Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir politique et conversion religieuse. 1. Normes et mots

 | 
Thomas Lienhard
, 
Isabelle Poutrin

Mission auprès des païens et travail pastoral : le vocabulaire de la conversion (Europe du nord, VIIe-Xe siècles)

Ian N. Wood

Résumé

Il n’y avait pas de différence entre le vocabulaire de mission et le vocabulaire pastoral employé pendant le haut Moyen Âge. Les mots les plus importants concernent la prédication. Mais, même si on ne peut pas distinguer entre le vocabulaire de la mission externe et interne, il faut se souvenir que le contexte dans lequel fonctionnaient les missionnaires externes et les pasteurs internes était totalement différent.

There is no difference between the vocabulary of mission and that of pastoral care used in the Early Middle Ages. The most important words are those concerned with preaching. But even if one cannot distinguish between the vocabulary of external and internal mission, one needs to remember that the context in which external missionaries and internal pastors operated were completely different.

Entrées d'index

Mots clés :

Mission, prédication, vocabulaire

Texte intégral

1Le nombre de textes qui concernent la conversion de l’Europe du nord pendant le haut Moyen Âge est énorme : il y a les textes historiques et hagiographiques, des textes canoniques et juridiques, et aussi des lettres. Dans ce corpus, le présent article n’étudie qu’une sélection basée sur les documents les plus intéressants pour l’histoire de christianisation, notamment l’Histoire de la nation anglaise de Bède (v. 732), la Conversio Bagoariorum et Carantanorum (v. 870), les Vies de Wilfrid (v. 713), de Boniface (v. 765), de Willibrord (v. 796), de Liudger (v. 840), d’Anchaire (v. 865) et d’Adalbert de Prague (v. 1000), ainsi que les lettres de Boniface († 754) et d’Alcuin († 804). Compte tenu de cette diversité, il n’est pas surprenant qu’il y ait des variantes dans le choix des mots utilisés pour décrire l’acte d’évangélisation. Par exemple, il y a une différence subtile entre le vocabulaire d’Alcuin dans la Vie de Willibrord, plus figuré, et celui de Bède ou de Boniface. Mais le vocabulaire de base est assez constant, et en règle générale, lorsqu’un auteur emploie un vocabulaire élargi, c’est pour une raison assez facile à déterminer.

  • 1 Online Etymology Dictionary, etymonline.com, s.v. « mission » et « missionary ».
  • 2 Grégoire de Tours, DLH, I, 30.
  • 3 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 5.
  • 4 Voir Niermeyer, s.v. ‘missa’, ‘missalis’, ‘missaticus’, ‘missio’, ‘missus’.

2Il faut commencer par un aspect négatif : on ne trouve pas le mot missionarius dans nos textes, ni même celui de missio employé pour désigner l’évangélisation. Le vocabulaire moderne de mission n’apparaît qu’au XVIe siècle : ce sont les jésuites qui ont employé le mot missio dans les années 1590, et le terme de missionnaire un demi-siècle plus tard1. Certes, on trouve les dérivés du verbe mittere dans les textes du haut Moyen Âge. Dans le vocabulaire séculier carolingien, les mots missi dominici, et aussi missio, sont bien connus. Dans le contexte missionnaire, on trouve missus, mais ce terme n’avait pas de sens spécifiquement ecclésiastique. Grégoire de Tours écrit que septem viri […] ordinati ad praedicandum in Galliis missi sunt, mais le participe missi définit ceux qui ont été envoyés, la nature de cette mission étant définie surtout par ad praedicandum2. De même, dans la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, un évêque appelé Modestus fut envoyé (misso episcopo nomine Modesto) aux Carantaniens par Virgile de Salzbourg3 ; mais on ne peut pas considérer que les dérivés de mittere ont les mêmes connotations que les mots « mission » et « missionnaire » de nos jours. Missus relève du vocabulaire officiel de gouvernement, même si on l’utilise de temps en temps pour les missionnaires4.

  • 5 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 9, 11, 25.
  • 6 Voir Niermeyer, s.v. legatio.
  • 7 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 9.
  • 8 Boniface, ep. 22. Voir aussi les lettres n° 17 et 44.
  • 9 Formulae Andecavenses, n° 32. Voir aussi Niermeyer, s.v. ‘apostolicus’.

3Il en va de même avec le champ sémantique de la légation : le mot legatio se trouve dans la Vie d’Anchaire, où Rimbert raconte les missions envoyées en Scandinavie par Louis le Pieux et Louis le Germanique5. Selon Niermeyer, legatio désigne la mission d’un missus dominicus mais aussi d’un légat apostolique6. Dans l’œuvre de Rimbert, le sens est plus proche de la première définition. De la même manière, le terme apostolicus, qui se trouve dans nos sources, n’avait pas non plus, en règle générale, une connotation missionnaire. Certes, Bède utilise l’expression opus apostolicum pour évoquer les idées missionnaires d’Ecgbert, le moine anglo-saxon qui envoya Willibrord sur le continent7, mais l’adjectif apostolicus est associé surtout avec la papauté et, en second lieu avec la hiérarchie épiscopale : l’expression vir apostolicus, comme on peut le voir dans une lettre de Charles Martel qui recommande Boniface aux grands de Gaule, signifie « évêque » et pas « missionnaire » en latin mérovingien8. On retrouve le même sens dans les Formules d’Angers9. Inversement, quand Grégoire de Tours évoque les sept apôtres de la Gaule, il écrit seulement, comme on l’a vu plus haut, septem viri ordinati ad praedicandum.

  • 10 Bruno, Passio Adalberti II, chap. 26.
  • 11 Passio Adalberti, chap. 28.

4Un changement est toutefois sensible vers l’an 1000. Bien que Bruno de Querfurt, dans sa Passio Adalberti, écrive que le saint a voulu vivre ad instar apostolorum10, dans la première Passio du même martyr, écrite probablement par Jean Canaparius, le saint se présente ainsi : Sum nativitate Sclavus, nomine Adalbertus, professione monachus, ordine quondam episcopus, officio nunc vester apostolus11. Ici, le mot apostolus a assurément un sens missionnaire, mais c’est un exemple rare pour le haut Moyen Âge.

  • 12 Lošek, introduction à l’édition de la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, p. 17.
  • 13 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 19.
  • 14 Boniface, ep. 23, 28, 38, 46, 47.
  • 15 Alcuin, ep. 113.
  • 16 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 8, 15, 25.
  • 17 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 23.
  • 18 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.
  • 19 Ibid. ; cf. aussi Rimbert, Vita Anskarii, chap. 15.

5Dans le vocabulaire moderne, on parle souvent de conversion pour désigner le passage d’une religion à une autre. Le mot conversio n’est pas employé dans le même sens par nos sources. Le titre de Conversio Bagoariorum et Carantanorum donné au livre blanc de Salzbourg ne remonte qu’au XVIIe siècle : on le trouve pour la première fois dans l’édition publiée par Freher en 160212. Pendant le haut Moyen Âge, conversio avait presque toujours un sens monastique. En revanche, le verbe convertere était employé dans un sens missionnaire. Dans l’Histoire ecclésiastique de Bède, la conversion du Sussex par Wilfrid est rapportée en ces termes : provinciam Australium Saxonum ab idolatoriae ritibus ad Christi fidem convertit13. Le même verbe, ainsi que le participe correspondant conversus, sont employés assez souvent dans la collection de lettres de Boniface, et pas seulement dans les lettres écrites par Boniface lui-même : on les trouve dans celles qui émanent des papes Grégoire II et III, ainsi que celles des évêques anglo-saxons Daniel de Winchester et Torhthelm de Leicester14. Le mot apparaît également dans une lettre envoyé par Alcuin à Arn, évêque de Salzbourg, pour évoquer la conversion des Avars15, ainsi que dans la Vie d’Anchaire par Rimbert16. Altfrid, dans sa Vie de Liudger, décrit les Saxons comme étant conversi17. Dans la Conversio Bagoariorum, on trouve l’expression ad veram Christi fidem convertit18. Les auteurs, par exemple Rimbert, utilisent aussi le terme associé de conversatio19.

  • 20 Boniface, ep. 24, 30.
  • 21 Alcuin, ep. 111.
  • 22 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 11.
  • 23 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 1.
  • 24 Jonas, Vita Columbani, praef., I, chap. 27.
  • 25 Columbanus, ep. IV, chap. 5.
  • 26 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 6, 9, 20.
  • 27 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.

6Plus fréquents sont les emplois des mots evangelium, evangelicus et evangelizare. Les expressions evangelium praedicare et evangelica praedicatione apparaissent souvent, mais il faut rapeler que le mot evangelium ne désigne pas seulement la mission, mais aussi les évangiles et la parole de Dieu. Il y a les expressions evangelium gloriae Christi et evangelium regni dans les lettres de Boniface20, veritas in evangelio dans les lettres d’Alcuin21, evangelium Christi dans la Vie d’Anchaire22, et doctrinam ewangelicae veritatis dans la Conversio23. De même, dans la préface à la Vie de Colomban par Jonas de Bobbio, on trouve les mots evangelico mucro, et dans le même texte, evangelica lux24. Colomban lui-même écrit qu’il a voulu prêcher auprès des païens de la région de Bregenz : mei voti fuit gentes visitare, et evangelium eis a nobis praedicari25. Le verbe evangelizare est employé par quelques correspondants de Boniface, et aussi par Alcuin, qui parle d’opus evangelizandi, d’iter evangelizandi et aussi de la gratia evangelizandi26. Altfrid décrit le travail de Liudger chez les Frisons avec la phrase euuangelizandi exercuisset officium27.

  • 28 Boniface, ep. 17, 25.
  • 29 Alcuin, ep. 111, 113.
  • 30 Alcuin, Vita Willibrordi, 9.
  • 31 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3.
  • 32 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 5.
  • 33 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.
  • 34 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 22 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 24.

7L’évangélisation pouvait mener au baptême. Il n’est pas surprenant qu’il y ait plusieurs références à ce rituel : celui-ci se trouvait décrit d’abord dans les mots du Christ selon l’Évangile de Matthieu (28, 19) : Euntes docete omnes gentes baptizantes eos in nomine patris et filii et spiritus sancti. Cette phrase est citée par Grégoire II, qui parle aussi de baptismatis sacri unda28. Le même verset est cité par Alcuin qui, dans une longue lettre à Arn à propos de la conversion des Avars, évoque l’enseignement spirituel, le catéchisme, la prédication, et l’importance de la vie exemplaire29. Dans la Vie de Willibrord du même auteur, on trouve la même idée, mais l’expression est plus développée : ici, Alcuin écrit que caticizatos eos pueros vitae fonte abluit30. De son côté, Bède parle des baptismatis sacramenta et de la gratia baptismi31, et dans sa lettre adressée à l’évêque Ecgbert, on trouve mention des sacri baptismatis officia32. L’auteur de la Conversio Bagoariorum écrit que Rupert de Salzbourg gentis nobiles atque ignobiles viros ad veram Christi fidem convertit sacroque baptismate regeneravit et in sancta corroboravit relligione33. Le baptême est mentionné également dans la Vie de Liudger par Altfrid, et aussi dans la Vie d’Anchaire34.

  • 35 Columbanus, ep. IV, chap. 5.
  • 36 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23 et 26, livre II, chap. 9 et 16, livre III, chap. 3 (...)
  • 37 Stephanus, Vita Wilfridi, chap. 41.
  • 38 Boniface, ep. 12.
  • 39 Boniface, ep. 24.
  • 40 Boniface, ep. 24.
  • 41 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 6.
  • 42 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 4.
  • 43 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 5, 6, 12, 14, 16, 20, 24.
  • 44 Alcuin, ep. 99, 107, 113.
  • 45 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.
  • 46 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 9, 11 ; Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1, 8.
  • 47 Passio Adalberti, chap. 22, 27.

8S’il est clair que les missionnaires devaient évangéliser les païens et baptiser les convertis, l’action la plus fréquente était la prédication. Comme on l’a vu, selon Grégoire de Tours, les sept apôtres de la Gaule étaient septem viri (…) ordinati ad praedicandum in Galliis. Le verbe praedicare et les mots qui lui sont associés, praedicatio et praedicator, dominent le vocabulaire de mission. Quand Colomban évoque son projet inabouti d’évangéliser les païens slaves, il écrit mei voti fuit gentes visitare, et evangelium eis a nobis praedicari35. Dans le même registre, Bède raconte la prédication d’Augustin à Canterbury, de Columba chez les Pictes, de Paulin et d’Aidan en Northumbrie, et de Witbert et des Hewald sur le continent36. Dans la Vie de Wilfrid écrite par Stéphane de Ripon dans la région du Sussex, le saint praedicare coepit, et suaviloqua eloquentia omni mirabiliter per ordinem praedicavit praedicator evangelicus37. Il en va de même dans les lettres de Boniface, où Grégoire II parle de labor salutiferae praedicationis ad innotescendum gentibus incredulis mysterium fidei38. Et le pape d’ordonner au saint anglo-saxon : praedicate evangelium regni39. Il note que Gerold de Mayence avait négligé de diffuser praedicationis verbum40. Pour prendre un autre exemple, dans sa Vie de Boniface, Willibald écrit que le saint se rendit sur le continent praedicandi causa, et il insiste fortement sur la prédication41. Il en va de même dans la Vie de Willibrord par Alcuin, où le saint est futurus multorum populorum praedicator42 : ce dernier terme revient souvent, au même titre que praedicare et praedicatio43. Et on retrouve le même vocabulaire dans les lettres d’Alcuin, surtout celles qu’il écrit en 796 pour évoquer la conversion des Avars et des Saxons44. Pour sa part, Altfrid parle de la praedicatio de Liudger45. On trouve un lexique identique dans la Vie d’Anchaire et dans la Conversio Bagoariorum46. Dans la Vie d’Adalbert de Prague, Jean Canaparius écrit si in commissis sibi animabus dignos fructus agere nequisset, extraneis et non baptizatis predicator missus fuerat, et il donne une description du saint comme adversus diram barbariem prophanosque idolatras gladium predicationis acuens et aptans47.

  • 48 Stephanus, Vita Wilfridi, chap. 41 ; Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23, livre III, c (...)
  • 49 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 26.
  • 50 Bède, Historia Ecclesiastica, livre II, chap. 9, livre III, chap. 3 ; Boniface, ep. 17.
  • 51 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 9 ; Boniface, ep. 17.
  • 52 Boniface, ep. 24.
  • 53 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 8.
  • 54 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7.
  • 55 Boniface, ep. 46.
  • 56 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 19.
  • 57 Boniface, ep. 23.
  • 58 Alcuin, ep. 113.

9Associé au vocabulaire de la prédication, on trouve aussi le mot verbum, dans les expressions verbum Dei48, verbum vitae49, verbum fidei50, verbum salutis51, verbum praedicationis52, verbum Domini53, fides Domini54, sermo Domini55, et ministri verbi56. L’expression verbum Dei se trouvait déjà dans une des injonctions de l’Évangile de Luc (9, 60) : Vade, adnuntia verbum Dei. Il est toutefois assez rare qu’on donne une définition du verbum Dei : on savait ce qu’était le message de l’Évangile. Mais dans une lettre bien connue, Daniel de Winchester charge Boniface de raconter l’histoire du salut, qu’il prêchait57, et Alcuin est presque aussi expansif dans la lettre qu’il écrit à Arn à propos de la conversion des Avars58.

  • 59 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 2.
  • 60 Alcuin, Vita Willibrordi, 5, 6 ; Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.
  • 61 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 24.
  • 62 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4 ; Boniface, ep. 24.
  • 63 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 6.
  • 64 Alcuin, ep. 111.
  • 65 Alcuin, ep. 113.

10Également dérivées de l’Évangile, on trouve les expressions liées aux semailles et la récolte : seminator verbi Dei dans la Conversio Bagoariorum59, purissimi verbi Dei semina et semina vitae dans les Vies de Willibrord et de Liudger60, et verbi divini semina dans la Vie d’Anchaire61, où l’on voit une allusion à la parabole du semeur ; il y a en outre le verbe disseminare62. Le champ lexical de la récolte est moins fréquent, mais est fondé sur une injonction conjointe des Évangiles de Matthieu (9, 37) et de Luc (10, 2-3) : quand le Christ envoie les soixante-douze disciples prêcher l’Évangile, il leur dit Messis quidem multa, operarii autem pauci. Rogate ergo dominum messis ut mittat operarios in messem suam. L’image est reprise par Willibald dans sa Vie de Boniface63, et le verset est cité par Alcuin dans sa lettre à Meginfrid, où il parle de la stratégie missionnaire employée dans la conversion des Saxons64. Encore plus rare est l’imagerie de la pêche provenant de l’Évangile de Jean (21, 6-11) ; mais on la trouve dans une lettre d’Alcuin adressée à Arn au sujet de la conversion des Avars65.

  • 66 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 26 ; Id., Ep. ad Ecgbertum, chap. 5; Boniface, ep. 25 (...)
  • 67 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 5 ; Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 4.
  • 68 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.
  • 69 Ibid., chap. 1.
  • 70 Ibid., chap. 5.
  • 71 Ibid., chap. 8.
  • 72 Wolfram 2013, p. 16-33.

11Prêcher la parole de Dieu est le thème dominant de nos sources. Il y a, bien sûr, beaucoup de mots et d’expressions qui sont presque synonymes. On retrouve souvent le verbe docere. Ce n’est pas étonnant puisqu’il se trouve dans l’injonction de l’Évangile de Matthieu (28, 19-20) : Euntes docete omnes gentes baptizantes eos in nomine patris et filii et spiritus sancti. Il n’est donc guère surprenant que Bède, et surtout les papes écrivant à Boniface, ou le saint anglo-saxon lui-même, emploient le mot66. En outre, il y a les verbes comme erudieri, employé par Bède et Alcuin67. Dans la Conversio Bagoariorum, il y a une plus grande palette d’expressions telles que admonere68, in sancta religio corroborare69, in fide firmiter confortare70, et populos in fide et christianitate praedicando confortare71. Il est vrai qu’ici, il faut prendre en compte la fonction du texte. La Conversio Bagoariorum fut écrite dans le contexte de la lutte entre l’Église bavaroise et le missionnaire grec Méthode72. Pour l’auteur, il était nécessaire de démontrer que l’Église de Salzbourg avait établi une structure pastorale avant l’arrivée de Méthode.

  • 73 Jonas, Vita Columbani, livre I, chap. 27 ; Boniface, ep. 101 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 8.
  • 74 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23 ; Id., Ep. ad Ecgbertum, 7 ; Boniface, ep. 12, 23, (...)
  • 75 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4 ; Alcuin, ep. 113.
  • 76 Bède, Historia Ecclesastica, livre I, chap. 24.
  • 77 Jonas, Vita Columbani, praef.
  • 78 Boniface, ep. 17, 46-8, 101 ; Willibald, Vita Bonifatii, chap. 8 ; Alcuin, Vita Willibrordi, chap. (...)
  • 79 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 5, 12.
  • 80 Wood 1995.
  • 81 Indiculus Superstitionum et Paganiarum.
  • 82 Concilium Germanicum.

12Signalons encore d’autres noms récurrents : veritas, souvent dans une expression comme via veritatis ou agnitio veritatis73. Labor74, exemplum75 ou utilitas76 sont tous présents également. Ajoutons encore les mots négatifs, tels que error77, paganus78, idolatoria. Comme souvent, l’expression d’Alcuin est un peu plus littéraire79 : il parle d’idolatriae spinas, et cite les mots de Jérémie (4, 3), Novitate vobis novalia et nolite serere super spinas. Mais il faut rappeler la rareté des descriptions spécifiques à propos du paganisme, des dieux païens ou des lieux de culte80, sauf dans les brefs récits concernant la destruction de l’Irminsul, dans les formules de baptême, ou dans l’Indiculus Superstitionum et Paganiarum81, ainsi que dans les clauses connexes du Concile germanique de 74282.

  • 83 Jonas, Vita Columbani, praef., livre I, chap. 27 ; Columbanus, ep. IV, chap. 5 ; Stephanus, Vita W (...)
  • 84 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3, 5.
  • 85 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4.
  • 86 Ibid., chap. 4-8.
  • 87 Ibid., chap. 5. Voir aussi Grégoire de Tours, DLH, livre I, chap. 30 ; Conversio Bagoariorum et Ca (...)
  • 88 Passio Adalberti, chap. 12 ; voir aussi ibid., chap. 27.
  • 89 Grégoire le Grand, Regula Pastoralis, livre II, chap. 4, 7, 8, 10, livre III, chap. 19, 23, 24, 38 (...)
  • 90 Passio Adalberti, chap. 12 ; Grégoire le Grand, Regula Pastoralis, livre II, chap. 1, 5 ; Passio A (...)

13À l’exception des mots qui se réfèrent explicitement au paganisme, et peut-être des mots associés avec evangelizare et evangelium83, il faut noter que ce vocabulaire missionnaire est le même que celui de la pastorale. Ce point apparaît notamment si on compare le récit de la conversion de l’Angleterre racontée par Bède avec sa description du travail du clergé dans les royaumes anglo-saxons christianisés : il n’y a pas de différence entre la description d’Aidan pendant la période de la conversion et dans les années suivantes84. Bède emploie le même vocabulaire dans son Histoire Ecclésiastique et dans sa lettre adressée à l’évêque Ecgbert de York quelques mois avant sa mort. Le modèle de la pastorale se trouve dans les Actes des Apôtres, dans la prédication de Paul et de Barnabé85. Dans la lettre, comme dans les autres sources, les mots centraux sont praedicare, praedicare euangelium, praedicandus, praedicatio, et euangelizare86 ; il faut y associer celui d’ordinare87, parce qu’il fallait installer suffisamment de prêtres. On arrive à la même conclusion en comparant les références missionnaires et les déclarations pastorales dans les lettres d’Alcuin. Vers l’an mille, Jean Canaparius emploie les mots predicationis uerba et predicatio pour le travail pastoral d’Adalbert à Prague, quand il était toujours dans une ville théoriquement chrétienne88. Il est vrai que les mêmes racines lexicales, sous la forme de praedictator et de praedicatio, se trouvaient dans la Règle pastorale de Grégoire le Grand89, le texte capital pour ce sujet, plusieurs fois cité dans la Vie d’Adalbert90.

  • 91 Dierkens 1984.

14Ces rapprochements lexicaux illustrent un chevauchement réel entre la conversion et la pastorale, perceptible par ailleurs dans les régions converties. Quand faut-il arrêter la période de conversion des Saxons, et faire commencer le processus de la pastorale ? Dans la Vie de Liudger, il n’y a pas de rupture entre ces deux étapes. Il en va de même dans la région décrite par la Conversio Bagoariorum. Dans la Vie d’Anchaire également, on voit une oscillation entre la conversion des païens et le soin pastoral des convertis. Quant à Boniface, il ne savait pas s’il travaillait dans un monde chrétien ou païen, ou ne voulait pas faire cette distinction : le fameux Indiculus Superstitionum et Paganiarum, une liste des erreurs superstitieuses du milieu du VIIIe siècle, qu’on peut associer avec lui ou avec son cercle, identifie les erreurs des chrétiens et ne décrit pas un monde païen91.

  • 92 Wood 2001, p. 3-5.
  • 93 Ilboudo 1988, p. 120-1.

15Ce chevauchement présente un problème pour l’historien de la conversion. Est-ce qu’on peut limiter la recherche à la période païenne, ou doit-on étendre ses recherches aux premières années du christianisme ? Je suggère qu’il reste légitime de conserver une distinction entre l’action de conversion et le soin pastoral parce que, même si le vocabulaire est le même dans les deux cas, le contexte est différent92. On peut penser aux distinctions faites par les jésuites aux XVIe et XVIIe siècles entre mission interne et mission externe, entre mission parmi les fidèles et parmi les infidèles93.

  • 94 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7.
  • 95 Jean de Saint-Arnoul, Vita Iohannis Gorzie, chap. 117.

16En premier lieu, il faut considérer la relation entre le missionnaire et les structures de l’État concerné. Dans un royaume chrétien, le missionnaire pouvait compter sur l’appui du roi, de l’Église elle-même, et normalement de l’élite. Si un missionnaire était invité à prêcher dans un royaume païen par un roi déjà converti, comme Harald Klak dans le pays des Danois, ou peut-être Aethelbert en Angleterre, ou qui avait exprimé le désir d’être converti, comme Edwin, le missionnaire n’avait pas l’appui de l’Église, mais bénéficiait du soutien du roi. Il est vrai que ce n’était pas toujours une garantie de sécurité. Par exemple, les missions d’Anchaire vers la Scandinavie ont rencontré des insuccès, et il y eut des martyrs. Au commencement du XIe siècle, Bruno de Querfurt fut martyrisé bien qu’il eût impressionné le roi des Ruses ou des Prusses. La question du danger fut abordée explicitement quand Harald Klak demanda à Louis le Pieux de lui fournir des missionnaires : l’empereur et l’Église franque voulurent envoyer quelqu’un qui était socialement insignifiant, et on fut surpris quand le jeune aristocrate Autbert exprima le désir d’accompagner Anchaire94. La même préoccupation ressurgit, bien que ce ne fût pas dans un contexte missionnaire, au moment de la légation de Jean de Gorze à la cour omeyyade à Cordoue en 95395.

  • 96 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23.
  • 97 Wood 2010, p. 254.

17En deuxième lieu, liée à la question du danger, il y avait l’expérience de la peur. On peut la percevoir dans l’histoire de la mission d’Augustin de Canterbury, qui voulut abandonner la mission vers l’Angleterre96. Le sentiment de peur est exprimé surtout, et souvent, dans les textes qui concernent Adalbert de Prague et Bruno de Querfurt97. C’était un sentiment qu’il fallait surmonter.

  • 98 Grégoire le Grand, Registrum, livre VI, 49.
  • 99 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3.
  • 100 Wood 2001, p. 257.
  • 101 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 9 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 8.

18En troisième lieu, il y avait la question de la langue, même si ce problème n’apparaît pas souvent dans nos sources. Dans un royaume chrétien, un pasteur pouvait normalement parler la langue de ses auditeurs. Mais quand un missionnaire prêchait dans un monde étranger, il lui fallait parler dans une langue qui ne lui était pas familière. Augustin a dû emmener des interprètes francs quand il est allé en Angleterre98. En Northumbrie, le roi Oswald a parfois servi d’interprète pour Aidan99. Dans les œuvres de Bruno de Querfurt, il est souvent question de la nécessité d’apprendre les langues slaves100. On peut penser que l’acquisition de jeunes garçons, qu’on voit dans les Vies de Willibrord et d’Anschaire101, avait pour objectif le rassemblement d’un groupe de locuteurs natifs pour la mission scandinave.

19Ainsi, si les jésuites ont développé un vocabulaire de mission à la fin du XVIe et au commencement du XVIIe siècle, pendant le haut Moyen Âge au contraire, le vocabulaire de mission était à peu près le même que celui de la pastorale. Cela n’implique pas l’absence de distinction entre ces deux sphères. Certes, les deux phénomènes se chevauchaient en partie, mais il faut garder à l’esprit la réalité de chaque situation. Dans cette perspective, le même vocabulaire présente des implications différentes selon le contexte. Il y a donc un argument pour le traitement de la pastorale et de la mission comme un seul sujet, mais il reste légitime de les distinguer l’une de l’autre.

Bibliographie

Alcuin, ep. = Alcuin, Epistolae, éd. E. Dümmler, Berlin, [1881] 1978 (MGH, Poetae Latini, 1), p. 160-351.

Alcuin, Vita Willibrordi = Alcuin, Vita Willibrordis archiepiscopi Traiectensis, éd. W. Levison, Hanovre, 1920 (MGH, Scriptores rerum Merowinigicarum, 7), p. 81-141.

Altfrid, Vita Liudgeri = Die Vitae Sancti Liudgeri, éd. W. Diekamp, Münster, 1881.

Bède, Historia Ecclesiastica = Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, éd. Ch. Plummer, Oxford, 1896.

Bède, Ep. ad Ecgbertum = Bède le Vénérable, Epistola ad Ecgbertum Episcopum, éd. C. Grocock et I.N. Wood, dans Abbots of Wearmouth and Jarrow, Oxford, 2013, p. 123-61.

Boniface, ep. = Boniface, Epistolae, éd. M. Tangl, Berlin, 1916 (MGH, Epistolae, IV).

Bruno, Passio Adalberti II = Brunon de Querfurt, Passio sancti Adalberti episcopi et martyris, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1841 (MGH, Scriptores, 4), p. 596-612.

Columbanus, ep. = Colomban, Lettres, dans Sancti Columbani Opera, éd. G. S. M. Walker, Dublin, [1957] 1970 (Scriptores Latini Hiberniae, II).

Concilium Germanicum = Concilium in Austrasia habitum q. d. Germanicum, éd. A. Werminghoff, Berlin, 1906 (MGH, Concilia aevi Karolini, t. I, vol. 1).

Conversio Bagoariorum et Carantanorum = Die Conversio Bagoariorum et Carantanorum und der Brief des Erzbischofs Theotmar von Salzburg, éd. F. Lošek, Hanovre, 1997 (MGH, Studien und Texte, 15) ; rééd. H. Wolfram, Conversio Bagoariorum et Carantanorum. Das Weißbuch des Salzburger Kirche über die erfolgreiche Mission in Karantanien und Pannonien mit Zusätzen und Ergänzungen, Ljubljana, 2013.

Dierkens 1984 = A. Dierkens, Superstitions, christianisme et paganisme à la fin de l’époque mérovingienne. À propos de l’Indiculus superstitionum et paganiarum, dans H. Hasquin (dir.), Magie, sorcellerie et parapsychologie, Bruxelles, 1984, p. 9-26.

Formulae Andecavenses = Formulae Andecavenses, éd. K. Zeumer, Hanovre, 1886 (MGH, Formulae merowingici et Karolini aevi), p. 4-25.

Grégoire de Tours, DLH = Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, éd. B. Krusch, Hanovre, 1937 (MGH, Scriptores rerum Merowinigicarum I, 1 et 2).

Grégoire le Grand, Regula Pastoralis = Grégoire le Grand, Règle pastorale, éd. F. Rommel, Paris, 1992 (Sources chrétiennes, 381).

Grégoire le Grand, Registrum = Grégoire le Grand, Registrum, éd. P. Ewald et L. Hartmann, Hanovre, 1887-1899 (MGH, Epistolae, 1-2).

Ilboudo 1988 = J. Ilboudo, De l’histoire des missions à l’histoire de l’Église, dans G. Ruggieri (dir.), Église et histoire de l’Église en Afrique : actes du colloque de Boulogne, 22-25 octobre 1988, Paris, 1988, p. 119-40.

Indiculus Superstitionum et Paganiarum = Indiculus Superstitionum et Paganiarum, dans A. Boretius (éd.), Capitularia regum Francorum, Hanovre, 1835 (MGH, Legum Sectio II), n° 108, p. 222-223.

Jean de Saint-Arnoul, Vita Iohannis Gorzie = Jean de Saint-Arnoul, Vita Iohannis Gorzie coenobii abbatis, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1841 (MGH, Scriptores, 4), p. 337-377.

Jonas, Vita Columbani = Jonas, Vita Columbani, éd. B. Krusch, Hanovre, 1902 (MGH, Scriptores rerum Merowinigicarum, 3) ; rééd. B. Krusch, Ionae Vitae Sanctorum Columbani, Vedastis, Iohannis, Hanovre, 1905 (MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 37).

MGH = Monumenta Germaniae Historica.

Niermeyer = Jan Frederik Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leyde, 1976.

Passio Adalberti = Jean Canaparius, Vita antiquior S. Adalberti episcopi, éd. G. H. Pertz, Hanovre, 1841 (MGH, Scriptores, 4), p. 581-595.

Rimbert, Vita Anskarii = Rimbert, Vita Anskarii, éd. G. Waitz, Hanovre, 1884 (MGH, Scriptores rerum Germanicarum, 55).

Stephanus, Vita Wilfridi = Stéphane de Ripon, Vita Wilfridi, éd. B. Colgrave, The life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, Cambridge, 1927.

Willibald, Vita Bonifatii = Vita Bonifatii auctore Willibaldo, dans W. Levison (éd.), Vitae sancti Bonifatii archiepiscopi Moguntini, Hanovre, 1905 (MGH, Scriptores rerum Germanicarum in usum scholarum, 57), p. 1-58.

Wolfram 2013 : voir Conversio Bagoariorum et Carantanorum (2e reference).

Wood 1995 = I. Wood, Pagan religion and superstitions east of the Rhine from the fifth to the ninth century, dans G. Ausenda (dir.), After Empire, Woodbridge, 1995, p. 253-268.

Wood 2001 = I. Wood, The missionary life. Saints and the evangelisation of Europe, 400-1050, Harlow, 2001.

Wood 2010 = I. Wood, Shoes and a fish dinner : the troubled thoughts of Bruno of Querfurt, dans R. Corradini, M. Gillis, R. McKitterick, I. van Renswoude (dir.), Ego trouble : authors and their identities in the Early Middle Ages, Vienne, 2010 (Forschungen zur Geschichte des Mittelalters, 15), p. 249-58.

Notes

1 Online Etymology Dictionary, etymonline.com, s.v. « mission » et « missionary ».

2 Grégoire de Tours, DLH, I, 30.

3 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 5.

4 Voir Niermeyer, s.v. ‘missa’, ‘missalis’, ‘missaticus’, ‘missio’, ‘missus’.

5 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 9, 11, 25.

6 Voir Niermeyer, s.v. legatio.

7 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 9.

8 Boniface, ep. 22. Voir aussi les lettres n° 17 et 44.

9 Formulae Andecavenses, n° 32. Voir aussi Niermeyer, s.v. ‘apostolicus’.

10 Bruno, Passio Adalberti II, chap. 26.

11 Passio Adalberti, chap. 28.

12 Lošek, introduction à l’édition de la Conversio Bagoariorum et Carantanorum, p. 17.

13 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 19.

14 Boniface, ep. 23, 28, 38, 46, 47.

15 Alcuin, ep. 113.

16 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 8, 15, 25.

17 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 23.

18 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.

19 Ibid. ; cf. aussi Rimbert, Vita Anskarii, chap. 15.

20 Boniface, ep. 24, 30.

21 Alcuin, ep. 111.

22 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 11.

23 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, 1.

24 Jonas, Vita Columbani, praef., I, chap. 27.

25 Columbanus, ep. IV, chap. 5.

26 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 6, 9, 20.

27 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.

28 Boniface, ep. 17, 25.

29 Alcuin, ep. 111, 113.

30 Alcuin, Vita Willibrordi, 9.

31 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3.

32 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 5.

33 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.

34 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 22 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 24.

35 Columbanus, ep. IV, chap. 5.

36 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23 et 26, livre II, chap. 9 et 16, livre III, chap. 3 et 4, et livre V, chap. 9 et 10.

37 Stephanus, Vita Wilfridi, chap. 41.

38 Boniface, ep. 12.

39 Boniface, ep. 24.

40 Boniface, ep. 24.

41 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 6.

42 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 4.

43 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 5, 6, 12, 14, 16, 20, 24.

44 Alcuin, ep. 99, 107, 113.

45 Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.

46 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7, 9, 11 ; Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1, 8.

47 Passio Adalberti, chap. 22, 27.

48 Stephanus, Vita Wilfridi, chap. 41 ; Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23, livre III, chap. 4, livre V, chap. 9 ; Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 9, 12 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 9.

49 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 26.

50 Bède, Historia Ecclesiastica, livre II, chap. 9, livre III, chap. 3 ; Boniface, ep. 17.

51 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 9 ; Boniface, ep. 17.

52 Boniface, ep. 24.

53 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 8.

54 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7.

55 Boniface, ep. 46.

56 Bède, Historia Ecclesiastica, livre V, chap. 19.

57 Boniface, ep. 23.

58 Alcuin, ep. 113.

59 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 2.

60 Alcuin, Vita Willibrordi, 5, 6 ; Altfrid, Vita Liudgeri, livre I, chap. 19.

61 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 24.

62 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4 ; Boniface, ep. 24.

63 Willibald, Vita Bonifatii, chap. 6.

64 Alcuin, ep. 111.

65 Alcuin, ep. 113.

66 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 26 ; Id., Ep. ad Ecgbertum, chap. 5; Boniface, ep. 25, 44, 78, 85.

67 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 5 ; Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 4.

68 Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 1.

69 Ibid., chap. 1.

70 Ibid., chap. 5.

71 Ibid., chap. 8.

72 Wolfram 2013, p. 16-33.

73 Jonas, Vita Columbani, livre I, chap. 27 ; Boniface, ep. 101 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 8.

74 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23 ; Id., Ep. ad Ecgbertum, 7 ; Boniface, ep. 12, 23, 78.

75 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4 ; Alcuin, ep. 113.

76 Bède, Historia Ecclesastica, livre I, chap. 24.

77 Jonas, Vita Columbani, praef.

78 Boniface, ep. 17, 46-8, 101 ; Willibald, Vita Bonifatii, chap. 8 ; Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 9 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 8.

79 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 5, 12.

80 Wood 1995.

81 Indiculus Superstitionum et Paganiarum.

82 Concilium Germanicum.

83 Jonas, Vita Columbani, praef., livre I, chap. 27 ; Columbanus, ep. IV, chap. 5 ; Stephanus, Vita Wilfridi, chap. 41 ; Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3, livre V, chap. 9 ; Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4, 6, 7 ; Boniface, ep. 13 ; Altfrid, Vita Liudgeri, chap. 25.

84 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3, 5.

85 Bède, Ep. ad Ecgbertum, chap. 4.

86 Ibid., chap. 4-8.

87 Ibid., chap. 5. Voir aussi Grégoire de Tours, DLH, livre I, chap. 30 ; Conversio Bagoariorum et Carantanorum, chap. 7.

88 Passio Adalberti, chap. 12 ; voir aussi ibid., chap. 27.

89 Grégoire le Grand, Regula Pastoralis, livre II, chap. 4, 7, 8, 10, livre III, chap. 19, 23, 24, 38, 39, 40, livre IV, chap. 1, 65.

90 Passio Adalberti, chap. 12 ; Grégoire le Grand, Regula Pastoralis, livre II, chap. 1, 5 ; Passio Adalberti, chap. 23.

91 Dierkens 1984.

92 Wood 2001, p. 3-5.

93 Ilboudo 1988, p. 120-1.

94 Rimbert, Vita Anskarii, chap. 7.

95 Jean de Saint-Arnoul, Vita Iohannis Gorzie, chap. 117.

96 Bède, Historia Ecclesiastica, livre I, chap. 23.

97 Wood 2010, p. 254.

98 Grégoire le Grand, Registrum, livre VI, 49.

99 Bède, Historia Ecclesiastica, livre III, chap. 3.

100 Wood 2001, p. 257.

101 Alcuin, Vita Willibrordi, chap. 9 ; Rimbert, Vita Anskarii, chap. 8.

Auteur

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable