Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Première partie. 1905-1917 : convertir une Russie en mutation

Chapitre 2. La diplomatie vaticane à l’épreuve russe

Texte intégral

1Pour résoudre les difficultés de l’Église et les conflits en souffrance, dans un contexte de fragilité épiscopale, la seule voie de sortie – du moins la plus rapide – semble être un traitement diplomatique des problèmes du catholicisme russe, directement entre le Saint-Siège et le gouvernement. Cette voie diplomatique émerge toutefois dans un contexte délicat. Les relations diplomatiques officielles, rompues en 1866, viennent seulement d’être renouées au début du règne de Nicolas II. De plus, la situation internationale du Saint-Siège n’est guère favorable : celui-ci est toujours entravé par la question romaine et se trouve dans un isolement croissant après la rupture des relations diplomatiques avec la France en 1904. Dans ce contexte, comment le Saint-Siège se positionne-t-il face à l’Empire russe ? La période 1905-1916 est marquée par une actualité politique et internationale qui détermine largement les agendas diplomatiques, du chancelement imprévu de l’autocratie en 1905 aux violences de la Première Guerre mondiale.

La reprise des relations diplomatiques officielles à la fin du XIXe siècle

  • 1  Les arguments historiques sont fréquemment sollicités par les cardinaux lors des sessioni sur les (...)

2Les relations russo-vaticanes s’enracinent dans une longue histoire et sont empreintes de la concurrence religieuse entre catholicisme et orthodoxie, qui rend toute négociation à la fois délicate et stimulante1. Il convient donc de poser ici quelques jalons sur les relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la Russie au XIXe siècle et de préciser les circonstances de la reprise de relations officielles dans les années 1890.

D’accords en ruptures : un siècle mouvementé (de la fin du XVIIIe siècle à 1878)

  • 2  Sur cette période, voir les sources publiées par M. J. Rouët de Journel ainsi que L. Wolff, The Va (...)
  • 3  D. Tolstoy, Le catholicisme romain en Russie, études historiques, Paris, 1864, t. 2, p. 389-391 (c (...)
  • 4  D. Tolstoy, Le catholicisme romain… t. 2… cit., p. 396.
  • 5  S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit.

3Si des échanges diplomatiques ponctuels entre les souverains russes et la cour de Rome sont attestés dès le moyen âge, l’entrée dans un jeu diplomatique moderne marqué par l’échange de représentants stables ne commence qu’à la fin du XVIIIe siècle sous l’effet de deux mouvements historiques majeurs : l’intégration dans l’Empire de nombreux catholiques et le bouleversement de l’équilibre européen par la Révolution française. Plusieurs nonces sont alors envoyés en Russie afin d’y régulariser la situation du catholicisme : Archetti (1783-1784), Litta (1797-1799), Benvenuti (1799-1803) et Arezzo (1803-1804) se succèdent ainsi à Saint-Pétersbourg2. En 1803, c’est donc assez logiquement qu’est annoncé l’établissement d’une représentation diplomatique russe à Rome. Ce faisant, il ne s’agit pas seulement d’établir des relations avec un nouveau partenaire : la diplomatie est pensée à Saint-Pétersbourg comme un outil pour limiter les intromissions romaines afin que « tous les cas où l’intervention du chef de l’Église catholique est indispensable s[oient] traités ministériellement de cour à cour, et non entre les ouailles et leur pasteur »3. Les guerres napoléoniennes repoussent finalement à 1815 l’arrivée du représentant russe à Rome4. En revanche, ces relations restent asymétriques en l’absence de nonce à Saint-Pétersbourg. Cependant, dans le contexte de la Restauration, se cimente une pratique diplomatique marquée par des relations directes entre souverains (relations épistolaires personnalisées5, rencontre du tsar et du pape à Rome en 1845).

  • 6  A. Mercati (éd.), Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 751-765 ; S. Olszamowska-Skowrońska, Le (...)
  • 7  R. Aubert, Histoire de l’Église… 21… cit., p. 22.
  • 8 Esposizione documentata sulle costanti cure del Sommo Pontefice Pio IX a riparo dei mali che soffr (...)
  • 9PSZ, II, t. 41, 2e p., p. 265, n°43.879, publié le 25 nov. /7 déc. 1866 (cité par A. Boudou, Le Sa (...)

4Ces relations diplomatiques permettent la signature d’un concordat le 22 juillet / 3 août 18476. Ce texte de compromis, qui reconnaît son « caractère incomplet »7, est constitué de deux grandes parties : les « articoli concordati » et les « articoli non concordati ». Les articles « concordés » précisent les frontières des diocèses, prévoient la création du diocèse de Kherson et définissent les pouvoirs des évêques, la compétence juridique du consistoire diocésain ainsi que le rôle des séminaires diocésains et de l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg. Les douze articles « non concordés » détaillent les positions russes et romaines sur diverses questions : liberté de communication entre le Saint-Siège et les fidèles, présence d’un secrétaire laïque nommé par le gouvernement dans les consistoires épiscopaux, mariages mixtes, règles concernant les couvents, nomination d’un deuxième suffragant à Tiflis pour le nouvel évêque de Kherson, restitution des biens du clergé catholique, situation des grecs-unis, lois contre le prosélytisme, serment d’obéissance à l’empereur. Cet accord n’est cependant que de courte durée. Lors de la crise ouverte par le soulèvement polonais de 1863, Pie IX affirme dans son allocution consistoriale du 29 octobre 1866 que ce concordat ne fut « jamais exécuté »8 et l’oukase impérial du 22 novembre/4 décembre 1866 l’abroge officiellement9.

  • 10  Encyclique Cum Primum, 09.06.1832, dans Bellocchi, III, p. 160-162.
  • 11  Allocution Multa Quidem, 22.11.1839, dans Bellocchi, III, p. 263-266.
  • 12  Allocution au consistoire secret Haerentem Diu, 22.07.1842, dans Bellocchi, III, p. 310-311.
  • 13  A. Boudou, Le Saint-Siège… t. 2… cit., p. 276-278. Des relations officieuses perdurent toutefois, (...)
  • 14Esposizione documentata… cit.
  • 15  Encyclique Levate, 27.10.1867, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. IV, p. 375-376, v (...)

5Face aux conflits violents du XIXe siècle (soulèvements polonais de 1831 et de 1863, réunions des uniates à l’orthodoxie de 1839 et 1875), les prises de position pontificales oscillent entre respect des pouvoirs officiels et défense des catholiques. Si Grégoire XVI en 1832 condamne sans ambiguïté le soulèvement polonais contre le « souverain légitime »10, il fait preuve d’une grande fermeté à l’égard de Nicolas Ier en 183911 et surtout en 184212. Dans le contexte de la répression de la révolte polonaise du début des années 1860, la tension monte : le 27 décembre 1865, le chargé d’affaires de Russie Félix Meyendorff affirme devant Pie IX que « catholicisme égale révolution » et se fait brutalement renvoyer. Les relations diplomatiques officielles sont alors rompues13. En 1866, Pie IX impose une attitude combative à l’égard de la Russie, en amplifiant le style de communication de Grégoire XVI dans des discours offensifs (allocution consistoriale du 29 octobre 1866)14 et des textes fermes (encyclique Levate, 27 octobre 1867)15.

La détente voulue par Léon XIII (1878-1903)

6Sans accentuer artificiellement la rupture entre Pie IX et Léon XIII, il convient de souligner que l’élection d’un nouveau pape en 1878 permet des évolutions significatives.

Les accords de 1880-1882

  • 16  Sur la réception de Léon XIII par les diplomates russes, voir О. В. Серова, Папа Лев XIII в оценке (...)
  • 17  S. Olszamowska-Skowrońska, Les accords de Vienne et de Rome entre le Saint-Siège et la Russie 1880 (...)
  • 18  Texte de « l’Arrangement préliminaire » du 19/31 octobre 1880, dans S.  Olszamowska-Skowrońska, Le (...)

7À peine élu, le pape Léon XIII cherche une détente avec la Russie16. Dès décembre 1878, des négociations s’ouvrent à Vienne entre le nonce Ludovico Jacobini et l’ambassadeur russe Paul d’Oubril (Ubri)17. Après deux années de discussions, un accord est conclu à Vienne le 31 octobre 188018. Cet « arrangement préliminaire » comporte quatorze articles, dont l’objet principal est de régler la crise de 1866-1867 tout en ouvrant la voie à de nouvelles négociations. Les trois évêques expulsés par le gouvernement sont officiellement relevés de leurs fonctions par le Saint-Siège (articles 1 à 3) et l’article 10 confie « provisoirement » les trois diocèses de Minsk, Podlachie et Kamenec « à des administrateurs apostoliques », respectivement l’archevêque de Mohilev, l’évêque de Lublin et l’évêque de Luck-Žitomir. Cette importante concession du Saint-Siège est compensée par des avantages concrets : plusieurs nominations épiscopales permettent de pourvoir les sièges vacants (art. 4 à 7), un nouveau diocèse latin est érigé à Kielce (art. 8) et le diocèse arméno-catholique d’Artvin intègre les Arméniens catholiques du diocèse de Tiraspol (art. 9). Enfin, les articles 11 à 14 listent les points à traiter prioritairement lors des prochaines négociations : formation du clergé dans les séminaires, coopération des évêques à l’Académie ecclésiastique, compétences du Collège ecclésiastique et révision des « mesures exceptionnelles ou dispositions locales » pesant sur les catholiques.

  • 19  Texte français dans A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 1016-1018.
  • 20  A. Boudou, Le Saint-Siège… t. 2… cit., p. 540 ; ASS, 1882-1883 (15), p. 399-409.

8Les négociations se poursuivent à Rome et se concluent par une série d’accords signés le 12/24 décembre 188219. Il ne s’agit pas d’un texte unique mais de quatre déclarations, communes (signées par Michel Bouténeff et le cardinal Jacobini, devenu secrétaire d’État) ou séparées (uniquement de Bouténeff). La première déclaration confirme que les trois diocèses supprimés par le gouvernement russe (Minsk, Podlachie, Kamenec) seront administrés par les évêques voisins (respectivement Mohilev, Lublin et Luck-Žitomir) mais le Saint-Siège impose comme condition que des évêques soient nommés aux sièges de Lublin et de Luck-Žitomir. La seconde déclaration institue une exception au principe (reconnu par le concordat de 1847) selon lequel les séminaires diocésains sont « sous la direction des ordinaires » : pour les cours de langue, d’histoire et de littérature russes, les enseignants seront nommés par l’évêque mais « avec l’agrément préalable du gouvernement ». La troisième déclaration réaffirme que l’archevêque de Mohilev est « seul chef […] de l’Académie ecclésiastique de S[ain]t. Pétersbourg et y conserve la même autorité que chaque évêque exerce sur son Séminaire diocésain ». Enfin, dans la quatrième déclaration, la Russie s’engage à suspendre les mesures discriminatoires contre le clergé catholique prises en 1865-1866. Suite à ces accords, la hiérarchie catholique est profondément renouvelée avec la nomination le 15 mars 1883 de douze prélats : notamment deux archevêques (Varsovie et Mohilev), huit évêques (Włocławek, Kielce, Luck-Žitomir, Vilna, Sandomir, Samogitie, Lublin, Płock) et deux suffragants (un pour Sejny et un pour Tiraspol)20.

  • 21  J. Hajjar, Le Vatican, la France et le catholicisme oriental (1878-1914). Diplomatie et histoire d (...)
  • 22  G. Berthelet, Le futur pape, Paris, 1899, p. 73-74.
  • 23  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 84.
  • 24  J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège au couronnement des tsars Alexandre III (1883) et N (...)

9Ces accords de 1880-1882 entérinent les modifications effectuées unilatéralement et parfois violemment par le gouvernement russe et sont moins avantageux pour le catholicisme que le concordat de 1847. Quelques années après la violente suppression du diocèse uniate de Chełm, on comprend sans peine que Léon XIII ait été accusé « d’avoir sacrifié le sort des uniates à des avantages partiels pour le catholicisme romain »21. Le pape aurait alors répondu à ces accusations en soulignant que « le refus d’adhérer aux propositions de la Russie » n’aurait pas empêché le gouvernement de procéder comme il l’entendait et qu’il valait mieux « obtenir le peu qu’il […] était possible d’obtenir »22. La position de Léon XIII permet donc de « détendre le climat psychologique »23, ce qui se traduit par l’envoi en 1883 d’un représentant du pape au couronnement d’Alexandre III24.

Le rétablissement d’une représentation diplomatique russe à Rome (1888-1894)

  • 25  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 90. Sur Izvol’skij voir aussi ci-dessous p. 99.
  • 26  Allocution consistoriale Nostis errorem, 11.02.1889, dans Bellocchi, V, p. 369-371.
  • 27  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 93-95.
  • 28  Bellocchi, VI, p. 113.
  • 29  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 97. Voir aussi AVPRI, f. Posol’stvo v Rime, d. 2016, l. 1-7, cité (...)
  • 30  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 101-102. Sur Aleksej Borisovič Lobanov-Rostovskij (1824-1896) : БС (...)

10À partir de la fin des années 1880, la détente entre le Saint-Siège et la Russie est soutenue par la diplomatie française à l’heure du premier emprunt russe et de l’élaboration de l’alliance militaire. Début 1888, le jeune diplomate russe A. P. Izvol’skij arrive officieusement à Rome et est reçu par le pape le 19/31 mars25. Les négociations se poursuivent : lors de l’allocution consistoriale du 11 février 1889, Léon XIII signale aux cardinaux que les négociations avec le « très puissant Empire de Russie » sont en passe d’aboutir26. Après un échange de mémorandums en 189327, le pape adresse le 19 mars 1894 l’encyclique Caritas Providentiaeque aux évêques polonais dans laquelle il demande d’« observer religieusement la législation de l’État » et invite les évêques à développer l’encadrement religieux et social en suivant les recommandations de Rerum novarum. S’adressant aux Polonais de l’Empire russe, il rappelle son effort pour « améliorer la situation du catholicisme dans [leurs] contrées » et l’obtention de promesses officielles sur le fait que les « lois les plus sévères » seraient « abrogées, ou mitigées ». Le pape exhorte donc les catholiques à « créer un climat de paix dans le tissu social des peuples » et à repousser « les perfides calomnies qui sont disséminées contre Notre bienveillance et Notre sollicitude à [leur] égard »28. Quelques semaines plus tard, Izvol’skij est confirmé comme « ministre résident » : le 6 juin 1894, l’événement est annoncé dans la presse et le diplomate présente ses lettres d’accréditation au pape le 18 juin29. Enfin, lors de son intronisation en novembre 1894, Nicolas II « notifi[e] d’une manière spectaculaire son avènement à Léon XIII, en députant au Vatican l’un des plus prestigieux diplomates de l’Empire », le prince Lobanov, alors en poste à Vienne et qui prendra la tête de la diplomatie russe en mars 189530.

Une détente sans conséquence pour les catholiques de Russie ?

  • 31  J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège… cit.
  • 32  Mémoire « Raisons pour lesquelles il conviendrait d’établir une représentation permanente du Saint (...)
  • 33  J.-M. Ticchi, Aux frontières de la paix… cit., p. 201-237 ; D. Alvarez, The Holy See and the First (...)
  • 34  D. Alvarez, The Holy See and the First Hague Peace Conference… cit., p. 438.

11En mai 1896, le Saint-Siège se fait représenter à Moscou à l’occasion des cérémonies du couronnement de Nicolas II31. La détente vaticano-russe se traduit également dans le champ de la diplomatie multilatérale. Un rapport de la Légation russe de 1898 voit dans le Saint-Siège « une force morale du plus grand poids » ayant de l’influence sur les « populations catholiques du monde entier » en Europe mais aussi dans les « missions »32. Le 14/24 août 1898, l’envoi au Saint-Siège de la circulaire Mouraviev (qui donne le coup d’envoi de la conférence internationale de La Haye), alors que le texte n’était adressé qu’aux puissances ayant une représentation à Saint-Pétersbourg, constitue un signe de reconnaissance du rôle de la papauté pour la défense de la paix. L’attitude du Saint-Siège au moment de la conférence de La Haye a été bien étudiée33. L’invitation de Nicolas II, renouvelée en janvier 1899, est mise à profit par le Saint-Siège comme une chance de sortir de son isolement et de faire valoir son rôle d’arbitrage. Malgré une forte campagne de presse et les efforts de plusieurs diplomaties, l’opposition italienne à la venue d’un représentant du Saint-Siège finit par l’emporter. Selon D. Alvarez, l’attitude de la Russie fut « énigmatique » : alors que, dans ses contacts avec les diplomates vaticans, la Russie a manifesté clairement son souhait d’une participation du Saint-Siège, ce soutien « n’avait probablement jamais [été] aussi solide que le Vatican le croyait », l’essentiel étant d’assurer le succès d’une initiative internationale dans laquelle le tsar avait exposé son nom34.

  • 35  Plutôt que d’une convention bipartite, il s’agit d’une note du secrétaire d’État du 2 avril 1897 q (...)

12Malgré ces relations détendues, les améliorations concrètes pour les catholiques sont rares. Après les accords de 1880-1882, il faut attendre la convention de 1897 pour parvenir à une entente sur les questions controversées de la langue russe dans le culte et de l’enseignement des « matières russes » dans les séminaires35. Le Saint-Siège accepte alors des compromis sur trois questions : 1) la présence d’un « représentant du pouvoir et de l’autorité scolaire » aux examens de langue, littérature et histoire russes dans les séminaires de Pologne ; 2) l’organisation du culte (y compris le culte supplémentaire) intégralement en latin dans le diocèse de Minsk (ce qui entérine un recul du polonais) ; 3) enfin, les manifestes impériaux peuvent être lus dans les églises dans la mesure où ils ne sont pas contraires à la foi et à la doctrine catholiques.

13Finalement si le pontificat de Léon XIII apporte une détente notable dans les relations vaticano-russes, celle-ci se fonde sur l’acceptation romaine de plusieurs revendications russes. Avant d’entrer pleinement dans le pontificat de Pie X, il convient de s’intéresser aux acteurs et aux cadres des relations vaticano-russes au début du XXe siècle.

Acteurs et cadres des relations vaticano-russes au début du XXe siècle

  • 36  A. Hudal, Die österreichische Vatikanbotschaft, 1806-1918, Munich, 1952 ; G. Franz-Willing, Die ba (...)

14Contrairement à d’autres représentations diplomatiques étrangères (notamment autrichienne, bavaroise, prussienne)36, aucune monographie n’aborde le milieu de la Légation russe près le Saint-Siège. Malgré les récents éclairages apportés par les fonds de l’AVPRI (fonds « Vatikan », chancellerie du Ministre des Affaires étrangères), les parcours personnels, les pratiques diplomatiques, la place occupée par le poste « Rome-Saint-Siège » dans l’ensemble du dispositif de la politique extérieure russe ou encore les équilibres entre le Ministre des Affaires étrangères et le Département des cultes (faisant partie du Ministère des Affaires intérieures) n’ont pas encore été envisagés de façon synthétique. En attendant une étude d’envergure à partir des sources russes, nous nous contenterons de quelques remarques sur la Légation à Rome.

  • 37GC, 1895, p. 682.
  • 38GC, 1908, p. 526.
  • 39  Sur les rangs des représentants diplomatiques, voir Ранги дипломатических представителей, dans Дип (...)
  • 40  Le changement d’adresse annoncé dans l’annuaire de 1906 ne devant pas induire en erreur car il s’a (...)
  • 41 Н. Бок, Россия и Ватикан накануне революции (воспонинания дипломата), New-York, 1962 ; N. Bock, Ru (...)
  • 42  N. Bock, Russia and the Vatican… cit., p. 301 et 303. Février 1913 correspond pourtant à un moment (...)

15Le représentant russe porte le titre de « ministre résident » à partir de 189437 puis, à partir de 1907, d’« envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire » (poslannik)38, qui demeure toutefois inférieur au rang d’ambassadeur (posol)39. La vie mondaine et les réseaux relationnels gravitant autour de la Légation russe, installée dans le palais Galitzin à l’angle de la piazza Cardelli et de la via della Scrofa40, restent peu connus. Le témoignage de Nicolas Bock, rapporté dans ses mémoires parus en russe en 1932-1933 dans la revue catholique Blagovest’’, puis – avec des compléments – dans les années 1960 en russe et en anglais41, apporte toutefois quelques éléments. L’arrivée à Rome de Nelidov en septembre 1912 aurait permis de redonner du faste au palais fréquenté par des « notables de la Rome noire et neutre ». Entre 1912 et 1914, la Légation russe aurait même tenté de concurrencer l’ambassade austro-hongroise près le Saint-Siège (palais de piazza Venezia) : à l’occasion du tricentenaire des Romanov, le cardinal Merry del Val fut ainsi présent à la réception du 13 février 191342.

  • 43  Z. P. Jakhimovich, Russia e Vaticano : problemi nelle relazioni diplomatiche tra XIX e XX secolo ( (...)
  • 44 БСЭ, III, t. 10, p. 57, col. 157 ; ГДРИ, p. 270-272. La longue période romaine (1894-1904) n’est m (...)
  • 45  Né en 1855 et mort à Constantinople (date non donnée dans la notice – mais 1930 selon certains cat (...)
  • 46  Sur cette période romaine, voir les premières pages de ses mémoires, dans lesquelles il chante les (...)
  • 47 БСЭ, III, t. 22, p. 497, col. 1478 ; ГДРИ, p. 583-585.
  • 48  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 958, fasc. 332, f. 19-22 : Skirmunt, « La Russia e la Santa Sede. Gen (...)
  • 49 Ibid., f. 23 : tél. chiffré de Gasparri à Valfrè di Bonzo, 31.01.1917.
  • 50 Ibid., f. 25 : Zaleski à Gasparri, Rome, 18.02.1917. Sur ce personnage, voir G. Coco, Tra la Galiz (...)

16Du point de vue des personnels, le poste de ministre de Russie à Rome a pu apparaître comme un « utile tremplin pour une brillante carrière diplomatique »43. Aleksandr Petrovič Izvol’skij (1856-1919), entré au service de la diplomatie impériale en 1875, est ainsi ministre-résident près le Saint-Siège en 1894-1897 avant d’être envoyé à Belgrade (1897), Munich (1897-1899), Tokyo (1899-1903), Copenhague (1903-1906), puis de devenir ministre des Affaires étrangères (1906-1910) et ambassadeur à Paris (1910-1917)44. Nikolaj Valerianovič Čarykov45 fut également un personnage brillant. Après avoir été agent politique à Boukhara (1886-1890), agent diplomatique en Bulgarie, conseiller de l’ambassadeur à Berlin, puis ambassadeur à Berlin (1895), il devient ministre de Russie près le Saint-Siège en 1897-1900, avant de représenter la Russie en Serbie (1900-1905) et aux Pays-Bas à l’heure de la deuxième conférence de La Haye (1905-1907). Il sera en 1907-1909, le « tovarišč » (premier conseiller) du ministre des Affaires étrangères (1907-1909) avant de finir sa carrière comme ambassadeur à Constantinople (1909-1912). On peut se demander si ses relations avec Izvol’skij, dont il a été l’immédiat successeur à Rome, ont pu jouer dans sa nomination comme principal conseiller de ce dernier à la tête de la diplomatie russe. Pour Sergej Dmitrievič Sazonov (1860-1927), qui a commencé sa carrière diplomatique en 1883, le poste auprès du Saint-Siège constitue un volet essentiel de sa carrière : il reste presque quinze ans à Rome, d’abord comme secrétaire de la Légation de 1895 à 1904 puis comme ministre de 1906à 190946. Ce séjour romain le conduit tout droit à la tête de la diplomatie russe puisqu’il est de septembre 1910 à juillet 1916 ministre des Affaires étrangères47. Au-delà de ces personnalités connues, le poste de Rome est toujours confié à des diplomates expérimentés, qui ont évolué aussi bien dans les bureaux du MID à Saint-Pétersbourg qu’au sein des différents postes en Europe ou en Asie, comme Constantin Gubastov (1900-1904), Cyrille Narychkine (1904-1906), Nicolas Boulatzell (1909-1912), Dmitri Nelidov (1912-1916) ou encore Arkadij Bronevskij (1917). La personnalité du ministre de Russie n’est pas indifférente au Saint-Siège. Début 1917, il souffle un véritable vent de panique lorsque se propage la nouvelle de la nomination de Sawinski, ambassadeur en Bulgarie jusqu’en 1915, jugé inefficace et même soupçonné d’immoralité48. L’énergie déployée à cette occasion par le Saint-Siège pour s’informer (télégramme au nonce de Vienne49, mission de renseignement confiée à Mgr Zaleski – patriarche latin d’Antioche mais d’origine polonaise et ayant longtemps travaillé à la Curie romaine et au sein de la diplomatie vaticane50) semble bien significative de l’importance qu’elle accorde sinon à ce poste du moins à la question russe début 1917.

  • 51  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 49-50.
  • 52  K. Propolanis, Polskie Apostolstwo w Litwie (Szkic historyczny 1387-1912 r.), Vilna, 1913.
  • 53  Dès 1903, Mgr Skirmunt « avertit » le Saint-Siège que Casimir Propolanis « est une personne, qui n (...)
  • 54  ASV, Fondo Benigni, fasc. 1, N°209, f. 304-305; ibid., fasc. 1, N°218, f. 320 « Propolanis rev. Ca (...)
  • 55  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 940, fasc. 319, f. 4-7 : Skirmunt à Pacelli, Einsiedeln, 10.06.1915 e (...)
  • 56  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 50-51.

17D’après les indications données dans l’Annuario pontificio, la Légation est constituée, en plus du ministre résident (qui devient poslannik), d’un secrétaire, d’un adjoint et d’un « agent pour les affaires ecclésiastiques ». Le poste de secrétaire est important : comme on l’a vu, Serge Sazonov l’occupe de 1894 à 1904, avant de devenir lui-même ministre résident. Ce poste est ensuite occupé par le baron M. de Schilling de 1905 à 1909, par Pierre Wolkonsky de 1910 à 1912 puis par Nicolas Bock jusqu’en 1917. Le poste d’adjoint ou « attaché » n’est régulièrement pourvu qu’à partir de 1906 : on y retrouve Pierre Wolkonsky en 1906, Serge Ourousov en 1907 et 1909 puis Alexis Venevitinoff (1909-1910), Nicolas Van Der Gucht (1911-1912) et enfin Pierre Perevostchikow (1914-1917). Quant au poste d’« agent pour les affaires ecclésiastiques », il est confié notamment à Vittorio A. de Heesen de 1906 à 1912 puis à Leonid Lesli de 1913 à 1917. Il convient enfin de signaler un poste, qui n’apparaît pas dans l’organigramme officiel de la Légation, mais qui semble avoir existé de façon officieuse au début des années 1910 : il s’agit du poste de « chargé d’affaires pour les intérêts des catholiques de l’Empire tsariste ». Selon R. Makrickas, ce poste aurait été confié à un ecclésiastique : le chanoine lituanien Kazimieras Propolenis51. L’existence d’un tel poste n’a rien de surprenant car certaines ambassades près le Saint-Siège, comme la Bavière puis l’Allemagne, disposent d’un conseiller de ce type appartenant à l’état ecclésiastique. Propolenis (1858-1933), formé à Saint-Pétersbourg, a travaillé pendant vingt ans à la curie de Mohilev comme secrétaire de Mgr Kłopotowski. À l’arrivée de Mgr Szembek en 1903, il part pour le diocèse de Sejny puis à Kaunas. Il arrive à Rome en 1912 grâce à la pression de membres lituaniens de la Douma et se voit confier l’église polonaise de Rome (Saint-Stanislas) où il est rémunéré par l’État russe. Propolenis s’attire assez rapidement la haine des prélats polonais notamment après son ouvrage de 1913 L’apostolat polonais en Lituanie52. Mgr Skirmunt le dénigre à plusieurs reprises53 et semble avoir convaincu les milieux romains, de Benigni54 à Pacelli qui accepte de faire publier la mise à l’index de cet ouvrage en 191555. Propolenis dut donc agir indirectement sur la Curie par le biais de la presse italienne56. Il jugera toutefois sa mission a posteriori efficace, comme on peut le lire dans son journal à la date du 1er février 1918 :

  • 57  Le journal de K. Propolenis, rédigé de 1915 à 1919, est conservé à la Bibliothèque de Vilnius : R. (...)

Il suffit de dire que, à mon arrivée à Rome, on ne savait de la Lituanie que cela : oui, oui – la Lituanie, c’est une province de la Pologne, ou « lituanien, c’est la même chose que polonais ». Aujourd’hui, tout est différent. Ce n’est donc pas en vain que j’ai travaillé, ce n’est pas en vain que j’ai souffert. Aujourd’hui on distingue clairement la Lituanie de la Pologne – ce sont mes initiatives, ce sont mes articles, ce sont mes souffrances57.

18Si le milieu de la Légation russe à Rome, ainsi que les responsables du MID et du Département des cultes en charge des affaires du catholicisme méritent des recherches plus approfondies, le personnel vatican chargé des affaires russes est mieux connu.

  • 58  E. Astafieva, L’Empire russe…cit., p. 158-159.
  • 59  Mémoire « Raisons pour lesquelles il conviendrait d’établir une représentation permanente du Saint (...)
  • 60  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 167 : Lubomirski à Pie X (annexe à la lettre au (...)

19Du côté du Saint-Siège, les institutions chargées des relations avec la Russie sont exclusivement romaines. En effet, l’asymétrie des relations diplomatiques, établie dès le début du XIXe siècle, est maintenue en 1894. E. Astafieva souligne le renversement sur cette question : alors que, durant le premier XIXe siècle, Rome était désireuse d’envoyer un nonce en Russie, au contraire en 1861, c’est le gouvernement russe qui propose d’accueillir un nonce, en particulier pour calmer l’« opinion publique européenne » très hostile à la Russie dans le contexte polonais. Pie IX refuse toutefois cette proposition car le gouvernement voulait empêcher tout contact direct entre les fidèles et le nonce58. Au début du XXe siècle, la diplomatie russe se montre de nouveau favorable à l’installation d’un nonce à Saint-Pétersbourg, notamment car il serait « le plus sûr antipode [sic] du polonisme » en étant « l’adversaire déclaré de tous ces informateurs qui égarent l’opinion tant à Rome que dans la presse catholique »59. Cependant, durant la période étudiée ici (1905-1916), la question de l’établissement d’une nonciature en Russie n’apparaît pas dans les revendications romaines, ce qui est assez étonnant puisque – comme on l’a vu plus haut – le Saint-Siège prend en même temps conscience des limites de ses sources d’information. Les élites polonaises semblent à cette époque très hostiles à la nomination d’un nonce : le prince Lubomirski craint ainsi que ce dernier soit « entouré de hauts égards » et – en occidental « arrivant de pays où la foi se perd » – reste impressionné par « les cérémonies du culte schismatique » sans se former « une idée claire et précise de la situation de l’Église catholique en Russie »60.

  • 61  AVPRI, f. Vatikan, op. 890, d. 25, l. 10, cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX se (...)
  • 62 DDI, Quinta serie : 1914-1918. Volume II (17.10.1914-02.03.1915), 1984, n. 1 p. 765 : T.GAB. 8793 (...)
  • 63Ibid., doc. 882 : Carlotti (ambassadeur italien à Pétrograd) à Sonnino, T. GAB. 38/42 Pétrograd, 2 (...)

20Si aucun office de la Curie romaine n’est officiellement consacré aux questions russes, ces dernières relèvent de plusieurs personnes et fonctions. Tout d’abord, le pape, qui décide toujours en dernière instance des affaires importantes, est une personnalité incontournable. Les interlocuteurs russes ne s’y trompent pas. Sazonov, alors Ministre des Affaires étrangères, accordait beaucoup d’importance aux personnalités des différents papes. Si Pie X fut jugé comme un homme souffrant d’un « manque de tact absolu »61, on comprend ses espérances en septembre 1914 : la nomination de Benoît XV serait l’« indice d’un retour au pontificat politique dont la tradition avait été interrompue par Pie X »62. Espérance qui aurait été déçue dès 1915 selon un diplomate italien, lorsque le chef de la diplomatie russe prit conscience que « sous le manteau d’une neutralité obligatoire [la pensée du pape] [était] dominée par l’influence germanique »63.

  • 64  Cf. L. Pettinaroli, Les sessioni… cit.
  • 65  Sur Rafael Merry del Val : Catholicisme, VIII, col. 1236-1238 (C. Lefebvre) ; Enc. cattolica, VIII (...)
  • 66  Sur Scapinelli di Leguigno, D. Squicciarini. Nunzi apostolici a Vienna, Cité du Vatican, 1998, p.  (...)

21Au-delà du pape, les affaires russes sont traitées prioritairement par la Secrétairerie d’État et la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires64. Le secrétaire d’État, en tant qu’interlocuteur direct du représentant russe à Rome est alors en première ligne. Pour la période qui nous occupe (1905-début 1917), il s’agit du cardinal Merry del Val, qui occupe cette fonction de 1903 à 1914, puis du cardinal Domenico Ferrata (automne 1914) et du cardinal Pietro Gasparri (octobre 1914-1929). Malgré leurs origines différentes (surtout Merry del Val issu d’une famille espagnole installée en Angleterre), ces trois hommes appartiennent quasiment à la même génération (Ferrata est né en 1847, Gasparri en 1852, alors que Merry del Val est né seulement en 1865) et ont suivi un même type de formation à Rome, marqué par la prégnance du droit canonique. Leurs parcours révèlent une grande expérience du travail dans les congrégations romaines et dans les milieux de la diplomatie pontificale à Rome (présidence de l’Académie des nobles ecclésiastiques pour Ferrata en 1884 et pour Merry del Val de 1899 à 1903 ; Ferrata a été minutante des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dès 1877 puis sous-secrétaire en 1883 et enfin secrétaire en 1889 ; Gasparri occupa également ce dernier poste en 1901) et à l’étranger (Merry del Val a été délégué apostolique au Canada en 1897-1898 ; Gasparri délégué apostolique et envoyé extraordinaire au Pérou, Équateur et Bolivie en 1898-1901 ; le parcours diplomatique de Ferrata étant sans doute le plus brillant avec les postes de nonce en Belgique de 1885 à 1889 et en France de 1891 à 1896)65. Cependant, le secrétaire d’État est aidé dans ses fonctions (négociations, correspondance) par le secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : pour cette période, Gasparri (1901-1907), Raffaele Scapinelli di Leguigno (1907-1912) et Eugenio Pacelli (1912-1917). Ce poste est confié à des personnalités ayant eu des parcours similaires à ceux des secrétaires d’État (deux d’entre eux d’ailleurs le deviennent – Gasparri dès 1914 et Pacelli en 1929) : études romaines, expérience des congrégations romaines et du service diplomatique (Scapinelli travaille comme employé à la secrétairerie d’État dès 1889 puis à l’étranger dès 1891 – Portugal et Hollande – avant d’occuper le prestigieux poste de nonce à Vienne en 1912-1916 ; Pacelli effectue une brillante ascension romaine au sein des Affaires ecclésiastiques extraordinaires – minutante en 1903-1911, sous-secrétaire en mars 1911 puis pro-secrétaire en juin 1912 et enfin secrétaire en février 1914 – avant d’être envoyé comme nonce à Munich en 1917)66. Le sous-secrétaire des Affaires ecclésiastiques est également présent à de nombreuses occasions, notamment lors des sessioni de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques mais il s’agit d’un poste plus exécutif, qui débouche sur des carrières généralement moins brillantes (à l’exception de Pacelli et dans une moindre mesure d’Aversa, qui fut nonce au Brésil en 1911-1916 puis à Munich en 1916-1917), c’est-à-dire pour cette période Giuseppe Aversa (1905-1906), Umberto Benigni (1906-1911), Eugenio Pacelli (1911-1912) et Sante Tampieri (1913-1917).

  • 67  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1910), fasc. unico, f. 9 : Michele Lega (doyen de la Rote) à Scapinell (...)
  • 68  Par exemple, en 1906, une demande de Mgr Szeptyckyj concernant le développement de certaines dévot (...)

22Durant cette période, la Russie apparaît bien comme un domaine réservé des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Un exemple de 1909 éclaire cet aspect. Le ministre de Russie interroge Merry del Val sur l’organisation des juridictions ecclésiastiques catholiques compétentes pour les causes matrimoniales. Avant de donner sa réponse, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires consulte les organes de la Curie directement compétents sur ces questions : la toute nouvelle Congrégation de la Discipline des Sacrements (créée par Sapienti Consilio) et le Tribunal de la Rote. Ce dernier souhaite connaître les « arrangements » mentionnés dans la lettre du ministre de Russie près le Saint-Siège. La réponse des Affaires ecclésiastiques extraordinaires est très ferme : le tribunal de la Rote n’examinera les demandes du ministre russe que « sur la base du droit commun », « après quoi cette Secrétairerie aura soin de mettre les réponses données en harmonie avec les Conventions intervenues sur cette matière entre le Saint-Siège et le Gouvernement impérial russe »67. La Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ne souhaite donc qu’une information de base et se réserve de tirer les conclusions opportunes sans divulguer le détail des accords avec la Russie. D’une façon générale, les habitudes prises au XIXe siècle et les difficultés de communication font des Affaires ecclésiastiques extraordinaires le filtre incontournable des questions russes auprès des différents organes de la Curie romaine : on connaît de nombreux exemples de transmission de documents des Affaires ecclésiastiques vers les congrégations de la Propaganda Fide ou du Saint-Office68.

  • 69  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Les sessioni… cit.
  • 70  Le cardinal Vincenzo Vannutelli (1830-1936) ne doit pas être confondu avec son cousin et homonyme, (...)
  • 71  V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio ined (...)
  • 72  Sur S. Vannutelli, D. Squicciarini. Nunzi apostolici a Vienna… cit., p. 225-228 ; EC, XII, col. 10 (...)
  • 73 DBI, vol. 1, p. 405-406 (F. Fonzi) ; S. Pagano, In tanta confusione di cose. Lettere inedite di Mo (...)

23La centralité de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires durant cette période est enfin particulièrement sensible dans le matériel relatif aux sessions (sessioni) de ce dicastère69. Certaines personnalités jouent un rôle déterminant dans ces réunions. Un petit groupe de cardinaux assiste pratiquement à toutes les sessions (au nombre de 15) qui concernent la Russie de 1906 à 1914 : Merry del Val (15), Rampolla (14), Di Pietro (13) et Vincenzo Vannutelli (11). Le cardinal V. Vannutelli dispose d’une expérience personnelle de la Russie puisqu’il a représenté le pape au couronnement d’Alexandre III en 188370. Le cardinal Rampolla, qui était considéré par les diplomates et les hommes de culture russes comme « une des personnalités les plus aptes à poursuivre le dialogue russo-vatican »71, dispose par ailleurs d’une aura remarquable, même après 1903, sur les questions russes. Un second groupe, présent à la moitié environ des sessions (7/15) est composé de Serafino Vannutelli, Agliardi et Gasparri. Au sein de ce groupe deux cardinaux connaissent personnellement les affaires russes : Serafino Vannutelli (1834-1915) avait été nonce à Vienne en 1880, c’est-à-dire au moment des négociations entre le Saint-Siège et la Russie72 ; Antonio Agliardi (1832-1915), en tant que nonce à Vienne en 1893, avait joué également un rôle certain dans la reprise de négociations avec la Russie et il fut envoyé en mai 1896 au couronnement de Nicolas II73. On retrouve ici la notion de cardinaux spécialistes qui est attestée depuis la fondation de cette congrégation au début du XIXe siècle. Cependant, seule une étude plus globale de la série des sessioni comparant les cardinaux présents aux sessions « russes » à ceux participant aux sessions concernant d’autres pays, permettrait de conclure à une telle spécialisation territoriale. Il s’agirait d’ailleurs de savoir dans quelle mesure cette spécialisation est un phénomène antérieur et exogène au rôle du cardinal dans la Congrégation (nonciature dans le pays concerné, connaissance de la langue, nationalité…) ou, au contraire, un phénomène endogène, lié à l’expérience accumulée sur les questions russes dans le cadre du travail d’expertise de la Congrégation.

L’élection de Pie X : une rupture dans les relations vaticano-russes ?

  • 74  R. Tolomeo, Les Puissances et Léon XIII : la Russie, dans V. Viaene (éd.), The Papacy and the new (...)

24L’élection de Pie X en 1903, pape souvent considéré comme plus intransigeant que diplomate, constitue-t-elle une rupture par rapport au pontificat précédent ? Pour évaluer une éventuelle rupture, il conviendrait de disposer d’une étude globale sur la question russe à l’époque de Léon XIII. Malheureusement, les travaux très fouillés de Boudou et d’Olszamowska-Skowrońska s’arrêtent quasiment au seuil de ce pontificat, la synthèse d’Eduard Winter a été rédigée avant l’ouverture des archives Léon XIII en 1978 et les essais récents sur cette période, bien qu’éclairants et suggestifs74, sont loin d’épuiser la masse des matériaux disponibles. Le pontificat de Léon XIII, au moins la période postérieure aux accords de 1882, constitue une réelle zone de faiblesse historiographique, alors même qu’une doxa s’est diffusée dès la fin du XIXe siècle selon laquelle Léon XIII avait fait le jeu de la Russie avec l’aide du cardinal Rampolla.

La non-élection de Rampolla

  • 75  Michel Bourguignon d’Herbigny (1880-1957) : originaire du Nord de la France, il entre dans la Comp (...)
  • 76  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (...)
  • 77  L. Trincia, Conclave e potere politico. Il veto a Rampolla nel sistemo delle potenze europee (1887 (...)
  • 78Ibid., p. 214 et tableau 7.
  • 79Ibid., p. 217.

25Cette lecture rétrospective s’appuie d’abord sur le fait que l’élection de Pie X corresponde à la non-élection du cardinal Rampolla. La russophilie du secrétaire d’État de Léon XIII est ainsi couramment rendue responsable de son échec au conclave de 1903. C’est ce qu’avance en 1912 Michel d’Herbigny, un jeune jésuite français passionné par les questions russes75 : les « sympathies pour le grand empire » auraient provoqué « le veto de l’Autriche » qui – sous influence allemande – aurait pensé que « le panslavisme aurait la partie trop facile sous un pape ami des Russes »76. L’historiographie récente confirme globalement l’hypothèse de d’Herbigny même si plusieurs documents attestent moins une opposition germanique qu’un « complot polonais » contre Rampolla dans le but d’éviter « la politique de rapprochement avec la Russie tsariste » mettant en danger la langue polonaise dans le culte77. La question russo-polonaise ne saurait toutefois expliquer à elle seule l’issue du conclave de 1903. L’analyse du nombre de voix aux différents scrutins révèle que le quorum de 42 voix pour Rampolla aurait été difficilement atteint78. Selon L. Trincia, le veto a également fonctionné comme « une arme dans les mains des cardinaux qui voulaient en finir non seulement avec l’homme, mais aussi avec la méthode et la politique que le secrétaire d’État de Léon XIII avait introduites dans le gouvernement central de l’Église, c’est-à-dire de concessions envers certains pays et d’opposition envers d’autres »79. Sur le terrain russe, la non-élection de Rampolla semblait annoncer un coup d’arrêt dans une politique de compromis avec la Russie.

Continuité des orientations générales et sur la question des séminaires

  • 80  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29 : « Europa – promemorie […] Ru (...)
  • 81  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90), p (...)
  • 82  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1912), fasc. unico, f. 44 : trad. française de la lettre de Nicolas II (...)

26Cependant, en 1903, au moment de la transition entre les deux pontifes, une sorte de session exceptionnelle semble avoir réuni les cardinaux de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires pour faire le bilan des relations entre le Saint-Siège et les différents États du monde, région par région. Le bilan sur la situation russe indique ainsi que « les relations entre le Saint-Siège et le Gouvernement impérial sont actuellement normales », le concordat de 1847 toujours en vigueur même si plusieurs « affaires [sont] actuellement en souffrance »80. Côté russe également, le « vieux Concordat de 1847 » continue de servir de base aux relations avec le Saint-Siège même si le soubassement juridique reste flou : comme le confie Nicolas Bock, secrétaire de la Légation russe de 1912 à 1917, ce concordat, « répudié par la Russie pendant la rupture des relations diplomatiques » avait été pour une large partie « remis en pratique de nouveau par agrément tacite réciproque »81. La titulature utilisée pour s’adresser au pape indique également cette reconnaissance de la souveraineté du pontife à l’heure de la question romaine : « Évêque Suprême de l’Église Romaine et Prince Souverain » (version française) et « Évêque suprême de l’Église Romaine et Pape Souverain » (version russe)82.

  • 83  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°988 II, 1903 : Russia, esami nei seminari di Polonia, 29 Gen (...)
  • 84  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 4, fasc. 1, f. 52-53 : Promemoria du secrétaire d’État au ministre d (...)
  • 85Ibid., f. 55-56 : ministre de Russie à Merry del Val, Rome, 24.11.1903, Légation N°54, français et (...)
  • 86  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 7, fasc. 3, f. 3-4 : lettre de Mgr Szeptyckyj, Vienne, 28.02.1904, f (...)
  • 87 Ibid., f. 6-16 : anonyme [Skirmunt], « I Seminari Cattolici nella Polonia Russa », Rome, 06.02.190 (...)
  • 88  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 4, fasc. 1, f. 59-62 : mémorandum du Saint-Siège au ministre résiden (...)
  • 89  L. Pettinaroli, Les sessioni… cit., notamment p. 520-521.

27En 1903, la diplomatie vaticane semble encline à poursuivre une politique de détente, tout en essayant de régler les problèmes récurrents comme la question des examens sur les matières russes dans les séminaires. En effet, malgré l’accord de 1897, cette question n’est pas résolue. De façon unilatérale et administrative, le gouvernement russe a modifié les modalités de ces examens. En janvier 1903, cette affaire est traitée par une session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires83, qui débouche sur un mémorandum daté du 10 février. Si, dans sa réponse datée du 20 mai 1903, le ministre de Russie se montre coopérant, les circulaires sont maintenues. Le nouveau secrétaire d’État, Merry del Val, présente alors un second mémorandum le 19 novembre 190384. Cette fois, les réponses données par le ministre de Russie, en novembre 1903 et janvier 1904, justifient ces circulaires par l’exaspération du gouvernement russe après « une opposition systématique de la part des évêques et du personnel enseignant des séminaires »85. En février 1904, la Secrétairerie d’État prend conseil auprès de Mgr Szeptyckyj et de Mgr Skirmunt, qui s’opposent catégoriquement à toute concession de la part du Saint-Siège. Pour le métropolite ruthène, les prétentions du gouvernement constituent un piège pour « saisir le séminaire et la qualification des théologiens » dans le but d’« introduire […] une manière de sentir et d’agir russe et orthodoxe » au cœur même du clergé catholique86. Pour Mgr Skirmunt, le clergé polonais n’a de toute façon besoin du russe que dans ses relations avec les autorités gouvernementales et aucunement dans sa mission religieuse étant donné que « la conversion des Russes schismatiques est rigoureusement interdite »87. Le 24 mars 1904, Merry del Val durcit donc le ton dans un nouveau mémorandum qui rappelle non seulement la convention de 1897 mais aussi le principe fondamental de direction du séminaire et du clergé par l’évêque. Ce texte critique ainsi l’extension du rôle des délégués du gouvernement qui – de simples observateurs dans la convention de 1897 – deviennent de véritables censeurs, actifs dans le choix des sujets et l’attribution des notes88. Merry del Val poursuit donc la politique menée par Rampolla sur la question des séminaires, avec une méthode de travail similaire (avis des consulteurs et délibération avec les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires) et un même mode d’expression (mémorandums au ministre de Russie). Cette continuité s’explique aussi par le rôle prépondérant du cardinal Rampolla dans le processus décisionnel sur les affaires russes, comme le montre l’examen des procès-verbaux des sessioni entre 1903 et 191389.

Établir un climat de confiance : à la recherche d’un contact personnel avec l’empereur

  • 90  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 281, f. 71-76 : Szembek à « Eminentissime Domine », Płock, (...)

28Malgré la tension sur les séminaires de Pologne, la promulgation de l’oukase du 26 février (11 mars) 1903, qui ouvre la voie aux réformes, améliore le climat. Alors que s’opère la transition entre Léon XIII et Pie X à l’été 1903, l’évêque de Płock – Mgr Szembek – écrit à Rome pour souligner l’importance de cet oukase et la nécessité d’en « tirer tout le profit nécessaire, en agissant directement sur l’Empereur nonobstant son entourage ». Mgr Szembek propose donc l’envoi d’« une lettre personnelle de Sa Sainteté à l’Empereur » qui « renseigner[ait] Sa Majesté sur des situations dont Elle ne connaît pas certainement le premier mot »90.

  • 91  Même s’il existe un faisceau d’explications pour expliquer l’annulation de cette visite (hostilité (...)
  • 92  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, fasc. 289, f. 44-45 : lettre à Ropp, 16.03.1904, N°4344, latin.
  • 93Ibid., f. 46-47 : Ropp à « Eminentissime domine » [Merry del Val], Petropoli [Saint-Pétersbourg], (...)
  • 94Ibid., f. 48-49 : anonyme [Skirmunt], « Relazione di Monsignor vescovo de Ropp », Rome, 25.06.1904
  • 95  Il s’agit d’une lettre « personnelle [particolare] de Monseigneur sous-secrétaire des Affaires ecc (...)
  • 96  On a le récit de l’audience de Mgr de Ropp (8 juin 1904), dans AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, f (...)
  • 97Ibid., f. 56-59 : Pie X à Nicolas II, 16.12.1904, français. Cf. document 1.
  • 98  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1905), fasc. unico, f. 4 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 08.02.190 (...)

29Cette idée séduit Pie X, qui espérait probablement profiter de la visite de Nicolas II, prévue à Rome en 1903, pour établir un lien. Les atermoiements puis l’annulation de cette visite expliquent en partie la lenteur du Saint-Siège91. Par ailleurs, le processus d’information sur l’opportunité de cette lettre fut assez lent. En mars 1904, la Secrétairerie d’État demande conseil à Mgr de Ropp tant sur l’opportunité d’une lettre que sur la façon de la transmettre92. Dans sa réponse, datée de mai 1904, Mgr de Ropp propose deux vecteurs de transmission : par les évêques venant à Rome en visite ad limina ou alors par voie privée93. Mgr Skirmunt approuve les propositions de Mgr de Ropp dans la mesure où « une correspondance quasiment privée et continue » pourrait « servir d’instruction à un homme bon », cependant il s’agirait d’aborder « des sujets, qui ont pour le destinataire un intérêt très grand, et qui ne lui sont pas désagréables », sinon cette correspondance sera renvoyée « dans le marécage de la bureaucratie où elle suffoquera immanquablement »94. Le nonce de Vienne est également interrogé de façon confidentielle en juillet 1904 sur la façon de transmettre par « quelque moyen sûr » cette lettre du pape à l’empereur de Russie sachant qu’ont été éliminées les voies traditionnelles : la bureaucratie, les ambassadeurs (étant donné « l’hostilité qui prédomine dans la bureaucratie russe contre le catholicisme ») et les évêques (pour éviter de leur « créer de nouveaux embarras » alors qu’ils viennent d’obtenir la permission d’effectuer une visite ad limina)95. Ce refus a priori du Saint-Siège de recourir aux évêques comme intermédiaires avec le gouvernement va cependant à l’encontre de la position russe. En effet, peu après l’autorisation d’effectuer les visites ad limina, l’empereur accorde des audiences privées à trois évêques catholiques en juin 1904 : Mgr Szembek, Mgr Pallulon et Mgr Ropp96. Finalement, après des mois de préparation, la lettre de Pie X à Nicolas II est finalement écrite le 16 décembre 190497 et est transmise par Mgr Szembek, archevêque de Mohilev98. Le ton est amical : Pie X félicite le tsar tant pour la naissance d’Alexis (une icône de la Vierge est offerte en cadeau à l’héritier) que pour l’oukase de 1903 dont les paroles « ont fait concevoir les plus douces espérances pour une parfaite pacification religieuse ». C’est dans ce contexte de détente poursuivi par Pie X depuis l’été 1903 que surviennent les événements révolutionnaires de 1905.

La révolution de 1905

  • 99  Sur cette question, voir L. Pettinaroli, Le Saint-Siège face à la révolution de 1905… cit.

30Après la détente du début de l’année 1905, le Saint-Siège essaie d’ouvrir des négociations avec l’État russe, qui reste distant mais à l’affût d’appuis dans un contexte social et politique de plus en plus tendu. Le Saint-Siège, à la fois fidèle à son refus de toute violence politique et à son souci d’améliorer le sort des catholiques, adopte une attitude toute en nuances99.

Une détente immédiate

  • 100PSZ, III, n°25.495, § 6.
  • 101  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1905), fasc. unico, f. 5 : Nicolas II à Pie X, Tsarskoïé Sélo, 08.01.1 (...)

31La lettre de Pie X de décembre 1904, si lentement élaborée, croise une nouvelle avancée sur la question de la tolérance religieuse en Russie. En effet, le paragraphe 6 de l’oukase du 12/25 décembre 1904 manifeste la volonté de l’empereur de réviser les lois et les mesures administratives entravant la tolérance religieuse100. En passant cette fois par la voie diplomatique, Nicolas II explique personnellement au pape ce nouveau cours de la politique religieuse dans une lettre du 8/21 janvier 1905101.

  • 102  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 894, fasc. 290, f. 10 : Merry del Val au ministre de Russie, 24.02.19 (...)
  • 103Ibid., f. 11 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 09/22.08.1905, s. n.

32C’est dans ce contexte de détente, fin février 1905, que Rome transmet aux autorités russes, peut-être comme un test, la supplique des paroissiens de Lahiszyn, rédigée plus d’un an auparavant et se présentant comme une réponse populaire aux encouragements donnés dans l’oukase de 1903102. La réponse russe est donnée en août 1905 et autorise les catholiques à « édifier en cette localité et à leurs frais une église de leur culte », sans donc que l’État accorde d’aide financière103.

  • 104OR, 01.02.1905, 45 (26), p. 1.
  • 105La Croix, 25.01.1905, 26 (6689), p. 1.
  • 106OR, 01.02.1905, 45 (26), p. 1.
  • 107OR, 31.01.1905, 45 (25), p. 2 et OR. 01.02.1905, 45 (26), p. 1.

33Face aux événements révolutionnaires eux-mêmes, le Saint-Siège ne prend bien sûr pas officiellement position. L’analyse de la presse romaine permet toutefois d’approcher les dispositions des milieux vaticans. L’Osservatore romano définit les troubles du Dimanche sanglant (9/22 janvier 1905) comme une manipulation du peuple par des révolutionnaires104. En décalage par rapport à l’attitude de l’opinion occidentale, la presse romaine l’est également par rapport à d’autres réactions catholiques : La Croix, par exemple, exprime sa sympathie pour le mouvement populaire russe qu’elle croît sincère105. Au contraire, L’Osservatore romano critique les « mille légendes »106 nées en Europe sur le Dimanche sanglant et fait la chronique des « manifestations anti-russes », entendons des manifestations de soutien aux révoltés russes en Italie et en France107. Face aux premières violences de 1905, la presse romaine adopte donc une attitude à la fois autoritaire et ouverte aux réformes.

  • 108  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 10 : tél. de Szembek à Merry del Val, 30.04.1905 ( (...)
  • 109  Cf. document 4.
  • 110  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, fasc. 289, f. 60 : lettre au ministre de Russie, 25.05.1905, N°1 (...)
  • 111Ibid., f. 61-62 : Pie X à Nicolas II, 23.05.1905, français. Cf. document 3.

34La promulgation de l’oukase du 17/30 avril 1905 sur les questions religieuses enracine la détente amorcée depuis 1903 et confirme les dispositions confiantes du Saint-Siège. Informé dès le soir du 17/30 avril par un télégramme de l’archevêque de Mohilev108, le Saint-Siège manifeste au plus haut niveau sa satisfaction. En effet, avant même l’explicitation officielle du contenu de l’oukase par voie diplomatique (qui adviendra tardivement par une note du 28 juin 1905109), le pape Pie X exprime sa satisfaction au tsar de façon privée. La lettre de Pie X à Nicolas II du 23 mai 1905 est remise au ministre de Russie110 et souligne « la joie dont cet acte de Votre Majesté a inondé Notre cœur » et l’espérance que les catholiques pourront jouir d’une « entière et sainte liberté »111.

Été 1905 : l’effort du Saint-Siège pour ouvrir des négociations

35Cet enthousiasme et l’établissement de relations plus intimes avec Nicolas II ne résolvent pas les affaires pendantes. En mai 1905, le Saint-Siège essaie donc de trouver une solution au problème des examens de russe dans les séminaires en passant par les évêques.

  • 112  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 5, fasc. 2, f. 32 : anonyme [Skirmunt], « Esami nei Seminari del Reg (...)
  • 113  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 23 : Merry Del Val à Szembek, Rome, 05.07.1905, N° (...)
  • 114  C’est du moins l’avis de R. Blobaum dans Rewolucja : Russian Poland, 1904-1907, Ithaca-London, 199 (...)

36Le 30 mai, l’évêque de Włocławek est informé de façon officieuse par Mgr Skirmunt du « désir catégorique du Saint-Siège que les Excellentissimes Évêques se mettent parfaitement d’accord entre eux et fassent tous, auprès de leurs respectives autorités gouvernementales, une déclaration identique ». Rome ordonne une position de compromis : étant donné que « le règlement de la question des examens dans les séminaires catholiques ne peut avoir lieu autrement qu’en vertu d’un accord entre le Saint-Siège et le gouvernement impérial » et que les négociations peuvent être lentes, les évêques peuvent accepter exceptionnellement « pour cette seule fois, le règlement des examens […] proposé par le gouvernement »112. L’objectif est ainsi de préserver les prérogatives du Saint-Siège tout en faisant rejaillir sur l’épiscopat la reconnaissance du gouvernement après cette concession. Alors que les inévitables difficultés qui surgiront pendant la négociation retomberont sur le Saint-Siège, cette initiative romaine aurait également l’avantage de susciter une action coordonnée des évêques. Ces derniers semblent assez passifs dans les premiers mois de 1905, du moins informent-ils peu Rome. Deux mois après l’oukase d’avril, le secrétaire d’État est contraint de relancer l’archevêque de Mohilev pour obtenir un « rapport détaillé » sur ce texte113. Cette situation pourrait s’expliquer par l’état d’impréparation intellectuelle et de paralysie politique de l’Église catholique en Pologne, dû aux lointaines conséquences de la répression des années 1860114.

  • 115  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 20-22 : mémoire transmis en annexe à la lettre de (...)
  • 116  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 10-11 : promemoria, 15.07.1905, voir document 5.
  • 117  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 24 : anonyme [Skirmunt], « Le riforme religiose in (...)
  • 118Ibid., f. 25-26 : Merry Del Val au ministre de Russie, 19.07.1905, N°12717, français.

37L’impatience du Saint-Siège d’ouvrir des négociations diplomatiques, dont témoigne cette manœuvre sur les séminaires, est enfin satisfaite fin juin 1905. En effet, par une notice du 28 juin, le représentant russe à Rome détaille officiellement les transformations religieuses en cours115. Le Saint-Siège présente alors en juillet deux demandes importantes au gouvernement qui dénotent l’inquiétude d’être tenu en-dehors des négociations. La première demande est présentée sous la forme d’un mémorandum daté du 15 juillet. Le secrétaire d’État y exprime ses « remerciements […] pour la suppression […] de toutes les dispositions prises pour entraver le libre exercice du culte Catholique Romain », pose le Saint-Siège comme l’unique interlocuteur valable pour établir un accord sur la question des examens dans les séminaires et propose donc d’« entrer en pourparlers sur l’admission de l’épreuve écrite »116. Par ailleurs, le 19 juillet, le secrétaire d’État écrit – sur le conseil de Mgr Skirmunt117 – au ministre de Russie pour tenter d’imposer ses hommes au sein de la « Commission spéciale » chargée d’étudier la situation des confessions non-orthodoxes. Merry del Val rappelle que « sans une autorisation spéciale du Saint Siège, les évêques eux-mêmes sont incompétents pour régler avec le gouvernement impérial les questions et les affaires religieuses qui sont d’ordre général ». Rome pourrait ainsi nommer « des interprètes autorisés de la pensée et des désirs du Saint Siège » ou au moins « munir des facultés et des instructions nécessaires » les catholiques susceptibles d’être consultés par cette commission118.

  • 119  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 296, f. 15-17 : anonyme [Skirmunt], 18.08.1905, italien.
  • 120 Ibid., pos. 907, fasc. 294, f. 43-56 : « Parte di una Relazione per una ponenza rimasta sospesa. R (...)

38La réponse de Saint-Pétersbourg se fait attendre. Dans les « incertitudes » de l’été 1905, Mgr Skirmunt propose, en plein mois d’août, que le Saint-Siège lance « une action concrète » et « rapide », à savoir « une énonciation publique de Sa Sainteté, – sous la forme d’une allocution, ou bien d’une encyclique aux évêques de la Pologne russe – dans laquelle on rendrait hommage à l’empereur pour la proclamation de la liberté religieuse, on insisterait sur l’importance et la nécessité de cette liberté, et on donnerait aux évêques des normes pratiques […] pour l’application uniforme des libertés concédées ». L’intérêt d’un tel acte serait tant de « relev[er] l’autorité » de l’Église catholique que d’offrir « un appui puissant, et en même temps un ordre d’aller de l’avant » aux évêques. D’un point de vue politique, cette allocution constituerait un « hommage public pour l’empereur », une « pression morale immédiate par rapport au maintien des promesses solennelles, faites au pays », « un encouragement plein d’autorité […] pour le parti réformiste russe » et « un coup formidable » porté au « parti réactionnaire »119. Cette proposition de Mgr Skirmunt stimule certainement la réflexion de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. C’est précisément durant l’été 1905 qu’est préparée une relazione pour une session – avortée pour des raisons inconnues – dont l’objet est de définir « l’attitude que le Saint-Siège devra tenir face au Gouvernement russe » après les « graves événements » de l’année 1905, caractérisés comme ouvrant une « nouvelle période historique ». Selon l’auteur de la relazione, « l’issue malheureuse de l’effroyable guerre avec le Japon et les mouvements révolutionnaires internes […] conduiront inévitablement à l’affaiblissement de ce régime strictement autocratique qui avait jusqu’à présent dominé impérieusement, opprimant toute liberté honnête »120.

  • 121  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 15-16 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 07.09.19 (...)
  • 122Ibid., pos. 906, fasc. 292, f. 30 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 07.09.1905, s. n., français.
  • 123Ibid., pos. 901, fasc. 291, f. 17 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.1905, N°13639.
  • 124Ibid., pos. 906, fasc. 292, f. 31 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.1905, N°13640, fran (...)
  • 125  Pour la note du 28 juin, voir document 4. En septembre, Narischeim demande encore à la « Curie rom (...)
  • 126  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 17 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.19 (...)

39Le 7 septembre arrivent enfin les réponses aux deux demandes du Saint-Siège de juillet 1905 : clairement négatives, elles manifestent le refus du gouvernement d’entrer dans une négociation bilatérale. La question des examens est considérée comme réglée par le ministère de l’Intérieur et il ne s’agit plus « d’échanger avec le Saint-Siège des pourparlers à ce sujet »121. Par ailleurs, seul le président de la commission sur les cultes non-orthodoxes – le comte Alexis Pavlovič Ignat’ev – est habilité à choisir « les personnages qu’il croirait utile ou nécessaire de faire participer, au cours des délibérations, à titre consultatif, aux travaux de [la] Commission »122. Merry del Val ne peut alors qu’exprimer son « étonnement » quant au refus de négocier sur la question des examens123 et tente d’exercer une pression morale pour que des personnes qui « interprètent d’une manière autorisée la pensée de l’Église catholique » soient choisies par Ignat’ev124. Il reste toutefois au secrétaire d’État une carte à jouer. En effet, dans ses dernières notes (28 juin et 7 septembre), le ministre russe demandait au Saint-Siège d’« exercer son pouvoir sur les évêques » pour obtenir le calme de la population catholique et la mise en œuvre des réformes125. En septembre 1905, le secrétaire d’État refuse alors d’exercer une pression sur l’épiscopat126.

Automne 1905 : contre la violence révolutionnaire

  • 127 Ribellione, dans OR, 02.07.1905, 45 (151), p. 1.
  • 128 CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 119-120.
  • 129OR, 12.11.1905, 45 (261), p. 1 (sur la terreur répandue à Cronstadt par les révolutionnaires en no (...)
  • 130  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 78-79 : anonyme [Skirmunt], « La Santa Sede e la R (...)

40Pendant l’été 1905, le désordre qui s’amplifie en Russie est pris au sérieux par les milieux romains, inquiets d’une contagion révolutionnaire vers l’Europe occidentale. À l’occasion des événements d’Odessa à l’été 1905 (mutinerie du cuirassé Prince Potemkine devant ce port de la mer Noire), L’Osservatore romano critique la presse libérale et les gouvernements européens qui « regardent avec une tranquillité affectée la révolution interne de la Russie, comme une chose qui ne peut pas les atteindre, eux qui croient posséder dans les constitutions modernes un antidote puissant contre toute sorte de soulèvement prolétarien. Tout ceci constitue pour nous une très grave erreur »127. Même la satisfaction ressentie à Rome après la promulgation du manifeste du 17/30 octobre 1905 est assombrie par des inquiétudes sur l’évolution de la situation sociale. Selon les jésuites de La Civiltà cattolica, l’Empire multinational qu’est la Russie n’entrera que difficilement dans un système constitutionnel128. De plus, la continuation des violences après le manifeste d’octobre fait apparaître les Russes comme un peuple immature qui abuse des bontés du tsar129. C’est dans ce contexte de troubles violents que Mgr Skirmunt propose le 1er décembre de repasser à l’action mais de façon « confidentielle », en proposant au gouvernement de « collaborer » avec lui en offrant « son puissant concours pour empêcher la dissolution totale de la société russe, et conjurer les dangers, qui menacent aussi la dynastie », en échange d’une « véritable et parfaite liberté » pour l’Église catholique130.

  • 131Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113.
  • 132  On retrouve une telle lecture réductrice de l’encyclique dans R. Blobaum, Rewolucja… cit., p. 256.
  • 133 La lettera pontificia e l’Episcopato della Polonia, dans OR, 07.02.1906 (46-31), p. 1.
  • 134  Cet article est traduit par Mgr Skirmunt : AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 15, fasc. 5, f. 10-12, an (...)
  • 135  « Rumeurs » que L’Osservatore romano dément énergiquement : OR, 07.02.1906, 46 (31), p. 1.
  • 136  Ceci n’échappe pas à la sagacité des unionistes catholiques qui y voient un « signalé service au g (...)
  • 137  Pie X, Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 111.
  • 138  Sur la situation des juifs en 1905, voir S. Hoffman, E. Mendelsohn (éd.), The Revolution of 1905 a (...)
  • 139  L’examen de périodiques comme L’Osservatore romano ou La Civiltà cattolica – qui se font l’écho de (...)
  • 140  L’archevêque de Varsovie avait appelé en mars à cesser les grèves et à respecter le droit de propr (...)
  • 141Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113.
  • 142  N. Davies, God’s playground : a history of Poland in two volumes, Oxford, 1981, vol. 2, p. 371.
  • 143  L’encyclique Rerum Novarum (15.05.1891) définit les grèves comme « cette maladie si commune et en (...)
  • 144Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113. L’encyclique Il fermo proposito adressée aux évê (...)
  • 145  Cf. R. Blobaum, Rewolucja… cit., p. 239-240. Malgré certaines initiatives en milieu ouvrier, Rerum (...)

41Sans que les archives de la Secrétairerie d’État et des Affaires ecclésiastiques n’indiquent la genèse de cette décision, le Saint-Siège opte alors pour un acte ecclésial à caractère public. Le 3 décembre 1905, la lettre Poloniae Populum est adressée aux évêques de Pologne russe. Ce document, dont le point central est un appel aux catholiques à « se maintenir dans la paix et dans l’ordre »131, a d’emblée fait l’objet de controverses. Les critiques fusent en Pologne, où l’appel à la soumission aux pouvoirs constitués sonne, encore une fois, comme une trahison d’un peuple opprimé132. L’épiscopat tente de combattre cette tendance : l’archevêque de Varsovie, Mgr Popiel, remercie publiquement le pape pour l’encyclique en janvier 1906133 ; Mgr Teodorowicz, archevêque de Léopol de rite arménien, en défend le contenu dans la revue mensuelle des jésuites de Cracovie Przegląd Powszechny de janvier 1906134. Ces controverses atteignent l’opinion occidentale : en Italie, certains journaux comme le Corriere della Sera et L’Italie cherchent également à dissocier l’opinion catholique polonaise – voire certains évêques – de la déclaration du pape135. Cette encyclique prend effectivement bien place dans la longue tradition des condamnations romaines des révoltes nationales polonaises. Elle se situe dans la lignée de la politique léonine de détente et rappelle par bien des aspects Caritas Providentiaque136. Cependant, on ne peut réduire l’appel à l’ordre de Pie X à une simple défense des pouvoirs constitués : il s’agit d’abord d’une condamnation des partis promoteurs d’un « radicalisme national » qui se livrent à des « crimes horribles dont rougiraient les nations barbares elles-mêmes. Tel […] le massacre récent des Juifs au grand jour, massacre réprouvé et condamné par la loi évangélique, qui nous ordonne d’aimer tout le monde indistinctement »137. Cette claire réprobation des pogroms138, qui ne reflète d’ailleurs pas exactement l’attitude des milieux romains139, indique que l’encyclique vise d’abord la lutte contre les excès et la violence. De même, sur le terrain social, le pape soutient l’épiscopat polonais140 qui s’était opposé aux aspects extrêmes du mouvement social, notamment les grèves « si fréquentes et si préjudiciables au bien public »141, dans un contexte où les grèves constituent en 1905-1906 un phénomène massif mobilisant près de 1,3 million de personnes en Pologne142. Par ailleurs, au-delà de la situation polonaise, le pape se place dans la lignée de la Doctrine sociale de l’Église promue sous Léon XIII rejetant la grève143 et plaidant pour la création d’« associations » afin d’améliorer le sort « des ouvriers et des prolétaires »144. Poloniae populum constitue ainsi un nouvel encouragement au développement d’un catholicisme social polonais, resté embryonnaire145. Finalement, Poloniae Populum reprend l’héritage politique et social de Léon XIII tout en reflétant, par sa critique sans concessions de la violence (tant sociale que nationale ou raciale), le catholicisme intégral souhaité par Pie X qui cherche à « tout instaurer dans le Christ » en christianisant les mouvements sociaux et nationaux.

Les deux premières doumas (janvier 1906-été 1907) : modération et reprise de négociations diplomatiques

  • 146CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 120.
  • 147  Après l’attentat manqué contre Stolypine, La Civiltà cattolica évoque le « règne féroce de la terr (...)
  • 148La Duma vuole, dans OR, 17.05.1906, 46 (114), p. 2.
  • 149La terza duma, dans OR, 06.11.1907, 47 (259), p. 1.
  • 150  C’est le cas notamment pour les vieux-croyants : P. Waldron, Religious Reform after 1905 : Old Bel (...)

42La période qui court de la fin de l’année 1905 à l’élection de la troisième Douma témoigne de l’attitude modératrice adoptée par Rome. La presse vaticane s’engage dans une critique des excès provoqués par le libéralisme, comme « le désordre des esprits » accru par « la liberté de la presse »146, mais surtout la violence politique des attentats147, tout en encourageant les réformes et une certaine modernisation des structures de l’Empire148. Dans une perspective conservatrice, L’Osservatore romano ne s’estime rassuré qu’après les élections de la troisième Douma qui démontrent la victoire du « grand parti de l’ordre » et l’échec des « partis extrêmes »149. Cette modération caractéristique de l’année 1906 doit se comprendre dans un contexte où les réformes concernant les confessions religieuses minoritaires se concrétisent150. Par ailleurs, les négociations avec le Saint-Siège ont repris et aboutissent à des accords sur les séminaires de Pologne et sur le décret du Saint-Office de 1877.

  • 151  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 33-36 : mémorandum de la Légation russe, 07/20.04. (...)
  • 152 ASS, 1907 (40), p. 519-520 et A. Mercati, Raccolta di concordati… Vol. I… cit., p. 1097-1098.

43En avril 1906, le gouvernement russe accepte, en effet, de poser la question des séminaires de Pologne sur la base de l’accord russo-vatican de 1897151. La négociation débouche sur la convention du 9/22 juillet 1907152. Ce texte, qui comprend cinq articles, établit que les conventions de 1882 et 1897 « restent en vigueur » à l’exception des points portant sur l’enseignement et l’évaluation des matières russes. Sur ces matières, cette convention correspond bien à un compromis entre la position du Saint-Siège (qui parvient à limiter le poids du représentant du gouvernement lors des examens – art. 3 – et à valoriser le rôle de l’évêque qui doit choisir les sujets d’examens‑ art. 5) et celle du gouvernement russe (qui obtient un veto sur le programme et les enseignants pour les matières russes – art. 1 – et réussit à imposer un examen écrit de russe à la sortie du séminaire – art. 4).

  • 153  Mémorandum de la Légation de Russie, Rome, 07/20.04.1906, français (document 6).
  • 154  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1909), fasc. 5, f. 20-21 : « Notice » de la Légation russe, Rome, 21.0 (...)
  • 155  Procès-verbal de la session du 05.07.1906 (N°1075), cf. document 48.
  • 156  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1075, 1906. Ponenza, p. 17-44 (Sommario Num. II : voto de Sk (...)
  • 157  Procès-verbal de la session du 05.07.1906 (N°1075), cf. document 48.
  • 158  Citation du supplément du soir du Pravitel’stvennyj Vestnik, 23.12.1906/05.01.1907, p. 1 (AA.EE.SS (...)
  • 159  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 6.
  • 160Ibid., procès-verbal, cf. document 49.
  • 161Ibid.

44Comme préalable à cette négociation sur la question des séminaires, le gouvernement russe avait posé comme condition l’abrogation du décret du Saint-Office du 11 juillet 1877 qui interdit l’usage de la langue russe dans le culte supplémentaire153. L’oukase de tolérance et la nouvelle politique religieuse constituent des arguments en faveur de la suppression de ce décret, présenté comme « l’épave d’une époque troublée ». La dépénalisation de la conversion religieuse implique que des « sujets […] appartenant à la nationalité russe » pourront se convertir au catholicisme. Si le gouvernement impérial les laisse « libres d’agir selon leur conscience pour ce qui regarde leur foi, [il] ne peut en aucun cas se désintéresser d’eux au point de vue national, et admettre qu’ils s’exposent à une absorption lente, mais sûre par l’élément polonais »154. La question est confiée à la réflexion des cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, qui se réunissent le 5 juillet 1906155. Malgré la présence dans le Sommario de deux avis négatifs émanant des prélats polonais Skirmunt et Sapieha156, les cardinaux insistent plutôt sur la distance à prendre avec le discours polonais, dont l’objectif de polonisation des nationalités tierces (ni polonaises ni russes) est bien démasqué. L’intervention de Rampolla est à cet égard significative. Tout d’abord, l’argument polonais selon lequel la langue russe est responsable de la défection des ruthènes (uniates) est critiqué par l’ancien secrétaire d’État qui rejette la faute sur « la trahison des évêques ». Par ailleurs, le maintien de la langue polonaise est perçu comme un « instrument indirect mais efficace d’influence polonaise pour préparer la résurrection de la « Grande Pologne » ». Finalement, la décision prise par les cardinaux – confirmée par le pape le 6 juillet 1906 – est une position de compromis : le décret reste en vigueur « dans son sens authentique de garantir aux Polonais leur langue » mais les Russes convertis peuvent demander l’usage de la langue russe, « quant aux Lituaniens, etc., on pourvoira prudemment, selon le même principe, aussi pour eux »157. Cette solution de compromis ne résiste pas à l’épreuve d’un terrain miné par les luttes nationales. En effet, la décision prise en juillet 1906 est déformée à la fois par les Russes et les Polonais. Les premiers prétendent que le décret du Saint-Office a été supprimé. Le journal officiel de l’Empire a non seulement déclaré abrogée la disposition du Saint-Office pour les Biélorusses et les « petits russes », mais souhaite aussi que la définition de la « langue » parlée par chaque paroisse soit définie par les autorités civiles et non par les évêques158. De leur côté, les Polonais dénaturent la position romaine en s’appuyant sur le maintien en vigueur du décret face aux nationalités tierces159. Le 17 mars 1907, une nouvelle réunion des cardinaux de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires s’avère donc nécessaire160. Les cardinaux tombent rapidement d’accord avec le secrétaire d’État : la Congrégation doit réaffirmer sa décision de 1906 tout en adoptant une meilleure stratégie de communication tant à l’égard du gouvernement que de l’épiscopat. Une « note » sera donc écrite au gouvernement russe « pour lui faire convenablement remarquer » qu’il n’apprécie pas la « manœuvre » consistant à étendre la décision du Saint-Siège des Russes convertis aux peuples non polonais qui avaient utilisé le polonais jusqu’alors. Par ailleurs, une lettre sera adressée à l’évêque de Žitomir, Mgr Niedziałkowski, qui venait d’écrire à Rome pour se plaindre de la politique du gouvernement russe sur ces questions de langue, et devra fonctionner comme « un moyen de faire connaître à l’opinion publique les intentions du Saint-Siège »161.

  • 162CC, 20.04.1907 (58-II-1364), p. 247. Sur les tentatives d’attentat de 1907 (janvier et mai) à l’en (...)

45Parallèlement à ces accords russo-vaticans conclus au premier semestre 1907, les milieux romains adoptent une attitude plus critique à l’égard du gouvernement russe. En avril 1907, un article de la Civiltà cattolica dénonce ouvertement le déchaînement répressif et la violence de l’État, notamment le recours à la peine capitale pour les prisonniers politiques. La revue des jésuites romains, en commentant la tentative d’attentat contre Serge de Witte de janvier 1907, dénonce également l’hypocrisie – voire la complicité – de l’État qui laisse s’exprimer dans des « articles incendiaires » la violence réactionnaire et antisémite de l’extrême-droite162.

Le bras de fer entre le gouvernement russe et l’intransigeantisme catholique : « l’affaire » Ropp à Vilna (1906-1908)

46L’affaire de Mgr de Ropp est révélatrice de la situation complexe née de la révolution de 1905. Elle absorbe une grande part de l’action du Saint-Siège durant cette période : pas moins de cinq sessions de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires lui sont consacrées.

Mgr de Ropp, un évêque actif dans la révolution de 1905

  • 163  Voir la biographie d’A. Kozyrska, Arcybiskup Edward Ropp : życie i działalność (1851-1939), Lublin (...)
  • 164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 57-59 : anonyme [Skirmunt], Rome, 25.01.1906, ital (...)
  • 165  Le motu proprio De populari actione christiana moderanda (18.12.1903) et l’encyclique Pieni l’anim (...)
  • 166  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 57-59 : anonyme [Skirmunt], Rome, 25.01.1906, ital (...)

47Dans la région de Vilna, l’année 1905 se traduit par une effervescence politique et sociale, fortement teintée de mouvements nationaux. Le diocèse est alors dirigé par le dynamique Mgr Eduard de Ropp (1851-1939) : descendant d’une famille de barons baltes polonisés, Ropp a été ordonné prêtre en 1886 (c’est une vocation tardive, il avait auparavant effectué ses études de droit à Saint-Pétersbourg). Évêque de Tiraspol très apprécié du gouvernement (1902-1903), il est transféré au siège de Vilna dès novembre 1903163. L’Église catholique, sous l’impulsion de Mgr de Ropp, s’engage alors résolument dans la vie politique locale par la création d’une presse catholique spécialisée (un quotidien et deux hebdomadaires, l’un pour les paysans et l’autre pour les ouvriers) et d’un « parti populaire catholique » destiné à endiguer les progrès des socialistes aux élections à la Douma en reprenant « dans le programme tous les mots d’ordres, utilisés par les socialistes, mais en les baptisant »164. En pleine crise de l’action politique du clergé dans les pays d’Europe occidentale et dans un climat de suspicion à l’égard de la démocratie chrétienne165, l’action de Mgr de Ropp peut surprendre. C’est probablement la raison pour laquelle l’évêque justifie dans une longue missive de janvier 1906 son entrée en politique par la spécificité de la situation russe (vigueur des troubles, impréparation démocratique du peuple) et par la dimension hiérarchique de son action (l’engagement de l’évêque est présenté comme un moindre mal par rapport à la situation des diocèses voisins – Varsovie et Samogitie – où le clergé participe au mouvement politique mais de son propre chef et en se divisant entre une aile droite et une aile gauche)166.

  • 167  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 69-73 : anonyme [Skirmunt], « Rapporto confidenzia (...)
  • 168 Е. А. Тончу, Государственная Дума в портретах : 27/IV-8/VII 1906, Moscou, 2006, p. 17-18. Mgr de R (...)
  • 169  Tél. du 27 avril, transmis début mai par Skirmunt, original français (AA.EE.SS., III, Russia, pos. (...)
  • 170 Ibid., f. 13-17 : « Rapporto confidenziale di Monsignor Edoardo de Ropp, Vescovo di Vilna, Vilna 2 (...)
  • 171 А. А. Дорская, Российское законотворчество cit., p. 355-356.
  • 172  Sur l’organisation et l’action des députés polonais à la première et à la deuxième Douma, voir E. (...)

48Le Saint-Siège n’intervient alors ni pour condamner, ni pour encourager l’action de Mgr de Ropp. Ce dernier cependant est inquiet car, à l’approche des élections, le gouvernement lui fait savoir que l’évêque en tant qu’employé gouvernemental ne peut exercer une charge politique. L’évêque de Vilna souhaite donc connaître la position du Saint-Siège et demande « une réponse télégraphique catégorique » à ce sujet167. Malgré le télégramme négatif de la Secrétairerie d’État, Mgr de Ropp reste candidat et fait partie des sept élus du gouvernement de Vilna168. La désobéissance aux directives romaines oblige l’évêque à se justifier. Dès le 27 avril, il propose par télégramme sa « démission »169 et une lettre d’excuses du 28 avril détaille les motifs de cette désobéissance surprenante chez un évêque connu pour sa prudence. Ropp essaie d’abord de faire comprendre à Rome ce que peut représenter concrètement une situation révolutionnaire (« les événements se succèdent chez nous d’une façon tellement accélérée, que ce que l’on croit pouvoir faire un jour, devient impossible deux semaines plus tard »). L’évêque présente également des arguments positifs pour justifier sa candidature, qui témoignent d’un réel optimisme : son élection lui permettra d’obtenir un évêque auxiliaire ; la présence d’un évêque catholique à la Douma sera un atout lors de la discussion des questions liées à la « liberté de conscience »170. À la Douma, Mgr de Ropp fait partie des 49 députés qui rédigent le 12 mai 1906 un projet de loi sur la liberté de conscience171 et figure parmi les signataires du manifeste de Vyborg (juillet 1906). Ce dernier engagement mérite d’être souligné pour son originalité. En effet, les représentants polonais à la Douma (qui viennent du Royaume de Pologne, ce qui n’est pas le cas des députés de Vilna), réunis au sein du Koło, n’ont pas signé le manifeste pour ne pas interférer dans les affaires russes, parce que ce manifeste n’aborde pas la question de l’autonomie et parce que les nationaux-démocrates polonais jugent le manifeste trop radical politiquement et socialement172.

1907 : la réaction du gouvernement

  • 173  Sur les modifications du processus électoral entre 1905 et 1907 et leur impact sur la composition (...)
  • 174  Lettre de Sazonov au secrétaire d’État, 20.02.1907 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 19 (...)

49Dans le contexte de la campagne pour les élections à la deuxième Douma173, la diplomatie russe fait pression en février 1907 pour empêcher une seconde candidature de l’évêque. Mgr de Ropp est alors accusé d’avoir fait preuve d’une « grande partialité envers les diverses nationalités dont se composent ses ouailles », c’est-à-dire d’avoir favorisé la nationalité polonaise et d’avoir été « l’initiateur d’un parti politique dont le programme doit être qualifié de révolutionnaire ». Les éléments considérés comme révolutionnaires dans ce programme sont « l’autonomie de la Pologne » et le « principe subversif de l’organisation de l’Empire sur une base fédérative ». Par ailleurs, après la dissolution de la Douma, l’évêque a exprimé « dans des lettres officielles, son mépris pour les décisions du Sénat », notamment sur l’inéligibilité des évêques catholiques à la Douma. C’est pourquoi la Légation préconise son « éloignement […] de la chaire épiscopale de Vilna » et propose un transfert au siège vacant de Kielce174.

  • 175  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907.
  • 176Ibid., procès-verbal, p. 3, cf. document 49.
  • 177  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 18-19 : Merry del Val à Ropp, 23.03.1907, N°22851, (...)
  • 178Ibid., f. 20-21 : Ropp à Kamienski [intermédiaire qui prend contact avec Mgr Skirmunt], polonais ( (...)
  • 179Ibid., f. 24-32 : Ropp à « eminentissime Seigneur » [Merry del Val], Vilna, 21.03/03.04.1907, fran (...)
  • 180  Les demandes d’audience sont faites le 7 avril (ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1907), fasc. unico, f. (...)
  • 181  J. Cadiot, Un Empire «un et indivisible» ?… cit., p. 224 et 236-237.
  • 182  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 24-32 : Ropp à « eminentissime Seigneur » [Merry d (...)

50Cette demande russe est examinée par une session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires le 17 mars 1907175. Les cardinaux décident de « prendre le temps », c’est-à-dire de demander simplement à Mgr de Ropp des explications, d’autant que l’évêque refusera probablement d’aller à Kielce et que « le gouvernement n’osera pas user de violence contre Monseigneur qui a de forts appuis politiques »176. Le secrétaire d’État écrit en ce sens à Mgr de Ropp le 23 mars177. La réponse de l’évêque ne se fait guère attendre : dès le 3 avril, il fait porter à Rome en mains propres une longue missive pour se justifier178. Cette rapidité s’explique par la venue à Rome de Vladimirov, directeur du département des cultes étrangers, qui pourrait en « profite[r] » pour « discréditer » l’évêque179. Vladimirov sera effectivement reçu en audience par le cardinal Merry del Val et par Pie X le 12 avril180. Dans sa longue lettre, Mgr de Ropp répond aux accusations du gouvernement en certifiant que son parti – le « parti catholique-constitutionnel » – est socialement conservateur et n’a été créé que pour « sauver le pays de l’anarchie ». En revanche, sur la question « nationale », l’évêque assume son engagement pour « arriver par voies légales à une espèce d’État fédératif ». Il n’hésite pas à critiquer ouvertement la position du gouvernement : le fédéralisme n’aurait rien de « révolutionnaire » ni de « subversif » mais serait le « seul salut de la Russie », « la dénomination de subversif donnée par le gouvernement à une opinion qui tend à se développer légalement montre[rait] toute la fausseté de la quasi-constitution russe » ! En fait, si des revendications pour une organisation fédérative de l’Empire apparaissent dès novembre 1904 (congrès des autonomistes fédéralistes à Saint-Pétersbourg), la question du fédéralisme devient problématique après la proclamation des lois fondamentales du 23 avril 1906, dont l’article premier proclame l’unité et l’indivisibilité de l’Empire : d’ailleurs, au sein de la première Douma, 120 députés (issus de treize peuples) forment l’Union des autonomistes mais n’avancent plus ouvertement l’idée de fédéralisme181. Mgr de Ropp refuse cependant de donner sa démission et souligne le jeu pervers de l’État : « le gouvernement ne désire rien plus que le transfert fréquent des évêques catholiques d’un lieu à l’autre ; cela les fait descendre au niveau des évêques schismatiques souvent transférés ; cela prouve leur dépendance de l’État et les met au degré de simples employés de l’État, et cela amoindrit leur autorité parmi leurs ouailles ». Il préfère donc une « abdication pure et simple » ou alors un transfert vers « un diocèse en Sibérie, Asie centrale ou au fond de la Russie », mais en tout cas pas à un « diocèse dans le royaume de Pologne ». Mgr de Ropp n’hésite pas à faire pression sur le Saint-Siège en utilisant l’argument de l’« amertume » – réveillée par la révocation du décret du Saint-Office de 1877 – des fidèles polonais à l’égard de Rome182.

  • 183CC, 20.04.1907 (58-II-1364), p. 250. Sur cet évêque voir ROB, 5, p. 469-473.
  • 184  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1087, 1907. Procès-verbal, p. 1-3, cf. document 50.
  • 185Ibid., p. 3.
  • 186  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1909), fasc. 3, f. 105-108 : Merry del Val au ministre de Russie, 02.0 (...)

51L’affaire Ropp commence alors à être portée devant l’opinion catholique occidentale. Dans son numéro du 20 avril 1907, La Civiltà cattolica déplore que l’évêque de Vilna ait été mis devant le choix de renoncer à sa charge épiscopale s’il voulait être élu à la deuxième Douma, alors que Mgr Platon (Roždestvenskij), évêque orthodoxe de Cighirin (éparchie de Kiev), a pu être élu sans problème183. Cependant, le 25 avril 1907, la longue lettre de Mgr de Ropp est examinée dans une nouvelle session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Lors de la discussion, des dissensions apparaissent entre les cardinaux. Alors que le cardinal Agliardi reconnaît les torts de Ropp et souhaiterait négocier la translation de l’évêque « ad evitanda mala majora », tous les autres cardinaux sont convaincus par les réponses de l’évêque. N’ayant aucun « motif canonique » pour déposer l’évêque ou le forcer « contre sa volonté à accepter le diocèse de Kielce », le Saint-Siège pourrait simplement demander à l’évêque de Vilna « d’être plus circonspect à l’avenir ». Ce soutien de l’évêque repose sur le pari que le gouvernement russe n’insistera pas et, qu’en cas de recours à la force, « le caractère odieux et la responsabilité de cette action retombera sur [le gouvernement] »184. Cette position est acceptée par Pie X le 26 avril185 et une lettre en ce sens est adressée au ministre de Russie le 2 mai 1907186.

  • 187  Lors de la discussion avec Stolypine : « Moi. Le changement de diocèse ne dépend pas de moi. Chez (...)
  • 188Ibid.
  • 189  Note du chargé d’affaires de Russie (Schilling) au secrétaire d’État, Rome, 04.09.1907, français ((...)
  • 190Ibid, p. 41-43 : Sommario Num. VI : Ropp à Merry del Val, Vilna, octobre 1907, français. En pièces (...)

52Mais le gouvernement ne cède pas et, à la fin de l’été 1907, tente même de piéger conjointement la Secrétairerie d’État et l’évêque de Vilna. En août, Ropp se rend à Saint-Pétersbourg pour rencontrer Stolypine (le 9/22 août) et Vladimirov (le 14/27 août). Les deux hommes d’État cherchent à ébranler la confiance de l’évêque dans le soutien de Rome187. Après ces deux rencontres, le 27 août, Mgr de Ropp demande donc au secrétaire d’État de décider de son cas188. Mais, au même moment (le 4 septembre), la Légation de Russie prévient la Secrétairerie d’État que Ropp va proposer sa démission et qu’il conviendrait de lui donner un « titre honorifique d’un archevêque in partibus » alors que le gouvernement lui « allouer[a] une pension annuelle »189 ! Le 8 septembre, Stolypine accentue la pression en demandant à Ropp où en est « la requête concernant [son] abdication » que l’évêque se serait engagé à présenter au Saint-Siège au mois d’août. Mais Mgr de Ropp tient ferme et, le 20 septembre, dément toute promesse en attendant la décision romaine190.

  • 191  Ropp au secrétaire d’État, Saint-Pétersbourg, 06/19.10.1907, français (ibid., Sommario Num. VII, p (...)
  • 192  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 11-17 : document anonyme, français. L’auteur de ce (...)
  • 193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 9-10 : Skirmunt à Merry del Val, Baden, 25.10.1907 (...)

53Cette stratégie d’intimidation ayant échoué et Rome gardant le silence, le gouvernement s’engage dans une action unilatérale. Le 6/19 octobre, Vladimirov convoque Ropp à Saint-Pétersbourg et lui expose l’oukase pris par Nicolas II le 1er/14 octobre le destituant du diocèse, lui interdisant de séjourner dans le nord-ouest de la Russie et dans les capitales et lui attribuant une pension annuelle de 1 200 roubles191. Cette mesure est commentée en termes politiques par un émissaire de Mgr de Ropp : le recours à l’autorité impériale « sort […] de l’usuelle (sic) » car les destitutions d’évêques sont habituellement signées par le ministre de l’Intérieur, cependant ce recours permet d’« évit[er] la possibilité d’une interpelation (sic) gênante et désagréable dans la Douma qui va bientôt s’ouvrir »192. Mgr de Ropp demande alors de « sauver autant que possible le prestige du S[ain]t-Siège et l’autorité épiscopale », c’est-à-dire « que le S[ain]t-Siège ne fasse pas comme en 1902 », lors de la translation de Mgr Zwierowicz à Sandomir, suivie de la nomination d’un successeur un an plus tard en la personne de Mgr de Ropp193.

  • 194Ibid., f. 21-23 : supplique des « Sacerdotum Diocesiis Vilnensis » à Pie X, s. d., latin ; f. 24-4 (...)
  • 195Ibid., f. 44-50 : supplique des prêtres lituaniens à Pie X, Vilna, octobre 1907, latin.
  • 196Ibid., f. 58-59 : Véronique Plater Syberg à Pie X, Rome, 05.11.1907, français.

54Durant toute cette période, le diocèse de Vilna se mobilise en faveur de son évêque, notamment par l’envoi de pétitions à Rome194. Cette mobilisation semble toutefois orchestrée par l’évêque. C’est du moins ce dont se plaignent des prêtres « lituaniens » qui affirment avoir été convoqués le 23 août (vieux style) à Vilna pour souscrire à la pétition « sous peine de suspension et de privation d’offices et de bénéfices »195. La noblesse polonaise se mobilise également, comme en témoigne la supplique au pape de Véronique Plater Syberg, née Czapski196.

Vers la nomination d’un administrateur apostolique : Rome entre résistance et diplomatie

  • 197  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 13 : Frackiewicz [Radzimińsky-Frąckiewicz] à Merry (...)
  • 198  CIC, 1917, can. 391, § 1 ; A. Bride, Chapitre de chanoines, dans Catholicisme, II, col. 940-943.
  • 199  CIC, 1917, can. 312.
  • 200  AA.EE.SS., III Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 54 : supplique du chapitre cathédral de Vilna à Pie (...)
  • 201Ibid., f. 63-64 : Sazonov au secrétaire d’État, Rome, 29.11.1907.

55Après ce passage en force, le gouvernement doit – pour préserver le calme à Vilna – trouver une solution pour l’encadrement des fidèles. En quittant son diocèse, Mgr de Ropp n’a, en effet, laissé que l’administration spirituelle au vicaire général, Mgr Frąckiewicz, qui avait déjà été administrateur apostolique de Vilna en 1902-1903, après avoir été en charge d’importantes paroisses197. Pour stabiliser la situation, le gouvernement doit obtenir la nomination d’un administrateur apostolique et procède par deux voies : locale et diplomatique. D’une part, dès le 22 octobre, le gouverneur de Vilna ordonne au chapitre – le collège de clercs chargé de conseiller l’évêque – d’élire un administrateur apostolique. Cette demande est contraire au droit canon car si le chapitre a bien pour fonction de « suppléer à l’évêque dans la direction du diocèse […] pendant la vacance du siège »198, il ne peut nommer un administrateur apostolique, cette nomination relevant exclusivement du souverain pontife199. Le chapitre refuse donc cet ordre mais presse Rome de trouver une solution200. D’autre part, à la fin du mois de novembre 1907, le ministre de Russie propose directement au secrétaire d’État des candidats pour ce poste, comme Mgr Wincenty Kluczyński201.

  • 202  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, p. 9, italien.
  • 203 Ibid., p. 18.
  • 204Ibid. Procès-verbal, p. 2-3, cf. document 51.
  • 205 Ibid.
  • 206  AA.EE.SS., III Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 11 : Merry del Val à Frackiewicz, Rome, 05.12.1907, (...)
  • 207  Trad. italienne de la lettre de la Chancellerie du gouverneur-général de Vilna, Kowno et Grodno au (...)
  • 208  Trad. italienne de la lettre du Chapitre au gouverneur-général, Vilna, 24.01/06.02.1908, N°2 (AA.E (...)
  • 209  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 26 : Merry del Val à Pusyna, 21.03.1908, N°29021 ; (...)
  • 210Ibid., f. 41-42 : Ropp à Merry del Val, 07/20.04.1908, français.
  • 211Ibid., f. 33 : Skirmunt, trad. italienne du décret du gouverneur de Vilna [D. Lubimow] du 30.03/12 (...)
  • 212 Ibid., f. 53-54 : anonyme [Skirmunt], « Dopo la soppressione del Capitolo di Vilna », 04.05.1908.
  • 213Ibid, f. 43-48 : P. Quénard, « La situation à Vilna ».
  • 214  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 4-5 : rapport anonyme [Skirmunt], 20.05.1908, ital (...)
  • 215Ibid., f. 15-22 : dossier « Incidente Vescovo-Capitolo di Wilna, mag.[gio] giu.[gno] 1908 » (lettr (...)

56Le 1er décembre 1907 est réunie une session de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires mais le dubbio proposé aux cardinaux révèle un ordre du jour plus centré sur la situation de Mgr de Ropp que sur celle du diocèse de Vilna. Alors que la relazione souligne la duplicité du gouvernement202 et le soutien de « l’opinion publique russe » à la cause de Ropp, y compris dans « la presse schismatique indépendante du gouvernement (comme le journal, bien diffusé, du parti des Cadets, Rietch) »203, la discussion des cardinaux se révèle très animée. Agliardi et Serafino Vannutelli, qui considèrent inéluctable la répression étatique, souhaitent la translation de Ropp. Rampolla, au contraire, propose de poursuivre la résistance en demandant au chapitre « de se régler sur les normes du droit canonique » et que la Secrétairerie d’État « continue à reconnaître Mons. Ropp comme évêque de Vilna »204. Cette proposition intransigeante est adoptée par Merry del Val qui souhaite utiliser le désordre de Vilna comme un moyen de pression sur les autres négociations en cours. En effet, « le gouvernement est embarrassé » et « il parle de nouveau de la provision des diocèses, en la subordonnant toutefois à [la question de] Vilna »205. Le 5 décembre, Merry del Val écrit donc au vicaire général pour l’encourager dans le refus de tout compromis en suivant les prescriptions du droit canon206. Cependant, en janvier 1908, le gouverneur-général accentue localement la pression : il fixe au chapitre un ultimatum pour fin janvier et menace de supprimer le chapitre207. Le chapitre persévère cependant dans son refus de compromis208. Alors qu’en mars 1908, la Secrétairerie d’État échafaude encore des plans pour Mgr de Ropp (proposition secrète du diocèse de Tiraspol à l’évêque209, qui refuse à la fois par égard pour Mgr Kessler et pour protester contre le système de translation des évêques210), le gouvernement passe à l’action. Le 12 avril 1908, par ordre du ministère de l’Intérieur, le chapitre est dissous et ses immeubles et pensions confisqués211. L’administration des biens du chapitre est confiée à un laïc, une partie des rentes passe au Collège ecclésiastique et l’autre directement à l’administration provinciale212. Cette mesure semble avoir eu un effet désastreux sur l’opinion publique, qui ne souhaite plus soutenir la « résistance » de Ropp213. Le vicaire général Frąckiewicz craint une suppression du diocèse214. Mgr de Ropp, isolé, semble alors aveuglé à la fois sur l’état de son diocèse et sur les dispositions de Rome : il écrit ainsi le 27 mai au chapitre que « Rome a bien compris que [s]a résignation pourrait être l’occasion d’une humiliation affreuse de la dignité épiscopale » et invite le chapitre au « combat […] pour la dignité et la liberté, quoique relative, de l’Église », dans un contexte de « régénération du pays entier » car « dans la Russie constitutionnelle l’Église entrera libre ou esclave selon le résultat de ce combat »215.

  • 216  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1105, 1908. Ponenza.
  • 217  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1107, 1908. Procès-verbal, p. 3-4, cf. document 53.
  • 218  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 8-9 : Merry del Val à Ropp, Rome, 27.05.1908, N°30 (...)
  • 219Ibid., f. 31-32 : Merry del Val à Ropp, 10.08.1908, N°31613, français.
  • 220Ibid., f. 34-35 : Merry del Val à Michalkiewicz, Rome, 10.08.1908, latin. Cette lettre est transmi (...)

57En fait, lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 23 avril 1908, si le Saint-Siège conserve une attitude de fermeté à l’égard du gouvernement, c’est moins pour poursuivre une défense intransigeante de la dignité épiscopale que pour disposer d’un moyen de pression dans le contexte de négociations d’ampleur (translation de Mgr Wnukowski à Mohilev, nominations de Mgr Nowowiejski à Płock, du chanoine Cieplak comme évêque suffragant de Mohilev, discussions sur un diocèse en Sibérie)216. Ceci explique que, lors de la session suivante, le 21 mai 1908, l’idée de résistance soit balayée en quelques instants dans la mesure où le refus de déplacer Mgr de Ropp est devenu un obstacle dans les négociations en cours, sur la Sibérie notamment. L’avis du cardinal Di Pietro est largement partagé : « la résistance faite jusqu’à maintenant [a été] opportune pour sauver la revendication des droits ecclésiastiques et l’honneur du Saint-Siège. Mais la résistance doit cesser »217. Le Saint-Siège ouvre alors la négociation pour la nomination d’un administrateur apostolique à Vilna. Le 27 mai, le secrétaire d’État communique cette décision à Mgr de Ropp, qui peut encore accepter le diocèse de Saratov ou refuser toute translation218. Par cette possibilité toujours ouverte de la translation, Rome préserve sa position et la justifie par « la loi suprême » qui « inspire toujours l’action du Saint Siège », à savoir « le bien même des âmes » : le pape n’exige pas la démission de Ropp et ce dernier reste « Évêque de Wilna […] jusqu’à ce que, avec [son] consentement, une nouvelle charge [lui] soit confiée ou [sa] position soit autrement réglée »219. Un administrateur est choisi en août 1908 en la personne de Mgr Michalkiewicz (1865-1940), prêtre du diocèse depuis 1886220.

58L’affaire Ropp témoigne de la « révolution dans les esprits » suite aux événements de 1905, mais aussi de nouvelles attitudes politiques dans le contexte de la difficile mise en place d’une assemblée représentative. Probablement trop optimiste en politique, Mgr de Ropp s’isole dans une résistance farouche qui va jusqu’à mettre en danger son propre diocèse. Le Saint-Siège pense pouvoir profiter de la situation de désorganisation du pays et saisit l’épreuve de force à Vilna comme un outil pour peser sur les autres négociations en cours et renonce habilement à la résistance lorsque la situation politique et le contexte des négociations ont changé. Cette affaire est révélatrice de la priorité donnée par le Saint-Siège aux négociations diplomatiques d’ensemble. L’adoption d’une politique intransigeante émane ici paradoxalement de Rampolla et n’est suivie par Merry del Val que pour accélérer les négociations diplomatiques. Cependant, la crise Ropp a accentué les tensions entre la Russie et le Saint-Siège et a fragilisé, encore une fois, l’épiscopat local.

1909-1916 : de l’accumulation des tensions à l’impasse diplomatique

59À la fin des années 1900, dans un contexte international de plus en plus tendu, les négociations entre le Saint-Siège et l’Empire piétinent, se durcissent dans un échange de mémorandums contradictoires et débouchent dans une impasse que le Saint-Siège tente de contourner par un recours à l’action médiatique en Europe occidentale.

Un contexte international tendu

  • 221  Correspondance entre l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche et Pie X, dans S. Pagano, L’archivio (...)
  • 222  С. В. Троицкiй, Какъ живутъ и страдаютъ православные и унiаты въ Австро-Венгрiи, Pétrograd, 1914 ; (...)
  • 223  Sur la politique vaticane à l’égard du monde slave, voir E. Winter, Russland und die slawischen Vö (...)
  • 224  R. Tolomeo, Le relazioni serbo-vaticane dal congresso di Berlino alla prima guerra mondiale, dans (...)
  • 225  Texte dans A. Mercati, Raccolta di concordati… Vol. I… cit., p. 1100-1103.
  • 226  Scapinelli à Merry del Val, Vienne, 15.02.1913 (AA.EE.SS., III, Austria-Ungheria, pos. 1056, fasc. (...)

60Les années 1908-1914 sont marquées par un accroissement des tensions entre la Russie et l’Autriche-Hongrie (crise bosniaque de 1908, guerres balkaniques de 1912-1913). Les tensions sont telles que pendant l’affaire Beilis en 1914 un membre de la famille impériale d’Autriche fait même appel à Pie X pour intervenir comme médiateur auprès du Gouvernement russe221 ! Cependant la position du Saint-Siège est plutôt délicate. En effet, en Autriche-Hongrie, les tendances pro-russes sont soutenues par le gouvernement du tsar et se traduisent, sur le plan religieux, par une campagne de sensibilisation sur la situation des orthodoxes et des catholiques de rite oriental dans l’Empire austro-hongrois auprès de l’opinion russophone mais aussi occidentale222. Le Saint-Siège est alors pris entre, d’une part, le souci de préserver l’Autriche, puissance catholique et allié traditionnel et, d’autre part, le souci missionnaire du développement d’un panslavisme catholique, qu’il a soutenu dès les années 1860. Ce mouvement, qui préconise l’union des Slaves catholiques pour contrer l’union des Slaves sous l’égide de l’Empire russe orthodoxe devait être, selon son principal inspirateur – l’évêque croate Mgr Strossmayer – non pas un instrument de conflit entre blocs politiques ou civilisationnels, mais une méthode d’union religieuse. Les Slaves catholiques devaient se faire les ambassadeurs auprès de leurs frères slaves encore « schismatiques » d’un catholicisme réunificateur et pacificateur, tant sur le plan religieux que politique223. Au tournant du XXe siècle, la discordance entre ces deux objectifs explique les hésitations vaticanes à l’égard des pays danubiens et balkaniques. Dans le cas de la Serbie, les négociations sans cesse reprises224 débouchent finalement sur le concordat du 24 juin 1914225. La conclusion de ce dernier semble avoir été motivée, comme le montre l’avis du nonce Scapinelli di Leguigno en février 1913, par un souci à la fois missionnaire et géopolitique : contre-attaquer « face à l’avancée menaçante du schisme vers l’Occident » en instituant « un centre catholique dans le cœur du slavisme »226.

Chicanes à répétition

  • 227  Les distinctions honorifiques décernées par le Saint-Siège sont réparties selon cinq ordres (ordre (...)
  • 228  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1909), fasc. unico, f. 22-23 : Sazonov à Merry del Val, Rome, 04.06.19 (...)

61Au-delà de ces tensions internationales, une série de petits conflits à répétition sur les compétences du Saint-Siège contribuent à empoisonner les relations avec l’Empire. En juin 1909, le gouvernement essaie ainsi de s’immiscer dans le processus de distribution des distinctions honorifiques délivrées par le Saint-Siège227. En effet, une loi « autorise les sujets de l’Empire à recevoir des distinctions honorifiques (décorations, titres, grades, etc.) seulement avec l’assentiment de Sa Majesté l’Empereur » or, selon le ministre de Russie, avec le Saint-Siège, « les cas où une pareille entente n’a pas eu lieu sont devenus dernièrement très fréquents ». Le Saint-Siège oppose à cette demande une sorte de fin de non-recevoir sans pour autant aller jusqu’au conflit par une réponse écrite. Le secrétaire d’État déclare alors simplement oralement au ministre de Russie « que de telles prétentions sont inadmissibles du point de vue du Saint-Siège »228.

  • 229  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1910), fasc. unico, f. 4-6 : Boulatzell à Merry del Val, Rome, 02.11.1 (...)
  • 230 Ibid., f. 9 : Lega à Scapinelli, Rome, 27.11.1909, Sacra Romana Rota s. n. et f. 11 : Scapinelli à (...)
  • 231Ibid., f. 21-24 : Merry del Val au ministre de Russie, 24.01.1910, N°41851, français.

62Quelques mois plus tard, en novembre 1909, la Légation de Russie interroge la Secrétairerie d’État sur une autre question : la « procédure pratiquée actuellement pour les causes matrimoniales des catholiques-romains en Russie ». Cette procédure serait en décalage avec les « stipulations de la Loi de l’Empire fondée sur les arrangements survenus entre le Gouvernement impérial et le Saint-Siège en 1847 et 1848 ». En s’appuyant sur le concordat de 1847, le gouvernement demande donc au Saint-Siège de tirer au clair l’affaire des juridictions ecclésiastiques compétentes pour les causes matrimoniales. En effet, alors que la loi prévoit « une série de deux instances ecclésiastiques dans les confins de la Russie et, comme troisième instance, le Saint-Siège Apostolique […] les évêques diocésains font souvent porter les dites causes […] directement à Rome » en justifiant cette omission soit des « deux premières instances, soit [de] la seconde des deux » par des « règlements canoniques »229. Après avoir consulté la Congrégation de la discipline des sacrements et le Tribunal de la Rote230, Merry del Val répond au ministre de Russie le 24 janvier 1910 en rappelant la nécessité de distinguer les causes de dispense pour un mariage non consommé des autres actions en nullité de mariage. Dans le premier cas, le pape est seul juge alors que, dans le second cas, les causes matrimoniales sont en première instance de la compétence des évêques et, en deuxième instance, de la compétence de l’archevêque dont l’évêque est suffragant et, en troisième instance, du Saint-Siège. Pour la Russie, les accords de 1847-1848 prévoient que, dans le cas de l’archevêché de Mohilev, la deuxième instance ne soit pas dévolue au Saint-Siège mais à « l’évêque le plus voisin du siège métropolitain » ; en revanche, la troisième instance est toujours réservée au Saint-Siège. Cette concession faite par le Saint-Siège au gouvernement russe n’empêche pas qu’au-dessus de cette belle architecture juridique demeure le droit divin : « tout évêque ou fidèle iure divino, à raison de la primauté du Siège Apostolique, a le droit de s’adresser directement à Lui à n’importe quel moment, même en première instance »231.

63Cependant les tensions avec la Russie ne portent pas que sur des principes juridiques. Au tournant des années 1910, les conflits entre droit canonique catholique et droit russe débouchent sur des situations concrètes graves (procès, emprisonnements) qui justifient les demandes d’intervention de l’épiscopat.

La pression de l’épiscopat pour l’ouverture de négociations

64Au début des années 1910, la question des convertis de 1905 et l’application du décret Ne temere sur les mariages mixtes ont débouché sur de nombreuses mesures disciplinaires et poursuites judiciaires contre des prêtres catholiques. L’épiscopat manifeste alors sa volonté de résoudre de façon concertée ces problèmes graves, en intervenant tant auprès du Saint-Siège que du gouvernement.

  • 232  Casimir Michalkiewicz, « Memoriale in causa convertendorum Schismaticorum in Dioecesi Vilnensi », (...)
  • 233  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 143-144 : Scapinelli di Leguigno à Serafini (as (...)
  • 234  Demandes formulées par les évêques de la province ecclésiastique de Mohilev au gouvernement (Petro (...)

65En 1910, Mgr Michalkiewicz, l’administrateur apostolique de Vilna, demande au Saint-Siège une solution concertée sur la question des convertis de 1905, qui devient de plus en plus délicate. En effet, dans ce diocèse, vingt-sept prêtres ont été destitués de leur office pour ne pas avoir respecté les restrictions apportées à l’édit d’avril 1905 au sujet des conversions232. Sur la question des mariages mixtes, la circulaire du gouvernement interdisant aux évêques d’appliquer le décret Ne temere a provoqué de graves problèmes, qui vont jusqu’à la destitution de prêtres : en 1912, un prêtre est destitué de son office car il refuse de confesser une catholique qui s’était mariée avec un orthodoxe malgré ce décret233. L’épiscopat de la province de Mohilev, réuni autour de Mgr Kluczyński, fait ainsi figurer parmi les demandes au gouvernement que le décret Ne temere puisse être appliqué ou alors que « le gouvernement commence des négociations avec le Saint-Siège pour changer les points du décret Ne temere, qui déplaisent au gouvernement »234.

  • 235  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 51-52 : Benigni, « Ne temere in Russia », 11.03.191 (...)
  • 236 Ibid., f. 59 : note de Benigni, 09.12.1910 (« mandato in foglietto di carta non d’ufficio al minis (...)
  • 237  Cf. p. 77-78.
  • 238  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 51-52 : Benigni, « Ne temere in Russia », 11.03.191 (...)

66L’impasse sur la question des mariages mixtes oblige la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en mars 1912 à revenir sur la décision intransigeante prise par le Saint-Office en décembre 1910. En effet, en 1910, le Saint-Siège avait opté pour une solution non diplomatique et surtout dilatoire du problème en recourant au Saint-Office. En novembre et décembre 1910, à deux reprises, Mgr Benigni avait rencontré de façon confidentielle les représentants de la Légation de Russie pour les informer de l’examen de l’affaire Ne temere par le Saint-Office235 dans le but « d’aplanir ces difficultés »236. Cependant la décision prise par le Saint-Office le 14 décembre 1910 n’eut rien de pacificateur et la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires se garda bien de la communiquer à la diplomatie russe237. En mars 1912, le ministre de Russie se plaint à Mgr Benigni que la réponse promise par le Saint-Office ne soit jamais arrivée. Benigni, après avoir accusé la « lenteur bureaucratique » et appris le caractère secret des instructions du Saint-Office, évitera simplement de rencontrer le ministre de Russie, tâche d’ailleurs facilitée par sa « démission » des Affaires ecclésiastiques extraordinaires238. Finalement, cet essai de temporisation associé à une décision intransigeante du Saint-Office faisant fi de l’intermédiaire étatique en contactant directement les évêques, est un échec : une solution concertée reste incontournable.

Du mémorandum de 1912 à la cascade de notes diplomatiques

  • 239  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, p. 5.
  • 240  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 4-5, cf. document 59.
  • 241  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1165, 1912.
  • 242  ASV, Segr. Stato, rub. 284, 1912, fasc. unico, f. 139-142 : « Memorandum pour le Gouvernement impé (...)

67En 1912, la pression de l’épiscopat et l’accumulation des conflits avec le gouvernement poussent le Saint-Siège à une négociation diplomatique sur l’ensemble des questions pendantes. La décision de rédiger un mémorandum est prise lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires du 4 février 1912. Cette réunion a été motivée par l’accumulation à Rome d’« un matériel surabondant de tristes nouvelles et de recours angoissés de la part des catholiques de cet Empire contre la série de vexations et de persécutions, vraiment ignominieuses et insupportables par lesquelles le gouvernement russe, peu de temps après le fameux Édit de tolérance du 17 avril 1905, a déçu et s’est moqué des espérances d’un tant soit peu de liberté religieuse pour ses sujets catholiques »239. La pression de l’opinion apparaît ici comme un élément déterminant de l’action romaine. Lors de la session, Merry del Val signale que « les Polonais se plaignent que le Saint-Siège les abandonne » et Rampolla reconnaît qu’il faut faire quelque chose, « ne serait-ce que pour justifier l’action du Saint-Siège lui-même devant les catholiques ». Les cardinaux constatent également que l’attitude de temporisation a conduit à une impasse. Le cardinal Vincenzo Vannutelli, premier à s’exprimer lors de cette session, considère que le Saint-Siège ne peut plus « se taire face à une telle situation », que « les discussions verbales du cardinal Secrétaire d’État avec le ministre de Russie ne suffisent pas » et qu’il faut « quelque document écrit, quelque acte énergique ». C’est à la définition de cet « acte énergique » qu’est consacrée la discussion des cardinaux. S’appuyant sur l’histoire et sur la spécificité de la situation russe (notamment le fait qu’« avec le gouvernement russe on ne peut pas traiter comme avec les autres gouvernements »), le cardinal Rampolla distingue deux types de périodes et deux modes d’expression de la papauté sur les questions russes : « les périodes de rupture ou quasi-rupture » durant lesquelles « le Saint-Siège a agi par le moyen d’actes publics : Allocutions, Encycliques, discours publics, etc. » et « les périodes normales » durant lesquelles « le Saint-Siège a agi par le moyen de lettres particulières du Saint-Père à l’Empereur ou de lettres de la Secrétairerie d’État généralement sous la forme de mémorandums ». Pour cette fois, Rampolla propose un mémorandum dans la mesure où une lettre du pape devrait rester très générale et surtout parce que la situation lui semble trop tendue pour exposer « la dignité du pape » à un éventuel refus de réponse de la part de l’empereur, « comme il arriva à une lettre de ce type de Pie IX »240. Un mémorandum est donc rapidement rédigé et approuvé sans grandes modifications par une nouvelle session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires le 18 février 1912241. Le texte est remis le 26 février par le secrétaire d’État au ministre de Russie242. Il s’agit d’un texte assez bref, structuré en trois grandes parties.

  • 243La Civiltà cattolica publie une traduction italienne intégrale de ce texte : L’insegnamento del ca (...)
  • 244  Ces circulaires sont traduites et présentées par Mgr Skirmunt dans son voto du 6 décembre 1912 (AS (...)

68Une courte introduction rappelle les bonnes intentions du Saint-Siège à l’égard du gouvernement, comme le prouvent les invitations faites aux catholiques à la « soumission au pouvoir civil », notamment dans la lettre Poloniae Populum de décembre 1905. Cependant, les nombreuses « dispositions graves et exceptionnelles » prises par le gouvernement plongent l’Église catholique dans une « triste situation ». Le texte détaille alors, en treize points, les mesures qui entravent « l’action légitime », voire « l’existence » de l’Église. Les trois premiers points concernent la communication entre le Saint-Siège et les fidèles. Le point 1 reprend l’expression de Pie IX en 1867 qui définissait l’interdiction de communications directes comme « contraire à la divine constitution de l’Église ». Le point 2 s’inquiète des conséquences de cette communication indirecte sur la transmission et l’application de décisions pontificales. Le troisième point est plus concret et se concentre sur l’interdiction de certaines dispositions du décret Ne temere. Après avoir critiqué sévèrement le gouvernement qui aurait « anéanti presque complètement » l’oukase du 17 avril 1905 et lésé plus particulièrement les catholiques (point 4), les points 5 à 13 constituent une série de plaintes précises : « perquisitions » aux sièges des diocèses (5), condamnations de Mgr Jan Cieplak et de Mgr Stefan Denisewicz (6), ainsi que de l’évêque auxiliaire de Varsovie Mgr Ruszkiewicz (7). Dans tous les cas, le Saint-Siège regrette de n’avoir pas été consulté sur ces mesures. Les points 8 et 9 accusent le gouvernement russe de fragiliser la « dignité » des évêques catholiques en limitant leur liberté de circulation (8) et en déplaçant leurs prêtres sans les consulter (9). Les points 10 et 11 dénoncent les « obstacles » à l’admission de séminaristes ou de novices dans les congrégations religieuses. Enfin, les points 12 et 13 reviennent sur de « récentes » mesures gouvernementales sur l’enseignement du catéchisme et limitant la construction des lieux de culte. Il s’agit, d’une part, du décret du département des Affaires religieuses du ministère de l’Intérieur du 21 septembre 1911 (N° 8469) adressé à tous les supérieurs catholiques qui rappelle l’interdiction de l’enseignement religieux dans les maisons privées243 et, d’autre part, des circulaires du 19 mars 1911 (N° 2416) limitant la liberté de construction des lieux de culte à la seule restauration d’édifices et du 20 septembre 1911 (N° 8430) empêchant la récolte de fonds pour les constructions244. Le mémorandum s’achève par une brève conclusion en forme d’appel au gouvernement à tenir la « promesse solennelle » de l’oukase de tolérance de 1905, qui ne pourrait qu’affermir le « dévouement » des populations catholiques.

  • 245  ASV, Segr. Stato, rub. 284, 1911, fasc. 1, f. 71-79 : Nelidov à Merry del Val, Rome, 25.10.1912, L (...)

69Après plusieurs mois d’attente, la réponse russe arrive en octobre 1912, sous la forme d’une lettre du ministre de Russie au secrétaire d’État qui dément une à une les accusations du Saint-Siège245. Dans une brève introduction, le ministre de Russie s’étonne que la plupart des points du mémorandum concernent des « questions d’administration et de politique exclusivement intérieure » sur lesquelles le Saint-Siège n’aurait pas à s’exprimer. Le gouvernement impérial accepte toutefois de répondre à ces accusations par égard pour les nombreux sujets catholiques de l’Empire. Les treize points du mémorandum du Saint-Siège sont minutieusement examinés. Le point 1 rappelle que l’interdiction de communications directes entre le Saint-Siège et les fidèles catholiques n’est pas une nouveauté mais date de 1782, l’oukase de tolérance n’ayant pas prévu sa suppression. Au point 2, le gouvernement russe revendique son droit à confronter « les actes émanant d’une autorité étrangère » à la « législation du pays ». Le point 3 explique le changement d’attitude du gouvernement à l’égard du décret Ne temere (censure tardive de certaines dispositions) par la confiance faite aux évêques, qui auraient dû d’eux-mêmes préférer violer le décret Ne temere que les lois de l’Empire. Le point 4 est un simple démenti : selon le ministre de Russie, l’oukase d’avril 1905 est parfaitement appliqué et les cultes sont traités de façon égalitaire. Aux points 5, 6 et 7, le ministre de Russie s’emploie à montrer que, d’une part les mesures gouvernementales ont été prises sous l’effet de « justes motifs » (les perquisitions ont révélé des fraudes, les évêques punis ont violé la loi) et, d’autre part, que les « irrégularités » commises étaient uniquement des affaires intérieures et civiles, ne concernant pas le Saint-Siège. Le regard porté sur l’Église est d’ailleurs clairement bureaucratique : les curies épiscopales et les consistoires diocésains sont définis au point 5 comme « des institutions de l’État », en référence à l’article 13 du Règlement des cultes étrangers. Cette perspective se prolonge au point 8 où la limitation des déplacements des évêques est justifiée par la législation qui oblige tout « dignitaire » à ne « s’absenter de son poste » qu’avec « l’autorisation de l’autorité supérieure ». Quant aux mesures prises unilatéralement par le gouvernement au sujet de prêtres catholiques (point 9), le ministre russe rappelle que les évêques ont été consultés et qu’en cas de conflit entre les « intérêts de l’État » et ceux d’une confession hétérodoxe, ce sont les premiers qui l’emportent. Pour les points 10 et 11 concernant les difficultés du recrutement dans les séminaires et monastères, le gouvernement n’y voit que l’« affaiblissement de la vocation » ou le non-respect des procédures administratives. Au point 12 sur l’enseignement du catéchisme, le clergé est accusé de profiter de ces leçons pour s’adonner au prosélytisme et à une « influence antigouvernementale ». Enfin, le point 13 rappelle l’obligation d’obtenir l’autorisation des autorités civiles pour établir un lieu de culte. Une brève conclusion affirme que le mémorandum représente un point de vue « partial » sur la situation et serait d’inspiration polonaise : l’allusion à la « nationalité » à laquelle appartiennent de nombreux catholiques de Russie qui aurait tendance « à confondre ses intérêts politiques avec le bien de l’Église » étant transparente.

  • 246  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 2, f. 81-88 : voto du P. Ledóchowski, Rome, 27.11.1912, i (...)
  • 247 Ibid., f. 90-134 : voto de Mgr Skirmunt, Rome, 06.12.1912, italien.

70Le mémorandum vatican et le « contre-mémorandum » russe forment donc deux textes qui peuvent se lire en miroir. Ils manifestent l’impasse dans laquelle est plongé le dialogue russo-vatican à la fin de l’année 1912, chacun revendiquant la légitimité de son point de vue dans des logiques absolues et radicalement opposées. Cette réponse russe provoque chez les conseillers habituels du Saint-Siège une véritable désillusion. Le père Ledóchowski considère que « dans les présentes conditions », les « plaintes diplomatiques » sont inutiles et qu’il convient de s’orienter vers une stratégie plus religieuse de renforcement du catholicisme, notamment par l’amélioration de l’« union entre les évêques »246. Mgr Skirmunt, dans son voto de décembre 1912, souligne le paradoxe de la diplomatie vaticane qui est d’être à la fois « inutile » et nécessaire car « le Saint-Siège ne peut cesser de réclamer pour les catholiques » ne serait-ce que pour manifester aux yeux du gouvernement et du monde le lien qui unit les fidèles au pape247.

  • 248  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Appendice alla ponenza, febbraio 1913, (...)
  • 249  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 7, cf. document 61.
  • 250 Ibid., p. 4.
  • 251 Ibid., p. 5.
  • 252 Ibid., p. 6.
  • 253  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Ponenza, p. 2.
  • 254  Nous utilisons la version française réalisée après la discussion des cardinaux (ASV, Segr. Stato, (...)

71Le 16 février 1913, une session de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques revient sur l’échec du mémorandum de février 1912 autour d’un volumineux dossier de documents. La rupture des relations diplomatiques a été envisagée. En effet, l’un des documents proposé à l’attention des cardinaux est une étude intitulée « Résumé historique sur les rapports entre le Saint-Siège et le gouvernement impérial russe durant la rupture des relations diplomatiques (1865-1894) »248. Cependant, les cardinaux ne souhaitent pas abandonner la voie diplomatique. Le cardinal Ferrata souligne qu’en comparaison avec le passé la réponse russe « est de forme plus courtoise et convenable »249. Le cardinal Rampolla s’impose dans le débat en reconnaissant que la dynamique persécutrice du catholicisme est tellement forte que des changements substantiels n’arriveront qu’avec « une transformation de la Russie »250. Mais, en « attend[ant] », il propose une quadruple action : tout d’abord, une « réplique au mémorandum » afin que le « silence du Saint-Siège ne soit pas jugé comme un consentement » ; deuxièmement, il s’agit de « continuer les conversations diplomatiques ». Troisièmement, s’il ne convient pas que le Saint-Siège dénonce lui-même à l’opinion publique les vexations en Russie, « il peut toutefois le faire par des organes interposés », comme le « Parlement » en Russie où les catholiques peuvent s’exprimer, mais aussi par « la presse européenne »251. Enfin, suivant ici les suggestions des consulteurs, Rampolla propose de discipliner les évêques en leur demandant d’agir « de façon unie » et en suivant « d’abord les instructions du Saint-Siège » : cette instruction aux évêques devant être donnée de façon « secrète » et sans qu’il en reste « aucun document écrit »252. Après cette session de février 1913 est rédigé un projet de réponse à la note du gouvernement russe, qui est examiné par les cardinaux à l’occasion d’une nouvelle session de la Congrégation le 19 juin 1913253. Il s’agit cette fois d’un texte très long et détaillé254.

  • 255  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1913), fasc. unico, f. 10-42 : « Russia, Memorandum della S. Sede al G (...)
  • 256Ibid., p. 61.

72L’introduction de ce nouveau mémorandum souligne à la fois le « plaisir » provoqué par la déclaration de bonnes intentions du gouvernement russe à l’égard du Saint-Siège et la peine ressentie par le Saint-Père suite à l’assimilation des sujets de revendication à des « questions d’administration et de politique purement intérieure ». Le mémorandum fait valoir que tous les points sont religieux et qu’ils relevaient de thématiques abordées lors des négociations du concordat de 1847. L’essentiel du mémorandum est consacré à une démonstration minutieuse et argumentée sur chacun des treize points du mémorandum de février 1912. Ce nouveau mémorandum mobilise en permanence la référence aux événements de 1905. L’introduction rappelle ainsi « le doux espoir » suscité chez les catholiques par l’édit impérial (pour lequel « le Saint-Siège […] remercia la divine Providence ») et la déception ressentie après la « série de dispositifs et d’interprétations ministériels » qui « lui enlevaient, en grande partie, toute sa valeur »255. La conclusion invite le gouvernement impérial à revenir à « l’impulsion que le Magnanime Monarque voulut donner, par son édit de 1905, au mouvement religieux dans l’Empire »256.

  • 257  Sur Chełm, voir p. 50-52.
  • 258  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 32 : Pacelli à Nelidov, 16.06.1913, N°64995, frança (...)
  • 259  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 38 : « Quelques notes… ».

73Si ce nouveau mémorandum indique que le Saint-Siège persévère sur le terrain des revendications, il n’hésite pas, au même moment à adopter une stratégie de concertation sur la question de Chełm257. Le 16 juin 1913, un document officiel mais peu solennel est simplement adressé par Mgr Pacelli, alors pro-secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, au ministre de Russie. Le Saint-Siège présente cette affaire comme une violation du droit international et une remise en cause « administrative » du « territoire du royaume de Pologne fixé en 1815 dans le Congrès de Vienne, où le Saint Siège était représenté », mais s’en tient à la dimension purement ecclésiastique, à savoir le « démembrement proposé de diverses paroisses catholiques des diocèses de Lublin e[t] de Podlachie et de leur incorporation au diocèse de Louck-Jitomir [Luck-Žitomir], dans le but de régler la circonscription ecclésiastique en conformité avec celle de l’administration civile »258. Après avoir souligné l’opinion négative des évêques et des fidèles, qui pointent la faiblesse des ressources du diocèse de Žitomir et l’inconvénient que représente l’alignement de la législation à Chełm sur la législation russe, plus restrictive que celle en « vigueur dans le Royaume de Pologne », le Saint-Siège présente sa propre position. Ce dernier ne veut pas « assume[r] un rôle odieux à l’égard du peuple polonais » mais souhaiterait « accéder de quelque manière au désir du gouvernement impérial » : il propose donc de soutenir le gouvernement sur la question de Chełm à condition que soit rétabli le diocèse de Podlachie, supprimé unilatéralement en 1867, en l’étendant à « tout le territoire du gouvernement de Chelm, mais en conservant à ce diocèse la législation actuelle », décision qui aurait d’ailleurs l’avantage de « maintenir les principes d’autorité et d’ordre dans ces populations »259. Cette demande n’est finalement pas acceptée par le gouvernement mais reflète bien, dans une période pourtant très tendue, l’ouverture romaine à la négociation.

  • 260  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90), p (...)
  • 261  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 30-31 : Kakowski à Pacelli, Varsovie, 26.10.1913, (...)

74Du côté du gouvernement russe, on sait que l’impasse des relations avec le Saint-Siège a suscité un travail en interne sur le statut du catholicisme durant l’hiver 1913-1914. Dans ce cadre, le gouvernement semble avoir privilégié le dialogue avec les évêques plutôt qu’avec Rome. Nicolas Bock signale en effet dans ses mémoires que Sazonov, alors ministre des Affaires étrangères, avait fait accepter par l’empereur la création d’« un comité spécial pour les affaires catholiques, composé des ministres de tous les départements concernés ». Ce comité aurait été mis en place à l’automne 1913 sous la direction d’Anatolij Nikolaevič Kulomzin, alors membre du Conseil d’État. Au sein du Ministère des Affaires étrangères, une commission avait été établie pour préparer les travaux de ce comité : Bock affirme y avoir été nommé mais fut renvoyé à Rome dès la fin du mois de janvier 1914260. Si le comité dirigé par Kulomzin ne fut jamais réuni, l’épiscopat s’était préparé à l’événement en remettant au gouvernement un « projet de la révision des lois civiles ayant rapport à l’Église catholique en Russie » vers la fin de l’année 1913. Par ailleurs, une visite à Rome du directeur du Département des Cultes étrangers, Eugène Mienkine, était également prévue durant l’hiver261. Cependant, aucune décision importante ne semble avoir été prise dans ce cadre.

  • 262  AVPRI, f.Vatikan, op. 890, d. 38, l. 10, cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX sec (...)

75Les impasses des relations diplomatiques, bien sensibles dans le vif échange de notes diplomatiques de 1912-1913, et qui se traduisent par un réel refroidissement des liens (à la fin du pontificat de Pie X, les vœux de bonne année ne sont plus échangés et, à la mort du pontife, le tsar ne présente pas ses condoléances262) conduisent le Saint-Siège à chercher d’autres voies d’action, en particulier par la presse.

L’action publique : de la parole d’autorité à l’ère de l’opinion

  • 263  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 111-114 : lettre de Libercier du 15/28.05.1911 (cop (...)

76Si, en 1907, la presse catholique occidentale esquisse une timide critique de la répression menée par le gouvernement russe et de l’esprit de réaction par rapport aux avancées de la révolution de 1905, cette action médiatique s’accroît considérablement au début des années 1910 et se déploie en campagnes de presse pour combattre la « persécution » des catholiques. Le père Libercier, curé de Saint-Louis-des-Français de Moscou, brûle de faire connaître la situation des catholiques de Russie. Il demande au printemps 1911 au procureur général des dominicains d’informer la Secrétairerie d’État : « je ne puis garder un plus long silence et veux vous mettre au courant de ce qui se passe, dont les journaux ne disent rien à mon grand étonnement. Il n’y a que la « Correspondance Romaine » et un correspondant de « L’Action Française » qui semblent se douter de la persécution dont le président du Conseil Stolypine est l’initiateur et l’ardent propagateur »263. Des campagnes se déploient alors par vagues, en 1911-1912 et en 1914, en partant de la presse « intégriste » mais en mobilisant également les revues orientalistes et la presse confessionnelle généraliste.

  • 264  Les Cahiers contemporains ont compté 15 numéros de septembre 1910 à juin 1912 : É. Poulat, Intégri (...)
  • 265Cahiers contemporains. Documents et études du jour. 10. Un nouveau démembrement de la Pologne. Doc (...)
  • 266Cahiers contemporains. Documents et études du jour. 12, La persécution catholique dans l’Empire ru (...)
  • 267  Serge Tserkov, La persécution religieuse en Russie. Le bilan religieux de Stolypine, dans La Croix(...)
  • 268 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 49-61.
  • 269  « Le droit des Russes catholiques à la liberté de conscience ne prescrit pas : quand passera-t-il (...)
  • 270  En juin 1910, on peut y lire que « la liberté de conscience est virtuellement supprimée » (Russia  (...)
  • 271 L’oppressione del cattolicismo in Russia, dans CC, 18.11.1911 (62-IV-1474), p. 385-399.
  • 272 Vessazioni contro i cattolici in Russia, dans OR, 12.01.1911 (51-12), p. 1.
  • 273 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 61.
  • 274 Ibid., p. 50.

77La campagne de l’hiver 1911-1912 est particulièrement virulente. En 1911, deux numéros des Cahiers contemporains (revue de périodicité irrégulière reprenant en brochure des études et documents publiés déjà dans la Correspondance de Rome264) sont consacrés aux problèmes du catholicisme dans l’Empire russe : le numéro 10 sur la question de Chełm265 et le numéro 12 sur les « persécution[s] » récentes266. La Croix, vraisemblablement informée par un assomptionniste de Saint-Pétersbourg, suit le mouvement par un article du 18 novembre 1911, qui rappelle les grandes étapes de la « persécution » du catholicisme depuis 1905, dans le but de faire relativiser au lecteur catholique français le « libéralisme » de Stolypine, présenté comme le « persécuteur » « sournois » et « mesquin » des catholiques267. Pour mieux dénoncer, la presse catholique recourt fréquemment à la publication de documents officiels. Par exemple, en janvier 1912, La Civiltà cattolica publie la traduction italienne intégrale d’un décret russe sur l’enseignement du catéchisme268. Le leitmotiv de ces articles, de L’Univers269 à La Civiltà cattolica270, est que la liberté de conscience offerte par l’oukase d’avril 1905 a été dénaturée puis anéantie. Comme l’écrit un journaliste de La Civiltà cattolica : alors qu’on aurait pu croire que « l’édit de tolérance du Tsar Nicolas II allait mettre fin à l’oppression du catholicisme en Russie […] après une trêve de brève durée, on retourna complètement au vieux système, pour l’empirer encore »271. Même la rédaction de L’Osservatore romano, plutôt discrète dans ces années à l’égard de la Russie, commente en janvier 1911 la mesure censurant les actes du Saint-Siège non approuvés par le gouvernement russe : « après les fameuses concessions sur la liberté religieuse […] la liberté spirituelle des catholiques aurait pu espérer également être mieux traitée »272. La Civiltà cattolica va jusqu’à menacer le gouvernement russe de le « dénonce[r] devant tout le monde civilisé, comme forcené et cruel parce qu’il veut pousser un peuple de sujets, bien que fidèles aux lois de l’État, ou à la fellonie contre Dieu ou bien à la mort ! »273. La lutte contre la persécution en Russie devient alors l’un des volets de la bataille à mener contre « la grande presse mondiale » qui crie « à l’intolérance et à l’inquisition » lorsque des États catholiques prennent des mesures favorisant le catholicisme mais garde le silence sur les persécutions anticatholiques274. La situation en Russie offre ainsi aux catholiques occidentaux, en particulier de tendance intégriste, une occasion de victimiser le catholicisme.

  • 275  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario – Num. VII : La persécution c (...)
  • 276  C’est du moins ce que révèle l’analyse empirique : pour la série des sessions concernant la Russie (...)
  • 277  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. VIII: « Echi della perse (...)

78Ces campagnes ne restent pas sans effet sur la diplomatie vaticane : les faits exposés dans la presse sont intégrés dans le matériel de réflexion du Saint-Siège. Ainsi, la ponenza de la session du 4 février 1912 intègre-t-elle des extraits de revues comme la Correspondance de Rome, les Cahiers contemporains de la Correspondance de Rome et la Civiltà cattolica275. L’introduction de documents de presse dans une ponenza semble être une pratique assez rare276, ce qui expliquerait l’effort du rapporteur de cette session pour justifier la présence de ces documents. Il introduit ainsi le dossier des Cahiers contemporains sur la persécution en faisant valoir qu’étant donné la vigueur de la censure, les « informations [….] tirées de journaux qui se publient dans les confins mêmes de l’Empire » sont forcément « authenti[ques] » car « on ne peut pas imaginer, en Russie, de journaux, qui oseraient attribuer à la Police, au Ministère, etc., des violences et des sévices que ceux-ci n’auraient pas réellement accomplis »277.

  • 278Ibid., Procès-verbal, cf. document 59.
  • 279 Ibid.
  • 280 Ibid.
  • 281 Haerentem Diu, 22.07.1842, dans Bellocchi, III, p. 310-311.
  • 282  Texte dans L. Lescœur, L’Église catholique en Pologne… t. II… cit., p. 150-151.
  • 283 Esposizione documentata…cit., p. 2, italien.
  • 284  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 4, cf. document 59. Te (...)
  • 285  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 3.
  • 286 Ibid., p. 5.

79La session du 4 février 1912 constitue par ailleurs un moment clé où est discuté l’arbitrage entre action diplomatique et action publique278. Pour le cardinal Vincenzo Vannutelli, seul l’échec de la « Note officielle de la Secrétairerie d’État » devrait conduire le Saint-Siège à « recour[ir] à quelque publicité »279. Mais qu’entendent les cardinaux par « publicité » ? Pour le cardinal Rampolla, une action publique du Saint-Siège est un acte du pape adressé aux fidèles, aux évêques ou aux cardinaux. Dans l’histoire, le Saint-Siège a agi de la sorte uniquement dans les périodes les plus difficiles, de rupture ou quasi-rupture des relations diplomatiques280. En juillet 1842, Grégoire XVI, souhaitant lutter contre la « rumeur » selon laquelle le pape « n’[a] pas parlé […] et [a] donc trahi la cause de la Religion Catholique », expose finalement la question russe en Consistoire et accompagne son allocution de la publication de quatre-vingt dix documents, dans un dossier remis à chaque cardinal afin qu’il soit « clair pour tout le peuple fidèle que [le pape a] toujours fait [Son] devoir apostolique »281. Pie IX reprend ce style de communication : après l’« allocution improvisée » du 24 avril 1864 au collège de la Propagande282, l’allocution au Consistoire du 29 octobre 1866 est accompagnée d’une longue publication de documents destinée à « se justifier […] devant le monde catholique »283. De son côté, le cardinal Merry del Val pense également la « publicité » de l’action papale en référence aux allocutions consistoriales : il signale que le « ministre de Russie avait peur que le Saint-Père parle de la Russie dans l’Allocution du dernier Consistoire » (allocution du 27 novembre 1911) et explique cette peur par la « craint[e] que les Polonais s’excitent »284. En revanche, le cardinal Di Pietro propose un autre type de « publicité » : il souhaite « que la presse dise quelque chose de ces intolérables vexations du gouvernement russe »285. De même, pour le cardinal Ferrata, « un acte public » du Saint-Siège ne devrait être formulé qu’en cas d’échec d’un mémorandum mais, dès l’étape du mémorandum, le Saint-Siège pourrait « essayer de bouger un peu le journalisme ». Finalement, ces propositions de mobilisation de la presse ne semblent déboucher sur aucune prise de décision et le Saint-Siège préfère se limiter à la voie diplomatique sans faire « allusion » à la possibilité d’une protestation publique qui pourrait apparaître « comme une menace et […] comme un procédé peu correct » à l’égard du gouvernement russe286.

  • 287 CC, 63-2 (1485), 04.05.1912, p. 346-353 ; CC, 63-2 (1488), 15.06.1912, p. 656-683.
  • 288 Il cattolicismo in Russia. È esso perseguitato ? Risposta alla «Revue contemporaine» di Pietroburg (...)
  • 289La persécution des catholiques en Russie est-elle vraiment ce que dit la «Civiltà Cattolica» ?, da (...)
  • 290  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3 : anonyme [Benigni], « Echi della persecuzione in Russi (...)
  • 291La persécution des catholiques en Russie est-elle vraiment ce que dit la «Civiltà Cattolica» ?, da (...)
  • 292Revue contemporaine, 05/18.08.1912 (3-53), p. 225-229.
  • 293  J. Boubée, Le mouvement religieux hors de France. Russie quelques traits de persécution religieuse(...)

80Cependant, dans les premiers mois de 1912, la presse catholique occidentale poursuit sa campagne sur la situation des catholiques en Russie. Par exemple, La Civiltà cattolica publie plusieurs articles très revendicatifs, notamment sur la question de la langue russe à l’église287. Ces campagnes provoquent une polémique dans différents organes de la presse occidentale et russe. En juillet 1912, la revue des jésuites romains polémique directement avec la Revue contemporaine, un périodique parfois hebdomadaire, parfois bimensuel, publié à Saint-Pétersbourg en français et reflétant l’opinion du gouvernement288. En août 1912, le quotidien francophone L’Italie accuse La Civiltà cattolica de se laisser attirer dans « l’orbite » de la politique polonaise et de tomber dans des « exagérations panpolonisantes » au « risque de briser l’unité catholique »289. L’influence de la presse polonaise sur l’information vaticane est difficilement contestable : les archives de la Secrétairerie d’État ont, par exemple, conservé un dossier intitulé « Échos de la persécution en Russie 1910-1911 » comprenant 50 coupures de journaux de 1911 traduites en italien, le plus souvent extraites de la Gazeta Warszawska (Varsovie), Goniec (Vilna), Kurier Wileński (Vilna) et du Dziennik Kijowski (Kiev)290. Par ailleurs, sur le fond, L’Italie s’étonne qu’une « théocratie » comme le Saint-Siège « reproch[e] » à l’Empire russe « ce qu’elle a toujours fait avec acharnement » et cite le cas de l’interdiction de conversion au protestantisme à trois officiers autrichiens en 1911 qui n’a suscité à Rome aucune protestation « contre cette violation de la liberté de conscience »291. Au même moment, la presse russe, par le biais de la Revue contemporaine, contre-attaque. Le numéro du 5/18 août 1912 entend réagir à la « violente bordée de la part de la presse ultramontaine (« L’Univers et Le Monde », La « Civilta Cattolica », « la Croix » et tutti quanti), à propos de la question que nous avons résolue dans le sens négatif : « Le catholicisme est-il persécuté en Russie ? » »292. À l’automne 1912, la réponse russe au mémorandum du Vatican est communiquée sous une forme indirecte à l’opinion catholique. Un article de la presse catholique s’impose par son originalité : il s’agit de l’article de Joseph Boubée dans les Études. Cet article est si bien informé sur la situation des négociations qu’on peut supposer qu’il fut commandé par la Secrétairerie d’État. Il expose, en effet, très clairement le contenu du mémorandum du Saint-Siège de 1912 et de la réponse russe, dont il critique vivement le « cyni[sme] » et la « mauvaise foi, qui transforme les victimes en coupables ». L’article s’achève sur un constat d’échec de l’action diplomatique : « le Vatican est désarmé » par l’attitude du gouvernement et ne peut que se résoudre à se taire dans l’intérêt des âmes car « insister dans ses protestations et ses remontrances serait exposer les catholiques de Russie à des représailles plus terribles encore »293. Si cet argument est souvent utilisé pour expliquer les silences de la papauté, il est ici de courte durée.

  • 294  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 4-5, cf. document 61.
  • 295 Ibid., p. 5.
  • 296 Ibid., p. 8.

81En effet, dès février 1913, les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires reviennent sur la possibilité d’une action publique de la papauté pour « dénoncer au monde civilisé les oppressions » du gouvernement russe. Selon le cardinal Rampolla, « le Saint-Siège en aurait pleinement le droit » mais les effets seraient probablement plus négatifs que positifs. Une protestation publique du pape semble inadéquate car si les protestations de Grégoire XVI « firent quelque impression », « les temps ont changé et les questions religieuses laissent le monde civilisé presque complètement indifférent ». La forte intervention de Pie IX est jugée plutôt négativement : « ce pontife haussa bien la voix ; mais les conséquences furent : exils d’évêques et de prêtres, suppressions de couvents, suppressions de diocèses entiers, difficultés énormes du Saint-Siège pour reprendre les relations diplomatiques »294. L’ancien secrétaire d’État préfère donc une action indirecte sur l’opinion catholique, par le biais des organes politiques représentatifs en Russie où les catholiques peuvent s’exprimer mais aussi par « la presse européenne, notamment l’allemande et l’anglaise, [qui] pourrait reprocher aux Russes toutes leurs vexations contre les catholiques »295. Le cardinal Ferrata renchérit en demandant une action médiatique vraiment internationale, accomplie dans « différents pays, de sorte que le bruit soit plus général »296. Le choix d’une action médiatique internationale apparaît donc comme une alternative à la fois à la diplomatie traditionnelle et aux protestations publiques des pontifes. Finalement si la mobilisation culturelle de la presse catholique précède l’intervention vaticane et s’organise de façon autonome, la décision prise en février 1913 vient légitimer et relancer cette mobilisation.

  • 297  Cf. p. 181.
  • 298  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 127-128 : Thibaut à « Eminence », Saint-Chamond, 03 (...)

82En 1914, l’action médiatique semble avoir fait les preuves de son efficacité puisqu’on peut la brandir pour menacer le gouvernement. L’assomptionniste Jean-Baptiste Thibaut, encore en Russie297, choqué par « la persécution sans cesse grandissante […] contre les catholiques de l’empire », « écri[t] personnellement à S.[on] E.[xcellence] le ministre de l’Intérieur de Russie pour lui déclarer que même les catholiques français en avaient assez et qu[’ils étaient] prêts à ouvrir une sérieuse campagne de presse ». À peine arrivé à Paris, « [s]on intention est bien d’organiser cette campagne tout en prévenant de hautes personnalités du Gouvernement français »298. Et effectivement, à partir de février 1914, une campagne est lancée dans La Croix. On peut y lire :

  • 299  J. Thibaut, La Russie contre le catholicisme, dans La Croix, 11.02.1914 (35-9481), p. 1.

Nous sommes résolus à ne cesser d’élever la voix contre cette persécution répugnante, malgré les colères que nos articles suscitent. Et si la Russie persévère, nous accentuerons notre protestation. C’est notre devoir de catholiques. Notre situation de loyaux « alliés » ne saurait le détruire299.

  • 300La persécution du catholicisme en Russie, dans La Croix, 14.02.1914 (35-9464), p. 1 ; La Russie co (...)
  • 301La persécution du catholicisme en Russie, dans La Croix, 14.02.1914 (35-9464), p. 1.
  • 302  Les études récentes sur les pontificats de Pie IX à Pie X ont montré l’attention portée par les po (...)

83En février-mars 1914, la campagne adopte un rythme quasi quotidien : les lecteurs trouvent en première page, sous le titre « La Russie contre le catholicisme », de courts articles présentant des exemples de persécution300. Les sources de ces articles proviennent de journaux polonais, comme l’article du 14 février 1914 qui s’inspire d’un article de la Gazeta Warszawska du 28 novembre 1913 et d’un article du Kurier Warszawski du 5 décembre 1913301. Ces campagnes de presse mériteraient d’être mieux connues par des dépouillements plus amples dans différents pays occidentaux. Il s’agirait également d’éclairer les réseaux et les relais de la presse polonaise, qui alimente tant la Secrétairerie d’État que des organes de presse comme La Croix ou les revues jésuites. Une telle étude permettrait de mettre mieux en lumière un versant encore mal connu, bien que récemment défriché302, de l’action publique du Saint-Siège au tournant du XXe siècle.

La Première Guerre mondiale : impartialité et diplomatie humanitaire

  • 303  Cf. L. Pettinaroli, Entre impartialité et engagement : le Saint-Siège face aux pressions des belli (...)

84Dès l’été 1914, la diplomatie vaticane prend un cours nouveau. Le Saint-Siège revendique une attitude d’impartialité dans le conflit. Sur le terrain russe, la plupart des affaires sont mises de côté dans l’attente d’une stabilisation de la situation alors que l’extrême gravité de la situation humanitaire à l’Est pose de nouveaux défis au Saint-Siège303.

  • 304  Cf. R. Morozzo della Rocca, Benedetto XV e Costantinopoli : fu vera neutralità ?, dans Cristianesi (...)
  • 305  Sur les campagnes d’opinions croisées contre les « atrocités allemandes » ou la « barbarie » russe (...)

85Dès 1914, le Saint-Siège s’engage dans une politique d’impartialité, qui suscite d’emblée de vifs débats dans la mesure où elle s’articule sur des enjeux géopolitiques bien réels. Les « buts de guerre » russes (Constantinople, Galicie, Balkans) contrarient ainsi clairement les intérêts du catholicisme et suscitent des interventions ponctuelles de Rome304. Par ailleurs, les puissances centrales, qui disposent de plus de relais dans les milieux vaticans que l’Entente, n’hésitent pas à exercer de fréquentes pressions sur le Saint-Siège. Cette pression des Empires centraux se manifeste en particulier en 1915 et 1916 au moment de la contre-offensive sur le front oriental mais le Saint-Siège maintient généralement sa stratégie de nihil innovatur propre au contexte de guerre, tout en essayant de pourvoir au mieux aux besoins des populations. Enfin, si la pression des Empires centraux par la voie diplomatique ou par celle des épiscopats locaux fut forte, elle doit être replacée dans un contexte de contrainte généralisée des puissances belligérantes sur les neutres, notamment par les plaintes sur les « mauvais traitements » des prisonniers dans les camps de la partie adverse ou sur les « atrocités » commises à l’égard des populations civiles305. C’est d’ailleurs dans le domaine humanitaire que le Saint-Siège va proposer une réponse innovante qui lui permet de sortir de l’impasse où le plonge, dans le contexte de la guerre, sa traditionnelle diplomatie bilatérale de type concordataire.

86Les années de guerre voient se développer fortement la diplomatie humanitaire, qui peut-être définie comme le déploiement d’une action humanitaire par les voies de la diplomatie classique (acteurs étatiques et organisations internationales). La tradition caritative de la papauté prend alors une ampleur nouvelle qu’il s’agisse d’interventions diplomatiques pour des populations ou des personnalités menacées ou d’aide d’urgence aux populations.

87Dans le contexte de l’occupation russe de la Galicie autrichienne en 1914-1915, le Saint-Siège sollicite les bons offices des puissances neutres (États-Unis notamment) en faveur de Mgr Szeptyckyj et tente d’élargir l’objet de cette médiation à l’ensemble des Ruthènes de Galicie. Il intervient aussi directement à plusieurs reprises auprès du gouvernement russe, notamment pour demander la libération du métropolite Szeptyckyj et n’hésite pas à agir sur l’opinion occidentale pour dénoncer le sort réservé aux gréco-catholiques.

  • 306  Lettre à Mgr Likowski, archevêque de Gniezno et Poznané, 01.02.1915, dans AAS, 1915 (7), p. 91-92. (...)
  • 307  La lettre du secrétaire d’État à Karevičius est datée du 10 février 1917 et accompagnée d’un don d (...)
  • 308  R. B. Speed, Prisoners… cit., p. 16.

88Enfin, les populations plus particulièrement touchées par les conséquences du conflit sont l’objet des attentions du souverain pontife. Après l’appel du pape du 1er février 1915 pour la Pologne306, Benoît XV autorise en février 1917 l’évêque de Samogitie, Mgr Karevičius [Karewicz], à s’adresser aux évêques du monde pour lancer une journée de collecte en faveur de la Lituanie307. Au-delà des populations civiles, le Saint-Siège développe une importante action, plus centralisée, pour les prisonniers de guerre, problème inédit et massif qui caractérise cette guerre (1,3 million de prisonniers en Europe dès janvier 1915 et plus de 6,5 millions en 1918308).

  • 309  Ce n’est en effet qu’en février 1915 que les autorités russes permettent aux diplomates américains (...)

89En Russie, malgré les mesures prises dès 1914 par le gouvernement, la situation des prisonniers de guerre est d’emblée reconnue comme plus délicate que dans les autres pays d’autant que, dans les premiers mois du conflit, l’absence d’inspection des camps favorise les rumeurs309. Si le nombre global des prisonniers de guerre en Russie n’est pas fixé avec exactitude, on peut retenir comme vraisemblable un chiffre compris entre 2 et 2,4 millions, parmi lesquels entre 160 et 180.000 Allemands, 50.000 Ottomans : la très large majorité des prisonniers était donc originaire d’Autriche-Hongrie. Le Saint-Siège, alerté par le nonce à Vienne, intervient régulièrement de 1914 à 1916 sur la situation religieuse des prisonniers en Russie.

90La nouveauté de cette diplomatie humanitaire se double d’un engagement résolu pour la paix dans la continuité de la diplomatie de l’arbitrage promue par Léon XIII. Au-delà des dénonciations de la guerre, le Saint-Siège tente d’agir pour arrêter le conflit, qu’il s’agisse de l’intervention diplomatique de décembre 1914 en vue d’une trêve des combats pour Noël ou encore du développement de la prière pour la paix. Dans tous ces cas, le gouvernement russe, à l’unisson de son allié français, reste plutôt hostile.

91Pendant la Première Guerre mondiale, la diplomatie vaticane à l’égard de la Russie est encore plus délicate qu’en temps de paix. La plupart de ses interventions se soldent par des échecs. Cependant, la diplomatie vaticane ne se résoud pas à l’attentisme ni à de simples mesures d’urgence. Assez rapidement, Benoît XV inaugure une politique active de promotion de la paix, sous des formes à la fois diplomatiques et religieuses, mais aussi d’aide caritative aux victimes civiles et militaires du conflit.

Conclusion

92Malgré des conflits profonds, la détente inaugurée par Léon XIII se poursuit durant les premières années du pontificat de Pie X à la faveur de l’apaisement religieux en Russie. Cette détente ne signifie pas pour le Saint-Siège tranquillité ou inaction. Au contraire, à l’heure où le gouvernement cherche à régler unilatéralement (ou par un dialogue direct avec les évêques) les questions concernant le catholicisme, Rome doit s’imposer comme un intermédiaire incontournable et expérimente dans ce but toutes les stratégies possibles, du compromis aux revendications argumentées par des notes écrites en passant par la recherche de contacts personnels avec l’empereur ou certaines personnalités.

93Cependant, cette diplomatie directe enregistre de nombreux échecs dans un contexte international défavorable. De 1905 à 1914, le Saint-Siège, très isolé, ne peut que difficilement recourir aux bons offices d’autres nations dans les affaires russes. Pendant la guerre, les négociations bilatérales sont piégées par le contentieux de l’Entente avec le Saint-Siège et les perspectives ouvertes par Benoît XV, certes innovantes (recours à des puissances neuves comme le Canada ou neutres comme les États-Unis avant 1917) restent encore peu efficaces.

94Le Saint-Siège s’oriente alors vers de nouvelles voies, notamment pour toucher l’opinion publique. L’action médiatique et les interventions humanitaires sont ainsi expérimentées, souvent dans le cadre d’une diplomatie classique. Alors que, sur le terrain médiatique, le Saint-Siège est devancé par certains groupes de catholiques occidentaux (presse tenue par des familles religieuses occidentales disposant de relais missionnaires en Russie, intégristes informés par des catholiques polonais et luttant contre les « persécutions »), l’action caritative permet au Saint-Siège de s’imposer pendant la Guerre comme une force organisatrice, capable de fédérer et de mettre en relation les efforts des catholiques du monde entier. Au-delà du cas russe, l’entrée dans une dynamique humanitaire et de médiation participe d’une profonde recomposition de la diplomatie vaticane et de la place du Saint-Siège dans les relations internationales. Cependant, malgré les échecs et les difficultés sur le terrain diplomatique, la persévérance du Saint-Siège est également justifiée par l’importance stratégique et missionnaire du catholicisme de Russie.

Notes

1  Les arguments historiques sont fréquemment sollicités par les cardinaux lors des sessioni sur les affaires russes. Cf. L. Pettinaroli, Les sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : évaluation générale (1814-1938) et remarques sur le cas russe (1906-1923), dans MEFRIM, 2010 (122/2), p. 519.

2  Sur cette période, voir les sources publiées par M. J. Rouët de Journel ainsi que L. Wolff, The Vatican and Poland in the age of the partitions : diplomatic and cultural encounters at the Warsaw nunciature, Boulder, 1988 et M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo, nonce apostolique à Saint-Pétersbourg (1802-1806), Rome, 1991.

3  D. Tolstoy, Le catholicisme romain en Russie, études historiques, Paris, 1864, t. 2, p. 389-391 (citation du rescrit d’Alexandre Ier à Boutourline, nommé ministre plénipotentiaire auprès du Saint-Siège).

4  D. Tolstoy, Le catholicisme romain… t. 2… cit., p. 396.

5  S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit.

6  A. Mercati (éd.), Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 751-765 ; S. Olszamowska-Skowrońska, Le Concordat de 1847 avec la Russie. D’après les documents authentiques, dans Sacrum Poloniae Millennium, 1963 (9), p. 449-875.

7  R. Aubert, Histoire de l’Église… 21… cit., p. 22.

8 Esposizione documentata sulle costanti cure del Sommo Pontefice Pio IX a riparo dei mali che soffre la Chiesa cattolica in Russia e Polonia, Rome, 1866, p. 54, italien.

9PSZ, II, t. 41, 2e p., p. 265, n°43.879, publié le 25 nov. /7 déc. 1866 (cité par A. Boudou, Le Saint-Siège… t. 2… cit., p. 297).

10  Encyclique Cum Primum, 09.06.1832, dans Bellocchi, III, p. 160-162.

11  Allocution Multa Quidem, 22.11.1839, dans Bellocchi, III, p. 263-266.

12  Allocution au consistoire secret Haerentem Diu, 22.07.1842, dans Bellocchi, III, p. 310-311.

13  A. Boudou, Le Saint-Siège… t. 2… cit., p. 276-278. Des relations officieuses perdurent toutefois, du moins périodiquement, jusqu’en août 1877 (renvoi du prince Léon Ourousov). Voir ibid., p. 462.

14Esposizione documentata… cit.

15  Encyclique Levate, 27.10.1867, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. IV, p. 375-376, version italienne dans Bellocchi, IV, p. 288-291.

16  Sur la réception de Léon XIII par les diplomates russes, voir О. В. Серова, Папа Лев XIII в оценке российских дипломатов, dans Вопросы истории, 2009 (12), p. 115-130.

17  S. Olszamowska-Skowrońska, Les accords de Vienne et de Rome entre le Saint-Siège et la Russie 1880-1882, Rome, 1977.

18  Texte de « l’Arrangement préliminaire » du 19/31 octobre 1880, dans S.  Olszamowska-Skowrońska, Les accords de Vienne… cit., p. 337-340.

19  Texte français dans A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 1016-1018.

20  A. Boudou, Le Saint-Siège… t. 2… cit., p. 540 ; ASS, 1882-1883 (15), p. 399-409.

21  J. Hajjar, Le Vatican, la France et le catholicisme oriental (1878-1914). Diplomatie et histoire de l’Église, Paris, 1979, p. 83-84.

22  G. Berthelet, Le futur pape, Paris, 1899, p. 73-74.

23  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 84.

24  J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège au couronnement des tsars Alexandre III (1883) et Nicolas II (1896). Deux étapes dans les relations vaticano-russes, dans P. Levillain, J.-M. Ticchi (éd.), Le pontificat de Léon XIII. Renaissances du Saint-Siège ?, Rome, 2006, p. 139-147.

25  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 90. Sur Izvol’skij voir aussi ci-dessous p. 99.

26  Allocution consistoriale Nostis errorem, 11.02.1889, dans Bellocchi, V, p. 369-371.

27  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 93-95.

28  Bellocchi, VI, p. 113.

29  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 97. Voir aussi AVPRI, f. Posol’stvo v Rime, d. 2016, l. 1-7, cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 46.

30  J. Hajjar, Le Vatican… cit., p. 101-102. Sur Aleksej Borisovič Lobanov-Rostovskij (1824-1896) : БСЭ, III, t. 14, p. 585, col. 1742-1743. Lobanov aurait d’ailleurs alors évoqué avec Léon XIII le projet d’une conférence internationale pour la paix (И. С. Рубачёнок, Россия и Первая конференция мира 1899 года в Гааге [La Russie et la première conférence de la paix de 1899 à La Haye], Moscou, 2005, p. 38).

31  J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège… cit.

32  Mémoire « Raisons pour lesquelles il conviendrait d’établir une représentation permanente du Saint-Siège à Saint-Pétersbourg », 1898, cité par Е. А. Адамов, Дипломатия Ватикана в начальную эпоху империализма. 1887-1900, Moscou, 1931, p. 130-134 (orig. français) et p. 135-139 (russe).

33  J.-M. Ticchi, Aux frontières de la paix… cit., p. 201-237 ; D. Alvarez, The Holy See and the First Hague Peace Conference (1899), dans Archivum Historiae Pontificiae, 1988 (26), p. 431-438.

34  D. Alvarez, The Holy See and the First Hague Peace Conference… cit., p. 438.

35  Plutôt que d’une convention bipartite, il s’agit d’une note du secrétaire d’État du 2 avril 1897 qui liste trois points d’accord : texte dans A. Mercati, Raccolta di concordati… Vol. I… cit., p. 1098-1099.

36  A. Hudal, Die österreichische Vatikanbotschaft, 1806-1918, Munich, 1952 ; G. Franz-Willing, Die bayerische Vatikangesandtschaft 1803-1934, Munich, 1965 ; F. Hanus, Die preussische Vatikangesandtschaft, 1747-1920, Munich, 1954.

37GC, 1895, p. 682.

38GC, 1908, p. 526.

39  Sur les rangs des représentants diplomatiques, voir Ранги дипломатических представителей, dans Дипломатический словарь, Moscou, 1950, col. 482-483.

40  Le changement d’adresse annoncé dans l’annuaire de 1906 ne devant pas induire en erreur car il s’agit bien du même lieu : l’ancien palais Gonzague. Comparer GC, 1905, p. 547-548 (piazza Cardelli, 117) et GC, 1906, p. 478 (via della Scrofa, 117).

41 Н. Бок, Россия и Ватикан накануне революции (воспонинания дипломата), New-York, 1962 ; N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 90 (1961), p. 291-323.

42  N. Bock, Russia and the Vatican… cit., p. 301 et 303. Février 1913 correspond pourtant à un moment de grande tension, marqué notamment par les expulsions de religieux étrangers.

43  Z. P. Jakhimovich, Russia e Vaticano : problemi nelle relazioni diplomatiche tra XIX e XX secolo (materiali dall’Archivio di politica estera dell’Impero russo), dans SSR, 2002, p. 68.

44 БСЭ, III, t. 10, p. 57, col. 157 ; ГДРИ, p. 270-272. La longue période romaine (1894-1904) n’est malheureusement pas abordée dans ses mémoires, autrement que par une brève référence dans l’avant-propos rédigé par sa fille (H. Iswolsky, dans Mémoires de Alexandre Iswolsky. Ancien ambassadeur de Russie à Paris (1906-1910), Paris, 1923, p. XVII-XVIII).

45  Né en 1855 et mort à Constantinople (date non donnée dans la notice – mais 1930 selon certains catalogues de bibliothèques), dans Дипломатический словарь, III, p. 458-459.

46  Sur cette période romaine, voir les premières pages de ses mémoires, dans lesquelles il chante les louanges de Léon XIII, grand pape politique, et de son secrétaire d’État Rampolla, et souligne la difficulté des relations entre le Saint-Siège et la Russie sous Pie X. Selon Sazonov, la situation était tellement bloquée en 1909 qu’il demanda lui-même sa mutation ayant « compris si bien l’inutilité de [s]on séjour à Rome » (S. D. Sazonov, Les Années fatales (1910-1916), Paris, 1927, p. 9-12).

47 БСЭ, III, t. 22, p. 497, col. 1478 ; ГДРИ, p. 583-585.

48  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 958, fasc. 332, f. 19-22 : Skirmunt, « La Russia e la Santa Sede. Gennaio 1917 », Locarno, 26.01.1917.

49 Ibid., f. 23 : tél. chiffré de Gasparri à Valfrè di Bonzo, 31.01.1917.

50 Ibid., f. 25 : Zaleski à Gasparri, Rome, 18.02.1917. Sur ce personnage, voir G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 31 p. 39-40.

51  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 49-50.

52  K. Propolanis, Polskie Apostolstwo w Litwie (Szkic historyczny 1387-1912 r.), Vilna, 1913.

53  Dès 1903, Mgr Skirmunt « avertit » le Saint-Siège que Casimir Propolanis « est une personne, qui ne mérite pas la confiance » et même « un espion du gouvernement dans l’Administration de l’Archidiocèse », « parfaitement dévoué au gouvernement, lequel empêcha Mons. Klopotowsky de l’éloigner » de l’office de secrétaire de la Curie archiépiscopale de Mohilev (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 281, f. 36 : anonyme [Skirmunt], « Avvertenza », Rome, 13.07.1903, italien).

54  ASV, Fondo Benigni, fasc. 1, N°209, f. 304-305; ibid., fasc. 1, N°218, f. 320 « Propolanis rev. Casimir Vilna 1910 ».

55  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 940, fasc. 319, f. 4-7 : Skirmunt à Pacelli, Einsiedeln, 10.06.1915 et ibid., f. 9-11 : Skirmunt à Pacelli, Einsiedeln, 28.06.1915.

56  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 50-51.

57  Le journal de K. Propolenis, rédigé de 1915 à 1919, est conservé à la Bibliothèque de Vilnius : R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., n. 115 p. 50 (orig. lituanien, ici trad. de l’italien).

58  E. Astafieva, L’Empire russe…cit., p. 158-159.

59  Mémoire « Raisons pour lesquelles il conviendrait d’établir une représentation permanente du Saint-Siège à Saint-Pétersbourg », 1898, cité par Е. А. Адамов, Дипломатия Ватикана… cit., p. 130-134 (orig. français) et p. 135-139 (trad. russe).

60  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 167 : Lubomirski à Pie X (annexe à la lettre au secrétaire d’État, Rome, 05.11.1910, prot. 47766), français.

61  AVPRI, f. Vatikan, op. 890, d. 25, l. 10, cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 50.

62 DDI, Quinta serie : 1914-1918. Volume II (17.10.1914-02.03.1915), 1984, n. 1 p. 765 : T.GAB. 8793 / 635, 04.09.1914, italien.

63Ibid., doc. 882 : Carlotti (ambassadeur italien à Pétrograd) à Sonnino, T. GAB. 38/42 Pétrograd, 28.02.1915, italien.

64  Cf. L. Pettinaroli, Les sessioni… cit.

65  Sur Rafael Merry del Val : Catholicisme, VIII, col. 1236-1238 (C. Lefebvre) ; Enc. cattolica, VIII, col. 743-745 (R. U. Montini) ; sur Ferrata, DBI, 46, p. 755-760 (G. Fagioli Vercellone) ; Catholicisme IV, col. 1198-1199 (G. Jacquemet) ; DHGE, XVI, col. 1229-1234 (R. Aubert) ; Enc. Cattolica, V, col. 1195-1196 (G. Ronca) ; sur Gasparri, Catholicisme, IV, col. 1765-1768 (C. Ledré) ; DBI, 52, p. 500-507 (C. Fantappiè, R. Astorri) ; DHGE, XIX, col. 1365-1375 (R. Aubert).

66  Sur Scapinelli di Leguigno, D. Squicciarini. Nunzi apostolici a Vienna, Cité du Vatican, 1998, p. 244-246. Sur Pacelli, la bibliographie est très abondante, on se contentera de renvoyer ici à une notice récente : Pie XII, dans Enciclopedia dei papi, Rome, 2000, III, p. 632-645 (F. Traniello).

67  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1910), fasc. unico, f. 9 : Michele Lega (doyen de la Rote) à Scapinelli di Leguigno, Rome, 27.11.1909 (Sacra Romana Rota s. n.) et ibid., f. 11 : Scapinelli à Lega, 29.11.1909, N°40998.

68  Par exemple, en 1906, une demande de Mgr Szeptyckyj concernant le développement de certaines dévotions parmi les Ruthènes est transmise au Saint-Office (ACDF, SO, DV, 1907, n°10, Benigni à Lugari [assesseur], 10.10.1906, AA.EE.SS., s. n.). Voir également AA.EE.SS., III, Austria, pos. 983, fasc. 424.

69  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Les sessioni… cit.

70  Le cardinal Vincenzo Vannutelli (1830-1936) ne doit pas être confondu avec son cousin et homonyme, le dominicain Vincenzo Vannutelli (1841-1900) qui est l’auteur de plusieurs ouvrages sur les pays orientaux, notamment d’un ouvrage sur la Russie : Россия : studio religioso sopra la Russia. Appunti di viaggio. Parte prima, Rome, 1892. Cf. KBM, V, p. 211. Sur le cardinal, voir EC, XII, col. 1027-1028 (M. de Camillis) ; N. Del Re, I cardinali prefetti della Sacra Congregazione del Concilio dalle origini ad oggi (1564-1964), dans Apollinaris, 1964 (37), p. 141-142.

71  V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 48.

72  Sur S. Vannutelli, D. Squicciarini. Nunzi apostolici a Vienna… cit., p. 225-228 ; EC, XII, col. 1026-1027 (M. de Camillis).

73 DBI, vol. 1, p. 405-406 (F. Fonzi) ; S. Pagano, In tanta confusione di cose. Lettere inedite di Mons. Geremia Bonomelli al cardinale Antonio Agliardi (1897-1914), dans Dall’Archivio Segreto Vaticano. Miscellanea di testi, saggi e inventari I, Cité du Vatican, 2006, p. 356-360 ; Cronaca dell’Unione […] Russia, dans Bessarione, 06.1896 (I/2), p. 95-98 ; J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège au couronnement… cit., p. 139-147.

74  R. Tolomeo, Les Puissances et Léon XIII : la Russie, dans V. Viaene (éd.), The Papacy and the new world order : Vatican diplomacy, Catholic opinion and international politics at the time of Leo XIII (1878-1903) ; La papauté et le nouvel ordre mondial : diplomatie vaticane, opinion catholique et politique internationale, Leuven, 2006, p. 195-209.

75  Michel Bourguignon d’Herbigny (1880-1957) : originaire du Nord de la France, il entre dans la Compagnie de Jésus en 1897 et est ordonné prêtre en 1910. Il s’intéresse aux questions russes au moins depuis 1902 (et même dès 1894 selon Lesourd). Sur ce personnage, outre les notices biographiques dans Catholicisme, 5, col. 633 (Y. Congar) ; DHCJ, II, p. 1034-1035 (H. Beylard) ; DHGE, 23, col. 1375-1377 (É. Fouilloux), nous renvoyons aux deux biographies – de styles très différents – qui lui ont été consacrées : P. Lesourd, Entre Rome et Moscou. Le Jésuite clandestin. Mgr d’Herbigny, Paris, 1976 (plaidoyer en faveur du jésuite français qui en célèbre ouvertement « l’héroïsme et les vertus », ibid., p. 236) et L. Tretjakewitsch, Bishop Michel d’Herbigny SJ and Russia, A Pre-Ecumenical approach to Christian Unity, Würzburg, 1990 (ouvrage très bien informé mais plutôt à charge, notamment sur le manque d’esprit œcuménique du jésuite).

76  M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (49-133), p. 807.

77  L. Trincia, Conclave e potere politico. Il veto a Rampolla nel sistemo delle potenze europee (1887-1904), Rome, 2004, p. 216-217.

78Ibid., p. 214 et tableau 7.

79Ibid., p. 217.

80  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29 : « Europa – promemorie […] Russia ». L’inventaire des sessioni ne donne aucune indication sur une telle réunion, cependant le dossier conservé en f. 2-36 ne laisse guère de doutes quant à l’existence d’une réunion cardinalice. Il conserve, en effet, une liste des « Eminentissimi Sig[nor]i Cardinali » (Vannutelli S., Agliardi, Vannutelli V., Satolli, Rampolla, Gotti, Ferrata, Cassetta, Gennari, Cavicchioni, Steinhuber, Segna, Vives y Tutó, Cavagnis, Merry del Val) en f. 2, un « Pro-Memoria » mentionnant certaines mesures prises par le « defunto Pontefice » (f. 3-15) et un bilan sur les pays de l’« Europa » (f. 16-36).

81  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90), p. 297.

82  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1912), fasc. unico, f. 44 : trad. française de la lettre de Nicolas II (contresignée Sazonov) à Pie X pour le départ de Boulatzell, Péterhof, 13.06.1912 (orig. russe f. 33 : « ?Пi?ю Десятому, верховнѣйщему Епископу Римскія Церквии Державному Папѣ »).

83  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°988 II, 1903 : Russia, esami nei seminari di Polonia, 29 Gennaio 1903.

84  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 4, fasc. 1, f. 52-53 : Promemoria du secrétaire d’État au ministre de Russie, 19.11.1903, N°2190.

85Ibid., f. 55-56 : ministre de Russie à Merry del Val, Rome, 24.11.1903, Légation N°54, français et f. 57-58 : note du ministre de Russie à Merry del Val, Rome 16.01.1904, Légation s. n., français.

86  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 7, fasc. 3, f. 3-4 : lettre de Mgr Szeptyckyj, Vienne, 28.02.1904, français et annexe (f. 19-25).

87 Ibid., f. 6-16 : anonyme [Skirmunt], « I Seminari Cattolici nella Polonia Russa », Rome, 06.02.1904.

88  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 4, fasc. 1, f. 59-62 : mémorandum du Saint-Siège au ministre résident de Russie, 24.03.1904, N°4437, italien, transmis le 26 mars.

89  L. Pettinaroli, Les sessioni… cit., notamment p. 520-521.

90  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 281, f. 71-76 : Szembek à « Eminentissime Domine », Płock, 12.06.1903, français.

91  Même s’il existe un faisceau d’explications pour expliquer l’annulation de cette visite (hostilité des socialistes italiens, question balkanique…), la pression du Saint-Synode pour éviter une rencontre avec Pie X semble avoir joué un rôle non négligeable. Cf. le rapport de Bompard (ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg) à Delcassé (ministre des Affaires étrangères), dans DDF (1871-1914), 2e série (1901-1911), t. IV, doc. 183, p. 256. Plus largement voir G. Donnini, Un momento dei rapporti italo-russi all’inizio del secolo, la mancata restituzione della visita a Vittorio Emmanuele da parte di Nicolà II nel 1903, dans Il Politico, 1978, p. 447-467.

92  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, fasc. 289, f. 44-45 : lettre à Ropp, 16.03.1904, N°4344, latin.

93Ibid., f. 46-47 : Ropp à « Eminentissime domine » [Merry del Val], Petropoli [Saint-Pétersbourg], 18/31.05.1904, latin.

94Ibid., f. 48-49 : anonyme [Skirmunt], « Relazione di Monsignor vescovo de Ropp », Rome, 25.06.1904.

95  Il s’agit d’une lettre « personnelle [particolare] de Monseigneur sous-secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires » : ibid., f. 50 : lettre au nonce de Vienne [Granito Pignatelli di Belmonte], 04.07.1904. Nous n’avons malheureusement pas retrouvé la réponse.

96  On a le récit de l’audience de Mgr de Ropp (8 juin 1904), dans AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, fasc. 289, f. 48-49 : anonyme [Skirmunt], « Relazione di Monsignor vescovo de Ropp », Rome, 25.06.1904.

97Ibid., f. 56-59 : Pie X à Nicolas II, 16.12.1904, français. Cf. document 1.

98  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1905), fasc. unico, f. 4 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 08.02.1905, s. n.

99  Sur cette question, voir L. Pettinaroli, Le Saint-Siège face à la révolution de 1905… cit.

100PSZ, III, n°25.495, § 6.

101  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1905), fasc. unico, f. 5 : Nicolas II à Pie X, Tsarskoïé Sélo, 08.01.1905. Cette lettre a été transmise le 8 février 1905 par Narischeim à Merry del Val comme transmission de la « copie d’usage » de la lettre de l’empereur à Pie X (ibid., f. 4 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 08.02.1905, s. n.). Cf. document 2.

102  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 894, fasc. 290, f. 10 : Merry del Val au ministre de Russie, 24.02.1905, N°10359. Voir aussi supra, p. 52.

103Ibid., f. 11 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 09/22.08.1905, s. n.

104OR, 01.02.1905, 45 (26), p. 1.

105La Croix, 25.01.1905, 26 (6689), p. 1.

106OR, 01.02.1905, 45 (26), p. 1.

107OR, 31.01.1905, 45 (25), p. 2 et OR. 01.02.1905, 45 (26), p. 1.

108  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 10 : tél. de Szembek à Merry del Val, 30.04.1905 (calendrier grégorien), français.

109  Cf. document 4.

110  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 893, fasc. 289, f. 60 : lettre au ministre de Russie, 25.05.1905, N°11776, français.

111Ibid., f. 61-62 : Pie X à Nicolas II, 23.05.1905, français. Cf. document 3.

112  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 5, fasc. 2, f. 32 : anonyme [Skirmunt], « Esami nei Seminari del Regno di Polonia. Comunicato confidenziale mandato a Monsignor Vescovo di Wladislavia il 30 Maggio 1905 », Rome, 30.05.1905.

113  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 23 : Merry Del Val à Szembek, Rome, 05.07.1905, N°12476, français.

114  C’est du moins l’avis de R. Blobaum dans Rewolucja : Russian Poland, 1904-1907, Ithaca-London, 1995, p. 234.

115  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 20-22 : mémoire transmis en annexe à la lettre de Narychkine à Merry del Val, Rome, 28.06.1905 (f. 18-19), voir document 4.

116  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 10-11 : promemoria, 15.07.1905, voir document 5.

117  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 24 : anonyme [Skirmunt], « Le riforme religiose in Russia », Rome, 11.07.1905, italien. Skirmunt s’inquiétait de la nomination dans cette commission de « la fine fleur de la clique réactionnaire », en particulier de Vladimir Karlovič Sabler qui avait longtemps été l’assistant de Pobedonoscev.

118Ibid., f. 25-26 : Merry Del Val au ministre de Russie, 19.07.1905, N°12717, français.

119  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 296, f. 15-17 : anonyme [Skirmunt], 18.08.1905, italien.

120 Ibid., pos. 907, fasc. 294, f. 43-56 : « Parte di una Relazione per una ponenza rimasta sospesa. Russia-Situazione della Chiesa Cattolica. Relazione », italien, citation f. 43. La date de cette relazione est inconnue mais est postérieure à juillet 1905 (mention de la lettre du secrétaire d’État du 19 juillet) et antérieure au manifeste d’octobre, qui n’est pas mentionné dans la série des nouvelles dispositions légales.

121  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 15-16 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 07.09.1905, français, s.n.

122Ibid., pos. 906, fasc. 292, f. 30 : Narischeim à Merry del Val, Rome, 07.09.1905, s. n., français.

123Ibid., pos. 901, fasc. 291, f. 17 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.1905, N°13639.

124Ibid., pos. 906, fasc. 292, f. 31 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.1905, N°13640, français.

125  Pour la note du 28 juin, voir document 4. En septembre, Narischeim demande encore à la « Curie romaine » « d’exercer » son « pouvoir […] sur les évêques » (lettre à Merry del Val du 7 septembre 1905, AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 15-16).

126  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 901, fasc. 291, f. 17 : Merry del Val au ministre de Russie, 25.09.1905, N°13639.

127 Ribellione, dans OR, 02.07.1905, 45 (151), p. 1.

128 CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 119-120.

129OR, 12.11.1905, 45 (261), p. 1 (sur la terreur répandue à Cronstadt par les révolutionnaires en novembre 1905).

130  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 78-79 : anonyme [Skirmunt], « La Santa Sede e la Russia nella fine dell’anno 1905 », Rome, 01.12.1905.

131Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113.

132  On retrouve une telle lecture réductrice de l’encyclique dans R. Blobaum, Rewolucja… cit., p. 256.

133 La lettera pontificia e l’Episcopato della Polonia, dans OR, 07.02.1906 (46-31), p. 1.

134  Cet article est traduit par Mgr Skirmunt : AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 15, fasc. 5, f. 10-12, anonyme [Skirmunt], « Commentario all’Enciclica di S. S. Pio X, diretta il 3 dicembre 1905 ai Vescovi della Polonia Russa ».

135  « Rumeurs » que L’Osservatore romano dément énergiquement : OR, 07.02.1906, 46 (31), p. 1.

136  Ceci n’échappe pas à la sagacité des unionistes catholiques qui y voient un « signalé service au gouvernement de Nicolas II […] de nature à fortifier le rapprochement qui s’est opéré depuis un certain nombre d’années entre la Russie et le Saint-Siège » (Revue catholique des Églises, 12.1905 (II-10), p. 630).

137  Pie X, Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 111.

138  Sur la situation des juifs en 1905, voir S. Hoffman, E. Mendelsohn (éd.), The Revolution of 1905 and Russia’s Jews, Philadelphia, 2008, notamment l’article de T. R. Weeks, 1905 as a Watershed in Polish-Jewish Relations, p. 128-142.

139  L’examen de périodiques comme L’Osservatore romano ou La Civiltà cattolica – qui se font l’écho des violences antisémites en Russie – conduit à des perspectives assez différentes. En effet, les juifs, certes victimes, sont présentés comme responsables de la haine qui s’abat sur eux. Cf. aussi R. Taradel, B. Raggi, La segregazione amichevole. «La Civiltà cattolica» e la questione ebraica 1850-1945, Rome, 2000.

140  L’archevêque de Varsovie avait appelé en mars à cesser les grèves et à respecter le droit de propriété (OR, 45 (56), 09.03.1905, p. 1-2). Cet appel est renouvelé le 6 décembre 1905 par la lettre pastorale Ad populum polonum (texte latin dans AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 80-83).

141Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113.

142  N. Davies, God’s playground : a history of Poland in two volumes, Oxford, 1981, vol. 2, p. 371.

143  L’encyclique Rerum Novarum (15.05.1891) définit les grèves comme « cette maladie si commune et en même temps si dangereuse » à laquelle le « pouvoir public » se doit « de porter un remède ». Actes de Léon XIII, t. 3, Paris, s.d., p. 51.

144Actes de S. S. Pie X, t. II, Paris, 1907, p. 113. L’encyclique Il fermo proposito adressée aux évêques italiens le 11 juin 1905 valorise l’action sociale des catholiques en complément d’une action politique (texte dans Bellocchi, VII, p. 167-177).

145  Cf. R. Blobaum, Rewolucja… cit., p. 239-240. Malgré certaines initiatives en milieu ouvrier, Rerum Novarum n’a pas été discutée dans la presse polonaise avant la révolution de 1905 (le premier commentaire d’évêque sur la doctrine sociale daterait de novembre 1905 avec Mgr Kuliński de Kielce).

146CC, 06.01.1906 (57-I-1333), p. 120.

147  Après l’attentat manqué contre Stolypine, La Civiltà cattolica évoque le « règne féroce de la terreur » (CC, 15.09.1906 (57-III-1350), p. 750-751).

148La Duma vuole, dans OR, 17.05.1906, 46 (114), p. 2.

149La terza duma, dans OR, 06.11.1907, 47 (259), p. 1.

150  C’est le cas notamment pour les vieux-croyants : P. Waldron, Religious Reform after 1905 : Old Believers and the Orthodox Church, dans Oxford Slavonic Papers, 1987 (20), p. 110-139.

151  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 33-36 : mémorandum de la Légation russe, 07/20.04.1906, document 6.

152 ASS, 1907 (40), p. 519-520 et A. Mercati, Raccolta di concordati… Vol. I… cit., p. 1097-1098.

153  Mémorandum de la Légation de Russie, Rome, 07/20.04.1906, français (document 6).

154  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1909), fasc. 5, f. 20-21 : « Notice » de la Légation russe, Rome, 21.04.1906, français, cf. document 8.

155  Procès-verbal de la session du 05.07.1906 (N°1075), cf. document 48.

156  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1075, 1906. Ponenza, p. 17-44 (Sommario Num. II : voto de Skirmunt) et p. 45-48 (Sommario Num. III : voto de Sapieha).

157  Procès-verbal de la session du 05.07.1906 (N°1075), cf. document 48.

158  Citation du supplément du soir du Pravitel’stvennyj Vestnik, 23.12.1906/05.01.1907, p. 1 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 6).

159  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 6.

160Ibid., procès-verbal, cf. document 49.

161Ibid.

162CC, 20.04.1907 (58-II-1364), p. 247. Sur les tentatives d’attentat de 1907 (janvier et mai) à l’encontre de l’ancien président du Conseil des ministres, voir S. Harcave, Count Sergei Witte and the twilight of imperial Russia : a biography, Armonk, 2004, p. 239-247.

163  Voir la biographie d’A. Kozyrska, Arcybiskup Edward Ropp : życie i działalność (1851-1939), Lublin, 2004, ainsi que la notice rédigée par le même auteur dans Enc. Kat., 17, col. 290-291. Parmi les recherches récentes, on peut signaler F. von der Ropp, Eduard Baron von der Ropp. Römisch-katholischer Metropolit von Russland, dans B. Meissner, A. Eisfeld (éd.), Der Beitrag der Deutschbalten und der städtischen Russlanddeutschen zur Entwicklung des Russischen Reiches 1850-1917, Cologne, 1999, p. 345-365 et О. В. Серова, Барон вон дер Ропп, dans Вопросы истории, 2012 (11), p. 110-131.

164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 57-59 : anonyme [Skirmunt], Rome, 25.01.1906, italien (traduction d’une lettre de Ropp du 8 janvier).

165  Le motu proprio De populari actione christiana moderanda (18.12.1903) et l’encyclique Pieni l’animo (28.07.1906) adressés aux évêques italiens, modèrent, puis interdisent, les initiatives politiques de la démocratie chrétienne non contrôlées par la hiérarchie. La condamnation du Sillon en France est assurée par la lettre Notre charge apostolique (25.08.1910). Voir HC, 11, p. 535 et 630-636.

166  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 57-59 : anonyme [Skirmunt], Rome, 25.01.1906, italien (trad. d’une lettre de Ropp du 8 janvier). Sur l’action politique du clergé, notamment sur l’aile « gauche » et l’Association des Travailleurs Chrétiens fondée fin 1905 et qui mobilise environ 400 prêtres dans la région de Varsovie sans approbation épiscopale voir R. Blobaum, Rewolucja… cit., p. 246 sq.

167  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 69-73 : anonyme [Skirmunt], « Rapporto confidenziale di Monsignor Edoardo de Ropp, vescovo di Vilna (Sunto). Vilna, 12 Aprile 1906 », italien.

168 Е. А. Тончу, Государственная Дума в портретах : 27/IV-8/VII 1906, Moscou, 2006, p. 17-18. Mgr de Ropp affirme d’ailleurs que le « le triomphe des catholiques est […] parfait à Vilna », dans la mesure où aucun Russe ni Juif n’a été élu (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 8-9 : anonyme [Skirmunt], « Affari di Vilna », Rome, 03.05.1906, italien), cependant la diversité était plus grande : on comptait notamment parmi les députés de Vilna un rabbin militant sioniste, Š. H. Levin du parti KD.

169  Tél. du 27 avril, transmis début mai par Skirmunt, original français (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 8-9 : anonyme [Skirmunt], « Affari di Vilna », Rome, 03.05.1906, italien).

170 Ibid., f. 13-17 : « Rapporto confidenziale di Monsignor Edoardo de Ropp, Vescovo di Vilna, Vilna 28 Aprile 1906 », Rome, 04.05.1906.

171 А. А. Дорская, Российское законотворчество cit., p. 355-356.

172  Sur l’organisation et l’action des députés polonais à la première et à la deuxième Douma, voir E. Chmielewski, The Polish question in the Russian State Duma, Knoxville, 1970, p. 33-43.

173  Sur les modifications du processus électoral entre 1905 et 1907 et leur impact sur la composition des assemblées, voir J. Cadiot, Un Empire «un et indivisible» ? La question de la représentation politique des non Russes à la Douma après la révolution de 1905 (1905-1907), dans CMR, 2007 (48-2/3), p. 221-242, notamment p. 222 et 239.

174  Lettre de Sazonov au secrétaire d’État, 20.02.1907 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 7-12). Voir aussi AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 11-14 : Jabounine à Merry del Val, Rome, 28.02.1907, Légation N°43, français.

175  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907.

176Ibid., procès-verbal, p. 3, cf. document 49.

177  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 18-19 : Merry del Val à Ropp, 23.03.1907, N°22851, français.

178Ibid., f. 20-21 : Ropp à Kamienski [intermédiaire qui prend contact avec Mgr Skirmunt], polonais (f. 22-23 : trad. italienne).

179Ibid., f. 24-32 : Ropp à « eminentissime Seigneur » [Merry del Val], Vilna, 21.03/03.04.1907, français.

180  Les demandes d’audience sont faites le 7 avril (ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1907), fasc. unico, f. 7 : Sazonov à Merry del Val, 07.04.1907, français) et immédiatement obtenues (f. 9-10). L’audience avec Pie X est prévue pour le 12 avril.

181  J. Cadiot, Un Empire «un et indivisible» ?… cit., p. 224 et 236-237.

182  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 24-32 : Ropp à « eminentissime Seigneur » [Merry del Val], Vilna, 21.03/03.04.1907, français.

183CC, 20.04.1907 (58-II-1364), p. 250. Sur cet évêque voir ROB, 5, p. 469-473.

184  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1087, 1907. Procès-verbal, p. 1-3, cf. document 50.

185Ibid., p. 3.

186  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1909), fasc. 3, f. 105-108 : Merry del Val au ministre de Russie, 02.05.1907, N°23568.

187  Lors de la discussion avec Stolypine : « Moi. Le changement de diocèse ne dépend pas de moi. Chez nous ce sont des liens indissolubles et Rome seule peut donner une dispense. M. le M. : Comment, puisque Rome nous écrit, que cela ne dépend pas de lui et que ce n’est que vous qui pouvez consentir librement » (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, Sommario Num. I : Ropp au secrétaire d’État, Saint-Pétersbourg, 11/24.08.1907, p. 19-31). Voir aussi Ropp au secrétaire d’État, Saint-Pétersbourg, 14/27.08.1907 (ibid., Sommario Num. II, p. 32-34).

188Ibid.

189  Note du chargé d’affaires de Russie (Schilling) au secrétaire d’État, Rome, 04.09.1907, français (ibid., Sommario Num. III, p. 35-37).

190Ibid, p. 41-43 : Sommario Num. VI : Ropp à Merry del Val, Vilna, octobre 1907, français. En pièces jointes: Allegato 1 al Num. VI : Stolypine à Ropp, 08.09.1907, traduit du russe en français (p. 44) ; Allegato 2 al Num. VI : Ropp à Stolypine, Wolkowysk, 20.09.1907, traduit du russe en français (p. 45-48).

191  Ropp au secrétaire d’État, Saint-Pétersbourg, 06/19.10.1907, français (ibid., Sommario Num. VII, p. 49-52).

192  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 11-17 : document anonyme, français. L’auteur de ce document est vraisemblablement Roger Lubienski [Roger Łubieński], venu à Rome faire le compte rendu de ses audiences avec Mgr de Ropp à Saint-Pétersbourg fin octobre. Dans le même dossier, une lettre de recommandation le présente au secrétaire d’État : ibid., f. 56 : Louis Gorzski [probablement le publiciste Ludwik Górski] à Merry del Val, Varsovie, 04.11.1907, français. Sur Roger Łubieński, Enc. Katolicka, 11, col. 578-579 (Z. Skwierczyński) ; sur Górski, Enc. Katolicka, 5, col. 1388-1389 (R. Bender).

193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 9-10 : Skirmunt à Merry del Val, Baden, 25.10.1907, français.

194Ibid., f. 21-23 : supplique des « Sacerdotum Diocesiis Vilnensis » à Pie X, s. d., latin ; f. 24-40 : suppliques de prêtres du diocèse de Vilna au Saint Père, septembre-octobre 1907, latin ; f. 41-42 : supplique des professeurs du séminaire de Vilna à Pie X, 01/14.10.1907, latin.

195Ibid., f. 44-50 : supplique des prêtres lituaniens à Pie X, Vilna, octobre 1907, latin.

196Ibid., f. 58-59 : Véronique Plater Syberg à Pie X, Rome, 05.11.1907, français.

197  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 13 : Frackiewicz [Radzimińsky-Frąckiewicz] à Merry del Val, Vilna, 02/15.12.1907, latin.

198  CIC, 1917, can. 391, § 1 ; A. Bride, Chapitre de chanoines, dans Catholicisme, II, col. 940-943.

199  CIC, 1917, can. 312.

200  AA.EE.SS., III Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 54 : supplique du chapitre cathédral de Vilna à Pie X, 22.10/04.11.1907, latin.

201Ibid., f. 63-64 : Sazonov au secrétaire d’État, Rome, 29.11.1907.

202  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, p. 9, italien.

203 Ibid., p. 18.

204Ibid. Procès-verbal, p. 2-3, cf. document 51.

205 Ibid.

206  AA.EE.SS., III Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 11 : Merry del Val à Frackiewicz, Rome, 05.12.1907, N°27010. Cette lettre semble avoir été remise par l’intermédiaire du card. Pusyna (ibid. f. 9).

207  Trad. italienne de la lettre de la Chancellerie du gouverneur-général de Vilna, Kowno et Grodno au Chapitre, Vilna, 22.01/04.02.1908, N°621 (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 24-25 : anonyme [Skirmunt], « Ultima corrispondenza fra il governatore generale di Vilna ed il Capitolo di Vilna », Rome, 20.02.1908).

208  Trad. italienne de la lettre du Chapitre au gouverneur-général, Vilna, 24.01/06.02.1908, N°2 (AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 24-25 : anonyme [Skirmunt], « Ultima corrispondenza fra il governatore generale di Vilna ed il Capitolo di Vilna », Rome, 20.02.1908).

209  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 26 : Merry del Val à Pusyna, 21.03.1908, N°29021 ; f. 28 : Merry del Val à Ropp, 21.03.1908, N°29019, français ; f. 36 : Merry del Val, 13.04.1908, N°29476.

210Ibid., f. 41-42 : Ropp à Merry del Val, 07/20.04.1908, français.

211Ibid., f. 33 : Skirmunt, trad. italienne du décret du gouverneur de Vilna [D. Lubimow] du 30.03/12.04.1908 (N°5130) mettant en exécution l’ordre souverain du 21 mars à l’égard des membres du chapitre ayant été signé le 22 octobre (f. 34 : version russe).

212 Ibid., f. 53-54 : anonyme [Skirmunt], « Dopo la soppressione del Capitolo di Vilna », 04.05.1908.

213Ibid, f. 43-48 : P. Quénard, « La situation à Vilna ».

214  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 4-5 : rapport anonyme [Skirmunt], 20.05.1908, italien (traduction de la lettre de Frąckiewicz de Vilna du 15.05.1908).

215Ibid., f. 15-22 : dossier « Incidente Vescovo-Capitolo di Wilna, mag.[gio] giu.[gno] 1908 » (lettre de Mgr Ropp au Chapitre de Vilna, trad. française du texte polonais, 27.05.1908).

216  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1105, 1908. Ponenza.

217  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1107, 1908. Procès-verbal, p. 3-4, cf. document 53.

218  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 8-9 : Merry del Val à Ropp, Rome, 27.05.1908, N°30320.

219Ibid., f. 31-32 : Merry del Val à Ropp, 10.08.1908, N°31613, français.

220Ibid., f. 34-35 : Merry del Val à Michalkiewicz, Rome, 10.08.1908, latin. Cette lettre est transmise par le biais de la Légation russe (f. 33 : Merry del Val au chargé d’affaires russes, 10.08.1908, N°31612, français).

221  Correspondance entre l’archiduchesse Marie-Thérèse d’Autriche et Pie X, dans S. Pagano, L’archivio particolare di Pio X all’Archivio Segreto Vaticano, dans G. La Bella (éd.), Pio X e il suo tempo, Bologne, 2003, p. 177-180.

222  С. В. Троицкiй, Какъ живутъ и страдаютъ православные и унiаты въ Австро-Венгрiи, Pétrograd, 1914 ; A. du Chayla, L’œuvre russe hors de Russie en 1912, dans Revue contemporaine, 09/22.02.1913 (4-67), p. 69-71 et id., Nouvelles persécutions religieuses en Hongro-Russie, dans Revue contemporaine, 20.04/03.05.1913 (4-78), p. 237-240). Plus généralement, voir Il movimento panslavistico nell’Austria e nell’Ungheria, dans OR, 19.03.1914 (54-77), p. 3. Voir R. Kiszling, Die russische Orthodoxie und der Nordosten des ehemaligen Habsburgerreiches 1908-1914, dans Ostdeutsche Wissenschaft, 1962 (9), p. 287-300 et A. V. Wendland, Die Russophilen… notamment p. 425-486.

223  Sur la politique vaticane à l’égard du monde slave, voir E. Winter, Russland und die slawischen Völker in der Diplomatie des Vatikans, 1878-1903, Berlin, 1950 ; R. Tolomeo, La Santa Sede e il mondo Danubiano-Balcanico. Problemi nazionali e religiosi (1875-1921), Rome, 1996. Sur les aspects religieux, voir infra, p. 165-166.

224  R. Tolomeo, Le relazioni serbo-vaticane dal congresso di Berlino alla prima guerra mondiale, dans G. De Rosa, G. Cracco (éd.), Il papato e l’Europa, Soveria Mannelli, 2001, p. 341-380.

225  Texte dans A. Mercati, Raccolta di concordati… Vol. I… cit., p. 1100-1103.

226  Scapinelli à Merry del Val, Vienne, 15.02.1913 (AA.EE.SS., III, Austria-Ungheria, pos. 1056, fasc. 448, f. 34-37), cité dans R. Tolomeo, Le relazioni serbo-vaticane… cit., p. 364.

227  Les distinctions honorifiques décernées par le Saint-Siège sont réparties selon cinq ordres (ordre suprême du Christ, de l’Éperon d’or ou de la Milice dorée, de Pie IX, de saint Grégoire le Grand, de saint Sylvestre) souvent inspirés des ordres de chevalerie mais réglementés par la série de brefs Multum ad exercendos du 7 février 1905 : voir P. Levillain, Décorations, dans DHP, p. 543-544.

228  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1909), fasc. unico, f. 22-23 : Sazonov à Merry del Val, Rome, 04.06.1909, Légation, s. n. Citation de la note marginale en italien, vraisemblablement de Mgr Benigni.

229  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1910), fasc. unico, f. 4-6 : Boulatzell à Merry del Val, Rome, 02.11.1909, Légation de Russie s. n., français.

230 Ibid., f. 9 : Lega à Scapinelli, Rome, 27.11.1909, Sacra Romana Rota s. n. et f. 11 : Scapinelli à Lega, 29.11.1909, N°40998.

231Ibid., f. 21-24 : Merry del Val au ministre de Russie, 24.01.1910, N°41851, français.

232  Casimir Michalkiewicz, « Memoriale in causa convertendorum Schismaticorum in Dioecesi Vilnensi », 1910, latin (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. II, p. 36-37).

233  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 143-144 : Scapinelli di Leguigno à Serafini (assesseur du Saint-Office), Rome, 21.03.1912, N°56234.

234  Demandes formulées par les évêques de la province ecclésiastique de Mohilev au gouvernement (Petropoli, 27.12.1911, latin) dont la copie est transmise à Rome (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912, Ponenza, Sommario XII, p. 130-133).

235  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 51-52 : Benigni, « Ne temere in Russia », 11.03.1912.

236 Ibid., f. 59 : note de Benigni, 09.12.1910 (« mandato in foglietto di carta non d’ufficio al ministro di Russia »), français.

237  Cf. p. 77-78.

238  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 51-52 : Benigni, « Ne temere in Russia », 11.03.1912.

239  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, p. 5.

240  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 4-5, cf. document 59.

241  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1165, 1912.

242  ASV, Segr. Stato, rub. 284, 1912, fasc. unico, f. 139-142 : « Memorandum pour le Gouvernement impérial de Russie », remis avec une lettre du secrétaire d’État au ministre de Russie le 26.02.1912 (N°55761). Cf. document 9.

243La Civiltà cattolica publie une traduction italienne intégrale de ce texte : L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 49-50.

244  Ces circulaires sont traduites et présentées par Mgr Skirmunt dans son voto du 6 décembre 1912 (ASV, Seg. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 2, f. 90-134).

245  ASV, Segr. Stato, rub. 284, 1911, fasc. 1, f. 71-79 : Nelidov à Merry del Val, Rome, 25.10.1912, Légation N°235, français, cf. document 10.

246  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 2, f. 81-88 : voto du P. Ledóchowski, Rome, 27.11.1912, italien.

247 Ibid., f. 90-134 : voto de Mgr Skirmunt, Rome, 06.12.1912, italien.

248  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Appendice alla ponenza, febbraio 1913, p. 27-57 : Appendice III. Riassunto storico sui rapporti tra la S. Sede e l’Imperiale Governo Russo durante la rottura delle relazioni diplomatiche (1865-1894).

249  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 7, cf. document 61.

250 Ibid., p. 4.

251 Ibid., p. 5.

252 Ibid., p. 6.

253  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Ponenza, p. 2.

254  Nous utilisons la version française réalisée après la discussion des cardinaux (ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1913), fasc. unico, f. 10-42 : « Russia, Memorandum della S. Sede al Governo a.1914 1913 », Prot. N°66096, français, dont nous donnons l’édition partielle en document 12) plutôt que la version italienne discutée lors de la session (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Ponenza, p. 3-55 : Sommario – Progetto di « Memorandum » per il Governo Russo, italien).

255  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1913), fasc. unico, f. 10-42 : « Russia, Memorandum della S. Sede al Governo a.1914 1913 », N°66096, p. 4-5.

256Ibid., p. 61.

257  Sur Chełm, voir p. 50-52.

258  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 32 : Pacelli à Nelidov, 16.06.1913, N°64995, français. Le mémoire est donné en pièce-jointe en minutes italienne (f. 33-34) et française (f. 36-38). Cf. document 11.

259  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 38 : « Quelques notes… ».

260  N. Bock, Russia and the Vatican on the eve of the Revolution, dans Woodstock Letters, 1961 (90), p. 294 et 308-309. Sur Kulomzin, voir ГДРИ, p. 340-345.

261  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 30-31 : Kakowski à Pacelli, Varsovie, 26.10.1913, français.

262  AVPRI, f.Vatikan, op. 890, d. 38, l. 10, cité par V. P. Gajduk, Russia e Vaticano tra XIX e XX secolo : il dialogo secondo materiali d’archivio inediti, dans SSR, 2002, p. 50. En fait, la situation est plus complexe. Une lettre de condoléances adressée aux cardinaux pour la mort de Pie X est envoyée tardivement (29 septembre 1914), le même jour que la lettre de félicitations à Benoît XV pour son élection (ASV, Segr. Stato, Morte di Pontefici e Conclavi, sc. 29/B, fasc. 1, f. 534 et 537).

263  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 111-114 : lettre de Libercier du 15/28.05.1911 (copie transmise par un dominicain le 12 juin, cf. ibid., f. 107). Original en AGOP, XIII, 91050.

264  Les Cahiers contemporains ont compté 15 numéros de septembre 1910 à juin 1912 : É. Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral : un réseau secret international antimoderniste, La «Sapinière» (1909-1921), Tournai, 1969, n. 8 p. 472.

265Cahiers contemporains. Documents et études du jour. 10. Un nouveau démembrement de la Pologne. Documents et aperçus sur le côté religieux de la question de Chelm, Rome, 1911.

266Cahiers contemporains. Documents et études du jour. 12, La persécution catholique dans l’Empire russe en 1911, Rome, 1911, 63 p.

267  Serge Tserkov, La persécution religieuse en Russie. Le bilan religieux de Stolypine, dans La Croix, 18.11.1911 (32-8794), p. 3. Il s’agit probablement d’un pseudonyme (« cerkov’ » signifiant « église » en russe). Le curé de Saint-Louis-des-Français juge cet « article juste et modéré » et signale qu’on l’« attribue à un des deux Pères Assomptionnistes en résidence à S. Pétersbourg » (AGOP, XIII, 91050, Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 12/25.11.1911).

268 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 49-61.

269  « Le droit des Russes catholiques à la liberté de conscience ne prescrit pas : quand passera-t-il de la liste des édits à la liberté des faits ? » (Skarga, Le catholicisme en Russie et les édits de 1905, dans L’Univers, 22.11.1911 (78-N°15.500), p. 1-2). Ici aussi il s’agit peut-être d’un pseudonyme, « skarga » signifiant « plainte » en polonais.

270  En juin 1910, on peut y lire que « la liberté de conscience est virtuellement supprimée » (Russia – Nostra corrispondenza, dans CC, 18.06.1910 (61-II-1440), p. 751) et, en juillet 1912, que « le gouvernement russe a sciemment et intentionnellement dénaturé dans la pratique le sens de l’oukase impérial du 17 avril 1905 » (Il cattolicismo in Russia è esso perseguitato ? Risposta alla « Revue contemporaine » di Pietroburgo, dans CC, 20.07.1912 (63-III-1490), p. 129).

271 L’oppressione del cattolicismo in Russia, dans CC, 18.11.1911 (62-IV-1474), p. 385-399.

272 Vessazioni contro i cattolici in Russia, dans OR, 12.01.1911 (51-12), p. 1.

273 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 61.

274 Ibid., p. 50.

275  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario – Num. VII : La persécution contre les catholiques dans l’empire russe, dans Correspondance de Rome, 18.11.1911 (p. 49-54) ; Num. VIII : Echi della persecuzione in Russia 1910-1911 (p. 55-85) qui consiste en une sélection d’articles de presse choisis par la rédaction de Correspondance de Rome ; Num. IX : La persécution prétexte à une autre encore pire, dans Cahiers contemporains de la Correspondance de Rome, n. 12, 1911 (p. 86-100) ; Num. X : L’insegnamento del catechismo in Russia, dans La Civiltà cattolica, Quad. 1477, 06.01.1912 (p. 101-115).

276  C’est du moins ce que révèle l’analyse empirique : pour la série des sessions concernant la Russie depuis 1905, on ne connaît qu’un exemple antérieur, il s’agit d’une information de la Corrispondenza Romana sur le cas Ropp du 15.11.1907 (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, Sommario Num. VIII, p. 53-55).

277  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. VIII: « Echi della persecuzione in Russia 1910-1911 » (p. 55-85), italien.

278Ibid., Procès-verbal, cf. document 59.

279 Ibid.

280 Ibid.

281 Haerentem Diu, 22.07.1842, dans Bellocchi, III, p. 310-311.

282  Texte dans L. Lescœur, L’Église catholique en Pologne… t. II… cit., p. 150-151.

283 Esposizione documentata…cit., p. 2, italien.

284  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 4, cf. document 59. Texte de l’allocution dans AAS, 1911 (3), p. 585-590.

285  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1164b, 1912. Procès-verbal, p. 3.

286 Ibid., p. 5.

287 CC, 63-2 (1485), 04.05.1912, p. 346-353 ; CC, 63-2 (1488), 15.06.1912, p. 656-683.

288 Il cattolicismo in Russia. È esso perseguitato ? Risposta alla «Revue contemporaine» di Pietroburgo», dans CC, 20.07.1912 (63-III-1490), p. 129-145.

289La persécution des catholiques en Russie est-elle vraiment ce que dit la «Civiltà Cattolica» ?, dans L’Italie, 02.08.1912, 53e année-N°215, p. 1.

290  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3 : anonyme [Benigni], « Echi della persecuzione in Russia 1910-1911 » ; parties « A-B » (f. 145-158) et partie « C » (f. 124 -135).

291La persécution des catholiques en Russie est-elle vraiment ce que dit la «Civiltà Cattolica» ?, dans L’Italie, 02.08.1912, 53e année-N°215, p. 1.

292Revue contemporaine, 05/18.08.1912 (3-53), p. 225-229.

293  J. Boubée, Le mouvement religieux hors de France. Russie quelques traits de persécution religieuse, dans Études, 1912 (49-133), p. 853.

294  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 4-5, cf. document 61.

295 Ibid., p. 5.

296 Ibid., p. 8.

297  Cf. p. 181.

298  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 127-128 : Thibaut à « Eminence », Saint-Chamond, 03.02.1914.

299  J. Thibaut, La Russie contre le catholicisme, dans La Croix, 11.02.1914 (35-9481), p. 1.

300La persécution du catholicisme en Russie, dans La Croix, 14.02.1914 (35-9464), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme, dans La Croix, 16.02.1914 (35-9485) ; La Russie contre le catholicisme, dans La Croix, 27.02.1914 (35-9495), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme. Les visions du «Novoié Vrémia», dans La Croix, 28.02.1914 (35-9496), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme. Diviser pour régner, dans La Croix, 03.03.1914 (35-9498), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme. Jusqu’en Chine, dans La Croix, 04.03.1914 (35-9499), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme. Au malheureux pays de Chelm ; Encourageons l’orthodoxie, dans La Croix, 06.03.1914 (35-9501), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme en Autriche-Hongrie et dans les Balkans, dans La Croix, 07.03.1914 (35-9502) ; La Russie contre le catholicisme. Une persécution suggestive. Destitution d’un curé polonais, dans La Croix, 08/09.03.1914 (35-9503), p. 1 ; La Russie contre le catholicisme. Brelan de condamnations, dans La Croix, 15/16.03.1914 (35-9509), p. 1.

301La persécution du catholicisme en Russie, dans La Croix, 14.02.1914 (35-9464), p. 1.

302  Les études récentes sur les pontificats de Pie IX à Pie X ont montré l’attention portée par les pontifes à la presse écrite : V. Viaene, Wladimir Czacki, the Legacy of the Geneva Committee and the Origins of Vatican Press policy from Pius IX to Leo XIII, dans E. Lamberts (éd.), The Black International, 1870-1878 : the Holy See and militant catholicism in Europe, Bruxelles-Rome, 2002, p. 231-255 ; A. M. Dieguez, «Se fossi papa proibirei tutti i giornali». La stampa di Pio X, dans M. Benedetti, D. Saresella (eds.), La riforma della Chiesa nelle riviste religiose di inizio Novecento, Milan, 2010, p. 13-26.

303  Cf. L. Pettinaroli, Entre impartialité et engagement : le Saint-Siège face aux pressions des belligérants sur le front russe (1914-1917), dans I. Bockting, B. Fonck, P. Piettre (éd.), 1914 : neutralités, neutralismes en questions, Berne, 2016, à paraître.

304  Cf. R. Morozzo della Rocca, Benedetto XV e Costantinopoli : fu vera neutralità ?, dans Cristianesimo nella storia, 1993 (14), p. 375-384.

305  Sur les campagnes d’opinions croisées contre les « atrocités allemandes » ou la « barbarie » russe, voir J. Horne, A. Kramer, German atrocities, 1914 : a history of denial, New Haven, 2001, notamment p. 227-326.

306  Lettre à Mgr Likowski, archevêque de Gniezno et Poznané, 01.02.1915, dans AAS, 1915 (7), p. 91-92. Selon H. Fokciński, l’intervention de Skirmunt a été décisive dans cette décision de Benoît XV (Skirmunt, Kazimierz, dans PSB, t. 38, p. 177).

307  La lettre du secrétaire d’État à Karevičius est datée du 10 février 1917 et accompagnée d’un don de 20.000 francs (ASV, Arch. Nunz. Baviera, 385, fasc. 1, f. 151). Document publié et accompagné de la lettre de Karevičius aux évêques du monde, dans R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., doc. 18, p. 245-249.

308  R. B. Speed, Prisoners… cit., p. 16.

309  Ce n’est en effet qu’en février 1915 que les autorités russes permettent aux diplomates américains de visiter les camps : R. B. Speed, Prisoners… cit., p. 111-112.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540