Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 5 – Entre l’État, les intérêts marchands et l’intérêt personnel, l’agency des consuls

Consuls et affairistes : une relecture de la « pénétration pacifique » italienne dans les Balkans à la veille de la Grande Guerre

Fabrice Jesné

Texte intégral

  • 1 Grange 1994, p. 1173 sq.

1Dans les premières années du XXe siècle, le service consulaire italien fait l’objet d’une réforme visant à en faire un outil efficace dans le cadre de la lutte à laquelle se livrent les nations industrialisées pour la conquête des marchés mondiaux1. Il s’agit d’accentuer l’orientation de l’action consulaire vers la sphère économique, dans le but de favoriser l’activité industrielle et commerciale privée. À la même époque, les consuls participent aussi à une entreprise qui relève plus clairement d’un impérialisme promu par l’État, la « pénétration pacifique » dans l’Empire ottoman. Dans les deux cas, le service consulaire est associé à plusieurs organismes publics et parapublics dont l’action conjointe est censée permettre à l’influence économique italienne de faire système : chambres de commerce, agences commerciales, musées commerciaux, services postaux, compagnies de transport ferroviaire et maritime. Dans une région dynamique de l’Empire ottoman telle que la Macédoine, le commerce italien relève très largement de l’initiative privée. Il n’en va pas de même en Libye et en Albanie, deux régions pauvres mais convoitées de longue date par l’Italie.

  • 2 Jesné 2014.

2Indépendante de l’Empire ottoman en 1912, l’Albanie est constituée, au début de 1914, en « principauté autonome » sous la garantie conjointe des grandes puissances européennes. Entre août 1914 et mai 1915, l’Italie est toutefois la dernière grande puissance européenne neutre, et s’érige comme telle en mandataire des « grandes puissances empêchées », au nom desquelles elle entend défendre l’autonomie albanaise2. Plus qu’à ces questions de politique internationale, j’entends toutefois m’intéresser ici au rôle des consuls dans l’organisation d’un commerce transadriatique qui relie l’Albanie à l’Italie et notamment à la région des Pouilles. Derrière les grands programmes d’influence économique se cache en effet un petit commerce animé par des acteurs locaux aussi bien italiens qu’albanais. Dans le contexte particulier de la neutralité italienne au début de la Première Guerre mondiale, ces trafics sont entravés par une règlementation draconienne.

  • 3 Les consuls recherchent, on le sait, des avantages symboliques aussi bien que matériels : Windler (...)

3L’examen de l’activité des consuls italiens en Albanie durant les derniers mois de la neutralité italienne (hiver et printemps 1915) doit permettre d’examiner la marge de manœuvre dont disposent les consuls, qui se trouvent, par leurs missions, insérés dans un écheveau d’intérêts contradictoires impliquant les ministères des Affaires étrangères, du Commerce et des Finances, les marchands italiens et albanais, les puissances concurrentes. Les consuls cherchent aussi souvent à concilier leurs missions avec leurs propres intérêts3. Pour approcher la réalité des pratiques et des motivations des acteurs, il faut associer à l’étude des sources émanant de l’administration celle des écrits privés. En l’absence de papiers personnels des consuls concernés, on dispose du fonds Antonio Baldacci, conservé à la bibliothèque de l’Archiginnasio de Bologne : il s’agit de la correspondance reçue par un botaniste bolonais devenu l’un des meilleurs spécialistes des Balkans dans l’Italie du premier XXe siècle, et qui tente de se constituer en intermédiaire obligé entre l’Italie et l’Albanie. Cette correspondance recèle nombre de lettres écrites notamment par des consuls et des marchands ; elle permet d’entrevoir avec plus de précision ce qui d’ordinaire se dissimule derrière les pratiques et les discours normés des administrations.

« Une activité commerciale dans l’enfance » ?

  • 4 « La nostra politica commerciale [in Albania] è ancora bambina », Azzarita 1914, p. 11. Sur L. Azz (...)
  • 5 Ratti 1914, p. 112.
  • 6 Mantegazza 1912, p. 119.
  • 7 Ojetti 1902, p. 172-181.

4En 1914, un jeune journaliste italien, Leonardo Azzarita, dresse un bilan en demi-teinte des activités commerciales italiennes sur la façade adriatique des Balkans4. Ce futur promoteur du développement économique des Pouilles considère en effet que malgré des atouts de poids – la proximité géographique, l’usage de l’italien comme langue commerciale, l’identité des mœurs et des coutumes – l’initiative privée demeure faible et mal accompagnée par l’État. La même année, le journaliste nationaliste Federico Valerio Ratti établit un diagnostique assez proche, attribuant la faiblesse des positions italiennes à l’incohérence de la politique italienne en Albanie, heureusement compensée par l’action de « représentants diplomatiques et consulaires de premier ordre »5. Si l’action de l’État italien est généralement décriée, les consuls ont au contraire bonne presse. La connivence entre journalistes et consuls est, il est vrai, attestée par les nombreux articles et récits de voyage publiés en Italie dans les années 1900, quand l’idée d’une « pénétration pacifique » outre-Adriatique devient à la mode. En Albanie tout particulièrement, la visite au consulat est un passage obligé pour le voyageur italien, et pas uniquement pour des raisons administratives ou sécuritaires : les villes sont en réalité des bourgades au confort plus que rudimentaire, où les « colonies » italiennes sont minuscules et composées le plus souvent de gens de peu6. La visite d’un journaliste au consul est donc souvent vécue comme un soulagement par les deux parties, heureuses de se retrouver entre personnes de qualité. La sociabilité en exil est souvent l’occasion de confidences qui permettent au journaliste de faire de la copie. Le consul, certainement, y trouve aussi son intérêt, soit que le journaliste puisse relayer ses plaintes – souvent au sujet du non-remboursement par l’administration des nombreux frais occasionnés par un séjour en Orient – soit qu’il mette en valeur l’action du fonctionnaire. Ugo Ojetti, l’un des journalistes italiens les plus liés aux milieux expansionnistes, affirme ainsi dès 1902 que la politique commerciale de l’État italien en Albanie est inefficace, à l’exception du secteur des soieries, dans lequel les produits italiens ont remplacé en Épire les marchandises françaises et suisses, grâce à l’action du consul italien7.

  • 8 Ritrovato 1997, p. 200.

5Dans les premières années du XXe siècle, le commerce italo-albanais progresse de façon spectaculaire, l’Italie se hissant au rang de premier partenaire commercial de l’Albanie8. Le flux des marchandises passe pour l’essentiel par le port apulien de Bari, et dans une moindre mesure par ceux de Venise et Ancône. Fort de ces bons résultats, le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Luigi Borsarelli, vante au parlement l’action concertée des secteurs publics et privés dans la conquête des marchés albanais :

  • 9 « Vi sono poi anche altre iniziative promosse, d’accordo, dai Ministeri degli esteri, della marina (...)

Il existe en outre des initiatives promues en vertu d’accords entre les ministères des Affaires étrangères, de la Marine et du Trésor à propos des services de la société [de navigation] Puglia, tant en ce qui concerne le service que les prix : des avantages appréciables ont été obtenus. Les sociétés Italo-albanese et Puglia e Balcania ont également pris d’utiles initiatives. Il semble enfin qu’un Comité italien Pro Albania soit en train de se créer par l’adhésion de personnalités cherchant à mettre en place en Albanie, du côté italien, une concurrence loyale et tout à fait digne d’éloge, afin que les autres [nations] ne soient pas les seules à profiter de ce terrain dont nous espérons qu’il soit porteur de résultats économiques utiles et qu’il permettre de resserrer toujours plus les liens de sympathie et de concorde entre nations9.

  • 10 Ritrovato 1997, passim. Sur A. De Tullio, voir Cassani 1991.
  • 11 Ritrovato 1997, p. 195.

6Les initiatives citées par le haut fonctionnaire sont dues pour l’essentiel à l’activité des milieux d’affaires de Bari, emmenés par le dynamique président de la chambre de commerce, Antonio De Tullio10. Il s’agit cependant d’échanges qui restent modestes, puisqu’en 1910-1911, les exportations de la province de Bari représentent cinquante millions de lires dont un million seulement est dirigé vers les Balkans11.

  • 12 Jesné 2014.
  • 13 Grange 1994, p. 1171 ; Monina 2002, p. 200.
  • 14 Réponse de Luigi Borsarelli, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à une interpellation (...)

7Avec le début de la Grande Guerre, ces modestes trafics, en dépit de leur importance à l’échelle locale, n’ont que peu de poids face à la nouvelle situation internationale. La mer Adriatique est désormais une zone de guerre navale entre Austro-hongrois et Franco-britanniques12. L’Italie, qui demeure neutre jusqu’au 26 mai 1915, s’interpose de fait entre les belligérants, assurant la neutralité maritime de l’Albanie, ce qui consiste principalement à réprimer la contrebande d’armes et à s’assurer qu’aucun des belligérants ne soit ravitaillé à travers elle. L’Italie elle-même doit assurer sa propre neutralité, ce qui l’amène à interdire la plupart des exportations depuis son territoire, afin de ne pas être accusée par un camp de contribuer à ravitailler l’autre, et de pouvoir garantir l’approvisionnement de son propre appareil productif. Seul grand pays européen encore neutre, l’Italie acquiert de fait la prépondérance en Albanie ; cette influence semble pourtant délibérément sacrifiée par un gouvernement italien manifestement plus préoccupé par la situation en haute Adriatique. En 1914, le musée commercial de Venise, l’une des institutions les plus actives dans la sphère expansionniste italienne13, avait installé à Scutari (Shkodër) une succursale inaugurée le 4 mars, jour anniversaire du Statuto albertino de 1848 et fête nationale italienne14. Or moins d’un an après, ce nouvel instrument de la politique commerciale italienne semble en passe d’être abandonné, comme l’écrit, en février 1915, un familier du consul sur place :

  • 15 « Arrivo adesso da una delle solite visite al Console [...]. Pare che contrariamente all’opinione (...)

J’arrive tout juste d’une de mes visites habituelles chez le consul [...]. Il semble que, contrairement [à ce que souhaitait l’ancien ministre des Affaires étrangères] San Giuliano on ne veuille plus maintenir ici le Musée Commercial. Après une inauguration en grande pompe il y a moins d’un an on ne comprend pas bien le pourquoi de cette suppression qui ne peut faire que beaucoup de mal à l’Italie ainsi qu’à son renom. [Le ministre des Affaires étrangères Sonnino] y est absolument opposé15.

8Depuis la fin de la domination ottomane, l’Albanie est livrée aux rivalités de factions qui s’appuient sur les pays voisins, tous désireux de s’étendre au détriment de la principauté autonome. La violence endémique ruine ainsi l’économie locale et rend les villes étroitement dépendantes de l’extérieur pour leur approvisionnement. La Grande Guerre aggrave la situation dans la mesure où les belligérants voisins cherchent à se nuire par factions albanaises interposées. Coupée de l’Autriche-Hongrie par le blocus de l’Entente, isolée au milieu d’États balkaniques hostiles, la population albanaise attend son ravitaillement de l’Italie, sa dernière protectrice officielle.

  • 16 Au début de l’année 1915, le consulat d’Italie à Durazzo est dirigé par Renato Piacentini, Carlo A (...)
  • 17 Clayer 2007, p. 375.
  • 18 Ibid., p. 25-28.
  • 19 Piacentini (consul d’Italie à Durazzo) à Sonnino (ministre des Affaires étrangères), Durazzo, 26 j (...)
  • 20  Ibid., note 3340 de Cottafavi ministre de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, à Di Marti (...)

9Dans ces conditions, la tâche des consuls italiens en Albanie devient très difficile. Ces fonctionnaires sont en poste à Scutari, Durazzo (Durrës) et Valona (Vlorë), trois ports, l’un lacustre et les autres maritimes, qui assurent le ravitaillement du nord, du centre et du sud de l’Albanie. Dans la capitale, Durazzo, l’Italie entretient également depuis l’indépendance une légation dont dépendent les trois consulats16. Les consuls italiens doivent donc veiller au respect de la double neutralité italienne et albanaise en surveillant les trafics. Depuis quelques décennies, les consuls étrangers sont par ailleurs des acteurs de premier plan de la vie urbaine en Albanie : ils sont, comme les grands notables albanais, à la tête de tarafe17 ou cercles d’amis et obligés. Depuis août 1914, les consuls d’Italie sont aussi, de facto, les premiers magistrats de leurs villes de résidence, en tant que représentants de la seule puissance capable de ravitailler le pays. Chaque ville albanaise constitue alors une sorte de commune autonome codirigée par une commission municipale composée de notables élus et par le conseil informel des consuls. L’arrière-pays, en revanche, est aux mains de factions dirigées par les principaux personnages du complexe système d’affiliations lignagères qui organise la société albanaise18. Ces groupes jouent des rivalités entre puissances pour obtenir armes et subsides, et empêchent toute activité économique organisée. De ce fait, les consuls italiens doivent faire face à la tâche extrêmement délicate qui consiste à ravitailler non seulement les petites communautés d’Italiens sur place, mais aussi l’ensemble des populations urbaines albanaises, sous peine de décrédibiliser complètement l’Italie. En effet, le système des permis d’exportation accordés au compte-gouttes par l’administration, conjugué aux prix trop élevés pratiqués par les grossistes italiens rend toute tentative d’exportation de marchandises italiennes vers l’Albanie très hasardeuse. C’est du moins l’avis du consul d’Italie à Durazzo, Piacentini, pour qui l’Italie s’ôte elle-même toute chance de faire face à la concurrence grecque19. Le consul, fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, s’attaque violemment, dans son rapport, à l’administration du commerce et des finances italiennes, le Ministero dell’Agricoltura, dell’Industria e del Commercio (MAIC), dont l’impéritie aggraverait selon lui les déficiences de l’initiative individuelle italienne. En ce sens, il rejoint et précise le constat fait par le journaliste Azzarita. Assez maladroitement, le ministère des Affaires étrangères transmet le rapport au ministre du Commerce, qui affirme avec raison que l’heure n’est pas à un projet de pénétration commerciale en Albanie, et avec plus de mauvaise foi que ses services accordent toujours les permis avec diligence20.

La spéculation Baldacci – Sckrelli : des « pourboires » pour les consuls ?

  • 21 Notamment Bib Doda, c’est-à-dire Prênk Bibë Doda, chef de la confédération des clans catholiques d (...)
  • 22 FAB, 38/92/68, lettre de Giovanni à Antonio Baldacci, Scutari, 25 janvier 1915.

10L’étude d’une spéculation commerciale tentée, au printemps 1915, par un modeste consortium italo-albanais démontre en effet que le consul Piacentini n’exagère en rien les pesanteurs d’une bureaucratie italienne qui, en ce cas précis, fait obstacle au commerce plutôt qu’elle ne le facilite. En janvier 1915, un Italien établi à Scutari, Giovanni Baldacci, informe son frère Antonio, botaniste spécialiste des Balkans et promoteur de l’expansion italienne, des difficultés rencontrées par le consul d’Italie à Scutari, Domenico De Facendis, dans la question du ravitaillement de sa ville d'exercise. Des négociants italiens et albanais, en cheville avec de riches notables albanais21, ont en effet obtenu de l’administration italienne les fameux permis d’exportation, et en profitent pour vendre du blé à Scutari, pour un prix pratiquement double de celui qui est pratiqué sur la place de Bari22. Afin de contrer ce genre de spéculation, le consul De Facendis entend, aux dires de Giovanni Baldacci, monter une coopérative d’importation visant au ravitaillement de la colonie italienne de Scutari. Dans un premier temps, Giovanni Baldacci n’a pas de mots assez durs pour condamner la spéculation, qu’il qualifie de « camorra ». Dans un second temps, toutefois, il se met en rapport avec l’un des négociants spéculateurs, Michele Sckrelli, qu’il recommande en ces termes à son frère Antonio :

  • 23 « Skrelli è un buon negoziante di Scutari [...]. Vedi tu, perchè verrà a Roma, di aiutarlo in quel (...)

Skrelli [sic] est un bon négociant de Scutari [...]. Comme il va venir à Rome, occupe-toi de lui donner toute l’aide qu’il voudra ; tu pourrais le présenter à la Consulta [le ministère des Affaires étrangères]. C’est un bon ami, et profond connaisseur de l’âme de ses compatriotes. Avec lui on peut faire quelque chose de bon23.

  • 24 Bollini 2005 ; Jesné 2009, p. 649-665.

11Le botaniste et géographe Antonio Baldacci jouit d’un entregent considérable au sein de la sphère expansionniste italienne et de ses relais balkaniques, puisqu’on le trouve en relation avec les cours d’Italie et de Monténégro, avec des savants de tous pays, des militants de diverses causes nationales balkaniques, des entreprises italiennes et européennes, ainsi qu’avec les administrations italiennes de l’Instruction, des Postes, et naturellement des Affaires étrangères24. Antonio étant retenu en Italie par ses diverses activités, il installe son frère Luigi sur l’autre rive de l’Adriatique, lui procurant divers emplois dans la petite bureaucratie diplomatico-commerciale italienne au Monténégro et en Albanie. Les intrigues de la fratrie ne rencontrent toutefois guère de succès, et c’est avec aigreur que Luigi observe les activités de ces marchands, plus habiles ou, comme nous le verrons, mieux introduits auprès du gouvernement italien, et qui ont eu l’idée de spéculer sur le ravitaillement des villes albanaises. Luigi est pourtant un informateur de la Consulta : depuis Scutari, il écrit à Antonio ses observations sur la frontière albano-monténégrine et la situation intérieure albanaise, dénonçant les intrigues austro-hongroises ; Antonio se charge ensuite de transmettre l’information à la Consulta. Doublant les consuls italiens dans leur mission de renseignement, les Baldacci sont néanmoins en étroites relations d’affaires avec eux.

  • 25 FAB, 38/98/218, lettre de Sckrelli à Antonio Baldacci, Bari, 28 mars 1915.
  • 26 ASDMAE, AG, b. 1, fasc. 14, circulaire 1207 du gouvernement monténégrin aux représentants des gran (...)

12Dans l’entreprise imaginée au début de 1915 par Luigi, Antonio Baldacci semble chargé d’obtenir de l’administration italienne les indispensables permis d’exportation, moyennant une commission de 3 % sur les bénéfices escomptés25. Mais des dizaines de lettres échangées au cours du printemps 1915 par Antonio Baldacci, son frère Giovanni et leur associé albanais Michele Sckrelli, il ressort que les consuls demeurent les intermédiaires indispensables à l’opération commerciale. Le principal interlocuteur des associés est le consul d’Italie à Scutari, Domenico De Facendis, en poste depuis août 1914 et précédemment titulaire du poste de Valona. Avec le déclenchement de la Grande Guerre, la place de Scutari prend une grande importance stratégique, puisqu’elle constitue la voie de ravitaillement privilégiée du Monténégro, dont les ports se trouvent désormais sous la menace de la course austro-hongroise, à la différence des ports albanais qui demeurent neutres. Dès lors, l’Autriche-Hongrie s’appuie sur les tribus catholiques du Nord de l’Albanie qui lui sont traditionnellement favorables pour harceler les Monténégrins et perturber leur ravitaillement26. Dans ces conditions, le consul De Facendis doit absolument assurer le ravitaillement de Scutari, sous peine de voir les agents austro-hongrois tirer parti de la disette pour fomenter des troubles extrêmement dommageables à l’Italie.

  • 27 Lorsqu’en octobre 1914 l’Empire ottoman s’apprête à entrer en guerre aux côtés des puissances cent (...)
  • 28 FAB, 38/93/238, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 5 avril 1915.
  • 29 Mengarelli 1998.
  • 30 FAB, 38/93/233, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 2 avril 1915.

13Selon Giovanni Baldacci, le consul De Facendis refuse plusieurs demandes d’autorisation de la part de spéculateurs que Giovanni qualifie de « turcophiles fanatiques 27» ; l’ensemble de la correspondance de Giovanni montre toutefois que les accusations de nature politique dissimulent en réalité souvent des rivalités d’affaires. Reste que, au mois d’avril 1915, on trouve le consul De Facendis impliqué dans la « combinazione » Baldacci/Sckrelli28. Le consul transmet ainsi au ministère des Affaires étrangères une liste de produits à exporter vers Scutari, pour lesquels la maison Sckrelli dispose de son autorisation. Au ministère même, il faut semble-t-il passer par l’intermédiation d’un consul très haut placé à la Consulta, Carlo Galli. Préparateur de la conquête de la Libye en tant que « dernier consul d’Italie à Tripoli », chargé de diverses missions secrètes liées aussi bien à l’Albanie qu’à la question des terres irrédentes29, Galli représente théoriquement l’Italie auprès de la commission internationale de contrôle en Albanie, mais se trouve au printemps 1915 à Rome et a pour tâche de représenter la combinazione auprès de l’administration centrale30. Le ministère des Affaires étrangères n’est pas la seule administration concernée : les permis d’exportation doivent en réalité être accordés par l’administration des Finances d’après l’avis des Affaires étrangères. Or Antonio Baldacci a, depuis plusieurs années, des contacts au MAIC, dans la mesure où lui et son frère sont en permanence à la recherche d’opportunités commerciales ou encore de places dans les différents services publics que les Italiens installent en Albanie dans le cadre de leur politique d’influence.

  • 31 Outre la ruine, Sckrelli craint le déshonneur, qui découlerait non pas d’une quelconque poursuite (...)

14Une lettre du négociant albanais, Michele Sckrelli, nous renseigne de façon très précise sur la façon dont sont octroyés les permis d’exportation. Sa maîtrise imparfaite de la langue italienne et des rouages de la bureaucratie, de même que la banalité manifeste de la transaction et l’urgence de la situation l’amènent à formuler très explicitement ses attentes à son intermédiaire en Italie, le professeur Antonio Baldacci31 :

  • 32 « In quanto all’autorizzazione per le mancie agl’inservienti delle Finanze, noi Le avevamo già det (...)

Quant à l’autorisation pour les pourboires [mance] à donner aux employés des Finances, nous vous avions déjà dit et vous répétons que tout ce que vous croirez opportun de faire sera toujours bien fait et nous sommes prêts à tout. En ce qui concerne les Affaires étrangères, je ne comprends pas à qui vous faites allusion. Nous avions déjà donné sur votre ordre. Mais si vous croyez opportun de donner à quelqu’un d’autre, faites donc32.

  • 33 Blundo 2003, p. 85.
  • 34 Dinu 2007, p. 234.
  • 35 Briquet 2006, p. 52.
  • 36 Salvemini 1910.
  • 37 Bosworth 1979, chap. 1 : « Society and Politics in Liberal Italy ».

15Les « allusions » d’Antonio Baldacci, roué par des années de pratiques affairistes, échappent manifestement à Sckrelli, ce qui constitue une aubaine pour l’historien, peu habitué à un langage si explicite. Imprudence d’un grossier marchand albanais ? On touche là plus certainement à un gradient transadriatique d’insertion de l’échange corruptif dans « les modalités possibles d’interaction entre État et citoyens, entre services publics et usagers, et [devant] de ce fait être réinséré dans un flux plus large de relations sociales fondées sur l’échange, la réciprocité et la négociation 33». La corruption, volontiers présentée du côté italien comme une tare orientale, semble de fait présente à tous les niveaux de la sphère diplomatique italienne : en 1888, un aspirant diplomate et futur ambassadeur achète son entrée dans la Carrière en offrant une mancia de 6000 lires, soit près d’un an du salaire d’un diplomate de rang moyen, au président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Francesco Crispi34 ! Plus généralement, la corruption et le clientélisme au sein de l’administration italienne sont dénoncés dès le dernier quart du XIXe siècle35 ; à la Belle Époque, Giovanni Giolitti, l’homme fort de la vie politique italienne, est même surnommé « le ministre de la pègre 36». Dans la mesure toutefois où elles constituent encore un domaine réservé peu accessible à l’opinion publique37, les Affaires étrangères sont murées dans un secret propice à ce genre de pratiques, qui nous sont révélées par la correspondance privée des Baldacci.

16En ce mois d’avril 1915, Michele Sckrelli, qui s’est installé à l’hôtel Cosimo Spinelli de Bari, harcèle quotidiennement Antonio Baldacci de lettres et télégrammes angoissés. Il faut dire que leurs « bons amis » dans l’administration avaient recommandé d’acheter les denrées figurant sur la liste portée par les consuls De Facendis et Galli, sans attendre le permis qui était censé être ensuite octroyé rapidement. Or l’administration semble user de toutes les manœuvres dilatoires possibles et imaginables : les permis ne sont pas établis pour l’ensemble de la liste, mais pour chacune des marchandises. Certains permis sont accordés quasi immédiatement, d’autres doivent faire l’objet de l’approbation d’un comité dont la réunion tarde ; les dossiers sont perdus par les douanes, qui n’ont pas retenu le nom de Sckrelli lui-même mais celui d’un associé. Faut-il y voir de l’incurie, ou bien la volonté, de la part des fonctionnaires, de multiplier les occasions d’aplanir les difficultés via l’octroi d’une mancia ? Peut-être, mais Sckrelli y voit la main de ses concurrents.

17Les retards de l’administration placent le marchand dans une situation extrêmement difficile : il a en effet acheté de grandes quantités de denrées, qui restent bloquées chez les fournisseurs faute de permis d’exportation. Sckrelli risque donc de perdre les sommes engagées et se plaint auprès de Baldacci de l’inefficacité de l’action des consuls Galli et De Facendis :

  • 38 « Mi meraviglio che avendo noi tante raccomandazioni al Ministero, e abbiamo tre settimane quasi c (...)

Je m’étonne que nous ne soyons pas encore satisfaits alors que nous avons tant de recommandations au ministère et que depuis près de trois semaines nous multiplions les dossiers de demandes. MM. Morfini, Straziote et Vismara au contraire ont obtenu en deux jours de nombreuses autorisation pour de la farine, du pétrole, du maïs, du riz, tout ce que nous avions demandé, alors que nous après trois semaines de frais nous n’avons obtenu que 25 q. de cuirs et peaux et 500 q. de son38.

  • 39 Bosworth 1975, p. 586.
  • 40 Mémoire de Giacomo Vismara, Milan, janvier 1919, Archivio dell’Ufficio Storico dello Stato Maggior (...)

18D’après Richard Bosworth, Giacomo Vismara fait partie de « la troupe d’escrocs et de charlatans » dont s’était entouré le défunt ministre Di San Giuliano pour développer l’influence italienne en Albanie39. Il bénéficie notamment de l’appui de Gustavo Semmola, député de Monopoli dans la province de Bari, et de Giacomo De Martino, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Vismara crée le 25 juillet 1913 à Milan la Società italo-albanese di commercio e di navigazione, une société anonyme dont le siège est établi à Bari et qui dès l’année suivante exporte vers ses agences de Valona, Scutari et Durazzo pour 2,5 millions de lires de marchandises fournies par soixante-dix entreprises italiennes, si l’on en croit du moins un texte rédigé en 1919 par Vismara lui-même pour lever de nouveaux capitaux40.

  • 41 FAB, 38/93/255, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 12 avril 1915.
  • 42 FAB, 38/92/105, lettre de Giovanni à Antonio Baldacci, Scutari, 15 février 1915.
  • 43 ASDMAE, AG, b. 1, fasc. 14, r. 752/123 d’Aliotti (ministre d’Italie), à Sonnino (ministre des Affa (...)

19Face à ce consortium, l’équipe Sckrelli-Baldacci se trouve vite en difficulté. L’administration accorde très rapidement les licences d’exportation à l’Italo-albanese, qui est en mesure d’arriver la première sur le marché scutariote et d’y vendre au prix fort ses produits. Pire encore, le consul De Facendis poursuit ses efforts pour assurer le ravitaillement de Scutari et suscite la venue en Italie d’une commission de notables scutariotes chargée de l’achat de denrées41. Ce fonctionnaire est en effet d’abord présenté comme un ennemi des monopoles et un facilitateur du commerce par Luigi Baldacci, à l’époque où ce dernier s’indigne de spéculations auxquelles il ne réussit pas lui-même à prendre part. Il serait imprudent de prendre pour argent comptant les propos de l’affairiste, qui à la première occasion s’allie à l’un des spéculateurs. Il est vrai, toutefois, que De Facendis a intérêt à ce que le ravitaillement de Scutari soit assuré : il est devenu de facto un préfet de l’annone, et nul doute qu’une disette provoquerait des troubles que l’Autriche-Hongrie est prête à exploiter, ce qui bien entendu nuirait fortement à l’image du consul auprès de ses supérieurs. On sait également par Luigi Baldacci que De Facendis monte une boulangerie coopérative destinée à fournir en pain à bon marché la petite colonie italienne42 : les consuls sont avant tout les agents d’un service public destiné aux Italiens de l’étranger, même si certains d’entre eux, dont De Facendis, semblent aussi impliqués dans des affaires louches. Le ministre d’Italie en Albanie, Carlo Aliotti, qui est lui-même un ancien consul, l’accuse ainsi d’être trop lié à Bib Doda (Prênk Bibë Doda), un chef de clan albanais et partenaire d’affaires de Vismara43. Cette assertion est cependant à considérer avec précaution, car Aliotti est lui-même lié à un autre grand notable albanais, Essad Pacha (Esad Pashë Toptani), ce qui fait l’objet d’un échange agacé entre le président du Conseil et le ministre des Affaires étrangères :

  • 44 « Aliotti persiste nella sua politica, nonostante tutte le inibizioni fattegli da San Giuliano, da (...)

Aliotti persiste dans sa politique, en dépit des ordres formels donnés par San Giuliano, par moi et par toi. Connaissant l’homme, des intérêts matériels ne sont pas à exclure : vérifie à la Consulta ses antécédents à ce sujet. Pour ma part je pense qu’il va falloir se débarrasser de lui. Mais on peut prendre encore un peu de temps pour y réfléchir44.

20Le service consulaire italien en Albanie semble lié tant aux grands notables albanais qu’aux milieux d’affaires italiens, sans que l’intérêt personnel des consuls puisse toutefois être clairement démêlé des exigences de leur service : si le consul De Facendis paraît ainsi sincèrement dévoué à ses missions auprès de ses administrés italiens et de la ville dont il devient de fait un magistrat, il est ainsi très difficile de déterminer si ses relations avec des affairistes sont dues à la poursuite d’intérêts personnels où si elles sont rendues indispensables par les exigences du service dans un pays à la situation aussi instable que l’est l’Albanie.

  • 45 Mémoire de Giacomo Vismara, Milan, janvier 1919, cit. C’est effectivement Vismara qui avait alerté (...)
  • 46 Gazzetta Ufficiale del Regno d’Italia, 1916, p. 2730-2732.

21Reste que Sckrelli et les Baldacci sont d’une envergure trop faible pour pouvoir véritablement profiter de leurs contacts consulaires. Il semble que Vismara, qui prétend avoir défendu le commerce italien contre la concurrence grecque45, ait étouffé au passage ses rivaux italiens. Les activités de Sckrelli sont quant à elles brutalement compromises lorsqu’il est arrêté en juillet 1915 pour avoir embarqué ses marchandises sur le Bella Scutarina, un navire dont le capitaine et l’équipage sont convaincus d’espionnage et de contrebande au profit de l’Autriche-Hongrie par la justice italienne46. Jugé par un tribunal militaire, Sckrelli est toutefois acquitté dès le 1er septembre 1915.

Conclusion

22Durant tout le temps de « l’Italie libérale », le Commerce est érigé en vertu diplomatique cardinale par l’ensemble des familles politiques, de l’extrême gauche républicaine à la droite monarchiste. L’examen des micro-politiques du commerce italo-albanais démontre tout l’écart qui existe entre ces discours et la réalité. Il s’agit moins de constater que la « pénétration pacifique » sert de paravent à l’expansionnisme que de caractériser l’importance de l’action individuelle dans le cadre de l’impérialisme de poche que l’Italie pratique en Albanie. Négligeable à l’échelle du commerce extérieur italien, le trafic qui relie les Pouilles à l’Albanie constitue toutefois pour ce pays un véritable cordon ombilical. Les consuls sont le rouage indispensable d’un commerce qui n’est pas à sens unique, puisque le milieu des gens de mer et des marchands est italo-albanais, bien que les flux de marchandises se développent pour l’essentiel d’ouest en est.

  • 47 Engels – Monnier 2012, p. 128.
  • 48 Banfield 1958.
  • 49 Engels – Monnier 2012.

23Cette étude micro-historique est enfin l’occasion de proposer un modeste éclairage des pratiques de clientélisme et de corruption dans la sphère diplomatico-consulaire. La « concurrence des normes » propre à l’Ancien Régime est censée avoir disparu avec l’avènement de l’État rationnel et de l’opinion publique47. Or le croisement de sources publiques et privées montre que, au sein du service diplomatico-consulaire italien, il n’en est rien au début du XXe siècle encore. On aurait tort, toutefois, de faire de la corruption une tare spécifique à une société italienne « arriérée 48», les administrations d’autres pays européens n’étant pas en reste49. En outre, si l’administration italienne semble bloquer le commerce plus qu’elle ne le facilite, elle prend soin de donner aux consuls la possibilité d’adapter la norme.

Annexe 21 – Piacentini, consul d’Italie à Durazzo, à Sonnino, ministre des Affaires étrangères, Durazzo, 26 janvier 1915

24Source : Archivio Storico-diplomatico del Ministero degli Affari Esteri, Rome, Archivio di Gabinetto 1915-1918, busta 1, fascicule 6, rapport 27/9 (désormais ASDMAE, AG, b. 1, fasc. 6, r. 27/9).

25Signor Ministro,
Mi onoro rispondere al dispaccio di Vostra Eccellenza n° 1 addì 11 corr.
Le informazioni date a codesto Ministero dalla Società Italo-Albanese corrispondono in massima alla verità. Il commercio greco in Albania infatti vende a prezzi assai bassi, tali da fare sempre vittoriosa concorrenza al commercio italiano.
Le ragioni principali di questo stato di cose sono :
1) la minore esigenza di guadagno da parte degli esportatori greci, che si contentano del meno, pur di accaparrare la piazza e di assicurare la continuità dello smercio ;
2) la qualità delle merci greche, che benché inferiore, tuttavia facilmente viene accettata da un mercato composto essenzialmente da consumatori di scarsa potenzialità economica e di esigenze civili ancora relativamente primitive ;
3) il modo d’accertamento dei bisogni del mercato ; la pronta attuazione di mezzi atti a soddisfare i bisogni stessi e l’adattabilità degli esportatori alle oscillazioni della potenzialità della piazza, in confronto alla rigidità dei sistemi commerciali nostri, lascianti poca o nessuna latitudine all’iniziativa individuale degli agenti commerciali e dei Comandanti di piroscafi.
4) la libertà di esportazione della Grecia che evita agli affari il ritardo richiesto dalle pratiche ufficiali da svolgersi in Italia, per ottenere deroghe al diritto di esportazione : “time is money”.
Per il n° 1) -, cito ad esempio i prezzi odierni delle farine e del petrolio. La farina di provenienza greca non di ottima qualità, ma accetta al mercato locale, si vende oggi sulla piazza di Durazzo a franchi 36 circa il quintale, mentre la farina di provenienza italiana, venduta a 40 franchi circa due mesi addietro, dovrebbe essere oggi messa sulla piazza di Durazzo ad un prezzo anche superiore a quest’ultimo, perché i rivenditori locali potessero ricavare vantaggi in confronto ai prezzi di acquisto in Italia.
Il petrolio acquistato dalla Standard Oil Company, sedi di Salonicco e di Pireo, è venduto oggi a Durazzo all’ingrosso al prezzo di franchi 8 la cassa, in confronto del prezzo di franchi 11 a cui si dovrebbe vendere il petrolio di provenienza italiana.

Per il n° 3) informo che il metodo seguito dal commercio greco per l’accaparramento della piazza di Durazzo è generalmente il seguente : speciali agenti greci si recano in Durazzo donde, previo accertamento dei bisogni locali, ordinano agli esportatori della madre-patria determinate quantità di merci, senza fissarne rigorosamente il prezzo unitario ; dimodoché, giunto con sollecitudine il piroscafo col carico richiesto, l’agente, o a volte lo stesso Comandante, determina il prezzo di vendita in base a considerazioni del momento : maggiore o minore urgenza delle merci, condizioni generali del paese che si riflettono sullo stato economico della classe mercantile, ecc. : assicurando così l’avviamento del Commercio greco, mediante l’osservanza di due tra i principi essenziali del Commercio : prontezza nel rispondere ai bisogni delle piazze, e relativo favorevole adattamento alle variabili condizioni economiche delle piazze stesse, specialmente in paesi di instabili e spesso torbide condizioni politiche.
A quanto precede, che risponde ai quesiti postimi da codesto on. Ministero nel dispaccio succitato, aggiungo le seguenti informazioni.
È da incoraggiarsi l’esportazione in Albania dall’Italia di farina e di riso. Per la farina, sarebbe opportuno concedere il libero transito per l’Albania, a partite di farina americana di qualità adatta ai bisogni locali. Per il riso italiano, che è il più preferito su questa piazza, occorrerebbe permetterne, con certa larghezza, l’esportazione in Albania, sempreché naturalmente gli esportatori, avendo di mira anche lo scopo di assicurarsi stabilmente il mercato albanese, non richiedano da questi commercianti guadagni troppo salienti, nella considerazione sopratutto, che questi commercianti stessi debbono rivalersi su consumatori relativamente poveri.
[Souligné en marge] La bandiera greca copre effettivamente, oggi, la merce austriaca proveniente, in Albania, principalmente dai mercati di Corfù e di Pireo.
[Souligné en marge] Un’altra merce di cui il mercato di Durazzo difetta attualmente in modo totale, sono le pelli conciate, suole, ecc.
Una deroga al divieto di esportazione per questa merce sarebbe sommamente opportuna.
La piazza di Durazzo è oggi largamente provvista di petrolio, zucchero e cotonate.
L’Inghilterra, con recente disposizione, ha ordinato che i certificati d’avaria di piroscafi greci trasportanti merci inglesi, debbano, per essere validi, essere rilasciati da agenti italiani.

Con ossequio,
Il R° Console,
Piacentini

Notes

1 Grange 1994, p. 1173 sq.

2 Jesné 2014.

3 Les consuls recherchent, on le sait, des avantages symboliques aussi bien que matériels : Windler 2002, chap. 1.

4 « La nostra politica commerciale [in Albania] è ancora bambina », Azzarita 1914, p. 11. Sur L. Azzarita, voir Formìggini 1928, p. 56.

5 Ratti 1914, p. 112.

6 Mantegazza 1912, p. 119.

7 Ojetti 1902, p. 172-181.

8 Ritrovato 1997, p. 200.

9 « Vi sono poi anche altre iniziative promosse, d’accordo, dai Ministeri degli esteri, della marina e del tesoro circa il servizio della Società Puglia, sia per il modo dei viaggi, sia per i prezzi, e si sono ottenute facilitazioni non disprezzabili. Utili iniziative hanno preso anche la Società Italo-Albanese e la Società Puglia e Balcania ; e un Comitato italiano pro-Albania pare che stia sorgendo coll’adesione di persone ragguardevoli che mirano a dar vita a una concorrenza civile e veramente encomiabile in Albania da parte degli italiani, affinchè non agli altri soltanto sia aperto questo campo che speriamo sia ferace di utili risultati economici e valga a stringere sempre più i legami della simpatia e della cordialità internazionali », le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères Borsarelli, in Atti Parlamentari – Camera dei Deputati, Legislatura XXIV – 1° sessione – Discussioni – Tornata del 2 luglio 1914, p. 5202.

10 Ritrovato 1997, passim. Sur A. De Tullio, voir Cassani 1991.

11 Ritrovato 1997, p. 195.

12 Jesné 2014.

13 Grange 1994, p. 1171 ; Monina 2002, p. 200.

14 Réponse de Luigi Borsarelli, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à une interpellation du député Gaetano Rossi le 2 juillet 1914, dans Atti Parlamentari... loc. cit.

15 « Arrivo adesso da una delle solite visite al Console [...]. Pare che contrariamente all’opinione di San Giuliano non si voglia più tenere il Museo Commerciale qui. Dopo meno di un anno di pomposo impianto non si sa bene il perchè di queste soppressione che non può che far molto male a noi e al nostro nome. [Sonnino] è contrariissimo », Fondo speciale Antonio Baldacci, Biblioteca comunale dell’Archiginnasio di Bologna, dossier 38, fascicule 92, document 79 (désormais FAB, 38/92/79), lettre de Giovanni Baldacci à son frère Antonio, Scutari, 3 février 1915.

16 Au début de l’année 1915, le consulat d’Italie à Durazzo est dirigé par Renato Piacentini, Carlo Aliotti étant à la tête de la légation. Domenico De Facendis et Cesare Lori sont quant à eux à la tête des consulats d’Italie à Scutari et Valona. Voir ad vocem dans Università degli Studi di Lecce, 1987.

17 Clayer 2007, p. 375.

18 Ibid., p. 25-28.

19 Piacentini (consul d’Italie à Durazzo) à Sonnino (ministre des Affaires étrangères), Durazzo, 26 janvier 1915. Le texte intégral de ce rapport a été reproduit en annexe (cf. annexe 21).

20  Ibid., note 3340 de Cottafavi ministre de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce, à Di Martino (secrétaire général du ministère des Affaires étrangères), Rome, 21 février 1915.

21 Notamment Bib Doda, c’est-à-dire Prênk Bibë Doda, chef de la confédération des clans catholiques de la « Mirditie » (Mirditë) nord-albanaise et bref ministre des Affaires étrangères de la principauté autonome albanaise : Elsie 2010, p. 114. Sur le particularisme de la région de Scutari, voir Clayer 1997, p. 62-74.

22 FAB, 38/92/68, lettre de Giovanni à Antonio Baldacci, Scutari, 25 janvier 1915.

23 « Skrelli è un buon negoziante di Scutari [...]. Vedi tu, perchè verrà a Roma, di aiutarlo in quel che vorrà ; potresti presentarlo alla Consulta. È un buon amico, conoscitore profondo dell’anima dei suoi connazionali. Si può fare con lui qualche cosa di buono », FAB, 38/92/162 bis, lettre de Giovanni à Antonio Baldacci, Scutari, 7 mars 1915.

24 Bollini 2005 ; Jesné 2009, p. 649-665.

25 FAB, 38/98/218, lettre de Sckrelli à Antonio Baldacci, Bari, 28 mars 1915.

26 ASDMAE, AG, b. 1, fasc. 14, circulaire 1207 du gouvernement monténégrin aux représentants des grandes puissances à Cetinje, Cetinje, 12 juin 1915, jointe au r. 182/100 de Negrotto Cambasio (Ministre d’Italie) à Sonnino (ministre des Affaires étrangères), Cetinje, 13 juin 1915.

27 Lorsqu’en octobre 1914 l’Empire ottoman s’apprête à entrer en guerre aux côtés des puissances centrales, ces dernières semblent confier aux agents « jeunes-turcs » la mission de gêner l’Entente et son potentiel allié italien en Albanie ; voir Anchieri – Pastorelli 1984, document 10, t. 5920 de Salandra, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, à Tittoni (ambassadeur à Bordeaux), Imperiali (ambassadeur à Londres) et Carlotti (ambassadeur à Petrograd), Rome, 20 octobre 1914.

28 FAB, 38/93/238, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 5 avril 1915.

29 Mengarelli 1998.

30 FAB, 38/93/233, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 2 avril 1915.

31 Outre la ruine, Sckrelli craint le déshonneur, qui découlerait non pas d’une quelconque poursuite judiciaire, jamais évoquée, mais d’un retour en Albanie sans marchandises alors que le bruit de ses achats à Bari court déjà à Scutari : FAB, 38/93/251, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 10 avril 1915.

32 « In quanto all’autorizzazione per le mancie agl’inservienti delle Finanze, noi Le avevamo già detto, e lo ripetiamo ora, che tutto quello che Lei crederà opportuno di fare sarà sempre ben fatto e noi siamo pronti a tutto. Per quello degli Esteri non comprendo a chi voglia alludere. Noi avevamo già dato dietro suo ordine. Se però Lei crede opportuno a qualche altro dare qualche cosa, faccia pure » [les erreurs sont dans le texte original]. FAB, 92/38/218, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 28 mars 1915.

33 Blundo 2003, p. 85.

34 Dinu 2007, p. 234.

35 Briquet 2006, p. 52.

36 Salvemini 1910.

37 Bosworth 1979, chap. 1 : « Society and Politics in Liberal Italy ».

38 « Mi meraviglio che avendo noi tante raccomandazioni al Ministero, e abbiamo tre settimane quasi corriamo alle pratiche delle domande, e ancora non siamo stati sodisfatti. Invece il Sig. Morfini col Sig. Straziote e Vismara in due giorni hanno ottenuto molti permessi di farina, di petrolio, di formentone, risi, di tutto quello che hanno domandato, e noi invece dopo tre settimane di spese non abbiamo ricavato che 25 q. di pellami e cuoi e 500 q. crusca ». FAB, 38/93/242 lettre de Sckrelli à Antonio Baldacci, Bari, 6 avril 1915

39 Bosworth 1975, p. 586.

40 Mémoire de Giacomo Vismara, Milan, janvier 1919, Archivio dell’Ufficio Storico dello Stato Maggiore, fonds E8, carton 55.

41 FAB, 38/93/255, lettre de Sckrelli à Baldacci, Bari, 12 avril 1915.

42 FAB, 38/92/105, lettre de Giovanni à Antonio Baldacci, Scutari, 15 février 1915.

43 ASDMAE, AG, b. 1, fasc. 14, r. 752/123 d’Aliotti (ministre d’Italie), à Sonnino (ministre des Affaires étrangères), Durazzo, 28 avril 1915.

44 « Aliotti persiste nella sua politica, nonostante tutte le inibizioni fattegli da San Giuliano, da me e da te. Dato l’uomo non sono da escludere anche fini materiali : vedi i suoi precedenti costà, alla Consulta. Io penso che occorerà farla finita con lui. Ma a questo ci si può pensare ancora un poco » (Anchieri – Pastorelli 1984, document 551, lettre de Salandra (président du Conseil) à Sonnino (ministre des Affaires étrangères), Rome, 5 janvier 1915).

45 Mémoire de Giacomo Vismara, Milan, janvier 1919, cit. C’est effectivement Vismara qui avait alerté la Consulta sur les pratiques des marchands grecs : ASDMAE, AG, b. 1, f. 6r. 27/9 du consul d’Italie à Durazzo, Piacentini, au ministre des Affaires étrangères, Sonnino, Durazzo, 26 janvier 1915.

46 Gazzetta Ufficiale del Regno d’Italia, 1916, p. 2730-2732.

47 Engels – Monnier 2012, p. 128.

48 Banfield 1958.

49 Engels – Monnier 2012.

Auteur

dirmod@efrome.it

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable