Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Troisième partie. 1929-1939 : la politique russe du Saint-Siège entre crise et spiritualisation

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1  Version française de ce texte dans N. Struve, Les chrétiens en U.R.S.S., Paris, 1963, p. 321-332. (...)
  • 2  A. Riccardi, Il secolo del martirio, Milan, 2000, p. 33-34.
  • 3  N.Werth, Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique, dans S. (...)

1La fin des années 1920 est marquée par trois nouveaux facteurs. La crise économique mondiale éclate dès l’automne 1929 aux États-Unis et se diffuse progressivement dans le monde. Dans le même temps, le règlement de la question romaine en février 1929 transforme la situation juridique du Saint-Siège et ses moyens d’action. Rassuré et raffermi sur ses bases romaines, le Saint-Siège tente d’agir de façon innovante sur le terrain russe qui doit faire face aux bouleversements politiques, économiques et sociaux inédits du « grand tournant » stalinien. En effet, la fin des années 1920 est marquée en Union soviétique par de profondes transformations sociales (campagne contre les « cadres bourgeois ») et économiques (fin de la NEP, lancement du plan quinquennal au printemps 1929) qui s’accompagnent d’un recours accru à la violence (annonce de la collectivisation de masse en juin 1929 et de la « liquidation des koulaks en tant que classe » en décembre suivant). La politique antireligieuse est également renforcée : la loi d’avril 1929 prévoit la création de la « Commission centrale permanente pour les questions cultuelles auprès du Présidium du Comité exécutif central de l’URSS » dont la principale mission est la fermeture des lieux de culte1 ; en mai, la constitution soviétique restreint la liberté de conscience à la seule « liberté de profession religieuse et la liberté de propagande antireligieuse » supprimant ainsi la possibilité de propagande religieuse. La période qui s’ouvre en 1929 constitue ainsi un point culminant de la politique antireligieuse en Union soviétique qui n’amorcera un timide reflux qu’avec la constitution de la « grande alliance » après 1941. Les années 1930 en URSS constituent l’un des épisodes les plus violents de l’histoire religieuse du XXe siècle. Même si le décompte n’est pas achevé, on évoque notamment le chiffre de 100.000 victimes orthodoxes de la répression en 1937-19382. Ce drame humain prend place dans le contexte des répressions de masse qui touchent l’ensemble de la société soviétique3. Dans ce contexte nouveau, on se demandera comment le Saint-Siège se positionne et tente de faire face à la brutalisation inouïe de la situation religieuse en Union soviétique dans un monde bouleversé par une crise économique, sociale, politique et culturelle généralisée. Nous aborderons tout d’abord les transformations institutionnelles des cadres de la politique russe du Saint-Siège (chapitre 7) puis la recomposition de la stratégie diplomatique (chapitre 8) avant d’aborder l’investissement proprement religieux – dévotionnel et doctrinal – des questions russes (chapitre 9).

Notes

1  Version française de ce texte dans N. Struve, Les chrétiens en U.R.S.S., Paris, 1963, p. 321-332. Cf. A. Luukkanen, The Religious Policy of the Stalinist State. A Case Study : the Central Standing Commission on Religious Questions, 1929-1938, Helsinki, 1997.

2  A. Riccardi, Il secolo del martirio, Milan, 2000, p. 33-34.

3  N.Werth, Un État contre son peuple. Violences, répressions, terreurs en Union soviétique, dans S. Courtois, N. Werth (éd.), Le livre noir du communisme : crimes, terreur, répression, Paris, 1997, p. 43-295.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable