Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

 | 
Laura Pettinaroli

Introduction

Texte intégral

  • 1  Cette remarque de Staline n’est toutefois pas qu’une simple boutade ponctuelle. Elle reprend une p (...)

1« Le Vatican, combien de divisions ? » aurait demandé Staline à Churchill à la fin de la Seconde Guerre mondiale1. Pour beaucoup, cette remarque ironique symbolise la question des relations entre le Saint-Siège et la Russie soviétique : le décalage saisissant entre le plus petit État du monde et la plus grande construction territoriale brillant des gloires de l’Armée rouge, mais aussi l’impossible dialogue entre la foi chrétienne et le matérialisme historique.

  • 2  S. Courtois, Les crimes du communisme, dans S. Courtois et al., Le livre noir du communisme. Crime (...)
  • 3  M. Dreyfus, B. Groppo, C. Ingerflom, R. Lew, Cl. Pennetier, B. Pudal, S. Wolikow, Introduction, da (...)

2Puissance désarmée au siècle des guerres mondiales, le Saint-Siège s’est révélé toutefois bien présent dans les relations internationales. On a récemment réévalué le rôle caritatif du pape Benoît XV dans la Première Guerre et on discute encore de ce que Pie XII aurait pu faire pour changer le cours de la Seconde. L’influence de cette puissance spirituelle sur le cours des relations internationales est apparue, de façon peut-être encore plus nette, dans l’effondrement du communisme en Europe de l’Est en 1989. Le rôle de Jean-Paul II et de la papauté dans ce processus semble aujourd’hui admis comme une évidence, comme on a pu le vérifier dans une presse singulièrement à l’unisson (du moins en France) en avril 2005 au moment du décès du pape polonais. Même si l’histoire des années 1980 reste encore pour une grande part à écrire, il n’est pas indifférent que les deux ouvrages ayant marqué le débat historiographique français de la fin des années 1990 sur le communisme aient réservé une place aussi importante qu’inattendue à la papauté contemporaine. Stéphane Courtois, dans Le livre noir du communisme, félicite Pie XI de sa fermeté dogmatique2, alors que les auteurs du Siècle des communismes évoquent le modèle romain de la Troisième Internationale et valorisent l’unification pacifique de la diversité autour du siège de Pierre3. Ces réflexions surprenantes n’ont toutefois qu’une visée soit théorique (faire une histoire du communisme comme système intrinsèquement porteur de crimes de masse) soit poétique (analogie) : elles ne débouchent sur aucune investigation historienne sur les rapports russo-vaticans pendant la période soviétique. Si le rôle du Saint-Siège dans l’effondrement du communisme à l’Est méritera encore bien des recherches, ne convient-il pas de s’interroger également sur la trajectoire de la question russe et soviétique dans les milieux catholiques depuis le début du XXe siècle ? La présente recherche vise ainsi à éclairer l’attitude vaticane pendant la période d’instauration du régime soviétique en Russie : quels sont les défis lancés par la Révolution russe au catholicisme, tant localement qu’à l’échelle mondiale ? Comment ces défis sont-ils analysés par la papauté ? Quelles sont les réponses proposées par le Saint-Siège ? Pour répondre à ces questions, nous pouvons nous appuyer sur une riche historiographie et surtout sur des sources nouvelles qui permettent de mieux définir la chronologie et les champs d’étude qui méritent d’être privilégiés.

Des historiographies engagées

  • 4  Richard Pipes incarne ce refus du « nihilisme éthique » en considérant la révolution russe comme u (...)

3À l’instar de certains historiens de la Russie contemporaine4, la plupart des auteurs ayant travaillé sur la question des relations entre la Russie et le Saint-Siège n’hésitent pas à revendiquer sinon une certaine partialité du moins la possibilité de porter un jugement moral sur cet objet d’étude chargé d’enjeux politiques et spirituels. L’engagement – revendiqué ou tacite – des historiens donne ainsi une couleur spécifique à ce champ historiographique. Après avoir retracé la constitution progressive des relations entre le Saint-Siège et la Russie en objet d’histoire, nous verrons comment la période du premier XXe siècle commence à faire l’objet d’investigations historiennes dans les années 1960, avant que les ouvertures d’archives des années 1985-1991 ne permettent la réalisation de recherches plus abouties.

De la « bataille des sources » à la « guerre des histoires »5 (XIXe siècle – 1945)

  • 5  E. Astafieva, L’Empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-190 (...)
  • 6  И. И. Григоровичъ, Переписка папъ съ россiйскими государями въ XVI-мъ вѣкѣ, найденная между рукопи (...)
  • 7  A. I. Turgenev, Historica Russiae monumenta, Saint-Pétersbourg, 1841-1848, 3 t., 2 vol.
  • 8Die neuesten Zustände der katholischen Kirche beider Ritus in Polen und Russland seit Katharina II (...)
  • 9  A. Theiner, Vicissitudes de l’Église Catholique…vol. I… cit., hors-texte.
  • 10 Allocution Haerentem Diu, dans Bellocchi, III, p. 310-311.
  • 11 E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 14.
  • 12  D. Tolstoï, Le catholicisme romain en Russie, études historiques, Paris, 1863-1864, 2 vol.

4C’est dans le contexte de la Restauration et d’un intérêt mutuel renouvelé entre le Saint-Siège et la Russie que des historiens russes comme Ivan Ivanovič Grigorovič (1792-1852)6 et Aleksandr Ivanovič Turgenev (1784-1845)7 commencent à éditer des sources romaines sur le XVIe siècle. À partir des années 1840, l’historiographie progresse rapidement dans la mesure où la recherche historique devient partie prenante de l’actualité des relations entre le Saint-Siège et la Russie. La suppression des évêchés uniates en 1839 suscite ainsi – côté catholique – un premier effort de synthèse polémique. Augustin Theiner, prêtre oratorien et historien entré au service de la Curie en 1840 (il sera préfet des Archives vaticanes de 1855 à 1870), publie dès 1841 un recueil de sources sur le catholicisme qui sera rapidement traduit en plusieurs langues8. Vicissitudes de l’Église Catholique des deux rites en Russie s’ouvre sur une note belliqueuse, comme en témoigne l’épigraphe à l’édition française dans laquelle le cardinal Pacca, alors doyen du Sacré-Collège, menace la Russie, persécutrice des catholiques, « de ces terribles châtimens (sic) dont le ciel frappe les nations tout entières sans épargner les têtes couronnées »9. Ce recueil prépare la voie à l’offensive politico-documentaire de Grégoire XVI. Ce pape accompagne, en effet, son allocution au consistoire du 22 juillet 1842 d’une publication de 90 documents « historiques » sur la question russe10. Dès 1848, le comte Dimitri Tolstoï met à la disposition du Ministère des Affaires intérieures une étude conçue comme une « réponse » à cette offensive catholique qui sert de document « à usage interne »11 avant d’être publiée en français quinze ans plus tard dans le contexte du soulèvement polonais, peu avant que son auteur ne devienne haut-procureur du Saint-Synode (1865-1880) et ministre de l’instruction publique (1866-1880)12.

  • 13 Esposizione documentata sulle costanti cure del Sommo Pontefice Pio IX a riparo dei mali che soffr (...)
  • 14 А. Н. Поповъ, Послѣдняя судьба папской политики въ Россiи, 1845-1867 гг., Saint-Pétersbourg, 1868. (...)
  • 15  Son ouvrage de 1860 (L’Église catholique en Pologne sous le gouvernement russe, Paris, A. Frank-Ch (...)

5Dans ce contexte international tendu, marqué par une mobilisation de l’opinion occidentale en faveur de la Pologne, la papauté reprend l’offensive. En 1866, Pie IX reprend la formule adoptée par Grégoire XVI : il accompagne son allocution consistoriale du 29 octobre consacrée à la situation en Russie d’une publication de cent documents13. De nouveau, une « réponse directe » à cette offensive romaine est donnée en Russie par la publication de l’ouvrage d’Aleksandr Nikolaevič Popov14, qui poursuit les recherches de Tolstoï. Dans les années 1860-1900, les ouvrages de l’oratorien Louis Lescœur s’inspirent de ces documents publiés et contribuent à faire connaître au public occidental la difficile situation des catholiques dans l’Empire russe15.

  • 16La Russie et le Saint-Siège. Études diplomatiques, Paris, 1896-1912, 5 vol. Sur les jésuites russe (...)
  • 17  Н. П. Лихачевъ, Письмо папы Пiя V къ царю Ивану Грозному въ связи съ вопросомъ о папскихъ древе (Э (...)
  • 18  Les quatre tomes de son étude sur la Russie et l’Italie ont été publiés entre 1907 et 1927 : Россі (...)
  • 19  Sur ces personnalités et leurs travaux, voir p. 178 sq.
  • 20  M. Godlewski, De cardinalatu Stanislai Siestrzencewicz-Bohusz (1784-1817), Saint-Pétersbourg, 1909 (...)

6Thème polémique, les relations entre le Saint-Siège et la Russie bénéficient toutefois d’une historicisation à la fin du XIXe siècle, dans un contexte marqué tant par le progrès des sciences historiques sous le signe de la méthode critique que par l’ouverture des archives du Vatican à tous les chercheurs en 1880. Issu du groupe des jésuites russes et héraut d’une apologétique respectant les critères de la méthode historique, Paul Pierling publie entre 1896 et 1912 les cinq tomes de La Russie et le Saint-Siège16. Cet ouvrage, fondé sur les archives vaticanes et sur des sources russes publiées, constitue la première grande synthèse sur les relations Vatican-Russie et embrasse quatre longs siècles (du XVe à la fin du XVIIIe). Au même moment, les archives vaticanes et italiennes attirent l’attention d’historiens russes comme Nikolaj Petrovič Lihačev, alors sous-directeur de la Bibliothèque impériale de Saint-Péterbourg17 et surtout Evgenij Šmurlo qui travaille en Italie durant la période 1903-1918 comme correspondant scientifique du Département des Sciences historiques et philologiques de l’Académie Impériale des Sciences18. Par ailleurs, des historiens catholiques, souvent membres du clergé, se rendent en Russie pour travailler aux archives. Leurs efforts se concentrent sur le règne de Catherine II : c’est le cas du père Bois, assomptionniste, qui travaille aux archives d’État à Saint-Pétersbourg sur la mise en place d’une hiérarchie catholique en Russie tout en mettant à profit les sources législatives imprimées, ou encore du père Gaillard, jésuite, qui s’intéresse à l’histoire de la Compagnie en Russie après 177419. Sur place, certains membres du clergé s’attachent également à cette période : l’abbé Godlewski, qui enseigne à l’Académie ecclésiastique de Saint-Pétersbourg, travaille ainsi à la publication de lettres de Mgr Siestrzencewicz, premier archevêque de Mohilev20.

  • 21  Е. А. Адамов, Дипломатия Ватикана в начальную эпоху империализма. 1887-1900, Moscou-Léningrad, 193 (...)
  • 22  O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographi (...)
  • 23  Le directeur de La Civiltà cattolica, chargé de l’examen du second volume de l’ouvrage de Boudou, (...)
  • 24  A. Boudou, Le Saint-Siège et la Russie. Leurs relations diplomatiques au XIXe siècle, Paris, 1922- (...)
  • 25  M.-J. Rouët de Journel, Nonciatures de Russie d’après des documents authentiques, Cité du Vatican, (...)
  • 26  Gasparri à Rouët de Journel, Vatican, 18.09.1923, Seg. Stato N°22023, dans M.-J. Rouët de Journel, (...)

7Après la Première Guerre mondiale et la Révolution, et à de rares exceptions près21, les fonds russes sont négligés, alors que l’exploitation des archives du Vatican se poursuit grâce à deux historiens jésuites22. Mettant à profit une commande de Benoît XV23 et une dérogation pour la consultation des archives, le père Adrien Boudou prolonge le travail d’histoire diplomatique de Paul Pierling en publiant dès le début des années 1920 une étude sur la période 1814-188324. Par ailleurs, le père Marie-Joseph Rouët de Journel entreprend une vaste publication de sources sur les quatre nonciatures en Russie des années 1783-180625 dans la grande tradition de la « Nuntiaturberichtsforschung », l’édition des rapports de nonciatures, et avec le soutien du Saint-Siège26.

Entre Guerre froide et détente : diffusion et constitution d’historiographies polarisées

  • 27  Cf. Ph. Chenaux, L’Église catholique et le communisme en Europe, 1917-1989 : de Lénine à Jean-Paul (...)
  • 28  P. Levillain, Ostpolitik, dans DHP, p. 1237-1239.
  • 29  Anthony Quinn incarne Kiril Ier, le premier pape russe de l’histoire, fraîchement libéré du Goulag (...)
  • 30  Cf. U. Floridi, Moscou et le Vatican. Les dissidents soviétiques face au dialogue, Paris, 1979 [19 (...)
  • 31  En plus des actions menées par l’association « Aide à l’Église en détresse », fondée en 1947, on p (...)

8Après la Seconde Guerre mondiale, marquée par un effort d’impartialité du Saint-Siège, l’entrée dans la Guerre froide se traduit par une véhémente opposition du pape Pie XII au communisme à l’heure de l’apogée du stalinisme et de l’expansion soviétique en Europe centrale. Les années 1960 apportent de profonds changements : le Concile Vatican II (1962-1965) permet non seulement une détente inédite entre le catholicisme et l’orthodoxie russe mais aussi l’ouverture d’un dialogue avec l’athéisme27. Au même moment, le Saint-Siège, sous l’impulsion de Mgr Agostino Casaroli, s’engage dès 1963 dans une « diplomatie de dialogue (…) vis-à-vis de l’URSS et des démocraties populaires »28 : l’Ostpolitik, qui culminera dans la participation du Saint-Siège aux accords d’Helsinki en 1975. Des contacts nouveaux avec le monde russe et soviétique sont établis, tant au niveau diplomatique que culturel et bien sûr religieux, qui suscitent un large intérêt dans l’opinion publique et inspire même Hollywood29. Cependant, de nombreuses critiques s’abattent sur l’Ostpolitik qui se feront même plus virulentes au fil des années 1970 alors que le mouvement des « dissidents » s’amplifie et acquiert une plus grande audience en Occident30. Les catholiques sont, en effet, toujours mieux sensibilisés à la situation délicate des croyants derrière le rideau de fer31.

  • 32  Б. Я. Рамм, Папство и Русь в X-XV веках [La papauté et la Rus’, Xe-XVe s.], Moscou-Léningrad, 1959
  • 33  Une version abrégée a même été publiée en 1972 à l’Ouest : E. Winter, Rom und Moskau : ein halbes (...)
  • 34 E. Winter, Russland und das Papsttum, 1. Von der Christianisierung bis zu den Anfängen der Aufklär (...)
  • 35  O. Poncet, Les entreprises éditoriales… cit., p. 97.
  • 36  M. Mourin, Le Vatican et l’URSS, Paris, 1965 (version russe en 1966, version allemande en 1967) ; (...)
  • 37  М. М. Шейнман, Ватикан и католицизм в конце XIX-начале XX в. [Le Vatican et le catholicisme à la f (...)
  • 38  М. М. Шейнман, Ватикан и Россия в период между февралем и октябрем 1917 г., dans Вопросы истории р (...)
  • 39 E. Winter, Russland und das Papsttum, 3. Die Sowjetunion und der Vatikan, Berlin, 1972. Cet ouvrag (...)
  • 40  H. Stehle, Die Ostpolitik des Vatikans, 1917-1975, Munich-Zurich, 1975. Traduction anglaise augmen (...)
  • 41  L. Bouyer, Dom Lambert Beauduin : un homme d’Église, Tournai, 1964 ; S. A. Quitslund, Beauduin. A (...)
  • 42  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féodoroff, Paris, 1966. Le jésuite Paul Maill (...)
  • 43  A. K. Eszer, Ekaterina Sienskaja (Anna I.) Abrikosova und die Gemeinschaft der Schwestern des III. (...)
  • 44  P. Lesourd, Entre Rome et Moscou. Le Jésuite clandestin. Mgr d’Herbigny, Paris, 1976.
  • 45 J. J. Zatko, A contemporary report on the condition of the catholic church in Russia. 1922, dans H (...)
  • 46 J. J. Zatko, Descent into Darkness. The destruction of the Roman Catholic Church in Russia, 1917-1 (...)

9Cette riche actualité politique et religieuse et ces tensions se répercutent sur la recherche historique. La question des relations Vatican-Russie suscite en effet de nombreuses recherches. À la fin des années 1950, l’histoire du Saint-Siège attire l’attention des historiens soviétiques, y compris pour les périodes plus anciennes32. La trilogie de l’historien allemand de l’Est, Eduard Winter (1896-1982), constitue une synthèse inégalée sur la très longue durée des relations entre le Saint-Siège et la Russie33. Les deux premiers volumes (du Moyen Âge à 1917) publiés en 1960-1961 se fondent sur différents fonds d’archives, y compris les archives vaticanes34. Par ailleurs, l’ouverture des archives Pie IX, annoncée dès 1955 et advenue en 1966, permet de vastes publications de sources sur le XIXe siècle par l’historienne polonaise d’expression française, Sophie Olszamowska-Skowrońska, qui bénéficie d’une permission exceptionnelle pour exploiter les fonds de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires35. L’histoire des relations entre le Saint-Siège et la Russie devient alors de mieux en mieux balisée à partir de documents originaux au moins pour la période qui mène à la fin des années 1870. Cependant, les années 1960-1970 marquent également le début des recherches sur le premier XXe siècle. Ces recherches sont marquées par leur contexte de production et abordent souvent les relations entre Vatican et Russie depuis 1917, plus particulièrement celles des années 1920, à la lumière – favorable ou critique mais toujours rétrospective – de l’Ostpolitik36. Les archives russes sont de nouveau mises à contribution, notamment par l’historien soviétique Šejnman qui revient sur la fin de la période tsariste37 mais aussi l’entre-deux-guerres38. Le troisième volume de la trilogie de Winter, consacré à la période soviétique, est également le fruit d’une recherche minutieuse dans les archives russes, allemandes et d’autres pays d’Europe centrale puisque les archives vaticanes pour cette période restent fermées39. Dans le camp occidental, le journaliste allemand Hansjakob Stehle (1927-2015) entreprend une recherche conçue, sinon comme une réponse, du moins comme une correction de l’ouvrage de Winter40. Les synthèses de Winter et de Stehle, malgré leurs positionnements politiques divergents, comportent certains points communs : écrites par des historiens laïcs (Winter avait été toutefois prêtre catholique jusqu’en 1940), centrées sur l’histoire diplomatique, ces synthèses, privées d’accès aux sources directes vaticanes et russes, se fondent sur les archives de ministères des Affaires étrangères européens (Affaires étrangères de Bonn, Archives d’État de Bavière et de Vienne), des sources imprimées et sur les archives d’ordres religieux. Ce manque constitue à la fois un atout (les relations vaticano-soviétiques sortent d’emblée des ornières d’une perspective bilatérale pour s’intégrer à l’histoire européenne et mondiale) et un inconvénient (les logiques des acteurs principaux de ces relations sont sacrifiées au profit du point de vue de certains États qui sont en fait partie prenante de ces relations, comme l’Allemagne). Parallèlement à ces synthèses d’histoire diplomatique, les années Vatican II et la vogue de l’œcuménisme voient la réalisation de monographies d’histoire religieuse sur des personnalités marquantes des relations Vatican-Russie dans l’entre-deux-guerres. Ces études, parfois hagiographiques et essentiellement fondées sur des archives privées catholiques, sont travaillées par l’interrogation sur les précurseurs du Concile : Lambert Beauduin41, Léonide Fëdorov (1966)42, Mme Abrikosova (1970)43 et même la figure controversée de Michel d’Herbigny (1976)44 profitent d’un tel intérêt. La dimension « martyriale » commence également à susciter des recherches : il convient de citer ici le travail encore isolé de James J. Zatko, prêtre et professeur d’histoire à l’université Notre Dame (Indiana), qui a eu accès à certaines archives de membres du clergé catholique de Russie exilés en Pologne45 et a publié dès 1965 une première synthèse sur les persécutions des années 192046.

Depuis les années 1990 : « révolutions documentaires »47 et diversification des approches

  • 47  Le terme est emprunté à Nicolas Werth qui l’utilise à propos de l’ouverture des archives soviétiqu (...)
  • 48 A. Riccardi, Il Vaticano e Mosca 1940-1990, Rome-Bari, 1992, p. 369-371.
  • 49  On observe, au début des années 1990, une profusion d’ouvrages sur Fátima et la Russie : P. Gabrie (...)
  • 50  S. Trasatti, Vatican-Kremlin. Les secrets d’un face-à-face, Paris, 1995 [1993].
  • 51  Le roman récent de Vladimir Volkoff, L’hôte du pape. Roman, Monaco, Éd. du Rocher, 2004, propose a (...)
  • 52 A. Riccardi, Il Vaticano e Mosca 1940-1990, Rome-Bari, 1992.

10Sous le pontificat de Jean-Paul II, pape qui maintint une ligne ferme face au monde communiste et à la pensée marxiste tout en poursuivant l’ouverture œcuménique, la médiatisation du thème des relations Vatican-Russie se poursuit. Dans le même temps, la révolution politique amorcée par la perestroïka et suivie de l’effondrement du système communiste dans les démocraties populaires et en URSS ouvre des perspectives inédites pour les relations entre le Saint-Siège et la Russie. Après la visite de Gorbatchev au Vatican en décembre 1989, les deux puissances établissent des relations diplomatiques officielles en mars 199048. Ce nouveau cadre politique et diplomatique s’établit dans une atmosphère d’effervescence religieuse (centrée sur la dévotion à Notre-Dame de Fátima renforcée par le « miracle » du 13 mai 1981, l’attentat sur la place Saint-Pierre dont il réchappe49) et médiatique. Les relations Vatican-Moscou donnent lieu à la publication d’ouvrages pour le grand public50 et même de fictions51. Sur le plan historiographique, le début des années 1990 est marqué par la possibilité d’écrire l’histoire d’une confrontation enfin achevée52. Les ouvertures d’archives permettent alors des progrès et une diversification sans précédent de l’histoire des relations entre Rome et Moscou au premier XXe siècle.

  • 53  Selon Maxime Mourin, « nuls centres d’activités idéologiques ou politiques sont aussi peu disposés (...)
  • 54 AAS, 1979 (71), p. 54.
  • 55 M. Maccarrone, L’apertura degli Archivi della Santa Sede per i pontificati di Pio X e Benedetto XV (...)
  • 56  Lettre de Casaroli au cardinal archiviste, 20.08.1985, prot. 156.966, dans AAS, 1986 (78), p. 378.
  • 57  Le motu proprio de Jean-Paul II du 21.03.2005 qui publie la « loi sur les archives du Saint-Siège  (...)
  • 58 Cf. p. 30-31.

11Malgré un certain culte du secret sur leurs passés respectifs53, le Saint-Siège et l’État russe ont vu s’opérer au cours des vingt dernières années de véritables révolutions documentaires. Le pontificat de Jean-Paul II (1978-2005) se traduit par une ouverture massive et volontaire des archives vaticanes. Le 22 décembre 1978, dans son premier message de Noël, le pape annonce l’accessibilité des documents du pontificat de Léon XIII (1878-1903)54. Puis, lors du Congrès des sciences historiques en 1985, est annoncée l’ouverture de deux nouveaux pontificats : Pie X (1903-1914) et Benoît XV (1914-1922)55. Ces ouvertures s’expliquent par la sensibilité du pape aux « problèmes culturels »56 et par une attention accrue au patrimoine du Siège apostolique et à sa valorisation par la recherche historique57. C’est enfin sous Jean-Paul II qu’est décidée et entamée l’ouverture de la documentation relative au pontificat de Pie XI, qui advient finalement en 2003 et 200658.

  • 59 P. K. Grimsted, Russian Archives in Transition : caught between political crossfire and economic c (...)
  • 60  N. V. Petrov, Dix ans de réformes des archives en Russie, dans Communisme, 2002 (70-71), p. 13-31.

12Au même moment, en Russie, la fin du régime soviétique se traduit immédiatement par une accessibilité accrue des historiens aux archives d’État59. La loi de 1993 précise les modalités de l’ouverture des archives. Cependant, à la fois pour des raisons pratiques et politiques, ce mouvement est rapidement restreint après 1995 (arrêt de la déclassification, suppression de commissions chargées d’organiser les ouvertures)60. Certains fonds importants demeurent officiellement inaccessibles aux chercheurs, comme les archives présidentielles ou celles du FSB (Service fédéral de sécurité), alors que le Ministère des Affaires étrangères restreint de façon pratique les conditions de consultation. Malgré leurs limites, ces « révolutions documentaires » ont permis sinon des révolutions historiographiques, du moins le développement de nouvelles recherches notamment sur l’histoire des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le monde russe et sur l’histoire du catholicisme en Russie au XXe siècle.

  • 61 M. Carolla, La Santa Sede e la Questione Armena (1918-1922), dans Studium, 1996 (5), 709-743 ; R. (...)
  • 62 R. Makrickas, Santa Sede e Lituania : la rinascita dello stato lituano nei documenti dell’archivio (...)
  • 63 R. Morozzo della Rocca, Le nazioni non muoiono. Russia rivoluzionaria, Polonia indipendente e Sant (...)
  • 64  G. M. Croce, Le Saint-Siège, l’Église orthodoxe et la Russie soviétique. Entre mission et diplomat (...)
  • 65 E. S. Tokareva, Le relazioni tra l’URSS e il Vaticano: dalle trattative alla rottura (1922-1929), (...)
  • 66 Par exemple М. И. Одинцов, Доверительно сообщаю Вам...” Письма российского посланника в Ватикане (...)
  • 67 М. И. Одинцов, A. A. Чернобаев (éd.), «Отношения с Ватиканом должны быть урегули­рованы ». Из пере (...)

13L’histoire diplomatique a profité des ouvertures d’archives : les épisodes marquants des relations entre le Saint-Siège et la Russie au début du XXe siècle ont ainsi été éclairés par des études de cas et des publications de sources. L’accès aux archives vaticanes jusqu’en 1922 s’est traduite par de nombreux travaux en particulier sur les fonds de la Secrétairerie d’État et des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Émanant essentiellement de chercheurs italiens ou d’expression italienne, ces études se concentrent sur des objets circonscrits géographiquement (Caucase61, Lituanie62) ou chronologiquement, comme l’épisode révolutionnaire de 1917-1922, étudié par Roberto Morozzo della Rocca63, la conférence de Gênes, analysée par Mgr Croce64 ou encore la période la plus intense des négociations des années 1920 explorée par Evgenia Tokareva65. L’ouverture des archives russes a également donné lieu à des publications de sources. Mihail I. Odincov a ainsi publié plusieurs dossiers dans la revue Istoričeskij Arhiv (Les archives historiques) sur les derniers représentants diplomatiques russes auprès du Saint-Siège à partir des fonds du GARF, de l’AVPRF et de l’AVPRI66 ou encore sur le rôle de Čičerin à partir de fonds du GARF, de l’AVPRF et du RGASPI67.

  • 68  A. O. Chubarian (directeur de l’Institut pour l’Histoire universelle), Premessa, dans SSR, 2002, p (...)
  • 69 Santa Sede e Russia. Atti del Simposio organizzato dal Pontificio Comitato di Scienze Storiche e d (...)
  • 70 E. S. Tokareva, A. V. Ûdin (éd.), Pоссия и Ватикан в конце XIX – первой трети XX века. Mатериалы к (...)

14Ces recherches d’histoire diplomatique ont été encouragées par la mise en place d’un dialogue stable et régulier entre historiens occidentaux et russes grâce à l’association entre le Comité pontifical des Sciences historiques et l’Académie des Sciences de Russie (Institut d’Histoire universelle). Ces deux autorités scientifiques ont, en effet, signé en 1993 un accord pour une « collaboration à long terme »68 dans l’objectif de promouvoir l’étude des relations entre le Saint-Siège et la Russie. Six rencontres bilatérales, rassemblant à chaque fois des délégations russe et vaticane, ont été organisées : Moscou (1998), Vienne (2001), Saint-Pétersbourg (2003), Eichstätt (2005), Moscou (2010) et Bratislava (2013). Pour le moment, seuls les actes des deux premiers colloques ont été publiés en italien69 et en russe70.

15Cependant, au-delà de la seule histoire diplomatique des relations entre ce « centre » catholique qu’est le Saint-Siège et le gouvernement russe, l’histoire du catholicisme dans l’Empire russe et en URSS a largement bénéficié du développement des recherches en histoire religieuse sur le monde russe. On retrouve ici l’influence de plusieurs courants historiographiques.

  • 71  M. Д. Долбилов, Д. Сталюнас, Обратная уния : из истории отношений между католицизмом и православие (...)
  • 72  Par exemple, de nombreux documents du recueil de sources sur « Le Politburo et l’Église, 1922-1925 (...)
  • 73  О. А. Лиценбергер, Римско-католическая Церковь в России : история и правовое положение, Saratov, 2 (...)
  • 74  M. Radwan, Kośćiół katolicki w archiwach departamentu wyznań obcych rosyjskiego MSW : repertorium, (...)
  • 75 М. Радван (éd.), Католическая церковь накануне революции 1917 года : сборник документов, Lublin, 2 (...)
  • 76 A. Kozyrska, Arcybiskup Edward Ropp : zycie i działalność (1851-1939), Lublin, 2004 ; I. Wodzianow (...)

16Tout d’abord, le catholicisme, en tant que composante d’un Empire multiethnique, profite des recherches d’histoire politique, sociale et culturelle sur la gestion impériale des nationalités71. Par ailleurs, pour la période soviétique, les recherches menées en histoire politique, essentiellement dans les archives d’État et du parti communiste, ont permis de mieux connaître l’action menée en général à l’égard des religions, et donc indirectement aussi à l’égard du catholicisme72. Un troisième courant historiographique est sensible dans les recherches menées en histoire religieuse sur le catholicisme en Russie à partir d’archives locales, souvent publiques. Ce courant est essentiellement porté par des chercheurs russes comme Olga Licenberger (diocèse de Tiraspol)73 et par des historiens polonais en particulier de l’Université catholique de Lublin. Le père Marian Radwan, par exemple, a associé le repérage des sources (recensement systématique des fonds sur le catholicisme dans l’Empire russe tant dans les archives publiques russes qu’ecclésiastiques74) et la publication de documents75. Des monographies sont également réalisées sur des personnalités ou institutions clés du catholicisme en Russie76.

  • 77 E. Fein, Geschichtspolitik in Russland. Chancen und Schwierigkeiten einer demokratisierenden Aufar (...)
  • 78  A. Wenger, alors conseiller pour les affaires religieuses à l’ambassade de France en Russie, a pu (...)
  • 79  Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти : мартиролог католической церкви в СССР, Moscou, 2000.
  • 80  R. Dzwonkowski, Losy duchowieństwa katolickiego w ZSSR, 1917-1939, Martyrologium [Le destin du cle (...)
  • 81  L’ouvrage d’Osipova consacré à la communauté des tertiaires dominicaines de mère Abrikosova a ains (...)
  • 82  www.catholicmartyrs.org/index.php
  • 83  P. Parfent’ev, Anna Abrikosova, Milan, 2004 ; A. Judin, Leonid Fëdorov, Milan, 1999 ; G. Parravici (...)

17Il faut également évoquer ici un courant relevant autant de l’historiographie que de la démarche mémorielle : les recherches sur l’histoire des répressions pendant la période soviétique. Répondant à la fois au désir de mémoire émanant d’une partie de la société russe et aux impulsions romaines en quête des martyrs du XXe siècle77, ces recherches ont permis de mieux connaître l’histoire du catholicisme russe et de ses acteurs. Dès le début des années 1990, les ouvrages du père Antoine Wenger, historien assomptionniste78 et d’Irina I. Osipova, membre de l’association Memorial, se fondent sur un type de sources très spécifique et auquel l’accès est complexe : les dossiers d’enquêtes judiciaires conservées aux Archives centrales du FSB (Service fédéral de sécurité) de la Fédération de Russie. Ces recherches ont également permis la réalisation, dans le cadre du jubilé de l’an 2000, d’un ouvrage en russe qui porte le double nom de « martyrologe » et de « livre de la mémoire » des victimes de la répression79. Un autre martyrologe, fondé sur le même type de sources a été également publié en polonais par le père Roman Dzwonkowski80. Des traductions ponctuelles permettent de faire connaître ces figures de martyrs au-delà du public russophone : qu’il s’agisse d’actes de colloques scientifiques81, du site Internet des évêques de Russie qui témoigne des procès de béatification encore en cours82 ou encore de la maison d’édition milanaise « La casa di Matriona / Russia Cristiana », fondée en 1975 et qui a assuré la traduction de plusieurs travaux et monographies sur ces martyrs du premier XXe siècle83.

  • 84  Le père Christopher Lawrence Zugger a toutefois tenté une synthèse plus vaste mais sans recourir a (...)
  • 85  Certains ouvrages deviennent alors difficilement exploitables par l’historien. A. Wenger réduit se (...)
  • 86  Voir la note critique de Michel Niqueux, Les catholiques russes (XIXe siècle), dans Revue des étud (...)
  • 87  A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. Cet ouvrage a été traduit en russe : A. Wenger, (...)
  • 88  B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), Actes du Colloque d’Histoire. Rome (...)
  • 89 L. Tretjakewitsch, Bishop Michel d’Herbigny, s.j., and Russia. A Pre-Ecumenical approach to Christ (...)
  • 90 C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. (...)
  • 91  C. Sorrel (éd.), Des Savoyardes dans les prisons de Lénine. Le drame russe de la Congrégation de S (...)
  • 92  G. M. Croce (éd.), Cyrille Korolevskij, Kniga Bytija moego (Le livre de ma vie). Mémoires autobiog (...)

18Enfin, l’histoire du catholicisme russe a récemment bénéficié de recherches dans des archives religieuses privées. Ces recherches sont assez nombreuses et prennent la forme de biographies ou de portraits de groupes84 et ont parfois été rédigées dans une perspective plus religieuse ou mémorielle qu’historiographique85. Si le XIXe siècle n’est pas en reste86, le XXe siècle a principalement attiré l’attention. L’ouvrage d’Antoine Wenger, publié dès 1987 et fondé essentiellement sur les archives assomptionnistes et du Quai d’Orsay, offre de nombreuses informations sur le rôle des assomptionnistes en Russie87. Un colloque, célébrant le centenaire de la présence de cette congrégation en Russie, a permis de compléter les recherches de Wenger88. Du côté des jésuites, Léon Tretjakewitsch a proposé une biographie de Michel d’Herbigny centrée sur la question russe et qui croise de nombreux fonds d’archives en France, en Belgique et en Italie89. Le père Constantin Simon s.j. a publié une série d’études centrées sur le séminaire russe de Rome, le Russicum90. D’autres acteurs moins connus de l’histoire du catholicisme russe et en Russie sont également sortis de l’ombre grâce à des éditions de sources comme les travaux sur les sœurs de la congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, actives en Russie au début du XXe siècle91 ou encore la monumentale édition des mémoires de Cyrille Korolevskij – confident de Mgr Szeptyckyj et consulteur de la Commission pro Russia – par Mgr Croce92.

19Depuis le début des années 1990, les recherches sur les relations entre le Saint-Siège et la Russie et les acteurs de ces relations ont donc largement bénéficié des ouvertures d’archives vaticanes et russes mais aussi de recherches dans d’autres fonds, souvent privés, dans un contexte général d’intérêt pour l’histoire religieuse de la période soviétique.

La politique russe du Saint-Siège (1905-1939)

20En commençant à travailler en septembre 2002 sur les relations entre le Saint-Siège et la Russie au moment de la révolution, une première évidence s’imposait donc. Par rapport à nos prédécesseurs des années 1970, nous bénéficiions d’un nouveau stock de sources, en accroissement programmé, disposions de nouveaux instruments de travail, dans un climat politique et institutionnel favorable. Il s’agissait alors de savoir comment approcher ces sources, en assumant à la fois leur caractère massif et leur diversité.

Le temps médian de la révolution russe (1905-1939)

  • 93  Voline (V. M. Eichenbaum), La Révolution inconnue, Paris, 1997 [1947], p. 15.
  • 94  Cf. N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris, 2001 (5e édition), p. 3-6.
  • 95  M. Malia, La Tragédie soviétique. Histoire du socialisme en Russie, Paris, 1995.
  • 96  Richard Pipes, qui définit la révolution comme un effort pour refaçonner l’espèce humaine, limite (...)
  • 97 O. Figes, A People’s Tragedy. The Russian Revolution 1891-1924, Londres, 1996.
  • 98 P. Holquist, Making war, forging revolution : Russia’s continuum of crisis, 1914-1921, Cambridge, (...)

21L’interrogation portant sur la réception de la révolution russe par le Saint-Siège, il importait d’abord de définir ce que l’on entendait par « révolution russe ». Cette question fait débat parmi les historiens. La remarque liminaire de l’anarchiste Voline, qui fut protagoniste des révolutions de 1905 et 1917, dans La Révolution inconnue (1947), exprime bien la diversité des chronologies possibles : « on peut entendre par Révolution russe : soit le mouvement révolutionnaire entier, depuis la révolte des Dékabristes (1825) jusqu’à nos jours ; soit seulement les deux ébranlements consécutifs de 1905 et 1917 ; soit enfin, uniquement, la grande explosion de 1917 »93. Cependant, bien d’autres bornes ont été proposées. Sans pouvoir toutes les mentionner, on peut regrouper ces différentes propositions chronologiques selon les trois grandes tendances sur l’historiographie du monde soviétique repérées par Nicolas Werth94. Une lecture de gauche (anarchiste, trotskiste), celle de la « révolution trahie », tend à commencer l’étude au moins en 1905 pour l’achever dans les années 1920. Une lecture d’inspiration « totalitarienne », en partant d’une définition du bolchevisme comme « perversion », tendrait à envisager la séquence soviétique dans son unité tragique (1917-1991)95, une version plus nuancée de cette lecture s’arrêtant à la mort de Staline96. Enfin le courant « révisionniste », et plus généralement les nombreux historiens qui proposent une histoire sociale « normalisée » de l’URSS, tendent à multiplier les chronologies en fonction de leur angle d’approche en débordant les cadres habituels de l’histoire politique. Par exemple, Orlando Figes, qui propose une lecture de la Révolution comme tragédie populaire, embrasse la période 1891-1924, c’est-à-dire d’une famine à l’autre97. Le renouveau des approches de la Première Guerre mondiale en termes de « brutalisation » peut également conduire à faire de 1914 la date initiale de l’ébranlement social et culturel révolutionnaire98.

  • 99 H. J. Coleman, Russian Baptists and Spiritual Revolution, 1905-1929, Bloomington-Indianapolis, 200 (...)
  • 100 S. Merlo, All’ombra delle cupole d’oro : la Chiesa di Kiev da Nicola II a Stalin (1905-1939), Mila (...)
  • 101 S. Fitzpatrick, The Russian Revolution, 1917-1932, New York, 1982.

22En histoire religieuse, étant donné son impact sur la législation et sur les mentalités, la révolution de 1905 s’impose comme un point de départ légitime. Plusieurs études récentes, du moins sur les confessions étrangères ou en marge par rapport à l’orthodoxie russe, ont d’ailleurs opté pour une chronologie intégrant 1905, comme les travaux de Heather Coleman sur le baptisme99 ou ceux de Simona Merlo sur l’orthodoxie à Kiev100. Cependant, quelle borne adopter en aval ? Deux dates pouvaient convenir : 1929-1930 (grand tournant stalinien et abandon des négociations diplomatiques) ou 1939 (l’entrée dans la Seconde Guerre mondiale ouvrant alors une phase nouvelle de domination soviétique en Europe centrale sur des territoires habités par des populations catholiques nombreuses). L’ouverture des archives Pie XI nous incita à prolonger l’étude jusqu’en 1939. Par ailleurs, les années 1930 font bien partie d’une séquence révolutionnaire du point de vue de l’histoire religieuse. Si on observe dans les années 1930 une inflexion « conservatrice » dans le domaine social101, la politique antireligieuse n’est jamais remise en cause avant la pause de la Grande Guerre patriotique. Les années 1930 se situent dans la continuité des années 1920 et posent des questions inédites aux catholiques russes et aux autorités romaines.

23Avec une telle chronologie, de 1905 à 1939, l’objectif visé était donc non seulement de profiter d’archives récemment ouvertes mais aussi d’offrir un cadre temporel suffisant. En effet, une révolution se déploie dans un champ temporel particulier : les contemporains témoignent d’une histoire qui s’accélère, d’une instabilité qui stimule l’action. S’il convient de ne pas sacrifier la densité événementielle et une certaine confusion, caractéristiques d’un bouleversement révolutionnaire, il semble également nécessaire de s’émanciper du court terme pour aborder certains phénomènes qui se déploient généralement sur un temps un peu plus long comme les questions culturelles ou institutionnelles. Dépasser le court terme, c’est aussi s’affranchir d’une histoire facilement instrumentalisable. S’il est facile de diaboliser l’attitude du Saint-Siège à l’égard de la Russie à partir de son attitude pendant la conférence de Gênes (1922) ou – au contraire – de l’idéaliser en vantant la fermeté « antitotalitarienne » de Pie XI lors de la croisade de prières de 1930 ou dans Divini redemptoris en 1937, de telles interprétations deviennent nettement plus difficiles à tenir si on embrasse un arc chronologique plus ample et un éventail de domaines d’actions plus varié. C’est donc également pour éviter certaines lectures, purement politiques ou purement religieuses, de l’attitude du Saint-Siège, que nous avons pris comme objet d’étude l’ensemble des réflexions, des discours et des actions menées à l’égard de la Russie et des Russes par le Saint-Siège. Le Saint-Siège est ici envisagé dans ses différentes instances de gouvernement et institutions propres, mais aussi dans l’impulsion que le centre romain donne à l’action de catholiques occidentaux ou russes. C’est en ce sens, aplani, qu’est employé le terme de « politique » dans le titre de cette recherche, afin d’aborder l’ensemble des actions menées à l’égard de l’espace russe, qu’il s’agisse de l’Empire russe, de l’Union soviétique ou encore du monde de l’émigration. Notre question de départ sur la réception de la révolution russe par le Saint-Siège s’en trouve précisée : comment une institution religieuse séculaire s’adapte-t-elle à un processus révolutionnaire qui ne se limite pas aux événements de 1917 ? Comment le Saint-Siège coordonne-t-il des actions dans des domaines aussi divers que la diplomatie, la théologie, la promotion de dévotions, l’action médiatique et l’aide caritative ? Existe-t-il une cohérence entre ces différentes actions, voire un projet qui les relie ?

Trois approches privilégiées

24Pour tenir ensemble la gamme des actions promues par Rome pour la Russie, il était nécessaire de croiser plusieurs approches, essentiellement l’histoire des relations internationales, l’histoire institutionnelle et l’anthropologie religieuse.

Diplomaties du Saint-Siège

  • 102  P. Renouvin, J.-B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, 1991 (...)
  • 103  C. Alix, Le Saint-Siège et les nationalismes en Europe 1870-1960, Paris, 1962.
  • 104  En 1974, un article de Michel Launay figure en bonne place dans le second numéro de la revue Relat (...)
  • 105  M. Merle, C. de Montclos, L’Église catholique et les relations internationales,
    Paris, 1988, p. 5.
  • 106  A. Lacroix-Riz, Le Vatican, l’Europe et le Reich, de la Première Guerre mondiale à la guerre froid (...)
  • 107  J.-M. Ticchi, Aux frontières de la paix. Bons offices, médiation, arbitrages du Saint-Siège (1878- (...)
  • 108  L. Koelliker, La stratégie d‘internationalisation de l‘audience politique du Saint-Siège entre 187 (...)
  • 109  P. Chenaux, Une Europe vaticane ? Entre le plan Marshall et les traités de Rome, Bruxelles, 1990.
  • 110  Voir l’étude très suggestive sur les relations avec le CICR pendant la Deuxième Guerre mondiale : (...)
  • 111  Sur l’oubli de la religion dans les analyses de relations internationales, voir J. Fox, Religion e (...)

25Tout d’abord, malgré l’absence d’une nonciature en Russie, l’existence de relations officielles de 1894 à 1917 et de relations officieuses jusqu’en 1928 au plus haut niveau impose une approche en termes d’histoire diplomatique. Nous nous plaçons ici dans une longue tradition historiographique d’étude de la diplomatie vaticane en général et des relations entre le Saint-Siège et la Russie en particulier. Si la période 1905-1939 avait été inégalement étudiée comme nous l’avons vu plus haut, il nous a semblé nécessaire de clarifier les connaissances sur l’ensemble de cette période mais surtout d’envisager cette étude diplomatique de façon ouverte. En effet, les études sur la diplomatie vaticane témoignent souvent d’une approche « par le haut », attachée au récit détaillé des négociations bilatérales entre la Secrétairerie d’État, le nonce, les diplomates mais ignorant souvent les aspects financiers ou encore la mobilisation de l’opinion publique. Cette déficience historiographique rejoint un problème plus général : l’insuffisant développement d’une histoire religieuse des relations internationales. En effet, l’appel lancé par Renouvin et Duroselle à étudier les « forces profondes » des relations internationales (parmi lesquelles les questions religieuses ont évidemment leur place102) a été inégalement entendu. Malgré d’importants travaux réalisés dans les années 1950-1960103 et une certaine vogue de l’histoire religieuse des relations internationales en France dans les années 1975-1980104, le bilan dressé à la fin des années 1980 était un constat d’échec : à côté de la profusion de travaux sur « la doctrine pontificale ou [l]es interventions diplomatiques du Saint-Siège », les « études entreprises sur la communauté ecclésiale et son rapport au monde » demeuraient rares105. Cependant, au-delà de ces difficultés, on observe dans les années 1990 un phénomène beaucoup plus grave, à savoir un positionnement méthodologique et idéologique niant la possibilité d’une histoire religieuse des relations internationales. Dans un ouvrage évoquant fréquemment les questions russes, Annie Lacroix-Riz considère les sources diplomatiques (non vaticanes) comme exclusives de toutes autres (l’auteur refuse d’utiliser les archives vaticanes) mais aussi de tout contenu autre que « diplomatique » : « nous ne considérons pas l’étude du Vatican comme ressortissant à une histoire “religieuse” […]. Nos sources diplomatiques dissuadent d’emblée de franchir le seuil d’un domaine que nous n’avons pas rencontré et qui ne nous paraît pas relever de la compétence de l’historien lecteur d’archives »106 ! Heureusement, la vivacité des recherches sur la diplomatie vaticane depuis une vingtaine d’années a permis d’aborder de nouveaux champs comme l’action caritative et médiatrice du Saint-Siège107, la mobilisation des catholiques par le biais de la presse ou d’organisations spécifiques108, l’intérêt pour la construction européenne109 ou les relations avec d’autres organisations supranationales110. Dans le même temps, les thématiques en vogue du transnational et des approches globales ont enfin stimulé les recherches en relations internationales sur les acteurs religieux dans un contexte géopolitique marqué par l’après 11-Septembre111.

  • 112  F. Latour, La papauté et les problèmes de la paix pendant la Première Guerre mondiale, Paris, 1996 (...)
  • 113  M. Agostino, Le pape Pie XI et l’opinion : 1922-1939, Rome, 1991.
  • 114  F. Kupferman (éd.), Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Paris, (...)

26Dans le cas qui nous occupe, les caractéristiques des relations entre le Saint-Siège et la Russie imposent tout naturellement de dépasser la stricte histoire diplomatique des relations bilatérales officielles pour s’intéresser aux dimensions officieuses et multilatérales. En effet, les difficultés des relations diplomatiques directes entre le Vatican et la Russie sont telles que les intermédiaires jouent un rôle crucial. De part et d’autre de la révolution bolchevique de 1917 (qui rompt les relations diplomatiques officielles entre les deux puissances), les historiens ont souligné le rôle des intermédiaires, des relais officieux et des bons offices, en particulier allemands et français. Par ailleurs, il convient de s’intéresser à la dimension diplomatique d’actions éthico-religieuses (mission humanitaire en 1922-1924, condamnation doctrinale du communisme en 1937) qui contribuent à internationaliser la question russe. Si celles-ci semblent assez extraordinaires – par leur ampleur mais aussi par leur nature – dans le contexte de l’entre-deux-guerres, elles se situent dans le droit fil de précédentes actions internationales du Saint-Siège par lesquelles ce dernier se pose en acteur original du système international, à la fois arbitre et recours moral à l’usage des nations. Enfin, la prise en compte de la mobilisation des catholiques par le biais de la presse et d’autres médias sur les questions russes semble incontournable. Alors que la stratégie de communication du Saint-Siège pendant la Première Guerre mondiale est apparue comme l’un des principaux points de faiblesse de la papauté112, le pontificat de Pie XI se caractérise par une plus grande sensibilité aux questions médiatiques113. Cette recherche sur la circulation de l’information semble d’autant plus cruciale dans le cas de la Russie, « terre du secret » par excellence114.

Histoire institutionnelle : acteurs et laboratoires de la politique russe du Saint-Siège

  • 115 Paul G. Lauren, Diplomats and Bureaucrats : the first institutional responses to twentieth-century (...)
  • 116 D. Alvarez, The Professionalization of the Papal Diplomatic Service, 1909-1967, dans The Catholic (...)
  • 117  Depuis l’appel de L. Pásztor (L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église, dan (...)

27Afin d’entrer plus profondément dans les logiques de la diplomatie et de l’information du Saint-Siège, la focale a été assez logiquement déplacée vers l’histoire institutionnelle. À l’instar d’autres diplomaties occidentales115, l’appareil diplomatique vatican, ses personnels et ses réseaux, ont récemment attiré l’attention des historiens116 dans un contexte de profond renouvellement de l’historiographie sur l’administration du Saint-Siège117. Quelles sont les institutions et le personnel actif dans la collecte de l’information et dans le traitement des questions russes ? Qui constitue le personnel diplomatique en contact avec les autorités russes : interlocuteurs de la représentation russe à Rome jusqu’en 1917-1922, différents « représentants » du pape en Russie dans les années 1920 ou chargés de négocier avec des ambassadeurs soviétiques ? D’où viennent et où ont été formés les experts émettant des propositions sur les questions russes ? Comment fonctionnent les institutions créées ad hoc pour le traitement des questions russes (Commission pontificale pro Russia, séminaire Russicum) ? Il ne s’agit cependant pas de limiter notre attention aux seules institutions curiales : en dehors de Rome, quels sont les relais et les sources d’inspiration du Saint-Siège (catholiques de Russie, congrégations religieuses) ? Une telle extension du champ de la recherche peut sembler dangereuse mais nous pouvons ici compter sur les monographies déjà réalisées sur différentes personnalités et institutions catholiques.

Anthropologie religieuse : foi et pratiques

  • 118  M. Lagrée, Histoire religieuse, histoire culturelle, dans J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli, Pour une h (...)
  • 119 Ce terme a été fréquemment utilisé notamment à propos du Christ-Roi et du Sacré-Cœur : S. Dianich, (...)

28Enfin, pour comprendre les ressorts de l’intérêt et de la mobilisation des catholiques sur la question russe, nous avons adopté une perspective d’histoire culturelle et d’anthropologie religieuse118. Il s’agit ici d’étudier les discours catholiques manifestant un intérêt pour la Russie, tant parmi les élites cléricales qu’au sein du peuple croyant, même éloigné géographiquement de la Russie. Cette recherche conduit à aborder bien sûr les milieux orientalistes et slavisants catholiques en Europe occidentale mais aussi centrale. Au-delà de l’histoire intellectuelle cependant, il convient de s’interroger sur les phénomènes dévotionnels prenant la Russie pour objet qu’il s’agisse de la participation à des liturgies orientales, la prière pour les chrétiens ou les croyants persécutés en URSS ou encore la prophétie concernant la Russie au sein des apparitions de Fátima. Ces phénomènes, aussi déroutants qu’ils puissent paraître, méritent notre attention et constituent autant de clés d’accès à un univers mental qui nous éclaire sur les besoins du catholicisme occidental. Comment interpréter le fait que la Russie occupe une place – angoissante ou messianique – dans l’économie générale de la profession de foi et des pratiques dévotionnelles ? Comment comprendre l’importance du rôle tenu par la papauté, voire du rôle qui lui est assigné (Fátima) dans cette question ? Peut-on parler de « théologie politique »119 ? Il convient ici de se demander comment ces recherches intellectuelles et ces pratiques dévotionnelles, en structurant les esprits et en imprégnant les cultures, ont pu modeler des attitudes politiques. Ce faisant, nous pouvons contribuer aux recherches récentes sur l’anticommunisme religieux : quelles sont les caractéristiques de l’anticommunisme catholique dans l’entre-deux-guerres ? Quel rôle ont joué les catholiques dans la présentation du communisme comme un choix de civilisation et le principe d’un nouveau modèle d’humanité ?

Le choix des sources : un arbitrage dans un contexte d’ouverture de nouveaux fonds

29La définition de ces trois approches pour étudier la politique russe du Saint-Siège, dans ses dimensions romaine et mondiale, nous conduit à préciser l’ampleur de notre corpus documentaire. En effet, les sources disponibles pour l’étude sur la politique russe du Saint-Siège sont extrêmement diversifiées par leurs types (archives, sources imprimées), leurs thématiques (documents diplomatiques, journalistiques, théologiques, liturgiques, hagiographiques, politiques), leurs langues (essentiellement italien, français, latin, russe, allemand, anglais, mais aussi polonais, ukrainien, biélorusse, arménien, géorgien) ou encore leurs localisations. Cette diversité s’explique par le caractère diasporique du catholicisme russe au premier XXe siècle mais aussi, plus largement, par la dimension mondiale des politiques vaticanes, qui pose des problèmes spécifiques au chercheur. Face à cette diversité et à la possibilité d’étendre presque indéfiniment le corpus (dès lors qu’on s’intéresse aux relais – diplomatiques ou religieux – de la politique du Saint-Siège dans le monde), la stratégie adoptée a été d’effectuer un recours systématique aux sources vaticanes, le plus exhaustivement possible, tout en ménageant quelques croisements limités avec les sources russes, les archives diplomatiques d’autres États et d’institutions catholiques occidentales.

  • 120  Bulletin de la Salle de Presse du Saint-Siège, 15.02.2002, N°0090.
  • 121  Déclaration conjointe de Sergio Pagano (préfet de l’ASV) et de Marcel Chappin (archives de la Secr (...)
  • 122 Bollettino della Sala Stampa della Santa Sede, N°0340, 30.06.2006. Sur cette ouverture, voir S. Pa (...)

30Cette priorité donnée aux archives vaticanes s’explique également par le contexte archivistique marqué par l’ouverture du fonds Pie XI. Après l’ouverture des archives Pie X-Benoît XV au milieu des années 1980, les historiens attendaient la poursuite des ouvertures alors que la polémique sur les « silences » du pape Pie XII rebondissait périodiquement. Il semble d’ailleurs que la suspension en 2001 (moins de deux ans après sa formation) des travaux du groupe d’historiens catholiques et juifs, qui exigeait notamment un accès aux archives Pie XI et Pie XII, ait suscité une prise de conscience sur la nécessité d’accélérer le mouvement d’ouverture des archives (discours du cardinal Walter Kasper, 24 août 2001). En février 2002, la Salle de Presse du Saint-Siège annonce l’ouverture des archives 1922-1939 en deux temps : en février 2003 pour les fonds allemands et à la fin de l’année 2005 pour l’ensemble du pontificat120. L’ouverture du fonds Pie XI a globalement suivi ce calendrier : tout d’abord, en février 2003, les fonds sur l’Allemagne (ASV) et les fonds sur les totalitarismes (ACDF)121 ; puis, en septembre 2006122, l’ensemble des autres fonds furent mis à disposition des chercheurs. Un délai d’attente dû au catalogage progressif de certains fonds fut parfois nécessaire pour certaines séries des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et pour certaines nonciatures (ASV), pour certains dossiers au Saint-Office ou encore à la Congrégation de Propaganda fide qui n’offrait en 2006/2007 que la consultation des inventaires jusqu’en 1925 inclus (les inventaires suivants ont toutefois été progressivement mis à disposition des chercheurs dans les années suivantes). En ce qui nous concerne, les fonds des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (séries Russia et Commissione per la Russia) et de la Secrétairerie d’État ont été immédiatement disponibles.

Trois périodes distinctes

31Tout en gardant comme fils directeurs les grands champs thématiques que sont la diplomatie, les institutions et les sensibilités spirituelles, un plan chronologique s’imposa. En effet, les révolutions de 1917 ont un impact si net (de la politique religieuse à la rupture des relations diplomatiques officielles avec le Saint-Siège) qu’il convient d’emblée de distinguer la période impériale. Une seconde inflexion s’impose ensuite au tournant des années 1930, au moment de l’arrêt des négociations officieuses et du redéploiement spirituel de la stratégie romaine. Trois grandes parties structurent donc l’exposé. La première partie est consacrée à la période 1905-1916, envisagée sous l’angle des efforts de conversion et de rapprochement avec une Russie en pleine mutation au lendemain de la révolution de 1905. Une large place est accordée à la situation du catholicisme dans l’Empire russe au début du XXe siècle (chap. 1) et aux efforts diplomatiques (chap. 2) et missionnaires (chap. 3) en direction de cet espace. La seconde partie (1917-1929) est certainement la plus riche et s’attache à décrire une décennie foisonnante tant sur le plan diplomatique avec une diplomatie officieuse vaticane inventive et capable de se diversifier pour trouver des contacts avec les dirigeants de la nouvelle Russie (chap. 4), que sur le plan organisationnel et administratif (chap. 5) dans un contexte où le Saint-Siège internationalise la question russe et en fait un objet de mobilisation chez les catholiques en dehors de Russie et dans l’émigration (chap. 6). À cette décennie foisonnante succède une période de crise profonde. La décennie 1929-1939 est marquée par l’effondrement de l’Église catholique en URSS et par une refonte brutale en 1934-1935 des cadres romains de la politique russe (chap. 7). Cette situation de crise prend place dans un système international bouleversé dans lequel le Saint-Siège, enfin débarrassé de la question romaine, cherche sa place avant d’être lui-même totalement entravé par une situation internationale tournée vers la guerre (chap. 8). Ses efforts pour internationaliser la question russe donnent peu de résultats et conduisent à une spiritualisation accrue, notamment autour de la figure des nouveaux martyrs (chap. 9). Un volume complémentaire, publié uniquement en version électronique, permet au lecteur de consulter dans leur intégralité de nombreux documents cités au fil du texte.

Notes

1  Cette remarque de Staline n’est toutefois pas qu’une simple boutade ponctuelle. Elle reprend une pensée déjà exprimée par Staline dans les années 1930. En 1935, il avait répliqué à Laval, qui s’inquiétait des conséquences internationales des persécutions religieuses : « j’aime mieux m’entendre avec des puissances qui ont des soldats et des canons » (AA.EE.SS., PCPR, sc. 43, fasc. 251, f. 91-93 : lettre de Neveu, Moscou, 19.05.1935). Cette anecdote avait été également répercutée dans les milieux diplomatiques italiens. L’aumônier de l’ambassade italienne à Moscou avait informé le Saint-Siège qu’aux observations de Laval, Staline aurait répondu qu’il « temeva più i canoni secolari che quelli del Papa » (ibid., sc. 32, fasc. 207, f. 92r : lettre de Garelli, Moscou, 04.12.1935).

2  S. Courtois, Les crimes du communisme, dans S. Courtois et al., Le livre noir du communisme. Crimes, terreur, répression, Paris, 1997, p. 39.

3  M. Dreyfus, B. Groppo, C. Ingerflom, R. Lew, Cl. Pennetier, B. Pudal, S. Wolikow, Introduction, dans Le Siècle des Communismes, Paris, 2004 (réed.), p. 13-15.

4  Richard Pipes incarne ce refus du « nihilisme éthique » en considérant la révolution russe comme un « événement qui soulève des questions morales et philosophiques […] fondamentales » sur lequel « l’enjeu de la controverse n’est pas seulement ce qui s’est produit dans le passé, mais aussi ce qui se produira peut-être dans l’avenir » (R. Pipes, La Révolution russe, Paris, 1993, p. XII).

5  E. Astafieva, L’Empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-1905. Thèse de doctorat EPHE (dir. Jean Baubérot), Paris, 2006, p. 15-16.

6  И. И. Григоровичъ, Переписка папъ съ россiйскими государями въ XVI-мъ вѣкѣ, найденная между рукописаями, въ римской Барбиеринiевой библiотекѣ [Correspondance des papes avec les souverains russes au XVIe siècle, trouvée dans les manuscrits de la bibliothèque Barberini de Rome], Saint-Pétersbourg, 1834.

7  A. I. Turgenev, Historica Russiae monumenta, Saint-Pétersbourg, 1841-1848, 3 t., 2 vol.

8Die neuesten Zustände der katholischen Kirche beider Ritus in Polen und Russland seit Katharina II bis auf unsere Tage, Augsbourg, 1841 ; Vicissitudes de l’Église Catholique des deux rites en Russie, Paris, 1843 ; Vicende della Chiesa cattolica di due riti nella Polonia e nella Russia da Caterina II sino a’ nostri dì, Lugano, 1843. Sur Theiner : P. Boutry, Souverain et pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, 2002, p. 755-757.

9  A. Theiner, Vicissitudes de l’Église Catholique…vol. I… cit., hors-texte.

10 Allocution Haerentem Diu, dans Bellocchi, III, p. 310-311.

11 E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 14.

12  D. Tolstoï, Le catholicisme romain en Russie, études historiques, Paris, 1863-1864, 2 vol.

13 Esposizione documentata sulle costanti cure del Sommo Pontefice Pio IX a riparo dei mali che soffre la Chiesa cattolica in Russia e Polonia, Rome, 1866.

14 А. Н. Поповъ, Послѣдняя судьба папской политики въ Россiи, 1845-1867 гг., Saint-Pétersbourg, 1868. Citation de E. Astafieva, L’Empire russe… cit., p. 15.

15  Son ouvrage de 1860 (L’Église catholique en Pologne sous le gouvernement russe, Paris, A. Frank-Ch.Douniol, 1860) est largement augmenté en 1876 (L’Église catholique en Pologne sous le gouvernement russe, depuis le premier partage jusqu’à nos jours (1772-1875), Paris, 1876 [2e éd.], 2 vol.) et réédité en 1903 chez Plon-Nourrit et Cie.

16La Russie et le Saint-Siège. Études diplomatiques, Paris, 1896-1912, 5 vol. Sur les jésuites russes et Pierling, voir aussi p. 179.

17  Н. П. Лихачевъ, Письмо папы Пiя V къ царю Ивану Грозному въ связи съ вопросомъ о папскихъ древе (Этюдъ по дипломатикѣ папъ) [La lettre du pape Pie V au tsar Ivan le terrible dans ses relations avec la question des brefs pontificaux : étude de diplomatique], Saint-Pétersbourg, 1906.

18  Les quatre tomes de son étude sur la Russie et l’Italie ont été publiés entre 1907 et 1927 : Россія и Италія. Cборникъ историческихъ матеріаловъ и изслѣдованій, касающиxcя cношеній Poccіи с Италіeй [La Russie et l’Italie. Recueil de matériaux historiques et de recherches, ayant trait aux relations entre la Russie et l’Italie], I-IV, Saint-Pétersbourg-Léningrad, 1907-1927.

19  Sur ces personnalités et leurs travaux, voir p. 178 sq.

20  M. Godlewski, De cardinalatu Stanislai Siestrzencewicz-Bohusz (1784-1817), Saint-Pétersbourg, 1909 ; M. Godlewski, W. Kriksine (éd.), Journal et correspondance de Stanislas Siestrzencewicz-Bohusz : premier archevêque-métropolitain (1797-1800), Petrograd, 1913-1917, 2 vol. Sur Godlewski, voir p. 69.

21  Е. А. Адамов, Дипломатия Ватикана в начальную эпоху империализма. 1887-1900, Moscou-Léningrad, 1931.

22  O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003, p. 62.

23  Le directeur de La Civiltà cattolica, chargé de l’examen du second volume de l’ouvrage de Boudou, rappelle que le « Saint-Siège […] fit entreprendre [cette recherche] à la chute du tsarisme » afin de « remettre, après tant de calomnies, dans sa véritable lumière toute l’action du Saint-Siège et sa constance inébranlable contre le despotisme en même temps que contre l’anarchisme et l’esprit révolutionnaire, duquel sont venus à la Russie tant de maux » (AA.EE.SS., Russia, pos. 658, fasc. 37, f. 85-86 : lettre de Rosa, 19.07.1924, italien). Boudou rappelle les recommandations de Benoît XV vis-à-vis des « personnes encore vivantes » et le fait qu’il ait soigneusement évité les questions de politique générale sur les pontificats encore fermés aux recherches, tout en soulignant la finalité apologétique de son travail car « dans toute cette histoire, le S.[aint-]Siège a vraiment le beau rôle, et […] il y a utilité à en administrer la preuve » (ibid., f. 87-88 : Boudou à Rosa, Enghien, 04.07.1924).

24  A. Boudou, Le Saint-Siège et la Russie. Leurs relations diplomatiques au XIXe siècle, Paris, 1922-1925, 2 vol. La publication du second volume (sur la période 1849-1883) a d’ailleurs posé problème à un moment où le Saint-Siège se préparait à ouvrir les archives seulement jusqu’en 1846. Boudou dut envoyer les épreuves à la Secrétairerie d’État (AA.EE.SS., Russia, pos. 658, fasc. 37, f. 81 : lettre à Boudou, 15.11.1923, N°23378, italien). Pie XI fut alors « impressionné tant par la nature délicate des documents, que par la date récente des documents eux-mêmes » et, pour éviter que ce travail ne constitue un précédent dont « les chercheurs se feraient forts […] pour demander la consultation et la publication de documents postérieurs » au pontificat de Grégoire XVI, le pape aurait exigé « une édition très limitée d’exemplaires numérotés qui ne devraient pas être donnés au public, mais tous remis à la Secrétairerie d’État » (ibid., f. 83rv : Secrétairerie d’État à Rosa, 18.06.1924, N°31927, italien). Finalement ce second volume put paraître normalement (ibid., f. 89 : lettre à Rosa, 03.09.1924, N°34056).

25  M.-J. Rouët de Journel, Nonciatures de Russie d’après des documents authentiques, Cité du Vatican, 1922-1957, 5 vol.

26  Gasparri à Rouët de Journel, Vatican, 18.09.1923, Seg. Stato N°22023, dans M.-J. Rouët de Journel, Nonciatures de Russie… Nonciature d’Arezzo 1802-1806. Seconde partie : 1804-1806, Rome, 1927, p. V.

27  Cf. Ph. Chenaux, L’Église catholique et le communisme en Europe, 1917-1989 : de Lénine à Jean-Paul II, Paris, 2009, notamment p. 237-351 ; A. Melloni (éd.), Vatican II in Moscow, 1959-1965 : Acts of the Colloquium on the History of Vatican II, Moscow, March 30 – April 2, 1995, Louvain, 1997 ; A. Charron, Les Catholiques face à l’athéisme contemporain : étude historique et perspectives théologiques sur l’attitude des catholiques de France de 1945 à 1965, Montréal-Paris, 1973.

28  P. Levillain, Ostpolitik, dans DHP, p. 1237-1239.

29  Anthony Quinn incarne Kiril Ier, le premier pape russe de l’histoire, fraîchement libéré du Goulag, offrant ses bons offices pour empêcher une guerre atomique avec un pays asiatique et engageant l’Église catholique sur un chemin de dépouillement de sa pompe traditionnelle et de ses richesses temporelles (The Shoes of the Fisherman, 1968, Michael Anderson).

30  Cf. U. Floridi, Moscou et le Vatican. Les dissidents soviétiques face au dialogue, Paris, 1979 [1976].

31  En plus des actions menées par l’association « Aide à l’Église en détresse », fondée en 1947, on peut rappeler les nombreuses conférences et ouvrages publiés par les prêtres catholiques libérés du Goulag entre 1953 et 1956 comme Armand Zavatta, Walter Ciszek, Pietro Leoni ou le jésuite arménien Alagiagian (Alagiani). A. Zavatta, Douze ans dans le « Paradis Soviétique », Fribourg, 1959 [1958] ; P. Leoni, Spia del Vaticano !, Rome, 1959 ; W. J. Ciszek, « L’espion » du Vatican. Vingt-trois ans d’activité d’un jésuite en Union soviétique, Mulhouse-Paris-Tournai, 1966 [1964] ; P. Alagiani, Ni la mort ni la vie, Paris, 1973.

32  Б. Я. Рамм, Папство и Русь в X-XV веках [La papauté et la Rus’, Xe-XVe s.], Moscou-Léningrad, 1959.

33  Une version abrégée a même été publiée en 1972 à l’Ouest : E. Winter, Rom und Moskau : ein halbes Jahrtausend Weltgeschichte in ökumenischer Sicht, Vienne-Munich-Zurich, 1972. Sur cette personnalité, voir I. Luft, Eduard Winter zwischen Gott, Kirche und Karriere : vom charismatischen Führer des katholischen Staffelstein zum schulbildenden Osteuropahistoriker der DDR, Leipzig, 2008.

34 E. Winter, Russland und das Papsttum, 1. Von der Christianisierung bis zu den Anfängen der Aufklärung ; 2. Von der Aufklärung bis zur grossen sozialistischen Oktoberrevolution, Berlin, 1960-1961. Voir la recension élogieuse des Annales : S. Blanc, Russie et papauté, dans Annales, économie, société, civilisations, 1965 (20), p. 382-391.

35  O. Poncet, Les entreprises éditoriales… cit., p. 97.

36  M. Mourin, Le Vatican et l’URSS, Paris, 1965 (version russe en 1966, version allemande en 1967) ; M. Maqua, L’ostpolitik du Vatican, Liège, 1984.

37  М. М. Шейнман, Ватикан и католицизм в конце XIX-начале XX в. [Le Vatican et le catholicisme à la fin du XIXe et au début du XXe s.], Moscou, 1958.

38  М. М. Шейнман, Ватикан и Россия в период между февралем и октябрем 1917 г., dans Вопросы истории религии и атеизма, 1958 (5), p. 73-89 ; Id., Ватикан и Мюнхен [Le Vatican et Munich], dans ibid., 1950 (1), p. 64-106 (sur la crise des années 1937-39).

39 E. Winter, Russland und das Papsttum, 3. Die Sowjetunion und der Vatikan, Berlin, 1972. Cet ouvrage a été traduit en russe et préfacé par Šejnman : Политика Ватикана в отношений СССР 1917-1968 гг., Moscou, 1977.

40  H. Stehle, Die Ostpolitik des Vatikans, 1917-1975, Munich-Zurich, 1975. Traduction anglaise augmentée : Eastern Politics of the Vatican, 1917-1979, Londres, 1981. Les corrections de l’ouvrage de Winter émaillent le livre de Stehle : erreurs de traduction (H. Stehle, Eastern Politics of the Vatican, 1917-1979, Londres, 1981, n. 23 p. 395) ou sur certains faits (ibid., n. 80 p. 401). La méthode même de Winter « who prefers to quote documents one-sidedly or incorrectly, and neglects to mention “insuitable” ones » est également mise en cause (ibid., p. 65).

41  L. Bouyer, Dom Lambert Beauduin : un homme d’Église, Tournai, 1964 ; S. A. Quitslund, Beauduin. A prophet vindicated, New York-Toronto, 1973.

42  P. Mailleux, Entre Rome et Moscou. L’exarque Léonide Féodoroff, Paris, 1966. Le jésuite Paul Mailleux fut responsable de l’Institut Saint-Georges et du Russicum.

43  A. K. Eszer, Ekaterina Sienskaja (Anna I.) Abrikosova und die Gemeinschaft der Schwestern des III. Ordens vom hl. Dominikus zu Moskau, dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 1970 (40), p. 277-373.

44  P. Lesourd, Entre Rome et Moscou. Le Jésuite clandestin. Mgr d’Herbigny, Paris, 1976.

45 J. J. Zatko, A contemporary report on the condition of the catholic church in Russia. 1922, dans Harvard theological review, 1960 (53-4), p. 277-295 : pour cet article, l’auteur a pu consulter les archives de Mgr Bronislaw Ussas et a bénéficié d’une bourse de la fondation Ford à Varsovie.

46 J. J. Zatko, Descent into Darkness. The destruction of the Roman Catholic Church in Russia, 1917-1923, Notre Dame, 1965.

47  Le terme est emprunté à Nicolas Werth qui l’utilise à propos de l’ouverture des archives soviétiques au début des années 1990 : N. Werth, L’historiographie de l’URSS dans la période post-communiste, dans Revue d’études comparatives Est-Ouest, 1999 (30-1), p. 82.

48 A. Riccardi, Il Vaticano e Mosca 1940-1990, Rome-Bari, 1992, p. 369-371.

49  On observe, au début des années 1990, une profusion d’ouvrages sur Fátima et la Russie : P. Gabriel, Bras de fer KGB-Vatican : dimensions spirituelle et politique du message de Fatima, pour comprendre la chute du communisme, Paris, 1991 ; B. Lemaire, Fatima-Moscou : le direct, 13 octobre 1991, Paris, 1991 ; L. Bianchi, Da Fatima alla Russia : incrocio di speranza per il futuro d’Europa, Gera Lario, 1992 ; Lettres à Mikhaïl Gorbatchev, 1986-1991, en faveur d’Alexandre Ogorodnikov et en l’honneur de Notre-Dame de Fatima : une autre approche pour comprendre la chute du communisme, Paris, 1992 ; P. Mantero, La profezia di Fatima e la conversione della Russia : la firma di Dio nella Storia, Udine, 1992 ; T. Tindal-Robertson, Fatima, la Russie et le pape Jean-Paul II. Comment Marie est intervenue pour délivrer la Russie de l’athéisme marxiste 13 mai 1981-25 décembre 1991, Paris, 1993.

50  S. Trasatti, Vatican-Kremlin. Les secrets d’un face-à-face, Paris, 1995 [1993].

51  Le roman récent de Vladimir Volkoff, L’hôte du pape. Roman, Monaco, Éd. du Rocher, 2004, propose ainsi au lecteur une traversée du XXe siècle des années 1920 à la mort de Jean-Paul Ier.

52 A. Riccardi, Il Vaticano e Mosca 1940-1990, Rome-Bari, 1992.

53  Selon Maxime Mourin, « nuls centres d’activités idéologiques ou politiques sont aussi peu disposés que le Vatican et le Kremlin à divulguer rapidement leurs archives » (M. Mourin, Le Vatican et l’URSS... cit., p. 9).

54 AAS, 1979 (71), p. 54.

55 M. Maccarrone, L’apertura degli Archivi della Santa Sede per i pontificati di Pio X e Benedetto XV (1903-1922), dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 1985 (39), p. 341-348.

56  Lettre de Casaroli au cardinal archiviste, 20.08.1985, prot. 156.966, dans AAS, 1986 (78), p. 378.

57  Le motu proprio de Jean-Paul II du 21.03.2005 qui publie la « loi sur les archives du Saint-Siège » signale ainsi que la recherche d’une meilleure conservation et consultation des archives a pour but de « répondre avant tout aux exigences du Pontife Romain, puis à celles de la Curie romaine et enfin aux chercheurs et historiens qui s’y réfèrent avec une attention croissante » (AAS, 2005 (97), p. 353-376, italien).

58 Cf. p. 30-31.

59 P. K. Grimsted, Russian Archives in Transition : caught between political crossfire and economic crisis, dans The American Archivist, 1993 (56), p. 614-662.

60  N. V. Petrov, Dix ans de réformes des archives en Russie, dans Communisme, 2002 (70-71), p. 13-31.

61 M. Carolla, La Santa Sede e la Questione Armena (1918-1922), dans Studium, 1996 (5), 709-743 ; R. Tolomeo, I rapporti russo-vaticani e gli Armeni cattolici del Caucaso, dans SSR, 2002, p. 262-289.

62 R. Makrickas, Santa Sede e Lituania : la rinascita dello stato lituano nei documenti dell’archivio della nunziatura apostolica di Monaco di Baviera, 1915-1919, Rome, 2006.

63 R. Morozzo della Rocca, Le nazioni non muoiono. Russia rivoluzionaria, Polonia indipendente e Santa Sede, Bologne, 1992.

64  G. M. Croce, Le Saint-Siège, l’Église orthodoxe et la Russie soviétique. Entre mission et diplomatie (1917-22), dans MEFRIM, 1993 (105-1), p. 267-297.

65 E. S. Tokareva, Le relazioni tra l’URSS e il Vaticano: dalle trattative alla rottura (1922-1929), dans SSR, 2002, p. 199-261 ; Id., Problemi dello status della gerarchia cattolica nelle trattative tra l’URSS e la Santa Sede negli anni ‘20, dans SSR, 2006, p. 150-183.

66 Par exemple М. И. Одинцов, Доверительно сообщаю Вам...” Письма российского посланника в Ватикане А. И. Лысаковского 1919-1921 гг., dans Исторический Архив, 1994 (2), p. 137-167.

67 М. И. Одинцов, A. A. Чернобаев (éd.), «Отношения с Ватиканом должны быть урегули­рованы ». Из переписки наркома иностранных дел Г. В. Чичерина. 1920-1928 гг., dans Исторический Архив, 2005 (1), p. 56-104.

68  A. O. Chubarian (directeur de l’Institut pour l’Histoire universelle), Premessa, dans SSR, 2002, p. 8.

69 Santa Sede e Russia. Atti del Simposio organizzato dal Pontificio Comitato di Scienze Storiche e dall’Istituto di Storia Universale dell’Accademia delle Scienze di Mosca. Mosca, 23-25 giugno 1998, Cité du Vatican, 2002 ; M. Valente (a cura di), Santa Sede e Russia da Leone XIII a Pio XI. Atti del secondo Simposio organizzato dal Pontificio Comitato di Scienze Storiche e dall’Istituto di Storia Universale dell’Accademia Russa delle Scienze, Cité du Vatican, 2006.

70 E. S. Tokareva, A. V. Ûdin (éd.), Pоссия и Ватикан в конце XIX – первой трети XX века. Mатериалы коллоквиума cocтявшегося в Москве 23-24 июня, 1998 года [La Russie et le Vatican à la fin du XIXe et durant le premier tiers du XXe s. Actes du colloque tenu à Moscou le 23-24 juin 1998], Saint-Pétersbourg, 2003 ; 2e édition, Moscou, 2007.

71  M. Д. Долбилов, Д. Сталюнас, Обратная уния : из истории отношений между католицизмом и православием в Российской империи, 1840-1873, Vilnius, 2010 ; P. Werth, Трудный путь к католицизму. Вероисповедная принадлежность и гражданское состояние после 1905 г., dans Lietuvių katalikų mokslo akademijos Metraštis, 2005 (26), p. 447-475 ; А. А. Дорская, Свобода совести в России : судьба законопроектов начала XX века, Saint-Pétersbourg, 2001.

72  Par exemple, de nombreux documents du recueil de sources sur « Le Politburo et l’Église, 1922-1925 » sont consacrés au catholicisme : Н. Н. Покровский, С. Г. Петров (éd.), Политбюро и Церковь 1922-1925 гг., Novosibirsk-Moscou, 1997. Voir également l’édition des protocoles de la commission du PCUS sur la question religieuse essentiellement conservés au RGASPI (F. 17, op. 112 et 113) : L. Steindorff (éd.), Partei und Kirchen im frühen Sowjetstaat. Die Protokolle der Antireligiösen Kommission beim Zentralkomitee der Russischen Kommunistischen Partei (Bol’ševiki). 1922-1929, Münster-Berlin-Hambourg-Londres-Vienne, 2006.

73  О. А. Лиценбергер, Римско-католическая Церковь в России : история и правовое положение, Saratov, 2001.

74  M. Radwan, Kośćiół katolicki w archiwach departamentu wyznań obcych rosyjskiego MSW : repertorium, Lublin, 2001 ; M. Radwan, Repertorium archiwów archidiecezji Mohylewskiej i diecezji Mińskiej, Lublin, 2001. Leffort de catalogage a dailleurs été mené de façon conjointe par des spécialistes russes et polonais : K. Požarskij (éd.), Historia Kościoła Rzymskokatolickiego w Imperium Rosyjskim (XVIII-XX w.) w dokumentach Rosyjskiego Państwowego Archiwum Historicznego = История Римско-католической церкви в Российской Империи (XVIII-XX вв.) в документах Российского государственного исторического архива, Varsovie-Saint-Pétersbourg, 1999.

75 М. Радван (éd.), Католическая церковь накануне революции 1917 года : сборник документов, Lublin, 2003.

76 A. Kozyrska, Arcybiskup Edward Ropp : zycie i działalność (1851-1939), Lublin, 2004 ; I. Wodzianowska, Rzymskokatolicka Akademia Duchowna w Petersburgu 1842-1918, Lublin, 2007.

77 E. Fein, Geschichtspolitik in Russland. Chancen und Schwierigkeiten einer demokratisierenden Aufarbeitung der sowjetischen Vergangenheit am Beispiel der Tätigkeit der Gesellschaft Memorial, Münster, 2000 ; A. Riccardi, Il secolo del martirio, Milan, 2000 ; Fede e martirio. Le Chiese orientali cattoliche nell’Europa del Novecento. Atti del Convegno di storia ecclesiastica contemporanea (Città del Vaticano, 22-24 ottobre 1998), Cité du Vatican, 2003.

78  A. Wenger, alors conseiller pour les affaires religieuses à l’ambassade de France en Russie, a pu consulter les archives du FSB dès 1991 et a publié un ouvrage présentant de longues citations des procès de catholiques : A. Wenger, Catholiques en Russie d’après les archives du KGB 1920-1960, Paris, 1998 ; И. И. Осипова, « В язвах своих сокрой меня ». Гонения на католическую Церквовь в СССР. По материалам следственных и лагерных дел, Мoscou, 1996.

79  Б. Чаплиский, И. Осипова, Книга памяти : мартиролог католической церкви в СССР, Moscou, 2000.

80  R. Dzwonkowski, Losy duchowieństwa katolickiego w ZSSR, 1917-1939, Martyrologium [Le destin du clergé catholique en URSS 1917-1939. Martyrologe], Lublin, 1998.

81  L’ouvrage d’Osipova consacré à la communauté des tertiaires dominicaines de mère Abrikosova a ainsi été traduit en italien et fait l’objet d’une communication en français : La mission des Assomptionnistes aux yeux de l’État soviétique au travers des documents des procès d’incrimination du Guépéou – NKVD – MGB (1926-1949), dans B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), Actes du Colloque d’Histoire. Rome 20-22 novembre 2003, Paris, 2005, p. 139-152.

82  www.catholicmartyrs.org/index.php

83  P. Parfent’ev, Anna Abrikosova, Milan, 2004 ; A. Judin, Leonid Fëdorov, Milan, 1999 ; G. Parravicini, Julija Danzas, Milan, 1991.

84  Le père Christopher Lawrence Zugger a toutefois tenté une synthèse plus vaste mais sans recourir aux archives russes et vaticanes : C. L. Zugger, The Forgotten : Catholics of the Soviet Empire from Lenin through Stalin, Syracuse (N.Y.), 2001.

85  Certains ouvrages deviennent alors difficilement exploitables par l’historien. A. Wenger réduit ses références archivistiques au strict minimum, n’indiquant le plus souvent que la date « puisqu’il s’agit presque toujours d’archives privées, qui ne peuvent être consultées que par des chercheurs qualifiés » (A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987, p. 13). Constantin Simon va plus loin en signalant que les archives du Russicum ne sont pas accessibles aux chercheurs (C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 1. Leonid Feodorov, Vendelín Javorka, Theodore Romža, Rome, 2001, n. 9 p. 143).

86  Voir la note critique de Michel Niqueux, Les catholiques russes (XIXe siècle), dans Revue des études slaves, 2011 (82-3), p. 539-552.

87  A. Wenger, Rome et Moscou, 1900-1950, Paris, 1987. Cet ouvrage a été traduit en russe : A. Wenger, Рим и Москва. 1900-1950, Moscou, 2000.

88  B. Holzer (éd.), Les Assomptionnistes et la Russie (1903-2003), Actes du Colloque d’Histoire. Rome 20-22 novembre 2003, Paris, 2005.

89 L. Tretjakewitsch, Bishop Michel d’Herbigny, s.j., and Russia. A Pre-Ecumenical approach to Christian Unity, Würzburg, 1990.

90 C. Simon, Russicum. Pioneers and Witnesses of the Struggle for Christian Unity in Eastern Europe. 1. Leonid Feodorov, Vendelín Javorka, Theodore Romža ; 2. The First Years 1929-1939, Rome, 2 vol. 2001-2002 ; Id., Pro Russia : the Russicum and Catholic Work for Russia, Rome, 2009 (OCA, 283).

91  C. Sorrel (éd.), Des Savoyardes dans les prisons de Lénine. Le drame russe de la Congrégation de Saint-Joseph de Chambéry, Chambéry, 2003.

92  G. M. Croce (éd.), Cyrille Korolevskij, Kniga Bytija moego (Le livre de ma vie). Mémoires autobiographiques, Cité du Vatican, 2007, 5 t.

93  Voline (V. M. Eichenbaum), La Révolution inconnue, Paris, 1997 [1947], p. 15.

94  Cf. N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, Paris, 2001 (5e édition), p. 3-6.

95  M. Malia, La Tragédie soviétique. Histoire du socialisme en Russie, Paris, 1995.

96  Richard Pipes, qui définit la révolution comme un effort pour refaçonner l’espèce humaine, limite son étude à la période 1905-1953 (La Révolution russe, Paris, 1993).

97 O. Figes, A People’s Tragedy. The Russian Revolution 1891-1924, Londres, 1996.

98 P. Holquist, Making war, forging revolution : Russia’s continuum of crisis, 1914-1921, Cambridge, 2002.

99 H. J. Coleman, Russian Baptists and Spiritual Revolution, 1905-1929, Bloomington-Indianapolis, 2005.

100 S. Merlo, All’ombra delle cupole d’oro : la Chiesa di Kiev da Nicola II a Stalin (1905-1939), Milan, 2005.

101 S. Fitzpatrick, The Russian Revolution, 1917-1932, New York, 1982.

102  P. Renouvin, J.-B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, 1991, p. 2.

103  C. Alix, Le Saint-Siège et les nationalismes en Europe 1870-1960, Paris, 1962.

104  En 1974, un article de Michel Launay figure en bonne place dans le second numéro de la revue Relations internationales consacré aux « mentalités collectives et relations internationales » (M. Launay, Les fondements géopolitiques d’une diplomatie : l’exemple des démocrates chrétiens et des catholiques sociaux français au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans Relations Internationales, 1974 (2), p. 101-121). En 1981, le colloque de Grenoble sur « Les Églises chrétiennes et la vie internationale au XXe siècle », qui accorde d’ailleurs une large place aux études sur le Saint-Siège, fait date (Relations internationales, 1981, N°27-28). La question du facteur religieux dans l’opinion publique avait également été balisée dès cette époque : R. Rémond, Les Églises et la politique extérieure, dans Opinion publique et politique extérieure. 2, 1915-1940, Milan-Rome, 1984, p. 313-326.

105  M. Merle, C. de Montclos, L’Église catholique et les relations internationales,
Paris, 1988, p. 5.

106  A. Lacroix-Riz, Le Vatican, l’Europe et le Reich, de la Première Guerre mondiale à la guerre froide (1914-1955), Paris, 1996, p. 3.

107  J.-M. Ticchi, Aux frontières de la paix. Bons offices, médiation, arbitrages du Saint-Siège (1878-1922), Rome, 2002 ; A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre, humanitaire et culture de guerre. Populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, 2003 [1998].

108  L. Koelliker, La stratégie d‘internationalisation de l‘audience politique du Saint-Siège entre 1870 et 1921 : vers un règlement de la Question romaine, Genève, Institut universitaire de hautes études internationales, 2002 (dir. prof. Bruno Arcidiacono).

109  P. Chenaux, Une Europe vaticane ? Entre le plan Marshall et les traités de Rome, Bruxelles, 1990.

110  Voir l’étude très suggestive sur les relations avec le CICR pendant la Deuxième Guerre mondiale : D. Debons, Le CICR, le Vatican et l’œuvre de renseignements sur les prisonniers de guerre : rivalité ou collaboration dans le dévouement ?, dans Relations internationales, 2009 (138), p. 39-57.

111  Sur l’oubli de la religion dans les analyses de relations internationales, voir J. Fox, Religion et relations internationales : perceptions et réalités, dans Politique étrangère, 2006 (4), p. 1059-1071.

112  F. Latour, La papauté et les problèmes de la paix pendant la Première Guerre mondiale, Paris, 1996, p. 102-103.

113  M. Agostino, Le pape Pie XI et l’opinion : 1922-1939, Rome, 1991.

114  F. Kupferman (éd.), Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Paris, 1979, p. 11.

115 Paul G. Lauren, Diplomats and Bureaucrats : the first institutional responses to twentieth-century Diplomacy in France and Germany, Stanford, 1976 ; Z. S. Steiner, The Foreign Office and Foreign Policy, 1898-1914, Cambridge, 1969.

116 D. Alvarez, The Professionalization of the Papal Diplomatic Service, 1909-1967, dans The Catholic Historical Review, 1989 (75-2), p. 233-248 ; C. Prudhomme, Les hommes de la Secrétairerie d’État. Carrières, réseaux, culture, dans MEFRIM, 1998 (110-2), p. 475-493.

117  Depuis l’appel de L. Pásztor (L’histoire de la Curie romaine, problème d’histoire de l’Église, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 1969 (64), p. 353-366), le travail accompli notamment pour le XIXe siècle est imposant (cf. le bilan historiographique réalisé par P. Boutry dans La Secrétairerie d’État avant 1870. L’État temporel et ses héritages, dans MEFRIM, 2004 (116-1), p. 17-31, ainsi que F. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X : le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux (1846-1914), Rome, 2007).

118  M. Lagrée, Histoire religieuse, histoire culturelle, dans J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, 1997, p. 387-406.

119 Ce terme a été fréquemment utilisé notamment à propos du Christ-Roi et du Sacré-Cœur : S. Dianich, L’ecclesiologia in Italia dal Vaticano I al Vaticano II, dans Dizionario storico del movimento cattolico in Italia : 1860-1880, t. I/1, 1981, p. 162-180 ; D. Menozzi, Sacro Cuore. Un culto tra devozione interiore e restaurazione cristiana della società, Rome, 2001. Plus généralement : F. Bouthillon, La naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1922-1939), Strasbourg, 2002.

120  Bulletin de la Salle de Presse du Saint-Siège, 15.02.2002, N°0090.

121  Déclaration conjointe de Sergio Pagano (préfet de l’ASV) et de Marcel Chappin (archives de la Secrétairerie d’État), publiée dans Les archives du Vatican ouvertes aux historiens pour la période 1922-1939, dans Istina, 2003 (48-3), p. 293-296.

122 Bollettino della Sala Stampa della Santa Sede, N°0340, 30.06.2006. Sur cette ouverture, voir S. Pagano, Le nuove fonti archivistiche sul pontificato di Pio XI, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI. Alla luce delle nuove fonti archivistiche. Atti del Convegno Internazionale di Studio. Città del Vaticano, 26-28 febbraio 2009, Cité du Vatican, 2010, p. 35-43.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable