Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Troisième partie. 1929-1939 : la politique russe du Saint-Siège entre crise et spiritualisation

Chapitre 9. La spiritualisation des questions russes dans les années 1930 : les ressorts de la mobilisation catholique

Texte intégral

1Face à l’effondrement de l’Église catholique en Russie et dans un contexte international toujours plus polarisé et violent, le Saint-Siège se replie progressivement au cours des années 1930 sur une stratégie essentiellement spirituelle. Certes, comme on l’a vu plus haut, la dimension spirituelle ou, pour parler plus justement, dévotionnelle et rituelle, est bien présente dès le début des années 1920 avec le développement de formes spécifiques de prière pour la Russie. Cependant, dans les années 1930, ces initiatives spirituelles prennent une ampleur inédite et, surtout, occupent le devant d’une scène apparemment désertée par les actions diplomatiques et caritatives. Cette action proprement religieuse n’est cependant qu’en partie une « retraite », aux sens tant stratégique que religieux. Il s’agit d’abord, dans une logique qui est celle de l’Action catholique, d’une tentative de mobiliser la masse des catholiques pour exercer indirectement – mais en profondeur – une pression sociale, et donc politique. De ce fait, cette action a priori « purement » religieuse dans ses formes est en permanence suspectée et menacée de récupérations politiques par les mouvements qui font de l’anticommunisme leur cheval de bataille. Tenir une ligne anticommuniste strictement religieuse nécessitera la vigilance permanente du pape Pie XI, aidé du cardinal Pacelli, mais aussi le développement d’une approche plus dogmatique et théorique du communisme.

2Nous aborderons donc cette dimension spirituelle de l’action du Saint-Siège pour la Russie dans trois domaines qui se recoupent fréquemment mais que l’on peut distinguer pour l’analyse : un rapprochement plus marqué avec l’orthodoxie, une condamnation plus dogmatique du communisme et le développement de la prière pour la Russie.

Rapprochement et distance : les relations avec l’orthodoxie russe

3Les années 1930 sont caractérisées par de profonds bouleversements des relations entre catholiques et orthodoxes, à la fois parce que le catholicisme est marqué par une reprise en main romaine du mouvement unioniste et du fait des persécutions inédites de l’Église orthodoxe en Russie.

L’unionisme entre reprise en main romaine et diffusion

  • 1 Oecumenica, 03.1934 (I, vol. 1, n°1), p. 4.

4Largement diffusé au cours des années 1920 au sein des milieux catholiques occidentaux, l’unionisme est sous la pression des entreprises protestantes toujours plus œcuméniques et dynamiques. Les discrètes mises en garde romaines qui précédèrent les rencontres mondiales de 1925 (Life and Work) et 1927 (Faith and Order) sont précisées et amplifiées par une encyclique de Pie XI en 1928, Mortalium animos, dans un contexte où le dynamisme œcuménique s’enracine. En 1937, se tiennent les deuxièmes rencontres de ces deux mouvements (à Oxford pour Life and work et à Édimbourg pour Foi et Constitution) qui commencent à envisager leur fusion (qui n’aboutira qu’en 1948 avec la création du Conseil Œcuménique des Églises). Par ailleurs, le dynamisme anglican se manifeste par la création de la revue Oecumenica, un périodique trimestriel publié de 1934 à 1939 sous les auspices du Conseil des relations étrangères de l’Église anglicane, rédigé en français car cette langue « englobe l’élite intellectuelle de toutes les nations »1, dans l’objectif de donner des informations sur les différentes Églises et le mouvement œcuménique.

Une remise en ordre : Mortalium animos (6 janvier 1928)

  • 2Mortalium animos (06.01.1928), dans AAS, 1928 (20), p. 5-16 et Actes de S. S. Pie XI, tome IV (ann (...)

5Quatre-vingts ans après la lettre de Pie IX aux Orientaux du 6 janvier 1848, l’encyclique Mortalium animos de Pie XI saisit l’occasion de la condamnation de toute participation catholique aux congrès « panchrétiens » (visant à rapprocher les différentes Églises par le lien de la charité et à s’entendre sur un credo minimaliste) pour rappeler la vision catholique de l’unité des chrétiens. Selon cette dernière, l’unité existe déjà : elle réside dans l’Église catholique et, pour la retrouver, les dissidents n’ont qu’à revenir à « la seule véritable Église du Christ ». Les congrès panchrétiens seraient donc voués à l’échec car ils se trompent de méthode pour atteindre l’unité. Le pape condamne toute participation catholique à ces congrès car, si les catholiques y participaient, ils accréditeraient l’idée d’une « religion fausse », mettant à égalité le catholicisme avec les autres religions. Par ailleurs, les idées véhiculées par ces congrès semblent à Pie XI dangereuses par leur « séduction », car elles amènent insensiblement à l’« indifférentisme et à ce qu’on dénomme le modernisme », dont les partisans soutiennent que « la vérité dogmatique n’est pas absolue, mais relative, c’est-à-dire qu’elle doit s’adapter aux exigences variables des temps et des lieux et aux divers besoins des âmes »2. L’œcuménisme est donc ici clairement défini comme une forme de modernisme promouvant la relativité des dogmes.

  • 3  R. Janin, Les orthodoxes et l’encyclique “Mortalium Animos”, dans Échos d’Orient, 1929 (XXVIII), p (...)
  • 4  E. Behr-Sigel, Lev Gillet, un moine de l’Église d’Orient : un libre croyant universaliste, évangél (...)
  • 5  Beauduin à Korolevskij, Amay, 26.03.1928, dans KBM, IV, doc. 443, p. 1418.
  • 6L’encyclique “Mortalium Animos, 6 janvier 1928, 1928, 29 p. (Irénikon-collection, 1928-1).
  • 7  C. Korolevskij, L’uniatisme. Définition. Causes. Effets. Etendue. Dangers. Remèdes, 1927, 64 p. (I (...)
  • 8  La rédaction, L’Encyclique Mortalium Animos et le programme de l’Union, dans Stoudion, 1928 (V-1/6 (...)
  • 9  C. Quénet, Pie XI et l’Unité de l’Église, conférence prononcée le 11 juin 1928, dans la Salle des (...)
  • 10  C. Quénet, Question des rapports du catholicisme avec les Églises orientales sous le point de vue (...)
  • 11  « Il se présente sous le titre tout simple d’Union des Églises qui n’a pas besoin de commentaire » (...)
  • 12  Le sous-titre devient « Organe du mouvement pour le retour des dissidents à l’Unité catholique » : (...)
  • 13L’Unité de l’Église, 03-04.1930 (n°41).
  • 14  R. Loonbeek, J. Mortiau, Un pionnier Dom Lambert Beauduin… cit., t. 1, p. 786.
  • 15  Le texte (non publié) de l’éditorial de Beauduin annonçant la suppression d’Irénikon en 1928 fut é (...)
  • 16  AAC, Archives d’Irénikon, Appréciations sur Amay : copie de lettre de la Comission pro Russia, 29. (...)
  • 17  C. Spallanzani, Alcune parole sul titolo e sul programma della Rivista, dans L’Oriente cristiano e (...)
  • 18  D. Attwater, The Catholic Eastern Churches, Milwaukee, 1935, XX-308 p. (réédité en 1937) ; D. Attw (...)

6À la suite de cette encyclique, accueillie avec hostilité par les orthodoxes3, les milieux orientalistes et unionistes catholiques sont contraints de prendre position. Pour le hiéromoine Lev (Gillet), l’encyclique constitue « un choc qui précipitera une décision douloureusement mûrie au cours des mois précédents » : c’est-à-dire le passage à l’orthodoxie, concrétisé en mai 19284. Si dom Lambert Beauduin définit en privé l’encyclique comme « une gaffe » « par son ton, son exposé unilatéral et massif »5, il la présente de façon très nuancée dans Irénikon et en souligne les aspects « œcuméniques » en pondérant ce texte par d’autres interventions pontificales sur le même thème6. Au contraire, Cyrille Korolevskij, qui avait été l’objet de critiques de la Congrégation orientale pour ses prises de position dans l’opuscule sur « l’uniatisme » publié dans Irénikon-collection7, livre une véritable défense de l’encyclique et critique l’œcuménisme8. Un mouvement de fond est toutefois lancé et les catholiques vont rapidement réviser leur vocabulaire. Dans plusieurs conférences, l’abbé Charles Quénet explique l’importance de la précision du vocabulaire employé dans la question de l’union : « il n’y a donc pas d’Églises séparées ; il n’y a que des chrétiens séparés de l’Église »9. Ainsi, l’expression d’« union des Églises » est « contestable […] au point de vue théologique ». Elle ne peut pas être considérée simplement comme une « espérance » car de nombreuses Églises se sont déjà réunies à Rome10. Dans ce contexte, la revue des assomptionnistes L’union des Églises, dont le titre était censé se passer de commentaire en 192211, ajoute, à la fin de l’année 1928, un sous-titre mentionnant clairement son programme de « retour des dissidents à l’Unité catholique »12. Quelques mois plus tard, le titre de la revue est même transformé, de façon très significative, en L’Unité de l’Église13. De son côté, le Stoudion, plombé par des difficultés financières, mais peut-être aussi indirectement par les tensions dans les milieux unionistes de la fin des années 1920, disparaît en 1929. Enfin, les problèmes de la revue Irénikon en 1928 s’expliquent également dans le contexte de Mortalium animos : la revue perd alors 500 abonnés car les milieux catholiques ont pu croire « la Revue visée par Rome »14. Finalement, le repli éditorial sur des sujets plus historiques que théologiques permit à Irénikon de poursuivre son aventure15. En janvier 1930, Irénikon est de nouveau menacé, cette fois d’un changement de titre si la publication ne suit pas les instructions de la Commission pro Russia, à savoir le retour à une stricte attitude unioniste et l’abandon des relations avec les protestantismes16. Après Mortalium animos, les nouvelles revues créées dans les années 1930 adoptent d’emblée un vocabulaire discriminant à l’égard des Orientaux non catholiques. Par exemple, L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa, revue italienne créée en 1936 qui s’intéresse plus particulièrement aux chrétiens orientaux du bassin méditerranéen sous domination italienne, refuse – pour les désigner – de parler d’« Églises » mais utilise le terme de « communautés chrétiennes ». De même, la méthode d’union préconisée consiste en l’« accueil de la vérité intégrale avec la soumission pleine et entière (sommissione piena ed intera) au Souverain Pontife »17. On retrouve ces mêmes précautions de méthode dans le manuel catholique anglais sur la question des Églises orientales : le diptyque rédigé par Donald Attwater en 1935-1937 distingue soigneusement dans deux volumes séparés l’étude des Églises réunies à Rome de celle qui demeurent « dissidentes »18.

7Malgré la crise de Mortalium animos, profondément ressentie dans les milieux catholiques les plus avancés dans les relations avec les autres confessions chrétiennes, la diffusion de l’unionisme se poursuit.

Un unionisme toujours plus diffusé

8L’unionisme, clarifié sur ses bases romaines, continue à être diffusé en empruntant toujours les voies définies depuis la fin du XIXe siècle : revues, congrès et cérémonies romaines mettant en valeur les rites orientaux.

  • 19 Pax (Eastern Churches number 1), janvier 1931 (20-111), p. 240-241, anglais.
  • 20 The Eastern Churches Quaterly, 01.1936, (I-1), 2e de couverture, anglais.
  • 21 Pax (Eastern Churches number), 10.1935 (25-168), p. 147-148, anglais. Sur le bénédictin Dom Bede W (...)
  • 22  Cf. I. Baumer, Die Zeitschrift « Der Christliche Orient » 1936-1941, dans Von der Unio zur Communi (...)
  • 23  C. Spallanzani, Alcune parole sul titolo e sul programma della Rivista, dans L’Oriente cristiano e (...)

9Le petit monde des revues unionistes voit la naissance de plusieurs revues au profil nettement vulgarisateur. Il s’agit tout d’abord de l’« Eastern Churches number » de la revue Pax des bénédictins de l’île de Caldey (Pays de Galles). En 1931, sous la pression romaine, la revue Pax, qui s’est imposée depuis le début du siècle comme une revue généraliste, est invitée à consacrer un numéro trimestriel aux Églises orientales. Ce changement est défini comme un « sacrifice » par la rédaction de la revue qui prend le risque de déplaire à son lectorat19. Mais ce pari se révèle payant semble-t-il puisqu’en 1936 ce numéro trimestriel prend son indépendance pour former une revue à part entière autour d’un programme de diffusion de la pensée du pape sur la « réunion des Églises orientales dissidentes » : The Eastern Churches Quaterly20. Dans l’éditorial de transition entre ces deux éditions, la rédaction (dom Bede Winslow et Donald Attwater) souligne « l’insistan[ce] » du pape sur « le devoir des catholiques occidentaux », et notamment du clergé, de bien connaître les chrétientés orientales et sur la nécessité d’un engagement des « catholiques d’expression anglaise » à rejoindre ce mouvement du fait de la diffusion de cette langue dans le Moyen-Orient et de l’importance des migrants catholiques de rites orientaux en Amérique du Nord21. La dimension vulgarisatrice est plus ou moins présente en fonction des revues. Alors que des revues comme Russie et Chrétienté, créée en 1934 par les dominicains du centre Istina, ou Der Christliche Orient, organe de la Catholica Unio22, conservent des rubriques savantes, d’autres essaient de toucher un large public et adoptent un format attractif (papier glacé, photographies) comme The Chrysostom fondé en 1935 à New York aux États-Unis. En Italie, L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa se définit clairement comme une revue de « vulgarisation » et non de « haute culture et strictement scientifique »23.

  • 24  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 29-34.
  • 25 Acta VII Conventus Velehradensis, Olomucii, 1937.
  • 26  Associazione cattolica italiana per l’Oriente cristiano, III settimana di preghiere e di studi per (...)
  • 27  C. Dumont, Un congrès international pour l’orient chrétien, dans Russie et Chrétienté, 04-06.1937 (...)

10Au-delà des revues, les congrès restent des lieux de rencontre importants pour les milieux unionistes. Malgré les tensions en Europe, les congrès se poursuivent, certes à un rythme un peu ralenti et selon une géographie modifiée. Les congrès de Velehrad suivent leur rythme habituel : le sixième congrès a lieu du 13 au 17 juillet 1932 et rassemble 300 personnes dont 13 abbés de monastères et évêques24 tandis que le septième congrès de Vehlerad se tient du 15 au 19 juillet 1936. Encouragé par le pape et le cardinal Pacelli et aidé par le gouvernement tchécoslovaque (visas gratuits et réductions ferroviaires), il réunit 423 participants autour de deux grands types d’interventions : les questions scientifiques (réparties en trois sections : dogmatique, liturgique, historique) et les rapports sur les activités visant l’union des Églises. Ce congrès se clôt sur l’adoption de dix résolutions, dont la réunion pour 1939 du huitième congrès de Velehrad afin de fêter le 500e anniversaire de l’Union de Florence25. En dehors de Velehrad, les congrès unionistes catholiques se déplacent vers le sud méditerranéen. L’Association catholique italienne pour l’Orient chrétien (« Associazione cattolica italiana per l’Oriente cristiano ») organise des congrès d’abord limités à une audience italienne, comme la semaine pour l’Orient chrétien de Venise en septembre 1934. Une journée y est d’ailleurs consacrée à la Russie avec la célébration d’un pontifical de rite byzantino-slave, auquel participent les élèves du Russicum (chorale), et des conférences de Mgr Sipiaguine sur la piété italienne, la conversion des Russes et l’architecture des Églises russes26. En mai 1937, un public plus international prend part au congrès sur l’Orient chrétien à Rome (qui se déroule en partie à l’Institut pontifical oriental), des invitations ayant été lancées largement aux « directeurs et représentants d’œuvres et de périodiques catholiques » spécialisés sur l’Orient chrétien27.

  • 28  Encyclique Lux Veritatis, 25.12.1931, dans AAS, 1931 (23), p. 493-517. Version italienne dans Bell (...)
  • 29Saeculum mox (lettre au card. Pompilj), 25.12.1931, dans AAS, 1931 (23), p. 10-11 et Ephesinam Syn (...)
  • 30 Le celebrazioni orientali efesine a Grottaferrata. La giornata slava, dans OR, 22.11.1931 (71-273) (...)
  • 31 Oecumenica, 04.1939 (VI, vol. 7, n°1), p. 78-79.
  • 32 Singulari animi, 12.05.1939, dans AAS, 1939 (31), p. 258-259.
  • 33 La cronaca delle solenni celebrazioni, dans L’Oriente cristiano e l’Unità della Chiesa, mai-juin 1 (...)

11Rome apparaît alors comme le centre qui donne l’impulsion au mouvement unioniste. Quelques grandes festivités romaines, mettant en scène des liturgies orientales, sont organisées dans les années 1930. En 1931, la commémoration du concile d’Éphèse (431) permet d’en rappeler les apports théologiques fondamentaux (condamnation de l’hérésie nestorienne, nature du Christ comme vrai Dieu et vrai homme, Marie mère de Dieu, primat de l’évêque de Rome) et leur actualité du point de vue de l’union des « orientaux dissidents »28. Les cardinaux Pompilj et Sincero sont mobilisés pour l’organisation de célébrations à Rome et leur coordination dans le monde29. Des célébrations, notamment en rite oriental, ont lieu à Rome et dans l’abbaye de Grottaferrata30. Après cette commémoration, il faut attendre (peut-être sous l’effet des contraintes budgétaires) la fin des années 1930 et les célébrations du 950e anniversaire du baptême de la Russie. En France, une messe est célébrée en la cathédrale de Senlis (où Anne de Kiev, petite-fille de Vladimir mariée au roi Henri Ier, se retira après son veuvage) en la présence d’un représentant de Mgr Euloge31. Le Saint-Siège saisit également cette occasion pour souligner son attachement à la Russie. Le 12 mai 1939, le nouveau pape Pie XII adresse une lettre au cardinal Tisserant, secrétaire de la Congrégation pour l’Église orientale, à la fois pour préciser ses idées sur l’organisation de la commémoration et rappeler l’apport de ce pays au christianisme32. Un triduum est célébré – essentiellement au Gesù – du vendredi 19 au dimanche 21 mai et se conclut, le dimanche en la basilique Saint-Pierre, par une liturgie pontificale présidée par Mgr Evreinov, accompagnée d’un chœur de plus de 60 personnes et retransmise par Radio Vatican33.

La pratique des liturgies orientales : attraits et dangers

  • 34  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Rapport moral et financier pour l’exercice 1932-33 (...)
  • 35  S. J. Salaville, Liturgies orientales, notions générales, éléments principaux, Paris, Bloud et Gay (...)
  • 36  Version remaniée d’une semaine de cours proposés aux pères d’Amay-sur-Meuse durant l’été 1932. A. (...)

12La pratique des liturgies orientales catholiques – qui constitue l’un des vecteurs traditionnels de l’unionisme depuis le début du XXe siècle – se poursuit tout en rencontrant de nouveaux défis. Dans les années 1930, ces liturgies se développent grâce à la multiplication des centres catholiques pratiquant le rite oriental. Le Centre Istina accorde ainsi une grande importance au « rayonnement extérieur par la liturgie » et se rend, par exemple, dans des petits séminaires de la région du Nord pour faire connaître la liturgie orientale34. Les éditions de vulgarisation sur les liturgies orientales et les Églises d’Orient se poursuivent dans les années 193035, alors que certains spécialistes s’essaient à la « liturgie comparée », en vue de relever les points communs et les différences entre les liturgies orthodoxe et catholique, notamment autour du professeur Anton Baumstark36.

  • 37  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.
  • 38  I. Dirks (préf.), Catalogue des Saintes Icones. Prieuré bénédictin d’Amay-sur-Meuse., s.l., 32-4 p
  • 39  « Lettre préface » de Nicolas Arseniew à dom Ildefonse Dirks (Königsberg, 14.12.1938), dans I. Dir (...)

13Occasion privilégiée de découverte d’une altérité culturelle, ces célébrations sont aussi un moyen d’intérioriser une préoccupation religieuse. La prise de contact avec les liturgies orientales, parfois teintée d’exotisme, ne laisse toutefois pas la pratique des catholiques de rite latin intacte : certains éléments orientaux sont alors progressivement intégrés en Occident. D’un usage esthétique de la culture russe, les catholiques glissent insensiblement vers un usage religieux. Ainsi, au lendemain de leur concert diffusé sur Radio-Strasbourg, la Chorale-Istina accompagne-t-elle à Colmar un office liturgique des morts37. De même, à Amay-sur-Meuse, l’approche de l’icône est à la fois patrimoniale et religieuse : le prieuré réalise un important catalogue d’icônes, à partir duquel il est possible de commander des reproductions sous la forme d’image de piété38. Au-delà de la curiosité artistique, les fidèles catholiques sont invités à comprendre la logique spirituelle de l’icône. Comme le résume Nicolas Arseniew, dans sa préface au bel ouvrage du bénédictin Ildefonse Dirks (1874-1940), l’un des pionniers d’Amay : « dans l’icône », ce sont « des profondeurs de la vie religieuse, et non seulement des trésors de valeur purement artistique [qui] s’ouvrent devant nous […] L’œuvre des pères d’Amay n’est donc pas seulement une œuvre de haute vulgarisation artistique ; c’est une œuvre avant tout de portée religieuse »39. Pour le grand professeur de civilisation russe, cette « portée religieuse » ne peut être qu’une contribution à l’œcuménisme et à une meilleure compréhension mutuelle des confessions. Cependant, l’« icône » semble avoir été également l’objet d’une appropriation plus directe de la part de certains catholiques, comme un support dévotionnel nouveau.

  • 40  Le 29 mai 1933, les cardinaux de la Congrégation pour l’Église orientale proposent de publier une (...)
  • 41  ACO, PCPR, 412/28, doc. 1 : Chaptal à Sincero, Paris, 16.11.1927, français.
  • 42  E. Behr-Sigel, Un moine… cit., p. 191-204.
  • 43  Traduction de l’article de Возрожденiе, 21.06.1930, N°1845, dans ACO, PCPR, 412/28, doc. 7 ; ASV, (...)
  • 44  S. Boulgakoff, L’Orthodoxie, Paris, 1932.

14En effet, les contacts dans le domaine liturgique et cultuel vont parfois au-delà d’une simple découverte distante de l’altérité religieuse. Cependant, si le Saint-Siège renforce sa lutte contre toute communication in sacris40, la multiplication des églises orthodoxes ­en Occident pose de nouveaux défis. Dès la fin des années 1920 est amorcé un mouvement de « francisation » de l’orthodoxie qui suscite l’inquiétude des catholiques car, au-delà de la communication in sacris, se dresse le spectre d’une orthodoxie conquérante et concurrente en terres catholiques : le 11 novembre 1927, le père Boulgakov célèbre une liturgie en français rue de Crimée et mentionne des saints occidentaux de l’Église des premiers siècles (Irénée, Hilaire…). Selon Mgr Chaptal, si « la cérémonie […] ne paraissait pas ridicule », « cette liturgie, avec le mystère de son iconostase, et ses interminables répétitions » semble ne devoir « jamais plaire au public français »41. Cependant, dès 1929, un culte francophone s’organise à Paris, mais aussi à Strasbourg et à Saint-Cloud. Les conversions de Français à l’orthodoxie se multiplient, y compris dans les rangs du clergé. Le hiéromoine Lev, passé à l’orthodoxie en 1928, participe ensuite à la mise en place d’un culte orthodoxe en langue française à Paris42. En juin 1930, les conversions de Pierre Verdin et d’Eugène Coulont, prêtres du diocèse de Nantes, permettent la mise en place de la paroisse Saint-Basile de Nantes, rue Galilée43. C’est dans ce contexte notamment qu’il faut comprendre l’exposition en français de la doctrine de l’orthodoxie en 1932 par le père Serge Boulgakov44.

15Les préoccupations unionistes, malgré la reprise en main romaine de la fin des années 1920, restent ainsi très diffusées dans les milieux catholiques occidentaux, dans un contexte où les contacts directs avec les orthodoxes se font également plus nombreux et empruntent de nouvelles voies.

Vers de nouvelles voies de rencontre avec les orthodoxes

16Les rapports concrets avec les orthodoxes russes, notamment dans l’émigration, sont bien sûr affectés par les nouvelles perspectives catholiques sur la réunion des Églises. Si le dialogue théologique ou le partage de la prière restent quasiment impossibles dans les années 1930, de nombreux échanges s’opèrent dans le domaine culturel alors que les persécutions des croyants en Union soviétique renforcent sensiblement les liens entre confessions chrétiennes et même entre religions différentes.

Un dialogue théologique délicat

  • 45  Lors du transfert d’Istina de Lille à Paris à l’automne 1936, Russie et Chrétienté se réjouit des (...)
  • 46  AAC, Archives d’Irénikon, Appréciations sur Amay : copie de lettre de la Commission pro Russia, 29 (...)
  • 47  AHAP, 9K2 9 b, « Semaine pour l’unité ». Dom Thomas Becquet, bénédictin d’Amay, intervient ainsi s (...)

17Malgré la volonté catholique de collaborer avec des auteurs orthodoxes, qui se manifeste dans certaines revues comme Russie et Chrétienté45, tout débat théologique paritaire est rejeté par Rome au tournant des années 1930. C’est du moins en ce sens que l’on peut comprendre le rappel à l’ordre de la revue Irénikon par la Commission pro Russia en janvier 1930. La Commission récuse alors tout dialogue théologique avec l’orthodoxie et recommande une étude de cette dernière aussi distanciée qu’apologétique : les auteurs catholiques devraient se limiter à « faire connaître parmi les orientaux, notamment russes, la connaissance de l’Église Catholique, afin que soient attirés dans son sein les dissidents » et, lorsqu’il s’agit de parler de l’orthodoxie, « il faut éviter d’en parler comme de choses normales et naturelles, quasiment avec le même langage que l’on utilise pour les choses catholiques » (si deve evitare di parlarne come di cose regolare e naturalissime, quasi con lo stesso linguaggio con cui si riferiscono cose cattoliche)46. Ce refus d’un même langage se traduit également par l’absence d’échanges directs avec les orthodoxes. Par exemple, lors de la Semaine pour l’unité à Lyon en janvier 1937 sur le thème « Le Royaume de Dieu », tous les invités chargés de présenter la perspective orthodoxe sur cette question sont catholiques47.

  • 48  P. Baron, Un théologien laïc orthodoxe russe au XIXe siècle. Alexis Stépanovitch Khomiakov (1804-1 (...)
  • 49  A. Gratieux, A. S. Khomiakov et le mouvement slavophile. I. Les hommes, II. Les doctrines, Paris, (...)
  • 50  S. Tyszkiewicz, Doctrinae de Ecclesia theologorum russorum pravoslavorum, Rome, 1937 ; S. Tyszkiew (...)

18Dans ce contexte de dialogue impossible, l’intérêt catholique pour les penseurs et théologiens orthodoxes ne se dément pas, comme en témoignent les deux thèses sur Khomiakov soutenues à la fin des années 1930 : celle de Pierre Baron soutenue à l’ICP en 193748 et celle de l’abbé Gratieux en 1939, immédiatement publiée dans la toute nouvelle collection « Unam Sanctam »49. Au-delà du cas Khomiakov, les théologiens et philosophes russes contemporains attirent l’attention des théologiens catholiques, comme le père Tyszkiewicz qui s’intéresse en particulier à l’ecclésiologie orthodoxe50.

  • 51  Ces brillantes rencontres entre intellectuels chrétiens ont attiré l’attention des historiens : B. (...)
  • 52  ACO, PCPR, 439/28, doc. 37 : Chaptal à Sincero, Paris, 04.04.1928, français (souligné dans l’origi (...)
  • 53  B. Geffert, Eastern Orthodox and Anglicans… cit., p. 57.
  • 54  C. Lialine, De la méthode irénique, Amay-sur-Meuse, 1938, p. 4.
  • 55  Voir K. Michulec, La concezione e la promozione dell’unità della Chiesa secondo il pensiero di P.  (...)
  • 56OCP, 1938 (IV), p. 288-291.
  • 57  Y. M. J. Congar, Chrétiens désunis : principes d’un Œcuménisme catholique, Paris, 1937.
  • 58  M.-J. Congar, Chronique – France – Centre dominicain d’études russes, dans Oecumenica, 01.1937 (II (...)
  • 59  Y. M. J. Congar, Chrétiens désunis… cit., p. 249-275.
  • 60Ibid., p. XII-XIII.
  • 61  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 221-268.

19Au-delà de ces recherches, certains échanges directs entre intellectuels orthodoxes et catholiques eurent lieu en marge des hiérarchies. En 1928, quelques semaines à peine après Mortalium Animos, Mgr Chaptal signale deux « indices de rapprochement » avec les orthodoxes à Paris. D’une part, des conférences sont organisées par Mgr Beaupin et le groupe des Amitiés françaises à l’étranger à la demande de plusieurs professeurs orthodoxes (Boulgakov, Kartašëv, Arseniew, Zernov) qui avaient « exprimé le désir que des savants catholiques voulussent bien leur exposer quelques points de la doctrine de l’Église sur lesquels ils avaient besoin d’être mieux fixés ». Ces conférences sont données par des personnalités éminentes du clergé français et portent sur « Les origines de la papauté à Rome » (abbé Pierre Batiffol, historien), « La constitution divine de l’Église » (père Jules Lebreton, historien jésuite spécialiste des premiers siècles de l’Église) ou encore « L’action sociale de l’Église » (père du Passage, également jésuite et alors directeur des Études). Mgr Chaptal se montre satisfait de ces conférences « strictement privées », n’ayant comme auditeurs que « les savants et professeurs » et ne se prêtant pas à la controverse comme de grandes conférences publiques « où la doctrine chrétienne est discutée en présence d’auditeurs catholiques ou hétérodoxes ». D’autre part, le prélat français évoque les « conversations » organisées par Jacques Maritain à la demande du « professeur russe » Berdiaev sur des sujets de philosophie et d’histoire51. Chaptal note avec plaisir que les Russes, qui souhaitaient systématiquement entendre des conférenciers modernistes (il cite alors les noms du père Laberthonnière et du philosophe Le Roy), « paraissent maintenant disposés à s’arranger directement avec M. Maritain ». Le principe est le même que pour les rencontres organisées par Mgr Beaupin : « aucun spectateur » n’est admis dans « ces réunions » qui doivent être « des entretiens entre philosophes s’éclairant sur leurs positions métaphysiques et religieuses respectives ». Chaptal se montre confiant dans la mesure où la personnalité de Maritain garantit « que ces entretiens ne dégénèrent pas en controverses dangereuses ou, tout au moins, inutiles ». Mgr Chaptal soutient ces rencontres dans la mesure où elles permettent une « diminution des préjugés » et des « préventions […] à l’égard de l’Église catholique » parmi « ces orthodoxes, qui dirigent le mouvement des esprits à Paris »… mais demande tout de même son « sentiment » au cardinal Sincero « sur toutes ces initiatives » qui ne visent pas à faire des « conversions » parmi les orthodoxes52. Ces contacts entre intellectuels et théologiens, à l’heure même de Mortalium Animos, indiquent que la situation a été moins figée qu’il n’y paraît, même si ces rencontres s’achevèrent semble-t-il durant la première moitié des années 193053. Les crispations du début des années 1930 semblent par ailleurs céder la place à la fin de cette décennie à une attitude plus souple, marquée par de nombreux plaidoyers catholiques en faveur d’une approche « irénique » de l’orthodoxie, non pas dogmatique mais pratique, comme la définit le père Lialine, une « attitude conciliante d’un homme qui cherche la vérité, envers un ou d’autres hommes que, raisonnablement, il croit animés des mêmes dispositions que lui »54. Même le jésuite Stanislas Tyszkiewicz, d’un unionisme romain strict55, reconnaît dans son compte rendu de l’ouvrage de Florovsky, Пути русского богословия (Paris-Belgrade, 1937) la nécessité d’un certain irénisme : si « un irénisme panchrétien qui crée une entente cordiale de la vérité avec l’erreur » est à rejeter, « il ne faut pas oublier que la “critique” pratiquée dans un esprit autre que celui de la charité évangélique n’aboutira jamais à grand-chose »56. C’est dans ce contexte que l’on peut comprendre la parution de l’ouvrage du père Yves Congar, Chrétiens désunis, en 1937, qui ouvre de nouvelles perspectives du côté catholique57. Dans ses chroniques sur la France, rédigées pour la revue anglicane Oecumenica, le dominicain français déplorait déjà « qu’on ait, de part et d’autre, si mal profité de cette exceptionnelle occasion de connaître le vrai visage l’un de l’autre, que nous donnait le cruel exil de nombreux orthodoxes russes parmi nous »58. Dans Chrétiens désunis, Congar intègre et critique l’apport des réflexions ecclésiologiques des orthodoxes russes, notamment des penseurs de l’émigration. Le chapitre 6 de l’ouvrage, consacré à l’« ecclésiologie orthodoxe » et à sa réflexion sur l’unité dans la conciliarité, cite ainsi abondamment Soloviev, Berdiaev, Boulgakov mais reprend également l’apport des théologiens catholiques qui ont suivi les progrès de l’ecclésiologie orthodoxe, notamment du père Tyszkiewicz59. Cette réflexion comparative est justifiée par le propos résolument novateur d’un « œcuménisme catholique » se distinguant tant de l’œcuménisme habituel, selon lequel toutes les Églises devraient reconnaître leurs fautes et traiter à égalité, que de l’unionisme qui voudrait « réunir à une seule Église considérée comme seule vraie, des groupes chrétiens considérés comme dissidents ». Tout en reconnaissant la clarté de la définition par le Magistère de « la doctrine de l’Église sur l’unité et la dissidence », Congar y décèle un manque : ces textes « fixent le terme idéal où il faut en venir » mais « ne donnent guère d’indications ni sur le point de départ concret, ni sur les possibilités du mouvement vers le terme ». Dans cette perspective, la mise en place d’un œcuménisme catholique suppose de reconnaître « qu’aucune confession chrétienne ne possède, en son état actuel, la plénitude du christianisme »et passe par une étude approfondie des fondements de l’ecclésiologie catholique, mais aussi des théories de l’Église admises dans les autres confessions chrétiennes60. Cependant, si l’ouvrage de Congar est accueilli avec intérêt, y compris en dehors de France, ces tentatives catholiques d’un dialogue avec l’orthodoxie restent encore marginales61.

La culture russe : un point d’accroche ?

  • 62  A. Sipiaguine, Aux sources de la piété russe I. La Lavra des cavernes à Kiev, 1927, 62 p. (Iréniko (...)
  • 63Récits d’un pèlerin russe, 1928, 78 p. (Irénikon-collection, 1928-5/7).
  • 64  M. Schwarz, Le Chant ecclésiastique byzantin de nos jours, dans Irénikon, juillet-août 1933 (X-4), (...)
  • 65  A. Hubatzek, Musique religieuse russe. Le disque au service de l’unité, dans Russie et Chrétienté, (...)
  • 66  John Post rappelle le formidable vecteur de diffusion de la culture qu’est la musique : « Not a fe (...)
  • 67Irénikon, septembre-octobre 1934 (XI-5), p. 354 et 356.

20Dans un contexte toujours marqué par une certaine mode russe en Occident, l’intérêt pour la culture religieuse russe se développe : la collection Irénikon explore la « piété russe »62 et diffuse en français les Récits d’un pèlerin russe dès 192863. Au-delà même de la culture religieuse elle-même, la musique fait l’objet de nombreux articles dans la presse catholique, d’Irénikon64 à Russie et Chrétienté65 en passant par Pax66. Cette approche culturelle semble avoir été pensée comme un mode d’approche « irénique » de l’altérité religieuse. Irénikon revendique ainsi son intérêt pour toutes les productions culturelles dans son projet de « faire l’ontologie des confessions plutôt que leur pathologie » car « la religion des peuples orthodoxes ne se révèle pas uniquement sous ses formes ecclésiastiques. L’histoire profane, la littérature, l’art et la musique peuvent fournir des éléments très intéressants à cet égard »67.

  • 68  AAC, Congrès : Affiche et tract pour le concert de Bruxelles, 02.02.1929. Voir document 37.
  • 69  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.
  • 70  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 199, f. n-i (28bis) : Publicité pour « Art religieux de la Russ (...)
  • 71  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.
  • 72  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : p. Dumont au p. provincial, 06.12.1934.

21Plusieurs centres catholiques spécialisés dans l’apostolat oriental participent alors à la diffusion de « produits » culturels russes, notamment par le biais de concerts, d’expositions ou de conférences. Des chorales se produisent lors de célébrations liturgiques mais aussi dans des concerts profanes. En 1929, le prieuré d’Amay-sur-Meuse organise dans la capitale belge un concert de musique religieuse slave, exécuté par le conservatoire royal de Bruxelles accompagné d’un chœur mixte de 50 personnes dans le but de récolter des fonds pour l’aide aux émigrés russes en Belgique68. La Chorale-Istina est particulièrement active dans le Nord de la France : créée en 1928 par les dominicains, elle compte 30 membres en 1935, souvent des élèves du conservatoire. En novembre 1935, cette chorale organise, en collaboration avec l’orchestre de Radio-Strasbourg, une « Soirée de musique russe » (chants russes et œuvres de Rimski-Korsakov) retransmise sur Radio-Bruxelles69. Plusieurs expositions d’œuvres russes sont également organisées. Outre l’exposition des œuvres du peintre Brajlovskij à l’Institut pontifical oriental en 1932, accompagnée d’une conférence sur l’art russe par Mgr Sipiaguine70, on peut signaler l’aide fournie par le centre Istina en 1934 à l’association « L’icône » pour organiser une exposition d’icônes russes. Cette exposition, présentée d’abord en janvier 1935 à Lille dans la maison Saint-Basile, se déplace ensuite, notamment en novembre 1935 au couvent des dominicains de Strasbourg71. L’aide fournie par les dominicains à cette association russe fondée en 1925 à Paris est pensée comme une occasion « de créer des contacts de sympathie avec des milieux orthodoxes et de manifester notre effective compréhension de la mentalité religieuse et de toutes les traditions religieuses de la Russie, afin que peu à peu se crée chez les orthodoxes cette persuasion qu’en souhaitant l’Union l’Église catholique est fermement disposée à respecter et même à favoriser ces traditions ; en un mot qu’on peut être à la fois catholique tout en demeurant très russe »72.

Face aux divisions de l’orthodoxie russe dans l’émigration : une apologétique limitée

  • 73  M. d’Herbigny, A. Deubner, Évêques russes en exil. Douze ans d’épreuves (1918-1930), dans Oriental (...)
  • 74  A. Hubatzek, Dans l’Église russe orthodoxe de l’émigration. La réconciliation des Métropolites Eul (...)
  • 75Notes, textes et documents, dans Russie et Chrétienté, 1938-39 (n°2), p. 205-237 ; A. Wuyts, Le de (...)
  • 76  Voir notamment Serafim (évêque de Potsdam), Католичество и большевизмъ [Catholicité et bolchevisme (...)

22Dans le même temps, l’apologétique catholique limite ses offensives à l’égard de la hiérarchie dans l’émigration. Certes, l’étude de d’Herbigny et d’Alexandre Deubner sur les Évêques russes en exil, publiée en 1931, propose aux « lecteurs d’Occident » une histoire très critique des évêques russes exilés après 1917 qui « en viennent à s’excommunier mutuellement » : ces divisions internes, révélatrices d’une « psychologie » sécessionniste éclaireraient les « conflits et les schismes orientaux du neuvième et du onzième siècle » et mettraient alors en valeur, par contraste, « la merveilleuse constitution de l’Église catholique »73. Cependant ces critiques de la hiérarchie émigrée se font progressivement moins virulentes au cours de la décennie pour atteindre une quasi neutralité dans les nombreux comptes rendus sur la vie religieuse de l’émigration par le père Hubatzek dans Russie et Chrétienté. La réconciliation des métropolites Euloge et Antoine puis le concile de 1934, sont analysés de façon assez neutre74, de même que le second concile de l’Église russe hors-frontières à Carlovtsi en août 193875, où les prises de position sur le catholicisme sont pourtant nombreuses et parfois virulentes, notamment autour de la situation en Pologne76. Cette relative modération de l’apologétique catholique s’explique probablement par le contexte très difficile de l’Église orthodoxe en Russie.

Persécutions en Russie et nouvelles solidarités interconfessionnelles

  • 77 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.
  • 78 Persecution of religion, dans The Times, 13.02.1930 (45-436), p. 13.
  • 79  L’appel est daté de Sremski Karlovcy, 12 novembre 1929. Обращенiе митрополита Антонiя къ народамъ (...)
  • 80Actes de Pie XI, VI, p. 61.
  • 81La croisade contre le communisme, dans Le Figaro, 11.02.1930 (105-42), p. 1-2.
  • 82 Le chiese protestanti prussiane contro le persecuzioni russe, dans OR, 07.03.1930 (70-55), p. 2.
  • 83  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 30 : Sibilia à Pacelli, Vienne, 18.02.1930, Nonciature V (...)
  • 84Ibid., f. 28 : tél. du président de la colonie russe de l’Italie septentrionale au pape, 23.02.193 (...)
  • 85  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 193, f. 65 : Pacelli à « très révérend archimandrite » Simeone, (...)
  • 86  Sur le parcours de cette lettre, voir infra n. 225 p. 728.
  • 87Un chrétien dans la servitude communiste, dans Благовѣстъ, 07-08.1931 (n°3), p. 5-7 (en français), (...)

23À la fin des années 1920, la perception catholique de la situation des orthodoxes en Russie évolue : les tonalités apologétiques soulignant la supériorité des « témoins » catholiques s’effacent au profit d’accents plus fraternels. La lettre de Pie XI au cardinal Pompilj Ci commuovono profondamente du 2 février 1930, qui mentionne clairement le martyre de l’Église russe, contient certes un appel à l’unité de l’Église autour du siège de Pierre (« pour que individus et peuples fassent le plus rapidement possible retour à l’unique troupeau de l’unique Sauveur et Libérateur ») mais les différences théologiques ne sont pas mentionnées77. L’organisation de la campagne de prière pour la Russie en 1930 permet de nouer des contacts inattendus entre confessions chrétiennes, et même entre religions, pour coordonner l’action de solidarité avec les croyants de l’Union soviétique. Dès décembre 1929, plusieurs voix croyantes s’élèvent contre les persécutions. Le 19 décembre 1929, à l’Albert Hall de Londres, se tient une conférence sur la persécution des religions en URSS qui a un grand retentissement78. Dès le lendemain, est publié dans Vozroždenìe un appel de Mgr Antoine « aux peuples du monde entier » pour la Russie79. Le 23 décembre, dans l’encyclique Quinquagesimo ante Anno (pour le cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotale), Pie XI évoque, dans un message à la tonalité universelle dépassant les stricts intérêts du catholicisme, la « guerre farouche déclarée à l’extrême Orient de l’Europe non pas tant à la religion chrétienne qu’à tous les droits divins et humains »80. Au début de l’année 1930, les manifestations, souvent interreligieuses, se multiplient. Par exemple, à Paris le 9 février, dans le temple de l’Oratoire du Louvre, a lieu un « service solennel pour les croyants russes persécutés », autour de Marc Boegner (président de la Fédération protestante de France), du rabbin Julien Weill (représentant le Grand rabbin de France) et de Mgr Euloge. La célébration rassemble 2 000 personnes et allie chants religieux interprétés par un chœur russe et discours engagés81. Les catholiques restent à l’écart de ces manifestations interreligieuses mais la lettre du pape du 2 février leur indique la marche à suivre, centrée sur la prière du 19 mars. Dès lors, les confessions non-catholiques choisissent souvent un autre jour que le 19 mars pour prier pour la Russie. Le Synode général de l’Union prussienne (Église protestante) fait du dimanche 9 mars de 12h à 13h, un moment où les cloches de toutes les églises doivent inviter à prier pour la Russie82. Si la campagne de prière de 1930 n’est pas une expérience de prière interreligieuse pour les catholiques, elle permet de nouer des contacts inattendus avec d’autres religions ou avec des communautés orthodoxes russes de l’émigration par le biais de brefs échanges épistolaires. L’association juive viennoise Agudas Jisroel exprime ainsi ses remerciements au pape et souligne l’« émotion profonde suscitée chez tous les juifs par l’important texte de Sa Sainteté Pie XI »83. Le président de la colonie russe d’Italie du nord remercie le pape pour les « paroles miséricordieuses dites en défense de leur Église piétinée par les patrons actuels (attuali padroni) de la Russie »84. La « colonie russe de Rome » envoie également une « adresse émue et reconnaissante » à cette occasion85. S’il est difficile d’en attester l’authenticité ou d’évaluer sa représentativité, une lettre anonyme de Russie reçue par le Saint-Siège et publiée dans une revue catholique russe86, semble symptomatique d’un rapprochement catholique-orthodoxe : cette lettre remercie le « Saint-Père » pour son appel du 2 février 1930 et insiste sur les « rigueurs » du « pouvoir soviétique » contre « les ministres de la foi chrétienne, tant orthodoxes qu’appartenant à toute autre confession ». Les « chrétiens » dépassant leurs divergences confessionnelles et se regroupant « dans les catacombes » (« въ кaтакомбаxъ ») peuvent alors trouver une source d’inspiration dans « nos frères qui ont souffert pour la foi dans les premiers siècles de l’ère chrétienne », époque bien antérieure à la séparation de 105487. Cet épisode de la croisade de prière de 1930 constitue donc sinon une rupture, du moins une parenthèse, dans l’habituelle attitude apologétique de l’Église catholique.

  • 88 Il significato d’una Messa, dans OR, 19.03.1930 (70-65), p. 1, italien.
  • 89 A Russian Catholic, The Church’s Prayer for Russia, dans Pax – Eastern Churches number 2, avril 19 (...)

24En effet, dans le cadre de ce front commun des religions, Rome souhaite malgré tout s’assurer une position de leader. L’Osservatore romano, en signalant les initiatives de prières pour la Russie prises par diverses confessions, considère toutefois « que c’est seulement de la Chaire de Pierre que peuvent encore aujourd’hui irradier une idée, une force, un mouvement vraiment universels »88. L’affirmation d’un leadership religieux est particulièrement net à l’égard de l’Église anglicane : la revue Pax rappelle que « c’était juste après que sa lettre [celle de Pie XI] au cardinal Pompili ait été publiée que les autorités anglicanes ont ordonné des prières spéciales à dire dans leurs églises »89.

  • 90  C. Quénet, Question des rapports du catholicisme… cit., p. 16.
  • 91  Malgré la persistance de certaines polémiques comme dans Put’ (décembre 1930) sur la question des (...)
  • 92Н. Арсеньевъ, Православiе, католичество, протестантизмъ, Paris, 1930. Il cite d’ailleurs en note p (...)
  • 93  A. Starodworski, Tragedja Cerkwi Prawosławnej w Z.S.R.R., Varsovie, 1934.
  • 94  Préface de Joseph Husslein (07.08.1937), dans D. Attwater, The dissident eastern Churches, Milwauk (...)
  • 95  Mgr Vidal rappelle que les évêques tués au moment de la Révolution « sont tombés victimes de la sa (...)
  • 96 BBKL, 4, Herzberg, 1992, col. 208-210 (K. Schwarz).
  • 97  H. D. Kalikin, Proposita resolutio Russorum contra persecutores fidei in Russia, dans Acta VI Conv (...)
  • 98 С. Л. Франк, Христианство на Безбожником фронте N°1. Личная жизнь и социальное стройтельство [Le c (...)
  • 99  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 41 : Dr. Joachim Müller à d’Herbigny, Genève, 07.02.1933 (...)
  • 100Ibid., f. 42 : lettre du secrétaire de d’Herbigny à Dr. Joachim Müller, 09.02.1933, français. L’ar (...)

25Cependant, la campagne de prière de 1930 permet de relancer l’unionisme. L’abbé Charles Quénet, le responsable de la pastorale auprès des Russes à Paris, propose ainsi « aux Russes de l’émigration que [catholiques et orthodoxes] repart[ent] de la date du 19 mars, date toute neuve, depuis laquelle [ils] ne [se sont] pas disputés » et souligne la prière « désintéressée » et massive (« ses millions de fidèles, ses deux mille évêques et ses milliers de prêtres ») de l’Église catholique « pour tous les croyants persécutés […] les orthodoxes qui sont aussi nos frères, mais séparés »90. Les orthodoxes répondent d’ailleurs en partie à cet appel91, comme en témoigne le théologien Nicolas Arseniew (Arsen’ev”) qui, dans son ouvrage de 1930 intitulé Orthodoxie, catholicisme, protestantisme, refuse la « polémique » et insiste sur le contexte d’écriture du livre, à savoir les persécutions religieuses en Russie qui impliquent l’action commune des chrétiens92. Après 1930, un changement d’attitude à l’égard des orthodoxes est également sensible. Les catholiques occidentaux sont unanimes à reconnaître l’authenticité des souffrances de l’Église russe, dont les tribulations apparaissent comme une « tragédie »93 et un témoignage d’« héroïsme »94, vraiment donné au nom de la foi95. Le sixième congrès de Velehrad (1932) est marqué par une réouverture aux orthodoxes et un recentrement sur la Russie. Pour la première fois, un théologien protestant – le luthérien Hans Koch (1894-1959), spécialiste des questions de l’Europe orientale – assiste au congrès96. Plusieurs communications abordent la question russe, à la fois de façon assez classique (dogmes, tendances pro-catholiques…) mais aussi sur des questions d’actualité comme les persécutions religieuses. Outre les communications scientifiques, toutes délivrées par des catholiques, une après-midi est consacrée à un échange de vues entre orthodoxes et catholiques, durant lequel Kartašëv, historien et théologien enseignant à Paris, et Valerij S. Vilinskij, auteur prolifique installé en Tchécoslovaquie, interviennent en russe. Par ailleurs, plusieurs responsables orthodoxes envoient des messages au congrès dont certains sont lus publiquement, comme celui de Mgr Antoine (Hrapovickij) et celui du professeur Serge Boulgakov. De son côté, Mgr d’Herbigny est absent et envoie simplement un télégramme d’encouragements. Le congrès s’achève sur l’adoption de sept résolutions, dont celle proposée par le docteur Evgenij Kalikin, orthodoxe, contre la persécution en Russie97 : les participants s’engagent par ailleurs à agir pour la réunion et à prier pour l’unité. Cette collaboration se poursuit dans les années 1930, notamment autour de la recherche d’informations sur le mouvement antireligieux en URSS. Une contre-attaque orthodoxe contre l’athéisme soviétique se met progressivement en place autour de la revue Put’ et les éditions YMCA avec la participation de Simon Frank, Berdiaev et Fedotov qui réalisent une sorte de tryptique de réfutation chrétienne de l’athéisme98. En 1933, un responsable de cette association s’adresse à d’Herbigny pour lui proposer une collaboration avec les bulletins produits par l’Institut pontifical oriental ayant des « renseignements de valeur sur le mouvement anti-religieux »99. La réponse de d’Herbigny démontre une extrême prudence : tout en affirmant sa disponibilité à une « entr’aide » avec des non-catholiques, il fait rédiger la réponse par son secrétaire (une démarche rare chez cet infatigable épistolier) et renvoie son correspondant à son dernier article paru dans la Revue des Deux Mondes100.

26Dans un contexte transformé par la violence antireligieuse en URSS, le Saint-Siège adopte une position officielle plus prudente que dans les années 1920 à l’égard de l’orthodoxie. Cette prise de distance n’est toutefois qu’apparente car de nombreuses rencontres et des rapprochements inédits ont bien lien que ce soit au niveau intellectuel ou sur le terrain de la lutte commune contre les persécutions antireligieuses.

Le tournant anticommuniste de l’Église catholique ? Élaboration doctrinale et mobilisation culturelle

27À partir de la fin des années 1920, le Saint-Siège entre dans une dynamique de dénonciation publique du « danger » communiste. Le Saint-Siège est ici épaulé intellectuellement par les spécialistes catholiques du monde russe et soviétique, qui se montrent également capables de mobiliser les fidèles sur le terrain culturel. Rome prend cependant progressivement conscience des limites et des dangers de cette mobilisation.

La condamnation romaine : un effort de doctrinalisation face au communisme athée

28Le Saint-Siège orchestre dès la fin des années 1920 des campagnes de presse dénonçant le communisme. Au même moment, les prises de parole du pape sur ce sujet s’accumulent. À partir du milieu des années 1930 cependant, ces campagnes se font plus discrètes et ponctuelles et les textes pontificaux sont plus élaborés sur le plan doctrinal.

Le Saint-Siège et les campagnes de presse des années 1930

  • 101  AA.EE.SS., PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 48 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.
  • 102Ibid., f. 25 : lettre de Cerruti (ambassadeur à Moscou), 13.04.1929 (sur la campagne antireligieus (...)
  • 103 Ibid., f. 55 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929, italien.
  • 104Ibid., f. 61 : Centoz à Pizzardo, Berlin, 10.11.1929, Nonciature Allemagne s. n., italien.
  • 105  Né en 1883, Friedrich Muckermann entre dans la Compagnie de Jésus en 1899. Il est fait prisonnier (...)
  • 106  AA.EE.SS., PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 61 : Centoz à Pizzardo, Berlin, 11.11.1929, Nonciature Allem (...)
  • 107 Ibid., f. 75 : Centoz à Sincero, Berlin, 17.12.1929, Nonciature Allemagne N°42782 (Die Christenver (...)

29Les archives vaticanes montrent l’effort déployé par la Commission pro Russia et la diplomatie du Saint-Siège à partir de 1929 pour diffuser l’information sur les persécutions religieuses dans la presse de différents pays. Lors de son congrès du 5 juin 1929, la Pro Russia propose de traduire la nouvelle législation soviétique sur les associations religieuses et de la « transm[ettre] à quelques journaux américains des États-Unis pour que l’on publie chaque jour quelques articles qui fassent voir l’énormité des nouvelles dispositions contraires à la religion », ce que Pie XI accepte en recommandant de faire attention à la spécificité du public américain qui « cherch[e] des informations mais pas de longs textes »101 ! L’accumulation de rapports alarmants sur la répression antireligieuse, émanant notamment des diplomaties italienne et polonaise102, décide la Commission pro Russia réunie en congresso le 30 octobre 1929 de rédiger une synthèse sur « ce que les Soviets font contre la Religion », qui serait transmise « à de grands quotidiens afin qu’ils publient de temps en temps quelques informations, naturellement sans compromettre le Saint-Siège ». Pie XI accepte le principe d’une action par la presse mais dessaisit la Commission au profit de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires car « étant donné la répercussion générale, mondiale, de tout ce qui se publie sur la Russie », le Saint-Père « réserve à la prudence (prudenza) du Secrétaire pour les Affaires ecclésiastiques extraordinaires [Pizzardo] tout ce qui se réfère à la presse sur les choses russes »103. La Secrétairerie d’État fait alors publier des informations dans la presse allemande en passant par le relais de la Nonciature de Berlin. Mgr Centoz, auditeur de cette Nonciature, « [s]e conform[e] à la pratique suivie prudemment par l’Excellentissime Nonce dans des cas analogues, dans lesquels on demandait justement la publication d’informations similaires (transmises le plus souvent par […] Monseigneur d’Herbigny) »104. Mgr Centoz demande au père Leiber, jésuite et secrétaire personnel de Pacelli durant ses années allemandes, de « préparer un article » en allemand qui reflète « exactement […] les informations » reçues de Rome. Cet article est ensuite envoyé au père Muckermann, directeur de la Katholische Korrespondenz de Münster105. Selon Centoz, le passage par ce journal permet une certaine discrétion (« la Katholische Korrespondenz recevant des informations d’Italie, de France, d’Espagne, de Belgique, des Missions, etc., on ne soupçonnera pas qu’elles proviennent de cette Nonciature et encore moins du Saint-Siège ») et assure une bonne diffusion (« beaucoup d’informations données par l’excellente Katholische Korrespondenz sont ensuite reproduites par un bon nombre de journaux catholiques en Allemagne »)106. De novembre 1929 à janvier 1930, Mgr Centoz fait ainsi publier plusieurs articles sur les persécutions en Russie107.

  • 108  M. Agostino, Pie XI et les médias, dans Achille Ratti. Pape Pie XI. Actes du colloque organisé par (...)
  • 109  Sur cette agence, voir infra, p. 747-748.
  • 110  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 72 : d’Herbigny-Cercone au Comte Dalla Torre, Vatican, 2 (...)

30La croisade de prière lancée en février 1930 se traduit bien entendu par une forte mobilisation de la presse catholique, cette fois beaucoup plus directe. L’Osservatore romano, considéré par Pie XI comme « son porte-voix »108, reçoit directement des informations de la Commission pro Russia et de l’agence Ofinor109. Par exemple, en juillet 1930, la Commission pro Russia remet à la direction de L’Osservatore romano une liste de prêtres condamnés avec leurs âges et leurs fonctions dans le but de « faire connaître au public le sort de ces malheureux »110. À partir de septembre 1930, L’Osservatore romano dispose même d’une rubrique au titre évocateur (« sous le joug bolchevique ») qui regroupe les nouvelles des persécutions religieuses mais aussi de la répression en général et des difficultés économiques et sociales en URSS. Comme on le voit dans la figure suivante, cette rubrique fut quasiment constamment alimentée de septembre 1930 à fin 1932 par un ou plusieurs articles par mois, avec une moyenne de 3,25 articles par mois. De 1933 à 1937, la rubrique existe toujours mais ne compte plus que quelques articles clairsemés chaque année et tend à disparaître à la fin des années 1930.

Figure 7 – La rubrique « Sous le joug bolchevique » de L’Osservatore romano, 1930-1932.

Image 20000194000048AB000029B6BE09C74C.wmf

  • 111  Traduction française de cet article dans L’Unité de l’Église, 05-06.1933 (n°60), p. 89-93.

31L’existence de cette rubrique constituera même un argument pour réfuter les accusations de certains Russes émigrés sur le silence du monde civilisé face à la situation en URSS. C’est du moins ce qu’avance L’Osservatore romano en réponse à l’article d’Alexandra Tolstoï, publié dans le Morning Post du 15 février 1933111, accusant l’opinion mondiale d’avoir gardé le silence. La rédaction de L’Osservatore romano rappelle alors « notre longue campagne (lunga campagna) » et l’effort fait

  • 112 Una vibrata requisitoria di Alessandra Tolstoi contro i massacri consumati dal governo bolscevico (...)

depuis des années […] pour rappeler à l’opinion publique mondiale, l’horrible geste de qui « malgouverne » et tyrannise le grand peuple russe. Dans notre rubrique, – Sous le joug bolchevique – titre d’autant plus significatif que nos traditions nous obligent à cette modération (moderazione), dont le Saint-Siège a toujours été un modèle, nous recueillons depuis des années ces informations, qui nous sont communiquées de diverses sources, toujours citées et que nous croyons dignes de foi d’autant plus qu’on n’a jamais pu les démentir112.

32Cependant ces campagnes de presse se font moins pressantes à partir du second tiers des années 1930, alors que les interventions du pape se succèdent de façon régulière.

Des prises de parole fréquentes du pape

  • 113DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome I (19 juillet-14 novembre 1932), Paris, 1964, doc. 246 (...)
  • 114  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : tél. de Charles-Roux à Diplomatie Paris, Rome, 05.07.1933, N (...)
  • 115  Encyclique Caritate Christi, 03.05.1932, dans Actes de S.S. Pie XI, tome VIII (année 1932), Paris, (...)
  • 116  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244-249, italien.
  • 117  Allocution La vostra presenza, 14.09.1936, dans Bellocchi, X, p. 261, italien.
  • 118Divini redemptoris, § 5.

33À partir du tournant des années 1930, Pie XI dénonce régulièrement le communisme, défini comme une idéologie diabolique en tout point opposée au catholicisme et surtout un « danger » tant pour l’Église que pour la « civilisation ». Les interventions du pape sont si fréquentes que certains ambassadeurs y décèlent « la manie »113, voire la « phobie »114 d’un vieil homme. La lettre de Pie XI au cardinal Pompilj du 2 février 1930, tout entière consacrée à la menace communiste sur les religions, constitue un tournant, comme nous l’avons déjà signalé. Plusieurs documents postérieurs confirment cette condamnation du communisme mais « en passant », comme l’encyclique Caritate Christi compulsi du 3 mai 1932 sur le Sacré-Cœur qui dénonce les méfaits de l’individualisme et présente le communisme comme « le mal le plus redoutable de notre temps »115. Plusieurs textes et allocutions du pape Ratti dénoncent la situation en Russie comme un exemple des problèmes rencontrés par l’Église catholique dans le monde. Le 12 mai 1936, lors de l’Exposition mondiale de la presse catholique au Vatican, le pape rappelle la situation en Union soviétique où la « véritable fureur de haine contre Dieu a détruit et détruit encore tout ce qui appartient à la religion et notamment à la religion catholique » et affirme que le « premier danger, le plus grand et le plus universel » est « le communisme sous toutes ses formes et gradations », diffusé par une « propagande pour laquelle on n’épargne rien »116. En septembre 1936, dans son discours de Castel Gandolfo aux réfugiés d’Espagne, Pie XI considère que la « persécution » et la « subversion de tous les ordres établis de la Russie à la Chine, du Mexique à l’Amérique du Sud » furent « précédées, accompagnées incessamment d’une propagande universelle, assidue et très habile pour la conquête du monde entier »117. Ces nombreuses dénonciations sont rappelées avec fierté dans l’encyclique Divini redemptoris de mars 1937 et Pie XI souligne que « la papauté […] a mis en garde contre le péril communiste plus souvent et d’une manière plus persuasive que n’importe quel autre pouvoir public de ce monde »118.

34Au cours des années 1930, cependant, la dénonciation romaine du communisme dépasse la critique des persécutions imposées aux croyants et la simple dénonciation d’un « danger » pour se structurer sur le plan doctrinal.

L’intégration du défi communiste dans la doctrine sociale de l’Église

  • 119  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome I (années 1922-1923), Paris, 1927, p. 136-179.
  • 120  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome VI (année 1929- 2e semestre-année 1930), Paris, 1934, notamment (...)
  • 121  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome VII (année 1931), Paris, 1936, notamment p. 246.
  • 122  Par commodité, nous utilisons ici les versions françaises de ces deux encycliques éditées par D. M (...)

35Dès le début du pontificat, dans son encyclique inaugurale Ubi arcano Dei (23 décembre 1922), Pie XI manifeste le désir d’instaurer « la paix du Christ » dans les relations internationales mais aussi à l’échelle locale, par le « règne du Christ » à tous les niveaux de la société, notamment par une mobilisation des laïcs sous la direction du clergé119. S’inspirant de Léon XIII, Pie XI entreprend la rénovation d’une doctrine sociale très attendue dans le contexte de la crise économique mondiale. Plusieurs grands textes « sociaux » marquent le tournant des années 1930. Casti connubii (31 décembre 1930), l’encyclique sur le mariage, mentionne les « régions où le communisme domine sans conteste » comme un exemple extrême de la « dépravation inouïe de la famille » causée par la législation sur le divorce120. Quelques mois plus tard, l’encyclique Nova impendet (2 octobre 1931) qui lance un grand appel à la charité dans le contexte de la crise évoque à mots couverts « l’exaspération », « la haine » et les « passions » auxquelles peut conduire la misère121. Il convient cependant de s’arrêter plus longuement sur deux encycliques qui comprennent certes une condamnation du communisme fondée sur la violence de ce dernier (notamment la violence antireligieuse) mais qui intègrent aussi une analyse plus détaillée et argumentée sur le communisme et ses fondements théoriques : Quadragesimo anno (15 mai 1931) et Divini redemptoris (19 mars 1937)122.

  • 123  G. Passelecq, B. Suchecky, L’Encyclique cachée de Pie XI : une occasion manquée de l’Église face à (...)
  • 124  J. Schasching, Quadragesimo Anno : continuità e aggiornamento, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… ci (...)

36L’encyclique Quadragesimo anno constitue tout d’abord un aggiornamento de l’encyclique Rerum novarum prenant en compte les évolutions économiques, sociales et politiques depuis 1891. Au niveau économique, Pie XI souligne par exemple l’extension du régime capitaliste au-delà de l’industrie et ses répercussions dans le domaine des relations internationales (§ 107-118). Dans le domaine politique, le pape observe que le mouvement socialiste s’est divisé en « deux partis principaux », souvent opposés « sans que toutefois ni l’un ni l’autre ait renoncé au fondement anti-chrétien qui caractérisait le socialisme » (§ 119). C’est d’abord « l’expérience » du communisme qui est condamnée. Qualifié de « sauvage et inhumain », le communisme est jugé à l’aune de son usage de « tous les moyens, même les plus violents » pour mener la lutte des classes et l’abolition de la propriété privée, allant jusqu’à provoquer les « épouvantables massacres et les ruines […] dans d’immenses pays de l’Europe orientale et de l’Asie » (§ 122). La dimension antireligieuse du communisme est également évoquée pour refuser catégoriquement toute collaboration catholique avec les communistes, y compris avec des formes modérées de socialisme (§ 130). Cependant, l’encyclique aborde aussi des questions plus théoriques. Le pape affirme son droit à s’exprimer sur les questions économiques et sociales qui touchent à la « loi morale » (§ 45). Au niveau économique, les solutions proposées sont celles de la concertation entre les classes pour la fixation du « juste salaire » (§ 70-82), d’un appel à l’État régulateur et à la « collaboration économique internationale » (§ 96). Pour christianiser le système économique et social, Pie XI développe aussi le principe de « subsidiarité » (§ 88) en vue d’inciter l’État et les individus à renforcer les corps intermédiaires (corporations, associations, familles) garants d’une société équilibrée. Au-delà de ces mesures sociales, pour « affront[er] un monde retombé en grande partie dans le paganisme » (§ 152), Pie XI appelle à un effort spirituel, individuel et collectif, de « réforme des mœurs » (§ 138-148), fondée sur la pratique des vertus de pauvreté, de charité et de justice. Ce faisant, en abordant ces questions théoriques, Pie XI cherche aussi à relever d’une façon constructive les défis intellectuels posés par le marxisme, que Rerum Novarum n’avait pas abordés de front. Le droit de propriété est réaffirmé mais on lui reconnaît un « double aspect, individuel et social » (§ 54), afin d’éviter autant le « collectivisme » que l’« individualisme » (§ 51). Pour répondre plus clairement à la doctrine marxiste du travail comme unique source de profit, le pape souligne la complémentarité du capital et du travail (§ 58-64). Cet approfondissement théorique serait dû à l’apport des jésuites, notamment de Gustav Gundlach sur le concept de classe et sur les corps intermédiaires123 et d’Oswald von Nell-Breuning qui aurait travaillé sur les deux premières parties de l’encyclique (bilan de Rerum Novarum et partie doctrinale) dès l’automne 1930. La troisième partie, plus pastorale et voulue par Pie XI, aurait été préparée quant à elle par les jésuites Albert Muller et Gustave Desbuquois124.

  • 125  AA.EE.SS., Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 3-4 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 24.02.19 (...)

37Également élaborée par un groupe de jésuites (mais aussi par les proches de Pie XI comme son secrétaire Mgr Confalonieri), l’encyclique Divini redemptoris a pour principal objectif de présenter une réponse claire et argumentée aux défis théoriques du marxisme. La genèse de cette encyclique est complexe et en partie liée au processus de réflexion sur les totalitarismes ouvert dès 1934 au sein de la Congrégation du Saint-Office. Ce processus mobilise, en effet, à la fois des responsables de la Commission pro Russia (Tardini en particulier), des spécialistes jésuites de la Russie et du communisme (le père Ledit notamment) et développe une réflexion théorique et doctrinale sur les sources philosophiques du communisme et ses relations avec d’autres idéologies comme l’hypernationalisme ou le racisme. Sans entrer ici dans les détails, on peut souligner cet effort de « doctrinalisation » de l’approche du communisme dans la préparation de l’encyclique. En février 1937, le général des jésuites explique au pape que le groupe de jésuites ayant travaillé sur l’encyclique avait ressenti le besoin de prendre le temps de bien développer « la doctrine du communisme » et d’entrer « au moins brièvement dans des questions subtiles, comme celle du matérialisme dialectique, pour montrer que l’on connaît pleinement leur système »125. Au moment de la publication de l’encyclique, ce même souci de clarté incite le père Ledóchowski à proposer au pape de publier rapidement le texte italien avec le texte latin car

  • 126Ibid., fasc. 575, f. 33-34 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 29.03.1937, italien.

s’agissant […] d’un thème délicat et de concepts si modernes (concetti così moderni) exprimés avec une terminologie technique, que le latin rend difficilement avec toute précision et clarté, il semble opportun, qu’à côté du texte officiel, il y ait un texte approuvé dans une langue moderne, qui puisse, au besoin, servir de terme de comparaison pour éclairer quelque point qui serait mis en discussion dans les écoles de sociologie126.

  • 127  Citation extraite de la Contribution à la critique de la Philosophie du droit de Hegel (1844), édi (...)

38Avec l’encyclique Divini redemptoris, la condamnation du communisme s’élève d’ailleurs plus clairement du domaine de l’expérience aux principes. L’objectif avoué de l’encyclique est ainsi de présenter « les principes du communisme athée, tels qu’ils se manifestent surtout dans le bolchevisme » (§ 7). Ce texte cherche d’abord à démasquer l’illusion du miracle économique soviétique même s’« il est vrai qu’en Russie [le communisme] a contribué à secouer hommes et choses d’une longue et séculaire inertie et à obtenir par des moyens souvent sans scrupules quelque succès matériel » (§ 23). Ces succès restent toutefois en deçà de « ce qu’il s’était promis » et surtout, l’effort économique soviétique passe par la mise en « esclavage » de « millions d’hommes » (§ 23). Par ailleurs, Divini redemptoris souligne le danger des principes sociaux du communisme dans lesquels la personne humaine « n’est plus qu’un rouage du système » alors que la femme « jet[ée] dans la vie publique » ne peut plus tenir stables les bases de la famille (§ 10 et 11). Face à cette situation, Pie XI refuse de « condamner en masse les peuples de l’Union soviétique » qui « gémissent sous le joug qui leur est imposé de force ». Ce que le pape accuse, « c’est le système, ses auteurs et ses fauteurs, qui ont considéré la Russie comme un terrain plus propice pour faire l’expérience d’une idéologie élaborée depuis des dizaines d’années, et qui de là continuent à la propager dans le monde entier » (§ 24). La dimension antireligieuse est définie non pas comme un excès mais bien comme une donnée constitutive du communisme, démontrée tant par le caractère continu des « persécutions » (§ 2 et § 19-21) que par l’existence d’une doctrine fondée sur le principe de religion comme « opium du peuple » (§ 22), faisant clairement référence à Marx127. La référence à l’Espagne, quasiment transparente au § 58 (« plus les régions où le communisme réussit à pénétrer se distinguent par l’antiquité et la grandeur de leur civilisation chrétienne, plus la haine des “sans-Dieu” se montrera dévastatrice »), vise à convaincre les catholiques du lien intrinsèque entre communisme et athéisme.

  • 128  Action populaire, L’Encyclique Divini redemptoris sur le communisme athée (19 mars 1937). Traducti (...)

39Divini redemptoris apparaît donc comme l’encyclique instaurant une distinction radicale, fondée sur les principes, entre catholicisme et communisme. Dès son premier paragraphe, Divini redemptoris insiste sur la différence profonde et ontologique entre le communisme et le catholicisme par le sens même qui est donné à l’histoire : marquée par la « faute originelle », « l’histoire humaine » ne peut conduire à un paradis terrestre qui serait atteint par des moyens humains (§ 1). Cette différence fondamentale explique que « le communisme » soit défini comme « intrinsèquement pervers » et que « l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne » (§ 58). Cet effort de condamnation doctrinale du communisme par la construction d’une opposition théorique avec le catholicisme suppose une réflexion théologique aboutie sur les questions sociales. Comme le soulignait l’édition de l’encyclique Divini redemptoris par l’Action populaire, la prise de parole de la papauté ne peut pas être uniquement une condamnation car « le rôle de l’Église est en effet de construire la cité chrétienne »128. L’un des projets préparatoires à l’encyclique avait d’ailleurs prévu comme titre pour l’encyclique « Civitas Dei » (« la Cité de Dieu ») car :

  • 129  AA.EE.SS., Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 573 : « Schemi e appunti in maggior parte di Mons. (...)

L’Encyclique sur le Communisme devrait avoir non seulement l’objectif de montrer la gravité de l’erreur et l’ampleur du mal, mais de désigner aux fidèles du monde entier les remèdes (rimedi) véritables et essentiels, c’est-à-dire l’édification individuelle et sociale du Royaume du Christ […]. Pour combattre efficacement le Communisme, il faut remonter aux sources les plus profondes et les plus vives de pensée et de vie chrétienne, c’est-à-dire que, face à la négation radicale du Christianisme et de la Religion naturelle elle-même, une reconstruction totale (ricostruzione totale) de la vie chrétienne est nécessaire. Pour ce motif le titre lui-même de l’Encyclique devrait mettre en évidence non pas tant le côté négatif de critique de l’erreur et du mal, mais plutôt l’aspect positif de reconstruction ; c’est pourquoi il semble que les paroles initiales proposées “Civitas Dei” puissent bien exprimer la largeur de vues et l’envergure que devrait avoir l’Encyclique129.

  • 130  On peut interpréter le glissement de titre de la « Cité de Dieu » à « Divin Rédempteur » dans les (...)

40Même si, finalement, c’est le titre de Divini redemptoris qui l’emporta, on retrouve dans le texte définitif de l’encyclique, l’affirmation selon laquelle la « civilisation chrétienne [est] la seule “Cité” vraiment “humaine” » (§ 7)130. C’est d’ailleurs à la construction de ce modèle chrétien de société qu’appelle Divini redemptoris, reprenant alors presque terme à terme les remèdes socio-politiques et spirituels déjà évoqués dans Quadragesimo Anno (concertation pour la fixation des prix à l’échelle locale mais aussi internationale, valorisation des corps intermédiaires…), auxquels s’ajoutent quelques nouveautés comme la mention du respect de la création (§ 25 sq) et de la personne humaine (§ 30), percus comme garants d’un ordre social équilibré.

  • 131  AA.EE.SS., PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 19 : Sipiaguine à [Giobbe], 27.06.1931 ; f. 20 : d’Herbigny (...)
  • 132Ibid., f. 22-25 : feuille de congrès, 16.09.1931, PCPR 97/31 et annexes, italien ; f. 26 : d’Herbi (...)
  • 133Ibid., f. 22-25 : feuille de congrès et annexes, 16.09.1931, PCPR 97/31, italien ; f. 32 : d’Herbi (...)
  • 134  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 50-51 : Nicolsky à d’Herbigny, Genève, 11.06.1932, français.
  • 135  Sur André Arnou (1886-1955), venu de l’Action populaire (1921-1926), et fonctionnaire du Bureau In (...)
  • 136  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 29, f. 22-23 : Arnou à « Excellence », Genève, 06.07.1932, français  (...)
  • 137Ibid., f. 58 : vicaire général de Lausanne-Fribourg-Genève [H. Petit] à Giobbe, Fribourg, 20.03.19 (...)
  • 138  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 32 : Chaptal à d’Herbigny, 30.09.1932 (extrait). Un lien pers (...)
  • 139  AA.EE.SS., PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 11-53 : « Окружное послание его Святейшества Папы Пия XI-го (...)
  • 140Ibid., sc. 49, fasc. 300, f. 83 : Dumont à « Monseigneur », Paris, 28.06.1937, français.
  • 141Ibid., sc. 40, fasc. 242, f. 58 : Dumont à la Congrégation orientale, 14.10.1937, français et f. 5 (...)
  • 142  En France, par exemple, la Fédération nationale catholique assure une diffusion de Divini Redempto (...)
  • 143  P. Richaud, Le pape et le communisme. Commentaire de l’Encyclique de SS. Pie XI sur le communisme (...)
  • 144  N. Werth, Un État contre son peuple… cit., p. 238-241.

41Si la doctrine sociale élaborée sous Pie XI accorde une grande importance aux défis posés par le communisme soviétique, la papauté a déployé au même moment un effort particulier pour faire connaître cette doctrine au public russe. La traduction russe de Quadragesimo anno est réalisée dès juin 1931 par Mgr Sipiaguine à partir de l’original latin et est imprimée par d’Herbigny à Paris131. Lors du congrès de la Commission pro Russia du 16 septembre 1931 sont examinées les modalités de diffusion des 5 000 exemplaires de l’encyclique en russe : 2 000 sont réservés à Mgr Chaptal, chargé « d’en envoyer au Directeur de la lutte contre la IIIe Internationale » ; un exemplaire est envoyé à « tous les évêques russes dissidents qui sont en exil », entre 50 et 100 exemplaires sont envoyés aux différents centres de l’émigration russe catholique (Harbin, Louvain, Dantzig, Prague, Berlin, Ljubljana) et on évoque une distribution générale aux 2 000 abonnés du Blagověst’’132. Par ailleurs, la Commission souhaite « faire tirer sur une feuille séparée la partie consacrée à la condamnation du communisme et à l’exaltation de la dignité du travail » en 2 000 exemplaires, dont 1 000 pour la Commission (à diffuser dans les différents centres de l’émigration et « aux journalistes ou aux travailleurs russes, qui ne liraient pas toute l’encyclique ») et 1 000 « pour envoyer au Directeur de la lutte contre la IIIe Internationale »133. Le catholicisme social semble jouir d’une réelle attractivité auprès de certains émigrés russes à la recherche d’une synthèse politico-sociale et religieuse au début des années 1930. En juin 1932, le responsable du Bureau des travailleurs chrétiens russes (Genève) contacte Michel d’Herbigny pour lui exposer le programme de son mouvement qui, sous l’effet de la crise économique « qui a frappé les travailleurs russes plus que les autres », voit « dans le Christianisme […] le refuge le plus sûr contre le satanisme » et s’intéresse aux encycliques Rerum novarum et Quadragesimo anno. Cette association, qui a déjà signé un accord le 17 octobre 1931 avec la CFTC, demande le soutien de l’Église catholique, notamment un soutien financier de 3 600 francs suisses afin d’améliorer sa propagande134. D’Herbigny, après avoir été informé par un père jésuite résidant en Suisse que l’animateur du mouvement, Nicolsky, est « loyalement orthodoxe » et que son Bureau reste en dehors de la politique (« même de l’Union contre la IIIe Internationale ») recommande en audience à Pie XI le financement de cette association. Le pape accepte, « à titre d’essai, en envoyant l’argent par versement trimestriel au père André Arnou135, de telle manière qu’il devienne une sorte de conseiller du “Bureau des Travailleurs chrétiens Russes” »136. Les versements semblent avoir eu lieu régulièrement jusqu’en août 1933, en passant par le diocèse de Lausanne-Fribourg-Genève137. La doctrine sociale a également favorisé le rapprochement avec certains émigrés : Alexandre Kasem-Beg, chef de de l’Union des jeunes russes (Mladoros), assiste ainsi à la Semaine sociale de Lille et rencontre ensuite en septembre 1932 Mgr Chaptal pour lui demander l’assistance d’un conseiller catholique pour la commission de réflexion sociale de son mouvement. Mgr Chaptal propose alors de dépêcher une triade composée du chanoine Quénet, d’un « spécialiste de l’Action populaire » et de Mgr Evreinov138. À la fin des années 1930, l’encyclique Divini redemptoris constitue une nouvelle occasion de toucher le public russe : une traduction est réalisée par la Commission pro Russia au printemps 1937139 et imprimée en France par le Centre Istina à 2 000-3 000 exemplaires, non sans poser quelques problèmes, notamment du fait de l’usage de la « nouvelle orthographe […] [qui n’est] pas communément en usage dans l’émigration »140 et de tournures « étrangèr[es] », vraisemblablement polonaises, qu’il s’avéra nécessaire de corriger141. Plus généralement, dans le cadre d’une large diffusion des textes fondateurs de la doctrine sociale de l’Église142, la publicité donnée à l’encyclique Divini redemptoris est l’occasion de faire connaître les questions russes au grand public catholique : certaines éditions commentées de l’encyclique détaillent des éléments de doctrine marxiste ou des analyses de la société soviétique. La version publiée par Desclée de Brouwer évoque ainsi le chiffre de 7 millions de détenus en 1936 en Union soviétique, dont « 2 millions de paysans qui ont résisté à la collectivisation »143. Si ces chiffres sont très exagérés (on comptait 965.000 détenus au Goulag début 1935 et 1,9 million début 1941), ils ne sont pas très éloignés des estimations globales actuelles puisque le « chiffre cumulé d’entrées aux camps et colonies du Goulag [est] de 7 millions de personnes entre 1934 et 1941 »144.

L’inquiétude romaine face au philocommunisme en France : le spectre du noyautage

42L’encyclique de 1937, en ancrant la dénonciation du communisme dans la doctrine sociale de l’Église et en mettant en garde contre les tentatives de noyautage des organisations catholiques, répond également aux tendances philocommunistes qui se développent parfois dans les rangs catholiques.

  • 145  Cf. supra p. 646-647.
  • 146  RGASPI, f. 495, op. 12, d. 149, l. 3-10 : lettre des catholiques espagnols à la « chrétienté entiè (...)
  • 147Ibid., l. 24-25 : Franz Lang [Jakob Rozner], « Zur Frage der Arbeit unter den Katholiken », 26.12. (...)

43Les tentatives de noyautage des organisations catholiques, pensées au moins dès 1931145, se développent effectivement dans le contexte des fronts populaires. En novembre 1936, les archives du Komintern conservent ainsi une lettre soi-disant adressée par des catholiques espagnols à « la chrétienté toute entière » pour la défense des catholiques basques mais qui est en fait préparée à Moscou par des kominterniens germanophones tâchant d’utiliser un vocabulaire catholiqueadéquat146 ! Fin 1936, on connaît également un projet de création par le Komintern d’un journal catholique antifasciste147.

  • 148  A. Rochefort-Turquin, Socialistes parce que chrétiens, Paris, 1986, notamment p. 15-23.
  • 149  F. Mayeur, L’aube. Étude d’un journal d’opinion, Paris, 1966, p. 99-105.
  • 150  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 348, f. 51 (20.05.1933), italien.
  • 151  L’appel du Parti communiste français « à l’union fraternelle et à la collaboration confiante entre (...)
  • 152  Un « Communiqué de Son Eminence » rappelle à cette occasion l’incompatibilité entre christianisme (...)
  • 153  ACDF, SO, C.L. 4411/35, doc. 12 : Maglione à Sbarretti, Paris, 28.03.1936, Nonciature France N°306 (...)
  • 154  ACDF, SO, C.L. 4411/35, doc. 24 : FU, 16.07.1936, italien.
  • 155 Ibid., doc. 11 : Ponenza – Suprema Sacra Congregazione del S. Offizio. Aprile 1936. N. 4411/35, p. (...)

44Cependant c’est en France que se développe un courant catholique philocommuniste qui inquiète Rome et fait craindre la multiplication des pratiques de noyautage. La personnalité de Maurice Laudrain (né en 1901) est au cœur de ces affaires. Ouvrier dès l’âge de 15 ans, militant de la Jeune République puis de la CFTC, il est remarqué par Gaston Tessier (président de la CFTC) et placé comme secrétaire de Mgr Chaptal. Militant de la SFIO à partir de 1927, il rejoint l’Union des socialistes chrétiens, dominée par des protestants. En 1931, il publie Vers l’ordre social (Paris, Librairie Régnier, 1931) qui est préfacé par Mgr Chaptal. Cependant, dès 1932, le nonce Valerio Valeri obtient de Chaptal son renvoi après des articles publiés dans Le Populaire148. Le 13 mai 1933, la publication dans les colonnes de L’Aube, quotidien d’inspiration catholique, d’un article de Maurice Laudrain conciliant envers le communisme, provoque une nouvelle crise : L’Aube est brutalement blâmée par L’Osservatore romano mais réagit promptement (24 mai) en rappelant son hostilité au communisme149. Cependant, cette dénonciation publique dans L’Osservatore romano, qui a marqué les esprits en France, n’était que l’une des solutions envisagées par Pie XI, qui avait recommandé à son secrétaire d’État de passer éventuellement par le nonce à Paris pour une condamnation plus discrète150. Malgré tout, une mise en garde dans L’Osservatore romano reste une condamnation en mode mineur. En effet, dans le contexte du Front populaire et de la « main tendue »151, la vigilance romaine à l’égard de la presse catholique française s’accroît et les sympathies pour le mouvement communiste sont scrutées avec attention. La revue Terre nouvelle, dont Laudrain prend la direction, défendant le socialisme chrétien, entre dans la ligne de mire romaine. Bien que déjà blâmée officiellement en septembre 1935 par l’archevêque de Paris152, elle fait l’objet d’une enquête du Saint-Office à partir de novembre 1935 qui débouche sur une seconde condamnation diocésaine demandée par Rome en février 1936153. En juillet 1936, cette revue est enfin condamnée par le Saint-Office qui adresse également un « avertissement (monito) aux catholiques »154. Cette condamnation graduelle pourrait s’expliquer par la difficulté de trouver dans les écrits de Laudrain et même dans la revue Terre nouvelle des propositions clairement en opposition avec la doctrine catholique. Comme le souligne Jean-Baptiste Frey, recteur du Séminaire pontifical français, consulté en mars 1936, si de nombreuses prises de position sont en contradiction avec celles de la papauté (Éthiopie, « apologie du bolchevisme russe », justification du droit à la révolution par l’évangile et la doctrine de saint Thomas sur le tyran), les divergences ne concernent pas la doctrine : la gravité de la situation réside donc moins dans « les publications en soi » que dans « leur pénétration dans tous les milieux catholiques »155.

  • 156  F. Mayeur, L’aube… cit., n. 72 p. 102. Voir également M. Della Sudda, La suppression de l’hebdomad (...)
  • 157  ACDF, SO, CL 4411/35, doc. 21 : « Voto della Consulta. Feria Tertia (loco 2. ae) 30 Junii 1936 S. (...)
  • 158 Ibid., doc. 22a : « decreti di feria IV e V », 08-09.07.1936, latin.
  • 159Ibid., doc 22d : voto du card. Canali, italien.

45Au printemps 1936, la situation est particulièrement tendue en France. Le 6 juin 1936, L’Aube publie un discours du pape agrémenté de commentaires qui sont dénoncés comme pro-communistes par la Fédération Nationale Catholique et L’Écho de Paris. Francisque Gay, directeur de L’Aube, rappelle sa fidélité aux directives pontificales (« Catholiques d’abord », 9 juin 1936) et sa réponse est bien reçue à Rome (l’article de Gay est publié le 13 juin dans L’Osservatore romano avec un mot d’encouragement). Malgré la victoire de Gay, selon F. Mayeur, « il est hors de doute qu’une intrigue fut menée au Vatican par des prélats amis de la FNC et du général de Castelnau » dans le cadre d’une « manœuvre de grande envergure » contre le versant « progressiste » de la presse catholique française156. L’existence de cette manœuvre est bien attestée dans les archives romaines. Le 30 juin 1936, le Saint-Office décide de « faire examiner l’autre revue “ESPRIT” qui, plus diffusée que “Terre nouvelle”, notamment dans les milieux intellectuels, contribue beaucoup à diffuser sur ce terrain des idées erronées et dangereuses »157. Fin juin-début juillet 1936, les cardinaux du Saint-Office chargent le cardinal secrétaire d’État de mettre en garde les évêques français contre les « revues catholiques favorisant les mouvements révolutionnaires »158, notamment « certains journaux qui sont considérés comme catholiques – Aube, Vendredi, Sept » afin de leur demander « une conduite plus rigide (più rigida condotta) face au communisme », car « le mouvement social des catholiques n’[a] pas à se confondre avec le mouvement révolutionnaire, dirigé par Moscou, quand bien même sous des formes atténuées et avec des buts apparemment neutres »159.

  • 160  En témoigne le rapport de M. Thorez le 26 octobre 1937 à l’Assemblée des Cadres au Palais de la Mu (...)
  • 161  R. Rémond, Les catholiques, le communisme et les crises 1929-1939, Paris, 1960 ; P. Christophe, 19 (...)
  • 162  R. Honnert, Catholicisme et communisme, Paris, 1937, p. 8-9.
  • 163  G. Bernoville, La farce de la main tendue. Du “Frente popular” au “Front populaire”, Paris, 1937, (...)
  • 164  M. Scherer, Communistes et catholiques, Paris, 1936, p. 18.
  • 165  Cf. M. Levant, Une terre de consolation ? La France dans les audiences de Pacelli auprès de Pie XI (...)
  • 166  R. Honnert, Catholicisme et communisme… cit., p. 39-41.
  • 167  M. Scherer, Communistes et catholiques… cit., p. 37-42.
  • 168  Action populaire, Une enquête sur le communisme, Paris, 1937, p. 5-6 (questionnaire) et p. 3 (cita (...)
  • 169Ibid., n. 1 p. 148.

46Ce travail du Saint-Office semble toutefois en retard sur le bouillonnement du catholicisme français sur le thème de la collaboration avec les communistes. La dynamique de la « main tendue » ne se limite pas, en effet, au contexte électoral du printemps 1936, mais se poursuit tout au long de l’année 1937160. Entre 1936 et 1938, s’ouvre un vaste débat intra-catholique sur la possibilité d’un dialogue entre « catholicisme » et « communisme »161. Trois grandes tendances se distinguent. Tout d’abord, les progressistes qui sont prêts à l’action concrète avec des communistes en particulier sur le terrain social et semblent soucieux de voir, derrière les doctrines condamnées, des hommes que la « main tendue » invite à rencontrer162. Un second courant, d’inspiration intégraliste, parfois lié à l’Action française, rejette avec vigueur le communisme et appelle à un combat renouvelé pour la défense de la « civilisation chrétienne »163. Enfin, un troisième courant condamne les principes du communisme tout en restant ouvert aux communistes dans un objectif missionnaire : Marc Scherer innove ici en proposant comme alternative à la « main tendue » une « porte […] ouverte pour […] accueillir [les communistes], libres et ressuscités, parmi nous »164. C’est cette perspective que Pie XI va finalement favoriser fin 1937 après sa fameuse méditation nocturne qui précède la rencontre avec les évêques français du 6 novembre et qu’il développe dans ses audiences avec Pacelli, notamment le 16 novembre lorsqu’il propose de « prendre en considération » la proposition des communistes français car « laisser passer, sans les écouter, cette main tendue, exclure absolument toute bonne foi, qui nous en donne le droit ? ». Soulignant d’ailleurs la nécessité d’une action sociale toujours plus grande des catholiques et anticipant l’impact mémoriel de l’action du Saint-Siège, il glisse alors à son secrétaire d’État : « un jour l’on pourra dire : ceux-là ont tendu la main et l’Église qu’a-t-elle-fait ? Rien. Alors au moins essayer : il n’en sortira peut-être rien, mais au moins essayer »165. Dans ce débat intra-catholique très centré sur le contexte français, la situation des croyants en Union soviétique joue pourtant un rôle non négligeable. Les affirmations de certains progressistes comme le poète Robert Honnert (1901-1939), selon lesquelles « l’ère des opérations violentes, on le sait, est depuis longtemps close » et que si en Russie « on supprime d’anciens sanctuaires, c’est pour des raisons sans rapport avec la propagande antireligieuse – urbanisme, etc. »166, ont sans doute peu convaincu la masse des catholiques. En revanche, dans l’argumentation de Marc Scherer, le traitement des catholiques en Russie, au Mexique ou en Espagne constitue un motif de distanciation du mouvement communiste, au-delà même de l’incompatibilité des idéologies et des modes d’action167. Si l’exemple russe et son cortège de persécutions fonctionnent comme un repoussoir généralement efficace sur une grande partie des élites catholiques, qu’en est-il pour la masse des fidèles ? Quelle est leur vision de l’expérience soviétique ? Une enquête menée par l’Action Populaire en juin 1936 pour « mieux connaître la tactique et la force du communisme en France » comprend justement une question (N° 7/22) sur le « prestige » de « l’exemple de la Russie soviétique »168. Les réponses reçues des différents correspondants répartis dans toute la France font apparaître de réelles disparités : « les uns estiment que cela ne prend pas chez les ouvriers sérieux ; les autres trouvent que l’idée d’un paradis russe est fortement ancrée dans les esprits. […] Ce que les militants admirent en U.R.S.S. c’est, avec l’essor industriel splendide, l’absence de chômage »169. À leurs interrogations sur l’influence idéologique du modèle russe, les pères de l’Action populaire sont donc renvoyés à des enjeux économiques et sociaux concrets, liés à la gestion de la crise économique et politique.

47Cependant, cette dynamique romaine de condamnation du communisme dans les années 1930 rencontre et renforce les efforts des élites catholiques qui s’organisent, notamment sur le terrain culturel, pour lutter contre le communisme.

Des catholiques contre le communisme : Rome, entre soutien distant et action directe

48La mobilisation des catholiques au sujet du communisme s’accentue nettement durant les années 1930 : elle se traduit par la création de centres d’étude spécialisés, qui relaient les orientations romaines mais développent aussi une expertise autonome et parfois originale tant sur le monde soviétique que sur la doctrine communiste.

La création de centres spécialisés

49Pour agir sur l’opinion catholique, des centres spécialisés sur le communisme sont créés dans plusieurs pays occidentaux. S’il est impossible de proposer ici des études de cas sur ces centres, on peut en dresser un bref panorama, en insistant sur les liens de ces institutions locales avec le centre romain.

  • 170  P. Droulers, Politique sociale et christianisme : le père Desbuquois et l’Action populaire. II. Da (...)
  • 171  P. Delaye, Pour connaître le Communisme, Paris, Spes-Action populaire, 1936, p. 8.
  • 172  P. Droulers, Politique sociale et christianisme… cit., vol. 2, p. 190-192.
  • 173Ibid., p. 44 et n. 19 p. 44.
  • 174  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 21.
  • 175  P. Coulet, Communisme et catholicisme. Le message communiste, Paris, Spes, 1938, 237 p. ; P. Coule (...)
  • 176  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Projet dressé par le P. Jean Omez et présenté avec (...)
  • 177Petit courrier du Centre d’études « Istina », dans Russie et Chrétienté-documents, 12.1934 (I-5/6) (...)
  • 178  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du P. Dumont, 23.11.1933.
  • 179Ibid., Dumont, « Rapport présenté au Chapitre Provincial du 22 octobre 1935 », Lille, 21.10.1935.
  • 180  Cette page est mensuelle en 1936. Certains numéros spéciaux sont également rédigés comme le numéro (...)

50En France, il existe dans les années 1930, deux grands centres aux origines, à la sensibilité religieuse et aux fonctions assez différentes : l’Action populaire et le Centre Istina. L’Action populaire a été fondée au début du XXe siècle par les jésuites dans le but de promouvoir la doctrine sociale de l’Église. En 1922, elle se dote de la maison d’éditions SPES (Société parisienne d’éditions sociales) pour rester à distance à la fois de la Bonne Presse (courant intégraliste) et de Bloud et Gay (démocratie chrétienne)170. Le public visé par l’Action populaire est un public de catholiques « militants » qui, dans leurs actions sociales, « ne peu[ven]t pas ne pas se heurter » au mouvement communiste171. Les pères de l’Action populaire s’intéressent donc dès les années 1920 au communisme, notamment dans son expression russe172. Forts de cette expertise et pour répondre aux directives du Père Général, ils mettent l’accent dans les années 1930 sur cette question, en déployant toutefois une approche nuancée. Le père Émile Delaye, collaborateur de l’Action populaire à partir de 1935173, signale ainsi dans son ouvrage de 1936 que la « condamn[ation] » du communisme par l’Église se réfère à un corps de doctrine mais ne « ne préjuge pas de ce que peut devenir tel détail du système soigneusement humanisé »174. On retrouve cet effort d’équité intellectuelle à l’égard de « l’altera pars » dans le diptyque du père Paul Coulet sur « communisme et catholicisme » : pour le carême 1938, ce religieux propose une série de conférences sur « le message communiste » et, l’année suivante, il reprend le même thème avec des conférences sur « le message chrétien »175. Cependant, les jésuites de l’Action populaire sont rejoints sur le terrain de l’étude du communisme par les dominicains du Centre Istina. En 1927, les animateurs du Séminaire Saint-Basile, souvent spécialistes du monde russe et rompus au rite oriental, comme le père Omez, développent le projet d’un centre « d’études » et de « rayonnement doctrinal » dominicain indépendant de la Congrégation pour l’Église orientale176. La bibliothèque est mise en place dès 1927 mais ce n’est qu’en 1934 que le Centre Istina se dote de sa revue Russie et chrétienté dont l’objectif est « d’embrasser dans toute son ampleur le grand problème religieux posé devant le monde – disons mieux : dans le monde – par la Russie contemporaine »177. Cette revue commence d’abord sous la forme modeste d’une contribution à la revue dominicaine La Vie intellectuelle, dont elle forme également un tiré-à-part dans le but d’« atteindre d’emblée un milieu fort étendu »178. Devenue une véritable revue en 1934, elle tire fin 1935 à 800 exemplaires, dont 500 abonnés, auxquels s’ajoutent les lecteurs habituels de La Vie intellectuelle179. Par ailleurs, le Centre Istina fournit régulièrement des articles sur la Russie à l’hebdomadaire Sept180.

  • 181  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 28 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 58/31, italien.
  • 182  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 44, f. 91 : d’Herbigny à Orsenigo, Vatican, 08.03.1932, CPR 52/3 (...)
  • 183  ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 3, f. 108-109 : rapport à Pacelli, Munich, 13.06.1932, Nonc (...)
  • 184  En septembre 1932, Algermissen remercie pour un don de 300 dollars (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fa (...)
  • 185Ibid., f. 105 : Algermissen à d’Herbigny, Mönchengladbach, 28.09.1932, allemand.
  • 186  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 45, f. 22 : d’Herbigny, FU, 06.10.1932, PCR 52/32, italien.
  • 187  Cf. S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit., p. 207-209. Voir également S. Heimann, F. Walter, Re (...)

51En Allemagne, ce ne sont pas les grandes congrégations religieuses « intellectuelles » masculines mais l’épiscopat qui investit le champ de l’étude du communisme, dans une logique plus ouvertement militante. En 1931, l’évêque de Berlin, Mgr Christian Schreiber, crée un « comité de lutte antibolchevique » agissant « par le moyen de la presse et aussi de la radiophonie ». Cette idée séduit tant Michel d’Herbigny qu’il en parle à Pie XI le 8 mai 1931 en vue de « développer partout de semblables comités et [de] les coordonner pour réussir plus facilement à endiguer le mal terrible du bolchevisme »181. À la suite de cette initiative berlinoise, l’épiscopat, réuni à la Conférence de Fulda, crée en 1932 à Mönchengladbach un « Bureau de recherche et d’information sur le bolchevisme et la libre-pensée » placé sous la direction de Konrad Algermissen, qui était déjà responsable de la section apologétique de la Zentralstelle des Volksverein für das katholische Deutschland, également installée dans cette ville de Rhénanie182. Localement, des mesures complémentaires sont prises dans certains diocèses. Par exemple, le diocèse de Munich-Freysing organise le 8 mai 1932 un « dimanche défensif », alors que des meetings populaires sur le communisme étaient organisés le 31 mai183. La Commission pro Russia, via la nonciature de Berlin, contribue – au moins ponctuellement – au financement du centre de Mönchengladbach184. Il s’agit alors d’un centre modèle : en septembre 1932, l’archevêque de Paris demande ainsi à Algermissen des renseignements sur les « moyens » et les « résultats » obtenus185. Pie XI, ravi de ce rapprochement franco-allemand contre le communisme, demande à d’Herbigny d’écrire au cardinal archevêque de Paris pour « faire savoir que le Saint Père s’est réjoui de cette union pour la défense contre le bolchevisme ». Le pape, soucieux de dynamiques internationales, demande également au président de la Commission pro Russia d’extraire des ouvrages d’Algermissen ce qui pourrait illustrer la « propagande antireligieuse ou politique des communistes en Italie »186. Ces initiatives catholiques allemandes sont en phase avec la politique anticommuniste alors menée par la République de Weimar (un Notverordnung du 3 mai 1932 dissout les organisations prolétariennes de libre-pensée187) mais en semblent indépendantes.

  • 188  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 119, f. 17 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 13.01.1933, Nonci (...)
  • 189  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 119, f. 18 : Kwiatkowski à d’Herbigny, Varsovie, 04.01.1933, la (...)
  • 190 Ibid., f. 21 : Tardini, FU, 03.12.1934, PCR 35/33, italien.

52En Pologne, en revanche, Mgr Kwiatkowski organise dès 1930 un Institut d’études scientifiques du communisme (« Instytut Naukowego Badania Komunizmu ») qui aurait obtenu « le soutien secret du gouvernement [polonais] »188. Ce centre, situé à Varsovie, dispose notamment d’une bibliothèque spécialisée sur la Russie bolchevique (qui intéresse d’ailleurs la Pro Russia189) et fonctionne comme une maison d’édition. En décembre 1934, un ouvrage publié sur l’Église orthodoxe en URSS (Antoni Starodworski, Tragedja Cerkwi Prawosławnej w Z.S.R.R., Varsovie, 1934) est présenté en audience et suscite l’intérêt de Pie XI190.

  • 191  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 488, f. 21 : note de travail, Vatican, février (...)
  • 192  Sur l’EIA, voir M. Caillat, Les archives de l’Entente internationale anticommuniste (EIA) à la Bib (...)

53En 1937, la Commission pro Russia dresse un bilan des « centres d’action catholique contre le communisme » (centri di azione cattolica contro il comunismo)191. Si aucun n’est vraiment « bien organisé », la Commission semble satisfaite de l’action du Centre Istina en France qui diffuse ses informations jusque dans la presse quotidienne. En Suisse, la Commission apprécie l’action de la Ligue Pro Deo et de l’EIA du « protestant Aubert » car il s’agit du « centre le plus sérieux et le mieux organisé d’“informations et documentations” contre le Communisme de la IIIe Internationale »192. Malgré son caractère « interconfessionnel », l’EIA reste un modèle dont les catholiques pourraient « se servir ». Enfin, en Italie, la Commission salue le bon travail réalisé par l’équipe des Lettres de Rome, en fait très liée au Saint-Siège.

  • 193  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 87 : d’Herbigny, FU, 20.04.1932, italien.
  • 194  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 41 : Dr. Joachim Müller à d’Herbigny, Genève, 07.02.1933 (...)
  • 195Ibid., f. 42 : secrétaire de d’Herbigny à Dr. Joachim Müller, 09.02.1933, français.
  • 196  Cf. supra p. 576.

54Si Rome soutient financièrement et moralement ces centres européens consacrés à l’étude du communisme, elle n’en vient que progressivement, et toujours avec une extrême prudence, à organiser une action autonome sur ce thème. En 1932, Pie XI refuse la proposition de d’Herbigny d’écrire de façon systématique aux responsables d’ordres religieux pour savoir s’ils ont des « sujets qui sachent le russe » pouvant « être utilisés dans la propagande contre le bolchevisme ». Le pape recommande d’une façon générale la discrétion dans de telles enquêtes193. D’Herbigny lui-même se montre prudent, du moins dans ses relations avec les non-catholiques. En 1933, à la demande d’un protestant sur les ressources de l’Institut pontifical oriental concernant « le mouvement anti-religieux »194, d’Herbigny affirme que la documentation recueillie à Rome a pour unique fonction de « guider le travail local des autorités ecclésiastiques et de leurs coopérateurs laïcs » mais que l’Institut pontifical oriental « ne publie aucun bulletin régulier d’informations »195. Cette affirmation est quelque peu décalage avec la création du Notiziario Sovietico – Bollettino196.

  • 197  L’identification des archives propres de la revue n’est pas chose aisée. En effet, elles devraient (...)
  • 198  Voir supra, p. 406-407.
  • 199  Voir H. Gruber, Friedrich Muckermann, S. J. 1883-1946 : ein katholischer Publizist in der Auseinan (...)
  • 200  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 488, f. 21 : note datée Vatican, février 1937, (...)
  • 201  Lettre « On combating communism » aux pères provinciaux de l’Assistance américaine et aux deux pro (...)
  • 202  La référence au modernisme n’est toutefois pas absente des débats du Saint-Office sur le communism (...)
  • 203  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 300, f. 39-40 : Ledóchowsky à Giobbe, Rome, 17.06.1936, italien
  • 204  C’est du moins ce que l’on peut déduire d’une note de décembre 1939 d’un employé de la Pro Russia (...)
  • 205  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 22, f. 50-73 : dossier de presse dactylographié, italien. Compar (...)
  • 206  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 209, f. 58 : note de travail, CPR, Rome, 01.02.1938 et 07.02.19 (...)

55Ce n’est donc qu’au milieu des années 1930, avec la création de la revue Lettres de Rome197, que le Saint-Siège manifeste son souci de créer un centre spécialisé sur le communisme. Si la revue n’est pas officiellement rattachée au Saint-Siège, le groupe des rédacteurs s’installe au collège pontifical Russicum. Peu nombreux, les rédacteurs, tous jésuites et spécialistes des questions russes et sociales, sont des figures importantes, comme le père Joseph Ledit, qui avait effectué un bref séjour en Russie soviétique198 et le père Friedrich Muckermann, véritable pionnier d’une action médiatique utilisant différents supports, de la presse d’opinion à la radio en passant par le cinéma199. Le groupe des Lettres de Rome déploie deux activités : en plus de la publication classique d’un périodique (un bulletin « de caractère plutôt doctrinal et idéologique »), le groupe fonctionne également comme une agence abreuvant « la presse, en Italie et à l’étranger, de nouvelles et articles qui servent quotidiennement à illuminer les peuples sur les pièges et les maux du communisme »200. La Compagnie de Jésus, déjà impliquée dès 1934 dans un apostolat de la presse dans le but de « combattre le communisme », notamment en Amérique du Nord201, développe donc à Rome dès 1935-1936 un bureau de presse original, dont le nom ne peut manquer de rappeler, au moins implicitement, le combat antimoderniste. En faisant resurgir le souvenir de la Correspondance de Rome de Mgr Benigni, on peut penser que les jésuites cherchaient moins à définir une affinité théorique entre modernisme et communisme202 qu’à inscrire la lutte contre ce dernier dans une tradition de combat victorieux de la papauté, capable de s’imposer d’autorité tout en tirant profit des moyens de communication modernes. Les archives de la Commission pro Russia révèlent le lien intime qui unit les organes de gouvernement vaticans et le groupe des Lettres de Rome. La collaboration est bien attestée, de la production à la distribution de la revue. En juin 1936, on sait que des rencontres hebdomadaires avaient lieu entre Ledit et Mgr Giobbe, alors minutante à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires « pour référer et aussi prendre des informations » et que Ledóchowski s’était engagé à « intensifier immédiatement le travail [du] petit secrétariat anticommunistique […] selon les directives reçues » du Saint-Siège203. De même, la Commission pro Russia fournissait des matériaux aux Lettres de Rome, notamment les articles envoyés par l’Argus international de la Presse204. Nous avons aussi la trace d’une série de trois articles, composés par la Commission pro Russia à la fin de l’année 1935 à partir d’informations reçues de Mgr Neveu et de l’ambassade de Pologne. Ces articles, rédigés dans le but de « démasquer […] l’hypocrisie du gouvernement russe, qui, alors qu’il met en œuvre une persécution violente et aigue, veut démontrer à l’étranger, en se basant sur sa législation, que la persécution n’existe pas », devaient initialement être publiés « en Amérique, ou bien en France » et qui seront finalement publiés avec des modifications dans les Lettres de Rome début 1936205. Enfin, en février 1938, les 45 délégations apostoliques et nonciatures sont réabonnées, aux frais de la Secrétairerie d’État, aux Lettres de Rome pour 1938, considérées par Tardini comme une revue « très utile pour les Représentations pontificales »206.

Les sources de la soviétologie catholique : une approche experte du système soviétique

56Si ces centres spécialisés permettent de relayer efficacement les textes romains et les initiatives de Pie XI sur le communisme, ils assurent surtout une expertise approfondie sur cette question. Ils disposent, en effet, de sources d’information variées et développent une approche fine du système soviétique.

  • 207  Le sous-titre de la revue de l’organisation genevoise La lutte contre la religion en Russie soviét (...)
  • 208La morale communiste selon la Komsomolskaïa Pravda, dans Russie et Chrétienté, 1938-39 (1), p. 78- (...)
  • 209  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 130 et édition de documents p. 207-253.
  • 210La mentalité de la jeunesse au pays des Soviets, dans Russie et Chrétienté, 11.1934 (I-n°4), p. 16 (...)
  • 211  J. Ledit, Paradossi del comunismo, Milan, 1938-XVI, p. VII-VIII.
  • 212  La rubrique « Revue des revues » d’Irénikon (Irénikon, juin-août 1929 (VI-3), p. 434-435) évoque a (...)
  • 213  N. Werth distingue en effet six principaux types de sources en l’absence d’accès aux archives : te (...)

57Les efforts entamés dès les années 1920 se poursuivent, notamment en ce qui concerne l’étude de sources originales. La presse soviétique est systématiquement dépouillée (à l’image de ce qui se fait au même moment dans des organisations anticommunistes comme l’EIA207) par les revues, comme Russie et chrétienté qui met en valeur l’utilisation de ces sources de première main208. Certains ouvrages n’hésitent pas éditer des textes doctrinaux communistes, bien entendu dans une perspective critique, comme l’ouvrage du père Delaye de 1936 Pour connaître le Communismequi comprend de nombreux documents209. Cependant, en plus des sources soviétiques, les témoignages de voyageurs désillusionnés ou de marxistes dissidents sont également sollicités : Russie et Chrétienté publie en 1934 un article rédigé par un Russe anonyme qui vient de quitter le pays « après avoir occupé des postes importants dans diverses administrations soviétiques »210 ; le père Joseph Ledit utilise dans un ouvrage de 1938 les témoignages de Trotsky et de Victor Serge211. Les revues de l’émigration, qui transmettent parfois des témoignages venus d’URSS, sont constamment dépouillées et souvent citées212. Dans les années 1930, les publicistes catholiques utilisent donc les principales sources directes disponibles qui nourrissent, avant la libéralisation de l’accès aux archives, les études sur l’Union soviétique213.

  • 214  S. Coeuré, La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, 1999 ; (...)
  • 215  En 1932, Mgr Margotti, alors représentant du Saint-Siège, propose de passer par l’Intourist « pour (...)
  • 216  En 1938, l’exposition réalisée par les Lettres de Rome raille l’« itinéraire minutieusement prépar (...)
  • 217  AOPF, III, (25) Istina – Carton 1922-1947, Série J : lettre du p. Dumont, Lille, 30.10.1931.
  • 218  Arch. Istina, Séminaire Saint-Basile origines : d’Herbigny à Omez, 28.11.1931, CPR Prot. N.448/192 (...)

58À ces sources classiques s’ajoutent les informations directement reçues des catholiques présents en Union soviétique. Les voyages d’ecclésiastiques catholiques sont moins nombreux que dans les années 1920 : cette situation va à rebours de la tendance générale dans la mesure où la création à la fin des années 1920 d’organisations dont la vocation est de développer l’image de l’URSS à l’étranger (VOKS, Amis de l’URSS, Intourist) a permis le développement de ces voyages occidentaux au pays des soviets214. Après avoir vaguement rêvé de tourner à leur profit ces organisations pour entrer en URSS215, les catholiques adoptent une attitude très critique à leur égard216. Le principal voyage d’un ecclésiastique catholique dans les années 1930 est celui de Jean Omez en 1931. Le dominicain du Centre Istina s’inscrit dans un groupe de touristes et voyage « en qualité de professeur » sans faire connaître sa « qualité d’ecclésiastique », le Ministère des Affaires étrangères français ayant été toutefois informé de l’affaire217. Cependant, ce voyage, resté secret, ne permet pas au père Omez d’entrer en contact avec les catholiques et n’aura pas de suites autres que le silence imposé au dominicain par la Pro Russia. En effet, la Commission opère une brutale censure sur ce séjour. Avant même son retour, d’Herbigny demande au père Omez de soumettre toute « note » ou « relation » de son voyage à la Commission qui donnera son nihil obstat218. Le dominicain ne publia rien sur son voyage mais fit « quelques rares causeries dans des milieux strictement privés », qui eurent des échos dans la presse. Le silence alors imposé par Rome est vécu comme une brimade infligée par un d’Herbigny dont les voyages des années 1920 avaient au contraire fait l’objet d’une large publicité. Omez évoque cette question dans un compte rendu de son audience avec Pie XI en janvier 1932 :

Très Saint Père, à moins que Votre Sainteté ne me le demande, je n’écrirai rien. Pour moi, ce voyage est un voyage d’étude. Je me suis efforcé de recueillir des éléments d’informations et de formation qui s’ajoutent à ceux que j’ai rassemblés depuis plus de 15 ans et qui en appellent d’autres. Il me semble utile qu’à côté d’hommes trop pressés peut-être de publier, il y en ait d’autres qui se défendent les synthèses trop hâtives et se contentent de constituer des dossiers qui un jour ou l’autre pourraient être utiles à l’Église.

  • 219  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du p. Omez, Lille, 05.07.1932. Voir aussi ibi (...)

59La critique de d’Herbigny, ici à peine voilée, s’exprime clairement dans la correspondance d’Omez avec son supérieur dominicain qui critique les « imprudences » du jésuite qui « ont fait emprisonner plusieurs personnes » alors que les « si lourdes erreurs » présentes dans ses « récits de voyages […] ont provoqué dans les milieux orthodoxes de si justes plaintes »219.

  • 220  La Commission a envoyé au p. Jodokas 200 messes à 20 lires et 500 dollars, semble-t-il par l’inter (...)
  • 221Ibid., f. 26-28 : Jodokas à d’Herbigny, 22.02.1931 (arrivée 30.04.1931), trad. italienne (f. 24 : (...)
  • 222 Ibid., f. 29 : d’Herbigny, FU, 11.04.1931, CPR 169/30, italien.
  • 223  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 81-82 : Don Gapojan à Mgr Dirlughian, s. d. (arrivée 10. (...)
  • 224  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 35 : version française d’un « autographe russe », arrivé (...)
  • 225  Le cheminement de cette lettre est complexe : de Sibérie, elle aurait été envoyée par la poste en (...)
  • 226  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 51 : d’Herbigny, FU, 29.05.1931, italien.
  • 227Благовѣстъ, juillet-août 1931 (3), p. 5-7 et 52-53.

60Cependant, au-delà de ce voyage exceptionnel d’un ecclésiastique en URSS, le Saint-Siège reçoit de nombreux témoignages directs généralement lus au pape lors d’audiences, notamment du temps de Mgr d’Herbigny. Pie XI demande souvent d’en publier des extraits dans la presse en masquant l’origine du document. En 1931, l’administrateur apostolique de Kazan, Mgr Jodokas, remercie Rome pour son aide financière220 dans une lettre particulièrement détaillée, notamment sur la collectivisation des campagnes et les persécutions221. Pie XI demande alors d’en « recueillir les faits pour en informer les journaux »222. De même, en juin 1933, le père Antonio Gapojan (Anton Gapoân) détaille ses souffrances depuis son arrestation et Pie XI demande de « publier des extraits, sans en faire reconnaître l’auteur »223. Ce mécanisme de publication masquée s’applique aussi aux correspondants orthodoxes. Suite à la lettre du pape au cardinal Pompilj, Rome reçoit plusieurs lettres d’URSS. Une « femme russe » remercie le pape pour « l’heureuse nouvelle, que vous avez appelé tous les hommes à prier pour les orthodoxes, pour leur foi outragée »224. Une autre lettre, également anonyme (signée « un chrétien sous le joug soviétique »), remercie le pape de sa lettre225. En audience, le 29 mai 1931, Pie XI décide de « publier ces lettres (y compris éventuellement en russe, par exemple dans le Blagoviest) en omettant ce qui ferait reconnaître les auteurs ou les intermédiaires »226. Cette lettre est finalement publiée dans le numéro suivant de la revue catholique russe sous le titre « Un chrétien dans la servitude communiste » en français et en russe227.

  • 228  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 113, f. 56 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 23.06.1931, (...)
  • 229  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 207, f. 51-94 : Sante Garelli, Moscou, 04.12.1935, italien.
  • 230Ibid., sc. 43, fasc. 253, f. 68-69 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 02.04.1936, français.

61Probablement en réaction à cette pratique des « publications masquées », certains correspondants demandent expressément à ce que leurs témoignages ne soient pas publiés. Par exemple, en 1931, la Commission reçoit, par le biais de la nonciature de Varsovie mais aussi via un Italien émigré de Russie, des lettres de Mgr Malecki de la part d’une dame qui souhaite rester dans l’anonymat et qui demande que ni les lettres ni leur contenu ne soient publiés228. En 1935, le salésien italien Sante Garelli envoie à la Commission pro Russia un compte rendu de sa première année en URSS sous la forme d’une sorte de journal. Bien que sa perspective soit conciliante à l’égard du gouvernement soviétique et que ses informations soient largement fondées sur la presse (Moscow Daily News, un quotidien publié à Moscou en anglais entre 1932 et 1938), il insiste pour que « les informations ici contenues soient considérées comme strictement réservées à la Commission Pro-Russia, et à tenir en dehors de toute publicité »229. Cette méfiance s’explique par l’impact tragique de certaines publications. Le Cerf publie en 1935 un témoignage anonyme sur les camps soviétiques intitulé Bagne rouge. Souvenirs d’une prisonnière au pays des Soviets. Cependant l’avant-propos signé Istina ne laisse aucun doute sur son auteur : les dominicains signalent que « l’auteur [leur] est personnellement connue » et qu’il s’agit d’« une femme de haute culture qui connaît admirablement l’U.R.S.S. pour y avoir vécu, souffert, et occupé diverses fonctions dans les administrations soviétiques »… c’est-à-dire Julie Danzas, catholique russe et exilée d’URSS en 1934. Or cette publication aurait eu un effet négatif pour les catholiques toujours incarcérés : c’est du moins ce qu’avance Mgr Neveu qui pense compromise une évacuation de la Russie de Mère Abrikosova par la Croix-Rouge Internationale car « l’exemple de Mademoiselle Dansas qui a écrit des articles contre [les bolcheviques] […] ne les portera pas à user de bienveillance »230.

  • 231  Georges Viance, ingénieur des Ponts et Chaussée et corporatiste, était en lien étroit avec les mil (...)
  • 232  Les évêques de Vénétie la notent favorablement dans leur lettre pastorale de 1937. A. Lazzaretto ( (...)
  • 233  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 214, f. 48 : Evreinov à Pacelli, Rome, 30.06.1937 ; f. 50-56 : (...)
  • 234L’avortement légal en U.R.S.S. et ses conséquences, dans Russie et Chrétienté-documents, 04.1935 ( (...)
  • 235La crise de la famille en U.R.S.S. « Nouvelles mœurs », dans Russie et Chrétienté-documents, 11.19 (...)
  • 236  E. Devaud, La pédagogie scolaire en Russie Soviétique ; La doctrine, Paris, 1932 ; C. Dumont, La q (...)
  • 237  J.-M. Vidal, À Moscou durant le premier triennat soviétique (1917-1920), Paris, 1933, p. 191.
  • 238La nouvelle législation familiale en U.R.S.S., dans Russie et Chrétienté-documents, 08.1936 (III), (...)
  • 239  V. Weidlé, La théorie marxiste de l’art en Russie soviétique, dans Russie et Chrétienté, 05-06.193 (...)
  • 240  Léon Chancerel, Un film soviétique “Le chemin de la vie”, dans Études, 1932 (69-213), p. 445-452. (...)

62Cependant, cet accès à des sources de première main variées sur la situation soviétique permet d’aborder le communisme comme un système global. L’un des aspects les plus frappants de la Publizistik catholique des années 1930 sur le communisme est qu’elle ne se limite pas aux questions religieuses ou théoriques : tous les thèmes de la vie soviétique sont abordés dans une perspective critique visant à démontrer la faillite des essais d’application des doctrines marxistes et, finalement, leur abandon. L’étude de la réalité soviétique est ainsi intimement liée à la condamnation des principes du communisme, jugés inapplicables. Le thème de la « faillite » du communisme est omniprésent, notamment dans les milieux de la droite catholique, comme le montre l’ouvrage de Georges Viance [Coquelle-Viance] en 1936231. Dans le domaine économique, les catholiques insistent dans la seconde moitié des années 1930 sur le retour à un système plus traditionnel avec la réintroduction de la propriété privée dans la constitution de 1936232, ou encore avec le stakhanovisme perçu comme « un facteur d’embourgeoisement antimarxiste »233. Les questions touchant à la famille et à l’enfance attirent toujours l’attention des catholiques : l’avortement234, la crise de la famille235 ou encore les questions scolaires236 sont fréquemment abordées par Russie et Chrétienté ou encore Unitas. La légalisation de l’avortement est interprétée par Mgr Vidal, dans ses mémoires publiés en 1933, comme une conséquence de la primauté de l’État sur l’individu, de la « logique de la doctrine communiste [selon laquelle] l’individu n’est rien, la société est tout »237. Cette intervention de l’État dans la sphère familiale et privée conduit ainsi les observateurs catholiques à une réflexion plus profonde sur la nature du système soviétique. Dans ce contexte cependant, le durcissement de la législation sur le divorce en 1936 (enregistrement administratif plus complexe et taxes croissantes en cas de divorces successifs) est perçu comme un signe d’échec des idées communistes et de retour à la normalité238. On perçoit cet espoir de « retour » et de transformation du système communiste également dans le domaine artistique. Si la production culturelle et artistique soviétique est généralement jugée négativement dans la presse catholique239, certaines œuvres font exception. C’est le cas du film Le chemin de la vie (N. Ekk, 1931), dont la revue Études offre une critique positive. Cette fiction retrace la rééducation d’enfants abandonnés et délinquants dans le cadre d’un couvent désaffecté mais « sous l’égide de la Croix sculptée sur la porte que la fureur révolutionnaire, tout au moins dans le film, a omis de mutiler, dont le décorateur soviétique a senti la nécessité, dont la censure a autorisé la présence ». Ce « film de propagande » parvient à susciter une « émotion collective » non seulement par sa « perfection technique » mais aussi car « il puise son inspiration aux sources de notre tradition »240. La beauté est donc ici définie comme accessible aux artistes soviétiques dans la mesure où ceux-ci font retour, même inconsciemment, à la tradition religieuse chrétienne.

63Cependant, au-delà du suivi de l’actualité soviétique, certains spécialistes catholiques de la Russie et du communisme proposent également une réflexion plus théorique sur la nature du régime.

Folie, religion laïque, hérésie, totalitarisme : l’apport des penseurs catholiques à l’interprétation du système communiste

  • 241  E. Walsh, The fall of the Russian empire ; the story of the last of the Romanovs and the coming of (...)
  • 242 Altri esempi di demenza bolscevica nella lotta contro Dio, dans OR, 14.06.1928 (68-137), p. 1 ; Da (...)

64À la fin des années 1920, les discours catholiques définissent souvent le régime communiste comme une folie, peut-être en référence au psaume 52 qui évoque l’athéisme (« Dans son cœur le fou déclare “Pas de Dieu !” »). Le jésuite américain Edmund Walsh, qui propose une analyse historique de la révolution russe, définit cette dernière comme une « folie historique », défiant tant la raison que les sciences humaines241. On retrouve ce thème de la folie dans plusieurs articles de L’Osservatore romano de la fin des années 1920242. Progressivement toutefois, une nouvelle clé interprétative s’impose, privilégiant l’analyse de l’analogie formelle entre le communisme russe et la religion.

  • 243  I. Kologrivov, Mariage et divorce d’après la législation bolchéviste, dans Études, 1926 (63-187), (...)
  • 244  L. Durtain (pseudonyme), L’autre Europe. Moscou et sa foi, Paris, 1928, p. 327-328.
  • 245  Le mausolée de Lénine est mis en place dès 1924 et la version de granit est achevée en 1930 : N. T (...)
  • 246  B. Ennker, The Stalin Cult, Bolshevik Rule and Kremlin Interactions in the 1930s’, dans A. Balázs, (...)
  • 247  En 1927, son ouvrage Un nouveau moyen âge : réflexions sur les destinées de la Russie et de l’Euro (...)
  • 248  N. Berdiaev, Les sources et le sens du communisme russe, Paris, 1951 [1e éd. française 1938, 1 e é (...)
  • 249  I. Giordani, La Théologie de l’athéisme, dans L’Illustrazione Vaticana. Édition française, 16-31.0 (...)
  • 250  I. Kologrivof, Die Metaphysik des Bolschewismus : drei Vorlesungen über seine geistigen Quellen, s (...)

65Cette comparaison reste d’abord le fait de penseurs isolés comme le jésuite Ivan Kologrivov qui affirme dès 1926 que « le bolchevisme est […] une doctrine complète de la vie, comme une religion, avec ses dogmes, ses pontifes, ses dieux »243. Cette analogie se développe aussi en dehors des milieux catholiques comme dans le récit de voyage d’André Nepveu (Luc Durtain) qui file longuement la métaphore même si « toute comparaison [entre le communisme et la religion] autre que formelle serait une absurdité, d’ailleurs énergiquement répudiée par les deux parties en présence »244. Cette comparaison a été, en effet, favorisée par l’évolution même du communisme russe : le léninisme reprend le style volontiers ascétique et mystique de la tradition orthodoxe ainsi que certaines de ses pratiques concrètes (le « coin rouge », où les photographies de dirigeants remplacent les icônes dans les maisons). Le développement du culte de Lénine dès la fin des années 1920245 et, plus encore, celui de Staline qui se met progressivement en place dans les années 1930246, ont contribué à asseoir cette hypothèse. Les thèses de Berdiaev, philosophe russe installé en France, souvent publiées sous l’influence de Maritain chez des éditeurs ou dans des revues proches des milieux catholiques247, ont encore accru l’influence de cette clé de lecture. Selon Berdiaev, en effet, l’athéisme du communisme russe n’est pas un accident mais une conséquence nécessaire de son caractère « totalitaire », c’est-à-dire qu’il ne se contente pas d’être un simple « système social » mais « prétend répondre aux aspirations religieuses de l’âme humaine » et « représente une religion »248. Ces idées de Berdiaev, mais aussi celles de Boulgakov, sont bien diffusées et connues dans certains milieux romains au début des années 1930 : un article du magazine L’Illustrazione vaticana de janvier 1934 les évoque ainsi clairement249. Le jésuite russe Ivan Kologrivof reprend en 1933 ses intuitions pionnières et les synthétise dans un ouvrage sur la métaphysique du bolchevisme, qui emprunte également à Berdiaev et Waldemar Gurian, qui sont cités dans les notes250.

  • 251  Cf. H. Hürten, Waldemar Gurian. Ein Zeuge der Krise unserer Welt in der ersten Hälfte des 20. Jahr (...)
  • 252  W. Gurian, Le Bolchevisme. Introduction historique et doctrinale, Paris, 1933, p. 205-206 et p. 21 (...)
  • 253Ibid., p. 240.
  • 254  I. Kologrivof (dir.), Essai d’une somme catholique contre les sans-Dieu, Paris, Spes, 1936, 559 p.

66Waldemar Gurian (1903-1954), né dans une famille juive de Russie et converti au catholicisme en Allemagne où il vit dès 1909251, développe également dès le début des années 1930 une réflexion approfondie sur la dimension religieuse du communisme. Son ouvrage de 1931 Der Bolschewismus. Einführung in Geschichte und Lehre est traduit en anglais en 1932, mais aussi en italien et en néerlandais. La traduction française date de 1933, chez Firmin-Didot et Beauchesne, sous le titre Le Bolchevisme. Introduction historique et doctrinale. Dans cet ouvrage, Gurian considère la religion comme un attribut essentiel de l’humanité qui ne peut que réapparaître sous de nouvelles formes si on cherche à la supprimer. Le bolchevisme revêt un « caractère de religion de remplacement » dans laquelle « le “Dieu” nouveau, c’est la société socialiste », soit une « auto-déification de l’humanité ». Pour ce penseur catholique, l’opposition est nette et immédiate avec le christianisme qui juge immédiatement cette déification de la société « comme une hérésie ». Le dynamisme social du catholicisme et sa volonté de s’assurer une place officielle dans le domaine public explique que le « bolchevisme [soit] l’ennemi de la Religion, surtout de l’Église catholique »252. Il définit alors le bolchevisme comme « la contre-Église, qui veut graduellement se substituer à l’Église du Christ », tout d’abord en rendant cette dernière « inutile » puis en « pren[ant] sa place »253. Cet ouvrage de Gurian a une grande influence sur les milieux catholiques : il est ainsi fréquemment cité dans la « Somme » dirigée en 1936 par Kologrivof, ouvrage pionnier très complet de lutte contre le « sansdieusisme »254.

  • 255  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 19.
  • 256Ibid., p. 111-112.
  • 257  J. Ledit, Paradossi del comunismo… cit., p. 88, italien. Voir aussi J. Ledit, La religione e il co (...)
  • 258Divini redemptoris, § 8.

67Les idées pionnières de Kologrivof et Gurian sont reprises dans la seconde moitié des années 1930 par plusieurs auteurs, comme le père Delaye dans un ouvrage de vulgarisation publié par l’Action populaire en 1936 : Pour connaître le Communisme. Le jésuite français définit le communisme comme « une conception de l’univers, la présentation d’un idéal et d’une civilisation renouvelant l’homme tout entier […] le tout auréolé d’une foi mystique »255. Pour explorer cette « mystique du communisme », le père Delaye reconnaît qu’il doit « dépasser la lettre des écrits marxistes, pour en dégager ce que leurs auteurs ne consentent pas à s’avouer eux-mêmes et qui est cependant foncier chez eux ». Cette étude conduit le jésuite français à la conclusion que « le Marxisme est une religion », certes une « religion sans Dieu, sans rites, sans cérémonies, sans formules », cependant il y discerne un élan spirituel, « une foi, une espérance, et un désir ». C’est d’ailleurs ici même que le marxisme « atteint quelque grandeur », dans la mesure où il donne à voir « tout ce qui peut soutenir la vie intérieure, tout ce dont l’homme ne peut se passer, ce sans quoi la vie n’aurait pas de sens et ne vaudrait pas la peine d’être vécue »256. Cette vision du marxisme revient à faire de l’athéisme un élan religieux qui s’ignore, ce qui permet à des théologiens d’approcher, en des termes familiers, une idéologie a priori étrangère. On retrouve ces thèmes du mysticisme communiste et de l’athéisme comme religion de substitution chez le jésuite russisant Joseph Ledit qui considère que s’il existe bien une « mystique » du communisme, celle-ci est autant définie comme une pseudo-religion, ou religion laïque, que comme une antireligion, pressée d’en finir avec les « vraies » religions pour les remplacer. L’athéisme est ainsi défini comme une « caricature méphistophélique de la religion »257. L’encyclique Divini redemptoris, à la rédaction de laquelle Ledit a participé, reprend et diffuse encore cette interprétation du communisme comme phénomène religieux perverti et inversé : une « idée de fausse rédemption », un « pseudo-idéal de justice », un « faux mysticisme »258.

  • 259  Même l’article sur le totalitarisme dans l’encyclopédie Catholicisme l’ignore (R. Minnerath, Total (...)
  • 260  Au-delà des aspects théoriques de la comparaison, le passage à une dénonciation commune du communi (...)

68Si cette approche du communisme comme « mysticisme » ou pseudo-religion procède d’une interrogation sur la virulence de l’athéisme, elle débouche également sur une analyse pionnière du système soviétique comme totalitaire. En effet, alors que le paradigme d’explication totalitarien ne s’impose qu’avec la Guerre froide, la pensée totalitarienne chrétienne, longtemps négligée et encore mal connue259, s’affirme dans les années 1930 en utilisant – de façon encore parcimonieuse – le terme de totalitarisme et en comparant clairement le communisme au nazisme à la fois dans leurs pratiques politiques et leurs constructions d’un État omniprésent et omnipotent260.

  • 261  L. Barde, L’État soviétique, ses principes, sa technique, dans Semaines Sociales de France. Reims (...)
  • 262  E. Magnin, L’État, conception païenne, conception chrétienne, Paris, Bloud et Gay, 1931 (Bibliothè (...)
  • 263  En 1934, la revue Russie et chrétienté utilise le terme de « totalitarisme » pour évoquer le systè (...)
  • 264  W. Gurian, Le bolchevisme danger mondial, Paris, 1936, p. 5.
  • 265  M. Scherer, Communistes et catholiques, Paris, 1936, p. 72-73.

69Les travaux de Gurian sur le bolchevisme et son indépassable athéisme, conjugués aux apports de Berdiaev, rencontrent la réflexion catholique sur le rôle de l’État. Le père Barde, de l’Action Populaire, intègre ainsi ces apports théoriques dans son intervention sur « L’État soviétique » lors des Semaines sociales de Reims en 1933, notamment pour montrer le rôle du parti communiste dans la conquête de l’État261. Le contrôle social et spirituel déployé dans le monde soviétique est ainsi relié à la thématique de la « statolâtrie », entendue comme une hérésie significative d’un monde redevenu païen262. Alors que le terme de « totalitarisme » est utilisé au milieu des années 1930 pour évoquer le monde soviétique263, le parallélisme entre le communisme russe et le national-socialisme allemand émerge progressivement. En 1935, Gurian publie une étude comparative entre les régimes russe et allemand (Bolschewismus als Weltgefahr, Luzern 1935, traduction française en 1936). La thèse de l’auteur est qu’il y a une identité de structure entre ces deux régimes : « le but essentiel et les méthodes employées sont identiques », il n’existe donc qu’un « bolchevisme rouge » et un « bolchevisme brun »264. En 1936, Marc Scherer, ancien cadre de la JEC, identifie clairement « la violence fasciste et la violence communiste, […] la tyrannie fasciste et la tyrannie soviétique, […] la démission des masses aux mains de Hitler et la démission des masses aux mains de Staline », entre lesquelles « il n’y a pas de différence de nature, mais seulement d’aspect », les deux régimes ayant en commun le fait d’être « “statolâtre”, nationaliste, intolérant et oppresseur »265.

  • 266  Waldemar Gurian qui émigre en Suisse après l’arrivée des nazis au pouvoir, s’installe aux États-Un (...)
  • 267  A. Charron, Les Catholiques face à l’athéisme contemporain : étude historique et perspectives théo (...)

70Si ces réflexions pionnières sur le communisme prendront une plus grande résonnance après la Guerre266, dans un contexte où l’Église catholique se montrera également plus soucieuse de penser de façon approfondie son rapport à l’athéisme267, la préoccupation du communisme est bien diffusée dans les milieux catholiques dès les années 1930. Il convient donc de s’intéresser, au-delà des élites, aux ressorts de la mobilisation des catholiques sur la question du communisme.

À la conquête de l’opinion publique : une mobilisation culturelle moderne et globale

  • 268  Sur l’usage du roman par le Saint-Siège dans la lutte anticommuniste, voir S. Roulin, Le concours (...)

71Après avoir identifié le communisme comme un danger proprement culturel, les catholiques organisent sa dénonciation dans les années 1930 par de nouveaux moyens de communication, en empruntant plusieurs vecteurs, des conférences à la radiophonie en passant par les expositions ou encore la littérature268.

Une propagande polymorphe directement menaçante

  • 269  Voir A. Mikhailov, Les origines anticatholiques du bolchevisme, dans Études, 1929 (66-200), p. 14- (...)
  • 270  Н. Бухарин, Финансовый капитал в мантии папы (Памфлет) [Le capital financier dans le manteau du pa (...)
  • 271  Par exemple, ce pamphlet est publié en français dans L’Humanité puis édité en brochure au Bureau d (...)
  • 272  C. G. De Michelis reprend à son compte l’interprétation selon laquelle il y aurait « une analogie (...)
  • 273  Plusieurs ouvrages ont publié certaines de ces caricatures (une caricature de la Pravda, non datée (...)
  • 274Правда, 20.02.1930, N°50 (4495), p. 1 ; ibid., 26.02.1930, N°56 (4501), p. 1 ; ibid., 08.03.1930, (...)
  • 275Известия, 16.02.1930, N°46 (3893), p. 1 ; ibid., 17.02.1930, N°47 (3894), p. 1 ; ibid., 20.02.1930 (...)
  • 276  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 178 ; N. Berdiaev, Les sources et le sens du comm (...)
  • 277Plaques de projection, dans Russie et Chrétienté-documents, 11.1934 (I-4), p. 63-65.

72Le communisme se montre en effet directement menaçant pour le catholicisme sur le terrain culturel. Si l’anticatholicisme soviétique existe dès les années 1920269, il se développe d’une façon exponentielle en 1930 en prenant une tournure essentiellement antipapiste. Le pamphlet de Boukharine, paru pour la première fois dans la Pravda du 7 mars 1930270, puis diffusé dans de nombreuses langues271, parfois interprété comme une attaque indirecte contre Staline272, est d’abord un réquisitoire fondé sur une critique historique de l’action des papes. Au même moment, un flot de caricatures de Pie XI envahit la presse soviétique273. Pour la période comprise entre fin février et fin avril 1930, nous en avons relevé au moins huit dans la Pravda274 et onze dans les Izvestiâ275. Si la caricature est souvent utilisée dans la propagande antireligieuse, son caractère « grossier » est souligné tant par le publiciste catholique Georges Goyau que par le philosophe russe Berdiaev, qui expriment tous deux leurs doutes quant à l’efficacité de telles représentations pour convertir à l’athéisme la masse des croyants276. La revue Russie et Chrétienté va plus loin en prétendant que, par ces caricatures, « sans le vouloir, les “sans-Dieu” ont […] contribué à faire comprendre aux fidèles orthodoxes eux-mêmes que le Pape était le chef et le grand défenseur de la chrétienté »277.

  • 278  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 28 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 58/31, italien.
  • 279Actes de S. S. Pie XI, tome VIII (année 1932), Paris, 1939, p. 39-40.
  • 280  G. Hakki, L’athéisme soviétique et la philatélie, dans L’Unité de l’Église, 03-04.1934 (n°65), p.  (...)
  • 281  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 192, f. 54 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933, PCR 98/33, italien. L’ (...)
  • 282 Divini redemptoris, § 15-17.
  • 283 Ibid., § 18.

73Cependant la virulence de ces campagnes de presse a conduit dès le début des années 1930 le pape à définir le communisme comme un danger de nature culturelle. En mai 1931, Pie XI confie en audience à d’Herbigny que « c’est surtout le progrès de l’idéologie bolchevique dans les milieux intellectuels et universitaires qui, parmi toutes leurs autres propagandes, constitue un grave danger »278. Dans Caritate Christi, en mai 1932, Pie XI insiste sur la nouveauté du mouvement athée. Si l’impiété existe depuis longtemps, elle est devenue un phénomène de masse à la faveur de la crise économique mondiale et bénéficie de moyens de propagande nouveaux et variés, structurés par de « fortes organisations » que le pape détaille longuement : « films cinématographiques », « phonographes », « concerts et conférences radiophoniques », « librairies » permettant d’« imprime[r] des opuscules dans toutes les langues », « expositions », « cortèges publiques », « conférences », « images », « écoles populaires » et « formations économiques et militaires »279. Pie XI aurait pu ajouter les timbres postaux : l’année suivante, en effet, en 1933, le Saint-Siège soutiendra la protestation belge puis celle de la Fédération internationale de philatélie auprès de l’Union Postale universelle contre la création de timbres antireligieux par l’URSS280 et le pape accordera « de sa propre initiative » une « décoration pontificale » à l’initiateur de la protestation281. En 1937, l’encyclique Divini redemptoris explique encore les succès du communisme par ses méthodes de persuasion des intellectuels par des « arguments pseudo-scientifiques », mais aussi par la vigueur de sa « propagande »282, dans un contexte de démission de la « presse mondiale non-catholique » qui serait coupable de désinformation « au sujet des horreurs commises en Russie, au Mexique et dans une grande partie de l’Espagne »283.

Toucher l’opinion publique : renouveler les vecteurs de mobilisation

  • 284  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 3-4 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 24.0 (...)
  • 285Ibid.
  • 286  J.-M. Mayeur, M. Zimmermann, Lettres de carême des évêques de France : répertoire 1861-1959, Stras (...)
  • 287  « Il pericolo del comunismo. Lettera pastorale collettiva dell’Episcopato della Regione Triveneta  (...)

74Pour répondre à cette propagande athée, les relais privilégiés sont d’abord les vecteurs classiques. Les lettres pastorales des évêques, envoyées aux prêtres du diocèse pour être lues en chaire, en particulier au moment du Carême, abordent ainsi parfois la question du communisme. Ces lettres pastorales ont même constitué l’un des matériaux utilisés par les jésuites responsables de la préparation de l’encyclique Divini redemptoris début 1937284. L’encyclique remercie d’ailleurs les évêques d’avoir éveillé les fidèles au problème du communisme par ce biais (§ 6). Cependant, comme le remarque le général des jésuites, les lettres pastorales se révèlent généralement insuffisantes, notamment d’un point de vue théorique285. Elles semblent d’ailleurs avoir été assez peu nombreuses. D’après le répertoire des lettres de carême des évêques français, seules trois sont exclusivement consacrées au communisme. Elles datent toutes de l’entre-deux-guerres : « Le socialisme et le communisme » (Angers, 1925) ; « Les conséquences du principe communiste et du principe naturaliste » (Quimper, 1928) et « Communisme ? non mais catholicisme vivant » (Albi, 1937)286. Pour l’Italie, on peut notamment citer la lettre pastorale collective de l’épiscopat de Vénétie du 24 janvier 1937 sur « le danger du communisme »287.

  • 288  E. Walsh, Why Pope Pius XI asked prayers for Russia on March 19, 1930 ; a review of the facts in t (...)
  • 289 Ibid., f. 34-35 : Walsh à Fumasoni Biondi, 10.03.1930, anglais.
  • 290  E. Walsh, Why Pope Pius XI… cit., anglais. Voir aussi document 38.
  • 291  Texte du 24 février 1930 édité dans The American Assistancy of the Society of Jesus (éd.), Selecte (...)

75Ces relais épiscopaux classiques semblent avoir été précocement doublés par d’autres modalités de mobilisation des fidèles. Dès 1930, des expérimentations ont lieu sur la façon de sensibiliser les catholiques. L’opuscule du père Walsh Pourquoi le pape Pie XI a demandé des prières pour la Russie, imprimé en mars et avril 1930, est diffusé à 45 000 exemplaires288. La modalité de distribution est assez originale car elle mêle circulaire au clergé et apostolat par la presse. En effet, une copie a été envoyée aux États-Unis « à chaque prêtre, de façon privée, et aux évêques, pour leur information personnelle »289. Cet ouvrage se présente comme un « exposé complet » sur les persécutions, permettant de rendre chaque prêtre autonome « pour l’explication de la position catholique à des personnes d’influence dans [sa] communauté et dans les journaux locaux », en particulier en vue de la journée de prière du dimanche 16 mars 1930. L’ouvrage s’adresse clairement à une élite capable de discernement : c’est ainsi qu’il faut comprendre la mise en garde relative à la feuille volante ajoutée à cette brochure représentant une image antireligieuse sur l’Eucharistie qui est considérée comme « si révoltante » qu’on n’a pas voulu « l’imprimer pour une circulation générale »290. Le statut ambigu de l’image antireligieuse – puissant repoussoir mais impropre à une propagande catholique adressée à des publics indifférenciés – est ici pris en compte de façon expérimentale. Au même moment, toujours dans les milieux jésuites, le général Ledóchowski adresse une circulaire à toute la Compagnie dans le but de mobiliser les pères dans une action pour la Russie notamment par le biais d’un apostolat de la presse291. C’est en effet par l’écrit, qu’il s’agisse de recherches approfondies ou de vulgarisation, de monographies ou de publications périodiques que la mobilisation catholique va pour l’essentiel se réaliser. Sans revenir sur ce qui a été dit plus haut, on peut rappeler ici l’importance des publications assurées par les centres spécialisés sur le communisme, comme les éditions Spes liées aux jésuites de l’Action populaire, la revue Unitas également liée aux jésuites ou encore les publications de Russie et chrétienté dans le cas de la France.

  • 292  M. Agostino, Pie XI et les médias, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 828.
  • 293  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 95, f. 36 : lettre de Neveu, Moscou, 02.09.1929 (extrait).
  • 294Actes de S. S. Pie XI, tome X (année 1933), Paris, 1939, p. 104-107, ici 105.
  • 295  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244.

76Au-delà cependant de l’action de ces centres spécialisés, il s’agit dans les années 1930 de trouver les moyens de sensibiliser non seulement des fidèles catholiques avertis mais aussi l’ensemble de l’opinion publique. Cette évolution, sensible sur le terrain russe, relève d’une dynamique plus générale : Marc Agostino signale ainsi l’émergence, vers 1930, d’une politique de communication nouvelle, abandonnant la stratégie élaborée depuis Léon XIII de création d’une « bonne presse » pour les catholiques pour un projet plus moderne intégrant le concept d’« opinion publique »292. Le congrès de la presse catholique à Rome en juin 1929 accélère probablement cette évolution : Mgr Neveu semble en tout cas convaincu à cette occasion qu’une mobilisation de la « presse de tous les pays », notamment de « la presse catholique », constituerait une solution pour défendre les intérêts de l’Église en URSS293. Dans son discours du 6 juin 1933 aux pèlerins de la presse catholique, Pie XI évoque « la souveraine importance de l’opinion publique, une force pourtant indéfinissable et insaisissable » et considère que « les dernières découvertes de la science nous ont appris et le rôle et l’immense valeur de ces forces invisibles, impondérables, impalpables, dans la structure et le fonctionnement de l’univers »294. Fin septembre 1936, l’Exposition mondiale de la presse catholique donne toute la mesure de l’effort du pape Ratti pour agir sur l’opinion publique et, dans son discours d’ouverture, le pape déplore plus particulièrement l’absence d’une presse catholique venue d’Union soviétique295.

77Pour agir sur l’opinion publique, la mobilisation catholique va chercher dans les années 1930 à diversifier et moderniser ses vecteurs de communication. Si ces nouveaux modes de communication ne jouissent pas de la même autorité que les avis donnés par la hiérarchie, ils atteignent des milieux plus variés.

Les conférences : une prédication itinérante ?

  • 296  Cf. le texte de sa conférence romaine du 21 novembre 1929, publié sous le titre Le front antirelig (...)
  • 297  M. d’Herbigny, Le Message du Christ et de l’Église aux civilisations, cours professé à la Semaine (...)
  • 298  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 140, f. 19 : Walsh à d’Herbigny, Washington, 26.02.1932, frança (...)
  • 299 Ibid., f. 18 : d’Herbigny, FU, 19.03.1932, italien.
  • 300  J. Schweigl, Moskau gegen den Vatikan, Augsburg, 1930.
  • 301  A. Raes (éd.), La fondation de l’Institut pontifical oriental, dans OCP, 1967 (33), p. 310.

78Au-delà des références à la situation des croyants en URSS dans les conférences sur l’unionisme ou les rites orientaux, de nombreuses conférences sont consacrées spécifiquement à cette question. Michel d’Herbigny, conférencier d’envergure internationale dès le milieu des années 1920, oriente, à partir de novembre 1929, ses interventions publiques vers la dénonciation du communisme athée296. Si sa nomination à la présidence de la Commission pro Russia l’oblige à limiter ses interventions, il reprend son activité de conférencier après son départ de Rome à l’automne 1933, notamment aux Semaines sociales de France en 1936297. Aux États-Unis, le conférencier le plus célèbre sur les questions russes est sans doute le père Walsh. En 1932, alors que « la question de la Russie Soviétique est encore énormément en vogue aux États-Unis », il signale avoir « au cours des derniers mois […] reçu trente invitations [pour] donner des conférences sur la Russie dont [il] n’[a] pu accepter que la moitié »298. Le Saint-Père félicite Walsh pour cette « nouvelle activité, destinée à faire connaître le danger bolchevique et à promouvoir l’intérêt des intellectuels [scienziati] catholiques en Amérique, notamment des historiens, pour toutes les questions relatives à l’Orient chrétien et à la Russie »299. D’une façon générale, les pères gravitant autour de l’Institut pontifical oriental animent de nombreuses conférences à Rome. Le 10 avril 1930, le père Schweigl prononce une conférence en allemand dans la grande salle de l’Institut biblique de Rome, où il insiste notamment sur le lien entre la persécution des chrétiens et « la révolution agraire »300. De 1936 à 1938, le cours du père Ledit sur le bolchevisme remplit l’aula I de l’Institut pontifical oriental avec plus de 70 auditeurs à chaque séance301, touchant ainsi un public plus large que les étudiants de l’Institut.

  • 302  Voir les études sur la France d’I. Saint Martin, “Sermons lumineux” et projections dans les église (...)
  • 303  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 19, f. 77 : sac. Dante Ciccarelli (chapelain de « Opera nazional (...)
  • 304 Ibid., f. 79 : d’Herbigny-Giobbe à Ciccarelli, Vatican, 21.03.1933, PCPR 84/33, italien.
  • 305Ibid., f. 78 : congresso, 15.03.1933, italien.
  • 306Plaques de projection, dans Russie et Chrétienté-documents, 11.1934 (I-4), p. 55-84. Citations p.  (...)

79Depuis le début du XXe siècle, la plupart des conférences étaient illustrées par des projections lumineuses302. Cependant les images projetées dans les conférences sur le communisme et l’athéisme posent des problèmes spécifiques et constituent un danger. En mars 1933, la Commission pro Russia, après avoir délibéré en congrès, répond négativement à la demande d’un chapelain de l’Opera nazionale Balilla (organisation de jeunesse fasciste) de « diapositives pour illustrer [aux] jeunes l’œuvre antichrétienne accomplie par le régime bolchevique en Russie »303 arguant de « la difficulté et même [du] danger d’illustrer avec des projections certains épisodes qui pourraient même produire une impression funeste sur les jeunes »304. À ce refus motivé par des raisons pédagogiques liées au public visé s’ajoute une prudence politique. La Commission pro Russia préfère privilégier une conférence préparée par l’Action catholique que d’offrir des moyens de propagande à l’organisation fasciste305. En France, on observe une même prudence quant à l’usage des images antireligieuses. En novembre 1934, le Centre Istina publie un dossier intitulé « Plaques de projection » dans Russie et chrétienté-documents pour « intensifier la propagande contre les idées marxistes subversives de la religion, de la morale, de la famille, etc. ». Pour illustrer des conférences, le Centre propose des plaques de projection (en verre, de format 8,5 x 10 cm) représentant des images extraites de publications antireligieuses, qui illustrent tant la « propagande antireligieuse en Russie soviétique » que le « mouvement antireligieux international » ou encore des scènes de « vie en U.R.S.S. ». Par prudence, « étant donné l’usage qui pourrait être fait de certaines de ces plaques dans un sens directement opposé au but » poursuivi, le Centre Istina annonce qu’il ne les délivrera « que sur présentation de sérieuses références »306.

Les expositions et l’influence des milieux anticommunistes

80Au-delà des conférences illustrées, l’« enseignement par les yeux » se traduit par la réalisation d’expositions mettant en scène des matériaux venus d’URSS. Ces expositions permettent d’encadrer la réception des images antireligieuses par un accompagnement du public.

  • 307  Sur cette exposition et ses « recyclages » postérieurs : S. Roulin, L’exposition sur les sans-dieu (...)
  • 308  Le dimanche 18 février fut un « Dimanche des Russes persécutés pour leur foi » pendant lequel « le (...)
  • 309La Semaine catholique de la Suisse romande, 22.02.1934 (63e année, N°8), p. 113-114.
  • 310 Le rivelazioni di una mostra a Parigi, dans L’Avvenire d’Italia, 14.06.1934. L’exposition a lieu a (...)
  • 311  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 479, f. 32 : A. Cassulo à Pacelli, Ottawa, 31. (...)

81L’événement déclencheur semble avoir été l’exposition organisée en Suisse en février 1934 par l’association Pro Deo307. Cette exposition se déplace dans les grandes villes de la Suisse romande, tout d’abord à Genève puis à Lausanne (jusqu’au 20 février, 9 000 visiteurs) et enfin à Fribourg (à partir du 23 février). Organisée dans un cadre interconfessionnel308, l’exposition suisse est soutenue chaleureusement par Mgr Besson qui la qualifie de « preuve saisissante, irréfutable, de l’activité diabolique exercée par ceux qui veulent détruire l’idée même de Dieu et de la religion »309. Cette exposition suscite des émules. En juin 1934, la Fédération Nationale Catholique, aidée par l’EIA, organise à Paris une exposition sur le même thème310. En décembre 1935, au Québec, l’« École sociale populaire » organise une exposition anticommuniste itinérante à Montréal, puis à Québec, Ottawa et Trois-Rivières. Ici encore, l’EIA donne l’impulsion : « les organisateurs de l’exposition de Genève sur les sans-Dieu […] proposèrent d’exhiber au Canada leurs différentes pièces » mais il fut finalement « plus pratique » d’exposer les pièces imprimées au Canada. L’exposition présenta ainsi plus de 400 pièces réparties en deux sections (documents imprimés au Canada et à l’étranger), dont une grande partie provenait de fonds saisis par la « police » et les autorités fédérales et municipales. L’exposition était également illustrée par « des pancartes [qui] rappelaient aussi les passages les plus frappants de l’Encyclique Quadragesimo Anno et Caritate Christi sur le communisme et la nécessité de s’y opposer »311.

  • 312  J. Ledit, La stampa communista nel mondo : guida alla mostra allestita dalla redazione di « Lettre (...)
  • 313 Ostensio Romana Anticommunistica anni 1938, dans Memorabilia Societatis Jesu, 01.07.1938 (VI-6), h (...)
  • 314  J. Ledit, La stampa communista… cit., p. 6, italien.
  • 315 Ibid., p. 7.
  • 316 Ibid., p. 9, italien.
  • 317 Ibid., p. 32, italien.
  • 318 Ibid., p. 53, italien.
  • 319 Ibid., p. 42, italien.
  • 320  A. Lazzaretto (éd.), Il governo della Chiesa veneta… cit., doc. 110, p. 354-355, italien.

82À Rome, le groupe des Lettres de Rome organise deux expositions sur le communisme. La première a lieu en 1936 et la seconde en 1938. Cette dernière est mieux connue à la fois par un supplément de la revue qui en offre une description minutieuse312 et par des photographies313. Selon le père Ledit, l’exposition, installée dans les locaux du Russicum, s’adresse aux « spécialistes (studiosi) » auxquels on cherche à montrer « le plus grand nombre de documents possibles et provenant d’un grand nombre de pays pour leur donner la possibilité d’étudier les différents aspects de cette nouvelle hérésie des temps modernes (nuova eresia dei tempi moderni) »314. Dès l’entrée, le visiteur se trouve face à un portrait de Staline orné d’une citation stigmatisant les dangers d’une « politique de la guillotine »… et d’une liste de personnages « guillotinés » en 1937. De grands panneaux présentent sous forme de schéma les ramifications de la presse communiste dans différents pays et différents domaines315. Le visiteur emprunte ensuite « l’escalier rouge » décoré d’« affiches soviétiques antireligieuses »316 pour parvenir à différentes salles nationales, plus ou moins bien fournies en fonction du régime politique et de la situation du Parti communiste local. Par exemple, la salle « Allemagne, Autriche et Pologne » est « peu fournie » du fait de l’illégalité des partis communistes : dans ce cas, la rédaction des Lettres de Rome s’est efforcée de trouver des exemples de presse clandestine317. Le commentaire sur la salle italienne comporte un hommage au régime fasciste puisque les « publications de ce genre n’encombrent pas les rues d’Italie »318. Bien entendu, c’est la salle « russe » qui présente le plus grand nombre de documents. L’exposition souligne enfin l’emprise globale de la propagande communiste : indiquant les tirages pharaoniques des œuvres de Marx, Engels, Lénine et Staline, le père Ledit semble étourdi par les milliards de pages qui suffiraient « à faire 31 fois le tour du globe terrestre »319 ! Cette exposition semble avoir eu un certain retentissement, en particulier auprès de la hiérarchie catholique italienne, comme en témoigne la référence appuyée des évêques de Vénétie à cette exposition experte de la « génialité satanique (satanica genialità) » et du « système capillaire » de la propagande communiste320.

Un nouvel outil : la radio

  • 321  L’ouvrage anniversaire de Fernando Bea donne quelques éléments (Qui Radio Vaticana : mezzo secolo (...)
  • 322  P. Lhande, Le pape devant le micro, dans Études, 1931 (68-206), p. 566-573 (citation p. 571).
  • 323  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 93, f. 87 : d’Herbigny, FU, 29.05.1931, italien.
  • 324  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 19, f. 26-27 : lettre de l’abbé Giacomo Bianchini, Cimpello di P (...)
  • 325  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 19-20 : Neveu à Giobbe, Moscou 11.02.1935, français.
  • 326  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 145, f. 33 : Neveu à Giobbe, 07.04.1935 (extrait).
  • 327 Cronistoria, definición y dimensiones de Radio Vaticano, s.l., s.d., p. 981, espagnol.
  • 328 Ibid., p. 988 et 995.
  • 329 Ibid., p. 987. Voir aussi F. Bea, Qui Radio Vaticana… cit., p. 279. Le père Delaney (1906-1956) ét (...)

83Si l’utilisation de l’image pour illustrer la prédication ou le discours catholique sur les dangers du communisme apparaît comme une marque de modernité, l’usage de la radiophonie permet de diffuser encore plus largement les analyses catholiques de la situation en URSS. Malgré une certaine indigence historiographique sur Radio Vatican et l’impossibilité d’accéder aux archives de cette institution, les études et sources imprimées que nous avons pu consulter révèlent un lien fort entre ce vecteur de communication et les questions russes321. En effet, si le principal intérêt de la radio, comme le souligne le père Lhande, est de permettre au pape de s’adresser aux fidèles en faisant abstraction « du cordon douanier le plus vigilant et le plus serré »322, Pie XI a demandé dès mai 1931 au président de la Commission pro Russia de se mettre en contact avec le père Gianfranceschi pour élaborer un programme destiné aux fidèles en URSS et pour déterminer des heures d’émission323. Des émissions sont rapidement créées puisqu’en 1932, un prêtre du Frioul est informé par la Commission pro Russia des horaires des transmissions de Radio Vatican en Russie324. Toutefois, capter les émissions vaticanes n’était pas chose aisée, même à Moscou. En février 1935, Mgr Neveu signale que « quelqu’un […] s’applique souvent à troubler les émissions du Vatican », ce qui nécessite « beaucoup d’application » pour « saisir tout ou partie de ce que Rome transmet »325. L’assomptionniste français est heureusement aidé par le père Braun, véritable « expert en radio », qui parvient à capter de façon correcte « la station du Vatican »326. Par ailleurs, à partir de 1936, Radio Vatican cherche à se développer dans deux directions : d’une part, l’augmentation et le perfectionnement des émissions de radiodiffusion (notamment pour les informations quotidiennes) et, d’autre part, la « création d’un service radiophonique d’information de nouvelles catholiques pour la presse »327. On retrouve donc, dans le domaine radiophonique, le même effort de centralisation en vue d’une diffusion universelle qui a présidé à la création de l’agence Fides en 1929 : l’action romaine ne doit plus se satisfaire de la création de vecteurs précis (journaux, radio) mais s’assurer, en amont, la maîtrise d’agences de presse capables de produire l’information de façon autonome. Pour soutenir ce travail de fond, le Saint-Siège a eu de nouveau recours aux jésuites, notamment au groupe des Lettres de Rome. Les pères Muckermann et Ledit semblent avoir joué un rôle décisif à la fois dans la diversification linguistique de Radio Vatican (première émission en polonais le 24 novembre 1938 et en ukrainien le 14 décembre 1939328) et dans la création à l’été 1938 d’un « Service d’informations catholiques » (Servizio Informazioni cattoliche). Ce service, dirigé par le père John Delaney, s.j., pour informer exclusivement Radio Vatican, était d’ailleurs installé au Russicum329. Il semble donc que l’expérience acquise dans le domaine russe et sur la question du communisme ait été décisive dans la modernisation et le développement des médias vaticans.

84Au terme de ce parcours dans l’histoire culturelle des années 1930, on ne peut qu’être frappé par la diversité et la modernité des tentatives catholiques de sensibilisation de l’opinion publique sur le communisme. Cependant, ces virulentes dénonciations catholiques du communisme placent le Saint-Siège dans une situation délicate, à proximité immédiate des mouvements anticommunistes de nature politique. Entre dérapages et récupérations, la position romaine devient parfois difficile à tenir dans une époque extraordinairement polarisée idéologiquement.

La vigilance romaine au défi des instrumentalisations idéologiques et politiques

85La traditionnelle modération romaine, pourtant toujours revendiquée, est alors fréquemment mise à mal et doit résister à la fois à certains dérapages inhérents à une action par les médias, aux instrumentalisations de l’anticommunisme politique et aux ambiguïtés de la rhétorique sur la défense de la civilisation.

Les risques de la dénonciation par les médias

  • 330  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 479, f. 5 : d’Herbigny à Pacelli, Vatican, 23. (...)
  • 331  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 533, fasc. 556, f. 3 : Filippo Soccorsi (s.j.) à « Eccell (...)
  • 332  Cette intervention lui avait été demandée par Pie XI à partir d’une idée suggérée par Lodygensky à (...)
  • 333 Ibid., f. 116-117 : Hinsley à Pacelli, Westminster, 15.05.1938, italien.

86Tout d’abord, l’action par les médias – en déployant une dénonciation bruyante – fait courir le risque d’une publicité involontaire pour le communisme. Le 14 mars 1933, Pie XI demande ainsi à d’Herbigny de poursuivre de façon plus prudente la collecte d’informations sur le communisme « en évitant l’organisation habituelle de campagnes journalistiques qui pourraient plutôt faire de la “réclame” (en français dans le texte) au communisme »330. On retrouve un même effort de discrétion sur le terrain, au sein des acteurs de la politique vaticane en 1936 et en 1938. En 1936, le père Ledit organise une campagne contre le congrès des sans-dieu qui doit se tenir à Moscou, mobilisant Radio Vatican et passant par l’organisation de « prières réparatrices » dans tout le monde catholique. Mais, finalement, étant donné le silence de la presse européenne sur ce congrès, les jésuites décident d’annuler cette « manifestation bruyante » de protestation (car « on courrait vraiment le risque d’attirer l’attention sur un congrès qui pourra passer largement inaperçu ») et de se limiter à une action indirecte « par le biais de la presse et des émissaires »331. En mai 1938 enfin, c’est le cardinal Hinsley, archevêque de Westminster qui, après une discussion avec le ministre de l’Intérieur britannique, refuse de faire pression pour interdire le congrès mondial des sans-dieu qui doit se tenir à Londres en septembre 1938332 non seulement du fait de « l’inconvenance de freiner la liberté d’expression (free speech) » mais aussi pour éviter « le danger de publicité gratuitement donnée au congrès »333.

  • 334  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 28, fasc. 185, f. 27 : d’Herbigny, FU, 25.01.1933, prot. 40/33, italien.
  • 335  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 144, f. 70 : feuille de congrès PCPR, 01.02.1933, italien.
  • 336 Ibid., f. 71 : note anonyme [d’Herbigny], italien. Le « martyrologe » mentionne deux prêtres du no (...)
  • 337Noël à Moscou, dans La Croix, 07.02.1936 (57-16.249), p. 3.
  • 338  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 253, f. 36 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 13.02.1936, franç (...)

87À cette réserve motivée par le souci de ne pas faire de publicité involontaire au communisme s’ajoute une prudence liée à la situation des catholiques en URSS. Les expériences des années 1920 ont probablement servi de leçon à d’Herbigny qui fait preuve, en tant que président de la Commission pro Russia, d’une assez grande prudence dans la publication d’informations confidentielles. En janvier 1933, Pie XI apprend les circonstances de la mort d’un certain père Bailman, du diocèse de Saratov, survenue en 1929. Le pape décide de « faire publier la nouvelle de la mort sur les journaux allemands, puis par l’Osservatore » en publiant quelques « détails – prudents – sur l’effort du GPU et sur la mort du révérend pour s’être refusé aux demandes d’espionnage »334. La Commission pro Russia prépare donc un article à publier sur ce père Bailman, « poussé par les Soviets locaux à être un espion […] et […] mort comme un martyr »335. L’article est prêt à être envoyé aux journaux d’Angleterre et de Finlande quand une note manuscrite de d’Herbigny arrête le processus car, vérification faite, « il y a trois prêtres du nom de Beilman dans le diocèse de Tiraspol, deux Jean et un Joseph, tous les trois arrêtés »336. Les scrupules de d’Herbigny permettent donc ici d’éviter une publication dans la presse occidentale qui aurait pu nuire aux prêtres incarcérés. La nécessaire exactitude des informations publiées dans la presse catholique est rappelée en février 1936 par Mgr Neveu. L’administrateur apostolique de Moscou signale à la Commission pro Russia plusieurs « sottises » parues dans Irénikon et La Croix337, notamment sur la destruction des clochers d’églises, le nombre de prêtres catholiques encore en activité ou d’églises encore ouvertes. Selon lui, ces sous-estimations ou surestimations « ne peuvent que pousser les bolchéviks à fermer le plus vite possible les églises »338.

88Tant les autorités romaines que les catholiques mobilisés dans la dénonciation de la situation en Russie ou du communisme semblent donc bien conscients dans les années 1930 des dérapages auxquels la dénonciation par les médias pouvait conduire.

Les avances de l’anticommunisme politique

  • 339  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 29 : lettre de Paul Théodore Crivez, 01.01.1931, français (...)
  • 340  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 5-6 : Mémoire de « Ufficio di informazioni orientali –  (...)
  • 341  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 28 : anonyme [d’Herbigny], note, 09.01.1931 ; f. 37r : Qu (...)
  • 342  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 7 : d’Herbigny, FU, 22.03.1931, PCR 42/31, italien-lati (...)

89Cependant, au-delà des risques propres à une action publique, les catholiques sont confrontés aux avances de mouvements anticommunistes non catholiques. En 1931 et 1932, le pape reçoit les vœux de bonne année de Paul Théodore Crivez, vice-président du « Comité d’initiative international anti-bolchevique » et directeur politique de l’agence Ofinor339. Il s’agit d’une agence de presse disposant d’un réseau de correspondants en Europe orientale et en Turquie. Chaque jour, les journaux soviétiques et d’Europe de l’Est, ainsi que les radiotransmissions de Moscou et Kharkov, sont dépouillés et analysés dans un bulletin, qui est ensuite transmis télégraphiquement ou par téléphone. Ofinor revendique son « aspect résolument antisoviétique » et s’enorgueillit que ses informations soient reproduites « dans le plus grand organe des catholiques italiens : L’Osservatore romano ». En mars 1931, Crivez propose même au Saint-Siège de rédiger une « rubrique spéciale, sur le modèle de celle de L’Osservatore romano “sous le joug bolchevique” » sur la « lutte inédite des soviets contre la Foi et la Famille »340. Face à cette proposition, d’Herbigny et Pie XI se montrent prudents. Quénet et Chaptal les informent que Crivez « est tout à fait inconnu dans le monde russe de Paris », que les origines de ses financements sont inconnues et que les renseignements fournis par les bulletins sont « très tendancieux dans un sens anti-bolchévik ». D’Herbigny suggère alors « de ne délivrer aucun document à M. Crivez dont il pourrait faire usage »341 et Pie XI insiste pour qu’aucune réponse ne soit faite « de la part de la Commission »342.

  • 343  Pour plus de détails, S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit.
  • 344  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 80 : d’Herbigny, FU, 09.06.1930, italien. Voir aussi ibi (...)
  • 345  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 45, fasc. 265, f. 44 : Guido Pescari au président de l’EIA, Rome, 20.12.1 (...)
  • 346  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 209, f. 58 : note de travail, CPR, Rome, 01.02.1938 et note ms. (...)
  • 347  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 341, f. 16 (16.01.1931), italien.
  • 348  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 37-38 : Lodygensky à d’Herbigny, Genève, 31.01.1933, fra (...)
  • 349Ibid.
  • 350Ibid., f. 40 : « secrétaire » de d’Herbigny à Lodygensky, 06.02.1933, français.
  • 351  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Dumont à « Révérend Père », 04.09.1934 ; Dumont à «  (...)
  • 352  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 76 : PCR, note de travail, 19.06.1935, italien.

90Les relations du Saint-Siège avec l’Entente internationale anticommuniste (EIA) sont plus complexes343. Les premiers contacts sont dus essentiellement à l’impulsion de l’EIA et en particulier de sa Commission pro Deo spécialisée sur les questions religieuses. Par ailleurs, les organes de la Curie romaine se sont toujours montrés très prudents à son égard. À partir de 1930, d’Herbigny accepte, pour l’Institut pontifical oriental, de s’abonner aux publications de l’EIA. En revanche, pour la Commission pro Russia, il demande son avis à Pie XI, qui insiste sur la nécessité de ne pas « compromettre la Commission »344. De 1930 à décembre 1934, l’abonnement est ainsi pris au nom de Guido Pescari, huissier de la Pro Russia. À partir de 1935, l’abonnement est au nom de Mgr Giobbe et livré directement à la Commission, au Vatican345. À partir de 1938, l’abonnement arrive officiellement au nom de la Commission346. Mais l’EIA ne se satisfait pas d’une simple diffusion de ses périodiques. Dès janvier 1931, l’Entente prend contact avec le Saint-Siège, cette fois par le biais du secrétaire d’État. Pie XI, toujours prudent, ordonne alors de « ne pas répondre, même pas accuser réception ». Cette prudence est motivée par un souci d’indépendance : le pape « prépar[ant] un acte sur la Russie, [il] ne veut pas sembler lié à de telles organisations »347. Début 1933, un rapprochement semble toutefois avoir lieu entre le Saint-Siège et l’EIA. Deux de ses principaux animateurs, Lodygensky et Aubert, rencontrent d’Herbigny à Rome et les trois hommes s’entendent pour « agir dans les milieux protestants dans le sens de [leurs] communes conclusions »348. Mais, quand un mois plus tard, Lodygensky reprend contact avec le président de la Pro Russia et lui propose de diffuser « dans tout le monde chrétien » les éventuelles « études claires et précises sur la doctrine marxiste » faites par « des savants catholiques »349, d’Herbigny essaie de décourager son interlocuteur genevois. Sa réponse est rédigée (fait peu courant) par son secrétaire et il repousse l’idée d’une campagne de presse parmi les catholiques américains350. L’EIA semble alors se détourner des instances romaines pour prendre contact avec des responsables catholiques locaux. En septembre 1934, Lodygensky insiste pour que le père Dumont, responsable du Centre Istina, se rende à Genève pour une réunion de la Commission internationale Pro Deo. « Muni des instructions et conseils de S. E. le Cardinal Liénart », le dominicain engage le Centre Istina dans « une collaboration pratique » avec la Pro Deo. Par ailleurs, deux représentants de la Compagnie de Jésus, également présents à cette réunion à Genève (mais dont nous ignorons l’identité), se montrent « fort décidés à entreprendre une active campagne sur ce terrain »351. En 1935, Mgr Wienken, de la Caritasverband allemande, demande à Rome des informations sur le nombre de prêtres et d’églises encore en activité en URSS pour en donner communication au Comité pro Deo. Une note rappelle alors que « la Commission Pontificale pro Russia s’est toujours abstenue de communiquer certaines informations, qui auraient révélé les relations qu’elle a toujours avec l’URSS et qui seraient dangereuses pour les prêtres encore libres et les églises encore desservies ». Cependant, si la Pro Russia ne communique aucune information, l’Institut pontifical oriental, par le biais du père Ledit, est chargé « de donner à Monseigneur Wienken des informations qui ne soient pas compromettantes »352. La prudence, motivée autant par des raisons de politique européenne que par la situation des catholiques en URSS, conduit donc à des stratégies de contournement complexes.

Croisade pour la civilisation ou universalisme ? L’ambiguïté face au nazisme et à l’antisémitisme

  • 353  Encyclique Dilectissima Nobis, 03.06.1933, dans AAS, 1933 (25), p. 261-274. Version italienne dans (...)
  • 354  C’est la position du père Enrico Rosa, rédacteur de la plupart des articles de La Civiltà cattolic (...)

91La défense de la civilisation chrétienne reste, comme on l’a vu plus haut, un motif de la rhétorique anticommuniste catholique dans les années 1930. Ce thème permet de placer sur un terrain a priori apolitique parce que « civilisationnel » la question du communisme, envisagée dans une perspective globale et mondiale. Dès 1931 (articles anticléricaux de la Constitution républicaine), mais surtout 1933 (loi sur les congrégations), les violences antireligieuses en Espagne conduisent Pie XI à faire un parallèle avec la situation au Mexique et en Russie353. L’éclatement de la guerre civile, en juillet 1936, et les massacres de milliers de membres du clergé conduisent la presse et certains prélats influents à dénoncer une attaque contre la « civilisation chrétienne », et à y voir un phénomène hétérogène à l’Espagne, nation catholique pervertie par une minorité pilotée par la Russie, qu’il s’agit donc de défendre par une croisade354.

  • 355  J. Maritain, De la guerre sainte, dans Nouvelle Revue Française, 07.1937 (t. XLVIX), p. 29.
  • 356  G. Hermet, Pie XI, la République espagnole et la Guerre d’Espagne, dans Achille Ratti. Pape Pie XI (...)
  • 357Actes de S. S. Pie XI, tome XVI (année 1937), Paris, 1945, p. 86-98, notamment 94. Cf. M.-T. Desou (...)
  • 358  F. Bouthillon, D’une théologie à l’autre : Pie XI et le Christ-Roi, dans Achille Ratti. Pape Pie X (...)

92Tout au long des années 1930, cette rhétorique de la défense de la civilisation et de la croisade reste sollicitée par le Saint-Siège. On peut cependant percevoir une inflexion dans la seconde moitié des années 1930, probablement sous l’influence des événements mexicains et espagnols, durant lesquels sont intensément mobilisés ces thèmes de la civilisation, de la croisade en lien avec le thème spirituel du Christ-Roi. La guerre d’Espagne en particulier suscite chez certains catholiques comme Jacques Maritain une réflexion sur les dangers d’une politisation du catholicisme et le philosophe dénonce alors la possibilité de parler de « croisade » même « au nom du Christ-Roi, qui n’est pas un chef de guerre, mais un Roi de grâce et de charité »355. Le Saint-Siège adopte alors une attitude assez ambivalente sur la question espagnole : par exemple, Pie XI permet aux évêques espagnols d’adresser une lettre collective aux évêques du monde entier (qui rend directement responsable le « Komintern russe » du déferlement de violence en 1936) mais refuse – contre l’avis de Pacelli – qu’elle soit publiée dans les Acta Apostolicae Sedis alors que L’Osservatore romano n’en donnera qu’un rapide résumé356. Cependant, au-delà du cas espagnol, Rome tente d’aller vers une « spiritualisation » accrue de cette défense de la civilisation. C’est du moins en ce sens que l’on peut comprendre l’encyclique Ingravescentibus malis du 29 septembre 1937 sur le rosaire, dans laquelle le pape évoque la croisade spirituelle contre le communisme et pour la civilisation. Pie XI mentionne Divini Redemptoris et demande de prier contre les « nouvelles erreurs, celles des communistes particulièrement », dans lesquelles le pape voit une affinité avec la secte des Albigeois : comme « aux temps des croisades », le pape demande que « tous les peuples », d’une même voix, supplient « la puissante Mère de Dieu que soient défaits les destructeurs de la civilisation chrétienne et humaine »357. Cette inscription de l’anticommunisme et de la rhétorique civilisationnelle dans une encyclique strictement dévotionnelle peut être comprise comme une volonté de couper court aux instrumentalisations politiques et peut-être comme un symptome de ce tournant spirituel des dernières années du pontificat repéré par certains historiens, comme Fabrice Bouthillon qui observe à partir de 1937 le déclin d’une théologie politique centrée sur « l’imposition autoritaire d’un modèle social » et « l’idéal de chrétienté » au profit d’un christianisme centré sur la « liberté des individus »358.

  • 359  P. Chenaux, Pie XII… cit., p. 178-193.
  • 360 Il partito di Hitler condannato dall’autorità ecclesiastica, dans OR, 11.10.1930 (70-238), p. 1.
  • 361  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a (04.03.1933), fasc. 348, f. 3, italien.
  • 362  Texte de l’allocution consistoriale dans D. Bertetto (éd.), Discorsi di Pio XI, 2, Cité du Vatican (...)
  • 363  P. Chenaux, Pie XII… cit., n. 1 p. 188.
  • 364  Voir les notes d’audience pontificale de Pacelli : AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, (...)
  • 365  ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 1, f. 377 : Pacelli à Vassallo di Torregrossa, Vatican, 20. (...)
  • 366Ibid., f. 390-392 : rapport de nonciature à Pacelli, Munich, 11.03.1933, N°4126, italien.
  • 367  Le 7 février 1934, l’ouvrage de Rosenberg (qui vient d’être nommé à la direction des écoles du par (...)
  • 368  Hugh Montgomery à Eden, Confidential (14823). Holy See ; Annual Report 1935 [R 217/ 217/ 22], 09.0 (...)
  • 369Ricostruire, dans OR, 16-17.03.1936 (76-64), p. 1.
  • 370  P. Chenaux, Pie XII… cit., p. 213.
  • 371 AAS, 1937 (29), 145-167.
  • 372  A. Martini, Il cardinale Faulhaber e l’enciclica Mit brennender Sorge, dans Archivum Historiae Pon (...)

93Cette évolution – inachevée – vers une plus grande spiritualisation de la rhétorique civilisationnelle se comprend dans un contexte de politisation croissante de cette rhétorique autour du nazisme notamment359. Au début des années 1930, au moment où les succès électoraux du mouvement deviennent plus probants, les autorités ecclésiastiques prennent position et interdisent la participation des catholiques au parti nazi, notamment dans la mesure où le national-socialisme serait une forme de socialisme360. Cependant la virulence du discours anticommuniste d’Hitler au moment de son arrivée au pouvoir en janvier 1933 va séduire Pie XI. Comme le dit le pape lui-même en audience à son secrétaire d’État le 4 mars 1933 : « Hitler est le premier et l’unique homme d’État qui parle publiquement contre les bolchevistes. Jusqu’à présent il n’y avait eu que le Pape »361. Quelques jours plus tard, le 13 mars, Pie XI salue indirectement, mais publiquement devant les cardinaux, l’anticommunisme du nouveau chancelier allemand en affirmant que « jusqu’à ces derniers jours », seule la voix du pape s’était élevée pour dénoncer les difficultés de « l’immense et de la très malheureuse Russie »362. Cependant, cette allocution stupéfie certains cadres du catholicisme allemand, notamment le cardinal Faulhaber, qui doit alors rappeler l’opposition entre les principes du national-socialisme et le christianisme363. Plus généralement, les évêques allemands sont intervenus à d’autres occasions pour modérer l’enthousiasme anticommuniste du Saint-Siège. En février 1933, face aux « très graves dangers pour la foi qui proviennent de la diffusion dans cette nation de la propagande des Sans-Dieu (Gottlosen) », le secrétaire d’État, à la demande de Pie XI364, avait interrogé les évêques de Bavière sur l’opportunité d’« une condamnation de la susdite organisation de la part de la Suprême S[acrée] Congrégation du Saint-Office »365. Ce projet de condamnation doctrinale de l’athéisme fut reçu avec circonspection par les évêques bavarois, qui s’accordèrent pour juger cette éventuelle condamnation inefficace, voire dangereuse. En effet, dans le contexte de l’attribution de l’incendie du Reichstag aux communistes, une condamnation du Saint-Office « pourrait sembler être un appui du Saint-Siège aux National-socialistes ». Les évêques préférèrent donc « attendre », afin de voir comment les nazis allaient « anéantir le mouvement communiste ». Au sein de l’épiscopat bavarois, certaines positions sont même assez critiques quant à la lutte contre le communisme athée. Le cardinal Faulhaber distingue l’attitude des catholiques à l’égard des libres-penseurs de celle d’Hitler. Alors que ce dernier souhaite les anéantir, « l’Église au contraire veut les convertir ». Une action par la force est inutile car « ce n’est pas avec des mesures de police que l’on combat le communisme, Hitler d’ailleurs ne pourra pas le combattre hors d’Allemagne, ni à sa racine en Russie ». De son côté, l’évêque de Bamberg, Mgr von Hauck, demande que la condamnation par le Saint-Office se fonde sur l’encyclique Quadragesimo Anno afin qu’une éventuelle condamnation ne soit pas interprétée comme une sanction contre la dimension « prolétarienne » du mouvement de libre-pensée366. Cependant, l’efficacité de la répression anticommuniste hitlérienne rendit inutile la condamnation des sans-dieu allemands par Rome. Par ailleurs, les distances prises à l’égard du nazisme par l’épiscopat allemand et par le Zentrum cédèrent rapidement. En mars 1933, le Zentrum vote les pleins pouvoirs à Hitler et l’épiscopat lève les interdictions dont le parti nazi faisait l’objet. Début juillet, les partis catholiques allemands se sabordent. Le 8 juillet, le concordat est conclu. Malgré certaines tensions, liées à l’application du concordat ou à la condamnation romaine de certains ouvrages367, le Saint-Siège observe alors un compromis tactique, scellé dans l’anticommunisme, avec le national-socialisme jusqu’en 1936. En 1935 par exemple, le représentant britannique s’inquiète d’un article paru dans La Civiltà cattolica, puis dans L’Osservatore romano, qui n’hésite pas à citer Goebbels pour dénoncer la IIIe Internationale368. À partir de 1936 toutefois, les perspectives vaticanes évoluent. En mars, la remilitarisation de la Rhénanie donne lieu à la publication d’un plaidoyer pour le respect de la légalité internationale dans L’Osservatore romano369. Le 13 novembre, la thèse de Mgr Hudal selon laquelle il y aurait deux courants au sein du NSDAP (un courant de gauche, révolutionnaire et antichrétien à combattre – Rosenberg – et un courant de droite avec qui le compromis est possible – Hitler-Göring) est clairement désavouée par l’organe officieux du Vatican370. Ce n’est toutefois qu’en mars 1937 que Mit brennender Sorge clarifie les choses371. La première partie de l’encyclique détaille la faillite du concordat de 1933 par la faute du gouvernement allemand et la seconde partie, reprise du texte remis par le cardinal Faulhaber en janvier 1937372, constitue une démonstration de l’incompatibilité théorique du nazisme (qui reste toutefois innommé) avec les valeurs chrétiennes (divinisation « idolâtrique » du peuple, de la race ou de l’État). Malgré ces clarifications, l’encyclique ne s’accompagne pas d’une rupture du concordat et le Saint-Siège ne s’engage pas dans une opposition frontale au nazisme.

  • 373  Sur cette question, voir T. Brechenmacher, Aspetti del rapporto tra Santa Sede ed ebraismo fra le (...)
  • 374  Voir notamment P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme… cit., p. 700-722 ; H. (...)
  • 375  P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme… cit., p. 709-710.
  • 376Ibid., p. 705 sq.
  • 377Voto de Merry del Val, 7 mars 1928, publié par L. Deffayet, Amici Israël : les raisons d’un échec. (...)
  • 378  ACDF, RV, 1928, N°2, vol. 1, cité par P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme (...)
  • 379  G. Passelecq, B. Suchecky, L’Encyclique cachée de Pie XI… cit.
  • 380  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 577, f. 9 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 11.04. (...)
  • 381  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 5-6 : « Alcune note esplicative sullo (...)
  • 382Divini redemptoris, § 18.
  • 383  R. Schor, La presse catholique et les juifs dans les années 1930, dans A. Becker, D. Delmaire, F.  (...)
  • 384  E. Jouin, Le Péril Judéo-Maçonnique. Les Protocols des sages de Sion. Coup d’œil d’ensemble, Paris (...)
  • 385  S. Zuccotti, L’Osservatore Romano and the holocaust, 1939-1945, dans Holocaust and Genocide Studie (...)
  • 386  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 79 : Jewish Telegraphic Agency à Pacelli, New York, 14.0 (...)
  • 387Ibid., f. 80 : d’Herbigny-Cercone à Pacelli, Vatican, 30.07.1930, italien.
  • 388Ibid., f. 81 : note du 05.08.1930.
  • 389 DC, 1938 (20e année, t. 39-N°872), col. 579-580.
  • 390 DC, 1938 (20e année, t. 39-N°885), col. 1459-1460. Comme le souligne la Documentation catholique, (...)
  • 391  I. Schuster, L’Église contre le racisme : une hérésie antiromaine, Paris, 1939.
  • 392  P. Charles, Les Protocoles des Sages de Sion, dans Nouvelle revue théologique, 1938 (65), p. 56-78 (...)

94Cette ambiguïté maintenue dans le rapport au nazisme se retrouve dans la question de la condamnation de l’antisémitisme. Certes, dès avril 1933, le pape demande au nonce en Allemagne d’intervenir au nom des « bonnes traditions du Saint-Siège » et pour montrer au monde que le Saint-Siège a fait « quelque chose » contre les persécutions des juifs (boycottage des magasins)373. Si la question de la race apparaît dès 1934 comme un moteur de la condamnation romaine du nazisme, la dénonciation de l’antisémitisme nazi resta toujours mesurée374. Lorsqu’Achille Ratti a voulu condamner à plusieurs reprises l’antisémitisme, il a dû faire face à certaines oppositions, notamment au sein de la Curie. En mars 1928, Pie XI doit imposer sa volonté aux cardinaux du Saint-Office pour que le décret de condamnation de l’association « Amici Israël » comprenne aussi une condamnation claire de « l’antisémitisme sous toutes ses formes », cette « haine contre le peuple autrefois choisi par Dieu »375. Cependant, cette affaire permet d’observer les courants contradictoires qui traversent l’Église catholique. À côté d’un vigoureux courant philosémite (l’association, créée en février 1926 rassemble en 1928 18 cardinaux, 200 archevêques et évêques, 2.000 prêtres)376, certains cardinaux manifestent un antijudaïsme traditionnel (Merry del Val considère que « le judaïsme (ebraismo) avec toutes ses sectes inspirées du Talmud est toujours contraire au christianisme et plus que jamais aujourd’hui, depuis la guerre, il se hausse et cherche à reconstruire le règne d’Israël en opposition au Christ et à l’Église »)377 allant jusqu’à justifier « un antisémitisme improprement dit et moralement licite (et même juste) »378. Ces divergences curiales (ou l’expérience de 1928 ?) expliquent peut-être que la commande, passée en juin 1938 au père jésuite John LaFarge, d’une encyclique sur « l’unité du genre humain » évite les canaux habituels de la rédaction des grandes encycliques des années 1930 (curie générale des jésuites et Secrétairerie d’État) alors que la non-publication de l’encyclique pourrait être due au retard de sa transmission par le général des jésuites379. Le père Ledóchowski ne faisait d’ailleurs pas mystère de son antisémitisme. En avril 1936, invité à réfléchir à une encyclique sur le communisme, le général des jésuites reprend ses propositions de 1924 en rendant responsable du silence sur la propagande athée et sur les « horreurs commises » en Russie, au Mexique ou en Espagne la « grande presse mondiale, elle aussi juive »380. L’antisémitisme est également présent dans le projet qu’il propose en février 1937 pour l’encyclique sur le communisme qui comprenait un passage dénonçant « la part qu’ont les Juifs dans tout ce mouvement » car il lui semblait « nécessaire que, dans une telle Encyclique, on fasse – même en passant et de façon voilée (sia pure di passaggio e velatamente) – au moins une allusion à l’influence juive, étant donné que non seulement les auteurs intellectuels du communisme (Marx, Lassalle, etc.) étaient tous juifs, mais aussi que le mouvement communiste en Russie a été monté par les juifs, et même aujourd’hui, si on regarde bien les choses à fond, dans toutes les régions, ce sont les juifs les premiers fauteurs et promoteurs de la propagande communiste, même si ce n’est pas toujours de façon ouverte ». Cependant, ce passage est rejeté par Pie XI comme peu convaincant (une annotation autographe de Pie XI indique « verif[icare] »)381. Il reste toutefois une petite trace de cette suggestion de Ledóchowski dans la version finale (qui évoque cependant plus la franc-maçonnerie et le laïcisme que le judaïsme) dans le passage sur la « conjuration du silence dans une partie de la presse mondiale non-catholique […] due en partie à des raisons inspirées par une politique à courte vue [mais aussi] favorisée par diverses organisations secrètes, qui depuis longtemps cherchent à détruire l’ordre social-chrétien »382. Ces ambiguïtés romaines sur l’antisémitisme ne sont pas seulement l’effet de blocages dans les milieux décisionnels curiaux, ils reflètent aussi l’attitude de l’opinion catholique. Les recherches menées sur la presse catholique occidentale des années 1930 montrent que l’antijudaïsme, bien présent dans les décennies précédentes, reste entretenu dans la presse de nombreux pays383 mais que les thèses avancées vont rarement jusqu’à un antisémitisme racial clairement assumé. Cet antisémitisme racial apparaît toutefois dans certains milieux, notamment ceux qui sont aussi convaincus de la thèse « judéo-bolchevique », comme Mgr Jouin dont les écrits sont réédités dans les années 1930. La préface à la réédition de 1936 de l’ouvrage de Mgr Jouin (version de 1932) sur les protocoles n’hésite pas à affirmer qu’« un Juif, même nationalisé, même marié catholiquement, même baptisé, reste toujours juif. Sauf de rares exceptions, c’est vrai. […] Les Juifs talmudistes ont juré la mort des chrétiens »384. Quant à la presse vaticane, Susan Zuccotti souligne la coexistence dans les années 1930 d’articles condamnant le racisme avec des articles clairement antijudaïques, ces derniers disparaissant toutefois brutalement sous Pie XII385. Il faut donc, encore une fois, bien distinguer la rhétorique antijudaïque ou antisémite de certains catholiques, de la presse catholique et même de certains cardinaux, des prises de position officielles du pape. Durant l’essentiel des années 1930, les prises de position de Pie XI sur l’antisémitisme sont discrètes, sinon inexistantes. Ce silence est d’ailleurs mis à profit par les Soviétiques pour discréditer le Saint-Siège. En 1930, les Izvestiâ publient des documents d’archives, notamment une lettre de Nelidov à Sazonov sur les encouragements du Saint-Siège aux pogroms, pour discréditer dans l’opinion juive l’engagement du pape pour la liberté religieuse en URSS. L’Agence télégraphique juive demande au secrétaire d’État de « vérifier la véracité de cette histoire » et souhaite que Pie XI profite de l’occasion pour « exprim[er] dans le même temps son opinion personnelle sur la question de l’accusation de meurtre rituel »386. Michel d’Herbigny propose que le Saint-Siège sorte d’un silence qui ne profiterait qu’aux Soviets en publiant un « bref démenti »387. Finalement, après une recherche dans les archives, les responsables de la Pro Russia abandonnent l’idée de publier un démenti388. Ce n’est qu’en 1938, au moment où le fascisme italien bascule dans l’antisémitisme, que le Saint-Siège va prendre fermement position contre le racisme et l’antisémitisme. Le 13 avril 1938, la Sacrée Congrégation des séminaires et des universités publie un texte (« syllabus ») établissant huit propositions dont l’enseignement est condamné dans les instituts catholiques du monde entier389. En juin 1938 l’encyclique sur le racisme est commandée. En septembre 1938, Pie XI affirme aux pèlerins de la Radio catholique belge que « l’antisémitisme est inadmissible. Nous sommes spirituellement des sémites »390. Ces prises de position du pape sont relayées par certains évêques et cardinaux391 et entrent en résonnance avec d’autres initiatives comme la dénonciation de la fausseté des « protocoles » par un jésuite français392.

95Malgré ses ambiguïtés, la vigilance romaine s’est bien exercée durant les années 1930 à l’égard des dérives nazies et racistes de l’anticommunisme. Face aux récupérations politiques et aux noyautages toujours menaçants, la prudence du Saint-Siège, parfois réveillée par les catholiques présents sur le terrain (notamment en Allemagne), a été constamment sollicitée. C’est dans ce contexte idéologique extraordinairement tendu des années 1930 que le Saint-Siège cherche une voie de sortie dans une attitude toujours plus strictement spirituelle.

La résistance spirituelle au communisme athée : intériorisation et dynamiques collectives

  • 393  Après sa visite au Carmel, Mgr Sloskans exprime aux carmélites « le désir du Saint-Père de faire u (...)

96Face au communisme et à l’athéisme, le Saint-Siège ne limite pas son action à la mobilisation culturelle des catholiques ni même à une réflexion doctrinale : l’un des aspects les plus saisissants de cette réponse romaine est le développement de « moyens surnaturels »393, c’est-à-dire la création et la diffusion de dévotions portant spécifiquement sur la Russie. Ces manifestations proprement religieuses, qu’elles soient collectives, voire massives, ou exercées dans l’intimité des consciences, permettent d’approcher certains aspects méconnus mais certainement décisifs de la sensibilisation aux questions russes. Cette sensibilisation mèle de façon quasiment indistincte l’union avec l’orthodoxie et les enjeux politiques et civilisationnels du communisme. En étudiant ces formes de dévotions et ces croyances, l’historien aborde une dimension plus intérieure du rapport catholique au communisme, une dimension complexe dans laquelle l’intime et le collectif se nourrissent d’allers-retours permanents. Les mutations de la prière pour la Russie dans les années 1930 conduisent à souligner l’importance des motifs spirituels du martyre et de la réparation dans une dynamique eschatologique.

Les mutations de la prière pour la Russie

97Si, avant la révolution de 1917, la prière pour la Russie se confondait pratiquement avec celle pour la réunion des dissidents, elle se charge dès le début des années 1920 d’une dimension plus politique, d’espérance de changements de la situation concrète dans ce pays. La prière catholique pour la Russie, qui constitue une modalité de la mobilisation culturelle, mérite donc notre attention, d’autant que la prière apparaît pour les croyants comme un moyen comme un autre, ou plutôt le moyen ultime et par excellence, d’action en situation de crise. Après avoir souligné l’implication personnelle du pape Pie XI dans la prière pour la Russie, nous aborderons l’ancrage de cette prière autour de sainte Thérèse de Lisieux, bien connue comme « l’étoile » de ce pontificat, puis nous nous arrêterons sur la grande croisade de prière de 1930 qui constitue à la fois un sommet et un modèle de prière catholique pour la Russie où se forgent des références liturgiques et où s’expérimente une mobilisation massive, qui réapparaît par vagues et sous des formes différentes et plus discrètes dans la suite des années 1930.

Une prière chère au cœur de Pie XI

98Si Pie XI priait probablement pour la Russie bien avant la fin des années 1920, cette prière papale est particulièrement mise en valeur à ce moment. Les Orientalia Christiana, revue de l’Institut pontifical oriental, publient ainsi en 1929 un témoignage confié lors d’une audience le 19 octobre 1927 :

  • 394  P.-M. de Belloy, De Oriente. Documenta et Libri. I. Pie XI et le retour à l’unité de l’Orient sépa (...)

Chaque jour […] Nous présentons la Russie à la sainte messe, tous ses prêtres, tous ses confesseurs de la foi, tous ses fidèles, les catholiques et ceux qui ne le sont pas. Ce n’est pas assez dire : Nous entrons avec Notre Seigneur à chaque messe dans la Russie. Chaque jour Jésus y passe avec Nous, de Minsk à Vladivostok, de Tiflis à Solovki : Nous bénissons, prions, aimons, espérons ensemble et surtout Nous souffrons avec eux, avec tous394.

  • 395  ASV, Prefettura Casa Pontificia, Udienze, b. 4, fasc. 3, 10.1927, f. 430.
  • 396 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.

99L’évocation de cette prière, totalement articulée sur le sacrement de l’eucharistie, est faite par le père Du Belloy, secrétaire de d’Herbigny, sans mentionner le nom de ce dernier (même si c’est bien d’Herbigny qui fut reçu en audience le 19 octobre 1927, très précisément à 18h45395). Cette prière « papale » est confirmée publiquement quelques semaines plus tard par Pie XI lui-même dans sa lettre au cardinal Pompilj dans laquelle il affirme qu’il « n’[a] pas cessé de prier chaque jour et de faire prier pour ces millions d’âmes »396.

100Cette prière personnelle de Pie XI s’articule précocement sur la figure de Thérèse, la « petite sainte » de Pie XI qui est chargée de la protection du Séminaire pontifical russe dès 1923, et se voit également confier en 1929 l’ensemble de la Russie, notamment par l’indulgenciement d’une prière à Thérèse « pour les victimes de la persécution bolchévique » à l’été 1929, qui fut très largement diffusée notamment à l’occasion de la croisade de 1930.

La croisade de prière de 1930

101Au-delà même des enjeux politiques et diplomatiques de la croisade de prière de 1930, il convient d’entrer plus précisément dans les contenus dévotionnels et les motifs liturgiques de cet épisode en abordant la genèse du projet, le déroulement de la cérémonie romaine et la mobilisation du monde catholique.

  • 397  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 24 : note de Margotti, 30.12.1929, italien. Mgr Baudrill (...)
  • 398  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 59, f. 28-29 : supplique de Strned Franciscus de Paul (diocèse d (...)
  • 399  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 28-29 : note de d’Herbigny, 05.01.1930, italien.
  • 400AP, 1930, p. 37.
  • 401  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 31 : d’Herbigny, FU, 18.01.1930, italien.
  • 402Ibid., f. 35 : note de travail, 25.01.1930, Margotti et Sincero. Voir aussi f. 37 : note de Margot (...)
  • 403 Ibid., f. 36 : note de Margotti, 27.01.1930.
  • 404 Ibid.
  • 405 Ibid., f. 38 : note de Margotti, 28.01.1930, italien.
  • 406Ibid., f. 39 : congrès du 29.01.1930 ; f. 41 : d’Herbigny, FU, 03.02.1930, italien.
  • 407 OR, 09.02.1930 (70-33), p. 1.

102La croisade de prière trouve son origine dans une proposition faite par Mgr Chaptal en décembre 1929 d’organiser une « semaine de prières » pour la Russie. Pie XI demande alors à l’évêque auxiliaire de Paris d’en parler avec d’Herbigny en soulignant qu’une « semaine lui semble trop long et que, peut-être, suffirait une journée pro Russia »397. Alors qu’un projet, plus ou moins identique (faire prier autour du pape le Sacré Collège réuni dans la basilique vaticane) avait été présenté en 1927 à la Commission pro Russia mais resta sans suites398, d’Herbigny se met cette fois immédiatement au travail. Selon lui, il s’agit de « préparer l’opinion publique par différents moyens » (conférences, publications) avant de célébrer à Rome « la première journée solennelle de prière ». D’Herbigny propose de l’organiser le jeudi saint dans la basilique de Saint-Jean-du-Latran en annonçant environ deux mois avant « que l’intention de ce Pontifical et de l’adoration qui suivra jusqu’au Vendredi Saint sera pour les âmes du peuple russe ». Cette annonce permettrait de ne pas « publier un ordre de célébrer une telle journée de prière », alors que les évêques, prévenus longtemps à l’avance, organiseraient « spontanément » la prière dans leurs diocèses399. D’Herbigny semble donc privilégier une prière impulsée par Rome mais non dirigiste. Cette proposition du rapporteur est acceptée par le congrès de la Commission pro Russia du 15 janvier. Mais Pie XI ne l’entend pas ainsi : au cours de l’audience du 18 janvier 1930 accordée à d’Herbigny, le pape demande de faire « une messe lue de 9h30 à 10h à Saint-Pierre le jour du 19 mars, fête de Saint-Joseph. La chose devra être bien préparée, et la fonction très solennelle, pour attirer beaucoup l’attention ». Le pape refuse donc toute discrétion ou dilution dans la liturgie pascale habituelle. Le projet d’adoration du Saint-Sacrement est cependant maintenu : après la messe se tiendrait une « cérémonie de supplication (par exemple à la très sainte Vierge, à saint Joseph, à sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, peut-être à quelque protecteur de la Russie comme saint Nicolas) mais surtout dans un esprit de réparation au très saint Sacrement pour toutes les profanations, et donc au très saint Cœur de Jésus ». Pour l’organisation concrète, Pie XI demande à d’Herbigny de s’accorder avec le cardinal archiprêtre de Saint-Pierre (Merry del Val)400, Mgr Carlo Respighi (préfet du collège des maîtres des cérémonies pontificales), Mgr Caccia Dominioni (Maître de chambre de Sa Sainteté et proche de Pie XI) et Mgr Pizzardo. Dans la presse, le pape souhaiterait insister sur deux points : l’universalité de l’intention de prière qui « s’étend à tout le peuple russe, à tous ceux qui souffrent pour des motifs religieux […] même s’ils ne connaissent pas leur Père » et le souci d’une mobilisation universelle (« on espère que dans le monde entier, le même jour ou lors d’une autre solennité, les évêques, les prêtres et tous les fidèles s’unissent en prière à la même intention »). Le pape pense également profiter de l’occasion pour recueillir « des offrandes qui pourraient commencer un fond destiné à l’œuvre du Saint-Siège quand il faudra réparer les ruines religieuses dans cet immense pays »401. Après cette audience, d’Herbigny fait corriger par téléphone deux points, qui n’apparaissaient pas dans la feuille d’audience comme des désirs de Pie XI : laisser confidentielle la question de la quête dans un premier temps et prendre contact avec Merry del Val plutôt par écrit que de vive voix. Le cardinal Sincero s’étonne, dans une note de travail, que d’Herbigny n’ait pas directement inscrit ces éléments sur la feuille d’audience402, d’ailleurs Mgr Margotti ne contactera pas Merry del Val par écrit mais ira lui rendre visite directement403. Les réticences – de toute évidence personnelles – de d’Herbigny à l’égard du secrétaire du Saint-Office n’étaient toutefois peut-être pas infondées. Ce dernier se montre peu enthousiaste et s’interroge sur la pertinence du choix de la Saint-Joseph : ce dernier n’étant pas spécialement révéré en Orient, il suggère d’invoquer un autre saint après la messe comme saint Jean Chrysostome ou un grand docteur oriental ou encore saint Nicolas, auquel une chapelle est dédiée dans la basilique Saint-Pierre404. D’Herbigny et Margotti préparent alors des ébauches pour un « projet de lettre que le Saint-Père devrait envoyer à l’Eminentissime Cardinal Archiprêtre de Saint-Pierre »405. Lors du congrès du 29 janvier, qui réunit les membres habituels du congrès (moins Ottaviani) et deux invités spéciaux, Caccia Dominioni et Respighi, la Commission pro Russia ne se borne pas à entériner les projets rédigés par d’Herbigny et Margotti. Au contraire, des propositions totalement nouvelles sont faites par rapport aux décisions de l’audience du 18 janvier. Tout d’abord, le destinataire de la lettre n’est plus le cardinal archiprêtre de Saint-Pierre mais le cardinal vicaire. Au-delà des personnes s’opère ici un changement de perspective puisque l’on passe d’une logique exclusivement romaine (basilique Saint-Pierre) à une diffusion à tous les diocèses du monde à partir du diocèse de Rome (le cardinal vicaire étant clairement invité « à faire connaître [cette] auguste décision à tous les ordinaires de l’orbe catholique »). Plusieurs mesures sont prises pour favoriser la participation populaire (décalage de la messe à 10h « pour permettre aux fidèles d’approcher les Saints Sacrements dans leurs respectifs églises et collèges ») et la diffusion de cette initiative (édition d’un « petit livre » indiquant le déroulement de la célébration, ainsi que la prière indulgenciée à sainte Thérèse et l’oraison jaculatoire Salvator mundi). Enfin, d’un point de vue liturgique, sont accentuées les tonalités slaves, toujours mêlées de références à la latinité (chants exécutés en latin et en paléoslave ; litanie des saints avec des invocations à saint Jean Chrysostome et à sainte Thérèse) et funèbres (après la messe, les deux chœurs récitent les psaumes 78, 34 ou 58 et le 129 – De profundis – » avec un Requiem pour les morts en Russie spécialement pour ceux qui ont été massacrés ou sont morts en prison »). Lors de l’audience du 3 février 1930, le pape accepte ces nouvelles propositions en précisant toutefois que Mgr Pizzardo vérifiera la version italienne de la lettre au cardinal vicaire et qu’il convient d’ajouter, dans la litanie des saints, des invocations aux saints Athanase, Basile, Grégoire de Nazianze, Cyrille d’Alexandrie, Vladimir, Cyrille et Méthode, Olga et « d’autres si on le pense bon ». Par ailleurs, pour les livrets, le pape demande que la prière à sainte Thérèse soit imprimée en latin, en italien et en français et que ces livrets soient distribués à l’entrée de Saint-Pierre et expédiés dans le monde à ceux qui voudront s’unir aux prières romaines. Enfin, le pape insiste pour que « l’oraison jaculatoire Salvator mundi, Salva Russiam, alternée avec le Kyrie eleison [soit] chantée douze fois en latin et douze fois en russe avec le Господи помилуй (Kyrie eleison) durant la messe, et de nouveau à la fin de la supplication »406. La date officielle de promulgation de la lettre au cardinal Pompilj (2 février 1930) est donc erronée puisque le pape ne l’approuve que le 3 : elle ne prend probablement sens qu’en référence au calendrier liturgique (fête de la présentation de Jésus au Temple). La publication dans L’Osservatore romano n’advient d’ailleurs que le 9 février407.

  • 408  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 61 : note de Margotti, 13.02.1930, italien.
  • 409 Ibid., f. 63sq : épreuves de « Supplicationes et Preces pro Russis Crudeli Persecutioni Actis in S (...)
  • 410  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 5 : note de travail, 14.02.1930.
  • 411Ibid., f. 37 : Cercone à « Eminenza Revma », Rome, 18.03.1930, italien. Sur la question de la réci (...)

103Mi-février 1930, les épreuves du livret sont prêtes : la Commission pro Russia souhaite en tirer un grand nombre et « en expédier une ou deux copies à chaque ordinaire en même temps que le numéro des Acta Apostolicae Sedis qui rapporterait la lettre du Saint-Père au Cardinal Vicaire »408. Le livret, composé de 16 pages, porte alors le titre de « Supplications et Prières faites dans la sacrosainte basilique vaticane le 19 mars 1930 pour les Russes victimes d’une cruelle persécution ». La plupart des modifications apportées aux épreuves de ce livret vont dans le sens de la modération et de la discrétion. Dans la litanie des saints, Mgr Margotti transforme l’invocation « d’une injuste persécution, libère-nous » en « d’une dure persécution, libère-nous »409 ; sur la couverture, l’en-tête « Pontificia Comm. per la Russia » sur le livret est retirée, de même que le terme « cruelle » dans l’expression « frappés par une persécution »410. Enfin, presque en dernière minute, lors de l’audience du 17 mars, le Saint-Père demande à d’Herbigny de « ne pas faire chanter le Credo par le chœur » en paléoslave et de le remplacer par des « motets de circonstance », probablement pour ne pas susciter de polémiques sur la question du Filioque411.

  • 412OR, 19.03.1930 (70-65), p. 1 et 20/21.03.1930 (70-66), p. 1 ; Pie XI célèbre la messe de réparatio (...)
  • 413  Il s’agit de la marche des trompettes d’argent composée en 1846 par Giovanni Longhi pour les entré (...)
  • 414  F. Paris, Un calice historique, dans Irénikon, mars-avril 1930, (VII-2), p. 129.
  • 415  L’auteur insiste sur les dons effectués par les plus pauvres : de « nombreux ouvriers […] ont tenu (...)

104La cérémonie est minutieusement décrite par la presse catholique et des photographies sont diffusées412. La liturgie assure une place centrale au pape qui entre par la nef centrale dans la basilique, vêtu de l’étole rouge, couleur du martyre. Il est accueilli par « les très vives acclamations de l’immense foule […] et par les notes de la marche triomphale de Longhi »413. Durant toute la messe, les chants sont assurés par deux Scholae Cantorum qui exécutent « alternativement » les motets en latin et en paléoslave. La chorale slave est formée par les élèves des séminaires du Russicum, de Saint-Jérôme (Yougoslaves), de Saint-Josaphat (Ruthènes) et du Germanicum. Après la messe, la litanie des saints, le chant du De Profundis « en suffrage des victimes de la persécution antireligieuse en Russie » et l’exposition des reliques de la Passion (qui a lieu d’habitude le Vendredi Saint) donnent une tonalité pénitentielle et « martyriale » à la cérémonie. Le pape repart par la nef centrale, en passant par la chapelle du Saint-Sacrement et est « salué de nouveaux irrépressibles applaudissements », alors que retentit de nouveau la « marche triomphale ». Cette cérémonie aurait réuni plus de 50.000 personnes414. Certains objets liturgiques méritent attention. Le calice utilisé durant cette messe a été offert à Pie XI pour le cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotale (célébré sous la forme d’un jubilé à l’échelle universelle en 1929) et, « conformément à l’intention des donateurs, […] destiné à être plus tard utilisé en Russie, lorsque les événements y permettront la création d’une œuvre bénédictine ». Les dons venus de divers pays et catégories sociales confèrent à ce calice une dimension sacrificielle et universelle415.

  • 416 Le manifestazioni pro Russia, dans OR, 22.03.1930 (70-67), p. 1, italien.
  • 417 Note romane. 19 marzo : crociata di preghiere per la Russia. Le disposizioni di S. E. il Card. Vic (...)
  • 418  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 41.
  • 419 La crociata di preghiere per la Russia martoriata. Le iniziative del Circolo di S. Pietro, dans OR(...)
  • 420  Les étudiants du Cercle universitaire catholique et la Société de saint Vincent de Paul organisent (...)
  • 421OR, 09.03.1930 (70-57), p. 3 et 15.03.1930 (70-62), p. 3.
  • 422Note romane – Le preghiere per la Russia, dans OR, 19.03.1930 (70-65), p. 3.

105Entre triomphe et sacrifice, cette cérémonie romaine fonctionne comme une matrice liturgique et entraîne à sa suite la ferveur du monde catholique. Dès le 22 mars 1930, L’Osservatore romano signale être noyé dans la masse des informations reçues à la rédaction du journal, mais aussi à la Secrétairerie d’État, sur les différentes manifestations de la croisade de prières416. Les témoignages recueillis démontrent une mobilisation à toutes les échelles de Rome, ville du pape, aux missions les plus éloignées du centre de la catholicité. À Rome, Mgr Pompilj organise un triduum préparatoire à la messe du 19 mars, donc du 16 au 18 mars puis, le 19 mars, une heure d’exposition du Saint-Sacrement est prévue dans les basiliques patriarcales et les églises les plus importantes de la Ville, alors que les séminaires, collèges ecclésiastiques et communautés religieuses sont invités à célébrer des « offices spéciaux »417. À Rome, la communication sur cet événement fut soutenue : une affiche murale reproduisait ainsi l’appel à la prière du cardinal vicaire418. Ce programme romain fut mis en œuvre grâce aux associations locales, comme le Cercle Saint Pierre419, le Cercle universitaire catholique420 ou encore la « Ligue Eucharistique pour la Paix dans le Règne du Christ » qui organise un triduum dans l’église de San Carlo al Corso421 « fréquent[é] par plusieurs milliers de personnes »422. Tout se passe donc comme si, pour une durée déterminée, les pratiques traditionnelles de dévotion, de charité, de sociabilité religieuse se tournaient vers la Russie.

  • 423 Il Cardinale arcivescovo di Milano per i russi perseguitati, dans OR, 15.02.1930 (70-38), p. 2 ; P (...)
  • 424 Preghiere per la Russia indette dal Cardinale Bertram, dans OR, 13.02.1930 (70-36), p. 2, italien.
  • 425 La persecuzione antireligiosa in Russia. Iniziative e preghiere in Polonia, dans OR, 07.03.1930 (7 (...)
  • 426Suffragi a Varsavia per le vittime russe, dans OR, 12.03.1930 (70-59), p. 1.
  • 427  P. Lesourd, La Chrétienté prie pour la Russie, dans Le Figaro, 20.03.1930 (105-79), p. 1.
  • 428 Echi della Lettera pontificia per la Russia. Lo slancio dell’Argentina, dans OR, 18.04.1930 (70-90 (...)
  • 429 Preghiere per la Russia in Indocina, dans OR, 18.07.1930 (70-166), p. 1.

106En dehors de Rome, les cardinaux résidentiels constituent un vecteur de diffusion privilégié. Dès mi-février, tant le cardinal Schuster, archevêque de Milan, que le cardinal Bertram, évêque de Breslau, incitent les fidèles de leurs diocèses à s’unir à la prière du pape423. Les dévotions proposées varient peu : messe de réparation à la cathédrale, heures d’adoration organisées dans les paroisses, pratique de la via crucis pour la Russie « de telle façon que la terrible “Via Crucis” traversée par les peuples russes soit aussi vite que possible abrégée »424. En Pologne, l’appel du pape à prier pour la Russie trouve un terrain déjà expérimenté : l’évêque de Podlachie rappelle qu’au Congrès Eucharistique de 1929 et à Noël 1929 des prières pour la Russie avaient déjà eu lieu425. Le 11 mars est toutefois célébrée une messe funèbre dans la cathédrale de Varsovie426. À Paris, les célébrations du 19 mars ont lieu en deux temps (messe au Sacré-Cœur de Montmartre le matin et salut du Saint-Sacrement à Notre-Dame de Paris l’après-midi) et réunissent des personnalités de marque (à Notre-Dame de Paris sont présents trois cardinaux, le nonce et seize évêques427). Le monde catholique extra-européen participe également à la croisade. L’archevêque de Buenos Aires, José María Bottaro y Hers, organise une quête pour fonder des bourses d’étude au Russicum428. En Indochine (mission de Phat-Diem), tous les événements religieux de la Semaine Sainte (communion, adoration, chemins de croix) « furent offerts pour la Russie »429.

Prolonger la croisade : le choix de la faiblesse

  • 430 Preghiere per la Russia indette dal Cardinale Bertram, dans OR, 13.02.1930 (70-36), p. 2, italien.
  • 431Actes de S. S. Pie XI, tome VI, Paris, 1934, p. 223-224.
  • 432  ACO, PCPR, 264/29, doc. 39 : d’Herbigny, FU, 11.07.1930.
  • 433Ibid., doc. 44 : minute de décret PCPR, Rome, 11.07.1930, latin et slavon.

107À la suite de la prière du 19 mars 1930 et de ses avatars locaux, de nombreux catholiques souhaitent continuer à prier pour la Russie, dans une dynamique qui n’oublie certes pas la « conversion » de ce pays à l’unité romaine mais vise d’abord les chrétiens qui y sont persécutés. Dès février 1930, le cardinal Bertram exprime son « désir spécial » qu’on ajoute aux prières instituées depuis Léon XIII à la fin de la messe pour la résolution de la question romaine (trois Ave Maria, un Salve Regina, et une prière contre satan) cette prière : « Nous prions selon l’esprit du Saint-Père et spécialement pour l’éloignement des dangers de l’athéisme des peuples de la Russie et de l’Europe »430. Lors de l’allocution consistoriale du 30 juin 1930, Pie XI prescrit finalement au clergé latin de dire les prières instituées par Léon XIII à l’intention de la Russie et recommande que « les fidèles et tous ceux qui assistent au saint Sacrifice soient souvent informés de cette intention »431. À partir de juillet 1930, ces prières pour la Russie seront également dites par les prêtres « non latins »432 et des formules spéciales en slavon sont composées à cet effet433.

  • 434  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 340, f. 108 (28.12.1930), italien. Sur ce dis (...)

108Après ce geste important, le pape refuse une ritualisation annuelle de la prière pour la Russie. À la proposition de Mgr Chaptal de répéter la prière du 19 mars en 1931, Pie XI explique à Pacelli que « l’anniversaire d’une prière a[vait] peu de sens » et propose de « partir plutôt du discours de Noël où il est fait mention des tribulations de la Russie »434. En revanche, d’autres formes de prières pour la Russie s’implantent durablement dans la piété occidentale et mobilisent les fidèles les plus fragiles, comme les enfants, les malades ou encore les femmes.

  • 435 Bambini cattolici di colore per la Russia, dans OR, 15.01.1931 (71-11), p. 3, italien.
  • 436  ACL, S-9 7 : Henricus Deville à « Reverendissime ac Celsissime Domine », Hermance (Genève-Suisse), (...)
  • 437Croisade d’innocence contre la grande pitié des petits russes, dans Les Annales de Sainte Thérèse (...)
  • 438  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 87, f. 68 : Deville à d’Herbigny, Hermance, 28.09.1931, françai (...)
  • 439  ACL, S-9 7 : d’Herbigny à Deville, Vatican, 09.04.1932, français.
  • 440  Une autre initiative de l’abbé Deville de 1935 est à mentionner : la « Ligue de messes pour le sal (...)
  • 441  ACL, S-9 7 : Tract « Appel en faveur de la prochaine Communion universelle pour le salut de la mal (...)
  • 442Vestitorul (organe de l’éparchie romaine unie d’Oradea), XII, N°8-9 (15 avril-1er mai 1936), p. 76 (...)

109La mobilisation des enfants lors de la croisade de 1930 et, plus encore, tout au long des années 1930, est particulièrement intense. Pie XI se montre ainsi « ému » par une prière des enfants de couleur de Saint-Louis (États-Unis) pour les petits Russes en janvier 1931. L’article de L’Osservatore romano consacré à ce sujet insiste d’ailleurs sur la « haute valeur » et la « profonde efficacité » de ces « énergies spirituelles – d’autant plus efficaces qu’elles sont suscitées par la grâce dans des âmes innocentes » et constituent des « forces matériellement non quantifiables (forze materialmente imponderabili), dont le poids dans l’histoire ne peut échapper qu’à ceux qui ne croient qu’aux forces aveugles » mais pas aux « hommes de foi, qui savent que l’histoire, même contre la volonté des hommes, se réalise selon un dessein providentiel »435. Cependant, l’initiative la plus importante dans le domaine de l’enfance est la « communion de l’enfance catholique pour l’enfance russe » organisée à partir de 1931 à l’initiative d’un prêtre suisse, Henri Deville, appartenant au réseau thérésien. Celle-ci consiste à organiser des communions d’enfants dans la semaine du 8 mai (anniversaire de la première communion de Thérèse de l’Enfant-Jésus) « pour le salut des enfants russes » en réparation des péchés subis et commis par les enfants soviétiques. Le Saint-Siège va soutenir à distance cette initiative qui va toutefois pouvoir s’appuyer solidement sur l’évêque de l’abbé Deville, Mgr Besson, déjà très engagé dans les questions unionistes (Catholica Unio) et souvent en contact avec les milieux anticommunistes de l’EIA, mais aussi sur le sanctuaire de Lisieux. Après cette organisation sur une base diocésaine, l’abbé Deville propose à tous les évêques du monde, dans une circulaire du 20 mars 1931, d’adopter cette pratique de la communion de l’enfance catholique pour l’enfance russe436. En mai 1931, l’initiative semble très suivie : « des milliers d’enfants […] sur tous les points de l’univers, ont offert leur communion pour leurs petits frères abandonnés ou livrés à une corruption satanique »437. En septembre 1931, 120 évêques « ont adhéré au mouvement », mais sans s’engager à reproduire l’expérience pour les années suivantes438. En 1932, l’abbé Deville obtient un soutien plus fort du pape : lors de l’audience du 6 avril 1932, Pie XI « autoris[e], cette fois, [d’Herbigny] à transmettre [à Deville] Ses encouragements et Ses félicitations » et bénit les enfants priant « dans une pensée de réparation pour les sacrilèges commis en Russie contre la Sainte Eucharistie et plus spécialement contre ces milliers d’enfants qui devraient être des tabernacles vivants et que l’impiété profane systématiquement » car « seule la prière, celle particulièrement des âmes pures, en union avec leur modèle, Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, peut apporter l’espoir de rendre ces foules et leur patrie dociles à l’amour de N[otre] S[eigneur] dans son Unique Église »439. Poursuivi durant les années 1930, ce mouvement de prière enfantine semble avoir été largement diffusé en Europe (c’est du moins ce que l’on peut déduire de la variété linguistique des images de piété éditées par ce mouvement). En 1936, à l’heure des fronts populaires, les promoteurs de cette journée de communion essaient également d’élargir leur appel et d’attirer un public adulte440. Un tract de 1936 appelle à une communion générale en développant une argumentation plus serrée. Les sources d’information sont précisément citées (Internationale Communiste, Pravda, Izvestiâ, Molodaâ Gvardâ). Le tract aborde également les questions de la loi sur la criminalisation des enfants à partir de 12 ans (« un code pénal ultra-barbare »), de la prostitution des petites filles, du problème persistant des enfants abandonnés, de la peine de mort appliquée à des enfants lors de l’évacuation des citoyens soviétiques de la ville de Harbin, ou encore le développement de l’« impiété filiale » avec des « actes contre-nature » comme la dénonciation de parents, volant du blé, par leurs enfants chargés de la surveillance des champs la nuit dans les kolkhozes441. Cet appel est diffusé par des réseaux diversifés, comme l’éparchie des catholiques de rite oriental en Roumanie442.

  • 443La Croisade Eucharistique des Enfants, 4e trimestre 1930 (IV-N°3), p. 366-367 (intention « Pour le (...)
  • 444La Croisade Eucharistique des Enfants, 06.1935 (IX-6), « Offrande quotidienne pour le mois de juil (...)
  • 445 Intenzione papale. La conversione della Russia, dans L.M.S., bollettino mensile della Lega Mission (...)
  • 446  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 85 : Tardini, FU, 22.05.1934 ; f. 80v : lettre d’enfants (...)

110Au-delà de l’important mouvement animé par l’abbé Deville, l’observation de périodiques destinés aux enfants ou aux jeunes dans les années 1930 démontre également la récurrence de l’invitation à la prière pour la Russie. L’Apostolat de la Prière, organisation liée aux jésuites, invite à deux reprises les enfants du diocèse de Valence (France) à prier pour la Russie entre 1927 et 1936 : en janvier 1931 pour « le Salut de la jeunesse en Russie » mais surtout contre les violences qui s’y perpètrent et « l’effroyable persécution » contre la religion443 ; en juillet 1935 pour « la conversion de la Russie », cette fois dans une dynamique de « réparation » et avec une référence au « Cœur Immaculé de Marie »444. Au même moment, en Italie, la revue de la Lega Missionaria Studenti (organisation de spiritualité jésuite fondée en 1927 à Rome) propose pour le mois de juin 1935 un programme de prière pour « la conversion de la Russie ». La « communion du jeudi » est prévue à certaines intentions prédéterminées : « 6 juin – pour la cessation de la lutte antireligieuse en Russie ; 13 juin – pour la préservation de la jeunesse russe ; 20 juin – pour la conversion des ennemis de Dieu ; 27 juin – pour la constance des catholiques persécutés et pour le retour des orthodoxes à la véritable Église »445. Autre exemple, en 1935 et 1936, d’Herbigny envoie à Rome les « trésors spirituels » recueillis auprès d’enfants belges et français, qui sont parfois présentés en audience à Pie XI446. Une enquête plus approfondie permettrait certainement de mieux cerner les réseaux, la géographie et la chronologie de cette mobilisation spirituelle de l’enfance pour la Russie.

  • 447  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 37, f. 84 : Gerlier à d’Herbigny, Lourdes, 03.07.1932.
  • 448 Ibid., f. 86 : d’Herbigny, FU, 09.07.1932, CPR 178/32, italien.
  • 449Ibid., f. 87 : d’Herbigny à Gerlier, Rome, 10.07.1932.
  • 450Ibid., f. 88 : note jointe à la lettre de d’Herbigny à Gerlier, Rome, 10.07.1932, français.
  • 451Ibid., f. 89 : d’Herbigny à Gerlier, 28.08.1932, français.
  • 452  À l’été 1933, lors de la visite de Mgr Sloskans, Mgr Gerlier signale poursuivre cette pratique (AA (...)

111Si la mobilisation des enfants est généralement justifiée par l’innocence de ces derniers, les malades sont également mobilisés, notamment par le biais du sanctuaire de Lourdes. En juin 1932, à l’occasion du Congrès eucharistique de Dublin, Mgr Gerlier, alors évêque de Tarbes et Lourdes, présente à d’Herbigny son projet de prière pour la Russie dans le sanctuaire par une messe à la Grotte dite le troisième samedi du mois à cette intention. Dès son retour en France, il expose par écrit son projet au pape447. Présentée en audience, cette « idée plaît beaucoup au Saint-Père »448 et l’évêque est autorisé « non seulement [à] instituer les pieuses pratiques dont parle sa lettre, mais aussi [à] faire connaître publiquement qu’elles ont été agréées avec joie par le Saint-Père »449. D’Herbigny prépare alors un petit texte sur « la persécution contre toute survivance d’un culte envers Dieu ou d’une pensée religieuse » destiné à accompagner les prières et à informer les fidèles. Ce texte insiste sur la nécessité d’« associer nos prières et nos souffrances à celles des martyrs » et de « réparer pour tant de sacrilèges qui souillent les choses saintes et surtout les âmes et les intelligences de la jeunesse »450. D’Herbigny témoigne sa confiance en l’efficacité de la prière « des malades offrant leurs souffrances »451. Cette initiative de la messe mensuelle pour la Russie à Lourdes a été prolongée au moins jusqu’en 1933452.

  • 453  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 4 : circulaire imprimée de Mgr Bacciarini à « révérende m (...)
  • 454  ASV, Arch. Nunz. Italia, b. 9, fasc. 3, f. 4-7 : circulaire de Pacelli, Vatican, 04.03.1936, Sc. S (...)
  • 455  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 482, f. 41-43 : Valeri à Pacelli, Bucarest, 18 (...)
  • 456  AD-Lyon, Cardinal Gerlier : Maglione à Gerlier (évêque de Tarbes et Lourdes), Paris, 14.03.1936, N (...)
  • 457  ASV, Arch. Deleg. Stati Uniti, tit. V, pos. 176B, f. 13-14 : Cicognani à « Your Excellency », Wash (...)
  • 458 Ibid., f. 75 : image « Saint Thérèse of the Child Jesus », anglais.

112Si la mobilisation par la prière des enfants et des malades passe par des réseaux thérésiens, « d’Herbigniens », jésuites, d’abord francophones, l’implication des religieuses contemplatives semble emprunter d’autres voies que des recherches locales permettraient certainement de préciser. En 1929, l’administrateur apostolique de Lugano – Mgr Bacciarini – fonde « près le monastère des Augustines à Locarno », la « Pia opera pro Russia ». Il s’agit d’une association de prière qui compte, en février 1931, 753 « couvents adhérents ». En 1931, l’évêque adresse toutefois un nouvel appel – semble-t-il exclusivement à des supérieures de communautés religieuses féminines – à redoubler l’usage des « armes » que sont les « prières » et les « sacrifices » « pour l’infortunée Russie »453. Sans qu’une filiation soit établie, une initiative semblable est développée à l’échelle mondiale par la volonté du Saint-Siège quelques années plus tard. En mars 1936, le secrétaire d’État envoie une circulaire à tous les représentants du Saint-Siège sur la situation en Russie. Ce document fait un bilan catastrophique de la situation du catholicisme dans ce pays : le clergé est décimé, le pape est tourné en dérision, l’Église catholique est devenue la « cible principale » du mouvement communiste. Face à cette situation, « le Saint-Père n’a de confiance que dans la prière : surtout dans la prière et l’oblation des âmes qui dans ce but ont, par privilège miséricordieux d’une ineffable vocation divine, consacrée toute leur vie ». Toutes les communautés religieuses sont donc invitées à offrir « des prières et des sacrifices pour la Russie […] en évitant toute forme de publicité, qui pourrait avoir le très triste effet de rendre, en Russie, plus cruelle la persécution religieuse »454. Ce choix d’une prière féminine, murmurée dans la discrétion des couvents, semble sceller une sortie volontaire hors du registre politique et militant. Cependant cette circulaire emprunte, pour sa diffusion, les voies de la diplomatie pontificale. Valeri, le nonce en Roumanie, demande aux évêques des deux rites et aux communautés religieuses de commencer des « prières incessantes et des sacrifices pour que la nation malheureuse, devenue aujourd’hui le centre de la plus impitoyable guerre religieuse qui se déroule dans le monde entier, puisse retourner à la paix et aux traditions chrétiennes »455. En France, cette circulaire semble avoir été également bien diffusée456. Aux États-Unis, la circulaire romaine est remise aux évêques le 9 avril 1936457. Malgré la discrétion demandée aux évêques, une image de piété est éditée dans l’Iowa pour l’occasion avec, au recto, une image de sainte Thérèse et, au verso, la prière indulgenciée à Thérèse ainsi qu’une demande du 1er juillet 1936 de l’évêque de Davenport, Mgr Rohlman, « aux bonnes religieuses sous sa juridiction d’offrir quotidiennement des prières spéciales, d’accomplir de petits actes de mortification et de faire des sacrifices personnels pour l’Église souffrante de Russie et d’une manière très spéciale d’être attentives à leurs consœurs qui souffrent une affliction inouïe »458.

113Dans les années 1930, la prière catholique pour la Russie se présente ainsi sous la forme d’un alliage paradoxal entre, d’une part, le choix de la souffrance et de la faiblesse et, d’autre part, une démonstration de force aux accents parfois triomphalistes. Cette tension spirituelle entre faiblesse et force traverse également la thématique du martyre, omniprésente dans les années 1930.

La matrice du martyre

114Comme nous l’avons vu plus haut, si le martyre des chrétiens de Russie travaille les relations interconfessionnelles dans les années 1930, il modifie également en profondeur la représentation catholique de la sainteté et du témoignage du croyant. Il importe donc de mieux comprendre comment fut reçue, et parfois même encouragée, cette expérience du martyre moderne.

L’émergence progressive de la thématique du martyre

  • 459  Voir supra p. 333-334.

115Le terme de martyre ne s’impose pas d’emblée pour désigner le sort des chrétiens en Russie soviétique. Comme on l’a vu, il y a un décalage temporel entre les rapports qui parviennent à Rome et qui établissent les violences contre les prêtres et religieux orthodoxes et les prises de position officielles qui demeurent très prudentes jusqu’à la fin des années 1920459.

  • 460 La trepida attesa sulla sorte di Mons. Cieplak e dei suoi compagni, dans OR, 29.03.1923 (63-72), p (...)
  • 461  Même le Stoudion, soucieux d’éviter le domaine politique, évoque ce procès en dénonçant le silence (...)
  • 462  Allocution Gratum nobis, 23.05.1923, dans Bellocchi, IX, p. 75, italien.
  • 463  Meator, La persécution religieuse en Russie (1921-1923), dans L’Union des Églises, 09.1924 (n°10), (...)
  • 464Dopo il processo di Mosca, dans OR, 31.03.1923 (63-74), p. 1 (article mentionnant les protestation (...)
  • 465  Dans l’article confirmant la mort de Budkiewicz, L’Osservatore romano regrette « cette effusion de (...)
  • 466 In morte di Mons. Budkievitch, dans OR, 14.04.1923 (63-86), p. 1.
  • 467 Ibid., italien.

116Cette prudence est bien sensible au moment du procès Cieplak. Si, en 1923, la presse confessionnelle, à la suite de L’Osservatore romano460, dénonce la situation réservée aux catholiques461, le vocabulaire utilisé reste circonspect. Bien qu’affleurant dans l’allocution consistoriale Gratum nobis (23 mai 1923), le terme de martyre n’est pas prononcé par le pape, qui rend hommage à ses « fils héroïques » en les mentionnant un par un, dans une liste qui pourrait évoquer un martyrologe. Le pape parle aussi de « semence de chrétiens », sans toutefois citer la première partie de l’adage (« le sang des martyrs… »)462. De même, les articles de la presse catholique évitent soigneusement le terme de martyre463 et soulignent plutôt la mobilisation internationale pour Cieplak464 en reconnaissant que Budkiewicz avait commis des infractions465. Une messe de requiem est dite pour Mgr Budkiewicz dans l’église polonaise de Rome, Saint-Stanislas, en présence de plusieurs cardinaux, dont le cardinal secrétaire d’État et des représentants des missions diplomatiques auprès du Saint-Siège, mais cette cérémonie, bien qu’annoncée en première page de L’Osservatore romano, n’est absolument pas détaillée466. À notre connaissance, le terme de martyre n’est utilisé qu’une fois à cette époque par L’Osservatore romano dans un article qui se présente comme une réponse contrainte à un article des Izvestiâ du 21 mars (N° 62). À l’énumération des chefs d’accusation des catholiques par le quotidien soviétique, L’Osservatore romano objecte que ces motifs se résument à l’application du droit canon (opposition au décret sur la confiscation des objets sacrés, refus de constituer une association cultuelle) et ne constituent pas des actions criminelles dans le droit « classique » ou « bourgeois ». Le quotidien officieux du Saint-Siège en conclut que si Mgr Budkiewicz a été fusillé pour ces raisons, « il est certain que le service funèbre d’hier […] s’élève à la signification de la glorification d’un véritable martyr de la foi (vero e proprio martire della fede) »467.

  • 468  A. A. Valentinov, Die Erstürmung des Himmels : die Verfolgung der Kirche und Religion in Sowjetruß (...)
  • 469  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit. ; Id., Die Verfolgung des Christentums durch die Bol (...)
  • 470  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. XI-XII, anglais.
  • 471 Ibid., p. XIV.
  • 472  ASV, Arch. Nunz. Varsavia, b. 225, f. 787 : McCullagh à Lauri, Varsovie, 07.11.[1923], anglais.
  • 473 CC (75-III-1782), 20.09.1924, p. 540-543.
  • 474  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. X, anglais.
  • 475Orientalia Christiana, juillet-août 1924 (II-10), p. 319.

117Malgré cette prudence romaine, à partir de 1923-1924, l’idée d’une expérience exceptionnelle du martyre contemporain en Russie soviétique commence à s’imposer en Occident, probablement sous l’effet des publications d’émigrés, comme l’ouvrage d’Aleksandr A. Valentinov468. La dénonciation de la persécution religieuse, ouverte à l’occasion du procès Cieplak, est prolongée, au-delà de la temporalité courte de l’événement, par la publication dès 1924 d’un exposé de première main en anglais : l’ouvrage de Francis McCullagh, The Bolshevik Persecution of Christianity, qui fut rapidement traduit en allemand469. McCullagh, alors journaliste pour le New York Herald, assiste à toutes les séances du procès Cieplak à Moscou. Il souhaite témoigner de la persécution des chrétiens et contrer l’effort soviétique d’« empêcher la presse étrangère de se procurer une information impartiale à propos des éléments du procès »470. Bien qu’affirmant haut et fort son indépendance471, McCullagh fit lire, lors de son séjour à Varsovie en novembre-décembre 1923, au nonce Lauri les épreuves du livre en lui proposant de faire des « corrections »472 et de larges extraits furent publiés dans La Civiltà cattolica en 1924473. Cet ouvrage propose un dénombrement des victimes (pour l’Église orthodoxe, il compte 28 évêques et 1.215 prêtres tués) et atteste la réalité du martyre car, si certains furent tués pour leur appartenance à l’« Église des tsars » plus qu’à l’« Église du Christ », « il n’y a aucun doute que nombreux étaient d’authentiques martyrs (genuine martyrs) et que la persécution bolchevique de la communauté orthodoxe peut en général être correctement décrite comme une persécution religieuse »474. Dans sa recension de l’ouvrage de McCullagh, d’Herbigny affirme que les actes de ce procès « contiennent vraiment les Acta Martyrum » et « établissent, par l’interrogatoire des juges, comme par l’acte d’accusation et par le réquisitoire, qu’aucune cause politique ne fut invoquée alors contre les suspects ». La raison de la condamnation fut proprement religieuse : « leur vraie faute fut d’avoir continué à enseigner le catéchisme malgré les interdictions soviétiques »475.

  • 476  L’allocution consistoriale du 20 juin 1927 évoque, sans utiliser le terme de martyre, les persécut (...)
  • 477 Dalla Polonia. Nel quinto anniversario del martirio di Mons. Budkiewicz (Nostre informazioni), dan (...)
  • 478  La similitude de certaines expressions et des exemples laisse supposer que l’information fut prise (...)

118À la fin des années 1920, dans un contexte marqué par des violences contre les catholiques dans plusieurs pays, notamment au Mexique476, la persécution en Russie soviétique est plus fréquemment et plus ouvertement évoquée dans la presse romaine. En 1928, L’Osservatore romano titre en première page sur « l’anniversaire du martyre de Mgr Budkiewicz »477. En 1929, deux ouvrages de grande diffusion, sinon commandés par le Saint-Siège du moins proches des sources vaticanes, détaillent, quasiment dans les mêmes termes, le martyre des catholiques de Russie478. L’ouvrage de G. Frediani, qui célèbre le pontife ayant résolu la question romaine, détaille la scène dramatique de la mise à mort de Budkiewicz :

  • 479  G. Frediani, Pio XI, Rome, 1929, p. 144-145, italien.

Le 31 mai 1923, vigile de Pâques, le commandant Zlotine avec deux sicaires se présenta au pieux et fort confesseur, qui demanda et obtint de rester seul quelques minutes pour prier. Passées ces quelques petites minutes il fut traîné, avec les mains liées derrière le dos, vers ladite cave de la mort. On lui dit qu’un seul mot pendant son trajet provoquerait le massacre de tous les prêtres catholiques emprisonnés. […] Les sicaires lui sautèrent dessus et, par une oreille, le traînèrent jusqu’au lieu du massacre. […] il se tourna vers le mur et continua, à voix basse, à prier. Un coup de revolver dans la nuque trancha cette prière479.

  • 480  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 61-71.
  • 481 Dalla Polonia. La figura di Mons. Skalski incarcerato dai bolscevichi (Nostre informazioni), dans (...)
  • 482 Una figura di confessore, dans OR, 02/03.11.1928 (68-256), p. 1. Cet article publie une traduction (...)
  • 483AAS, 1930 (22), p. 89-93, italien.
  • 484Actes de S.S. Pie XI, t. VI… cit., p. 230.
  • 485  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244, italien.
  • 486  Allocution La vostra presenza, 14.09.1936, dans Bellocchi, X, p. 259-266.

119Georges Goyau décrit également ce « tragique vendredi saint d’un évêque catholique » en faisant de cette mort, dans la nuit du 31 mars, une façon de « bafouer la mort du Christ […] [en] commémor[ant], par un sacrifice humain, le sacrifice du Calvaire ». Il insiste sur la violence de cette exécution, pendant laquelle Budkiewicz se casse la jambe et dont l’oreille se décolle. L’auteur français reprend les témoignages de Walsh et de McCullagh : l’interdiction faite au prêtre américain de lui donner les derniers sacrements, les appels téléphoniques mystérieux reçus par Walsh où le jésuite entend notamment un coup de revolver, les restes du corps brûlés pour empêcher la constitution de reliques480. D’une façon plus générale, la presse catholique assure tout au long des années 1930 la chronique des incarcérations et décès des catholiques de Russie481 en adoptant progressivement un vocabulaire religieux, évoquant des figures de « confesseurs », voire de « martyrs »482. Quant au pape, il évoque ouvertement, à partir de 1930, le martyre des croyants en Russie. La lettre au cardinal Pompilj du 2 février 1930 mentionne « la terrible persécution » et le « martyre » des croyants, en citant nommément les responsables catholiques emprisonnés Boleslas Sloskans, Alexandre Frison et Léonide Fëdorov483. Les persécutions en Russie sont clairement évoquées lors d’allocutions, comme à Noël 1930 en lien avec les attaques anticatholiques au Mexique et en Chine : le pape demande alors de « beaucoup prier (au moins prier) pour nos frères et nos fils du Mexique, pour les admirables champions qui, au nom et pour l’amour de Jésus-Christ, souffrent et meurent dans la Russie, en Sibérie, préparant par leurs souffrances la renaissance dans le Christ de ces immenses régions » et évoque immédiatement après le « martyre » des catholiques en Chine484. Lors de l’inauguration de l’Exposition mondiale de la presse catholique au Vatican, le 12 mai 1936, Pie XI décrit la destruction de la religion en Russie qui a touché « tout, à l’exception de la fidélité invincible et le véritable héroïsme qui donne, on peut bien dire chaque jour, de nouveaux chapitres très glorieux au martyrologe »485. Quelques semaines plus tard, l’expérience moderne du martyre en terre européenne se structure aussi autour de la matrice espagnole comme en témoigne l’allocution aux réfugiés d’Espagne de septembre 1936 qui évoque les « martirii veri » de ce pays486.

120Si le martyre des chrétiens en Russie est progressivement mis en valeur, dans une évidente dynamique apologétique, il convient de se demander si le Saint-Siège a développé une « politique » volontaire en ce sens.

Une politique réfléchie du martyre ?

121Les archives de la Commission pro Russia révèlent, chez Michel d’Herbigny et Pie XI, un discours maîtrisé – sinon un projet – de stimulation de l’héroïsme, voire de recherche du martyre.

  • 487  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 101, fasc. 73, f. 21 : tél. de Ratti à Gasparri, Varsovie, 21.07.192 (...)
  • 488Ibid., f. 26 : tél. de Ratti à Gasparri, Varsovie, 05.08.1920, N°102.
  • 489Ibid., f. 27 : tél. de Gasparri à Ratti, 08.08.1920, N°111.
  • 490  E. Pellegrinetti, Pio XI, l’uomo nel Papa, il Papa nell’uomo, Rome, 1940, p. 16, italien. Sur les (...)
  • 491  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 271, f. 19 : d’Herbigny à Pacelli, 10.03.1936, Bruxelles, itali (...)

122Tout d’abord, d’un point de vue personnel, tant Mgr Ratti à Varsovie que d’Herbigny, lors de ses voyages en Russie, semblent avoir émis le vœu de mourir martyrs pour le grand pays slave. En juillet 1920, alors que les troupes soviétiques s’approchent de la capitale polonaise, Mgr Ratti se soumet d’abord aux ordres de la Secrétairerie d’État de quitter la ville à l’approche de l’Armée rouge487. Mais, le 5 août, le nonce supplie le secrétaire d’État de pouvoir rester à Varsovie488. Gasparri refuse et lui demande de rester auprès du gouvernement polonais489. Après la mort de Pie XI, son ancien adjoint à Varsovie, devenu cardinal, Ermenegildo Pellegrinetti, explique le motif de cette demande étonnante du nonce : « Monseigneur Ratti, tout pénétré de sa mission sacerdotale, estimant, comme c’était le cas, qu’outre les destinées d’un peuple catholique, toute la civilisation chrétienne était menacée sur sa frontière orientale, considéra que l’héroïsme était son devoir, aussi parce qu’il s’était senti inspiré durant la Sainte Messe de faire un total sacrifice de lui-même » en espérant aussi que « Dieu se serait servi de cette voie d’exception » pour le faire entrer en Russie490. De son côté, Michel d’Herbigny a également conçu sa propre mission sur le mode du martyre. Il écrit ainsi à Pacelli pour le dixième anniversaire de son ordination épiscopale : « Le Seigneur n’a pas permis que cette vie fut ravie en URSS. Elle reste à la libre disposition du Saint-Père, n’ayant jamais eu d’autre aspiration que d’être versée d’un seul coup ou goutte par goutte pour le Saint-Siège »491.

  • 492  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 13 : anonyme [d’Herbigny], « Progetto di lettera a S. Ec (...)
  • 493  B. Slokans, Témoin de Dieu chez les sans-Dieu. Journal de prison de Mgr Boleslas Slokans. Du bagne (...)

123Au-delà de ces dispositions personnelles, les deux grands auteurs de la politique russe du Saint-Siège dans l’entre-deux-guerres ont également voulu que les évêques russes soient prêts au martyre. Dès 1923, dans le projet de nomination d’évêques de rite oriental en Ukraine et en Biélorussie soviétiques, la dimension du martyre est revendiquée et s’inspire de l’exemple de saint Josaphat, évêque de Polock qui fut martyrisé492. Si les diocèses uniates de Russie ne furent jamais pourvus, les administrateurs apostoliques installés en 1926 par d’Herbigny pour le rite latin semblent avoir intégré cette perspective. Le blason épiscopal de Mgr Sloskans est à cet égard très significatif puisqu’il figure un agneau dont le côté est transpercé par une croix, accompagné de la devise « Hostia pro fratribus » (« Sacrifice pour les frères »)493.

  • 494  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 135, f. 30 : tél. de Zecchini à « Vaticano », Riga, 09.03.1928, (...)
  • 495 Ibid., f. 32 : d’Herbigny, FU, 22.03.1928, italien.
  • 496  AA.EE.SS., PCPR, sc. 18, fasc. 113, f. 26 : Ropp à « Excellence », Varsovie, 30.04.1931, français.
  • 497 Ibid., f. 27 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 99/28, italien.

124L’attitude du Saint-Siège à l’égard des libérations d’évêques est également significative. En mars 1928, les gouvernements letton et polonais cherchent à obtenir la libération de Mgr Sloskans, mais Mgr Zecchini (internonce en Lettonie) et Pie XI hésitent à proposer au prélat de quitter le pays494. La Commission pro Russia affronte alors la question en congrès et deux camps s’opposent : d’une part, les partisans (dont Sincero) d’un exil en Lettonie où Sloskans pourrait travailler pour les Russes et, d’autre part, ceux « qui s’inquiétaient de l’impression pénible qu’aurait faite sur les autres prêtres prisonniers la libération de lui seul et non de tous ». Finalement, après l’exposé de Mgr d’Herbigny soulignant la nécessité de « laisser Mgr Sloskan à son poste selon son désir », tous les prélats présents (Borgongini, Pizzardo, Cicognani, Margotti) adhèrent à la position du rapporteur, que le pape suit également495. En avril 1931, la position de Pie XI démontre une grande souplesse faite de compréhension pour la souffrance des catholiques mais aussi de disponibilité au martyre pour les représentants officiels de l’Église. Mgr de Ropp intervient pour Malecki qui souhaiterait profiter des échanges de prisonniers pour rentrer en Pologne et commente : « Là-bas le pauvre évêque sera martyr, ici seulement confesseur, au fond, c’est à lui à choisir, et hors cela à Rome de décider »496. Pie XI, durant l’audience du 8 mai 1931, demande qu’on réponde à Mgr de Ropp (lui-même évêque russe en exil) « que la présence d’un évêque et administrateur apostolique avec ses fidèles persécutés n’est jamais inutile » mais que « si Mgr Malecki se sent trop découragé, et voudrait sortir de Russie, il devr[a] d’abord remettre sa démission formelle d’administrateur et, seulement après la démission, il pourr[a] accepter d’être inclus dans un éventuel échange »497.

125Ainsi, alors que s’affirme au début des années 1930, notamment pour les cadres épiscopaux, une réelle politique du martyre, qui ménage toutefois une certaine souplesse pratique, on observe également la mise en place de stratégies mémorielles pour recueillir les traces du martyre.

De la collecte des témoignages à l’hagiographie

  • 498  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. IX et X.
  • 499  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 67, f. 22-23 : Marmaggi à Pacelli, Varsovie, 29.04.1934, (...)

126Si, dès 1923, Francis McCullagh appelait de ses vœux la réalisation d’une œuvre historique sur les persécutions à l’image des travaux de Paul Allard sur les premiers siècles du christianisme, mais aussi d’un travail de mémoire de « chaque communauté chrétienne en Russie » sur les injustices commises envers son clergé et ses fidèles498, cet effort de recherche et d’enregistrement n’advient que progressivement. Au début des années 1930, l’arrivée en Occident (par le jeu des exils et échanges de prisonniers) de plusieurs grandes figures du catholicisme russe ayant souffert pour leur foi semble accélérer ce processus. Ces témoignages de « rescapés » de l’univers concentrationnaire soviétique forcent l’admiration des catholiques occidentaux et sont recueillis précieusement à Rome dans une perspective progressivement hagiographique. L’héroïsme de ces chrétiens impressionne les contemporains, dans une émotion parfois sensible. Mgr Marmaggi, accueillant Mgr Malecki à Varsovie en 1934, affirme que « l’histoire de l’Église, qui s’écrit aujourd’hui avec le sang et avec les larmes en Russie, devra, en son temps, parler à nouveau de tels héros »499. Ces derniers livrent des témoignages directs, notamment par une visite à Rome, alors que d’autres couchent par écrit leur histoire.

  • 500 L’arrivo di Monsig. De Ropp a Roma, dans OR, 22/23.03.1920 (60-71), p. 1.
  • 501  S. G. Mgr Cieplak reçu par le Saint-Père, dans L’Union des Églises, 09.1924 (n°10), p. 319-320.
  • 502  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 135, f. 89 : d’Herbigny, FU, 10.02.1933, italien. Voir aussi f. (...)
  • 503  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 2 : Sloskans à d’Herbigny, Riga, 09.03.1933, latin ; f. (...)
  • 504Ibid., f. 9 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933 et f. 20 : bref de nomination de Sloskans comme évêque as (...)
  • 505  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 85 : Tardini, FU, 03.02.1934, italien et f. 109 : Tardi (...)

127Le passage par Rome des responsables catholiques exilés devient une station obligée. Dès 1919, Mgr Ropp avait ouvert une voie500, qui fut reprise quatre ans plus tard par Mgr Cieplak501. Le séjour de Mgr Sloskans, en pleine année jubilaire de 1933 (jubilé de la Rédemption), fut particulièrement chargé. Dès février 1933, Pie XI propose de l’accueillir « pour […] l’ouverture de la Porte Sainte ou un peu après Pâques »502 et les frais du voyage sont pris en charge par la Commission pro Russia503. Mgr Sloskans est à cette occasion nommé évêque assistant au trône (8 avril 1933)504. L’année suivante, en février 1934, Mgr Arata propose de recevoir Mgr Matulionis à Rome « comme il a été fait pour Mgr Sloskan ». Le pape approuve cette proposition en l’invitant pour Pâques. Les frais vestimentaires pour Mgr Matulionis et Mgr Gronski (1 600 lires) sont alors pris en charge personnellement par Pie XI505.

  • 506  J. Ledit, Archbishop John Baptist Cieplak, Montreal, 1963, p 124-131.
  • 507  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 49 : « Projet d’itinéraire de Mgr Sloskan », français. (...)
  • 508Cinq années de prison et la religion en Russie (Notre entrevue avec Mgr Boleslas Sloskans), dans L (...)
  • 509  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 86 : « Liste des sommes offertes à Mgr Sloskan », 15.08 (...)
  • 510  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 137, f. 10-11 : mot de Chaptal, Paris, 15.08.1933, français.
  • 511Ibid., f. 27 : d’Herbigny, FU, 22.08.1933.
  • 512  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 119 : Cicognani à Tardini, Washington, 15.10.1934, Délé (...)

128Cette visite à Rome est parfois complétée par des tournées dans d’autres pays où les évêques exilés donnent des conférences. Mgr Cieplak se rend aux États-Unis en novembre 1925 et y fait une tournée très active auprès des immigrés polonais durant trois mois (il meurt sur place en février 1926)506. Mgr Sloskans accomplit, à l’été 1933, une tournée dans des pays européens francophones, qui le conduit notamment à Lourdes et Lisieux. Organisée par Mgr d’Herbigny507, cette tournée est répercutée dans la presse catholique508 et permet à l’évêque de récolter des offrandes (25 560 francs)509. Cette tournée fut un tel succès que Mgr Chaptal proposa de confier à Mgr Sloskans une « mission informelle du Saint-Père » pour en faire une sorte de « Légat de la prière » car ce « contact » avec l’évêque martyr est considéré comme un puissant moyen de promouvoir la « croisade pour la résurrection de la Russie »510. Cette proposition est acceptée par Pie XI lors de l’audience du 22 août 1933511 mais est rapidement annulée dans le cadre des changements organisationnels de 1934. Sloskans est alors envoyé au séminaire de Riga et Mgr Matulionis se rend aux États-Unis de 1934 à 1936512.

  • 513  On les retrouve aujourd’hui dans plusieurs fonds d’archives ecclésiastiques, comme dans AD-Lyon, C (...)
  • 514  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 212, f. 72-95 : A. Novizkaia, « Pro-Memoria sulla comunità orie (...)
  • 515  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 20, fasc. 125, f. 62-80 : rapport de Skalski, Luck, 19.05.1933, 36 p. dac (...)
  • 516  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 19, fasc. 122, f. 49-107 : Ks. Wiktor Kryweńczyk, « Jedenaście lat w Rosj (...)
  • 517  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 14-15 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 18.02.193 (...)

129Cependant, au-delà de ces témoignages donnés directement à Rome et dans le monde, la plupart des catholiques exilés rédigent le récit de leurs souffrances pour la foi, le Saint-Siège ne s’y intéressant que progressivement dans une perspective hagiographique. Certains semblent avoir écrit spontanément et rapidement ces récits. C’est le cas d’Anatolie Nowicka (Sœur Josaphate, religieuse de la communauté dominicaine) et son mari, le père Donat Nowicki, qui fut ordonné au camp de Solovki. Ces catholiques de rite oriental furent libérés en septembre 1932 grâce à un échange de prisonniers avec le gouvernement polonais. Leurs témoignages ont connu une importante diffusion, toujours marquée du sceau du secret513 et sont rapidement parvenus à Rome514. La Commission pro Russia conserve précieusement ces témoignages et les traduit. En 1933, Mgr Sipiaguine réalise ainsi plusieurs traductions italiennes de témoignages d’exilés d’URSS, qu’il s’agisse de personnalités importantes comme Mgr Skalski515, ou de simples prêtres comme Wiktor Kryweńczyk516. Cependant, les témoignages ne parviennent pas toujours spontanément à Rome. Règne, en effet, au début des années 1930, une certaine méfiance à l’égard de la Commission pro Russia, qui doit souvent insister pour rassurer ses interlocuteurs. La Commission demande ainsi en 1933 au nonce de Varsovie d’assurer les « prêtres [exilés] que leur rapport ne sera pas publié, mais que le secret sera maintenu sur celui-ci, en les rassurant aussi sur le fait que, nonobstant le tapage fait et continué ces jours-ci sur les journaux, ni la Commission Pontificale ni aucun membre de celle-ci ne se sont servis d’espions ou ont été trompés par eux »517.

  • 518  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 19, fasc. 124, f. 36 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 09.10.1931, Nonci (...)
  • 519  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 141, f. 19 : d’Herbigny, FU, 14.08.1931, italien.
  • 520  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 14-15 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 18.02.193 (...)
  • 521  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 12 : Vladimir Dloussky à « Monseigneur », Berlin, 23.03.1 (...)
  • 522Ibid., f. 23 : Giobbe-Cercone à Dloussky, Vatican, 23.04.1934, PCR 128/32, italien, soulignement d (...)
  • 523  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 212, f. 23 : note anonyme, italien.
  • 524  P. Boutry, Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des martyrs (...)
  • 525  Pie XI procéda à 42 béatifications (496 bienheureux) et à 6 canonisations (33 saints) : S. Casas, (...)
  • 526  Béatifications des carmélites de Compiègne (1906), des Filles de la Charité d’Arras et des Ursulin (...)

130Au-delà de l’accumulation des témoignages, s’opère également un changement de perspective. Ces témoignages sont progressivement moins lus pour leur contenu dans une perspective informative que pour eux-mêmes dans une perspective hagiographique et mémorielle. Relique d’un acte de foi authentique, le témoignage est alors conservé précieusement et protégé. En 1931, le nonce de Varsovie remet à la Commission pro Russia le récit de prison du chanoine Lewinski, expulsé de Russie grâce à un échange par le biais de la Croix-Rouge polonaise, et considère que ce « rapport ne contient rien de vraiment nouveau pour cette commission pontificale »518. La perspective est donc ici encore informative. En revanche, au même moment, dans un autre dossier, la perspective d’un procès de béatification est déjà bien présente dans l’esprit de Pie XI qui demande de conserver le témoignage d’un Italien réfugié d’URSS qui fut emprisonné avec Mgr Baumtrog car ce « document […] pourra servir dans la cause de béatification, s’il évoque le martyre de Mgr. A. Baumtrog »519. Cette perspective hagiographique devient progressivement une norme. En février 1933, le Saint-Siège donne des instructions très claires pour la rédaction des témoignages de plusieurs rescapés (Skalski, Naskrecki et Swiderski) que l’on prévoit de faire venir à Rome : on leur demande « l’histoire de toutes les souffrances vécues avec l’indication exacte des lieux dans lesquels ils furent arrêtes ou relégués », une description « des motifs allégués par les bolcheviks pour procéder à l’arrestation ou à la détention », des conditions du procès et « des indications biographiques sur les personnes qui les jugèrent ou qui les dénoncèrent à l’autorité civile », tout en faisant des remarques « sur les conditions religieuses, morales, économiques et politiques de l’URSS, ainsi que sur l’état d’âme et d’espérance du peuple russe »520. Il s’agit donc d’informations susceptibles d’orienter l’action de la Commission pro Russia mais aussi d’étayer un dossier de béatification destiné à prouver la persécution en haine de la foi. Autre exemple, en mars 1934, Julie Danzas est exilée d’Union soviétique. Arrivée à Berlin, elle rédige immédiatement pour des responsables dominicains son autobiographie, notamment en vue de son entrée chez les dominicaines521. Ce texte, très introspectif et émouvant, ne suffit pas à la Commission pro Russia qui souhaiterait recevoir « deux exposés distincts : a) tous les douloureux événements supportés par elle en prison et en exil en Russie soviétique, et b) ce qui concerne sa participation au groupe des tertiaires dominicaines de rite oriental, ainsi qu’à l’histoire des origines de ce groupe ». Pour obtenir ces précisions, la Commission n’hésite pas à se cacher derrière d’autres responsables ecclésiastiques : elle demande au prêtre catholique russe de Berlin « d’inviter non pas de la part de la Commission, mais seulement en [son] nom propre Mlle Danzas à écrire ces rapports, en ajoutant toutefois que vous ne manquerez pas de transmettre confidentiellement les rapports susdits à Ses Supérieurs »522. Le Saint-Siège se montre donc de plus en plus directif pour la rédaction de ces témoignages et sensible à certains motifs, comme la souffrance personnelle mais aussi aux enjeux communautaires de la persécution. De même, les archives de la Commission pro Russia conservent un dossier sur Anna Abrikosova regroupant des « informations concernant madame Anna Abricossoff, âme élue, morte en Russie durant la persécution bolchevique en odeur de sainteté » afin de « rédiger [s]a vie […] en vue de l’édification de nombreuses personnes »523. D’une façon plus générale, Pie XI, dans la perspective ouverte par Pie IX, souligne le lien entre apostolat et martyre524 notamment à l’occasion des nombreuses béatifications et canonisations de son pontificat525. Il est possible que l’expérience des procès des martyrs de la Révolution française, dont les béatifications se multiplient dans le premier quart du XXe siècle526 mais qui avaient contraint tant les services diocésains que la Congrégation des Rites à faire appel à des historiens pour étayer la souffrance « en haine de la foi » du point de vue du persécuteur et de celui du martyr, ait incité le Saint-Siège à procéder à une récolte précoce de matériaux sur les victimes des persécutions en URSS.

  • 527Un Russe, Leonide Fédorov, dans Russie et Chrétienté, 04.1935 (II-2), p. 95-96.
  • 528  À laquelle Neveu s’oppose en s’engageant à ce que « sa tombe soit dignement entretenue » (AA.EE.SS (...)
  • 529  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 40, fasc. 241, f. 57 : Giobbe, FU, février 1936.
  • 530  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 208, f. 116 : Amoudru à « Monseigneur », Grottaferrata, 26.03.1 (...)
  • 531  Princ. Petrus Wolkonsky, Exarch Leonid Fedorov, dans Acta Academiae Velehradensis, 1937 (XIII), p. (...)

131Au-delà même des procès de béatification projetés, certaines personnalités russes commencent à faire l’objet d’une réelle vénération en Occident. C’est surtout le cas dans les années 1930 de Léonide Fëdorov, qui est salué par la presse catholique au moment de sa mort en 1935527. Dès mai 1935, la Commission pro Russia évoque un éventuel « transfert à l’étranger de [s]a dépouille »528. En mars 1936, à l’occasion du premier anniversaire de sa mort, la Congrégation pour l’Église orientale et le Russicum obtiennent du pape la célébration publique d’une liturgie529. Au même moment, Mgr Amoudru, de retour en France, rédige une « notice sur Mgr Feodorow » pour la Commission pro Russia530. Les nombreuses publications sur sa personne en 1937 contribuent à diffuser sa fama sanctitatis531.

  • 532  A. Wenger, Catholiques en Russie d’après les archives du KGB, 1920-1960, Paris, 1998 ; И. И. Осипо (...)
  • 533 Fede e martirio. Le Chiese orientali cattoliche nell’Europa del Novecento. Atti del Convegno di st (...)
  • 534  A. Bab’jak, Les nouveaux martyrs ukrainiens du XXe s : confesseurs et témoins de la foi, Rome, 200 (...)
  • 535  R. Dzwonkowski, Losy duchowieństwa katolickiego… cit. ; Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… ci (...)
  • 536  Nous remercions Lelde Briede, en charge du procès de béatification, pour ces informations.

132Malgré ces premiers jalons, posés dès les années 1930, les procès de béatification des martyrs catholiques n’ont abouti que plusieurs décennies plus tard sous la double impulsion de l’accessibilité – au moins partielle – des archives de la répression532 et de la dynamique du pontificat de Jean-Paul II à la recherche de figures contemporaines de sainteté notamment dans les régimes totalitaires533. Plusieurs catholiques de rite oriental ont été béatifiés en juin 2001 lors de la visite du pape en Ukraine, notamment Léonide Fëdorov534. Des martyrologes, contenant des informations sur les évêques, prêtres et laïcs, essentiellement extraites des archives de la répression, ont également été rédigés en polonais et en russe, mais aussi en allemand535. Plusieurs procès sont encore en cours comme celui de Mgr Sloskans, dont les vertus héroïques ont été proclamées en 2004536.

133Progressivement connus et reconnus, les martyrs catholiques de Russie sont érigés en modèles dès les années 1930. Les fidèles sont alors invités à prier pour ceux qui souffrent pour leur foi, comme on l’a vu plus haut, mais aussi à partager, de façon sublimée et ritualisée par des sacrifices volontairement consentis, ces souffrances. Il convient donc pour finir d’évoquer cette dynamique religieuse de « réparation ».

Réparation et eschatologie : de l’intimité à la théologie de l’histoire

134Dans les différentes manifestations de la prière pour la Russie, la dynamique de réparation est omniprésente. En effet, la prière n’est pas conçue comme une simple « pensée » de solidarité avec les chrétiens persécutés mais bien comme une « œuvre », un engagement militant.

Intériorité et dynamique collective

  • 537Réparation, dans DSAM, Paris, 1988, t. XIII, col. 378 (É. Glotin).
  • 538Actes de S. S. Pie XI, tome IV (années 1927-1928), Paris, 1932, p. 94-116

135Rappelons d’abord que, dans la spiritualité moderne, héritée du XVIIe siècle français, la réparation, le désir de « réparer » ses fautes, est la conséquence de la contemplation simultanée de la souffrance de Dieu et de sa miséricorde, manifestées notamment dans le Sacré Cœur de Jésus. Dans cette spiritualité christocentrique, tout se passe comme si le sacrifice du Christ suscitait une « pulsion pénitentielle », un sacrifice du fidèle537. Cette dynamique semble avoir particulièrement habité Pie XI qui précise dans l’encyclique Miserentissimus Redemptor de 1928 le sens de cette « expiation réparatrice »538.

  • 539S. E. Mgr. Sloskan, à Lisieux, dans Les Annales de Sainte Thérèse de Lisieux, 10.1933 (IX-10), p.  (...)
  • 540  S. Tyszkiewicz, L’ascetismo in Russia, dans L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa, 01-02.1939 (...)

136C’est dans ce contexte spirituel que s’insère et se développe la prière pour la Russie. La dimension mortificatrice et réparatrice, déjà bien sensible lors de la messe à Saint-Pierre du 19 mars 1930, est confirmée dans le choix d’une prière par les enfants et les vierges (dont l’innocence et la pureté sont vues comme des garanties d’une prière particulièrement efficace) ainsi que par les malades (dont la propre souffrance capitalisée peut être offerte). C’est dans cette dernière perspective qu’il faut comprendre une certaine valorisation de la souffrance. Mgr Sloskans déclare ainsi, lors de sa visite à Lisieux en août 1933, qu’il regrette « de n’être plus au milieu de son peuple pour en partager les douleurs ou s’immoler encore pour lui dans les prisons soviétiques »539. Souffrir signifie ici d’abord « souffrir avec » mais apparaît aussi comme un gage de progrès spirituel. C’est ainsi que le jésuite Tyszkiewicz considère les souffrances vécues par l’Église orthodoxe comme un chemin de perfectionnement par un ascétisme croissant540.

  • 541  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 137, f. 5-6 : « Offerte spirituali di Suore per la Russia ».
  • 542Ibid., f. 16-19 : « Offrandes spirituelles pour la Russie des prêtres retraitants de 10 jours à la (...)

137Cette dynamique de réparation se traduit chez les fidèles catholiques hors de Russie par la réalisation d’efforts spirituels, qui sont pensés comme des sacrifices. Il est bien entendu difficile d’aborder ces aspects très intériorisés de la prière pour la Russie. Cependant, certaines sources sont disponibles comme la liste des « trésors spirituels » récoltés par Mgr Sloskans pendant sa tournée en France en 1933 qui permet de mieux comprendre comment la prière pour la Russie fut intégrée dans les pratiques. Une religieuse promet ainsi « d’offrir une communion par mois et d’éviter les regards indiscrets »541. Des prêtres retraitants mettent la prière pour la Russie en lien avec leur ministère : un prêtre d’Alençon promet « un souvenir spécial au Memento de la Messe, chaque dimanche », un autre s’engage à faire dès le dimanche suivant « le récit des souffrances de la Russie au prône de N[otre] D[ame] du Roule » (probablement à Cherbourg)542. Certains témoignages dénotent un souci très profond de la situation russe. Une religieuse, sensibilisée depuis son enfance à la prière pour la Russie (sa mère ayant fait « ajouter à la prière du soir en commun » la prière indulgenciée « Sauveur du monde, Sauvez la Russie »), raconte la prière qu’elle fit la veille de ses premiers vœux en décembre 1932 :

  • 543Ibid., f. 49 : lettre de « Une religieuse à qui votre passage a fait du bien » à Sloskans, s. d., (...)

Demain, ô Jésus, me réjouir alors que Vous souffrez tant, ici dans notre Europe, je ne saurais pas être heureuse si Vous ne L’êtes pas, si ceux que Vous aimez tant sont oppressés ainsi par les forces infernales du communisme, alors, dites, Vous pouvez tout, faites moi un plaisir pour le jour de mon union avec Vous, faites qu’au moins pendant les quelques minutes où je Vous donnerai tout ce qu’il y a moyen de Vous offrir, pendant ce moment, qu’aucun péché mortel ne se commette543.

138Cette prière, où le souci de la Russie habite l’intimité d’une conscience et relie l’engagement d’une vie à la purification de tout un pays, est probablement un cas isolé. Toutefois, il indique qu’un engagement religieux intime peut s’articuler consciemment sur des préoccupations internationales.

  • 544  D. Menozzi, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della società, (...)
  • 545  Mgr d’Herbigny, L’enfance en pays soviétique, dans L’Unité de l’Église, 07-08.1936 (n°79), p. 679.
  • 546  F. Cavallera, Précis de la doctrine sociale catholique, Paris, 1931, p. 403-408.
  • 547Ibid., p. 405.
  • 548  M.-T. Desouche, Le Christ dans l’histoire selon le pape Pie XI : un prélude à Vatican II ?, Paris, (...)

139La spiritualité de l’expiation réparatrice semble, en effet, particulièrement susceptible de porter des logiques collectives. Dans le contexte de la Révolution française, les catholiques ont manifesté le désir de réparer les profanations des révolutionnaires, dont ils n’étaient pas coupables mais dont ils se sentaient solidaires et responsables. Comme l’a montré D. Menozzi, la dévotion au Sacré-Cœur cristallisa leurs aspirations à « obtenir la réparation des profanations exercées pendant la Révolution sur le plus saint de[s] mystères figuré par les hosties dispersées sur le pavé »544. Dans le cas soviétique, face à l’impossibilité ou à la difficulté de célébrer l’eucharistie sur place, les catholiques occidentaux sont invités à se « substituer » aux croyants (catholiques ou orthodoxes) dans un espace « fictif » (que l’on pourrait qualifier d’imaginaire ou de spirituel), celui de la communion des saints. Cette « substitution » est sensible dans certaines expressions. Lors d’une conférence en 1936 chez les rédemptoristes à Bertigny (Belgique), Michel d’Herbigny invite ainsi à « adopter un martyr […] et prier, souffrir pour son soulagement, surtout communier pour lui, non seulement à son intention, mais à sa place »545. Comme le soulignait Ferdinand Cavallera dans son manuel sur la doctrine sociale de l’Église, la communion des saints est un « dogme » ayant une grande « importance sociale ». En effet, le « trésor de l’Église », composé à la fois des « mérites de Jésus-Christ et […] des mérites des saints », fonctionne « comme un capital circulant mis à la disposition de l’Église » dans lequel chaque fidèle peut puiser mais que chaque fidèle peut aussi contribuer à accroître546. La multiplication des prières pour les martyrs ne signifie donc pas seulement le renforcement d’un intérêt pour la situation politique en Russie, ni même une simple solidarité entre croyants par delà les frontières : il s’agit, du point de vue catholique, de la construction d’une « union mystique » entre les chrétiens du monde entier (Église militante) et ceux décédés en Russie (Église souffrante) préfigurant l’Église triomphante, l’« Église définitive », après la résurrection547. La prière pour la Russie s’inscrit donc dans une perspective eschatologique et une théologie de l’histoire, dont les recherches récentes ont montré toute l’importance pour la compréhension du pontificat de Pie XI548. Malgré le faible nombre de catholiques en URSS, la mobilisation de la papauté permet aux catholiques du monde entier de vivre l’épisode révolutionnaire russe dans une réelle tension eschatologique, que l’on retrouve dans la prophétie de Fátima.

Fátima : la découverte progressive d’une prophétie mariale sur la conversion de la Russie

  • 549  J. Da Silva, Fátima e a conversâo da Rússia, Angra, 1950 ; J. M. Schweigl, Fatima e la conversione (...)
  • 550  L. Bianchi, Da Fatima alla Russia : incrocio di speranza per il futuro d’Europa, Gera Lario, 1992  (...)
  • 551  J. Bouflet, P. Boutry, Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, 1997, p. 209-23 (...)
  • 552Dal Portogallo. I prodigi di Fatima, dans OR, 14.06.1929 (69-138), p. 1 ; M. Tock, Fatima, la “Lou (...)
  • 553  ACDF, SO, Dev. V. 1801/33. Ce dossier est ouvert à l’occasion du projet d’ouverture d’un institut (...)
  • 554Documentação Crítica de Fátima I. Interrogatórios aos Videntes, 1917, Santuário de Fátima, 1992, n (...)
  • 555 Documentação Crítica de Fátima II. Processo Canónico Diocesano (1922-1930), Santuário de Fátima, 1 (...)
  • 556  J. Bouflet, P. Boutry, Un signe dans le ciel… cit., p. 209-230.
  • 557  Pour le jubilé de l’an 2000, les trois parties de ce secret ont été publiées : Congregazione per l (...)
  • 558  CDF, Il messaggio di Fatima… cit., p. 6-8.
  • 559  Le « schéma classique » des apparitions mariales est de présenter « un message public et un secret (...)
  • 560  Textes édités en version originale portugaise et traduction italienne : première et deuxième parti (...)

140Le lien entre les apparitions de la Vierge à Fátima (Portugal) et la conversion de la Russie semble aujourd’hui une évidence tant le discours catholique s’est attaché à le souligner à la fin du pontificat de Pie XII549 et pendant le pontificat de Jean-Paul II550. Pourtant, bien que les révélations aient eu lieu du 13 mai au 13 octobre 1917 – avec une révélation complémentaire à sœur Lucie dans son couvent de Tuy le 13 juin 1929 –, ce lien entre Fátima et la Russie resta quasiment invisible, du moins aux yeux du public, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale551. Les articles publiés dans la presse catholique sur Fátima dans les années 1930 ne mentionnent pas la Russie552. Même les archives se révèlent décevantes : un dossier du Saint-Office des années 1930 consacré à Fátima ne fait aucune mention de la conversion de la Russie553. Dans la documentation publiée relative à Fátima, ni les interrogatoires et témoignages des trois voyants en 1917554, ni les témoignages du procès diocésain entre 1922 et 1930 (où seule Lucie put témoigner puisque ses deux cousins François et Jacinthe décèdent en 1919-1920555) ne font apparaître la question de la Russie. Et pourtant, le 13 juin 1929, la Vierge aurait demandé dans le cadre d’une révélation complémentaire à Lucie de faire connaître au pape un message – dévoilé douze ans plus tôt aux voyants le 13 juillet 1917 – sur la nécessité de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie et sur la pratique de la dévotion réparatrice des premiers samedis du mois. En 1929, l’évêque de Leiria, venu exprès à Tuy, aurait immédiatement transmis cette demande à Pie XI et l’aurait réitérée en mars 1937556. Ce message de Tuy (1929) sur la Russie est cependant complété et approfondi pendant la Seconde Guerre mondiale. En effet, sœur Lucie décrit dans des mémoires rédigés en 1941 et 1944557 (qui ne furent remis au Saint-Siège qu’en 1957558) le « secret » exprimé par la Vierge le 13 juillet 1917. C’est au cœur de ce « secret », habituel dans les apparitions mariales, qu’apparaît la Russie559. Le secret est composé de trois parties : un discours de la Vierge (deuxième partie) est encadré par deux visions de l’enfer (première et troisième parties)560. Voici ce discours de la Vierge, rapporté par la voyante :

  • 561Ibid., p. 13-16.

La guerre va bientôt se terminer ; mais s’ils n’arrêtent pas d’offenser Dieu, durant le pontificat de Pie XI il en commencera une autre encore pire. Quand vous verrez une nuit illuminée d’une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne qu’il va châtier le monde pour ses crimes, par le moyen de la guerre, de la faim et des persécutions de l’Église et du Saint-Père. Pour l’empêcher, je viendrai pour demander la consécration de la Russie à Mon Cœur Immaculé et la Communion réparatrice des premiers samedis. S’ils acceptent mes demandes, la Russie se convertira et ils auront la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs de par le monde, provocant des guerres et des persécutions de l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, différentes nations seront détruites. Finalement, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père Me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera concédé au monde une période de paix561.

141La dimension russe du message secret de Fátima est éloquente mais pose des problèmes de chronologie à l’historien. En effet, ce « secret russe » de Fátima, présenté comme une révélation de 1917, repose sur la parole de la voyante exprimée de façon certaine seulement en 1941. En effet, nous n’avons retrouvé aucune trace du témoignage de 1929, qui faisait semble-t-il déjà référence au thème russe. Deux hypothèses peuvent être faites : ou bien l’évêque de Leiria n’a rien transmis à Rome ni en 1929 ni en 1937 (et la « découverte » par Rome de ce lien entre Fátima et la Russie date bien du pontificat de Pie XII) ou bien ce message a été reçu mais ignoré par Pie XI. Si l’ouverture des archives du pontificat de Pie XII permettra certainement d’éclairer cette question de chronologie, l’émergence de la dimension russe de Fátima pendant la Seconde Guerre mondiale ne saurait se comprendre en dehors de l’importante mobilisation spirituelle pour la Russie sous le pontificat de Pie XI.

142La mobilisation religieuse pour la Russie, déjà engagée dans les décennies précédentes, est considérablement accrue, diversifiée et diffusée dans les années 1930. Pour s’imposer légitimement, elle doit surmonter plusieurs obstacles. En ce qui concerne tout d’abord les relations avec l’orthodoxie, religion majoritaire du monde russe, les années 1930, apogée de la persécution en URSS, offrent un terrain favorable à une action « chrétienne » avant d’être confessionnelle. Cependant, dans ce combat contre les persécutions du régime communiste, le Saint-Siège est conduit à reprendre les méthodes et les arguments forgés par les mouvements anticommunistes des années 30 : il entre ici sur un terrain particulièrement glissant où le catholicisme court en permanence le risque d’être instrumentalisé politiquement, en particulier après l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne en 1933. Le Saint-Siège est alors amené à manifester son indépendance, en renforçant son propre réseau de spécialistes catholiques du communisme russe et en créant des organes de presse consacrés à cette question. Mais surtout, émerge progressivement la nécessité d’élever la condamnation du communisme à une dimension plus théorique et théologique. Défini comme une idéologie profondément antichrétienne, le communisme est condamné au cours des années 1930 : cette condamnation, précisée et synthétisée par l’encyclique Divini redemptoris (1937), est alors intégrée dans la doctrine sociale de l’Église qui se veut une alternative sociale constructive, une troisième voie au-delà du libéralisme et du communisme, ou plutôt même une quatrième voie si on ajoute les régimes totalitaires développant un nationalisme excessif. À ce propos, si une réflexion s’ouvre à Rome dès 1934 sur le communisme comme totalitarisme, celle-ci ne parvient pas à son terme et la condamnation globale des « hérésies modernes » par le Saint-Office (communisme, fascisme, racisme) se révèle impossible. Dans ce contexte de doctrinalisation incomplète de l’opposition catholique au communisme, de nouvelles voies sont ouvertes sur le plan dévotionnel. Ordonnée autour d’une spiritualité mortificatrice et réparatrice, volontiers mariale et toujours eucharistique, la prière pour la Russie trouve ses repères (indulgences, figures tutélaires) et mobilise massivement les catholiques dans le monde entier. Cette saturation dévotionnelle sur la question russe peut être comprise comme la reconnaissance d’une certaine impuissance dans l’aide concrète aux chrétiens russes, mais aussi comme un ultime moyen de transformation du monde, sans objet immédiat mais qui se fond dans une attente apocalyptique et une théologie de l’histoire.

Notes

1 Oecumenica, 03.1934 (I, vol. 1, n°1), p. 4.

2Mortalium animos (06.01.1928), dans AAS, 1928 (20), p. 5-16 et Actes de S. S. Pie XI, tome IV (années 1927-1928), Paris, 1932, p. 63-82. Sur l’encyclique, voir les récents articles de J. Ickx, L’enciclica “Mortalium Animos” (1928) : sfide storiografiche in base al nuovo materiale archivisitico della Santa Sede, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI… cit., p. 313-331 et surtout M. Barbolla, Genesi della Mortalium Animos, dans A. Guasco, R. Perin (éd.), Pius XI : Keywords. International Conference Milan 2009, Berlin, 2010, p. 313-322.

3  R. Janin, Les orthodoxes et l’encyclique “Mortalium Animos”, dans Échos d’Orient, 1929 (XXVIII), p. 92-101, 316-327 (article qui n’examine toutefois pas les réactions russes).

4  E. Behr-Sigel, Lev Gillet, un moine de l’Église d’Orient : un libre croyant universaliste, évangélique et mystique, Paris, 1993, citation p. 142 et 157-174 sur le passage à l’orthodoxie.

5  Beauduin à Korolevskij, Amay, 26.03.1928, dans KBM, IV, doc. 443, p. 1418.

6L’encyclique “Mortalium Animos, 6 janvier 1928, 1928, 29 p. (Irénikon-collection, 1928-1).

7  C. Korolevskij, L’uniatisme. Définition. Causes. Effets. Etendue. Dangers. Remèdes, 1927, 64 p. (Irénikon-collection, 1927-5/6). Sur cet épisode, voir également la correspondance de Korolevskij en 1927, notamment KBM, IV, doc. 417 (Korolevskij à Rousseau, 22.05.1927), ainsi que KBM, III, p. XLIII-XLV.

8  La rédaction, L’Encyclique Mortalium Animos et le programme de l’Union, dans Stoudion, 1928 (V-1/6), p. 2-32. Cette prise de position de Korolevskij suscite des tensions avec Beauduin. Cf. KBM, IV, doc. 440 (Korolevskij à Beauduin, 03.03.1928), doc. 442 (Beauduin à Korolevskij, 13.03.1928) et doc. 443 (Beauduin à Korolevskij, 26.03.1928).

9  C. Quénet, Pie XI et l’Unité de l’Église, conférence prononcée le 11 juin 1928, dans la Salle des Sociétés Savantes à Paris sous la présidence de M. Georges Goyau, de l’Académie française, Paris, 1928, p. 13.

10  C. Quénet, Question des rapports du catholicisme avec les Églises orientales sous le point de vue de l’union des Églises, dans Comité national d’études sociales et politiques, L’Union des Églises du point de vue catholique […] Séance du Lundi 24 mars 1930, Boulogne-sur-Seine, s. d. [1930], p. 9. Voir aussi Fr. Grivec, Unio, Unionismus, Unitas, dans Acta Academiae Velehradensis, 1934 (XII), p. 119-124.

11  « Il se présente sous le titre tout simple d’Union des Églises qui n’a pas besoin de commentaire » : L’Union des Églises, 06.1922 (n°1), 2e de couverture.

12  Le sous-titre devient « Organe du mouvement pour le retour des dissidents à l’Unité catholique » : L’Union des Églises, 11-12.1928 (n°33).

13L’Unité de l’Église, 03-04.1930 (n°41).

14  R. Loonbeek, J. Mortiau, Un pionnier Dom Lambert Beauduin… cit., t. 1, p. 786.

15  Le texte (non publié) de l’éditorial de Beauduin annonçant la suppression d’Irénikon en 1928 fut édité dans les années 1970 : O. Rousseau, Deux documents inédits concernant les débuts de l’Œcuménisme, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 1972 (67), p. 835-836.

16  AAC, Archives d’Irénikon, Appréciations sur Amay : copie de lettre de la Comission pro Russia, 29.01.1930, CPR prot. 51/28, italien.

17  C. Spallanzani, Alcune parole sul titolo e sul programma della Rivista, dans L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa, 07-08.1936 (I-1), p. 2.

18  D. Attwater, The Catholic Eastern Churches, Milwaukee, 1935, XX-308 p. (réédité en 1937) ; D. Attwater, The dissident eastern Churches, Milwaukee, 1937, XVIII-349 p.

19 Pax (Eastern Churches number 1), janvier 1931 (20-111), p. 240-241, anglais.

20 The Eastern Churches Quaterly, 01.1936, (I-1), 2e de couverture, anglais.

21 Pax (Eastern Churches number), 10.1935 (25-168), p. 147-148, anglais. Sur le bénédictin Dom Bede Winslow et son action pour la connaissance du christianisme oriental, voir E. J. B. Fry, Memoir of Dom Bede Winslow, dans A. H. Armstrong, E. J. B. Fry (ed.), Re-discovering Eastern Christendom : essays in commemoration of Dom Bede Winslow, Londres, 1963, p. 1-10.

22  Cf. I. Baumer, Die Zeitschrift « Der Christliche Orient » 1936-1941, dans Von der Unio zur Communio… cit., p. 317-329.

23  C. Spallanzani, Alcune parole sul titolo e sul programma della Rivista, dans L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa, 07-08.1936 (I-1), p. 5, italien.

24  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 29-34.

25 Acta VII Conventus Velehradensis, Olomucii, 1937.

26  Associazione cattolica italiana per l’Oriente cristiano, III settimana di preghiere e di studi per l’Oriente cristiano (Venezia, 2-9 settembre 1934). Feste centenarie del Seminario italo-albanese di Palermo (30 nov. 1734-1934), dans Primavera siciliana, Settimanale Cattolico di Palermo, novembre 1934, 28 p., notamment p. 15-16.

27  C. Dumont, Un congrès international pour l’orient chrétien, dans Russie et Chrétienté, 04-06.1937 (n°2), p. 187-188 ; Chronique « Congrès international pour l’Orient Chrétien » Rome, 2-6 mai 1937, dans L’Unité de l’Église, 07-08.1937 (n°85), p. 99-102.

28  Encyclique Lux Veritatis, 25.12.1931, dans AAS, 1931 (23), p. 493-517. Version italienne dans Bellocchi, vol. X, p. 146-163.

29Saeculum mox (lettre au card. Pompilj), 25.12.1931, dans AAS, 1931 (23), p. 10-11 et Ephesinam Synodum (lettre au card. Sincero), 25.12.1931, dans AAS, 1931 (23), p. 11-12.

30 Le celebrazioni orientali efesine a Grottaferrata. La giornata slava, dans OR, 22.11.1931 (71-273), p. 1-2 ; Le cerimonie di rito orientale a Grottaferrata, dans L’Illustrazione Vaticana, 30.11.1931 (II-22), p. 15-16.

31 Oecumenica, 04.1939 (VI, vol. 7, n°1), p. 78-79.

32 Singulari animi, 12.05.1939, dans AAS, 1939 (31), p. 258-259.

33 La cronaca delle solenni celebrazioni, dans L’Oriente cristiano e l’Unità della Chiesa, mai-juin 1939 (IV-3), p. 89-91. Voir aussi C. Simon, Russicum… 2… cit., p. 215-217 et p. vii.

34  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Rapport moral et financier pour l’exercice 1932-33 », 28.10.1933.

35  S. J. Salaville, Liturgies orientales, notions générales, éléments principaux, Paris, Bloud et Gay, 1932, 219 p. (Bibliothèque catholique des sciences religieuses, 87) ; C. Leclercq, Les Églises unies d’Orient, Paris, Bloud et Gay, 1934, 160 p.

36  Version remaniée d’une semaine de cours proposés aux pères d’Amay-sur-Meuse durant l’été 1932. A. Baumstark, Liturgie comparée. Conférences. Édition refondue, Chevetogne, 1939 (voir les p. XI-XV dans la réédition aux Éditions de Chevetogne, 1953). Sur le parcours de ce grand orientaliste voir BBKL, 1, col. 426 (F. W. Bautz).

37  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.

38  I. Dirks (préf.), Catalogue des Saintes Icones. Prieuré bénédictin d’Amay-sur-Meuse., s.l., 32-4 p.

39  « Lettre préface » de Nicolas Arseniew à dom Ildefonse Dirks (Königsberg, 14.12.1938), dans I. Dirks, Les Saintes Icônes. Essai de synthèse pour les faire aimer, Amay-sur-Meuse, 1939 [2e éd.], p. 7. Sur I. Dirks, voir R. Loonbeek, J. Mortiau, Un pionnier Dom Lambert Beauduin… cit., n. 13 p. 715.

40  Le 29 mai 1933, les cardinaux de la Congrégation pour l’Église orientale proposent de publier une instruction clarifiée sur la communication in divinis, en lien avec le Saint-Office et la Congrégation de la Propagande, ce que Pie XI accepte en audience avec Sincero le 3 juin (ACO, Ponenza, 29.05.1933 (III, 1), Orientali – Proposta di una istruzione sulla Communicatio in Divinis, prot. 38/29). Sur cette question voir G. Coco, Pio XI e l’unità dei cristiani : le Chiese d’Oriente, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI… cit., p. 306-310.

41  ACO, PCPR, 412/28, doc. 1 : Chaptal à Sincero, Paris, 16.11.1927, français.

42  E. Behr-Sigel, Un moine… cit., p. 191-204.

43  Traduction de l’article de Возрожденiе, 21.06.1930, N°1845, dans ACO, PCPR, 412/28, doc. 7 ; ASV, Arch. Nunz. Parigi, b. 488, fasc. 966 ; ASV, Arch. Nunz. Parigi, b. 472, fasc. 738 ; voir aussi La Vérité et la Vie. Organe de la Communauté Orthodoxe Saint-Basile de Nantes, août 1930, notamment « Qu’est-ce que l’orthodoxie française ? », p. 1-2.

44  S. Boulgakoff, L’Orthodoxie, Paris, 1932.

45  Lors du transfert d’Istina de Lille à Paris à l’automne 1936, Russie et Chrétienté se réjouit des « possibilités nouvelles de collaboration » avec l’émigration russe à Paris (Russie et Chrétienté, septembre-décembre 1936 (III-N°5-6), p. 174). Cependant, selon Arjakovsky, la revue Put’ eut des relations « tendues » avec Russie et Chrétienté et un contact « plus chaleureux » avec Irénikon (A. Arjakovsky, La génération des penseurs religieux de l’émigration russe. La revue La Voie (Put’), 1925-1940, Kiev-Paris, 2002, p. 56).

46  AAC, Archives d’Irénikon, Appréciations sur Amay : copie de lettre de la Commission pro Russia, 29.01.1930, CPR prot. 51/28, italien.

47  AHAP, 9K2 9 b, « Semaine pour l’unité ». Dom Thomas Becquet, bénédictin d’Amay, intervient ainsi sur « La vision russe du Royaume de Dieu ».

48  P. Baron, Un théologien laïc orthodoxe russe au XIXe siècle. Alexis Stépanovitch Khomiakov (1804-1860), son ecclésiologie. Exposé et critique, Rome, 1940. Pierre Baron (1914-1974) fait sa profession simple chez les dominicains en 1938 et est ordonné prêtre en 1943.

49  A. Gratieux, A. S. Khomiakov et le mouvement slavophile. I. Les hommes, II. Les doctrines, Paris, 1939.

50  S. Tyszkiewicz, Doctrinae de Ecclesia theologorum russorum pravoslavorum, Rome, 1937 ; S. Tyszkiewicz, Le principe d’Unidiversité et son application en ecclésiologie, dans Gregorianum, 1938 (19), p. 322-348 ; B. Schultze, Die Schau der Kirche bei Nikolai Berdiajew, Rome, 1938 (OCA, 116) ; S. Tyszkiewicz, La théologie moehlérienne de l’Unité et les théologiens pravoslaves, dans P. Chaillet (éd.), L’Église est une. Hommage à Moehler, Paris, 1939, p. 270-294.

51  Ces brillantes rencontres entre intellectuels chrétiens ont attiré l’attention des historiens : B. Marchadier, Berdiaev, les Maritain, Mounier : un modernisme russe dans la France de la première moitié du XXe siècle, dans Cahiers de l’émigration russe, 2004 (8), p. 37-48.

52  ACO, PCPR, 439/28, doc. 37 : Chaptal à Sincero, Paris, 04.04.1928, français (souligné dans l’original).

53  B. Geffert, Eastern Orthodox and Anglicans… cit., p. 57.

54  C. Lialine, De la méthode irénique, Amay-sur-Meuse, 1938, p. 4.

55  Voir K. Michulec, La concezione e la promozione dell’unità della Chiesa secondo il pensiero di P. Stanislao Tyszkiewicz, sj (1887-1962), Rome, 2001.

56OCP, 1938 (IV), p. 288-291.

57  Y. M. J. Congar, Chrétiens désunis : principes d’un Œcuménisme catholique, Paris, 1937.

58  M.-J. Congar, Chronique – France – Centre dominicain d’études russes, dans Oecumenica, 01.1937 (III, vol. 3, n°4), p. 364. Sur la participation de Congar à cette revue entre avril 1936 et juillet 1939, voir É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 232-233.

59  Y. M. J. Congar, Chrétiens désunis… cit., p. 249-275.

60Ibid., p. XII-XIII.

61  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 221-268.

62  A. Sipiaguine, Aux sources de la piété russe I. La Lavra des cavernes à Kiev, 1927, 62 p. (Irénikon-collection, 1927-2).

63Récits d’un pèlerin russe, 1928, 78 p. (Irénikon-collection, 1928-5/7).

64  M. Schwarz, Le Chant ecclésiastique byzantin de nos jours, dans Irénikon, juillet-août 1933 (X-4), p. 225-242.

65  A. Hubatzek, Musique religieuse russe. Le disque au service de l’unité, dans Russie et Chrétienté, avril 1934 (I-1), p. 49-52.

66  John Post rappelle le formidable vecteur de diffusion de la culture qu’est la musique : « Not a few people have had their interest in Eastern Christianity awakened by hearing the ecclesiastical music of some oriental rite » (Russian music at home, dans Pax, Eastern Churches number, 1933 (23-138), p. 6-9).

67Irénikon, septembre-octobre 1934 (XI-5), p. 354 et 356.

68  AAC, Congrès : Affiche et tract pour le concert de Bruxelles, 02.02.1929. Voir document 37.

69  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.

70  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 199, f. n-i (28bis) : Publicité pour « Art religieux de la Russie. XIe-XVIIe siècles ».

71  Arch. Istina, 1935 Radio-Bruxelles.

72  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : p. Dumont au p. provincial, 06.12.1934.

73  M. d’Herbigny, A. Deubner, Évêques russes en exil. Douze ans d’épreuves (1918-1930), dans Orientalia Christiana, janvier-mars 1931 (XXI-67). Ces citations sont extraites d’une publicité pour ce volume publié dans le numéro suivant des Orientalia : Orientalia Christiana, avril 1931 (XXII-68).

74  A. Hubatzek, Dans l’Église russe orthodoxe de l’émigration. La réconciliation des Métropolites Euloge et Antoine, dans Russie et Chrétienté-documents, 06.1934 (I-2), p. 30-34 ; A. Hubatzek, La réconciliation des Métropolites Euloge et Antoine. Avant le Concile de Karlovitz, dans Russie et Chrétienté-documents, 09.1934 (I-3), p. 39-43 ; Documents – Décision du Synode de Karlovitz, dans Russie et Chrétienté-documents, 09.1934 (I-3), p. 44-45 ; A. Hubatzek, Le concile des Evêques russes de l’émigration, dans Russie et Chrétienté-documents, 12.1934 (I-5/6), p. 87-93.

75Notes, textes et documents, dans Russie et Chrétienté, 1938-39 (n°2), p. 205-237 ; A. Wuyts, Le deuxième concile de l’Emigration russe de Carlovtsi (1/14-11/24 août 1938), dans OCP, 1940 (VI), p. 495-508.

76  Voir notamment Serafim (évêque de Potsdam), Католичество и большевизмъ [Catholicité et bolchevisme], dans Дѣянія Второго всезарубежнаго Собора Русской православной церкви заграницей съ участіемъ представителей клира и мірянъ состоявшегося 1/14-11/24 августа 1938 года въ Сремскихъ Карловцахъ въ Югославіи, Belgrade, 1939, p. 324-335 ; К. Н. Николаевъ, Гоненiя на Православiе въ Польшѣ [Persécutions contre l’orthodoxie en Pologne], ibid., p. 641-680.

77 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.

78 Persecution of religion, dans The Times, 13.02.1930 (45-436), p. 13.

79  L’appel est daté de Sremski Karlovcy, 12 novembre 1929. Обращенiе митрополита Антонiя къ народамъ всего мiра [Adresse du métropolite Antoine aux peuples du monde entier], dans Возрожденiе, 20.12.1929 (N°1662), p. 2.

80Actes de Pie XI, VI, p. 61.

81La croisade contre le communisme, dans Le Figaro, 11.02.1930 (105-42), p. 1-2.

82 Le chiese protestanti prussiane contro le persecuzioni russe, dans OR, 07.03.1930 (70-55), p. 2.

83  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 30 : Sibilia à Pacelli, Vienne, 18.02.1930, Nonciature Vienne s.n., italien. Voir aussi f. 32 : lettre de Agudas Jisroel, Vienne, 15.02.1930, latin.

84Ibid., f. 28 : tél. du président de la colonie russe de l’Italie septentrionale au pape, 23.02.1930, italien.

85  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 193, f. 65 : Pacelli à « très révérend archimandrite » Simeone, Vatican, 11.04.1930, Seg. St. N°89860, français. Il s’agit de Simeon (Sergej Grigorievič Narbekov), 1884-1969, recteur de l’église Saint-Nicolas de Rome de 1916 à 1963 : voir A. Nivière, Православные священнослужители cit., p. 444-445.

86  Sur le parcours de cette lettre, voir infra n. 225 p. 728.

87Un chrétien dans la servitude communiste, dans Благовѣстъ, 07-08.1931 (n°3), p. 5-7 (en français), la lettre est aussi donnée en russe (p. 52-53).

88 Il significato d’una Messa, dans OR, 19.03.1930 (70-65), p. 1, italien.

89 A Russian Catholic, The Church’s Prayer for Russia, dans Pax – Eastern Churches number 2, avril 1931 (21-114), p. 8-9, anglais.

90  C. Quénet, Question des rapports du catholicisme… cit., p. 16.

91  Malgré la persistance de certaines polémiques comme dans Put’ (décembre 1930) sur la question des conciles œcuméniques : cf. A. Arjakovsky, La génération des penseurs religieux… cit., p. 388.

92Н. Арсеньевъ, Православiе, католичество, протестантизмъ, Paris, 1930. Il cite d’ailleurs en note p. 5 l’exemple d’un prêtre orthodoxe de la région de Tchernigov qui appelle à travailler avec les baptistes et mentionne l’appel de Pie XI à prier pour la Russie lance en février 1930 (p. 122). Arseniew poursuivra d’ailleurs dans les années 30 ses appels à l’union : Les voies vers l’Église unifiée. Appel d’un orthodoxe russe, dans Irénikon, 11-12.1935 (t.XII-6), p. 577-580.

93  A. Starodworski, Tragedja Cerkwi Prawosławnej w Z.S.R.R., Varsovie, 1934.

94  Préface de Joseph Husslein (07.08.1937), dans D. Attwater, The dissident eastern Churches, Milwaukee, 1937, p. IX-X, anglais.

95  Mgr Vidal rappelle que les évêques tués au moment de la Révolution « sont tombés victimes de la sauvagerie des soldats rouges » et non pour des crimes contre-révolutionnaires jugés par des tribunaux : J.-M. Vidal, À Moscou… cit., p. 181-183.

96 BBKL, 4, Herzberg, 1992, col. 208-210 (K. Schwarz).

97  H. D. Kalikin, Proposita resolutio Russorum contra persecutores fidei in Russia, dans Acta VI Conventus Velehradensis anno MCMXXXII, Olomucii, 1932, p. 50-51.

98 С. Л. Франк, Христианство на Безбожником фронте N°1. Личная жизнь и социальное стройтельство [Le christianisme sur le front sans-dieu N.1 La vie personnelle et la construction sociale], Paris, YMCA-Press, s.d., 25 p. ; Н. Бердяев, Христианство на Безбожником фронте N°2. Христианство и активность человека [Le christianisme sur le front sans-dieu N. 2 Le christianisme et lactivité de lhomme], Paris, YMCA-Press, s. d., 23 p. ; Г. Федотов, Христианство на Безбожником фронте N°3. Cоциальное значение христианствa [Le christianisme sur le front sans-dieu N.3 La signification sociale du christianisme], Paris, YMCA-Press, s. d., 33 p. Voir également le recueil publié par le mouvement des travailleurs chrétiens russes : Свѣт истинный : опроверженіе безбожія, православный сборник [La lumière véritable. Réfutation de l’athéisme. Recueil orthodoxe], Genève, 1938.

99  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 41 : Dr. Joachim Müller à d’Herbigny, Genève, 07.02.1933, Alliance universelle des Unions chrétiennes de Jeunes Gens, français. Joachim Müller (1891-1966), né à Schiltigheim près de Strasbourg, de nationalité allemande, a été secrétaire de l’Union des étudiants chrétiens allemands (1923-1927) avant d’être secrétaire exécutif de l’Alliance universelle des Unions chrétiennes de Jeunes Gens de 1927 à 1934. Nous remercions Claude-Alain Danthe pour ces informations.

100Ibid., f. 42 : lettre du secrétaire de d’Herbigny à Dr. Joachim Müller, 09.02.1933, français. L’article auquel il est fait référence est vraisemblablement : M. d’Herbigny, La propagande soviétique antireligieuse, dans Revue des deux mondes, 1933 (XIII), p. 573-601, p. 798-821.

101  AA.EE.SS., PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 48 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.

102Ibid., f. 25 : lettre de Cerruti (ambassadeur à Moscou), 13.04.1929 (sur la campagne antireligieuse à Pâques et dans les écoles) ; f. 30-34 : « Aide-mémoire » de l’Ambassade de Pologne près le Saint-Siège à Gasparri, 16.05.1929 (sur les prêtres errants, impôts…).

103 Ibid., f. 55 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929, italien.

104Ibid., f. 61 : Centoz à Pizzardo, Berlin, 10.11.1929, Nonciature Allemagne s. n., italien.

105  Né en 1883, Friedrich Muckermann entre dans la Compagnie de Jésus en 1899. Il est fait prisonnier de guerre à Minsk en 1919. Dès 1921, il se spécialise dans l’apostolat par la presse mais doit quitter l’Allemagne à l’été 1934. Il est notamment l’auteur d’un livre sur Soloviev. Ses mémoires, écrits entre 1941 et 1942, furent publiés dès 1973 : N. Junk (éd.), Friedrich Muckermann, Im Kampf zwischen zwei Epochen : Lebenserinnerungen, Mainz, 1973. Voir aussi H. Gruber, Friedrich Muckermann, S. J. 1883-1946 : ein katholischer Publizist in der Auseinandersetzung mit dem Zeitgeist, Mainz, 1993.

106  AA.EE.SS., PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 61 : Centoz à Pizzardo, Berlin, 11.11.1929, Nonciature Allemagne, s. n., italien.

107 Ibid., f. 75 : Centoz à Sincero, Berlin, 17.12.1929, Nonciature Allemagne N°42782 (Die Christenverfolgung in Russland, dans Katholische Korrespondenz, 19.11.1929, N°117 – article reproduit dans Germania, 27.11.1929, N°552 ; autres articles sur la Russie dans Katholische Korrespondenz, 14.12.1929, N°128) ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 3 : Centoz à Sincero, Berlin, 05.01.1930, Nonciature Allemagne N°42819 (Weihnachten in Russland, dans Katholische Korrespondenz, 04.01.1930, N°1) ; ibid., f. 8 : Centoz à Sincero, Berlin, 14.01.1930, Nonciature Allemagne N°42843 (article sur l’arrestation de prêtres à Minsk, dans Germania, 13.01.1930, N°19).

108  M. Agostino, Pie XI et les médias, dans Achille Ratti. Pape Pie XI. Actes du colloque organisé par l’EFR, Rome 15-18 mars 1989, Rome, 1996, p. 835.

109  Sur cette agence, voir infra, p. 747-748.

110  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 72 : d’Herbigny-Cercone au Comte Dalla Torre, Vatican, 22.07.1930, italien. Voir aussi ibid., f. 71 : note de d’Herbigny.

111  Traduction française de cet article dans L’Unité de l’Église, 05-06.1933 (n°60), p. 89-93.

112 Una vibrata requisitoria di Alessandra Tolstoi contro i massacri consumati dal governo bolscevico in Russia « E’ possibile che il mondo taccia ancora ? », dans OR, 01.03.1933 (74-50), p. 1, italien.

113DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome I (19 juillet-14 novembre 1932), Paris, 1964, doc. 246 : Charles-Roux à Herriot, Rome, 16.10.1932, D. n°372).

114  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : tél. de Charles-Roux à Diplomatie Paris, Rome, 05.07.1933, N°234.

115  Encyclique Caritate Christi, 03.05.1932, dans Actes de S.S. Pie XI, tome VIII (année 1932), Paris, p. 38.

116  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244-249, italien.

117  Allocution La vostra presenza, 14.09.1936, dans Bellocchi, X, p. 261, italien.

118Divini redemptoris, § 5.

119  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome I (années 1922-1923), Paris, 1927, p. 136-179.

120  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome VI (année 1929- 2e semestre-année 1930), Paris, 1934, notamment p. 301.

121  Pie XI, Actes de S.S. Pie XI, tome VII (année 1931), Paris, 1936, notamment p. 246.

122  Par commodité, nous utilisons ici les versions françaises de ces deux encycliques éditées par D. Maugenest (dir.), Le discours social de l’Église catholique de Léon XIII à Jean-Paul II, Paris, 1985, p. 95-144 et p. 179-221.

123  G. Passelecq, B. Suchecky, L’Encyclique cachée de Pie XI : une occasion manquée de l’Église face à l’antisémitisme, Paris, 1995, p. 88-90.

124  J. Schasching, Quadragesimo Anno : continuità e aggiornamento, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 397-402.

125  AA.EE.SS., Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 3-4 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 24.02.1937, italien.

126Ibid., fasc. 575, f. 33-34 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 29.03.1937, italien.

127  Citation extraite de la Contribution à la critique de la Philosophie du droit de Hegel (1844), édition consultée Paris, Allia, 1998, p. 8.

128  Action populaire, L’Encyclique Divini redemptoris sur le communisme athée (19 mars 1937). Traduction française avec table analytique et commentaires, Paris, 1937, n. 7 p. 14.

129  AA.EE.SS., Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 573 : « Schemi e appunti in maggior parte di Mons. Valentini e alcuni manoscritti di S. E. Mons. Pizzardo » (f. 2sq.), f. 13-21 : « La Città di Dio », italien (cit. 13r).

130  On peut interpréter le glissement de titre de la « Cité de Dieu » à « Divin Rédempteur » dans les cadres élaborés par F. Bouthillon sur la fin du pontificat de Pie XI, qui serait marquée par le passage d’une christologie triomphante et centrée sur les réalisations sociales (Christ-Roi) à une christologie plus mystique du Christ en Croix, rédempteur (F. Bouthillon, D’une théologie à l’autre : Pie XI et le Christ-Roi, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 293-303).

131  AA.EE.SS., PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 19 : Sipiaguine à [Giobbe], 27.06.1931 ; f. 20 : d’Herbigny, FU, 30.06.1931 ; f. 21 : Sipiaguine à [Giobbe], 04.07.1931 ; f. 29 : d’Herbigny, FU, 09.10.1931.

132Ibid., f. 22-25 : feuille de congrès, 16.09.1931, PCPR 97/31 et annexes, italien ; f. 26 : d’Herbigny-Giobbe à Chaptal, Vatican, 17.09.1931, PCPR 97/31.

133Ibid., f. 22-25 : feuille de congrès et annexes, 16.09.1931, PCPR 97/31, italien ; f. 32 : d’Herbigny-Giobbe à Chaptal, Vatican, 16.01.1932, PCPR 97/31, italien.

134  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 50-51 : Nicolsky à d’Herbigny, Genève, 11.06.1932, français.

135  Sur André Arnou (1886-1955), venu de l’Action populaire (1921-1926), et fonctionnaire du Bureau International du Travail de 1926 à 1932, voir P. Duclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 1. Les Jésuites, Paris, 1985, p. 27-28 (H. Beylard).

136  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 29, f. 22-23 : Arnou à « Excellence », Genève, 06.07.1932, français ; f. 24 : d’Herbigny, FU, 09.07.1932, prot. 134/32, italien.

137Ibid., f. 58 : vicaire général de Lausanne-Fribourg-Genève [H. Petit] à Giobbe, Fribourg, 20.03.1934, français.

138  AA.EE.SS., PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 32 : Chaptal à d’Herbigny, 30.09.1932 (extrait). Un lien personnel avec Alexandre Kasem-Beg (président de l’Union des Jeunes russes) a été maintenu au moins jusqu’en 1934 : en novembre 1933, Mladoros reconnaît comme « souhaitable » un concordat avec l’Église catholique (f. 36-44 : Kasem-Beg, Mémorandum « L’Union des Jeunes Russes et son programme », s. d. [arrivée 07.11.1933], français). Le 25 février 1934, Kasem-Beg est invité aux célébrations de la béatification de Antoine-Marie Claret (f. 46rv : Kasem-Beg à « Monseigneur », Rome, 25.02.1934, français). Sur Kasem-Beg, ses liens avec l’Église catholique et son rôle dans le rapprochement entre le patriarcat de Moscou et le Saint-Siège après 1956 voir M. Massip, La vérité est fille du temps : Alexandre Kasem-Beg et l’émigration russe en Occident, 1902-1977, Genève, 1999.

139  AA.EE.SS., PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 11-53 : « Окружное послание его Святейшества Папы Пия XI-го о безбожном коммунизме », 19.03.1937, 44 p. russe et corrections ms.

140Ibid., sc. 49, fasc. 300, f. 83 : Dumont à « Monseigneur », Paris, 28.06.1937, français.

141Ibid., sc. 40, fasc. 242, f. 58 : Dumont à la Congrégation orientale, 14.10.1937, français et f. 57 : Cesarini à Pizzardo, Vatican, 29.10.1937, SCO 195/1935.

142  En France, par exemple, la Fédération nationale catholique assure une diffusion de Divini Redemptoris à 60 000 exemplaires (C. Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération nationale catholique 1924-1944, Paris, 2004, p. 317).

143  P. Richaud, Le pape et le communisme. Commentaire de l’Encyclique de SS. Pie XI sur le communisme athée, Paris, 1937-1938, p. 103.

144  N. Werth, Un État contre son peuple… cit., p. 238-241.

145  Cf. supra p. 646-647.

146  RGASPI, f. 495, op. 12, d. 149, l. 3-10 : lettre des catholiques espagnols à la « chrétienté entière », allemand.

147Ibid., l. 24-25 : Franz Lang [Jakob Rozner], « Zur Frage der Arbeit unter den Katholiken », 26.12.1936, allemand.

148  A. Rochefort-Turquin, Socialistes parce que chrétiens, Paris, 1986, notamment p. 15-23.

149  F. Mayeur, L’aube. Étude d’un journal d’opinion, Paris, 1966, p. 99-105.

150  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 348, f. 51 (20.05.1933), italien.

151  L’appel du Parti communiste français « à l’union fraternelle et à la collaboration confiante entre travailleurs communistes et catholiques » est lancé le 17 avril 1936 : M. Thorez, Communistes et Catholiques. La main tendue, Paris, 1937, p. 9.

152  Un « Communiqué de Son Eminence » rappelle à cette occasion l’incompatibilité entre christianisme et communisme (La Semaine religieuse de Paris, 21.09.1935, t. CLXIV, n°4263, p. 291-292).

153  ACDF, SO, C.L. 4411/35, doc. 12 : Maglione à Sbarretti, Paris, 28.03.1936, Nonciature France N°30683. La condamnation est publiée dans La Semaine religieuse de Paris, 15.02.1936, t. CLXV, N°4284, p. 246-248 (« Communiqué du Conseil de Vigilance. Communisme et catholicisme »). Après un long rappel de la doctrine sociale de l’Église, le Conseil de Vigilance « me[t] les catholiques en garde de la manière la plus expresse contre le mouvement des chrétiens révolutionnaires et leur organe Terre Nouvelle » car « quelles qu’aient pu être à l’origine les bonnes intentions de son fondateur, ce mouvement prend des positions de plus en plus incompatibles avec les exigences doctrinales rappelées ici, et Terre Nouvelle ne peut être aucunement considérée comme une publication catholique ».

154  ACDF, SO, C.L. 4411/35, doc. 24 : FU, 16.07.1936, italien.

155 Ibid., doc. 11 : Ponenza – Suprema Sacra Congregazione del S. Offizio. Aprile 1936. N. 4411/35, p. 1-13 – « Il movimento cosi detto cristiano-rivoluzionario. Voto del Rev.mo P. Giov. Batt. Frey Rettore del Pontificio Seminario Francese. Qualificatore », Rome, 04.03.1936, italien (cit. p. 9).

156  F. Mayeur, L’aube… cit., n. 72 p. 102. Voir également M. Della Sudda, La suppression de l’hebdomadaire dominicain Sept. Immixtion du Vatican dans les affaires françaises (1936-1937), dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2009 (104), p. 29-44.

157  ACDF, SO, CL 4411/35, doc. 21 : « Voto della Consulta. Feria Tertia (loco 2. ae) 30 Junii 1936 S. Uffizio 4411/35 », italien.

158 Ibid., doc. 22a : « decreti di feria IV e V », 08-09.07.1936, latin.

159Ibid., doc 22d : voto du card. Canali, italien.

160  En témoigne le rapport de M. Thorez le 26 octobre 1937 à l’Assemblée des Cadres au Palais de la Mutualité (M. Thorez, Communistes et Catholiques. La main tendue, Paris, 1937).

161  R. Rémond, Les catholiques, le communisme et les crises 1929-1939, Paris, 1960 ; P. Christophe, 1936, les catholiques et le Front populaire, Paris, 1986 (1e éd. 1979).

162  R. Honnert, Catholicisme et communisme, Paris, 1937, p. 8-9.

163  G. Bernoville, La farce de la main tendue. Du “Frente popular” au “Front populaire”, Paris, 1937, p. 11.

164  M. Scherer, Communistes et catholiques, Paris, 1936, p. 18.

165  Cf. M. Levant, Une terre de consolation ? La France dans les audiences de Pacelli auprès de Pie XI (1930-1938), dans J. Prévotat (éd.), Pie XI et la France… cit., p. 133-156, notamment p. 141-147 ; voir également le texte publié par E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini… cit., n. 9 p. 233.

166  R. Honnert, Catholicisme et communisme… cit., p. 39-41.

167  M. Scherer, Communistes et catholiques… cit., p. 37-42.

168  Action populaire, Une enquête sur le communisme, Paris, 1937, p. 5-6 (questionnaire) et p. 3 (citation).

169Ibid., n. 1 p. 148.

170  P. Droulers, Politique sociale et christianisme : le père Desbuquois et l’Action populaire. II. Dans la gestation d’un monde nouveau (1919-1946), Paris-Rome, 1981, vol. 2, p. 34-37.

171  P. Delaye, Pour connaître le Communisme, Paris, Spes-Action populaire, 1936, p. 8.

172  P. Droulers, Politique sociale et christianisme… cit., vol. 2, p. 190-192.

173Ibid., p. 44 et n. 19 p. 44.

174  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 21.

175  P. Coulet, Communisme et catholicisme. Le message communiste, Paris, Spes, 1938, 237 p. ; P. Coulet, Communisme et catholicisme. Le message chrétien. Paris, Spes, 1939, 237 p.

176  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Projet dressé par le P. Jean Omez et présenté avec quelques modifications à la Congrégation Orientale par le P. Chauvin », 07.05.1927. Voir également ibid., lettre du P. Omez, Wilno, 08.08.1927, où ce dernier évoque la création d’un « foyer d’études et de rayonnement, indépendant du Séminaire suffisamment du moins pour être indépendant de la S. Congrégation “pro Ecclesia orientali” c’est-à-dire de ce bon Père d’Herbigny que j’aime beaucoup mais pas jusqu’à souhaiter le voir au courant de nos projets et qualifié pour réglementer notre activité dominicaine ».

177Petit courrier du Centre d’études « Istina », dans Russie et Chrétienté-documents, 12.1934 (I-5/6), p. 101-102.

178  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du P. Dumont, 23.11.1933.

179Ibid., Dumont, « Rapport présenté au Chapitre Provincial du 22 octobre 1935 », Lille, 21.10.1935.

180  Cette page est mensuelle en 1936. Certains numéros spéciaux sont également rédigés comme le numéro spécial « L’U.R.S.S. évolue t-elle ? » (juin 1936) que le père Bernadot prévoyait de diffuser largement (AA.EE.SS., IV, Francia, pos. 797, fasc. 351, Bernadot à Maglione, 29.05.1936, N°2376/36, nous remercions Magali Della Sudda de nous avoir signalé ce texte).

181  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 28 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 58/31, italien.

182  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 44, f. 91 : d’Herbigny à Orsenigo, Vatican, 08.03.1932, CPR 52/32 ; f. 92 : Orsenigo à d’Herbigny, Berlin, 30.03.1932, Nonciature Allemagne N°4099. Sur Algermissen, voir BBKL, 22, Nordhausen, 2003, p. 6-17 (T. Flammer).

183  ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 3, f. 108-109 : rapport à Pacelli, Munich, 13.06.1932, Nonciature Bavière N°3873 et f. 110-122 : dossier « Oggetto : propaganda comunista, particolarmente propaganda atea ». On fera le rapprochement entre la date choisie pour cette manifestation et les prières à sainte Thérèse de Lisieux pour la Russie, voir infra p. 765-766.

184  En septembre 1932, Algermissen remercie pour un don de 300 dollars (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 44, f. 105 : Algermissen à d’Herbigny, Mönchengladbach, 28.09.1932).

185Ibid., f. 105 : Algermissen à d’Herbigny, Mönchengladbach, 28.09.1932, allemand.

186  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 45, f. 22 : d’Herbigny, FU, 06.10.1932, PCR 52/32, italien.

187  Cf. S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit., p. 207-209. Voir également S. Heimann, F. Walter, Religiöse Sozialisten und Freidenker in der Weimarer Republik, Bonn, 1993.

188  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 119, f. 17 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 13.01.1933, Nonciature Pologne N°11837, italien. Sur ce centre, voir J. Puchalski, Instytut Naukowego Badania Komunizmu w Warszawie (1930-1939) : program, organizacja, zbiory, prace księgoznawcze, dans D. Kuźmina (red.), Bibliologia Polityczna : praca zbiorowa, Varsovie, 2011, p. 214-243. Sur Antoni Kwiatkowski (1890-1969), voir aussi Enc. Katolicka, 10, col. 298 (R. Dzwonkowski).

189  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 119, f. 18 : Kwiatkowski à d’Herbigny, Varsovie, 04.01.1933, latin ; f. 19 : d’Herbigny, FU, 25.01.1933, PCR 35/33, italien.

190 Ibid., f. 21 : Tardini, FU, 03.12.1934, PCR 35/33, italien.

191  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 488, f. 21 : note de travail, Vatican, février 1937, PCPR s. n.

192  Sur l’EIA, voir M. Caillat, Les archives de l’Entente internationale anticommuniste (EIA) à la Bibliothèque de Genève et, id., L’Entente internationale anticommuniste (EIA) : l’impact sur la formation d’un anticommunisme helvétique de l’action internationale d’un groupe de bourgeois genevois, dans M. Caillat, M. Cerutti, J.-F. Fayet, S. Roulin (éd.), Histoire(s) de l’anticommunisme en Suisse, Zürich, 2009, p. 351-359 et 147-163.

193  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 87 : d’Herbigny, FU, 20.04.1932, italien.

194  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 41 : Dr. Joachim Müller à d’Herbigny, Genève, 07.02.1933, français.

195Ibid., f. 42 : secrétaire de d’Herbigny à Dr. Joachim Müller, 09.02.1933, français.

196  Cf. supra p. 576.

197  L’identification des archives propres de la revue n’est pas chose aisée. En effet, elles devraient être à la Curie généralice (ARSI, Collegium Russicum, 1 : note de D. Mayor, s. j., « Rivista Lettres de Rome », Rome, 02.07.1941) mais actuellement aucun fonds n’est accessible sous cette dénomination. La bibliothèque de la revue fut transportée à la Civiltà cattolica via di Ripetta en 1943.

198  Voir supra, p. 406-407.

199  Voir H. Gruber, Friedrich Muckermann, S. J. 1883-1946 : ein katholischer Publizist in der Auseinandersetzung mit dem Zeitgeist, Mainz, 1993, p. 25-54 (vision du communisme) et p. 303-327 (séjour à Rome).

200  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 488, f. 21 : note datée Vatican, février 1937, PCPR s. n., italien.

201  Lettre « On combating communism » aux pères provinciaux de l’Assistance américaine et aux deux provinces canadiennes, 17.04.1934, dans The American Assistancy of the Society of Jesus (éd.), Selected writings of Father Ledochowski, Chicago, 1945, p. 907-910.

202  La référence au modernisme n’est toutefois pas absente des débats du Saint-Office sur le communisme.

203  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 300, f. 39-40 : Ledóchowsky à Giobbe, Rome, 17.06.1936, italien.

204  C’est du moins ce que l’on peut déduire d’une note de décembre 1939 d’un employé de la Pro Russia qui propose d’arrêter l’abonnement à l’Argus étant donné que les « coupures de journaux […] ne sont plus aujourd’hui examinées et [que] personne ne s’en sert depuis l’arrêt des “Lettres de Rome” » (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 48, fasc. 284, f. 23 : note anonyme, 04.12.1939, italien).

205  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 22, f. 50-73 : dossier de presse dactylographié, italien. Comparer avec La liberté de conscience en URSS dans Lettres de Rome sur l’athéisme moderne, N°1 (janvier 1936), p. 1-4 et Églises et chapelles en URSS, dans ibid., p. 4-8 ; La persécution contre le clergé en URSS, dans Lettres de Rome sur l’athéisme moderne, N°2 (supplément), 1936, p. 17-20.

206  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 209, f. 58 : note de travail, CPR, Rome, 01.02.1938 et 07.02.1938 [Tardini], italien.

207  Le sous-titre de la revue de l’organisation genevoise La lutte contre la religion en Russie soviétique (1931) est à cet égard significatif : « Bulletin trimestriel non-politique basé sur les informations contenues dans la presse soviétique ».

208La morale communiste selon la Komsomolskaïa Pravda, dans Russie et Chrétienté, 1938-39 (1), p. 78-81.

209  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 130 et édition de documents p. 207-253.

210La mentalité de la jeunesse au pays des Soviets, dans Russie et Chrétienté, 11.1934 (I-n°4), p. 164-189.

211  J. Ledit, Paradossi del comunismo, Milan, 1938-XVI, p. VII-VIII.

212  La rubrique « Revue des revues » d’Irénikon (Irénikon, juin-août 1929 (VI-3), p. 434-435) évoque ainsi des « lettres reçues de Russie » sur la situation politique en 1928 extraites d’un article de G. Chévitch, dans Le Messager - Вѣстникъ органъ русскаго студенческаго христіанскаго движенія, mars 1929, IV.

213  N. Werth distingue en effet six principaux types de sources en l’absence d’accès aux archives : textes officiels publiés, archives des « grands » émigrés, archives de Smolensk (disponibles après 1945), presse soviétique, témoignages de dissidents, revues de l’émigration. N. Werth, L’historiographie de l’U.R.S.S. dans la période post-communiste, dans Revue d’études comparatives Est-Ouest (30-1), p. 81-104.

214  S. Coeuré, La grande lueur à l’Est : les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, 1999 ; J.-F. Fayet, Entre mensonge, engagement et manipulation : les témoignages d’Occidentaux ayant séjourné en URSS, dans J.-P. Jaccard (éd.), Un mensonge déconcertant ? La Russie au XXe siècle, Paris, 2003, p. 377-418.

215  En 1932, Mgr Margotti, alors représentant du Saint-Siège, propose de passer par l’Intourist « pour faire pénétrer quelque prêtre en URSS » et joint même à son courrier une publicité pour cet organisme (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 89, f. 60 : Margotti à d’Herbigny, Istanbul, 12.07.1932, Délégation Rép. turque N°126/32, italien).

216  En 1938, l’exposition réalisée par les Lettres de Rome raille l’« itinéraire minutieusement préparé pour donner bonne impression » par l’Intourist (J. Ledit, La stampa communista nel mondo : guida alla mostra allestita dalla redazione di « Lettres de Rome », Rome, 1938-XVI, p. 49, italien).

217  AOPF, III, (25) Istina – Carton 1922-1947, Série J : lettre du p. Dumont, Lille, 30.10.1931.

218  Arch. Istina, Séminaire Saint-Basile origines : d’Herbigny à Omez, 28.11.1931, CPR Prot. N.448/1928, français.

219  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du p. Omez, Lille, 05.07.1932. Voir aussi ibid., lettre du p. Omez, 18.07.1932 : « C’est là mon imprudence et celui qui me la reproche a fait dans les journaux les déclarations les plus inconsidérées qui se puissent imaginer, racontant son sacre clandestin et le sacre clandestin d’évêques en URSS – et combien d’autres choses ». Cette audience de janvier 1932 avec le pape n’apparaît pas dans les registres (parfois incomplets) des audiences tenus par la Prefettura della Casa Pontificia.

220  La Commission a envoyé au p. Jodokas 200 messes à 20 lires et 500 dollars, semble-t-il par l’intermédiaire de Mgr Neveu et l’ambassade de France (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 7, fasc. 48, f. 17 : FU, 01.11.1930).

221Ibid., f. 26-28 : Jodokas à d’Herbigny, 22.02.1931 (arrivée 30.04.1931), trad. italienne (f. 24 : orig. russe).

222 Ibid., f. 29 : d’Herbigny, FU, 11.04.1931, CPR 169/30, italien.

223  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 81-82 : Don Gapojan à Mgr Dirlughian, s. d. (arrivée 10.06.1933), trad. italienne de l’arménien ; f. 87 : d’Herbigny, FU, 03.07.1933, italien. Ce document permet de mieux connaître le parcours de ce prêtre de rite arménien (cf. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 220).

224  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 35 : version française d’un « autographe russe », arrivé le 17.03.1930.

225  Le cheminement de cette lettre est complexe : de Sibérie, elle aurait été envoyée par la poste en Mandchourie (Chine) et de là adressée à un certain Worontchenkoff (Paris) qui la remet à Chaptal, qui la transmet à Rome, où elle arrive le 16 mai 1931 (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 49, ms. russe ; f. 47 : version dact. russe ; f. 46 : traduction-synthèse d’une lettre anonyme envoyée au pape par un chrétien de l’URSS, italien et observations ms. ; f. 50 : trad. italienne).

226  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 51 : d’Herbigny, FU, 29.05.1931, italien.

227Благовѣстъ, juillet-août 1931 (3), p. 5-7 et 52-53.

228  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 113, f. 56 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 23.06.1931, PCPR 99/1928.

229  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 207, f. 51-94 : Sante Garelli, Moscou, 04.12.1935, italien.

230Ibid., sc. 43, fasc. 253, f. 68-69 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 02.04.1936, français.

231  Georges Viance, ingénieur des Ponts et Chaussée et corporatiste, était en lien étroit avec les milieux de la Jeune Droite catholique (V. Auzépy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la jeune droite catholique : aux sources de la révolution nationale, Villeneuve-d’Ascq, 2002, ad indicem). Dans son ouvrage Faillite du communisme soviétique (Paris, FNC, 1936), Viance indique notamment dans sa bibliographie les ouvrages de Berdiaev, Iswolsky, Gurian et les publications du centre Istina (p. 105) ; une partie de l’ouvrage est consacrée aux questions religieuses en vue de dénoncer la stratégie de la main tendue (p. 71-81).

232  Les évêques de Vénétie la notent favorablement dans leur lettre pastorale de 1937. A. Lazzaretto (éd.), Il governo della Chiesa veneta tra le due guerre. Atti e documenti delle conferenze episcopali venete e trivenete (1918-1943), Padoue, 2005, doc. 110, p. 354-355.

233  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 214, f. 48 : Evreinov à Pacelli, Rome, 30.06.1937 ; f. 50-56 : Evreinov, « Appunto », français (citation f. 52r). Voir aussi N. S. Timachev, Le Stakhanovisme, dans Russie et Chrétienté, 07-08.1936 (III-n°4), p. 136-153.

234L’avortement légal en U.R.S.S. et ses conséquences, dans Russie et Chrétienté-documents, 04.1935 (II-2), p. [16]-[43].

235La crise de la famille en U.R.S.S. « Nouvelles mœurs », dans Russie et Chrétienté-documents, 11.1935 (II-5/6), p.157-210 ; J. Danzas, La femme russe hier et aujourd’hui, dans Russie et Chrétienté, 09-12.1936 (III-n°5-6), p. 176-202. Les tendances anti-familiales de la législation sur le logement sont également soulignées (M. Gand, Logement et conditions de vie en Russie, dans Russie et Chrétienté, 12.1934 (I-n°5-6), p. 242-255). Joseph Catry, L’émancipation de la femme soviétique, dans Unitas, mai-juillet 1935 (I, 5-6), p. 7-9 ; dans le même numéro (p. 11-23), on trouve également un dossier comparatif sur l’enfance en URSS, en France et au Mexique.

236  E. Devaud, La pédagogie scolaire en Russie Soviétique ; La doctrine, Paris, 1932 ; C. Dumont, La question scolaire en U.R.S.S., dans Russie et Chrétienté, 06.1934 (I-n°2), p. 58-68 ; Nouvelles réformes scolaires en U.R.S.S., dans Russie et Chrétienté-documents, 12.1936 (III), p. 149-183.

237  J.-M. Vidal, À Moscou durant le premier triennat soviétique (1917-1920), Paris, 1933, p. 191.

238La nouvelle législation familiale en U.R.S.S., dans Russie et Chrétienté-documents, 08.1936 (III), p. 101-146, notamment p. 111-112. Voir aussi A. Blum, Naître, vivre… cit., p. 202-203.

239  V. Weidlé, La théorie marxiste de l’art en Russie soviétique, dans Russie et Chrétienté, 05-06.1936 (III-n°3), p. 96-102. Cet article souligne la pauvreté intellectuelle et le sociologisme des efforts de construction d’une philosophie de l’art marxiste.

240  Léon Chancerel, Un film soviétique “Le chemin de la vie”, dans Études, 1932 (69-213), p. 445-452. Il s’agit du film Le chemin de la vie (Путёвка в жизнь) de 1931, de Nikolaï Ekk, noir et blanc, muet (sonorisé), Mežrabpomfilm. http://iconotheque-russe.ehess.fr/film/301/

241  E. Walsh, The fall of the Russian empire ; the story of the last of the Romanovs and the coming of the Bolsheviki, Boston (MA), 1928, p. VII (la préface est datée du 1er mars 1928), anglais.

242 Altri esempi di demenza bolscevica nella lotta contro Dio, dans OR, 14.06.1928 (68-137), p. 1 ; Dalla Russia. La follia atea, dans OR, 22.05.1929 (69-119), p. 1 ; Le folie del bolscevismo per scristianizzare la Russia, dans OR, 09.01.1930 (70-6), p. 2.

243  I. Kologrivov, Mariage et divorce d’après la législation bolchéviste, dans Études, 1926 (63-187), p. 437.

244  L. Durtain (pseudonyme), L’autre Europe. Moscou et sa foi, Paris, 1928, p. 327-328.

245  Le mausolée de Lénine est mis en place dès 1924 et la version de granit est achevée en 1930 : N. Tumarkin, Lenin lives ! The Lenin Cult in Soviet Russia, Cambridge-Londres, 1983, p. 177 sq. Voir également B. Ennker, Die Anfänge des Leninkults in der Sowjetunion, Cologne-Weimar-Vienne, 1997.

246  B. Ennker, The Stalin Cult, Bolshevik Rule and Kremlin Interactions in the 1930s’, dans A. Balázs, J. C. Behrends, P. Jones, E. A. Rees (éd.), The Leader Cult in Communist Dictatorships. Stalin and the Eastern Bloc, New York, 2004, p. 83-101.

247  En 1927, son ouvrage Un nouveau moyen âge : réflexions sur les destinées de la Russie et de l’Europe, publié en russe en 1924, est édité à Paris dans la collection le Roseau d’Or. L’article de Berdiaev ouvre, la même année, le recueil sur L’âme russe publié par les Cahiers de la nouvelle journée (N. Berdiaef, L’idée religieuse russe, dans L’âme russe, Paris, Bloud et Gay, 1927, p. 9-32, Cahiers de la Nouvelle Journée, 8). Le premier numéro de la revue Esprit accueille en 1932 son article sur « Vérité et mensonge du communisme » (Esprit, octobre 1932, n°1, p. 104-128).

248  N. Berdiaev, Les sources et le sens du communisme russe, Paris, 1951 [1e éd. française 1938, 1 e éd. russe 1935], chap. VII. « Le communisme et le christianisme », notamment p. 316 et 331.

249  I. Giordani, La Théologie de l’athéisme, dans L’Illustrazione Vaticana. Édition française, 16-31.01.1934 (V-2), p. 53-54.

250  I. Kologrivof, Die Metaphysik des Bolschewismus : drei Vorlesungen über seine geistigen Quellen, seine Geschichte, sein Wesen, Salzburg, 1933, p. 79.

251  Cf. H. Hürten, Waldemar Gurian. Ein Zeuge der Krise unserer Welt in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts, Mainz, 1972 ; Notice Waldemar Gurian, dans W. Romig (éd.), The book of Catholic Authors : informal self-portraits of famous modern Catholic writers, Detroit, 1945, p. 151-156.

252  W. Gurian, Le Bolchevisme. Introduction historique et doctrinale, Paris, 1933, p. 205-206 et p. 211-212.

253Ibid., p. 240.

254  I. Kologrivof (dir.), Essai d’une somme catholique contre les sans-Dieu, Paris, Spes, 1936, 559 p.

255  P. Delaye, Pour connaître… cit., p. 19.

256Ibid., p. 111-112.

257  J. Ledit, Paradossi del comunismo… cit., p. 88, italien. Voir aussi J. Ledit, La religione e il communismo, Milan, 1937.

258Divini redemptoris, § 8.

259  Même l’article sur le totalitarisme dans l’encyclopédie Catholicisme l’ignore (R. Minnerath, Totalitarisme, dans Catholicisme, 15, col. 77-84). Les études récentes tendent toutefois à revaloriser cet apport. Dans son édition de textes, Enzo Traverso consacre ainsi une partie à « l’antitotalitarisme chrétien » (E. Traverso (éd.), Le Totalitarisme, le XX e siècle en débat, Paris, 2001, p. 203-243). Remarquée par François Furet (F. Furet, Le passé d’une illusion, essai sur l’idéologie communiste au XX e siècle, Paris, 1995, p. 242-246), l’œuvre de Gurian est toutefois encore mal connue (E. Traverso ne cite dans son anthologie qu’une contribution des années 1950 où son travail n’apparaît plus dans la dimension novatrice et chrétienne qu’elle avait pourtant dans les années 1930 : W. Gurian, Le totalitarisme en tant que religion politique (1953), dans E. Traverso (éd.), Le Totalitarisme…cit., p. 448-460).

260  Au-delà des aspects théoriques de la comparaison, le passage à une dénonciation commune du communisme, du nazisme et du fascisme ne faisait pas l’unanimité, comme en témoigne le père Muckermann dans ses mémoires, écrits pendant la Deuxième Guerre mondiale, où il signale que son projet « d’élargir et d’approfondir le programme » des Lettres de Rome « en dehors du communisme athée » en étendant l’étude au national-socialisme et au fascisme italien « n’était pas très bien vu » (N. Junk (éd.), Friedrich Muckermann… cit., p. 626, allemand).

261  L. Barde, L’État soviétique, ses principes, sa technique, dans Semaines Sociales de France. Reims XXV e session 1933, La Société politique et la pensée chrétienne. Compte-rendu in extenso des Cours et Conférences, Paris-Lyon, 1933, p. 133-156.

262  E. Magnin, L’État, conception païenne, conception chrétienne, Paris, Bloud et Gay, 1931 (Bibliothèque catholique des sciences religieuses, 42).

263  En 1934, la revue Russie et chrétienté utilise le terme de « totalitarisme » pour évoquer le système de « planification » soviétique : Plans. Les plans quinquennaux et… les plans providentiels, dans Russie et Chrétienté, 04.1934 (I-n°1), p. 6-8.

264  W. Gurian, Le bolchevisme danger mondial, Paris, 1936, p. 5.

265  M. Scherer, Communistes et catholiques, Paris, 1936, p. 72-73.

266  Waldemar Gurian qui émigre en Suisse après l’arrivée des nazis au pouvoir, s’installe aux États-Unis dès 1937, où il enseigne à l’Université et fonde la Review of Politics (1938) qui donnera un large écho aux thèses totalitariennes. De son côté Marc Scherer, député MRP en 1946, trouvera notamment dans la construction européenne une voie pour poursuivre son engagement anti-totalitaire.

267  A. Charron, Les Catholiques face à l’athéisme contemporain : étude historique et perspectives théologiques sur l’attitude des catholiques de France de 1945 à 1965, Montréal-Paris, 1973.

268  Sur l’usage du roman par le Saint-Siège dans la lutte anticommuniste, voir S. Roulin, Le concours international de romans antibolcheviques, ou comment faire de la « bonne littérature » médiocre (1933-1936), dans Claude Hauser, Thomas Loué, Jean-Yves Mollier (dir.), La diplomatie par le livre : réseaux et circulation internationale de l’imprimé de 1880 à nos jours, Paris, 2011, p. 331-348.

269  Voir A. Mikhailov, Les origines anticatholiques du bolchevisme, dans Études, 1929 (66-200), p. 14-43.

270  Н. Бухарин, Финансовый капитал в мантии папы (Памфлет) [Le capital financier dans le manteau du pape (pamphlet)], dans Правда, 07.03.1930, n°65 (4510), p. 2-4.

271  Par exemple, ce pamphlet est publié en français dans L’Humanité puis édité en brochure au Bureau d’éditions sous deux titres différents dès 1930 : Ce que dissimule le manteau sanglant et hypocrite du pontife de Rome ! Le pape contre l’Union soviétique, Paris, 1930, 20 p. et Contre la papauté : pamphlet, Paris, 1930, 23 p.

272  C. G. De Michelis reprend à son compte l’interprétation selon laquelle il y aurait « une analogie subtile mais sans équivoque entre l’obédience absolue imposée par l’ordre jésuite et le stalinisme » (C. G. De Michelis, L’Antéchrist dans la culture russe et l’idée protestante du “pape-antéchrist”, dans CMRS, 1988 (29-3/4), p. 304).

273  Plusieurs ouvrages ont publié certaines de ces caricatures (une caricature de la Pravda, non datée, est publiée par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 137 ; voir aussi G. M. Hamburg (éd.), In Lubianka’s Shadow… cit., dossier iconographique hors-texte).

274Правда, 20.02.1930, N°50 (4495), p. 1 ; ibid., 26.02.1930, N°56 (4501), p. 1 ; ibid., 08.03.1930, N°66 (4511), p. 1 ; ibid., 11.03.1930, N°69 (4514), p. 1 ; ibid., 19.03.1930, N°77 (4522), p. 1 ; ibid., 24.03.1930, N°82 (4527), p. 1 ; ibid., 25.03.1930, N°83 (4528), p. 1 ; ibid., 26.04.1930, N°115 (4560), p. 1.

275Известия, 16.02.1930, N°46 (3893), p. 1 ; ibid., 17.02.1930, N°47 (3894), p. 1 ; ibid., 20.02.1930, N°50 (3897), p. 1 ; ibid., 23.02.1930, N°53 (3900), p. 1 ; ibid., 28.02.1930, N°58 (3905), p. 1 ; ibid., 06.03.1930, N°64 (3911), p. 1 ; ibid., 10.03.1930, N°68 (3915), p. 1 ; ibid., 12.03.1930, N°70 (3917), p. 1 ; ibid., 21.03.1930, N°79 (3926), p. 1 ; ibid., 23.03.1930, N°81 (3928), p. 1 et p. 2.

276  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 178 ; N. Berdiaev, Les sources et le sens du communisme russe, Paris, 1951, p. 328.

277Plaques de projection, dans Russie et Chrétienté-documents, 11.1934 (I-4), p. 63-65.

278  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 27, f. 28 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 58/31, italien.

279Actes de S. S. Pie XI, tome VIII (année 1932), Paris, 1939, p. 39-40.

280  G. Hakki, L’athéisme soviétique et la philatélie, dans L’Unité de l’Église, 03-04.1934 (n°65), p. 246.

281  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 192, f. 54 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933, PCR 98/33, italien. L’initiateur de cette protestation est un certain Victor François Gisquière, de Malines.

282 Divini redemptoris, § 15-17.

283 Ibid., § 18.

284  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 3-4 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 24.02.1937.

285Ibid.

286  J.-M. Mayeur, M. Zimmermann, Lettres de carême des évêques de France : répertoire 1861-1959, Strasbourg, 1981. Voir respectivement N°659 ; N°6135 ; N°473.

287  « Il pericolo del comunismo. Lettera pastorale collettiva dell’Episcopato della Regione Triveneta », dans A. Lazzaretto (éd.), Il governo della Chiesa veneta tra le due guerre. Atti e documenti delle conferenze episcopali venete e trivenete (1918-1943), Padoue, 2005, doc. 110 (p. 351-373).

288  E. Walsh, Why Pope Pius XI asked prayers for Russia on March 19, 1930 ; a review of the facts in the case, together with proofs of the international program of the Soviet government, New York, 1930 [1e éd.- 08.03.1930], 38 p., [2e éd. 10.04.1930], 62 p. Voir également ASV, Arch. Deleg. Stati Uniti, tit. V, pos. 117, f. 34-35 : Walsh à Fumasoni Biondi, 10.03.1930 et f. 36 : Walsh à Fumasoni Biondi, New York, 08.04.1930.

289 Ibid., f. 34-35 : Walsh à Fumasoni Biondi, 10.03.1930, anglais.

290  E. Walsh, Why Pope Pius XI… cit., anglais. Voir aussi document 38.

291  Texte du 24 février 1930 édité dans The American Assistancy of the Society of Jesus (éd.), Selected writings of Father Ledochowski, Chicago, 1945, p. 724-729.

292  M. Agostino, Pie XI et les médias, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 828.

293  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 95, f. 36 : lettre de Neveu, Moscou, 02.09.1929 (extrait).

294Actes de S. S. Pie XI, tome X (année 1933), Paris, 1939, p. 104-107, ici 105.

295  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244.

296  Cf. le texte de sa conférence romaine du 21 novembre 1929, publié sous le titre Le front antireligieux en Russie Sovietique : avril-novembre 1929, Paris, Spes, 1930.

297  M. d’Herbigny, Le Message du Christ et de l’Église aux civilisations, cours professé à la Semaine Sociale de Versailles, Lyon, s. d.[1936].

298  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 140, f. 19 : Walsh à d’Herbigny, Washington, 26.02.1932, français.

299 Ibid., f. 18 : d’Herbigny, FU, 19.03.1932, italien.

300  J. Schweigl, Moskau gegen den Vatikan, Augsburg, 1930.

301  A. Raes (éd.), La fondation de l’Institut pontifical oriental, dans OCP, 1967 (33), p. 310.

302  Voir les études sur la France d’I. Saint Martin, “Sermons lumineux” et projections dans les églises, 1884-1912, dans Revue des Sciences Religieuses, 2004 (78-3), p. 381-400 et id., Usages religieux des projections lumineuses 1890-1914, dans Cahiers d’histoire culturelle, 1997 (2), p. 73-87.

303  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 19, f. 77 : sac. Dante Ciccarelli (chapelain de « Opera nazionale Balilla ») à « Eccellenza », Portorecanati, 08.03.1933-XI, italien.

304 Ibid., f. 79 : d’Herbigny-Giobbe à Ciccarelli, Vatican, 21.03.1933, PCPR 84/33, italien.

305Ibid., f. 78 : congresso, 15.03.1933, italien.

306Plaques de projection, dans Russie et Chrétienté-documents, 11.1934 (I-4), p. 55-84. Citations p. 55. La recherche effectuée au Centre Istina n’a pas permis de retrouver ces plaques.

307  Sur cette exposition et ses « recyclages » postérieurs : S. Roulin, L’exposition sur les sans-dieu : entre propagande et apologétique, dans Un credo anticommuniste… cit., p. 265-300.

308  Le dimanche 18 février fut un « Dimanche des Russes persécutés pour leur foi » pendant lequel « les pasteurs des Églises protestantes de Genève et de nombreuses Églises de la Suisse romande ont consacré leurs prédications aux Russes persécutés pour leur foi » et le produit des quêtes a été remis à l’« Office central d’Entr’aide aux Églises, qui est en mesure de faire parvenir sûrement des dons aux croyants en URSS » (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 30, f. 83 : EIA, communiqué « L’exposition sur l’action des Sans-Dieu dans le monde », français).

309La Semaine catholique de la Suisse romande, 22.02.1934 (63e année, N°8), p. 113-114.

310 Le rivelazioni di una mostra a Parigi, dans L’Avvenire d’Italia, 14.06.1934. L’exposition a lieu au 16, rue d’Artois et les cartes d’entrée sont délivrées gratuitement par la FNC et la Ligue féminine d’Action catholique. Nous remercions Corinne Bonafoux pour ces informations.

311  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 479, f. 32 : A. Cassulo à Pacelli, Ottawa, 31.12.1935, Délégation apostolique Canada et Terre-Neuve N°31913 et f. 33-34 : « L’exposition anticommuniste ».

312  J. Ledit, La stampa communista nel mondo : guida alla mostra allestita dalla redazione di « Lettres de Rome », Rome, 1938-XVI, 53 p. (supplément au numéro du 1er avril 1938).

313 Ostensio Romana Anticommunistica anni 1938, dans Memorabilia Societatis Jesu, 01.07.1938 (VI-6), hors-texte.

314  J. Ledit, La stampa communista… cit., p. 6, italien.

315 Ibid., p. 7.

316 Ibid., p. 9, italien.

317 Ibid., p. 32, italien.

318 Ibid., p. 53, italien.

319 Ibid., p. 42, italien.

320  A. Lazzaretto (éd.), Il governo della Chiesa veneta… cit., doc. 110, p. 354-355, italien.

321  L’ouvrage anniversaire de Fernando Bea donne quelques éléments (Qui Radio Vaticana : mezzo secolo della radio del Papa, Cité du Vatican, 1981, voir notamment p. 97). En 2006, notre demande d’accès aux archives de la radio n’avait pu être satisfaite mais nous avions pu disposer d’une « Chronique » dactylographiée : Cronistoria, definición y dimensiones de Radio Vaticano, s.l., s.d., p. 964-995. Raffaella Perin réalise actuellement une recherche historique sur « Radio Vatican pendant la seconde guerre mondiale » qui devrait apporter beaucoup d’éléments nouveaux sur ce média.

322  P. Lhande, Le pape devant le micro, dans Études, 1931 (68-206), p. 566-573 (citation p. 571).

323  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 93, f. 87 : d’Herbigny, FU, 29.05.1931, italien.

324  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3, fasc. 19, f. 26-27 : lettre de l’abbé Giacomo Bianchini, Cimpello di Pordenone (Frioul), 15.03.1932, italien. Voir aussi f. 32 : d’Herbigny-Giobbe à Bianchini, Vatican, 02.04.1932, PCPR 63/1932.

325  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 19-20 : Neveu à Giobbe, Moscou 11.02.1935, français.

326  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 145, f. 33 : Neveu à Giobbe, 07.04.1935 (extrait).

327 Cronistoria, definición y dimensiones de Radio Vaticano, s.l., s.d., p. 981, espagnol.

328 Ibid., p. 988 et 995.

329 Ibid., p. 987. Voir aussi F. Bea, Qui Radio Vaticana… cit., p. 279. Le père Delaney (1906-1956) était, entre 1936 et 1938, étudiant à la Grégorienne et auprès des pères de l’Action populaire à Paris. Il fut également sous-directeur de Radio Vatican mais rentra aux États-Unis pendant la Guerre (où il travailla pour la revue America), avant d’être envoyé en 1945 aux Philippines. Voir DHCJ, II, col. 1070-1071 (R. V. Gough).

330  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 479, f. 5 : d’Herbigny à Pacelli, Vatican, 23.03.1933, PCPR 58/1931, italien.

331  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 533, fasc. 556, f. 3 : Filippo Soccorsi (s.j.) à « Eccellenza Reverendissima », Cité du Vatican, 07.04.1936, Stazione radio, s. n., italien.

332  Cette intervention lui avait été demandée par Pie XI à partir d’une idée suggérée par Lodygensky à la fondatrice de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia, très active également à Genève au sein des organisations collaborant avec la SDN, et présentée au pape par Tardini (ibid., f. 106-107 : Lodygensky à Cristina Giustiniani Bandini, Genève, 19.04.1938, Commission internationale Pro Deo, français, annotation de Tardini sur l’audience du 4 mai 1938).

333 Ibid., f. 116-117 : Hinsley à Pacelli, Westminster, 15.05.1938, italien.

334  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 28, fasc. 185, f. 27 : d’Herbigny, FU, 25.01.1933, prot. 40/33, italien.

335  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 144, f. 70 : feuille de congrès PCPR, 01.02.1933, italien.

336 Ibid., f. 71 : note anonyme [d’Herbigny], italien. Le « martyrologe » mentionne deux prêtres du nom de Bejl’man du diocèse de Tiraspol : Iogann Iogannovič (1878-1940) qui fut arrêté à plusieurs reprises et meurt en camp et Iosif Iosifovič (1873-1938), arrêté en 1930 et également mort en détention. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти cit., p. 21-23.

337Noël à Moscou, dans La Croix, 07.02.1936 (57-16.249), p. 3.

338  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 253, f. 36 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 13.02.1936, français.

339  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 29 : lettre de Paul Théodore Crivez, 01.01.1931, français ; f. 39 : Crivez au Saint-Père, Paris, 01.01.1932, français.

340  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 5-6 : Mémoire de « Ufficio di informazioni orientali – OFINOR- Direction générale Genève […] Agenzia per l’Italia […] Roma », s. d. (arrivé 20.03.1931), italien.

341  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 28 : anonyme [d’Herbigny], note, 09.01.1931 ; f. 37r : Quénet à d’Herbigny, Paris, 10.02.1931, français.

342  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 30, fasc. 197, f. 7 : d’Herbigny, FU, 22.03.1931, PCR 42/31, italien-latin.

343  Pour plus de détails, S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit.

344  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 80 : d’Herbigny, FU, 09.06.1930, italien. Voir aussi ibid., f. 78 : note anonyme, s. d.

345  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 45, fasc. 265, f. 44 : Guido Pescari au président de l’EIA, Rome, 20.12.1932 ; f. 52 : Giobbe au président de l’EIA, Rome, 21.12.1934, français.

346  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 209, f. 58 : note de travail, CPR, Rome, 01.02.1938 et note ms. de Tardini, 07.02.1938.

347  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 341, f. 16 (16.01.1931), italien.

348  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 94, f. 37-38 : Lodygensky à d’Herbigny, Genève, 31.01.1933, français.

349Ibid.

350Ibid., f. 40 : « secrétaire » de d’Herbigny à Lodygensky, 06.02.1933, français.

351  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Dumont à « Révérend Père », 04.09.1934 ; Dumont à « Révérend Père », 19.09.1934. Ce père dominicain participera aux sessions 3 (10-11 septembre 1934), 4 (4-5 mars 1935) et 7 (13-14 septembre 1937) de la Commission Pro Deo (S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit., p. 241).

352  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 76 : PCR, note de travail, 19.06.1935, italien.

353  Encyclique Dilectissima Nobis, 03.06.1933, dans AAS, 1933 (25), p. 261-274. Version italienne dans Bellocchi, X, p. 187-194 (notamment p. 189). Plus généralement, voir G. Hermet, Pie XI, la République espagnole et la Guerre d’Espagne, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 499-527 ; V. Cárcel Ortí, Pío XI entre la república y Franco : angustia del Papa ante la tragedia española, Madrid, 2008.

354  C’est la position du père Enrico Rosa, rédacteur de la plupart des articles de La Civiltà cattolica sur l’Espagne dans ces années (L. Lestingi, Questione del comunismo e difesa della “civiltà cristiana” nei commenti della “Civiltà cattolica” sulla guerra di Spagna (1936-1939), dans G. Campanini (dir.), I cattolici italiani e la guerra di Spagna. Studi e ricerche, Brescia, 1987, p. 105) mais aussi celle du cardinal Baudrillart, qui rend responsable de la situation en Espagne « 60 moscoutaires, juifs russes, exercés au métier » car « les Espagnols […] les premiers, n’auraient jamais osé porter la main sur ces objets de leur vénération séculaire » (A. Baudrillart, Soyons prêts !, Paris, 1937, p. 8).

355  J. Maritain, De la guerre sainte, dans Nouvelle Revue Française, 07.1937 (t. XLVIX), p. 29.

356  G. Hermet, Pie XI, la République espagnole et la Guerre d’Espagne, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., n. 47 p. 520. Texte français de cette lettre dans DC, 1937 (19e année, t. 38, N°853), 28.08.1937, col. 291-310.

357Actes de S. S. Pie XI, tome XVI (année 1937), Paris, 1945, p. 86-98, notamment 94. Cf. M.-T. Desouche, Les encycliques spirituelles du pape Pie XI, entre unification du pontificat et diversité des modalités de gouvernement, dans L. Pettinaroli (éd.), Le gouvernement pontifical… cit., p. 561-577.

358  F. Bouthillon, D’une théologie à l’autre : Pie XI et le Christ-Roi, dans Achille Ratti. Pape Pie XI… cit., p. 301-302.

359  P. Chenaux, Pie XII… cit., p. 178-193.

360 Il partito di Hitler condannato dall’autorità ecclesiastica, dans OR, 11.10.1930 (70-238), p. 1.

361  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a (04.03.1933), fasc. 348, f. 3, italien.

362  Texte de l’allocution consistoriale dans D. Bertetto (éd.), Discorsi di Pio XI, 2, Cité du Vatican, 1985 [rééd.], p. 855-866, notamment p. 860.

363  P. Chenaux, Pie XII… cit., n. 1 p. 188.

364  Voir les notes d’audience pontificale de Pacelli : AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 347, f. 70 (12.02.1933).

365  ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 1, f. 377 : Pacelli à Vassallo di Torregrossa, Vatican, 20.02.1933, Seg. St. N°427/33, italien.

366Ibid., f. 390-392 : rapport de nonciature à Pacelli, Munich, 11.03.1933, N°4126, italien.

367  Le 7 février 1934, l’ouvrage de Rosenberg (qui vient d’être nommé à la direction des écoles du parti), Le mythe du XXe siècle (1930) est mis à l’index en raison du culte de la race et de la critique du christianisme qui y sont exaltés. Voir D. Burkard, Häresie und Mythus des 20. Jahrhunderts : Rosenbergs nationalsozialistische Weltanschauung vor dem Tribunal der Römischen Inquisition, Paderborn, 2005.

368  Hugh Montgomery à Eden, Confidential (14823). Holy See ; Annual Report 1935 [R 217/ 217/ 22], 09.01.1936, dans T. E. Hachey (éd.), Anglo-Vatican Relations, 1914-1939… cit., p. 319-320 (§ 146).

369Ricostruire, dans OR, 16-17.03.1936 (76-64), p. 1.

370  P. Chenaux, Pie XII… cit., p. 213.

371 AAS, 1937 (29), 145-167.

372  A. Martini, Il cardinale Faulhaber e l’enciclica Mit brennender Sorge, dans Archivum Historiae Pontificiae, 1964 (2), p. 303-320.

373  Sur cette question, voir T. Brechenmacher, Aspetti del rapporto tra Santa Sede ed ebraismo fra le due guerre, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI… cit., p. 332-346, notamment p. 338-339.

374  Voir notamment P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme… cit., p. 700-722 ; H. Wolf, “Pius XI und die Zeitirrtümer”. Die Iniziativen der römischen Inquisition gegen Rassismus und Nationalismus, dans Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2005 (53-1), p. 1-42.

375  P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme… cit., p. 709-710.

376Ibid., p. 705 sq.

377Voto de Merry del Val, 7 mars 1928, publié par L. Deffayet, Amici Israël : les raisons d’un échec. Des éléments nouveaux apportés par l’ouverture des archives du Saint-Office, dans MÉFRIM, 2005 (117-2), p. 850-851.

378  ACDF, RV, 1928, N°2, vol. 1, cité par P. Chenaux, Le Saint-Siège et la question de l’antisémitisme… cit., p. 709-710.

379  G. Passelecq, B. Suchecky, L’Encyclique cachée de Pie XI… cit.

380  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 577, f. 9 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 11.04.1936, italien. Sur sa proposition de 1924, voir supra p. 534.

381  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 548, fasc. 574, f. 5-6 : « Alcune note esplicative sullo schema dell’enciclica sul comunismo » (annexe à la lettre de Ledóchowski à Pie XI, Rome, 24.02.1937).

382Divini redemptoris, § 18.

383  R. Schor, La presse catholique et les juifs dans les années 1930, dans A. Becker, D. Delmaire, F. Gugelot (éd.), Juifs et chrétiens. Entre ignorance, hostilité et rapprochement (1898-1998). Actes du colloque 18-19.11.1998, Lille, 2002, p. 111-120.

384  E. Jouin, Le Péril Judéo-Maçonnique. Les Protocols des sages de Sion. Coup d’œil d’ensemble, Paris, R.I.S.S. [Revue internationale des Sociétés Secrètes]-Ligue “Franc-catholique”, 1936, p. 6.

385  S. Zuccotti, L’Osservatore Romano and the holocaust, 1939-1945, dans Holocaust and Genocide Studies, 2003 (17-2), p. 249-277.

386  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 79 : Jewish Telegraphic Agency à Pacelli, New York, 14.06.1930, anglais.

387Ibid., f. 80 : d’Herbigny-Cercone à Pacelli, Vatican, 30.07.1930, italien.

388Ibid., f. 81 : note du 05.08.1930.

389 DC, 1938 (20e année, t. 39-N°872), col. 579-580.

390 DC, 1938 (20e année, t. 39-N°885), col. 1459-1460. Comme le souligne la Documentation catholique, cette partie de l’audience concernant le « problème sémite » n’a pas été retranscrite dans L’Osservatore romano du 9 septembre.

391  I. Schuster, L’Église contre le racisme : une hérésie antiromaine, Paris, 1939.

392  P. Charles, Les Protocoles des Sages de Sion, dans Nouvelle revue théologique, 1938 (65), p. 56-78. Cet article soulève toutefois une polémique avec la Revue catholique des idées et des faits dont rend compte la Documentation catholique : DC, 1938 (20e année, t. 39-N°885), col 1447-1457.

393  Après sa visite au Carmel, Mgr Sloskans exprime aux carmélites « le désir du Saint-Père de faire une croisade de prières et de pénitences pour le salut de la Russie. Tous les moyens humains restant impuissants à changer la situation de ce malheureux pays livré à la puissance du démon, le seul espoir de salut réside dans les moyens surnaturels » (ACL, S-9 7 : Sœur Marie du Christ c.d.i. Prieure (en tête de Carmel du Christ-Roi et de Saint-Joseph Nogent-Sur-Marne, Seine) à Mère prieure de Lisieux, s. d. [timbre postal 22.08.1932]).

394  P.-M. de Belloy, De Oriente. Documenta et Libri. I. Pie XI et le retour à l’unité de l’Orient séparé. Appendice : principaux actes de S. S. Pie XI en faveur de l’Orient, dans Orientalia Christiana, septembre-octobre 1929 (XVI–1-n°55), p. 9.

395  ASV, Prefettura Casa Pontificia, Udienze, b. 4, fasc. 3, 10.1927, f. 430.

396 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.

397  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 24 : note de Margotti, 30.12.1929, italien. Mgr Baudrillart est au courant de ce projet dès la fin du mois de décembre : cf. P. Christophe (éd.), Les carnets… 26 décembre 1928-12 février 1932… cit., p. 414 (27.12.1929).

398  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 59, f. 28-29 : supplique de Strned Franciscus de Paul (diocèse de Brno-Moravie) à « Eminentissime », 24.07.1927, latin. D’Herbigny avait alors simplement recommandé de passer par l’ordinaire pour faire cette demande (f. 32 : voto de d’Herbigny, 26.10.1927 – approuvé au congrès du 26.10.1927 – note jointe de Margotti).

399  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 28-29 : note de d’Herbigny, 05.01.1930, italien.

400AP, 1930, p. 37.

401  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 31 : d’Herbigny, FU, 18.01.1930, italien.

402Ibid., f. 35 : note de travail, 25.01.1930, Margotti et Sincero. Voir aussi f. 37 : note de Margotti, 27.01.1930 (sur l’appel téléphonique de d’Herbigny).

403 Ibid., f. 36 : note de Margotti, 27.01.1930.

404 Ibid.

405 Ibid., f. 38 : note de Margotti, 28.01.1930, italien.

406Ibid., f. 39 : congrès du 29.01.1930 ; f. 41 : d’Herbigny, FU, 03.02.1930, italien.

407 OR, 09.02.1930 (70-33), p. 1.

408  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 61 : note de Margotti, 13.02.1930, italien.

409 Ibid., f. 63sq : épreuves de « Supplicationes et Preces pro Russis Crudeli Persecutioni Actis in Sacrosancta Basilica Vaticana die 19 Martii 1930 Habendae », Typis polyglottis Vaticanis, 1930, 16 p., notamment annotations de Margotti. p. 11.

410  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 5 : note de travail, 14.02.1930.

411Ibid., f. 37 : Cercone à « Eminenza Revma », Rome, 18.03.1930, italien. Sur la question de la récitation du Filioque à cette occasion et le renvoi de Javorka vers le Saint-Office pour un avis, voir ACO, PCPR, 54/30.

412OR, 19.03.1930 (70-65), p. 1 et 20/21.03.1930 (70-66), p. 1 ; Pie XI célèbre la messe de réparation du 19 mars 1930, dans Irénikon, mars-avril 1930 (VII-2), hors-texte ; La basilique de Saint-Pierre pendant la messe pour la Russie ; Le pape priant à Saint-Pierre pour la Russie, dans L’Unité de l’Église, mai-juin 1930 (IX-42), p. 259-260.

413  Il s’agit de la marche des trompettes d’argent composée en 1846 par Giovanni Longhi pour les entrées du pape dans la basilique de Saint-Pierre et parfois confondue avec l’hymne pontifical : J.-B. d’Onorio, Hymne pontifical, dans DHP, p. 831.

414  F. Paris, Un calice historique, dans Irénikon, mars-avril 1930, (VII-2), p. 129.

415  L’auteur insiste sur les dons effectués par les plus pauvres : de « nombreux ouvriers […] ont tenu à donner leurs montres et leurs chaînes d’or », « de pauvres servantes […] ont envoyé la pièce d’or constituant les premiers gages qu’elles avaient reçus dans leur jeunesse et qu’elles avaient précieusement conservée » : F. Paris, Un calice historique… cit., p. 129-135.

416 Le manifestazioni pro Russia, dans OR, 22.03.1930 (70-67), p. 1, italien.

417 Note romane. 19 marzo : crociata di preghiere per la Russia. Le disposizioni di S. E. il Card. Vicario al Clero ed ai fedeli di Roma, dans OR, 08.03.1930 (70-56), p. 2.

418  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 85, f. 41.

419 La crociata di preghiere per la Russia martoriata. Le iniziative del Circolo di S. Pietro, dans OR, 03/04.03.1930 (70-52), p. 3.

420  Les étudiants du Cercle universitaire catholique et la Société de saint Vincent de Paul organisent un repas le dimanche 23 mars avec des pauvres en présence de d’Herbigny (Note Romane Pranzo di poveri pro-Russia, dans OR, 27.03.1930 (70-71), p. 3).

421OR, 09.03.1930 (70-57), p. 3 et 15.03.1930 (70-62), p. 3.

422Note romane – Le preghiere per la Russia, dans OR, 19.03.1930 (70-65), p. 3.

423 Il Cardinale arcivescovo di Milano per i russi perseguitati, dans OR, 15.02.1930 (70-38), p. 2 ; Preghiere per la Russia indette dal Cardinale Bertram, dans OR, 13.02.1930 (70-36), p. 2.

424 Preghiere per la Russia indette dal Cardinale Bertram, dans OR, 13.02.1930 (70-36), p. 2, italien.

425 La persecuzione antireligiosa in Russia. Iniziative e preghiere in Polonia, dans OR, 07.03.1930 (70-55), p. 2.

426Suffragi a Varsavia per le vittime russe, dans OR, 12.03.1930 (70-59), p. 1.

427  P. Lesourd, La Chrétienté prie pour la Russie, dans Le Figaro, 20.03.1930 (105-79), p. 1.

428 Echi della Lettera pontificia per la Russia. Lo slancio dell’Argentina, dans OR, 18.04.1930 (70-90), p. 1.

429 Preghiere per la Russia in Indocina, dans OR, 18.07.1930 (70-166), p. 1.

430 Preghiere per la Russia indette dal Cardinale Bertram, dans OR, 13.02.1930 (70-36), p. 2, italien.

431Actes de S. S. Pie XI, tome VI, Paris, 1934, p. 223-224.

432  ACO, PCPR, 264/29, doc. 39 : d’Herbigny, FU, 11.07.1930.

433Ibid., doc. 44 : minute de décret PCPR, Rome, 11.07.1930, latin et slavon.

434  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 340, f. 108 (28.12.1930), italien. Sur ce discours de Noël 1930, voir infra p. 773.

435 Bambini cattolici di colore per la Russia, dans OR, 15.01.1931 (71-11), p. 3, italien.

436  ACL, S-9 7 : Henricus Deville à « Reverendissime ac Celsissime Domine », Hermance (Genève-Suisse), 20.03.1931, latin.

437Croisade d’innocence contre la grande pitié des petits russes, dans Les Annales de Sainte Thérèse de Lisieux, avril 1932 (VIII-4), p. 128.

438  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 87, f. 68 : Deville à d’Herbigny, Hermance, 28.09.1931, français.

439  ACL, S-9 7 : d’Herbigny à Deville, Vatican, 09.04.1932, français.

440  Une autre initiative de l’abbé Deville de 1935 est à mentionner : la « Ligue de messes pour le salut de la Russie sous le patronage de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus » dont l’objectif est de financer des messes qui seront dites à l’intention de la Russie. Un petit document comprenant un échiquier de 100 cases permet de visualiser chaque don de 0,30 francs que le fidèle est invité à matérialiser par un « coup d’épingle ». Dix dons de ce montant permettent de payer les honoraires d’une messe. ACL, Correspondance Suisse, Deville : annexe de lettre de Deville, Hermance, 29.02.1936. Document approuvé par le diocèse de Genève, le 7 octobre 1935.

441  ACL, S-9 7 : Tract « Appel en faveur de la prochaine Communion universelle pour le salut de la malheureuse enfance russe en l’anniversaire de la première communion de Ste Thérèse de Lisieux 8 Mai (ou l’un des dimanches voisins) », Imprimatur 04.03.1936, 2 p. français.

442Vestitorul (organe de l’éparchie romaine unie d’Oradea), XII, N°8-9 (15 avril-1er mai 1936), p. 76-77.

443La Croisade Eucharistique des Enfants, 4e trimestre 1930 (IV-N°3), p. 366-367 (intention « Pour le mois de Janvier 1931 »). L’article essaie de dresser « la liste rouge de la révolution soviétique, formidable hécatombe, qui s’échelonne de 1917 à nos jours » et donne des chiffres de décès par catégorie sociale.

444La Croisade Eucharistique des Enfants, 06.1935 (IX-6), « Offrande quotidienne pour le mois de juillet ».

445 Intenzione papale. La conversione della Russia, dans L.M.S., bollettino mensile della Lega Missionaria Studenti, anno IX-N°6, giugno 1935, p. 322-331, italien.

446  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 86, f. 85 : Tardini, FU, 22.05.1934 ; f. 80v : lettre d’enfants à « excellence », La Chauderaie (Francheville), 22.01.1935, français ; f. 80 : Pizzardo, FU, 13.03.1935-03.04.1935 ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 40, fasc. 242, f. 10-11 : lettre des « petites croisées » du Pensionnat de Nazareth à Francheville à d’Herbigny, La Chauderaie, 18.06.1936, français.

447  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 37, f. 84 : Gerlier à d’Herbigny, Lourdes, 03.07.1932.

448 Ibid., f. 86 : d’Herbigny, FU, 09.07.1932, CPR 178/32, italien.

449Ibid., f. 87 : d’Herbigny à Gerlier, Rome, 10.07.1932.

450Ibid., f. 88 : note jointe à la lettre de d’Herbigny à Gerlier, Rome, 10.07.1932, français.

451Ibid., f. 89 : d’Herbigny à Gerlier, 28.08.1932, français.

452  À l’été 1933, lors de la visite de Mgr Sloskans, Mgr Gerlier signale poursuivre cette pratique (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 40 : Gerlier à d’Herbigny, Lourdes, 17.06.1933). Cependant, les recherches effectuées par Mme Pascale Leroy-Castillo, que nous remercions chaleureusement, dans les périodiques Journal de la Grotte de Lourdes, Annales de Notre Dame de Lourdes et Bulletin Religieux du diocèse de Tarbes et Lourdes n’indiquent pas de mention concernant la Russie après 1933.

453  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 4, fasc. 28, f. 4 : circulaire imprimée de Mgr Bacciarini à « révérende mère », Lugano, 18.02.1931, français. Cf. document 39.

454  ASV, Arch. Nunz. Italia, b. 9, fasc. 3, f. 4-7 : circulaire de Pacelli, Vatican, 04.03.1936, Sc. St. N°776/36. Voir document 46.

455  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 482, f. 41-43 : Valeri à Pacelli, Bucarest, 18.05.1936, Nonciature Roumanie N°4014/36, italien.

456  AD-Lyon, Cardinal Gerlier : Maglione à Gerlier (évêque de Tarbes et Lourdes), Paris, 14.03.1936, Nonciature France N°30531, « très confidentielle ».

457  ASV, Arch. Deleg. Stati Uniti, tit. V, pos. 176B, f. 13-14 : Cicognani à « Your Excellency », Washington, 09.04.1936, Délégation États-Unis N°107/36, anglais.

458 Ibid., f. 75 : image « Saint Thérèse of the Child Jesus », anglais.

459  Voir supra p. 333-334.

460 La trepida attesa sulla sorte di Mons. Cieplak e dei suoi compagni, dans OR, 29.03.1923 (63-72), p. 1.

461  Même le Stoudion, soucieux d’éviter le domaine politique, évoque ce procès en dénonçant le silence sur la situation de Mgr Fëdorov : Nouvelles-Russie, dans Studion, 04.1923 (I-2), p. 63.

462  Allocution Gratum nobis, 23.05.1923, dans Bellocchi, IX, p. 75, italien.

463  Meator, La persécution religieuse en Russie (1921-1923), dans L’Union des Églises, 09.1924 (n°10), p. 305-309 ; J. Lacombe, Chronique des Églises orientales (…) IX- Russie, dans Échos d’Orient 1923 (XXII), p. 244-246. L’Osservatore romano reprend toutefois des articles de la presse polonaise qui, elle, n’hésita pas à parler de « martyre » : La sorte di Mons. Boutkiewicz, dans OR, 05.04.1923 (63-78), p. 1 (citation du Kurjer Warszawski).

464Dopo il processo di Mosca, dans OR, 31.03.1923 (63-74), p. 1 (article mentionnant les protestations du maire de Gênes, du ministre des affaires étrangères brésilien, de l’autorité ecclésiastique de Uppsala et de la Ligue des droits de l’homme de Paris) ; Le proteste polacche dopo l’esecuzione di Mosca, dans OR, 07.04.1923 (63-80), p. 1 ; L’Episcopato tedesco e il processo di Mosca, dans OR, 09/10.04.1923 (63-82), p. 1.

465  Dans l’article confirmant la mort de Budkiewicz, L’Osservatore romano regrette « cette effusion de sang à froid pour des infractions aux lois révolutionnaires » (La fucilazione di Mons. Boutkiewitch, dans OR, 04.04.1923 (63-77), p. 1, italien).

466 In morte di Mons. Budkievitch, dans OR, 14.04.1923 (63-86), p. 1.

467 Ibid., italien.

468  A. A. Valentinov, Die Erstürmung des Himmels : die Verfolgung der Kirche und Religion in Sowjetrußland, Berlin, 1923. L’ouvrage, préfacé par Pierre Struve, a été également édité en anglais (Prague, 1924) et en russe (Paris, 1925).

469  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit. ; Id., Die Verfolgung des Christentums durch die Bolschewiki, Paderborn, 1926.

470  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. XI-XII, anglais.

471 Ibid., p. XIV.

472  ASV, Arch. Nunz. Varsavia, b. 225, f. 787 : McCullagh à Lauri, Varsovie, 07.11.[1923], anglais.

473 CC (75-III-1782), 20.09.1924, p. 540-543.

474  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. X, anglais.

475Orientalia Christiana, juillet-août 1924 (II-10), p. 319.

476  L’allocution consistoriale du 20 juin 1927 évoque, sans utiliser le terme de martyre, les persécutions anticatholiques au Mexique (« témoignage » « éclatant » pour la « liberté religieuse » et qui « mérite encore d’être immortalisé en prenant place dans les fastes les plus brillants de nos annales ») : Actes de S. S. Pie XI, tome IV (années 1927-1928), Paris, 1932, p. 35-36.

477 Dalla Polonia. Nel quinto anniversario del martirio di Mons. Budkiewicz (Nostre informazioni), dans OR, 06.04.1928 (68-81), p. 1.

478  La similitude de certaines expressions et des exemples laisse supposer que l’information fut prise à la même source. Tous deux détaillent ainsi l’histoire du doyen de la cathédrale de Mohilev, l’abbé Biełogołowy, et en concluent que : « être prêtre, en Russie, cela continue, parfois de coûter la vie » (G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 122-124) et que « essere prete in Russia continua spesso a costare la vita » (G. Frediani, Pio XI, Rome, 1929, p. 145). G. Goyau reçut, pour cet ouvrage, une lettre de félicitations de Pie XI, qui fut partiellement publiée dans L’Osservatore romano (Dio e i Soviets. La Russia che bestemmia e la Russia che prega, dans OR, 69-204, 01.09.1929, p. 2). Sur ce prêtre, voir supra n. 397 p. 316-317.

479  G. Frediani, Pio XI, Rome, 1929, p. 144-145, italien.

480  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 61-71.

481 Dalla Polonia. La figura di Mons. Skalski incarcerato dai bolscevichi (Nostre informazioni), dans OR, 10.02.1928 (68-34), p. 1. Autres exemples : incarcération de Mgr Frison à Simferopol (Irénikon, 01-02.1936 (XIII, n°1), p. 66 ; mort en prison de mère Abrikosova en juillet 1936 (Irénikon, 09-10.1936 (XIII, n°5), p. 583).

482 Una figura di confessore, dans OR, 02/03.11.1928 (68-256), p. 1. Cet article publie une traduction de la lettre de Sloskans à sa famille parue dans une revue autrichienne (Der Eucharistische Völkerbund, novembre 1928, IX-1, p. 4-6).

483AAS, 1930 (22), p. 89-93, italien.

484Actes de S.S. Pie XI, t. VI… cit., p. 230.

485  Allocution Siamo ancora, 12.05.1936, dans Bellocchi, X, p. 244, italien.

486  Allocution La vostra presenza, 14.09.1936, dans Bellocchi, X, p. 259-266.

487  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 101, fasc. 73, f. 21 : tél. de Ratti à Gasparri, Varsovie, 21.07.1920, N°100.

488Ibid., f. 26 : tél. de Ratti à Gasparri, Varsovie, 05.08.1920, N°102.

489Ibid., f. 27 : tél. de Gasparri à Ratti, 08.08.1920, N°111.

490  E. Pellegrinetti, Pio XI, l’uomo nel Papa, il Papa nell’uomo, Rome, 1940, p. 16, italien. Sur les efforts de Mgr Ratti pour entrer en Russie, voir supra p. 278-279.

491  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 271, f. 19 : d’Herbigny à Pacelli, 10.03.1936, Bruxelles, italien.

492  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 13 : anonyme [d’Herbigny], « Progetto di lettera a S. Ecc. Mons. Giorgio Matulewicz, vescovo di Vilna », français.

493  B. Slokans, Témoin de Dieu chez les sans-Dieu. Journal de prison de Mgr Boleslas Slokans. Du bagne des îles Solovki à la déportation en Sibérie, Paris, 1986, p. 36.

494  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 135, f. 30 : tél. de Zecchini à « Vaticano », Riga, 09.03.1928, N°27, présenté en audience pontificale le 10.03.1928 par Sincero.

495 Ibid., f. 32 : d’Herbigny, FU, 22.03.1928, italien.

496  AA.EE.SS., PCPR, sc. 18, fasc. 113, f. 26 : Ropp à « Excellence », Varsovie, 30.04.1931, français.

497 Ibid., f. 27 : d’Herbigny, FU, 08.05.1931, prot. 99/28, italien.

498  F. McCullagh, The Bolshevik Persecution… cit., p. IX et X.

499  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 67, f. 22-23 : Marmaggi à Pacelli, Varsovie, 29.04.1934, Nonciature Pologne N°445, italien.

500 L’arrivo di Monsig. De Ropp a Roma, dans OR, 22/23.03.1920 (60-71), p. 1.

501  S. G. Mgr Cieplak reçu par le Saint-Père, dans L’Union des Églises, 09.1924 (n°10), p. 319-320.

502  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 135, f. 89 : d’Herbigny, FU, 10.02.1933, italien. Voir aussi f. 96 : Zecchini à d’Herbigny, Riga, 28.02.1933, Nonciature Lettonie N°643.

503  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 2 : Sloskans à d’Herbigny, Riga, 09.03.1933, latin ; f. 5-6 : d’Herbigny à Zecchini, Vatican, 17.03.1933, PCPR 46/28.

504Ibid., f. 9 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933 et f. 20 : bref de nomination de Sloskans comme évêque assistant au trône, 08.04.1933, latin.

505  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 85 : Tardini, FU, 03.02.1934, italien et f. 109 : Tardini, FU, 22.05.1934.

506  J. Ledit, Archbishop John Baptist Cieplak, Montreal, 1963, p 124-131.

507  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 49 : « Projet d’itinéraire de Mgr Sloskan », français. La Commission pro Russia rédige une chronique de la vie de Sloskans de son ordination épiscopale le 10 mai 1926 à son arrivée à Riga le 22 janvier 1933, approuvée par Pie XI lors de l’audience du 3 juillet 1933 et remise au correspondant de La Croix, Mgr Vanneufville (ibid., f. 54-59 : « Cronistoria di Mons. Sloskan », français et note anonyme [d’Herbigny] en f. 57).

508Cinq années de prison et la religion en Russie (Notre entrevue avec Mgr Boleslas Sloskans), dans L’Illustrazione Vaticana (édition française), 01-15.05.1933 (IV-9), p. 327-329 ; Le stazioni dolorose di Mons. Sloskan nella Russia sovietica rievocate in brevi ma eloquenti note, dans OR, 22.07.1933 (73-170), p. 1.

509  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 136, f. 86 : « Liste des sommes offertes à Mgr Sloskan », 15.08.1933, français.

510  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 137, f. 10-11 : mot de Chaptal, Paris, 15.08.1933, français.

511Ibid., f. 27 : d’Herbigny, FU, 22.08.1933.

512  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 119 : Cicognani à Tardini, Washington, 15.10.1934, Délégation EU N°9524-i.

513  On les retrouve aujourd’hui dans plusieurs fonds d’archives ecclésiastiques, comme dans AD-Lyon, Cardinal Gerlier, « Église du Silence » ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 161.

514  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 212, f. 72-95 : A. Novizkaia, « Pro-Memoria sulla comunità orientale delle Suore del terz’ordine regolare di S. Domenico dall’anno 1922 al 1932 », 23 p. dact. italien ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 4-45 : « Moscou et Solowki. Résumés et extraits des souvenirs du P. Donat Nowicki au sujet de la persécution des catholiques russes de rite oriental à Moscou et de la déportation d’un certain nombre d’entre eux dans les îles de Solowietzk », 43 p. dact. français.

515  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 20, fasc. 125, f. 62-80 : rapport de Skalski, Luck, 19.05.1933, 36 p. dact. polonais ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 20, fasc. 126, f. 2-83 : traduction italienne, 83 p. ms. italien. Sipiaguine semble avoir été chargé de cette traduction après le refus de la Curie générale des jésuites de designer un père pour ce travail (ibid., f. 84 : note de travail – notes de d’Herbigny et de Giobbe, 12.06.1933). Voir aussi ARSI, Collegium Russicum, 1 : Ledóchowski à d’Herbigny, Rome, 22.05.1933.

516  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 19, fasc. 122, f. 49-107 : Ks. Wiktor Kryweńczyk, « Jedenaście lat w Rosji Sowieckiej (1921-1932 r.) », 58 p. dact. polonais ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 19, fasc. 123, f. 2-170 : « Undici anni nella Russia Sovietica », 169 p. ms. italien ; f. 171 : note anonyme, 28.08.1833. Sur Viktor Iosipovič Krivenčik / Krivenčuk (1898-1960), condamné une première fois en 1926 (trois ans de camps aux Solovki) puis arrêté de nouveau en 1931 mais finalement échangé avec la Pologne en septembre 1932, v. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти cit., p. 345.

517  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 14-15 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 18.02.1933, italien.

518  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 19, fasc. 124, f. 36 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 09.10.1931, Nonciature Pologne N°10416, italien ; f. 39-91 : allegato « Sprawozdanie Księdza Jana Lewińskiego o położeniu Kościoła Rzymsko-Katolickiego w Rosji Sowieckiej », 52 p. dact. polonais ; f. 92-117 : trad. italienne, Luck, 22.08.1931, 26 p. dact. italien. Sur Ân Innokent’evič Levinskij (1871-1952), qui avait été condamné à plusieurs années d’emprisonnement lors d’un procès à huis-clos de prêtres ukrainiens le 27-30 juin 1930, voir Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 352-354.

519  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 141, f. 19 : d’Herbigny, FU, 14.08.1931, italien.

520  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 14-15 : d’Herbigny-Giobbe à Marmaggi, Vatican, 18.02.1933, italien. Voir aussi ibid., f. 13 : d’Herbigny, FU, « verso il » 06.02.1933.

521  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 12 : Vladimir Dloussky à « Monseigneur », Berlin, 23.03.1934, français ; f. 14-19 : copie du curriculum vitae de Julie Danzas, Berlin, 09.03.1934 (remis par le père Louis pour copie), français ; f. 20-22 : lettre de Danzas comme postulante dans l’ordre dominicain, 20.03.1934, français.

522Ibid., f. 23 : Giobbe-Cercone à Dloussky, Vatican, 23.04.1934, PCR 128/32, italien, soulignement dans l’orig.

523  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 212, f. 23 : note anonyme, italien.

524  P. Boutry, Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des martyrs de septembre 1792 (17 octobre 1926), dans Achille Ratti, pape Pie XI… cit., p. 305-355.

525  Pie XI procéda à 42 béatifications (496 bienheureux) et à 6 canonisations (33 saints) : S. Casas, La santitad en los discursos de Pío XI, dans Archivum Historiae Pontificiae, 2006 (44), p. 207-243, notamment n. 4 p. 208.

526  Béatifications des carmélites de Compiègne (1906), des Filles de la Charité d’Arras et des Ursulines de Valenciennes (1920), des religieuses de Bollène (1925) et des martyrs de septembre (1926).

527Un Russe, Leonide Fédorov, dans Russie et Chrétienté, 04.1935 (II-2), p. 95-96.

528  À laquelle Neveu s’oppose en s’engageant à ce que « sa tombe soit dignement entretenue » (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 164, f. 67 : Neveu à Giobbe, 06.05.1935, français). Sur les transferts d’archives et de reliques voir supra p. 579-581.

529  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 40, fasc. 241, f. 57 : Giobbe, FU, février 1936.

530  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 208, f. 116 : Amoudru à « Monseigneur », Grottaferrata, 26.03.1936, français.

531  Princ. Petrus Wolkonsky, Exarch Leonid Fedorov, dans Acta Academiae Velehradensis, 1937 (XIII), p. 34-44, 105-122 ; Les ouvriers de l’Union : Mgr Léonide Fédoroff, dans L’Unité de l’Église, 05-06.1937 (n°84), p. 72-75, ibid., 07-08.1937 (n°85), p. 116-122 et ibid., 09-10.1937 (n°86), p. 152-156.

532  A. Wenger, Catholiques en Russie d’après les archives du KGB, 1920-1960, Paris, 1998 ; И. И. Осипова, В язвах своих сокрой меня… : Гонения на католическую Церквовь в СССР. По материалам следственных и лагерных дел, Moscou, 1996 (trad. italienne : I. I. Osipova, Se il mondo vi odia… : martiri per la fede nel regime sovietico, Milan, 1997).

533 Fede e martirio. Le Chiese orientali cattoliche nell’Europa del Novecento. Atti del Convegno di storia ecclesiastica contemporanea (Città del Vaticano, 22-24 ottobre 1998), Cité du Vatican, 2003, notamment R. Morozzo della Rocca, Le Chiese orientali cattoliche d’Europa nella storia del Novecento (p. 13-21) et S. Gajek, S. Ablamejka, La Chiesa greco-cattolica bielorussa (p. 53-69) ; A. Riccardi, Il secolo del martirio, Milan, 2000, notamment p. 25-62 ; И. Резникова, Католики на Соловках 1925-1937, Saint-Pétersbourg, 1997.

534  A. Bab’jak, Les nouveaux martyrs ukrainiens du XXe s : confesseurs et témoins de la foi, Rome, 2001, notamment p. 121.

535  R. Dzwonkowski, Losy duchowieństwa katolickiego… cit. ; Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit. ; H. Moll (éd.), Zeugen für Christus. Das deutsche Martyrologium des 20. Jahrhunderts, Paderborn, 1999, notamment II, p. 917-960.

536  Nous remercions Lelde Briede, en charge du procès de béatification, pour ces informations.

537Réparation, dans DSAM, Paris, 1988, t. XIII, col. 378 (É. Glotin).

538Actes de S. S. Pie XI, tome IV (années 1927-1928), Paris, 1932, p. 94-116

539S. E. Mgr. Sloskan, à Lisieux, dans Les Annales de Sainte Thérèse de Lisieux, 10.1933 (IX-10), p. 291-295

540  S. Tyszkiewicz, L’ascetismo in Russia, dans L’Oriente cristiano e l’unità della Chiesa, 01-02.1939 (IV-1), p. 15, italien.

541  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 21, fasc. 137, f. 5-6 : « Offerte spirituali di Suore per la Russia ».

542Ibid., f. 16-19 : « Offrandes spirituelles pour la Russie des prêtres retraitants de 10 jours à la Villa Manrèse », 10.08.1933, français.

543Ibid., f. 49 : lettre de « Une religieuse à qui votre passage a fait du bien » à Sloskans, s. d., français.

544  D. Menozzi, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della società, Rome, 2001, p. 76.

545  Mgr d’Herbigny, L’enfance en pays soviétique, dans L’Unité de l’Église, 07-08.1936 (n°79), p. 679.

546  F. Cavallera, Précis de la doctrine sociale catholique, Paris, 1931, p. 403-408.

547Ibid., p. 405.

548  M.-T. Desouche, Le Christ dans l’histoire selon le pape Pie XI : un prélude à Vatican II ?, Paris, 2008. E. Fattorini considère également que Pie XI développe finalement moins une « théologie politique » qu’une « théologie de l’histoire » (E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini… cit., p. XI).

549  J. Da Silva, Fátima e a conversâo da Rússia, Angra, 1950 ; J. M. Schweigl, Fatima e la conversione della Russia, Rome, 1957 ; C. Barthas, Fatima et les destins du monde, Toulouse, 1957.

550  L. Bianchi, Da Fatima alla Russia : incrocio di speranza per il futuro d’Europa, Gera Lario, 1992 ; P. Mantero, La profezia di Fatima e la conversione della Russia : la firma di Dio nella Storia, Udine, 1992 ; T. Tindal-Robertson, Fatima, la Russie et le pape Jean-Paul II. Comment Marie est intervenue pour délivrer la Russie de l’athéisme marxiste 13 mai 1981-25 décembre 1991, Paris, 1993 ; P. Gabriel, Bras de fer KGB-Vatican : dimensions spirituelle et politique du message de Fatima : pour comprendre la chute du communisme, Paris, 1991.

551  J. Bouflet, P. Boutry, Un signe dans le ciel. Les apparitions de la Vierge, Paris, 1997, p. 209-230.

552Dal Portogallo. I prodigi di Fatima, dans OR, 14.06.1929 (69-138), p. 1 ; M. Tock, Fatima, la “Lourdes” portugaise, dans Études, 1939 (76-240), p. 205-215.

553  ACDF, SO, Dev. V. 1801/33. Ce dossier est ouvert à l’occasion du projet d’ouverture d’un institut religieux intitulé « œuvre apostolique et réparatrice de Notre-Dame de Fátima ».

554Documentação Crítica de Fátima I. Interrogatórios aos Videntes, 1917, Santuário de Fátima, 1992, notamment les rapports sur la vision du 13 juillet (doc. 3 : interrogatoire des voyants Lúcia et Jacinta (1917-07-14), p. 13-16 ; doc. 31 : procès paroissial de Fátima p. 259-260 ; doc. 32 : déposition du témoin indirect Jacinto de Almeida Lopes (20.12.1918), p. 273-276 ; doc. 44 : 1917.09 – déposition du Père António dos Santos Alves sur une conversation avec Lúcia et Jacinta à propos de l’apparition du 13 juillet, p. 318).

555 Documentação Crítica de Fátima II. Processo Canónico Diocesano (1922-1930), Santuário de Fátima, 1999. Le procès canonique, ouvert en 1922, s’achève le 13 octobre 1930 avec la proclamation par Mgr da Silva du caractère surnaturel des apparitions (voir le doc. 11 de ce recueil).

556  J. Bouflet, P. Boutry, Un signe dans le ciel… cit., p. 209-230.

557  Pour le jubilé de l’an 2000, les trois parties de ce secret ont été publiées : Congregazione per la Dottrina della Fede (CDF), Il messaggio di Fatima, Cité du Vatican, 44 p. Cette publication utilise, pour les deux premières parties du « secret », le troisième et le quatrième mémoire de Sœur Lucia (31 août et 8 décembre 1941) et, pour la troisième partie du « secret », un mémoire écrit à la demande l’évêque de Leiria le 3 janvier 1944.

558  CDF, Il messaggio di Fatima… cit., p. 6-8.

559  Le « schéma classique » des apparitions mariales est de présenter « un message public et un secret confié aux croyants »: J. Bouflet, P. Boutry, Un signe dans le ciel… cit., p. 209.

560  Textes édités en version originale portugaise et traduction italienne : première et deuxième parties dans CDF, Il messaggio di Fatima… cit., p. 13-16 ; troisième partie dans ibid., p. 17-21.

561Ibid., p. 13-16.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable