Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Bernard De Rosier et les débuts de la réflexion théorique sur les missions d’ambassade

Patrick Gilli

Texte intégral

  • 1 V. E. Hrabar (éd.), De legatis et legationibus tractatus varii, Dorpat, 1905 ; le traité de de Ros (...)
  • 2 Voir P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle : l’i (...)

1Rares ont été les acteurs de missions diplomatiques à avoir tenté de raisonner ex post sur le sens politique et doctrinal que prenaient les activités d’ambassadeurs au cours du XVe siècle. À qui s’interroge sur ces questions, il ne reste qu’à consulter l’imposant et toujours irremplaçable ouvrage de Vladimir Hrabar sur la question pour s’en convaincre1 : des quelques auteurs du XVe siècle qu’il a repérés et édités, le canoniste Bernard de Rosier, prolifique écrivain formé à l’école juridique toulousaine, est le seul Français qui a laissé une trace largement déterminée par ses propres expériences de diplomate ou de membre de missions diplomatiques. Son ouvrage essentiel en la matière est l’Ambaxiatorum brevilogus, considéré comme le premier texte théorique sur les ambassades, avant celui du lombard Martino Garati da Lodi2.

  • 3 P. Arabeyre, Un prélat languedocien au milieu du XVe siècle : Bernard de Rosier, archevêque de Tou (...)
  • 4 Bernard de Rosier a laissé un imposant journal d’ambassade édité par l’un des continuateurs de Bar (...)
  • 5 Un seul manuscrit nous est parvenu, le Vat. lat. 4139, fol. 1-20. Patrick Arabeyre m’en a très aim (...)
  • 6 H. Gilles, Les chanceliers de l’église de Toulouse au Moyen Âge, dans Id., Université de Toulouse (...)

2Le personnage est désormais bien connu grâce aux travaux de Patrick Arabeyre3, et l’ouvrage rédigé en 1436 est le résultat direct de son engagement auprès du comte Jean IV d’Armagnac, lequel entretenait des relations diplomatiques avec le roi de Castille. Plus profondément, l’expérience qu’il avait menée entre 1427 et 1430 comme secrétaire de la légation du cardinal-légat Pierre de Foix l’Ancien auprès du roi Alphonse d’Aragon pour obtenir du monarque qu’il abandonnât le pape Clément VIII et mît ainsi fin au Schisme l’avait incité à mesurer le rôle et le poids de la pratique diplomatique comme technique de résolution des conflits4. Il faut, du reste, associer à l’opuscule sur les ambassadeurs un autre traité demeuré inédit et qui représente, en quelque sorte, le pendant ecclésiastique de l’Ambaxiatorum brevilogus. En effet, le jeune Toulousain écrivit un Tractatus de potestate legatis a latere5 datable des années 1427-1433 (la datation se déduit de la fonction sous laquelle se présente l’auteur « chancelier de l’université de Toulouse », responsabilité que de Rosier exerça durant cette période6). Traités sur l’ambassadeur ou sur les légats apostoliques, journal d’ambassade : c’est donc un large spectre de la typologie documentaire des sources diplomatiques que le futur archevêque de Toulouse a pratiqué.

  • 7 La bibliographie sur l’ouvrage est réduite : R. Fubini, L’ambasciatore nel XV secolo : due trattat (...)

3L’Ambaxiatorum brevilogus mérite un examen particulier en raison de ses singularités7, à la confluence du droit et de l’expérience vécue. L’ouvrage se présente à la fois comme un miroir des ambassadeurs, un manuel diplomatique et un vade-mecum pour professionnels. D’une manière globale, on peut dégager trois sous-ensembles de réflexions inégaux par leur portée : le premier, attendu, évoque les qualités morales de l’ambassadeur, les raisons des ambassades et la manière de procéder ; le second, le plus intéressant, indique des techniques de la négociation, essentiellement axées sur des codes oratoires et comportementaux ; le dernier reprend les considérations juridiques issues du droit des gens sur les privilèges d’ambassade et les honneurs dus à la fonction ; il est agrémenté de notations morales sur le respect que les dirigeants doivent témoigner à leurs émissaires.

  • 8 Antiquorum usus legatos indistincte dicebat, quos quilibet nuncios destinabant pro quovis; modern (...)
  • 9 Il s’agit d’un topos que l’on retrouvera dans la littérature ultérieure : D. Frigo, Prudence and e (...)

4Pour la première fois, un ouvrage envisageait la question des ambassades du point de vue des ambassadeurs ; il porte en permanence un souci novateur de rendre service au diplomate en lui fournissant des conseils pratiques dans des domaines précis, tel l’art de la parole. Il est d’ailleurs construit en suivant la chronologie de la mission : du choix de l’émissaire à son retour en passant par le temps de la négociation. Le traité se revendique comme porté par la nécessité des temps : revient à plusieurs reprises sous la plume de de Rosier la comparaison entre l’usus antiquorum et l’usus modernorum en la matière8. Construit autour d’une succession de trente chapitres annoncés dès l’introduction, le traité s’intéresse à l’environnement institutionnel de l’ambassade (dignité des mandants et des mandataires, façon de procéder, instructions, lettres de créances), mais aussi au comportement de l’ambassadeur (discrétion, concertation, prudence9) ; enfin une série de chapitres définissent l’honneur dû à la fonction, notamment lors du retour de mission. L’ensemble oscille entre la prescription comportementale, la norme juridique, et les règles morales. Surtout, l’ouvrage ne comporte aucune citation, ni référence : il se veut un opuscule personnel et direct.

  • 10 Coaptare tamen convenit auctoritati mittentium statum mittendorum et dignitatem, ad eius cui mitti (...)
  • 11 Qui autem habilis est, onus hoc suscipiens cum honore iuxta sui statum, a mittente debet esse prov (...)
  • 12 Récemment Paul M. Dover est revenu sur ce topos des échanges épistolaires de l’ambassadeur et de s (...)
  • 13 Et dum post modum indiguerint laborare scientibus, sufficientes qui ambaxiatas illorum prosequantu (...)

5Dès le début, de Rosier insiste sur le double ajustement de la qualité des personnes pressenties à la nature des enjeux (ne pas envoyer de maiores pour des affaires subalternes et inversement de minores pour des affaires essentielles) et du statut des ambassadeurs à celui de leur mandant10. Il est du reste frappant que le canoniste mette ensuite en exergue la nécessaire prise en charge pécuniaire des frais de mission par le prince : le succès de l’expédition est conditionné par la qualité de ce défraiement qui permet tout à la fois d’honorer le prince mandant et de faciliter la vie de l’ambassadeur11. Assurément, l’environnement matériel des ambassades et les ressources reconnues des ambassadeurs ont toujours été des éléments de poids dans la littérature spécialisée : les statuts urbains italiens comme le traité de Martino Garati insistent longuement sur les difficultés pécuniaires que présentent l’envoi d’ambassadeurs et le nécessaire rétribution d’un tel déplacement12. De Rosier revient également, à la fin de son traité, dans une péroraison solennelle, sur l’importance de bien rétribuer et considérer les ambassadeurs si l’on veut éviter que les hommes compétents, échaudés par les mauvais exemples, ne refusent la charge ou ne l’accomplissent à regret13.

  • 14 Per quorum officium in actu sepius deductum ad usum constat evidenter non solum terrena quinymo ce (...)
  • 15 Sur les liens entre la culture canonique et la culture civiliste chez de Rosier, voir P. Arabeyre, (...)

6Le choix de l’émissaire est alors déterminant. Officier public (ambaxiatorum officium publicum est – en ce sens, le diplomate « laïque » bénéficie des mêmes qualités « juridictionnelles » que le légat ecclésiastique), la personne qualifiée à cet exercice délicat ne peut y renoncer sous quelque prétexte. Le jeune praticien des échanges diplomatiques dessine alors les contours professionnels de ceux qui lui paraissent naturellement idoines à remplir cette fonction : moines, clercs, professeurs. Même les réguliers ne peuvent se réfugier derrière leur statut monastique pour récuser la mission offerte. C’est d’autant plus vrai que la mission d’ambassade par les intérêts qu’elle met en jeu relève d’une dimension religieuse, en faisant transiter les attentes spirituelles vers les affaires terrestres et réciproquement14 : assurer la paix, éradiquer l’hérésie et conduire ad bonum caritatis et pacis. La tradition canonique sur la dimension spirituelle de la diplomatie légatine est ainsi explicitement réintroduite dans un discours sur les ambassades laïques dont la finalité et la méthode sont, par principe, ramenées à la doctrine sur les légats15.

  • 16 Utilius est cuique qui ambaxiatores mittit premissa oretenus explicite per seipsum dicere illis : (...)
  • 17 Intendere circa comissa caveat quos mittit, ne in commissis sit anceps, eos enim quos mittit facia (...)

7S’agissant de la préparation des ambassades, le canoniste se transforme en conseiller en ressources humaines pour suggérer au souverain comment tirer le meilleur de ses ambassadeurs : les recevoir personnellement avant le départ, leur inculquer au fond du cœur le sens de leur mission, ne pas se contenter de faire passer les instructions par écrit ou par un tiers. Les ambassadeurs seront d’autant plus enclins à le servir qu’ils se sentiront plus honorés par ces gestes de confiance16. En conformité avec le statut toujours très inquiétant de la diplomatie aux yeux des penseurs du politique, un soin tout particulier est apporté pour mettre en garde envoyés et souverains sur les risques de l’ambiguïté dans la démarche : le souverain veillera à donner des missions claires ; si des doutes subsistaient, il devrait faire revenir ses émissaires ; qui plus est, si l’affaire est très scabreuse, il évitera de charger d’un tel fardeau ses proches fidèles qui pourraient perdre l’amitié de leur mandant17. Conseil qui renvoie à la constante tradition médiévale de brider l’initiative de l’envoyé. Tout devrait être réglé avant le début de la mission, en ne laissant à l’émissaire que le soin d’appliquer la feuille de route reçue. Affleure ainsi, en dépit des efforts pour accroître formellement et en doctrine la dignité de l’office, cette défiance structurelle de la diplomatie médiévale envers les hommes de l’art. Le lien que de Rosier dessine entre amitié du roi (ou du mandant) et la clarté de la mission rappelle que l’ambassadeur est un personnage fragile : l’envoyer dans une mission mal définie risque de lui aliéner l’amitié du roi. Aussi si la mission n’est pas suffisamment claire, le roi devra se garder d’envoyer des personnes qui lui sont chères !

  • 18 « Et qui inter eos prudentiores sunt, supportare socios studeant et in omnibus adiuvare ; in hoc s (...)

8Il est vrai aussi que le conseil de prudence s’adresse ensuite aux ambassadeurs eux-mêmes, à qui de Rosier conseille de bien contrôler leurs lettres d’instruction pour s’assurer qu’elles ne contiennent pas d’ambiguïtés. Dans le cas où les instructions auraient été trop peu explicites, qu’ils prennent garde d’éviter les lapsus linguae et autres dérapages qui pourraient leur valoir de la haine et des blâmes au lieu des éloges. Et l’on retrouve ici la focalisation récurrente des traités canoniques sur la dignité de l’ambassadeur/légat plus que sur les techniques de la négociation. L’enjeu d’un comportement maîtrisé renvoie autant à l’éthique de l’ambassadeur qu’à l’efficacité de la négociation. Ce n’est pas un hasard si le maître-mot du bon ambassadeur, c’est la mesure : modus qui consiste à adapter son comportement à la nature de l’enjeu. Il ne faut pas parler joyeusement de choses graves, ni inversement. Aucune doctrine, du reste, ne peut enseigner le sens de la mesure ; elle relève de la discrétion naturelle du bon ambassadeur. Ce sens de la mesure doit se manifester à tous les moments de la mission, y compris durant le trajet qui doit servir de banc d’essai pour les plus jeunes pour se former au contact des meilleurs diplomates, l’expérience demeurant la clé pour devenir un vrai expert davantage que l’apprentissage écrit18.

  • 19 Ibid., p. 12
  • 20 Sur le sens technique de ces notions et leur usage, voir B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval (...)
  • 21 À l’inverse de l’ars dictaminis, l’ars concionandi n’a pas fait l’objet de longues études : voir l (...)
  • 22 P. M. Dover, The resident ambassador and the transformation of intelligence gathering in Renaissan (...)

9Témoignage de l’importance que prenaient les questions de protocoles, de Rosier accorde un chapitre à l’art de recevoir un ambassadeur. Il appartient à la puissance d’accueil d’ajuster sa réception à l’importance du mandant et de la négociation en cours. L’hôte se déplacera en personne pour accueillir l’ambassadeur si le statut de l’émissaire le requiert ou enverra à ses devants un représentant de la cour, pour une réception de moindre importance. Des conseils tirés de l’expérience affleurent derrière ces considérations somme toute attendues. C’est ainsi que le juriste rappelle qu’une familiarité tôt créée entre l’envoyé et la puissance accueillante favorisera le bon déroulement et achèvement des négociations. Du reste, s’ouvre alors la partie la plus intéressante de l’ouvrage (des chapitres XII à XXII), faite de conseils pratiques qui semblent en partie influencés par l’expérience vécue. De Rosier insiste alors fortement sur les techniques de prise de parole et de comportement, dessinant ainsi une sorte d’habitus idéal de l’ambassadeur. La démarche doit être lente, le visage placide et la voix modérée et douce. Il devra parler les genoux fléchis si l’hôte est d’importance19 ; dans le cas contraire, il devra toujours se tenir debout. L’objectif de ce dispositif est explicité : il s’agit de se rendre aimable à ses interlocuteurs, gage de réussite de l’opération. Ce dispositif doit être respecté quelles que soient les annonces dont il est porteur, bonnes ou mauvaises, bienveillantes ou sévères. Le ton de la voix est décisif. S’appuyant sur les classifications de l’ars dictaminis, le canoniste explique qu’il s’agit d’user du stilus planus ou ordinatus, mais pas du stilus altus. Il est assez difficile de savoir ce qu’avait précisément en tête l’auteur car ces catégories sont avant tout des catégories de rédaction de lettres plus que des techniques oratoires et il n’est jamais dit que l’ambassadeur devait lire son texte20. En l’état actuel, il est impossible de déterminer quelles étaient les sources de l’auteur, s’il avait pratiqué les artes dictandi, voire les artes concionandi des théoriciens italiens de l’art oratoire21. Plus vraisemblablement, c’était aux techniques de prédication, les artes praedicandi, elles-mêmes influencées par les diverses artes dictandi, que devait se référer notre auteur. On y retrouve très classiquement les catégories de stilus altus ou stilus mediocris. Dans tous les cas, la diplomatie demeure associée à l’art de la parole et donc à ses techniques les plus éprouvées. La quête de l’objectif recherché passe, aux yeux de notre auteur, essentiellement par les procédés oratoires et la capacité de persuasion dans le face-à-face direct du locuteur et du locutaire. Nulle précision ici sur les délicates manœuvres de discussion, les marchandages, la collecte et l’échange d’informations, toutes choses qui font partie du quotidien du diplomate en particulier au XVe siècle22, mais au contraire une focalisation unique sur la dialogue normé de la réception protocolaire. Chez de Rosier, le professionnel de la diplomatie est surtout mis en scène dans des postures somme toute rituelles et solennelles.

10Quoi qu’il en soit, l’ambassadeur devra toutefois se méfier de la capacité d’entendement de son auditoire et son talent oratoire ne peut pas se déployer sans connaître le degré de maîtrise savante des auditeurs, sous peine de jacter au vent.

  • 23 tamen ubi cuiusquam articuli seu plurimorum ipsius credencie vel instruccionum sensus, pro tunc du (...)
  • 24 Sed, si quandoque, ut accidit, ambaxiatores videant eciam super principalibus negociis pro quibus (...)
  • 25 Et si coaptatio non sufficiat, subtiliori modo, peramplius acuciori indagine, materiam ad proposit (...)

11C’est avec le même souci de prudence et d’efficacité que se déploient les conseils de l’auteur quant à la présentation des lettres de créance et des instructions. Il revient à l’ambassadeur de déterminer le moment et le moyen de présenter au mieux ces documents, en donnant des explications davantage iuxta sensum que secundum verba. Il pourra taire certains points, si cela lui semble pertinent et conforme à l’esprit des instructions23. Mais la liberté de l’émissaire est toujours chichement mesurée : il peut arriver, en effet, que les instructions ne soient plus adaptées aux circonstances de la réception de l’ambassadeur ; celui-ci devra alors se faire le plus prudent possible, gagner du temps, ne surtout pas révéler que la procédure le trouble et envoyer chercher d’autres instructions24. Lorsque les négociations commencent, ils pourront conférer avec leurs hôtes, sans différer la discussion de peur de passer pour suspects, mais ils ne devront pas pour autant dévoiler leur batterie. Ils pourront lancer des hypothèses, en les mettant sur le compte d’un tiers ; si la partie adverse leur tend des pièges pour connaître le fond de leur pensée, ils devront biaiser pour ne dévoiler qu’une partie de leur réponse, renvoyer au lendemain la suite de la conversation. Mieux encore, l’ambassadeur devra manier l’ambiguïté sur ce qui dans le traitement de l’affaire relève du droit et ce qui relève des faits. Le raisonnement est, pour ainsi dire jésuitique, car de Rosier impute à la méchanceté des hommes la nécessité d’avancer masqué25. Les ambassadeurs se doivent d’être prudents comme des serpents et simples comme des colombes, conclut de Rosier en reprenant un passage de Matthieu (Mt 10, 16).

  • 26 sic ut loquendo tacere et cum racione scire loqui tacendo reperiantur (ibid., p. 15).

12Dans la discussion, ils doivent savoir éviter les pièges de la langue et démasquer les non-dits de leurs interlocuteurs. De Rosier use d’une formule proche de celles des dictatores médiévaux : se taire en parlant et savoir parler en se taisant26. En toute circonstance toutefois, il devra masquer ses émotions et apparaître maître de lui et de ses paroles. La fonction d’ambassade s’assimile à un magistère de la parole, mais elle se distingue de ces qualités partagées, par exemple avec les prédicateurs, par l’usage d’instructions écrites. À ce propos, de Rosier rappelle qu’un ambassadeur ne doit jamais montrer ses instructions écrites ; si le cours des négociations exigeait une telle présentation, il devrait résister le plus possible à cette demande. En cas d’exigence dirimante de la partie adverse, il fera une copie scrupuleuse et gardera par devers lui l’original. En tout état de cause, une telle demande n’honorerait pas la puissance accueillante.

  • 27 Quanto citius expediunt, laudabiliores fiunt […] ne, diuturna mora tales ad familiarem conversacio (...)
  • 28 Nam sepe contingit excogitatos et previsos modos a mittentibus traditos, cum ad eos ad quos mittun (...)
  • 29 Minus gratam conclusionem ab hiis ad quos missi sunt ambaxiatores omnino respuere debent: aliquid (...)
  • 30 nec proprias passiones turbacionis sue discoperire missi debent exteris qui de illis prius bonam e (...)
  • 31 Caveant tamen qui missi, nedum verisimilia seu congrua, vel que videantur, expedire deducunt casu (...)

13Débutent alors les négociations. Le canoniste toulousain ouvre une série de chapitres, consacrés au temps d’une mission réussie, et à celui d’une mission inachevée. C’est à un éloge de la rapidité que se livre l’auteur. La mission ne saurait traîner en longueur : plus le temps passe, plus les risques d’échouer dans la négociation et de se laisser entraîner par les adversaires grandissent ; aussi l’ambassadeur doit-il toujours revenir auprès de son interlocuteur pour obtenir le résultat recherché ; qui plus est, le risque est grand en s’attardant de laisser échapper des secrets ou des informations lors d’une simple conversation familière27. Dans la négociation (le verbe negociari est alors utilisé), l’ambassadeur peut se retrouver en porte-à-faux, les consignes du départ se trouvant invalidées par des circonstances imprévues. Il lui revient alors de bien distinguer l’essentiel et le superflu. Dans toute mission, il y a un objectif principal et des objectifs secondaires. Il ne faut jamais perdre de vue le premier28. De Rosier continue alors son analyse par un chapitre innovant, concernant l’attitude d’un ambassadeur lors d’une mission difficile ou infructueuse. L’échec, dit le canoniste instruit par l’expérience, doit être relativisé ; tout n’est certainement pas à rejeter dans le résultat provisoirement insatisfaisant29. Le plus intéressant tient dans les considérations de l’auteur sur la manière de gérer un tel échec : l’ambassadeur ne doit pas manifester son désappointement, surtout envers les personnes qui avaient une bonne opinion de lui30 ! Il doit revenir à la charge en prenant garde toutefois de ne pas tenir des propos qui pourraient hypothéquer le résultat recherché et lui faire honte à l’avenir31. Si l’échec est avéré après avoir tout tenté, l’ambassadeur ne devra pas s’en attrister : non enim semper succedunt que conceptus optat humanus! Dans tous les cas, quel que soit le résultat, le diplomate devra se ménager un départ qui ne porte pas ombrage à son hôte. Il devra alors faire preuve de courage si son hôte est un ennemi avéré, mais ne jamais fuir ou partir à la dérobée car il est plus dangereux de quitter ses ennemis à leur insu qu’avec leur accord. Il devra toujours vérifier que les raisons pour lesquelles on ne veut pas le laisser partir ne sont pas en partie fondées et en tirer parti pour négocier avec plus de prudence.

  • 32 Je me permets de renvoyer à P. Gilli, De l’importance d’être hors norme: la pratique diplomatique (...)

14La lecture du traité achevée, un sentiment très mêlé se dégage. D’abord, le texte est difficile à cataloguer et se définit surtout négativement : ce n’est pas un traité juridique, à l’instar des De legatibus par exemple, mais l’évocation des privilèges de la fonction révèle une connaissance des textes normatifs : le canoniste n’est jamais loin ; ce n’est pas non plus un mémoire, ni le témoignage d’une expérience, même si celle-ci semble affleurer ici ou là. La principale originalité de la démarche tient à la suite de conseils prodigués pour aider les diplomates. De ce point de vue, l’auteur se place résolument du côté de l’ambassadeur. Tous ses efforts tendent d’une part à renforcer la dignité de la fonction en exaltant la haute responsabilité à la fois des mandataires et des mandants, et d’autre part à donner une série de prescriptions techniques sur la parole publique et ses dangers. C’est peut-être cette partie-là qui est la plus intéressante pour l’historien. Elle rappelle la longue tradition qui associait l’ars oratoria à l’activité diplomatique32, tradition réactivée par la montée en puissance des humanistes dans le personnel des ambassades au Quattrocento, mais cette partie du traité laisse entrevoir les changements que le métier subit ; mieux même, elle laisse entendre que la diplomatie est un métier, avec sa triple dimension éthique, technique et pratique. Les auteurs ultérieurs joueront précisément sur les relations entre ces trois facettes de l’activité diplomatique.

Notes

1 V. E. Hrabar (éd.), De legatis et legationibus tractatus varii, Dorpat, 1905 ; le traité de de Rosier est aux pages 3-28.

2 Voir P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle : l’impossible représentation, dans MEFRM, 121-1, 2009, p. 173-187.

3 P. Arabeyre, Un prélat languedocien au milieu du XVe siècle : Bernard de Rosier, archevêque de Toulouse (1400-1475), dans Journal des savants, 3-4, 1990, p. 291-326 ; et, sur un point particulier, Id., La France et son gouvernement au milieu du XVe siècle d’après Bernard de Rosier, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 150, 1992, p. 245-285.

4 Bernard de Rosier a laissé un imposant journal d’ambassade édité par l’un des continuateurs de Baronius, le dominicain polonais Abraham Bzovius, Annalium Ecclesiasticorum post illustriss. et Reverendiss. Dom. Caesarem Baronium S. R. E. Cardinalem Bibliothecarium, XV, Cologne, 1622, p. 658-739.

5 Un seul manuscrit nous est parvenu, le Vat. lat. 4139, fol. 1-20. Patrick Arabeyre m’en a très aimablement fourni une copie. Je l’en remercie vivement.

6 H. Gilles, Les chanceliers de l’église de Toulouse au Moyen Âge, dans Id., Université de Toulouse et enseignement du droit : XIIIe-XVIe siècles, Toulouse, 1992, p. 163-164, cité par P. Arabeyre, Un prélat languedocien... cit. n. 3, p. 297.

7 La bibliographie sur l’ouvrage est réduite : R. Fubini, L’ambasciatore nel XV secolo : due trattati e una biografia (Bernard de Rosier, Ermolao Barbaro, Vespasiano da Bisticci), dans MEFRM, 108-2, 1997, p. 645-665, et L. Chevaillier, Bernard du Rousier, archevêque de Toulouse, et le droit d’ambassade au XVe siècle, dans Annales de la faculté de droit de Toulouse, 18, 1970, p. 327-338.

8 Antiquorum usus legatos indistincte dicebat, quos quilibet nuncios destinabant pro quovis; moderni vero legatorum nomen apropriarunt ex usu magnis a sede papali directis ; ceteri comuniter dicuntur ambaxiatores (Bernard de Rosier, Ambaxiatorum brevilogus... cit. n. 1, p. 3). Le mystère qui entoure l’origine du mot « ambassadeur » trouve un effort de résolution très « médiéval », avec les explications que n’aurait pas dédaigné Isidore de Séville. Deux hypothèses sont avancées : soit le mot tire son origine du fait que les missionnaires partaient toujours par deux (ambo), soit, plus singulier, de ce que les envoyés étaient chargés de lever les ambiguïtés (ambigua) pour parvenir à la paix (« vel ab effectu officii dicitur ambaxiator quia ambigua scindit, et esse debet actor pacis » – le passage en italique ne se trouve pas chez Hrabar et a été signalé par Patrick Arabeyre qui a collationné le manuscrit de référence, BNF. Lat., 6020, fol. 45 –). Auparavant, le Toulousain avait fait de la cour du roi de France la créatrice de ce nom moderne.

9 Il s’agit d’un topos que l’on retrouvera dans la littérature ultérieure : D. Frigo, Prudence and experience : ambassadors and political culture in Early Modern Italy, dans Journal of Medieval and Early Modern Studies 38/1, 2008, p. 15-34.

10 Coaptare tamen convenit auctoritati mittentium statum mittendorum et dignitatem, ad eius cui mittitur excellentiam habendo respectum et juxta agendorum qualitatem negociorum et fines ac facultatem agendi ambaxiatoribus conferendam. Nam pro minimis magnos vel maiores a minoribus, aut ad maiores minimos destinare seu inexpertos perniciosum est (Bernard de Rosier, Ambaxiatorum brevilogus... cit. n. 1, p. 6).

11 Qui autem habilis est, onus hoc suscipiens cum honore iuxta sui statum, a mittente debet esse provisus de commeatu, eveccionibus, et expensis, sic ut larga manu eius a quo mittitur, possit et sui ipsius ubique servare honorem (ibid., p. 7).

12 Récemment Paul M. Dover est revenu sur ce topos des échanges épistolaires de l’ambassadeur et de son seigneur dans lesquels les ambassadeurs se plaignent amèrement du manque de revenus fournis par leur souverain et rappellent que leur mission leur coûte de l’argent personnel, au détriment même de la dignité du mandant et de l’état qu’il dirige ; il y voit une classique relation de patron à client, caractéristique des relations sociales des États territoriaux italiens du XVe siècle : P. M. Dover, The economic predicament of italian Renaissance ambassadors, dans Journal of Early Modern history, 12/2, 2008, p. 137-167. Sans rejeter cette hypothèse (on pouvait s’enrichir en faisant de la diplomatie), il faut rappeler que les inquiétudes quant au support matériel des ambassades et des ambassadeurs étaient déjà vives dans les statuts communaux italiens du XIIIe siècle et que nombreux semblaient les « élus » députés aux missions d’ambassade qui cherchaient à se défausser de cette charge.

13 Et dum post modum indiguerint laborare scientibus, sufficientes qui ambaxiatas illorum prosequantur non immerito reperire nequeunt et eorum negocia retardantur et sepius contra vota illorum adveniunt et minus grato vel pocius malo fine clauduntur (Bernard de Rosier, Ambaxiatorum brevilogus... cit. n. 1, p. 28).

14 Per quorum officium in actu sepius deductum ad usum constat evidenter non solum terrena quinymo celica de superis ad terrestria et de terrestris ad superos transmeatu prospero consummari (ibid., p. 9).

15 Sur les liens entre la culture canonique et la culture civiliste chez de Rosier, voir P. Arabeyre, Les deux justices. Les deux pouvoirs. La production doctrinale des juristes méridionaux sur les rapports entre justice ecclésiastique et justice royale, de Bernard de Rosier à Guillaume Benoît (deuxième moitié du XVe siècle), dans Les justices d’Église dans le Midi (XIe-XVe siècle), Toulouse, 2007 (Cahiers de Fanjeaux, 42), p. 373-397.

16 Utilius est cuique qui ambaxiatores mittit premissa oretenus explicite per seipsum dicere illis : nam tenacius pectoribus eorum inseritur, quam si scriptis vel a tercio diceretur, illique se amplius reputant honoratos, et ultra forciores insurgunt (Bernard de Rosier, Ambaxiatorum brevilogus... cit. n. 1, p. 10).

17 Intendere circa comissa caveat quos mittit, ne in commissis sit anceps, eos enim quos mittit faciat dubios, et retrahit a diligentiori congressu. Studeat quantum pro se certus committere certa : nam super incertis omnino minime convenit ambaxiatores vocari, nec super talibus subi fideles et caros onerosis fatigationibus occupari (ibid.).

18 « Et qui inter eos prudentiores sunt, supportare socios studeant et in omnibus adiuvare ; in hoc sibi ipsis et illis a quibus mittuntur, observabunt honorem, et incautos cauciores efficient, tollerantes illos equanimitate sua […] Nec simpliciter presumant de sufficiencia litterarum, quantumcumque provecti, de viribus proprii naturalis ingenii, aut de profunditate sensus, vel subtilitate seu agilitate sua » (ibid.).

19 Ibid., p. 12

20 Sur le sens technique de ces notions et leur usage, voir B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVsiècle), Rome, 2008, p. 138-149.

21 À l’inverse de l’ars dictaminis, l’ars concionandi n’a pas fait l’objet de longues études : voir les remarques précieuses d’E. Artifoni, L’éloquence politique dans les cités communales (XIIIe siècle), dans I. Heullant-Donat (éd.), Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), Paris, 2000, p. 269-296, surtout p. 279-283. En toute rigueur cependant, l’échange diplomatique ne relève pas de l’ars concionandi ; à ce titre, il n’apparaît généralement pas dans les quelques traités consacrés aux techniques oratoires civiles. Il existe toutefois de rares exceptions qui témoignent que l’ambassade pouvait être un terrain idéal de jonction entre l’art de la rédaction de la lettre et l’art de la parole, comme cette ars dictaminis du XIIe siècle repérée par H. Wieruszowski, A twelfth-century ‘ars dictaminis’ in the Barberini collection of the Vatican library, dans Ead., Politics and culture in medieval Spainand Italy, Rome, 1971, p. 331-345, où à côté de lettres-modèles « classiques » est insérée une lettre-discours d’un noble du contado de Pistoia à un noble toscan pour l’inciter à lutter contre l’expansion de Pistoia, document qui semble caractéristique des documents d’appui aux ambassades : voir P. Cammarosano, L’éloquence laïque dans l’Italie communale (fin du XIIe-XIVe siècle), dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 158, 2000, p. 431-442, ici p. 436. Mais au total, la collecte d’exemples diplomatiques est assez maigre dans les artes dictandi, du XIIe siècle jusqu’aux Dicerie de Filippo Ceffi, au XIVe siècle.

22 P. M. Dover, The resident ambassador and the transformation of intelligence gathering in Renaissance Italy, dans E. O’Halpin, R. Armstrong, J. Ohlmeyer (éd.), Intelligence, Statecraft and International Power, Dublin, 2006, p. 17-34, et Id., Deciphering the diplomatic archives of fifteenth-century Italy, dans Archival Science, 7, 2007, p. 297-316.

23 tamen ubi cuiusquam articuli seu plurimorum ipsius credencie vel instruccionum sensus, pro tunc dum explicatio fienda est, convenire non possit illos, melius est alias partes credencie proponendo tacere quam ad dampnum, derogationem vel retardationem voluntatis preiudiciumque ipsorum mittentium propalare (Bernard de Rosier, Ambaxiatorum brevilogus... cit. n. 1, p. 13).

24 Sed, si quandoque, ut accidit, ambaxiatores videant eciam super principalibus negociis pro quibus missi sunt credenciam traditam et instruciones iuxta sensum, et minus secundum verba nullatenus explicari convenire, quamvis per eos quibus missi sunt dies et hora pro explicanda credencia sunt assignati, tantumque discent ab his qui miserunt eos quod commode super hiis consulere nequeunt illos, in tanto discrimine positi, prudenter provideant, conspectui eorum quibus missi sunt, verbo, gestu, modo convenientibus ostendere se minime destitutos vel turbatos existere (ibid.).

25 Et si coaptatio non sufficiat, subtiliori modo, peramplius acuciori indagine, materiam ad propositum ad altiores considerationes successus elevare non dessinant, quemadmodum viderint expedire, in ambiguo tamen insistendo circa ea que pro expedicione negociorum in iure ipsis occurrunt et circa ea que expedire viderentur in facto [faciendo éd. Hrabar] secundum rectum iudicium rationis, cumque tot capita tot sensus, et secundum cuiuslibet hominis anime virtutes subtiliores occurrant vie exquisite, sepius tamen in hiis que huius mundi sunt et ad fraudem super hiis discrecio summe necessaria est, ad ex opposito debite procedendum (ibid., p. 14-15).

26 sic ut loquendo tacere et cum racione scire loqui tacendo reperiantur (ibid., p. 15).

27 Quanto citius expediunt, laudabiliores fiunt […] ne, diuturna mora tales ad familiarem conversacionem admittens, prodat humanos ipsorum secretos defectus, quos nec domesticis innotescere cupiunt ipsi prudentes, ne per hoc agendorum secreta patescant illorum (ibid., p. 18).

28 Nam sepe contingit excogitatos et previsos modos a mittentibus traditos, cum ad eos ad quos mittuntur ambaxiatores pervenerint, locum non habere vel congruere non posse pressenti tunc tempori sive loco; caucius igitur negociari studeant et talia discernere qui mittuntur, ne forte preocuppati (sic) seu precipites ex inadvertencia contingat ipsos circa ea insistere que non expediunt et principale negocium impedire, necnon confundere semetipsos retardareque suum prosperum et optatum regressum (ibid., p. 19).

29 Minus gratam conclusionem ab hiis ad quos missi sunt ambaxiatores omnino respuere debent: aliquid enim quam nichil reportare melius est, nisi a mittentibus habeant expresse contrarium inmandatis (ibid., p. 20).

30 nec proprias passiones turbacionis sue discoperire missi debent exteris qui de illis prius bonam extimacionem habebant. Igitur colera cedat iudicio, levitas gravitati, rigor mansuetudini, procassitas affabilitati; humanus aspectus missorum procerus permanens et serenus, tanquam ex propriis, advertere dulciter potest illos qui conclusionem minus gratam vel negativam tribuunt, ut futura prospiciant et ad meliora que magis expediunt condecendant (ibid.).

31 Caveant tamen qui missi, nedum verisimilia seu congrua, vel que videantur, expedire deducunt casu preter intentionem quidquam aperiant de hiis que parti sue possent quomodolibet in posterum derogare, ne postmodum aperuisse talia pudeat et penitat ipsos (ibid.).

32 Je me permets de renvoyer à P. Gilli, De l’importance d’être hors norme: la pratique diplomatique de Giannozzo Manetti d’après son biographe Naldo Naldi, dans R. M. Dessì (dir.), Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècle), Turnhout, 2005, p. 411-430.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier, EMM (EA 4583) - patrick.gilli@univ-montp3.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540