Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Callières et l’art de la négociation

Jean-Claude Waquet

Texte intégral

1Parmi les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier, le traité de la Manière de négocier avec les souverains de François de Callières occupe une place à part. Alors que la plupart des autres textes sur les mêmes sujets sont de nos jours tombés dans un relatif oubli et n’intéressent plus que les chercheurs, celui-ci continue de connaître une fortune éditoriale dont ni Barbaro, ni Vera, ni Wicquefort ne pourraient se vanter. La Manière est, par ailleurs, le seul des ouvrages de Callières qui retienne, aujourd’hui encore, l’attention d’un large public, répandu sur plusieurs continents. Ce texte se présente donc, d’emblée, dans sa singularité, et l’on doit pour cette raison se demander ce qui distingue ce petit volume sans éclat, publié sous la Régence par un vieux négociateur aux portes de la mort, que son grand âge faisait déjà appartenir au passé.

2Se profile, au premier abord, le parcours d’un homme, François de Callières, qui tout au long de sa vie sut à merveille faire interagir l’écriture et l’action, l’intérêt et la civilité, la promotion de soi et la réflexion de portée générale. S’affirme, en second lieu, l’originalité d’un sujet : la négociation, qui rompt avec le thème canonique de l’ambassadeur et de ses fonctions, cultivé depuis plus de deux siècles par les prédécesseurs de Callières. Se dessine, aussi, un projet : celui de faire comprendre et apprécier un art – celui de négocier –, d’en faire mesurer la puissance, d’en faire admettre la spécificité et ainsi de faire reconnaître la nécessité de le confier à des professionnels choisis en raison d’une compétence à la fois politique et mondaine. La simplicité du propos, enfin, la clarté de l’écriture, l’apparente familiarité du ton font que Callières semble encore parler au présent, bien plus que les autres auteurs d’écrits sur l’ambassadeur.

3C’est sur ces caractères originaux que l’on voudrait revenir, en situant d’abord la Manière dans la trajectoire de son auteur, en rappelant brièvement son inégale, mais durable et finalement heureuse fortune, en revenant sur son thème principal – la négociation – et en analysant brièvement les termes dans lesquels l’ancien ambassadeur du roi présenta à la fois la nature de cette activité, la manière de la conduire et les praticiens auxquels il convenait de la confier.

Une vie bien négociée1

  • 1 Sur Callières, voir en général J.-C. Waquet, François de Callières. L’art de négocier en France so (...)

4Né en province, fils d’une famille dénuée d’illustration, Callières s’installa peu à peu au cœur du système politique, culturel et curial de la monarchie française et parvint en outre à accumuler une fortune qui l’éleva au dessus du commun. L’histoire de sa vie est celle d’une réussite, qui le porta de Torigny, petite bourgade de Normandie, sur les chemins de l’Europe et, pour finir, sous les ors du Louvre et dans les murs de Versailles.

  • 2 Selon son propre témoignage (J. de Callières, La Fortune des gens de qualité, et des gentilshommes (...)
  • 3 Ibid., p. 24, 300 (citations).

5À la différence des Callières de Saintonge, dont le lignage datait du XVe siècle, ceux de Touraine, dont François de Callières descendait, n’étaient pas nobles. Toutefois Hector, son grand-père, demeurait dans un manoir près d’Azay-le-Rideau, et semble donc avoir vécu noblement. Jacques, son père, quitta la Touraine pour rejoindre les Matignon à Torigny. « Écuyer » de la châtelaine du lieu, il fut aussi le gouverneur de son fils, François de Matignon, et ainsi se plaça dans le sillage d’une famille puissante qui cousinait avec Henri II d’Orléans-Longueville, gouverneur de Normandie et beau-frère du grand Condé. Marié avec une fille de la petite noblesse locale, Jacques de Callières en eut en 1645 un fils, prénommé François comme le comte de Matignon, puis en 1648 une fille appelée Anne comme la comtesse, et enfin un autre garçon, Hector, promis à une carrière dans la Nouvelle France. Durant la Fronde, il exerça le commandement du château et de la ville de Cherbourg et contribua, semble-t-il, à la reddition de Valognes. Puis, après avoir « passé plus de la moitié de [sa] vie2 » sous les armes, il se fit écrivain et composa plusieurs ouvrages épidictiques, historiques et moraux qui attestaient ses liens avec ses protecteurs et qui le firent également entrer en contact avec un académicien aussi respecté que Chapelain, par ailleurs secrétaire du duc de Longueville. Le plus connu de ces ouvrages est sa Fortune des gens de qualité et des gentilshommes particuliers, qui date de 1657 et fut souvent réimprimé jusqu’en 1680. Dans ce petit livre, Jacques de Callières, qui vivait loin de la cour, et n’était point noble, proposait le modèle d’un « honnête homme » désireux de réussir et anxieux de plaire, « civil sans bassesse », « complaisant sans flatterie », bienséant, agréable, maître de lui-même, doué enfin d’une vertu moyenne et d’un jugement supérieur que ne gâtaient ni un penchant pour la pédanterie, ni une excessive religion3.

  • 4 Ibid., p. 220, 244, 263 (citations).

6Si la réussite de Jacques de Callières peut paraître modeste, elle pavait toutefois la voie de ses deux fils, François et Hector, auxquels il laissait en héritage des protections aristocratiques puissantes, des amitiés littéraires à Paris, toutes les apparences de la vie noble et, à travers sa Fortune des gens de qualité, un trésor de conseils orientés vers la réussite mondaine. Dans le livre de son père, le jeune François pouvait en effet lire que la fin de tout gentilhomme était de « faire sa fortune » et que de cette fortune chacun devait se faire l’artisan. La cour, était-il ajouté, était le lieu ou elle se jouait. Chacun, pour l’obtenir, devait suivre ses intérêts, se donner à bon escient des maîtres et des protecteurs – sans toutefois leur jurer une fidélité éternelle –, « bien choisir sa profession », s’y consacrer « tout entier » et savoir « demander de beaux emplois »4. Ces conseils furent, dans l’ensemble, entendus.

7François de Callières resta fidèle aux protecteurs de sa famille : datée de 1668, sa première œuvre – un roman intitulé La logique des amans, ou l’amour logicien – exaltait le mérite du comte de Saint-Pol, fils du duc de Longueville, auquel le livre était dédié. Toutefois, à la différence de son père, qui avait passé toute sa vie loin de la cour, le jeune homme quitta bientôt la Normandie et s’installa à Paris. Puis, franchissant les frontières du royaume, il s’engagea dans les négociations, pour le compte non du roi, mais bien du jeune comte, qui essayait alors de se pousser sur le trône de Pologne. C’est à son service qu’il se rendit dans ce pays en 1670-1671, incognito, avec le statut d’un agent secret autant que d’un négociateur en titre.

8Ce voyage n’eut pas de suite, puisque Saint-Pol disparut dès 1672. Mais, pour Callières, il fut le point de départ de nouvelles missions. Dès 1674, il reprit la route de Varsovie, avec un statut plus officiel : il accompagnait cette fois le représentant du roi, Mgr de Forbin-Janson, à la diète chargée de donner un nouveau maître à la Pologne. Toutefois il agissait aussi pour le compte du duc de Savoie, qui le fit son envoyé extraordinaire et le chargea de pousser la candidature de son parent Louis-Thomas, comte de Soissons – et lointain allié des Longueville. Cette position ambigüe incita les Français à se méfier de Callières, mais elle ne lui aliéna pas son nouveau maître. L’élection faite – en faveur, il est vrai, de Jean Sobieski – Callières s’empressa de rejoindre le duc Charles Emmanuel à Turin, via Munich où il s’introduisit auprès de sa sœur la duchesse Adélaïde.

  • 5 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 25 oct. 1696 (BnF, Ms. fr. 24983, fol. 65).

9Le duc de Savoie continua de s’attacher les services de son ancien envoyé. Il l’aurait même, de l’aveu du principal intéressé, « comblé de ses grâces5 ». Mais sa mort, survenue en 1675, fit tourner court l’expérience piémontaise de Callières. Ce coup d’arrêt lui fut d’autant plus cruel qu’il en avait agacé plus d’un par ses intrigues et qu’il n’avait donc pas que des amis, ni à Turin, ni à Paris. Toutefois il ne désarma pas, s’activa en France en faveur de la veuve de Charles Emmanuel, qui voulait vendre le duché d’Aumale, puis se tourna vers la duchesse de Bavière, qui conduisait des négociations en vue de marier sa fille au Dauphin. Mais, comme Saint-Pol, comme Charles Emmanuel, cette princesse aussi mourut, dès 1676, ruinant les projets de son protégé.

  • 6 Selon la formule de l’abbé Bernou (à E. Renaudot, Rome, 28 sept. 1683 ; BnF, N.a.fr. 7497, fol. 50 (...)

10Callières devait « se r’acrocher ailleurs6 ». Il devint l’homme de confiance d’un puissant Polonais en exil à Paris, le comte de Morzstyn, qu’il avait connu lors de ses voyages à Varsovie. Toutefois ce nouveau protecteur, quoique riche et introduit, était un étranger dont l’influence à la cour restait limitée. Callières cultiva donc ses autres relations : avec les Condé, qui l’employèrent momentanément dans une de leurs intrigues ; et aussi avec les Matignon dont l’une, Catherine Thérèse, venait d’épouser Seignelay. Or, celui-ci était le fils du tout-puissant Colbert et de surcroît le beau-frère de deux personnages particulièrement influents, les ducs de Chevreuse et de Beauvillier.

11Autrefois l’homme du comte de Saint-Pol et de Charles Emmanuel de Savoie, Callières évolua désormais dans un réseau constitué à l’ombre des Colbert : Eusèbe Renaudot, directeur de la Gazette de France, en est la figure la plus connue, mais on y trouve aussi plusieurs financiers et affairistes proches du contrôleur général et de son fils, comme Étienne Pavillon, fils d’un fermier général des gabelles, ou encore François Berthelot, commissaire général des poudres. Callières, de surcroît, aurait prodigué des conseils à Seignelay, désormais secrétaire d’État à la Marine. Son frère fut nommé capitaine de vaisseau, puis gouverneur de Montréal. Lui-même s’intéressa dans les affaires de la Louisiane, autour de Cavelier de La Salle. Cependant Callières était aussi attaché au cardinal d’Estrées, restait le domestique de Morzstyn, et ne semble pas s’être aliéné les Le Tellier, rivaux des Colbert. Ainsi il tissait sa toile, en rendant des services à tout le monde et en s’accréditant comme un intermédiaire discret et obligeant, sur lequel la faveur allait enfin sourire.

  • 7 Paris, Pierre Auboin, Pierre Émery et Charles Clousier, 1688.
  • 8 Épistre au Roy, présentée à Sa Majesté le dix-huitième Janvier 1687, avec des vers pour Madame la (...)

12Ayant provisoirement cessé de parcourir l’Europe, Callières reprit la plume, d’une part en intervenant, quoique avec prudence, dans la querelle du moment, par une Histoire poétique de la guerre nouvellement déclarée entre les Anciens et les Modernes7, et d’autre part en rédigeant deux écrits à la louange du roi : d’abord une Épistre, datée de 1687, puis un Panégyrique de Louis XIV qu’il fit imprimer en 16888. Peu après, il fut élu à l’Académie française. Lors de sa réception, le 7 février 1689, Charpentier expliqua cette promotion par la publication du Panégyrique. Elle atteste, en tout cas, que Callières avait désormais accès non seulement à des réseaux influents, mais aussi à la faveur du roi. Il avait, il est vrai, contribué à s’attirer la bienveillance de tous en emplissant son éloge de Louis XIV d’un credo monarchique irréprochable et de louanges distribuées à maints grands personnages, sans distinction de clans ni de rangs.

  • 9 F. de Callières, Panégyrique… cit. n. 8, p. 5.
  • 10 Paris, Claude Barbin, 1692.
  • 11 Paris, Claude Barbin, 1692.
  • 12 Paris, Claude Barbin, 1693.

13Ainsi entré dans l’« illustre carrière » des lettres9, Callières s’employa à y cheminer, en ayant la prudence de choisir des sujets et des genres qui restaient à sa portée et qui pouvaient de surcroît contribuer à accroître sa réputation parmi les honnêtes gens. Il obtint donc, dès 1689, un privilège en vue de la publication de plusieurs œuvres sur la pureté de la langue française et sur d’autres sujets de morale et de belles-lettres. Ces traités, qui fournissaient à leurs lecteurs les moyens de plaire, portaient pour titre Des mots à la mode10, Des bons mots et des bons contes11 et enfin Du bon et du mauvais usage dans les manières de s’exprimer12. Ils connurent un indéniable succès, notamment le premier, qui fut plusieurs fois réédité. Pour autant Callières cessa bientôt de publier, ou peu s’en faut : les négociations, une nouvelle fois, venaient de reprendre la première place parmi ses activités.

  • 13 Saint-Simon, Mémoires, éd. A. de Boislisle, II, Paris, 1879, p. 325 et III, Paris, 1881, p. 297-29 (...)

14À la cour de Versailles, la conjoncture était plutôt favorable à l’académicien. Certes, Colbert et Seignelay étaient morts, mais Louvois, leur rival, l’était aussi, et désormais Beauvillier et Chevreuse, comme les autres proches des Colbert, bénéficiaient de la faveur du maître. Callières s’employa à se concilier ces puissants personnages – vers lesquels ses relations anciennes avec les Matignon le conduisaient –, ainsi qu’un nouveau et influent ministre, Pontchartrain. Il les encensa tous dans ses écrits, sans oublier d’autres puissants du moment, à commencer par Madame de Maintenon. Il négocia le mariage du fils du riche Morzstyn, récent acquéreur du comté de Chateauvillain, avec la fille du duc de Chevreuse, à la « protection » duquel, écrit Saint-Simon, il « se livra ». Chevreuse, bientôt, le mit en rapport avec Beauvillier. Celui-ci, à son tour, le « fit voir » à Colbert de Croissy, secrétaire des Affaires étrangères13.

  • 14 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 30 sept. 1696 (BnF, Ms. fr. 24983, fol. 30).

15Ces protections permirent à Callières de valoriser les contacts qu’en pleine guerre de la Ligue d’Augsbourg, il avait pris à La Haye avec un ami de longue date, acquis au parti de la paix. À partir de l’été 1693, il fut chargé de conduire des conversations informelles avec ce correspondant, nommé Molho. Puis il sortit peu à peu du monde des agents semi-officiels qu’il avait beaucoup fréquenté par le passé. Chargé en 1694 d’une première mission en Hollande, en compagnie d’un grand personnage, Harlay de Bonneuil, conseiller d’État, il fut désigné l’année suivante pour conduire, toujours de façon officieuse, mais seul, les négociations de paix avec les Provinces Unies. En 1696, il retourna une nouvelle fois en Hollande, parvint en décembre à des préliminaires de paix et reçut, en vue de la signature de ces articles, la qualité d’envoyé extraordinaire et plénipotentiaire. Peu après, Louis XIV le nomma plénipotentiaire au congrès de Ryswick, en compagnie de Harlay et de Verjus, comte de Crécy. Puis, au mois de mars 1697, couronnement de sa carrière, Callières était fait ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du roi. Ainsi, en peu de temps, il avait réalisé d’immenses pas en avant dans la hiérarchie des négociations, en s’alignant sur le parti de la paix, en prenant ses distances avec l’héritage de Louvois et en critiquant ceux qui ne parlaient « que d’aller de conqueste en conqueste comme le roy Pirrhus14 ».

  • 15 Du bel esprit, où sont examinez les sentimens qu’on en a d’ordinaire dans le monde, Paris, Jean An (...)

16De cette période date sans doute son bref traité du Bel esprit, publié anonymement en 169515, dans lequel Callières faisait de façon détournée l’éloge des Hollandais, illustration du bon esprit. De cette période aussi date son insertion définitive dans les rouages de la cour : de retour à Versailles en janvier 1698, il devint le mois suivant secrétaire du Cabinet du roi, charge honorifique, mais lucrative, au reste plusieurs fois attribuée par le passé à d’anciens négociateurs. En 1700, puis en 1702, Louis XIV l’envoya auprès du duc de Lorraine. Dès 1701 il fit de lui son secrétaire de la main, en remplacement de Toussaint Rose. Callières, désormais, disposait d’un appartement à Versailles. Il continuait d’intervenir dans les Affaires étrangères, notamment pendant la guerre de Succession d’Espagne, au cours de laquelle il noua des conversations avec des jacobites écossais et, aussi, se fit l’avocat d’une paix fondée sur un accord séparé avec la Hollande.

  • 16 Saint-Simon, Mémoires… cit. n. 13, III, p. 372.
  • 17 De la science du monde et des connoissances utiles à la conduite de la vie, Paris, Étienne Ganeau, (...)

17Avec le « feu roi », observa Saint-Simon, Callières « eut beaucoup de rapports directs16 ». Cette annotation donne la mesure du chemin parcouru par celui qui, désormais, était devenu une personne publique, citée dans la Gazette et parfois chansonnée par les médisants. Influent, il obtint pour son frère la charge considérable de gouverneur général du Canada et disposait à l’intérieur de la cour d’un vaste réseau de relations. Devenu riche, à proportion de ses appointements en Hollande et surtout des revenus de sa charge de secrétaire, il acquit des rentes, plaça son argent sur la guerre de course et acheta à Paris, rue Neuve-Saint-Augustin, une belle demeure où il conserva sa remarquable collection de peintures, parmi lesquelles des toiles de Rubens, de Teniers, et de Titien. L’âge, toutefois, finit par l’emporter : Callières s’éloigna peu à peu de Versailles et se recentra sur Paris et l’Académie française, qu’il fréquenta de plus en plus assidûment. Puis, le roi mort, il revint subitement aux lettres, en publiant deux écrits que probablement il avait rédigés de longue date : sa Manière de négocier avec les souverains, dont on va reparler, et sa Science du monde, qui reprenait des thèmes déjà abordés par Jacques de Callières dans sa Fortune des gens de qualité, et qui fut aussi son dernier livre17. Lui-même quitta ce monde en mars 1717.

18Ainsi Callières passa de la Normandie à Paris, d’une négociation à une autre, d’un pays à un autre et d’un protecteur à un autre. Tout au long d’une longue vie qui fit de lui, ou peu s’en faut, le strict contemporain de Louis XIV, il mit en pratique les principes de savoir-faire professionnel, d’opportunisme clientélaire, de faire-valoir curial, de sollicitation intéressée et de réussite sociale autrefois exposés par son père dans la Fortune des gens de qualité. De domestique des grands il se mua en courtisan du prince, rompu à l’art de louer, qui éclate dans son Panégyrique, mais aussi à celui de l’observation d’autrui, qui se retrouve dans sa Science du monde. Membre de l’Académie, il fit brièvement profession d’être écrivain, sans toutefois s’affirmer sur la scène des lettres. Négociateur pour de puissants lignages, puis pour le roi, il devint, exception en son temps, une sorte de diplomate de métier. Homme de Chevreuse et de Beauvillier, il servit avec conviction leur préférence politique en faveur de la paix. Enfin, apôtre de la négociation, il n’écrivit pas, comme d’autres, un traité de l’ambassadeur, mais un petit ouvrage centré sur un autre sujet : l’art de négocier.

La Manière de négocier avec les souverains : une œuvre au parcours complexe

  • 18 De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des Négociations, du choix des Ambassa (...)
  • 19 Une édition complète du texte, avec les variantes présentes dans les manuscrits conservés à Chanti (...)

19Comme on vient de le rappeler, le traité de la Manière de négocier avec les souverains sortit des presses après la mort de Louis XIV18. Toutefois un examen attentif des manuscrits aujourd’hui conservés à Chantilly, à Paris et à Troyes montre que ce bref écrit fut en fait composé plus tôt, probablement en 1697. Il fut sans doute achevé après la conclusion de la Paix de Ryswick, à un moment où Callières devait relancer sa carrière, par exemple par une ambassade à laquelle il semble qu’il ait un moment pensé19.

  • 20 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 202.

20Né sous de tels auspices, ce livre, comme les autres écrits de son auteur, servait la négociation par laquelle Callières s’efforçait d’assurer sa propre trajectoire. Aussi on ne doit pas s’étonner d’y voir l’académicien s’adresser au roi, dédicataire de l’œuvre, dans des termes aptes à faire avancer ses intérêts. Le souverain lui-même était loué, de même que ses prédécesseurs. La préséance due à la France était défendue. Les Habsbourg, spécialement ceux d’Espagne, étaient vilipendés, et le pape Innocent XI, peu sympathique à Louis XIV, obliquement critiqué. Callières quant à lui se faisait habilement valoir. Il montrait au roi à quel point il incarnait, en dépit ou plutôt en raison de son parcours, un modèle de négociateur digne d’être soutenu et même favorisé. Il affichait, certes, détachement et désintéressement. Mais, sans se départir de cette nécessaire prudence, il rappelait aussi qu’il était, sur un plan général, juste de revêtir les bons négociateurs, au retour de leur mission, des « premières charges » et des « plus grandes dignitez de l’État »20.

21Ainsi la Manière était rédigée dans des termes susceptibles d’engager le roi à répandre ses faveurs sur son serviteur Callières. Celui-ci, de fait, reçut quelques grâces du souverain après son retour en France. Aussi il jugea sans doute moins utile de publier un livre qui, de surcroît, comportait quelques traits polémiques devenus avec le temps plus nuisibles que profitables. En revanche, le roi disparu, Callières tira son texte de ses cartons et le fit imprimer en hâte, non sans lui donner une certaine publicité, puisqu’il fit coller cinq cents affiches dans Paris pour en annoncer la sortie. En outre il en distribua à ses frais trente exemplaires reliés, dont un au Régent, désormais maître du royaume et de surcroît nouveau dédicataire de l’œuvre dont le texte n’avait été que très légèrement retouché. De la part d’un homme âgé, plus ou moins retiré des affaires, cet empressement peut à certains égards surprendre. Toutefois l’entrée au Conseil de Régence d’un proche de Callières, le duc de Saint-Simon, et la présence à la tête du Conseil des Affaires étrangères du maréchal d’Huxelles, autre relation de l’ancien ambassadeur, éveillèrent peut-être en lui d’ultimes ambitions qu’il voulut, une fois de plus, servir par un coup de sa plume. Aussi la publication de la Manière pourrait se comprendre comme un exemple, le dernier, de la tendance de Callières à faire de l’écriture l’instrument de sa fortune dans le monde.

  • 21 Qui en cite divers extraits dans son Guide to Diplomatic Practice, Londres, 1917, I, p. 130-138, 1 (...)
  • 22 F. de Callières, The Practice of Diplomacy, being an English rendering of François de Callières’s (...)
  • 23 Qui s’y réfère dans son École des ambassadeurs, Paris, 1934.
  • 24 F. de Callières, On the Manner of Negotiating with Princes : From Sovereigns to CEOs, Envoys to Ex (...)

22En pratique ce coup de plume ne fut pas, à proprement parler, un coup d’éclat. La Manière connut, il est vrai, plusieurs éditions et traductions au XVIIIe siècle, et continua ensuite d’être signalée dans des bibliographies spécialisées, spécialement juridiques. Toutefois elle tomba peu à peu dans l’oubli, d’où elle ne ressortit vraiment qu’au cours et au lendemain de la première guerre mondiale, lorsque Callières fut mis à contribution par deux représentants et défenseurs de l’Old Diplomacy, Ernest Satow21 et Alexander Frederick Whyte. Ainsi placé à la remorque d’une cause qui ne lui appartenait qu’en partie, à nouveau traduit et surtout adapté en anglais, l’ancien ambassadeur de Louis le Grand commença une nouvelle carrière, éditoriale, pluridisciplinaire et mondiale, dont il ne pouvait plus être le maître. Réédité par Whyte en 191922, la Manière circula assez largement dans cette version défectueuse, alors qu’elle était largement perdue de vue en France, sauf par Jules Jusserand23. Elle passa d’une rive à l’autre de l’Atlantique, du monde de la diplomatie à celui de l’université, et de l’appropriation par la science des relations internationales à l’acclimatation à la pratique de la négociation d’affaires. Enfin, en l’an 2000, le bref traité rédigé par le contemporain de Torcy se trouva présenté comme le bréviaire indispensable au succès des CEOs, dans une nouvelle et élégante édition due à Charles Handy, « independent teacher and social philosopher »24. Parallèlement des traductions plus ou moins fidèles se multipliaient, en espagnol, en portugais, en polonais et en japonais, à l’attention de publics tout aussi renouvelés.

23Cette renaissance de la Manière s’est accompagnée de l’émergence de plusieurs interprétations, sous le signe soit de la théorie diplomatique, soit des études sur la négociation. Se présente en premier lieu le nom d’un chercheur anglais, Maurice Keens-Soper, dont les travaux peuvent être placés dans la descendance de ceux du « British Committee on the Theory of International Relations », animé en son temps par Herbert Butterfield et Martin Wight. Cet auteur, dont la thèse date de 1972, se plaça du point de vue de la théorie de la diplomatie, elle-même partie de la théorie des constitutions. Son sentiment était que Callières avait été le fondateur de cette théorie, dont l’objet est l’étude des règles et des pratiques par l’intermédiaire desquelles les États parviennent à traiter leurs affaires communes et à gérer pacifiquement leurs conflits. Rompant avec la tradition des écrits sur l’ambassadeur, dont Wicquefort avait été le dernier représentant, Callières sut, selon Keens-Soper, concentrer son attention sur la diplomatie proprement dite, et en analyser avec beaucoup de pénétration les conditions d’émergence. Plus précisément, il montra que, dans un univers politique anarchique et violent, composé d’État obsédés par leurs intérêts et affranchis de tout pouvoir supérieur, la diplomatie ou, pour reprendre les termes de Callières, la « négociation » offrait le recours indispensable et efficace d’une technique modératrice, apte à composer les intérêts sur un mode à la fois civilisé et pacifié.

  • 25 M. Keens-Soper, François de Callières and diplomatic theory, dans The Historical Journal, 16, 1973 (...)

24Ce qui, ainsi, distinguait l’ambassadeur de Louis XIV, ce fut, selon Maurice Keens-Soper, sa capacité d’analyse des conditions constitutives de l’activité diplomatique ou, plus exactement, de la dynamique qui la rendait nécessaire. Comme cette analyse était développée, pour l’essentiel, dans le deuxième chapitre de la Manière, intitulé « de l’utilité des négociations », ce chapitre fut jugé capital par le chercheur anglais qui, en revanche, trouvait plus faible le reste du livre25.

  • 26 I. W. Zartman, The 50 % Solution : How to Bargain Successfully with Hijackers, Strikers, Bosses, O (...)
  • 27 F. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des négociations, du (...)
  • 28 A. P. Lempereur, Préface, dans De la manière de négocier… cit. n. 27, p. 8, 32, 38. A. P. Lempereu (...)

25Plus récente, une autre interprétation porte à voir dans le négociateur français un précurseur des théories contemporaines de la négociation. Charles Handy, précédemment cité, peut être lu dans cette perspective. Avant lui Ira Zartman avait, dès les années 1970, fait référence à Callières dans une anthologie de textes sur la pratique de la négociation26. S’est ajoutée, en 2002, la préface d’Alain Lempereur à sa réimpression de l’édition originale de la Manière27. « Aux sources des théories de la négociation », y affirme-t-il, se trouve « l’œuvre fondatrice de François de Callières ». Lempereur souligne donc l’acuité des pages que Callières a consacrées au rôle des passions et des émotions. Il relève son « souci de l’interculturel », qui recoupe certaines des théories les plus actuelles de la négociation. Il souligne la place faite dans la Manière au « concept d’intérêt », ainsi que l’usage de celui-ci « comme levier de compétence », dans des termes dignes de Getting to Yes, le célèbre ouvrage sur la « principled negotiation » publié une vingtaine d’années plus tôt par Roger Fisher et William Ury. Bref, le texte de Callières, quoique vieux de plusieurs siècles, continue selon Alain Lempereur de parler au présent. Son message reste d’une évidente actualité. Son propos est de nature à être transposé, au-delà du contexte étroit de la diplomatie, au champ tout entier de la négociation – politique, syndicale ou d’affaires28.

  • 29 Il a en effet réédité avec Karl Schweizer une ancienne traduction anglaise du texte de Callières : (...)

26En dépit d’approches différentes, Maurice Keens-Soper comme Alain Lempereur ont ainsi calé Callières dans le rôle du précurseur ou du fondateur. Ce point de vue s’est accompagné d’une tendance, assez attendue en pareil cas, à relire le texte de Callières à la lumière de développements plus récents de la pensée. Cette démarche, qui dans le cas de Maurice Keens-Soper s’est accompagné d’un travail sur le texte lui-même29, ne ferme pas la porte à une autre lecture, plus historienne, à laquelle on voudrait dans les quelques pages qui suivent donner la préférence.

Un nouveau sujet : la négociation

  • 30 A. de Wicquefort, L’Ambassadeur et ses Fonctions, La Haye, J. et D. Steucker, 1681.
  • 31 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 182-183.

27À première vue, la Manière contenait quantité de propos, d’exemples et de jugements qui n’appartenaient pas en propre à son auteur, mais roulaient depuis longtemps dans les écrits sur l’ambassadeur et se trouvaient par exemple dans le récent Ambassadeur de Wicquefort30. Toutefois Callières ne se présenta en aucune façon comme l’héritier des traités de legatis, et il se dispensa aussi de les juger, de les critiquer et même de les citer. Comparé à celui de Wicquefort, qui fournissait la référence la plus immédiate, son livre était d’une toute autre veine. Bien plus court que l’Ambassadeur, il tenait en un petit in-12 à la typographie aérée. Le texte lui-même était exempt de démonstrations détaillées et de plantureuses énumérations. Il procédait librement, sur le ton de la conversation, selon un plan savamment pensé, mais sagement dissimulé, comme si le but était de se gagner moins la considération des doctes que la sympathie des gens du monde, déjà lecteurs des Mots à la mode. Au demeurant l’ordre des matières n’était pas usuel, puisqu’il enchaînait quatre parties dont la première portait sur les qualités et les connaissances attendues du négociateur – et non de l’ambassadeur –, la deuxième sur les titres, les fonctions et les privilèges attachés à ce personnage, la troisième sur les devoirs propres à son état et la dernière sur les critères devant présider à son choix. Cet ensemble était suivi par un bref chapitre qui, fort utilement, introduisait la question de la récompense due au bon négociateur. Il était précédé par une courte, mais importante, illustration de l’utilité des négociations. L’ensemble ne formait pas un traité de l’ambassadeur, mais bien un court traité sur l’art de négocier ou, pour reprendre les termes de Callières, « sur la manière de négocier avec les souverains et avec leurs ministres, sur les qualitez nécessaires à ceux qui se destinent à ces sortes d’employs, et sur les moyens de bien choisir les sujets les plus propres aux pays où on les envoye, et à la nature des affaires qu’on leur confie »31.

  • 32 Ibid., p. 184.

28De la priorité à l’ambassadeur, donc, à l’attention pour la négociation : dès le premier chapitre, celle-ci était placée au cœur du sujet. Sa nécessité, selon Callières, naissait de la condition des États de l’Europe et des modalités de leurs interactions. Ces États, estimait-il, étaient « membres » d’une seule et même « République », née de leurs « liaisons » et de leurs « commerces » mutuels32. Mais cette république, que ne commandait aucun pouvoir supérieur, laissait ses membres seuls juges de leurs prétentions. Or, si les États possédaient des intérêts que la raison permettait de découvrir et qui, selon Henri de Rohan, auraient dû commander aux princes, ces princes et leurs favoris, pour leur part, cédaient souvent devant les intérêts particuliers que leur inspiraient leurs passions et leur amour-propre. De là naissaient maints démêlés entre les souverains, qu’ils fussent grands ou petits. L’agrandissement de l’un, en outre, éveillait la jalousie des autres. Aussi les conflits étaient permanents, et les liaisons entre les princes les rendaient universels. Par conséquent l’Europe, loin de connaître un légitime repos, pâtissait d’un perpétuel chaos et chaque prince, même paisible et raisonnable, subissait les agressions toujours renouvelées de ses semblables.

29Dans ce monde dénué de règles partagées et d’autorité supérieure, la négociation était l’instrument qui permettait à ces princes toujours menacés de tirer au mieux leur épingle du jeu. Callières en tissait un vibrant éloge. Il en soulignait l’extraordinaire efficacité, qui en vérité n’allait pas toujours dans le sens de la paix, mais qui plaçait le pouvoir de l’art de négocier bien au dessus de celui des lois :

  • 33 Ibid., p. 186.

Les négociations, observait-il33, causent des révolutions subites dans de grands États ; elles arment des princes et des nations entières contre leurs propres intérêts ; elles excitent des séditions, des haines et des jalousies ; elles forment des ligues et d’autres traitez de diverse nature entre des princes et des États qui ont des intérêts opposez ; elles les détruisent et rompent les unions les plus étroites, et l’on peut dire que l’art de négocier, bien ou mal conduit, donne la forme bonne ou mauvaise aux affaires générales et à un très grand nombre de particulières, et qu’il a plus de pouvoir sur la conduite des hommes que toutes les loix qu’ils ont inventées.

  • 34 Ibid., p. 187.

30Qui maîtrisait cet admirable instrument, parvenait, assurait Callières, à « régler la destinée de ses voisins »34 et ainsi à diriger l’histoire, sans effusion de sang et, surtout, à moindre coût que dans le cas d’un recours aux armes. La négociation, donc, se présentait comme l’instrument dont pouvait se servir un prince singulier, désireux de faire prévaloir ses propres intérêts à l’intérieur d’un monde en perpétuel conflit.

31Le texte de la Manière visait d’ailleurs une situation historique bien spécifique : celle de l’Europe au temps de la guerre de Ligue d’Augsbourg, conditionnée depuis longtemps par la rivalité entre la monarchie de France et celle des Habsbourg, et comprenant en outre maints princes de rang moyen que les plus puissants désiraient rallier à leurs intérêts. À l’intérieur de cette Europe, Callières s’adressait à un prince en particulier : Louis XIV. L’objectif assigné à son livre était de convaincre ce monarque – puis après lui le Régent – de la puissance et des bienfaits de la négociation, de lui représenter les profits qu’il pourrait en tirer, et de le déterminer à promouvoir cette activité bénéfique en la plaçant entre les meilleures mains. Faire voir l’utilité et les modalités de la négociation, analyser l’art du négociateur, faire comprendre qui était le mieux à même d’y exceller : tout ceci constituait, en d’autres termes, le vrai sujet de la Manière. Son auteur le traitait en mettant en œuvre une analyse qui, autant que de la politique, relevait de la morale.

Politique, morale, mérite

32La nature dépravée et donc la corruption de l’homme se trouvaient à la racine du propos et de la vision de Callières. De cet être déchu, otage de ses humeurs, de son imagination et de ses passions, qui ne poursuivait jamais que son intérêt et son plaisir, il connaissait le caractère inconstant, trompeur, rancunier, vindicatif et foncièrement vaniteux. Il savait sa volonté défaillante et mal dirigée, et posait qu’il n’obéissait à la raison qu’à proportion de ses vues égocentriques, dirigées par l’amour-propre. De ces vices, les princes n’étaient nullement affranchis : au contraire, ils se montraient souvent plus susceptibles et plus vaniteux que les autres hommes, tout en étant exposés à abdiquer leur jugement et leur volonté en faveur de leurs ministres et de leurs favoris. .

  • 35 Ibid., p. 210.

33Qui négociait s’adressait donc, par définition, à des êtres corrompus, otages de leur amour-propre, naturellement vindicatifs et emplis de duplicité. Face à tels interlocuteurs, le sage négociateur se contenait dans une méfiance perpétuelle. Mais aussi, anxieux de ne pas heurter leur vanité, il leur représentait ses bonnes dispositions et ainsi s’employait à gagner leur bienveillance. La négociation, telle qu’il la pratiquait, avait pour fin déclarée d’entretenir une bonne correspondance entre les princes et de favoriser leur union. Le négociateur la présentait comme une œuvre d’amitié, dotée par définition d’une dimension coopérative. Il l’associait ouvertement à un principe d’équité, qui imposait de prendre en compte les intérêts de toutes les parties. Son objet était, en un mot, de faire compatir les « communs avantages »35.

34Le négociateur atteignait d’autant plus sûrement cette cible qu’il parvenait à dissiper les passions de ses interlocuteurs et à les éclairer sur leurs véritables intérêts. Lui-même cependant ne servait d’autre intérêt que celui de son maître. S’il cultivait, certes, l’amitié, c’était pour faire levier sur elle et ainsi faire triompher les vues dont il était chargé. La négociation, en fait, était un commerce d’intérêts. Elle tournait à l’avantage de celui qui excellait à modeler ceux d’autrui sur les siens propres. L’égoïsme y couvait sous le voile de l’amitié. La volonté de domination l’informait, plus que la recherche pourtant proclamée de l’équité. Le renforcement de la puissance, bien plus que l’extension de la paix, était sa véritable finalité.

35La négociation n’était jamais complètement déconnectée de la pratique des armes. Surtout, elle appelait la discrétion et le secret. Aussi elle fuyait la lumière des cérémonies et des liturgies publiques auxquelles les ambassadeurs étaient astreints. De ces embarras le négociateur devait être exempté, s’il voulait avancer vite et conclure avec efficacité. Pour réussir, il devait en outre mettre en œuvre un art ou, si l’on préfère, une « manière » que Callières s’employait à caractériser, sans pour autant l’enfermer dans des règles strictes.

36Cet art était d’abord celui, très politique, de la collecte et du traitement de l’information. Recueillie par l’observation, par le commerce d’avis ou par l’intermédiaire d’espions, celle-ci ne valait pas seulement en elle-même, mais aussi par la capacité du négociateur de la critiquer et d’en tirer toutes les conséquences et les conjectures propres à lui permettre de bien conseiller son maître. Ce travail sur l’information requérait des facultés de jugement politique dont les beaux esprits n’étaient pas toujours pourvus. Il était, en d’autres termes, le fait d’un spécialiste, ce qui justifiait Callières dans son idée que la négociation devait former une profession à part.

37Art de l’information, l’art de négocier était aussi celui de bien pénétrer l’âme et les passions de ses interlocuteurs, d’en désarmer l’agressivité, de leur plaire, de les acheter, en un mot de se les gagner et ainsi de parvenir à diriger leur volonté, donc leurs décisions. Ce traitement s’appliquait à tous : princes, ministres, favoris, généraux, maîtresses ou autres, que le négociateur commençait de se concilier par sa réputation de bonne foi, qu’ensuite il observait avec la pénétration d’un physiognomoniste, de façon à déceler leurs passions et leurs attachements les plus secrets, et qu’enfin il se conciliait par un comportement civil, peu difficultueux et éloigné de toute arrogance. Le négociateur s’employait à apaiser, voire à pacifier son interlocuteur. Il observait en tout temps une exquise bienséance, s’exprimait avec flegme, introduisait la vérité avec tact, progressait dans ses raisonnements par degrés, persuadait avec douceur, présentait toute solution comme de facile exécution, et à tout cela ajoutait l’art de plaire : par ses manières ; par l’exercice de la louange ; par d’innombrables petits soins, qui exprimaient l’attachement et faisaient naître l’affection ; et plus généralement par une pratique assidue de la vie sociale. Enfin, comme l’intérêt était un ressort essentiel de l’âme humaine, le négociateur le réveillait par la corruption, ou pour mieux dire par des « bienfaits » qu’il répandait avec discrétion, comme autant de marques de ses bonnes intentions. Ainsi l’argent se configurait, dans la Manière, comme un ingrédient primordial du succès dans les affaires étrangères.

38Le négociateur travaillait les passions d’autrui. Il jouait aussi de la raison : pour argumenter, quoique avec une prudente modération, afin de ne pas éveiller l’animosité toujours latente de ses interlocuteurs ; mais aussi pour bien combiner ses manières, ses louanges et ses bienfaits. Ainsi utilisée, la raison se configurait comme l’instrument du plaire et de la séduction. Celle-ci, à son tour, était le véritable moyen de persuader autrui, de prendre les rênes de sa volonté et, conséquemment, de le dominer.

39Quelque divers que fussent les nations et les caractères des hommes, la nature humaine jouait en définitive sur quelques ressorts que Callières conseillait au négociateur de manipuler à son avantage. L’art de négocier, tel qu’il le décrivait, était en grande partie celui d’une honnête séduction, qui au reste était à l’œuvre dans le grand monde comme dans les cabinets des princes, et qui reposait dans l’un et l’autre cas sur les mêmes ingrédients : la pénétration psychologique, la capacité d’adaptation à autrui, le soin de la réputation, le respect de la bienséance, la pratique de la civilité, le souci de plaire, l’art de complaire, l’usage du compliment, la maîtrise de la conversation, le sens de l’insinuation, la sensibilité à la manière, la centralité reconnue aux intérêts, le désir enfin de faire aller de pair la valorisation d’autrui et l’affirmation de soi.

  • 36 Voir plus haut, n. 2 et 17.
  • 37 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 15 avr. 1697 (BnF, Ms fr. 24983, fol. 242).

40Aussi l’art de négocier n’était, dans le livre de Callières, qu’en partie politique : sa matrice était bien plus souvent la civilité mondaine, cette « science du monde » ou « art de bien vivre » sur lesquels son père, puis lui-même, composèrent des traités36. L’ambassadeur d’ailleurs l’exprima très bien, lorsqu’un jour il évoqua « l’art de converser et de bien vivre,… qui est le fondement de l’art de négocier »37.

41Cet art avait son praticien : le sage et habile négociateur, qui de la lecture de l’histoire, des traités, des généalogies des dynasties et des lois régissant les successions princières, avait tiré tous les éléments lui permettant d’analyser avec sûreté les intérêts des États. Expert politique, plus versé dans les matières de guerre que de commerce, il appréciait en connaisseur les formes des gouvernements, la stabilité et la marge de manœuvre des princes, leur solidité financière et militaire, l’intérêt de se les concilier et le risque de se les aliéner. Grand observateur de ses contemporains et grand lecteur des écrits laissés par les négociateurs d’autrefois, en qui il trouvait autant de modèles, il se distinguait aussi par sa profonde connaissance du cœur des hommes et par une sagacité qui lui permettait de percer les desseins d’autrui, en vue de mieux les diriger.

  • 38 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 195.

42Quoique il eût des lettres, ce négociateur n’était point un docte, ni un philosophe. Tourné vers l’action, il possédait en premier lieu les qualités nécessaires pour réussir dans le monde. Absolument maître des ses passions, d’une humeur toujours égale, ferme et impénétrable, il n’avait rien à voir avec l’« homme bizare » et « inégal »38, jouet de ses pulsions, que sa profession l’obligeait à manipuler. Parfaitement sociable, et donc parfaitement poli, il se recommandait par son abord agréable et son caractère arrangeant. Il écoutait attentivement, parlait peu, simulait habilement, dissimulait modestement, faisait montre en tout temps de souplesse, d’adresse et surtout de prudence, tout en ennoblissant sa personne par quelques vertus propres au monarque qu’il représentait : magnificence, libéralité, courage et bonne foi. Enfin il s’accommodait à tout : aux temps et à leurs variations ; aux lieux et à leur diversité ; aux hommes et à leur singularité.

  • 39 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 17 févr. 1697 (BnF, Ms fr. 24983, fol.194v-195v).

43Ainsi le négociateur, s’il excellait par ses connaissances et par son jugement politique, se distinguait aussi par sa maîtrise de la science du monde, au point de présenter les traits de celui qui en était le praticien le plus accompli : l’honnête homme. Dans ses lettres à son amie la marquise d’Huxelles, Callières se plaisait à le peindre sous de tels traits : « il faut, observait-il, qu’un ambassadeur soit un homme tout plein de jointures et flexible à tous vents qui s’accommode de touttes sortes de mœurs et de coustumes et qui ayt pour but de plaire parce qu’en plaisant il aplanit les principales difficultez qui s’opposent au succès de ses négotiations ». L’un d’eux, ajoutait-il, possédait « touttes les qualités propres pour… plaire [dans son ambassade] ; il est homme du monde, poli, instruit des affaires publiques, civil, honneste, sçachant vivre »39.

  • 40 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 181.

44Il restait au roi à placer dans les ambassades des sujets qui réunissent effectivement ces qualités et fussent à même de conduire avec succès les négociations, puisque, comme le lui rappelait Callières, leur succès dépendait au premier chef « du degré de capacité des négociateurs »40. Or, selon l’auteur de la Manière, cette condition n’était pas remplie : la France pâtissait d’une pléthore de mauvais négociateurs, vaniteux, suffisants, pointilleux, arrogants, ignorants des mœurs et coutumes des pays étrangers, portés aux menaces et à d’autres propos violents, et qui au lieu de susciter l’amitié faisaient naître l’aversion chez ceux qui auraient dû devenir les alliés du roi.

  • 41 Ibid., p. 182.

45Les causes du mal n’étaient pas seulement à chercher du côté des défauts propres à la nation française, dont on connaissait l’impétueuse vivacité et la préférence pour les armes. Jouaient aussi, selon Callières, les recommandations que des gens de la cour répandaient en faveur de candidats incapables. Jouait, surtout, la priorité donnée à l’organisation de la carrière militaire, désormais bien structurée, au détriment de la voie des négociations qui n’avait encore ni « discipline », ni « règles certaines »41. Aussi la diplomatie française croupissait dans une situation regrettable et le roi était mis hors d’état de tirer de la négociation tous les avantages qu’il aurait dû en recueillir.

46Où se trouvaient, cependant, les sujets les plus aptes à bien servir le roi dans les négociations ? De tels talents pouvaient, bien sûr, se rencontrer dans les rangs du clergé, de la noblesse d’épée ou de la magistrature. Toutefois Callières faisait voir les inconvénients, à son avis très nombreux, qu’il y avait à recruter les négociateurs au sein des trois grandes « professions » entre lesquelles se partageaient les élites du royaume. La négociation, estimait-il, devait être réservée, sinon aux gens de lettres, du moins à l’« homme de lettres », qui mieux que personne était préparé à servir le roi dans les cours étrangères.

  • 42 Ibid., p. 260.

47Cet homme, dont on attendait ni une grande naissance, ni un grand patrimoine, possédait toutes les qualités requises : il savait l’histoire, parlait clairement, rédigeait nettement, nourrissait de hautes vues et enfin ne pêchait pas par les vices et les travers qui rendaient un ignorant désagréable à un prince étranger. À la différence des hommes d’Église, il ne faisait pas naître le soupçon d’une allégeance au pape. Plus poli que les militaires, moins présomptueux que les courtisans, plus instruit que les grands seigneurs, il était aussi solide que les magistrats, sans toutefois être, comme eux, cassant, pompeux ni pédant. Nul, en définitive, ne pouvait mieux servir le roi que ce « particulier habile et sans éclat »42.

  • 43 Ibid., p. 254.

48Cependant la négociation exigeait des connaissances très étendues. Elle était, en outre, de nature à « occuper un homme tout entier »43. Elle voulait, enfin, des sujets expérimentés. Aussi il fallait non seulement bien choisir les négociateurs, mais aussi se les attacher, en ménageant à leur intention une carrière semblable à celle des militaires, qui les fît progresser par degrés et qui permît aussi de continuer à les entretenir, même lorsqu’ils n’avaient plus d’emplois, de façon à pouvoir s’en servir dans les occasions.

  • 44 Ibid., p. 254.

49Ainsi, après avoir tissé l’éloge de la négociation, montré ses ressorts, illustré sa manière et identifié les sujets les plus à même de la conduire, Callières en venait, pour finir, à recommander d’en faire une « profession à part »44, reconnue, autonomisée, organisée comme une carrière ouverte à une élite de l’esprit, indépendamment de l’ordre, de la naissance et de l’office, et placée sur le même pied que les autres trois autres « professions » qui constituaient les piliers de la monarchie : l’Église, l’épée et la magistrature.

Conclusion

  • 45 A. Pecquet, Discours sur l’art de négocier, Paris, Nyon fils, 1737 ; C.-A. Lescalopier de Nourar, (...)

50Depuis le Moyen Âge et de Rosier, l’ambassadeur avait été un sujet sans cesse repris par des auteurs désireux d’en caractériser les qualités, les prérogatives et les fonctions. Avec son traité de la Manière de négocier, Callières fonda une nouvelle tradition, celle des écrits sur la négociation, qui s’enrichit ensuite de textes comme ceux de Pecquet, de Lescalopier de Nourar et de De Felice45, jusqu’à ce qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle la curiosité pour la science de la diplomatie prenne, peu à peu, le pas sur l’intérêt pour l’art de négocier. Son succès fut ambigu : éphémère dans le court terme, puisque moins de cent ans après sa parution, la Manière paraissait tombée dans l’oubli ; mais réaffirmé dans la plus longue durée, ainsi que le montre le regain d’intérêt dont, depuis près d’un siècle maintenant, ce petit livre ne cesse de faire l’objet tant en Europe que dans le reste du monde.

  • 46 À cet égard, la position de Callières était en harmonie avec les préoccupations qui conduisirent, (...)
  • 47 Sur ce point, voir les remarques de F.-J. Ruggiu, Des mots à la mode. Un discours nobiliaire à la (...)

51L’ambiguïté réside aussi dans le texte lui-même de la Manière. Présenté comme un traité, nourri, quoique sans l’avouer, d’exemples tirés d’écrits antérieurs – dont l’Ambassadeur de Wicquefort –, il consiste à bien des égards en un éloge : de la négociation, de l’art de négocier, du sage et habile négociateur, de Callières lui-même qui, en l’écrivant, associa comme il le fit toujours réflexion de portée générale et promotion des ses vues personnelles. Ainsi la Manière jouait spontanément sur deux plans : celui de la stratégie mise en œuvre, à la cour de Louis XIV, par un homme du monde sociable, adroit et opiniâtre, fils, certes, de militaire, mais hostile à l’appétit de conquête et acquis à la cause de la paix ; et celui de la réflexion de fond sur la nécessité d’asseoir la puissance du roi sur la négociation, de doter le royaume de bon négociateurs, constitués en une profession à part46, et, sur un plan plus général, de faire au mérite la place qui lui revenait, mais qui ne lui était pas assez reconnue dans une société fondée sur la naissance47.

52Callières, ce faisant, réfléchissait sur les conditions qui, dans un monde voué par sa constitution au conflit, rendaient nécessaire le recours à la négociation. Cependant, comme il n’était pas l’abbé de Saint-Pierre, il n’en tirait pas les principes d’un système général, ni d’une paix perpétuelle. La négociation, telle qu’il l’analysait, ne constituait pas à proprement parler une solution globale, ni le moyen de tirer pour toujours l’Europe du chaos. Elle restait asservie à l’intérêt du prince, et plus précisément d’un roi particulier, Louis XIV, dont la position en Europe ne pouvait plus être assurée par la seule voie des armes et dont le véritable intérêt était de parvenir à des paix habilement combinées par des particuliers compétents, mais sans éclat.

  • 48 A. P. Lempereur souligne à juste titre cette asymétrie (Préface, dans De la manière de négocier… c (...)

53Ce personnage du sage et habile négociateur hante d’un bout à l’autre les pages de la Manière. Il était, certes, un homme, parmi les autres hommes. Mais, comme on l’a remarqué48, il était aussi profondément différent de tous les autres hommes avec lesquels il devait converser. Devant lui, les princes et les ministres étrangers étalaient leurs faiblesses et leurs passions dont tous les mortels étaient affligés. Mais, lui, comme quelques personnages de jadis qui, d’Ossat ou Mazarin, lui servaient de modèle, semblait soustrait à cette condition : par la maîtrise de ses passions, par le contrôle de ses humeurs, par la sûreté d’un jugement éclairé et infaillible qui lui permettait de voir non seulement ses intérêts, mais aussi ceux d’autrui, et ainsi de jeter les bases d’un accord profitable. La Manière instaurait une scène inégale, sur laquelle le succès était promis à l’un, et une avantageuse soumission à l’autre. Callières, qui avait négocié âprement avec les Hollandais, savait que la réalité des négociations était plus complexe et, parfois, plus hasardeuse. Mais l’éloge voulait cette asymétrie et cette part d’utopie, en l’absence de laquelle il aurait été plus difficile à l’auteur de la Manière de faire voir au roi son véritable intérêt : celui de préférer la négociation aux armes, et les négociateurs de profession aux ambassadeurs de rencontre.

Notes

1 Sur Callières, voir en général J.-C. Waquet, François de Callières. L’art de négocier en France sous Louis XIV, Paris, 2005 (précédé par François de Callières e la sua Manière de négocier avec les souverains (1716), dans Rivista storica italiana, 116, 2004, p. 767-793). Le présent article reprend de façon abrégée les conclusions de ces publications. Sur les aspects biographiques, voir aussi L. Pope, François de Callières : a Political Life, Dordrecht, 2010. Voir enfin : Letters (1694-1700) of François de Callières to the Marquise d’Huxelles, éd. L. Pope, W. Brooks, Lewiston [NY], 2004, et François de Callières, Mon voyage en Pologne en l’année 1674, éd. L. Pope, Varsovie, Paris, 2009.

2 Selon son propre témoignage (J. de Callières, La Fortune des gens de qualité, et des gentilshommes particuliers, enseignant l’Art de bien vivre à la Cour, suivant les maximes de la Politique et de la Morale, Paris, Étienne Loyson, 1661, p. 281).

3 Ibid., p. 24, 300 (citations).

4 Ibid., p. 220, 244, 263 (citations).

5 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 25 oct. 1696 (BnF, Ms. fr. 24983, fol. 65).

6 Selon la formule de l’abbé Bernou (à E. Renaudot, Rome, 28 sept. 1683 ; BnF, N.a.fr. 7497, fol. 50).

7 Paris, Pierre Auboin, Pierre Émery et Charles Clousier, 1688.

8 Épistre au Roy, présentée à Sa Majesté le dix-huitième Janvier 1687, avec des vers pour Madame la Dauphine, Paris, Pierre Auboin, Pierre Émery, Charles Clousier, 1687 ; Panégyrique historique du Roy, à Messieurs de l’Académie françoise… avec une Épître au Roy, Paris, Pierre Auboin, Pierre Émery, Charles Clousier, 1688.

9 F. de Callières, Panégyrique… cit. n. 8, p. 5.

10 Paris, Claude Barbin, 1692.

11 Paris, Claude Barbin, 1692.

12 Paris, Claude Barbin, 1693.

13 Saint-Simon, Mémoires, éd. A. de Boislisle, II, Paris, 1879, p. 325 et III, Paris, 1881, p. 297-298.

14 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 30 sept. 1696 (BnF, Ms. fr. 24983, fol. 30).

15 Du bel esprit, où sont examinez les sentimens qu’on en a d’ordinaire dans le monde, Paris, Jean Anisson, 1695.

16 Saint-Simon, Mémoires… cit. n. 13, III, p. 372.

17 De la science du monde et des connoissances utiles à la conduite de la vie, Paris, Étienne Ganeau, 1717.

18 De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des Négociations, du choix des Ambassadeurs et des Envoyez, et des qualitez nécessaires pour réussir dans ces employs, Paris, Michel Brunet, 1716. Pour un état des éditions et traductions, anciennes et récentes, voir J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 270-272. On ajoutera une édition récente à bon marché : F. de Callières, L’art de négocier sous Louis XIV, Paris, 2006.

19 Une édition complète du texte, avec les variantes présentes dans les manuscrits conservés à Chantilly, Paris et Troyes, se trouve dans J.-C. Waquet, François de Callières... cit. n. 1, p. 175-268. Dans la suite de ce chapitre, toutes les citations de la Manière seront tirées de cette édition.

20 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 202.

21 Qui en cite divers extraits dans son Guide to Diplomatic Practice, Londres, 1917, I, p. 130-138, 141, 144-145.

22 F. de Callières, The Practice of Diplomacy, being an English rendering of François de Callières’s « De la Manière de négocier avec les souverains », éd. A. F. Whyte, Londres, 1919. L’édition américaine (Boston, 1919) porte un autre titre : On the Manner of Negotiating with Princes. On the Uses of Diplomacy ; the Choice of Ministers and Envoys ; and the Personal Qualities necessary for Success in Missions abroad.

23 Qui s’y réfère dans son École des ambassadeurs, Paris, 1934.

24 F. de Callières, On the Manner of Negotiating with Princes : From Sovereigns to CEOs, Envoys to Executives. Classic Principles of Diplomacy and the Art of Negotiation, éd. C. Handy, Boston, 2000. Sur la trajectoire, parfois inattendue, du texte de Callières depuis la fin de la première Guerre mondiale, voir J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 13-37.

25 M. Keens-Soper, François de Callières and diplomatic theory, dans The Historical Journal, 16, 1973, p. 485-508 ; Id., Callières, dans G. R. Berridge, M. Keens-Soper, T. G. Otte (éd.), Diplomatic Theory from Machiavelli to Kissinger, Basingstoke, New York, 2001, p. 106-124.

26 I. W. Zartman, The 50 % Solution : How to Bargain Successfully with Hijackers, Strikers, Bosses, Oil Magnates, Arabs, Russians, and others Worthy Opponents in this Modern World, New York, 1976, p. 9, 20, 29, 38, 45, 483.

27 F. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains. De l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyés et des qualités nécessaires pour réussir dans ces emplois (1716), éd. A. P. Lempereur, Genève, 2002.

28 A. P. Lempereur, Préface, dans De la manière de négocier… cit. n. 27, p. 8, 32, 38. A. P. Lempereur est revenu depuis à plusieurs reprises sur le texte de Callières. Voir : Pour une philosophie de la négociation, dans C. Dupont, La Négociation post-moderne, Paris, 2006, p. 163-174, et A Rhetorical Foundation of International Negotiations. Callières on Peace Politics, dans Culture, Negotiation and International Conflict eJournal, 2, 2, 2012 (http://ssrn.com/abstract=1949532).

29 Il a en effet réédité avec Karl Schweizer une ancienne traduction anglaise du texte de Callières : François de Callières : The Art of Diplomacy, éd. H. M. A. Keens-Soper, K. W. Schweizer, Leicester, 1983.

30 A. de Wicquefort, L’Ambassadeur et ses Fonctions, La Haye, J. et D. Steucker, 1681.

31 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 182-183.

32 Ibid., p. 184.

33 Ibid., p. 186.

34 Ibid., p. 187.

35 Ibid., p. 210.

36 Voir plus haut, n. 2 et 17.

37 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 15 avr. 1697 (BnF, Ms fr. 24983, fol. 242).

38 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 195.

39 Callières à la marquise d’Huxelles, s.l., 17 févr. 1697 (BnF, Ms fr. 24983, fol.194v-195v).

40 J.-C. Waquet, François de Callières… cit. n. 1, p. 181.

41 Ibid., p. 182.

42 Ibid., p. 260.

43 Ibid., p. 254.

44 Ibid., p. 254.

45 A. Pecquet, Discours sur l’art de négocier, Paris, Nyon fils, 1737 ; C.-A. Lescalopier de Nourar, Le ministère du négociateur, Amsterdam, s.n., 1763 ; F.-B. De Felice, Des Négotiations, ou de l’Art de Négocier, dans C. de Martens, Guide diplomatique…Nouvelle édition, Paris, 1837, I, p. 347-380.

46 À cet égard, la position de Callières était en harmonie avec les préoccupations qui conduisirent, au même moment, à la création de l’Académie diplomatique de Torcy. Sur le lien entre cette institution et Callières, voir le récent : K. W. Schweizer, François de Callières and the Marquis de Torcy's « political academy » : new evidence, dans Canadian Journal of History 46, 2011, p. 619-626.

47 Sur ce point, voir les remarques de F.-J. Ruggiu, Des mots à la mode. Un discours nobiliaire à la fin du règne de Louis XIV, dans J. Dumanowski, M. Figeac (éd.), Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècles, Bordeaux, 2006, p. 117-130.

48 A. P. Lempereur souligne à juste titre cette asymétrie (Préface, dans De la manière de négocier… cit. n. 27, p. 30).

Auteur

École Pratique des Hautes Études - jean-claude.waquet@ephe.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540