Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Dans l’espace siennois, Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno Vignoni, Bagno di San Filippo, (...)

1Le thermalisme en Toscane a connu à la fin du Moyen Âge un essor particulier, qui s’est traduit principalement par la genèse et le développement d’implantations singulières, les stations et les sites thermaux, disséminés à l’intérieur des campagnes, là où les sources chaudes et minérales jaillissaient. Il s’agit d’une trentaine de localités, les plus nombreuses étant dans l’espace siennois, les autres dans les territoires de Lucques, Pise, Pistoia ou Volterra. Leurs formes étaient variées, du modeste lieu-dit, composé d’un seul bassin perdu au milieu des champs, à la bourgade fortifiée, peuplée et prospère. Une dizaine se distinguait des autres, par l’ampleur de leur bâti ou la qualité de leurs équipements1. Ces stations – ainsi convient-il désormais de les appeler – disposaient d’installations thermales nombreuses et de plus en plus perfectionnées (des douches et des stufe au xve siècle), de logements décents, parfois d’auberges luxueuses, de palais, de routes pavées et de murailles. La plupart étaient des agglomérations neuves, réalisées vraisemblablement au xiiie ou au xve siècle (Bagno della Villa), certaines étaient le fruit de recherches urbanistiques (sommaires comme le lotissement de Bagno di Rapolano ou plus élaborées comme à Bagno della Villa) qui les faisaient ressembler, les assimilaient à des villeneuves. Elles formaient des agglomérations bien différentes des castra ruraux traditionnels.

2Toutefois, ce qui singularise plus encore ces stations, ce sont les activités qui s’y déployèrent, toutes tournées vers les besoins d’une clientèle probablement nombreuse, dont on perçoit un peu mieux au xve siècle, les caractéristiques. Certaines, comme Bagno di Petriolo, Bagno ad Aqua (et Bagno di Romagna) accueillaient un marché. Elles abritaient surtout des « stazionieri » et de plus en plus souvent, dans la seconde moitié du xive et au xve siècles, des aubergistes qui se chargeaient d’héberger et de nourrir les curistes, des vendeurs de sangsues qui pratiquaient les saignées, puis des « baigneurs », des apothicaires et des médecins. Si ces derniers résidèrent rarement auprès des sources, ils les visitèrent cependant, vantant les bienfaits du séjour aux bains dans les nombreux traités ou consilia qu’ils rédigèrent alors. Ainsi assiste-t-on, au xve siècle, à une médicalisation de plus en plus nette de la cure. Elle est manifeste à Bagno di Corsena, avec, par exemple, l’essor de l’hôpital thermal, elle est sans doute moins importante dans la plupart des grandes stations toscanes.

3Ces quelques habitants réunis autour des bains qui attendaient les curistes, paraissent avoir été aisés, souvent actifs – engagés à la fois dans leurs occupations thermales et dans quelques opérations agricoles. Ils formaient un groupe, voire une petite communauté insolite, au milieu des campagnes. Ils étaient rarement membres des communes rurales sur lesquelles se trouvaient les sites et nombreux étaient les citoyens siennois, les étrangers venus d’autres parties de la Toscane. Ils ne résidaient pas dans les stations tout au long de l’année (sauf peut-être à partir de la seconde moitié du xve siècle) et étaient rarement propriétaires des bâtiments, des boutiques qu’ils géraient. Ils dépendaient de ceux qui leur louaient les maisons, leur donnaient du travail, c’est-à-dire de quelques riches propriétaires citoyens, de quelques institutions caritatives urbaines. Aussi le thermalisme toscan apparaît-il comme une activité largement dominée par le monde urbain. Une activité contrôlée à Sienne par les membres de l’élite urbaine, les magnats d’abord, puis les hommes politiques puissants de la cité. À Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto et Bagno Vignoni, ils possédaient l’essentiel des bâtiments, qu’ils cédaient pour des sommes importantes. Ils pratiquaient auprès des bains de véritables investissements et tentèrent à la fin du xve siècle d’y exercer quelques formes de patronage, lorsqu’ils saisirent tout le profit financier et le prestige qu’ils pouvaient tirer des stations.

  • 2 Sur la villégiature, cf. C. Cresti, M. Listri (1993), p. 19 sq.

4Car la plupart des implantations siennoises et lucquoises devinrent au cours du xve siècle des lieux fréquentés par les princes, les grands seigneurs, et les riches marchands qui pendant leur cure trouvaient, loin des turbulences de la ville, soin et réconfort, repos et divertissements. Le séjour aux bains peut préfigurer par certains aspects la villégiature2. Toutefois ces visites aristocratiques ne doivent pas occulter la présence de curistes plus modestes, bien qu’aucun document ne permette – dans l’espace siennois – de préciser, d’évaluer l’ampleur de cette dernière fréquentation. Cependant, ils étaient sans doute nombreux, venus parfois de loin, pour profiter des bienfaits des sources. L’existence de cette clientèle diversifiée, les choix qu’elle fit, contribuèrent à créer des distinctions, parfois importantes, entre les sites. Il y avait, en effet, beaucoup d’écart, par exemple, entre la station huppée de Bagno di Petriolo et celle plus commune de Bagno di Rapolano. Toutefois, les différences que l’on peut observer dépendaient aussi des conditions particulières de chacun des sites : de leur localisation, de l’abondance des eaux thermales ou de l’assèchement des sources et surtout de la volonté des autorités publiques de favoriser leur essor.

5Les cités et plus particulièrement Sienne, en effet (dans une moindre mesure les communes rurales importantes), s’efforcèrent de contrôler les eaux thermales des espaces qu’elles dominaient, multipliant les acquisitions de droits sur les eaux, édictant de nombreuses normes thermales. Cette politique faisait partie des efforts qu’elles déployaient pour lutter contre le pouvoir des seigneurs, pour étendre leur emprise sur les ressources naturelles de leur territoire, bref, pour affimer leur souveraineté. Elle traduisait aussi leur volonté de tirer un profit économique des sources. La complexe fiscalité thermale qu’elles mirent en place dégageait quelques revenus, lesquels furent pour une large part investis dans l’aménagement, l’organisation des sites. Les cités multiplièrent, en effet, les initiatives, entreprirent les travaux pour équiper et embellir les bains. Elles furent responsables en grande partie de la modernisation et de l’essor médical des stations.

  • 3 Au début du xive siècle, les sites de Bagno di Monte Pisano et Bagno ad Acqua recevaient un capita (...)
  • 4 Le terme revient souvent sous la plume des citadins. En 1481, les officiers de la « Gabella genera (...)
  • 5 Toutefois, il faut rappeler, pour minimiser la portée de cette hypothèse que la station de Bagno d (...)

6En contrepartie, le développement des bains leur donna l’occasion de renforcer leur mainmise sur le territoire. Car, plusieurs de ces sites constituaient des relais remarquables de l’autorité urbaine, dans les campagnes. Bagno di Petriolo devint dès le début du xive siècle et jusqu’à la fin du Moyen Âge, le lieu de résidence d’un officier citadin disposant de pouvoirs étendus. Plusieurs autres sites ailleurs en Toscane paraissent avoir connu un destin similaire plus ou moins durable (Bagno di Monte Pisano, Bagno ad Aqua3 et Bagno di Romagna). Les stations ont donc participé à la mise en place du réseau administratif toscan. De même, elles acquirent une dimension politique, sans doute importante, bien qu’insoupçonnée. En devenant des lieux de séjours princiers, les stations – comme Bagno di Petriolo, Bagno di San Filippo – permettaient aux cités et tout particulièrement à Sienne de recevoir des hôtes illustres, mais pas forcément désirés, loin des murs de la cité, de mener des tractations diplomatiques dans des espaces confortables et protégés. Ainsi, les stations et plus encore celle des bords de la Farma participèrent-elles au prestige de la cité, à son honneur4. Et, c’est peut-être pour cette raison, d’ailleurs, que les Médicis négligèrent de restaurer le site, une fois la guerre de Sienne achevée, alors qu’ils s’empressèrent de rétablir les bâtiments de Bagno di San Filippo, la station si souvent fréquentée par leur illustre ancêtre, Laurent lui-même5. Ainsi, entre le xiiie et le xve siècles, l’exploitation des eaux thermales, le développement du thermalisme ont-ils participé en Toscane à l’organisation de l’espace, à la construction de l’État. Au cours de ces deux siècles, les stations apparaissent comme le reflet des villes dans les campagnes.

Notes

1 Dans l’espace siennois, Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno Vignoni, Bagno di San Filippo, Bagno di Rapolano, près de Lucques Bagno di Corsena, puis Bagno della Villa, près de Pise Bagno di Monte Pisano et Bagno ad Aqua, près de Volterra Bagno a Morbo et aux confins de la Toscane, Bagno di Romagna et Bagno della Porretta.

2 Sur la villégiature, cf. C. Cresti, M. Listri (1993), p. 19 sq.

3 Au début du xive siècle, les sites de Bagno di Monte Pisano et Bagno ad Acqua recevaient un capitaine, mais ils n’accueillirent même pas un podestat après la conquête florentine, vraisemblablement parce qu’ils étaient trop endommagés, détruits en 1405 par Bertolo Orsini, le condottiere florentin, cf. F. Leverotti (1991), p. 57, 72; R. Pescaglini Monti (1981), p. 19; R. Redi (1988), p. 18.

4 Le terme revient souvent sous la plume des citadins. En 1481, les officiers de la « Gabella generale » projetaient des travaux qui, assuraient-ils « sarebbero utile et honore della vostra Repubblica », cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 195. Pour l’« honneur » de la cité, cf. M. Ascheri (1993), p. 13.

5 Toutefois, il faut rappeler, pour minimiser la portée de cette hypothèse que la station de Bagno di San Filippo, placée sur la « francigena », présentait plus d’intérêt que celle de Bagno di Petriolo, dans une zone pour ainsi dire marginale du duché.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540