Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Première partie. 1905-1917 : convertir une Russie en mutation

Chapitre 1. La Russie vue de Rome, une marge préoccupante

Texte intégral

Introduction : une marginalisation héritée

  • 1  Certains historiens proches du catholicisme ont souligné les incertitudes sur les « influences [so (...)
  • 2  V. Vodoff, Naissance de la chrétienté… cit., p. 315-317.
  • 3  Malgré l’appel d’Innocent IV à la croisade pour aider Daniel « roi des Russes » en 1253 (A. Welyky (...)
  • 4  E. Astafieva, L’Empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-190 (...)
  • 5  En 1492, le métropolite de Moscou, Zozime, définit la filiation des trois Rome et, vers 1520, le m (...)
  • 6  L’union de Brest (Brest-Litovsk, aujourd’hui en Biélorussie) est la réunion au catholicisme d’une (...)
  • 7  C’est d’ailleurs dans ce contexte que l’expression de « Sainte Russie » (Svâtorusskaâ zemlâ) appar (...)
  • 8  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 38-39.
  • 9  PSZ, I, t. IV, N°1910, p. 193-194, cité par F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russ (...)
  • 10  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., n. 124 p. 43.
  • 11  Une instruction d’avril 1769 insiste sur la nécessité pour les sujets non orthodoxes de pratiquer (...)
  • 12  A. Theiner, Vicissitudes de l’Église Catholique des deux rites en Pologne et en Russie, Paris, 184 (...)

1Les conditions de l’évangélisation de l’Europe orientale expliquent la faiblesse des liens entre Rome et la Rus’. Même si certains liens sont attestés avec le monde germanique, c’est sous l’influence de Byzance que Vladimir reçoit le baptême en 988 à Kiev1. Si certaines sources russes expriment une hostilité à l’égard du monde latin dès le XIe siècle, celles-ci émanent souvent de prélats grecs et n’empêchent pas de fréquents contacts avec les Latins, comme en témoignent certaines alliances matrimoniales princières (Anne, fille de Iaroslav, avec le roi de France Henri Ier en 1048) ou encore l’adoption de cultes d’origine latine. C’est ainsi que la fête de la translation de saint Nicolas à Bari (les reliques de saint Nicolas, archevêque de Myre en Lycie, mort vers 345, avaient été récupérées en 1086 par des marchands italiens dans un territoire passé aux mains des Turcs Seldjukides) qui n’existait pas à Byzance était célébrée dans la Rus’ de Kiev le 9 mai et constituait un culte très populaire2. C’est finalement moins le schisme de 1054 que l’isolement né de la domination mongole (XIIIe-XVe siècles) qui contribua à opposer la chrétienté russe à la chrétienté latine. Cette domination s’instaura dans la quasi-indifférence de la chrétienté d’Occident3 et on vit apparaître à partir du XIVe siècle des chroniques russes hostiles aux catholiques, assimilant « foi latine » et « foi polonaise »4. À partir du milieu du XVe siècle, la puissance russe s’affirme en reprenant l’héritage de Byzance (thème « troisièmeromiste » développé dès 14925) et en s’appuyant sur le pivot de l’orthodoxie. La récupération de symboles politiques byzantins s’accompagne de la revendication d’une mission au sein du monde orthodoxe. L’autocéphalie de Moscou (1448) et la proclamation du patriarcat (1589) apparaissent comme des affirmations d’indépendance religieuse et nationale dans des contextes marqués par les recherches latines de l’union (Concile de Florence en 1439, Union de Brest en 1595). Aux XVIe et XVIIe siècles, l’expansion de la Pologne vers l’Est se traduit par l’intégration politique des minorités orthodoxes de Galicie et de Lituanie (1569), puis par leur intégration religieuse au sein d’un catholicisme de rite oriental lors de l’union de Brest (1595-96)6, avant de culminer lors du Temps des troubles (prise de Moscou par les Polonais en 1610)7. Le catholicisme latin est identifié à une Pologne conquérante alors que l’uniatisme est interprété comme une manœuvre politique plutôt que comme un effort de réunion religieuse. Pour protéger la Russie de la menace catholique, le Sobornoe Uloženie (Code des lois) de 1649 prévoit de nombreuses interdictions concernant le catholicisme (construction de lieux de cultes, mariages mixtes)8. C’est dans ce contexte que l’expansion de la Russie vers l’Occident au XVIIIe siècle fait entrer dans l’Empire des territoires peuplés de non-orthodoxes (pays baltes, 1710 ; Carélie, 1721). Alors que Pierre le Grand muselle l’Église nationale (suppression du patriarcat de Moscou et instauration du Saint-Synode), le Manifeste de tolérance du 16 avril 17029 (qui inspire « l’oukase du 12 décembre 1705 consacré spécialement à l’Église catholique »10) assure la liberté de culte aux étrangers, d’ailleurs invités à immigrer dans les années 176011. Cependant, l’importance des transformations territoriales de la fin du XVIIIe siècle accélère la constitution d’un cadre institutionnel pour le catholicisme : on passe alors de l’époque de la « tolérance » à celle des « traités » et le catholicisme est progressivement corseté par un « droit rigoureux »12.

2Le catholicisme apparaît ainsi au début du XXe siècle comme une religion minoritaire et marginalisée dans l’Empire, qui suit également une trajectoire originale par rapport aux catholicismes européens.

Le catholicisme en Russie : une religion marginale

  • 13  A. Kappeler, La Russie, empire multiethnique, Paris, 1994.

3Le catholicisme constitue l’un des éléments, aux dimensions tant religieuses que nationales, qui fait de la Russie un « empire multiethnique »13. Il convient d’évaluer l’importance statistique du catholicisme et l’efficacité des efforts de russification développés à son égard, avant d’aborder les effets spécifiques de la révolution de 1905 sur cette « religion étrangère ».

Une minorité religieuse dans un Empire multiconfessionnel

4Si le catholicisme participe de la multiconfessionalité de l’Empire russe, il n’échappe pas lui-même, en ce début de XXe siècle où se structurent de nouvelles identités nationales, à une multiethnicité conflictuelle, avant que l’épreuve de la Première Guerre mondiale ne pose la question de l’étrangeté en termes de trahison potentielle.

Une minorité considérable

  • 14  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes. Le Pays et les habitants. Les Institutions. L (...)
  • 15  Nous suivons ici les résultats présentés par H. Bauer, A. Kappeler, B. Roth (hrsg.), Nationalitäte (...)

5Le catholicisme n’est pas l’affaire d’une minorité insignifiante. Anatole Leroy-Beaulieu notait en 1889, comme pour souligner le potentiel subversif de cette confession : « l’Empire russe compte plus de 10 millions de catholiques, soit autant que la Belgique et l’Irlande réunies »14. Le recensement de 1897, dont la question 11 est consacrée à la confession religieuse, démontre à la fois le caractère largement majoritaire de l’orthodoxie (87 millions de fidèles, 70 % de la population de l’Empire) et l’importance des quatre confessions qui réunissent plusieurs millions de fidèles : l’islam (13,9 millions, 11 %), le catholicisme (11,5 millions, 9 %), le judaïsme (5,2 millions, 4 %) et le luthéranisme (3,4 millions, 3 %)15.

Une religion polonaise ?

  • 16  G. Simon, Konstantin Petrovič Pobedonoscev und die Kirchenpolitik des Heiligen Synod, 1880-1905, G (...)

6Au début du XXe siècle, après de longues décennies de polonisation des élites ruthènes et lituaniennes, l’Église catholique reste de langue et de culture polonaise. Cependant l’identification entre le catholicisme et l’identité polonaise n’est plus une évidence. Tout d’abord, d’un point de vue statistique, si 70 % des catholiques de l’Empire sont de nationalité polonaise, les autres nationalités ne sont pas négligeables : 11 % sont de nationalité lituanienne, 4 % de nationalité biélorusse, 2 % de nationalité lettone, 1 % de nationalité ukrainienne. Les 10 % restants sont dispersés dans les régions de la Volga et de la mer Noire (souvent alors d’origine allemande), ainsi qu’en Sibérie16. Cette diversité se traduit par des tensions : les catholiques des différentes nationalités revendiquent leur originalité face à l’hégémonie polonaise, notamment les Ruthènes, Lettons et Lituaniens.

  • 17  S. Merlo, All’ombra delle cupole d’oro : la Chiesa di Kiev da Nicola II a Stalin (1905-1939), Mila (...)
  • 18  Les ouvrages de Daniel Beauvois éclairent les soubassements économiques, sociaux et religieux des (...)
  • 19 Nostre corrispondenze – Russia, dans CC, 19.08.1905 (56-III-1324), p. 507.
  • 20  A. V. Wendland, Die Russophilen in Galizien : Ukrainische Konservative zwischen Österreich und Rus (...)
  • 21 Agitazione scismatica in Galizia, dans CC, 07.02.1914 (65-I-1527), p. 300-312 et CC, 21.03.1914 (6 (...)

7L’identité « ukrainienne » cherche des jalons identitaires dans diverses voies religieuses, de la revendication de l’autocéphalie au sein de l’orthodoxie au développement du catholicisme de rite oriental17. La question « ukrainienne » est lancinante dans les années qui suivent 1905 et ravive les tensions anciennes entre Ruthènes et Polonais18. C’est le cas tout d’abord dans la région de Chełm en 1905 lorsqu’ont lieu des conversions de masse au catholicisme. Les Polonais reprochent alors aux Ruthènes d’avoir suscité des prêtres apostats tandis que les Ruthènes accusent les Polonais de profiter de la situation pour absorber 500.000 de leurs compatriotes. La Civiltà cattolica refuse alors de se « ranger en faveur des uns ou des autres » et se « limit[e] à faire des vœux pour que les antinomies nationales ne troublent pas la joyeuse aurore du catholicisme en Russie »19. Cependant, au-delà même des frontières de l’Empire russe, la question ruthène recouvre aussi des enjeux internationaux en Galicie autrichienne. En effet, bien qu’elle n’ait jamais appartenu à l’Empire russe, la Galicie est perçue par certains Russes au début du XXe siècle comme une terre proche, voire une « deuxième Chełm », pour laquelle sont déployés des efforts politiques et culturels mais aussi religieux sous l’influence de Mgr Antoine (Hrapovickij) qui est archevêque de Volhynie et Žitomir de 1902 à 1914 et de Mgr Euloge (Georgievskij) évêque de Holm de 1905 à 1914 (à partir de 1912, il porte le titre d’archevêque)20. Cette action russophile en Galicie autrichienne inquiète la presse romaine : en prenant part à des institutions culturelles russophiles, les prêtres uniates accréditent une relecture de l’histoire dans un sens russificateur et antilatin et, en se concentrant sur la lutte nationale, désertent les rangs du parti chrétien social21.

  • 22  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 71-77 : Skirmunt, « Ragguaglio confidenziale relati (...)
  • 23  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 31-33 : mémoire au Saint-Père, mai 1912.

8Au-delà de la question ukrainienne, les nationalités baltes s’éveillent également. Les revendications des catholiques de nationalité lettone se font connaître au début des années 1910, notamment sous la forme d’une supplique à Pie X datée de 191222. Cette supplique demande une meilleure représentation nationale de l’élément letton en particulier par « la nomination d’un lette au siège épiscopal du suffragant de Livonie » et « l’enseignement de la langue lette » à l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg23.

  • 24  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., notamment l’édition de documents p. 169-799.
  • 25  Cf. D. Staliūnas, Making Russians : Meaning and Practice of Russification in Lithuania and Belarus (...)
  • 26  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29 (note sur la situation en Euro (...)
  • 27  Voir p. 120-129.
  • 28  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 29-30 : anonyme [Skirmunt], « Ultime notizie da Vi (...)
  • 29  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 57 : rapport remis par le ministre de Russie le 11. (...)
  • 30  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 933, fasc. 312, f. 2-11 : anonyme [Skirmunt], « Diocesi di Vilna (lug (...)
  • 31  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Appendice alla ponenza, febbraio 1913, (...)

9Cependant, la nationalité la plus active semble alors avoir été le mouvement lituanien sur lequel les archives vaticanes conservent une vaste documentation24. Au XIXe siècle, le clergé catholique soutient le mouvement d’affirmation de l’identité culturelle et linguistique lituanienne. Après le soulèvement de 1863, le gouvernement russe favorise le mouvement lituanien dans l’objectif de détacher les Lituaniens des revendications nationales polonaises : les livres lituaniens sont interdits à la publication en caractères latins et doivent emprunter les caractères cyrilliques entre 1864 et 190425. Ce soutien du gouvernement russe, conjugué à la revendication de Vilna comme capitale lituanienne, explique l’embrasement du conflit polono-lituanien : dès 1903, l’« agitation lituanienne » constitue l’un des quatre principaux sujets d’inquiétude du Saint-Siège au sujet de la Russie26. Dans le contexte de l’affaire Ropp en 1907 (l’évêque de Vilna menacé de destitution par le gouvernement russe)27, les tensions entre Polonais et Lituaniens s’accentuent. Selon Mgr Skirmunt, l’opposition à Mgr de Ropp devrait être interprétée comme un « mouvement antipolonais », les Lituaniens espérant ainsi obtenir « un évêque nationaliste lituanien pour Vilna »28. Dans ce diocèse, des conflits éclatent, parfois violemment. En 1912, dans l’église de Radoube, un prêtre veut prêcher en lituanien mais les Polonais se mettent à chanter pour couvrir ses paroles : une bagarre s’ensuit, ainsi qu’un procès29. En 1913, un office en lituanien dans l’église Saint-Jean (Vilna) pour le mois de Marie est paralysé par des chants polonais : l’administrateur apostolique doit alors interdire toutes les cérémonies prévues pour ce mois30 ! La tension est telle que les cardinaux de la Congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaires doivent se pencher en février 1913 sur cette « question lituanienne »31. Cependant, à la veille de la guerre, aucune solution viable ne semble se dessiner pour ce diocèse déjà très affecté par l’absence d’évêque.

L’épreuve de la Première Guerre mondiale : les catholiques suspects de trahison

  • 32  Cf. M. von Hagen, The Great War and the Mobilization of Ethnicity in the Russian Empire, dans J. S (...)

10L’entrée en guerre donne une actualité nouvelle aux questions nationales32, notamment à deux questions très liées au catholicisme : l’autonomie de la Pologne et les relations avec les populations « ukrainiennes ». Dans les deux cas, la fidélité de ces populations situées sur les marches occidentales de l’Empire se pose avec acuité dans un contexte d’affrontement militaire.

  • 33  Les paragraphes qui suivent sont fondés sur P. S. Wandycz, The First World War and the Rebirth of (...)
  • 34 Moti nella Polonia russa, dans OR, 10.08.1914 (54-216), p. 1 (version italienne).
  • 35 L’autonomia della Polonia. Un manifesto del Granduca Nicola, dans OR, 17.08.1914 (54-223), p. 1 (v (...)
  • 36  Cf. p. 58-59.

11Pour s’assurer la fidélité des sujets de nationalité polonaise et sous la pression concurrente des empires centraux, l’Empire russe fait des déclarations favorables à une autonomie accrue de la Pologne33. Dès le 15 août 1914, en réponse à l’appel de l’Autriche au peuple polonais à abandonner le joug russe et à se rallier à la civilisation occidentale34, le grand-duc Nicolas, commandant en chef des armées, lance un vibrant appel aux Polonais : cette déclaration, aux accents messianiques, appelle à un combat pour réunir les terres polonaises sous le sceptre du tsar russe35. Cette proclamation, préparée au MID, est prolongée par plusieurs réunions du Conseil des ministres en novembre 1914 qui abordent l’étendue de l’autonomie administrative et les mesures religieuses à prendre en Pologne. Malgré une position assez ouverte de Sazonov (qui souhaitait notamment supprimer toutes les mesures religieuses vexatoires), les décisions prises restent limitées. Cependant, sous l’impulsion du groupe polonais de la Douma et du nouveau Gouverneur-Général de Varsovie, le prince Engalyčev, le Conseil des ministres rédige en mars 1915 un nouveau rapport prévoyant notamment la suppression de toutes les restrictions imposées à l’Église catholique en Pologne. Cependant, la pression contradictoire des Polonais consultés (qui trouvent ce projet trop frileux) et des réactionnaires russes (qui refusent toute entorse à l’autocratie par une autonomie locale) complique les choses. L’étude de la question polonaise s’enlise et ne débouche sur aucune solution concrète alors que le territoire polonais passe intégralement sous la domination des puissances centrales en septembre 1915 (les Allemands contrôlent le Gouvernement militaire de l’Ober-Ost et le Gouvernement-Général de Varsovie ; les Autrichiens le Gouvernement-Général de Lublin)36.

  • 37  Dès le 15 novembre, la diplomatie russe avait informé le cardinal Gasparri que la Russie considéra (...)

12La question polonaise se joue alors également au sein des empires centraux. Malgré les réticences autrichiennes (qui craignent que les promesses d’indépendance en Pologne ne donnent des idées aux Ukrainiens), la création d’un État polonais autonome s’impose progressivement au sein des puissances centrales. Les victoires de Brussilov contre l’Autriche pendant l’été 1916 accélèrent le processus et, le 5 novembre 1916, est créé un État polonais sous domination allemande embrassant les gouvernements de Varsovie et de Lublin notamment dans le but d’y lever une armée. Cette situation, évidemment critiquée par la Russie37, met toutefois en évidence l’inefficacité du gouvernement pour modifier la situation en Pologne, notamment quant au statut de l’Église catholique.

  • 38  C. J. Smith, The Russian struggle… cit., p. 11.
  • 39  M. von Hagen, War in a European borderland : occupations and occupation plans in Galicia and Ukrai (...)
  • 40  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Les clergés catholiques en Russie au temps de l (...)
  • 41  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1051, fasc. 446, f. 2 : tél. chiffré de Scapinelli di Leguigno à Fer (...)
  • 42 Ibid., pos. 983, fasc. 424, f. 3 : tél. chiffré de Ferrata à Scapinelli di Leguigno, 03.10.1914, i (...)
  • 43  André Szeptyckyj (1865-1944), évêque catholique de rite grec de Stanislaopoli (1899) et archevêque (...)
  • 44  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 16, cf. document 63.
  • 45 Ibid., n. 1 p. 17.
  • 46  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 492, f. 8-9 : Scapinelli di Leguigno à Gasparri, Vienne, (...)
  • 47Ibid., f. 46-47 : Stagni à Gasparri, 14.01.1915, Délégation Ottawa N°12065.
  • 48  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1915), fasc. unico, f. 73 sq : Skirmunt, « Russia. Archidiocesi di Moh (...)
  • 49  Cf. М. И. Одинцов, «Вся его работа проникнута крайней враждой по отношению к России». Документы, п (...)
  • 50  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 492, f. 50-51 : mémorandum de la Légation impériale de R (...)
  • 51Ibid., fasc. 493, f. 35-39 : photographie du document de Szeptyckyj en allemand, daté Lwow (sic), (...)
  • 52  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 493, f. 38 : Szeptyckyj, Lwow, 12-15.08.1914, allemand.
  • 53Ibid., f. 31-33 : Sazonov à Gasparri, Pétrograd, 01/14.07.1916.
  • 54  Voir infra, p. 258.

13Cependant, la question polonaise n’est pas isolée. Dès le 24 août 1914, le gouvernement russe avait lancé un appel à l’union de tous les « Petits-Russes » au sein de la « mère Russie »38. En septembre-octobre 1914, les succès de l’armée russe sur le front autrichien permettent l’occupation d’une grande partie de la Galicie autrichienne, notamment de la ville de Lemberg39. Cette occupation s’accompagne de déplacements de populations et d’une offensive religieuse orthodoxe à l’égard du clergé uniate40. Face à cette offensive, la position du Saint-Siège est pragmatique. Alors que le nonce à Vienne propose « de donner à l’évêque latin et à l’arménien des facultés pour recevoir ces catholiques [ruthènes] » étant donné que « le rite grec-uni n’[est] pas reconnu en Russie »41, le secrétaire d’État Ferrata envisage une solution plus souple : les catholiques ruthènes pourraient simplement « déclare[r] suivre le rite latin » en attendant l’évolution de la situation militaire : « ainsi, il ne s’agirait pas maintenant de vrai, propre et définitif passage au rite latin, mais plutôt d’adaptation à celui-ci, durant les circonstances actuelles, à cause de la violence russe »42. Cependant, parmi les arrestations effectuées par les troupes russes en Galicie en 1914, celle de Mgr Szeptyckyj, l’archevêque ruthène de Lemberg43, a provoqué une longue crise. Dès avant la Guerre, les interventions de ce dernier dans les affaires du groupe russe-catholique de Saint-Pétersbourg avaient été perçues par le gouvernement russe comme « des ingérences étrangères »44, le Saint-Siège essayant alors de les limiter puis de les empêcher, pour ne pas entraver des relations déjà délicates avec la Russie45. Le 3 septembre, Léopol est prise par les troupes russes. À l’automne 1914, les informations sur la situation du métropolite sont rares. En octobre, le nonce de Vienne confesse qu’« il est difficile de savoir la vérité » quant au lieu d’emprisonnement46. Progressivement toutefois, début 1915, des informations contradictoires parviennent à Rome via le délégué apostolique au Canada (un colonel anglais en poste en Russie ayant informé le gouvernement canadien que Mgr Szeptyckyj était bien traité47) et Mgr Skirmunt, selon qui l’archevêque ruthène, prisonnier à Kursk est, depuis janvier 1915, « devenu un reclus, qu’il ne peut sortir, ni recevoir qui que ce soit »48. Pendant ce temps, le gouvernement russe s’emploie à démontrer à Rome que Mgr Szeptyckyj est un agent autrichien et ukrainien49, travaillant contre l’Empire russe et instrumentalisant le Saint-Siège. En février 1915, un mémorandum de la Légation russe à Rome affirme que l’activité « ukraïnophile » et anti-russe du métropolite est attestée par des écrits autographes, ce qui justifie que « jusqu’à la fin de la guerre » le gouvernement russe doive se prémunir contre le métropolite50. En juillet 1916, Sazonov va plus loin en faisant parvenir à Rome la photographie d’un « curieux document » daté du 15 août 1914 et trouvé à Lemberg par les forces russes. Ce document51, où l’on reconnaît sans peine l’écriture du métropolite, exprime la certitude que l’Ukraine sera séparée de la Russie à la fin de la guerre. Dans cette perspective, l’identité locale doit être renforcée, notamment du point de vue religieux. Le « Métropolite de Halicz (et de toute l’Ukraine) » proclamerait son indépendance par rapport à la Russie et procéderait à la nomination d’évêques « d’orientation autrichienne et ukrainienne ». Cette solution serait acceptée par Rome et par les orthodoxes ukrainiens52. Selon la diplomatie russe, ce document est une « preuve irréfutable du complot ourdi depuis longtemps par Mgr Szeptyckyj contre la Russie »53. Le cas de Mgr Szeptyckyj va beaucoup occuper la diplomatie romaine pendant la Guerre mais ne se résoudra qu’après la révolution de février 191754.

14Minorité non négligeable elle-même traversée par des tensions nationales, le catholicisme a longtemps fait l’objet de tentatives de russification de la part de l’État.

Une russification multiforme

  • 55  Le manifeste du 22 juillet 1763 « interdit aux prêtres catholiques de convertir à la foi romaine l (...)
  • 56  Oukase du 15.07.1848, pris suite à la prédication en russe d’un père dominicain (E. Astafieva, L’E (...)
  • 57  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168.
  • 58  E. C. Thaden (éd.), Russification in the Baltic provinces and Finland, 1855-1914, Princeton, 1981  (...)
  • 59  Sur la question linguistique, voir A. Miller, Identité et allégeance dans la politique linguistiqu (...)
  • 60  A. Kappeler, La Russie… cit., p. 219 et p. 222-223.

15Alors qu’au début du XIXe siècle, l’État russe cherche surtout à isoler les catholiques et à les maintenir dans leur situation d’étrangers (toute action missionnaire leur est interdite55, le clergé ne peut utiliser la langue russe56), on observe un progressif effort de stabilisation de ce groupe (il devient alors quasiment obligatoire d’être sujet de l’Empire pour obtenir un poste ecclésiastique)57. Cependant, le processus de russification, c’est-à-dire d’unification culturelle par l’usage de la langue russe, est complexe et multiforme. Les recherches récentes, qui s’intéressent notamment aux zones occidentales de l’Empire58, montrent la diversité des formes revêtues par la russification : administratives, éducatives mais aussi religieuses. Dans tous les cas, l’introduction de la langue russe constitue un facteur clé59. En effet, la langue russe s’impose de façon progressive dans l’administration, les tribunaux et les écoles dès les années 1830 dans les provinces occidentales de l’Empire et après 1870 dans le Royaume de Pologne. À la fin du XIXe siècle, la « russification linguistique » ne semble épargner que les religions : à l’école, le catéchisme est le seul enseignement autorisé en polonais ; dans les provinces baltes, seule la faculté de théologie fonctionne en allemand60. Malgré cette résistance, l’Église catholique est l’objet de plusieurs tentatives de russification linguistique, d’une part dans la liturgie (dispensée en latin et partiellement en polonais) et, d’autre part, dans l’enseignement au sein des séminaires de Pologne.

  • 61  S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance des Papes et des Empereurs de Russie, 1814-1878 selon (...)
  • 62  S. Olszamowska-Skowrońska utilise en français le terme de « supplémentaire » (Tentatives d’introdu (...)
  • 63  Sur cette affaire, la bibliographie est abondante et a été récemment renouvelée : en plus de S. Ol (...)
  • 64  L. Lescœur consacre ainsi un chapitre à « La russification par l’introduction de la langue russe d (...)
  • 65  Sur ce document, voir les avis des cardinaux du Saint-Office du 4 et du 11 juillet 1877, qui consi (...)
  • 66  Cf. p. 118-120.
  • 67  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Mgr Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907.

16La « résolution impériale » du 25 décembre 1869 autorise l’emploi de la langue russe dans les cultes non-orthodoxes et rend donc possible ‑ pour l’Église catholique ‑ le culte supplémentaire dans cette langue61. Par ce terme de « culte supplémentaire », on désigne « tout ce qui ‑ dans les fonctions religieuses soit par règle générale de l’Église, soit par un privilège local ‑ peut se faire en langue vulgaire », comme les dialogues pour les baptêmes et mariages, la catéchèse, les prédications, certaines prières (neuvaines, rosaires). Le prêtre doit veiller à utiliser la langue de la majorité de la population et éventuellement donner des explications dans les autres langues62. Cette possibilité s’accompagne, notamment dans le diocèse de Minsk, d’un effort gourvernemental secondé par certains prêtres catholiques pour faire adopter le russe dans la liturgie63. Cette affaire suscite une vaste polémique dès les années 187064. Cependant le Saint-Siège s’opposa à ces tentatives par la promulgation d’un décret du Saint-Office en 1877 interdisant l’usage de la langue russe dans le culte catholique65. Dans le contexte des réformes de 1905, Saint-Pétersbourg cherche à obtenir l’abrogation de ce décret66. La question est alors longuement débattue dans le cadre de plusieurs sessions de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Les arguments polonais (autoriser l’usage du russe revient à dépoloniser les catholiques de nationalités ruthène ou biélorusse) s’opposent alors aux positions russes (après la concession de la liberté de conscience, des Russes peuvent se convertir au catholicisme et ces derniers doivent pouvoir prier dans leur langue et non en polonais). Certains prêtres polonais, comme l’un des desservants de l’église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, militent toutefois en 1907 pour l’autorisation du russe dans le culte supplémentaire en soulignant l’importance statistique des convertis russes et le fait que le russe soit, dans un contexte urbain, la langue commune des catholiques pétersbourgeois67.

  • 68  Cf. p. 95 et 97.
  • 69  La circulaire du 28.03/10.04.1902 communique un rescrit impérial du 17.01.1902 et est complétée pa (...)

17Au-delà de la liturgie, la russification linguistique touche également les séminaires de Pologne. L’enseignement de la langue russe aux prêtres en formation avait fait l’objet d’accords bilatéraux avec le Saint-Siège en 1882 et 189768. Cependant, le gouvernement modifie unilatéralement et par voie administrative les modalités d’évaluation de cet enseignement. En novembre 1900, une circulaire ajoute une épreuve écrite et renforce le rôle du délégué du gouvernement par rapport aux professeurs du séminaire. Une circulaire de mars 1902 impose un examen supplémentaire à tous les prêtres sortant du séminaire et à tous ceux qui doivent obtenir un office ecclésiastique : de ce fait certains séminaristes diplômés et acceptés par l’évêque ne peuvent entrer en charge69.

  • 70  K. Kindler, Die Cholmer Frage 1905-1918, Francfort-sur-le-Main, 1990 ; E. Chmielewski, The separat (...)

18À ces efforts de russification linguistique s’ajoute une question plus complexe et tardive : la « question de Holm », c’est-à-dire le rattachement d’une partie du Royaume de Pologne à l’Empire de Russie. Ce rattachement, qui suppose la création d’une nouvelle circonscription administrative, est évoqué à plusieurs reprises depuis les années 1890. Cet espace, majoritairement peuplé d’« ukraïniens », fait alors l’objet d’une politique scolaire, culturelle et religieuse hostile aux influences polonaises70.

  • 71  Les statistiques démographiques (religion et nationalité) de la région ont fait l’objet de conflit (...)
  • 72 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 01.08.1908 (59-III-1395), p. 370-379.
  • 73  G. Simon, Konstantin Petrovič Pobedonoscev… cit., p. 217, allemand.
  • 74  T. R. Weeks, Nation and state… cit., p. 189-191.
  • 75 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.09.1909 (60-III-1422), p. 748-749. Mgr Euloge a, en effe (...)
  • 76  Voir aussi Il disegno di legge sullo smembramento della Polonia Russa, dans CC, 03.06.1911 (62-II- (...)
  • 77  Voir l’opuscule publié en français par le juriste et homme politique Lubomir Dymsza (1860-1915), L (...)
  • 78  La Civiltà cattolica parle de « la quarta spartizione della Polonia » (Russia-Nostra corrispondenz (...)
  • 79  La Douma accepte le projet le 26 avril 1912, le Conseil d’État donne son accord le 14 juin et le t (...)
  • 80  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 1, f. 33 sq : « Relation secrète. Russie. Projet de démem (...)

19En 1905, la région est touchée par des conversions massives au catholicisme : sur les quelques 300 000 catholiques (sur 800 000 habitants), plus de 100 000 sont des convertis de 1905, majoritairement d’anciens uniates forcés de passés à l’orthodoxie dans les années 187071. Pour enrayer ce mouvement est créé en juillet 1905 un diocèse orthodoxe dont le siège est à Holm72 et dont le premier évêque, Mgr Euloge (Georgievskij), s’affirme rapidement comme un « agent zélé de la politique de russification »73. S’appuyant sur le fait que la langue polonaise est absente de cette province « essentiellement russe », il fait appliquer dans toute sa rigueur le décret du Saint-Siège de 1906 sur l’usage du russe dans le culte supplémentaire. Par ailleurs, Mgr Euloge demande dès 1905 la formation d’une province séparée. Le Ministère des Affaires intérieures travaille sur cette question qui est discutée en Conseil des ministres en avril 1906. Finalement, en 1909, une commission est créée au sein de la troisième Douma pour rédiger un projet de loi74. Entre 1909 et 1912, de nombreuses sessions ‑ plutôt animées ‑ de la Douma y sont consacrées, d’autant que Mgr Euloge est alors député de cette région75. Mais, malgré la mobilisation de la presse catholique76 et des élites polonaises77 pour empêcher une nouvelle partition78, cette opération de russification administrative aboutit finalement en 191279. Ce rattachement politique a de lourdes conséquences pour l’Église catholique, comme le déplacement de paroisses des diocèses de Lublin et Podlachie et l’incorporation de celles-ci au diocèse de Luck-Žitomir80. L’abolition du calendrier grégorien n’est toutefois pas appliquée immédiatement.

20Ces exemples sur la russification montrent que la situation de l’Église catholique a été profondément transformée par les mutations politiques et sociales qui suivent la révolution de 1905. Il convient donc d’aborder plus précisément cette période.

La révolution de 1905, entre espoirs et déceptions

21La révolution de 1905 apporte de nombreuses évolutions législatives dans le domaine religieux qui peinent toutefois à être mises en œuvre dans les années suivantes.

Les réformes du statut des confessions religieuses

  • 81  A. Strycek, La révolution de 1905 et les libertés religieuses, dans F.-X. Coquin, C. Gervais-Franc (...)
  • 82  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 894, fasc. 290, f. 7-9 : anonyme [Skirmunt], lettre des fidèles de La (...)
  • 83Ibid., f. 5 : anonyme [Skirmunt], traduction du russe de la lettre des paroissiens de Lahiszyn à P (...)

22L’oukase du 26 février (11 mars) 1903 fait « figure[r] pour la première fois dans un texte officiel la tolérance religieuse »81. Dès cette période, les catholiques entrent dans une nouvelle dynamique. Comme le montre un document conservé aux archives vaticanes, la parole se libère. La lettre adressée par les paroissiens de Lahiszyn (province de Minsk, district de Pinsk) à Nicolas II fait ainsi directement référence, dès sa première phrase, à l’oukase du 26 février 1903. Ces catholiques rappellent qu’après 1864, l’église orthodoxe ayant été détruite par un incendie, l’église catholique fut transformée en église orthodoxe. Les 2 000 catholiques commencèrent alors à pratiquer les sacrements du baptême ou du mariage, sans prêtres « d’une façon domestique »82. Après plus de 45 suppliques au gouvernement et 5 à l’empereur depuis 1865, les paroissiens considèrent avoir été « inscrits violemment sans [leur] consentement au schisme » et s’adressent au pape afin que ce dernier intercède pour eux auprès de l’empereur et qu’ils reçoivent « l’autorisation de vivre » dans le catholicisme83.

  • 84 PSZ, III, XXIV, N°25.495, § 6, p. 1196-1198.
  • 85  Cf. M. Szeftel, Le manifeste du 17 octobre et son rôle dans l’évolution constitutionnelle de l’Emp (...)
  • 86  Document édité dans М. Радван, Католическая церковь накануне революции 1917 года : сборник докумен (...)
  • 87  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 3-6 : anonyme [Skirmunt], « Circolare ai signori G (...)
  • 88  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 8-9 : Vincent Popiel (archevêque de Varsovie) à Me (...)

23Le mouvement lancé en 1903 est prolongé par l’oukase du 12/25 décembre 190484, qui constitue un véritable plan de réformes85. Le point 6 est consacré aux affaires religieuses et prévoit que toutes les dispositions administratives qui limitent la liberté religieuse seront supprimées. Mgr Szembek, l’archevêque de Mohilev, adresse alors un long mémorandum au ministre de l’Intérieur pour préciser les attentes des catholiques86. L’oukase est ensuite mis en application par la circulaire du Département des affaires spirituelles des cultes étrangers du Ministère de l’Intérieur datée du 24 mars 190587. Ce document comprend onze points, dont certains intéressent plus particulièrement les catholiques : simplification du travail des fabriques des paroisses catholiques (point 1), réorganisation des relations entre le pouvoir épiscopal et les autorités séculières quant aux nominations et transferts du clergé (point 2), normalisation des déplacements des ecclésiastiques (point 3), autorisation des processions extérieures (point 6) et des confréries (point 11). Ces mesures sont bien accueillies par les catholiques à l’exception du point 10 qui constitue selon les mots de l’archevêque de Varsovie « un article parfaitement odieux » qui interdit l’intervention en Russie de prêtres formés à l’étranger ; l’archevêque demande alors au secrétaire d’État d’agir auprès de l’empereur pour « abroger cet article (…) ou au moins le mitiger »88.

  • 89  Nous utilisons la version française de ce texte : AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. (...)
  • 90Сводъ законовъ Россійской имперіи : изданія 1857 года. Томъ 11. Часть 1, Уставы духовныхъ дѣлъ ино (...)

24Dans ce contexte de détente, l’oukase du 17 avril 1905 ne surprend guère mais consolide les espoirs des catholiques. Dans le préambule, Nicolas II affirme sa volonté de supprimer « toute vexation dans le domaine de la religion »89. L’empereur veut « garantir à chacun de [ses] sujets la liberté de la foi et de la prière selon les aspirations de sa conscience » et manifeste son « désir de consolider le principe de la tolérance religieuse qui figure dans les lois fondamentales de l’Empire de Russie ». Même si aucun paragraphe n’est consacré spécifiquement au catholicisme, plusieurs points intéressent cette confession. L’aspect le plus important est probablement la dépénalisation du transfert de l’orthodoxie à une autre religion pour toutes les personnes majeures (§ 1). Le paragraphe 3 constitue une incitation à la sortie de l’orthodoxie pour les convertis « forcés » du judaïsme et de l’islam mais aussi ‑ de fait ‑ du catholicisme oriental. Enfin les points 12 à 14 sont des mesures précises répondant aux attentes des catholiques : le paragraphe 12 autorise la réouverture de « maisons de prière […] fermées par ordre administratif » ; le paragraphe 13 simplifie la procédure pour « construire » et « réparer les églises et maisons de prière de tous les cultes chrétiens » (il n’est plus nécessaire de consulter les autorités diocésaines orthodoxes qui donnaient auparavant un avis sur les constructions des autres cultes)90 ; le paragraphe 14 constitue une concession à la fois religieuse et nationale prévoyant que « dans tous les établissements d’instruction, l’enseignement de la religion aux enfants de cultes non-orthodoxes [soit] effectué dans la langue natale des élèves ».

  • 91  Pour une perspective générale : P. W. Werth, Arbiters of the Free Conscience : State, Religion, an (...)
  • 92  H. Bauer, A. Kappeler, B. Roth (éd.), Nationalitäten des Russischen Reiches… cit., n. 35 p. 294.
  • 93  P. Werth, Трудный путь… cit., p. 454.
  • 94 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 19.03.1910 (61-I-1434), p. 757.

25De même que pour les oukases de 1903 et 1904, la réaction de la société civile au texte du 17 avril 1905 ne se fait pas attendre, cette fois dans une proportion inédite en particulier en ce qui concerne les « transferts » de l’orthodoxie91. Selon des statistiques officielles, 301 450 personnes sont sorties de l’orthodoxie entre 1905 et 1909 ; pour la période 1905-décembre 1907, sur le total des changements de religion, on comptait environ 36 000 passages à l’islam et 171 000 au catholicisme92. Ces conversions de masse font apparaître des logiques fortement régionales. Les statistiques pour la période 1905-1912 indiquent 241 009 conversions au catholicisme dans l’Empire dont 70 % dans le royaume de Pologne (168 660 personnes), notamment dans les gouvernements de Sedlenck (102 087 personnes soit 42,4 %) et de Lublin (50.989, soit 21,2 %). Dans l’Empire proprement dit, ce sont surtout les gouvernements de Vilna (27.903 soit 11,6 %) et de Minsk (16.425, soit 6,8 %) qui sont touchés93. La diffusion de ces statistiques officielles est reprise à des fins apologétiques par la presse romaine94.

  • 95  Cf. M. Tissier, L’usage des «libertés octroyées» par le tsar en Russie après 1905. Le cas des «lib (...)
  • 96  M. Szeftel, The Russian constitution of April 23, 1906 : political institutions of the Duma monarc (...)

26Le principe de la liberté de conscience est ensuite confirmé dans le manifeste du 17 octobre 1905, comme l’une des composantes de la « liberté civile », avec l’inviolabilité de la personne, la liberté de parole et les libertés de réunion et d’association95. La « constitution » (ou lois fondamentales de l’État), promulguée par l’oukase du 23 avril 1906 garantit au chapitre VII la « liberté de religion » (§ 67) à tous les sujets de l’Empire non orthodoxes qui « jouissent partout du libre exercice de leur foi et peuvent pratiquer selon leurs rites » (§ 66)96. Une limite est toutefois ajoutée dans le chapitre 8 (§ 81) qui indique que « les conditions sous lesquelles [les sujets russes] peuvent se valoir de cette liberté [de religion] (svoboda very) sont déterminées par la loi », ce qui ouvre la voie aux travaux de la Douma sur cette question.

27À la suite de ces réformes, un véritable vent de liberté souffle sur les catholiques. Les catholiques étrangers le perçoivent bien, comme le père Albert-Marie Libercier, dominicain et curé de la paroisse Saint-Louis-des-Français à Moscou, qui essaie de faire comprendre aux supérieurs de son ordre en décembre 1906 que la mesure prise par le Saint-Office sur l’interdiction de la langue russe n’est pas adaptée aux temps nouveaux :

  • 97  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 08/21.12.1906.

Tout ce que le S. Office énonce est vrai, ou du moins était vrai il y a q[uelques] années ‑ mais depuis il y a eu l’ukase du 17/30 octobre qui ne peut passer lettre morte et qui promet la liberté de conscience non seulement aux sujets mais à tous les habitants de la Russie. Cette mesure libérale et juste n’est pas encore codifiée, vous répondent les tenants du passé et les défenseurs obstinés de l’orthodoxie, quand vous les consultez ; mais si vous agissez conformément aux règles de la justice et à l’esprit de l’ukase on ne vous dit rien97.

  • 98  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 911, fasc. 298, f. 53 : anonyme [Skirmunt], « Sul promemoria del def[ (...)
  • 99  A. Palmieri, Le riforme e le nuove aspirazioni della Chiesa russo-ortodossa nel 1905, dans Bessari (...)

28Même Mgr Skirmunt, d’ordinaire très méfiant envers l’État russe, souligne les changements profonds provoqués par « les importantes réformes du 17 avril 1905 et de l’année suivante »98. Quelques spécialistes catholiques de la Russie invitent toutefois à la prudence. Le père Aurelio Palmieri nuance ainsi dès le printemps 1905 l’apport de l’oukase d’avril : « la liberté de conscience a été proclamée officiellement en Russie […] pour qui connaît la bureaucratie russe, même les ukases impériaux, bien que promulgués d’une façon solennelle, ne sont pas toujours appliqués ». Selon lui, « le parti réactionnaire » et « les convulsions politiques de la Pologne russe » peuvent enrayer encore longtemps la mise en œuvre de la liberté religieuse99.

Une application délicate

  • 100  Règlement du 27.10.1912, N°42522, cité par Nostre corrispondenze – Russia, dans CC, 03.01.1914 (65 (...)
  • 101  Copie de la circulaire du Ministère de l’Intérieur du 18/31.08.1905 (N°4628), dans AA.EE.SS., III, (...)
  • 102  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 71-75 : anonyme [Skirmunt], « Circolare del Minist (...)

29L’application de ces réformes se révèle, en effet, compliquée dans un contexte politique et social extrêmement troublé. Des restrictions administratives sont progressivement apportées à l’oukase d’avril 1905 et renouent avec les pratiques antérieures. Par exemple, en octobre 1912, un règlement du Ministère de l’Instruction publique fait déterminer en dernière instance la langue de l’enfant par le directeur de l’école (et non par les parents comme le prévoyait un règlement du même ministère daté du 22 février 1906)100. Cependant, les restrictions administratives de la portée de l’oukase d’avril 1905 touchent surtout les convertis de l’orthodoxie. Dès août 1905, la circulaire N° 4628 restreint le point 1 de l’oukase : pour valider une sortie de l’orthodoxie, il faut la signaler par une procédure relativement complexe aux autorités civiles et religieuses orthodoxes101. Ce règlement est, de plus, muni d’un effet rétroactif et concerne les dizaines de milliers de personnes sorties de l’orthodoxie depuis avril 1905102. L’épiscopat tarde cependant à appliquer ce règlement contraignant. Le témoignage de l’évêque de Vilna est accablant, Mgr de Ropp écrit ainsi à Rome en 1907 :

  • 103Ibid., pos. 918, fasc. 300, f. 24-32 : Ropp à « éminentissime Seigneur », Vilna, 21.03/03.04.1907, (...)

Naturellement il est impossible d’exécuter une telle loi. Aussi je continue à faire comme par le passé, en motivant que pour moi, il suffit que quelqu’un déclare être catholique, et que s’il veut il peut lui même s’enregistrer comme tel, ce qui ne me regarde pas. La plupart des évêques, entr’autres l’administrateur de l’archidiocèse, font comme moi, mais à vrai dire, nous sommes en contravention avec la loi103.

  • 104  Mgr Michalkiewicz, « Memoriale in causa convertendorum Schismaticorum in Dioecesi Vilnensi », 1910 (...)
  • 105 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.06.1910 (61-II-1440), p. 752.
  • 106La persécution contre les catholiques dans l’empire russe, dans Correspondance de Rome, 18.11.1911
  • 107  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Relazione, p. 5, cf. document 59.

30Après 1908, des mesures sont toutefois prises par l’administrateur apostolique de Vilna mais de nombreux procès ont lieu et 27 prêtres de ce diocèse sont destitués par le gouvernement pour ne pas avoir appliqué le règlement d’août 1905104. En 1909, 360 prêtres du gouvernement de Kowno sont jugés devant les tribunaux civils pour le même motif105. C’est ainsi que la revue Correspondance de Rome peut écrire en 1911 : « nous n’avons pas dit que ‑ malgré l’oukase ‑ il y a la persécution : nous avons dit que l’oukase lui-même est devenu un instrument de persécution, aux mains savantes de la bureaucratie russe »106. Dans un langage plus mesuré, un rapport de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires considère que, par la « série de vexations et de persécutions » qui ont succédé à l’édit d’avril 1905, le Gouvernement russe « s’est moqué des espérances d’une certaine liberté religieuse pour ses sujets catholiques »107.

Les questions religieuses à la Douma

  • 108 В. Рожков, Церковные вопросы cit. ; А. А. Дорская, Российское законотворчество о свободе совести (...)
  • 109  P. Waldron, Religious Toleration in Late Imperial Russia, dans O. Crisp, L. Edmondson (éd.), Civil (...)

31À partir de 1906, les questions religieuses figurent à l’agenda politique du gouvernement et de la Douma108. La première Douma aborde la question de la liberté religieuse à la fois dans le projet de loi sur l’égalité des droits (projet déposé le 5 mai 1906 par 151 députés) et, de façon plus précise, au sein du projet de loi sur la liberté de conscience proposé par 49 députés le 12 mai. La dissolution de la Douma enraye le processus mais le gouvernement poursuit son travail sur ces questions : dès le début du mandat de Stolypine, entre septembre 1906 et février 1907, quatorze lois sur ces questions sont soumises au Conseil des ministres, notamment sur la question des vieux-croyants, l’extension du droit de prosélytisme, la législation du mariage109. Le Ministère de l’Intérieur notamment reprend dès le mois d’août 1906 la réflexion sur la liberté de conscience en intégrant l’apport des députés à la première Douma et dégage sept grandes thématiques (conversions, sociétés religieuses…) qui sont discutées en Conseil des ministres et pour lesquelles le Saint-Synode est également directement consulté. Les propositions sont finalement soumises à la deuxième Douma le 28 février 1907, qui charge une commission spécialisée sous la direction de N. V. Teslenko de les étudier. Cette commission se réunit deux fois par semaine du 4 avril au 29 mai 1907, en présence du directeur du département des confessions étrangères Vladimirov mais, encore une fois, la dissolution de la Douma le 3 juin 1907 arrête le processus.

  • 110  J. D. Basil, The Third State Duma and Religious Toleration, dans Church and state in late imperial (...)
  • 111  А. А. Дорская, Российское законотворчество… cit., p. 359.
  • 112  P. Waldron, Religious Toleration… cit., p. 108 et 117.
  • 113Ibid., p. 117-118.
  • 114  А. А. Дорская, Российское законотворчество… cit., p. 362.
  • 115  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 943, fasc. 321, f. 4-13 : discours du père Maciejewicz, 08.03.1916.
  • 116Ibid., fasc. 320, f. 70-77 : « Projet de loi concernant le changement de certaines restrictions co (...)
  • 117Ibid., f. 79-84 : « Des besoins essentiels de l’Église catholique en Russie », 03/16.04.1916.

32La troisième Douma (1907-1912) effectue alors un travail de fond sur les questions religieuses, par le biais de trois commissions permanentes : une sur les affaires orthodoxes, une sur les vieux-croyants et une troisième sur les affaires des autres confessions110. Ces commissions, très actives, sont dominées par des personnalités orthodoxes. Par exemple, la commission sur les affaires des autres confessions se réunit à 60 reprises, est présidée par Mgr Euloge et, après son départ, le 17 mai 1908 par P. V. Kamenskij ; sur 35 membres, 21 sont orthodoxes (dont 8 membres du clergé), 4 catholiques, 3 luthériens, 2 juifs, 2 musulmans, 1 évangéliste, 1 mennonite, 1 vieux-croyant111. Après le travail préparatoire effectué par ces commissions, l’essentiel du débat se situe entre l’été 1908 et l’été 1909 et porte notamment sur l’âge de la majorité religieuse et le délai à observer pour l’enregistrement d’un transfert de religion. Cependant l’opposition du Saint-Synode et des partis de droite est si forte que tous les projets pour accroître la liberté religieuse sont progressivement enterrés, le Saint-Synode considérant que tout droit de prosélytisme donné aux autres religions et facilitant la sortie de l’orthodoxie contrevient au principe d’une Église orthodoxe dominante et nuit à l’autocratie112. À l’issue de ces débats, le gouvernement de Stolypine abandonne ses projets de réformes et prend même des mesures pour freiner les religions non-orthodoxes, comme en 1910 pour limiter le droit de réunion des membres de confessions non-orthodoxes113. Malgré tout, la quatrième Douma reprendra encore une fois, toujours en lien avec le Ministère de l’Intérieur, ces questions autour des trois commissions habituelles (la commission sur les affaires des autres confessions passe alors sous la direction de Z. M. Blagonravov, député du gouvernement de Perm et théologien orthodoxe et comprend une proportion toujours plus importante d’orthodoxes : 22 membres sur 33), sans pour autant parvenir à un résultat, comme le reconnaissent d’ailleurs les trente membres de la Douma qui proposent une nouvelle loi sur la liberté de conscience le 11 février 1916114. Dans le contexte de la Guerre où la question polonaise est plus que jamais à l’ordre du jour, la situation légale du catholicisme revient sur le devant de la scène politique. Le 8 mars 1916, lors de la discussion du bilan du Ministère de l’Intérieur, le père Stanisław Maciejewicz, député de Vilna, détaille les problèmes du catholicisme (conversions, mariages mixtes, instruction religieuse dans les écoles, communications avec le Saint-Siège, nécessité de fonder de nouveaux diocèses) et l’orateur joue ouvertement du contexte de guerre pour faire valoir ses revendications en faveur du catholicisme et de la Pologne115. Le 31 mars 1916, 42 députés présentent à la Douma un projet de loi prévoyant notamment d’assouplir la législation sur les principales questions pendantes (mariages mixtes, langue d’enseignement du catéchisme, reconnaissance des convertis de 1905) mais revenant aussi sur des sujets anciens de tensions comme l’abrogation de l’article 17 du Règlement des confessions étrangères ou l’accord de la liberté de réunion (annuelle) aux évêques catholiques116. Quelques jours plus tard, le 3 avril, la hiérarchie catholique, par le biais de Mgr Cieplak, vicaire capitulaire de Mohilev, présente au ministre de l’Intérieur un document reprenant des revendications semblables117. Cependant aucune décision significative n’est alors prise.

33Minorité religieuse traversée par des lignes de failles nationales et linguistiques, marginalisée dans le fonctionnement social et politique de l’Empire russe au XIXe siècle, l’Église catholique de Russie est toutefois brièvement passée sur le devant de la scène à l’occasion de la révolution de 1905 puis, dans de toutes autres circonstances, pendant la Guerre. D’une façon générale, cette marginalité du catholicisme russe se vérifie également à l’échelle de l’Église catholique universelle. Les particularités de l’Église de Russie lui confèrent, en effet, un profil original.

Une configuration ecclésiastique hors normes

34Cette originalité réside dans une structuration diocésaine complexe, un encadrement épiscopal particulièrement fragile, une situation de grande dépendance à l’égard de l’État et un isolement par rapport à Rome et au reste de l’Église catholique.

Une structuration diocésaine complexe

  • 118  H. Dylagowa, La Pologne, dans HC, 10, p. 783.

35La complexité de la structuration diocésaine s’explique par la présence de plusieurs rites et de liens hiérarchiques qui traversent parfois les frontières politiques de l’Empire. Tout commence avec les trois partitions de la Pologne (1772, 1793, 1795) qui provoquent l’intégration à l’Empire russe de 3,7 millions de catholiques, dont 1,6 million de rite oriental118.

L’histoire mouvementée des diocèses latins

  • 119  Oukase impérial du 14 décembre 1772, dans PSZ, I, t. XIX, N°13922, p. 688. Version latine dans A. (...)
  • 120  Décret du 6 février 1774, dans PSZ, I, t. XIX, N°14122.
  • 121  Oukase du 17/28.01.1782, dans PSZ, I, t. XXI, N°15326, 15386, p. 383 et 396, cité par M. J. Rouët (...)
  • 122  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo, nonce apostolique à Saint-Pétersbourg (1802-1806), Rome, 1991, (...)
  • 123  Oukase du 28 avril 1798, dans PSZ, I, t. XXV, N°18.504, cité par E. Astafieva, L’Empire russe… cit (...)
  • 124  Cf. A. Barańska, Między Warszawą, Petersburgiem i Rzymem. Kośćiół a Państwo w dobie Królestwa Pols (...)
  • 125Militantis ecclesiae regimini, 12.03.1818, dans Акты и грамоты о устройствѣ и управленіи римско-ка (...)
  • 126 Ex imposita nobis, 30.06.1818, dans Акты и грамотыcit., p. 141-177 et dans A. Mercati, Raccolta (...)

36Dès la première partition en 1772 est créé le diocèse de Russie-Blanche119. À partir de 1774, ce diocèse, dont le siège est fixé à Mohilev, concentre en son sein tous les anciens diocèses polonais120 et devient siège archiépiscopal en 1782121. Les partitions de 1793 et 1795 font passer à l’Empire russe six diocèses supplémentaires (Livonie, Samogitie, Vilna, Luck, Kiovie, Kamenec)122. En 1798, la situation est normalisée par l’érection de six diocèses : l’archidiocèse de Mohilev ‑ qui dispose de trois évêques auxiliaires à Mohilev, Kiev, Polock ‑ et les diocèses de Vilna, Kamenec, Luck, Samogitie et Minsk123. En 1815, la constitution d’un Royaume de Pologne gouverné par le tsar russe accentue l’importance des questions catholiques dans l’Empire124. En 1818, le Saint-Siège réorganise la structure diocésaine dans cet espace qui comprend alors sept diocèses : Varsovie ‑ élevé à la dignité archiépiscopale125 ‑, Lublin, Włocławek, Podlachie, Sejny, Sandomierz, Płock126.

  • 127  A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 751-765. Il comprend la Bessarabie, les gouve (...)
  • 128PSZ, II, vol. XXVII, N°26.748, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 364
  • 129  М. Д. Долбилов, “Царская вера” : массовые обращения католиков в православие в северо-западном крае (...)
  • 130  Ces trois décrets sont cités par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 369-371. V (...)
  • 131  Cité par S. Olszamowska-Skowro?ńska, La correspondance… cit., p. 372.
  • 132  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 916, fasc. 300, f. 3-6 : « Supplica a Sua Santità Pio Papa X presenta (...)

37La situation des diocèses de rite latin reste stable au long du premier XIXe siècle. En 1847 toutefois, le concordat entérine l’union personnelle des diocèses de Luck et de Žitomir, mais surtout la création en Russie méridionale du « nouveau diocèse de Kherson »127, dont le siège est déplacé en 1852 à Tiraspol128. Tout bascule cependant au moment de la répression de la révolte polonaise de 1863. Dans certaines régions, les catholiques subissent des pressions et passent à l’orthodoxie (70.000 personnes environ dans les gouvernements de Minsk, Vilna et Grodno)129. Trois diocèses sont supprimés par le gouvernement : le diocèse de Kamenec est uni à celui de Luck-Žitomir en 1866 ; les paroisses du diocèse de Podlachie sont rattachées au diocèse de Lublin en 1867 et le diocèse de Minsk est supprimé en 1869130. Cette restriction violente du nombre de diocèses s’accompagne d’une surveillance accrue par le gouvernement, dont témoigne le transfert du chapitre et du consistoire du siège archiépiscopal de Mohilev à Saint-Pétersbourg par le décret du 9 mars 1873131. La situation reste bloquée jusqu’aux accords de 1880-1882 : Rome obtient alors la création d’un nouveau diocèse à Kielce et accepte de nommer comme administrateurs apostoliques dans les diocèses supprimés les évêques de diocèses voisins. Cette concession de taille, justifiée par des objectifs pastoraux, ne constitue toutefois qu’une solution provisoire car les diocèses supprimés continuent juridiquement d’exister et Rome ne renonce pas à la possibilité d’y nommer des évêques. En 1907, les fidèles latins du diocèse de Kamenec, appuyés par l’administrateur apostolique, Mgr Niedziałkowski (évêque de Luck-Žitomir de 1901 à 1911), présentent ainsi une pétition de plus de 50.000 signatures au pape en lui demandant de « donne[r] un évêque à [leur] diocèse »132.

  • 133  Cf. carte des diocèses latins, en cahier central et carte 2 du volume de documents.
  • 134GC, 1905, p. 38-39.

38Cette histoire mouvementée produit un paysage ecclésiastique original133. Du point de vue catholique, tel que le reflètent les annuaires pontificaux du début du siècle, l’Empire russe comprend deux provinces ecclésiastiques : la « Pologne » et la « Russie »134. La Pologne comprend sept diocèses : l’archidiocèse de Varsovie dont sont suffragants les diocèses de Kielce, Lublin, Płock, Sandomierz, Sejny, Włocławek. La Russie comprend sept diocèses selon le Saint-Siège (la métropole ‑ Mohilev ‑ et six évêchés suffragants, Luck-Žitomir, Minsk, Kamenec, Samogitie, Tiraspol, Vilna) et cinq selon le gouvernement russe (moins Minsk et Kamenec).

La suppression graduelle des diocèses de rite oriental135

  • 135  La bibliographie est abondante sur ce thème, voir notamment T. R. Weeks, Between Rome and Tsargrad (...)
  • 136  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 33 sq.
  • 137  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 132-133.
  • 138  Oukase du 28 avril 1798 et Maximis undique du 16 octobre 1798. Documents cités ci-dessus, n. 123.
  • 139  Bref Novimus ex litteris, 03.02.1830, cité par G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 14 p. (...)

39Les partitions de la Pologne de 1793 et 1795 font passer dans l’Empire russe quatre diocèses unis (Kiovie et Halicz, Brest-Litovsk et Vladimir-Volynski, Pinsk et Turov, Luck et Ostrog) qui sont supprimés dès 1795136. Ces suppressions s’accompagnent d’une politique de « réunion » des « uniates » à l’orthodoxie, qui concerne plus d’1,5 million de personnes137. Quelques années plus tard, au contraire, l’Ėtat russe opte pour une institutionnalisation de l’Ėglise catholique de rite oriental. En 1798, la nonciature Litta permet de rétablir trois diocèses de rite oriental (Polock, Brest-Litovsk, Luck)138. En 1807, le diocèse de Chełm devient suffragant de la métropole de Halyč, restaurée et dont le titre a été uni à celui du siège archiépiscopal de Léopol par la bulle In Universalis Ecclesiae Regimine (22 février 1807). Ce n’est qu’en 1815 que le diocèse de Chełm passe sous domination russe avec l’ensemble du Royaume de Pologne et qu’en 1830 que ce diocèse est placé directement sous la direction du Saint-Siège pour éviter toute interférence avec le métropolite de Halyč siégeant en Autriche139.

  • 140  V. Lencyk, The Eastern Catholic Church… cit., p. 60-64.
  • 141  Les principaux documents sur cette réunion sont édités dans A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2 (...)
  • 142  Chiffre donné par E. Jablonska-Deptula et J. Skarbek, dans J. Kłoczowski (dir.), Histoire religieu (...)
  • 143  Cf. L. Glinka, Diocesi Ucraino-Cattolica di Cholm : liquidazione ed incorporazione alla Chiesa rus (...)
  • 144  C. G. Patelos, Vatican I et les évêques uniates : une étape éclairante de la politique romaine à l (...)
  • 145  Bellocchi, IV, p. 422-425.
  • 146  H. Dylągowa, Unia w Królestwie Polskim (1815-1915), dans J. Bardach, T. Chynczewska-Hennel, J. N. (...)

40Cependant, dès la fin des années 1820, le haut clergé de rite oriental travaille de concert avec le pouvoir impérial à une « réorthodoxisation » des pratiques religieuses, qui passe par une « délatinisation » des dévotions et par l’adoption de livres rituels de l’Église orthodoxe140. Ce processus, conjugué à la suppression des diocèses de Luck et de Brest (1833), conduit à la signature à Polock en 1839 d’un acte conciliaire qui proclame la réunion à l’Église orthodoxe141 et provoque le passage à l’orthodoxie d’environ 1,5 million de personnes142. Dans les années 1830, le diocèse « uniate » de Chełm parvient à résister aux pressions « d’orthodoxisation » et, après 1839, sert de refuge aux prêtres des autres régions. Cependant, après la révolte de 1863, la volonté politique d’orthodoxiser Chełm rencontre le désir d’une partie du clergé qui souhaite épurer le rite ruthène des latinismes143. La pression gouvernementale est manifestée au monde catholique en 1869, lorsque l’évêque de Chełm, Mgr Michel Kuzemśkyj, est empêché de se rendre au concile du Vatican144. Malgré les efforts du Saint-Siège, manifestés dans l’encyclique Gravibus ecclesiae du 13 mai 1874 qui interdit aux évêques ruthènes d’opérer des « changements » dans la liturgie sans l’accord du Saint-Siège145, le clergé se rallie majoritairement à l’orthodoxie en 1875, entraînant la conversion de plus de 250 000 personnes146.

  • 147  Le cinquantième anniversaire de la réunion de 1839 fut célébré en 1889, notamment par la publicati (...)
  • 148  J. Cadiot, Le recensement de 1897. Les limites du contrôle impérial et la représentation des natio (...)
  • 149  Voir le chapitre sur Persécution et destruction de l’Église uniate dans le royaume de Pologne, dan (...)
  • 150GC, 1905, p. 44.
  • 151  Ce diocèse n’est toutefois pas indiqué dans les pages relatives à la Russie : comparer, par exempl (...)
  • 152  ACO, PCPR 130/28, doc. 18 : supplique de Szeptyckyj à Pie X, Rome, 18.02.1908, latin.
  • 153  Respectivement AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1318, fasc. 518, f. 69 : Szeptyckyj à Pie X, Rome, 22 (...)
  • 154  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 305, f. 59 : Merry del Val à Gotti, 14.06.1909, Sec. St. N (...)
  • 155 Ibid., f. 49-50 : Note de Pacelli et AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909, Ponenza, Re (...)

41Ces réunions, glorifiées par le pouvoir russe147, réalisées dans la violence, sont mal acceptées sur le terrain, comme en témoignent les heurts lors du recensement de 1897148 et constituent un point à vif dans le contentieux entre la Russie et les catholiques occidentaux149. Le Saint-Siège, quant à lui, n’accepte pas ces transformations de la hiérarchie : au début du XXe siècle, l’annuaire pontifical continue de mentionner deux sièges résidentiels de rite gréco-ruthène en Russie, Minsk et Chełm150. Cette situation paradoxale, dans laquelle des diocèses supprimés de fait parfois depuis des décennies continuent d’exister juridiquement, provoque un certain flou, qui culmine dans la question du diocèse de Kamenec de rite ruthène. Au début du XXe siècle, la Gerarchia cattolica indique ce diocèse situé en Russie comme dépendant du métropolite ruthène de Léopol, qui réside en Autriche-Hongrie151 ! Cette situation est mise à profit, en 1908, par Mgr Szeptyckyj, l’archevêque ruthène de Léopol, qui présente une série de suppliques en se définissant comme « métropolite de Halicz, de la métropole de Kiev, et administrateur de toute la Russie » en vertu du lien antique entre le siège de Kamenec et celui de Léopol152. Pie X lui confirme alors la prééminence sur tous les Orientaux de Russie, notamment les catholiques de rite oriental de Saint-Pétersbourg : de ce fait, il doit être consulté lorsque les questions relatives à la mission russe sont traitées à Rome153. La Secrétairerie d’État toutefois lui récuse cette prééminence dès 1909 après avoir mené une recherche dans les archives de la Propagande et de la Secrétairerie d’État154 : ces archives établissent que, malgré l’absence de documentation indiscutable, la portion du diocèse de Kamenec dépendante de l’Empire russe fut placée sous la dépendance de l’évêque de Luck et non du métropolite autrichien155.

Les difficultés du diocèse de rite arménien

  • 156  Voir « Articles non convenus », n°10, dans A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 76 (...)
  • 157  Cf. Arménie dans DHGE, IV, col. 369 et Artvin, dans DHGE, IV, col. 843-844.
  • 158  La Gerarchia cattolica en 1905 mentionne, pour la Russie, le siège résidentiel de rite arménien d’ (...)
  • 159  Voir la synthèse sur cette question en 1903 dans AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, f (...)
  • 160AP, 1914, p. 196.

42Les catholiques de rite arménien semblent avoir été traités avec égard par le gouvernement russe pendant la première moitié du XIXe siècle : le concordat de 1847 tente d’ailleurs d’aligner le traitement des uniates sur celui des fidèles de rite arménien156. Après la victoire russe sur la Turquie en 1878, le diocèse d’Artvin de rite arménien, érigé en 1850, et regroupant environ 13.000 fidèles, est intégré à la Russie. L’accord de Vienne russo-vatican de 1880 stipule que ce diocèse d’Artvin intègre également les Arméniens catholiques qui dépendaient jusqu’alors du diocèse latin de Tiraspol (art. 9)157. Cependant, en 1886, le gouvernement intervient violemment dans les affaires du diocèse : la nomination de l’évêque est refusée et le diocèse est incorporé à celui ‑ latin ‑ de Tiraspol. Cette suppression du diocèse n’est pas acceptée par Rome158 et le diocèse reste de fait gouverné par de simples vicaires toujours liés au patriarche arménien de Cilicie (résident à Constantinople). En 1903, des négociations s’ouvrent avec le Saint-Siège pour la nomination d’un ecclésiastique de rite arménien, avec le titre d’« archimandrite » et d’« administrateur apostolique arménien » résidant à Tiflis, nommé par le Saint-Siège après une « entente préalable » avec le gouvernement159. Les négociations s’enlisent : ce n’est qu’en 1909 que Mgr Serge Der Abrahamian (1868-1952), ancien recteur du Collège pontifical arménien, est nommé visiteur apostolique et en 1913 qu’il apparaît comme archimandrite dans l’annuaire pontifical160.

Le sous-encadrement des fidèles

  • 161  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1010, fasc. 365, f. 51-56 : Mgr de Ropp, « L’archidiocèse de Mohilew  (...)
  • 162  ACL, Correspondance Russie, Neveu : Neveu à « révérende mère », Makiéevka, 21.05.1913.

43Dans ce contexte assez compliqué, certains projets émergent dès la fin du XIXe siècle, comme la création d’un diocèse en Sibérie. Cependant, les diocèses de l’Empire russe se distinguent toujours au début du XXe siècle par leur taille démesurée. L’archidiocèse de Mohilev couvre non seulement une bonne partie de la Russie d’Europe, mais aussi l’ensemble de la Russie d’Asie, constituant ainsi le plus vaste diocèse du monde. Comme l’écrira son archevêque en 1920 : « c’est un monstre qui de Wladiwostok aux confins de la Russie blanche a plus de 12.000 kilomètres de long depuis Archangel jusqu’à Tachkend environs 6.000 kilomètres de large » et le parcourir demande « 12 jours de voyage en train de grande vitesse »161. Bien que plus restreint, le diocèse de Tiraspol couvre tout de même un espace bien plus vaste que la France. En 1913, un religieux assomptionniste confie son inquiétude de desservir une paroisse plus grande qu’un département français162.

  • 163  Au moins jusqu’en 1905, les passeports des clercs doivent être présentés au gouvernement par l’aut (...)
  • 164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 281, f. 71-76 : Georges Szembek à « Eminentissime Domine » (...)
  • 165  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 22-29 : G. Szembek, Pro Memoria, Rome, 19.08.1903, (...)

44La taille des espaces diocésains, conjuguée aux suppressions de diocèses et à la surveillance administrative, pose inévitablement le problème du contrôle de l’espace par les cadres ecclésiastiques163. Les sources catholiques soulignent de façon récurrente les difficultés de contrôle de l’espace religieux. En 1903, Mgr Szembek, alors évêque de Płock et pressenti pour le siège de Mohilev, insiste auprès des autorités romaines pour n’y être transféré qu’à la condition d’obtenir « la faculté de visiter l’archidiocèse »164 ainsi que le diocèse de Minsk, dont l’archevêque de Mohilev est l’administrateur apostolique165. Ce constat d’un sous-encadrement des fidèles, dressé par les sources catholiques, est confirmé par l’approche statistique. Moins bien encadrés que les orthodoxes, les catholiques russes se situent dans une moyenne basse de l’Europe, à un taux comparable aux pays nordiques protestants.

Tableau 1 – Encadrement clérical des catholiques en Russie et éléments de comparaison (fin XIXe-début XXe s.).

  • 166  Les calculs de cette ligne sont effectués à partir du chiffre de la population catholique de l’Emp (...)
  • 167 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 49-61.
  • 168  Cette ligne et les suivantes suivent G. L. Freeze, The Parish Clergy in Nineteenth-Century Russia  (...)

Nombre de fidèles

Encadrement clérical

(valeur absolue)

Encadrement clérical

(valeur relative)

Catholicisme Russie, 1890166

11,5 millions

5.081

dont 4.353 prêtres

dont 728 religieux

1 pour 2.260

0,44

Catholicisme Russie,1912167

13 millions

4.000 (prêtres)

1 pour 3.000 (prêtres)

0,33

Orthodoxie Russie, 1904168

1 pour 1.844 (prêtres)

0,54

1 pour 826 (ensemble du clergé)

1,21

Catholicisme France, 1904

1 pour 739

1,35

Protestantisme Danemark, 1900

1 pour 1.791

0,56

Protestantisme Norvège, 1900

1 pour 3.103

0,32

  • 169  Notamment par l’oukase du 17 février 1782 (E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 50) et le Règlem (...)
  • 170  79 deviennent des paroisses catholiques, 43 sont donnés aux orthodoxes et 30 sont définitivement s (...)
  • 171Dziennik Praw Królestwa Polskiego, vol. 62, p. 408, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La corresp (...)
  • 172PSZ, 3, XXV, N°27114 (oukase du 26.12.1905 sur les cloîtres catholiques), cité par G. Simon, Konst (...)
  • 173  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 53-55 : « Parte di una Relazione per una ponenza r (...)
  • 174  Archives parisiennes des Filles de la Charité, rue du Bac.
  • 175  Cf. p. 213-226.

45Cette faiblesse de l’encadrement des catholiques russes s’explique également par la quasi-absence de clergé régulier. En effet, dès la fin du XVIIIe siècle, la législation russe devient très contraignante pour les religieux et religieuses qui passent sous la tutelle des ordinaires et doivent limiter leurs liens avec l’étranger169. De plus, les ordres religieux sont violemment frappés par la répression des révoltes polonaises de 1831 et 1863 : 191 couvents sont supprimés dans les provinces occidentales de l’Empire après 1831170 et l’oukase impérial du 27 octobre/8 novembre 1864 supprime les couvents du Royaume de Pologne171. En 1905, ne subsisteraient en Russie que 5 couvents masculins et 8 féminins selon une source russe172. Un rapport romain de 1903 indique le chiffre de 7 monastères mais, malgré ce quasi-anéantissement de la vie religieuse conventuelle, reste optimiste en soulignant que les congrégations « secrètes » (femmes émettant des vœux privés) sont nombreuses et que l’Institut des « Sœurs de Charité » est « largement diffusé dans tout le royaume de Pologne »173. Cette dernière observation mérite d’être nuancée. En effet, pour le cas des Filles de la Charité, si la province de Lituanie a été supprimée dans les années 1860, la province de Varsovie poursuit une existence qui reste difficile à la fin du XIXe siècle, sous la surveillance et la pression des autorités civiles qui limitent les entrées au noviciat, insistent sur l’apprentissage du russe, essaient de remplacer les Filles de la Charité par des soeurs de charité orthodoxes (Elisabethines), notamment dans les hôpitaux. Les choses s’améliorent toutefois au début du XXe siècle : de 31 maisons en 1894, la province de Varsovie passe à 79 maisons en 1919174. Enfin, dans les premières années du XXe siècle, il faut également compter avec certaines congrégations religieuses étrangères qui s’implantent discrètement175.

Un épiscopat faible ?

46À la fragilité de l’encadrement des fidèles par le clergé s’ajoute, dans les sources catholiques, le constat de la faiblesse de l’épiscopat, considérée comme une conséquence de la dépendance du haut clergé à l’égard du gouvernement. Si nous ne disposons pour le moment d’aucune synthèse susceptible de nous éclairer d’un point de vue à la fois quantitatif et qualitatif sur ce personnel d’élite à la charnière du religieux et du politique, il convient de poser quelques jalons sur l’épiscopat russe et ses liens avec Rome.

Le problème récurrent des vacances épiscopales

  • 176  Ce phénomène existe aussi en Pologne prussienne pour les mêmes raisons : J. Kłoczowski (dir.), His (...)
  • 177  J. Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse… cit., p. 429.
  • 178La Civiltà cattolica n’hésite pas à mentionner un sixième siège vacant, celui de Vilna qui est tou (...)

47Les vacances épiscopales sont fréquentes et souvent longues, essentiellement pour des raisons politiques : l’État russe a tendance à nommer des évêques qui lui sont fidèles et Rome bloque le processus par crainte « que les candidats de Saint-Pétersbourg ne servent d’outils à un schisme »176. L’exemple extrême, toujours dans les mémoires, est celui de la vacance durant vingt ans du siège archiépiscopal de Varsovie entre 1863 et 1883, durant l’exil à Iaroslavl de Mgr Feliński177. En 1908, 5 des 12 sièges épiscopaux sont vacants : Mohilev, Kielce, Sandomir, Sejny (vacant depuis six ans) et Samogitie178 ! Ce phénomène touche également les postes d’évêques auxiliaires : en Pologne russe, de nombreux évêques auxiliaires ne sont jamais nommés, comme à Varsovie ; dans l’Empire, l’évêque de Vilna ne dispose d’aucun des trois auxiliaires auxquels il a théoriquement droit et le métropolite de Mohilev ne reçoit un suffragant qu’en 1908 en la personne de Mgr Cieplak.

  • 179  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 28 : lettre à Mgr Denisewicz (vicaire capitulaire (...)
  • 180  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 23.01/05.02.1903.
  • 181Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 17/30.08.1905.
  • 182Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 16/29.01.1906.

48Le fonctionnement de l’Église catholique est ainsi considérablement entravé : la présence d’évêques auxiliaires est cruciale pour contrôler de vastes diocèses et y assurer la vie sacramentelle. Dans le Grand-Duché de Finlande, les huiles saintes se font si longtemps attendre que la Congrégation des Affaires ecclésiastiques finit par intervenir, en réprimandant la curie épiscopale de Mohilev179. L’administration du sacrement de confirmation nécessite souvent de longues attentes et constitue un cas intéressant. En effet, le droit canon prévoit que ce sacrement soit régulièrement proposé aux fidèles par l’évêque qui en est le « ministre ordinaire » (comme le dira le code de 1917, can. 782 § 1), même si certains prêtres peuvent l’administrer s’ils ont reçu un indult du Saint-Siège. Cette situation constitue l’une des différences avec la discipline de l’Église orthodoxe russe qui admet que le prêtre confère ce sacrement. En 1903, le curé de Saint-Louis-des-Français de Moscou exprime bien les difficultés créées par la pénurie épiscopale dans un environnement orthodoxe. Le père Libercier se plaint de l’annulation d’une visite de l’archevêque de Mohilev alors que le sacrement de confirmation n’a pas été donné à Saint-Louis depuis 1895. Le dominicain français fait alors pression sur la curie généralice de l’ordre des prêcheurs pour « obtenir du S[aint]-Siège la permission de donner la confirmation » à la fois pour « l’intérêt des âmes » et « l’honneur de l’Église catholique » car « les prêtres orthodoxes administrent eux-mêmes la confirmation après le baptême, et ils ne se gênent pas pour dire tout haut que nous ne pouvons même pas fournir aux fidèles le sacrement qui achève en eux ce que le Baptême a commencé »180. Après une nouvelle demande en 1905181, cette permission est finalement accordée et le père Libercier confirme des enfants début 1906182.

Le recrutement des évêques : le vivier pétersbourgeois en accusation

  • 183  A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 755 (art. XII).
  • 184  Wlodzimierz Ledóchowski (1866-1942) : issu d’une famille de la noblesse polonaise (par son père) e (...)
  • 185  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 2, f. 96-123 : Skirmunt, Promemoria « La situazione della (...)
  • 186  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 939, fasc. 318, f. 21-22 : lettre de Ledóchowski, 19.10.1915, italien (...)

49La faiblesse de l’épiscopat est un thème qui revient fréquemment dans le contexte des nominations épiscopales, qui constituent des moments clés où le Saint-Siège examine les candidats proposés par l’État. En effet, le concordat de 1847 prévoit, pour la « désignation des évêques […] un concert préalable entre l’Empereur et le Saint-Siège »183. Les deux consulteurs officieux le plus fréquemment interrogés sur ces questions au début du XXe siècle ‑ Mgr Skirmunt et le père Ledóchowski184 ‑ s’accordent pour accuser l’État de choisir des candidats « faibles », c’est-à-dire qui lui sont soumis. Mgr Skirmunt conseille ainsi d’« éliminer sans pitié les nombreuses personnes sans caractère et sans capacité qui sont comme d’habitude présentées par le gouvernement »185. Interrogé sur la candidature de l’abbé Godlewski à Luck-Žitomir en 1915, le père Ledóchowski se montre hostile à ce personnage qui vient « presque chaque année à Rome » mais au « caractère faible plutôt féminin ». Plus profondément, Ledóchowski repousse de façon systématique les candidats passés par l’Académie de Saint-Pétersbourg pour éviter de faire du passage par « Pétrograd une voie pour devenir évêque », ce qui serait un « système byzantin »186.

  • 187  Voir Академія духовная римско-католическая, dans Енциклопедическiй словарь, t. I, Saint-Pétersbour (...)
  • 188Академія духовная римско-католическая, dans Енциклопедическiй словарь, t. I, Saint-Pétersbourg, 18 (...)
  • 189  ASV, S. Congr. Concist. Relat., 517, Mohilovien, 1913, f. 9.
  • 190  Sur le mariavitisme, voir infra, p. 78-80.
  • 191  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 928, fasc. 305, f. 9-10 : anonyme [Benigni], Note, 25.01.1909 matin, (...)

50L’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg est effectivement une institution de formation qui accueille l’élite des prêtres à leur sortie des séminaires diocésains : elle constitue tout naturellement un vivier de recrutement pour le corps épiscopal187. Cependant, cette institution a une histoire particulière, marquée par l’influence du gouvernement russe. En effet, le département de théologie de l’Université de Vilna devient en 1833 l’« Académie ecclésiastique romano-catholique », reprenant ainsi le terme utilisé par les institutions supérieures de formation des prêtres orthodoxes. En 1842, cette Académie est déplacée à Saint-Pétersbourg et prend le qualificatif d’« impériale », ses ressources économiques sont alors assurées par l’État. Après la fermeture de l’Académie ecclésiastique de Varsovie en 1867, l’Académie de Saint-Pétersbourg accueille également les prêtres étudiants polonais. Sous la surveillance du gouvernement, cette institution est de surcroît en pleine crise au début du XXe siècle : le nombre d’étudiants s’effondre (de 58 en 1888188 à 12 en 1913189) et l’institution est touchée de plein fouet par la crise mariavite190. Plusieurs cadres de ce mouvement hétérodoxe sont d’anciens élèves de l’Académie et la situation est telle que l’un des responsables de l’Académie doit se rendre en 1909 à Rome pour répondre aux « accusations » sur la responsabilité de l’institution dans l’émergence de cette « hérésie »191.

Les évêques, des traîtres en puissance ?

  • 192  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispoved (...)

51De même que l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg dépend financièrement de l’État, les évêques ‑ comme tous les ecclésiastiques catholiques ‑ sont des fonctionnaires rémunérés par le Trésor. À cette dépendance financière s’ajoute une dépendance symbolique car les évêques sont nommés par l’empereur et lui prêtent serment avant même de faire allégeance au pape192.

  • 193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 282, f. 45-47 : Giovanni Kamienski, Mémorandum, 04.04.1907 (...)
  • 194 Ibid., fasc. 283, f. 10 : Joseph Bonnet à « Eminence », Saint-Pétersbourg, 19.11.1909.
  • 195  Le texte de la circulaire est conservé en version russe (f. 126) et en traduction italienne (f. 12 (...)
  • 196  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 118-121 : O’Rourke à un père assomptionniste, Dunab (...)
  • 197  AA.EE.SS., III, Russia, fasc. 313, pos. 935, f. 49-53 : Ropp à De Lai, 21.01/03.02.1914.
  • 198  Cf. ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 11 : note du 17.03.1914.

52De cette situation de dépendance, on glisse parfois vers des conflits de fidélités dans lesquels certains évêques apparaissent comme des traîtres. Mgr Wincenty Kluczyński (1847-1917) apparaît dans les sources romaines comme le prototype de l’évêque-traître. Dépeint comme un « candidat du gouvernement », on l’accuse même d’être un agent de l’État car il aurait accepté en 1902 de convaincre l’évêque de Vilna d’annuler une circulaire contre les écoles paroissiales orthodoxes193. Pressenti pour devenir archevêque de Mohilev, il est vivement critiqué par un prêtre français desservant l’église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg qui se fait l’écho des rumeurs circulant dans la capitale : « le clergé se demande ici si le Vatican a perdu la tête. Pour ma part, je ne puis croire à une telle imprudence de la part d’un Pontife aussi consciencieux que Pie X, et garde encore l’espoir que la nouvelle en est fausse »194. Il est pourtant nommé archevêque de Mohilev le 7 avril 1910 et ordonné évêque le 29 mai suivant. Mais c’est surtout sa circulaire du 22 novembre 1913 sur la question des conversions qui provoque une crise profonde195. Cette circulaire entérine les restrictions au « droit » de conversion faites par le gouvernement depuis avril 1905 et offre un cadre canonique pour punir les prêtres ayant contrevenu aux dispositions gouvernementales. Pour le père O’Rourke, « c’est à une nouvelle persécution et peut être même sanglante que l’Archevêque livre les meilleures de ses brebis »196 et, selon Mgr de Ropp, « ce pas inqualifiable de l’archevêque » est une « ombre » jetée sur les « pauvres néocatholiques »197. Le Saint-Siège exercera alors une forte pression sur Mgr Kluczyński pour qu’il annule cette circulaire198. Quelques mois plus tard, le 22 septembre 1914, l’archevêque démissionne et est nommé archevêque titulaire de Philippopolis.

L’émergence timide d’une solidarité épiscopale

  • 199  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Le Saint-Siège se contentera d’écrire à l’archev (...)
  • 200ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 143-144 : Scapinelli di Leguigno à Domenico Ser (...)
  • 201  ASV, S. Congr. Concist. Relat., 517, Mohilovien, 1913, f. 29-30.
  • 202  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913, Procès-verbal, p. 6, document 61.
  • 203  Ropp à Merry del Val, Saint-Pétersbourg, 11/24.08.1907, dans AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N (...)
  • 204  Décision contestée dans une lettre de Ropp au président du Conseil des ministres (Vilna, 21.09.190 (...)
  • 205  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 10-14 : anonyme [G. Quénard], « Notes – Vilna », f (...)

53Face à cette situation tendue, dans laquelle les nominations épiscopales posent problème et où les candidats sont fréquemment accusés d’être des traîtres à l’Église « persécutée », l’épiscopat est travaillé ‑ dans le contexte de la révolution de 1905 ‑ par des évolutions. Une identité collective des évêques émerge lentement. La réunion des évêques polonais en décembre 1906 « en conférence régulière » constitue un véritable événement puisque ces conférences épiscopales étaient interdites depuis de longues années. Les évêques vont jusqu’à demander à Rome l’approbation des actes de cette réunion199. Dans l’Empire russe proprement dit les choses sont plus complexes. En octobre 1911, les évêques se rencontrent à Saint-Pétersbourg avec la permission du gouvernement200. Cette réunion, mentionnée par Mgr Kluczyński lors du rapport de 1913 à l’occasion de sa visite ad limina, demeure toutefois une exception car le gouvernement interdit tout synode diocésain (réunion des prêtres d’un diocèse autour de l’évêque) ou concile provincial (réunion des évêques et membres du clergé des diocèses d’une province ecclésiastique)201. Cette entente entre les évêques constitue toutefois, aux yeux de Rome, une clé essentielle pour résoudre les problèmes de l’Église en Russie. Lors de la réunion des cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de 1913 consacrée à la crise de cette Église, le cardinal Rampolla propose de discipliner l’épiscopat en demandant aux évêques d’agir « de façon unie »202. La crise Ropp en 1907 reflète également cette quête d’identité de l’épiscopat. Les revendications de Mgr de Ropp révèlent un souci de se distinguer de l’épiscopat orthodoxe (en refusant d’être un « employé » du gouvernement) tout en obtenant les mêmes droits que lui (siéger à la Douma). Comme Mgr de Ropp le dit avec panache à Stolypine : « ni moi, ni aucun évêque catholique nous ne sommes ni ne seront [sic] des employés de l’état »203. Cependant, l’inéligibilité des évêques catholiques à la Douma est proclamée par le Sénat204 et cette crise s’achève sur l’échec de l’évêque de Vilna qui se dit d’ailleurs « très affecté par le silence absolu qu’ont gardé à son égard ses collègues évêques de Russie et de Pologne pendant toutes ses épreuves. Un seul, lui a exprimé ses condoléances (en grand secret) »205.

Du contrôle étatique à l’isolement

54Si la délicate situation de l’épiscopat s’explique en partie par la pression exercée par l’État, cette pression s’exerce sur l’ensemble de l’Église catholique depuis la fin du XVIIIe siècle.

Tutelle financière et administrative

  • 206  Oukases impériaux du 25 décembre 1841 (PSZ, II, XVI, N°15153) et du 10 mai 1843 (PSZ, II, XVIII, N (...)
  • 207  Oukase impérial du 14/26.12.1865, dans Dziennik Praw Królestwa Polskiego, vol. 63, p. 368, cité pa (...)
  • 208  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 113. Voir aussi A. Petrani, Kolegium Duchowne w Peter (...)
  • 209  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 61.
  • 210 Ibid., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispovedanij, Saint-Pétersbourg, 1896 (...)
  • 211  Il recueille l’héritage des institutions judiciaires créées aux XVIIIe-XIXe siècles pour le traite (...)
  • 212  Bellocchi, IV, p. 288-291.
  • 213  Document édité dans A. Petrani, Kolegium Duchowne… cit., p. 139-140.

55D’un point de vue financier, l’État sécularise les biens de l’Église catholique en deux temps : d’abord dans les années 1840 dans les provinces occidentales de l’Empire206 puis, après la révolte polonaise de 1863, dans le Royaume de Pologne207. De plus, le Collège ecclésiastique catholique romain de Saint-Pétersbourg208, forgé sur le modèle du Saint-Synode orthodoxe209, permet à l’État d’exercer une tutelle sur l’Église. Cette institution, présidée par l’archevêque de Mohilev, est sous le contrôle des ministères de l’Intérieur, de la Justice et du Sénat. Ses fonctions sont variées : judiciaires (juridiction d’appel des consistoires ecclésiastiques de chaque diocèse sauf pour les affaires matrimoniales), financières (sommes spéciales pour le clergé et la construction des lieux de culte) ou encore informatives (concentrer les informations sur les institutions et les biens de l’Église, transmettre au gouvernement les propositions de la hiérarchie)210. Malgré son origine assez ancienne211, cette institution constitue un sujet de vif conflit entre la Russie et le Saint-Siège en 1867 : le décret du 22 mai 1867 donnant au Collège la compétence de décider quelles affaires devaient passer au Siège apostolique pour être jugées est condamné publiquement par Pie IX dans l’encyclique Levate du 27 octobre suivant212. L’affaire se tasse enfin lorsque le pouvoir civil s’engage à rester en dehors des affaires spirituelles (déclaration du cardinal Antonelli, 1875)213.

  • 214  Voir les articles Исповѣданіа иностранныя, dans Енциклопедическiй словарь, t. 25, p. 445 et Минист (...)
  • 215  Les affaires de l’Église géorgienne sont gérées par le Saint-Synode. Celles des vieux-croyants et (...)
  • 216  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 11-16 : anonyme [Skirmunt], « Russia. Archidiocesi (...)

56Pour le reste, le catholicisme dépend du Département des cultes étrangers, dont la création remonte au début du XIXe siècle. D’abord dépendant du Ministère de l’Instruction publique, ce Département passe sous la tutelle du Ministère des Affaires intérieures après 1832214. Cette institution, sur laquelle l’historiographie ne s’est penchée que tardivement, gère les affaires religieuses des groupes ethniques non-russes (juifs, karaïtes, musulmans, lamaïstes, Église arménienne grégorienne, Église catholique arménienne, catholiques, luthériens)215. Ce Département fait l’objet de nombreuses plaintes à Rome, émanant d’informateurs polonais, qui l’accusent de partialité et d’anti-catholicisme. Pour Mgr Skirmunt, la composition du personnel du Département en 1916 constitue une « véritable provocation pour le Saint-Siège et les catholiques de Russie » car « les deux employés, malheureusement, sont apostats, ‑ le Directeur ‑ Polonais passé au schisme, et le Vice-directeur ‑ ancien élève du Séminaire Gréco-Ruthène de Léopol qui fut expulsé de ce Séminaire »216. Il est toutefois difficile d’évaluer la pertinence de ces accusations, une étude approfondie du personnel du Département des cultes étrangers faisant encore défaut.

Un isolement construit : le biais étatique entre Rome et les catholiques russes

  • 217  Certains catholiques demandent ainsi à leurs correspondants occidentaux d’utiliser des lettres rec (...)
  • 218  Oukase impérial du 14 décembre 1772 (§ 9), dans PSZ, t. XIX, N°13922, p. 688 ; version latine dans (...)
  • 219  Rescrit du 13 décembre 1803, dans PSZ, t. XXVII, N°21.078 et 21.421.
  • 220  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispoved (...)
  • 221  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 8-9.
  • 222  Bulle Promulgandi pontificias, 29 septembre 1908, dans Bellocchi, VII, p. 323-324.
  • 223  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Relazione, p. 16-17.
  • 224  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 9, document 58.
  • 225  Né dans une colonie allemande en 1862 dans le gouvernement de Samara, il effectue ses études au sé (...)
  • 226  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 10 : Michele Tamarati à Merry del Val, Rome, 12.01. (...)
  • 227  Le télégraphe permet ainsi d’accélérer les échanges, du moins pour les espaces situés sur des lign (...)

57À cette tutelle s’ajoute un effort de l’État pour isoler les catholiques russes du reste du monde catholique. Au-delà des interférences dans les correspondances privées217, l’État filtre toute la correspondance officielle du Saint-Siège par le canal de la représentation diplomatique russe à Rome puis du Ministère des Affaires intérieures. Cette disposition, qui remonte à la fin du XVIIIe siècle218, est confirmée en 1803 lors de la création d’une représentation russe auprès du Saint-Siège219 puis par le paragraphe 17 du Statut des confessions étrangères (version de 1896) qui rappelle que « les chrétiens de confession catholique romaine, les ecclésiastiques et les laïcs, sujets du Souverain russe, ne peuvent communiquer avec le Saint-Siège qu’à travers le Ministère de l’Intérieur » et que les documents du Saint-Siège ne peuvent être publiés qu’avec l’accord de l’empereur220. Au tout début du XXe siècle, la communication des actes du Saint-Siège se fait dans le monde entier par l’envoi des décrets directement aux évêques mais « quant à la Russie, pour éviter des complications, on les envoyait de fait par le biais de la Légation impériale »221. La situation se complique après la création le 1er janvier 1909 des Acta Apostolicae Sedis qui deviennent le journal officiel du Saint-Siège222. La notification des décisions romaines se fait alors par l’envoi des Acta Apostolicae Sedis aux évêques par le biais de la Légation russe. Dans un premier temps, cette modification ne suscite aucun problème mais, le 1er décembre 1910, une circulaire du Ministère de l’Intérieur récuse toute valeur juridique aux nouveaux décrets du Saint-Siège. La Légation à Rome et le Ministère de l’Intérieur commencent à faire le tri dans les Acta à grands coups d’encre rouge223. Le gouvernement « ne se limit[e] pas à la pure formalité de la transmission des actes pontificaux par le moyen de la Légation près le Saint-Siège » mais assure « l’examen préliminaire et la sanction » de ceux-ci : cette situation inquiète le Saint-Siège et, en janvier 1911, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires se saisit de cette question224. De leur côté, les évêques se résignent à cette situation, comme Mgr Kessler, évêque de Tiraspol225, fait ainsi dire au secrétaire d’État par l’un de ses prêtres de passage à Rome que « la liberté religieuse » étant « réduite à rien », il faut respecter la « nouvelle circulaire du Ministère » et « prier le Saint-Siège qu’il nous envoie de nouveau tous les encycliques et règlements par l’intermédiaire de notre gouvernement, usque ad meliora tempora »226. Cet isolement politiquement construit s’ajoute donc à un certain isolement matériel, qui tend toutefois à s’estomper au gré du développement de nouveaux moyens de communication227 mais à s’accentuer dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

58Ainsi fragilisée dans ses structures hiérarchiques et mise sous tutelle, l’Église catholique de Russie s’installe dans un réel isolement, dont découlent certaines spécificités canoniques et religieuses, qui lui confèrent un profil particulier.

Une vie religieuse en marge du catholicisme européen

  • 228  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 895, fasc. 290, f. 14 : Gasparri (secrétaire de la Congrégation des A (...)
  • 229  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 895, fasc. 290, f. 15-16 : Gasparri à De Lai, s. d., italien. Il s’ag (...)
  • 230Ibid., f. 19 : De Lai à Gasparri, 04.02.1905, s. n.

59La lenteur de l’intermédiaire étatique pose des problèmes. Ainsi, lors des translations d’évêques d’un diocèse à un autre, la remise de la « bulle de translation » par le biais du gouvernement n’a souvent lieu que bien après l’annonce de la translation dans les journaux, ce qui crée des incertitudes sur les détenteurs de l’autorité et du pouvoir de juridiction épiscopaux. En 1904, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires reçoit ainsi deux recours de paroisses de Płock contre Mgr Szembek. Ce dernier, qui a été transféré lors du consistoire de novembre 1904 de Płock à Mohilev mais qui n’avait « pas encore reçu du Saint-Siège [de] notification officielle de sa translation », avait continué à exercer à Płock des actes de juridiction épiscopale228. Le Saint-Siège cherche à résoudre ce problème spécifique à la Russie. La Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires interroge la Congrégation du Concile afin de savoir « si cette notification authentique est nécessaire aux termes du Décret d’Urbain VIII ou bien si l’information fournie, par exemple, par les feuilles publiques, du gouvernement ou par un autre moyen similaire pourrait suffire »229. Cependant, la Congrégation du Concile ne propose aucune réponse230 et le problème demeure.

  • 231  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 15/28.05.1911.
  • 232  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza. Relazione, febbraio 1913, p. 16-17.
  • 233  Epistola Ex quo, 26.12.1910, dans AAS, 1911 (3), p. 117-121. Voir aussi ACO, rub. 100 (1910-1911), (...)
  • 234  Motu proprio Sacrorum Antistitum, 01.09.1910, dans AAS, 1910 (2), p. 655-680.
  • 235  Constitution apostolique Divino afflatu, 01.11.1911, dans AAS, 1911 (3), p. 633-651.
  • 236  Cf. D. Menozzi, Chiesa, pace e guerra nel Novecento: verso una delegittimazione religiosa dei conf (...)

60Au-delà du cas des translations, l’intermédiaire étatique pose le problème de l’homogénéité du corpus doctrinal et canonique reçu par les catholiques de Russie. En effet, certaines prescriptions sont censurées lors du passage par le canal officiel. Le père Libercier, résidant en Russie en 1911, souligne ce problème : « les questions concernant le modernisme, la communion des petits enfants et surtout les mariages mixtes orthodoxes sont tenues sous le silence le plus absolu »231. À ces décrets romains « bloqués » à la frontière s’ajoutent ‑ au moins232 ‑ la lettre sur l’article du prince Max de Saxe233, le motu proprio Sacrorum Antistitum sur le modernisme234, la constitution sur la réforme du bréviaire romain235, la pastorale pour le temps de guerre mise en place par Benoît XV236. Parmi ces mesures romaines, un cas est amplement documenté dans les archives vaticanes : le décret Ne temere.

  • 237  Pour un bilan de la législation sur les mariages mixtes de Pierre le Grand à 1917, voir Л. Е. Гори (...)
  • 238  Oukase du 23.11.1832 (PSZ, II, t. VII, N°5767 ; version française dans A. Theiner, Vicissitudes… c (...)
  • 239  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 145-147 : Boulatzell à Merry del Val, 09.05.191 (...)
  • 240  R. Naz, Mariage en droit occidental […] XXI- Mariage mixte, dans DDC, VI, 1957, col. 784-787.
  • 241  Texte dans ASS, 1907 (40), p. 525-530. Voir aussi AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911 (...)
  • 242  J. Moir, Canadian Protestant Reaction to the Ne Temere Decree, dans Société Canadienne d’Histoire (...)
  • 243  Cette lettre du 13 juin 1910 est mentionnée dans la lettre du secrétaire de la Congrégation des Af (...)
  • 244  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 45 : Lugari, assesseur du Saint-Office, à Scapinell (...)
  • 245  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 60-61 : Lugari à Scapinelli di Leguigno, Rome, 19.1 (...)
  • 246Catholicisme, XIII, col. 785-789.

61La nouvelle législation romaine sur les mariages mixtes, c’est-à-dire entre deux personnes de confessions différentes, pose des problèmes sévères237. En effet, la loi russe impose depuis 1832 qu’un mariage entre un orthodoxe et un non-orthodoxe soit célébré par un prêtre orthodoxe et qu’un engagement écrit soit pris pour que tous les enfants soient élevés dans l’orthodoxie238. Si toutes ces conditions sont réunies, alors le mariage peut aussi être béni également par un prêtre de l’autre confession239. De son côté, l’Église catholique considère que la disparité de culte provoque un « empêchement de mariage », qui peut toutefois être levé par une dispense demandée aux autorités religieuses240. Le décret Ne temere de la Congrégation du Concile du 2 août 1907 (applicable à partir de Pâques 1908) invalide les mariages mixtes s’ils sont conclus en l’absence du prêtre catholique et d’une dispense de l’autorité légitime241. Dans les pays où se trouvent des populations mixtes catholique-protestante, comme l’Irlande du Nord ou le Canada, ce décret pose problème242. En Russie, le décret est communiqué aux ordinaires par la voie officielle mais, en avril 1910, une circulaire du Ministère de l’Intérieur interdit d’appliquer un décret pontifical contraire aux lois de l’Empire, ce qui concerne évidemment Ne temere. Certains évêques se tournent alors vers Rome pour obtenir une exemption dans le cas des mariages catholiques-orthodoxes, comme l’évêque de Włocławek en juin 1910243. L’affaire est remise entre les mains du Saint-Office. La Suprême s’informe des précédents, en particulier de la décision prise en 1844 par la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de « déclar[er] valide les mariages mixtes clandestins contractés et à contracter dans le futur dans l’Empire russe et la Pologne russe »244. Finalement, le 14 décembre 1910, les cardinaux du Saint-Office décident d’écrire aux évêques catholiques de l’Empire qu’aucune « résolution rapide » de la question n’est possible et qu’en attendant il s’agit « d’éviter les conflits » avec le gouvernement en dissuadant les fidèles de contracter des mariages mixtes et éventuellement de recourir toties quoties (aussi souvent que nécessaire) au Saint-Siège pour la « sanazione in radice de ces mariages »245, c’est-à-dire à une procédure qui permet de rendre valides rétroactivement des mariages qui étaient nuls canoniquement246. La décision est donc semblable à celle de 1844 (valider des mariages mixtes clandestins), à la différence que le Saint-Siège refuse d’effectuer des sanations collectives et exige des recours individuels, ce qui complique la tâche des fidèles mais renforce l’autorité de Rome.

De la marge à la rupture : le mariavitisme, symptôme d’une prédisposition au schisme ?

62Cet isolement inquiète Rome car une Église faite de particularismes peut devenir une proie facile pour un schisme. La défection de plusieurs centaines de milliers de gréco-catholiques au cours du XIXe siècle justifie l’inquiétude romaine et l’apparition au début du XXe siècle du mariavitisme démontre que des tendances schismatiques peuvent se développer également au sein du catholicisme de rite latin.

  • 247  Cf. E. Appolis, Une Église des derniers temps, l’Église mariavite, dans Archives de sociologie des (...)
  • 248  ACDF, Decreta SO, 1904, f. 198-199 : Feria IV, die 31 augusti 1904, Mohilovien – Polocen – De Feli (...)
  • 249  Bellocchi, VII, p. 206-210.
  • 250Decretum Sanctae Romanae et Universalis Inquisitionis, Feria IV die 5 Decembris 1906, dans Pii X P (...)
  • 251  E. Appolis, Une Église des derniers temps… cit., p. 57-58.
  • 252  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 10 : anonyme [Skirmunt], « I cosidetti «Mariaviti» (...)
  • 253  E. Appolis, Une Église des derniers temps… cit., n. 5 p. 53 ; Paul W. Werth, Arbiters… cit., p. 19 (...)
  • 254  P. W. Werth, Arbiters… cit., p. 194.
  • 255DTC, t. XII-2, col. 2468 (Pologne) et t. XV-2, col. 2435 (Utrecht).

63Le mariavitisme peut être défini comme une secte séparée du catholicisme fondée sur une doctrine millénariste et mariale. Cette doctrine s’inspire des révélations du Christ à une religieuse polonaise, Feliksa Kozłowska (1862-1921), également appelée Mateczka (petite mère). Après ces révélations (reçues en 1893), elle fonde la congrégation des mariavites, un « ordre de religieux et de religieuses qui suivent les règles de saint François d’Assise, et dont les membres se donnent pour buts l’adoration perpétuelle du Saint Sacrement et l’imitation des vertus de la Vierge »247. L’austérité de ce groupe attire des adhérents, notamment de jeunes prêtres, anciens élèves de l’Académie de Saint-Pétersbourg, comme Jan Michał Kowalski. En 1903, Mateczka se rend à Rome pour « faire régulariser sa congrégation » par le pape, mais elle arrive au moment du conclave. Les condamnations s’accumulent très rapidement : en 1904, le Saint-Office publie un décret contre Mateczka248 ; la lettre aux évêques de Pologne Tribus circiter du 5 avril 1906 excommunie les mariavites249 et, le 5 décembre 1906, un décret du Saint-Office excommunie personnellement Kowalski et Mateczka250. Dès lors, la doctrine mariavite s’imprègne d’un « antiromanisme agressif », le dernier pape considéré comme légitime est Léon XIII, le veto autrichien lors du conclave de 1903 étant perçu comme invalidant l’élection de Pie X251. Après une première période de relative indifférence, l’État russe intervient en défense de l’Église catholique (notamment dans les conflits parfois violents sur les propriétés ecclésiastiques), avant de changer de politique. Les mariavites sont désignés dès novembre 1906 comme une « secte religieuse »252 et, en 1909, ils obtiennent le statut de « confession chrétienne » qui leur permet à partir de 1912 de conserver leurs registres paroissiaux, d’obtenir une confirmation impériale des évêques et même de bénéficier de certains avantages financiers253. Selon l’historien Paul Werth, certains aspects de la doctrine mariavite, comme la condamnation du nationalisme et le refus de l’engagement politique expliquent l’intérêt du gouvernement pour ce groupe254. Les mariavites se développent rapidement et prennent la direction de nombreuses églises (la cathédrale est à Płock), écoles, orphelinats, ouvroirs, coopératives, sociétés d’épargne et de prêts mutuels. On estime le nombre de fidèles à 200 000 en 1909 et à 400 000 en 1914 (avec 44 églises et 166 chapelles)255.

  • 256  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. III : Memoriale de Dioec (...)
  • 257 Il Mariavitismo in Russia, dans CC, 18.03.1911 (62-I-1458), p. 731-736.
  • 258La Russie contre le catholicisme. Diviser pour régner, dans La Croix, 03.03.1914 (35-9498), p. 1.
  • 259  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 140 : mémorandum du secrétaire d’État au gouver (...)
  • 260 La setta dei Mariaviti nella Polonia russa, dans CC, 18.12.1909 (60-IV-1428), p. 737-738.

64Ces succès suscitent localement bien des inquiétudes : l’administrateur apostolique de Vilna considère l’hérésie mariavite comme l’une des principales difficultés du diocèse en 1910256. Cependant, à l’étranger, l’opinion catholique est alertée sur l’attitude du gouvernement257, considérée comme une instrumentalisation de ce courant hétérodoxe pour diviser les catholiques258. Le Saint-Siège prend l’affaire très au sérieux (un point entier – § 4 – du mémorandum de 1912 y est consacré259), d’autant que le mariavitisme a des ramifications internationales. L’union des mariavites avec les vieux-catholiques d’Utrecht est scellée dès 1909 : Kowalski reçoit la consécration épiscopale dans la cathédrale Sainte-Gertrude d’Utrecht et prend le titre d’archevêque-primat de Płock. Mais « ce qui […] inquiète le plus » les milieux romains ce « sont les négociations d’union entre les Mariavites et l’Église orthodoxe russe ». En effet, des rumeurs circulent dans la presse russe sur une possible « reconnaissance du rite latin par le Synode » d’autant qu’un village catholique, mécontent de son curé, aurait « demandé de passer à l’orthodoxie à condition de conserver le rite latin »260. Rome commence ainsi à craindre que des sectes « nationales », issues du catholicisme, soient intégrées par l’Église orthodoxe russe qui reconnaîtrait le rite latin à l’image de sa propre reconnaissance des rites orientaux.

Les communications entre le Saint-Siège et l’Église locale : sources d’information et réseaux d’action

65La difficulté, voire l’impossibilité, des communications directes ouvre ainsi des voies alternatives et des réseaux parallèles qui renforcent encore l’originalité de la situation russe.

De rares contacts directs : visites ad limina et émissaires

  • 261  Rares sous l’Ancien régime à l’âge du gallicanisme triomphant, les visites ad limina deviennent pl (...)
  • 262  ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec., 533 (Mohilovien) : Zylinski (archevêque de Mohilev), Relatio (...)
  • 263Ibid., 854, Varsavien.
  • 264  En 1910, un « tour » est organisé pour les évêques des différentes régions du monde. Voir A. Boudi (...)

66Les visites ad limina constituent un bon indicateur de la qualité du lien entre les évêques d’une nation et le Saint-Siège, comme le démontrent les études menées sur le cas français261. Au XIXe siècle, on ne compte presqu’aucune visite ad limina de Russie et de Pologne. Pour les diocèses de Russie, les archives de la Congrégation du Concile conservent des rapports sur l’état des diocèses de Mohilev et de Samogitie de 1861 mais qui ont été envoyés « par un moyen secret », donc en dehors d’une visite à Rome des évêques262. Le début du XXe siècle contraste avec cette situation. Dans le royaume de Pologne, alors que pour Varsovie, aucune visite n’est documentée entre 1808 et 1895, Mgr Vincent Popiel remet deux relationes de visites ad limina le 11 mai 1895 et le 25 octobre 1904263. En 1913, année consacrée aux visites ad limina de cette partie de l’Europe264, sept visites sont documentées dans les relationes de la Congrégation consistoriale : Varsovie, Płock, Sandomir, Włocławek, Mohilev, Tiraspol et Vilna. Cinq diocèses ne participent toutefois pas au mouvement : Kielce, Lublin et Sejny pour la zone polonaise, Luck-Žitomir et Samogitie pour la Russie même. Il s’agirait de mieux comprendre ces absences, notamment pour la Pologne, puisque les trois diocèses en question sont pourvus d’évêques. Luck-Žitomir, en revanche, est vacant et le siège de Samogitie est occupé par Mgr Cyrtowt, qui est malade et meurt en septembre 1913.

  • 265  « Desiderata generis specialis S. Sedi expressa ab Illmo ac Revmo D. Vincentio Kluczynski », Rome, (...)
  • 266  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 9 (Merry del Val), document 61

67La visite ad limina constitue une occasion particulière de communication entre le Saint-Siège et les évêques, très attendue de part et d’autre. Ainsi, Mgr Kluczyński, en vue de son séjour à Rome, prépare par écrit des desiderata résumant ses revendications265 et la Secrétairerie d’État décide, de son côté, d’attendre sa venue pour lui communiquer les instructions préparées par la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires lors de la session du 16 février 1913266. Ces visites sont également l’occasion de prendre conscience du lien qui doit relier les évêques à Rome. On ressent cette romanisation en creux dans la lettre que Mgr Kakowski, nouvel archevêque de Varsovie (élu en mai 1913 et consacré en juin), écrit à son retour de la Ville :

  • 267  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 297, f. 21-22 : lettre de Kakowski, 30.08.1913 (orth.).

Je suis heureux d’avoir fait une visite ad limina Apostolicarum. C’est sans contredit le premier cas, qu’un évêque polonais ait [sic] allé immédiatement après sa consécration tout droit de Saint-Pétersbourg à Rome. Je regarde cette circonstance comme une grâce particulière du bon Dieu et une faveur spéciale. Jusqu’à ce moment je ne connaissais, que Rome privée, à présent j’ai connu Rome officielle, et j’en enchanté [sic]. Tous ces grands personnages, que j’ai eu l’occasion et le bonheur de connaître personnellement m’ont impressionné beaucoup. Le Saint Père, le Cardinal Secrétaire d’État, les cardinaux Rampolla, De Lay [De Lai], Ferrata, Agliardi, Gasparri, Gotti et autres ont grandi en mes yeux. Je partis de Rome édifié, plus attaché au Saint Siège, informé sur l’état des choses, sur les intentions et les vues du Saint Siège, de sorte qu’en [sic] avenir je serai plus sûr de mes actions, tant plus que j’ai gagné cette conviction, que ma manière de voir les choses ecclésiastiques et d’agir n’était autre, que celle, que le Saint Siège voudrait voir en un évêque catholique267.

  • 268EC, 7, col. 633 (W. Wehr).

68Il faut ici rappeler qu’Aleksander Kakowski avait effectué ses études à Varsovie, à l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg mais aussi à Rome à l’Université Grégorienne (1883-1885) tout en résidant au Collège pontifical polonais. De plus, après avoir été ordonné prêtre pour le diocèse de Varsovie en 1886, il a exercé des charges dans son diocèse mais aussi à Saint-Pétersbourg où il a notamment été recteur de l’Académie ecclésiastique de 1910 à 1913268.

  • 269  S. Olszamowska-Skowrońska, Tentatives d’union des Vieux Croyants russes avec l’Église catholique, (...)
  • 270  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907.
  • 271  Sur Stanisław Trzeciak (1873-1944), voir R. Modras, The Catholic Church and antisemitism : Poland, (...)
  • 272  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 928, fasc. 305, f. 9-10 : note anonyme [Benigni], 25.01.1909. Sur Ben (...)

69Si les évêques parviennent souvent difficilement jusqu’à Rome, certains ordinaires utilisent des prêtres pour traiter des questions particulières avec le Saint-Siège. Ils peuvent ainsi s’appuyer sur des membres du clergé habitant dans la Ville. Mgr Symon, ancien évêque (auxiliaire de Mohilev en 1891 puis évêque de Płock en 1897) mais exilé de Russie en 1901 et devenu archevêque titulaire de Attalia et résidant à Rome269, transmet ainsi à la Secrétairerie d’État les questions de Mgr Denisewicz sur le groupe de rite gréco-russe en décembre 1907270. Les évêques peuvent également mandater un émissaire pour traiter une question particulière : en 1909, le père Trzeciak, qui a fait des études dans différents pays occidentaux (notamment à Rome) et qui enseigne à l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg de 1907 à 1918271, est ainsi reçu par Mgr Benigni, alors sous-secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, à la « secrétairerie » sur la question de la réforme de l’Académie en pleine crise mariavite272.

  • 273  Sur ce personnage, voir plus bas, p. 216.
  • 274  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909 : Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois (...)
  • 275  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 21 : note anonyme, 19.10.1913.
  • 276  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 163 : annexe à la lettre du prince Lubomirski a (...)

70De son côté, le Saint-Siège accorde une réelle importance dans son processus de décision à ces contacts avec les évêques ou leurs émissaires. En juillet 1909, c’est la présence à Rome du père Bois, assomptionniste273, qui explique qu’un de ses rapports sur le groupe de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg soit placé dans le sommario de la ponenza présentée aux cardinaux274. De même, lors de l’enquête de 1913 sur la provision du diocèse de Samogitie, l’opinion favorable de Mgr Kessler ‑ alors à Rome ‑ sur Mgr Karewicz est immédiatement portée au dossier275. Le rapport direct avec les autorités romaines semble donc bien plus efficace que les communications écrites envoyées de Russie par l’intermédiaire gouvernemental. Des voix se font ainsi entendre pour réclamer l’organisation d’une « communication non officielle » systématique entre l’Ėglise de Russie et Rome, c’est du moins ce que demande le prince Lubomirski à Merry del Val en 1910 car même s’il s’agit d’une « voie pas ordinaire », « la situation de l’Église dans notre pays étant exceptionnelle, c’est par des moyens exceptionnels aussi, qu’il faut agir »276.

Des communications secrètes entre Rome et l’épiscopat

  • 277  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 9, document 61. C’est dans ce (...)

71Malgré le caractère suspect de certains émissaires (Merry del Val reconnaît qu’« il y a des traîtres parmi le clergé et dans les Curies [épiscopales] elles-mêmes »277), le Saint-Siège recourt également souvent à des voies parallèles pour traiter les questions sensibles.

  • 278  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 12, italien. Le document se trouve e (...)
  • 279  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 65 : lettre à Mgr Nowak, 04.01.1911, N°48168, itali (...)
  • 280  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 12-13 : lettre de Skirmunt (probablement adressée (...)
  • 281  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1914), fasc. unico, f. 54 : note anonyme, italien.
  • 282Ibid., f. 52 : Légation de Russie à Merry del Val, 03.07.1914, Légation N°164, accompagné d’une an (...)

72Sur la question des mariages mixtes, la décision du Saint-Office sur le décret Ne temere, prise le 14 décembre 1910, n’est pas transmise à la Légation russe. Contrairement à la pratique normale, le 31 décembre, le secrétaire d’État « envoya par voie sûre et secrète une lettre circulaire analogue […] à tous les ordinaires des pays sujets à l’Empire russe »278. Ces « douze lettres, adressées aux révérendissimes archevêques et évêques de Russie et Pologne » sont confiées à l’évêque auxiliaire de Cracovie afin qu’elles « parviennent à destination de façon sûre et absolument secrète »279. En 1913, toujours sur la question des mariages mixtes, Mgr Skirmunt s’engage « à transmettre à destination les circulaires du Saint-Office, relatives aux mariages mixtes, par voie sûre »280. De même, un « rescrit […] a été transmis à la Curie de Varsovie par le biais de Monseigneur Skirmunt » le 17 juillet 1914281 alors que ce document qui accorde des « facultés nécessaires pour célébrer un mariage mixte » à l’archevêque de Varsovie « se trouve en discordance sensible avec les textes des lois de l’Empire qui régissent la même matière »282.

  • 283  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 5 : [Granito] Pignatelli di Belmonte à Merry del V (...)
  • 284  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1105, 1908. Ponenza, p. 4, italien.
  • 285  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302. Le 5 décembre 1907, le secrétaire d’État demande au c (...)
  • 286  La lettre du 27 mai arrive le 24 juin : AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 8-9 : Merr (...)
  • 287Ibid., f. 31-32 : Merry del Val à Ropp, 10.08.1908, N°31613 ; f. 37-39 : Ropp à Merry, 08/21.09.19 (...)
  • 288 Ibid., f. 26-27 : Joseph Teodorowicz à Merry del Val, Lemberg, [date illisible] 1908 (orth.).
  • 289  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 9-10 : Skirmunt à Merry del Val, Baden bei Wien, 2 (...)
  • 290  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, Sommario Num. VII : Ropp au secrétaire (...)

73Au-delà de la question des mariages mixtes, lorsqu’un conflit éclate entre le gouvernement russe et le Saint-Siège, comme lors de l’affaire Ropp, le système officiel de communication se grippe et des réseaux parallèles apparaissent. En octobre 1907, à la demande du nonce de Vienne, Mgr Skirmunt – en vacances à proximité de la capitale autrichienne ‑ prend contact « par une voie sûre » avec Mgr de Ropp. Mgr Skirmunt parvient à établir le contact par le biais d’un « envoyé spécial » à Vilna qui permettra à Skirmunt de transmettre à Merry del Val, le 25 octobre, deux lettres de Ropp écrites de Saint-Pétersbourg le 11/24 octobre 1907 et le 15/28 octobre 1907283. Au même moment, le chapitre de Vilna cherche à prendre contact avec le Saint-Siège pour trouver une solution pratique à la crise mais « le Gouvernement ne voulut pas transmettre directement cette supplique » : c’est ainsi que le chapitre « choisit la médiation de l’évêque de Samogitie, lequel consentit et envoya la supplique à Rome »284. En retour, en décembre 1907, Rome sollicite le réseau du cardinal Puzyna, archevêque de Cracovie, pour contacter le vicaire général de Vilna sans passer par la voie officielle de la Légation285. Les communications avec l’évêque de Vilna se révèlent de plus en plus complexes. À l’été 1908, l’obligation de recourir à un courrier ad hoc entre Mgr de Ropp et Rome provoque des retards très importants : les lettres du secrétaire d’État mettent un mois286, voire un mois et demi287, à rejoindre l’évêque de Vilna. Mgr Teodorowicz prétend en 1908 avoir trouvé « un excellent moyen de communication avec [Ropp], à l’aide duquel une lettre peut lui parvenir et sa réponse revenir à Rome dans l’espace de trois semaines »288. La multiplication des intermédiaires favorise cependant les fuites. En octobre 1907, le rapport envoyé par Mgr de Ropp sur sa conversation avec le ministre Vladimirov du 6/19 octobre et transmis par Mgr Skirmunt à la Secrétairerie d’État aboutit en « copie complète » sur les bureaux de Stolypine et de Vladimirov ! Mgr Skirmunt demande au secrétaire d’État de « faire une enquête sévère » sur ce « fait incompréhensible et infiniment triste […] que des documents secrets se trouvent dans les mains du gouvernement intéressé »289. Cette copie serait parvenue à Saint-Pétersbourg par le biais de l’ambassade russe à Vienne. Selon Mgr de Ropp « ce n’est donc que à Rome qu’elle a pû (sic) passer entre les mains de la légation russe » et cette fuite est perçue comme décourageant « une correspondance franche et sans réticences » avec Rome290.

Mgr Skirmunt : représentant de l’épiscopat polonais ou expert romain ?

  • 291  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 41-42 : Jourdan de la Passardière à Merry del Val, (...)
  • 292  R. Makrickas souligne l’importance de ce personnage pour les affaires lituaniennes dans les années (...)

74Pour la période abordée, à l’exception peut-être de Mgr Jourdan de la Passardière, évêque français très intéressé par les questions russes sous Léon XIII et qui continue au début du pontificat de Pie X à « soumettre à son Eminence le Cardinal secrétaire d’État les pensées que lui suggèrent les circonstances actuelles dans l’Empire Russe »291, le vecteur principal de l’information et des communications avec l’épiscopat au moins jusqu’en 1917 est Mgr Casimir Skirmunt. L’importance du travail d’information réalisé par ce prélat est attestée par les nombreux rapports conservés aux archives vaticanes et a été remarquée par plusieurs historiens292. En revanche, les sources d’information et les réseaux du prélat polonais demeurent mal connus.

  • 293  B. Skirmunt, W służbie Kościoła i Polski, Ks. Dr. Kazimierz Skirmunt, Vilna, 1931.
  • 294  Cf. C. Prudhomme, L’Académie pontificale ecclésiastique et le service du Saint-Siège, dans MEFRIM, (...)
  • 295  Ces informations sont tirées de la notice biographique rédigée par H. Fokciński, dans Polski słown (...)

75Kazimierz Skirmunt est né en 1861 dans la région de Vilna. Après des études secondaires à Riga, il étude le droit à l’université de Dorpat (actuelle Tartu) et se rend plusieurs fois à Moscou. Selon son frère, il sert pour la première fois de « messager secret » dans une négociation sur le diocèse de Vilna lors du pontificat de Léon XIII293. En 1884, il poursuit ses études à Wrocław et, en 1888, entre dans l’état ecclésiastique pour le diocèse de Cracovie. C’est alors qu’il rencontre le cardinal Albin Dunajewski, prince-évêque de Cracovie de 1879 à 1894. Dès 1888, il est envoyé à Rome où il réside au Collegium germanicum et étudie à l’Université grégorienne. Il est ordonné prêtre en 1893 et devient docteur en théologie en 1895. Il poursuit alors ses études à l’Académie des Nobles ecclésiastiques294. Il entre en 1897 à la Secrétairerie d’État et devient alors « l’intermédiaire confidentiel entre l’épiscopat polonais et le Saint-Siège ». Consulteur de la Congrégation de Propaganda Fide (1898) et de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1904), il collabore également avec la Congrégation consistoriale pour les nominations épiscopales. Parallèlement à ce travail d’expertise, qu’il poursuivra jusqu’à sa mort en 1931, il mène une activité journalistique en écrivant dans le journal Czas, un quotidien de Cracovie. Maîtrisant plusieurs langues, il diffuse également des informations dans d’autres quotidiens, comme La Croix (Paris), Vaterland (Vienne), Germania (Berlin), L’Osservatore romano (Rome) et L’Osservatore cattolico (Milan). En 1915, en tant que sujet autrichien, il doit quitter Rome et s’installe en Suisse dans l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln, où il reste jusqu’à la fin de la guerre (il reçoit même la nationalité suisse en 1919) et approfondit ses liens avec W. Ledóchowski. Prélat domestique dès 1904, il est nommé protonotaire apostolique en 1919295.

  • 296  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 296, f. 8-9 : Skirmunt à Merry del Val, Einsiedeln, 18.08. (...)
  • 297Ibid., pos. 907, fasc. 294, f. 74-75 : anonyme [Skirmunt], « La «tolleranza» religiosa in Russia » (...)
  • 298  ASV, archivio particolare di Pio X, b. 121 (corrispondenza giugno 1914), f. 460-462.
  • 299  Le Promemoria de décembre 1914 sur les relations entre le gouvernement russe et l’Église catholiqu (...)

76Véritable courroie de transmission, Mgr Skirmunt se doit d’être très réactif durant les périodes de crise. Il écrit ainsi à Merry del Val en août 1905 : « la situation est tellement compliquée partout, et les événements prennent une marche si rapide, que ma « chancellerie » ne peut pas prendre de vraies vacances »296. Ce travail intense permet à Mgr Skirmunt d’avoir une information actualisée. Dès le 19 avril 1906, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires reçoit une note détaillant un oukase du 13 avril 1906 sur des points de législation criminelle concernant les délits contre l’Église dominante297. Travailleur infatigable, Mgr Skirmunt s’adresse le plus souvent aux Secrétaires d’État (Merry del Val puis Gasparri) mais n’hésite pas également à transmettre des informations directement aux papes Pie X298 et Benoît XV299.

  • 300  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 2, f. 90-134 : Voto de Skirmunt, Rome, 06.12.1912, 31 p.  (...)
  • 301  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 41-42 : anonyme [Skirmunt], « Principi da osservar (...)
  • 302 Ibid., fasc. 295, f. 36-40 : anonyme [Skirmunt], « I bisogni i più urgenti della Chiesa nella Polo (...)
  • 303  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 938, fasc. 317, f. 59-60 : J. Brosselin à « monseigneur de Skirmunt à (...)
  • 304  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 19 : Skirmunt à « Eminence » (secrétaire d’État), (...)

77Mgr Skirmunt ne limite toutefois pas son travail à une simple transmission de l’information, il effectue également un travail de synthèse et de conseil. Par exemple, fin 1912, il rédige un copieux projet de réplique à la réponse russe au mémorandum du Saint-Siège300. Cette fonction de conseil le conduit parfois à se poser comme un véritable censeur des évêques. À plusieurs reprises, il recommande au Saint-Siège d’inciter les évêques à agir de concert. En 1903, il demande d’« exhorter souvent les évêques à avoir un accord intime entre eux dans les questions qui touchent de la même façon tous les diocèses »301. En 1906, il dessine les contours de l’« action du Saint-Siège souhaitée » en Pologne : pour remédier au « manque d’initiative dans l’épiscopat » et à « la désunion entre les évêques », Rome devrait encourager la collégialité mais aussi renforcer l’autorité « du Métropolite presque totalement ignoré »302. Mgr Skirmunt apparaît même comme une autorité alternative à l’épiscopat de Russie. Ainsi lorsqu’une Française de Pétrograd souhaite la célébration d’une messe avec exposition du Saint-Sacrement le 31 décembre 1915 à minuit pour prier pour la paix, elle s’adresse à Mgr Skirmunt en le « suppliant de [s’]intéresser à [leur] cause et de la plaider chaudement devant le Saint Père » dans la mesure où l’évêque « Monseigneur Cieplak, [a] refusé les documents ci-joints, sous prétexte qu’il serait difficile d’obtenir la faveur désirée »303. Plus largement, Mgr Skirmunt constitue une source d’information importante à l’occasion des nominations épiscopales. Ainsi, au printemps 1906, lors d’une consultation organisée par la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires au sujet des sièges vacants dans l’Empire russe, Mgr Skirmunt envoie au secrétaire d’État « tout ce qu’[il] [a] de meilleur dans [s]es listes de candidats » : une liste de noms et des rapports circonstanciés sur plusieurs candidats304.

Les sources d’information en question

  • 305Ibid., f. 65 et 66 : lettres du p. Bois, Saint-Pétersbourg. Jerzy Matulewicz/ Jurgis Matulaitis (1 (...)
  • 306  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 20 : lettre au p. Giacinto Cormier (général des do (...)
  • 307  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 18-19 : anonyme [Skirmunt], « Russia. Archidiocesi (...)
  • 308 Ibid., f. 22 : lettre à Ledóchowski, 24.06.1916, italien ; ibid., f. 23 : lettre à Sapieha, 24.06. (...)
  • 309Ibid., f. 27 : tél. chiffré de Gasparri à Micara, 21.07.1916.
  • 310Ibid., f. 28 : tél. chiffré de Micara à Gasparri, arrivé 28.07.1916.

78Le Saint-Siège cherche toutefois à croiser différentes sources d’information, notamment en ayant recours aux congrégations religieuses occidentales présentes en Russie. En 1913, en vue de nominations épiscopales, la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires reçoit plusieurs rapports du père Bois notamment sur Matulewicz et Longin Żarnowiecki, recteur de l’Académie de Saint-Pétersbourg de 1901 à 1910305. La Congrégation demande aussi des « informations sûres » et « de façon, évidemment, tout à fait secrète » au maître général des dominicains sur Matulewicz « étant donné que cet illustre Ordre compte quelques-uns de ses dignes et prudents sujets qui résident actuellement en Russie ou qui y sont restés quelque temps »306. Au-delà du travail préparatoire de sélection des candidats et d’information des dossiers, certains avis ont un poids particulier, comme ceux du père Ledóchowski et de Mgr Sapieha (prêtre du diocèse de Lemberg depuis 1893, évêque de Cracovie à partir de 1911). En 1916, le Saint-Siège pense nommer Mgr Cieplak comme archevêque à Mohilev mais le choix ‑ sous l’influence de Mgr Skirmunt ‑ se porte rapidement sur Mgr Egidio Radziszewski, recteur de l’Académie de Saint-Pétersbourg307. Le secrétaire d’État prend alors des informations auprès du père Ledóchowski et de Mgr Sapieha en leur demandant des « informations » sur ce candidat308. Dans le cas de Radziszewski qui a été « disciple » du cardinal Mercier, on s’adresse également à ce dernier via la nonciature en Belgique notamment pour avoir des éclaircissements sur des accusations de « modernisme » pesant sur lui309. Malgré l’avis favorable de Mercier, cette candidature n’est finalement pas retenue310.

  • 311  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 7. Le journal en question est le Kur (...)
  • 312  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 49-50. Matulaitis est né, en effet, dans une famille (...)
  • 313  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 7, fasc. 3, f. 17 : Aversa à Szeptyckyj, 07.03.1904, particolare, s. (...)
  • 314  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Procès-verbal, p. 2-3, document 55.

79Le Saint-Siège ne se limite donc pas à une seule source d’information sur la Russie. Il semble au contraire bien conscient que son information est dominée par des clercs polonais, citoyens autrichiens. En 1906, face aux attaques d’un journal polonais qui accuse Rome de ne pas avoir « pris conseil auprès des évêques polonais » sur la question du russe dans le culte supplémentaire, un responsable de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires rappelle que la Congrégation avait pris « deux avis de Polonais compétents, Monseigneur Sapieha et Monseigneur Skirmunt, desquels notamment le dernier fit une défense et illustration détaillée du point de vue polonais »311. Dans un souci d’équilibre, la Secrétairerie d’État cherche à diversifier ses sources d’information, en faisant appel à des ecclésiastiques d’origine ruthène ou lituanienne, mais cette diversification n’est ni facile ni toujours efficace. En novembre 1911, par exemple, le Saint-Siège cherche un informateur régulier de nationalité lituanienne pour informer sur les catholiques en Russie : Mgr Sapieha demande alors à Jurgis Matulewicz (né Matulaitis) de venir à Rome, mais ce dernier ne peut accepter312. Côté ruthène, les conseils demandés à Mgr Szeptyckyj ne sont pas toujours très fructueux. En 1904, la Secrétairerie d’État interroge le métropolite sur la question des séminaires de Pologne, mais cette interrogation n’est pas très judicieuse : si le métropolite se considère comme « impartia[l] », il est en fait très mal informé. Il lui faudra envoyer exprès en Russie « une personne assez sure » pour « s’y informer personnellement » et écrire deux rapports avant que la Congrégation des Affaires ecclésiastiques ne soit satisfaite de la réponse313. De même, pour la nomination d’un supérieur du groupe de rite gréco-russe à Saint-Pétersbourg, Rome se fie au jugement de Mgr Szeptyckyj mais, lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de février 1909, les cardinaux doivent admettre que la nomination du père Zerčaninov à la tête de ce groupe a été une erreur. La remarque du cardinal Rampolla est alors assez étonnante : si Zerčaninov n’est pas la personne idoine, « ce n’est pas la faute du Saint-Siège ; c’est celle des informateurs, parmi lesquels Mgr Szeptiski, qui avait donné de lui les meilleures informations »314, minimisant ainsi les responsabilités du décideur.

80La partialité des informations du Saint-Siège et son pouvoir de nuisance sur les décisions semblent finalement assumées dans la relazione préparée pour la session des Affaires extraordinaires de février 1913. L’auteur de ce rapport introduit les contributions de Skirmunt et Ledóchowski en signalant « les tendances nationalistes aigues, notamment du premier » et élève cette remarque à une signification plus générale :

  • 315  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza. Relazione, febbraio 1913, p. 138 et 143

on estime juste et prudent de faire remarquer à Vos Eminences que […] nous avons pu disposer […] uniquement de données et d’informations provenant de deux sources opposées, c’est-à-dire de source polonaise et de source russe officielle. Un organe intermédiaire manquant, lequel servirait à contrôler l’exactitude objective de chacune des informations, on ne peut pas […] assumer une absolue responsabilité sur toutes ces informations315.

81À la veille de la Première Guerre mondiale, l’information du Saint-Siège sur la Russie est donc principalement assurée par la filière officielle de la Légation de Russie près le Saint-Siège et par des voies indirectes de fait dominées par des Polonais sujets autrichiens. De nouvelles voies se dessinent toutefois avec l’intervention croissante de religieux occidentaux et les efforts de catholiques non polonais, comme les Lituaniens ou les Russes de rite oriental proches de Mgr Szeptyckyj.

Conclusion

82L’histoire a modelé en Russie une Église atypique, enserrée dans des diocèses immenses et gouvernée par des évêques sur lesquels s’exerce la pression étatique. Au voisinage quotidien d’autres confessions, le catholicisme russe reste isolé et parfois menacé par des schismes. La Russie se maintient également à l’écart des principaux courants qui transforment le visage du catholicisme européen (élan missionnaire, congrégations religieuses de stature internationale). Si le Saint-Siège a peu de prise sur une Russie qui semble échapper au processus de romanisation, il prend progressivement conscience de la nécessité de diversifier ses sources d’information et ses conseillers sur les affaires russes. Par ailleurs, il dispose à nouveau depuis les années 1890 de l’outil diplomatique : celui-ci, bien qu’incomplet, constitue une voie privilégiée pour tenter de remédier aux nombreux problèmes rencontrés par le catholicisme en terres russes.

Notes

1  Certains historiens proches du catholicisme ont souligné les incertitudes sur les « influences [sous lesquelles] la Russie reçut la foi chrétienne » (M. Gordillo, Russie (pensée religieuse), dans DTC, 1939, t. XIV, col. 21) et ont avancé l’hypothèse d’une « évangélisation de la Russie œuvre internationale » (M. De Taube, Rome et la Russie avant l’invasion des Tatars (IXe-XIIe s.) I. Le prince Askold, les origines de l’État de Kiev et la première conversion des Russes (855-882), Paris, Cerf, 1947, p. 83). Ces thèses sont aujourd’hui réfutées : voir V. Vodoff, Naissance de la chrétienté russe : la conversion du prince Vladimir de Kiev (988) et ses conséquences (XIe-XIIIe siècle), Paris, 1988, p. 82.

2  V. Vodoff, Naissance de la chrétienté… cit., p. 315-317.

3  Malgré l’appel d’Innocent IV à la croisade pour aider Daniel « roi des Russes » en 1253 (A. Welykyj [éd.], Documenta Pontificum Romanorum historiam Ucrainae illustrantia, Vol. I, 1075-1700, Rome, 1953, p. 43-45), l’histoire a surtout retenu la duplicité des Chevaliers porte-glaive et des Suédois qui n’hésitèrent pas à profiter de la situation pour attaquer Novgorod (E. Winter, Rußland und das Papsttum 1. Von der Christianisierung bis zu den Anfängen der Aufklärung, Berlin, 1960, p. 103-110).

4  E. Astafieva, L’Empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-1905. Thèse de doctorat en histoire, EPHE (dir. Jean Baubérot), Paris, 2006, p. 35.

5  En 1492, le métropolite de Moscou, Zozime, définit la filiation des trois Rome et, vers 1520, le moine Philothée de Pskov, prédit que Moscou clora cette filiation (« car deux Romes sont tombées, mais la troisième est debout, et une quatrième, il n’y en aura pas »). Cette idée de Moscou comme troisième Rome a suscité une abondante littérature, tant sur la genèse de l’idée au XVIe siècle que sur ses réminiscences à la période contemporaine. Voir notamment : Н. В. Синицына, Третий Рим : истоки и эволюция русской средневековой концепции (XV-XVI вв.), Moscou, 1998 ; L. Poliakov, Moscou, troisième Rome : les intermittences de la mémoire historique, Paris, 1989 ; A. Tamborra, La teoria politico-religiosa di « Mosca-Terza Roma » nei secoli XVII-XIX : sopravvivenza e linee di svolgimento, dans Roma, Costantinopoli, Mosca, Naples, 1983, p. 517-539.

6  L’union de Brest (Brest-Litovsk, aujourd’hui en Biélorussie) est la réunion au catholicisme d’une partie des orthodoxes du royaume polono-lituanien. Ce mouvement est réalisé à la demande des évêques et donne naissance à l’Église uniate (on parle aussi d’Église catholique de rite oriental ou d’Église gréco-catholique). Cette Église conserve sa liturgie et les spécificités de son droit canonique tout en reconnaissant la primauté de juridiction de Rome. Cf. O. Halecki, From Florence to Brest, 1439-1596, New York-Rome, 1958 ; L. Tatarenko, La naissance de l’Union de Brest. La curie romaine et le tournant de l’année 1595, dans CMR, 2005 (46-1/2), p. 345-354.

7  C’est d’ailleurs dans ce contexte que l’expression de « Sainte Russie » (Svâtorusskaâ zemlâ) apparaît au XVIIe siècle : M. Cherniavsky, Holy Russia. A Study in the History of an Idea, dans The American Historical Review, 1957/58 (63), p. 617-637, notamment p. 625.

8  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 38-39.

9  PSZ, I, t. IV, N°1910, p. 193-194, cité par F.-D. Liechtenhan, Les trois christianismes et la Russie. Les voyageurs occidentaux face à l’Église orthodoxe russe (XVe-XVIIIe siècle), Paris, 2002, p. 110.

10  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., n. 124 p. 43.

11  Une instruction d’avril 1769 insiste sur la nécessité pour les sujets non orthodoxes de pratiquer leur religion (J.-F. Bourret, Les Allemands de la Volga. Histoire culturelle d’une minorité, 1763-1941, Lyon-Paris, 1986, p. 102-103).

12  A. Theiner, Vicissitudes de l’Église Catholique des deux rites en Pologne et en Russie, Paris, 1843, vol. 1, p. XXII.

13  A. Kappeler, La Russie, empire multiethnique, Paris, 1994.

14  A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes. Le Pays et les habitants. Les Institutions. La Religion, Paris, 1990 [1881-1889], p. 1308.

15  Nous suivons ici les résultats présentés par H. Bauer, A. Kappeler, B. Roth (hrsg.), Nationalitäten des Russischen Reiches in der Volkszählung von 1897, A- Quellenkritische Dokumentation und Datenhandbuch, Stuttgart, 1991, notamment p. 285-323. Voir également le site Internet de l’INED : www-census.ined.fr/demogrus/atlas/1897/index.html.

16  G. Simon, Konstantin Petrovič Pobedonoscev und die Kirchenpolitik des Heiligen Synod, 1880-1905, Göttingen, 1969, p. 203-204.

17  S. Merlo, All’ombra delle cupole d’oro : la Chiesa di Kiev da Nicola II a Stalin (1905-1939), Milan, 2005, notamment p. 25-150 ; J. P. Himka, The Greek-Catholic Church and Nation-Building in Galicia, 1772-1918, dans Harvard Ukrainian Studies, 1984 (8-3/4), p. 426-452.

18  Les ouvrages de Daniel Beauvois éclairent les soubassements économiques, sociaux et religieux des relations entre Ukrainiens et Polonais, notamment La bataille de la terre en Ukraine, 1863-1914 : les Polonais et les conflits socio-ethniques, Villeneuve-d’Ascq, 1993.

19 Nostre corrispondenze – Russia, dans CC, 19.08.1905 (56-III-1324), p. 507.

20  A. V. Wendland, Die Russophilen in Galizien : Ukrainische Konservative zwischen Österreich und Russland, 1848-1915, Vienne, p. 467-484 ; F.-D. Liechtenhan, La Galicie des panslavistes. Intégration ou instrumentalisation, dans J. Le Rider, H. Raschel (dir.), La Galicie au temps des Habsbourg, 1772-1918 : histoire, société, cultures en contact, Tours, 2010, p. 161-174. Sur Euloge, cf. В. Рожков, Церковные вопросы в Государственной думе, Moscou, 2004 [1975], p. 451-452 ; A. Nivière, Православные священнослужители, богословы и церковные деятели русской эмиграции в западной и центральной Европе. Биографический справочник, Paris-Moscou, 2007, p. 191-193.

21 Agitazione scismatica in Galizia, dans CC, 07.02.1914 (65-I-1527), p. 300-312 et CC, 21.03.1914 (65-I-1530), p. 663-679.

22  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 71-77 : Skirmunt, « Ragguaglio confidenziale relativo alla supplica dei Lettoni di Pietroburgo », 15.07.1912.

23  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 31-33 : mémoire au Saint-Père, mai 1912.

24  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., notamment l’édition de documents p. 169-799.

25  Cf. D. Staliūnas, Making Russians : Meaning and Practice of Russification in Lithuania and Belarus after 1863, Amsterdam-New York, 2007.

26  AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29 (note sur la situation en Europe, vers 1903).

27  Voir p. 120-129.

28  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 29-30 : anonyme [Skirmunt], « Ultime notizie da Vilna, 16 marzo 1908 », 23.03.1908, italien. Sur Skirmunt, voir p. 85-88.

29  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1913), fasc. 2, f. 57 : rapport remis par le ministre de Russie le 11.12.1912. Il s’agit probablement du village de Radun’, actuellement en Biélorussie à proximité de la frontière avec la Lituanie.

30  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 933, fasc. 312, f. 2-11 : anonyme [Skirmunt], « Diocesi di Vilna (luglio 1913) », Rome, 25.07.1913.

31  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Appendice alla ponenza, febbraio 1913, p. 4-26 : « Appendice II. La questione lituana ».

32  Cf. M. von Hagen, The Great War and the Mobilization of Ethnicity in the Russian Empire, dans J. Snyder, B. Rubin (éd.), Post Soviet Political Order : Conflict and State Building, New York, 1998, p. 34-57.

33  Les paragraphes qui suivent sont fondés sur P. S. Wandycz, The First World War and the Rebirth of Poland, dans The Lands of Partitioned Poland, 1795-1918, Seattle-London, 1993 [1974], p. 331-370 ; R. W. Coonrod, The Duma’s attitude toward war-time problems of Minority groups, dans The American Slavic and East European Review, 1954 (13), p. 29-46, notamment p. 39-42 ; C. J. Smith, The Russian struggle for power, 1914-1917 : a study of Russian foreign policy during the First World War, New York, 1956.

34 Moti nella Polonia russa, dans OR, 10.08.1914 (54-216), p. 1 (version italienne).

35 L’autonomia della Polonia. Un manifesto del Granduca Nicola, dans OR, 17.08.1914 (54-223), p. 1 (version italienne)

36  Cf. p. 58-59.

37  Dès le 15 novembre, la diplomatie russe avait informé le cardinal Gasparri que la Russie considérait comme « nulle et non avenue » la proclamation de l’indépendance de la Pologne (N. Renoton-Beine, La colombe et les tranchées : Benoît XV et les tentatives de paix durant la Grande Guerre, Paris, 2004, p. 109).

38  C. J. Smith, The Russian struggle… cit., p. 11.

39  M. von Hagen, War in a European borderland : occupations and occupation plans in Galicia and Ukraine, 1914-1918, Washington, 2007, notamment p. 19-53 ; АЮ. Бахтурина, Политика Российской империи в восточной Галиции в годы Первой мировой войны, Moscou, 2000.

40  Nous nous permettons de renvoyer à L. Pettinaroli, Les clergés catholiques en Russie au temps de la guerre mondiale, dans S. Blenner-Michel, J. Lalouette (éd.), Servir Dieu en temps de guerre. Guerre et clergés à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles). Colloque de Lille des 8, 9 et 10 novembre 2011, Paris, 2013, p. 193-194.

41  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1051, fasc. 446, f. 2 : tél. chiffré de Scapinelli di Leguigno à Ferrata, Vienne, 30.09.1914, italien.

42 Ibid., pos. 983, fasc. 424, f. 3 : tél. chiffré de Ferrata à Scapinelli di Leguigno, 03.10.1914, italien.

43  André Szeptyckyj (1865-1944), évêque catholique de rite grec de Stanislaopoli (1899) et archevêque-métropolite de Halyč-Leopoli (1900-1944). Figure charismatique de l’Église gréco-catholique et du nationalisme ukrainien, il suscita et, continue de susciter, des passions contradictoires. Voir notamment C. Korolevskij, Métropolite André Szeptyckyj : 1865-1944, Rome, 1964 ; G. Coco, Tra la Galizia e la Russia : la nomina episcopale di Andrej Szeptycki nell’ambito dell’Unionismo di Leone XIII, dans Dall’Archivio Segreto Vaticano. Miscellanea di testi, saggi e inventari I, Cité du Vatican, 2006, p. 31-168. Sur la période de la guerre : C. Korolevskij, Métropolite André Szeptyckyj… cit., p. 123-186 ; A. McVay, A Prisoner for His People’s Faith : Metropolitan Andrei Sheptytsky’s Detentions under Russia and Poland, dans Logos : A Journal of Eastern Christian Studies, 2009 (50, N°1-2), p. 13–54.

44  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1185, 1914. Ponenza, p. 16, cf. document 63.

45 Ibid., n. 1 p. 17.

46  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 492, f. 8-9 : Scapinelli di Leguigno à Gasparri, Vienne, 19.10.1914, Nonciature Vienne N°2246, italien.

47Ibid., f. 46-47 : Stagni à Gasparri, 14.01.1915, Délégation Ottawa N°12065.

48  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1915), fasc. unico, f. 73 sq : Skirmunt, « Russia. Archidiocesi di Mohilew. Marzo 1915 », Rome, 08.04.1915, p. 11, italien.

49  Cf. М. И. Одинцов, «Вся его работа проникнута крайней враждой по отношению к России». Документы, письма, свидетельства современников об униатском митрополите Галицком Андрее Шептицком. 1914-1917 гг., dans Исторический Архив, 2002 (2), p. 103-128 et 2002 (3), p. 41-92.

50  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 492, f. 50-51 : mémorandum de la Légation impériale de Russie, Rome, 18.02.1915, français.

51Ibid., fasc. 493, f. 35-39 : photographie du document de Szeptyckyj en allemand, daté Lwow (sic), 12.08-15.08.1914. Une traduction russe de ce document est conservée dans le fonds de la Chancellerie du Patriarche Tikhon (GARF, f. 4652, op. 1, d. 5, l. 86-87) : ce dossier indique que les documents ont été trouvés le 11 février 1915 à Lvov dans la maison de Szeptyckyj. Le texte russe est édité par М. И. Одинцов, « Вся его работа… » cit., p. 112-114.

52  AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1204, fasc. 493, f. 38 : Szeptyckyj, Lwow, 12-15.08.1914, allemand.

53Ibid., f. 31-33 : Sazonov à Gasparri, Pétrograd, 01/14.07.1916.

54  Voir infra, p. 258.

55  Le manifeste du 22 juillet 1763 « interdit aux prêtres catholiques de convertir à la foi romaine les chrétiens de l’Empire russe » et l’oukase du 14 décembre 1772 (§ 7) interdit aux catholiques la propagande religieuse dans les provinces de Polock et de Mohilev. A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 114-117, doc. XLIII.

56  Oukase du 15.07.1848, pris suite à la prédication en russe d’un père dominicain (E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 101).

57  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168.

58  E. C. Thaden (éd.), Russification in the Baltic provinces and Finland, 1855-1914, Princeton, 1981 ; R. Pearson, Privileges, Rights, Russification, dans O. Crisp, L. Edmondson (éd.), Civil rights in Imperial Russia, Oxford, 1989, p. 86-102 ; T. R. Weeks, Nation and state in late imperial Russia : nationalism and russification on the Western frontier, 1863-1914, DeKalb, 1996.

59  Sur la question linguistique, voir A. Miller, Identité et allégeance dans la politique linguistique de l’Empire russe dans les territoires périphériques occidentaux au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, dans J. Cadiot, D. Arel, L. Zakharova (dir.), Cacophonies d’empire. Le gouvernement des langues dans l’Empire russe et l’Union soviétique, Paris, 2010, p. 37-59 et plus généralement la première partie « La Russie impériale : un projet de russification ? ».

60  A. Kappeler, La Russie… cit., p. 219 et p. 222-223.

61  S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance des Papes et des Empereurs de Russie, 1814-1878 selon des documents authentiques, Rome, 1970, p. 371.

62  S. Olszamowska-Skowrońska utilise en français le terme de « supplémentaire » (Tentatives d’introduire la langue russe dans les Églises latines de la Pologne orientale (1865-1903), dans Antemurale, 1967 (11), p. 51) alors que les documents italiens utilisent « culto suppletorio » et les documents diplomatiques russes « supplétoire » (respectivement, documents 48-49 et 6-8).

63  Sur cette affaire, la bibliographie est abondante et a été récemment renouvelée : en plus de S. Olszamowska-Skowrońska, Tentatives d’introduire… cit., p. 47-169, on peut compter sur T. Weeks, Religion and Russification: Russian Language in the Catholic Churches of the «Northwest Provinces» after 1863, dans Kritika : Explorations in Russian and Eurasian History, 2001 (2-1), p. 87-100 ; А. Смоленчук, Попытки введения русского языка в католическое богослужение в Минской и Виленской диоцезиах 60-70е гг. XIX в., dans Lietuvių katalikų mokslo akademijos Metraštis, Vilnius, 2002 (20), p. 141-154 ; M. Dolbilov, Entre identification culturelle et fidélité religieuse : l’échec de la russification des offices religieux catholiques dans les provinces biélorusses (1860-1880), dans J. Cadiot, D. Arel, L. Zakharova (dir.), Cacophonies d’empire… cit., p. 61-83. Pour la perspective vaticane, voir l’excellent article d’A. Gottsmann, Quid agendum ? Die Sprache der katholischen Kirche in Russland 1848-1914, dans Römische historische Mitteilungen, 2005 (47), p. 427-476.

64  L. Lescœur consacre ainsi un chapitre à « La russification par l’introduction de la langue russe dans le culte catholique », dans L’Église catholique en Pologne… cit., t. II, Paris, 1876, p. 259-311.

65  Sur ce document, voir les avis des cardinaux du Saint-Office du 4 et du 11 juillet 1877, qui considèrent l’introduction de la langue russe là où la langue polonaise est en usage depuis des temps immémoriaux comme une « innovation » qui risque de « perturb[er] » et « d’offense[r] » les fidèles (ACDF, Decreta SO, 1877, f. 187 et f. 200).

66  Cf. p. 118-120.

67  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Mgr Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907.

68  Cf. p. 95 et 97.

69  La circulaire du 28.03/10.04.1902 communique un rescrit impérial du 17.01.1902 et est complétée par une ordonnance du 06.10.1902. Cf. AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29.

70  K. Kindler, Die Cholmer Frage 1905-1918, Francfort-sur-le-Main, 1990 ; E. Chmielewski, The separation of Chelm from Poland, dans The Polish Review, 1970 (15-1), p. 67-86 ; Законопроект о выделении Холмщины [Projet de loi sur la séparation de la région de Holm], dans В. Рожков, Церковные вопросы cit., p. 188-227 ; T. R. Weeks, The dubious triumph of Russian nationalism. Formation of the Kholm Province, dans Nation and state… cit., p. 172-192 ; R. Blobaum, Toleration and Ethno-Religious Strife : The Struggle between Catholic and Orthodox Christians in the Kholm Region of Russian Poland, 1904-1906, dans The Polish Review, 1990 (35-2), p. 111-124.

71  Les statistiques démographiques (religion et nationalité) de la région ont fait l’objet de conflits animés, cf. T. R. Weeks, Nation and state… cit., p. 188. Sur les conversions de masse, voir infra, p. 227-228.

72 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 01.08.1908 (59-III-1395), p. 370-379.

73  G. Simon, Konstantin Petrovič Pobedonoscev… cit., p. 217, allemand.

74  T. R. Weeks, Nation and state… cit., p. 189-191.

75 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.09.1909 (60-III-1422), p. 748-749. Mgr Euloge a, en effet, été député à la deuxième et troisième Douma.

76  Voir aussi Il disegno di legge sullo smembramento della Polonia Russa, dans CC, 03.06.1911 (62-II-1463), p. 513-527.

77  Voir l’opuscule publié en français par le juriste et homme politique Lubomir Dymsza (1860-1915), La Question de Khelm, Paris, 1911.

78  La Civiltà cattolica parle de « la quarta spartizione della Polonia » (Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.09.1909 (60-III-1422), p. 746-748). Voir aussi K. Kindler, Die Cholmer Frage… cit., p. 13.

79  La Douma accepte le projet le 26 avril 1912, le Conseil d’État donne son accord le 14 juin et le tsar valide la décision le 23 juin (T. R. Weeks, Nation and state… cit., p. 191).

80  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 1, f. 33 sq : « Relation secrète. Russie. Projet de démembrement du Royaume de Pologne pour former un nouveau gouvernement de Chelm, juin 1911 », 27 p.

81  A. Strycek, La révolution de 1905 et les libertés religieuses, dans F.-X. Coquin, C. Gervais-Francelle (dir.), 1905. La première révolution russe, Actes du colloque du 2-6 juin 1981, Paris, 1986, p. 49. Source : PSZ, III, XXIII, N°22.581, p. 113-114 (oukase du 26.02.1903).

82  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 894, fasc. 290, f. 7-9 : anonyme [Skirmunt], lettre des fidèles de Lahiszyn à l’Empereur, ici trad. de l’italien.

83Ibid., f. 5 : anonyme [Skirmunt], traduction du russe de la lettre des paroissiens de Lahiszyn à Pie X, Minsk, 03.04.1904, ici trad. de l’italien (orig. polonais f. 3-4).

84 PSZ, III, XXIV, N°25.495, § 6, p. 1196-1198.

85  Cf. M. Szeftel, Le manifeste du 17 octobre et son rôle dans l’évolution constitutionnelle de l’Empire, dans F.-X. Coquin, C. Gervais-Francelle (dir.), 1905… cit., p. 13-14.

86  Document édité dans М. Радван, Католическая церковь накануне революции 1917 года : сборник документов, Lublin, 2003, p. 52-98 (copie ms. en russe en AA.EE.SS., III, Russia, pos. 911, fasc. 298, f. 6-52 ; Radwan indique également une copie en polonais en RGIA, f. 826, op. 3, d. 127, l. 490-514).

87  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 3-6 : anonyme [Skirmunt], « Circolare ai signori Governatori », italien (traduit du russe). Il s’agit de la circulaire du 24.03.1905 du département des affaires ecclésiastiques des confessions étrangères du Ministère de l’Intérieur, N°1871.

88  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 8-9 : Vincent Popiel (archevêque de Varsovie) à Merry del Val, Varsovie, 25.04.1905, latin.

89  Nous utilisons la version française de ce texte : AA.EE.SS., III, Russia, pos. 906, fasc. 292, f. 6-7 : Oukase de S. M. l’Empereur au Sénat dirigeant, dans Messager officiel. Original russe : PSZ, III, XXV, N°26126.

90Сводъ законовъ Россійской имперіи : изданія 1857 года. Томъ 11. Часть 1, Уставы духовныхъ дѣлъ иностранныхъ исповѣданій, Saint-Pétersbourg, 1857, p. 28-29 (§ 125).

91  Pour une perspective générale : P. W. Werth, Arbiters of the Free Conscience : State, Religion, and the Problem of Confessional Transfer after 1905, dans H. J. Coleman, M. D. Steinberg (éd.), Sacred stories : religion and spirituality in modern Russia, Bloomington, 2007, p. 179-199. Plusieurs études de cas ont été réalisées récemment : E. M. Avrutin, Returning to Judaism after the 1905 Law on Religious Freedom in Tsarist Russia, dans Slavic Review, 2006 (65-1), p. 90-110 ; M. Tissier, Quitter l’orthodoxie en Russie centrale, 1905-1914 : usage d’un droit nouveau et culture juridique des apostats, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2010 (57-4/4bis), p. 124-155.

92  H. Bauer, A. Kappeler, B. Roth (éd.), Nationalitäten des Russischen Reiches… cit., n. 35 p. 294.

93  P. Werth, Трудный путь… cit., p. 454.

94 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 19.03.1910 (61-I-1434), p. 757.

95  Cf. M. Tissier, L’usage des «libertés octroyées» par le tsar en Russie après 1905. Le cas des «libertés religieuses» dans le diocèse de Moscou, dans Bullettin de l’Institut Pierre Renouvin, N. 14, automne 2002, p. 135-156.

96  M. Szeftel, The Russian constitution of April 23, 1906 : political institutions of the Duma monarchy, Bruxelles, 1976, p. 96-98.

97  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 08/21.12.1906.

98  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 911, fasc. 298, f. 53 : anonyme [Skirmunt], « Sul promemoria del def[unt]o Arcivescovo di Mohilew, Mons. Szembek intorno alle riforme legislative a favore della Ch[iesa] Cattolica », Rome, 15.07.1906, italien.

99  A. Palmieri, Le riforme e le nuove aspirazioni della Chiesa russo-ortodossa nel 1905, dans Bessarione, 05-06.1905 (IX/84), p. 267 et 272. Sur Palmieri, cf. p. 181-184.

100  Règlement du 27.10.1912, N°42522, cité par Nostre corrispondenze – Russia, dans CC, 03.01.1914 (65-I-1525), p. 125-127.

101  Copie de la circulaire du Ministère de l’Intérieur du 18/31.08.1905 (N°4628), dans AA.EE.SS., III, Russia, pos. 933, fasc. 311, f. 19-21. Sur cette circulaire, voir P. Werth, Трудный путь… cit., p. 461-471.

102  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 71-75 : anonyme [Skirmunt], « Circolare del Ministro Boulyghin che limita l’ukase del 17 Aprile 1905 sopra la tolleranza religiosa (18 Agosto 1905) ».

103Ibid., pos. 918, fasc. 300, f. 24-32 : Ropp à « éminentissime Seigneur », Vilna, 21.03/03.04.1907, français.

104  Mgr Michalkiewicz, « Memoriale in causa convertendorum Schismaticorum in Dioecesi Vilnensi », 1910, dans AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. II, p. 36-37.

105 Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 18.06.1910 (61-II-1440), p. 752.

106La persécution contre les catholiques dans l’empire russe, dans Correspondance de Rome, 18.11.1911.

107  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Relazione, p. 5, cf. document 59.

108 В. Рожков, Церковные вопросы cit. ; А. А. Дорская, Российское законотворчество о свободе совести в 1905- 1917 гг., dans Проблемы социально-экономической и политической истории России XIX-XX веков : сборник статей памяти Валентина Семеновича Дякина и Юрия Борисовича Соловьева, Saint-Pétersbourg, 1999, p. 354-363 ; В. К. Пинкевич, Вероисповедные реформы в период думской монархии (1906-1917гг.), Moscou, 2000.

109  P. Waldron, Religious Toleration in Late Imperial Russia, dans O. Crisp, L. Edmondson (éd.), Civil rights in Imperial Russia, Oxford, 1989, p. 112-113.

110  J. D. Basil, The Third State Duma and Religious Toleration, dans Church and state in late imperial Russia : critics of the synodal system of church government, 1861-1914, Minneapolis, 2005, p. 113-133. Les commissions sur le budget et sur l’éducation abordent également les questions religieuses.

111  А. А. Дорская, Российское законотворчество… cit., p. 359.

112  P. Waldron, Religious Toleration… cit., p. 108 et 117.

113Ibid., p. 117-118.

114  А. А. Дорская, Российское законотворчество… cit., p. 362.

115  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 943, fasc. 321, f. 4-13 : discours du père Maciejewicz, 08.03.1916.

116Ibid., fasc. 320, f. 70-77 : « Projet de loi concernant le changement de certaines restrictions confessionnelles dans les droits des catholiques et la concession à l’Église catholique de certains droits dans le domaine et la vie de l’Église. Déposé à la douma avec la signature de 42 députés le 31 mars 1916 ».

117Ibid., f. 79-84 : « Des besoins essentiels de l’Église catholique en Russie », 03/16.04.1916.

118  H. Dylagowa, La Pologne, dans HC, 10, p. 783.

119  Oukase impérial du 14 décembre 1772, dans PSZ, I, t. XIX, N°13922, p. 688. Version latine dans A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 114-117 (doc. XLIII).

120  Décret du 6 février 1774, dans PSZ, I, t. XIX, N°14122.

121  Oukase du 17/28.01.1782, dans PSZ, I, t. XXI, N°15326, 15386, p. 383 et 396, cité par M. J. Rouët de Journel, Nonciatures de Russie d’après des documents authentiques I – Nonciature d’Archetti 1783-1784, Cité du Vatican, 1952, p. XXVIII.

122  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo, nonce apostolique à Saint-Pétersbourg (1802-1806), Rome, 1991, p. 33 sq.

123  Oukase du 28 avril 1798, dans PSZ, I, t. XXV, N°18.504, cité par E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 51. Ces documents civils sont validés par le Saint-Siège (Maximis undique, 16 octobre 1798, dans A. Mercati, Raccolta di Concordati su materie ecclesiastiche tra la Santa Sede e le autorità civili. Vol. I : 1098-1914, Cité du Vatican, 1954, p. 538-559. Voir également M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 36-38).

124  Cf. A. Barańska, Między Warszawą, Petersburgiem i Rzymem. Kośćiół a Państwo w dobie Królestwa Polskiego (1815-1830), Lublin, 2008.

125Militantis ecclesiae regimini, 12.03.1818, dans Акты и грамоты о устройствѣ и управленіи римско-католической церкви въ Имперіи Россійской и Царствѣ Польскомъ, Saint-Pétersbourg, 1849, p. 137-140.

126 Ex imposita nobis, 30.06.1818, dans Акты и грамотыcit., p. 141-177 et dans A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 638-648.

127  A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 751-765. Il comprend la Bessarabie, les gouvernements de Kherson, Ekaterinoslav, Saratov, Tauride, Astrakhan et les régions du Gouvernement général du Caucase. Les limites géographiques de ce diocèse sont définies par la bulle du 3 juillet 1848 (Lettre apostolique Universalis Ecclesiae cura, dans Pii IX, Pontificis maximi Acta. Pars I, vol. I, p. 134-149) et par l’oukase impérial du 29 novembre 1848 (PSZ, II, vol. XXIII, N°22.766, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 363).

128PSZ, II, vol. XXVII, N°26.748, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 364.

129  М. Д. Долбилов, “Царская вера” : массовые обращения католиков в православие в северо-западном крае Россииской империи (1860-е гг.), dans Ab Imperio, 2006 (4), p. 225-270.

130  Ces trois décrets sont cités par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 369-371. Voir également S. Olszamowska-Skowrońska, Pie IX et l’Église catholique en Pologne : la suppression des diocèses catholiques par le gouvernement russe après l’insurrection de 1863-4 (1866-1869), dans Antemurale, 1965 (9), p. 41-130 (notamment p. 41-48 sur Kamenec ; p. 65-69 sur la Podlachie et p. 83-88 sur Minsk). Sur Minsk, voir О. А. Казаченок, Ликвидация Минской-католической епархии в отношениях Российской империи и Святого престола : вторая половина XIX- начало XX в., dans А. Ю. Бендин (dir.), Исторический поиск Беларуси : альманах, Minsk, 2006, p. 182-195.

131  Cité par S. Olszamowska-Skowro?ńska, La correspondance… cit., p. 372.

132  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 916, fasc. 300, f. 3-6 : « Supplica a Sua Santità Pio Papa X presentata dal clero e dai fedeli della diocesi di Kamenec (Russia) », 10.12.1907, italien.

133  Cf. carte des diocèses latins, en cahier central et carte 2 du volume de documents.

134GC, 1905, p. 38-39.

135  La bibliographie est abondante sur ce thème, voir notamment T. R. Weeks, Between Rome and Tsargrad : the uniate Church in Imperial Russia, dans R. P. Geraci, M. Khodarkovsky (éd.), Of religion and Empire. Missions, conversion, and tolerance in Tsarist Russia, Ithaca, 2001, p. 70-91 ; M. Radwan, Carat wobec Kościóła greckokatolickiego w zaborze rosyjskim 1796-1839, Lublin, 2004 ; V. Lencyk, The Eastern Catholic Church and Czar Nicholas I, Rome-New-York, 1966 ; E. Astafieva, L’Église gréco-catholique et l’État russe à la fin du XVIIIe-début du XXe siècles : la politique impériale de «réunion des uniates», dans Rivista di Storia del cristianesimo, 2005 (2), p. 409-434 ; T. R. Weeks, The «End» of the Uniate Church in Russia : The Vozsoedinenie of 1875, dans Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, 1996 (44-1), p. 28-39.

136  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 33 sq.

137  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 132-133.

138  Oukase du 28 avril 1798 et Maximis undique du 16 octobre 1798. Documents cités ci-dessus, n. 123.

139  Bref Novimus ex litteris, 03.02.1830, cité par G. Coco, Tra la Galizia e la Russia… cit., n. 14 p. 36. Sur les origines du diocèse, voir L. Glinka, Diocesi… cit., p. 17sq.

140  V. Lencyk, The Eastern Catholic Church… cit., p. 60-64.

141  Les principaux documents sur cette réunion sont édités dans A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 310-320 (doc. 31 et 35 notamment).

142  Chiffre donné par E. Jablonska-Deptula et J. Skarbek, dans J. Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, p. 353.

143  Cf. L. Glinka, Diocesi Ucraino-Cattolica di Cholm : liquidazione ed incorporazione alla Chiesa russo-ortodossa. Sec. XIX, Rome, 1975.

144  C. G. Patelos, Vatican I et les évêques uniates : une étape éclairante de la politique romaine à l’égard des Orientaux (1867-1870), Louvain, 1981, p. 222. Sur le concile et la Russie, voir M. Schulze Wessel, Russland und das Erste Vatikanische Konzil, dans J. Zedler (éd.), Der Heilige Stuhl in den internationalen Beziehungen 1870-1939, Munich, 2010, p. 17-34.

145  Bellocchi, IV, p. 422-425.

146  H. Dylągowa, Unia w Królestwie Polskim (1815-1915), dans J. Bardach, T. Chynczewska-Hennel, J. N. Szczapow (éd.), Katolicyzm w Rosji i Prawosławie w Polsce (XI-XX w.) – Католицизм в России и Православие в Польше (XI-XX в.), Varsovie, 1997, p. 235.

147  Le cinquantième anniversaire de la réunion de 1839 fut célébré en 1889, notamment par la publication d’un recueil de documents par le Saint-Synode. Voir P. C. Tondini de Quarenghi, Une étrange profession de foi russe (1839), dans Bessarione, 11-12.1905 (X-87), p. 241-247.

148  J. Cadiot, Le recensement de 1897. Les limites du contrôle impérial et la représentation des nationalités, dans CMR, 2004 (45-3/4), p. 450-451 et 454-455.

149  Voir le chapitre sur Persécution et destruction de l’Église uniate dans le royaume de Pologne, dans L. Lescœur, L’Église catholique en Pologne… t. II… cit., p. 312-412 ; A. Leroy-Beaulieu, L’empire des tsars et les Russes… cit., p. 1317.

150GC, 1905, p. 44.

151  Ce diocèse n’est toutefois pas indiqué dans les pages relatives à la Russie : comparer, par exemple dans GC, 1905, les p. 178 et 182-183 (mention du diocèse de Kamenec de rite ruthène dans la liste des sièges résidentiels) et p. 44 (omission de Kamenec dans la liste des diocèses de rite ruthène de Russie).

152  ACO, PCPR 130/28, doc. 18 : supplique de Szeptyckyj à Pie X, Rome, 18.02.1908, latin.

153  Respectivement AA.EE.SS., III, Austria, pos. 1318, fasc. 518, f. 69 : Szeptyckyj à Pie X, Rome, 22.02.1908, latin ; ibid., f. 70 : Szeptyckyj à Pie X, Rome 18.12.1908, latin et ibid., f. 68 : Szeptyckyj à Pie X, Rome, 17.02.1908, latin. Voir aussi ACO, PCPR 130/28, doc. 1-28 (copies).

154  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 929, fasc. 305, f. 59 : Merry del Val à Gotti, 14.06.1909, Sec. St. N°37912 ; ibid., f. 63 : Gotti à Merry del Val, 07.07.1909, SCPF N°26687.

155 Ibid., f. 49-50 : Note de Pacelli et AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909, Ponenza, Relazione, p. 7-29.

156  Voir « Articles non convenus », n°10, dans A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 764. Plus généralement voir R. Tolomeo, I rapporti russo-vaticani e gli Armeni cattolici del Caucaso, dans SSR, 2002, p. 262-289.

157  Cf. Arménie dans DHGE, IV, col. 369 et Artvin, dans DHGE, IV, col. 843-844.

158  La Gerarchia cattolica en 1905 mentionne, pour la Russie, le siège résidentiel de rite arménien d’Artvin (GC, 1905, p. 44).

159  Voir la synthèse sur cette question en 1903 dans AA.EE.SS., III, Stati ecclesiastici, pos. 1307, fasc. 451, f. 24-29.

160AP, 1914, p. 196.

161  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 1010, fasc. 365, f. 51-56 : Mgr de Ropp, « L’archidiocèse de Mohilew », Rome, 31.03.1920.

162  ACL, Correspondance Russie, Neveu : Neveu à « révérende mère », Makiéevka, 21.05.1913.

163  Au moins jusqu’en 1905, les passeports des clercs doivent être présentés au gouvernement par l’autorité diocésaine : Сводъ законовъ Россійской имперіи : изданія 1857 года. Томъ 11. Часть 1, Уставы духовныхъ дѣлъ иностранныхъ исповѣданій, Saint-Pétersbourg, 1857, p. 21-22 (§ 90).

164  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 281, f. 71-76 : Georges Szembek à « Eminentissime Domine », Plock, 12.06.1903, français.

165  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 22-29 : G. Szembek, Pro Memoria, Rome, 19.08.1903, français.

166  Les calculs de cette ligne sont effectués à partir du chiffre de la population catholique de l’Empire russe (catholiques romains et arméniens-catholiques, Pologne incluse) du recensement de 1897 (H. Bauer, A. Kappeler, B. Roth (éd.), Nationalitäten… A…. cit., p. 285-323) et des données du Dictionnaire encyclopédique pour 1894 (Католицизмъ ??въ Россіи, dans ?Энциклопедическi?й словарь, t. XIV, Saint-Pétersbourg, 1895, p. 739).

167 L’insegnamento del catechismo in Russia, dans CC, 06.01.1912 (63-I-1477), p. 49-61.

168  Cette ligne et les suivantes suivent G. L. Freeze, The Parish Clergy in Nineteenth-Century Russia : crisis, reform, counter-reform, Princeton, 1983, p. 460, table 24.

169  Notamment par l’oukase du 17 février 1782 (E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 50) et le Règlement pour les églises et les monastères catholiques de l’Empire russe du 3 novembre 1798 (PSZ, I, t. XXV, N°18.734).

170  79 deviennent des paroisses catholiques, 43 sont donnés aux orthodoxes et 30 sont définitivement supprimés : D. Beauvois, Le noble, le serf et le revizor. La noblesse polonaise entre le tsarisme et les masses ukrainiennes (1831-1863), Paris, 1991 [1985], p. 257.

171Dziennik Praw Królestwa Polskiego, vol. 62, p. 408, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 368.

172PSZ, 3, XXV, N°27114 (oukase du 26.12.1905 sur les cloîtres catholiques), cité par G. Simon, Konstantin Petrovič Pobedonoscev… cit., p. 204.

173  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 53-55 : « Parte di una Relazione per una ponenza rimasta soppressa. Russia-Situazione della Chiesa Cattolica. Relazione », italien.

174  Archives parisiennes des Filles de la Charité, rue du Bac.

175  Cf. p. 213-226.

176  Ce phénomène existe aussi en Pologne prussienne pour les mêmes raisons : J. Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, p. 373.

177  J. Kłoczowski (dir.), Histoire religieuse… cit., p. 429.

178La Civiltà cattolica n’hésite pas à mentionner un sixième siège vacant, celui de Vilna qui est toutefois dans une situation particulière comme nous le verrons plus bas. Russia-Nostra corrispondenza, dans CC, 01.08.1908 (59-III-1395), p. 378.

179  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 921, fasc. 304, f. 28 : lettre à Mgr Denisewicz (vicaire capitulaire de Mohilev), 25.02.1908, N°28550.

180  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 23.01/05.02.1903.

181Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 17/30.08.1905.

182Ibid., Libercier à « révérendissime Père », Moscou, 16/29.01.1906.

183  A. Mercati, Raccolta di Concordati… Vol. I… cit., p. 755 (art. XII).

184  Wlodzimierz Ledóchowski (1866-1942) : issu d’une famille de la noblesse polonaise (par son père) et suisse (par sa mère), il suit des études à Vienne et Cracovie avant d’entrer au séminaire de Tarnów et de partir pour Rome en 1887 (Germanicum et Université Grégorienne). Il entre alors dans la Compagnie de Jésus (1889) et assure rapidement plusieurs charges de direction en Pologne avant de devenir vice-provincial (1901) puis provincial (1902) de Galicie. C’est dans ce cadre qu’il envoie des jésuites en Russie et qu’il poursuit la réforme de l’ordre des basiliens, confiée aux jésuites en 1882. Dès 1906, il est appelé à Rome comme assistant pour les provinces germaniques auprès du père général. En 1915, il succède au p. Wernz. Cf. DHCJ, 2, p. 1687-1690 (W. Gramatowski).

185  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 2, f. 96-123 : Skirmunt, Promemoria « La situazione della Chiesa Cattolica in Russia. Breve riassunto delle questioni più urgenti. Ottobre 1914 », citation p. 4, italien.

186  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 939, fasc. 318, f. 21-22 : lettre de Ledóchowski, 19.10.1915, italien. Cependant Michał Godlewski (1872-1956), enseignant à l’Académie ecclésiastique et historien prolixe, sera bien nommé évêque auxiliaire en 1916 de Luck-Žitomir et Kamenec (titre de Agbia).

187  Voir Академія духовная римско-католическая, dans Енциклопедическiй словарь, t. I, Saint-Pétersbourg, 1890, p. 257-259 et I. Wodzianowska, Rzymskokatolicka Akademia Duchowna w Petersburgu 1842-1918, Lublin, 2007. Les archives vaticanes conservent peu de dossiers sur l’Académie : quelques-uns dans la série des Affaires ecclésiastiques extraordinaires mais aucun à l’actuelle Congrégation pour l’éducation catholique.

188Академія духовная римско-католическая, dans Енциклопедическiй словарь, t. I, Saint-Pétersbourg, 1890, p. 257-259.

189  ASV, S. Congr. Concist. Relat., 517, Mohilovien, 1913, f. 9.

190  Sur le mariavitisme, voir infra, p. 78-80.

191  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 928, fasc. 305, f. 9-10 : anonyme [Benigni], Note, 25.01.1909 matin, italien. Voir aussi ibid., f. 17-18 : S. Trzeciak, « Status Academiae Ecclesiasticae cath. Petropolitanae ».

192  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispovedanij, 1896, p. 27-28 et 15).

193  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 882, fasc. 282, f. 45-47 : Giovanni Kamienski, Mémorandum, 04.04.1907, italien.

194 Ibid., fasc. 283, f. 10 : Joseph Bonnet à « Eminence », Saint-Pétersbourg, 19.11.1909.

195  Le texte de la circulaire est conservé en version russe (f. 126) et en traduction italienne (f. 129-131) dans ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3.

196  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 118-121 : O’Rourke à un père assomptionniste, Dunabourg (Dvinsk), 29.01.1914. Eduard O’Rourke (1876-1943), prêtre du diocese de Mohilev depuis 1907, sera plus tard évêque de Riga en 1918-1920, puis administrateur apostolique de Dantzig (1922-1926) et enfin évêque de Dantzig (1926-1938). Cf BBKL, 8, Herzberg, 1994, col. 839–843 (S. Samerski).

197  AA.EE.SS., III, Russia, fasc. 313, pos. 935, f. 49-53 : Ropp à De Lai, 21.01/03.02.1914.

198  Cf. ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 3, f. 11 : note du 17.03.1914.

199  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Le Saint-Siège se contentera d’écrire à l’archevêque de Varsovie « en louant de façon générale la conférence » (ibid., p. 3, cf. document 49).

200ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 143-144 : Scapinelli di Leguigno à Domenico Serafini (assesseur du Saint-Office), Rome, 21.03.1912, N°56234.

201  ASV, S. Congr. Concist. Relat., 517, Mohilovien, 1913, f. 29-30.

202  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913, Procès-verbal, p. 6, document 61.

203  Ropp à Merry del Val, Saint-Pétersbourg, 11/24.08.1907, dans AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907, Ponenza, Sommario Num. I, p. 21.

204  Décision contestée dans une lettre de Ropp au président du Conseil des ministres (Vilna, 21.09.1906). Cf. AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 300, f. 11-14 : Jabounine à Merry del Val, Rome, 28.02.1907, Légation N°43.

205  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 10-14 : anonyme [G. Quénard], « Notes – Vilna », français, relatant une entrevue avec Mgr de Ropp en juin 1908.

206  Oukases impériaux du 25 décembre 1841 (PSZ, II, XVI, N°15153) et du 10 mai 1843 (PSZ, II, XVIII, N°16829). En compensation, des traitements sont versés par l’État : oukase impérial du 15 décembre 1843 (PSZ II, XVIII, N°17403). Cf. S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 364-366.

207  Oukase impérial du 14/26.12.1865, dans Dziennik Praw Królestwa Polskiego, vol. 63, p. 368, cité par S. Olszamowska-Skowrońska, La correspondance… cit., p. 369.

208  M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 113. Voir aussi A. Petrani, Kolegium Duchowne w Petersburgu, Lublin, 1950.

209  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 61.

210 Ibid., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispovedanij, Saint-Pétersbourg, 1896, p. 20-22).

211  Il recueille l’héritage des institutions judiciaires créées aux XVIIIe-XIXe siècles pour le traitement des affaires catholiques, cf. M. Amara-Poignet, L’œuvre d’Arezzo… cit., p. 110.

212  Bellocchi, IV, p. 288-291.

213  Document édité dans A. Petrani, Kolegium Duchowne… cit., p. 139-140.

214  Voir les articles Исповѣданіа иностранныя, dans Енциклопедическiй словарь, t. 25, p. 445 et Министерство внутреннихъ дѣлъ, dans ibid., t. 37, p. 357-358.

215  Les affaires de l’Église géorgienne sont gérées par le Saint-Synode. Celles des vieux-croyants et des sectes dépendent du Département de la police du Ministère des Affaires intérieures. A. Iu. Polunov, The religious department and the uniate question, 1881-1894, dans Russian studies in history, 2001 (39-4), p. 77-85 ; Department of religious affairs of foreign confessions (1838-1917), dans P. D. Steeves (éd.), Modern Encyclopedia of Religions in Russia and Eurasia, vol. 7, p. 5.

216  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 11-16 : anonyme [Skirmunt], « Russia. Archidiocesi di Mohilew. Aprile 1916 », Einsiedeln, 17.04.1916, italien. Voir aussi AA.EE.SS., III, Russia, pos. 940, fasc. 319, f. 23-26 : Skirmunt à Pacelli, Locarno, 20.12.1915.

217  Certains catholiques demandent ainsi à leurs correspondants occidentaux d’utiliser des lettres recommandées. C’est le cas du père O’Rourke en 1914 qui explique au Carmel de Lisieux que « les lettres adressées aux prêtres catholiques ét[aient] souvent arrêtées en Russie par les autorités civiles » (ACL, Correspondance Russie, O’Rourke (Edouard) : O’Rourke à « révérende Mère », Saint-Pétersbourg, 02.04.1914, orth.).

218  Oukase impérial du 14 décembre 1772 (§ 9), dans PSZ, t. XIX, N°13922, p. 688 ; version latine dans A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 114-117, doc. XLIII.

219  Rescrit du 13 décembre 1803, dans PSZ, t. XXVII, N°21.078 et 21.421.

220  E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 168 sq (citation de Ustavy duhovnyh del inostrannyh ispovedanij, Saint-Pétersbourg, 1896, p. 11).

221  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 8-9.

222  Bulle Promulgandi pontificias, 29 septembre 1908, dans Bellocchi, VII, p. 323-324.

223  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza, Relazione, p. 16-17.

224  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 9, document 58.

225  Né dans une colonie allemande en 1862 dans le gouvernement de Samara, il effectue ses études au séminaire de Tiraspol et à l’Académie de Saint-Pétersbourg. Élu évêque de Tiraspol en avril 1904, il est très actif (presse, construction d’églises…). En 1920, il quitte la Russie et s’installe en Bessarabie. Il meurt en 1933 en Allemagne. О. Лиценбергер, Римско-католическая Церковь в России : история и правовое положение, Saratov, 2001, p. 346-347.

226  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 10 : Michele Tamarati à Merry del Val, Rome, 12.01.1911.

227  Le télégraphe permet ainsi d’accélérer les échanges, du moins pour les espaces situés sur des lignes de chemin de fer, comme le montre l’échange entre Mgr Cieplak et le Saint-Siège lors de la visite de ce dernier en Sibérie en 1909 (télégramme de Tomsk, ville reliée au transsibérien par une bretelle ferroviaire).

228  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 895, fasc. 290, f. 14 : Gasparri (secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires) à De Lai (secrétaire de la Congrégation du Concile), 11.03.1904, italien.

229  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 895, fasc. 290, f. 15-16 : Gasparri à De Lai, s. d., italien. Il s’agit du décret Nobis nuper du 20.03.1625 sur les translations épiscopales (Bullarium diplomatum et privilegiorum Sanctorum Romanorum Pontificium, t. XIII, Turin, 1868, doc. CXXVII, p. 304-305).

230Ibid., f. 19 : De Lai à Gasparri, 04.02.1905, s. n.

231  AGOP, XIII, 91050 : Libercier à « révérendissime et bon Père », Moscou, 15/28.05.1911.

232  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza. Relazione, febbraio 1913, p. 16-17.

233  Epistola Ex quo, 26.12.1910, dans AAS, 1911 (3), p. 117-121. Voir aussi ACO, rub. 100 (1910-1911), sc. 1 bis. Sur ce personnage, voir plus bas, p. 159-160.

234  Motu proprio Sacrorum Antistitum, 01.09.1910, dans AAS, 1910 (2), p. 655-680.

235  Constitution apostolique Divino afflatu, 01.11.1911, dans AAS, 1911 (3), p. 633-651.

236  Cf. D. Menozzi, Chiesa, pace e guerra nel Novecento: verso una delegittimazione religiosa dei conflitti, Bologne, 2008, p. 21-36.

237  Pour un bilan de la législation sur les mariages mixtes de Pierre le Grand à 1917, voir Л. Е. Горизонтов, Законодательство o « разноверных » браках в истории русско-польских отношений, dans Парадоксы имперской политики : поляки в России и русские в Польше, Moscou, 1999, p. 75-99.

238  Oukase du 23.11.1832 (PSZ, II, t. VII, N°5767 ; version française dans A. Theiner, Vicissitudes… cit., vol. 2, p. 160-165 – doc. LXIII).

239  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 145-147 : Boulatzell à Merry del Val, 09.05.1912, Légation de Russie, s. n.

240  R. Naz, Mariage en droit occidental […] XXI- Mariage mixte, dans DDC, VI, 1957, col. 784-787.

241  Texte dans ASS, 1907 (40), p. 525-530. Voir aussi AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 9-12 ; F. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X… cit., p. 530.

242  J. Moir, Canadian Protestant Reaction to the Ne Temere Decree, dans Société Canadienne d’Histoire de l’Église Catholique. Session d’Étude, 1981 (48), p. 78-90. Au Canada également ce n’est que vers 1911 que les réactions hostiles se font sentir.

243  Cette lettre du 13 juin 1910 est mentionnée dans la lettre du secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires à l’assesseur du Saint-Office du 12 juillet 1910 (ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 40).

244  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 45 : Lugari, assesseur du Saint-Office, à Scapinelli di Leguigno, secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, Rome, 07.11.1910, s. n., italien. Voir aussi ibid., f. 47 : Scapinelli di Leguigno à Lugari, 19.11.1910. Cette délibération de 1844 a été signalée par P. Gasparri, Tractatus canonicus de matrimonio, Paris, 1891, vol. II, N°980, comme une dispense exceptionnelle aux préceptes du Concile de Trente permise pour certains « lieux hérétiques ».

245  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 60-61 : Lugari à Scapinelli di Leguigno, Rome, 19.12.1910, S. O. s. n., italien.

246Catholicisme, XIII, col. 785-789.

247  Cf. E. Appolis, Une Église des derniers temps, l’Église mariavite, dans Archives de sociologie des religions, 1965 (19), p. 52.

248  ACDF, Decreta SO, 1904, f. 198-199 : Feria IV, die 31 augusti 1904, Mohilovien – Polocen – De Felicia Kozlowska.

249  Bellocchi, VII, p. 206-210.

250Decretum Sanctae Romanae et Universalis Inquisitionis, Feria IV die 5 Decembris 1906, dans Pii X Pontificis Maximi, Acta, Vol. III, Rome, 1908, p. 225-226.

251  E. Appolis, Une Église des derniers temps… cit., p. 57-58.

252  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 10 : anonyme [Skirmunt], « I cosidetti «Mariaviti» ed il governo Russo », Rome, 03.05.1906.

253  E. Appolis, Une Église des derniers temps… cit., n. 5 p. 53 ; Paul W. Werth, Arbiters… cit., p. 192-194.

254  P. W. Werth, Arbiters… cit., p. 194.

255DTC, t. XII-2, col. 2468 (Pologne) et t. XV-2, col. 2435 (Utrecht).

256  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1164a, 1912. Ponenza, Sommario Num. III : Memoriale de Dioecesis Vilnensis statu, p. 38-39.

257 Il Mariavitismo in Russia, dans CC, 18.03.1911 (62-I-1458), p. 731-736.

258La Russie contre le catholicisme. Diviser pour régner, dans La Croix, 03.03.1914 (35-9498), p. 1.

259  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, f. 140 : mémorandum du secrétaire d’État au gouvernement russe, 26.02.1912, voir document 9.

260 La setta dei Mariaviti nella Polonia russa, dans CC, 18.12.1909 (60-IV-1428), p. 737-738.

261  Rares sous l’Ancien régime à l’âge du gallicanisme triomphant, les visites ad limina deviennent plus fréquentes à partir des années 1840 et apparaissent comme l’un des signes de la romanisation de l’épiscopat (cf. M. Venard, Les rapports de visites ad limina des évêques de France sous l’Ancien Régime et P. Boutry, J. Coste, Les visites ad limina des évêques français durant la période concordataire, dans P. Boutry, B. Vincent (dir.), Les Chemins de Rome. Les visites ad limina à l’époque moderne dans l’Europe méridionale et le monde hispano-américain (XVIe-XIXe siècle), Rome, 2002, p. 101-121 et 249-264).

262  ASV, Congr. Concilio, Relat. Dioec., 533 (Mohilovien) : Zylinski (archevêque de Mohilev), Relatio status Ecclesiae Metropolitanae Mohyloviensis (copiae), Petropoli, 08.12.1861 et lettre de Franchi (secrétaire Affaires ecclésiastiques extraordinaires) à Giannelli (pro-secrétaire de la S. C. Concile), 14.06.1862, s. n.

263Ibid., 854, Varsavien.

264  En 1910, un « tour » est organisé pour les évêques des différentes régions du monde. Voir A. Boudinhon, La visite «ad limina» et le rapport sur l’état du diocèse, dans Le canoniste contemporain, 1910 (33), p. 129-136.

265  « Desiderata generis specialis S. Sedi expressa ab Illmo ac Revmo D. Vincentio Kluczynski », Rome, mai 1913, latin (AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1181, 1913. Ponenza, Sommario unico, p. 7-9). Cf. document 62.

266  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 9 (Merry del Val), document 61.

267  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 297, f. 21-22 : lettre de Kakowski, 30.08.1913 (orth.).

268EC, 7, col. 633 (W. Wehr).

269  S. Olszamowska-Skowrońska, Tentatives d’union des Vieux Croyants russes avec l’Église catholique, dans Slovak Studies, Cleveland-Rome, 1966 (6), n. 16 p. 201.

270  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302, f. 7-8 : Symon à Merry del Val, Rome, 03.12.1907.

271  Sur Stanisław Trzeciak (1873-1944), voir R. Modras, The Catholic Church and antisemitism : Poland, 1933-1939, Chur, 1994, p. 94-101.

272  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 928, fasc. 305, f. 9-10 : note anonyme [Benigni], 25.01.1909. Sur Benigni, voir les travaux d’É. Poulat et la notice dans DBI, 8, p. 506-508 (P. Scoppola).

273  Sur ce personnage, voir plus bas, p. 216.

274  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1126, 1909 : Ponenza, Sommario Num. V : Rapport du Père Bois « sul movimento cattolico di rito greco-russo a Pietroburgo » (1907-9), français (p. 62-77). L’auteur de la relazione (probablement Benigni) fait d’ailleurs l’éloge de ce prêtre et de la « sua discreta ed intelligente intromissione » (p. 31).

275  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 21 : note anonyme, 19.10.1913.

276  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1910), fasc. unico, f. 163 : annexe à la lettre du prince Lubomirski au secrétaire d’État, Rome, 05.11.1910, N°47766, français. Il s’agit probablement de Zdzisław Lubomirscy (1865-1943), cf. Enc. Katolicka, 11, col. 73 (M. R. Górniak).

277  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Procès-verbal, p. 9, document 61. C’est dans ce contexte que le secrétaire d’État propose de profiter de la prochaine visite ad limina des évêques russes pour leur donner des instructions.

278  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1154, 1911. Ponenza, p. 12, italien. Le document se trouve en ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 62 : circulaire aux évêques russes, Rome, 31.12.1910, N°48042.

279  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 3, f. 65 : lettre à Mgr Nowak, 04.01.1911, N°48168, italien.

280  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 12-13 : lettre de Skirmunt (probablement adressée au secrétaire d’État), Baden bei Wien, 14.10.1913, italien.

281  ASV, Segr. Stato, rub. 268 (1914), fasc. unico, f. 54 : note anonyme, italien.

282Ibid., f. 52 : Légation de Russie à Merry del Val, 03.07.1914, Légation N°164, accompagné d’une annexe.

283  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 5 : [Granito] Pignatelli di Belmonte à Merry del Val, Vienne, 23.10.1907, Nonciature N°3520, italien ; ibid., f. 9-10 : Skirmunt à Merry del Val, Baden bei Wien, 25.10.1907.

284  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1105, 1908. Ponenza, p. 4, italien.

285  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 302. Le 5 décembre 1907, le secrétaire d’État demande au cardinal Pusyna de transmettre « per via sicura e segreta » (f. 9) une lettre de la Secrétairerie d’État adressée à Victori Frackiewicz (vicaire général de Vilna), datée aussi du 5 décembre (en latin, prot. N°27010, f. 11). Dès le 10 décembre, Pusyna répond à Merry del Val de Cracovie qu’il a transmis cette lettre « ma via Pietroburgo » (f. 12). La réponse de Frackiewicz à Merry del Val est datée de Vilna, 02/15.12.1907 (f. 13).

286  La lettre du 27 mai arrive le 24 juin : AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 303, f. 8-9 : Merry del Val à Ropp, Rome, 27.05.1908, N°30320 et f. 25 : Ropp à Merry del Val, 14.07.1908.

287Ibid., f. 31-32 : Merry del Val à Ropp, 10.08.1908, N°31613 ; f. 37-39 : Ropp à Merry, 08/21.09.1908.

288 Ibid., f. 26-27 : Joseph Teodorowicz à Merry del Val, Lemberg, [date illisible] 1908 (orth.).

289  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 918, fasc. 301, f. 9-10 : Skirmunt à Merry del Val, Baden bei Wien, 25.10.1907.

290  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1097, 1907. Ponenza, Sommario Num. VII : Ropp au secrétaire d’État, Saint-Pétersbourg, 06/19.10.1907, p. 49-52.

291  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 294, f. 41-42 : Jourdan de la Passardière à Merry del Val, « Notes sur les affaires de l’Église en Russie », Paris, 28.10.1906. Sur Félix-Jules Jourdan de la Passardière (1841-1913), évêque titulaire de Roso (Rosea) en 1884 et évêque auxiliaire de plusieurs diocèses français, qui voyagea à plusieurs reprises en Galicie et en Russie dans les années 1890, voir la notice de C. Soetens, dans DHGE, t. 28, Paris, 2003, col. 348-349.

292  R. Makrickas souligne l’importance de ce personnage pour les affaires lituaniennes dans les années 1900-1910 (R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 49 notamment). Voir aussi Le rôle de Mgr Skirmunt en Suisse, dans N. Renoton-Beine, La colombe… cit., p. 97-99.

293  B. Skirmunt, W służbie Kościoła i Polski, Ks. Dr. Kazimierz Skirmunt, Vilna, 1931.

294  Cf. C. Prudhomme, L’Académie pontificale ecclésiastique et le service du Saint-Siège, dans MEFRIM, 2004 (116-1), p. 61-89.

295  Ces informations sont tirées de la notice biographique rédigée par H. Fokciński, dans Polski słownik biograficzny, t. 38, p. 177-178. De retour à Rome en 1919, il devient conseiller canonique pour l’ambassade de Pologne près le Saint-Siège et joue un rôle important dans la mise en place du concordat de 1925. À partir de 1919, il loge au Collegio Massimo des jésuites. Mort le 26 mai 1931, enterré dans le caveau des jésuites au cimetière du Campo Verano, un mémorial à son nom a été placé en 1933 dans l’église Saint-Stanislas de Rome.

296  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 908, fasc. 296, f. 8-9 : Skirmunt à Merry del Val, Einsiedeln, 18.08.1905.

297Ibid., pos. 907, fasc. 294, f. 74-75 : anonyme [Skirmunt], « La «tolleranza» religiosa in Russia », Rome, 19.04.1906.

298  ASV, archivio particolare di Pio X, b. 121 (corrispondenza giugno 1914), f. 460-462.

299  Le Promemoria de décembre 1914 sur les relations entre le gouvernement russe et l’Église catholique est remis à la fois au secrétaire d’État [ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 2, f. 74-83 : Skirmunt, « La Santa Chiesa ed il Governo Russo nel Novembre 1914 innanzi alla storia. Promemoria confidenziale », Rome, 03.12.1914 ; un autre exemplaire est disponible en ASV, Segr. Stato, rub. 244 D (guerra), fasc. 95, f. 17-25] et à Benoît XV « nella speranza, che Vostra Santità mi farà l’onore di dar un’occhiata al mio promemoria » (ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1914), fasc. 2, f. 72 : Skirmunt à « Beatissimo Padre », Rome, 07.12.1914).

300  ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1911), fasc. 2, f. 90-134 : Voto de Skirmunt, Rome, 06.12.1912, 31 p. et 10 p. d’annexes.

301  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 293, f. 41-42 : anonyme [Skirmunt], « Principi da osservarsi nelle relazioni coll’Episcopato della Polonia Russa, e col governo stesso », Rome, 19.11.1903.

302 Ibid., fasc. 295, f. 36-40 : anonyme [Skirmunt], « I bisogni i più urgenti della Chiesa nella Polonia Russa. Luglio 1906 », Rome, 21.07.1906.

303  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 938, fasc. 317, f. 59-60 : J. Brosselin à « monseigneur de Skirmunt à Rome », Pétrograd, 12/25.11.1915. Skirmunt soutient cette demande auprès du secrétaire d’État (ibid., f. 61-64 : Skirmunt à Gasparri, Locarno, 12.12.1915), mais cette supplique, présentée en audience pontificale le 21 décembre 1915, est rejetée par le pape (ibid., f. 65 : supplique de Brosselin et note marginale « Ex. Aud. SSmi, die 21 Dec. 1915. Negative »).

304  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 907, fasc. 295, f. 19 : Skirmunt à « Eminence » (secrétaire d’État), Rome, 21.05.1906 ; f. 20-21 : « Candidats pour les sièges épiscopaux en Pologne ».

305Ibid., f. 65 et 66 : lettres du p. Bois, Saint-Pétersbourg. Jerzy Matulewicz/ Jurgis Matulaitis (1871-1927) a été ordonné prêtre en 1898 (ou 1899). Après des études à Fribourg (1902), il enseigne au séminaire de Kielce (1904) et à l’Académie de Saint-Pétersbourg (1907). En 1909, il entre chez les pères mariens à Mariampol. Voir R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., n. 10 p. 49 ; N. Pease, God’s patriot : Jerzy Matulewicz as Bishop of Vilna, 1918-25, dans East Central Europe, 1991 (18-1), p. 69-79.

306  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 934, fasc. 313, f. 20 : lettre au p. Giacinto Cormier (général des dominicains), 18.10.1913, italien.

307  AA.EE.SS., III, Russia, pos. 937, fasc. 317, f. 18-19 : anonyme [Skirmunt], « Russia. Archidiocesi di Mohilew », Einsiedeln, 12.06.1916.

308 Ibid., f. 22 : lettre à Ledóchowski, 24.06.1916, italien ; ibid., f. 23 : lettre à Sapieha, 24.06.1916.

309Ibid., f. 27 : tél. chiffré de Gasparri à Micara, 21.07.1916.

310Ibid., f. 28 : tél. chiffré de Micara à Gasparri, arrivé 28.07.1916.

311  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1084, 1907. Ponenza, p. 7. Le journal en question est le Kurier Litewski de Vilna, l’« organe de Mons. Ropp ». La Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires s’était déjà réunie sur cette question en juillet 1906 : AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1075, 1906. Ponenza, p. 17-44 (Sommario Num. II, voto de Mgr Skirmunt) et p. 45-48 (Sommario Num. III, voto de Mgr Adam Sapieha).

312  R. Makrickas, Santa Sede e Lituania… cit., p. 49-50. Matulaitis est né, en effet, dans une famille de paysans lithuaniens de Mariampol mais a été élevé par son oncle dans un milieu polonais. Il polonise son nom (Matulewicz) lors de ses études au séminaire. Évêque de Vilnius (1918-1925), puis archevêque, il est nommé visiteur apostolique de Lituanie pour préparer l’organisation de la province ecclésiastique de Lituanie et le concordat. Il a été béatifié en 1987.

313  AA.EE.SS., III, Polonia, pos. 7, fasc. 3, f. 17 : Aversa à Szeptyckyj, 07.03.1904, particolare, s. n. ; ibid., f. 18 : Nicotra à Gasparri, Vienne, 08.03.1904, Nonciature Vienne N°341.

314  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1117, 1909. Procès-verbal, p. 2-3, document 55.

315  AA.EE.SS., Rapporti delle Sessioni, N°1173, 1913. Ponenza. Relazione, febbraio 1913, p. 138 et 143.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable