Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 3 – L’institution consulaire en Méditerranée, des stratégies commerciales différenciées

Le réseau consulaire des États-Unis en Méditerranée, 1790-1815 : logiques étatiques, logiques marchandes ?

Silvia Marzagalli

Texte intégral

  • 1 American State Papers, Foreign Relations, vol. 1, n° 44, Report of the Secretary of State relative (...)

1La proclamation de l’indépendance des États-Unis introduit dans l’espace méditerranéen un nouvel acteur politique. Late-comers du point de vue des relations internationales, les Américains fréquentent toutefois la mer Intérieure de manière régulière depuis plusieurs décennies. D’après un rapport présenté par Thomas Jefferson en 1790, les Treize colonies auraient expédié à l’époque coloniale entre 80 et 100 navires chaque année en Méditerranée, qui auraient écoulé environ un sixième des exportations de céréales et un quart du produit des pêches nord-américaines. Ces trafics excédentaires permettaient ensuite aux capitaines de se rendre en Grande-Bretagne avec des produits méditerranéens, avant de rentrer chez eux chargés de produits manufacturés. L’espace méditerranéen dégageait ainsi des profits qui contribuaient à rééquilibrer une balance commerciale déficitaire avec la métropole. L’intégration de ces circuits, permise par l’appartenance à l’empire britannique, cesse avec l’indépendance des Treize colonies, et les Américains doivent désormais concevoir des stratégies commerciales différentes, tout en se positionnant de manière autonome sur l’échiquier des relations internationales1.

  • 2 Kennedy 1990, p. 14.
  • 3 Ainsi, après s’être appuyés au cours de la guerre d’Indépendance sur un négociant français à Salé, (...)

2La mise en place d’un réseau consulaire dans les années 1790 répond avant tout à l’exigence de donner aux capitaines et aux armateurs nord-américains des relais pour défendre leurs intérêts, et faciliter ainsi la navigation et les transactions commerciales. L’indépendance a en effet privé les négociants et capitaines étasuniens de la protection dont ils bénéficiaient en tant que sujets britanniques. En Méditerranée, leurs navires sont désormais vulnérables aux attaques barbaresques, même si les armateurs s’évertuent à les pourvoir de faux passeports britanniques2. Pour sécuriser le commerce et la navigation, la nouvelle classe dirigeante américaine doit se frayer un chemin dans un espace dont elle ne maîtrise pas toutes les normes. Elle le fait en suivant un schéma bien rodé par les Nordiques qui les ont précédés, dont les clés de voûte sont la négociation diplomatique, la présence navale et le système consulaire. Dans les cas des États-Unis, leur déploiement semble se faire en s’appuyant sur les compétences locales qu’ils parviennent à mobiliser, qu’il s’agisse de négociants bien au fait des réalités commerciales, de consuls d’autres nations ou encore de banquiers capables de fournir rapidement les sommes dont le gouvernement américain a besoin pour pacifier ses relations avec les Barbaresques3. L’existence même du système consulaire étasunien repose largement, comme nous le verrons, sur des hommes déjà en place, aux nationalités et aux identités variées.

  • 4 Kitzen 1996 ; Folayan 1972.
  • 5 Kitzen 1996, p. 624 ; Field 1991, p. 32-36. Le coût de la guerre contre Tripoli dans la seule anné (...)

3Au milieu des années 1790, une série de traités avec les régences barbaresques met pour un temps les navires américains à l’abri du risque de capture. Ces accords sont onéreux : celui avec Alger, qui prévoit aussi la libération d’une centaine d’esclaves américains, absorbe l’équivalent de 17 % des recettes fédérales annuelles. La paix est également fragile : celle avec Tripoli est compromise par une suite d’erreurs diplomatiques, nées de la méconnaissance des réalités locales4. Elle entraîne de 1801 à 1805 les États-Unis dans un conflit qui leur coûte plus de quatre millions de dollars5. On assiste alors à l’arrivée en Méditerranée d’unités navales américaines, chargées de protéger la navigation et d’exercer une pression sur les régences. Mais au quotidien, c’est avant tout l’établissement d’un réseau consulaire dans les ports méditerranéens qui est censé protéger les intérêts des négociants et des armateurs étasuniens, et ce d’autant plus qu’à partir de 1793 la guerre franco-britannique entraîne son cortège de difficultés.

  • 6 J’ai pu prouver la multiplication par trois du nombre de navires nord-américains en Méditerranée e (...)

4Ce conflit européen est sans doute la cause principale de l’extension du système consulaire des États-Unis en Méditerranée, et ce à double titre. Grâce à leur neutralité, les Américains profitent d’opportunités accrues de profit : d’après mes estimations provisoires, le nombre de leurs navires présents en Méditerranée a été multiplié par cinq6. L’accroissement du nombre de postes consulaires reflète tout d’abord l’extension de la navigation américaine, qui assure désormais également des services de transports intra-méditerranéens. Mais la guerre accroît aussi les risques, ce qui impose une présence plus dense d’agents consulaires pour assurer le respect du pavillon et défendre au mieux la neutralité américaine face à l’avidité des belligérants européens. Il convient dès lors de regarder de plus près la géographie des consulats américains en Méditerranée dans ce contexte particulier, et le choix des hommes nommés pour les pourvoir, dans la mesure où ils peuvent nous permettre de comprendre les logiques sous-jacentes à l’établissement des réseaux consulaires.

L’établissement du réseau consulaire américain…

  • 7 Sur le service consulaire américain, voir Kennedy 1990, p. 26-36 et 57-65.

5En se focalisant presque exclusivement sur les relations avec les Barbaresques et sur la politique internationale, l’historiographie étasunienne a négligé l’un des principaux dispositifs mis en place par le gouvernement des États-Unis pour accompagner l’épanouissement des relations commerciales en Méditerranée, à savoir l’établissement de postes consulaires7.

  • 8 Jay parvient en 1786 à faire rejeter la convention par le Congrès : Kennedy 1990, p. 10-11.
  • 9 Journal of the Continental Congress, vol. 29, p. 831-833, Jay au Congrès, 13 octobre 1785. Sur Liv (...)

6L’opportunité d’établir des consulats dans les principaux ports avait été suggérée à plusieurs reprises dans les années 1780 par différents représentants des États-Unis envoyés en Europe. En 1785, le Secrétaire d’État aux Affaires étrangères John Jay avait même présenté au Congrès ses propositions concernant le choix des postes à ouvrir. Preuve d’une volonté de penser le service consulaire comme un système, son rapport reflète également une certaine méconnaissance des réalités commerciales, dans la mesure où, en Méditerranée, il n’évoque que Malaga, Alicante et Barcelone, alors que les trafics avec Livourne sont à cette époque déjà soutenus. Pour la France, il envisage d’attendre l’issue de la convention signée par Franklin et Vergennes à Paris en juillet 1784, à laquelle il est personnellement opposé8. Pour le reste, il préconise d’attribuer aux ministres résidant à Madrid et Lisbonne le titre de consul général, limitant ainsi au maximum la nomination d’un personnel consulaire spécifique : « Whether the present commerce of the United States […] calls for Consuls immediately ; your secretary cannot determine with certainty, he rather thinks they might at present be dispensed with »9.

  • 10 Quelques agents consulaires avaient toutefois été nommés pendant la guerre d’Indépendance américai (...)
  • 11 Kennedy 1990, p. 20. En 1830, les États-Unis disposent de 62 postes consulaires dans la seule Euro (...)

7Les diverses candidatures spontanées qui affluent durant ces années vers les hommes au pouvoir demeurent ainsi largement sans suite : ce n’est qu’à partir de la fin de la Confédération que le système consulaire américain se structure10. Il s’étend alors d’autant plus rapidement qu’il ne coûte pas cher : après quelques atermoiements au début de la Confédération, il a été décidé que les consuls ne recevraient en effet aucun émolument, à l’exception de ceux en poste dans les régences barbaresques. Ainsi, le gouvernement des États-Unis crée une soixantaine de postes consulaires dans la décennie 1790, dont deux-tiers en Europe. Avec 15 postes, la Méditerranée apparaît indéniablement comme une région importante. Plus tardif que celui des autres pays européens, le système consulaire américain dispose rapidement d’un maillage relativement dense, bien que son dispositif couvre des espaces très vastes, allant des Antilles à l’Europe et s’étendant jusqu’à Canton11.

  • 12 Kennedy 1990, p. 21.
  • 13 Marzagalli 2015.

8En attendant une loi cadre, le secrétaire d’État Thomas Jefferson demande, en août 1790, aux consuls fraîchement nommés de lui adresser un rapport tous les six mois sur la navigation américaine et de lui transmettre toute information d’ordre militaire, politique ou commercial jugée intéressante12. On retrouve ainsi, de manière classique, ce mélange de fonctions, incluant le rôle d’informateur, qui caractérise les attentes des différents gouvernements à l’égard de leurs consuls13. Le règlement qui spécifie les tâches consulaires, promulgué le 14 avril 1792, jette les bases du service consulaire américain pour plus d’un demi-siècle. Il prescrit entre autres, et là aussi sans grande originalité, le fait que le consul reçoive les protêts maritimes, authentifie les copies de documents, protège les intérêts des propriétaires de navires et de cargaisons en cas de naufrage, prenne soin des marins américains malades, prisonniers ou naufragés, et supervise les ventes de navires américains à l’étranger afin que les équipages soient payés et puissent renter aux États-Unis. Une partie considérable du règlement est consacrée à la protection des gens de mer.

  • 14 Field 1991, p. 56-57. Barnes – Morgan 1961, p. 62.

9Les compétences consulaires évoluent dans le temps, en fonction des besoins. À partir de l’arrivée en Méditerranée de l’escadre navale américaine en 1801 et jusqu’à son départ en 1807, les consuls sont par exemple chargés de lui prêter main forte, bien que pour cette tâche le service consulaire soit rapidement doublé par des commissaires de marine nommés dans des endroits stratégiques, comme Malte, Syracuse, Naples et Palerme (1803), puis Port Mahon (1807)14.

  • 15 Le poste consulaire de Venise est créé en juillet 1797, quelques mois à peine avant la fin de la R (...)

10La géographie des consulats reflète les perceptions des hommes politiques américains quant à l’importance des différentes places commerciales méditerranéennes, et son évolution dans le temps. La localisation des premiers postes consulaires américains dans les années 1790 n’a rien de surprenant : outre Malaga, Alicante, puis Barcelone, on retrouve les principaux ports du bassin occidental de la Méditerranée, à savoir Marseille, Gênes, Livourne et Naples, ainsi que Gibraltar, utilisé comme escale après la traversée atlantique, ou avant le retour en Amérique. La décision d’ouvrir un consulat à Venise et à Trieste en 1797 témoigne déjà des changements en cours provoqués par le conflit franco-britannique initié en 1793 : l’expansion française en Méditerranée et l’établissement des républiques-sœurs dans la péninsule italienne ont déplacé les trafics vers l’Adriatique, par où l’on s’efforçait d’introduire les produits manufacturés britanniques en Europe continentale15. L’ouverture des consulats à Tanger, Alger, Tunis et Tripoli, après la ratification des traités de paix, vise à sécuriser la navigation américaine en Méditerranée par une présence diplomatique permanente dans les régences et au Maroc.

Fig. 1 – Les consulats des États-Unis en Méditerranée, 1790-1815.

Fig. 1 – Les consulats des États-Unis en Méditerranée, 1790-1815.
  • 16 Les nouvelles rapportées par un capitaine rentré à Newburyport depuis Malte en septembre 1807 évoq (...)
  • 17 Marzagalli 2011, p. 96-97.
  • 18 Port Mahon accueille à partir de 1809 une dizaine de navires américains par an, provenant en parti (...)

11Dans la première décennie du XIXsiècle, le réseau consulaire américain se densifie, s’étend aux îles de la Méditerranée occidentale, voire au Levant. Les consuls sont appelés à assister les capitaines et marins des navires américains capturés par les Britanniques, amenés à Palerme et à Malte notamment16. Ces consulats, toutefois, peuvent aussi offrir un appui pour les activités commerciales se déroulant à l’abri du regard des belligérants, à une époque où Napoléon contrôle le continent : c’est vraisemblablement le cas en Sardaigne, où François Navoni agit en qualité de consul garant des pays qui ne disposent pas de consuls patentés. En effet, en croisant les données issues des registres consulaires pour reconstituer les itinéraires effectués par les navires américains, il a été possible de repérer des cas où Cagliari sert d’escale dans des trafics autrement interdits entre la Sicile (sous contrôle britannique) et Marseille17. Gibraltar, Malte, la Sicile et Port Mahon accueillent également des navires américains en provenance des îles Britanniques, dont les cargaisons sont en partie destinées à pénétrer sur le continent européen18.

…et ses hommes

  • 19 L’importance des répondants est confirmée par la réponse donnée par le secrétaire d’État Pickering (...)

12La mise en place du réseau consulaire américain se fait avec un personnel qui n’a pas reçu de formation spécifique, nommé en fonction de sa bonne réputation, à partir souvent d’une candidature spontanée associée à des lettres de recommandation ou à la connaissance personnelle d’hommes au pouvoir19.

  • 20 La résolution du Congrès du 16 mars 1784 réserve explicitement toute charge consulaire et vice-con (...)
  • 21 Carrière 1973, vol. 2, p. 926.
  • 22 « Memorandum from Thomas Jefferson, 28 February 1793 », Sternberg Patrick – Pinheiro 2005, p. 232- (...)
  • 23 NARA, RG 59, Cagliari, microfilm T 187.
  • 24 Antonucci 2010. La nationalité française de Mathieu est confirmée par Rovinello 2009, p. 43 et 72. (...)

13Force est de constater, tout d’abord, que contrairement à ce qui était prescrit, les consuls nommés dans les années 1790 ne sont pas nécessairement des citoyens américains20. La plupart sont des négociants respectables, déjà établis dans les villes dont ils deviennent les consuls. Étienne Cathalan, nommé à Marseille en 1790, est issu d’une famille négociante originaire de Nîmes qui a fait fortune dans le port phocéen dans la seconde moitié du siècle21. Michel Murphy, nommé à Malaga en 1793, est un Irlandais qui réside en Espagne depuis 1753, alors que son successeur, William Kirkpatrick, est Écossais22. L’Anglais James Simpson est déjà consul russe à Gibraltar lorsque les États-Unis lui confient leur consulat, avant de le muter deux ans plus tard au Maroc : il est alors remplacé par John Gavino, qui n’est pas de nationalité américaine, pas plus que François de Navoni, qui exerce à Cagliari, d’où il supplie pendant des années l’attribution des patentes23. Le Français Giovanni Sabino Michele Mathieu est nommé à Naples en 1796, et reste en poste en dépit de l’hostilité croissante de nombreux négociants américains, qui en demandent le renvoi dès 1803. Il n’est remplacé qu’à la fin de l’année 1805 par Frederick Degen, natif prussien24.

  • 25 Whipple 1991, p. 316 ; Naval Documents 1939-1944, vol. 3, p. 339, Edward Preble au secrétaire d’Ét (...)
  • 26 Castagneto 2010, p. 107-108.
  • 27 NARA, RG 84, Genoa, lettre d’Edward Caffarena, 7 novembre 1807 à Madison, accessible en ligne : ht (...)

14Le recours à des locaux ne met par ailleurs pas à l’abri des déconvenues. À Rome, on nomme un Romain, Giovanni Battista Sartori, qui part toutefois aux États-Unis en confiant la responsabilité consulaire à son père et à son frère. Le Maltais Joseph Pulis, nommé à La Valette en 1802, s’attire de son côté les foudres du commodore Preble, non seulement car il ne parle pas un mot d’anglais, mais aussi et surtout car il laisse s’empiler chez lui les lettres qu’il est censé acheminer : même s’il est jugé « very inattentive to our concerns »25, il reste à son poste. Frederick Hyde Wollaston, un Britannique qui réside à Gênes depuis déjà quelques années, est nommé consul des États-Unis – son vice-consul, Joseph Walsh, est lui aussi un sujet britannique26 – jusqu’à ce qu’il faille le remplacer suite à sa banqueroute : le choix porte alors sur l’Américain John M. Goetschius, nommé fin novembre 1803. Ce dernier décède toutefois de fièvre jaune à Cadix dix mois plus tard, en route vers son affectation. Peter Kuhn junior, fils d’un négociant américain, lui succède alors, jusqu’à ce qu’il ne soit expulsé de la ville : le consulat est alors confié à son vice-consul, Edward Caffarena, fort probablement génois27.

  • 28 Comme l’atteste une lettre à John Adams du 23 avril 1783, dans laquelle il sollicite le poste de c (...)
  • 29 NARA, RG 59, Cette (Sète), microfilm T 379.
  • 30 Childs, éditeur du Daily Advertiser au milieu des années 1780, journal new-yorkais proche des fédé (...)

15Les consuls nommés en Méditerranée par les États-Unis dans les années 1790 qui acceptent le poste et qui exercent leur charge ne sont donc qu’exceptionnellement de nationalité américaine, du moins pour les postes en chrétienté : le négociant Robert Montgomery, nommé consul à Alicante en 1793, est la seule exception à ma connaissance, mais il réside déjà depuis au moins dix ans sur place au moment de son affectation28. Aussi, les hommes sur place semblent davantage enclins à y prendre leurs fonctions que ceux qui résident aux États-Unis ou ailleurs au moment de leur nomination : Peter Walsh, nommé à Sète fin 1805, y réside depuis plusieurs années déjà, alors que son prédécesseur James Anderson, originaire de Caroline du Sud, est resté à Paris pendant trois ans après avoir reçu sa nomination, et lorsqu’il rejoint enfin son poste en juin 1805, il le quitte aussitôt29. Francis Childs, nommé à Gênes en 1797, à la veille il est vrai d’un changement politique majeur dans la République, ne prend pas non plus ses fonctions30.

  • 31 Ainsi, la principale maison de négoce à Livourne qui fait affaire avec les États-Unis au tournant (...)

16Il est probable que le gouvernement des États-Unis procède à la nomination de ses consuls à partir des candidatures reçues, après avoir vérifié les références des candidats : l’absence d’émoluments rend toute autre option difficilement viable. Cela limite fortement le choix et oblige à avoir recours à des hommes issus d’horizons différents, dans la mesure où les Américains ne disposent pas d’un tissu négociant dense en Méditerranée qui aurait pu assurer la charge consulaire. Les Américains se sont en effet largement appuyés à l’époque coloniale sur des maisons de négoce britanniques, mieux à même d’effectuer les remises sur Londres des profits engrangés en Méditerranée31. Ce n’est qu’une fois que les relations avec les Barbaresques ont été pacifiées que les négociants nord-américains peuvent véritablement envisager des stratégies migratoires pour profiter au mieux des opportunités ouvertes par le conflit franco-britannique.

  • 32 Marzagalli 1999, p. 229.
  • 33  Antonucci 2010 ; Codignola 2010, p. 34-35.

17Une plus grande propension à nommer des Américains semble toutefois se dégager au fil des années. Parfois, les nominations de citoyens étasuniens interviennent suite à une faillite du titulaire (Gênes), ou au fait que celui-ci n’est jamais entré en fonction, comme à Trieste, où le consul de Suède Conrad Frederick Wagner, nommé en 1797, ne semble avoir jamais pris service. Ce dernier est remplacé en 1799 par John Lamson, un Américain qui met par ailleurs presque deux ans pour se rendre à son poste. À Livourne, véritable plaque tournante du commerce américain en Méditerranée, Filippo Filicchi est remplacé en 1798, sans qu’il ait pourtant donné des raisons d’insatisfaction et sans que sa réputation ne soit par ailleurs entachée, car le négociant toscan est pressenti comme maire au lendemain de l’annexion de la ville à l’Empire napoléonien32. Le poste consulaire passe ainsi à Thomas Appleton, issu d’une famille du négoce bostonien, mais surtout protégé de Jefferson, qu’il a rencontré à Paris dans les années 178033. La tendance à nommer des Américains connaît par ailleurs des exceptions, et si Joseph Barnes, nommé consul en Sicile en 1802, est un ressortissant des États-Unis, les deux consuls qui le remplacent en 1805, à Palerme et à Messine, sont des négociants britanniques.

  • 34 Sur l’extraordinaire parcours de ces deux captifs, capturés en 1785 à bord de deux navires américa (...)
  • 35 La capture d’un navire américain par un corsaire de Salé en 1784 n’est due qu’à l’absence d’une ré (...)
  • 36 Kitzen 1996, p. 608. Cathcart rejoint son poste le 1er avril 1799 (ibid., p. 612).

18Au Maroc et dans les régences barbaresques, en revanche, les consuls en place sont dès les débuts des Américains, si l’on excepte Per Eric Skjolderbrand, secrétaire et frère du consul de Suède à Alger, nommé consul des États-Unis à Alger en 1795, mais remplacé au début de l’année 1797 par l’Américain Joel Barlow, puis quelques mois plus tard par Richard O’Brien. Ici, c’est la connaissance du terrain acquise sur place qui prime : O’Brien et James Leander Cathcart, nommés respectivement à Alger et Tripoli (ce dernier sera muté par la suite à Tunis et à Alger), ont passé une dizaine d’années en captivité à Alger. Le premier était capitaine de navire, le deuxième, un simple marin qui avait su gravir tous les échelons au sein du Bardo jusqu’à occuper la charge la plus prestigieuse réservée à un Chrétien, celle de secrétaire principal du dey34. William Eaton, consul à Tunis de 1797 à son expulsion par le bey en 1803, lorsqu’il est remplacé par Cathcart, compte à son actif une carrière de militaire : il avait rejoint l’armée continentale à l’âge de seize ans. Dans les régences comme au Maroc, il ne s’agit pas de s’appuyer sur des négociants, mais bien davantage de disposer d’hommes fiables, connaissant si possible les réalités locales, et susceptibles d’éviter aux États-Unis les déconvenues et les erreurs diplomatiques des années 1780, qui avaient prolongé la captivité des premiers équipages capturés par les corsaires algérois et considérablement retardé l’essor de la navigation américaine en Méditerranée35. Ce n’est pas pour autant, toutefois, que ces hommes montrent un empressement démesuré à rejoindre leur poste : nommés en mai 1797, Cathcart et Eaton ne se mettent en route qu’à la fin décembre 179836. Et par ailleurs, les fréquentes tensions avec les régences, voire le conflit contre Tripoli, montrent les failles de ces recrutements. L’accès au pouvoir local et les pourparlers avec les régences passent ainsi par l’intermédiation de personnalités mieux en cour, que ce soit de consuls d’autres nations, ou des négociants juifs aux ramifications internationales.

Conclusion

19En retraçant la mise en place du réseau consulaire américain et en présentant les hommes qui en occupent les postes, cette étude a mis en évidence le fait que l’extension du premier repose largement sur l’initiative des seconds et leur disponibilité à occuper leurs fonctions. S’il est apparu que ces consuls des États-Unis sont, en chrétienté, des négociants de différentes nationalités, reste à en apprécier les conséquences. Le développement des consulats est-il avant tout le fruit d’une politique étatique visant à protéger le commerce et la navigation d’un pays, comme l’envisage l’approche traditionnelle renforcée par les approches néo-institutionnalistes ? Le cas américain invite à reconsidérer cette question. En effet, si l’extension du système consulaire se fait à partir des nécessités du négoce, là où un candidat considère que la navigation américaine a atteint ou est susceptible d’atteindre un niveau lui procurant des avantages personnels, il convient de renverser les perspectives et se demander dans quelle mesure les hommes au pouvoir ne suivent pas, plus qu’ils ne les commandent, les logiques négociantes.

20Si on admet que cette piste présente un quelconque intérêt, il faut alors s’efforcer d’abandonner une clé interprétative centrée sur l’État et concevoir plutôt l’extension des réseaux consulaires comme la résultante d’un jeu complexe mené par des acteurs qui prennent en compte l’ensemble des registres dans lesquels ils peuvent inscrire leur action à un moment donné. Je suggère par là que, du point de vue des négociants, le recours à un pavillon (voire, dans le cas des neutralisations, le choix du pavillon sous lequel l’armateur s’évertue à faire naviguer son bâtiment) – avec son corollaire, à savoir l’intérêt de disposer du consul qui le protège et lui fournit les papiers nécessaires à sa navigation – n’est pas un signe identitaire, ni une fatalité, mais un choix qui dépend de l’évaluation que tout un chacun fait du contexte général et des opportunités que celui-ci lui offre. Si la géographie des postes consulaires des États-Unis nous aide à identifier les places où les navires sous pavillon américain sont davantage susceptibles de faire escale et celles où il convient que les capitaines disposent d’un relais consulaire, la compréhension des logiques sous-jacentes passe par une reconstitution de l’ampleur, de l’évolution et des logiques de navigation américaine en Méditerranée qui prenne en compte également les alternatives possibles. Une approche « politique » des questions commerciales et de navigation, fondée sur les traités et concevant l’établissement des postes consulaires comme le produit d’une volonté étatique, écarte du champ de vision l’usage que font les acteurs des opportunités qui se présentent, et qui sont déterminées tout aussi bien par le contexte normatif dicté par l’ensemble des États (et non par un seul d’entre eux) que par les besoins propres à une économie des échanges qui est par nature transnationale. L’analyse du contexte dans lequel s’opère l’ouverture des postes consulaires américains invite ainsi à ne pas concevoir l’étude du système consulaire comme une fin en soi, mais plutôt à l’envisager comme un outil pour la compréhension d’un système dont il convient d’explorer les apports et les limites, sans en figer la signification dans un schéma préconçu.

  • 37 Kitzen 1996, p. 620-621.
  • 38 Lambert 2005, p. 53, 71-72.

21Même du point de vue politique, par ailleurs, l’étude des relations entre les États-Unis et les États méditerranéens dont la création des consulats est l’un des aspects, ne peut se faire qu’en l’inscrivant dans une lecture systémique, plutôt que selon une logique bilatérale : ainsi, la rupture avec la régence de Tripoli s’explique aussi par le fait que cette dernière vient de régler son différend avec la Suède37. De même, le positionnement des États-Unis en Méditerranée affecte bien d’autres secteurs : l’évolution politique interne des États-Unis – avec la mise en place d’un gouvernement fédéral doté du pouvoir de négocier et des moyens financiers nécessaires pour armer une force navale –, tout comme la réorientation des armateurs américains vers l’Asie, sont également concevables en tant que réponses aux difficultés rencontrées en Méditerranée38. Constituant bien plus qu’un chapitre d’histoire institutionnelle, les systèmes consulaires ne cessent ainsi de révéler des niveaux de lecture multiples.

Notes

1 American State Papers, Foreign Relations, vol. 1, n° 44, Report of the Secretary of State relative to Mediterranean Trade, communicated to the House of Representatives, December 30, 1790 and to the Senate, January 3, 1791. McCusker 2010. Les circuits décrits ici deviennent impossibles après l’indépendance, lorsque les Américains ne peuvent plus relier la Méditerranée à la Grande-Bretagne en raison des Navigation Acts. Sur la difficile phase d’adaptation, voir Marzagalli 2010.

2 Kennedy 1990, p. 14.

3 Ainsi, après s’être appuyés au cours de la guerre d’Indépendance sur un négociant français à Salé, désigné par l’empereur du Maroc pour représenter les États sans consuls, les États-Unis négocient le traité de paix par l’entremise de Madrid : Lambert 2005, p. 50 ; Wilson 1982 ; Field 1991, p. 32-33. Le paiement du montant dû à Alger après la ratification du traité de paix avec cette régence requiert le concours du consul français et de la maison de négoce juive Bacri et Busnach, établie à Alger et Livourne, et celui des banquiers Baring & Co. à Londres. Le traité est par ailleurs calqué sur le modèle du traité ratifié par la Suède : Ross 1935. On pourrait multiplier les exemples.

4 Kitzen 1996 ; Folayan 1972.

5 Kitzen 1996, p. 624 ; Field 1991, p. 32-36. Le coût de la guerre contre Tripoli dans la seule année 1802 – plus d’un million de dollars –, dépasse le coût du plus onéreux des traités ratifiés dans les années 1790, celui avec Alger. Le rachat en 1805 des marins américains capturés à bord de la frégate Philadelphia, échouée devant Tripoli en 1803 faute de connaissance des profondeurs marines, requiert 60 000 $. La question de savoir s’il était plus avantageux de s’engager dans un conflit armé, de perdre des marchés, ou de payer un tribut annuel avait divisé la classe dirigeante américaine dans les années 1780 : voir Lambert 2005, p. 61-64.

6 J’ai pu prouver la multiplication par trois du nombre de navires nord-américains en Méditerranée entre les années 1770 (ou encore à la fin des années 1790) et l’année 1807, mais comme les sources présentent de nombreuses lacunes, cette hausse a sans doute été encore plus marquée : Marzagalli 2011.

7 Sur le service consulaire américain, voir Kennedy 1990, p. 26-36 et 57-65.

8 Jay parvient en 1786 à faire rejeter la convention par le Congrès : Kennedy 1990, p. 10-11.

9 Journal of the Continental Congress, vol. 29, p. 831-833, Jay au Congrès, 13 octobre 1785. Sur Livourne, voir Codignola 2010.

10 Quelques agents consulaires avaient toutefois été nommés pendant la guerre d’Indépendance américaine – il s’agissait alors pour l’essentiel de favoriser l’approvisionnement des insurgés – ainsi qu’après le retour de la paix, notamment à Canton et à Madère. Au Maroc, après la ratification du traité de paix, les États-Unis s’appuient sur trois membres de la famille Chiappi, déjà consuls et vice-consuls de Venise et de Gênes, nommés en 1786 agents commerciaux des États-Unis. Barnes – Morgan, 1961, p. 31-33.

11 Kennedy 1990, p. 20. En 1830, les États-Unis disposent de 62 postes consulaires dans la seule Europe (ibid., p. 71) sur un total de 129 consulats et deux consulats généraux : Barnes – Morgan 1961, p. 63. Leur nombre double encore entre 1830 et 1860 (ibid., p. 73).

12 Kennedy 1990, p. 21.

13 Marzagalli 2015.

14 Field 1991, p. 56-57. Barnes – Morgan 1961, p. 62.

15 Le poste consulaire de Venise est créé en juillet 1797, quelques mois à peine avant la fin de la République alors que la ville est, depuis mai, sous occupation française. Le titulaire nommé, William Willis, décline cette offre et est alors muté à Barcelone. Ce n’est qu’en 1807 que les États-Unis disposeront d’un consul en poste à Venise.

16 Les nouvelles rapportées par un capitaine rentré à Newburyport depuis Malte en septembre 1807 évoquaient : « The Russian have blockaded the whole South coast of the Mediterranean […] and a Russian court of prizes has been established at Palermo, for the Western part of the Mediterranean », Newbury Herald, 29 septembre 1807. Toujours en 1807, entre le 9 avril et le 16 juin, vingt navires américains saisis en mer par les Britanniques sont escortés à Malte : National Archives and Records Administration (dorénavant NARA), RG 59, T218, Malta ; une liste de ces navires a aussi été publiée par le New York Commercial Advertiser, le 28 juillet 1807.

17 Marzagalli 2011, p. 96-97.

18 Port Mahon accueille à partir de 1809 une dizaine de navires américains par an, provenant en partie des ports britanniques : NARA, RG 84, Port Mahon, vol. 13, Arrivals and Departures of American Vessels, 1809-1832. Sur l’écoulement des produits britanniques en Europe par des voies détournées, voir Crouzet 1958, Marzagalli 1999, et Joor – Aaslestad, 2014 (bien que ce dernier volume insiste moins sur l’espace méditerranéen).

19 L’importance des répondants est confirmée par la réponse donnée par le secrétaire d’État Pickering aux nombreuses sollicitations reçues du négociant ligure Gaetano Drago qui souhaite obtenir le consulat de Gênes : Pickering lui conseille de se faire recommander par des hommes estimables et connus, « for instance Mr Felicchy our Consul at Leghorn, Mr Cathalan our Consul at Marseilles, Mr Montgomery our Consul at Alicant, or from other persons of reputation known in the United States », plutôt que par le consul génois aux États-Unis, condamné à six mois de prison pour tentative de chantage à l’encontre de l’ambassadeur britannique. Cité par Castagneto 2010, p. 105.

20 La résolution du Congrès du 16 mars 1784 réserve explicitement toute charge consulaire et vice-consulaire aux citoyens des États-Unis : Barnes – Morgan 1961, p. 33-34. La section qui suit s’appuie sur une reconstitution des titulaires des postes consulaires américains en Méditerranée dressée à partir de quelques instruments récents répertoriant leurs noms. Allen 2012a ; voir aussi http://www.eafsd.org/. Les informations qu’ils livrent nécessitent toutefois des vérifications, faites essentiellement à partir des sources produites par les consuls en poste, conservées au NARA, RG 59 et RG 84. Le profil biographique des consuls reste largement à reconstituer. Nous avons mis à profit ici une partie de la bibliographie existante.

21 Carrière 1973, vol. 2, p. 926.

22 « Memorandum from Thomas Jefferson, 28 February 1793 », Sternberg Patrick – Pinheiro 2005, p. 232-233.

23 NARA, RG 59, Cagliari, microfilm T 187.

24 Antonucci 2010. La nationalité française de Mathieu est confirmée par Rovinello 2009, p. 43 et 72. Allen 2012a, p. 320 écrit son nom « Matthiew », mais l’intéressé signe « John Mathieu » (NARA, RG 59, Naples, microfilm T 224).

25 Whipple 1991, p. 316 ; Naval Documents 1939-1944, vol. 3, p. 339, Edward Preble au secrétaire d’État à la Marine, 17 janvier 1804.

26 Castagneto 2010, p. 107-108.

27 NARA, RG 84, Genoa, lettre d’Edward Caffarena, 7 novembre 1807 à Madison, accessible en ligne : http://rotunda.upress.virginia.edu/founders/default.xqy?keys=FOEA-chron-1800-1807-11-07-3.

28 Comme l’atteste une lettre à John Adams du 23 avril 1783, dans laquelle il sollicite le poste de consul : « My being the Onley American House Yet Established on this Coast and having Always been Ready to Render Every service in My Power to the States Makes me (I hope with Some Reason) Pretend the Apointement of Consul […] I have Already Hinteded it to Mr. Jay who Assures Me of Every thing he Can do for it » ; Fonders Online, National Archives, http://founders.archives.gov/documents/Adams/06-14-02-0276 (last modified July 12, 2016).

29 NARA, RG 59, Cette (Sète), microfilm T 379.

30 Childs, éditeur du Daily Advertiser au milieu des années 1780, journal new-yorkais proche des fédéralistes, se trouve déjà en Europe à l’époque de sa nomination au consulat de Gênes en février 1797. Voir Castagneto 2010, p. 106.

31 Ainsi, la principale maison de négoce à Livourne qui fait affaire avec les États-Unis au tournant du siècle est la Webb, Holmes and Co., une firme qui appartenait en 1796 à la British Factory de Livourne : D’Angelo 2004, p. 229. Dans une lettre circulaire imprimée du 17 novembre 1800, la firme se vante avoir commercialisé les trois quarts de l’ensemble du commerce américain à Livourne : John Carter Brown Library, Brown Papers, European correspondents, PE9, Box 109, Folder 11. L’un des membres de la maison, James Holmes, est consul des États-Unis à Belfast de 1796 à 1815. La Webb, Holmes & Co. réussit à traverser sans encombre non seulement les trois occupations françaises de Livourne, mais aussi son annexion à l’Empire.

32 Marzagalli 1999, p. 229.

33  Antonucci 2010 ; Codignola 2010, p. 34-35.

34 Sur l’extraordinaire parcours de ces deux captifs, capturés en 1785 à bord de deux navires américains par un corsaire algérois au large des côtes portugaises, et libérés en 1796, voir Sears 2010.

35 La capture d’un navire américain par un corsaire de Salé en 1784 n’est due qu’à l’absence d’une réponse à l’empereur du Maroc, qui avait offert son amitié aux insurgés dès 1778, et demandé un traité. Cette capture incite enfin les États-Unis à accélérer la ratification d’un accord. Les négociations entamées en 1786 pour libérer les 21 marins américains capturés par les corsaires algérois l’année auparavant se soldent en revanche par un échec total. Lambert 2005, p. 50 et p. 60.

36 Kitzen 1996, p. 608. Cathcart rejoint son poste le 1er avril 1799 (ibid., p. 612).

37 Kitzen 1996, p. 620-621.

38 Lambert 2005, p. 53, 71-72.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les consulats des États-Unis en Méditerranée, 1790-1815.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3312/img-1.png
Fichier image/png, 748k

Auteur

silvia.marzagalli@unice.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable