Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes de santé au Moyen Âge

 | 
Marilyn Nicoud

Volume II. Cartes, Annexes, Inventaires et Illustrations

Avant-propos

Texte intégral

1Pour tenter de retrouver les étapes de la constitution d’un genre médical tels que les régimes de santé médiévaux, pour mesurer son succès et sa diffusion, les éditions existantes, qu’elles soient modernes ou renaissantes, ne pouvaient suffire, d’autant que la tradition manuscrite de ces textes s’est révélée souvent changeante. Le recensement des manuscrits conservant un regimen sanitatis en latin, effectué à partir des catalogues édités et manuscrits d’un grand nombre de bibliothèques, ne saurait prétendre à une quelconque exhaustivité. Le chiffre de 426 témoins sera sans doute amené à s’enrichir au gré de découvertes nouvelles. Il offre toutefois en l’état un premier inventaire qui témoigne de l’intérêt suscité par ce sujet, aussi bien au sein de la communauté médicale médiévale que, plus largement, auprès d’un public familier du livre.

2À titre de comparaison, il a semblé utile de proposer aussi un inventaire, là encore certainement incomplet, de l’un des textes qui servit de référence et d’autorité tout au long du Moyen Âge en matière de connaissance des aliments : les Diètes universelles et particulières du médecin de Kairouan, Isaac Israëli, traduites en latin dès le xie siècle par Constantin l’Africain. Avec 83 manuscrits répertoriés, les Diètes et leurs commentaires universitaires, premier ouvrage entièrement consacré à l’alimentation que l’Occident médiéval ait connu (avant la traduction au xiiie siècle du De facultatibus alimentorum de Galien), fut assez largement diffusé, sans pour autant atteindre l’importance de sommes plus complètes qui, telles le Pantegni d’Haly Abbas ou le Canon d’Avicenne, dédiaient une partie de l’encyclopédie médicale au régime de vie. Associés à un recensement plus limité des régimes directement composés dans deux des langues vernaculaires en usage, l’italien et le français, ces différents inventaires proposent une première appréhension de l’univers des écritures diététiques manuscrites.

© Publications de l’École française de Rome, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540