Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Thermalisme en Toscane à la fin du Moyen Âge

 | 
Didier Boisseuil

Première partie. Les sites thermaux à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle

Chapitre premier. Le paysage thermal, l’aspect des sites

Texte intégral

« Ch’i’ starò ‘n Siena, com’e’ ricchi al Bagno ».
Cecco Angiolieri, Rime, XCII, 14.

  • 1 Cf. Folgore da San Gimignano (1991), p. 120 ; G. Cherubini (1991), p. 165. Pour la localisation des (...)
  • 2 Cf. E. Coturri (1958), p. 7.

1Dans les ultimes années du Duecento, Folgore da San Gimignano chantait dans un poème fameux, extrait de son recueil I Mesi, les plaisirs du mois de novembre à Bagno di Petriolo, l’une des plus prestigieuses stations au sud de Sienne. Il décrivait le bonheur pour les riches aristocrates siennois d’un coûteux séjour auprès des sources chaudes : l’accueil confortable réservé aux visiteurs, la chasse et les flambées nocturnes lorsque les nuits fraîchissaient1. Il n’était pas le seul à vanter les mérites d’un séjour aux bains. Dès avant 1340, le célèbre médecin Gentile da Foligno recommandait l’usage des eaux thermales siennoises à quelques-uns de ses patients2. Ainsi en Toscane vers 1300, les pratiques thermales étaient-elles sans aucun doute répandues, même si la documentation archivistique, pourtant vaste, ne permet pas d’en préciser l’importance.

  • 3 La saison thermale pouvait changer d’un site à l’autre, mais il semble que les mois d’hiver et surt (...)

2En revanche, les documents dont nous disposons, nous offrent les moyens d’appréhender quelques aspects du phénomène thermal en nous fournissant d’abondants renseignements sur les lieux visités par les malades, c’est-à-dire sur les sites thermaux nombreux dans le territoire siennois et jouissant d’une excellente réputation dans l’ensemble de l’Italie. Ils étaient visités lors de la saison thermale, durant quelques semaines, au printemps et en automne, lorsque la température était clémente3.

3Nous avons voulu dans cette première partie présenter ces sites tels qu’ils apparaissent dans la documentation archivistique de la fin du xiiie siècle et du début du xive siècle : d’une part, en précisant l’ampleur et les formes de l’habitat thermal, d’autre part, en considérant les propriétaires des bâtiments placés dans les espaces thermaux, enfin en décrivant les principaux aspects de la société thermale au sein de ces localités.

I – LES ESPACES THERMAUX

  • 4 Pour une carte des sources thermales et minérales actuelles de Toscane, cf. A. Bencini, V. Duchi, M (...)
  • 5 Cf. V. Duchi, F. Prati (1985), p. 530 ; A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 932. Ce vaste fossé est per (...)

4Les eaux thermales ou thermo-minérales abondent en Toscane. On dénombre actuellement dans cette région, près d’une centaine de sources dont la température est plus ou moins élevée (entre 30 et 50° C) et qui sont riches en soufre, chlore, sodium ou gaz carbonique4. Elles se situent principalement dans les parties méridionales ou montagneuses de la région : en Maremme, dans les Monts Métallifères ou dans les Apennins. Elles sont particulièrement nombreuses autour du fossé d’effondrement recouvert de dépôts sédimentaires qui se trouve entre Sienne et Radicofani auprès du Mont Amiata5.

  • 6 Cf. E. Fiumi (1941), p. 1-8. Suivant qu’ils sont riches en gaz carbonique ou en acide sulfurique, c (...)
  • 7 Cf. V. Duchi, A. Minessale, R. Rossi (1986) ; V. Duchi, S. Minessale, A. Ortino, L. Romani (1987) ; (...)
  • 8 Cf. Enfer, XII, 117, 128 ; XIV, 79.
  • 9 Cf. Fazio degli Uberti (1952), p. 23, v. 61-63. Restore d’Arezzo, pour sa part, s’attarde longuemen (...)

5Elles voisinent parfois d’autres manifestations hydrothermales plus spectaculaires bien que moins répandues comme les « soffioni » (les soufflards c’est-à-dire les jets de vapeurs qui s’échappent des fractures terrestres) ou les « lagoni » (lorsque ces mêmes émissions aboutissent dans des mares boueuses et agitent les eaux)6. Ces phénomènes nombreux au sud de Volterra (autour de Larderello, de Monterotondo...) ou dans le nord du Latium (autour du lac de Bolsena)7 ont considérablement impressionné les hommes du Moyen Âge. Dante comparait le Bulicame, le principal de ces étangs fumants et bruyants qui se trouve près de Viterbe au fleuve des enfers8 et Fazio degli Uberti dans son Dittamondo s’ermerveillait de son bouillonnement9. Toutefois, c’est à la périphérie des sources chaudes et minérales et de quelques-unes d’entres-elles plus particulièrement, dans une zone plus ou moins étendue – l’espace thermal – que se concentrait au Moyen Âge, l’essentiel des activités balnéaires. Aussi, pour comprendre la singularité des sites thermaux, faut-il d’abord, s’attarder sur les caractéristiques de ces espaces thermaux, sur leur formation.

1) La genèse des sources et la formation des espaces thermaux

  • 10 Elle a été proposée une première fois par L. Trevisan en 1951.
  • 11 Comme c’est le cas à Bagno Vignoni, dans plusieurs sites de San Casciano dei Bagni, à Bagno di San (...)

6La genèse des eaux thermales a fait l’objet d’études récentes et, depuis peu, une théorie d’ensemble est admise par tous les chercheurs10. Les eaux thermales se forment à quelques mètres, voire centaines de mètres au-dessous du niveau du sol. Elles ont pour origine les eaux de pluies et celles issues de la fonte des neiges (eaux météoriques) qui pénètrent dans les fractures du sol et dans les roches calcaires perméables, puis s’enfoncent dans les couches secondaires (mésozoïques) plus profondes où se créent des réservoirs. Les eaux s’infiltrent parfois directement dans les terrains mésozoïques, lorsque ces derniers affleurent11.

  • 12 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 927.
  • 13 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 928 ; V. Duchi, F. Prati (1985), p. 527.
  • 14 C’est le cas des sources de Bagno di San Filippo, Bagno Vignonl et Bagno di Saturnia, cf. V. Duchi, (...)

7La chaleur excessive de l’écorce terrestre dans ces régions – qualifiée d’anomalie géothermique12 – pousse les eaux vers la surface. Pendant leur séjour dans les réservoirs et au cours de leur remontée, elles se chargent de composants chimiques provenant des couches géologiques traversées13. Les eaux de certaines sources ont une température peu élevée parce qu’elles pénètrent à une faible profondeur dans le sol ou parce qu’elles rencontrent des eaux de surface plus froides avant de jaillir14. Le flot sort par les fissures de la roche et les failles du terrain en un ou plusieurs endroits. L’activité tectonique de la région permet aux failles de ne pas se combler durablement de minéraux transportés, puis accumulés par les eaux ; elle donne aussi la possibilité à d’autres écoulements de se créer. Une ou plusieurs sources, alimentées par un même ou par différents réservoirs souterrains, peuvent jaillir sur une surface assez réduite : l’espace thermal.

  • 15 A la fin du xvie siècle par exemple un tremblement de terre détourna les eaux de Bagno di San Filip (...)
  • 16 Cf. E. Fiumi (1941), p. 5.
  • 17 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 3.
  • 18 C’est ainsi le cas pour la source de Bagno di Putitine, cf. dossier 1.

8Cet espace est d’une étendue variable ; il peut avoir quelques centaines de mètres carrés ou quelques hectares. A l’intérieur de cette zone affleurent, en fait, les eaux souterraines. Un tremblement de terre, un été sec suffisent parfois à modifier leur trajet ou même à les faire complètement disparaître15. Aussi, des travaux d’excavation, destinés à retrouver les sources qui s’étaient taries ont-ils été nécessaires tout au long du Moyen Âge16. Dès le milieu du xiiie siècle, Sienne faisait rechercher les veines qui s’étaient asséchées17. La même eau peut ainsi apparaître au cours des siècles en différents endroits, plus ou moins proches les uns des autres. Ce qui explique qu’il est bien souvent impossible de connaître l’emplacement exact des sources médiévales et que, pour certaines veines, il est tout juste permis de suggérer la localisation de l’espace thermal – tout particulièrement pour celles qui ont disparu à la fin du Moyen Âge18.

2) La formation des sites thermaux

  • 19 Cf. A. Malissard (1994), p. 105.
  • 20 Cf. C. Gouedo-Thomas (1992), p. 14.
  • 21 En 1293, les normes statutaires de Sienne prévoyaient « de mettre à jour les veines d’eau chaude qu (...)
  • 22 Par exemple, en 1317-1320, in curia Rapolani loco dicto Bagno, cf. A.S.S. Estimo 17, f° 206.

9Parmi les sources qui jaillissaient – et qui pour la plupart jaillissent encore –, plusieurs furent utilisées à des fins thérapeutiques à la fin du Moyen Âge. Elles furent canalisées et retenues dans ce que les textes nomment des bains (« bagni », balnea). L’expression balneum signifait durant l’Antiquité la piscine à l’intérieur des thermes ou le complexe balnéaire petit et privé19 ; au Moyen Âge, elle désignait le bassin plus ou moins bien aménagé qui permettait aux visiteurs de se baigner et donc de se soigner puisque l’essentiel de la cure consistait à s’immerger dans l’eau chaude et minérale20. Autour du ou des bains s’étendait le « piano dei bagno » (ou « dei bagni ») qui correspondait pour une part à ce que nous avons nommé l’espace thermal, la zone où les sources sont susceptibles de jaillir21. Cet espace, qu’il ait été modeste ou au contraire étendu, accueillait à l’occasion, outre le ou les bassins, quelques maisons. Les bains donnèrent généralement leur nom à ces espaces thermaux22 et ce sont ces lieux-dits – éventuellement habités – que nous avons appelés des sites thermaux.

  • 23 Cf. cartes 2 et 3.
  • 24 Cf. carte 7.
  • 25 Cf. carte 5.
  • 26 De même, il n’a pas toujours été possible de distinguer le nom du bain du nom du site. Nous avons u (...)
  • 27 Cf. dossier 1 et cartes 5 à 7, 13.

10On décompte près d’une trentaine de sites thermaux en Toscane et dans l’ouest du Latium à la fin du Moyen Âge ; la plupart se situe dans le territoire siennois23. Ces sites étaient parfois proches les uns des autres, distants de quelques kilomètres ou centaines de mètres. Ils étaient une demie dizaine au sud de Sienne, dans un rayon de 10 kilomètres autour de Bagno di Petriolo (Bagno di Macereto, Bagno di Putitine, Bagno delle Caldanelle, Bagno de Altare)24. Plus au nord, entre les Crêtes et la Berardenga, leur nombre était tout aussi important autour de Bagno di Rapolano (Bagno di Poggio Santa Cecilia, Bagno di Armaiolo, Bagno di Montalceto et un peu plus loin Bagno di Sant’Ansano)25. Aux confins du Latium et de la Toscane, sur les finages des communes de San Casciano dei Bagni et de Viterbe, ils étaient nombreux et proches, en sorte qu’il n’a pas toujours été possible de tous les identifier ou de les distinguer26. De même, quelques autres sites n’ont pu être localisés avec précision, ceux de Bagno di Poggio Santa Cecilia, Bagno di Prata, Bagno di Roccatederighi, Bagno di Putitine, Bagno delle Caldanelle et Bagno a Calvello27.

  • 28 Cf. dossier 1.
  • 29 Idem.

11Plusieurs de ces localités se trouvaient dans des vallons, dans le lit majeur de quelques cours d’eau (Bagno di Macereto sur la Merse et sur son affluent la Farma, Bagno di Petriolo), aux abords de torrents (Bagno di Sant’Ansano auprès de la Malena ou Bagno di Armaiolo)28. Quelques autres se situaient à mi-pente des collines ou des monts, sur une terrasse (Bagno Vignoni entre le castrum de Vignoni et l’Orcia, Bagno di San Filippo qui se trouvait à mi-hauteur d’une des collines qui sert de contrefort au mont Amiata)29. Les plus élevés des sites étudiés sont ceux de Bagno di Corsena et Bagno della Villa qui dominent la vallée de la Lima, au nord de Lucques, dans les Apennins. Les eaux thermales constituaient la principale richesse de ces espaces thermaux, elles furent principalement utilisées à des fins thérapeutiques.

3) Un usage industriel des sources thermales modeste

  • 30 L’étude de l’exploitation de ces ressources naturelles par les marchands de Volterra a été menée pa (...)
  • 31 Cf. N. Graziani (1986), p. 18. En revanche, les habitants d’autres régions surent parfois utiliser (...)
  • 32 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 411.
  • 33 Cf. dossier 2, Viterbe (1251), sect. I. rub. 30 ; IV, rub. 194-196. A. Lanconelli, R. de Palma (199 (...)
  • 34 Cf. G. Cherubini (1988), p. 28 ; A. Cortonesi (1988), p. 25-29.

12En effet, les Toscans n’ont que très peu employé les sources de leurs territoires pour des usages artisanaux ou industriels, alors qu’ils exploitaient intensément les « lagoni » ou les « soffioni » dont ils extrayaient du soufre, du vitriol ou du sel30. Seuls les Florentins tentèrent d’extraire du sel des eaux de Montecatini dans le val di Nievole, au cours de la seconde moitié du xive siècle, mais renoncèrent après maintes tentatives infructueuses31. Les habitants de Sienne ou de son « contado » n’entreprirent aucune inititative semblable, ils interdisaient même de faire rouir le lin dans les eaux thermales de leur « contado » sous peine d’amende32 alors que cette pratique était tolérée auprès des sources de Viterbe33. La chaleur des eaux contribuait à assouplir efficacement les fibres et le soufre à les blanchir34.

  • 35 Cf. dossier let figure 10.
  • 36 Idem.
  • 37 Idem et A.S.S. Consiglio generale 220, f° 20.
  • 38 Idem.
  • 39 Cf. M. E. Cortese (1997), p. 259-260.
  • 40 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1992), p. 67.

13Cependant, les Siennois utilisèrent parfois, les eaux thermales pour alimenter des moulins. Le débit permanent et dans de nombreux sites, suffisamment abondant des sources autorisait cet usage. Dans une région où la plupart des cours d’eau sont des torrents, la régularité du flux thermal était appréciée, surtout en période estivale. Des moulins sont attestés à la fin du Moyen Âge : à Bagno di Rapolano (où ils étaient installés en série le long d’un canal)35, Bagno di Armaiolo, Bagno di Poggio Santa Cecilia, Bagno a Valiano (dès le xive siècle)36, Bagno Vignoni (où la source alimentait au xve siècle quelques moulins à foulon, des « gualchiere »)37 Bagno di Saturnia et Bagno di Roselle38. Les eaux thermales de Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto n’étaient probablement pas employées parce que plusieurs moulins étaient déjà installés sur la Merse et la Farma39. Plusieurs de ces établissements, ceux d’Armaiolo, de Poggio Santa Cecilia, de Rapolano, de Lucignano d’Asso étaient sans doute importants et utiles, ils comptèrent parmi les premiers objectifs des troupes de Côme de Médicis qui, au printemps de 1554, entrèrent dans le territoire siennois lors des opérations militaires décisives qui entraînèrent la chute de la République de Sienne40. Ces bâtiments furent parfois les seuls des espaces thermaux.

II – L’HABITAT THERMAL

1) Hameaux, bourgs et castra

  • 41 Cf. dossier 1.
  • 42 Idem.

14À la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle en effet, la plupart des sites thermaux n’étaient pas ou très peu habités. Le bain se présentait comme la seule infrastructure de l’espace thermal dans plusieurs sites de la Maremme : à Bagno de Altare dans la curia de Montagutolo dell’Ardenghesca – actuellement Monteacuto –, à Bagno al Calvello dans celle de Montepescali, dans différents sites autour de San Casciano dei Bagni41. Parfois l’édifice balnéaire voisinait avec une ou plusieurs bâtisses, le plus souvent un ou quelques moulins alimentés par les sources (comme à Bagno di Armaiolo ou à Bagno a Valiano), ou parfois une auberge isolée comme à Bagno delle Caldanelle et Bagno di Sellena42.

  • 43 Cf. document 1.
  • 44 L’Estimo – ou « Tavola delle possessioni » – a été réalisé entre 1317 et 1320. Il s’agit d’un inven (...)
  • 45 Cf. tableau 3, en comptant même les maisons qui étaient partagées entre plusieurs propriétaires.
  • 46 Cf. tableau 2.
  • 47 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 9. L’« Estimo » de la commune de Petriolo manque et on ne dispose, (...)

15Les autres sites étaient plus développés. Ils accueillaient plusieurs bâtiments. En 1304-1306, on dénombre à Bagno Vignoni, une dizaine de maisons détenues par un même propriétaire43. En 1317-1320, d’après les registres de l’« Estimo »44, il existait près d’une vingtaine de constructions à Bagno di Rapolano45 et presque deux fois moins à Bagno di Macereto ; cependant une partie de ce dernier site – qui n’accueillait que quatre bâtiments – était qualifiée de bourg46. Le terme de bourg est aussi employé pour qualifier le site de Bagno di Petriolo, lequel comprenait au moins une dizaine de maisons possédées par quelques citoyens siennois47.

  • 48 Cf. G. Cherubini, R. Francovich (1974), p. 154-156 ; R. Farinelli, A. Giorgi (1998), p. 160. A Mont (...)
  • 49 Cf. G. Cherubini (1977), p. 270 sq. ; A. Giorgi (1994), p. 262-263.
  • 50 Les ville correspondaient à des zones d’habitat groupé et ouvert où le bâti était moins dense que d (...)
  • 51 Le castrum de Rapolano et le bourg qui lui était joint renfermaient plus de deux cents maisons, les (...)
  • 52 Le castrum de Macereto n’accueillait qu’une vingtaine de bâtiments en 1320, cf. V. Passeri, L. Neri (...)

16Bien qu’ils soient dans leur grande majorité modestes, ces sites apparaissent comme des lieux remarquables des campagnes. En Maremme, ils comptaient parmi les rares habitats isolés présents dans cette partie de l’espace siennois où les demeures étaient concentrées dans le castrum et l’habitat intercalaire restait peu développé48. L’édifice thermal était l’un des seuls bâtiments du paysage rural. Plus au nord, là où l’habitat paraissait plus fragmenté49, les sites étaient au nombre de ces quelques ville ou villages qui gravitaient autour des castra50. Parfois, ils constituaient les agglomérations les plus peuplées des communes sur lesquelles ils se trouvaient. À Bagno di Rapolano, le « piano dei bagni » accueillait le groupe d’habitations le plus important du finage, juste derrière le castrum et ses faubourgs51 ; à Petriolo et Macereto, les quelques données dont nous disposons, suggèrent que le bourg des bains était l’agglomération la plus développée du territoire communal52. Ainsi les sites occupaient-ils une place singulière dans les espaces ruraux, confortée par le fait qu’ils étaient bien desservis par un réseau routier exemplaire.

2) Des sites thermaux bien desservis

  • 53 Cf. dossier 1 et cartes 5 à 14.
  • 54 Idem.
  • 55 Idem et D. Ciampoli et T. Szabò (1992), p. 170-171.
  • 56 Idem.
  • 57 Cf. G. Pini (1997), p. 59 sq.
  • 58 En sorte que l’hypothèse que formulait F. Melis, d’un essor thermal en partie lié au développement (...)

17Occupant une place de choix au sein des finages, la plupart de ces sites étaient correctement reliés par des routes ou des chemins, aux castra voisins ou aux cités plus éloignées. Sur chacune des communes de Saturnia et de San Casciano dei Bagni, il y avait une « via del bagno » qui partait de l’une des portes de l’enceinte – appelée d’ailleurs « porta del bagno » – et qui rejoignait respectivement Bagno di Saturnia et Bagno Grande53. Ailleurs, plusieurs sites étaient desservis par quelques axes routiers importants de la République de Sienne. Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto étaient placés le long de la route qui menait en Maremme, jusqu’à Grosseto et jusqu’au port de Talamone sur le Tyrrhénienne. Bagno Vignoni et Bagno di San Filippo étaient situés à proximité de la « via francigena », le grand axe routier qui parcourait la Toscane des Apennins jusqu’au Latium54. Des tracés plus modestes desservaient d’autres sites. À la fin du xiiie siècle, Sienne avait établi de rallonger la voie de Percenna qui partait de Buonconvento sur la « Francigena » pour rejoindre Bagno a Valiano55. Les sites de Bagno a Calvello et Bagno di Roselle étaient mis en relation avec la cité de Grosseto, chacun par une route56. Quant à Bagno di Rapolano, le site était sans doute desservi, bien que rien ne l’atteste, par un chemin qui le reliait au castrum de Rapolano et au-delà à la route d’Arezzo57. Ainsi, dès la fin du xiiie siècle, le developpement thermal siennois a vraisemblablement été favorisé par la relative facilité avec laquelle il était possible d’accéder aux bains58.

III – LE BATI DANS LES SITES THERMAUX

1) La nature et la densité du bâti

  • 59 La domus était un édifice muré, couvert souvent à deux pans, cf. R. Francovich éd. (1990), p. 32.
  • 60 Cf. O. Redon (1987), p. 377. L’usage que l’on faisait des cabanes reste incertain, il est probable (...)
  • 61 Cf. tableau 1, toutefois, il faut noter que les seules maisons de la commune de Rapolano qui n’étai (...)

18Les bâtiments qui se trouvaient dans les sites thermaux étaient, comme ailleurs dans le territoire siennois, de deux types : des maisons d’habitation (domus ou « case »)59 ou des cabanes (capanna)60. Les premières étaient les plus nombreuses et correspondaient à l’essentiel du bâti à Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto et Bagno Vignoni, comme dans la plupart des villages et des bourgs du « contado ». Les secondes étaient moins fréquentes. Elles constituaient cependant la plupart des bâtiments à Bagno di Rapolano et devaient conférer au site un aspect plutôt modeste61.

  • 62 Cf. O. Redon (1987), p. 379.
  • 63 C’est ce dont témoignent les fouilles réalisées dans le castrum et le bourg de Montarrenti, sur la (...)
  • 64 Définition proposée par O. Redon, il pouvait s’agir de ruines à restaurer ou de lotissements neufs, (...)
  • 65 Cf. tableau 1. Il est vraisemblable que la plupart des parcelles dont la superficie est inconnue, é (...)
  • 66 Cf. tableau 2.
  • 67 Cf. tableau 3. Les parcelles mesuraient 10 tables siennoises soit 130 m2. Chacun de ces terrains lo (...)

19Les estimateurs qui travaillaient à l’élaboration des registres de l’« Estimo » n’ont que très rarement enregistré la superficie des parcelles dans les bourgs de Bagno di Petriolo et de Bagno di Macereto, pas plus qu’ils ne le faisaient dans les autres agglomérations du même type, réparties un peu partout dans le « contado »62. Il est vraisemblable que, comme dans ces autres bourgades, les maisons étaient serrées les unes contre les autres63. À Bagno di Petriolo, elles étaient flanquées de jardins ainsi que de casalina, ces pièces de terre vouées à la construction64. Les rares terrains de Bagno di Petriolo dont la superficie est exprimée ne dépassaient pas les 600 m2. Cette taille peut paraître importante dans un habitat groupé, mais il s’agissait des parcelles les plus étendues du site, celles dont la surface était digne d’être mentionnée65 et qui se trouvaient probablement à la périphérie de l’agglomération, près des espaces cultivés, comme à Bagno di Macereto. Dans ce dernier site en effet, en dehors du bourg, dans le reste du « piano dei bagni », les terrains construits se mêlaient aux champs66. À Bagno di Rapolano, les maisons d’habitation étaient installées sur de vastes parcelles, mesurant parfois plusieurs centaines de mètres carrés, mais les cabanes en revanche se trouvaient sur des terrains plus étroits, tous identiques de 130 m2, ce qui suggère l’existence d’un lotissement dans la zone thermale67.

  • 68 Cf. document 1 et 19.
  • 69 Cf. dossier 1.
  • 70 Cf. G. Cherubini (1992), p 126 ; F. Redi (1988), p. 18.

20Ces quelques données permettent de penser que les trois sites thermaux jusqu’alors considérés étaient composés d’un noyau d’habitat, bâti de façon dense – le lotissement à Bagno di Rapolano, les bourgs à Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto – et tout autour, de maisons installées sur des terrains relativement vastes, plus ou moins éloignés du groupe compact d’habitations. Il est vraisemblable que les bains étaient au centre de ce dispositif et qu’ils ont servi, en quelque sorte, de catalyseurs en favorisant le regroupement des bâtiments. Il nous semble qu’une situation similaire est perceptible à Bagno Vignoni et à Bagno di Corsena, près de Lucques, où les maisons paraissent avoir été nombreuses massées autour des bassins. D’après deux documents datés respectivement de 1304 et 1362, les bâtisses à Bagno Vignoni donnaient accès au bain grâce à des escaliers68. Ces derniers formaient des ponts au dessus de la chaussée qui entourait la piscine. L’agglomération était donc très resserrée. De même, les rares mentions dont nous disposons pour Bagno di Corsena suggèrent l’existence de plusieurs bâtiments, tout proches des bains69. Ces cinq bourgades (Bagno di Petriolo, Bagno di Macereto, Bagno di Rapolano, Bagno Vignoni et Bagno di Corsena) se distinguaient aussi par leur ampleur des autres sites thermaux, plus rudimentaires, et constituaient ce que nous appelerons désormais des stations thermales. Elles n’étaient probablement pas différentes des quelques autres sites de Toscane qui, à la même époque, étaient formés d’un bourg des bains : Bagno di Monte Pisano et Bagno di Romagna70.

2) L’usage du bâti

  • 71 Cf. M. Tuliani (1994), p. 44-46. Nous n’avons jamais pu trouver de textes mentionnant précisément q (...)
  • 72 A Bagno di Petriolo, le 3 juin 1302, unam domum (...) positam in piano balnei de Petriolo (...) et (...)
  • 73 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 11.
  • 74 Le terme est utilisé dès la fin du xiiie siècle, pour désigner les bâtiments proches des bains, cf. (...)
  • 75 L’une de ces bâtisses qui se trouvait sur le site de Bagno della Crocciata, contenait en 1333, un m (...)

21Dans ces stations, les maisons et les cabanes étaient pour la plupart destinées à accueillir les curistes. À Bagno di Petriolo et Bagno di Macereto, les bâtiments des sites étaient composés de « stazioni » (ou stationes) et « camere », c’est-à-dire des locaux qui étaient proposés aux curistes lors de leur séjour aux bains71. Ces « stazioni » ou ces « carrière » étaient des pièces de la maison équipées de lits, de paillasses, de coussins et de coffres72. Elles étaient louées aux visiteurs pour la durée de leur séjour73. À Bagno di Corsena, les maisons du site thermal abritaient également des locaux réservés aux curistes qui s’appelaient dès la fin du xiiie siècle des clusi ou « chiusi » lesquels étaient eux aussi cédés aux malades74. La location des maisons s’effectuait, de la même façon, dans des sites plus modestes : ainsi, dans le « piano dei bagni » de Viterbe, plusieurs bâtisses servaient-elles probablement à accueillir des visiteurs puisque quelques-unes contenaient de la literie75.

  • 76 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 25.

22Ces bâtiments n’accueillaient pas tous les curistes. Car dans certaines stations – à Bagno di Macereto – et vraisemblablement dans les sites isolés, les malades étaient autorisés à planter des tentes aux abords des bains76 ou pouvaient être accueillis dans les hôpitaux nombreux auprès des bains.

3) Hôpitaux et édifices religieux

  • 77 D. Balestracci ne décompte pas moins de cinquante hôpitaux le long de la voie « francigena » dans l (...)
  • 78 Cf. F. Carli (1993).
  • 79 Il n’est mentionné qu’une seule fois en 1317-20, Hospitalis balnei Rapolani habet unam petiam terre (...)
  • 80 L’hôpital de Bagno Vignoni (hospitalis de balneis) détenait plusieurs terres sur la commune de Vign (...)
  • 81 En 1302-1303, hospitalis sancti Thome de Petriolo, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 40. En 1 (...)
  • 82 Cf. C. Giambastiani (1996), p. 410.
  • 83 Cf. C. Pinzi (1894), p. 36.

23Les hôpitaux n’étaient pas rares en Toscane à la fin du xiiie et au début du xive siècle, disséminés un peu partout dans les campagnes77 et il est remarquable de constater que toutes les stations disposaient d’un semblable établissement, alors que des communautés rurales plus importantes n’en possédaient pas78. Il y avait un hospice à Bagno di Rapolano79, Bagno Vignoni80, Bagno di Petriolo (dédié à saint Thomas) et à Bagno di Macereto (dédié à saint Jacques et à saint Philippe)81. En dehors du « contado » siennois les sites étaient tout autant pourvus : il y avait un hôpital à Bagno di Corsena (dédié à saint Martin)82, un autre près du « bagno della Crociata » à quelques centaines de mètres des murailles de Viterbe83.

  • 84 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. I, rub. LIV.
  • 85 Cf. A. Carina (1866), p. 140 ; C. Giambastiani (1996), p. 410.
  • 86 Cf. L. Lazzarini (1982), p. 5-7. Près des bains de Bagno di Monte Pisano, il y avait dès le xiie si (...)

24La plupart de ces établissements étaient récents et avaient été probablement créés au cours du xiiie siècle. En 1293, l’hôpital San Tomaso de Bagno di Petriolo était qualifié de « spedale nuovo del bagno »84 et l’hospice San Martino à Bagno di Corsena fut fondé en 1291, par un certain Iacopo (dit Puccio) di Gerardo, forgeron et citoyen lucquois85. L’établissement installé à Bagno di Macereto était plus ancien, et datait peut-être du milieu du xiie siècle86.

  • 87 Cf. Ch. de la Roncière (1976), p. 922-925 ; D. Balestracci (1989), p. 38. C’était probablement le c (...)
  • 88 Jean, abbé du monastère Sainte-Marie de Fullonica, avec l’accord de ses frères, cède en location em (...)
  • 89 Pour Chianciano cf. M. Ascheri éd. (1987), p. 37. A San Casciano dei Bagni, l’hôpital n’apparaît da (...)

25Ces hôpitaux servaient vraisemblablement à accueillir les curistes dans les stations et pas seulement les plus démunis ; mais il est probable qu’ils hébergeaient aussi les passants, les voyageurs et les pèlerins à l’instar des autres hôpitaux du « contado » placés à cette époque aux abords des rivières et sur les grands axes routiers87. D’autres établissements un peu plus éloignés des sites thermaux devaient aussi servir à recevoir quelques curistes. L’hôpital du « Ponte dell’Orcia » près de Bagno Vignoni remplissait sans doute cette fonction. Il hébergeait ceux qui voyageaient sur la voie « francigena », juste avant qu’ils ne traversent l’Orcia, mais il accueillait aussi les curistes qui se rendaient à Bagno Vignoni88. Les hôpitaux de Chianciano et de San Casciano dei Bagni situés aux abords ou dans le castrum servaient aussi à l’accueil des visiteurs fréquentant les sites thermaux voisins89.

  • 90 Cf. le 28 décembre 1317, pro parte hospitalis sanctorum Iacobi et Filippi de Maciareto, comitatus s (...)
  • 91 Elle fut construite après 1294, cf. C. Giambastiani (1996), p. 426.
  • 92 Cf. C. Pinzi (1894), p. 36.
  • 93 En 1331, ecclesia Sancti Niccholai de balneo Petrioli, cf. A.S.S. Statuti di Siena 23, f° 292. Il c (...)
  • 94 Cf. dossier 2. Il existait des « pievi » à Chianciano, Lucignano d’Asso (près de Bagno a Valiano), (...)
  • 95 Saint Ansano serait mort à la fin du iiie siècle et l’église fut vraisemblablement édifiée dès le m (...)

26Quelques-uns de ces hôpitaux étaient associés à des chapelles : l’église San Giacomo et San Filippo à Bagno di Macereto, restaurée en 131790, celles dédiées à saint Martin à Bagno di Corsena91 et à la Vierge près du « bagno della Crociata » à côté de Viterbe92. À Bagno di Petriolo, un établissement religieux distinct de l’hôpital, connu sous le vocable de San Niccolô, servait aux curistes93, mais les autres sites ou stations ne disposaient pas de semblables édifices ; en revanche, ils étaient tous proches de « pievi » ou d’églises importantes du territoire siennois. En effet, les bâtiments religieux étaient ainsi éloignés de quelques centaines de mètres seulement des bains lorsqu’ils n’étaient pas tout simplement placés dans le « piano dei bagni94 ». À Bagno di Sant’Ansano, il n’y avait pas de « pieve » proche, mais les bains faisaient face à l’un des plus anciens et des plus vénérés des établissements chrétiens du territoire siennois, la chapelle dédiée à saint Ansano où les restes du saint martyr, évangélisateur des Siennois demeurèrent ensevelis jusqu’au début du xiie siècle95.

27C’est donc dans ces espaces thermaux très divers plus ou moins densément bâtis que se déroulait la vie des curistes. Les bâtiments qu’ils utilisaient, les parcelles sur lesquelles ils s’installaient ne leur appartenaient pas. Elles étaient aux mains d’autres personnes souvent étrangères aux sites.

Notes

1 Cf. Folgore da San Gimignano (1991), p. 120 ; G. Cherubini (1991), p. 165. Pour la localisation des sites thermaux cités, cf. carte 2 et dossier 1.

2 Cf. E. Coturri (1958), p. 7.

3 La saison thermale pouvait changer d’un site à l’autre, mais il semble que les mois d’hiver et surtout d’été aient été évités. En 1369, à Bagno di Macereto, « tucta d’estate i bagni non si usano e sapete [les membres du Concistoro] che vengono [les visiteurs] infino al di d’Ogniessanti », cf. A.S.S. Consiglio generale 179, f° 31. En 1262, le principal agent de l’administration siennoise délégué à Bagno di Petriolo devait y séjourner de la mi-octobre à la fin décembre et de mars à mai ; en 1293, il fut décidé qu’il devrait aussi y rester en janvier et février mais non plus en mars ; à Bagno di Corsena au début du xive siècle, la pleine saison était, semble-t-il, d’août à la Toussaint, de Pâques à juin, cf. dossier 2, Sienne (1262), dist. III. rub. CCLXIII ; (1293), § 2, Lucques (1331), lib. V, rub. XXXVIIII, § 10.

4 Pour une carte des sources thermales et minérales actuelles de Toscane, cf. A. Bencini, V. Duchi, M. Martini (1977), p. 230. Cf. aussi M. Martini (1972), p. 1-8.

5 Cf. V. Duchi, F. Prati (1985), p. 530 ; A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 932. Ce vaste fossé est percé en son centre par le volcan du mont Amiata ; on dénombre près d’une trentaine de sources tout autour de ce massif.

6 Cf. E. Fiumi (1941), p. 1-8. Suivant qu’ils sont riches en gaz carbonique ou en acide sulfurique, ces soufflards sont appelés « mofete » ou « putezze ». Ils sont attestés de façon certaine depuis le Moyen Âge.

7 Cf. V. Duchi, A. Minessale, R. Rossi (1986) ; V. Duchi, S. Minessale, A. Ortino, L. Romani (1987) ; M. Martini (1971).

8 Cf. Enfer, XII, 117, 128 ; XIV, 79.

9 Cf. Fazio degli Uberti (1952), p. 23, v. 61-63. Restore d’Arezzo, pour sa part, s’attarde longuement sur un étang similaire près de Volterra, cf. Restore d’Arezzo (1976), p. 171.

10 Elle a été proposée une première fois par L. Trevisan en 1951.

11 Comme c’est le cas à Bagno Vignoni, dans plusieurs sites de San Casciano dei Bagni, à Bagno di San Filippo et à Bagno di Saturnia, cf. V. Duchi, F. Prati (1985), p. 529-530.

12 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 927.

13 Cf. A. Bencini, V. Duchi (1988), p. 928 ; V. Duchi, F. Prati (1985), p. 527.

14 C’est le cas des sources de Bagno di San Filippo, Bagno Vignonl et Bagno di Saturnia, cf. V. Duchi, A. Minessale, F. Prati (1987), p. 321.

15 A la fin du xvie siècle par exemple un tremblement de terre détourna les eaux de Bagno di San Filippo, cf. G. Giuli (1834), p. 18.

16 Cf. E. Fiumi (1941), p. 5.

17 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 3.

18 C’est ainsi le cas pour la source de Bagno di Putitine, cf. dossier 1.

19 Cf. A. Malissard (1994), p. 105.

20 Cf. C. Gouedo-Thomas (1992), p. 14.

21 En 1293, les normes statutaires de Sienne prévoyaient « de mettre à jour les veines d’eau chaude qui sont dans le “piano del bagno” de Petriolo », cf. dossier 2, Sienne (1293), § 3.

22 Par exemple, en 1317-1320, in curia Rapolani loco dicto Bagno, cf. A.S.S. Estimo 17, f° 206.

23 Cf. cartes 2 et 3.

24 Cf. carte 7.

25 Cf. carte 5.

26 De même, il n’a pas toujours été possible de distinguer le nom du bain du nom du site. Nous avons utilisé l’expression de commune thermale pour désigner ces agglomérations où jaillissent de nombreuses sources. Cf. carte 11.

27 Cf. dossier 1 et cartes 5 à 7, 13.

28 Cf. dossier 1.

29 Idem.

30 L’étude de l’exploitation de ces ressources naturelles par les marchands de Volterra a été menée par E. Fiumi (1941).

31 Cf. N. Graziani (1986), p. 18. En revanche, les habitants d’autres régions surent parfois utiliser les sources à des fins industrielles. Ce fut le cas des deux grands médecins de Padoue, Iacopo Dondi et son fils Giovanni qui eurent le droit d’extraire du sel des eaux thermales d’Abano, cf. L. Premuda (1988), p. 43 ; G. Bozzolato (1984).

32 Cf. dossier 2, Sienne (1337-1339), rub. 411.

33 Cf. dossier 2, Viterbe (1251), sect. I. rub. 30 ; IV, rub. 194-196. A. Lanconelli, R. de Palma (1992), p. 5.

34 Cf. G. Cherubini (1988), p. 28 ; A. Cortonesi (1988), p. 25-29.

35 Cf. dossier let figure 10.

36 Idem.

37 Idem et A.S.S. Consiglio generale 220, f° 20.

38 Idem.

39 Cf. M. E. Cortese (1997), p. 259-260.

40 Cf. E. Lecchini, D. Mazzini (1992), p. 67.

41 Cf. dossier 1.

42 Idem.

43 Cf. document 1.

44 L’Estimo – ou « Tavola delle possessioni » – a été réalisé entre 1317 et 1320. Il s’agit d’un inventaire – de type cadastral – de tous les biens fonciers des contribuables (citoyens et sujets) siennois (laïcs ou ecclésiastiques). Sa réalisation était destinée à permettre l’établissement une évaluation de ce patrimoine pour servir de base au prélèvement d’un impôt direct personnel. L’établissement de cet inventaire à été réalisé en deux temps. Dans un premier temps des mesureurs professionnels (les agrimensores, mensuratores) assistés par des commissions d’experts, ont parcouru tout le « contado » siennois pour mesurer et évaluer tous les biens immeubles des contribuables. Ils ont consigné les résultats de leur enquête et de leurs évaluations sur des cahiers de petit format appelés « tavolette preparatorie°». Puis dans un second temps, à l’aide de ces « tavolette », des « tavole » c’est-à-dire des registres définitifs ont été constitués de façon à rassembler sur quelques feuillets, à la suite, tous les biens de chacun des contribuables siennois quel que soit l’emplacement de ces biens. Les citoyens et sujets siennois étaient enregistrés dans la « tavola » correspondant à leur lieu de résidence principale : quartiers urbains (les « lire », communes ou paroisses des « Masse » et du « contado »). Plus de deux cents « tavole » ont été conservées, alors qu’une centaine à peine de « tavolette » nous sont parvenues sur les cinq cents qui ont existé. Nous avons consulté pour notre enquête toutes les « tavole » existantes de la ville de Sienne (où est enregistré l’essentiel des citoyens) et celles des différentes communes dans le finage desquelles se trouvait un site thermal. Aucune « tavolette » n’était disponible pour ces communes. Pour l’« Estimo », cf. la bibliographie abondante : L. Banchi (1868), p. 55, 66-68 ; G. Cherubini (1974a) ; I. Imberciadori (1939) ; O. Redon (1994), p. 44-46 ; U. Sorbi (1960), p. 11-46. Pour des études locales cf. A. Barlucchi (1992), p. 63-107 ; R. Farinelli, A. Giorgi (1990), p. 213-256 ; O. Redon (1987), p. 375-379.

45 Cf. tableau 3, en comptant même les maisons qui étaient partagées entre plusieurs propriétaires.

46 Cf. tableau 2.

47 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 9. L’« Estimo » de la commune de Petriolo manque et on ne dispose, pour ce site, que de l’inventaire des biens détenus par les propriétaires urbains. Or, ces derniers possédaient une dizaine de maisons dans la bourgade (cf. tableau 1). L’agglomération était donc d’une certaine ampleur.

48 Cf. G. Cherubini, R. Francovich (1974), p. 154-156 ; R. Farinelli, A. Giorgi (1998), p. 160. A Montepescali, plus de 90°% des bâtiments enregistrés sont situés dans le castrum, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 22, 26.

49 Cf. G. Cherubini (1977), p. 270 sq. ; A. Giorgi (1994), p. 262-263.

50 Les ville correspondaient à des zones d’habitat groupé et ouvert où le bâti était moins dense que dans un castrum, cf. O. Redon (1987), p. 377. Pour le rôle de cet habitat isolé et de cet habitat mineur dans les campagnes italiennes, cf. R. Comba (1984) et (1985). V. Passeri et L. Neri proposent d’appeler villages (« villaggi »), dans le « contado » siennois, les agglomérations comprenant entre 10 et 25 maisons, cf. la carte de V. Passeri, L. Neri (1994), p. VI. A Armaiolo et Lu-cignano d’Asso par exemple, autour du castrum se trouvaient une dizaine de sites habités, disposant de plusieurs maisons ou moulins qui accueillaient près du quart de toutes les habitations, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 3, 35.

51 Le castrum de Rapolano et le bourg qui lui était joint renfermaient plus de deux cents maisons, les autres sites, le plus souvent moins de cinq, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 32.

52 Le castrum de Macereto n’accueillait qu’une vingtaine de bâtiments en 1320, cf. V. Passeri, L. Neri (1994), p. 17 ; A. Giorgi (1994), p. 273. Il est probable que le castrum de Petriolo, connu au début du xiiie siècle, périclita par la suite puisqu’il n’est plus mentionné aux xive et xve siècles, cf. dossier 1

53 Cf. dossier 1 et cartes 5 à 14.

54 Idem.

55 Idem et D. Ciampoli et T. Szabò (1992), p. 170-171.

56 Idem.

57 Cf. G. Pini (1997), p. 59 sq.

58 En sorte que l’hypothèse que formulait F. Melis, d’un essor thermal en partie lié au développement routier paraît vraisemblable, cf. F. Melis (1962), p. 45-47. L’essor des bains est pour une part le fruit de la « revoluzione stradale » mise en lumière par J. Plesner.

59 La domus était un édifice muré, couvert souvent à deux pans, cf. R. Francovich éd. (1990), p. 32.

60 Cf. O. Redon (1987), p. 377. L’usage que l’on faisait des cabanes reste incertain, il est probable cependant qu’elles servaient parfois de lieux d’habitation temporaire, cf. R. Farinelli, A. Giorgi (1990), p. 224.

61 Cf. tableau 1, toutefois, il faut noter que les seules maisons de la commune de Rapolano qui n’étaient pas dans le bourg, se trouvaient dans le site thermal.

62 Cf. O. Redon (1987), p. 379.

63 C’est ce dont témoignent les fouilles réalisées dans le castrum et le bourg de Montarrenti, sur la Montagnola, et les recherches de R. Farinelli et A. Giorgi pour Castelnuovo dell’Abate, dans le val d’Orcia, cf. R. Farinelli et A. Giorgi (1990), p. 224 ; Francovich R., M. Milanese éd. (1990).

64 Définition proposée par O. Redon, il pouvait s’agir de ruines à restaurer ou de lotissements neufs, cf. O. Redon (1987), p. 377. A Bagno di Petriolo, les casalina étaient des parcelles de petite taille de moins de 80 m2, cf. tableau 1.

65 Cf. tableau 1. Il est vraisemblable que la plupart des parcelles dont la superficie est inconnue, étaient de taille modeste comme à Montarrenti.

66 Cf. tableau 2.

67 Cf. tableau 3. Les parcelles mesuraient 10 tables siennoises soit 130 m2. Chacun de ces terrains longeait une route. Il n’est pas impossible que ce parcellaire ait été de forme quadrillée comme il était d’usage au Moyen Âge, cf. G. Chouquer (1995), p. 26.

68 Cf. document 1 et 19.

69 Cf. dossier 1.

70 Cf. G. Cherubini (1992), p 126 ; F. Redi (1988), p. 18.

71 Cf. M. Tuliani (1994), p. 44-46. Nous n’avons jamais pu trouver de textes mentionnant précisément que les domus étaient composées de stationes ou de camere, mais le matériel de couchage indispensable à l’accueil des curistes et que Sienne imposait dans les « stazioni » de Bagno di Petriolo (cf. dossier 2, Sienne (1293), § 11) se trouvait aussi dans les maisons du bourg (cf. note suivante). De plus ce sont les mêmes propriétaires – comme par exemple Guglielmo di Orlando Bonsignori – qui possédaient les maisons de la station et qui les louaient à ceux que l’on appelait les « stazionieri » c’est-à-dire les responsables des « stazioni », lesquels se chargeaient de recevoir directement les curistes (cf. infra). Il est possible que le terme de statio ait servi à désigner la bâtisse elle-même, lorsque l’ensemble du bâtiment servait à des fonctions d’hébergement.

72 A Bagno di Petriolo, le 3 juin 1302, unam domum (...) positam in piano balnei de Petriolo (...) et quatuor lectos, scilicet cultrices et capiciales et V fiscones et duas vegetes, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 24v. Le 4 juillet 1302 : une maison dans la station comprenait, unam madiam, unum scrineum (...), duos fischones, unum materaçium (...), unam lucemam (...), una<m> palam ad ignem, item VI cultres, item III paria linteamina (...), unum chapiçalem materacie, IIII cultres albe et III indiche sive indichi coloris, item unam etiam çallam (sic) coloris et IIII per linteamina, item duas chausares, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 8.

73 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 11.

74 Le terme est utilisé dès la fin du xiiie siècle, pour désigner les bâtiments proches des bains, cf. A. Carina (1866), p. 140. Les « chiusi » étaient loués au début du xive siècle, cf. C. Giambastiani (1996), p. 445n.

75 L’une de ces bâtisses qui se trouvait sur le site de Bagno della Crocciata, contenait en 1333, un matelas et des coussins de plume, cf. C. Buzzi éd. (1993), p. 192.

76 Cf. dossier 2, Sienne (1293), § 25.

77 D. Balestracci ne décompte pas moins de cinquante hôpitaux le long de la voie « francigena » dans le « contado » siennois, cf. D. Balestracci (1989), p. 39.

78 Cf. F. Carli (1993).

79 Il n’est mentionné qu’une seule fois en 1317-20, Hospitalis balnei Rapolani habet unam petiam terre campiam cum hospitale positam in curia Rapolani loco dicto Bagno, cf. A.S.S. Estimo 17, f° 205 ; cf. aussi tableau 3.

80 L’hôpital de Bagno Vignoni (hospitalis de balneis) détenait plusieurs terres sur la commune de Vignoni, mais on ne sait pas ce qu’il détenait dans la station même, puisque la « tavola » n’existe pas pour ce site thermal, cf. A.S.S. Estimo 44, f° 46, 80v, 244, 248.

81 En 1302-1303, hospitalis sancti Thome de Petriolo, cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 6, f° 40. En 1302, « l’ospedale di Santo Iacomo presso al bagnio a Ma-ciareto », cf. A.S.S. Biccherna 116, f° 376v.

82 Cf. C. Giambastiani (1996), p. 410.

83 Cf. C. Pinzi (1894), p. 36.

84 Cf. dossier 2, Sienne (1309), dist. I, rub. LIV.

85 Cf. A. Carina (1866), p. 140 ; C. Giambastiani (1996), p. 410.

86 Cf. L. Lazzarini (1982), p. 5-7. Près des bains de Bagno di Monte Pisano, il y avait dès le xiie siècle, deux hôpitaux, cf. F. Redi (1988), p. 17.

87 Cf. Ch. de la Roncière (1976), p. 922-925 ; D. Balestracci (1989), p. 38. C’était probablement le cas de l’hôpital San Giacomo à Bagno di Macereto qui se trouvait non seulement près des bains, mais aussi sur la voie qui menait en Ma-remme, tout près du pont sur la Merse, construit une première fois en 1285, cf. V. Passeri (1985), p. 47. L’ancienneté de l’hôpital est peut-être d’ailleurs liée au passage sur le pont, avant que le site thermal ne connaisse un véritable développement.

88 Jean, abbé du monastère Sainte-Marie de Fullonica, avec l’accord de ses frères, cède en location emphytéotique pour les besoins de l’abbaye, plusieurs terres en échange du gîte quandocumque mihi et meis successoribus fuerint ne-cesse in eundo et redeundo (....) et specialiter cum venero ad balneum de Vignone, cf. A.S.S. Diplomatico Ospedale, le 27 février 1237.

89 Pour Chianciano cf. M. Ascheri éd. (1987), p. 37. A San Casciano dei Bagni, l’hôpital n’apparaît dans notre documentation qu’au milieu du xve siècle (cf. A.S.S. Notarile antecosimiano 487, f° 154), mais il est vraisemblable qu’il existait auparavant.

90 Cf. le 28 décembre 1317, pro parte hospitalis sanctorum Iacobi et Filippi de Maciareto, comitatus senensis quia ecclesia hospitalis predicti pro parte cecidit et alia pars minatur ruinam, A.S.S. Consiglio generale 89, f° 238.

91 Elle fut construite après 1294, cf. C. Giambastiani (1996), p. 426.

92 Cf. C. Pinzi (1894), p. 36.

93 En 1331, ecclesia Sancti Niccholai de balneo Petrioli, cf. A.S.S. Statuti di Siena 23, f° 292. Il convient de joindre à ces quelques édifices l’église de la Madonna delle Grazie dite Madonna del bagno à Bagno di Saturnia qui fut surtout connue à la fin du xve siècle, cf. G. Celata (1991), p. 48.

94 Cf. dossier 2. Il existait des « pievi » à Chianciano, Lucignano d’Asso (près de Bagno a Valiano), Pieve di Pacina (près de Bagno di Pistile), Rapolano, San Casciano dei Bagni, San Valentino (près de Bagno di Petriolo), Saturnia et Vignoni, cf. P. Guidi éd. (1932), p. 69, 74, 75, 89, 107, 108, 129, 138 ; P. Guidi éd. (1942), p. 101, 103, 164, 167, 170, 179. Les « pievi » sont apparues pour la première fois en Toscane à la fin du viie siècle, puis leur présence se diffusa aux ix-xe siècles, cf. O. Redon (1975), p. 107 ; C. Violante (1989), p. 214.

95 Saint Ansano serait mort à la fin du iiie siècle et l’église fut vraisemblablement édifiée dès le milieu du vie siècle, F. Scorza Barcellona (1991), p. 14.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540