Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Troisième partie. L'Âge d'or du thermalisme

Chapitre quatrième. Les cités, maîtresses du thermalisme ?

Texte intégral

1Alors que la société thermale connaissait de profondes évolutions, les cités continuèrent à s’intéresser au thermalisme. Elles étendirent leur mainmise sur les sites en s’assurant d’une part du contrôle des bains qui leur échappait encore, d’autre part, en modifiant considérablement, en uniformisant leur mode de gestion des sources et des espaces thermaux, en effectuant, enfin, d’importantes réformes fiscales qui leur permirent de mieux profiter du développement thermal.

I – ADMINISTRER LES SITES THERMAUX

1) Les ultimes acquisitions

  • 1 Cf. M. Ascheri (1985), p. 23-24.
  • 2 Cf. dossier 1.
  • 3 La chute des Salimbeni constitue l’un des épisodes importants de l’histoire siennoise du début du (...)
  • 4 Cf. dossier 1.
  • 5 Idem.
  • 6 Cf. documents 16 et 17.
  • 7 Cf. document 13.
  • 8 Les dispositions concernant la propreté des fontaines et des bains étaient valables pour toutes le (...)

2Sienne, dans les premières décennies du xve siècle, achevait une politique qu’elle avait inaugurée plus d’un siècle auparavant. En effet, alors qu’elle étendait son autorité durablement jusqu’aux confins du Latium1, elle parvenait à s’approprier ou à dominer les derniers sites thermaux importants de son « contado », lesquels lui avaient jusqu’alors échappé. En 1413, elle possédait Bagno di San Filippo, sans doute concédé par Muzio Attendolo Sforza qui en 1411 avait obtenu le site des héritiers des vicomtes de Campiglia2. En 1416, le même condottiere, gendre de Cocco Salimbeni – le redoutable seigneur de la Rocca di Tintinnano qui avait été vaincu par les Siennois3 – vendait à la République Bagno Vignoni4. Dès la fin du xive siècle, mais de façon plus sûre au xve siècle, les castra de Chianciano et de San Casciano dei Bagni firent leur soumission à Sienne5. Toutes les sources minérales de l’espace siennois utilisées alors, passaient donc sous la tutelle de la cité et tous ceux qui désormais souhaitaient exploiter des eaux thermales, devaient s’adresser aux institutions citadines. En 1412 puis en 1475, Sienne donna son avis sur la restauration de la station de Bagno di Sant’Ansano6. En 1468, elle accorda à Matteo di Pinnaccio la possibilité d’exploiter une source minérale à Montalceto7. Ainsi Sienne disposait à la fin du xve siècle de la souveraineté sur l’ensemble des sources thermales de son territoire. Lorsqu’en 1545, la cité rédigea le dernier statut de la République, le contrôle des eaux minérales était acquis et les autorités siennoises n’hésitaient pas à considérer les bains comme les autres fontaines dont elles avaient la charge8. Sienne rejoignait ainsi les communes de Lucques et de Viterbe qui disposaient déjà à cette époque de la totalité des sources thermales de leur « contado », mais les autorités siennoises et lucquoises modifièrent au cours du xve siècle leur mode de domination des sources et des sites, elles choisirent un contrôle pour ainsi dire administratif.

2) Vers un contrôle administratif des sites thermaux

  • 9 Le développement de l’administration va de pair avec la modernisation de l’État. Il s’inscrit dans (...)
  • 10 Les réformes administratives et fiscales de 1368 avaient défini le rôle de la « Gabella generale » (...)
  • 11 Le 8 mars 1393, il fut dit aux prieurs que le palais du recteur risquait de s’effondrer, Pietro Ba (...)
  • 12 Le « Viaio del terzo di Città » a payé plusieurs travaux dans les premiers semestres de 1373 et 13 (...)
  • 13 Dans les comptes de Iacopo di Piero Balestriere « Viaio del terzo di Città » pour 1373 : « anco tr (...)
  • 14 Cf. S. Favale (1936), p. 339.
  • 15 A. Molho suggère de porter une extrême attention aux circonstances politiques, lorsqu’on cherche à (...)

3L’apparition de ce que l’on pourrait appeler un contrôle administratif des sites siennois fut tardif et s’inscrit dans un processus de rationalisation de l’État, propre aux cités-États d’Italie au xve siècle9. Il fallut attendre en effet l’extrême fin du xive siècle pour que l’office de la « Gabella generale », jusqu’alors chargé exclusivement de la perception des gabelles dans les stations, obtînt quelques responsabilités concernant l’aménagement des espaces autour des bains10. En 1393, la réfection du palais à Bagno di Petriolo fut confiée aux trésoriers et exécuteurs de la « Gabella generale » (camerarius et executores)11 et, à partir de cette date, de façon régulière, les réalisations entreprises auprès des sources relevèrent principalement de cette institution. Le parti pris adopté par les autorités siennoises dans l’ultime décennie du xive siècle est remarquable parce qu’il contraste avec les usages jusqu’alors établis. Durant tout le xive siècle en effet, les travaux d’entretien avaient été négligés ou réalisés par des operarii ou les Viarii. Les comptes d’inspection des « Regolatori » révèlent en effet que ces derniers étaient à plusieurs reprises intervenus pour restaurer des bâtiments endommagés12. Ils finançaient les chantiers grâce aux gabelles thermales et devaient obtenir quittances et remboursements de la « Gabella generale » pour accomplir leur mission13. Aussi, à la fin du siècle, le choix de Sienne paraît avoir été motivé par un souci de simplification voire d’efficacité dans la gestion des stations. Les prieurs confièrent les tâches à accomplir aux officiers de la Gabelle parce qu’ils disposaient des sommes nécessaires pour agir – et tout particulièrement les gabelles perçues dans les stations. Ils évitaient ainsi les retards de paiements, les jeux d’écritures et la concurrence entre les différents organismes financiers. Toutefois, il est possible que ces changements soient liés à un contexte politique particulier. Sienne, à la fin du xive siècle, avait été contrainte d’accepter la tutelle de Giangaleazzo Visconti et ce dernier avait mis la main sur les finances citadines14. Face aux appétits du prince, il se peut que la cité ait cherché à préserver quelques rentrées, à promouvoir quelques réformes discrètes, d’autant plus souhaitées qu’elles favorisaient un contrôle administratif plus poussé, plus efficace15.

  • 16 Cf. M. Ascheri (1985), p. 23.
  • 17 G. Cecchini éd. (1951), I, p. 224. Sur le mode d’élection aux offices de la cité, cf. E. Brizio (1 (...)
  • 18 L’histoire de ce personnel politique et administratif est mal connue (cf. E. Brizio (1991), p. 23) (...)

4Ces modifications contribuèrent – modestement – à renforcer le rôle de la « Gabella generale » qui devint au cours du xve siècle l’une des magistratures les plus importantes de la République16. Les exécuteurs qui avaient la responsabilité de cette institution étaient tirés au sort tous les six mois parmi l’ensemble des citoyens susceptibles d’accéder aux charges publiques17. Ils appartenaient au personnel politique et administratif traditionnel de la cité, c’est-à-dire aux membres des familles siennoises riches ou aisées qui formaient une classe dirigeante relativement ouverte18. Ce sont ces responsables, rompus aux affaires de la cité, qui se virent confier par leurs confrères, les prieurs, la charge de gérer les bains.

  • 19 19 Le 5 septembre 1460 les exécuteurs se refusent à tous travaux « e’ vostri servitori (...) anno (...)
  • 20 Le 29 janvier 1447, fuit obtentum et solemniter deliberatum quod sit piene remissum et commissum i (...)
  • 21 Le 13 mai 1404, « Et per questo si intendano e sieno obligati e’ denari che perveneranno a le mani (...)
  • 22 En 1400, les exécuteurs rappellent que « avessero balia d’eleggere ell’ope-raio d’esso ponte e fus (...)
  • 23 Le 21 février 1442, les prieurs, sur délégation du « Consiglio generale » concédaient à Iohanni Ci (...)
  • 24 Cf. document 15, p. 289-291.
  • 25 Le 18 décembre 1447, les exécuteurs remboursaient l’un d’entre eux, Pietro di Paulo qui s’était re (...)
  • 26 Le 20 octobre 1445, quod dictus potestas se conferat ad dicta balnea et vi-deat si dictum laboreri (...)
  • 27 Le 6 septembre 1428, « [Gli] Executori de la Generale Cabella del vostro Comune expongono cum ogni (...)
  • 28 Le 16 avril 1395, les exécuteurs de la « Gabella generale » adressaient aux prieurs à Sienne la le (...)
  • 29 Il n’y avait pas d’opposition de la part des conseils aux suggestions des exécuteurs, mais seuleme (...)

5La « Gabella generale », en dehors de ses compétences financières, n’agissait que par délégation exclusive du « Concistoro » et du « Consiglio generale » de la cité19. Aucun statut ou texte normatif ne précisait l’étendue de ses compétences en matière de développement thermal. Les tâches des exécuteurs étaient définies par les autorités siennoises au coup par coup et étaient consignées dans les comptes-rendus de délibérations de ces conseils urbains. Ces officiers étaient commissionnés et disposaient de l’autorité que les deux assemblées leur conféraient. Bien souvent, les prieurs et les membres du Conseil Général se contentaient de fixer avec précision le montant des sommes à investir20. Il est donc difficile de considérer la « Gabella generale » comme l’office d’administration du thermalisme siennois à proprement parler; faute d’une véritable autonomie de gestion, il s’agit davantage d’une institution financière ayant des compétences sur le développement thermal. Elle se comportait comme un véritable maître d’ouvrage pour les travaux liés à l’essor balnéaire. D’une part, les exécuteurs devaient s’assurer que les sommes nécessaires aux chantiers seraient bien disponibles dans les sites et à cette fin, ils pouvaient mobiliser les revenus des gabelles21. D’autre part, ils désignaient parfois les maîtres d’œuvre et les « operaii » et contrôlaient leurs activités. Les conseils urbains en effet avaient pris l’habitude de laisser les officiers de la « Gabella generale » choisir les ouvriers et les responsables des chantiers22 lorsqu’ils ne les élisaient pas eux-mêmes23. Les contrats qui liaient les maîtres maçons ou charpentiers à la cité étaient signés par ces mêmes officiers24. Ces derniers s’assuraient aussi du suivi des travaux. Ils déléguaient parfois l’un des leurs25 ou requéraient l’aide des vicaires et des podestats ayant compétence dans les sites thermaux pour inspecter les ouvrages26. Les exécuteurs étaient aussi amenés à enquêter dans les stations, pour identifier les travaux à accomplir, évaluer les coûts et établir vraisemblablement un cahier des charges que la cité approuvait par la suite. Ils n’hésitaient pas alors à expédier un des membres de l’office sur le site, flanqué parfois de quelques experts27. Il s’agissait, le dans un souci de bonne gestion, de prévenir pour dépenser moins ultérieurement28 et d’éviter que l’inconfort des sites ne porte préjudice à la levée des gabelles. Aussi, même si ses compétences paraissent étroites et entièrement dépendantes des conseils urbains, la « Gabella generale » disposait dans les faits d’un champ d’intervention assez large. Attachés au meilleur rendement des taxes et au bon usage des deniers publics, les exécuteurs étaient concernés par tout – ou presque – ce qui intéressait le développement thermal et pouvaient suggérer une intervention qui leur était rarement refusée29.

  • 30 Dès 1442, Lucques avait cherché à remplacer les conseillers de l’Hôpital, qui s’étaient révélés in (...)
  • 31 La commission qui avait la charge de gérer les bains, officiales et cives electi super balneis Vil (...)
  • 32 Cf. dossier 2, Lucques (1454), introduction.
  • 33 Idem.
  • 34 Idem, rub. 2.
  • 35 Idem, rub. 1, (1469), § 2.
  • 36 Pour ces officiers, cf. infra.
  • 37 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 1.
  • 38 Idem, rub. 7 et 12, 13.
  • 39 Idem, rub. 11.

6La situation paraît bien différente dans le « contado » de Lucques. En 1452, la cité ôta la responsabilité des bains à l’Hôpital della Misericordia défaillant30 et créa un véritable office dont les compétences étaient administratives. Le Conseil des Anciens élit, en effet, trois citoyens formant une commission permanente, chargée de l’entretien des infrastructures à Bagno di Corsena et Bagno della Villa31. Cet office était responsable de la conservation et de l’entretien des bains, des « chiusi » et des auberges32 et remplaçait le recteur de l’Hôpital. Les trois commissaires disposaient de tous les revenus de la station33. Ils percevaient eux-mêmes ces rentrées, affermaient les taxes balnéaires34 et louaient les bâtiments d’accueil de la commune35. Installés à Lucques, ils avaient pour correspondants dans les deux sites le vicaire de Corsena et son notaire36, mais à partir de 1469, les prieurs décidèrent que les officiers devaient nommer sur place un facteur, éventuellement révocable, aux compétences étendues37. La réforme affectait aussi les trois officiers des bains. Ils voyaient leur champ d’intervention s’élargir : ils pouvaient désormais choisir le médecin affecté à la station, construire la muraille de Bagno di Corsena et ils étaient autorisés à punir tous ceux qui contreviendraient à l’ordre et aux dispositions lucquoises38. À tout instant, les commissaires devaient pouvoir fournir une comptabilité satisfaisante de leurs opérations et de leurs agissements39.

7Les offices siennois et lucquois qui avaient en charge les bains étaient donc des organismes à compétences administratives. Le second bénéficiait de davantage de responsabilités. Cette plus grande autonomie était peut-être due à une rationalisation plus poussée, une « modernisation » plus marquée de l’État lucquois, mais il conviendrait, pour soutenir ce jugement, de connaître bien mieux le fonctionnement de l’ensemble des offices administratifs lucquois et siennois, lequel reste encore pour une bonne part inconnu. Toutefois, il convient de rappeler, pour éventuellement expliquer les différences observées entre ces deux institutions que, d’une part, la « Gabella generale » était avant tout un office responsable des finances de la cité en général et que les instances dirigeantes siennoises ne désiraient pas lui laisser une trop grande autonomie et que, d’autre part, les exécuteurs devaient gérer davantage de sites que les officiers lucquois. Certains de ces sites avaient un caractère politique extrêmement marqué et Sienne souhaitait probablement maintenir un contrôle étroit sur ses stations et ne pas laisser trop d’initiatives à ses administrateurs.

3) Les autres agents, officiers citadins agissant dans les sites thermaux

  • 40 Le 29 octobre 1418, cf. A.S.S. Consiglio generale 208, f° 119.
  • 41 Le 4 juin 1436, ils furent chargés de l’entretien du pont de Bagno di Petriolo dont le financement (...)
  • 42 Le 30 janvier 1481, cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 186v.
  • 43 En fait en octobre 1404, une commission de six membres avait été désignée, mais l’année suivante e (...)
  • 44 Le 29 juin 1416, « eleghino tre savi e discreti cittadini popolari (...), e’ quali abbino piena au (...)

8Les Viarii furent les premiers des officiers auxquels Sienne confia certaines tâches dans les stations, lorsqu’elle ne souhaitait pas faire intervenir les exécuteurs. Ils avaient, pendant quelques décennies au xive siècle, assuré des travaux sur les sites, ils furent quelquefois sollicités au xve siècle. En 1418, ils furent chargés de maintenir en état le fossé de Bagno di Macereto destiné à protéger la station des eaux de la Merse40, mais leurs interventions furent limitées par la suite à l’entretien des ponts41. Sienne faisait aussi appel à des « operai » appointés et souvent contraints de rendre des comptes42. Ils étaient indispensables lorsque la cité entreprenait des réalisations momentanées, mais d’envergure, qui dépassaient les disponibilités et les fonctions des agents de la « Gabella generale ». En 1405, Sienne désigna trois « operai » dont un trésorier pour assurer la construction de l’enceinte du “castello” de Bagno di Petriolo43. La cité agit de même en 1416, lorsque les exécuteurs suggérèrent aux prieurs de faire élire trois « operai », chargés de liquider les biens de la cité à Bagno Vignoni et de remettre en état les infrastructures. En revanche, ces trois commissaires n’étaient pas aussi autonomes que leurs précédents confrères; ils pouvaient pourvoir aux dépenses grâce à la gabelle des bains, fixer les prix des bâtiments et choisir les acheteurs, mais ne disposaient pas d’une comptabilité indépendante, puisqu’elle était intégrée à celle de la « Gabella generale »44.

  • 45 Cf. A.S.S., Gabella dei contratti 641, f° 4; 647, f° 10v, 17, 24; 659, f° 7; 658, f° 35; 665, f° 1 (...)
  • 46 Cela mène à la nomination d’un personnel stable qui caractérise pour Α. I. Pini quelques-unes des (...)
  • 47 Cf. infra.

9C’était aussi le cas des nombreux « operai » que les exécuteurs, à leur tour, avaient fini par désigner pour accomplir des tâches plus modestes, mais tout aussi contraignantes, lorsqu’il s’agissait d’édifier quelques nouvelles infrastructures, de creuser ou d’entretenir un fossé45... Ces operarii étaient nommés pour une durée plus ou moins longue excédant le plus souvent la durée d’un office et qui permettant une certaine continuité dans l’accomplissement de l’ouvrage46. Les responsables choisis étaient généralement des exécuteurs momentanément détachés de la « Gabella generale » ou désignés à leur sortie de charge (peut-être en raison des compétences qu’ils avaient acquises durant leur office), mais aussi des propriétaires d’auberge47. Tous ces agents temporaires qui résidaient plus ou moins longuement dans les stations côtoyaient des officiers installés parfois en permanence dans les sites.

  • 48 Cf. O. Redon (1994), p. 150-151. Il ne faut pas confondre ces vicaires avec les capitaines de vica (...)
  • 49 Cf. document 6.
  • 50 Cf. M. Ascheri (1988), p. 169.

10Dès le premier tiers du xive siècle, Sienne nomma, en effet, à Bagno di Petriolo un vicaire pour suppléer le miles du podestat. Il s’agissait d’un notaire qui exerçait la justice et remplissait quelques tâches d’administration civile dans la station. Ce type d’officier n’était pas rare dans les campagnes siennoises; en 1331 et 1332, la cité avait désigné des vicaires-notaires pour diriger quelques communes de la Pannochiesca : Gavorrano, Gerfalco, Perolla et Colonna (Vetulonia)48. Par la suite, au cours du siècle, les compétences du vicaire des bains s’élargirent à quelques localités voisines du site, puisqu’en 1388, plusieurs communautés proches de Bagno di Petriolo contribuaient à payer son salaire49. Cette disposition paraît conforme à ce que suggère M. Ascheri qui précise que bien souvent les vicaires avaient compétence sur plusieurs communes proches50.

  • 51 Cf. document 6.
  • 52 Cf. tableau 11.
  • 53 Cf. tableau 11. À la même époque, dans le territoire florentin, on observe une phase de consolidat (...)
  • 54 Sur le rôle de la crise dans la désorganisation administrative, cf. E. Car-pentier (1962), p. 1090 (...)
  • 55 Une troisième possibilité peut aussi être évoquée. En 1348, Sienne installa à Bagno di Petriolo un (...)

11Il semble que les vicaires n’aient pas été toujours assidus à leur poste. En 1388 en effet, les habitants de Petriolo se plaignaient de cette absence. Ces derniers affirmaient que, pendant près de vingt ans, aucun officiers n’était venu et réclamaient la nomination de quelqu’un de sûr51. En vérité, deux citoyens avaient été élus au cours de cette période52, mais il est vraisemblable que durant plusieurs années la charge était restée vacante. Par la suite, pendant une quarantaine années, aucun vicaire ne semble s’être installé à Bagno di Petriolo et il faut attendre les années 1430 pour que les sources documentaires mentionnent de façon régulière la présence d’un officier à Bagno di Petriolo53. Cette absence – ou ce silence des sources – tient peut-être de la désorganisation administrative provoquée par les crises du xive siècle54 ou bien de la venue occasionnelle dans la station – mais considérée comme suffisante – d’un podestat voisin55.

  • 56 Cf. M. Ginatempo (1996), p. 1073; (1989-1990), p. 27-28. La volonté de créer des « podesterie » ét (...)
  • 57 Dans le projet de 1410, Bagno di Petriolo devait être rattaché au podestat de Buonconvento, situé (...)
  • 58 Cf. M. Ascheri (1985), p. 89-91.
  • 59 Cf. G. Chittolini (1979), p. xvii-xviii. Les compétences des podestats siennois étaient comparable (...)

12Car, c’est dans les années 1420 que furent créées dans le territoire siennois, des « podesterie » – c’est-à-dire des circonscriptions administratives assez vastes qui regroupaient un grand nombre de communautés – à la tête desquelles furent nommés des podestats56. Ces derniers avaient principalement des fonctions judiciaires, tant pénales que civiles57. Entourés de notaires et de sbires, ils jugeaient en première instance les délits susceptibles d’une amende inférieure à dix livres et représentaient en fait la cité dans le « contado »58. Ils correspondaient dans le territoire siennois, à ces administrateurs qui, un peu partout dans le nord de l’Italie, furent nommés dans les campagnes par les autorités publiques des États régionaux naissants59.

  • 60 Cf. le 6 décembre 1446, A.S.S. Concistoro 485, f° 27. Ce changement a été signalé par Maria Ginate (...)
  • 61 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 180. Le champ d’intervention du podestat de Bagno di Petriolo fut rapp (...)
  • 62 D’après la liste – établie le 22 janvier 1462 – des communautés qui versaient son salaire, le pode (...)
  • 63 Le statut de 1545 prévoit en effet que le podestat a compétence in Castro Monterii, in Castro Mont (...)

13Il se peut que le notaire de la station ait été parfois remplacé par un de ces officiers; probablement par celui que Sienne installa à Monticiano – le castrum important le plus proche. En effet, la station entretenait des liens étroits avec le reste du val de la Merse et de plus, c’est avec cette agglomération que Sienne établit quelques années plus tard, une permutation60. En décembre 1446, elle n’hésita pas à transférer jusqu’aux bains le siège de la « podesteria »61. Le vicaire de Bagno di Petriolo disparut alors et cèda la place à un podestat dont la circonscription était relativement étendue : elle comprenait toutes les communautés proches des bains et toutes celles qui relevaient autrefois de Monticiano, sauf, dans un premier temps, cette dernière commune qui disposa, pendant quelques décennies, d’un vicaire62. En 1545, elle avait même perdu cet officier et se trouvait intégrée à la « podesteria » de Bagno di Petriolo63. La promotion du site comme chef-lieu de la « podesteria » souligne son importance pour Sienne. De nouveau, la station thermale constituait un point d’appui remarquable pour l’autorité citadine dans cette partie du « contado ».

  • 64 Cf. M. Ascheri éd. (1993), p. 134-143.
  • 65 Cf. A.S.L. Ospedale San Luca 288, f° 44. Le vicaire jouait dans le vicariat –une circonscription d (...)
  • 66 En 1404, le site qui appartenait aux comtes Guidi fut conquis par Florence et la cité institua dès (...)

14D’autres sites thermaux par la suite accueillirent des officiers similaires. En 1545 plusieurs d’entre eux, Saturnia, Chianciano et San Casciano dei Bagni disposaient d’un podestat et Rapolano d’un vicaire64. Ces castra figuraient parmi les plus riches, les plus puissants, les plus autonomes dans des zones marginales du « contado » et ils requéraient sans doute la présence d’un officier important, mais la proximité des bains a peut-être aussi contribué au choix des autorités siennoises. Il leur fallait quelqu’un de fiable pour assurer la sécurité dans les sites. C’est sans doute un souci semblable qui a guidé les Lucquois et les Florentins lorsqu’au début du xve siècle ils installèrent un vicaire, c’est-à-dire un officier d’administration publique à Corsena65 et à Bagno di Romagna66.

  • 67 Le 6 octobre 1429, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 648, f° 17. Le 30 août 1433, les exécuteurs éc (...)
  • 68 Le 1er octobre 1425, 15 mars 1436, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 661, f° 8; 657, f° 9v. Le 4 no (...)
  • 69 Le 16 janvier 1428, 28 octobre 1432, 18 mars 1449, A.S.S. Gabella dei Contratti 645, f° 5; 652, f° (...)
  • 70 Le 1er mars 1436, 13 mai 1449, A.S.S. Gabella dei Contratti 657, f° 9; 676, f° 16; 672, f° 29v.
  • 71 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 6.

15Les podestats et les vicaires de Sienne prêtaient assistance aux exécuteurs de la « Gabella generale ». Ils surveillaient le bon déroulement des chantiers, veillaient à la régularité des encaissements et luttaient contre les fraudes67. Les podestats de Radicofani et de San Quirico d’Orcia, les vicaires de Rapolano intervenaient de la même façon sur les sites de Bagno di San Filippo68, Bagno Vignoni69, Bagno di Rapolano70. Il en était de même du vicaire de Corsena qui, à partir de 1454, flanqué d’un notaire, représentait l’office des bains, avant que ne soit délégué, en 1469, un facteur sur le site71.

  • 72 En 1410 et en 1545, cf. M. Ascheri (1985), p. 91; M. Ascheri éd. (1994), f° 141. Pour les modes d’ (...)
  • 73 Le 1er mai 1430, « Dinanzi a voi magnifici et potenti signori, Signori Priori et Capitano di popol (...)
  • 74 Cf. tableau 11.
  • 75 Auteur d’une chronique portant sur les années 1450-1496, il fut membre d’une « balia » en 1483. Il (...)
  • 76 Un des principaux acteurs de la vie politique siennoise à la fin du xve siècle. Il appartenait au (...)

16Le vicaire puis le podestat de Bagno di Petriolo, à l’égal de tous les autres vicaires et podestats du « contado » siennois, était un citoyen, tiré au sort pour six mois72. La charge ne requérait pas de compétences particulières; elle incombait à quelques-uns que le hasard avait choisis parmi tous les citoyens en âge d’accéder aux offices de la cité. Toutefois, Sienne n’hésitait pas à modifier ce choix. À plusieurs reprises, la cité accepta les requêtes de ses administrés qui désiraient obtenir l’une de ces charges, pour bénéficier d’un séjour sanitaire aux bains73. Elle les autorisait à permuter avec l’un de leurs collègues, à anticiper ou reculer leur prise de fonction. Certains personnages plus ou moins importants et connus de la cité occupèrent les fonctions de podestat à Bagno di Petriolo74, comme Allegretto Allegretti75, Alessandro Borghesi76 et, à partir de 1480, quelques-uns des membres des vieilles familles (Montanini, Tommasi...) appartenant au « monte dei Gentiluomini ».

  • 77 Le 25 septembre 1435, les prieurs eligerunt Bartholomeun Georgii Duccii Spinelli commissarium ad f (...)
  • 78 Six commissaires en 1443, pour accueillir Niccolô Piccinino à Bagno di Petriolo et trois seulement (...)
  • 79 Plusieurs d’entre eux étaient d’ailleurs qualifiés de dominus, comme Pietro Pecci qui, membre du « (...)

17C’est de ce même milieu qu’étaient originaires la plupart des commissaires spéciaux que Sienne déléguait parfois dans les sites. Ces derniers se chargeaient d’accueillir les visiteurs illustres dans les stations. Ils avaient mission de pourvoir aux besoins matériels des hôtes de Sienne et d’offrir les présents que la commune leur destinait77. Ils étaient parfois plusieurs à être délégués, un ou deux par « monte », par les autorités siennoises78. Quelques-uns figuraient parmi les propriétaires des auberges des stations. La plupart appartenaient à des familles influentes, certains comptaient parmi les citoyens les plus prestigieux de la cité, car leur mission était pour une grande part diplomatique79.

II – LES PROFITS DE L’ACTIVITÉ THERMALE

18Les efforts déployés par les cités pour effectuer un contrôle des sites de plus en plus étroit se sont accompagnés d’une volonté de réformer la fiscalité thermale afin de simplifier la collecte des taxes dans les stations.

1) Les nouvelles modalités de collecte des taxations thermales

  • 80 Le 30 mai 1369, « Dice e expone Giovanni di Giovanni chiamato Quattrino dal Bagno a Macereto che e (...)
  • 81 Il s’agit des deux fermiers Agnolo di Mino et Matteo di Giovanni Colombi-ni, pour la fin de l’anné (...)
  • 82 La terminologie est ambiguë, car l’expression « gabelle des bains » avait servi jusqu’au milieu du (...)
  • 83 L’indication d’une gabelle du pain, du vin et de la viande à Bagno di Petriolo date du 6 mai 1375, (...)
  • 84 Cf. M. Tuliani (1994), p. 49. Maurizio Tuliani n’a pas daté le moment de la mise en place de cette (...)
  • 85 Cf. G. Pinto (1982); C. Klapisch Zuber (1973). Le dépeuplement s’est probablement accentué lors de (...)
  • 86 Le gouvernement des Douze correspondait à une alliance entre quelques membres du « Popolo » et cer (...)
  • 87 La période du gouvernement des Douze fut en effet marquée par des réformes fiscales visant à mieux (...)

19Pour les redevances sur les denrées qu’elle percevait dans les sites, Sienne abandonna au cours du xive siècle, le système de la collecte générale qui avait jusqu’alors prévalu. Elle confia la levée de certaines taxes à des agents locaux et non plus à des fermiers qui étaient chargés de leur perception pour l’ensemble ou une grande partie du « contado ». Ainsi, dès 1367, elle vendit la gabelle du pain et de la viande à Bagno di Macereto à un certain Giovanni di Giovanni80. Toutefois, ce nouveau mode de perception fut lent à s’imposer, puisqu’en 1371, la collecte de la gabelle sur le vin vendu au détail fut de nouveau assurée par deux associés siennois pour toute l’Arden-ghesca et la Maremme81. Le regroupement aux mains d’un seul et même responsable des levées locales sur les denrées commercialisées – désignées parfois sous le terme de gabelle des bains82 – ne débuta véritablement qu’à partir des années 1373-7583. Cette simplification n’était pas propre aux stations. Une gestion locale des levées sur les produits alimentaires fut aussi adoptée pour les autres agglomérations du « contado » siennois et Maurizio Tuliani a montré que Sienne prélevait à la fin du xive siècle, sur chacune des communes du « contado » en remplacement de la gabelle sur les denrées vendues au détail, un impôt forfaitaire sur le vin, le pain, la viande et le poisson. Son montant variait suivant les possibilités des communautés84. Il y eut donc de la part de Sienne un effort pour uniformiser partout dans son « contado » les taxes sur les denrées. Il n’est pas aisé de déterminer les raisons de ces transformations, mais il nous semble cependant qu’elles peuvent s’interpréter comme la conséquence, d’une part, du dépeuplement du « contado » et du regroupement des populations dans quelques sites privilégiés ou fortifiés85 et d’autre part, comme le résultat des changements politiques intervenus après la chute du gouvernement des Douze en 136886. L’arrivée à la tête de la cité d’une partie de la bourgeoisie jusqu’alors écartée du pouvoir a pu contribuer à accentuer un processus de rationalisation et de concentration déjà engagé lors du gouvernement précédent87.

  • 88 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 265.
  • 89 Le terme de licence n’est pas utilisé dans la documentation siennoise, mais à la suite de M. Tulia (...)
  • 90 Cf. tableau 8, p. 429-433.
  • 91 Cf. documents 18, 17 et 13.

20Toutefois, ce nouveau mode de perception ne fut pas durable. Dans les années 1420, alors que la crise s’achevait88, Sienne transforma les taxes ou les impositions locales en une somme forfaitaire que chaque détaillant, et non plus chaque communauté, devait acquitter pour exercer son activité, ce qui revient à acquérir une sorte de licence89. Elle concernait les bouchers, les aubergistes et entre autres ceux qui s’étaient installés à proximité des stations ou dans des sites thermaux mineurs, comme ces hôteliers qui se trouvaient aux portes du castrum de Vignoni, près du pont de Foiano, à Fercole, à Serre di Petriolo ou à Bagno delle Caldanelle90. Sienne accordait des licences lorsqu’elle voulait favoriser le développement de nouveaux sites thermaux. En 1429, elle autorisait un des habitants de Montemerano à édifier une auberge à Bagno di Saturnia moyennant le versement d’une somme forfaitaire annuelle pendant dix ans. En 1412, elle céda pour quinze ans les revenus de la gabelle du pain, du vin, de la viande et du poisson, mais aussi des bains pour une somme de 25 livres annuelle aux deux entrepreneurs qui projetaient de remettre en état le bain de Sant’Ansano et qui voulaient y édifier un hospitium. Elle fit de même en 1468, lorsqu’un citoyen décida de créer ou de restaurer un bain à Montalceto, elle l’autorisa à prélever pendant 15 ans à son seul profit les gabelles du site, puis pendant quinze autres années à lui remettre tous les ans 15 livres91.

  • 92 Le 27 juin 1441, les agents de la commune locaverunt (...) dicto Antonio (...) domum balnei Gritto (...)
  • 93 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 5.
  • 94 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 2; (1469), § 9. Il semble que les acheteurs (« compratori ») qui (...)

21La licence, dans ces deux derniers cas concernait non seulement la commercialisation des denrées, mais aussi l’exploitation des modestes infrastructures thermales du site. Cela correspond aux procédés adoptés par les cités de Viterbe et de Lucques. Dans le « piano dei bagni » de Viterbe, en effet, la commune accepta de céder, à partir du premier tiers du xve siècle, les bâtiments dont elle disposait –c’est-à-dire des « complexes thermaux » –, moyennant un loyer qui comprenait la licence de vendre du vin, de la nourriture, des sang-sues et la possibilité de tirer profit des bassins92. Lucques accordait aussi des licences, lorsqu’à partir de 1469, elle cédait annuellement aux hôteliers et aux bouchers les locaux et la possibilité de pratiquer leur activité, moyennant un loyer93. Il en était probablement de même lorsqu’elle confiait à quelques-uns la charge de doucher ou raser les curistes, de nettoyer les bains ou poser des sangsues94. L’usage de la licence pour remplacer les taxes thermales est à mettre en relation avec la spécialisation des tâches dans les sites et la volonté des cités de rationaliser leur fiscalité. La présence – plus ou moins régulière – d’aubergistes, de « baigneurs », d’un personnel assumant des fonctions de mieux en mieux définies auprès des curistes a vraisemblablement incité les communes à opter pour ce système d’imposition assez souple et efficace, capable de taxer ceux qui véritablement tiraient quelques profits du développement thermal. Toutefois, un procédé semblable ne fut pas adopté dans toutes les stations.

  • 95 Le 16 décembre 1450 et le 18 août 1451, cf. A.S.S. Consiglio generale 225, f° 93; Concistoro 2122.
  • 96 Le 15 octobre 1448, « questo etiandio expressamente inteso e dechiarato, che chi comprarà esse cab (...)
  • 97 Cf. supra, p. 77 et 114.
  • 98 Cet extrait du 20 juin 1428 résume parfaitement les difficultés rencontrées par Sienne, « Item ved (...)
  • 99 Le 13 mars 1370, « Dinançi da voi mangniffici singnori Singnori Defensori et Capitano del popollo (...)
  • 100 Le 8 décembre 1414, « Item veduto che per lo passato a’ Bagni a Petriolo per li cittadini sieno ri (...)
  • 101 Le 25 février 1416 et le 3 avril 1438, cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° 155v; Gabella dei Con (...)

22On distingue, en effet, dans certaines un mode de perception différent. À Bagno di Petriolo à partir du milieu du xive siècle, Sienne n’attribua pas de licences, elle continua à désigner un collecteur qui disposait d’un local – bien souvent mis à disposition par Sienne95 – où pouvaient transiter et être entreposées les denrées négociables (destinées aux détaillants : aubergistes, « stazionieri »...) sur lesquelles il percevait une taxe. Il devait veiller à l’approvisionnement de la station en s’assurant du ravitaillement régulier et suffisant de son magasin96. Les produits étaient acheminés aux bains soit par les marchands soit par les producteurs. Ces derniers étaient depuis la fin du xiiie siècle exemptés de gabelle, puisque le marché de Bagno di Petriolo était libre de toute taxation97. Très vite cependant, le nouveau responsable, plutôt que d’imposer exclusivement les détaillants, préleva abusivement un tonlieu sur les fournisseurs et les visiteurs qui pénétraient avec leurs denrées dans la station98. Dès le mois de mars 1370, les producteurs et les commerçants des environs de Petriolo protestèrent auprès de Sienne contre ces initiatives illégales qui les empêchaient d’apporter du vin sur le site sans payer la gabelle99. Ils réclamaient que soit appliqué le règlement et que seuls les aubergistes et les « stazionieri » soient taxés pour leurs denrées et le vin vendu au détail. Le recours à une compagnie de fermiers en 1371-1372 pour la Maremme et l’Ardenghesca permit – semble-t-il – de renouer avec ce principe, mais lorsque Sienne voulut définitivement regrouper les gabelles du site entre les mains d’un même responsable, elle ne parvint pas à l’empêcher d’effectuer des prélèvements abusifs sur les visiteurs et les fournisseurs, en négligeant les franchises dont ces derniers disposaient. Dès lors, la cité dut faire face aux exactions des collecteurs dont les visiteurs – et plus particulièrement les citoyens siennois – se plaignirent100 et fut contrainte à maintes reprises de rappeler les dispositions, pour les faire appliquer101.

  • 102 Le 8 décembre 1414, « che niuno albergatore o staçioniere o niuno altro di qualunque conditione, s (...)
  • 103 Le 27 mars 1420, « e quali sex cittadini, così electi insieme con gli Eseguitoli e camerlengo di G (...)
  • 104 Cf. document 7.

23Dans la première moitié du xve siècle, la cité se montra plus ferme. D’une part, elle interdit formellement aux aubergistes, aux « stazionieri » ou à tous ceux qui avaient des intérêts dans les sites ou qui habitaient à proximité de ces mêmes sites de se porter adjudicataires de la gabelle102. Il s’agissait d’éviter que les contribuables ne soient aussi les collecteurs, plus enclins à taxer leurs clients ou leurs fournisseurs qu’eux-mêmes ou leurs collègues ! D’autre part, Sienne finit par se résoudre à désigner les personnes qu’elle espérait avant tout imposer, c’est-à-dire les aubergistes et les « stazionieri ». En 1420, une commission spéciale fut nommée de façon à définir la liste de ces contribuables103. Il s’agissait en fait de vendre aux détaillants une licence comme partout ailleurs dans le « contado », mais il n’est pas certain que le projet ait abouti ou ait donné entière satisfaction à la cité, car en septembre 1437, elle proposa une nouvelle réforme plus radicale, destinée à mettre fin aux abus. Elle choisit en effet six commissaires secrets – ne disposant d’aucun intérêt dans les sites – chargés de répartir entre les aubergistes et leurs propriétaires les 1200 livres de taxation qu’elle escomptait percevoir dans les deux ans à venir. Elle visait ainsi le petit groupe d’habitants privilégiés de la station. Le montant de la licence était fondé sur l’importance de l’auberge, évaluée en fonction du nombre de lits, du confort et de l’activité de l’auberge. Dans la station, tous les autres détaillants –c’est-à-dire ceux qui n’accueillaient pas les visiteurs pour dormir mais qui leur vendaient de la nourriture – devaient être imposés au prorata de leurs ventes; les visiteurs et les fournisseurs retrouvaient leurs franchises. La commission désignée par Sienne pour établir le montant des licences travailla assez vite puisqu’en octobre 1437, elle rendit compte au « Consiglio generale » de ses activités104.

  • 105 Cf. infra l’attitude des propriétaires.
  • 106 En décembre 1449, « aviamo facte bandire le cabelle del Bangnio a Petriuolo, né mai aviamo trovato (...)
  • 107 Le 18 février 1450, les exécuteurs de la « Gabella generale » établissent « che esse cabelle se po (...)
  • 108 Le 18 août 1451, cf. Concistoro 2122.
  • 109 A.S.S. Consiglio generale 225, f° 281.
  • 110 Cf. document 9.
  • 111 Juin 1452, « Et perché nella detta provisione si contiene che chi rifiutasse o renuntiasse alle su (...)
  • 112 La documentation ne fait plus référence par la suite à des difficultés de perception, sauf momenta (...)
  • 113 Cf. infra.

24La réforme fut très mal perçue par les habitants des bains et leurs propriétaires; elle suscita une véritable fronde105. Le conflit s’installa et Sienne, dans la décennie qui suivit, eut quelque peine à trouver des fermiers. Les exécuteurs de la « Gabella generale » qui informaient régulièrement les prieurs des difficultés qu’ils rencontraient, évoquaient discrètement la responsabilité des propriétaires ou des aubergistes106. Ces derniers refusaient, c’est certain, cette nouvelle taxation susceptible d’entamer leur profit et exercèrent probablement des pressions pour dissuader les éventuels adjudicataires. Au début de l’année 1450, Sienne abandonna la partie, elle se laissa convaincre par les exécuteurs de rétablir un système moins contraignant pour les aubergistes et leurs propriétaires107. Ces derniers obtinrent confirmation des règlements à adopter, les taxes devaient être prélevées sur les produits commercialisés, quel que soit le détaillant, le collecteur recevait des locaux adaptés et la possibilité de gérer dans le même temps la gabelle de l’eau des bains108. Toutefois, dès le mois de mars 1452, plusieurs difficultés apparurent109 et Sienne légiféra de nouveau110. Une commission nommée décida de réunir toutes les gabelles de Bagno di Petriolo, Serre di Petriolo et Bagno delle Caldanelle aux mains d’un seul collecteur en fixant le prix des licences pour chacune des auberges. Dans les semaines qui suivirent les propriétaires fermèrent leurs locaux, pratiquant une forme de grève111. Le conflit s’apaisa par la suite sans que l’on en connaisse vraiment la raison, car les gabelles furent de nouveau régulièrement perçues112, mais il se peut que Sienne ne soit pas parvenue à imposer le principe de la licence dans cette station rebelle, en raison de la vive hostilité des propriétaires. Quoi qu’il en soit, ces difficultés révèlent l’importance de Bagno di Petriolo où s’affrontaient les intérêts de la cité et de quelques-uns des riches citoyens détenteurs d’auberges113.

  • 114 Idem.
  • 115 Depuis 1357 tout au moins « Da Bartalo di Mando kabelliere per la kabella dell’aqua del Bagno a Pe (...)
  • 116 Dans le courant du second semestre 1373, cf. A.S.S. Regolatori 3, f° 202v.
  • 117 Eté 1378, taxa kabellarum panis, vini et carnium et aque, cf. A.S.S. Consiglio generale 187, f° 10 (...)
  • 118 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5. En revanche, lorsque l’Hôpital de la Misericordia gérait les b (...)
  • 119 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5.
  • 120 Idem (1469), §2.

25La situation paraissait plus paisible dans les autres stations du « contado ». La cité avait fait édifier à Bagno di San Filippo, dès qu’elle avait obtenu le site au début du xve siècle, une maison pour le fermier de la gabelle ainsi qu’une boucherie, probablement parce qu’elle escomptait affermer les taxations thermales comme celles de Bagno di Petriolo. À Bagno di Macereto et Bagno Vignoni, certains adjudicataires étaient des aubergistes et il est donc possible que dans ces deux modestes stations, Sienne ait eu recours temporairement à des licences114. Quoi qu’il en soit, la cité ne céda pas dans ces mêmes sites les infrastructures thermales, elle continua à affermer le péage des bains, qui prit le nom, passé 1350, de gabelle de l’eau des bains ou gabelle des douches115. Dès 1373, alors que le péage des bains avait été vendu pour Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto ensemble, il fut perçu localement dans chacun des deux sites116. Par la suite, cette redevance fut parfois confiée au responsable de la gabelle des bains. Cet usage débuta –semble-t-il – en 1379 à Bagno di Petriolo puis en 1382 à Bagno di Macereto et se poursuivit au cours du xve siècle117. Pour sa part, Lucques, à partir du milieu du xve siècle assurait à l’aide de ses propres agents la collecte de ces taxes118. Les curistes versaient leur entrée dans une boîte dont les clés étaient tenues par le vicaire et les officiers des bains119. Ce fut, à partir de 1469, de la compétence du facteur délégué par les officiers de percevoir alors tous les revenus destinés à cet office120.

2) Les collecteurs

  • 121 Cf. tableau 13. La documentation mentionne les noms d’une faible part des fermiers qui obtinrent l (...)
  • 122 Il convient de noter toutefois que les fermiers siennois avaient pris l’habitude de sous-traiter l (...)

26Si Lucques, donc, évitait bien souvent de recourir à des fermiers dans la seconde moitié du xve siècle pour collecter ses levées, Sienne en revanche préférait le plus souvent faire appel à eux pour lever ses taxes. La cinquantaine de personnes qui affermèrent les gabelles et que la documentation a permis d’identifier étaient originaires de la cité, des sites thermaux ou de leurs environs121. Dans les stations siennoises les plus méridionales, les fermiers étaient des habitants des gros castra proches des sites. Les collecteurs de Bagno di San Filippo provenaient des communautés voisines de Radicofani ou du val d’Orcia tout comme ceux de Bagno Vignoni (Rocca di Tintinnano, Castiglione d’Orcia, Campiglia d’Orcia, San Quirico d’Orcia). Leurs collègues de Bagno di Saturnia résidaient à Montemerano, Manciano ou Saturnia. Plus au nord, les fermiers étaient principalement originaires des sites thermaux mêmes ou de Sienne, comme à Bagno di Macereto. A Bagno di Petriolo, avant même que Sienne ait interdit aux habitants des bains d’acquérir les gabelles en raison des abus qu’ils étaient tentés de commettre et ait réservé à ses concitoyens les revenus du site, les adjudicataires étaient siennois122.

  • 123 Cf. tableau 10 et 13. Parmi ces adjudicataires, il faudrait rajouter Bono di Chele qui avait en 13 (...)

27Il est bien difficile d’identifier précisément ces fermiers, dans la mesure où nous ne disposons de données que pour certains d’entre eux. Les mieux connus sont les aubergistes. Sienne en effet acceptait parfois – hormis à Bagno di Petriolo – de confier les gabelles aux hôteliers. À Bagno di Macereto au début du xve siècle, la cité désigna Giovanni di Falcone, le tenancier de l’auberge de l’Hôpital Santa Maria della Scala, comme fermier de la gabelle des bains; en 1477, le collecteur à Bagno Vignoni, Andrea di Marco, d’origine allemande, était un aubergiste de la station et son prédécesseur Cecco di Bernardo avait tenu au milieu du siècle un établissement à Bagno di Macereto123. Les aubergistes étaient intéressés à la levée sur les denrées commercialisables et Sienne les redoutait moins dans ces stations thermales plus modestes que dans le site des bords de la Farma. De plus, ce choix confirme la volonté de Sienne de recourir de plus en plus au système de la licence qu’elle avait développé ailleurs dans le « contado ». En confiant à l’un des principaux contribuables du site la levée pour une somme forfaitaire, elle lui octroyait de fait la possibilité de tirer un large profit des ventes qu’il escomptait réaliser.

  • 124 Pour le montant des gabelles cf. supra, p. 206 s. Il fallait pour les aubergistes-fermiers dispose (...)
  • 125 Le 27 mars 1438, « che qualunche persona volesse comprare la detta gabella de’ detti Bagni ad Petr (...)
  • 126 Le 28 juin 1428, « et anco adviene che tali singulari persone [les fermiers] talvolta per povertà (...)
  • 127 Leurs fraudes étaient parfois découvertes, comme celles de Sano di Lorenzo del Malandrino. Il avai (...)

28On ignore les caractéristiques des autres fermiers mentionnés, mais il est vraisemblable qu’ils comptaient parmi les habitants aisés des campagnes, à l’instar des aubergistes puisqu’ils étaient capables d’affermer des gabelles pour des montants non négligeables124. De plus, le fait qu’ils aient été choisis par les exécuteurs comme étant ceux qui offraient le meilleur prix et présentaient les garanties les plus sûres, suggère qu’ils étaient solvables et plus ou moins bien soutenus125. Toutefois leur assise financière n’était peut-être pas suffisante et ils n’étaient pas toujours aussi fiables que l’espérait la cité. Certains en effet s’avéraient incapables de régler leurs échéances et prenaient la fuite126 ; d’autres préféraient frauder127.

  • 128 Cela était nécessaire car les bains s’encrassaient. Le 22 avril 1439, les exécuteurs affirment que (...)
  • 129 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 9.
  • 130 Le 14 avril 1445, « Anco [les exécuteurs de la « Gabella generale »] recordano a la Vostra Magnifi (...)
  • 131 À Bagno di San Filippo, le 16 avril 1447, quod Antonius Stefani et sodi cabellarii Balnei ad Sanct (...)
  • 132 Le 28 juin 1428, Piero di Francesco le fermier de la « Gabella generale » de l’eau présente aux ex (...)
  • 133 Le 5 mai 1458, decreverunt [les exécuteurs] scribere Fuccino de Sancti Quinci, collectori cabellar (...)

29Outre leur charge de collecteurs, certains fermiers qui étaient responsables de la perception de la gabelle de l’eau des bains ou de la gabelle du sang étaient aussi contraints parfois d’assurer le nettoyage des édifices thermaux et des fossés128. À l’instar de Lucques129, Sienne cherchait à se décharger de cette tâche fastidieuse et coûteuse et la confia bien souvent aux fermiers, sans les rémunérer130. Ces mêmes fermiers se virent aussi confier quelques fonctions supplémentaires dans les stations, pour le compte de la cité. Ils servaient en fait de trésoriers locaux pour les exécuteurs de la « Gabella generale ». À maintes reprises en effet, les officiers leur demandèrent de régler quelques dépenses dans les sites, ordonnées par les maîtres d’ouvrage131. Les sommes versées étaient déduites de leurs traites. Ils tenaient même parfois une véritable comptabilité que les exécuteurs contrôlaient et approuvaient132. Ce qui leur laissait la possibilité – très rarement cependant – d’accomplir pour le compte de la cité quelques travaux indispensables133. Toutefois, ils n’obtinrent jamais une véritable autonomie financière locale. S’ils ont été les soutiens appréciés des officiers de la « Gabella generale », ils ne sont jamais apparus dans les principaux sites comme leurs agents installés à demeure, accomplissant pour Sienne les dépenses nécessaires et disposant d’un budget alimenté par les rentrées des gabelles. Les véritables représentants des offices centraux sont restés les officiers de la « Gabella generale » eux-mêmes, les exécuteurs délégués, les « operai », les vicaires et les podestats. Cependant, la position des fermiers dans les stations devint au cours du xve siècle essentielle, concentrant entre leurs mains la plupart des revenus thermaux et veillant au bon fonctionnement – sous la tutelle siennoise – des locaux dont ils tiraient profit.

  • 134 Ils furent près d’une dizaine entre 1430 et 1480, cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 163; Gabel (...)
  • 135 Le 7 juin 1433, « et simelmente expongono che non essendosi trovato ad vendere al tempo a’ loro pr (...)
  • 136 Le 11 janvier, le 3 et 11 février 1452, A.S.S. Gabella dei Contratti 679, f° 3, 7, llv. Pour la vi (...)
  • 137 Le 1er avril 1449, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 676, f° 13.
  • 138 Le 27 mars 1449, bonum et rectum computum omnibus introitus, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 676, (...)

30Toutefois, le recours aux fermiers – bien que privilégié par Sienne – ne fut pas toujours possible et la cité dut se résoudre parfois à désigner un responsable rémunéré, pour percevoir les taxes134. Ce choix fut imposé à Sienne par les circonstances. À plusieurs reprises en effet, les exécuteurs de la « Gabella generale » ne parvinrent pas à trouver à temps un adjudicataire qui leur parût fiable et plutôt que de priver la cité des rentrées thermales et de mettre les aubergistes hors la loi, ils demandaient aux prieurs de pouvoir appointer un collecteur chargé des levées135. Ce fut tout particulièrement le cas après 1437 à Bagno di Petriolo, lorsque Sienne rencontrait des difficultés à imposer ses réformes fiscales et qu’elle n’était plus sûre du fermier qui avait été élu, Sano di Lorenzo. Cela sembla aussi nécessaire en 1452, lorsque l’empereur Frédéric III, en route vers Rome pour se faire couronner, s’apprêtait à séjourner à Bagno Vignoni. La visite de la suite impériale pouvait susciter des profits que Sienne ne voulut pas laisser à un fermier, à moins qu’elle ait jugé que ce dernier risquait d’avoir trop peu de poids auprès du souverain pour se faire payer136. Le collecteur devait se comporter à l’égal de tous les fermiers, il occupait d’ailleurs leur demeure137 et était contraint de rendre des comptes, à tout moment ou une fois sa tâche terminée138. Sienne autorisait parfois un des exécuteurs à accomplir cette fonction, il était ainsi délégué dans la station pour une durée déterminée et était exempté de séjourner dans la ville.

  • 139 Le 25 juin 1444, Deo Petri hospitatori ad Petriolum (...) pro Comuni nostro colligat cabellas et t (...)
  • 140 Le 3 mars 1449, potestati balney Petriuoli scriptum est quod colligere debeat omnibus cabellis vol (...)
  • 141 Le 28 septembre 1450, eodem modo eligerunt Naddinum Francisci Naddini, ad presens potestatem balne (...)

31Au xve siècle, la cité eut parfois recours à d’autres agents que ceux de la Gabelle. Elle sollicita l’aide de quelques aubergistes qui remplissaient ainsi la charge que, quelquefois, ils achetaient139, mais elle préféra surtout confier la collecte aux vicaires et podestats140, d’autant qu’il leur était plus aisé de se faire respecter, d’user de la force pour faire appliquer les normes statutaires et contraindre les récalcitrants141.

  • 142 Le 8 mai 1427, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 644, f° 9. Le 17 septembre 1453, taxe, vini, panis (...)
  • 143 Le 24 avril 1485, le conseil de la commune décide, item hoc super proposi-ta predicta generali et (...)
  • 144 Le 27 octobre 1433, Sienne « conceda et dia [aux hommes de Campiglia] per tempo di sei anni la gab (...)
  • 145 Le 1er janvier 1462, reconduit à partir du 4 avril 1471, cf. A.S.S. Consiglio generale 229, f° 163 (...)

32À la même époque, plusieurs communes rurales du territoire siennois parvinrent à percevoir les gabelles, comme la commune de Rapolano qui réussit, à plusieurs reprises, à se porter acquéreur des différents taxes et péages de la station proche142. Certaines communautés disposaient même de taxations : celle de San Casciano dei Bagni détenait la gabelle de l’eau des bains qu’elle affermait à sa guise en raison de la relative autonomie dont elle jouissait143. Sienne concéda aux communes de Campiglia d’Orcia et de Saturnia le droit de percevoir certaines levées. En 1433, elle autorisa temporairement les hommes de Campiglia d’Orcia à prélever la gabelle de l’eau des bains à Bagno di San Filippo144, et à partir de 1462 elle permit à la communauté de Saturnia de s’approprier cette même levée145. Toutefois, il s’agissait pour la cité moins d’une commodité administrative que d’un véritable effort pour permettre à ces communes appauvries de disposer de quelques liquidités. Ce constat amène à s’interroger sur l’importance et l’intérêt des sommes collectées.

3) Une gestion profitable?

  • 146 Le 15 octobre 1448, « excepto che la ultima vendita facta de le dette cabelle per due anni proximi (...)
  • 147 Le 27 mars 1420, « i detti cittadini Exegutori e Camarlengho di Gabella non possino diminuire la g (...)
  • 148 Le 20 juin 1428, cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 45.
  • 149 Cf. supra.
  • 150 Principalement entre 1340 et 1428, cf. A.S.S. Consiglio generale 135, f° 4; 144, f° 41 ; 163, f° 3 (...)
  • 151 En 1444, la gabelle du pain, du vin, de la viande et du poisson à Bagno di Petriolo fut mise à pri (...)
  • 152 Cf. supra p. 123-124. Sienne n’avait pas intérêt à trop surestimer ou sous-estimer les collectes d (...)

33L’importance que Sienne – via la « Gabelle generale » – accordait à la collecte des gabelles thermales souligne qu’elles lui paraissaient profitables146, mais il est extrêmement difficile d’établir quelle était l’importance de ces rentrées. Certes, nous disposons pour la période qui s’étend de la fin du xive au début du xvie siècle d’une série presque continue des mises à prix suggérées par le « Consiglio generale » et le « Consistoro ». Nous savons aussi que ces propositions théoriquement ne pouvaient être diminuées par les exécuteurs147 mais il s’avère que, dans la pratique, les sommes collectées étaient parfois éloignées de ces sommes espérées. Les gabelles rentrèrent difficilement et surtout de façon aléatoire dans la seconde moitié du xive, puis au xve siècle en raison de la concurrence qui s’était établie entre les différents sites du territoire siennois. En 1428, le fermier de la gabelle des bains de Bagno di Petriolo rappela qu’il avait souffert de la guerre, mais aussi du développement de Bagno di San Filippo148. Les adjudicataires adressaient à la Seigneurie des pétitions toujours plus pressantes qui témoignaient de leur désarroi et des difficultés croissantes auxquelles tous n’arrivaient pas à faire face149. Les prieurs – comme ils s’y étaient engagés – accordèrent d’importantes diminutions du prix de la gabelle. La cité réduisit, dans la seconde moitié du xive siècle et au xve siècle, de plus du quart, parfois de plus de la moitié les sommes qu’elle espérait initialement percevoir150. Ces réductions correspondaient à un manque à gagner notable pour les finances communales, mais furent-elles durables ? Les révisions accordées paraissent peu nombreuses, mais les lacunes documentaires restent importantes, surtout pour la seconde moitié du xive siècle et nous empêchent d’estimer l’ampleur des pertes. D’autre part, les registres de délibérations de la « Gabella generale » révèlent que l’office affermait parfois les gabelles des stations pour des sommes bien supérieures aux mises à prix proposées par les deux conseils car les enchères pouvaient monter151. Dès lors, il paraît impossible d’avancer des chiffres précis pour évaluer les encaissements réalisés par la cité. Toutefois, – comme nous l’avons fait précédemment – il nous semble que les données suggérées aux exécuteurs par les autorités citadines sont susceptibles de servir à notre étude152.

  • 153 Cf. graphique 3.
  • 154 Dans la mesure où il n’existe aucune étude sur les bilans globaux des finances siennoises au xve s (...)
  • 155 Cf. M. Ascheri (1993), p. 9.
  • 156 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 270.

34En s’appuyant donc sur les propositions d’affermage des membres du gouvernement ou des exécuteurs de la « Gabella generale »153, on constate, d’une part, que les sommes que la cité escomptait percevoir, variaient souvent d’une année sur l’autre, probablement pour tenir compte des changements que les adjudicataires imposaient; d’autre part que, le montant des encaissements espérés excédait rarement les 2 000 livres; malgré leur augmentation par rapport à la fin du xiiie et au début du xive siècle, les gabelles ne figuraient pas davantage qu’autrefois parmi les revenus les plus importants de la cité. D’autres taxations indirectes étaient affermées pour des sommes bien supérieures154. Enfin, le rendement de ces impositions thermales paraît optimum durant les soixante dix premières années du xve siècle, c’est-à-dire durant la période la plus faste pour Sienne, avant que les difficultés politiques et économiques de la fin du siècle ne perturbent considérablement la cité155. Toutefois, au cours de ces décennies, on observe quelques variations. Les revenus du thermalisme ont très nettement diminué dans le second quart du xve siècle, au moment où Sienne connaît un conflit durable avec Florence156 et il faut attendre 1437 pour observer un effort de la commune destiné à enrayer ce déclin. Il est particulièrement manifeste à Bagno di Petriolo et coïncide avec les réformes fiscales de la cité dont on a souligné le succès mitigé, il est plus sensible par la suite, au milieu du siècle, lorsque Sienne est parvenue à imposer ses nouvelles taxations.

35Bagno di Petriolo était considéré tout au cours du xve siècle comme la station la plus rentable du « contado » siennois, susceptible de fournir bien souvent près de la moitié des revenus du thermalisme, mais Sienne espérait aussi beaucoup des sites de Bagno di San Filippo et Bagno Vignoni, acquis tardivement par la cité. Les profits que la commune escomptait de leur exploitation ne cessèrent de croître depuis le milieu du siècle et finirent même par devenir comparables, passé 1470, à ceux qu’elle souhaitait obtenir de Bagno di Petriolo. La cité ne comptait alors plus guère sur la station des bords de la Farma, de même que, tout au cours du xve siècle, elle n’avait espéré que des revenus dérisoires de l’exploitation de Bagno di Macereto. Les revenus que la commune pensait recueillir des différents sites de son « contado » reflètent l’importance prise par les nouveaux pôles du thermalisme siennois au xve siècle, ceux qui se trouvaient le long de la « via francigena ».

  • 157 Entre autres pour la construction ou la restauration des murs du « castello » de Bagno di Petriolo (...)
  • 158 Le 23 avril 1437, et similiter decreverunt de novo cabellam balnei Avineonis essere obligatam magi (...)

36Malgré leur caractère aléatoire et parfois leur modestie, les revenus du thermalisme présentaient aux yeux de Sienne d’incontestables avantages. D’une part, ils étaient disponibles aisément et susceptibles d’alimenter sans peine les caisses des différents trésoriers amenés à travailler dans le « contado ». En effet, les fermiers des différentes gabelles furent amenés à verser bien souvent leurs fermes non pas directement à Sienne auprès des exécuteurs, mais auprès de quelques trésoriers locaux attachés à des ouvrages ordonnés par la cité. Ils contribuaient tout particulièrement – de façon quasi structurelle – aux financements des infrastructures thermales, car ils alimentaient les caisses des « opérai »157, lorsqu’ils ne faisaient pas eux-mêmes office de trésorier pour certaines réalisations. Ils facilitaient ainsi la tâche des exécuteurs, qui devaient mobiliser les revenus des bains pour l’entretien des sites. Toutefois, ces mêmes adjudicataires participaient aussi au financement de chantiers plus éloignés comme celui du port de Talamone158. Il nous semble donc que Sienne a su tirer profit de ces gabelles thermales afin de disposer en espèces de sommes suffisantes pour réaliser les travaux qu’elle entreprenait dans le « contado ». Il s’agissait peut-être d’un moyen de disposer en dehors de la ville de fonds acceptables et mobilisables.

  • 159 Cf. graphique 3.
  • 160 Tout particulièrement pour la construction de l’enceinte du « castello » de Bagno di Petriolo en 1 (...)
  • 161 Cf. supra, p. 124-126.
  • 162 Les moyennes des revenus espérés et des sommes dépensées sont respectivement de 888 livres et de 5 (...)
  • 163 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 6; (1469), § 12.

37D’autre part, les sommes collectées étaient globalement suffisamment importantes pour subvenir aux besoins de l’entretien des stations. En effet, lorsqu’on observe le montant supposé des sommes affermées et l’estimation des dépenses thermales159, on remarque, malgré le caractère sommaire et fluctuant de ces données chiffrées, que les revenus du thermalisme couvraient presque toutes les dépenses occasionnées par l’entretien des sites, hormis lorsque la cité effectuait de très importants travaux qui ne relevaient pas seulement de l’aménagement des bassins et des chaussées160. Ce constat corrobore, nous semble-t-il, l’hypothèse que nous avions formulée précédemment161. Sienne espérait aussi bien dans la première moitié du xive siècle qu’au cours du xve siècle tirer de l’exploitation des sources – avant tout – les moyens financiers nécessaires à leur gestion. Il est possible que la cité soit parfois, parvenue à dégager quelques bénéfices, mais il n’est pas certain que cela ait été dans ses intentions immédiates162. Il en était de même pour Lucques qui destinait l’essentiel des revenus des bains à l’entretien des stations de Bagno di Corsena et Bagno della Villa163.

38Le thermalisme semble donc avoir servi les intérêts des cités, leur procurant des ressources utiles sinon importantes, facilitant un contrôle administratif du territoire qu’elles entendaient dominer, mais il n’est pas certain qu’elles aient été – et surtout Sienne – totalement maîtresse du développement thermal. Nous avons vu combien, à plusieurs reprises les citoyens siennois, les propriétaires s’étaient opposés aux initiatives citadines. Aussi, reste-t-il à mettre en lumière leur rôle dans les sites, leur place exacte au sein de la société thermale.

Notes

1 Cf. M. Ascheri (1985), p. 23-24.

2 Cf. dossier 1.

3 La chute des Salimbeni constitue l’un des épisodes importants de l’histoire siennoise du début du xve siècle. La puissante famille de magnats avait tenté en effet de s’imposer dans le val d’Orcia. Elle fut vaincue dans les premières décennies du siècle et ses vastes domaines, dont la Rocca di Tintinnano, furent intégrés au patrimoine de la cité, cf. A. Carniani (1995), p. 268 sq.

4 Cf. dossier 1.

5 Idem.

6 Cf. documents 16 et 17.

7 Cf. document 13.

8 Les dispositions concernant la propreté des fontaines et des bains étaient valables pour toutes les sources du territoire sans distinction De balneis et fonti-bus mundis praeservandis, cf. M. Ascheri éd. (1993), p. 398. La République de Sienne fut abattue en 1559 et le territoire siennois fut donné en fief à Côme 1er de Médicis. Le statut rédigé en 1545 est le dernier texte législatif de grande envergure réalisé par Sienne, cf. M. Ascheri (1993a).

9 Le développement de l’administration va de pair avec la modernisation de l’État. Il s’inscrit dans un effort de rationalisation, de bureaucratisation défini par M. Weber, cf. H. Bruhns (1988), p. 6.

10 Les réformes administratives et fiscales de 1368 avaient défini le rôle de la « Gabella generale ». Elle figurait comme l’un des encaisseurs principaux et presque exclusifs des revenus de la cité, cf. S. Moscadelli (1982), p. 75-81.

11 Le 8 mars 1393, il fut dit aux prieurs que le palais du recteur risquait de s’effondrer, Pietro Bandini, l’un des conseillers de la « Gabella generale » dixit et consuluit super proposta vendendarum cabellarum per executores quod fiat prout et sicut in proposita continetur, super proposta palatii balnei Petrioli consuluit quod fiat sicut in proposita continetur et pro ipsius palatii reparatione possit expendi usque in centum florenos aureos, cf. A.S.S. Consiglio generale 197, f° 97v.

12 Le « Viaio del terzo di Città » a payé plusieurs travaux dans les premiers semestres de 1373 et 1387 et dans le deuxième semestre de 1389, cf. A.S.S. Regolatori 3, f° 202v, 203; 4, f° 151, 259.

13 Dans les comptes de Iacopo di Piero Balestriere « Viaio del terzo di Città » pour 1373 : « anco troviamo che à ricevuto da la tassa del bagno a Petriuolo et da coloro che conferiscono col bagno », 58 florins d’or; « anco troviamo che à ricevuto da coloro che conferiscono col bagno a Maciareto », 127 livres et 6 deniers, cf. A.S.S. Regolatori 3, f° 202v.

14 Cf. S. Favale (1936), p. 339.

15 A. Molho suggère de porter une extrême attention aux circonstances politiques, lorsqu’on cherche à expliquer l’organisation fiscale et l’évolution de cette organisation dans les États régionaux, cf. A. Molho (1994), p. 280. Il reste à écrire toute l’histoire des institutions financières siennoises du xve siècle.

16 Cf. M. Ascheri (1985), p. 23.

17 G. Cecchini éd. (1951), I, p. 224. Sur le mode d’élection aux offices de la cité, cf. E. Brizio (1991); M. Ascheri (1985), p. 34.

18 L’histoire de ce personnel politique et administratif est mal connue (cf. E. Brizio (1991), p. 23), mais Mario Ascheri affirme qu’il ne constituait pas à Sienne une véritable oligarchie, comme elle existe dans d’autres cités d’Italie, cf. M. Ascheri (1993), p. 15.

19 19 Le 5 septembre 1460 les exécuteurs se refusent à tous travaux « e’ vostri servitori (...) anno detto come la vena dell’acqua de’ detti bagni è in tal modo traviata che pocha o niente a’ bagni predetti ne viene, donde volendo e’ detti vostri servidori provedere al detto mancamento, anno fatto diligentemente se possano fare una et finalmente non truovano avere autorità », cf. A.S.S. Consiglio generale 228, f° 280.

20 Le 29 janvier 1447, fuit obtentum et solemniter deliberatum quod sit piene remissum et commissum in executores generalis Cabelle qui possint expendere de introitibus et pecuniis dictorum cabellarum Petrioli predicti usque ad summam et numerum florenorum quinquaginta pro actando dictum palatium Petrioli et in eo faciendo res necessarìas pro quedam habitatione dicti potestatis, cf. A.S.S. Consiglio generale 223, f° 223.

21 Le 13 mai 1404, « Et per questo si intendano e sieno obligati e’ denari che perveneranno a le mani del detto camarlengo di Cabella (...). Et quando non bas-tassero, si intenda e sieno obligati ad esso tutte l’entrate de la cabella del vino e de l’altre cabelle del detto bagno a Petriuolo, come appare per mano di ser Giovanni Pieri notaio », cf. A.S.S. Statuti di Siena 38, f° 15. En 1420 puis 1461, pour la construction du pont sur l’Orcia près de Bagno Vignoni, « sieno obligate infino da hora tutte le rendite e cabelle del Bagno a Vignone e del Bagno a San Filippo », cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 63v; 229, f° 37. À noter que la commune de Viterbe mobilisait aussi certaines gabelles pour l’entretien des bains, le 30 mars 1457, elle aménageait la domus balneorum avec les revenus de la gabelle des bains, B.C.V. Riforme 15, f° 124v.

22 En 1400, les exécuteurs rappellent que « avessero balia d’eleggere ell’ope-raio d’esso ponte e fussero obligate tutte le rendite e cabelle d’esso bagno », cf. A.S.S. Concistoro 2119, f° 47. Le 13 mai 1404, « che gli executori di Cabella del comune di Siena faccino quello rifare per quelli a cui loro parrà commettarlo », cf. A.S.S., Statuti di Siena 38, f° 15.

23 Le 21 février 1442, les prieurs, sur délégation du « Consiglio generale » concédaient à Iohanni Cinquini, Andree Iohannis et Luce Fabiani Cozarelli magistris lapidum et lignaminis (...) edificia et laboreria ad faciendum et refeciendum in balneo et apud balneum Macereti, cf. A.S.S. Concistoro 2462, f° 32.

24 Cf. document 15, p. 289-291.

25 Le 18 décembre 1447, les exécuteurs remboursaient l’un d’entre eux, Pietro di Paulo qui s’était rendu à Bagno di Macereto pour voir les travaux, cf. A.S.S. Gabella 668, f° 27.

26 Le 20 octobre 1445, quod dictus potestas se conferat ad dicta balnea et vi-deat si dictum laborerium est factum ad perfectionem, cf. A.S.S. Gabella 672, f° 15v. Pour les vicaires et les podestats, cf. infra.

27 Le 6 septembre 1428, « [Gli] Executori de la Generale Cabella del vostro Comune expongono cum ogni debita reverentia che per li loro predecessori li fu lassato per notola come el Bagno de Macereto e di San Filippo et altri bagni del vostro comune ànno grande mancamento, bisogno de reparatione et che acciô re-parassimo. Et volendo acciô provedere, mandammo uno dell’offitio nostro cum due magistri al Bagno ad Macereto », cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 59. Le 30 septembre 1440, les officiers de la « Gabella generale » demandaient que Conseil général délibère et « che uno dell’offitio nostro cum uno mahestro et uno famiglo andasse ad vedere et intendare e’ manchamenti d’essi bagni », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 190v. Cf. aussi A.S.S. Concistoro 486, f° 29; Consiglio generale 238, f° 163.

28 Le 16 avril 1395, les exécuteurs de la « Gabella generale » adressaient aux prieurs à Sienne la lettre suivante : « dicesi per parte de vostri servidori Executori dela vostra generale Cabella a bonificamento e honore dela Città aviamo pensato di fare rifare el ponte del bagno a Petriuolo (...) et apresso stando le cose in questi termini si potrebbe meglio rimediare con vinti soldi che a tempo non si farà con un fiorino », cf. A.S.S. Consiglio generale 197, f° 135. Cf. aussi A.S.S. Gabella 677, f° 19; Concistoro 484, f° 5.

29 Il n’y avait pas d’opposition de la part des conseils aux suggestions des exécuteurs, mais seulement parfois des restrictions portant essentiellement sur les sommes à investir. La plupart des autres offices administratifs siennois semblaient avoir aussi des responsabilités limitées et dépendaient des conseils élus pour gérer leurs dépenses, cf. M. Ascheri (1989), p. xxx.

30 Dès 1442, Lucques avait cherché à remplacer les conseillers de l’Hôpital, qui s’étaient révélés incapables de restaurer les stations, par une commission temporaire, cf. A.S.L. Consiglio generale 16, f° 215.

31 La commission qui avait la charge de gérer les bains, officiales et cives electi super balneis Ville et de Corsena (...) pro conservatione, augmentatione et reparatione dictorum balneorum, clusorum et locorum aurait été instituée une première fois le 28 juin 1452, cf. A.S.L. Consiglio generale 17, f° 401, mais les normes qui définissent précisément ses compétences ont été présentées au Conseil des Anciens le 23 mars 1454, cf. A.S.L. Consiglio generale 17, f° 593. Par la suite, le 20 avril 1469, la durée de cet office fut fixée à un an, cf. dossier 2, Lucques (1469), § 16.

32 Cf. dossier 2, Lucques (1454), introduction.

33 Idem.

34 Idem, rub. 2.

35 Idem, rub. 1, (1469), § 2.

36 Pour ces officiers, cf. infra.

37 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 1.

38 Idem, rub. 7 et 12, 13.

39 Idem, rub. 11.

40 Le 29 octobre 1418, cf. A.S.S. Consiglio generale 208, f° 119.

41 Le 4 juin 1436, ils furent chargés de l’entretien du pont de Bagno di Petriolo dont le financement était assuré par la « Biccherna », cf. A.S.S. Concistoro 422, f° 35v.

42 Le 30 janvier 1481, cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 186v.

43 En fait en octobre 1404, une commission de six membres avait été désignée, mais l’année suivante elle fut réduite à trois : le 8 décembre 1405, cf. A.S.S. Statuti di Siena 38, f° 38. Une semblable commission fut désignée en 1459 pour effectuer quelques réparations sur la muraille le 25 août 1459, A.S.S. Concistoro 2462, f° 99v.

44 Le 29 juin 1416, « eleghino tre savi e discreti cittadini popolari (...), e’ quali abbino piena autorità e balia di provedere e far fare tutte le predette cose come a lloro parrà; e che vadino là e prendino ogni conseglio bisognevole si che utile-mente si proceda in tutte le dette parti. E tutto quello faranno nelle predette cose vaglia e tengha come fusse facto nel Conseglio generale. Et intendansi avere pieno mandato dal chomune di Siena di potere fare tutte le predette chose con effec-to, el chui officio duri due anni proximi a venire. (...) Et ancho inteso che tutte le spese si faranno, vadino e passino per le mani del camarlengo di cabella si che i detti tre non possino tochare denaio, nè abbino altro camarlengo da lloro, ma sieno operarii e proveditori come detto è. Et che faccino bandire in Siena e a’ bagni tutte le dette chose da vendere octo die continui prima che vendano nulla e poi vendano a chi più ne dà, se lo’ parrà giusto preço », cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° 195.

45 Cf. A.S.S., Gabella dei contratti 641, f° 4; 647, f° 10v, 17, 24; 659, f° 7; 658, f° 35; 665, f° 13; 667, f° 9; 669, f° 10,16v; 674, f° 21v; 676, f° 13, 15; 680, f° 11v; 751, f° 16, 51v; Consiglio generale 235, f° 28; 238, f° 195.

46 Cela mène à la nomination d’un personnel stable qui caractérise pour Α. I. Pini quelques-unes des nouveautés de l’État régional, cf. Α. I. Pini (1981), p. 517.

47 Cf. infra.

48 Cf. O. Redon (1994), p. 150-151. Il ne faut pas confondre ces vicaires avec les capitaines de vicariat qui, dirigés par le capitaine du Peuple, n’avaient pas des fonctions de police, mais étaient à la tête des circonscriptions militaires du « contado », cf. M. Ascheri (1985), p. 24; (1988), p. 169; (1994), p. 76 sq; O. Redon (1994), p. 109.

49 Cf. document 6.

50 Cf. M. Ascheri (1988), p. 169.

51 Cf. document 6.

52 Cf. tableau 11.

53 Cf. tableau 11. À la même époque, dans le territoire florentin, on observe une phase de consolidation de l’organisation territoriale en vicariats et « podesterie », cf. A. Zorzi (1990), p. 813.

54 Sur le rôle de la crise dans la désorganisation administrative, cf. E. Car-pentier (1962), p. 1090; G. Cherubini (1974), p. 669. M. Ginatempo critique la vision trop optimiste de M. Tangheroni qui minimise à ses yeux les altérations du système économique et social provoquées par la peste, cf. M. Ginatempo, L. San-dri (1990), p. 111; M. Tangheroni (1988), p. 55.

55 Une troisième possibilité peut aussi être évoquée. En 1348, Sienne installa à Bagno di Petriolo un capitaine de vicariat à compétences militaires, cf. W.M. Bowsky (1971), p. 89-91. Il s’agissait en fait de l’officier militaire installé en 1337-1339 à Sant’Angelo in Colle que la cité avait voulu déplacer, cf. M. Ascheri (1988), p. 169, 177. En 1425, ce capitaine-vicaire était toujours installé à Bagno di Petriolo, cf. M. Ascheri (1985), p. 93. Il n’est pas impossible qu’il se soit substitué au vicaire-notaire défaillant dans des tâches d’administration générale, qu’il ait accompli le travail du podestat. Mario Ascheri évoque les problèmes de compétences entre capitaines et podestats dans certaines communautés du territoire siennois comme Montalcino durant les deux premières décennies du XVe siècle, cf. M. Ascheri (1994), p. 82.

56 Cf. M. Ginatempo (1996), p. 1073; (1989-1990), p. 27-28. La volonté de créer des « podesterie » était cependant bien antérieure. Dès 1410, Sienne avait conçu un projet visant à instaurer de semblables circonscriptions, mais qui ne fut pas alors adopté, cf. M. Ascheri (1985), p. 88.

57 Dans le projet de 1410, Bagno di Petriolo devait être rattaché au podestat de Buonconvento, situé sur l’Ombrone, cf. M. Ascheri (1985), p. 88.

58 Cf. M. Ascheri (1985), p. 89-91.

59 Cf. G. Chittolini (1979), p. xvii-xviii. Les compétences des podestats siennois étaient comparables à celles des vicaires du territoire florentin, cf. G. Chittolini (1979), p. 306; L. Mannori (1990), p. 339. La présence de ces vicaires dans l’État florentin était moins liée à un problème administratif que juridictionnel. Les vicaires étaient à la tête d’une circoncription administrative assez étendue, comprenant plusieurs communautés. Ils avaient des fonctions judiciaires (de première instance) et administratives. Ils marquaient la volonté de Florence d’affirmer sa souveraineté sur des espaces nouvellement conquis, cf. A. Zorzi (1990), p. 810-815.

60 Cf. le 6 décembre 1446, A.S.S. Concistoro 485, f° 27. Ce changement a été signalé par Maria Ginatempo (1988), p. 171.

61 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 180. Le champ d’intervention du podestat de Bagno di Petriolo fut rappelé dans le statut de 1545, De potestate castri Petrioli suisque officialibus (...) potestas ipsius a pissidibus extrahitur de cerna minori. Semestralis est officium, incohandum kalendis augusti et februarii. Pro eius exercendo officio secum ducat semperque retineat notarium unum, inscriptum in matri-cula universitatis notariorum, quattuor famulos et duos equos. Iurisdictionem quoque in causis civilibus et criminalibus ac dannorum datorum, in quibus ex forma statutorum se potest exercere vel ingerere, cf. M. Ascheri éd. (1994), p. 140.

62 D’après la liste – établie le 22 janvier 1462 – des communautés qui versaient son salaire, le podestat contrôlait : Torri, Rosia, Stigliano, Brenna, Orgia, San Quirico a Tonni, Palazzo a Ficchi; mais aussi Chiusdino, car le statut de cette commune rédigé en 1473 prévoit de payer le podestat de Petriolo, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 751, f° 2.

63 Le statut de 1545 prévoit en effet que le podestat a compétence in Castro Monterii, in Castro Montisciani, in Castro Montalcinelli, in Castro Pratae, in Castro Perollae, in Castro Travalis, in Castro Gerfalci, in Castro Clusdini, in Castro Boccheg-giani, in Castro Tornielle, in comuni Frosini, in comuni Pentolinae, in comuni Turris, in comuni Rosiae, in comuni Stiliani, in comuni Brennae, in comuni Orgiae, in comuni Sancti Quirici a Tonni, in comuni Palatiorum ad Ficus, in Castro Paris, in Castro Iesae, in Castro Tocchii, in Castro Tomielle, in Castro Serrarum ad Petriolum, in comuni Sancti Laurentii, in comuni Cerreti Vallis Mersae, in comuni Gambaruccii, in comuni Belagarii, in comuni Tonnii, cf. M. Ascheri éd. (1994), p. 141.

64 Cf. M. Ascheri éd. (1993), p. 134-143.

65 Cf. A.S.L. Ospedale San Luca 288, f° 44. Le vicaire jouait dans le vicariat –une circonscription du « contado » – le même rôle qu’à Lucques le podestat dont il dépendait. Le vicariat du Val di Lima comprenait Bagno di Corsena et la vallée jusqu’à Ponte a Serraglio, cf. M.E. Bratchel (1995), p. 226.

66 En 1404, le site qui appartenait aux comtes Guidi fut conquis par Florence et la cité institua dès cette époque un vicariat, cf. G. Cherubini (1992), p. 130; G. Chittolini (1979), p. 322.

67 Le 6 octobre 1429, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 648, f° 17. Le 30 août 1433, les exécuteurs écrivent au vicaire de Petriolo quod, si opportunum fuerit, quod prestet et det infrascriptis magistris auxilium et favorem, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 651, f° 5v, cf. aussi les 16 mars 1434, 20 juillet 1440, 3 avril 1447, 27 février 1447, A.S.S. Gabella dei Contratti 654, f° 7; 664, f° 2v; 674, f° 13v; 674, f° 8.

68 Le 1er octobre 1425, 15 mars 1436, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 661, f° 8; 657, f° 9v. Le 4 novembre 1445, quod dictas potestas se conferat ad dicta balnea et videat si dictum laborerium est factum, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 672, f° 19.

69 Le 16 janvier 1428, 28 octobre 1432, 18 mars 1449, A.S.S. Gabella dei Contratti 645, f° 5; 652, f° 14v; 676, f° 9v.

70 Le 1er mars 1436, 13 mai 1449, A.S.S. Gabella dei Contratti 657, f° 9; 676, f° 16; 672, f° 29v.

71 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 6.

72 En 1410 et en 1545, cf. M. Ascheri (1985), p. 91; M. Ascheri éd. (1994), f° 141. Pour les modes d’élection aux offices siennois, cf. E. Brizio (1991).

73 Le 1er mai 1430, « Dinanzi a voi magnifici et potenti signori, Signori Priori et Capitano di popolo de la ciptà di Siena; el vostro fedele servitore et minimo citadino Domenico di Francesco Cartaio dicto del Mescola expone humilmente et con riverentia che già sono anni quattro ο circa, ritrovandosi lui per graçia vostra et di vostri consegli podestà vostro d’Arcidosso et capitano di Montagnia et atten-dendo con fede et con dilligentia quanto in lui era ad honore della S. V. et al debita suo gli venne un di cascato in terra in Arcidosso sprovedutamente in modo che si sfraccasso tutta la persona per sifatta maniera, che sempre da poi n’è stato infermo et è ancora comme po’ esser noto ai vostri citadini. La quale cosa è stata cagione di mettorlo in povertà et disagi, peroché oltra agli afanni et a le spe<se> de la infermità gli è tolto omni guadagnio et exercitio; et dove prima era quello che reggeva et governava la famellia è stato necessario che ciaschuno di sua fa-millia si sia ingegniato et ingengni governare et reggere lui, et avendo cercati molti remedii, el migliore che lli sia dato sarebbe che si stesse uno tempo al bagnio et tanto si bagniasse ch’i nerbi riscaldessero (...). Et per questo suppli-carebbe et supplica a la prefata S. V. che prendendovi compassione di lui et della sua famellia, vi degnaste per clementia et gratia, per auctorità de vostri opportuni consigli, fare solepnemente provedere et riformare che a lui sia conceduto l’offi-tio del vicariato del vostro bagnio a Petriuolo per tempo d’uno anno proxime a venire (...). Et anco riterrà con seco continuamente Giovanni suo figliuolo, el quale poterà supplire quando bisognassi peroché è stato castellano e anco vicario alcuna volta nelle terre del contado per la Vostra Magnifica Signoria », cf. A.S.S Consiglio generale 215, f° 42v. Cf. aussi A.S.S. Consiglio generale 223, f° 21; 227, f° 72.

74 Cf. tableau 11.

75 Auteur d’une chronique portant sur les années 1450-1496, il fut membre d’une « balia » en 1483. Il appartenait au « monte dei Dodici », cf. L. Frati (1899), p. 123.

76 Un des principaux acteurs de la vie politique siennoise à la fin du xve siècle. Il appartenait au « monte dei Nove » et joua un rôle important lors de la venue d’Alphonse d’Aragon dans la cité. Il soutint la politique de Pandolfo Petrucci, cf. G. De Caro (1970b), p. 581.

77 Le 25 septembre 1435, les prieurs eligerunt Bartholomeun Georgii Duccii Spinelli commissarium ad faciendum societatem reverendissimo cardinali de Vene-tiis apud balneas Avinionis seu Sancti Filippi et procurandum ut ibi sint victualie et alie res opportune, cf. A.S.S. Concistoro 418, f° 13v. Le 8 octobre 1432, eligerunt etiam Cristoforum Felicis ad eundum ad balneum Petrioli cum domino Imperatore ad procurandum sibi necessaria cum duobus equis, cf. A.S.S. Concistoro 400, f° 37v. Pour Cristoforo Felici, cf. S. Moscadelli (1996), p. 63-65.

78 Six commissaires en 1443, pour accueillir Niccolô Piccinino à Bagno di Petriolo et trois seulement pour recevoir Laurent de Médicis en 1485, à Bagno di San Filippo, cf. tableau 12, p. 443-445.

79 Plusieurs d’entre eux étaient d’ailleurs qualifiés de dominus, comme Pietro Pecci qui, membre du « Studio », conseiller de Sigismond de Luxembourg, avait été fait en 1433 comte palatin, ou comme Borghese Borghesi, universitaire et ca-noniste célèbre qui portait le même titre, cf. G. Minucci, L. Kosuta (1989), p. 304; L. Zdekauer (1894), p. 117.

80 Le 30 mai 1369, « Dice e expone Giovanni di Giovanni chiamato Quattrino dal Bagno a Macereto che esso compriô per tempo di due anni, incommiciando anni MCCCLXVII a di II di settembre e finiendo come seguita la gabella del pane, de la carne dal ponte e dal bagno a Macereto », cf. A.S.S. Consiglio generale 179, f° 37. Toutefois, ce mode de perception local avait des antécédents dans la période de crise de 1345, Sienne avait déjà eu l’idée de déléguer sur le site quelques-uns de ces agents pour percevoir les redevances. Le 22 juillet 1345, le conseil décida quod domini Quactuor Provisores Comunis Senarum possint et eis plene liceat ad officium Dompnarii Comunis Senarum eligere et deputare singulis sex mensibus tres nuncios ad balnea Petriuli et Macereti, cf. A.S.S. Consiglio generale 137, f° 6.

81 Il s’agit des deux fermiers Agnolo di Mino et Matteo di Giovanni Colombi-ni, pour la fin de l’année 1371 et le début de 1372, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 1046. Cf. aussi M. Tuliani (1994), p. 55.

82 La terminologie est ambiguë, car l’expression « gabelle des bains » avait servi jusqu’au milieu du xive siècle à désigner le péage des bains prélevé sur les visiteurs (cf. supra).

83 L’indication d’une gabelle du pain, du vin et de la viande à Bagno di Petriolo date du 6 mai 1375, mais dès la fin du mois de décembre 1373, il est fait mention d’une « tassa del bagno a Petriuolo » qui semble être la gabelle des bains, A.S.S. Consiglio generale 185, f° 40; Regolatori 3, f° 202v. Quoi qu’il en soit, à partir de 1375, nous disposons d’informations continues et sûres concernant les gabelles perçues localement dans les stations.

84 Cf. M. Tuliani (1994), p. 49. Maurizio Tuliani n’a pas daté le moment de la mise en place de cette nouvelle imposition. Il ne nous donne donc pas le moyen de savoir si les réformes dans les stations thermales furent concomitantes de ces modifications.

85 Cf. G. Pinto (1982); C. Klapisch Zuber (1973). Le dépeuplement s’est probablement accentué lors des années 1370-80 qui furent marquées par une recrudescence des pestes et des famines à Sienne et dans son territoire, cf. V. Wain-wright (1987), p. 133.

86 Le gouvernement des Douze correspondait à une alliance entre quelques membres du « Popolo » et certains Nobles. Il était marqué par une nette hostilité à l’égard de la politique des Neuf. Il fut renversé en 1368 lorsque mourut Giovanni d’Agnolo Salimbeni qui avait été l’un des plus fidèles soutiens du régime, cf. S. Moscadelli (1982), 31-35; V. Wainwright (1983), p. 78.

87 La période du gouvernement des Douze fut en effet marquée par des réformes fiscales visant à mieux définir les tâches des institutions financières et par la création de l’office des « Regolatori » chargé de contrôler les dépenses des différents trésoriers de la cité et responsable de l’ordonnancement des dépenses, cf. G. Catoni (1975), p. 53; S. Moscadelli (1982), p. 78.

88 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 265.

89 Le terme de licence n’est pas utilisé dans la documentation siennoise, mais à la suite de M. Tuliani, nous souhaitons l’utiliser pour désigner les nouvelles modalités de taxation pesant sur les exploitants d’auberges, cf. M. Tuliani (1994), p. 51.

90 Cf. tableau 8, p. 429-433.

91 Cf. documents 18, 17 et 13.

92 Le 27 juin 1441, les agents de la commune locaverunt (...) dicto Antonio (...) domum balnei Grittorum ipsum balneum Grittorum, balneum Crucciatorum et balneum Colunne (...), pro annis duobus (...). Et nunc licentiam dederunt, concesserunt dicto Antonio intrandi in tenutam et in corporalem possessionem dicte domus et balneorum; et ipse Antonius (...) possit et debeat (...) apponere coppas et sibi solvere, prout est consuetum, aut alius melius poterit, cum volentibus eas convenire et vendere ac vendi facere vinum et quecumque comestibilia atque hospitari et hospitalitatem dare remanentibus, B.C.V. Riforme 8, f° 149v. Cf. aussi B.C.V. Riforme 5, f° 114v; Liber instrumentorum 27, f° 7v, 9, 26, 34v, 62, 87, 122.

93 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 5.

94 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 2; (1469), § 9. Il semble que les acheteurs (« compratori ») qui ont obtenu la faculté (« facoltà ») d’exercer ces charges disposent en fait d’une licence et ne sont pas taxés au prorata de leurs activités. Ce type de licence existait dans le « piano dei bagni » de Viterbe pour l’exploitation des « complexes thermaux ». Dans le territoire siennois, les responsables de la pose des sangsues disposaient aussi probablement de ce que l’on peut appeler une licence puisqu’ils achetaient aux fermiers pour une somme forfaitaire, la possibilité d’effectuer cette activité et qu’ils louaient aussi des locaux adaptés.

95 Le 16 décembre 1450 et le 18 août 1451, cf. A.S.S. Consiglio generale 225, f° 93; Concistoro 2122.

96 Le 15 octobre 1448, « questo etiandio expressamente inteso e dechiarato, che chi comprarà esse cabelle sia tenuto et debba continuamente tenere fornito a li detti bagni di pane, vino e carne a minuto abondantemente », cf. A.S.S. Concistoro 496, f° 25v-26; Consiglio generale 224, f° 182v. Le collecteur disposait en fait d’une sorte de magasin central où étaient concentrées toutes les denrées taxables et où s’approvisionnaient les habitants. Ce principe n’est pas sans rappeler celui du « fondaco ». Le fermier de la « Gabella generale », qui était pour une part responsable de l’approvisionnement, tirait peut-être aussi profit du trafic en dehors même des taxes. Ce magasin comprenait vraisemblablement une boucherie, cf. supra.

97 Cf. supra, p. 77 et 114.

98 Cet extrait du 20 juin 1428 résume parfaitement les difficultés rencontrées par Sienne, « Item veduto et considerato che el bagno ad Petriolo e ad Sancto Filippo et generalmente ad tucti gli altri bagni che va, capita <che> per suoi denari è male servito e sopra compra ancora le cose che non so’ buone. Et questo adi-viene perché le gabelle d’essi bagni se ve<n>dono a private persone, le quali puoi non vendono la robba se non eglino et colgono al ponto e bagnaiuoli », cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 55.

99 Le 13 mars 1370, « Dinançi da voi mangniffici singnori Singnori Defensori et Capitano del popollo della città di Siena, diciesi per parte di molti vostri cari et buoni ciptadini che infra l’altre una delle cose che dava grandissima loda alla città di Siena et utile a’ cittadini e contadini e a’ povari et a’ ricchi si era del vostro Bangno a Petriuolo; quando ivi si potrà venire et reccarvi a vendere el vino ne’ barletti, come s’usava reccarvi per gli contadini circumstanti dele ville d’entorno, da poco tempo in dietro e al presente, perché non l’possono recchare sança pa-gare la kabella del vino, in tutto se ne so’ rimasi e più non ve ne rechano per ca-gione de la decta kabella, per la qual cosa è ridotto el detto bangno a le mani de’ pochi staçonieri, e’ quali comperano el vino per le contrade dintorno e forniscono e’ bagnaiuoli del vino a barili, del quale el comune non riceve alcuna kabella e non è sufficiente ongni povara persona a comparare el barile del vino, anco non conviene comperare a menuto dagli staçonieri, siché el dano torna pure adosso a le povare persone; et pertanto si prega la Singnoria Vostra che dengni fare provedere nelgli opportuni conselgli del Comune di Siena che <a> ciaschuna persona sia licito di potere richare a vendere al decto bangno vino in barletti al modo usa-to sança pagare alcuna kabella, si veramente che non s’intenda per veruno ch’a-vesse vino nel piano del bangno, et che niuno staçoniere o abitatore al bangno non possa comprare de’ detti barletti a quella pena che vi pare che si convegna », cf. A.S.S. Consiglio generale 180, f° 31-31v.

100 Le 8 décembre 1414, « Item veduto che per lo passato a’ Bagni a Petriolo per li cittadini sieno ricevuti assai disagi per colpa degli staçonieri che insieme si compongono, per la quale chosa per li cittadini e contadini se facte assai queri-monie, providdero et ordinaro e savi predicti per levare et tollere via ogni mor-morio e ancho e’ dicti disagi », cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° 100v. Le 27 mars 1420, « e gli albergatori e staççionarii ancho tractano male quelli che vanno a’ bagni, peroché ogni cosa vogliono per loro e ancho si coglie desordinamente la gabella. E a le volte gli Eseguitori vendano tali gabelle comme li sono date le peti-tione contra la forma de gli ordini del Comune e perô volendo riparare a le cose predette e ponere regola per la quale e cittadini e forestieri sieno bene tractati », cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 28v.

101 Le 25 février 1416 et le 3 avril 1438, cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° 155v; Gabella dei Contratti 658, f° 20v.

102 Le 8 décembre 1414, « che niuno albergatore o staçioniere o niuno altro di qualunque conditione, si sia che stia e habiti a’ dicti Bagni et abbia a ffare niuna chosa presso a’ dicti Bagni per spatio di diece miglia di terreno, possa e ne debba comprare alchuna cabella apartenente a essi Bagni, cioè : di pane, vino, carne o qualunche altra chosa, né niuno de’ sopradicti possa, né debba fare alchuna ricol-ta a niuno che compresse (...). Et cosi e’ cittadini e altri aranno più habilemente le stance e cose bisognevoli a’ bagnaiuoli », cf. A.S.S. Consiglio generale 207, f° lOOv. Cf. aussi le 25 février 1416, A.S.S. Consiglio generale 207, f° 155v. Le 27 mars 1438, « Et inteso e dechiarato ancora che essa gabella non possino vendare ad niuno ciptadino, o contadino, o abergatore, de qualunche conditione si fusse che avesse a ffare a’ detti Bagni o ine a presso ad quatro migla », cf. A.S.S. Consiglio generale 219, f° 245v.

103 Le 27 mars 1420, « e quali sex cittadini, così electi insieme con gli Eseguitoli e camerlengo di Gabella abbino a provedere et ordinare in che modo e’ detti Bagni s’abbino a ordinare e che gabella s’abbino a pagare così de la quale comme del’altre cose e anche chi abbino a vendere de le cose da vivere e bisognevoli a quelli che andaranno a’ detti bagni », cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 28v.

104 Cf. document 7.

105 Cf. infra l’attitude des propriétaires.

106 En décembre 1449, « aviamo facte bandire le cabelle del Bangnio a Petriuolo, né mai aviamo trovato persona che n’abbi profecto denario alchuno (...) et la ragione che niuno profera, chi dice ne sonno ragione gli osti, e chi dice e’ padroni delgli arberghi », cf. A.S.S. Concistoro 2121, f° 85.

107 Le 18 février 1450, les exécuteurs de la « Gabella generale » établissent « che esse cabelle se possino vendare ne’ modi costumati anticamente, pigliando buone recolte da’ compratori da approvarsi per la Vostra magnificentia, spettabi-li Gonfalonieri et essi Executori di Cabella non obstante qualumque altri statuti, ordini o provisioni nuovamente ordinati a’ quali s’intenda et sia pienamente de-rogato », cf. A.S.S. Consiglio generale 224, f° 332v.

108 Le 18 août 1451, cf. Concistoro 2122.

109 A.S.S. Consiglio generale 225, f° 281.

110 Cf. document 9.

111 Juin 1452, « Et perché nella detta provisione si contiene che chi rifiutasse o renuntiasse alle sue tasse et non rimanesse contento, debbe tenere serrato el suo abergho et in esso non fare alcuno exercitio, né guadagno, come nella provisione si contiene. Et veduto che tutti ànno renuntiato et refiutato la detta tassa », cf. A.S.S. Concistoro 2122.

112 La documentation ne fait plus référence par la suite à des difficultés de perception, sauf momentanément en 1480, peut-être en raison du retour des membres du « monte dei Gentiluomini » au pouvoir, cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 163.

113 Cf. infra.

114 Idem.

115 Depuis 1357 tout au moins « Da Bartalo di Mando kabelliere per la kabella dell’aqua del Bagno a Petriuolo e Maciareto », cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 23, f° 19. Le 16 septembre 1411, « gabella dei docci del Bagnio a Petriuolo », cf. A.S.S. Consiglio generale 205, f° 41. Auparavant, ce même péage s’appelait gabelle des bains, mais cette expression servit à désigner la gabelle sur les denrées commercialisées lorsqu’elle fut perçue dans chacune des stations, cf. supra.

116 Dans le courant du second semestre 1373, cf. A.S.S. Regolatori 3, f° 202v.

117 Eté 1378, taxa kabellarum panis, vini et carnium et aque, cf. A.S.S. Consiglio generale 187, f° 104. En 1382, kabella panis, vini et carnium et acque balnei Macereti, cf. A.S.S. Consiglio generale 192, f° 90v.

118 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5. En revanche, lorsque l’Hôpital de la Misericordia gérait les bains, il abandonnait les revenus à un locataire. Le 22 juillet 1440, l’hôpital locavit (...) Domenico olim Iustini de Conni Anchiavi et lohanni olim Iacobi de Corsena (...) in solidum balnea Corsene, videlicet balneum homi-num, balneum mulierum, balneum Rubeum et balneum pauperum ac etiam stu-fam (...) hinc ad annos septem proximos futuros et ad reddendum quolibet anno nomine afficti (...) libras duodecim piscium trotarum, cf. A.S.L. Spedale di San Luca 51, f° 18v.

119 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 5.

120 Idem (1469), §2.

121 Cf. tableau 13. La documentation mentionne les noms d’une faible part des fermiers qui obtinrent les revenus des bains, mais les quelques personnes citées nous paraissent suffisamment nombreuses pour que nous puissions construire un raisonnement sur les caractéristiques principales de ces adjudicataires.

122 Il convient de noter toutefois que les fermiers siennois avaient pris l’habitude de sous-traiter la collecte des revenus; le 11 janvier 1412, Domenicus Michaelis de Senis per se et suos heredes dedit, vendidit et concessit iure proprio Elie de Chasso de Alamania, habitatori ad Petriuolo medietatem cabellarum ducciorum balnearum de Petriuolo quam ipse Domenicus emit a Comuni Senarum, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 28, f° 61.

123 Cf. tableau 10 et 13. Parmi ces adjudicataires, il faudrait rajouter Bono di Chele qui avait en 1355 détenu la gabelle du sang et qui était probablement un habitant du site, cf. A.S.S. Ospedale 2293, f° 9.

124 Pour le montant des gabelles cf. supra, p. 206 s. Il fallait pour les aubergistes-fermiers disposer d’une certaine assise financière pour pouvoir garantir leurs activités.

125 Le 27 mars 1438, « che qualunche persona volesse comprare la detta gabella de’ detti Bagni ad Petriolo, cioè di potere vendare pane, vino, carne et pescie crudo e cotto, come è usato, per tempo di due anni dia la sua petitione dinançi da loro. Et colui che più ne darà, a llui sia data e consignata cum questo, inteso che e’ detti camerlengo et executori no’ lla possino dare per meno de libre mille ne’ detti due anni », cf. A.S.S. Consiglio generale 219, f° 245v.

126 Le 28 juin 1428, « et anco adviene che tali singulari persone [les fermiers] talvolta per povertà et anco perché si fugano », cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 55.

127 Leurs fraudes étaient parfois découvertes, comme celles de Sano di Lorenzo del Malandrino. Il avait accepté le 23 mai 1437 au moment du conflit avec les aubergistes de Bagno di Petriolo de prendre la « Gabella generale », cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 658, f° 27v. Il fut reconduit régulièrement par la suite en 1442 et 1444, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 668, f° 19; 669, f° 5. Toutefois, le 11 puis le 21 avril 1444, lorsque les exécuteurs demandèrent à inspecter ses comptes, ils découvrirent des malversations, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 669, f° 11 v. En 1445, il est reconnu débiteur de la cité, tout comme ses garants et jeté en prison et le 21 mars 1446, cf. A.S.S. Gabella dei contratti 671, f° 16; 672, f° 15v; 672, f° 16; Consiglio generale 223, f° 128. En juin 1447, Lorenzo est libéré, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 674, f° 23v.

128 Cela était nécessaire car les bains s’encrassaient. Le 22 avril 1439, les exécuteurs affirment que les bains de Bagno Vignoni, qui n’avaient pas servi depuis longtemps, « so’ tucti repieni de bructura e di fango », cf. A.S.S. Consiglio generale 220, f° 28v. En 1412, lors de la construction du « castello » à Bagno di Petriolo, plusieurs ouvriers furent chargés de rompre les dépôts de travertin : « a tagliare el solfo del bagnio sopra la Farma », cf. A.S.S. Casseri e Fortezze 11, f° 38v.

129 Cf. dossier 2, Lucques (1469), § 9.

130 Le 14 avril 1445, « Anco [les exécuteurs de la « Gabella generale »] recordano a la Vostra Magnifica Signoria che sarebbe bene ad provedere per l’avenire che chi compra la gabella del Bagno ad Sancto Filippo sia obligato ad mantenere la fossa dell’acqua », cf. A.S.S. Consiglio generale 223, f° 2.

131 À Bagno di San Filippo, le 16 avril 1447, quod Antonius Stefani et sodi cabellarii Balnei ad Sanctum Filippum prestent magistro Paulo Duccii de Sancto Quirico super fabrica domus dictorum balneorum florenos 25; à Bagno di Petriolo, le 30 juin 1440, le 11 septembre 1455; à Bagno di Macereto, le 10 décembre 1425, le 22 mai 1428, le 6 août 1428, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 641, f » 15v; 642, f° 10; 645, f° 18v; 646, f° 6; 663, f° 28v; 674, f° 15; Balia 1, f° 73.

132 Le 28 juin 1428, Piero di Francesco le fermier de la « Gabella generale » de l’eau présente aux exécuteurs la liste des dépenses effectuées pour la maison des douches de Bagno di San Filippo; de même le 31 décembre 1460, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 645, f° 28v; 685, f° 19.

133 Le 5 mai 1458, decreverunt [les exécuteurs] scribere Fuccino de Sancti Quinci, collectori cabellarum balnei Avinionis, quod faciat actari tectos dicti balnei, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 683, f° 23v.

134 Ils furent près d’une dizaine entre 1430 et 1480, cf. A.S.S. Consiglio generale 238, f° 163; Gabella 650, f° 7; 666, f° 22; 669, f> 17; 670, f » 3; 674, f° 8; 676, f° 11 ; 678, f° 5, 8; 679, f° 7, 12; 680, f° 15v.

135 Le 7 juin 1433, « et simelmente expongono che non essendosi trovato ad vendere al tempo a’ loro precessori e anco a lloro la gabella del dicto bagno ad Sancto Filippo s’è facto recoglere per lo dicto vostro Comuno la dieta gabella persino ad questo dì, et anco per hora si fa et niente de meno non vegono potere fare qualche salario, non si recogle come richiede ogni buona dexerettione, ma tale provendimento stia a’ vostri consigli », cf. A.S.S. Consiglio generale 217, f° 68. Cf. aussi le 17 février 1447, A.S.S. Gabella dei Contratti 674, fa 8. Le 15 mai 1480, les executeurs et le trésorier de la « Gabella generale » déclarent « si è costumato de-putarsi uno lo quale in nome del vostro Comune possi risquotare esse cabelle et tenerne et rendarne buono conto », cf. A.S.S. Consiglio generale 238, fa 163.

136 Le 11 janvier, le 3 et 11 février 1452, A.S.S. Gabella dei Contratti 679, f° 3, 7, llv. Pour la visite fastueuse de Frédéric III à Florence cf. R. C. Trexler (1978), p. 99.

137 Le 1er avril 1449, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 676, f° 13.

138 Le 27 mars 1449, bonum et rectum computum omnibus introitus, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 676, f° 11.

139 Le 25 juin 1444, Deo Petri hospitatori ad Petriolum (...) pro Comuni nostro colligat cabellas et teneat bonum computum, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 669, fa 17.

140 Le 3 mars 1449, potestati balney Petriuoli scriptum est quod colligere debeat omnibus cabellis volentibus vendare ad minutum vel aliqua etc. in dicto loco et hoc secundum formam statuti, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 676, f° 8v.

141 Le 28 septembre 1450, eodem modo eligerunt Naddinum Francisci Naddini, ad presens potestatem balneorum de Petriuolo, qui debeat exigere et colligere cabellas dicti loci : panis, vini, carnium et piscium et aliarum rerum ad vendendum ad dicta balnea, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 678, f° 5.

142 Le 8 mai 1427, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 644, f° 9. Le 17 septembre 1453, taxe, vini, panis, carnium et piscium et aque et sanguinis balnei, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 653, f° 10.

143 Le 24 avril 1485, le conseil de la commune décide, item hoc super proposi-ta predicta generali et super modo vendendi balnea quod alio modo pro minori pretto non concedantur floreni XXIIII et quod vendantur plus offerenti, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 487, f° 21. Il est vraisemblable que Chianciano jouissait des mêmes avantages.

144 Le 27 octobre 1433, Sienne « conceda et dia [aux hommes de Campiglia] per tempo di sei anni la gabella de’ Bangni a San Filippo considerato che sono miserabili (...) e che loro mantengono l’aqua de’ bangni e docci », cf. A.S.S. Capitoli 5, f° 38v.

145 Le 1er janvier 1462, reconduit à partir du 4 avril 1471, cf. A.S.S. Consiglio generale 229, f° 163; 233, f° 266v. Le 25 avril 1471, « item che s’intenda concesse le cabelle de’ bagni a Saturnia a esso comune per lo tempo di anni XV e sia obligato esso comune di mantenere le mura e tutte acconciare ad honore de la comunità vostra », cf. A.S.S. Capitoli 5, f° 289.

146 Le 15 octobre 1448, « excepto che la ultima vendita facta de le dette cabelle per due anni proximi passati, la quale fu facta a grande utilità de la comunità nostra », cf. A.S.S. Concistoro 496, f° 26; Consiglio generale 224, f° 182v.

147 Le 27 mars 1420, « i detti cittadini Exegutori e Camarlengho di Gabella non possino diminuire la gabella del vino a minuto né la gabella della carne si vende a macello, né la gabella del pescie e pane », cf. A.S.S. Consiglio generale 209, f° 28v.

148 Le 20 juin 1428, cf. A.S.S. Consiglio generale 213, f° 45.

149 Cf. supra.

150 Principalement entre 1340 et 1428, cf. A.S.S. Consiglio generale 135, f° 4; 144, f° 41 ; 163, f° 39v ; 179, f° 31, 37 ; 185, f° 40; 187, f° 104 ; 193, f° 54 ; 201, f  84 ; 213, f° 45.

151 En 1444, la gabelle du pain, du vin, de la viande et du poisson à Bagno di Petriolo fut mise à prix par le Conseil Général à 1 200 livres et affermée par les exécuteurs de la « Gabella generale » à 2 320 livres, cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 208v; Gabella dei Contratti 670, f° 5. L’année suivante la même gabelle à Bagno di Macereto fut établie pour 200 livres et adjugée à 215 livres, cf. A.S.S. Consiglio generale 222, f° 282v; Gabella dei Contratti 671, f° 9. En 1458 la gabelle des bains fut proposée à 650 livres et finalement achetée à 850 livres, cf. A.S.S. Consiglio generale 228, f° 39v; Gabella dei Contratti 683, f° 31. A noter aussi, le doublement des gabelles à Bagno Vignoni en 1450 en raison du jubilé, cf. A.S.S. Concistoro 2121, f° 85.

152 Cf. supra p. 123-124. Sienne n’avait pas intérêt à trop surestimer ou sous-estimer les collectes de façon à trouver un acquéreur et à tirer meilleur profit des bains.

153 Cf. graphique 3.

154 Dans la mesure où il n’existe aucune étude sur les bilans globaux des finances siennoises au xve siècle, il n’est pas possible de déterminer quelle part les gabelles perçues dans les stations représentaient dans les ressources urbaines, mais il est certain qu’elles ne constituaient pas l’essentiel des revenus de la cité. En 1355, la gabelle sur le poisson rapportait 3 067 livres, 3 s., 8 d., la gabelle du vin 22 466 livres 8 s. 7 d. et à la même époque la gabelle des bains de Petriolo procurait 49 livres 6 s. 8 d. à la cité, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 22, f° 5v-6v. En 1437 et 1452, le seul budget de la « Biccherna » dépassait respectivement les 100 000 et 270 000 livres et Sienne cherchait à obtenir 1 200 et près de 2 000 livres de la gabelle des bains, cf. A.S.S. Biccherna 477, f° 5; 319, f° 120

155 Cf. M. Ascheri (1993), p. 9.

156 Cf. M. Ginatempo (1988), p. 270.

157 Entre autres pour la construction ou la restauration des murs du « castello » de Bagno di Petriolo au début du xve siècle et en 1458; le palais du podestat à Bagno di Petriolo, le 29 janvier 1447; le fossé et la maison des douches de Bagno di San Filippo, cf. A.S.S. Gabella dei Contratti 683, f° 4; Concistoro 486, f° 23v; Consiglio generale 236, f° 249v, 284.

158 Le 23 avril 1437, et similiter decreverunt de novo cabellam balnei Avineonis essere obligatam magistro Iohanni Cinquini et magistro Andree Cinquini et sociis fabricatoribus et hedificatoribus turris Sancte Marie Talamonis, cf. A.S.S. Concistoro 427, f° 56. Le 14 novembre 1424 et le 17 octobre 1426, cf. A.S.S. Concistoro 353, f° 7; Gabella dei Contratti 642, f° 6v.

159 Cf. graphique 3.

160 Tout particulièrement pour la construction de l’enceinte du « castello » de Bagno di Petriolo en 1410-1412 ou des ponts, pour les travaux, cf. supra, p. 157 s.

161 Cf. supra, p. 124-126.

162 Les moyennes des revenus espérés et des sommes dépensées sont respectivement de 888 livres et de 550 livres, ce qui permet de suggérer que Sienne pouvait escompter plusieurs centaines de livres de profits par an.

163 Cf. dossier 2, Lucques (1454), § 6; (1469), § 12.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540