Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration de territoires composites (XIIIe-XVe siècle)

 | 
Serena Morelli

Les institutions et leur organisation

Le fonctionnement financier de la chancellerie d’Anjou-Provence d’après le Journal de Jean le Fèvre (1381-1388)

Jean-Michel Matz

Résumé

Jean Le Fèvre, docteur en droit canon, abbé bénédictin de Saint-Vaast d’Arras puis évêque de Chartres, a été chancelier de Louis Ier d’Anjou (à partir de 1381) puis de sa veuve Marie de Blois jusqu’à sa mort en 1390. Au cours de ces années, il a tenu un journal très minutieux qui est à la fois un récapitulatif des actes administratifs promulgués au quotidien par le chancelier et un carnet personnel de son action politique et diplomatique au service des princes angevins. Ce journal permet d’étudier plusieurs aspects qui concernent le fonctionnement financier de la chancellerie d’Anjou-Provence durant les années 1380. Le premier concerne les revenus que le chancelier tire de son office, 2 000 francs par an, versés de manière extrêmement aléatoire. Le deuxième se rapporte à l’émolument du sceau, soit le rapport financier de l’activité de la chancellerie ; le Journal de Le Fèvre reste malheureusement lacunaire sur cette question en dehors de quelques centaines de mentions concentrées sur la fin de la période. Enfin, la source permet d’envisager le lien entre le coût financier du scellement des actes, leur nature et leurs destinataires pour montrer la très grande plasticité des usages de la chancellerie d’Anjou-Provence.

Jean Le Fèvre, dottore in diritto canonico, abate di S. Vaast di Arras poi vescovo di Chartres, fu cancelliere di Luigi I d'Angiò (dal 1381) poi della vedova Marie de Blois, fino alla sua morte nel 1390. Nel corso di questi anni, ha redatto minuziosamente un diario che rappresenta sia un riepilogo degli atti amministrativi promulgati quotidianamente dal cancelliere, sia un diario personale della sua azione politica e diplomatica al servizio dei principi angioini. Tale diario permette di studiare diversi aspetti riguardanti il funzionamento finanziario della cancelleria d'Angiò-Provenza negli anni 80 del Trecento. Il primo riguarda i redditi che il cancelliere ricava dal suo ufficio, 2000 franchi l'anno, versati in modo estremamente aleatorio. Il secondo si riferisce agli emolumenti del sigillo, cioè il rapporto finanziario dell'attività della cancelleria ; il Journal di Le Fèvre rimane purtroppo lacunoso a tal proposito, al netto di centinaia di menzioni concentrate alla fine del periodo. Infine la fonte permette di considerare il legame tra il costo finanziario della sigillatura degli atti, la loro natura e i loro destinatari dimostrando la grandissima plasticità degli usi della cancelleria d'Angiò-Provenza.

Texte intégral

  • 1 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, (...)
  • 2 É. Perroy, Un discours de Jean Le Fèvre, abbé de Saint-Waast d’Arras et conseiller de Charles V (8 (...)
  • 3 Paris, BNF, ms. lat. 1469, mentionné par N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Pari (...)

1Jean Le Fèvre a été chancelier des princes angevins à partir de 1381 jusqu’à sa mort en Avignon le 11 janvier 1390. La carrière de ce grand officier est connue dans ses grandes lignes1. Né à Paris – sans doute entre 1330 et 1340 – d’un bourgeois de Douai prénommé Barthélemy, Jean Le Fèvre est entré à l’abbaye bénédictine Saint-Vaast d’Arras en 1363 avant d’en devenir prévôt. Parti diriger l’abbaye de Tournus en 1368, Le Fèvre fut désigné abbé de Saint-Vaast d’Arras en février 1370. Ce moine a fait des études dans les deux droits, en décret à Paris et en lois à Orléans, et il est inscrit au premier rang des maîtres du collegium Facultatis decretorum de Paris en mai 1379. Entré au conseil du roi de France Charles V en 1370, il fut envoyé plusieurs fois en ambassade, notamment en Flandre pour d’importantes négociations franco-anglaises en 1376 et à nouveau à la fin de l’année 1378 au début du Grand Schisme d’Occident. Son éloquence l’a distingué à plusieurs reprises comme orateur2. Clément VII le nomma évêque de Chartres le 5 mars 1380, alors qu’il avait achevé quelques mois plus tôt le De planctu bonorum, un des premiers traités en faveur de ce pape, destiné à répondre aux arguments développés par Giovanni da Legnano dans son De fletu Ecclesie pour soutenir la légitimité d’Urbain VI3.

  • 4 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II (...)
  • 5 H. Millet, La culture des clercs angevins et provençaux envoyés au Concile de Pise (1409), dans M. (...)
  • 6 Voir par exemple G. Xhayet, Partisans et adversaires de Louis d’Anjou pendant la guerre de l’Union (...)
  • 7 A. Coville, Raymond Bernard Flamenc, dit Sac de lois, conseiller des ducs d’Anjou, rois de Sicile, (...)
  • 8 En tout dernier lieu, M. Chaigne-Legouy, Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les du (...)
  • 9 J’ai tenté une première synthèse sur la chancellerie : J.-M. Matz, La chancellerie d’Anjou-Provenc (...)

2Jean Le Fèvre est aujourd’hui surtout connu pour le journal qu’il a tenu au cours des années où il a dirigé la chancellerie d’Anjou-Provence. Son journal couvre exactement la période allant du 4 février 1381 au 13 juin 1388, date à laquelle il s’interrompt brutalement alors que Le Fèvre continue à occuper son office de chancelier jusqu’à sa mort. Édité à la fin du XIXe siècle4, ce journal présente diverses lacunes ponctuelles et quelques longues interruptions. Il reste très incomplet jusqu’à la mort de Louis Ier d’Anjou en septembre 1384 près de Bari (p. 1-56), mais il gagne nettement en prolixité et en précision durant les quatre années suivantes lorsque Le Fèvre travaille au service de sa veuve Marie de Blois et du jeune Louis II d’Anjou (p. 56-529). Ce journal est « à la fois main courante de ses actes administratifs et carnet personnel de son action politique »5, et son contenu a déjà permis de nourrir quelques études sur des hommes qui y sont mentionnés ou sur des évènements qui y sont relatés6. Alfred Coville écrivait en 1938 que l’« on est loin d’avoir tiré tout ce qu’elle peut donner » de cette « source précise et très sûre »7. Des études récentes continuent d’utiliser le journal du chancelier8, mais il reste encore aujourd’hui très loin d’avoir livrer toute la saveur de son contenu9. Je propose donc ici d’utiliser le journal de Jean Le Fèvre comme source unique – une source in se – pour appréhender le fonctionnement financier de la chancellerie d’Anjou-Provence dans les années 1380. Il faut en effet préciser que si les archives de la Chambre des comptes des ducs d’Anjou nous sont parvenues au moins partiellement, celles de la chancellerie ont intégralement disparu.

3Dans une première partie, je vais aborder la question des revenus de l’office de chancelier. Dans une seconde partie sera envisagé l’émolument du sceau, donc le rapport financier de la chancellerie. Une dernière partie envisagera le coût des lettres promulguées par les services de la chancellerie d’Anjou-Provence en fonction de leur nature.

Les revenus du chancelier

  • 10 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, éd. R. Delachanal, t. 2, Paris, 1926, p. 386, (...)
  • 11 Il s’agit vraisemblablement du sceau décrit par Christian de Mérindol, Ibid., p. 230 : sceau en pi (...)
  • 12 JJLF, p. 1-2.

4Lorsque le secrétaire de Louis d’Anjou Jean de Sains vient proposer l’office de chancelier à Jean Le Fèvre le 4 février 1381, celui-ci semble être resté vacant depuis l’assassinat de Guillaume Pointel (ou Pointeau) – et de quelques autres officiers du duc d’Anjou, alors lieutenant général de son frère, le roi Charles V en Languedoc – à Montpellier, le 25 octobre 1379, lors d’une émeute antifiscale10. Une fois l’office accepté (6 février 1381), la lettre d’office de Louis Ier « seellée de son privé seel à l’aigle »11 (8 février) et le serment prêté le lendemain, Le Fèvre précise : « Me bailla son seel secret pour ce que le sien grand n’estoit point fait, depuis que celui que messire Guillaume Pointel son chancelier avoit, fu perdu à Montpellier où ledit messire Guillaume fut tué et occis »12. À peine investi, Le Fèvre partit en mars pour plus de quatre mois en Bretagne remplir une mission diplomatique au nom du roi de France. Ce n’est donc qu’à partir de la fin du mois de juillet 1381 qu’il prit effectivement ses fonctions. Après le départ de Louis Ier d’Anjou en Italie à l’été 1382, deux autres missions de longue durée, pour le pape Clément VII cette fois, ont amené Le Fèvre d’abord en Flandre (juillet 1382-février 1383) puis quelques mois plus tard dans la péninsule Ibérique (novembre 1383-juillet 1384). À chacune de ces entreprises, le journal s’interrompt, ce qui ne permet pas de suivre le chancelier dans ses fonctions pendant plus de 21 mois sur un total de 44 mois passés au service du duc d’Anjou avant sa mort en 1384.

  • 13 JJLF, p. 3.
  • 14 JJLF, p. 2-3.
  • 15 JJLF, p. 338 (14 mars 1387).

5Depuis sa nomination en 1381, l’office de chancelier rapporte à Jean Le Fèvre des gages annuels – qu’il appelle « pension » – de 2000 francs. Il précise aussi que « monseigneur oultre ma pension me promist pour hostel chascun an cent frans, comme appert par lettre que je ay de lui »13. Dans son journal, Le Fèvre n’évoque le versement de ses gages que de manière très épisodique, en 1381-1382 d’abord, ensuite entre l’automne de 1384 et celui de 1386. Dans les deux cas, le versement de ces gages est étalé dans le temps avec des sommes variables. À son retour de Bretagne, Le Fèvre reçoit 500 francs en août 1381, 100 francs le 20 octobre puis à nouveau 400 francs le dernier jour de ce mois, encore 400 francs quelques jours avant Noël puis 300 francs au début de 138214. Au cours de la période 1384-1386, apparaît la même irrégularité des termes et des montants (tableau 1). Après plusieurs mois de silence du journal sur le versement de ses gages, Le Fèvre écrit au printemps 1387 : « Ce jour, Estienne Lengles sur ce que Madame me peut devoir me bailla quatre cens escus d’or valent iiiicl frans et je li baillé quittance soubz mon seel à title de ma pension de mon office, dont on me devoit de un an comprins ce mois ci ; je baillé audit Estienne le mandement de Madame pour me paier »15.

  • 16 Sur ce personnage important de l’entourage des princes angevins, voir J.-M. Matz, Fr. Comte, Réper (...)
  • 17 JJLF, p. 85, et p. 97 pour le messager.

6Le chancelier exécute de très nombreux voyages pour le duc d’abord, puis pour sa veuve Marie de Blois à partir de 1384. Dans le cadre de ses déplacements, Le Fèvre perçoit des « gages de voiage ». À la première occurrence de cette pratique dans son journal, le 16 janvier 1385, jour de son départ d’Angers – avec le chanoine de la cathédrale Jean Haucepié16, secrétaire de Louis Ier et de Marie de Blois – pour se rendre auprès du roi Charles VI, Le Fèvre écrit : « Pour ce voiage, en croissance de gages, je receus de Madame par la main de Estienne Lengles pour un mois vixx frans, c’est assavoir iiii frans par jour », alors qu’un simple messager ne perçoit qu’un franc et demi par jour pour ses frais de voyage17. Comme nous ne savons pas si le chancelier utilisait la totalité de la somme allouée au cours de ses déplacements, il n’est pas interdit de compter au moins partiellement ces gages au titre de ses revenus (tab. 2).

  • 18 JJLF, p. 12, 48-49, 56, 84-85, 96, 329-330, 333, 339-340, 516 et 522-523.
  • 19 JJLF, p. 513.
  • 20 Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2 (testament et codicille).

7Le versement de ces gages de voyage intervient parfois le même jour que celui de la pension (1er avril et 24 juin 1385). Si ces gages ont été versés au chancelier au départ de sa mission vers le roi en janvier 1385, les mentions postérieures font état d’un remboursement au retour du déplacement, avec plusieurs mois de délai de recouvrement : en novembre 1385, la somme correspond aux frais engagés entre juillet et septembre ; en février 1386, elle couvre les frais de voyage d’octobre à décembre 1385, et en août ceux des mois d’avril et mai ; en mars 1388, il s’agit cette fois de solder des déplacements d’octobre et novembre 1386. Mais Jean Le Fèvre n’était pas dans le besoin. Aux gages déjà confortables de son office, il ajoutait les revenus de son siège épiscopal de Chartres, l’un des plus rémunérateurs du royaume de France, même si son journal prouve qu’il ne fit que de rares et très brefs séjours dans son diocèse18. En tout cas, Jean Le Fèvre était suffisamment riche pour prêter des sommes importantes comme le prouve en mars 1388 le remboursement en sa faveur d’un prêt de 566 francs consenti à Marie de Blois à une date inconnue19. Son testament contient également de nombreux legs, destinés principalement à la cathédrale de Chartres, et ses largesses montrent sa grande capacité financière à la fin de sa vie20.

La chancellerie et l’émolument du sceau

  • 21 Curieusement, cette liste n’a pas été retenue par Moranvillé dans son édition du journal alors qu’ (...)
  • 22 O. Mattéoni, Écriture et pouvoir princierLa chancellerie du duc Louis II de Bourbon (1356-1410), (...)

8En tant que chancelier des princes d’Anjou-Provence, Le Fèvre dirigeait tout un personnel dont le journal donne la liste21 : sur l’ensemble des années 1384-1388, le nombre total qui le compose est de 39 secrétaires et notaires dont le chancelier a reçu le serment, dûment mentionné, en divers lieux. Dans les premiers jours d’octobre 1384, une réorganisation de la chancellerie est opérée avant même que la mort de Louis Ier d’Anjou soit connue à Angers où séjourne alors la cour : 12 nouveaux personnels sont mentionnés en sus de ceux déjà en place ; l’entrée chaque année de nouveaux membres se ralentit ensuite. À titre de comparaison, dans les mêmes années, l’effectif à la chancellerie du duc de Bourbon se stabilise autour de huit22. Avec la dispersion géographique des possessions et l’implication des Angevins dans la politique royale en France et dans la politique internationale (Schisme, expédition en Italie), il fallait suffisamment de mains à la chancellerie pour la production des actes.

  • 23 JJLF, p. 408.
  • 24 JJLF, p. 55 ; voir J. Richard, La Chancellerie des ducs de Bourgogne de la fin du xiie au début du (...)

9Le journal est d’une grande pauvreté sur l’organisation interne ou la hiérarchie établie à l’intérieur de ce bureau d’écriture. Jean Le Fèvre évoque seulement en septembre 1387 avoir « seellé une lettre pour Symonnet d’Ondreville autrement dit Espiote, varlet de chambre, à qui Madame donne l’office de chaufecire »23. On relève toutefois qu’un audiencier est mentionné dès octobre 1384 à la chancellerie d’Anjou-Provence, alors qu’il ne fait son apparition qu’en 1413 dans celle du duc de Bourgogne Jean sans Peur24.

  • 25 Ainsi, le capitaine du château d’Angers prête serment à Marie de Blois le 20 novembre 1384, mais l (...)
  • 26 JJLF, respectivement p. 402-408 et 391-397.
  • 27 JJLF, 51 actes le 27 septembre 1387 (p. 425-430), et 52 le 15 octobre de la même année (p. 442-450 (...)
  • 28 JJLF, respectivement p. 501-505 et 433-436.

10Au quotidien, la production de la chancellerie est difficile à appréhender, et cela pour trois raisons principales : les très nombreuses interruptions plus ou moins longues du journal, le nombre extrêmement variable de lettres scellées par jour mentionné, et notre ignorance du temps écoulé entre une décision, sa mise par écrit et le scellement par le chancelier25. Le niveau de production des actes est très irrégulier : de nombreux jours ne sortent de la chancellerie que quelques rares actes ; en revanche, de véritables pics de production peuvent être relevés, qui s’expliquent par l’urgence du contexte, que ce soit pour les affaires italiennes, pour la guerre de l’Union d’Aix ou pour les négociations en cours à la curie ou ailleurs : 74 actes sont ainsi scellés depuis Roquemaure le 10 septembre 1387 ou 70 le 5 du même mois26, une cinquantaine à deux reprises27, ou entre 20 et 40 environ pour une trentaine de journées des années 1385 à 1388. Même le jour du Seigneur peut parfois correspondre à une intense activité du chancelier : 50 actes sont scellés par Le Fèvre le dimanche 26 janvier 1388, ou 43 le dimanche 6 octobre 138728.

  • 29 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, Paris, 1956. Je remercie sincèrement Marc Bompair (...)

11Au cours des neuf années – dont sept couvertes par le journal – passées au service des princes angevins, le chancelier a scellé des milliers de lettres de toutes sortes. Son journal aurait été une mine formidable pour appréhender le fonctionnement et le rapport financiers de la chancellerie si Le Fèvre avait systématiquement noté, pour chacune d’entre elles, l’émolument du sceau. Or, il ne le fait malheureusement que très épisodiquement, sous des formes variées et en des espèces monétaires différentes en fonction du lieu où il se trouve – pour lesquelles il précise exceptionnellement la conversion29. L’addition de ces trois paramètres rend bien difficile une comparaison précise. Trois occurrences, d’inégale importance, apparaissent dans le journal et permettent une approche globale du rapport financier du scellement des actes.

  • 30 JJLF, p. 2-3.

12Première occurrence. Au début du journal se trouve le paragraphe suivant30 : Emolumentum quod recepi ratione sigilli domini mei ducis Andegavie ego Johannes episcopus Carnotensis et cancellarius ejus. Il donne ensuite mois par mois l’émolument du sceau depuis février 1381 jusqu’à juin 1382, avec une interruption de quatre mois quand le chancelier est en Bretagne. D’autres missions, de plus courte durée (curie d’Avignon, princes français…) expliquent l’activité très irrégulière du scellement durant cette séquence. Au total, sur cet exercice, la chancellerie rapporte 108 l.t. (= 136 francs) en quatorze mois couverts (tab. 3).

  • 31 JJLF, p. 102.

13Deuxième occurrence. Vers la mi-avril de l’année 1385, Le Fèvre donne « l’émolument du seel de la Royne en la conté de Provence, comme si Guigonet maistre racional a baillé par escript en une cedule »31, mais sans préciser la période couverte. Elle est vraisemblablement très courte à en juger par l’infime modestie du rapport financier : 6 gros pro litteris justicie, 3 florins pro litteris gracie, 4 onces (soit 24 ducats) pro remissione homicidii ou autant pro officio magistri racionalarii ou pro infeudacione de novo facienda de castro. Ces données ne permettent pas une analyse financière pure.

14Troisième occurrence, avec cette fois une suite de mentions éparses dans le journal. Là encore, des écarts de dates très variables séparent chacune de ces indications quand Le Fèvre note le rapport de l’émolument à neuf reprises entre janvier 1385 et mars 1388, pour des périodes couvrant de quelques jours à quinze mois (tab. 4).

15À la lecture de ces données, l’activité de la chancellerie telle qu’elle apparaît dans le journal paraît extrêmement irrégulière. Entre février 1381 et juin 1382, le rapport mensuel moyen de l’émolument du sceau s’établit à 7 livres et 15 sous, mais avec un minimum à 6 sous en juillet 1381 – Le Fèvre est « revenu de la messagerie de Bretaingne » dans les derniers jours du mois – et un maximum de 24 livres pour le mois de juin 1382. Après la mort de Louis Ier, sans pour autant se sédentariser, le chancelier n’effectue plus de longues missions lointaines et Le Fèvre remplit désormais son office avec beaucoup plus de régularité.

16Le contexte difficile de la guerre de l’Union d’Aix qui voit de nombreuses villes et communautés d’habitants provençales s’opposer aux Angevins issus des Valois, la situation problématique dans le royaume de Naples alors contrôlé – avec le soutien, provisoire, du pape Urbain VI – par Charles III d’Anjou-Duras et les affaires en curie expliquent une croissance de la production d’actes et donc une hausse des recettes de l’émolument du sceau en fin de période. Nous allons le voir, le coût le plus fréquent des lettres sortant de la chancellerie d’Anjou-Provence est d’un peu plus de 2 sous, ce qui permet d’approcher le nombre moyen de lettres émises par rapport à l’émolument. Début août 1386, les 389 livres pour une période de quinze mois de scellement établissent la moyenne mensuelle de l’émolument à un peu moins de 26 livres (soit environ 200 lettres par mois). Avec 423 livres d’émolument du sceau pour l’année 1387, la moyenne est cette fois d’un peu plus de 35 livres par mois (soit peut-être environ 280 lettres mensuelles) ; cependant, la somme indiquée par Le Fèvre pour les deux mois et demi de la fin de cette année donne cette fois une moyenne mensuelle de 62 livres, soit peut-être de 450 à 500 lettres par mois, ce qui est tout à fait considérable pour une chancellerie princière dans la France de la fin du xive siècle.

  • 32 JJLF, p. 455, 461, 467, 470, 487, 491, 499, 508 et 520.

17Le fonctionnement d’une chancellerie a aussi un coût, mais le journal ne contient pas la moindre allusion à la rémunération du personnel ou à l’approvisionnement en parchemin. Le Fèvre mentionne juste, une petite dizaine de fois, l’achat de cire32.

Lettres de chancellerie et rapport financier

  • 33 JJLF, respectivement p. 279-316 et 447-529.

18Selon l’usage des chancelleries médiévales, le coût des actes émis était à la charge du bénéficiaire. Un journal n’a certes pas forcément vocation à noter ce genre de détails, mais si le chancelier décrit en quelques mots la nature et le destinataire de chaque lettre scellée, il ne précise le coût engendré que de manière exceptionnelle et sans jamais expliciter la raison de ces mentions. Deux séquences d’inégale importance sont ainsi renseignées : du 7 juin au 10 septembre 1386, il précise le coût du scellement de 61 lettres ; du 23 octobre 1387 au 13 juin 1388, il fait de même pour 326 lettres33. La pratique est donc franchement irrégulière dans le temps et elle n’a surtout aucun caractère systématique.

  • 34 JJLF, respectivement p. 504, 490, 463-464, 460-462 et 457-458.
  • 35 JJLF, p. 168 (8 septembre 1385).

19Deux modes de calcul permettent d’évaluer la part des lettres dont le coût est indiqué sur l’ensemble des lettres scellées : par mois, et par jour. En novembre 1387, elles sont 100 sur un total de 219 scellées ; en janvier suivant, elles sont 40 sur 191, et 36 sur 102 en mars. Le comptage par jour montre des variations identiques : sur les 50 lettres scellées le 26 janvier 1388, le coût est précisé pour 2 seulement ; le taux est de 1 sur 16 le 2 janvier 1388, de 6 sur 28 le 10 novembre 1387 et de 8 sur 27 la veille, mais 18 sur 31 trois jours plus tôt34. De ce fait, le journal ne donne donc qu’un aperçu très incomplet du coût financier de chaque type de lettre. On peut également noter que certaines lettres – 6 sur 61 dans le premier groupe, 15 sur 326 dans le second – sont mentionnées gratis, soit quia pauper, soit de mandato, soit sans cause précisée. La gratuité oppose une fois Le Fèvre à Raymond Bernard de Flamenc, entré au conseil de Louis Ier en 1381, juge mage de Provence en 1385, avec lequel le chancelier fut souvent en conflit, qui chercha à lui interdire l’émolument en faveur d’un de ses proches : Flamenc « se estoit plaingt de moy à la Roynne, disant que je li estoie dur et aus siens et contredisant à ses entencions ; et ment pour lettres où il avoit escript : Gratis quia nepos judicis majoris ; et je escrips : Hec causa non sufficit. Et de ce eust grand despit »35.

20Les 61 lettres prisées entre juin et septembre 1386, alors que Le Fèvre réside en Provence, forment un échantillon bien trop faible pour être significatif : 12 sont relatives aux officiers de Marie de Blois, 9 à l’investiture de notaires dans des villes du comté, 8 sont des donations, 7 des « lettres de justice », 7 autres sont des concessions de privilèges et 7 encore concernent des remises de dettes ou des moratoires octroyés pour leur remboursement. Les dernières unités portent sur des questions très diverses ou sont de nature indéterminée.

  • 36 JJLF, p. 457.
  • 37 À titre de comparaison, on ne conserve qu’une dizaine de lettres de rémission émises en un demi-si (...)
  • 38 JJLF, p. 102, 159, 457 (2 cas) et 464 pour les sommes les plus élevées.
  • 39 JJLF, p. 480.

21L’analyse des 326 scellées dont le coût est précisé entre octobre 1387 et juin 1388 repose sur un échantillon plus important, sans être totalement satisfaisant. D’octobre à février, il officie en Provence, ensuite depuis l’Anjou. Les lettres judiciaires représentent un tiers de la production écrite dont nous connaissons le coût. Les « lettres de justice » sont très hétéroclites : commissions, compositions, privilège de plaider par procureur, report d’assises… Leur coût est un peu plus homogène : sur les 64 lettres de justice émises en Provence entre octobre 1387 et février 1388, 53 lettres sont à 2 sous et les autres entre 4 et 10 sous – pour cette dernière somme, il s’agit d’une remise de condamnation36. Les lettres de restitution de biens confisqués suite à la guerre de l’Union d’Aix sont elles aussi à 2 sous. La rémission souveraine a en revanche un coût bien plus élevé. Sur 56 mentions de lettres de rémission – preuve d’un pouvoir princier pleinement souverain37 – notées dans le journal, le coût est connu pour 16 d’entre-elles : dans trois quarts des cas, le coût est de 3 à 5 florins, unité monétaire utilisée par Le Fèvre pour les rémissions – soit de 2 livres 8 sous à 4 livres ; assez curieusement, pour le même crime d’homicide, le coût de la rémission peut osciller entre 5 et 25 florins38. Le 17 décembre 1387, il délivre une littera remissoria super certis processibus in curia Arelatensi contra eos factis pro matrimonio indebito, etc. ( ? ) en faveur de six juifs d’Arles pour un coût de 10 florins39.

  • 40 JJLF, p. 482 et 484 pour Grasse, p. 459-460 pour Aix.

22Les lettres relatives aux différents officiers des princes d’Anjou-Provence sont au nombre de 69. Toute l’administration est concernée – juges, baillis, clavaires ou capitaines en Provence, sergents, receveurs ou gardes de château en Anjou et Maine, voire maître des œuvres à Guise – et les lettres concernent aussi bien le dépôt ou la restitution d’une caution, la constitution d’un officier ou un mandat exécutoire pour le paiement de ses gages. Ce sont les lettres de nomination dans un office qui ont le coût le plus élevé : de 2 à 10 sous pour un juge dans le comté de Provence, et dans la plupart des cas 10 sous pour l’institution d’un clavaire, d’un bailli ou d’un vicaire. Les lettres qui autorisent l’exercice notarial ne sont pas plus uniformes : à Grasse, une telle lettre est donnée pour 2 sous le 22 décembre 1387, mais pour 5 sous le lendemain ; à Aix, il en coûte 10 sous le 9 novembre de la même année, mais la moitié seulement la veille40.

  • 41 JJLF, p. 459, 468 et 482 pour les lettres d’anoblissement.

23Les autres catégories de lettres étant numériquement peu représentées, il est difficile d’en tirer des conclusions réellement fiables. Les délais de paiement octroyés pour des dettes sont délivrés à 5 sous, les lettres d’anoblissement le sont à hauteur de 10 sous41. Des actes de collation de chapellenies – fondées notamment par le roi Robert Ier de Naples – ou des sauf-conduits viennent encore ouvrir l’éventail des domaines couverts, là encore à des tarifs divers.

  • 42 R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge2 : Institutions royales, Paris, 19 (...)

24L’étude du fonctionnement financier de la chancellerie d’Anjou-Provence repose donc sur les données discontinues et incomplètes que Jean Le Fèvre a bien voulu consigner dans son journal. Il faut cependant déplorer le peu d’intérêt des historiens pour l’histoire des chancelleries sous le jour de leur fonctionnement financier, ce qui n’a pas permis d’établir de comparaison avec d’autres bureaux d’écriture en activité dans les principautés territoriales des derniers siècles du Moyen Âge. Il n’en demeure pas moins qu’à la fin du XIVe siècle, cette chancellerie apparaît bien comme un véritable « secrétariat général du gouvernement »42. Il est certes mobile, au gré des missions du chancelier, mais son journal ne dit rien des activités du bureau d’écriture attaché directement à Louis Ier puis Marie de Blois en son absence. Il n’en demeure pas moins que la chancellerie dirigée par Jean Le Fèvre a assuré et renforcé l’unité de l’ensemble territorial éparpillé à la tête duquel se trouvait la seconde Maison d’Anjou dans les dernières décennies du XIVe siècle.

  • 43 Pour la Chambre des comptes d’Anjou, le plus ancien registre conservé couvre les années 1397-1424  (...)

25L’absence de registres conservés des Chambres des comptes des Angevins pour la période couverte par le journal de Le Fèvre ne permet pas d’évaluer la part des recettes issues de la chancellerie dans les rentrées des princes angevins43. Son journal reste toutefois une source capitale pour notre connaissance de l’activité politique de la Maison d’Anjou dans la décennie 1380, même s’il est pauvre sur la dimension financière de la chancellerie, organe pourtant fondamental. Il faudrait notamment entreprendre une analyse systématique des milliers de lettres notées par Le Fèvre selon une typologie s’appuyant sur l’évolution chronologique. Un exemple seulement pour montrer la pertinence de ce projet : tous les actes de donation et d’attribution de biens et de charges confisqués aux « rebelles » de l’union d’Aix en Provence et aux suppôts des Durazzo dans le royaume de Naples, jamais prisés par Le Fèvre, sont une mine d’informations sur la manière dont les actes émis par la chancellerie des princes angevins ont organisé un vaste marché de redistribution destiné à s’attacher la fidélité d’hommes ou d’établissements ecclésiastiques en ces temps d’incertitudes.

Tab. 1 – Les gages de Jean Le Fèvre (1384-1386)

Date Montant Référence
4 octobre 1384 500 fr. JJLF, p. 55
29 mars 1385 200 fr. JJLF, p. 97
1er avril 1385 10 l.t. Ibid.
24 juin 1385 350 fr. JJLF, p. 127
4 octobre 1385 337 fr. JJLF, p. 176-177a
1er janvier 1386 300 fr. JJLF, p. 216
11 mai 1386 360 fr. JJLF, p. 274-275
13 septembre 1386 480 fr. JJLF, p. 316
a. Le Fèvre précise : « Je receus le paiement de ma pension de mon office de trois mois, c’est assavoir juillet, aoust, septembre, trois cens et xxxvii frans et demi en deniers comptans ; et xii frans et demi qui me furent rabattu de emolument du seel, que je avois receu tant à Angers comme depuis, que je n’avoie pas rendu ».

Tab. 2– les gages de voyage de Jean Le Fèvre (1385-1388)

Date Montant Référence
16 janvier 1385 120 fr. JJLF, p. 85
22 mars 1385 200 l.t. JJLF, p. 96
1er avril 1385 40 l.t. JJLF, p. 97
24 juin 1385 150 fr. JJLF, p. 127
18 novembre 1385 309 fr. or JJLF, p. 198
14 février 1386 360 fr. or ( = 320 écus) JJLF, p. 237
3 août 1386 240 fr. ( = 300 florins) JJLF, p. 306
14 mars 1388 240 l.t. JJLF, p. 514

Tab. 3 – L’émolument du sceau (février 1381-juin 1382)

Mois Émolument du sceau
Février 1381 11 l.t. 10 ss.
Mars 1381 5 l.t. 4 ss.
Juillet 1381 6 ss.
Août 1381 6 l.t. 4 ss.
Septembre 1381 2 l.t. 17 ss.
Octobre 1381 7 l.t. 12 ss.
Novembre 1381 11 l.t. 3 ss.
Décembre 1381 8 l.t. 2 ss.
Janvier 1382 3 l.t. 7 ss. 8 d.
Février 1382 2 l.t.
Mars 1382 11 l.t. 7 ss.
Avril 1382 5 l.t. 12 ss.
Mai 1382 11 l.t. 12 ss.
Juin 1382 24 l.t.

Tab. 4 – L’émolument du sceau (1385-1388)

Date Émolument Référence
8 janvier 1385 140 l.t. JJLF, p. 82
12 juillet 1386 350 l.t. JJLF, p. 296
3 août 1386 389 l.t. 12 s. 2 d. « Value du seel de XV mois » JJLF, p. 306
4 novembre 1387 14 florins JJLF, p. 455
9 novembre 1387 16 florins JJLF, p. 461
13 novembre 1387 16 florins JJLF, p. 467
4 janvier 1388 25 florins, 3 gros JJLF, p. 491
19 janvier 1388 15 florins JJLF, p. 499
30 janvier 1388 8 florins JJLF, p. 508
14 mars 1388 157 l.t. 4 s. 11 d. Du 16 octobre au 31 décembre 1387 JJLF, p. 514
15 mars 1388 423 l.t. 16 s. 5 d. « Certification de la value du seel », 1387 JJLF, p. 516

Notes

1 A. Coville, La vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, 1941, chapitre 3 sur Jean Le Fèvre (p. 95-139). Je me permets de renvoyer à J.-M. Matz, Un grand officier des princes angevins à la fin du XIVe siècle : le chancelier Jean Le Fèvre d’après son journal, dans Mélanges en l’honneur de Jean-Paul Boyer, numéro spécial de Provence historique, 64, 2014, p. 313-325.

2 É. Perroy, Un discours de Jean Le Fèvre, abbé de Saint-Waast d’Arras et conseiller de Charles V (8 décembre 1376), dans Mémoires de l’Académie d’Arras, 2 (série 4), 1941-1944, p. 81-90 (discours prononcé en Avignon au sujet du retour du pape Grégoire XI à Rome).

3 Paris, BNF, ms. lat. 1469, mentionné par N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, 1896-1902, t. 1, p. 127 ; voir en dernier lieu A. Fabbri, All’indomani del grande scisma d’Occidente. Jean Le Fèvre, canonista al servizio dei Valois e il trattato De planctu bonorum in riposta a Giovanni da Legnano, Florence, 2013, qui en donne enfin la première édition.

4 Journal de Jean Le Fèvre, évêque de Chartres, chancelier des rois de Sicile Louis Ier et Louis II d’Anjou, éd. H. de Moranvillé, Paris, 1887.

5 H. Millet, La culture des clercs angevins et provençaux envoyés au Concile de Pise (1409), dans M.-M. de Cevins, J.-M. Matz (dir.), Formation intellectuelle et culture du clergé dans les territoires angevins (milieu du XIIIe – fin du XVe siècle)Actes du colloque international d’Angers (2002), Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 349), p. 313-338 (ici p. 328, note 62).

6 Voir par exemple G. Xhayet, Partisans et adversaires de Louis d’Anjou pendant la guerre de l’Union d’Aix, dans Provence historique, 40, 1990, p. 403-427 ; H. Millet, Biographie d’un évêque rescapé de la méthode prosopographique : Jean de Sains, officier des ducs d’Anjou et secrétaire de Charles VI, dans Penser le pouvoir au Moyen Âge. Études d’histoire et de littérature offertes à Françoise Autrand, Paris, 2000, p. 181-209 ; M. Chaigne-Legouy, « Pays de par deçà, pays de par delà »Les relations entre Angevins et Napolitains sous le regard de Jean Le Fèvre, chancelier de la seconde Maison d’Anjou (1380-1388), dans I. Taddei, A. Lemonde (dir.), Construction et circulation des idées et des pratiques politiquesFrance-Italie, XIIIe-XVIe siècle, Rome, 2013 (Collection de l’École française de Rome, 478), p. 148-186 ; J.-M. Matz, La reine Jeanne Ire de Naples, le pape Clément VII et l’adoption de Louis Ier d’Anjou, dans Scuola SalernitanaAnnali, 19, 2014, p. 41-58.

7 A. Coville, Raymond Bernard Flamenc, dit Sac de lois, conseiller des ducs d’Anjou, rois de Sicile, et juge mage de Provence (deuxième moitié du XIVe siècle), dans Bibliothèque de l’École des chartes, 99, 1938, p. 313-342 (ici p. 313).

8 En tout dernier lieu, M. Chaigne-Legouy, Femmes au « cœur d’homme » ou pouvoir au féminin ? Les duchesses de la seconde Maison d’Anjou (1360-1481), thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris IV-Sorbonne, 2014.

9 J’ai tenté une première synthèse sur la chancellerie : J.-M. Matz, La chancellerie d’Anjou-Provence d'après le Journal de Jean Le Fèvre (1381-1388), dans O. Guyotjeanin, O. Mattéoni (dir.), Les pratiques documentaires d’un fils de roi de France : Jean de Berry et l’écritActes du colloque de Bourges (2016), Paris, à paraître.

10 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, éd. R. Delachanal, t. 2, Paris, 1926, p. 386, pour l’événement. Ce grand sceau, équestre, était aux armes d’Anjou moderne, sur champ ouvragé à aigles et lions : Ch. de Mérindol, Le roi René et la seconde Maison d’AnjouEmblématique, art, histoire, Paris, 1987, p. 229 (fig. 9).

11 Il s’agit vraisemblablement du sceau décrit par Christian de Mérindol, Ibid., p. 230 : sceau en pied, le duc debout dans une niche gothique, la tête ceinte d’un bandeau, vêtu d’un manteau tenant sceptre fleuronné dans sa main droite, à gauche et à droite avec une aigle posée sur une colonnette.

12 JJLF, p. 1-2.

13 JJLF, p. 3.

14 JJLF, p. 2-3.

15 JJLF, p. 338 (14 mars 1387).

16 Sur ce personnage important de l’entourage des princes angevins, voir J.-M. Matz, Fr. Comte, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de FranceDiocèse d’Angers, Turnhout, 2003 (Fasti Ecclesiae Gallicanae, 7), p. 278 (n° 175).

17 JJLF, p. 85, et p. 97 pour le messager.

18 JJLF, p. 12, 48-49, 56, 84-85, 96, 329-330, 333, 339-340, 516 et 522-523.

19 JJLF, p. 513.

20 Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2 (testament et codicille).

21 Curieusement, cette liste n’a pas été retenue par Moranvillé dans son édition du journal alors qu’elle seule permet d’étudier le personnel de la chancellerie : voir le manuscrit original (Paris, BNF, ms. fr. 5015, fol. 22-30, et les quelques allusions d’A. Coville, La vie intellectuelle… cit., p. 123-124.

22 O. Mattéoni, Écriture et pouvoir princierLa chancellerie du duc Louis II de Bourbon (1356-1410), dans G. Castelnuovo, O. Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes »II : chancelleries et chanceliers des princes à la fin du Moyen Âge, Chambéry, 2011, p. 137-168.

23 JJLF, p. 408.

24 JJLF, p. 55 ; voir J. Richard, La Chancellerie des ducs de Bourgogne de la fin du xiie au début du xve siècle, dans Landesherrliche Kanzleien im Spätmittelalter, Referate zum VI. Internationalen Kongress für Diplomatik (München, 1983), Munich, 1984 (Münchenel Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 35), p. 379-413 (ici p. 389).

25 Ainsi, le capitaine du château d’Angers prête serment à Marie de Blois le 20 novembre 1384, mais la lettre d’office n’est délivrée par la chancellerie que le 10 décembre suivant (JJLF, p. 69 et 74).

26 JJLF, respectivement p. 402-408 et 391-397.

27 JJLF, 51 actes le 27 septembre 1387 (p. 425-430), et 52 le 15 octobre de la même année (p. 442-450).

28 JJLF, respectivement p. 501-505 et 433-436.

29 H. Rolland, Les monnaies des comtes de Provence, Paris, 1956. Je remercie sincèrement Marc Bompaire de m’avoir transmis les éléments nécessaires aux difficiles conversions monétaires.

30 JJLF, p. 2-3.

31 JJLF, p. 102.

32 JJLF, p. 455, 461, 467, 470, 487, 491, 499, 508 et 520.

33 JJLF, respectivement p. 279-316 et 447-529.

34 JJLF, respectivement p. 504, 490, 463-464, 460-462 et 457-458.

35 JJLF, p. 168 (8 septembre 1385).

36 JJLF, p. 457.

37 À titre de comparaison, on ne conserve qu’une dizaine de lettres de rémission émises en un demi-siècle par le duc Louis II de Bourbon : O. Mattéoni, Les ducs de Bourbon et la grâceLes lettres de rémission de Louis II (2nde moitié du XIVe-début du XVe siècle), dans J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’huiMélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, 2010, p. 128-136.

38 JJLF, p. 102, 159, 457 (2 cas) et 464 pour les sommes les plus élevées.

39 JJLF, p. 480.

40 JJLF, p. 482 et 484 pour Grasse, p. 459-460 pour Aix.

41 JJLF, p. 459, 468 et 482 pour les lettres d’anoblissement.

42 R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge2 : Institutions royales, Paris, 1958, p. 57-65 et p. 85-96 ; voir également le recueil d’articles de R.-H. Bautier, Chartes, sceaux et chancelleriesÉtudes de diplomatique et de sigillographie médiévales, 2 vol., Paris, 1990.

43 Pour la Chambre des comptes d’Anjou, le plus ancien registre conservé couvre les années 1397-1424 : Paris, Archives nationales, P 13344 ; voir J. Moreno, Les officiers de la Chambre des comptes d’Angers (1397-1424)Étude prosopographique d’après le premier « Journal » de l’institution, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 123, 2016, p. 55-84 (résumé d’un mémoire de Master 2 de l’université d’Angers, soutenu en 2015).

Auteur

Université d’Angers, jean-michel.matz@univ-angers.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540