Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 5 – Entre l’État, les intérêts marchands et l’intérêt personnel, l’agency des consuls

Le musée commercial impossible : un projet emblématique de l’action consulaire française à Salonique au tournant des XIXe et XXe siècles

Mathieu Jestin

Texte intégral

  • 1 Le Siècle. Journal politique, littéraire et d’économie sociale, article de Maurice Desclers, le 6 (...)
  • 2 Baer 2009.
  • 3 Georgeon 1996.
  • 4 Horel 2011.
  • 5 Ricard 1992 ; Badel 2003, p. 189-211.
  • 6 Caumartin 1935, p. 35, cité par Badel 1999, p. 112.
  • 7 Avec l’exemple du musée commercial de Bordeaux qu’il développe, Albert Mengeot cite notamment le m (...)

1Lors de sa création, annoncée en novembre 1908, le musée commercial de Salonique fait l’objet d’un article de Maurice Desclers, en Une du journal parisien Le Siècle1. Le journaliste affirme qu’« il n’est pas possible d’augmenter ni de maintenir l’influence d’une nation à l’étranger sans s’appuyer sur des relations commerciales actives ». Étudier les acteurs et les enjeux de cette implantation permet dès lors de réfléchir sur la réalité et les différents niveaux d’intervention dans le domaine économique et commercial du consulat de France en Macédoine. À cette date, de nombreux changements sont attendus par l’ensemble des protagonistes du commerce macédonien. Les Jeunes-Turcs viennent d’accéder au pouvoir et parmi les décideurs, une partie est originaire de cette région de l’Empire2. C’est le cas de Djavid Bey, dönme, franc-maçon, théoricien et décideur économique de premier rang, qui dirige, depuis Salonique, l’économie ottomane jusqu’en 19123. Quant à l’Autriche-Hongrie, principale puissance commerciale dans les Balkans, elle est soumise, à la suite de l’annexion de la Bosnie-Herzégovine, à un boycottage4. Si ce dernier est de courte durée et n’est pas strictement appliqué, il s’agit néanmoins, pour les autres Puissances, de s’emparer d’une position préférentielle, laissée partiellement vacante. Par ailleurs, au contexte local se superposent des enjeux plus généraux. En ce début de XXe siècle, les contours de l’action consulaire française sont en effet redéfinis, notamment dans le domaine économique, qui constituait la raison d’être originelle de l’institution telle qu’elle avait été pensée en 1681 par l’Ordonnance de Colbert. Les consuls voient certes leurs prérogatives réaffirmées – ils peuvent ainsi correspondre directement avec le ministère du Commerce, ou encore être recrutés à la sortie des écoles de commerce5 –, mais, dans le même temps, ils n’en détiennent plus le monopole officiel. Leur sont notamment adjoints des attachés commerciaux et des conseillers du commerce extérieur, afin de « parer à [leur] incompétence économique ou à [leur] surcharge d’occupations et à [leur] insuffisante mobilité »6. Enfin, le concept même de musée commercial s’inscrit à la fois dans une logique nationale et internationale. Réfléchi depuis une trentaine d’années en France mais aussi à l’étranger, comme miniature pérenne des expositions universelles, le concept a pour objectif de promouvoir les intérêts économiques des Puissances mais aussi d’affirmer leur impérialisme conquérant. Ainsi des musées de différents types fleurissent dans le monde entier, qu’ils soient économique, colonial, culturel ou encore ethnographique7.

  • 8 Journal de Salonique, n° 912, septembre 1909 ; Moniteur officiel du commerce. Renseignements comme (...)
  • 9 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique des consuls (CPC), (...)
  • 10 Lacombrade – Bouneau 2003, p. 131-177 ; Lemercier 2007, p. 40-62.

2Après un an d’atermoiements et de discussions parfois vives sur l’ensemble des aspects concrets de son fonctionnement – acteurs, objectifs, financement, étiquette française – entre les différents protagonistes locaux et métropolitains, le musée finit par voir le jour à l’automne 19098. La plupart de ces enjeux n’étant cependant pas réglés, il peine à décoller et, s’il semble subsister jusqu’à la Grande Guerre, la diplomatie consulaire souhaite, en 1915, lui donner une nouvelle impulsion9. Dès lors, dans la continuité des réflexions de Pascal Lacombrade ou de Claire Lemercier sur les chambres de commerce, il s’agira de s’interroger sur les différentes dimensions et vocations d’une institution avant tout locale10. En effet, le projet étant peu soutenu depuis la France par les milieux économiques et politiques, ce sont les consuls français qui portent à bout de bras le projet d’une institution qu’ils définissent pourtant comme française.

Le musée commercial français à Salonique : un projet dans l’air du temps

3En 1908, le consul français Claude Séon (1908-1909 ; 1913-1915) dresse un rapport détaillé à sa hiérarchie portant sur l’opportunité d’un musée commercial français dans sa résidence, l’objectif principal étant d’« introduire sur la place des marchandises exclusivement françaises ». Reprenant le projet ébauché par son prédécesseur, Anatole Alric (1906-1907), il met en avant les préoccupations commerciales des consuls français à l’échelle locale, leurs objectifs et les soutiens qu’ils reçoivent :

  • 11 AMAE, CPC, nouvelle série, 501, 1897-1914, série D, cart. 58, dossier 2, 1908-1911, Turquie, Musée (...)

C’est un fait avéré que nos produits se laissent distancer avec une si extraordinaire aisance par l’importation allemande, autrichienne ou italienne. Cela tient en grande partie à ce qu’ils ne sont pas offerts, pas même présentés sur le marché. Au contraire, nos concurrents ont mis en œuvre tous les moyens d’action pour nous enlever la place que nous occupions naguère dans ces régions ; on a pu constater, ici même, l’utile réclame qu’a été pour l’importation hongroise le musée commercial que le gouvernement de ce pays fondait à Salonique, il y a environ 10 ans. […] J’ai étudié, avec notre conseiller du commerce extérieur, quelle serait la forme la plus pratique à donner au nouveau musée commercial. […] Il permettrait l’achat direct, à l’exemple du musée hongrois, parti d’un musée d’échantillons pour devenir un véritable entrepôt ; cela permettrait ensuite de lancer le projet sans attendre l’aval du gouvernement dont les subventions arriveraient peut-être après que le principe ait fait ses preuves. […] La question essentielle ne demeure pas moins de savoir s’il se trouvera un nombre suffisant de négociants français pour répondre à l’appel qui leur serait adressé par l’Office national du commerce extérieur. [….] En résumé – et mon opinion a rencontré bien des avis conformes – un tel établissement s’impose aujourd’hui sur les principaux marchés d’Orient (Constantinople, Smyrne, Salonique et Beyrouth), accaparés presque entièrement par des institutions similaires (musée hongrois, établissements Orosdi-Back etc.). Ces derniers ont su cependant imposer leurs produits nationaux aux besoins d’une clientèle tous les jours plus nombreuse, et cela au détriment de l’article français, reconnu comme incontestablement supérieur, en qualité, à ceux d’origine allemande, autrichienne et italienne. Il suffirait néanmoins d’un nouvel effort de la part de nos producteurs qui consisterait à diminuer un peu les prix de la marchandise et à étendre davantage les termes de paiements pour reconquérir au bout de quelque temps la plus grande partie du terrain perdu11.

  • 12 Voir notamment pour Salonique, Beaujour 1800.
  • 13 Selon les registres d’état-civil de Salonique, Jean Martin des Pallières est né à Marseille en 186 (...)
  • 14 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Monastir, cart. 5, 1855-1915. Ledoulx (vice-co (...)
  • 15 Barbier-Decrozes 1999.
  • 16 Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 29 novembre 1908, p. 8052, http://ga (...)
  • 17 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, Mouvement commercial et marit (...)

4Le consul français semble être à l’initiative du projet. Accoutumé à rédiger ce type de rapports, réguliers, normés et susceptibles d’être publiés, Claude Séon fonde son argumentation principalement sur des poncifs des discours consulaires traitant du commerce français dans les Échelles du Levant12. Néanmoins il insiste également sur le nécessaire renouveau des pratiques commerciales au niveau local, ce qui passe notamment par l’établissement de structures pérennes. Compilateur davantage qu’initiateur du projet, Claude Séon met en forme des données fournies par ses collaborateurs, à commencer par Jean Martin des Pallières, agent de la compagnie des Messageries maritimes et conseiller du commerce extérieur à Salonique13. Cette dernière fonction apparaît en 1898 dans le cadre de l’Office national du commerce extérieur. Les conseillers sont nommés sur place, par l’entremise des consuls, à la suite de « la circulaire relative à la création d’un Office national au commerce et de conseillers du commerce extérieur »14, selon leur aptitude à seconder avantageusement la politique française sur place15. Jean Martin des Pallières prend lui ses fonctions officiellement en novembre 1908, pour une durée de cinq années, renouvelables16. La démarche du consul français est également appuyée par son chancelier, Stéphane Zarzecki, qui rédige un rapport exhaustif sur l’état du commerce de Salonique, en insistant sur la place de la France, son rapport étant publié in extenso dans le Moniteur du Commerce17. L’idée du musée se place donc à la croisée de réflexions sur le prestige national de la France à l’étranger, sur la comparaison et la rivalité avec les concurrents internationaux, enfin, sur l’adaptation des stratégies commerciales classiques.

  • 18 Anastassiadou 1997.
  • 19 Voir Lange-Akhund 1998 ; Jestin 2012.
  • 20 Voir les travaux de Svoronos, (1956) pour le XVIIIe siècle, Thémopoulou (1994) pour le début du XI (...)
  • 21 Journal de Salonique, 18 juin 1901.
  • 22 Kharaba 2006.
  • 23 Mengeot 1900, p. 4.
  • 24 Journal de Salonique, 23 décembre 1895.
  • 25 C’est le cas d’Ernest Dobrolowki, chancelier drogman du vice-consulat d’Uskub en 1909. CADN, Salon (...)
  • 26 Gounaris 1993.
  • 27 Rumeur de la création d’un dépôt de marchandises : AMAE, Correspondance commerciale et consulaire (...)

5Le projet est d’autant plus suivi par la machine diplomatique française qu’il s’inscrit dans un contexte de développement socio-économique de la Macédoine18 et ce, malgré les tensions nationalistes qui l’agitent19. La convoitise des impérialismes occidentaux s’accroît en effet, à partir du dernier quart du XIXe siècle, dans cette région considérée comme le principal débouché commercial dans les Balkans ottomans20. Les différents protagonistes rivalisent donc d’imagination pour obtenir les marchés. Aux initiatives privées – comme le développement des grands magasins, à l’exemple d’Orosdi-Back ouvert en 190121 – s’ajoutent des politiques étatiques volontaires de promotion économique et financière pour des projets de plus grande envergure. Les agents diplomatiques soutiennent activement, dans le cadre de leur mission, l’ensemble de ces actions dès lors qu’elles promeuvent les intérêts nationaux. Claude Séon propose ainsi d’appliquer à sa résidence un concept expérimenté en France et en Europe depuis une trentaine d’année. Les consuls français ont en effet une double mission commerciale. Ils doivent d’une part contribuer à la réussite des initiatives prises en France : rédaction de rapports, correspondance avec les différentes chambres de commerce – dont les prérogatives sont accrues avec la loi organique de 1898, qui en fait des établissements publics22 –, ou encore envois d’échantillons aux musées commerciaux à l’intérieur des frontières françaises23. D’autre part, ils doivent promouvoir le commerce national dans leur circonscription et reproduisent généralement les discours et les mesures prises en France. C’est le cas de « l’exposition française d’objets industriels » organisée par le consul Paul Veillet-Dufrêche (1893-1897) en 189524. Pourtant, au début du XXe siècle, la France est en retard par rapport à ses concurrentes directes en Méditerranée orientale et dans les Balkans. Depuis 1887, il existe certes une chambre de commerce française à Constantinople. Mais, aussi dynamique soit-elle grâce à l’action de son directeur Émile Giraud, de la plus grande et vieille famille de négociants français, elle ne dispose que de deux succursales à Brousse et aux Dardanelles25. À Salonique, en revanche, de tels leviers d’action sont absents. Dans la région, c’est en effet l’Autriche-Hongrie qui constitue la référence à suivre et à dépasser. Dès la fin des années 1880, avec l’ouverture de la ligne ferrée directe entre Vienne et Salonique (1888)26, les rumeurs et initiatives concrètes se multiplient27. Finalement une chambre de commerce ouvre en janvier 1889 soutenue par la machine diplomatique austro-hongroise :

  • 28 Ibid., 9 décembre 1888.

La colonie austro-hongroise de Salonique, d’accord avec son consulat général et après autorisation du gouvernement austro-hongrois, vient de constituer dans cette ville une ‘chambre de commerce’, composée de neuf membres dont six exclusivement autrichiens et trois sujets étrangers, mais étant en relations d’affaires avec des maisons austro-hongroises28.

  • 29 « En outre, l’un des principaux moyens employés par le gouvernement hongrois pour développer l’exp (...)
  • 30 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, Jules Jousselin (consul) à Je (...)
  • 31 Anastassiadou 1997, p. 184.
  • 32 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, Politique intérieure, question de Macédoine, XXXIX, t. 60, Sal (...)

6Quelques mois plus tard, un musée commercial hongrois ouvre ses portes29. À l’exemple des Austro-Hongrois, les solutions essayées par les différents protagonistes occidentaux à Salonique sont variées. En 1911, le consul américain George van Rosenlaer décide de suivre le modèle d’une chambre de commerce30. Les Italiens ouvrent, eux, un musée commercial au début des années 189031. Outre ces structures pérennes, la plupart des représentants des Puissances organisent des déplacements de commis-voyageurs à Salonique et en Macédoine, ou de commerçants saloniciens vers les États européens. Ainsi le consul Max Choublier (1909-1911) commente-t-il en 1910 le retour d’Italie d’une délégation de 38 acteurs économiques de Salonique qui étaient, selon ses dires, « tous jusqu’à présent […] acquis à l’influence française »32. C’est le cas également des Austro-Hongrois, qui souhaitent faire oublier le boycott de 1908 :

  • 33 Ibid., XXXVIII, 1909-1910, Salonique, Claude Séon (consul) à Pichon (MAE), 19 octobre 1909.

Ce matin est parti de l’Autriche-Hongrie un train de plaisir, à l’organisation duquel le Consulat général austro-hongrois en notre ville et le Docteur Nazim Bey, membre du Comité ‘Union et Progrès’ ont travaillé avec une grande activité. D’après les renseignements que j’ai recueillis, 150 personnes de Salonique et des environs et 80 personnes de Constantinople prennent part à cette excursion. Les deux trains se raccorderont à Nisch, en Serbie, et n’en formeront plus qu’un qui continuera sur Budapest et Vienne33.

7Le voyage, gratuit, concerne autant des négociants – une vingtaine – que des membres de la bourgeoisie de Salonique et de Constantinople – médecins, avocats, ingénieurs – qui ont une influence autant sociale que politique au sein des nouvelles classes dirigeantes. Dès lors, l’ambition du musée commercial de Salonique s’inscrit dans une logique similaire d’influence et, après un an et demi de démarches diverses issues de vingt ans d’essais variés et de comparaisons avec l’action des autres Puissances, Séon peut conclure en décembre 1909 :

  • 34 Ibid., MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE), 15 décembre 1909.

Le Musée commercial français a commencé à fonctionner très modestement et je partage le sentiment de Votre Excellence que cette institution pourra rendre les plus grands services à notre commerce en Turquie34.

Le musée commercial : « œuvre française » ou coquille vide ?

8L’optimisme de Claude Séon est d’ailleurs partagé par Le Journal de Salonique qui consacre un encart au musée commercial pour son ouverture annoncée à l’automne 1909 :

  • 35 Journal de Salonique, n° 912, septembre 1909.

Œuvres françaises à Salonique. À côté du lycée français qui constitue un excellent centre de culture française, nous aurons prochainement un musée commercial français où seront exposés les produits de France susceptibles d’être avantageusement importés dans nos provinces35.

  • 36 Pour reprendre la trilogie définie par Mona Ozouf (Ozouf 1992).
  • 37 Jérôme Bocquet cite ainsi un publiciste allemand qui écrit en 1915 que « le commerce suit l’école  (...)
  • 38 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Claude Séon a reçu via Théophile Delcassé (MAE) la réponse de l’Office (...)
  • 39 AMAE, Comptabilité, carton 352, Immeubles situés à l’étranger et appartenant à l’État, Salonique, (...)

9Le Journal de Salonique invite son lectorat à considérer le musée commercial comme « œuvre française » à part entière au même titre que les trois institutions traditionnelles de la France au Levant : l’école, l’Église et le consulat36. Il est vrai qu’il ouvre ses portes dans les locaux de la Mission laïque dont les bâtiments appartiennent à l’État français. Jumelé à l’école de commerce, il est vu comme un prolongement de l’action culturelle française au niveau local37, avec pour objectif de fidéliser, sur le moyen terme et autour de la marque France, une clientèle de futurs décideurs locaux voire étatiques. Au cours de l’année précédant son ouverture, le projet du musée s’est d’ailleurs affiné, comme le révèlent les évolutions de nomenclature, sous la plume de Claude Séon : une « simple agence de ventes sur échantillons »38, « une sorte d’entrepôt des articles français » et, finalement, un musée commercial. Cependant ce choix limite la réactivité commerciale du musée et son succès à court terme puisqu’il prend la forme d’un lieu d’exposition d’échantillons, où des commandes peuvent certes être passées, mais ce n’est, en aucun cas, un espace destiné à la vente directe. Si les stocks inutiles sont évités, cette solution n’offre pas la rapidité et la souplesse d’un entrepôt commercial, sur le modèle austro-hongrois, où les marchandises sont immédiatement disponibles, ou d’un lieu de décision comme l’est une chambre de commerce. Par ailleurs, l’emplacement de la Mission laïque, rue de la grande caserne au cœur du quartier des campagnes, est éloigné des espaces urbains dédiés au commerce, à savoir le port et la façade maritime39.

10Quant aux protagonistes du musée, ce sont d’abord des acteurs locaux. Ainsi, parmi les fondateurs du musée, on retrouve :

  • 40 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE), 15 décembre 1909.

Vitalis, directeur de la Banque ottomane ; Dumont, directeur de l’Exploitation du Chemin de Fer de Jonction Salonique-Constantinople ; Alfred Misrachi, directeur de la Banque de Salonique ; Martin des Pallières, conseiller du commerce extérieur ; Missir, agent de la Compagnie des Messageries Maritimes40.

  • 41 Thémopoulou 1994.

11Les nationaux français, comme Dumont et Martin des Pallières, sont donc minoritaires ; les membres fondateurs sont essentiellement des protégés du consulat, levantins comme Vitalis ou juif comme Misrachi. De plus, aucun des fondateurs n’est directement lié à des activités commerciales ni même industrielles, même si tous participent de la présence économique et financière de la France en Macédoine. Par ailleurs, si Séon affirme avoir écrit son rapport « en [s]’entourant de l’avis des principaux négociants de [l]a colonie », il n’existe plus, de fait, depuis le début des années 1870, de négociant de nationalité française à Salonique41. Hormis les concurrents européens et balkaniques, seules des familles protégées par la France commercent avec la métropole. Au-delà de la terminologie « commercial » et « français », le musée semble donc avoir une dimension avant tout locale. Cependant, l’objectif affiché est de mobiliser au maximum les industriels et les commerçants de France afin qu’ils investissent pleinement le projet. C’est ce que rappelle Zarzecki, le chancelier du consulat, dans son rapport de 1908 :

  • 42 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, rapport de Zarzecki, op. cit.

Il faut que nos industriels et commerçants se mettent bien dans la tête cette vérité qu’on ne saurait trop répéter : pour exporter nos produits, il faut que nous nous décidions à nous exporter nous-mêmes42.

  • 43 AMAE, CPC, MCS, Séon joint une copie du rapport de Martin des Pallières, 8 mai 1908.

12Les consuls espèrent en effet, par le biais du musée, attirer et fixer des commerçants et industriels français en quête de débouchés, ce qu’ils ne sont que peu arrivés à faire dans les décennies précédentes malgré des demandes récurrentes à leur hiérarchie. À ce titre, Jean Martin des Pallières dresse une liste de 104 industriels français dans 40 domaines différents, susceptibles d’être intéressés par le musée de Salonique43. Les secteurs concernés sont variés et, selon ses estimations, seuls 60 contributeurs suffiraient, dans un premier temps, à rendre le musée viable. En France, l’annonce est relayée officiellement comme le précise le ministre du Commerce à son homologue des Affaires étrangères :

  • 44 Ibid., Paris, le 28 mars 1909, Jean Cruppi (ministre du Commerce) à Pichon (MAE).

J’ajoute que je suis tout disposé à signaler cette création au commerce français par la voie du Moniteur Officiel du Commerce et à inviter l’Office national du commerce extérieur à indiquer aux commerçants et industriels qui s’adressent à cette institution les facilités qu’ils peuvent trouver auprès du Musée Commercial dont il s’agit pour développer leurs affaires sur le marché ottoman44.

  • 45 Voir par exemple Le Bulletin de l’union des associations des anciens élèves des écoles de commerce(...)
  • 46 Voir sur cette question Rojas 2012, p. 45-58.
  • 47 Moniteur officiel du commerce, op. cit. p. 669, création d’un musée commercial français à Saloniqu (...)

13Le Moniteur publie en effet divers articles sur la question, de même que plusieurs revues d’écoles de commerce45 ou de chambres de commerce en France46. Pourtant ce soutien institutionnel se limite à la diffusion de l’information car ni le ministère des Affaires étrangères ni celui du Commerce ne soutiennent financièrement le projet. Enfin, les relances annuelles du Moniteur du commerce47 de 1908 à 1910 semblent révéler le manque d’intérêt des acteurs économiques de France à investir le projet dont les chances de réussite se résument au niveau local.

Un projet local rapidement voué à l’échec

14Pourtant le manque d’intérêt des correspondants français n’est pas le seul facteur qui explique l’échec précoce du musée commercial. En effet, l’imbroglio des relations humaines sur place nuit à son enracinement rapide et serein dans les habitudes commerciales saloniciennes. C’est d’ailleurs le consul Claude Séon qui est indirectement au cœur de ces tensions même si elles se concentrent autour de la personnalité du directeur musée, Saül Amar. Désireux de transformer à terme le musée d’échantillons en véritable entrepôt commercial, ce banquier juif ottoman semblait pourtant réunir toutes les conditions nécessaires à la bonne marche du musée. Claude Séon, se positionnant comme intermédiaire, en fait son candidat idéal, statut approuvé par Jean Périer, attaché commercial auprès de l’ambassade de Londres, de passage à Salonique, et par Louis Steeg, conseiller à la commission financière et ancien consul de Salonique. De plus, Saül Amar accepte toutes les conditions imposées par le consul français : se retirer dès la constitution d’une société française pour exploiter le musée, laisser la nomination du directeur au consul de France, confier la nomination du conseil en charge des affaires au consul de France, enfin, verser un cinquième des bénéfices au lycée français.

  • 48 Voir Jesné 2009, p. 587. Il précise que l’expression est généralement utilisée pour caractériser l (...)
  • 49 Primo Levi, consul général d’Italie à Salonique (1909-1910), est ensuite nommé directeur général d (...)
  • 50 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE) : « M. Amar est sujet ottoman mais je pour (...)

15La première difficulté résulte de la seule condition imposée par Amar à savoir « ajouter au nom de cet établissement la mention “placé sous le patronage du ministère français du Commerce” ». Claude Séon appuie la requête de son candidat dans la mesure où il souhaite faire du musée commercial un outil à part entière de la sphère d’influence directe du consulat, partant, de la France. Pourtant, le ministère la refuse catégoriquement pour deux raisons : le but du musée est de réaliser des profits personnels et Saül Amar n’est ni Français ni protégé par la France. Il est en effet sous la protection de l’Italie, une des concurrentes directes de la France dans le cadre de sa politique de « pénétration pacifique »48 et dont le consul Primo Levi est un des fers de lance49. Claude Séon propose donc de contourner le problème en incluant Saül Amar dans la protection française dont bénéficie déjà une partie de sa famille50 :

  • 51 Ibid., Séon (consul) à Pichon (MAE) : envoi des statuts définitifs du musée commercial français, 2 (...)

De cette façon, je serai à même d’exercer une surveillance plus directe sur le Musée commercial, de solutionner plus efficacement tout litige qui pourrait surgir entre lui et des négociants ou industriels français et d’accorder, le cas échéant, à cet établissement, un appui officiel auprès des autorités ottomanes51.

  • 52 Ibid., Paris, la sous-direction du Levant à Bompard (ambassadeur), 7 avril 1909.
  • 53 Archives Nationales (AN), Mission laïque (ML), côte 60 AJ/77 comptes, correspondances, rapports, 1 (...)
  • 54 Ibid., Chollet à Besnard, 22 août 1908.

16Cependant l’insistance de Claude Séon dépasse largement le cadre de ses fonctions d’agent du ministère des Affaires étrangères et d’intermédiaire commercial. Elle s’explique en réalité par le jeu des réseaux locaux dont il essaie de tirer parti personnellement – ainsi, même s’il doit se mettre en retrait, il conserve le titre honorifique de président d’honneur du musée52 – mais aussi pour son cercle de familiarité. En effet, Claude Séon est le beau-frère par alliance de Périclès Hadji-Lazarro, vice-consul des États-Unis depuis 1870 et partenaire commercial de Saül Amar. Or, les alliances locales et personnelles de Séon entrent en contradiction avec ses fonctions officielles de consul. Ce conflit d’intérêts, qui explique peut-être en partie l’indifférence des investisseurs français, se lit surtout dans l’opposition systématique au projet des dirigeants de la Mission laïque, où pourtant s’est installé le musée. Ainsi rejettent-ils à plusieurs reprises la participation de Martin des Pallières53 mais surtout de Saül Amar54 et s’en prennent-ils indirectement au consul français. L’anecdote de la décoration du maire de Salonique, Adil bey, est à ce titre emblématique. Aulard, le président de la Mission en France, sur le conseil de Chollet, proviseur de la Mission à Salonique, a en effet proposé au ministère de le décorer des palmes académiques à l’occasion de l’inauguration du musée par l’ambassadeur. Le choix d’Adil bey par la Mission laïque n’est pas anodin comme le note, avec malice, le proviseur Chollet :

  • 55 Ibid., 15 novembre 1908.

Naturellement M. Séon a eu une surprise entièrement désagréable en constatant que son ennemi personnel était l’objet d’une distinction pareille. Il a compris bien qu’il ne soit pas très très intelligent que c’était vous l’auteur du méfait, il a bien voulu déclarer à son vice-consul et à son élève que M. Aulard était très malin55.

  • 56 Ibid., Chollet annonce à Besnard que Mme Guiraud accepte finalement de partir, 2 novembre 1908.

17Les membres de la Mission laïque souhaitent en effet prendre leur revanche sur Séon quant à l’affaire qui oppose depuis 1905 la Mission à Saül Amar. Ce n’est pas tant l’imbrication des intérêts personnels et étatiques qui gêne la Mission laïque mais le fait qu’Amar gère les intérêts de la veuve Abbott-Guiraud qui, depuis 1905, fait blocage sur la question de la cession définitive des droits de propriété sur les bâtiments de la Mission laïque. Or, Séon refuse d’intervenir en faveur de la Mission laïque pour ne pas perdre ses appuis locaux56. Finalement l’ambassadeur ne peut se rendre à Salonique et Adil bey doit démissionner du fait de son opposition à la politique des Jeunes-Turcs. Cependant, victime des divergences entre l’ensemble de ses protagonistes locaux et discrédité par l’implication excessive du représentant français, le musée reste à l’état d’ébauche : toute mention au musée commercial disparaît de la correspondance consulaire et les dossiers d’archives sur la question sont vides après 1911.

Le musée commercial français : fondement d’une action économique française structurée en Macédoine

  • 57 AMAE, 1897-1918, Grèce, Affaires commerciales, cart. 53, février 1914 – mars 1918 Salonique, le 15 (...)

18Cette étude de cas a permis de souligner les principales préoccupations des consuls français de Salonique dans les premières années du XXe siècle. Si les objectifs annoncés du musée sont de promouvoir le commerce en accord avec les principes de la politique extérieure de la France, le rôle du consul français, pourtant porteur du projet, est moins net. Son statut officiel est éclipsé autant par son implication personnelle que par le travail de ses auxiliaires : chancelier vice-consul et conseiller du commerce extérieur. Certes le contexte dans lequel est créé le musée n’est pas extrêmement favorable à son développement : aux guerres balkaniques succède le front d’Orient alors même que Salonique et sa région connaissent un changement de souveraineté qui conditionne la révision par l’État grec des exemptions économiques obtenues par les Européens aux dépens des Ottomans. Mais c’est surtout que le projet ne rencontre pas l’enthousiasme des interlocuteurs économiques français sur place comme dans l’Hexagone. Pourtant cette première réalisation sert par la suite de fondement aux nouvelles initiatives françaises, à la fois dans le modèle développé et les individus impliqués. Ainsi Claude Séon coordonne-t-il avec le général Sarrail la création en 1915 d’une Association commerciale « France-Grèce » dont l’objectif à terme est de créer une chambre de commerce et un musée commercial et qui serait composée des mêmes individus, notamment Saül Amar, parrainé par la Mission laïque dirigée désormais par Lecocq57.

Annexe 22 – Copie d’une dépêche de Martin des Pallières, conseiller du commerce extérieur à Salonique, à Séon, 8 mai 1908

19Source : AMAE, CPC, nouvelle série, carton 501, 1897-1914, Série D, carton 58, dossier 2, 1908-1911, Turquie, Musée commercial à Salonique, n° 31.

20Salonique, le 8 mai 1908
Monsieur Séon, consul de la République française
Monsieur le consul
Suivant le désir que vous avez bien voulu m’exprimer et comme suite aux indications générales que j’ai déjà eu l’occasion de fournir à Monsieur Alric, ex-consul à Salonique, relativement à la création sur cette place d’une sorte de musée commercial (à l’instar du musée austro-hongrois fonctionnant ici depuis plusieurs années), j’ai l’honneur de venir vous exposer, quoique d’une façon succincte, les conditions auxquelles un pareil établissement devrait fonctionner, à mon avis, pour réunir les plus grandes chances de succès dans la région de ma résidence.
Afin de dissiper tout malentendu, permettez-moi de vous dire, tout d’abord, que j’ai entendu jusqu’ici préconiser l’installation, à Salonique même, d’un entrepôt général de produits manufacturés et autres d’origine exclusivement française.
Or, pour atteindre ce but et ne pas se heurter aux plus grosses difficultés dans la pratique, il serait indispensable, je crois, que l’Office national du commerce extérieur, dont les efforts certains tendant à développer notre influence à l’étranger sont aussi constants que louables, voulut bien prendre l’initiative d’un appel au concours des principaux producteurs à l’effet :
1° de confier aux directeurs gérants du futur entrepôt la représentation exclusive de leurs firmes en les chargeant de l’écoulement de leurs produits dans des conditions spéciales à déterminer ;
2° de participer, chaque maison individuellement, dans une faible mesure d’ailleurs, aux frais généraux que nécessiterait le fonctionnement de cet établissement principal.
J’ajoute aussitôt que cela ne me semble point un problème difficile à résoudre et constituant un sacrifice réel de la part des maisons intéressées. En effet, celles-ci pourraient affecter spécialement dans ce but le tiers, par exemple, de la commission d’usage qu’elles se trouvent obligées d’allouer partout à des intermédiaires quelconques. Ce tiers de la commission serait donc prélevé, au moment de l’expédition des marchandises et versé aussitôt par chaque maison dans une caisse particulière consignée aux soins de l’Office national du commerce. Cette caisse ainsi alimentée pourvoirait trimestriellement aux dépenses générales de l’entrepôt, dépenses dont le montant atteindrait une douzaine de mille francs pour la première année et pourrait augmenter, les années suivantes, bien entendu proportionnellement au chiffre d’affaires et, par suite, d’après l’extension naturellement souhaitée mais exigeant un personnel plus nombreux. Les deux autres tiers de la commission d’usage reviendraient, par conséquent, de droit, aux directeurs de cet établissement.
Les approvisionnements en marchandises devraient, au début surtout, être proportionnés à une quantité moyenne représentant la vente probable pendant un trimestre, et renouvelés au fur et à mesure que s’en effectuerait l’écoulement. Du reste, les directeurs se feraient un devoir de fournir mensuellement, à chaque maison intéressée, une situation des ventes. De même, en ce qui concerne les fonds provenant desdites ventes, la couverture en serait assurée au fur et à mesure des rentrées, c'est-à-dire à 2, 3, 4 ou 6 mois, selon l’article et les conditions consenties par les producteurs eux-mêmes.
Les articles qui constitueraient cet entrepôt devraient se rapprocher, autant que possible, comme prix, types et qualités de ceux dont l’écoulement est assuré déjà dans la région, par expérience. D’ailleurs, les renseignements nécessaires à ce sujet seraient fournis par les gérants, un peu avant l’organisation de l’entreprise, dès que le principe en aurait été approuvé et finalement décidé, d’accord entre le ministère et les maisons qui auront bien voulu souscrire à la combinaison.
En résumé – et mon opinion a rencontré bien des avis conformes – un tel établissement s’impose aujourd’hui sur les principaux marchés d’Orient (Constantinople, Smyrne, Salonique et Beyrouth) accaparés presque entièrement par des institutions similaires (musée hongrois, établissements Orosdi-Back, etc.). Ces derniers ont su cependant imposer leurs produits nationaux aux besoins d’une clientèle tous les jours plus nombreuse, et cela au détriment de l’article français reconnu comme incontestablement supérieur en qualité, à ceux d’origine allemande, autrichienne et italienne. Il suffirait, néanmoins, d’un nouvel effort de la part de nos producteurs qui consisterait à diminuer un peu les prix de la marchandise et à étendre davantage les termes de paiement pour reconquérir, au bout de quelque temps, la plus grande partie du terrain perdu.
Veuillez agréer, Monsieur le consul, l’assurance de mes sentiments les plus dévoués
Signé : Martin des Pallières
N.B. : Ci-joint une liste des producteurs auxquels on pourrait utilement s’adresser. Je reconnais que cette nomenclature est loin d’être complète ; mais l’Office national du commerce extérieur est, sans doute, en mesure d'indiquer toutes les firmes susceptibles de souscrire à cette combinaison.

Notes

1 Le Siècle. Journal politique, littéraire et d’économie sociale, article de Maurice Desclers, le 6 novembre 1908, n° 26603 (Une), en ligne http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7474131/f1.zoom.

2 Baer 2009.

3 Georgeon 1996.

4 Horel 2011.

5 Ricard 1992 ; Badel 2003, p. 189-211.

6 Caumartin 1935, p. 35, cité par Badel 1999, p. 112.

7 Avec l’exemple du musée commercial de Bordeaux qu’il développe, Albert Mengeot cite notamment le musée commercial de Bruxelles (1882), celui de Budapest ou l’Export Verein de Dresde, Mengeot 1900. Voir notamment Dulucq – Zytnicki 2007.

8 Journal de Salonique, n° 912, septembre 1909 ; Moniteur officiel du commerce. Renseignements commerciaux, industriels et maritimes, 26e année, t. LIII, 1er juillet – 31 décembre 1909, Paris, Office national du commerce extérieur, 1909, p. 669, jeudi 2 décembre 1909.

9 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique des consuls (CPC), 1897-1918, Grèce, Affaires commerciales, cart. 53, février 1914 – mars 1918, Salonique, Claude Séon (consul général) à Théophile Delcassé (MAE), 19 avril 1915.

10 Lacombrade – Bouneau 2003, p. 131-177 ; Lemercier 2007, p. 40-62.

11 AMAE, CPC, nouvelle série, 501, 1897-1914, série D, cart. 58, dossier 2, 1908-1911, Turquie, Musée commercial à Salonique (MCS), Salonique, Claude Séon (consul) à Stephen Pichon (MAE), le 16 mai 1908,

12 Voir notamment pour Salonique, Beaujour 1800.

13 Selon les registres d’état-civil de Salonique, Jean Martin des Pallières est né à Marseille en 1862. Il est arrivé en 1902 à Salonique selon le Journal de Salonique (21 avril 1902) accompagné par son épouse Louise Marie Chammonod. Si la date de son départ de Salonique n’est pas connue (le dernier acte en son nom est établi en 1904), il a sûrement effectué une carrière complète à l’étranger au service des Messageries maritimes puisqu’il se trouve à Yokohama en 1883. Voir Berneron-Couvenhes 2007, p. 487.

14 Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN), Monastir, cart. 5, 1855-1915. Ledoulx (vice-consul) accuse réception de la circulaire transmise par Cillière (consul), 31 mars 1898.

15 Barbier-Decrozes 1999.

16 Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 29 novembre 1908, p. 8052, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62775527/f4.image.langEN.

17 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, Mouvement commercial et maritime de Salonique pendant l’année 1908, 59 p. ; Moniteur officiel du commerce. Renseignements commerciaux, industriels et maritimes, 27e année, t. LII, 1er janvier-30 juin 1909, Paris, 1909.

18 Anastassiadou 1997.

19 Voir Lange-Akhund 1998 ; Jestin 2012.

20 Voir les travaux de Svoronos, (1956) pour le XVIIIe siècle, Thémopoulou (1994) pour le début du XIXe siècle et Thobie, (1977 et 2007) pour le tournant des XIXe et XXe siècles.

21 Journal de Salonique, 18 juin 1901.

22 Kharaba 2006.

23 Mengeot 1900, p. 4.

24 Journal de Salonique, 23 décembre 1895.

25 C’est le cas d’Ernest Dobrolowki, chancelier drogman du vice-consulat d’Uskub en 1909. CADN, Salonique, série B, carton 3, Uskub 1906-1911, Salonique, Séon (consul) à Calvières (vice-consul), 1er octobre 1909.

26 Gounaris 1993.

27 Rumeur de la création d’un dépôt de marchandises : AMAE, Correspondance commerciale et consulaire (CCC), Salonique. Alphonse Guillois (gérant) à René Goblet (MAE), 9 mai 1888) ; passage régulier de commis-voyageurs austro-hongrois (ibid., Guillois (gérant) à Goblet (MAE), 5 juin 1888.

28 Ibid., 9 décembre 1888.

29 « En outre, l’un des principaux moyens employés par le gouvernement hongrois pour développer l’exportation indigène, notamment dans les États balkaniques, a été la création des succursales et agences du Musée commercial de Budapest dans les villes les plus importantes (Belgrade, Sofia, Salonique, Constantinople, etc.). La plupart de ces succursales possèdent des musées, où sont exposés en permanence les produits hongrois susceptibles de trouver des acquéreurs ; elles recherchent et transmettent les commandes pour le compte de maisons hongroises. Depuis le 1er janvier 1894, la direction de ces agences a été confiée à la Compagnie commerciale hongroise, subventionnée par l’État », Revue générale d’administration (Ministère de l’intérieur), Chronique d’Autriche-Hongrie p. 88.

30 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, Jules Jousselin (consul) à Jean Cruppi (MAE) et Maurice Bompard (ambassadeur), 18 mai 1911. Voir Gounaris – Karampati 2006.

31 Anastassiadou 1997, p. 184.

32 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, Politique intérieure, question de Macédoine, XXXIX, t. 60, Salonique, Max Choublier (consul) à Stephen Pichon (MAE), 6 juin 1910.

33 Ibid., XXXVIII, 1909-1910, Salonique, Claude Séon (consul) à Pichon (MAE), 19 octobre 1909.

34 Ibid., MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE), 15 décembre 1909.

35 Journal de Salonique, n° 912, septembre 1909.

36 Pour reprendre la trilogie définie par Mona Ozouf (Ozouf 1992).

37 Jérôme Bocquet cite ainsi un publiciste allemand qui écrit en 1915 que « le commerce suit l’école ». Bocquet 2013, p. 137.

38 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Claude Séon a reçu via Théophile Delcassé (MAE) la réponse de l’Office national du commerce extérieur, 23 août 1908. 

39 AMAE, Comptabilité, carton 352, Immeubles situés à l’étranger et appartenant à l’État, Salonique, Séon à la division des fonds et de la comptabilité, 9 octobre 1909.

40 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE), 15 décembre 1909.

41 Thémopoulou 1994.

42 AMAE, CPC, nouvelle série, Turquie, cart. 479, 1897-1914, Salonique, rapport de Zarzecki, op. cit.

43 AMAE, CPC, MCS, Séon joint une copie du rapport de Martin des Pallières, 8 mai 1908.

44 Ibid., Paris, le 28 mars 1909, Jean Cruppi (ministre du Commerce) à Pichon (MAE).

45 Voir par exemple Le Bulletin de l’union des associations des anciens élèves des écoles de commerce, n° 240 du 20 décembre 1909. Il reprend l’annonce du l’encart du Moniteur officiel du commerce.

46 Voir sur cette question Rojas 2012, p. 45-58.

47 Moniteur officiel du commerce, op. cit. p. 669, création d’un musée commercial français à Salonique.

48 Voir Jesné 2009, p. 587. Il précise que l’expression est généralement utilisée pour caractériser l’action économique qui précéda la conquête de la Libye et renvoie à Mori 1957, p. 103-118.

49 Primo Levi, consul général d’Italie à Salonique (1909-1910), est ensuite nommé directeur général des affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères.

50 AMAE, CPC, MCS, Salonique, Séon (consul) à Pichon (MAE) : « M. Amar est sujet ottoman mais je pourrais le nommer drogman honoraire de mon consulat, ce qui aurait pour effet de lui attribuer la protection française et de le placer, au point de vue judiciaire, dans la même situation que nos nationaux », 27 février 1909 ; CADN, Salonique, série A, cart. 21, 1899-1903, ambassade et politique, Salonique, Steeg (consul) à Constans (ambassadeur) au sujet de la protection de la famille Amar, 29 mars 1900.

51 Ibid., Séon (consul) à Pichon (MAE) : envoi des statuts définitifs du musée commercial français, 26 octobre 1909.

52 Ibid., Paris, la sous-direction du Levant à Bompard (ambassadeur), 7 avril 1909.

53 Archives Nationales (AN), Mission laïque (ML), côte 60 AJ/77 comptes, correspondances, rapports, 1908-1909 (60 AJ/77), Salonique, Chollet (directeur de la mission de Salonique) dénonce à Edmond Besnard (secrétaire général de la Mission laïque à Paris) l’attitude de Séon qui souhaite imposer la collaboration de M. des Pallières, 2 novembre 1908.

54 Ibid., Chollet à Besnard, 22 août 1908.

55 Ibid., 15 novembre 1908.

56 Ibid., Chollet annonce à Besnard que Mme Guiraud accepte finalement de partir, 2 novembre 1908.

57 AMAE, 1897-1918, Grèce, Affaires commerciales, cart. 53, février 1914 – mars 1918 Salonique, le 15 avril 1915.

Auteur

mathieujestin@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable