Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 5 – Entre l’État, les intérêts marchands et l’intérêt personnel, l’agency des consuls

Pétitions marchandes autour de la fonction consulaire : la diaspora grecque et la naissance de la diplomatie néohellénique

Mathieu Grenet

Texte intégral

  • 1 Georgis 1995 ; Vogli 2007, p. 258sq.

1La présente contribution porte sur la création du premier réseau consulaire de l’État grec moderne au milieu des années 1830, et sa réception dans les colonies de la diaspora grecque alors établies en Europe occidentale. Cette enquête s’appuie en priorité sur les archives du ministère grec des Affaires étrangères pour la période 1833-1836, soit les premières années du règne du prince bavarois Othon de Wittelsbach, placé (sous tutelle d’un Conseil de regence bavarois) à la tête du jeune royaume par ses trois « puissances protectrices » russe, française et britannique. À travers cette chronologie volontairement restreinte, on entend donc saisir un moment et une modalité spécifiques des relations entre le jeune État néohellénique et la diaspora grecque (et notamment son important élément marchand), dans le contexte du déploiement d’une « première » diplomatie grecque dont l’histoire reste encore très largement à écrire1.

  • 2 Durant la période étudiée, trois ministres se succèdent au portefeuille des Affaires étrangères (q (...)
  • 3 Le terme de « colonie » s’applique ici à un groupe démographique déterminé, tandis que celui de «  (...)

2Bien que lacunaires et peu exploités, les fonds multilingues (en français, grec moderne et allemand) du ministère grec des Affaires étrangères comprennent, outre des circulaires ministérielles et des édits royaux, de nombreuses pétitions adressées par des négociants de la diaspora grecque au ministère et à la cour2. Croisée à l’analyse des sources produites dans le contexte des colonies diasporiques, l’étude de cette documentation permet ainsi d’appréhender trois phénomènes connexes. D’une part, la manière dont le jeune État grec se dote rapidement d’un vaste réseau diplomatique (et en particulier consulaire) dès les toutes premières années de la monarchie othonienne – c’est-à-dire au moment même où s’impose également la nécessité de solder l’encombrant héritage des divisions nées des deux épisodes fondateurs du jeune État grec que sont l’interminable guerre d’indépendance (1821-1830) puis l’éphémère expérience républicaine du gouverneur Ioannis Kapodistrias (1827-1831). D’autre part, le rôle joué par cet appareil consulaire dans la tentative d’incorporation des Grecs de la diaspora dans la communauté nationale néohellénique, notamment à travers sa participation à l’important travail de définition juridique et politique de la « nationalité » qu’accompagne l’indépendance du jeune État. Enfin, les effets de l'irruption de cette double problématique consulaire et nationale dans le quotidien des différentes colonies de la diaspora grecque, qui entraîne d’importantes redéfinitions des équilibres sociaux et politiques en leur sein3.

  • 4 Sur les « grands drogmans » du Divan ottoman, voir Hitzel 1997. Sur la réforme de la diplomatie ot (...)
  • 5 Cicanci 1985, vol. 1, p. 77-90 ; Stoianovich 1960, p. 234-313 ; Katsiardi-Hering 2012, p. 127-140.
  • 6 Papageorgiou 2004 ; Dertilis 2005, vol. 1 ; Petropulos 1968.

3La mise en place du réseau diplomatique néohellénique peut être resituée dans le temps long d’une mainmise de la minorité grecque-orthodoxe de l’Empire ottoman sur certains postes clés de la diplomatie impériale, qu’il s’agisse des « grands drogmans » de la Sublime Porte où de ces consuls dont se dote l’Empire dans le sillage des réformes engagées par Sélim III (1789-1807)4. Elle s’inscrit également dans une autre généalogie, à la fois plus longue et plus tortueuse, qui la relie à ces « consuls grecs » dont on trouve la trace principalement en Europe centrale et orientale dès le XVIIe siècle : généralement placés à la tête d’une compagnie de marchands balkaniques s’adonnant au grand commerce par voie de terre depuis Vienne jusqu’à Constantinople, ces « consuls » sont alors chargés de régler les conflits commerciaux et de promouvoir les affaires du groupe5. Bien qu’éclairante à plusieurs égards, cette double généalogie ne saurait toutefois réduire la diplomatie néohellénique telle qu’elle apparaît dans les années 1830 au rang de simple actualisation d’un phénomène déjà existant. De fait, la lente structuration de l’État grec au cours du deuxième quart du XIXe siècle entraîne l’apparition de problématiques spécifiques, qui en retour conditionneront durablement la morphologie sociale et politique de son corps diplomatique6.

  • 7 Chatziioannou 2008, p. 1-14.

4Dans un contexte marqué à la fois par la mise en concurrence de différentes formulations de la « grécité » et par le caractère durablement flou de toute « politique extérieure » d’une monarchie grecque sous influence étrangère, les nominations consulaires apparaissent comme un moyen pour le nouvel État d’obtenir le ralliement de la puissante élite négociante de la diaspora grecque7. Ce sont les modalités – naturellement équivoques – de ce ralliement que l’on entend ici éclairer, à partir d’un aperçu général du mouvement de fondation du réseau consulaire grec dans les années 1830, puis d’un examen plus minutieux du cas marseillais entre 1833 et 1836.

La constitution du réseau consulaire grec dans les années 1830

5Le déploiement du premier réseau consulaire de l’État néohellénique au cours des années 1830 se caractérise tant par sa rapidité que par sa dispersion.

  • 8  Gardika 1972.
  • 9 Ministère grec des Affaires étrangères (MGAE), 1833, 35/1a, n.n., Trikoupis au chargé d’affaires b (...)
  • 10 Outre le poste maltais auquel échoit la première patente consulaire émise en mars 1833 mais qui ne (...)

6Exception faite du cas de Malte, où une charge de « consul grec » échoit dès 1827 au marchand anglais Thomas MacGill (semble-t-il à la demande du gouvernement britannique)8, c’est dans la foulée de l’avènement de la monarchie othonienne que la Grèce se dote d’un premier réseau diplomatique dont l’armature consulaire évolue rapidement. Dès septembre 1833, le Premier ministre du jeune royaume peut ainsi dresser un premier état des douze agents nommés par Othon depuis son arrivée en Grèce huit mois auparavant (annexe 13)9. Bien que vraisemblablement incomplète10, cette liste dévoile un premier réseau alors orienté à la fois vers la Méditerranée orientale et l’Europe occidentale : des douze postes diplomatiques, trois sont situés dans l’Empire ottoman (Smyrne, Salonique et Prévéza) et deux en Égypte (Alexandrie et Candie), et ce alors même que le sultan et le vice-roi viennent à peine de reconnaître l’indépendance de l’État grec. Quant aux postes consulaires européens, ils font la part belle à la France de la Monarchie de Juillet (Paris et Marseille) ainsi qu’au royaume des Deux-Siciles (deux agents à Naples), sans oublier les États pontificaux (Ancône) et l’Empire d’Autriche (Vienne), ainsi que les îles Ioniennes alors sous domination britannique (Corfou). En revanche, ils négligent aussi bien l’Europe danubienne et la Péninsule ibérique que certains des principaux centres de la diaspora grecque de l’époque, comme Livourne, Trieste, Venise, Amsterdam, Manchester ou encore Londres. Enfin, si le personnel consulaire se recrute partout dans le monde du grand commerce voire de la finance (dans le cas de Sina à Vienne et d’Eichthal à Paris), on relève une nette césure entre les représentants en poste dans l’Empire ottoman et en Égypte, tous d’origine grecque, et leurs collègues nommés en Europe, parmi lesquels les Grecs ne constituent plus qu’une petite minorité (Durutti à Ancône et Sina à Vienne).

7Les spécificités de cette distribution et de ce recrutement s’expliquent en grande partie par le choix de la monarchie hellénique de s’appuyer dans un premier temps sur le réseau consulaire du royaume de Bavière, en vertu d’un traité helléno-bavarois de novembre 1832 stipulant que

  • 11 Traité d’amitié et d’alliance entre la Bavière et la Grèce, 1er novembre 1832, art. 11, reproduit (...)

les consuls de l’un des deux États qui se trouvent dans des ports étrangers ou dans d’autres places de commerce doivent aussi accorder toute leur protection aux sujets de l’autre État et les assister de tous leurs moyens11.

  • 12 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833 ; ibid., 1833, 37/10, Antoine Corn (...)

8Parmi les douze consuls grecs de septembre 1833, Gaetano Bellotti à Naples ou encore Faber à Corfou ajoutent ainsi cette nouvelle fonction à celle de représentants bavarois, tandis que les titulaires de plusieurs consulats de Bavière implantés à travers l’Europe interpellent la monarchie hellénique pour demander à voir reconnue l’extension de leur juridiction sur les sujets du roi Othon12.

  • 13 Vogli 2007, p. 259.
  • 14 MGAE, 1834, 36/7, n.n., Rizos-Neroulos à Konstantinos Zographos (ambassadeur de Grèce à Istanbul), (...)

9Au cours des mois suivants, l’extension du réseau consulaire grec se poursuit sur un rythme élevé, pour atteindre les 54 employés dès l’automne 183413. Sa morphologie évolue alors sensiblement : les refus répétés des autorités ottomanes et égyptiennes d’accorder aux représentants grecs leur exequatur14 comme la multiplication ailleurs des postes vices-consulaires (notamment dans la Péninsule italienne et dans les îles Ioniennes), accentuent en effet sa polarisation croissante vers l’Ouest du bassin méditerranéen et l’Europe occidentale. Cette mutation apparaît définitivement actée au cours des années suivantes, qui voient le réseau consulaire grec consolider son implantation : en 1842, le royaume dispose ainsi de pas moins de onze consulats généraux, trente-huit consulats et vingt-neuf vice-consulats établis dans toute l’Europe, sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, et jusqu’en Amérique du Nord (annexe 14).

Fonctions et missions des premiers consulats de Grèce

10Le développement du réseau consulaire grec au cours des années 1830 obéit à deux logiques à la fois complémentaires et concurrentes. D’une part, la nécessité d’asseoir la crédibilité et la légitimité du jeune État sur la scène internationale. Dès juillet 1827, le banquier genevois Jean-Gabriel Eynard – l’un des principaux mécènes de la cause philhellène – invitait ainsi le gouvernement provisoire à ne pas retarder

  • 15 Ibid., 1827, 53/1c, n.n., Jean-Gabriel Eynard au Gouvernement provisoire grec, 7 juillet 1827.

le moment si important pour la Grèce d’être reconnue par l’envoi des consuls15.

11D’autre part, l’initiative de nombreux marchands – grecs ou non – cherchant à tirer personnellement profit de l’attribution de ces charges consulaires. Ainsi du négociant Jean-Pierre Mages, qui avance benoîtement les arguments suivants à l’appui de sa candidature au poste de consul de Grèce à Nice :

  • 16 Ibid., 1835, 44/2, n.n., Jean-Pierre Mages au comte Armansperg (président du conseil de Régence du (...)

Je dois vous avouer que je sollicite cette place, non pour en retirer le moindre lucre, mais dans le seul but de profiter des mêmes avantages que trouvent chez vous les consuls des autres nations, en recevant librement livres et journaux, pouvant sortir et entrer dans l’État sans passeport, assister aux réunions, avoir libre entrée chez le gouverneur, pouvoir étendre mes rapports commerciaux avec les négociants grecs établis à Gênes, Livourne, Trieste, Marseille, et enfin allier ce consulat à celui de Bavière, si la chose est possible16.

  • 17 Stephens 1838, vol. 1, p. 257.

12S’il tranche singulièrement avec la grandiloquence de nombreuses autres requêtes similaires, le prosaïsme d’une telle profession de foi a l’avantage de rappeler l’importance que revêt la charge consulaire pour des candidats cherchant avant tout à accroître leur visibilité sociale, leur surface économique voire leur influence politique dans le lieu où ils commercent. De retour d’un voyage au Levant effectué dans les années 1830, le voyageur américain John Lloyd Stephens note ainsi que « dans tous les ports, à l’exception de ceux où l’on trouve des ambassadeurs, les consuls forment la notabilité locale (the nobility of the place) »17.

  • 18 Chatziioannou 2008 ; Chatziioannou 2003, p. 75-84.
  • 19 On s’écarte donc ici de l’analyse de Driault – Lhéritier 1925-1926 (vol. 2, p. 111-112), qui voien (...)

13Il apparaît dès lors peu surprenant que l’élite du grand négoce de la diaspora grecque ait très tôt convoité ces postes consulaires dans un triple objectif : étendre et garantir ses affaires commerciales, travailler son implantation locale, et établir des alliances avec le jeune royaume de Grèce18. De son côté, le gouvernement grec cherche dès l’origine à s’attacher le soutien de cette puissante élite marchande : ainsi l’extension du maillage consulaire au cours des années 1833-1834 recoupe-t-elle étroitement le réseau des principales colonies de la diaspora grecque de l’époque. Cherchant à satisfaire les demandes des nombreux (et souvent prestigieux) pétitionnaires implantés localement, le ministère semble alors n’avoir d’idée précise ni de la cartographie exacte du réseau diplomatique qu’il cherche à établir19, ni des missions qu’il souhaite affecter à son personnel consulaire. C’est du moins ce qui apparaît à la lecture des deux versions successives des circulaires par lesquelles il cherche à définir le rôle des consuls.

14La première version, datée d’avril 1833, met en priorité l’accent sur la mission de protection des populations et des lieux de culte orthodoxes à l’étranger, ainsi que sur la tenue des registres d’état civil :

  • 20 MGAE, 1833, 35/1a, n.n., « Instructions générales à donner à touts [sic] les agents consulaires no (...)

Chapitre I : Attributions et devoirs des consuls. Article 1 : Un des principaux devoirs du Consul est de protéger les sujets de son Roi dans l’exercice de leur religion, autant que le permettent les lois et les usages établis dans les pays où ils demeurent. Article 2 : Le Consul doit avoir soin d’enregistrer exactement les actes de mariage, de naissance et de décès des sujets grecs, et dans le lieu où il y a une église grecque, il veillera à ce que le curé enregistre aussi ceux de mariage, de baptême, de naissance et de décès des personnes appartenant au rit Grec. Article 3 : Il doit veiller sur tout ce qui regarde le service administratif de l’Église20.

15La seconde version, immédiatement postérieure, renverse d’emblée l’ordre de ces priorités :

  • 21 Ibid., n.n., « Instructions pour les Consuls du Royaume de Grèce à l’étranger », jointes à une let (...)

Chapitre I : But de l’institution des Consuls. Article 1 : L’institution des Consuls à pour objet, a) De protéger le commerce et la navigation des sujets du Roi dans les pays étrangers ; de maintenir leurs droits et privilèges ; de veiller à l’exécution des traités et conventions existant entre leur Gouvernement et celui auprès duquel ils résident, ainsi qu’à celle des ordonnances du Roi relatives au commerce et à la navigation ; de prêter secours et appui aux Nationaux ; b) D’exercer la juridiction sur les sujets du Roi, en tant que Sa Majesté la conserve sur eux pendant leur séjour à l’étranger ; c) De procurer au Gouvernement du Roi tous les renseignemens et documents qui peuvent le mettre à même d’assurer la prospérité du commerce et de la navigation de la nation21.

16Il serait réducteur de ne voir dans cette reformulation qu’un simple alignement des directives du ministère grec sur les pratiques en vigueur parmi les diplomaties européennes. De fait, ce revirement touche à deux enjeux cruciaux au cœur des rapports naissants entre État néohellénique et colonies de la diaspora grecque :

  1. D’une part, la nécessité de proposer une définition inclusive de la nouvelle « nationalité grecque », dans un contexte de fixation identitaire autour du double référent orthodoxe et territorial.

    • 22 Grenet 2016, p. 381-383.
    • 23 MGAE, 1834, 37/10, n.n., édit royal, 1/13 août 1834 ; Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 180 et 225.

    D’autre part, le souci du gouvernement de ne pas empiéter sur les prérogatives des puissantes confréries des différentes colonies de la diaspora grecque, structurées (en particulier depuis le XVIIIe siècle) comme autant de conseils de fabrique des églises orthodoxes locales, avec des pouvoirs étendus à pratiquement tous les aspects de la vie communautaire22. En d’autres termes, il s’agit donc pour la monarchie de s’assurer le soutien du grand négoce grec, en garantissant les conditions d’une coexistence pacifique au sein du nouveau système bicéphale de gouvernance des colonies de la diaspora grecque. Il fait d’ailleurs peu de doutes que cette initiative ait été occasionnellement couronnée de succès : en témoigne ces cas où, comme à Venise, le même individu (Georgios Tzetzos) cumule dès le milieu des années 1830 les charges de consul de Grèce et de président de la confrérie grecque-orthodoxe23. Malgré ces efforts, l’institution des consuls de Grèce provoque rapidement son lot de tensions parmi plusieurs colonies de la diaspora, que ce soit au sein du corps des marchands, ou entre les marchands et l’État.

La bataille pour Marseille, acte I : 1833

17L’attribution du poste marseillais donne lieu entre 1833 et 1836 à un véritable feuilleton, dont les ressorts éclairent les enjeux soulevés plus haut. Comme la plupart des postes les plus prestigieux, celui de Marseille suscite la convoitise de candidats venus d’horizons très différents, dont les pétitions, qui affluent vers le gouvernement grec dès le printemps 1833, mettent en concurrence plusieurs légitimités, voir plusieurs définitions de la « grécité ».

  • 24 MGAE, 1833, 37/4, n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833 ; ibid., n.n., Le même à Othon Ier, (...)
  • 25 Regierungsblatt für das Königreich Bayern, 1833, n° 11 (9 mars 1833), col. 232.

18Dès avril 1833, soit deux mois à peine après l’arrivée d’Othon en Grèce, le négociant d’origine hambourgeoise Guillaume Sieveking presse ainsi le ministère grec des Affaires étrangères de l’accréditer dans le port phocéen24. Outre son statut de consul du royaume de Bavière (une place qu’il n’a acquise que très récemment et qu’il cumule avec la représentation danoise25), Sieveking avance quatre arguments à l’appui de sa demande :

  1. L’importance des « relations grecques » de Marseille, et en particulier de la navigation marchande dont il estime qu’« il est urgent [qu’elle] soit contrôlée et protégée ici »26 ;
  2. Le volume d’affaires de sa propre maison de commerce, susceptible selon lui de contribuer à la prospérité de cette navigation marchande ;
  3. Son engagement en faveur de la cause de l’indépendance grecque au cours de la décennie précédente ;
  4. L’adjonction d’une charge de vice-consul qu’il souhaiterait voir confier à « Jean Maye, Grec, avantageusement connu en cette ville ».
  • 27 MGAE, 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833.

19Aux yeux de leurs auteurs, de telles professions de foi visent autant à étayer leurs prétentions qu’à disqualifier celles des autres prétendants. La pétition de Sieveking – qui, rappelons-le, fait le choix de ne pas s’en tenir à la seule légitimité que lui confère sa fonction de représentant bavarois – doit donc être lue à la lumière du contexte marseillais, qui voit s’affronter pas moins de cinq candidats pour ce même poste27 : outre Sieveking, le rejeton d’une famille de marchands marseillais établis à Smyrne (Étienne Alexandre Escalon), deux négociants sciotes (Georgios Tzitzinias et Michail Petrokokkinos), et un certain Hofer, rapidement écarté.

  • 28 Loukos 2007, p. 61-75. Trajectoire intéressante que celle de ce personnage, à la fois ancien vice- (...)
  • 29 Grenet 2016, p. 370-375.

20Chacun des arguments avancés par Sieveking cherche à saper une partie au moins de la légitimité de ses concurrents. Sous sa plume, les grands négociants comme Tzitzinias et Petrokokkinos se révèlent ainsi incapables d’alimenter une navigation marchande grecque qu’il se fait fort de contribuer à faire prospérer. Quant à la proposition de s’adjoindre les services de Ioannis Maïs (Jean Maye), elle indique certes que Sieveking a anticipé la possible critique de son illégitimité en tant que non-Grec, mais elle marque également son choix de s’inscrire de plain-pied dans les rapports de force qui sous-tendent alors la colonie grecque de Marseille. Marchand originaire de Zante, Maïs a longtemps été le principal soutien dans le port provençal du gouverneur de la Grèce indépendante Ioannis Kapodistrias (1827-1831)28 ; en cette qualité, il s’est même retrouvé en première ligne du violent conflit qui a opposé le gouverneur à l’élite négociante de la diaspora, et principalement ceux originaires de l’île de Chio29. En proposant de former avec lui un « ticket », Sieveking entend donc capitaliser sur la posture légitimiste jadis adoptée par Maïs vis-à-vis du pouvoir grec, et se poser en défenseur de l’intérêt national contre les intérêts privés de ces mêmes marchands qui briguent contre lui la fonction consulaire.

  • 30 Échinard 1973, p. 199-200.
  • 31 MGAE, 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833. Petrokokkinos faisait quant à lui (...)
  • 32 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833 ; ibid., 1835, 37/4, n.n., R (...)

21Reste enfin l’argument de l’engagement philhellène, qui va très rapidement constituer un enjeu central de l’attribution des postes consulaires grec. Une fois encore, les propos de Sieveking sont à resituer dans leur contexte marseillais. Celui qui (semble-t-il non sans exagération) se présente comme l’ancien vice-président du comité philhellène de la ville, cherche en effet à attirer l’attention du ministère autant sur ses propres activités en faveur de la cause grecque30, que sur le positionnement ambigu, durant la guerre d’indépendance, de certains de ses concurrents directs. Stratégie payante, dans la mesure où le ministre Trikoupis est alors l’un des rares vétérans de la guerre d’Indépendance à avoir intégré l’élite d’une administration grecque largement infiltrée par les Bavarois. Or si le ministre en personne peut témoigner du fait que Petrokokkinos « pendant la lutte n’a cessé de donner des preuves de patriotisme à son Pays », il en va bien différemment de Tzitzinias, « qui, dans la guerre de l’indépendance de sa patrie, s’est permis de rendre des services au Pacha d’Égypte en faisant construire pour lui des vaisseaux de guerre, au grand scandale et au préjudice de sa nation »31.Quant à Escalon, il n’a pour créances philhellènes que l’aide jadis apportée par son père à quelques réfugiés grecs, tandis que des voix discordantes (et calomnieuses ?) pointent au contraire sa supposée sympathie pour le camp ottoman32.

  • 33 Ibid., 1833, 37/4, n.n., édit royal, 3/15 août 1833 ; ibid., 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon  (...)
  • 34 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833.
  • 35 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Soutzos à Apponyi, 17 février 1833.

22Peut-être l’obstination de Sieveking à réduire la bataille pour le poste consulaire aux seuls enjeux marseillais a-t-elle en définitive scellé son échec. Toujours est-il que la nomination d’Étienne Escalon à l’été 1833 constitue d’autant plus une surprise que le conseil de Régence a choisi de passer outre l’avis de l’influent ministre des Affaires étrangères33. De fait, Escalon récolte ici les fruits d’une intense campagne menée simultanément sur deux fronts : celui des pétitions, lettres et autres suppliques qu’il adresse au gouvernement grec en nombre bien supérieur à ses concurrents directs, et celui de la mobilisation en sa faveur d’une impressionnante pléiade de personnalités françaises et étrangères. Alors que Tzitzinias et Petrokokkinos sont respectivement soutenus par l’ambassadeur grec à Paris (Michalis Soutzos) et par un important négociant de Nauplie (Velisarios Pavlidis), et que Sieveking et Hofer ont choisi de pétitionner directement deux membres du conseil de Régence (Armansperg et Maurer), Escalon peut revendiquer l’appui de plus d’une douzaine d’aristocrates et diplomates français, bavarois, autrichiens, anglais et hollandais34. On se gardera de sous-estimer l’importance de telles recommandations : sollicité par l’influent ambassadeur d’Autriche à Paris (Antoine Apponyi) pour intercéder en faveur d’Escalon auprès du conseil de Régence, Soutzos accepte ainsi de transmettre la pétition du marchand français, et ceci au risque d’affaiblir la candidature de Tzitzinias qu’il soutient35.

  • 36 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au comte d’Oppenheim (intendant général des troupes bavaroises à (...)

23Plus qu’une quelconque « compétence consulaire », une fidélité sans faille au nouveau pouvoir grec ou même une bonne implantation marseillaise, la victoire d’Escalon sanctionne donc un savoir-faire dans l’art délicat de la supplique, ainsi qu’une bonne appréhension des subtils rapports de force au sein de l’administration du jeune royaume de Grèce36.

La bataille pour Marseille, acte II : 1836

24Escalon est consul depuis un peu plus de deux ans lorsque reprend à l’hiver 1835 la bataille pour le poste marseillais, à la faveur d’une importante inflexion de la politique du gouvernement d’Athènes en matière de recrutement de son personnel diplomatique.

  • 37 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai 1834.
  • 38 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai et 8/20 juin 1834, et Rizos-Ner (...)

25Ce revirement intervient suite aux tensions qui apparaissent en 1834 au sein de la colonie grecque de Londres, suite à la nomination au poste de consul de Grèce du banquier Schaetzler, par ailleurs déjà représentant du royaume de Bavière. En mai 1834, « une députation de tous les négociants grecs établis dans cette capitale » expose ainsi à l’ambassadeur grec (qui n’est autre que l’ancien ministre Trikoupis) « la mortification qu’ils avaient éprouvée à la nomination à la place du consul de Grèce à Londres d’un homme qui n’était pas Grec »37. Convaincu de « l’inconvenance de faire occuper de pareilles places par des étrangers plutôt que par des Grecs toutes les fois que ceux-ci en ont les qualités requises », l’ambassadeur soutient l’idée d’un remplacement de Schaetzler par le très puissant négociant de Chio Pandias Rallis, une initiative qui n’aboutit finalement qu’à l’été 183538.

  • 39 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.
  • 40 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Tzitzinias, 13/25 décembre 1835. Cette dernière lettre c (...)

26Mais l’affaire a entre-temps trouvé un écho largement au-delà de la petite colonie londonienne, et contamine bientôt la donne marseillaise. Dénonçant « la jeunesse et l’exiguité de fortune » d’Escalon, son incompétence présumée ou encore son attitude ambiguë durant la guerre d’Indépendance, des négociants grecs du port provençal expriment ainsi le « vif sentiment de douleur » voire la « grande répugnance » que leur inspire le fait de voir le consulat de Grèce confié à un non-Grec39. Ceux que l’on présente comme « les chefs [des] riches maisons grecques » de Marseille, et dont les plaintes sont complaisamment relayées par le ministère auprès du roi, obtiennent le renvoi rapide d’Escalon et la nomination à son poste de Georgios Tzitzinias40. Le fait que ce remplacement ne corresponde pas à une sanction prise contre Escalon apparaît très clairement à travers la correspondance du ministère, qui s’efforce durant les semaines suivantes de calmer les soutiens de l’ancien consul :

  • 41 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Ioannis Kolettis (ambassadeur de Grèce à Paris) à Rizos-Neroulos, 26 janv (...)

Je ne puis vous dissimuler que le remplacement de Mr Escalon a causé un mécontentement général tant à la Cour [de Louis-Philippe] qu’au Ministère. À la Cour surtout, on ne l’a pas dissimulé, et toutes les personnes qui entourent leurs majestés m’en ont parlé. Je suis parvenu, mais non sans peine, à les convaincre que le Ministère Grec n’avait remplacé Mr Escalon que par des raisons générales de service, adoptées déjà pour Londres, et qu’il n’y avait rien de personnel dans cette destitution41.

  • 42 « Comme Marseille possède des maisons de commerce grecques qui par leur fortune et leur crédit jou (...)

27Déjà brandi par le ministère lors de la nomination d’Escalon (1833)42, l’argument de la nécessaire hellénisation du corps consulaire grec revêt deux ans plus tard une signification bien différente. Derrière les appels récurrents à ne pas blesser « l’amour propre national » des Grecs de Londres ou de Marseille se profile clairement une tentative d’alliance entre le pouvoir athénien et l’élite négociante et financière de la diaspora. Le ministre lui-même ne s’en cache pas, qui fait valoir au roi que

  • 43 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

La nomination de M. Zizinia au poste de ce Consulat sera non seulement hautement approuvée par ces derniers [« les sujets de Votre Majesté établis à Marseille »], mais elle le comblera de plaisir et aura d’ailleurs j’en suis certain les meilleurs résultats pour le service de Votre Majesté. On ne peut pas nier qu’il peut se présenter des circonstances où le gouvernement pourrait avoir le besoin de disposer à Marseille ou dans une autre place en France d’une somme de 200 à 300 mille francs. La Maison Zizinia pourra alors venir au secours du gouvernement et se servir de son crédit et de ses richesses en faisant une avance que ne comportent certes pas les fortunes ordinaires43.

  • 44 Dertilis 2005, t. I. Pour une utile synthèse francophone sur la question, voir Skopelitis et Zuffe (...)

28À l’évidence, Rizos-Neroulos voit donc dans le recrutement consulaire l’instrument d’un clientélisme d’État qui permettrait à la monarchie de s’attirer les faveurs de l’élite économique de la diaspora grecque, tout en transformant ce soutien politique en une garantie financière – une perspective évidemment cruciale à l’heure où l’économie du jeune État apparaît étroitement dépendante des nombreux prêts que lui consentent ses « puissances protectrices »44.

  • 45 Dalègre 1994, p. 31-40.
  • 46 Ainsi à Gênes le consul de Grèce informe-t-il les négociants Nikolaos Petrokokkinos et Stamatis Ro (...)
  • 47 Vogli 2007, p. 159-294 ; Skopelitis – Zufferey 2011, p. 297sq.

29Bien que progressivement élevé en principe cardinal, cet argument de la « nationalité » se heurte également à la réalité territoriale d’un royaume de Grèce alors limité au Péloponnèse, à la Grèce Centrale et aux Cyclades. On sait le rôle des terribles massacres de Chio (avril 1822) dans la mobilisation des opinions publiques européennes en faveur de la cause philhellène45. Pour autant, le fait que Tzitzinias à Marseille comme Rallis à Londres soient originaires de l’île ne fait aucunement d’eux des sujets de droit d’un royaume auquel Chio ne sera rattachée qu’en 191246. Quant aux efforts irrédentistes de la monarchie à destination des « Grecs de l’étranger », ils se trouvent partiellement entravés par l’opposition entre factions « autochtone » et « hétérochtone », dont les querelles autour de la définition des critères de nationalité grecque conditionneront durablement la distribution du pouvoir au sein du nouveau royaume47.

30Dès lors, l’argument de la « nationalité » tend à se confondre avec un « patriotisme » défini rétrospectivement à travers la participation à la guerre d’indépendance grecque. Sieveking et Escalon ne s’y trompaient donc pas, qui dès 1833 faisaient valoir leurs titres à cet égard. Quant au « repêchage » de Tzitzinias par le ministère, il provoque un véritable tollé parmi toute une frange de la colonie grecque de Marseille, qui n’a toujours pas pardonné au nouveau consul sa « trahison » de 1825. En mai 1836, Onze Grecs adressent ainsi une pétition à Othon Ier dans l’espoir qu’il revienne sur sa décision et ré-institue Escalon dans ses fonctions. Particulièrement virulent, le réquisitoire contre le nouveau consul est rédigé en grec, une originalité dans une documentation nettement dominée par le français, et qui pose en filigrane la question des limites linguistiques de l’acte même de la pétition, tant il est vrai qu’Othon Ier (comme du reste la quasi-totalité des membres du gouvernement d’Athènes) communique beaucoup plus aisément en allemand et en français que dans la langue de la plupart de ses sujets. Plus révélateur encore est le fait que les détracteurs de Tzitzinias ne se bornent pas à rappeler son attitude durant les années de guerre, mais remettent également en cause sa légitimité du point de vue de la nationalité :

  • 48 MGAE, 1836, 37/4, n.n, onze Grecs de Marseille au roi Othon Ier, 4 mai 1836. Tzitzinias a été natu (...)

M. Georgios Tzitzinias, qui se proclame illégalement sujet grec, est né sur l’île de Chio, au-delà de la ligne d’horizon du Royaume de Grèce ; et au lieu de s’employer à mériter par ses œuvres le titre et les droits de sujet grec, il a cru bon de se faire enregistrer comme Français48.

  • 49 La formule renvoie ici à l’importante analyse du cas des Grecs d’Égypte par Ilbert 1988, p. 139-16 (...)
  • 50 MGAE, 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août / 2 septembre 1836.
  • 51 Ibid.

31Plus que comme une simple controverse autour de la personne du consul, cet épisode se donne donc à lire comme un conflit de définition autour de « ce qui est Grec »49. Or la riposte du ministère témoigne une fois encore de l’évolution survenue durant les trois premières années d’existence du réseau consulaire grec. Le ministre tente certes encore une fois de laver Tzitzinias des soupçons dont il est l’objet, notamment en dénonçant « les accusations calomnieuses de quelques marins, mauvais sujets reconnus, battant les rues de Marseille et soudoyés à cet effet pour l’intrigue et la haine »50.Deux éléments marquent néanmoins une rupture dans le positionnement du ministère. D’une part, Rizos-Neroulos voit désormais le mobilisation marseillaise non comme un simple conflit local, mais comme le produit d’une cabale véritablement transnationale, « une intrigue dont les ramifications s’étend[ent] jusqu’à Athènes »51.Mais de manière plus essentielle à notre propos, le ministre se soucie en définitive moins de réfuter les charges qui pèsent contre son candidat, que d'imposer une nouvelle lecture de l’indispensable alliance entre l’État et « sa » diaspora :

  • 52 Ibid.

Lorsque j’ai eu l’honneur de proposer à Votre Majesté M. Georges Zizinia pour être nommé son consul à Marseille, je n’ai pas appuyé ma proposition sur les services rendus à la patrie par sa famille, mais sur sa qualité de Grec, sur ses richesses, sur son crédit et sur l’intérêt évident que le service public alloit retirer de cette mesure52.

  • 53 Ibid.
  • 54 L’opération, que Rizos-Néroulos tend à présenter comme un « don patriotique », est en réalité plus (...)

32Quant au critère du « patriotisme », il se trouve réduit au strict minimum, en vertu du (nouveau) principe selon lequel « les Grecs qui pendant la lutte de leur patrie se sont trouvés obligés de rester loin, ne pouvaient la servir que par des prêts ou dons en argent, en armes, en munitions etc »53.Tzitzinias, dont la famille a prêté à plusieurs reprises d’importantes sommes d’argent au gouvernement local de l’île de Chio54, ne saurait donc être considéré comme un traître, mais comme l’égal de ces Grecs de la diaspora qui ont activement soutenu les insurgés.

33Soutenu par son ministre et par l’élite du commerce local, membre incontournable de la petite colonie grecque de Marseille durant le second tiers du XIXe siècle, Georgios Tzitzinias occupera le poste de consul de Grèce dans la cité phocéenne jusqu’à sa mort, en 1868.

Conclusion

34Écrire l’histoire du premier réseau consulaire du royaume de Grèce reste un projet ambitieux que nous n’avons fait ici qu’effleurer, qui plus est au risque de généraliser le propos au détriment de la diversité et de la richesse des situations locales. On retiendra néanmoins de ce vaste tour d’horizon quelques axes d’analyse dont il nous semblerait intéressant de tester la pertinence à l’aune d’autres cas. Ainsi du rôle décisif des consulats dans la tentative de mainmise de l’État grec sur « sa » diaspora, au gré d’une négociation entre les deux parties qui participe à son tour du mouvement de formulation de définitions concurrentes de la « nationalité » (depuis la tentative de synthèse d’un « hellénisme » œcuménique, jusqu’aux nombreuses revendications de l’argument national cherchant à en exclure un certain nombre d’individus ou de groupes déterminés). Ainsi, également, de l’assujetissement de pans entiers du vaste chantier de structuration de l’appareil d’État grec aux conflits qui opposent les différentes factions de la cour othonienne, et qui percolent les oppositions alors en jeu au sein des différentes colonies de la diaspora grecque. Reste enfin l’essentiel, en ce qu’il fonde la matière même sur laquelle nous avons tenté de bâtir notre analyse : en l’occurrence cette intense production pétitionnaire et administrative à laquelle donne lieu l’attribution des postes consulaires, et qui dit à la fois l’importance de l’enjeu lui-même, l’étendue de la mobilisation qu’il suscite, et la large variété des stratégies de légitimation mises en œuvre par les acteurs. Parce qu’elle permet de pointer les mutations successives d’une « nationalité » qui échappe encore à tout effort de définition trop étroite, cette documentation engage enfin à penser à nouveaux frais la manière dont l’institution consulaire elle-même cristallise des ambitions concurrentes et des aspirations contradictoires, qui constituent autant d’entrées différentes sur la nature du lien entre l’État et ses sujets ou citoyens.

Annexe 14 - État des douze premiers représentants diplomatiques du royaume de Grèce nommés par Othon Ier, septembre 1833

35Source : MGAE, 1833, 35/1a, Consulats grecs (mesures générales), n.n., Trikoupis au chargé d’affaires bavarois, 14/26 septembre 1833.


Nom Lieu Titre
J. L. Faber Corfou Consul général
Adolphe d’Eichthal Paris Consul général
Gaetano Bellotti Naples Consul général
Pietro Bellotti Naples Vice-consul
Etienne Escalon Marseille Consul
Georges Sina Vienne Consul
Georges Durutti Ancône Consul
Michel Tossitza Alexandrie Consul
Stilianos Péroglou Candie/Héraklion Consul
Michel Schinas Smyrne/Izmir Consul
Théodore Valliano Salonique Consul
Michel Soutzo Prévéza Consul

Annexe 15 – Le réseau consulaire grec en 1842

36Source : Strong 1842, p. 128.


Consulats généraux Alexandrie, Amsterdam, Bucarest, Lisbonne, Livourne, Londres, Odessa, Naples, Paris, Stockholm, Vienne
Consulats Amsterdam, Ancône, aux îles Baléares, à Barcelone, Belfast, Beyrouth, Brême, Boston, Cadix, Civitavecchia, Cologne, Copenhague, Damiette, aux Dardanelles, Dublin, Gênes, Hambourg, Héraklion, Iaşi, Le Caire, Leipzig, Liverpool, Lübeck, Malaga, Malte, Marseille, Mayence, Messine, Moscou, New York, Prévéza, Salonique, Smyrne, Taganrog, Tabriz, Trieste, Tunis, Venise
Vice-consulats Alger, Algesiras, Edirne, Brindisi, Cagliari, Céphalonie, Corfou, Enez (auj. Thrace orientale), Falmouth, Galatz, Gibraltar, Héraklion, Brăila, Ioannina, Izmaïl (auj. Ukraine), Jaffa, Chania, Livourne, Naples, Nice, Palerme, Plymouth, Portoferraio, Rhodes, Semlin, Toulon, Tripoli, Volos, et Zante.

Annexe 16 – Étienne Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833

37Source : Archives du Ministère grec des Affaires étrangères, 1833, 37/4, Consulat de Grèce à Marseille, non folioté.

38J’ai l’honneur de solliciter auprès de Vos Excellences ma nomination à la place de Consul de Sa Majesté le Roi de la Grèce à la résidence de Marseille. Je présente avec confiance à la bienveillance de Vos Excellences les titres que j’ai en faveur de l’obtention de ma demande. Négociant expérimenté, né à Smyrne où je ne crains point de dire que ma famille a laissé des souvenirs honorables, je parle naturellement le grec avec facilité, je possède en outre plusieurs autres langues, et établi à Marseille après de longs voyages sur les bords de la Méditerranée, en Egypte et sur le Continent, j’ai rapporté des pays étrangers que j’ai parcourus des connaissances spéciales sur les intérêts du commerce en général que je serais heureux de pouvoir appliquer aux intérêts particuliers du commerce de la nation grecque. J’ose ajouter que mes opinions politiques, les relations que j’ai conservées dans tout le Levant et ma position sociale enfin, me laissent l’espoir de pouvoir représenter dignement à Marseille l’héroïque Grèce. J’ose me promettre de plus que les témoignages de quelques augustes personnes dont j’ai l’honneur d’être connu et protégé, de S.A.R. Madame la Princesse Adélaïde d’Orléans, de S.A.S. le Landgrave de Hesse-Hombourg, de l’illustre Amiral de Rigny, depuis quinze ans l’ami de ma famille, pourront mieux que les assertions contenues dans cette demande persuader à [sic] Vos Excellences que je saurais justifier la préférence qu’elles daigneraient m’accorder. Je me réclame de même avec une égale confiance de M. le Baron Rouen qui m’a permis de compter sur son appui, de M. l’Amiral Hugon, et à Constantinople de M. l’Amiral Roussin Ambassadeur de France et de M. le Baron Sturmer Ambassadeur d’Autriche, et à Smyrne de M. Fauvel ancien Consul de France à Athènes, et de tous les autres Consuls et particulièrement ceux d’Angleterre, des Pays-Bas, de France. Je m’enorgueillis aussi d’avoir à m’autoriser du nom de feu le Comte Jean Odonell Chambellan et ami du feu Roi de Bavière et dont la veuve trouve bon que j’invoque le souvenir. Et pour compléter mes titres, peut-être ne serait-il pas déplacé que je fisse mention ici des secours généreux et de l’asile gratuit que mon père a prodigués aux malheureux fugitifs au commencement de la Révolution, sacrifices, au reste, qu’un sentiment de devoir et d’humanité a seul dictés, mais que Vos Excellences sauront apprécier néanmoins.

Annexe 17 – Michail Soutzos (ambassadeur de Grèce à Paris) au comte Antoine Apponyi (ambassadeur d’Autriche à Paris), 17 février 1833

39Source : Archives du Ministère grec des Affaires étrangères, 1833, 37/4, Consulat de Grèce à Marseille, non folioté.

40J’ai eu l’honneur de recevoir la lettre que Votre Excellence a bien voulu m’écrire pour me recommander la pétition de M. [i.e. Étienne] Escalon à la Régence Royale de Grèce et j’ai aussi lu la lettre à ce sujet de Madame la Comtesse d’Appony. Je vous prie, Monsieur le Comte, de vouloir bien me mettre aux pieds de Madame la Comtesse et lui dire de ma part que si la demande de M. Escalon me fut parvenue un mois plus tôt, et dépendait de ma seule décision, le seul nom de Madame la Comtesse d’Appony aurait suffi pour lever toutes les difficultés que cette affaire pouvait rencontrer, mais que ma loyauté ne me permet pas de lui taire qu’il y a près d’un mois que le chef d’une des maisons très honorables de commerce grecque à Marseille [i.e. Georgios Tzitzinias] m’avait adressé une pétition pareille pour la Régence Royale et que par devoir je l’ai mise sous les yeux de mon gouvernement en l’appuyant d’un rapport favorable ad hoc. J’ajouterai cependant à Votre Excellence que pour ne pas nuire à M. Escalon en laissant mon gouvernement ignorer sa demande et les droits sur lesquels il croit pouvoir la fonder, et comme je sais positivement que la Régence n’a pas encore pris des déterminations sur l’organisation des agents consulaires dans les ports des différentes puissances, je m’offre avec plaisir de lui soumettre la pétition de M. Escalon en vous avouant cependant avec ma franchise ordinaire que je me flatte sera appréciée par Votre Excellence et par Madame la Comtesse, que je ne pourrai pour la raison précitée l’appuyer d’une manière plus particulière comme je me serais empressé de le faire avant mon dernier rapport.

Annexe 18 – Étienne Escalon au comte d’Oppenheim (intendant général des troupes bavaroises à Munich), 25 février 1833

41Source : Archives du Ministère grec des Affaires étrangères, 1833, 37/4, Consulat de Grèce à Marseille, non folioté.

42[…] Présenté et recommandé par vous, Monsieur le Comte, n’est-ce pas plus qu’il n’en faut pour m’attirer la faveur du Conseil de Régence et mériter la préférence de son choix que j’ambitionne tant ? Je ne me dissimule pas cependant que j’aurai à lutter contre de nombreux concurrents dont un [i.e. Georgios Tzitzinias] même s’autorise de la protection particulière du Prince Soutzo qui a accompagné sa candidature d’un rapport ad hoc, mais votre influence suffira, j’espère, pour m’aider à l’emporter sur mes compétiteurs. »

Annexe 19 – Étienne Escalon au comte von Armansperg (président du conseil de Régence de Grèce), 28 février 1833

43Source : Archives du Ministère grec des Affaires étrangères, 1833, 37/4, Consulat de Grèce à Marseille, non folioté.

44J’entends dire que le Consul de Danemarck [i.e. Guillaume Sieveking] qui vient aussi d’obtenir le Consulat de Bavière, aspire en outre à celui de la Grèce. Sans chercher à rabaisser le mérite de qui que ce soit, je n’hésite pas d’avancer cependant dans cette occasion que ce n’est point l’homme qui convient, ne fut ce qu’à cause de la difficulté qu’il aurait de s’entendre avec les nationaux par suite de son ignorance des langues et tout à la fois des intérêts qu’il serait amené à représenter. Le candidat que le Prince Soutzo a proposé [i.e. Georgios Tzitzinias] ne réunit pas non plus, sous d’autres rapports, les conditions essentielles. Enfin sans avoir la présomption de me donner comme l’unique, je me flatte que mes compétiteurs même ne me refuseront pas au moins l’avantage d’une position qui met à ma portée les moyens de rendre successivement au commerce et à la navigation des services que je m’abstiens de trop faire valoir d’avance, mais mes liaisons avec des personnes haut placées sont connues et par suite je conserve avec les autorités maritimes principalement et avec les emploiés [sic] du gouvernement des relations sur le meilleur pied.

Annexe 20 – Édit royal d’Othon Ier, 3/15 août 1833

45Source : Archives du Ministère grec des Affaires étrangères, 1833, 37/4, Consulat de Grèce à Marseille, non folioté.

46Savoir faisons : qu’ayant jugé utile à notre service et aux intérêts de nos sujets d’établir un Consul à Marseille, nous avons, sur le compte qui nous a été rendu des bonnes qualités du sieur Étienne Escalon choisi le dit sieur […] et l’avons nommé […] notre Consul à Marseille.

Notes

1 Georgis 1995 ; Vogli 2007, p. 258sq.

2 Durant la période étudiée, trois ministres se succèdent au portefeuille des Affaires étrangères (que les deux premiers cumulent avec la charge de Premier ministre) : Spyridon Trikoupis de janvier à octobre 1833, Alexandros Mavrokordatos d’octobre 1833 à mai 1834, et Iakovos Rizos-Neroulos de mai 1834 à février 1837.

3 Le terme de « colonie » s’applique ici à un groupe démographique déterminé, tandis que celui de « communauté » designe le produit de la construction et de la conscience d’un « être-ensemble » au sein d’un groupe social donné, et postule donc l’existence, parmi les acteurs historiques, d’un sentiment – même implicite – d’appartenance à une entité collective, dont les frontières ne recouvrent pas automatiquement celles du groupe démographique ou du corps politico-juridique.

4 Sur les « grands drogmans » du Divan ottoman, voir Hitzel 1997. Sur la réforme de la diplomatie ottomane initiée par Sélim III dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, voir Naff 1963, p. 295-315 ; Kürkçöğlu 2004, p. 131-150 ; Işiksel 2014, p. 43-55.

5 Cicanci 1985, vol. 1, p. 77-90 ; Stoianovich 1960, p. 234-313 ; Katsiardi-Hering 2012, p. 127-140.

6 Papageorgiou 2004 ; Dertilis 2005, vol. 1 ; Petropulos 1968.

7 Chatziioannou 2008, p. 1-14.

8  Gardika 1972.

9 Ministère grec des Affaires étrangères (MGAE), 1833, 35/1a, n.n., Trikoupis au chargé d’affaires bavarois, 14/26 septembre 1833.

10 Outre le poste maltais auquel échoit la première patente consulaire émise en mars 1833 mais qui ne figure pas dans cette liste, on a en effet connaissance de consuls grecs actifs à « Montpellier et Cette [sic] » ainsi qu’à Cadix avant le mois de septembre. MGAE, 1833, 37/4, n.n., Sieveking (consul de Bavière à Marseille) à Trikoupis, 4/15 avril 1833 ; ibid., 35/1b, n.n., Modèles de lettres patentes, 3/15 août 1833 (mention d’un certain « W. Pye consul à Cadix »).

11 Traité d’amitié et d’alliance entre la Bavière et la Grèce, 1er novembre 1832, art. 11, reproduit in Lesur, 1834, p. 181. Voir MGAE, 1833, 37/6, Trikoupis à Othon Ier, 12/24 octobre 1833 : « M. [Enrico Rodolfo] Gebhardt, consul de S.M. bavaroise dans cette ville, est chargé provisoirement en vertu du traité entre les deux cours, de veiller aux intérêts commerciaux des sujets de Votre Majesté ».

12 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833 ; ibid., 1833, 37/10, Antoine Cornet (consul de Bavière à Venise) à Trikoupis, 23 juillet 1833.

13 Vogli 2007, p. 259.

14 MGAE, 1834, 36/7, n.n., Rizos-Neroulos à Konstantinos Zographos (ambassadeur de Grèce à Istanbul), 3/15 septembre 1834 ; ibid., 39/5, n.n., « Noms de tous les candidats qui se sont présentés pour occuper les Consulats et Vice Consulats vacants en Turquie », s.d.

15 Ibid., 1827, 53/1c, n.n., Jean-Gabriel Eynard au Gouvernement provisoire grec, 7 juillet 1827.

16 Ibid., 1835, 44/2, n.n., Jean-Pierre Mages au comte Armansperg (président du conseil de Régence du royaume de Grèce), 22 juin 1835.

17 Stephens 1838, vol. 1, p. 257.

18 Chatziioannou 2008 ; Chatziioannou 2003, p. 75-84.

19 On s’écarte donc ici de l’analyse de Driault – Lhéritier 1925-1926 (vol. 2, p. 111-112), qui voient dans le réseau consulaire grec de 1834 un « réseau serré » et très fortement intégré de « départements », consulats généraux, consulats et vice-consulats.

20 MGAE, 1833, 35/1a, n.n., « Instructions générales à donner à touts [sic] les agents consulaires nommés par le Gouvernement de Sa Majesté le Roi de Grèce à des pays étrangers », jointes à une lettre du 9/21 avril 1833. L’assistance logistique, administrative et juridique dûe aux ressortissants et aux navires « nationaux » n’est évoquée que dans les articles suivants. Le chapitre II règle pour sa part les « devoirs des sujets envers les consuls », tandis que le chapitre III établit les « devoirs des capitaines envers les consuls ».

21 Ibid., n.n., « Instructions pour les Consuls du Royaume de Grèce à l’étranger », jointes à une lettre non datée. La question confessionnelle est ici reléguée (sous une forme très édulcorée) au cinquième article du deuxième chapitre, qui établit que « les Consuls doivent protéger et faire respecter la Religion du Culte grec et ses Ministres, autant que le permettent les lois et les usages, dans le pays où ils résident ».

22 Grenet 2016, p. 381-383.

23 MGAE, 1834, 37/10, n.n., édit royal, 1/13 août 1834 ; Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 180 et 225.

24 MGAE, 1833, 37/4, n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833 ; ibid., n.n., Le même à Othon Ier, 1er juin 1833.

25 Regierungsblatt für das Königreich Bayern, 1833, n° 11 (9 mars 1833), col. 232.

26 Sur les activités commerciales et maritimes des Grecs de Marseille au début des années 1830, voir Mandilara 1998, p. 135-136 et 204-209.

27 MGAE, 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833.

28 Loukos 2007, p. 61-75. Trajectoire intéressante que celle de ce personnage, à la fois ancien vice-consul ottoman à Marseille et ancien membre de la société patriotique grecque Philiki Etaireia.

29 Grenet 2016, p. 370-375.

30 Échinard 1973, p. 199-200.

31 MGAE, 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833. Petrokokkinos faisait quant à lui partie en avril 1825 des vingt premiers souscripteurs d’une « Association philanthropique en faveur des Grecs » établie à Marseille sur le modèle du Comité grec de Paris ; Tsilis 2000, p. 213-217.

32 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833 ; ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

33 Ibid., 1833, 37/4, n.n., édit royal, 3/15 août 1833 ; ibid., 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833 (Trikoupis s’y déclare favorable à la candidature de Petrokokkinos).

34 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833.

35 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Soutzos à Apponyi, 17 février 1833.

36 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au comte d’Oppenheim (intendant général des troupes bavaroises à Munich), 25 février 1833.

37 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai 1834.

38 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai et 8/20 juin 1834, et Rizos-Neroulos à Othon Ier, 20 décembre 1834/1er janvier 1835 ; Ibid., 1835, 39/1, n.n., Édit royal, 8/20 août 1835.

39 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

40 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Tzitzinias, 13/25 décembre 1835. Cette dernière lettre contient une précieuse mise au point concernant l’étendue de la juridiction du consulat marseillais, « sur tout le littoral sud de la France, sur la Corse et sur les possessions françaises sur le littoral nord de l’Afrique ».

41 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Ioannis Kolettis (ambassadeur de Grèce à Paris) à Rizos-Neroulos, 26 janvier 1836.

42 « Comme Marseille possède des maisons de commerce grecques qui par leur fortune et leur crédit jouissent d’une grande considération dans le pays, on ne saurait ce me semble leur en préférer d’autres sans blesser leur amour-propre, et sans humilier leur nationalité aux yeux de l’Étranger. Guidé par ces motifs, j’ai du porter mon attention sur les deux derniers candidats MM. Zizinia et Petrocokino, attendu que M. Escalon quoique né à Smyrne, est d’origine française, jouissant à ce titre de la protection de ce Gouvernement. » Ibid., 1833, 35/1b, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833.

43 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

44 Dertilis 2005, t. I. Pour une utile synthèse francophone sur la question, voir Skopelitis et Zufferey 2011, p. 264-270.

45 Dalègre 1994, p. 31-40.

46 Ainsi à Gênes le consul de Grèce informe-t-il les négociants Nikolaos Petrokokkinos et Stamatis Rodokanakis de la promulgation d’une nouvelle loi par le gouvernement d’Athènes, « quoique comme Sciotes ils n’appartiennent pas au Royaume de la Grèce » ; MGAE, 1836, AAK G 2, n.n., Paul Balduino à Rizos-Neroulos, 28 juillet/4 août 1836.

47 Vogli 2007, p. 159-294 ; Skopelitis – Zufferey 2011, p. 297sq.

48 MGAE, 1836, 37/4, n.n, onze Grecs de Marseille au roi Othon Ier, 4 mai 1836. Tzitzinias a été naturalisé français en 1833 ; Échinard 1973, p. 288.

49 La formule renvoie ici à l’importante analyse du cas des Grecs d’Égypte par Ilbert 1988, p. 139-160.

50 MGAE, 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août / 2 septembre 1836.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 L’opération, que Rizos-Néroulos tend à présenter comme un « don patriotique », est en réalité plus complexe : il s’agit en l’occurrence d’une série de quatre prêts consentis au conseil de gouvernement (démogérontie) de l’île de Chio en 1827-1828, pour un montant total de 3 000 tallaris d’Espagne, et remboursables « après la reprise de l’île sur l’ennemi et la consolidation de son indépendance ».

Auteur

mathieugrenet@gmail.com

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable