Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Résumés

Texte intégral

1Jean-Claude Waquet, Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier : « Un genere di riconoscibile omogeneità ? ».
Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier forment-ils, comme on l’a écrit, « un genere di riconoscibile omogeneità » ? Une enquête historique conduit à conclure que, du XVIe au XXe siècle, cette « trattatistica » a en réalité donné lieu à des constructions successives, tributaires des intérêts des bibliographes, des praticiens et des savants. Aussi l’objet de ce livre, loin de s’imposer d’emblée, appelle définition. Celle qui a été retenue cible les écrits déterminés par l’émergence, la généralisation et l’éventuelle disparition de figures (legatus, ambassadeur …) et, en lien avec ces figures, de notions (officium…), de privilèges, de prérogatives et de savoirs. Un tel corpus inclut la « trattatisca », les textes médiévaux – des miroirs des princes à la législation statutaire –, les « scritti cancellereschi » italiens, les écrits universitaires produits dans l’Empire, les actes des négociations publiés dès le XVIIe siècle, les traités de droit des gens et enfin les premiers écrits relatifs à la science de la négociation.

2Stéphane Péquignot, Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge.
Quelles sont les conceptions du nuncius puis de l’ambassadeur dans les « miroirs des princes » ? En considérant la notion au sens large, l’enquête commence aux Carolingiens et mène jusqu’à la fin du XIVe siècle en Occident. Longtemps absente des réflexions politiques, la figure de l’envoyé diplomatique est évoquée dans le Secret des Secrets, puis dans de nombreuses autres œuvres, par exemple, en péninsule Ibérique, dans le De preconiis Hispaniae du franciscain Juan Gil de Zamora ou dans le Livre des bêtes de Ramon Llull. Toutefois, les textes examinés adoptent essentiellement le point de vue des gouvernants. Leur objet principal vise à préciser comment choisir, envoyer, recevoir et contrôler efficacement des envoyés dont l’action semble périlleuse. Dans ce contexte, même si quelques qualités et compétences générales leur sont parfois reconnues, les nuncii puis les ambassadeurs n’apparaissent pas en figures autonomes, mais en tant que porteurs de la parole, de l’ordre, des vertus, voire de la personne de leur mandant.

3Patrick Gilli, Ambassades et ambassadeurs dans la législation statutaire italienne (XIIIe-XIVe siècle).
L’abondante production statutaire offre une intéressante vision de l’activité diplomatique dans les cités italiennes. Plus qu’une photographie des pratiques réelles, la législation statutaire révèle la position ambiguë que revêtait la représentation de la commune à l’international ou plus simplement au-delà des frontières du district urbain. En examinant sur près de trois siècles des éléments de cette production législative, on parvient à mieux comprendre les réticences profondes et la défiance viscérale envers la fonction diplomatique, notamment les risques de professionnalisation, de spécialisation fonctionnelle ou de captation d’avantages personnels qui mettaient à mal le paradigme communal du bien commun. Il faut en réalité attendre le XVe siècle pour que la figure de l’ambassadeur émerge plus clairement, mais alors ce ne sera plus dans la littérature statutaire (un genre entré en crise en même temps que le monde communal) mais dans les traités juridiques et les recueils épistolaires qu’on en trouvera les meilleurs exemples.

4Stéphane Péquignot, Figure et normes de comportement des ambassadeurs dans les documents de la pratique. Un essai d’approche comparative (ca. 1250 -ca. 1440).
En péninsule Ibérique, en France et dans l’Empire, les documents de la pratique diplomatique s’accordent à la fin du Moyen Âge sur la nécessité pour les ambassadeurs de faire preuve de fidélité, de connaissance des « manières » et de discernement. Ils doivent être en mesure de saisir les « occasions », les moments et les tournants décisifs dans un cadre instable. Au-delà de ces injonctions générales, des efforts considérables sont déployés pour prévoir et discipliner la parole des ambassadeurs. Dans les instructions et les correspondances, leur conduite est alors parfois précisée par des indications normatives qui éclairent la nature du travail de négociation et de représentation attendu. Le recours au conseil, l’interprétation tempérée du mandat imparti et la capacité à user de divers modes d’argumentation jouent un rôle essentiel. L’ambassadeur n’est, de la sorte, plus seulement le reflet effacé de son mandant, mais devient un représentant doté de compétences spécifiques, le détenteur d’un savoir pragmatique.

5Nadia Covini, Bruno Figliuolo, Isabella Lazzarini, Francesco Senatore, Pratiche e norme di comportamento nella diplomazia italiana : i carteggi di Napoli, Firenze, Milano, Mantova e Ferrara tra fine XIV e fine XV secolo.
Le corrispondenze epistolari e le altre fonti diplomatiche prodotte negli stati italiani del tardo Medioevo, di diversa consistenza a seconda del contesto (Napoli, Firenze, Milano, Mantova e Ferrara), sono vagliate alla ricerca del potenziale decantare in regola – per quanto informale – di pratiche sempre più condivise e diffuse. I singoli paragrafi, concentrati sul secondo Quattrocento, ruotano attorno a una serie di elementi comuni : il panorama delle fonti, la peculiarità del contesto, il rapporto fra la pratica e le eventuali norme generali, la fisionomia dell’ambasciatore e i suoi comportamenti, i linguaggi. Il caso napoletano e quello fiorentino dimostrano come nella prassi si andassero formando un lessico e una topica dell’ambasciatore, che non erano esclusivi dell’attività diplomatica e che non potevano certo attingere all’organicità della trattatistica più matura, ma che di essa anticiparono molti motivi. I fondi diplomatici di Mantova e di Ferrara evidenziano d’un lato l’assoluta pragmaticità del procedere dei vari agenti della diplomazia, dall’altro l’enfasi sulla negoziazione e sulla raccolta dell’informazione. Le corrispondenze milanesi, a partire da quelle con Venezia, consentono di analizzare la pratica diplomatica che gli stati italiani elaborarono dopo la pace di Lodi : si fissò un « canone italico » che riguardava l’elaborazione delle scritture, le regole di comportamento e la socialità.

6Bruno Figliuolo e Francesco Senatore, Per un ritratto del buon ambasciatore : regole di comportamento e profilo dell’inviato negli scritti di Diomede Carafa, Niccolò Machiavelli e Francesco Guicciardini.
Dei numerosi testi che le cancellerie italiane del Tardo medioevo e della prima età moderna produssero a corredo dell’attività diplomatica è qui presentata una tipologia di grande interesse ai fini della formazione di un modello di ambasciatore : il memoriale o ricordo. A Napoli, i memoriali scritti da Diomede Carafa, ispirati all’empirismo e alla contingenza e sovrapponibili a quelli diretti ai principi e al cortigiano, toccano questioni come la rappresentanza, l’obbedienza al principe, il rapporto tra l’esperienza e l’imponderabilità delle circostanze. Nel mondo comunale toscano la riflessione politica e la coscienza comune riconoscevano la funzione fondamentale svolta dall’ambasciatore e ne sottolineavano la dignità della figura. Le istruzioni e i ricordi prodotti dalla cancelleria fiorentina fissarono una serie di norme comportamentali. Nell’ambito di questa tradizione vanno inquadrati i contributi di Machiavelli e Guicciardini.

7Patrick Gilli, Bernard de Rosier et les débuts de la réflexion théorique sur les missions d’ambassade.
Le canoniste Bernard de Rosier a écrit le premier traité sur le statut de l’ambassadeur ; son Ambaxiatorum brevilogus, rédigé en 1436, est le fruit d’une pratique diplomatique assidue et de sa réflexion de canoniste éminent. Pour la première fois, le métier d’ambassadeur était envisagé dans sa dimension pratique autant que symbolique et du point de vue de l’ambassadeur lui-même. Ce faisant, le canoniste nous révèle ce qu’étaient les conditions d’une négociation réussie autant que l’impérieuse nécessité pour les autorités politiques de bien sélectionner leur personnel diplomatique dont le statut apparaît alors comme de plus en plus magnifié. Règles morales, stratégies comportementales et normes juridiques sont ainsi abordées par l’auteur dans un souci d’être le plus utile à ses lecteurs, professionnels avisés comme lui. Les éléments de la négociation sont alors définis précisément autant que les techniques oratoires que l’ambassadeur doit savoir ajuster à son auditoire. Mieux que son quasi-contemporain italien, Martino Garati da Lodi, Bernard de Rosier a su saisir les enjeux de cette nouvelle diplomatie du XVe siècle.

8Andrea Gardi, Parole di negoziatori ? La trattatistica sul legato pontificio in età moderna.
L’articolo esamina come i principali trattatisti che scrivono tra metà Quattrocento e fine Settecento descrivono la figura del legato pontificio. Essi rispecchiano lo sviluppo della diplomazia papale : nel XV e XVI secolo si tratta soprattutto di esperti di diritto canonico, attivi anche quali nunzi al servizio del Pontefice, che sistematizzano quanto i loro predecessori del Duecento avevano già esposto ; nella prima metà del Seicento gli autori sono politici cattolici legati agli Asburgo di Spagna e Austria, che considerano il legato un tipo particolare di ambasciatore ; nella seconda metà dello stesso secolo i trattati sono principalmente esercitazioni accademiche di giuristi protestanti o gallicani ; nel Settecento i pochi autori sono teologi febroniani al servizio di diversi principi-arcivescovi tedeschi, che contestano l’uso papale dei rappresentanti diplomatici per controllare le Chiese locali.

9Daniela Frigo, Prudenza politica e conoscenza del mondo. Un secolo di riflessione sulla figura dell’ambasciatore (1541-1643).
Il contributo esamina gli scritti sull’ambasciatore fra il De officio legati di Dolet (1541) e le Advertencias para Reyes, Principes y Embaxadores di Benavente y Benavides (1643), periodo in cui si assiste ad una « mise en forme » della pratica che getta le fondamenta della cultura diplomatica dell’Europa moderna. A partire da un « lessico » umanistico fondato sulla retorica e sull’etica (fedeltà alle istruzioni, prudenza), gli autori del periodo adattano agli ambasciatori le regole della corte, l’etica aristocratica e i temi della ragion di Stato. Negli scritti del Seicento vi è poi un allargamento delle competenze richieste : commercio, finanza, geografia, materie militari, storia delle dinastie, diritto del mare, lingue e l’onnipresente « arte di conoscere gli uomini ». Verso la metà del XVII secolo questo tipo di opere si sfilaccia, mentre la figura dell’ambasciatore si diversifica anche in relazione a contesti politici e culturali precisi : i temi della letteratura precedente cominciano allora ad essere rielaborati e trasformati entro le coordinate dello jus gentium, dei trattati internazionali e dei codici cerimoniali.

10Guido Braun, « Les Cinq Livres sur les ambassades » de Conrad Braun.
En 1548, le juriste et théologien allemand Conrad Braun (1495-1563) publia en latin « Les Cinq Livres sur les ambassades », nourris de sa propre expérience d’envoyé. Ce livre, traduit en français en 2008, apparaît comme un ouvrage majeur de la littérature sur l’ambassadeur. Les divergences confessionnelles marquent la plupart des publications de notre auteur, qu’elles soient historiques, politiques, juridiques ou bien théologiques. « Les Cinq Livres » ne restent pas non plus insensibles aux questions religieuses. Le recours fréquent aux auteurs romains est caractéristique de l’approche de Braun, alors que les exemples qu’il a tirés de l’histoire récente sont rares. Mais les recommandations que cet auteur donne aux ambassadeurs sont souvent assez concrètes. De toute évidence, il fut en avance sur son temps avec ses réflexions sur les ambassades dans l’Allemagne des années 1540.

11Stefano Andretta, Ottaviano Maggi e il De Legato (1566).
Il trattato De Legato libri duo di Ottaviano Maggi, pubblicato a Venezia nel 1566, vide la luce in un momento di forte preoccupazione della Repubblica di san Marco per il mantenimento di una politica neutralista e, allo stesso tempo, in una fase di grande sforzo per il consolidamento di una efficace rete diplomatica. Ovvero di un apparato funzionale ad una serrata vigilanza sulla situazione italiana, dominata dai recenti insediamenti spagnoli, e ad un’adeguata informazione sulle incertezze dell’evoluzione politica europea. Si trattò altresì di una pubblicazione sostanzialmente eterodiretta a cui non fu estranea la volontà di colmare un vuoto e molto probabilmente atta a soddisfare una precisa domanda. Lo scritto costituisce un’interessante opera di passaggio, dai riferimenti culturali in bilico tra passato e futuro, tra eloquenza e attenzione alla contemporaneità, che anticipava un’alta concentrazione di testi della stessa natura nell’ultimo quarto del XVI secolo. Inoltre, rappresentò una risposta di una certa organicità ad un’emergente e diffusa richiesta di assestamento normativo e comportamentale all’interno di una tradizione diplomatica veneziana di riconosciuto prestigio.

12Francesca Cantù, Alberico Gentili e lo Ius legationis.
In fuga dall’Inquisizione romana, che lo ricercava per sospetto filo-protestantesimo, e dopo una peregrinazione in diverse città e università europee, il giurista italiano Alberico Gentili raggiunge Londra nel 1580, inserendosi nell’ambiente della corte di Elisabetta I e guadagnando un posto di regius professor all’università di Oxford. Dopo aver agito da consulente giuridico nel clamoroso caso dell’ambasciatore spagnolo Bernardino de Mendoza, accusato di aver cospirato contro la vita della Regina, Gentili pubblica il trattato De Legationibus Libri Tres (1585) dove affronta la questione della nascita e dell’affermazione della figura dell’ambasciatore e del diritto di ambasciata. Combinando l’approccio storico con quello giuridico, la dottrina e l’esperienza fattuale, Gentili vuole conferire un fondamento sistematico e normativo alla discussa questione dell’immunità diplomatica e rispondere alla domanda di quale sia il tribunale che possa vantare un diritto di giurisdizione sulla figura sacrosanta del legatus, la cui inviolabilità vede garantita dallo ius gentium. Misurandosi con una casistica ricchissima e intricata Gentili cerca, così, di rispondere a una delle questioni centrali per l’evoluzione dello ius gentium nel pensiero filosofico e giuridico dell’Europa moderna : la conciliazione tra l’aspirazione verso un sistema normativo universale da un lato e l’esistenza storica di differenze fondamentali di cultura, di religione, di sistemi politici, di comportamenti e usi sociali dall’altro. Il contributo innovativo del suo pensiero giuridico e politico è ravvisabile proprio nel tentativo costante di coniugare il pluralismo pragmatico con il giudizio normativo. Oltre le possibili contraddizioni rimaste nella sua opera, gli va riconosciuto il merito di aver affrontato la questione dello ius legationis in un momento storico di grande cambiamento nel sistema europeo delle relazioni internazionali, mentre la diplomazia si andava trasformando per rispondere alla crescente necessità di codificare secondo diritto – e non più soltanto secondo gli usi consuetudinari, la cultura di corte o la mera politica di potenza – i nuovi rapporti fra gli Stati.

13Maria Victoria López-Cordón Cortezo, Juan Antonio de Vera y Zúñiga (1583-1658) : modello di ambasciatori o specchio di trattatisti ?
Lorsqu’il publia en 1620 El embajador, Vera avait pour seule expérience diplomatique un bref séjour à Paris où il avait été secrétaire du duc de Feria. Lié d’amitié avec le duc d’Olivares, il devint l’un de ses publicistes et fut conduit à mener deux ambassades, en Savoie en 1625, à Venise entre 1631 et 1642. A son retour, il fut nommé conseiller des finances, de la guerre et des Indes, et continua à écrire jusqu’à sa mort. Vera n’est pas devenu célèbre pour ses tâches professionnelles, mais comme auteur d’El embajador. Le qualificatif de « parfait » (perfecto) fut ajouté à la traduction française de 1635, puis repris dans la version italienne de 1649. Divisé en quatre livres, l’ouvrage témoigne d’une dette importante à l’égard des œuvres de Juste-Lipse, notamment De la Constance et les Six livres de la politique. Parmi les autres auteurs qui l’inspirèrent figurent Machiavel, Bodin, Le Tasse et Tacite, maître indiscutable pour sa génération. Les témoignages directs de deux grands ambassadeurs, le duc de Feria et le comte d’Olivares, ne furent pas moins décisifs. Les lectures, les goûts et les idées de Vera furent partagés par d’autres personnages de sa génération eux aussi marqués par l’expérience de la politique de paix, puis, à partir de 1618, de sa remise en cause.

14Manfredi Merluzzi, Juan de Vera e l’Italia : dall’ispirazione letteraria alla pratica diplomatica.
Il contributo intende evidenziare, partendo dalla constatazione che il testo « El perfecto Enbaxador », pubblicato a Siviglia nel 1620, sia stato scritto, contrariamente alla maggior parte degli altri testi di trattatistica diplomatica, prima che l’autore, Juan de Vera y Zuñiga avesse maturato esperienza diretta nel campo diplomatico. Inoltre, è interessante esaminare, nelle vicende biografiche di Vera, l’esperienza diplomatica, svolta prevalentemente in Italia dagli anni ’30 in poi, per cogliere gli echi che l’opera ebbe sul suo stesso autore.

15Inoltre, l’attività di Vera venne esercitata in sedi diplomatiche importanti dell’Italia seicentesca, in congiunture legate ad alcune delle principali questioni internazionali della Monarchia. Quindi il rapporto di Juan de Vera con l’Italia risulta duplice : non solo nel suo trattato vi sono notevoli matrici politiche e culturali « italiane » (dai richiami alla tradizione della trattatistica all’esperienza della diplomazia italiana, specialmente veneta, ma anche richiami ai classici e una analisi attenta alle realtà politiche e istituzionali delle maggiori potenze della penisola), ma le stesse diventano presenti nella sua vicenda biografica nel corso dei quindici anni di attività diplomatica spesi soprattutto a Torino e Venezia, ma con importanti puntate a Genova, Milano, Roma.

16Sylvio Hermann De Franceschi, Les ambassades henriciennes : un âge d’or de la négociation. Les premières éditions imprimées de la correspondance des ambassadeurs de France sous Henri IV.
Les grandes ambassades henriciennes ont été parmi les premières légations françaises à être objet de publications, au temps de Richelieu et de Mazarin. Au moment où s’affirmait la prépondérance de la France en Europe, les contemporains ont éprouvé le besoin de retracer la genèse du processus qu’ils voyaient s’accomplir. Il semble que pour le public auquel étaient destinées les éditions des ambassades henriciennes, quatre événements aient joué un rôle primordial dans l’histoire diplomatique française, quatre événements dont les lecteurs croyaient, sans doute à juste titre, voir se réaliser devant eux les grandes virtualités : l’absolution d’Henri IV, la paix de Vervins, l’Interdit vénitien, et la Trêve de Douze ans. Pour les lecteurs qui vivaient au temps des ministériats de Richelieu et de Mazarin, les ambassades d’Henri IV ont indiscutablement représenté un âge d’or de la négociation ; d’en éditer les actes permettait de faire l’anamnèse d’une prépondérance française en gestation.

17Sven Externbrink, Abraham de Wicquefort et ses traités sur l’Ambassadeur (1676-1682). Bilan et perspectives de recherche.
Partant d’un aperçu sur l’état des recherches sur le diplomate Abraham de Wicquefort (1598-1682), l’article traite deux problématiques : premièrement, l’analyse du milieu politique à Paris et à La Haye où Wicquefort a fait son apprentissage de « diplomate » et où il a étudié le « commerce entre les états » avant de retourner aux Pays-Bas qu’il avait dû quitter après la chute de Jean De Witt. De ces expériences sont issus ses écrits sur l’ambassadeur. Deuxièmement, s’ensuit une étude comparative des deux livres sur le négociateur et la négociation : les Mémoires touchant l’Ambassadeur et les Ministres publics de 1676 et L’Ambassadeur et ses fonctions de 1681. Wicquefort a été témoin d’un moment clé de l’évolution des relations internationales à l’époque moderne entre la paix de Westphalie et les guerres de Louis XIV. Ses livres sur l’ambassadeur fournissent une sorte de commentaire de ces événements. Ils témoignent du basculement de la diplomatie du monde méditerranéen à la diplomatie du système des États aussi en ce qui concerne le genre des écrits sur les ambassadeurs et la négociation. Wicquefort traite systématiquement les principales questions du « commerce entre les États ». Cette constante réflexion et le recours à la pratique diplomatique séparent le livre de Wicquefort des écrits sur la théorie politique et la raison d’État. Il constitue une synthèse de genres différents, assimilant la théorie politique moderne à la littérature sur l’honnête homme et la cour. Ses livres constituent une summa de l’histoire des règles et de la pratique de la négociation de la fin du XVe siècle jusqu’à la paix de Nimègue en 1679.

18Jean-Claude Waquet, Callières et l’art de négociation.
Avec sa Manière de négocier, Callières a fondé une nouvelle tradition, celle des écrits sur la négociation. Son livre, encore réédité de nos jours, est tout à la fois un éloge de la négociation, de l’art de négocier, du sage et habile négociateur, de Callières lui-même qui, en l’écrivant, associa réflexion de portée générale et promotion de ses vues personnelles. La Manière, donc, jouait sur deux plans : celui de la stratégie mise en œuvre, à la cour de Louis XIV, par un homme du monde sociable, adroit et opiniâtre, fils de militaire, mais hostile à l’appétit de conquête et acquis à la cause de la paix ; et celui de la réflexion de fond sur la nécessité d’asseoir la puissance du roi sur la négociation, de doter le royaume de bon négociateurs, constitués en une profession à part, et sur un plan plus général de faire au mérite la place qui lui revenait, mais qui ne lui était pas assez reconnue dans une société fondée sur la naissance. Ainsi l’auteur de la Manière faisait voir au roi son véritable intérêt : celui de préférer la négociation aux armes, et les négociateurs de profession aux ambassadeurs de rencontre.

19Wolfgang Weber, La théorie de la diplomatie dans le Saint Empire romain.
L’Empire de la première époque moderne n’était pas un État, mais un système politique composé d’environ 150 membres immédiats, des entités juridico-politiques différentes et elles-mêmes divisées. Ce système, à bien des égards, n’était pas clairement délimité vis-à-vis de l’extérieur. Corrélativement, la politique extérieure consistait d’une part en une politique de voisinage faite de rapports politico-juridico-chrétiens formels et informels avec les autorités voisines au sein de l’Empire, en général sans recours à une résolution militaire des conflits, et, de l’autre, en une véritable politique extérieure, visant à faire valoir des intérêts politico-juridiques, par la confrontation si nécessaire, voire la guerre en bonne et due forme. Autre corrélat de ce système : l’élaboration de deux théories de la diplomatie. La première, « douce », concernait avant tout l’Empire et recherchait des compromis fondés sur des préceptes juridiques, chrétiens et moraux. L’autre, « dure », suivait l’évolution des États en Europe, et se renforça particulièrement jusqu’à la fin du XVIIe siècle sous l’effet d’impulsions extérieures. Au XVIIIe siècle, notamment en raison de leurs intérêts extra-impériaux, les deux grandes puissances, Habsbourg et Prusse, s’approprièrent les standards de la diplomatie entre États. Dans l’Empire même, une importance accrue revint à une autre variante de la théorie de la diplomatie, qui puisait dans le Jus publicum et la Teutsche Staatsklugheit.

20Miloš Vec, L’ambassade dans la science du droit des gens (1750-1830).
En adoptant un point de vue d’histoire du droit, l’article examine le traitement réservé aux ambassades (le Gesandtschaftswesen) dans la littérature juridique, depuis les « Lumières militantes » (Hochaufklärung) jusqu’au Vormärz. Après avoir défini les lieux dans lesquels il est question du droit d’ambassade, sont ensuite envisagés les thèmes traités par les auteurs, puis l’hypothèse d’un changement en la matière. Il s’agit d’abord de questions de représentation, de leur conceptualisation contemporaine. L’analyse porte aussi sur la question essentielle des sources du droit, sur les fondements normatifs d’un droit d’ambassade qui, vers 1800, se caractérise par un certain pluralisme juridique et des déplacements notoires par rapport à la période précédente. Les fonctions dévolues aux ambassadeurs changent également. Les observations et les thèses formulées à ce sujet sont liées à une structure des relations internationales qui se transforme, à la place accrue de l’économie comme objet de droit international, ainsi qu’à l’intérêt plus important désormais accordé aux prémisses de l’égalité des États, au détriment des questions de préséance et de cérémoniel basées sur les différences de statut.

21Marc Belissa, De la critique de « l’art de négocier » à l’apprentissage de la « politique » : mort du « bon ambassadeur » et apparition du « diplomate » (c.1750- c.1830).
À partir du milieu du XVIIIe siècle, le genre des traités du « parfait ambassadeur » ou de « l’art de négocier » tend à s’épuiser et à se fermer en un savoir professionnel. La Révolution française bouleverse la manière dont on pensait les normes et les formes des négociations, les buts qu’elles devaient atteindre et les structures qui en étaient chargées. La Révolution transforme l’image du « bon ambassadeur » qui devient l’interprète des intérêts de la nation et/ou de tous les peuples et cesse d’être le « serviteur du roi ». La restauration diplomatique voulue par Bonaparte (et anticipée par le Directoire) fait revenir dans les bureaux des hommes formés sous l’Ancien Régime, mais, si une volonté de continuité avec la « politique » des rois est affichée, les mêmes hommes ne tiennent plus les mêmes discours. Même la Restauration ne peut faire abstraction de ce changement de paradigme. Les textes « pédagogiques », les guides diplomatiques montrent une évolution dans les manières de concevoir les qualités et les connaissances nécessaires au négociateur.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540