Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 1 – Les sources de l'enquête

L’exploitation de la correspondance consulaire. Apports et enjeux d’un traitement quantitatif des données

Arnaud Bartolomei et Vivien Faraut

Texte intégral

  • 1 Pour des synthèses récentes sur la question, voir Delacroix et al. 2010, p. 412-419 et Lemercier – (...)
  • 2 Selon l’expression de Jacques Revel dans sa préface à Levi 1989, p. VI.
  • 3 L’expression d’« histoire inquiète » est empruntée à Patrick Boucheron, auteur d’un long entretien (...)
  • 4 Nous nous référons ici à trois projets qui ont bénéficié d’un financement de l’ANR au cours de ces (...)

1Après avoir un temps quitté le devant de la scène historiographique, en raison des critiques, souvent justifiées, dont elles furent l’objet dans les années 1980, les approches quantitatives ont aujourd’hui pleinement retrouvé leur place parmi les outils dont disposent les historiens pour exploiter leurs sources et produire de la connaissance historique1. Ce renouveau ne saurait cependant se résumer à un simple retour aux méthodes sérielles telles qu’elles étaient pratiquées à la grande époque des Annales. Les critiques formulées à l’encontre de la « réification » des catégories – « reçues plutôt que critiquées, décrites plus souvent qu’analysées »2 –, de la formalisation excessive des sources, du recours abusif à la « pesée globale » et, plus généralement, de la « fossilisation du réel » qui aurait résulté de ces différents travers de l’histoire sérielle, semblent en effet avoir été entendues par les chercheurs qui entreprennent aujourd’hui des études quantitatives. Ainsi, l’histoire quantitative actuelle se montre-t-elle soucieuse de construire ses propres catégories d’analyse en demeurant le plus près possible des catégories « indigènes », celles qui sont formulées et utilisées dans les sources. En outre, si elle ne s’interdit pas de coder les informations en vue de leur exploitation quantitative, elle le fait en s’efforçant de ne jamais oublier que la connaissance ainsi produite ne livre qu’une vision stylisée de la réalité. Il ne serait d’ailleurs pas abusif de souligner que cette nouvelle histoire quantitative aurait plutôt tendance à pêcher par ses excès inverses et par sa fidélité quasi-maladive vis-à-vis des sources, au point qu’elle serait devenue cette « histoire inquiète » que décrivent certains : une histoire « qui refuse d’enlever les échafaudages » et qui serait finalement plus soucieuse de décrire les protocoles suivis pour parvenir à l’élaboration de la connaissance que de raconter le passé3. La remarque est juste, mais elle est pleinement assumée par tous ceux qui continuent de croire que la mise en évidence de « régularités » et de « variations », au moyen de la mise en série de données préalablement formalisées, constitue l’une des voies qui s’offre à l’historien pour décrire et comprendre les mondes d’hier, leurs singularités et leurs logiques propres. Or, incontestablement, ces historiens sont aujourd’hui de plus en plus nombreux et les projets de recherche collectifs, fondés sur la mise en série d’itinéraires de navires, d’écritures comptables marchandes ou de pétitions politiques – pour ne retenir que quelques exemples pris au hasard parmi les champs de recherches qui sont les nôtres4 – sont là pour attester du dynamisme d’une méthode historique, qui est finalement sortie revigorée des objections qui lui avaient été adressées au moment du « tournant critique ».

  • 5 On notera cependant l’exception que constitue l’ouvrage de Christian Windler, qui constitue probab (...)
  • 6 Ulbert 2015, p. 36 et 53-57.
  • 7 Maréchaux 2013, p. 147, 153 et 156.
  • 8 Ulbert – Le Bouëdec, 2006 ; Ulbert – Prijac 2010 ; Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 2 (...)
  • 9 Relevons, par exemple, le cas de l’ouvrage de Francesca Trivellato qui ne propose qu’une seule sér (...)

2Indéniablement, cependant, les sources consulaires étaient demeurées étrangères à ces modes successives. Contrairement aux registres paroissiaux ou aux actes notariés, elles n’avaient jamais fait l’objet de quantifications systématiques dans les années 1950. De même, elles n’ont pas non plus retenu l’attention des tenants de la micro-histoire et du linguistic turn, qui leur ont préféré, dans les années 1980, les sources judiciaires ou littéraires5. Quant aux renouveaux récents de l’histoire quantitative, ils ne semblent pas non plus avoir eu beaucoup d’influence sur les nombreux travaux qui ont été produits ces dernières années à partir de fonds consulaires. Si l’on excepte la contribution de Jörg Ulbert au volume consacré à l’information consulaire6 et celle de Benoît Maréchaux insérée dans l’édition des actes du colloque qui s’est tenu à Séville en 20127, les textes réunis dans les quatre ouvrages collectifs récemment publiés autour de la question de la fonction consulaire8, proposent très rarement des exploitations quantitatives formalisées des corpus de correspondances consulaires étudiés. Remarquons d’ailleurs que le problème ne semble pas propre à la correspondance consulaire : ni les fonds de correspondance marchande, ni ceux de la correspondance parlementaire ou diplomatique n’ont donné lieu à d’ambitieuses entreprises de quantification à ce jour9. Comment interpréter cette réalité ? Doit-on y voir un renoncement face à l’ampleur et à la difficulté de la tâche – la correspondance ne se prêtant que difficilement aux opérations de formalisation et de codage qui sont le propre d’un traitement quantitatif des données ? Ou ne serait-ce là qu’un simple fait du bon sens, la quantification s’avérant finalement peu utile pour exploiter des sources dont l’intérêt résiderait ailleurs ? Telles sont les questions auxquelles nous avons choisi de nous confronter dans la présente contribution qui vise à tester empiriquement l’usage des méthodes quantitatives sur un corpus de correspondance consulaire clairement délimité : la correspondance active produite par le consulat de France à Cadix en 1820. Notre objectif ne sera cependant pas ici d’exposer les résultats définitifs de cette recherche, qui n’a pas encore été menée à son terme, mais plutôt d’en décrire le protocole scientifique – les « échafaudages » – et d’en souligner, à partir de la présentation de quelques-uns des premiers résultats obtenus, l’intérêt et les limites. Pour ce faire, nous avons distingué les trois grandes étapes successives du protocole de formalisation et de mise en série des données (collecte, saisie, codage) et réservé à la conclusion, l’appréciation critique des premiers résultats obtenus.

La collecte des documents et la constitution du corpus

  • 10 Les professions de foi électorales regroupées dans ce que l’on nomme couramment le « Barodet » en (...)

3La démarche quantitative se caractérise par l’exploitation d’un grand nombre de documents de même nature, dont il est possible de « mettre en série » certaines informations apparaissant systématiquement. Ces documents peuvent être déjà ordonnancés au sein d’un corpus constitué qu’il s’agira seulement de transcrire et d’exploiter10. Le plus souvent, cependant, ce corpus n’est pas prédéfini et il incombe à l’historien de le délimiter en fonction des objectifs qu’il s’est fixés et du temps qu’il lui sera possible de consacrer à la recherche entreprise. En l’occurrence, il n’était évidemment pas possible de travailler sur la totalité de la correspondance consulaire produite dans le temps et dans l’espace, et il fallait donc fixer des bornes géographiques et chronologiques strictes à la collecte, afin de déterminer un corpus qui soit significatif d’un point de vue statistique, tout en conservant une volumétrie acceptable. Plusieurs choix auraient alors pu être faits, qui ont tous leur cohérence et leur pertinence scientifique : exploiter la totalité de la correspondance produite par un poste consulaire donné ? Exploiter la totalité de la correspondance produite par les postes consulaires d’un État donné – sur une période, alors nécessairement beaucoup plus réduite ? Exploiter la totalité de la correspondance produite par la totalité des postes consulaires représentés dans une place donnée ? Exploiter seulement la correspondance active ou également la correspondance passive ? etc. Or, chacun de ces choix aurait permis de mettre en évidence des phénomènes de régularité et de variation singuliers, invitant à travailler sur des problématiques scientifiques différenciées. Exploiter sur la longue durée la documentation d’un poste consulaire d’une nation donnée, par exemple, amènerait plutôt à étudier la spécificité des pratiques de chacun des consuls qui se sont succédés dans le temps ou les interférences existant entre la correspondance consulaire et des évènements qui lui sont extérieurs (écho que peuvent avoir eu ces évènements dans la correspondance ou modifications qu’ils entraînent dans la forme et le rythme de la correspondance, par exemple). En revanche, travailler sur la totalité des postes qui ont existé à une même époque, dans une même place – comme l’envisage une enquête en cours au sein du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine – permettrait plutôt de comparer les pratiques spécifiques des différents réseaux consulaires, en matière de fréquence de la correspondance, de destinataires et de qualité des informations rapportées.

  • 11 L’un des auteurs du présent article connaissait bien le terrain qu’il avait eu l’occasion d’explor (...)
  • 12 Voir supra, p. 2, note 8.

4Ici, nous avons choisi de travailler sur la correspondance active produite par un seul poste consulaire au cours d’une seule année (consulat de France à Cadix en 1820). Ce choix restrictif a été dicté en partie par des considérations matérielles – l’enquête de terrain est menée individuellement, sans financement spécifique – et en partie par des considérations étrangères à la problématique des études consulaires11. Mais il a surtout été défini sur la base d’un questionnement scientifique prenant acte des pistes demeurées inexplorées à l’issue des diverses publications récentes ayant abordé la fonction consulaire12. À travers l’analyse systématique de la correspondance produite par un poste consulaire au cours d’une année, l’étude quantitative entreprise laissait en effet espérer l’obtention de résultats sur deux aspects de la fonction consulaire encore assez peu connus : quelle place occupe la rédaction de la correspondance, et plus généralement la fonction d’informateur, dans l’activité des consuls ? Qui sont les destinataires réels des services d’information assurés par les consuls – au-delà de leurs autorités de tutelle, qui sont les seules à avoir été généralement envisagées sous cet angle jusqu’à ce jour ? En contrepartie, les choix effectués dans la définition du corpus soulevaient un certain nombre de difficultés pratiques et divers questionnements épistémologiques sur lesquels il convient de revenir.

  • 13 Archives du Ministère des Affaires étrangères (AMAE), Cadix, correspondance consulaire commerciale (...)
  • 14 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Cadix, 112/PO, reg. 102.
  • 15 Ibidem, reg. 163.
  • 16 Ibid., reg. 186.
  • 17  Ibid., reg. 170.
  • 18  Ibid., reg.172-175.

5D’un point de vue pratique, la collecte aurait théoriquement dû être facilitée par le choix du réseau consulaire et de l’époque retenus pour mener l’enquête : par opposition à des réseaux consulaires beaucoup moins structurés, beaucoup moins hiérarchisés et employant des consuls electi, dont les fonds d’archives ont souvent été dispersés, l’institution consulaire française apparaît en effet, en 1820, comme une institution organisée de façon rationnelle et centralisée, dont les fonds ont été l’objet d’un classement cohérent et accessible. À l’époque considérée, en effet, la question de la pluralité des tutelles hiérarchiques exercées sur le réseau consulaire français – Chambre de Commerce de Marseille, ministères de la Marine, du Commerce et des Affaires étrangères – a été définitivement résolue au profit de ce dernier. En outre, l’organisation des archives diplomatiques françaises facilite la collecte des documents, puisque la totalité des archives « rapatriées », au sein desquelles figurent les registres de la correspondance active du consulat de France à Cadix, sont disponibles et facilement accessibles au Centre des Archives diplomatiques de Nantes. L’enquête sur place s’est cependant immédiatement heurtée à une double difficulté. D’une part, il manquait un registre de correspondance pour l’année 1820 – et le plus important puisqu’il s’agissait de la correspondance adressée au Ministère des affaires étrangères. Il a donc également fallu aller aux Archives du Ministère des Affaires étrangères, localisées à la Courneuve, pour accéder aux pièces originales de cette correspondance. Par ailleurs, le nombre de registres de correspondances s’est avéré bien plus élevé que prévu, ce qui a d’ailleurs constitué une première information d’importance. Les échanges avec le ministre de tutelle, à laquelle les historiens avaient longtemps eu tendance à réduire la correspondance consulaire, ne représente en effet qu’une petite partie des lettres effectivement produites par le poste de Cadix (seulement 103 lettres en 182013), alors qu’il existe huit autres registres conservés à Nantes : un registre intitulé « Correspondance départ générale avec les autorités françaises, espagnoles et les particuliers » (qui comprend 140 lettres pour l’année 1820)14, un registre de « correspondance départ avec l’ambassadeur » (66 lettres)15, un registre de « correspondance départ avec les autorités espagnoles » (39 lettres)16 et encore cinq registres de correspondance départ avec le « consulat général de France à Madrid »17 et avec les quatre postes consulaires hiérarchiquement dépendant de celui de Cadix – Gibraltar, « Port-Sainte-Marie et San Lucar de Barrameda », Canaries et Séville18. Ces cinq derniers registres n’ayant pas encore pu être dépouillés, l’enquête ne porte pour l’instant que sur les 348 lettres collectées dans les quatre premiers registres mentionnés.

  • 19 Bartolomei 2017.

6La délimitation d’un corpus soulève enfin la question de la représentativité de ce qui est collecté – en l’occurrence, la correspondance active, d’un consulat général de France, localisé à Cadix, en 1820. Le consulat général de France à Cadix n’a évidemment aucune légitimité pour « représenter » la totalité des postes consulaires existant, ni même ceux du réseau consulaire français de l’époque. Mais comme chaque poste consulaire est un cas particulier, il serait de toute façon illusoire d’espérer en identifier un qui serait plus représentatif que les autres. Plutôt que de poser la question en termes de représentativité, il nous a donc semblé préférable de suivre les conseils des micro-historiens et de réfléchir à la significativité de l’objet délimité, à ce qu’il est susceptible de montrer – et à ce qu’il ne pourra pas montrer – et, plus généralement, à l’identification de tous les biais qu’il suppose et qui devront être pris en compte à l’heure de généraliser les résultats obtenus. Il convient dès lors de préciser que le poste consulaire français de Cadix n’est pas un poste quelconque puisqu’il s’agit d’un « consulat général ». Il est par ailleurs situé dans une région qui était particulièrement stratégique pour les intérêts commerciaux français puisque, à cette époque, Cadix était encore le principal port du commerce colonial espagnol et l’un des principaux points d’ancrage du commerce français dans la Péninsule. Or, bien que ce dernier ait alors déjà beaucoup décliné, en raison du contexte troublé de l’époque (French Wars, indépendances américaines), le port de Cadix accueillait encore, en 1820, une colonie marchande française comprenant une centaine de membres. Plusieurs dizaines de navires français continuaient par ailleurs d’y faire escale chaque année19. L’importance singulière du poste consulaire français de Cadix résidait enfin dans les liens étroits que la place avait conservés avec l’Amérique : la ville demeurait l’un des endroits les mieux informés d’Europe sur la situation commerciale et politique des territoires situés de l’autre côté de l’Atlantique.

7L’année 1820 soulève également des interrogations puisqu’elle fut marquée par deux évènements non-commerciaux majeurs, qui ont eu un très fort retentissement dans le corpus étudié. D’une part, une épidémie de fièvre jaune désola l’Andalousie au cours de l’été 1819 et affecta encore largement la ville de Cadix tout au long de l’année 1820, au point que le consul quitta la ville et n’y revint qu’au mois de février 1820 – après avoir abandonné pendant plusieurs mois la gestion des affaires et de la correspondance à son chancelier qui, parce qu’il était né à Saint-Domingue, était supposé être immunisé contre la fièvre jaune…. D’autre part, Cadix fut le théâtre à partir du mois de janvier du célèbre pronunciamiento du général Riego, qui entraîna le rétablissement du régime libéral en Espagne au mois de mars. Naturellement, de tels évènements ont fortement influencé le contenu des lettres produites par le consulat pendant ces périodes, accroissant notamment l’importance prise par la transmission des informations sanitaires et politiques. Mais, il s’agit là d’un biais qu’il aurait été bien difficile d’éviter, y compris en choisissant une autre année, car, d’une façon ou d’une autre, toutes les années de la période considérée auraient posé le même type de problème. L’année 1778 fut par exemple marquée par les réformes du comercio libre et l’entrée de l’Espagne dans la Guerre d’Indépendance d’Amérique. L’année 1786 est célèbre pour son krach commercial qui entraîna la faillite d’une centaine de compagnies de la place. L’année 1793 vit l’Espagne entrer en guerre contre la France et expulser tous les ressortissants de ce pays de son territoire. L’année 1796 fut marquée par le retournement des alliances – et le retour des Français dans la Péninsule. En 1805, eut lieu la bataille de Trafalgar à quelques kilomètres de Cadix. En 1808, éclata la Guerre d’Indépendance espagnole, qui entraîna une nouvelle expulsion des Français d’Espagne. En 1810, débuta le siège de Cadix par les troupes napoléoniennes et, peu après, les Cortès se réunirent dans la ville. En 1812, fut proclamée à Cadix la première constitution espagnole et, en 1821, l’indépendance du Mexique et du Pérou. En 1823, la ville fut de nouveau assiégée par les troupes françaises venues, cette fois, renverser le gouvernement constitutionnel espagnol. En 1829, la franchise du port fut décrétée. En 1831, elle fut abolie. Etc. La liste pourrait être indéfiniment prolongée, confirmant par là-même que toutes les années de l’histoire de Cadix ont finalement été singulières à cette époque. Plutôt que de nous livrer à la recherche d’une année « type » ou « représentative », il nous a donc paru plus raisonnable d’en choisir une aléatoirement et d’en réaliser une contextualisation fine afin de pouvoir apprécier dans le corpus dépouillé aussi bien les échos des pratiques routinières de l’époque que ceux des évènements contingents du moment.

Le dépouillement des documents et la saisie des données

8La saisie des documents dans une base de données – sous forme de tableur ou de formulaire –, qui constitue la deuxième étape du traitement quantitatif de données, soulève des problèmes à la fois similaires et différents de ceux posés par la collecte. Comme il n’est pas question en effet de retranscrire l’intégralité des documents – ce qui reviendrait de facto à éditer le corpus – la saisie suppose, comme la collecte, de procéder à un tri entre ce qui sera exploité et ce qui est définitivement perdu pour l’étude menée. Les enjeux diffèrent cependant sur le fond. La collecte joue un rôle décisif dans la définition des déterminants qui permettront, ou non, la généralisation des résultats obtenus de la recherche, alors que la saisie délimite plutôt les contours des questionnements scientifiques auxquels l’enquête permettra de répondre. Concrètement, les opérations de saisie nécessitent de définir, le plus souvent simultanément, les questionnements de l’enquête et les informations qui, une fois mises en série, permettront d’y apporter des éléments de réponse. Ces informations peuvent faire l’objet d’une retranscription intégrale (sous la forme de citations), ou de simples relevés synthétiques (sous la forme de résumés). En l’occurrence, le questionnement scientifique qui a sous-tendu notre recherche était double. Dans la lignée des travaux déjà cités sur la « fonction consulaire » et sur « l’information consulaire », il s’agissait de disposer d’un outil permettant de mesurer quantitativement l’importance que pouvait représenter l’activité épistolaire d’un consul, la diversité des acteurs et des institutions avec lesquels il entretenait une correspondance et les thèmes qu’il abordait dans sa correspondance. Deux problématiques complémentaires, formulées dans le cadre du projet « Les figures de l’intermédiation marchande » au sein duquel notre étude s’insère, devait par ailleurs être prise en compte : d’une part, la nature des services que les consuls rendaient aux marchands, d’autre part, l’identité des bénéficiaires réels de ces services.

9Sur la base de ces questionnements, nous avons donc choisi de relever systématiquement les informations relatives à la fréquence de la correspondance (date), à ses destinataires (identités, localisation) et à la nature des objets abordés dans la correspondance. Pour les destinataires, nous avons décidé de relever les informations telles qu’elles apparaissaient dans les documents, refusant notamment de définir a priori une liste formalisée de destinataires (du type Ministère, administration locales, particuliers…), puisque ni la littérature existante, ni les options de classement faites par les archivistes ne permettaient de distinguer des catégories parfaitement opératoires. Les qualifications des destinataires ont donc été retranscrites et leur agrégation sous la forme de catégories génériques a été reportée à l’étape suivante, celle correspondant au codage des données. En revanche, en ce qui concerne les objets, nous avons choisi de les noter sous un double format : tout d’abord, sous la forme d’un résumé analytique plus ou moins précis selon l’objet concerné (très précis, lorsqu’il est question de commerce, plus synthétique pour les autres sujets) ; ensuite, sous la forme de mots-clés (santé, information politique, conjoncture commerciale, affaire particulière), choisis au sein d’une liste d’occurrences préalablement déterminées à partir de la littérature disponible, mais complétées au fur et à mesure que des situations non envisagées se présentaient – ce que permettent en général tous les logiciels de tableurs ou de base de données utilisés par les historiens.

10D’autres champs furent par ailleurs ajoutés pour intégrer les informations relatives à la localisation et à la cote d’archive de chacune des correspondances, de manière à faciliter la citation d’un document précis ou de permettre un retour à la source si besoin était. Un champ « verbatim » a été prévu pour relever des formules particulièrement significatives ou explicites, paraissant susceptibles de faire l’objet d’un traitement qualitatif ou illustratif dans la rédaction des conclusions de l’enquête. Dans le même esprit, a été ajouté un champ « photographie » permettant de relever les numéros des clichés photographiques pris lorsque des passages intéressants paraissaient trop longs pour faire l’objet d’une retranscription littérale. Enfin, deux champs « marges » et « divers » ont été prévus : le premier pour relever toutes les annotations portées sur la lettre postérieurement à sa production (notes, dates ou remarques apposées par le destinataire, à savoir autant de détails susceptibles de nous éclairer sur les usages qui étaient faits de l’information consulaire) ; le second, pour consigner les remarques critiques formulées au cours de la saisie (difficulté de lecture, intérêt particulier d’un document, etc.).

11Au total, les données se répartissent donc en 13 champs, figurés sous forme de colonnes, et 348 lignes correspondant chacune à l’une des lettres constitutives du corpus (fig. 1).

Fig. 1 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issue de la saisie en archives.

Fig. 1 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issue de la saisie en archives.

Le codage des données et leur valorisation statistique

  • 20 Globalement, les opérations de codage ont été guidées par la volonté de standardiser informatiquem (...)

12La dernière étape avant l’exploitation des données réside dans leur codage20. Il s’agit de définir, pour chacun des champs analytiques créés, une dizaine de catégories permettant d’agréger les informations recueillies lors de la saisie. Cette étape est essentielle car elle joue un rôle déterminant dans la qualité de l’information statistique qui pourra être obtenue du corpus. Un trop grand nombre de catégories entraîne la dispersion des données et, ce faisant, nuit à leur lisibilité et à leur interprétation. Le recours à des catégories trop générales, au contraire, revient à agréger entre elles des données qui ne partagent pas suffisamment de caractères communs pour qu’il soit pertinent ou scientifiquement légitime de le faire. Dans un cas, les résultats obtenus seront tellement proche de ce que peut offrir une simple consultation du corpus originel qu’ils ne lui apporteront aucune valeur ajoutée, alors que dans l’autre, les catégories risquent d’être tellement éloignées de la réalité relatée par le corpus qu’elles n’en livreront qu’une représentation totalement biaisée. Le bon codage est donc celui qui permettra de trouver un « juste milieu » entre ces deux tensions, sans perdre de vue naturellement les questionnements scientifiques qui ont été posés et auxquels les statistiques produites devront apporter des éléments de réponse. Ce faisant, le travail sur le codage permet non seulement d’obtenir des éléments de réponse quantifiés aux questions soulevées, mais il amène aussi le chercheur à reformuler et à affiner ces questionnements, à progresser dans sa réflexion de fond sur son objet de recherche, à le déconstruire et à l’envisager différemment.

13Ici, les enjeux du codage étaient les suivants : deux champs devaient être codés – celui relatif aux destinataires et celui relatif aux objets de la correspondance –, cela dans la perspective d’un questionnement scientifique portant sur l’analyse de « la fonction consulaire » en général, et sur celle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier. Nos postulats de base sur le sujet, définis à partir d’une lecture attentive de la littérature scientifique, reposait sur l’idée qu’un consul avait principalement trois fonctions (informer, protéger et rendre la justice) et qu’il les exerçait principalement au profit de l’État, au service duquel il se trouvait, et des marchands placés sous sa juridiction. Il nous était cependant déjà apparu que les expressions génériques d’« État » ou de « marchands » pouvaient en fait désigner des administrations dotées d’intérêts particuliers, des corps professionnels plus ou moins institutionnalisés, ou encore, des individus et des institutions totalement étrangères au monde du commerce. Le principal enjeu du codage du champ « destinataire » résidait donc dans la mise en évidence de la pluralité de ces acteurs et dans leur spécification. Le second enjeu portait sur le champ « objet » de la correspondance, qui devait permettre de travailler sur la fonction d’informateur assumée par les consuls (nature et qualité des informations transmises, régularité, etc.). Là encore, cependant, l’entreprise de codage nous a conduits à dépasser cette vision des choses et à restituer, dans toute leur ampleur et leur diversité, les missions que les consuls étaient amenés à assumer au travers de leur correspondance, lesquelles ne se réduisent pas à la transmission d’informations.

  • 21 Concrètement, les doubles niveaux ont été codés « XXX_XXX », du général au particulier.

14Le codage du champ destinataire illustre parfaitement les principes méthodologiques généraux qui viennent d’être rappelés. En effet, face à un postulat de base, fondé sur la distinction entre deux catégories d’acteurs susceptibles d’être les destinataires de la correspondance consulaire (les « agents de l’État » et les « marchands »), nous nous sommes trouvés en présence d’une multitude de qualifications empiriques difficilement réductible à ce binôme : Ministère des Affaires étrangères, ambassadeur de France à Madrid, consul de France à Gijón, consul de Russie à Cadix, « Ayuntamiento constitucional » d’Osuna, de Jerez, Chambres de Commerce de Marseille, de Bordeaux, de Rouen, Bureau de la Santé de Marseille, Chambre des Assurances de Paris, « Mr. Gontier, capitaine de navire », « Mademoiselle Catherine Lucioni, de Bonifacio »… Au total, une centaine de destinataires singuliers ont pu être recensés dans la correspondance, certains apparaissant des dizaines de fois, d’autres qu’à une seule reprise. Le classement archivistique, fondé lui-même sur l’organisation fonctionnelle de la correspondance, témoigne, quant à lui, d’une troisième réalité. Il distingue en effet fondamentalement, d’une part, la correspondance interne au réseau diplomatique français – avec des correspondants situés « au-dessus » du consul général de France à Cadix (le ministre et l’ambassadeur) et d’autres situés « au-dessous » ou « à côté » comme les consuls dépendants de Cadix ou le consul général à Madrid – et, d’autre part, la correspondance échangée en dehors du réseau diplomatique français (que ce soit avec des particuliers ou avec d’autres institutions publiques). Partant de là, nous avons construit un double niveau de codage21 qui distingue en premier lieu l’appartenance ou non du destinataire au réseau diplomatique français (DIP), à une institution publique d’une autre nature (AUT, pour autorité) ou s’il est un particulier (PAR). À l’intérieur de chacune de ces catégories, un sous-code a été utilisé afin d’affiner l’information. Ainsi, au sein du réseau diplomatique français, sont distingués le ministre (DIP_MAE), l’ambassadeur (DIP_AMB) et les autres consuls (DIP_CON), sans préciser dans ce dernier cas la localisation du poste consulaire puisque cette information est prise en charge par le champ « localisation du destinataire ». Les autres « autorités publiques » ont été regroupées en onze sous-catégories : capitaine général (CAG), gouverneur (GOU), préfecture (PRE), commissaire de la Marine (COM), douane (DOU), Chambre de Commerce (CIC), hôpital (HOP), santé (SAN), tribunal de Commerce (TRI), municipalités (MUN) et un champ « administration » (ADM), renvoyant à l’ensemble des autres administrations espagnoles en rapport avec le consulat français. Là encore, la localisation étant prise en charge par ailleurs, il n’est pas besoin de la spécifier ici. Notons enfin que la découverte de nouvelles catégories, dans les suites de l’enquête, n’empêchera nullement de créer de nouvelles sous-catégories s’il en était besoin puisque la liste est par essence extensible. Il restait la catégorie « particuliers » qui a posé un problème spécifique dans la mesure où certains faisaient l’objet d’une qualification professionnelle explicite (ex. capitaine, bijoutier, avocat ou négociant), d’autres n’étaient désignés que par leur état civil (Monsieur untel ou Mademoiselle untel) et pour d’autres encore, aucune qualification n’était mentionnée mais la profession pouvait être déduite à partir du contenu de la correspondance (lorsque y était évoquée une affaire commerciale par exemple). Le choix s’est finalement porté sur une arborescence distinguant trois cas de figure : les capitaines de navires (PAR_CAP_x), les particuliers dont la profession est spécifiée (PAR_PER_P) et les particuliers pour lesquels la profession n’est pas spécifiée dans la source (PAR_PER_x). Enfin, un dernier sous-code distinguant les destinataires « espagnols » (ESP), de ceux qui sont « français » (FRA) ou « étrangers » (ETR) a été appliqué à l’ensemble des sous-catégories définies.

15Ainsi, alors qu’une lettre adressée au Ministère des Affaires étrangères est codée de la manière suivante « DIP_AMAE_x_FRA », l’Ayuntamiento d’Osuna apparaît ainsi « AUT_MUN_x_ESP », « Mademoiselle Lucioni, de Bonifacio », de la manière suivante « PAR_PER_x_FRA » et Abraham Sieber, qui est un négociant à Barmen, en Prusse, est restitué ainsi dans le codage « PAR_PER_P_ETR ». Codées de la sorte, les données semblent donc susceptibles de répondre, à la fois, à des interrogations très larges (quelle est la part de la correspondance qu’adresse un consul à des destinataires de son pays d’accueil ? À des particuliers ?) et, à la fois, à des questions beaucoup plus précises (un consul écrit-il plus souvent à son ministre ou à son ambassadeur ? Aux autorités sanitaires de son pays d’accueil ou à celle de son pays d’origine ?).

  • 22 Ce qui a imposé de travailler par ailleurs sur les volumes des instructions ministérielles adressé (...)

16Le codage des objets s’est avéré en revanche plus problématique et a nécessité la création de deux champs distincts, car il est vite apparu qu’il ne serait pas suffisant de spécifier seulement la nature de l’information transmise dans la correspondance (politique, commerciale, sanitaire, …), mais qu’il fallait également réfléchir au statut de l’information transmise, à la place qu’occupe le consul dans la chaîne informationnelle considérée et au titre au nom duquel il intervient. Il a ainsi paru indispensable de différencier les cas dans lesquels le consul transmet une information en vertu des obligations réglementaires qui définissent sa fonction (codés sous la forme INF)22, de ceux dans lesquels il répond à une sollicitation particulière qui lui a été adressée (REP), et de ceux dans lesquels, c’est lui qui sollicite des informations auprès d’un tiers (SOL). Une telle distinction relative au statut de la correspondance et des informations qu’elle contient permet d’accéder à une vision plus précise des fonctions informationnelles dévolues aux consuls : ils ne sont pas de simples auteurs de rapports réguliers sur la situation de leur poste, mais des agents compétents, dotés de leurs propres réseaux d’informations et disponibles pour rendre des services très divers à toute une série d’acteurs et d’institutions plus ou moins autorisés par les textes réglementaires à faire appel à leur concours.

17En ce qui concerne la nature des informations contenues dans les lettres, le codage n’a en revanche pas posé de difficultés majeures. Nous avons d’abord distingué les sphères politique et sanitaire, au sein desquelles le recours à des sous-codes a permis de spécifier certains événements singuliers qui sont survenus au cours de l’année 1820 et qui ont suscité une abondante correspondance. Ainsi le code POLcpe identifie les lettres qui ont trait au coup d’État libéral, POLina, celles qui sont relatives aux insurrections américaines et POLdiv, les autres. Pour les questions sanitaires, nous avons en revanche dû renoncer à distinguer les informations relatives à l’épidémie de fièvre jaune de 1819-1820 (SANfij) des autres informations sanitaires – telles les rumeurs de peste en Méditerranée – car la saisie n’avait pas été suffisamment précise sur ce point. Le code est donc resté sous une forme qui semble moins complète SANxxx, ce qui laisse cependant la possibilité de le modifier et de le préciser s’il en est besoin. Il nous a revanche paru nécessaire de déconstruire la catégorie « commerce », qui semblait pourtant aller de soi, car elle aurait conduit à agréger des données radicalement différentes comme l’envoi au ministère de statistiques sur la conjoncture commerciale, les ordres adressés par le consul, en vertu de ses fonctions de police maritime, aux capitaines des navires mouillés dans la baie de Cadix et la remise d’une assignation judiciaire à un commerçant de Cadix, convoqué dans le cadre d’un litige avec l’un de ses correspondants résidant en France. Nous avons donc gardé le code COM pour tout ce qui se rattachait à une information sur le commerce en général – en distinguant ce qui relève de l’information statistique (COMsta) de ce qui relève de l’information réglementaire (COMreg). Nous avons, par ailleurs, considéré que les affaires maritimes n’avaient qu’un lien indirect avec l’activité commerciale. Nous avons donc créé un code PMA pour rendre compte de tout ce qui a trait à la police maritime exercée par le consul, décomposé en un sous-code PMAhom, lorsqu’il s’agit d’une affaire particulière, comme l’inventaire des biens d’un matelot décédé ou le renvoi en France d’un marin insoumis, et en un autre sous-code intitulé PMAreg, lorsque le consul rappelle aux capitaines stationnés à Cadix des points de la réglementation portuaire locale. Nous avons enfin réuni toutes les affaires particulières – qu’elles soient commerciales ou non – sous le code générique PAR et nous les avons ensuite spécifiées par des sous-codes : d’abord, les déterminants « ci » pour les affaires civiles, « co » pour les affaires commerciales et « mi » pour les affaires militaires ; ensuite, une dernière lettre est ajoutée suivant que l’affaire soit strictement particulière (p) ou qu’elle mette en cause des principes généraux – comme les privilèges reconnus aux Français en vertu des traités (g).

  • 23 Par exemple, nous savons que le courrier identifié par le n° 171 dans la table de codage est une d (...)

18La table obtenue au terme des opérations de codage comprend toujours 348 lignes et 13 champs, mais ces derniers ne sont plus les mêmes que dans la table de saisie (cf. figure 2). Au total, le codage adopté permet de regrouper entre elles des correspondances qui traitent de sujets singuliers mais proches et d’avoir une vision d’ensemble des missions qu’était effectivement amené à remplir un consul. En contrepartie, il suppose une perte informative certaine par rapport aux documents originels23. En attirant l’attention sur certains documents, particulièrement singuliers et qui se distinguent par des codes qui diffèrent fondamentalement des autres, l’opération de codage amène cependant le chercheur à « retourner » à la source, ce qu’il peut faire aisément en remontant vers le tableau de saisie ou vers les clichés photographiques pris en archives – et, à relire ainsi, dans une perspective plus finement déterminée, un document qui, à première vue, avait pu lui paraître quelconque.

Fig. 2 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issu du codage.

Fig. 2 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issu du codage.

Premiers résultats et conclusions

19Les résultats obtenus de l’exploitation statistique des données codées peuvent être produits selon deux méthodes différentes : d’une part, en travaillant sur un seul champ (statistiques descriptives), d’autre part, en croisant deux champs au moyen de la fonction « tableaux croisés dynamiques » des tableurs (statistiques descriptives croisées). Nous avons également travaillé sur les différentes modalités de représentation des résultats quantifiés obtenus – depuis le simple tableau statistique jusqu’à la représentation de données sous forme de graph relationnel, en passant par la carte –, qui toutes présentent des intérêts et des inconvénients et s’avèrent d’un usage plus ou moins intéressant selon les phénomènes que l’on souhaite mettre en évidence. Notre objet ne sera cependant pas ici de livrer la totalité des résultats obtenus de notre étude, mais plutôt d’en présenter quelques-uns, sous diverses formes.

20L’analyse de la fréquence et de la saisonnalité de la correspondance, surtout si elle est croisée avec d’autres champs, permet, par exemple, de mettre immédiatement en évidence certaines informations intéressantes pour une meilleure compréhension du travail consulaire. On apprend ainsi que le consul n’a produit des lettres qu’un jour sur trois en moyenne (133 sur 365) et qu’il ne rédige habituellement pas plus d’une ou deux lettres par jour – ce qui vient d’emblée nuancer l’importance que pouvait représenter la tenue de la correspondance dans l’activité quotidienne d’un consul. À dix reprises, cependant, le consul a écrit plus de six lettres en une seule journée et le nombre maximal atteint même 14 le 18 avril 1820 – ce qu’il faudrait expliquer en retournant aux données brutes. En ce qui concerne la saisonnalité, les résultats sont plus attendus : la correspondance est beaucoup plus soutenue dans les premiers mois de l’année, essentiellement en raison des comptes-rendus réguliers que le consul et son chancelier sont tenus de faire du coup d’État du général Riego. D’autres phénomènes sont également mis en évidence par le croisement des facteurs saisonnalité et « objet_thème ». Ainsi, les questions sanitaires, qui s’effacent progressivement de la correspondance pendant l’hiver et le printemps, redeviennent le sujet principal pendant l’été, jusqu’à représenter plus de la moitié des objets abordés dans les lettres en septembre et en octobre. En revanche, la transmission d’informations générales sur la conjoncture du port de Cadix est extrêmement régulière, ce qui témoigne du respect scrupuleux dont faisait preuve le consul Vins de Peysac vis-à-vis des instructions ministérielles.

21En ce qui concerne les destinataires, la première étape a naturellement été de produire une carte permettant de les localiser et d’apprécier l’importance des volumes de la correspondance échangée avec chacun d’entre eux (cf. figure 3). La carte permet de dégager quelques premières conclusions d’intérêt comme le fait que les courriers sont presque toujours adressés à des correspondants résidant en France ou en Espagne – seules deux lettres, qui n’apparaissent d’ailleurs pas sur la carte pour des raisons techniques, font exceptions : l’une destinée à Tanger et l’autre à Barmen en Prusse. La carte manifeste également le très fort tropisme maritime de la correspondance consulaire, que seules les localisations des deux capitales, Paris et Madrid, vient contredire. À cette date, pourtant tardive, un consul demeure donc avant toute chose un acteur des économies maritimes et portuaires européennes.

Fig. 3 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix en 1820.

Fig. 3 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix en 1820.

22L’ajout d’un second facteur sur la carte – la nationalité des correspondants – vient conforter notre vision des choses et notre compréhension de ce qui est essentiel dans la fonction consulaire (cf. fig. 4). Cette seconde carte montre en effet des corrélations nettes entre la nationalité des correspondants et leur localisation : la quasi-totalité des correspondants « locaux » du consul, ceux qui résident dans les provinces andalouses, sont des Espagnols (à l’exception notable des capitaines de navires ancrés dans la baie de Cadix) alors que le reste de ses correspondants, qui résident presque toujours en France ou à Madrid, sont des Français. Le consul apparaît ainsi foncièrement comme un intermédiaire, ou un trait d’union, entre les acteurs – individuels ou institutionnels – « indigènes », qui lui sont étrangers mais proches géographiquement, et un ensemble d’acteurs « nationaux », qui sont de même origine que lui mais géographiquement éloignés. Si l’idée générale dégagée paraît assez évidente, elle trouve ici une confirmation forte, étayée sur des données qui prouvent que la règle souffrait de peu d’exceptions.

Fig. 4 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix selon leur nationalité, en 1820.

Fig. 4 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix selon leur nationalité, en 1820.

23Pour analyser le croisement des informations entre les destinataires et les objets de la correspondance consulaire, le tableau statistique a paru en revanche plus approprié. Pour en permettre une meilleure lisibilité, nous avons cependant choisi, dans un premier temps, de n’exploiter que les codes principaux du plan de codage (tab. 1).

Tab. 1 – Objets des lettres du consul de France à Cadix selon les types de destinataire (1820).

Destinataires
Autorité Diplomatie Particuliers Total général
Objet Lettres  % Lettres  % Lettres  % Lettres  %
Administratif 1 0,29 10 2,88 1 0,29 12 3,46
Commerce 2 0,58 12 3,46 0 0 14 4,04
Particulier 32 9,22 10 2,88 36 10,37 78 22,47
Police maritime 27 7,78 3 0,86 19 5,48 49 14,12
Politique 3 0,86 120 34,58 3 0,86 126 36,3
Santé 42 12,12 20 5,76 1 0,29 63 18,17
Divers 4 1,15 1 0,29 0 0 5 1,44
Total général 111 32 176 50,71 60 17,29 347 100

24Quelques informations intéressantes, que nous ne commenterons pas ici, peuvent être aisément dégagées d’un tel tableau. Une lecture horizontale des résultats globaux révèle par exemple que la correspondance échangée au sein du réseau diplomatique français est équivalente, en volume, avec celle échangée en dehors de ce réseau. Elle permet de souligner par ailleurs l’importance de la correspondance échangée avec des particuliers (plus de 17 %). La lecture verticale des résultats globaux permet, quant à elle, d’apprécier la répartition générale des thèmes abordés dans la correspondance consulaire : elle montre par exemple que, même dans une année pourtant fortement chargée en évènements politiques comme l’est l’année 1820, la majeure partie des thèmes abordés dans la correspondance consulaire avaient trait à des questions commerciales ou maritimes – puisque l’addition des résultats des champs « Commerce », « Particulier », « Police maritime » et « Santé » dépasse les 58 %, quand le champ « Politique » atteint 36 %. La lecture croisée du tableau, enfin, permet de dégager quelques constats essentiels. Par exemple, un consul ne parle pas (ou très peu) de politique en dehors du réseau diplomatique français – qui est destinataire de 120 des 126 lettres relatives à ce sujet – et il ne communique quasiment jamais des informations sanitaires à des particuliers (une seule lettre sur 63).

25Pour affiner l’information et passer de l’exploitation du premier niveau de code au second, le tableau statistique devient rapidement illisible et n’apparaît donc plus comme l’outil approprié, alors que les graphes relationnels bipartis se révèlent au contraire très intéressants pour représenter des informations complexes. Ainsi la figure 6 permet une représentation croisée des champs « destinataires » et « objet_thème », mais à un niveau plus fin que le tableau précédent. Ce graphe permet de prolonger les observations précédentes en illustrant de façon particulièrement sensible un des principes de la tenue de la correspondance consulaire : on ne peut pas parler de tout avec n’importe qui. S’opposent en effet très nettement une partie supérieure du graphique qui regroupe autour de quelques grands thèmes (police maritime, affaires particulières civiles et commerciales) la très grande majorité des correspondants extérieurs au réseau diplomatique (particuliers et « autorités »), alors que la partie inférieure présente la configuration inverse : elle agglutine autour de deux destinataires centraux (ambassadeur et ministre) une très grande pluralité de thématiques dont ils semblent avoir l’exclusivité (les informations relatives au coup d’État, aux indépendances américaines, les statistiques commerciales, etc.). Notons également la position singulière qu’occupent les informations sanitaires, qui intéressent le réseau diplomatique et toutes sortes d’institutions publiques, mais dont sont résolument exclus les particuliers.

  • 24 Notons toutefois que la dispersion des points est le résultat d’un emplacement aléatoire initial p (...)

Fig. 5 – Représentation graphique croisant les destinataires et les thèmes abordés dans la correspondance du consul de France à Cadix en 182024.

Fig. 5 – Représentation graphique croisant les destinataires et les thèmes abordés dans la correspondance du consul de France à Cadix en 182024.

26Nous terminerons en présentant une dernière figure relative à la position occupée par le consul dans les chaînes informationnelles en fonction de ses destinataires (tab. 2).

Tab. 2 – Nature de la lettre selon les catégories des destinataires.

  Réseau diplomatique Autorités espagnoles Particuliers
Réponse à des demandes spécifiques 11 10 34
Information 163 3 10
Sollicitation 3 33 16
  • 25 AMAE, Service du Personnel, « Édits, lois, ordonnances, instructions et circulaires », reg. 59, ci (...)

27L’intérêt de ce tableau est de révéler encore plus explicitement que ne le faisait la seconde carte (cf. figure 3), ce qui constitue l’essence même de la fonction consulaire à cette époque : il est un intermédiaire entre des autorités locales qu’il sollicite et des acteurs nationaux, institutionnels ou individuels, qu’il informe (le réseau diplomatique) ou auquel il répond (les particuliers). En ce sens la mue de la fonction consulaire, engagée à l’initiative de Colbert et poursuivie au cours du XVIIIe siècle, paraît alors être en cours d’achèvement : de protecteur d’une colonie marchande locale, le consul est devenu un informateur au service de la communauté nationale. Elle ne parviendra cependant à son terme qu’une dizaine d’années plus tard, lorsqu’une instruction circulaire du ministre des Affaires étrangères ordonnera aux consuls d’interrompre leurs correspondances avec des particuliers et avec tout type d’institution extérieure au réseau diplomatique français25. Le consul se trouva alors cantonné au service du seul État central et il l’est demeuré depuis.

Notes

1 Pour des synthèses récentes sur la question, voir Delacroix et al. 2010, p. 412-419 et Lemercier – Zalc 2008, p. 8-18.

2 Selon l’expression de Jacques Revel dans sa préface à Levi 1989, p. VI.

3 L’expression d’« histoire inquiète » est empruntée à Patrick Boucheron, auteur d’un long entretien publié dans la revue en ligne Non-fiction en 2012 sous le titre de « Apologie pour une histoire inquiète » (http://www.nonfiction.fr/article-5872-apologie_pour_une_histoire_inquiete__entretien_avec_patrick_boucheron.htm). Le propos relatif à une histoire « qui refuse d’enlever les échafaudages » est prêté à Romain Bertrand (cité dans « L’histoire peut s’écrire autrement », entretien de Julie Clarinie avec Paul Veyne et Ivan Jablonka, Le Monde, 2 octobre 2014).

4 Nous nous référons ici à trois projets qui ont bénéficié d’un financement de l’ANR au cours de ces dernières années et dont les résultats et les bases de données sont dorénavant consultables sur leurs sites respectifs : Navigocorpus (http://navigocorpus.org/), Marprof (http://marprof.univ-paris1.fr/) et Pétitions (http://acp-petitions.univ-mlv.fr).

5 On notera cependant l’exception que constitue l’ouvrage de Christian Windler, qui constitue probablement le premier essai fondé sur une véritable entreprise de déconstruction des sources consulaires (Windler 2002).

6 Ulbert 2015, p. 36 et 53-57.

7 Maréchaux 2013, p. 147, 153 et 156.

8 Ulbert – Le Bouëdec, 2006 ; Ulbert – Prijac 2010 ; Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 2013 ; Marzagalli 2015.

9 Relevons, par exemple, le cas de l’ouvrage de Francesca Trivellato qui ne propose qu’une seule série de données quantitatives extraites de la correspondance marchande : la répartition de la correspondance de la firme Ergas e Silvera en fonction des villes de destination (Trivellato 2009, p. 195, 196 et 200).

10 Les professions de foi électorales regroupées dans ce que l’on nomme couramment le « Barodet » en sont un exemple.

11 L’un des auteurs du présent article connaissait bien le terrain qu’il avait eu l’occasion d’explorer par ailleurs dans sa thèse de doctorat (Bartolomei 2007).

12 Voir supra, p. 2, note 8.

13 Archives du Ministère des Affaires étrangères (AMAE), Cadix, correspondance consulaire commerciale, reg. 100.

14 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Cadix, 112/PO, reg. 102.

15 Ibidem, reg. 163.

16 Ibid., reg. 186.

17  Ibid., reg. 170.

18  Ibid., reg.172-175.

19 Bartolomei 2017.

20 Globalement, les opérations de codage ont été guidées par la volonté de standardiser informatiquement le code produit d’après le modèle suivant (que nous détaillerons par la suite) : XXX_XXX_XXX_X. L’objectif étant de pouvoir manipuler, via les fonctions tri d’un tableur, les codes suivant nos besoins.

21 Concrètement, les doubles niveaux ont été codés « XXX_XXX », du général au particulier.

22 Ce qui a imposé de travailler par ailleurs sur les volumes des instructions ministérielles adressées à l’époque aux différents postes du réseau consulaire français (AMAE, Service du Personnel, « Édits, lois, ordonnances, instructions et circulaires », reg. 52, 1814-1829).

23 Par exemple, nous savons que le courrier identifié par le n° 171 dans la table de codage est une demande d’information (cf. fig. 2), adressée par le consul au gouverneur de la ville pour une affaire ayant trait à ses fonctions de police maritime, mais nous ne savons pas en quoi consiste précisément cette affaire.

24 Notons toutefois que la dispersion des points est le résultat d’un emplacement aléatoire initial puis d’un ajustement en fonction de l’attraction et de la répulsion entre chaque point.

25 AMAE, Service du Personnel, « Édits, lois, ordonnances, instructions et circulaires », reg. 59, circulaire sur la correspondance consulaire du 12 août 1831. Vraisemblement, cependant, cette mesure ne fut pas appliquée (cf. l'introduction de Jörg Ulbert du chapitre 1.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issue de la saisie en archives.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 2 – Aperçu des données de la « Table : correspondance consulaire, Cadix, 1820 », à l’issu du codage.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 3 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix en 1820.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 4 – Les destinataires de la correspondance du consul de France à Cadix selon leur nationalité, en 1820.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5 – Représentation graphique croisant les destinataires et les thèmes abordés dans la correspondance du consul de France à Cadix en 182024.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteurs

bartolomei2@laposte.net

vivien.faraut@free.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable