Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

 | 
Pierre Chambert-Protat
, 
Franz Dolveck
, 
Camille Gerzaguet

Les Pères grecs dans la Collection de Florus de Lyon

Emanuela Colombi

Texte intégral

1Les réflexions que je vais proposer consistent en une toute première approche sur la présence des Pères grecs dans la Collection de Florus de Lyon, et à la façon dont les extraits sont présentés (avec quelques considérations plus générales à cet égard) : comme on aura l’occasion de le souligner, plusieurs lacunes, principalement éditoriales, dans les études sur les auteurs concernés empêchent encore une évaluation plus circonstanciée, en particulier du point de vue philologique.

2Naturellement, quand on travaille sur une compilation, il n’est pas seulement question de traiter d’un point isolément : il faut toujours garder à l’esprit qu’il y a des plans multiples qui se croisent et que l’on doit prendre en considération en même temps. Se confronter à une œuvre comme la Collection de douze Pères de Florus signifie, en effet, considérer plusieurs personnages et en général plusieurs plans : 1o) Florus même, qui, en tant qu’auteur de la compilation, a opéré certains choix en suivant certaines stratégies ; 2o) Paul et ses Épîtres, c’est-à-dire le fil rouge de la Collection. Il faut aussi adjoindre à ce point un aspect plus strictement textuel sur lequel on reviendra, c’est-à-dire les traductions latines des Épîtres pauliniennes ; 3o) en général, le Père à qui sont empruntés les extraits et les relations entre extraits et lettres pauliniennes ; 4o) dans notre cas précis, les traductions latines des Pères grecs, qui créent un quatrième plan d’interaction textuelle peu aisé à saisir en l’état actuel de la recherche.

  • 1 T. III, p. 29-41 et 43-77 respectivement.

3En partant du dernier point, qui nous concerne de façon plus spécifique, il faut tout d’abord remarquer que les Pères grecs que l’on peut qualifier comme tels stricto sensu sont au nombre de deux seulement dans la Collection : Théophile d’Alexandrie et Grégoire de Nazianze1.

  • 2 David Ganz, « Knowledge of Ephraim’s Writings in the Merovingian and Carolingian Age », dans Hugoy (...)

4Les sections dédiées à ces deux Pères sont disposées l’une après l’autre, et elles sont suivies par une section constituée d’extraits tirés de l’œuvre de l’Ephrem Latinus : il s’agit d’un corpus de textes dont la langue originelle de rédaction est encore objet de discussion et qui circulent sous le nom d’Éphrem le Syrien suivant différentes combinaisons dans les manuscrits occidentaux depuis au moins le vie siècle. Il faut remarquer en outre, comme David Ganz l’a souligné, « the absence of explicit mention of Ephraim in Carolingian accounts of theological writings2 », qui contraste avec les données de la tradition manuscrite survivante et des inventaires médiévaux. Est-ce que, selon l’avis de David Ganz, « his influence was small », ou bien son importance n’était-elle pas plutôt limitée au plan « scolaire » de la formation spirituelle monastique, cela limitant par conséquent le nombre des allusions dans les textes littéraires ou théologiques ? En tout cas, le choix de Florus de le mettre ainsi en évidence en l’incluant dans la Collection apparaît d’autant plus significatif.

  • 3 Il suffit de parcourir, pour s’en faire une idée, les références dédiées dans la CPG, 3905-4175.
  • 4 L’édition la plus récente du corpus demeure celle de Giuseppe Simone Assemani, S. P. N. Ephrem Syr (...)

5En outre, on ne peut pas, à strictement parler, classer Éphrem parmi les Pères grecs. En effet, on doit garder à l’esprit que le problème est d’abord méthodologique, puisque sous le nom d’Éphrem se cache un corpus d’écrits qu’on lit en latin, en grec et en syriaque, et qui se recroisent seulement en partie dans les diverses traductions ; certaines œuvres ne nous sont parvenues que dans une seule langue (latin, grec, syriaque, mais aussi arménien, copte, géorgien)3, sans que l’on puisse préciser, à cause aussi de l’absence d’éditions critiques4, quels sont les textes qui sont effectivement des traductions, quelle était leur langue originale, et lesquels ont été directement composés dans la langue dans laquelle nous les lisons actuellement. On pourrait généraliser en tenant Éphrem pour une sorte de « nom symbole », qui représenterait une autorité en matière d’écrits d’intérêt ascétique et moral, toujours soutenus par le recours massif à l’Écriture.

  • 5 Une liste des manuscrits (jusqu’en 1030) est disponible dans D. Ganz, « Knowledge… », p. 43-46.
  • 6 Des copies des écrits d’Éphrem étaient sûrement présentes autour du ixe siècle au moins dans les b (...)
  • 7 Au moins sur la base des recherches que j’ai proposées dans Emanuela Colombi, « La presenza dei Pa (...)

6Mais plus importante est la perception de ces écrits pendant l’Antiquité tardive et le Moyen Âge : ils étaient lus comme des œuvres authentiques du Père syrien, et ils ont connu une grande diffusion, au moins d’après ce que l’on peut déduire de la tradition manuscrite aujourd’hui survivante5 et des mentions des inventaires plus anciens6. Si l’Occident a choisi de traduire et de diffuser une sorte de canon, digne d’être connu parce que tenu pour représentatif de la pensée chrétienne orientale, Éphrem devrait certainement en faire partie, avec au moins Jean Chrysostome, Eusèbe de Césarée, Flavius Josèphe et l’exégèse d’Origène7.

  • 8 Ce classement présente de nombreuses apories quant à l’ordre selon lequel sont présentés les auteu (...)
  • 9 Bien que l’un des deux, détruit en 1944 lors du bombardement de la bibliothèque municipale de Vitr (...)
  • 10 Flor., Coll., t. I, p. xxxiii-xxxiv. Voir aussi Camille Gerzaguet, « La Collectio ambrosienne de F (...)

7C’est donc sur des critères « culturels » que j’ai décidé d’inclure les extraits d’Éphrem dans mon enquête, qui devrait donc être plutôt intitulée : les Pères orientaux. Si cette dénomination est la plus juste, on pourrait en outre réfléchir sur le fait que les extraits d’Éphrem dans la Collection suivent immédiatement ceux de Théophile et de Grégoire, et l’on verra par la suite que les contenus choisis semblent être quasiment complémentaires, comme s’il s’agissait d’un groupe perçu comme unitaire : il serait tentant de considérer les auteurs orientaux comme une sorte de sous-dossier incorporé ensuite dans la plus vaste Collection de douze Pères, et il serait intéressant, dans cette perspective, de vérifier, sur la structure générale de la Collection, la possibilité de la genèse du dossier dans son intégralité – ou du rangement des auteurs par Florus – selon des blocs « thématiques8 ». Je me demande à cet égard si cette hypothèse ne pourrait pas être aussi mise en relation avec le témoignage contradictoire sur l’ordre des auteurs présenté par les deux manuscrits de la Collection dont on dispose aujourd’hui9 ; le ms. Lyon, BM, 5804, en effet, place au début de l’œuvre les extraits tirés de Cyprien de Carthage et d’Hilaire de Poitiers, tandis que Vitry-le-François, BM, 2, situe les mêmes auteurs à la fin de la Collection, en annonçant cet ordre dès la rubrique initiale (absente dans le ms. de Lyon), au f. 1v. Puisque aucune des deux alternatives ne semble douée d’une ratio transparente, il est tentant d’y voir à l’origine des raisons d’ordre matériel ; les auteurs de l’édition du CCCM voient dans l’organisation du manuscrit cistercien de Vitry-le-François un état initial de l’élaboration du texte10. Mais je reviendrai en conclusion sur ce sujet.

  • 11 Ce que je dois à la courtoisie de Pierre Chambert-Protat. Sur ce point, voir dans sa contribution (...)

8Je me limite en dernier lieu à signaler rapidement la section placée, dans l’édition, sous le nom de Cyrille d’Alexandrie, mais qui est en réalité composée d’une série d’extraits tirés de textes normatifs de différents types (lettres papales, actes conciliaires, etc.), qui sont en majorité de langue latine et au sein desquels la présence de Cyrille est tout à fait mineure. L’étrangeté du choix du nom de Cyrille s’explique dès lors que l’on a repéré l’origine de cette intitulation11 : elle ne se trouvait pas dans le texte originel, mais a été ajoutée en marge du manuscrit Lyon, BM, 5804 (f. 152) par Pierre-François Chifflet au début des années 1650, ce qui n’est pas évident d’après l’édition critique (t. III, p. 185), où le titre est donné de la même façon que ceux des autres sections, sans avertissement dans l’apparat. Les deux manuscrits ne présentent dans leur état original aucun intitulé au début de cette section, qui suit sans solution de continuité celle dédiée à Léon le Grand, si bien que les titres courants du ms. de Vitry-le-François (à partir du f. 65b) n’enregistrent pas le changement de source et continuent à reproduire l’intitulé Leo.


  • 12 CPG 2580-2684.

9Si l’on part, en revanche, du premier point, et que l’on s’interroge sur les choix de Florus, le premier des Pères grecs, Théophile d’Alexandrie, laisse perplexe : à la différence d’Éphrem, il s’agit, semble-t-il, d’un auteur très mal connu de l’Occident latin, et sans doute pas seulement de lui. En effet, on ne conserve de Théophile que des fragments ou presque (autant en grec qu’en traduction, surtout en copte)12, que ce soit au sujet de son agressivité dans l’affaire du Serapeum ou pour son implication dans la déposition de Jean Chrysostome, ou encore pour sa « conversion » de l’origénisme à l’anti-origénisme le plus virulent.

  • 13 CPG 2585, 2586, 2588, 2596-2599.

10Mais c’est justement ce dernier point qui a déterminé sa fortune dans le monde latin, puisque Jérôme a traduit sept de ses lettres13, qui ont circulé ensuite dans la correspondance hiéronymienne (Epist. 87, 89, 90, 92, 96, 98, 100). Et c’est précisément de cette dernière que Florus tire les passages insérés dans la Collection, et en particulier de la traduction des trois lettres sur la Pâque, qui s’opposent avec force aux doctrines d’Origène sur la résurrection.

  • 14 Cassiod., Inst. 1, 8, 12: Sancti Pauli prima omnium et ammirabilior destinata cognoscitur ad Roman (...)

11On pourrait donc conjecturer que le choix par Florus de Théophile est lié à l’intention de sauver et faire connaître la pensée d’un auteur oriental qu’il était peut-être difficile de retrouver au sein de la longue correspondance de Jérôme. Mais il me semble toutefois que la présence de Théophile pour commenter Paul a un certain poids, que l’on saisit immédiatement si l’on s’arrête à une évidence frappante : l’absence d’Origène dans la Collection, absence qui est déjà en soi un choix assez significatif, puisque le commentaire origénien à l’Épître aux Romains est un des textes les plus diffusés dans l’Occident latin médiéval, cité même par Cassiodore comme point de repère pour l’exégèse du texte paulinien (aussi parce qu’Augustin n’a jamais achevé son commentaire sur la même Épître)14. Plus généralement, l’exégèse origénienne, malgré la condamnation dogmatique, est restée inégalée dans le monde latin au moins pour le Pentateuque, le Cantique et l’Épître aux Romains. Elle donne ainsi l’impression que, face aux besoins concrets d’interpréter la Bible, la condamnation s’était révélée dans les faits inopérante.

  • 15 CLA 6, 779.

12En outre, l’exégèse d’Origène n’était pas du tout méconnue à Lyon, bien au contraire : on conserve encore aujourd’hui au moins trois manuscrits antiquiores liés à Lyon par leur origine ou leur provenance, c’est-à-dire les mss. Lyon, BM, 402, 443 et 483. Ce dernier en particulier contient les cinq premiers livres du commentaire origénien sur l’Épître aux Romains : il date du v-vie siècle, et il est d’origine apparemment italienne (il doit être passé assez tôt par Vérone)15. Mais, au ixe siècle, il se trouvait sûrement à Lyon, puisqu’on y trouve des notes et des signes de la main de Florus, qui a donc connu et pu utiliser, le cas échéant, l’exégèse d’Origène sur Paul.

13Le choix de Florus devient alors particulièrement frappant : non seulement Théophile est « à la place » d’Origène, mais encore les passages retenus du premier ont comme but principal de critiquer sévèrement les erreurs du second, à propos surtout de la résurrection des corps. Tel est le message que Florus a voulu mettre en évidence.

  • 16 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Mannon de Saint-Oyen dans l’histoire de la transmission des textes », (...)

14Il faut enfin remarquer que les éditeurs de la Collection ont identifié la copie du manuscrit source utilisé par Florus pour sa compilation, et qui est lui-même une compilation : il s’agit du manuscrit Montpellier, BU Méd., H 157, ayant appartenu à Mannon de Saint-Oyen16, élève de Florus, et qui est un recueil sur la Pâque. Mais cette sélection, qui était déjà disponible, ne constitue pas, me semble-t-il, une motivation suffisante ou exclusive pour le choix de Florus, celui-ci restant double à mes yeux : exclure le commentaire paulinien d’Origène dans un dossier qui est centré sur Paul, et, inversement, inclure Théophile dans sa plus virulente polémique avec Origène.


  • 17 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme (...)
  • 18 Elles circulaient aussi sous forme d’excerpta dans d’autres recueils médiévaux ; voir CPG 3010.
  • 19 Éd. M. Simonetti, Turin, 1975 ; liste des manuscrits mise à jour dans Emanuela Colombi, « CPL 551  (...)

15Concernant la diffusion médiévale en rapport avec les intérêts et les connaissances de Florus, le deuxième Père grec, Grégoire de Nazianze, pose moins de problèmes. Il ne fait certes pas partie du petit groupe de traductions à grand succès cité plus haut, mais il semble du moins avoir connu entre Antiquité tardive et Haut Moyen Âge une certaine diffusion en Occident17, bien que discrète, et limitée essentiellement aux discours sélectionnés et traduits par Rufin18, auxquels on trouve parfois ajouté un traité De fide orthodoxa attribué désormais à Grégoire d’Elvire19. En considérant les manuscrits subsistants et les inventaires, on constate que le succès de Grégoire de Nazianze tient surtout au Liber apologeticus, à savoir l’Oratio initiale dans le corpus traduit par Rufin, mais souvent les catalogues (anciens, mais malheureusement parfois aussi modernes) ont tendance à ne citer que la première œuvre transcrite dans le codex (justement dans ce cas le Liber apologeticus) sans préciser si elle était suivie du reste du corpus, dans son intégralité ou en partie.

  • 20 Flor., Coll., t. III, p. xxii.
  • 21 Paul-Irénée Fransen, « Florilège pastoral tiré de Grégoire de Nazianze par Florus de Lyon », dans (...)
  • 22 Ibid., p. 88-89.

16L’intérêt de Florus pour les œuvres de Grégoire de Nazianze est en tout cas bien documenté : tout d’abord, on possède encore aujourd’hui l’un des manuscrits-sources utilisé pour deux extraits, c’est-à-dire le manuscrit Lyon, BM, 59920. En outre, Grégoire de Nazianze a été l’objet d’un autre petit florilège assemblé vraisemblablement par Florus (en partie à partir du même ms. Lyon, BM, 599), édité en 2000 par Paul-Irénée Fransen21 : bien que les extraits soient tirés des mêmes œuvres, les passages choisis ne sont pas identiques, et sont orientés dans leur ensemble vers deux objectifs différents. Fransen a d’ailleurs noté la possibilité d’attribuer à Florus les notes marginales présentes dans le manuscrit du corpus des discours traduits par Rufin dans le manuscrit Cité du Vatican, Bibl. Vat., Reg. lat. 141.22


17Pour ce qui concerne le rôle des trois Pères orientaux dans la Collection, le fait qu’ils s’y succèdent pourrait être lié à l’intention qui sous-tend le choix des extraits pour chaque auteur. Tout d’abord, les extraits de Théophile semblent surtout mettre en avant des aspects dogmatiques plus ou moins directement liés aux Épîtres de Paul, en particulier sur la résurrection, avec, comme signalé plus haut, une orientation anti-origénienne forte et explicite, notamment sur le sujet de la corruptibilité des corps ressuscités : voir, par exemple Flor., ex Theophil. Alex. 2 (p. 31, l. 1-2) : Sicut falso putat Origenes, non solum corruptibile sed et mortale corpus est suscitandum… ; ex Theophil. 7 (p. 35, l. 2-4) : Etiam resurrectionem ex mortuis, quae spes salutis nostrae est, ita corrumpit et uiolat Origenes, ut audeat dicere corpora nostra, rursum corruptioni et morti subiacentia, suscitari… ; sur d’autres sujets, voir par exemple ex Theophil. 4 (p. 32-33, l. 2-4) : Inter cetera ausus est dicere Origenes non esse orandum Filium neque cum Filio Patrem ac post multa saecula Pharaonis instaurauit blasphemiam… ; ex Theophil. 6 (p. 34, l. 2-5) : Sed et illud a sollemnitate Christi Origenem alienum facit, quod principatus, potestates, fortitudines, thronos ac dominationes non ab initio in hoc conditas refert sed post creationem sui aliqua honore digna fecisse… etc.

18La pensée de Grégoire de Nazianze est, en revanche, représentée par un recueil de passages délivrant un enseignement moral, souvent de ton pessimiste, avec comme thèmes principaux le péché, le mal inhérent à la matière et au séjour terrestre de l’homme, comme par exemple ex Greg. Naz. 3 (p. 47) : … lege peccati, quae est in membris nostris (…) naturam lucis, quae in se est humili huic et tenebroso luto coniuncta… ; ex Greg. Naz. 8 (p. 51, l. 62-64) : cum in huius uitae siue carcere siue stadio siue umbra parum aliquid luserimus ; le Jugement dernier, par ex. ex Greg. Naz. 1 (p. 45-46) : Quid, rogo, faciemus in illa die, de qua uehementissime perterret quidam prophetarum… quis ergo ibi aduocatus erit ? quae interuentio ? quae figmenta ? omnia pendebunt in statera iustitiae… – c’est-à-dire, en général, des prescriptions et des avertissements qui manifestent les positions les plus rigoureuses.

  • 23 Éd. A. Engelbrecht (CSEL 46/1).

19Les passages choisis sont tirés du Liber apologeticus, et, dans des proportions à peu près similaires, du Liber de reconciliatione monachorum (c’est-à-dire l’Oratio 7 dans le corpus traduit par Rufin), du Liber solitudinis (Oratio 5 du corpus rufinien) et du Sermo de Natali Domini (Oratio 2). À cet égard, je signale en passant le fait que les titres sous lesquels sont cités les extraits dans la Collection ne correspondent pas toujours à ceux qui sont adoptés dans l’édition des traductions de Rufin,23 sans qu’aucune indication de variantes ne soit portée dans l’apparat : en particulier, le Liber solitudinis correspond au discours intitulé In semetipsum de agro regressum, et le Sermo de Iheremia propheta au discours (6) Ad ciues Nazianzenos graui timore perculsos. Une enquête plus approfondie dans la tradition manuscrite du corpus rufinien des discours pourrait sans doute donner des résultats intéressants sur l’origine de ces titres variants et sur la distinction qu’on y observe entre liber et sermo pour définir les différents discours.

20Enfin, les extraits tirés des sermons d’Éphrem donnent l’impression d’être, d’une certaine manière, complémentaires des extraits de Grégoire de Nazianze, dans la mesure où ils se concentrent plutôt sur la pars construens de l’action et de la spiritualité humaines, c’est-à-dire sur ce que l’homme peut faire dans cette vallée de larmes menacée par le péché : ils mettent en avant la valeur de la prière (par exemple ex Ephrem 3, p. 83 : … et orantes non deficiatis, ut […] effugiamus illa, quae futura sunt, mala), de la continence et en général de la pratique ascétique des vertus (par exemple ex Ephrem 4, p. 85, l. 34-35 : … ut intelligamus quia longa post peccatum castitas uirginitatis imitatrix est ; ex Ephrem 5, p. 85, l. 19-20 : desiderate ieiunium, quae est animae puritas et castitas ; desiderate orationes, quae sunt colloquia Dei), de l’amour pour Dieu qui correspond à celui que Dieu a pour nous (par exemple ex Ephrem 2, p. 82 : Si quis ita sincere diligit Deum […] inde et dulcedinem sentit et lumen accipit et caritate Dei perfruitur […] uere enim dilectio Dei gratia et dulcedine plena est). Presque tous les extraits, après l’illustration du péché à partir d’exemples bibliques, s’achèvent (en raison aussi des coupes opérées par Florus) par l’exhortation à des actions ou à des attitudes qui peuvent sauver du péché, ou à tout le moins y remédier, tandis que les extraits de Grégoire se concluaient sur les seuls avertissements.

  • 24 Paul-Irénée Fransen, « Les extraits d’Éphrem latin dans la Compilation des XII Pères de Florus de (...)
  • 25 PLS 4, col. 617-640.
  • 26 Flor., Coll., t. III, p. xxix.

21Les extraits du corpus de l’Éphrem latin sont tirés en grande partie du Liber de paenitentia (CPL 1443a). Comme le remarquait déjà dom Fransen dans la première édition de ces extraits dans la Revue bénédictine24, cet ouvrage ne fait pas partie du corpus de six sermons définis comme l’Ephrem Latinus (CPL 1443), et sa tradition manuscrite demeure obscure (il a été édité par Assemani25 d’après le seul manuscrit Cité du Vatican, Bibl. Vat., Vat. lat. 6443, daté du xive siècle). Le témoignage de Florus a donc une grande valeur, également en raison de son ancienneté. En revanche, pour les autres extraits, il faut signaler aussi, comme pour Grégoire de Nazianze, une absence de correspondance encore plus évidente entre les titres des opuscules tels qu’ils se lisent dans l’édition Assemani (qui correspond, en tout cas, aux attestations de la tradition manuscrite), et ceux qui introduisent les extraits dans la Collection. Les éditeurs de la Collection ont noté en outre de très nombreuses variantes significatives par rapport au texte d’Assemani26. Malheureusement, l’absence d’une édition critique moderne de l’Éphrem latin empêche toute autre considération à l’égard de la tradition utilisée par Florus.


22Il nous faut encore vérifier la relation entre les extraits des trois Pères orientaux et les versets choisis des lettres de Paul.

23La première réflexion à ce propos est liée à la structure même de la Collection. Elle est organisée à partir des auteurs sources des extraits, et non suivant un parcours continu fondé sur le déroulement des Épîtres : les extraits de chaque auteur sont certes rangés suivant l’ordre des lettres de Paul (et, subsidiairement, selon celui des versets), mais cet ordre recommence à chaque section patristique, fragmentant ainsi le parcours exégétique.

  • 27 Louis Holtz, « Le Ms. Lyon, B.M. 484 (414) et la méthode de travail de Florus », dans Revue bénédi (...)
  • 28 Ibid., p. 278.
  • 29 Ibid., p. 281.

24La structure n’est donc en rien celle d’une chaîne exégétique, et les Épîtres de Paul semblent faire office de fil rouge plutôt que de cadre. On pourrait alors penser que Florus a utilisé pour ce recueil une méthode de travail qui serait plus simple que celle envisagée par Louis Holtz pour la compilation augustinienne sur saint Paul grâce à son analyse de l’exemplaire de travail Lyon, BM, 48427 : 1o) repérage des extraits dans les différentes œuvres d’Augustin ; 2o) peut-être annotation sur des fiches des passages choisis, ou plutôt, vu le coût et les risques liés à la multiplication de documents intermédiaires, au moins établissement de listes des extraits destinés à chaque Épître ; 3o) rangement selon l’ordre des Épîtres et des versets pauliniens, jusqu’à obtenir « quatorze dossiers » dont le « contenu véritable était encore à l’intérieur des manuscrits sources28 » ; 4o) assemblage de la compilation en procédant Épître par Épître. Il fallait prendre, en outre, des décisions sur l’ordre dans lequel présenter les passages d’Augustin portant sur le même verset paulinien : « Non seulement la délimitation des extraits, décidée par Florus lors du dépouillement des manuscrits sources, mais leur ordre de lecture pouvaient être des éléments importants pour la cohésion de l’œuvre qui se créait29. »

25Dans le cas de la Collection, Florus aurait éliminé la dernière étape, ou les dernières étapes, c’est-à-dire le classement de tous les textes patristiques choisis dans l’ordre des Épîtres de Paul. Cela a une conséquence immédiatement évidente : l’intérêt semble se porter plutôt, ici, sur les Pères que sur Paul, ce qui, peut-être, devait sembler moins nécessaire pour Augustin, qui était un auteur unique mis en pleine lumière par une compilation portant exclusivement sur son œuvre. Pour Augustin, en outre, comme l’a remarqué Louis Holtz, l’une des finalités d’un tel travail d’assemblage pouvait être d’atténuer les possibles contradictions entre œuvres composées à des époques différentes, tandis que, dans les cas présentés par la Collectio, il pouvait être intéressant de souligner les particularités des différents auteurs. Cette perspective s’accorde bien d’ailleurs avec ce que l’on vient d’observer en particulier pour les extraits de Théophile, Grégoire et Éphrem, c’est-à-dire un portrait précis de chaque Père qui semble se dessiner à partir des passages choisis, avec un message et une fonction bien définis.


26L’analyse plus approfondie des relations entre extraits et lettres de Paul révèle que le travail de Florus, loin d’être mécanique, est au contraire complexe ; il est aussi le fruit d’une réflexion qui remet au centre les Épîtres de Paul.

27On peut en fait identifier trois types de liens entre versets pauliniens et passages patristiques :


281o) Relation directe. – Elle apparaît quand on trouve, dans l’extrait patristique, la citation littérale du passage paulinien, qui est indiqué par Florus dans la liste initiale des versets précédant chaque groupe d’extraits.

29Ce type de correspondance « directe », qui nous fait imaginer Florus noter en marge du texte patristique les citations de Paul, en sélectionnant les passages qui les commentent, est celle qui prévaut pour les extraits tirés de Théophile/Jérôme. Ils contiennent la citation directe d’un verset paulinien, au contenu doctrinal, ou du moins susceptible de recevoir une interprétation doctrinale, comme par exemple Rom. 6, 9 : Christus resurgens a mortuis iam non moritur, mors illi ultra non dominabitur (ex Theophil. 1) ; Col. 1, 16 : Quia in ipso creata sunt omnia (ex Theophil. 6) ; Hebr. 13, 8 : Ihesus Christus heri et hodie, ipse et in aeternum (ex Theophil. 9). Ce n’est pas pour rien que la lettre (Florus ne remet pas en doute son attribution à Paul) qui compte le plus grand nombre d’extraits de Théophile est celle aux Hébreux. Cette Épître est, surtout dans sa première partie, un traité dogmatique sur le sacerdoce de Christ. Il faut toutefois noter que trois extraits sur cinq sont, en revanche, liés aux exhortations contenues dans le dernier chapitre de la lettre.

30À l’égard de ces citations littérales, qui ne posent apparemment aucun problème du point de vue de leur relation avec les versets pauliniens, il faut toutefois signaler un aspect qui mériterait une enquête plus approfondie et sur une plus vaste échelle. Il arrive, en effet, en plusieurs endroits (à peu près un tiers de citations directes, en considérant les trois auteurs patristiques), que la citation du verset de Paul, dans les listes initiales (capitula) des sections de la Collection, ne corresponde pas au texte de la Vulgate. En outre, il arrive aussi parfois que la citation elle-même à l’intérieur de l’extrait de l’auteur patristique ne corresponde pas à la Vulgate, et qu’elle soit aussi différente de la forme sous laquelle Florus cite le passage dans la liste. C’est particulièrement frappant dans le cas de Théophile, dont les œuvres sont citées d’après leur traduction par Jérôme : il serait alors confirmé que ce dernier est étranger à la révision du texte des Épître pauliniennes. Par exemple, pour le commentaire à Rom. 6, 9, mentionné plus haut, et qui est explicitement cité dans le deuxième extrait de Théophile, la forme de la citation de Florus est différente de celle la Vulgate. La même chose se vérifie pour le passage de la traduction de Théophile par Jérôme, alors qu’il est censé présenter une citation littérale :

Vulg. : Christus surgens (V.L. resurgens) ex (V.L. a) mortuis iam non moritur, mors illi ultra non dominabitur
Flor., ex Theophil. 1 (p. 31) : Christus resurgens a mortuis iam non moritur mors illi non dominabitur
Flor., ex Theophil. 2 (p. 32, l. 20-21 ; = Hier., Epist. 98, 10) : Christus resurgens ex mortuis ultra non morietur, mors ei nequaquam dominabitur

  • 30 Robert Weber et Roger Gryson, Biblia Sacra Vulgata, 5e éd., Stuttgart, 2007.
  • 31 Comme pour ex Ephrem 8 (p. 88), où la version de Florus (titre, p. 83) de I Cor. 7, 35 (Domino obs (...)
  • 32 Voir par exemple ex Ephrem 2, où l’on trouve (p. 82, l. 14), comme dans le sommaire (p. 81), l’ord (...)

31La version de Florus paraît correspondre aux variantes données dans l’apparat de l’édition critique de la Vulgate30, avec l’omission toutefois de l’adverbe ultra. Ce dernier est présent dans la citation de Théophile/Jérôme ; les autres variantes de ce verset concordent parfois avec le texte accueilli dans l’édition de la Vulgate, parfois avec ses uariae lectiones, offrant, dans ce dernier cas, des leçons assez différentes de celles du texte reçu. Ces divergences pourraient s’expliquer aisément par une traduction littérale faite par Jérôme à partir de l’original grec cité par Théophile. En tout cas, lorsque Florus a assemblé la compilation, il n’a pas cherché à homogénéiser ces différences, ni dans l’extrait patristique ni dans la liste des capitula pauliniens, comme si elles ne posaient pas problème. Le chevauchement entre plusieurs plans différents se manifeste encore plus clairement – et de façon encore plus complexe – dans le cas des extraits d’Éphrem. En effet, les variantes par rapport à la Vulgate semblent parfois concerner le texte biblique tel que Florus l’avait à l’esprit, puisque le texte d’Éphrem ne contient pas de citation littérale du verset31 (voir aussi infra). Il s’agit parfois de variantes mineures, comme des inversions de mots, qui sont cependant intéressantes, surtout lorsqu’elles ne se trouvent pas enregistrées dans l’apparat de l’édition de la Vulgate mais qu’elles sont partagées par la liste de Florus et la citation d’Éphrem32. Il arrive aussi que l’on puisse relever des citations avec des variantes plus évidentes communes à Florus et Éphrem, mais seulement en partie, comme pour l’extrait 16 (p. 94), qui concerne Eph. 5, 5 :

Vulg. : aut auarus quod est idolorum seruitus
Flor., ex Ephrem (p. 94) : et auaricia quae est idolorum seruitus
Flor., ex Ephrem (p. 94, l. 1) : auaricia quod est idolatria

32Par ailleurs, à considérer des cas comme la citation de II Cor. 12, 21 (ex Ephrem 13), on doit exclure que Florus puisse être influencé par la forme de la citation contenue dans l’extrait patristique :

Vulg. : ne iterum cum uenero humiliet me Deus apud uos et lugeam multos ex his qui ante peccauerunt
Flor., ex Ephrem (p. 90) : ne forte, cum uenero, humiliet me Deus apud uos et lugeam multos ex his, qui ante peccauerunt
Flor., ex Ephrem 12 (p. 91, l. 15-16) : humiliet me Deus apud uos et lugeam eos, qui ante peccauerunt...

33Dans de tels cas, il est évident que la liste de capitula établie par Florus ne dépend pas de la citation patristique, puisque le début du verset y est cité (ne forte, cum uenero) et qu’il ne reproduit pas la forme lugeam eos (il donne à la place lugeam multos ex his). Toutefois, la citation de Florus présente une variante (forte en lieu de iterum) qui n’apparaît pas dans l’apparat de la Vulgate et qui provient vraisemblablement d’un échange avec le début du verset précédent (II Cor. 12, 20 : timeo enim ne forte cum uenero…).

34Il faut en tout cas garder à l’esprit que les plans à croiser sont multiples, et peut-être trop nombreux :

35– D’un côté, le texte biblique connu par l’auteur patristique, qui peut aussi citer de mémoire ; à cette possibilité, il faut ajouter en plus pour les Pères grecs les innombrables possibilités de variantes qui peuvent se produire dans le texte grec ou dans la traduction latine, soit au niveau du texte biblique, soit au niveau du texte patristique, et à n’importe quel moment de la transmission (y compris le texte originel). Cette situation, déjà assez complexe, le devient davantage encore par l’état actuel des éditions critiques des trois auteurs ici considérés : pour Éphrem, en particulier, une édition fiable pourrait confirmer autant qu’infirmer toutes les considérations que l’on vient de faire sur les citations bibliques dans les extraits tirés de l’Ephrem Latinus.

36– De l’autre, pour les variantes présentes dans les listes de Florus qui n’ont pas de correspondance avec une citation directe dans l’extrait, la question qui se pose est celle du texte biblique connu par Florus, et de l’éventualité d’une citation de mémoire. Le fait que Florus, en assemblant la compilation, ne cherche jamais à homogénéiser ces différences, ni dans l’extrait ni dans les listes des versets pauliniens, pourrait même suggérer la possibilité d’un travail par phases distinctes, où Florus aurait confié à un tiers la tâche de compiler les listes des versets.


37 2o) Relation allusive. – Le deuxième type de relation entre versets pauliniens et extraits patristiques est celui où le passage paulinien cité dans le sommaire n’est présent dans l’extrait que comme allusion. On observe donc dans ces cas une intervention de la part de Florus, qui explicite la présence souterraine du verset. Il faut dire d’ailleurs que les allusions sont le plus souvent très claires, c’est-à-dire qu’on trouve dans l’extrait un, deux ou plusieurs mots qui sont tirés de la citation paulinienne à laquelle pensait probablement déjà l’auteur d’où Florus a tiré l’extrait, comme par exemple pour Rom. 11, 33 quam inconprehensibilia sunt iudicia eius et inuestigabiles uiae eius, l’allusion au verset chez Grégoire de Nazianze (Flor., ex Greg. Naz. 4, p. 48, l. 2-4) :

Sicut Deus omnia in sapientia fecit et creauit, ita cuncta per sapientiam gubernat et corrigit, secundum inscrutabilia atque inuestigabilia iudicia sua uniuersa dispensans ;

38ou encore (mais les exemples pourraient se multiplier) pour Hebr. 9, 3 post uelamentum autem secundum tabernaculum, quod dicitur sancta sanctorum et Flor., ex Greg. Naz. 36 (p. 75, l. 16-20) :

Sola enim est (scil. Trinitas) intra sancta sanctorum uniuersam creaturam in exterioribus habens. Et ipsa quidem primo uelamine dirimitur, reliqua uero rationabilis creatura secundo contegitur uelamento, post illam uero rursum secundo uelamine nos dirimimur caelestibus.

39Ce deuxième type de relation est de loin le plus fréquent dans l’ensemble, et il est particulièrement utilisé dans les extraits tirés des Orationes de Grégoire de Nazianze. Du point de vue de la méthode de travail de Florus, qui, naturellement, reste pour nous assez insaisissable dans ses détails, on pourrait peut-être penser que ce deuxième type reflète une connaissance plus approfondie de Grégoire (également objet, comme on l’a dit, d’un autre dossier), qui aurait permis à Florus de s’apercevoir des nuances des allusions bibliques. En général, ces types de relations entre extrait choisi et allusion paulinienne sembleraient impliquer un fichage et une sélection plus médités des textes patristiques sélectionnés, et en même temps ils pourraient avoir pour fonction de mettre en évidence une citation de Paul implicite dans le texte, qui pouvait rester méconnue à un lecteur moins soigneux ou moins préparé. Une enquête partielle comme celle ici proposée n’est évidemment pas suffisante pour apporter des réponses, qui pourraient venir soit d’une perspective plus générale sur les versets pauliniens commentés dans la Collection, soit d’un examen de la fortune exégétique des versets cités seulement d’une façon allusive, pour vérifier d’éventuelles exigences de « couverture » d’un verset spécifique pour lequel Florus ne disposait pas d’un commentaire explicite approprié.


40 3o) Aucune relation ou relation faible. – Le troisième type de rapport entre verset paulinien et texte de l’extrait patristique consiste enfin en l’absence ou quasi-absence d’une vraie relation textuelle : il s’agit des extraits où la citation paulinienne de référence dans la liste initiale de Florus n’est nullement présente dans le texte patristique choisi, ni comme citation directe ni comme allusion (sinon à travers de faibles coïncidences lexicales), ce qui se constate pour Théophile, pour Éphrem, comme, plus encore, pour Grégoire, dont les extraits ne présentent donc presque jamais la citation paulinienne mentionnée dans la liste initiale.

41Un des nombreux exemples se trouve dans le premier extrait tiré de Grégoire :

Rom. 2, 15 : et inter se inuicem cogitationum accusantium aut (uel Flor., ex Greg. Naz., p. 45) etiam defendentium (et cetera add. Flor. ibid., scil. v. 16 : in die cum iudicabit Deus occulta hominum secundum euangelium meum per Iesum Christum).
Flor., ex Greg. Naz. 1 (p. 45, l. 1-8) : Quid ergo faciemus in illa die, de qua uehementissime perterret quidam prophetarum, cum deum nobiscum dicit esse iudicaturum in montibus et collibus et consedere aduersum nos et disceptare atque ante faciem nostram statuere peccata nostra, accusatores scilicet acerbissimos, adhibere quoque omnia sua beneficia, quae in nos contulit, et comparare cum sceleribus nostris, cogitationibus quoque cogitationes conferre et actus actibus arguere…
Flor., ex Greg. Naz. 1 (p. 46, l. 14-17) : omnia pendebunt in statera iusticiae, gesta et uerba et cogitationes nostrae, mala ac bona aduersum se inuicem diuersa lance pendentur, ut pars, quae praeponderauerit, uincat.

42La citation paulinienne signalée comme référence de l’extrait par Florus est Rom. 2, 15 : Paul vient de faire une comparaison entre ceux qui connaissent la Loi et les païens, qui ne la connaissent pas mais qui peuvent parfois adopter des comportements conformes à la Loi, du moment qu’elle est inscrite dans leur cœur ; c’est pour cela qu’ils sont tantôt accusés, tantôt défendus par leur conscience, selon qu’ils ont suivi ou non leur for intérieur. La même chose (c’est à dire l’alternance entre accusation et défense) se produira au Jugement dernier (verset 16, qui n’est pas cité explicitement par Florus).

43Le passage tiré de Grégoire consiste en une série de sombres avertissements sur le Jugement dernier, qui ne cite ni ne fait jamais allusion à ce verset de l’Épître aux Romains. On trouve seulement deux passages (non consécutifs), cités ci-dessus, où des coïncidences lexicales rappellent le passage paulinien ; mais la relation entre ce verset de Paul et l’extrait de Grégoire semble plutôt une initiative de Florus, puis que dans l’extrait même sont cités, plus ou moins directement mais d’une façon bien plus explicite, d’autres versets pauliniens. En outre, le verset qui parle du Jugement dernier (Rom. 2, 16), sujet de l’extrait de Grégoire, est omis par Florus dans la citation de référence du sommaire, comme si l’extrait patristique constituait une sorte de prolongement exégétique du verset 15, qui, dans le sommaire, ne fait que supposer le verset 16 (et cetera), sans l’expliciter.

44Un autre exemple encore plus évident se trouve parmi les extraits tirés d’Éphrem :

I Cor. 7, 35 : [porro hoc ad utilitatem uestram dico non ut laqueum uobis iniciam sed ad id quod honestum est] et quod facultatem praebeat sine inpedimento Dominum obseruandi (V.L. Dominum obsecrandi ; Domino obsecrandi Flor. [ex Ephrem, p. 83]).
Flor., ex Ephrem 8 (p. 88-89, l. 18-28) : Has igitur ceterasque uirtutes, quibus ueluti pennis ad Dominum subuolamus, festinat occultis suis laqueis diabolus diuersisque fraudibus a pectoribus nostris euellere, ne nobis sit transitus liber ad caelum sed, peccatorum sarcinis praegrauati, praecipitemur in abyssum. Meminisse debemus itaque, karissimi, quia in medio laqueorum diaboli ambulamus. Et uigilemus ne in mortis baratrum incidamus. Laquei enim eius dulcedine et suauitate mortifera pleni sunt. Non ergo negligat anima nostra ne oblectetur dulcedine laqueorum eius. Dulcedo autem laqueorum eius sollicitudo est actuum terrenorum et possessio diuitiarum et cogitatio sordidissimarum concupiscentiarum

45Le verset biblique de référence appartient à la première Épître au Corinthiens : Paul affirme que ses mots ne visent pas à formuler une obligation contraignante (verset qui précède celui cité dans la liste de Florus), mais seulement à inciter les gens à choisir ce qui est préférable et contribue à les garder éloignés de ce qui distrait de Dieu.

46L’extrait d’Éphrem est une exhortation à cultiver quotidiennement les vertus, puisque l’on ne connaît pas l’heure à laquelle l’âme sera séparée du corps, et puisque le diable festinat occultis suis laqueis : l’image finale du laqueus semble être le seul, et très faible, rapprochement possible entre le verset paulinien (mais dans sa première partie, qui n’est pas citée par Florus) et le passage d’Éphrem, en tenant compte que, un peu comme dans l’exemple précédent, le point de contact concerne un verset (ou une partie de verset) qui n’est pas explicité dans le sommaire de la Collection.

47Bien que, d’habitude, dans les extraits de Pères orientaux que j’ai examinés, les interventions de Florus ne soient limitées qu’à des aspects linguistiques mineurs ou à la constitution de l’extrait lui-même – c’est-à-dire que presque aucun extrait n’est composé par le rapprochement de différents passages : Florus sélectionne plutôt un passage d’un seul tenant, avec des ajustements minimaux – néanmoins, Florus garde son espace d’originalité dans la sélection même des auteurs et des passages, évidemment, mais aussi aussi, à un niveau plus nuancé, dans une bonne partie des combinaisons entre versets pauliniens et extraits.

48Dans ces derniers cas en particulier, je me demande encore, et à plus forte raison par rapport à la typologie de relation précédente, si le point de départ a été le passage patristique, que Florus jugeait important et qu’il voulait inclure dans la Collection, en le rattachant au verset de Paul qui lui semblait plus proche, ou si, en sens inverse, c’est justement Paul qui redevient le but de la sélection, puisqu’il fallait trouver un commentaire pour des versets importants qui n’étaient pas traités de façon spécifique. La question, qui, comme on vient de le voir, aurait besoin d’une enquête sur l’ensemble des versets traités par la Collection (et éventuellement par les autres recueils de Florus sur Paul) et sur leur histoire exégétique, se pose à mon avis non seulement pour satisfaire un questionnement « abstrait », mais aussi et surtout parce qu’elle touché à la manière dont Florus travaillait, c’est-à-dire les extraits et la manière selon laquelle les passages patristiques ont été sélectionnés et rangés, y compris d’un point de vue concret, matériel,.

49Au moins en ce qui concerne les trois auteurs orientaux ici considérés, quand on ne trouve pas de correspondance entre le verset de Paul indiqué comme point de repère et le passage patristique qui lui est associé, on peut se demander si Florus a noté, comme commentaires d’un certain verset, des passages qui ne contenaient pas du tout le verset en question, ou s’il les a récupérés dans une phase ultérieure ; s’il avait déjà prévu une liste des versets pauliniens à commenter, selon un plan qu’il est impossible de reconstruire en partant de seulement trois auteurs, ou si le point de départ étaient les passages patristiques qu’il jugeait les plus intéressants, et qu’il fallait mettre en évidence en les extrayant d’une œuvre trop vaste, peut-être, pour être vraiment lue intégralement.

  • 33 Voir Paul-Irénée Fransen, « Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’Apô (...)

50Plus généralement, il me semble que les relations entre versets pauliniens et extraits patristiques nous ramènent aussi à la question fascinante des buts que peut poursuivre une œuvre de ce genre : c’est-à-dire dans quelle mesure la Collection peut être considérée comme un guide à l’exégèse de Paul. Les trois typologies de lien entre versets et extraits me semblent refléter en fait trois attitudes et peut-être trois intentions différentes, qui nous laissent au bout du compte assez perplexes aussi quant à l’utilisation concrète de la Collection elle-même. Si on la compare à la collection des extraits augustiniens sur Paul, où les passages d’Augustin sont tous rangés sur la base de l’ordre des Épîtres pauliniennes, l’utilisation de la Collection de douze Pères ne semble pas vraiment facilitée par sa structure qui fragmente le déroulement des lettres de Paul. C’est une différence substantielle importante, qui pourrait être expliquée en considérant la Collection comme un recueil de suggestions non exhaustives pour l’exégèse et les débats doctrinaux. On s’attendrait à disposer d’une table synoptique ou d’un outil semblable pour s’orienter au sein du texte, et qui pourrait offrir au lecteur un panorama général des versets commentés : mais on n’en conserve aucune trace dans les deux copies manuscrites de la Collection aujourd’hui conservées. En fait, j’ai l’impression qu’il faudrait plutôt aller dans la direction contraire : il est intéressant de comparer la mise en texte de la Collection telle qu’elle apparaît dans les deux manuscrits dont on dispose et celle des trois manuscrits aujourd’hui connus du recueil inédit,33 assemblé lui aussi par Florus, des passages tirés de Jérôme et de Grégoire le Grand sur (de nouveau) les Épîtres de Paul, à savoir Berne, Burgerbibl., 344 (Auxerre ?, s. ix-x) ; Paris, BNF, lat. 1764, ff. 28-97v (France ?, s. ix-x ?) ; Paris, BNF, nal. 1460, ff. 82-169v (Cluny ?, s. x).

  • 34 Dont est tirée la transcription : les titres du manuscrit de Berne sont semblables, à quelques var (...)

51Les deux premiers présentent une structure tout à fait semblable à celle de la Collection de douze Pères, c’est-à-dire : liste initiale des versets commentés pour chaque Épître de Paul, numérotés de la même manière que les extraits qui suivent, et indication au début de chacun extrait de l’œuvre patristique dont il est tiré. Il est intéressant de noter toutefois que plusieurs extraits, surtout dans le dossier sur Jérôme (mais pas seulement), présentent des titres plus longs, à l’intérieur desquels est explicité le contexte d’où est tiré l’extrait, identifié par le passage biblique (non paulinien) auquel Jérôme ou Grégoire le Grand se réfèrent. Par exemple, pour Flor., ex Hier. in Apost. 61-65, c’est-à-dire les premiers extraits que l’on peut lire dans le manuscrit composite, où le dossier est mutilé, Paris, BNF, lat. 1764, f. 28 (34), les passages sont intitulés de la façon suivante :

  • 35 C’est-à-dire le Dialogus aduersus Pelagianos sub persona Attici catholici et Critobuli haeretici, (...)

LXVI. Commentariorum in Esaiam liber XIIImo. Cum de eo quod illic scriptum est in memet ipso iuraui dicit dominus egredietur de ore meo iustitiae verbum et cetera tractaretur ; LXII. Commentariorum in Mattheum libro secundo (alternance avec titre « court ») ; LXIII. Commentariorum in Amos libro secundo. Cum de eo quod illic scriptum est qui uocat aquas maris et effundit eas super faciem terrae tractaretur ; LXIIII. Dialogorum libro primo35 ; LXVI. Commentariorum in Esaiam libro VI cum de eo quod illic scriptum est ut conteram assyrium in terra mea et cetera tractaretur.

52Que penser de ce type de titres ? Pourrait-il s’agir d’un vestige du fichage initial des passages patristiques ? À cette possibilité pourrait aussi être liée la discontinuité de la présence de titres « longs » (avec référence biblique), mêlés aux simples indications du titre de l’œuvre (ce qui se vérifie aussi pour les mêmes œuvres, voir par ex. titre I d’ex Hier. in Apost. sur I Cor. : Commentariorum in Esaiam libro septimo decimo ; et titre II : Commentariorum in Esaiam libro nono cum de eo quod illic scriptum est : peribit…). Peut-être s’agissait-il d’indications servant au repérage de passages patristiques sélectionnés, puisque, souvent, dans les manuscrits, les citations bibliques se trouvent soulignées par différents moyens graphiques, qui pouvaient aider aussi à identifier rapidement un passage précis du commentaire.

53On ne peut pas exclure l’hypothèse que les indications de ce type auraient été destinées à disparaître dans l’élaboration éditoriale définitive des recueils de Jérôme et de Grégoire le Grand, qui auraient donc pris une apparence tout à fait semblable à celle de la Collection de douze Pères, où les titres des ouvrages patristiques sont toujours cités d’une façon abrégée et homogène. En tout cas, pour ce qui concerne la structure du recueil (ou des deux recueils), on constate la même fragmentation du déroulement des lettres de Paul que l’on trouve dans la Collection, puisque les deux dossiers sont séparés et que celui dédié à Grégoire le Grand recommence à partir de l’Épître aux Romains ; là aussi, en outre, la numérotation des extraits recommence à chaque lettre de Paul, comme pour souligner la solution de continuité entre les segments des dossiers.

54Mais le manuscrit Paris, BNF, nal. 1460, en revanche, présente une mise en texte différente, d’où est absent ce qui m’avait paru comme le seul outil (peut-être insuffisant) pour utiliser la Collection comme une aide à l’exégèse paulinienne, c’est-à-dire la liste des versets numérotés qui précède chaque groupe d’extraits. Dans ce manuscrit, chaque verset, écrit en petites capitales à l’encre rouge, précède l’extrait auquel il est associé, et l’indication de l’œuvre patristique se trouve en marge, en petites capitales, à l’encre noire (voir fig. 1). Dans la mesure où les titres sont tous réduits à la simple mention de l’œuvre et du livre d’où provient l’extrait (sans l’indication du contexte « biblique » que l’on trouvait dans les autres deux témoins), et que la numérotation marginale des extraits, désormais inutile sans la liste initiale des versets, est erratique et finit par disparaître après quelques pages, il semblerait logique d’en conclure que ce type différent de mise en texte est à attribuer au concepteur du manuscrit (ou de son antigraphe), qui a jugé préférable, bien que peut-être moins pratique à nos yeux, de déplacer les versets de chaque liste à l’intérieur du texte, en supprimant, après quelques hésitations, la numérotation marginale liée aux listes mêmes.

55Toutefois, le fait est que la même mise en texte caractérise le manuscrit Lyon, BM, 484, que l’on a déjà cité auparavant comme le précieux exemplaire de travail, partiellement autographe, de la collection de Florus des extraits d’Augustin sur Paul : comme on peut le voir sur la figure 2 (qui reproduit le f. 36v), les seules différences consistent en la couleur de l’encre des titres et en la présence du cartouche qui encadre les titres des œuvres augustiniennes en marge ; mais la structure du texte et l’usage d’écritures distinctives sont tout à fait similaires.

56À ce point, il me semble que l’interprétation est délicate, et peut-être impossible, puisque les éléments qui me paraissent vraisemblablement remonter au travail de Florus même, c’est-à-dire les indications sur l’emplacement des extraits grâce aux références bibliques (dont il me semble très peu économique de postuler qu’elles auraient été ajoutées par quelqu’un d’autre dans un deuxième temps) et la mise en texte avec les versets insérés entre les extraits (forte de l’autorité de Florus au moins pour la collection augustinienne) se trouvent dans des manuscrits différents. On pourrait peut-être conjecturer des phases différentes de travail, mais les définir et les hiérarchiser me semble téméraire dans l’état actuel de nos connaissances.

  • 36 Célestin Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », dan (...)

57Mais même en pensant, d’une façon extrêmement générale, à une autonomie dans la mise en texte de ces recueils également après Florus, de la part d’un ou de plusieurs lecteurs postérieurs, la question de l’utilisation concrète du texte révélée par sa structure se pose à peu près dans les mêmes termes. Si la mise en texte de la Collection de douze Pères (qui pourrait être aussi le stade définitif des recueils de Jérôme et de Grégoire le Grand tels qu’ils sont représentés dans les manuscrits de Berne et Paris lat. 1764) ne m’avait pas paru pleinement fonctionnelle pour l’exégèse des Épîtres de Paul, à cause de sa fragmentation par auteurs, toutefois, l’organisation de la collection augustinienne aussi, à laquelle correspond encore celle des recueils de Jérôme et de Grégoire le Grand dans Paris nal. 1460, ne semble pas aider non plus à la consultation si l’on entend partir des versets de Paul, bien au contraire. On devrait en conclure que l’utilisation prévue, plutôt que strictement exégétique, était celle d’une lecture continue à l’intérieur des différentes sections, ou au moins que l’intérêt était fixé d’abord sur les auteurs patristiques, dépouillés patiemment par Florus pour en dévoiler les trésors. Dans tous les recueils, finalement, Paul est le fil conducteur, d’une façon peut-être plus intellectuelle que pratique ou didactique, qui unifie toutes les compilations centrées sur ses Épîtres et élaborées séparément (y compris probablement les auteurs de la Collection de douze Pères) en vue, peut-être, d’un projet plus ample qui aujourd’hui nous échappe : « Ses ouvrages – comme le rappelle dom Charlier – ont tous une thèse36 ». Peut-être l’édition des autres collections floriennes sur l’Apôtre, et leur étude comparative quant à leur(s) structure(s) et au panorama général du commentaire à Paul qui en sortirait, pourra-t-elle contribuer à en définir les contours.

Figure 1 - Paris, BNF, nal. 1460, f. 82 (source : Bibliothèque nationale de France)

Figure 1 - Paris, BNF, nal. 1460, f. 82 (source : Bibliothèque nationale de France)

Figure 2 - Lyon, BM, 484, f. 36v (manuscrit numérisé)

Figure 2 - Lyon, BM, 484, f. 36v   (manuscrit numérisé)

Notes

1 T. III, p. 29-41 et 43-77 respectivement.

2 David Ganz, « Knowledge of Ephraim’s Writings in the Merovingian and Carolingian Age », dans Hugoye, 2 (1999), p. 37-46 [en ligne], à la p. 38.

3 Il suffit de parcourir, pour s’en faire une idée, les références dédiées dans la CPG, 3905-4175.

4 L’édition la plus récente du corpus demeure celle de Giuseppe Simone Assemani, S. P. N. Ephrem Syri Opera omnia quae extant graece, syriace, latine, in sex tomos distributa, t. III, Rome, 1746. Pour les autres éditions, voir l’introduction aux extraits d’Éphrem dans l’édition de la Collection, t. III, p. xxix.

5 Une liste des manuscrits (jusqu’en 1030) est disponible dans D. Ganz, « Knowledge… », p. 43-46.

6 Des copies des écrits d’Éphrem étaient sûrement présentes autour du ixe siècle au moins dans les bibliothèques de Saint-Gall (libri Effrem diaconi VI de diuersis causis : Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, t. I : Die Bistümer Konstanz und Chur, éd. Paul Lehmann, Munich, 1918 p. 76, l. 25-26) ; Lorsch (liber [sancti] Ephrem in uno codice : Angelika Häse, Mittelalterliche Bücherverzeichnisse aus Kloster Lorsch, Wiesbaden, 2002 [Beiträge zum Buch- und Bibliothekswesen, 42], p. 134, l. 24 [cat. B] et p. 166, l.16-17 [cat. Ca]) ; Bobbio (deux attestations : librum Effrem diaconi et librum Effrem I in quo habentur epistolae Fulgentii et Hieronymi ; Gustav Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885, p. 67) et dans le testament d’Éverard, duc de Frioul (librum ephrem : G. Becker, Catalogi…, p. 29).

7 Au moins sur la base des recherches que j’ai proposées dans Emanuela Colombi, « La presenza dei Padri greci nelle biblioteche dell’Occidente medievale », dans Miscellanea Graecolatina III, éd. Federico Gallo et Stefano Costa, Milan, 2015, p. 65-103.

8 Ce classement présente de nombreuses apories quant à l’ordre selon lequel sont présentés les auteurs : je renvoie aussi pour cet aspect à la contribution de Pierre Chambert-Protat dans ce volume.

9 Bien que l’un des deux, détruit en 1944 lors du bombardement de la bibliothèque municipale de Vitry-le-François, où il était conservé, soit aujourd’hui disponible seulement par le biais des reproductions photographiques.

10 Flor., Coll., t. I, p. xxxiii-xxxiv. Voir aussi Camille Gerzaguet, « La Collectio ambrosienne de Florus de Lyon : sources d’une compilation et enjeux d’une méthode de travail », dans Mélanges de l’École française de Rome – Moyen Âge, 123/2 (2011), p. 531-543.

11 Ce que je dois à la courtoisie de Pierre Chambert-Protat. Sur ce point, voir dans sa contribution les § 61-74.

12 CPG 2580-2684.

13 CPG 2585, 2586, 2588, 2596-2599.

14 Cassiod., Inst. 1, 8, 12: Sancti Pauli prima omnium et ammirabilior destinata cognoscitur ad Romanos, quam Origenes uiginti libris Graeco sermone declarauit; quos tamen supradictus Rufinus in decem libris redigens adhuc copiose transtulit in Latinum. Sanctus uero Augustinus ipsam epistulam inchoauerat exponendam...

15 CLA 6, 779.

16 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Mannon de Saint-Oyen dans l’histoire de la transmission des textes », dans Revue d’histoire des textes, 29 (1999), p. 169-243, à la p. 202, n. 115 et passim.

17 Bernhard Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), 3 t., Wiesbaden, 1998-2014, nos 1647, 2329, 2500, 2568 (= CLA 6, 780), 3855, 4728, 5010, 6345.

18 Elles circulaient aussi sous forme d’excerpta dans d’autres recueils médiévaux ; voir CPG 3010.

19 Éd. M. Simonetti, Turin, 1975 ; liste des manuscrits mise à jour dans Emanuela Colombi, « CPL 551 : De fide orthodoxa », dans TraPat – Traditio Patrum, t. 1, Scriptores Hispaniae, Turnhout, 2015, p. 184-195.

20 Flor., Coll., t. III, p. xxii.

21 Paul-Irénée Fransen, « Florilège pastoral tiré de Grégoire de Nazianze par Florus de Lyon », dans Revue Bénédictine, 110 (2000), p. 86-94.

22 Ibid., p. 88-89.

23 Éd. A. Engelbrecht (CSEL 46/1).

24 Paul-Irénée Fransen, « Les extraits d’Éphrem latin dans la Compilation des XII Pères de Florus de Lyon », dans Revue bénédictine, 87 (1977), p. 349-371.

25 PLS 4, col. 617-640.

26 Flor., Coll., t. III, p. xxix.

27 Louis Holtz, « Le Ms. Lyon, B.M. 484 (414) et la méthode de travail de Florus », dans Revue bénédictine, 119 (2009), p. 270-315.

28 Ibid., p. 278.

29 Ibid., p. 281.

30 Robert Weber et Roger Gryson, Biblia Sacra Vulgata, 5e éd., Stuttgart, 2007.

31 Comme pour ex Ephrem 8 (p. 88), où la version de Florus (titre, p. 83) de I Cor. 7, 35 (Domino obsecrandi) diffère de la Vulgate soit pour le texte accueilli (Dominum obseruandi), soit en partie pour la variante enregistrée dans l’apparat, qui présente le verbe obsecrandi mais avec l’accusatif Dominum.

32 Voir par exemple ex Ephrem 2, où l’on trouve (p. 82, l. 14), comme dans le sommaire (p. 81), l’ordre alia creatura en lieu de creatura alia pour Rom. 8, 39.

33 Voir Paul-Irénée Fransen, « Description de la collection hiéronymienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », dans Revue bénédictine, 94 (1984), p. 195-228 ; Id., « Description de la collection grégorienne de Florus de Lyon sur l’Apôtre », dans Revue bénédictine, 98 (1988), p. 278-317.

34 Dont est tirée la transcription : les titres du manuscrit de Berne sont semblables, à quelques variantes mineures près.

35 C’est-à-dire le Dialogus aduersus Pelagianos sub persona Attici catholici et Critobuli haeretici, 1, 26.

36 Célestin Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », dans Mélanges Emmanuel Podechard : études de sciences religieuses offertes pour son éméritat au doyen honoraire de la faculté de théologie de Lyon, Lyon, 1945, p. 71-84 [réimpr. dans Revue bénédictine, 119 (2009), p. 252-267].

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Paris, BNF, nal. 1460, f. 82 (source : Bibliothèque nationale de France)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3096/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2 - Lyon, BM, 484, f. 36v (manuscrit numérisé)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/3096/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23M

Auteur

Università di Udine – emanuela.colombi@uniud.it

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540