Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 5 – Entre l’État, les intérêts marchands et l’intérêt personnel, l’agency des consuls

Relations de pouvoirs et enjeux marchands autour du réseau consulaire néerlandais en Méditerranée (XVIIe-XVIIIe siècles)

Thierry Allain

Texte intégral

  • 1 Les postes consulaires hollandais, à la demande des marchands, se multiplièrent pendant la Trêve d (...)
  • 2 Cette volonté d’autonomie, aux nombreuses implications, a souvent été occultée. Il est faux d’évoq (...)
  • 3 Steensgaard 1967, p. 48.
  • 4 Par exemple, en dépit de son poids démographique et politique, Istanbul ne représenta jamais une c (...)

1Initiée à la fin du XVIe siècle, la percée économique néerlandaise en Méditerranée s’accompagna de l’installation d’un chapelet de postes consulaires. Ce réseau était néanmoins très dépendant de la conjoncture commerciale et militaire1. Il convient de s’arrêter sur son organisation, car elle a pesé sur le rôle qu’ont pu jouer les consuls de ce pays dans le fonctionnement des circuits commerciaux reliant la Hollande à la Méditerranée. Les principaux intérêts marchands des Provinces-Unies refusèrent en effet l’installation d’une compagnie à charte. Une structure de ce type aurait pu jouir d’un monopole, à l’instar de l’English Levant Company. À l’inverse, c’est le principe du commerce libre qui s’imposa, même si une Direction du commerce levantin et de la navigation en Méditerranée pilota, à partir de 1625, le système des convois et l’activité consulaire. En théorie placée sous la tutelle des États Généraux, cette institution se trouvait en réalité entre les mains de grands négociants. Les directeurs se trouvaient à Amsterdam, épaulés par quelques représentants d’autres villes hollandaises et zélandaises intéressées par le commerce levantin. Hoorn en 1658, Rotterdam en 1670 puis Middelburg en 1696, obtinrent leur propre collège de haute lutte2. Chacune de ces assemblées de négociants était étroitement liée au conseil urbain et au patriciat de la ville concernée, selon le principe d’une « organisation lâche » visant seulement à garantir la sécurité de la navigation et à éloigner les abus3. Les rivalités urbaines et commerciales ont donc de fortes chances d’avoir une influence sur l’action consulaire néerlandaise en Méditerranée. C’est le temps long, entre la fin du blocus imposé par les Espagnols en 1648 et le début de la quatrième guerre anglo-hollandaise en 1780, qui a été choisi ici pour analyser ces interactions, cela afin de mieux pouvoir prendre la mesure d’un certain nombre de phénomènes. De même, l’enquête a porté sur les postes les plus importants du réseau néerlandais en Méditerranée, et ne prétend à aucune forme d’exhaustivité. Les spécialistes nous apprennent en effet qu’une implication consulaire dans les affaires économiques ne pouvait pas avoir lieu dans certaines escales, pour des raisons très diverses mais souvent géostratégiques4.


  • 5 Jörg Ulbert a fait le point sur l’évolution de l’institution consulaire dans l’introduction d’un r (...)
  • 6 Steensgaard 1967, p. 19-20.
  • 7 Murphey 2000, p. 25-58.

2Cette esquisse rapide du contexte propre à la présence néerlandaise en Méditerranée amène une série d’interrogations sur les marges de manœuvre dont bénéficiaient les consuls dans le domaine économique. Dans quelle mesure l’histoire et la structure du réseau consulaire des Sept Provinces en Méditerranée ont-elles influencé l’intermédiation marchande menée par ses agents ? Dans quel sens l’imbrication entre les pouvoirs politiques et les intérêts marchands a-t-il pesé ? Commerce libre et morcellement institutionnel n’ont-ils pas gêné l’efficience du réseau consulaire néerlandais ? À travers ces interrogations, c’est donc bien la question de l’« agency » des consuls qui sera soulevée dans la présente contribution, particulièrement à un moment où ils sont de moins en moins les représentants d’une communauté négociante en terre étrangère5. Les ambiguïtés ainsi soulevées se renforcent quand on choisit d’analyser le dossier dans le cadre méditerranéen. Fort d’une approche comparatiste entre quatre situations nationales, Niels Steensgaard a par exemple insisté sur la capacité des consuls à s’adapter à des situations changeantes et à manier des leviers complexes en cas de conflits6. On sait par ailleurs que le contexte géopolitique levantin rendait difficile l’élaboration d’une véritable politique commerciale, planifiée et dirigée à distance. Ces paramètres ont eu pour conséquence d’accorder un rôle majeur aux calculs sur le court terme, ainsi qu’à la spontanéité des acteurs7. Parmi ces derniers, les consuls ont pu se rendre indispensables dans la réalisation de l’échange marchand.

Un grand intérêt pour les enjeux commerciaux

3L’examen de la correspondance échangée entre les consuls et différents interlocuteurs aux Provinces-Unies, entre le milieu du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, apporte son lot d’informations précieuses. Les dépouillements ont été réalisés dans les archives de la Direction du commerce levantin et du consulat de Smyrne, aux Nationaal Archief de La Haye, mais également dans les archives municipales d’Amsterdam. Les flux sont complexes, reflets de la diversité des postes et de la situation institutionnelle de la République.

  • 8 Le réseau consulaire de la Suède aurait agi comme un relais du mercantilisme, dans le cadre de la (...)

4Les informations d’ordre économique contenues dans les lettres expédiées aux directeurs sont cependant assez classiques, si l’on compare avec les autres pays. Ces renseignements occupent le plus souvent entre le tiers et la moitié des courriers consulaires. On y trouve le relevé des mouvements de navires, des considérations sur la force des concurrents ou la menace corsaire. Les avis sur la conjoncture locale, naturellement très dépendants de la personnalité et de l’entregent du consul, occupent une place importante. On rejoint ainsi des éléments déjà mis en valeur par certains tenants des théories économiques néo-institutionnelles8.

  • 9 En 1690, le consul Calckberner prévint la direction d’Amsterdam que la sécheresse monétaire régnai (...)
  • 10 Heeringa 1917, p. 480-482.
  • 11 Pradell Nadal 1992, p. 56-64.
  • 12 En décembre 1691, de Hochepied écrivit depuis Smyrne aux États Généraux que le principal atout des (...)

5Par exemple, des agents très bien informés des réalités du commerce se montraient très utiles à leurs correspondants aux Provinces-Unies en les informant du manque de liquidités sur telle ou telle place importante9. Les consuls de Smyrne, tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, cherchaient aussi à favoriser le succès des transactions des gros convois qui accostaient en Anatolie. Les consuls pouvaient également jouer le rôle de sentinelle au moment de la reprise du commerce dans tel ou tel espace. Thomas Slicher, consul à Livourne, écrivit par exemple le 15 janvier 1714 aux directeurs pour les exhorter à saisir l’opportunité d’un redémarrage du commerce du café dans l’échelle d’Alexandrie en Égypte. Dans une nouvelle lettre un an plus tard, le consul revenait sur le même sujet, avec l’argument supplémentaire de la brouille des Anglais avec les Turcs et les Égyptiens10. Le réseau consulaire hollandais avait d’ailleurs été conçu afin d’accompagner la forte reprise des échanges avec la Méditerranée après 1609. Dans un cadre institutionnel bien différent, les Bourbons d’Espagne densifièrent et réorganisèrent également leur réseau consulaire dans le but d’en faire un maillon essentiel de la fourniture d’informations économiques11. Les consuls se posaient ainsi, dans leurs missives et rapports, en experts situés au plus près du champ de bataille économique. Il s’agissait à chaque fois de faciliter aux acteurs demeurés aux Provinces-Unies la conquête ou la conservation d’un marché12. Ces agents, qui n’étaient pas toujours négociants, se montraient préoccupés de réduire l’incertitude marchande en informant leurs correspondants des réalités de l’économie méditerranéenne.

  • 13  NA, La Haye, Consulaat Smyrna (CS), vol.1.
  • 14 Robbert de Rouck expliquait depuis Tunis, dans sa lettre du 13 mai 1666 aux États Généraux, être i (...)
  • 15 Nanninga 1952, p. 370-371.
  • 16 Frangakis-Syrett 1992, p. 33.
  • 17 NA, La Haye, CS, vol. 13, formulaire de février 1676.
  • 18 Anderson 1989, p. 132. Le consul avait même le droit de renvoyer en Angleterre des facteurs coupab (...)

6Il ne s’agissait pas seulement d’information. Une véritable intervention, sous forme d’intercession le plus souvent, pouvait d’ailleurs aussi avoir lieu ponctuellement. En effet, certains consuls étaient amenés à répondre à des demandes précises de marchands, de façon directe et ponctuelle. Ce fut souvent le cas de Daniel-Jean de Hochepied, en poste à Smyrne entre 1688 et 1723. Les archives de son consulat, et notamment les dossiers d’avaries ou de faillites, regorgent d’exemples d’intervention pour permettre à tel capitaine de poursuivre sa route ou de limiter les pertes à l’occasion d’un chargement ou d’un déchargement. Les consuls ne dissimulaient nullement cette aide directe à leurs autorités de tutelle. Dans sa lettre du 7 mai 1690, le même de Hochepied informait par exemple les États Généraux qu’il était occupé à apaiser un différend entre les marchands Jan van Breen et les frères Arias, à la suite d’une dette non réglée de 600 leeuwendaalders13. Cette défense de l’intégrité d’un navire, d’un équipage ou de la cargaison face aux pouvoirs locaux, pouvait avoir lieu dans des échelles de moindre importance et plus périlleuses pour les Européens14. Elle pouvait également se manifester face aux exactions des grandes puissances en période de guerre, au mépris de la neutralité de certains transporteurs. Les conflits du XVIIIe siècle offrent de multiples exemples, puisque Français et Anglais s’en prirent souvent aux neutres. Quand un navire français bloqua en juillet 1757 le déchargement des marchandises appartenant à des marchands hollandais depuis le navire ragusain qui les transportait, le consul de Smyrne les encouragea à montrer leurs connaissements et autres papiers15. De Hochepied avait parfaitement compris les enjeux liés à ce port et son hinterland, devenus au XVIIIe siècle une interface majeure entre l’Orient et l’Occident16. Mais cet intérêt pour l’économie maritime pouvait être à double tranchant. Depuis l’instauration d’un règlement par les États Généraux en 1676, l’agent en poste dans le grand port anatolien pouvait en effet s’opposer aux opérations de transbordement, si le capitaine du navire ne lui remettait pas dans les temps une notice détaillée de la cargaison17. Cette situation n’était pas propre aux Néerlandais, puisque le consul Paul Rycaut obtint en 1670 le droit d’inspecter tous les navires anglais entrant ou sortant de Smyrne. Il lui arriva d’exiger le débarquement d’une partie de la cargaison, quand la charge et l’encombrement occasionnés lui paraissaient des menaces pour les capacités défensives du navire18. Le respect des règles définies en métropole pour le commerce méditerranéen, au cœur de la mission consulaire, se trouvait alors parfois en conflit avec le succès d’une opération commerciale. La réussite et la légitimité de l’intervention consulaire dans les affaires économiques étaient donc loin d’être acquises.

Une intermédiation marchande efficace ?

  • 19 Les états annuels du commerce rédigés par les consuls français dans la seconde moitié du XVIIIe si (...)
  • 20 Les directeurs écrivirent aux États Généraux, le 3 février 1671, pour contredire le consul Theyl. (...)
  • 21 Le dossier du consul Haanwinckel, nommé à Alep en juillet 1752, révèle en effet un personnage trou (...)

7La question de l’efficacité de cette intermédiation marchande des consuls se pose naturellement. On a déjà beaucoup écrit sur la valeur de l’information économique transmise par les consuls. L’identité des destinataires ou la propre compétence de l’auteur pouvaient se traduire par de grandes disparités, comme l’a montré Daniel Panzac pour les Français à propos du Liban et de la Palestine19. Les directeurs d’Amsterdam ne se privaient pas de critiquer le contenu de certains courriers consulaires, émettant des doutes sur des perspectives tracées par un consul bien trop optimiste ou à la réputation douteuse20. Le dossier des nominations de consuls offre des informations complémentaires. On assiste très précocement à une mise à l’écart des États Généraux, seulement sollicités pour confirmer un choix déjà effectué par les directeurs du commerce levantin. Si l’ambassadeur à Istanbul pouvait officiellement jouer un certain rôle, ce sont donc les principaux intérêts négociants, demeurés aux Provinces-Unies, qui tranchaient. Les échanges épistolaires entre les différentes parties permettent de mesurer le niveau de défiance que les acteurs économiques pouvaient éprouver à l’égard de tel ou tel consul21.

  • 22 À Venise dès 1615 (Gelder 2009, p. 158-168).
  • 23 À Athènes, dans la seconde partie des années 1660, le comportement tyrannique du consul hollandais (...)
  • 24 Ibid., p. 116.
  • 25 Dam van Isselt 1907, p. 78-136.
  • 26 Les exemples abondent, notamment à l’occasion des négociations des Impériaux pour de nouvelles cap (...)

8L’attachement proclamé à la défense des intérêts du commerce, ainsi que la remontée d’informations authentiquement précieuses, ne suffisaient pas toujours à garantir des relations harmonieuses entre les consuls et les marchands. Les disputes au sujet du versement des droits et taxes sont à la fois précoces et récurrentes tout au long des XVIIe et XVIIIe siècle22. Dans un registre assez proche des cabales françaises, les marchands saisissaient souvent la moindre occasion de se plaindre du consul de leur place, et de ses entraves au développement de leurs affaires23. On relève ainsi pour Venise, entre 1667 et 1671, une multitude de récriminations adressées par les marchands aux directeurs d’Amsterdam au sujet du consul Giacomo Strijcker. Il était accusé d’inertie, au moment même où la Sérénissime préparait des mesures à l’égard des navires hollandais venant faire la caravane à Venise24. Le dossier le plus documenté est sans doute celui des démêlés de Jacob van Dam avec sa nation à Smyrne, entre 1668 et 168825. Il est clair que la mobilisation des circuits épistolaires par un consul préoccupé par sa défense l’a détourné d’une action résolue au service du négoce néerlandais. Ces antagonismes, ou tout du moins cette méfiance, pouvaient avoir de fâcheuses conséquences sur les circuits de l’information commerciale. Dans les périodes d’accalmie au sein de la nation, les stratégies adoptées par les marchands pour présenter une requête montrent en effet qu’ils s’adressaient assez systématiquement et de façon conjointe à l’ambassadeur à Istanbul et au consul de leur échelle. Il s’agissait sans doute pour eux de donner davantage de poids à leurs requêtes26. Cela signifie-t-il qu’ils n’avaient qu’une confiance limitée dans la capacité du consul à relayer efficacement leurs demandes auprès des autorités de tutelle ?

  • 27 Le consul expliquait, dans une lettre de 1742 aux directeurs d’Amsterdam, qu’il avait obtenu le pa (...)
  • 28 NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 189, lettre du 3 novembre 1750.
  • 29  Ibid., vol. 191, lettre du 30 septembre 1777.
  • 30 Je pense ici à Pierre-Jean de Bertellet, consul à Livourne après 1745 (Müller 2004, p. 122-123).

9Répondre correctement à la question de l’efficacité de la protection offerte aux marchands par les consuls hollandais, exigerait de suivre les tenants et les aboutissants d’une multitude de dossiers. Cette entreprise dépasse les forces d’un seul chercheur, d’autant qu’il faut aborder avec prudence une correspondance consulaire éventuellement partiale. La lecture d’un nombre appréciable de lettres permet néanmoins de comprendre que des consuls et vice-consuls hollandais parvinrent assez souvent à réduire l’incertitude marchande pour les négociants opérant dans la mer intérieure. Sans grande surprise, ce sont les agents issus de la marchandise qui se montrèrent les plus efficaces. On les voit, surtout en Méditerranée occidentale et dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, orienter les destinations des navires marchands grâce à un entregent précieux. De ce point de vue, des ports comme Naples ou Malte semblent avoir occupé une position privilégiée sur le long terme. Jean Guérin, en poste à Malte entre 1733 et 1773, fournit souvent une aide rapide et directe aux capitaines en difficulté27. Theodorus Davel parvint, depuis Naples, à convaincre un capitaine hollandais d’aller décharger à Civitavecchia, afin d’éviter les visites tatillonnes des douaniers locaux28. Balthasar Lombardo, quant à lui, se distingua en tirant plusieurs fois d’affaire des équipages en position très délicate. En septembre 1777, il fournit rapidement au capitaine Wamsman, en quarantaine avec un nombre réduit de marins, un nolisement vers Tripoli de Barbarie29. Ces exemples ne forment qu’une illustration des authentiques services marchands que certains consuls pouvaient fournir à la navigation et au négoce néerlandais, de façon tout à fait légale. Ces réactions adaptées impliquaient une grande maîtrise du marché de l’affrètement méditerranéen. Les points communs avec la situation suédoise sont frappants30.

  • 31 Israel 1986, p. 93-94.
  • 32 Le consul de Smyrne Daniel de Hochepied écrivit ainsi au marchand d’Amsterdam Sirp Ouckama, pour j (...)
  • 33  Müller 2004, p. 80-83.

10La qualité de marchand constituait donc une source indéniable d’efficience pour certains consuls. Les États Généraux en désignèrent régulièrement pour les postes de la mer intérieure, comme Jan Theyls en Egypte en mars 1662 ou Giacomo Calckberner à Livourne en 1680, qui se trouvait à la tête d’une grosse maison de commerce. On observe ensuite, notamment en Méditerranée occidentale et sur les côtes européennes, beaucoup d’agents d’origine italienne ou française et qui n’étaient plus issus du milieu des régents des Provinces-Unies, bien qu’étant connectés aux plus gros intérêts bataves31. Une coupure géographique et sociologique s’installa donc progressivement entre les consuls des Provinces-Unies en Méditerranée, et elle a eu un impact fort sur leur éventuelle influence dans l’intermédiation marchande. Alors que les agents en poste dans les échelles levantines devinrent de plus en plus néerlandais au fil du temps, et sans attache avec le commerce, les vice-consuls de Méditerranée occidentale demeurèrent très souvent étrangers et marchands. La plupart de ces derniers poursuivaient d’ailleurs leurs activités marchandes, voire transformèrent la maison consulaire en centre du négoce. À l’inverse, des consuls des échelles levantines refusèrent énergiquement et de façon constante de prendre part à des activités négociantes. Cette position les entraîna parfois à des échanges aigres-doux avec d’autres agents ou des marchands, à qui il s’agissait d’expliquer que leur nom ne pouvait être associé à la marchandise. Si l’éthique ou le devoir de réserve constituent autant d’arguments recevables, la revendication d’une certaine incompétence en matière commerciale s’avérait également fort commode pour éviter d’être associé à un trafic potentiellement frauduleux32. Il s’agit donc ici d’une différence majeure avec les Scandinaves, d’extraction marchande, et qui envisageaient le consulat comme une occasion de développer leurs affaires33.

  • 34  NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 189.
  • 35 En 1772, le consul suédois à Cadix Arendt Dreyer accusa son vice-consul Anders Hagström de se rése (...)

11Mais l’entregent ainsi que la connaissance fine de l’armement maritime suffisaient-ils à garantir la qualité de l’intermédiation marchande offerte par les consuls ? Rien n’est moins sûr, quand on lit la lettre du 3 mai 1757 écrite par le consul à Naples Theodorus Davel aux directeurs d’Amsterdam. Il y annonçait en effet son intention d’intimider un capitaine hollandais qui refusait de payer les droits de consulat, en faisant planer la menace de ne pas lui obtenir des nolis34. L’emploi de cette menace ne signifiait pas pour autant un accaparement des commissions, notamment les plus juteuses, par les consuls hollandais encore marchands, ou a fortiori par des vice-consuls souvent italiens. Les archives dépouillées n’ont rien révélé de tel, alors que le risque de conflit d’intérêt et d’abus d’une position institutionnelle pouvait exister ailleurs chez d’autres nations35. La complexité de l’organisation du commerce néerlandais en Méditerranée rendait peut-être cela impossible.

Une trame complexe d’enjeux au sein du réseau consulaire hollandais

  • 36 En mai 1733, il exposa son impuissance à une demande du mufti d’Alger souhaitant voir les Hollanda (...)
  • 37 Müller 2004, p. 30-31.
  • 38 Il en fut ainsi du placard de mai 1669 interdisant aux capitaines hollandais de charger des faux l (...)

12L’organisation du commerce hollandais en Méditerranée, en elle-même, pouvait parfois suffire pour bloquer toute velléité des consuls dans le domaine économique. Certains d’entre eux en étaient d’ailleurs tout à fait conscients, à l’instar de Daniel-Alexandre de Hochepied, dans quelques-unes de ses lettres adressées aux États Généraux depuis Smyrne36. Les consuls néerlandais manquaient de pouvoirs coercitifs à l’égard des acteurs économiques, ne pouvant pas s’adosser non plus à un gouvernement central puissant. Le commerce entre les Provinces-Unies et la Méditerranée pouvait en outre faire intervenir une multitude de petits marchands, éventuellement plus incontrôlables. Des éléments propres au réseau consulaire néerlandais ont donc peut-être contribué à brouiller, voire à diminuer la valeur de l’action menée par les consuls en faveur des marchands. Il est évident que l’on ne se trouve pas dans le cas suédois, dont la réussite tint en partie au développement d’un État fiscal puissant, capable de supporter le transfert des coûts de protection navale à la place des acteurs privés37. Dans le cas néerlandais, une analyse plus poussée des circuits épistolaires animés par les consuls laisse apparaître une hiérarchisation très nette entre les destinataires de leurs courriers, puisqu’ils donnent le sentiment d’écrire en priorité à la Direction d’Amsterdam. Davantage que les États Généraux, celle-ci jouait en effet le rôle de plaque tournante dans la gestion des informations commerciales circulant entre les Provinces-Unies et la mer intérieure. Les directeurs du port de l’IJ asseyaient leur pouvoir sur des relations privilégiées avec le conseil de la ville et les États de Hollande et Frise occidentale. Une conséquence directe et immédiate était que les États Généraux se contentaient bien souvent, au moment d’édicter des placards et règlements, de reprendre à leur compte les recommandations venues d’Amsterdam. Les incidences sur le commerce néerlandais en Méditerranée pouvaient ne pas être négligeables38.

  • 39 Dam van Isselt 1941, p. 22-24 et p. 42-44.
  • 40 Heeringa 1917, p. 76.
  • 41 Groot 1981, p. 234-235.

13Les remodelages institutionnels au sein de la Direction du commerce levantin complexifièrent encore davantage les circuits à partir du dernier quart du XVIIe siècle. Par exemple, les conflits entre Jacob van Dam et la nation de Smyrne s’accrurent sous le poids de la rivalité que se livraient à distance Amsterdam et Rotterdam. La tension fut très grande à partir de 1671 entre le consul et les marchands Francisco de Hartigh et Adriaen Groenincx, ce dernier étant le fils d’un directeur du tout récent collège de Rotterdam39. Sur fond de querelle autour des droits consulaires, les intérêts négociants du port rhénan manifestèrent la plus grande défiance à l’égard de van Dam. Il s’agissait de remettre en doute sa partialité, et de limiter son intervention dans leurs affaires économiques. Il n’est donc pas étonnant que la question des flux épistolaires au départ des consulats hollandais ait occupé, au même moment, une place essentielle dans l’installation d’une Direction du commerce levantin à Rotterdam. Une résolution de leurs collègues d’Amsterdam, en date du 20 juillet 1671, fait le compte de toutes les difficultés survenues dans la négociation. On apprend notamment que le tout récent directeur de Rotterdam, Jan Pedi, avait demandé que toutes les lettres circulant entre les postes diplomatiques méditerranéens et Amsterdam soient copiées et envoyées à Rotterdam40. Cela témoignait, de la part des négociants établis sur le Rhin, d’une crainte réelle de voir leur échapper des informations économiques distillées par les consuls. La genèse de la Direction du commerce levantin ne pouvait que justifier leurs craintes. Cette institution, longtemps réunie exclusivement à Amsterdam, faisait office d’instance de contrôle de tout le négoce néerlandais en Méditerranée. Elle avait déjà servi à surveiller les marchands catholiques d’origine flamande ou brabançonne41. Faisant le constat qu’Amsterdam ne voulait pas renoncer à son rôle prédominant, le négoce de Rotterdam ne pouvait que mal prendre toutes les mesures qui limitaient son appétit de croissance dans les années 1660-1670.

  • 42 Dam van Isselt 1941, p. 263-266.
  • 43 Eldem 1999, p. 247-249 et p. 260-264.

14La lutte féroce qui en résulta devait paralyser en partie l’action menée par les consuls dans le domaine commercial. Les déchirements, qui s’étaient quelque peu apaisés après la publication de nouveaux tarifs en 1676, repartirent de plus belle à Smyrne avec la nomination d’Adriaen Groenincx comme vice-consul quatre ans plus tard. Le collège d’Amsterdam, qui soutenait la candidature d’un bourgeois de Leyde, en fit un casus belli. Sa vigoureuse intervention auprès des États de Hollande fut couronnée de succès, puisqu’alertés par les députés de la province, les États Généraux cassèrent l’élection de Groenincx et le rappelèrent en métropole42. Il est évident que tous ces événements ne favorisaient pas le recours aux services d’un consul à qui on ne faisait pas confiance. Le négoce ressentait également une certaine forme d’insécurité institutionnelle, ce qui contribua à augmenter l’incertitude marchande tout du moins pour les intérêts de Rotterdam. Un parallèle s’impose avec la situation vécue par nombre de communautés négociantes françaises en Méditerranée entre 1781 et 1785. Durant ces années, les déchirements furent nombreux autour du système des ventes par répartition, sur fond de concurrence féroce entre les Marseillais jaloux de leur monopole et de nouveaux acteurs cherchant à récupérer une partie des ventes de draps français au Levant43.

  • 44 Dans le cadre de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, les marchands de Smyrne rédigèrent un texte au (...)
  • 45 Stadsarchief Amsterdam (SAA), Correspondance diplomatique des bourgmestres, vol. 218, lettre du 30 (...)
  • 46  Bustos Rodriguez 2006, p. 267.
  • 47 Steensgaard 1967, p. 33.
  • 48 Israel 1986, p. 105.

15Plusieurs indices attestent que les marchands surent parfaitement intégrer dans leur mode de fonctionnement les lourdeurs et les chausse-trappes du circuit de l’information consulaire aux Provinces-Unies. Ils savaient, à l’occasion, court-circuiter l’ambassadeur et les directeurs en s’adressant directement au consul quand il était jugé assez puissant44. Il s’agissait de se ménager son appui, ou bien de l’alerter sur un dossier précis. Ces marchands obtenaient en retour, parfois, des informations de première main de la part de certains consuls. L’un d’entre eux, van der Hutten, écrivit depuis Malaga aux bourgmestres d’Amsterdam en novembre 1682, afin de leur signaler la montée en puissance des navires hambourgeois insérés dans les convois hollandais45. On peut s’interroger sur les intérêts poursuivis par les consuls qui se montraient très coopératifs avec les négociants demeurés en métropole. Est-ce parce que les consuls, notamment au Levant, devaient se ménager l’appui des plus grands marchands ? La difficulté à se procurer des espèces monétaires, dans beaucoup de ports méditerranéens, constituait en effet un sérieux problème. On sait que les consuls français de Cadix se faisaient ainsi épauler par de puissantes maisons de commerce quand ils entreprenaient d’aider financièrement des capitaines en mauvaise posture46. De son côté, l’hypothèse de liens particuliers entre certains consuls et des régents d’Amsterdam est parfaitement crédible. Les grandes familles patriciennes Pauw et Witzen avaient ainsi placé certains des leurs au consulat d’Alep dans le premier tiers du XVIIe siècle47. Si l’on trouvait moins de régents hollandais directement présents dans les échelles par la suite, beaucoup de leurs alliés y étaient encore établis comme facteurs48.

  • 49 Heeringa 1917, p. 271-273.
  • 50 Ibid., p. 316.
  • 51 Ibid., p. 331-332.
  • 52 Elias 1963, vol. 2, p. 618-623.
  • 53 Israel 1986, p. 106.

16La partialité des agents diplomatiques doit donc être questionnée. En effet, un certain nombre d’affaires jettent le trouble, notamment au tournant des XVIIe et XVIIIe siècle. En mai 1698, le consul de Smyrne transmit aux États Généraux les plaintes de capitaines d’Amsterdam quant au non-respect par les Zélandais des règlements sur le chargement des marchandises49. Cinq ans plus tard, l’ambassadeur de Hochepied écrivit aux mêmes destinataires, en répercutant une information fournie par le consul de Livourne Calckbernier. Des Zélandais avaient arraisonné un navire français avec des Turcs à bord, ce qui posait des problèmes diplomatiques et l’amenait à désapprouver fermement l’initiative50. Le consul de Smyrne prit de nouveau sa plume, le 30 mai 1709, pour relayer la plainte des Français à l’égard de la concurrence déloyale des navires zélandais dans le transport de marchandises turques vers l’Afrique du nord51. Ne s’agissait-il pas de combattre la percée des Zélandais dans les circuits commerciaux des Provinces-Unies en Méditerranée ? Ces événements étaient en effet contemporains de l’installation d’un collège de directeurs du commerce levantin à Middelburg. Le consul de Smyrne aurait cherché à favoriser les intérêts commerciaux d’Amsterdam. L’identité de la famille Hochepied fournit une partie de la réponse. D’origine française, elle avait prospéré dans le commerce et la banque depuis Amsterdam. Daniel de Hochepied, directeur du commerce levantin en 1671, plaça l’un de ses fils consul à Smyrne en 1688. Ses descendants devaient monopoliser le poste jusqu’à la fin de la République52. Elle avait par ailleurs contracté des alliances matrimoniales avec des gens importants, tous liés au patriciat d’Amsterdam : l’ambassadeur d’Istanbul Jacob Colyer, le consul de Livourne Jacob Calckberner, et par-dessus tout Nicolas Witsen, l’un des bourgmestres les plus puissants d’Amsterdam à la fin du XVIIe siècle53.

  • 54 Steensgaard 1967, p. 48.

17Dans tous les cas, on mesure la différence avec la situation de la première moitié du XVIIe siècle, à propos de laquelle Steensgaard minorait l’impact de la toute-puissance d’Amsterdam54. Il semble que le réseau consulaire néerlandais ait subi un certain nombre de bouleversements à l’issue des réorganisations institutionnelles des années 1670-1700.

Une redistribution des cartes au cours du XVIIIe siècle

  • 55 L’activité du consul de Smyrne, d’un bout à l’autre du siècle, est instructive. Dans une lettre du (...)
  • 56  Le consul hollandais de Marseille s’agita beaucoup, en 1730, pour faire prendre conscience aux dir (...)

18Il s’agit maintenant d’identifier les dynamiques à l’œuvre dans le réseau consulaire hollandais en Méditerranée. L’analyse quantitative et qualitative des flux épistolaires, menée sur le long terme, indique un bouleversement en profondeur. Ainsi, le nombre de lettres échangées gonfla de façon importante, dans un sens comme dans l’autre. Les flux à la croissance la plus spectaculaire étaient alimentés par les directeurs de Rotterdam, ainsi que par les agents en poste dans la mer intérieure. De toute évidence, la palette des interlocuteurs des consuls, auparavant limitée à l’ambassadeur à Istanbul, aux directeurs d’Amsterdam ou aux États Généraux, s’élargit au cours du XVIIIe siècle. Les liens des principaux consuls avec le chargé d’affaires de la capitale ottomane ou avec le négoce de Rotterdam se renforcèrent55. L’action en faveur des marchands menée par les consuls hollandais en Méditerranée paraît donc se reconfigurer après 1750, dans le sens d’un renforcement, mais également d’un redéploiement de son contenu et de ses interlocuteurs. Ce double mouvement fut principalement alimenté par de nouvelles demandes venues de Rotterdam, ainsi que par la multiplication des interventions directes de certains consuls dans la constitution des chargements. Il serait donc le reflet assez fidèle des transformations affectant le commerce des puissances septentrionales en Méditerranée au XVIIIe siècle, à savoir la multiplication des acteurs concurrents et une intégration plus poussée dans la caravane méditerranéenne. Si une échelle comme Smyrne demeurait un nœud commercial incontournable, des ports de Méditerranée occidentale prirent une importance particulière. Les correspondants de la République à Marseille orientèrent ainsi une grande partie de leurs efforts vers l’activité de nolisement56. Les consuls se préoccupaient surtout, désormais, de l’insertion des navires marchands néerlandais dans la caravane méditerranéenne. Ces derniers avaient besoin de nolis et de protection contre les arraisonnements et les confiscations, puisque se déplaçant beaucoup moins en convois.

  • 57 La Direction du commerce levantin à Amsterdam, historiquement le premier collège, demeurait l’inte (...)
  • 58 Bugnot écrivait aux directeurs d’Amsterdam au sujet du tableau récapitulatif des navires hollandai (...)
  • 59 Anderson 1989, p. 92-96 ; Müller 2004, p. 57-58.
  • 60 Pour la période 1775-1780, sur 482 lettres expédiées par le consul, 13 % étaient destinées à l’ami (...)
  • 61 Les tableaux récapitulatifs dressés par les consuls néerlandais (NA, LH, Direction d’Amsterdam, vo (...)

19Il ne faut pas imaginer, cependant, une refonte en profondeur des circuits épistolaires des consuls. De fait, beaucoup d’entre eux continuèrent d’adresser prioritairement leurs informations économiques voire leurs offres d’intermédiation marchande au négoce d’Amsterdam57. Ceci est particulièrement frappant pour les agents en poste en Méditerranée occidentale, qui semblent avoir usé de leur position pour favoriser leur propre négoce58. Ces consuls n’agissaient pas avec autant de diligence et d’efficacité auprès des négociants de Rotterdam. Un coup d’œil sur les autres nations nous apprend que les intérêts marchands de telle ou telle ville ont pu être particulièrement favorisés, à l’instar de la position hégémonique de Londres et de Stockholm dans le commerce en Méditerranée59. Mais le contexte des Provinces-Unies était radicalement différent de celui de l’Angleterre ou de la Suède, avec plusieurs villes jalouses de leur autonomie et dotées d’un patriciat marchand dynamique. Dans ces conditions, l’analyse fine de la ventilation des courriers consulaires est instructive. On observe par exemple, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une évolution contrastée du nombre de courriers adressés à Rotterdam par le consul de Smyrne. Alors que le consul continua d’écrire assez peu au collège de directeurs de la ville, les plis envoyés à l’amirauté de la Meuse firent un bond, rattrapant numériquement ceux que recevait l’amirauté d’Amsterdam60. Si le conflit de 1660-1690 entre les deux villes hollandaises continuait donc de produire ses effets, la montée en puissance de Rotterdam dans le négoce méditerranéen prit le relais et se traduisit à son tour par un impact sur la correspondance consulaire61. Le décrochage relevé plus haut n’en est que plus remarquable, et j’avance une hypothèse à ce sujet. Un nombre plus important de navires marchands de Rotterdam en Méditerranée, participant notamment à la caravane, aurait contraint les consuls à s’adresser davantage à l’amirauté dont ils relevaient. Mais dans le même temps, et en dépit de l’évolution du rapport de force commercial, des liens privilégiés d’ordre politique et administratif se seraient maintenus entre le réseau consulaire et les directeurs d’Amsterdam.

  • 62 NA, La Haye, LH, Direction de Rotterdam, vol. 292, 293 et 294 (1670-1780).
  • 63 Nanninga 1952, p. 60 et p. 114-115.
  • 64 Ibid., p. 482.
  • 65 Israel 1986, p. 106-107.

20Cela ne signifiait pas un manque d’intérêt des directeurs de Rotterdam à l’égard des consuls. L’analyse des registres de leurs délibérations révèle ainsi une activité en nette hausse au fur et à mesure que le XVIIIe siècle s’avance, notamment alimentée par les informations d’origine consulaire62. On relève, par ailleurs, le retour d’affrontements très durs à propos de la nomination de consuls dans le deuxième tiers du XVIIIe siècle. Il existait sans doute un lien avec les profits espérés du nolisement des neutres pendant les guerres franco-anglaises. Les échanges féroces entre les directeurs d’Amsterdam et de Rotterdam au sujet de l’identité du futur consul d’Égypte en 1734 ou de Salonique en 1739, indiquent à quel point les deux patriciats marchands redoutaient que le réseau consulaire puisse tomber entre les mains du concurrent63. La querelle concerna aussi Alep, où les États Généraux nommèrent en 1761 Jan Heemskerk jr, qui jouissait d’une bonne réputation. Mais ce marchand venait de la maison Heemskerk, Mazeyck et compagnie, basée à Rotterdam. Sa rivale des bords de l’IJ, bien qu’ayant perdu la bataille, ne renonça jamais à faire chuter le consul dans les années suivantes64. Sa défaite n’eut que très peu d’implications. Rotterdam ne parvint pas à forcer les verrous de l’institution consulaire dans les autres postes méditerranéens, et Alep ne comptait plus pour grand-chose à cette date. D’où l’hypothèse renforcée d’une poursuite du développement commercial du port rhénan après les années 1760, mais avec un recours limité à la protection et aux services offerts par les agents diplomatiques. L’action de consuls considérés comme des hommes d’Amsterdam aurait donc été progressivement démonétisée. C’est du reste ce que suggère Jonathan Israel, quand il met en scène un déclin du commerce néerlandais à la fin du XVIIe siècle, alors que le réseau consulaire se maintenait voire se renforçait65. L’idée d’un lien distendu entre commerce et consulat se trouve donc accréditée, ce qui consiste in fine à poser la question de l’utilité commerciale des consuls.

  • 66 En France, les réformes des années 1770 et 1780 creusèrent un fossé entre les marchands et les con (...)
  • 67 Par exemple, le consul de Smyrne écrivit dans une lettre aux États Généraux en date du 9 juin 1699 (...)
  • 68 Kadi 2012, p. 157-162 et p. 237-273.
  • 69 Masters 1988, p. 26. Cet état de choses n’était pas généralisé en Angleterre, puisque l’East India (...)
  • 70 Eldem 1999, p. 208.
  • 71 Frangakis-Syrett 2000, p. 35 et p. 149.
  • 72 Israel 1989, p. 16.

21Le renouvellement d’une partie des enjeux du commerce néerlandais en Méditerranée au XVIIIe siècle aurait donc eu un impact sur l’intermédiation marchande des consuls de la République. D’autres situations nationales indiquent que cette période fut propice à des reconfigurations d’intérêts et d’affrontement66. La situation néerlandaise tendit, de son côté, à se complexifier davantage. Ainsi, des consuls ont pu innover dans leurs pratiques sous le coup de nécessités nouvelles. Il s’agissait notamment de prendre la défense de leurs marchands en écrivant directement aux États Généraux, c’est-à-dire en se passant des intermédiaires habituels. On trouve sous la plume de divers consuls de Smyrne, par exemple, des lignes étonnantes où la gourmandise tarifaire de la Direction du commerce levantin était incriminée67. Il est peu probable que de Hochepied, membre d’une famille très liée aux intérêts négociants d’Amsterdam s’en soit affranchi. Il est d’autant plus étonnant de le voir ainsi exposer sans fard les intérêts divergents entre les marchands hollandais installés dans les échelles et les autorités de tutelle demeurées aux Provinces-Unies. L’enquête menée par Ismail Hakki Kadi nous donne la clé de cet imbroglio, car il restitue toute la complexité des rapports de force au sein du commerce néerlandais en Méditerranée. L’auteur met en lumière un écheveau complexe de rivalités entre directions des principales villes hollandaises, communautés marchandes en Méditerranée et grands intérêts des Provinces-Unies. Une divergence fondamentale d’intérêts entre le négoce et la navigation s’imposa au cours du XVIIIe siècle, perturbant ou renforçant, selon le moment, l’intermédiation marchande menée par certains consuls. La Direction du commerce levantin à Amsterdam accordait ainsi la priorité à la défense des armateurs, tandis que le collège de Rotterdam militait pour une action résolue visant à empêcher les marchands ottomans d’utiliser les navires néerlandais. La mise en place et l’efficience de ce que Kadi appelle un faint protectionism, après 1750, a terriblement souffert de ces déchirements68. Mais il est notable que les consuls ne s’impliquèrent que peu dans la lutte contre la montée en puissance des marchands ottomans dans le négoce néerlandais, si ce n’est en frappant les nouveaux venus de droits consulaires supplémentaires. La protection consulaire s’avéra dans tous les cas très insuffisante. L’intermédiation marchande des consuls hollandais semblait donc avoir perdu de son importance, ou en tout cas n’apparaissait plus comme un outil efficace de politique commerciale. La situation était très différente en Angleterre, où les grands marchands et les producteurs textiles partageaient des intérêts communs, tout en profitant d’une certaine souplesse d’action offerte par la Compagnie du Levant69. De la même façon, les maisons de commerce françaises au Levant étaient solidement tenues en main par les grands négociants marseillais, représentés sur place par des amis ou des parents appelés « régisseurs »70. On peut imaginer que dans le contexte d’une concurrence très dure entre les nations, les déchirements néerlandais au sujet des consulats leur aient véritablement, et sur le long terme, porté préjudice71. En ce qui concerne la Méditerranée, le jugement positif formulé par Jonathan Israel à propos du dosage d’intervention politique et d’efficacité économique mis en œuvre pour assurer la suprématie des Provinces-Unies jusqu’en 1740, ne semble plus opératoire pour la suite72.

22L’action des consuls en faveur du commerce, que l’on peut détecter dans la correspondance consulaire néerlandaise en Méditerranée rend compte à la fois de l’importance commerciale de telle ou telle place, mais également des compétences et intérêts très contrastés des agents. Son efficience a pu être réelle, et néanmoins très variable dans le temps et l’espace. Les conséquences de l’organisation très originale du commerce néerlandais dans la mer intérieure se firent davantage sentir après 1750, au moment où les échanges épistolaires se développèrent globalement, au prix d’une distinction de plus en plus forte entre les postes consulaires. Il est évident qu’à l’instar d’une autre entité politique de taille réduite comme la Sérénissime, les intérêts marchands furent toujours assurés de recevoir une écoute bienveillante.

  • 73 Ribeiro da Silva 2009, chap. 2 et en particulier les p. 29-31, 37, 46, 72, et 80-81.

23La rivalité commerciale entre Amsterdam et Rotterdam aurait constitué une menace, ou à tout le moins un élément perturbateur pour l’efficience de l’intermédiation marchande des consuls de la République en Méditerranée. Elle aurait empêché une valorisation complète de l’agency de certains consuls. Des exemples existent pour d’autres régions, comme en Afrique occidentale. Il semble que là-bas, le partage de la gestion des comptoirs entre les chambres d’Amsterdam et de Zélande au sein de la Westindische Compagnie se soit traduit par un réel handicap et une incapacité à développer les activités sur le long terme73. Les circuits épistolaires des consulats, prioritairement orientés vers Amsterdam, n’auraient pesé en rien ou très peu sur le rééquilibre des rapports de force entre la cité de l’IJ et Rotterdam, bien au contraire. Cette dernière ville n’aurait pas eu besoin de l’intervention des consuls pour occuper plusieurs positions marchandes intéressantes en Méditerranée. L’utilité commerciale du réseau consulaire néerlandais paraît donc assez clairement remise en cause à la fin de la période, en tout cas du point de vue de certains acteurs parmi les plus dynamiques. Ce sont les réalités du jeu économique lui-même qui auraient contribué à démonétiser l’intermédiation marchande des consuls hollandais en Méditerranée, singulièrement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Notes

1 Les postes consulaires hollandais, à la demande des marchands, se multiplièrent pendant la Trêve de Douze Ans. Par la suite, la reprise de la guerre contre les Espagnols et la paix de 1648, ont successivement signifié une contraction et une dilatation de ce réseau (Israel 1986, p. 92-99).

2 Cette volonté d’autonomie, aux nombreuses implications, a souvent été occultée. Il est faux d’évoquer, comme l’a fait une collègue espagnole, une « Société de Commerce du Levant d’Amsterdam et de Midelbourg », gérée depuis le port de l’IJ comme une société par actions (Crespo Solana 2010).

3 Steensgaard 1967, p. 48.

4 Par exemple, en dépit de son poids démographique et politique, Istanbul ne représenta jamais une centralité économique pour une nation hollandaise de toute façon très maigre (Groot 1985, p. 134-135).

5 Jörg Ulbert a fait le point sur l’évolution de l’institution consulaire dans l’introduction d’un récent ouvrage collectif (Ulbert – Le Bouëdec 2006, p. 9-20).

6 Steensgaard 1967, p. 19-20.

7 Murphey 2000, p. 25-58.

8 Le réseau consulaire de la Suède aurait agi comme un relais du mercantilisme, dans le cadre de la construction de l’État national (Müller 2004, p. 18-20).

9 En 1690, le consul Calckberner prévint la direction d’Amsterdam que la sécheresse monétaire régnait à Livourne, les Français raflant le peu d’argent disponible (Nationaal Archief [NA], La Haye, Levantse Handel [LH], Direction d’Amsterdam, vol. 186, lettre du 29 juillet 1690).

10 Heeringa 1917, p. 480-482.

11 Pradell Nadal 1992, p. 56-64.

12 En décembre 1691, de Hochepied écrivit depuis Smyrne aux États Généraux que le principal atout des Anglais reposait non pas sur la qualité supérieure de leurs draps mais sur les faibles droits exigés de leurs marchands (Heeringa 1917, p. 258-259). Au sujet de la faiblesse du commerce hollandais à Scandrona, le consul d’Alep Heirmans soutint dans un courrier du 6 février 1743 à la Direction d’Amsterdam que la responsabilité tenait à des cargaisons trop maigres expédiées depuis la Hollande (Nanninga 1952, p. 157-158).

13  NA, La Haye, Consulaat Smyrna (CS), vol.1.

14 Robbert de Rouck expliquait depuis Tunis, dans sa lettre du 13 mai 1666 aux États Généraux, être intervenu de façon vigoureuse auprès du dey pour empêcher la confiscation du navire « De Propheet Samuel ». Le consul se mettait peut-être en valeur, mais du moins s’efforçait-il de tenir le rôle escompté (Heeringa 1917, p. 538).

15 Nanninga 1952, p. 370-371.

16 Frangakis-Syrett 1992, p. 33.

17 NA, La Haye, CS, vol. 13, formulaire de février 1676.

18 Anderson 1989, p. 132. Le consul avait même le droit de renvoyer en Angleterre des facteurs coupables d’avoir enfreint les règlements de la Compagnie du Levant (ibid, p. 95).

19 Les états annuels du commerce rédigés par les consuls français dans la seconde moitié du XVIIIe siècle dans les ports de ces côtes étaient imprécis, voire incomplets (Panzac 1990, p. 76). Mais il signale les exceptionnels tableaux sur l’activité d’Alexandrie et de Damiette dressés par le consul en 1782-1785 (ibid., p. 87).

20 Les directeurs écrivirent aux États Généraux, le 3 février 1671, pour contredire le consul Theyl. Ils réfutaient l’idée selon laquelle le commerce français était devenu faible en Égypte (Heeringa 1917, p. 461-463).

21 Le dossier du consul Haanwinckel, nommé à Alep en juillet 1752, révèle en effet un personnage trouble, coupable d’avoir menti aux directeurs d’Amsterdam sur ses compétences exactes, jusqu’à sa banqueroute et sa fuite au Liban (Nanninga 1952, p. 237-238, 245-246, 255-256, 260-261 et 269-271).

22 À Venise dès 1615 (Gelder 2009, p. 158-168).

23 À Athènes, dans la seconde partie des années 1660, le comportement tyrannique du consul hollandais fut présenté comme handicapant pour les marchands bataves (Heeringa 1917, p. 176-178).

24 Ibid., p. 116.

25 Dam van Isselt 1907, p. 78-136.

26 Les exemples abondent, notamment à l’occasion des négociations des Impériaux pour de nouvelles capitulations en 1699, et que les marchands hollandais redoutaient beaucoup (Heeringa 1917, p. 278-284).

27 Le consul expliquait, dans une lettre de 1742 aux directeurs d’Amsterdam, qu’il avait obtenu le paiement au capitaine Bervein de son nolis en entier malgré la perte d’une partie de sa cargaison au cours du trajet entre Naples et Tunis ; il s’était pour cela appuyé sur le contrat passé le 24 mars précédent à Gênes, qu’il semble avoir parfaitement interprété (NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 191, lettre du 30 juin 1742).

28 NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 189, lettre du 3 novembre 1750.

29  Ibid., vol. 191, lettre du 30 septembre 1777.

30 Je pense ici à Pierre-Jean de Bertellet, consul à Livourne après 1745 (Müller 2004, p. 122-123).

31 Israel 1986, p. 93-94.

32 Le consul de Smyrne Daniel de Hochepied écrivit ainsi au marchand d’Amsterdam Sirp Ouckama, pour justifier son refus d’intervenir : « ce ne sont pas mes affaires, je suis payé pour assister et conseiller les personnes, mais pas pour diriger leurs affaires embrouillées » (NA, La Haye, CS, vol. 14, lettre du 17 avril 1771).

33  Müller 2004, p. 80-83.

34  NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 189.

35 En 1772, le consul suédois à Cadix Arendt Dreyer accusa son vice-consul Anders Hagström de se réserver les commissions les plus profitables. Le vice-consul était en effet un commerçant très expérimenté sur la place espagnole, sachant rafler les commissions françaises (Müller 2004, p. 91-92).

36 En mai 1733, il exposa son impuissance à une demande du mufti d’Alger souhaitant voir les Hollandais venir dans sa ville, car il n’était pas en mesure d’obliger les marchands à modifier leurs circuits commerciaux (Nanninga 1952, p. 53-54). En février 1756, il indiquait avoir échoué à convaincre trois capitaines de ne pas partir sans convoi, en dépit de la menace des corsaires algérois (ibid., p. 349).

37 Müller 2004, p. 30-31.

38 Il en fut ainsi du placard de mai 1669 interdisant aux capitaines hollandais de charger des faux louis à bord de leurs navires : suite à des informations venues directement du consul de Smyrne, analysées sur les rives de l’IJ (Allain 2008, p. 31-32)

39 Dam van Isselt 1941, p. 22-24 et p. 42-44.

40 Heeringa 1917, p. 76.

41 Groot 1981, p. 234-235.

42 Dam van Isselt 1941, p. 263-266.

43 Eldem 1999, p. 247-249 et p. 260-264.

44 Dans le cadre de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, les marchands de Smyrne rédigèrent un texte au début du mois de mai 1697, demandant que l’on négocie pour obtenir l’autorisation d’accoster librement à Marseille pour les navires hollandais. C’est au consul de Hochepied que l’on demanda de transmettre cette requête aux États Généraux (Heeringa 1917, p. 268-269).

45 Stadsarchief Amsterdam (SAA), Correspondance diplomatique des bourgmestres, vol. 218, lettre du 30 novembre 1682.

46  Bustos Rodriguez 2006, p. 267.

47 Steensgaard 1967, p. 33.

48 Israel 1986, p. 105.

49 Heeringa 1917, p. 271-273.

50 Ibid., p. 316.

51 Ibid., p. 331-332.

52 Elias 1963, vol. 2, p. 618-623.

53 Israel 1986, p. 106.

54 Steensgaard 1967, p. 48.

55 L’activité du consul de Smyrne, d’un bout à l’autre du siècle, est instructive. Dans une lettre du 10 mars 1700, il écrivait aux bourgmestres d’Amsterdam, et seulement à eux, que le moment était propice à la relance du commerce hollandais depuis la Turquie vers la France (NA, La Haye, CS, vol. 2). En 1775, son successeur, préoccupé de fournir divers conseils sur la conjoncture économique, expédiait une lettre aux sieurs Ackerman et van Bommel d’Amsterdam, mais également au marchand Pieterse de Rotterdam (ibid., vol. 15).

56  Le consul hollandais de Marseille s’agita beaucoup, en 1730, pour faire prendre conscience aux directeurs du danger de restriction du nolisement des navires hollandais suite aux plaintes adressées par les Français à Maurepas. En janvier 1761, Bugnot commentait la liste des navires néerlandais ayant accosté à Marseille au semestre précédent en expliquant que certains restaient sans destination, puisqu’il était impossible de la connaître encore (NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 183).

57 La Direction du commerce levantin à Amsterdam, historiquement le premier collège, demeurait l’interlocuteur privilégié des consuls (Boogert 2005, p. 39-40).

58 Bugnot écrivait aux directeurs d’Amsterdam au sujet du tableau récapitulatif des navires hollandais ayant accosté à Marseille au second semestre de l’année 1778 : « la liste des navires hollandais arrivés dans ce port pendant l’année dernière se monte à 100, parmi lesquels il y en a 36 de votre ville, comme vous le verrez par la note que ma maison de commerce a l’honneur de vous remettre aujourd’hui, la plupart de ces vaisseaux ont été employés, et ont obtenu de beaux frets… » (NA, La Haye, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 183).

59 Anderson 1989, p. 92-96 ; Müller 2004, p. 57-58.

60 Pour la période 1775-1780, sur 482 lettres expédiées par le consul, 13 % étaient destinées à l’amirauté de Rotterdam contre 4 % seulement pour la direction de la même ville (NA, La Haye, CS, vol. 15).

61 Les tableaux récapitulatifs dressés par les consuls néerlandais (NA, LH, Direction d’Amsterdam, vol. 183), l’activité des chambres d’assurance d’Amsterdam et de Rotterdam (archives municipales des deux ports) ainsi que les comptes de quarantaine du port de Marseille (Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, Bureau de la Santé, comptes des frais de quarantaine, vol. 71-111), indiquent tous un nombre plus important de navires venus du port rhénan. Je prépare une enquête approfondie sur ce sujet, dont les résultats seront livrés prochainement.

62 NA, La Haye, LH, Direction de Rotterdam, vol. 292, 293 et 294 (1670-1780).

63 Nanninga 1952, p. 60 et p. 114-115.

64 Ibid., p. 482.

65 Israel 1986, p. 106-107.

66 En France, les réformes des années 1770 et 1780 creusèrent un fossé entre les marchands et les consuls, ces derniers étant accusés de s’opposer à la liberté de commerce (Faivre d’Arcier 2006, p. 169-173).

67 Par exemple, le consul de Smyrne écrivit dans une lettre aux États Généraux en date du 9 juin 1699 qu’il fallait instaurer des taxes plus raisonnables « car le négoce pourrait en tirer profit dans son ensemble, et non la caisse des Directeurs en particulier » (Heeringa 1917, p. 290-292).

68 Kadi 2012, p. 157-162 et p. 237-273.

69 Masters 1988, p. 26. Cet état de choses n’était pas généralisé en Angleterre, puisque l’East India Company, qui disposait pourtant du soutien de la Couronne et du gouvernement, devait gérer de fortes oppositions internes (Chaudhuri 1978, p. 20).

70 Eldem 1999, p. 208.

71 Frangakis-Syrett 2000, p. 35 et p. 149.

72 Israel 1989, p. 16.

73 Ribeiro da Silva 2009, chap. 2 et en particulier les p. 29-31, 37, 46, 72, et 80-81.

Auteur

thierry.allain@univ-montp3.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable