Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Chapitre 1 – Les sources de l'enquête

Au service du royaume en Méditerranée… Les correspondances des consuls de France des XVIIe et XVIIIe siècles dans les archives de la CCI Marseille Provence

Patrick Boulanger

Texte intégral

1La Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence est la doyenne des assemblées consulaires. Son origine remonte au 5 août 1599, journée durant laquelle le Conseil de Ville de Marseille créa une commission de quatre députés, choisis parmi les négociants de la cité, pour veiller à la sécurité et à la bonne marche du commerce quelque peu malmené durant les guerres de Religion.

2La nouvelle institution fut approuvée par lettre patente d’Henri IV du 15 avril 1600, mais le vocable de « Chambre du Commerce » précédé par celui de « Bureau du Commerce » n’apparut qu’en 1650, du nom de la salle où cette commission municipale se réunissait régulièrement. Progressivement, la Chambre devint autonome, se séparant du corps municipal en possédant son personnel, ses comptabilités et archives propres.

3Ses préoccupations premières avaient été de participer à la protection du commerce maritime en Méditerranée contre les agressions des pirates barbaresques, puis des corsaires et des flottes ennemies. Parallèlement, elle géra le bassin du Lacydon et participa à son entretien (curage, phare du Planier, pégoulières, etc). Elle fut aussi dotée de pouvoirs de surveillance et de réglementation sur les productions manufacturées dans sa circonscription. En 1669, la franchise douanière du port et du territoire de Marseille obtenue, c’est la Chambre qui veilla à son respect.

4L’ambition de cette assemblée de remettre le négoce local « en son premier état et splendeur, pour le maintenir, tenir, défendre… » selon les termes de la délibération originelle d’août 1599, mais aussi sa volonté de redynamiser les trafics marchands, allaient coïncider avec les visées de Jean-Baptiste Colbert, le ministre de Louis XIV en charge des affaires de la Marine, puis du Commerce.

5L’exercice de responsabilités internationales est à l’origine de l’une des plus intéressantes suites d’archives conservées de nos jours au Palais de la Bourse de Marseille, librement accessibles à la recherche historique universitaire.

6Marseille apparaissait au XVIIe siècle comme la ville portuaire la mieux placée pour une relance de l’activité française dans le bassin méditerranéen, facilitée ou soutenue par l’existence d’un organisme permanent aussi spécialisé que l’était sa Chambre de Commerce, la seule à exister pendant plus d’un siècle.

7La petite assemblée et sa « cassette » alimentée par divers péages portuaires et taxes furent associées à la mise en œuvre de la politique colbertiste, visant notamment à réprimer les abus dans les « Échelles », à liquider leurs dettes au moyen de droits particuliers, mais aussi à former des interprètes et réformer les consulats français.

8Poursuivant la politique de son père, le « grand » Colbert disparu en 1683, le marquis de Seignelay, lui aussi ministre de la Marine, soumit les relations avec l’Empire ottoman à une réglementation plus stricte encore, à laquelle la Chambre de Commerce continua d’être partie prenante, investie par l’ordonnance du 21 octobre 1685 du contrôle des Français allant s’y implanter.

9Durant ce qu’il est convenu d’appeler l’Ancien Régime, l’administration générale du commerce avec « le Levant et la Barbarie », comme la charge du contrôle de la résidence des professionnels français en ces provinces turques furent confiées à l’assemblée marseillaise.

10À ce titre, le personnel diplomatique français en poste dans de nombreuses régions de Méditerranée rendit compte à la Chambre de Commerce de Marseille des affaires susceptibles d’infléchir ses actions ou répondit à ses demandes : des courriers bien différents dans leur teneur de ceux échangés avec le gouvernement, à Paris ou à Versailles.

11Avec leur désir de mieux encadrer l’administration des Échelles, les ministres de Louis XIV ne se contentèrent pas de confier à la Chambre de Commerce de Marseille le contrôle des résidents français. Ils lui firent obligation de payer les traitements et les dépenses des consulats ouverts.

12La charge de consul avait donné en effet matière à de nombreux abus. Depuis Henri IV, elle s’obtenait en récompense de services rendus au souverain, mais aussi contre « monnaies sonnantes et trébuchantes » dans un but honorifique ou lucratif, à l’instar de tant d’autres offices et magistratures. Il n’est guère surprenant que le « propriétaire » d’un consulat, caractérisé par son absentéisme, l’ait rétrocédé à plus offrant pour en tirer bénéfice.

13Les nouveaux titulaires se rémunéraient à leur tour avec des taxes, souvent arbitraires, perçues sur le négoce et la navigation de leurs nationaux. Certains consuls s’engagèrent dans des opérations commerciales, s’exposant alors « au mépris des Turcs » pour reprendre les termes de la lettre écrite par le marquis de Seignelay à l’intendant de Provence Lebret, le 8 août 1689 (ACCM, J14). Devant les excès commis engageant la crédibilité des représentations françaises, les ministères entendirent sinon réformer l’institution, tant la notion de charge était inscrite dans les mentalités, mais du moins l’améliorer. Seignelay échafauda un projet de vente ou d’affermage de l’ensemble des consulats du Levant et de Barbarie à la Chambre de Commerce.

14Les arrêts du Conseil d’État des 31 juillet 1691 et 27 janvier 1694 transformèrent les consuls en une sorte de fonctionnaires du gouvernement. Désormais, la Chambre de Commerce allait « solder » leurs appointements annuels, mais aussi ceux des vice-consuls, des chanceliers et des « drogmans » (interprètes). Elle réglait aussi partiellement la pension de l’ambassadeur de France à Constantinople pour soutenir les privilèges obtenus par les « capitulations » ; en revanche, elle n’avait pas à intervenir dans la gestion financière des consulats dans les péninsules italienne et ibérique.

Le personnel consulaire

15Dans une étude centrée sur les consuls, figure de l’intermédiation marchande, nous ferons volontairement silence sur les dossiers, les lettres et comptes concernant précisément les ambassadeurs à Constantinople, mais aussi les correspondances propres aux chanceliers, interprètes et celles des représentants élus des négociants dans les Échelles qualifiés de « députés de la nation ». Restent donc à présenter plus de 800 dossiers et tout d’abord les dossiers généraux :

Personnel consulaire. J 6 à 9 (4 registres) 1699-1793. Enregistrement des lettres de provisions et brevets des consuls, vice-consuls et chanceliers.
Personnel consulaire. J 10 à 12 (3 liasses) 1653-1793. Généralités, nominations, mutations.
Personnel consulaire. J 14 à 16 (3 liasses) 1687-1794. Appointements et dépenses diverses.
Personnel consulaire. J 17 (liasse) 1610-1756. Consuls et vice-consuls de l’Archipel.
Personnel consulaire. J 20 (liasse) 1618-1784. Obligation d’exercer en personne et interdiction de faire du commerce.
Personnel consulaire. J 21 (liasse) 1715-1717. Consuls en Levant et en Barbarie. Procès au sujet de la capitation.
Personnel consulaire. J 22 (liasse) 1627-1791. Demandes d’emplois dans les consulats.
Personnel consulaire. J 23 à 45 (23 liasses) XVIIe-XVIIIe siècles. Dossiers personnels des consuls généraux, consuls, vice-consuls, chanceliers et drogmans du Levant, Barbarie et pays méditerranéens : classés par ordre alphabétique avec ceux des chanceliers.

16Soit 33 liasses et 4 registres.

17Pour dresser un état des ressources potentielles que la CCI Marseille Provence met à la disposition des chercheurs, la méthode la plus simple de présentation des 20 000 lettres provenant des consuls et vice-consuls, de leur correspondance « arrivée » à la Chambre, consiste à mener les investigations selon une répartition géographique remontant à l’Ancien Régime : le Levant, la Barbarie, les péninsules italienne et ibérique, sans omettre la petite île de Malte qui jouait un si grand rôle sur l’échiquier international.

Les consulats français au Levant

18Résidence des Français au Levant. J 95 (liasse) 1698-1790. Familles et domestiques des consuls et autres agents.

19Consulats du Levant. J 128 (liasse) 1607-1791. Création, projets de réorganisations, etc.

20Dardanelles. J 306 (liasse) 1693-1783. Lettres des consuls ou vice-consuls et pièces jointes.

21Smyrne. J 307 à 345 (39 liasses) 1626-1796. Lettres des consuls ou des personnes faisant fonction de consuls.

22Smyrne. J 346 (liasse) 1688-1789. Lettres des vice-consuls, mais aussi des chanceliers, commis, drogmans.

23Smyrne. J 1617 (liasse) 1687. Plaintes contre Louis-Marseille Fabre, consul de France.

24Chio. J 445 à 449 (4 liasses) 1694-1791. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

25Rhodes. J 450 à J 452 (3 liasses) 1731-1791. Lettres des vice-consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

26Milo et L’Argentière. J 453 et 454 (2 liasses) 1690-1791. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

27Morée. J 455 à 477 (23 liasses) 1716-1793. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

28Modon. J 478 (liasse) 1717-1719. Lettres du vice-consul et pièces jointes.

29Coron. J 479 (liasse) 1779-1789. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

30Naples de Romanie. J 480 et 481 (2 liasses) 1697-1792. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

31Patras. J 497 à 500 (4 liasses) 1680-1777. Lettres des vice-consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

32Larta et La Saillade. J 501 (liasse) 1702-1705. Lettres des consuls et pièces jointes.

33Larta. J 502 à 507 (6 liasses) 1705-1782. Lettres des consuls et pièces jointes.

34Missolonghi. J 508 (liasse) 1738-1750. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

35La Vallone. J 509 (liasse) 1738-1743. Lettres des consuls et pièces jointes.

36Durazzo. J 510 (liasse) 1699-1705. Lettres du consul et pièces jointes.

37Scopoli. J 511 (liasse) 1697-1699. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

38Raguse. J 512 à 514 (3 liasses) 1757-1791. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

39Sébénico. J 516 (liasse) 1788-1789. Lettres du consul et pièces jointes.

40Corfou. J 517 (liasse) 1713-1774. Lettres des consuls et vice-consuls et pièces jointes.

41Céphalonie. J 518 (liasse) 1729-1778. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

42Zante. J 519 à 524 (6 liasses) 1669-1792. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

43Cérigo. J 525 à 528 (4 liasses) 1683-1781. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

44Athènes. J 529 à 535 (6 liasses) 1681-1792. Lettres des consuls et pièces jointes.

45Nègrepont. J 535 (liasse) 1709-1790. Lettres des consuls et pièces jointes.

46Naxos. J 537 (liasse) 1697-1737. Lettres des consuls et pièces jointes.

47Micony. J 538 (liasse) 1692. Lettres du vice-consul et pièces jointes.

48Tino. J 539 (liasse) 1699. Lettres du vice-consul et pièces jointes.

49Mételin. J 540 (liasse) 1719-1777. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

50Satalieh. J 541 (liasse) 1633-1744. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

51Consulat d’Égypte. J 544 à 563 (20 liasses) 1611-1692. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

52Le Caire. J 564 à 595 (32 liasses) 1692-1777. Lettres des consuls ou faisant fonction, et pièces jointes.

53Alexandrie. J 129 (liasse) 1623-1625. Lettres de Fr. Savary de Brèves, ancien ambassadeur, propriétaire du consulat.

54Alexandrie. J 596 à 598 (3 liasses) 1777-1793. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

55Alexandrie. J 667 à 700 (34 liasses) 1670-1776. Lettres des vice-consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

56Alexandrie. J 1676 et 1677 (2 liasses) 1634-1674. Dettes - Chambre de Commerce de Marseille contre Honoré de Bermond, consul et consorts.

57Rosette. J 747 à 756 (10 liasses) 1653-1785. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

58Beyrouth. J 130 (liasse) 1658-1667. Provisions, correspondance, etc.

59Seyde. J 759 à 803 (45 liasses) 1612-1785. Lettres des vice-consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

60Seyde. J 806 et 807 (2 liasses) 1777-1793. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

61Syrie et Palestine. J 804 et 805 (2 liasses) 1785-1793. Lettres du consul et pièces jointes, avec sièges successifs à Acre et Jaffa.

62Jérusalem. J 878 (liasse) 1699-1715. Lettres des consuls et pièces jointes.

63Acre. J 879 (liasse) 1657-1784. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

64Rame. J 883 (liasse) 1689-1775. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

65Alep. J 884 à 922 (39 liasses) 1600-1793. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

66Alep. J 1731 (liasse) 1640-1752. Dettes de l’Echelle - Chambre de Commerce de Marseille contre Lange Bonin, ancien consul, et autres.

67Alep. J 1733 (liasse) 1613. Procédure contre Pierre Marmery, consul accusé d’exactions par les consuls et communauté de Marseille.

68Alep. J 1734 (liasse) 1618-1625. Procédure contre Jean Viguier, consul de Seyde, puis d’Alep, au sujet de l’exercice de sa charge par d’autres que lui.

69Alep. J 1735 (liasse) 1627-1735. Plaintes contre les exactions de Pierre d’Olivier, consul.

70Alep. J 1736 (liasse) 1633-1635. Dettes du consul Delestrade.

71Alep. J 1737 (liasse) 1661-1664. Procès entre la Chambre de Commerce de Marseille et François Piquet, consul à Alep, au sujet du consulat.

72Alexandrette. J 1014 à 1022 (9 liasses) 1670-1790. Lettres des vice-consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

73Tripoly de Syrie. J 131 (liasse) 1561-1666. Lettres de provisions, etc.

74Tripoly de Syrie. J 1023 à 1048 (26 liasses) 1664-1795. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

75Lattaquié. J 1089 (liasse) 1752-1793. Lettres des vice-consuls.

76Chypre. J 1090 à 1115 (26 liasses) 1661-1793. Lettres des consuls et pièces jointes.

77Chypre. J 1116 (liasse) 1777-1782. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

78La Canée. J 1164 à 1201 (38 liasses) 1677-1790. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

79La Canée. J 1763 (liasse) 1692-1704. Procès entre Jean Maillet, ancien consul, et la Chambre de Commerce de Marseille.

80Candie. J 1235 à 1250 (16 liasses) 1693-1787. Lettres des agents et vice-consuls et pièces jointes.

81Candie. J 1767 (liasse) 1696. Instance entre la Chambre de Commerce de Marseille et Guillaume Fabre, vice-consul.

82Salonique. J 1258 à 1294 (37 liasses) 1690-1794. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

83Salonique. J 1295 (registre) 1725-1726. « Mémoires et réponses sur les différents entre le sieur Le Blanc de Favédre, consul, et le corps de la nation française ».

84Cavalla. J 1337 (liasse) 1701-1763. Lettres des vice-consuls, etc.

85Soit 481 liasses et 1 registre.

Les consulats français en Barbarie

86Alger. J 1338 à 1372 (35 liasses) 1602-1794. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

87Tunis. J 1401 à 1444 (43 liasses) 1584 - 1795. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

88Tripoli de Barbarie. J 1479 à 1500 (22 liasses) 1682-1794. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

89Bengazy. J 1531 et 1532 (2 liasses) 1743-1756. Lettres des vice-consuls et pièces jointes.

90Tétouan. J 1533 à 1540 (8 liasses) 1683-1722. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

91Salé. J 1542 à 1553 (12 liasses) 1683-1793. Lettres des consuls ou faisant fonction et pièces jointes.

92Soit 122 liasses.

Les consulats de France à Malte, en Italie, Espagne et Portugal

Consulat à Malte

93Malte. K18 à 21 (4 liasses) 1684-1756. Lettres des consuls.

Consulats dans la péninsule italienne et ses îles

94Italie. K 42 (liasse) 1698-1784. Projets de création, réorganisation, etc.

95Livourne. K 43 à 69 (26 liasses) 1627-1794. Lettres des consuls, vice-consuls et chargés du consulat.

96Livourne. K 70 (liasse) 1751-1764. Lettres du vice-consul à Porto-Ferrajo.

97Livourne. K 85 à 87 (3 liasses) 1757-1763. Lettres du consul en survivance, agent de la Chambre de Commerce de Marseille.

98Gênes. K 94 à 101 (8 liasses) 1582-1794. Lettres des consuls.

99Gênes. E 137 (liasse) 1712-1714. Matelots disgraciés et soldats déserteurs - La Chambre de Commerce de Marseille contre Jh. Aubert, consul à Gênes.

100Nice. K 114 à 124 (11 liasses) 1661-1787. Lettres des consuls.

101Rome. K 126 (liasse) 1702-1776. Lettres des ambassadeurs, chargés d’affaires et consuls.

102Civita-Vecchia. K 127 (liasse) 1718-1787. Lettres des consuls et chanceliers.

103Naples. K 130 à 135 (6 liasses) 1598-1793. Lettres des consuls.

104Messine. K 136 à 144 (9 liasses) 1683-1793. Lettres des consuls et d’un chargé du consulat.

105Palerme. K 146 à 150 (5 liasses) 1586-1793. Lettres des consuls et vice-consuls.

106Cagliari. K 152 à 163 (12 liasses) 1662-1792. Lettres des consuls.

107Cagliari. K 164 (liasse) 1757-1774. Lettres des vice-consuls à Alghero, Sassari et l’île Saint-Pierre.

108Corse. K 165 (liasse) 1703-1768. Lettres des consuls et vice-consuls.

109Venise. K 169 à 171 (3 liasses) 1686-1793. Lettres des consuls.

110Trieste. K 172 (liasse) 1770-1793. Lettres des consuls.

111Ancône. K 173 (liasse) 1724-1793. Lettres des consuls.

112Diverses villes d’Italie. K 174 (liasse) 1620-1786. Lettres des consuls et vice-consuls à Diano, Oneille, Port Maurice, Rovigno, San Rémo, Savone, Trapani.

Consulats dans la péninsule ibérique et aux Canaries

113Madrid. K 177 (liasse) 1721-1757. Lettres des consuls.

114Cadix. K 178 (liasse) 1681-1793. Lettres des consuls.

115Madère. K 180 (liasse) 1751-1790. Lettres des consuls.

116Sainte-Croix de Ténériffe. K 181 (liasse) 1765-1790. Lettres des consuls.

117Algésiras. K 182 (liasse) 1778-1784. Lettres de l’ancien consul à Gibraltar, correspondant officieux.

118Gibraltar. K 183 (liasse) 1720-1792. Lettres des consuls.

119Malaga. K 184 à 186 (3 liasses) 1723-1791. Lettres des consuls.

120Alméria. K 187 (liasse) 1738-1787. Lettres des consuls.

121Carthagène. K 188 et 189 (2 liasses) 1704-1792. Lettres des consuls et des députés de la nation.

122Alicante. K 190 et 191 (2 liasses) 1666-1792. Lettres des consuls et de marchands.

123Denia et Altéa. K 192 (liasse) 1703-1778. Lettres des consuls.

124Tortosa. K 194 (liasse) 1709-1765. Lettres des consuls.

125Barcelone. K 195 à 197 (3 liasses) 1635-1793. Lettres des consuls.

126La Corogne. K 198 (liasse) 1718-1784. Lettres des consuls.

127Majorque. K 199 à 201 (3 liasses) 1599-1792. Lettres des consuls et de la nation française.

128Minorque. K 202 (liasse) 1713-1791. Lettres des consuls.

129Espagne. H 74 (liasse) 1687-1776. Droits perçus par les consuls français.

130Lisbonne. K 204 (liasse) 1699-1789. Lettres des consuls.

131Soit 125 liasses.

Des sources complémentaires

132Pour tirer tout le profit désirable des nombreuses correspondances venues des consulats français, il est nécessaire de consulter en parallèle les registres des copies de lettres rédigées et expédiées par la Chambre de Commerce de Marseille, ainsi que les délibérations de cette même assemblée.

133Celles-ci, d’abord confondues dans les registres de la Communauté de Marseille et ses consuls (d’où l’appellation d’assemblée « consulaire »), furent rassemblées à part dès 1650, année durant laquelle le Bureau du Commerce prit une certaine autonomie par rapport au corps municipal avant que la Chambre ne devienne une sorte d’annexe des Affaires Étrangères.

Le fonds propre de la CCM

134Marseille. B 1 à 20 (20 registres) 1650-1792. Délibérations de la Chambre de Commerce.

135Marseille. B 22 à 70 (49 registres) 1650-1792. Correspondance active de la Chambre de Commerce, avec lacunes.

136Marseille. C 1796 (liasse) 1721-1786. Comptes courants avec les consuls et divers.

137Marseille. C 1801 (liasse) 1670-1780. Pension à la famille de Vintimille, ancienne propriétaire du consulat de Seyde.

138Marseille. C 1803 à 1805 (3 liasses) 1696-1794. Pensions à d’anciens consuls, vice-consuls, à leurs enfants et à leurs veuves.

139Marseille. C 1813 (liasse) 1702-1793. Avances pour le service du roi - Consulats du Levant.

140Marseille. C 1814 (liasse) 1730-1793. Avances pour le service du roi - Consulats de Barbarie.

141Marseille. C 1815 (liasse) 1752-1781. Avances pour le service du roi - Consulats d’Italie, d’Espagne et du Portugal.

142Marseille. D 67 (liasse) 1696-1793. Poste maritime. Transmission de la correspondance à destination des consuls du Levant.

143Marseille. D 71 (liasse) 1746-1790. Poste maritime. Transmission de la correspondance de la Cour aux consuls en Espagne, Italie, Sardaigne, etc.

144Marseille. D 77 à 79 (3 liasses) 1680-1782. Poste maritime. Lettres ministérielles accusant réception des lettres et paquets transmis à la Cour par la Chambre de Commerce provenant des consuls en Levant et Barbarie.

145À côté du fonds propre de la Chambre, sont conservés des fonds annexes d’archives économiques acquis à la suite de versements par voie d’autorité, de dons ou d’achats. Ces papiers renferment eux-aussi des documents intéressant quelques consuls et vice-consuls en poste dans le bassin méditerranéen.

146Ainsi le fonds de la Compagnie royale d’Afrique, l’unique exemple de compagnie de commerce à monopole dont les archives aient pu être conservées. Durant la Révolution, elle fut supprimée par la loi du 24 août 1793, et un arrêté du Comité de Salut public du 21 ventôse an II régla les conditions du transfert de ses affaires relatives notamment aux céréales à l’Agence d’Afrique qui lui succéda.

147En ordonnant le versement de ces fonds en 1807 dans les archives de la Chambre de Commerce, Thibaudeau, le préfet des Bouches-du-Rhône, permit la sauvegarde de cet ensemble, désormais d’un intérêt capital pour la connaissance de la présence française dans une partie du Maghreb (Algérie et Tunisie) durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

148Un autre fonds exceptionnel est celui constitué par les correspondances expédiées à la maison de négoce des frères Roux, rassemblées patiemment par achats et quelques donations, les grands registres de la correspondance active et de la compatibilité ayant malheureusement servi à faire du papier et des chiffons durant la Seconde Guerre mondiale.

149Ces milliers de missives constituent une source irremplaçable pour connaître le mécanisme des affaires de l’époque et les réseaux entretenus par une grande maison de la place. Les consuls n’en sont pas absents. On trouve également des documents émanant de diplomates en Afrique du Nord, mais aussi en Perse, dans les papiers offerts de son vivant par Joseph de Barbarin, collectionneur marseillais.

Les fonds annexes de la CCM

150Alep. L. IX 773 (liasse) 1758-1762. Lettres de P. Thomas, consul, aux négociants Roux.

151Alger. L. III 310 à 316 (7 liasses) 1746-1793. Lettres de consuls ou faisant fonction à la Compagnie royale d’Afrique.

152Alger. L. IV 25 à 28 (4 liasses) 1794-an X. Lettres de consuls et chargés d’affaire à l’Agence d’Afrique.

153Alger. L. XI 3 (registre) 1619-1667. Livre de raison de l’avocat B. de Vias, consul.

154Alicante. L. IX 797 (liasse) 1753-1756. Lettres de J. Gayot, consul, aux négociants Roux.

155Athènes. L. IX 711 (liasse) 1743-1746. Correspondance des négociants Bourlat, Magy et Gracy, de Constantinople, avec P. Aubert, consul.

156Athènes. L. IX 759 (liasse) 1736-1754. Lettres de P. Aubert, consul aux négociants Roux.

157Bandar-Abbas. L.XI 8 (1719-1750). Documents concernant J.-Fr. de Gardane, vice-consul.

158Cagliari. L. XI 16 (liasse) 1782-1791. Lettres adressées à P.-A. Guys, consul.

159Chypre. L. XI 9 (liasse) 1749-1750. Pièces concernant la mission d’A.-N. de Gardane comme consul à Larnaca.

160Gênes. L. XI 16 (liasse) an VI. Lettres de Belleville, consul.

161Le Caire. L. IX 763 (liasse) 1741. Lettres de Martin d’Amirat, consul, aux négociants Roux.

162Missolonghi. L. IX 758 (liasse) 1735-1750. Lettres d’A. Jullien, vice-consul, aux négociants Roux.

163Perse. L. XI 7 (liasse) 1700-1750. Documents concernant Ange de Gardane, seigneur de Sainte-Croix, consul.

164Nègrepont. L. IX 759 (liasse) 1736. Lettres de P. Aubert, consul, aux négociants Roux.

165Seyde. L. IX 769 (liasse) 1787. Lettres de B. Beaussire, vice-consul, aux négociants Roux.

166Smyrne. L. IX 722 (liasse) 1760-1761. Lettres de Th.-Fr. de Joinville, consul, aux négociants Roux.

167Tunis. L. III 317 à 322 (6 liasses) 1755-1791. Lettres des consuls et faisant fonction à la Compagnie royale d’Afrique.

168Tunis. L. IV 29 (liasse) 1794-1798. Lettres du consul Ph. Devoize.

169Tunis L. XI 9 (liasse) 1756. Lettre de Sulauze, consul, à l’Agence d’Afrique.

170Tripoli de Barbarie. L. XI 9 (liasse) 1756-1774. Documents concernant la carrière consulaire d’A.-N. de Gardane, chancelier, puis consul.

171Tripoli de Syrie. L. XI 16 (liasse) 1792-an X. Lettres adressées à P.-A. Guys, consul.

172Certes éclectique, cette documentation apporte néanmoins des exemples sur le rôle d’intermédiaire joué par les consuls entres les sociétés françaises et notamment les autorités de l’Empire ottoman, comme sur les aides apportées aux négociants-armateurs et à leurs capitaines dans leurs opérations marchandes à l’étranger.

Une assemblée inconstitutionnelle

173Le 16 octobre 1791, la suppression des Chambres de Commerce jugées inconstitutionnelles fut promulguée par l’Assemblée nationale constituante. Celle de Marseille disparaît, comme les dix autres assemblées similaires créées à sa suite depuis 1700, dans les principales villes de France. Devant la nécessité pour Marseille de posséder un organisme dédié aux questions économiques et aux relations dans le bassin méditerranéen, la municipalité initia en 1792 un Bureau provisoire du Commerce.

174Le 14 février 1793, un décret de la Convention rattacha les consulats aux Affaires Étrangères, le Bureau provisoire du Commerce étant chargé des paiements aux représentations diplomatiques en Méditerranée. Ce bureau, supprimé à son tour en octobre 1793, le paiement des traitements et les dépenses des agents de la République fut repris par celui des fonds de la Commission des Relations extérieures. Le négoce marseillais touché par la crise révolutionnaire allait quant à lui rester huit ans sans aucune représentation, ni aide.

175Réinstallée par un arrêté du Consulat du 17 mars 1803, mais cantonnée au rôle d’assemblée consultative, la Chambre de Commerce de Marseille retrouva bientôt une partie de ses anciennes attributions jusqu’à l’ordonnance royale du 18 avril 1835, avec laquelle les missions de l’assemblée marseillaise au Proche-Orient et en Afrique du Nord furent définitivement abrogées.

176Bureau provisoire du Commerce, B 71 (registre) 1792-1793. Correspondance active.

177Pour les Consulats de France du début du XIXe siècle, voir les dossiers Rapports avec le Levant et la Barbarie, série MQ 5.1, Commerce international – Échelles classées par ordre alphabétique, d’Alep à Zante.

L’un des dépôts d’archives les plus importants de Méditerranée

178Les Archives de la CCI Marseille Provence bénéficient, de par la loi du 3 janvier 1979, du statut d’archives publiques. La Table ronde internationale des Archives (CITRA) les a fait figurer parmi les 150 dépôts les plus importants au monde pour l’Histoire du Travail. Plusieurs centaines de liasses et de registres concernant les consuls complètent celles conservées dans des grands centres, Archives nationales de France à Paris et Ministère des Affaires Étrangères à La Courneuve et Nantes, aux Archives nationales d’Outre-mer à Aix-en-Provence.

179Bien que plus modestes, mais ô combien riches en informations commerciales et maritimes, voire politiques, dont certains éléments remontent au XVIe siècle, de leur étude réapparaissent bien des fragments oubliés ou méconnus de l’activité des personnels diplomatiques des siècles passés, des exemples d’histoires d’homme : une véritable mémoire pour notre Méditerranée.

Auteur

patrick.boulanger@ccimp.com

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable