Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Douze compilations pauliniennes de Florus de Lyon : un carrefour des traditions patristiques au IXe siècle

 | 
Pierre Chambert-Protat
, 
Franz Dolveck
, 
Camille Gerzaguet

Hilaire de Poitiers dans la Collection de douze Pères

Marc Milhau

Texte intégral

Présentation d’ensemble

1Dans la Collection de douze Pères, Hilaire de Poitiers est représenté par 130 extraits. Par le nombre des extraits, il vient après Ambroise de Milan (411), avant le pape Léon (104) et Cyprien de Carthage (95). Ces 130 extraits et les capitula mis en tête de chaque Épître de Paul par Florus occupent presque 115 pages dans le volume 193 du CCCM, ce qui met là encore Hilaire à la deuxième place, après Ambroise (284 pages), avant Léon (78) et Cyprien (65).

2Ces 130 extraits proviennent de trois œuvres d’Hilaire : 72 des Tractatus super Psalmos, 53 du De Trinitate, 5 du Liber in Constantium imperatorem. Les extraits des Tractatus super Psalmos sont introduits par l’expression Ex tractatu Psalmi suivie du numéro du psaume ; les extraits du De Trinitate, par l’expression Ex libro de fide contra Arrianos suivie du numéro du livre ; les extraits du Liber in Constantium imperatorem, par l’expression Ex libro in Constantium.

3Si les Tractatus super Psalmos l’emportent par le nombre des extraits, ils sont supplantés par le De Trinitate pour le nombre de lignes. Les 53 extraits du De Trinitate représentent 1674 lignes, les 72 des Tractatus super Psalmos, 1083 lignes ; les 5 extraits du Liber in Constantium imperatorem font un total de 50 lignes. La prééminence du De Trinitate – le De Trinitate fournit les deux extraits les plus longs : l’extrait 42 a presque 259 lignes, l’extrait 96, presque 118 – s’explique sans doute par le fait que Florus en connaît les douze livres. Les douze livres sont en effet représentés dans la sélection de textes d’Hilaire opérée par Florus ; parmi eux, trois le sont plus que les autres : le livre XI (16 fragments), le livre X (9), le livre VIII (7).

  • 1 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xix-xxiv.

4Des Tractatus super Psalmos, Florus ne cite (ne connaît ?) qu’une série : les tractatus sur les psaumes 119 à 140, soit 22 tractatus, tous cités, mais cela représente moins de la moitié de l’œuvre telle que nous la connaissons aujourd’hui, à savoir 58 tractatus1.

  • 2 Hil., Trin., éd. P. Smulders (CCSL 62), p. 34*-35*.
  • 3 Hil., C. Const., éd. A. Rocher (SC 334), p. 142.

5Si la tradition manuscrite du De Trinitate et celle des Tractatus super Psalmos sont restées longtemps indépendantes, il n’en a pas été de même pour le Liber in Constantium imperatorem qui fut d’abord transmis avec le De Trinitate, ainsi dans le manuscrit Cité du Vatican, Bibl. Vat., Arch. Cap. S. Pietro, D 182, s. viin (= B)2. Il paraît très vraisemblable que Florus a connu le Liber in Constantium imperatorem dans un manuscrit qui contenait le De Trinitate. On notera aussi que le titre donné au Livre contre Constance dans le manuscrit B, liber in Constantium imperatorem, qui n’est pas celui du reste de la tradition manuscrite3, est celui que connaît Florus, qui, comme il a été dit plus haut, introduit chaque extrait du traité polémique par la formule Ex libro in Constantium.

6Les extraits d’Hilaire cités par Florus vont d’une ligne et demie (extrait 91) à presque 259 (extrait 42), soit plus de huit pages dans l’édition. 118 extraits ont moins de 40 lignes ; 10 ont entre 40 et 80 lignes ; deux ont plus de 100 lignes.

7Des 14 épîtres attribuées par la tradition à saint Paul, trois ne sont pas représentées dans le florilège hilarien : I-II Thess. et Philem. Sept sont représentées par dix ou plus de dix extraits. Ce sont, dans l’ordre décroissant du nombre d’extraits cité entre parenthèses, I Cor. (25), Rom. (20), Col. (17), Phil. (16), Hebr. (14), II Cor. (10), Eph. (10). I Tim. est représentée par six extraits, II Tim. et Gal. par cinq chacune, Tit. par deux.

Quelques caractères de la sélection de textes d’Hilaire opérée par Florus

  • 4 L’expression est empruntée au livre de Jean Doignon, Hilaire de Poitiers avant l’exil, Paris, 1971 (...)
  • 5 Hil., Trin. 1, 13 (p. 12-15).
  • 6 Flor., ex Hil. 94 (t. I, p. 150-151).
  • 7 Flor., ex Hil. 95 (p. 152-153).
  • 8 Flor., ex Hil. 97 (p. 158).
  • 9 Flor., ex Hil. 98 (p. 159).
  • 10 Flor., ex Hil. 96 (p. 154-157).

8La sélection de textes opérée par Florus dans l’œuvre d’Hilaire semble donner un reflet fidèle de la place qu’y tient l’Apôtre. Les péricopes pauliniennes ayant la faveur d’Hilaire ont, dans la sélection de Florus, une importance proportionnelle à celle qui leur a été reconnue par l’auteur du De Trinitate, des Tractatus super Psalmos et du Liber in Constantium imperatorem. Ainsi Col. 2, 8-15, versets cités dans le prologue du De Trinitate, lorsqu’Hilaire retrace les étapes de sa « naissance à la foi4 ». La dernière étape est en effet l’enseignement donné par ces « paroles divines de l’Apôtre » : après une mise en garde contre la philosophie, elles parlent du Christ « en qui habite corporellement toute la plénitude de la divinité » et de la « plénitude » qu’obtiennent « ceux qui sont ensevelis avec lui dans le baptême5 ». L’extrait 94 de Florus est constitué par le paragraphe du prologue du De Trinitate qui cite et commente l’ensemble de Col. 2, 8-156. Les extraits 95 à 98 citent les autres commentaires de Col. 2, 8-15 contenus dans les autres livres du De Trinitate, commentaires partiels : celui du v. 9 (« la plénitude de la divinité dans le Christ »), à la fin du livre 8 (ex Hil. 957), celui du v. 8 (diatribe contre la philosophie), au début du livre 12 (ex Hil. 978), celui des v. 13-15 (triomphe du Christ sur la croix), au livre 10 (ex Hil. 989), ou autre commentaire d’ensemble, au début du livre 9 (ex Hil. 9610). Ainsi se trouvent rassemblés et présentés à la suite tous les textes du De Trinitate qui commentent Col. 2, 8-15.

  • 11 Flor., ex Hil. 21 (p. 88-90).
  • 12 Flor., ex Hil. 22 (p. 91).
  • 13 Flor., ex Hil. 23 (p. 91-92).
  • 14 Flor., ex Hil. 24 (p. 92-93).
  • 15 Flor., ex Hil. 25-26 (p. 93-94).

9On observe la même façon de procéder pour un texte d’inspiration semblable, I Cor. 1, 17-25 (« le langage de la croix, folie pour ceux qui se perdent, pour nous, puissance de Dieu »). Florus cite d’abord deux textes du De Trinitate dont le premier cite et commente toute la péricope11, le second, les versets 19 à 2512 ; puis viennent quatre textes, toujours du De Trinitate, où sont successivement commentés le v. 20 (« Où est le sage ? »)13, le v. 23 (« Nous prêchons un Messie crucifié »)14, le v. 24 (« Christ, puissance et sagesse de Dieu »)15.

  • 16 Flor., ex Hil. 73-78 (p. 136-140). Les expressions empruntées ici et dans la suite aux versets de (...)
  • 17 Flor., ex Hil. 79 (p. 140).
  • 18 Flor., ex Hil. 80 (p. 140-141).
  • 19 Flor., ex Hil. 81 (p. 141).
  • 20 Flor., ex Hil. 82 (p. 141-142).
  • 21 Flor., ex Hil. 83 (p. 142).
  • 22 Flor., ex Hil. 87-90 (p. 144-148).

10Autre texte majeur : Phil. 2, 6-11. Florus a réuni tous les textes possibles d’Hilaire, soit onze textes pris dans les trois œuvres considérées. Les extraits 73 à 78 rassemblent les commentaires d’Hilaire sur les expressions des versets 6 et 7 forma Dei, forma serui16. L’extrait 79 introduit le verset 8 usque ad mortem mortem autem crucis17, avant que les extraits 80-81 ne reprennent des ensembles de versets, 8-11 pour ex Hil. 8018, 6-11 pour ex Hil. 8119. Quant aux extraits 82-83, ils portent sur le verset 11 (Christus in gloria est Dei Patris) mis en relation avec le verset 10 (omne genu flectat, ex Hil. 82)20, puis avec les versets 6 et 7 (ex Hil. 83)21. Au moins d’après cet exemple, ne peut-on parler d’un travail de composition ? Quoi qu’il en soit, il paraît possible d’affirmer qu’en présence des grands textes pauliniens qui façonnent la pensée d’Hilaire (on pourrait ajouter Col. 1, 15 : qui est imago Dei inuisibilis22), Florus a rassemblé commentaires d’ensemble et commentaires de détail, si bien que le lecteur peut aller de l’ensemble au détail ou du détail à l’ensemble.

  • 23 Flor., ex Hil. 2-3 (p. 72-73).
  • 24 Flor., ex Hil. 15-16 (p. 84-86).
  • 25 Flor., ex Hil. 17-18 (p. 86-87).
  • 26 Rom. 7, 2 (Flor., ex Hil. 5 [p. 74]) ; 7, 22 (ex Hil. 6 [p. 74]) ; 7, 23 (ex Hil. 7 [p. 75-76]) ; (...)
  • 27 Rom. 8, 3 est aussi cité par Hilaire en Trin. 6, 44 ; 10, 25-26 ; 10, 47, mais Trin. 6, 44 et 10, (...)

11Observons encore la sélection de textes d’Hilaire opérée par Florus à propos de l’Épître aux Romains. Trois versets sont illustrés chacun par deux textes : Rom. 5, 3 (tribulatio patientiam operatur)23, Rom. 11, 33 (o altitudo divitiarum sapientiae et scientiae Dei)24, Rom. 12, 18 (si fieri potest […] cum omnibus hominibus pacem habentes)25. Ici non plus, Florus n’a pas fait de sélection et les deux textes cités à propos de chaque verset constituent, dans les limites du corpus hilarien dont disposait Florus, la somme de ce qu’Hilaire a dit sur chacun d’eux. Pour onze versets26, à quelques réserves près27, le texte cité par Florus était le seul qu’il pouvait trouver dans ce même corpus hilarien. Reste le cas, évidemment surprenant à première vue, de versets que ne cite pas Hilaire, illustrés néanmoins par un texte d’Hilaire. Ainsi pour Rom. 2, 4 (ignorans quoniam benignitas ad paenitentiam te adducit), Rom. 6, 21 (quem ergo fructum habuistis tunc in quibus nunc erubescitis), Rom. 12, 19, citation par l’Apôtre de Deut. 32, 35 (mihi vindictam ego retribuam dicit Dominus). À propos de ce verset, Florus cite un extrait du commentaire d’Hilaire sur le verset 8 du Ps. 137 : Dominus retribuet pro me. Après l’avoir cité, Hilaire commente le verset en ces termes :

  • 28 Hil., in Psalm. 137, 16 (éd. J. Doignon, CCSL 61b, p. 189-190) : ‘Dominus retribuet pro me.’ Illi (...)

La vengeance (vindicta) doit être réservée à celui qui a ordonné, à l’occasion d’une fausse accusation pour une tunique, d’abandonner aussi son manteau (cf. Matth. 5, 40), qui a voulu qu’après l’injustice d’un soufflet soit présentée aussi l’autre joue (cf. Matth. 5, 39), qui a défendu de rendre le mal pour le mal (cf. Rom. 12, 17). Ils obtiendront une vengeance (vindictae) plus grande, ceux qui auront laissé au juge éternel le châtiment de l’injustice présente28.

12Le choix de ce texte par Florus se comprend aisément, Hilaire lui-même l’ayant en quelque sorte préparé en introduisant deux fois le mot vindicta dans le commentaire d’un verset qui contenait déjà deux mots (Dominus, retribuet) aussi présents dans Rom. 12, 19 (retribuam, Dominus).

Le texte d’Hilaire cité par Florus

  • 29 T. I, p. lxvi-lxix.
  • 30 Ce manuscrit, qui contient, entre autres textes d’Hilaire, Trin. et C. Const., est désigné par le (...)
  • 31 Hil., C. Const., éd. A. Rocher (SC 334), p. 86.
  • 32 On trouvera la liste de ces notes marginales dans l’édition du De Trinitate, p. 23*-26*, et dans c (...)
  • 33 T. I, p. lxviii.
  • 34 T. I, p. lix.
  • 35 Hil., Trin. 2, 35 (p. 71). L’apparat critique relatif à la l. 5 apprend que O a la leçon doctrina (...)
  • 36 À propos des parties réécrites de B, on tiendra compte des indications suivantes qui figurent dans (...)
  • 37 Flor., ex Hil. 94 (t. I, p. 150).
  • 38 Hil., Trin. 1, 13, p. 13, apparat critique de la l. 7.
  • 39 Hil., Trin. 1, 13, p. 13, apparat critique des l. 8-15.
  • 40 Flor., ex Hil. 22 (p. 91).
  • 41 Hil., Trin. 3, 8 (éd. P. Smulders, CCSL 62), p. 79, apparat critique des l. 15-25.

13Est-il possible d’identifier le texte des trois œuvres d’Hilaire citées par Florus ? La question des « sources de Florus » concernant les extraits des Tractatus super Psalmos et du De Trinitate d’Hilaire est traitée par P.-I. Fransen et B. Coppieters ’t Wallant dans l’introduction de leur édition29. Les remarques qui suivent prolongent et complètent sur quelques points cette étude. À propos des extraits du De Trinitate, les auteurs ont rappelé la présence, dans un manuscrit de la fin du xe siècle, Paris, BNF, nal. 145430, « originaire de Cluny et qui peut être daté assez exactement des années 970-98031 », de crochets dans le texte et de notes marginales32, annotations qui « ne sont pas de la main de Florus », mais qui reproduisent celles que devait contenir le manuscrit ayant servi de modèle au manuscrit de Cluny. Ce dernier, écrivent encore les auteurs, « a été copié sur l’exemplaire des œuvres de saint Hilaire, annoté par Florus33 ». J’ai vérifié, pour tous les extraits du De Trinitate cités dans la Collectio, la proximité du texte de Florus avec celui du manuscrit de Cluny. Mais cette proximité, si elle est constante, ne va pas jusqu’à une ressemblance totale. Une autre preuve est avancée de la proximité entre le texte du De Trinitate cité par Florus et le texte du De Trinitate contenu dans le manuscrit de Cluny : quand il cite Trin. 2, 35, Florus ajoute au verset 12 de I Cor 2 les versets 13 et 14. « Or cette citation longue, ignorée par la plupart des manuscrits, se trouve aussi dans le manuscrit de Cluny34. » Si l’apparat critique de l’édition Smulders du De Trinitate confirme cette remarque, il montre aussi deux petites différences avec le texte du manuscrit de Cluny35 et, de ce fait, une plus grande proximité avec un autre témoin de la citation augmentée de I Cor 2 : le manuscrit B (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Arch. Cap. S. Pietro, D 182, s. viin), dont il a été question plus haut, manuscrit dont certains folios ont fait l’objet d’une réécriture ; ils sont désignés dans l’édition Smulders par le sigle Br36. Or on relève plus d’une convergence entre le texte de Florus et ces parties réécrites de B, et ces convergences sont particulièrement visibles dans les citations des péricopes pauliniennes. Prenons le cas de la citation de Col. 2, 8-15 dans ex Hil. in Apost. 9437. La plupart des témoins, à l’avis desquels se range Smulders, omettent le verset 10. Florus l’inclut, dans une formulation qui correspond mot pour mot à celle des manuscrits G et O, mais dont n’est guère éloignée celle de Br 38. Si l’on s’en tient ensuite aux leçons propres à Florus et à Br, on relève au verset 11 l’ordre des mots carnis corporis, au verset 13 la présence de l’adjectif mortui après essetis et celle de la préposition in devant praeputio, au verset 14 l’adjonction au mot chirographum du complément decreti, sans in sententiis, l’adjectif aduersarium au lieu de contrarium, au verset 15 l’expression retriumphans illos au lieu de triumfatis his cum fiducia39. De même, si l’on observe la citation de I Cor. 1, 19-25 dans l’extrait 2240, on constate, d’après l’apparat critique de l’édition Smulders pour le passage correspondant dans le De Trinitate41, que toutes les leçons propres à Br, O et J (il n’y en a pas de propre à Br) sont présentes dans le texte de Florus.

  • 42 Flor., ex Hil. 76 (p. 139).
  • 43 Hil., C. Const. 22 (éd. A. Rocher, SC 334), p. 210, apparat critique de la l. 3.
  • 44 PL 10, col. 597, n. g : « Legendum hic videtur, quia sibi patrem proprium. »
  • 45 Flor., ex Hil. 90 (p. 148).
  • 46 Hil., C. Const. 21, p. 208-209.
  • 47 Flor., ex Hil. 8 (p. 76).
  • 48 Hil., C. Const. 21 (éd. A. Rocher, SC 334) p. 208 ; apparat critique de la l. 19. Sur le manuscrit (...)

14Pour le Liber in Constantium imperatorem, la remarque qui semble se dégager est que le texte de cet ouvrage cité par Florus présente plusieurs leçons singulières. Ainsi, dans la citation, à propos de Phil. 2, 6-7, de CConst. 22, note-t-on la présence du mot Patrem dans l’expression quia sibi proprium Patrem Deum professus est esse42, mot absent de la tradition manuscrite ayant servi à l’établissement du texte de l’édition A. Rocher (SC 334) et qui, s’il est présent dans le texte de l’édition, l’est comme une conjecture de P. Coustant43, ce que confirme la consultation de l’édition Migne44. Ainsi encore, dans la citation, à propos de Col. 1, 15, de C. Const. 21, note-t-on la présence du mot scriptura dans l’expression similitudinem uero cum imagine ad Deum homini scriptura deputauit45. Absent de la tradition manuscrite représentée dans l’éd. Rocher, le mot a néanmoins semblé nécessaire au traducteur, puisqu’on lit, en regard du texte latin où il ne figure pas : « Au contraire, l’Écriture a attribué à l’homme la ressemblance à Dieu avec l’image46. » Ainsi enfin, à propos de Rom. 8, 3 cité dans l’extrait 8, le mot natura dans l’expression au sujet du Fils dum in hominis natura est et extra hominis peccatum47 ; si certains témoins de la tradition manuscrite, dont le manuscrit de Cluny déjà mentionné à propos du De Trinitate, n’ignorent pas natura, ils ne le proposent que précédé de uel, en remplacement de la leçon majoritaire statura48.

  • 49 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiv. « Un quaternion dont les huit folios sont les (...)
  • 50 Les limites que nous indiquons corrigent celles qui sont indiquées dans l’édition d’Hilaire (CCSL (...)
  • 51 Le détail des interventions de Florus se trouve ibid., p. lxvi-lxvii.
  • 52 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiv.
  • 53 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiii-xxxiv.
  • 54 T. I, p. xxxv.
  • 55 Ibid., p. lxvi-lxvii.
  • 56 L’inclusion dans la citation des expressions suivantes : assensu eadem uoluntate non dissonans, fi (...)
  • 57 T. I, p. lxvii, l. 13-14.

15Dans le cas des Tractatus super Psalmos, l’observateur dispose d’un document sans équivalent pour les deux œuvres précédemment envisagées : un quaternion, « fragment d’un manuscrit en onciale d’un type italien du ve s., portant, sur deux colonnes de vingt-trois lignes, le texte des Tractatus d’Hilaire49 » depuis la fin du Traité sur le Psaume 131 (131, 26 – sanctorum) jusqu’à l’avant-dernier paragraphe du Traité sur le Psaume 133 (133, 5 – in lucem)50, qui a gardé la trace des interventions de Florus (crochets marquant le début et la fin des extraits, corrections et notes marginales)51. Ce quaternion, dont « l’origine est probablement Lyon ; il était en tout cas à Lyon au 9e s. », « a été réuni avec d’autres fragmenta codicum du 5e au 15e s. par Baluze pour constituer le ms. Paris, Bibl. Nat. lat. 15252 » ; il en occupe les folios 9-16v. Pour son édition des Tractatus super Psalmos, J. Doignon a pris en compte ce témoin, qu’il a désigné par le sigle l et qu’il a jugé, même si la comparaison ne peut porter que sur un nombre restreint de folios, « moins fautif » qu’un autre témoin avec lequel il a des leçons communes, Lyon, BM, 452 (381) + Paris, BNF, nal. 1593, « manuscrit en onciale de la fin du ve s., originaire d’Italie probablement, quoique un centre ancien comme Lyon ne soit pas à exclure53 ». Dans les huit folios qui constituent l, Florus a prélevé sept extraits, dont le plus long, l’extrait 72, a 23 lignes, le plus court, l’extrait 129, deux lignes et demie. La relecture de ces sept extraits dans l et des passages correspondants dans le manuscrit de la Grande Chartreuse (Lyon, BM 5804) suivi par l’édition de la Collection54, où il est désigné par le sigle A, me conduit à apporter une correction au texte de l’édition des extraits d’Hilaire et à compléter les remarques de l’introduction sur les « préparations de Florus » visibles sur l55. Dans l’extrait 72, il convient en effet, d’après le témoignage de l (f. 11a) et de A (f. 30v), de limiter la citation d’Act. 4, 32 aux mots Erat enim omnium credentium cor et anima una56. Aux corrections faites par Florus suo Marte et qui sont signalées dans l’introduction de l’édition57, j’ajouterais celle qui concerne, dans l’extrait du Traité sur le Psaume 132 destiné à former ex Hil. 72, une expression de la paraphrase faite par Hilaire de I Cor. 12, 14-16. Le manuscrit l (f. 11vb) comportait la leçon suivante : nec nares os exsecratur. Florus, biffant le e et écrivant au-dessus i, a corrigé nares en naris, correction cohérente avec le contexte au singulier, puisque l’expression qui nous occupe est précédée de celle-ci : non enim oculus aurem odit, et suivie de celle-ci : nec manus pedem spernit. Cependant, le reste de la tradition manuscrite du commentaire d’Hilaire ne connaît qu’une formulation : nec nares os exsecrantur. Le manuscrit A (f. 31) reproduit la leçon de l corrigée par la main de Florus : naris.

  • 58 Hil., in Psalm. 132, 3, (éd. J. Doignon, CCSL 61b), p. 134, apparat critique de la l. 23. Les témo (...)
  • 59 Avant J. Doignon (cf. note précédente), il y eut A. Zingerle (CSEL 22, p. 686), dont l’apparat cri (...)
  • 60 Hil., in Psalm. 132, 4, (éd. J. Doignon, CCSL 61b), p. 134.
  • 61 On notera cependant que le manuscrit B (cf. t. I, p. xxxii-xxxiv) présente la bonne leçon de oleo, (...)

16Corrigeant de sa propre initiative, Florus ne corrige pas ailleurs ce qui, au vu du reste de la tradition du texte hilarien, nous apparaît comme erroné. Dans le même passage du commentaire hilarien sur le Psaume 132, la tradition manuscrite est partagée entre témoins de la formule sub uno corpore unius corporis membra esse et témoins de la formule sub uno capite unius corporis membra esse58. Les derniers éditeurs du texte d’Hilaire59 ont opté pour la seconde, considérant sans doute que l’expression d’Hilaire ajoutait aux mots membra et corpus (I Cor. 12, 27 ; Eph. 5, 30) celui de caput (Eph. 1, 22 ; 5, 23 ; Col. 1, 18). Lisant l (f. 11vb), témoin de la leçon corpore, Florus n’a rien modifié ; la leçon corpore se retrouve dans A (f. 31). Autre exemple : dans les lignes du Traité sur le Psaume 132 destinées à devenir ex Hil. 122, à propos du verset Unxit te Deus, Deus tuus, oleo exsultationis (Ps. 44, 8), Hilaire dit de l’onction du Seigneur : Non de oleo ut sacerdos et propheta, non cornu ut rex, sed oleo exsultationis ungitur60. Or le manuscrit l (f. 12va) comporte, au lieu de la leçon non de oleo, la leçon non dolio. Non corrigée par Florus, elle est passée dans A (f. 41)61.

  • 62 J’en ai relevé deux. Dans les lignes destinées à devenir Flor., ex Hil. 29 (t. I, p. 96), l (f. 13(...)

17De la lecture des extraits d’Hilaire Tractatus super Psalmos sélectionnés par Florus dans l et de leur reproduction dans A, je tire deux conclusions. L’une concerne le texte de Florus : malgré des divergences minimes62, A a fidèlement enregistré les corrections de Florus sur l. A n’est en somme que la mise en forme du travail effectué par Florus sur l. Et, au moins pour les extraits où la comparaison entre l et A est possible, rien n’indique que Florus ait consulté un autre témoin pour corriger l, lorsqu’il est fautif. L’autre conclusion concerne le texte d’Hilaire Tractatus super Psalmos. A, bon témoin de l, là où la comparaison est possible, a nécessairement conservé, là où la comparaison n’est plus possible, de précieuses leçons de l. Il peut donc servir à établir le texte d’Hilaire pour les extraits qu’il nous donne des Traités sur les Psaumes 119 à 140.

Notes

1 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xix-xxiv.

2 Hil., Trin., éd. P. Smulders (CCSL 62), p. 34*-35*.

3 Hil., C. Const., éd. A. Rocher (SC 334), p. 142.

4 L’expression est empruntée au livre de Jean Doignon, Hilaire de Poitiers avant l’exil, Paris, 1971, p. 49. Elle a son origine dans le texte d’Hil., Trin. 1, 12 (éd. P. Smulders, CCSL 62), p. 12 : mens laeta (…) in nouam natiuitatem per fidem uocata.

5 Hil., Trin. 1, 13 (p. 12-15).

6 Flor., ex Hil. 94 (t. I, p. 150-151).

7 Flor., ex Hil. 95 (p. 152-153).

8 Flor., ex Hil. 97 (p. 158).

9 Flor., ex Hil. 98 (p. 159).

10 Flor., ex Hil. 96 (p. 154-157).

11 Flor., ex Hil. 21 (p. 88-90).

12 Flor., ex Hil. 22 (p. 91).

13 Flor., ex Hil. 23 (p. 91-92).

14 Flor., ex Hil. 24 (p. 92-93).

15 Flor., ex Hil. 25-26 (p. 93-94).

16 Flor., ex Hil. 73-78 (p. 136-140). Les expressions empruntées ici et dans la suite aux versets de saint Paul sont citées d’après Biblia sacra iuxta vulgatam versionem, Stuttgart, 1994.

17 Flor., ex Hil. 79 (p. 140).

18 Flor., ex Hil. 80 (p. 140-141).

19 Flor., ex Hil. 81 (p. 141).

20 Flor., ex Hil. 82 (p. 141-142).

21 Flor., ex Hil. 83 (p. 142).

22 Flor., ex Hil. 87-90 (p. 144-148).

23 Flor., ex Hil. 2-3 (p. 72-73).

24 Flor., ex Hil. 15-16 (p. 84-86).

25 Flor., ex Hil. 17-18 (p. 86-87).

26 Rom. 7, 2 (Flor., ex Hil. 5 [p. 74]) ; 7, 22 (ex Hil. 6 [p. 74]) ; 7, 23 (ex Hil. 7 [p. 75-76]) ; 8, 3 (ex Hil. 8 [p. 76]) ; 8, 9 (ex Hil. 9 [p. 76-77]) ; 8, 15 (ex Hil. 10 [p. 78-79]) ; 8, 32 (ex Hil. 11 [p. 79-80]) ; 10, 4 (ex Hil. 12 [p. 81]) ; 10, 6 (ex Hil. 13 [p. 81-83]) ; 11, 9 (ex Hil. 14 [p. 83]) ; 13, 12 (ex Hil. 20 [p. 87]).

27 Rom. 8, 3 est aussi cité par Hilaire en Trin. 6, 44 ; 10, 25-26 ; 10, 47, mais Trin. 6, 44 et 10, 25 avec citation de Rom. 8, 3 sont cités par Florus dans les extraits 11 et 75. Rom. 8, 14-15 est aussi cité par Hilaire en Trin. 6, 44, donc dans l’extrait 11 précédemment signalé. Rom. 10, 4 est aussi cité par Hilaire en in Psalm. 119, 5.

28 Hil., in Psalm. 137, 16 (éd. J. Doignon, CCSL 61b, p. 189-190) : ‘Dominus retribuet pro me.’ Illi enim uindicta seruanda est, qui in calumnia uestis dimitti et pallium iussit, qui post iniuriam alapae unius praeberi et maxillam alteram uoluit, qui uetuit malum pro malo reddi, plus uindictae adepturis his qui aeterno iudici ultionem praesentis iniuriae reseruassent. Ce texte d’Hilaire, précédé des lignes qui introduisent le verset du psaume, constitue Flor., ex Hil. 19 (t. I, p. 87).

29 T. I, p. lxvi-lxix.

30 Ce manuscrit, qui contient, entre autres textes d’Hilaire, Trin. et C. Const., est désigné par le sigle O dans l’édition du De Trinitate, où il est présenté p. 23*-26*, par le sigle C dans l’édition du Contre Constance, où il est présenté p. 103-108.

31 Hil., C. Const., éd. A. Rocher (SC 334), p. 86.

32 On trouvera la liste de ces notes marginales dans l’édition du De Trinitate, p. 23*-26*, et dans celle du Contre Constance, p. 107.

33 T. I, p. lxviii.

34 T. I, p. lix.

35 Hil., Trin. 2, 35 (p. 71). L’apparat critique relatif à la l. 5 apprend que O a la leçon doctrina (doctrinae dans le texte de Florus) et ajoute, avec un témoin très proche de lui, mais qui n’a pas été copié sur lui, J (voir Hil., Trin., éd. P. Smulders [CCSL 62], p. 27* et 62*), ea devant quae ; ces deux divergences rendent le texte de Florus plus proche de celui de Br.

36 À propos des parties réécrites de B, on tiendra compte des indications suivantes qui figurent dans la notice sur ce manuscrit dans l’éd. Rocher du Contre Constance (SC 334), p. 91 : « on reconnaît une écriture wisigothique du viiie et deux autres du ixe/xe s., que, contrairement à dom Wilmart et à Feder qui les apparentent à des écritures italiennes du Nord, B. Bischoff (lettre du 8.9.1985) situe, sans exclure la vallée du Rhône, dans le Sud de la France. »

37 Flor., ex Hil. 94 (t. I, p. 150).

38 Hil., Trin. 1, 13, p. 13, apparat critique de la l. 7.

39 Hil., Trin. 1, 13, p. 13, apparat critique des l. 8-15.

40 Flor., ex Hil. 22 (p. 91).

41 Hil., Trin. 3, 8 (éd. P. Smulders, CCSL 62), p. 79, apparat critique des l. 15-25.

42 Flor., ex Hil. 76 (p. 139).

43 Hil., C. Const. 22 (éd. A. Rocher, SC 334), p. 210, apparat critique de la l. 3.

44 PL 10, col. 597, n. g : « Legendum hic videtur, quia sibi patrem proprium. »

45 Flor., ex Hil. 90 (p. 148).

46 Hil., C. Const. 21, p. 208-209.

47 Flor., ex Hil. 8 (p. 76).

48 Hil., C. Const. 21 (éd. A. Rocher, SC 334) p. 208 ; apparat critique de la l. 19. Sur le manuscrit B (Cité du Vatican, Bibl. Vat., Arch. Cap. S. Pietro, D 182), modèle de C (Paris, BNF, nal. 1454), voir l’introdution, p. 106.

49 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiv. « Un quaternion dont les huit folios sont les seuls vestiges vénérables d’un manuscrit écrit sans doute à Lyon au ve siècle », dans Flor., Coll., t. I, p. lxvi.

50 Les limites que nous indiquons corrigent celles qui sont indiquées dans l’édition d’Hilaire (CCSL 61), p. xxxiv (« 131, 36 (sanctorum) à 133, 2 (in lucem) ») et dans l’édition de Florus, t. I, p. lxvi (« les commentaires des Psaumes 131, 20 à 132, 2 »).

51 Le détail des interventions de Florus se trouve ibid., p. lxvi-lxvii.

52 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiv.

53 Hil., in Psalm., éd. J. Doignon (CCSL 61), p. xxxiii-xxxiv.

54 T. I, p. xxxv.

55 Ibid., p. lxvi-lxvii.

56 L’inclusion dans la citation des expressions suivantes : assensu eadem uoluntate non dissonans, fide socia, amoris ac sententiae unanimitate perfecta, comme il apparaît dans Flor., ex Hil. 72 (t. I, p. 135), semble reproduire le texte de l’édition des Tractatus super Psalmos d’Hilaire dans l’éd. A. Zingerle (CSEL 22), p. 685. La nouvelle édition des Tractatus super Psalmos, CCSL 61b, p. 133, n’inclut pas dans Act. 4, 32 les expressions mentionnées supra. On notera le choix, dans cette édition, de la leçon unum (Erat enim omnium credentium cor et anima unum) au lieu de una. L’apparat critique ne mentionne pas l comme témoin de la leçon una, leçon que l’on peut vérifier sur la reproduction du folio 11 dans l’introdution de la Collection, t. I, p. lxx. Je signale deux autres corrections à apporter, d’après A, à l’édition de Flor., ex Hil. 42 (t. I, p. 105-113) : l. 24, il faut écrire tradiderit (au lieu de traderit) et l. 52, finem (au lieu de fidem).

57 T. I, p. lxvii, l. 13-14.

58 Hil., in Psalm. 132, 3, (éd. J. Doignon, CCSL 61b), p. 134, apparat critique de la l. 23. Les témoins (éd. J. Doignon, CCSL 61, p. xxxii-xlvii) semblent se répartir ainsi : capite T1MS] corpore LlVPT2 (j’ajoute l, omis dans l’apparat critique ; on pourrait ajouter A).

59 Avant J. Doignon (cf. note précédente), il y eut A. Zingerle (CSEL 22, p. 686), dont l’apparat critique indique que ce choix fut aussi celui de toutes les éditions imprimées.

60 Hil., in Psalm. 132, 4, (éd. J. Doignon, CCSL 61b), p. 134.

61 On notera cependant que le manuscrit B (cf. t. I, p. xxxii-xxxiv) présente la bonne leçon de oleo, comme il apparaît dans l’apparat critique de Flor., ex Hil. 122 (ibid., p. 179).

62 J’en ai relevé deux. Dans les lignes destinées à devenir Flor., ex Hil. 29 (t. I, p. 96), l (f. 13a) a la leçon infirmes non corrigée par Florus ; après avoir recopié infirmes, sous le e, le copiste de A (f. 22) a mis un point et écrit au-dessus o. Dans les lignes destinées à devenir ex Hil. 129 (t. I, p. 183), l (f. 13a) a la leçon glorificatorum et laetantium non corrigée par Florus ; A (f. 42) omet la conjonction de coordination et.

Auteur

Université de Poitiers – marc.milhau@univ-poitiers.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540