Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 1 – Les sources de l'enquête

Exploiter et éditer une correspondance consulaire. Premier retour d’expérience à partir du cas Fölsch

Pierre-Yves Beaurepaire et Silvia Marzagalli

Texte intégral

1En 2007, dans le cadre du master recherches « Histoire de la Méditerranée Moderne et Contemporaine » de l’Université Nice Sophia Antipolis, nous avons proposé aux étudiants la transcription d’un corpus de correspondances. Il s’agissait de les initier aux joies et aux pièges des documents manuscrits d’Ancien Régime, de les sensibiliser aux responsabilités d’un projet collectif, et de leur apprendre la rigueur et la précision d’exécution comme le respect des délais imposés. Chaque étudiant devait transcrire deux à trois lettres soit une dizaine de pages qui étaient ensuite mises bout à bout pour constituer un dossier à partir duquel ils devaient élaborer un petit mémoire sur un thème de leur choix : course barbaresque, conflits maritimes, peste, faits divers, etc. Si le temps de correction de leurs transcriptions dépassait le plus souvent celui nécessaire à un chercheur chevronné pour transcrire intégralement la correspondance, l’expérience nous a paru si formatrice que nous l’avons poursuivie chaque année depuis, en dépit de son caractère chronophage. Au fil des années, ces cohortes d’étudiants en histoire niçois ont produit plusieurs centaines de pages de transcriptions. L’intérêt du corpus nous a alors incités à en envisager la publication.

  • 1 Le chantier sur l’information consulaire en Méditerranée a donné lieu à un colloque, suivi de la p (...)
  • 2 Voir, sur cette thématique, Bartolomei – Marzagalli 2011.
  • 3 Les correspondances adressées à la chancellerie sont conservées au Riksarkivet (Stockholm), série (...)

2Puisque le programme de recherche quadriennal du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine comportait un volet sur l’information consulaire1, nous avions choisi une correspondance consulaire susceptible de permettre d’analyser à nouveaux frais la nature des informations envoyées par un consul en poste dans un grand port méditerranéen. Nous avons privilégié un poste d’un pays du Nord, afin d’approfondir en même temps les modalités de la présence nordique en Méditerranée au XVIIIe siècle, sur laquelle l’historiographie est plus diserte que sur la première modernité chère à Fernand Braudel2. Le choix s’est ainsi porté sur les lettres envoyées par les consuls suédois en poste à Marseille au XVIIIe siècle à l’une de leurs autorités de tutelle. Contrairement à leurs collègues à Gênes ou à Livourne, ceux-ci écrivent presque toujours en français lorsqu’ils s’adressent au chancelier de Suède ou au Conseil royal de la chancellerie, ce qui facilitait le travail3.

  • 4 La liste des postes consulaires et leur date de création dans Müller 2004, p. 42-44.
  • 5 Müller 2004 ; Müller 2011, p. 60. Les données sur les flottes pour 1786-1787, issues de sources fr (...)

3Créé en 1731, le poste consulaire de Marseille est le troisième ouvert par la Suède en Méditerranée, après ceux de Livourne (1720) et d’Alger (1729)4. Le maillage consulaire suédois, qui aboutit à la présence d’une vingtaine de consulats sur le pourtour méditerranéen au début des années 1780, s’inscrit dans la politique de promotion de la navigation et du commerce nationaux en Europe du Sud mise en œuvre par le gouvernement suédois dans les années 1720-1730. Cette politique passe aussi par la ratification de traités de paix avec les régences barbaresques (Alger 1729, Tunis 1736, Tripoli 1741). Elle permet désormais aux Suédois de naviguer en toute sécurité en Méditerranée. Comme l’a montré Leos Müller, l’Europe du Sud et la Méditerranée constituent, au XVIIIe siècle, une région importante non seulement en tant que marché, mais aussi car les armateurs suédois y dégagent des profits substantiels en offrant aux acteurs locaux leurs services de transport, notamment en temps de guerre, lorsqu’ils profitent de la neutralité de leur pavillon. Dans la seconde moitié du siècle, entre 25 % et 40 % de la flotte marchande suédoise – qui, à la fin de l’Ancien Régime, arrive en cinquième position en Europe, derrière la britannique, la française, la hollandaise et la danoise, mais devant l’espagnole – sont alors employés dans cette région5.

  • 6 Aux XVIIIe et XIXe siècles le poste consulaire suédois est aux mains d’une même dynastie familiale (...)
  • 7 Riksarkivet (Stockholm), Kabinettet Huduvarkivet, E2 FA-58. Cette liasse contient les lettres de 1 (...)

4Bien que nous ayons transcrit la totalité des correspondances de Marseille conservées dans la série Diplomatica Gallica, couvrant la période de 1734 à 1807, le choix de la publication s’est porté sur les lettres écrites par François Philippe Fölsch, qui succède, en 1780, à son père à la mort de celui-ci6. Ce choix a été sans doute influencé par nos intérêts personnels, qui nous poussaient plutôt vers la période de la Révolution. Une suite est envisageable avec la publication de la correspondance des prédécesseurs Butini et Fölsch père, mais aussi avec celle de la seconde partie de la longue carrière consulaire de Fölsch, en fonction à Marseille jusqu’à sa mort en 1832, et dont la correspondance est conservée dans une série différente7.

  • 8 À titre d’exemple, alors que Fölsch rédige 106 lettres au cours du premier semestre 1785 en sa qua (...)

5La correspondance transcrite constitue bien évidemment une partie mineure des missives qu’un consul du XVIIIe siècle est amené à rédiger dans le cadre de ses fonctions, sans même envisager celles qu’il peut produire au sein des autres réseaux dans lesquels il s’inscrit8. Régnicole français car né à Marseille, mais issu d’une famille protestante, d’un père négociant hambourgeois et d’une mère appartenant à l’internationale de la banque de Genève, éduqué en Suisse, avant de séjourner deux ans en Suède, franc-maçon et négociant, François Philippe Fölsch est en effet capable de mettre à profit ses différents réseaux d’appartenance pour cultiver son positionnement social dans chacun d’entre eux. C’est par ses contacts personnels que Fölsch se procure une partie des informations qu’il répercute à Stockholm, en mettant en avant au passage les apports de son tissu relationnel auprès de ses supérieurs (« mes liaisons particulières me mettent à même de bien servir Votre Excellence », 11 juillet 1785), notamment pour souligner sa capacité à se procurer des informations d’importance stratégique :

  • 9 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica Gallica, 511 et 512 respectivement.

Mes relations particulières, ma correspondance assez multipliée me mettent dans le cas pour l’avantage et l’accroissement du commerce suédois surtout pour l’augmentation de la navigation de notre pavillon particulièrement dans ces mers, de devoir être instruit de tout ce qui peut directement ou indirectement, concourir à faire fructifier mon service, objet unique et cher à mon ambition. (15 octobre 1790)9

  • 10 La lettre qui précède cette dernière est toutefois du 17 juillet 1805.

6Le corpus des correspondances que nous allons publier commence avec la prise de fonction de François Philippe Fölsch, en avril 1780, et s’arrête le 10 avril 180710. Il comprend un peu plus de 300 lettres de longueur variable, que nous avons intégralement transcrites, ainsi que leurs incluses, lorsque ces dernières étaient conservées. Le total des transcriptions dépasse un million de signes. Bien que volumineuse, cette correspondance présente des lacunes. Elles sont plus fréquentes en fin de période, et une partie seulement d’entre elles a pu être comblée par les registres des copies de lettres (voir graphique). Nous savons qu’au moins vingt-six lettres manquent à l’appel, car elles sont évoquées dans les correspondances postérieures, mais comme la mention de la date des envois précédents n’est pas systématique, les longs intervalles qui s’écoulent parfois entre deux lettres – ainsi entre le 29 septembre 1783 et le 4 juin 1784 – laissent craindre des pertes plus importantes. L’essentiel de la correspondance est adressé aux différents chanceliers qui se succèdent à Stockholm, mais l’on trouve occasionnellement des lettres envoyées à d’autres destinataires, dont une en 1804 au souverain lui-même.

  • 11 Les registres des copies des lettres que nous avons pu consulter sont numérotés par Fölsch n° 5, 9 (...)

7Les archives nationales suédoises conservent également quelques registres des copies des lettres de Fölsch. Si leur état de conservation est mauvais – plusieurs volumes sont moisis, rendant des passages entiers illisibles – et si des pages en ont été arrachées, leur étude permet cependant de reconstituer la toile des interlocuteurs du consul et la circulation des informations qu’il émet. Nous n’avons, pour l’heure, mis à profit les registres des copies de lettres que pour compléter la correspondance adressée à la chancellerie, ce qui nous a permis d’ajouter au corpus une trentaine de lettres dont les originaux ne se trouvent pas dans la liasse de la série Gallica, soit qu’elles ne soient jamais parvenues à destination, soit qu’elles aient été déplacées ou égarées par la suite11. Ces registres ne comprennent pas les différents documents que Fölsch joint parfois à ses missives : coupures de journaux, arrêtés, circulaires imprimées, actes collationnés (notariés et autres), mais aussi relations manuscrites des événements marquants, notamment militaires et navals. Le contenu des copies des lettres correspond en général fidèlement à l’original envoyé, si l’on excepte logiquement l’omission de la formule de politesse finale. Toutefois, Fölsch se limite parfois à un résumé quelque peu frustrant : ainsi, alors que le volume de copies des lettres comporte, le 6 mars 1792, une mention laconique – « envoyé une lettre de M. Tulin et informé des nouvelles » – l’original envoyé aborde les tensions entre Alger et la Suède et ses fâcheuses conséquences sur la navigation suédoise en Méditerranée, les incidents à Aix, le mouvement des ouvriers dans l’arsenal de Toulon, la pendaison d’une fleuriste contre-révolutionnaire à Marseille par « une nombreuse populace », la fuite des élites négociantes du département, le brigandage sur les chemins et, pour finir, la « triste situation de Saint-Domingue » dont la révolte des esclaves réduit à néant les expéditions coloniales marseillaises.

Fig. 1 – La correspondance connue de F. P. Fölsch avec la chancellerie à Stockholm (1780-1807).

Fig. 1 – La correspondance connue de F. P. Fölsch avec la chancellerie à Stockholm (1780-1807).

De la transcription à l’édition

8Au-delà de l’exercice pédagogique proposé à des apprentis chercheurs et de l’intérêt que représentent pour l’historien les vastes – même lorsqu’ils sont incomplets – corpus épistolaires, nous nous sommes interrogés sur le bien-fondé d’entreprendre un nouveau chantier, éditorial celui-ci : l’édition d’une correspondance consulaire. En l’espèce, celle de François-Philippe Fölsch, consul de Suède à Marseille. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, le passage de la transcription à l’édition ne va pas de soi. Par ailleurs, toute correspondance transcrite n’a pas automatiquement vocation à être éditée : le processus est long, coûteux en temps, en énergie et en argent ; le corpus est rarement complet et pour s’approcher de sa reconstitution intégrale, l’éditeur scientifique a souvent tendance, de proche en proche, à agréger de nouveaux fonds, de suivre les prédécesseurs et les successeurs – d’autant plus facilement s’ils sont apparentés – avec le risque des rendements décroissants et de finir par abandonner. L’interrogation préalable sur la raison d’être d’une telle entreprise est donc nécessaire.

  • 12 Voir à ce sujet : Zambon 2014. On pourra rapprocher son cas de celui du consul de France à Saloniq (...)
  • 13 Voir le beau chapitre consacré à Baraux intitulé « L’eredità del Settecento nella borghesia cosmop (...)

9Dans le cas de la correspondance de Fölsch, il ne s’agit pas de la correspondance particulière d’un consul qui serait un antiquaire comme le vice-consul à Athènes Louis-François-Sébastien Fauvel. Dans ce dernier cas, Fauvel a moins retenu l’attention comme consul chef de sa nation et défenseur des intérêts du commerce français en Grèce que comme intermédiaire culturel et muséographe12. Fölsch ne présente pas non plus un parcours aussi riche et scandé par des changements brusques de trajectoire que celui du négociant d’origine anversoise François Joseph Emmanuel Baraux installé à Trieste de 1776 à sa mort en 1829. Représentant de la compagnie d’Ostende puis directeur de la Compagnie de Trieste et de Fiume, consul-général des Provinces-Unies, puis de la République batave et après 1815 du royaume des Pays-Bas, auteur méconnu de Del Commercio e dell’industria (Venise, Picotti, 1828), franc-maçon de premier plan à Trieste, dans les États des Habsbourg et en Méditerranée, minéralogiste et bibliophile remarquable, il fut accusé par des Autrichiens, à la chute du Premier Empire, d’être trop favorable aux Français… Mais ces mêmes Autrichiens durent finalement se résoudre à le supporter tant son rôle dans l’animation de la place triestine et de la bourse de commerce, qu’il préside en 1818, le rendait indispensable13.

  • 14 Beaurepaire 2009.
  • 15 Voir notamment Cassan 1998.
  • 16 C’est le cas, par exemple, des correspondances consulaires de Stendhal, qui ont donné lieu à de no (...)

10À Marseille même, Fölsch n’a pas davantage la surface sociale et culturelle d’un Jean-Jacques Kick, consul impérial et du grand-duc de Toscane, en affaires avec les grandes figures du « port mondial » qu’est devenue Marseille, pour reprendre l’expression célèbre de Charles Carrière14. Faut-il pour autant aborder les consuls et leurs correspondances à travers le seul filtre de l’exceptionnel ? L’historiographie récente nous a appris tout l’intérêt qu’il y avait à étudier les profils intermédiaires, notamment à l’occasion de l’enquête autour des officiers « moyens » qui, significativement, a rapidement conclu à la nécessité, pour les connaître, de rechercher leurs traces écrites, intimes et professionnelles, pour en proposer l’édition15. Or, dans le champ consulaire, Fölsch est à sa manière un consul « moyen » d’une puissance « moyenne ». Dans cette acception, « moyen » ne signifie bien sûr pas médiocre. L’exercice à la fois éditorial et scientifique n’en est que plus stimulant, car l’édition doit faire la preuve, à chaque lettre, de l’intérêt de l’entreprise, précisément car la publication ne va pas de soi. En effet, prenons un épistolier connu, soit pour ses talents littéraires, soit par sa naissance distinguée, ou sa carrière au service du prince. La découverte de lettres inédites, écrites ou reçues par lui, appelle sans problème leur publication rapide, tant les études de correspondance ont intégré la quête de l’exhaustivité d’un corpus épistolaire donné16. Ici au contraire, il faut faire la preuve à chaque pas de l’intérêt d’une telle édition, y compris pour l’objet qui nous intéresse dans le présent ouvrage, savoir De l’utilité commerciale des consuls. Une édition de correspondance littéraire ou diplomatique paraît, à tort ou à raison, spontanément « utile » aux chercheurs intéressés par ces domaines. À l’inverse, la lecture d’une correspondance consulaire ne permet pas de mettre immédiatement au jour les preuves de « l’utilité commerciale des consuls » dans le quotidien de leur action, tant les documents produits, qui de surcroît sont tantôt plutôt des lettres, tantôt plutôt des rapports d’activité, adoptent une position de surplomb pour résumer l’activité d’un poste consulaire – notamment quand la chancellerie royale est destinataire – et entrent beaucoup plus rarement dans le détail de leur action de terrain. Il faut donc mettre en évidence la mécanique de l’activité consulaire pour montrer que la correspondance permet de mieux comprendre non seulement le fonctionnement d’un poste mais aussi, en filigrane, son engagement concret en faveur de la défense et de la promotion des intérêts commerciaux de la Couronne et de ceux qui les servent.

11Pour parvenir à ce but, le travail de définition de l’appareil critique souhaité est un préalable. Comme nous n’avons pas affaire à une correspondance littéraire, son édition n’est donc heureusement pas confrontée aux écueils de l’identification des textes en circulation et de leurs auteurs. En revanche, l’entreprise doit faire face aux références fréquentes et nombreuses, parfois allusives, à des événements locaux, nationaux et internationaux qui ne sont pas seulement la toile de fond des relations commerciales à Marseille, mais influent directement sur elle. La veille, en termes d’informations sanitaires, est ainsi omniprésente dans la correspondance. Elle porte tout d’abord témoignage de la sensibilité de Marseille, bien après 1720, à tout ce qui pourrait laisser supposer un retour de la peste.

  • 17 Riksarkivet (Arninge), Konsulatarkiv Marseille, B1-3, vol. 11, p. 58-60. L’orthographe, la syntaxe (...)

Stockholm [à] Son Excellence le comte d’Oxenstierna le 7 mars 1788
La nouvelle que j’ai eue l’honneur de donner à Votre Excellence par ma dernière lettre du 4 de ce mois, que la peste s’était derechef déclarée à Alger s’est complètement confirmée. Voici les détails que je me suis procuré à ce sujet.
Le bureau de santé de cette ville avait reçu depuis une quinzaine de jours une lettre du consul de France à Alger qui le prévenait que quelques accidents s’étaient déclarés dans les environs, mais les derniers bâtiments arrivés ici de Majorque ont porté à ce bureau des lettres de l’administration de santé dans cette île, qu’elle avait reçues d’Alger même l’avis certain que la peste avait pénétré dans la ville et que vers le milieu de février, il y mourait de huit à neuf personnes de ce cruel fléau. On s’attendait à la vérité à ce nouvel accident parce qu’il est fort rare qu’après que la peste a paru assez dans les contrées qu’elle afflige, elle ne développe ensuite de nouveau toute sa violence par une rechute. Cette ville de Marseille en est un exemple, la rechute y fut infiniment plus meurtrière que la première attaque. Aussi craint-on d’apprendre par les prochaines lettres d’Alger que le nombre des victimes va toujours en croissant17.

12La veille sanitaire a aussi des implications très concrètes : permettre aux Suédois de prendre la mesure des risques encourus par le commerce en Méditerranée et au-delà – si les pics épidémiologiques réussissent à franchir les barrières sanitaires – et d’intégrer à la fois la durée réelle, la contrainte forte mais aussi l’intérêt d’une quarantaine rigoureusement imposée comme elle l’est à Marseille. S’il ne s’agit pas, de note en note, de refaire l’histoire de la peste en Méditerranée, il est néanmoins nécessaire d’avertir le lecteur de l’importance du phénomène dans les préoccupations des acteurs et des observateurs du temps, et de montrer notamment leur attention aux bulletins publiés par la Santé de Marseille, que Fölsch annexe à ses courriers.

13De même, les mentions des troubles et des successions politiques dans les régences barbaresques ne permettent pas seulement de saisir sur le vif comment le représentant d’une puissance européenne perçoit – au temps des despotismes éclairés – le despotisme oriental et ses traductions brutales – mais aussi ici la surprise devant une transition sans heurt, associée à des jugements de valeur.

  • 18 Il s’agit respectivement de Mohamed Ben Osmane Khodja (1766-1791) et de Karabaghli Hassan dit Dey (...)
  • 19 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica, Gallica, 512, lettre du 29 juillet 1791.

Messieursr du Bureau du Président de la Chancellerie Royale à Stockholm
Messieurs,
J’ai l’honneur de vous accompagner ci-joint trois lettres pour vous Messieurs qui me sont parvenues hier d’envoi de Monsieur Brandel consul de Sa Majesté à Alger, vous y apprendrez sans doute la mort du dey Mahomet Pacha qui décéda le 12 de ce mois et fut de suite remplacé par le grand trésorier Hassan18, cet événement si dangereux dans un gouvernement électif et aussi turbulent que cette régence s’est passé le plus tranquillement du monde et j’apprends avec une vive satisfaction qu’un des premiers soins du nouveau dey a été de confirmer le traité de paix avec la cour de Suède, ainsi notre commerce a tout lieu d’espérer que la navigation dans la Méditerranée n’a rien à redouter des corsaires algériens et que la bonne harmonie continuera à se maintenir19.

14Les lettres montrent aussi clairement comment fonctionne un réseau d’information consulaire, et comment il peut dysfonctionner en raison des aléas politiques, de la disgrâce d’un consul auprès d’une régence, ou de l’effet domino d’une entrée en guerre. L’appareil critique doit donc permettre au lecteur de prendre connaissance d’un événement, par exemple une crise de succession qu’il ne connaît pas nécessairement, ou le transit par Marseille d’une ambassade. En revanche, il ne doit pas avoir un caractère purement informatif, comme c’est parfois le cas dans les éditions de correspondance, où l’érudition pour elle-même le dispute à la recherche d’une annotation systématique de tout fait mentionné. L’appareil critique devient alors un livre dans le livre et tend à escamoter l’édition de la correspondance, qui n’est plus qu’un pré-texte, alors même que le projet éditorial visait à la « publier » et à la mettre en valeur. Il faut donc d’une part accepter de ne pas tout commenter, et, d’autre part, lorsque la source le permet, de révéler – au sens photographique du terme – les incidences commerciales de tel événement, de telle situation dont l’auteur se fait l’écho. C’est ainsi qu’on ne perd pas de vue qu’il s’agit de la correspondance entretenue ès qualités par un consul avec ses différentes autorités de tutelle. Partant, il nous est apparu de plus en plus que le consul de Suède à Marseille avait un rôle non seulement de maillon dans la chaîne consulaire mise en place par son royaume, mais aussi de plaque-tournante dans la réception et la restitution des informations qui lui parvenaient, notamment en provenance d’autres consuls – suédois, mais aussi danois ou représentants les intérêts d’autres puissances, qu’il côtoie à Marseille – qu‘il annonce ou double – pour éviter les pertes et les retards dans la réception. Perceptible à travers l’activité épistolaire de notre consul, ce hub marseillais en matière d’information lui donne à la fois une valeur ajoutée et, pour reprendre les catégories développées par Arlette Jouanna, un crédit local et un crédit central. Local, car les négociants suédois qui bénéficient de ces informations fraîches, mais aussi évaluées, croisées et validées, possèdent un avantage comparatif important sur leurs concurrents, c’est cela l’utilité commerciale d’un consul. Crédit central aussi, car en alertant de manière appropriée Stockholm, Fölsch s’impose comme l’homme de la situation qui sait faire face à la difficulté, et prévenir les risques. Il sait aussi signaler les temps faibles de l’activité consulaire : rien ne mérite d’être particulièrement signalé à la tutelle, signe que les affaires vont leur train. L’annotation de la correspondance doit ici suivre ces basses eaux de l’activité consulaire, comme si elle en assurait le monitoring. Il ne faut pas regretter ce manque apparent d’informations factuelles dans de nombreuses correspondances. Elles sont en effet le témoin d’une activité moyenne, en soi éclairante, et elles font d’autant plus ressortir les temps forts de l’activité consulaire, lorsque les intérêts du commerce suédois sont en jeu et nécessitent l’intervention à la fois rapide et efficace du consul.

15L’exemple du traitement des affaires de captures de navires suédois par la course et des procédures judiciaires qu’elles déclenchent est ainsi particulièrement emblématique de l’utilité commerciale d’un consul. Dans sa correspondance, Fölsch rend compte de ses interventions et de la stratégie dans laquelle elles s’insèrent. L’édition de la correspondance ne permet pas de suivre le détail de chaque affaire, depuis la capture à l’éventuelle cassation en passant par les jugements en première instance et en appel. Mais elle dispose de plusieurs instruments, à portée variable, pour donner au lecteur les éléments factuels essentiels, lorsqu’ils ne sont pas contenus dans la correspondance-même. En effet, rien n’est pire qu’une édition de correspondance dont l’appareil critique se borne à paraphraser la source. Si celle-ci est explicite, il n’est pas besoin de la reprendre. Toute décision d’annoter doit obéir au principe selon laquelle l’annotation enrichit le texte et fournit les clés d’interprétation d’une affaire qui, ici, intéresse à la fois des intérêts commerciaux et nationaux et le sens-même de la fonction consulaire. On peut distinguer cinq instruments.

  • 20 Sur ces cas, voir Beaurepaire 2016.

16Prenons le cas du navire suédois Le Quintus condamné en première instance à Carthagène en 1797 par le consul français, jugé en appel au tribunal civil du département des Bouches-du-Rhône séant à Aix-en-Provence l’année suivante, avant de passer devant le conseil des prises récemment institué par Bonaparte, après la cassation de l’arrêt rendu à Aix20. Fölsch mentionne à deux reprises le cas. En juin 1798, il écrit :

  • 21 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica, Gallica, 512, lettre datée du 20 juin 1798.

Les jugements des quatre procès de prises de bâtiments suédois que je poursuis par devant le tribunal d’Aix sont fort longs à pouvoir obtenir, depuis plus de quatre mois je suis renvoyé de huitaine en huitaine pour celui du capitaine Luthman de Göteborg ; j’ai encore été hier à Aix pour en solliciter l’expédition au tribunal, et malgré la promesse qu’on m’avait faite qu’il serait positivement jugé ce jour-là, comme il y avait une cinquantaine d’autres procès, on me renvoya à demain 21 courant en sorte que je suis obligé d’y retourner étant très à propos que je plaide moi-même au tribunal, ces soins paraissant faire impression sur l’esprit des juges21.

17En premier lieu, la note factuelle qui résume les circonstances de la prise, identifie les protagonistes et, au fil de la relation de l’affaire par le consul, précise quand c’est nécessaire quels en sont les nouveaux protagonistes et le cours suivi. Elle peut prendre cette forme longue ou être plus concise :

Parti de Göteborg en mai 1796, Le Quintus, un brigantin commandé par le capitaine Magnus Luthman appartenant à Beckman de Göteborg, s’est d’abord rendu à Amsterdam, Barcelone, Alicante et Londres. A plusieurs reprises, il a été visité par des corsaires et vaisseaux anglais et portugais et toujours relâché. Après une dernière visite par un corsaire anglais, il a été conduit à Gibraltar où les autorités l’avaient libéré. Le 13 messidor an V [1er juillet 1797], c’est le tour d’un corsaire français, L’Epervier, capitaine Jean Viaud, de l’intercepter à la hauteur d’Almeria et de le conduire à Carthagène. Le Quintus rentrait alors de Londres sur lest –ce que Fölsch prend soin de mentionner– pour charger –classiquement– du sel à Alicante avant de rentrer en Suède et de terminer sa caravane. Sur le rapport du chancelier du consulat, le consul a déclaré Le Quintus de bonne prise au motif qu’il ne disposait pas de passeport en règle.

  • 22 Ibid., lettre datée du 8 mars 1798.

18Ensuite, il est possible de proposer, au terme de la relation de l’affaire, une note infrapaginale conclusive qui en fait ressortir, au-delà de la décision judiciaire finale, la portée globale et la signification pour les acteurs. C’est d’autant plus souhaitable, que Fölsch lui-même, par la nature de la correspondance échangée avec ses supérieurs, doit faire la synthèse et proposer des analyses. Il écrit ainsi au chancelier : « La navigation suédoise comme celle des autres neutres souffre maintenant considérablement dans la Méditerranée par l’immense quantité de corsaires des puissances belligérantes22 ». Une note conclusive peut prendre la forme suivante :

Comme l’indique Portalis en sa qualité de commissaire du gouvernement dans ses conclusions devant le conseil des prises, dans cette affaire « toute la contestation roule sur le degré de confiance qu’il faut ajouter au passeport dont le capturé est porteur » [Archives nationales, AD VII 45, dossier C, pièce 30 ; Conseil des Prises, 16 thermidor an VIII]. L’enjeu est considérable car il s’agit de faire respecter le droit des neutres vis-à-vis des caravanes en temps de guerre. Pour le commissaire du gouvernement près le conseil des prises : « Aucune loi n’a prohibé aux neutres la caravane en temps de guerre ; car la neutralité d’une nation, qui n’est pour cette nation que la continuation de l’état de paix, doit lui garantir tous les avantages attachés à cet état. Le capturé était donc muni d’un passeport régulier, légal et conforme à l’espèce de voyage qu’il avait entrepris ».

  • 23 Les conclusions de Portalis sont citées aux États-Unis (en français) en annexe des Reports of Case (...)
  • 24 À titre d’exemple : Beaurepaire – Marzagalli 2013 ; Beaurepaire 2016.

19L’affaire a par ailleurs intéressé Merlin de Douai et de nombreux jurisconsultes étrangers. Il est donc également possible d’insérer en annexe de l’édition les factums ou des extraits de factum que les parties ont produits ainsi que les commentaires des jurisconsultes23. Il faut enfin insister sur l’importance d’une introduction longue dans les éditions de sources, qui peut prendre la forme d’un véritable essai, à la fois circonstancié et problématisé, pour montrer le potentiel de la source, les enjeux critiques et scientifiques de son édition. Si l’introduction est réduite à une simple présentation de la source, le lecteur n’aura pas toujours la possibilité d’en saisir la portée, le caractère « moyen » et/ou extraordinaire. Enfin, comme une édition critique, même précédée d’un solide essai introductif, est contrainte par la situation de l’édition savante et la crainte des éditeurs même académiques, de se trouver face à des volumes trop gros qui rebutent les éventuels lecteurs, il importe de compléter ce dispositif éditorial par des articles, chapitres d’ouvrages collectifs, communications, qui tous éclairent soit des points particuliers, soit mettent en relief cette source particulière ou telle thématique particulière (pour ce qui nous concerne l’information consulaire a été pour l’heure privilégiée, mais c’est une parmi d’autres) en rapprochant cette source éditée, d’autres écrits, inédits ou non, qui soit la complètent, soit la contredisent24.

20Comme l’histoire culturelle des intermédiaires nous l’a appris, une source épistolaire n’est pas une pépite isolée dans une gangue d’insignifiance, que l’édition critique dégagerait à grands coups d’érudition pour l’enfermer dans le sanctuaire de l’édition de référence « définitive », oublieux de son insertion dans un monde d’échanges. La penser à la fois comme la trace d’actions et d’interactions permet de l’ouvrir sur son environnement géographique, social, économique, institutionnel et d’en proposer une lecture dynamique.

Annexe 1 – Lettre du consul suédois à Marseille, François Philippe Fölsch, à Carl Vilhelm von Düben, [Marseille] 8 novembre 1791

21Source : Riksarkivet (Arninge), Konsulatarkiv Marseille, Copie des lettres du consul Fölsch, B1-3, vol. 12, pp. 87-89.

  • 25 Carl Vilhelm von Düben (1724-1790), président de la chancellerie de Suède, en charge des Affaires (...)
  • 26 Henrik Gottfried Brandel (1739-1828), consul de Suède à Alger de 1766 à 1791. Parti dans les circo (...)
  • 27 Grâce à la rapidité de la diffusion de l’information de cette rupture, aucun navire suédois n’est (...)
  • 28 Georg Gustaf Wrangel (1728-1795), militaire, exerce cette fonction en Italie depuis 1788.
  • 29 Peter Vilhelm Törngren, consul de Suède à Livourne de 1776 à sa mort, survenue en 1800.
  • 30 La navigation suédoise à Marseille diminue sensiblement à partir de 1788 en raison du conflit qui (...)
  • 31 Charles-Louis Huguet de Montaran, comte de Sémonville, conseiller au parlement de Paris, est l’un (...)
  • 32 Dans la nuit du 22 août 1791, une révolte d’esclaves éclate dans la partie nord de l’île de Saint- (...)
  • 33 La hausse est confirmée par des correspondances marchandes : la veille, Chauvet écrivait depuis Ma (...)
  • 34 Pour faire face aux besoins de trésorerie les plus urgents, et pour consolider et réabsorber la de (...)
  • 35 À la veille de la Révolution, Marseille s’est affirmé comme le deuxième port colonial français, de (...)

22[destinataire] Stockholm, à Son Excellence le sénateur comte de Düben25, le 8 novembre 1791
Par le courrier d’Italie avant-hier j’ai reçu une lettre de Monsieur Brandel consul de Votre Majesté à Alger qui m’assure que le 15 octobre le nouveau dey avait inopinément déclaré la guerre à la nation suédoise ne laissant que cinq jours au dit consul pour quitter le pays26. En conséquence il s’est embarqué avec sa famille sur une frégate de guerre hollandaise et est arrivé après une brève traversée de cinq jours à Livourne. Je ne doute point Monseigneur que vous n’ayez reçu plusieurs jours avant la présente cette nouvelle avec des détails circonstanciés des causes d’un événement aussi inattendu mais je dois avoir l’honneur de vous rendre compte que je me suis hâté d’écrire par ce courrier à tous mes collègues consuls de Sa Majesté dans les ports de France, Espagne, Portugal, Angleterre et Hollande pour les prier d’en informer les capitaines de navires marchands qui pourraient se trouver dans leurs divers départements afin qu’ils prennent les précautions que la prudence suggère dans pareilles circonstances27. Les consuls en Italie ont été informés par Monsieur le baron de Wrangel28 envoyé extraordinaire de Sa Majesté actuellement à Gênes et par Monsieur le consul Törngren de Livourne29.
Il se trouve maintenant dans ce port six navires suédois dont les capitaines attendront les ordres de leurs propriétaires ou les forces que Sa Majesté pourra juger convenables d’envoyer dans ces parages pour protéger la navigation de ses sujets. Mais je suis dans de cruelles inquiétudes sur le sort des bâtiments qui naviguent maintenant sans aucune méfiance dans la Méditerranée. Il s’en attend dix ou douze destinés pour ce port30.
Des lettres particulières d’Alger et d’Italie apprennent que l’on craint que la régence ne soit dans des intentions peu pacifiques envers la république de Venise et la France. Relativement à cette dernière, le dey insistait fortement pour la restitution de sept Algériens pris par les Génois sur les côtes de France. Cette restitution traînait en négociation depuis quelques mois, mais sur les lettres du consul de France à Alger, Monsieur de Sémonville31 envoyé de France à Gênes a pris sur lui sans attendre les ordres de sa cour de s’arranger de suite avec la République pour ces sept hommes et a affrété un bâtiment français pour les conduire à Alger.
Cependant la consternation règne parmi nos assureurs qui outre leurs risques sur les navires suédois craignent pour le pavillon français. Les fâcheuses nouvelles de Saint-Domingue où une révolte qu’on assure presque générale a éclaté parmi les esclaves donnent à cette place des inquiétudes non moins violentes32. Les denrées des colonies ont augmenté dans dix jours de 25 à 30 pour cent33 et le commerce maritime de France qui depuis la Révolution surtout par l’établissement des assignats avait gagné des sommes immenses est à la veille d’éprouver un échec qui détruisant au-delà de tous les bénéfices ne laissera que le souvenir d’un beau songe. Cette ville est fort tranquille depuis quelques jours mais nous avons éprouvé peu avant une forte fermentation qui s’est heureusement dissipée sans aucun accident. Ce qui avait le plus contribué à la tranquillité était la grande abondance de travail pour le peuple par l’activité extraordinaire du commerce et des fabriques résultat de l’émission du papier monnaie qu’on cherche à faire circuler avec rapidité dès qu’on l’a reçu34 mais la stagnation dans les expéditions pour les colonies d’Amérique où ce port seul envoyait de 150 à 180 navires par an35 ne peut manquer de refluer sur les ouvriers et les fabricants.

Notes

1 Le chantier sur l’information consulaire en Méditerranée a donné lieu à un colloque, suivi de la publication d’un volume collectif : Marzagalli 2015.

2 Voir, sur cette thématique, Bartolomei – Marzagalli 2011.

3 Les correspondances adressées à la chancellerie sont conservées au Riksarkivet (Stockholm), série Diplomatica ; pour Marseille, Diplomatica Gallica, 509-512. Alors que toutes les missives marseillaises au chancelier sont en français, les lettres adressées au Conseil royal de la chancellerie, expédiées souvent aussi au Conseil royal de Commerce, sont en suédois. La correspondance adressée au Conseil royal de Commerce est conservée dans une autre série archivistique (Kommerzcoll E VI aa 331), mais elle présente la difficulté pour nous d’être presque intégralement en langue suédoise.

4 La liste des postes consulaires et leur date de création dans Müller 2004, p. 42-44.

5 Müller 2004 ; Müller 2011, p. 60. Les données sur les flottes pour 1786-1787, issues de sources françaises, dans Romano 1962, p. 578.

6 Aux XVIIIe et XIXe siècles le poste consulaire suédois est aux mains d’une même dynastie familiale : le consul Jean Antoine Butini (1734-1763) cède sa place à son genre Henrik Jacob Fölsch (1763-1780), père de François Philippe (1780-1832), dont le fils et le petit-fils sont consuls de Suède à Marseille jusqu’en 1881. Voir Almquist 1912-1915.

7 Riksarkivet (Stockholm), Kabinettet Huduvarkivet, E2 FA-58. Cette liasse contient les lettres de 1810-1811, puis une série continue à partir de 1814. En 1809, avec l’adoption de la nouvelle constitution, la division des affaires étrangères (Utrikesexpeditionen) de la chancellerie (Kansliet) fut supprimée et les compétences en matière de relations extérieures furent attribuées exclusivement au Cabinet pour la correspondance extérieure (Kabinettet för utrikes brevväxlingen), embryon du futur ministère des Affaires étrangères. Voir Tommos 1980, p. 3.

8 À titre d’exemple, alors que Fölsch rédige 106 lettres au cours du premier semestre 1785 en sa qualité de consul, onze seulement sont adressées à la chancellerie : Riksarkivet (Arninge), Konsulatarkiv Marseille, B1-2, vol. 9 (1784-1786) ; Riksarkivet (Stockholm), Gallica 511.

9 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica Gallica, 511 et 512 respectivement.

10 La lettre qui précède cette dernière est toutefois du 17 juillet 1805.

11 Les registres des copies des lettres que nous avons pu consulter sont numérotés par Fölsch n° 5, 9, 11 et 12. Les volumes 6 à 8 et 10 sont perdus. À partir du vol. 13, les conservateurs ne nous ont pas communiqué les registres en raison de leur état dégradé. Au total, nous avons pu consulter les copies des lettres du 7 avril 1780 au 30 juillet 1781, du 23 août 1784 au 13 janvier 1786, et du 6 novembre 1787 au 2 juin 1796. Une centaine de pages ont toutefois été arrachées dans le vol. 12 : la lacune concerne la période du 12 décembre 1794 au 14 août 1795. Ces registres des copies des lettres ont permis de repérer 34 lettres supplémentaires adressées au chancelier, alors que seules huit d’entre elles sont mentionnées dans la correspondance conservée dans la série Gallica. À ces lettres, s’ajoutent celles retrouvées par Fredrik Thomasson dans les papiers privés du comte Johan Gabriel Oxenstierna.

12 Voir à ce sujet : Zambon 2014. On pourra rapprocher son cas de celui du consul de France à Salonique, Esprit-Marie Cousinéry, étudié par Koutzakiotis 2005. Pour une mise en perspective : Beaurepaire 2017 (à paraître). À partir de la correspondance officielle et privée du consul français à Tunis Jacques-Philippe Devoise, Christian Windler met en avant son rôle d’intermédiaire culturel, montrant aussi les biais introduits par une perspective fondée uniquement sur les papiers officiels, alors que le recours aux papiers privés redonne au consul toute sa place d’acteur à part entière, y compris vis-à-vis de ses autorités de tutelle (Windler 2002).

13 Voir le beau chapitre consacré à Baraux intitulé « L’eredità del Settecento nella borghesia cosmopolita : F.E.J. Baraux, commerciante e intellettuale », par Trampus 1990, p. 156-189, qu’on pourra compléter à propos du contexte à la fois des affaires et de la politique à Trieste par Fauchon-Chardon 2013. Pour d’autres exemples d’édition de corpus consulaires, voir Guichard 2003 ou Rompkey 2007.

14 Beaurepaire 2009.

15 Voir notamment Cassan 1998.

16 C’est le cas, par exemple, des correspondances consulaires de Stendhal, qui ont donné lieu à de nombreuses publications. Nous renvoyons le lecteur à la bibliographie exhaustive sur les services consulaires que Jörg Ulbert a publié dans les Cahiers de la Méditerranée (Ulbert 2016).

17 Riksarkivet (Arninge), Konsulatarkiv Marseille, B1-3, vol. 11, p. 58-60. L’orthographe, la syntaxe et la ponctuation ont été modernisées.

18 Il s’agit respectivement de Mohamed Ben Osmane Khodja (1766-1791) et de Karabaghli Hassan dit Dey Hassan (1791-1798).

19 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica, Gallica, 512, lettre du 29 juillet 1791.

20 Sur ces cas, voir Beaurepaire 2016.

21 Riksarkivet (Stockholm), Diplomatica, Gallica, 512, lettre datée du 20 juin 1798.

22 Ibid., lettre datée du 8 mars 1798.

23 Les conclusions de Portalis sont citées aux États-Unis (en français) en annexe des Reports of Cases 1821, et également intégrées dans le manuel de droit maritime publié à Hambourg par le Danois Jacobsen 1803, vol. 1, p. 550-555, où l’on peut lire en préambule cette appréciation : « Es ist zu Ehren der französischen Gerechtigkeit zu hoffen, dass das Schiff in den folgenden Instanzen mit Schadenersatz und Kosten freigesprochen worden ist » [Ibid., p. 550]. (Il est à espérer pour l’honneur de la justice française que le navire obtiendra la mainlevée avec dommages et intérêts devant les instances d’appel qui auront à statuer sur cette affaire).

24 À titre d’exemple : Beaurepaire – Marzagalli 2013 ; Beaurepaire 2016.

25 Carl Vilhelm von Düben (1724-1790), président de la chancellerie de Suède, en charge des Affaires étrangères depuis 1788.

26 Henrik Gottfried Brandel (1739-1828), consul de Suède à Alger de 1766 à 1791. Parti dans les circonstances décrites par Fölsch, il est remplacé après le retour de la paix par Matthias Arcimboldus Skjöldebrand. Sur les consuls suédois, voir Almquist 1912-1915.

27 Grâce à la rapidité de la diffusion de l’information de cette rupture, aucun navire suédois n’est capturé par les corsaires algériens. Le conflit, dû à l’insuffisance des présents suédois remis au dey, est par ailleurs de courte durée, car la Suède et Alger signent la paix dès le 25 mai 1792. Il s’agit de la première rupture survenue entre la Suède et la régence d’Alger depuis la ratification du traité de 1729. Voir Müller 2004, p. 126-127.

28 Georg Gustaf Wrangel (1728-1795), militaire, exerce cette fonction en Italie depuis 1788.

29 Peter Vilhelm Törngren, consul de Suède à Livourne de 1776 à sa mort, survenue en 1800.

30 La navigation suédoise à Marseille diminue sensiblement à partir de 1788 en raison du conflit qui l’oppose à la Russie. En 1790, cinq bâtiments seulement y entrent. 1791 marque toutefois le début de la reprise, avec 22 arrivées (Carrière 1973, p. 1062). Au cours du XVIIIe siècle, la Suède avait souvent profité de sa neutralité pour accroître sa présence commerciale en Méditerranée (Müller 2011, p. 45-70).

31 Charles-Louis Huguet de Montaran, comte de Sémonville, conseiller au parlement de Paris, est l’un de ces aristocrates qui embrassent rapidement les idées révolutionnaires. Proche de Talleyrand, du comte de Provence, de Lafayette et de Mirabeau, il est nommé ministre plénipotentiaire à Gênes en novembre 1790. Au moment où Fölsch rédige cette lettre, il a pris ses fonctions depuis six mois. Quelques mois plus tard, il est nommé ambassadeur à Constantinople, poste qu’il n’occupera pas, faute d’avoir obtenu l’agrément de la Porte.

32 Dans la nuit du 22 août 1791, une révolte d’esclaves éclate dans la partie nord de l’île de Saint-Domingue et gagne rapidement du terrain. La nouvelle vient de parvenir à Marseille : le négociant Chavet avait écrit la veille à l’un de ses correspondants en France : « Il est question d’une révolte des Noirs dans la plaine du Cap : nous croyons l’affaire exagérée. Il n’est pas moins vrai que nous n’avons aucune nouvelle de ce pays depuis le mois d’août ». À la même date, il précisait à un correspondant au Cap-Français le cheminement de l’information, qui avait eu du mal à franchir l’Atlantique en pleine saison des ouragans : « On fait courir le bruit aujourd’hui que l’insurrection est de 50 000 Noirs à la plaine du Cap […]. Cette nouvelle est venue voie de Londres, par la Jamaïque ». Cités par Deschanel 2014, p. 275.

33 La hausse est confirmée par des correspondances marchandes : la veille, Chauvet écrivait depuis Marseille à son correspondant au Cap-Français que la nouvelle de l’insurrection des esclaves « a donné lieu à quelques spéculations sur les denrées des Îles. Les sucres ont haussé, ainsi que les cafés ». Cité par Deschanel 2014, p. 270.

34 Pour faire face aux besoins de trésorerie les plus urgents, et pour consolider et réabsorber la dette de l’État, le Trésor émet à partir de 1789 des titres, appelés assignats car leur valeur est assignée (c’est-à-dire gagée) sur les biens de l’Église dont la nationalisation a été votée le 2 novembre 1789. Les assignats, conçus comme titre de payement pour l’achat des biens nationaux, deviennent papier-monnaie en avril 1790, alors que l’État multiplie leur émission. Par conséquent, le cours de l’assignat commence à se déprécier, et ceux-ci sont négociés au-dessous de leur valeur nominale. La dépréciation est, à l’époque de cette lettre, encore contenue : la véritable inflation des assignats n'intervient qu’à la fin de 1792. Sur le court terme, la multiplication des moyens de paiement provoque un effet de levier qui dynamise l’économie.

35 À la veille de la Révolution, Marseille s’est affirmé comme le deuxième port colonial français, derrière Bordeaux : en 1788, alors que le port girondin expédie 253 navires vers l’Amérique (Saint-Domingue, Martinique, Guadeloupe, Tobago, Guyane), Marseille en arme 141 (cf. Tarrade 1972, t. II, p. 730-731). D’après les relevés des entrées de navires effectués Charles Carrière (Carrière 1973, vol. I, p. 332), l’année 1788 constitue toutefois un pic dans les trafics coloniaux marseillais : Fölsch semble donc ici surestimer un peu la réalité. La croissance avait été très marquée, puisqu’en 1773, le port phocéen n’avait armé que 82 navires pour les colonies.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La correspondance connue de F. P. Fölsch avec la chancellerie à Stockholm (1780-1807).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteurs

pybeaurepaire@gmail.com

silvia.marzagalli@unice.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable