Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Troisième partie. 1929-1939 : la politique russe du Saint-Siège entre crise et spiritualisation

Chapitre 8. L’internationalisation de la question russe : le retournement diplomatique des années 1930

Texte intégral

  • 1  K. Repgen, I Patti lateranensi e il Reichskonkordat. Pio XI e la politica concordataria con Russia (...)

1Malgré le renforcement de la position internationale du Saint-Siège suite aux accords du Latran en février 1929, les années 1930 voient la diplomatie vaticane buter de plus en plus souvent sur les prétentions des États « totalitaires » qui ruinent de l’intérieur les efforts concordataires : dès 1931 en Italie et surtout après 1934 en Allemagne (l’encyclique Mit brennender Sorge reconnaît explicitement l’échec du concordat signé avec le Reich en juillet 1933)1. Sur le terrain russe, le tournant est pris dès la fin des années 1920, au moment où s’achèvent les négociations officieuses à Berlin. En 1928-1929, s’ouvre une nouvelle phase de l’action diplomatique à l’égard de l’URSS, très différente de la stratégie suivie dans les années 20 : l’absence de relations bilatérales officieuses ou secrètes s’accompagne d’un effort accru du Saint-Siège pour ex(porter) la question russe sur la scène internationale. Ce faisant, la situation russe conduit le Saint-Siège à approfondir sa recherche d’un nouveau mode de présence dans les relations internationales et à accorder une plus grande attention à certains acteurs comme les organisations internationales et l’opinion mondiale, mais aussi à certaines pratiques comme la diplomatie humanitaire.

Les tâtonnements d’une diplomatie multilatérale dans un monde émietté

2L’échec des négociations berlinoises conduit le Saint-Siège à investir de nouvelles voies (médiatiques notamment) et à chercher des partenaires pour agir sur l’Union soviétique.

Abandonner les négociations bilatérales : le « grand tournant » de 1929

  • 2  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (13363). Holy See ; Annual Report 1927 [C 4935/4935 (...)
  • 3  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 29, fasc. 3, f. 73 : Pacelli à Sincero, 17.07.1928, Nonciature Allema (...)

3Dès 1927-1928, l’inefficacité des négociations à Berlin conduit le Saint-Siège à s’intéresser aux États dont les relations avec les Soviets sont rompues ou inexistantes. En 1927, lors de la rupture des relations entre la Grande-Bretagne et l’URSS, Odo Russell souligne la « grande satisfaction » du Saint-Siège et son espoir que d’autres États suivent cette voie2. En juillet 1928, Pacelli s’intéresse à la position américaine, État qui confirme sa volonté de rester dans une dynamique de non-reconnaissance de l’Union soviétique, et dont le Saint-Siège pourrait s’inspirer3. La réflexion s’engage alors à Rome pour abandonner la voie diplomatique.

  • 4 Ibid., b. 30, fasc. 4, f. 222-223 : note anonyme [d’Herbigny], 19.04.1929, italien.
  • 5  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 83, f. 55 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.

4En 1929, plusieurs prises de position de Pie XI lors d’audiences indiquent clairement la volonté du pontife de cesser les négociations. Le 19 avril 1929, Pie XI encourage « toutes les protestations possibles » des « hommes politiques d’Allemagne auprès des Soviets, contre les persécutions », en revanche ni le Saint-Siège ni le nonce « ne doivent jamais figurer dans [ces] négociations » avec les Soviets car le pape souhaite « éviter » de « donner l’impression […] que le Saint-Siège soit disposé à traiter avec les Soviets »4. Le 21 juin 1929, alors que d’Herbigny évoque les derniers contacts diplomatiques avec Krestinsky et Čičerin et « demande humblement au Saint-Père s’il y a encore lieu de faire quelque chose, au moins de la part de la Commission Pontificale », le pape répond clairement qu’« une tentative de dialogue serait malheureusement actuellement non seulement inefficace mais dangereuse »5. Le contexte a été, en effet, profondément bouleversé par le développement, depuis le VIe congrès du Komintern (1928), de la thèse d’un encerclement capitaliste et d’une agression occidentale contre l’URSS, patrie des travailleurs.

1930, croisade contre croisade : une confrontation idéologique à l’échelle mondiale

5C’est dans ce contexte que le Saint-Siège lance une grande action de dénonciation publique et internationale de la situation des croyants qui provoque une pression diplomatique indirecte sur l’URSS, mais aussi de vives réactions en Union soviétique et dans le mouvement communiste international.

La lettre de Pie XI du 2 février 1930 : le feu aux poudres ?

  • 6 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.
  • 7OR, 09.02.1930 (70-33), p. 1.
  • 8  Voir infra p. 759-764.

6La lettre de Pie XI à Basilio Pompilj, le cardinal vicaire (responsable du diocèse de Rome), intitulée « Nous sommes profondément touchés », datée du 2 février 19306, est publiée le 9 février dans L’Osservatore romano7. Le pape y évoque précisément la « terrible persécution » des croyants mais rappelle également ses propres « efforts » menés à tous les niveaux depuis le début des années 1920 : diplomatique (conférence de Gênes et mission contre la famine), institutionnel (Commission pour la Russie), cultuel (prière personnelle et collective, prières indulgenciées)… Cependant, « la recrudescence et la publicité officielle de tant de blasphèmes et d’impiété exige une réparation plus universelle et plus solennelle ». Le pape décide donc de lancer une « croisade de prières », qui sera ouverte par une messe à Saint-Pierre de Rome le 19 mars. Il adresse son appel aux fidèles de Rome, à l’épiscopat catholique et à « tout le monde chrétien ». Cette lettre, très largement diffusée par la presse, les évêques et les prêtres, eut un profond impact, non seulement religieux et idéologique8, mais aussi diplomatique, même si la stratégie du Saint-Siège n’est pas exempte de contradictions.

Solliciter les bons offices pacifiants des puissances européennes

  • 9  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 73, f. 60 : Pacelli à Borgongini Duca, 13.02.1930, N°461/30 (...)
  • 10Ibid., f. 66 : tél. chiffré de Maglione à Pacelli, Paris, 17.02.1930, N°369 ; AA.EE.SS., IV, Russi (...)
  • 11Ibid., f. 17-18 : Borgongini Duca à Pacelli, Rome, 25.02.1930, Nonciature Italie N°413, italien.
  • 12Ibid., f. 69 : Hlond à Marmaggi, Poznań, 07.03.1930, Arcybiskup Gnieźnieński i Poznański N°1265/30 (...)

7En effet, de façon assez paradoxale, l’un des premiers gestes de la diplomatie pontificale après la lettre de Pie XI consista à en atténuer les effets. Alors que la lettre du 2 février 1930 fut élaborée par Pie XI et la Commission pro Russia, la Secrétairerie d’État (dont la tête vient de changer avec l’arrivée du cardinal Pacelli) cherche à en limiter l’impact politique en intervenant auprès de plusieurs États européens. Dès le 13 février 1930, les nonces en Italie, en Allemagne et en France, sont mobilisés pour agir auprès de ces trois gouvernements car « il est à craindre qu’à la suite de cette lettre pontificale, les bolcheviques en Russie intensifient leur persécution contre les catholiques ». L’idée du Saint-Siège est donc de provoquer « une action des gouvernements qui ont avec la Russie des relations diplomatiques » pour que les ambassadeurs à Moscou « mett[e]nt en évidence que ladite lettre pontificale n’a rien à voir avec de la politique [non entra per nulla in politica], mais se limite à inviter tous les fidèles à faire monter au Ciel leurs prières en faveur de leurs frères si malheureux »9. Les gouvernements français et allemand acceptent de faire cette communication à leurs ambassadeurs à Moscou10. La réaction italienne, en revanche, est négative. Le nonce n’obtient un rendez-vous avec Mussolini que le lundi 24 février et n’en retire rien de précis à part l’impression qu’il « semble difficile que Monsieur Mussolini puisse, même par le biais de l’Ambassadeur à Moscou, faire des remontrances à la Russie ». Selon Mussolini, la lettre du pape n’a pas « provoqué l’accentuation de la persécution en Russie, bien que le document pontifical les ait déconcertés ». Si Mussolini ne propose aucune action de pacification à l’égard du gouvernement soviétique, il évoque au contraire les « pressions » qu’il aurait lui-même « reçues de plusieurs parts […] pour intervenir contre la Russie ». Le roi de Suède, Gustave V, lui aurait ainsi suggéré de se mettre à la tête d’un mouvement contre la Russie, ce que Mussolini refuse car le communisme ne constituerait plus une menace en Italie : les « autres nations, la France, l’Allemagne, l’Angleterre » qui « se trouvent dans un danger plus grand » devraient au contraire agir les premières11. Les inquiétudes de la Secrétairerie d’État ne sont donc pas exagérées : la lettre du pape semble bien avoir sinon attisé, du moins rencontré, une hostilité idéologique à l’égard de l’URSS, qui n’hésite pas à se traduire par des projets militaires. En Pologne, la lettre du pape a ainsi été instrumentalisée par « certains cercles nationalistes » qui en font un « appel de la guerre sainte contre la barbarie bolchevique », qui pourraient regrouper tous les « États occidentaux » pour une intervention militaire à partir de la Pologne et de la Roumanie12.

8Cependant, parallèlement à cette action directe sur les puissances européennes promue par la Secrétairerie d’État en vue d’atténuer l’impact de la lettre de Pie XI, plusieurs diplomates vaticans ont discrètement soutenu l’engouement des opinions publiques dans l’objectif d’exercer une pression internationale sur l’Union soviétique.

Les effets politiques d’une mobilisation internationale

  • 13  Cité par La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), p. 1
  • 14 Echi della Lettera del Santo Padre per la Russia. Imponente riunione a Monaco di Baviera, dans OR, (...)
  • 15 Contro la persecuzione religiosa in Russia. Appello dei cattolici svizzeri alla Società delle Nazi (...)

9En effet, stimulées par la lettre de Pie XI, certaines protestations contre les persécutions religieuses débouchent sur une action politique. À Trèves, en Allemagne, les communautés catholique, protestante et israélite adressent ainsi une lettre à l’ambassade soviétique de Berlin contre les persécutions13. À Munich, fin mars 1930, un rassemblement sur la question des persécutions, auquel participent le nonce et des personnalités politiques, s’achève par l’envoi de deux télégrammes, l’un au pape et l’autre au président du Reich, invitant ce dernier à agir sur le terrain politique14. En septembre 1930, L’Osservatore romano ne cache pas sa satisfaction après la protestation des catholiques suisses devant la Société des Nations, transmise par l’intermédiaire du Conseil fédéral helvétique15.

  • 16  Par exemple : La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), (...)
  • 17 La Russia infelice sotto il calcagno comunista, dans OR, 28.02.1930 (70-49), p. 1.
  • 18 L’Olanda ripudia ogni rapporto con la Russia persecutrice, dans OR, 23.03.1930 (70-68), p. 1.
  • 19 La politica estera del Belgio e le persecuzioni antireligiose in Russia, dans OR, 19.04.1930 (70-9 (...)
  • 20  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 93, f. 34 : tél. de Walsh à d’Herbigny, Washington, arrivé 08.1 (...)

10Au-delà des croyants, l’opinion mondiale est touchée. En Grande-Bretagne, tant à la Chambre des Communes qu’à la Chambre des Lords, le gouvernement est interpellé à plusieurs reprises sur le thème des persécutions religieuses dès février 193016. En février également, en Pologne, tous les groupes du Sénat et de la Chambre, demandent au président du Conseil d’intervenir auprès du gouvernement soviétique sur la question religieuse17. Aux Pays-Bas18 et en Belgique19, cette campagne est l’occasion de renforcer le consensus national contre d’éventuelles relations diplomatiques avec l’Union soviétique. Aux Pays-Bas, en mars 1930, le gouvernement, dans son mémoire de réponse à la Première Chambre des États généraux, évoque la possibilité d’une action indépendante ou avec d’autres États en défense de la « liberté de conscience » en Russie. En octobre 1930, le père Walsh signale – avec un certain triomphalisme – le discours « extrêmement important » du président Hoover en le présentant comme la première prise de position publique d’un « chef civil » contre la « philosophie bolchevique ». Sans « mentionner [les] soviets », Hoover avait décrit le bolchevisme comme une « destruction [de] toute liberté et [une] menace [pour la] constitution américaine » et évoque un « gouvernement qui cherche [à] abolir [la] religion ce que [le] président proclame impossible car [la] religion est [la] base nécessaire [de] tout ordre »20.

  • 21  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 74, f. 55-56 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 15.03.1930, Int (...)
  • 22  Sur cet article, voir infra, p. 736.
  • 23  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 75, f. 19-22 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 02.04.1930, Int (...)
  • 24Ibid., fasc. 76, f. 4-7 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 01.05.1930, Internonciature Pays-Bas N°2431

11Certains représentants du Saint-Siège ont joué un rôle clé pour porter sur la scène politique la question de la liberté de conscience en URSS. Aux Pays-Bas, le ministre des Affaires étrangères, Beelaerts van Blokland, manifeste à Mgr Schioppa, l’internonce à La Haye, « toute son admiration [ammirazione] pour la lettre du Saint-Père » mais reste « persuadé de l’inutilité pratique de toute intervention […] d’autant plus que la Hollande n’a pas de relations diplomatiques avec les Soviets »21. Après la publication dans un journal communiste d’Amsterdam (Die Tribune, 29 mars 1930) de la version hollandaise de l’article de Boukharine22, l’internonce rencontre de nouveau Beelaerts van Blokland qui lui déconseille d’intenter un procès au pénal contre ce journal. Mgr Schioppa évoque alors la possibilité de « provoquer une interpellation à ce propos à la Chambre » ou bien de publier une « démarche de protestation auprès du Gouvernement » qui répondrait « avec la déploration la plus explicite et solennelle contre l’écrit incriminé »23. L’idée est ainsi de mobiliser un gouvernement, même en dehors de relations diplomatiques, pour faire pression sur un autre. Finalement, l’internonce abandonne l’idée d’une protestation politique et se concentre sur la mobilisation des catholiques dans la presse et au parlement24.

  • 25 Contro la persecuzione religiosa in Russia. Appello dei cattolici svizzeri alla Società delle Nazi (...)
  • 26 I fini rivoluzionari del commercio estero sovietico, dans OR, 12.10.1930 (70-239), p. 2, italien.
  • 27  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 70, f. 14 : sir E. Hilton Young à Ramsay MacDonald, 11.12.1930, (...)

12Cependant, malgré les efforts de certains diplomates du Saint-Siège, la mobilisation internationale sur les questions religieuses russes s’essouffle rapidement. En septembre 1930, L’Osservatore romano déplore que, « alors que la croisade de prière ordonnée par le Saint-Père […] continue dans tout le monde catholique avec une ferveur égale, les protestations publiques se sont faites plus rares » par intérêt commercial ou diplomatique mais aussi car l’opinion publique se serait « affairée dans d’autres affaires »25. En effet, à partir de l’automne 1930, la mobilisation de l’opinion, notamment britannique, se déplace – dans le contexte de la crise économique – vers la dénonciation du « dumping soviétique », c’est-à-dire la concurrence déloyale des produits soviétiques dont les coûts de production sont inférieurs puisqu’une partie de la main d’œuvre est gratuite (prisonniers). Cette nouvelle campagne ne correspond qu’en partie au propos moral et spirituel du Saint-Siège. L’Osservatore romano se plaint ainsi que « tous les journaux en parlent » mais sans se préoccuper « des dangers et de l’immoralité du dumping soviétique »26. En décembre 1930 toutefois, le cardinal Bourne s’empresse de signaler à Rome un document centré sur les enjeux humanitaires de la question : il s’agit de la lettre de sir Edward Hilton Young, alors ministre des crédits à l’exportation, au premier ministre Ramsay MacDonald, publiée dans la presse le 11 décembre. Cette lettre dénonce les conditions de travail « serviles » (servile labour) dans les usines de bois du nord de la Russie et considère le commerce de ce bois autant comme une concurrence « déloyal[e] pour les travailleurs de l’industrie anglaise du bois » qu’une « honte à la civilisation » (a disgrace to civilisation) incompatible « avec [la] traditionnelle réputation humanitaire » de la Grande-Bretagne27.

13Cependant, l’ampleur de la campagne mondiale sur la situation religieuse en Union soviétique en 1930 constitue un défi que la diplomatie soviétique va tenter de relever.

L’Union soviétique dans l’embarras

  • 28  Télégramme du représentant plénipotentiaire de l’URSS en Italie (Курский) au Commissariat du peupl (...)
  • 29  Rapport de Kurskij, 14.02.1930, dans ibid., doc. 60.

14En l’absence des archives diplomatiques soviétiques, nous proposerons ici simplement quelques pistes à partir de sources publiées et de la presse. En Italie, dès le 10 février, l’ambassadeur soviétique, Kurskij, s’inquiète des répercussions possibles dans la presse du « message antisoviétique du pape » et intervient auprès du gouvernement28. Sans attendre le retour du ministre des Affaires étrangères Grandi de la conférence de Londres, il rencontre le 14 février 1930, Fani, son adjoint, à qui il se plaint d’un article du Popolo di Roma sur l’encyclique mais aussi des vagues faites sur l’« incident Kutepov », après l’enlèvement d’un ancien général de l’Armée blanche à Paris en janvier 193029.

  • 30  J. T. Degras (éd.), Soviet Documents on Foreign Policy, Londres, 1952, vol. II, p. 441-447, citati (...)
  • 31Ibid., p. 473-479, citations p. 478, anglais.
  • 32  Si la croisade menée par les religions repose sur une diabolisation de l’Union soviétique, on obse (...)
  • 33Безбожник, 03.1930 (VI-6), p. 4-6.
  • 34Антирелигиозник, 03.1930 (V-3), p. 16, russe.
  • 35Рабочие и батраки, колхозники и трудовая интеллигенция всего великого СССР дают единодушный ответ (...)
  • 36  L’une de ces caricatures, tirée de la Pravda, a été publiée par H. Stehle, Eastern Politics… cit., (...)
  • 37 Деревенский Безбожник, 1930-N°6, p. 1, russe.

15Mais, au-delà des représentants diplomatiques soviétiques qui enregistrent les impacts locaux de la campagne de 1930 et tentent d’y remédier, cette campagne eut des effets sensibles également sur la politique extérieure soviétique de façon plus générale. À partir de 1930, en effet, certains grands discours d’orientation de la politique extérieure mentionnent le Saint-Siège. Lors du 16e Congrès du Parti communiste de l’URSS le 27 juin 1930, Staline propose une lecture de « la position extérieure de l’URSS » comme étant déterminée par « deux séries de facteurs », dans une logique dialectique. Le premier facteur est une attitude de sympathie pour l’URSS, soutenue par les travailleurs des pays capitalistes qui se manifeste par la reprise de relations avec l’Angleterre et dans la « politique de paix » promue par l’URSS. Le second facteur est une attitude hostile des pays capitalistes qui se traduit à la fois par des attaques contre l’économie soviétique et la « “croisade” cléricale menée par le pape contre l’URSS »30. Le 8 mars 1931, au 6e Congrès des Soviets, Molotov, alors président du Sovnarkom, attaque violemment le Vatican : cet « État, qui jusqu’à présent était […] plus associé au Moyen Âge qu’à la vie contemporaine » mais « qui dans ces dernières années a essayé d’intervenir activement dans les affaires internationales […] en défense des capitalistes et des propriétaires, des impérialistes, des interventionnistes, des incendiaires de guerres »31. Dans le cadre de la théorie de l’encerclement capitaliste de l’Union soviétique, la croisade de prière du pape est comprise au sens propre, en des termes politiques et militaires, et passe par une diabolisation de l’adversaire32. Le Bezbožnik réunit ainsi pêle-mêle des photos du nonce Ratti en Pologne avec Piłsudski face à l’Armée Rouge, des chrétiens habillés en « croisés » dans les rues de Londres et… les gardes suisses33 ! Les forces militaires catholiques ne pouvant tout de même pas faire illusion, la presse soviétique présente le pape à la tête d’une coalition des pays capitalistes, comme le « maître de chapelle (регент) » du « chœur » de protestation34. Les slogans soviétiques appellent alors au combat « classe contre classe » : « Ouvriers et ouvriers agricoles, kolkhoziens et intelligentsia travailleuse de toute la grande URSS donnent une réponse unie aux pétroliers mondiaux et à leurs agents papaux : Bas les mains de l’Union Soviétique ! »35. Les caricatures, très nombreuses, illustrent cette alliance entre le pape et les « ennemis de l’extérieur » (bourgeoisie, fascisme, social-démocratie, pétroliers)36 mais parfois aussi avec les « ennemis de l’intérieur ». La couverture du mensuel Le sans-dieu campagnard de juin 1930 représente ainsi des koulaks apostrophant des kolkhoziens, dans une expression qui reprend la liturgie de la Pâque orthodoxe : « Frères kolkhoziens, pardonnons tous au nom de la Résurrection, embrassons-nous en nous écriant : “le Christ est Ressuscité !” » et le kolkhozien de répondre brutalement : « Dégagez, allez donc embrasser le pape de Rome » (Прочь с дороги, целуйтесь с папой римским)37.

  • 38  F. Bouthillon, La naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1 (...)
  • 39Известия, 20.03.1930 (78/3925), p. 1 ; Хроника За границей “Провал антисоветских молебствий” [Chro (...)
  • 40Антирелигиозник, 03.1930 (V-3), p. 14-15.
  • 41Иллюстрация письма папы Пия XI [Lettre illustrée du pape Pie XI], dans Безбожник у станка, 1930 (6 (...)

16La campagne internationale de 1930 a ainsi également d’importantes conséquences dans la vie politique intérieure de l’Union soviétique. Sans aller jusqu’à suggérer que l’article de Staline « Le vertige du succès », paru dans la Pravda du 2 mars 1930, soit une conséquence directe de l’action de Pie XI, il est possible que la croisade de prière constitue un élément qui a contribué à ralentir le mouvement de collectivisation. En effet, comme le souligne F. Bouthillon, l’article de Staline comprend « une allusion réprobatrice aux décrocheurs de cloches, qui ressemble assez à une conséquence de la lettre au cardinal-vicaire »38. Plus généralement, la presse soviétique a donné un large écho à l’initiative du pape. Si, selon les Izvestiâ du 20 mars, « le “jour de la prière” à Rome s’est déroulé presque sans qu’on s’en aperçoive »39, la campagne du pape n’est pas passée du tout inaperçue en URSS. La lettre de Pie XI à Pompilj est publiée en russe in extenso dans la revue Antireligioznik en mars 193040, ce qui constitue bien sûr une originalité notable quant à la diffusion, en russe et dans les frontières soviétiques, d’un document pontifical. La revue plus populaire du Sans-Dieu à l’atelier publie une version de cette même lettre ornée de caricatures41.

  • 42  Cité par La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), p. 1
  • 43  Version française dans V.O.K.S. Organe de la société pour les relations culturelles entre l’U.R.S. (...)
  • 44Ксендз Авгло о положении католической церкви в СССР [Le prêtre catholique polonais Avglo sur la si (...)

17Outre cet écho donné à la campagne menée par le pape, la presse soviétique développe une stratégie défensive. Celle-ci est limitée par la position du gouvernement soviétique, qui refuse de démentir toute « persécution religieuse ». À la question du journal new-yorkais Evening World, Staline répond que le parti communiste ne peut pas être neutre sur la question religieuse42. Si aucun démenti officiel de la persécution n’est publié, la presse soviétique divulgue des démentis émanant de responsables religieux ce qui permet de démontrer par l’exemple qu’ils conservent leur liberté d’expression. L’exemple le plus connu est la déclaration de plusieurs responsables orthodoxes, guidés par le métropolite Serge, à la presse soviétique à Moscou le 15 février 1930 selon laquelle « aucune persécution de la religion n’a jamais eu lieu en U.R.S.S. »43. Quelques semaines plus tard, le 15 mars 1930, la Pravda publie un démenti similaire d’un obscur prêtre catholique de Mohilev44.

  • 45  Pour authentifier ces persécutions polonaises, le quotidien Izvestiâ n’hésite pas à présenter des (...)
  • 46 La protesta mondiale contro la persecuzione sovietica, dans OR, 02.03.1930 (70-51), p. 1, italien.

18La presse soviétique tente également de contre-attaquer en reprenant les armes de l’Église catholique. Le métropolite Serge, suivi par la presse soviétique, rappelle les persécutions menées par l’Église catholique dans le passé mais aussi contre les orthodoxes en Pologne, où de nombreuses églises ont été fermées45. Une contre-offensive par la prière est même organisée : une radio-transmission de Moscou du 28 février 1930 aurait affirmé que la direction de l’Église russe « a ordonné à tous les prêtres de dire des messes solennelles, dans le but de protéger l’URSS contre l’intervention étrangère »46. Dans ces deux cas, l’Église russe est présentée comme l’institution donnant l’impulsion de la réponse au pape.

  • 47 Открытое письмо советских астрономов римскому папе Пию ХI [Lettre ouverte des astronomes soviétiqu (...)
  • 48Папе римскому. От московского научного одонтологического общества [Au pape de Rome. De la part de (...)
  • 49Голос науки против религиозного мракобесия. Научные работники Москвы отвечают Пию ХI [La voix de l (...)

19Cependant, au-delà de la tribune offerte aux responsables religieux, la presse soviétique publie dans ses colonnes des manifestes de catégories socio-professionnelles intellectuelles, comme les astronomes47, les médecins48 et les scientifiques en général49. Ces protestations permettent d’ancrer la lutte contre la religion dans une logique anti-obscurantiste héritée des Lumières mais aussi de susciter des solidarités internationales sur une base professionnelle. Dans la « Protestation de l’Union des dramaturges révolutionnaires au pape Pie XI contre la déclaration de la “Croisade” contre l’URSS », ces « travailleurs intellectuels » appellent leurs collègues d’Occident à démontrer l’hypocrisie de la croisade du pape :

  • 50  GARF, f. 5407, op. 2, d. 169, l. 5 : « Протест Союза революционных драматургов против объявления п (...)

L’Union des Dramaturges Révolutionnaires, unissant sa voix à la protestation des travailleurs de l’URSS, s’adresse, à travers le brouillard de l’opium religieux régnant librement en Europe et en Amérique, à tous les travailleurs de l’art et du théâtre de l’Europe et de l’Amérique, qui pensent honnêtement, et les appelle à dévoiler aux travailleurs de leurs pays tout le but ignoble de l’intervention papale50.

  • 51Ответ рабочих папе римскому [La réponse des ouvriers au pape de Rome], dans Безбожник, 03.1930 (VI (...)
  • 52  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 123-141 : « Bericht über die Lage der gottlosen Bewegung in der (...)

20Enfin, la presse soviétique vante la participation des masses aux manifestations. Le bimensuel Bezbožnik présente, en mars 1930, une page avec sept photographies dont cinq illustrent la réponse des ouvriers de Podolsk au pape lors d’une manifestation le 8 mars. Si le caractère antireligieux de ces images est indubitable (arrachage des cadres des images religieuses pour les offrir au « fonds de l’industrialisation », autodafé d’icônes), elles ne comprennent rien de spécifiquement anticatholique, ce qui les rendent peu probantes51. Il serait toutefois intéressant d’étudier (et d’évaluer) plus précisément ces manifestations populaires. D’après un rapport du département d’agit-prop du Komintern, « les travailleurs d’URSS ont donné la réponse à la provocation papale sous la forme de manifestations de masse, de protestations auxquels des millions d’ouvriers et de paysans ont participé (à Moscou 1 million de personnes, à Léningrad 500.000, à Kharkov 200.000, à Bakou 100.000, etc.) », mais aussi par une entrée massive dans les organisations du parti communiste et des organisations athées52. La campagne de 1930 eut donc un fort impact en Union soviétique, mais aussi au-delà, sur le mouvement communiste international

Convertir le mouvement communiste international à la lutte antireligieuse

  • 53 Крестовый поход капитала и церкви [La croisade du capital et de l’église], dans Антирелигиозник, 0 (...)
  • 54 Рабочие капиталистических стран – ?в защиту СССР [Les ouvriers des pays capitalistes à la défense (...)
  • 55 Чехо-словацкий коммунистический депутат разоблагает истинный смыслкрестого похода [Un député co (...)
  • 56Au front unique antisoviétique qui va du socialiste Kerensky au pape Pie XI les travailleurs du mo (...)
  • 57  R. Rolland écrit ainsi dans la revue Monde un article publié le 9 avril 1930, reproduit dans Izves (...)
  • 58Союз друзей СССР организует отпор “крестовому походу” [L’union des amis de l’URSS organise la rési (...)

21Dans la perspective soviétique, la campagne du pape est présentée comme une croisade non seulement contre l’URSS mais contre l’ensemble du mouvement ouvrier international. L’Antireligioznik affirme ainsi en mars 1930 que « cette campagne (поход) n’est pas seulement contre l’URSS. Cette campagne est contre la classe ouvrière, contre les travailleurs de tous les pays, pour qui le Pays des Soviets apparaît comme la véritable patrie socialiste »53. La presse met alors en valeur les actions des communistes occidentaux. En Allemagne, par exemple, un meeting au Palais des sports de Berlin réunit 11.000 personnes, des drapeaux rouges sont hissés sur des églises, des « masses » d’ouvriers se font rayer des listes de communautés religieuses54. En Tchécoslovaquie, un député communiste émet une protestation politique55. La presse communiste occidentale et les sympathisants imitent alors les mots d’ordre soviétiques : de L’Humanité56 à Romain Rolland57, la campagne du pape est présentée comme une manipulation de l’opinion publique à la solde des capitalistes. L’Union des amis de l’URSS organise même des manifestations du 15 au 19 mars 193058.

  • 59  B. Bayerlein, B. Studer, dans J. Gotovitch, M. Narinski (dir.), Komintern : l’histoire et les homm (...)
  • 60  S. Bahne (éd.), Archives de Jules Humbert-Droz III. Les partis communistes et l’Internationale com (...)

22Malgré ces réactions, le mouvement communiste international a été dépassé sur le terrain par l’ampleur de la croisade des religions. C’est du moins ce que laisse apparaître l’exemple suisse. Le responsable du parti communiste à La Chaux-de-Fonds, César Graber, écrit le 13 février 1930 à Jules Humbert-Droz, alors encore à Moscou59, que le parti subit « assez fortement le contrecoup des offensives déclenchées par la bourgeoisie et les socialistes contre la Russie ». Après les campagnes de presse sur « la terreur, les massacres et [l]es jugements iniques de la Tcheka », se déploie la campagne sur les persécutions religieuses : « les églises ont protesté, une grande conférence a eu lieu en particulier à Genève, et ici la Feuille du dimanche [un hebdomadaire de La Chaux-de-Fonds dirigé par un pasteur] a été furieuse ». Malgré les démentis de la presse communiste, « le public en général croit à la terreur et aux persécutions ». Graber demande donc à Humbert-Droz de venir donner faire de « bonnes conférences sur la situation en Russie, sur le progrès de la construction du socialisme, et également des réponses aux accusations qui étourdissent le pauvre lecteur »60.

  • 61  GARF, f. 5407, op. 1, d. 57, l. 7 : Oleščuk (secrétaire en chef du Conseil central des sans-dieu m (...)
  • 62  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 2-16 : « Information über den Verlauf und die Beschlüsse des IV (...)
  • 63Ibid., l. 115-118 : « Resolution des Exekutivkomités des Zentralrates des Bundes des Kämpfenden Go (...)

23Ce désir d’un démenti est exprimé également au plus haut niveau. En 1930, la campagne contre les persécutions en URSS divise l’Internationale prolétarienne des libres-penseurs (IPF – Internationale Proletarische Freidenker) qui avait été fondée en 1925 en se distinguant de l’Internationale libre-penseuse « bourgeoise » de Bruxelles. Au printemps 1930, le président du comité exécutif de l’IPF, Hartwig, adresse au Conseil central de l’Union des sans-dieu militants d’URSS une série d’articles extraits de « journaux bourgeois » contenant des « attaques calomnieuses contre l’URSS » « avec la “prière” de faire un démenti » (с “просьбой” дать опровержение). Le Conseil des sans-dieu demande alors son avis aux responsables de l’OGPU sur un éventuel démenti et souhaite « l’assistance des organes du GPU » pour « trouver des matériaux démentant les circonstances concrètes » des faits cités61. Ce démenti n’a pas lieu. Bien au contraire, les sans-dieu soviétiques – qui font aussi partie de l’IPF – reprennent l’initiative. À l’occasion du IVe congrès de l’IPF à Bodenbach (Tchécoslovaquie) du 14 au 17 novembre 1930, ils provoquent une scission. Ce congrès voit s’opposer le Comité directeur (qualifié de « socialfasciste » dans les sources kominterniennes) et l’opposition formée par les sans-dieu d’URSS. Cette situation provoque la tenue d’un contre-congrès à Tetschen qui « examina toutes les questions de l’ordre du jour présenté par l’aile gauche »62. Les archives du Komintern montrent clairement le rôle déterminant de la campagne de 1930 dans la division du mouvement international de libre-pensée. En effet, les sociaux-démocrates « ne voulaient aucun combat contre la croisade du pape. Et bien plus, dans l’Organe de l’association allemande du “Libre-penseur” (Der Freidenker) a paru un article d’une trotskiste, une certaine Petrowa, dans lequel elle se solidarise complètement avec la croisade du pape contre l’URSS »63.

  • 64Ibid., l. 34 : lettre de l’agitprop du Comité exécutif de l’IC et du Secrétariat romain au Comité (...)
  • 65Ibid., l. 94-95 : lettre de l’agitprop du CE de l’IC et du Secrétariat romain au Bureau Politique (...)
  • 66  Dans un bilan pour l’année 1930, « la plus grande campagne politique » du mouvement des sans-dieu (...)
  • 67  André Lorulot (André Roulot), 1885-1963. Militant anarchiste-individualiste et de la libre pensée, (...)
  • 68  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 94-95 : lettre de l’agitprop du Comité exécutif de l’IC et du S (...)
  • 69  J. Lalouette, Communisme et Libre Pensée durant l’entre-deux-guerres : l’Union des libres penseurs (...)

24Cette scission est complétée quelques mois plus tard par une transformation du mouvement de libre-pensée prolétarienne à l’échelle internationale dans le sens d’une « soviétisation ». Après le congrès de Bodenbach, le Komintern essaie de relancer le mouvement antireligieux dans le monde. Mi-janvier 1931, les secrétariats « régionaux » (Secrétariat romain, Secrétariat anglo-américain) écrivent aux partis communistes locaux pour leur demander de développer le travail antireligieux en s’appuyant – s’il existe – sur le mouvement local de libres-penseurs prolétariens, notamment à l’occasion de la campagne de Pâques : « l’essentiel devrait être de montrer l’activité de l’Église (plus particulièrement de l’église catholique) dans la préparation de l’intervention contre l’URSS »64. La France, qui dispose déjà d’organisations de libre-pensée liées au Parti, est particulièrement visée. La lettre envoyée au PCF le 16 janvier 1931 est, en effet, plus précise que les autres et comprend un véritable plan de réorganisation du travail antireligieux. Le Komintern demande à « la Direction du Parti » d’« utilise[r] de façon systématique les événements pour mettre en avant l’organisation des libre-penseurs et faciliter son développement ». L’expérience de 1930 est clairement présentée comme une occasion ratée, pendant laquelle la « réponse à l’offensive du Pape aurait pu donner la possibilité de faire connaître la F.F.L.-P.P. [Fédération française de libre-pensée prolétarienne] aux grandes masses et d’accélérer considérablement son développement ». Désormais, « tout événement analogue », comme « l’attitude de l’Église contre l’URSS, les scandales religieux » doit être exploité. La F.F.L.-P.P. doit être développée, afin que cette dernière prenne en charge toutes « les campagnes anti-religieuses du parti »65. Ce document montre donc que, contrairement aux rapports d’activité dithyrambiques sur la mobilisation des sans-dieu en URSS contre la croisade du pape tout au long du printemps 193066, la mobilisation internationale a été insuffisante. Par ailleurs, le projet du Komintern va plus loin qu’une simple mise en valeur des associations de libre-pensée. Il s’agit également de constituer un noyau de militants experts sur la question antireligieuse, à cheval sur l’association de libre-pensée et l’agitprop du Parti en constituant une sous-section qui proposerait « un programme théorique et pratique de lutte anti-religieuse marxiste conséquente » afin de toucher de « grandes masses ». Ces « groupes spéciaux pour le travail idéologique » devraient agir au sein de la F.F.L.-P.P., de l’organisation Lorulot67, « dans l’organisation petite-bourgeoise maçonnique de libre-pensée » et même « dans les organisations catholiques de masse (patronages, sociétés de gymnastique et de musique, J.O.C., etc…) »68. C’est probablement dans ce contexte moscovite qu’il faut comprendre la transformation en 1932 de l’UFLPR (Union fédérale des libres penseurs révolutionnaires) en ATSD (Association des travailleurs sans dieu)69. De façon assez paradoxale, la campagne religieuse de 1930 a ainsi provoqué une réorganisation des mouvements athées dans le monde.

25En 1930, la campagne de dénonciation menée par le pape a rencontré un puissant écho et fait entrer les relations soviéto-vaticanes dans une nouvelle ère d’hostilité idéologique ouverte. Si les relations diplomatiques bilatérales deviennent impossibles pour les deux parties, en revanche, le Saint-Siège, qui n’hésite pas à se poser en leader dans le monde occidental, déploie une activité diplomatique à l’échelle internationale pour poser la question russe aux États européens, aux États-Unis et à la Société des Nations.

Introuvables partenaires : l’isolement du Saint-Siège à l’heure de l’effondrement de la sécurité collective

26Les années 1930 sont marquées par une série d’actions ponctuelles du Saint-Siège auprès de différents États dans le but de sensibiliser l’opinion internationale aux problèmes religieux en URSS ou d’obtenir quelques avantages pour les catholiques de Russie.

Profiter des alliances avec l’URSS : l’instable pivot français et l’alternative italienne

27Dans la lignée des actions menées par la Secrétairerie d’État dans les années 1920 (notamment en 1926 lors des négociations franco-soviétiques et germano-soviétiques), le Saint-Siège essaie d’agir lors de la conclusion d’alliances entre des États européens et l’URSS. Alors que la France et l’Allemagne deviennent des partenaires plus instables, l’Italie s’impose comme une alternative intéressante.

  • 70  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 674, fasc. 79, f. 32 : « Appunto di Mons. d’Herbigny », Rome, 25.08.19 (...)
  • 71Ibid., f. 34-35 : lettre à Marmaggi, 01.09.1932, N°2517/32, italien ; ibid., f. 36-37 : lettre à L (...)
  • 72 Ibid., f. 39 : note « parlatorie con Sig. Thynne », 04.10.1932, N°2887/32, italien.
  • 73  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 64, f. 36-37 : Maglione à Pacelli, Paris, 13.12.1933, No (...)
  • 74  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : Charles-Roux au MAE, Rome, 30.05.1934, Direction politique E (...)
  • 75  C. Poupault, La visite officielle de Pierre Laval au Vatican en janvier 1935. Origine, déroulement (...)
  • 76  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 91-93 : Neveu à « Excellence », Moscou, 19.05.1935. Cet (...)
  • 77  Voir plus bas p. 677-678.
  • 78  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1079, Charles-Roux (ambassadeur de France près le Saint-Siège) à La (...)
  • 79  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 9 : O’Rourke à Pizzardo, Dantzig, 14.09.1935, italien.
  • 80Ibid., f. 23 : anonyme, FU, octobre 1935, N°269/30, italien. En parallèle, Pie XI demande de trouv (...)
  • 81  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : Jean Rivière (chargé d’affaires près le Saint Siège) à Yvon (...)

28En 1932, le Saint-Siège sonde ses partenaires diplomatiques à l’occasion de la série de pactes de non-agression entre l’Union soviétique et des États européens. En août 1932, lors de la préparation du pacte de non-agression France-URSS, Édouard Herriot, président du Conseil, se dit « résolu à dire un jour à l’ambassadeur soviétique : “Vous vous affaiblissez avec vos luttes religieuses. […] Cette guerre vous nuit autant qu’une guerre étrangère” »70. Michel d’Herbigny aurait ainsi obtenu du chef du gouvernement français non pas que les questions religieuses soient intégrées dans les négociations mais que la France fasse peser, à l’occasion, une pression morale sur ces questions. En septembre 1932, alors que les pactes de non-agression avec la Pologne et la Roumanie sont presque conclus, le Saint-Siège demande aux représentants pontificaux à Varsovie et à Bucarest d’agir auprès de ces gouvernements pour qu’ils signifient que les persécutions religieuses nuisent aux « bons rapports » de l’URSS avec les autres États71. Pour appuyer cette action auprès des gouvernements polonais et roumain, le Saint-Siège demande même au gouvernement britannique de s’exprimer sur le bénéfice que retireraient « non seulement […] la religion mais aussi […] l’humanité » de l’achèvement des persécutions72. La signature en novembre 1932 du pacte de non-agression entre la France et l’Union soviétique renforce le rôle d’intermédiaire de la France. En décembre 1933, Joseph Paul-Boncour, ministre des Affaires étrangères, propose au nonce Maglione de faire une démarche auprès de l’ambassadeur soviétique (qui devait être reçu juste après le nonce) pour lui parler du « tort que se cause la Russie dans l’opinion mondiale » sur la question religieuse. Paul-Boncour, membre du parti républicain-socialiste, justifie ce bon office non seulement par l’« intérêt politique » de la France « mais aussi parce qu’il serait conforme aux traditions françaises et à [s]es convictions personnelles » (alle tradizioni francesi ed alle mie convinzioni personali)73. On retrouve ici la perspective humanitaire que de nombreux diplomates français cherchent à imprimer à l’action internationale du pays. Cependant, ces gages donnés au Saint-Siège sur la question religieuse constituent aussi un élément de la difficile stratégie française d’élaboration d’une nouvelle alliance entre la France et le monde russe. Cette alliance, à laquelle rechigne une large partie de l’opinion française, devient pourtant incontournable au moment où l’Allemagne s’engage résolument dans une perspective de révision violente du traité de Versailles. En 1934, dans un contexte où l’Allemagne de Hitler a déjà quitté l’organisation genevoise (octobre 1933), la diplomatie française, qui soutient la candidature de l’URSS à la SDN, encourage sa protégée à effectuer « quelque application pratique du principe de tolérance religieuse » afin d’en retirer un « bénéfice moral des plus appréciables, non seulement aux yeux du Vatican, mais à ceux de tout le monde chrétien, qui est quand même […] la partie la plus civilisée du monde » : cette pression effectuée par la France serait, selon l’ambassadeur français près le Saint-Siège, un trait distinctif de la « tradition française » qui n’hésite pas en tant que « grande puissance [à] mettre un peu d’idéal dans sa politique extérieure », dans la mesure où « la liberté de conscience, celle du culte, la tolérance religieuse, sont des conquêtes de la civilisation, au patrimoine de laquelle elles appartiennent »74. L’étude des sources soviétiques permettrait certainement de mieux saisir l’impact de ces pressions françaises sur les stratégies soviétiques, en matière de politique internationale mais aussi en politique intérieure. En 1935, les progrès des relations entre la France et l’URSS (signature du pacte franco-soviétique le 2 mai) renforcent encore ce pivot français, vers lequel le Saint-Siège n’hésite pas à se tourner. Lors de son voyage en URSS en mai, Pierre Laval, président du Conseil, qui avait été reçu au Vatican quelques mois plus tôt75, évoque ainsi directement la question catholique avec Staline76. Cette intervention, ainsi que les efforts pour faire entrer un second dominicain en Russie77, dénotent une politique de longue haleine d’« action auprès des Soviets en faveur de la religion catholique », à laquelle le pape se montre « sensible »78. En octobre suivant, informé par diverses organisations biélorusses évoquant « le grand nombre de morts » et les prêtres emprisonnés79, Pie XI n’hésite ainsi pas à demander au nonce à Paris de « di[r]e quelque chose à Laval »80. Ces gestes d’appaisement en direction du pape doivent encore une fois se comprendre dans un contexte français, toujours marqué par l’anticommunisme, dont témoigne d’ailleurs la lenteur de la ratification du pacte franco-soviétique en France (mars 1936). Avec l’arrivée au pouvoir du Front populaire au printemps 1936, la collaboration franco-vaticane semble enregistrer un bref refroidissement, dont témoigne l’impossible retour de Mgr Neveu en URSS après son séjour en France à l’été 1936. Assez rapidement toutefois, la diplomatie française reprend ses bons offices auprès de l’URSS sur la question religieuse. C’est du moins ce que tente de faire valoir l’ambassade de France près le Saint-Siège, qui abreuve en 1937 le Quai d’Orsay de rapports sur la nécessité de modérer la politique antireligieuse soviétique. Le retour du Saint-Siège à une stratégie de dénonciation de la « terreur » en URSS (campagne dans L’Osservatore romano et la presse catholique en septembre 1937) est considéré comme nuisible à « la cause de la France ». Dans un contexte où l’URSS et le Saint-Siège apparaissent irréconciliables (anticommunisme indépassable de l’Église et réalité des violations des droits des croyants en URSS), la France aurait malgré tout intérêt à agir à la marge, pour obtenir « certaines concessions dans le domaine de la liberté religieuse », notamment sur la question des prêtres français81.

  • 82  Il sera ensuite ambassadeur à Berlin de 1935 à 1940 et joue un rôle important dans la mise en plac (...)
  • 83  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 96 : d’Herbigny, FU, 25.01.1933 et 10.02.1933, italien.
  • 84Ibid., sc. 43, fasc. 250, f. 28 : Attolico à Giobbe, Moscou, 16.05.1934-XII, Ambasciata d’Italia N (...)
  • 85  J. F. Pollard, Il Vaticano e la politica estera italiana, dans R. J. B. Bosworth, S. Romando (éd.) (...)
  • 86  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 68-70 : Neveu à « Excellence » [Pizzardo], Moscou, 05.0 (...)
  • 87Ibid., sc. 47, fasc. 281, f. 28 : Maglione à Pizzardo, Paris, 22.08.1935, Nonciature de France N°2 (...)
  • 88Ibid., sc. 43, fasc. 252, f. 69-72 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 21.10.1935, français ; f. 73 (...)
  • 89Ibid., sc. 43, fasc. 253, f. 89-90 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 01.06.1936, français.
  • 90 Ibid., sc. 48, fasc. 288 (prot. 82/34), f. 35 : anonyme, FU, 28.08.1935. Le père Tacchi Venturi in (...)
  • 91Ibid., sc. 43, fasc. 254, f. 14-15 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 23.07.1936.

29Si la France constitue un relais diplomatique auprès de l’URSS, celui-ci reste assez discret (il ne s’agit que d’une pression morale sur les questions religieuses exercée par les diplomates ou responsables politiques français) et connaît également des phases d’affaiblissement. L’Italie, dont les relations officielles avec le Saint-Siège sont établies au début de l’année 1929, essaie alors d’occuper les interstices laissés libres par la France et de s’imposer comme protectrice des intérêts catholiques en Russie. La personnalité et les réseaux familiaux de l’ambassadeur italien à Moscou Attolico jouent un rôle clé. Bernardo Attolico (1880-1942), juriste et économiste, entré dans la carrière diplomatique en 1919, a assumé des charges importantes dans les années 1920 auprès de la Société des Nations (1920-1927) puis au Brésil (1927-1930). Il arrive à Moscou le 12 mai 1930 et y reste jusqu’à l’été 1935. Il est l’artisan des accords économiques du 6 mai 1933 et du pacte d’amitié italo-soviétique du 2 septembre suivant82. Lié à l’un des prélats de la Commission pro Russia (Mgr Giobbe), il prête fréquemment son concours au Saint-Siège, notamment en poursuivant l’action culturelle développée dès les années 1920 par l’ambassade de France et Mgr Neveu. En 1933, l’ambassadeur italien remet ainsi des « panneaux » qu’il a achetés en Russie (probablement des fragments d’iconostases), que le pape fait restaurer mais en interdit l’« expos[ition] publiqu[e] en dehors de l’Institut oriental »83. En 1934, Mgr Neveu remet à Attolico – toujours pour l’Institut pontifical oriental – deux ouvrages de la collection du slaviste Undol’skij : un bréviaire de 1491 imprimé à Cracovie et un « mineon commun » imprimé à Moscou en 160084. Souvent sollicité pour les communications entre Mgr Neveu et Rome, l’intermédiaire italien n’offre pas toutefois toutes les garanties de fiabilité. Ceci apparaît plus net dans la seconde moitié des années 1930 dans un contexte de déception vaticane à l’égard de la diplomatie italienne après la guerre d’Éthiopie85. Dès le mois de mai 1935, Neveu signale à Pizzardo que, sur les trois derniers paquets expédiés par Giobbe à Attolico, deux lui furent remis ouverts, ce qui n’était jamais arrivé en passant par le courrier français. L’administrateur apostolique de Moscou demande donc au Saint-Siège de préférer la diplomatie française pour des raisons de confidentialité86. Mais, au même moment, en juillet 1935, la diplomatie française prévient Neveu que son courrier, envoyé par la valise diplomatique de l’ambassade de France près le Saint-Siège, pourrait être ouvert87. Finalement, en octobre 1935, après avoir reçu des assurances du côté de la diplomatie française sur le fait que son courrier ne serait pas sujet à la « censure préalable », Neveu « repren[d] […] l’ancienne manière de correspondre »88. À l’été 1936, après la victoire du Front populaire, Mgr Neveu s’inquiète toutefois de ne plus pouvoir utiliser la « valise française » alors que du côté italien « les lettres remises pour Rome doivent être consignées ouvertes et non cachetées »89. Malgré le départ d’Attolico de Moscou en 1935, ce dernier parvient à faire pression pour que son successeur Arone di Valentino fasse embaucher un ecclésiastique comme bibliothécaire : le salésien Sante Garelli, qui exercera surtout un rôle auprès des familles italiennes de l’ambassade90. Son action à l’égard des fidèles d’autres nationalités mériterait toutefois être précisé : en effet, il semble qu’à l’été 1936 à son départ de Russie Mgr Neveu ait laissé au salésien ses pouvoirs d’administrateur apostolique91.

30Malgré l’importance concrète de l’aide fournie au Saint-Siège, de façon concurrente, par la France et l’Italie, la situation reste instable et le climat chargé de méfiances réciproques. Ces bons offices fondés sur des relations bilatérales sont alors complétés par une approche plus globale de la situation russe. Le Saint-Siège se prend parfois à rêver d’une union européenne capable de faire pression sur l’Union soviétique.

Désarmement et anticommunisme : une union européenne contre le bolchevisme ?

  • 92  La première mention de ce terme dans un discours officiel d’un pape serait dans Quadragesimo Anno  (...)
  • 93  D. Menozzi, Chiesa, pace e guerra nel Novocento : verso una delegittimazione religiosa dei conflit (...)
  • 94  Y. De La Brière, Église et paix, Paris, 1932, p. 81.
  • 95  F. Bouthillon, La naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1 (...)
  • 96  En privé, le pape confie que « les Soviets profiteraient [du désarmement], les brigands sachant to (...)
  • 97  MacDonald, accompagné de sir John Simon, est longuement reçu en audience le 19 mars 1933 et, sur l (...)

31Alors que le terme même d’« Europe » reste peu présent dans la prédication pontificale92, il apparaît bien – au moins en filigrane – au début des années 1930 comme une piste dans le débat sur le désarmement. Si l’engagement du Saint-Siège pour la paix est une constante depuis la fin du XIXe siècle93, les négociations internationales sur le désarmement du début des années 1930 sont accueillies prudemment par le Saint-Siège. Comme le rappelle le père Yves de la Brière en 1932, pour que la paix soit juste et durable, le désarmement ne doit pas « garantir une scandaleuse impunité aux transgresseurs du droit »94. Pie XI martèle au même moment que le désarmement ne doit pas méconnaître le « danger bolchevique » : il exprime cette position à l’ambassadeur français en avril 1930 au moment de la conférence navale de Londres ayant pour objectif de limiter les flottes de guerre95, puis de nouveau en octobre 1932 lors de l’ouverture de la Conférence mondiale du désarmement à Genève96. Il expose encore ces mêmes idées en mars 1933 lors d’une entrevue avec le premier ministre britannique MacDonald97.

32Cependant, au-delà de la question du désarmement, la position vaticane doit être comprise dans une perspective géopolitique plus large à l’échelle européenne. En effet, comme l’analyse l’ambassadeur français près le Saint-Siège en 1932 :

  • 98DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome I (19 juillet-14 novembre 1932), Paris, 1964, doc. 259 (...)

le pape semble […] considérer l’Europe non bolchevisée comme une entité […] à laquelle il souhaite un armement respectable pour qu’elle ne devienne pas la proie des Soviets. Mais, dans l’intérieur de cette entité européenne, qui est loin d’exister, quelles doivent être les forces militaires respectives des puissances, Allemagne, France, Italie, etc… qui s’affrontent sur le problème du désarmement ? Cela paraît être relativement indifférent au pape98.

  • 99Ibid., tome III (17 mars-15 juillet 1933), Paris, 1967, p. 694-695 – doc. 380 : Charles-Roux à Pau (...)
  • 100  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 272, f. 28r : Tardini, FU, 03.02.1934.
  • 101  Télégramme de Bergen, Rome, 13.03.1933, N°11, allemand, dans Auswärtiges Amt (PAAA – Vat Iia, Pol. (...)

33Cette perspective explique l’enthousiasme romain pour le Pacte à quatre, signé par le Royaume-Uni, la France, l’Italie et l’Allemagne en juin 1933. Le secrétaire d’État Pacelli félicite l’ambassadeur français : Charles-Roux considère que « malgré [s]a réserve […] pendant la négociation, le Pape souhaitait, en son for intérieur, la conclusion de l’accord à Quatre ». Pie XI aurait également confié au cardinal Verdier que « si les quatre puissances occidentales s’entendaient, le bolchevisme serait endigué en Europe »99. De façon plus symbolique, on peut signaler la satisfaction du pape à Noël 1933, où la messe catholique à Saint-Louis fut suivie assidûment par le personnel diplomatique, avec des communions notamment de l’ambassadeur d’Italie et de la femme de l’ambassadeur britannique100. Cependant, cet intérêt pour une alliance européenne contre le communisme, qui intègre l’Allemagne, n’a rien d’étonnant et permet certainement de nuancer l’attitude de Pie XI qui avait chaleureusement salué dans son allocution consistoriale du 13 mars 1933 l’arrivée au pouvoir du nouveau chancelier allemand. Si cette révérence romaine à l’égard de Hitler doit d’abord se comprendre dans la logique de la politique allemande du Saint-Siège et la préparation du concordat avec le Reich, elle n’avait rien d’improvisé : la Secrétairerie d’État informa d’ailleurs l’ambassadeur du Reich que la référence à la civilisation chrétienne était une « reconnaissance indirecte de la manière d’agir résolue et intrépide du Chancelier du Reich ainsi que du gouvernement contre le communisme »101. Cet épisode de 1933 atteste probablement moins une alliance vaticano-hitlérienne que la volonté d’intégrer l’Allemagne dans une action anticommuniste européenne dont le Reich serait le fer de lance. Cependant, dès l’automne 1933, l’attitude allemande brise ces espérances (départ de la conférence du désarmement et de la SDN) en isolant toujours plus le Reich dans une révision agressive des traités de paix et de pression sur l’indépendance de l’Autriche. Le Saint-Siège cherche alors de nouveaux partenaires extérieurs à la vieille Europe.

La carte américaine

  • 102  Cf. supra p. 349.
  • 103  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 89, f. 70 : d’Herbigny, FU, 21.10.1932 ; f. 71 : d’Herbigny à W (...)
  • 104  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 477, f. 30-41 : Marella à Pacelli, Washington, (...)
  • 105Ibid., f. 55 : Marella aux ordinaires, 09.03.1933, anglais.
  • 106  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 656, fasc. 37, f. 24-25 : Marella à Pacelli, Washington, 24.05.1933, D (...)
  • 107  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 46 : Cicognani à Tardini, Washington, 11.11.1933, Déléga (...)
  • 108Ibid., f. 47 : note du 19.11.1933, italien.
  • 109Ibid., f. 56 : Tardini à Cicognani (résumé), 28.11.1933, italien.
  • 110  G. Toal, Spiritual geopolitics : Fr. Edmund Walsh and Jesuit anticommunism, dans D. Atkinson, K. D (...)
  • 111  Elles sont publiées dans G. M. Hamburg, In Lubianka’s Shadow… cit., p. xxxi.
  • 112  Voir p. 678.

34L’absence de relations diplomatiques entre les États-Unis et l’URSS est une ressource que le Saint-Siège cherche à préserver dès la fin des années 1920. Dans cet effort pour creuser la distance avec le pays des Soviets, le Saint-Siège dispose d’un allié infatigable et influent : le père Walsh, dont il conviendrait de mieux connaître les réseaux américains. En 1929, le jésuite est chargé de démentir dans la presse les rumeurs persistantes de relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Russie102. En octobre 1932, le pape lui demande d’agir avec la plus grande discrétion pour tenter de limiter les relations commerciales entre les États-Unis et la Russie103. À partir du printemps 1933, la question de l’établissement de relations diplomatiques agite l’opinion publique américaine. Dès le mois de mars, la Secrétairerie d’État charge la Délégation apostolique aux États-Unis d’enquêter sur cette éventualité. Après avoir consulté le père Burke, secrétaire général du NCWC, la Délégation interroge les évêques américains, d’abord de façon indirecte par le biais du père Burke qui leur écrit sans faire « mention ni du Saint-Siège, ni de la Délégation apostolique ». Cette première consultation des évêques (qui dénote d’ailleurs les précautions prises à l’égard de cet épiscopat) ne satisfaisant pas Paolo Marella, toute la hiérarchie américaine est consultée directement par la Délégation apostolique le 9 mars 1933104. Les évêques sont interrogés : 1/ sur ce que changera la reconnaissance de l’URSS pour les États-Unis ; 2/ sur l’utilité pour « la hiérarchie » d’« exprimer publiquement son opposition à une telle reconnaissance » ; 3/ sur la possibilité de publier une « lettre pastorale soulignant pour les fidèles les dangers du communisme (dangers of Communism) et la valeur et l’opportunité de la doctrine et du programme social de l’Église »105. Les réponses des évêques font apparaître une grande diversité, à l’image de l’opinion et des hommes politiques américains106. Malgré la modération de l’épiscopat, le Saint-Siège se résout à promouvoir une action dans le cadre de ces négociations en passant… par le père Walsh. Si les documents consultés ne nous permettent pas d’aborder précisément l’action du jésuite américain, certains éléments indiquent qu’il fut associé de près aux négociations soviéto-américaines mais que le Saint-Siège, entravé par l’absence de d’Herbigny, ne parvint pas à en tirer profit. En effet, le représentant officieux des Soviets à Washington invita à plusieurs reprises le père Walsh à fournir les noms des évêques emprisonnés en Russie. Walsh, qui chercha d’abord à joindre le président de la Pro Russia et ne reçut aucune réponse de Tardini, finit par passer par le canal de la Délégation apostolique à Washington107. La réponse de Rome fut alors assez lente : le 19 novembre, un premier télégramme de la Pro Russia ne donne ni noms ni adresses « car les Soviets connaissent chaque chose »108… et ce n’est que fin novembre que Rome envoit une liste de vingt prêtres prisonniers109. Au-delà de cet épisode, qui montre surtout les dysfonctionnements romains, le père Walsh est bien présent : à la fin des négociations, Roosevelt reçoit même le jésuite au bureau ovale pour lui expliquer personnellement la situation alors même que la mobilisation catholique reste forte (meetings, pétitions…)110. Les accords Roosevelt-Litvinov sont finalement signés à la Maison Blanche le 16 novembre 1933 et comprennent 11 lettres et un mémorandum. Parmi ces lettres, deux sont consacrées à la question de la liberté religieuse111 et vont permettre – dans les jours qui suivent – l’envoi d’un prêtre catholique pour les ressortissants américains en Union soviétique : l’assomptionniste Leopold Braun (1903-1964)112. Pour la première fois depuis de longues années, un État occidental (qui n’entretient toutefois pas de relations diplomatiques officielles avec le Saint-Siège) intègre clairement dans ses négociations avec l’URSS la question de la liberté religieuse et permet à l’Église catholique de gagner des avantages, limités certes mais très concrets, dans ce pays.

L’entrée de l’URSS à la SDN (septembre 1934)

  • 113  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 5 : note anonyme [Giobbe], s. d. [24.05.1934], itali (...)
  • 114Ibid., f. 6 : Giobbe à « excellence révérendissime », Vatican, 25.05.1934 et annexe f. 5 : note an (...)
  • 115  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 671, fasc. 78, f. 92 : Th. Aubert à « Monsieur », Genève, 13.06.1934, (...)
  • 116  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 7 : Saverio Ritter à Pizzardo, Berne, 18.09.1934, No (...)
  • 117  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 24-25 : A. Kartašëv à Pacelli, Paris, 01.10.1934, Co (...)

35Après le départ de l’Allemagne de la SDN en octobre 1933, l’Union soviétique se rapproche de l’organisation genevoise. Si, comme on l’a vu plus haut, le Saint-Siège peut escompter de délicates pressions françaises pour défendre la liberté religieuse en URSS, la Secrétairerie d’État reste discrète. Tant et si bien que le 24 mai 1934, face à cet attentisme, Mgr Giobbe, de sa propre initiative, remet une note au secrétaire d’État pour lui demander si « le Saint-Siège ne pourrait […] pas faire quelque démarche [qualche passo] auprès de différents gouvernements, membres de la Société des Nations pour les inciter à obtenir, qu’avant d’admettre l’URSS dans la Société, on pose comme condition l’assurance de la liberté effective de conscience et la liberté de culte pour tous les sujets de l’Union soviétique ». Selon lui, cette promesse constituerait surtout un avantage moral : celui de « sauv[er] le principe que les Nations chrétiennes […] ne veulent pas admettre sans condition dans la Société cette Nation qui renie et piétine tout principe religieux et nie à ses sujets les droits les plus sacrés de la nature humaine »113. Dès le lendemain, le prélat précise sa position : pour le Saint-Siège, cette action, faite « au moins pour l’histoire », serait également l’occasion de rassurer les Russes qui ont eu « actuellement l’impression que le Saint-Siège a négligé […] de résister et de protester contre la persécution et l’athéisme »114. Cette demande se comprend donc également dans le désarroi causé par la situation incertaine de la Commission pro Russia depuis l’automne 1933. Cependant, la Secrétairerie d’État ne semble pas avoir engagé d’action en ce sens. En revanche, lors des discussions sur l’admission de l’Union soviétique à la SDN, certaines organisations, comme l’EIA, qui incite le Saint-Siège à lancer « une vigoureuse campagne »115, et certains États manifestent publiquement leur hostilité. C’est le cas de la Suisse, au travers du discours du conseiller fédéral Giuseppe Motta à la SDN. Après avoir insisté sur l’hostilité du peuple suisse aux principes du communisme, ce dernier s’arrête longuement sur les questions religieuses, dans leurs aspects intérieurs (« les serviteurs du culte et leurs familles sont privés des cartes alimentaires. Les temples sont désaffectés et tombent en ruine ») et surtout internationaux. Motta souligne que « les Églises chrétiennes du monde entier se sentent frappées dans l’esprit et dans la chair de tous ceux qui, là-bas, clament et professent leur croyance dans le Christ. Une pétition qui s’appelle “des martyrs” a recueilli en Suisse, l’an dernier, plus de deux cent mille signatures ! ». Ce discours sonne donc comme une mise en garde : en entrant à la Société des Nations, « les délégués soviétistes » doivent s’attendre à trouver « des voix [qui] retentiront ici pour demander, au nom de la conscience humaine, des explications à leur Gouvernement »116. Pour cette intervention de Motta et celle d’autres représentants d’États catholiques (Irlande et Portugal notamment), la Secrétairerie d’État fut remerciée par certains émigrés russes ! Kartašëv, qui salue leur « courage moral de protester contre l’admission inconditionnée des bolchéviks dans cet organisme destiné à poursuivre des tâches humanitaires », considère en effet que « ces diplomates, qui sont de confession Catholique-Romaine, étaient sans doute pénétrés de l’esprit qui anime le Saint-Siège »117. Cette inspiration vaticane, insaisissable dans les documents romains, peut toutefois être comprise comme un fruit tardif de la stratégie de dénonciation développée en 1930. Quant au silence relatif de la Secrétairerie d’État, on peut l’interpréter à l’aune des changements institutionnels en cours (le motu proprio faisant passer la Pro Russia sous la dépendance des Affaires ecclésiastiques extraordinaires n’est promulgué que début 1935) mais aussi comme le signe d’une nouvelle stratégie vaticane à l’égard de l’Union soviétique et du communisme international, d’abord centrée sur l’observation et la collecte d’informations.

Un symptôme d’isolement : vers une diplomatie vaticane de la collecte d’informations

  • 118  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 24 : circulaire de Pacelli à Mgr …, Va (...)
  • 119  Détails dans la note en ibid., f. 28.
  • 120Ibid., f. 24.
  • 121 Ibid., f. 25-26 : « Note circa la propaganda comunista », imprimé. Cf. document 40.

36Dès 1932, au lendemain de la longue phase de dénonciation dans l’opinion du danger communiste, le cardinal Pacelli lance une enquête sur « la propagande communiste [qui] représente actuellement un grave danger pour l’ordre social, en général, et pour la religion catholique, en particulier »118. Le secrétaire d’État adresse ainsi une circulaire en avril 1932 à tous les nonces et internonces, aux deux chargés d’affaires (Lituanie, Liberia), ainsi qu’à 21 délégués apostoliques119. Le caractère global de cette enquête, qui mobilise l’ensemble des représentants du Saint-Siège dans le monde, est justifié par l’« universelle sollicitude pastorale [universale sollecitudine pastorale] » du Saint-Siège. Les représentants pontificaux doivent mener une enquête « sur les manifestations, les moyens de propagande, les progrès du communisme dans les différents pays », en s’assurant notamment de « la collaboration des excellentissimes évêques ou d’autres personnes ecclésiastiques ou laïques de toute confiance, notamment de celles en contact avec le gouvernement »120. Un document annexe développe la façon dont « la propagande communiste, organisée depuis Moscou, s’étend activement dans tous les pays du monde » et s’attaque aux « religions monothéistes […] mais surtout à l’Église catholique » et à son centre « le Siège Apostolique ». Cette action serait organisée depuis Moscou et Berlin par la Ligue des sans-dieu militants, avant de se déployer partout dans le monde, en particulier dans les milieux plus ouverts sur le monde (employés des compagnies de transport, marins, intellectuels…). Parmi les « moyens » mis en œuvre pour « détacher le peuple de toute religion », le secrétaire d’État mentionne « la presse, les conférences, et spécialement le cinéma ». Pour évaluer cette situation, un questionnaire en neuf points guide les réponses : les organisations officielles et secrètes de lutte anti-religieuse, les vecteurs de la propagande antireligieuse, la formation antireligieuse, l’attitude de « l’opinion publique et de la grande presse » face à la propagande antireligieuse, la coopération de la franc-maçonnerie ou de sectes au travail antireligieux, la possibilité d’un « coup d’État » communiste, l’existence de lois ou d’associations menant une « contrepropagande », l’action des catholiques, notamment dans le domaine social (syndicats, groupements de jeunes)121. Au-delà des réponses à ce questionnaire, cette circulaire exige des représentants du Saint-Siège de poursuivre l’effort d’information sur le communisme et de recueillir de la documentation (livres, revues…), ainsi que de faire des

  • 122Ibid.

propositions précises sur la façon d’arrêter le progrès du communisme et de sa propagande […], en indiquant les moyens spirituels que l’on retient le plus adaptés (offices religieux de réparations, pèlerinages, communions d’expiation, prières pour les persécutés de Russie, du Mexique et de l’Espagne, exercices spirituels aux élites etc.) et en évitant ce qui pourrait inquiéter l’opinion publique et favoriser le communisme par un pessimisme contraire à l’esprit de l’Évangile et aux directives du Saint-Père122.

  • 123  La Commission demanda même à la Secrétairerie d’État, en vue de ce travail supplémentaire, un renf (...)
  • 124  Le nonce de Bavière signale ainsi que les produits culturels soviétiques suscitent un enthousiasme (...)
  • 125  Voir infra p. 736 sq.

37S’il est impossible d’analyser ici les résultats de cette enquête, dont le dépouillement fut assuré par la Commission pro Russia123, un premier survol des réponses révèle que l’influence russe est peu mentionnée à part dans le domaine culturel (certains représentants pontificaux n’hésitent pas à utiliser le terme de « bolchevisme culturel » fréquemment utilisé dans les milieux anticommunistes124), ce qui explique probablement le repli du Saint-Siège vers l’action culturelle dans les années 1930125.

  • 126  ASV, Arch. Nunz. Italia, b. 9, fasc. 3, f. 1-3 : circulaire de Pacelli, Vatican, 20.02.1936, prot. (...)
  • 127  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 486, f. 10-12 : « Rapporti informativi dei nun (...)

38Cette grande enquête est prolongée quelques années plus tard, dans le contexte des fronts populaires par une nouvelle circulaire de la Secrétairerie d’État au printemps 1936. Pacelli rappelle à tous les représentants du Saint-Siège que « la propagande communiste dans le monde entier » fait partie de l’« une des plus graves préoccupations du Saint-Père » tant pour ses conséquences sociales que religieuses. Pour lutter contre la « tactique » actuelle des communistes de « s’insinuer dans les rangs des catholiques », le cardinal Pacelli demande de « tenir constamment informée cette Secrétairerie d’État du travail communiste dans [leur] région » mais aussi de donner des informations sur les solutions trouvées localement pour « préserver les fidèles ». Afin de guider les représentants du Saint-Siège, la revue des Lettres de Rome est envoyée à chacun126. Cette seconde enquête reflète une attitude plus offensive de la Secrétairerie d’État ainsi que les changements institutionnels opérés à Rome : alors que la Commission pro Russia menée par d’Herbigny avait assuré le dépouillement de la première enquête dans une dynamique centrifuge, en 1936, le secrétaire d’État « arme » son administration en diffusant la publication réalisée par les jésuites des Lettres de Rome sur l’athéisme. Les réponses à cette enquête révèlent les progrès de la propagande communiste qui « est en train d’enfermer dans des mailles toujours plus serrées le monde entier ». Certains lieux sont particulièrement touchés en Europe centrale : « la Roumanie est devenue le corridor de passage entre la Russie et sa… colonie, la Tchécoslovaquie ». Les populations fragiles restent les intellectuels et les jeunes : « plusieurs auteurs de renommée mondiale ont adhéré (peut-être plus par dilettantisme, on ne sait dire) au mouvement communiste », alors que « les Ambassades soviétiques sont souvent le centre de propagande de la VOKS et des autres associations culturelles communistes »127. À partir du milieu des années 1930, le Saint-Siège essaie donc de s’informer au mieux et de mobiliser ses forces dans le monde, dans un contexte de polarisation inédite des relations internationales et d’affrontement des idéologies.

Le Saint-Siège face à la crise européenne : fragilité et impuissance

  • 128  E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, p. 92.
  • 129Ibid., p. 193.
  • 130Ibid., p. 196-198.
  • 131  P. Blet, A. Martini, B. Schneider (éd.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde G (...)

39Cependant, face à l’intensification des tensions et à la multiplication des conflits armés à partir du milieu des années 1930, la politique extérieure du Saint-Siège adopte une remarquable discrétion, que les actions souvent virulentes du début des années 1930 ne laissaient pas présager. Durant la guerre d’Espagne, du moins dans un premier temps à l’été 1936, le pape semble « paralysé sur ce qu’il convient de faire » alors que son secrétaire d’État lui propose notamment d’organiser des fonctions expiatoires et une mobilisation spirituelle pour le pays128. Si le pape va prendre la parole sur cette question en septembre et que s’organise progressivement une présence diplomatique du Saint-Siège en Espagne, le Saint-Siège refusera d’organiser une médiation pontificale en mars 1937, malgré la pression française129. Cependant, c’est durant la crise de Munich de l’automne 1938 que ce retrait du pape semble le plus sensible. Le pape est sollicité de toutes parts pour lancer une grande mobilisation pour la paix (Tardini souhaite l’organisation de prières pour la paix, Pacelli insiste pour une intervention forte du Saint-Siège) mais « le pape repousse clairement l’hypothèse d’entrer en contact direct avec les protagonistes » moins par souci d’impartialité que parce qu’une médiation lui semble illusoire. Certes, le 29 septembre, il prononce un radiomessage important, la voix tremblante, et offre sa vie pour la paix du monde, mais cette intervention reste isolée. En octobre, Tardini propose encore de lancer un nouvel appel à la paix mais la réponse de Pie XI ne laisse aucune ambiguïté sur sa conviction que la guerre est inévitable : « mais vous ne comprenez pas que c’est du réchauffé (ma non capite che è una minestra riscaldata) » ! Pie XI se tourne vers une action plus spirituelle et discrète : comme l’observe finement Emma Fattorini, ce retour vers la prière est « une modalité d’approche qu’il suit dans tous les moments cruciaux et qui ne semble pas être le fruit d’une faiblesse de renoncement, mais au contraire révèle, en face de l’inquiète agitation de ses collaborateurs de la Secrétairerie d’État, une conscience plus lucide de la catastrophe et la volonté de maintenir – lui si passionnel – une sobriété qui ne veut rien céder à la rhétorique, ni politique ni encore moins religieuse »130. Après l’élection de Pie XII, le Saint-Siège renoue avec des initiatives proprement diplomatiques de médiation dans un contexte où la menace de guerre se précise. Dès le mois de mai 1939, le nonce à Berlin avait été averti par Ribbentrop de la possibilité d’un accord germano-soviétique si l’URSS s’abstenait de sa « perfide propagande pour une révolution mondiale »131. Le pacte germano-soviétique du 23 août 1939 n’a probablement ainsi pas constitué un choc pour la diplomatie romaine, depuis plusieurs années très critique à l’égard du nazisme et de son rôle dans la lutte anti-communiste.

40Malgré l’appui régulier de certains États européens et des États-Unis et un réel prestige à l’échelle internationale, le Saint-Siège est isolé dans le contexte des années 1930 et se place en retrait. Après la phase d’affrontement idéologique du début des années 1930, le Saint-Siège semble abandonner progressivement toute action à l’égard du monde russe sur la scène internationale pour se préoccuper exclusivement du communisme et de ses logiques internationales. Cependant, il s’agit moins d’un retrait des questions russes que d’une plus grande réserve. En effet, il est un domaine dans lequel l’action internationale du Saint-Siège se poursuit jusqu’à la fin des années 1930 mais de façon extrêmement discrète : la diplomatie humanitaire.

Entre crise financière et instrumentalisations politiques : une diplomatie humanitaire dans l’incertitude

41Tout au long des années 1930, en effet, malgré la crise économique, la répression stalinienne et l’isolement diplomatique, le Saint-Siège poursuit son aide aux catholiques locaux en ayant recours aux bons offices de nombreux États. Centrée sur des objectifs strictement confessionnels, la diplomatie humanitaire du Saint-Siège évite soigneusement toute publicité.

Une aide maintenue aux catholiques d’URSS

Transferts de fonds et de biens matériels : les intermédiaires français et italiens

  • 132  Par exemple, en décembre 1934, Neveu accuse réception de 15.000 francs remis par le canal de la no (...)
  • 133  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 83 : d’Herbigny, FU, 30.11.1928 ; f. 85 : reçu pour les (...)
  • 134  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 86 : congrès du 12.12.1928 ; f. 87 : d’Herbigny, FU, 14. (...)
  • 135  Nous avons cinq reçus rédigés en français entre le 2 janvier et le 25 mars 1929 allant de 50 à 900 (...)

42Depuis les années 1920, le Saint-Siège utilise le courrier diplomatique français pour transmettre des fonds à Mgr Neveu. Cependant, en parallèle à ce canal français qui perdure jusqu’au retour de l’assomptionniste en France en 1936132, la diplomatie italienne s’impose de plus en plus nettement après 1929. Des contacts existent avant cette date, mais ils sont maniés avec prudence par le Saint-Siège. En novembre 1928, le consul d’Italie à Odessa propose à Michel d’Herbigny de remettre de l’argent au père Neugum (Nejgum), ancien recteur du séminaire de Tiraspol. D’Herbigny remet au consul Meriano 1.000 dollars en billets de banque133. Cependant, alors que ce dernier conseille d’envoyer l’argent par voie diplomatique pour une meilleure rentabilité, la question est discutée dans un congrès de la Pro Russia et la proposition du consul est rejetée pour des raisons de protocole. En revanche, la Commission propose – et Pie XI accepte – que « Monseigneur d’Herbigny, en tant que simple personne privée, parle avec les employés » du Ministère des Affaires étrangères italien134. Si nous ignorons comment l’argent fut finalement envoyé, il fut bien transmis début 1929 par le consul d’Italie à Odessa : plusieurs versements en roubles sont ainsi remis au prêtre Alexejeff et au père Nejgum, soit pour les dépenses locales soitpour être redistribués à d’autres prêtres (notamment Mgr Frison)135.

  • 136Ibid., sc. 24, fasc. 155, f. 51 : B. D’Acunso à d’Herbigny, Odessa, 28.11.1929 ; f. 52 : d’Herbign (...)
  • 137  En août 1934, 10.000 lires sont remises par Attolico à Neveu : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. (...)
  • 138  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 25 : note anonyme, 03.11.1930, italien.
  • 139 Ibid., sc. 48, fasc. 293, f. 34 : Giobbe à Garelli, 27.01.1938.

43Après février 1929, la collaboration avec la diplomatie italienne s’accroît nettement, en faisant même l’économie de la médiation de la Commission pro Russia. Par exemple, en décembre 1929, alors que d’Herbigny vient présenter en audience le cas d’un prêtre d’Odessa (Schubert) expulsé de son logement et en grande difficulté matérielle, Pie XI, qui a déjà été « directement informé de cette affaire par le R. Ambassadeur d’Italie près le Saint-Siège », a donné l’ordre de paiement au consulat d’Italie136. Dans le courant des années 1930, Mgr Neveu reçoit ainsi fréquemment des financements via la diplomatie italienne137. Outre ces transferts d’argent, la diplomatie italienne assure également la remise de dons en nature. En novembre 1930, l’ambassadeur Attolico « qui s’est proposé personnellement pour rendre service à cette Commission pontificale » se voit confier non seulement de l’argent pour Neveu (1.000 dollars) mais aussi des documents confidentiels (deux courriers dans des enveloppes fermées) et des biens matériels et religieux (40 kilos de vin de paille, des calendriers pour 1931 avec les offices des nouveaux saints depuis 1925, 800 médailles scapulaires, douze douzaine de chapelets et des petits crucifix)138. Le père Garelli se voit également remettre en 1938 par la Commission pro Russia via l’ambassade italienne des objets religieux : des catéchismes en russe et 200 crucifix en métal139.

  • 140  Grâce aux archives du Ministère des Affaires étrangères italien, citées par F. Bouthillon, La nais (...)
  • 141  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 31, fasc. 202, f. 22 : note de Giobbe, 17.12.1931 et 31.12.1931, italien (...)
  • 142  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 66-67 : Promemoria de l’ambassadeur Attolico, 17.01.1933.
  • 143  Ce versement est effectué par une femme de la famille de Mgr Giobbe. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, (...)

44Cette aide matérielle transmise via la diplomatie italienne permet notamment de maintenir ouverts certains lieux de culte, sur lesquels s’exerce une forte pression après 1929 et la création de la Commission centrale permanente pour les questions cultuelles auprès du Comité exécutif central panrusse. Parmi les églises catholiques menacées durant l’hiver 1929-1930, on connaît l’histoire de la dernière église de Kharkov acculée à la fermeture du fait de problèmes financiers, causés par des impôts écrasants140. À la demande du Saint-Siège, la diplomatie italienne se montre particulièrement vigilante sur cette question. En décembre 1931, l’ambassadeur Attolico s’engage auprès de Mgr Giobbe à « appeler à Moscou les différents consuls d’Italie en URSS et faire à chacun d’eux [d]es recommandations » sur l’aide aux catholiques141. Les consulats de Russie méridionale (Odessa et Tiflis) jouent alors un rôle important pour empêcher les fermetures d’églises. En Russie du sud au début des années 1930, quelques églises restent donc ouvertes : quatre dans la circonscription du consulat d’Odessa (Odessa, Kertch, Novorossijsk, Simferopol) et quatre dans celle du consulat de Tiflis (deux à Tiflis, une à Batoum et une à Krasnodar). À chaque fois, le consul italien cherche un intermédiaire (clerc ou laïc) à qui verser les sommes envoyées de Rome par valise diplomatique directement aux consulats (le courrier part deux fois par mois)142. À ce soutien au long cours bien organisé s’ajoutent des actions d’urgence lorsqu’une église est particulièrement menacée. Par exemple, en juin 1934, l’église de Kutaisi (Géorgie) est menacée de fermeture : l’ambassadeur Attolico avance d’urgence 10.000 lires qui sont immédiatement remboursées par le Saint-Siège sur le compte de l’ambassadeur à Rome143.

L’aide aux catholiques emprisonnés

  • 144  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 28 : Marmaggi à Sincero, Varsovie, 19.02.1930, Nonciatur (...)
  • 145 Ibid., sc. 11, fasc. 73, f. 57 : d’Herbigny, FU, 01.11.1932, italien.
  • 146 Ibid., sc. 10, fasc. 69, f. 43-45 : Pietro di Maria à Pacelli, Berne, 03.03.1930, Nonciature Suiss (...)
  • 147 Ibid., f. 49 : d’Herbigny, FU, 11.04.1930, italien.
  • 148  Plus généralement sur son action à Moscou de 1920 à 1938, voir J.-F. Fayet, P. Huber, La mission W (...)
  • 149  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 86-86 : W. Wehrlin à Mac Kenzie, Moscou, 29.09.1930, fra (...)
  • 150  Une liste de catholiques en situation difficile vient d’être reçue à Rome : AA.EE.SS., IV, PCPR, s (...)
  • 151 Ibid., f. 49 : d’Herbigny, FU, 23.01.1931, italien.
  • 152Ibid., f. 52 : PCR, feuille de congrès, 31.01.1931.
  • 153  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 71, f. 14 : Di Maria à d’Herbigny, Berne, 17.03.1931, Nonciatur (...)
  • 154Ibid., f. 46 : d’Herbigny-Giobbe à Pietro di Maria, Vatican, 02.06.1931. Une fois l’opération réus (...)
  • 155  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 73, f. 8 et 10 : lettre du délégué de l’UISE à MacKenzie, Mosco (...)
  • 156 Ibid., f. 57 : d’Herbigny, FU, 01.11.1932, italien.
  • 157  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 9 : anonyme, FU, 03.02.1934.

45Cependant, au-delà de cette aide matérielle, essentielle pour empêcher les fermetures d’églises, le Saint-Siège poursuit également son aide aux prisonniers catholiques. Il cherche même, au tournant des années 1930, à la réorganiser en développant un système plus stable, fondé sur des intermédiaires fiables. En février 1930, le Saint-Siège interroge à ce propos plusieurs de ses représentants. Le nonce à Varsovie considère que la Légation et les autorités consulaires polonaises en URSS constituent « le seul intermédiaire (tramite) […] [à peu près] sûr » pour aider les prisonniers144. De fait, le Saint-Siège y a eu largement recours dans la seconde moitié des années 1920 : au moins 10.000 dollars furent « dépensés depuis 1923, après le départ de la Mission Pontificale » par le biais de l’ambassade polonaise145. De son côté, le nonce en Suisse déconseille de passer par le CICR, indigne de confiance du fait des infiltrations maçonniques, et propose de passer par William Andrew MacKenzie, secrétaire et trésorier de l’UISE, qui avait déjà travaillé avec le Saint-Siège146. Pie XI suit, de façon incomplète, l’avis du nonce en Suisse : il décide, en effet, de passer par MacKenzie… pour remettre 250 dollars à la Croix-Rouge internationale car si la « pénétration maçonnique » est bien réelle, « son représentant à Moscou s’est toujours jusqu’à présent montré le plus capable de faire parvenir les secours aux prêtres exilés »147. Wehrlin, le représentant du CICR à Moscou148, choisit alors les bénéficiaires pour les 250 dollars en accord avec Mgr Neveu et « un diplomate dont le nom est bien connu par les autorités intéressées », peut-être Herbette149. Malgré la réussite de cette opération, le Saint-Siège n’entre pas dans une logique de dons réguliers via le représentant du CICR à Moscou. En janvier 1931150, Pie XI souhaite envoyer de l’argent aux catholiques « mais pas avec une somme mensuelle, chose trop dangereuse pour eux aussi »151. La Commission pro Russia opte alors pour une action déconcentrée, en proposant d’envoyer plusieurs petites sommes (100 dollars) aux Croix-Rouges en Suisse, en Allemagne et en Pologne en passant à chaque fois par les différentes nonciatures (Berne, Berlin, Varsovie)152. Les réponses peu encourageantes de ces nonces153 conduisent à privilégier la voie suisse par MacKenzie, auquel le Saint-Siège recourt de nouveau en juin 1931 pour un don, cette fois, de 200 dollars154. En août 1932, le Saint-Siège passe par une autre organisation internationale – l’UISE – pour faire un don de 500 dollars, qui sera réparti entre 48 personnes sélectionnées par le délégué de l’UISE à Moscou et « les autorités ecclésiastiques et diplomatiques intéressées »155. Nonobstant l’efficacité de cette voie suisse, Pie XI semble de nouveau privilégier la piste polonaise à partir de novembre 1932. L’établissement d’une liste de 113 prisonniers par la Légation polonaise de Moscou le conduit à effectuer régulièrement des versements de 500 dollars, qui transitent par la nonciature à Varsovie à qui on conseille de demander un « compte rendu de leur utilisation »156. Ce versement sera finalement suspendu en janvier 1934 par manque de moyens157.

  • 158  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 24, fasc. 154, f. 70 : d’Herbigny, FU, 11.01.1931, italien.
  • 159  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 70, f. 49 : d’Herbigny, FU, 23.01.1931, italien.

46Ces revirements du Saint-Siège dans le domaine de l’aide aux prisonniers font écho aux incertitudes récurrentes sur les modalités de l’aide à envoyer aux catholiques menacés. En janvier 1931, dans deux audiences distantes d’une dizaine de jours, Pie XI affirme ainsi deux choses contradictoires à ce sujet. Lors de l’audience du 11 janvier, on présente au pape le cas de Mgr Sliwowski, l’évêque de Vladivostok resté en liberté mais très surveillé, qui demande une aide de 8.000 dollars dans une lettre à Mgr Giardini (délégué apostolique au Japon). La Congrégation de Propaganda Fide est prête à assurer ce financement « mais Mgr Giardini trouve la lettre plutôt obscure et la Commission [pro Russia] a l’impression que la lettre est un piège des Bolcheviques pour soutirer toujours plus d’argent et imposer de nouvelles taxes ». La Pro Russia propose alors d’envoyer l’argent par petites sommes. Pie XI accepte ce principe et y voit une bonne solution car le « gouvernement soviétique […] sera beaucoup plus attentif à ne pas faire mourir [les prêtres prisonniers et souffrants] s’ils reçoivent chaque mois un modeste subside (sussidio modesto) – sur lequel les agents du gouvernement percevront régulièrement leur part »158. En revanche, le 23 janvier 1931, lorsqu’est présentée au Saint-Père une liste de prisonniers catholiques, le pape – comme on l’a vu plus haut – préfère une action déconcentrée, par différents intermédiaires, car l’envoi d’« une somme mensuelle serait trop dangereuse aussi pour [les prisonniers] »159 ! Ces incertitudes romaines ne font bien sûr que refléter la situation tragique des catholiques d’Union soviétique, qui se trouvent, de fait, pris en otages. L’arrivée régulière d’argent en prison empêche les prisonniers de tomber dans l’oubli mais retarde leur libération.

  • 160  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 63, f. 86 : lettre d’Alexandra Nemm, Jalta Halturina, 11.12.1932 (...)
  • 161 Ibid., f. 87 : d’Herbigny, FU, 06.01.1933.
  • 162  Torgsin (Торговля с иностранцами – commerce avec les étrangers). Sur le fonctionnement de ce systè (...)
  • 163  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 63, f. 89 : note du 09.01.1933, italien.

47Conscient de la perversité du système, le Saint-Siège évite toute publicité et reste sur ses gardes. D’une façon plus générale, au début des années 1930, les questions caritatives font l’objet d’une certaine méfiance, qui se traduit par une multiplication des intermédiaires. Par exemple, en décembre 1932, la Commission pro Russia reçoit un appel de deux femmes se présentant comme luthériennes et vivant en Crimée : elles supplient de faire envoyer une petite somme directement au Torgsin pour être sauvées d’une mort par la faim (Hungertode)160. Pie XI propose d’envoyer un petit don (entre 5 et 8 dollars)161. Finalement la Commission évite de passer par le système soviétique du Torgsin, destiné au commerce avec l’étranger162 et confie 5 dollars au recteur du Campo Santo Teutonico (confrérie allemande à Rome) qui doit les donner « comme de son initiative privée » au consul allemand d’Odessa, chargé de s’intéresser à ce cas « pour s’assurer qu’il ne s’agisse pas d’un jeu bolchevique »163.

  • 164  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 64, f. 61 : Eugene S. Burke junior à Tardini, Rome, 29.10.1934, (...)
  • 165 Ibid., f. 58 : Cercone, Promemoria, 06.11.1934, italien.

48Cette méfiance ne relève pas forcément de la paranoïa car certains personnages louches gravitent autour des institutions vaticanes pour la Russie. En octobre 1934, un prêtre du Collège Nord-Américain de Rome recommande à Mgr Tardini un certain révérend Fred Seegardl « clergyman luthérien du Michigan », qui se serait introduit en Russie avec un faux passeport et y aurait distribué des secours. Des catholiques ukrainiens lui auraient demandé de remettre personnellement des informations au pape164. Reçu par Mgr Cercone, qui pense qu’il ne s’agit « pas d’un Américain, mais d’un étranger qui a appris un peu d’anglais », le clergyman demande une audience privée mais refuse de présenter ses papiers d’identité. Il demande également des aides financières, avec une telle insistance que Cercone, ayant « l’impression d’être en présence d’un agent provocateur (agente provocatore) », lui refuse même l’audience publique et lui « répon[d] que le Saint-Siège n’envoyait pas d’argent et que, s’il devait en envoyer, il le ferait par le biais de la Croix Rouge Internationale »165 !

  • 166  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 15, f. 63 : Walter Legge à « Monsignore », s. d. [arrivée à Rome (...)
  • 167 Ibid., f. 65 : Giobbe au président du Catholic Relief Committee for Russia, Vatican, 30.11.1934, P (...)
  • 168 Ibid., f. 66 : Legge à « Eccellenza », 10.01.1935, Catholic Council for international relations, i (...)
  • 169 Ibid., f. 67 : Commission pro Russia au président du Catholic Relief Committee for Russia, Vatican (...)
  • 170  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 661, fasc. 53, f. 53-56 : Legge à « Eminence », 15.05.1935, français.
  • 171 Ibid., f. 63-64 : note de la PCPR, Vatican, 23.05.1935, italien.
  • 172Ibid., f. 53-56 : Legge à « Eminence », 15.05.1935, français.
  • 173 Ibid., f. 63-64 : note de la PCPR Vatican, 23.05.1935, italien.

49Dans ce contexte incertain du début des années 1930, le Saint-Siège ne parvient donc pas à stabiliser son aide aux catholiques locaux, qu’ils soient en très grande difficulté ou emprisonnés. Au milieu des années 1930 – peut-être dans l’élan caritatif provoqué dans certains pays par la famine de 1933 – une association anglaise propose de déployer une action de grande ampleur pour les prisonniers catholiques : le Catholic Relief Committee for Russia. Cette organisation relève du Catholic Council for international relations (créé en 1924 sous l’impulsion du cardinal Bourne pour développer la présence des catholiques dans les affaires internationales) et est présidée par l’archevêque Altan Goodier (s.j.), le capitaine Walter Legge en étant le vice-président. En novembre 1934, Legge s’adresse à la Commission pro Russia pour s’enquérir des « meilleures filières (the best channels) » pour distribuer les 500 livres sterling collectées par le Comité, sachant que jusqu’à présent ce Comité est passé « par l’intermédiaire du cardinal-archevêque de Vienne et de Monseigneur Neveu »166. Mgr Giobbe répond froidement au capitaine Legge que « la Commission ne croit pas nécessaire de lui donner des conseils » quant à la façon d’envoyer de l’argent167. En janvier 1935, Legge revient à la charge en demandant « si on connaît au Vatican une voie certaine et astucieuse (una via astutamente certa) de faire passer des paquets de vivres ou de l’argent à ces pauvres ». De son côté, il a « déjà fait des recherches auprès de nombreuses personnes ici en Angleterre ou à l’étranger » mais considère « qu’on saurait mieux que nulle par ailleurs, auprès de vous [à Rome], comment faire pour le mieux ce travail qui est très difficile et obscur (questo lavoro che è molto difficile ed oscuro) » et demande aussi des informations vaticanes sur la cathédrale de Saratov qui aurait besoin de 10.000 roubles pour être sauvée de la fermeture168. Mgr Giobbe répond cette fois par un petit mémorandum, qui doit toutefois être considéré « comme confidentie[l] et réserv[é] ». Il rappelle que l’envoi direct d’argent se révèle souvent « dangereux et toujours économiquement désastreux ». Dans le cas de l’envoi de « paquets de vivres », Mgr Giobbe suggère de s’adresser au Caritasverband de Berlin qui « saurait indiquer une agence qui envoie de semblables paquets depuis l’Allemagne ». Mais, selon le prélat, « le moyen le plus sûr et avantageux pour le destinataire est actuellement l’envoi de petites sommes à des individus par le biais du Torgsin »169. Certainement encouragé par cette réponse, Walter Legge contacte en mai 1935 Mgr Tardini pour lui présenter son projet de réorganisation de l’action caritative mise en place par le cardinal Innitzer avec « un conseil central » au Vatican et un « comité exécutif » à Londres, à Paris, à New York, car « sans l’approbation active et visible du Saint-Siège on a peur que le monde catholique ne soit jamais éveillé à la vraie situation en Russie »170. La réponse de Tardini est clairement négative et souligne la dimension polémique de ces questions caritatives en indiquant que la presse soviétique avait prétendu que l’argent envoyé à Innitzer était en fait « envoyé au Pape » car il n’y avait pas de famine171. Dans cette même lettre de mai 1935, Legge évoque la création à l’automne 1934 d’un « comité interconfessionnel pour aider les chrétiens persécutés » sous la direction des baptistes, dont les contacts avec le Foreign Office pourraient déboucher sur l’envoi en Russie d’un ou deux représentants sur place et demande l’avis du Saint-Siège à ce sujet172. De nouveau, le Britannique se heurte au pessimisme de Tardini qui se montre très sceptique quant à la possibilité d’envoyer des observateurs chrétiens et sur la liberté qui leur serait laissée173.

  • 174  Un appel à la charité des fidèles est lancé en février 1937 (Russian Appeal, dans Catholic Herald, (...)
  • 175  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 215, f. 47-50 : Catholic Relief Committee for Russia, « Relief (...)

50Malgré les réticences romaines, le Catholic Relief Committee accomplit un important travail caritatif. En 1937, par exemple, le comité lance un appel à la charité des fidèles174 et agit notamment pour les prêtres soviétiques, par le biais de quatre filières de distribution. En plus d’une aide directe par des colis de nourriture et de vêtements, le comité anglais passe par des intermédiaires (le père Braun, le CICR et le Caritasverband allemand) ayant des contacts privilégiés avec des religieux et prêtres prisonniers ou en exil175. L’aide aux prisonniers catholiques suppose en effet une connaissance préalable de leurs lieux d’incarcération ou d’exil, d’où l’importance des prêtres étrangers en URSS comme relais local d’information. L’administration apostolique de Moscou, dirigée par Mgr Neveu, et dont le père Braun prend en partie la succession, constitue ainsi un relais essentiel. Les dépenses de cette administration apostolique nous sont connues – au moins partiellement – pour les années 1930. Une part importante du budget (souvent plus de 50 %) est affectée à des postes « caritatifs » (aide aux prêtres, aumônes aux catholiques en difficulté et aux familles de prisonniers). Certaines entrées de devises (comme les 250 livres en 1936 et les 111 dollars en 1937) sont même intégralement reversées à des postes caritatifs. Par ailleurs, entre 1934 et 1936, l’administration apostolique de Moscou sous-traite au CICR une partie de son action caritative pour les catholiques prisonniers.

Tableau 12a – Dépenses de l’administration apostolique de Moscou, années 1931-1935 (roubles et devises).

  • 176  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 19 : Neveu, « État des dépenses pour 1931 », Moscou, 03 (...)
  • 177  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 4 : Neveu, « État des dépenses de l’année 1934 », Mosco (...)
  • 178  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 253, f. 33 : Neveu, « État des dépenses de l’année 1935 », Mosc (...)
  • 179  Cette somme comprend les aumônes aux prêtres latins (126 rb) et au père Soloviev (190 rb).
  • 180  Cette somme comprend deux postes de dépenses : « prisonniers du clergé et religieuses » (15095 rb) (...)

Année

Affectation

1931176

1934177

1935178

Monnaie

Rb

Rb

Lires

Fr

$

Rb

Fr

$

AA et sa maison

4423

8579

350

800

15

11010

 

 

Publications

38

190

 

 

 

236

 

 

Églises et clergé (impôts)

316179

38820

 

 

200

11490

 

 

Prisonniers déportés et leurs familles

18135180

79 %

8 715

10 %

 

 

 

8920

17 %

 

 

Religieuses (Dom. et Francisc.)

 

9 400

11 %

 

 

 

6730

13 %

 

 

CICR (détenus)

 

6 205

7 %

1000

51 %

5200

85 %

 

6525

12 %

1000

21 %

 

Aumônes diverses

 

17458

20 %

600

31 %

150

2 %

31

13 %

8608

16 %

3740

79 %

20

100 %

Total

22912

89367

1950

6150

246

53519

4740

20

 % affecté à des actions humanitaires (détenus et aumônes)

79 %

48 %

82 %

87 %

13 %

58 %

100 %

100 %

Tableau 12b – Dépenses de l’administration apostolique de Moscou, années 1936-1937 (roubles et devises).

  • 181  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 266, f. 14 : Neveu, « État des dépenses de l’Administration Apo (...)
  • 182  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 299, f. 41 : Administration Apostolique de Moscou, « Relevé des (...)
  • 183  Frais de courrier.
  • 184  Cette somme est affectée au poste : « Provisions vêtements et souliers pour OP [dominicaines] et n (...)
  • 185  Cette somme recouvre les « Aumônes reçues d’Amérique et distribuées aux nécessiteux » (5865 rb), l (...)

Année

Affectation

1936181

1937182

Monnaie

Rb

Fr

$

£

Rb

Fr

$

AA et sa maison

10677

50

26

 

7110

200183

 

Publications

204

 

 

 

174

 

 

Églises et clergé (impôts)

2 110

 

 

 

11055

 

 

Prisonniers déportés et leurs familles

5 310

20 %

 

 

250

100 %

6710

16 %

 

111184

100 %

Religieuses (Dom. et Francisc.)

1 210

5 %

 

 

 

2740

7 %

 

 

CICR (détenus)

2 200

8 %

 

 

 

 

 

 

Aumônes diverses

5 030

19 %

 

 

 

13585185

33 %

 

 

Total

26741

50

26

250

41374

200

111

 % affecté à des actions humanitaires (détenus et aumônes)

52 %

0 %

0 %

100 %

56 %

0 %

100 %

51Si le Saint-Siège ne met pas en place de dispositif stable pour le soutien matériel des prisonniers, il ne cesse jamais ses financements indirects par l’intermédiaire de différents États, d’organismes caritatifs ou par l’administration apostolique de Moscou. En revanche, le Saint-Siège agit de façon constante et ouverte pour la libération de ces prisonniers.

Libérations et échanges d’otages

52Cette action passe essentiellement par les bons offices de certains États qui ont des intérêts en URSS ou dont des ressortissants (ou anciens ressortissants) font partie du clergé catholique dans ce pays.

Un dernier essai de négociation semi-directe

  • 186  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 160, f. 96-97 : Chaptal à Sincero, Paris, 14.06.1928.
  • 187 Ibid., f. 102 : d’Herbigny, FU, 30.06.1928, italien.
  • 188Ibid., f. 109 : d’Herbigny, FU, 26.07.1928, italien (la lettre de Neveu est présentée en « objet » (...)
  • 189Ibid., f. 114-115 : Chaptal à Sincero, Paris, 15.11.1928, français.
  • 190  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 161, f. 3 : d’Herbigny, FU, 30.11.1928, prot. 690/1928, italien (...)
  • 191  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 79, f. 16-17 : rapport de Marie de St-Michel (Mère Générale), M (...)
  • 192Ibid., f. 26 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929. Cette aide financière fut particulièrement généreuse. E (...)

53En 1928, le père Grum-Gržimajlo entre en contact avec Čičerin pour organiser l’exil en Europe de Mme Abrikosova et d’une trentaine de sœurs186. D’Herbigny insiste pour que ces négociations soient faites « sans y engager la Commission », soupçonnant dans « la facilité des bolcheviques à permettre ce retour (ou à le promettre) » que ces derniers « doivent en espérer quelqu’avantage (de scandale, ou d’indiscipline, ou ils auront gagné quelques sœurs à leurs idées, ou on ne sait quelle autre chose diabolique) ». Pie XI est également méfiant à l’égard de cette proposition de Čičerin et décide d’« attendre une nouvelle démarche (un altro passo) de la part des soviets », la perspective d’une réunion du couple Abrikosov constituant également une source d’inquiétude187. Au contraire, Mgr Neveu essaie d’expliquer à Rome « l’horreur de notre situation », face à laquelle même Mme Abrikosova, « autrefois bien déterminée à rester coûte que coûte, serait maintenant heureuse de partir pour l’étranger ». D’une façon générale, étant donné « l’impossibilité de mener une véritable vie religieuse », l’administrateur apostolique de Moscou considère que « le rappel de ces pauvres sœurs qui ont suffisamment confessé notre sainte foi et affirmé leur dévouement au pape, serait chose salutaire ». Pie XI demande alors « d’autoriser avec prudence le Rév[érend] Grum-Grgymaylo à faire les démarches nécessaires pour sauver ces Dominicaines »188. À l’automne 1928, le prêtre russe-catholique profite « du séjour sur la Côte d’Azur du ministre Tchitchérine pour commencer cette négociation ». Čičerin accepte d’écrire à Moscou sur la question des dominicaines mais refuse de s’intéresser au cas des Franciscaines missionnaires de Marie en renvoyant ce cas aux bons offices des ambassades de Pologne et de Lituanie189. Malgré des impressions positives sur l’issue de la négociation en novembre et décembre 1928 et la réalisation d’une collecte de fonds pour payer le voyage des sœurs, les religieuses ne seront finalement pas libérées190. À la fin de l’année 1928, alors que des informations parviennent encore à Rome sur les huit Franciscaines missionnaires de Marie restées en Russie (dont une est détenue en prison à Iaroslavl, une autre est en exil à Ienissej et six autres sont en exil à Kostroma depuis août 1927)191 et que la Croix-Rouge polonaise et le nonce de Vienne proposent d’agir pour la religieuse détenue à Iaroslavl, Pie XI avoue son impuissance à libérer ces religieuses, tout en dégageant un financement considérable192. Malgré cette résignation romaine qui marque la fin des années 1920, le Saint-Siège soutient au début des années 1930 les États qui peuvent organiser des échanges de prisonniers avec l’Union soviétique.

Les échanges de prisonniers

54Les échanges de prisonniers avec l’URSS, qui mériteraient une analyse plus globale, ont constitué un sujet épineux pour de nombreux États ayant des ressortissants au sein du clergé catholique d’URSS.

  • 193  Gasparri à Diego von Bergen, Vatican, 27.11.1929, N°2694/29, italien, édité par H. Stehle, Eastern (...)
  • 194  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 67, f. 8 : Bergen à Gasparri, Rome, 27.01.1930, Deutsche (...)
  • 195Ibid., f. 10 : Bergen à Gasparri, Rome, 05.03.1930, Deutsche Botschaft beim Päpstlichen Stuhle, N° (...)
  • 196  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 141, f. 85 : note de d’Herbigny, 13.04.1931, italien ; f. 86 : (...)
  • 197  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 71, f. 28-29 : note de Giobbe, 03.05.1931, italien.
  • 198  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 342, f. 22 (03.05.1931), italien.
  • 199  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 41 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933, italien. Sur le cas de (...)

55Au tournant des années 1930, le Saint-Siège essaie d’intéresser la diplomatie allemande au cas de l’un des évêques soviétiques d’origine allemande : Mgr Frison. En novembre 1929, parvient à Rome la nouvelle de sa « déport[ation] dans un lieu jusqu’à présent inconnu, sous le prétexte qu’il avait été consacré secrètement évêque ». Le secrétaire d’État demande à l’ambassadeur d’Allemagne près le Saint-Siège (Diego von Bergen) d’intervenir auprès de son beau-frère, Herbert von Dirksen, en poste à Moscou pour l’« intéresser personnellement » au sort de Mgr Frison193. Von Dirksen accepte de s’informer sur la situation194. En mars 1930, les recherches effectuées par la diplomatie allemande attestent que Mgr Frison est désormais en liberté195. Cependant, quelques mois plus tard, au printemps 1931, alors que l’État allemand souhaite rapatrier tous ses sujets demeurant en URSS, la Commission pro Russia intervient, via la Secrétairerie d’État et la nonciature d’Allemagne, pour empêcher que le gouvernement allemand n’exile Mgr Frison, toujours en liberté : « cette démarche serait une complète erreur et contraire aux instructions du Saint-Père qui veut que les prêtres restent sur place, a fortiori un évêque » qui a « été consacré pour l’intérieur de la Russie, et non pour en sortir » (consacrato per l’interno della Russia, e non per uscirne)196. Le principe adopté par le Saint-Siège est très clair et répété à plusieurs reprises : « les prêtres catholiques d’origine allemande » ne doivent pas être « libérés avec la condition qu’ils soient également expulsés de l’URSS […] autant parce qu’il ne convient pas de priver la Russie de prêtres, que parce que les prêtres eux-mêmes en général préfèrent souffrir plutôt que d’abandonner leur terrain de travail ». Le Saint-Siège remet toutefois au gouvernement allemand une liste de prêtres emprisonnés197. En audience, le 3 mai 1931, Pie XI précise sa pensée à Pacelli : les prêtres allemands doivent avoir le « choix » de « rester même au prix de leur vie » (rimanere anche a costo della vita). Le modèle français semble avoir les faveurs du pape, c’est-à-dire que les prêtres allemands restent sur place mais « sous la protection du gouvernement allemand » et en tout cas sans que l’intervention de Rome n’apparaisse (« La S. Sede rimane fuori »)198. De nouveau, en mars 1933 (dans le contexte de l’arrivée au pouvoir d’Hitler), le Ministère des Affaires étrangères propose une libération de 40 prêtres catholiques allemands prisonniers. Wienken, responsable du Caritasverband, met alors en garde la Commission pro Russia en soulignant qu’aucun prêtre n’avait demandé sa libération et Pie XI fait mémoire de la « tromperie » (inganno) utilisée par les négociateurs lors de la libération de Mgr Sloskan199.

  • 200  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 10 : Gasparri à Sincero, Vatican, 18.01.1930, N°150/30.
  • 201Ibid., f. 32-33 : Marmaggi à Sincero, Varsovie, 18.02.1930, Nonciature Pologne N°142.
  • 202  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 7 : note de l’Ambassade de Pologne près le Saint-Siège, 0 (...)
  • 203  Cf. p. 780.
  • 204  Quatre de l’archidiocèse de Mohilev, neuf du diocèse de Žitomir, cinq du diocèse de Kamenec. AA.EE (...)
  • 205  Finalement, pour des questions de personne, Pie XI décida de suspendre l’affaire. AA.EE.SS., IV, P (...)
  • 206  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 71-72 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 25.05.1933, Non (...)
  • 207Ibid., f. 77 : d’Herbigny, FU, 10.06.1933, italien.

56Avec la Pologne, on observe un même mouvement de balancier. En janvier 1930, à la proposition du Saint-Siège d’organiser des échanges entre prêtres détenus en URSS et communistes détenus en Pologne200, Piłsudski répond qu’il privilégie les échanges de militaires et d’espions et souligne le cercle vicieux des échanges d’otages, qui peuvent provoquer côté soviétique plus d’incarcérations de ressortissants polonais afin d’obtenir la libération de militants communistes201. En revanche, à partir de 1932, dans le contexte du pacte de non-agression (signé le 25 juillet), les échanges reprennent. En juin 1932, la diplomatie polonaise commence des « démarches pour obtenir la libération définitive » de la catholique de rite slave Julie Danzas. Grâce à l’appui de Maxime Gorki et de la Croix-Rouge polonaise, elle avait pu sortir des Solovki pour un exil dans une petite ville de Russie méridionale202. Son exil hors d’URSS est finalement obtenu en 1934203. Au-delà de ce cas particulier (Julie Danzas n’est pas d’origine polonaise), un vaste échange de prisonniers entre la Pologne et l’Union soviétique permet la libération en septembre 1932 de 18 prêtres catholiques204. Pour remercier la diplomatie polonaise, la Commission pro Russia propose de remettre des décorations pontificales aux acteurs de cette libération205. En mai 1933, le Ministère des Affaires étrangères polonais informe le nonce de Varsovie de la possibilité d’accélérer la cadence des échanges (un ou deux prêtres tous les deux mois)206. Le Saint-Siège commence alors à s’opposer à ces échanges, en passe de devenir systématiques en soulignant que les bolcheviques cherchent justement à « les expulser » et qu’il faut éviter d’entrer dans ce jeu « toutefois sans obliger [à rester] ceux qui se sentent trop abattus ». L’expérience de Mgr Sloskans, qui « partit [de Russie] seulement parce qu’il fut trompé », semble avoir joué un rôle important dans cette méfiance de Pie XI à l’égard des échanges de prisonniers qui commence à valoriser l’idée qu’« il est bon que les prêtres restent, le plus longtemps possible (È bene che i sacerdoti rimangano, quanto più è possibile) »207.

  • 208  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 10 : Gasparri à Sincero, Vatican, 18.01.1930, N°150/30.
  • 209 Ibid., f. 24-25 : Zecchini à Gasparri, Riga, 06.02.1930, Nonciature Lettonie s. n.
  • 210  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 65, f. 66 : note de d’Herbigny (probablement adressée à (...)
  • 211 Ibid., f. 67 : Pizzardo à Zecchini, 24.01.1931, N°223/31.
  • 212 Ibid., f. 68 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 12.02.1931, Nonciature Lettonie N°279/31.
  • 213  Ministère des Affaires étrangères (éd.), Recueil des principaux traités conclus par la Lettonie av (...)
  • 214  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 65, f. 74 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 27.10.1932, Nonci (...)
  • 215 Ibid., f. 76 : d’Herbigny à Pizzardo, Vatican, 15.11.1932, PCPR N°46/1928, italien.
  • 216 Ibid., f. 79 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 27.12.1932, Nonciature Lettonie N°575, italien.
  • 217 Ibid., f. 81-82 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 01.02.1933, Nonciature Lettonie N°609, italien.

57La proposition de la Secrétairerie d’État de janvier 1930 de favoriser les échanges entre prêtres détenus en URSS et communistes détenus dans d’autres pays208 avait été également présentée à la Lettonie. Le président de la République lettone avait accueilli avec tiédeur cette proposition. Si le principe d’intervention dans le cas de prêtres lettons était accepté, la perversité du principe de l’échange était soulignée, le président se montrant soucieux de ne pas inciter les Soviétiques à incarcérer n’importe quel Letton innocent pour récupérer un agent soviétique209. Fin janvier 1931, le Saint-Siège apprend que Mgr Sloskans, qui avait abandonné sa nationalité lettone au début des années 1920 pour pouvoir rester en Union soviétique, a été de nouveau arrêté peu après son arrivée à Mohilev, après trois ans d’exil en Sibérie. Sur le conseil de d’Herbigny210, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires demande au nonce à Riga d’intervenir auprès du gouvernement letton211. Mi-février 1931, la diplomatie lettone se fait confirmer la nouvelle incarcération en Sibérie de Mgr Sloskans et propose que les parents de l’évêque s’adressent au ministre de Russie à Riga pour obtenir sa libération212. La situation semble bloquée quand, en octobre 1932 (quelques mois après le pacte de non-agression signé entre l’URSS et la Lettonie le 5 février 1932213), le Ministère des Affaires étrangères letton informe Mgr Zecchini d’un prochain échange entre un communiste et Mgr Sloskans. Le nonce en Lettonie exprime alors son étonnement car l’évêque avait toujours « préféré rester [en Russie] pour l’aide des catholiques ». Il considère donc plutôt cette affaire non pas comme un « échange » mais un consentement letton à la politique des « Soviets [qui] veulent bannir [Sloskans] »214. Malgré l’insistance de la Commission pro Russia pour que Mgr Sloskans soit laissé « libre d’accepter ou de refuser » son exil de Russie215, le nonce en Lettonie est obligé de reconnaître qu’il est exclu des « négociations [qui] ont eu lieu secrètement »216. Finalement, en février 1933, le nonce en Lettonie apprend « par hasard » l’horaire d’arrivée à la gare de Mgr Sloskans, que le gouvernement avait cherché à garder secret. Dès son arrivée, l’évêque insiste beaucoup sur le fait « qu’il ne savait pas du tout qu’il s’agissait de l’envoyer hors de Russie […] qu’il avait sacrifié au Seigneur tout, sa vie, l’amour pour ses parents et sa patrie, pour le salut de la Russie et que s’il avait su qu’il n’était pas obligé d’abandonner la Russie, il ne l’aurait [pas] fait ». En fait, à Moscou, le ministre de Lettonie lui aurait dit « que c’était la volonté du Saint-Père qu’il parte et donc qu’il devait obéir »217. Dans cette affaire, le gouvernement letton n’a donc pas hésité à instrumentaliser la parole du pape pour obtenir un succès politique.

  • 218  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 18 : tél. chiffré d’Arata à la Secrétairerie d’État, 08. (...)
  • 219  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 13-17 : Arata à Giobbe, Kaunas, 10.03.1934, Nonciature L (...)
  • 220Ibid., f. 19 : Tardini à Arata (extraits), 24.03.1934, CPR prot. 30/32, italien et f. 22 : Tardini (...)

58La Lituanie entre elle-aussi au même moment dans une logique d’échange de prisonniers. En octobre 1933, la Lituanie négocie le rapatriement de 13 prêtres catholiques (finalement ils ne seront que 12) en échange de 24 communistes. Les douze, dont fait partie Mgr Matulionis, arrivent le 19 octobre à la frontière soviétique : ils posent alors en civil, puis en habit clérical, pour immortaliser leur sortie du pays des sans-dieu218. Cependant, quelques mois plus tard, au printemps 1934, la diplomatie lituanienne essaie d’obtenir de nouveaux échanges de prisonniers219. Le Saint-Siège avertit alors le nonce de Lituanie que le désir de Pie XI est de freiner « l’exode des prêtres catholiques ». En effet, « à l’exception de cas particuliers d’invalidité ou de maladie […] le Saint-Père ne désire pas […] que les prêtres quittent la Russie, où leur seule présence peut faire du bien »220.

59Dans tous les cas, de l’Allemagne à la Lettonie et de la Pologne à la Lituanie, les échanges de prisonniers semblent avoir été perçus comme un compromis ponctuellement utile et même initialement désiré dans la mesure où par ce biais les États semblaient s’impliquer pour « protéger » les catholiques d’URSS. Cependant, dès 1932 et surtout 1933 avec l’affaire Sloskans, l’anéantissement des cadres du catholicisme en URSS et leur non-renouvellement fait apparaître le caractère pervers de ces échanges, qui sont alors fermement rejetés par le Saint-Siège, de plus en plus isolé au milieu d’États qui cherchent surtout à défendre leurs intérêts politiques immédiats.

Remplacer les départs ? Faire entrer des prêtres étrangers en URSS

60Comme on l’a vu dans l’exemple allemand, le Saint-Siège semblait souhaiter, plus que la libération et l’exil des catholiques prisonniers, que ceux-ci soient l’objet d’une protection des États occidentaux. Le Saint-Siège maintient ainsi constamment la pression sur les principaux États pour que ces derniers fassent entrer en URSS des prêtres catholiques pour les ressortissants étrangers sur le modèle français qui a permis de faire des deux prêtres initialement au service de communautés francophones (Neveu et Amoudru) des piliers du catholicisme russe.

  • 221  Cf. C. Baechler, L’Aigle et l’Ours. La politique russe de l’Allemagne de Bismarck à Hitler 1871-19 (...)
  • 222  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 30, fasc. 4, f. 187 : d’Herbigny à Pacelli, Rome, 10.02.1929.
  • 223Ibid., f. 201-202 : Pacelli à d’Herbigny, 26.03.1929, Nonciature Allemagne N°41276.
  • 224Ibid., f. 238-239 : Pacelli à d’Herbigny, 19.07.1929, Nonciature Allemagne N°41917.

61Dans le contexte de la signature du protocole germano-soviétique sur les questions économiques (21 décembre 1928) et de la création de la commission mixte germano-soviétique pour résoudre les différends entre les deux pays (25 janvier 1929)221, Pie XI souhaite insérer une « clause quelconque (una qualunque clausola) qui permettrait de faire entrer des prêtres en URSS », notamment comme « “pasteurs” pour les Allemands qui iront travailler en URSS »222. Malgré un effort de la diplomatie allemande en ce sens223, le Narkomindel refuse l’entrée de prêtres allemands224 et l’Allemagne n’obtient jamais de concessions en ce sens.

  • 225  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 49-51 : telespresso de l’Ambassade d’Italie en URSS (...)
  • 226  Sur l’envoi du père Florent en Russie, voir AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1079, Pacelli à Charles (...)
  • 227  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 110-111 : telespresso du Ministère des Affaires étra (...)

62D’autres diplomaties se révèlent plus efficaces. En décembre 1932, certainement dans le contexte du pacte de non-agression du 29 novembre 1932, la diplomatie française obtient pour Mgr Neveu un visa pour un court séjour en France. La diplomatie italienne interprète cette concession soviétique moins comme le signe d’un changement de politique religieuse soviétique que comme « le signe (et pas le seul) d’une augmentation de l’activité du gouvernement français – tout au moins – de son représentant diplomatique à Moscou [alors le comte François Dejean] en matière de patronat (patronato) des intérêts religieux en Russie »225. Cependant, plus qu’une question de personnalité ou de conviction religieuse des diplomates, la « protection » française en matière religieuse suit la chronologie des relations franco-soviétiques. Ainsi, la plus grande réussite de la diplomatie française sur ce terrain dans les années 1930, à savoir l’obtention d’un permis de séjour pour un deuxième dominicain destiné à la paroisse française de Léningrad, advient fin 1934, dans le contexte de l’entrée de l’URSS à la SDN et grâce à l’intervention du gouvernement français auprès de Litvinov à Genève226. Ces négociations franco-soviétiques sur la question catholique ont probablement stimulé la diplomatie italienne, qui déploie en août 1935 un effort pour « renverser les positions (controbattere le posizioni) que la France s’est créées en plusieurs années par le biais de Monseigneur Neveu ». Le gouvernement italien offre alors un poste de chapelain à l’ambassade au père salésien Garelli et fait pression sur le Saint-Siège pour que ce dernier soit pourvu d’un « grade dans la hiérarchie ecclésiastique » étant donné que Mgr Neveu est évêque227. La concurrence des États européens se traduit ainsi par un (modeste) accroissement du clergé catholique.

  • 228  G. M. Hamburg (éd.), In Lubianka’s Shadow… cit., p. xxxi-xxxii ; p. 31.
  • 229Ibid., p. xxxviii-xxxix et p. xli.

63Enfin, grâce aux accords Roosevelt-Litvinov, un prêtre américain, l’assomptionniste Marie-Léopold Braun, est envoyé à Moscou en mars 1934 aux frais des assomptionnistes mais grâce à un visa obtenu par la diplomatie américaine. Au service des ressortissants américains en Union soviétique, il devient, après le départ de Mgr Neveu à l’été 1936, la principale personnalité catholique à Moscou. Ses relations avec l’ambassade américaine semblent toutefois avoir été assez distantes ou du moins n’ont pas supprimé les liens avec la diplomatie française228. Par exemple, Braun loge à l’ambassade de France et lorsqu’il rencontre des problèmes dans l’exercice de sa mission pastorale (comme en juillet 1937 lorsqu’on lui demande de remettre les registres de baptême de Saint-Louis aux autorités ou lors des vols dans l’église en 1940-1941), il s’adresse toujours simultanément aux ambassades américaine et française229.

  • 230  Voir aussi L. Pettinaroli, Afterword. Words, Deeds and Silence ? The Vatican, the Holodomor and th (...)

64Si le Saint-Siège ne néglige aucune occasion, notamment dans la première moitié des années 1930, pour obtenir des avantages concrets pour les fidèles et utilise tous les intermédiaires possibles, il adopte également une attitude plus prudente et discrète, qui reflète une conscience aiguë des instrumentalisations politiques des enjeux religieux en URSS. L’attitude du Saint-Siège face à la famine de 1933 semble à cet égard significative230.

La famine de 1933, silence de Rome ?

  • 231  Pour une brève introduction à la vaste historiographie, profondément renouvelée, sur cette questio (...)
  • 232 Carestia e disordini in Ucraina, dans OR, 04.01.1929 (69-3), p. 1 ; La carestia in Ucraina, dans O (...)
  • 233  R. Conquest, The Harvest of Sorrow : Soviet collectivization and the terror-famine, Londres-Melbou (...)
  • 234  A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS 1917-1991, Paris, 1994, p. 99.

65Alors que l’on reconnaît aujourd’hui que 4 millions de décès sont imputables à cette famine qui reste encore l’objet de nombreux conflits historiographiques, nationaux et mémoriels231, on peut se demander comment le Saint-Siège a abordé cette nouvelle épreuve humanitaire dix ans après l’expérience de la famine de 1921. Tout semblait prédisposer le Saint-Siège à intervenir avec énergie face à ce drame. En effet, les rumeurs de famine en Union soviétique, et notamment en Ukraine, récurrentes dans l’entre-deux-guerres, notamment au tournant des années 1930, avaient déjà trouvé de larges échos dans la presse vaticane232. Cependant, l’attitude de l’État soviétique, qui nia son existence mais s’en servit pour accroître son contrôle sur la population233, et celle des milieux d’extrême-droite ukrainiens et nazis qui s’en emparèrent sur la scène internationale dans une perspective anticommuniste234, brouillèrent les cartes et placèrent au cœur du problème, avant même l’action contre la famine, la question de l’information.

S’informer et informer

  • 235  M. Carynnyk, L. Y. Luciuk (et al.), The Foreign Office and the Famine : British Documents on Ukrai (...)
  • 236  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 55 : d’Herbigny, FU, 21.05.1933, italien. La plupart des (...)
  • 237  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 91, f. n-i : copie du rapport du chargé d’affaires de France à (...)
  • 238 Sotto il giogo bolscevico (…) L’Ucraina nel terrore, dans OR, 07.07.1933 (73-157), p. 1.
  • 239  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 91, f. 32 : note de Giobbe, 24.07.1933.
  • 240Ibid. f. 35 : document anonyme, « Голод на сев-Кавказе » [La famine dans le Caucase du Nord], 5 p. (...)

66Si la connaissance de la famine par les diplomates étrangers a été bien étudiée235, la diffusion de l’information sur la famine auprès du grand public occidental reste encore à approfondir. De son côté, le Saint-Siège est informé de la famine en Ukraine par des biais diversifiés, allant de simples citoyens soviétiques anonymes aux diplomates étrangers. Au printemps 1933, de nombreuses lettres arrivent à Rome, comme cette lettre de Novorossijsk décrivant la famine que Pie XI demande de publier « dans la presse »236. Par ailleurs, d’Herbigny parvient – on ne sait comment – à se procurer un rapport de la diplomatie française de mai 1933 fondé sur le « témoignage direct de l’attaché agricole près l’Ambassade d’Allemagne à Moscou ». Ce dernier, qui vient d’effectuer un long séjour en auto dans les régions du Volga et du Nord-Caucase, atteste l’existence de la famine, de « cas assez fréquents d’anthropophagie » et d’épidémies de typhus. Ce rapport, présenté en audience pontificale début juillet 1933, est transmis à la Secrétairerie d’État qui, « après en avoir supprimé les indications d’origine » et avoir fait « quelques changements du texte », a pour mission de le publier237. Cet article est publié dans L’Osservatore romano dès le 7 juillet 1933238. Parallèlement à ces informations glanées de façon aléatoire, la diplomatie italienne informe directement le Saint-Siège. En juillet 1933, Attolico, de passage à Rome, montre à Mgr Giobbe des documents sur la mortalité par la faim en URSS. Selon l’ambassadeur d’Italie, les chiffres sont incertains mais seraient compris entre 3 et 10 millions239. En août 1933, un document russe sur « La famine dans le Caucase du Nord » parvient à la Commission pro Russia qui souhaite « faire publier la lettre dans les journaux », ce que Pie XI approuve très volontiers car, selon lui, « tous les documents de ce genre doivent servir à l’information publique » (tutti i documenti del genere debbono servire all’informazione pubblica)240. Au printemps et à l’été 1933, le Saint-Siège fonctionne donc comme une simple caisse de résonance des témoignages reçus d’URSS.

Une action caritative impossible

67Si cet effort de publicité est déjà une façon de prendre position, dans la mesure où la famine est alors niée par les autorités soviétiques, le Saint-Siège envisage également une action plus concrète. Cependant, alors que la Commission pro Russia est désireuse de lancer une action caritative d’ampleur, la Secrétairerie d’État semble d’abord soucieuse de discrétion dans un contexte international tendu. Pie XI, d’abord séduit par les propositions de Michel d’Herbigny, se range progressivement aux avis de son secrétaire d’État.

  • 241  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 49 : anonyme [d’Herbigny], promemoria, 01.05.1933, itali (...)
  • 242Ibid., f. 48 : d’Herbigny, FU, 30.04.1933, italien.
  • 243  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 61 : Ambassade d’Italie à Ministère des Affaires étr (...)

68Michel d’Herbigny rédige ainsi le 1er mai 1933 un mémorandum qui décrit la famine qui sévit en Russie méridionale et dans la région du Volga depuis l’automne 1932 en se fondant sur les centaines de lettres arrivant chaque jour en Europe occidentale, mais propose aussi une participation du Saint-Siège pour « apporter de l’aide à tant de malheureux, parmi lesquels se trouvent aussi des centaines de milliers de fidèles catholiques »241. Ce mémorandum qui propose une nouvelle action caritative romaine a été rédigé à la demande de Pie XI et devait être présenté indirectement à Paris par le nonce Maglione à l’ambassadeur des Soviets. En cas de refus soviétique, le pape avait prévu de renforcer son action médiatique : « l’Osservatore publierait des nouvelles sur la famine et sur l’intervention du Saint-Père qui malheureusement aurait trouvé toutes les portes closes »242. Cependant, au même moment, plusieurs intermédiaires du Saint-Siège sur les questions russes (l’ambassade italienne de Moscou et Mgr Neveu) déconseillent d’« envoyer, comme cela avait été fait l’autre fois, de l’aide » pour la famine car « une quelconque offre d’aide, de quelque part qu’elle vienne – étant donné que, officiellement, en URSS il n’existe pas de famine – serait sans aucun doute déclinée ». De plus, « une aide provenant du Saint-Siège […] serait carrément prise comme une demi-insulte et donnerait peut-être lieu à une reprise des persécutions et manifestations anticatholiques »243.

  • 244  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 60 : d’Herbigny, FU, 21.05.1933, italien.
  • 245DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome III (17 mars-15 juillet 1933), Paris, 1967, p. 839-840 (...)
  • 246  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 75, f. 53-54 : A. Scheptyckyj, H. Chomyschyn, J. Kocylowskiyj, (...)

69Lors de l’audience du 21 mai 1933, d’Herbigny propose alors une action auprès des diplomates accrédités par le Saint-Siège pour montrer que « c’est un acte de cruauté d’exporter des vivres de Russie, quand on sait qu’en URSS règnent la misère et la faim ». Pie XI demande à d’Herbigny d’envoyer les documents sur la famine à Pacelli, mais prévient l’évêque d’Ilion que la « Secrétairerie d’État a des arguments » à l’encontre d’une éventuelle action diplomatique notamment celle qu’on avait d’abord « confi[é] à Mgr Maglione à Paris ». Pie XI semble alors partagé entre une volonté d’agir et un accord de fond avec Pacelli sur le fait qu’« il est malheureusement clair que les secours ne pourraient pas arriver à ceux qui en ont besoin et seraient exploités par les chefs bolcheviques ». Le pape s’engage alors à « v[oir] comment fixer l’attention sur ces horreurs (quegli orrori) »244. Pie XI, sans passer par la Secrétairerie d’État, utilise alors le système des audiences pour porter la question de la famine sur le plan diplomatique. Il évoque ainsi début juillet lors d’une audience avec un diplomate français la « situation […] tragique » en Russie, marquée par une « famine […] terrible » et des cas d’anthropophagie, dont il est informé par des « sources absolument dignes de foi ». À l’objection du diplomate français selon laquelle « c’était à la Russie à se sauver elle-même », le pape répond qu’une « agression venue de l’extérieur forcerait le gouvernement de Moscou à armer le peuple russe, et ce serait la fin du régime »245. Par ailleurs, le Saint-Siège a probablement favorisé l’appel du 24 juillet 1933 de l’épiscopat gréco-catholique de Galicie (Pologne) « à tous les chrétiens du monde » pour l’Ukraine dont la « population meurt de faim ». Les évêques rappellent d’ailleurs dans ce texte, comme pour s’autoriser d’une caution romaine, la protestation faite en 1930 par le pape « contre tout ce qui, dans le bolchevisme est contraire à Dieu, la chrétienté et la nature humaine »246.

  • 247Ibid., f. 63 : anonyme [d’Herbigny], FU, 22.08.1933, italien.
  • 248  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 3 : d’Herbigny, FU, 29.09.1933, PCR N°160/1929, italien.
  • 249  La revue Pax des bénédictins anglais est particulièrement mobilisée sur cette question. En octobre (...)

70Malgré ces démarches, le Saint-Siège renonce à la fin de l’été 1933 à une action directe à la fois pour des raisons financières et politiques. Lors de l’audience du 22 août 1933, Pie XI s’avoue impuissant face à cette situation d’urgence car il « ne voit pas comment il serait possible de promouvoir une nouvelle récolte de fonds pour les affamés de Russie durant l’actuelle crise universelle et encore moins comment on pourrait être sûr que les dons arrivent aux affamés ». Le pape renvoie alors le président de la Pro Russia au secrétaire d’État pour « tout ce qui a trait à la famine en URSS »247. Malgré l’opposition de Pacelli, d’Herbigny revient encore sur cette question avec le pape lors de l’audience du 29 septembre 1933. Le président de la Commission pro Russia propose de se « mettre en relation avec S. E. le Cardinal Innitzer de Vienne ». Pie XI reste ferme et ordonne que « la Commission renvoie au Cardinal Innitzer ceux qui dans divers pays veulent organiser des secours, mais qu’elle reste en dehors de la chose (rimanga stessa fuori della cosa) »248. C’est donc en marge du Saint-Siège que s’organise la mobilisation des catholiques, qui semble d’ailleurs avoir été très inégalement suivie. L’Allemagne, l’Autriche, l’Angleterre semblent avoir été à la pointe de la mobilisation, mais nous sommes loin de l’élan international presque général de 1921-1923249.

71Dans les années 1930, l’action caritative, très affectée par la crise économique, tombe ainsi dans l’ère du soupçon. L’attitude romaine au moment de la famine de 1933 est à cet égard significative. Paralysé par les possibles instrumentalisations, tant de la part du régime soviétique que d’autres États, le Saint-Siège, champion de l’intervention dix ans plus tôt, préfère rester discret. Sans l’activisme de d’Herbigny et les impulsions de Pie XI, il serait même resté muet sur cette tragédie.

72Bien que très différente de celle des années 1920, la diplomatie vaticane à l’égard du monde russe est loin d’être nulle dans les années 1930. Privée de contacts bilatéraux avec les représentants soviétiques dès 1928, elle agit par des voies diverses sans parvenir à trouver à la fin des années 1930 un positionnement vraiment stable. On peut distinguer trois périodes au sein des années 1930. De 1929 à 1933 (avec un apogée au printemps 1930), le Saint-Siège déploie une vigoureuse action de dénonciation publique dans laquelle l’action médiatique est secondée et soutenue par une pression diplomatique multilatérale sur l’URSS. La période 1933-1935 apparaît comme une période de transition, d’attente et d’observation, qui reflète les incertitudes institutionnelles de la réorganisation de la Pro Russia. Certes, dès cette période, la Secrétairerie d’État a repris la main sur les affaires russes et la Commission pro Russia lui abandonne de fait puis de droit ses compétences « politiques ». Cependant, la Secrétairerie d’État, très prudente sous la férule du cardinal Pacelli, ne semble pas donner d’impulsion décisive. Après 1935-1936, la situation est cependant toujours plus délicate : l’effondrement de la sécurité collective et le recul général du règlement diplomatique des conflits au profit d’affrontements armés ouverts (Éthiopie 1935-1936, Espagne 1936-1939) ou larvés (remilitarisation de la Rhénanie en 1936, Sudètes en 1938) laissent le Saint-Siège très isolé et sans grands moyens de pression.

  • 250  E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, citations p. XVII (...)

73Finalement, à l’exclusion de la bruyante offensive médiatique et diplomatique de 1930, les années suivantes sont marquées par un retrait du Saint-Siège dans les affaires russes. Certes, les archives révèlent des actions ponctuelles, notamment dans le domaine de la diplomatie humanitaire, qui ont pu être décisives pour les catholiques locaux. Mais, dans l’ensemble, la situation reste instable : la France et l’Italie constituent des alliés réguliers mais n’inspirent jamais une confiance totale. Les États liés par leurs populations ou leur passé au catholicisme russe (Allemagne, Pologne, Lituanie, Lettonie) jouent un rôle important mais suivent leurs propres intérêts auxquels le Saint-Siège ne souhaite pas s’identifier. Dans ce contexte d’émiettement de la scène européenne, les États-Unis offrent des perspectives plus réjouissantes dans la mesure où la diplomatie américaine se place volontairement sur le plan des principes et n’hésite pas à faire de la liberté religieuse un objet de négociation avec les Soviets. Cependant, ces perspectives américaines sont encore floues à l’heure où les États-Unis restent largement à l’écart des affaires européennes. Travaillant par petites touches, la diplomatie vaticane des années 1930 à l’égard de la Russie est finalement moins nette et donc plus difficile à saisir pour l’historien que celle des années 1920 et mérite certainement d’être encore approfondie par des recherches plus déconcentrées, qui doivent conduire le chercheur à interroger l’ensemble des partenaires diplomatiques du Saint-Siège. Davantage multilatérale, plus démunie financièrement aussi, la diplomatie vaticane dans les années 1930 est marginalisée comme celle d’une puissance « faible », à laquelle il ne reste que des moyens limités (pression morale) pour agir sur les dirigeants ou les opinions publiques. Pour une large part, ces difficultés à promouvoir une réelle action diplomatique ont rendu nécessaire et accompagné le tournant idéologique et religieux de la politique russe du Saint-Siège dans les années 1930. Nos observations sur la situation russe rejoignent celles d’Emma Fattorini, selon lesquelles Pie XI, bien « conscient […] de la gravité de la situation » à la fin des années 1930, considère que les « solutions diplomatiques pratiquées jusqu’alors dans les rapports du Saint-Siège avec les États ne sont plus à la hauteur des enjeux » de cette période et opère « une sorte de dilatation spirituelle de l’institution ecclésiale »250.

Notes

1  K. Repgen, I Patti lateranensi e il Reichskonkordat. Pio XI e la politica concordataria con Russia, Italia e Germania, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 1979 (33-2), p. 371-416.

2  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (13363). Holy See ; Annual Report 1927 [C 4935/4935/22], 27.02.1928, dans T. E. Hachey (éd.), Anglo-Vatican Relations, 1914-1939… cit., p. 123 (§ 30), anglais.

3  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 29, fasc. 3, f. 73 : Pacelli à Sincero, 17.07.1928, Nonciature Allemagne N°39775.

4 Ibid., b. 30, fasc. 4, f. 222-223 : note anonyme [d’Herbigny], 19.04.1929, italien.

5  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 83, f. 55 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.

6 Ci commuovono profondamente, 02.02.1930, dans AAS, 1930 (22), p. 89-93.

7OR, 09.02.1930 (70-33), p. 1.

8  Voir infra p. 759-764.

9  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 73, f. 60 : Pacelli à Borgongini Duca, 13.02.1930, N°461/30, italien. Les communications aux nonces à Berlin et à Paris ont la même teneur mais dans une forme simplifiée car ce sont des télégrammes, soulignant ainsi l’urgence de l’action à mener : ibid., f. 61 : tél. chiffré de Pacelli à la Nonciature d’Allemagne, 13.02.1930, N°17 ; f. 62 : tél. chiffré de Pacelli à la Nonciature de France, 13.02.1930, N°32.

10Ibid., f. 66 : tél. chiffré de Maglione à Pacelli, Paris, 17.02.1930, N°369 ; AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 74, f. 10-11 : Centoz à Pacelli, Berlin, 20.02.1930, Nonciature Allemagne N°42948. Pour le cas de l’Allemagne, on connaît également le parcours de cette demande au sein du Ministère des Affaires étrangères : voir le télégramme de Curtius (Berlin) à l’ambassadeur à Moscou, Berlin, 15.11.1930, N°93, document extrait de l’Auswärtiges Amt et édité par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 135.

11Ibid., f. 17-18 : Borgongini Duca à Pacelli, Rome, 25.02.1930, Nonciature Italie N°413, italien.

12Ibid., f. 69 : Hlond à Marmaggi, Poznań, 07.03.1930, Arcybiskup Gnieźnieński i Poznański N°1265/30, italien.

13  Cité par La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), p. 1.

14 Echi della Lettera del Santo Padre per la Russia. Imponente riunione a Monaco di Baviera, dans OR, 23.03.1930 (70-68), p. 1.

15 Contro la persecuzione religiosa in Russia. Appello dei cattolici svizzeri alla Società delle Nazioni, dans OR, 06.09.1930 (70-208), p. 1.

16  Par exemple : La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), p. 1.

17 La Russia infelice sotto il calcagno comunista, dans OR, 28.02.1930 (70-49), p. 1.

18 L’Olanda ripudia ogni rapporto con la Russia persecutrice, dans OR, 23.03.1930 (70-68), p. 1.

19 La politica estera del Belgio e le persecuzioni antireligiose in Russia, dans OR, 19.04.1930 (70-91), p. 1.

20  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 93, f. 34 : tél. de Walsh à d’Herbigny, Washington, arrivé 08.10.1930, français [orth.].

21  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 74, f. 55-56 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 15.03.1930, Internonciature Pays Bas N°2363, italien.

22  Sur cet article, voir infra, p. 736.

23  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 667, fasc. 75, f. 19-22 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 02.04.1930, Internonciature Pays Bas N°2386, italien.

24Ibid., fasc. 76, f. 4-7 : Schioppa à Pacelli, La Haye, 01.05.1930, Internonciature Pays-Bas N°2431.

25 Contro la persecuzione religiosa in Russia. Appello dei cattolici svizzeri alla Società delle Nazioni, dans OR, 06.09.1930, 70-208, p. 1, italien.

26 I fini rivoluzionari del commercio estero sovietico, dans OR, 12.10.1930 (70-239), p. 2, italien.

27  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 70, f. 14 : sir E. Hilton Young à Ramsay MacDonald, 11.12.1930, anglais (envoyée en annexe à f. 12 : card. Bourne à « my dear Lord Bishop » [probablement d’Herbigny], 18.12.1930, anglais).

28  Télégramme du représentant plénipotentiaire de l’URSS en Italie (Курский) au Commissariat du peuple pour affaires étrangères, 10.02.1930, dans Документы внешней политики СССР. Т. 13 : 01.01 -31.12.1930, Moscou, 1967, doc. 58, russe.

29  Rapport de Kurskij, 14.02.1930, dans ibid., doc. 60.

30  J. T. Degras (éd.), Soviet Documents on Foreign Policy, Londres, 1952, vol. II, p. 441-447, citations p. 445, anglais.

31Ibid., p. 473-479, citations p. 478, anglais.

32  Si la croisade menée par les religions repose sur une diabolisation de l’Union soviétique, on observe bien, a contrario, une diabolisation de ces religions. Le bimensuel Bezbožnik intitule ainsi un article sur l’histoire de la papauté « Saint Satan. Les chefs de l’église catholique » : М. Левидов, Святой Сатана. Вожди католической церкви, dans Безбожник, 10.1930 (VI-19), p. 14-16.

33Безбожник, 03.1930 (VI-6), p. 4-6.

34Антирелигиозник, 03.1930 (V-3), p. 16, russe.

35Рабочие и батраки, колхозники и трудовая интеллигенция всего великого СССР дают единодушный ответ мировым нефтяникам и их папских агентам : “Руки прочь от Советского Союза!” [Ouvriers et ouvriers agricoles, kolkhoziens et intelligentsia travailleuse de toute la grande URSS donnent une réponse unie aux pétroliers mondiaux et à leurs agents papaux : “Bas les mains de l’Union Soviétique !”], dans Известия, 24.03.1930 (82/3929), p. 2.

36  L’une de ces caricatures, tirée de la Pravda, a été publiée par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 137. Voir également les illustrations de G. M. Hamburg, L. S. Braun (éd.), In Lubianka’s Shadow. The Memoirs of an American Priest in Stalin’s Moscow, 1934-1945, Notre Dame (Indiana), 2006.

37 Деревенский Безбожник, 1930-N°6, p. 1, russe.

38  F. Bouthillon, La naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1922-1939), Strasbourg, 2002, p. 214.

39Известия, 20.03.1930 (78/3925), p. 1 ; Хроника За границей “Провал антисоветских молебствий” [Chronique de l’étranger « Le fiasco des prières antisoviétiques »], dans Антирелигиозник, 04.1930 (V-4), p. 95-96.

40Антирелигиозник, 03.1930 (V-3), p. 14-15.

41Иллюстрация письма папы Пия XI [Lettre illustrée du pape Pie XI], dans Безбожник у станка, 1930 (6), p. 12-13.

42  Cité par La protesta dell’umanità offesa dei selvaggi moscoviti, dans OR, 27.02.1930 (70-48), p. 1.

43  Version française dans V.O.K.S. Organe de la société pour les relations culturelles entre l’U.R.S.S. et l’étranger, janvier 1930 (N°1/3), p. 33-36.

44Ксендз Авгло о положении католической церкви в СССР [Le prêtre catholique polonais Avglo sur la situation de l’église catholique en URSS], dans Правда, 20.03.1930 (78/4523), p. 4.

45  Pour authentifier ces persécutions polonaises, le quotidien Izvestiâ n’hésite pas à présenter des témoignages orthodoxes sous forme de fac-similé : Религиозные преследования под руководством католицизма [Les persécutions religieuses sous la conduite du catholicisme], dans Известия, 06.03.1930 (64-3911), p. 2. Le quotidien officieux du Saint-Siège démentira ces attaques en rappelant que la plupart des églises orthodoxes fermées avaient autrefois appartenu au culte catholique, auquel elles avaient été simplement rendues (Netta smentita al “Metropolita rosso”, dans OR, 22.02.1930 (70-44), p. 2).

46 La protesta mondiale contro la persecuzione sovietica, dans OR, 02.03.1930 (70-51), p. 1, italien.

47 Открытое письмо советских астрономов римскому папе Пию ХI [Lettre ouverte des astronomes soviétiques au pape Pie XI], dans Правда, 27.03.1930 (85/4530), p. 3.

48Папе римскому. От московского научного одонтологического общества [Au pape de Rome. De la part de la société scientifique moscovite d’odontologie], dans Правда, 22.03.1930 (80/4525), p. 2.

49Голос науки против религиозного мракобесия. Научные работники Москвы отвечают Пию ХI [La voix de la science contre l’obscurantisme religieux. Les travailleurs scientifiques de Moscou répondent à Pie XI], dans Правда, 20.03.1930 (78/4523), p. 3.

50  GARF, f. 5407, op. 2, d. 169, l. 5 : « Протест Союза революционных драматургов против объявления папой Пием XI “Крестого похода” на СССР », s. d. [printemps 1930], russe.

51Ответ рабочих папе римскому [La réponse des ouvriers au pape de Rome], dans Безбожник, 03.1930 (VI-6), p. 10.

52  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 123-141 : « Bericht über die Lage der gottlosen Bewegung in der UdSSR für 1930 J. bis I/IV-31 », p. 5-6, allemand.

53 Крестовый поход капитала и церкви [La croisade du capital et de l’église], dans Антирелигиозник, 03.1930 (V-3), p. 3-5, russe.

54 Рабочие капиталистических стран – ?в защиту СССР [Les ouvriers des pays capitalistes à la défense de l’URSS], dans Безбожник, 04.1930 (VI-7), p. 4.

55 Чехо-словацкий коммунистический депутат разоблагает истинный смыслкрестого похода [Un député communiste tchécoslovaque démasque le véritable sens de la “croisade”], dans Известия, 68 (3915) 10.03.1930, p. 1.

56Au front unique antisoviétique qui va du socialiste Kerensky au pape Pie XI les travailleurs du monde opposeront leur bloc de classe inébranlable, dans L’Humanité, 10.02.1930 (27-11381), p. 1.

57  R. Rolland écrit ainsi dans la revue Monde un article publié le 9 avril 1930, reproduit dans Izvestiâ, intitulé « Pour la défense de l’U.R.S.S. » dans lequel il déclare que « sous le couvert menteur de la religion, de la justice et de la civilisation » on retrouve en fait « les plus immondes réactions : celle de l’argent, celle du sabre, celle de la trique, celle de la tiare » et appelle à un grand sursaut : « Conspirateurs, rentrez dans l’ombre ! Et bas les mains devant l’U.R.S.S. » (Quinze ans de combat, 1919-1934, Paris, 1935, p. 99-101).

58Союз друзей СССР организует отпор “крестовому походу” [L’union des amis de l’URSS organise la résistance à la “croisade”], dans Известия, 02.03.1930 (60/3907), p. 1.

59  B. Bayerlein, B. Studer, dans J. Gotovitch, M. Narinski (dir.), Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, à Moscou, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse (1919-1943), Paris, 2001, p. 339-342.

60  S. Bahne (éd.), Archives de Jules Humbert-Droz III. Les partis communistes et l’Internationale communiste dans les années 1928-1932, Dordrecht-Boston-London, 1988, doc. 415 – César Graber (président PCS à La Chaux-de-Fonds) à J. Humbert-Droz, La Chaux-de-Fonds, 13.02.1930 ; et doc. 416 : Humbert-Droz à Graber, Moscou, 17.03.1930.

61  GARF, f. 5407, op. 1, d. 57, l. 7 : Oleščuk (secrétaire en chef du Conseil central des sans-dieu militants de l’URSS) à Tučkov (OGPU), 29.07.1930, secret, russe.

62  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 2-16 : « Information über den Verlauf und die Beschlüsse des IV. Kongresses des Bundes proletarischer in Bodenbach-Tetschen 14-17/XI-30 », allemand (citation de la version française du même rapport, ibid., l. 28).

63Ibid., l. 115-118 : « Resolution des Exekutivkomités des Zentralrates des Bundes des Kämpfenden Gottlosen der Sowjetunion zum Bericht über den IV. Kongress der Internationale proletarischer Freidenker », 25.01.1931, allemand, p. 2.

64Ibid., l. 34 : lettre de l’agitprop du Comité exécutif de l’IC et du Secrétariat romain au Comité exécutif du PC espagnol, de Moscou, 16.01.1931, français.

65Ibid., l. 94-95 : lettre de l’agitprop du CE de l’IC et du Secrétariat romain au Bureau Politique du PCF, de Moscou, 16.01.1931, français.

66  Dans un bilan pour l’année 1930, « la plus grande campagne politique » du mouvement des sans-dieu est celle « contre la “croisade” qu’avait instiguée le clergé international », dans la mesure où « la campagne anti-pascale de 1930 fut une suite directe de la campagne contre la “croisade” » : RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 123-141 : « Bericht über die Lage der gottlosen Bewegung in der UdSSR für 1930 J. bis I/IV-31 », allemand, p. 5-6.

67  André Lorulot (André Roulot), 1885-1963. Militant anarchiste-individualiste et de la libre pensée, il s’enthousiasme immédiatement pour la révolution russe, ce qui le conduit à s’éloigner progressivement des cercles anarchistes. Propagandiste de talent, il faisait de nombreuses conférences sur les questions religieuses et, en 1930, il dirige la publication du mensuel La Calotte. Cf. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. 4e partie (1914-1939), t. 35, Paris, 1989, p. 65-66 (R. Bianco).

68  RGASPI, f. 495, op. 30, d. 747, l. 94-95 : lettre de l’agitprop du Comité exécutif de l’IC et du Secrétariat romain au Bureau Politique du PCF, de Moscou, 16.01.1931, français.

69  J. Lalouette, Communisme et Libre Pensée durant l’entre-deux-guerres : l’Union des libres penseurs révolutionnaires de France et l’Association des Travailleurs sans Dieu, dans J. Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, 2002, p. 423-440.

70  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 674, fasc. 79, f. 32 : « Appunto di Mons. d’Herbigny », Rome, 25.08.1932, italien et français.

71Ibid., f. 34-35 : lettre à Marmaggi, 01.09.1932, N°2517/32, italien ; ibid., f. 36-37 : lettre à Luigi Arrigoni (secrétaire de la Nonciature à Bucarest), 01.09.1932, N°2517/32.

72 Ibid., f. 39 : note « parlatorie con Sig. Thynne », 04.10.1932, N°2887/32, italien.

73  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 64, f. 36-37 : Maglione à Pacelli, Paris, 13.12.1933, Nonciature France N°24249, italien.

74  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : Charles-Roux au MAE, Rome, 30.05.1934, Direction politique Europe N°197.

75  C. Poupault, La visite officielle de Pierre Laval au Vatican en janvier 1935. Origine, déroulement et enjeux d’une rencontre en marge des conversations diplomatiques franco-italiennes, dans Revue d’histoire diplomatique, 2011 (125-2), p. 115-128.

76  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 91-93 : Neveu à « Excellence », Moscou, 19.05.1935. Cette intervention est racontée à l’évêque français par Alphand, ambassadeur français à Moscou.

77  Voir plus bas p. 677-678.

78  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1079, Charles-Roux (ambassadeur de France près le Saint-Siège) à Laval (ministre des Affaires étrangères), Rome, 24.07.1935, Direction politique Europe N°229, français.

79  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 33, f. 9 : O’Rourke à Pizzardo, Dantzig, 14.09.1935, italien.

80Ibid., f. 23 : anonyme, FU, octobre 1935, N°269/30, italien. En parallèle, Pie XI demande de trouver « qualche via per aiutarli » concrètement.

81  AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1035 : Jean Rivière (chargé d’affaires près le Saint Siège) à Yvon Delbos (ministre des Affaires étrangères), Rome, 29.09.1937, MAE, Direction politique Europe N°325.

82  Il sera ensuite ambassadeur à Berlin de 1935 à 1940 et joue un rôle important dans la mise en place de l’axe Rome-Berlin tout en rencontrant des difficultés de plus en plus nombreuses après 1938. Il finit sa carrière comme ambassadeur près le Saint-Siège (1940-1942). DBI, 4, p. 556-560 (M. Toscano) ; M. Casella, Gli ambasciatori d’Italia presso la Santa Sede dal 1929 al 1943, Martina Franca, 2009, p. 363-521.

83  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 96 : d’Herbigny, FU, 25.01.1933 et 10.02.1933, italien.

84Ibid., sc. 43, fasc. 250, f. 28 : Attolico à Giobbe, Moscou, 16.05.1934-XII, Ambasciata d’Italia N°953, italien ; f. 29 : note de travail dactylographiée et corrections de Giobbe, s. d.

85  J. F. Pollard, Il Vaticano e la politica estera italiana, dans R. J. B. Bosworth, S. Romando (éd.), La politica estera italiana. 1860-1985, Bologne, 1991, p. 220 ; plus généralement L. Ceci, Il papa non deve parlare : Chiesa, fascismo e guerra d’Etiopia, Rome, 2010.

86  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 68-70 : Neveu à « Excellence » [Pizzardo], Moscou, 05.05.1935, français.

87Ibid., sc. 47, fasc. 281, f. 28 : Maglione à Pizzardo, Paris, 22.08.1935, Nonciature de France N°28941 ; f. 25 : en annexe, lettre de Neveu à Maglione, 12.08.1935.

88Ibid., sc. 43, fasc. 252, f. 69-72 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 21.10.1935, français ; f. 73-74 : FU, novembre 1935 (objet : lettre de Neveu du 21.10.1935).

89Ibid., sc. 43, fasc. 253, f. 89-90 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 01.06.1936, français.

90 Ibid., sc. 48, fasc. 288 (prot. 82/34), f. 35 : anonyme, FU, 28.08.1935. Le père Tacchi Venturi interviendra également dans cette affaire directement auprès de Mussolini.

91Ibid., sc. 43, fasc. 254, f. 14-15 : Neveu à « Monseigneur », Moscou, 23.07.1936.

92  La première mention de ce terme dans un discours officiel d’un pape serait dans Quadragesimo Anno : F. Bouthillon, L’Enlèvement d’Europe. Note sur l’oubli d’un cas d’europhobie : Pie XI (1922-1939), dans Schweizerische Zeitschrift für Religions- und Kultur­geschichte, 2006 (100), p. 315-328.

93  D. Menozzi, Chiesa, pace e guerra nel Novocento : verso una delegittimazione religiosa dei conflitti, Bologne, 2008.

94  Y. De La Brière, Église et paix, Paris, 1932, p. 81.

95  F. Bouthillon, La naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1922-1939), Strasbourg, 2002, p. 215.

96  En privé, le pape confie que « les Soviets profiteraient [du désarmement], les brigands sachant toujours trouver les moyens de rester armés » (DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome I (19 juillet-14 novembre 1932), Paris, 1964, doc. 259 : Charles-Roux à Herriot (ministre des Affaires étrangères), D. n°380, Rome, 20.10.1932).

97  MacDonald, accompagné de sir John Simon, est longuement reçu en audience le 19 mars 1933 et, sur la question du désarmement, le pape demande de « ne pas désarmer l’ordre au profit du désordre », observation qui s’applique « au danger bolchevique » (DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome III (17 mars-15 juillet 1933), Paris, 1967, p. 40 – doc. 17 : Charles-Roux à Paul-Boncour (ministre des Affaires étrangères), Rome, 20.03.1933, T. n°59).

98DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome I (19 juillet-14 novembre 1932), Paris, 1964, doc. 259 : Charles-Roux à Herriot (ministre des Affaires étrangères), D. n°380, Rome, 20.10.1932.

99Ibid., tome III (17 mars-15 juillet 1933), Paris, 1967, p. 694-695 – doc. 380 : Charles-Roux à Paul-Boncour (ministre des Affaires étrangères), Rome, 09.06.1933, T. n°171, confidentiel.

100  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 272, f. 28r : Tardini, FU, 03.02.1934.

101  Télégramme de Bergen, Rome, 13.03.1933, N°11, allemand, dans Auswärtiges Amt (PAAA – Vat Iia, Pol. 19, Bd.1), édité par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 152, allemand.

102  Cf. supra p. 349.

103  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 89, f. 70 : d’Herbigny, FU, 21.10.1932 ; f. 71 : d’Herbigny à Walsh, 24.10.1932, français.

104  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 477, f. 30-41 : Marella à Pacelli, Washington, 20.04.1933, Délégation États-Unis N°4498-i, italien.

105Ibid., f. 55 : Marella aux ordinaires, 09.03.1933, anglais.

106  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 656, fasc. 37, f. 24-25 : Marella à Pacelli, Washington, 24.05.1933, Délégation États-Unis N°4716-i.

107  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 46 : Cicognani à Tardini, Washington, 11.11.1933, Délégation apostolique États-Unis, N°6401-i.

108Ibid., f. 47 : note du 19.11.1933, italien.

109Ibid., f. 56 : Tardini à Cicognani (résumé), 28.11.1933, italien.

110  G. Toal, Spiritual geopolitics : Fr. Edmund Walsh and Jesuit anticommunism, dans D. Atkinson, K. Dodds (éd.), Geopolitical Traditions : a century of geopolitical thought, Londres, 2000, p. 187-209.

111  Elles sont publiées dans G. M. Hamburg, In Lubianka’s Shadow… cit., p. xxxi.

112  Voir p. 678.

113  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 5 : note anonyme [Giobbe], s. d. [24.05.1934], italien.

114Ibid., f. 6 : Giobbe à « excellence révérendissime », Vatican, 25.05.1934 et annexe f. 5 : note anonyme [Giobbe], s. d., italien.

115  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 671, fasc. 78, f. 92 : Th. Aubert à « Monsieur », Genève, 13.06.1934, EIA N°578/34, français. L’EIA publie un document à cette occasion (disponible en AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 92, f. 71-74) : Protestation contre l’admission éventuelle de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques dans la Société des Nations adressée à la Société des Nations, aux gouvernements, aux associations pour la Société des Nations, aux institutions internationales, à l’opinion publique par le bureau permanent de l’Entente Internationale contre la IIIe Internationale, Genève, juin 1934, 4 p. Sur l’action de l’EIA et de Pro Deo, voir notamment S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit., p. 345-350.

116  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 7 : Saverio Ritter à Pizzardo, Berne, 18.09.1934, Nonciature de Suisse N°11534 et son annexe (ibid., f. 9-19), « Discours prononcé par M. le conseiller fédéral Motta, premier délégué de la Confédération suisse devant la VIe commission sur la demande d’admission de l’URSS dans la Société des Nations », 11 p. français (sur les questions religieuses, voir f. 13-14 et 19). Il s’agit probablement de la pétition « pour les martyrs » qui avait été adressée au président de la Confédération helvétique le 31 août 1930 (70.000 signatures) et qui fut poursuivie dans les années suivantes (136.000 signatures en septembre 1931). S. Roulin, Un credo anticommuniste… cit., p. 136.

117  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 677, fasc. 80, f. 24-25 : A. Kartašëv à Pacelli, Paris, 01.10.1934, Comité National russe N°12427, français.

118  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 475, f. 24 : circulaire de Pacelli à Mgr …, Vatican, 14.04.1932, Seg. St. 967/32.

119  Détails dans la note en ibid., f. 28.

120Ibid., f. 24.

121 Ibid., f. 25-26 : « Note circa la propaganda comunista », imprimé. Cf. document 40.

122Ibid.

123  La Commission demanda même à la Secrétairerie d’État, en vue de ce travail supplémentaire, un renfort en personnel (ibid., f. 33 : Giobbe à Pizzardo, Vatican, 15.04.1932, CPR 58/1931). Le dépouillement de cette enquête enrichit l’ouvrage de d’Herbigny, Les “Sans Dieu” militants et la propagande mondiale du communisme, Paris, 1933.

124  Le nonce de Bavière signale ainsi que les produits culturels soviétiques suscitent un enthousiasme généralisé alors que la propagande antireligieuse est réprouvée par tous les partis (y compris la presse social-démocrate) : le « bolchevisme culturel » (bolscevismo culturale) serait ainsi particulièrement actif et viserait « la désagrégation de l’ordre éthique religieux et social, afin de rendre […] l’Allemagne mûre pour un bouleversement total » (ASV, Arch. Nunz. Monaco, b. 422, fasc. 3, f. 108-109 : Vassallo di Torregrossa à Pacelli, Munich, 13.06.1932, Nonciature Bavière N°3873 et f. 110-122 : « Oggetto : propaganda comunista, particolarmente propaganda atea », 13 p. dact).

125  Voir infra p. 736 sq.

126  ASV, Arch. Nunz. Italia, b. 9, fasc. 3, f. 1-3 : circulaire de Pacelli, Vatican, 20.02.1936, prot. 561/36. Cf. document 45.

127  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 474, fasc. 486, f. 10-12 : « Rapporti informativi dei nunzi e delegati apostolici sui pericoli della propaganda comunista in risposta alla circolare 561/36 del 20 Febbraio 1936 », 05.06.1936, italien.

128  E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, p. 92.

129Ibid., p. 193.

130Ibid., p. 196-198.

131  P. Blet, A. Martini, B. Schneider (éd.), Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, Cité du Vatican, 1965-1981, T. 1- Le Saint-Siège et la guerre en Europe, mars 1939-août 1940, N°47 (p. 150-153) : Orsenigo à Maglione, Berlin, 17.05.1939, Nonciature N°27333 (AA.EE.SS. 2703/39), italien.

132  Par exemple, en décembre 1934, Neveu accuse réception de 15.000 francs remis par le canal de la nonciature de France et l’ambassadeur en Russie Alphand (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 250, f. 68-69 : Neveu à Maglione (copie), Moscou, 18.12.1934).

133  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 83 : d’Herbigny, FU, 30.11.1928 ; f. 85 : reçu pour les 1 000 dollars. Sur Francesco Meriano, consul général à Odessa entre 1928 et 1931, voir DBI, 73, p. 645-648 (G. Manghetti). Sur Iosif Iogannovič Nejgum (1875-1955), ordonné en 1897, Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 122-123. Il sera arrêté en novembre 1930, condamné plusieurs fois dans les années 1930 et il finira sa vie en exil au Kazakhstan.

134  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 86 : congrès du 12.12.1928 ; f. 87 : d’Herbigny, FU, 14.12.1928, italien.

135  Nous avons cinq reçus rédigés en français entre le 2 janvier et le 25 mars 1929 allant de 50 à 900 roubles (ibid., sc. 2, fasc. 10, f. 101).

136Ibid., sc. 24, fasc. 155, f. 51 : B. D’Acunso à d’Herbigny, Odessa, 28.11.1929 ; f. 52 : d’Herbigny, FU, 17.12.1929, italien. Il s’agit probablement de Pavel Francevič / Paul Schubert (1873-1937), doyen et recteur de la paroisse de Simferopol à partir de 1913 (ou 1914) puis de 1928 à 1932 de la paroisse de l’Assomption de la Vierge à Odessa. Il sera arrêté en 1932 (ou 1933) et finalement fusillé en 1937. Comparer Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 197 et R. Dzwonkowski, Losy duchowieństwa katolickiego… cit., p. 432-433, qui ne donnent pas les mêmes informations.

137  En août 1934, 10.000 lires sont remises par Attolico à Neveu : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 249, f. 89 : Tardini, FU, 03.08.1934.

138  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 25 : note anonyme, 03.11.1930, italien.

139 Ibid., sc. 48, fasc. 293, f. 34 : Giobbe à Garelli, 27.01.1938.

140  Grâce aux archives du Ministère des Affaires étrangères italien, citées par F. Bouthillon, La naissance de la Mardité… cit., p. 212-213.

141  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 31, fasc. 202, f. 22 : note de Giobbe, 17.12.1931 et 31.12.1931, italien (citation de la note du 31 décembre).

142  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 66-67 : Promemoria de l’ambassadeur Attolico, 17.01.1933.

143  Ce versement est effectué par une femme de la famille de Mgr Giobbe. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 250, f. 20 : Tardini, FU, 26.06.1934 ; f. 21 : reçu de Luca Pietromarchi, 30.06.1934-XII, italien (les 10.000 lires sont versées « par Mme Rosa Giovve, veuve Porena, à la demande de Mgr Giobbe »). Luca Pietromarchi, issu de la noblesse noire romaine, travaille alors au Ministère et est un proche de Bernardo Attolico, avec qui il a travaillé durant sept ans à Genève et dont il est le beau-frère. Voir R. Nattermann (a cura di), I diari e le agende di Luca Pietromarchi, 1938-1940 : politica estera del fascismo e vita quotidiana di un diplomatico romano del 900, Rome.

144  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 28 : Marmaggi à Sincero, Varsovie, 19.02.1930, Nonciature Pologne N°7779, italien.

145 Ibid., sc. 11, fasc. 73, f. 57 : d’Herbigny, FU, 01.11.1932, italien.

146 Ibid., sc. 10, fasc. 69, f. 43-45 : Pietro di Maria à Pacelli, Berne, 03.03.1930, Nonciature Suisse N°10501.

147 Ibid., f. 49 : d’Herbigny, FU, 11.04.1930, italien.

148  Plus généralement sur son action à Moscou de 1920 à 1938, voir J.-F. Fayet, P. Huber, La mission Wehrlin du CICR en Union soviétique (1920-1938), dans Revue internationale de la Croix-Rouge, 2003, p. 95-117 et P. Huber, J.-F. Pitteloud, Une puissance protectrice inédite: la “mission” Wehrlin du CICR à Moscou (1920-1938), dans Relations internationales, 2010 (143), p. 89-101.

149  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 86-86 : W. Wehrlin à Mac Kenzie, Moscou, 29.09.1930, français.

150  Une liste de catholiques en situation difficile vient d’être reçue à Rome : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 70, f. 45 : S. Ritter à « eccellenza reverendissima », Prague, 16.01.1931.

151 Ibid., f. 49 : d’Herbigny, FU, 23.01.1931, italien.

152Ibid., f. 52 : PCR, feuille de congrès, 31.01.1931.

153  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 71, f. 14 : Di Maria à d’Herbigny, Berne, 17.03.1931, Nonciature Suisse N°10702 ; f. 15 : Orsenigo à d’Herbigny, Berlin, 01.04.1931, Nonciature Allemagne N°2006.

154Ibid., f. 46 : d’Herbigny-Giobbe à Pietro di Maria, Vatican, 02.06.1931. Une fois l’opération réussie, Mgr Neveu demande au Saint-Siège une « médaille ou décoration quelconque » pour Wehrlin, « tout “évangélique” qu’il soit ». Cette demande, présentée en audience le 7 septembre, débouche sur la remise d’« una medaglia dell’anno » (ibid., f. 56 : lettre de Neveu, Moscou, 17.08.1931 et annotations manuscrites de d’Herbigny, 07.09.1931).

155  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 73, f. 8 et 10 : lettre du délégué de l’UISE à MacKenzie, Moscou, 23.08.1932, N°5309.

156 Ibid., f. 57 : d’Herbigny, FU, 01.11.1932, italien.

157  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 9 : anonyme, FU, 03.02.1934.

158  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 24, fasc. 154, f. 70 : d’Herbigny, FU, 11.01.1931, italien.

159  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 70, f. 49 : d’Herbigny, FU, 23.01.1931, italien.

160  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 63, f. 86 : lettre d’Alexandra Nemm, Jalta Halturina, 11.12.1932, allemand.

161 Ibid., f. 87 : d’Herbigny, FU, 06.01.1933.

162  Torgsin (Торговля с иностранцами – commerce avec les étrangers). Sur le fonctionnement de ce système, son rôle social et financier, voir E. Osokina, Торгсин : золото для индустриализации [Torgsin : de l’or pour l’industrialisation], dans CMR, 2006 (47/4), p. 715-748.

163  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 63, f. 89 : note du 09.01.1933, italien.

164  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 64, f. 61 : Eugene S. Burke junior à Tardini, Rome, 29.10.1934, North American College, anglais.

165 Ibid., f. 58 : Cercone, Promemoria, 06.11.1934, italien.

166  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 15, f. 63 : Walter Legge à « Monsignore », s. d. [arrivée à Rome en novembre 1934], anglais.

167 Ibid., f. 65 : Giobbe au président du Catholic Relief Committee for Russia, Vatican, 30.11.1934, PCPR prot. 206/29.

168 Ibid., f. 66 : Legge à « Eccellenza », 10.01.1935, Catholic Council for international relations, italien.

169 Ibid., f. 67 : Commission pro Russia au président du Catholic Relief Committee for Russia, Vatican, 23.01.1935, prot. 206/29, italien et ibid., f. 69.

170  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 661, fasc. 53, f. 53-56 : Legge à « Eminence », 15.05.1935, français.

171 Ibid., f. 63-64 : note de la PCPR, Vatican, 23.05.1935, italien.

172Ibid., f. 53-56 : Legge à « Eminence », 15.05.1935, français.

173 Ibid., f. 63-64 : note de la PCPR Vatican, 23.05.1935, italien.

174  Un appel à la charité des fidèles est lancé en février 1937 (Russian Appeal, dans Catholic Herald, 12.02.1937, p. 6).

175  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 37, fasc. 215, f. 47-50 : Catholic Relief Committee for Russia, « Relief to Catholic Priests in Russia in 1937 », Londres, 10.01.1938, anglais.

176  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 148, f. 19 : Neveu, « État des dépenses pour 1931 », Moscou, 03.01.1932, français.

177  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 4 : Neveu, « État des dépenses de l’année 1934 », Moscou, 12.01.1935, français.

178  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 43, fasc. 253, f. 33 : Neveu, « État des dépenses de l’année 1935 », Moscou, 30.01.1936, français.

179  Cette somme comprend les aumônes aux prêtres latins (126 rb) et au père Soloviev (190 rb).

180  Cette somme comprend deux postes de dépenses : « prisonniers du clergé et religieuses » (15095 rb) et « familles des prisonniers et déportés » (3040 rb).

181  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 46, fasc. 266, f. 14 : Neveu, « État des dépenses de l’Administration Apostolique de Moscou pour 1936 », Rome, 03.02.1937, français.

182  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 299, f. 41 : Administration Apostolique de Moscou, « Relevé des comptes pour l’année 1937 », Moscou, 03.01.1938, français.

183  Frais de courrier.

184  Cette somme est affectée au poste : « Provisions vêtements et souliers pour OP [dominicaines] et nécessiteux ».

185  Cette somme recouvre les « Aumônes reçues d’Amérique et distribuées aux nécessiteux » (5865 rb), les « Aumônes reçues d’Angleterre et distribuées aux OP et prêtres » (4390 rb) et les « Aumônes de sources diverses distribuées aux nécessiteux » (3330 rb).

186  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 160, f. 96-97 : Chaptal à Sincero, Paris, 14.06.1928.

187 Ibid., f. 102 : d’Herbigny, FU, 30.06.1928, italien.

188Ibid., f. 109 : d’Herbigny, FU, 26.07.1928, italien (la lettre de Neveu est présentée en « objet » sur la feuille d’audience).

189Ibid., f. 114-115 : Chaptal à Sincero, Paris, 15.11.1928, français.

190  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 161, f. 3 : d’Herbigny, FU, 30.11.1928, prot. 690/1928, italien ; f. 5 : Chaptal à Sincero, Paris, 17.12.1928, français.

191  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 79, f. 16-17 : rapport de Marie de St-Michel (Mère Générale), Maison généralice Rome, 13.12.1928.

192Ibid., f. 26 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929. Cette aide financière fut particulièrement généreuse. En effet, après avoir interrogé la Provinciale de Pologne et d’Autriche des Franciscaines missionnaires sur la façon de faire un don, la Commission propose de participer financièrement à hauteur d’« une centaine de dollars », mais Pie XI offre finalement 500 dollars (ibid., f. 33 : Margotti, FU, 18.09.1929).

193  Gasparri à Diego von Bergen, Vatican, 27.11.1929, N°2694/29, italien, édité par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 124. Minute en AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 67, f. 7.

194  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 67, f. 8 : Bergen à Gasparri, Rome, 27.01.1930, Deutsche Botschaft beim Päpstlichen Stuhle N°63, italien.

195Ibid., f. 10 : Bergen à Gasparri, Rome, 05.03.1930, Deutsche Botschaft beim Päpstlichen Stuhle, N°A. 190, italien.

196  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 22, fasc. 141, f. 85 : note de d’Herbigny, 13.04.1931, italien ; f. 86 : Giobbe à Ottaviani, Vatican, 13.04.1931, italien.

197  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 71, f. 28-29 : note de Giobbe, 03.05.1931, italien.

198  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 430a, fasc. 342, f. 22 (03.05.1931), italien.

199  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 41 : d’Herbigny, FU, 24.03.1933, italien. Sur le cas de Mgr Sloskans, voir p. 675-676.

200  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 10 : Gasparri à Sincero, Vatican, 18.01.1930, N°150/30.

201Ibid., f. 32-33 : Marmaggi à Sincero, Varsovie, 18.02.1930, Nonciature Pologne N°142.

202  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 62, f. 7 : note de l’Ambassade de Pologne près le Saint-Siège, 04.06.1932, français ; f. 8-9 : Mémoire, Rome, 03.06.1932, français.

203  Cf. p. 780.

204  Quatre de l’archidiocèse de Mohilev, neuf du diocèse de Žitomir, cinq du diocèse de Kamenec. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 72, f. 17-20 : rapport de Francesco Rutkowski, Varsovie, 17.09.1932, italien. Voir aussi ibid., f. 58-61 : Marmaggi à Pacelli, Varsovie, 30.08.1932, N°348, italien. Il s’agit probablement de Franciszek Rutkowski, auteur d’une biographie de Mgr Cieplak et qui avait été condamné au procès de 1923 puis exilé en Pologne en 1925 où il était devenu secrétaire du cardinal Hlond (J. Ledit, Archbishop John Baptist Cieplak, Montréal, 1963, p. VI).

205  Finalement, pour des questions de personne, Pie XI décida de suspendre l’affaire. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 63, f. 76 : d’Herbigny à Marmaggi (extraits), 30.09.1932, PCR prot. 134/28, italien ; voir aussi la note en f. 78.

206  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 71-72 : Marmaggi à d’Herbigny, Varsovie, 25.05.1933, Nonciature Pologne N°12141.

207Ibid., f. 77 : d’Herbigny, FU, 10.06.1933, italien.

208  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 69, f. 10 : Gasparri à Sincero, Vatican, 18.01.1930, N°150/30.

209 Ibid., f. 24-25 : Zecchini à Gasparri, Riga, 06.02.1930, Nonciature Lettonie s. n.

210  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 65, f. 66 : note de d’Herbigny (probablement adressée à Pizzardo), Vatican, 21.01.1931, italien.

211 Ibid., f. 67 : Pizzardo à Zecchini, 24.01.1931, N°223/31.

212 Ibid., f. 68 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 12.02.1931, Nonciature Lettonie N°279/31.

213  Ministère des Affaires étrangères (éd.), Recueil des principaux traités conclus par la Lettonie avec les pays étrangers, 2., 1930-1938, Riga, 1938, p.127-133 et 228-229 (protocole additionnel du 4 avril 1934).

214  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 664 II, fasc. 65, f. 74 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 27.10.1932, Nonciature Lettonie N°542, italien.

215 Ibid., f. 76 : d’Herbigny à Pizzardo, Vatican, 15.11.1932, PCPR N°46/1928, italien.

216 Ibid., f. 79 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 27.12.1932, Nonciature Lettonie N°575, italien.

217 Ibid., f. 81-82 : Zecchini à Pizzardo, Riga, 01.02.1933, Nonciature Lettonie N°609, italien.

218  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 18 : tél. chiffré d’Arata à la Secrétairerie d’État, 08.10.1933, prot. 733/28 et 134/28 ; f. 31-32 : Arata à d’Herbigny, Tallin, 19.10.1933, Nonciature Lituanie N°928 ; f. 33 : photographies « Sacerdoti lituani ». Cf. document 43.

219  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 77, f. 13-17 : Arata à Giobbe, Kaunas, 10.03.1934, Nonciature Lituanie N°1112.

220Ibid., f. 19 : Tardini à Arata (extraits), 24.03.1934, CPR prot. 30/32, italien et f. 22 : Tardini, FU, 09.04.1934, italien.

221  Cf. C. Baechler, L’Aigle et l’Ours. La politique russe de l’Allemagne de Bismarck à Hitler 1871-1945, Berne, 2001, p. 269.

222  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 30, fasc. 4, f. 187 : d’Herbigny à Pacelli, Rome, 10.02.1929.

223Ibid., f. 201-202 : Pacelli à d’Herbigny, 26.03.1929, Nonciature Allemagne N°41276.

224Ibid., f. 238-239 : Pacelli à d’Herbigny, 19.07.1929, Nonciature Allemagne N°41917.

225  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 49-51 : telespresso de l’Ambassade d’Italie en URSS au Ministère des Affaires étrangères, Moscou, 15.12.1932-XI, N°6065/2441, italien. La remarque de l’ambassadeur, selon laquelle « Ai tempi di Herbette, che era miscredente, questo patronato era minimo », est en décalage avec ce que nous apprennent les archives du Quai d’Orsay (voir supra p. 341).

226  Sur l’envoi du père Florent en Russie, voir AMAE-Nantes, Rome-Saint-Siège, 1079, Pacelli à Charles-Roux, Vatican, 22.12.1934, Seg. Stato N°4119/ 34.

227  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 110-111 : telespresso du Ministère des Affaires étrangères italien (« ufficio Affari Santa Sede ») à l’ambassade d’Italie à Moscou, Rome, 17.08.1935-XIII, N°6726/2, italien.

228  G. M. Hamburg (éd.), In Lubianka’s Shadow… cit., p. xxxi-xxxii ; p. 31.

229Ibid., p. xxxviii-xxxix et p. xli.

230  Voir aussi L. Pettinaroli, Afterword. Words, Deeds and Silence ? The Vatican, the Holodomor and the European Crisis, dans A. McVay, L. Y. Luciuk (eds.), The Holy See and the Holodomor. Documents from the Vatican Secret Archives on the Great Famine of 1932-1933 in Soviet Ukraine, Toronto, 2011, p. 83-87.

231  Pour une brève introduction à la vaste historiographie, profondément renouvelée, sur cette question, voir N. Werth, La grande famine ukrainienne de 1932-1933, dans Id., La terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, 2007, p. 116-134 ; A. Graziosi, Les famines soviétiques de 1931-1933 et le Holodomor ukrainien. Une nouvelle interprétation est-elle possible et quelles en seraient les conséquences, dans CMR, 2005 (46-3), p. 453-472.

232 Carestia e disordini in Ucraina, dans OR, 04.01.1929 (69-3), p. 1 ; La carestia in Ucraina, dans OR, 09.07.1930 (70-158), p. 2 ; Sotto il giogo bolscevico – Tra le spire della carestia, dans OR, 22/23.09.1930 (70-222), p. 1.

233  R. Conquest, The Harvest of Sorrow : Soviet collectivization and the terror-famine, Londres-Melbourne-Auckland, 1986.

234  A. Blum, Naître, vivre et mourir en URSS 1917-1991, Paris, 1994, p. 99.

235  M. Carynnyk, L. Y. Luciuk (et al.), The Foreign Office and the Famine : British Documents on Ukraine and the Great Famine of 1932-1933, Kingston, 1988 ; A. Graziosi (éd.), “Lettres de Char’kov”. La famine en Ukraine et dans le Caucase du Nord à travers les rapports des diplomates italiens, 1932-1934, dans CMRS, 1989 (30/1-2), p. 5-106.

236  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 55 : d’Herbigny, FU, 21.05.1933, italien. La plupart des documents du Saint-Siège sur cette question sont publiés en anglais dans A. McVay, L. Y. Luciuk (eds.), The Holy See and the Holodomor… cit.

237  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 91, f. n-i : copie du rapport du chargé d’affaires de France à Moscou au ministre des Affaires étrangères, Moscou, 23.05.1933, Europe N°139, avec annotation manuscrite « ex audientia SSmi », d’Herbigny, 03.07.1933, italien.

238 Sotto il giogo bolscevico (…) L’Ucraina nel terrore, dans OR, 07.07.1933 (73-157), p. 1.

239  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 14, fasc. 91, f. 32 : note de Giobbe, 24.07.1933.

240Ibid. f. 35 : document anonyme, « Голод на сев-Кавказе » [La famine dans le Caucase du Nord], 5 p. russe ; f. 41 : d’Herbigny, FU, 22.08.1933, italien.

241  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 49 : anonyme [d’Herbigny], promemoria, 01.05.1933, italien.

242Ibid., f. 48 : d’Herbigny, FU, 30.04.1933, italien.

243  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 666, fasc. 72, f. 61 : Ambassade d’Italie à Ministère des Affaires étrangères et « per conoscenza » à l’ambassadeur près Saint-Siège, telespresso N°2204/1095, Moscou, 12.05.1933-XI, « segreto », italien.

244  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 74, f. 60 : d’Herbigny, FU, 21.05.1933, italien.

245DDF (1932-1939), 1e série (1932-1935), tome III (17 mars-15 juillet 1933), Paris, 1967, p. 839-840 – doc. 456 : Charles-Roux à Paul-Boncour (ministre des Affaires étrangères), Rome, 05.07.1933, T. n°234.

246  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 75, f. 53-54 : A. Scheptyckyj, H. Chomyschyn, J. Kocylowskiyj, N. Budka, H. Lakota, I. Butschko, I. Latyschkowskyj, « Aufruf des ukrainischen griechisch-katholischen Episkopats von Galizien », Lemberg, 24.07.1933, allemand.

247Ibid., f. 63 : anonyme [d’Herbigny], FU, 22.08.1933, italien.

248  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 11, fasc. 76, f. 3 : d’Herbigny, FU, 29.09.1933, PCR N°160/1929, italien.

249  La revue Pax des bénédictins anglais est particulièrement mobilisée sur cette question. En octobre 1933, elle publie la lettre de l’épiscopat galicien (Famine in the Ukraine, dans Pax (Eastern Churches number), 10.1933 (23-144), p. 165-166) et, deux ans plus tard, dénonce violemment le caractère « criminel » de la famine de 1933 et l’interdiction de toute observation et aide étrangères (G. Iensen, The Famine in Russia, dans Pax (Eastern Churches number), 10.1935 (25-168), p. 155).

250  E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, citations p. XVIII et XI, italien.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable