Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 3 – L’institution consulaire en Méditerranée, des stratégies commerciales différenciées

Les réseaux de la diplomatie et du commerce : George Logie, consul de Suède et intermédiaire marchand en Afrique du Nord, v. 1726-1763

Gustaf Fryksén
Traduction de Mathieu Grenet

Texte intégral

Introduction : le Succès de Logie1

  • 1 Nous présentons ici un résumé de l’« affaire du Succès/Prince William », à laquelle nous avons con (...)
  • 2 Jonge 1861, p. 144-146 et 182.

1Au mois d’août 1726, la flûte Succès (également connue sous le nom de Prince William), battant pavillon britannique et montée par un équipage de sujets de Sa Majesté, gagnait Cadix depuis le détroit de Gibraltar. Le capitaine, George Logie, un Écossais d’une petite trentaine d’années, observait la manœuvre d’approche du Tholen, un vaisseau hollandais de 64 canons commandé par le capitaine Jacob Imans, et faisant partie de l’escadre de croisière de l’amiral François van Aerssen van Sommelsdijck. Les deux navires s’étant immobilisés, l’équipage du Tholen entreprit de contrôler le chargement du Succès, soupçonné de contrebande2. Le résultat de la fouille, notamment douze mâts de navire et d’autres objets sensibles, conduisit Logie et son équipage à être démis de leurs fonctions, incarcérés sur le Tholen, puis envoyés à Middelbourg (Zélande) via Cadix, Lisbonne et Vlissingen. Le Succès fut confié au lieutenant Thomas Bruyn, qui en prit le commandement et se mit en route pour la Zélande.

  • 3 Pour un inventaire détaillé de ces sources, voir Fryksén 2015.

2Cette histoire ressemble à première vue à un épisode insignifiant tiré des annales du droit maritime international. Mais ses origines remontent bien longtemps avant la capture de Logie, et elle eut d’importantes conséquences sur la suite des événements. Trois ans plus tard, Logie devint en effet le premier consul de Suède à Alger, et le premier représentant diplomatique suédois dans le monde musulman. Quant à l’affaire en elle-même, elle s’est déployée par delà les frontières d’Alger à Stockholm, laissant derrière elle une complexe série de traces dans les archives de plusieurs pays3. Celles-ci éclairent le début d’une relation clientélaire dont l’importance a été jusqu’ici négligée, mais qui s’avère essentielle pour comprendre tant l’expansion commerciale et diplomatique de la Suède en Méditerranée au cours du XVIIIe siècle, que l’établissement et l’activité des consuls de Suède dans le Maghreb ottoman. Cet article se propose de documenter ces faits, tout en insistant sur la structure du réseau clientélaire au sein duquel s’insérait Logie en qualité d’intermédiaire marchand.

L’expansion commerciale et diplomatique suédoise en Méditerranée

  • 4 Högberg 1969 ; Lindberg 2009.
  • 5 Sur ce point, voir par ex. Kaukiainen 2004 ; Müller 2004, p. 61-69.
  • 6 Müller 2004, p. 62.

3Peu important jusqu’au XVIIIe siècle, le commerce sous pavillon suédois en Méditerranée se retrouva quasiment anéanti du fait de la Grande guerre du Nord (1700-1721). Dans les années 1720, la Diète adopta des mesures afin d’accroître la capacité commerciale du pays et d’étendre le commerce de longue distance. Ces mesures concernaient notamment l’importation de sel et l’exportation de fer et de bois de construction4. En accord avec les théories commerciales de l’époque, un Acte de navigation fut adopté – non sans controverse – en 1724, afin d’encadrer les activités marchandes. Cette même année vit la création d’un Bureau des convois, venu remplacer un Fonds des convois destiné à recevoir le fruit d’une nouvelle taxe sur toutes les importations et exportations5. Les autres pistes explorées pour accroître l’activité commerciale comprenaient la conclusion de traités avec des pays ennemis, la fondation de consulats et la protection de la navigation en Méditerranée. Ces propositions firent l’objet de discussions de fond lors des Diètes de 1723, 1726-1727 et 1731. L’historien suédois Leos Müller a montré, à propos du rôle du Bureau du commerce dans la mise en place de ces mesures, que ce furent « les grands marchands, les industriels de la métallurgie et les armateurs qui les firent adopter par la Diète »6.

  • 7 Krëuger 1856, p. 24-28 et 225 ; Müller 2004, p. 142.

4Dans le droit de fil de cette stratégie d’expansion marchande, la Suède conclut des traités de paix et de commerce avec les régences d’Alger (1729), de Tunis (1736) et de Tripoli (1741), ainsi qu’un traité de commerce avec la Sublime Porte en 1737. Ces traités énuméraient les conditions nécessaires à l’établissement des consulats suédois, des différents droits à percevoir par les consuls, ainsi que des capitulations et autres privilèges commerciaux. Une paix durable avec les régences maghrébines constituait un enjeu décisif de l’expansion commerciale, puisqu’elle garantissait la circulation des navires sous pavillon suédois après que la possibilité de naviguer sous la protection des convois hollandais a disparu avec la signature du traité entre les États Généraux et Alger en 1726. Les mesures prises pour étendre le commerce furent couronnées de succès : on estime ainsi qu’en 1786, la marine marchande suédoise était la cinquième plus importante en Méditerranée, et s’appuyait sur un vaste réseau de nouveaux consulats installés dans les principales villes portuaires7. Les motivations derrière cette expansion commerciale et les mécanismes qui la rendirent possible ne se résument pourtant pas à des politiques gouvernementales, mais trouvent leur source dans les actions d’une poignée de familles marchandes. Parmi elles – et en leur centre – on trouve Jonas Alström (1685-1761), peut-être le plus célèbre entrepreneur de l’histoire de la proto-industrie suédoise.

George Logie, Jonas Alström et les réseaux marchands suédois

  • 8 Pour une perspective comparative, voir les travaux consacrés à Robert Cole : Bromley 1987 ; Heywoo (...)
  • 9 Hirschberg 1981, p. 18.
  • 10 Wolf 1979, p. 314-315.
  • 11 Ekegård fait de Logie un capitaine corsaire au service de la Suède et aux sympathies jacobites, ma (...)
  • 12 Müller 2007.

5George Logie est en bien des manières représentatif de ces marchands et capitaines d’Europe du Nord opérant en lien avec les régences d’Afrique du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles8. Capitaine doté d’une expérience du commerce méditerranéen, il prit part aux négociations de la paix conclue avec Alger, où il fut nommé consul de Suède en 1729. Mais bien qu’il ait été une figure importante dans la région durant les cinquante ans qu’il y passa, les détails biographiques à son sujet restent rares. Les descriptions à son propos sont souvent incohérentes, si bien que certains auteurs ont même pu le confondre avec son fils. Une caractérisation récurrente tend à faire de Logie « un exemple du marchand mi-agent, mi-aventurier en Orient »9. John B. Wolf voit en lui « l’un des plus intéressants » consuls, à la fois « détesté et craint » par le dey (selon un rapport consulaire français), tandis qu’une autre source parle de bons rapports entre les deux hommes10. La thèse classique de l’historien suédois Einar Ekegård, si elle reste sur plusieurs points discutable11, constitue à ce jour la meilleure étude des activités de Logie comme consul et comme intermédiaire marchand. Quant à Leos Müller, il inclut Logie (le plus souvent à titre de source d’information commerciale) dans sa remarquable étude du service consulaire suédois ainsi que dans certains de ses articles12. Dans un cas comme dans l’autre, pourtant, Logie demeure en périphérie de l’objet premier de ces travaux.

  • 13 Ekegård 1924, p. 126.
  • 14 Rudbeck 1859, p. 104.

6Dans son étude approfondie des politiques économiques de l’époque, Ekegård revient sur les circonstances dans lesquelles les Diètes adoptèrent les nouvelles mesures commerciales, ainsi que sur les principaux acteurs politiques et marchands qui influencèrent ces choix. Bien qu’y figurent certains patronymes célèbres du monde des marchands, des armateurs et des politiciens de Stockholm, leurs connections avec Logie et Alström n’apparaissent pas clairement. Ekegård conclut ainsi qu’« on ne peut exclure qu’Alström ait joué un rôle dans l’adoption par la Suède d’une nouvelle orientation de ses activités commerciales en Méditerranée » à partir des années 172013. Un rapport de 1857 suggère même – hélas sans étayer l’information – qu’Alström y travailla sans relâche14. L’enjeu de cet article est donc d’éclairer ce facteur crucial du processus d’expansion commerciale suédoise. En l’occurrence, les réseaux personnels et professionnels des acteurs marchands et des intermédiaires de commerce jouèrent un rôle important, et peut-être encore plus décisif que l’on ne l’a longtemps pensé. Cet article entend éclairer l’importance de Logie dans ce processus, et démontrer que l’expansion commerciale suédoise ne fut pas rendue possible uniquement par des mesures structurelles.

  • 15 London Metropolitan Archives, Parish of St Mary Magdalen, Old Fish Street, City of London, 1428-19 (...)
  • 16 Stockholms stadsarkiv, Handelskollegiets arkiv (SSA, HKA), 26 novembre 1692 ; Ibid., « Register öv (...)
  • 17 Au cours du XVIIIe siècle, les employés hollandais informèrent régulièrement La Haye du passage de (...)
  • 18 SSA, HKA, 16 mai 1723 ; ibid., « Register över borgare i Stockholm 1689-1750 » ; Munthe 1959, p. 2 (...)
  • 19 Claes Wittmack le jeune (1686-1726), dont le père était originaire de Riga, avait hérité d’une for (...)
  • 20 Heckscher 1940.
  • 21 Ekegård 1924, p. 281 et 396.
  • 22 Riden 1986, p. 206.

7George Logie naquit en 1694 en Écosse, qu’il quitta peu après le malheureux soulèvement jacobite de 1715. Le 14 juin 1719, il épousa Mary Dickerson en l’église Sainte Marie Madeleine de Londres15. Son beau-père, Robert Dickerson, résidait à l’époque à Londres, mais était admis à la bourgeoisie de Stockholm depuis le 26 novembre 1692 ; capitaine du St Nicolas, il avait pour garant (löftesman) Petter Grill, un membre de l’influente dynastie Grill16. Logie est mentionné à cinq reprises dans les registres des droits du Sund à partir du 20 septembre 1721 – soit trois semaines après la conclusion du traité de Nystad mettant fin à la Grande guerre du Nord. La première occurrence le voit transporter du fer depuis Stockholm jusqu’à Leith en Écosse, et Logie navigue essentiellement en Europe du Nord ; le 13 juin 1722, cependant, il transporte du sel, des raisins, des figues, de l’huile, des citrons confis au sel, du brandy et du vin de Malaga à Stockholm, via Cadix17. George Logie fut reçu à la bourgeoisie de Stockholm le 16 mai 1723. Il était alors le capitaine d’un navire en partie possédé par Claes Wittmack, et ses garants étaient les bourgeois Jacob Harper le jeune, fabricant de tabac, et Wilhelm Goda, fileur18. Des listes fiscales indiquent qu’en 1725, « Loge, capitaine » payait ses impôts à Stockholm. À travers Claes Wittmack et Robert Dickerson, Logie était aussi en contact avec d’importants marchands de Stockholm19. Wittmack possédait des parts dans pas moins de 47 navires au cours des années 169020. Il était également un proche associé de Jonas Alström, avec lequel il partageait la propriété de plusieurs navires et discutait de l’expansion commerciale suédoise en Méditerranée. Il devint par ailleurs l’un des cinq directeurs et l’un des principaux actionnaires de la manufacture créée par Alström en 172421. Le beau-père de Logie, Robert Dickerson était, quant à lui, un capitaine aguerri par ses nombreux voyages dans le détroit du Sund, et qui jouissait de contacts haut placés. Le fils aîné de Logie, Robert Dickerson Logie, futur capitaine et associé de son père, fut prénommé en son hommage. Les fils de Dickerson étaient également capitaines, et eux aussi établis à Stockholm22.

  • 23 Archives Nationales de Suède (ANS, Stockholm), Diplomatica Hollandica, vol. 895.
  • 24 Hult 1986 ; Fröding 1919, p. 138-140 et 302.
  • 25 Nilzén 2007, p. 19.
  • 26 Börjeson 1932, p. 323.
  • 27 Biographiskt Lexicon 1835, p. 156.

8Jonas Alström possédait la part principale du Succès commandé par Logie23. Il était donc impliqué précocement dans les affaires méditerranéennes, et partageait des intérêts avec Logie. Parfois qualifié de « père de l’industrie suédoise », Alström était un entrepreneur (proto-) industriel avec de vastes intérêts dans l’agriculture, les manufactures et l’ingénierie. Il faisait partie des fondateurs de l’Académie royale des Sciences de Suède (aux côtés notamment de Carl Linné), et fut annobli en 1751. Il représentait donc une figure importante du monde marchand suédois de l’époque24. Né en 1685 à Alingsås, près de la ville portuaire de Göteborg, Alström était issu d’une famille pauvre, et accumula tôt savoir et expérience à travers ses séjours en Angleterre et ses voyages en Europe. Résidant à Londres depuis 1707, il s’établit comme courtier maritime et comme marchand dès 1710, tout en participant secrètement à l’effort de guerre. Durant les années qu’il passa à Londres, Alström se rapprocha du comte Carl Gyllenborg, ambassadeur de Suède en Angleterre (1703-1717) et lui aussi impliqué dans les transactions secrètes durant la guerre – au point d’être arrêté et expulsé pour sa participation à la conspiration jacobite de 171725. La puissante famille Gyllenborg était, comme Alström, impliquée dans l’activité corsaire26, et Alström bénéficia de la protection de Gyllenborg et de ses proches lors de ses futures activités en Suède27.

  • 28 Traung 1952, p. 87.
  • 29 Sturzenbecker 1863, p. 48.
  • 30 Clason 1929, p. 556 ; Lindeberg 1941, p. 344, 356-361 et 368.
  • 31 Steckzén 1959, p. 180.
  • 32 Fröding 1919, p. 122 et 137-141 ; Haugard 1947 ; Fröding 1905.

9En 1714, Alström acheta le navire anglais de Olbing Galley, qu’il rebaptisa et arma en course28. Des corsaires danois capturèrent le navire en 1717, mais Alström parvint à être relâché grâce à sa citoyenneté britannique, acquise en 1710. Plus tard, il rencontra en Hollande le principal ministre de Charles XII, Georg Heinrich von Görtz, avec lequel il s’entretint d’affaires secrètes29. À plusieurs reprises, les autorités anglaises s’intéressèrent aux activités d’Alström, soupçonné en particulier de se livrer à la contrebande depuis Bristol ainsi que de participer à l’effort de guerre. Nommé consul à Londres en 1722, Almström occupait déjà – et de manière informelle – une position similaire durant la guerre. En octobre 1723, il rentra en Suède poursuivre ses projets industriels. En son absence, sa sœur Maria (1702-1741) et son beau-frère Johan Clason (1704-1790) prirent en charge la gestion du consulat à Londres. En 1731, le mariage d’Alström et de Margareta, la sœur de Clason, vint encore renforcer les liens – de cœur et d’affaires – entre les deux familles30. Clason poursuivit l’activité d’Alström jusque dans les années 1740, lorsque Spalding & Brander s’imposa comme la principale maison de commerce suédoise à Londres31. Niclas Sahlgren, bientôt l’un des marchands les plus fortunés de Suède, était un autre ami proche d’Alström. Il avait épousé la fille de Claes Wittmack, et ses deux deux filles épousèrent bientôt les fils d’Alström, August et Claes. Il faut enfin mentionner l’implication de Logie, Alström et Wittmack dans les activités de la Compagnie suédoise des Indes orientales (1731) et de la Compagnie suédoise du Levant (1738), qui travaillaient conjointement à l’expansion suédoise en Méditerranée32.

10C’est en gardant en tête ces étroites connections commerciales et politiques entre les familles marchandes et les individus gravitant autour de Logie et d’Alström, que nous allons maintenant revenir au Succès et aux activités de Logie dans les années précédant sa nomination consulaire en 1729.

Le succès revisité : Middelbourg (Zélande)

11Le 4 septembre 1726, alors que Logie était emprisonné sur le Tholen, Sommelsdijck proposa au dey d’Alger de négocier un nouveau traité de paix. Le dey refusa de négocier aussi longtemps que Logie serait incarcéré et que son navire ne serait pas libéré. En apprenant que le consulat anglais avait informé le dey que les papiers britanniques de Logie étaient en règle, Sommelsdijck proposa de relâcher le Succès contre une caution de 25 000 florins. Le dey accepta et le traité de paix fut signé le 8 septembre. Malheureusement pour Logie, il ne disposait pas d’une telle somme ni ne pouvait l’emprunter, et le conseil de guerre hollandais décida donc de transférer le navire en Zélande.

  • 33 Sur le courtage maritime à Alger, voir Heywood 2005.

12Les Hollandais prétendaient que Logie projetait de vendre ses mâts à Alger, afin de réparer le vaisseau amiral algérien endommagé lors d’un accrochage avec l’escadre hollandaise. Avant d’être acheté par Logie, le Succès s’était appelé le Della Francesca, un navire marchand hollandais revenant d’Archangelsk et capturé par deux corsaires algériens en 1724 puis saisi par le dey d’Alger. Il devait donc être considéré comme de bonne prise dans la guerre que se livraient Hollandais et Algérois33. Logie avait acheté le navire au dey (et avec l’approbation des consuls anglais et français) pour 5 000 thalers, l’avait armé et chargé, et était parti pour Gibraltar. Le navire, dont Alström possédait la part la plus importante, avait été rebaptisé Succès, et en septembre 1726, Logie quitta de nouveau Gibraltar pour Cadix lorsque le Tholen interrompit son voyage.

  • 34 Fryksén 2015, p. 47.

13Outre son navire et sa cargaison, Logie perdit des effets personnels, et notamment un petit coffre comprenant des livres et d’autres objets de valeur ; à en croire une pétition, il fut aussi maltraité comme un simple criminel, et même torturé. Mais selon les sources hollandaises, il fut extrêmement bien traité, disposant d’un logement à la taverne Het Hof van Bourgogne de Middelbourg, et même d’un traitement journalier de trois florins (Logie parlait quant à lui de trois sous). En février 1727, les autorités hollandaises décidèrent de relâcher Logie et d’abandonner leurs poursuites, une décision qui intervint alors que les Anglais menaçaient de saisir le Succès, qu’un orage avait contraint de trouver refuge à Spithead. Logie fut libéré le 10 mai 1727, mais ne put récupérer son navire en trop mauvais état ; il prétendit avoir perdu 250 000 florins dans l’affaire34.

14Logie revint à Alger l’année suivante, le 16 mai 1728, chargé de précieux cadeaux pour le dey, avant de repartir en juillet de la même année, puis de réapparaître en septembre, cette fois investi de l’autorité nécessaire pour négocier un traité de paix entre Alger et la Suède. Accusé d’œuvrer contre les intérêts des États généraux et du consul hollandais à Alger (Ludolf Hammeken), Logie parvint en octobre 1729 à obtenir un dédommagement de la part du commandant hollandais Cornelis Schrijver, venu racheter des captifs hollandais. Le dey demandait 300 000 florins pour Logie, mais celui-ci finit par se satisfaire de 12 000 florins. À la lumière de cette compensation et de sa nomination comme consul de Suède, il semble que Logie soit parvenu à transformer ses malheurs passés en succès, tout en consolidant sa position à Alger et dans la région.

15Durant le séjour de Logie en Hollande, d’importants marchands suédois et d’autres agents envoyés à Londres, en Hollande et en Suède vinrent à son aide, cherchant sans relâche à le faire libérer et à lui faire octroyer un dédommagement. Lorsque le Succès (ou le Prince William) trouva refuge près de Spithead, l’un des lieutenants à bord écrivit à Londres à Jonas Alström (devenu sujet britannique), pour qu’il fit valoir auprès de l’Amirauté ses droits sur le navire. Alström décida de le vendre à un certain capitaine Griffon, de Londres, qui le démonta pour en vendre les pièces, tandis que sa sœur Maria s’occupait du voyage et du séjour de Logie à Londres – les lettres de Maria à Logie se terminent souvent sur l’expression d’une réelle affection entre eux. Ainsi mises en lumière, les connexions entre Logie et Alström permettent de mieux envisager les activités de Logie et son implication dans les négociations diplomatiques.

La diplomatie suédoise et les relations secrètes de Logie avec Alger, Tunis et Tripoli

  • 35 « Constitutorial för de algeriska handelsdeputerade », ANS, Frihetstidens utskottshandlingar 1719- (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Krëuger 1856, p. 225 passim ; Rydberg – Boëthius 1922, p. 99-123 ; « Beskickningshandlingar 1727-1 (...)
  • 38 Börjeson 1942, p. 45.
  • 39 Holden à inconnu (probablement le duc de Newcastle), 24 novembre 1728, The National Archives (Kew) (...)

16Alors que côté suédois, les préparatifs en vue de la négociation du traité avec Alger avaient été lancés dès 1667, il fallut attendre six décennies pour les voir se concrétiser. Le 11 octobre 1727, une ébauche de traité fut validée par la « députation algérienne », un groupe de travail au sein du comité secret de la Diète. Parmi les principaux membres de cette députation se trouvait Jacob von Hökerstedt, un investisseur de la manufacture d’Alström à Alingsås. L’étroitesse des relations entre les membres est rendue plus évidente encore par le retour des mêmes noms et des mêmes familles au fil du temps et du renouvellement des membres. Quant au caractère secret des négociations menées avec Alger, il apparaît clairement dans les protocoles du traité des 14 juin et 4 août 1727 : l’insistance y était portée sur le traité néerlandais, qui rendait la marine suédoise plus vulnérable aux attaques. Au renforcement du système des convois on préféra la voie diplomatique. Alger était considérée comme « la plus puissante et donc la plus dangereuse » des régences maghrébines35. On ne peut d’ailleurs exclure une intervention de Logie dans la décision, du fait de ses informations et de ses bonnes relations avec Alger, mais également car il avait accompli un important travail de reconnaissance permettant d’« établir que les Algériens étaient favorables à un traité »36. On décida donc d’envoyer Logie en mission secrète à Alger, afin de préparer l’intervention du négociateur Jean von Utfall, doublement qualifié du fait de son expérience dans les affaires secrètes durant la guerre, et de ses années de service en Méditerranée. Le trentenaire Christian Olthoff accompagnait Utfall comme secrétaire, et la correspondance devait être adressée à Daniel Niklas von Höpken, président du Conseil de Commerce. Utfall chemina incognito vers Marseille, où il put s’entretenir avec Logie (Logie sous le surnom de Capitaine Smith, et von Utfall sous celui de Claes Seeman). On acquit des sauf-conduits de la Sublime Porte, dans l’espoir de pouvoir garder les objectifs de l’entreprise secrets aussi longtemps que possible, en particulier aux consuls et aux commissionnaires des autres nations. Logie quitta Marseille pour Alger, tandis qu’Utfall, Olthoff et leur suite attendaient à Marseille avec des instructions précises. Alström devait fournir à Logie assez d’argent pour acquérir pour £ 525 de cadeaux pour les principaux dignitaires de la cour algéroise. Un navire spécial de 50 tonneaux fut même affrété pour £ 50 par mois pour le transport des hommes, des cadeaux et de la correspondance. C’est une fois encore à Alström, en lien avec Utfall, que fut confiée cette tâche : toutes les dépenses d’Utfall étaient présentées à Alström, qui devint ainsi le principal financier de la mission37. En 1730-1731, Utfall revint comme commandant du Werden, chargé d’apporter des cadeaux pour le dey d’Alger et de rapporter en Suède les présents du dey38. La circulation de l’information autour des négociations nous conduit à nous demander qui contrôlait réellement leur avancée. À plusieurs occasions, il semble que cela ait été Logie lui-même : le lendemain de l’approbation du traité par le Divan, le consul britannique Edward Holden pouvait même affirmer que Logie était « le seul négociateur (transactor) dans cette affaire »39.

  • 40 Wieselgren 1842, p. 78-80 ; Krëuger 1856, p. 225-227 ; Rydberg – Boëthius 1922, p. 106-115.

17D’autres documents destinés à la Diète permettent d’illustrer les relations de Logie avec des membres importants du gouvernement. Le 10 octobre 1732, alors que la discussion porte sur le coût du traité, Jonas Alström et son beau-père Johan Clason apparaissent comme les principaux financiers de l’opération, en charge de régler les tributs au dey d’Alger, le rachat des captifs, et la réparation du navire de Logie, sur des sommes qu’ils avaient dépensées et que le gouvernement leur devait. Alström fournissait ces sommes à Logie, selon une démarche validée par la Diète40.

  • 41 Krëuger 1856, p. 397.

18Logie avait la confiance de ses employeurs en Suède, et fut chargé de négocier – cette fois-ci seul – les traités avec les régences de Tunis (1736) et de Tripoli (1741). Pour le poste de consul à Tunis, il recommanda un ancien employé du bureau londonien d’Alström, Olof Rönling, qui occupa la fonction jusqu’en 1758, soit l’année de la retraite de Logie41. Comme Alström, l’épouse de Rönling était originaire d’Alingsås, et les deux s’étaient mariés à Londres. Rönling était donc à Londres en même temps que Logie, et les deux hommes se connaissaient depuis les années 1720. Plusieurs autres consuls nommés en Méditerranée provenaient de ce cercle autour d’Alström et Logie. Ainsi de Carl Gustaf Mandell, dont le frère Nils avait été emprisonné avec Gyllenborg au temps de l’affaire jacobite, et qui fut, en 1743, nommé consul de Suède à Cagliari, où il avait fondé trois ans plus tôt une compagnie minière avec Carl Brander de Londres et l’Allemand Carl von Holtzendorff.

  • 42 Holmberg 1957, p. 168.

19Le traité entre le Maroc et la Suède fut signé le 16 mai 1763. S’il n’apparait pas formellement, George Logie s’activa dans le processus de négociation de paix et de rachat des captifs depuis l’enclave anglaise de Gibraltar, où il s’était installé après que son gendre Erik Brander ait été nommé consul à Alger. Son expertise était recherchée et il garda contact avec le Bureau du commerce durant cette période. L’institution, dont beaucoup de membres étaient liés à Alström, récompensa la loyauté de Logie en le soutenant lorsqu’une controverse sur sa retraite le contraignit à rentrer à Stockholm42.

Logie comme consul et comme intermédiaire commercial

20Le 8 mai 1750, le consul de France à Alger, André-Alexandre Le Maire, livrait dans l’un de ses rapports la description suivante de Logie :

  • 43 « Extrait d’un mémoire du sieur Lemaire, consul de France à Alger », joint à une lettre datée du 8 (...)

Consul de Suède, omniprésent, se mêlant de tout, consul, capitaine, négociant artisan, en crédit par les présents distribués aux puissances, ménagé par le dey, vingt-quatre mille livres d’appointements complétés par les bénéfices d’un commerce considérable, acheteur de cinq gros vaisseaux pris par les Algériens, se heurtant à la volonté du dey de se dégager d’une dépendance pesante à l’égard du pavillon suédois43.

21Le rapport résume une grande partie des activités de Logie comme consul. Néanmoins, l’implication de Logie dans la diplomatie et les relations secrètes apparaît indissociable de ses intérêts marchands. Inversement, Logie n’aurait pu développer ses activités commerciales en dehors de ses fonctions et de ses initiatives diplomatiques, de ses réseaux et de ses stratégies familiales et lignagères. Toutes ces activités fonctionnaient donc en étroite interdépendance, bien que l’aspect commercial constituât le principal de ses intérêts. Un enjeu intéressant ici est celui des formes de la juridiction consulaire suédoise, qui en retour encadrent voire déterminent le rôle du consul comme intermédiaire commercial. De temps à autres, Logie semble s’être émancipé de ses instructions qui, bien qu’elles aient été claires, n’étaient pas aussi strictes que les instructions générales émises à l’intention des consuls à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les consuls suédois du milieu du XVIIIe siècle étaient par exemple libres de nommer des vice-consuls, et des postes consulaires apparaissent ainsi dans les rapports qui échappaient au contrôle du Bureau du commerce. Dans l’ensemble, les termes « consul » et « consulat » étaient utilisés de manière assez libérale : Logie se présentait lui-même à l’occasion comme « consul général en Afrique », alors que ce titre n’existait pas en Suède ; il utilisait également un sceau consulaire sur différents documents, une pratique que le Bureau du commerce n’encourageait pas. En bien des aspects, les fonctions consulaires de Logie relevaient plus de l’entreprise privée que de l’institution d’État : la transition de la première à la seconde peut être située à la fin du mandat de Logie en 1758, lorsque son gendre Erik Brander reprit le consulat et que des mesures furent prises pour transférer la propriété du bâtiment consulaire et des terres afférentes de Logie (qui en était propriétaire à titre privé) à l’État. Cette propriété avait été offerte par le dey dans les années 1730, et le nouveau dey (Baba Ali ii Pacha) confirma le transfert, qui ouvrait la voie à un contrôle accru du Bureau du Commerce sur le consulat.

  • 44 Müller 2007, p. 3 et 10-11.

22L’examen des rapports diplomatiques fait clairement apparaître qu’Alström et son cercle avaient d’importants intérêts marchands dans la région. Durant son mandat de consul à Alger (1729-1758), Logie garda contact avec ces marchands et servit d’intermédiaire dans différentes transactions commerciales. Son rayon d’action excédait largement Alger, puisqu’on le retrouve également à Tunis, Livourne, Tripoli et Gibraltar. Dans un rapport expédié au Bureau du commerce depuis Livourne en 1738, il décrit les activités marchandes comme limitées et le marché incertain pour le commerce direct, et estimait que la principale priorité était de préserver le traité de paix et la sécurité sur mer. Selon Leos Müller, ces informations remplissaient deux objectifs principaux : fournir au Bureau du Commerce des informations sur le commerce qui aideraient à déterminer la politique commerciale de la Suède, et renseigner des acteurs individuels, principalement au sein du petit monde des marchands de Stockholm44. Comme la plupart des autres consuls dans la même situation, les activités de Logie s’articulaient autour de sa maison de commerce « Logie & Fils », et se trouvaient renforcées par le réseau des liens familiaux. Logie transmettait régulièrement ses rapports (comme l’ensemble des autres consuls), et percevait en retour pour sa charge des bénéfices qui servaient à la fois ses intérêts et ceux de ses protecteurs. Sa fonction d’intermédiaire commercial doit donc également être perçue à cette aune.

  • 45 George Logie à Henning Gyllenborg, 29 juin 1748, Uppsala universitetsbibliotek (UUB), F 381.
  • 46 Olof Rönling à Henning Gyllenborg, 19 décembre 1748, Ibidem.
  • 47 Johann Heinrich Callenberg à George Logie, 11 avril 1733, Frankesche Stiftungen zu Halle, Archiv D (...)

23Logie agissait en intermédiaire dans des transactions autres que strictement commerciales. Il s’affairait ainsi à fournir des biens rares ou précieux à d’importants marchands ainsi qu’à des membres de l’administration suédoise – comme par exemple des pierres fossiles d’Alexandrie pour le comte Henning Adolf Gyllenborg (1713-1775)45. Quant aux spécimens d’histoire naturelle venus de l’antique Carthage, mais aussi de Malte, du Caire, de Saint-Jean-d’Acre, de Bône ou encore de Tunis, ils étaient expédiés à des collectionneurs à bord de navires transportant du sel de Cagliari jusqu’en Suède46. Dans un registre plus académique, Logie fournit également au théologien arabisant Johann Heinrich Callenberg des informations concernant les dialectes d’Afrique du Nord47. De telles demandes étaient méthodiquement traitées par Logie et ses associés en Méditerranée, et permettent à l’historien de saisir son réseau à l’œuvre. L’usage que faisait Logie de sa fonction consulaire au service de ses propres intérêts, mais également de ceux de sa famille, de ses proches et de ses protecteurs (en l’occurrence les marchands suédois) influençait certainement la manière dont il fournissait des informations aux autres marchands ainsi qu’au Bureau du Commerce – une expression récurrente dans sa correspondance était « pour le bien de notre commerce ». Logie était à divers égards expert dans la circulation de l’information aux différents niveaux locaux et régionaux, ainsi qu’à plus longue portée (par exemple à destination du gouvernement suédois). Conscient de la position cruciale qu’il occupait, Logie savait qu’il était le plus souvent la seule source d’information de ses interlocuteurs, et qu’il jouait indirectement un rôle essentiel dans la définition de la politique commerciale suédoise.

24Logie se mêla également d’affaires qui, en Méditerranée, n’impliquaient pas les Suédois, comme par exemple le bref règne de Théodore de Neuhoff sur la Corse, les projets miniers en Sardaigne, les guerres entre Alger et Tunis, le rachat des captifs, ainsi que (bien sûr !) l’activité d’autres consuls en Afrique du Nord. Il fut à diverses reprises l’agent de commerce général du dey et du divan, un emploi qui bénéficia directement aux marchands suédois ayant des intérêts dans la région.

  • 48 ANS, Utrikesexpeditionen, 3 mars 1747 ; ANS, Kommerskollegiums skrivelser till Kungl. Maj:t, vol. (...)
  • 49 ANS, Biographica, L41. Encore en 1774, l’ancien consul se plaignait de ne recevoir qu’une pension (...)

25Logie obtint la naturalisation suédoise le 3 mars 1747. Son garant était Isaak Clason, le fils de Johan Clason l’aîné48. Logie et sa seconde épouse, Jane Elliot, s’établirent à Stockholm alors que le traité avec le Maroc allait être conclu (1763). Il vit l’avènement de Gustav iii (1771), qu’il pétitionna pour demander le remboursement de vieilles dettes du gouvernement ainsi qu’une augmentation de sa modeste retraite49. Il mourut d’une insuffisance respiratoire en 1776.

Conclusion : le consul Logie et l’expansion commerciale suédoise en Méditerranée

  • 50 Biographiskt Lexicon 1835, p. 151.
  • 51 Le sens et la portée de cette « révolution institutionnelle » sont discutés par Allen 2012b, et De (...)

26Cette contribution s’est attachée à explorer l’implication de Logie au sein et au côté de l’élite marchande suédoise, qui a constitué l’un des moteurs de l’expansion commerciale suédoise. Les connections entre eux, évidentes à travers le rôle d’intermédiaire commercial joué par Logie, permettent de mieux comprendre ce processus d’expansion. Alström et Logie étaient liés par une relation de type clientélaire. Nous avons également insisté sur le rôle essentiel d’Alström dans la politique de négociation des traités de paix avec les régences maghrébines, ainsi que dans d’autres décisions parlementaires comme l’Acte de Navigation de 172450. Énergique et entreprenant, il déploya ses efforts en faveur de tous les moyens susceptibles de soutenir l’expansion commerciale suédoise, qu’il s’agisse de nouvelles opportunités marchandes voire de tentatives colonisatrices. Les opérations secrètes lui permirent de collecter des renseignements dans la région, et il bénéficia tôt des services de bons intermédiaires. Si Alström incarnait à l’évidence la force politique derrière le traité algérien, son architecte fut sans doute Logie. Logie s’établit lui-même avec succès à Alger dans les années suivantes, parvenant à tirer son épingle du jeu dans les luttes de pouvoir locales. Tout en servant d’agent à de nombreux employeurs, il maintint des relations avec des figures de premier plan du monde politique et marchand suédois ayant des intérêts dans le commerce méditerranéen. Son habileté diplomatique comme son désir de satisfaire ses propres ambitions expliquent, semble-t-il, en grande partie la nature pragmatique des relations entre la Suède et les régences maghrébines au cours du XVIIIe siècle. Parallèlement à leur mission de représentation, les consuls se comportaient individuellement comme des entrepreneurs privés, encore totalement indépendants des transformations institutionnelles qui devaient toucher les services consulaires aux XVIIIe et XIXe siècles51.

Notes

1 Nous présentons ici un résumé de l’« affaire du Succès/Prince William », à laquelle nous avons consacré une étude détaillée à paraître. Pour plus de détails sur George Logie, voir Fryksén 2015, et notre thèse de doctorat en cours : Rogue Servants. Consuls and Free Agents in Ottoman North Africa and the Levant, 1710-1770. Nous sommes reconnaissant au Dr Gérard van Krieken pour son aide dans le traitement des archives néerlandaises.

2 Jonge 1861, p. 144-146 et 182.

3 Pour un inventaire détaillé de ces sources, voir Fryksén 2015.

4 Högberg 1969 ; Lindberg 2009.

5 Sur ce point, voir par ex. Kaukiainen 2004 ; Müller 2004, p. 61-69.

6 Müller 2004, p. 62.

7 Krëuger 1856, p. 24-28 et 225 ; Müller 2004, p. 142.

8 Pour une perspective comparative, voir les travaux consacrés à Robert Cole : Bromley 1987 ; Heywood 2003.

9 Hirschberg 1981, p. 18.

10 Wolf 1979, p. 314-315.

11 Ekegård fait de Logie un capitaine corsaire au service de la Suède et aux sympathies jacobites, mais sans avancer de preuves suffisantes ; plusieurs éléments indiquent au contraire que cela ne serait pas le cas. Voir Ekegård 1924, p. 395.

12 Müller 2007.

13 Ekegård 1924, p. 126.

14 Rudbeck 1859, p. 104.

15 London Metropolitan Archives, Parish of St Mary Magdalen, Old Fish Street, City of London, 1428-1946, A.

16 Stockholms stadsarkiv, Handelskollegiets arkiv (SSA, HKA), 26 novembre 1692 ; Ibid., « Register över borgare i Stockholm 1689-1750 ». Sur la famille Grill, voir Müller 2002, p. 174-192.

17 Au cours du XVIIIe siècle, les employés hollandais informèrent régulièrement La Haye du passage des navires à Elseneur. Ces listes constituent un important complément aux registres danois des droits du Sund, et contiennent des informations additionnelles sur Logie. Voir « De Nederlandse Sontregisters », Nationaal Archief (La Haye), Archief van de Staten-Generaal, Liassen Denemarken, vol. 7275-7293 (disponible sur The Soundtoll-project, URL : http://dietrich.soundtoll.nl).

18 SSA, HKA, 16 mai 1723 ; ibid., « Register över borgare i Stockholm 1689-1750 » ; Munthe 1959, p. 266.

19 Claes Wittmack le jeune (1686-1726), dont le père était originaire de Riga, avait hérité d’une fortune considérable et poursuivit avec succès l’entreprise paternelle. Il s’associa notamment avec Abraham Grill l’aîné (1674-1725) dans la fondation du quai Terra Nova dans le port de Stockholm (1716). Voir Zethelius 1956, p. 59 ; Wrangel 1912, p. 258 ; Börjeson 1932, p. 333-334.

20 Heckscher 1940.

21 Ekegård 1924, p. 281 et 396.

22 Riden 1986, p. 206.

23 Archives Nationales de Suède (ANS, Stockholm), Diplomatica Hollandica, vol. 895.

24 Hult 1986 ; Fröding 1919, p. 138-140 et 302.

25 Nilzén 2007, p. 19.

26 Börjeson 1932, p. 323.

27 Biographiskt Lexicon 1835, p. 156.

28 Traung 1952, p. 87.

29 Sturzenbecker 1863, p. 48.

30 Clason 1929, p. 556 ; Lindeberg 1941, p. 344, 356-361 et 368.

31 Steckzén 1959, p. 180.

32 Fröding 1919, p. 122 et 137-141 ; Haugard 1947 ; Fröding 1905.

33 Sur le courtage maritime à Alger, voir Heywood 2005.

34 Fryksén 2015, p. 47.

35 « Constitutorial för de algeriska handelsdeputerade », ANS, Frihetstidens utskottshandlingar 1719-1772, Riksdagen 1726-1727, I Sekreta utskottet, Supplement [Algiers] (R 2483), 14 juin 1727.

36 Ibid.

37 Krëuger 1856, p. 225 passim ; Rydberg – Boëthius 1922, p. 99-123 ; « Beskickningshandlingar 1727-1731, Beskickningsberättelse 1729, brev och memorial 1728-1731 », et « Algeriska deputationen, Konsul J. Alströms brev och memorial 1728-1732 », ANS, Diplomatica Turcica, bihang Algerica, vol. 1 et 13 ; Börjeson 1942, p. 203-204 ; Fröding 1919, p. 133-135.

38 Börjeson 1942, p. 45.

39 Holden à inconnu (probablement le duc de Newcastle), 24 novembre 1728, The National Archives (Kew), State Papers, 71, vol. 6.

40 Wieselgren 1842, p. 78-80 ; Krëuger 1856, p. 225-227 ; Rydberg – Boëthius 1922, p. 106-115.

41 Krëuger 1856, p. 397.

42 Holmberg 1957, p. 168.

43 « Extrait d’un mémoire du sieur Lemaire, consul de France à Alger », joint à une lettre datée du 8 mai 1750, Archives Nationales de France, AE B I 127, fol. 33-35 et 54-59.

44 Müller 2007, p. 3 et 10-11.

45 George Logie à Henning Gyllenborg, 29 juin 1748, Uppsala universitetsbibliotek (UUB), F 381.

46 Olof Rönling à Henning Gyllenborg, 19 décembre 1748, Ibidem.

47 Johann Heinrich Callenberg à George Logie, 11 avril 1733, Frankesche Stiftungen zu Halle, Archiv Datenbank zu den Einzelhandschriften in den historischen Archivabteilungen das Hauptarchiv, K-14 b, n° 244.

48 ANS, Utrikesexpeditionen, 3 mars 1747 ; ANS, Kommerskollegiums skrivelser till Kungl. Maj:t, vol. 65, 2 février 1747.

49 ANS, Biographica, L41. Encore en 1774, l’ancien consul se plaignait de ne recevoir qu’une pension de 1 000 rixdales d’argent, une somme qu’il considérait inférieure à celle perçue par ses collègues français et hollandais. Il semble que Logie n’ait jamais été complètement remboursée des dépenses qu’il avait engagées durant son consulat.

50 Biographiskt Lexicon 1835, p. 151.

51 Le sens et la portée de cette « révolution institutionnelle » sont discutés par Allen 2012b, et De Goey 2014.

Auteur

gustaf.fryksen@hist.lu.se

Mathieu Grenet (Traducteur)

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable