Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 | 
Arnaud Bartolomei
, 
Guillaume Calafat
, 
Mathieu Grenet
, 
et al.

Introduction

Arnaud Bartolomei

Texte intégral

  • 1 Müller 2010 ; Hashino 2010.
  • 2 Paris 1957, p. 288-293 ; Farganel 1996 ; Faivre d’Arcier 2007, p. 99-124.
  • 3 Voir par exemple Ulbert 2006b.
  • 4 Beaurepaire – Marzagalli 2013 ; Brilli 2013.
  • 5 « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVI (...)

1Les consuls des étrangers furent-ils utiles aux marchands ? Oui, serait-on tenté de répondre à première vue, en se souvenant qu’à l’origine, le consul est un marchand désigné par ses pairs pour les protéger et résoudre leurs éventuels litiges. De fait, de nombreux travaux consacrés à la fonction consulaire ont mis en exergue le rôle décisif que cette institution a pu être amenée à jouer dans les performances économiques et commerciales de certaines nations ou de certains États au cours de l’histoire moderne et contemporaine1. Diverses études, récentes ou plus anciennes, amènent cependant à nuancer cette vision des choses. On pense par exemple aux nombreuses contributions, toujours d’actualité, qui ont documenté avec acuité les conflits et autres « cabales » qui opposèrent régulièrement les consuls à leurs ressortissants, notamment dans les Échelles du Levant2. Des travaux ont par ailleurs montré que la création et l’essor des réseaux consulaires européens aux XVIIIe et XIXe siècles ont pu répondre à des logiques bien plus politiques que réellement commerciales – que l’on songe à l’affirmation des souverainetés nationales sur la scène internationale, ou encore aux façons de manifester la puissance d’un État3. D’autres ont insisté, pour leur part, sur les logiques strictement individualistes ou carriéristes qui pouvaient guider les consuls dans leur action et compromettre de ce fait la réelle efficacité des services qu’ils rendaient4. Sans permettre de trancher résolument un tel débat, le présent ouvrage, qui vient conclure un programme de recherche consacré aux « fonctions marchandes des consuls » et qui réunit 28 contributions présentées, pour la plupart, lors d’un colloque tenu à Nice en avril 2014, invite à apporter une réponse contrastée à la question de l’utilité commerciale des consuls, tout en proposant de nouvelles pistes et de nouveaux enjeux5.

2Il apparaît en effet clairement, comme en témoignent les différentes contributions rassemblées dans cet ouvrage, que si les consuls furent indéniablement utiles à certains marchands, ils ne le furent certainement pas de la même manière pour tous. Cette utilité varia en outre grandement selon les réseaux consulaires et les contextes historiques considérés. Aborder le sujet en termes d’utilité invite dès lors à prolonger les travaux qui se sont intéressés ces dernières années à la fonction consulaire, tout en en renouvelant le questionnement : il ne s’agit plus seulement de décrire la fonction consulaire du point de vue de ceux qui la promurent, et des objectifs – politiques, commerciaux ou diplomatiques – qu’ils poursuivaient, mais plutôt depuis ceux qui étaient supposés en être les bénéficiaires. La focale a été ici placée sur les « marchands », mais elle pourrait l’être tout aussi bien sur d’autres groupes d’usagers des services consulaires, comme les migrants, les voyageurs ou les capitaines de navires.

De l’étude de la fonction consulaire à celle de l’utilité de l’institution consulaire

  • 6 L’article de Jörg Ulbert dans le présent volume propose une liste des principales références sur l (...)

3Le champ des études consulaires s’est constitué très précocement dans l’historiographie européenne et a déjà alimenté au moins trois grandes phases de travaux, qui ont chacune défini leurs propres objets historiques et mobilisé des sources de nature différente. Le premier et le plus ancien de ces trois temps de la recherche historique sur les consuls concerne essentiellement un long XIXe siècle, qui débute en fait dès la seconde moitié du siècle précédent et se prolonge jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, et se caractérise essentiellement par la production d’études théoriques sur la fonction consulaire, menées principalement par des praticiens de la chose consulaire – notamment des diplomates et des juristes6. Cette littérature a pu avoir des finalités strictement didactiques et pratiques – contribuer à la formation du personnel consulaire – ou des objectifs plus implicitement politiques. Il est ainsi difficile de l’évoquer sans la replacer dans le contexte du « nationalisme juridique » du XIXe siècle finissant, qui amena nombre des historiens de l’époque à mettre leur plume au service d’un « droit des nations » ouvertement revendiqué. Le Levant fut l’un des terrains de prédilection de cette historiographie, dont l’un des fleurons reste incontestablement l’ouvrage d’Auguste Boppe, Les consulats du Levant (Nancy, 1902).

  • 7 Masson 1896 ; Masson 1903 ; Masson 1911.
  • 8 Girard 1932 ; Debbasch 1957.
  • 9 Ozanam 1968.
  • 10 Labourdette 1988 ; Zylberberg 1993.
  • 11 Vitale 1934 ; Gallico 1935 ; Buonocore 1976.
  • 12 Filippini et al. 1976.
  • 13 Panzac 1986 ; Fontenay 2010.

4Un deuxième temps de la recherche académique, qui correspond globalement aux années 1950-1980 et à l’âge d’or de l’histoire quantitative, peut être distingué. Il est caractérisé par un recours important aux sources consulaires, mais au service d’une réflexion et d’études qui ne portent pas précisément sur la fonction consulaire en soi, mais plutôt sur le commerce international, les nations marchandes qui l’animaient et les relations diplomatiques entre les États au cœur desquels ces nations se trouvaient. Cette découverte de la valeur historique des sources consulaires – et le mot « découverte » n’est probablement pas exagéré si l’on considère que Paul Masson a par exemple pu produire l’essentiel de son œuvre sur le commerce levantin et barbaresque sans recourir aux archives consulaires7 – a incontestablement abouti à la production d’ouvrages importants pour l’histoire des relations commerciales. On pense ainsi aux travaux d’Albert Girard ou de Yvan Debbash sur les nations françaises en Andalousie et en Tunisie8, à l’article incontournable de Didier Ozanam consacré à la « colonie française de Cadix »9, ou, toujours pour demeurer dans le domaine emblématique de l’historiographie française consacrée à la Péninsule ibérique, aux ouvrages plus récents de Jean-François Labourdette et Michel Zylberberg, qui s’inscrivent indéniablement dans la même veine10. Naturellement, le phénomène ne fut pas proprement français et l’historiographie italienne a livré, elle aussi, son lot de références marquantes et demeurées fondamentales pour tout historien désireux d’étudier les relations diplomatiques et commerciales en Méditerranée11. Parfois, la focale a pu être aussi plus restreinte et s’écarter de la problématique des « nations étrangères » pour ne s’intéresser qu’au contenu informatif des sources consulaires. C’est le cas par exemple de la collection d’études réunies sous le titre générique Le commerce français au XVIIIe siècle, qui offre de beaux exemples des usages qui peuvent être faits des statistiques consulaires pour écrire une histoire quantitative du mouvement commercial12. On pense également, dans des registres voisins, aux travaux qu’ont consacrés Michel Fontenay et Daniel Panzac au corso maltais et barbaresque pour le premier et à la peste en Méditerranée pour le second, en mobilisant largement des sources consulaires13.

5Ces travaux n’avaient pas pour objectif de nourrir une réflexion sur la fonction consulaire proprement dite, puisqu’ils s’intéressaient plutôt aux nations marchandes étrangères, aux privilèges à l’abri desquels elles ont prospéré, ou aux réalités économiques et sociales que décrivaient les consuls dans leurs correspondances et leurs rapports ; il n’en demeure pas moins qu’ils constituent encore aujourd’hui des passages obligés pour l’ensemble des historiens soucieux d’appréhender les formes que prit la fonction consulaire au cours des périodes moderne et contemporaine.

  • 14 Baillou 1984.
  • 15 Pradells Nadal 1992 ; Mézin 1997.
  • 16 Ulbert – Le Bouëdec 2006 ; Ulbert – Prijac 2010 ; Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 20 (...)
  • 17 Müller 2004 ; Aglietti 2012.
  • 18 Marzagalli 2015.

6Si l’on excepte l’entreprise éditoriale hors-norme et largement inclassable coordonnée par Jean Baillou dans les années 1980 (laquelle aboutit à une première véritable histoire de l’institution consulaire française, mais sous un angle strictement administratif et à partir des seules sources de l’administration centrale)14, il fallut donc attendre le début des années 1990 pour voir apparaître des études qui concernent plus spécifiquement l’histoire sociale et institutionnelle de la fonction consulaire. De ce point de vue, les deux grandes enquêtes prosopographiques menées par Jésus Pradells Nadal en Espagne et par Anne Mézin en France peuvent être retenues comme les premiers jalons d’un nouveau mouvement historiographique appelé à connaître un essor remarquable aux cours des deux décennies suivantes15. En attestent, en premier lieu, les trois grands ouvrages collectifs parus en 2006, 2010 et 2013 et coordonnés par Jörg Ulbert, Gérard Le Bouëdec, Lukian Prijac, Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez, lesquels réunissent près de 70 contributions originales consacrées à l’étude de la fonction consulaire au cours de l’époque moderne et du XIXe siècle16. En attestent également des travaux intéressés par certains aspects plus restreints de la fonction consulaire, comme les monographies de Leos Müller et Marcella Aglietti, qui étudient le rôle de l’institution consulaire dans l’essor commercial suédois en Méditerranée ou dans la formation des États-nations modernes17, ou encore un récent ouvrage collectif consacré à l’information consulaire18. C’est incontestablement dans le sillon tracé par ces derniers ouvrages que s’inscrit le nôtre, qui propose non pas de réfléchir sur la fonction consulaire en général, mais sur le rôle qu’elle a pu, ou non, jouer dans l’essor du commerce international à l’époque moderne et au XIXe siècle.

Information, protection, juridiction

  • 19 Ulbert 2006a ; Bartolomei 2013.
  • 20 Sur ce point, voir en priorité Lemercier 2008. On trouvera également des exemples ponctuels dans M (...)

7De cette abondante littérature dédiée à la fonction consulaire, on peut dégager plus précisément trois grandes catégories de service que les consuls étaient amenés à rendre à leurs ressortissants, et plus particulièrement à ceux qui exerçaient le commerce : l’information, la protection et la juridiction. Ces trois missions principales de la fonction consulaire ont été déjà largement décrites et commentées par ailleurs et il n’est pas lieu d’y revenir ici19. Peut-être convient-il en revanche d’insister sur les limites inhérentes à une telle segmentation de l’action consulaire qui, si elle a pu être utile dans un premier temps, contribue désormais à l’opacifier plutôt qu’à la rendre parfaitement intelligible. Un premier écueil de cette segmentation de l’objet d’étude réside dans le fait qu’aucune des trois fonctions distinguées ne peut être correctement appréhendée par l’usage qui est traditionnellement fait des sources consulaires, lequel tend à se focaliser sur certains types d’archives et à les isoler des chaînes documentaires au sein desquelles elles doivent être nécessairement replacées pour prendre leur sens. Que nous enseignent, par exemple, les informations consulaires relevées dans la correspondance ministérielle, si l’on ne sait pas ensuite comment étaient reçues et traitées ces informations : comment étaient-elles redistribuées et concrètement exploitées par ceux qui en étaient les destinataires ? Trop peu d’études se sont, à ce jour, réellement intéressés à cette question du devenir des informations consulaires et des usages que pouvaient être amenés à en faire les marchands20. De la même manière, comment apprécier l’utilité de la justice consulaire ou de la chancellerie consulaire si l’on ne les replace pas dans le contexte plus large des autres institutions locales avec lesquelles elles entraient en concurrence – comme les autres magistratures locales ou les études notariales –, ou encore si l’on ne parvient pas à reconstituer les chaînes juridictionnelles dont elles ne constituaient finalement qu’un maillon ? Là encore, il faudrait chercher les certificats produits par les consuls au Levant dans les fonds des cadis locaux, ou dans les instances d’appel du Parlement d’Aix par exemple, afin de saisir pleinement quelle était l’utilité de ces certifications consulaires et quels usages en faisaient les marchands. Il en va de même des diverses requêtes et suppliques adressées aux consuls sans leur être réellement destinées, et ne faisant que transiter par leurs bureaux avant de poursuivre leur chemin vers des instances plus élevées – l’ambassade ou le ministère – plus à même d’intervenir efficacement sur des administrations locales elles-mêmes imbriquées dans des chaînes décisionnelles et juridictionnelles hiérarchisées. L’impression qui se dégage de cette énumération sommaire d’exemples est qu’il est désormais devenu indispensable de ne plus approcher ni penser les consulats depuis les seules sources consulaires, qui ne nous livrent qu’une vision partielle de l’activité des consuls.

  • 21 Calafat 2015b.

8Une seconde difficulté que soulève la tripartition communément proposée pour analyser les services que les consuls rendaient aux marchands réside dans l’intrication extrêmement étroite de ces trois fonctions que les consuls étaient conduits, le plus souvent, à mener de front. Ainsi, lorsqu’un consul informe ses autorités de tutelle des avanies que subissent ceux placés sous sa juridiction, c’est le plus souvent pour obtenir qu’elles agissent à leur côté pour contribuer à une meilleure protection de ces derniers. De même, la juridiction du consul peut servir à préserver les étrangers placés sous sa protection de faire appel à une justice autochtone supposée partiale, inéquitable, voire « barbare » et arbitraire. Ainsi, c’est le plus souvent pour protéger que le consul informe et juge, et il paraît dès lors quelque peu artificiel de dissocier ces différentes fonctions. Dans le même ordre d’idée, on pourrait également souligner le fait qu’une telle catégorisation des services rendus par les consuls laisse de côté des pans entiers de leurs interactions avec les marchands qui peuvent difficilement se ranger sous l’une ou l’autre de ces étiquettes : enregistrer et certifier des documents commerciaux dans les registres de chancellerie, consigner des paroles de marchands ou les procès-verbaux des assemblées de la « nation », délivrer des passeports et tenir des registres d’état civil, prélever des droits sur tout le commerce mené localement par leurs ressortissants et sur chacun des actes qu’on leur sollicitait… La liste serait longue à dresser de toutes ces opérations qui constituaient l’essentiel des relations que les consuls entretenaient avec les marchands. Or, prélever des droits et délivrer des certificats, est-ce protéger ou contrôler le commerce ? Le faciliter ou l’entraver ? Au-delà de ce problème sur lequel il conviendra de revenir plus en avant, c’est plus généralement la question même de la délimitation de la sphère commerciale qui soulève d’épineuses questions de définition. Quand un consul signale une épidémie de peste ou la présence de corsaires à son gouvernement, rend-il service aux marchands, à la nation qu’il protège ou à ses autorités de tutelle21 ? Et qu’en est-il lorsqu’il informe ses autorités de tutelle sur les rebondissements d’un conflit international ou sur l’adoption d’une nouvelle législation commerciale ? Comment par ailleurs considérer son rôle lorsqu’il règle un litige entre un capitaine et un marin, ou même lorsqu’il enregistre un contrat d’affrètement ?

  • 22 Voir infra, l’introduction du chap. 3.

9Outre ces divers problèmes que semble devoir inévitablement soulever toute analyse d’ensemble de la fonction consulaire, viennent enfin s’en greffer d’autres, bien plus nombreux, qui se posent avec une acuité redoublée dès lors qu’on souhaite prendre en compte la très grande variété des formes que prit l’institution consulaire dans le temps et dans les différents espaces où elle se manifesta. Il a déjà été amplement souligné – et c’est encore le cas dans le présent ouvrage – que les réseaux consulaires déployés par les divers États européens pouvaient répondre à des logiques très différentes – plus strictement diplomatiques pour certains, plus clairement commerciales pour d’autres22. Quant aux prérogatives données aux consuls d’un même réseau, elles pouvaient également varier en fonction des territoires dans lesquels ils étaient implantés : les missions d’un consulat français en territoire européen n’étaient ainsi pas les mêmes que celles dévolues à un consulat français installé dans une Échelle levantine. Quant à la question chronologique, elle demeure très ouverte, car s’il est à peu près admis que les attributions de l’institution consulaire changèrent radicalement au XXe siècle, les transformations induites par le passage de l’époque moderne à l’époque contemporaine demeurent encore peu connues : dès lors, le XIXe siècle ne marque-t-il qu’un siècle d’affirmation et d’expansion de l’institution consulaire d’Ancien Régime, ou s’accompagne-t-il également de ruptures qualitatives significatives ? Si la question mérite indéniablement d’être soulevée, remarquons que seules des études diachroniques, similaires à celle que nous avons entreprise ici, permettront d’apporter des éléments de réponse.

De l’« utilité » des consuls

10Le fait d’aborder la question du rôle de l’institution consulaire en termes d’« utilité » permet-il de dépasser les différentes difficultés listées ici ? La réponse est a priori loin d’être évidente, tant les positions historiographiques exprimées sur la question semblent inconciliables. Les dépassements plus récents de ces oppositions suggèrent cependant la voie qu’il conviendra de suivre pour poser le débat en des termes renouvelés.

  • 23 Müller 2004.
  • 24 Hashino 2010.
  • 25 Mézin – Ozanam 2011.

11De fait, dans la littérature disponible, deux discours radicalement opposés semblent dominer chez les historiens. Certains semblent résolument avoir pris le parti de l’utilité commerciale de l’institution consulaire et n’ont pas hésité à lui attribuer un rôle prépondérant dans les performances économiques des territoires qu’ils étudient. C’est le cas, par exemple, de la lecture que Leos Müller propose de la réussite des entreprises maritimes suédoises du XVIIIe siècle, qui aurait reposé, en partie du moins, sur le déploiement d’un efficace réseau consulaire en Méditerranée à la même époque23. On retrouve des conclusions assez similaires chez Tomoko Hashino, qui présente également le réseau consulaire japonais – construit à partir de l’ère Meiji – comme un instrument essentiel de la réussite industrielle du pays à la fin du XIXe siècle : en collectant les informations sur les goûts et les attentes des consommateurs et en les faisant remonter vers les industriels japonais de la soie, les consuls auraient joué un rôle crucial dans l’essor économique du pays24. Une idée similaire parcourt toute la littérature consacrée à la formidable machinerie institutionnelle et diplomatique créée par la France en Espagne pour protéger et développer leur commerce, et à laquelle Didier Ozanam et Anne Mézin ont récemment consacré une contribution de grande valeur25.

  • 26 Brilli 2011 ; Recio Morales 2012.
  • 27 Ulbert 2016.

12C’est cependant aussi sur le terrain ibérique que s’est forgé un discours scientifique diamétralement opposé à une telle vision des choses. Celui-ci se trouve notamment exposé de manière tout à fait convaincante dans l’ouvrage de Jean-François Labourdette, qui soutient en substance que les consuls français à Lisbonne étaient là pour contrôler les marchands français bien plus que pour les soutenir ; leur mission ne visait pas, en effet, à favoriser l’essor des échanges commerciaux avec le Portugal, dans la mesure où ceux-ci n’étaient pas une priorité économique de l’administration française. Ce procès du colbertisme a ensuite été amplifié par de nombreux travaux consacrés à la force du commerce informel et des petits acteurs, décrits comme mieux placés pour exploiter les niches interstitielles laissées de côté par les grandes puissances mercantilistes. Tel est, par exemple, le propos de Catia Brilli lorsqu’elle décrit de façon tout à fait probante « la diaspora silencieuse » – parce que justement privée de consul – que formait la communauté génoise de Cadix ; on pense également aux travaux d’Óscar Recio Morales lorsqu’il oppose la résistance dont firent preuve les intérêts irlandais et génois implantés en Espagne à l’époque des « réformes carolines » à l’effondrement que connurent les grandes puissances mercantilistes – française et anglaise en premier lieu – à la fin du XVIIIe siècle26. D’autres objections ont par ailleurs été soulevées, concernant la valeur de l’information consulaire, l’exploitation que pouvaient en faire des bureaux ministériels aux effectifs extrêmement réduits27, ou encore la médiocrité des canaux à travers lesquels ces informations étaient ensuite acheminées vers des marchands dont la plupart disposaient de réseaux d’affaires beaucoup plus performants.

  • 28 Trivellato 2009, p. 102-131.

13Faut-il alors en conclure que les consulats n’avaient aucune utilité pour les marchands, qu’ils ne constituaient qu’une entrave supplémentaire à la bonne marche de leurs affaires instituée par des États interventionnistes et jaloux de tout contrôler ? Ce serait peut-être aller trop vite en besogne et oublier que les consuls ont pu aussi rendre des services et avoir une utilité réelle au-delà des objectifs et des stratégies – personnelles, corporatives ou étatiques – qui présidaient à leur installation. Telle est probablement l’enseignement que nous livre l’historienne Francesca Trivellato lorsqu’elle pointe le rôle qu’ont joué les consulats français pour les compagnies de marchands sépharades au Levant : en produisant des certifications juridiques opposables devant les juridictions d’Europe occidentale, les consuls auraient participé à la facilitation et à la sécurisation de ces échanges28. Ainsi, même si l’institution avait plutôt pour objet initial de contrôler l’action des régisseurs implantés localement par leurs principaux marseillais, elle fut finalement utilisée à d’autres fins par des usagers inattendus, qui contribuèrent ainsi à redéfinir son champ d’action et à lui conférer un rôle réellement incontournable dans les échanges méditerranéens. Raisonner en termes d’utilité invite ainsi à décentrer notre regard depuis les objectifs attribués à une institution vers les usages qui en sont faits, et à reformuler les problèmes – notamment en réintégrant l’action consulaire dans le contexte plus général des configurations institutionnelles, politiques, relationnelles et culturelles au sein desquels elle se manifeste.

Le point de vue des usagers ?

14Reformuler les problèmes, c’est donc d’abord placer la focale sur les bénéficiaires des services consulaires et non plus sur ceux qui les exerçaient ou les commanditaient. De ce point de vue, les sources normatives ou discursives – qui mettent toujours en avant le « commerce national » ou l’« intérêt général » – ne sont pas forcément celles qui nous éclairent le mieux, tant il est clair que ces notions n’étaient souvent que des paravents pour dissimuler des intérêts particuliers de groupes d’influence restreints. Ainsi, il fait peu de doutes – et les contributions réunies ici le confirment – que les consuls hollandais, suédois ou français étaient plus utiles aux négociants d’Amsterdam, Stockholm et Marseille qu’à ceux de Rotterdam, Göteborg ou Sète. Là encore, c’est en replaçant l’action consulaire dans la complexité d’une chaîne commerciale saisie dans sa totalité, que son utilité peut être réellement cernée. Lorsqu’un consul du Levant lutte contre la fraude sur la qualité des draps, il dessert les intérêts des négociants des Échelles qui s’y livrent, mais sert au contraire celui des producteurs du Languedoc ou des exportateurs marseillais dont la prospérité repose sur la notoriété du produit. De la même façon, lorsqu’un agent de la Marine à Madrid obtient à la Cour des permis d’exportation de piastres, il rend un service considérable à l’élite des négociants de Cadix qui monopolisent ce commerce, mais n’est en revanche d’aucune utilité à la centaine de petits boutiquiers de la ville qui n’y ont pas accès. Il en est de même lorsqu’un consul de France à Tunis constate le naufrage d’un navire provenant de Marseille ou vérifie la réalité d’une avarie : c’est alors aux assureurs – marseillais – qu’il rend service, et non pas uniquement aux victimes immédiates du dommage. Et lorsqu’il dresse l’inventaire après-décès d’un marchand mort à l’étranger, ce n’est pas le commerce français qui en bénéficie, mais les héritiers du défunt et plus encore, ses créanciers, sauf à considérer que la sécurité juridique offerte par les consuls, aux voyageurs et aux expatriés, contribue à faciliter les échanges et le commerce à distance. La question de l’identité des bénéficiaires effectifs des services consulaires – qui ne sont pas toujours ceux qui les sollicitent, ni ceux qui apparaissent en première ligne dans les sources – invite donc à distinguer les effets immédiats de l’action consulaire et ceux plus diffus, comme la participation à l’établissement d’un climat de confiance et de sécurité juridique qui, même s’ils sont plus difficilement mesurables, peuvent aussi avoir été réellement décisifs.

L’institution (consulaire), un biais dans le marché ?

15L’institution consulaire biaise-t-elle le marché en favorisant certains aux dépens d’autres ou est-elle au contraire un facteur de fluidification du marché, profitant à tous et réduisant les asymétries et les distorsions ? Cette question témoigne du désir, qui traverse ce programme de recherche, de confronter les grands postulats de l’école économique dite « néo-institutionnaliste » à l’histoire des différentes figures de l’intermédiation marchande – autant l’histoire sociale, économique, culturelle et institutionnelle de ces métiers du commerce que celle, plus incarnée et singulière des hommes qui les ont exercés ; à travers cette confrontation, il s’agit d’interroger la théorie selon laquelle la rationalisation des métiers et des institutions du commerce, leur professionnalisation et leur spécialisation, serait un puissant facteur de performance économique et aurait été un déclencheur essentiel du développement de l’Europe préindustrielle.

16L’idée est séduisante, en effet, de considérer les juridictions consulaires comme des instances de sécurisation des échanges marchands à large rayon qui accompagnent, plus profondément encore, un procès d’harmonisation des normes et des procédures du droit commercial. Plusieurs contributions du présent volume plaident en ce sens, en pointant notamment le rôle joué par les consuls dans la diffusion de la preuve et de la certification écrites dans différentes régions du bassin méditerranéen. Or, cette diffusion impose-t-elle de nouvelles règles ou construit-elle, de manière latente, un socle de normes (culturelles et juridiques) et de conventions (graphiques) partagées ? En étudiant la juridiction consulaire au ras des pratiques et des usages, on se rend bien compte qu’elle n’est en aucun cas garante d’un marché équilibré : n’oublions pas qu’elle vise surtout à favoriser les marchands qu’elle protège, autrement dit qu’elle est fondamentalement partiale. En outre, l’institution peut être corrompue par un petit groupe de négociants influents, voire par le consul lui-même, qui s’en sert pour ses propres intérêts, avant de la mettre au service d’un groupe, d’une ville ou de la nation tout entière. Le motif de la corruption des consulats n’est donc pas rare dans les plaintes et les mémoires qui sont transmis aux différentes autorités de tutelle : il signale, de manière plus générale, des tensions à l’intérieur des nations marchandes, qui expliquent aussi que certains acteurs recourent volontiers aux juridictions consulaires, quand d’autres cherchent, au contraire, à les contourner (ce qui n’est pas sans produire potentiellement quelques effets de sources). De ce point de vue, il faut bien distinguer l’efficacité économique, d’un côté, et l’utilité commerciale des consuls, de l’autre : l’institution peut être très utile à certains marchands tout en biaisant le marché. Et rien ne permet d’ailleurs d’affirmer que ces biais soient économiquement inefficaces !

Déconstruire l’institution ? 

  • 29 Mézin 1997 ; Poumarède 2001.

17Ces questionnements invitent en dernier lieu à interroger ce qui se cache derrière l’« institution consulaire » elle-même. De fait, le recours au vocable de l’« institution » renvoie de manière quasi intuitive à l’omniprésente matrice colbertienne et à son rôle dans la transformation et l’instrumentalisation du corps consulaire par la monarchie française29. Une lecture fine des dynamiques et des logiques à l’œuvre derrière la mise en place des réseaux consulaires invite pourtant à repenser, voire déconstruire, ce modèle. D’une part car sous le terme d’« État » se trouvent réunis des organes, des groupes et des individus (ministères et secrétariats d’État, bureaux du commerce et de la marine, officiers commissaires et autres représentants locaux, magistratures sanitaires…) aux programmes et aux intérêts différents, voire concurrents. D’autre par car ce que l’on représente fréquemment comme les « intérêts nationaux » de telle ou telle puissance ne sont souvent que les intérêts supérieurs de tel ou tel groupe de pression en son sein – que l’on pense aux poids du négoce marseillais dans le cas français, ou à celui des puissantes compagnies de commerce dans les cas anglais et néerlandais.

  • 30 On renverra sur ce point à l’introduction de Jörg Ulbert au chapitre du présent ouvrage consacré a (...)
  • 31 Stoianovich 1960 ; Jütte 2011.
  • 32 Findley 1972.
  • 33 Grenet 2013.

18Il apparaît dès lors d’autant plus ardu de faire la part de « l’État » dans les dynamiques consulaires, que les consuls eux-mêmes entretiennent souvent des correspondances suivies avec ces différentes administrations30. Mais l’omniprésence du référent étatique dans l’analyse de l’institution consulaire se trouve également mise en échec par la capacité d’acteurs non-étatiques à se doter de consuls : c’est notamment le cas des diasporas marchandes juive et grecque31, dont certaines communautés locales se dotent entre le XVIe et le XVIIIe siècle d’un système d’auto-administration que l’on retrouvera plus tard au fondement du réseau consulaire ottoman en Europe centrale et occidentale32. Le cas grec illustre à l’envi la complexité du phénomène, puisque ces mêmes consuls « grecs-ottomans » jouent dans les années 1830 à 1850 un rôle crucial dans la « rencontre » entre le jeune État néohellénique et la diaspora marchande grecque33. Enfin, toute enquête sur l’extension et les limites du rôle de l’État dans la création et le pilotage de l’institution consulaire se doit de faire la part des stratégies individuelles des consuls eux-mêmes. Aborder l’institution consulaire sous l’angle de l’utilité commerciale des consuls permet toutefois de se démarquer d’une approche surplombante et de s’abstraire de ces considérations morales, pour envisager le rôle de l’État non pas comme une donnée immuable, mais comme le fruit d’une constante négociation entre acteurs individuels et institutionnels.

Notes

1 Müller 2010 ; Hashino 2010.

2 Paris 1957, p. 288-293 ; Farganel 1996 ; Faivre d’Arcier 2007, p. 99-124.

3 Voir par exemple Ulbert 2006b.

4 Beaurepaire – Marzagalli 2013 ; Brilli 2013.

5 « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) », Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Université de Nice Sophia Antipolis, 10-12 avril 2014.

6 L’article de Jörg Ulbert dans le présent volume propose une liste des principales références sur le sujet.

7 Masson 1896 ; Masson 1903 ; Masson 1911.

8 Girard 1932 ; Debbasch 1957.

9 Ozanam 1968.

10 Labourdette 1988 ; Zylberberg 1993.

11 Vitale 1934 ; Gallico 1935 ; Buonocore 1976.

12 Filippini et al. 1976.

13 Panzac 1986 ; Fontenay 2010.

14 Baillou 1984.

15 Pradells Nadal 1992 ; Mézin 1997.

16 Ulbert – Le Bouëdec 2006 ; Ulbert – Prijac 2010 ; Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 2013.

17 Müller 2004 ; Aglietti 2012.

18 Marzagalli 2015.

19 Ulbert 2006a ; Bartolomei 2013.

20 Sur ce point, voir en priorité Lemercier 2008. On trouvera également des exemples ponctuels dans Müller 2006 ; Pourchasse 2006 ; Ulbert 2006a ; Marzagalli 2015.

21 Calafat 2015b.

22 Voir infra, l’introduction du chap. 3.

23 Müller 2004.

24 Hashino 2010.

25 Mézin – Ozanam 2011.

26 Brilli 2011 ; Recio Morales 2012.

27 Ulbert 2016.

28 Trivellato 2009, p. 102-131.

29 Mézin 1997 ; Poumarède 2001.

30 On renverra sur ce point à l’introduction de Jörg Ulbert au chapitre du présent ouvrage consacré aux « sources de l’enquête ».

31 Stoianovich 1960 ; Jütte 2011.

32 Findley 1972.

33 Grenet 2013.

Auteur

bartolomei2@laposte.net

© Publications de l’École française de Rome, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable