Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la notion de sacer

 | 
Thibaud Lanfranchi

Chapitre 5. Le sacré en partage. Sakaraklúm, temple ou sanctuaire sur le cippe d’Abella ?

Olivier de Cazanove

Texte intégral

  • 1  Sur celles-ci, Cazanove 2000, p. 265-276.
  • 2  P.-Fest., p. 519-520 L. : Ver sacrum uouendi mos fuit Italicis. Plus précisément encore, c’est l’I (...)
  • 3  Liv., 22, 9, 7-10 ; 33, 44, 1-2 ; 34, 44, 1-6 ; Plut., Fab. Max., 4, 6. Cf. Scheid 1998c ; Clark 2 (...)
  • 4  Dench 1995, p. 183.
  • 5  Heurgon 1957, p. 51 ; Prosdoscimi 1989a, p. 528 ; Caro Roldán 2000.
  • 6  Cazanove 2000.

1Pour étudier le concept de sacer dans l’Italie que nous appelons improprement préromaine, plusieurs angles d’attaque sont a priori envisageables. Le dossier du printemps sacré, du uer sacrum qui est, nous disent les sources anciennes1, un mos, une coutume typiquement italique2 semble particulièrement riche, mais se révèle difficile à exploiter. Les textes qui en parlent sont latins ou grecs. Ils reflètent le point de vue de l’autre, au surplus très éloigné dans le temps. Ainsi, nous n’avons aucune idée de la manière dont on pouvait dire « printemps sacré » en osque – en admettant que le uer sacrum latin (le mot et la chose, puisqu’on en voue un à Rome après Trasimène3) soit la traduction d’un original italique. De fait, la plupart des modernes se refusent à historiciser le printemps sacré italique4 et admettent qu’il « n’a peut-être jamais eu d’autre existence que rétrospective et légendaire »5, selon les mots de Jacques Heurgon qui consacrait, voilà près de cinquante ans, trois études au uer sacrum. S’il en est ainsi, celui-ci n’a rien à nous apprendre sur la notion de sacer en terre italique. Je serais pour ma part moins pessimiste et j’en ai donné ailleurs les raisons6. Néanmoins, je préfère renvoyer à plus tard cette étude complexe et m’attacher ici aux attestations de première main de la notion de sacer et de ses dérivés dans les régions de langue osque – ce qui implique de se tourner vers la documentation épigraphique.

  • 7  Cependant sakor[o] doit être un nom. pl. neutre. Ve 196 = ST, Me 1-3 = Imagines Italicae, 3, p. 15 (...)
  • 8  Sacaracirix : Ve 213 = ST, Pg 9 = Imagines Italicae, 1, p. 267-268 Paeligni/Corfinium 6 ; sacra[r] (...)
  • 9  Poccetti 186-187 = ST, Lu 23 = Imagines Italicae, 3, p. 1468-1469 Brettii/Crimisa 1-2 (Cirò, templ (...)
  • 10  Ve 147 = ST, Sa 1 = Imagines Italicae, 2, p. 1200-1206 Pentri/Teruentum 34, lignes 19 et 21.
  • 11  Ve 74 = ST, Cp 8 = Imagines Italicae, 1, p. 406-407 Campania/Capua 15 ; Ve 75 = ST, Cp 9 = Imagine (...)
  • 12  Ve 89 = ST, Cp 18 = Imagines Italicae, 1, p. 412-413 Campania/Capua 18 ; Ve 92, a = ST, Cp 17 = Im (...)
  • 13  Franchi De Bellis 1981, p. 63-64.
  • 14  Varro, rust., 2, 1, 20 ; Plaut., Men., 289 ; Rud., 1208.
  • 15 Fest., p. 420 et 422 L.

2Les attestations de l’adjectif sacer y sont rares. On en trouve une à la fin de l’inscription de la touto Mamertino de Messine7, avec l’équivalent de la formule banale dans l’épigraphie latine sacrum + théonyme au datif (ici [a]ppellounhi sakor[o]). Dérivé de sacer, le nom de la prêtresse, sacaracirix, sacra[r]acrix, sacracrix, semble attesté trois, voire quatre fois en pays pélignien et marrucin8, peut-être aussi celui de la prêtrise en général9. Le verbe sacrifier/consacrer est bien attesté, entre autres sur la lamelle de bronze d’Agnone10, ou encore sur les stèles de Capoue dites iuvilas11. Sur celles-ci, on trouve aussi mention de la victime sacrificielle, sakri-12 qui est, spécifiquement, selon Annalisa Franchi De Bellis dans son étude sur les Iovile Capuane, le porcelet13. Elle s’appuie sur un passage de Varron citant Plaute14, sur un autre – corrompu – de Festus15, enfin sur les représentations de porcelets qui figurent régulièrement sur les iuvilas de terre cuite et qui semblent être le pendant d’offrandes non sanglantes, gâteaux sacrés ou céréales.

  • 16  Ve 150 = ST, Sa 7 = Imagines Italicae, 2, p. 1174-1176 Pentri/Teruentum 18 : n(ú)v(is).vesullia / (...)
  • 17  Ve 175 = ST, Sa 30 = Imagines Italicae, 2, p. 1222-1223, Pentri/Fagifulae 3 : sakara]klúm.
  • 18  Ve 89 = ST, Cp 18 = Imagines Italicae, 1, p. 413 Campania/Capua 18. Mickaël Crawford transcrit et (...)
  • 19  Ve 1 = ST, Cm 1 = Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1 A, lignes 11, 13, 17, 20. Cf. (...)

3Restent plusieurs attestations d’un substantif, sakaraklúm, attesté sur une ou deux inscriptions de Pietrabbondante16, sans doute aussi sur une inscription frentanienne de Valfortore près de Larinum17, peut-être sur une des iuvilas de Capoue18. Enfin, sakaraklúm n’est attesté pas moins de quatre fois sur le cippe d’Abella, uniquement face A19. Ce document note un accord passé entre les cités d’Abella et Nola qui possèdent en commun un lieu de culte d’Hercule. La possession partagée des gens de Nola et d’Abella consiste en deux choses : le sakaraklúm d’Hercule, et le terrain (teerúm) qui est auprès de ce sakaraklúm, un terrain délimité par des bornes, ce bornage étant le fait d’une décision conjointe des deux parties.

  • 20  Cette communication a été rédigée et prononcée sans connaître encore Marchese 2013 complétée par M (...)
  • 21  Voir l’appendice d’E. Dupraz.

4L’enjeu est donc de savoir ce que désigne sakaraklúm20, un terme qui a de toute façon à voir avec la sphère du sacré, un sacré qui est ici en partage entre deux communautés. Le cippe d’Abella a fait l’objet d’une ample bibliographie et, par ailleurs, le regard que je peux poser sur l’inscription n’est pas celui d’un linguiste. Je laisse donc à plus compétent que moi le soin d’établir l’étymologie du mot21 et la structure du texte. Mais je crois qu’il est indispensable qu’un document d’une telle importance fasse l’objet d’une discussion entre spécialistes de diverses disciplines. Je ferai en ce sens deux séries de remarques.

  • 22  Pulgram 1960.
  • 23  Franchi De Bellis 1988, p. 15-110.
  • 24  La Regina 2000, p. 219.
  • 25  Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1.
  • 26  Dupraz 2012, p. 100.
  • 27  T. Cinquantaquattro, dans Cinquantaquattro, Pescatori 2013, p. 10 et p. 99, fig. 18, 1-2.
  • 28  Manco 2006.

5D’abord sur la localisation même du lieu de culte. Puisqu’il est propriété commune des deux cités limitrophes d’Abella et de Nola, on a d’abord, assez naturellement, pensé qu’il était situé sur la frontière séparant les deux territoires civiques. C’est par exemple l’hypothèse qu’a formulé E. Pulgram dans une contribution qui a fait date dans l’histoire des études sur le cippus Abellanus22 (fig. 1 a). L’inscription situe le sakaraklúm herekleís comme étant [ú]p slaagid – et ce terme mystérieux revient deux autres fois sur la face B de la pierre. On a donc eu très largement tendance à traduire slaagi- par « frontière », en proposant divers rapprochements linguistiques et diverses étymologies. Par exemple Emil Vetter en 1953: ad confinium, ou encore E. Pulgram en 1960: « by the dividing line [separating the townships of Nola and Abella] ». Dans la très utile édition qu’elle a proposée en 1988 du cippe, A. Franchi De Bellis, tout en reconnaissant que « le più probabili etimologie di slagi- denotano […] la connessione della parola con la linea di confine » rejette en définitive la traduction « presso il confine » qui serait trop vague, puisque, dit-elle, une frontière délimite tout un territoire. Elle propose d’identifier slagii avec de l’ager extraclusus, des marges non cadastrées, ou encore une zone-tampon, « un terreno-cuscinetto » (fig. 1 b)23. Plus récemment, Adriano La Regina traduit slagi- par « marché », mais admet que cette traduction est « non dimostrabile su base linguistica »24. En 2011, les Imagines Italicae suggèrent de rendre slagím, slaagid par eschatia25. Tout récemment, dans une étude sur les démonstratifs sabelliques, E. Dupraz s’en tient pour sa part au sens de slagi- = frontière26. Quant à l’argument selon lequel une indication de localisation « à la frontière » (entre Abella et Nola) serait trop imprécise, il est facile de répondre qu’elle sous-entend évidemment : sur l’itinéraire, la route qui va de l’une à l’autre. Dans un récent fascicule de la série Fana Templa Delubra (Corpus dei luoghi di culto dell’Italia antica) consacré à Avella, Atripalda et Salerne, Teresa Cinquantaquattro signale la découverte, au lieu-dit Paenzano, sur la route entre Avella et Nola, de deux statuettes en bronze d’Hercule27. Il est intéressant de noter qu’on est à quelques centaines de mètres tout au plus de la limite administrative, encore aujourd’hui, entre les provinces de Naples et d’Avellino (fig. 2). Il est inutile de chercher désormais des traces de l’éventuel lieu de culte, deux grandes décharges ayant été aménagées dans cette zone de carrières. Il y a quelques années, Alberto Manco a suggéré un rapprochement entre le toponyme Schiava, juste au nord, et l’osque slagi-28. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’un lieu de culte situé là où la frontière entre les deux cités recoupe l’axe conjoignant leurs centres urbains semble la plus probable.

Fig. 1 –. Propositions de restitution planimétrique du lieu de culte d’Hercule du cippe d’Abella : a. Pulgram 1960 ; b. Franchi De Bellis 1988 ; Crawford 2011.

Fig. 1 –. Propositions de restitution planimétrique du lieu de culte d’Hercule du cippe d’Abella : a. Pulgram 1960 ; b. Franchi De Bellis 1988 ; Crawford 2011.

Fig. 2 – Entre Nola et Abella : les lieux-dits Paenzano et Schiava, et la limite provinciale moderne (O. de Cazanove, sur fond de plan Google Earth).

Fig. 2 – Entre Nola et Abella : les lieux-dits Paenzano et Schiava, et la limite provinciale moderne (O. de Cazanove, sur fond de plan Google Earth).
  • 29  Un temple au sens courant du terme, s’entend, et non au sens technique, augural de templum, comme (...)
  • 30  Mommsen 1850, p. 119-120.
  • 31  Mommsen 1850, p. 125.
  • 32  Ve 1.
  • 33  Untermann 1954, p. 96. Le même auteur s’est toutefois rallié par la suite à l’opinion d’A. L. Pros (...)

6Venons-en maintenant au cœur du problème : la signification de sakaraklúm. Qu’est-ce donc que ce sakaraklúm herekleís que possèdent en commun Nola et Abella ? Pendant longtemps, il n’a pas fait de doute qu’il s’agissait d’un temple d’Hercule29. En 1850, Theodor Mommsen30 traduisait sacellum Herculis in agro ( ?) quod est et terra quae apud id sacellum est (et en allemand : « der Tempel des Hercules »31). En 1953, E. Vetter32 traduisait pour sa part : templum Herculis, [ad] confinium quod est, et territorium, quod apud id templum [est], etc. À la fin de la face A et sur la face B, apparaît cette fois l’expression herekleís fíísnú (répétée trois fois, à différents cas, ainsi qu’une occurrence de físnam seul) que T. Mommsen comme E. Vetter rendaient par Herculis fanum. En 1954, Jürgen Untermann donnait dans son étude sur le vocabulaire du Cippus Abellanus33 la même traduction de sakaraklúm : « Tempel ».

  • 34  Pulgram 1960, p. 22. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence en italiques les (...)
  • 35  Pulgram 1960, p. 18. Cette traduction latine est intéressante, en ce qu’elle montre que Pulgram ne (...)

7En 1960, dans un article dont j’ai déjà souligné l’importance, E. Pulgram inverse les termes du problème : « I translate consistently sakaraklúm as “sanctuary” and fíísnú (fanum) as “temple”. This distinction is essential since the provisions attaching to the sanctuary as a whole are different from those concerning the temple alone »34. Il est à noter qu’E. Pulgram, à l’instar de ses prédécesseurs, avait d’abord proposé une traduction latine où sakaraklúm était tout aussi constamment rendu par sacrarium35.

  • 36  Prosdoscimi, Del Tutto Palma 1978, p. 853-859, part. p. 858 : « la correlazione-opposizione fiisnu (...)
  • 37  Franchi De Bellis 1988, p. 103-105. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence e (...)
  • 38  La Regina 2000, p. 218-219. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence en italiq (...)
  • 39  Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1. Je reproduis ci-dessous la traduction de M. Cr (...)

8La traduction de sakaraklúm comme « sanctuaire » va alors s’imposer, jusqu’à nos jours. Elle est reprise, entre autres, par A. L. Prosdoscimi36, A. Franchi De Bellis37, A. La Regina38, M. Crawford39. Par conséquent, on rend l’alternance sakaraklúm herekleís / herekleís fíísnú comme « sanctuaire d’Hercule » / « temple d’Hercule ».

  • 40  Rudhardt 1958, p. 23.
  • 41  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 63. Sur sanctus, voir aussi Souza 2004 et infra le chapitre 6.
  • 42  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 75-77. Et voir infra, n. 63-64.

9Cette traduction pose différents types de problèmes. En premier lieu, et pour le dire vite : dans la langue de l’Italie ancienne la mieux connue – c’est-à-dire le latin – il n’existe pas de terme qui rende ce que les modernes entendent généralement par sanctuaire, c’est-à-dire le lieu de culte dans sa globalité, avec l’ensemble de ses bâtiments et de ses annexes, son ou ses espaces à ciel ouvert enclos ou non, etc. (en grec, au contraire, on admet généralement que cette notion peut être exprimée par le neutre τό ἱερόν40). Sanctuarium reste en latin un terme très rare, qui ne renvoie pas à la sphère de sacer mais à celle de sanctus, un « lieu où sont déposés des objets saints », voire simplement « privés ou confidentiels »41. Quant à sacellum et sacrarium (deux termes latins par lesquels on traduit souvent sakaraklúm osque), ils ne désignent en réalité dans l’usage courant, abstraction faite de quelques exégèses érudites, que des « lieux de culte de petite taille », souvent des « chapelle(s) de culte privé »42.

  • 43  Malgré Morani 1983.
  • 44  Pour l’étude du terme, on se reportera aux études rassemblées dans Vauchez 2000. Et, pour l’Antiqu (...)
  • 45  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 59 : « le terme de sanctuaire désigne dans (la) bouche (des antiquisan (...)
  • 46  Berquist 1967 intitule son étude The archaic Greek temenos précisément en réaction contre cette dé (...)

10Si le lexique des termes anciens qui s’appliquent aux différentes sortes de lieux et d’espaces cultuels a été attentivement scruté, il n’en va pas de même pour le vocabulaire que nous autres modernes employons43. Il y aurait une histoire à faire de la manière dont les antiquisants se sont progressivement emparés du terme « sanctuaire » et l’ont transformé : ils l’utilisent de plus en plus fréquemment, dans une acception d’ailleurs à peine attestée par les dictionnaires actuels44, et qui est on ne peut plus différente du sens que le terme revêtait, non seulement à l’époque des humanistes ou à l’âge de l’Encyclopédie, mais voilà encore à peine un siècle. Jusque-là, par « sanctuaire », on entendait généralement la partie la plus reculée, la plus inaccessible du lieu de culte : le Saint des Saints du temple de Jérusalem, l’adyton du temple d’Apollon à Delphes, etc. Aujourd’hui, une inversion radicale de sens fait que le sanctuaire tel que nous l’entendons est au contraire le lieu de culte dans sa plus grande extension45. Ce changement récent doit beaucoup, il me semble, à l’influence de la langue anglaise pour laquelle « sanctuary » est d’abord l’asile ; et ensuite au modèle de référence que représentent les grands « sanctuaires » oraculaires grecs, à commencer par Delphes. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si c’est un article de langue anglaise, peu après le milieu du siècle dernier, qui propose pour la première fois de traduire sakaraklúm par « sanctuaire »46.

  • 47  CIL, VIII, 21825 (Maurétanie Tingitane, Volubilis) : Imp(eratori) Caes(ari) T(ito) Ael(io) Hadrian (...)
  • 48  CIL, IX, 1496, Pagus Veianus (aedem cum por[ticu) ; CIL, XI, 5375, Assise (aedem cum porticibus ; (...)
  • 49  CIL, VI, 589, Rome (aediculam cum ara et cratera) ; CIL, IX, 686, Ordona (templum cum ara) ; CIL, (...)
  • 50  CIL, XIII, 7753, Neuwied (signum cum (a)edic(u)la).

11Et cependant, il faut le répéter, il n’existe pas en latin (et particulièrement dans l’épigraphie latine) de terme qui puisse désigner le lieu de culte dans sa globalité. Lorsqu’on veut parler de l’offrande d’un lieu de culte entièrement équipé, comme dans une célèbre inscription de Volubilis – ce n’est qu’un exemple parmi bien d’autres –, avec l’area (le terrain), le temple, les portiques, la statue de culte47 ; ou encore lorsqu’on mentionne l’équipement architectural et cultuel de ce que nous appelons nous un sanctuaire, on énumère les parties qui le composent les unes après les autres, on les combine éventuellement, (templum cum porticibus48, aedes cum ara49, signum cum aedicula50), mais jamais on ne passe à un niveau de réalité supérieur, plus ample, qui serait le lieu de culte, le sanctuaire dans son ensemble. Et cela, tout simplement parce qu’on ne dispose pas de mot pour le dire. L’ensemble du lieu de culte n’est pas pensable, si ce n’est par des périphrases. Dès lors, lorsque nous parlons – et si souvent – de sanctuaire, ne créons-nous pas, anachroniquement, une réalité moderne sans équivalent antique ? La question vaut au moins d’être posée.

  • 51  Ainsi le temple de Jupiter Liber dans la loi de Furfo : CIL, IX, 3513 ; cf. Laffi 1978.
  • 52  Voir les cas célèbres des autels de Narbonne (CIL, XII, 4333), de Salone (CIL, XIII, 1933 ; cf. La (...)
  • 53  Scheid 1995a ; Scheid 1995b ; Estienne 2008, p. 693-694.
  • 54  Franchi De Bellis 1988, p. 104. Voir aussi l’appendice d’E. Dupraz.

12Et cela, d’autant plus que ce n’est pas, globalement, le lieu de culte qui est sacré, mais spécifiquement le temple51 ou l’autel52, et parfois d’autres espaces. Un lieu de culte consiste en une hiérarchie d’espaces aux statuts différents, qui ne sont pas tous sacrés53. Le terme sakaraklúm paraît donc mal adapté pour désigner le « sanctuaire » au sens large, moderne du terme, mais il est vrai qu’A. Franchi De Bellis semble prévoir cette objection en dérivant sak(a) raklo- de sakra-tlo- (-tlo- > -clo-), donc « le lieu où se font les sacra » (et non le lieu sacré)54.

13Peut-on, par ailleurs, opposer sakaraklúm et fíísnú, ainsi que le font tous les chercheurs à partir d’E. Pulgram, comme le sanctuaire vs le temple, un espace englobant et un bâtiment englobé ? En réalité, le texte n’établit aucun rapport direct entre les deux termes, pour la bonne raison qu’ils ne sont pas employés ensemble : sur la face A, jusqu’à la ligne 23, c’est sakaraklúm qui est exclusivement employé (quatre fois), il n’y a pas encore de mention de fíísnú. À la fin de la face A (à partir de la ligne 24) et sur toute la face B, c’est fíísnú qui est exclusivement employé (quatre fois également), il n’est plus fait mention de sakaraklúm. Les deux substantifs désignant des lieux qu’on retrouve à la fois sur les deux faces du cippe sont slaagi- (une fois sur la face A, deux fois sur la face B), d’interprétation difficile comme on l’a vu plus haut, et d’autre part teerúm, dont le sens général est obvie (« terrain »), mais qui paraît bien s’appliquer à des réalités différentes selon le contexte (quatre fois face A ; deux fois face B).

  • 55  « External boundaries » (E. Pulgram), « cippi terminali » (A. Franchi de Bellis), « outer boundary (...)

14Sur la face A donc, la seule où il apparaît, rien n’indique que sakaraklúm renferme autre chose que lui-même ou, si l’on préfère, qu’il se compose de plusieurs éléments. C’est éventuellement le contraire qui est vrai : le terrain dont il est dit (face A) qu’il « est près de ce sakaraklúm » (teer[úm] / púd.úp.eísúd.sakaraklúd.[íst]) et qu’il « est entre des bornes externes55 » (púd.anter.teremníss.eḥ[trúís] / íst) s’étend peut-être autour de lui, puisque sur la face B, il est à nouveau question de « limites » (mais sont-ce les mêmes ?) et du temple d’Hercule « au milieu » (p̣[uf] / herekleís.fíísnú.mefi[ú] / íst). Mais il est également possible que le « terrain » ne touche le sakaraklúm que sur un seul côté.

  • 56  On remet en cause aujourd’hui la parenté souvent postulée entre fíísnú osque, fanum latin (alors m (...)
  • 57  Ve 1, B, 19-22 : púst.feíhúís.pús.físnam.am / fret.eíseí.tereí.nep.abel / lanús.nep.núvlanús.pídum (...)
  • 58  Tert., Nat., 1, 10, 24 : exigitis mercedem pro solo templi, pro aditu sacri, pro stipibus, pro hos (...)
  • 59  Van Wonterghem 1984, p. 240 et suiv.
  • 60  Lippolis 1986, p. 32, pl. VIII, 2 et XII.
  • 61  Pulgram 1960, p. 22, tout en traduisant fíísnú par « temple », écrit : « I do think, however, that (...)

15Sur la face B, il est clair que herekleís.fíísnú doit se traduire par « temple d’Hercule ». Le fíísnú = temple56 est en effet entouré par des murs qui enclosent un terrain57 sur lequel se trouve le tronc à offrandes, thesavrúm (the/savrúm.púd.e(í)seí.tereí.íst). Or on sait que les troncs monétaires se trouvent de règle à l’extérieur du temple mais juste à côté de l’accès à celui-ci, de manière à acquitter la taxe d’entrée, l’aditus sacri comme dit Tertullien58. Situation bien documentée archéologiquement, entre autres au sanctuaire d’Hercules Curinus dans la conque de Sulmone59, ou encore au sanctuaire d’Esculape à Fregellae60. Par conséquent, l’image qu’on peut se faire de l’ensemble murs-terrain-trésor-temple est claire : sur ce point précis, toutes les restitutions (topo)graphiques jusqu’ici proposées vont dans le même sens (fig. 1-c). Remarquons que cet ensemble murs-terrain-trésor-temple correspond justement à la conception que les modernes ont d’un sanctuaire antique : le lieu de culte en général entouré d’un mur de péribole, avec son temple et ses aménagements annexes. Le texte de la face B décrit avec précision cet emboîtement caractéristique d’éléments… mais n’emploie pas, à cette occasion, le terme de sakaraklúm61.

  • 62  CIL, IX, 3513 = ILLRP, II, 508. Laffi 1978.

16En définitive, il n’est pas sûr que, contrairement à ce qu’on a soutenu à partir d’E. Pulgram, sakaraklúm et fíísnú aient des sens entièrement distincts et spécifiques sur le cippe d’Abella. Le caractère technique du texte ne doit pas faire illusion. Sur une célèbre loi de dédicace, celle du temple de Jupiter Liber à Furfo62 dont on attendrait, a priori, qu’elle porte la plus grande attention à la stricte propriété du vocabulaire, on s’aperçoit que sont employés concurremment aedes (six fois) et templum (deux fois). Les deux termes recouvrent-ils en l’espèce une réalité différente ? En partie seulement. Car si aedes est d’abord proprement, dans la lex Furfensis, l’édifice sacré, on trouve ensuite un emploi plus générique du terme (ce qui a été donné « au temple », quod ad eam aedem donum datum donatum dedicatumque). Or, les dons apportés ad eam aedem peuvent être vendus et aliénés, à condition que ce soit, en fin de compte, « pour l’amélioration et la promotion de ce temple », quo id templum melius honestius seit. Aedes est ici reprise en écho par templum et il est difficile d’échapper à la conclusion que le référent est le même. En réalité, le critère de distribution d’aedes et de templum dans la loi de Furfo semble tout simplement celui-ci : aedes est employée six fois au début du texte, ensuite relayée par templum, qui revient deux fois dans la deuxième partie de celui-ci. On a, mutatis mutandis, exactement le même schéma de distribution sur le Cippus Abellanus. Un premier substantif est d’abord employé (sakaraklúm), puis il est entièrement abandonné au profit d’un second (fíísnú). Il ne s’agit pas, en observant cela, de nier toute spécificité à chacun de ces termes. Il est clair par exemple qu’aedes intervient au début de la loi de Furfo parce que le temple de Jupiter Liber est d’abord envisagé dans sa matérialité même, en tant que construction. Dans la suite du texte, on a l’impression que les choses sont moins claires et qu’aedes et templum sont largement superposables – comme ils le sont dans le langage courant. L’osque du Cippe d’Abella pose d’autres problèmes, mais peut-être peut-on supposer un dosage analogue : sakaraklúm et fíísnú seraient deux manières de désigner le temple, mais de deux points de vue différents – dont le détail nous échappe. Ils seraient donc à la fois différents et en partie superposables.

  • 63  Hors restitutions douteuses et inscriptions chrétiennes : CIL, III, 825 ; 4413 ; V, 3423 ; VI, 414 (...)
  • 64  Hors restitutions douteuses et inscriptions chrétiennes : CIL, II, 4822 ; VI, 9493 ; 32455 ; 32469 (...)
  • 65  Dubourdieu, Scheid 2000.

17Pour conclure très brièvement : quels que soient l’étymologie et le sens exact que l’on propose pour sakaraklúm, il relève du vocabulaire des lieux de culte italiques et renvoie à la sphère du sacré. Dans le monde romain, et spécifiquement dans l’épigraphie latine, les deux termes qui désignent des lieux de culte et appartiennent à la famille de sacer sont, relativement à l’ampleur du corpus, marginaux et peu attestés : moins de vingt-cinq attestations pour sacrarium63, à peine plus de dix pour sacellum64. On sait bien que ce sont d’autres termes qu’on emploie pour parler des édifices sacrés dans le monde romain : aedes, templum, fanum, delubrum65. De ce point de vue, le choix en partie différent fait par l’osque est en soi significatif.

Appendice

par Emmanuel Dupraz

  • 66  Cf. Untermann 2000, p. 644-649 pour les trois lexèmes sabelliques issus de *sakrā-tlo-, *sakrā- et (...)

18
Le substantif sakaraklúm a une étymologie sûre, mais celle-ci ne donne pas à elle seule d’indications précises sur le signifié et le référent du lexème. Il s’agit d’un dérivé en *-tlo- d’une base verbale *sakrā- « consacrer, offrir en toute propriété à une divinité », elle-même dérivée de l’adjectif *sakro- « sacré, qui appartient à une divinité ». Aussi bien l’adjectif *sakro- que son dénominatif *sakrā- sont aussi attestés à la fois en latin et en sabellique et leur formation remonte très probablement à l’italique commun66.

  • 67  Cf. Leumann 1977, p. 312-314.

19En revanche *sakrā-tlo-, dont est issu sakaraklúm, est une formation propre à l’osque. Les dérivés en *-tlo- sont pour la plupart, du moins en latin, des dérivés de verbes, comme c’est le cas du substantif osque *sakrā-tlo-, et ils ont en général un signifié instrumental ou locatif : ils renvoient à l’outil grâce auquel ou à l’endroit où a lieu le procès désigné par le verbe67. Dans le cas de *sakrā-tlo-, le signifié instrumental et le signifié locatif sont à vrai dire inséparables : un *sakrā-tlo- est un endroit équipé pour servir à l’accomplissement de l’action de *sakrā-. Mais cela ne dit pas, en soi, s’il s’agit d’un bâtiment ou d’un ensemble plus vaste. Cela n’indique rien non plus sur le statut du lexème en synchronie, comme appartenant ou non à une variété plus officielle de la langue osque que fíísnú avec lequel il semble en concurrence sur le cippe d’Abella.

Notes

1  Sur celles-ci, Cazanove 2000, p. 265-276.

2  P.-Fest., p. 519-520 L. : Ver sacrum uouendi mos fuit Italicis. Plus précisément encore, c’est l’Italie centro-méridionale qui est seule concernée. Les récits légendaires de ueria sacra visent à expliquer que les différentes populations indigènes du centre de la péninsule sont issues d’une souche unique : le tronc commun sabin. Les Aborigènes s’installent au cœur de la Sabine, à Cutiliae. Les sacrani (« consacrés »), originaires de Reate s’installent sur le septimontium romain. Certains Sabins émigrent dans le Samnium, d’autres dans le Picenum sous la conduite d’un pivert, d’autres encore en pays hernique, en pays pélignien, en Hirpinie, avec un loup pour guide ; les Lucaniens sont issus des Samnites et les Brettiens des Lucaniens. Le uer sacrum est, sauf exception, placé sous le patronage du dieu Mars et concerne presque exclusivement l’ethnos safinim (sabellique au sens large) et ses surgeons.

3  Liv., 22, 9, 7-10 ; 33, 44, 1-2 ; 34, 44, 1-6 ; Plut., Fab. Max., 4, 6. Cf. Scheid 1998c ; Clark 2014.

4  Dench 1995, p. 183.

5  Heurgon 1957, p. 51 ; Prosdoscimi 1989a, p. 528 ; Caro Roldán 2000.

6  Cazanove 2000.

7  Cependant sakor[o] doit être un nom. pl. neutre. Ve 196 = ST, Me 1-3 = Imagines Italicae, 3, p. 1515-1518 Sicilia/Messana 4-5 : [στε]νισ καλινισ σταττιηισ / [μα]ρασ πομπτιεσ νιυμσδιηισ / μεδδειξ ουπσενσ / [εινε]ιμ τωƒτο μαμερτινο / [α]ππελλουνηι σακορ[ο]. Vetter : Stenius Calinius Statii (filius), Maraeus Pontius Numerii (filius) meddices fecerunt et ciuitas Mamertina. Apollini sacra. Crawford : « Stenius Calinius, son of Staius, Maras Pomptius, son of Numasidius, meddices, built (this gate (( ?)), along with the Mamertine people. (It is) sacred to Apollo) ». En ombrien, l’adjectif sacru est également bien attesté.

8  Sacaracirix : Ve 213 = ST, Pg 9 = Imagines Italicae, 1, p. 267-268 Paeligni/Corfinium 6 ; sacra[r]acrix ( ?) : Poccetti 204 = ST, MV 6 = Imagines Italicae, 1, p. 235 Marrucini/Teate Marrucinorum 4 ; sacracrix : Poccetti 205 = ST, MV 7 = Imagines Italicae 1, p. 234 Marrucini/Teate Marrucinorum 3 ; sacra[crix] : CIL, I2 (1986), 3229 = Imagines Italicae, 1, p. 270 Paeligni/Corfinium 8.

9  Poccetti 186-187 = ST, Lu 23 = Imagines Italicae, 3, p. 1468-1469 Brettii/Crimisa 1-2 (Cirò, temple d’Apollon Aléos). Sur les formations parallèles de sakarakidima- et de sereukidima- (attesté deux fois dans la lex de Roccagloriosa), Gualtieri, Poccetti 2001, p. 213-216.

10  Ve 147 = ST, Sa 1 = Imagines Italicae, 2, p. 1200-1206 Pentri/Teruentum 34, lignes 19 et 21.

11  Ve 74 = ST, Cp 8 = Imagines Italicae, 1, p. 406-407 Campania/Capua 15 ; Ve 75 = ST, Cp 9 = Imagines Italicae, 1, p. 408-409 Campania/Capua ; Ve 91 = ST, Cp 35 = Imagines Italicae, 1, p. 410-411 Campania/Capua 17 ; Ve 87 = ST, Cp 32 = Imagines Italicae, 1, p. 417-418 Campania/Capua 21 ; Ve 86 = ST, Cp 31 = Imagines Italicae, 1, p. 419-420 Campania/Capua 22 ; Ve 88 = ST, Cp 33-34 = Imagines Italicae, 1, p. 423-425 Campania/Capua 24 A-B. Cf. Franchi De Bellis 1981 (et p. 63-65 pour la mention de sakrasias, « sacrifices »).

12  Ve 89 = ST, Cp 18 = Imagines Italicae, 1, p. 412-413 Campania/Capua 18 ; Ve 92, a = ST, Cp 17 = Imagines Italicae, 1, p. 414 Campania/Capua 19 ( ?) ; Ve 87 = ST, Cp 32 = Imagines Italicae, 1, p. 417-418 Campania/Capua 21 ; Ve 86 = ST, Cp 31 = Imagines Italicae, 1, p. 419-420 Campania/Capua 22 ; Ve 79 = ST, Cp 13 = Imagines Italicae, 1, p. 421-422 Campania/Capua 23 ; Ve 88 = ST, Cp 33 = Imagines Italicae, 1, p. 423-425 Campania/Capua 24 B.

13  Franchi De Bellis 1981, p. 63-64.

14  Varro, rust., 2, 1, 20 ; Plaut., Men., 289 ; Rud., 1208.

15 Fest., p. 420 et 422 L.

16  Ve 150 = ST, Sa 7 = Imagines Italicae, 2, p. 1174-1176 Pentri/Teruentum 18 : n(ú)v(is).vesullia / is.tr(ebieís).m(eddís).t(úvtíks). / ekík.sakara / klúm.búva / ianúd / aíkdafed. Vetter : « N(o)vius Vesulliaeus Tr(ebi f.) m(eddix) p(ublicus) hoc templum Boviano... ». Crawford : « Vesulliaeus, son of Tr., medix tuticus, added this sanctuary from Bovianensian (money) ». La deuxième inscription est fragmentaire. Dans Ve 149 = Imagines Italicae, 2, p. 1156-1158 Pentri/Teruentum 8, on trouve la restitution sak[araklúm, tandis que ST, Sa 4 préfère sak[arat.

17  Ve 175 = ST, Sa 30 = Imagines Italicae, 2, p. 1222-1223, Pentri/Fagifulae 3 : sakara]klúm.

18  Ve 89 = ST, Cp 18 = Imagines Italicae, 1, p. 413 Campania/Capua 18. Mickaël Crawford transcrit et lit ainsi la face A : iuvilu[.]s[tait] / skarakl[ei] / vehiia(nas).[- ?-] ; « The iuvilu [stands in] the sanctuary ; the Vehianae ; [with offerings of grain ( ?)] ».

19  Ve 1 = ST, Cm 1 = Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1 A, lignes 11, 13, 17, 20. Cf. Franchi De Bellis 1988. Je reproduis ici les deux faces du texte osque. A : maiiúí. vestirikiíúí. mai(ieís). siíḷ(úí) / prupukid. sverruneí. kvaístụ / reí. abellanúí. íním. maiiúí / lúvkiíúí. mai(ieís). pukalatúí / medíkeí. deketasiúí. núvlạ / ṇụ́í. íním. lígatúís. abellạṇ[úís] / íním. lígatúís. núvlanúís / pús. senateís. tanginúd / suveís. pútúrúspíd. ligat[ús] / fufans. ekss. kúmbened. / sakaraklúm. herekleís. [ú]p̣ / slaagid. púd. íst. íním. teer[úm] / púd. úp. eísúd. sakaraklúd. [íst] / púd. anter. teremníss. eḥ[trúís].

/ íst. paí. teremenniú. mú[íníkad] / tanginúd. prúftú. set. r[ehtúd] / amnúd. puz. ídík. sakarạ[klúm] / íním. ídík. terúm. múíník[úm] / múíníkeí. tereí. fusíd. [íním] / eíseís. sakarakleís. í[ním] / tereís. fruktatiuf. fr[ukt] / ịụf̣. múíníkú. pútúrúṃ[píd] / [fus]ị́d avt. núvlanú[s -7-] / [---]. herekleís. fííṣṇụ́. [---] / [---] píspíd. núvlan[-9-] / [---] / ip---z íst. - [-14/16-]. B :

ekkum. [svaí. píd. núvlanús] / trííbarakaṿụ́[m.heriset] / líimítú[m.] p̣ẹrnúm. p̣[uf] / herekleís. fíísnú. mefi[ú] / íst. ehtrad. feíhúss. pụ́[s] /.fiísnam. amfr / et pert. víam. {pússtíst} / paí. íp. íst. pústin. slagím / senateís. suveís. tangi / núd. tríbarakavúm. lí / kítud íním. íúk. tríba / rakkiuf. pam. núvlanús / tríbarakattuset. íním / úíttiuf. núvlanúm. estud / ekkum. svaí. píd. abellanús / tríbarakattuset. íúk. trí / barakkiuf. íním. úíttiuf / abellanúm. estud. avt / púst. feíhúís. pús. físnam. am / fret. eíseí. tereí. nep. abel / lanús. nep. núvlanús. pídum / tríbarakat{.}tins. avt. the / savrúm. púd. e(í)seí. tereí. íst / pún. patensíns. múíníkad. tạ[n] / g̣ínúd. patensíns. íním. píd. e[íseí] / thesavreí. púkkapíd. ee[stit] / ạíttíúm. alttram. alttr[ús] / [f]erríns. avt. anter. slagím / [a]bellanam. íním. núvlanam / [s]úllad. víú. uruvú. íst. pedú X̣. / [e]ísaí. víaí. mefiaí. teremen / [n]iú staíet.

20  Cette communication a été rédigée et prononcée sans connaître encore Marchese 2013 complétée par Marchese 2014 (je remercie E. Dupraz d’avoir attiré mon attention dessus). L’a. souligne à bon droit une différence significative entre sakaraklúm et fíísnú sur le cippe d’Abella : le génitif herekleís est postposé au premier, tandis qu’il précède le second. Pour le reste, l’a. reprend l’interprétation courante (depuis Ernst Pulgram : voir ci-dessous) des deux termes : « tutto questo sembra indicare che fíísnú è la costruzione, mentre sakaraklúm è l’area sacra, cioè il santuario nel suo complesso » (Marchese 2013, p. 144). Ces études contiennent aussi d’intéressantes considérations sur l’ombrien fesna-, « temple », qui ne nous concernent pas directement ici.

21  Voir l’appendice d’E. Dupraz.

22  Pulgram 1960.

23  Franchi De Bellis 1988, p. 15-110.

24  La Regina 2000, p. 219.

25  Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1.

26  Dupraz 2012, p. 100.

27  T. Cinquantaquattro, dans Cinquantaquattro, Pescatori 2013, p. 10 et p. 99, fig. 18, 1-2.

28  Manco 2006.

29  Un temple au sens courant du terme, s’entend, et non au sens technique, augural de templum, comme le montrent les commentaires de T. Mommsen et d’E. Vetter.

30  Mommsen 1850, p. 119-120.

31  Mommsen 1850, p. 125.

32  Ve 1.

33  Untermann 1954, p. 96. Le même auteur s’est toutefois rallié par la suite à l’opinion d’A. L. Prosdoscimi en traduisant « Heiligtum, heiliger Bezirk » : Untermann 2000, p. 644-645.

34  Pulgram 1960, p. 22. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence en italiques les occurrences de “sanctuary” et de “temple”. A : « Maius Vestricius, (son of) Maius ?, designated ( ?) ? quaestor of Abella, and Maius Lucius, (son of) Maius ?, meddix of Nola, and the deputies of Abella, and the deputies of Nola, who by the decision of their senate [i. e., of their respective senates] were deputies of either side, thus agreed [literally : To Maius Vestricius ... it was thus suitable] : The sanctuary of Hercules which lies by [i. e., amidst, athwart] the dividing line [separating the townships of Nola and Abella], and the land which lies by [i. e., amidst, inside] this sanctuary and which lies between [i. e., within] the external ( ?) boundaries, which boundaries are approved by common decision ?, so that this sanctuary and this common land should lie within land, and that the usufruct of this sanctuary and the usufruct of this land ? should be common of [i. e., belong to] both sides. But the Nolans ... the temple of Hercules ... whatever Nolan ... B : Likewise, if either party shall wish to build up to the boundaries where the temple of Hercules stands in the center, [albeit] outside the walls which surround the temple of Hercules [and] which stand up to the path, which there is according to [i. e., follows] the dividing line, then let it be permitted to build [there] according to the decision of the senate of either concerned party. And this building which the Nolans will have built shall also be [for] the use of the Nolans. Likewise, if the Abellans will have built anything, this building shall also be [for] the use of the Abellans.

But beyond [i. e., inside] the walls which surround the temple, on that land let neither the Abellans nor the Nolans build anything. But the treasure, which is on this land, when they open it, let them open it by common decision, and whatever is contained in this treasure, let one side receive the other of the shares [i. e., let each side receive a share]. But along the dividing line, wherever the path, ploughed, [i. e., the path bearing or continuing the plough-marked township boundary ; or : ... wherever the path, the boundary ...] is ten feet [wide], in the center of the path lie the township boundaries ».

35  Pulgram 1960, p. 18. Cette traduction latine est intéressante, en ce qu’elle montre que Pulgram ne sait quel terme latin employer pour rendre le concept de « sanctuaire ». Voir la discussion infra sur ce point.

36  Prosdoscimi, Del Tutto Palma 1978, p. 853-859, part. p. 858 : « la correlazione-opposizione fiisnu-sakaraklum assegna le pertinenze di “santuario” al secondo, verosimilmente termine generale (non marcato) se in altri testi sembra poter significare anche la costruzione : in ogni caso, la resa “sacellum” è quantomeno fuorviante. A sakaraklum si oppone l’edificio sacro fiisnu » ; Prosdoscimi 1989, p. 539 : « sakaraklo- è il santuario nel senso più ampio ».

37  Franchi De Bellis 1988, p. 103-105. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence en italiques les occurrences de « santuario » et de « tempio » : A. « Da parte di Magio Vestricio Siro, (figlio) di Magio, “supervisore” in merito al patto, questore abellano, e da parte di Magio Lucio Puclato, (figlio) di Magio, meddix deketasio nolano e da parte dei legati abellani e da parte dei legati nolani, i quali per decisione del proprio senato gli uni e gli altri erano (in funzione di) legati, così ci si accordò che il santuario di Ercole che è presso lo slage e il terreno che è presso quel santuario, il quale è esteso tra i segnali terminal, i quali segnali terminali per comune decisione furono approvati secondo un perimetro a lati rettilinei, che quel santuario e quel terreno in comunanza fossero in terreno comune, e di quel santuario e del terreno il vantaggio fosse vantaggio comune agli uni e agli altri. Inoltre … nolan … il tempio di Ercole … qualcosa dei nolani … è. » B. « Analogamente se qualcosa i nolani vorranno costruire, giacché il « limite » anteriore ( ?) rispetto al quale nel mezzo c’è il tempio di Ercole, esternamente ai muri che circondano il tempio di Ercole, oltre la via è stato posto la quale (via) è lì lungo lo slage, per decisione del proprio senato sia lecito costruire. E quelle costruzioni che i nolani avranno costruito e l’uso sia dei nolani. Analogamente se qualche cosa gli abellani avranno costruito, quella costruzione e l’uso sia degli abellani. Inoltre al di là dei muri, i quali circondano il tempio, in quel terreno né abellani né nolani alcunché avranno costruito. Inoltre il tesoro, il quale è in quel terreno, quando lo aprissero, in base a comune sentenza lo aprissero e ciò che c’è in quel tesoro l’un l’altro in parti uguali lo prendessero. Inoltre entro lo slage abellano e nolano ovunque la via è confinaria, pali decussati in quella via che è nel mezzo sono i segnali terminali ».

38  La Regina 2000, p. 218-219. Je reproduis ci-dessous sa traduction en mettant en évidence en italiques les occurrences de « santuario » et de « tempio » : A : « Da parte di Maio Vestricio Suerrone figlio di Maio, nipote di Stazio, questore abellano, e da parte di Maio Lucceio Puclato figlio di Maio, decemviro nolano, e da parte dei legati abellani e dei legati nolani, i quali sono stati designati per decisione del proprio senato (1-10), si convenne (10) in merito al santuario di Ercole che è presso il mercato (10-12), e in merito al terreno che è presso quel santuario, il quale è incluso entro i cippi terminali levigati (ossia nell’agro limitato) (12-15), approvati con deliberazione comune per la delimitazione dell’agro (15-17) : che quel santuario e che quel terreno fossero cosa comune in territorio comune (17-19), e che i profitti derivanti da quel santuario e dal terreno fossero di beneficio comune (19-23) ; ma sia di proprietà dei Nolani [qualunque dono posto nel] tempio di Ercole dai Nolani [a proprie spese ; parimenti sia di proprietà degli Abellani qualunque dono ivi posto dagli Abellani a proprie spese] (23-29) » ; B. « parimenti, se essi vorranno costruire alcunché verso la macera dei limiti (della divisione agraria), dei quali il tempio di Ercole occupa lo spazio centrale, al di fuori delle pareti che circondano con portici il tempio di Ercole, fino alla strada che in quel punto costeggia il mercato, ciascuno per decisione del proprio senato abbia facoltà di costruire (1-10) ; l’edificio che i Nolani avranno costruito e il suo uso siano dei Nolani (11- 14) ; parimenti se qualcosa gli Abellani avranno costruito quell’edificio e il relativo uso siano degli Abellani (05-18) ; ma nello spazio entro il perimetro dei muri che circondano il tempio né gli Abellani né i Nolani costruiscano alcunché (18-22) ; e quando debbano aprire il tesoro che si trova in quello spazio, lo facciano per decisione comune, e qualunque cosa si trovi in quel tesoro la dividano in parti uguali (22-28) ; e all’interno del mercato abellano e nolano vi è una strada perimetrale di 10[+ ?] piedi (di larghezza) : i cippi della limitazione agraria sono posti a metà strada (28-32) ».

39  Imagines Italicae, 2, p. 887-892 Campania/Abella 1. Je reproduis ci-dessous la traduction de M. Crawford en mettant en évidence en italiques les occurrences de « sanctuary » et de « temple » : Side A. « By Maius Vestricius, son of Mai., grandson of Sta., prukupid sverruneí, Abellan quaestor, and Maius Lucius, son of Mai., pukalatúí, Nolan meddís deketasis (meddix of the tithes), and the Abellan ambassadors and the Nolan ambassadors, who by decision of their senate each had become ambassadors, it was agreed as follows : that, as for the sanctuary of Hercules which is beside the slaags, and the land which is beside that sanctuary, whatever is between the outer boundary-markers, which boundary-markers set up by joint decision, [recta] causa, that that sanctuary and that land should be jointly-held in jointly-held land, [and] the revenue of that sanctuary [and] land should be joint [revenue] of both. But (for) [who is] of the Nolani, the temple of Hercules [is to be - ? – and] anyone from Nola [in that - ?-], which building is ? ? ? [ ?] ». Side B. « Likewise [if the same shall wish] to build [anything up to] the ? ? ? of the boundaries, [where] the temple of Hercules is in the middle, outside the walls which surround the temple of Hercules, which lie beyond the road, which is there, within the slaags is to be lawful by decision of their senate to build. And that building which the Nolani shall have built, that building and its use is to be of the Nolani. Likewise whatever the Abellani shall have built, that building and its use is to be of the Abellani. But within (púst = post as in pomerium) the walls which surround the temple, in that land neither the Abellani or the Nolani are to build anything. But (it was agreed that) the thesaurus which is in that land, when they open it they are to open it by joint decision, and whatever is ever in that thesaurus, they are each to take one of (the two) shares. But between the Abellan and the Nolan slaags, the surrounding road is all around (ablative súllad) of 10 feet (in width). At the mid-point of that road boundary markers stand ».

40  Rudhardt 1958, p. 23.

41  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 63. Sur sanctus, voir aussi Souza 2004 et infra le chapitre 6.

42  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 75-77. Et voir infra, n. 63-64.

43  Malgré Morani 1983.

44  Pour l’étude du terme, on se reportera aux études rassemblées dans Vauchez 2000. Et, pour l’Antiquité, on notera cet aveu surprenant, dans l’Enciclopedia dell’Arte Antica (1965) s.v. « santuario » (article de la rédaction) : « col termine santuario, il cui significato non è rigorosamente definibile nell’ambito della storia delle religioni, si intende un particolare luogo di culto, distinto sia dal tempio che puo sorgere ovunque, e la cui sacralità dipende da un atto di consecrazione, sia dai luoghi sacri puramente naturali (grotte, boschi sacri). La sacralità del santuario dipende invece da una presenza sacra nel luogo, presenza che puo essere intuita, puo concretarsi in teofanie o consistere in reliquie ».

45  Dubourdieu, Scheid 2000, p. 59 : « le terme de sanctuaire désigne dans (la) bouche (des antiquisants) un lieu de culte avec tous ses éléments et bâtiments, l’ensemble du site, plutôt qu’un bâtiment cultuel ou l’espace sacré dans un bâtiment cultuel ».

46  Berquist 1967 intitule son étude The archaic Greek temenos précisément en réaction contre cette dérive sémantique : « I prefer temenos to sanctuary, the last-mentioned word having acquired a too wide and vague meaning. It is frequentely indiscriminately employed to denote a temple or an altar, or any sacred spot… » (p. 5).

47  CIL, VIII, 21825 (Maurétanie Tingitane, Volubilis) : Imp(eratori) Caes(ari) T(ito) Ael(io) Hadriano / Antonino Aug(usto) Pio p(ontifici) m(aximo) tr(ibunicia) pot(estate) XXI / imp(eratori) II co(n)s(uli) IIII p(atri) p(atriae) / cultores domus Aug(ustae) / area pri/vata{m} empta{m} templum / cum porticibus a solo sua / pecunia fecerunt et sta/tuam posuerunt / quorum nomina tabula[e] aereae incisa sunt de[di(cante)] / Q(uinto) Aeronio Montano pr[oc(uratore)].

48  CIL, IX, 1496, Pagus Veianus (aedem cum por[ticu) ; CIL, XI, 5375, Assise (aedem cum porticibus ; AE, 1983, 443a-b, Côme (templum] / [Aeternitati Romae et Au]gustor[um] / [cum porticib(us) et orname]nt(is)) ; AE, 1975, 267, Paestum (aedem Isidis / cum portic(ib)us) ; CIL, VIII, 2656, Lambèse (aedem fontis cum porti[cu) ; CIL, VIII, 2682, Lambèse (aedem cum porticibus) ; ILAlg., 1, 2048, Madaure ([ae]dem dei Herculis cum porticibus suis) ; CIL, VIII, 25500, Saia Maior (aedem Capitoli cum porticibus et arcu et statuis n(umero) XII) ; CIL, VIII, 26464, Dougga (cellam cum p[o]rticibu[s et] c[olumnas lapi]deas) ; AE, 1968, 603, Musti (te]mplum cu[m p]orticibus et [s]tat[uis ?).

49  CIL, VI, 589, Rome (aediculam cum ara et cratera) ; CIL, IX, 686, Ordona (templum cum ara) ; CIL, XIII, 1759, Lyon (aedem cum ara) ; CIL, XIII, 11774, Stockstadt am Main (aedem cum ara) ; AE, 1933, 157, Zennewijnen ([ar]am cum (a)ede sua) ; AE, 1933, 133, Matfen (templ(um) cum ara).

50  CIL, XIII, 7753, Neuwied (signum cum (a)edic(u)la).

51  Ainsi le temple de Jupiter Liber dans la loi de Furfo : CIL, IX, 3513 ; cf. Laffi 1978.

52  Voir les cas célèbres des autels de Narbonne (CIL, XII, 4333), de Salone (CIL, XIII, 1933 ; cf. Laffi 1980) ou de Volcanus sur le Quirinal (CIL, VI, 826 et 3087b).

53  Scheid 1995a ; Scheid 1995b ; Estienne 2008, p. 693-694.

54  Franchi De Bellis 1988, p. 104. Voir aussi l’appendice d’E. Dupraz.

55  « External boundaries » (E. Pulgram), « cippi terminali » (A. Franchi de Bellis), « outer boundary-markers » (M. Crawford) ; en revanche, « cippi terminali levigati » pour A. La Regina.

56  On remet en cause aujourd’hui la parenté souvent postulée entre fíísnú osque, fanum latin (alors même que toutes les traductions latines du texte du cippe – de Mommsen à La Regina, en passant par Vetter et Pulgram – rendent l’osque fíísnú par fanum), fesn ombrien et pélignien (Dans l’inscription Ve 216 = ST, Pg 2, une paire de magistrats « fait faire » (upsaseter coisatens) un herec(leis) fesn(am). C’est là le vocabulaire des travaux publics, qui suggère qu’on a proprement affaire à une construction – donc à un « temple d’Hercule »).

57  Ve 1, B, 19-22 : púst.feíhúís.pús.físnam.am / fret.eíseí.tereí.nep.abel / lanús.nep.núvlanús.pídum / tríbarakat{.}tins.

58  Tert., Nat., 1, 10, 24 : exigitis mercedem pro solo templi, pro aditu sacri, pro stipibus, pro hostiis. Trad. A. Schneider, Le premier livre ad nationes de Tertullien. Introduction, texte, traduction et commentaire (Bibliotheca Helvetica Romana, IX), p. 86-87 : « vous prélevez un droit sur l’entrée dans l’enceinte des temples ( ? pro solo templi), sur l’accès au sanctuaire (pro aditu sacri), sur les offrandes monétaires (stipes), sur les victimes »

59  Van Wonterghem 1984, p. 240 et suiv.

60  Lippolis 1986, p. 32, pl. VIII, 2 et XII.

61  Pulgram 1960, p. 22, tout en traduisant fíísnú par « temple », écrit : « I do think, however, that fiisnui includes not only the temple building itself but also the plot /b/ inside the walls /c/, forming something like a sacred precinct ». Bref, il donne de fíísnú une description – et une image en plan (fig. 1 a) – qui sont exactement l’image que nous nous faisons d’un sanctuaire avec son temple, son téménos et son mur de péribole, sa maceries. De même Prosdoscimi, Del Tutto Palma 1978 p. 855 : « Pulgram traduce sakaraklum con sacrarium e fiisnu con templum in quanto le clausole riguardanti il santuario nel suo insieme sono diverse da quelle che si riferiscono al tempio puro e semplice. Cioè fiisnu è comprensivo della costruzione in pietra e del terreno situato tra le mura ». Franchi De Bellis 1988, p. 40-47, propose tout compte fait un schéma analogue (ici fig. 1 b), si l’on fait abstraction de son hypothèse d’ager extraclusus, de localisation en dehors du territoire centurié. Mais les carrés emboîtés sont quatre : du plus petit au plus grand : 1) le fíísnú (le temple) ; 2) le quadrilatère enclos de murs (sans nom) ; 3) le sakaraklúm (qui est pour elle le « sanctuaire ») limité par des chemins ; 4) le teerúm externe. Avec raison, elle place le thesavrúm à l’intérieur des murs qui enclosent le fíísnú.

62  CIL, IX, 3513 = ILLRP, II, 508. Laffi 1978.

63  Hors restitutions douteuses et inscriptions chrétiennes : CIL, III, 825 ; 4413 ; V, 3423 ; VI, 414 ; VI, 461 (Rome) : pro salute{m} et uictoria{s} / dd(ominorum) nn(ostrorum) / Impp(eratorum) Seueri et Antonini Augg(ustorum) / et Iuliae Aug(ustae) matri(s) Augg(ustorum) totiusq(ue) / domus diuinae eorum / ex concessu in praediis suis sacrarium / dei Liberi cum aedicula et colum/nis suis i<m =N>pendi(i)s marmorarunt / et aream et ortulum super Nym/phis qui locus appellatur Memphi / donum dederunt spirae ; CIL, VI, 738 ; 962 ; 2273 ; 2329 ; 2330 ; 4027 ; 10749 ; 31992 ; X, 1390 ; 6640 ; 7225 ; XIII, 1778 ; XIV, 2900 ; AE, 1923, 61 ; 1927, 103 ; 1946, 87 ; 1968, 599 ; 1984, 315 (Corfinium) : Staberia Q(uinti) f(ilia) Sa[3] / Modiani / porticum ante sacrarium / a solo s(ua) p(ecunia) f(ecit). Pour les attestations dans les textes littéraires, voir supra, n. 42.

64  Hors restitutions douteuses et inscriptions chrétiennes : CIL, II, 4822 ; VI, 9493 ; 32455 ; 32469 ; VIII, 27764 ; IX, 5019 ; X, 1781 ; XI, 3862 ; XIV, 2458 ; AE, 2005, 1148 ; Bath 33. Pour les attestations dans les textes littéraires, voir supra, n. 42.

65  Dubourdieu, Scheid 2000.

66  Cf. Untermann 2000, p. 644-649 pour les trois lexèmes sabelliques issus de *sakrā-tlo-, *sakrā- et *sakro-. Cf. Ernout, Meillet 1959, p. 585-587 et De Vaan 2008, p. 532-533 pour les deux lexèmes latins qui proviennent de *sakrā- et de *sakro-.

67  Cf. Leumann 1977, p. 312-314.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 –. Propositions de restitution planimétrique du lieu de culte d’Hercule du cippe d’Abella : a. Pulgram 1960 ; b. Franchi De Bellis 1988 ; Crawford 2011.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Fig. 2 – Entre Nola et Abella : les lieux-dits Paenzano et Schiava, et la limite provinciale moderne (O. de Cazanove, sur fond de plan Google Earth).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 742k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Olivier.De-Cazanove@univ-paris1.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540