Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Première partie. 1905-1917 : convertir une Russie en mutation

Chapitre 3. La Russie, une terre de mission originale

Texte intégral

Introduction : Rome et l’orthodoxie russe, un effort séculaire de réunion, profondément renouvelé au cours du XIXe siècle

  • 1  O. Halecki, From Florence to Brest, 1439-1596, New York-Rome, 1958 ; M. Cherniavsky, The reception (...)
  • 2  V. Peri, Mosca sede di un Patriarca in documenti della Curia Romana (1550-1596), dans Miscellanea (...)
  • 3  A. Ducellier, L’orthodoxie, dans HC, 8, p. 337 et p. 347.
  • 4  Sur l’affirmation de la « romanité » comme « note » de l’Église dans le contexte de la Réforme pro (...)
  • 5  Le motif du « pape-antéchrist » emprunte ainsi des éléments à la littérature polémique protestante (...)
  • 6  A. Jobert, De Luther à Mohila : la Pologne dans la crise de la chrétienté, 1517-1648, Paris, 1974, (...)

1Les conciles d’union de Ferrare-Florence (1438-1439) et la chute de Byzance (1453) révèlent à Rome que le patriarcat de Constantinople n’est plus son unique interlocuteur dans la question de la résorption du schisme : le monde russe devient un horizon incontournable1. La création du patriarcat de Moscou en 1589, observée par Rome avec attention2, semble avoir été d’emblée conçue comme « un contrepoids […] nécessaire devant l’expansion catholique en Lituanie et en Ukraine »3. Dans les échanges avec Constantinople au sujet de la création du patriarcat, Moscou revendique d’ailleurs la troisième place dans la pentarchie, celle de Rome, disponible depuis que cette dernière était devenue « hérétique ». L’antiromanisme de l’orthodoxie russe s’exprime alors en des termes comparables à certaines positions catholiques « antiromaines »4 ou protestantes5. Enfin, la Contre-Réforme catholique exerce une profonde influence sur le monde orthodoxe, comme le montrent les réformes faites à Kiev au début du XVIIe siècle par le métropolite Pierre Mohila dans le domaine de la formation ecclésiastique6.

  • 7  Voir S. Pavone, Una strana alleanza : la Compagnia di Gesù in Russia dal 1772 al 1820, Naples, 201 (...)
  • 8  Sur les relations franco-russes, notamment scientifiques, voir A. Charon, B. Delmas et A. Le Goff (...)
  • 9  A. Tamborra, Crisi d’oriente, guerra di Crimea e polemiche politico-religiose fra cattolici e orto (...)
  • 10  L’abbé Guettée, catholique, passe à l’orthodoxie (R.-F.-W. Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain d (...)
  • 11  Cf. F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russie… cit., p. 137.
  • 12  Cf K. Dimitrieva, Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques (...)
  • 13  L. Suchanek, Les catholiques russes… cit., p. 371.
  • 14  Е. Н. Цимбаева, Русский католицизм : забытое прошлое российского либерализма, Moscou, 1999 ; A. Be (...)
  • 15  E. Astafieva, L’Empire russe…cit., p. 11.
  • 16  La législation russe rend de fait synonyme conversion et exil car l’oukase impérial du 21 mars 184 (...)
  • 17  Sur cette problématique, voir B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages l (...)
  • 18  Le livre du comte de Falloux est maintes fois réédité (Vie de Mme Swetchine, Paris, 1908 [1860], 2 (...)
  • 19  Cf. R. Danieluk, «Œcuménisme» au XIXe siècle. Jésuites russes et union des Églises d’après les Arc (...)

2Cependant c’est au XIXe siècle, avec la multiplication des contacts culturels et religieux, que s’accentue l’intérêt catholique pour la Russie. L’Empire russe, refuge des jésuites à l’heure de la suppression de la Compagnie (1773-1814), s’inspire du modèle des collèges de la Compagnie pour son propre système scolaire7. Terre d’accueil de nombreux émigrés français lors de la Révolution, notamment du penseur catholique Joseph de Maistre, l’union religieuse avec l’orthodoxie devient une question d’actualité pour les élites catholiques. Au cours du XIXe siècle, les relations culturelles entre l’Europe occidentale et la Russie s’accroissent à la faveur d’échanges de toutes sortes8. Paradoxalement, même la guerre de Crimée (1853-1856) accroît la connaissance occidentale du monde russe9. Dans le contexte d’un XIXe siècle riche en conversions, notamment entre les différentes confessions chrétiennes10, le phénomène des conversions de l’orthodoxie au catholicisme, sans être nouveau11, change d’ampleur et de signification12. Les conversions des années 1810-1840 sont plus nombreuses et concernent des personnalités marquantes de l’aristocratie, des Rostopčin en passant par Sophie Swetchine et son neveu Ivan Gagarin sans oublier Vladimir Pečerin, Mihail Lunin, Zinaida Volkonskaâ ou encore Augustin Schouvalov et les vocations missionnaires de certains Golicyn (Dmitrij et Elizaveta Alekseevna). Au-delà même de ces conversions, certaines personnalités intellectuelles russes peuvent être définies comme « pro-catholiques », c’est-à-dire qu’elles manifestent une attirance pour le catholicisme sans franchir le pas de la conversion comme le penseur Pëtr Tchaadaev et l’écrivain Nicolas Gogol. Ce mouvement russe vers le catholicisme revêt une signification intellectuelle, culturelle et politique. En effet, dans le contexte idéologique de la Russie du XIXe siècle, symbolisé par le triptyque « autocratie, orthodoxie, nationalité », « le passage au catholicisme » peut être considéré « comme un acte d’opposition spirituelle, comme l’expression d’une révolte contre un État qui a complètement assujetti l’Église, et, contre une Église qui, aux yeux des convertis, n’est plus que la servante de l’État »13. À la suite d’A. Besançon, E. N. Cimbaeva définit même le « catholicisme russe » comme l’âme d’un courant politique : le « libéralisme russe »14. E. Astafieva reprend cette veine interprétative en définissant le « catholicisme russe » comme la troisième branche du débat intellectuel russe du premier XIXe siècle, traditionnellement bipolarisé entre slavophiles, défendant la voie propre de développement russe, et occidentalistes, désireux que la Russie intègre les apports de l’Europe occidentale15. Ainsi, malgré le caractère circonscrit du phénomène de conversion, ce mouvement possède une vaste résonance. En prenant le chemin de l’exil16, dans un contexte de circulations nobiliaires cosmopolites17, ces convertis suscitent autour d’eux l’enthousiasme des catholiques occidentaux (Mme Swetchine suscite, par exemple, un intérêt durable en France18) et apparaissent encore aujourd’hui comme des pionniers de l’unionisme catholique19.

3Si le regain d’intérêt catholique pour le problème religieux russe plonge ses racines dans le XIXe siècle, ce chapitre se bornera à indiquer comment la Russie entre dans le projet unioniste de la papauté à la fin de ce siècle. Nous ferons également connaissance avec les deux principaux milieux catholiques qui travaillent à la cause de la Russie au début du XXe siècle : les orientalistes d’une part et les missionnaires occidentaux d’autre part. Enfin, nous évoquerons la spécificité de la mission en Russie – un espace déjà chrétien mais à convertir car « schismatique » ‑, qui se traduit par la promotion du rite oriental.

L’unionisme romain et la Russie : l’héritage du XIXe siècle et les incertitudes du pontificat de Pie X

  • 20  Voir A. Tamborra, Chiesa cattolica e Ortodossia russa. Due secoli di confronto e di dialogo. Della (...)
  • 21  Pie IX propose de « trouver dans cette unité un nouveau secours pour propager de plus en plus la f (...)
  • 22  R. Aubert, Histoire de l’Église… 21… cit., p. 478.
  • 23  A. Tamborra, Pio IX, la lettera agli Orientali « In Suprema Petri Apostoli Sede » del 1848 e il mo (...)
  • 24  Dès les années 1840, le théologien anglican William Palmer (1811-1879) établit des liens avec l’or (...)

4Si la volonté de réunir les Églises orientales dissidentes au Siège de Pierre ne date pas du XIXe siècle, les efforts romains en ce sens se sont brutalement accrus à partir du pontificat de Pie IX20. Dès les années 1840, plusieurs facteurs stimulent l’intérêt pour l’Orient : une conscience accrue des enjeux missionnaires21, les bouleversements géopolitiques en Europe orientale qui « mett[e]nt à nouveau en contact avec l’Occident ces vastes régions où la situation religieuse était restée figée depuis des siècles »22, la crise du pouvoir temporel du pape qui suscite un progressif recentrage spirituel et universel de la papauté23 ou encore la pression anglicane24. À partir du milieu du XIXe siècle, chaque pape apporte sa contribution – à des degrés divers – à l’unionisme, qui passe essentiellement par de grandes déclarations d’intention mais aussi par la création d’institutions curiales, alors que la pratique du Saint-Siège à l’égard de l’orthodoxie reste mêlée de méfiance et de pragmatisme.

La structuration progressive de l’unionisme depuis Pie IX

5L’unionisme romain se structure à différents niveaux, par de grands textes adressés au monde catholique ou directement aux « dissidents », mais aussi par le lancement de mouvements de prière pour l’union. Il faut enfin souligner l’une des spécificités de l’unionisme à l’égard de la Russie : les enjeux liés au panslavisme catholique.

Une théologie bien articulée : les grands textes sur l’union

  • 25  J. Gagarin, La Russie sera-t-elle catholique ?, Paris, 1856.

6En 1856, lorsque le père Gagarin choisit des annexes pour son livre La Russie sera-t-elle catholique ?, il ne peut s’appuyer que sur des documents anciens : le décret d’union du concile de Florence (1439), la bulle de Clément VIII au sujet de la réunion des évêques russes (1595) et l’encyclique Allatae Sunt aux missionnaires d’Orient de Benoît XIV (1755)25. À l’aube du XXe siècle, il en va tout autrement : le corpus de textes sur la réunion des Églises s’est considérablement accru.

  • 26  R. Aubert, Les relations entre les églises occidentales et les églises orthodoxes slaves aux XIXe (...)
  • 27 Litterae ad orientales In suprema Petri Apostoli Sede (06.01.1848), dans Pii IX. Pontificis maximi (...)
  • 28  Pour le texte de la réponse orthodoxe voir : H. Auffret-Pignot (éd.), Encycliques des patriarches (...)
  • 29  Sur les réactions orthodoxes, voir A. Tamborra, Pio IX, la lettera agli Orientali « In Suprema Pet (...)

7Le 6 janvier 1848, deux ans à peine après l’ouverture de son pontificat, sous l’influence d’un groupe sensibilisé aux questions russes autour de la princesse Volkonskaâ, de Mgr Corboli Bussi (prélat qui joua un rôle important dans les négociations de la fin des années 1840 avec la Russie) et d’Augustin Theiner, mais aussi des fondateurs de la congrégation polonaise des résurrectionnistes26, Pie IX adresse l’encyclique In suprema Petri Apostoli Sede aux responsables des Églises d’Orient27. Ce texte pose les bases de l’unionisme romain. Le pape souligne la dignité de l’Orient (lieu de l’incarnation du Christ, de la première proclamation de l’Évangile, de la prédication de nombreux Pères de l’Église et de réunion des premiers conciles), appelle les chrétiens séparés « à rentrer dans la communion du Saint-Siège de Pierre » et à « revenir au bercail de l’Église catholique », s’engage à maintenir « intactes » leurs liturgies (à l’exception d’éventuels éléments « contraires à la foi et à l’unité catholiques ») et promet aux clercs se convertissant de leur « conserve[r] leur rang et leurs dignités ». On trouve également dans ce texte les sources bibliques structurantes du discours unioniste : la prière de Jésus « qu’ils soient tous un » (Jean, 17, 21-23) ainsi que les passages des évangiles définissant le rôle de Pierre. Cet appel à l’union provoque une violente réponse en mai 1848 de quatre patriarches et de 29 évêques réunis à Constantinople28 et se solde par un durcissement des positions entre Églises d’Orient et d’Occident29.

  • 30  Enciclica Arcano divinae (08.09.1868), version italienne dans Bellocchi, IV, p. 299-300.
  • 31  Enciclica Iam vos omnes, 13.09.1868, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. IV, p. 433- (...)
  • 32  C. G. Patelos, Vatican I et les évêques uniates : une étape éclairante de la politique romaine à l (...)
  • 33  J. Beumer, Der Primat des Papstes und die Union mit den Kirchen des Ostens im Blickfeld des Ersten (...)
  • 34  J. D. Basil, Catholics, Old (in Russia), dans P. D. Steeves (éd.), Modern Encyclopedia of Religion (...)

8Vingt ans plus tard, en 1868, à l’occasion de l’ouverture du Concile du Vatican, Pie IX lance un second appel aux chrétiens séparés : une encyclique est adressée aux évêques de rite oriental qui ne sont pas en communion avec le Siège apostolique (Arcano divinae, 8 septembre)30 et l’autre « à tous les protestants et aux autres acatholiques » (Iam vos omnes, 13 septembre)31. Cependant, malgré ces appels et l’important travail liturgique et canonique accompli par la commission chargée des questions orientales, dont le jésuite russe Martinov faisait partie, le Concile reste inachevé du fait de l’entrée des troupes italiennes dans Rome le 20 septembre 1870 et laisse apparaître des tendances latinisantes qui suscitent l’opposition des évêques uniates32. La définition du dogme de l’infaillibilité pontificale (constitution Pastor aeternus du 18 juillet 1870) est notamment critiquée par Mgr Strossmayer33. Le schisme des vieux-catholiques, issu de la critique radicale de l’infaillibilité, soulèvera d’ailleurs l’intérêt de théologiens russes et du Saint-Synode dans les années 1870-189034.

  • 35  Dans les deux premières années de son pontificat, entre 1878 et 1880, Léon XIII fait une vingtaine (...)
  • 36Actes de Léon XIII, t. VII, Paris, p. 15 et 17.
  • 37  C. Soetens, Le Congrès eucharistique international de Jérusalem, 1893 : dans le cadre de la politi (...)
  • 38Actes de Léon XIII, t. IV, p. 82-107.
  • 39Ibid., p. 136-149.

9Élu en 1878, le pape Léon XIII, recueille l’héritage de son prédécesseur et multiplie les textes sur l’Orient35 : l’union devient une priorité romaine. Dans l’encyclique Grande Munus (30 septembre 1880), le pape demande « que Cyrille et Méthode soient priés et invoqués dans le monde entier, afin [qu’]ils protègent la religion chrétienne dans tout l’Orient, en obtenant la constance pour les catholiques et en inspirant aux dissidents le désir de se réconcilier avec la véritable Église »36. En 1894, dans le sillage du Congrès eucharistique de Jérusalem de 189337, deux grands textes sont publiés : la lettre apostolique Praeclara gratulionis du 20 juin 189438 et la lettre Orientalium dignitas du 30 novembre 1894 sur la conservation de la discipline des Orientaux, qui rappelle clairement les principes des relations entre rite latin et rite oriental et valorise les pouvoirs des ordinaires de rite oriental par rapport aux missionnaires de rite latin39.

  • 40  Voir supra, p. 94.
  • 41  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 45.
  • 42  V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio ined (...)
  • 43  Pour la réponse orthodoxe voir H. Auffret-Pignot (éd.), Encycliques des patriarches… cit., p. 51-7 (...)
  • 44  А. Бѣляев, О соединенiи церквей. Разборъ энциклики папы Льва XIII отъ 20i юня 1894 г., Serguiev Po (...)
  • 45La Russie et le Vatican, dans Revue contemporaine, 02/15.03.1913 (4-71), p. 121-122.

10La concomittance entre les grands textes de Léon XIII sur l’union et les avancées des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Russie mérite d’être soulignée. L’encyclique Grande Munus (30 septembre 1880) est promulguée quelques jours avant la conclusion de l’accord diplomatique avec l’Empire40. De même, selon É. Fouilloux, Praeclara gratulionis devrait « plus aux bonnes dispositions de Saint-Pétersbourg – la mission d’Iswolsky vient d’être rendue officielle – qu’à l’heureuse issue des assises de Jérusalem »41. La lettre apostolique Praeclara est d’ailleurs un texte important pour l’histoire russe puisqu’il s’agirait de la « seule encyclique papale intégralement traduite en russe et diffusée dans le pays dans un petit volume de consultation commode et à prix accessible »42. La réception de ces textes en Orient est toutefois difficile : Praeclara suscite une réponse de Constantinople43 mais aussi des commentaires de théologiens. Aleksandr Dmitrievič Bělâev’’, professeur à l’Académie ecclésiastique de Moscou, rédige ainsi, à l’occasion d’une analyse de l’encyclique, un bilan de la position orthodoxe vis-à-vis du catholicisme romain clairement défini comme « schismatique et hérétique » alors que la question de l’union est perçue comme un moyen de « propagande » de la foi latine44. Praeclara reste dans les mémoires : en 1913 encore, la presse gouvernementale mentionne comme un mauvais souvenir cette lettre dans laquelle « le Cicéron tiaré avait revêtu du latin le plus classique sa pensée de diplomate de vieille école »45.

  • 46 Pio X e l’Oriente. Reminiscenze, dans OR, 29.10.1914 (54-296), p. 1.
  • 47  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 60.
  • 48Allocutio quam die 13 Februarii 1908 Pius X habuit ad Orientales (13.02.1908), dans ASS, 1908 (41) (...)

11Ces réactions négatives expliquent peut-être le silence de Pie X, dont L’Osservatore romano cherchera presque à s’excuser après la mort du pontife46. D’une façon générale, le pontificat de Pie X est souvent perçu comme celui d’une « réaction anti-orientale » ou du moins une période d’« étiage » de l’unionisme47. Le silence n’est toutefois pas absolu. L’allocution aux Orientaux catholiques du 13 février 1908, au lendemain de la cérémonie en rite grec au Vatican, reprend tous les thèmes habituels de l’unionisme48. En fait, le pontificat de Pie X se situe dans un contexte particulier qui incite à s’abstenir de grands appels à la hiérarchie et à développer d’autres stratégies comme la prière et les contacts personnels avec des personnalités russes.

  • 49  La lettre du patriarche de Constantinople de 1902 apparaît comme fondatrice d’un œcuménisme orthod (...)
  • 50Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 101-112 (en grec et en français).
  • 51Revue catholique des Églises, 03.1904 (I-3), p. 168-176 (traduction française d’après le Cerkovnyj (...)

12Tout d’abord, le contexte religieux des années 1903-1914 se prête peu à de grands appels pour l’union. Alors qu’un œcuménisme intra-orthodoxe s’éveille49, l’Église russe se fige dans une dynamique anti-latine. Ainsi, lorsque le patriarche de Constantinople Joachim III appelle, dans sa lettre du 12 juin 1902, à un renforcement de l’union entre les Églises orthodoxes autocéphales notamment pour aborder de concert leurs « relations présentes et futures avec les deux grands rameaux du christianisme, c’est-à-dire avec l’Église d’Occident et l’Église protestante »50, il se heurte à une réponse aussi tardive (25 février 1903) que peu encourageante du Saint-Synode de l’Église russe. Cette dernière, bien que reconnaissant la validité du baptême des catholiques et des protestants ainsi que la « succession apostolique de la hiérarchie latine », campe sur une position défensive contre « les agressions continuelles et les multiples séductions de la part des Latins et des Protestants » car « la conversion de la Russie et du peuple russe constitue le rêve secret et le but non dissimulé des désirs de la papauté contemporaine »51.

  • 52  M. d’Herbigny, L’anglicanisme et l’orthodoxie gréco-slave, Paris, 1922, p. 41 ; A. Riley (éd.), Bi (...)
  • 53  E. C. Miller, Bishop Grafton of Fond du Lac and the Orthodox Church, dans Sobornost, 1982 (4-1), p (...)
  • 54L’Église russe et l’Église anglicane, dans Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 89-90.
  • 55  M. d’Herbigny, L’anglicanisme et l’orthodoxie gréco-slave, Paris, 1922, p. 48-51.
  • 56  « Che sorta di unione sia questa della Chiesa ortodossa coll’Anglicana, che nega in cose di fede t (...)

13Par ailleurs, au même moment, les contacts entre l’anglicanisme et l’orthodoxie russe occupent le devant de la scène. Ces relations s’accroissent à la fin du XIXe siècle, notamment sous l’influence de William John Birkbeck (1859-1916) qui insiste pour qu’un représentant anglican (Mandell Creighton, évêque de Peterborough) soit envoyé au sacre de Nicolas II en 189652. En 1903, un évêque de l’Église épiscopalienne d’Amérique, Charles Chapman Grafton (1830-1912), se rend à Saint-Pétersbourg et Moscou, où il est accueilli avec tous les égards dus à son rang53. Cette visite officielle s’accompagne de la création au sein de l’Église russe d’une « Commission des relations ecclésiastiques avec les autres Églises »54. En 1906, est créée à Londres la société « Anglican and Eastern Orthodox Churches Union » : plusieurs évêques russes en sont membres et la société se réunit même en février 1912 dans la résidence du procureur général du Saint-Synode sous la présidence de Mgr Euloge55. Face à ces progrès, les catholiques ne peuvent qu’ironiser sur les difficultés théologiques du dialogue anglicano-orthodoxe (le Bessarione s’insurge en 1910 qu’un article de l’organe officiel du Phanar ait chanté les louanges de l’« Anglican and Eastern Orthodox Churches Union »)56.

  • 57  Inaugurée par la mise à l’index des œuvres de plusieurs théologiens catholiques (Loisy en 1903, La (...)
  • 58  A. Palmieri, Il progresso dommatico nel concetto cattolico, Florence, 1910.
  • 59  Max de Saxe (Maximilian von Sachsen, 1870-1951) : frère de Frédéric Auguste III roi de Saxe, prêtr (...)
  • 60  Max de Saxe, Praelectiones de liturgiis orientalibus habitae in Universitate Friburgensi Helvetiae (...)
  • 61  G. M. Croce, La Badia Greca di Grottaferrata e la rivista «Roma e l’Oriente» : cattolicesimo e ort (...)
  • 62  Epistola Ex quo, 26.12.1910, dans AAS, 1911 (3), p. 117-121. Pour les réponses des représentants p (...)
  • 63  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 193 sq.
  • 64  Le dossier de censure de cet article (ACDF, SO, CL, 1911-1913 – Grottaferrata Badia, senza num. di (...)
  • 65  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 158-159 et n. 162 p. 184. L’auteur évoque par exempl (...)
  • 66 «Roma e l’Oriente». Pensieri su l’unione delle Chiese, dans CC, 07.01.1911 (62-I-1453), p. 70. Plu (...)
  • 67  Sur ce personnage, voir plus bas, n. 179 p. 180.
  • 68  J. Urban, Sur un nouveau plan de l’Union des Églises, dans Études, 1911 (48-127), p. 153-177.
  • 69  N. Bulacel’ envoie une copie de l’article à Sazonov dès le 14/27 janvier 1911 (AVPRI, f. Vatikan, (...)
  • 70  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 146-158.
  • 71 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.02.1911 (62-I-1456), p. 505.

14Enfin, il convient de ne pas sous-évaluer l’impact de la crise moderniste57. Si l’unionisme n’est jamais clairement identifié au modernisme, certains aspects de l’unionisme suscitent la méfiance de Rome. La reconnaissance du mariage des prêtres par les Églises orientales unies constitue une exception au célibat ecclésiastique qui pourrait donner lieu à une remise en cause des règles en vigueur dans le catholicisme latin. De même, la réflexion sur le développement historique des dogmes, fréquente dans les recherches sur la réunion des Églises, constitue un terrain particulièrement glissant, ce qui explique l’effort d’érudition déployé par le père Aurelio Palmieri pour faire valoir l’apologétique catholique à la fois contre le modernisme et contre les théories orthodoxes58. Par ailleurs, le prêtre orientaliste Max de Saxe59, connu pour ses Leçons sur les liturgies orientales de 190860, publie, à la demande de l’abbé don Pellegrini, un article dans le premier numéro de la revue unioniste de Grottaferrata, Roma e l’Oriente (novembre 1910)61. Cet article, intitulé « Pensées sur l’union des Églises », est immédiatement condamné par le Saint-Siège. Pie X manifeste dans la lettre Ex quo (26 décembre) son inquiétude quant à la diffusion de cet article et oblige les représentants pontificaux en Orient à rappeler la doctrine officielle de la papauté sur la réunion des Églises62. Ex quo est publiée dans L’Osservatore romano dès le 3 janvier 1911 et fait l’objet d’une large diffusion63. Quelles sont les raisons de cette condamnation ? Dans cet article assez bref, le prêtre allemand reprend l’essentiel de la doctrine unioniste romaine mais il propose également que les Églises d’Orient conservent leurs dogmes et surtout il demande à l’Église d’Occident de reconnaître ses fautes dans la naissance et la perpétuation du schisme. Pour éclairer les motifs de la condamnation, les archives romaines manquent64, mais la polémique définit clairement cette crise comme un « incident semi-moderniste », d’autant que les journaux les plus enthousiastes sont modernistes et les plus hostiles, intégristes65. La Civiltà cattolica n’hésite pas à accuser Max de Saxe de reprendre les « préjugés orientaux, et même des erreurs rationalistes de Harnack, de Loisy, des modernistes »66. Dans les Études, le jésuite polonais Jan Urban, très actif dans la mission russe au début du XXe siècle67, considère que Max de Saxe s’est éloigné de l’enseignement pontifical en abordant la question de l’union non pas par le biais de la théologie mais par celui de l’histoire, ce qui l’a conduit à faire deux propositions erronées : le « statu quo dogmatique » et l’indépendance hiérarchique de l’Orient68. Dans le cas de la Russie, l’État fut immédiatement informé par le biais de la Légation à Rome69. La presse orthodoxe porta une grande attention à cette affaire70. La Civiltà cattolica commente cette publication comme l’occasion d’« un scandale très grave parmi les catholiques de Russie » qui aurait « compromis le prestige du catholicisme » en offrant l’occasion à « la presse orthodoxe » de « ressasser les vieilles calomnies contre l’Église catholique »71. Une chose semble certaine : la vigueur de la condamnation romaine de l’article de Max de Saxe fut telle qu’une autre parole de Pie X sur le thème de l’union se serait révélée délicate. Dans un tel contexte, on comprend mieux l’insistance de ce pape sur la prière pour l’union.

Prier pour l’unité : l’apport de Pie X

  • 72  Exemples cités dans C. Charon, Le XVe centenaire de S. Jean Chrysostome et ses conséquences pour l (...)
  • 73  Cf. L. Carboni, Cesare Tondini, gli anni della giovinezza : 1839-1871 (formazione, missione e prim (...)
  • 74  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 898, fasc. 290, f. 50 : Tondini à Pie X, Rome, vendredi saint 1905 (s (...)
  • 75  C. Tondini de Quarenghi, La prière et l’appui du Saint-Siège et de l’Épiscopat dans l’œuvre de la (...)
  • 76  J. Salaville, Messes votives pour l’union des églises et pour la propagation de la foi. Texte du m (...)
  • 77Provida Matrix (05.05.1895), dans Leonis XIII Pontificis Maximi Acta, Rome, 1895 (15), p. 184-186.
  • 78Divinum illud (09.05.1897), dans ibid., 1897 (17), p. 147.

15La prière pour l’unité des chrétiens s’enracine bien sûr dans une longue histoire qui s’accélère à partir du milieu du XIXe siècle. Pie IX fut sensible aux efforts lancés par des catholiques occidentaux pour développer des mouvements de prière pour la réunion avec les « schismatiques » russes72. L’initative des barnabites, présentée par le père Cesare Tondini de Quarenghi73, reçut le soutien direct de la papauté. Dans la continuité de la prière personnelle du père Schouvalov (qui, sur les conseils de Pie IX, offrait sa vie à Dieu trois fois par jour « pour le retour de la Russie, sa patrie, à l’unité catholique »74), la congrégation des barnabites s’engage dans une prière pour la Russie. Le père Tondini fonde une association de prières en l’honneur de Marie Immaculée pour l’union des Églises, et spécialement de l’Église russe, qui commence à se structurer en 1862 et reçoit de nombreuses approbations épiscopales et romaines. Le bref Expositum nuper (30 avril 1872) accorde une indulgence plénière à tous les fidèles assistant à la messe célébrée une fois par mois pour l’union des Églises dans l’église des barnabites à Paris75. Sous Léon XIII, la prière pour l’union se développe avec la création d’une messe votive (non obligatoire mais laissée à la dévotion de chaque prêtre) « ad tollendum schisma » (pour la cessation du schisme) diffusée notamment par la congrégation des augustins de l’Assomption76. De façon plus large, à partir de 1895, le pape demande que la neuvaine préparatoire à la fête de la Pentecôte soit faite pour l’unité du monde chrétien77. En 1897, dans l’encyclique sur le Saint-Esprit, cette neuvaine est prescrite à toutes les églises paroissiales78. La prière pour l’union devient ainsi une prière spécifique qui fait événement tout en prenant place dans le cycle liturgique.

  • 79  G. Baum, L’unité chrétienne d’après la doctrine des Papes de Léon XIII à Pie XII, Paris, 1961, n. (...)
  • 80  Cet événement est à remettre également dans le contexte des perspectives liturgiques ouvertes par (...)
  • 81  A. Rocchi, Lipsanologia o storia delle reliquie di S. G. Crisostomo, dans Comitato per il XV° cent (...)
  • 82  Epistola Prope est (22.07.1907), dans ASS, 1907 (40), p. 453-455 ; C. Charon, Le XVe centenaire de (...)
  • 83  Lettre de D. Panici (secrétaire de la Congrégation des Rites), dans ASS, 1908 (41), p. 403-404.
  • 84  C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 29-30 ; voir aussi ASS, 1908 (41), n. 1 p. 404. En octobre (...)
  • 85  On renvoie à la description minutieuse faite par C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 72-107. Ce (...)
  • 86  Les quatre textes sont édités par C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 362-365.
  • 87  C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. XII.
  • 88 Cose straniere-notizie generali -Russia, dans CC, 15.06.1907 (58-IV-1368), p. 750-751.

16Pie X apporte dans le domaine de la prière unioniste une contribution originale. Il approuve dès 1909 la semaine de prière pour l’unité du 18-25 janvier, créée l’année précédente par des épiscopaliens d’Amérique (certes convertis au catholicisme en 1909), la Society of the Atonment du père Paul Wattson79. Pie X est également le pionnier de l’intégration du rite oriental dans les cérémonies de la Rome pontificale, expérimentée à l’occasion du quinzième centenaire de la mort de saint Jean Chrysostome en 1907-190880. Pie X souhaite que des célébrations en rite oriental aient lieu « non seulement dans les églises de Rome qui emploient le rite oriental, mais aussi dans la Basilique même de saint Pierre sur le Vatican » qui conserve des reliques de saint Jean Chrysostome81, afin que « les Orientaux séparés de Nous voient et comprennent en quelle grande et profonde estime Nous tenons également tous les rites [et] qu’ils en tirent comme conclusion […] de donner à leur Mère de jadis le baiser d’un retour salutaire »82. Une célébration en rite grec à Saint-Pierre de Rome, en présence du pape, est donc prévue pour le 13 novembre83. Finalement, les « événements politiques et anticléricaux en Italie » contraignent les organisateurs à décaler la célébration d’abord au 27 janvier, puis au 12 février et à changer le lieu pour la salle des Béatifications84. Le 12 février, le pape ne fait finalement pas partie des célébrants mais la liturgie lui accorde un rôle important : il entre sur la sedia gestatoria, coiffé de la tiare, bénit l’encens en grec qu’il prononce « à la manière orientale » et c’est sur sa « permission » que les célébrants de rite oriental commencent la célébration. À deux reprises toutefois, les cardinaux viennent se grouper autour du pape pour réciter des prières en latin – le credo et le sanctus – alors que le chœur les entonne en grec85. À cette occasion, le pape innove dans le domaine de la prière pour l’union. Tout d’abord, il enrichit d’indulgences certaines prières classiques si elles sont tournées vers l’Orient (rescrit du 12 août 1907 qui indulgencie la récitation du Pater-Ave-Gloria en l’honneur de saint Jean Chrysostome « ou toute autre prière pour l’union des Églises »). Par ailleurs, il cherche à acculturer la prière orientale au catholicisme latin (rescrit du 12 juin 1907 qui indulgencie la récitation – éventuellement dans leur version latine – de trois hymnes à la Trinité utilisées dans la liturgie grecque) et fait connaître les sanctuaires orientaux de Rome, Saint-Athanase, Santa Maria in Navicella, Saints-Serge-et-Bacchus (l’un des rescrits du 22 janvier 1908 accorde ainsi l’indulgence plénière si, après avoir reçu la confession et la communion le 12 février, on visite l’une des trois églises byzantines de Rome ou si l’on visite la basilique Saint-Pierre en priant devant le tombeau du saint pour l’union des Églises)86. De plus, Pie X oblige les cérémoniaires pontificaux à inventer la participation du pape à une célébration grecque car comme le souligne C. Charon « le rituel était entièrement à créer ». La présence du pape à cette liturgie ne constitue pas qu’un hommage rendu aux traditions orientales, il s’agit aussi d’une affirmation nouvelle d’universalité : le pape se présente comme « Père de toutes les Églises et de tous les rites », pouvant ainsi « pratique[r] tous ceux-ci de plein droit »87. Cette célébration catholique de l’anniversaire chrysostomien suscite de vives réactions d’hostilité. Le patriarcat grec critique cette célébration et décide de ne rien organiser de son côté pour cet anniversaire. Inversement, l’Église russe semble vouloir « rivaliser avec le catholicisme dans l’exaltation du saint Docteur »88.

  • 89  A. Coussa, Le bienheureux Pie X et les Églises d’orient, dans Apollinaris, 1952 (25, 1-2), p. 145.
  • 90  AHAP, 1 D 10, 10 : Félix Sédilot (1838-1923, curé de la paroisse Sainte-Elisabeth de 1900 à 1923) (...)
  • 91  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 898, fasc. 290, f. 51 : Tondini à « Beatissimo padre », Rome, vendred (...)
  • 92 Ibid., f. 56 : Tondini, « Annesso alla petizione diretta, in data del Venerdì Santo 1905 a Sua San (...)
  • 93  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909, Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois (...)
  • 94  « Confrérie de N.-D. de l’Assomption pour l’Union des Églises », Imprimatur Paris 28.02.1908, Léon (...)

17Au-delà de cette insertion des rites orientaux dans les liturgies pontificales, qui sera souvent reprise par la suite89, le contexte des années 1903-1905 est favorable à de nouvelles initiatives de prière pour la Russie. L’oukase du 26 février (11 mars) 1903 constitue pour l’abbé Félix Sédilot, curé de la paroisse Sainte-Élisabeth de Hongrie dans le 3e arrondissement de Paris, une « circonstanc[e] […] extrêmement favorabl[e] » pour l’institution d’une « confrérie […] à l’effet de prier pour la conversion de la Russie »90. En 1905, les événements russes relancent également les projets des barnabites. Le 15 avril, le père Tondini (alors procureur de la congrégation) adresse une supplique à Pie X pour étendre « à toutes les églises de l’orbe catholique » la prière pour l’union de l’Église gréco-russe déjà en usage dans sa congrégation depuis 187291. Ayant obtenu une audience avec Pie X le 27 mai, le père Tondini réitère sa demande « dans le cas où l’on jugerait opportun de faire un appel à tout l’épiscopat pour une pieuse croisade de messes pour l’union des Églises »92. Si cette demande ne semble pas avoir obtenu l’approbation du pape, la prière pour l’union des Églises se développe également sous l’influence des assomptionnistes. En 1908, le père Bois fonde à Saint-Pétersbourg l’« Archiconfrérie de Notre Dame de l’Assomption, pour l’Union des Églises » qui consiste à rassembler « un groupe de zélateurs » les premiers vendredis de chaque mois dans la « Chapelle de l’Asile du Bon Pasteur » autour de la célébration d’une messe en rite slave93. L’objectif de cette confrérie est d’« obtenir de Dieu, par la prière et les bonnes œuvres, l’union des Églises et, en particulier, de l’Église orthodoxe avec l’Église catholique, dans l’unité de la foi et la diversité des rites » (art. 1). L’image de piété présentant les statuts de la confrérie et imprimée à Paris en 1908, témoigne d’une spiritualité composite, marquée autant par des éléments orientaux que romains (l’icône choisie est celle de la Vierge à l’enfant de saint Luc de Sainte-Marie Majeure)94. Si cette confrérie n’est pas directement soutenue par le Saint-Siège, les diverses initiatives du père Bois et des assomptionnistes reçoivent l’appui de Pie X.

  • 95  Lettre apostolique Romanorum Pontificium (25.02.1916), dans AAS, 1917 (9), p. 61-63.
  • 96Cum Catholicae Ecclesiae (15.04.1916), dans AAS, 1916 (8), p. 137-138 (latin et italien). Version (...)

18Dans la continuité du pontificat de Pie X, c’est dans ce domaine de la prière pour l’unité et pour l’Orient que se situent les premières initiatives de Benoît XV envers le monde non catholique. Le 25 février 1916, Benoît XV confirme l’action de son prédécesseur en indulgenciant pour les fidèles du monde entier la pratique de la semaine de prière pour l’unité et précise les prières à réciter chaque jour de l’octave95. Le 15 avril 1916, le pape promulgue – par le motu proprio Cum Catholicae Ecclesiae – une prière indulgenciée pour les « peuples chrétiens de l’Orient » : ce texte revendique des héritages communs (« leurs saints docteurs, qui sont aussi nos pères dans la foi ») et les appelle à « former avec nous un seul bercail sous la conduite d’un même pasteur »96.

19Cependant, au-delà de ses dimensions théologique et liturgique, l’unionisme romain doit se comprendre dans un contexte politico-religieux spécifique : la délicate élaboration d’un panslavisme catholique.

L’union par les Slaves : un pari incertain

  • 97  F. Machilek, Welehrad und die Cyrill-Method Idee im 19. und 20. Jahrhundert, dans Archiv für Kirch (...)
  • 98  Comme l’écrit le chroniqueur de La Civiltà cattolica à l’occasion du premier congrès des slavisant (...)
  • 99  R. Aubert, Glagolitique (liturgie), dans DHGE, t. XXI, fasc. 120, col. 114 ; P. Borella, La lingua (...)

20À partir des années 1850, Pie IX soutient discrètement le panslavisme catholique, qui souhaite proposer une alternative au panslavisme orthodoxe. L’héritage cyrillo-méthodien est, en effet, également revendiqué par les catholiques qui insistent sur l’allégeance au pape des deux frères apôtres des Slaves au IXe siècle97. La dynamique missionnaire du panslavisme catholique (ramener dans le giron de l’Église des peuples d’une même « race » slave) est ainsi paradoxalement fondée sur une apologétique de l’universalité de l’Église catholique (le catholicisme, à la différence des autres confessions, serait vraiment universel et empêcherait les Slaves de se diviser en une myriade de nationalismes destructeurs)98. Dès 1859, le rétablissement du rite slave ancien (ou paléoslave, ou glagolitique, ou romano-slave), c’est-à-dire de la « liturgie romaine en vieux slavon, concédée au IXe siècle aux Églises de Bohême et de Moravie » mais tombée en désuétude à la fin du XVIIIe siècle, est à l’étude99.

  • 100  Lettre encyclique Grande Munus (30.09.1880), Actes de Léon XIII, t. VII, p. 5.
  • 101  P. Esterka, Toward Union : the Congresses at Velehrad, dans Journal of Ecumenical Studies, 1971, p (...)
  • 102  F. Machilek, Welehrad und die Cyrill-Method Idee… cit., p. 163.
  • 103  Lettre apostolique Praeclara gratulionis (20.06.1894), dans Actes de Léon XIII, t. IV, p. 91 et 93
  • 104  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 86.
  • 105  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 38.
  • 106  Cf. A. Gottsmann, Papst Leo XIII. und die « jugoslawische » Versuchung. Montenegro, San Girolamo u (...)
  • 107  Ce décret n’est toutefois publié qu’en 1909 à la demande de la Congrégation consistoriale : Decret (...)

21Sous Léon XIII, la cause slave progresse. En 1880, la fête des saints Cyrille et Méthode est inscrite au calendrier de l’Église universelle100. L’Apostolat des saints Cyrille et Méthode, confraternité fondée par le père Antonin Cyril Stojan (1851-1923) et approuvée en 1892 par l’archevêque d’Olomouc101, se diffuse vers les autres diocèses slaves de l’Autriche et le pape Léon XIII lui accorde des indulgences102. La lettre apostolique Praeclara du 20 juin 1894 accorde d’ailleurs une importance spécifique à l’union par les Slaves puisque le pape lance un « appel spécial [aux] nations slaves »103. Ce panslavisme (ou slavisme) catholique est alors clairement orienté vers la Russie. Le 5 juillet 1881, lors du « grand pèlerinage slave » à Rome sous la direction de Mgr Strossmayer, Léon XIII appelle à tourner la pensée vers « la nation slave la plus puissante par le nombre, la force et la richesse »104. En 1888, pour le neuvième centenaire du baptême de la Russie, Mgr Strossmayer provoque la colère de l’empereur François-Joseph en envoyant un télégramme à Kiev avec le message « Que Dieu bénisse la Russie ! »105. Du point de vue de la liturgie paléoslave, le pontificat léonin est également marqué par de nets progrès106. En 1887, les catholiques latins du Monténégro sont autorisés à utiliser le paléoslave comme langue liturgique. En 1893 est réédité le missel paléoslave. Cependant, dans un contexte politique et international de plus en plus tendu dans les Balkans, l’affaire de la liturgie paléoslave mobilise le clergé catholique sur des arguments qui débordent le champ religieux. Pie X adopte alors une attitude plus prudente. En 1905, sont convoqués à Rome les évêques de Gorizia, Zara et Zagreb sur cette question et la Congrégation des Rites décide le 18 décembre 1906 d’empêcher tout nouveau privilège concernant l’usage du vieux slave107. Ce coup de frein au slavisme catholique peut être rapproché du ralentissement général de l’unionisme sous Pie X dans un contexte international de plus en plus tendu.

22Finalement, cet unionisme romain, forgé depuis le milieu du XIXe siècle a bénéficié de l’apport des différents papes, dans un aller-retour constant avec les sollicitations et les propositions venues de personnalités catholiques, dont plusieurs étaient russes, souvent converties de l’orthodoxie. Cependant, au-delà des grandes prises de positions officielles, il s’agit d’observer les pratiques quotidiennes de la Curie romaine dans son rapport à l’orthodoxie et aux rites orientaux.

Une évolution des pratiques de la Curie romaine à l’égard de l’orthodoxie et des rites orientaux ?

23Pour analyser les pratiques curiales sur ces questions, il convient tout d’abord de rappeler quelles sont les institutions en charge des relations avec les Orientaux, unis et « dissidents », mais aussi d’aborder les termes utilisés pour désigner ces derniers et d’analyser quelques cas concrets.

L’Orient en Curie : les hésitations institutionnelles

  • 108  On peut rappeler la fondation du collège grec en 1576 ou encore l’« iniziale «strabismo» orientale (...)
  • 109  Cette congrégation autonome plonge ses racines dans une congrégation interne à la Propaganda fide (...)

24Les rites orientaux, valorisés à Rome depuis la fin du XVIe siècle108, font également l’objet d’une étroite surveillance par le biais d’une congrégation romaine spécifique : la Congrégation pour la correction des livres de l’Église orientale, qui fonctionne de 1719 à 1862109. Cependant, au XIXe siècle, des structures curiales nouvelles sont mises en place pour appréhender les questions orientales.

  • 110  Lettre apostolique Romani Pontifices, 06.01.1862, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol (...)
  • 111  Epistola encyclica Amantissimus humani generis (08.04.1862), adressée aux évêques de rite oriental (...)
  • 112  Dom Pitra (1812-1889) commence ainsi à « rassembler une documentation aussi large que possible sur (...)
  • 113  Encyclique Amantissimus humani generis du 8 avril 1862 (Bellocchi, IV, p. 223).
  • 114  Jean-Baptiste Franzelin (1816-1886, jésuite, cardinal en 1876), Examen doctrinae Macarii Bulgakow (...)
  • 115  Plusieurs congrégations plénières de la Congrégation sont consacrées à ces questions autour de 188 (...)

25En 1862, le 6 janvier, Pie IX fonde une section pour les affaires de rite oriental au sein de la Congrégation de Propaganda fide110, dans le but « que toutes les questions des Églises Orientales soient traitées et résolues selon un principe unique »111. Sous l’autorité du cardinal préfet de la Propagande, chaque cardinal membre de la section est attaché à un rite particulier et les consulteurs sont souvent des figures intellectuelles de leur temps. Ces choix reflètent le souci de développer à Rome une expertise sur l’Orient, dont relève au premier chef le monde russe112. Dès 1862, la nouvelle section manifeste également le souci de collecter des informations précises auprès des évêques orientaux113. Si cette Congrégation coordonne avec succès certaines opérations (révision des textes liturgiques byzantins, publication d’ouvrages de théologie sur la procession du Saint-Esprit fondés sur la tradition patristique114), l’émergence à Rome d’un milieu de spécialistes des questions orientales ne se fait que difficilement. Dans les années 1880, la Congrégation peine ainsi à former des spécialistes de langues orientales115.

  • 116  Cf. la proposition du cardinal Langénieux dans Congregatio pro Ecclesia orientali, Verbali delle c (...)
  • 117Actes de Léon XIII, t. IV, p. 266-269.
  • 118  Un fonds de la Congrégation pour l’Église orientale a conservé les vingt-sept procès-verbaux de ce (...)
  • 119  Congregatio pro Ecclesia Orientali, Verbali delle conferenze… cit., p. 63-69.
  • 120Sapienti consilio, § 8.
  • 121GC, 1909 p. 73 : parmi les titres et attributions de Pie X est indiquée la présidence de la « Comm (...)

26Ces difficultés, auxquelles s’ajoute l’affiliation problématique des catholiques de rites orientaux à la Propaganda Fide soulevée dès les lendemains du Congrès eucharistique de Jérusalem116, expliquent l’émergence d’une nouvelle institution sous Léon XIII. Après les premières rencontres romaines des patriarches orientaux unis en 1894, Léon XIII exprime, dans le motu proprio Optatissimae du 19 mars 1895, sa volonté de rendre « stable » et « permanent[e] » la « Commission chargée particulièrement d’appliquer son zèle à la réconciliation avec les dissidents ». Cette nouvelle institution est une commission pontificale (elle doit se réunir en présence du pape) et comprend quelques cardinaux choisis par le pape (8 en 1895) ainsi qu’« un certain nombre de consulteurs » et des « délégués » des patriarches orientaux117. Les procès-verbaux des 27 réunions de cette Commission (1894-1902) permettent d’en comprendre le fonctionnement et les centres d’intérêts118. La dimension intellectuelle de l’action unioniste est bien présente comme en témoignent les « projets » évoqués dans la réunion n° VII (5 décembre 1894) où l’on propose d’« inviter à Rome quelque lettré grec influent » et de publier les « documents du XIIIe et XIVe siècles relatifs à l’Union conservés aux Archives vaticanes »119. Malgré le dynamisme insufflé par le congrès eucharistique de Jérusalem et une réelle souplesse institutionnelle (cette Commission réunit d’abord les patriarches orientaux puis fonctionne surtout avec des cardinaux), la Commission n’a qu’une durée éphémère. Elle se réunit pour la dernière fois le 20 juillet 1902 avant d’être progressivement anéantie sous Pie X. La réorganisation de la Curie en 1908 par Sapienti consilio abolit son indépendance et son caractère « pontifical » en la rattachant à la Congrégation de la Propagande120. Les annuaires pontificaux de 1909 et 1910 continuent toutefois d’indiquer Pie X comme président de cette institution, avant que la Commission n’en disparaisse définitivement en 1911121. Cependant ces hésitations institutionnelles n’empêchent pas des évolutions notables dans le discours romain sur l’Orient et l’orthodoxie.

L’équivoque sur le terme d’« orthodoxie »

  • 122Allocutio. Quam die 13 Februarii 1908 Pius X habuit ad Orientales (13.02.1908), dans ASS, 1908 (41 (...)
  • 123Calendrier orthodoxe, dans APC, 1913, p. 17.
  • 124  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Procès-verbal, p. 1.
  • 125  Sur ce groupe, voir p. 234 sq.
  • 126  Szeptyckyj à Merry del Val, Léopol, 10.01.1914 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. (...)
  • 127  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Procès-verbal, p. 2.

27Si le terme de « schismatique » ou de « dissident » est le plus souvent utilisé dans les textes officiels, l’usage du terme « orthodoxe » devient de plus en plus fréquent. Pie X évoque en 1908 les études à Rome de « jeunes prêtres indigènes » formés « selon les traditions orthodoxes de leurs pays »122. D’une façon plus générale, le terme d’« orthodoxie » semble bien au début du XXe siècle « reçu parmi les catholiques […] pour signifier l’Église schismatique grecque »123. Cet usage ne fait toutefois pas l’unanimité. En 1913, le cardinal Rampolla est contraint, dans le cadre d’une session de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires visant à rédiger un mémorandum au gouvernement russe, de rappeler qu’il ne convient pas d’utiliser le mot « orthodoxie » qui doit être exclu des « documents pontificaux »124 et ne servir qu’à désigner l’Église catholique. Les avis sur l’usage du terme « orthodoxie » sont pourtant mêlés, comme le démontre le débat sur l’appellation du groupe catholique de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg125. Alors que Mgr Szeptyckyj était favorable à l’utilisation du terme « orthodoxe-catholique » pour définir ce groupe dans la mesure où l’association « orthodoxe-catholique » était rarement utilisée par l’Église « schismatique » russe (le seul auteur orthodoxe à utiliser ce terme dans un catalogue de théologie russe de 1913 qui comprend 9.000 titres est Alexej Petrovič Mal’cev, chapelain de l’ambassade russe à Berlin, qui « par ses rapports avec l’occident comprend mieux que les autres la valeur du mot « catholique » »)126, le cardinal Vincenzo Vannutelli considère au contraire qu’« en pratique en Russie » une telle association était « une imprudence », même si théoriquement le terme « orthodoxe-catholique » pour désigner le catholicisme était « vrai » et devait s’appliquer à la « seule véritable Église »127.

Sacrements et conversions

28Cette méfiance romaine à l’égard de toute assimilation avec l’orthodoxie pourrait s’expliquer par la confusion que favorise la doctrine catholique elle-même, notamment au sujet de la validité des sacrements de l’Église orthodoxe.

  • 128  C’est la réponse des cardinaux du Saint-Office du 5 avril 1916 (confirmée par Benoît XV le 6 avril (...)
  • 129  AHAP, 9K2, 9 a’. Le texte signale qu’après avoir reçu la « profession de la Religion Catholique », (...)
  • 130  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 915, fasc. 299, f. 60 : Ledóchowski à « Illustrissime ac Rme Domine » (...)

29Au début du XXe siècle, le baptême conféré dans l’Église orthodoxe russe est « considéré en général comme valide » à moins que des motifs particuliers, qui peuvent être expertisés par le Saint-Office, permettent d’en douter128. Cependant, si le baptême des « schismatiques » est théoriquement reconnu comme valide, la pratique du « baptême sous condition » (c’est-à-dire à condition qu’il n’ait pas été donné validement auparavant) semble encore très courante dans le cas des conversions du protestantisme et de l’orthodoxie. C’est ainsi que les formulaires d’abjuration du diocèse de Paris du début du XXe siècle prévoient la possibilité du « baptême sous condition » dans les cas d’abjurations du schisme ou de l’hérésie129. On retrouve cette même ambivalence pour la confirmation. Celle-ci est généralement reconnue comme valide mais, dans la pratique, les choses sont plus complexes. Par exemple, Pie X concède aux « missionnaires secrets » jésuites en Russie de pouvoir conférer le sacrement de confirmation aux convertis de l’orthodoxie parce que ce « sacrement, administré par les prêtres schismatiques est souvent invalide ou plutôt douteux »130.

  • 131  AHAP, 9K2, 9 a’, f. 36-40 : « Profession de foi présentée par le Pape Grégoire XIII aux Grecs qui (...)
  • 132  AHAP, 9K2, 9 a’, f. 26-27 : « Profession de Foi pour les Orientaux », document imprimé, français. (...)
  • 133  Cet avis est donné en réponse à un dubbio présenté par l’archevêque de Mohilev, Mgr Kluczinski, en (...)
  • 134  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14. Sur Tolstoï, voir C. Simon, Pro Russia. The Russicum and Catholic (...)
  • 135  Gérard van Caloen (1853-1932), bénédictin belge passionné par les questions orientales, cf. Un pré (...)
  • 136  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 2.
  • 137Ibid., f. 5-9 : voto de Luigi Avella, 02.12.1894, italien.
  • 138Ibid., f. 14 : feuille de décisions – Feria IV 24.04.1895 et Feria V 25.04.1895, latin.
  • 139  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 19-20 : Pellegrini à « Eminentissimo Principe », Grottaferrata (...)

30Cependant, si le baptême, voire la confirmation, donnés dans l’Égli­se russe sont valides, comment traduire liturgiquement le renoncement au schisme et le retour au bercail catholique ? La formule d’abjuration prévue pour les orthodoxes désirant passer au catholicisme au début du XXe siècle consiste en une profession de foi rédigée à la fin du XVIe siècle131, quelque peu modifiée après le Concile du Vatican132. Ce texte comprend le symbole de Nicée (avec filioque) et précise certains points sur les questions controversées (deux natures de Jésus, sept sacrements, identité entre pain azyme et fermenté, possibilité de la communion sous une seule espèce, indissolubilité du mariage, purgatoire, primauté du pape) avant qu’un dernier paragraphe ne reprenne de façon synthétique l’affirmation des doctrines définies « par les Conciles de Florence, de Trente et du Vatican, en particulier tout ce qui se rapporte à la Primauté et au Magistère infaillible du Pontife Romain ». Ce texte apparaît assez rigide, en particulier sur la question du filioque qui peut être en fait abordée avec plus de souplesse. L’expertise d’un consulteur du Saint-Office en 1914, en se fondant sur l’expérience des premiers siècles de l’Église, conclut ainsi à la possibilité théorique d’une omission du filioque dans la récitation du symbole133. Cependant le Saint-Office lui-même et tous les papes maintiennent la récitation du texte d’abjuration avec filioque lors des conversions. C’est ce que montre l’affaire de la conversion du prêtre orthodoxe Nicolas Tolstoï (1867-1938)134. Ce dernier, qui avait été ordonné prêtre (marié) en 1893, avait fait le 28 juillet 1894 à Moscou (église Saint-Louis-des-Français) sa profession de foi catholique auprès des prélats Jourdan de la Passardière et van Caloen135 en rédigeant un texte intimiste, bien différent du formulaire d’abjuration officiel. Il y affirmait simplement « désavouer tout ce qui dans l’enseignement de l’Église Orthodoxe russe, dans ses doctrines et ses pratiques est opposé à la doctrine de la Sainte Eglise Catholique apostolique et romaine »136. Ce document, examiné par le Saint-Office en novembre 1894, est défini par le consulteur comme une « sorte d’abjuration informe » et est déclaré irrecevable137. Les cardinaux insistent alors pour que Tolstoï émette « la profession de foi pour les Ruthènes qui se convertissent », ce que Léon XIII approuve en avril 1895138. Tolstoï vient à Rome et fait alors son abjuration dans les mains de don Arsenio Pellegrini (l’abbé du monastère de Grottaferrata) le 30 avril 1895. Malgré quelques péripéties, l’abjuration est finalement acceptée par le Saint-Office139.

  • 140  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 2, français.
  • 141 Ibid., f. 5-9 : voto de L. Avella, 02.12.1894, italien.
  • 142  G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 88, p. 66.

31Cette affaire Tolstoï est importante puisque s’y joue également la question du sacrement de l’ordre tel qu’il est donné dans l’Église russe. Si la validité des ordinations dans les Églises orientales a été confirmée par Pie IX en 1848, la conversion du père Tolstoï défraya la chronique. En effet, l’intéressé souhaitait maintenir temporairement le secret sur sa conversion et « par prudence » « demeure[r] extérieurement soit pour [s]on ministère soit pour la réception des sacrements, dans [s]a situation actuelle », notamment pour « [s]e servir de moyens que [lui] donnent [s]on sacerdoce, [s]es relations civiles et [s]a nationalité pour dissiper les préjugés qui [l]’entourent et conduire plus sûrement les âmes vers l’unique bercail »140. Interrogé sur cette situation en novembre 1894, le Saint-Office conclut à l’impossibilité d’une telle conversion secrète qui reviendrait à accorder à Tolstoï la « licence de simuler une fausse religion »141. Tolstoï fait connaître sa conversion lors de son retour en Russie en mars 1895 : il est alors jugé pour trahison et apostasie, condamné à la dégradation et exclu du ministère. Continuant à célébrer chez lui de façon clandestine, il trouve d’abord refuge dans la capitale grâce à ses relations familiales puis s’exile jusqu’en 1905 (à l’exception d’un bref retour en Russie en 1896)142.

  • 143  ACDF, SO, RV, 1907, n°66, f. 23 sq : Ponenza – Suprema Sacra Congregazione del S. Offizio. Sopra l (...)

32Ce « précédent » Tolstoï, qui popularise le thème des conversions secrètes et du sacerdoce occulte, joue à plein durant les années suivantes. En 1899, Mgr Jourdan de la Passardière présente aux autorités romaines un nouveau cas : il s’agit du jeune Dimitri Novski. Âgé de 24 ans, il est converti « occultement au catholicisme » depuis quatre ans et voudrait devenir prêtre mais en se formant secrètement. Le Saint-Office reste ferme et confirme l’avis de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, c’est-à-dire d’éviter autant l’ordination (déconseillée d’ailleurs aux néophytes) que le secret : « la situation occulte quant au catholicisme et au sacerdoce, que Novski se propose de conserver, semble très anormale et dangereuse » ; l’avis du consulteur est suivi par les cardinaux et le pape en novembre 1899143. Ainsi, malgré les pressions de certains prélats russophiles et adeptes du secret comme Jourdan de la Passardière, le Saint-Siège conserve, même sous Léon XIII, une grande prudence sur les modalités de passage au catholicisme et rejette le principe du secret. Cependant, la brèche ouverte par l’affaire Tolstoï reste dans les mémoires.

  • 144  Il se séparera plus tard de sa femme à l’amiable et deviendra responsable de la paroisse russe de (...)
  • 145  ACDF, SO, RV, 1907, n°66, f. 6 et 8 : P. Ugo Gaisser à Pie X, Rome-Collège grec 06.06.1906, italie (...)
  • 146Ibid., f. 7 : Pie X à Lugari, 07.06.1906, italien.
  • 147Ibid., f. 11 et 15 : Tondini à « Monsignore », Rome, 11.06.1906.
  • 148Ibid., f. 26.
  • 149Ibid., f. 2 : « Formula brevior Professionis Fidei pro Haereticis seu schismaticis orientalibus », (...)
  • 150Ibid., f. 35 : Feria IV 21.08.1907 (latin) ; Feria V 22.08.1907.

33C’est ce que montre l’affaire Werighine. Serge Werighine (1868-1938) est un prêtre marié, ordonné en 1889, qui fait partie du clergé russe à l’étranger et exerce alors en France144. De passage à Rome où il souhaite abjurer, il est soutenu par le bénédictin Ugo (Hugues) Gaisser, recteur du Collège Grec de Rome, qui présente en juin 1906 à Pie X une supplique originale : cette conversion se ferait à la condition que Werighine reste « un certain temps extérieurement – pour de graves motifs – dans sa situation antérieure de prêtre (schismatique) ». Le précédent de Tolstoï (même si ce dernier n’est pas nommé) semble rejouer : Gaisser souligne « que dans le passé en plusieurs cas Sa Sainteté Léon XIII a[vait] permis de recevoir secrètement dans l’Église catholique des personnes du clergé et du peuple russe ayant une haute situation en les autorisant toutefois à rester en attendant extérieurement dans le schisme »145. Pie X écrit alors personnellement au Saint-Office en s’étonnant des affirmations de Gaisser : « je suis surpris comme par quelque chose d’invraisemblable, que mes vénérés prédécesseurs, y compris Léon XIII de s[ainte] m[émoire], aient accordé [cette] dispense »146. La question des conversions secrètes est alors de nouveau débattue et, malgré l’avis plutôt favorable du barnabite Tondini147, les consulteurs du Saint-Office refusent en feria II le 18 juin 1906 le principe du secret et cet avis est confirmé par les cardinaux en feria IV le 20 juin puis par Pie X en feria V le 21 juin148. Werighine fera donc une abjuration classique et officielle le 28 août 1907 après une retraite à Grottaferrata149. Il obtient par ailleurs l’approbation du Saint-Office tant pour son abjuration que pour exercer dès lors « les saints ministères dans son propre rite »150.

  • 151  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, p. 14-15 (Summarium N° unicum : lettre de Nedzial­kowski, Žitomir, 10.05. (...)

34Un dernier exemple montre que la méfiance du Saint-Office vise moins la reconnaissance de la validité du sacerdoce orthodoxe que le secret des conversions ou l’exercice occulte du sacerdoce. Le Saint-Office reconnaît ainsi facilement en 1907 la validité de l’ordination d’un prêtre orthodoxe converti en 1906 (un certain Giovanni Chandru, né en 1877 en Bessarabie, formé au séminaire orthodoxe de Kichinev, ordonné en 1899 au Mont Athos par un certain Mgr Agathangelo), à la fois pour des raisons générales (Etsi pastoralis), la réputation de l’évêque ordinant et… le cas de Nicolas Tolstoï qui fonctionne comme un précédent « très connu »151.

  • 152  AA, 2EQ, 2 : « Notes et renseignements », Saint-Pétersbourg, 05/18.02.1908, p. 7-8.
  • 153  J. Bousquet, L’unité de l’Église et le schisme grec, Paris, 1913, 384-386.
  • 154Ibid., p. 393-395.
  • 155  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (...)
  • 156  J. Bousquet, L’unité de l’Église et le schisme grec, Paris, 1913, p. 397.

35Cependant, malgré la fermeté romaine sur la question des conversions secrètes, se diffuse dans les milieux catholiques, notamment en France, une réflexion sur la possibilité et l’opportunité de telles pratiques. Les assomptionnistes français à Saint-Pétersbourg « couvrent » ainsi le cas du père Médvièd, prêtre d’une trentaine d’années, « aumônier (orthodoxe) d’un hôpital à Pétersbourg, complètement catholique par ses idées et ses sentiments », qui « prie secrètement pour le pape chaque fois qu’il officie ». Les assomptionnistes souhaitent qu’il organise une confrérie pour l’Union du côté orthodoxe et justifient ainsi ce choix du secret : « pour lui conseiller de garder son poste, nous nous fondons sur des réponses envoyées de Rome, au XVIIème siècle, avant l’union de Brest, à des évêques russes que l’on priait de continuer à diriger leur diocèse – tout en étant en communion secrète avec le St Siège »152. Le vice-recteur de l’Institut catholique de Paris – l’abbé Joseph Bousquet – évoque comme troisième « méthode » pour la réunion des Églises (après la latinisation et la formation d’Églises uniates) ce qu’il appelle la « méthode d’adhésion personnelle » qui « consiste à traiter en catholiques les membres de l’Église « orthodoxe » qui déclarent expressément adhérer à tous les enseignements et reconnaître l’autorité de l’Église catholique mais – voilà ce qui est caractéristique et particulièrement grave – sans leur faire rien changer de leur situation extérieure »153. Cette méthode « bien hardie […] est généralement abandonnée aujourd’hui comme non conforme à la lettre des prescriptions ecclésiastiques » mais elle a été plébiscitée par Vladimir Soloviev qui soutenait que seuls les hiérarques russes ayant voulu la séparation, le peuple russe appartiendrait de fait à l’Église universelle et pourrait le manifester très simplement en « répudi[ant] manifestement les prétentions anticanoniques du Saint-Synode [et en] se soumett[ant] clairement à la juridiction et à l’autorité doctrinale infaillible du pape »154. Bousquet s’appuie alors sur une décision de la Sacrée Pénitencerie de 1910, reprise par Michel d’Herbigny155, et conclut que la méthode d’adhésion personnelle et le secret de la conversion ne sont pas autorisés « officiellement » mais peuvent être acceptés au cas par cas, notamment pour les « âmes d’élite »156.

Les contacts au quotidien : les ajustements autour de la communication in sacris

  • 157  R. Naz, Communication in sacris, dans DDC, t. III, col. 1091-1095. Des documents datés de 1418 à 1 (...)
  • 158  Lettre de Der Abraamian, Tiflis, 30.12.1910, dans ACDF, SO, DV 313/11, 1911, n°16.
  • 159  H. Wolf (éd.), Prosopographie von römischer Inquisition und Indexkongregation 1814-1917, Paderborn (...)
  • 160  Voto de Fleming, 30 mars 1911, dans ACDF, SO, DV 313/11, 1911, n°16. Ponenza. Cet avis est suivi p (...)
  • 161  Lettre de Der Abraamian, Tiflis, 30.12.1910, dans ibid., Ponenza et voto de Fleming, 27 mai 1911, (...)

36Au-delà cependant des cas exceptionnels des conversions, les relations quotidiennes entre catholiques et orthodoxes en terre russe posent des questions concrètes aux autorités romaines. La législation sur la communication in sacris (aussi appelée communication in divinis) – qui désigne la participation d’un catholique à un culte non-catholique (communication positive) mais aussi, inversement, la participation d’un non-catholique à un culte catholique (communication négative) – témoigne ainsi d’une réelle souplesse. Par exemple, si un catholique doit assister pour des convenances sociales (et non pour honorer Dieu) à un office orthodoxe, les règles sont flexibles157. C’est ainsi qu’en 1910, lorsque l’administrateur apostolique de Tiflis, Mgr Der Abrahamian, demande s’il peut à titre personnel et exceptionnellement assister à certains offices schismatiques (notamment des funérailles)158, la réponse du consulteur David Fleming, un franciscain d’origine irlandaise et ancien membre de la commission sur les ordinations anglicanes159, est positive à condition d’éviter tout scandale160. Autre exemple, concernant cette fois la communication négative : même si l’assistance au culte catholique est généralement considérée comme un bienfait pour les schismatiques, le consulteur du Saint-Office déconseille à Mgr Der Abrahamian d’admettre des chanteurs schismatiques dans le chœur de l’église de Tiflis161.

  • 162  ACDF, SO, RV 190/13, 1915, n°10, f. 1-3 : Ponenza – Suprema S. Congregatio S. Officii (mense Ianua (...)
  • 163 Ibid., ponenza, p. 5, latin.
  • 164 Ibid., f. 37. Voir aussi Russia 3. S. Nicolò di Bari ed un incidente « liturgico », dans Roma e l’ (...)

37Ce pragmatisme explique que la distance à l’égard des orthodoxes soit plus ou moins marquée en fonction du contexte, selon un gradient inversement proportionnel à la proximité du centre romain. C’est ce que montre l’affaire de Bari qui concerne des orthodoxes russes sur le territoire italien. En mai 1913, la Congrégation Consistoriale remet au Saint-Office des lettres du prieur de la basilique (catholique) de Saint-Nicolas de Bari relatant la fondation dans cette ville du sud de l’Italie – aux frais du gouvernement russe – d’une église russe et d’un hospice pour pèlerins. Sachant qu’un prêtre orthodoxe venait déjà dans la basilique pour prier sur la tombe du saint, l’ouverture de l’hospice fait craindre la multiplication de ces cérémonies qui pourraient donner lieu à des heurts inter-confessionnels. Le consulteur Giuseppe Latini est chargé de l’étude de ce cas. Son voto du 7 janvier 1915 établit qu’il ne s’agit pas d’un accès personnel ou privé à la basilique catholique mais d’un accès « de type officiel ou presque » réalisé par « un ministre schismatique », « vêtu d’ornements sacrés », qui « prie et accomplit d’autres actes du culte dans sa propre langue et dans son propre rite ». Cet accès à la basilique constitue « une forte et continuelle incitation à l’indifférentisme religieux », avec un danger particulier pour « les âmes simples et ignorantes » : celui « d’adhésion interne et donc de communication in divinis in reproba doctrina ». Finalement, alors que la « tolérance » est généralement recommandée dans le partage d’un même lieu de culte avec des hérétiques, notamment dans les pays non-catholiques, ce ne sera pas le cas à Bari, « pays entièrement catholique »162. La situation des cultes en Russie fonctionne comme un facteur aggravant : ces cérémonies sont, en effet, le fait de « sujets […] d’un gouvernement qui non seulement ne permettrait rien de semblable dans ses églises de la part de ses propres sujets catholiques, mais tolère à peine que ceux-ci accomplissent dans leurs temples les actes de leur propre culte ». Le consulteur conclut donc que « l’accès des pèlerins schismatiques à la Basilique de Saint-Nicolas dans la ville de Bari dans la forme et les circonstances exposées est absolument interdit »163. Cette position est suivie par les autres consulteurs (1er février 1915), les cardinaux (24 février) et le pape (25 février)164.

  • 165  Pie X à Szeptyckyj, Rome, 17.02.1908. Congregatio pro Ecclesia orientali, Verbali delle conferenze (...)
  • 166  Sur Fëdorov, voir p. 242-243.
  • 167  Mme Fëdorov à son fils, 05.09.1908, dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féod (...)
  • 168Календарь [Calendrier], dans Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16.
  • 169  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 13, italien.
  • 170  Szeptyckyj à Merry del Val, Léopol, 10.01.1914 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. (...)

38Inversement, dans un contexte éminemment missionnaire, à savoir les petits groupes de convertis de rite gréco-russe, l’application de la législation sur la communication in divinis est très souple. Mgr Szeptyckyj reçoit ainsi en 1908 la faculté de dispenser les fidèles de la non-communication in divinis « chaque fois qu’ils le jugent être opportun en conscience »165 ! On connaît au moins un cas de dispense donnée dans ce cadre. La mère de Léonide Fëdorov166, passée en 1908 au catholicisme, ayant avoué sa difficulté à s’abstenir des offices orthodoxes, est ainsi autorisée par Mgr Szeptyckyj à participer à ces offices167. C’est pourtant a priori dans ce cadre lointain et missionnaire, où les catholiques sont minoritaires et souvent convertis, que résident – pour le Saint-Siège – les risques majeurs sinon de communication in sacris, du moins de confusion entre les deux confessions. Une question attire plus particulièrement l’attention : le recours du groupe catholique de rite russe de Saint-Pétersbourg aux saints russes. Chaque numéro de la revue de ce groupe – Slovo Istiny – comprend un calendrier présentant des saints de l’Église orthodoxe et de l’Église catholique, des jours commémoratifs de la Maison impériale et de l’Église catholique (élection du Saint-Père) ou encore des fêtes latines (fête du Sacré-Cœur) alors que le groupe suit le rite oriental. Par exemple, dans le calendrier de janvier 1913, Slovo Istiny indique, au mercredi 2 janvier, deux saints : saint Sylvestre, pape de Rome, et saint Séraphin de Sarov (1759-1833), canonisé par le Saint-Synode en 1903168. Cette affaire inquiète le Saint-Siège qui s’interroge moins sur la présence de « saints orthodoxes » que sur la personnalité de certains d’entre eux car « quelques-uns [sont] bien connus pour avoir lutté contre Rome »169. Mgr Szeptyckyj, consulté sur cette question, juge les saints choisis par Slovo Istiny plutôt recommandables (en s’appuyant sur les travaux d’hagiographie slave du père Martinov) et insiste surtout pour que l’intervention de Rome soit faite avec souplesse, sans promulguer « un ordre formel ou un décret par lequel on défendrait aux Russes convertis d’honorer les saints russes »170.

39Les relations concrètes avec l’orthodoxie démontrent une cons­tante fermeté de la Curie romaine (sans discontinuité entre les pontificats) mais aussi un réel pragmatisme, qui combine objectifs missionnaires et considérations politiques avec une théologie elle-même non exempte d’ambiguïtés et parfois en décalage avec certaines pratiques.

La Russie, un apostolat intellectuel entre apologétique et irénisme

  • 171 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII/73), p. 130, italie (...)

Au XIXe siècle, le développement des relations culturelles et religieuses entre l’Occident et le monde russe s’accompagne, dans une période marquée par le développement de l’orientalisme et la constitution des sciences sociales, de recherches savantes sur cet espace. Dans un contexte de compétition intra-chrétienne, les savants catholiques semblent bien décidés à ne « pas se laisser prendre l’avantage par le protestantisme dans l’étude de l’Orient orthodoxe »171. Les chrétientés orientales font donc l’objet de recherches selon les critères de la science moderne, mais toujours dans une perspective religieuse de réunion des Églises séparées. L’histoire, les doctrines, les liturgies des Églises orientales sont sondées avec le souci d’y trouver à la fois des racines communes et des passerelles de rencontre pour le futur. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les papes soutiennent cet effort intellectuel de façon croissante.

Groupes et personnalités

40Représentant différentes tendances du catholicisme, originaires de différents pays, ces savants catholiques partagent un même amour de la Russie et, le plus souvent, une expérience concrète du pays et des hommes. Ils ont aussi en commun la conviction que leur effort intellectuel constitue une étape incontournable du rapprochement entre les Églises : certains voient dans leurs connaissances un réservoir pour une apologétique catholique plus pertinente face à l’orthodoxie russe, d’autres envisagent leurs recherches comme une découverte de l’altérité qu’il s’agit de respecter en tant que telle dans une démarche « irénique ».

Le leadership jésuite

  • 172  Ami de noviciat du père Schouvalov, le père Cesare Tondini de Quarenghi poursuit une œuvre à la fo (...)
  • 173  Cf. L. Pettinaroli, L’opera dei SS. Cirillo e Metodio in Francia : un’opera slava al di fuori del (...)
  • 174  P. Pierling, La Russie et le Saint-Siège. Études diplomatiques t. 1, 1896, p. I.
  • 175  S. M. Capilupi, La missione di François Marie Gaillard nella Russia ortodossa del primo ventennio (...)
  • 176Ibid., p. 131.
  • 177  Ce séjour est bien connu grâce au récit autobiographique qu’il en a donné : Ma mission en Russie ( (...)
  • 178  Voir n. 402 p. 214.
  • 179  Jan Urban (1874-1940) : jésuite depuis 1899, il travaille dès 1902 à la mission pour l’union en Po (...)
  • 180  Dom Antoine Staerk (1871-1937) : originaire du Wurtemberg, il devient alumnus dès l’âge de 14 ans (...)
  • 181  Cf. J. Bonnet, L’amour de Madeleine : chef-d’œuvre de l’éloquence française, découvert dans le man (...)
  • 182  Né vers 1590, ce jésuite polonais est martyrisé avec une grande violence par les cosaques en 1657 (...)

41Les convertis de l’orthodoxie du début du XIXe siècle, qui sont souvent des personnalités intellectuelles de premier plan au mode de vie cosmopolite, ont joué un rôle de « passeurs » de l’intérêt pour le monde slave. Ceci est vrai dans deux congrégations religieuses : les barnabites (avec l’impact de la conversion du père Schouvalov sur le père Tondini172) et les jésuites. Alors que la veine russe s’éteint chez les barnabites au début du XXe siècle, du moins au niveau intellectuel, il n’en va pas de même chez les jésuites. En effet, le groupe des « jésuites russes » installés en France (Jean Gagarin, Jean Martinov et Eugène Balabine), d’emblée affecté à un apostolat intellectuel, produit une œuvre collective solide et durable, entretenue par de dignes héritiers173. Dès 1855-1856, la Bibliothèque slave et la revue des Études sont fondées dans un contexte de fermeture de la Russie à l’action missionnaire. Par des travaux historiques (Pierling) ou encore des études d’hagiographie slave (Martinov), les jésuites « franco-russes » acquièrent une réelle expertise sur le monde russe et slave, à laquelle le Saint-Siège n’hésite pas à faire appel. Dans le domaine historique, l’œuvre monumentale de Pierling sur le Saint-Siège et la Russie, publiée de 1896 à 1912, embrasse la période qui conduit du concile de Florence au règne d’Alexandre Ier. L’objectif de cette étude est de remonter au-delà des grandes transformations de la fin du XVIIIe siècle pour mettre au jour « les traditions invétérées, les procédés antérieurs, les simples réminiscences » qui continuent à jouer à l’époque contemporaine174. Ces recherches sont principalement fondées sur les archives vaticanes et des sources publiées. Au tournant du XXe siècle, Pierling obtient un visa pour un séjour de recherche en Russie de deux mois, qui se révèle toutefois très décevant car personne, « bibliothécaire ou fonctionnaire », ne voulut le recevoir175. Son jeune confrère François-Marie Gaillard (1853-1927), dont l’œuvre est restée moins connue, sera plus chanceux dans ses recherches. Son profil est bien différent. Né en Dordogne en 1853, il entre en 1873 dans la Compagnie de Jésus et commence l’étude du russe en 1880 en autodidacte176. Après un séjour comme enseignant à Cracovie (1892-1893), il réside à partir de 1895 à Rome et travaille sur l’histoire de la Compagnie. À côté de recherches en Espagne (Simancas), le père général Luis Martín lui confie un travail sur l’histoire de la Compagnie en Russie, pour lequel il travaille en collaboration avec Pierling. Par le biais de la Légation de Russie près le Saint-Siège et avec l’aide de Sazonov, le jésuite français obtient un visa de six mois177. Arrivé le 24 juin 1909 à Saint-Pétersbourg, Gaillard restera finalement en Russie jusqu’en septembre 1911. Sur place, il se lie d’amitié avec le dominicain français Amoudru178 et le jésuite polonais Jan Urban179. Il travaille sur des manuscrits venus de l’ancien collège jésuite de Polock conservés à la Bibliothèque impériale de Saint-Péterbourg, où il retrouve deux confrères catholiques : le père bénédictin Antoine Staerk, d’origine allemande mais de la congrégation de Solesmes180 et l’abbé Joseph Bonnet (1859-1912), prêtre du diocèse d’Auch, spécialiste de Bossuet181. Il travaille également aux archives du ministère des Affaires étrangères (à Saint-Pétersbourg et dans la section ancienne conservée alors à Moscou) et du ministère de l’Instruction publique, ainsi qu’à la Bibliothèque de l’Université de Saint-Pétersbourg où il trouve une collection sur le jésuite André Bobola182.

Des assomptionnistes omniprésents

  • 183  B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie… cit. Voir également plus bas p. 215-219.
  • 184  Il avait publié dès 1901 un article dans la revue de cette société : J.-B. Thibaut, Étude de musiq (...)
  • 185  Staerk mentionne les travaux de J. Thibaut sur la notation ekphonétique, qui est également présent (...)
  • 186  J.-B. Thibaut, Monuments de la notation ekphonétique et hagiopolite de l’Église grecque : exposé d (...)

42À ces savants jésuites d’expression française s’ajoute (et s’oppose parfois) le petit groupe des assomptionnistes arrivés en Russie après 1903183. Si la présence des assomptionnistes en Russie s’explique par un projet de nature apostolique (soutien des communautés francophones et promotion du rite oriental), certains frères sont également d’importantes figures intellectuelles. C’est le cas notamment du père Joannès Thibaut, spécialiste de musique byzantine. Cet érudit est membre de la Société archéologique russe de Constantinople184 et obtient facilement un permis de séjour pour Saint-Pétersbourg, où il se lie d’amitié avec le père Staerk185. Ses travaux reçoivent le soutien financier de personnalités russes et occidentales et il semble bien intégré dans les cercles russes (le 24 février 1912 il fait une conférence au Conservatoire impérial de Saint-Pétersbourg). Les résultats de ses travaux sont publiés en Russie en 1913186, ce qui ne l’empêche pas de rencontrer des problèmes administratifs, qui l’obligent à quitter le pays en septembre de cette année.

  • 187Revue des études slaves, 1926 (6), p. 322-323.
  • 188  Son intérêt pour la Russie semblerait dériver de sa vocation missionnaire. Il écrit ainsi au supér (...)
  • 189  Palmieri au p. Picard, Constantinople, 10.01.1897, cité par S. Mercanzin, Aurelio Palmieri… cit., (...)
  • 190  A. Palmieri, Tra i polemisti russi, dans Bessarione, 1898 (3-29/30), p. 355-380. Cet article menti (...)
  • 191 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII/73), p. 129-132.
  • 192Un pèlerin de la science en Russie, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 49-51.
  • 193Cerkovnyâ Vědomosti, fasc. 45, 06.11.1904, p. 1827-1830 : on en a la traduction italienne dans un (...)
  • 194  Nous avons peu d’informations sur le père Jean Joseph Schumpp qui fut chapelain de l’ambassade d’A (...)
  • 195  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 896, fasc. 290, f. 23-24 : lettre du p. Schumpp, Saint-Pétersbourg, 0 (...)
  • 196 Ibid., f. 30-31 : anonyme [Skirmunt], « Osservazioni sopra l’articolo del P. Palmieri », Rome, 06. (...)
  • 197  A. Palmieri, La Chiesa russa : le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale, Florence, (...)
  • 198  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 06/19.12.1908, français.
  • 199  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., notamment p. 722 et 734.
  • 200  M. d’Herbigny, Sur « l’orthodoxie » orientale – À propos de trois livres récents, dans Études, 05. (...)
  • 201  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, n. 1 p. 32.
  • 202  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (Ecclesiae Graeco-Russicae) ad lumen catholicae doctrin (...)
  • 203  M. d’Herbigny, La théologie des Églises « orthodoxes ». Exposé critique par un théologien catholiq (...)
  • 204Ibid., p. 518.
  • 205  Voir infra,. p. 516.

43Le père Aurelio Palmieri (1870-1926) relève également de la matrice assomptionniste même si son parcours, plus haché, en fait un personnage atypique. Considéré à sa mort par le slaviste français André Mazon comme le « doyen » des « études slaves en Italie » et l’un des meilleurs connaisseurs de « l’Église russe […] hors du monde orthodoxe »187, il est probablement le plus grand spécialiste catholique de la Russie de son époque. Né à Savone, il entre chez les assomptionnistes en 1891 et se prépare à la mission en Orient188. Il est ordonné prêtre à Phanaraki (Empire ottoman) en 1895 et son intérêt pour la Russie est attesté dès 1897189. Dès 1898, il témoigne d’une connaissance de première main des ouvrages théologiques russes les plus récents, en particulier ceux qui traitent des questions controversées entre catholicisme et orthodoxie190. En 1903, le périodique orthodoxe Věra i cerkov’ (duhovnyj bogoslovsko-apologetičeskij žurnal’) [Foi et église (revue théologico-apologétique)] loue la qualité de ses comptes rendus sur la littérature orthodoxe191. En 1903, après avoir quitté les assomptionnistes, il rejoint les ermites de Saint-Augustin (Agostiniani). En 1904, sa renommée intellectuelle est telle qu’il est chargé par la Bibliothèque vaticane d’une « mission » en Russie consistant à « obtenir par voie d’échange le plus grand nombre possible des collections, publications, livres et brochures susceptibles d’entrer dans la section russe de la Bibliothèque apostolique »192. Ce voyage suscite des remous. Pendant son séjour, en effet, Palmieri publie, dans le journal officiel du Saint-Synode Cerkovnyâ Vědomosti [Bulletin ecclésiastique] une lettre en russe intitulée « Un théologien romain sur la Russie », où il critique les catholiques de Kiev (qui l’auraient mal reçu) et fait l’éloge du système d’enseignement russe de la théologie193. Plusieurs plaintes sont adressées à Rome. Le fait que Palmieri ait « une mission officielle du Vatican » conduit le dominicain autrichien Schumpp194 à soumettre au secrétaire d’État « quelques passages saillants de cette lettre » notamment pour critiquer « ce langage d’adulation dégoûtante », selon lequel « nous devons être prévenants et respectueux envers ce peuple » : il demande même ironiquement « pourquoi ne pas adopter aussi sa religion ? »195. Mgr Skirmunt critique l’usage par un prêtre catholique du périodique officiel du Saint-Synode russe qui est le « centre de l’action religieuse et politique de la Russie contre le catholicisme »196. Cependant les polémiques autour du « cas Palmieri » ne s’arrêtent pas là. En effet, en 1908, Palmieri publie son ouvrage La Chiesa russa : le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale, véritable synthèse sur le mouvement de réforme de l’Église russe depuis 1905, fondée sur des sources russes, en particulier le dépouillement systématique des revues ecclésiastiques197. Comme le signale le dominicain Libercier à son correspondant romain : « on en parle beaucoup ici, et le dernier chapitre surtout a fait bondir les Polonais »198. En effet, dans le chapitre 9 sur « l’avenir de l’Église russe quant à ses relations avec le catholicisme », Palmieri renvoie dos à dos « l’inertie apostolique du clergé polonais » et « l’impuissance apostolique des Ruthènes uniates »199 ! Cet ouvrage reçut, en revanche, un très bon accueil dans les milieux catholiques occidentaux, comme le montre le compte rendu qu’en fait le jeune Michel d’Herbigny200. L’ouvrage devient une référence, y compris dans les milieux vaticans : le rapporteur de la session de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 15 juillet 1909 l’utilise ainsi au sujet des vieux-croyants de Bielokrinitsa201. Après ce travail sur l’actualité de l’Église russe, Palmieri s’engage dans une voie ardue : la systématisation en latin de la théologie dogmatique orthodoxe202. À l’âge de la relance du thomisme, ce travail de fond répond, selon Michel d’Herbigny, au désir de Léon XIII de disposer d’une « véritable « somme de théologie » précis[ant] les positions dogmatiques des Églises orientales et perm[ettant] de les juger à la lumière de la vérité catholique »203. Le jésuite français exprime ici encore son admiration pour Palmieri, qui apparaît comme une figure d’intellectuel qui « aura certainement bien mérité de l’Église » en ayant « bien servi la cause de l’union et la science »204. Cependant, à partir de 1912, la vie de Palmieri change d’orientation. Marié en août 1912, il part aux États-Unis en 1913 (il obtient même la nationalité américaine), a deux enfants, avant de rompre en 1916 et de faire annuler son mariage par le tribunal ecclésiastique de Trieste en 1922205. De retour en Italie, Palmieri devient responsable de la section slave de l’Istituto per l’Europa orientale fondé à Rome en 1921.

  • 206  Cf. M. Gordillo, In memoriam. Il Rev.mo Padre Martino Jugie A.A. (3 maggio 1878-29 novembre 1954), (...)
  • 207  J. Bois, L’Église catholique sous Catherine II. La création d’un évêché de Blanche-Russie et le ma (...)
  • 208  Document cité par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 117-118 (probablement du 02/15.06.1912, dans (...)

44Au-delà cependant de la personnalité atypique d’Aurelio Palmieri, les assomptionnistes comptent des théologiens qui se spécialisent dans les questions orientales comme le père Martin Jugie206 et, d’une façon générale, les pères envoyés en Russie au début du XXe siècle, partagent tous des préoccupations intellectuelles. C’est le cas du père Jean Bois qui effectue des recherches aux archives pétersbourgeoises sur les catholiques à l’époque de Catherine II publiées dans la Revue d’histoire ecclésiastique207, ou encore du père Neveu qui constitue progressivement une « vaste bibliothèque russe » dans le but avoué que « l’Assomption ait un jour sa Revue slave », « une revue du genre de Jérusalem, de Rome et même des Échos d’Orient »208.

Les « portaliens »

  • 209  L’adjectif est forgé sur le nom de Fernand Portal (1855-1926), lazariste, qui joua un rôle importa (...)
  • 210  Anatole Leroy-Beaulieu (1842-1912) : historien et penseur original, il est professeur à l’École li (...)
  • 211  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit.
  • 212  M. Raeff, dans A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit., p. XXV.
  • 213  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 240.

45Enfin, en ce début de XXe siècle, un troisième pôle intellectuel peut être identifié : celui des portaliens209, qui se situe dans la filiation intellectuelle revendiquée d’Anatole Leroy-Beaulieu210. Dès 1872, ce jeune connaisseur de la langue russe se voit proposer par le directeur de la Revue des Deux Mondes des correspondances de Russie. Après quinze ans de recherches, il publie L’empire des tsars et les Russes. Les deux premiers volumes sont publiés en 1881 et 1882 et le troisième, entièrement consacré à la religion, en 1889211. Laïc, Leroy-Beaulieu n’hésite pas à se présenter comme un « catholique fervent et pratiquant »212, dont l’engagement libéral se conjugue aux convictions religieuses pour orienter les curiosités intellectuelles. Leroy-Beaulieu s’imposa d’ailleurs « comme le principal conseiller « russe » du Cherche-Midi », c’est-à-dire du groupe des portaliens, qui compta plusieurs clercs et laïcs spécialisés sur la Russie213.

  • 214  Voir le chapitre VIII, intitulé « L’abbé Morel et la Russie », dans J. Calvet, L’abbé Gustave More (...)
  • 215  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 196-197.
  • 216 Ibid., p. 153.
  • 217 Ibid., p. 212.
  • 218 Ibid., p. 213, 220, 226.
  • 219 Ibid., p. 233-234.
  • 220 Ibid., p. 234.
  • 221 Ibid., p. 235.
  • 222Ibid., p. 299.
  • 223  G. Morel, La question religieuse en Russie, dans L’Univers, 12.03.1905, 27.03.1905, 04.04.1905, 17 (...)
  • 224  L’avant-dernier numéro de 1905 de la Revue catholique des Églises est presque entièrement consacré (...)
  • 225  J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, dans Revue catholique des Églises, 1 (...)
  • 226  J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, Deuxième lettre, dans Revue catholiq (...)
  • 227  J. Wilbois, L’avenir de l’Église russe : essai sur la crise sociale et religieuse en Russie, Paris (...)

46Le premier à s’engager résolument en ce sens est l’abbé Gustave Morel214. Né en 1872 dans les Vosges, ordonné prêtre en 1895 (diocèse de Saint-Dié), il est envoyé à Paris afin de poursuivre des études. Il étudie à l’Institut catholique de Paris, loge au séminaire de Portal rue du Cherche-Midi et voyage en Allemagne, en Angleterre (où il rencontre notamment « M. Birkbeck qui l’étonna et piqua sa curiosité par ses renseignements sur l’Église russe »215), en Autriche et à Rome, où il rencontre en 1900 don Murri et le père Genocchi qui lui ouvrit « sa riche bibliothèque scripturaire »216. Ce parcours intellectuel européen fait naître en lui « une idée nouvelle […] l’idée d’union des Églises »217. À la rentrée universitaire de 1902, il est nommé maître de conférences à l’Institut catholique de Paris et enseigne la patrologie218. En 1903, 1904 et 1905, il poursuit ses pérégrinations européennes en effectuant trois voyages en Russie, d’une durée de deux à trois mois à chaque fois. Son premier séjour de 1903 ne lui permet qu’une première acclimatation à la langue et aux habitudes russes car, comme il l’écrit lui-même : « du clergé, je n’ai pu voir personne. Des couvents, je n’ai vu que les églises, les cimetières et les tours crénelées. Des offices je ne connais non plus que l’aspect extérieur »219. Le second voyage en 1904 est conçu comme un stage de langue intensif pour lequel le jeune prêtre s’isole « chez des Russes qui ne parlaient que le russe »220. Puis, grâce à ses contacts anglicans (M. Birkbeck l’accrédite auprès d’un « haut personnage de l’Empire »), il rencontre de nombreuses personnalités laïques et ecclésiastiques. À son retour, il s’estime « plus satisfait encore que l’an dernier » même s’il n’a « pas pu pénétrer bien profondément dans l’âme de la Russie »221. Le voyage de 1905 est l’occasion de nouvelles rencontres et donne « les résultats que l’on pouvait raisonnablement espérer » mais « il n’a pas donné ceux que nous rêvons »222. Il diffuse dans L’Univers ses impressions sur la situation religieuse russe223. Mais surtout, ce voyage s’achève tragiquement par la mort accidentelle de Gustave Morel, alors âgé de 33 ans, dans un lac de Russie en août 1905224. Après cette disparition, Joseph Wilbois reprend momentanément le traitement des questions russes au sein du groupe portalien. Ce normalien, né de mère russe, influencé par l’approche leplaysienne, apparaît d’emblée comme un slavophile convaincu. En politique comme en religion, il s’agit de ne pas favoriser a priori l’implantation d’institutions occidentales mais de « chercher le point de vue russe »225. Durant l’hiver 1906-1907, il donne une série de chroniques de son séjour en Russie à la Revue catholique des Églises226, qui préparent la publication de son ouvrage sur « l’avenir de l’Église russe », publié en 1907 et aussitôt traduit en anglais227.

  • 228  Arch. Istina, boîte Gratieux : Antoine d’Halluin au p. Dupuy, s. d., français, annexe p. 2 : « Cur (...)
  • 229  Par exemple : A. Gratieux, L’Église russe. La situation présente, dans L’Univers, 16.12.1908, p. 1 (...)
  • 230  A. Gratieux, Correspondance – Lettres de Russie, dans Revue catholique des Églises, 11.1908 (V-9), (...)
  • 231  Il publie d’ailleurs assez rapidement ses premiers résultats : A. Gratieux, A. S. Khomiakof, d’apr (...)
  • 232  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 372.

47Ce sont finalement deux prêtres, réunis en une sorte de binôme, qui prennent la relève. En 1906, Portal demanda à Albert Gratieux (1874-1951) de se consacrer aux études russes228. Né en 1874 dans le département de la Marne, ordonné en 1897, professeur au petit séminaire à partir de 1899, il fait la rencontre de Portal et se lance alors dans l’étude du russe, en passant plusieurs mois par an en Russie pour les vacances de 1907 à 1910 et en suivant les cours de Paul Boyer à l’École des langues orientales en 1910. Dès cette période, Gratieux offre à L’Univers durant l’hiver 1908-1909 une série de chroniques sur « l’Église russe »229. Il s’intéresse notamment à la communauté de Népluyev230 et reprend l’étude entreprise par Morel sur Khomiakov231. Dans le contexte de la vigilance antimoderniste, son évêque (Mgr Sévin) l’empêche de continuer sur cette voie : Gratieux doit refuser le poste de vicaire de Saint-Louis-des Français de Moscou, la chaire de langue et littérature russe que lui propose l’Institut catholique de Paris et même ses études aux Langues orientales. Il est alors envoyé en 1911 dans des paroisses rurales232.

  • 233  Sur Quénet, voir notamment M. Levé, L’Abbé Charles Quénet, 1883-1946, oraison funèbre lue le 26 ja (...)
  • 234  Nous suivons ici R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 372-374.
  • 235  Il lui faudra toutefois quatre jours d’efforts et un certificat envoyé en urgence par Paul Boyer p (...)
  • 236  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 374 et 389. En 1916, il est envoyé en Russie au service de l’ (...)
  • 237  Il publie d’ailleurs à son retour de Russie un article dans la Revue du clergé français : Ch. Quén (...)

48Cependant, alors que Gratieux reprend le travail de Morel sur Khomiakov et les slavophiles, un autre prêtre français, Charles Quénet (1883-1946)233, commence à travailler sur l’occidentaliste Tchaadaev234. Né dans la Somme en 1883 et ordonné à Amiens en 1907, Quénet enseigne à l’école Saint-Martin en 1907 puis poursuit ses études à Paris à partir de 1909 à la Sorbonne, l’Institut catholique mais aussi aux Langues orientales et aux Hautes Études. Dès leur rencontre en 1909, Portal propose à Quénet une bourse de voyage pour la Russie avec la mission d’aider le père Evrard (a.a.) à Kiev. Arrivé à Kiev en mai 1909, il apprend le russe sur place et s’inscrit à l’Université235. Il est rejoint en 1911 par un laïc du groupe portalien : Pierre Pascal (1890-1983), normalien qui commence un mémoire sur « Joseph de Maistre et la Russie »236. Cependant, alors qu’on propose à Charles Quénet la charge de vicaire de Saint-Louis des Français, son évêque le rappelle à Amiens et lui interdit tout séjour à Paris où il aurait souhaité suivre les cours des Langues Orientales237.

  • 238  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 392.
  • 239  M. Levé, L’Abbé Charles Quénet… cit., p. 10.
  • 240  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 396-399.
  • 241  Cf.infra, p. 488.
  • 242  C. Quénet, Tchaadaev et les Lettres philosophiques, contribution à l’étude du mouvement des idées (...)
  • 243  A. Gratieux, A. S. Khomiakov et le mouvement slavophile. I. Les hommes, II. Les doctrines, Paris, (...)

49Au début des années 1910, le groupe portalien est donc paralysé par les contrecoups de la crise moderniste et par la faiblesse structurelle de ce groupe constitué de prêtres diocésains. Dans le contexte de la Première Guerre mondiale, cet inconvénient devient cependant un atout. Grâce à l’intervention de Portal, Gratieux, mobilisé depuis 1914, est embauché par le Ministère des Affaires étrangères en 1917 en tant que spécialiste de la Russie238. Quénet, aumônier militaire dès 1914 et prisonnier de guerre de juillet 1916 à novembre 1917239, sera envoyé, avec Gratieux, en Sibérie pour une mission au service du Ministère de la Guerre240. Après la Guerre, les deux prêtres poursuivront leurs vocations « russes » à des degrés divers. Alors que Gratieux reprend son parcours de prêtre diocésain (il sera notamment aumônier de l’Armée du Rhin en 1923 puis des Asiles départementaux à partir de 1930), Quénet, après son retour dans le diocèse d’Amiens de 1919 à 1922, sera rapidement chargé de la pastorale auprès des émigrés russes à Paris241. Sur le terrain intellectuel, Quénet achève sa thèse sur Tchaadaev au début des années 1930242 et Gratieux soutient sa thèse sur Khomiakov en 1939243.

Structuration d’un milieu : une « studieuse émulation »244

  • 244  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 39.

50Cependant, au-delà de ces trois groupes, constitués de personnalités intellectuelles marquantes, il semble possible de parler à la veille de la Grande Guerre d’un véritable milieu catholique russisant qui se structure progressivement autour de trois « lieux » du paysage intellectuel de l’époque : les bibliothèques, les revues et les congrès.

Les bibliothèques : de précieux outils de travail

  • 245Catalogus librorum bibliothecae Cyrillo-Methodianae, dans Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, (...)
  • 246  Cf. supra, p. 182.
  • 247 Cose romane. Le edizioni russe alla biblioteca vaticana, dans CC, 07.02.1905 (56-I-1312), p. 479-4 (...)

51Dès la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs institutions catholiques investissent pour disposer de bons cadres de recherche intellectuelle sur l’Orient slave. Le principal centre est alors la « Bibliothèque slave » des jésuites de Paris fondée en 1855 et placée en 1901 à Bruxelles chez les bollandistes pour échapper aux « spoliations » liées à la législation anti-congréganiste. Le souci de collecter des ressources se manifeste également à Velehrad avec la création d’une bibliothèque « cyrillo-méthodienne », que chaque savant est invité à doter de ses œuvres245. Rome n’est pas en reste dans cette offensive bibliophilique : comme on l’a vu, en 1904, la bibliothèque vaticane confie à Aurelio Palmieri une mission en Russie246. Le savant italien en détaille la moisson dans La Civiltà cattolica : de nombreuses sociétés scientifiques (Académie des sciences) ou ecclésiastiques (Société impériale de Palestine, Académie ecclésiastique de Moscou qui offre la collection du Bogoslovskij Věstnik’’ [Messager théologique]) acceptent d’envoyer leurs collections. Ces nouvelles acquisitions de grande qualité donnent à la Bibliothèque vaticane « un nouveau prestige, peut-être unique, parmi les bibliothèques en dehors de la Russie »247.

Les revues : supports de la circulation des idées

  • 248  Cf. J. Julliard, Le monde des revues au début du siècle, dans Cahiers Georges Sorel. Spécial « Les (...)
  • 249  O. Poncet, Les revues orientalistes à Rome sous Léon XIII. L’exemple du Bessarione (1896-1903), da (...)
  • 250  Sur les 119 articles concernant la Russie de 1897 à 1982, 114 sont antérieurs à 1940 ! Calcul effe (...)
  • 251  Malgré sa courte existence, la Revue catholique des Églises a publié 31 articles de fond sur l’ort (...)

52Si les revues jouent au début du XXe siècle un rôle clé dans l’histoire intellectuelle248, ce constat est également valable pour les revues catholiques. En plein « âge d’or des revues savantes ecclésiastiques », les revues orientalistes catholiques constituent un « paysage éditorial en plein essor »249. En plus de la revue italienne pionnière Bessarione, on peut retenir les Échos d’orient qui s’intéressent beaucoup à la Russie durant la première moitié du XXe siècle250, la Revue catholique des Églises ouverte sur les différentes confessions chrétiennes251, la revue slave d’expression latine Slavorum litterae theologicae qui prend le nom d’Acta Academiae Velehradensis en 1911, et enfin Roma e l’Oriente. Ces revues peuvent être regroupées selon deux générations : les revues pionnières créées à la fin des années 1890 dans la mouvance orientale du pontificat de Léon XIII (Bessarione et Échos d’Orient) et, d’autre part, les revues créées dans les années 1905-1910 qui représentent une diversification du mouvement unioniste vers d’autres espaces (Europe centrale – Slavorum litterae theologicae) ou avec des perspectives plus audacieuses sur les relations interconfessionnelles, prévoyant notamment la participation des orthodoxes (Revue catholique des Églises, Roma e l’Oriente).

  • 252  V. de P. Bailly, À nos lecteurs, dans Échos d’orient, 1897 (I-1), p. 2.
  • 253 Il nostro programma, dans Bessarione, 05.1896 (1), p. 2-3.
  • 254  Bref du 9 août 1904 cité par O. Poncet, Les revues orientalistes…cit., p. 381.
  • 255  Vers 1910, le Bessarione aurait reçu une aide de Pie X : É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 5 (...)
  • 256  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90) p. (...)

53Au sein de la première génération, la référence aux textes pontificaux est obsédante. Dans les Échos d’orient, la référence à Léon XIII est personnalisée car c’est la « mission spéciale » confiée par le Saint-Siège aux « religieux de l’Assomption, rédacteurs ordinaires des Échos » qui est mise en avant : « travailler à l’union des Églises par le respect et le maintien des anciens rites »252. Le Bessarione affirme sa volonté d’avancer « suivant en tout les idées et les intentions du très sage pontife Léon XIII, qui s’expriment dans ses encycliques », Praeclara et Orientalium dignitas définissant la « ligne de conduite » de la revue253. On peut même considérer, avec O. Poncet, que cette revue fonctionne comme une « publication officieuse du Vatican » sous Léon XIII et continue, sous Pie X, de bénéficier de l’appui tant formel254 que financier255 du pape, en s’appuyant sur la figure centrale de Niccolò Marini (1843-1923) prêtre depuis 1866 et au service de la Curie depuis 1878, directeur de la revue dès 1896, qui voyagea beaucoup au Proche-Orient et tenta même un voyage en Russie en 1912256. À l’inverse, les revues de seconde génération se distinguent surtout par leurs cautions institutionnelles et se présentent comme l’expression d’une communauté ou d’une institution : l’abbaye de rite oriental de Grottaferrata (Roma e l’oriente), le séminaire dirigé par Portal (Revue catholique des Églises), les congrès et le mouvement de Velehrad (Acta Academiae Velehradensis).

  • 257  V. de P. Bailly, À nos lecteurs, dans Échos d’Orient, 1897 (I-1), p. 2.
  • 258Revue catholique des Églises, 01.1904 (I-1), page de garde.
  • 259 Programma, dans Slavorum litterae theologicae, 1905, 1, p. 2, latin.

54Malgré leurs différences, ces revues entendent préparer l’union religieuse par l’étude, en alliant qualité scientifique et apostolat. Les Échos d’Orient expliquent que l’« apostolat spécial » qui a été confié aux assomptionnistes (l’union par le passage aux rites orientaux) « appelle des études spéciales, pleines d’intérêt, soit sur les rites eux-mêmes, soit sur les peuples et les pays qui en conservent la tradition »257. La Revue catholique des Églises « a pour but de donner des informations sur l’histoire, la doctrine, l’organisation et l’activité des diverses Églises chrétiennes »258. Slavorum litterae theologicae affirme sa confiance dans le fait que « l’étude honnête » permettra de « surmonter plus facilement les difficultés préparées par les hommes »259.

  • 260  O. Poncet, Les revues orientalistes… cit., p. 382.
  • 261  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 67.
  • 262 Il Bessarione e la stampa orthodossa, dans Bessarione, 07-08.1901 (VI-61), p. 121.
  • 263  Morel à Portal, 13.09.1904, cit. dans R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 238.
  • 264  R. Aubert, L’essor des revues d’érudition ecclésiastique au tournant des XIXe et XXe siècles, dans (...)
  • 265  A. Palmieri, La hiérarchie de l’Église russe en 1900, dans Échos d’Orient, 1900-1901 (IV), p. 231- (...)
  • 266  Tous les articles sur la Russie parus en 1900-1902 sont de la plume de Palmieri (L’ancienne et la (...)
  • 267  Par exemple : A. Palmieri, Tra i polemisti russi, dans Bessarione, 11-12.1898 (III/29-30), p. 355- (...)
  • 268  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (ecclesiae graeco-russicae) ad lumen catholicae doctrin (...)
  • 269  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 61.

55Quel fut l’impact de ces revues ? Ces revues érudites tirent bien sûr à un nombre limité d’exemplaires (300 pour le Bessarione, dont 100 abonnements payants260 ; 200 abonnés pour Roma e l’Oriente en 1910261), mais elles attirent l’attention des orthodoxes. En 1901, le Bessarione se félicite d’être cité dans la presse grecque et russe262. En 1904, Pobedonoscev, le haut-procureur du Saint-Synode, confie à l’abbé Morel que la Revue catholique des Églises n’était pas passée inaperçue de ses services263. Par ailleurs, leur qualité scientifique fait de ces revues un espace non négligeable de la culture scientifique européenne : les Échos d’Orient sont ainsi considérés « dès 1900 [comme] le premier périodique français dans le domaine du byzantinisme »264. Ces revues ne fonctionnent d’ailleurs pas en vase clos et on observe de nombreuses circulations entre elles. Certains auteurs publient dans les différentes revues, comme le prolifique Aurelio Palmieri que l’on rencontre, en tant que jeune assomptionniste, dans les Échos d’Orient265, mais aussi dans la Revue de l’Orient chrétien, spécialisée sur le Proche-Orient266. Il participe dès 1898 à la rédaction du Bessarione, dont il devient, entre 1905 et 1912, le principal chroniqueur sur les questions russes267. Dès 1905, il est responsable avec l’abbé slovène Franc Grivec (1878-1963) des bibliographies de la partie « Russica » pour le Slavorum Litterae Theologicae. Il donne aussi un article théologique dans Roma e l’Oriente en 1911268. Une certaine émulation intellectuelle se vérifie au sein de ces revues, notamment d’un même groupe linguistique : en Italie, le Bessarione s’améliore au début des années 1910, après la création de Roma e l’oriente269.

Les premiers congrès de Velehrad

  • 270  C’est le cas des Congrès scientifiques internationaux des catholiques, qui se tinrent de 1888 à 19 (...)
  • 271  Pour une perspective d’ensemble voir P. Esterka, Toward Union : the Congresses at Velehrad, dans J (...)
  • 272Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 122-126.
  • 273  R. Aubert, Les relations entre les églises occidentales et les églises orthodoxes slaves aux XIXe (...)
  • 274  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 13.
  • 275 Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 123.
  • 276 Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 1.
  • 277Ibid., p. 7.
  • 278Ibid., p. 1-12. Un résumé russe est donné sous forme translittérée p. 12.
  • 279 Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 124.
  • 280 Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 10-11, latin.
  • 281 Ibid.
  • 282  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 12.

56Enfin, les congrès scientifiques facilitent la constitution de ce milieu catholique slavisant. Le rôle des congrès internationaux dans la structuration des sciences humaines et sociales à la fin du XIXe siècle est bien connu et ce rôle fédérateur se vérifie également dans la formation des réseaux savants catholiques dès la fin des années 1880270. Dans le domaine plus spécifique des études slavisantes catholiques, il faut attendre 1907 pour voir les spécialistes se réunir à Velehrad271. Le village de Velehrad, en Moravie, ancien siège épiscopal de Méthode, constitue un lieu de pèlerinage pour les Slaves méridionaux dès le Moyen Âge, tenu d’abord par les cisterciens puis repris dans les années 1890 par les jésuites de la province autrichienne272. L’origine de ces congrès est discutée. Selon R. Aubert, ils auraient été créés par Mgr Szeptyckyj « inspiré semble-t-il par l’augustin italien Palmieri »273. Selon P. Esterka, l’initiative reviendrait au père Antonín Cyril Stojan, fondateur de l’Apostolat des saints Cyrille et Méthode, qui souhaitait créer une « Université cyrillo-méthodienne » et qui fut l’« organisateur pratique » des premiers congrès274. Le premier congrès de Velehrad a lieu du 25 au 27 juillet 1907 et rassemble « la fine-fleur des théologiens et des professeurs des différentes nationalités slavo-catholiques »275, soit 76 congressistes et plusieurs prélats : Mgr Szeptyckyj, Mgr Franziskus von Sales Bauer (archevêque d’Olmütz de 1904 à 1915) et Mgr Roberto Menini (frère capucin et vicaire apostolique de Sofia et Filippopoli de 1885 à 1916). Parmi les absents excusés au colloque sont signalés Mgr Louis Duchesne, les jésuites Pierling et Malvy, l’assomptionniste Jugie276. Le soutien du Saint-Siège se manifeste notamment par l’envoi d’un télégramme d’encouragement du cardinal Merry del Val277. La langue de communication est le latin. Six conférences sont présentées et, le 27 juillet, Mgr Szeptyckyj célèbre une liturgie pontificale de rite ruthène278. Le congrès associe les « doctes dissertations théologiques et historiques » à la « discussion des moyens pratiques pour attirer les Slaves dissidents dans l’orbite du catholicisme »279. Le congrès se clôt sur 28 « bonnes résolutions » fondatrices dont une partie nous est connue par les Acta de ce congrès. On prévoit, par exemple, de réunir les congrès de Velehrad tous les deux ans, de favoriser les contacts universitaires entre théologiens (art. 10), d’instituer un prix sur les questions ecclésiastiques orientales (art. 20), ainsi que des « chaires spéciales dans les universités occidentales » sur la question gréco-russe (art. 21) ou encore d’organiser une « bibliothèque cyrillo-méthodienne » fondée sur les dons des orientalistes catholiques (art. 25). Les « ordres intellectuels (docti ordines), notamment les jésuites et les bénédictins » sont plus particulièrement appelés à travailler sur les questions théologiques controversées (art. 24)280. Certaines résolutions indiquent que la question russe se profile derrière le congrès de Velehrad, comme celle qui prévoit de faire « traduire en russe les livres occidentaux qui préparent les âmes à une connaissance et estime mutuelles » (art. 8)281. Ce premier congrès fut accusé de « panslavisme » russophile par la presse autrichienne, si bien que le second congrès aurait été annulé sans les bons contacts de Stojan dans les ministères autrichiens282.

  • 283 Il secondo congresso cattolico dell’unione delle chiese, dans CC, 04.09.1909 (60-III-1421), p. 606 (...)
  • 284 Acta II. Conventus Velehradensis. Theologorum commercii studiorum inter occidentem et orientem cup (...)

57Cette situation explique qu’en 1909 Mgr Szeptyckyj insiste dans son discours sur le fait que le précédent congrès n’avait été ni un « meeting de missionnaires » ni une association « panslaviste ou panrussiste » mais un effort intellectuel international et religieux pour « dissiper les préjugés de la théologie orthodoxe à l’égard du catholicisme » dans une atmosphère de « charité fraternelle ». Ce second congrès de Velehrad, qui se tient du 31 juillet au 3 août 1909, réunit 200 congressistes sous la présidence de Mgr Bauer et de Mgr Szeptyckyj. La grande nouveauté de ce congrès est la présence d’un prêtre orthodoxe russe qui « pour la première fois intervint à un congrès catholique » : le chapelain de l’ambassade de Berlin, Alexej Maltzev, qui appelle à un « rapprochement entre l’Orient et l’Occident » pour barrer la route à l’« athéisme » et à l’« incrédulité »283. La réussite de ce deuxième congrès conduit à la création de la revue Acta Academiae Velehradensis. Cette volonté de pérenniser l’expérience des congrès et de fédérer les slavistes catholiques se traduit également de façon symbolique par les photographies des participants par groupes nationaux ou linguistiques284.

  • 285  A. Špaldák, L. Fedoroff, Relatio de III. Conventu Velehrandensis, dans Acta Academiae Velehradensi (...)
  • 286  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 20.
  • 287 Ibid., p. 21.
  • 288 Relatio de conventu, dans Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 12, russe.
  • 289  P. Esterka, Toward Union… cit. p. 21. Voir ainsi Н. Глубоковскiй, О сближенiи между православiемъ (...)

58Deux ans plus tard a lieu le troisième congrès de Velehrad (27-29 juillet 1911) qui réunit environ 200 participants285. En l’absence de Mgr Szeptyckyj, la présidence est accordée à Mgr Épiphane Šanov (1849-1940), vicaire apostolique de Macédoine de 1895 à 1922, de rite gréco-bulgare. Ce congrès s’achève sur plusieurs décisions : l’envoi des actes du congrès aux Églises orientales (notamment en russe à l’Église orthodoxe russe) mais aussi (dans la mouvance d’institutionnalisation de la prière pour l’union) la prescription d’une messe mensuelle à l’intention de l’union, les orthodoxes étant également invités à prier à cette intention286. La réunion du quatrième congrès, prévue pour 1913, est entravée par la situation politique qui empêche les participants de Serbie et de Bulgarie de se déplacer. Les 26 et 27 juillet 1913 se tient donc à Velehrad une simple rencontre informelle287. Prévu pour l’été 1914, « Velehrad IV » est annulé du fait de l’éclatement de la Guerre. On peut observer certaines évolutions quant aux contenus des conférences des trois premiers congrès. Tout d’abord, les thèmes des conférences, d’abord très centrés sur la question russe, se diversifient vers la théologie orientale et d’autres espaces slaves : quatre interventions sur six sont consacrées à des questions touchant totalement ou partiellement la Russie en 1907 contre deux sur neuf en 1911. En revanche, en 1911, plusieurs communications sont directement consacrées à des questions spécifiquement bulgares, slovènes ou croates. Par ailleurs, la participation orthodoxe s’accroît. Dans les « bonnes résolutions » du premier congrès, était formulé « le souhait de voir dans les prochains congrès des théologiens orthodoxes russes »288. Au deuxième congrès, Maltzev est présent et, au troisième congrès, il est accompagné d’un confrère de l’ambassade russe de Berlin, B. Goeken, qui présente une communication. Pour le quatrième congrès, une participation orthodoxe accrue était prévue, en effet, « la revue russe orthodoxe Cerkovnyj Vestnik, pressait vivement les théologiens orthodoxes d’assister au Congrès de Velehrad et de préparer des conférences à présenter au Congrès »289.

L’étude de la Russie : entre apologétique et irénisme

  • 290  Par exemple : C.-O. Carbonell, Une école catholique : l’historiographie providentialiste, ultramon (...)
  • 291  R. Aubert, L’essor des revues d’érudition ecclésiastique au tournant des XIXe et XXe siècles, dans (...)

59Tout au long du XIXe siècle, le mouvement intellectuel catholique, qui édifie des monuments d’érudition, poursuit également des objectifs apologétiques290. Dans le cas de l’orientalisme, il s’agit, selon R. Aubert, d’une part de « trouver de nouveaux monuments de la tradition au service de la théologie classique » et, d’autre part, de « servir la politique unioniste du Saint-Siège en montrant que les divisions entre Rome et le christianisme oriental [étaient] moins profondes qu’on ne le croyait »291. Les savants catholiques s’emploient tant à démontrer l’identité entre catholicisme et orthodoxie russe qu’à conserver une marge de manœuvre critique, dans un but apologétique plus ou moins ouvertement revendiqué. Dans cette dynamique délicate, la théologie, l’histoire religieuse, la patristique, l’étude de la liturgie constituent les champs principalement investis.

La recherche de sources de première main

  • 292  A. Palmieri, La hiérarchie de l’Église russe en 1900, dans Échos d’Orient, 1900-1901 (IV), p. 231- (...)
  • 293  A. P., Rivista delle riviste, sommario di riviste russe, dans Bessarione, 1904 (VI), p. IX-XVI et (...)
  • 294  A. Palmieri, La Chiesa russa : le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale, Florence, (...)
  • 295  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 329.

60L’effort pour recueillir des données fiables sur le monde russe est manifeste. Ce souci d’objectivité explique une certaine prédilection pour les statistiques (les Échos d’Orient présentent ainsi des études régulières et précises sur les structures de l’Église orthodoxe russe292) et surtout la recherche systématique de sources de première main. Les revues catholiques présentent ainsi une « revue des revues » orthodoxes, en détaillant à chaque fois l’institution d’appartenance et les principaux théologiens. En 1904, le Bessarione et la Revue catholique des Églises proposent des articles consacrés aux grandes revues classiques de théologie (comme Hristianskoe Čtenie de l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg), tout en portant attention au renouveau intellectuel et spirituel autour de la revue Noyj Put’ [Nouvelle Voie]293. Aurelio Palmieri, qui se spécialise dans de telles chroniques, fait de ce recours aux sources russes une véritable méthode : selon lui, « les Églises orthodoxes, il faut les étudier dans leur vie et dans leurs doctrines […] dans les écrits de leurs adhérents »294. L’utilisation de ces données originales constitue également une tactique argumentative : les faiblesses orthodoxes sont avouées par les orthodoxes sans que les catholiques aient besoin d’attaquer. C’est ainsi que l’on peut comprendre l’exclamation ironique d’un assomptionniste qui fait la chronique des révoltes dans les séminaires russes en utilisant la presse orthodoxe, notamment le Cerkovnyj Věstnik’’ : « voilà les faits dans toute leur brutalité, uniquement rapportés d’après les sources russes »295 !

  • 296  C’est ainsi qu’en 1904, la rédaction de la Revue catholique des Églises présente un article rédigé (...)
  • 297 Le impressioni di un pellegrino russo sulle funzioni della grande settimana nelle chiese di rito g (...)
  • 298  A. Staerk, Le P. Jean de Cronstadt, archiprêtre de l’église russe. I. Son ascétisme, sa morale Ma (...)

61Dans les textes théologiques, l’usage de sources orthodoxes suppose toujours une mise à distance. En effet, toutes les revues catholiques et les ouvrages des membres du clergé sont soumis à la censure ecclésiastique : l’intégration de textes d’auteurs non-catholiques ne peut donc se faire qu’à la condition que ces textes portent sur des aspects qui font l’objet d’un accord296 ou alors que ces textes soient philo-catholiques. L’insertion directe du texte d’un auteur orthodoxe dans une revue catholique est alors extrêmement rare. On en trouve toutefois un exemple dans Roma e l’Oriente en 1912 : il s’agit de la chronique d’un orthodoxe anonyme (l’article est signé « un pèlerin russe ») qui analyse les cerémonies pascales dans les différentes églises de rite oriental romaines297. Dans le domaine des monographies, la publication par le bénédictin dom Staerk du journal spirituel de Jean de Cronstadt manifeste bien le caractère délicat de l’édition d’un document religieux non-catholique. En donnant l’imprimatur le 3 janvier 1902, l’évêque de Bayonne (François-Antoine Jauffret) indique que « ce livre nous paraît intéressant à publier à titre de DOCUMENT, et sa lecture est de nature à être utile ». L’ouvrage est composé de deux parties : des extraits du journal puis une « analyse ». Dom Staerk prend le soin d’expliquer le « but » de cette publication mais, ce faisant, montre toute l’ambiguïté de sa démarche : l’auteur souhaite aplanir les divergences entre confessions en faisant connaître une spiritualité qui a de nombreuses « ressemblance[s] » avec la spiritualité catholique mais qui n’apporte rien « de nouveau » ou « de mieux », au contraire la supériorité de la spiritualité catholique est ici affirmée (« tout ce qu’on trouve de bon et d’édifiant dans l’ouvrage du Père Jean de Cronstadt a été dit et répété, depuis des siècles et en un langage où l’exactitude théologique ne le cède en rien aux élans de la piété »). Pour la faire accepter du public catholique, l’auteur en vient à proclamer le « catholicisme » de cette œuvre « orthodoxe » (la « doctrine ascétique et morale contenue dans le premier volume de son Journal spirituel (…) et publiée par nous, est parfaitement orthodoxe au point de vue de l’enseignement catholique »)298 ! Appréhender intellectuellement l’altérité n’a donc rien d’évident.

Si loin, si proche : étudier la religion vécue

  • 299  A. Staerk, Der Taufritus in der griechisch-russischen Kirche ; sein apostolischer Ursprung und sei (...)
  • 300  « M » [vraisemblablement Morel], Correspondance-Russie, dans Revue catholique des Églises, 12.1904 (...)
  • 301  G. Morel, L’icône de Kazan, dans Revue catholique des Églises, 12.1904 (I-10), p. 582-591.
  • 302 Roma e l’Oriente, 05-12.1913 (VI), p. 172-174. Il s’agit de Спутникъ русскaго православнaго богомо (...)
  • 303  P. de Meester (éd.), La divine liturgie de s. Jean Chrysostome, traduction française du p. Emmanue (...)
  • 304  M. de Saxe (éd.), Missa graeca quam ex lingua graeca in idioma latinum traduxit cum commentario pr (...)
  • 305 La S. Liturgia greca di s. Giovanni Crisostomo : versione con brevi cenni espositivi e note, Grott (...)
  • 306  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. XIII.
  • 307  J. Calvet, Mes souvenirs sur Monsieur Portal, conférence inédite citée par R. Ladous, Monsieur Por (...)
  • 308  Voir, par exemple, le récit du voyage réalisé en 1761 par l’abbé Jean Chappe d’Auteroche, dans C. (...)

62Si le maniement des sources russes n’est pas toujours facile, on retrouve ce souci de travailler à partir de sources originales dans les approches très descriptives des pratiques religieuses. Ces pratiques – notamment les pratiques sacramentelles – font ainsi l’objet d’études de fond299 mais occupent aussi des récits de voyages qui offrent l’occasion d’entrer de façon immédiate, par les rites et les symboles, dans le vif de la foi russe. À la suite d’A. Leroy-Beaulieu, qui n’hésitait pas à faire appel à des sources réunies par les folkloristes et à s’intéresser à la pratique des sacrements, l’abbé Morel observe et présente soigneusement les pratiques religieuses. Il décrit, par exemple, la fête de la Vierge de Smolensk, le 28 juillet, avec la procession Kremlin-Novodiévitchi-Kremlin ainsi que la liturgie célébrée au couvent de Novodiévitchi300. De même, le vol de l’icône de Notre-Dame de Kazan durant l’été 1904 est l’occasion de raconter l’histoire de cette image, afin de faire comprendre à la fois « la place que tiennent les images dans l’estime du peuple russe » et faire sentir « jusqu’à quel point les intérêts religieux et les intérêts nationaux ont été confondus dans la sainte Russie », cette icône ayant représenté le « rempart de la sainte Russie contre les Tartares musulmans » avant d’être un « signe de victoire dans la lutte de la Russie orthodoxe contre les Polonais catholiques »301. Inversement, la revue Roma e l’Oriente s’enthousiasme lors de la publication d’un « Guide du pèlerin russe » édité par l’église russe orthodoxe de Rome en 1912 car « faire connaître au peuple russe les sanctuaires de la capitale du monde chrétien est, même si on n’en avait pas l’intention, une façon d’aplanir les voies vers l’unité »302. Les récits de pratiques religieuses et de pèlerinages permettent donc la présentation de l’altérité russe mais au travers de pratiques similaires à celles du monde catholique. Cette recherche d’une parenté entre catholicisme et orthodoxie explique probablement les nombreux travaux d’édition en langues occidentales des textes de la liturgie orientale. En 1907, le bénédictin Placide de Meester propose une version française commentée de la Liturgie de saint Jean Chrysostome303, en 1908 Max de Saxe en donne une version latine304 et en 1912 l’abbaye de Grottaferrata en édite une brève version italienne305. Pour les savants catholiques, l’Orient n’est ainsi pas d’abord une figure d’altérité mais un monde proche malgré la séparation religieuse. Comme l’écrit Aurelio Palmieri « la science catholique ne peut se désintéresser des conditions religieuses de plus de cent millions d’orthodoxes, qui conservent intacte la partie la plus vitale et essentielle de la révélation chrétienne »306. Dans la même veine, l’abbé Morel répondait à qui lui demandait ce qu’il venait faire en Russie : « je suis venu m’édifier ; je sais que vous avez un sentiment religieux très profond, je viens me réchauffer près de vous »307. Du point de vue du clergé catholique occidental, on observe ici un glissement : alors qu’au XVIIIe siècle, les pratiques religieuses russes évoquaient le ritualisme, voire le fanatisme308, au début du XXe siècle, dans un monde en voie de sécularisation, cet attachement aux pratiques est au contraire valorisé comme un réservoir de spiritualité.

Aborder la théologie russe

63Cependant, l’intérêt catholique se porte également sur la religion pensée par les philosophes et les théologiens. L’étude de la théologie conduit à des échanges plus délicats, notamment avec les théologiens et philosophes qui s’intéressent au catholicisme et à la question de l’union des Églises.

  • 309Quelques mots, par un chrétien orthodoxe sur les communions occidentales, à l’occasion d’une broch (...)
  • 310  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit., notamment n. 1 p. 959, n. 1 p. 1002.
  • 311  En partant de l’exemple de la théologie de Khomiakov et des expressions d’Églises visible et invis (...)
  • 312  G. Morel, La Théologie de Khomiakov, dans Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 58-65.
  • 313  A. Gratieux, Mes impressions religieuses de Russie, Paris, 1911, p. 7-8.
  • 314Ibid., p. 23.

64Alexis Khomiakov (1804-1860), théologien laïc et ecclésiologue, constitue sans doute l’une des figures intellectuelles russes qui a le plus marqué les penseurs catholiques. Ses opuscules publiés en français dans les années 1850309 abordent de front la question des relations avec les autres confessions chrétiennes. A. Leroy-Beaulieu le cite à plusieurs reprises dans son ouvrage de 1889310 et sa théologie rencontre ensuite des lecteurs passionnés en Morel et Gratieux. Morel, qui met en garde sur les difficultés à traduire Khomiakov311, s’intéresse à ce théologien d’abord parce qu’il adopte à l’égard des autres confessions une attitude « offensive » à la différence des siècles précédents où les théologiens russes avaient simplement « paré » aux attaques occidentales, reprenant des arguments respectivement dans les arsenaux catholiques ou protestants en fonction des besoins du moment312. Gratieux, qui reprend l’étude de Khomiakov, évoque dans un article paru en 1911 la découverte de son œuvre : il avait été tout d’abord rebuté par ce théologien attaquant si férocement l’Occident. Cependant, son séjour au sein de la communauté chrétienne de Népluyev à Vozdviženzk le conduisit à reprendre l’étude. L’examen de l’œuvre de Khomiakov en langue originale convainc le jeune prêtre de Châlons que cet auteur « est éminemment irénique » et que la mission de la Russie – apporter à l’Occident et au monde une approche chrétienne qui ne soit pas que rationnelle – est au contraire pensée de façon universaliste. Gratieux est séduit par cette vision de la foi chrétienne : « comment, en face du rationalisme qui triomphe en Occident, ne pas écouter avec sympathie cette voix qui rappelle si fortement le besoin d’aller au vrai « avec toute son âme » »313, de mettre « l’amour » (et donc la liberté) au cœur de la prédication et de la foi vécue à l’image de l’inscription à l’entrée de la maison de Népluyev : « Dieu est amour – Bog est’ ljubov’«314.

  • 315  V. S. Soloviev, La Russie et l’Église universelle, Paris, 1889. Rééd. par P. de Laubier, Paris, 20 (...)
  • 316  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 234.
  • 317  Par exemple, E. Tavernier, Vladimir Soloviev, dans La Quinzaine, 16.11.1900 (publié en tiré-à-part (...)
  • 318  La référence à Soloviev dans les cours d’apologétique du vice-recteur de l’Institut catholique de (...)
  • 319  M. d’ Herbigny, Un Newman russe, Vladimir Soloviev, 1853-1900, Paris, 1911. Cet ouvrage a été préc (...)
  • 320  L. Roure valorise ainsi la « connaissance de la langue russe » du jésuite français : Vladimir Solo (...)
  • 321  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (...)
  • 322  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 235.

65La seconde figure intellectuelle russe à attirer l’attention des catholiques est sans conteste Vladimir Soloviev. En 1889, la publication en français de La Russie et l’Église universelle315 accroît l’intérêt des catholiques occidentaux pour la Russie, les convainquant du pouvoir d’attraction du catholicisme. R. Ladous a bien montré la part que prirent plusieurs intellectuels catholiques laïques (Henri Lorin, Anatole Leroy-Beaulieu et Eugène Tavernier) dans la rédaction de l’ouvrage lui-même316 et d’Eugène Tavernier dans sa diffusion auprès du public occidental par la publication d’articles en France après la mort du philosophe russe317. La réception de Soloviev dans les milieux catholiques occidentaux318 est certainement également facilitée par l’ouvrage du jésuite Michel d’Herbigny paru en 1911 : Un Newman russe, Vladimir Soloviev, 1853-1900319. Couronné par un prix de l’Académie française, plébiscité par la presse catholique320, soutenu par le cardinal Rampolla (lettre du 29 juin 1911)321, cet ouvrage provoque toutefois l’« irritation de Portal », qui considère la comparaison Soloviev-Newman comme très peu pertinente tant sur le point de départ que d’arrivée des deux hommes322.

  • 323 CC, 21.04.1906 (57-II-1340), p. 250.
  • 324  AP, Il cattolicismo secondo l’enciclopedia teologica ortodossa, dans Bessarione, 04-06.1909 (XIII- (...)
  • 325 Rivista della stampa […] L’odierna capacità giuridica internazionale del Papato secondo un scritto (...)

66Cependant, au-delà de ces deux grandes figures intellectuelles, les revues catholiques s’intéressent aux contributions théologiques russes dans la mesure où ces dernières abordent le catholicisme. La Civiltà cattolica vérifie ainsi la teneur des articles sur le catholicisme publiés dans les différents volumes de l’Encyclopédie théologique orthodoxe. Par exemple, en 1906, la revue des jésuites romains signale la qualité des travaux du sixième volume de cette Encyclopédie mais déplore « des diatribes violentes, et en plusieurs points fausses, contre la théologie morale catholique »323. Le volume 9 de cette Encyclopédie est examiné par Aurelio Palmieri dans le Bessarione, en particulier l’article d’Afanasij Ivanovič Bulgakov, professeur d’histoire à l’Académie ecclésiastique de Kiev, sur « le catholicisme romain en Russie »324. Inversement, dans une recension de l’ouvrage de Bajkov, enseignant à l’Université de Saint-Pétersbourg, sur la capacité juridique internationale du Saint-Siège, La Civiltà cattolica se réjouit de ce qu’« un écrivain russe, dans une nation qui assujettit avec de lourdes chaînes l’Église officielle au char de l’État, se batte pour des doctrines oubliées ou rejetées par les théologiens russes », c’est-à-dire valorisant l’indépendance de l’Église325.

  • 326  J. Gagarin, La primauté de saint Pierre et les livres liturgiques de l’Église russe, Paris, 1863 ; (...)
  • 327 Il Primato di San Pietro secondo la liturgia greca, dans OR, 29.06.1914 (54-175), p. 1-2. Cette co (...)
  • 328  J.-B. Thibaut, Panégyrique de l’Immaculée dans les chants hymnographiques de la Liturgie grecque, (...)
  • 329  M. Jugie, De Conceptione Immaculata B. Mariae Virginis apud Russos, saeculo XVII, dans Acta Academ (...)
  • 330  É. Fouilloux, Les Échos d’Orient (1897-1908), dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fo (...)
  • 331  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (Ecclesiae Graeco-Russicae) ad lumen catholicae doctrin (...)
  • 332  M. d’Herbigny, La théologie des Églises « orthodoxes ». Exposé critique par un théologien catholiq (...)
  • 333  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. XIV et XII.
  • 334  G. Morel, La «Confession Orthodoxe». Un original manuscrit grec et latin, dans Revue catholique de (...)

67D’une façon générale, on observe dans le domaine théologique ce que l’on signalait plus haut sur l’étude des pratiques orthodoxes russes : les catholiques n’abordent que rarement de façon frontale les questions les plus controversées mais recueillent souvent des textes non polémiques de la tradition orthodoxe pour démontrer – par l’exemple – l’existence d’un catholicisme involontaire ou inconscient chez les orthodoxes. Il s’agit de prendre les orthodoxes à contre-pied en partant de leurs propres écrits. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les pionniers jésuites et barnabites se sont employés à montrer par des sources liturgiques et patristiques la légitimité des « nouveaux » dogmes catholiques, en particulier l’Immaculée Conception et l’Infaillibilité pontificale (proclamés en 1854 et 1870)326. Cette veine argumentative est poursuivie au début du XXe siècle. En juin 1914, dans le cadre d’une conférence dans l’église russo-catholique de Rome, don Arsenio Pellegrini aborde la question de la primauté du pape dans la liturgie et les écrits de saint Jean Chrysostome, défini comme « le père le plus plein d’autorité de cette même Église orientale »327. Dans le cadre de ses travaux sur les origines de la musique byzantine, l’assomptionniste Joannès Thibaut consacre une étude à l’Immaculée conception328. Son confrère Martin Jugie s’intéresse à la perception de l’Immaculée conception chez les Russes au XVIIe siècle329. Martin Jugie est toutefois considéré comme un auteur à part, qui manifeste une « volonté controversiste » pensée dans « un plan mûrement réfléchi » : le 12 avril 1907, il écrit ainsi au père Emmanuel Bailly son projet de « 1/ Rassembler les témoignages de la tradition antérieurs à Photius sur les points controversés entre les deux Eglises […] 2/ Exposer en même temps et réfuter les objections que les schismatiques ont inventées contre les dogmes en question, depuis la séparation »330. Cet effort d’exposition raisonnée et critique de la théologie orthodoxe anime cependant également le père Aurelio Palmieri. Ce dernier publie en 1911 et 1913 deux volumes de sa Theologia dogmatica orthodoxa (Ecclesiae Graeco-Russicae) ad lumen catholicae doctrinae examinata et discussa331. Cette synthèse de la théologie russe suppose ainsi une présentation en miroir de la doctrine catholique. Le résultat semble aussi impressionnant par sa nouveauté que très laborieux ! Le compte rendu de Michel d’Herbigny souligne la longueur des démonstrations, jugées toutefois inévitables par la nouveauté de la rencontre des deux points de vue théologiques et le temps que nécessite tout véritable dialogue : « un lecteur catholique se plaindra de certaines longueurs ; il n’aura pas toujours tort, mais souvent il pourra se dire que des positions, classiques pour lui, paraîtront nouvelles aux professeurs de Saint-Pétersbourg. La réciproque est vraie »332. Le dialogue interconfessionnel est alors pensé dans une tension entre irénisme et apologétique. Dans le préambule de son ouvrage sur l’Église russe, daté du 1er septembre 1907, Aurelio Palmieri affirme ainsi à quelques pages de distance la nécessité d’« aplanir […] la voie à la pacification religieuse du monde chrétien » et la légitimité d’« une apologie indirecte du catholicisme »333. Une attitude irénique n’empêche pas d’ailleurs d’aborder les questions polémiques. Gustave Morel propose ainsi de plonger dans la gangue des instrumentalisations catholiques et protestantes de la « Confession orthodoxe » de Pierre Mohila, métropolite de Kiev, pour redécouvrir ce texte faisant autorité dans l’orthodoxie mais qui satisferait aussi de nombreux catholiques334.

  • 335  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 278. Dans une lettre, Morel insiste sur le potentiel féd (...)
  • 336 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII-73), p. 130.
  • 337  N. Franco, La difesa del Cristianesimo per l’unione delle Chiese, Rome, 1910. Sur l’auteur, voir D (...)

68Si la controverse, indirecte ou directe, reste bien présente, le souci d’une approche commune des problèmes d’actualité émerge progressivement. Selon l’abbé Morel, l’accord entre théologiens russes et catholiques pourrait se faire à la fois en amont et en aval de la théologie polémique sur les causes du schisme : tout d’abord, en recherchant l’unité passée au travers d’une « étude […] diligente de l’antiquité patristique » et, d’autre part, en affrontant l’actualité intellectuelle brûlante de ce début de XXe siècle car « le développement de la critique et des sciences modernes provoque chez les deux peuples les mêmes crises intellectuelles »335. C’est aussi dans cette dynamique de recherche d’un objectif (sinon d’un ennemi) commun que le Bessarione en appelle en 1903 à un « rapprochement avec nos frères orthodoxes » pour se faire « alliés dans l’apologie du christianisme contre l’athéisme qui fait fureur »336. Nicola Franco, prêtre italo-albanais de Sicile, assistant à la Bibliothèque vaticane à partir de 1890 et acteur de l’unionisme romain, systématisera cette perspective au début des années 1910 dans son ouvrage sur La défense du christianisme par l’union des Églises337.

Un point indépassable de la théologie catholique : la servitude de l’Église orthodoxe

69Malgré les différences de sensibilité des théologiens catholiques et leurs divergences sur la façon d’aborder la théologie orthodoxe, ils partagent une même appréciation fondamentale sur la servitude de l’Église orthodoxe à l’égard de l’État.

  • 338  G. Morel, La question religieuse en Russie. V- L’état présent de l’Église russe, dans L’Univers, 2 (...)
  • 339  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. 293.
  • 340  K. Dimitrieva, Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques et (...)
  • 341  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 2-4.
  • 342  J. Boubée, Le mouvement religieux hors de France. Russie. Le tricentenaire des Romanov, l’affaire (...)

70Gustave Morel considère ainsi que « le plus grand mal de l’Église russe, c’est la servitude où elle se trouve vis-à-vis de l’État ». Cette situation est définie comme « une conséquence de sa séparation d’avec l’Église catholique, ou, pour être plus juste, c’est, de même que sa séparation d’avec l’Église catholique, une conséquence de l’isolement séculaire de la Russie »338. Palmieri parle d’« esclavage civil de l’Église russe »339. Depuis Gagarin, on utilise parfois le terme de « byzantinisme » ou de « césaropapisme » pour évoquer cette idée de captivité de l’Église orthodoxe, qui reflète une tentation nationaliste que seul l’universalisme catholique pourrait contrer340. On retrouve le même constat dans les milieux romains. En février 1913, le cardinal Rampolla considère que la « persécution » continuelle du catholicisme est due à « la conception bien enracinée que l’on a en Russie des rapports entre l’Église et l’État » selon laquelle « le concept d’une Église indépendante de l’autorité civile est absolument niée »341. Les catholiques russes d’ailleurs sont présentés en Occident, notamment à partir de l’affaire Ropp, comme des héros luttant contre le césaropapisme russe : « malgré toute sa bonne volonté, le clergé catholique ne peut devenir comme le clergé orthodoxe, un corps de fonctionnaires et faire, de l’Église de Jésus-Christ, un simple instrument d’État, un rouage de la machine administrative. Or c’est là pourtant ce que le gouvernement voudrait »342.

  • 343  G. L. Freeze, Handmaiden of the State ? The Church in Imperial Russia Reconsidered, dans Journal o (...)
  • 344Ibid., n. 3 p. 82.
  • 345  K. Rousselet, Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie, dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et (...)
  • 346  C. Tondini de Quarenghi (éd.), Règlement ecclésiastique de Pierre le Grand – Statutum canonicum si (...)
  • 347  J. Bois, Le règlement ecclésiastique de Pierre Le Grand, dans Échos d’Orient, 1904 (VII), p. 85-90 (...)
  • 348  G. L. Freeze, Handmaiden of the State ?… cit., p. 82-102.

71Si ce poncif du discours catholique a d’évidentes justifications apologétiques, on le retrouve aussi chez les slavophiles orthodoxes, les intellectuels anticléricaux ou encore le clergé réformateur : il fonctionne encore aujourd’hui comme une clé d’analyse de l’histoire de l’orthodoxie russe pour la période synodale (1721-1917)343. Selon G. L. Freeze, « des publications étrangères, surtout catholiques, jouèrent un rôle important dans la formation de cette conception des réformes ecclésiastiques pétriniennes »344. Les arguments soutenant cette thèse sont nombreux. Plusieurs actes du règne de Pierre le Grand vont clairement en ce sens et attirent l’attention des catholiques comme l’abolition du patriarcat et son remplacement en 1720 par un organe d’État, le « Très Saint Synode dirigeant », au moment de l’adoption du Règlement ecclésiastique (Duhovnyj Reglament). Dès la fin du XIXe siècle, Emmanuel d’Alzon, le fondateur des assomptionnistes, avait ainsi « vivement critiqu[é] » la suppression du patriarcat et, d’une façon plus générale, « la confusion des pouvoirs temporel et spirituel »345. Le texte du Règlement ecclésiastique a été édité par le père Tondini de Quarenghi dès 1874346 et étudié d’un point de vue historique par le père Bois347. Cependant, à part cet intérêt pour les textes fondateurs du XVIIe siècle, les catholiques n’ont guère interrogé le développement historique et les modalités de cette « captivité » de l’Église orthodoxe russe, aujourd’hui quelque peu remise en question par les historiens. Les études récentes tendent, en effet, à montrer que l’Église a conservé une marge d’autonomie dans ce système d’enrégimentement du clergé dans l’appareil d’État et, plus généralement, que l’histoire religieuse russe mériterait d’être comparée à celle d’autres États européens où ont été « établies » des Églises chrétiennes348.

Espérances et incertitudes de l’apologétique catholique après 1905

72Dans le contexte des réformes ecclésiastiques qui s’ouvrent en 1905, la réflexion catholique sur les relations entre l’Église orthodoxe et l’État s’approfondit, alors que l’incertitude de la situation rend l’apologétique catholique elle-même plus flottante.

  • 349  G. Flikke, Democracy or theocracy : Frank, Struve, Berdjaev, Bulgakov, and the 1905 Russian revolu (...)
  • 350  Les réponses des évêques ont été publiées dès 1906 et récemment rééditées : А. Ю. Полунов, И. В. С (...)
  • 351  A.P., Le riforme e le nuove aspirazioni della Chiesa russa-orthodossa nel 1905, dans Bessarione, 0 (...)
  • 352  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., Florence, 1908.
  • 353  A. Malvy, La Réforme de l’Église russe, dans Études, 20.04.1906 (43-107), p. 160-182 et dans Étude (...)
  • 354  A. Malvy, La Réforme de l’Église russe, Paris, 1906. Certains des documents édités par Malvy seron (...)
  • 355  G. Bartas, Les réformes religieuses en Russie, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 250-254 ; A. R (...)

73En 1905-1906, l’assouplissement de la censure suscite une véritable effervescence en théologie, qui se traduit par l’émergence de nouveaux penseurs, parfois venus du matérialisme, qui articulent fortement pensée chrétienne et réflexion politique et sociale, comme Berdiaev, Boulgakov, Struve ou Frank349. À un niveau plus institutionnalisé, le mouvement pour la « rénovation de l’Église » (cerkovnoe obnovlenie) brasse de nombreuses idées, notamment sur les relations entre l’Église et le pouvoir. En vue de la réunion d’un concile général, tous les évêques sont consultés par le Saint-Synode en 1906 et une Commission préparatoire au concile publie les résultats de ses travaux350. Ce mouvement passionne les théologiens catholiques, qui traquent tout rapprochement entre orthodoxie et catholicisme. Aurelio Palmieri publie une série de chroniques dans le Bessarione351 qui forment la base de son ouvrage de 1908352. Antoine Malvy (1877-1942), jésuite français, offre aux Études une chronique sur ce thème en 1906353, qui sera aussitôt éditée en volume354. Pour les Échos d’Orient, il semble que le père Bois ait assuré le suivi de ces réformes car les chroniques sont signées soit de sa plume soit de pseudonymes qui le masquent à peine355.

  • 356  AP, Il ristabilimento del patriarcato in Russia e le polemiche della stampa Russo-ortodossa, dans (...)
  • 357CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 123.
  • 358  A. Ratel, Deux partis dans le clergé orthodoxe russe, dans Échos d’Orient, 1906 (IX), p. 173-176.
  • 359Notes : Réforme de l’Église russe, dans Revue catholique des Églises, 07.1906 (III-7), p. 429-430.
  • 360  Lettre de G. Morel, Paris, 01.11.1904, citée dans J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 281-28 (...)

74Les chroniqueurs catholiques s’intéressent d’abord aux questions proches de la problématique de l’union, comme le rétablissement du patriarcat356. Il s’agit d’une question ambivalente pour les catholiques : si la renaissance du patriarcat signifie la libération du joug étatique, cette nouvelle structuration conduirait-elle l’Église russe à renouer des liens avec l’Église catholique ou, au contraire, le nouveau patriarche s’imposerait-il comme un concurrent, un « pape russe »357 ? Les tensions internes au clergé russe sont également observées et analysées. Les Échos d’Orient soulignent l’opposition entre clergé noir et clergé blanc, qui représenteraient des tendances respectivement autoritaire et démocratique358. La Revue catholique des Églises veut voir dans cette opposition des deux clergés une analogie avec le clivage High Church / Low Church de l’Église anglicane, la tendance vers le catholicisme de la première justifiant son optimisme unioniste359. En novembre 1904, l’abbé Morel évoque l’éventuel désétablissement de l’Église orthodoxe en Russie : « alors l’histoire religieuse de l’Angleterre moderne pourrait se reproduire en Russie. Qui sait si l’on ne verra pas quelque jour le noyau « catholique » de l’Église orthodoxe chercher contre les « protestants » un appui du côté de Rome ? Les « catholiques » de l’Orthodoxie auraient sur ceux de l’Anglicanisme le grand avantage d’une hiérarchie incontestée. Ils auraient le désavantage d’être très ignorants ; raison de plus pour qu’ils aient besoin de nous »360.

  • 361  A. Vichniakoff, Les écoles ecclésiastiques en Russie, dans Revue catholique des Églises, 03.1904 ( (...)
  • 362  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 321-329 et (...)
  • 363 CC, 07.09.1907 (58-III-1373), p. 628.
  • 364  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, f. 1-8 : Ponenza – Suprema S. Congr. del S. Offizio (Agosto 1907), p. 13, (...)
  • 365  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1908 (XI), p. 41-50 (cit (...)

75G. Morel touche ici un point qui s’impose après 1905 dans l’analyse que font la plupart des catholiques sur l’Église russe : son indigence intellectuelle. Les séminaires russes, qui font l’objet d’une attention particulière361, sont à l’occasion de la révolution le théâtre de révoltes et de grèves362. En 1907, les revues orthodoxes dressent un constat (aussitôt repris par La Civiltà cattolica) d’une complète « dissolution » des séminaires363 ! Mgr Symon, qui expertise un dossier pour la Congrégation du Saint-Office en 1907, considère que la faiblesse de ces séminaires réside dans le fait qu’ils n’imposent « pas l’oraison mentale, ni les examens de conscience […] ni les exercices spirituels, ni la clôture ». De plus, à force de « contact continuel avec le monde », les séminaires deviennent un terrain favorable au développement des « théories socialistes et révolutionnaires »364. Pour M. Jugie, le « premier défaut du Séminaire russe est d’être une école de caste » qui remplit les séminaires d’hommes sans vocation : critique qui renvoie directement au non-célibat des prêtres russes favorisant les lignées de prêtres365.

  • 366 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 17.04.1909 (60-II-1412), p. 246-247. Voir aussi l’ouvrage d (...)
  • 367  S. Dixon, The Church’s social role in St-Petersburg, 1880-1914, dans G. A. Hosking (éd.), Church, (...)

76Formé par de tels séminaires, absorbé depuis des siècles par le service de l’État, le clergé russe est considéré par les catholiques comme d’un faible niveau apostolique, social et missionnaire. Ainsi, La Civiltà cattolica consacre-t-elle plusieurs pages en 1909 au décès du père Ivan de Cronstadt : cet homme « plus populaire » que Tolstoï était connu tant pour son action sociale que comme confesseur du tsar. Malgré cela, selon la revue des jésuites romains : « la vie du Père Ivan de Cronstadt ne présente rien de particulier […] dans le catholicisme il aurait été un prêtre zélé et actif : dans l’église russe, il devient un thaumaturge et un saint »366. Cette perspective est toutefois réductrice : une réelle action caritative se développe dans les milieux ecclésiastiques orthodoxes dès la fin des années 1860 et donne naissance à des sociétés charitables souvent reliées aux paroisses367.

77Ce mépris catholique à l’égard de l’action apostolique du clergé orthodoxe s’applique également au domaine missionnaire. L’abbé Gratieux, pourtant russophile convaincu, n’hésite pas à écrire :

  • 368  A. Gratieux, L’Église russe. IX. La vie religieuse, dans L’Univers, 26.02.1909, p. 1.

Quant aux missions extérieures, elles se réduisent à quelques évêques, quelques prêtres et quelques dizaines de mille de fidèles en Chine, au Japon et dans l’Amérique du Nord. On peut y ajouter les tribus sauvages évangélisées dans l’Asie Russe. Ce sont des efforts et des résultats insignifiants, surtout si on les compare aux magnifiques travaux de l’apostolat catholique à toutes les époques et dans toutes les parties du monde368.

  • 369  J. Bois, Congrès de missionnaires à Kiev (1908), dans Échos d’Orient, 1909 (XII), p. 144-151 ; C. (...)

78Ce mépris cède toutefois parfois la place à quelques inquiétudes, les catholiques commençant en effet à scruter les implantations orthodoxes à l’étranger369.

  • 370  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel…cit., p. 285.
  • 371 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 06.02.1909 (60-I-1407), p. 371. Sur ces réformes de Pie X, (...)

79Dans ces conditions, les catholiques restent convaincus de l’attrait du modèle catholique de formation du clergé. Gustave Morel aurait ainsi été interrogé pendant l’un de ses séjours en Russie par un évêque orthodoxe sur le fonctionnement des séminaires catholiques370. La Civiltà cattolica cite le cas d’un nouveau séminaire orthodoxe à Žitomir adoptant des « méthodes catholiques » : encadrement par des enseignants ecclésiastiques, port de l’habit, insistance sur la théologie apologétique, alors que « les récents programmes des séminaires compilés par ordre de Sa Sainteté Pie X ont été étudiés avec diligence et analysés par les périodiques du clergé russe », comme Hristianskoe Čtenie de l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg371.

80Ainsi, au cours des premières années du XXe siècle, on observe l’émergence d’un petit groupe de spécialistes catholiques de la Russie, essentiellement issus du clergé français et italien, qui scrutent attentivement les productions des auteurs orthodoxes, dans une perspective à la fois – et paradoxalement – apologétique et irénique. Ces russisants catholiques ont généralement l’occasion d’effectuer des séjours sur place dans un contexte qui favorise globalement la présence de membres des clergés occidentaux en Russie.

L’élan missionnaire pour la Russie : un souffle venu de l’Ouest

81Si le catholicisme en Russie se présente comme une religion étrangère, cette situation n’est pas liée qu’à la question polonaise. Depuis le XVIe siècle, le catholicisme est également l’affaire d’expatriés occidentaux qui – malgré leur nombre restreint – jouissent parfois d’un pouvoir économique ou politique considérable dont ils font bénéficier leur confession.

Les catholiques occidentaux expatriés

  • 372  F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russie… cit., p. 40.
  • 373 Ibid., p. 69.
  • 374  Pour une perspective générale : P. Holtrop, H. Slechte (éd.), Foreign churches in St. Petersburg a (...)
  • 375  Cf. Р. Ханковска, Храм Святой Якатерины в Санкт-Петербурге, Saint-Pétersbourg, 2001.
  • 376  V. S. Ržeuckij, La colonie française et l’église catholique de Moscou à la fin du XVIIIe s., dans (...)
  • 377  J. Ollivier-Chakhnovskaia, Les dons en faveur du clergé français émigré, collectés dans l’Empire d (...)
  • 378  J. Bois, Les débuts du catholicisme à Moscou, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 13-21, 84-90 ; J. (...)
  • 379  Nous nous permetons de renvoyer à L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit.

82Si, sous Vassili III, le faubourg allemand (nemeckaâ sloboda) de Moscou accueille une population diversifiée372, ce quartier est détruit en 1611-1612 dans le contexte du Temps des troubles et de la réaction xénophobe des premiers Romanov373. Il faut alors attendre le règne de Pierre le Grand pour que les colonies étrangères se développent à nouveau, avec leurs lieux de culte374. La première chapelle catholique est inaugurée en 1684 à Moscou et, en 1692, l’église Saint-Pierre-et-Paul est fondée à Saint-Pétersbourg. Cependant, c’est surtout à la fin du XVIIIe siècle que le catholicisme s’impose dans les grandes villes avec la fondation à Saint-Pétersbourg de l’église Sainte-Catherine sur la perspective Nevsky, consacrée en 1783 par le nonce Archetti375, et de celle de Saint-Louis des Français à Moscou en 1789 à la suite de l’accord commercial franco-russe de 1786376. Pendant les années 1790-1810, l’importance numérique et le poids social de certains catholiques (notamment des émigrés français qui suscitent une vive sympathie377), conjuguées à la relative tolérance qui caractérise les règnes de Paul Ier et d’Alexandre Ier, font du début du XIXe siècle un âge d’or du catholicisme expatrié et, par extension, du catholicisme tout court dans les capitales russes. Cette période est célébrée par les catholiques occidentaux du début du XXe siècle par des recherches historiques sur les lieux et les héros de cette époque, au premier plan desquels figurent les jésuites, les convertis russes et Joseph de Maistre378. Au cours du XIXe siècle, les communautés occidentales se développent et ce processus s’accélère sous Nicolas II379.

  • 380  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint-Pétersbourg, 08/20.09.1897.
  • 381  AGOP, XI, 22000 : lettre de M. de Montebello (ambassadeur français à Moscou) au maître général Frü (...)
  • 382  Voir le document édité dans L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit., p. 216
  • 383  François Paris (1878-1948) : désireux de devenir prêtre au moins dès 1906 (il sera finalement ordo (...)
  • 384  AA, 2EQ38, traduction française du procès-verbal (original russe ibid., 2EQ39). Les quatre entrepr (...)
  • 385  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 121-122.

83Plusieurs nouveaux lieux de culte sont créés. À Saint-Pétersbourg, la population catholique étrangère est évaluée à environ 10.000 personnes, dont 5.000 Allemands, 3.000 Français, 700 Italiens, 300 Belges et 100 Anglais380. Dans un contexte où la concurrence entre Français et Allemands est particulièrement sensible, l’établissement d’une nouvelle église pour les étrangers sous la direction des dominicains381 et sous la protection de la diplomatie française, est lancée dès 1895. L’église Notre-Dame de France est inaugurée solennellement en 1909382. À Odessa, l’église Saint-Pierre est ouverte au culte en 1913, grâce au financement d’une famille française et presque sans soutien du consulat. À Makeevka (région du Donets), ce sont les entreprises minières, françaises, belges ou franco-russes, qui demandent – à l’initiative d’un pieux laïc, François Paris383 – un prêtre francophone pour leurs employés384. L’église sera construite par le père Pie Neveu entre 1913 et 1915 et obtiendra le statut de paroisse française en 1916385.

  • 386  P. Trottet, La Congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Chambéry en Russie 1862-1922, Université (...)

84En parallèle à ce dynamisme proprement cultuel, ces centres créent des œuvres caritatives prioritairement destinées aux émigrés français : hospice de vieillards (Moscou), écoles francophones (Moscou), homes pour héberger les gouvernantes (Odessa, Kiev). Certaines œuvres prennent une ampleur considérable avec l’arrivée de congrégations religieuses féminines et attirent un public russe, parfois non catholique. C’est le cas de l’hôpital français de Saint-Pétersbourg, inauguré le 14 juillet 1901 et tenu par les Sœurs de Saint-Joseph de Chambéry. Cette institution, soutenue par le gouvernement français et en pleine croissance (25 lits en 1901, 75 lits en 1911) accueille gratuitement les Français indigents mais aussi des patients de toutes nationalités attirés par un personnel très qualifié386.

  • 387  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint-Pétersbourg, 08/20.09.1897, 15 p.
  • 388Ibid., p. 5-6.
  • 389  AGOP, XI, 22000 : Cuny à « révérendissime père » (curie généralice), s. d.

85Cependant, les prêtres et religieux étrangers développent également un intérêt nouveau pour le pays dans lequel ils vivent. Comme l’écrit le père dominicain Cuny à ses supérieurs en 1897 : « Notre établissement est d’une utilité incontestable 1° Pour les catholiques étrangers vivant en Russie 2° Pour l’apostolat à exercer parmi les membres des églises dissidentes »387. Certes, les perspectives missionnaires sont limitées. En 1897, le père Cuny signale des conversions au catholicisme régulières, mais peu nombreuses et qui touchent surtout des non-orthodoxes, soit annuellement « cinq ou six juifs, cinquante protestants ». Pour les « pravoslaves », au-delà des quelques « crypto catholiques […] qui pratiquent en secret notre religion » et pour qui il est difficile d’agir, « il est un autre prosélytisme, latent et patient, qui s’applique à préparer […] la réunion tant désirée de l’église russe au catholicisme ». Cet apostolat de long terme vise à montrer que « le vrai catholicisme » « s’accorde parfaitement avec toutes les formes de gouvernement » et qu’il est « exempt de ce mépris superbe qui froisse tant l’amour propre moscovite »388. Ce souci missionnaire se traduit chez les dominicains par le port de la barbe pour des raisons définies comme climatiques mais « aussi par un motif de condescendance pour les habitudes et les préjugés du pays où nous vivons », dans le but d’accroître leur « influence sur le clergé et la société russes » et éviter de se « confondre complètement avec le clergé polonais si abhorré ici », pratique que le maître général des dominicains, Andreas Frühwirth, leur interdira toutefois en les obligeant à se raser389

  • 390  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 16, fasc. 5, f. 18 : Schumpp à « Eminence », Saint-Pétersbourg, 26.1 (...)
  • 391  AGOP, XI, 22000 : lettre de Theissling, 17.01.1910.
  • 392  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 125-126 : prince E. Lubomirski à Pie X, Rome, 1 (...)

86Les prêtres qui encadrent les expatriés deviennent souvent des médiateurs privilégiés pour les catholiques de l’Empire, en particulier pour les convertis de l’orthodoxie. Les prêtres français se font ainsi dès le début des années 1890 les avocats opiniâtres du développement du rite oriental, comme on a pu le voir au sujet de la conversion du père Tolstoï. De même, au lendemain de la révolution de 1905, les prêtres étrangers s’imposent, parfois contre la hiérarchie « polonaise », pour soutenir les prêtres qui s’engagent dans un encadrement adapté des Russes récemment convertis. Dès novembre 1905, le père Schumpp soutient la demande faite à la Secrétairerie d’État par l’abbé Rodzenvicz, décidé à prêcher en russe pour les 500 orthodoxes convertis au catholicisme de la paroisse Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, mais qui « n’entendent jamais la parole de Dieu » du fait de la « défense du Saint Siège de prêcher en russe » et parce que « quelques Polonais » empêchent ce prêtre « par haine pour la langue et la nationalité russe ». Le dominicain autrichien demande une autorisation personnelle pour ce prêtre « de prêcher en langue russe à l’église, jusqu’à ce que la loi du Saint Siège, qui défend de prêcher en russe, soit changée par ce même Saint-Siège »390. De même, alors que le père Urban est empêché de prêcher en russe dans la Chapelle des Pages le 20 décembre 1909, le père Louis Theissling demande que le maître de l’ordre des dominicains évoque cette question avec le cardinal Merry del Val car cette situation est « contraire au progrès de l’église catholique en Russie », malgré un nombre de convertis proche de 1.200391. Ces interventions auprès de Rome suscitent des tensions avec les catholiques polonais. Dans son long rapport à Pie X de 1910, le prince Eugène Lubomirski critique ainsi « l’immixtion des prêtres étrangers dans les affaires religieuses du Royaume de Pologne et des provinces ruthéno-lithuaniennes ». Ces prêtres, souvent « zélés et distingués ecclésiastiques tels que les Pères Palmieri, Boix (sic – lire Bois) et autres », animés des « meilleures intentions », ne restent qu’un temps limité en Russie et « sans recourir à l’intervention, à l’appui et aux conseils du clergé polonais » « fréquentent presqu’exclusivement les plus grands ennemis de l’Église » avant de rentrer « en France, en Italie, à Rome pour utiliser leurs soi-disant études en discréditant la nation et avant tout le clergé polonais »392.

  • 393  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit., (...)
  • 394  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 19.10/01.11.1911, français
  • 395Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 12/25.11.1911, français. Le « mari et la femme (...)
  • 396  Cette dernière prend « le nom de Sœur Marie Catherine (de Sienne) ». AGOP, XIII, 91050 : note de L (...)
  • 397  Cf. infra, p. 242.

87Cependant, les communautés catholiques expatriées constituent également un relais de diffusion des pratiques religieuses occidentales, comme la dévotion à Thérèse de Lisieux393, ou encore de modèles d’organisation comme le tiers-ordre. Le Tiers-Ordre dominicain, qui groupe des laïcs autour de la spiritualité dominicaine et qui connaît un véritable renouveau au début du XXe siècle en Occident, est ainsi acclimaté en Russie par le biais des dominicains gravitant autour de Saint-Louis-des-Français. Si l’agrégation au Tiers-Ordre n’est théoriquement qu’un engagement à vivre de façon plus rigoureuse et religieuse une vie laïque, elle constitue parfois une introduction à la profession religieuse, que l’on sait problématique en Russie. Par exemple, Nathalie Rosanoff, « reçue au T[iers] O[ordre] de la Pénitence par le R[évérendissi]me Père Cormier le 15 [décem]bre 1908 à Rome » exprime en 1911 son « dési[r] [de] faire profession »394. Le père Libercier, curé de Saint-Louis des Français, reçoit alors la profession de cette femme qui prend le nom religieux de « Sœur Catherine du Cœur Eucharistique ». Le dominicain envoie à la curie généralice la « note à insérer dans les archives » car « il serait imprudent de conserver ici la moindre preuve écrite ». Cette profession est d’ailleurs marquée par le sceau du secret : « la cérémonie a eu lieu dans une chapelle privée en présence de deux Russes convertis, le mari et la femme. Ce n’était pas les catacombes, mais peu s’en fallait »395. L’année suivante, le père Libercier, agrège au Tiers-Ordre Vladimir Abrikosov (le 7/20 mars 1912) et sa femme Anna (le 2/15 avril suivant)396. Les Abrikosov, tous deux issus de familles aisées de commerçants et ayant effectué des études à l’étranger (Cambridge), étaient passés au catholicisme de rite latin en 1908-1909 à Paris en l’église de la Madeleine. L’engagement du couple dans le Tiers-Ordre ouvre lentement la voie à la constitution d’une communauté catholique de rite oriental à Moscou397. En effet, dès cette période, ils s’engagent dans une pratique intense, marquée notamment par la communion quotidienne. Mme Abrikosova réunit des jeunes filles, dont plusieurs sont reçues comme tertiaires. À l’été 1913, une audience privée avec Pie X les encourage.

88Si les catholiques occidentaux installés en Russie jouent un rôle de passeurs entre les catholiques de Russie et le monde occidental, il convient d’aborder de façon plus précise les congrégations religieuses qui se développent en Russie au tout début du XXe siècle.

L’appel de la Russie : des congrégations religieuses dans la dynamique et les impasses de 1905

89Au début du XXe siècle, les églises et œuvres catholiques destinées aux étrangers sont en partie tenues par des membres de congrégations religieuses masculines et féminines.

  • 398  AA.EE.SS., II, Russia, pos. 432, fasc. 129, f. 32-52.
  • 399  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint Pétersbourg, 08/20.09.1897.
  • 400Ibid., Cuny à « Mon très révérend père », 30.03/12.04.1905.
  • 401  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 923, fasc. 304, f. 59 : Cormier à Merry del Val, 16.05.1908, italien.
  • 402  Jean-Baptiste Amoudru (1878-1961), entré dans l’ordre dominicain en 1895, prêtre en 1901, il étudi (...)

90Certaines familles religieuses sont anciennement ancrées dans le monde slave, comme les dominicains présents dans l’espace « ruthène » dès le XIIIe siècle où ils avaient même créé la province de Saint-Hyacinthe au XVIIe siècle. Réinstallés à Saint-Pétersbourg en 1879398, les pères dominicains restent peu nombreux. En 1897, le père Cuny rêve de rétablir un couvent avec un « noviciat » pour former des Polonais : « ce serait la résurrection de la province de S[ain]t Hyacinthe ! »399. En 1905, les modifications de la législation et « l’évolution fulgurante des idées et des libertés » incitent le père Cuny à agir pour « assurer une place » aux fils de saint Dominique dans la future mission en Russie dont les « portes » sont en train de s’ouvrir400. En 1908, les dominicains disposent de plusieurs implantations à Saint-Pétersbourg, mais elles sont toutes instables. Par exemple, Notre-Dame de France est confiée par la communauté française à un dominicain mais « sans garantie pour l’avenir ». De même, l’église Sainte-Catherine, qui appartenait aux dominicains, est alors confiée au clergé séculier qui admet parfois quelques coopérateurs dominicains comme le père autrichien Schumpp. L’Ordre des Prêcheurs décide alors d’envoyer en Russie le père Theissling comme vicaire du général des dominicains, sous prétexte de « certaines études scientifiques » mais en vue de favoriser « l’unité d’action » et d’établir « sans bruit, dès que les conditions politiques le permettront, une résidence »401. Cependant, ces projets n’aboutissent pas dans un contexte politique délicat et surtout à cause de l’entrée en guerre qui contraint plusieurs membres de l’Ordre, sujets des empires centraux, à quitter la Russie. En 1917, le père Jean-Baptiste Amoudru à Notre-Dame de France et le groupe des tertiaires de Moscou résument la présence dominicaine en Russie402.

  • 403  Cf. plus haut, p. 179.
  • 404Podlasie (Misja Podlaska, 1877-1905), dans L. Grzebień (éd.), Encyklopedia wiedzy o Jezuitach na z (...)
  • 405  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 915, fasc. 299, f. 60 : Ledóchowski à « Illustrissime ac Rme Domine » (...)
  • 406 Ibid., f. 90 : « Ex aud[ientia] S[anctissi]mi » 22.05.1907, « Pro Gratia ».
  • 407  L. Grzebień (éd.), Encyklopedia wiedzy o Jezuitach… cit., p. 555 ; A. Wenger, Rome et Moscou… cit. (...)
  • 408  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 913, fasc. 299, f. 74-77 : mémoire « De catholicis Russis Iuvandis », (...)
  • 409  Notices dans F. Paluszkiewicz, Mały słownik jezuitów w Polsce, Varsovie, 1995, p. 240 et dans L. G (...)

91Malgré l’ancienneté de leur présence dans cet espace et leurs efforts, les dominicains sont alors dépassés par d’autres congrégations masculines. C’est le cas tout d’abord des jésuites, présents dans l’espace russe à partir de leur base polono-lithuanienne dès la fin du XVIe siècle et où ils remportent des succès mais suscitent également de violentes réactions de rejet, dont témoigne leur expulsion du pays en 1719. Après le brillant épisode du « refuge russe » de la Compagnie (de 1774 à la nouvelle expulsion de 1820), la flamme slave est entretenue par le petit groupe des jésuites russes installés en France à partir des années 1840403. Malgré des projets répétés d’entrée en Russie, l’histoire des jésuites russes s’écrit en dehors des frontières de l’Empire jusqu’à ce que plusieurs jésuites français et polonais entrent dans le pays à la faveur de la révolution de 1905 : outre les historiens français Paul Pierling et François-Marie Gaillard, dont nous avons vu les cas plus haut, il faut mentionner plusieurs jésuites polonais, dont l’histoire est moins connue. Après la réunion à l’orthodoxie des uniates de Podlachie en 1875, ils se voient, en effet, confier une mission « secrète », par un texte de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 7 décembre 1877404. Cette mission semble avoir été étendue après 1905 puisque l’on connaît des séries de facultés assez larges données à ces « missionnaires secrets » par le pape, comme conférer le sacrement de confirmation aux uniates mais aussi aux convertis de l’orthodoxie405 ou encore « d’autres facultés » qui furent « communiquées oralement »406. Plusieurs jésuites sont actifs dans cette mission mais leurs périodes de présence en Russie sont mal connues et varient selon les notices biographiques. Henryk Pydynkowski (1847-1936) en fait partie : originaire du diocèse de Płock, ordonné prêtre à Saint-Pétersbourg en 1872 et entré ensuite dans la Compagnie en 1874, il aurait été présent en Russie auprès des uniates de Podlachie entre 1885 et 1896 mais aussi probablement en 1897 puis 1899-1901, cette fois à Saint-Pétersbourg, où il aurait notamment converti Nathalie Ouchakova407. Jan Urban ferait également partie de ce groupe et à ce titre présent en Russie en 1902-1903408. Enfin Feliks Wierciński (1858-1940), jésuite depuis 1878 et prêtre depuis 1885, qui maîtrisait une douzaine de langues, était en Russie en 1904 (Saratov puis paroisse Saints-Pierre-et-Paul à Moscou) puis en 1910409.

  • 410  P. d’Alzon au p. Alexis Dumazer, Nîmes, 29.04.1876, citée par K. Rousselet, Le Père Emmanuel d’Alz (...)
  • 411  Voir notamment les lettres de d’Alzon du 12 juin 1878 et 12 octobre 1877, ainsi que le « Mémoire s (...)
  • 412  Maniglier au p. Emmanuel, 07.10.1913, citée par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 119-120.
  • 413  Né en 1877 dans le diocèse d’Arras, il est ordonné prêtre en juillet 1903. Après son expulsion de (...)
  • 414  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 20.
  • 415  Evrard Evrard (1878-1960). Ordonné sous-diacre à Constantinople en juin 1903 et prêtre à Rome en 1 (...)
  • 416  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 80.
  • 417  Il meurt après 1953. Nous remercions le père Jean-Paul Périer-Muzet pour ces informations. Voir ég (...)
  • 418  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 112. Sur Maniglier, qui quittera la Russie en 1920, voir la no (...)
  • 419  AA, 2 EQ 87 : A. Maniglier, « Mission des Augustins de l’Assomption à Odessa (1905-1920) », 15.08. (...)
  • 420  AA, 2 EQ 80 : Pétition de la « colonie catholique française d’Odessa » à « Sa Grandeur Monseigneur (...)
  • 421  AA, 2EQ17 : Jourdan de la Passardière au père André, Granville, 08.08.1905. Voir, plus généralemen (...)
  • 422  Gervais Quénard (1875-1961), archéologue et exégète, auteur d’un guide savant de Palestine, nommé (...)
  • 423  AA, 2EQ19 : père André à Jourdan de la Passardière, Paris, 21.08.1905.
  • 424  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 30-31.
  • 425  AA, 2EQ 23 : document imprimé « Association française de Vilna. Alliance et mutualité », 1er mai 1 (...)
  • 426  AA, 2 EQ 27 : Association française de Vilna. Rapport de l’exercice 1906-1907.
  • 427  AA, 2 EQ 32 : « Œuvre du foyer sous le patronage de la société française de bienfaisance de Kieff  (...)
  • 428  AA, 2 EQ 34 : supplique de la colonie française au gouverneur de Kiev et à Stolypine, ministre de (...)
  • 429  Une dame de Kiev, qui connaît bien les assomptionnistes, est toutefois dans la confidence : AA, 2 (...)
  • 430  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 49-52 ; J.-P. Périer-Muzet, Notices biographiques des religieu (...)
  • 431  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 52-54.
  • 432  AA, 2 EQ 74 : F. Paris au p. Emmanuel [Bailly], Routchenko, 17/30.12.1906.
  • 433  AA, 2 EQ 38 : procès-verbal, 28 juin/11 juillet 1907 « Russkoe Doneckoe Obščestvo ».
  • 434  AA, 2 EQ 48 : Neveu à Bailly, 09/22.07.1914.
  • 435  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 110-115. Citation des carnets du père Ernest Baudouy, secrétai (...)
  • 436  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 120.

92Si les jésuites entrent en Russie « secrètement » ou en se présentant comme simples prêtres séculiers, c’est également le cas des assomptionnistes. Le fondateur de cette jeune congrégation religieuse, Emmanuel d’Alzon, nourrit, dès les années 1860, la conviction d’une mission en Russie, qui « tôt ou tard […] ouvrira ses portes, dussions-nous en graisser les serrures et les gonds avec notre sang »410. Le fondateur pense à plusieurs bases de pénétration : la Bulgarie puis, à la fin des années 1870, Odessa, en profitant de la présence de commerçants occidentaux dans cette ville portuaire. Il envisage aussi une forme de vie monastique rurale et de rite oriental associant les assomptionnistes aux basiliens411. En 1903, au moment de l’inflexion de la politique religieuse, les assomptionnistes répondent à des sollicitations locales, souvent venues de communautés catholiques françaises, et s’implantent dans quelques villes : Saint-Pétersbourg, Odessa, Kiev, Vilna et Makeevka. Comme l’écrit le père Maniglier au père Bailly en 1913 : « Le ministère paroissial auprès des Français est notre tremplin pour l’œuvre de l’Union. Mais il faut une longue patience. L’action directe en Russie nous sera fatale longtemps encore »412. C’est en tant que professeur de français que le père Liévin Baurain413 arrive à Saint-Pétersbourg en septembre 1903. Ce choix s’explique par la visite en France en 1903 du recteur de l’Académie ecclésiastique, Mgr Longin Żarnowiecki414. Le « directeur des cultes étrangers » lui aurait demandé de choisir un bénédictin car ces derniers « ne font pas de propagande » mais c’est un assomptionniste qui est choisi. Le père Baurain emmène avec lui un domestique, le frère Evrard415. Il restera dix ans à Saint-Pétersbourg avant d’être expulsé le 15/28 décembre 1913 malgré de nombreuses interventions en sa faveur de l’ambassade de France, de personnalités russes et des protestations dans la presse416. Le père Jean (Célestin) Bois les rejoint en 1905. Né en 1875, originaire de Maurienne, il entre au noviciat assomptionniste de Livry en 1889, où il prononce ses vœux perpétuels en 1891. Il poursuit ses études ecclésiastiques à Rome entre 1891 et 1894 et obtient les titres de la licence en théologie et du doctorat en philosophie, avant de partir pour l’Orient. Ordonné sous-diacre (1896) puis diacre (1897) à Jérusalem, où il séjourne à Notre-Dame de France de 1894 à 1898, il demeure jusqu’en 1905 dans l’Empire ottoman où il est ordonné prêtre le 2 septembre 1900 et collabore aux Échos d’Orient. Il reste à Saint-Pétersbourg de 1905 à l’été 1911 : il quittera alors la Russie et la congrégation (le conseil généralice décide son expulsion en mai 1912)417. Fin novembre 1905, le père Auguste Maniglier (1874-1958), alors enseignant au collège de Plovdiv, arrive à Odessa comme vicaire de langue française pour la paroisse Notre Dame de l’Assomption, pour répondre aux besoins des catholiques francophones assez nombreux dans cette ville où la minorité catholique atteignait environ 30.000 personnes418. Avec le père Evrard, le père Maniglier développe des « œuvres », notamment un « foyer français » qui est une « maison de famille pour institutrices » (en 1908), et lance la construction de l’église française Saint-Pierre en 1913 et du presbytère attenant grâce au soutien financier de familles françaises419. Il est très apprécié par la communauté catholique d’Odessa qui se mobilise au printemps 1910 auprès de l’évêque de Tiraspol pour empêcher son départ (exigé par ses supérieurs assomptionnistes)420. À Vilna, Mgr Jourdan de la Passardière sert d’intermédiaire entre les attentes de la « colonie française qui désire si vivement un prêtre depuis longtemps »421, les assomptionnistes et l’archevêque de Paris. Ce dernier recommandera le père Gervais Quénard422, jeune religieux désireux d’apprendre le russe et de travailler à la « conversion de ce peuple » tout en collaborant « aux œuvres que N.N. SS. les évêques ne manqueront pas de créer en face des événements qui se préparent en Russie »423. Arrivé sur place fin 1905, le père Quénard devient vite un proche conseiller de Mgr de Ropp424 et contribue à la création en 1906 de l’Association française de Vilna425. Cette association, fondée sous les auspices de l’ambassadeur de France en Russie et du consul de France à Riga, se présente comme une « section de l’Alliance française » et a un « triple but : 1° le développement de la langue française et de sa littérature ; 2° l’assistance mutuelle ; 3° la protection des personnes de langue française établies à Vilna ou dans les environs ». Parmi les membres bienfaiteurs, on retrouve les autres assomptionnistes présents en Russie : les pères Baurain, Bois et Maniglier426. À Kiev, le père Evrard, arrivé en 1907, œuvre également pour la communauté française. Il fait partie des membres fondateurs du « foyer français de Kiev », fondé en 1908-1909, qui accueille des francophones (Belges et Français) avec notamment le soutien de l’agent consulaire à Kiev. La principale activité de ce foyer est la tenue d’une « maison de famille »427. En 1911, lorsque le père Evrard est menacé d’expulsion et accusé de prosélytisme (il avait accepté une place dans la chapelle du comte Sobański où il récitait la messe en latin et des prières en polonais), la communauté française se mobilise et adresse une supplique au gouverneur de Kiev et même à Stolypine en rappelant que son « nom est lié à celui de toutes les œuvres françaises de cette ville »428. Sa qualité d’assomptionniste n’est pas connue sur place et il apparaît comme un simple prêtre diocésain429. Le père Pie-Eugène Neveu (né en 1877 à Gien, formé en Orient où il fait sa profession en 1896 et est ordonné prêtre en 1905), affecté depuis 1903 au collège d’Andrinople en Bulgarie430, arrive à Saint-Pétersbourg en octobre 1906, accompagné de quatre sœurs oblates, chargées de l’institut du Bon Pasteur. Cependant, dès mars 1907, les sœurs repartent après un conflit avec la directrice de cet institut. En novembre 1907, le père Neveu quitte la capitale pour Makeevka431. Dans la région du Donets, un ingénieur catholique proche des assomptionnistes, François Paris, évoque la possibilité d’établir « une église française avec un curé français pour tous les compatriotes de la région »432. Quelques mois plus tard, les directeurs des différentes sociétés industrielles, en lien avec l’évêque de Saratov, le curé voisin de Iouzovka et Auguste Maniglier décident de « faire une paroisse Française dans ce rayon avec Makeevka comme résidence », le traitement du prêtre français étant assuré par les sociétés industrielles433. En 1912, la construction d’une église à Makeevka est commencée après la cession d’un terrain par le Conseil d’administration de l’Union minière et métallurgique de Russie434. Ces implantations assomptionnistes sont des réussites mais les difficultés de communication avec la France et avec Rome, ainsi que l’absence de statut officiel pour la congrégation, confèrent à ces hommes une quasi-autonomie dans leur mission quotidienne. Le supérieur général, Emmanuel Bailly (1842-1917), reproche alors à ses religieux de Russie de « viv[re] en indépendants », et décide à deux reprises, à l’automne 1908 et à l’été 1910, de les déplacer sans consulter les évêques. Les religieux refusèrent de se déplacer et Mgr Kessler – l’évêque de Tiraspol – défendit Maniglier et Neveu en intervenant même auprès de Pie X435. Pendant la Guerre, Mgr Kessler prend également l’initiative de demander au Ministère de l’Intérieur de laisser ces deux prêtres à leurs postes pour soutenir les populations locales francophones436.

  • 437  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 3 : Von Christierson à Gasparri, Helsingfors, 22.0 (...)
  • 438Ibid., pos. 931, fasc. 308, f. 81-83 : Christierson, « Mémoire sur l’état des affaires ecclésiasti (...)
  • 439  E. C. Thaden (éd.), Russification in the Baltic provinces… cit., notamment p. 76-87.
  • 440  Selon Mgr Skirmunt « le leggi Russe, tanto ostili al cattolicismo, non si applicano, o si applican (...)
  • 441  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 7-10 : lettre du p. Dehon, Saint-Quentin (Aisne), (...)
  • 442  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 36-37 : lettre du p. Dehon, Rome, 06.10.1908.
  • 443Ibid., f. 38-39 : lettre du P. Dehon, 22.10.1908. Le père Dehon n’hésite pas à écrire que « c’est (...)
  • 444  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 308, f. 11-12 : lettre de Dehon, 30.11.1909.
  • 445Ibid., f. 13 : Affaires ecclésiastiques extraordinaires au Saint-Office, 19.11.1909, N°40540. On d (...)

93Si les assomptionnistes constituent, bien que de façon non officielle, la congrégation catholique la mieux implantée, d’autres congrégations s’intéressent aux questions russes. C’est le cas des prêtres du Sacré-Cœur, congrégation fondée en 1877 par Léon Dehon, qui sont appelés en Finlande par l’abbé Wilfrid von Christierson, curé de la paroisse catholique d’Helsingfors, qui a fait ses études au séminaire de Saint-Sulpice. Cet appel à une congrégation française doit être compris dans un projet plus vaste. Dès 1907, l’abbé von Christierson demande à la Secrétairerie d’État les « démarches » à faire « pour transformer la Finlande en Préfecture Apostolique et la séparer du diocèse de Mohileff auquel elle fut rattachée par simple hasard »437. En fait, si l’annexion de la Finlande (qui conserve un statut de grande-principauté autonome) par la Russie date de 1809, l’archevêché de Mohilev gère les affaires de cet espace « depuis 1801 pour Wiborg et 1857 pour Helsingfors »438. Le catholicisme y est d’implantation récente et essentiellement lié à l’arrivée de garnisons polonaises dans les années 1860. Malgré la russification439, la Finlande demeure un espace relativement ouvert440. Le père Léon Dehon visite ainsi Helsinki en juillet 1907441 et y installe immédiatement une mission : un premier prêtre arrive dans le courant de l’année 1907-1908, suivi d’un second, qui apprend le polonais, et de quatre sœurs françaises en septembre 1908442. Cette installation « sauvage » pose rapidement des problèmes dont le père Dehon se plaint à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : la curie de Mohilev essaie de reprendre la paroisse d’Helsingfors et refuse aux pères du Sacré-Cœur la paroisse de Vyborg, alors que l’appartenance de Christierson au clergé de Mohilev décourage les dons des bienfaiteurs car ce prêtre peut être « d’un jour à l’autre envoyé ailleurs ». Le père Dehon présente donc à Merry del Val le projet des catholiques non polonais d’Helsingfors (Italiens, Autrichiens, Français et Espagnols) qui « adresseraient une supplique visée par leurs consuls, au Ministère de l’Intérieur russe, le priant d’intervenir auprès du S[aint] Siège pour obtenir une Préfecture apostolique nationale » en insistant sur le fait que les Polonais sont minoritaires à l’exception des militaires, qui conserveraient leur aumônier443. Les congrégations religieuses étrangères peuvent donc participer à une stratégie de contournement des structures ecclésiastiques ordinaires, en jouant d’une part sur le Saint-Siège et, d’autre part, sur les diplomaties occidentales. Si ce projet n’aboutit pas, les prêtres du Sacré-Cœur s’implantent solidement sur place. En 1909, trois pères hollandais s’établissent en Finlande : le père Hugo Buks (curé de Vyborg) et les pères Jean Van Gysel et Henri Meyerink qui aident le curé d’Helsingfors. Pour palier les lenteurs de la curie de Mohilev, le père Dehon demande pour eux des facultés (« pouvoirs de missionnaire apostolique et […] la faculté de recevoir l’abjuration des protestants ») directement au Saint-Siège444. La Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires soutient ce contournement de la curie de Mohilev sans pour autant instituer une préfecture et faire passer les affaires de Finlande à la Congrégation de Propaganda Fide mais en optant pour une troisième voie : demander au Saint-Office de conférer ces facultés à titre personnel aux pères du Sacré-Cœur445.

  • 446  ACO, PCPR, 89/30 [orig. rub. 106 (1910), prot. 29230] : Der Abraamian à Mgr Gotti, Tiflis, 05/23.1 (...)
  • 447  ACO, PCPR, 89/30 [orig. rub. 106 (1910), prot. 29289] : Merry del Val à Gotti, Vatican, 13.12.1910 (...)

94Alors qu’en Finlande, le Saint-Siège soutient un prêtre isolé et la congrégation occidentale des prêtres du Sacré-Cœur en ignorant la curie de Mohilev, dans une autre marche de l’Empire russe – le Caucase – il agit tout autrement. En effet, lorsqu’en 1910, Mgr Der Abrahamian demande à la Congrégation de Propaganda Fide de faire intervenir le Saint-Siège auprès du ministre de Russie afin de permettre l’implantation « pour le moment seulement dans le Caucase et non dans toute la Russie » des Frères des Écoles chrétiennes446, le Secrétaire d’État refuse d’intervenir et renvoie l’ordinaire aux démarches à faire « directement » auprès du gouvernement russe447.

  • 448DIP, 8, col. 542-543 (G. Rocca).
  • 449  ACPF, rub. 116 (1905), NS, vol. 325, f. 762 : Sœur Marie-Léonide [Breffaz] (Supérieure Générale) a (...)
  • 450  Sur le document cité à la note précédente, le cardinal donne un avis favorable (« Data summa rei u (...)
  • 451  C. Sorrel (éd.), Des Savoyardes dans les prisons de Lénine… cit., p. 11.
  • 452 Ibid., p. 5-6.
  • 453 Ibid., p. 7-8.
  • 454 Ibid., p. 11.
  • 455 Ibid., p. 16.
  • 456 Ibid., p. 11.
  • 457 Ibid., p. 16 et n. 18 p. 16.
  • 458 Ibid., p. 19-21.

95Moins connues que leurs homologues masculins, les religieuses étrangères ont joué un rôle clé au tournant du XXe siècle et suscitent un intérêt croissant. La principale congrégation est celle des Sœurs de Saint-Joseph de Chambéry448. Cette congrégation, fondée en 1812, atteint une taille internationale à la fin du XIXe siècle (la structuration en provinces date de 1874). Dès 1863, la congrégation s’implante en Russie et, en 1900, est érigée la province russe, qui compte huit maisons et un noviciat dès 1905449. À l’été 1905, la supérieure générale, soutenue par les archevêques de Chambéry et de Lemberg, demande, en effet, la création d’un noviciat autonome pour la province qui sera installé à Tarnopol, en Galicie « province limitrophe de la Russie », où les religieuses peuvent se former en langues tout en portant l’habit religieux et en suscitant des vocations sur place. Leur cardinal protecteur – José Calasanz Vives y Tutó – souligne alors « l’utilité et l’opportunité » de cette fondation « pour le bien commun des institutions catholiques en Russie » et le pape accorde l’autorisation canonique de fonder ce noviciat en septembre 1905450. Ce noviciat reçoit 27 aspirantes avant 1914, mais les professions sont rares et les conflits entre nationalités fréquents451. La province fonctionne donc surtout avec des religieuses étrangères. Vers 1910, la province de Russie compte 98 religieuses (dont 85 Françaises) sur un total de 1.652 sœurs pour l’ensemble de la congrégation (soit 6 %)452. Les œuvres encadrées sont variées. Entre 1863 et 1866, les sœurs savoyardes s’occupent de l’Asile du Bon Pasteur, institution fondée en 1860 à Saint-Pétersbourg dans l’objectif d’encadrer des jeunes femmes en danger. Malgré ce premier échec (les sœurs quittent la Russie en 1866), elles sont rappelées en 1872 à Moscou pour encadrer une école de jeunes filles rattachée à la paroisse polonaise Saints-Pierre-et-Paul. Elles sont alors sollicitées pour plusieurs œuvres à Moscou : l’hospice de vieillards Sainte-Darie créé par l’Association française de bienfaisance (1885) ; l’école de filles de Sainte-Catherine (1889) ; une garderie-internat pour les enfants d’ouvriers (1903). En 1888, elles se réimplantent également à Saint-Pétersbourg : de nouveau à l’Asile du Bon Pasteur (1888-1896), mais surtout à l’orphelinat international de Chouvalov (1897), à l’hôpital français (1901) et à la pension de jeunes filles Cappronnier (1902). À la demande de l’ambassade de France, les Sœurs savoyardes ouvrent en 1903 un home pour les institutrices françaises employées à Saint-Pétersbourg. De 1903 à 1913, elles prennent le relais de sœurs franciscaines pour encadrer un orphelinat à Odessa453. En 1912, leur action est considérable : elles soignent 900 malades et vieillards et scolarisent 1.225 élèves, le plus souvent internes454. Les écoles suivent les programmes russes et les autorités leur accordent des « droits de gymnase » permettant d’avoir un cycle complet et de délivrer des diplômes donnant accès à l’enseignement supérieur455. Les personnalités politiques françaises en voyage officiel à Saint-Pétersbourg visitent toujours les œuvres des sœurs qui apparaissent comme des « pôles de rayonnement de la culture française », en particulier l’école Sainte-Catherine de Moscou456. Cependant, elles ne peuvent porter l’habit (sauf à l’intérieur de l’Asile français de bienfaisance de Saint-Pétersbourg) et doivent s’abstenir de prosélytisme : d’après le rapport d’une sœur daté de 1919, les seules conversions concernaient des luthériennes ou des arméniennes457. Pendant la Guerre, trois sœurs infirmières accompagnent sur le front prussien une ambulance française dirigée par le docteur Fortuné Cresson, médecin de l’Hôpital français de Saint-Pétersbourg, où elles seront appréciées pour leur travail et même faites prisonnières, avant d’être libérées par la Croix-Rouge et fêtées triomphalement à leur retour à Pétrograd458.

  • 459  Sur cette congrégation fondée en 1877, voir la notice du DIP, 4, col. 348-350 (E. Frascadore) ains (...)
  • 460  AGFR, 4.079, copie de lettre de Marie de la Rédemption à Vladimirov, Directeur du Département des (...)
  • 461  En avril 1907, sur la recommandation du cardinal Rampolla, la Supérieure générale obtient « en que (...)
  • 462  AGFR, Fondations en Europe. Notre histoire. t. VI (6), 1905-1911, p. 715-716. Voir également AA.EE (...)
  • 463  AGFR, 4.079, lettre du fr. Raphaël [Delarbre] à « Chère fille » [Mère Marie Jeanne], Paris, 27.08. (...)
  • 464Ibid., note du début des années 1920. Sur la fusion, voir ibid., 2.083, notamment « Copie authenti (...)
  • 465Ibid., 4.079, note, début années 1920.

96Parmi les congrégations religieuses féminines, les Franciscaines missionnaires de Marie, entrées en Russie tardivement (1907) s’y développent rapidement à la fois grâce au soutien du gouvernement russe, sensible à l’expérience des Franciscaines dans le domaine social mais aussi à la « nationalité » de cette puissante congrégation d’origine française459. Pour faire entrer de nouvelles religieuses en Russie, la congrégation insiste d’ailleurs sur sa capacité à donner « une impulsion catholique […] qui n’aurait en aucune manière un esprit national ou politique » à « ces établissements […] catholiques et polonais »460. Le gouvernement accorde facilement le visa à huit sœurs dont six Françaises, une Italienne et une Irlandaise à l’été 1907461. Par ailleurs, une opération de fusion avec une congrégation « secrète » (c’est-à-dire de femmes émettant des vœux privés) polonaise, permet aux Franciscaines missionnaires de Marie d’accroître leur présence sur le territoire russe. L’Institut des Saints Noms de Jésus et Marie, affilié au Tiers-Ordre franciscain, demande en effet dès 1906 de l’« aide » au Généralat des Franciscains à Rome462. Ce dernier les oriente vers les Franciscaines Missionnaires de Marie qu’il sait désireuses de s’implanter en Russie en vue de « favorise[r] leurs fréquentes relations avec les missions de Chine »463. Quelques mois plus tard, à l’été 1908, les religieuses polonaises prononcent leurs vœux comme Franciscaines Missionnaires de Marie464. En plus de la communauté fondée à Saint-Pétersbourg, ces dernières sont donc à la tête de plusieurs maisons en Russie méridionale (Odessa, Kiev et Krasilov en Volhynie), comprenant à chaque fois plusieurs œuvres sociales (asiles de vieillards et de petits enfants, orphelinats, écoles)465.

  • 466  En 1918, la communauté rentre en Pologne et obtient du Saint-Siège la reconnaissance comme congrég (...)
  • 467  C’est du moins ce qu’avancent ses biographes. On trouve une confirmation de cette hypothèse dans l (...)

97À côté des grands ordres religieux et congrégations de stature internationale et de nature missionnaire, il faut citer l’entrée dans l’Empire russe de religieuses polonaises, venues de l’Empire austro-hongrois et qui participent d’une rénovation du catholicisme « polonais ». C’est ainsi que dès 1907, peu après avoir reçu du Saint-Siège l’approbation de leur règle, les ursulines polonaises de Julia Ledóchowska installent une filiale à Saint-Pétersbourg, en répondant à l’invitation de Mgr Budkiewicz, curé de l’église Sainte-Catherine. En habit séculier, elles dirigent le pensionnat féminin du lycée Sainte-Catherine, fondent une association mariale et s’occupent de la formation religieuse des paroissiens. En 1908, la communauté se développe de façon plus ou moins secrète et fonde en Finlande vers 1910-1911 un couvent et une école pour filles. Julia Ledóchowska obtient le diplôme officiel d’enseignante et semble avoir favorisé le dialogue avec les catholiques de rite oriental et les orthodoxes, avant d’être expulsée de Russie en 1914, alors que les dernières sœurs quittent la Russie en 1916466. Cette action de Julia Ledóchowska en Russie aurait été soutenue personnellement par Pie X467.

  • 468  Les archives dominicaines ont ainsi conservé la traduction française de deux articles de mars 1911 (...)
  • 469  L’ouvrage de l’historien allemand Heinrich Böhmer est traduit en russe (à partir de la version fra (...)
  • 470  Cet épisode n’est pas indiqué dans les principales notices biographiques. Le père Roüet (1880-1974 (...)
  • 471  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 17/30.11.1910.
  • 472Ibid.
  • 473  S. M. Capilupi, La missione di François Marie Gaillard… cit., p. 140.
  • 474  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 02/15.12.1910, français. L (...)
  • 475  Sur cette expulsion, voir Cronaca Russia : 1. L’« incidente Werczynski », dans Roma e l’Oriente, 0 (...)
  • 476  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 18-27 : anonyme [Benigni], « La persecuzione in Rus (...)

98La présence accrue des religieux et religieuses étrangers après 1905 débouche cependant, dès le début des années 1910, sur des conflits avec les autorités russes et accrédite, dans l’opinion, le spectre d’une menace jésuite468. L’intérêt russe pour les jésuites semble d’ailleurs connaître un regain dans les années 1910, en phase avec le centenaire du rétablissement de l’ordre469. Les premières « victimes » du gouvernement russe en 1910-1911 sont bien des jésuites, entrés dans l’Empire en taisant leur appartenance à cette famille religieuse. En novembre 1910, on sait qu’un « abbé Rouet » (vraisemblablement l’historien Rouët de Journel même si sa biographie ne mentionne aucun séjour en Russie470), arrivé à Moscou en octobre « comme précepteur en qualité de laïc » et qui avait fait « la demande [de visa] en qualité de prêtre, et au Ministère du culte », est menacé d’expulsion « dans les 24 heures » ! Si la vigueur de la réaction russe est surprenante, elle peut se comprendre par l’appartenance à la compagnie de Jésus de ce prêtre mais aussi, selon Libercier (qui se faisait aider à Saint-Louis des Français par l’abbé Rouet) par l’absence de soutien de « l’ambassade française, instrumentée par celui que vous connaissez », c’est-à-dire par le clan portalien qui viserait le poste de vicaire de Saint-Louis471. Le père Libercier essaie d’ailleurs d’obtenir immédiatement un autre vicaire jésuite pour Saint-Louis-des-Français : il demande aux dominicains romains de faire pression sur le père général des jésuites pour que le père Gaillard vienne le seconder472. Le général des jésuites refuse en s’appuyant sur la nature scientifique de la mission du père Gaillard473. Cependant, cet épisode vaut au religieux français un premier essai – raté – d’expulsion474. Le père Wierciński, en revanche, est expulsé en 1911475. Cette expulsion signe, selon Mgr Benigni (dont l’antijésuitisme est connu), l’ouverture de « la chasse aux jésuites » qui sera préjudiciable à tous les religieux « qui sont encore en Russie, plus ou moins incognito »476.

  • 477  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 18-27 : anonyme [Benigni], « La persecuzione in Rus (...)
  • 478  Voir la lettre du p. Evrard au p. Bailly racontant cette entrevue, 06/19.12.1911, citée dans A. We (...)
  • 479  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 54-55 : Giov. Battista da S. Lorenzo à Merry de (...)
  • 480 Nostre corrispondenze-Russia, dans CC, 03.01.1914 (65-I-1525), p. 126.
  • 481  AGFR, 4.079 : Maria Hostia à « Mère bien aimée », 08/21.12.1913, français.
  • 482  Les échanges avec plusieurs fonctionnaires du ministère de l’Intérieur font toutefois apparaître l (...)
  • 483  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 30-31 : Kakowski à Pacelli, Varsovie, 26.10.1913, (...)
  • 484  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1913), fasc. unico, f. 66 : « appunto » pour le ministre de Russie, 01 (...)
  • 485  AGFR, 4.079 : Maria Hostia à « Mère bien aimée », 04/17.10.1913, français. Cette longue lettre est (...)

99En effet, beaucoup de religieux et religieuses connaissent des difficultés à cette époque. En avril 1911, des religieuses françaises de la congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, sont expulsées de Moscou477. En juillet 1911, le père assomptionniste Evrard, qui avait connu Wierciński, reçoit un ordre d’expulsion du Ministère de l’Intérieur (N° 2299 du 25 juillet) mais réussit à être reçu par Stolypine le 31 août/13 septembre lors de la visite de ce dernier à Kiev478. En 1912, un père capucin italien d’Odessa est expulsé pour avoir reçu dans l’Église catholique un enfant issu de mariage mixte puis la mère orthodoxe de cet enfant479. En septembre 1913, malgré l’utilité de leur action et les restrictions qui s’imposaient déjà à leur action auparavant (pas de noviciat, interdiction de quitter Saint-Pétersbourg), les établissements des Franciscaines Missionnaires de Marie sont officiellement supprimés480. En décembre 1913, les religieuses reçoivent l’ordre de « quitter la Russie dans l’espace de six mois »481 : on les accuse d’avoir converti des jeunes femmes orthodoxes dans l’Institut du Bon Pasteur qu’elles dirigent depuis 1912482. Cependant, elles reçoivent de multiples soutiens, ecclésiastiques et politiques. L’archevêque de Varsovie, Mgr Kakowski, dissocie l’action des religieuses du « prétexte de la propagande jésuitique » et rappelle la nationalité non-polonaise des sœurs en pressant Rome d’intervenir483. Ces arguments sont repris dans la note de la Secrétairerie d’État au ministre de Russie484. L’ambassade de France offre également son soutien aux religieuses dans leurs démarches485. Finalement, probablement dans le contexte de l’imminence d’une Guerre menée aux côtés des Français, les Franciscaines Missionnaires de Marie purent rester en Russie.

  • 486  AA, 2 EQ 2 : « Notes et renseignements », Saint-Pétersbourg, 05/18.02.1908, p. 3 (document attribu (...)
  • 487  « Le soussigné, novice dans la Congrégation des Augustins de l’Assomption, appartenant de droit et (...)
  • 488  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 999, fasc. 361, f. 70-73 : p. J. Janssens (CSSR) au général des rédem (...)

100Enfin, il faut souligner que l’idée du rite oriental est en vogue chez les religieux (bien plus que les religieuses d’ailleurs) venus d’Occident. Certains assomptionnistes sont des fervents défenseurs du rite oriental, comme le père Bois qui a « obtenu des ornements » pour la chapelle de rite slave de Saint-Pétersbourg et souhaite qu’ils servent à l’exécution d’un rite pur et non « un rit mutilé et tronqué »486. Plusieurs congrégations masculines optent d’ailleurs dès avant la Première Guerre mondiale pour la création de « branches orientales » dans un objectif missionnaire. Certains assomptionnistes sont passés au rite oriental mais aucun des religieux envoyés en Russie n’est dans ce cas, malgré les regrets exprimés par le père Neveu dès 1896487. En revanche, plusieurs rédemptoristes belges, chargés de la cure des Ukrainiens immigrés au Canada, sont « passés au rite grec par pure obéissance et dévoûment [sic] au siège apostolique » pour être envoyés en Galicie en 1913 dans un triple objectif : « 1/ Fortifier, améliorer, régénérer l’église catholique ruthène ; 2/ Travailler à la conversion et au retour de 100.000.000 d’âmes, encore séparées du giron de l’église ! ; 3/ Aider à la réalisation du rêve de Léon XIII et de Clément VIII, à savoir unir l’Occident à l’Orient, par l’intermédiaire des Ruthènes catholiques ! »488. Le projet était donc, à l’image d’autres actions menées en Galicie, de travailler en deux temps : dans le présent pour les Ruthènes en Autriche tout en gardant les yeux tournés vers la Russie en vue d’une réunion sur le modèle de l’Union de Brest.

101Bloqués par la fermeture concrète des frontières de l’Empire ou limités dans leur extension, les projets catholiques pour la Russie se tournent vers une solution alternative, jugée prometteuse : la conversion par la promotion d’un catholicisme de rite oriental.

Une mission sous le signe du rite oriental

  • 489  « Bella idea, ma fuor d’un miracolo è cosa impossibile », aurait dit Léon XIII sur le projet solov (...)

102Alors que les papes manifestent constamment leur affection pour les rites orientaux, la question du rite oriental se pose à nouveaux frais en Russie à partir de 1905. En effet, les conversions de masse qui suivent l’édit de tolérance d’avril 1905 soulèvent la question du type d’action missionnaire à promouvoir. Les perspectives du père Gagarin et de Vladimir Soloviev sur le passage de la Russie au catholicisme grâce au rite oriental, considérées à Rome comme une « belle idée » mais une « chose impossible […] à moins d’un miracle »489, revêtent une actualité brûlante et se traduisent par des essais concrets tant en Russie qu’en Occident.

1905 : le réveil de la question du rite oriental

  • 490  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 9, fasc. 4, f. 3-4 : « Indirizzo offerto dai pellegrini Greco-Uniti (...)
  • 491Ibid., pos. 10, fasc. 4, f. 6-7 : Symon à Gasparri, 23.11.1904, italien.

103Dès le 3 mai 1904, Pie X a été sensibilisé à la question des anciens uniates : il reçoit en effet en audience un groupe de pèlerins grecs-unis de Pologne russe. Ceux-ci apportent une supplique signée par plus de 56.500 personnes : au nom de leurs « frères qui gisent pris dans les chaînes d’une oppression religieuse », ces pèlerins demandent au pape de « dénoue[r] les liens que le persécuteur impose à [leur] âme », en nommant « un pasteur particulier qui, sous le voile du secret, puisse exciter [leur] ferveur et [les] soutenir », c’est-à-dire un évêque490. En novembre 1904, Mgr Symon reprend la demande des pèlerins et propose de développer une sorte de biritualisme en donnant à chaque prêtre en Russie « les facultés nécessaires et opportunes quant à la célébration de la Sainte Messe et à l’administration des Sacrements » pour satisfaire les besoins spirituels, tout en créant une association de prêtres sous la forme d’une « ligue de missionnaires pour les Uniates »491.

  • 492  Il s’agit vraisemblablement du village de Huszlew, situé à l’est de Siedlce. Une incertitude demeu (...)
  • 493 Nostre corrispondenze- Russia, dans CC, 19.08.1905 (56-III-1324), p. 500-501.
  • 494  Principes rappelés notamment par Léon XIII dans Orientalium dignitas, 30.11.1894.
  • 495  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 11-14 : Vincent Popiel (archevêque de Varsovie) à (...)
  • 496Ibid., pos. 897, fasc. 290, f. 40-41 : Gasparri à Girolamo Rolleri (secrétaire de la Propagande), (...)
  • 497  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 897, fasc. 290, f. 42-43 : Rolleri à Gasparri, 11.05.1905, SCPF rite (...)
  • 498Ibid., f. 44 : FU, 06.06.1905, italien.
  • 499Ibid., f. 45 : Merry del Val à Popiel, 07.06.1905, N°12022.

104En 1905, après l’annonce de l’édit de tolérance d’avril, l’ampleur des conversions au catholicisme pose la question du rite oriental. En effet, les conversions sont en fait localisées dans les régions comprenant des anciens uniates passés à l’orthodoxie au XIXe siècle. Ce mouvement de conversion est largement répercuté dans la presse catholique occidentale. Dès le mois d’août 1905, l’auteur des chroniques russes de La Civilità cattolica évoque les « scènes très émouvantes » de ces retours collectifs au catholicisme, comme le cas de la paroisse catholique de « Gusclev » dans le gouvernement de Siedlce492 qui voit arriver des « obstinés », c’est-à-dire des anciens uniates convertis à l’orthodoxie de trois villages, soit presque 1.000 personnes demandant leur inscription dans les livres paroissiaux et le baptême des enfants. Après 300 baptêmes et 600 inscriptions d’adultes dans les registres paroissiaux, « le soir tard, le petit troupeau, rayonnant de joie, chantant des hymnes sacrés polonais, regagna ses lares »493. Ces conversions de masse touchant majoritairement des anciens uniates, ou descendants d’uniates, posent un problème tant du point de vue canonique que de la stratégie missionnaire. En effet, selon le droit de l’Église, le rite d’une personne est déterminé par le rite du père et ce rite demeure valable à vie, seul le Saint-Siège pouvant accorder l’autorisation d’en changer494. La hiérarchie locale, qui connaît bien cette situation, considère toutefois que dans le diocèse de Lublin et Podlachie les anciens uniates « se convertissent au rite latin, parce qu’ils ne veulent plus eux-mêmes du rite ruthène et que le gouvernement non plus ne le supporte plus »495. Dans ce contexte, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires interroge dès le 5 mai 1905 la Congrégation de Propaganda Fide pour savoir si le Saint-Siège pourrait déléguer aux évêques la faculté de recevoir ces anciens uniates dans le rite latin496. La réponse de la Congrégation de Propaganda Fide datée du 11 mai est pragmatique : les forces limitées du clergé russe de rite oriental ne permettant pas d’encadrer cette nouvelle masse de fidèles, les convertis doivent passer au rite latin. On distingue toutefois « deux catégories de personnes » : « 1° ces latins – et leurs descendants – qui furent agrégés au schisme russe, parce qu’ils avaient quelque parent ou membre de la famille ruthène, ou alors parce qu’à cause de la plus grande proximité, ils furent baptisés à l’église ruthène par un prêtre ruthène ; 2° les véritables ruthènes, c’est-à-dire ceux nés d’un père ruthène ». Dans les deux cas, de larges pouvoirs – excluant le recours à Rome – sont donnés aux évêques latins : pour la première catégorie, il n’y a pas besoin d’un indult (dispense du droit commun) du Saint-Siège car l’action du gouvernement n’a pas le pouvoir de les faire changer de rite ; pour les « véritables ruthènes », le cardinal préfet propose que « étant donné les conditions spéciales de l’Empire russe, ces évêques puissent être autorisés à concéder le passage au rite latin au cas par cas, aux individus ou aux familles qui en feront la demande expresse par écrit »497. Cette proposition d’assouplissement de la procédure de changement de rite est acceptée par le pape lors de l’audience du 6 juin 1905, qui donne les « facultés aux évêques de la province ecclésiastique de Varsovie de recevoir dans le rite latin ces ruthènes qui en feront la demande par écrit »498. Dès le 7 juin, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires communique cette décision à l’archevêque de Varsovie et aux autres évêques de la province499.

  • 500  Baurain au p. Merklen citée par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 24
  • 501  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 3 : Szeptyckyj à « Votre Eminence », 02.07.1905, f (...)
  • 502 Ibid., f. 39-40 : Skirmunt, « Osservazioni in quanto all’eventuale ristabilimento della Gerarchia (...)
  • 503  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 910, fasc. 298, f. 2 : anonyme [Skirmunt], « Il rito ruteno in Russia (...)

105Ce passage généralisé au rite latin ne satisfait pas tous les catholiques intéressés par la question russe. Selon le père assomptionniste Baurain, « le retour au latinisme a été favorisé par les Polonais et le Saint-Siège et, à nouveau, la naissance d’une Église russe catholique est manquée »500. Mgr Szeptyckyj présente à Rome, dès l’été 1905, un projet de refondation de l’Église orientale en Russie qui passe par la provision du siège ruthène de Chełm, supprimé unilatéralement par le gouvernement russe. Le métropolite s’appuie sur les « restes du clergé du diocèse de Chelm, réfugié lors de la persécution de 1872 à 75 dans [s]a province » et estime que la restauration de ce diocèse serait à la fois une façon de clore un passé douloureux marqué « par les persécutions des schismatiques » et une manière d’ouvrir l’avenir en utilisant ces prêtres dans un contexte « qui devient vraiment bien proche d’un mouvement assez général des orthodoxes Russes vers la foi catholique »501. Malgré un a priori négatif sur cette question (populations « indifférente[s] » au rite, hostilité des Polonais au rétablissement d’une hiérarchie orientale), Mgr Skirmunt – qui examine le projet de Mgr Szeptyckyj – reconnaît le potentiel du rite oriental pour convertir les Russes qui sont « très attachés au rite oriental ». Dans une perspective missionnaire, il propose donc de laisser aux convertis « la liberté […] de choisir le rite qu’ils veulent » et d’ouvrir des négociations avec le gouvernement russe en se fondant sur l’oukase d’avril qui – s’il n’évoque pas le rite gréco-catholique – » offre un fondement suffisant, pour traiter la question du rétablissement du diocèse gréco-catholique de Chełm avec le gouvernement »502. Quelques mois plus tard, en mai 1906, Mgr Skirmunt propose même de concéder des facultés temporaires, pour un an, à des missionnaires ruthènes en limitant toutefois leur champ d’action aux « provinces ruthènes stricto sensu (Volhynie, Podolie, Kiev) » et aux « Ruthènes en Russie (anciennement uniates, aujourd’hui schismatiques) »503.

  • 504  Les actes de ce synode furent publiés seulement cinq ans plus tard et « après de longues et labori (...)
  • 505  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 983, fasc. 424, f. 15-17 : Szeptyckyj à « Eminentissime Princeps », (...)
  • 506Ibid., f. 18 : lettre à Szeptyckyj, Rome, octobre 1906 [jour non précisé], N°19949 et f. 19 : lett (...)
  • 507Ibid., f. 20-21 : Szeptyckyj à « Eminenza », Léopol, 07.11.1906, italien.
  • 508  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 41-42 : Fr. X., év. de Rosea [Jourdan de la Passar (...)
  • 509  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, f. 1-8 : Ponenza – Suprema S. Congr. del S. Offizio (agosto 1907), italie (...)

106Si on peut penser que la mission confiée aux jésuites correspond à un renouveau de l’action missionnaire pour les Ruthènes, aucune décision n’est prise quant au rétablissement d’une hiérarchie de rite oriental. Le métropolite ruthène présente alors en septembre 1906 un nouveau projet à la Secrétairerie d’État, en se fondant sur Orientalium dignitas, pour demander une prise de position claire de la papauté contre le passage au rite latin des orthodoxes convertis en Autriche-Hongrie et en Russie mais aussi pour soumettre à Rome une série de points précis sur la latinisation des pratiques ruthènes. Le métropolite de Lemberg unit donc indissociablement des revendications classiques sur le rite oriental dans l’Empire austro-hongrois (qui relèvent de sa compétence) à une stratégie religieuse pour la Russie. Alors que le synode de Lemberg en 1891 avait encouragé certains latinismes dans les pratiques (notamment le célibat ecclésiastique)504, Mgr Szeptyckyj essaie de renverser la tendance par une purification du rite ruthène, notamment en endiguant le développement des dévotions au Sacré-Cœur de Jésus, à l’Immaculée Conception et à saint Joseph, et en reprenant certaines cérémonies du culte oriental ou certains usages comme le port de la barbe pour le clergé505. La Secrétairerie d’État demande alors des informations supplémentaires au métropolite et transmet la question sur les dévotions au Saint-Office506. Le 7 novembre 1906, le métropolite précise les « points rituels à restaurer dans le rite gréco-ruthène » et demande de nouveau que le pape adresse « un écrit aux orientaux, dans lequel il déclare être sa volonté […] que leurs rites demeurent pleinement garantis, et interdit le passage arbitraire du rite oriental au latin ». Cette lettre serait particulièrement opportune dans le contexte russe, marqué par la publication de la constitution le 23 avril 1906 qui pourrait susciter de nouveaux « retour[s] de nombreux schismatiques à l’union » et surtout pour « démentir les opinions qui fermentent dans le cœur de nombreux habitants de Russie, comme si le présent Saint Père avait le plan de dévier des voies de ses prédécesseurs ». Le métropolite présente clairement comme une « malchance » le fait que « les fidèles du diocèse de Chelm so[ie]nt passés au rite latin », ce dont « les schismatiques » se servent comme d’une « arme contre le Saint-Siège »507. Si ces projets de Mgr Szeptyckyj n’aboutissent guère, le Saint-Siège semble bien sensible à leur potentiel missionnaire. À l’automne 1906, alors que le « Concile national de tous les Évêques orthodoxes de l’Empire Russe » est annoncé pour l’année suivante, Mgr Jourdan de la Passardière attire l’attention du Secrétaire d’État sur la nécessité pour le Saint-Siège d’avoir « posé, au moins les premiers éléments d’une hiérarchie catholique du rit oriental » et recommande de consulter Mgr Szeptyckyj sur cette question, afin de ne pas perdre cette « occasion unique d’ébranlement vers l’Unité religieuse dans l’Empire » car « la Russie ne reviendra à l’Unité Catholique que […] sur la base de la conservation de son rit séculaire Oriental »508. L’attitude du Saint-Office dans l’affaire de la conversion du prêtre orthodoxe Chandru démontre d’ailleurs une volonté de préserver le rite oriental. Au dubbio présenté par l’évêque de Luck-Žitomir sur le rite à adopter par ce prêtre converti en 1906, le consulteur du Saint-Office, Mgr Symon, rappelle que le Saint-Siège est compétent pour les passages de rite mais que, dans ce cas précis, le passage au rite latin est déconseillé car il créerait « un précédent » qui pourrait « effrayer » de futurs candidats à la conversion. Pour résoudre le problème posé par l’évêque de Luck-Žitomir, dont le diocèse ne compte pas d’église ruthène, Mgr Symon propose d’envoyer le prêtre Chandru à Saint-Pétersbourg auprès des fidèles de rite oriental ou alors en Galicie chez les basiliens « pour apprendre le rite grec uni selon les normes approuvées par le Saint-Siège »509.

Un modèle alternatif : russisation sans orientalisation

  • 510 CC, 01.01.1910 (61-I-1429), p. 126-127. Dès 1908, la fondation de Věra i žizn’ avait été encouragé (...)
  • 511  Ст. Тржецякъ, Христосъ и соцiальный вопросъ [Le Christ et la question sociale], dans Вѣра и Жизнь (...)
  • 512Вѣра и Жизнь, janvier 1910 (III-1), couverture. Cf. document 24.
  • 513  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : rapport du p. Bois «  (...)
  • 514  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 27-28 : lettre de Sophie Gontcharoff, N°43288, (...)
  • 515  Nathalie Serguéievna Ouchakova (Natal’â Sergeevna Ušakova), cousine de Stolypine et amie de Maria (...)
  • 516  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 93 : anonyme [Benigni ?], « Russia P[ietro]burg (...)
  • 517  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 1, f. 5 : Ledóchowski à Pie X, Rome, 11.01.1912, italien.

107Cependant, face au mouvement de conversion qui suit 1905, certains membres du clergé « polonais » s’engagent dans une voie alternative au rite oriental, prévoyant simplement une « russisation » superficielle du catholicisme. À Saint-Pétersbourg, dans la paroisse Saint-Casimir, l’abbé Około-Kułak, qui développe une action sociale dans ce quartier excentré et industriel, fonde le « premier périodique catholique en russe »510 : Věra i Žizn’ (Foi et Vie), mensuel publié entre 1907 et 1912, dont il existe également une édition polonaise. L’influence latine et polonaise y est bien sensible : les articles sont souvent traduits du polonais comme celui de 1910 de l’abbé Trzeciak sur la question sociale511 et l’iconographie dénote clairement une esthétique latine (place Saint-Pierre, croix latine)512. La promotion d’un catholicisme latin d’expression russe est également soutenue par le jésuite Jan Urban qui sympathise avec le groupe de rite gréco-russe en septembre 1908 et propose qu’en dehors de l’office slave la chapelle accueille un prêtre latin pour une messe en russe « pour ceux des Russes qui ont des préférences pour le rite latin ». Soutenu par Mgr Cieplak, l’évêque auxiliaire de Mohilev, ce projet aurait été rejeté par le groupe de rite gréco-russe pour éviter toute « subordination vis-à-vis de la hiérarchie ecclésiastique latine » mais aussi une « combinaison » de fait birituelle (chapelle « juxtapos[ant] les deux rites »513). Cette proposition d’un culte de rite latin adapté à un public russe rencontre toutefois un certain succès parmi les Russes convertis. Comme le signale Sophie Gontcharoff, « une cinquantaine de personnes » se rendent à l’invitation du père Urban à la chapelle du Corps des Pages (palais Vorontsov) où le jésuite devait exceptionnellement prêcher en russe le 26 décembre 1909. Cette proposition suscite également une violente opposition de certains membres du clergé polonais : le sermon russe prévu ce 26 décembre ayant dû être annulé suite à l’opposition du chapelain […] qui demanda aux Russes de se ranger ensemble, ce qui provoqua une « confusion générale » car « personne n’éta[i]t pressé de se déclarer russe »514. Le rejet des catholiques de « nationalité » russe par la curie de Mohilev se révèle dans d’autres situations concrètes. Par exemple, en 1910, la princesse Ouchakova515, catholique de rite slave, avance pour le baptême une petite fille, nommée Nathalie. Bien que le calendrier catholique indique ce nom en juillet, Mgr Cieplak refuse ce nom de baptême en disant que « chez nous ce nom n’existe pas » et demande d’en choisir un autre. Une note marginale au rapport sur cet événement dans les archives de la Secrétairerie d’État précise que « Natalia [est un] nom courant parmi les Russes, [mais] non utilisé par les Polonais »516. Le « chez-nous » évoqué par l’évêque fait donc du catholique russe un étranger en son propre pays. Ce refus d’inculturation d’une partie du clergé de Mohilev explique que l’abbé Około-Kułak ne soit plus soutenu en 1912 par sa hiérarchie. Peut-être sur pression gouvernementale, l’archevêque Kluczyński refuse de désigner un censeur ecclésiastique pour relire Věra i žizn’, qui ne paraît plus. Probablement à la demande du père Urban, les jésuites de Cracovie et la curie généralice de la Compagnie relaient alors directement à Pie X ce problème517. Dans ce cas de défaillance de la hiérarchie diocésaine, un ordre religieux étranger sert de relais entre les fidèles et Rome.

  • 518  G. Morel, Correspondance – Russie (Saint-Péterbourg, le 03/16.06.1905), dans Revue catholique des (...)
  • 519  M. A. Stolypine, La question catholique en Russie, dans La Croix, 09.05.1908 (29-7704), p. 3.
  • 520La question catholique en Russie, dans La Croix, 31.05-01.06.1908 (29-7722), p. 3.
  • 521  Fëdorov à Szeptyckyj, 04.11.1907, cité par P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 36.

108Cependant, le sort des néo-catholiques de 1905 préoccupe également le gouvernement russe. Dès 1905, l’abbé Morel expose le problème posé aux « politiciens » russes par les retours massifs au catholicisme de rite latin car quand « les anciens uniates de la Petite-Russie ou de la Russie Blanche se f[ont] catholiques, c’est autant de Russes qui se font Polonais ». La seule solution contre ce « reflux de la Pologne sur la Russie, de l’Occident sur l’Orient », serait – Morel cite ici le Novoe Vremâ – de « se mettre sans perdre un instant en relations avec le pape pour la reconstitution d’une Église uniate »518. Ce débat revient avec force en 1908 lors de la publication de deux articles du frère de Pëtr A. Stolypine, Aleksandr A. Stolypine, dans Novoe Vremâ (20 avril/3 mai et 5/19 mai), tous deux traduits dans La Croix avec des commentaires très enthousiastes. L’auteur y avance l’idée qu’à l’âge de la liberté de conscience « les communautés catholiques de rite oriental ont le droit d’exister, et cela ouvertement »519. Dans le second article, Aleksandr Stolypine considère que la concession des libertés civiles implique un modèle d’État sécularisé, dans lequel on aborde les questions religieuses d’un « point de vue politique » et non religieux520. Le catholicisme de rite latin pourrait ainsi accueillir davantage la langue russe dans le culte, pour les sermons et les offices complémentaires. C’est d’ailleurs en ce sens qu’en 1907, Sazonov, alors chargé d’affaires de Russie auprès du Saint-Siège, aurait pris contact avec Léonide Fëdorov pour lui proposer « une paroisse toute préparée » dans le rite latin à la condition que le jeune prêtre « préserv[e] de la polonisation cette Église catholique latine »521.

109Le projet alternatif d’un catholicisme russisé attire certains prêtres et certains hommes politiques, mais reste entravé par les tensions nationales et le durcissement de la situation politique. Cependant le catholicisme de rite oriental, dont la renaissance a échoué en 1905 sur les marches occidentales de l’Empire, tend à se développer dans la capitale.

Le groupe catholique de rite russe à Saint-Pétersbourg : « les derniers des utopistes »522 ou un « commencement d’Église »523 ?

  • 522  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : rapport du p. Bois «  (...)
  • 523  R. Janin, Églises orientales, dans Catholicisme, III, col. 1460.

110Malgré sa faiblesse numérique, le groupe catholique de rite russe attire très vivement l’attention du Saint-Siège. Entre 1908 et 1914, presque la moitié (6/13) des sessions de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires concernant la Russie est consacrée à ce groupe. Les volumineux dossiers conservés aux archives vaticanes témoignent du caractère inédit des difficultés rencontrées mais aussi de leur aspect stratégique pour l’avenir du catholicisme en Russie.

  • 524  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 21 : Nicolas Tolstoy à Léon XIII, Rome, 11.08.1899, français.
  • 525Ibid., f. 34 : note, italien.
  • 526  Sur Aleksej Evgrafovič Zerčaninov (1848-1933 ou 1934) : D. Attwater, Leonid Feodorov and the Catho (...)
  • 527  Fëdorov à Szeptyckyj du 21.06.1907, dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37.
  • 528  Jean (Ivan) Alexandrovič Deubner (parfois Deibner ou Dejbner) (1873-1936). Originaire d’une famill (...)
  • 529  Nous avons peu d’informations sur Eustaphe Sousalev (ou Sussalew), en dehors du fait qu’ancien vie (...)
  • 530 CC, 01.01.1910 (61-I-1429), p. 124.
  • 531 Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16. Sur le terme « capholique », voir plus bas.
  • 532  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909, ponenza, n. 1 p. 5, italien. Le rite ruthène a, (...)
  • 533  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 49. Ce projet aurait été inspiré par les assomptionnis (...)
  • 534  Cf. A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 88-96.
  • 535  Exemple : « въ православно-каөолической Церкви Сошествiя Св. Духа » (Слово Истины, 01.01.1913 (I-1 (...)
  • 536Наша программа [Notre programme], dans Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 3 (« они уже заключаются (...)
  • 537  J. Daubray, Chronique Les « orthodoxes-catholiques » – Leur doctrine, dans Échos d’Orient, 1913 (X (...)
  • 538  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, Sommario Num. VII, Observations du père (...)
  • 539  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 24-25 : lettre de Joannes Deubner, Rome, 20.04. (...)
  • 540 Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16.

111En 1895-1896, le père Tolstoï agit comme prêtre de rite oriental de façon quasi indépendante en Russie et à l’étranger. En 1899, il affirme encadrer « le mouvement vers l’union qui commence à se manifester en Russie », recevoir « les adhésions à l’Union catholique même des prêtres » et remettre « un certificat de l’adhésion formulée ». Pour authentifier son travail, il demande à la « Congrégation du Saint Office de vouloir bien [lui] donner une pièce qui justifie ce qu[’il] fai[t] en présence des autorités ecclésiastiques »524. D’après la note de travail du Saint-Office, on sait qu’une « lettre fut écrite » pour informer l’archevêque de Mohilev525. Ce n’est pourtant qu’en 1908 qu’émerge un véritable groupe, fédéré autour d’une chapelle organisée par l’abbé Zerčaninov526. Ce dernier, prêtre orthodoxe marié (ordonné en 1871) de l’éparchie de Nižnij-Novgorod, converti en 1896 à l’issue d’un cheminement intellectuel personnel, est incarcéré de 1898 à 1901 dans la prison cléricale du monastère de Souzdal puis assigné à résidence près de Nižnij-Novgorod jusqu’en 1905. Il ne recevra que le 3 décembre 1909 un décret du consistoire ecclésiastique de Nižnij-Novgorod le suspendant du sacerdoce. Cependant, dès le printemps 1907, il obtient un laissez-passer pour l’étranger et se rend à Lemberg et à Rome. Il obtient une audience de Pie X, au cours de laquelle Léonide Fëdorov sert de traducteur527. Dès 1909, le groupe s’étoffe avec l’arrivée de deux nouveaux prêtres : Jean Deubner, converti en 1899 et qui est ordonné par Mgr Szeptyckyj en 1902528, ainsi qu’Eustaphe Sussalew, prêtre vieux-croyant converti au catholicisme529. La communauté regroupe quelques dizaines de fidèles, composés de convertis de l’orthodoxie mais aussi de catholiques d’origine polonaise d’expression russe et d’anciens uniates530. Une vie liturgique et communautaire s’organise. En 1913, la proposition liturgique de « l’église orthodoxo-capholique de la Descente du Saint-Esprit » à Saint-Pétersbourg est assez complète : chaque jour est célébrée une liturgie avec moleben à 9 h du matin et à 19 h avec acathiste, les veilles des fêtes et des dimanches, une célébration à 19 h et les dimanches et fêtes la Sainte Liturgie à 11 heures ainsi qu’une liturgie avec acathiste à 19 heures, suivie d’une causerie (beseda)531. Se pose alors la question de la définition et de la situation hiérarchique de ce groupe. Le nom du groupe fluctue : au départ, on parle de catholiques de rite gréco-ruthène mais, à partir de 1909, le Saint-Siège préfère le terme « catholiques de rite gréco-russe » pour insister sur le fait que ce groupe suit le « rite pur des gréco-slaves de Russie » et non le rite suivi par les Ruthènes qui a subi « quelques changements, notamment du fait du contact avec le rite latin » depuis l’union de Brest532. Par ce choix d’une nouvelle appellation, le Saint-Siège essaie d’inaugurer quelque chose de neuf pour réussir cette fois l’union avec l’orthodoxie russe. Cependant, cette hétérodésignation du groupe comme « catholiques de rite gréco-russe » ne suffit pas aux intéressés. Dans la nuit de Pâques 1909, les prêtres du groupe envoient un télégramme au tsar l’assurant de leur prière où ils se présentent comme « les vieux-croyants russes, en communion avec le Siège Apostolique de Rome ». Le baron Woldemar (Vladimir) Frederiks, ministre de la Cour (grand-maréchal), répond par une lettre de remerciements – qui servira de pièce justificative lors des visites de police – adressée aux « vieux-croyants en communion avec le Saint-Siège »533. Le groupe ne s’en tient pas là. En 1912, l’abbé Deubner installe, devant la chapelle, une plaque mentionnant « Église orthodoxe catholique ». Le groupe souhaite se situer dans l’héritage direct de Vladimir Soloviev et aller très vite à l’union entre orthodoxie et catholicisme534. La revue Slovo Istiny (Parole de vérité), qui paraît à Saint-Pétersbourg entre 1913 et 1920, affirme alors une identité à la fois pleinement orthodoxe et catholique. La revue porte comme sous-titre « pravoslavno-katoličeskij žurnal », « revue orthodoxo-catholique ». Dans cette revue, le terme de « catholique » s’écrit avec un fita (ө), lettre d’origine grecque peu utilisée (каөолическій), au lieu d’un « т » (католическій) pour marquer la différence utilisée par certains orthodoxes entre le « caTholicisme », correspondant aux frontières actuelles de l’Église romaine, et le « caPholicisme », signifiant l’esprit vraiment universel du christianisme, titre auquel prétend également l’Église d’Orient535. Cette variation dans l’écriture même du terme de « catholicisme » implique une distance critique avec l’Église catholique dont l’universalité est considérée comme un idéal et non comme un acquis. Le groupe revendique, par ailleurs, une identité orthodoxe et russe. Dans l’article programmatique de cette revue, en janvier 1913, l’Église orthodoxe est présentée comme déjà catholique : il ne manque donc que l’élan vers Rome pour faire advenir la réunion536. Le nationalisme russe n’est pas absent : « Nous, héritiers de V. S. Soloviev, croyons que la mission nationale de la Rus’ est l’union des Églises, et que l’on ne l’appelle pas en vain Sainte Russie ». Un commentateur, probablement assomptionniste, fait alors remarquer que Slovo Istiny « aurait pu se nommer Revue Soloviev »537. Pour le père Evreinov, chargé d’examiner cette revue en 1914, s’il s’agit du « premier essai d’apologétique catholique faite par des russes dans l’Empire même des Tsars », il conviendrait de développer un discours plus accessible, c’est-à-dire « vulgariser […] les enseignements de l’Église Catholique sur différentes questions d’ordre religieux, moral et social » plutôt que de travailler sur « certaines abstractions [de] M. Solovieff »538. Malgré tout, cette synthèse orthodoxo-catholique n’est pas facile à tenir. L’Église latine est parfois purement et simplement imitée. Du point de vue liturgique, l’abbé Deubner demande des facultés en 1912 pour pouvoir s’adonner au culte du Sacré-Cœur et à la communion fréquente, que le Saint-Siège, particulièrement vigilant face au danger de latinisation des rites, refuse provisoirement d’accorder539. De même, le catalogue des livres proposés à la vente par la revue Slovo Istiny de 1913 présente à la fois des ouvrages spécifiques au catholicisme russe (Источникъ Милосердiя. Сборникъ восточно-кафолическихъ славянскихъ молитвословiй [La source de la Miséricorde. Recueil de prières slaves orientalo-capholiques] ou la traduction russe de l’ouvrage de Soloviev La Russie et l’Église universelle – Россiя и Вселенская Церковь) mais aussi des ouvrages d’apologétique classique simplement traduits en russe (Донъ Боско [Don Bosco], Лурдская Богоматерь [La Vierge de Lourdes])540.

  • 541  La « cappella di rito slavo cattolica » est présentée par La Civiltà cattolica comme incarnant « u (...)
  • 542  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37.
  • 543  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907, ita (...)
  • 544  Voir p. 64 et 385-386.
  • 545  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914 - Ponenza. Sacra Congregazione, Russia. Gruppo ca (...)
  • 546  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Ponenza, Sommario Num. III, Merry del Val à Szep (...)

112Laboratoire de la catholicité de l’Église et vitrine du respect de la diversité des rites541, le groupe de Saint-Pétersbourg reste jusqu’en 1914 profondément entravé par un problème de juridiction : Mgr Szeptyckyj, la curie « polonaise » de Mohilev, les religieux occidentaux et le Saint-Siège s’opposent sur la tutelle du petit groupe. Au printemps 1907, Pie X reçoit successivement en audience l’abbé Zerčaninov et Mgr Szeptyckyj. Le pape reconnaît oralement au métropolite ruthène une juridiction sur la Russie et, le 29 juin 1907, Szeptyckyj nomme Zerčaninov vicaire-général pour l’éparchie de Kamenec-Podolsk542. Cette situation est immédiatement contestée : en décembre 1907, Mgr Denisewicz « se plaint de la présence à Saint-Pétersbourg d’un pope converti, un certain Zerčaninov, lequel prétend dépendre de l’archevêque de Léopol de rite grec, et ne prêt[e] aucune attention à l’autorité ecclésiastique locale »543. En février 1908, Mgr Szeptyckyj se fait confirmer par écrit par Pie X ses facultés sur le diocèse russe de rite oriental de Kamenec et donc sur le groupe de rite oriental de Saint-Pétersbourg544. En parallèle, en mai 1908, les cardinaux de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires décident de choisir un « superior missionis » directement soumis à la Congrégation en la personne de Zerčaninov. Le décret de nomination de Zerčaninov est remis au dominicain Schumpp et ce dernier est également chargé de « veiller » sur le groupe et de rédiger un « rapport complet et soigné sur le nombre et l’état des catholiques, notamment des ecclésiastiques de ce rite »545. Les Affaires ecclésiastiques extraordinaires agissent donc parallèlement au pape à la fois dans la même direction (Zerčaninov est désigné comme supérieur) et avec de notables différences quant aux autorités de tutelle du groupe (Szeptyckyj selon le pape ; un religieux occidental et les Affaires ecclésiastiques selon cette Congrégation). Il est donc logique que les informations qui parviennent à Rome pendant l’été 1908 sur les ingérences de Mgr Szeptyckyj dans les affaires russes provoquent les foudres des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Le 26 septembre 1908, la Secrétairerie d’État écrit au métropolite ruthène pour lui expliquer la teneur du décret de mai 1908, à savoir l’existence d’un « supérieur […] immédiatement assujetti au Saint-Siège » et demande qu’« étant donné l’extrême délicatesse » de la situation en Russie, le métropolite « veuille bien – par égard pour les dispositions du Saint-Père – [s’]abstenir scrupuleusement d’intervenir d’une façon quelconque auprès d’eux »546.

  • 547Ibid., Sommario Num. VI, extrait d’une lettre de François Paris 17/30.12.1908, parvenue à Rome mi- (...)
  • 548  Durant la discussion, Merry del Val insiste sur le rappel à l’ordre de Szeptyckyj qui croit « de b (...)
  • 549  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, p. 45 (4edubbio, italien) et décisions (...)
  • 550  La lettre de Merry del Val à Szeptyckyj du 19 juillet 1909 (Seg. St. N°38661), devrait – selon les (...)
  • 551  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1153, 1911, Ponenza, Num. VI : Denisewicz à Merry del Val, S (...)
  • 552  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 305, f. 61 : Denisewicz à Merry del Val, Saint-Pétersbourg (...)
  • 553Ibid., fasc. 306, f. 41 : Merry del Val à Denisewicz, 27.07.1909, N°38774, latin (« per via privat (...)
  • 554  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Procès-verbal, p. 2-3.
  • 555  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164b, 1912. Ponenza, p. 5, italien.
  • 556 Ibid., Ponenza, Sommario unico, p. 7-8 : lettre de Merry del Val à Kluczyński, Rome, 13.02.1911, l (...)
  • 557  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164b, 1912. Procès-verbal, p. 5.

113Cependant, l’organisation mise en place en mai 1908 fonctionne mal. Au début de l’année 1909, Rome n’a toujours reçu aucune nouvelle du groupe alors que plusieurs informateurs, comme François Paris, annoncent le départ inopiné de Zerčaninov de Saint-Pétersbourg547. Cette situation provoque la réunion d’une session de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires le 4 février 1909. Les cardinaux décident alors de rappeler à l’ordre Schumpp et Zerčaninov tout en affirmant à Mgr Szeptyckyj qu’il ne détient aucun pouvoir sur la Russie548. Ces injonctions restent inefficaces et, le 15 juillet 1909, les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires décident de confier à un « prêtre latin » – le père Bois – » la charge de surveiller et d’aider le groupe catholique gréco-russe »549 en insistant de nouveau auprès de Mgr Szeptyckyj pour qu’il prenne du recul550. Ce passage du groupe sous la protection d’un nouveau religieux occidental s’avère également inefficace car, courant 1909, deux prêtres russes-catholiques – Zerčaninov et Sussalew – demandent à passer sous la juridiction de la curie de Mohilev551. Cette dernière présente alors à Rome une série de dubbi sur le groupe de rite oriental552 auxquels la Secrétairerie d’État répond par « voie privée »553. Dès l’été 1909, le groupe russe-catholique est donc bien de fait sous la tutelle de la curie latine. Cependant, ce n’est qu’en février 1911 que les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, réunis en session, acceptent officiellement cette situation. Les facultés données à Zerčaninov et à Bois sont alors supprimées et des conditions sévères sont posées à ce changement de tutelle. Tout d’abord, les cardinaux insistent pour que cet arrangement soit considéré comme « provisoire, ad nutum S. Sedis » et comme l’effet du « manque de personnes adéquates ». Ainsi le pouvoir donné à la curie de Mohilev ne doit-il pas être « ordinaire mais délégué ad personam » en attendant que puisse se constituer une paroisse autonome de rite oriental. Les cardinaux insistent aussi pour que le groupe soit distingué des catholiques de rite latin et que l’archevêque le favorise « de façon paternelle », en évitant tout « changement dans la liturgie » et que toute introduction de « pratiques latines » soit précédée d’un « examen préliminaire du Saint-Siège ». Enfin, le père Bois se voit confirmer son rôle de surveillance et d’information du Saint-Siège mais cette fois « comme personne privée »554. Les cardinaux souhaitent enfin que cette décision de confier à Mgr Kluczyński la juridiction sur le groupe de rite gréco-russe soit communiquée « par voie secrète, dans le but de conjurer de possibles obstacles de la part du gouvernement »555. Le secrétaire d’État écrit donc à l’archevêque de Mohilev le 13 février 1911556 mais l’archevêque insiste pour avoir un document officiel. Les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, de nouveau réunis au sein d’une session en janvier 1912, jugent « prématuré » et « dangereux » l’envoi d’un tel document par le biais du gouvernement557.

  • 558  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 66. Sur Makarov, voir ГДРИ, p. 390-391.
  • 559Уніатство въ столицѣ [L’uniatisme dans la capitale], dans Новое Время [Nouveau temps], 12/25.02.19 (...)
  • 560La Russie et le Vatican, dans Revue contemporaine, 02/15.03.1913 (4-71), p. 121-122.
  • 561Chiusura della Chiesa greco-cattolica di Pietroburgo, dans Roma e l’Oriente, 11.1912-04.1913 (V), (...)
  • 562  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 24 : Merry del Val à Kluczyński, Rome, 03.07.1913, (...)
  • 563  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 72.
  • 564  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 11, italien.
  • 565 Ibid., Procès-verbal, p. 6-10.
  • 566  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Procès-verbal, p. 2-3.
  • 567  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 75-76. Sur Verhovskij, voir infra, p. 244.

114La situation du groupe devient, par ailleurs, particulièrement difficile. En effet, alors qu’en janvier 1912, Mlle Ouchakova avait obtenu du ministre de l’Intérieur Makarov une promesse de tolérance – sans autorisation officielle – du groupe558, une véritable crise éclate le dimanche 10/23 février 1913. Alors que l’abbé Deubner allait commencer la liturgie, Mgr Nikandr (Fenomenov), l’évêque orthodoxe de Narva et coadjuteur du métropolite de Saint-Pétersbourg, intervient et harangue les fidèles. La presse gouvernementale dénonce alors le retour de l’uniatisme et des jésuites dans le cœur même de la capitale559 et fait connaître son point de vue à l’étranger par l’intermédiaire de la Revue contemporaine qui crie – en français – à la « perfidie » et à la « supercherie » catholique qui imite les rites de l’Église orthodoxe, utilise la dénomination « Pravoslave Catholique », autant de « piperies indignes d’un vrai sentiment religieux »560. Malgré la réaction des catholiques occidentaux561, le gouvernement fait fermer les deux chapelles de la rue Barmalaieva et de la rue Polozovaâ, en affirmant que les autorités pensaient qu’il s’agissait d’une liturgie latine et non orientale. Dans cette crise, la curie de Mohilev ne semble avoir soutenu que mollement le groupe de rite oriental. Elle semble, en revanche, avoir joué son rôle du point de vue du respect du rite en présentant au Saint-Siège ses questions (« doutes ») liés au rite oriental, comme à l’été 1913562. Après 1913, le groupe survit dans une semi-clandestinité. Fëdorov, qui célèbre la Semaine Sainte de 1914 à Saint-Pétersbourg dans la clandestinité, évalue alors la communauté à 43 catholiques militants dans la paroisse et 700 autres trop éloignés pour suivre régulièrement les offices563. Cependant, à la veille de la Guerre, la déception du Saint-Siège est palpable. La ponenza pour la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de mars 1914 se plaint « que ce groupe corresponde mal [aux] espérances et efforts [du Saint-Siège] et, au contraire, donne l’impression de dévier de la discipline et […] de la pureté de la foi catholique »564. Le cardinal Lorenzelli est déçu que « cette belle initiative ne puisse prospérer » à cause de problèmes individuels. Le cardinal Gasparri y voit un « labyrinthe sans porte de sortie ». Merry del Val conserve un peu d’espérance en « ce lumignon » qu’est le groupe gréco-russe « en attendant le jour du Seigneur »565. Quant à la tutelle confiée à Mgr Kluczyński, les cardinaux semblent la considérer plus que jamais comme temporaire. L’échec du groupe est toutefois rejeté sur le gouvernement qui a ordonné la fermeture de la chapelle566. Pendant la Guerre, la communauté, privée de Fëdorov (exilé à Tobolsk), semble divisée entre Zerčaninov qui célèbre les offices dans une chapelle de l’église « polonaise » de Sainte-Catherine, l’abbé Deubner qui réussit à célébrer rue Barmalaieva par une porte dérobée et l’abbé Verhovskij qui célèbre dans la chapelle latine des Chevaliers de Malte (Corps des Pages, palais Vorontsov)567.

  • 568  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 306, f. 42 : « Cattolici Greco Russi P. Bois etc. Lettere (...)
  • 569  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Procès-verbal, p. 1.
  • 570  « Si l’on fait allusion à des instructions ou autorisations secrètes, on ne peut […] penser qu’aux (...)
  • 571  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 35-36 : Merry del Val au secrétaire du Saint-Office [Rampolla] (...)
  • 572 Ibid., f. 37 : note ms. « Russia 15 maggio 1911 ».
  • 573Ibid., f. 41. Cet avis des cardinaux est approuvé par le pape le 22 juin 1911.

115Entre 1907 et 1914, les décisions romaines sont donc marquées par un flou notable. Outre le décalage entre les décisions prises d’un côté par Pie X et de l’autre par la Secrétairerie d’État en 1907-1908, on peut s’interroger sur l’atmosphère de secret, dans laquelle le Saint-Siège fait baigner tous ses actes concernant le groupe russe-catholique. Par exemple, lors de la nomination du père Bois en 1909 comme « surveillant » de Zerčaninov, certaines lettres du Saint-Siège pour appuyer la mission confiée à Bois sont à « montrer et non à donner », comme celle destinée à la curie de Mohilev, aux prêtres russes, au père Schumpp et à la princesse Ouchakova568. À terme, ce secret dans la nomination des responsables du groupe pose des problèmes, comme le reconnaît le cardinal Agliardi dès février 1909. Dans l’échec de Zerčaninov, le cardinal reconnaît, en effet, la part de responsabilité du Saint-Siège : « on a tenu trop secrète la mission de Z[erčaninov] il convient d’agir plus ouvertement avec prudence »569. Selon Mgr Szeptyckyj, qui fait le bilan de la situation du groupe en 1914, c’est le secret adopté par la Secrétairerie d’État qui aurait accrédité la thèse de sa propre intrusion dans les affaires du groupe gréco-russe570. La Secrétairerie d’État, qui s’est battue pour prendre le pouvoir sur le groupe russe-catholique aux dépens de Mgr Szeptyckyj, n’aurait ainsi pas assumé pleinement les conséquences de cette situation. Le malaise du Saint-Siège est perceptible en mars 1911 lorsque la Secrétairerie d’État, incapable d’imposer ses vues et d’assurer la discipline, fait appel à la Congrégation du Saint-Office pour l’affaire des prêtres Tolstoï et Storojew. Le premier, « abandonné par sa compagne orthodoxe, vit en concubinage », « publie dans des journaux russes des articles risqués » et se « vante d’avoir obtenu des facultés extraordinaires du S. P. Léon XIII », alors que Storojew « célèbre la messe dans un rite oriental mêlé d’éléments latins »571. Le Saint-Office, décontenancé par cette communication de la Secrétairerie d’État572, finit par se considérer comme incompétent et renvoie le dossier à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires puisqu’il s’agit de « choses purement disciplinaires » sur lesquelles la Suprême ignore les précédents et pour lesquelles elle ne dispose d’aucun « moye[n] sû[r] de correspondance »573.

  • 574  Cf. p. 212-213.

116Cependant, alors que le groupe de Saint-Pétersbourg attire l’attention et les inquiétudes du Saint-Siège, Moscou voit également se structurer une communauté de rite oriental, essentiellement sous la forme d’un groupe de laïcs sous l’influence des dominicains français. Le groupe est cependant embryonnaire à la veille de la Guerre puisque le couple Abrikosov entre dans le Tiers-Ordre dominicain seulement en 1912574.

Des laboratoires de rite oriental à l’étranger

117Les difficultés du rite oriental en Russie suscitent cependant la création en Occident de plusieurs institutions pour ce rite.

  • 575  Pour la biographie de Leonid Fëdorov (1879-1935), béatifié en 2001, cf. P. Mailleux, Entre Rome et (...)
  • 576  Fëdorov à Szeptyckyj du 21.06.1907, citée dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37-38.
  • 577  Sur son « image d’ordination » de 1911, Fëdorov – que d’Herbigny avait rencontré à Lemberg – avait (...)
  • 578  L’ordre stoudite a été fondé par Mgr Szeptyckyj à Lemberg à l’imitation de l’ancien monastère byza (...)

118Tout d’abord, les problèmes de direction du groupe de Saint-Pétersbourg posent la question de la formation du clergé. Au début du XXe siècle, aucune structure n’existe, comme le montre le parcours atypique et pérégrinant de Léonide Fëdorov575, qui passe par le séminaire pontifical léonien d’Anagni tenu par les jésuites (1902-1907), le collège de la Propagande à Rome (1907-1908) puis le convict Albertinum des dominicains à Fribourg en Suisse (1908-1911). Cependant, malgré cette formation latine, Fëdorov reste attaché au rite oriental. Dès son départ pour l’Italie en juin 1902, il passe par Lemberg, où le métropolite Szeptyckyj lui donne une lettre de recommandation. Lors de son séjour au séminaire d’Anagni, il passe ses vacances au monastère grec de Grottaferrata et dans la maison de campagne du Collège grec à Rieti et noue des amitiés avec les orientalistes romains. Vers 1907, sa situation est réglée canoniquement par une appartenance formelle à l’Église orientale mais avec une adaptation au rite latin à titre temporaire576. Il est ordonné en mars 1911 par un évêque de rite oriental : Mgr Miroff, l’archevêque des Bulgares catholiques résidant à Constantinople577. En mai 1912, il entre au monastère stoudite de Kamenica en Bosnie, fondé en 1908578.

  • 579  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 8.
  • 580  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, carton F-127, F-127/3 : Status Collegii Angiensis (...)
  • 581  Deux documents sont évoqués : une lettre de la curie générale au père Fine, l’assistant pour la Fr (...)
  • 582  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., Paris, 1920, p. 20-22.
  • 583  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, Carton F-111, recueil F-153/1 « Enghien. Séminaire (...)
  • 584Ibid., « Enghien. Séminaire russe 1913-1914. Comptabilité ».
  • 585Ibid., « Institutum Slavicum Inchoatum ».
  • 586  Né en 1857, militaire de métier et luthérien de confession, il se convertit – avec sa femme – au c (...)
  • 587  Gleb Evgen’evič Verhovskij (1888-1935) : né à Saint-Pétersbourg, il perd la foi puis est converti (...)
  • 588  Nicolas Lvovič Trage : né à Saint-Pétersbourg en 1885. Journaliste de métier, il est converti vers (...)
  • 589  L. Tretjakewitsch, Bishop Michel d’Herbigny SJ and Russia, A Pre-Ecumenical approach to Christian (...)
  • 590  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, Carton F-111, recueil F-153/1 « Enghien. Séminaire (...)
  • 591Ibid., recueil F-111/1 : E. Jombart, Histoire d’un ½ siècle de la Maison St Augustin d’Enghien. 18 (...)
  • 592  Portal à Halifax du 12.04.1912, citée par R. Ladous, Monsieur Portal et les siens : 1855-1926, Par (...)
  • 593  É. Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral : un réseau secret international antimoderniste, La (...)
  • 594  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 22-26.
  • 595 Ibid., p. 26.
  • 596 Ibid., p. 26-27.
  • 597  ACO, prot. 782/32 (orig. rub. 117 (1915), prot. 36877) : Gasparri à Gotti, Vatican, 31.05.1915, N° (...)
  • 598  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/2 Préhistoire de St-Georges : « Note sur (...)

119Pour promouvoir une formation plus adaptée au rite oriental, la Compagnie de Jésus crée alors un séminaire. Ce projet, déjà caressé par le père Gagarin au XIXe siècle, est porté par le père Michel d’Herbigny qui place le séminaire des Saints-Anges dans la filiation de Soloviev. Soloviev aurait dit en 1888 au curé de la Madeleine, M. Le Rebours : « Donnez-nous des prêtres comme vous ! », ce que d’Herbigny interprète comme un appel aux prêtres français à se faire les « initiateurs » d’un « clergé indigène » pour la Russie579. Ce nouveau séminaire est fondé à Enghien (Belgique), où se trouve depuis la fin des années 1880 le lieu de formation de la province jésuite de Champagne et où d’Herbigny enseigne la théologie fondamentale580. Autorisé dès l’été 1912581, le séminaire russe n’accueille pendant l’année 1912-1913 qu’un seul étudiant : Trophime Ivanovič Semiaski. Né dans le gouvernement de Grodno en 1859, Semiaski devient moine après la mort de sa femme et rencontre dans un monastère un « vieillard » convaincu par l’union. Il passe au catholicisme en 1909, ce qui lui vaut « quelques mois en prison » et l’interdiction de « circuler encore dans les territoires des anciens diocèses uniates ». Il part alors pour Moscou et Saint-Pétersbourg, où il étudie la foi catholique en autodidacte. En septembre 1912, Verhovskij le recommande pour la maison des saints Anges. Âgé d’une cinquantaine d’années et n’ayant pas eu de « formation classique », il rencontre de sérieuses difficultés dans ses études à Enghien582. Cependant, la véritable « rentrée » du séminaire a lieu en septembre 1913 : une « maison à deux étages et avec jardin » est louée (située 3, rue de la Fontaine)583 et les livres de comptabilité commencent au 2 octobre 1913584. Trois nouveaux étudiants arrivent585 : un certain Edouard Henrikovič St. (dont d’Herbigny refuse de donner le nom en 1920)586, converti du luthéranisme en 1883 et âgé de plus de 50 ans ; Gleb Verhovskij, converti en 1909, déjà passé par deux années de formation à Innsbruck (1911-1913) et âgé en 1913 de 25 ans587 et Nicolas Lvovič Trage, également âgé d’une vingtaine d’années et converti vers 1909-1910588. Enfin, pour quelques mois, il semble qu’Ivan Deubner ait également résidé au séminaire d’Enghien589. Finalement, les séminaristes d’Enghien relèvent de deux « types » de vocations : les vocations tardives qui adviennent après une conversion forte, fruit d’un long parcours personnel ; les vocations de personnes plus jeunes (nées dans les années 1880) dont la conversion pourrait être qualifiée de « soloviévienne ». Les séminaristes russes suivent les cours de théologie avec les jésuites mais conservent le rite slave et vivent dans une atmosphère russe (bibliothèque et abonnements à des revues russes590). Le séminaire reçoit les encouragements de Mgr Szeptyckyj mais aussi des cardinaux Mercier et Rampolla et de Mgr Charles-Gustave Walravens, l’évêque de Tournai. Dans le même temps, « sous l’ardente impulsion du P. d’Herbigny, plusieurs scolastiques étudiaient le russe avec beaucoup de ferveur »591. Ce séminaire suscita cependant des remous. Dès 1912, Portal certifie au correspondant d’un journal russe à Paris que son groupe ne participe pas à cette initiative et souhaite « faire séparer en Russie l’action de [s]es amis de celle des jésuites »592. De son côté, Mgr Benigni fait enquêter à l’été 1913 sur le séminaire d’Enghien593. Quels furent les résultats de ce séminaire ? Edouard Henrikovič St. aurait achevé ses études en Russie et été ordonné dans le rite latin par Mgr Karewicz594, Nicolas Trage aurait également été ordonné en Russie595, quant à Semiaski et Verhovskij, ils auraient été ordonnés dès l’été 1914 à Constantinople après avoir fait une retraite à Lemberg596. Ces indications données par d’Herbigny seraient toutefois à préciser dans la mesure où un document, conservé aux archives vaticanes, indique qu’en 1915, la Secrétairerie d’État essaie d’envoyer aux États-Unis à l’évêque ruthène Mgr Ortynsky deux élèves de l’Institutum slavicum d’Enghien « proches de l’ordination »597. Malgré le caractère confidentiel de cette expérience, les jésuites français en conservent une image idéalisée : en 1919, un rapport insiste sur « le nombre de conversions qu’ont pu obtenir les quelques théologiens du rite paléo-slave, formés à Enghien avant la guerre : pour un seul, plus de vingt mille »598 !

  • 599 Ibid.
  • 600  La revue des jésuites romains note avec ironie : « E’ strano che nonostante le antipatie del Sinod (...)

120Les prêtres formés au séminaire d’Enghien étaient théoriquement destinés – » tant que la Russie resterait close » – à s’occuper de « la masse russe qui se trouvait en Occident et spécialement dans les grandes villes ou dans les centres de repos et de plaisir »599. Effectivement, à partir des années 1900, l’Église catholique a cherché à développer en Occident des lieux de culte pour les Russes. L’effort déployé au même moment par l’Église orthodoxe russe pour se structurer en Occident a probablement constitué un aiguillon à l’action : la décision synodale du 18/31 juillet 1907 place toutes les églises orthodoxes russes en Europe (à l’exclusion de celles se trouvant à Athènes et Constantinople) sous la juridiction de Mgr Vladimir (Putâta), évêque titulaire de Cronstadt, en résidence à Rome600.

  • 601  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois (...)
  • 602Ibid., procès-verbal, p. 4.

121En 1909, le père Bois, dans un rapport à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, propose de « grouper […] les Russes catholiques fixés à l’étranger […] soit sous forme de confrérie pour l’union, soit sous forme de paroisses slaves constituées », notamment à Paris, sur la Côte d’Azur, à Rome… « Ces groupements auraient une double utilité : a) ils seraient des centres d’attraction religieuse pour les Russes qui vont en grand nombre se fixer à l’étranger définitivement ou momentanément ; b) par les relations qui pourraient s’établir entre les membres de ces groupements et ceux des groupements analogues établis en Russie, ils contribueraient à étendre le cercle des influences et de l’action exercées par ces derniers »601. Cette idée est favorablement accueillie par les cardinaux durant la session du jeudi 15 juillet 1909, notamment par le cardinal Rampolla602.

  • 603  M. d’ Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 10. Voir aussi Cronaca -Roma Inaugurazione della Chi (...)
  • 604L’inauguration de l’église des russes catholiques de rite oriental, à Rome, dans Bessarione, 10-12 (...)
  • 605 Cronaca-Roma Costituzione della Società di S. Vladimiro-Statuti e Decreto di approvazione, dans Ro (...)
  • 606 Conferenze nella Chiesa Russo-cattolica a S. Lorenzo ai Monti per l’unione dalle Chiese dissidenti(...)
  • 607 Conferenze in S. Lorenzo ai Monti, dans Roma e l’Oriente, 01-06.1914 (VII), p. 243-246, 313-314, 3 (...)

122Un an plus tard, à Rome, dans le quartier des Monti, s’organise la paroisse russe catholique de l’église San Lorenzo, confiée au prêtre converti Serge Werighine. Cette église est consacrée au rite oriental « par une messe pontificale, le 13 novembre 1910 »603. La paroisse propose deux messes quotidiennes (7h15 et 10h) ; le premier dimanche de chaque mois, la prédication est dite en italien, français ou russe et la fin de l’office est accompagnée de « prières spéciales pour l’union des Églises »604. La revue Roma e l’Oriente offre des comptes rendus fréquents sur les activités paroissiales, notamment sur la « Société de Saint-Vladimir » créée en son sein dans le but de « favoriser […] par la prière et par l’action, l’union de tous les Russes à l’Église catholique, en exerçant particulièrement cet apostolat auprès des Russes qui résident à Rome ou y sont de passage »605. À partir de 1914, des conférences régulières ont lieu dans l’église de San Lorenzo, qui apparaît comme un véritable centre culturel au moins autant que cultuel : conférences en 1914 sur l’union des Églises, notamment du père abbé de Grottaferrata et de Serge Werighine606, ou encore sur la théologie orientale par le bénédictin Laurent Janssens ou la liturgie orientale par Don Nilo Borgia, le prieur de Grottaferrata607.

Conclusion

123Au tournant du XXe siècle, sous l’effet conjugué du panslavisme, de l’unionisme romain et du développement des recherches savantes, la perception de l’orthodoxie russe évolue au sein du monde catholique. Malgré la diversité de ce « monde catholique », des catholiques polonais aux milieux romains, en passant par les Ruthènes d’Autriche-Hongrie ou encore les intégristes ou les portaliens, on ne regarde plus (vers) la Russie de la même façon. Un espoir de changement a éclos, que l’on cherche à soutenir par une prière de plus en plus fréquente et structurée pour l’union. C’est ici – dans l’objet de cet espoir – que les différences intra-catholiques se font sentir : conversions individuelles et passage au rite latin avec éventuellement usage de la langue russe, conversion de la Russie en bloc par le développement du rite slave ou encore simple recherche de liens amicaux et spirituels avec les frères séparés. La position du Saint-Siège se clarifie progressivement : tout en permettant les conversions individuelles et le développement de missions latines, le projet romain s’oriente de plus en plus, dans la théorie et la pratique, vers une réunion en bloc par le (r)établissement d’une Église de rite oriental en Russie. Des distances sont prises toutefois avec l’uniatisme : c’est donc dans un idéal de « purification » des erreurs de Brest que sont fondés les groupes pilotes de Saint-Pétersbourg, la paroisse de Rome ou le séminaire d’Enghien. Cependant, ces groupes restent clairsemés et en proie aux divisions de toutes sortes, qui viennent s’ajouter aux agressions extérieures.

Notes

1  O. Halecki, From Florence to Brest, 1439-1596, New York-Rome, 1958 ; M. Cherniavsky, The reception of the Council of Florence in Moscow, dans Church history, 1955 (24), p. 347-359.

2  V. Peri, Mosca sede di un Patriarca in documenti della Curia Romana (1550-1596), dans Miscellanea Bibliothecae Apostolicae Vaticanae VI, Cité du Vatican, 1998, p. 341-459.

3  A. Ducellier, L’orthodoxie, dans HC, 8, p. 337 et p. 347.

4  Sur l’affirmation de la « romanité » comme « note » de l’Église dans le contexte de la Réforme protestante et la naissance d’un antiromanisme catholique, voir S. H. De Franceschi, Approches de la romanité ecclésiale du concile de Trente au Syllabus. L’idée romaine dans la définition de l’Église : parcours d’une interrogation critique, dans H. Multon, C. Sorrel (éd.), L’idée de Rome : pouvoirs, représentations, conflits. Actes de la XIIe Université d’été d’histoire religieuse. Rome, 10-15 juillet 2003, Chambéry, 2006, p. 47-65.

5  Le motif du « pape-antéchrist » emprunte ainsi des éléments à la littérature polémique protestante tout en restant une originalité russe : C. G. De Michelis, L’Antéchrist dans la culture russe et l’idée protestante du «pape-antéchrist», dans CMRS, 1988 (29-3/4), p. 303-316.

6  A. Jobert, De Luther à Mohila : la Pologne dans la crise de la chrétienté, 1517-1648, Paris, 1974, p. 367-373.

7  Voir S. Pavone, Una strana alleanza : la Compagnia di Gesù in Russia dal 1772 al 1820, Naples, 2010.

8  Sur les relations franco-russes, notamment scientifiques, voir A. Charon, B. Delmas et A. Le Goff (éd.), La France et les Français en Russie : nouvelles sources, nouvelles approches, 1815-1917, Paris, 2011, ainsi que А. О. Чубарьян, Ф. Д. Лиштенан, В. С. Ржеуцкий, О. В. Окунева (éd.), Французы в научной и интеллектуальной жизни России XIX века = Les Français dans la vie intellectuelle et scientifique en Russie au XIXe siècle, Moscou, 2013.

9  A. Tamborra, Crisi d’oriente, guerra di Crimea e polemiche politico-religiose fra cattolici e ortodossi (1853-1856), dans Clio, 1969 (V-2/3), p. 169-191.

10  L’abbé Guettée, catholique, passe à l’orthodoxie (R.-F.-W. Guettée, Souvenirs d’un prêtre romain devenu prêtre orthodoxe, Paris, 1899). Les conversions d’anglicans au catholicisme sont nombreuses et constituent parfois un modèle pour les conversions de l’orthodoxie (Pečerin rédige ses mémoires sous le titre d’Apologia pro vita mea, en référence à Newman).

11  Cf. F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russie… cit., p. 137.

12  Cf K. Dimitrieva, Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques et culturelles, dans Revue des études slaves, 1995 (67-2/3), p. 311-336 et L. Suchanek, Les catholiques russes et les pro-catholiques en Russie dans la première moitié du XIXe siècle, dans CMRS, 1988 (29-3/4), p. 361-374.

13  L. Suchanek, Les catholiques russes… cit., p. 371.

14  Е. Н. Цимбаева, Русский католицизм : забытое прошлое российского либерализма, Moscou, 1999 ; A. Besançon, Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, 1977, p. 65.

15  E. Astafieva, L’Empire russe…cit., p. 11.

16  La législation russe rend de fait synonyme conversion et exil car l’oukase impérial du 21 mars 1840 ordonne la confiscation des biens en cas d’abandon du culte dominant (A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 404-406, doc. 78).

17  Sur cette problématique, voir B. Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux, l’aristocratie au 19e siècle : la maison d’Arenberg (1820-1919), dans Ruralia, 2006-18/19, http://ruralia.revues.org/document1391.html.

18  Le livre du comte de Falloux est maintes fois réédité (Vie de Mme Swetchine, Paris, 1908 [1860], 2 vol.) et de nouveaux ouvrages paraissent au tournant du XXe siècle : E. Poujade, Madame Swetchine (une sainte russe à Paris), Paris, 1870 ; F. Laudet, Madame Swetchine, Paris, 1912.

19  Cf. R. Danieluk, «Œcuménisme» au XIXe siècle. Jésuites russes et union des Églises d’après les Archives romaines de la Compagnie de Jésus, Rome, 2009.

20  Voir A. Tamborra, Chiesa cattolica e Ortodossia russa. Due secoli di confronto e di dialogo. Della Santa Alleanza ai nostri giorni, Turin, 1992.

21  Pie IX propose de « trouver dans cette unité un nouveau secours pour propager de plus en plus la foi véritable de Jésus-Christ parmi les nations infidèles » (Litterae ad orientales In suprema Petri Apostoli Sede (06.01.1848), dans Irénikon, 1929 (6), p. 678).

22  R. Aubert, Histoire de l’Église… 21… cit., p. 478.

23  A. Tamborra, Pio IX, la lettera agli Orientali « In Suprema Petri Apostoli Sede » del 1848 e il mondo ortodosso, dans Rassegna storica del Risorgimento, 1969 (56), p. 347.

24  Dès les années 1840, le théologien anglican William Palmer (1811-1879) établit des liens avec l’orthodoxie russe. Cf. R. Wheeler, Palmer’s Pilgrimage : the life of William Palmer of Magdalen, Berne, 2006.

25  J. Gagarin, La Russie sera-t-elle catholique ?, Paris, 1856.

26  R. Aubert, Les relations entre les églises occidentales et les églises orthodoxes slaves aux XIXe et XXe siècles, dans Pontifical Lateran University, Catholic University of Lublin, The Common Christian Roots of the European Nations, Florence, 1982, t. 2, p. 5.

27 Litterae ad orientales In suprema Petri Apostoli Sede (06.01.1848), dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. I, p. 78-91. Version française dans Irénikon, 1929 (6), p. 666-678.

28  Pour le texte de la réponse orthodoxe voir : H. Auffret-Pignot (éd.), Encycliques des patriarches orthodoxes de 1848 et 1895, Paris, 1986, p. 10-50 (introduction p. 2-4).

29  Sur les réactions orthodoxes, voir A. Tamborra, Pio IX, la lettera agli Orientali « In Suprema Petri Apostoli Sede » del 1848 e il mondo ortodosso, dans Rassegna storica del Risorgimento, 1969 (56), p. 347-367.

30  Enciclica Arcano divinae (08.09.1868), version italienne dans Bellocchi, IV, p. 299-300.

31  Enciclica Iam vos omnes, 13.09.1868, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. IV, p. 433-438 ; version italienne dans Bellocchi, IV, p. 301-303.

32  C. G. Patelos, Vatican I et les évêques uniates : une étape éclairante de la politique romaine à l’égard des Orientaux (1867-1870), Louvain, 1981.

33  J. Beumer, Der Primat des Papstes und die Union mit den Kirchen des Ostens im Blickfeld des Ersten Vatikanischen Konzils, dans Ostkirchliche Studien, 1970 (19), p. 167-184.

34  J. D. Basil, Catholics, Old (in Russia), dans P. D. Steeves (éd.), Modern Encyclopedia of Religions in Russia and the Soviet Union, vol. 5, p. 104-107 ; Id., The Russian Theological Academies and the Old Catholics, 1870-1905, dans C. Timberlake (ed.), Religious and secular forces in Late Tsarist Russia. Essays in honor of Donald W. Treadgold, Seattle, 1993, p. 90-104.

35  Dans les deux premières années de son pontificat, entre 1878 et 1880, Léon XIII fait une vingtaine d’interventions sur l’Orient (R. F. Esposito, Leone XIII e l’Oriente cristiano : studio storico-sistematico, Rome, 1961, p. 702-703).

36Actes de Léon XIII, t. VII, Paris, p. 15 et 17.

37  C. Soetens, Le Congrès eucharistique international de Jérusalem, 1893 : dans le cadre de la politique orientale du pape Léon XIII, Louvain, 1977.

38Actes de Léon XIII, t. IV, p. 82-107.

39Ibid., p. 136-149.

40  Voir supra, p. 94.

41  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 45.

42  V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 46.

43  Pour la réponse orthodoxe voir H. Auffret-Pignot (éd.), Encycliques des patriarches… cit., p. 51-73 (introduction p. 4-6) ainsi que J. Getcha, La lettre encyclique patriarcale et synodale du Siège de Constantinople de 1895 en réponse au Concile Vatican I et au pape Léon XIII, dans Istina, 2009 (4), p. 361-386.

44  А. Бѣляев, О соединенiи церквей. Разборъ энциклики папы Льва XIII отъ 20i юня 1894 г., Serguiev Possad, 1897, notamment p. 63 et 32. Plus largement, voir la recension critique catholique de la réception de Léon XIII en Russie : Dr. Leonini, Quomodo Leonis XIII studia veteris discordiae tollendae in Russia aestimata sint, exemplo illustratur, dans Acta Academiae Velehradensis, 1911 (VII), p. 15-22.

45La Russie et le Vatican, dans Revue contemporaine, 02/15.03.1913 (4-71), p. 121-122.

46 Pio X e l’Oriente. Reminiscenze, dans OR, 29.10.1914 (54-296), p. 1.

47  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 60.

48Allocutio quam die 13 Februarii 1908 Pius X habuit ad Orientales (13.02.1908), dans ASS, 1908 (41), p. 130-134 (italien).

49  La lettre du patriarche de Constantinople de 1902 apparaît comme fondatrice d’un œcuménisme orthodoxe : G. Limouris (ed.), Orthodox visions of ecumenism : statements, messages and reports on the Ecumenical Movement, 1902-1992, Genève, 1994 ; Православие и экуменизм. Документы и материалы. 1902-1997, Moscou, 1998.

50Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 101-112 (en grec et en français).

51Revue catholique des Églises, 03.1904 (I-3), p. 168-176 (traduction française d’après le Cerkovnyj Vestnik du 19.06.1903).

52  M. d’Herbigny, L’anglicanisme et l’orthodoxie gréco-slave, Paris, 1922, p. 41 ; A. Riley (éd.), Birkbeck and the Russian Church, containing essays and articles by the late W. J. Birkbeck, being a continuation of ″Russia and the English Church″, vol. I., Londres, 1917, p. 101 ; M. Hugues, The English Slavophile : W. J. Birkbeck and Russia, dans Slavonic and East European Review, 2004 (82-3), p. 680-706.

53  E. C. Miller, Bishop Grafton of Fond du Lac and the Orthodox Church, dans Sobornost, 1982 (4-1), p. 38-48.

54L’Église russe et l’Église anglicane, dans Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 89-90.

55  M. d’Herbigny, L’anglicanisme et l’orthodoxie gréco-slave, Paris, 1922, p. 48-51.

56  « Che sorta di unione sia questa della Chiesa ortodossa coll’Anglicana, che nega in cose di fede tutto quello che l’altra professa, lasciamo considerare al lettore ! » (L’unione della chiesa ortodossa dissidente coll’Anglicana, dans Bessarione, 10-12.1910 (XV-113/114), p. 58-60). Sur les aspects théologiques : J. L. Monks, Relations between Anglicans and Orthodox. Their Theological Development, dans Theological Studies, 1946 (VII), p. 410-452.

57  Inaugurée par la mise à l’index des œuvres de plusieurs théologiens catholiques (Loisy en 1903, Laberthonnière en 1906) et précisée par le décret Lamentabili du Saint-Office du 17.07.1907 et l’encyclique Pascendi du 10.09.1907, la condamnation romaine du « modernisme » permet le retour à une lecture très littérale des textes bibliques et provoque un climat de suspicion au sein des milieux intellectuels catholiques. Cf. R. Aubert, Modernisme, dans Catholicisme, IX, col. 448-455 ; P. Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1914), Paris, 1997.

58  A. Palmieri, Il progresso dommatico nel concetto cattolico, Florence, 1910.

59  Max de Saxe (Maximilian von Sachsen, 1870-1951) : frère de Frédéric Auguste III roi de Saxe, prêtre, il enseigne le droit canon à Fribourg. Cf. B. Dupuy, Un pionnier : le prince Max de Saxe, dans Istina, 1993 (38-4), p. 341-350 ; I. Baumer Max von Sachsen, Priester und Professor : seine Tätigkeit in Freiburg/Schweiz, Lemberg und Köln, Fribourg, 1990.

60  Max de Saxe, Praelectiones de liturgiis orientalibus habitae in Universitate Friburgensi Helvetiae a Maximiliano, principe Saxoniae, Freiburg im Breisgau, 1908-1913. La Civiltà cattolica propose une recension de ce livre : Le liturgie orientali, dans CC, 02.05.1908 (59-II-1389), p. 326-332.

61  G. M. Croce, La Badia Greca di Grottaferrata e la rivista «Roma e l’Oriente» : cattolicesimo e orthodossia fra unionismo ed ecumenismo (1799-1923), Cité du Vatican, 1990, vol. 2, p. 130.

62  Epistola Ex quo, 26.12.1910, dans AAS, 1911 (3), p. 117-121. Pour les réponses des représentants pontificaux en Orient, voir ACO, rub. 100, sc. 1 bis, « Roma e l’Oriente ».

63  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 193 sq.

64  Le dossier de censure de cet article (ACDF, SO, CL, 1911-1913 – Grottaferrata Badia, senza num. di prot. Article de Max de Saxe, Pensées sur la question de l’Union des Églises, Roma e l’Oriente, Anno 1, Num. 1, Nov. 1910) n’est malheureusement pas consultable.

65  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 158-159 et n. 162 p. 184. L’auteur évoque par exemple : Note Vaticane. Un clamoroso incidente semi-modernista. Il Principe di Sassonia ad «audiendum verbum», dans La Tribuna, 18.12.1910, mais aussi des articles du Figaro et de La Croix. Sur l’intérêt des modernistes pour l’article de Max de Saxe, voir G. Del Zanna, L’incontro con il cristianesimo orientale : “Roma e l’Oriente”, dans M. Benedetti, D. Saresella (éd.), La riforma della Chiesa nelle riviste religiose di inizio Novecento, Milan, 2010, notamment p. 270-271.

66 «Roma e l’Oriente». Pensieri su l’unione delle Chiese, dans CC, 07.01.1911 (62-I-1453), p. 70. Plus généralement, sur la revue des jésuites romains : G. Sale, La Civiltà cattolica nella crisi modernista (1900-1907) : fra transigentismo politico e integralismo dottrinale, Milan-Rome, 2001.

67  Sur ce personnage, voir plus bas, n. 179 p. 180.

68  J. Urban, Sur un nouveau plan de l’Union des Églises, dans Études, 1911 (48-127), p. 153-177.

69  N. Bulacel’ envoie une copie de l’article à Sazonov dès le 14/27 janvier 1911 (AVPRI, f. Vatikan, op. 890, d. 30, l. 3 ; cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 51-53).

70  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 146-158.

71 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.02.1911 (62-I-1456), p. 505.

72  Exemples cités dans C. Charon, Le XVe centenaire de S. Jean Chrysostome et ses conséquences pour l’action catholique dans l’Orient gréco-slave (407-1907), Rome, 1909, p. 354. On peut également évoquer le « Petrusverein » fondé en Allemagne en 1857 par le baron von Haxthausen : F. Rouleau (éd.), Paul Pierling, Le prince Gagarine et ses amis : 1814-1882, Paris, 1996 [1913], p. 157-166.

73  Cf. L. Carboni, Cesare Tondini, gli anni della giovinezza : 1839-1871 (formazione, missione e primi scritti), dans Barnabiti studi : Rivista dei Chierici Regolari di San Paolo, 2005 (22), p. 95-195. Sur la question russe : O. M. Premoli, Il P. Tondini e la conversione della Russia, Monza, 1919.

74  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 898, fasc. 290, f. 50 : Tondini à Pie X, Rome, vendredi saint 1905 (soit le 15 avril 1905), italien.

75  C. Tondini de Quarenghi, La prière et l’appui du Saint-Siège et de l’Épiscopat dans l’œuvre de la réunion des églises : notice historique sur l’association de prières en l’honneur de Marie Immaculée pour le retour de l’Église gréco-russe à l’unité catholique, Paris, 1876, p. 25 sq et documents p. 75 sq.

76  J. Salaville, Messes votives pour l’union des églises et pour la propagation de la foi. Texte du missel, avec traduction et commentaire, suivi d’un choix de chants et de prières, Lille, 1922, p. 6.

77Provida Matrix (05.05.1895), dans Leonis XIII Pontificis Maximi Acta, Rome, 1895 (15), p. 184-186.

78Divinum illud (09.05.1897), dans ibid., 1897 (17), p. 147.

79  G. Baum, L’unité chrétienne d’après la doctrine des Papes de Léon XIII à Pie XII, Paris, 1961, n. 104 p. 224.

80  Cet événement est à remettre également dans le contexte des perspectives liturgiques ouvertes par Pie X à l’égard des rites orientaux : L. Okulik, Pio X e la comunione eucaristica nelle celebrazioni nei riti orientali e latino, dans A. Cattaneo (a cura di), L’eredità giuridica di San Pio X, Venise, 2006, p. 313-322.

81  A. Rocchi, Lipsanologia o storia delle reliquie di S. G. Crisostomo, dans Comitato per il XV° centenario della Sua morte 407-1907 (éd.), Chrysostomika : studi e ricerche intorno a S. Giovanni Crisostomo, Rome, 1908, p. 1039-1140.

82  Epistola Prope est (22.07.1907), dans ASS, 1907 (40), p. 453-455 ; C. Charon, Le XVe centenaire de S. Jean Chrysostome et ses conséquences pour l’action catholique dans l’Orient gréco-slave (407-1907), Rome, 1909, p. 7-9 (français).

83  Lettre de D. Panici (secrétaire de la Congrégation des Rites), dans ASS, 1908 (41), p. 403-404.

84  C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 29-30 ; voir aussi ASS, 1908 (41), n. 1 p. 404. En octobre 1907, des grèves importantes ont lieu mais on peut aussi penser aux tensions internes à l’Église et au sursaut d’anticléricalisme provoqués par Pascendi. G. Sabbatucci, V. Vidotto (a cura di), Storia d’Italia. 3. Liberalismo e democrazia, 1887-1914, Roma-Bari, 1995, p. 562-563.

85  On renvoie à la description minutieuse faite par C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 72-107. Ce texte fut également publié dans Échos d’Orient, 1908 (11), p. 131-146 (citation p. 137).

86  Les quatre textes sont édités par C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. 362-365.

87  C. Charon, Le XVe centenaire… cit., p. XII.

88 Cose straniere-notizie generali -Russia, dans CC, 15.06.1907 (58-IV-1368), p. 750-751.

89  A. Coussa, Le bienheureux Pie X et les Églises d’orient, dans Apollinaris, 1952 (25, 1-2), p. 145.

90  AHAP, 1 D 10, 10 : Félix Sédilot (1838-1923, curé de la paroisse Sainte-Elisabeth de 1900 à 1923) au cardinal-archevêque de Paris, Paris, 14.03.1903.

91  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 898, fasc. 290, f. 51 : Tondini à « Beatissimo padre », Rome, vendredi saint 1905 (15.04.1905), italien.

92 Ibid., f. 56 : Tondini, « Annesso alla petizione diretta, in data del Venerdì Santo 1905 a Sua Santità dal Procuratore Generale dei Barnabiti allo scopo di impretrare preghiere di tutta la Chiesa cattolica per l’Unione delle Chiese », Rome, 27.05.1905, italien.

93  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909, Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois « sul movimento cattolico di rito greco-russo a Pietroburgo » (1907-9), p. 67, français.

94  « Confrérie de N.-D. de l’Assomption pour l’Union des Églises », Imprimatur Paris 28.02.1908, Léon-Adolphe [Amette], archev. de Paris, dans ASV, Fondo Benigni, 9, f. 133-134. Le document est édité dans L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie. Impact religieux, culturel et social de la présence d’un clergé catholique étranger dans l’Empire (1890-1917), dans A. Charon, B. Delmas, A. Le Goff (éd.), La France et les Français en Russie… cit., p. 228-231.

95  Lettre apostolique Romanorum Pontificium (25.02.1916), dans AAS, 1917 (9), p. 61-63.

96Cum Catholicae Ecclesiae (15.04.1916), dans AAS, 1916 (8), p. 137-138 (latin et italien). Version française dans S. J. Salaville, Messes votives pour l’union des églises et pour la propagation de la foi, Lille, 1922, p. 50-51.

97  F. Machilek, Welehrad und die Cyrill-Method Idee im 19. und 20. Jahrhundert, dans Archiv für Kirchengeschichte von Böhmen-Mähren, 1982 (6), p. 156-183 ; A. Tamborra, La riscoperta di Cirillo e Metodio nel secolo XIX e il suo significato, dans OCA, 231 (1988), p. 315-342.

98  Comme l’écrit le chroniqueur de La Civiltà cattolica à l’occasion du premier congrès des slavisants catholiques à Velehrad : « L’Église catholique […] est vraiment internationale parce que Jésus a dit à ses apôtres de prêcher sa parole aux nations, non pas de les détruire. Le clergé, les séminaires pourront être nationaux, mais une religion, ou une église nationale ne serait plus catholique » (Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 125, italien).

99  R. Aubert, Glagolitique (liturgie), dans DHGE, t. XXI, fasc. 120, col. 114 ; P. Borella, La lingua volgare nella liturgia, dans Ambrosius. Rivista liturgico-pastorale, 1968 (44), notamment p. 137-148.

100  Lettre encyclique Grande Munus (30.09.1880), Actes de Léon XIII, t. VII, p. 5.

101  P. Esterka, Toward Union : the Congresses at Velehrad, dans Journal of Ecumenical Studies, 1971, p. 11-12.

102  F. Machilek, Welehrad und die Cyrill-Method Idee… cit., p. 163.

103  Lettre apostolique Praeclara gratulionis (20.06.1894), dans Actes de Léon XIII, t. IV, p. 91 et 93.

104  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 86.

105  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 38.

106  Cf. A. Gottsmann, Papst Leo XIII. und die « jugoslawische » Versuchung. Montenegro, San Girolamo und die südslawische Frage in der Diplomatie des Heiligen Stuhls, dans Römische Historische Mitteilungen, 2007 (49), p. 457-510.

107  Ce décret n’est toutefois publié qu’en 1909 à la demande de la Congrégation consistoriale : Decretum de usu linguae slavonicae in sacra liturgia (18.12.1906), dans AAS, 1909 (1), p. 577-580.

108  On peut rappeler la fondation du collège grec en 1576 ou encore l’« iniziale «strabismo» orientale » de la Congrégation de Propaganda Fide et de ses institutions périphériques : G. Pizzorusso, I satelliti di Propaganda Fide : il Collegio Urbano e la Tipografia poliglotta. Note di ricerca su due istituzioni culturali romane nel XVII secolo, dans MEFRIM, 2004 (116-2), p. 495.

109  Cette congrégation autonome plonge ses racines dans une congrégation interne à la Propaganda fide créée dès 1636 : N. Del Re, Congregazione sopra la correzione dei libri della Chiesa orientale, dans La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998 (4e éd.), p. 399-400.

110  Lettre apostolique Romani Pontifices, 06.01.1862, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. III, p. 402-416.

111  Epistola encyclica Amantissimus humani generis (08.04.1862), adressée aux évêques de rite oriental. Version italienne dans Bellocchi, IV, p. 223.

112  Dom Pitra (1812-1889) commence ainsi à « rassembler une documentation aussi large que possible sur les sources du droit canonique oriental » et effectue un voyage d’étude en Russie en 1859-1860 (R. Aubert, Histoire de l’Église… 21… cit., p. 480-482). Dès ses premières années, la section orientale de la Propagande fait d’ailleurs appel aux jésuites russes de France pour des avis : R. Danieluk, «Œcuménisme» au XIXe siècle… cit., doc. 123 (lettre de Beckx à Gagarin, 06.04.1867).

113  Encyclique Amantissimus humani generis du 8 avril 1862 (Bellocchi, IV, p. 223).

114  Jean-Baptiste Franzelin (1816-1886, jésuite, cardinal en 1876), Examen doctrinae Macarii Bulgakow episcopi russi schismatici et Iosephi Langen neoprotestantis bonnensis de Processione Spiritus Sancti : Paralipomenon Tractatus de Ss. Trinitate, Rome, 1876.

115  Plusieurs congrégations plénières de la Congrégation sont consacrées à ces questions autour de 1880, comme ACO, Ponenza, 26.09.1877 (9), Orientali – Sulla necessità di promuovere maggiormente e di consolidare lo studio delle lingue orientali- E sulla erezione di un collegio d’Interpreti Orientali a servizio della S. Congregazione.

116  Cf. la proposition du cardinal Langénieux dans Congregatio pro Ecclesia orientali, Verbali delle conferenze patriarcali sullo stato delle chiese orientali e delle adunanze della Commissione cardinalizia per promuovere la riunione delle Chiese dissidenti tenute alla presenza del S. P. Leone XIII (1894-1902), con note illustrative e appendice di documenti, Cité du Vatican, 1945, doc. II, p. 340-342.

117Actes de Léon XIII, t. IV, p. 266-269.

118  Un fonds de la Congrégation pour l’Église orientale a conservé les vingt-sept procès-verbaux de cette Commission, à l’exception de celui de la réunion XXII qui semble avoir été perdu : Congregatio pro Ecclesia Orientali, Verbali delle conferenze… cit.

119  Congregatio pro Ecclesia Orientali, Verbali delle conferenze… cit., p. 63-69.

120Sapienti consilio, § 8.

121GC, 1909 p. 73 : parmi les titres et attributions de Pie X est indiquée la présidence de la « Commission pontificale pour la réunion des églises dissidentes » mais la Commission n’apparaît plus dans l’index et sa composition n’est pas indiquée. Même chose dans GC, 1910, p. 75. Dans GC, 1911, la présidence de la Commission disparaît des titres de Pie X.

122Allocutio. Quam die 13 Februarii 1908 Pius X habuit ad Orientales (13.02.1908), dans ASS, 1908 (41), p. 133, italien.

123Calendrier orthodoxe, dans APC, 1913, p. 17.

124  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Procès-verbal, p. 1.

125  Sur ce groupe, voir p. 234 sq.

126  Szeptyckyj à Merry del Val, Léopol, 10.01.1914 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, Sommario Num. VI, p. 51).

127  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Procès-verbal, p. 2.

128  C’est la réponse des cardinaux du Saint-Office du 5 avril 1916 (confirmée par Benoît XV le 6 avril) à une demande de l’ordinaire de Trani (Pouilles) de mars 1916 pour savoir si « il Battesimo conferito dai Popi russi è certamente valido » (ACDF, SO, DB 312/16, 1916, n°2).

129  AHAP, 9K2, 9 a’. Le texte signale qu’après avoir reçu la « profession de la Religion Catholique », le prêtre a donné « l’absolution » et « enfin […] lui [a] donné le Baptême ». Le formulaire précise ici « écrire suivant le cas, réalisé le plus souvent : sous condition ». Bien que sans date, ce texte est du début du XXe siècle (le formulaire prévoit des dates commençant par « mil neuf cent… »).

130  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 915, fasc. 299, f. 60 : Ledóchowski à « Illustrissime ac Rme Domine », 22.05.1907, latin.

131  AHAP, 9K2, 9 a’, f. 36-40 : « Profession de foi présentée par le Pape Grégoire XIII aux Grecs qui veulent entrer dans la Communion de la Sainte Église Catholique, Apostolique et Romaine ».

132  AHAP, 9K2, 9 a’, f. 26-27 : « Profession de Foi pour les Orientaux », document imprimé, français. Plusieurs ponenze de la Congrégation de Propaganda Fide pour les affaires orientales entre 1878 et 1881 sont consacrées à la rédaction de ce document.

133  Cet avis est donné en réponse à un dubbio présenté par l’archevêque de Mohilev, Mgr Kluczinski, en 1913, qui évoquait la possibilité d’omettre le filioque dans la récitation du symbole « là où les catholiques sont opprimés par les schismatiques ». Cependant cet avis, audacieux sur le fond reste sans aucune application pratique puisqu’il prévoit de « n’innover en rien ». Il est adopté par les consulteurs (le 19 janvier 1914), les cardinaux (le 4 février) et le pape (le 5 février). ACDF, SO, RV 171/13, 1914, n°1 : Suprema S. Congregatio S. Officii (mense Ianuario 1914). Mohiloviensis. De omissione vocis «Filioque» in Symbolo.

134  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14. Sur Tolstoï, voir C. Simon, Pro Russia. The Russicum and Catholic Work for Russia, Rome, 2009, p. 126-129.

135  Gérard van Caloen (1853-1932), bénédictin belge passionné par les questions orientales, cf. Un précurseur du mouvement actuel pour l’Union : Monseigneur van Caloen, dans Irénikon, 03-04.1932 (t. IX-2), p. 129-151.

136  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 2.

137Ibid., f. 5-9 : voto de Luigi Avella, 02.12.1894, italien.

138Ibid., f. 14 : feuille de décisions – Feria IV 24.04.1895 et Feria V 25.04.1895, latin.

139  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 19-20 : Pellegrini à « Eminentissimo Principe », Grottaferrata, 15.05.1895, italien.

140  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 2, français.

141 Ibid., f. 5-9 : voto de L. Avella, 02.12.1894, italien.

142  G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 88, p. 66.

143  ACDF, SO, RV, 1907, n°66, f. 23 sq : Ponenza – Suprema Sacra Congregazione del S. Offizio. Sopra la vocazione al Sacerdozio all’Apostolato in Russia del russo convertito Demetrio Novski. Relazione del P. Giacinto-Maria Cormier, o.p., consultore, Giugno 1899, italien. Novski (1873-1918) entre alors au noviciat d’un monastère basilien en Galicie mais retourne en Russie après 1905 et abandonne son projet de vie religieuse et sacerdotale : cf. G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 158 p. 89.

144  Il se séparera plus tard de sa femme à l’amiable et deviendra responsable de la paroisse russe de Rome, San Lorenzo ai Monti. Voir KBM, II, p. 148.

145  ACDF, SO, RV, 1907, n°66, f. 6 et 8 : P. Ugo Gaisser à Pie X, Rome-Collège grec 06.06.1906, italien.

146Ibid., f. 7 : Pie X à Lugari, 07.06.1906, italien.

147Ibid., f. 11 et 15 : Tondini à « Monsignore », Rome, 11.06.1906.

148Ibid., f. 26.

149Ibid., f. 2 : « Formula brevior Professionis Fidei pro Haereticis seu schismaticis orientalibus », signée Werighine, 28.08.1907.

150Ibid., f. 35 : Feria IV 21.08.1907 (latin) ; Feria V 22.08.1907.

151  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, p. 14-15 (Summarium N° unicum : lettre de Nedzial­kowski, Žitomir, 10.05.1907, latin) et f. 1-8 : Ponenza – Suprema S. Congr. del S. Offizio (Agosto 1907), p. 2, italien. Le collège des consulteurs, les cardinaux puis le pape suivent cet avis du consulteur (f. 28).

152  AA, 2EQ, 2 : « Notes et renseignements », Saint-Pétersbourg, 05/18.02.1908, p. 7-8.

153  J. Bousquet, L’unité de l’Église et le schisme grec, Paris, 1913, 384-386.

154Ibid., p. 393-395.

155  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (49-133), p. 799-809. Cette décision de la Pénitencerie n’est toutefois qu’une simple réponse à un missionnaire qui demandait s’il avait failli en confessant et en donnant l’absolution à une jeune femme de religion grecque-schismatique. Cette jeune femme adhérant aux positions catholiques mais ne pouvant faire son abjuration du fait de l’opposition de ses parents, la Sacrée Pénitencerie conseillait au prêtre de se tranquilliser pour le passé et d’envoyer à l’avenir cette jeune fille à l’ordinaire du lieu qui « décidera en toute prudence d’après les circonstances ».

156  J. Bousquet, L’unité de l’Église et le schisme grec, Paris, 1913, p. 397.

157  R. Naz, Communication in sacris, dans DDC, t. III, col. 1091-1095. Des documents datés de 1418 à 1908 sur cette question ont été publiés dans Congregatio pro ecclesia orientali, Verbali delle conferenze… cit., p. 537-637 (doc. XXXVI).

158  Lettre de Der Abraamian, Tiflis, 30.12.1910, dans ACDF, SO, DV 313/11, 1911, n°16.

159  H. Wolf (éd.), Prosopographie von römischer Inquisition und Indexkongregation 1814-1917, Paderborn-Munich-Vienne-Zürich, 2005, vol. 1, p. 587-591.

160  Voto de Fleming, 30 mars 1911, dans ACDF, SO, DV 313/11, 1911, n°16. Ponenza. Cet avis est suivi par les consulteurs (19 juin 1911), les cardinaux (28 juin) et le pape (le 29 juin).

161  Lettre de Der Abraamian, Tiflis, 30.12.1910, dans ibid., Ponenza et voto de Fleming, 27 mai 1911, dans ibid., Ponenza, p. 1-5. Ce second avis est également suivi par les consulteurs (19 juin 1911), les cardinaux (28 juin) et le pape (29 juin).

162  ACDF, SO, RV 190/13, 1915, n°10, f. 1-3 : Ponenza – Suprema S. Congregatio S. Officii (mense Ianuario 1915), Bari. Sopra alcune funzioni religiose che sogliono arbitrariamente celebrarsi da un pope russo scismatico nella Basilica di S. Nicola, p. 1-6, italien.

163 Ibid., ponenza, p. 5, latin.

164 Ibid., f. 37. Voir aussi Russia 3. S. Nicolò di Bari ed un incidente « liturgico », dans Roma e l’Oriente, 07-12.1914 (VIII), p. 182-190.

165  Pie X à Szeptyckyj, Rome, 17.02.1908. Congregatio pro Ecclesia orientali, Verbali delle conferenze… cit., p. 637, latin.

166  Sur Fëdorov, voir p. 242-243.

167  Mme Fëdorov à son fils, 05.09.1908, dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féodoroff, Paris, 1966, p. 53.

168Календарь [Calendrier], dans Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16.

169  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 13, italien.

170  Szeptyckyj à Merry del Val, Léopol, 10.01.1914 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, Sommario Num. VI, p. 58).

171 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII/73), p. 130, italien.

172  Ami de noviciat du père Schouvalov, le père Cesare Tondini de Quarenghi poursuit une œuvre à la fois religieuse et intellectuelle pour le retour de l’Église russe à l’unité catholique. En 1865, Pie IX résume bien cette double mission dans la bénédiction qu’il lui accorde « Benedicat te Deus, et dirigat cor et intelligentiam tuam » et, en 1905, Tondini mentionne le triple projet que s’est donné la congrégation des Barnabites « A/ de prières, B/ d’écrits et C/ d’action » (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 898, fasc. 290, f. 50 : Tondini à Pie X, Rome, vendredi saint 1905 [15.04.1905], italien).

173  Cf. L. Pettinaroli, L’opera dei SS. Cirillo e Metodio in Francia : un’opera slava al di fuori del mondo slavo, dans E. Hrabovec, P. Piatti (a cura di), I Santi Cirillo e Metodio e la loro eredità religiosa e culturale. Ponte tra Oriente e Occidente, Cité du Vatican, 2015, à paraître.

174  P. Pierling, La Russie et le Saint-Siège. Études diplomatiques t. 1, 1896, p. I.

175  S. M. Capilupi, La missione di François Marie Gaillard nella Russia ortodossa del primo ventennio del XX secolo : Caratteristiche e limiti della prospettiva unionistica. Con una appendice di testi inediti, dans Archivum historicum Societatis Iesu, 2003 (72-143), p. 132.

176Ibid., p. 131.

177  Ce séjour est bien connu grâce au récit autobiographique qu’il en a donné : Ma mission en Russie (décembre 1908-septembre 1911), dans Lettres de Vals, 1932 (4), p. 173-331. Ce document a été rédigé et achevé en 1920 mais publié de façon posthume. Après son départ de Russie, il reste à Rome jusqu’à sa mort en 1927.

178  Voir n. 402 p. 214.

179  Jan Urban (1874-1940) : jésuite depuis 1899, il travaille dès 1902 à la mission pour l’union en Podlachie (cf. plus bas) mais est également présent à Saint-Pétersbourg. Il publie en 1908 en russe un ouvrage d’apologétique V zaščitu very (En défense de la foi) sous le pseudonyme d’I. A. Zabužnyj. Après la Guerre, il est rédacteur en chef de la revue Przegląd Powszechny (revue culturelle mensuelle des jésuites) de 1919 à 1934 et lance en 1933 la revue Oriens. Cf. F. Paluszkiewicz, Mały słownik jezuitów w Polsce, Varsovie, 1995, p. 233.

180  Dom Antoine Staerk (1871-1937) : originaire du Wurtemberg, il devient alumnus dès l’âge de 14 ans puis moine profès de l’abbaye Sainte-Marie de Buckfast (Angleterre), où se trouvait alors l’abbaye de La-Pierre-qui-Vire (qui compta plusieurs moines allemands dès 1857). Envoyé à Pau en 1900 pour sa santé, il fait la connaissance de personnalités de la noblesse russe et travaille durant sept années à Saint-Pétersbourg, vraisemblablement de 1903 à 1910. Il ne retourne toutefois pas à la vie monastique mais obtient de vivre ad extra « ratione studiorum ». Il aurait été l’ami de Ratti, alors à la Bibliothèque Ambrosienne. Nous remercions le père archiviste de la Pierre-qui-vire et Marie-Odile Meunier, archiviste à En-Calcat pour ces informations, en partie tirées du mémoire du p. D. Huerre, Enquête sur la Pierre-qui-Vire, 1975.

181  Cf. J. Bonnet, L’amour de Madeleine : chef-d’œuvre de l’éloquence française, découvert dans le manuscrit Q, I, 14 de la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg, Paris, s. d. [1909], 38 p., qui a été traduit en allemand dès 1912 par Rainer Maria Rilke (Die Liebe der Magdalena : ein französischer Sermon, Leipzig, 1912). Les deux versions françaises et allemandes ont été récemment rééditées : L’amour de Madeleine, Paris, 2000. L’abbé Bonnet a également publié des œuvres inédites de Racine découvertes à la Bibliothèque impériale et de brèves impressions sur la révolution (J. Bonnet, La Russie révolutionnaire. Lettre de Saint-Pétersbourg, dans La Terre Sainte, 15.10.1906 (XXIII, n°20), p. 319).

182  Né vers 1590, ce jésuite polonais est martyrisé avec une grande violence par les cosaques en 1657 (16 mai, fête de l’Ascension). Sa cause de béatification n’est toutefois introduite qu’en 1720. En 1755, Benoît XIV proclame le martyre mais demande – pour la béatification – quatre nouveaux miracles. André Bobola est finalement béatifié à l’occasion de l’Ascension 1853 par Pie IX et sa fête est fixée au 23 mai. Il semble qu’à l’époque « la diplomatie russe essaya par tous les moyens d’arrêter le procès de béatification » (P. Bernard, André Bobola (Bienheureux), dans DHGE, Paris, 1914, t. 2, col. 1641-1644).

183  B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie… cit. Voir également plus bas p. 215-219.

184  Il avait publié dès 1901 un article dans la revue de cette société : J.-B. Thibaut, Étude de musique byzantine : la notation de Koukouzélès, dans Извѣстiя Русскаго археологическаго Института въ Константинополѣ [Nouvelles de l’Institut archéologique russe à Constantinople], 1901 (VI-2/3), p. 361-396.

185  Staerk mentionne les travaux de J. Thibaut sur la notation ekphonétique, qui est également présente dans certains manuscrits latins de Saint-Pétersbourg et leur travail en commun sur cette question à l’occasion d’une « mission scientifique à Saint-Pétersbourg » de l’assomptionniste : A. Staerk, Les Manuscrits latins du Ve au XIIIe siècle conservés à la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg: Description, textes inédits, reproductions autotypiques, 2 vol., Saint-Pétersbourg, 1910, t. I., p. XV-XVI.

186  J.-B. Thibaut, Monuments de la notation ekphonétique et hagiopolite de l’Église grecque : exposé documentaire des manuscrits de Jérusalem du Sinai et de l’Athos, conservés à la Bibliothèque imperiale de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, 1913.

187Revue des études slaves, 1926 (6), p. 322-323.

188  Son intérêt pour la Russie semblerait dériver de sa vocation missionnaire. Il écrit ainsi au supérieur général des assomptionnistes en 1901 : « un jour dans nos missions nous nous heurterons aux Russes et il est nécessaire de les étudier » (Palmieri au p. Picard, 10.09.1901, lettre citée par S. Mercanzin, Aurelio Palmieri ed il suo contributo alla conoscenza dell’Oriente cristiano ed in particolare della Chiesa russa. Un pionniere dell’ecumenismo, Rome, 1989, p. 52).

189  Palmieri au p. Picard, Constantinople, 10.01.1897, cité par S. Mercanzin, Aurelio Palmieri… cit., p. 41.

190  A. Palmieri, Tra i polemisti russi, dans Bessarione, 1898 (3-29/30), p. 355-380. Cet article mentionne les derniers ouvrages d’histoire ou de théologie orthodoxe s’intéressant à la papauté, comme les ouvrages d’Aleksej Petrovič Lebedev et d’Aleksandr Dmitrievič Belâev.

191 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII/73), p. 129-132.

192Un pèlerin de la science en Russie, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 49-51.

193Cerkovnyâ Vědomosti, fasc. 45, 06.11.1904, p. 1827-1830 : on en a la traduction italienne dans un dossier des Affaires ecclésiastiques (AA.EE.SS., III Russia, pos. 896, fasc. 290, f. 26-29) et une traduction française partielle dans Un pèlerin de la science en Russie, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 49-51.

194  Nous avons peu d’informations sur le père Jean Joseph Schumpp qui fut chapelain de l’ambassade d’Autriche à Saint-Pétersbourg et était présent en Russie au moins depuis les années 1890.

195  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 896, fasc. 290, f. 23-24 : lettre du p. Schumpp, Saint-Pétersbourg, 03/16.01.1905, français.

196 Ibid., f. 30-31 : anonyme [Skirmunt], « Osservazioni sopra l’articolo del P. Palmieri », Rome, 06.02.1905.

197  A. Palmieri, La Chiesa russa : le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale, Florence, 1908.

198  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 06/19.12.1908, français.

199  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., notamment p. 722 et 734.

200  M. d’Herbigny, Sur « l’orthodoxie » orientale – À propos de trois livres récents, dans Études, 05.01.1909 (46-118), p. 100-105. D’Herbigny regrette toutefois que deux sources n’aient pas été utilisées : les « Réponses des évêques éparchiaux sur la question de la réforme ecclésiastique » et les « Diaires et procès-verbaux de la Commission préparatoire au concile ».

201  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, n. 1 p. 32.

202  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (Ecclesiae Graeco-Russicae) ad lumen catholicae doctrinae examinata et discussa, Florence, 1911-1913, 2 vol. Sur cet ouvrage, voir p. 202.

203  M. d’Herbigny, La théologie des Églises « orthodoxes ». Exposé critique par un théologien catholique, dans Études, 20.11.1910 (47-125), p. 514.

204Ibid., p. 518.

205  Voir infra,. p. 516.

206  Cf. M. Gordillo, In memoriam. Il Rev.mo Padre Martino Jugie A.A. (3 maggio 1878-29 novembre 1954), dans OCP, 1955 (21), p. 473-476.

207  J. Bois, L’Église catholique sous Catherine II. La création d’un évêché de Blanche-Russie et le maintien des jésuites, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 1909 (X), p. 65-79, 308-335.

208  Document cité par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 117-118 (probablement du 02/15.06.1912, dans un document où Neveu fait également référence à la Bibliothèque slave des jésuites, ce qui suggère une certaine émulation entre congrégations sur le terrain bibliophilique).

209  L’adjectif est forgé sur le nom de Fernand Portal (1855-1926), lazariste, qui joua un rôle important dans le dialogue avec l’anglicanisme dès la fin du XIXe siècle, mais aussi avec l’orthodoxie russe. Il anime un séminaire rue du Cherche-Midi au début du XXe siècle auquel il doit toutefois renoncer dans le contexte de la crise moderniste. Voir R. Ladous, Monsieur Portal et les siens : 1855-1926, Paris, 1985.

210  Anatole Leroy-Beaulieu (1842-1912) : historien et penseur original, il est professeur à l’École libre des Sciences politiques à partir de 1880 et en devient le président de 1906 à 1912. Voir notamment M. Raeff, Anatole Leroy-Beaulieu. Pionnier des études russes en France, dans Politique et culture en Russie 18e-20 e siècles, Paris, 1996, p. 149-213 ; J.-M. Mayeur, Un catholique libéral devant l’orthodoxie, dans Cristianesimo nella storia, 1998 (19), p. 371-381.

211  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit.

212  M. Raeff, dans A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit., p. XXV.

213  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 240.

214  Voir le chapitre VIII, intitulé « L’abbé Morel et la Russie », dans J. Calvet, L’abbé Gustave Morel, professeur à l’Institut catholique de Paris, Paris, 1907, p. 231-301. Ce chapitre a en fait été rédigé par « M. J. Wilbois, mathématicien et slavophile, qui a bien voulu se charger de rédiger les p. qui concernent la thèse de Morel et le chapitre sur la Russie » (p. II).

215  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 196-197.

216 Ibid., p. 153.

217 Ibid., p. 212.

218 Ibid., p. 213, 220, 226.

219 Ibid., p. 233-234.

220 Ibid., p. 234.

221 Ibid., p. 235.

222Ibid., p. 299.

223  G. Morel, La question religieuse en Russie, dans L’Univers, 12.03.1905, 27.03.1905, 04.04.1905, 17.04.1905, 22.04.1905, 21.05.1905. Ces articles, toujours en première page, concernent à chaque fois un thème religieux différent (les sectes, l’avenir de l’Église russe…).

224  L’avant-dernier numéro de 1905 de la Revue catholique des Églises est presque entièrement consacré au décès de Morel : E. Tavernier, L’abbé Gustave Morel, dans Revue catholique des Églises, 10.1905 (II-8), p. 449-453 ; Chronique de l’Union : l’abbé Morel, dans ibid., p. 489-505. On trouve aussi des informations biographiques sur Morel p. 502-505.

225  J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, dans Revue catholique des Églises, 10.1906 (III-8), p. 478-479.

226  J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, Deuxième lettre, dans Revue catholique des Églises, 11.1906 (III-9), p. 547-570 ; J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, troisième lettre, dans Revue catholique des Églises, 12.1906 (III-10), p. 627-638 ; J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, dans Revue catholique des Églises, 01.1907 (IV-1), p. 28-38 ; J. Wilbois, La mission de l’Église russe : lettres de Moscou, dans Revue catholique des Églises, 02.1907, (IV-2), p. 92-102.

227  J. Wilbois, L’avenir de l’Église russe : essai sur la crise sociale et religieuse en Russie, Paris, 1907 ; C. R. Davey Biggs, Russia and reunion : a translation of Wilbois «L’Avenir de l’Église russe» together with translations of russian official documents on reunion and english orders, Londres-Oxford, 1908.

228  Arch. Istina, boîte Gratieux : Antoine d’Halluin au p. Dupuy, s. d., français, annexe p. 2 : « Curriculum Vitae Albert Gratieux ».

229  Par exemple : A. Gratieux, L’Église russe. La situation présente, dans L’Univers, 16.12.1908, p. 1 ; Id., L’Église russe. VI. Les laïcs, dans L’Univers, 03.02.1909, p. 1-2 ; Id., L’Église russe. XIII. L’avenir de la Russie – La Russie dans l’Église orientale – L’idée panhellénique – La Russie et les occidentaux – Pas d’absorption – Maintien des traditions orientales, dans L’Univers, 09.04.1909, p. 1.

230  A. Gratieux, Correspondance – Lettres de Russie, dans Revue catholique des Églises, 11.1908 (V-9), p. 565-571 ; Id., Une Œuvre russe : la Confrérie ouvrière fondée par N. N. Népluyef, dans Revue catholique des Églises, 02.1908 (V-2), p. 88-107. Sur Népluyev, voir R. Ladous, Un bonheur russe. La communauté slavophile de Nicolas Népluyev, Lausanne, 1997.

231  Il publie d’ailleurs assez rapidement ses premiers résultats : A. Gratieux, A. S. Khomiakof, d’après sa correspondance, dans Revue catholique des Églises, 05.1908 (V-5), p. 257-274 ; Id., L’élément moral dans la théologie de Khomiakov, dans Bessarione, 04-09.1910 (XIV-111/112), p. 358-366.

232  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 372.

233  Sur Quénet, voir notamment M. Levé, L’Abbé Charles Quénet, 1883-1946, oraison funèbre lue le 26 janvier 1947 en la Chapelle de l’Ecole Saint-Martin d’Amiens, Amiens, Impr. de Yvert, [1947]. Nous remercions l’archiviste diocésain d’Amiens, M. Aurélien André, pour les informations transmises.

234  Nous suivons ici R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 372-374.

235  Il lui faudra toutefois quatre jours d’efforts et un certificat envoyé en urgence par Paul Boyer pour réussir à s’inscrire à l’Université : R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 380.

236  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 374 et 389. En 1916, il est envoyé en Russie au service de l’attaché militaire de l’ambassade de France. En 1917, il embrasse l’idéal de la révolution bolchevique et reste en Russie, abandonnant même la nationalité française. Il parvient toutefois à quitter l’URSS avec son épouse en 1933. Il enseigne par la suite à l’École des Langues orientales et à la Sorbonne. Cf. ses mémoires : P. Pascal, Mon journal de Russie, Lausanne, 1975-1982, 4 vol., ainsi que S. Coeuré, Pierre Pascal : la Russie entre christianisme et communisme, Lausanne, 2014.

237  Il publie d’ailleurs à son retour de Russie un article dans la Revue du clergé français : Ch. Quénet, En Russie chez un curé de campagne, dans Revue du clergé français, t. LXXIII, 15 février 1913, p. 435-445.

238  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 392.

239  M. Levé, L’Abbé Charles Quénet… cit., p. 10.

240  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 396-399.

241  Cf.infra, p. 488.

242  C. Quénet, Tchaadaev et les Lettres philosophiques, contribution à l’étude du mouvement des idées en Russie. Thèse, Paris, 1931.

243  A. Gratieux, A. S. Khomiakov et le mouvement slavophile. I. Les hommes, II. Les doctrines, Paris, 1939 (Unam Sanctam, 5).

244  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 39.

245Catalogus librorum bibliothecae Cyrillo-Methodianae, dans Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 108-114 et Catalogus librorum bibliothecae Cyrillo-Methodianae, dans Acta II. Conventus Velehradensis, Prague, 1910, p. 150-176.

246  Cf. supra, p. 182.

247 Cose romane. Le edizioni russe alla biblioteca vaticana, dans CC, 07.02.1905 (56-I-1312), p. 479-481.

248  Cf. J. Julliard, Le monde des revues au début du siècle, dans Cahiers Georges Sorel. Spécial « Les revues dans la vie intellectuelle. 1885-1914 », 1987 (5), p. 3-9 ; J. Pluet-Despatin, Une contribution à l’histoire des intellectuels : les revues, dans Les Cahiers de l’IHTP : Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux, mars 1992 (20), p. 125-136.

249  O. Poncet, Les revues orientalistes à Rome sous Léon XIII. L’exemple du Bessarione (1896-1903), dans P. Levillain, J.-M. Ticchi (éd.), Le pontificat de Léon XIII… cit., p. 379. Plusieurs études sont d’ailleurs consacrées à ces revues : G. M. Croce, La Badia Greca… cit. ; J. Darrouzès, A. Failler, Tables générales des Échos d’Orient (1897-1942), Paris, 1986 ; É. Fouilloux, Les Échos d’Orient (1897-1908), dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des Échos d’Orient, archevêque latin d’Athènes, 1868-1927, Rome, 2002, p. 69-85.

250  Sur les 119 articles concernant la Russie de 1897 à 1982, 114 sont antérieurs à 1940 ! Calcul effectué par J.-P. Périer-Muzet, La Russie vue par la presse assomptionniste, dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie… cit., p. 100.

251  Malgré sa courte existence, la Revue catholique des Églises a publié 31 articles de fond sur l’orthodoxie (sur 152) : É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 71.

252  V. de P. Bailly, À nos lecteurs, dans Échos d’orient, 1897 (I-1), p. 2.

253 Il nostro programma, dans Bessarione, 05.1896 (1), p. 2-3.

254  Bref du 9 août 1904 cité par O. Poncet, Les revues orientalistes…cit., p. 381.

255  Vers 1910, le Bessarione aurait reçu une aide de Pie X : É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 54.

256  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90) p. 301. Sur Marini, voir DBI, 70, 2008, p. 481-484 (C. Fantappiè) et La Sacra Congregazione per le Chiese Orientali nel cinquantesimo della fondazione 1917-1967, Rome, 1969, p. 82-84.

257  V. de P. Bailly, À nos lecteurs, dans Échos d’Orient, 1897 (I-1), p. 2.

258Revue catholique des Églises, 01.1904 (I-1), page de garde.

259 Programma, dans Slavorum litterae theologicae, 1905, 1, p. 2, latin.

260  O. Poncet, Les revues orientalistes… cit., p. 382.

261  G. M. Croce, La Badia Greca… vol. 2… cit., p. 67.

262 Il Bessarione e la stampa orthodossa, dans Bessarione, 07-08.1901 (VI-61), p. 121.

263  Morel à Portal, 13.09.1904, cit. dans R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 238.

264  R. Aubert, L’essor des revues d’érudition ecclésiastique au tournant des XIXe et XXe siècles, dans Revue bénédictine, 1984 (94), p. 425.

265  A. Palmieri, La hiérarchie de l’Église russe en 1900, dans Échos d’Orient, 1900-1901 (IV), p. 231-235.

266  Tous les articles sur la Russie parus en 1900-1902 sont de la plume de Palmieri (L’ancienne et la nouvelle théologie russe, dans Revue de l’Orient chrétien, 1901 (VI-1), p. 88-114 ; Les études islamiques en Rusie et une apologie russe de l’Islam, dans Revue de l’Orient chrétien, 1901 (VI-4), p. 485-511) ou d’un mystérieux « X » (La Russie et l’Orient chrétien durant ces derniers mois, dans Revue de l’Orient chrétien, 1902 (VII-1), p. 1-25).

267  Par exemple : A. Palmieri, Tra i polemisti russi, dans Bessarione, 11-12.1898 (III/29-30), p. 355-380 ; A. P., Le riforme e le nuove aspirazioni della Chiesa russa-orthodossa nel 1905, dans Bessarione, 05-06.1905 (IX/84), p. 264-275 ; A. P., Le condizioni attuali della Chiesa Georgiana e la politica di russificazione nel Caucaso, dans Bessarione, 01-06.1908 (XII/100-102), p. 139-154 ; A. P., Le teorie del generale Alessandro Kireev sull’unione delle Chiese, dans Bessarione, 04-06.1912 (XVI/120), p. 200-207 et dans Bessarione, 07-12.1912 (XVI/121-122), p. 287-293. Deux articles seront encore publiés sous son pseudonyme (« AP ») en 1917 : A. P., La letteratura teologica russa, dans Bessarione, 01-03.1917 (XX/139), p. 67-72 et A. P., Il domma della Chiesa nella moderna teologia russa, dans Bessarione, 04-09.1917 (XX/140-141), p. 116-124.

268  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (ecclesiae graeco-russicae) ad lumen catholicae doctrinae examinata et discussa, dans Roma e l’Oriente, 05-10.1911 (II), p. 108-116.

269  É. Fouilloux, Les catholiques… cit., p. 61.

270  C’est le cas des Congrès scientifiques internationaux des catholiques, qui se tinrent de 1888 à 1900 : G. Jacquemet, Congrès scientifiques internationaux des catholiques, dans Catholicisme, t. III, col. 32-33.

271  Pour une perspective d’ensemble voir P. Esterka, Toward Union : the Congresses at Velehrad, dans Journal of Ecumenical Studies, 1971, p. 10-51.

272Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 122-126.

273  R. Aubert, Les relations entre les églises occidentales et les églises orthodoxes slaves aux XIXe et XXe siècles, dans Pontifical Lateran University, Catholic University of Lublin, The Common Christian Roots of the European Nations, Florence, 1982, t. 2, p. 11.

274  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 13.

275 Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 123.

276 Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 1.

277Ibid., p. 7.

278Ibid., p. 1-12. Un résumé russe est donné sous forme translittérée p. 12.

279 Velehrad, Moravia, Nostra corrispondenza, dans CC, 05.10.1907 (58-IV-1375), p. 124.

280 Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 10-11, latin.

281 Ibid.

282  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 12.

283 Il secondo congresso cattolico dell’unione delle chiese, dans CC, 04.09.1909 (60-III-1421), p. 606-607. Sur Alexej Petrovič Mal’cev (Maltzew) (1854-1915), voir BBKL, 5, Herzberg 1993, p. 610–613 (W. Heller).

284 Acta II. Conventus Velehradensis. Theologorum commercii studiorum inter occidentem et orientem cupidorum. Iussu eiusdem conventus ab ipsius delegatorum collegio edita, Prague, 1910, hors-texte.

285  A. Špaldák, L. Fedoroff, Relatio de III. Conventu Velehrandensis, dans Acta Academiae Velehradensis, 1911 (VII), p. 97-130. Voir aussi Impressioni sul Congresso e sulle opere du Vehlerad, dans Roma e l’Oriente, 05-10.1911 (II), p. 199-206 ; A. Cremoni, Relazione del Congresso di Vehlerad, dans Roma e l’Oriente, 05-10.1911 (II), p. 249-256.

286  P. Esterka, Toward Union… cit., p. 20.

287 Ibid., p. 21.

288 Relatio de conventu, dans Acta I. Conventus Velehradensis, Prague, 1908, p. 12, russe.

289  P. Esterka, Toward Union… cit. p. 21. Voir ainsi Н. Глубоковскiй, О сближенiи между православiемъ и католичествомъ на предстоящемъ четвертомъ Велеградскомъ сѣздѣ, dans Церковный Вѣстникъ, 07.03.1913 (39-10), col. 314-315.

290  Par exemple : C.-O. Carbonell, Une école catholique : l’historiographie providentialiste, ultramontaine et légitimiste de la Revue des questions historiques, dans Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, 1976, p. 325-400 ; S. Milbach, Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon, 1860-1914, Dijon, 2000.

291  R. Aubert, L’essor des revues d’érudition ecclésiastique au tournant des XIXe et XXe siècles, dans Revue bénédictine, 1984 (94), p. 422 et p. 443.

292  A. Palmieri, La hiérarchie de l’Église russe en 1900, dans Échos d’Orient, 1900-1901 (IV), p. 231-235 ; J. Hamberger, La hiérarchie de l’Église russe en 1905, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 226-233 ; R. Bousquet, Statistique religieuse de la Russie, dans Échos d’Orient, 1903 (VI), p. 396-399 ; G. Bartas, Statistique des Séminaires orthodoxes russes, dans Échos d’Orient, 1904 (VII), p. 175-176.

293  A. P., Rivista delle riviste, sommario di riviste russe, dans Bessarione, 1904 (VI), p. IX-XVI et XXV-XXIX ; I. Stchoukine, Les Revues ecclésiastiques russes, dans Revue catholique des Églises, 05.1904 (I-5), p. 241-251 et dans Revue catholique des Églises, 07.1904 (I-7), p. 394-410.

294  A. Palmieri, La Chiesa russa : le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale, Florence, 1908, p. IX-X, italien.

295  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 329.

296  C’est ainsi qu’en 1904, la rédaction de la Revue catholique des Églises présente un article rédigé par un anglican qui cache son identité derrière un pseudonyme et signale que la revue, « tout en admettant des études écrites par des auteurs appartenant à des églises séparées de Rome, aura soin qu’on y donne aucun enseignement contraire à la doctrine catholique » (G. Washington, L’Église épiscopalienne d’Amérique, dans Revue catholique des Églises, 01.1904 (I-1), n. 1 p. 15). Finalement, cette ouverture conduit à n’entendre de l’autre confession que les points non controversés.

297 Le impressioni di un pellegrino russo sulle funzioni della grande settimana nelle chiese di rito greco di Roma, dans Roma e l’Oriente, 11.1911-04.1912 (III), p. 362-365.

298  A. Staerk, Le P. Jean de Cronstadt, archiprêtre de l’église russe. I. Son ascétisme, sa morale Ma vie en Jésus-Christ – II. Sa doctrine dogmatique et son influence morale. Étude historique et critique, Paris, 1902-1903, p. 169, 172-173, 186. Sur la réception de cette figure spirituelle, cf. N. Kizenko, Ioann of Kronstadt and the Reception of Sanctity, 1850-1988, dans The Russian Review, 1998 (57-3), p. 325-344.

299  A. Staerk, Der Taufritus in der griechisch-russischen Kirche ; sein apostolischer Ursprung und seine Entwicklung, Freiburg im Breisgau, 1903.

300  « M » [vraisemblablement Morel], Correspondance-Russie, dans Revue catholique des Églises, 12.1904 (I-10), p. 608-615.

301  G. Morel, L’icône de Kazan, dans Revue catholique des Églises, 12.1904 (I-10), p. 582-591.

302 Roma e l’Oriente, 05-12.1913 (VI), p. 172-174. Il s’agit de Спутникъ русскaго православнaго богомольца въ Римѣ. Описанiе римскихъ священныхъ мѣстъ и находящихся въ нихъ вселенскихъ святынъ съ планомъ собора святаго апостола Петра, Rome, 1912.

303  P. de Meester (éd.), La divine liturgie de s. Jean Chrysostome, traduction française du p. Emmanuel André, revue, annotée et publiée avec le texte grec en regard par le r. p. Placide de Meester, Paris, 1907.

304  M. de Saxe (éd.), Missa graeca quam ex lingua graeca in idioma latinum traduxit cum commentario praevio Maximilianus princeps Saxoniae, Ratisbonne-Rome-Neo Eboraci-Cincinnati, 1908.

305 La S. Liturgia greca di s. Giovanni Crisostomo : versione con brevi cenni espositivi e note, Grottaferrata, 1912.

306  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. XIII.

307  J. Calvet, Mes souvenirs sur Monsieur Portal, conférence inédite citée par R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 214.

308  Voir, par exemple, le récit du voyage réalisé en 1761 par l’abbé Jean Chappe d’Auteroche, dans C. de Grève, Le voyage en Russie : anthologie des voyageurs français aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, 1990, p. 1081.

309Quelques mots, par un chrétien orthodoxe sur les communions occidentales, à l’occasion d’une brochure de M. Laurentie (Paris, 1853) et Quelques mots sur les communions occidentales, par un chrétien orthodoxe (Leipzig, 1855). Ces textes ont été rassemblés avec d’autres dans L’Église latine et le protestantisme au point de vue de l’Église d’Orient, recueil d’articles sur des questions religieuses écrits à différentes époques et à diverses occasions, Lausanne et Vevey, B. Benda, 1872 et a été récemment réédité (Vevey, Xenia, 2006) avec une introduction de J.-N. Lemarchand.

310  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit., notamment n. 1 p. 959, n. 1 p. 1002.

311  En partant de l’exemple de la théologie de Khomiakov et des expressions d’Églises visible et invisible, le jeune portalien remarquait que « notre langue théologique » a des difficultés à « traduire exactement sa pensée » car « pour une pensée aussi flottante, notre terminologie est trop précise » (G. Morel, La Théologie de Khomiakov (Suite), dans Revue catholique des Églises, 03.1904 (I-3), p. 127).

312  G. Morel, La Théologie de Khomiakov, dans Revue catholique des Églises, 02.1904 (I-2), p. 58-65.

313  A. Gratieux, Mes impressions religieuses de Russie, Paris, 1911, p. 7-8.

314Ibid., p. 23.

315  V. S. Soloviev, La Russie et l’Église universelle, Paris, 1889. Rééd. par P. de Laubier, Paris, 2008.

316  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 234.

317  Par exemple, E. Tavernier, Vladimir Soloviev, dans La Quinzaine, 16.11.1900 (publié en tiré-à-part, La Chapelle-Montligeon, 1900, 16 p.). En 1916, il traduit du russe l’ouvrage de Soloviev, Trois entretiens sur la guerre, la morale et la religion.

318  La référence à Soloviev dans les cours d’apologétique du vice-recteur de l’Institut catholique de Paris dénote une certaine connaissance du philosophe russe au sein de l’élite du clergé français : J. Bousquet, L’unité de l’Église et le schisme grec, avant-propos de Mgr Alfred Baudrillart, Paris, 1913, p. 116-117.

319  M. d’ Herbigny, Un Newman russe, Vladimir Soloviev, 1853-1900, Paris, 1911. Cet ouvrage a été précédé d’articles dans les Études : M. d’Herbigny, Un Newman russe, Vladimir Soloviev (1853-1900), dans Études, 20.09.1909 (46-120), p. 767-786 et dans Études, 05.10.1909 (46-121), p. 51-75.

320  L. Roure valorise ainsi la « connaissance de la langue russe » du jésuite français : Vladimir Soloviev (M. D’Herbigny), dans Études, 1911 (48-128), p. 237-241. La Civiltà cattolica reprend le travail de d’Herbigny pour donner plus d’écho à la pensée de Soloviev qui « n’a eu qu’une diffusion très limitée dans le milieu de la culture occidentale » : Wladimir Soloviev e la sua opera apologetica, dans CC, 20.01.1912 (63-I-1478), p. 169-182 et dans CC, 02.03.1912 (63-I-1481), p. 529-544 (citation traduite de l’italien p. 169-170).

321  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (49-133), p. 807-808.

322  R. Ladous, Monsieur Portal… cit., p. 235.

323 CC, 21.04.1906 (57-II-1340), p. 250.

324  AP, Il cattolicismo secondo l’enciclopedia teologica ortodossa, dans Bessarione, 04-06.1909 (XIII-107), p. 185-195. Il s’agit de l’article Католицизмъ (римскiй) въ Россіи (въ русской землѣ), dans Православная богословская энциклопедiя, t. 9, Saint-Pétersbourg, 1908, col. 222-226.

325 Rivista della stampa […] L’odierna capacità giuridica internazionale del Papato secondo un scrittore russo (A. L. Baikov), dans CC, 02.12.1905 (56-IV-1331), p. 577-592 (citation en italien p. 590). Il s’agit de l’ouvrage A. Л. Байковъ, Современная международная правоспособность папства въ связи съ ученiемъ о международной правоспособности вообще, Saint-Pétersbourg, 1904.

326  J. Gagarin, La primauté de saint Pierre et les livres liturgiques de l’Église russe, Paris, 1863 ; C. Tondini de Quarenghi, La primauté de S. Pierre prouvée par les titres que lui donne l’Église russe dans sa liturgie, Paris, 1867 ; C. Tondini de Quarenghi, Le Pape de Rome et les Papes de l’Église Orthodoxe de l’Orient d’après les documents originaux grecs et russes : avec un appendice sur le moyens de coopérer efficacement à la réunion des églises, Paris, 1876 (version russe : Римский Папа и Папы православной Восточной церкви, Fribourg-en-Brisgau, 1899).

327 Il Primato di San Pietro secondo la liturgia greca, dans OR, 29.06.1914 (54-175), p. 1-2. Cette conférence fait également l’objet d’une édition : A. Pellegrini, Il primato di S. Pietro nella liturgia greca, Grottaferrata, 1914.

328  J.-B. Thibaut, Panégyrique de l’Immaculée dans les chants hymnographiques de la Liturgie grecque, Paris, 1909.

329  M. Jugie, De Conceptione Immaculata B. Mariae Virginis apud Russos, saeculo XVII, dans Acta Academiae Velehradensis, 1911 (VII), p. 3-15.

330  É. Fouilloux, Les Échos d’Orient (1897-1908), dans B. Holzer (éd.), Mgr Petit, assomptionniste, fondateur des Échos d’Orient, archevêque latin d’Athènes, 1868-1927, Rome, 2002, p. 80.

331  A. Palmieri, Theologia dogmatica orthodoxa (Ecclesiae Graeco-Russicae) ad lumen catholicae doctrinae examinata et discussa, Florence, 1911-1913.

332  M. d’Herbigny, La théologie des Églises « orthodoxes ». Exposé critique par un théologien catholique, dans Études, 20.11.1910 (47-125), p. 517.

333  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. XIV et XII.

334  G. Morel, La «Confession Orthodoxe». Un original manuscrit grec et latin, dans Revue catholique des Églises, 03.1905 (II-3), p. 144-161.

335  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 278. Dans une lettre, Morel insiste sur le potentiel fédérateur de la patristique en évoquant comme un repoussoir l’expérience des XVIe-XVIIe siècles lorsque l’étude des Pères avait été instrumentalisée par les protestants et les catholiques et mise au service de la polémique (Morel au général Kireev, 29 janvier 1905, citée dans ibid., p. 291-298).

336 Il Bessarione e la Viera i Tzerkov di Mosca, dans Bessarione, 07-08.1903 (VIII-73), p. 130.

337  N. Franco, La difesa del Cristianesimo per l’unione delle Chiese, Rome, 1910. Sur l’auteur, voir DBI, 50, Rome, 1998, p. 196-197 (G. Croce).

338  G. Morel, La question religieuse en Russie. V- L’état présent de l’Église russe, dans L’Univers, 22.04.1905, p. 1.

339  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., p. 293.

340  K. Dimitrieva, Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques et culturelles, dans Revue des études slaves, 1995 (67-2/3), p. 326.

341  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 2-4.

342  J. Boubée, Le mouvement religieux hors de France. Russie. Le tricentenaire des Romanov, l’affaire Deibner, la question de Chelm, dans Études, 20.05.1913 (50-135), p. 549-563 (citations p. 558-559). Le gouvernement russe est défini dans cet article comme « une autocratie théologique aussi bien que politique » sur le modèle anglais d’« identification de l’idée nationale et de l’idée religieuse ».

343  G. L. Freeze, Handmaiden of the State ? The Church in Imperial Russia Reconsidered, dans Journal of Ecclesiastical History, 1985 (36-1), p. 82.

344Ibid., n. 3 p. 82.

345  K. Rousselet, Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie, dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie… cit., p. 72 et 73.

346  C. Tondini de Quarenghi (éd.), Règlement ecclésiastique de Pierre le Grand – Statutum canonicum sive ecclesiasticum Petri Magni vulgo regulamentum, Paris, 1874.

347  J. Bois, Le règlement ecclésiastique de Pierre Le Grand, dans Échos d’Orient, 1904 (VII), p. 85-90 ; 151-156.

348  G. L. Freeze, Handmaiden of the State ?… cit., p. 82-102.

349  G. Flikke, Democracy or theocracy : Frank, Struve, Berdjaev, Bulgakov, and the 1905 Russian revolution, Oslo, 1994 ; J. Scherrer, Intelligentsia, religion, révolution : premières manifestations d’un socialisme chrétien en Russie. 1905-1907, dans CMRS, 1976 (17-4) ; 1977 (18-1/2), p. 427-466, 5-32.

350  Les réponses des évêques ont été publiées dès 1906 et récemment rééditées : А. Ю. Полунов, И. В. Соловьев (éd.), Отзывы епархиальных архиереев по вопросу о церковной реформе, Moscou, 2004, 2 vol.

351  A.P., Le riforme e le nuove aspirazioni della Chiesa russa-orthodossa nel 1905, dans Bessarione, 05-06.1905 (IX-84), p. 264-275 ; dans Bessarione, 07-08.1905 (X-85), p. 23-32 ; dans Bessarione, 09-10.1905 (X-86), p. 146-153.

352  A. Palmieri, La Chiesa russa… cit., Florence, 1908.

353  A. Malvy, La Réforme de l’Église russe, dans Études, 20.04.1906 (43-107), p. 160-182 et dans Études, 05.05.1906 (43-107), p. 306-329.

354  A. Malvy, La Réforme de l’Église russe, Paris, 1906. Certains des documents édités par Malvy seront republiés par la Revue catholique des Églises, 07.1906 (III-7), p. 435-448.

355  G. Bartas, Les réformes religieuses en Russie, dans Échos d’Orient, 1905 (VIII), p. 250-254 ; A. Ratel, La question de la Réforme en Russie, dans Échos d’Orient, 1906 (IX), p. 166-173 ; A. Ratel, Deux partis dans le clergé orthodoxe russe, dans Échos d’Orient, 1906 (IX), p. 173-176 ; J. Bois, L’Église russe et la réforme projetée, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 112-122. G. Bartas était ainsi un « pseudonyme collectif » et A. Ratel le pseudonyme de Bois, selon J. Darrouzès, A. Failler, Liste des initiales, dans Tables générales des Echos d’Orient (1897-1942), Paris, 1986, p. 19-21.

356  AP, Il ristabilimento del patriarcato in Russia e le polemiche della stampa Russo-ortodossa, dans Bessarione, 01-02.1906 (X-88), p. 42-47 ; L’erigendo patriarcato russo, dans Roma e l’Oriente, 11.1912-04.1913 (V), p. 197-207, 261-272, 325-332.

357CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 123.

358  A. Ratel, Deux partis dans le clergé orthodoxe russe, dans Échos d’Orient, 1906 (IX), p. 173-176.

359Notes : Réforme de l’Église russe, dans Revue catholique des Églises, 07.1906 (III-7), p. 429-430.

360  Lettre de G. Morel, Paris, 01.11.1904, citée dans J. Calvet, L’abbé Gustave Morel… cit., p. 281-282.

361  A. Vichniakoff, Les écoles ecclésiastiques en Russie, dans Revue catholique des Églises, 03.1904 (I-3), p. 156-157 ; A. P., L’educazione morale del clero russo : i seminari, dans Bessarione, 07-12.1908 (XIII-103/105), p. 26-39).

362  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 321-329 et dans Échos d’Orient, 1908 (XI), p. 41-50.

363 CC, 07.09.1907 (58-III-1373), p. 628.

364  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, f. 1-8 : Ponenza – Suprema S. Congr. del S. Offizio (Agosto 1907), p. 13, italien.

365  E. Goudal, La Révolution dans les Séminaires russes, dans Échos d’Orient, 1908 (XI), p. 41-50 (citation p. 42).

366 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 17.04.1909 (60-II-1412), p. 246-247. Voir aussi l’ouvrage d’A. Staerk, Le P. Jean de Cronstadt…cit.

367  S. Dixon, The Church’s social role in St-Petersburg, 1880-1914, dans G. A. Hosking (éd.), Church, nation and state in Russia and Ukraine, Londres, 1991, p. 174-178 ; P. Herrlinger, Working souls : Russian orthodoxy and factory labor in St. Petersburg, 1881-1917, Bloomington, 2007.

368  A. Gratieux, L’Église russe. IX. La vie religieuse, dans L’Univers, 26.02.1909, p. 1.

369  J. Bois, Congrès de missionnaires à Kiev (1908), dans Échos d’Orient, 1909 (XII), p. 144-151 ; C. Fabrègues, L’Église russe au Japon, dans Échos d’Orient, 1904 (VII), p. 171-175 ; G. Bartas, Missions orthodoxes en Amérique, dans Échos d’Orient, 1904 (VII), p. 231-235 ; La propaganda in Palestina, dans Roma e l’Oriente, 11.1911-04.1912 (III), p. 69-71 ; Nuova diocesi Russa in America, dans Roma e l’Oriente, 01-06.1915 (IX), p. 208-209.

370  J. Calvet, L’abbé Gustave Morel…cit., p. 285.

371 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 06.02.1909 (60-I-1407), p. 371. Sur ces réformes de Pie X, voir B. F. Pighin, L’onda riformatrice di Pio X sui Seminari, dans A. Cattaneo (éd.), L’eredità giuridica di San Pio X, Venise, 2006, p. 295-311.

372  F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russie… cit., p. 40.

373 Ibid., p. 69.

374  Pour une perspective générale : P. Holtrop, H. Slechte (éd.), Foreign churches in St. Petersburg and their archives, 1703-1917, Leiden-Boston, 2007.

375  Cf. Р. Ханковска, Храм Святой Якатерины в Санкт-Петербурге, Saint-Pétersbourg, 2001.

376  V. S. Ržeuckij, La colonie française et l’église catholique de Moscou à la fin du XVIIIe s., dans CMR, 2000 (41-4), p. 615-628 ; Église Saint-Louis-des-Français à Moscou, s. l., Association Le Pont Neuf, 1993.

377  J. Ollivier-Chakhnovskaia, Les dons en faveur du clergé français émigré, collectés dans l’Empire de Russie en 1794 et 1798, dans Histoire, économie et société, 2006 (4), p. 45-59.

378  J. Bois, Les débuts du catholicisme à Moscou, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 13-21, 84-90 ; J. Bois, L’Église Sainte-Catherine à Saint-Pétersbourg, dans Échos d’Orient, 1907 (X), p. 145-151, 230-235 ; M. J. Rouët de Journel, À propos d’un centenaire, Petersbourg catholique en 1814, dans Études, juillet-septembre 1914 (51-140), p. 289-310 ; P. Bliard, L’empereur Alexandre, les jésuites et Joseph de Maistre, d’après des documents inédits, dans Études, janvier-mars 1912 (49-130), p. 234-244.

379  Nous nous permetons de renvoyer à L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit.

380  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint-Pétersbourg, 08/20.09.1897.

381  AGOP, XI, 22000 : lettre de M. de Montebello (ambassadeur français à Moscou) au maître général Frühwirth, Saint-Pétersbourg, 05.03.1895, français.

382  Voir le document édité dans L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit., p. 216.

383  François Paris (1878-1948) : désireux de devenir prêtre au moins dès 1906 (il sera finalement ordonné en 1935), il collabore avec les assomptionnistes en Russie, où il travaille dans des entreprises françaises et belges. Rentré en France après la Révolution, il collabore à l’Œuvre d’Orient. Cf. A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987, n. 7 p. 108 ; C. Sorrel, dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 8. La Savoie, Paris-Chambéry, 1996, p. 322-323.

384  AA, 2EQ38, traduction française du procès-verbal (original russe ibid., 2EQ39). Les quatre entreprises sont : Société d’Ekatérinovka-Rykovsky (versement de 55 roubles mensuels), Société Générale à Makeevka (55 roubles), Franco-Russe à Khanjenkovo (46 roubles), Russo-Donetz à Makeevka (64 roubles).

385  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 121-122.

386  P. Trottet, La Congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Chambéry en Russie 1862-1922, Université de Savoie UFR Lettres Langues Sciences Humaines Département d’Histoire, 1994, p. 59-60. Voir aussi la photographie dans C. Sorrel, Des Savoyardes dans les prisons de Lénine. Le drame russe de la Congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, Chambéry, 2003, p. 13.

387  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint-Pétersbourg, 08/20.09.1897, 15 p.

388Ibid., p. 5-6.

389  AGOP, XI, 22000 : Cuny à « révérendissime père » (curie généralice), s. d.

390  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 16, fasc. 5, f. 18 : Schumpp à « Eminence », Saint-Pétersbourg, 26.11.1905, français. Nous n’avons pas réussi à identifier ce prêtre.

391  AGOP, XI, 22000 : lettre de Theissling, 17.01.1910.

392  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 125-126 : prince E. Lubomirski à Pie X, Rome, 11.03.1910, N°45979.

393  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Prêtres et religieuses français en Russie…cit., p. 225.

394  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 19.10/01.11.1911, français.

395Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 12/25.11.1911, français. Le « mari et la femme » ici cités sont probablement le couple Abrikosov.

396  Cette dernière prend « le nom de Sœur Marie Catherine (de Sienne) ». AGOP, XIII, 91050 : note de Libercier, Moscou, 02/15.04.1912, français. Sur Anna Abrikosova, voir A. K. Eszer, Ekaterina Sienskaja (Anna I.) Abrikosova und die Gemeinschaft der Schwestern des III. Ordens vom hl. Dominikus zu Moskau, dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 1970 (40), p. 277-373 ; P. Parfent’ev, Anna Abrikosova, Milan, 2004 ainsi que la notice dans КЭ, I, col. 13-14 (A. Ûdin). Sur Vladimir Vladimirovič Abrikosov (1880-1966), voir КЭ, I, col. 12-13 (A. Ûdin).

397  Cf. infra, p. 242.

398  AA.EE.SS., II, Russia, pos. 432, fasc. 129, f. 32-52.

399  AOPF, III, 200-Russie, K : Cuny à « Révérendissime Père », Saint Pétersbourg, 08/20.09.1897.

400Ibid., Cuny à « Mon très révérend père », 30.03/12.04.1905.

401  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 923, fasc. 304, f. 59 : Cormier à Merry del Val, 16.05.1908, italien.

402  Jean-Baptiste Amoudru (1878-1961), entré dans l’ordre dominicain en 1895, prêtre en 1901, il étudie et enseigne à Jérusalem (1897-1903) puis enseigne la théologie à Ottawa (1903-1907). Il arrive à Saint-Pétersbourg en décembre 1907 et dessert alors l’église Notre-Dame de France jusqu’à son départ de Russie en 1935. AOPF, Dossiers de frères, V-A, Amoudru, 01 : lettre du p. Duval, archiviste, à Antoine Wenger, Paris, 03.06.1985.

403  Cf. plus haut, p. 179.

404Podlasie (Misja Podlaska, 1877-1905), dans L. Grzebień (éd.), Encyklopedia wiedzy o Jezuitach na ziemiach Polski i Litwy, 1564-1995, Cracovie, 1996, p. 519-520. Voir également R. Danieluk, La missione segreta dei Gesuiti tra gli Uniati di Podlachia (1878-1904), Archivum historicum Societatis Iesu, 2008 (77-153), p. 93-113.

405  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 915, fasc. 299, f. 60 : Ledóchowski à « Illustrissime ac Rme Domine », 22.05.1907, latin.

406 Ibid., f. 90 : « Ex aud[ientia] S[anctissi]mi » 22.05.1907, « Pro Gratia ».

407  L. Grzebień (éd.), Encyklopedia wiedzy o Jezuitach… cit., p. 555 ; A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 66.

408  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 913, fasc. 299, f. 74-77 : mémoire « De catholicis Russis Iuvandis », Rome, 21.05.1910, latin. Le père Urban fera d’ailleurs a posteriori un récit de cette mission en Podlachie (Wśród unitów na Podlasiu : pamiętnik wycieczek misyjnych, Cracovie, 1923).

409  Notices dans F. Paluszkiewicz, Mały słownik jezuitów w Polsce, Varsovie, 1995, p. 240 et dans L. Grzebień (éd.), Encyklopedia wiedzy o Jezuitach… cit., p. 734.

410  P. d’Alzon au p. Alexis Dumazer, Nîmes, 29.04.1876, citée par K. Rousselet, Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie, dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), Paris, 2005, p. 77.

411  Voir notamment les lettres de d’Alzon du 12 juin 1878 et 12 octobre 1877, ainsi que le « Mémoire sur un essai d’évangélisation de la Russie », 14 août 1877, adressé à la Congrégation de la Propagande, cités par K. Rousselet, Le Père Emmanuel d’Alzon et la Russie… cit., p. 78-81.

412  Maniglier au p. Emmanuel, 07.10.1913, citée par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 119-120.

413  Né en 1877 dans le diocèse d’Arras, il est ordonné prêtre en juillet 1903. Après son expulsion de Russie en 1913, Baurain quitte l’Assomption et part à Alep où il fonde une famille (A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 83-86). Voir aussi la notice biographique de V. Frolov, Assomptionnistes en Russie et Russes catholiques : correspondance et biographies, dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), Paris, 2005, p. 36-37.

414  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 20.

415  Evrard Evrard (1878-1960). Ordonné sous-diacre à Constantinople en juin 1903 et prêtre à Rome en 1905, il essaie d’obtenir le poste de vicaire à Saint-Louis des Français de Moscou, mais en vain. Il rejoint alors le père Maniglier à Odessa, avant de se rendre à Kiev en 1907. Pendant la Guerre, il travaille sur le front russe en qualité d’interprète. Après 1920, il est en Roumanie et deviendra même recteur du Collège roumain de Rome (1938-1947). Voir la notice biographique de V. Frolov, Assomptionnistes en Russie… cit., p. 39-40.

416  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 80.

417  Il meurt après 1953. Nous remercions le père Jean-Paul Périer-Muzet pour ces informations. Voir également A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 84-85.

418  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 112. Sur Maniglier, qui quittera la Russie en 1920, voir la notice de V. Frolov, Assomptionnistes en Russie… cit., p. 40.

419  AA, 2 EQ 87 : A. Maniglier, « Mission des Augustins de l’Assomption à Odessa (1905-1920) », 15.08.1942.

420  AA, 2 EQ 80 : Pétition de la « colonie catholique française d’Odessa » à « Sa Grandeur Monseigneur l’Evêque de Tiraspol », Odessa, 30.05.1910.

421  AA, 2EQ17 : Jourdan de la Passardière au père André, Granville, 08.08.1905. Voir, plus généralement, la correspondance entre Jourdan de la Passardière et le père André [vraisemblablement André Jaujou, alors assistant général], août-septembre 1905 (AA, 2EQ 17 à 21).

422  Gervais Quénard (1875-1961), archéologue et exégète, auteur d’un guide savant de Palestine, nommé à la Bonne Presse en 1905. Après son expérience russe (jusqu’en 1908), il travaille dans les Balkans et sera supérieur général des assomptionnistes de 1923 à 1952. Voir ses mémoires : Hier. Souvenirs d’un octogénaire, Paris, 1955, notamment p. 14-15 et l’étude de J. Girard-Reydet, Le père Gervais Quenard, supérieur général des Assomptionistes (1875-1961), Paris, 1967.

423  AA, 2EQ19 : père André à Jourdan de la Passardière, Paris, 21.08.1905.

424  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 30-31.

425  AA, 2EQ 23 : document imprimé « Association française de Vilna. Alliance et mutualité », 1er mai 1906, français.

426  AA, 2 EQ 27 : Association française de Vilna. Rapport de l’exercice 1906-1907.

427  AA, 2 EQ 32 : « Œuvre du foyer sous le patronage de la société française de bienfaisance de Kieff » et 2 EQ 33 : rapport du Conseil d’administration pour l’exercice 1912-1913 (5e année), Kiev, 1914.

428  AA, 2 EQ 34 : supplique de la colonie française au gouverneur de Kiev et à Stolypine, ministre de l’intérieur, 30 août 1911 et supplique au gouverneur de Kiev (9/22 août 1911) d’Evrard.

429  Une dame de Kiev, qui connaît bien les assomptionnistes, est toutefois dans la confidence : AA, 2 EQ 35 : Mlle Vivier au p. Emmanuel [Bailly], Kiev, 06.06.1913.

430  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 49-52 ; J.-P. Périer-Muzet, Notices biographiques des religieux de l’Assomption, 1850-2000. Contribution à l’histoire de l’Assomption, Rome, 2000, t. IV, p. 2243-2244.

431  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 52-54.

432  AA, 2 EQ 74 : F. Paris au p. Emmanuel [Bailly], Routchenko, 17/30.12.1906.

433  AA, 2 EQ 38 : procès-verbal, 28 juin/11 juillet 1907 « Russkoe Doneckoe Obščestvo ».

434  AA, 2 EQ 48 : Neveu à Bailly, 09/22.07.1914.

435  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 110-115. Citation des carnets du père Ernest Baudouy, secrétaire du p. Bailly, au 20.07.1908, p. 111. Voir également AA, 2 EQ 47 : Kessler à « Eminentissime Princeps », Saratov, 03/16.06.1910, latin.

436  A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 120.

437  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 3 : Von Christierson à Gasparri, Helsingfors, 22.02.1907, français.

438Ibid., pos. 931, fasc. 308, f. 81-83 : Christierson, « Mémoire sur l’état des affaires ecclésiastiques en Finlande… », Pétrograd, 05.05.1917.

439  E. C. Thaden (éd.), Russification in the Baltic provinces… cit., notamment p. 76-87.

440  Selon Mgr Skirmunt « le leggi Russe, tanto ostili al cattolicismo, non si applicano, o si applicano con minor rigore nella Finlandia che gode ancora la sua legislazione propria » (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 936, fasc. 317, f. 3-6 : anonyme [Skirmunt], « I bisogni speciali della Finlandia », Rome, 15.05.1914).

441  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 7-10 : lettre du p. Dehon, Saint-Quentin (Aisne), 25.11.1907. Voir aussi Y. Ledure, Le père Léon Dehon 1843-1925 : entre mystique et catholicisme social, Paris, 2005, notamment p. 194.

442  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 36-37 : lettre du p. Dehon, Rome, 06.10.1908.

443Ibid., f. 38-39 : lettre du P. Dehon, 22.10.1908. Le père Dehon n’hésite pas à écrire que « c’est plus facile d’aller évangéliser les nègres que les sujets du Czar ».

444  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 931, fasc. 308, f. 11-12 : lettre de Dehon, 30.11.1909.

445Ibid., f. 13 : Affaires ecclésiastiques extraordinaires au Saint-Office, 19.11.1909, N°40540. On demande pour Buks et Gysel le titre de missionnaires apostoliques et pour Buks la faculté de recevoir les abjurations.

446  ACO, PCPR, 89/30 [orig. rub. 106 (1910), prot. 29230] : Der Abraamian à Mgr Gotti, Tiflis, 05/23.11.1910, Administrator Apostolicus Omnium Armeno-Catholicorum In Imperio Russiaco N°4460, italien. La congrégation des Frères des Écoles chrétiennes était déjà implantée à Trébizonde, à sept heures de bateau de Tiflis. Sur cette congrégation, voir DIP, 4, col. 728-746 (M. A. Hermans).

447  ACO, PCPR, 89/30 [orig. rub. 106 (1910), prot. 29289] : Merry del Val à Gotti, Vatican, 13.12.1910, N°47757.

448DIP, 8, col. 542-543 (G. Rocca).

449  ACPF, rub. 116 (1905), NS, vol. 325, f. 762 : Sœur Marie-Léonide [Breffaz] (Supérieure Générale) au pape, Chambéry, 25.08.1905, français.

450  Sur le document cité à la note précédente, le cardinal donne un avis favorable (« Data summa rei utilitate ed opportunitate ad commune bonum catholicae institutionis in Russia ») et l’autorisation est donnée en haut de la page (« Pro Gratia, 1 [10?] septembre 1905 »).

451  C. Sorrel (éd.), Des Savoyardes dans les prisons de Lénine… cit., p. 11.

452 Ibid., p. 5-6.

453 Ibid., p. 7-8.

454 Ibid., p. 11.

455 Ibid., p. 16.

456 Ibid., p. 11.

457 Ibid., p. 16 et n. 18 p. 16.

458 Ibid., p. 19-21.

459  Sur cette congrégation fondée en 1877, voir la notice du DIP, 4, col. 348-350 (E. Frascadore) ainsi que M. Launay, Hélène de Chappotin, 1839-1904, et les Franciscaines missionnaires de Marie : oser sa vie, Paris, 2001.

460  AGFR, 4.079, copie de lettre de Marie de la Rédemption à Vladimirov, Directeur du Département des cultes du Ministère des Affaires intérieures, Saint-Pétersbourg, 07/20.09.1908.

461  En avril 1907, sur la recommandation du cardinal Rampolla, la Supérieure générale obtient « en quelques minutes » de Vladimirov un accord oral pour une installation de ses religieuses en Russie (AGFR, 4.079, copie de lettre de M. Marie de la Rédemption à Rampolla, Rome, 15.04.1907). En juillet 1907, est faite une demande officielle pour des permis de séjour (ibid., copie de lettre de M. Marie de la Rédemption à Excellence, Rome, 09.07.1907). L’entrée de ces huit sœurs est acceptée immédiatement (ibid., copie de l’autorisation du Consulat Impérial de Russie à Rome, 31.07/13.08.1907, N°538).

462  AGFR, Fondations en Europe. Notre histoire. t. VI (6), 1905-1911, p. 715-716. Voir également AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 34, fasc. 23-24.

463  AGFR, 4.079, lettre du fr. Raphaël [Delarbre] à « Chère fille » [Mère Marie Jeanne], Paris, 27.08.1906, f. 4-5.

464Ibid., note du début des années 1920. Sur la fusion, voir ibid., 2.083, notamment « Copie authentique du Chapitre Général des Sœurs Franciscaines du Saint Nom de Jésus et de Marie ».

465Ibid., 4.079, note, début années 1920.

466  En 1918, la communauté rentre en Pologne et obtient du Saint-Siège la reconnaissance comme congrégation des Ursulines du cœur de Jésus agonisant. Cf. les notices dans EC, VII, p. 1015 et DIP, t. 5, col. 567-569.

467  C’est du moins ce qu’avancent ses biographes. On trouve une confirmation de cette hypothèse dans le fonds personnel de Pie X. En 1912, Pie X dispense personnellement Julia Ledóchowska de ses obligations au sein de la congrégation des ursulines et l’autorise à s’unir à sa sœur Maria Teresa pour organiser en Russie un groupe affilié à l’œuvre de la rédemption des esclaves (ASV, archivio particolare di Pio X, b. 96, corrispondenza, maggio 1912, f. 843-853).

468  Les archives dominicaines ont ainsi conservé la traduction française de deux articles de mars 1911 du journal « Le Matin de la Russie » (Utro Rossii) sur l’organisation des jésuites à Moscou (AGOP, XIII, 91050, Pochette 1911 : traductions françaises de La découverte d’une organisation jésuitique à Moscou, dans Le Matin de la Russie, 02.03.1911, N°49, et Les Jésuites à Moscou, dans Le Matin de la Russie, 03.03.1911, N°50), alors que la revue Roma e l’Oriente reprend et critique des articles du Novoe Vremâ sur les jésuites (I Gesuiti, il « Novoje Vremja » e la Russia, dans Roma e l’Oriente, 05-10.1911 (II), p. 65-71 ; I Gesuiti, il « Novoje Vremja » e la Russia. II, dans Roma e l’Oriente, 11.1911-04.1912 (III), p. 137-153).

469  L’ouvrage de l’historien allemand Heinrich Böhmer est traduit en russe (à partir de la version française réalisée et introduite par Gabriel Monod) en 1913 (Г. Бемеръ, Иезуиты. Съ введеніемъ и примѣчаніями Г. Моно, Moscou, 1913) et l’ouvrage de Samarin est réédité en 1914 (Ю. Ф. Самаринъ, Iезуитизмъ и iезуиты, Sergiev Posad, 1914).

470  Cet épisode n’est pas indiqué dans les principales notices biographiques. Le père Roüet (1880-1974, entré dans la compagnie en 1897) aurait été désigné pour succéder à Paul Pierling vers 1910. Voir les notices de H. de Gensac dans DHCJ, IV, p. 3421 et de P. Duclos (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 1. Les Jésuites, Paris, p. 234.

471  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 17/30.11.1910.

472Ibid.

473  S. M. Capilupi, La missione di François Marie Gaillard… cit., p. 140.

474  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 02/15.12.1910, français. Le père Libercier propose alors une autre interprétation teintée d’anti-germanisme : « le bruit court que le P[ère] Jésuite allemand n’y serait pas étranger ».

475  Sur cette expulsion, voir Cronaca Russia : 1. L’« incidente Werczynski », dans Roma e l’Oriente, 05-10.1911 (II), p. 55-64.

476  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 18-27 : anonyme [Benigni], « La persecuzione in Russia », 19.04.1911, N°50180, italien. Dans ce rapport adressé à la Secrétairerie d’État, Benigni établit d’ailleurs un lien entre Wierciński et Mgr Szeptyckyj. Sur l’antijésuitisme de Benigni (É. Poulat, Catholicisme, démocratie et socialisme : le mouvement catholique et Mgr Benigni de la naissance du socialisme à la victoire du fascisme, Paris, 1977, n. 28 p. 541).

477  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 18-27 : anonyme [Benigni], « La persecuzione in Russia », 19.04.1911, N°50180, italien.

478  Voir la lettre du p. Evrard au p. Bailly racontant cette entrevue, 06/19.12.1911, citée dans A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 98.

479  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 54-55 : Giov. Battista da S. Lorenzo à Merry del Val, Bucarest, 09.09.1912.

480 Nostre corrispondenze-Russia, dans CC, 03.01.1914 (65-I-1525), p. 126.

481  AGFR, 4.079 : Maria Hostia à « Mère bien aimée », 08/21.12.1913, français.

482  Les échanges avec plusieurs fonctionnaires du ministère de l’Intérieur font toutefois apparaître l’absence de fondements de cette accusation et une réelle hostilité religieuse (AGFR, 4.079 : Maria Hostia à « Mère bien aimée », 04/17.10.1913, français).

483  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 30-31 : Kakowski à Pacelli, Varsovie, 26.10.1913, français. Cette intervention de Varsovie contredit l’accusation formulée par le père Amoudru contre le « clergé polonais » qui aurait semblé être « très heureux de cette expulsion » (ibid., f. 24-25 : Amoudru au général des dominicains, 13/26.10.1913, français).

484  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1913), fasc. unico, f. 66 : « appunto » pour le ministre de Russie, 01.11.1913, N°67985, français.

485  AGFR, 4.079 : Maria Hostia à « Mère bien aimée », 04/17.10.1913, français. Cette longue lettre est d’ailleurs remise par le biais de l’ambassade.

486  AA, 2 EQ 2 : « Notes et renseignements », Saint-Pétersbourg, 05/18.02.1908, p. 3 (document attribué à Liévin Baurain, mais que nous pensons devoir attribuer à Bois).

487  « Le soussigné, novice dans la Congrégation des Augustins de l’Assomption, appartenant de droit et de fait au rite latin mais du cœur et de désir au rite slave » : lettre de Neveu au Supérieur de la Mission d’Orient, Phanaraki, 27.10.1896, citée par V. Frolov, Assomptionnistes en Russie… cit., p. 61-62.

488  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 999, fasc. 361, f. 70-73 : p. J. Janssens (CSSR) au général des rédemptoristes, Yorkton (Saskatchewan, Canada), 24.10.1919, français (Ruthenian catholic Mission CSSR). Plus largement, voir E. Tremblay, Le Père Delaere et l’Église ukrainienne du Canada, Berthierville, s. d. [1961].

489  « Bella idea, ma fuor d’un miracolo è cosa impossibile », aurait dit Léon XIII sur le projet soloviévien d’une Russie catholique (J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 99-100).

490  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 9, fasc. 4, f. 3-4 : « Indirizzo offerto dai pellegrini Greco-Uniti di Polonia russa al Santo Padre nell’udienza del 3 Maggio 1904 », Rome, Tipografia Salvatoriana, italien.

491Ibid., pos. 10, fasc. 4, f. 6-7 : Symon à Gasparri, 23.11.1904, italien.

492  Il s’agit vraisemblablement du village de Huszlew, situé à l’est de Siedlce. Une incertitude demeure toutefois sur cette localisation car l’article de La Civiltà cattolica (voir note suivante) indique que ce village se trouve dans le district de Radzin, vraisemblablement Radzyń (aujourd’hui Radzyń Podlaski), ce qui nous éloignerait de Siedlce.

493 Nostre corrispondenze- Russia, dans CC, 19.08.1905 (56-III-1324), p. 500-501.

494  Principes rappelés notamment par Léon XIII dans Orientalium dignitas, 30.11.1894.

495  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 11-14 : Vincent Popiel (archevêque de Varsovie) à Merry del Val, Varsovie, 25.05.1905, latin.

496Ibid., pos. 897, fasc. 290, f. 40-41 : Gasparri à Girolamo Rolleri (secrétaire de la Propagande), Rome, 05.05.1905, s. n.

497  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 897, fasc. 290, f. 42-43 : Rolleri à Gasparri, 11.05.1905, SCPF rite oriental N°19224.

498Ibid., f. 44 : FU, 06.06.1905, italien.

499Ibid., f. 45 : Merry del Val à Popiel, 07.06.1905, N°12022.

500  Baurain au p. Merklen citée par A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 24

501  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 3 : Szeptyckyj à « Votre Eminence », 02.07.1905, français et f. 4-11 : mémorandum de Szeptyckyj à Pie X, 30.06.1905, latin.

502 Ibid., f. 39-40 : Skirmunt, « Osservazioni in quanto all’eventuale ristabilimento della Gerarchia Orientale (Rutena) in Polonia Russa », Rome, 08.07.1905, italien.

503  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 910, fasc. 298, f. 2 : anonyme [Skirmunt], « Il rito ruteno in Russia », 12.05.1906, italien.

504  Les actes de ce synode furent publiés seulement cinq ans plus tard et « après de longues et laborieuses démarches pour en obtenir l’approbation définitive par Rome » (G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 58 p. 53). Cf. Acta et Decreta Synodi provincialis Ruthenorum Galiciae habitae Leopoli a. 1891, Rome, 1896.

505  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 983, fasc. 424, f. 15-17 : Szeptyckyj à « Eminentissime Princeps », Rome, 30.09.1906, latin.

506Ibid., f. 18 : lettre à Szeptyckyj, Rome, octobre 1906 [jour non précisé], N°19949 et f. 19 : lettre à Lugari [assesseur du Saint-Office], Rome, 10.10.1906, N°19949.

507Ibid., f. 20-21 : Szeptyckyj à « Eminenza », Léopol, 07.11.1906, italien.

508  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 41-42 : Fr. X., év. de Rosea [Jourdan de la Passardière], à Merry del Val, « Notes sur les affaires de l’Église en Russie », Paris, 28.10.1906, français.

509  ACDF, SO, DO, 1907, n°1, f. 1-8 : Ponenza – Suprema S. Congr. del S. Offizio (agosto 1907), italien.

510 CC, 01.01.1910 (61-I-1429), p. 126-127. Dès 1908, la fondation de Věra i žizn’ avait été encouragée par La Civiltà cattolica comme une « bella initiativa che non sarà sterile di frutti consolanti » (Russia–Nostra corrispondenza, dans CC, 01.08.1908 (59-III-1395), p. 378).

511  Ст. Тржецякъ, Христосъ и соцiальный вопросъ [Le Christ et la question sociale], dans Вѣра и Жизнь [Foi et vie], octobre 1910 (III- 10), p. 312-317.

512Вѣра и Жизнь, janvier 1910 (III-1), couverture. Cf. document 24.

513  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : rapport du p. Bois « sul movimento cattolico di rito greco-russo a Pietroburgo » (1907-9), français, p. 74.

514  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 27-28 : lettre de Sophie Gontcharoff, N°43288, français (on a une copie de cette lettre de la main de Benigni en f. 29, avec une datation du 18.02 [1910]).

515  Nathalie Serguéievna Ouchakova (Natal’â Sergeevna Ušakova), cousine de Stolypine et amie de Maria Féodorovna (veuve d’Alexandre III), noble convertie au catholicisme, décédée en 1918 à Pétrograd, joua un rôle important dans la structuration du catholicisme de rite russe au début du XXe siècle : P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., 1966, p. 24 et 66 ; КЭ, IV, col. 1643-1644 (A. Ûdin).

516  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 93 : anonyme [Benigni ?], « Russia P[ietro]burgo Mgr Cieplak. Da un testimonio oculare (eccellente signora cattolica) », 18.02.1910, italien.

517  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 1, f. 5 : Ledóchowski à Pie X, Rome, 11.01.1912, italien.

518  G. Morel, Correspondance – Russie (Saint-Péterbourg, le 03/16.06.1905), dans Revue catholique des Églises, 06.1905 (II-6), p. 361-364.

519  M. A. Stolypine, La question catholique en Russie, dans La Croix, 09.05.1908 (29-7704), p. 3.

520La question catholique en Russie, dans La Croix, 31.05-01.06.1908 (29-7722), p. 3.

521  Fëdorov à Szeptyckyj, 04.11.1907, cité par P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 36.

522  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : rapport du p. Bois « sul movimento cattolico di rito greco-russo a Pietroburgo » (1907-9), français, p. 64.

523  R. Janin, Églises orientales, dans Catholicisme, III, col. 1460.

524  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 21 : Nicolas Tolstoy à Léon XIII, Rome, 11.08.1899, français.

525Ibid., f. 34 : note, italien.

526  Sur Aleksej Evgrafovič Zerčaninov (1848-1933 ou 1934) : D. Attwater, Leonid Feodorov and the Catholic Russians, dans C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 1. Leonid Feodorov, Vendelín Javorka, Theodore Romža, Rome, 2001, p. 16-17 et p. 23 ; P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 54 ; Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.06.1910 (61-II-1440), p. 752 ; KBM, t. 1, n. 324 p. 403-404 ; КЭ, I, col. 1895-1896 (A. Ûdin).

527  Fëdorov à Szeptyckyj du 21.06.1907, dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37.

528  Jean (Ivan) Alexandrovič Deubner (parfois Deibner ou Dejbner) (1873-1936). Originaire d’une famille noble, il entre – après des études de droit – dans une carrière administrative et épouse une Française, Marie Pannet (A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 65-66). Les conditions de sa conversion semblent « bizarr[es] » au dominicain Libercier qui informe sa curie généralice sur la situation de ce père de famille converti et ordonné mais qui reste dans le secret (AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 16/29.01.1906). Il est le père d’Alexandre Deubner (1899-1946). Voir respectivement КЭ, I, col. 1573-1574 (E. Kaliničenko) et col. 1572-1573 (A. Ûdin).

529  Nous avons peu d’informations sur Eustaphe Sousalev (ou Sussalew), en dehors du fait qu’ancien vieux-croyant et ordonné par la hiérarchie de Bielokrinitsa, son ordination fut reconnue valide par Rome. A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 65 ; M. d’Herbigny, Assurons aux Russes des prêtres catholiques russes, Paris, 1920, p. 10.

530 CC, 01.01.1910 (61-I-1429), p. 124.

531 Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16. Sur le terme « capholique », voir plus bas.

532  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909, ponenza, n. 1 p. 5, italien. Le rite ruthène a, en effet, intégré surtout à partir du milieu du XVIIe siècle de nombreux éléments latins dans tous les domaines (architecture, vêtements, liturgie…). Cf. S. Senyk, The Ukrainian Church and Latinization, dans OCP, 1990 (56-1), p. 165-187.

533  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 49. Ce projet aurait été inspiré par les assomptionnistes et validé comme « pratique » par Mgr Szeptyckyj (AA, 2EQ 2 : « Notes et renseignements », Saint-Pétersbourg, 05/18.02.1908, p. 7). Cette formulation suscite toutefois des interrogations à Rome : Rampolla considère que le terme de « vieux-croyants unis à Rome » ne peut être accepté parce que les « livres sacrés des vieux-croyants fourmillent d’erreurs » (AA.EE.SS. Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Procès-verbal, p. 5, italien). En effet, si le « schisme » des vieux-croyants (ou tenants du vieux rite – « staroobrjadcy ») est né au XVIIe siècle comme une réponse aux réformes promues par le patriarcat de Moscou, certaines pratiques (notamment des « sans prêtres ») sont bien éloignées du catholicisme. Certains éléments plaident toutefois en faveur d’un rapprochement avec Rome, notamment l’existence d’une hiérarchie épiscopale à partir d’un refuge vieux-croyant en Bucovine (hiérarchie de Bielokrinitsa). Par ailleurs, en 1869, des vieux-croyants ont formulé une demande de réunion, présentée à Rome par Mgr Symon (S. Olszamowska-Skowrońska, Tentatives d’union des Vieux Croyants russes avec l’Église catholique, dans Slovak Studies, 1966 (6), p. 191-228 ; B. Dupuy, Vieux-Croyants (Église des), dans Catholicisme, XV, col. 1107-1115).

534  Cf. A. Wenger, Rome et Moscou… cit., p. 88-96.

535  Exemple : « въ православно-каөолической Церкви Сошествiя Св. Духа » (Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16).

536Наша программа [Notre programme], dans Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 3 (« они уже заключаются въ полнотѣ каөолической вѣры »). Traduction française de ce texte dans J. Daubray, Chronique Les « orthodoxes-catholiques » – Leur doctrine, dans Échos d’Orient, 1913 (XVI), p. 262-263.

537  J. Daubray, Chronique Les « orthodoxes-catholiques » – Leur doctrine, dans Échos d’Orient, 1913 (XVI), p. 262.

538  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, Sommario Num. VII, Observations du père Evreinow sur des inexactitudes commises par Slovo Istini, Rome, février 1914, français, p. 74.

539  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 24-25 : lettre de Joannes Deubner, Rome, 20.04.1912, N°56888, latin, note manuscrite « pro nunc dilata ».

540 Слово Истины, 01.01.1913 (I-1), p. 16.

541  La « cappella di rito slavo cattolica » est présentée par La Civiltà cattolica comme incarnant « un principio eminentemente cattolico, il principio dell’universalità della Chiesa che ammette tutti i riti, rispetta tutte le tradizioni, e non fa distinzione tra i popoli » (CC, 01.01.1910 (61-I-1429), p. 124).

542  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37.

543  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907, italien.

544  Voir p. 64 et 385-386.

545  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914 - Ponenza. Sacra Congregazione, Russia. Gruppo cattolico du rito greco-russo, marzo 1914, p. 33-35, Sommario Num. I – Lettre du Secrétaire d’État au p. Schumpp, Rome, 23.05.1908, latin.

546  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Ponenza, Sommario Num. III, Merry del Val à Szeptyckyj, Rome, 26.09.1908, italien, p. 12.

547Ibid., Sommario Num. VI, extrait d’une lettre de François Paris 17/30.12.1908, parvenue à Rome mi-janvier 1909, p. 31-33.

548  Durant la discussion, Merry del Val insiste sur le rappel à l’ordre de Szeptyckyj qui croit « de bonne foi, avoir une juridiction sur ces Russes » (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Procès-verbal, p. 3), alors que Rampolla voudrait rassurer le métropolite ruthène sur le fait que la nomination de Zerčaninov ne constitue qu’une mesure d’urgence (ibid., p. 2-3).

549  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, p. 45 (4e dubbio, italien) et décisions prises par les cardinaux, validées par le pape le 16 juillet (ibid., procès-verbal, p. 6).

550  La lettre de Merry del Val à Szeptyckyj du 19 juillet 1909 (Seg. St. N°38661), devrait – selon les inventaires – se trouver en ASV, Seg. Stato, rub. 283 (1909), fasc. 8 à 12, mais elle semble avoir été égarée.

551  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1153, 1911, Ponenza, Num. VI : Denisewicz à Merry del Val, Saint-Pétersbourg, 01/14.12.1909, latin, p. 45-47.

552  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 305, f. 61 : Denisewicz à Merry del Val, Saint-Pétersbourg, 03/16.06.1909, latin.

553Ibid., fasc. 306, f. 41 : Merry del Val à Denisewicz, 27.07.1909, N°38774, latin (« per via privata »).

554  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Procès-verbal, p. 2-3.

555  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164b, 1912. Ponenza, p. 5, italien.

556 Ibid., Ponenza, Sommario unico, p. 7-8 : lettre de Merry del Val à Kluczyński, Rome, 13.02.1911, latin.

557  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164b, 1912. Procès-verbal, p. 5.

558  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 66. Sur Makarov, voir ГДРИ, p. 390-391.

559Уніатство въ столицѣ [L’uniatisme dans la capitale], dans Новое Время [Nouveau temps], 12/25.02.1913 (N°13263), p. 2 ; Іезуиты въ Петербургѣ (Беседа съ еп. Никандромъ) [Les jésuites à Saint-Pétersbourg (entretien avec Mgr Nicandre)], dans Новое Время, 13/26.02.1913 (N°13264), p. 2.

560La Russie et le Vatican, dans Revue contemporaine, 02/15.03.1913 (4-71), p. 121-122.

561Chiusura della Chiesa greco-cattolica di Pietroburgo, dans Roma e l’Oriente, 11.1912-04.1913 (V), p. 318-324 ; J. Boubée, Le mouvement religieux hors de France. Russie. Le tricentenaire des Romanov, l’affaire Deibner, la question de Chelm, dans Études, 20.05.1913 (50-135), p. 549-563.

562  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 24 : Merry del Val à Kluczyński, Rome, 03.07.1913, N°65377 avec annexe. Il s’agit d’une réponse à la lettre du 28 juin 1913, pour laquelle la Secrétairerie d’État avait pris l’avis de la Propaganda Fide.

563  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 72.

564  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 11, italien.

565 Ibid., Procès-verbal, p. 6-10.

566  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Procès-verbal, p. 2-3.

567  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 75-76. Sur Verhovskij, voir infra, p. 244.

568  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 306, f. 42 : « Cattolici Greco Russi P. Bois etc. Lettere da farsi », italien.

569  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Procès-verbal, p. 1.

570  « Si l’on fait allusion à des instructions ou autorisations secrètes, on ne peut […] penser qu’aux ordres, et aux déclarations émanées à plusieurs reprises de la Secrétairerie d’État. […] Dans ces lettres, […] sévère secret était recommandé. C’est pourquoi en parlant des instructions reçues on n’osait pas en citer la source. De là peuvent provenir les soupçons que ces instructions étaient de moi » : AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, Sommario Num. VI : Szeptycky à Merry del Val, Léopol, 10.01.1914, p. 49 (orth.).

571  ACDF, SO, RV 119/11, 1911, n°14, f. 35-36 : Merry del Val au secrétaire du Saint-Office [Rampolla], Vatican, 28.03.1911, N°49772, italien.

572 Ibid., f. 37 : note ms. « Russia 15 maggio 1911 ».

573Ibid., f. 41. Cet avis des cardinaux est approuvé par le pape le 22 juin 1911.

574  Cf. p. 212-213.

575  Pour la biographie de Leonid Fëdorov (1879-1935), béatifié en 2001, cf. P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit. ; C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 1. Leonid Feodorov, Vendelín Javorka, Theodore Romža, Rome, 2001 ; A. Judin, Leonid Fëdorov, Milan, 1999 ; КЭ, II, col. 1620-1623 (A. Ûdin).

576  Fëdorov à Szeptyckyj du 21.06.1907, citée dans P. Mailleux, Entre Rome et Moscou… cit., p. 37-38.

577  Sur son « image d’ordination » de 1911, Fëdorov – que d’Herbigny avait rencontré à Lemberg – avait choisi un recto latin (une image parisienne de saint Joseph) et un verso oriental (une inscription en vieux slave avec la date et le lieu de l’ordination). M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 17.

578  L’ordre stoudite a été fondé par Mgr Szeptyckyj à Lemberg à l’imitation de l’ancien monastère byzantin de Stoudion. Voir O. Delouis, Théodore Stoudite, figure de l’Union des Églises ? Autour de la renaissance d’un monachisme stoudite en Galicie (Ukraine) au XXe s., dans O. Delouis, A. Couderc, P. Guran, Héritages de Byzance en Europe du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine, Athènes, 2013, p. 431-480. Le monastère de Kamenica en Bosnie, créé pour lutter contre les conversions à l’orthodoxie des Ruthènes gréco-catholiques envoyés en Bosnie par le gouvernement austro-hongrois dans l’espoir de diviser les Slaves du Sud, aurait été abandonnée dès décembre 1913 sous la pression serbe. Nous remercions O. Delouis pour ces informations.

579  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 8.

580  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, carton F-127, F-127/3 : Status Collegii Angiensis 1900-1918, Anno 1913-1914.

581  Deux documents sont évoqués : une lettre de la curie générale au père Fine, l’assistant pour la France, du 24 juillet 1912 accordant la faculté à la Maison des Anges de conférer les grades académiques en théologie, et éventuellement au doctorat aux étudiants russes ayant le niveau et – en septembre 1912 – un accord venu des supérieurs de la province et de la Compagnie acceptant la formation de prêtres de rite gréco-slave à Enghien (AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, carton F. 111, recueil F-153/1 « Enghien. Séminaire des S. Anges », document « Institutum Slavicum Inchoatum », latin).

582  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., Paris, 1920, p. 20-22.

583  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, Carton F-111, recueil F-153/1 « Enghien. Séminaire des S. Anges » : document « Institutum Slavicum Inchoatum ».

584Ibid., « Enghien. Séminaire russe 1913-1914. Comptabilité ».

585Ibid., « Institutum Slavicum Inchoatum ».

586  Né en 1857, militaire de métier et luthérien de confession, il se convertit – avec sa femme – au catholicisme de rite latin en 1883 en quittant l’armée. Son confesseur est François Karewicz qui conforte Edouard dans son désir de devenir prêtre et le dirige vers la maison des Saints Anges. Avec l’accord de sa femme, il part en Belgique. Au printemps 1914, sa femme décède et Edouard, parti pour les funérailles, reste bloqué par la guerre (M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 22-26).

587  Gleb Evgen’evič Verhovskij (1888-1935) : né à Saint-Pétersbourg, il perd la foi puis est converti par la lecture de V. Soloviev. Il fait profession catholique en 1909 auprès du père Bois, « ses témoins étaient M. Deibner, et la directrice du Bon Pasteur ». En juin 1911, il prend la soutane, passe deux années à Innsbruck, puis reçoit le « diaconat, des mains d’un prélat de rite paléoslave, le 20 juillet 1913 », avant de partir pour Enghien. M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 20. Voir aussi A. Wenger, Rome et Moscou… cit., n. 27 p. 94-95 ; КЭ, I, col. 948 (A. Ûdin).

588  Nicolas Lvovič Trage : né à Saint-Pétersbourg en 1885. Journaliste de métier, il est converti vers 1909-1910 par la lecture de Soloviev et la rencontre d’un « Visiteur des Pères capucins de Pologne ». Il rentre en Russie peu avant la guerre, où il semble avoir été ordonné prêtre catholique (M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 26).

589  L. Tretjakewitsch, Bishop Michel d’Herbigny SJ and Russia, A Pre-Ecumenical approach to Christian Unity, Würzburg, 1990, p. 50 (sur le séminaire des Saints Anges, voir les p. 48-51).

590  AFSJ, Champagne, Maisons de Formation, Enghien, Carton F-111, recueil F-153/1 « Enghien. Séminaire des S. Anges » : document « Enghien. Séminaire russe 1913-1914. Comptabilité ».

591Ibid., recueil F-111/1 : E. Jombart, Histoire d’un ½ siècle de la Maison St Augustin d’Enghien. 1887-1937, 1e partie, p. 112-113.

592  Portal à Halifax du 12.04.1912, citée par R. Ladous, Monsieur Portal et les siens : 1855-1926, Paris, 1985, p. 379.

593  É. Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral : un réseau secret international antimoderniste, La «Sapinière» (1909-1921), Tournai, 1969, p. 28-44, p. 321, 324.

594  M. d’Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 22-26.

595 Ibid., p. 26.

596 Ibid., p. 26-27.

597  ACO, prot. 782/32 (orig. rub. 117 (1915), prot. 36877) : Gasparri à Gotti, Vatican, 31.05.1915, N°6893, italien. Voir la réponse du délégué apostolique aux États-Unis sur cette question, N°17339-d, 02.03.1915. Mgr Soter Stephen Ortynsky (1866-1916), basilien, fut ordonné évêque pour les fidèles de rite ruthène aux États-Unis en 1907.

598  AFSJ, Institut Saint-Georges – Meudon, 1921-2002, E-ME 1/2 Préhistoire de St-Georges : « Note sur une œuvre pour les Slaves et spécialement pour les Russes de Paris » (« Note demandée par le P. Rouffiac pour le P. Général fin 1919 »).

599 Ibid.

600  La revue des jésuites romains note avec ironie : « E’ strano che nonostante le antipatie del Sinodo pel latinismo, Roma sia stata scelta come residenza di un vescovo russo investito di sì ampia giurisdizione » (CC, 07.09.1907 (58-III-1373), p. 630). Mgr Vladimir (1869-1936 ou 1941) avait auparavant séjourné à Rome et soutenu une thèse en 1906 sur l’Église et l’État en Italie. Il est ordonné évêque de Cronstadt le 6 août 1907 comme quatrième vicaire de l’éparchie de Saint-Pétersbourg. En février 1911 il est nommé évêque d’Omsk et Pavlodar à cause de ses errances personnelles et poursuit, après 1917, une carrière ecclésiastique très mouvementée. Voir ROB, vol. 2, p. 234-243.

601  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909. Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois « sul movimento cattolico di rito greco-russo a Pietroburgo » (1907-9), français, p. 77.

602Ibid., procès-verbal, p. 4.

603  M. d’ Herbigny, Assurons aux Russes… cit., p. 10. Voir aussi Cronaca -Roma Inaugurazione della Chiesa russo-cattolica di S. Lorenzo ai Monti, dans Roma e l’Oriente, 11.1910-04.1911 (I), p. 59-60 ; L’inauguration de l’église des russes catholiques de rite oriental, à Rome, dans Bessarione, 10-12.1910 (XV-113/114), p. 57-58.

604L’inauguration de l’église des russes catholiques de rite oriental, à Rome, dans Bessarione, 10-12.1910 (XV-113/114), p. 58.

605 Cronaca-Roma Costituzione della Società di S. Vladimiro-Statuti e Decreto di approvazione, dans Roma e l’Oriente, 11.1910-04.1911 (I), p. 259-260.

606 Conferenze nella Chiesa Russo-cattolica a S. Lorenzo ai Monti per l’unione dalle Chiese dissidenti, dans Roma e l’Oriente, 01-06.1914 (VII), p. 180-186.

607 Conferenze in S. Lorenzo ai Monti, dans Roma e l’Oriente, 01-06.1914 (VII), p. 243-246, 313-314, 371-372.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540