Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Première partie. 1905-1917 : convertir une Russie en mutation

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Si, à l’aube du XXe siècle, la Russie apparaissait comme une marge isolée et inquiétante du monde catholique, la révolution de 1905 a transformé cette situation. Les conversions de masse au catholicisme latin sur les marches occidentales de l’Empire et la naissance de communautés de rite oriental à Saint-Pétersbourg et Moscou ont démontré l’attractivité et le dynamisme du catholicisme. L’opposition du gouvernement à ces deux mouvements fait du catholicisme un enjeu politique où se croisent les questions de modernisation du pays, de libéralisation du régime et d’ouverture aux revendications des nationalités. Pour le Saint-Siège, l’expérience de 1905 montre que des changements politiques rapides peuvent survenir et apporter de substantielles améliorations. Cet élan de 1905 rencontre et renforce l’évolution des sensibilités intellectuelles et religieuses catholiques occidentales qui, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, se sont tournées vers l’orthodoxie et, en particulier, vers la Russie. Mieux connue grâce aux orientalistes, la Russie, marginale dans l’orbe catholique, s’impose comme un objectif privilégié de la papauté, alors que les recherches théologiques font de l’orthodoxie une confession relativement proche, dont le schisme pourrait être plus facilement résorbé. L’élan missionnaire en Asie et la prise en compte des défis posés par une Europe en voie de sécularisation accentuent encore l’intérêt romain pour ce pays. Malgré les difficultés qui s’accroissent après 1907, la diplomatie vaticane persévère dans son effort de protection du catholicisme dans l’Empire alors que les catholiques occidentaux élaborent des projets ambitieux pour cet espace.

2La période 1905-1916 comprend ainsi deux inflexions majeures : 1907 et 1914. Après le grand élan de 1905, les années 1907-1914 se traduisent par l’abandon des espoirs de changements rapides. L’échec politique relatif de la révolution de 1905 constitue pour le Saint-Siège une mise en garde contre une confiance excessive accordée à cette voie politique d’ouverture du pays. Par ailleurs, la réforme de l’Église russe, qui aurait pu ouvrir des perspectives de rapprochement, ne débouche sur aucune avancée significative. L’inflexion de 1914 modère également les enthousiasmes romains. L’entrée en guerre tend sensiblement les relations interconfessionnelles en Europe centre-orientale et pose à nouveaux frais des questions géopolitiques majeures dans lesquelles les enjeux religieux sont sensibles (Pologne, Ukraine, Constantinople...). C’est donc dans une dynamique d’enthousiasme missionnaire, mais aussi d’incertitudes sur l’évolution politique de la Russie, que le Saint-Siège aborde les révolutions de 1917.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable