que les offices de finances et la chambre des comptes se constituent peu à peu dans une localité très modeste qui entoure le palais ducal. Par ailleurs, il faut concilier et représenter des régions plus contrastées, les pays de langue germanique et ceux de langue romane, les montagnes vosgiennes et la région des salines. En outre, les séjours angevins donnent lieu à une vie de cour plus ouverte et amènent davantage d’étrangers qu’à Bar-le-Duc. Au début des années 1470, 9 personnes sont rémunérées au titre de la chambre des comptes. Il y a le protonotaire de Lamballe, évêque élu de Toul, président. A côté de lui, figurent le receveur et l’ancien receveur, l’argentier, le contrôleur et 4 secrétaires. Parmi eux, seul Jean Hérault secrétaire est à coup sûr un nancéien30. Quelques années plus tard, les secrétaires sont passés au nombre de 6 dont 4 sont liés au milieu des gouverneurs des salines de la région de Lunéville ou du Saulnois et portent le même patronyme. Le président des comptes du duché de Bar maître Nicole Merlin31 s’est déplacé avec un secrétaire auditeur pour participer à cette instance de contrôle. Johannès Lud de Pfaffenhoffen, homme de confiance de René II, est présent également et il n’y a donc pas de nancéen32. 30 ans après, à la fin du règne de René II, la chambre des comptes présidée par l’évêque de Toul Hugues des Hazards docteur en droits, réunit receveur et trésorier généraux apparemment issus de Nancy pour l’un et de la région proche pour l’autre. Parmi les 5 autres auditeurs, prend place Jean de Châteauneuf ancien secrétaire et clerc des menus plaisirs de René d’Anjou en Provence, recruté par René II en 1480 et responsable de l’enregistrement. Il y côtoie notamment un homme plus jeune, maître Jacques de Saint-Hilier fils du procureur général du duché de Bar, receveur du bailliage lorrain d’Allemagne et prévôt de Sierck, entré en 1508 à la chambre des comptes33.Ces hommes venus d’horizons variés, ont traversé un règne mouvementé en matière d’organisation des finances.

Les tentations des hommes de finances

  • 34 Le 18 juillet 1455, il prie les gens de ses comptes d’Anjou et de Bar de ne pas contraindre son va (...)
  • 35 Pièce d’archive disparue qui n’est connue que par la notice de l’inventaire Lancelot déposé aux AD (...)
  • 36 Cette lettre de rémission est publiée dans P. Pégeot, Les lettres de rémission du duc de Lorraine (...)

14Le caractère crucial des responsabilités qui sont confiées à ses membres et la grande difficulté à contrôler rigoureusement l’ensemble des transactions rendent ce milieu fragile. René d’Anjou place spontanément sa confiance dans les receveurs qu’il nomme. Il en attend des sommes d’argent et des opérations précises, ventes, mises en gages, impositions, mais semble, du moins dans un premier temps, peu soucieux de précision comptable34. Il prie par exemple qu’on laisse le receveur de Lorraine Jean de Barbonne noter des dépenses même sans justificatif. Et effectivement, le contrôle des dépenses et la production de justificatifs n’est pas systématique. En outre, le roi de Sicile pardonne facilement, à en juger par le cas de Jean Guinart son prévôt de Lachaussée et gruyer général du bailliage de Saint-Mihiel qui, destitué pour abus en son office, est réintégré moyennant paiement de 200 florins. Les gens des comptes reçoivent alors l’ordre de le laisser jouir des dits offices comme auparavant35. Sous René II, les malversations ne sont peut-être pas plus fréquentes mais elles sont mieux éclairées par les sources. Un certain éventail de chefs d’inculpations est fourni par la lettre de rémission octroyée au receveur général de Nicolas d’Anjou. On reproche à Wautrin de Bayon de ne pas avoir déclaré certaines recettes et de les avoir recelées, d’avoir trop chargé certaines dépenses, de ne pas les avoir vérifiées, d’avoir payé plusieurs fois un même mandement à certains bénéficiaires, de s’être laissé corrompre par des sujets du duché, d’avoir participé à plusieurs exactions et extorsions de fonds, d’avoir recelé dans son hôtel à Toul des pièces d’archives volées au duc et d’avoir fabriqué de fausses cédules. Cette énumération se passe de commentaires36 . Cette fois, si le duc le rétablit dans sa bonne renommée, il ne lui confie plus aucun office.

  • 37 Pour les malversations et l’amende de plus de 2380 livres, voir V. Loyola, La gestion du duché de (...)
  • 38 Pour ce qui suit, voir ADMM, B 1, f°356, 379, 389 et B 2, f°112, 406.
  • 39 Sous prétexte de dettes pour la vente de son château de Rémicourt, mais René II précise dans sa co (...)
  • 40 En qualité de tabellion, puis de cellérier et receveur du passage en 1473, avant d’en devenir chât (...)
  • 41 ADMM, B 990, f°259. 
  • 42 La lettre de Philippe Le Beau est conservée à la BnF, collection Lorraine, vol. 7, n° 49. ADMM, 1J (...)

15Les déboires ne cessent pas pour autant, bien que le contrôle gagne en précision. Ainsi le trésorier Antoine Gelé exerce l’office de trésorier général entre 1480 et 1485. Après 5 exercices, sa gestion calamiteuse entraîne la disparition de l’office qui ne sera repris qu’en 1508. On lui reproche notamment la recette incomplète des 42.000 livres de la pension du roi de France et celle des aides promises pour la reconquête du royaume de Naples, ou encore la dépense de sommes sorties de ses coffres directement par René II et dont le trésorier ne fait pas recette. La fin de son registre répertorie tous les manquements constatés. Il est mis à l’amende et ses fonctions sont provisoirement reprises par le receveur général de Lorraine37. La situation frontalière des duchés présente le risque supplémentaire de les voir partir travailler au profit de l’une des puissances voisines. Wautrin de Bayon qui a bénéficié en 1474, d’une rémission pour malversations, vit apparemment entre Nancy où il a gardé une maison et le château de Rémicourt38 qu’il possède. Pendant les guerres de Bourgogne, ayant trahi le duc, il est fait prisonnier. Tous ses biens et ceux de sa femme sont saisis. Entre avril et juillet 1477 après accord sur sa libération, ses biens lui sont rendus puis finalement confisqués. On retrouve ce personnage, avec la qualité de receveur général du duché de Luxembourg, dès 1481. Il tente de se venger en saisissant les terres luxembourgeoises d’un conseiller de René II, maître d’hôtel de sa mère, Jacques de Doncourt39 ; le duc réagit vivement en décidant la saisie de toutes les terres tenues par des sujets du duché de Luxembourg et situées dans ses duchés. Une autre affaire concernant le milieu de la chambre des comptes de Lorraine va plus loin. Cette dernière est présidée durant les années 1490 par Huyn Roynette, officier vosgien du duc dès 147340. Anobli 10 ans plus tard, il poursuit son ascension sociale et devenu président des comptes de Lorraine en 149241, remplit quantité de missions qui montrent qu’il pratique couramment le Français et l’Allemand et que l’on peut l’envoyer en ambassade auprès du roi de France ou de l’Empereur : il assiste ainsi à la prestation d’hommage du duc à Worms, en 1495. Pourtant, brutalement, les sources nous apprennent qu’il a été arrêté à Toul par surprise, détenu et finalement décapité dans sa propre maison en 1499 sans jamais en indiquer les raisons. Maximilien s’est vivement intéressé à son sort. Il a réclamé en vain qu’il lui soit présenté au ressort du tribunal impérial et en désespoir de cause, il a fait intervenir, sans plus de succès, son fils Philippe le Beau auprès de la duchesse. C’est, semble-t-il, un cas de haute trahison42. Ces exemples montrent que les officiers nouent des liens et font apprécier leurs qualités à l’extérieur de la principauté, car peu nombreux, ils sont amenés à remplir des missions variées, fragilisant celle-ci dans l’équilibre d’un contexte politique toujours menacé.

Spécificité des tâches des officiers de finances des Angevins

16Les officiers de finances en qualité de conseillers travaillent en relations étroites avec le prince, ils participent en amont aux enquêtes et à la prise de décisions qu’ils doivent ensuite appliquer.

Cheminement des décisions et modalités d’administration

  • 43 René d’Anjou, après 1433 séjourne dans la région en 1437 en Barrois, en 1444-1445 en Lorraine avec (...)
  • 44 ADM, B 2943, inscrites sur un cahier daté du 4 septembre, elles contiennent les réponses aux quest (...)
  • 45 Ibid. : il s’agit des baillis de Bar, Saint-Mihiel et Clermont-en-Argonne.
  • 46 Ces lettres sont conservées par dizaines à la BnF pour l’essentiel, collection Lorraine, vol. 7, 1 (...)
  • 47 ADMM, B 701, n° 68.

17Les Angevins, prédécesseurs de René II, séjournant la majeure partie de leurs règnes hors des duchés de Bar et de Lorraine43, installent des modalités particulières de relations avec leurs officiers et leur confèrent une large autonomie de gestion. Le duché de Bar resté dans les mains de René d’Anjou jusqu’à son double « arrentement » de 1479-1480, en offre un bon exemple. La solution adoptée est décrite dans les instructions envoyées d’Angers en 145444. En attendant sa venue pour régler les problèmes, René d’Anjou propose aux officiers qui seraient confrontés à des tâches sortant de leurs attributions ordinaires, de réunir les 3 baillis du centre du duché45, les membres de la chambre des comptes, les procureurs et avocats du duc et autres personnages compétents, pour « donner ordre et pourvoir aux matières » c’est-à-dire pour décider de la politique à mener, en l’avisant si nécessaire. Le duché se trouve ainsi en régime d’ « autogestion collégiale », dirait-on aujourd’hui. Ces modalités sont appliquées, apparemment sans encombre, des décennies durant. En effet, en 1498 et 1499, la plupart des courriers que René II écrit de la cour de France à ses officiers du Barrois portent comme adresse « à Messires les gens du conseil et des comptes du duché de Bar », alors que quand il écrit en Lorraine, il s’adresse aux gens du conseil seuls, à son conseiller homme de confiance Johannès Lud de Pfaffenhoffen seul ou à lui et au sénéchal, mais guère aux membres de la chambre des comptes46. Le secrétaire et auditeur des comptes de Bar, Henriet de Beauzée, a laissé un petit registre de ses voyages avec Jean de Calabre qui visite les duchés à partir de juillet 1445, après le départ du roi de France et de son père, entre 1445 et 1447. Le jeune duc parcourt les domaines, accompagné de nobles et d’officiers. Il tient conseil, nomme aux offices vacants, perçoit des amendes, donne délai pour prêter hommage. Des sommes d’argent sont prélevées, des dons consentis. On trouve même le récit du retour de l’engagère de la ville de Dun-sur-Meuse au domaine ducal ou celui de l’entrée solennelle de Jean de Calabre à Toul, le tout témoignant de relations assez directes et dépourvues de formalisme, avec les officiers et la population. Cependant, le souci de tenir les hommes et les territoires ressort bien comme la tâche essentielle des officiers : il faut satisfaire les sujets pour les garder47.

Une tâche centrale : la conservation du domaine

  • 48 ADMM, B 537, n° 41 ; il accorde 6 gros par jour aux prévôts et 3 aux clercs jurés durant l’auditio (...)
  • 49 ADM, B267, f°24 r° à 46 r° ; le registre précise souvent le nom des officiers présents, les jours (...)
  • 50 Alors que Michel Le Mené, La chambre des comptes d’Anjou et les libéralités princières, dans Ph. C (...)
  • 51 ADMM, B592, n° 256.
  • 52 ADMM, B 592, n° 257. 
  • 53 ADMM, B 683, n° 1, par lettre datée du 10 octobre 1444 à Lunéville, il s’adresse à ses conseillers
  • 54 ADMM, B 683, n° 6, il écrit aux gens des comptes et au procureur, par lettres données à Chanzé-lès (...)
  • 55 ADM, B 331, ce n’est qu’en 1508 que la question est réglée, H. Schneider, René II duc de Bar et le (...)

18La chambre des comptes a donc pour principal objectif la conservation ou même l’augmentation du domaine ducal. Le premier instrument à sa disposition étant la comptabilité dont la rigueur et la régularité garantissent l’intégrité durable des revenus par les listes établies, René d’Anjou en surveille la tenue. Dès 1437, depuis Angers, il s’efforce de mettre de l’ordre dans la comptabilité du duché de Bar. Averti que plusieurs de ses officiers de recette tels que les prévôts diffèrent d’aller à la chambre des comptes à Bar pour l’audition de leur comptabilité, parce que les charges de leur office dépassent la rémunération consentie pour l’assurer, il décide en conséquence d’assumer sur la recette ducale, leurs frais de séjour et de voyage48. Face à la tenue progressivement plus rigoureuse et régulière des comptes, les assujettis et les seigneurs du voisinage contestent et présentent des revendications. De ce fait, la chambre des comptes doit intervenir souvent pour défendre les droits du duc. Elle procède par saisie des biens des contrevenants ou des sommes contestées et par convocation des défaillants. Les gens des comptes s’érigent de la sorte, en instance d’arbitrage et de justice dans des conflits multiples et variés. Pour la seule année 1455, 37 causes exposées et jugées sont citées dans un registre de la chambre des comptes de Bar49. Elles impliquent tous les ordres de la société pour des questions de droit tant civil que pénal. Certains litiges sont réglés par un simple arbitrage, d’autres font l’objet de rédaction d’écritures, de plusieurs ajournements des parties avant obtention d’une décision. Diverses causes sont assignées au parlement de Paris, comme celle des habitants d’une localité du bailliage français de Chaumont qui refusent de payer un arriéré de rente de 50 sous ou encore le maréchal de Bourgogne qui s’oppose aux officiers ducaux à propos de la seigneurie de Saint-Loup-sur-Semouse ou même des pêcheurs de Verdun pour une raison non explicitée. Il faut aussi à la chambre des comptes défendre le duché au besoin contre le duc, lui-même responsable de multiples aliénations pour dettes. Il ne semble pas qu’en la matière les duchés de Lorraine et de Bar aient résisté comme leur homologue d’Anjou à la constitution d’engagères par le roi de Sicile. Jusqu’ici un seul dossier a été retrouvé, dans lequel le prince trouve d’ailleurs le moyen de contourner l’opposition de la chambre des comptes du duché de Bar50. Cette dernière était pourtant appuyée par l’avocat et le procureur général du duché qui refusent ensemble à leur maître l’aliénation de la terre de Norroy-le-Veneur, au profit de Philippe de Lenoncourt en 146951. Mais l’année suivante, René d’Anjou contournant l’opposition de ses officiers, le nomme gouverneur de la terre en question52. Cependant, dès 1444, reconnaissant que l’engagement à rachat de plusieurs domaines de ses duchés avait porté préjudice à ses sujets et au bien public, René d’Anjou avait promis de prendre à l’avenir l’avis de ses principaux conseillers et de faire vérifier les lettres par les gens des comptes. Il avait même consenti à ce que, s’il avait été passé outre, procureur et gens des comptes réunissent les biens concernés au domaine53. Cette politique d’aliénations de René d’Anjou entraîne le risque de perdre la connaissance des droits exercés et des prélèvements effectués sur les domaines avant leur engagement. Conscient de la difficulté de justifier ultérieurement les prélèvements en cas de rachat, le prince demande en 1457 aux gens de la chambre des comptes de Bar, de continuer à exiger l’audition des comptes des biens aliénés pour éviter ce risque54. L’avenir lui donne raison : quelques décennies plus tard, la prévôté de Gondrecourt-le-Château située dans le Barrois mouvant est de ce fait astreinte à hommage au roi Louis XII. Lorsque René II la récupère sur les Anglure, la chambre des comptes du roi de France exige un dénombrement exhaustif dans la crainte que le duc ne veuille soustraire une part de ses biens à l’hommage. Un dossier de 36 pièces d’archives datant de 1503 et 1504 contenait mémoires, lettres et instructions concernant la manière dont devaient être décrits ces fiefs de l’arrière-ban français. Les exigences furent telles qu’il fallut rédiger une information couvrant 87 feuillets de parchemin et représentant plus de 4 années de travail, ce qui ne suffit d’ailleurs pas à convaincre de la bonne foi ducale, les administrations parisiennes qui redoutent toujours un détournement au préjudice du roi55.

  • 56 ADM, B 499, f°138 et 139. Il est accompagné de 3 personnes et demeure 10 jours en janvier 1436, pu (...)

19Malgré les distances et les engagements écrits du prince, les officiers de finances ne parviennent pas à mettre des bornes suffisantes à sa politique dispendieuse, jusqu’aux années 1490 du moins. En conséquence, la recherche de fonds, l’échelonnement des remboursements, la préservation des possibilités d’imposition sont des soucis constants des officiers de finances qui payent souvent de leur personne pour trouver des expédients, négocier de nouveaux délais : à trois reprises, par exemple, durant l’hiver 1451, le receveur général du Barrois doit aller se constituer prisonnier à Metz durant quelques jours, le temps de trouver un nouvel arrangement avec les créanciers messins. Il s’y rend volontiers semble-t-il, se faisant héberger aux frais du duc à l’hôtel d’un dénommé « Le Breton »56.

20Cette politique entraîne un développement important de l’écrit juridique et administratif produit et archivé principalement à la chambre des comptes.

Savoir-faire, écritures et préservation des archives

  • 57 ADM, B 267 et B 2453.
  • 58 ADM, B2917.
  • 59 ADM, B267.
  • 60 ADMM, B 1 à B 180, 180 volumes sont conservés. Voir H. Schneider, L’art du registre en Barrois et (...)
  • 61 Il devrait être qualifié de registre de l’hôtel, comme l’enregistrement lorrain. On le trouve aux (...)

21Les chambres des comptes sont installées à Bar comme à Nancy, auprès du trésor ducal. Celle de Bar comporte une « chambre aux papiers » abritant probablement les registres de comptes et leurs justificatifs, les enquêtes anciennes, etc. La prolifération des écrits caractérise la période de la domination angevine dans les duchés pour plusieurs raisons. Elle correspond d’abord au passage d’une société féodale éparpillée à un Etat domanial doté d’une administration tatillonne et centralisatrice. En outre, les Angevins font entrer les duchés dans une principauté « multipolaire », entraînant l’essor des relations extérieures et des documents qui y sont liés. L’ensemble est également stimulé par le développement des conflits de pouvoirs et de frontières que leur vaut la situation entre deux grandes puissances, dans un contexte de renforcement des États. Pour éviter déprédations et guerres coûteuses, il est nécessaire de camper solidement sur les droits acquis, au risque de disparaître ou au moins d’être régulièrement mis à mal. Les officiers de la chambre des comptes de Bar manifestent en ces circonstances, leur culture juridique et leur expérience politique. Habitués aux échanges avec les baillis du roi de France, sa chambre des comptes ou le parlement, ils en ont adopté les modes de rédaction, la langue et les procédés. Leurs écrits ne portent pas trace de particularismes régionaux de langue. En revanche, au milieu des années 1450, apparaissent des types d’écrits nouveaux, à l’instigation de René d’Anjou soucieux de clarté, de bilan financier, de réforme et de défense de ses droits. La chambre des comptes de Bar s’efforce par exemple de faire le plan d’une description du duché par circonscriptions de recette, dont le principal objectif est de « connaitre au vrai l’état des finances » . Deux projets incomplets de calendrier d’audition des comptes de ces recettes nous sont parvenus57. Ils participent de la même préoccupation, mais aucun n’est complet. Les gens des comptes ont aussi conscience qu’ils n’ont pas les moyens d’établir un budget vraiment fiable et de connaître l’état des finances à une date donnée. Ils ébauchent une liste exhaustive des dettes passives et actives dans cet objectif, après 1445, mais leur énumération comporte des droits à tenter d’obtenir, des questions juridiques à régler qui se mêlent aux sommes à payer ou à obtenir58. Ils ne parviennent pas à formaliser de manière identique, tant dans la matière que dans la présentation, les données qu’ils juxtaposent. Ils s’essaient pourtant à tenir des registres, particulièrement en Barrois, pour réunir les données. Il subsiste notamment une sorte de journal de la chambre des comptes de Bar. Les premiers feuillets conservés énoncent, au jour le jour les principales questions traitées, puis rapidement la recension n’est plus systématique et devient thématique. Le même registre commencé simultanément par l’autre extrémité recueille d’abord des engagements de cautions d’officiers de finances, puis des anoblissements et diverses sortes d’actes59. En Lorraine, l’enregistrement de quantité de décisions ducales, est conservé à partir de 1473, après avoir débuté probablement sous Jean de Calabre. Cet enregistrement n’est lié ni à la chambre des comptes ni à la chancellerie d’ailleurs inexistante le plus souvent, c’est un enregistrement de l’hôtel ducal. La Lorraine a perpétué cette pratique jusqu’en 173760. Le modèle qui s’en rapproche le plus est le registre rédigé sous René d’Anjou qui réunit des décisions concernant l’Anjou, le Barrois et la Provence pour les années 1470. Ce registre l’a suivi dans ses diverses résidences provençales, comme une sorte de mémorandum du travail accompli. Mais il n’est pas lié non plus à la chambre des comptes61.

22Les Angevins ont incontestablement développé les institutions de finances de la future principauté lorraine, en parvenant en 1508 à l’unification par superposition d’une structure dirigeante unique aux diverses instances existantes. L’ensemble, par son fonctionnement, n’offre plus de discordance criante avec ce que l’on trouve dans des principautés comparables comme la Bretagne ou le Bourbonnais. Les difficultés financières suscitées par la politique de René d’Anjou, renforcées dans un premier temps par celle de René II, ne s’estompent qu’au tout début du XVIe siècle. Les ducs ont pour excuse le chaos des comptes, en vertu duquel personne ne connaît jamais à un moment donné le montant des dettes passives et actives des duchés. Ils veulent en sortir ne serait-ce que pour savoir jusqu’où les ponctionner, mais il faut traverser le siècle pour parvenir à une coordination significative des principaux offices de recette. Quant à la conservation du domaine, il faut saluer le courage et le travail des 8 à 10 personnes qui dans chacun des 2 duchés ont œuvré avec ténacité dans un contexte historique et un cadre géographique difficiles. Ils ont finalement maintenu puis renforcé l’unité des territoires à l’intérieur contre les ducs et leurs aliénations, contre les nobles et leurs ambitions rivales et contre certains évêques soucieux de mener une politique autonome. Ils ont mis en échec à l’extérieur, les tentatives royales procédurières pour désintégrer progressivement les duchés et les annexer au royaume et contenu les pratiques belliqueuses des gens d’armes allemands. La principauté lorraine unifiée par le testament de René II est ainsi suffisamment armée pour conserver jusqu’au XVIIIe siècle une autonomie qui, à la frontière française, constitue une performance remarquable.

Notes

1 Voir Ph. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautésLes chambres des comptes, XIVe et XVe siècles, Paris, 1996 (Comité pour l’histoire économique et financière de la France, « Animation de la recherche » ) : Savoie et Dauphiné par exemple.

2 Des études très anciennes les concernent : P. Schimberg, Recherches sur la chambre des comptes du duché de Bar, Paris, Nancy, 1908 et Ch.-P. de Longeaux, La Chambre des comptes du duché de Bar, Bar-le-Duc, 1907.

3 La plus récente mise au point sur la question est donnée par J.-M. Yante, Des comptabilités princières luxembourgeoises de la fin du XIVe siècle aux comptabilités bourguignonnes en Luxembourg au milieu du XVe sièclePermanences et mutations, dans Comptabilités, 4, 2012, mis en ligne le 23 avril 2014. URL : http://comptabilites.revues.org:1079.Cette revue et le groupe de recherche dont elle est issue développent les études sur ces questions.

4 Voir les articles : H. Olland, Le personnel de la chambre des comptes de Lorraine à la fin du Moyen Age, dans Ph. Contamine, O. Mattéoni (dir.), La France des principautés… cit., p. 125-133 et H. Schneider, Aspects de la gestion des finances du duché de Lorraine à la fin du Moyen Age, dans Annales de l’Est, 1, 1998, p. 19-50.

5 Exemple de Custines, alors Condé, à 13km de Nancy, comptes conservés depuis 1345, ADMM, B 4814 et sv.

6 C’est le compte rédigé en allemand par le receveur de Vaudrevange pour l’année 1452, ADMM, B 10195. 

7 ADMM, B 968, fin du registre. Le receveur a assumé des dépenses qui surmontent les recettes de près de 2800 livres tournois. La duchesse fait recalculer les six comptes rédigés depuis mars 1437, à Lunéville, en présence de Jean Martin, Bertrand de Bayon procureur fiscal de Provence et Jean Alardeau évêque de Marseille.

8 Jean Philippin receveur général de Lorraine rédige cette année-là son sixième compte, sur 650 feuillets et l’auditionne devant la chambre des comptes, ADMM, B 969. 

9 Jean Symier argentier touche une pension de 24 livres tournois depuis la Toussaint 1459, ADMM, B 969, f°584, celle de Mengin Thirion secrétaire et maître de la chambre aux deniers se monte à 50 florins (56 l 13s 4d en 1462) pour 10 ans, à partir de 1459. Aucune comptabilité ni aucun mandement de leur main n’est conservé. Ils n’apparaissent guère que comme témoins.

10 Registre ADMM, B 972 ; pourtant la comptabilité du bailliage d’Allemagne fait encore l’objet de registres séparés car elle est rédigée en allemand. Elle est conservée à partir de l’année 1480-1481, ADMM, B 1937 et s.

11 Remontrances des gens des Etats de Lorraine vers 1481 : ADMM, B 416, f°33v° et s.

12 Les annotations en marge se multiplient, tout mouvement d’argent doit être justifié.

13 Voir H. Schneider, Introduction, dans J.-C. Blanchard et H. Schneider, René II lieutenant et duc de Bar, dans Annales de l’Est, n° spécial-2014, p. 7-15.

14 Le bailliage d’Allemagne bénéficie déjà de ce mode de gestion.

15 Par lettre patente du duc René II, ADMM, B 4, f°219v°. 

16 Il est ainsi qualifié dans un acte du 14 mars 1437, ADMM, B 895, n° 38. Son compte de receveur général du duché de Bar est conservé pour 1435-1436 aux ADM, B 499. Mais il ne subsiste semble-t-il, nulle trace des pratiques d’une trésorerie générale : aucun compte n’a été retrouvé à ce jour.

17 ADM, B 500.

18 Il a été commis à la recette du duché de Lorraine du 6 juillet au 27 décembre 1437, mais la duchesse elle-même ignore s’il a rendu son compte : ADMM, B 968, f°160.

19 ADMM, B 975, f°537. 

20 Le duc le précise dans la lettre de nomination de Thomin Boulart qui avait exercé jusque-là l’office d’argentier, ADMM, B 1, f°250v°. 

21 ADM, B 510 et B 511, f°1. On remarque aussi que le clerc juré affecté à ce compte délègue à un tabellion son travail et le fait mentionner en tête du compte, procédé également inhabituel. 

22 Antoine Warin de Gerbéviller attesté comme receveur général du duché de Lorraine de 1476 au 30 juin 1491, date où il en fut déchargé en faveur de Georges des Moynes, ADMM, B 976, B 978, B 981, B 983, B 985 à B 988 pour la recette générale de Lorraine, ADM, B 510 à B 515 pour la recette du duché de Bar des années 1480 à 1488. Il exerça probablement cette charge jusqu’en 1489.

23 ADMM, B 11, f°161v°-162v°.

24 ADMM, B 11, f°161v°-162v° et ADM, B 534, il s’agit du compte de la recette générale du duché de Bar qu’il rend pour 1510-1511.

25 Ch.-P. de Longeaux, La Chambre des comptes… cit., p. 55-82.

26 Le cinquième est père d’un futur président du XVIe siècle.

27 L. Dauphant, La place du Barrois dans l’État lorrain de René II : du déchirement à l’intégration, p31-44, dans J.-C. Blanchard et H. Schneider, René II lieutenant cit..

28 C’est le cas de Philibert du Hautoy, prévôt de Marville.

29 Ce sont Jacquemin et Maxe de Génicourt pour lequel une épitaphe subsiste dans l’église, ainsi que Jean de Villiers : cf Ch.-P. de Longeaux, La Chambre des comptes… cit., p. 55-82.

30 Il est qualifié « de Nancy » dans sa lettre de nomination de secrétaire, le 12 février 1475, ADMM, B 1, f°246v°.

31 Il préside la chambre des comptes de Bar depuis 1469, Ch.-P. Longeaux, La Chambre des comptes … cit., p. 10.

32 Nicolas Genest écuyer de cuisine de la reine remplace Wautrin de Bayon, avec le titre de contrôleur général, par nomination du 15 avril 1477, ADMM, B 1, f°356 et 368, il reçoit des biens confisqués. 

33 Nommé receveur du bailliage d’Allemagne et prévôt de Sierck par René II en 1495, il abandonne la recette du bailliage d’Allemagne à Jacques de Saint-Hillier en 1497-1498, ADMM, B 1945 et B 1946. Pour sa nomination à la chambre des comptes, voir ADMM, B 11, f°140v°. 

34 Le 18 juillet 1455, il prie les gens de ses comptes d’Anjou et de Bar de ne pas contraindre son valet de chambre Jean Bernard à rendre compte de plusieurs sommes employées à ses menus plaisirs et dont il veut qu’il soit déchargé, Lancelot, layette Bar meslanges 2, cote déficit B 525, n° 276.

35 Pièce d’archive disparue qui n’est connue que par la notice de l’inventaire Lancelot déposé aux ADMM dans la layette « Bar meslanges » correspondant à la cote B 523, n° 421 qui la date du 7 juin 1464 ; les 200 florins doivent être payés à la « recette des réformations » dont il n’a pas été trouvé trace jusqu’ici. 

36 Cette lettre de rémission est publiée dans P. Pégeot, Les lettres de rémission du duc de Lorraine René II (1473-1508), Turnhout, 2013, p. 86-87. 

37 Pour les malversations et l’amende de plus de 2380 livres, voir V. Loyola, La gestion du duché de Lorraine et les officiers de finances sous René II (1473-1508), Mémoire de maîtrise, Nancy, 2005, p. 115-116 ; quant à Antoine Warin de Gerbéviller, receveur général jusqu’en 1490, la quittance de sa comptabilité est obtenue sur sa supplication en janvier 1504, alors qu’il a cessé toute fonction courant 1491 : la grâce indique qu’il devait de l’argent au duc, mais aucune somme n’est mentionnée dans le regeste conservé, ADMM, B 9, f°59v°-60r°. 

38 Pour ce qui suit, voir ADMM, B 1, f°356, 379, 389 et B 2, f°112, 406.

39 Sous prétexte de dettes pour la vente de son château de Rémicourt, mais René II précise dans sa commission que Wautrin de Bayon ne s’est pas présenté pour régler cette affaire, malgré le sauf-conduit octroyé, ADMM, B 2, f°54.

40 En qualité de tabellion, puis de cellérier et receveur du passage en 1473, avant d’en devenir châtelain en 1477, secrétaire du duc, lieutenant du bailli de Vosges puis de Nancy ; ADMM, B 1, f°18, 288, 340v° : il est anobli en 1483.

41 ADMM, B 990, f°259. 

42 La lettre de Philippe Le Beau est conservée à la BnF, collection Lorraine, vol. 7, n° 49. ADMM, 1J n° 245.

43 René d’Anjou, après 1433 séjourne dans la région en 1437 en Barrois, en 1444-1445 en Lorraine avec le roi de France puis en Barrois, enfin de juillet 1463 à août 1464 en Barrois, A. Lecoy de La Marche, Le roi René, Paris, 1875, t II, p. 446 et s.

44 ADM, B 2943, inscrites sur un cahier daté du 4 septembre, elles contiennent les réponses aux questions posées par Jeannot Merlin envoyé par la chambre des comptes de Bar pour interroger le duc sur 14 points énumérés. 

45 Ibid. : il s’agit des baillis de Bar, Saint-Mihiel et Clermont-en-Argonne.

46 Ces lettres sont conservées par dizaines à la BnF pour l’essentiel, collection Lorraine, vol. 7, 10, 11.

47 ADMM, B 701, n° 68.

48 ADMM, B 537, n° 41 ; il accorde 6 gros par jour aux prévôts et 3 aux clercs jurés durant l’audition de leurs comptes.

49 ADM, B267, f°24 r° à 46 r° ; le registre précise souvent le nom des officiers présents, les jours concernés, mais ne détaille pas toutes les affaires traitées. 

50 Alors que Michel Le Mené, La chambre des comptes d’Anjou et les libéralités princières, dans Ph. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés… cit., p. 43-54, en relève 130 dans lesquels la chambre des comptes d’Anjou a retardé ou annulé l’aliénation d’un bien par René d’Anjou.

51 ADMM, B592, n° 256.

52 ADMM, B 592, n° 257. 

53 ADMM, B 683, n° 1, par lettre datée du 10 octobre 1444 à Lunéville, il s’adresse à ses conseillers.

54 ADMM, B 683, n° 6, il écrit aux gens des comptes et au procureur, par lettres données à Chanzé-lès-Angers le 26 janvier 1457. 

55 ADM, B 331, ce n’est qu’en 1508 que la question est réglée, H. Schneider, René II duc de Bar et les rois de France : l’exercice de la souveraineté sur la frontière commune (1482-1508), dans Annales de l'Est, 2014, Spécial 2, p. 115-130, p. 120. 

56 ADM, B 499, f°138 et 139. Il est accompagné de 3 personnes et demeure 10 jours en janvier 1436, puis 4 jours en mai, à Metz.

57 ADM, B 267 et B 2453.

58 ADM, B2917.

59 ADM, B267.

60 ADMM, B 1 à B 180, 180 volumes sont conservés. Voir H. Schneider, L’art du registre en Barrois et en Lorraine (1453-1508) : état des lieux, dans, O. Guyotjeannin (éd.), L’art médiéval du registre, XIIIe-XVIsiècle, II, Paris, à paraître en 2017.

61 Il devrait être qualifié de registre de l’hôtel, comme l’enregistrement lorrain. On le trouve aux Archives des Bouches-du-Rhône, B 274. 

Auteur

Université de Paris X, helene.schneider46@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540