Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Deuxième partie. 1917-1928 : la nouvelle Russie au cœur des préoccupations du Saint-Siège

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1De la révolution de février 1917 au début du premier plan quinquennal s’est écoulée une longue décennie riche en rebondissements politiques, sociaux et culturels dans le monde russe. Le Saint-Siège, déjà désireux de développer l’Église catholique dans cet espace, saisit – dans un contexte complexe et incertain – toutes les occasions pour y déployer une action tous azimuts. Très inventif sur le terrain diplomatique malgré la fin des relations officielles à l’automne 1917, le Saint-Siège est également actif, mais pas toujours parfaitement réactif, dans l’organisation de structures hiérarchiques répondant aux besoins de la nouvelle Russie issue de la révolution (création en 1926 d’une hiérarchie d’administrateurs apostoliques directement sous la dépendance du Saint-Siège) et de l’importante émigration (constitution d’un réseau de communautés de rite oriental). Les années 1920 sont donc remarquables par la quantité et la variété d’initiatives lancées par le Saint-Siège, ou soutenues par ce dernier, en direction du monde russe. Ce dynamisme ne saurait se comprendre sans l’implication personnelle du pape Pie XI (qui crée même une institution ad hoc pour la Russie au sein de la Curie) ni le soutien moral et financier des catholiques européens et américains. La politique russe du Saint-Siège dans les années 1920 apparaît donc bien comme un phénomène de grande importance, d’envergure mondiale, qui dépasse de loin la simple histoire diplomatique ou strictement religieuse pour englober des aspects culturels, intellectuels et même financiers.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540