Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Deuxième partie. 1917-1928 : la nouvelle Russie au cœur des préoccupations du Saint-Siège

Chapitre 5. Des structures nouvelles pour refonder une Russie catholique

Texte intégral

1À cette action diplomatique diversifiée s’ajoute un effort de restructuration interne du catholicisme russe. La structuration des Églises locales relève pleinement des prérogatives du pouvoir pontifical et, dès 1917, le Saint-Siège déploie une puissante activité organisationnelle pour adapter cette Église longtemps délaissée aux défis posés par la nouvelle situation politique. Cependant, des problèmes originaux, sinon inédits, se posent : la persécution en Russie soviétique implique de penser une structure hiérarchique ajustée à cette situation exceptionnelle alors que la dispersion des Russes dans l’émigration exige une structuration paroissiale adaptée à ces groupes à la fois très minoritaires et aux besoins spécifiques (importance des convertis, question du rite oriental). Ce dynamisme institutionnel exceptionnel, qui caractérise la décennie qui conduit de 1917 à la fin des années 1920, ne se limite pas à l’Église locale, qu’elle soit à l’intérieur ou en dehors des frontières de la Russie soviétique : Rome elle-même devient un foyer accueillant de nouvelles institutions pour l’Orient et la Russie, révélant ainsi l’importance accordée par les pontifes à ces questions. Faut-il voir dans ce phénomène une centralisation et un symptôme de dirigisme romain ? Pour répondre à ces questions, il convient de s’interroger sur les stratégies qui sous-tendent ces institutions et d’observer ce dynamisme institutionnel à toutes les échelles : à Rome, en Russie même et dans l’émigration.

La création d’institutions à Rome : l’impulsion du centre

  • 1  Voir les remerciements adressés au Saint-Siège à cette occasion dans ASV, Segr. Stato, rub. 18 (19 (...)

2La création en 1917 de deux institutions pour l’Orient – la Congrégation pour l’Église orientale et l’Institut pontifical oriental – a d’emblée été perçue par les contemporains comme liée à la Révolution russe et aux perspectives offertes à l’union des Églises par la fin du tsarisme1. Ces créations signent cependant l’aboutissement d’un processus institutionnel entamé au XIXe siècle et s’insèrent dans un contexte de modernisation de la Curie (réforme pio-bénédictine). Elles donnent aussi le coup d’envoi d’une vague russe au sein de la Rome pontificale. En effet, ces deux institutions consacrées à l’Orient en général sont complétées, au cours des années 1920, par deux institutions spécialisées sur la Russie : la Commission pontificale pour la Russie est créée en 1925 au sein de la Congrégation pour l’Église orientale et le séminaire pontifical russe, mitoyen de l’Institut pontifical oriental, est inauguré en 1929. Après avoir abordé la création de la Congrégation orientale et de l’Institut pontifical, nous approfondirons le cas de la Commission pro Russia.

La création d’institutions orientales

  • 2  Parmi les plus récentes recherches, voir les contributions réunies dans E. G. Farrugia (a cura di) (...)

3Les recherches récentes ont permis de mieux connaître la genèse de la Congrégation pour l’Église orientale et de l’Institut pontifical oriental2. Ces deux fondations, intimement liées, sont précédées par des consultations d’experts durant l’hiver 1916-1917 et prennent forme respectivement en mai et octobre 1917.

Les consultations de l’hiver 1916-1917

  • 3  Mémoires publiés en extraits dans A. Raes (éd.), La fondation de l’Institut pontifical oriental, d (...)
  • 4  Rapport de Louis Petit, 07.10.1916 (AA, 2EI 151), cité par G. M. Croce, Alle origini della Congreg (...)
  • 5KBM, II, p. 517.

4Cyrille Korolevskij, un prêtre français dédié à l’apostolat russe, consulteur de la Congrégation orientale, a signalé dans ses mémoires l’importance de deux projets soumis à Benoît XV pendant la Guerre3 : l’un de Mgr Louis Petit, délégué apostolique en Grèce et archevêque d’Athènes depuis 19124, et l’autre du père Delpuch, vice-procureur des Pères Blancs à Rome à partir de 1907 et ami de Mgr Marini, le directeur de la revue orientaliste Bessarione. Indépendants l’un de l’autre5, ces deux rapports comportaient toutefois de nombreux points communs, notamment le retrait des affaires des Orientaux de la compétence de la Propaganda Fide et la création d’un institut de formation pour favoriser l’Union des Églises (à Rome, selon Delpuch ; à Constantinople, selon Petit).

  • 6 Ibid., p. 516.
  • 7 Ibid., p. 518.
  • 8 Ibid., p. 522.
  • 9  Voir supra p. 179-180.
  • 10 KBM, II, p. 520 ; Opinamenta et Vota quoad pontificiam in urbe pro Ecclesiarum Orientalium disside (...)

5Ces deux premiers avis auraient conforté le souci de Benoît XV de revenir à la politique d’union des Églises promue par Léon XIII6. Dès février 1917, le pape aurait créé officieusement une commission cardinalice sur cette question autour des cardinaux Pietro Gasparri et Domenico Serafini (préfet de la Propagande), Aidan Gasquet (cardinal bibliothécaire et spécialiste des questions anglicanes), le canoniste Michele Lega, le dominicain Andreas Frühwirth et Marini, créé cardinal en 19167. Une consultation d’experts est alors lancée en février-mars 1917 sur l’opportunité de la création d’une institution pour les Orientaux à Rome. Dix experts s’expriment alors, souvent brièvement et sous l’influence du long texte du père Delpuch : Marini ; Vincenzo Bugarini (traducteur d’arabe pour la Congrégation de Propaganda Fide, professeur de syriaque et ami de Marini) ; Arthur Desprez, un assomptionniste français « choisi un peu au hasard parce que l’on n’avait sous la main aucun compétent en la matière dans sa Congrégation » selon Korolevskij8 ; Alexandre Evreinov (Russe converti de l’orthodoxie, qui séjourne avant 1910 au Séminaire français de Rome) ; l’historien jésuite Gaillard qui a longuement séjourné en Russie9, Pierre Kojunian (archevêque titulaire de Chalcédoine, ancien recteur du collège arménien et prélat ordinant pour ce rite à Rome) ; Henri Le Floch (spiritain, recteur du Séminaire pontifical français) ; le prélat français Jules Tiberghien et Bonaventura Ubach (un Bénédictin catalan, professeur au collège saint Anselme et ayant séjourné en Palestine). Ces personnalités sont surtout occidentales sinon par le rite (à l’exception d’Evreinov et Kojunian qui sont de rite oriental) du moins par leur lieu de résidence, pour laquelle on note une prédominance franco-italienne. En revanche, ce groupe de consulteurs ad hoc reflète la diversité des congrégations religieuses actives sur le terrain oriental (assomptionnistes, jésuites, bénédictins) et comprend des personnalités expertes sur les questions orientales (notamment sur le cas russe comme Evreinov et Gaillard). Ces avis, datés du 13 février au 22 mars 1917, auraient été regroupés par Marini plus tard dans l’année 191710. Malgré quelques divergences, ces avis révèlent une commune lecture du problème de l’Union (comme problème moins théologique que politique) et des mesures prioritaires à prendre pour le résoudre.

  • 11 Opinamenta et Vota… cit., p. 18, italien.
  • 12 Ibid., n. 1 p. 28, italien.
  • 13 Ibid., p. 117.
  • 14Ibid., p. 55-57.

6Selon le cardinal Marini, la question de l’Union est d’abord un problème politique : l’Église orthodoxe aurait été instrumentalisée (surtout en Russie) par le pouvoir politique qui l’aurait réduite à n’être qu’un simple « instrument de gouvernement ». Le principal obstacle à l’union des Églises serait donc « le joug d’airain du Césaro-Papisme » (« Cesaro-Papismo »)11. Dans cette perspective, la Révolution de février est considérée par plusieurs experts comme un événement important. Marini qualifie la « révolution en Russie » comme une « opportunité » pour favoriser le processus unioniste12. Pour le père Desprez, la « Révolution » en Russie « rendra sans doute possibles, sinon le retour en corps à l’unité romaine, au moins des conversions individuelles nombreuses, et peut-être aussi des conversions par groupes »13, ce qui pourrait avoir un effet d’entraînement sur d’autres pays orthodoxes. Pour le père Delpuch également, « c’est sur la Russie que doit porter l’effort principal » et non sur les Églises du Proche-Orient, minoritaires et peu dynamiques. La Russie apparaît alors comme le leader de l’orthodoxie, à la fois numériquement (sur les 140 millions d’orthodoxes de rite byzantin, 100 sont Russes), intellectuellement et politiquement. La puissance de ce pays nécessite donc « qu’on cherche à la gagner et à l’attirer, plutôt que de l’irriter et de l’aigrir contre nous par une hostilité sourde et de vaines récriminations »14.

  • 15Ibid., p. 100. Delpuch admet l’existence de deux niveaux d’enseignement : un cours inférieur pour (...)
  • 16  L’assomptionniste évoque ainsi l’organisation de conférences, d’une revue, mais aussi de « publica (...)
  • 17  Marini parle d’un « Istituto pontificio per la Unione delle Chiese » (ibid., p. 33-34) et Delpuch (...)
  • 18 Ibid., p. 33-34.
  • 19 Ibid., p. 191.

7Partageant un même constat sur l’Union des Églises, les experts s’accordent sur la nécessité de restructurer les institutions romaines à la fois par la création d’un institut de formation intellectuelle et d’un nouveau dicastère pour les questions orientales. Concernant l’institut, les avis sont partagés sur la nature de l’établissement et le public visé. Pour certains (comme Delpuch), l’institut doit avoir un « caractère nettement scientifique » de recherche et de formation de haut niveau15. Pour d’autres, comme Desprez, le nouvel institut devrait être très ouvert à la fois par le public étudiant visé et par sa fonction de vulgarisation16. Cependant, tous les experts s’accordent sur la dimension « pontificale » de l’institut17. Plusieurs évoquent aussi son orientation russe : le cardinal Marini évoque la possibilité d’une édition russe du Bessarione18 ; Mgr Tiberghien insiste sur l’utilité de l’institut pour renforcer les relations culturelles avec les pays orientaux, notamment la Russie, où « les professeurs, surtout lorsqu’ils seront connus comme savants, pou[rr]aient voyager »19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 158.
  • 22 Ibid., p. 176.
  • 23 Ibid., p. 33-34, italien.

8Enfin, plusieurs experts insistent sur la nécessité de réaliser des réformes complémentaires afin de « bien montrer que le Pape n’est pas latin, qu’il est également le chef et le père de tous »20. Parmi ces mesures complémentaires, le père Gaillard considère que la création de l’institut à Rome devrait être accompagnée d’une « réforme » des « séminaires polonais » et évoque l’idée de « transférer à Rome » l’Académie ecclésiastique qui « végète » à Pétrograd21. Le père Le Floch envisage la fondation de nouveaux séminaires nationaux à Rome, en particulier russe et roumain22. Marini, quant à lui, évoque la création d’une « commission cardinalice, sous l’immédiate préfecture et direction du Souverain Pontife » veillant sur l’institut23.

9Paradoxalement, parmi tous ces projets de transformations institutionnelles, le premier à aboutir est celui d’un dicastère pour l’Orient. La mort du cardinal Gotti, préfet de la Propaganda Fide en mars 1916 et son remplacement par le cardinal Serafini, ancien responsable de la Propaganda Fide pour le rite oriental, pourraient avoir facilité ce mouvement.

La Congrégation pour l’Église orientale (mai 1917)

  • 24  Cf. supra p. 168.
  • 25  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1001, fasc. 362, f. 16-27 : mémoire anonyme à Benoît XV « per una S. (...)
  • 26  Rapport de Louis Petit, 07.10.1916, p. 16, italien, cité par G. M. Croce, Alle origini della Congr (...)
  • 27 Opinamenta et Vota… cit., p. 88-89.
  • 28Ibid., p. 89.
  • 29Ibid., p. 92.

10Le projet de créer une congrégation indépendante de la Propaganda Fide pour s’occuper des Églises orientales catholiques émerge dès la fin du XIXe siècle24. La Guerre mondiale, en transformant la situation politique en Europe orientale, suscite différents projets, comme le projet anonyme reçu par la Secrétairerie d’État d’une « congrégation du concile » de Florence, dont la fonction serait de faire appliquer les décisions de ce concile – en particulier celles concernant l’union avec l’Orient – après que la Guerre a abattu les obstacles politiques à l’union des Églises qui s’étaient édifié depuis le XVe siècle (Empire turc et Empire russe)25 ! Pour Mgr Petit, le modèle de la nouvelle congrégation serait toutefois plutôt celui de la Congrégation Consistoriale. En effet, la nouvelle congrégation, qui aurait un rôle de création des diocèses et de nomination des évêques orientaux – équivalent au rôle de la Consistoriale pour les diocèses latins – devrait, à l’image de cette dernière, avoir le pape pour « président », qui serait simplement représenté par un « cardinal secrétaire »26. Le père Delpuch propose, quant à lui, de créer une institution plus souple qu’une congrégation. Il demande, en effet, le « rétablissement de la Commission Cardinalice pour l’Union des Églises », créée par Léon XIII mais en changeant son titre officiel par la suppression de la mention de « dissidents » et en indiquant « pour l’Église orientale ou pour les Églises orientales »27. Cette commission serait formée d’un personnel réduit : quelques cardinaux, un secrétaire et une « sous-commission de consulteurs, […] peu nombreux, mais réellement au courant des questions à étudier ». Les consulteurs pourraient se réunir assez fréquemment sous la direction d’un cardinal et les débats de ces réunions de consultation seraient présentés lors de réunions mensuelles des cardinaux28. Au-delà de ce système souple de consultation, Delpuch insiste sur la nécessité de résoudre l’ensemble des problèmes administratifs posés par les questions orientales, notamment l’inégalité de traitement tant pour les questions de doctrine (la Congrégation du Saint-Office qui conseille le pape sur ces sujets n’est constituée que de Latins) que de discipline (les affaires orientales sont gérées par la Congrégation de Propaganda Fide qui n’est pas directement dirigée par le pape mais par un cardinal préfet, alors que celles des Latins sont traitées par la Congrégation Consistoriale dont le pape est préfet)29.

  • 30Dei providentis (01.05.1917), dans AAS, 1917 (IX), p. 529-531 ; version française dans Actes de Be (...)
  • 31 Ibid.
  • 32  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 58 : note de l’archiviste Pietro Pir (...)

11Le motu proprio Dei providentis, daté du 1er mai 1917, répond à ces préoccupations. Benoît XV souhaite lutter contre l’accusation adressée aux papes et à la Propaganda Fide « d’une mésestime pour les catholiques orientaux, et [du] dessein de subordonner ceux-ci aux Latins ». En pleine guerre mondiale, le pape exprime sa considération pour l’Orient dans une formule d’inspiration universelle : « l’Église de Jésus-Christ, parce qu’elle n’est ni latine, ni grecque, ni slave, mais catholique, ne fait aucune différence entre ses fils »30. Le 30 novembre 1917, la Sacrée Congrégation de Propaganda Fide pour les affaires du rite oriental cesse d’exister et, à partir du 1er décembre 1917, est instituée la « Sacrée Congrégation pour l’Église Orientale », présidée par le pape et composée de quelques cardinaux, dont un est nommé secrétaire. Un assesseur, « choisi parmi les membres les plus distingués » du clergé, est entouré de consulteurs de différents rites et d’« un nombre convenable d’officiers choisis parmi les ecclésiastiques qui sont le plus versés dans les choses orientales ». Seront de la compétence de cette Congrégation « toutes les affaires, de quelque nature que ce soit, qui se rapportent soit aux personnes, soit à la discipline, soit aux rites des Églises orientales, même les affaires mixtes, c’est-à-dire celles qui regardent aussi les Latins ». Ainsi, « pour les Églises de rite oriental, cette Congrégation sera munie de toutes les facultés que possèdent les autres Congrégations pour les Églises de rite latin, sauf néanmoins le droit de la Congrégation du Saint-Office »31. Enfin, la Congrégation est compétente pour le contentieux de nature administrative et disciplinaire. Pour les affaires qu’elle jugera être de nature judiciaire, la Congrégation désignera le tribunal compétent. La création de la Congrégation s’accompagne, dès 1918, d’un transfert d’archives de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires vers la Congrégation pour l’Église orientale en particulier de tous les documents concernant les Russes de rite gréco-slave depuis 190532.

  • 33  Sur Papadopoulos, voir La Sacra Congregazione per le Chiese Orientali nel cinquantesimo della fond (...)

12Qu’en est-il de la composition de la Congrégation ? La comparaison entre le dernier organigramme de la Congrégation de Propaganda Fide pour les affaires de rite oriental et le premier organigramme de la Congrégation pour l’Église orientale révèle certaines évolutions. D’importants changements ont lieu au sommet de la Congrégation : le cardinal Serafini, chef du dicastère, cède sa place au pape, aidé par le cardinal secrétaire Niccolò Marini et l’assesseur Isaia Papadopoulos, tous deux ayant une réelle connaissance des questions orientales, Marini par son rôle dans la structuration de l’orientalisme romain depuis les années 1890 et Papadopoulos, lui-même originaire de Grèce, converti de l’orthodoxie en 1877 et prêtre de rite grec33. Par ailleurs, le nombre de cardinaux est nettement réduit (il passe de 15 à 9). La composition cardinalice est d’ailleurs légèrement renouvelée puisque trois cardinaux font leur apparition dans la nouvelle Congrégation : Pietro Gasparri, le secrétaire d’État, Andreas Frühwirth (ancien maître général de l’ordre dominicain puis nonce en Bavière de 1907 à 1915) et Raffaele Scapinelli di Leguigno (ancien secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et ancien nonce à Vienne). Le corps des consulteurs est également transformé : drastiquement réduit (on passe de 26 à 12 consulteurs) et profondément renouvelé par l’arrivée de dix nouvelles personnalités, parmi lesquelles on compte plusieurs Orientaux (comme Ignace Éphrem Rahmânî, 1848-1929, le patriarche syrien catholique d’Antioche et Gabriel Cardahi, 1845-1931, un maronite libanais qui a réalisé de nombreuses éditions savantes et qui avait fait partie avant 1908 du personnel de la SCPF de rite oriental comme traducteur), des spécialistes des questions orientales comme Antoine Delpuch, Louis Petit et l’orientaliste René Graffin ou encore des personnalités romaines et des prélats comme le cardinal Girolamo Rolleri (ancien secrétaire de la Congrégation de la Propagande pour les affaires de rite oriental), Mgr Camillo Laurenti (secrétaire de la Propaganda Fide) et Mgr Jules Tiberghien. En revanche, le personnel technique (minutants, archiviste, protocoliste, traducteurs) reste stable, à la fois par le nombre et les personnes choisies.

L’Institut pontifical oriental (octobre 1917)

  • 34  A. Raes, Pour les cinquante premières années de l’Institut pontifical oriental, dans OCP, 1967 (33 (...)

13Quelques mois après la création de la Congrégation pour l’Église orientale, l’orientalisation des institutions romaines se poursuit avec la fondation de l’Institut pontifical oriental. L’histoire de cette institution est assez bien connue grâce notamment aux travaux du père Vincenzo Poggi fondés sur les archives de l’Institut34, auxquelles il ne nous a malheureusement pas été permis d’accéder. Cette histoire croise à de nombreuses reprises les questions russes, en particulier sous la présidence de Michel d’Herbigny (1923-1931).

  • 35Orientis catholici (15.10.1917), dans AAS, 1917 (IX), p. 531-533 ; version française dans Actes de (...)
  • 36 Ibid., p. 189-190.

14Le motu proprio Orientis catholici, daté du 15 octobre 1917, souligne le lien entre la création de l’Institut et celle de la Congrégation. Le pape y affirme que l’Institut doit préparer et former « ceux qui sont appelés à Nous donner leur concours [au sein de la Congrégation] »35. Par ailleurs, l’Institut est dénommé « pontifical » car il est sous la dépendance du pape par l’intermédiaire de la Congrégation pour l’Église orientale. Installé dans le bâtiment « Hospitium de Convertendis » à proximité du Vatican, le pape insiste pour qu’il soit doté d’« une Bibliothèque fournie d’un choix abondant de livres et de revues »36.

  • 37 Ibid., p. 188.

15Cet Institut est donc conçu comme une « maison de hautes études pour les questions orientales », avec un cursus de deux ans pour former non seulement les catholiques de rite oriental mais aussi les prêtres latins qui travailleront en Orient et même les « Orientaux appelés orthodoxes […] afin de les mettre en mesure, tout préjugé étant mis de côté, de pénétrer à fond la vérité »37. Le programme des études révèle une véritable audace intellectuelle :

  • 38 Ibid.

Nous voulons, en effet, que l’exposé de la doctrine catholique et de la doctrine orthodoxe s’y poursuive parallèlement, afin que chacun puisse reconnaître par lui-même les sources desquelles l’une et l’autre dérivent, si c’est de la prédication des apôtres, qui nous a été transmise par le magistère impérissable de l’Église, ou si c’est d’une autre origine38.

  • 39 Ibid., p. 189.

16Cinq grands champs disciplinaires sont prévus : 1/ théologie « orthodoxe », notamment fondée sur la patristique ; 2/ droit canonique oriental ; 3/ liturgie orientale ; 4/ histoire « tant religieuse que profane », « géographie ethnographique » et « archéologie sacrée » ; 5/ littératures orientales39.

  • 40 Bessarione, 01-12.1923 (XXVII), p. XXIII, italien.
  • 41  C[yrille] K[orolevskij], Cronaca Roma 3. L’activité de l’Institut Pontifical oriental durant les d (...)
  • 42  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 56-66.
  • 43  Sur le futur cardinal et bienheureux Schuster, la bibliographie est abondante mais néglige général (...)
  • 44  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 66, italien.
  • 45Actes de Benoît XV, t. II, Paris, 1926, p. 97.
  • 46Quod Nobis (25.09.1920), dans AAS, 1920 (12), p. 440-441.

17Si cet Institut a rapidement « combl[é] une lacune de [l]a vie culturelle » de « la Rome pontificale » et permis de faire sortir « le travail intellectuel sur les Églises orientales […] de l’enceinte étroite des efforts individuels »40, il connut de grandes difficultés durant ses premières années d’existence. De novembre 1918 à septembre 1920, les débuts de l’Institut se déroulent dans une atmosphère pionnière mais difficile41. Sous la « pro-présidence » de Delpuch, le corps professoral de l’Institut est composé de membres de différentes familles religieuses (bénédictine, assomptionniste, méchitariste, jésuite), du clergé séculier et de laïcs. Les procès-verbaux du conseil académique de 1918-1919 démontrent une incertitude persistante sur la vocation de l’Institut : doit-il former des missionnaires destinés à l’Orient ou alors devenir un véritable centre scientifique orientaliste42 ? La présidence de l’Institut, pour laquelle Mgr Petit avait été pressenti, est finalement confiée en octobre 1919 au bénédictin Schuster43. Lors du conseil académique du 12 octobre 1919, « la tendance missionnaire triomphe sur toute la ligne »44, ce dont témoigne également la référence au « centre spécial d’études », récemment fondé à Rome permettant à « ceux qui se destinent à cette mission [de] se familiariser avec les langues et mœurs orientales », dans l’encyclique missionnaire Maximum illud du 30 novembre 191945. Cette orientation missionnaire est toutefois corrigée dès septembre 1920 par la faculté accordée à l’Institut de décerner le doctorat en sciences ecclésiastiques orientales46.

  • 47  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 18 : lettre aux « procuratori degli (...)
  • 48  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 89.
  • 49  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 307.
  • 50 La Chiesa ortodossa nella sua costituzione dottrinale, dans OR, 26.03.1922 (62-72), p. 1 ; Ortodos (...)

18Cependant malgré ces efforts (et malgré la pression de la Secrétairerie d’État qui n’hésite pas à présenter le PIO comme un « institut d’enseignement obligatoire [pour] tous les prêtres tant séculiers que réguliers qui sont destinés à l’évangélisation de l’Orient »47), l’Institut peine à trouver son public. Créé en pleine guerre mondiale, il ne parvient pas à attirer de jeunes Orientaux alors que les religieux latins sont déjà pris en charge par leurs congrégations qui disposent de maisons de formation pour leurs missions orientales. Par ailleurs, l’Institut attire peu de jeunes savants orientalistes puisqu’on ne compte que trois docteurs pour les quatre premières années48. À ce recrutement limité s’ajoute un faible taux de persévérance dans les premières années : en 1918-1919, seuls 13 des 40 étudiants inscrits se présentent aux examens et 10 sur 25 en 1919-192049. Pour accroître son rayonnement, l’Institut organise également des conférences destinées à un plus vaste public : au printemps 1922, le père bénédictin de Meester donne ainsi des conférences sur l’orthodoxie50.

  • 51  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 70.
  • 52  Lettre extraite de ACO, 798/28, n. 52, prot. 8560/22, éditée dans V. Poggi, Il Pontificio Istituto (...)
  • 53  M. Gilbert, L’Institut biblique pontifical : un siècle d’histoire, 1909-2009, Rome, 2009, notammen (...)
  • 54  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 308.
  • 55  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 80.
  • 56  Voir le document du p. Fonck sur l’histoire du PIO partiellement édité par V. Poggi, Il Pontificio (...)
  • 57 Decessor noster (14.09.1922), dans AAS, 1922 (14), p. 545-546. Voir aussi Trasferimento della Sede (...)

19Les difficultés de l’Institut s’accumulent et dom Schuster propose plusieurs fois sa démission à Benoît XV, toujours sans succès51. Peu après l’élection de Pie XI, le président de l’Institut pontifical oriental présente au nouveau pape les difficultés de l’institution (localisation peu commode, bibliothèque insuffisante, absence de financement stable, problèmes de recrutement) et propose de nouveau sa démission52. Lors d’une discussion entre Schuster et Pie XI, le 22 juin 1922, le pape oriente le président de l’Institut vers le jésuite allemand Leopold Fonck, qui avait été chargé en 1909 par Pie X de la fondation puis de la direction de l’Institut biblique53. Selon le père Raes, c’est Schuster qui proposa au pape « de le joindre à l’Institut biblique » et donc de le confier aux jésuites54. Le père Poggi critique cette interprétation qui ne se fonderait sur aucun document et voit, dans la réunion de l’Institut biblique et de l’Institut oriental, une mesure délibérée de Pie XI55. Après un été où la Secrétairerie d’État organise la fusion avec le Biblicum sans même en informer la curie des jésuites56, l’Institut oriental passe sous la tutelle de la Compagnie en septembre 192257.

  • 58  Cf. R. F. Taft, J. L. Dungan (éd.), Il 75° anniversario del Pontificio Istituto Orientale. Atti de (...)
  • 59  C’est du moins ainsi que nous pouvons interpréter la mention « Alexandre Pierre » Wolkonsky, prése (...)
  • 60  Vjačeslav Ivanov (1866-1949) quitte la Russie en 1924, s’installe à Rome, où il est reçu dans l’Ég (...)

20Le père Ledόchowski choisit alors le père d’Herbigny comme président : ce dernier refonde le corps professoral sur une base presque exclusivement jésuite et met à l’honneur les questions russes. L’assomptionniste Martin Jugie, qui enseigne la théologie orientale dans les années 1918-1922, quitte l’Institut et cette matière est alors principalement enseignée par d’Herbigny de 1922 à 1932. Pour la liturgie orientale, le bénédictin Ildefonso Schuster enseigne jusqu’en 1922, moment où il est remplacé par le père Jean M. Hanssens, jésuite, qui assure ce cours jusque dans les années 1930 ; ce dernier est alors secondé par un autre jésuite, Alphons Raes. Par ailleurs, le tableau des matières enseignées indique clairement que l’Institut pontifical oriental constitue le haut lieu de formation catholique en langue russe et dans les matières directement liées aux questions russes58. La langue est enseignée par Alexandre Evreinov (1918 à 1922) puis par Alexandre Wolkonsky (1923-1934) – qui sera même aidé en 1930-1931 par Alexandre Rozwadowski –, probablement remplacé par son frère Pierre Wolkonsky (1934-1937)59 et enfin par Victor Novikov en 1938-1939. S’y ajoutent les cours de langue et littérature russe d’Alexandre Sipiaguine (1936-1939) et de Stanislas Tyszkiewicz (qui assure un cours de « russe et théologie orientale » de 1931 à 1939). En effet, au-delà de l’enseignement de la langue russe elle-même plusieurs cours apportent des éléments de civilisation russe : Friedrich Muckermann assure un cours de philosophie religieuse russe en 1935-1938 ; Gustav Gundlach enseigne les « Institutions russes » en 1935-1936. Par ailleurs, l’enseignement du paléoslave est mis à l’honneur. Enseigné tout d’abord par un spécialiste reconnu de l’Université de Prague, Josef Vajs (1865-1959) en 1922-1923, ce cours est assuré à partir de 1923 et probablement jusqu’en 1934 par Alexandre Wolkonsky. Thomas Kurent prend la suite en 1935-1936 avant l’arrivée en 1936 du poète russe converti au catholicisme Vjaceslav Ivanov60.

  • 61  Par exemple, en audience avec Pie XI fin novembre 1923, d’Herbigny établit un bilan des conditions (...)
  • 62  « Le P. d’Herbigny fit tout ce qu’il put pour le sauver et le sauva, Dieu merci » (A. Raes, Pour l (...)
  • 63  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 275, f. 67-68 : d’Herbigny à Sincero, 05.07.1926.
  • 64  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 311.
  • 65  Lettre de Javorka à d’Herbigny, non datée (antérieure au 03.09.1928), éditée par V. Poggi, Bella b (...)
  • 66  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 311. Voir aussi Le nouveau siège de l’Insti (...)

21Michel d’Herbigny agit également pour la bibliothèque et stabilise le financement de l’Institut61. Dans la mémoire des professeurs de l’Institut, d’Herbigny apparaît donc comme le « sauveur » de l’Institut, ou du moins comme celui qui sut le « relancer » dans ces années difficiles62. En effet, d’un point de vue matériel, le jésuite français parvient à rendre l’autonomie à cette institution en l’installant dans un carré immobilier neuf acquis par Pie XI en face de la basilique Sainte-Marie Majeure et qui accueille, autour de l’ancienne église de Saint-Antoine ermite, bientôt rénovée et affectée au culte russe-catholique, l’Institut pontifical oriental, le Russicum, le Séminaire pontifical lombard et l’Institut d’Archéologie chrétienne. Les archives révèlent avec quelle énergie d’Herbigny a organisé ce déménagement : en juillet 1926, par exemple, le jésuite multiplie les démarches pour que les locaux de l’Esquilin soient visités par l’ingénieur de la Curie avant les vacances pour permettre une rentrée universitaire dans les nouveaux locaux63. Le pari est tenu : le 14 novembre (jour de la fête, dans le rite latin, de saint Josaphat) 1926, les cours y débutent64. C’est dans le cadre de l’aménagement de ce nouvel espace qu’est développée la bibliothèque65 qui sera inaugurée quelques années plus tard, le 14 novembre 192966.

La Bibliothèque vaticane et les collections russes

  • 67  Sur le rôle de Pie XI dans le développement de la Vaticane : J. Ruysschaert, Pie XI, un bibliothéc (...)
  • 68  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 440, fasc. 398, f. n-i : Kwiatkowski à Marmaggi, Varsovie (...)
  • 69  Mgr Mercati relance la procédure pour récupérer les ouvrages (AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, (...)

22Le souci romain d’érudition sur les questions orientales et russes se manifeste également dans la poursuite de la collecte documentaire. La Bibliothèque vaticane continue, après la Révolution, sa récolte d’ouvrages orientaux sous l’impulsion directe du pape, ancien bibliothécaire de l’Ambrosienne et de la Vaticane67. Dès 1923, Mgr Kwiatkowski, membre de la Délégation polonaise pour la récupération des biens polonais en Russie, se voit remettre 600 dollars « avec le mandat d’acheter des livres théologiques russes pour la Bibliothèque vaticane selon une liste donnée ». Sur cette somme, ce prêtre polonais achète des livres, qui sont mis dans des caisses en dépôt à la Délégation polonaise de Léningrad et restitue les 200 dollars inutilisés68. Ces ouvrages ne seront toutefois remis à leur destinataire romain qu’en 193069.

  • 70  G. Croce, Deux Romains de France au service de l’Orient Chrétien : Cyrille Korolevskij et Eugène T (...)
  • 71  V. Poggi, La biblioteca del Pontificio Istituto Orientale… cit., p. XVII-XXXVIII ; M. Seydoux, Les (...)
  • 72  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 147, f. 72-73 : voto de d’Herbigny, Rome, 14.11.1926, italien.
  • 73Ibid., f. 76 : Sincero, FU, 11.12.1926, italien.

23Cependant, c’est surtout grâce à la mission Korolevskij-Tisserant en Turquie et en Europe centrale en 1923, complétée par une seconde mission Tisserant en Grèce en 1926, que sont réalisées d’importantes acquisitions à la fois pour la Vaticane et l’Institut pontifical oriental70. Au même moment, l’Institut oriental, sous l’impulsion de son président Michel d’Herbigny, développe une politique d’achat notamment de manuscrits slaves et de périodiques antireligieux71. Pour ces achats d’ouvrages russes, on sait que Mgr Neveu, également bibliophile, fut un intermédiaire précieux. Par exemple, en 1926, Neveu achète, pour 380 dollars, 20 volumes de livres liturgiques anciens, qu’il conseille de destiner « à la bibliothèque de l’Institut oriental »72. Si Pie XI accepte de financer cet achat, il souhaite conserver le contrôle de la « destination » de ces ouvrages73.

24À la fin du conflit mondial et sous l’impulsion de la Révolution russe, Benoît XV fait entrer résolument l’Église catholique dans une nouvelle dynamique en créant deux institutions pour l’Orient. La Congrégation pour l’Église orientale oblige la Curie à repenser son rapport avec l’Orient alors que l’Institut pontifical marque l’importance accordée à la formation intellectuelle pour résoudre le problème de l’union des Églises. Cette dynamique orientale est prolongée sous Pie XI qui ajuste ces deux grandes institutions aux nouveaux défis posés par la Russie : d’une part, en adjoignant un séminaire russe à l’Institut oriental et, d’autre part, en créant au sein de la Congrégation orientale une commission pour les affaires russes.

Vers un séminaire russe à Rome

  • 74  Après l’Almo Capranicense (1456) réservé aux Romains, la Ville connaît une première vague de créat (...)
  • 75  ACPF, rub. 8 (1921), NS Vol. 677, f. 38 : lettre de Enrico Benedetti, Rome, 28.01.1921, SCO ; f. 4 (...)
  • 76 La posa della prima pietra del collegio ruteno, dans OR, 30.10.1929 (69-254), p. 3. Sur Josaphat, (...)

25Si la Révolution russe suscite des projets de réforme de la formation du clergé destiné à l’Orient, il faut attendre la fin des années 1920 pour que s’ouvre un séminaire pontifical russe sur le modèle des séminaires nationaux. D’abord destinés en priorité aux espaces menacés par le protestantisme ou le schisme, ces collèges nationaux se multiplient au XIXe siècle sous la pression des nationalismes74. C’est dans ce contexte qu’avait été ouvert en 1897 un collège ruthène. Fermé en 1915, il est rouvert en 1921 à la demande de Mgr Szeptyckyj craignant une avancée bolchevique et accueille alors des séminaristes venus de Galicie75. L’institution est choyée par Pie XI qui l’installe en 1929 dans de nouveaux locaux sur le Janicule et la place sous le patronage de saint Josaphat76.

  • 77Opinamenta et vota… cit., respectivement p. 142 et p. 176.
  • 78  ACO, Ponenze, 1920, 9 : Scapinelli, compte rendu de la réunion cardinalice du 28 juin 1920, italie (...)
  • 79  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 610, fasc. 5, f. 62-64 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 22.02.1921, Nonci (...)
  • 80  ACL, S-9 8 : Prospectus imprimé « Pour une Œuvre Apostolique selon le cœur de la Bse Thérèse de l’ (...)
  • 81  Ce projet de séminaire russe semble connu des cercles de Curie puisque le cardinal Granito di Belm (...)
  • 82  Sur le séminaire Saint-Basile, voir infra p. 430-434.
  • 83  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre de d’Herbigny, Rome, 26.01.1925.
  • 84Ibid., fr. François Foulon à « mon très révérend père », Lille, 10.08.1925.
  • 85  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (12998). Holy See ; Annual Report 1925 [C 5004/5004 (...)
  • 86Rome. Le Séminaire Russe de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, dans Les Annales de Sainte Thérèse d (...)
  • 87  Sur ce personnage, voir C. Simon, The life and the times of Vendelín Javorka : a Russian odyssey, (...)

26Le projet d’un séminaire russe, caressé dès 1917 par le père Evreinov et le père Le Floch77, prend corps au début des années 1920. Les cardinaux de la Congrégation pour l’Église orientale, réunis le 28 juin 1920, évoquent la nécessité « d’ouvrir un Séminaire russe à Rome et [d’étudier] s’il faudrait que le Saint-Père adresse une lettre encyclique à ce propos »78. Ce projet occupe également personnellement Mgr Ratti, alors nonce en Pologne. En février 1921, il développe longuement ses idées sur la formation de prêtres pour la Russie. S’il considère au départ comme « bonne et pratique » la fondation d’un séminaire en Pologne, notamment pour trouver des vocations, le nonce souligne rapidement les défauts de cette localisation à la fois pour des raisons financières et à cause du « nationalisme » polonais, c’est pourquoi il propose que ce séminaire « soit fondé et ouvert à Rome » d’autant qu’il pourrait « se greffer sur l’Institut Oriental et […] profiter de sa bibliothèque, de ses cours ». Dans le cas où Rome semblerait « trop loin de la Russie », le nonce propose Constantinople où ce séminaire attendrait d’être transporté « dans quelque ville de Russie ». Cette solution permettrait d’éviter « un autre écueil » de la localisation polonaise, à savoir « celui de sembler en rapports trop étroits avec la Russie antirévolutionnaire alors qu’il ne semble pas aujourd’hui possible de prévoir quelle sera la forme d’organisation politique que la Russie se donnera ou subira »79. Devenu pape, Achille Ratti soutient en 1923 une collecte de fonds par l’intermédiaire du carmel de Lisieux pour « élever une Église et un Séminaire à Rome sous [le] patronage [de la bienheureuse Thérèse] et la juridiction directe du Saint-Siège pour la formation des Missionnaires ». Ce projet – qui ne mentionne pas la Russie – fut présenté par le cardinal Vico à Pie XI le 21 mai 192380. La destination « russe » de ce séminaire semble toutefois bien présente dès 1923 d’après d’autres documents81. La collecte de fonds s’étend sur plusieurs années et ce n’est qu’en 1925 que ce projet est progressivement divulgué. Lors d’une audience de janvier 1925, le pape explique à d’Herbigny « son projet […] de faire venir à Rome les séminaristes russes déjà éprouvés et préparés en divers centres afin de les avoir sous les yeux ». Le pionnier d’Enghien en informe immédiatement les responsables du séminaire Saint-Basile82, notamment pour que la durée de la scolarité à Lille ne soit pas pensée sur six années mais sur une durée plus courte83. Cette décision est confirmée lors d’une audience de responsables dominicains en août 1925, Pie XI manifestant alors son désir d’« instituer à Rome un “home russe” comportant Église, Séminaire etc. »84. Le projet commence à se faire connaître. Dans son rapport sur l’année 1925, le représentant britannique près le Saint-Siège mentionne l’achat d’« un grand morceau de terre dans Rome » pour le « séminaire russe »85. Le 11 février 1928, dans son discours à l’occasion de la pose de la première pierre du Russicum, d’Herbigny authentifie cette date de 1923 puisqu’il affirme qu’« il y a environ cinq ans », Pie XI a confié à sainte Thérèse (à qui le pape confiait ses soucis et qu’il désigna comme patronne des missions en 1927) son projet de séminaire russe86. Le séminaire russe reste toutefois encore en construction jusqu’à la fin des années 1920 (le chantier est confié entre 1927 et 1929 au père Vendelín Javorka, jésuite slovaque passé au rite byzantino-slave87). La mise en place de la Commission pro Russia est, en revanche, plus rapide.

La création de la Commission pro Russia : un instrument dans les mains de Pie XI

27La Commission pontificale pour la Russie créée en 1925 est une institution de la Curie romaine exclusivement consacrée au traitement des affaires russes. Sa réputation sulfureuse cède aujourd’hui la place à une approche raisonnée, fondée sur les archives produites par l’institution et conservées dans le fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et à la Congrégation pour les Églises orientales.

Un bel héritage : la filiation financière entre l’action caritative en Russie et la Pro Russia

  • 88  M. d’Herbigny, L’aide pontificale aux enfants affamés de Russie, dans Orientalia Christiana, avril (...)

28Malgré la difficulté d’écrire une histoire financière de cette institution, il convient de souligner la continuité entre l’action caritative menée contre la famine en Russie entre 1921 et 1924 et la constitution de ressources financières pour l’action religieuse au sein de la Pro Russia après 1925. En effet, en 1924, le Saint-Siège essaie de prolonger la mobilisation financière des fidèles malgré le départ de la Mission pontificale de Russie dans le but explicite d’assurer le financement de nouvelles actions pour les Russes, émigrés cette fois, pour lesquels les projets foisonnent. Les conférences de d’Herbigny sur la Mission d’aide en Russie s’achèvent sur des appels à poursuivre l’action caritative auprès des réfugiés russes et à prolonger l’effort financier en adressant des dons « soit aux nonciatures soit aux divers organismes catholiques de secours aux Russes en chaque pays, soit directement au Vatican, à la Secrétairerie d’État »88.

  • 89  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 10, f. 5-18 : « Anno 1924 Sacra Congregazione per la Chiesa Orie (...)
  • 90  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 10, f. 5 : « Messi a disposizione dell’Emo Cardin. Segretar. (ri (...)
  • 91 Ibid., f. 25 : Gasparri à Tacci, Vatican, 05.04.1924, Sec. St. N°29312 (« fondo di riserva “Pro Ru (...)

29Les comptes conservés permettent d’attester une filiation directe du point de vue financier entre la Mission d’aide en Russie et le développement d’une politique russe ambitieuse d’abord gérée par la Congrégation pour l’Église orientale puis par la Pro Russia. À partir de 1924, la Congrégation orientale possède un « fonds à disposition des Russes », dont on a les comptes (entrées et sorties) quasiment complets d’avril 1924 à fin 192789. Ce compte est ouvert en avril 1924 grâce à plusieurs dons remis par la Secrétairerie d’État : aux 2.568,70 lires « mis[es] à disposition par l’Eminentissime Card[inal] secrétaire [d’État] » et « restées du fonds » conservé à la Secrétairerie d’État (qui gérait le financement de la Mission d’aide pontificale en Russie)90, s’ajoute un don de 20.000 lires à la Congrégation orientale comme « fond de réserve “Pour les Russes” »91. L’existence de ce compte atteste donc l’existence d’une ligne budgétaire spécifiquement destinée aux affaires russes au sein de la Congrégation pour l’Église orientale avant même la création de la Commission pro Russia : le financement précède donc ici l’institution et contribue à en éclairer l’origine.

Une fondation complexe

  • 92  H. Przeździecki, L’œuvre de l’union en Pologne. Lettre pastorale de S. E. Dr. Henri Przeździecki. (...)
  • 93  ACO, Segreteria, 731/39, fasc. 1 (Russi), Spoglio Pio XI, doc. 8 : d’Herbigny à « Beatissimo Padre (...)
  • 94Ibid., doc. 34 : Papadopulos, « Nota », annotations ms de Pie XI, italien.
  • 95AAS, 1926 (18, N°2), 01.02.1926, p. 62.
  • 96L’interesse del Santo Padre per i Russi, dans OR, 13-14.04.1925 (65-86), p. 3.
  • 97Nouvelles-Rome Congrégation orientale, dans Stoudion, 06.1925 (II-3), p. 82 ; Nouvelles-Rome Since (...)
  • 98 AP, 1933, p. 565.

30Dès son séjour en Pologne, Mgr Ratti aurait conçu « le désir d’organiser, sous une forme spéciale, une commission de travail pour la Russie et pour ceux qui, ayant quitté la Russie, se sont établis hors de ses frontières »92. Si le premier document repéré dans les archives romaines sur la Pro Russia ne date que de 1924, il permet de saisir le rôle décisif de Pie XI dans la création de cette commission et le souhait du pape d’y associer fortement Michel d’Herbigny, alors président de l’Institut pontifical oriental. En effet, dès fin mai 1924, d’Herbigny lui-même est chargé par le pape de réfléchir à la structure d’une « Commission de rebus russiacis »93. Les choses se précisent dans les mois suivants, notamment avec l’assesseur de la Congrégation orientale Mgr Papadopoulos qui évoque dans une note (malheureusement non datée) deux options : 1/ organiser une « congrégation hebdomadaire » (réunion) spécifique sur les affaires de Russie au sein de la Congrégation orientale ; 2/ opérer des changements statutaires plus importants en créant au sein de la Congrégation « une Commission consultative particulière, pour les affaires de la Russie »94. Officiellement établie le 20 juin 1925, la Commission n’est mentionnée que huit mois plus tard – en février 1926 – dans les Acta Apostolicae Sedis par un « communiqué » sans date, signalant simplement l’existence de la Commission « depuis le 20 juin dernier »avec pour mission d’« accélérer l’examen et le traitement des questions et des affaires concernant les Russes, tant ceux qui résident dans leur pays que ceux qui se trouvent à l’étranger »95. Le lecteur attentif de L’Osservatore romano savait toutefois déjà depuis avril 1925 qu’une commission « pour les affaires des Russes en Europe » avait été fondée au sein de la Congrégation pour l’Église orientale96. Le Stoudion, revue orientaliste qui revendique alors le caractère d’organe officieux de la Congrégation orientale, donna également des informations de façon précoce97. Malgré tout, un flou s’installe sur l’acte de naissance de la Commission : dans les éditions de l’Annuario pontificio de 1928 à 1932, c’est une date de naissance erronée qui est indiquée – celle du 20 juin 1926 – la correction n’étant faite que dans l’édition de 193398. Étant donné l’attention scrupuleuse des membres de la Commission aux différentes éditions de l’Annuario pontificio, un simple oubli semble peu vraisemblable et ce flou a probablement été entretenu sciemment dans le but d’accréditer une naissance tardive de l’institution.

  • 99  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (13363). Holy See ; Annual Report 1927 [C 4935/4935 (...)

31Après cette naissance assez floue, l’institution reste peu lisible pour l’observateur extérieur, même pour les diplomates accrédités auprès du Saint-Siège qui semblent avoir une connaissance limitée de son fonctionnement. Il faut ainsi attendre le bilan de l’année 1927 pour que le chargé d’affaires britannique auprès du Saint-Siège mentionne la création d’une « commission séparée » pour les affaires russes et souligne la participation des « deux sous-secrétaires d’État, […] disposition qui facilite la circulation des informations au plus haut niveau »99. Ce manque de lisibilité dans les premières années s’explique par l’absence de la Commission de l’Annuario Pontificio avant l’édition de 1928 et par la relative indétermination du terme de « commission ».

La Commission pro Russia : une institution souple et con­qué­rante

  • 100  Cf. L. Pettinaroli, La Commission pro Russia… cit.
  • 101AAS, 1926 (18), p. 62.
  • 102  En 1927, une liste de facultés de la Commission montre que relèvent de la Commission : les habitan (...)
  • 103  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 24 : note de Margotti, 30.12.1929, italien, souligné dan (...)
  • 104  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 46 : « Pubblicazione nell’Annuario Pontificio del 1928 dei (...)
  • 105 AP, 1929, p. 482 ; AP, 1930, p. 506.
  • 106  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 222, f. 69 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929.
  • 107  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 24 : Sincero, FU, CPR 1/28, 05.02.1927. Voir aussi : ibid. (...)

32Alors que les institutions qui composent le gouvernement central de l’Église catholique (congrégations) sont globalement en place depuis le XVIe siècle, les commissions spécialisées ont toujours subsisté et semblent se multiplier au XXe siècle, du moins s’imposent-elles dans l’organigramme du Saint-Siège100. La Commission pro Russia – qui se définit d’abord par sa compétence sur les « affaires concernant les Russes »101 – apparaît d’emblée originale : il s’agit d’une compétence à la fois « territoriale » (l’Union soviétique) et « personnelle » (les Russes où qu’ils se trouvent), mais aussi « directionnelle » (les œuvres « pour » les Russes, où qu’elles se trouvent et quels que soient la nationalité ou le rite de leurs animateurs)102. Cette dimension missionnaire et prophétique de la Commission est soulignée à plusieurs reprises par Pie XI pour qui « cette Commission n’a pas seulement l’objectif de régler les affaires d’administration ordinaire pour les Russes, mais a aussi un véritable et propre but apostolique et surnaturel »103. De ce fait, d’Herbigny demande en novembre 1927 de placer la Commission pro Russia dans l’Annuario pontificio « tout de suite à la fin des congrégations romaines, étant une commission de gouvernement avec toutes les facultés – pour les Russes – des congrégations elles-mêmes »104. Sans obtenir cet emplacement (la Commission reste indiquée à la suite de la Congrégation pour l’Église orientale105), d’Herbigny réussit toutefois à faire qualifier la Commission comme « pontificale » lors de l’audience du 8 novembre 1929 consacrée notamment aux corrections à apporter à la nouvelle édition de l’Annuario pontificio106. Ces efforts reflètent le souci de d’Herbigny (et peut-être de Gasparri) de rapprocher la Commission du centre du pouvoir pontifical. Dans un projet établi le 5 février 1927 (probablement avec l’accord de Gasparri), l’évêque d’Ilion propose que la Commission soit présidée par le Secrétaire d’État, ce que Pie XI rejette en maintenant la présidence au cardinal secrétaire de la Congrégation orientale. Le pape accepte toutefois que les réunions de la Commission aient lieu dans les locaux de la Secrétairerie d’État et que les archives les plus secrètes de la Commission soient conservées au Vatican et non au siège de la Congrégation pour l’Église orientale107.

  • 108  Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, La Commission pro Russia… c (...)

33Cette institution conquérante, dont les compétences laissent apparaître le caractère profondément missionnaire semble ainsi suivre la voie ouverte par la Congrégation de Propaganda Fide : soustraire à tous les dicastères leurs compétences sur un espace donné, mais de façon temporaire puisque tout territoire missionnaire est destiné in fine à adopter une structuration diocésaine classique. Si ces compétences de la Propaganda Fide ont suscité bien des conflits depuis le XVIIe siècle, la compétence mondiale de la Commission pro Russia suscite également des tensions notamment avec certaines congrégations romaines dont les compétences sont progressivement captées108.

34Ce phénomène de captation des compétences apparaît d’abord comme une conséquence du quadrillage institutionnel des congrégations romaines : pour exister, une institution doit se saisir d’un nouveau problème pastoral et théologique (ici la question russe) et, à partir de ce dernier, de capter les compétences qui appartiennent déjà – en réalité ou en puissance – à d’autres institutions. Mais, ne faut-il pas voir aussi, dans l’élaboration des compétences de la Commission pro Russia, la manifestation d’une soif de pouvoir émanant d’individus ? Dès la fin des années 1920, dans le milieu curial, un soupçon pèse conjointement sur la Commission et sur d’Herbigny, sur l’institution et sur l’homme, accusé de manipuler le pape. Il importe donc d’évoquer les différentes personnalités qui animent la Pro Russia

Composition personnelle et fonctionnelle de la Pro Russia

  • 109  Notices sur Tacci et Sincero dans La Sacra Congregazione per le Chiese Orientali nel cinquantesimo (...)
  • 110  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°433 (...)
  • 111  Filippo Giobbe (1874 ou 1876-1970), prêtre depuis 1899, minutant de la Propagande pour les affaire (...)
  • 112  G. Rigotti, Uomini e attività… cit., n. 4 p. 129-130.

35En 1925, la Commission n’est composée que de six personnes. La direction est confiée au secrétaire de la Congrégation pour l’Église orientale : le cardinal Tacci jusqu’à la fin de l’année 1926, auquel est adjoint en 1925-1926 le cardinal Sincero en tant que « ponent stable ». Cette direction temporairement bicéphale doit être interprétée à l’aune des problèmes de santé du cardinal Tacci qui abandonne le poste de secrétaire de l’Orientale le 29 janvier 1927 à Sincero et meurt le 30 juin 1928109. La Commission comprend également deux « membres » (Isaia Papadopoulos, l’assesseur de la Congrégation orientale qui restera membre jusqu’à sa mort le 18 janvier 1932 et Filippo Giobbe), un « consulteur spécial » (d’Herbigny) et un « minutant spécial » (Carlo Margotti)110. Le personnel choisi vient donc essentiellement de la Congrégation orientale : c’est le cas bien sûr de Papadopoulos mais aussi de Giobbe qui était déjà en service du temps de la Congrégation de Propaganda Fide pour les affaires de rite oriental111, ou encore de Margotti (1891-1951) minutant de l’Orientale depuis 1921112.

36Progressivement toutefois en 1927-1928, le personnel s’étoffe et se répartit en trois ensembles : le personnel de direction qui participe au congrès (président, rapporteur, secrétaire et sous-secrétaire, membres) ; le personnel d’expertise sollicité ponctuellement (rapporteur, consulteurs) ; et le personnel technique (minutante, chargé d’études, archiviste).

  • 113  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 2, f. 11 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.
  • 114 Ibid., f. 8 : PCPR Congresso del giorno 20.11.1929, italien.
  • 115  Par exemple, en mai 1928, le congrès propose de prendre comme consulteur Mgr Sergio Der Abrahamian (...)
  • 116  C’est du moins le cas en avril 1930, au moment où d’Herbigny devient président de la Commission : (...)
  • 117  Par exemple : billet de nomination de Stanislao Janasik, signé par Mgr Pacelli, Vatican, 30.04.193 (...)

37Le nombre de « membres » de la Commission s’accroît. Ceux-ci sont choisis par le pape, le plus souvent ex officio, c’est-à-dire en raison de leur emploi dans la Curie et donc « pour la durée de leur charge », notamment le substitut de la Secrétairerie d’État pour les affaires ordinaires et le secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires113. C’est du moins ainsi que Pie XI présente la nomination d’Ottaviani en 1929 (nouveau substitut de la Secrétairerie d’État) en rappelant les cas de Giuseppe Pizzardo et de Borgongini Duca, membres depuis 1927, le premier en qualité de substitut de la Secrétairerie d’État (1921-1929) et le second en tant que secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (il quitte d’ailleurs la Commission en 1929, lorsqu’il est nommé nonce en Italie). La nomination d’Amleto Cicognani comme membre de la Commission en septembre 1928 est présentée comme liée aux « mérites personnels » de l’intéressé114 mais les raisons institutionnelles sont certainement également prégnantes puisque Cicognani est nommé au même moment assesseur de la Congrégation Orientale (il abandonnera d’ailleurs la commission en 1933 lorsqu’il sera nommé délégué apostolique aux États-Unis). Enfin, le choix des consulteurs est effectué par le congrès de la Commission et présenté pour approbation au pape lors d’audiences115. Pour le reste du personnel, la sélection – ou la promotion – semble se faire directement en audience pontificale116 et, dans tous les cas, le « billet de nomination » est envoyé par le secrétaire d’État117.

  • 118  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°433 (...)
  • 119  Cf. Chapitre 5.
  • 120  Sur le rôle de d’Herbigny, voir L. Pettinaroli, Mgr Michel d’Herbigny… cit.
  • 121  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 17-18 : d’Herbigny à Gasparri, 19.12.1923 ; f. 18 : « Br (...)
  • 122  ACO, Segreteria, 731/39, fasc. 1 (Russi), Spoglio Pio XI, doc. 34 : Papadopulos, « Nota », annotat (...)
  • 123  D’Herbigny venait de l’informer qu’il allait prendre la « direction » effective des « affaires rel (...)
  • 124AAS, 1926 (18), p. 62.
  • 125  G. M. Croce, L’Orient chrétien au Vatican : Cyrille Korolevskij « consultore apprezzatissimo », da (...)
  • 126  Voir chapitre 3.
  • 127  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 2, f. 65 : Sincero, FU, 26.05.1928, N°7/28.
  • 128  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 24 : Sincero, FU, 05.02.1927, CPR 1/28.

38Cependant, la personnalité la plus originale – et qui se révèle vite centrale – de la Commission est celle de Michel d’Herbigny. En 1925, la nomination de ce dernier comme « consulteur spécial »118 de la nouvelle Commission n’est pas une surprise. En effet, dès 1921, d’Herbigny s’adresse au secrétaire d’État et au pape pour leur faire des propositions sur l’organisation de l’apostolat catholique pour les Russes119. Arrivé à Rome pour l’année universitaire 1921-1922 et résidant au Collège Germanicum-Hungaricum, il s’impose rapidement comme un spécialiste des questions russes au point d’être nommé dès la rentrée suivante président de l’Institut pontifical oriental. Grâce à cette fonction, le jésuite français gagne un accès plus facile à Pie XI, à qui il présente un plan complet d’action pour la Russie et les Russes vers novembre 1923 : d’Herbigny fourmille de projets120. Une lettre de d’Herbigny à Gasparri de décembre 1923 indique clairement que le jésuite se tient « à disposition de Sa Sainteté pour tout travail d’information »121. C’est effectivement une mission d’information et de synthèse, donc d’expertise, qui est confiée à d’Herbigny officiellement par le Saint-Siège en 1925 lors de cette nomination comme « consulteur spécialisé ». Si cette fonction de « consultore speciale » n’est pas courante dans l’organigramme habituel de la Curie tel qu’il se présente au fil des pages des annuaires pontificaux, elle reflète le désir de Pie XI d’accorder une place spéciale à d’Herbigny. En effet, la note rédigée par Papadopoulos non datée (mais de fin 1924-début 1925) souligne le souhait du Saint-Père d’« utiliser l’indiscutable zèle et la doctrine du Rév.me P. Michel d’Herbigny S.J. pour coopérer de façon directe et immédiate avec la S. Congrégation pour l’Église orientale dans le traitement des affaires concernant les intérêts religieux de la Russie ». L’assesseur de l’Orientale avait alors proposé deux types de postes pour d’Herbigny en fonction de la forme qui serait donnée à la commission pour la Russie : dans le cas d’une simple réunion hebdomadaire sur les affaires russes, d’Herbigny pourrait prendre le titre de « consulteur spécialisé » (ce terme est ajouté à la main par Pie XI en marge de la note) ; dans le cas de la création d’une commission spécifique pour les affaires de Russie, celle-ci serait présidée par le cardinal secrétaire de l’Orientale mais la fonction de « secrétaire » (et Pie XI ajoutait ici le qualificatif de « spécialisé ») serait confiée au jésuite français122. Finalement, malgré la volonté manifeste du pape et malgré la création d’une commission pour la Russie, d’Herbigny ne devient finalement pas secrétaire (le père Ledóchowski, général des jésuites, inquiet de la bonne marche de l’Institut pontifical oriental confié à la Compagnie, aurait déconseillé à Pie XI de donner à d’Herbigny une charge trop prenante123) et prend donc le titre de consulteur « spécial »124. Ce rôle d’expert unique ne dure pas : en 1927, un rééquilibrage est effectué avec la nomination de trois nouveaux consulteurs, tous prêtres et compétents sur les questions russes : le Français Gervais Quénard, qui a séjourné en Russie dans les années 1900 et qui, en tant que supérieur général des assomptionnistes, est en lien avec Mgr Neveu et les questions orientales ; le Français russisé et romanisé Cyrille Korolevskij, prêtre de rite oriental, et déjà consulteur de l’Orientale depuis 1926125 ; et le père Serge Werighine, responsable de l’église de rite russe de Rome126. En mai 1928 s’ajoute à ce trio Mgr Serge Der Abrahamian, l’ancien administrateur apostolique des Arméniens du Caucase, devenu recteur du collège pontifical arménien de Rome (1922-1932)127. En 1927, d’Herbigny acquiert alors cependant une nouvelle fonction, dont le titre sonne de nouveau bizarrement dans l’organigramme curial : il sera « relatore », rapporteur128. Ce terme n’apparaît pas dans les annuaires pontificaux car le rôle de « relatore » n’est habituellement pas fixe : le fonctionnaire préparant la « relazione » (synthèse sur un problème spécifique proposé à l’examen des fonctionnaires majeurs ou cardinaux à l’occasion d’une réunion) variant selon les circonstances.

  • 129  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 276, f. 30 : notes de Margotti, 05.11.1927 et de Sincero, 06.11 (...)
  • 130  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 275, f. 70 : Sincero à Margotti, 28.06.1929, N°6/28, italien.
  • 131 Ibid., f. 71 : notes de Margotti, 10.07.1929 et de Sincero, s. d., italien.

39Michel d’Herbigny honore ses différentes fonctions de consulteur puis de rapporteur par une activité impressionnante pendant la période 1925-1929. Ses collaborateurs et ses supérieurs sont d’ailleurs les premiers à le reconnaître et à renforcer sa position. Par exemple, lorsqu’en novembre 1927, d’Herbigny demande une machine à écrire pour l’Institut pontifical oriental, Mgr Margotti appuie cette demande « en considération du grand travail que ce M[onseigneur] doit continuellement accomplir pour des avis et des traductions etc. pour la Commission pour la Russie, pour la Sacrée Congrégation orientale dont il est Consulteur et pour la Secrétairerie d’État qui souvent se tourne vers lui pour des avis écrits ». Le cardinal Sincero reconnaît cette demande comme « juste et raisonnable »129. La confiance de Sincero en d’Herbigny est si forte qu’elle se traduit parfois par un abandon de ses propres prérogatives au bénéfice de l’évêque d’Ilion. En juin 1929, Sincero propose que « tout le courrier, au lieu de [lui] être transmis […] soit envoyé à Mgr d’Herbigny pour qu’il en prenne connaissance », ce qui permettrait d’une part que « d’Herbigny soit également au courant de toutes les affaires », et d’autre part de « simplifier » la tâche du jésuite (qui devait probablement effectuer de nombreux trajets entre la place Sainte-Marie Majeure et le Vatican). Le cardinal anticipe d’ailleurs une explosion d’ardeur du jésuite : un avis n’est pas nécessaire pour chaque affaire130 ! Le secrétaire de la Commission, Margotti, prend toutefois la liberté d’expliquer au cardinal les difficultés concrètes de ce projet, notamment quant au déplacement du courrier de la Commission au domicile de d’Herbigny. Selon lui, le cardinal doit continuer à effectuer une première sélection et n’envoyer à d’Herbigny que « ce qui semble nécessaire et opportun ». Sincero finit par accepter mais fait valoir que, dans le processus de décision de la Commission, ce qui importe est de faire passer les questions importantes en audience pontificale131. Une analyse plus précise des audiences pontificales des responsables de la Pro Russia permettrait probablement d’éclairer cet abandon progressif des responsabilités au jésuite français. Il semble toutefois clair qu’en juin 1929, d’Herbigny a réussi à se rendre indispensable au fonctionnement de la Commission, au point qu’un cardinal expérimenté de la Curie n’hésite pas à prendre le risque d’une privatisation des documents et des affaires de la Pro Russia au bénéfice d’un expert, soi-disant pour faciliter le fonctionnement de l’institution.

Le processus de décision : collégialité et gouvernement par l’audience

40Dans la seconde moitié des années 1920, le processus décisionnel au sein de la Commission se traduit par un processus collégial à deux niveaux – le congresso et la congrégation cardinalice mixte – qui est toujours validé par le pape lors d’une audience accordée au président ou au rapporteur.

  • 132  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°433 (...)
  • 133  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 3, f. 40-53 : « Commissione per gli affari dei Russi. Verbali de (...)
  • 134Ibid., f. 56-107.
  • 135  On a par exemple la liste des « invités au Congrès » du 30 avril 1930 (Cicognani, Pizzardo, Ottavi (...)

41Dès 1925, il est prévu que la Commission se réunisse au moins une fois par semaine, sous la présidence de Sincero (sauf si Tacci est présent) au sein d’un congresso dont le procès-verbal devait être présenté par l’un des deux cardinaux au pape132. Nous disposons des procès-verbaux des 27 congrès de la Commission pro Russia tenus entre le 20 avril 1925 et le 1er juin 1926133. En plus de cette série qui semble complète, on trouve dans le même dossier une série de 27 autres procès-verbaux de congrès pour la période du 5 octobre 1928 au 10 avril 1931134. Cette seconde série semble toutefois incomplète135.

  • 136 Ibid., f. 54 : Margotti-Cercone à Borgongini Duca, Pizzardo et Cicognani, Rome, 06.09.1928, prot. (...)
  • 137  Par exemple, le 26 mai 1928, Sincero présente au pape le résultat du congrès du 23 mai proposant à (...)
  • 138  Par exemple, le 19 janvier 1929, d’Herbigny présente au pape les décisions du congrès du 16 janvie (...)

42Les congrès ont toujours lieu à 10 heures du matin à la Secrétairerie d’État, à l’exception du congrès du 10 avril 1931 qui a lieu à 17 heures. Du point de vue de la fréquence, on observe un net ralentissement entre les deux séries de procès-verbaux (27 réunions pour 13 mois en 1925-1926 et 27 réunions pour 30 mois en 1928-1931), ce qui donne un rythme moyen bimensuel en 1925-1926 et mensuel en 1928-1931. Chaque congrès était assez chargé : les procès-verbaux de la seconde série (1928-1931) indiquant le nombre d’affaires traitées, la moyenne d’ordres du jour par congrès est pour ces années de 14 (375/27). Du point de vue des personnalités présentes aux congrès : Tacci ne fut présent qu’à 8 congrès, tous à l’été 1925. On sait, par ailleurs, qu’en septembre 1928, le rapporteur d’Herbigny avait pris l’initiative de rassembler un congrès malgré l’absence du cardinal président « pour traiter quelques affaires que Mgr rapporteur considère assez urgentes »136. Les décisions du congrès sont présentées au pape soit par le cardinal président137 soit – après 1927 – par le rapporteur d’Herbigny138.

  • 139  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 359/28], fasc. 4, f. 44 : document imprimé « Commissione per la (...)
  • 140Ibid., f. 46 : Sincero, FU, 26.01.1929, italien.

43Cependant, comme dans d’autres dicastères, certaines questions particulièrement complexes ne pouvant être résolues en congresso sont portées devant une autre structure : la congregazione. Les archives de la Pro Russia ne conservent que quelques documents sur cette modalité collégiale de préparation de la décision : seules trois « réunions plénières » nous sont ainsi connues, deux en novembre 1927 et une en février 1929. Ces réunions traitaient plusieurs sujets et les « ponents », préparateurs des dossiers thématiques, sont toujours des membres importants de la Curie extérieurs à la Commission. Ainsi, pour la réunion plénière du 11 novembre 1927, quatre « ponenze » sont prévues : la première sur le terme d’« Orthodoxes catholiques » à appliquer aux Russes catholiques de rite byzantin (ponent : Merry del Val), la seconde sur l’institution d’un prélat ayant juridiction ordinaire sur les Russes demeurant en Chine, au Japon et en Corée (ponent : van Rossum), la troisième sur l’institution d’un prélat ayant juridiction ordinaire sur les Russes demeurant en Europe (Russie et Pologne exclues) (ponent non indiqué) et enfin une quatrième sur les mesures à prendre pour l’assistance spirituelle des Russes en Pologne (ponent : Lorenzo Lauri)139. En vue de la « réunion cardinalice » du 14 février 1929, trois sujets et trois ponents sont retenus par Pie XI sur proposition de Sincero : la cause matrimoniale Gorelchenko-Wood (prot. 339/28) pour laquelle le ponent est Merry del Val, la question des titres et distinctions pour les prêtres orthodoxes convertis au catholicisme (prot. 606/28), confiée au cardinal Scapinelli di Leguigno et la question de la langue estonienne dans la liturgie (prot. 713/28), confiée au cardinal Franz Ehrle140.

  • 141  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 83, f. 32 : Sincero, FU, 12.11.1927, italien.

44On peut donc penser que ces « réunions plénières » servaient d’espace de concertation sur des thèmes pour lesquels la compétence de la Commission pro Russia pouvait être disputée par d’autres institutions. En désignant ponent des chefs d’autres dicastères (comme Merry del Val pour le Saint-Office ou Van Rossum pour la Propagande) mais aussi en faisant appel aux responsables pontificaux sur le terrain (Lauri, nonce en Pologne), la Commission pro Russia s’assure les meilleures informations et prévient tout conflit de compétence. La souplesse de ces réunions se traduit aussi par une grande liberté dans le choix des cardinaux qui y participent. Ainsi, en vue de la plénière sur les relations diplomatiques avec les Soviets, prévue pour novembre 1927, le cardinal Sincero demande au pape des instructions pour l’organisation de la réunion « étant donné que la Commission pour la Russie n’a pas de nombre fixe de cardinaux propres, comme les Congrégations ». Pie XI précise alors sa volonté de ne pas désigner d’office une série de cardinaux pour les réunions plénières mais de conserver une certaine souplesse en désignant à chaque fois des cardinaux, choisis toutefois parmi les membres des congrégations pour l’Église orientale et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : un principe qui devra être observé pour toutes les plénières de la Pro Russia, « à laquelle interviendront toujours Mgr Margotti, comme Secrétaire […] et Mgr d’Herbigny comme Rapporteur ». Sur la présence de Mgr d’Herbigny, Sincero avait d’ailleurs proposé qu’il « soit présent sans voix » car il pourrait « donner des éclaircissements et des informations utiles sur les choses de Russie s’il était interrogé par les E[minentissimes] »141. Malgré cette réflexion sur l’instance de discussion collégiale qu’est la réunion cardinalice, ces dernières restent peu nombreuses et, comme on l’a vu, plusieurs sont même annulées.

  • 142  Ces audiences ont laissé d’imposantes traces archivistiques, comme la liasse de demandes d’audienc (...)
  • 143  S. Pagano, M. Chappin, G. Coco (éd.), I “fogli di udienza” del cardinale Eugenio Pacelli segretari (...)
  • 144  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 53/29], fasc. 5, f. 35 : Sincero, « PCPR, Decreto », 25.02.1929, (...)
  • 145  Ce phénomène s’accentue après 1930 lorsque d’Herbigny devient président de la Commission. Voir not (...)
  • 146  En 1930, Pie XI recommande ainsi de changer une somme en dollars à Varsovie ou Riga plutôt qu’en R (...)
  • 147  Sur cet aspect, voir les analyses de J.-D. Durand, Lo stile di governo di Pio XI, dans C. Semeraro (...)
  • 148  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : d’Herbigny au p. Foulon, Rome, 26.01.1925.
  • 149  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 50 : d’Herbigny, FU, 20.02.1929, italien.

45Il faut ainsi signaler l’importance dès 1925 des audiences pontificales dans le processus de décision de la Pro Russia. En effet, que la décision soit élaborée au préalable en congrès ou en réunion cardinalice, elle débouche toujours sur une proposition à faire valider par le pape en audience. « L’institution » des audiences pontificales est donc constamment sollicitée et fait ressortir l’importance du pape dans les décisions prises pour la Russie142. Les archives de la Commission introduisent ainsi à l’histoire de la parole pontificale à l’image d’autres fonds emblématiques du pontificat de Pie XI, comme les fameuses « udienze » accordées à Pacelli143. Cette institution des audiences fonctionne à partir de quelques normes et principes. Dans le cas de la Pro Russia, théoriquement, seuls certains types de documents devaient être « soumis à l’approbation du Saint-Père en audience », à savoir les documents officiels du Saint-Siège soumis à publication et les documents adressés aux autorités religieuses ou politiques sur les questions russes (décret du 25 février 1929)144. Cependant, les archives montrent que des questions a priori anecdotiques comme le montant des honoraires de messes offerts aux prêtres russes, les textes de certaines prières, l’abonnement de la Commission à certaines publications sont abordées en audience, et plus particulièrement lors du tête-à-tête entre Pie XI et d’Herbigny145. L’avis du pape ne se résume, d’ailleurs, pas à un simple acquiescement, contrairement à ce que l’on avait observé dans les « sessioni » de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires sous Pie X et Benoît XV. Même lorsque le pape suit l’avis de la Commission, la décision prise ex audientia Sanctissimi s’enrichit souvent de commentaires ou d’informations issus de l’expérience du pape. Cette situation peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Dans le contexte institutionnel assez instable de la Commission pro Russia, le choix de d’Herbigny de faire valider constamment ses propositions par le pape pour légitimer son action, parfois audacieuse, se comprend facilement. Par ailleurs, on peut penser à une volonté délibérée de Pie XI de connaître personnellement les problèmes russes pour des raisons liées à la fois à son expérience en tant qu’ancien nonce à Varsovie146 qu’à son caractère réputé « autoritaire »147. Enfin, il semble que le pape ait cherché, par le moyen des audiences, à établir un rapport personnel avec les acteurs locaux de la politique russe du Saint-Siège et, plus encore, avec les catholiques russes isolés du monde catholique. Dans ce cadre, Michel d’Herbigny fut certainement un excellent médiateur de cette prédilection du pape pour la Russie et les affaires russes. Dans ses comptes rendus d’audience, d’Herbigny valorise ainsi l’humanité du pontife : « ce qui manque forcément c’est la chaleur affectueuse avec laquelle Il s’exprimait pour approuver l’œuvre et pour bénir », écrit-il en 1925 au supérieur du séminaire Saint-Basile148. Autre exemple, en février 1929, face aux difficultés de Mgr Gronski, l’administrateur apostolique de la Cisbaikalie, Pie XI demande de faire savoir à l’intéressé, en complément de l’envoi d’une bénédiction et d’argent, « que le Saint-Père a voulu se faire lire tous les extraits de son rapport »149. Bien entendu, ces comptes rendus d’audiences permettaient aussi à d’Herbigny de se mettre en valeur en soulignant sa familiarité avec le pontife.

46La Commission pro Russia s’impose donc dans la seconde moitié des années 1920 comme l’instrument de la politique russe de Pie XI, capable d’opérer une centralisation des questions russes dans le but d’une meilleure efficacité mais aussi de prendre des décisions urgentes dans le contexte d’une décomposition totale de la hiérarchie diocésaine en Russie soviétique.

Restructuration diocésaine et enjeux missionnaires en Russie soviétique

  • 150  G. London, C. Pichon, Le Vatican et le monde moderne, Paris, 1933, p. 412.

En Russie, il n’y avait pratiquement rien. Aussi le Vatican a-t-il procédé, comme on le fait pour la construction de ces phares que l’on édifie en pleine mer, là où le fond lui-même semble faire défaut : on bâtit un rocher artificiel, et sur ce rocher artificiel, on élève la tour de lumière. Le Vatican a constitué de même une Église catholique russe (G. London, C. Pichon, 1933)150.

  • 151  P. Werth, Toward « Freedom of Conscience » : Catholicism, Law and the Contours of Religious Libert (...)

47Ce constat des deux journalistes français ne peut bien sûr pas être reçu tel quel. En 1917, l’Église catholique en Russie, loin d’être inexistante, dispose d’un héritage complexe, tant pour le rite latin qu’oriental ou arménien. Au lendemain des Révolutions, la donne est compliquée par des modifications territoriales et des déplacements de population. En effet, une partie de la population catholique émigre, soit pour s’installer dans le nouvel État polonais, soit pour trouver à l’étranger des conditions politiques et économiques plus favorables. Au début des années 1920 (après le traité de Riga) il resterait 1,5 million de catholiques en Russie dont 950.000 d’origine polonaise151, soit presque dix fois moins qu’à la veille de la Grande Guerre. Le Saint-Siège essaie alors immédiatement d’adapter les structures de la hiérarchie catholique aux nouveaux besoins du monde russe. Si la modification des structures diocésaines et les nominations épiscopales constituent l’un des domaines d’action privilégiés du Saint-Siège, les différents espaces, ainsi que les divers rites qui composent la Russie catholique sont traités de façon graduelle et progressive : à une première phase centripète de démembrement des structures de la hiérarchie pré-révolutionnaire (1918-1923) succède une période de recomposition autour d’administrations apostoliques à partir de 1926.

1917-1925 : éclatement de la structure diocésaine et tentatives de refondation

48La révolution de février 1917 est immédiatement perçue à Rome comme une occasion historique de résoudre les graves problèmes structurels de cette Église (sièges vacants, diocèses supprimés). Dans le même temps, le Saint-Siège met rapidement en place des structures ecclésiastiques dans les nouveaux États nés de l’éclatement de l’Empire russe, tout en déployant un effort d’organisation ecclésiastique dans les marches, parfois encore disputées militairement, de l’Union soviétique en formation.

L’effervescence de 1917 : nominations dans le rite latin

  • 152  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 17 : Cieplak à « Eminentissime Domine », Petropoli (...)
  • 153Ibid., f. 18 : tél. de Constantin Skirmunt à Gasparri, Stockholm, 21.05.1917.
  • 154Ibid., f. 28-35 : mémoire de Constantin Skirmunt, français. Zygmunt Łoziński, né en 1870, prêtre e (...)

49À Pétrograd, les catholiques prennent l’initiative et s’appuient sur le dynamisme de certains hommes politiques polonais. Constantin Skirmunt, cousin de Mgr Casimir Skirmunt et membre du Conseil d’État russe (1914-1917), est recommandé par Mgr Cieplak152 et arrive à Rome fin mai 1917153. Après avoir consulté les évêques locaux, « quelques prélats des plus éminents et quelques hommes politiques », il propose une série de noms pour les postes ecclésiastiques à pourvoir, notamment Mgr de Ropp pour Mohilev et Mgr Sigismond Lozinski pour Minsk154.

  • 155  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 19 : Gasparri à Mgr Skirmunt (à Einsiedeln) et à W (...)
  • 156Ibid., f. 22-23 : Ledóchowski à « Eminenza Reverendissima », Zizers, 28.06.1917. Voir aussi f. 36- (...)
  • 157  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 55-56 : Skirmunt à « Eminenza », Einsiedeln, 03.08 (...)

50Ces propositions permettent d’engager la réflexion à Rome. En juin 1917, la Secrétairerie d’État s’adresse à ses conseillers habituels pour les provisions de diocèses – Mgr Skirmunt et le père Ledóchowski – en indiquant sa volonté de « profiter des [bonnes] dispositions [du gouvernement] pour pourvoir les diocèses russes actuellement vacants »155. Les deux hommes travaillent alors ensemble en Suisse et proposent à leur tour une série de noms : pour Mohilev, Radziszewski (qui avait été notamment recteur de l’Académie ecclésiastique) et, comme auxiliaire, le dynamique prêtre Edouard O’Rourke ; pour Minsk, Casimir Michalkiewicz (qui avait administré Vilna) ; pour Kamenec, Lozinski et, pour Lublin, Pierre Mankowski156. En août 1917, Mgr Skirmunt écrit au secrétaire d’État pour critiquer la proposition de son cousin Constantin de nommer Ropp à Mohilev, en rappelant les affaires financières du baron et son manque de prudence à Vilna157.

  • 158  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 3-4 : Gabrys [Juozas Gabrys-Paršaitis] à Benoît XV (...)
  • 159  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 44-45 : Gasparri à Bock, 21.07.1917, N°37114.
  • 160  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 960, fasc. 333, f. 8 : Bock à Gasparri, 03.06.1917, Légation Russie N (...)
  • 161Ibid., f. 16 : tél. chiffré de Pacelli à Gasparri, Munich, 07.07.1917, s. n., italien.
  • 162Ibid., f. 17 : tél. chiffré de Gasparri à Pacelli, 09.07.1917, s. n. Voir également Chapitre 4.
  • 163  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 72-73 : Skirmunt à Gasparri, Einsiedeln, 07.09.191 (...)
  • 164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 960, fasc. 333, f. 20 : Bock à Gasparri, 26.08.1917, Légation Russie (...)
  • 165Ibid., f. 18 : Gasparri à Bock, 13.09.1917, N°41935.
  • 166Ibid., f. 23 : tél. de Ropp à Gasparri, Pétrograd, 11.12.1917 ; f. 21 : tél. à Ropp, 13.12.1917 (t (...)
  • 167  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 6 : Lysakovskij à Gasparri, Rome, 30.10.1917, Léga (...)
  • 168Ibid., f. 10 : De Lai à Gasparri, 15.04.1918, Consistoriale N°858/17 ; f. 12 : Gasparri à Pacelli, (...)

51Cependant, en juillet 1917, contre l’avis de ses deux consulteurs habituels et malgré une forte pression lituanienne pour obtenir un prélat « lithuanien ou blanc-russien » à Minsk158, le Saint-Siège suit la proposition de Constantin Skirmunt d’une candidature à ce poste de Sigismond Lozinski159. En revanche, jusqu’au milieu de l’été 1917, la Secrétairerie d’État joue la carte du retour à Vilna de Mgr de Ropp, pour lequel le gouvernement russe avait donné son accord début juin160. C’est l’opposition des Allemands – qui occupent alors la ville et redoutent le « caractère excessivement batailleur notamment sur le terrain politique » de l’évêque161 – qui oriente le Saint-Siège vers une nomination de Ropp à Mohilev162. La pression s’accumule d’ailleurs à Rome. Fin août 1917, les fidèles s’impatientent et demandent, via Mgr Skirmunt, que « le Saint-Siège agisse rapidement et conclue cette affaire très importante [de la provision des diocèses], avant que le moment favorable ne soit passé »163. Le 26 août, le ministre de Russie presse également le Saint-Siège d’agir164. Ce n’est toutefois que le 13 septembre que la décision du Saint-Siège de « transférer Mgr Edouard Ropp, évêque de Vilna au Siège Métropolitain de Mohilew » est annoncée au ministre de Russie, qui reçoit alors les bulles apostoliques165. En décembre 1917, Mgr de Ropp se voit également confier l’administration de la partie du diocèse de Vilna non occupée par les Allemands166. La candidature de Lozinski à Minsk est acceptée fin octobre par le gouvernement russe167 mais les bulles apostoliques ne seront remises qu’en avril 1918168.

52Les révolutions de 1917 sont ainsi l’occasion d’une formidable effervescence au sein de l’Église catholique de Russie. Les élites de Pétrograd se montrent particulièrement dynamiques et profitent du soutien initial du Gouvernement provisoire pour se recomposer, en se heurtant parfois à la lenteur de Rome.

Le rite oriental : une refondation dans l’adversité et pour la mission

  • 169  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féodoroff, Paris, 1966, p. 78-80. Sur ces prê (...)
  • 170  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 662, fasc. 54, f. 21 : lettre des prêtres de rite slave à « Beatissime (...)
  • 171  ACO, PCPR, 131/28 : Szeptyckyj à Benoît XV, Einsiedeln, 17.08.1917, latin.
  • 172  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 84.

53De leur côté, les catholiques de rite byzantin prennent également des initiatives en réunissant un synode éparchial au printemps 1917 regroupant, autour de Mgr Szeptyckyj et de Léonide Fëdorov – alors nommé exarque – les sept prêtres de rite slave (Verhovskij, Deubner, Semiaski, Sussalew, Kolpinskij, Levezaninov ainsi que Vladimir Abrikosov, ordonné prêtre en 1917). Après une retraite commune et une liturgie pontificale célébrée le dimanche 28 mai 1917 dans l’église des chevaliers de Malte à Pétrograd, les prêtres de rite slave se réunissent du 29 au 31 mai dans une salle de la paroisse Sainte-Catherine. Les prêtres prêtent serment à l’exarque et un acte final, établissant notamment l’exarchat de Russie, est signé par chacun169. Une lettre est adressée au pape, à qui sont également remises les décisions du synode170. Par ailleurs, Mgr Szeptyckyj écrit au pape le 17 août 1917 pour lui demander de « confirmer [Fëdorov] dans la charge d’“exarque pour les unis” »171. Cette nomination avait été facilement reconnue par le Ministère des Cultes qui, par un décret du 8 août 1917, aurait aboli toute restriction pour cette confession et promis une aide financière non négligeable (traitement annuel de 4.000 roubles pour l’exarque et de 1.200 à 1.500 pour les prêtres ; concession d’une partie de l’immeuble occupé par les jésuites au début du XIXe siècle avant leur expulsion pour organiser un centre paroissial)172.

  • 173  Cf. document 64.
  • 174  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 494, f. 43-45 : Szeptyckyj à « Très Saint Père », Fribou (...)
  • 175  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 18-35 : lettre de Szeptyckyj, Monast (...)
  • 176Ibid., f. 9 sq : Szeptyckyj au pape, Iaroslavl, 16.03.1917 puis Saint-Pétersbourg, 26.04.1917, fra (...)
  • 177Ibid., f. 18-35 : lettre de Szeptyckyj, Monastère d’Einsiedeln (Suisse), 18.08.1917, français.
  • 178  Le gouvernement italien refuse de laisser entrer sur le territoire national celui qu’il considère (...)

54Cette renaissance inattendue du rite oriental n’est toutefois pas accueillie avec beaucoup d’enthousiasme à Rome. Lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 15 juillet 1917 sur les affaires de Russie, certains cardinaux manifestent une réelle hostilité à l’égard de Szeptyckyj, en particulier le cardinal Merry del Val qui qualifie le métropolite ruthène de « rêveur, sans discernement ni mesure » qui ferait mieux de « se repose[r] [sans quoi] il va gêner Mgr Ropp et toute bonne initiative »173. Il faut dire que le métropolite ruthène se montre particulièrement dynamique durant l’été 1917 et adresse notamment en août deux longues lettres au pape dans lesquelles il justifie l’usage des « facultés que le Pape Pie X d[e] s[ainte] m[émoire] [lui] a accordées ». S’il reconnaît le problème posé par sa juridiction sur la Russie (« les facultés accordées par le Pape Pie X – quoique tout à fait canoniques ont été données par des documents signés de la main de Sa Sainteté et scellés de son sceau, sans observer les formalités usitées dans les Congrégations Romaines (bulles, brefs, etc.) c’est pourquoi elles ne sont pas connues à Rome, à la Secrétairerie d’État »), il invite le pape à agir pour la renaissance de l’Église gréco-catholique174. Dix jours plus tard, dans sa lettre du 18 août 1917, le métropolite ruthène propose de venir « après la guerre […] présenter les documents en question » mais, qu’en attendant, le pape « daigne […] approuver ce qu[il a] fait en [s]’en servant », notamment la nomination de Fëdorov comme exarque175. En effet, pour le métropolite, ces mesures prises à Pétrograd sont d’une extrême importance missionnaire puisque la refondation de l’Église de rite oriental est perçue comme la seule voie capable d’attirer les Russes à l’unité catholique176. Le métropolite fait le deuil d’une réunion en masse de l’Église russe sur le modèle du concile de Florence « par la volonté de l’autocratie et des évêques » mais persévère dans son idée de réunion en corps des orthodoxes au catholicisme177. Cette affaire reste finalement en suspens puisque Mgr Szeptyckyj est empêché de se rendre à Rome178.

  • 179  Avis de De Lai, 22.06.1918, joint au procès-verbal de la session N°1221 (cf. document 65).
  • 180  Voir infra p. 517-520.
  • 181  Cf. supra p. 238-242.
  • 182  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1318, fasc. 518, f. 65 : Gasparri à Marini, 21.02.1919, N°87318, ita (...)

55Mais, plus profondément, le Saint-Siège donne alors la priorité à la réorganisation de l’Église de rite latin. Lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 23 juin 1918 consacrée à la réorganisation ecclésiastique de la Russie, le rite oriental n’est que brièvement évoqué et en des termes plutôt dépréciatifs. Selon le cardinal De Lai, « il […] semble impossible pour le moment de créer une église gréco-catholique russe avec sa hiérarchie, d’autant plus qu’on dit que les classes supérieures et cultivées tendent au latinisme : et on le comprend ! L’Orient, c’est la barbarie : l’Occident, le monde latin représentent la culture, la civilisation etc. vers lesquels incline le monde russe »179. Cette affirmation de De Lai doit être comprise dans le contexte du vaste débat ouvert dès l’été 1917 sur le rite à développer pour favoriser la mission russe. Ce débat est marqué par l’apparition et les succès initiaux d’une solution mixte proposée par Mgr de Ropp : le biritualisme, permettant à des prêtres latins de pratiquer aussi le rite oriental180. Au même moment, la Secrétairerie d’État de Gasparri reprend à son compte l’effort de Merry del Val et de certains cardinaux de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires hostiles aux « facultés » de Szeptyckyj dès avant la Guerre181. En février 1919, l’objectif est de supprimer définitivement la juridiction du métropolite ruthène sur les catholiques de rite slave en Russie. Gasparri demande à la Congrégation pour l’Église orientale de signifier au métropolite la volonté de Benoît XV « que sa juridiction et ses facultés s’étendent uniquement aux trois diocèses de Lemberg, Halicz e Kamieniec » quelles que soient les décisions prises par Pie X182.

  • 183  ACO, PCPR, 130/28, doc. 45 : Genocchi à Marini, Vienne, 21.11.1920, italien.
  • 184 Ibid., doc. 45 III : FU, 23.02.1921, italien.
  • 185  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1921), fasc. 1, f. 140-141 : Marini-Papadopoulos à Fëdorov, Rome, 21.04 (...)
  • 186  VZ [Vladimir N. Zabughin], Risurrezione, dans Roma e l’Oriente, 07-12.1917 (XIV), p. 100.
  • 187  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1921), fasc. unico, f. 6-9 : Mme Abrikosova à « chère amie » (vraisemb (...)

56Cependant, un rapide rééquilibrage en faveur des Orientaux s’opère à Rome. Certains témoignages favorables au métropolite vont changer la donne, en particulier l’avis du père Genocchi qui rencontre Mgr Szeptyckyj en novembre 1920. Selon le visiteur de l’Ukraine si « cette accumulation de facultés […] surprend », les facultés ont été discutées en leur temps avec des canonistes jésuites (Wernz et Ledόchowski) et furent indéniablement voulues par Pie X malgré l’opposition de Merry del Val183. Lorsqu’il peut enfin se rendre à Rome, Mgr Szeptyckyj est reçu en audience le 23 février 1921 et présente au pape le « texte des facultés extraordinaires » concédées par Pie X. Benoît XV permet alors au métropolite ruthène de « continuer à les utiliser » mais « avec grande prudence ». De plus, presque quatre ans après les faits, le pape confirme la nomination de Fëdorov comme exarque des catholiques de rite slave de Russie et lui donne le titre de protonotaire apostolique « pour accroître son prestige auprès du clergé latin et oriental de Russie »184 (bref du 1er mars 1921 et lettre de la Congrégation pour l’Église orientale qui l’accompagne185). Cette confirmation est cependant tardive et limitée : la charge des catholiques de rite slave n’est confiée à Fëdorov que de façon temporaire et son exarchat n’est pas clairement établi. La lenteur et la mollesse du soutien romain ont pu être dommageables à cette communauté certes renaissante186 mais fragile. En effet, dès 1921, la situation devient difficile tant à Pétrograd (l’église est mise sous scellés et les célébrations ont lieu chez Julie Danzas) qu’à Moscou. Les catholiques de rite oriental ne trouvent souvent qu’un appui limité auprès des catholiques de rite latin et restent très isolés. Comme l’écrit Anna Abrikosova en 1921 à une amie : « Nous autres, catholiques russes, nous sommes comme une petite isle très lointaine entourée de tous côtés de forces ennemies, sans aide soit spirituelle, soit matérielle, d’aucune part »187.

Faire le deuil de l’Empire : les réorganisations dans les zones occidentales de l’ancien Empire

  • 188  On retrouve des incertitudes semblables pour d’autres espaces. Dans l’AP de 1920 (p. 721), l’Alsac (...)
  • 189AP, 1919, p. 712.
  • 190AP, 1920, p. 726.

57Cependant, l’action de réorganisation doit également embrasser les anciens territoires de l’Empire devenus indépendants. Au lendemain de la Guerre, la fixation des frontières reste inégale et les pages consacrées par l’Annuario pontificio à la hiérarchie catholique en Russie révèlent un certain flottement188. Les incertitudes pesant sur les frontières, liées à l’annulation du traité de Brest-Litovsk par le traité de Versailles et à la poursuite des combats, laissent Rome dans l’embarras. En 1919, l’annuaire comprend dans la rubrique « empire russe » non plus seulement deux zones comme avant la révolution (Pologne et Russie) mais aussi une troisième « Estonie, Livonie et Finlande »189. En 1920, la Pologne est pour la première fois indiquée de façon indépendante alors que l’extension géographique de la Russie comprend encore deux espaces : Russie et « Estonie, Livonie et Finlande / Riga »190. Les questions ecclésiastiques des territoires anciennement membres de l’Empire demeurent ainsi très liées à la Russie.

  • 191  Gasparri à Ratti, Vatican, 04.05.1918, Sec. St. prot. N°62753, dans ASV, Arch. Nunz. Varsavia 191, (...)
  • 192AAS, 1918 (10), p. 451-452.
  • 193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 973, fasc. 340, f. 25 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 25.11.1918, V. Ap (...)
  • 194Vix dum Poloniae unitas, 28.10.1925, dans AAS, 1925 (17), p. 523-524.
  • 195  E. Przekop, Die Griechisch-Katholische (unierte) Ritus im polnischen Konkordat vom Jahre 1925, dan (...)
  • 196  L. Salvatorelli, Pio XI e la sua eredità pontificale, Turin, 1939, p. 120.
  • 197  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 65, fasc. 42, f. 26-31 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 10.07.1918, V. (...)
  • 198Ibid., f. 34-35 : lettre à Gaetano Bisleti (préfet de Congrégation des séminaires), Rome, 14.09.19 (...)

58C’est le cas en Pologne où les questions russes continuent d’occuper le représentant du Saint-Siège. L’une des principales missions de Mgr Ratti est de réorganiser la structure diocésaine déséquilibrée par les vicissitudes de la domination russe : nommer des évêques aux sièges vacants dans la province ecclésiastique de Varsovie, rétablir les diocèses supprimés « lesquels sont pour la plus grande partie occupés par les armées allemandes et pour la plus petite sujets à la domination des Bolcheviques et des Ukrainiens », favoriser l’« unité d’action » de l’épiscopat et agir pour la restitution des biens de l’Église unie, confisqués par l’État russe et attribués à l’Église orthodoxe191. En septembre-octobre 1918, la Congrégation Consistoriale pourvoit les diocèses de Lublin (Fulman), Podlachie (Przeździecki,), Kamenec (Mankowski), Riga (O’Rourke) et Vilna (Matulewicz)192. Ces provisions apparaissent pour une part, comme on le voit par les candidats élus, comme la conclusion des consultations ouvertes dès l’été 1917 entre Pétrograd et Rome. D’ailleurs, comme le signale le visiteur apostolique, ces nominations sont motivées par l’incertitude de la situation russe et la volonté « d’occuper rapidement les sièges vacants » dans une situation marquée par « l’éclatement toujours plus vaste du bolchevisme et les luttes ouvertes entre les peuples sur toute la frontière orientale »193. Cette influence des affaires russes perdure longtemps en Pologne. Les frontières des circonscriptions ecclésiastiques entre la Pologne d’une part et la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie soviétiques de l’autre – que la Guerre mondiale et la Guerre russo-polonaise avaient modifiées – ne sont vraiment stabilisées qu’en 1925 par le concordat polonais194. Le diocèse de Pinsk est ainsi érigé sur la partie devenue polonaise du diocèse de Minsk et à sa tête est nommé Mgr Sigismond Lozinski (octobre 1925), qui était évêque de Minsk depuis novembre 1917 mais fut exilé de Russie. Si, pour les circonscriptions diocésaines de rite latin, l’héritage de la période tsariste est progressivement liquidé entre 1918 et 1925, certaines questions épineuses, léguées par la présence russe, comme celle des uniates, affectent toute la période de l’entre-deux-guerres. En effet, si le concordat de 1925 reconnaît l’existence de trois rites (latin, grec, arménien), il ne prévoit pas la création d’une hiérarchie différente pour le rite slave (sauf dans la province ecclésiastique de Lwόw)195. De même, ce ne sera que par un accord du 20 juin 1938 (ratifié le 16 mars 1939) que l’État polonais accordera une compensation monétaire à l’Église uniate pour les biens pris par l’occupant russe et récupérés par l’État polonais en 1918196. Enfin, la « Polonia restituta » cherche à réinstaller sur son sol certaines institutions catholiques de
Russie. C’est le cas de l’Académie catholique de Pétrograd. Durant l’été 1918, en effet, l’archevêque Ropp et le recteur de l’Académie, Mgr Radziszewski, souhaitent transférer l’Académie à Vilna. L’abbé Trzeciak, professeur de l’Académie, s’oppose à ce projet et fait valoir à Mgr Ratti que cette institution est « l’unique lieu scientifique catholique en Russie, le seul institut catholique le plus avancé vers l’Orient » qu’il s’agit certainement de réformer mais pas de supprimer197. Ces projets de déplacement ou de réforme de l’Académie n’aboutissent pas dans le contexte troublé de 1918, mais la création d’une faculté de théologie au sein de l’Université catholique de Lublin attirera de fait les anciens élèves et professeurs de l’Académie de Pétrograd (le premier recteur de cette Université est d’ailleurs Radziszewski)198.

  • 199  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1217, 1918. Sacra Congregazione degli affari ecclesiastici s (...)
  • 200AAS, 1918 (10), p. 451-452. Le diocèse de Riga sera érigé en archevêché le 25.10.1923 : AAS, 1923 (...)
  • 201  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1016, fasc. 366, f. 33-38 : O’Rourke à Gasparri, Karlsbad, 26.09.1920

59Les zones baltes, que la Guerre a détachées de l’ensemble russe, sont d’abord l’objet des appétits allemands au début de l’année 1918. À Vilna, où les Allemands souhaitent faire nommer un nouvel évêque, le Saint-Siège résiste aux pressions et, en se fondant sur les principes de La Haye (statu quo sur les questions religieuses jusqu’à la fin du conflit), nomme uniquement un administrateur apostolique199. Le maintien du statu quo n’est toutefois pas appliqué systématiquement : le 22 septembre 1918 (donc après la paix de Brest-Litovsk mais avant l’armistice sur le front occidental), le diocèse de Riga est restauré200 et, comme on l’a vu, Edouard O’Rourke, un prêtre de Pétrograd, y est nommé évêque. Dès avril 1920, il est toutefois remplacé par un prélat de nationalité lettone, Mgr Antonijs Springovičs, qui restera à ce poste jusqu’à sa mort en 1958. O’Rourke proposera alors au Saint-Siège de faire des pays baltes « un point de départ pour la grande Mission en Russie » et suggèrera la nomination d’un unique représentant du Saint-Siège pour la Lettonie, l’Estonie, la Lituanie et la Finlande201.

  • 202  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 308, f. 81-83 : Christierson, « Mémoire sur l’état des aff (...)
  • 203  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 309, f. 12 : Gasparri à Othon de Mühlberg (envoyé extraord (...)
  • 204Ibid., f. 16-17 : Gasparri à Ratti, 11.12.1918, N°85002, italien.
  • 205Ibid., f. 62-63 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 24.05.1919, V. Ap. N°1143.
  • 206Ibid., f. 82 : ministre des Affaires étrangères finlandais (Rudolf Holsti) à Gasparri, 19.09.1919.
  • 207  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 310, f. 9-10 : Gasparri à Rudolf Holsti, 15.12.1919, N°996 (...)
  • 208Inter alias supremi, 08.06.1920, dans AAS, 1920 (XII), p. 268-269.
  • 209Maxime Interest, 09.06.1920, dans AAS, 1920 (XII), p. 270-271.

60En Finlande, les demandes de réorganisation, émanant du clergé local, suivent plusieurs voies. Dès mai 1917, Christierson et Carling, deux prêtres autochtones, demandent le détachement de l’archevêché de Mohilev et l’érection d’une préfecture apostolique. Pour porter cette demande à Rome, ils se confient à Mgr Szeptyckyj qui projette alors un séjour dans la capitale italienne202. La proclamation de l’indépendance de la Finlande a lieu le 6 décembre 1917, mais ce n’est qu’un an plus tard, en décembre 1918, que le Saint-Siège se décide à envoyer Mgr Ratti, comme « représentant pontifical auprès du Gouvernement de Finlande »203 dans le but de « traiter avec le Gouvernement finlandais de l’érection d’un diocèse (détaché de Mohilev et immédiatement dépendant du Saint-Siège) ou bien d’un Vicariat Apostolique »204. Cependant les difficultés du voyage en Finlande depuis la Pologne et la surcharge de travail de Ratti empêchent cette visite205. Le Ministère des Affaires étrangères finlandais envoie alors l’abbé Christierson à Rome à l’automne 1919206. En décembre 1919, la Secrétairerie d’État annonce au gouvernement la création d’un vicariat apostolique avec rang épiscopal207. Le 8 juin 1920 est finalement promulguée une constitution apostolique séparant la Finlande du diocèse de Mohilev et créant le vicariat apostolique de Finlande208, suivie le 9 juin d’une constitution modifiant les frontières avec les diocèses baltes de Riga et de Samogitie209.

Réorganiser l’Église dans les marches de l’Union soviétique en formation : Caucase, Ukraine, Sibérie

61L’effort de réorganisation des structures ecclésiastiques après la révolution de 1917 touche aussi les régions périphériques de la Russie soviétique elle-même. Le Saint-Siège y dépêche des envoyés spéciaux, chargés d’observer la situation, de visiter les communautés locales souvent mal connues et de proposer des solutions pour les stabiliser.

  • 210  Voir R. Morozzo della Rocca, Le nazioni non muoiono… cit., p. 274-278 ; M. Carolla, La Santa Sede (...)
  • 211  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 972, fasc. 335, f. 40-47 : Der Abraamian, « Relazione sullo stato del (...)
  • 212Ibid., f. 33-34 : lettre de Ropp, s. d., français.
  • 213  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 5-6 : Ropp au pape, s. d. [été 1917], français.
  • 214  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 157, f. 35-44 : Delpuch à Papadopoulos, Tiflis, 08.11.1919, N°2 (...)
  • 215  Lettre de Marini au Délégué apostolique de Constantinople, 29.10.1918, citée par R. Morozzo della (...)

62Dans le cas du Caucase, le Saint-Siège souhaite une étude complète de la situation ecclésiastique, d’autant que plusieurs questions complexes se posent en 1917210. Tout d’abord, au sein de la communauté arménienne, la situation est explosive car l’administrateur apostolique, Mgr Der Abrahamian, très autoritaire, est en conflit avec les fidèles. L’ambiance révolutionnaire de 1917 accroît les tensions et suscite une « espèce d’émeute » dans l’église arménienne de Tiflis qui provoque le départ de l’administrateur. Mgr Der Abrahamian rentre ainsi à Rome dès 1917 et propose de réorganiser l’Église locale en installant un évêque résident à Tiflis et un évêque auxiliaire à Karasubazar (Crimée)211. Mgr de Ropp, qui a résidé plusieurs mois à Tiflis en 1916, suggère quant à lui de « déléguer un homme de confiance » sur place pour reprendre la situation en main212. Dans le même temps, les tensions entre catholiques de nationalités et de rites différents s’accroissent. Les catholiques du Caucase se répartissent, en effet, entre catholiques de rite latin – d’origine polonaise ou géorgienne ‑, arméniens unis et catholiques géorgiens pratiquant le rite arménien. La question de la reconnaissance du rite géorgien (le rite byzantin en langue géorgienne, qui pourrait donner lieu à la création d’une Église géorgienne unie) est d’ailleurs à l’ordre du jour. Mgr de Ropp se réjouit que la révolution de février 1917 offre la possibilité de réaliser ce projet213. Cependant la question est complexe car les demandes émanant des fidèles risquent d’entraîner l’Église catholique vers la délicate question de l’usage des langues vulgaires dans le rite latin : en 1917, un « soviet » de catholiques de Tiflis avait ainsi demandé à Rome de pouvoir pratiquer « le rite latin en langue géorgienne »214. La Congrégation pour l’Église orientale prend donc le temps de la réflexion, au moment où l’Église orthodoxe de Géorgie s’émancipe de la tutelle imposée par Moscou en 1811 et semble se rapprocher de Rome. Le catholicos de l’Église géorgienne, Kirion II (Georges Sadzaglishvili), envoie ainsi un chaleureux message à Benoît XV, auquel le pape répond, après l’assassinat du catholicos le 27 juin, par un message de bienveillance au peuple géorgien (novembre 1918)215.

  • 216  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 163, f. 5-11 : Delpuch à Marini, Tiflis, 25.09.1919, français ; (...)
  • 217  ARSI, Prov. Russiaca, 2001, Missiones Pontificiae in Russia, De Missione in Caucaso, 1920 : Delpuc (...)
  • 218  ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : lettres de Papadopoulos (assesseur de la Congr (...)
  • 219  Cette activité caritative vise à « avviare verso la nostra patria le simpatie di quei paesi » (ARS (...)
  • 220  H. Jalabert, Jésuites au proche-orient. Notices biographiques, Beyrouth, 1987, p. 395-396.
  • 221  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite pour les Russes. Saint Georges. De Constantinople à (...)
  • 222  Décret de la Congrégation orientale du 20.09.1920, en annexe à lettre de Marini à Tacchi Venturi, (...)

63Plusieurs visiteurs apostoliques se succèdent alors dans le Caucase. Le premier visiteur est le père Delpuch, dont nous avons vu l’influence décisive dans la création de la Congrégation et de l’Institut oriental de Rome. Sa visite est brève (septembre-décembre 1919) et concerne surtout la Géorgie216, dont l’indépendance est un temps préservée par la pression turque alors que le pouvoir soviétique s’impose plus rapidement en Arménie. Certains projets naissent de cette visite, comme l’envoi d’une mission jésuite dans le Caucase, visant notamment les classes aisées souvent francophones et qui « bien que schismatiques ou arméniennes dissidentes […] nourrissent une grande sympathie pour le catholicisme »217. Ce projet, élaboré courant 1920 par la curie généralice des jésuites et la Congrégation pour l’Église orientale218, comprenait également un volet humanitaire avec la fourniture de matériel médical par la Croix-Rouge italienne219. Trois pères furent sélectionnés pour le Caucase : Louis Baille (1858-1925), originaire de Lyon et qui avait fait un premier séjour en Orient (Liban, Egypte) dès 1891220 ; Stanislas Tyszkiewicz (1887-1962), né dans la région de Kiev dans une famille catholique, jésuite depuis 1909 et au service des prisonniers russes en Autriche pendant la Guerre221 et le père Gioacchino Mosca, nommé supérieur de la mission222.

  • 223 AP, 1921, p. 261.
  • 224  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1920), fasc. 1, f. 117 : Papadopoulos à Benoît XV, Rome, 23.08.1920 (et (...)
  • 225  ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : la lettre de G. M. de Giovanni au père Tacchi (...)
  • 226 Ibid., Moriondo à Mosca, Tiflis, 28.11.1920, N°10.
  • 227  M. Carolla, La Santa Sede e la Questione Armena… cit., p. 727-728.

64Au père Delpuch succède, le 28 juin 1920, un nouveau visiteur apostolique du Caucase : Mgr Natale Gabriele Moriondo (1870-1946), un dominicain, évêque de Cuneo depuis 1914. Il est également nommé administrateur apostolique de Tiflis223. Benoît XV lui accorde un financement assez important (100.000 lires pour 20.000 messes à 5 lires et un don de 30.000 lires), étant donné « les conditions du clergé et du peuple du Caucase […] très misérables et les grandes attentes de tous, y compris des schismatiques, au sujet de la présence parmi eux de l’envoyé du pape de Rome »224. La situation politique rencontrée par le dominicain italien est toutefois de plus en plus hostile. En novembre 1920, Mgr Moriondo écrit plusieurs fois225, tant à la Congrégation orientale qu’aux jésuites déjà arrivés à Constantinople et au père Mosca resté à Naples, en leur demandant de suspendre l’envoi de missionnaires : le coût de la vie et la politique religieuse des Soviets inquiètent le visiteur apostolique226. Le projet de la mission jésuite est finalement abandonné et Mgr Moriondo quitte le pays dès mars 1921 au moment de l’arrivée des Bolcheviques et semble-t-il contre l’avis du Saint-Siège227.

  • 228 Ibid., p. 732-736.
  • 229  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 158, f. 31 : FU, 25.10.1922, italien.
  • 230  L’OPPF accorde à Mgr Smets un don extraordinaire de 30.000 lires en mai 1923 : AA.EE.SS., IV, PCPR (...)
  • 231  ASV, Segr. Stato, rub. 122 (1923), fasc. 1, f. 2-3 : Smets à Pizzardo, Tiflis, 14.02.[1923], N°4.
  • 232  Sur cette visite, voir les rapports de Smets dans AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 159 [Prot. 46 (...)
  • 233  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 220, f. 30 : tél. de Smets à Tacci, Tauris, 16.12.1924, françai (...)

65Rome ne renonce cependant pas au Caucase et, après les informations positives reçues du père Dionisio Kalatosoff qui avait pu atteindre Tiflis à l’été 1921228, le Saint-Siège ordonne une nouvelle visite apostolique en octobre 1922 à la faveur de l’amélioration des relations entre Rome et Moscou et des contacts avec Vorovskij. Mgr Adrien Smets, officiellement désigné comme « nouveau délégué apostolique pour la Perse » « ne partira pas pour la Perse mais se rendra tout de suite comme Visiteur apostolique du Caucase à la place de Mgr Moriondo si les bolcheviques ne font pas de difficultés ». Cette visite est financée par le pape par un don mensuel de 1.250 lires, une indemnité de 20.000 lires pour le voyage et les secours à distribuer229 et sera soutenue par l’Œuvre pontificale de la Propagation de la foi230. Ordonné archevêque titulaire de Gangra le 28 octobre 1922, il arrive à Tiflis en février 1923231 et y reste jusqu’en décembre 1924 avant de se rendre en Perse. Au cours de ces deux années en Géorgie, Mgr Smets effectue également des visites dans le Kuban et en Crimée (septembre 1923), entretient des rapports courtois avec les autorités locales et parvient à négocier un accord pour l’usage des églises catholiques dans la région232. Cependant Mgr Smets quittera le pays sans avoir réussi à prendre une décision sur le rite géorgien et sans avoir pérennisé la structure ecclésiastique. Il remettra alors « toutes les facultés extraordinaires » à deux vicaires, Vardidzé (prêtre géorgien de rite latin) et Bakarat’ân (prêtre de rite arménien)233.

  • 234  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 995, fasc. 358, f. 2 : Dolci à Gasparri, 01.09.1919, Délégation Const (...)
  • 235Ibid., f. 25 : lettre à Jean de Tokary Tokarewski Karaszewicz, 09.12.1919, français.
  • 236  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1012, fasc. 366, f. 4 : Gasparri à Ratti, 14.02.1920, N°2442, italien (...)
  • 237Documents inédits. L’Église orthodoxe panukrainienne, créée en 1921 à Kiev, dans Orientalia Christ (...)
  • 238  Cf. G. Choma, Padre Giovanni Genocchi visitatore apostolico dell’Ucraina, dans Analecta OSBM. Sect (...)
  • 239  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1012, fasc. 366, f. 7-8 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 13.05.1920, Non (...)
  • 240  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1921), fasc. 1, f. 201 : allegato – copie de lettre de Genocchi à « Emi (...)
  • 241Ibid., f. 203 : Papadopoulos à Pizzardo, SCO N°6733/21, Rome, 05.12.1921, italien ; f. 206 : Secré (...)
  • 242  Relazione finale de la nonciature Ratti, éditée dans O. Cavalleri (éd.), L’archivio di mons. Achil (...)

66En Ukraine, le Saint-Siège envoie un visiteur pour répondre aux demandes locales dans un contexte de concurrence interconfessionnelle et d’indépendance nationale. En septembre 1919, à Constantinople, un conseiller de la Légation d’Ukraine contacte le délégué apostolique et conseille l’envoi « en Ukraine [d’]un Représentant du Saint-Siège, sinon officiel du moins officieux »234. Cette demande est d’abord repoussée : malgré sa sympathie pour le « généreux peuple uckraïnien [sic] », le Saint-Siège ne souhaite pas prendre « une décision définitive » quant à l’envoi d’un visiteur apostolique étant donné « les circonstances actuelles »235. La décision d’envoyer un visiteur en la personne de Giovanni Genocchi n’est prise qu’en février 1920. Gasparri explique au nonce de Varsovie le double objectif de cette visite : l’objectif « publi[c] » est de « distribuer des médicaments et des secours à ces populations malheureuses » mais son objectif « principa[l] » est de « se rendre compte des besoins spirituels de ces espaces et en référer soigneusement au Saint-Siège »236. Il semble que l’envoi de ce « légat pour l’Ukraine » ait été apprécié par l’opinion ukrainienne, du moins l’Église panukrainienne en tire-t-elle un argument pour pousser le Patriarcat œcuménique de Constantinople à « désigner également un évêque qui soit [son] Représentant pour l’Ukraine »237. De mai à juillet 1920, le père Genocchi s’installe à Varsovie pour préparer son séjour en Ukraine (apprentissage de la langue et prise de contacts)238. Il prévoit de suivre l’avancée des armées polonaises et d’aller à Žitomir et à Kiev avant de revenir par Léopol. Mais l’offensive bolchevique sur Varsovie modifie ses plans : Genocchi prend finalement le dernier train de Varsovie pour Vienne le 9 août 1920… et ne quittera plus la capitale autrichienne ! Il se contente alors de transmettre au Saint-Siège des informations de seconde main sur la « cruauté » des bolcheviques, en se fondant sur les récits des réfugiés et des Croix-Rouges qu’il analyse à la fois comme un phénomène conjoncturel (absence de « services logistiques » dans l’Armée rouge) et une volonté « politique préméditée, semeuse de panique », sans compter « les instincts asiatiques bien connus de la Grande Russie, qui est tatare, et n’a de slave que la langue »239. Sur les questions ukrainiennes proprement dites, l’infortuné visiteur conseille au Saint-Siège une action de pénétration culturelle et de préparation sur le long terme. Outre la réouverture du séminaire ruthène de Rome, il recommande à la Congrégation orientale un projet qui lui est présenté à l’automne 1921 par un représentant du gouvernement ukrainien en exil de « diffusion de livres religieux en langue ukrainienne » pour « détourner de Moscou l’esprit religieux ukrainien en le renvoyant plutôt vers l’Occident ». Dans le même sens, Genocchi souhaiterait faire connaître l’Institut pontifical oriental et rencontre ainsi le désir du gouvernement ukrainien que « le futur clergé ukrainien n’aille pas au Nord pour étudier la théologie mais vers l’Occident et spécialement à Rome ». Cependant, tous les espoirs semblent anéantis en ce mois de novembre 1921 et le père Genocchi demande à la Congrégation pour l’Église orientale si sa mission avec « le titre de Visiteur d’un pays pour longtemps inaccessible » est encore « opportune » et non « ridicule »240. La Congrégation orientale et la Secrétairerie d’État s’accordent pour ne pas procéder à un « rappel pur et simple [qui] nuirait peut-être au prestige du Saint-Siège et déplairait aussi aux Ukrainiens » mais cherchent « une voie de sortie convenable de cette situation » en confiant au père Genocchi à Rome un « plan de publications des opuscules en langue ukrainienne »241. Concernant l’Ukraine, il faut également mentionner les efforts effectués durant l’été 1921 par Mgr Dubowski, l’évêque de Luck-Žitomir, diocèse à cheval sur l’Ukraine et la Pologne (400.000 fidèles côté soviétique, 120.000 en Pologne), pour obtenir la possibilité de visiter la partie « ukrainienne » de son diocèse, alors que le projet de recréer un diocèse catholique à Kiev est encore évoqué. Cependant les démarches faites auprès du gouvernement soviétique d’Ukraine échouent et ces projets restent au point mort242.

  • 243  ACPF, rub. 34/2 (1923), NS, vol. 818, f. 509-510 : Van Rossum-Marchetti-Selvaggiani à Costantini, (...)
  • 244  ACPF, rub. 34/2 (1923), NS, vol. 818, f. 523 : lettre à Mgr de Ropp, Rome, 29.01.1925, SCPF N°220/ (...)

67La Sibérie constitue finalement le seul espace soviétique visité par un envoyé du Saint-Siège où s’accomplit une réelle restructuration hiérarchique. Si l’intérêt pour la situation de la Sibérie a été éveillée au sein de la Congrégation de la Propagande par des prêtres accompagnant les armées britanniques et françaises pendant la guerre civile en 1919, l’intérêt porté par Mgr de Guébriant, vicaire apostolique de Canton, aux affaires sibériennes est déterminant. Cependant, Rome ne réagit que lentement : alors que la sollicitation de Guébriant date de fin 1919, ce n’est que lors de l’audience du 21 décembre 1920 que le pape nomme Guébriant visiteur apostolique de la Sibérie. Mgr de Guébriant effectue dans de bonnes conditions sa visite de la Sibérie orientale à l’été 1921. Cette visite débouche sur deux modifications importantes de l’organisation hiérarchique de la Sibérie : création d’un vicariat apostolique (1921) puis création du diocèse de Vladivostok (1923). La Sibérie, détachée du diocèse de Mohilev dès 1921, reste toutefois délaissée : ce n’est qu’en 1924 que la Propagande procède à la nomination d’un vicaire apostolique en la personne de Piotrowski (décret du 21 novembre 1924)243. Cette nomination reste de nouveau secrète et n’est signalée à Mgr de Ropp qu’en janvier 1925 uniquement parce que l’archevêque en exil en avait fait la demande244 !

  • 245  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 593 : compte rendu de congrégation et d’audience, 29.01.1 (...)
  • 246 Ibid.
  • 247  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 338sq : Ponenza « Sacra Congregazione de Propaganda Fide. (...)
  • 248  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 594-595 : minute du Decretum, 02.02.1923, latin.
  • 249  Constitution apostolique Semper Romani Pontifices, 02.02.1923, dans AAS, 1923 (15), p. 443-444.
  • 250  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 642 : Sliwowski à Van Rossum, Harbin, 31.10.1923, Resp. a (...)

68La lenteur du processus de décision vatican est bien sensible. Le 25 octobre, la République d’Extrême-Orient a reconquis Vladivostok et, par décret du 22 novembre 1922, la REO est finalement absorbée par la RSFSR. Malgré les pressions de Guébriant, ce n’est que le 29 janvier 1923, qu’une congrégation générale des cardinaux de la Propaganda Fide examine les résultats de la visite apostolique de Mgr de Guébriant (dix-huit mois après celle-ci) et étudie la question d’une réorganisation hiérarchique de la Sibérie245. Les cardinaux décident d’ériger uniquement le diocèse de Vladivostok et d’installer Sliwowski à sa tête, ce que Pie XI accepte le jour même246. Le choix de Sliwowski (curé de Vladivostok depuis 1911 et doyen depuis 1918) s’impose surtout pour des raisons pratiques car « on pourrait craindre qu’un évêque étranger ne réussirait pas à pénétrer en Sibérie »247. Le décret d’érection du diocèse de Vladivostok est préparé le 2 février248, publié dans les Acta Apostolicae Sedis249 et Mgr Sliwowski est consacré le 28 octobre à Harbin250. Le vicariat apostolique de Sibérie et le diocèse de Vladivostok constituent ainsi des exceptions : ce sont les seules nouvelles circonscriptions ecclésiastiques que le Saint-Siège ait réussi à créer en territoire soviétique. Le contexte politique sibérien, caractérisé par la guerre civile puis une pression plus lâche du pouvoir soviétique, mais aussi la situation géographique de la Sibérie qui permettait des contacts aisés avec l’étranger, ont joué un rôle décisif dans ces créations. Cette situation originale de la Sibérie se prolonge au-delà de 1923. Malgré les vexations, l’Église catholique se développe à Vladivostok jusqu’à la fin des années 1920.

Une Église acéphale

  • 251  F. McCullagh The Bolshevik Persecution… cit., p. XVIII, anglais.
  • 252  « Relazione generale sullo stato attuale e condizioni della Polonia » (Nunz. Ap. Poloniae, N°4833) (...)
  • 253  ASV, SC Consistoriale Relationes : Mohilev 1923 (517) ; Luck-Žitomir et Kamenec 1923 (461) ; Minsk (...)
  • 254  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 146, f. 55 : Joseph Kessler à Pie XI, Berlin, 22.06.1925, latin (...)
  • 255  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 33 : Ropp à Pie XI, Varsovie, 07.1925, latin ; f. 35 : B (...)

69Malgré ces efforts de réorganisation et l’exception sibérienne, la hiérarchie catholique est au milieu des années 1920 quasiment anéantie. Comme l’écrit Francis McCullagh en 1924, « toute sa hiérarchie et presque tous ses prêtres de grade supérieur ont été emprisonnés ou expulsés du pays »251. De 1918 à 1923, la Russie se vide de ses cadres ecclésiastiques qui quittent – volontairement ou non – le pays. Prenons l’exemple de l’archevêché de Mohilev : Mgr de Ropp, l’archevêque, est expulsé en 1919 ; Mgr Cieplak, le vicaire général, est exilé en 1924 après la commutation de sa condamnation à mort. À Minsk, l’évêque Sigismond Lozinski, passe trois mois « dans les forêts » en 1919 pour échapper aux bolcheviques, mais sera quand même déporté à Moscou en 1920-1921, avant de s’exiler en Pologne252. L’évêque de Tiraspol, Mgr Kessler, s’exile en Roumanie puis en Allemagne. Mgr Mankowski, l’évêque de Kamenec, dont le diocèse se trouve en Ukraine soviétique depuis le traité de Riga s’exile en Pologne, tout comme Mgr Dubowski, l’évêque de Luck-Žitomir. Exilés, ces évêques remettent à la Congrégation Consistoriale leurs rapports de visites ad limina en 1920 et 1923253 et se font l’écho des problèmes d’administration de leurs diocèses. Par exemple, en juin 1925, Mgr Kessler, évêque de Tiraspol, demande que le vicaire général Kruschinsky puisse administrer régulièrement la confirmation254. Le Saint-Siège accepte cette demande et l’étend au vicaire général du diocèse de Mohilev255. Cependant, Rome ne se satisfait pas de ces mesures exceptionnelles et cherche une solution plus stable.

  • 256  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1924), fasc. 4, f. 210 : d’Herbigny, « Nota », Rome, 18.01.1924, itali (...)
  • 257  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1925), fasc. unico, f. 32 : attestation de M. Glaser, Rome, 22.01.1925 (...)

70Dès janvier 1924, au moment où sont établies les relations diplomatiques entre l’Italie et l’Union soviétique, d’Herbigny évoque la nécessité d’« avoir au plus vite une personne de confiance avec un caractère épiscopal en Russie », qui soit « cachée » ou « officiellement reconnue ». Le jésuite français rappelle alors le précédent de la révolution française durant laquelle des « évêques restèrent cachés ou en prison durant plus de 12 ans » avant la signature du concordat et propose un moyen d’action : « la présence brève d’un évêque caché suffirait pour consacrer l’un ou l’autre »256. C’est probablement dans cette perspective qu’est esquissé en 1925 l’envoi de Marc Glaser en Russie. Ce prêtre, né en 1880 dans une colonie allemande près d’Odessa, prêtre du diocèse de Saratov mais passé par le Germanicum entre 1900 et 1907, était curé à Kichinev depuis 1916 et se retrouve donc hors de Russie sans avoir quitté le pays. Ce prêtre apparaît comme « prêt à se rendre en Russie et à faire ce que le Saint-Siège lui ordonnera [et] ne craint ni la prison ni la persécution ». Concrètement, le Saint-Siège envisage alors de faire appel au ministère des affaires étrangères allemand pour faciliter l’entrée du prêtre en Russie257. Si cette voie n’a pas abouti, le projet reste bien présent et se concrétise avec Michel d’Herbigny lui-même dès 1926.

1926, une hiérarchie secrète d’administrateurs apostoliques ad nutum Sanctae Sedis

  • 258  Cf. p. 329-330.

71Au milieu des années 1920, la situation de l’Église catholique semble inextricable. Privée d’évêques et de séminaires, l’Église voit son avenir lourdement hypothéqué. Seuls des prêtres formés et ordonnés à l’étranger pourraient constituer un renfort. Le contexte diplomatique, caractérisé par l’établissement de relations entre les principaux États occidentaux et l’Union soviétique, encourage alors le Saint-Siège à tenter cette voie258. Avec l’aide de la diplomatie française, le père d’Herbigny – devenu secrètement évêque – reconstitue une hiérarchie. Composée d’administrateurs apostoliques (dont certains sont ordonnés évêques mais comme évêques titulaires et non évêques résidents), cette hiérarchie est pensée comme provisoire (les circonscriptions qui leur sont confiées ne correspondent pas nécessairement aux frontières des diocèses canoniquement érigés) et surtout comme adaptable – par une série de privilèges – à la situation soviétique, qui implique par ailleurs de s’entourer d’une certaine forme de secret.

Une nouvelle hiérarchie sous la dépendance de la Commission pro Russia

  • 259  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 93-94.

Sous le joug même du pouvoir soviétique, d’augustes et furtives cérémonies jouèrent ainsi un rôle décisif dans les destinées du catholicisme russe. Tandis que les Soviets, dans Moscou, par d’innombrables vexations de détail, mettaient en péril la vie paroissiale, une hiérarchie se reconstituait. L’Église romaine, aujourd’hui comme en ses débuts, dispose de cette force qui s’appelle l’héroïsme ; et cette force lui permet de tout braver et de s’enraciner (G. Goyau, 1929)259.

  • 260  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi (...)

72Le publiciste catholique Georges Goyau se fait bien l’écho de l’atmosphère d’héroïsation qui a longtemps entouré les ordinations épiscopales réalisées par Michel d’Herbigny en 1926. Si le jésuite français a contribué à mettre en scène cette atmosphère, il importe de rappeler la chronologie des événements. Nous suivrons ici celle que le jésuite français établit lui-même en novembre 1926 à l’intention des responsables de la Concistoriale et de la Propagande260.

  • 261  Pacelli avait été informé le 10 mars qu’il devrait consacrer sous le secret du Saint-Office un évê (...)
  • 262  La bulle de nomination comme administrateur apostolique de Moscou est datée du Vatican, 11 mars 19 (...)
  • 263  M. Maqua, L’ostpolitik du Vatican, Liège, 1984, p. 195 ; B. Slokans, Témoin de Dieu chez les sans- (...)
  • 264  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j. (1898-1986) : journal d’une mission en Russie (1926), dans Orien (...)
  • 265  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi (...)
  • 266  Ces « installations » se font selon un agenda progressif : le 28 avril pour Kruschinsky, le 1er ma (...)
  • 267  Prêtre depuis 1900, cet ancien enseignant du séminaire de Žitomir et protonotaire apostolique, ava (...)
  • 268  Prêtre depuis 1884, Malecki a rencontré des difficultés avec le pouvoir tsariste dans les années 1 (...)
  • 269  Prêtre depuis 1912, il avait été inquiété à plusieurs reprises en 1921 et 1922 notamment pour avoi (...)
  • 270  Prêtre depuis 1909, il suit une partie de ses études à l’université à Innsbruck avant de rentrer e (...)
  • 271  Prêtre depuis 1904, il dessert différentes paroisses, notamment germanophones, du diocèse de Tiras (...)

73Lors de son second séjour en Russie (1er avril-15 mai 1926), d’Herbigny, à peine ordonné évêque (titre d’Ilion) par Mgr Pacelli dans la chapelle de la nonciature à Berlin (lundi saint, 29 mars)261, procède à trois ordinations épiscopales en l’église Saint-Louis-des-Français de Moscou. Le 21 avril, d’Herbigny ordonne évêque l’assomptionniste Pie Eugène Neveu (titre de Citrus) qui est nommé administrateur apostolique de Moscou262. Le 10 mai, deux autres ordinations épiscopales ont lieu. Boleslas Sloskan (Sloskans) (1893-1981), prêtre d’origine lettone ordonné à Pétrograd en janvier 1917 et qui adopte la nationalité soviétique en 1924, est ordonné évêque (titre de Cillium) et nommé administrateur apostolique de Mohilev263. Quant à Alexandre Frison (1875-1937), prêtre germanophone du diocèse de Tiraspol, qui avait effectué une partie de sa formation à Rome (Germanicum, Grégorienne), ordonné en 1902, longtemps curé de Simferopol (dont il est doyen depuis 1919)264, ce dernier est ordonné évêque (titre de Limyra) et nommé visiteur apostolique du diocèse de Tiraspol avec droit de succession au poste d’administrateur apostolique d’Odessa (qui est alors confié à Mgr Kruschinsky)265. En parallèle à ces ordinations épiscopales, Mgr d’Herbigny installe plusieurs administrateurs apostoliques sans rang épiscopal266 : pour Odessa, Kruschinsky qui était déjà vicaire général ; pour le diocèse de Žitomir, Teofil Skalski (1877-1958) qui était déjà depuis mai 1920 vicaire général de la partie du diocèse de Luck-Žitomir restée en territoire soviétique267 ; pour Léningrad, Antoni Malecki (1861-1935) qui était alors responsable de la paroisse Sainte-Catherine et vicaire général du diocèse de Mohilev (6 mai)268 ; pour le diocèse de Kamenec-Podolsk, Ian Swiderski (1888-1959) qui était depuis 1920 vicaire général de ce diocèse269 ; pour la Volga, Avgustin Baumtrog (1883-1937), alors curé d’Astrakhan270 ; pour le Caucase, Johann Roth (1881-1938), alors curé de Piatigorsk et doyen du Kouban271.

  • 272  Prêtre depuis 1909, il a desservi différentes paroisses en Russie occidentale et se trouve après 1 (...)
  • 273  Prêtre depuis 1914, il avait été notamment vicaire de Saints-Pierre-et-Paul à Moscou puis, à parti (...)
  • 274  Prêtre depuis 1903, il dessert plusieurs paroisses en Russie occidentale et à Riga. Après avoir ét (...)
  • 275  Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 399-401.

74Lors de son troisième séjour en Russie (août-septembre 1926), d’Herbigny ne procède qu’à une seule ordination épiscopale : celle de Malecki (titre Dionysiana) le 13 août à Notre-Dame de France. Il installe encore plusieurs administrateurs apostoliques : le 15 août, pour Kharkov, Vikentij Ilgin (1886-1937)272 ; le 1er septembre, pour Kazan-Samara-Simbirsk, Michel Jodokas (1891-après 1934), qui est alors curé de Simbirsk et d’Ufa273 ; et enfin, le 1er septembre également, pour la Sibérie occidentale, Julian Gronski (1873 ou 1877-après 1936) alors doyen de Tomsk274. Malgré cette vaste réorganisation, la seule installation célébrée officiellement est celle de Pie Eugène Neveu en tant qu’administrateur apostolique de Moscou le 5 septembre. Mgr Sloskans révèle également publiquement son ordination le 14 septembre275.

  • 276 CIC 1917 : can. 314 § 1 et 2.
  • 277 CIC 1917 : can. 318 § 2.
  • 278  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi (...)

75Quels sont les pouvoirs de ces administrateurs, dont certains sont évêques et d’autres non ? Sur quels territoires s’étendent-ils ? Selon le code de droit canon de 1917, un administrateur apostolique, même s’il n’a pas été ordonné évêque, « jouit des mêmes droits et honneurs que l’évêque résidentiel et est tenu aux mêmes obligations » (quand il est « établi d’une façon permanente ») ou des mêmes droits et obligations qu’un vicaire capitulaire (avec toutefois la possibilité de visiter le diocèse) s’il est « établi pour un temps déterminé »276. La juridiction de l’administrateur apostolique ne cesse que « quand l’évêque aura pris légitimement possession du diocèse vacant »277. Il s’agit donc d’une mesure provisoire, prise lorsque la nomination d’un évêque se révèle impossible, comme nous avons pu en voir plusieurs exemples à l’époque tsariste. En 1926, d’Herbigny précise que ces administrateurs apostoliques sont tous révocables ad nutum, c’est-à-dire en fonction des besoins du Saint-Siège. Quatre administrateurs ont reçu l’ordination épiscopale, ainsi que des facultés « conformes à celles de la Formula Tertia (major) de la S. Congrégation de la Propagation de la Foi » ; quant aux administrateurs n’ayant pas de caractère épiscopal, ils ont reçu « les facultés de la Formula Tertia (minor), en les étendant quand les nécessités actuelles et l’impossibilité pratique de recourir à Rome l’exigent »278.

  • 279  Voir le tableau ci-dessous pour une présentation synthétique.
  • 280  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi (...)
  • 281  En fait, en 1928, le cardinal Sincero avait pensé profiter de l’occasion pour réunir sous une même (...)
  • 282 Ibid., f. 49 : Sincero-Margotti à Costantini, Rome, 10.01.1928 (CPR prot. 2895/27 ; 622/28). Nous (...)
  • 283  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 21 : Sincero aux cardinaux préfets des Congrégations du (...)

76Si le dispositif mis en place en 1926 est bien pensé comme provisoire et qu’aucun nouveau diocèse n’a été créé, la disposition géographique des administrations apostoliques est toutefois assez différente de l’ancienne carte des diocèses279. Dans certains cas, les diocèses de l’époque tsariste ont été conservés à l’identique : les diocèses de Žitomir, Kamenec-Podolsk et Minsk ne sont ainsi confiés qu’à un seul administrateur apostolique à chaque fois. Dans d’autres cas, plusieurs administrations apostoliques naissent de la subdivision d’un diocèse, les frontières n’étant d’ailleurs pas clairement tracées. Le diocèse de Mohilev est ainsi divisé en cinq administrations apostoliques : Moscou (Russie centrale), Mohilev (Russie occidentale), Léningrad (Russie septentrionale), Kharkov (partie sud du diocèse de Mohilev alors en Ukraine soviétique), Kazan-Samara-Simbirsk (Russie orientale et Turkestan russe). Le diocèse de Tiraspol est également divisé en cinq administrations apostoliques. Aux deux administrations antérieures à 1926 (pour les Arméniens d’une part et la Géorgie d’autre part), s’ajoutent trois nouvelles administrations : Odessa (partie du diocèse alors en république d’Ukraine), Volga (partie du diocèse appartenant à la république de Russie et aux républiques le long du Volga), Caucase (partie du diocèse dans les républiques de Ciscaucasie et Transcaucasie, à l’exception de la Géorgie). Pour le diocèse de Tiraspol, le Saint-Siège semble avoir tenté de respecter les frontières des nouvelles républiques de l’Union soviétique en attendant du moins que Mgr Frison « visit[e] la partie orientale » de ce diocèse et « y détermine sur place les frontières exactes »280. Enfin, le vicariat apostolique de Sibérie, créé en 1921, est démembré de sa partie occidentale : à l’ouest d’une « ligne Nord-Sud dans l’axe du lac Baïkal » se tient donc désormais une administration apostolique de Sibérie occidentale (Cisbaikalie), alors que la partie orientale devient le vicariat apostolique « de Transbaïkalie ou de Sibérie Orientale », toujours sous la dépendance de la Congrégation de la Propagande (mais sans que la Propagande entérine ni cette amputation ni ce changement de nom !). Après ce premier empiètement sur le domaine de la Congrégation de la Propagande en 1926, la Commission pro Russia achèvera deux ans plus tard sa captation de la juridiction sur la Sibérie : en janvier 1928, le décret faisant passer le diocèse latin de Vladivostok (y compris la paroisse latine de Harbin281) à la Pro Russia est préparé282. Par un décret du 12 avril 1928, le vicariat apostolique de Sibérie passe également de la juridiction de la Propaganda à la Pro Russia283.

Tableau 2 – Les administrations apostoliques en 1926.

Diocèse

Nouvelle Administration apostolique

Date d’installation

Premier titulaire

Ordination épiscopale (éventuelle)

Žitomir

Žitomir

1er mai 1926

Skalski

Kamenec-Podolsk

Kamenec-Podolsk

23 mai 1926

Swiderski

Minsk

Minsk

administré par AA Mohilev

Sloskans

Tiraspol

Géorgie (AA existant déjà)

Vardidzé

Arméniens du Caucase (AA existant déjà)

Bakarat’ân

Odessa

28 avril 1926

Kruschinsky mais droit de succession donné à Frison alors simplement nommé visiteur apostolique

10 mai 1926 : ordination d’Alexandre Frison (titre de Limyra)

Volga

23 mai 1926

Baumtrog

Caucase

23 mai 1926

Roth

Mohilev

Moscou (Russie centrale)

5 septembre 1926 (installation)

Neveu

21 avril 1926 (titre de Citrus)

Mohilev (Russie occidentale)

Sloskans

10 mai 1926 (titre de Cillium)

Léningrad (Russie septentrionale)

6 mai 1926 (installation)

Malecki

13 août 1926 (titre de Dionysiana)

Kharkov (République d’Ukraine)

15 août 1926

Ilgin

Kazan-Samara-Simbirsk

1er septembre 1926

Jodokas

Vicariat apostolique de Sibérie

Vicariat apostolique « de Transbaïkalie ou de Sibérie Orientale »

21 novembre 1924

Piotrowski

Sibérie occidentale (Cisbaikalie) (AA)

1er septembre 1926

Gronski

  • 284  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4, [prot. 12/28], f. 8 : note de travail adressée à d’Herbigny e (...)
  • 285  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 64, f. 66 : Schweigl à Giobbe, Rome, 08.07.1936, italien. Voir a (...)
  • 286  Cette carte comprend aussi bien les sièges épiscopaux, de décanats que les prisons où sont retenus (...)

77Cependant, si le document rédigé en novembre 1926 permet de récapituler la répartition territoriale des administrations apostoliques, il ne permet pas de dresser une carte de ces administrations dans la mesure où leurs frontières ne sont pas clairement indiquées. Ce problème se pose à la Commission pro Russia en novembre 1930. D’Herbigny affirme alors qu’il existait une « carte géographique » « faite à la main, avec l’indication des divisions territoriales » remise en 1925 par Mgr Cieplak et qui se trouvait au siège de la Congrégation Orientale, à laquelle le jésuite français n’aurait apporté que quelques modifications284. De son côté, le père Schweigl affirme avoir réalisé vers 1927-1928 une carte de ce dispositif d’administrations apostoliques mais que celle-ci aurait été perdue. En 1936, le jésuite compose de nouvelles cartes « administratives des églises et hiérarchies […] en Russie soviétique » en insérant des mises à jour285. Nous n’avons retrouvé dans les archives que ces cartes de 1936, ainsi qu’un autre essai également daté de 1936 s’appuyant sur un fond de carte Flemming286.

  • 287  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 147, f. 72-73 : d’Herbigny, Voto, Rome, 14.11.1926, italien.
  • 288 Ibid., f. 74-75 : « Memoria per l’udienza. Russia », s. d., italien et note ms. Sincero.
  • 289Ibid., f. 76 : Sincero, FU, 11.12.1926, italien ; f. 77 : décision de Pie XI, 11.12.1926.

78Malgré ses limites, cette réorganisation hiérarchique a bien été pensée de façon globale. En novembre 1926, d’Herbigny aborde la question du rite byzantino-slave. Son projet entend remédier à deux excès : d’une part, le fait qu’un seul prêtre oriental (exarque) reçoive « une juridiction indépendante des ordinaires locaux et universelle sur tous les fidèles de rite oriental en URSS », d’autre part, le fait que « chaque ordinaire latin puisse gouverner à son bon plaisir les choses des Orientaux de l’URSS ». D’Herbigny propose de réordonner la structure existante (exarchat de Fëdorov) dans les cadres des nouvelles administrations apostoliques de rite latin. Mgr Neveu deviendrait « le promoteur et le protecteur du rite oriental dans toute l’URSS, laissant toutefois à chaque ordinaire le soin immédiat et la responsabilité du travail immédiat que Mgr Neveu ne peut suivre de loin »287. Dans l’administration apostolique de Moscou, l’exarque Fëdorov deviendrait le vicaire général de Neveu pour les Orientaux, alors que – dans les autres administrations apostoliques – il pourrait recevoir des facultés en fonction du désir des ordinaires. Enfin, Neveu jugerait les questions litigieuses sur le rite oriental transmises par les ordinaires latins. Cette proposition implique une forte limitation du pouvoir de Fëdorov et met clairement la hiérarchie orientale sous la dépendance de la hiérarchie latine. Toutefois, comme l’exarchat de rite slave n’a pas été clairement établi par le Saint-Siège (le bref Ex amplissimo de 1921 ne dit rien des frontières de l’exarchat ni de ses relations de dépendance hiérarchique avec une autre province du rite byzantin), la proposition de d’Herbigny permettrait de fonder officiellement cette circonscription. Malgré le flou de cette proposition, le cardinal Sincero en approuve les propositions « sages et prudentes »288. Pie XI fait de même, en demandant toutefois quelques reformulations pour donner plus de pouvoir dans les cas litigieux à la fois aux ordinaires et au Saint-Siège aux dépens de Mgr Neveu289. Ces projets demeurent toutefois vides de toute réalité puisque Mgr Fëdorov ne recouvrera pas sa liberté et que les fidèles de ce rite, très peu nombreux, sont souvent emprisonnés.

Un projet complémentaire : une académie de théologie catholique en URSS

  • 290  D’Herbigny, « Note […] sur le Séminaire à ouvrir en Russie », s. d. [probablement entre le 27 mai (...)
  • 291Ibid., p. 1, I, 2 du document.

79En reconstituant une hiérarchie épiscopale, le Saint-Siège donne la possibilité à l’Église locale de fonctionner de façon autonome et de procéder à des ordinations sacerdotales. Ce souci de pérenniser le clergé se retrouve dans un autre aspect de la mission de d’Herbigny qui était de fonder un séminaire catholique. Dès l’audience du 15 septembre 1925, Pie XI avait demandé à d’Herbigny de s’informer sur les moyens d’« assurer un nouveau recrutement du clergé »290. Malgré « les difficultés extrêmes » repérées par d’Herbigny pendant son premier voyage (septembre-octobre 1925), le pape manifeste clairement, à deux reprises, sa volonté à ce sujet (23 février et 9 mars 1926). Lors de son second voyage, le 11 mai 1926, d’Herbigny obtient la promesse « qu’un séminaire dirigé par cinq jésuites (avec prédominance d’influence française) pourrait être ouvert à Odessa dès septembre ». La diplomatie française fait alors pression tant à Moscou par l’ambassade de France qu’à Paris par une « démarche personnelle » d’Anatole de Monzie auprès de Rakovski, l’ambassadeur soviétique291.

  • 292  Voir H. Stehle, Eastern Politics… cit., n. 79 p. 406 et C. Simon, The life and the times of Vendel (...)
  • 293  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j… cit., p. 5-6. Né en France, le père Ledit enseignera après cette (...)
  • 294  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 69 : note de Sincero à Margotti, « S[ub] S[ecreto] S. O[ (...)

80Deux pères jésuites sont immédiatement choisis pour cette mission. Le père Joseph M. Schweigl (1894-1964) est un jésuite autrichien déjà versé dans les questions russes puisque, membre de la Compagnie depuis 1915, il se porte volontaire pour la mission en Russie dès 1917 et suit une partie de sa formation à Cracovie où il est ordonné prêtre en 1923292. L’autre père est Joseph Ledit (1898-1986) qui se met alors « d’arrache-pied » à l’apprentissage du russe, et qui a laissé un « journal » de sa « mission en Russie » désormais publié293. Durant l’audience du 7 août 1926, Pie XI accorde 16.500 lires « sur son pécule personnel […] pour l’achat de livres pour les professeurs et les étudiants » de la future académie théologique d’Odessa. Par ailleurs, Mgr Domenico Mariani – alors vice-président de l’économat des dicastères ecclésiastiques (Administration des Biens du Saint-Siège) – fournit au père Schweigl des ouvrages usuels pour le séminaire (15 exemplaires du missel, 20 exemplaires du bréviaire, 15 rituels, les Acta Apostolicae Sedis, 20 codes de droit canon)294.

  • 295  E. Tokareva évoque, quant à elle une disposition du conseil des commissaires du peuple visant à in (...)
  • 296  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j… cit., p. 31.
  • 297  Sur les luthériens en Union soviétique, voir О. Лиценбергер, Евангелическо-лютеранская церковь и с (...)
  • 298  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 80-85 : Schweigl à Pizzardo, Berlin, 27.11.1926, françai (...)

81Cependant l’épopée russe des deux jésuites ne durera qu’un mois. Arrivés à Odessa le 23 octobre 1926, ils sont informés de leur expulsion par la police le 24 novembre. Lourdement grevé par le décret soviétique du 18 octobre 1926 interdisant aux étrangers toute propagande religieuse295, leur séjour les conduit toutefois à établir des contacts avec les diplomates étrangers et des personnalités religieuses et politiques. Après un passage à Odessa (23-26 octobre), les deux pères se rendent à Moscou (27 octobre-3 novembre), où ils rencontrent Mgr Neveu, les ambassadeurs d’Italie, d’Allemagne, de France, le consul autrichien, puis à Léningrad (4-24 novembre) où ils visitent les consuls italien et allemand. Le 9 novembre, ils discutent avec « l’évêque protestant pour apprendre comment il s’est arrangé pour ouvrir un séminaire »296. Ce dernier, vraisemblablement Arthur Malgrem, évêque luthérien de Léningrad, dirigea le séminaire de son inauguration en 1925 à sa fermeture en 1935297. Les deux pères jésuites consacrent alors la fin de leur séjour à essayer de faire prolonger leur visa (le visa initial était d’un mois). Selon Schweigl, leur expulsion de Russie aurait eu pour fonction d’« exercer ainsi pressions sur le St. Siège afin d’obtenir recognition [sic] diplomatique »298.

82Malgré les échecs concernant le rite oriental et la création d’un séminaire, ces projets de 1926 montrent un réel souci d’assurer l’avenir du catholicisme en Russie. Pour compenser les impasses institutionnelles et diplomatiques, le Saint-Siège n’hésite pas à exploiter de façon maximale ses propres pouvoirs, qu’il peut même déléguer de façon exceptionnelle, sous forme de privilèges, aux prêtres en Russie.

Le royaume du privilège

  • 299  Voir le dossier « Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau monde : la Curie romaine et l (...)

83Comme l’ont bien montré les historiens de la période moderne, en terre de mission parmi les « païens » comme en terre protestante parmi les « hérétiques », le système des facultates constitue un moyen d’assouplir les règles du droit canonique pour atteindre des fins pastorales précises dans un contexte hostile299. Dans ce système, le recours au Saint-Siège pour obtenir des dérogations au droit commun offre des avantages tant au missionnaire qu’à Rome : l’action du missionnaire, contraint d’innover sur le terrain, se trouve légitimée, alors que Rome affirme son pouvoir sur ces cas limites. La Russie tsariste offrait déjà un champ particulièrement fécond à ces exceptions au droit commun mais la situation en Russie soviétique renforce encore cet état de choses, confirmant le caractère extra-ordinaire du travail apostolique dans cet espace.

  • 300  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 979, fasc. 347, f. 32-33 : Ropp à Gasparri, Pétrograd, 14/27.01.1918, (...)
  • 301Ibid., f. 41-44 : Ropp, demandes de facultés, Petropoli, 01.02.1918, latin.
  • 302Ibid., f. 64-66 : lettre à Ropp, 29.05.1918, N°65659, français, voir aussi f. 61 : annexe à cette (...)
  • 303  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 16-18 : Sigismond Lozinski à Ratti, Varsovie, 09.0 (...)
  • 304  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 28, fasc. 181, f. 10 : Sincero, FU, 05.03.1927, prot. 117/28 ; 254/29 ; f (...)
  • 305 Ibid., f. 18 : Sincero, FU, 05.03.1927, Prot. 117/28 ; 255/29 ; f. 19 : indult, Sincero, Rome, 05. (...)
  • 306 Ibid., f. 14 : Sincero, FU, 05.03.1927, Prot. 117/28 ; 253/29 ; f. 15 : indult, Sincero, Rome, 05. (...)

84Dès la révolution, les évêques ont recours au Saint-Siège pour obtenir des dérogations. En janvier 1918, Mgr de Ropp demande « les droits les plus larges possibles » étant donné « l’état tout à fait exceptionnel » des catholiques en Russie300. Il demande notamment les facultés définies par la « formule II » de la Congrégation de Propaganda Fide et des facultés pour dispenser de certains empêchements de mariage ou pour certains vœux religieux301. Ces facultés sont accordées en mai 1918 « pour le temps de la guerre »302. Pour autant, de telles concessions ne sont pas systématiquement octroyées. En témoigne, en août 1918, le refus de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de concéder à l’évêque de Minsk, Mgr Lozinski, alors réfugié à Varsovie, des facultés spéciales, au nom du maintien de l’homogénéité juridique avec les diocèses voisins. L’évêque devra donc faire appel au Saint-Siège pour chaque cas303. Avec le temps toutefois, le Saint-Siège abordera avec plus de largesse les demandes de facultés qui émanent du clergé, notamment des administrateurs. En mars 1927, le cardinal Sincero présente une série de demandes de facultés de la part de Mgr Kruschinsky (administrateur apostolique du sud du diocèse de Tiraspol). Toutes ces facultés concernent la discipline de la célébration des messes par le clergé et certaines avaient déjà été accordées en 1922 pour cinq ans : dispense de la messe pour les bienfaiteurs de la cathédrale304, sanation et condonation (dispense de récitation des messes non appliquées mais payées) pour les prêtres emprisonnés305. Pie XI accorde ces dispenses pour cinq ans (« ad quinquennium ») et accepte de financer les messes non dites par les prêtres en difficulté « en prenant dans le surplus du trésor de l’Église universelle »306.

  • 307  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 59-61 : « Facultates pro Russia concessae », document 2 (...)
  • 308 Ibid., N°6, 9, 10, 16.

85Cependant, en plus des facultés accordées à la demande du clergé de Russie, tous les prêtres envoyés de l’étranger dans les années 1920 sont pourvus de facultés spéciales. La plupart des facultés visent deux objectifs : déléguer au clergé certains pouvoirs du Saint-Siège pour éviter la multiplication des recours à l’étranger et simplifier la célébration des sacrements pour s’adapter aux conditions de vie du clergé russe. En 1922, dans le cadre de la Mission pontificale de secours, le général des jésuites obtient une série de vingt-cinq facultés pour les membres de la Compagnie qui partent en Russie. Celles-ci visent d’abord à faciliter l’action du prêtre dans une vie quotidienne hostile (récitation du rosaire à la place du bréviaire, port d’habits civils, utilisation de calices et patènes en verre, emploi de pain non azyme pour la messe, célébration sur une simple table décente et non sur un autel)307. Elles servent aussi à assister une population d’ordinaire privée de prêtres et d’évêques. Plusieurs facultés donnent ainsi des pouvoirs importants aux missionnaires : absolution, consécration de l’eau destinée à purifier une église souillée, consécration des calices, patènes et autels portatifs, administration de tous les sacrements à l’exception de l’ordre308. Enfin, plusieurs facultés concernent plus spécifiquement l’espace russe et visent à faciliter les abjurations du schisme et les relations avec les catholiques de rite byzantin. Sont ainsi concédées les facultés :

d’absoudre de l’hérésie et du schisme des ecclésiastiques souhaitant passer au catholicisme,

de donner les dispenses pour permettre l’exercice du ministère à un prêtre schismatique souhaitant passer au catholicisme,

d’administrer les sacrements pour les fidèles de rite grec, à l’exception de l’ordination,

  • 309 Ibid., N° 1, 4, 17, 18.

de permettre aux familles dont une partie pratique le rite latin et l’autre le rite grec d’organiser la célébration des fêtes selon un seul rite309.

  • 310  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 72-73 : « Facultates concessae » par Pie XI au p. Roi a (...)
  • 311 Ibid.
  • 312  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 64-68 : P. Roi « Facoltà per la Russia », latin. Cf. do (...)
  • 313 Ibid., f. 75-76 : I. Papadopulos, « Istruzioni e facoltà date dalla S.C. Pro Ecclesia Orientali al (...)
  • 314 Ibid.
  • 315  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 71 : note de travail, 08.10.1926 ; 09.10.1926, italien.
  • 316 Ibid., f. 73-75 : « Facultates pro Russia concessae », latin.

86En mai 1924, au moment des dernières négociations entre le Saint-Siège et la Russie pour permettre à la Mission pontificale de rester sur le territoire russe, le père Roi, jésuite, est ainsi pourvu de plusieurs facultés pour « le cas [où] un accord entre le Vatican et le Gouvernement russe » serait signé310. Les archives de la Commission pro Russia ont conservé trois documents récapitulant ces « facultés » remises au père Roi. Un premier document est en fait un formulaire imprimé de la Congrégation de Propaganda Fide. Dans ce document, daté du 14 mai 1924, la Congrégation mandante est modifiée (Propagande remplacée par la Congrégation orientale) mais les facultés concédées sont des facultés habituellement remises aux missionnaires pour faciliter leur travail dans des circonstances difficiles (célébration des sacrements, dispenses pour les mariages…) et qui ne prennent pas en compte spécifiquement la situation russe311. En revanche, les deux autres documents – cette fois dactylographiés – sont particulièrement adaptés à la situation russe. L’un de ces documents comprend 26 facultés qui reprennent les facultés données aux jésuites de la Mission d’aide pontificale, détaillées plus haut312. L’autre document dactylographié, émanant de la Congrégation pour l’Église orientale, synthétise à la fois des « instructions » et des « facultés », probablement pour mieux faire comprendre au missionnaire la façon dont il doit utiliser ses pouvoirs. Après avoir rappelé que la constitution Orientalium dignitas s’appliquait à la Russie, ce texte mentionne les différentes autorités ecclésiastiques pour le rite oriental en Russie (Mgr Szeptyckyj pour le rite byzantino-slave et Mgr Bakarat’ân pour les Arméniens) et le cas particulier de Mgr Smets ayant juridiction sur les fidèles de tous les rites de la Crimée, du Kouban, du Daghestan, du Caucase, de la Géorgie, de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie313. Ce document donne par ailleurs un certain nombre de facultés au père Roi pour les fidèles de rites orientaux en Russie « tant que durent les circonstances anormales actuelles » dans le but de faciliter la vie religieuse des Orientaux par le recours aux prêtres catholiques de rite latin tout en valorisant et en protégeant les rites orientaux. Par exemple la faculté N° 5 permet de concéder à n’importe quel prêtre de célébrer dans un rite différent du sien mais « en évitant le scandale » et « toujours de façon provisoire »314. Lors du dernier envoi de prêtres étrangers en Russie (la mission Schweigl-Ledit de 1926), la Congrégation orientale remet encore à chacun « un rescrit avec les facultés »315 qui reprennent exactement les vingt-cinq facultés concédées aux pères de la Mission d’aide pontificale316.

Secrets et révélations

87La nouvelle organisation promue par le Saint-Siège en Russie à partir de 1926, certes pensée comme provisoire, pose le problème du statut des évêques exilés des diocèses russes qui existent toujours formellement.

  • 317  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 12/28], fasc. 4, f. 3 : Lauri à Sincero, Varsovie, 27.05.1926, N (...)
  • 318  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 7 : Lauri à Gasparri, Varsovie, 07.06.1926, Nonciature P (...)

88Fin mai 1926, Mgr Szelazek (évêque de Luck) et Mgr de Ropp (archevêque de Mohilev) demandent au nonce de Varsovie des informations sur la situation hiérarchique en Russie. Le nonce, qui « manque absolument d’information […] n’[a] rien su répondre » et demande conseil au cardinal Sincero317. Immédiatement, la Secrétairerie d’État donne l’ordre au nonce de Varsovie d’annoncer à Mgr de Ropp, Mgr Szelazek et Mgr Lozinski « que [leurs] juridiction[s] épiscopale[s] sur les personnes et les choses de [leurs] diocèse[s] en territoire russe étai[en]t suspendue[s] ad nutum par le Saint-Siège aux termes du canon 316, paragraphe 1 »318. Les évêques exilés sont donc informés officiellement et très rapidement après le voyage de d’Herbigny de la constitution d’une hiérarchie d’administrateurs apostoliques… même si cette information n’a pas été faite spontanément par Rome mais en réponse à une demande de leur part.

  • 319Ibid., f. 9 : Ropp à « Eminence », Varsovie, 02.06.1926, français.

89Cependant, malgré la clarté de l’ordre donné par Rome, Mgr de Ropp et son assistant Mgr Około-Kułak vont causer quelques soucis à la Commission pro Russia. L’ancienne curie épiscopale de Mohilev tente alors de tirer profit de ses atouts pour conserver une certaine légitimité sur « son » diocèse. Tout d’abord, Mgr de Ropp revendique de pouvoir transmettre certaines de ses facultés à l’administrateur apostolique en soulignant le flou de certaines facultés qui n’étaient pas écrites car « lors de la persécution constante russe les évêques avaient des droits fort larges. Ces droits étaient donnés d’une manière privée, pas dans l’ordre habituel, car toute trace documentale [sic] devait être évitée »319. L’autre atout de la chancellerie de Mgr de Ropp est constitué par ses contacts en Russie par lesquels elle continue d’envoyer des secours matériels. Jusqu’à la fin des années 1920, toutes les tentatives de la Commission pro Russia pour limiter les interventions de Ropp dans les affaires russes sont ainsi freinées par le souci de maintenir ce lien caritatif et spirituel avec les fidèles.

  • 320  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 116, f. 23 : anonyme [d’Herbigny], note de travail, 20.12.1926, (...)
  • 321Ibid., f. 25 : note sur le Congrès du 04.01.1927, prot. 21022, italien ; f. 26 : lettre à Około-Ku (...)

90Averti par Mgr Neveu que « l’ancienne chancellerie de Mons. de Ropp à Varsovie […] est très vexée de voir ses fonctions supprimées de fait pour la Russie », d’Herbigny conseille en décembre 1926 d’exhorter Około-Kułak à ne pas « s’immiscer […] dans les choses religieuses, politiques, administratives, liturgiques, de l’Église ou de l’État en Russie ». L’ancien vicaire pourrait continuer à envoyer des secours en Russie mais « avec une recommandation insistante de ne jamais en tirer occasion pour se présenter […] comme revêtu d’une quelconque mission ou fonction relative aux catholiques […] en URSS »320. La proposition de d’Herbigny est approuvée par le congrès de la Commission pro Russia et cet avertissement est communiqué à Około-Kułak le 14 janvier 1927321.

  • 322  Sur l’organisation des pourvois en appel pour les causes matrimoniales en Russie, voir supra p. 10 (...)
  • 323  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 96, f. 98 : Lauri à Sincero, Varsovie, 10.05.1927, Nonciature d (...)
  • 324Ibid., f. 108 : feuille de congrès, Rome, 25.05.1927, italien.
  • 325 Ibid., f. 111 : d’Herbigny, FU, 29.05.1927, italien. Dans AP, 1928, p. 551, la date de nomination (...)
  • 326  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 3 : Chiarlo à Pizzardo, 01.08.1927, Nonciature Pologne N (...)
  • 327 Ibid., f. 5-6 : Około-Kułak à PCPR, Varsovie, 12.09.1927, italien.
  • 328 Ibid., f. 7 : d’Herbigny, voto « Cattolici Russi esiliati e prigionieri », 23.11.1927, italien.
  • 329  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 5 : Około-Kułak à Sincero, Varsovie, 13.01.1929, italien
  • 330 Ibid., f. 7 : d’Herbigny, voto, 21.01.1929, italien ; f. 10 : d’Herbigny, FU, 09.02.1929.

91Cependant, au printemps 1927, Mgr de Ropp demande le renouvellement des facultés accordées par la Congrégation Concistoriale pour cinq ans le 24 mars 1922 lui permettant de juger les causes matrimoniales en seconde instance à la curie archiépiscopale de Mohilev322. En Pologne même, la juridiction de Ropp sur l’archevêché de Mohilev est d’ailleurs perçue de façon contradictoire : le nonce pense qu’il « conserve encore une juridiction sur les personnes et les choses de l’archevêché de Mohilew qui sont en dehors du territoire russe » alors que le cardinal Kakowski « pense que Monseigneur de Ropp a été privé de toute juridiction »323. Pour clarifier les choses, la Commission pro Russia ne reconduit pas la concession faite en mars 1922 en soulignant que « la juridiction de l’Excellentissime archevêque de Ropp a été suspendue dans toute la Russie » et que la juridiction de deuxième instance a été organisée dans les différentes administrations apostoliques324. Pie XI approuve cette décision étant donné que l’archevêque « n’a plus aucune juridiction sur l’URSS » mais demande « que l’on use envers Monseigneur de Ropp de beaucoup d’égards ». Par exemple, le pape propose que Ropp puisse ordonner et donner les lettres testimoniales pour les clercs réfugiés de Mohilev et non incardinés ailleurs. De plus, il demande à la Commission de vérifier que la Secrétairerie d’État a bien prévu d’envoyer des félicitations pour ses vingt-cinq ans d’ordination sacerdotale (9 juin 1927) et décide de lui accorder gratuitement la fonction d’assistant au trône pontifical325. Malgré ces clarifications et ces égards, la situation n’est pas réglée. En août 1927, la nonciature de Pologne signale les angoisses de Mgr Malecki. L’administrateur apostolique de Léningrad est, en effet, très inquiet après l’arrestation d’un catholique peu fiable mais au courant de sa correspondance avec Mgr Około-Koułak. Mgr Malecki demande donc que « pour l’amour de Dieu en ces moments on s’abstienne de lui envoyer des lettres »326. La Congrégation pour l’Église orientale ordonne alors à Mgr Około-Koułak de « cesser toute correspondance avec la Russie », ce que le prélat veut bien accepter tout en signalant son propre embarras dans la mesure où il est difficile d’ignorer ces lettres d’appel à l’aide327 ! Michel d’Herbigny propose alors de suivre l’avis donné par Mgr Pacelli dans une lettre privée du 15 novembre 1927 : mobiliser pour l’aide aux prisonniers en Russie Mgr Około-Koułak et Mgr de Ropp en leur demandant toutefois « de s’en tenir strictement à cette œuvre de charité, sans aucun acte d’autorité ou de conseils directifs d’ordre administratif […] [et] sous leur unique responsabilité et sans y compromettre en rien le Saint-Siège »328. Cette proposition de Pacelli semble avoir été suivie puisqu’en janvier 1929, Mgr Około-Kułak propose une nouvelle voie pour « envoyer de l’argent en toute sécurité » pour les prisonniers en Russie329 que d’Herbigny et Pie XI acceptent de tenter, le pape précisant de nouveau que l’activité de Około-Kułak est restreinte à la « seule assistance des prisonniers »330.

  • 331  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 222, f. 69 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929, italien.
  • 332  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 15 : d’Herbigny, FU, 18.01.1930 ; AA.EE.SS., IV, PCPR, (...)
  • 333  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 20, fasc. 127, f. 7 : Sincero-Margotti à Marmaggi, Rome, 21.01.1930 / env (...)
  • 334Ibid., f. 8 : Cercone, note de travail, Rome, 23.01.1930, italien.
  • 335 AP, 1939, p. 207-208.

92Ce n’est finalement qu’en 1929, quand est révélée l’identité des administrateurs apostoliques dans l’Annuario pontificio, que Pie XI demande aux évêques de Russie de renoncer à leurs diocèses. Lors de l’audience du 8 novembre 1929, Pie XI demande de « préparer Mgr Kessler à une promotion à quelque siège archiépiscopal titulaire à demander à la Consistoriale ; et après il sera moins difficile de présenter l’exemple à Mgr de Ropp, en l’élevant à quelque autre dignité »331. La nonciature de Berlin obtient dès le 13 décembre 1929 la renonciation de Kessler à son diocèse, qui est approuvée durant l’audience du 18 janvier 1930. Ce dernier est alors promu archevêque titulaire de Bosporus (province Zechia)332. Encouragée par ce succès, la Commission pro Russia rédige le 21 janvier 1930 une minute de lettre pour le nonce à Varsovie au sujet de la démission de Ropp333. Mais, après quelques jours de réflexion, Mgr Cercone s’inquiète des répercussions de cet acte parmi les Russes demeurant à l’étranger ainsi que de la situation économique de Ropp, âgé, et qui subsiste grâce à des fonds venus de l’étranger, sans compter le risque qu’Około-Kułak cesse ses envois charitables aux prisonniers… tout cela dans un contexte où « la réorganisation de l’Église catholique en Russie n’est pas imminente »334. La situation demeure finalement inchangée : Mgr de Ropp demeure indiqué comme archevêque de Mohilev en exil à Varsovie jusqu’à son décès en 1939335.

  • 336  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 12/28], fasc. 4, f. 6 : De Lai à Sincero, Rome, 22.11.1926, S. C (...)

93De même que les évêques avaient dû s’enquérir de la réorganisation hiérarchique pour avoir des informations sur ces changements qui les concernaient, les congrégations romaines sont également marginalisées dans le processus de réorganisation hiérarchique de 1926. En novembre 1926, le cardinal De Lai, secrétaire de la Congrégation Concistoriale, en accord avec la Congrégation de la Propagande, demande des informations sur la situation hiérarchique en Ciscaucasie. En effet, le préfet de la Propagande souhaite, en application d’un conseil de Mgr Smets (on peut évidemment s’interroger sur l’actualité de ce projet plus de deux ans après le départ du Caucase du visiteur apostolique), nommer un ordinaire pour les 30.000 catholiques de rite latin en Ciscaucasie. Smets aurait indiqué les candidatures d’Alexandre Frison et de Giovanni Roth mais, avant d’agir, le cardinal De Lai demande à connaître les « dispositions [qui] ont été prises à ce propos »336. Tout se passe donc comme si les chefs de dicastères savaient que quelque chose venait d’être accompli dans la hiérarchie russe sans pour autant en connaître les détails.

  • 337 Ibid., f. 6 : Sincero, FU, 26.11.1926, italien.

94Pie XI décide alors le 26 novembre 1926 de « donner, sous le secret du Saint-Office, communication aux Eminentissimes secrétaires de la Sacrée congrégation orientale [sic – lire consistoriale] et de la Propagande de ce qu’a fait Mgr d’Herbigny à ce propos »337. Après avoir informé ces deux congrégations, la Commission pro Russia réfléchit à « l’opportunité de faire connaître par voie très confidentielle aux autres Congrégations Romaines, qui peuvent y être intéressées, ce qui a été fait en Russie avec un mandat du Saint-Père par Monseigneur Michel d’Herbigny ». L’envoi de cette information constitue pour la Commission une occasion de s’imposer comme l’organe curial médiateur pour la Russie. En effet, la décision est alors prise d’avertir les différents dicastères

que, en correspondant directement avec des prêtres ou des Instituts présents en Russie, ils peuvent mettre en sérieux danger la sécurité personnelle des prêtres eux-mêmes, en les exposant même au risque d’être condamnés à mort pour haute trahison. C’est pourquoi les congrégations et Autorités qui veulent et doivent écrire en Russie s’adressent d’abord à la Commission pour la Russie.

  • 338  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 14 : Sincero, FU, 22.12.1926, italien.
  • 339Ibid., f. 15 : lettre à la S. C. Consistoriale, 24.12.1926 ; f. 16 : lettre à la S. C. du Concile, (...)

95Le pape approuve cette décision en audience le 22 décembre338 et les autres congrégations semblent avoir été averties officiellement fin décembre 1926339.

96En moins d’une décennie, de 1917 à 1926, l’espace russe a fait l’objet d’importantes modifications de la hiérarchie ecclésiastique du fait des créations de nouveaux diocèses dans les espaces nouvellement indépendants (pays baltes, Finlande, Pologne…), mais aussi des transformations au sein même des diocèses de Russie, principalement en Sibérie. Ce dynamisme institutionnel est toutefois inégal car le Saint-Siège a parfois fait preuve d’une réelle lenteur comme pour le rite oriental entre 1917 et 1921 ou l’érection du diocèse de Vladivostok entre 1921 et 1923. Dans un contexte d’évolution rapide de la situation politique, le Saint-Siège a donc souvent été en décalage par rapport aux attentes des fidèles. C’est finalement la situation désespérée du clergé qui conduit à l’édification rapide et énergique d’un système de secours, pensé pour être transitoire, constitué d’administrations apostoliques souples, pour lequel Pie XI utilise la toute nouvelle Commission pro Russia et contourne (en leur accordant toutefois bien des égards) les congrégations romaines et l’épiscopat exilé.

Le rite oriental pour la Russie hors-frontières : une structuration en réseau

  • 340  N. Struve, Soixante-dix ans d’émigration russe, 1919-1989, Paris, 1996, n. 1 p. 64.
  • 341  Voir le dossier « Juifs russes à Paris », dans Archives Juives, 2001 (34-2), p. 4-94. Un colloque (...)
  • 342  Sur les catholiques russes émigrés, voir Р. Колупаев, Католические общины византийского обряда и р (...)
  • 343  R. Schor, Le facteur religieux et l’intégration des étrangers en France (1919-1939), dans Vingtièm (...)

97La réorganisation des structures ecclésiastiques ne se limite pas aux espaces compris dans les limites géographiques de l’Union soviétique. À partir du début des années 1920, sous l’effet conjugué de la stabilisation d’une émigration russe dans différents centres d’Europe occidentale et d’Asie et de la fermeture des frontières soviétiques à la pénétration du clergé catholique, se met en place un réseau d’institutions catholiques pour les Russes. Ces institutions, issues d’initiatives variées, passent sous la direction de la Commission pontificale pro Russia à partir du milieu des années 1920, qui leur donne des instructions et assure – au moins partiellement – leur financement. L’étude de ces institutions créées dans l’entre-deux-guerres pour la diaspora permet donc de mieux comprendre les relais de la politique russe du Saint-Siège mais aussi de faire connaissance avec l’une des facettes religieuses de l’émigration. En effet, si, la brillante vitalité orthodoxe a longtemps absorbé l’essentiel des recherches, des études se consacrent désormais aussi aux minorités religieuses, dont on avait longtemps cru que « faibles minorités au sein d’un corps social lui-même minoritaire, elles [s’étaient] rapidement effilochées, sinon éteintes »340. Les juifs russes341, mais aussi les catholiques342 attirent l’attention, alors que l’histoire de l’immigration en Occident en intègre progressivement les enjeux religieux343.

  • 344  Sur le choix de ce rite, voir infra p. 517 sq.

98Pour le Saint-Siège, l’encadrement des émigrés russes passe par la mise en place de chapelles pratiquant le rite byzantino-slave344. Cependant, dès le début des années 1920, Rome manifeste également le souci de pourvoir ces maigres communautés d’une hiérarchie épiscopale, de former un clergé et de proposer un programme spirituel cohérent.

Essaimage de chapelles et essais de constitution d’une hiérarchie épiscopale

99Aux rares centres créés avant-guerre, comme celui de Rome, s’ajoutent de nouveaux lieux de culte calqués sur la géographie de l’émigration russe. Le Saint-Siège aborde cependant de façon assez différente ces nouveaux lieux de culte en fonction de l’espace dans lequel ils s’intègrent, en Europe occidentale, en Chine et en Pologne orientale.

Un blanc manteau de chapelles en Europe occidentale ?

  • 345  J. Charyn, dans H. Menegaldo, Les Russes à Paris, Paris, 1998, p. 12. Nous sommes toutefois loin d (...)
  • 346  Voir infra p. 520-526.
  • 347  Réponses au questionnaire « Quaestiones de Russis aliisque Orientalibus dispersis » de la Congréga (...)

100La France devient progressivement, dans les années 1920, le centre dynamique de l’émigration russe. De 30.000 Russes en France en 1921, on passe à 67.000 en 1926, cette population se stabilisant progressivement aux alentours de 70-80.000 personnes, dont 45.000 dans l’agglomération parisienne345. Au sein de ce groupe, les catholiques sont très minoritaires, malgré des conversions346. Selon un questionnaire rempli par la hiérarchie épiscopale française en 1927 (donc peu susceptible de sous-évaluer la situation) : il y avait en France 300 Russes catholiques, dont 200 à Paris, 30 à Lyon, 64 dans le diocèse de Metz et quasiment aucun dans les autres diocèses français347.

  • 348  AFSJ, E-ME 1/2 : note sur la préparation actuelle d’un apostolat pour la Russie, s. d. [fin 1919-d (...)
  • 349  AA.EE.SS., III, Francia, pos. 1377, fasc. 720, f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, (...)

101Malgré cette faiblesse numérique des catholiques, l’importance culturelle et politique de l’immigration russe explique que, dès le lendemain de la Guerre, le cardinal archevêque de Paris, poussé par Mgr Baudrillart convaincu de la « nécessité » et de « l’urgence » de la mission russe, souhaite confier cette dernière à des religieux, de préférence jésuites348. Cependant, sur les conseils du père d’Herbigny, qui rédige alors un rapport pour le cardinal Gasparri, affirmant que « la direction générale du travail pour les Russes en France ne peut pas relever seulement d’une famille religieuse »349, on évoque alors l’idée d’un évêque auxiliaire pour tous les étrangers.

  • 350Ibid., f. 10 : Dubois à Gasparri, Paris, 27.12.1921 ; DEF, p. 141-142 (P. Ploix). Il meurt en 1943
  • 351Ibid., f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, français. Voir aussi la lettre moins dé (...)
  • 352Ibid., f. 6 : Gasparri à Cerretti, 13.09.1921, N°25163.
  • 353Ibid., f. 7-8 : Cerretti à Gasparri, Paris, 29.09.1921, Nonciature France N°147, italien.
  • 354Ibid., f. 9 : Gasparri à Cerretti, 16.10.1921, N°26070, italien.
  • 355Ibid., f. 10 : Dubois à Gasparri, Paris, 27.12.1921, français.
  • 356  AHAP, 9K2 9a : rapport manuscrit de l’archevêché de Paris, « Le Ministère des Étrangers dans le Di (...)
  • 357  On en a une copie certifiée conforme du 15 mars 1922 en AA.EE.SS., III, Francia, pos. 1377, fasc. (...)

102Michel d’Herbigny écrit au pape et au secrétaire d’État en août 1921 : pour pallier l’insuffisance de l’engagement des catholiques français, il propose de nommer un responsable centralisant l’action pour les émigrés russes, revêtu du « caractère épiscopal ». La nomination d’un évêque permettrait d’attirer « l’attention des [autres] évêques » et d’« acquérir parmi les Russes le prestige ». Il s’agirait de nommer non pas un « évêque des Russes » mais un « auxiliaire – par exemple, de Paris » qui « aurait discrètement la juridiction voulue pour s’occuper des Russes à travers toute la France et pour préparer la mission en Russie ». Pour ce poste, d’Herbigny désigne un candidat : l’abbé Emmanuel Chaptal de Chanteloup. Né en 1861 d’une mère russe (juive baptisée) et descendant du chimiste Chaptal, il fait de brillantes études de lettres et de droit qui le conduisent au Ministère des Affaires étrangères. Après avoir été secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg, Stockholm, Constantinople et Munich, il entre au séminaire de Saint-Sulpice en 1893 et est ordonné prêtre en 1897 pour le diocèse de Paris350. Nommé vicaire (1897) puis curé de Plaisance (1910), l’abbé Chaptal se montre sensible aux questions russes : en juin 1920, après une conférence de d’Herbigny à Paris sur la détresse spirituelle des Russes, « il […] offrit à l’archevêque de Paris sa démission de curé, afin de pouvoir s’offrir au Saint-Siège comme simple missionnaire en Russie »351. Ce projet de d’Herbigny est remis pour expertise au nonce Cerretti352, qui l’approuve fin septembre 1921 comme susceptible de « donner unité aux efforts isolés des catholiques » sur la question russe tout en répondant à des besoins plus larges : la fonction est en effet pensée d’emblée à Paris comme celle d’« évêque auxiliaire pour la cure spirituelle des “étrangers” (“forestieri”) »353. La procédure s’accélère alors : en octobre 1921, le Saint-Siège demande à l’archevêque de Paris de transmettre le curriculum de Chaptal et un « projet concret »354. En décembre 1921, le cardinal Dubois remet les informations demandées et souligne sa volonté de confier au nouvel évêque non seulement la charge des Russes mais aussi « [d]es autres étrangers très nombreux ici »355. Ce projet doit se comprendre dans le dynamique contexte migratoire français de l’après-guerre (un rapport de la fin des années 1920 indique que la France compte plus de 3 millions d’étrangers dont 700 à 800.000 dans le département de la Seine356) et répond à des préoccupations déjà présentes au début des années 1910 (au printemps 1913, l’archevêché de Paris avait créé un « Office central de l’immigration parisienne » chargé à la fois d’enrayer les mouvements migratoires et d’aider les migrants). Le dossier est alors transmis à la Congrégation Concistoriale et Chaptal est élu évêque titulaire d’Isionda le 20 février 1922357.

103Si c’est un évêque auxiliaire pour tous les étrangers qui est finalement nommé, le projet de d’Herbigny était à la fois plus restreint et avait une ambition politique plus vaste, prenant en compte les résonances internationales de la question russe :

  • 358Ibid., f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, français.

Quand la Russie sera accessible, cet évêque pourra immédiatement passer en Russie pour représenter le Saint-Siège dans une direction générale des secours catholiques. Sans rien préjuger de sièges à créer ou de hiérarchie russe à unir, cet évêque ayant acquis de la compétence, serait un intermédiaire très agréé entre le Saint-Siège et l’épiscopat russe, sans offenser les Polonais. Peut-être même, comme le nonce de Suisse va maintenant représenter le Saint-Siège parmi les Croix Rouges, cet évêque pourrait être admis dans l’organisme que la Société des Nations crée pour les émigrés russes […] ; par cette porte, le Saint-Siège entrerait dans la Société des Nations358.

  • 359Ibid., f. 7-8 : Cerretti à Gasparri, Paris, 29.09.1921, Nonciature France N°147, italien.
  • 360Ibid., f. 11 : Władysław Skrzyński à Pizzardo, Rome, 23.02.1922, Légation de Pologne N°147/22, fra (...)
  • 361Ibid., f. 16 : Gasparri à Skrzyński, 20.03.1922, N°1046, italien.

104Cette dimension russe et internationale du projet de d’Herbigny avait été jugée par Cerretti « chose […] encore trop lointaine pour pouvoir exprimer un jugement sûr »359. En revanche, la Légation de Pologne près le Saint-Siège flaira immédiatement le danger pour les intérêts polonais. Deux jours après la nomination de Chaptal, la Légation présente un mémorandum sur la situation des « Russes séjournant en Pologne » en assurant qu’ils ont « la plus grande facilité pour s’entendre avec les Autorités Ecclésiastiques locales » : l’État polonais, pensant que « les catholiques russes habitant la Pologne » devraient s’adresser à Paris, s’inquiète des difficultés que cela créerait aux intéressés (formalités coûteuses) mais aussi des tensions qui naîtraient avec le clergé polonais à qui cette mesure donnerait « l’impression pénible d’un certain manque de confiance à son égard »360. Ces inquiétudes polonaises sont démenties par la Secrétairerie d’État en mars 1922 qui remet une copie de l’acte de nomination de Chaptal précisant que la juridiction de l’évêque se limite à la France361.

  • 362  AHAP, 9K2 9a.
  • 363  AHAP 9K2 9c : Chaptal à Tacci, 14.10.1924, français.
  • 364Informations. France. 1. À Paris. L’action pour l’union des Églises, dans L’Union des Églises, 09- (...)

105Cependant, de façon assez paradoxale, Paris dispose dès 1922 d’un évêque auxiliaire chargé des étrangers mais d’aucun lieu de culte destiné spécifiquement aux Russes. En effet, s’il existe une église diocésaine des étrangers (située 33 rue de Sèvres) depuis décembre 1923362, le souhait d’une « chapelle destinée uniquement aux Russes et dans laquelle devra être célébré régulièrement le rite slave catholique », clairement exprimé dès 1924363, n’est réalisé qu’en 1928. Mgr Evreinov deviendra alors le desservant de l’église russe de la Sainte-Trinité (avenue de la Sœur Rosalie dans le 13e arrondissement), sous la direction de Mgr Chaptal364.

  • 365  N. Struve, Soixante-dix ans d’émigration russe… cit., p. 17.
  • 366  K. Schlögel (éd.), Russische Emigration in Deutschland, 1918 bis 1941 : Leben im europäischen Bürg (...)
  • 367  AA.EE.SS., IV, Germania, pos. 529, fasc. 56, f. 4 : Borgongini Duca à Pacelli, 14.02.1923, Seg. St (...)
  • 368Ibid., f. 5 : Pacelli à Gasparri, 23.02.1923, Nonciature Bavière N°26610.
  • 369  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 6-7 : Gaspare Julius à Pacelli, Munich, 08.06.1923, i (...)
  • 370  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 77-85 : Grum-Gržimajlo, « Il rapporto sulla mia missi (...)
  • 371  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 90 : lettre de la nonciature à Korolevskij (C/O Nonci (...)
  • 372 Ibid., f. 77-85 : Grum-Gržimajlo, « Il rapporto sulla mia missione tra i emigranti russi a Berlino (...)
  • 373Ibid., f. 113 : Secrétairerie d’État à Pacelli, Vatican 03.06.1924, Seg. Stato N°31305.

106Si Berlin constitue dans la première moitié des années 1920 la « véritable capitale de l’émigration »365, concentrant en 1923 560.000 Russes366 (soit plus de la moitié de l’émigration russe d’alors), cette population décroît rapidement pour atteindre 100.000 personnes à la fin des années 1920. Dès 1923, la Secrétairerie d’État souhaite s’inspirer du modèle français et charge le nonce Pacelli d’étudier un projet de nomination de « deux nouveaux évêques auxiliaires pour les Eminentissimes Bertram et Faulhaber » à Berlin et à Munich367. Cependant, les évêques allemands ne sont pas pressés d’agir368 et la personne idoine pour la direction de l’œuvre n’est pas facile à trouver malgré les efforts du nonce. Un prêtre allemand du diocèse de Munich parlant le russe, Kaspar Julius (né en 1867) refuse ainsi de s’engager dans une œuvre « dont l’issue est assez incertaine »369. Un prêtre exilé de Russie, de rite byzantino-slave – le père Serge Grum-Gržimajlo (1866-1945), d’une grande famille d’origine polonaise et prêtre ordonné dans le rite latin en 1910 – est finalement chargé en janvier 1924 d’organiser une chapelle370. Un culte en rite byzantin se développe donc à Berlin avec le soutien de la Congrégation Orientale qui envoie des livres liturgiques371. Selon Grum-Gržimajlo, l’effort doit porter sur les « orthodoxes convaincus et pratiquants », tout en veillant à séparer clairement l’action charitable de la propagande religieuse372. Cependant, dès le printemps 1924, des plaintes parviennent à la Secrétairerie d’État sur la personne du père Serge et la nonciature cherche vite un remplaçant373.

  • 374  Sur Berg, voir F. Betker (éd.), “Pro fide et patria !” Die Kriegstagebücher von Ludwig Berg 1914-1 (...)
  • 375  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 32, fasc. 2, f. 86-97 : Berg, « Rapport sur la pastoration des Russes (...)
  • 376  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 27, fasc. 1, f. 4 : Pizzardo à Pacelli, Vatican, 24.11.1924, N°36509, (...)
  • 377  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 32, fasc. 2, f. 86-97 : Berg, « Rapport sur la pastoration des Russes (...)
  • 378  L. Berg, Die römisch-katholische Kirche und die orthodoxen Russen, Berlin, 1926 [russe Римско-като (...)
  • 379Nouvelles-Allemagne, dans Stoudion, février 1927 (IV-1), p. 36-37.
  • 380  Les archives de la nonciature de Berlin ne laissent aucun doute sur le motif de ce renvoi : après (...)

107En octobre 1924, sur une proposition qui semble venir du Ministère des Cultes prussien, l’abbé Ludwig Berg (1874-1939) – un prêtre non russophone ordonné en 1898 qui a exercé comme aumônier au Quartier-Général de 1915 à 1918 et, après la Guerre, auprès de la société missionnaire « Franziskus-Xaverius-Missionsverein » à Aachen – est mis à la disposition des Russes de Berlin sous la direction de Mgr Bertram, l’évêque de Breslau, mais surtout du nonce Pacelli374. Parmi les 100.000 Russes de Berlin, Berg évalue les catholiques à quelques douzaines. Dès son arrivée dans la capitale du Reich, Berg fait passer chaque semaine une annonce dans les journaux russes indiquant que « les Russes, catholiques-romains de confession, sont priés de [lui] faire savoir leurs adresses » : le prêtre allemand reçoit alors 42 réponses. Malgré son enthousiasme pour le rite slave, considéré « plus conforme à la psyché de l’Orient », l’abbé Berg se propose d’organiser la chapelle dans le rite latin en ajoutant des prières et des chants en russe avant de passer progressivement au rite oriental375. Il est aidé dans sa charge par Mgr O’Rourke, russophone et alors administrateur apostolique de Dantzig, qui a proposé son aide « au Saint-Père pour s’occuper des Russes dans la partie septentrionale de l’Allemagne »376. Cependant, le père Berg développe surtout son activité dans le champ apologétique et politique. Il met d’emblée un point d’honneur à effectuer des rencontres au sommet avec des personnalités de l’émigration, comme le grand-duc Cyrille (26 novembre 1924), le général Wrangel (16 décembre 1924) ou encore Mgr Tikhon (Lâŝenko), évêque orthodoxe de Berlin et de l’Allemagne depuis 1924 (1er février 1925)377. L’abbé Berg publie également trois ouvrages, dont deux sont traduits en russe378. Ces ouvrages apologétiques sont mal reçus par le milieu orientaliste catholique, comme l’ouvrage Die römisch-katholische Kirche und die orthodoxen Russen, épinglé par Cyrille Korolevskij qui s’exclame : « quelle mixture ! […] tout cela montre comment on ne doit pas aborder ces questions sans une très longue et sérieuse préparation »379. Cependant, Berg doit quitter précipitamment son poste début 1927 pour une affaire de mœurs380.

  • 381 КЭ, II, col. 1420-1422 (A. Ûdin). Il fut le premier mari de la célèbre mère Marie Skobtsov (1891-1 (...)
  • 382  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 27, fasc. 4, f. 11 : reçu signé Kuzmin-Karavaev, Berlin, 23.09.1927.
  • 383  La Congrégation pour l’Église orientale rappelle ainsi qu’un rescrit du Saint-Office du 25 janvier (...)
  • 384  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 43, f. 6-8 : Kuzmin-Karavaev à d’Herbigny, Berlin, 31.07/06.08.1 (...)
  • 385  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 44, f. 3 : Orsenigo à d’Herbigny, Berlin, 05.12.1931, Nonciature (...)
  • 386Ibid., f. 23-24 : Dloussky à « Votre Excellence », Berlin, 19.04.1933.
  • 387  D. Attwater, revised by C. Simon, Leonid Feodorov and the Catholic Russians, dans C. Simon, Russic (...)

108Son départ permet une ré-orientalisation du groupe russe avec l’arrivée à Berlin en 1927 du père Dimitri Kuzmin-Karavaev (1896-1959), un orthodoxe converti au catholicisme après la révolution et qui a suivi sa formation cléricale à Rome au Collège Grec381. Dès 1927, Kuzmin-Karavaev reçoit des livres liturgiques slaves de la Congrégation pour l’Église orientale382. Cependant plusieurs difficultés demeurent : les fidèles restent peu nombreux et le prêtre peine à trouver un chœur catholique pour animer les offices si bien qu’il doit faire venir un chœur « schismatique »383. Par ailleurs, les liaisons politiques de Kuzmin-Karavaev, notamment autour d’une certaine « Družina » (drougine), rassemblant des membres orthodoxes et protestants, anciens officiers de l’Armée blanche, s’engageant à réciter la « prière pontificale “Salvator mundi salva Russiam” » et à porter « des petites croix d’or avec des lettres latines SMSR gravées sur le revers »384, posent problème. Le nonce à Berlin, Orsenigo, perçoit dès 1931 le danger de cette association, tentée par la politique385 et son intuition se révèle bonne : en avril 1933, en pleine instauration du régime hitlérien, tous les membres de la Družina seront écroués pour « espionnage »386. En 1931, le remplacement de Kuzmin-Karavaev par Vladimir Dloussky, un prêtre plus jeune (1896-1967), originaire d’une grande famille de l’aristocratie russe et formé à Rome387, permet enfin de stabiliser cette petite communauté.

  • 388  ACO, PCPR, 435/28, doc. 47 : Van Caloen au président général de l’OPPF à Rome, « Rapport sur l’œuv (...)
  • 389  ACO, PCPR, 32/28, fasc. 1, doc. 1 : d’Herbigny, « Commissione pro Russia. Nota del Relatore all’Em (...)
  • 390  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 654, fasc. 36, f. 4-17 : Cirillo Karalevski à Pie XI, Vienne, 13.04.19 (...)
  • 391  ACO, PCPR, 237/28, fasc. I, doc. 7 : Arata à Gasparri, Prague, 03.12.1925, Nonciature Tchécoslovaq (...)
  • 392Ibid., fasc. II, doc. 28a : Semiackij à la Pro Russia, 05.02.1931.

109Au-delà des centres de Paris et Berlin, d’autres villes ont vu se développer dès les années 1920 de petites communautés russes-catholiques. En France, on peut citer les communautés de Nice et de Lyon. À Nice, une œuvre catholique pour les émigrés commence en 1923 sous l’impulsion de Mgr van Caloen (école, bureau de secours et bureau de placement). Dès 1924, l’œuvre comprend un volet spécifiquement religieux avec l’établissement d’une chapelle et devient une œuvre diocésaine. En 1925, l’œuvre s’installe au 20 avenue de Pessicart sur un terrain plus adapté mais rencontre rapidement des problèmes, notamment financiers388. À Lyon, une petite communauté s’organise et un projet de création d’une chapelle est réalisé sous l’impulsion de Michel d’Herbigny dès 1927, qui bénéficie du soutien du cardinal Maurin389. En Europe centrale, une communauté est rapidement mise en place à Prague, haut lieu de l’émigration. Le père Gleb Verhovskij y organise au début des années 1920 (avant de partir pour Chicago en 1925) le culte dans l’église Sainte-Croix de la rue Na příkopě avec un service religieux régulier le samedi et le dimanche accompagné d’un choeur à sept voix390. Par la suite, cette église est desservie par le père Trophime Semiackij391, aidé par moments du père hollandais Fedor Strottman, et ce jusqu’en 1931, moment où cette communauté entre en crise notamment suite à la démolition de l’église392.

Vers un évêque de rite slave pour les Russes en Europe ?

  • 393  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927, N.33, Prot. 2352, Commissio (...)
  • 394  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza… Commissione per la Russia… Circa l’isti (...)
  • 395  C’est le cas de la conversion en 1923 de Mgr Serge Dabitch (Dabič) (1877-1927), archimandrite qui (...)
  • 396  Sur Fabian Abrantowicz (1884-1946), voir КЭ, I, col. 11-12 (A. Ûdin). Prêtre depuis 1908, il suit (...)
  • 397  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927, N.33, Prot. 2352, Commissio (...)
  • 398 Ibid., p. 25-26 (sommario num. VIII, lettre de Chaptal, Paris, 22.05.1926), p. 27 (sommario num. I (...)

110Dès le milieu des années 1920 et malgré les difficultés concrètes des créations de chapelles (ou à cause de ces difficultés), la Commission pro Russia examine lors de son congrès du 15 décembre 1925 le projet de nomination d’un évêque de rite byzantino-slave pour les « Russes catholiques de ce rite, répandus un peu partout en Europe, à l’image des Russes dissidents eux-mêmes ». Si le lieu de résidence de l’évêque n’est pas mentionné, la Pologne est d’emblée exclue du projet393. En janvier 1926, la Commission consulte le nonce en Pologne, Mgr Lauri, qui prend l’avis de Mgr Szeptyckyj, Mgr de Ropp et du jésuite Jan Urban. L’archevêque de Mohilev s’oppose à la création d’un ordinaire spécifique et propose la nomination d’un visiteur, éventuellement évêque, dépendant des ordinaires locaux. Mgr Szeptyckyj et le père Urban sont en revanche plutôt favorables à ce projet. Le métropolite ruthène propose de nommer à la tête de ce « diocèse » Mgr Fëdorov s’il peut s’exiler d’Union soviétique. Quant au père Urban, il insiste sur la nécessité d’exclure la Pologne du projet d’organisation des Russes catholiques en Europe. Mgr Lauri conclut de cette consultation que la nomination d’un évêque pour les Russes pourrait être une bonne chose mais délicate à réaliser394. Ainsi, alors que les espoirs formulés au début des années 1920 de conversions nombreuses au sein de l’épiscopat orthodoxe s’évanouissent progressivement et que les conversions au catholicisme de personnalités du clergé se révèlent souvent décevantes395, l’Église catholique s’oriente vers l’ordination épiscopale de prêtres catholiques de rite slave. Michel d’Herbigny élabore alors une première liste de candidats : Abrikosov, Fëdorov, Chaptal, Evreinov, Fabian Abrantowicz396 et Matulewicz, ce dernier étant – avant sa mort en janvier 1927 – » le principal candidat »397. Les évêques de Paris ayant fait part de leur scepticisme à l’égard de la candidature de Mgr Evreinov398, le processus reste bloqué durant plusieurs mois.

  • 399 Ibid., p. 22-25, sommario Num. VII, Voto de d’Herbigny, Rome, 20.10.1926, italien.
  • 400  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 295 : Ponenza « I Russi fuori di Russia. Come sistemare il lavo (...)

111En octobre 1926, à son retour de Russie, d’Herbigny reprend ce dossier en insistant sur le fait que bien que le « nombre des Catholiques Russes […] [soit] encore très restreint », un ordinaire avec caractère épiscopal serait utile d’un point de vue pastoral car ces derniers « sont exposés à de nombreuses douleurs, à de nombreuses excitations particulièrement graves pour leurs âmes délicates et sensibles » que les ordinaires latins ne savent pas résoudre. Des motifs d’organisation ecclésiastique s’y ajoutent, comme la nécessité pour les prêtres russes en formation d’avoir un évêque et l’utilité pour Rome de se décharger de la gestion des petites affaires quotidiennement soumises. Enfin un problème concret – presque inavouable – se pose car un archevêque russe souhaite se convertir et Rome ne semble pas souhaiter qu’un jeune converti se retrouve à la tête de la hiérarchie par le simple jeu de la reconnaissance de la validité des ordinations orthodoxes399. En novembre 1926, la Commission pro Russia reprend l’ensemble de ses projets pour « les Russes en dehors de la Russie »400. En 1927, deux projets de nomination de prélats sont présentés aux cardinaux de la Congrégation pour l’Église orientale : l’un pour les Russes en Europe (Russie et Pologne exclues), l’autre en Chine.

  • 401  Lettre de la Commission pro Russia au nonce de Varsovie, Rome, 15.02.1927, N°19958/26, mentionnée (...)
  • 402  Sur Petr Bučys (1872-1951), voir КЭ, I, col. 795-796 (A. Ûdin). Formé à Saint-Pétersbourg et à Fri (...)
  • 403  C. Simon, Pro Russia… cit., p. 277 sq.
  • 404  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927… Circa l’istituzione d’un Pr (...)
  • 405  ACO, PCPR, 407/28, doc. 9 : Risoluzioni della Plenaria del giorno 11 novembre 1927 – Prelatura per (...)

112En février 1927, le nonce en Pologne est de nouveau interrogé sur les candidats possibles pour un prélat en charge des Russes en dehors de la Pologne et de la Russie401. De nouveaux candidats apparaissent : Mgr Lozinski, le marianiste Bučys402, le père Piątkiewicz, jésuite polonais passé au rite oriental et alors supérieur de la Missio orientalis à Albertyn de 1925 à 1933403 et Marc Glaser, dont le profil avait déjà intéressé le Saint-Siège en 1925 mais qui refuse de passer au rite byzantin. Une ponenza est imprimée à l’automne 1927 et expose aux cardinaux les alternatives possibles : création d’un seul poste pour toute l’Europe ou alors d’un poste par pays, mais aussi nomination d’un prélat avec ou sans caractère épiscopal404. Ce dossier est examiné par une réunion de cardinaux de l’Orientale le 11 novembre 1927. Le cardinal ponent est Mgr Cerretti (qui avait, comme nonce à Paris, favorisé la nomination de Mgr Chaptal comme évêque auxiliaire des étrangers) et la réunion se déroule en présence des cardinaux van Rossum (préfet de la Propagande), Franz Ehrle, Lorenzo Lauri (ancien nonce en Pologne) et Sincero (secrétaire de l’Orientale). Les cardinaux refusent d’instituer un prélat unique pour les Russes résidant en Europe en dehors de la Russie et de la Pologne (dubbio n° 1) mais acceptent l’idée d’un ecclésiastique russe sans caractère épiscopal pour chaque pays (dubbio n° 2). Pour la France, la candidature de Mgr Evreinov est approuvée avec le titre d’archimandrite (dubbio n° 3). Pie XI suit l’avis des cardinaux et décide même d’aller au-delà de leurs propositions en nommant Evreinov protonotaire apostolique ad instar participantium405. En revanche, aucune décision ne semble avoir été prise pour les autres pays.

Vers un ordinariat slave : Mgr Costantini et la structuration d’une communauté de rite byzantin à Harbin

  • 406  B. F. Pighin (éd.), Edizione critica del diario inedito del cardinale Celso Costantini : ai margin (...)

113L’organisation des catholiques russes en Mandchourie constitue un cas spécifique, pour lequel le Saint-Siège par l’intermédiaire de son délégué apostolique en Chine de 1922 à 1933 – Mgr Costantini406 – a joué un rôle décisif.

  • 407 М. И. Ефимова, Польские католики в Харбине (1897-1933 гг.), dans Г. С. Шлапунов, Е. Н. Гернолуцкая(...)
  • 408  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 413-414 : Costantini à Van Rossum, Pékin, 09.09.1923, Dél (...)
  • 409  Cf. p. 403.
  • 410  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 430-432 : rapport de Costantini, Pékin, 03.11.1923, Délég (...)

114Harbin, ville chinoise sous forte influence russe au temps de la construction du chemin de fer de l’Est chinois, comptait avant 1917 deux églises catholiques : l’église Saint-Stanislas qui accueillait des fidèles d’origine surtout polonaise407 et une église catholique liée au vicariat apostolique de Mandchourie septentrionale qui s’occupait des Chinois. Après la Révolution, on compte plus de 150.000 Russes en Mandchourie (dont 75.000 à Harbin). Une nouvelle église de rite latin (Saint-Josaphat) est édifiée. Cependant, l’établissement d’une communauté catholique de rite byzantin à Harbin doit beaucoup au délégué apostolique en Chine. Dès 1923, Mgr Costantini cherche à cultiver des « vocations russes, contre la tendance des prêtres polonais dont les préférences vont à une église polonaise »408. Après un séjour à Harbin, il envoie en novembre 1923 à la Propagande un rapport très complet sur l’action à mener en Mandchourie dans la perspective de « la complexe question du retour de l’Église russe à l’unité catholique ». Alors que les protestants ont quatre églises en construction, les catholiques ne disposent que de peu de moyens et sont handicapés par la dépendance hiérarchique de Vladivostok409. Mgr Costantini propose d’« établir à Harbin une Église orientale-unie, sur le modèle de celle de Pétersbourg » dont le bâtiment ne devra pas être « inférieur aux autres églises orthodoxes de Harbin » (programme ambitieux lorsque l’on songe à l’imposante cathédrale Sainte-Sophie, qui date de 1907 mais a été agrandie à partir de 1923). Costantini évoque également la création d’un collège pour les orphelins et les enfants qui sera une « source de vocations » et la fondation d’un séminaire oriental-uni destiné à former un « clergé nouveau […] vraiment romain [qui] sera sûr », une congrégation religieuse de rite oriental-uni avec l’obligation du célibat pour en faire un vivier d’évêques et enfin une œuvre de presse avec des ouvrages sur l’union410. De ce vaste projet initial émergent rapidement la chapelle byzantine et la fondation d’œuvres éducatives, tant pour les garçons que pour les filles, dont sont chargées les Franciscaines Missionnaires de Marie.

  • 411  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 49sq : Ponenza – Anno 1927, s. n. Prot. 334/28, Commiss (...)
  • 412Ibid., p. 12-13 (sommario num. V – demande d’informations à Lauri, 13.03.1926), p. 13 (sommario nu (...)
  • 413Ibid., p. 17-18 (sommario num. IX – rapport pour l’audience, 24.04.1926).
  • 414Ibid., p. 18-19 (sommario num. X – lettre au délégué apostolique de Chine, Rome, avril 1926), p. 1 (...)
  • 415Ibid., p. 3, italien.
  • 416  Decretum erectionis Ordinariatus Harbinensis in Sinis (20.05.1928), dans AAS, 1928 (20), p. 366-36 (...)
  • 417  R. Kolupaev, Католические общины cit.

115Cependant, de 1923 à 1925, Mgr Costantini insiste pour que le Saint-Siège crée à Harbin une organisation hiérarchique plus forte411. Une recherche de candidat est menée en mars-avril 1926 et le nom d’Abrantowicz semble s’imposer412. Le 24 avril, ce projet est présenté au pape en audience413 qui demande une expertise financière préalable. Cette expertise, réalisée en juin, prévoit d’importantes dépenses : honoraires de 60-75.000 lires annuelles, 2.400 lires mensuelles pour l’église et des fonds pour la bienfaisance414. Le dossier n’est alors repris qu’un an plus tard. En avril 1927, la Congrégation pour l’Église orientale propose d’« instituer un prélat avec juridiction ordinaire pour les Russes demeurant dans l’Extrême-Orient (Chine, Corée et Japon) »415. Finalement, un an plus tard, le 20 mai 1928, est érigé un « Ordinariat pour les Russes de rite byzantino-slave dans l’Empire chinois »416. À la tête de l’exarchat est placé Fabian Abrantowicz, avec le titre d’archimandrite (1928-1934), auquel succédera de 1934 à 1939 Vendelín Javorka, l’ancien recteur du Russicum. Des anciens élèves du Russicum et des pères marianistes (de l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie, M.I.C.) viennent renforcer le clergé de l’exarchat. En 1935, l’exarchat slave de Harbin comptera 5 prêtres et un prêtre-moine, un diacre, quatre moines, 12 moniales ursulines, 14 franciscaines, pour 150 fidèles417.

La néo-union en Pologne

  • 418  Cf. A. S. Kowalczyk, Warschau : die russische Emigration in Polen, dans K. Schlögel (éd.), Der gro (...)
  • 419L’Unité de l’Église, 05-06.1933 (n°60), p. 86-89.
  • 420Китежъ [Kitège], Varsovie, Organe des Russes catholiques de Pologne de 1927 à 1931 ; Христiанинъ. (...)
  • 421  Cf. K. Sadkowski, From ethnic Borderland to Catholic Fatherland : The Church, Christian Orthodox, (...)

116Comme on l’a signalé plus haut, le cas des Russes résidant en Pologne fait l’objet d’un traitement spécifique. En effet, ce cas recouvre en fait deux réalités. D’une part, la Pologne compte des émigrés russes comme on en rencontre dans les autres pays d’Europe : majoritairement de confession orthodoxe, ayant fui la Russie au moment de la Révolution et venus s’installer dans les grandes villes418. C’est dans ce cadre que des communautés catholiques se développent à Varsovie et Wilno419, dont plusieurs périodiques en russe témoignent de la vitalité420. Cependant, on désigne également comme « russes » les populations essentiellement rurales des anciennes marches occidentales de l’Empire récupérées par la Pologne à la faveur du traité de Riga, dont l’histoire a été marquée par l’existence de diocèses uniates entre la fin du XVIe siècle et le milieu du XIXe siècle, comme la région de Chełm421.

  • 422  Nous suivons ici E. Przekop, Le Saint-Siège et ses tentatives d’union à l’égard de l’Église orthod (...)
  • 423  ACO, PCPR, 316/32.
  • 424  ACO, PCPR, 230/29, fasc. I : Sincero / Cicognani, Laudabili sane – « Instructio de cura spirituali (...)

117Une action spécifique est alors menée en direction de ces populations par les ordinaires latins de Pologne orientale : la « néo-union »422. Dès 1919, Mgr Ratti évoque avec Mgr Przeździecki, évêque du diocèse de Podlachie, la création d’un clergé biritualiste. En 1923, Pie XI autorise Mgr Przeździecki à créer des paroisses de rite slave dans son diocèse et, en 1925, cette possibilité est étendue aux ordinaires des diocèses de Wilno, Pinsk, Luck et Lublin. Le concordat polonais de 1925 ne prévoyant pas la création d’une hiérarchie autonome de ce rite, la néo-union est placée sous la direction du nonce en Pologne et de la Congrégation pour l’Église orientale423. Le décret Laudabili sane du 20 août 1929 de la Congrégation orientale interdit, par exemple, le « biritualisme » comme règle générale mais admet ce dernier dans certains cas424.

118Plusieurs ordres religieux prennent part à ce mouvement de néo-union : les jésuites (qui se spécialisent dans la formation de prêtres de rite slave à Albertyn et à Dubno), mais aussi les rédemptoristes, capucins, pallottins, basiliens, marianistes et les résurrectionnistes. Malgré les efforts des religieux et des évêques polonais, les résultats restent limités : en 1929, selon une source ecclésiastique, il y avait en Pologne 26 paroisses, 22 églises, 25 prêtres diocésains, 7 religieux, 16.504 fidèles de rite oriental.

Former une élite dans l’émigration : soutenir des institutions complémentaires

119Au-delà de ces efforts de structuration paroissiale ou diocésaine, le Saint-Siège soutient, de façon plus ou moins directe, des institutions destinées aux émigrés russes, souvent dirigées par des congrégations religieuses et situées en dehors de Rome. Il s’agit essentiellement d’institutions de formation pour le clergé et, plus rarement, des laïcs.

  • 425  AFSJ, E-ME 2 : rapport du p. Baille, Constantinople, 10.10.1921.
  • 426  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/2 : Préhistoire de St-Georges : Note sur (...)

120Après la révolution, la fermeture des séminaires en Russie, la dispersion des séminaristes à l’étranger mais aussi les conversions de clercs orthodoxes, rendent nécessaire le regroupement de ce clergé en (ré)formation. Dès 1921, à Constantinople, les jésuites hébergent et accompagnent des étudiants en théologie de nationalité russe et de confession orthodoxe. L’objectif des jésuites, en répondant à cette demande de cours de théologie, est que « par là […] l’influence de la doctrine catholique commencera à se faire sentir dans l’enseignement orthodoxe lui-même, préparant ainsi la voie à un plus grand rapprochement »425. À Constantinople, il ne s’agit donc que d’exercer une influence indirecte « pro-catholique » sur le clergé orthodoxe. Cependant, dans la continuité de ce premier essai, sont réunis à Lyon au début des années 1920 neuf jeunes russes convertis se destinant au sacerdoce catholique. Les difficultés rencontrées par les pères jésuites dans l’encadrement de ces jeunes sont si grandes que cette œuvre se dissout d’elle-même. En effet, l’hétérogénéité du groupe est telle, à la fois du point de vue de l’âge, de la formation intellectuelle, du niveau en français, de la situation familiale (certains sont mariés), que les jésuites sont contraints de les affecter ailleurs selon leurs affinités. Deux d’entre d’eux sont toutefois orientés vers le séminaire Saint-Basile de Lille, d’où ils ressortiront prêtres (Spassky est ordonné en décembre 1927 et Richter en juin 1929)426. Il convient donc de s’interroger sur ces institutions de formation, en particulier dans l’espace francophone qui a été souvent sollicité dans le cadre de l’apostolat russe et dont les archives sont particulièrement riches. Sans proposer ici des études de cas exhaustives, on se demandera dans quelle mesure et selon quelles modalités la tutelle romaine s’est exercée sur ces institutions locales.

1923 : le séminaire Saint-Basile de Lille

  • 427  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Lagier à « très révérend père », Paris, 20.07.1923.

121En juillet 1923, le Saint-Siège, par l’intermédiaire du cardinal Gasparri, sollicite Mgr Lagier, directeur de l’Œuvre d’Orient, pour « la fondation de ce Séminaire [qui] tient au cœur du Très Saint Père ». Il s’agit d’un séminaire destiné à former des prêtres d’origine russe dans le rite byzantino-slave, que l’on souhaite confier à des pères de la province dominicaine de France mais qui sera officiellement placé sous le patronage de l’évêque de Lille tout en « demeur[ant] en la dépendance morale de la Sacrée Congrégation Orientale et du Souverain Pontife ». Pie XI contribue de façon décisive au financement avec un don initial de 40.000 francs et une contribution annuelle prévue de 20.000 francs. Le choix de la ville de Lille semble avoir été dicté par des raisons financières car dans le Nord « le budget de cette œuvre ne sera pas difficile à trouver »427.

  • 428Ibid.
  • 429A posteriori, le supérieur du Séminaire écrit même à ce propos : « Notre séminaire, en effet, s’es (...)
  • 430  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Rapport sur l’ouverture et l’état présent du sémin (...)

122La fondation de ce séminaire dénote un véritable effort de russisation et d’orientalisation de la formation des prêtres pour la Russie. Bien qu’en juillet 1923, la question de savoir si on peut « accepter des élèves de race autre que la russe pour en faire des prêtres de rite russe » soit « à l’étude »428, elle est résolue négativement, malgré l’exception faite pour Paulin Scolardi429. À ce choix d’un public de séminaristes exclusivement russes s’ajoute une orientalisation progressive de la liturgie. À partir du printemps 1924, la liturgie slave est célébrée grâce à l’arrivée du prêtre bulgare Nikolov. Par ailleurs, le père Foulon (1878-1972) interroge la Congrégation pour l’Église orientale sur plusieurs points concernant la formation des prêtres au rite oriental430.

  • 431  Sur Omez, voir D. Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910- ann (...)
  • 432  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Jean Omez à « mon très révérend père », Lille, 12.10 (...)
  • 433Ibid., Omez à « mon très révérend père », Lille, 13.12.1924, français.

123Ce processus de russisation et d’orientalisation n’est pas sans créer des tensions au sein des dominicains. Le père Henri-Jean Omez (1892-1968), familiarisé avec la langue russe pendant la Première Guerre mondiale431, entre en octobre 1924 au service du séminaire Saint-Basile. Dès cette période, il manifeste le souci de « se faire Russe » et demande à son supérieur de pouvoir se laisser pousser sa barbe comme « le Règlement du Séminaire [l’]exige » pour les séminaristes et en « suivant […] l’exemple […] des pères du Collège Grec ». Au-delà de cette question d’apparence, le père Omez s’interroge sur « l’éventualité de [s]on passage au rite bizantino-russe [sic] » et demande des précisions sur la signification d’un tel changement de rite : « s’agirait-il seulement de l’autorisation de célébrer la Sainte Liturgie suivant le rite oriental ? ou bien faudrait-il songer à choisir entre l’un des deux rites, comme le P. Bourgeois S. I. ». La seconde option a bien sûr toutes les faveurs du jeune dominicain, selon qui « pour pénétrer vraiment l’âme religieuse de nos chers Russes », il faut « non seulement […] connaître mais […] pratiquer réellement en union avec eux leur vénérable liturgie ». Plus généralement, l’apostolat russe passe pour lui par une acculturation volontaire et « l’étude de leur psychologie et de leurs traditions »432. Cette acculturation se traduit chez le dominicain surtout par un effort intellectuel (connaissance de la « théologie orientale » et de la « pensée philosophique et religieuse ») et d’adaptation liturgique au rite slave433. L’enthousiasme orientalisant du père Omez provoque immédiatement un conflit avec le supérieur du Séminaire Saint-Basile, le père François Foulon. Ce dernier, qui a accepté par obéissance cette mission à Lille, vit difficilement les reproches de son jeune confrère. Il justifie alors sa position auprès de son supérieur et avoue son incapacité d’acculturation, qu’il considère d’ailleurs superflue pour la réussite de sa mission :

  • 434  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : François Foulon à « mon très révérend père », Lille, (...)

je crois comprendre la mentalité russe, ce qui ne veut pas dire que je la fais entièrement mienne. […] On s’inquiète aussi de savoir si j’ai beaucoup de sympathie pour les Russes ? Un de ces jours l’on me demandera sans doute d’effeuiller la marguerite pour décider de la réponse ? Non, je n’ai pas beaucoup de sympathie naturelle pour les Russes. Mais là encore je ne crois pas ce sentiment indispensable. À défaut de cette sympathie, je tâche de pratiquer ici la justice et la charité à l’égard de tous434.

  • 435  C. Simon, Russicum… 2… cit., n. 28 p. 28.
  • 436  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe. Souvenirs, Nice, 1979, p. 152.
  • 437  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Dumont, « Rapport sur la situation morale et financi (...)

124Ces débats et indécisions sur le degré d’acculturation du Séminaire russe de Lille expliquent certaines ambiguïtés de l’institution et son échec relatif. En effet, sur 28 séminaristes, seuls 4 achevèrent leur formation dans l’établissement : Spassky, Richter, Dloussky et Scolardi435. Selon Scolardi, qui écrit ses mémoires à la fin des années 1970, « l’une des failles la plus évidente [est] la forme latine du célibat ecclésiastique » : il cite alors une anecdote sur un séminariste qui présenta au supérieur de Saint-Basile « sa fiancée, une étudiante française de l’Université Catholique et… il demanda normalement d’être marié par lui. L’affaire en soi était régulière pour ce russe ». Finalement, le mariage eut lieu mais « l’étudiant par son mariage s’était exclu du Séminaire »436. Cette décision d’exclure un séminariste désireux de se marier ne concorde pourtant pas avec les « premières instructions reçues de la S. Congrégation » sur la question du célibat au début des années 1920 dont le principe était de « laisse[r] libre[s] [les séminaristes] de suivre les coutumes de l’Église orientale en ce qui concerne le mariage »437.

  • 438  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Lagier à « très révérend père », 29.09.1923.
  • 439  Cf. supra, p. 318 sq..
  • 440Un Séminaire Russe à Lille, dans La Semaine religieuse du diocèse de Lille, 1923, p. 651-652.
  • 441  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Foulon à « mon très révérend père », Lille, 20.12.19 (...)

125Quant au soutien romain, la situation se révèle vite complexe. En septembre 1923, Mgr Lagier explique que ce soutien doit rester secret car « à cause de circonstances délicates, le Saint-Siège ne peut pas paraître prendre Lui-même l’initiative de ces maisons d’apostolat russe qu’Il encourage et bénit et désire »438. Ces « circonstances délicates » sont probablement liées à la situation de la Mission pontificale d’aide et aux suites du procès des catholiques de Pétrograd439. Malgré le secret imposé, les dominicains cherchent à manifester un lien avec Rome. Dès 1923, pour obtenir des financements, le Séminaire Saint-Basile souligne discrètement que l’œuvre est « né[e] de la particulière sollicitude manifestée par le Saint-Siège en faveur du retour des Orthodoxes à l’Unité romaine »440. Pour le nouvel an 1924, le père Omez propose au père Foulon « d’envoyer les souhaits du Séminaire au S. Père à l’occasion du 1er janvier et de faire présenter la lettre de manière qu’elle provoque une réponse du Pape que nous pourrions faire publier », mais le supérieur du Séminaire se demande « si le S. Père [voudra] se compromettre à [leur] sujet »441.

  • 442Ibid., Sincero au p. Raymond Louis (provincial des dominicains), Rome, 08.03.1926, SCO N°18366/26, (...)
  • 443  AOPF, III, A-19, « Commissio pontificia pro Russia » : Margotti au p. Gillet, Rome, 30.09.1927, CP (...)
  • 444Ibid., Sincero au p. Gillet, Rome, 19.01.1929, CPR N° 448/28, italien.

126Cette distance initiale, voulue par le Saint-Siège, se change pourtant, au fil des ans, en tutelle pesante. En mars 1926, la Congrégation orientale insiste pour que le prochain « changement de personnel dirigeant au Séminaire russe de Saint-Basile » soit fait dans le sens d’une russisation : « se faire russe avec les Russes (Farsi russo coi russi) : voilà la devise que doit revêtir celui qui sera choisi pour gouverner le Séminaire de Lille, auquel le Saint-Père tient tant »442. En 1927, alors que le père Gillet, supérieur de la province dominicaine de France, a nommé en août le père Jean Omez comme supérieur du Séminaire Saint-Basile, la Commission pro Russia refuse cependant de confirmer ce choix et n’accepte de donner à Omez que le titre de « Supérieur par intérim du Séminaire »443. Un an et demi plus tard, la Commission refuse de nouveau de confirmer le père Omez « étant donné qu’il n’est pas encore très avancé dans l’âge et dans l’expérience »444.

  • 445  Un professeur des Facultés catholiques de Lille raconte ainsi que, reçu en audience et expliquant (...)
  • 446Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 09.07.1927.
  • 447Ibid., lettre du p. Omez, Wilno, 14.07.1927.
  • 448Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 16.07.1927 et bilan pour le Chapitre, Lille, 15.07.1927.

127Malgré des témoignages indirects d’affection pontificale445, la défiance de Rome à l’égard de Saint-Basile s’installe à l’été 1927, lorsqu’un malentendu entre la Congrégation orientale et l’évêque de Lille empêche la tenue des ordinations projetées446. Le père Omez interprète cette situation comme une « comédie » révélatrice du fait que « le Séminaire n’a aucun crédit à Rome »447. Dans le bilan présenté au chapitre des dominicains, le supérieur du séminaire souligne que cette œuvre est « peu soutenue par la Congrégation [Orientale] » et l’objet d’« une espèce de défiance sourde, au moins de malentendu qui paralyse tout »448.

  • 449Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 02.02.1925 et copie de lettre de d’Herbigny, Ro (...)
  • 450Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 10.08.1925.
  • 451Ibid.
  • 452Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 13.08.1925.
  • 453Ibid., Invitation à la vente de charité, Lille, 25.02.1926, impr. français.
  • 454Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 16.07.1927 et bilan pour le Chapitre, Lille, 15.07.1927.

128Sur le plan financier, les relations entre le séminaire et les institutions romaines sont tendues jusqu’en 1934. En janvier 1925, Pie XI s’intéresse au « besoin d’extension » du séminaire Saint-Basile449. Le pape s’engage à offrir 100.000 francs, du moins d’Herbigny exprima-t-il cette « promesse formelle du Pape » au père Foulon450. Mais, en août 1925, lors d’une audience de responsables dominicains le pape revient sur cette « promesse faite » et, finalement, Mgr Pizzardo ne remet que 20.000 francs pour le séminaire. Le supérieur du séminaire s’indigne de cette « dérobade du Chef », « ce manque de parole que la théologie noterait sévèrement en lui-même et dans ses conséquences pour nous »451. Les dominicains cherchent alors à approcher le pape pour le « remettre […] en présence de sa promesse si nette »452. Malgré leurs efforts, les dominicains sont contraints de compter sur leurs propres forces pour financer le séminaire. Ils organisent alors une grande vente de charité et n’hésitent pas à commencer leur appel à la bienfaisance par une référence au « désir pressant de S[a] S[ainteté] Pie XI »453. Cette vente de charité se révèle un franc succès financier, notamment grâce aux relations du père Omez dans la bourgeoisie du Nord. À la fin des années 1920, le financement du séminaire est largement assuré par les ressources locales. En 1927, le Séminaire avait reçu 310.000 francs de dons et souscriptions, 140.000 francs de la vente de charité, 100.000 francs du pape, 20.000 francs d’autres profits, 15.000 francs d’honoraires de messe et de prédications, alors que « les recettes ordinaires de l’œuvre » sont assurées pratiquement à égalité par trois organisations catholiques : l’Œuvre d’Orient (15.000), une Œuvre américaine (12.000) et l’OPPF (10.000)454.

  • 455  ACO, PCPR, 384/28.
  • 456  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 99, f. 33 : Ropp à Pie XI, Varsovie, 08.08.1925.
  • 457 Ibid., f. 37 : Van Rossum à Sincero, Rome, 14.10.1925, SCPF N°2942/25.
  • 458 Ibid., f. 65-67 : « Programma cursum qui in Instituto pro Missionibus Lublinii anno schol. 1927/19 (...)
  • 459 Ibid., f. 88 : Sincero-Margotti à Ropp, Rome, 06.02.1929.
  • 460  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 100, f. 46 : note de d’Herbigny, 20.09.1933 et f. 50 : d’Herbig (...)

129Malgré la fondation du séminaire de Lille, la formation d’un clergé russe de rite oriental s’opère de façon assez dispersée pendant les années 1920 : certains prêtres venus de l’orthodoxie sont encore formés au Collège grec de Rome (le père Kuzmin-Karavaev y entre en octobre 1923 et est ordonné prêtre en juillet 1927)455 ou encore au séminaire des missions de Lublin. Ce séminaire, ébauché dès 1920 par Mgr de Ropp dans une perspective biritualiste, se met progressivement en place en 1923-1924 mais peine à obtenir le soutien du Saint-Siège456. En 1925, huit jeunes y vivent en commun et fréquentent en parallèle le séminaire diocésain457. Au séminaire, ils reçoivent une formation complémentaire en langue russe et sur les « orientalia »458. Cependant les autorités romaines (Pro Russia et Propaganda Fide) restent méfiantes tout au long des années 1920 face à cette institution, fragile financièrement et dont l’objet reste flou : s’agit-il d’un séminaire de missionnaires pour la Russie (donc sous la direction de la Pro Russia) ou pour les Russes résidant en Pologne (donc à la charge des ordinaires polonais) ? S’agit-il d’un séminaire pour les missionnaires en général ou uniquement pour la Russie ? Après une étude du dossier en 1928, le Saint-Siège refuse finalement en 1929 d’en approuver les statuts459 et le séminaire passe sous la direction des évêques polonais avant d’être supprimé en 1933, notamment par manque de financements et par suite du désengagement de Mgr de Ropp460.

Former une élite russe : le projet éducatif de Saint-Georges

  • 461  Premier rapport sur l’Internat, Archives de Saint-Georges, publié dans A. Elens, F. Rouleau (éd.), (...)
  • 462  La Congrégation orientale avait remis aux missionnaires 20 000 lires italiennes en novembre 1920 ( (...)
  • 463  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 15 et 19.

130Au-delà de la formation du clergé, qui va être largement remodelée dans les années 1930 avec la création du Russicum, il convient d’évoquer ici l’Institut Saint-Georges. Il s’agit d’un internat accueillant de jeunes garçons, fondé à Constantinople au printemps 1921461, qui fonctionne sur le principe de conservation de la langue et de la culture russe. Sa mise en place fut permise par l’arrivée à Constantinople en décembre 1920 de jésuites destinés à la Géorgie, formés pour la mission russe et bien dotés financièrement462. Déplacé à Namur en mars 1923, le groupe de Saint-Georges, formé de 38 enfants et de 12 adultes, s’implante en milieu belge et s’y développe : le nombre d’élèves avoisinera la soixantaine dans l’entre-deux-guerres463.

  • 464Ibid., p. 10-11. Sur Saint-Benoît, voir H. Dilan, La mission du lycée Saint-Benoît dans les relati (...)
  • 465  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 5 : prospectus « Internat Saint-Georges pou (...)
  • 466  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 19.
  • 467  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/3 Institut St-Georges historique : Intern (...)

131Derrière cette œuvre apparemment banale se cache un projet éducatif original : former des Russes en vue de leur retour en Russie. C’est ainsi que, dès 1920, le personnel encadrant est russe, formé de nombreux « anciens officiers de l’armée Wrangel ». Par ailleurs, des cours spécifiques « de langue, de littérature et d’histoire russes, des leçons de paléo-slave » sont prévus en plus du cycle des études au collège Saint-Benoît tenu par les lazaristes français464. Déplacé à Namur en mars 1923, l’établissement conserve sa vocation. Une brochure de 1923 insiste ainsi sur le « double caractère » de l’Institut : si les élèves suivent les cours dans des collèges belges et prennent « contact avec la civilisation occidentale », à l’internat Saint-Georges, « tout est russe […] jusqu’à la cuisine », le personnel est « exclusivement russe », « les enfants y gardent leurs traditions nationales et familiales, ils sont instruits dans la langue, la littérature, l’histoire d’une grande et noble patrie dont ils doivent préparer l’avenir »465. Cette formation de jeunes pour le retour en Russie est également valorisée par le pape Pie XI dans sa bénédiction envoyée en 1924 à « tous les enfants que Jésus y prépare par la FOI, par la VERTU et par la SCIENCE à travailler au relèvement de leur Grande patrie »466. À partir de Pâques 1925, la chapelle de l’internat est transformée en église du rite slave et propose une messe quotidienne dans ce rite. En 1927, dans une brochure de présentation de l’Institut, le « but poursuivi » est clairement affirmé comme « l’éducation et l’instruction solides des jeunes russes émigrés pour en faire une élite »467. Saint-Georges semble ainsi fonctionner comme le pendant laïc des séminaires russes : toutes ces institutions étant destinées à former une élite adhérant parfaitement au projet romain pour la Russie.

Un programme spirituel paradoxal, entre particularisme oriental et universalisme

132Au-delà de la création de structures ecclésiastiques et de la formation de cadres humains, l’Église catholique cherche dès le début des années 1920 à souder les Russes catholiques. Cet effort de cohésion, indispensable dans le contexte jugé dissolvant de l’émigration, se traduit par l’élaboration d’un programme religieux original, centré sur le rite oriental et le maintien d’une culture russe. En reprenant l’héritage des premiers groupes de rite oriental apparus dans les années 1900, l’Église catholique espère répondre aux nouveaux besoins religieux des Russes et éviter les écueils dans lesquels l’orthodoxie serait tombée à l’occasion de son exil. Cependant, cette synthèse culturelle originale qui met l’accent sur le rite oriental et la langue, donne lieu également à des situations d’acculturations paradoxales.

Le rite oriental

  • 468  E. Chaptal, Directions données aux prêtres du diocèse de Paris relativement à l’entrée des “Orthod (...)
  • 469  ASV, Arch. Nunz. Berlino 27, fasc. 4, f. 114-122 : Kuzmin-Karavaev, « Rapport annuel 1928 », Berli (...)

133Le débat sur le rite à adopter dans la mission russe (latin, oriental, biritualisme), qui agite – on l’a vu – les catholiques en Russie, trouve également un écho dans l’émigration. À l’exception du cas polonais, le choix du rite oriental est net dès le début des années 1920. En 1922, par exemple, Mgr Chaptal demande aux prêtres parisiens de ne jamais « infirmer l’autorité du rite slave », non seulement pour ne pas provoquer « dans les âmes russes, des froissements intimes », mais aussi parce que cette attitude est « en opposition formelle avec la discipline adoptée par les congrégations romaines et les Souverains Pontifes »468. Cependant si le rite oriental est respecté et valorisé, sa mise en pratique n’est pas toujours immédiate ni aisée, comme le montre l’exemple de la communauté de Berlin. À l’époque de l’abbé Berg, les offices sont faits uniquement dans le rite latin et ce n’est qu’en 1928 que des offices en rite oriental sont assurés, suscitant ainsi l’enthousiasme « en montrant les vraies tendances du Saint-Siège par rapport à la question russe »469.

Une vie religieuse d’expression russe : l’œuvre de presse

  • 470  Rien que pour la France, on compte 167 périodiques russes parus durant l’entre-deux-guerres (H. Me (...)
  • 471  AFSJ, E-ME 2 : Baille à Beaupin, Constantinople, 16.02.1921.

134Pour souder les communautés de rite oriental et maintenir le lien entre les différents centres de l’émigration mais aussi pour relever le défi de l’extraordinaire dynamisme éditorial de l’émigration470, la nécessité d’une presse catholique en russe se fait rapidement sentir. Dès 1921, une œuvre de presse est en préparation comme en témoigne un échange entre le père Baille, jésuite, et Mgr Beaupin du Comité catholique des amitiés françaises à l’étranger : les « Russes chassés de leur pays par la Révolution […] se montrent avides de vérités, sont moins sous l’influence de leur clergé orthodoxe et, d’autre part, ont des loisirs forcés »471. Le projet est d’abord apologétique, comme le signale une publicité pour les éditions « Věra i Cerkov’«  (Foi et Église) fondées au début des années 1920 à Constantinople :

  • 472Ibid., publicité bilingue, s. d. [1921 ou 1922].

En chassant les Russes de leur pays, la révolution en a jeté un grand nombre en plein courant de vie catholique. Le contact avec des réalités qu’ils ne soupçonnaient même pas leur fait généralement désirer mieux connaître l’Église qui produit cette intensité de vie, Église si voisine et pourtant si différente de la leur. Pour répondre à cette légitime et salutaire curiosité, des écrivains catholiques ont entrepris de publier, en langue russe, une série de courtes monographies472.

  • 473  La revue de l’Institut pontifical oriental fait de la publicité pour ces ouvrages : Publications e (...)
  • 474  S. Tyszkiewicz, Католическiй катихизисъ, Paris, 1929, 214 p. ; Id., Краткiй католическiй катихизис (...)
  • 475  AFSJ, E-ME 2, s. d. (mais avant janvier 1923, les points de vente étant tous dans cette ville).
  • 476Православiе и католичество [Catholicisme et orthodoxie], Car’grad’’ [Constantinople], 1922, 322 p. (...)
  • 477  AFSJ, E-ME 2 : « Les œuvres russes de Constantinople. Oct. 1921-oct. 1922 ».
  • 478  M. d’Herbigny, L’Unité dans le Christ, dans Orientalia Christiana, Pâques 1923 (anno IV-series II- (...)
  • 479  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS Vol. 818, f. 413-414 : Costantini à Van Rossum, Pékin, 09.09.1923, Délé (...)
  • 480  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 10 : d’Herbigny à « Eccellenza reverendissima », Rome, 2 (...)
  • 481Ibid., f. 15 : d’Herbigny, « Pubblicazione di libri russi », s. d., italien ; f. 16 : « Devis de l (...)

135L’œuvre de presse propose aussi des ouvrages directement dédiés au culte catholique. En 1922, à Constantinople, sont édités un « livre de prières » ainsi qu’un « petit catéchisme »473. L’élaboration d’un catéchisme est essentiellement l’œuvre du père Tyszkiewicz qui en donnera des versions plus développées dans les années suivantes474. Le développement est rapide : en 1923, la collection « Foi et Église, Věra i Cerkov’«  propose déjà dix ouvrages475. Les objectifs sont ambitieux puisque l’ouvrage de Zabužnyj (pseudonyme du p. Urban)476 est édité à 5.000 exemplaires477. L’ouvrage de d’Herbigny, L’Unité dans le Christ, édité dès 1923 en français et en russe478, connut un franc succès dans différents centres de l’émigration, comme en témoigne la réédition pour les Russes de Harbin réalisée en Chine par le délégué apostolique479. En 1924, l’œuvre fondée à Constantinople et tenue par le père Tyszkiewicz se déplace à Lyon, où elle se développe grâce à un financement romain obtenu par Michel d’Herbigny. En effet, en novembre 1923, d’Herbigny demande à la Secrétairerie d’État un financement d’environ 20.000 francs pour reprendre la publication de livres russes, interrompue par manque de financement à la mort de Mgr Tiberghien480. Pie XI s’intéresse à cette question lors de l’audience du 30 novembre 1923. Le budget esquissé par d’Herbigny atteint alors un montant de 42.000 francs répartis notamment entre 10.000 francs de frais d’équipement (caractères d’imprimerie), 15.000 francs pour les ouvrages, 14.000 francs pour la création d’un périodique. D’Herbigny prévient Pie XI de l’insolvabilité du projet, au moins pour les trois premières années, tout en le rassurant sur l’existence de financements locaux complémentaires (Comité de Secours aux Russes de Lyon et Œuvre d’Orient)481. On ignore le montant exact du financement concédé par le pape. Toutefois, on sait qu’il a permis la naissance du périodique Věra i Rodina (Foi et Patrie). Ce modeste bulletin mensuel (environ 20 pages par numéro) est surtout constitué d’articles courts, à caractère directement catéchistique.

  • 482  Cf. p. 477-478.
  • 483  R. Marichal, F. Rouleau, La Bibliothèque slave, dans A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuit (...)
  • 484  Cf. infra, p. 627-629 et 720-721.
  • 485  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du P. Hubatzek, Vilno, 22.07.1927.

136Parallèlement à cette œuvre de presse, les bibliothèques constituent des lieux de sociabilité et des ressources pour la diffusion des ouvrages catholiques. La Bibliothèque slave des jésuites, rapatriée de Belgique en France en 1923 par le père Rouët de Journel, est installée au 33 rue de Sèvres à Paris, dans le même immeuble que le Bureau de l’Union française d’aide aux Russes482 et que la chapelle des étrangers : cette bibliothèque de recherche peut alors rencontrer un public de lecteurs parmi les émigrés de la capitale483. À partir de 1927, les dominicains se dotent également d’une bibliothèque russe : celle du Centre Istina484. Ce fonds est constitué à la faveur des voyages des pères Hubatzek et Omez en Pologne, où ces derniers trouvent « à des prix très avantageux » de quoi former « le noyau d’une bibliothèque précieuse ». Ils affirment ici s’inspirer des « efforts » de Korolevskij et de d’Herbigny « pour constituer des bibliothèques slaves fort imparfaites », indiquant une forme d’émulation entre les centres485.

  • 486  Article biographique du père Sipiaguine dans Благовѣстъ, juillet-août 1931 (3), p. 31-42 ; septemb (...)
  • 487  M.-J. Rouët de Journel, Un collège de jésuites à Saint-Pétersbourg 1800-1816, Paris, 1922 ; M. Jug (...)
  • 488  M.-J. Rouët de Journel, Mme Swetchine et les conversions russes, dans Études, 1927 (64-191), p. 18 (...)
  • 489  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., n. 92 p. 114.
  • 490  Parmi les ouvrages recommandés par Mgr Chaptal pour les émigrés russes en 1923, l’évêque auxiliair (...)
  • 491Vladimir Soloviev, a Russian Newman (1853-1900), Londres, R. & T. Washbourne, 1918 ; Vladimir Solo (...)

137L’entre-deux-guerres constitue également un moment privilégié pour l’historiographie du catholicisme russe. Les grandes figures du XIXe siècle, certes passées au rite latin, sont prises pour modèle, comme le père Gagarin486. En français, plusieurs ouvrages s’emploient à faire plonger dans le premier XIXe siècle les racines du catholicisme russe487, dans un lien constant d’ailleurs entre la Russie et la France que symbolise bien l’enthousiasme autour de la figure de Mme Swetchine488, dont la tombe au cimetière de Montmartre est restaurée en 1928489. La pensée de Vladimir Soloviev demeure également une source d’inspiration capable de faire comprendre aux Russes « l’idée de l’Église une et universelle »490 : l’ouvrage de d’Herbigny est alors traduit en anglais en 1918, en serbo-croate en 1919 et en italien en 1928491.

Une identité toujours problématique : la dénomination d’« orthodoxes-catholiques »

  • 492  ACDF, SO, DV, 1179/27, 1928, n°4, f. 45 : Margotti, FU, prot. 19735/26, 23.08.1926, italien. Sur M (...)
  • 493  Cf. p. 169-170 et 235-237.
  • 494  ACO, PCPR, 264/29, doc. 8 : texte de la prière pro Russia, 14.03.1924, français ; doc. 12 : Perosi (...)

138Malgré ce programme religieux clairement axé sur le rite oriental et la langue russe, l’identité des groupes russes-catholiques demeure incertaine comme en témoigne le débat sur le nom qu’ils doivent prendre. En 1926, l’archimandrite Philippe Morozow, ancien recteur du séminaire orthodoxe de Vilna et converti en 1925, demande à la Congrégation pour l’Église orientale s’il est possible d’utiliser la dénomination d’« orthodoxes catholiques ». Michel d’Herbigny propose d’accepter cette appellation « non pas comme une nouveauté, mais au contraire comme une chose déjà appliquée dans d’autres circonstances, déjà avant 1914 », en se fondant sur l’expérience du groupe de Saint-Pétersbourg492. Or, si l’expression a bien été utilisée en Russie, on se souvient que le Saint-Siège y était alors plutôt hostile493. De plus, la méfiance du Saint-Office à l’égard de cette expression avait été réveillée en 1924 lorsqu’une « prière pour la Russie » mentionnant « l’Église catholique-orthodoxe » proposée par une Russe, Olga Ieremieff, et recommandée par d’Herbigny, avait été refusée sans aucune explication494.

  • 495  ACDF, SO, DV, 1179/27, 1928, n°4, f. 19 : Margotti à Merry del Val, Rome, 31.10.1927, CPR 2351/27, (...)
  • 496 Ibid., f. 105 sq : Ponenza Commissione per la Russia. Vilnen et aliarum. Sull’appellativo di Ortod (...)
  • 497Ibid., détail des avis édités dans le sommario, p. 3-16.
  • 498 Ibid., f. 3sq : Ponenza « Suprema S. Congr. del S. Offizio. Mese di maggio 1928. N°1179/27. Sul no (...)

139C’est dans ce contexte que la Commission pro Russia organise le 11 novembre 1927 une réunion mixte sur cette question. Autour du « relateur », le cardinal Merry del Val (qui avait bien connu la question sous Pie X) sont rassemblés les cardinaux van Rossum, Scapinelli, Cerretti, Lauri, Ehrle et Sincero495. La ponenza rappelle le « grand bruit » provoqué avant-guerre par l’appellation d’orthodoxe-catholique et la résurrection de cette question en Pologne, sous l’effet des revendications de Philippe Morozow, alors qu’en novembre 1926, plusieurs évêques polonais réunis à Wilno avaient donné leur préférence aux termes de « Catholiques Orientaux de rite slave » ou de « Catholiques de rite oriental »496. L’avis des spécialistes consultés sur cette question laisse apparaître une grande poésie dans la combinaison des termes : d’Herbigny propose « romano-orthodoxe » (rimskijpravoslavnyj) ou « œcuménico-orthodoxe » (vselenskoj-pravoslavnyj) ; Gervais Quénard propose « orthodoxe-uni » ou « romano-catholique » ; Korolevskij accepte l’appellation d’« orthodoxes-catholiques » et propose également « orthodoxes-romains », terme qui a aussi la faveur de Werighine alors que Mgr Dubowski campe sur la position de l’épiscopat polonais avec « catholiques-orientaux »497. Après cet examen effectué au sein de la Commission pro Russia, la question est reprise en mai 1928 par le Saint-Office. Selon le père Drehmanns, consulteur de la Congrégation, « la question est de grande importance » et il s’agira de la résoudre un jour où l’autre. Le consulteur propose donc de procéder en trois temps selon un processus « non commun » dans les annales de cette congrégation romaine. Il propose tout d’abord une sorte d’épuration du vocabulaire utilisé par la Secrétairerie d’État de tout usage du terme « orthodoxe » pour parler des « schismatiques ». Le Saint-Office pourrait alors clarifier les choses en envoyant « une lettre confidentielle » aux évêques dans le but de « faire disparaître cet usage parmi les catholiques ». Dans un second temps, les évêques pourront – mais sans apparaître comme les inspirateurs de cette manœuvre – lancer une action publique en « fai[sant] écrire dans les journaux des articles dans lesquels on revendique pour les seuls catholiques le titre d’orthodoxes ». Enfin, dans un troisième temps, le terme choisi par le Saint-Office pour désigner les « catholiques orientaux » sera utilisé clairement et publiquement. Le consulteur propose dans ce cas d’adopter le terme de « orthodoxe-catholique »498 !

  • 499 Ibid., f. 114 : « Voto dei Rmi Consultori- Consulta del 18 giugno 1928 », italien.
  • 500 Ibid., f. 106-107 : Sac. Giuseppe Latini, « Bizantium docet !… Sulla questione del nome da darsi a (...)
  • 501 Ibid., f. 115 : feuille de décisions. – Fer. IV 27.06.1928, latin-italien.

140Ce voto étonnant proposant une rénovation (presque une manipulation) linguistique, dû au secrétaire particulier de van Rossum, est examiné par les consulteurs du Saint-Office le 18 juin 1928 et le compte rendu de cette réunion révèle des opinions éclatées. Sur 15 consulteurs : 4 suivent l’avis de Drehmanns, 2 proposent de parler simplement de « Russes unis », 2 proposent « d’éviter l’adjectif orthodoxe non seulement pour les catholiques, mais encore plus que l’on commmence à l’éviter pour les schismatiques », désignant alors les catholiques comme « catholiques romains de rite grec ». Cependant, une grande minorité des consulteurs (7/15) se range à l’avis du promoteur de justice, le père Latini499. Ce dernier critique l’opportunité d’une prise de position du Saint-Office et revient à une position très classique : appeler les catholiques « orientaux unis » ou « catholiques de rite oriental », par opposition aux « orientaux schismatiques » qu’il s’agit de ne plus appeler « orthodoxes »500. Le 27 juin 1928, les cardinaux du Saint-Office suivent ce dernier avis et confirment l’appellation proposée par les évêques polonais. Par ailleurs, ils demandent qu’« en règle générale, on n’utilise pas dans les documents officiels le terme orthodoxe pour désigner tant les catholiques que les schismatiques », ce que le pape approuve en feria V le 28 juin. La décision est alors communiquée au cardinal Sincero et à la nonciature de Varsovie501. Malgré cette réponse finalement conservatrice, les débats en interne – de la Commission pro Russia au Saint-Office – font apparaître l’incertitude qui règne alors à Rome sur l’identité de ces catholiques de rite oriental.

L’adoption d’un rite : parcours d’acculturations dans les années 1920

  • 502  A. Douroff, La Russie au creuset : journal d’une croyante à Moscou, 1964-1977, Paris, 1995, p. 82- (...)

141Cette situation mouvante des catholiques de rite gréco-russe, leur rôle de passeurs et d’intermédiaires nous incite à aborder les paradoxes de l’adoption individuelle d’un tel programme cultuel et culturel. En effet, si le rite oriental est souvent plébiscité par les convertis de l’orthodoxie (Anastasia Douroff évoque sa « nostalgie de la liturgie slavonne » perçue pour la première fois à Chevetogne après la Seconde Guerre mondiale502), l’insistance de l’Église catholique sur ce rite n’a pas toujours été bien acceptée tant par les prêtres orthodoxes convertis que par les Russes catholiques à qui on demandait de le pratiquer ou encore par les prêtres « missionnaires » passés à ce rite.

  • 503  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 17.
  • 504  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 57 : copie de demande de faculté, 07.01.1924, ex aud. (...)
  • 505  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 31, f. 41 : Margotti, FU, 23.09.1927, CPR 440/28 ; f. 24-25 : Cu (...)

142En 1923, le père Sipiaguine passe au rite byzantin mais « ce geste ne se fit pas sans réticences personnelles » et fut accepté « car telle [sic] était le souhait de Pie XI dont on sait la spéciale estime pour le rite oriental »503. On imagine le même type de réticences chez le père Grum-Gržimajlo qui fut « ordonné dans le rite latin », reprit « son rite d’origine byzantino-slave pour assister ses compatriotes réfugiés en Allemagne » mais qui obtint du pape en 1924 la faculté pour trois ans de « célébrer la Messe privée aussi dans le rite latin chaque fois qu’il le croira nécessaire »504. De même, certains parcours, bien commencés dans les « rails » du catholicisme de rite russe, s’achèvent pourtant dans les rangs du rite latin avec la bénédiction de Rome. C’est le cas d’Alessio Podgaetsky, né à Orel en 1883, qui émigre et arrive à Paris en mai 1922. Il abjure dans les mains de Mgr Chaptal en 1923, passe au Séminaire Saint-Basile puis, en 1924, au noviciat jésuite et enfin, en 1925, au noviciat de l’Oratoire. En septembre 1927, il souhaite entrer définitivement dans la congrégation de l’Oratoire et passer au rite latin, ce que Pie XI accorde sans difficulté505.

  • 506  On sait ainsi qu’en septembre 1933 la Commission pro Russia a demandé aux Filles de la Charité de (...)

143Inversement, certains catholiques baptisés dans le rite latin mais attirés – profondément ou conjoncturellement – par l’apostolat auprès des Russes, souvent des religieux et religieuses, vont non seulement se russiser (langue) mais aussi adopter le rite oriental506. Le cas des prêtres passés au rite oriental est étonnant : formés, voire ordonnés dans le rite latin, ils sont conduits à l’abandonner pour accomplir leur mission. Nous évoquerons ici deux figures du catholicisme français passées au rite oriental et ayant exercé auprès des Russes, aux frontières de l’URSS ou dans l’émigration, et qui ont laissé des témoignages écrits sur leurs expériences : Charles Bourgeois et Paulin Scolardi. Nous essaierons de comprendre quelles ont pu être leurs motivations et leurs degrés d’adhésion à une forme pour eux artificielle (en tout cas non héritée) de pratique religieuse.

  • 507  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily, pèlerin de l’Unité, dans Christus, 10.1963 (t.10-n°40) (...)
  • 508  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569.
  • 509  Au moins dans un premier temps, il eut malgré tout le « privilège du double rite » : Ch. Bourgeois (...)

144La personnalité de Charles Bourgeois (né en 1887 à Paris, entré en 1904 dans la Compagnie de Jésus et décédé en 1963 au Brésil) a marqué certains de ses confrères, comme Michel de Certeau qui a édité l’un de ses textes autobiographiques507. Ordonné prêtre dans le rite latin en 1920, il s’initie au russe et, à partir d’une culture littéraire, se met à rêver « de cœurs ardents, avides de beauté, – ces Slaves tels qu’[il] les avai[t] abordés en Tourguéniev, Tolstoï »508. Il est le premier jésuite à passer au rite slave en 1924509 et prend alors le nom de Vassily. Dans son ouvrage autobiographique de 1953, Charles Bourgeois raconte combien cette vocation est pensée comme un idéal de jeunesse :

  • 510  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie. Relation du hiéromoine Vassily. Narva, Esna, Tartu, Mos (...)

la synthèse de l’âme russe et d’un catholicisme vraiment universel, vraiment lui-même, si l’on peut dire. O cher petit croate Krijanic ; c’est bien son idée, après trois siècles, qui tourmentait les têtes de jeunes adolescents du XXe…, et leur faisait entrevoir dans cette réalisation, la Russie à la tête des Slaves, et une Russie catholique, à la manière de V. Soloviov et des grands penseurs Gagarine, Pierling, l’avenir radieux du catholicisme dans les siècles qui se déroulent. Lumineux avenir !510

145Malgré cet attrait « farouche » pour la Russie et la mentalité orientale, il revient longuement dans ses mémoires sur la souffrance que fut pour lui l’abandon du rite latin :

  • 511  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 567.

Dieu sait combien il me fut dur (je ne puis le cacher) de renoncer à la messe latine que toute mon enfance, dès l’âge de dix ans, avait rêvée – la sainte messe, attendue jusqu’à l’âge de trente-trois ans. Or, à peine après trois ans de vie sacerdotale, Dieu m’en demandait le sacrifice pour cette Russie dont l’appel me sollicitait, sans que j’eusse encore prévu toutes ses exigences511.

  • 512  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie… cit., p. 162.
  • 513  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 567.
  • 514  Bourgeois insiste beaucoup sur l’étrangeté de sa mission : « Si Vassily leur avait dit toute la vé (...)
  • 515  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.
  • 516  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie… cit., p. 160-161.
  • 517  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.
  • 518  Phénomène religieux russe comparable à celui des « fols en Christ ». Voir I. Mironenko-Marenkova, (...)
  • 519  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.
  • 520Ibid., p. 566-567.

146Cette souffrance de la perte du rite d’origine reflète aussi « la difficulté qu’il y a à se faire vraiment oriental quand on est né latin [car] on ne peut suppléer à une culture séculaire »512. Lors de ses premiers séjours en Pologne orientale, où il est envoyé dès 1924, le jésuite n’est pas encore prêt à célébrer correctement la liturgie orientale : comme « un analphabète qui sait à peine prononcer les mots », il « fait rire ces bons paysans de Polésie »513. Malgré ces difficultés, le rejet des Polonais de rite latin et la dérision des Russes514 qui le prennent pour « un agent stipendié du Vatican »515, il considère comme un « geste de recul » la permission qu’il reçoit en 1939 du nonce Arata de célébrer aussi en rite latin. Pour le jésuite, en effet, on ne peut « désensorceler le schisme qu’en se faisant slave ; c’est une question affective »516, il conçoit « l’apostolat russe […] comme une adaptation aimante à la culture religieuse russe et un désir de l’intégrer au catholicisme »517. Le rite oriental doit être profondément assimilé sans quoi il ne s’agit que d’une « farce ». Il cherche alors des similitudes entre piété russe et occidentale (amour des opprobres de la règle 11 des Exercices spirituels et les Yourodivy518) mais valorise aussi certaines caractéristiques de l’orthodoxie, comme la « pauvreté réelle », les « offices prolongés », la « sobornost », la beauté, l’importance des laïcs. L’orthodoxie apparaît alors comme un modèle pour redécouvrir des éléments oubliés par le catholicisme, une façon de réintégrer « certaines de nos thèses restées trop à l’intérieur des couvents contemplatifs ou dans nos manuels de mystique »519. Après des séjours en Pologne (Albertyn, 1924-26) et en Tchécoslovaquie (Prague et Velehrad, 1927-31), il est chargé de la mission russe-catholique en Estonie (1932-45) et après un court passage en Russie en 1946, il accompagne les émigrés russes au Brésil (1951-63). Après sa mort, Michel de Certeau décrit son confrère comme un « pèlerin » « mal à l’aise dans les onze langues qu’il avait successivement apprises », qui ne fit que passer en Russie à la fin de la Seconde Guerre mondiale et essuya « tant d’échecs et […] tant d’humiliations » dans sa rencontre avec les orthodoxes russes qu’il finit par « se reconna[ître] “étranger” à ceux dont il ne pouvait être séparé »520. Les difficultés mêmes de sa vocation russe semblent dès lors assumées comme un modèle de souffrance intime, qui répond à la souffrance du Christ mais aussi à la souffrance collective induite par la division des Églises.

  • 521  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe. Souvenirs, Nice, 1979, p. 116.
  • 522Ibid., p. 119.
  • 523 Ibid., p. 127-133.
  • 524 Ibid., p. 134 et 140.
  • 525 Ibid., p. 166.
  • 526 Ibid., p. 166-167.
  • 527 Ibid., p. 168.
  • 528 Ibid., p. 141.
  • 529 Ibid., p. 173.
  • 530  Sa thèse est publiée sous le titre : Au service de Rome et de Moscou au XVIIe siècle. Krijanich, m (...)
  • 531  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe… cit., p. 183.
  • 532 Ibid., p. 175-176.
  • 533 Ibid., p. 180.
  • 534 Ibid., p. 167.
  • 535 Ibid., p. 167.
  • 536 Ibid., hors-texte.
  • 537Ibid., p. 175.

147Si le père Bourgeois vit sa vocation orientale sur un mode tragique, ses textes autobiographiques manient souvent l’humour et l’autodérision. C’est d’ailleurs sur ce mode ironique que l’abbé « Scolardi – Scolardoff » se présente dans des mémoires rédigés à la fin des années 1970. Né de parents italiens installés à Toulon et devenus citoyens français en 1910, recruté par l’aumônier pendant son service militaire, le jeune Gérard-Paulin suit d’abord une formation chez les assomptionnistes avant de se diriger vers le clergé diocésain. Désireux de faire des études, il rencontre une dame d’œuvres qui tient un orphelinat russe entre Antibes et Juan-Les-Pins. Alors que la Côte d’Azur accueille de nombreux émigrés521, il se passionne pour la langue et la culture russe et désire « apprendre tout et tout du monde slave »522. Mgr Scolardi, dans une chronologie incertaine, affirme qu’il prit contact avec le père d’Herbigny « recteur de l’Institut Oriental de Rome » qui l’orienta vers Mgr Chaptal. Dès octobre 1921, Chaptal (qui n’est pas encore officiellement évêque auxiliaire) l’aurait appelé à Paris où Scolardi s’installe comme séminariste chez les Carmes et étudie à l’Institut catholique et aux Langues-Orientales. En novembre 1923, Mgr Chaptal veut l’envoyer au Séminaire Saint-Basile, mais Scolardi reste encore un an à Paris pour achever sa philosophie et n’entre à Lille qu’en novembre 1924523. Scolardi considère a posteriori son entrée à Lille comme « un changement complet de vie » car « de prêtre latin éventuellement à la fin de mes études […] spécialisé aux choses de l’Orient Chrétien », il se destinait à devenir un « pope russe » pratiquant le rite slave524. Scolardi n’explique cette mutation « absurde » que par son ambition et son souhait de faire des études qui lui fit préférer « une instruction rarissime […] dans l’ambiance slave et liturgique orientale que ce qui [lui] semblait être une “diminutio capitis” comme l’entrée dans un séminaire provincial, celui de Fréjus et Toulon par exemple »525. À ces motivations bien terrestres, Scolardi ajoute toutefois qu’il adhérait à la « petite famille [d]es rêveurs russes de l’unité des chrétiens »526 et exprime son respect pour le « grand idéal [de] [l]a réunion de l’Église Catholique Apostolique et Romaine avec l’Orthodoxie des Églises Orientales. La fin du plus douloureux des schismes : celui des chrétiens désunis qui participent au même sacerdoce, aux mêmes sacrements et récitent le même Credo »527. Après quatre ans d’« intégration […] complète » au séminaire de Lille, pendant lesquels son nom « devint vite Skolardoff »528, il est ordonné dans le rite latin par Mgr Jansoone, évêque auxiliaire de Lille, par délégation de la Congrégation pour l’Église orientale, le 29 juin 1928 et passe immédiatement au rite slave puisqu’il célèbre « dès le lendemain [s]a première messe en slavon au Séminaire Saint-Basile »529. En novembre 1928, Scolardi part pour trois ans d’études à Rome à l’Institut pontifical oriental où il soutient une thèse sur Križanić, un prêtre catholique croate du XVIIe siècle qui séjourna longuement en Russie530. Il loge alors au Russicum531. De 1932 à 1948, il est en poste à Marseille au service des émigrés russes, tient des conférences sur l’Orient, organise les semaines de prière pour l’unité. Il reste dans le rite slave exclusivement jusqu’en 1939 quand, mobilisé, il est autorisé à utiliser le rite latin532. Scolardi souligne l’originalité de sa situation car si des moines passèrent au rite byzantin, il semble être le seul cas de « prêtre séculier, incardiné d’office dès son ordination à un ministère romain, la Sacrée Congrégation Orientale »533. Dans ses mémoires, Scolardi insiste sur les paradoxes de l’acculturation au rite slave et à la culture russe. Quelques mois avant son ordination, le supérieur de Saint-Basile demande à Scolardi de se faire pousser la barbe, ce que le séminariste rejette d’abord. En effet, s’il reconnaît l’utilité de la barbe en Russie soviétique il considère qu’« en France […] imiter les prêtres russes dans ces détails [est] une mascarade ». Cependant, le séminariste finit par obéir à son supérieur pour qui il importe d’être « apparenté aux prêtres russes pour des détails qui comptent malgré tout à leurs yeux ». Scolardi se souvient avec humour : « Ce que je pouvais être laid, moi que l’on disait avoir le profil de Napoléon, après huit mois, avec une barbe rousse et noire »534. À son arrivée à Toulon en juillet 1928, son père lui demande d’ailleurs de se raser535. C’est également lors de son séjour à Toulon, juste après son ordination, que l’acculturation demandée au jeune prêtre apparaît dans toute son étrangeté. La célébration de sa « Messe Solennelle de Prémices » dans sa ville d’origine est prévue le 19 juillet 1928 mais sa préparation provoque un véritable conflit au sein du clergé local et des discussions sur l’authenticité « catholique » du rite slave. Les parents doivent ajouter sur le carton d’invitation une explication : « Monsieur et Madame Scolardi se font un devoir de vous rappeler que Monsieur l’Abbé, ayant fait des études orientales, a reçu du Saint-Siège, l’insigne faveur d’appartenir au rite byzantino-slave, et que par suite, cette première Messe que vous voudrez bien honorer de votre présence ne sera pas la Messe latine mais la Messe ou “Liturgie de St Jean Chrysostome” en langue slavonne »536. Selon Scolardi, cette situation fut acceptée par les fidèles toulonnais uniquement « parce que le nouveau prêtre dépendait de Rome directement »537.

148Ainsi, si le Saint-Siège fait preuve d’une grande fermeté dans la structuration de communautés de rite gréco-russe dans l’émigration, ce choix n’est pas exempt tant d’incertitudes au sommet que de déchirures et de tensions sur le terrain, comme on le perçoit au travers de ces quelques trajectoires individuelles.

Conclusion

149Dès 1917, le Saint-Siège fait preuve d’un remarquable dynamisme institutionnel : il crée de nouvelles institutions et en soutient d’autres, issues d’initiatives locales. La situation révolutionnaire permet de prendre des mesures attendues depuis longtemps. Des structures plus équilibrées sont posées dans les anciens espaces dépendants de l’Empire russe (Pologne, pays baltes, Finlande). Des projets sont ébauchés également pour les espaces sous domination soviétique et quelques modifications sont faites, notamment en Sibérie. Cependant, l’anéantissement de l’épiscopat au milieu des années 1920 pousse le Saint-Siège à tenter une réorganisation de l’ensemble de la hiérarchie par le biais d’ordinations épiscopales secrètes et de nominations d’administrateurs apostoliques. Cette réorganisation ecclésiastique passe également par une renaissance du rite oriental, fragile en Russie où le Saint-Siège n’agit qu’avec lenteur, mais très résolue dans l’émigration, où se structure un réseau de communautés, certes peu peuplées. Rome se donne ainsi les moyens de contrôler localement ce catholicisme qu’il imagine si riche de ressources spirituelles et pour lequel il ne va pas hésiter à mobiliser largement le monde catholique.

Notes

1  Voir les remerciements adressés au Saint-Siège à cette occasion dans ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1917), fasc. 4. Voir aussi D. Trimbur, Une lecture politique de la mission pour l’Union : la France et la mise en place de la Sacrée Congrégation Orientale, 1917-1922, dans C. Paisant (dir.), La mission en textes et en images XVIe-XXe siècles, Paris, 2004, p. 451-470.

2  Parmi les plus récentes recherches, voir les contributions réunies dans E. G. Farrugia (a cura di), Da Benedetto XV a Benedetto XVI, Atti del simposio nel novantennio della Congregazione per le Chiese Orientali e del Pontificio Istituto Orientale, 9 novembre 2007, Rome, 2009, notamment V. Poggi, Lettera di Delpuch a Benedetto XV (10.09.1917), p. 37-57 ; G. M. Croce, Benedetto XV e l’enciclica archiviata. Alle origini della Congregazione Orientale e del Pontificio Istituto Orientale, p. 59-107 et G. Rigotti, Uomini e attività della Congregazione per la Chiesa Orientale tra i motu proprio Dei providentis (1917) e Sancta Dei Ecclesia (1938), p. 129-167.

3  Mémoires publiés en extraits dans A. Raes (éd.), La fondation de l’Institut pontifical oriental, dans OCP, 1967 (33), p. 5-46 et de façon intégrale par G. M. Croce en 2007 (voir notamment KBM, II, p. 513-562).

4  Rapport de Louis Petit, 07.10.1916 (AA, 2EI 151), cité par G. M. Croce, Alle origini della Congregazione Orientale e del Pontificio Istituto orientale. Il contributo di Mons. Louis Petit, dans OCP, 1987 (53), p. 318-333.

5KBM, II, p. 517.

6 Ibid., p. 516.

7 Ibid., p. 518.

8 Ibid., p. 522.

9  Voir supra p. 179-180.

10 KBM, II, p. 520 ; Opinamenta et Vota quoad pontificiam in urbe pro Ecclesiarum Orientalium dissidentium concordia institutionem, Rome, 1917, 210 p. : avis de N. Marini (13-36), V. Bugarini (37-42), A. Delpuch (43-112), A. Desprez (113-132), A. Evreinow (133-144), F. M. Gaillard (145-160), Pietro Kojunian (161-170), Henri Le Floch (171-176), J. Tiberghien (177-192), Bonaventura Ubach (193-204).

11 Opinamenta et Vota… cit., p. 18, italien.

12 Ibid., n. 1 p. 28, italien.

13 Ibid., p. 117.

14Ibid., p. 55-57.

15Ibid., p. 100. Delpuch admet l’existence de deux niveaux d’enseignement : un cours inférieur pour les étudiants orientaux et les auditeurs libres et un cours supérieur pour les futurs missionnaires orientaux.

16  L’assomptionniste évoque ainsi l’organisation de conférences, d’une revue, mais aussi de « publications plus populaires » et le financement de « bourses de voyage » (ibid., p. 125-129).

17  Marini parle d’un « Istituto pontificio per la Unione delle Chiese » (ibid., p. 33-34) et Delpuch d’un institut « strictement pontifical » situé à Rome qui ne doit « être confié à aucun Ordre ou Congrégation » (ibid., p. 100).

18 Ibid., p. 33-34.

19 Ibid., p. 191.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 158.

22 Ibid., p. 176.

23 Ibid., p. 33-34, italien.

24  Cf. supra p. 168.

25  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1001, fasc. 362, f. 16-27 : mémoire anonyme à Benoît XV « per una S. Cong. di esecuzione del Concilio Ecumenico di Firenze », italien. Il existait alors une « Congrégation du Concile », chargée à l’origine de l’application des décisions du Concile de Trente. Cf. N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998, p. 162-168.

26  Rapport de Louis Petit, 07.10.1916, p. 16, italien, cité par G. M. Croce, Alle origini della Congregazione… cit.

27 Opinamenta et Vota… cit., p. 88-89.

28Ibid., p. 89.

29Ibid., p. 92.

30Dei providentis (01.05.1917), dans AAS, 1917 (IX), p. 529-531 ; version française dans Actes de Benoît XV, tome premier 1914-1918, Paris, 1924, p. 145-148.

31 Ibid.

32  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 58 : note de l’archiviste Pietro Pirri, 08.05.1918 et f. 67-79 : catalogue dactylographié.

33  Sur Papadopoulos, voir La Sacra Congregazione per le Chiese Orientali nel cinquantesimo della fondazione 1917-1967, Rome, 1969, p. 98-99.

34  A. Raes, Pour les cinquante premières années de l’Institut pontifical oriental, dans OCP, 1967 (33), p. 303-330 (article notamment fondé sur les Acta de l’Institut, source imprimée à usage interne) ; V. Poggi, Il settantennio del Pontificio Istituto Orientale, dans E. Farrugia, The Pontifical Oriental Institute : The First Seventy-Five years. 1917-1992, Rome, 1993, p. 49-63 ; V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale da Benedetto XV a Pio XI, dans R. F. Taft, J. L. Dungan (éd.), Il 75° anniversario del Pontificio Istituto Orientale. Atti delle celebrazioni giubilari. 15-17 ottobre 1992, Rome, 1994, p. 55-81 ; V. Poggi, I primi professori del Pontificio Istituto Orientale, dans R. F. Taft (éd.), The Christian East. Its institutions and its thought. A critical reflection. Papers of the International Scholarly Congress for the 75th Anniversary of the Pontifical Oriental Institute, Rome, 30 May-5 June 1993, Rome, 1996, p. 217-244.

35Orientis catholici (15.10.1917), dans AAS, 1917 (IX), p. 531-533 ; version française dans Actes de Benoît XV, tome premier 1914-1918, Paris, 1924, p. 187-190.

36 Ibid., p. 189-190.

37 Ibid., p. 188.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 189.

40 Bessarione, 01-12.1923 (XXVII), p. XXIII, italien.

41  C[yrille] K[orolevskij], Cronaca Roma 3. L’activité de l’Institut Pontifical oriental durant les deux primières (sic) années scolaires (1918-1920), dans Roma e l’Oriente, 01-06.1920 (XIX), p. 79-87 ; Il Pontificio Istituto Orientale, dans OR, 30.07.1920 (60-181), p. 1.

42  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 56-66.

43  Sur le futur cardinal et bienheureux Schuster, la bibliographie est abondante mais néglige généralement la période du PIO. Voir E. Nobili, Ildefonso Schuster e il rinnovamento cattolico, 1880-1929, Milan, 2011.

44  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 66, italien.

45Actes de Benoît XV, t. II, Paris, 1926, p. 97.

46Quod Nobis (25.09.1920), dans AAS, 1920 (12), p. 440-441.

47  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 18 : lettre aux « procuratori degli orientali », domenicani, gesuiti, francescani, cappucini, carmelitani scalzi, lazzaristi, agostiniani dell’Assunzione, salesiani, N°38914, italien.

48  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 89.

49  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 307.

50 La Chiesa ortodossa nella sua costituzione dottrinale, dans OR, 26.03.1922 (62-72), p. 1 ; Ortodossia orientale e cattolicismo romano, dans OR, 19.04.1922 (62-92), p. 2.

51  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 70.

52  Lettre extraite de ACO, 798/28, n. 52, prot. 8560/22, éditée dans V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 71-73.

53  M. Gilbert, L’Institut biblique pontifical : un siècle d’histoire, 1909-2009, Rome, 2009, notamment p. 20.

54  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 308.

55  V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 80.

56  Voir le document du p. Fonck sur l’histoire du PIO partiellement édité par V. Poggi, Il Pontificio Istituto Orientale… cit., p. 78-79.

57 Decessor noster (14.09.1922), dans AAS, 1922 (14), p. 545-546. Voir aussi Trasferimento della Sede dell’Istituto Orientale presso l’Istituto biblico, dans OR, 24.09.1922 (62-225), p.1.

58  Cf. R. F. Taft, J. L. Dungan (éd.), Il 75° anniversario del Pontificio Istituto Orientale. Atti delle celebrazioni giubilari. 15-17 ottobre 1992, Rome, 1994, p. 310-317.

59  C’est du moins ainsi que nous pouvons interpréter la mention « Alexandre Pierre » Wolkonsky, présenté comme une seule et même personne dans le tableau cité dans la note précédente. Le prince Alexandre meurt en 1934 et a effectivement pu être remplacé par son frère Pierre (mort en 1947).

60  Vjačeslav Ivanov (1866-1949) quitte la Russie en 1924, s’installe à Rome, où il est reçu dans l’Église catholique en mars 1926. Avant de rejoindre le PIO, il enseigne également à Pavie et en Suisse : cf. DHGE, t. XXVI, Paris, 1997, col. 459-461 (R. Aubert).

61  Par exemple, en audience avec Pie XI fin novembre 1923, d’Herbigny établit un bilan des conditions financières de l’Institut : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 17 : d’Herbigny à Gasparri, 19.12.1923 et f. 18rv : « Breve sunto delle condizioni finanziarie dell’Istituto ».

62  « Le P. d’Herbigny fit tout ce qu’il put pour le sauver et le sauva, Dieu merci » (A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 309). « D’Herbigny non è dunque soltanto da ricordare per il rilancio del P.I.O. ; e della Biblioteca, ma anche per la creazione di questo fondo di manoscritti slavi » (V. Poggi, La biblioteca del Pontificio Istituto Orientale e il fondo Manoscritti slavi, dans A. Džurova, K. Stančev, Catalogo dei manoscritti slavi del Pontificio Istituto Orientale di Roma, Rome, 1997, p. XXVII).

63  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 275, f. 67-68 : d’Herbigny à Sincero, 05.07.1926.

64  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 311.

65  Lettre de Javorka à d’Herbigny, non datée (antérieure au 03.09.1928), éditée par V. Poggi, Bella biblioteca, gloria dell’Istituto, dans E. G. Farrugia (ed.), The Pontifical Oriental Institute. The first seventy-five years, 1917-1992, Rome, 1993, p. 246-247.

66  A. Raes, Pour les cinquante premières années… cit., p. 311. Voir aussi Le nouveau siège de l’Institut Pontifical Oriental. Coup d’œil sur l’histoire de l’Institut et de sa bibliothèque, dans Stoudion, 1927 (IV-1/6), p. 30-36 et 68-88.

67  Sur le rôle de Pie XI dans le développement de la Vaticane : J. Ruysschaert, Pie XI, un bibliothécaire devenu pape et resté bibliothécaire, dans Achille Ratti, pape Pie XI, Rome, 1996, p. 245-253. Voir également, J. Bignami Odier, J. Ruysschaert, La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire des collections de manuscrits, Cité du Vatican, 1973, p. 265-266.

68  AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 440, fasc. 398, f. n-i : Kwiatkowski à Marmaggi, Varsovie, 22.05.1930, latin. Sur Kwiatkowski, voir infra, p. 722.

69  Mgr Mercati relance la procédure pour récupérer les ouvrages (AA.EE.SS., IV, Stati ecclesiastici, pos. 440, fasc. 398, f. n-i : Giovanni Mercati à Pacelli, 04.04.1930), qui partent de Varsovie pour Rome le 6 décembre 1930 (ibid., Marmaggi à Pacelli, Varsovie, 13.12.1930, Nonciature Pologne N°213).

70  G. Croce, Deux Romains de France au service de l’Orient Chrétien : Cyrille Korolevskij et Eugène Tisserant, dans Le cardinal Eugène Tisserant (1884-1972) : une grande figure de l’Église, une grande figure française. Actes du colloque international organisé à Toulouse les 22 et 23 novembre 2002, Toulouse, 2003, p. 25-32 ; É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant 1884-1972. Une biographie, Paris, 2011, notamment p. 147-152, ainsi que les documents publiés dans KBM, III, p. 293-1042.

71  V. Poggi, La biblioteca del Pontificio Istituto Orientale… cit., p. XVII-XXXVIII ; M. Seydoux, Les périodiques antireligieux en URSS : bibliographie et état des collections dans les bibliothèques occidentales, dans CMRS, 1970 (11-1), p. 124-143.

72  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 147, f. 72-73 : voto de d’Herbigny, Rome, 14.11.1926, italien.

73Ibid., f. 76 : Sincero, FU, 11.12.1926, italien.

74  Après l’Almo Capranicense (1456) réservé aux Romains, la Ville connaît une première vague de créations de collèges entre le milieu du XVIe siècle et le milieu du XVIIe siècle (Germanicum-Hungaricum 1552 ; grec 1576 ; anglais 1579 ; maronite 1581 ; écossais 1600 ; irlandais 1628). Une seconde vague a lieu sous les pontificats de Pie IX et de Léon XIII (belge 1846, polonais 1868…) : C. Simon, Alma Mater Roma : Schools and Colleges, dans Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 2. The First Years 1929-1939, Rome, 2002, p. 14-17. La constitution Quam Curam, qui fonde le Russicum, rappelle d’ailleurs les exemples du collège anglais et du Germanicum-hungaricum : AAS, 1929 (21), p. 580.

75  ACPF, rub. 8 (1921), NS Vol. 677, f. 38 : lettre de Enrico Benedetti, Rome, 28.01.1921, SCO ; f. 40-45 : « Stato finanziario del Collegio Ruteno », s. d. [janvier 1921].

76 La posa della prima pietra del collegio ruteno, dans OR, 30.10.1929 (69-254), p. 3. Sur Josaphat, voir chap. 6.

77Opinamenta et vota… cit., respectivement p. 142 et p. 176.

78  ACO, Ponenze, 1920, 9 : Scapinelli, compte rendu de la réunion cardinalice du 28 juin 1920, italien (décisions validées en audience avec Benoît XV le 4 juillet 1920). Ponenza discutée : Sacra Congregazione pro Ecclesia Orientali, Relazione circa i mezzi più acconci per facilitare il ritorno dei Russi scismatici all’Unità Cattolica. Giugno 1920, Roma, Tipografia Poliglotta Vaticana, Anno 1920 – N°9 – Prot. 3952.

79  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 610, fasc. 5, f. 62-64 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 22.02.1921, Nonciature Pologne N°4058, cf. document 28.

80  ACL, S-9 8 : Prospectus imprimé « Pour une Œuvre Apostolique selon le cœur de la Bse Thérèse de l’Enfant-Jésus » et reproduction phototypique d’un autographe de Pie XI, daté du 21 mai 1923.

81  Ce projet de séminaire russe semble connu des cercles de Curie puisque le cardinal Granito di Belmonte propose, lors de la réunion cardinalice à la Secrétairerie d’État du 17 décembre 1923, que le pape nomme cardinal Mgr Cieplak et « l’appelle à Rome [où] il pourrait lui confier le séminaire russe » (document 66). Des documents conservés au Russicum confirmeraient cette chronologie (C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 2. The First Years 1929-1939, Rome, 2002, p. 33).

82  Sur le séminaire Saint-Basile, voir infra p. 430-434.

83  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre de d’Herbigny, Rome, 26.01.1925.

84Ibid., fr. François Foulon à « mon très révérend père », Lille, 10.08.1925.

85  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (12998). Holy See ; Annual Report 1925 [C 5004/5004/22], 21.04.1926, dans T. E. Hachey (éd.), Anglo-Vatican Relations, 1914-1939… cit., p. 86-87 (§ 59).

86Rome. Le Séminaire Russe de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, dans Les Annales de Sainte Thérèse de Lisieux, mai 1928 (V-5), p. 112-114. Voir aussi La posa della prima pietra del “Russicum”, dans OR, 13/14.02.1928 (68-37), p. 2 ; La posa della prima pietra del Russicum S. Theresiae ab Infante Iesu, dans Orientalia Christiana, avril 1928 (XI-4-n°43), p. 192-195.

87  Sur ce personnage, voir C. Simon, The life and the times of Vendelín Javorka : a Russian odyssey, dans C. Simon, Russicum… 1… cit., p. 43-135.

88  M. d’Herbigny, L’aide pontificale aux enfants affamés de Russie, dans Orientalia Christiana, avril-mai 1925 (IV-14), n. 2 p. 72-73.

89  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 10, f. 5-18 : « Anno 1924 Sacra Congregazione per la Chiesa Orientale. Fondo a disposizione per i Russi » (en lires) prot. 64/28. Les données sont en fait disponibles jusqu’en juin 1928 mais de janvier à juin 1928, les comptes sont barrés et assortis de la note « v[edere] nuovo giornale », que nous n’avons pas retrouvé. Nos calculs prennent en compte et corrigent les petites erreurs des comptes (5 lires oubliées entre 28.06 et 07.07.1925 et 10 centimes au 09.06.1927).

90  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 10, f. 5 : « Messi a disposizione dell’Emo Cardin. Segretar. (rimaste dal fondo disponibile in cam. presso di Lui e di Mons. Assessore) ».

91 Ibid., f. 25 : Gasparri à Tacci, Vatican, 05.04.1924, Sec. St. N°29312 (« fondo di riserva “Pro Russi” »).

92  H. Przeździecki, L’œuvre de l’union en Pologne. Lettre pastorale de S. E. Dr. Henri Przeździecki. Evêque de Podlachie, Varsovie, 1932, p. 37.

93  ACO, Segreteria, 731/39, fasc. 1 (Russi), Spoglio Pio XI, doc. 8 : d’Herbigny à « Beatissimo Padre », 23.05.1924, italien ; en annexe, on trouve même un « Memorandum de proposita commissione pontificia de rebus russiacis » (1 p. dact. latin).

94Ibid., doc. 34 : Papadopulos, « Nota », annotations ms de Pie XI, italien.

95AAS, 1926 (18, N°2), 01.02.1926, p. 62.

96L’interesse del Santo Padre per i Russi, dans OR, 13-14.04.1925 (65-86), p. 3.

97Nouvelles-Rome Congrégation orientale, dans Stoudion, 06.1925 (II-3), p. 82 ; Nouvelles-Rome Sincero, dans Stoudion, 1926 (III-1/6), p. 14.

98 AP, 1933, p. 565.

99  Odo Russell à Austen Chamberlain, Confidential (13363). Holy See ; Annual Report 1927 [C 4935/4935/22], 27.02.1928, dans T. E. Hachey (éd.), Anglo-Vatican Relations, 1914-1939… cit., p. 123 (§ 30).

100  Cf. L. Pettinaroli, La Commission pro Russia… cit.

101AAS, 1926 (18), p. 62.

102  En 1927, une liste de facultés de la Commission montre que relèvent de la Commission : les habitants de l’Union soviétique « sans distinction de religion ni de rite » ; les chrétiens slaves (catholiques ou non) en dehors de Russie ; les réfugiés russes (catholiques ou non) tant qu’ils n’ont pas adopté une autre nationalité et les œuvres catholiques créées pour les Russes : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 39-45.

103  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 84, f. 24 : note de Margotti, 30.12.1929, italien, souligné dans l’orig.

104  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 46 : « Pubblicazione nell’Annuario Pontificio del 1928 dei Componenti la Commissione per la Russia », document rédigé par d’Herbigny et adressé par Margotti à Sincero, Rome, 12.11.1927, CPR 1/28.

105 AP, 1929, p. 482 ; AP, 1930, p. 506.

106  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 222, f. 69 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929.

107  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 24 : Sincero, FU, CPR 1/28, 05.02.1927. Voir aussi : ibid., f. 27 : procès-verbal du « Congrès » de la commission, 23.02.1927, rédigé par Margotti.

108  Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, La Commission pro Russia… cit.

109  Notices sur Tacci et Sincero dans La Sacra Congregazione per le Chiese Orientali nel cinquantesimo della fondazione 1917-1967, Rome, 1969, p. 84-86 et 86-88.

110  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°43326 (« Ponente stabile », « Consultore speciale », « minutante speciale »).

111  Filippo Giobbe (1874 ou 1876-1970), prêtre depuis 1899, minutant de la Propagande pour les affaires du rite oriental depuis 1912. Cf. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 7 [prot. 66/32], f. 70-71 : « Commissione Pontificia per la Russia, Elenco dei funzionari ecclesiastici, N°27 » ; A. McVay, L. Y. Luciuk (éd.), The Holy See and the Holodomor, Toronto, 2011, n. 50 p. XXIV.

112  G. Rigotti, Uomini e attività… cit., n. 4 p. 129-130.

113  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 2, f. 11 : d’Herbigny, FU, 21.06.1929, italien.

114 Ibid., f. 8 : PCPR Congresso del giorno 20.11.1929, italien.

115  Par exemple, en mai 1928, le congrès propose de prendre comme consulteur Mgr Sergio Der Abrahamian, recteur du collège arménien qui a été administrateur apostolique des Arméniens de Russie (ibid., f. 65rv : Sincero, FU, 26.05.1928).

116  C’est du moins le cas en avril 1930, au moment où d’Herbigny devient président de la Commission : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot 76/30], fasc. 6, f. 46 : d’Herbigny à Pacelli, Rome, 08.04.1930 ; f. 48 : d’Herbigny à Domenico Mariani (secrétaire de l’Administration des biens du Saint-Siège), Rome, 09.04.1930.

117  Par exemple : billet de nomination de Stanislao Janasik, signé par Mgr Pacelli, Vatican, 30.04.1933, Seg. St. N°122453 (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 7/28], fasc. 2, f. 82).

118  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°43326.

119  Cf. Chapitre 5.

120  Sur le rôle de d’Herbigny, voir L. Pettinaroli, Mgr Michel d’Herbigny… cit.

121  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 17-18 : d’Herbigny à Gasparri, 19.12.1923 ; f. 18 : « Breve sunto delle condizioni finanziarie dell’Istituto », italien.

122  ACO, Segreteria, 731/39, fasc. 1 (Russi), Spoglio Pio XI, doc. 34 : Papadopulos, « Nota », annotations ms de Pie XI, italien.

123  D’Herbigny venait de l’informer qu’il allait prendre la « direction » effective des « affaires religieuses de la Russie », « même si la chose serait officiellement confiée à la S. Congrégation Orientale ». ACO, Segreteria, 731/39, fasc. 1 (Russi), Spoglio Pio XI, doc. 21 : Ledóchowski à Pie XI, Rome, 25.01.1925, italien. Dans cette lettre, le général des jésuites émet également des réserves sur les aptitudes de d’Herbigny à assumer une fonction de commandement.

124AAS, 1926 (18), p. 62.

125  G. M. Croce, L’Orient chrétien au Vatican : Cyrille Korolevskij « consultore apprezzatissimo », dans L. Pettinaroli (éd.), Le gouvernement pontifical… cit., p. 429-442.

126  Voir chapitre 3.

127  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 2, f. 65 : Sincero, FU, 26.05.1928, N°7/28.

128  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 24 : Sincero, FU, 05.02.1927, CPR 1/28.

129  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 276, f. 30 : notes de Margotti, 05.11.1927 et de Sincero, 06.11.1927, italien.

130  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 47, fasc. 275, f. 70 : Sincero à Margotti, 28.06.1929, N°6/28, italien.

131 Ibid., f. 71 : notes de Margotti, 10.07.1929 et de Sincero, s. d., italien.

132  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 1, f. 10 : Gasparri à Tacci, Vatican, 20.06.1925, Seg. St. N°43326.

133  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 3, f. 40-53 : « Commissione per gli affari dei Russi. Verbali dei Congressi ».

134Ibid., f. 56-107.

135  On a par exemple la liste des « invités au Congrès » du 30 avril 1930 (Cicognani, Pizzardo, Ottaviani, Papadopoulos) mais on ne dispose pas ici du procès-verbal (ibid., f. 105r).

136 Ibid., f. 54 : Margotti-Cercone à Borgongini Duca, Pizzardo et Cicognani, Rome, 06.09.1928, prot. 374/1928, prot. 10/28, italien.

137  Par exemple, le 26 mai 1928, Sincero présente au pape le résultat du congrès du 23 mai proposant à l’unanimité de prendre comme consulteur Mgr Sergio Der Abrahamian (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 2, f. 65 : Sincero, FU, 26.05.1928, N°7/28).

138  Par exemple, le 19 janvier 1929, d’Herbigny présente au pape les décisions du congrès du 16 janvier qui concernent notamment les honoraires des messes offerts par le pape pour les prêtres russes (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 2, fasc. 13, f. 54 : d’Herbigny, FU, 19.01.1929, N°144/28).

139  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 359/28], fasc. 4, f. 44 : document imprimé « Commissione per la Russia. Adunanza plenaria dell’11 novembre 1927, ore 9,30 nell’aula delle congregazioni in Vaticano ».

140Ibid., f. 46 : Sincero, FU, 26.01.1929, italien.

141  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 13, fasc. 83, f. 32 : Sincero, FU, 12.11.1927, italien.

142  Ces audiences ont laissé d’imposantes traces archivistiques, comme la liasse de demandes d’audiences des membres de la commission adressées à Mgr Camillo Caccia Dominioni (Maestro di Camera) entre juillet 1930 et janvier 1935 (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 5, f. 37-98) et les « feuilles d’audiences » dispersées dans l’ensemble du fonds présentant l’affaire à traiter, la proposition faite par la Commission et la résolution prise par Pie XI. Cf. L. Pettinaroli, Pio XI e Michel d’Herbigny : analisi di una relazione al vertice della Chiesa alla luce del materiale delle udienze pontificie (1923-1939), dans A. Guasco, R. Perin (eds.), Pius XI : Keywords. International Conference Milan 2009, Berlin, 2010, p. 279-297.

143  S. Pagano, M. Chappin, G. Coco (éd.), I “fogli di udienza” del cardinale Eugenio Pacelli segretario di Stato, Cité du Vatican, 2010.

144  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 53/29], fasc. 5, f. 35 : Sincero, « PCPR, Decreto », 25.02.1929, italien.

145  Ce phénomène s’accentue après 1930 lorsque d’Herbigny devient président de la Commission. Voir notamment infra p. 573-574.

146  En 1930, Pie XI recommande ainsi de changer une somme en dollars à Varsovie ou Riga plutôt qu’en Russie pour bénéficier d’un meilleur taux de change (AA.EE.SS., IV, PCPR, fasc. 69, sc. 10, f. 49 : d’Herbigny, FU, 11.04.1930).

147  Sur cet aspect, voir les analyses de J.-D. Durand, Lo stile di governo di Pio XI, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI… cit., p. 44-60.

148  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : d’Herbigny au p. Foulon, Rome, 26.01.1925.

149  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 50 : d’Herbigny, FU, 20.02.1929, italien.

150  G. London, C. Pichon, Le Vatican et le monde moderne, Paris, 1933, p. 412.

151  P. Werth, Toward « Freedom of Conscience » : Catholicism, Law and the Contours of Religious Liberty in Late Imperial Russia, dans Kritika, 2006 (7-4), n. 23.

152  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 17 : Cieplak à « Eminentissime Domine », Petropoli, 27.04/10.05.1917.

153Ibid., f. 18 : tél. de Constantin Skirmunt à Gasparri, Stockholm, 21.05.1917.

154Ibid., f. 28-35 : mémoire de Constantin Skirmunt, français. Zygmunt Łoziński, né en 1870, prêtre en 1895 : il avait été curé à Minsk et avait aidé Mgr Cieplak lors de sa visite pastorale en 1909. Il sera nommé évêque de Minsk en 1917 puis de Pinsk en 1925. Il meurt en 1932. Son procès de béatification est en cours (Enc. Kat., XI, col. 554-555, J. Misiurek).

155  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 19 : Gasparri à Mgr Skirmunt (à Einsiedeln) et à W. Ledóchowski (à Zizers), 20.06.1917, N°34977, italien.

156Ibid., f. 22-23 : Ledóchowski à « Eminenza Reverendissima », Zizers, 28.06.1917. Voir aussi f. 36-37 : Skirmunt à « Eminenza », Einsiedeln, 02.07.1917 et f. 33-49 : rapport « Russia. Le nomine di Vescovi per le Diocesi cattoliche. Relazione confidenziale. Luglio 1917 », Einsiedeln, 02.07.1917. Sur Radziszewski, O’Rourke et Michalkiewicz, voir supra p. 88, 71 et 129. Sur Piotr Mańkowski (1866-1933), prêtre depuis 1899 du diocèse de Luck-Žitomir et qui sera nommé évêque de Kamenec en 1918, voir PSB, 19, p. 522.

157  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 55-56 : Skirmunt à « Eminenza », Einsiedeln, 03.08.1917 et f. 50-53 : rapport « Archidiocesi di Mohilew », Einsiedeln, 03.08.1917.

158  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 3-4 : Gabrys [Juozas Gabrys-Paršaitis] à Benoît XV, Lausanne, 20.08.1917, français.

159  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 44-45 : Gasparri à Bock, 21.07.1917, N°37114.

160  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 960, fasc. 333, f. 8 : Bock à Gasparri, 03.06.1917, Légation Russie N°181.

161Ibid., f. 16 : tél. chiffré de Pacelli à Gasparri, Munich, 07.07.1917, s. n., italien.

162Ibid., f. 17 : tél. chiffré de Gasparri à Pacelli, 09.07.1917, s. n. Voir également Chapitre 4.

163  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 72-73 : Skirmunt à Gasparri, Einsiedeln, 07.09.1917, italien. Au même moment, Skirmunt remet à la Secrétairerie d’État deux télégrammes de O’Rourke à Grum-Gržimajlo demandant de « tâcher [d’]accélérer nominations épiscopales Mohylew Minsk Kamieniek » car « gouvernement attend initiative de Rome » (ibid., f. 70 : tél. de O’Rourke à Grum-Gržimajlo, Pétrograd, 31.08 (arrivé 05.09).1917 ; f. 71 : tél. de O’Rourke à Grum-Gržimajlo, Pétrograd, 20.08 (arrivé 06.09).1917).

164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 960, fasc. 333, f. 20 : Bock à Gasparri, 26.08.1917, Légation Russie N°341.

165Ibid., f. 18 : Gasparri à Bock, 13.09.1917, N°41935.

166Ibid., f. 23 : tél. de Ropp à Gasparri, Pétrograd, 11.12.1917 ; f. 21 : tél. à Ropp, 13.12.1917 (télégrammes s. n., prot. 49653).

167  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 6 : Lysakovskij à Gasparri, Rome, 30.10.1917, Légation Russie N°462.

168Ibid., f. 10 : De Lai à Gasparri, 15.04.1918, Consistoriale N°858/17 ; f. 12 : Gasparri à Pacelli, 18.04.1918, N°60984.

169  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féodoroff, Paris, 1966, p. 78-80. Sur ces prêtres, voir partie 1. Diodor Valer’ânovič Kolpinskij (1890-1932), converti au catholicisme en 1911, a été ordonné en 1915 et est passé au rite oriental en 1916. Il quitte la Russie en 1921 et émigre en Pologne puis en 1929 en Mandchourie. Cf. Р. Колупаев, Католические общины византийского обряда и русская диаспора, http://zarubezhje.narod.ru/texts/frrostislav3.htm, ainsi que КЭ, II, col. 1176-1177 (A. Ûdin). Nous n’avons pas d’informations sur Levezaninov.

170  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 662, fasc. 54, f. 21 : lettre des prêtres de rite slave à « Beatissime Pater », Petropoli, 31.05.1917, latin ; ibid., f. 23-27 : Постановленiя эпархiальнаго собора греко-каθолической Церкви состоявшаюся въ Петроградѣ отъ 29-31 Мая 1917 года подъ председательствомъ Высокого преосвященнйшаго Андрея Митрополита Галицкаго [Décisions du concile éparchial de l’Église gréco-capholique tenu à Pétrograd le 29-31 mai 1917 sous la présidence de Sa grandeur André, Métropolite de Galicie], russe ; version italienne ibid., f. 29-42.

171  ACO, PCPR, 131/28 : Szeptyckyj à Benoît XV, Einsiedeln, 17.08.1917, latin.

172  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 84.

173  Cf. document 64.

174  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 494, f. 43-45 : Szeptyckyj à « Très Saint Père », Fribourg (Suisse), 08.08.1917, français (orth.).

175  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1429, fasc. 572, f. 18-35 : lettre de Szeptyckyj, Monastère d’Einsiedeln (Suisse), 18.08.1917, p. 18, français.

176Ibid., f. 9 sq : Szeptyckyj au pape, Iaroslavl, 16.03.1917 puis Saint-Pétersbourg, 26.04.1917, français ; ibid., f. 18-35 : lettre de Szeptyckyj, Monastère d’Einsiedeln, 18.08.1917, français.

177Ibid., f. 18-35 : lettre de Szeptyckyj, Monastère d’Einsiedeln (Suisse), 18.08.1917, français.

178  Le gouvernement italien refuse de laisser entrer sur le territoire national celui qu’il considère comme un agent autrichien (AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 494, f. 28 : Carlo Monti à Gasparri, Rome, 19.07.1917, voir aussi le mémorandum en f. 29). La Secrétairerie d’État suit l’avis du gouvernement italien en affichant une certaine réserve à l’égard du métropolite : Gasparri suggère ainsi que Mgr Szeptyckyj fasse ses « communications » au Saint-Siège par simple courrier (ibid., f. 36 : tél. chiffré de Gasparri à Marchetti, 07.08.1917).

179  Avis de De Lai, 22.06.1918, joint au procès-verbal de la session N°1221 (cf. document 65).

180  Voir infra p. 517-520.

181  Cf. supra p. 238-242.

182  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1318, fasc. 518, f. 65 : Gasparri à Marini, 21.02.1919, N°87318, italien.

183  ACO, PCPR, 130/28, doc. 45 : Genocchi à Marini, Vienne, 21.11.1920, italien.

184 Ibid., doc. 45 III : FU, 23.02.1921, italien.

185  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1921), fasc. 1, f. 140-141 : Marini-Papadopoulos à Fëdorov, Rome, 21.04.1921, SCO N°5580/21, italien ; f. 142 : minute du bref de nomination comme protonotaire apostolique ad instar participantium, Benoît XV-Gasparri à Fëdorov, 01.03.1921, latin.

186  VZ [Vladimir N. Zabughin], Risurrezione, dans Roma e l’Oriente, 07-12.1917 (XIV), p. 100.

187  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1921), fasc. unico, f. 6-9 : Mme Abrikosova à « chère amie » (vraisemblablement M. Wolkonskaja), Moscou, 10.11.1921, français.

188  On retrouve des incertitudes semblables pour d’autres espaces. Dans l’AP de 1920 (p. 721), l’Alsace-Lorraine est classée à la suite de la rubrique France et non dans la rubrique France.

189AP, 1919, p. 712.

190AP, 1920, p. 726.

191  Gasparri à Ratti, Vatican, 04.05.1918, Sec. St. prot. N°62753, dans ASV, Arch. Nunz. Varsavia 191, f. 1116-1130, dans O. Cavalleri (éd.), L’archivio di mons. Achille Ratti… cit., p. 131, italien.

192AAS, 1918 (10), p. 451-452.

193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 973, fasc. 340, f. 25 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 25.11.1918, V. Ap. N°311 ; f. 34-35 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 30.12.1918, V. Ap. N°434, italien.

194Vix dum Poloniae unitas, 28.10.1925, dans AAS, 1925 (17), p. 523-524.

195  E. Przekop, Die Griechisch-Katholische (unierte) Ritus im polnischen Konkordat vom Jahre 1925, dans Ostkirchliche Studien, Würzburg, 1979 (28-2/3), p. 145-167 ; H. Bednorz, Le Concordat de Pologne de 1925. Nomination aux Sièges épiscopaux et aux paroisses. Commentaire et comparaison aux autres concordats d’après-Guerre, Paris, 1938.

196  L. Salvatorelli, Pio XI e la sua eredità pontificale, Turin, 1939, p. 120.

197  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 65, fasc. 42, f. 26-31 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 10.07.1918, V. Ap. N°40 et f. 32-33 : allegato III – trad. de lettre de rev. Prof. Stanislao Trzeciak à « Eccellenza » [Ratti], Varsovie, 02.07.1918, italien.

198Ibid., f. 34-35 : lettre à Gaetano Bisleti (préfet de Congrégation des séminaires), Rome, 14.09.1918, AES N°81291.

199  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1217, 1918. Sacra Congregazione degli affari ecclesiastici straordinari, I. Lituania. Diocesi di Vilna, sessione 1217, stampa 1055, aprile 1918 et ibid., procès-verbal, session du 29.04.1918. Voir également Chapitre 4.

200AAS, 1918 (10), p. 451-452. Le diocèse de Riga sera érigé en archevêché le 25.10.1923 : AAS, 1923 (15), p. 585.

201  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1016, fasc. 366, f. 33-38 : O’Rourke à Gasparri, Karlsbad, 26.09.1920.

202  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 308, f. 81-83 : Christierson, « Mémoire sur l’état des affaires ecclésiastiques en Finlande », Pétrograd, 05.05.1917.

203  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 309, f. 12 : Gasparri à Othon de Mühlberg (envoyé extraordinaire prussien auprès du Saint-Siège), 10.12.1918, N°84761, français.

204Ibid., f. 16-17 : Gasparri à Ratti, 11.12.1918, N°85002, italien.

205Ibid., f. 62-63 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 24.05.1919, V. Ap. N°1143.

206Ibid., f. 82 : ministre des Affaires étrangères finlandais (Rudolf Holsti) à Gasparri, 19.09.1919.

207  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 310, f. 9-10 : Gasparri à Rudolf Holsti, 15.12.1919, N°99670.

208Inter alias supremi, 08.06.1920, dans AAS, 1920 (XII), p. 268-269.

209Maxime Interest, 09.06.1920, dans AAS, 1920 (XII), p. 270-271.

210  Voir R. Morozzo della Rocca, Le nazioni non muoiono… cit., p. 274-278 ; M. Carolla, La Santa Sede e la Questione Armena (1918-1922), dans Studium, 1996 (92-5), p. 709-743 ; R. Tolomeo, I rapporti russo-vaticani e gli Armeni cattolici del Caucaso… cit. Pour le cadre politique, voir S. Afanasyan, L’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie : de l’indépendance à l’instauration du pouvoir soviétique, 1917-1923, Paris, 1981.

211  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 972, fasc. 335, f. 40-47 : Der Abraamian, « Relazione sullo stato della missione armeno cattolica nell’impero russo », Rome, 02.11.1917, italien.

212Ibid., f. 33-34 : lettre de Ropp, s. d., français.

213  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 935, fasc. 315, f. 5-6 : Ropp au pape, s. d. [été 1917], français.

214  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 157, f. 35-44 : Delpuch à Papadopoulos, Tiflis, 08.11.1919, N°25, italien.

215  Lettre de Marini au Délégué apostolique de Constantinople, 29.10.1918, citée par R. Morozzo della Rocca, Le nazioni non muoiono… cit., p. 275.

216  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 163, f. 5-11 : Delpuch à Marini, Tiflis, 25.09.1919, français ; f. 16-20 : Delpuch à Papadopoulos, Tiflis, 21.11.1919, N°26, français ; f. 23 sq : « Rapporto dal Revmo P. Antonio Delpuch, Visitatore Apostolico sulla situazione politica e religiosa del Caucaso e sui provvedimenti richiesti dagli interessi della religione cattolica in quella regione », S. Congregazione per la Chiesa Orientale, Rome, 06.02.1920, Allegato alle Ponenze 3825, 3826, 58 p. impr. français. Cf. V. Poggi, P. Antoine Delpuch, Visitatore in Transcaucasia (1919), dans Studi sull’Oriente cristiano, 2001 (5-1), p. 93-130.

217  ARSI, Prov. Russiaca, 2001, Missiones Pontificiae in Russia, De Missione in Caucaso, 1920 : Delpuch à la Curie généralice, Rome, 03.10.1920.

218  ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : lettres de Papadopoulos (assesseur de la Congrégation orientale) à Tacchi Venturi (secrétaire général de la Compagnie), Rome, 19.02.1920 (SCO N°3344/20) et du 15.03.1920 (SCO N°3444/20).

219  Cette activité caritative vise à « avviare verso la nostra patria le simpatie di quei paesi » (ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : Giovanni Ciraolo – président de la Croix Rouge italienne – à Tacchi Venturi, Rome, 29.12.1920).

220  H. Jalabert, Jésuites au proche-orient. Notices biographiques, Beyrouth, 1987, p. 395-396.

221  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite pour les Russes. Saint Georges. De Constantinople à Meudon. 1921-1992, Meudon, 1993, p. 164-167.

222  Décret de la Congrégation orientale du 20.09.1920, en annexe à lettre de Marini à Tacchi Venturi, Rome, 07.10.1920, SCO N°3948/20 (ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie).

223 AP, 1921, p. 261.

224  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1920), fasc. 1, f. 117 : Papadopoulos à Benoît XV, Rome, 23.08.1920 (et notes ms. des 27 et 28 août), italien.

225  ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : la lettre de G. M. de Giovanni au père Tacchi Venturi (Naples, 28.11.1920) recopie les deux lettres du visiteur apostolique de Tiflis du 8 et du 28 novembre 1920.

226 Ibid., Moriondo à Mosca, Tiflis, 28.11.1920, N°10.

227  M. Carolla, La Santa Sede e la Questione Armena… cit., p. 727-728.

228 Ibid., p. 732-736.

229  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 158, f. 31 : FU, 25.10.1922, italien.

230  L’OPPF accorde à Mgr Smets un don extraordinaire de 30.000 lires en mai 1923 : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 158, f. 52 : père Nogara (secrétaire général) à Papadopoulos, Rome, 15.05.1923, Pontificium Opus a propagatione fidei N°484/23.

231  ASV, Segr. Stato, rub. 122 (1923), fasc. 1, f. 2-3 : Smets à Pizzardo, Tiflis, 14.02.[1923], N°4.

232  Sur cette visite, voir les rapports de Smets dans AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 25, fasc. 159 [Prot. 468/28].

233  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 220, f. 30 : tél. de Smets à Tacci, Tauris, 16.12.1924, français. Cette décision sera confirmée par la Congrégation pour l’Église orientale : ibid., f. 29 : Tacci-Papadopulos à Vardidze, Rome, 20.12.1924, SCO 14750/24. Akon Danièlovič Bakarat’ân (1872-1936) était originaire du gouvernement de Batoum (Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 15-16) et Èmmanuil Pavlovič Vardidze (1886-1966) du gouvernement de Tbilissi. Ce dernier avait été formé en partie à Rome et ordonné en 1909 (ibid., p. 272-273).

234  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 995, fasc. 358, f. 2 : Dolci à Gasparri, 01.09.1919, Délégation Constantinople N°1173, italien. Dans le même rapport, Dolci signale l’ouverture de négociations avec le Patriarcat œcuménique pour la reconnaissance de l’autocéphalie de l’Église ukrainienne.

235Ibid., f. 25 : lettre à Jean de Tokary Tokarewski Karaszewicz, 09.12.1919, français.

236  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1012, fasc. 366, f. 4 : Gasparri à Ratti, 14.02.1920, N°2442, italien. Sur Genocchi : DBI, 53, p. 134-138 (R. Cerrato).

237Documents inédits. L’Église orthodoxe panukrainienne, créée en 1921 à Kiev, dans Orientalia Christiana, 1923 (3), p. 86.

238  Cf. G. Choma, Padre Giovanni Genocchi visitatore apostolico dell’Ucraina, dans Analecta OSBM. Section II, 1958 (Series II, Sectio II, Vol.III (IX), fasc.1-2) et 1960 (Series II, Sectio II, Vol.III (IX), fasc. 3-4), p. 204-224 et 492-512.

239  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1012, fasc. 366, f. 7-8 : Ratti à Gasparri, Varsovie, 13.05.1920, Nonciature Pologne N°2062 ; f. 9-14 : Genocchi au Saint-Père, Vienne, 14.09.1920, italien.

240  ASV, Segr. Stato, rub. 18 (1921), fasc. 1, f. 201 : allegato – copie de lettre de Genocchi à « Eminenza reverendissima », Vienne, 05.11.1921, italien.

241Ibid., f. 203 : Papadopoulos à Pizzardo, SCO N°6733/21, Rome, 05.12.1921, italien ; f. 206 : Secrétairerie d’État à Marini, 17.12.1921, N°B-29319.

242  Relazione finale de la nonciature Ratti, éditée dans O. Cavalleri (éd.), L’archivio di mons. Achille Ratti… cit., appendice I-B « Relazione generale sullo stato attuale e condizioni della Polonia » (Nunz. Ap. Poloniae, N°4833), 01-08.07.1921, p. 59-60 du document original. Ignacy Dubowski (1874-1953), ordonné prêtre en 1899, étudiant à l’Angelicum en 1901-1904, est élu évêque de Luck-Žitomir en 1916. Après 1925, il réside à Rome et remplit différentes missions pour le Saint-Siège : Enc. Kat., IV, col. 268 (J. Szelchaus).

243  ACPF, rub. 34/2 (1923), NS, vol. 818, f. 509-510 : Van Rossum-Marchetti-Selvaggiani à Costantini, Rome, 24.11.1924, SCPF N°3598/24 ; f. 513 : « Decretum S. Congregationis de Propaganda Fide », Rome, 21.11.1924, latin. Sur Gerard Piotrowski (1885-1969), ordonné prêtre en 1911, missionnaire bernardin en Chine et au Japon, voir A. Majdowski, Kościół katolicki w Cesarstwie rosyjskim : Syberia, Daleki Wschód, Azja Środkowa, Varsovie, 2001, p. 305. Après avoir été administrateur apostolique de Sibérie, il s’installera à Harbin de 1924 à 1929 et de là aurait été vicaire général du diocèse de Vladivostok entre 1927 et 29. À partir de 1929, il reste en Extrême-Orient (au Japon de 1929 à 1938 puis de nouveau de 1953 à sa mort ; et en Chine de 1938 à 1949).

244  ACPF, rub. 34/2 (1923), NS, vol. 818, f. 523 : lettre à Mgr de Ropp, Rome, 29.01.1925, SCPF N°220/25.

245  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 593 : compte rendu de congrégation et d’audience, 29.01.1923, latin – « Pon. N. 3 prot. 114/23 – Congr. Gener. 29 Genn. 1923 ».

246 Ibid.

247  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 338sq : Ponenza « Sacra Congregazione de Propaganda Fide. Anno 1923 – N. 3 Gennaio. Prot. N. 114/23 », Relazione, p. 41, italien. Sur Karol Śliwowski (1848-1933), ordonné prêtre en 1883, ancien curé de Kazan (1897-1911), voir A. Majdowski, Kościół katolicki… cit., p. 308.

248  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 594-595 : minute du Decretum, 02.02.1923, latin.

249  Constitution apostolique Semper Romani Pontifices, 02.02.1923, dans AAS, 1923 (15), p. 443-444.

250  ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 642 : Sliwowski à Van Rossum, Harbin, 31.10.1923, Resp. ad N°114/23 ; N°1, français. Voir aussi ACPF, rub. 34/3 (1923), NS, vol. 818, f. 747-748 : rapport de Costantini, Pékin, 01.11.1923, Délégation Chine N°530/23, italien.

251  F. McCullagh The Bolshevik Persecution… cit., p. XVIII, anglais.

252  « Relazione generale sullo stato attuale e condizioni della Polonia » (Nunz. Ap. Poloniae, N°4833), 01-08.07.1921, dans O. Cavalleri (éd.), L’archivio di mons. Achille Ratti… cit., p. 59-60 du document original.

253  ASV, SC Consistoriale Relationes : Mohilev 1923 (517) ; Luck-Žitomir et Kamenec 1923 (461) ; Minsk 1923 (513) ; Tiraspol 1920 (863). Voir aussi AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 39, fasc. 237, f. 13-17 : Kessler à la S. C. Consistoriale, Roumanie, 10.08.1920, latin.

254  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 146, f. 55 : Joseph Kessler à Pie XI, Berlin, 22.06.1925, latin. Sur Iosif Petrovič Krušinskij (1865-1940), voir Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 101-102. Ordonné prêtre en 1889 pour le diocèse de Tiraspol, historien, professeur et recteur du séminaire de Saratov, il quitte Saratov après 1918 et devient, à partir de 1922, responsable de la paroisse de Karlsruhe près d’Odessa. Il est également vicaire général du diocèse. Arrêté en 1932, il est envoyé au Kazakhstan où il meurt en 1940.

255  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 33 : Ropp à Pie XI, Varsovie, 07.1925, latin ; f. 35 : Borgongini Duca à F. Giobbe (substitut de la Congrégation Orientale), Vatican, 27.08.1925, Seg. St. N°45558.

256  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1924), fasc. 4, f. 210 : d’Herbigny, « Nota », Rome, 18.01.1924, italien.

257  ASV, Segr. Stato, rub. 181 (1925), fasc. unico, f. 32 : attestation de M. Glaser, Rome, 22.01.1925 et f. 35 : « Promemoria sul Canonico Glaser », anonyme, italien.

258  Cf. p. 329-330.

259  G. Goyau, Dieu chez les Soviets, Paris, 1929, p. 93-94.

260  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi nell’Unione delle Reppubliche socialistiche sovietiche », 30.11.1926, Sub Secreto S. Officii, italien.

261  Pacelli avait été informé le 10 mars qu’il devrait consacrer sous le secret du Saint-Office un évêque « sans consacrants ni assistants », à l’exception de Mgr Centoz qui pourra assister (ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 30, fasc. 3, f. 86 : tél. chiffré de Gasparri à Pacelli, 10.03.1926, N°15 et f. 88 : tél. chiffré de Gasparri à Pacelli, 17.03.1926, N°17). Voir également P. Lesourd, Entre Rome et Moscou… cit., p. 69-71.

262  La bulle de nomination comme administrateur apostolique de Moscou est datée du Vatican, 11 mars 1926 (Secrétairerie d’État, N°52527 ; original dans Archives assomptionnistes – Rome, Papiers Neveu), et a été publiée par H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 90.

263  M. Maqua, L’ostpolitik du Vatican, Liège, 1984, p. 195 ; B. Slokans, Témoin de Dieu chez les sans-Dieu. Journal de prison de Mgr Boleslas Slokans. Du bagne des îles Solovki à la déportation en Sibérie, Paris, 1986. Notice dans Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 399-401 (donne comme date d’ordination le 4 mai et 12 mai pour la nomination comme administrateur apostolique).

264  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j. (1898-1986) : journal d’une mission en Russie (1926), dans Orientalia Christiana Periodica, 1987 (53), n. 44 p. 16-17.

265  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi nell’Unione delle Reppubliche socialistiche sovietiche », 30.11.1926, italien. Il était d’ailleurs prévu que Mgr Frison fasse « acte public comme évêque » seulement à une date prévue (Corpus Domini de 1928) et se transporter alors à Odessa (ibid., f. 23). Cependant, il semble qu’à la suite d’une perquisition de la police du 1er mai 1927, on lui ait interdit de quitter Simferopol pour Odessa. Notice dans Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 173-175.

266  Ces « installations » se font selon un agenda progressif : le 28 avril pour Kruschinsky, le 1er mai pour Skalski, le 6 mai pour Malecki et le 23 mai pour Swiderski, Baumtrog et Roth : AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi nell’Unione delle Reppubliche socialistiche sovietiche », 30.11.1926, italien.

267  Prêtre depuis 1900, cet ancien enseignant du séminaire de Žitomir et protonotaire apostolique, avait été inquiété en 1919 puis en mai 1921 (il est alors libéré grâce à l’intervention du consul polonais). Notice dans Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 397-398. Ses mémoires ont récemment été édités : T. Skalski, Terror i cierpienie. Kościół katolicki na Ukrainie 1900-1932 : wspomnienia, Cracovie, 2008 [1e éd. 1995].

268  Prêtre depuis 1884, Malecki a rencontré des difficultés avec le pouvoir tsariste dans les années 1880. À Saint-Pétersbourg dès 1887, très influencé par les idées de don Bosco, il crée des écoles. Recteur du séminaire « des catacombes » de 1921 à 1923, il est arrêté dans le cadre du procès Cieplak et condamné à trois ans de prison mais sera rapidement libéré pour des raisons de santé. Cf. H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 98 ; M. Maqua, L’ostpolitik… cit., p. 191-192 ; Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 361-363.

269  Prêtre depuis 1912, il avait été inquiété à plusieurs reprises en 1921 et 1922 notamment pour avoir passé illégalement la frontière soviétique. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 393-394.

270  Prêtre depuis 1909, il suit une partie de ses études à l’université à Innsbruck avant de rentrer en Russie en 1911, où il devient recteur du séminaire de Saratov en 1912. En 1917, il joue un rôle important dans le mouvement des colons allemands, ce qui le conduit à vivre dans la clandestinité lors de la répression de ce mouvement (de l’été 1919 à l’amnistie de 1922) : Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 20-21.

271  Prêtre depuis 1904, il dessert différentes paroisses, notamment germanophones, du diocèse de Tiraspol : Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 146.

272  Prêtre depuis 1909, il a desservi différentes paroisses en Russie occidentale et se trouve après 1918 dans la region de Kharkov, où il développe notamment une aide caritative pour la population polonaise et est très apprécié. Cf. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 334, ainsi que AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 17, fasc. 109, f. 90-91 : Marmaggi à Giobbe, Varsovie, 27.01.1934, Nonciature de Pologne N°12480.

273  Prêtre depuis 1914, il avait été notamment vicaire de Saints-Pierre-et-Paul à Moscou puis, à partir de 1924, au service de paroisses du décanat de Samara (Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 227-228).

274  Prêtre depuis 1903, il dessert plusieurs paroisses en Russie occidentale et à Riga. Après avoir été chapelain dans l’armée, il rejoint en 1918 la Sibérie. Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 222.

275  Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти… cit., p. 399-401.

276 CIC 1917 : can. 314 § 1 et 2.

277 CIC 1917 : can. 318 § 2.

278  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi nell’Unione delle Reppubliche socialistiche sovietiche », 30.11.1926, italien.

279  Voir le tableau ci-dessous pour une présentation synthétique.

280  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4 [prot. 12/28], f. 7 : d’Herbigny, « Ordinazione delle diocesi nell’Unione delle Reppubliche (sic) socialistiche sovietiche », 30.11.1926, italien.

281  En fait, en 1928, le cardinal Sincero avait pensé profiter de l’occasion pour réunir sous une même juridiction locale « Harbin latin » et « Harbin slave » (en passe d’être créé). Mais sa proposition de faire passer la paroisse de rite latin sous la juridiction de l’exarchat russe, avait été rejetée par le délégué apostolique en Chine, craignant les tensions entre nationalités qui auraient pu dériver de cette mise sous tutelle des Latins. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 189, f. 50-51 : Costantini à Sincero, Pékin, 11.02.1928 (arrivé 05.03.1928), Délégation Chine N°155/28.

282 Ibid., f. 49 : Sincero-Margotti à Costantini, Rome, 10.01.1928 (CPR prot. 2895/27 ; 622/28). Nous n’avons pas retrouvé le décret lui-même.

283  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 29, fasc. 188, f. 21 : Sincero aux cardinaux préfets des Congrégations du Concile, des Sacrements, des Religieux, de la Propagande et au cardinal secrétaire de la Consistoriale, Rome, 15.06.1928, PCPR 201/28 ; f. 10 : « Decretum Pontificiae Commissionis pro Russia », Rome, 12.04.1928, PCR 201/28, latin.

284  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1, fasc. 4, [prot. 12/28], f. 8 : note de travail adressée à d’Herbigny et contenant une note de d’Herbigny, 07.11.1930, italien. Nous n’avons pas trouvé ce document, peut-être toujours conservé à l’Institut pontifical oriental. Le problème de l’absence de frontières des circonscriptions est sensible dans la carte proposée par H. Stehle sur « L’action secrète de d’Herbigny (1926) » qui ne répertorie que les villes où sont installés des administrateurs (H. Stehle, Eastern Politics… cit., p. 103)

285  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 9, fasc. 64, f. 66 : Schweigl à Giobbe, Rome, 08.07.1936, italien. Voir aussi f. 64-65 (légende des cartes en latin) et f. 68 : trois cartes format A3 (Carte 1 : « Russia-Europa Hierarchia Eccl. Russiae 1917 » ; Carte 2 : « Hierarchiae dissid. in Russia asiatica 1917-1928/29 » ; Carte 3 : « Hierarchiae dissid. in Russia ; Hierarchia cathol. et dissid. in territoriis finitimis, 1928/29 »).

286  Cette carte comprend aussi bien les sièges épiscopaux, de décanats que les prisons où sont retenus des fidèles catholiques. Les administrations apostoliques et diocèses y sont numérotés de 1 à 15. AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 7, fasc. 50, f. 56-59 : « Russia europaea et asiatica. Cartae ecclesiastico-administrativae (1936) », latin (légende) et f. 60 : cartes.

287  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 23, fasc. 147, f. 72-73 : d’Herbigny, Voto, Rome, 14.11.1926, italien.

288 Ibid., f. 74-75 : « Memoria per l’udienza. Russia », s. d., italien et note ms. Sincero.

289Ibid., f. 76 : Sincero, FU, 11.12.1926, italien ; f. 77 : décision de Pie XI, 11.12.1926.

290  D’Herbigny, « Note […] sur le Séminaire à ouvrir en Russie », s. d. [probablement entre le 27 mai et octobre 1926], p. 1, I, 1, cité par V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j… cit., p. 7.

291Ibid., p. 1, I, 2 du document.

292  Voir H. Stehle, Eastern Politics… cit., n. 79 p. 406 et C. Simon, The life and the times of Vendelín Javorka : a Russian odyssey, dans Russicum…1… cit., n. 32 p. 60. Constantin Simon signale d’ailleurs « a persistent rumour which maintained that Schweigl had been ordained a secret bishop for the Russian mission although this was never substantiated ».

293  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j… cit., p. 5-6. Né en France, le père Ledit enseignera après cette expérience russe à l’Institut pontifical oriental à partir de 1929 puis de 1939 à 1986, il résidera au Canada, où il s’occupera notamment d’une petite communauté russe à Montréal.

294  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 69 : note de Sincero à Margotti, « S[ub] S[ecreto] S. O[fficii] », italien.

295  E. Tokareva évoque, quant à elle une disposition du conseil des commissaires du peuple visant à interdire l’entrée en URSS aux religieux étrangers pour des buts religieux, datée du 9 octobre 1926 (E. S. Tokareva, Problemi dello status… cit., p. 173).

296  V. Poggi (éd.), Joseph Ledit s.j… cit., p. 31.

297  Sur les luthériens en Union soviétique, voir О. Лиценбергер, Евангелическо-лютеранская церковь и советское государство : 1917-1938 гг., Moscou, 1999.

298  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 80-85 : Schweigl à Pizzardo, Berlin, 27.11.1926, français.

299  Voir le dossier « Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau monde : la Curie romaine et les dubia circa sacramenta », MEFRIM, 2009 (121-1), notamment : G. Pizzorusso, I dubbi sui sacramenti dalle missioni « ad infideles » : percorsi nelle burocrazie di Curia, p. 39-61 et B. Dompnier, L’administration des sacrements en terre protestante à la lumière des facultates et des dubia des missionnaires, p. 23-38.

300  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 979, fasc. 347, f. 32-33 : Ropp à Gasparri, Pétrograd, 14/27.01.1918, français (orth.).

301Ibid., f. 41-44 : Ropp, demandes de facultés, Petropoli, 01.02.1918, latin.

302Ibid., f. 64-66 : lettre à Ropp, 29.05.1918, N°65659, français, voir aussi f. 61 : annexe à cette lettre, ex audientia SSmi, 28.05.1918, latin.

303  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 978, fasc. 347, f. 16-18 : Sigismond Lozinski à Ratti, Varsovie, 09.08.1918, latin ; f. 19-20 : Secrétairerie d’État à Ratti, 28.09.1918, N°81680, italien.

304  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 28, fasc. 181, f. 10 : Sincero, FU, 05.03.1927, prot. 117/28 ; 254/29 ; f. 11rv : minute de l’indult, Sincero, Rome, 05.03.1927, N°254/29.

305 Ibid., f. 18 : Sincero, FU, 05.03.1927, Prot. 117/28 ; 255/29 ; f. 19 : indult, Sincero, Rome, 05.03.1927, N°255/29.

306 Ibid., f. 14 : Sincero, FU, 05.03.1927, Prot. 117/28 ; 253/29 ; f. 15 : indult, Sincero, Rome, 05.03.1927, N°253/29 (latin).

307  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 59-61 : « Facultates pro Russia concessae », document 29-1 (N°8, 15, 22, 23, 24).

308 Ibid., N°6, 9, 10, 16.

309 Ibid., N° 1, 4, 17, 18.

310  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 72-73 : « Facultates concessae » par Pie XI au p. Roi ad quinquennium, Rome, 14.05.1924, en audience à I. Papadopoulos, impr., prot. N°13193.

311 Ibid.

312  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 32, fasc. 204, f. 64-68 : P. Roi « Facoltà per la Russia », latin. Cf. document 29-3.

313 Ibid., f. 75-76 : I. Papadopulos, « Istruzioni e facoltà date dalla S.C. Pro Ecclesia Orientali al rev.mo P. Giulio Roi S.J. inviato in Russia », Rome, 15.05.1924, italien, Prot. N°13193/24 (sub secreto pontificio) : facultés N°1, 2, 14.

314 Ibid.

315  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 71 : note de travail, 08.10.1926 ; 09.10.1926, italien.

316 Ibid., f. 73-75 : « Facultates pro Russia concessae », latin.

317  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 12/28], fasc. 4, f. 3 : Lauri à Sincero, Varsovie, 27.05.1926, Nonciature Pologne N°14013, italien.

318  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 7 : Lauri à Gasparri, Varsovie, 07.06.1926, Nonciature Pologne N°409, italien. Ce canon indique que « si l’administrateur apostolique est préposé à un diocèse dont le siège n’est pas vacant, la juridiction de l’évêque, ainsi que celle de son vicaire général est suspendue » (CIC 1917, can. 316 § 1).

319Ibid., f. 9 : Ropp à « Eminence », Varsovie, 02.06.1926, français.

320  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 116, f. 23 : anonyme [d’Herbigny], note de travail, 20.12.1926, prot. 326/28, italien.

321Ibid., f. 25 : note sur le Congrès du 04.01.1927, prot. 21022, italien ; f. 26 : lettre à Około-Kułak, Rome, 14.01.1927, SCO prot. N°21022, italien.

322  Sur l’organisation des pourvois en appel pour les causes matrimoniales en Russie, voir supra p. 104 et 131-132.

323  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 96, f. 98 : Lauri à Sincero, Varsovie, 10.05.1927, Nonciature de Pologne N°17087, italien.

324Ibid., f. 108 : feuille de congrès, Rome, 25.05.1927, italien.

325 Ibid., f. 111 : d’Herbigny, FU, 29.05.1927, italien. Dans AP, 1928, p. 551, la date de nomination indiquée est le 28 avril 1927.

326  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 67, f. 3 : Chiarlo à Pizzardo, 01.08.1927, Nonciature Pologne N°543, italien.

327 Ibid., f. 5-6 : Około-Kułak à PCPR, Varsovie, 12.09.1927, italien.

328 Ibid., f. 7 : d’Herbigny, voto « Cattolici Russi esiliati e prigionieri », 23.11.1927, italien.

329  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 10, fasc. 68, f. 5 : Około-Kułak à Sincero, Varsovie, 13.01.1929, italien.

330 Ibid., f. 7 : d’Herbigny, voto, 21.01.1929, italien ; f. 10 : d’Herbigny, FU, 09.02.1929.

331  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 38, fasc. 222, f. 69 : d’Herbigny, FU, 08.11.1929, italien.

332  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 18, fasc. 118, f. 15 : d’Herbigny, FU, 18.01.1930 ; AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 39, fasc. 237, f. 35 : Centoz à Kessler, Berlin, 06.02.1930, Nonciature Allemagne N°42895, français (envoi de la bulle apostolique et des pièces annexes).

333  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 20, fasc. 127, f. 7 : Sincero-Margotti à Marmaggi, Rome, 21.01.1930 / envoyé 25.01.1930, PCR 97/28.

334Ibid., f. 8 : Cercone, note de travail, Rome, 23.01.1930, italien.

335 AP, 1939, p. 207-208.

336  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 1 [prot. 12/28], fasc. 4, f. 6 : De Lai à Sincero, Rome, 22.11.1926, S. C. Consistoriale N°690/25, italien.

337 Ibid., f. 6 : Sincero, FU, 26.11.1926, italien.

338  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 12, fasc. 80, f. 14 : Sincero, FU, 22.12.1926, italien.

339Ibid., f. 15 : lettre à la S. C. Consistoriale, 24.12.1926 ; f. 16 : lettre à la S. C. du Concile, 30.12.1926.

340  N. Struve, Soixante-dix ans d’émigration russe, 1919-1989, Paris, 1996, n. 1 p. 64.

341  Voir le dossier « Juifs russes à Paris », dans Archives Juives, 2001 (34-2), p. 4-94. Un colloque a été récemment organisé par Oleg Budnitsky et Catherine Gousseff sur « Les Juifs de Russie et d’Union soviétique à Paris et en France (1881-1991) », 12-14 novembre 2008, Paris.

342  Sur les catholiques russes émigrés, voir Р. Колупаев, Католические общины византийского обряда и русская диаспора, http://zarubezhje.narod.ru/texts/frrostislav3.htm. Un colloque bipartite vaticano-russe, organisé par le Comité pontifical des Sciences historiques en 2010, s’est intéressé à la question de l’émigration russe.

343  R. Schor, Le facteur religieux et l’intégration des étrangers en France (1919-1939), dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1985 (7), p. 103-115. Deux numéros spéciaux des Cahiers de la Méditerranée [2008 (76) et 2009 (78)] dirigés par Yvan Gastaut et Ralph Schor ont été consacrés au thème « Migration et religion en France » : http://cdlm.revues.org/index4133.html

344  Sur le choix de ce rite, voir infra p. 517 sq.

345  J. Charyn, dans H. Menegaldo, Les Russes à Paris, Paris, 1998, p. 12. Nous sommes toutefois loin du chiffre utilisé par d’Herbigny de 183.000 Russes à Paris en 1921, qu’il aurait tenu du Ministère des Affaires étrangères (AA.EE.SS., III, Francia, pos. 1377, fasc. 720, f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921).

346  Voir infra p. 520-526.

347  Réponses au questionnaire « Quaestiones de Russis aliisque Orientalibus dispersis » de la Congrégation pour l’Église orientale, 1927 (AHAP, 9K2 9a).

348  AFSJ, E-ME 1/2 : note sur la préparation actuelle d’un apostolat pour la Russie, s. d. [fin 1919-début 1920], n. 2 p. 1.

349  AA.EE.SS., III, Francia, pos. 1377, fasc. 720, f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, français.

350Ibid., f. 10 : Dubois à Gasparri, Paris, 27.12.1921 ; DEF, p. 141-142 (P. Ploix). Il meurt en 1943.

351Ibid., f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, français. Voir aussi la lettre moins détaillée au pape : ibid., f. 4-5 : d’Herbigny à « Beatissime Pater », Prague, 24.08.1921, latin.

352Ibid., f. 6 : Gasparri à Cerretti, 13.09.1921, N°25163.

353Ibid., f. 7-8 : Cerretti à Gasparri, Paris, 29.09.1921, Nonciature France N°147, italien.

354Ibid., f. 9 : Gasparri à Cerretti, 16.10.1921, N°26070, italien.

355Ibid., f. 10 : Dubois à Gasparri, Paris, 27.12.1921, français.

356  AHAP, 9K2 9a : rapport manuscrit de l’archevêché de Paris, « Le Ministère des Étrangers dans le Diocèse de Paris, 1922-1927 ».

357  On en a une copie certifiée conforme du 15 mars 1922 en AA.EE.SS., III, Francia, pos. 1377, fasc. 720, f. 14-15.

358Ibid., f. 2-3 : d’Herbigny à Gasparri, Prague, 24.08.1921, français.

359Ibid., f. 7-8 : Cerretti à Gasparri, Paris, 29.09.1921, Nonciature France N°147, italien.

360Ibid., f. 11 : Władysław Skrzyński à Pizzardo, Rome, 23.02.1922, Légation de Pologne N°147/22, français et f. 12-13 : Promemoria, 22.02.1922, français.

361Ibid., f. 16 : Gasparri à Skrzyński, 20.03.1922, N°1046, italien.

362  AHAP, 9K2 9a.

363  AHAP 9K2 9c : Chaptal à Tacci, 14.10.1924, français.

364Informations. France. 1. À Paris. L’action pour l’union des Églises, dans L’Union des Églises, 09-10.1928 (n°32), p. 530, ainsi que les photographies de l’iconostase p. 536-537.

365  N. Struve, Soixante-dix ans d’émigration russe… cit., p. 17.

366  K. Schlögel (éd.), Russische Emigration in Deutschland, 1918 bis 1941 : Leben im europäischen Bürgerkrieg, Berlin, 1995, p. 35.

367  AA.EE.SS., IV, Germania, pos. 529, fasc. 56, f. 4 : Borgongini Duca à Pacelli, 14.02.1923, Seg. St. N°13669.

368Ibid., f. 5 : Pacelli à Gasparri, 23.02.1923, Nonciature Bavière N°26610.

369  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 6-7 : Gaspare Julius à Pacelli, Munich, 08.06.1923, italien. Suite à ce refus, sa nomination comme prélat domestique est annulée (ibid., f. 13 : Bref apostolique Pie XI-Gasparri, 30.06.1923, Brevi apostolici N°897 Segr. Stato N°18527 et f. 27 : Pacelli à Gasparri, 12.07.1923, Nonciature N°28000). Sur Julius, voir aussi W. Becker, Sowjetische Religionspolitik und Vatikanische Hungerhilfe für Russland. Deutsche Aussenpolitik zwischen Moskau und Rom 1920-1939, dans SSR, 2006, p. 214.

370  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 77-85 : Grum-Gržimajlo, « Il rapporto sulla mia missione tra i emigranti russi a Berlino dal 23 Gennaio fin al 23 marzo 1924 », italien (envoyé en annexe à la lettre de Grum-Gržimajlo à Pacelli, Berlin, 30.03.1924 : f. 76). Sur Serge de Grum-Gržimajlo : C. Simon, Pro Russia… cit., p. 231-232.

371  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 90 : lettre de la nonciature à Korolevskij (C/O Nonciature de Vienne), 10.04.1924, Nonciature Allemagne N°30245 (réponse à la lettre de la Congrégation orientale du 07.04.1924, N°12582/24).

372 Ibid., f. 77-85 : Grum-Gržimajlo, « Il rapporto sulla mia missione tra i emigranti russi a Berlino dal 23 Gennaio fin al 23 marzo 1924 », italien.

373Ibid., f. 113 : Secrétairerie d’État à Pacelli, Vatican 03.06.1924, Seg. Stato N°31305.

374  Sur Berg, voir F. Betker (éd.), “Pro fide et patria !” Die Kriegstagebücher von Ludwig Berg 1914-18, katholischer Feldgeistlicher im Grossen Hauptquartier Kaiser Wilhelms II, Cologne, 1998, notamment p. 1-20.

375  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 32, fasc. 2, f. 86-97 : Berg, « Rapport sur la pastoration des Russes à Berlin 15 novembre 1924 –15 février 1925 », Berlin, 15.02.1925, français.

376  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 27, fasc. 1, f. 4 : Pizzardo à Pacelli, Vatican, 24.11.1924, N°36509, italien. La Secrétairerie d’État accepte cette proposition dans la mesure où O’Rourke travaille « sotto la direzione dei vescovi locali » (ibid., f. 6, note anonyme [d’Herbigny], 08.12.1924), ce que le cardinal Bertram accepte volontiers (ibid., f. 10 : Bertam à Pacelli, Breslau, 13.01.1925).

377  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 32, fasc. 2, f. 86-97 : Berg, « Rapport sur la pastoration des Russes à Berlin 15 novembre 1924 –15 février 1925 », Berlin, 15.02.1925, français (ce rapport existe aussi en version allemande). Sur Mgr Tikhon (1875-1945), prêtre depuis 1895 et ayant prononcé ses voeux monastiques en 1914 après son veuvage, ordonné évêque le 15 avril 1924, voir ROB, 6, p. 298-300.

378  L. Berg, Die römisch-katholische Kirche und die orthodoxen Russen, Berlin, 1926 [russe Римско-католическая церковь и православная Россия, Berlin, 1926] ; L. Berg (éd.), Ex Oriente. Religiöse und philosophische Probleme des Ostens und des Westens. Beiträge orthodoxer, unierter und katholischer Schriftsteller in russischer, französischer und deutscher Sprache, Mainz-Wiesbaden, 1927 ; L. Berg, Neue religiöse Wege des russischen Geistes, Mainz, 1926 [russe Новые религиозные пути русского духа, Mainz, 1926].

379Nouvelles-Allemagne, dans Stoudion, février 1927 (IV-1), p. 36-37.

380  Les archives de la nonciature de Berlin ne laissent aucun doute sur le motif de ce renvoi : après la notification d’une liaison féminine par l’évêque de Cologne (ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 28, fasc. 1, f. 592 : Karl Joseph Schulte à Pacelli, Cologne, 12.01.1927, N°45) et alors que Pacelli était plutôt d’avis de le garder à son poste à Berlin où personne n’était au courant (f. 594-595 : Pacelli à Sincero, 16.01.1927, N°36760), d’Herbigny pose la question en audience à Pie XI et propose « de profiter de l’occasion pour laisser à Berg la liberté de retourner à Aix-la-Chapelle » (f. 615-616 : d’Herbigny à Pacelli, Rome, 07.03.1927, italien). Une large compensation financière (6 000 marks) sera toutefois accordée à ce prêtre pour ce renvoi brutal (f. 709-710 : Pacelli à Gasparri, 23.04.1927, N°37330). L’abbé Berg continue à s’intéresser aux questions russes et oriente son action au début des années 1930 vers la lutte contre le bolchevisme et le mouvement des sans-dieu en Allemagne. Il travaille alors sous la direction de K. Algermissen à Mönchengladbach puis en 1934-1935 pour le journal de Mückermann, la Katholische Korrespondenz.

381 КЭ, II, col. 1420-1422 (A. Ûdin). Il fut le premier mari de la célèbre mère Marie Skobtsov (1891-1945). Voir également le dossier ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 27, fasc. 4.

382  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 27, fasc. 4, f. 11 : reçu signé Kuzmin-Karavaev, Berlin, 23.09.1927.

383  La Congrégation pour l’Église orientale rappelle ainsi qu’un rescrit du Saint-Office du 25 janvier 1906 autorise la présence d’un chœur schismatique à condition que celui-ci ne porte pas d’habits sacrés et ne participe pas directement aux fonctions liturgiques (ibid., f. 50-51 : Sincero à Pacelli, 19.01.1928, CPR N°3143/27).

384  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 43, f. 6-8 : Kuzmin-Karavaev à d’Herbigny, Berlin, 31.07/06.08.1930 ; f. 24r-36r : programme de cette association qui prend en fait deux noms (« Союзъ Общаго Долга » [Union du devoir commun] et « Дружина Христа Спасителя » [« Drougine » du Christ Sauveur]), Berlin, 14.07.1930, russe (trad. italienne f. 12-19).

385  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 6, fasc. 44, f. 3 : Orsenigo à d’Herbigny, Berlin, 05.12.1931, Nonciature Allemagne N°3257.

386Ibid., f. 23-24 : Dloussky à « Votre Excellence », Berlin, 19.04.1933.

387  D. Attwater, revised by C. Simon, Leonid Feodorov and the Catholic Russians, dans C. Simon, Russicum… 1… cit., p. 30 ; КЭ, I, col. 1657 (A. Ûdin).

388  ACO, PCPR, 435/28, doc. 47 : Van Caloen au président général de l’OPPF à Rome, « Rapport sur l’œuvre “L’Union”, œuvre d’aide aux émigrés russes du diocèse de Nice », Villa St-Benoît Cap d’Antibes, 15.02.1927.

389  ACO, PCPR, 32/28, fasc. 1, doc. 1 : d’Herbigny, « Commissione pro Russia. Nota del Relatore all’Em.mo Cardinale Luigi Sincero », 10.07.1927.

390  AA.EE.SS., IV, Russia, pos. 654, fasc. 36, f. 4-17 : Cirillo Karalevski à Pie XI, Vienne, 13.04.1924, italien.

391  ACO, PCPR, 237/28, fasc. I, doc. 7 : Arata à Gasparri, Prague, 03.12.1925, Nonciature Tchécoslovaquie N°12231.

392Ibid., fasc. II, doc. 28a : Semiackij à la Pro Russia, 05.02.1931.

393  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927, N.33, Prot. 2352, Commissione per la Russia. Relazione con sommario e voto. Circa l’istituzione d’un Prelato con giurisdizione ordinaria sui Russi dimoranti in Europa fuori della Polonia e della Russia, p. 1, italien. Voir aussi ibid., sommario Num. I : Foglio con breve relazione per l’udienza del S. Padre, prot. N°17651, p. 7-8 (résumé du congrès du 15.12.1925 et feuille d’audience du 06.01.1926).

394  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza… Commissione per la Russia… Circa l’istituzione d’un Prelato con giurisdizione ordinaria sui Russi dimoranti in Europa fuori della Polonia e della Russia, p. 2. Voir aussi ibid., p. 8 (sommario Num. II : lettre au nonce de Pologne, Rome, 26.01.1926), p. 9-12 (Num. III : rapport du nonce, Varsovie, 04.03.1926) ; p. 13-15 (Num. IV : avis de Ropp, Varsovie, 06.02.1926) ; p. 15-21 (Num. V : avis de Szeptyckyj) ; p. 21-22 (Num. VI : avis de Urban, 05.02.1926).

395  C’est le cas de la conversion en 1923 de Mgr Serge Dabitch (Dabič) (1877-1927), archimandrite qui avait été notamment responsable de l’Église orthodoxe russe en Grèce en 1914. Après sa conversion, il conserve son titre d’archimandrite, étudie à Paris mais supporte mal d’être placé sous la dépendance de Mgr Chaptal. КЭ, 1, p. 1520 (A. Ûdin).

396  Sur Fabian Abrantowicz (1884-1946), voir КЭ, I, col. 11-12 (A. Ûdin). Prêtre depuis 1908, il suit des études à Saint-Pétersbourg et à Louvain, puis enseigne au sémi­naire de Saint-Pétersbourg (1914-1918) et est recteur du séminaire de Minsk (1918-1920). Entré chez les pères marianistes en 1926, il sera finalement envoyé à Harbin en 1928 comme administrateur apostolique pour le rite oriental.

397  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927, N.33, Prot. 2352, Commissione per la Russia. Relazione con sommario e voto Circa l’istituzione d’un Prelato con giurisdizione ordinaria sui Russi dimoranti in Europa fuori della Polonia e della Russia, p. 3, italien.

398 Ibid., p. 25-26 (sommario num. VIII, lettre de Chaptal, Paris, 22.05.1926), p. 27 (sommario num. IX, lettre de Cerretti, Rome, 22.05.1926).

399 Ibid., p. 22-25, sommario Num. VII, Voto de d’Herbigny, Rome, 20.10.1926, italien.

400  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 295 : Ponenza « I Russi fuori di Russia. Come sistemare il lavoro apostolico presso di loro ? Voto del consultore Monsignor Michele d’Herbigny », Rome, 25.11.1926.

401  Lettre de la Commission pro Russia au nonce de Varsovie, Rome, 15.02.1927, N°19958/26, mentionnée dans AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927, N.33, Prot. 2352, Commissione per la Russia. Relazione con sommario e voto. Circa l’istituzione d’un Prelato con giurisdizione ordinaria sui Russi dimoranti in Europa fuori della Polonia e della Russia, p. 27.

402  Sur Petr Bučys (1872-1951), voir КЭ, I, col. 795-796 (A. Ûdin). Formé à Saint-Pétersbourg et à Fribourg, il est ordonné prêtre en 1899 et enseigne de 1902 à 1915 à l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg. Il entre en 1909 secrètement chez les pères marianistes. Après avoir travaillé aux États-Unis en 1917 auprès des émigrés lituaniens, il rentre en Lituanie après 1921 et séjourne également en France. À la mort de Matulewicz, il devient responsable de l’ordre des mariens jusqu’en 1933 et de nouveau de 1939 à 1951. Voir également infra p. 618.

403  C. Simon, Pro Russia… cit., p. 277 sq.

404  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 47sq : Ponenza – Anno 1927… Circa l’istituzione d’un Prelato…, p. 5 (dubbi).

405  ACO, PCPR, 407/28, doc. 9 : Risoluzioni della Plenaria del giorno 11 novembre 1927 – Prelatura per i Russi in Francia, prot. 2352/27 et notes de l’audience du pape, 19.11.1927, Margotti. Voir également AP, 1929, p. 738 (nomination en date du 26 mars 1928).

406  B. F. Pighin (éd.), Edizione critica del diario inedito del cardinale Celso Costantini : ai margini della guerra, 1938-1947, Venise, 2010, notamment p. 21-67 ; P. Goi (éd.), Il cardinale Celso Costantini e la Cina : un protagonista nella Chiesa e nel mondo del XX secolo, Roveredo in Piano, 2008 ; O. Sibre, Le Saint-Siège et l’Extrême-Orient (Chine, Corée, Japon) de Léon XIII à Pie XII, 1880-1952, Rome, 2012.

407 М. И. Ефимова, Польские католики в Харбине (1897-1933 гг.), dans Г. С. Шлапунов, Е. Н. Гернолуцкая (éd.), Россияне в Азиатско-Тихоокеанском регионе, Vladivostok, 1999, p. 179-186.

408  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 413-414 : Costantini à Van Rossum, Pékin, 09.09.1923, Délégation Chine N°483, italien.

409  Cf. p. 403.

410  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS, vol. 818, f. 430-432 : rapport de Costantini, Pékin, 03.11.1923, Délégation Chine N°532/23.

411  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 49, fasc. 294, f. 49sq : Ponenza – Anno 1927, s. n. Prot. 334/28, Commissione per la Russia. Relazione con sommario. Circa l’istituzione di un Prelato con giurisdizione ordinaria sui Russi dimoranti in Cina, Giappone e Corea, con residenza in Harbin, Aprile 1927, p. 1-5 (sommario num. I – rapport du 03.02.1923), p. 5-8 (sommario num. II – rapport du 12.06.1925), p. 8-9 (sommario num. III – rapport du 10.09.1925), p. 10-12 (sommario num. IV – rapport du 03.10.1925).

412Ibid., p. 12-13 (sommario num. V – demande d’informations à Lauri, 13.03.1926), p. 13 (sommario num. VI – télégramme de Matulewicz), p. 13-15 (sommario num. VII – note de Lauri, Varsovie, 27.03.1926), p. 15-16 (sommario num. VIII – demande d’informations à Gasparri, 15.04.1926).

413Ibid., p. 17-18 (sommario num. IX – rapport pour l’audience, 24.04.1926).

414Ibid., p. 18-19 (sommario num. X – lettre au délégué apostolique de Chine, Rome, avril 1926), p. 19-23 (sommario num. XI – rapport du délégué apostolique de Chine, Hongkong, 21.06.1926).

415Ibid., p. 3, italien.

416  Decretum erectionis Ordinariatus Harbinensis in Sinis (20.05.1928), dans AAS, 1928 (20), p. 366-367.

417  R. Kolupaev, Католические общины cit.

418  Cf. A. S. Kowalczyk, Warschau : die russische Emigration in Polen, dans K. Schlögel (éd.), Der große Exodus : die russische Emigration und ihre Zentren 1917 bis 1941, Munich, 1994, p. 194-217.

419L’Unité de l’Église, 05-06.1933 (n°60), p. 86-89.

420Китежъ [Kitège], Varsovie, Organe des Russes catholiques de Pologne de 1927 à 1931 ; Христiанинъ. Религиозный журналь для народа [Le chrétien. Revue religieuse pour le peuple], Wilno, mensuel, 1928-1930.

421  Cf. K. Sadkowski, From ethnic Borderland to Catholic Fatherland : The Church, Christian Orthodox, and State Administration in the Chelm Region, 1918-1939, dans Slavic Review, 1998 (57-4), p. 813-839.

422  Nous suivons ici E. Przekop, Le Saint-Siège et ses tentatives d’union à l’égard de l’Église orthodoxe en Pologne et en Russie (1918-1939), dans Pontifical Lateran University, Catholic University of Lublin, The Common Christian Roots of the European Nations, Florence, 1982, t. 2, p. 63-70.

423  ACO, PCPR, 316/32.

424  ACO, PCPR, 230/29, fasc. I : Sincero / Cicognani, Laudabili sane – « Instructio de cura spirituali orientalium in archidioecesi Vilnensi ac in dioecesibus Siedlcen., Luceorien., Pinscen., vel aliis in dioecesibus degentium », 20.08.1929, notamment § XIX, latin.

425  AFSJ, E-ME 2 : rapport du p. Baille, Constantinople, 10.10.1921.

426  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/2 : Préhistoire de St-Georges : Note sur les étudiants russes à Lyon, français. Sur Spassky (Aleksandr Vladimirovič Spasskij, 1894-1930), voir C. Simon, Pro Russia… cit., p. 259-260. Sur Viktor Aleksandrovič Richter voir P. Mailleux, Le Père Victor Richter (1899-1976), dans A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 185-190 ; C. Simon, Pro Russia… cit., p. 258-259. Tous deux nés en Russie (Spasskij dans la province de Kursk au sein d’une famille orthodoxe et Richter à Odessa au sein d’une famille mixte luthérienne-orthodoxe) et passés au catholicisme dans l’émigration, ils furent au service de Saint-Georges (Richter remplaça en fait Spasskij mort prématurément).

427  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Lagier à « très révérend père », Paris, 20.07.1923.

428Ibid.

429A posteriori, le supérieur du Séminaire écrit même à ce propos : « Notre séminaire, en effet, s’est toujours considéré comme exclusivement destiné aux jeunes gens qui ont été baptisés dans le rite oriental et russes d’origine ; la seule exception que nous ayons faite il y a quelques années ne nous a pas encouragés à modifier notre orientation sur ce point » (AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Dumont à p. Louis, Lille, 25.11.1932). Sur Scolardi, voir infra p. 445-447.

430  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : « Rapport sur l’ouverture et l’état présent du séminaire russe Saint-Basile », datation manuscrite « Vers février 1924 ».

431  Sur Omez, voir D. Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910- années 1960), Paris, 2005, p. 226-234.

432  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Jean Omez à « mon très révérend père », Lille, 12.10.1924, français.

433Ibid., Omez à « mon très révérend père », Lille, 13.12.1924, français.

434  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : François Foulon à « mon très révérend père », Lille, 05.06.1925, français.

435  C. Simon, Russicum… 2… cit., n. 28 p. 28.

436  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe. Souvenirs, Nice, 1979, p. 152.

437  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Dumont, « Rapport sur la situation morale et financière du Séminaire Saint-Basile à la veille de l’année scolaire 1932-33 », Lille, 28.09.1932. Le père Dumont demande, au début des années 1930, à la Commission pro Russia des instructions claires à ce sujet, car Mgr Czarneckyj avait informé les dominicains que les séminaristes « ne seraient point admis comme prêtres dans leur diocèse s’ils se mariaient ».

438  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Lagier à « très révérend père », 29.09.1923.

439  Cf. supra, p. 318 sq..

440Un Séminaire Russe à Lille, dans La Semaine religieuse du diocèse de Lille, 1923, p. 651-652.

441  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Foulon à « mon très révérend père », Lille, 20.12.1923.

442Ibid., Sincero au p. Raymond Louis (provincial des dominicains), Rome, 08.03.1926, SCO N°18366/26, italien.

443  AOPF, III, A-19, « Commissio pontificia pro Russia » : Margotti au p. Gillet, Rome, 30.09.1927, CPR N°2292/27, italien.

444Ibid., Sincero au p. Gillet, Rome, 19.01.1929, CPR N° 448/28, italien.

445  Un professeur des Facultés catholiques de Lille raconte ainsi que, reçu en audience et expliquant qu’il était de Lille, le pape lui avait demandé : « Comment va mon séminaire russe ? » : AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : Pierre Deffontaine à « mon révérend père », Lille, 07.08.1927. Le professeur Deffontaine (1894-1978) enseignait aux Facultés catholiques de Lille au sein de l’Institut de Géographie, qu’il avait créé en 1925.

446Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 09.07.1927.

447Ibid., lettre du p. Omez, Wilno, 14.07.1927.

448Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 16.07.1927 et bilan pour le Chapitre, Lille, 15.07.1927.

449Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 02.02.1925 et copie de lettre de d’Herbigny, Rome, 26.01.1925.

450Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 10.08.1925.

451Ibid.

452Ibid., Foulon à « mon très révérend père », Lille, 13.08.1925.

453Ibid., Invitation à la vente de charité, Lille, 25.02.1926, impr. français.

454Ibid., lettre du p. Duchaussoy, Lille, 16.07.1927 et bilan pour le Chapitre, Lille, 15.07.1927.

455  ACO, PCPR, 384/28.

456  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 99, f. 33 : Ropp à Pie XI, Varsovie, 08.08.1925.

457 Ibid., f. 37 : Van Rossum à Sincero, Rome, 14.10.1925, SCPF N°2942/25.

458 Ibid., f. 65-67 : « Programma cursum qui in Instituto pro Missionibus Lublinii anno schol. 1927/1928 traduntur ».

459 Ibid., f. 88 : Sincero-Margotti à Ropp, Rome, 06.02.1929.

460  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 15, fasc. 100, f. 46 : note de d’Herbigny, 20.09.1933 et f. 50 : d’Herbigny, FU, 29.09.1933.

461  Premier rapport sur l’Internat, Archives de Saint-Georges, publié dans A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 12-13.

462  La Congrégation orientale avait remis aux missionnaires 20 000 lires italiennes en novembre 1920 (ARSI, Prov. Neapolitana, 2003, Mission en Géorgie : Papadopoulos à Tacchi Venturi, Rome, 13.11.1920, SCO N°4622/20). Sur la mission en Géorgie, voir supra p. 391-392.

463  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 15 et 19.

464Ibid., p. 10-11. Sur Saint-Benoît, voir H. Dilan, La mission du lycée Saint-Benoît dans les relations turco-françaises, Paris-Budapest-Torino, 2004.

465  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 5 : prospectus « Internat Saint-Georges pour les enfants russes (garçons) à Namur (Belgique) », 01.09.1923, russe-français.

466  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 19.

467  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/3 Institut St-Georges historique : Internat St-Georges (Association sans but lucratif). N. III (Mai 1927). Les Mémoires de St-Georges, 8 p. impr. français.

468  E. Chaptal, Directions données aux prêtres du diocèse de Paris relativement à l’entrée des “Orthodoxes” russes dans l’Église catholique, Paris, 1922, p. 3.

469  ASV, Arch. Nunz. Berlino 27, fasc. 4, f. 114-122 : Kuzmin-Karavaev, « Rapport annuel 1928 », Berlin, 24.01.1929, français.

470  Rien que pour la France, on compte 167 périodiques russes parus durant l’entre-deux-guerres (H. Menegaldo, Les Russes à Paris, Paris, 1998, p. 37).

471  AFSJ, E-ME 2 : Baille à Beaupin, Constantinople, 16.02.1921.

472Ibid., publicité bilingue, s. d. [1921 ou 1922].

473  La revue de l’Institut pontifical oriental fait de la publicité pour ces ouvrages : Publications en langue russe “Foi et Église”, dans Orientalia, ascension 1923 (IV, ser. II, Christiana. Num. 2), 3e de couverture.

474  S. Tyszkiewicz, Католическiй катихизисъ, Paris, 1929, 214 p. ; Id., Краткiй католическiй катихизисъ, Harbin, 1936, VIII-108 p. Voir aussi ACO, PCPR 275/30 et ACO, Russi Liturgia 156/35.

475  AFSJ, E-ME 2, s. d. (mais avant janvier 1923, les points de vente étant tous dans cette ville).

476Православiе и католичество [Catholicisme et orthodoxie], Car’grad’’ [Constantinople], 1922, 322 p., est en fait une réédition augmentée de Въ защиту вѢры [Pour la défense de la foi], Saint-Pétersbourg, 1908, 267 p.

477  AFSJ, E-ME 2 : « Les œuvres russes de Constantinople. Oct. 1921-oct. 1922 ».

478  M. d’Herbigny, L’Unité dans le Christ, dans Orientalia Christiana, Pâques 1923 (anno IV-series II-n°1), p. 3-29 ; version russe : Единство во ХристѢ, Prague, 1922, 26 p.

479  ACPF, rub. 34/1 (1923), NS Vol. 818, f. 413-414 : Costantini à Van Rossum, Pékin, 09.09.1923, Délégation Chine N°483, italien.

480  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 3b, fasc. 24, f. 10 : d’Herbigny à « Eccellenza reverendissima », Rome, 26.11.1923.

481Ibid., f. 15 : d’Herbigny, « Pubblicazione di libri russi », s. d., italien ; f. 16 : « Devis de l’œuvre de presse russe catholique », français.

482  Cf. p. 477-478.

483  R. Marichal, F. Rouleau, La Bibliothèque slave, dans A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 77-84.

484  Cf. infra, p. 627-629 et 720-721.

485  AOPF, III, (25) Istina – 1922-1947, Série J : lettre du P. Hubatzek, Vilno, 22.07.1927.

486  Article biographique du père Sipiaguine dans Благовѣстъ, juillet-août 1931 (3), p. 31-42 ; septembre-octobre 1931 (4), p. 11-25.

487  M.-J. Rouët de Journel, Un collège de jésuites à Saint-Pétersbourg 1800-1816, Paris, 1922 ; M. Jugie, Joseph de Maistre et l’Église gréco-russe, Paris, 1922.

488  M.-J. Rouët de Journel, Mme Swetchine et les conversions russes, dans Études, 1927 (64-191), p. 183-204 ; 321-332 ; Id., Une russe catholique : Madame Swetchine, Paris, 1929.

489  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., n. 92 p. 114.

490  Parmi les ouvrages recommandés par Mgr Chaptal pour les émigrés russes en 1923, l’évêque auxiliaire de Paris recommande ainsi tout d’abord la lecture de Soloviev et de l’ouvrage de d’Herbigny sur le philosophe russe : E. Chaptal, Les « Orthodoxes » russes. Questions et Réponses, Paris, 1923, p. 4.

491Vladimir Soloviev, a Russian Newman (1853-1900), Londres, R. & T. Washbourne, 1918 ; Vladimir Solovjev (1853-1900), Zagreb, Tisak Kr. Zemaljske Tiskare, 1919 ; L’avvenire religioso russo nel pensiero di Vladimiro Soloviev (1853-1900), Brescia, Morcelliana, 1928.

492  ACDF, SO, DV, 1179/27, 1928, n°4, f. 45 : Margotti, FU, prot. 19735/26, 23.08.1926, italien. Sur Morozov, quelques indications sont données dans Р. Колупаев, Католические общины… cit.

493  Cf. p. 169-170 et 235-237.

494  ACO, PCPR, 264/29, doc. 8 : texte de la prière pro Russia, 14.03.1924, français ; doc. 12 : Perosi à Papadopoulos, Rome, 05.07.1924, S.O. Prot. 469/24, italien.

495  ACDF, SO, DV, 1179/27, 1928, n°4, f. 19 : Margotti à Merry del Val, Rome, 31.10.1927, CPR 2351/27, italien.

496 Ibid., f. 105 sq : Ponenza Commissione per la Russia. Vilnen et aliarum. Sull’appellativo di Ortodossi Cattolici da darsi ai Russi Cattolici di rito bizantino, Anno 1927, N.32, Prot. N. 2351, p. 1-2.

497Ibid., détail des avis édités dans le sommario, p. 3-16.

498 Ibid., f. 3sq : Ponenza « Suprema S. Congr. del S. Offizio. Mese di maggio 1928. N°1179/27. Sul nome da darsi ai cattolici di rito greco specialmente in Russia. Voto del P. Drehmanns, Consultore, 15 p. italien, notamment p. 2-4.

499 Ibid., f. 114 : « Voto dei Rmi Consultori- Consulta del 18 giugno 1928 », italien.

500 Ibid., f. 106-107 : Sac. Giuseppe Latini, « Bizantium docet !… Sulla questione del nome da darsi ai Cattolici di Rito Orientale. Appunti del Promotore di Giustizia », italien.

501 Ibid., f. 115 : feuille de décisions. – Fer. IV 27.06.1928, latin-italien.

502  A. Douroff, La Russie au creuset : journal d’une croyante à Moscou, 1964-1977, Paris, 1995, p. 82-83. Sur cette personnalité, voir chapitre 6.

503  A. Elens, F. Rouleau (éd.), Un collège jésuite… cit., p. 17.

504  ASV, Arch. Nunz. Berlino, b. 31, fasc. 2, f. 57 : copie de demande de faculté, 07.01.1924, ex aud. SSmi (Isaia Papadopulos), italien.

505  AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 31, f. 41 : Margotti, FU, 23.09.1927, CPR 440/28 ; f. 24-25 : Curriculum vitae, français. D’Herbigny et Chaptal évoquèrent toutefois l’intérêt pour la congrégation de l’Oratoire d’avoir des sujets de rite oriental (cf. lettre de Chaptal, Paris, 29.04.1927, archives de l’Oratoire, Paris).

506  On sait ainsi qu’en septembre 1933 la Commission pro Russia a demandé aux Filles de la Charité de Paris de « réfléchir à l’œuvre générale » que la congrégation pourrait mener soit auprès des Russes émigrés « soit directement pour la Russie dans l’avenir » et « recommande de préparer, parmi [leurs] religieuses un personnel capable et disposé, autant qu’il est possible, à apprendre la langue russe et à s’occuper des Russes dans leurs différents centres » (AA.EE.SS., IV, PCPR, sc. 5, fasc. 39, f. 40-41 : d’Herbigny à Supérieure Générale des Filles de la charité, Vatican, 05.09.1933, PCR 161/33, français). Les recherches menées aux archives de la rue du Bac n’ont pas permis de trouver plus d’informations sur ce projet.

507  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily, pèlerin de l’Unité, dans Christus, 10.1963 (t.10-n°40), p. 566-574. Voir aussi DHCJ, I., p. 510 (P. Duclos).

508  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569.

509  Au moins dans un premier temps, il eut malgré tout le « privilège du double rite » : Ch. Bourgeois, Routes slaves, dans Lettres de Jersey, 1924, n°1 (pentecôte), n. 1 p. 60.

510  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie. Relation du hiéromoine Vassily. Narva, Esna, Tartu, Moscou, 1932-1946, Buenos Aires, 1953, p. 17-18.

511  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 567.

512  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie… cit., p. 162.

513  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 567.

514  Bourgeois insiste beaucoup sur l’étrangeté de sa mission : « Si Vassily leur avait dit toute la vérité, qu’il était venu sur sa propre demande, que ce qui l’avait conduit, c’était le besoin de la vie russe, le désir de vivre leur vie, eux les batiouchki de Narva, ils n’auraient jamais pu le croire » (C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie… cit., p. 60) ; ou encore « j’avais tout donné, pour les fasciner, les enamourer, leur faire “aimer le Pape”. Ah, il s’agissait bien de cela ! Ils se seraient tordus de rire, si je leur avais dit » (M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 568).

515  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.

516  C. Bourgeois, Ma rencontre avec la Russie… cit., p. 160-161.

517  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.

518  Phénomène religieux russe comparable à celui des « fols en Christ ». Voir I. Mironenko-Marenkova, Folie en Christ à la romaine et à la moscovite : deux exemples de la religiosité chrétienne au XIXe siècle, dans Conserveries mémorielles, 2013 (14), http://cm.revues.org/1545..

519  M. de Certeau (éd.), Le hiéromoine Vassily… cit., p. 569-570.

520Ibid., p. 566-567.

521  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe. Souvenirs, Nice, 1979, p. 116.

522Ibid., p. 119.

523 Ibid., p. 127-133.

524 Ibid., p. 134 et 140.

525 Ibid., p. 166.

526 Ibid., p. 166-167.

527 Ibid., p. 168.

528 Ibid., p. 141.

529 Ibid., p. 173.

530  Sa thèse est publiée sous le titre : Au service de Rome et de Moscou au XVIIe siècle. Krijanich, messager de l’unité des Chrétiens et père du panslavisme, Paris, 1947.

531  G.-P. Scolardi, Et…ils me firent russe… cit., p. 183.

532 Ibid., p. 175-176.

533 Ibid., p. 180.

534 Ibid., p. 167.

535 Ibid., p. 167.

536 Ibid., hors-texte.

537Ibid., p. 175.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable