Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Troisième partie. 1929-1939 : la politique russe du Saint-Siège entre crise et spiritualisation

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1À l’heure du premier plan quinquennal, le Saint-Siège doit faire face à une politique antireligieuse d’une violence inédite en URSS : les cadres difficilement établis dans les années 1920 pour l’Église catholique se vident progressivement. Les espoirs romains mis dans le catholicisme russe, pourtant si vifs, se reportent alors sur les réalisations menées dans l’émigration, même si les moyens affectés à ce grand projet de Pie XI sont réduits par la crise économique des années 1930 et les réorganisations curiales autour de la Commission pour la Russie. Dans un contexte international de plus en plus tendu et violent, le Saint-Siège, pourtant raffermi grâce aux accords du Latran, renonce progressivement à l’usage de l’outil diplomatique pour améliorer la situation des croyants en Russie. Après le coup d’éclat de la croisade de prières de 1930, qui démontre les capacités de mobilisation internationale de l’Église catholique, le Saint-Siège déploie une stratégie diplomatique plus diffuse et indirecte pour tenter d’améliorer ponctuellement le sort des croyants soviétiques. Mais surtout, progressivement, le Saint-Siège trouve dans l’action spécifiquement spirituelle un mode privilégié de présence au monde. La gravité des persécutions antireligieuses conduit à un rapprochement nouveau avec les orthodoxes alors que les tensions idéologiques en Europe imposent une clarification et surtout une doctrinalisation de la condamnation catholique du communisme pour essayer d’en limiter les instrumentalisations politiques.

  • 1  Ph. de Régis, Sur les confins mouvants de deux civilisations. Les marches orientales de la Pologne(...)
  • 2  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie. Relation du hiéromoine Vassily. Narva, Esna, Tartu, Mos (...)

2Si la situation du catholicisme en URSS est proche de l’anéantissement en 1939, le pacte germano-soviétique du 23 août 1939 va rapidement modifier la donne, d’abord d’un point de vue démographique : 23 millions d’habitants, dont 8 millions de catholiques, passent alors sous domination soviétique. Les prêtres catholiques formés à l’étranger pour la Russie se préparent alors à l’action et à ouvrir un nouveau chapitre de la rencontre du catholicisme avec le monde russe. Après l’arrivée des troupes soviétiques dans les pays baltes et en Pologne orientale, Philippe de Régis affirme, dans un grand élan, sa foi dans « ces peuples » parmi lesquels il a longtemps travaillé : « ils auront à souffrir, ils seront persécutés, meurtris, déportés. Mais ils n’abandonneront pas Dieu. […] Heureux vraiment les prêtres que le grand bouleversement de l’histoire a trouvés en ces régions et qui ont su ne pas céder à la tentation de fuir ! Ils seront martyrs ou apôtres, ou les deux à la fois »1. En 1940, le père Charles Bourgeois dit adieu au représentant du Saint-Siège en Estonie, Mgr Arata, qui quitte le pays : « Puisque c’est l’appel du pays russe qui m’a conduit ici, maintenant que cette même Russie vient à nous, je reste ; ce n’est pas le moment de s’en aller : elle tend la main ; je la prends […] Elle arrivait sans doute, cette Russie, à grand fracas, et la terreur de ses armées et de sa police… Mais c’était elle »2.

Notes

1  Ph. de Régis, Sur les confins mouvants de deux civilisations. Les marches orientales de la Pologne, dans Études, 1939 (76-241), p. 509.

2  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie. Relation du hiéromoine Vassily. Narva, Esna, Tartu, Moscou, 1932-1946, Buenos Aires, 1953, p. 100.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable