Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge

Stéphane Péquignot

Texte intégral

  • 1 Sur les légats, voir le chapitre V de ce volume et, de manière générale, C. Zey, C. Märtl (éd.), A (...)
  • 2 D. Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften zwischen Ost- und Westkaisern 756-1002, Berne, 1999, p.  (...)
  • 3 P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle: l’imposs (...)
  • 4 Sur la littérature statutaire italienne, voir le chapitre III de ce volume.
  • 5 Voir M. Bazzoli, Ragion di stato e interessi degli stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal X (...)
  • 6 J. Merceron, Le message et sa fiction: La communication par messager dans la littérature français (...)
  • 7 Voir le chapitre IV de ce volume ; S. Schein, Fideles Crucis. The papacy, the west, and the recove (...)

1Alors que les légats du pape constituent dès le XIIe siècle un thème de réflexion important pour le droit canonique et que Guillaume Durand leur consacre à la fin du XIIIe siècle une partie entière de son Speculum iudicale, le Speculum legatorum1, les envoyés des puissances séculières ne suscitent pas dans la production législative et dans la littérature juridique de l’Occident médiéval un engouement comparable. Les codes de lois « barbares » des Ve-VIe siècles2, le Code et le Digeste3, ou bien encore les statuti des communes italiennes composés à partir du XIIIe siècle les prennent certes en considération4, mais leur singularité peine à être reconnue en droit par les commentateurs, et une trattatistica exclusivement centrée sur leur fonction se développe seulement à partir du XVe siècle5. Toutefois, les ambassadeurs sont des protagonistes familiers et importants dans les épopées, les chroniques et les pièces de théâtre médiévales6. Les documents de la pratique diplomatique, les projets de paix ou bien encore les ouvrages de conseil destinés aux gouvernants contiennent également des recommandations sur les représentants à l’étranger des rois, des princes et des universitates7. Quelles conceptions des ambassadeurs véhiculent ces observations disséminées dans des œuvres très diverses ? S’accordent-elles au sein d’une évolution commune ?

2Les sources sur lesquelles fonder l’enquête s’avèrent bien trop nombreuses pour être toutes appréhendées ensemble dans ce chapitre, d’où le choix de se restreindre aux seuls miroirs des princes. La délimitation du genre des specula pose toutefois d’emblée problème. Pour Wilhelm Berges,

  • 8 W. Berges, Die Fürstenspiegel des hohen und späten Mittelalters, Leipzig, 1938, p. XIII.

une chose [leur] est commune à tous […] et les distingue des autres écrits programmatiques, intellectuels et polémiques : ils visent moins à répondre aux nécessités d’une situation politique donnée qu’à la formation de l’homme, et ils s’efforcent de définir des lignes éthiques à suivre pour un gouvernement du peuple par la monarchie8.

  • 9 Ibid.
  • 10 J.-P. Genet, L’évolution du genre des miroirs des princes en Occident au Moyen Âge, dans S. Cassag (...)
  • 11 Sur les différentes appellations possibles (« littérature politique », « arts de gouverner », « mi (...)
  • 12 Ont été pris en considération les ouvrages édités (soit une cinquantaine) mentionnés dans : W. Ber (...)

3En rassemblant selon ce critère les « témoins d’une éthique politique médiévale », mais aussi en excluant certains textes avec des justifications parfois peu convaincantes, l’historien allemand avait, dans un ouvrage publié en 1938, repéré 46 miroirs rédigés en Occident entre le milieu du XIIe siècle et les années 13809. Plusieurs travaux ont ensuite souligné a contrario la difficulté à définir ce genre dominé par les clercs, relevé ses limites floues et, par conséquent, le risque qu’il y aurait à appréhender les textes concernés dans un cadre trop rigide10. Face à une telle incertitude, devant un « genre hybride » (U. Graßnick) et des « œuvres […] généralement composites » (F. Lachaud, L. Scordia), il a paru préférable de retenir ici comme corpus l’ensemble des textes qui, sous des formes variées mais toujours à des fins d’éducation ou de conseil, établissaient des modèles de comportement souverain. Il ne s’agit pas de proposer ainsi une définition supplémentaire pour les specula11, mais plutôt de cerner un vaste groupe d’écrits possédant des objectifs globalement communs12 et qui, en mode mineur, témoignent des jugements formulés sur les ambassadeurs depuis les Carolingiens jusqu’aux premières années du Grand Schisme d’Occident.

Premiers silences

  • 13 Nuntius est qui nuntiat et quod nuntiatur, id est angelos kai angelia. Sed nuntius ipse homo gener (...)
  • 14 Isidorus Hispalensis, Sententiae, éd. P. Caziers, Turnhout, 1998.
  • 15 Smaragde, La voie royale, éd. Dom J. Leclerq, Saint-Léger-Vauban, 1950 ; Jonas d’Orléans, Le métie (...)
  • 16 De donis vero diversarum legationum ad camerarium aspiciebat, nisi forte iubente rege tale aliquid (...)
  • 17 Ioannis Saresberiensis episcopi carnotensis Policratici sive de Nugis curialium et vestigiis philo (...)
  • 18 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principis, éd. Patrologia latina, 212, p. 771-1082 ; Pedro (...)
  • 19 Giraud de Cambrai, De principis instructione liber, éd. G. F. Warner (Giraldi cambrensis Opera, VI (...)
  • 20 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 402-431.
  • 21 H.-F. Delaborde, Le texte primitif des enseignements de Saint Louis à son fils, dans Bibliothèque (...)

4Pour Isidore de Séville (mort en 636), le terme « nuntius signifie celui qui annonce et ce qui est annoncé, c’est-à-dire angelos kai angelia. L’homme-messager est du genre masculin, tandis que ce qu’il annonce est du genre neutre, de telle sorte que l’on dit ‘ce messager’ (hoc nuntium) et ‘ces annonces’ (haec nuntia) »13. Toutefois, dans son ouvrage qui s’apparente le plus à un miroir, les Sententiae, Isidore ne dit rien de ce nuntius ambivalent14. Les specula composés ensuite à l’intention des Carolingiens, par exemple la Voie royale de l’abbé de Saint-Mihiel Smaragde, Le métier de roi de Jonas d’Orléans ou le De regis persona… de l’archevêque Hincmar de Reims, demeurent également silencieux, car ils portent fondamentalement sur la seule figure du roi et sur la détermination des vertus nécessaires au bon exercice de sa charge15. Les legationes apparaissent seulement de manière subreptice dans l’Ordinatio palatii du même Hincmar, qui relève la nécessité pour un roi éloigné des considérations matérielles de toujours avoir à sa disposition des cadeaux et une cour suffisamment fournie pour pouvoir accueillir honnêtement les ambassadeurs étrangers16. Trois siècles plus tard encore, les miroirs écrits dans le sillage du Policraticus de Jean de Salisbury ne comportent pas plus de développements substantiels sur les messagers ou les ambassadeurs17. Ni Hélinand de Froidmont ni, en Espagne, Petrus Alfonsi n’en soufflent mot18. Tout au plus Giraud de Cambrai mentionne-t-il dans son De principis instructione liber des ambassades à titre d’exemples pour illustrer son histoire de l’Angleterre19. Au XIIIe siècle, les miroirs font à nouveau florès en Occident, singulièrement dans l’entourage de Louis IX20. Or, ni les Enseignements du roi à son fils, ni les œuvres dirigées par le dominicain Vincent de Beauvais, ni les textes rédigés par Guibert de Tournai et Jean de Limoges n’évoquent les fonctions diplomatiques21. Les miroirs, focalisés sur les vertus des rois et les principes internes du regimen placé sous leur autorité, ne laissent alors guère de place aux relations avec l’étranger.

Le Secretum secretorum

  • 22 W. F. Ryan et C. B. Schmitt, Pseudo Aristotle, the Secret of Secrets: Sources and influences, Lon (...)
  • 23 Poridat de las poridades, éd. Ll. A. Kasten, Madrid-Madison, 1957.
  • 24 Appelée pour cette raison également « version de Tripoli », éd. T. Frenz et P. Herde, Das Brief- u (...)

5La figure évanescente de l’ambassadeur a plus de relief dans les multiples avatars du Secretum secretorum. Fondé notamment sur des sources iraniennes, sassanides et byzantines, reprenant une matière sentencielle et médicale au sein d’une lettre de conseils adressée à Alexandre par son précepteur Aristote (d’où la qualification parfois de son auteur comme ‘pseudo-Aristote’), le Secret des secrets connaît au Moyen Âge un succès considérable22. Une version arabe, le Sirr-al-asrār, composée dans la deuxième moitié du Xe siècle, est à l’origine des deux branches principales de la tradition manuscrite qui circule en Occident : une version A, fondée sur la traduction latine de Jean de Séville à la fin du XIIe siècle et comportant une traduction en castillan, le Poridat de las poridades, effectuée à la fin des années 1240 sur la demande du roi Ferdinand III pour son fils Alphonse (le futur roi Alphonse X de Castille)23, et une version B, plus longue, avec des développements importants sur le régime de santé, traduite intégralement en latin par Philippe de Tripoli dans les années 122024. Cette deuxième version joue ensuite du XIIIe au XVe siècle un rôle prépondérant dans les très nombreuses adaptations et traductions du Secretum secretorum en allemand, en anglais, en ‘anglo-normand’ (c’est-à-dire en français d’Angleterre), en aragonais, en castillan, en catalan, en croate, en français, en italien, en persan, en portugais et en turc.

  • 25 Sur la variabilité structurelle : D. Lorée, Le statut du Secret des secrets dans la diffusion ency (...)
  • 26 Poridat... cit. n. 22, p. 52.
  • 27 J. M. Sola-Solé, El Llibre de doctrina del rei Jaume d’Aragó, Barcelone, 1977, p. 95.
  • 28 Roger Bacon, Secretum Secretorum cum glossis et notulis tractatus brevis et utilis ad declarandum (...)
  • 29 Le Secret des secrets, Texte du ms Baltimore, Walters Arts Gallery, W 308, XVe siècle, éd. D. Loré (...)
  • 30 nuncius seu missus demonstrat sapienciam mittenti, et ejus est oculus in hiis que non videt, et ej (...)
  • 31 Oportet ergo eligere digniorem ex hiis qui sunt in tua presencia, sapientem, prudentem et honorabi (...)
  • 32 Et si non est sic in hac determinacione, sic ad minus secretarius fidelis, justus, nichil addens v (...)
  • 33 Ibid., p. 148 ; Poridat... cit. n. 23, p. 52.
  • 34 « Et se tu avoies messagier qui par tons te feïst trahison, je ne le dy point de mesure de la pain (...)
  • 35 « Et ponet vuestras cosas en el depues que sepa vuestra voluntad et nol castiguedes de lo que a de (...)
  • 36 nichil addens vel diminuens de hiis in quibus est missus (Roger Bacon, Secretum... cit. n. 28, p.  (...)
  • 37 J. Merceron, Le message... cit. n. 6, p. 26-28 ; D. E. Queller, The office of the ambassador in th (...)

6Dans plusieurs variantes latines ou vernaculaires occidentales, un chapitre est consacré aux envoyés des souverains. Son titre, sa taille et sa position au sein de l’œuvre diffèrent selon les versions25. Le Poridat de las poridades recèle un « cinquième traité […] sur les mandataires du roi dans son état et sur la façon dont l’on doit ordonner leur envoi » (El quinto tractado es en los mandaderos del rey en su estado e como se deve ordenar que los enbian)26 ; composé en catalan au milieu du XIIIe siècle, le « Livre de la doctrine ou de la sagesse » (Llibre de la doctrina o de la saviesa) de Jacques Ier d’Aragon (1213-1276) abritait également – l’index en témoigne – un « cinquième [traité] sur les messagers des rois » (lo quint [tractat] és dels misatgés dels reys), malheureusement disparu27 ; le chapitre 16 de la version latine de Roger Bacon porte « sur le choix de messagers dignes » (de eleccione nunciorum dignorum)28, tandis qu’une version française abrégée du XVe siècle contient un chapitre plus bref sobrement intitulé « des messagers »29. Au-delà de singularités propres à chaque adaptation du Secret des secrets, la substance et la structure du propos demeurent remarquablement identiques. Il s’agit de définir la fonction des « envoyés du roi » ou de ses « messagers », de formuler ensuite des conseils pour qu’Alexandre choisisse ceux-ci à bon escient, puis d’exposer les châtiments à infliger au nuncius dans le cas où celui-ci dérogerait à ses obligations. Il constitue dans ces textes une extension non autonome du corps du roi. D’après Bacon, « le messager ou l’envoyé (nuncius seu missus) est son œil pour ce qu’il ne peut voir, son oreille pour ce qu’il ne peut entendre, et sa langue en son absence ». On ne précise guère si l’envoyé du roi agit à l’intérieur ou à l’extérieur du royaume, mais l’on exige de lui qu’il « démontre la sagesse de celui qui l’envoie » et fasse preuve de qualités attendues du monarque30. Il est par conséquent nécessaire à ce dernier de choisir parmi ses proches l’homme le plus digne possible, qui soit « sage, prévoyant, honorable, plein de considération, fidèle, et [qui sache] éviter ou fuir toute turpitude ou faute »31. Si, au terme d’un entretien avec l’individu pressenti, Alexandre n’est pas convaincu de la fermeté de son intention pour la mission, il peut par défaut recourir à un secrétaire respectant à la lettre le mandat qui lui sera confié ou bien, en dernière instance, à un homme ayant déjà fait preuve de sa loyauté. Alors que plane toujours le spectre de la trahison, la fidélité demeure le seul critère de choix sur lequel il ne saurait transiger. Corrélativement, plusieurs vices doivent impérativement être pourchassés : l’appât du gain, l’ivrognerie qui donnerait du mandant une image dépourvue de sagesse et qui, selon certaines versions du texte, pourrait conduire à l’ébruitement inconsidéré d’informations secrètes32. Roger Bacon et le Poridat de las Poridades se rejoignent ensuite pour proscrire l’envoi comme messager du principal « bailli » (baiulus) ou alguazil du royaume, sous peine d’un réel danger pour le pouvoir33. Enfin, lorsqu’un nuncius s’avère cupide ou trahit, il doit être puni le plus sévèrement possible34. Dans ce cadre contraignant, l’espace laissé à l’initiative des messagers est souvent réduit. Le Poridat de las Poridades reconnaît toutefois à certains d’entre eux la capacité de déterminer eux-mêmes la réponse à donner au destinataire de leur mission35, ce qui les distingue des simples porteurs de lettre ou de ceux qui ne disent « ni plus ni moins que ce que [le roi leur] ordonne de dire »36. Affleure ici l’idée d’une compétence spécifique et d’une hiérarchie entre messagers. Toutefois, à l’instar de nombreux autres textes contemporains, les extraits considérés englobent sous des termes généraux (nuncius, ‘messager’, mandadero, etc.) des hommes de capacités et de rangs très divers37. Une telle indifférenciation du vocabulaire est révélatrice. Comme pour les scribes, les baillis et les autres officiers évoqués ailleurs dans le Secret des secrets, l’essentiel demeure pour tous les envoyés du roi de le re-présenter le plus fidèlement possible, ils doivent être et porter le vivant témoignage des vertus que le miroir lui tend en modèle.

Inflexions I : les Siete Partidas

  • 38 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio cotejadas con varios codices antiguos por la Real (...)
  • 39 A. De Benedictis (éd.), Specula principum... cit. n. 12, p. XVI ; G. Martin, Alphonse X de Castill (...)
  • 40 [Partida II, Título XIII, Ley XVI], « Cómo el pueblo deve envergonzar, et obedescer al rey. […] et (...)
  • 41 [Partida II, Título XIII, ley XXIV] « han otro previllejo los caballeros, que mientre estodieren e (...)
  • 42 [Partida III, Título V, Ley IX] « Que los que van en mandaderia non pueden seer personeros en pley (...)
  • 43 [Partida III, Título XXIII, Ley X] « Cómo los que son en hueste, ó en mandaderia del rey ó por pro (...)

7Ces réflexions au sujet du nuncius constituent une source importante pour les Siete Partidas. Composées en castillan de 1256 à 1265 dans un atelier d’écriture placé sous l’autorité du roi Alphonse X le Sage, les Siete Partidas réunissent au sein d’un code à l’ambition universelle une somme considérable et hybride de droit civil et de réflexions juridiques38. Le cas des envoyés du roi est envisagé à la fois de façon spécifique dans la Segunda Partida (« Deuxième Partie »), un traité revêtant la forme d’un miroir au prince39, et dans des passages à caractère législatif disséminés dans le reste de l’œuvre. Faisant fi de la nomenclature interne des Siete Partidas, la plupart des prescriptions juridiques relatives aux mandaderos ne sont pas réunies dans un « code » ou un « chapitre », ni même sous un « titre », mais dispersées dans des « lois » de portée plus générale. L’obligation de se rendre en ambassade (mandadería) à la demande du roi se trouve ainsi mise sur le même plan que le déplacement nécessaire pour l’ost ou la guerre au sein d’une loi portant sur l’obéissance au mandat royal40. Plusieurs titres précisent également le statut du mandadero en cours de mission. Ni lui ni sa femme ne peuvent être dessaisis à cette occasion d’aucun bien ni d’aucun droit. Si tel était néanmoins le cas, le messager disposerait de quatre années pour obtenir restitution par un juge royal41. Il ne peut être partie prenante dans un procès, car il ne doit pas s’écarter de sa tâche principale, le service du roi42. Enfin, au retour de sa mission, s’il juge que le procureur auquel il a laissé la garde de ses biens ne s’est pas acquitté correctement de sa tâche, il a tout loisir de lui intenter un procès43. Puisant dans le Code et le Digeste, ces prescriptions poursuivent plusieurs buts : garantir au roi sa capacité légale à convoquer et à envoyer en son nom les hommes idoines, assurer à ces derniers une sécurité et un statut juridiques d’exception durant leur déplacement, ôter ainsi tout prétexte à ceux qui voudraient se dérober au mandat royal.

  • 44 Ibid., p. 76-77.
  • 45 « et por eso los puso Aristóteles en semejanza de la lengua del rey, porque ellos han á decir por (...)
  • 46 « Mandaderos son llamados aquellos que el rey envia á algunos homes á quien non puede decir su nom (...)
  • 47 « et por ende tales oficiales como estos deben seer de buena palabra et sin cobdicia et de grant p (...)
  • 48 « nin habrien sabidoria para conoscer nin entender quién es el que los envia, nin otrosi quál es a (...)
  • 49 « Et si de buena palabra non fuesen, non sabrien bien mostrar aquello que les mandasen decir : et (...)
  • 50 « débelos el rey amar, et fiarse en ellos, et facerles grant honra et mucho bien » (ibid.).
  • 51 « et mandaderos hi ha aun sin estos que diximos que traen otras mandaderias por cartas, que son se (...)

8Se situant sur un autre plan, la loi XXI du titre IX de la Segunda Partida envisage « quels doivent être les mandataires du roi » (quáles deben ser los mandaderos del rey)44. Les questions traitées, la structure adoptée et l’invocation de l’autorité d’Aristote sont similaires à celles du Secret des secrets. Les envoyés du roi sont comparés aux mêmes parties de son corps – la langue, l’œil, l’oreille –, mais le propos connaît des inflexions notables45. Plutôt qu’en représentant de la sagesse du roi, le mandadero est dans la Segunda Partida considéré comme l’une des trois voies de la transmission du mandat (mandamiento) royal, il est celui « que le roi envoie à d’autres hommes, auxquels il ne peut dire sa volonté par parole, ou ne peut, ou ne veut la leur envoyer dire par lettre »46. Ses qualités et, surtout, la réflexion menée sur ce qu’implique le fait qu’il en soit dépourvu diffèrent sensiblement. À l’instar de leurs homologues du Secret des secrets, les mandaderos doivent certes être de bonne lignée, loyaux, intelligents, très sages et de bonne parole, sans avarice et capables de celer un secret. L’absence de honte – vertu fondatrice d’obéissance – et le manque d’amour du roi, de son honneur ou de son profit sont également jugés préjudiciables47. Cependant, le défaut de sagesse des représentants du roi se traduit de manière plus précise dans la Segunda Partida par leur impuissance à « comprendre qui les envoie, […] auprès de qui ils vont, [et] à savoir pourquoi et à quel sujet on les envoie, trois choses que [tous doivent connaître] »48. S’ils sont incapables de « bonne parole » (buena palabra), c’est-à-dire d’éloquence, « ils ne sauront pas montrer ce qu’on les envoie dire, et l’envie leur fera prendre quelque chose, pour la honte de celui qui les aura envoyés »49. S’ils ne savent pas garder le secret, ils risquent d’entraver l’affaire (estorvar el fecho) pour laquelle ils auront été mandatés. Toutes les qualités énoncées initialement, non plus seulement, en dernier lieu, la fidélité au roi, s’avèrent par conséquent indispensables pour que ses envoyés donnent satisfaction. De façon nouvelle, la Segunda Partida stipule en outre que « le roi doit [les] aimer, avoir confiance en eux, leur faire grand honneur, et beaucoup de bien »50. Enfin, une distinction plus nette est opérée entre les envoyés du roi porteurs de sa parole – que l’on pourrait qualifier d’ambassadeurs – et ceux qui, transmettant seulement des lettres – des courriers ou de simples messagers –, sont « semblables aux pieds de l’homme, qui se déplacent sans parole pour défendre son profit »51. Mandadero de première classe, l’envoyé-ambassadeur idéal demeure toujours le représentant fidèle des vertus de son mandant, mais il possède des compétences intellectuelles et oratoires plus précises. Reflétant toujours celle de son maître, sa sagesse se rapproche nettement de la prudence.

Inflexions II : la literatura sapiencial

  • 52 Libro de Alexandre, éd. J. Casas Rigall, Madrid, 2007.
  • 53 Flores de filosofia, éd. H. Knust, Dos obras didácticas y dos leyendas, Madrid, 1878, p. 11-83.
  • 54 Libro de los cien capítulos (Dichos de sabios en palabras breves e complidas), éd. M. Haro Cortés, (...)

9En Castille, à partir de la fin du XIIIe siècle, la figure de l’envoyé du roi devient également un thème récurrent de la literatura sapiencial (« littérature sapientielle »), un ensemble très divers de livres de sentences, de romans chevaleresques et de miroirs, dont le point commun est de donner des conseils sur le comportement des princes. Nettement influencée par le Secret des secrets, la littérature sapientielle s’en démarque toutefois à plusieurs reprises dans sa caractérisation des représentants du roi. Les premiers textes du genre sont peu explicites. Le Libro de Alexandre, composé au XIIe siècle, abrite quelques récits détaillés d’ambassades, notamment celui d’une légation adressée au roi des Grecs, mais sans remarque de portée générale52. Alors que les influentes Flores de filosofia demeurent muettes à ce sujet53, un autre recueil de sentences composé à la fin du XIIIe siècle, le Libro de los cien capítulos (« Livre des cent chapitres »), appelé aussi Dichos de sabios en palabras breves e complidas (« Dits de sages en paroles brèves et complètes »), évoque les envoyés du roi dans son septième chapitre « sur les alguazils du roi et les scribes » (capítulo VII de los alguaziles del rey e de los escrivanos)54. Après avoir affirmé que la plus noble chose que puisse posséder un homme en ce monde est d’avoir la grâce d’être prophète ou bien d’être roi et, de ce fait, vicaire de Dieu, ou bien encore d’être l’alguazil qui tient lieu de roi, le Libro approfondit de manière vertigineuse une interprétation organiciste déjà présente dans le Secret des secrets et dans les Siete Partidas. D’après les sentences,

l’alguazil du roi est au roi ce que les oreilles, les yeux et le cœur sont à l’homme. Et le cœur du scribe du roi est la lettre de ses secrets, et sa main est la langue du roi, qui parle pour lui et pour tout le royaume, et il est l’homme qui est le plus près du roi […] L’alguazil est la démonstration du roi, son porteur est sa démarche, son scribe est sa langue.

  • 55 « E el alguazil del rey es al rey como las orejas, e los ojos, e el coraçón al omne. E el coraçón (...)

10Au terme de ces comparaisons, un acmé : « l’envoyé est la personne du roi »55. Réunissant de façon temporaire les parties et les fonctions du corps du monarque ordinairement dispersées en ses divers officiers, l’envoyé du roi ne fait pourtant l’objet d’aucune autre sentence dans le Libro. Il ne constitue pas un objet de réflexion autonome et reste envisagé exclusivement dans l’ombre portée et écrasante du roi qu’il représente, véritable destinataire de l’ouvrage.

  • 56 « Capítulo XVI. De cómmo deve seer omne buen lapidario en conosçer los omnes » (Castigos del rey S (...)
  • 57 « [8] E saber deves escojer quáles son mandaderos para enbiar a otro omne más baxo, e quáles son m (...)
  • 58 S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Arag (...)
  • 59 « capítulo XXVIII. Cómmo deve omne meter mientes a que omne descubre su poridat » (Castigos... cit (...)
  • 60 « [11] Más val dezir mentyra teniendo poridat que dezir verdat descobriendo la poridat » (ibid., p (...)

11Une perspective moins classique prévaut dans les Castigos, les enseignements de sagesse que le roi Sanche IV de Castille (r. 1284-1295) adresse à son fils et successeur Ferdinand (le futur Ferdinand IV). Avec d’autres personnes liées au monarque, les mandaderos servent d’abord dans ce texte à illustrer un même précepte déguisé sous le masque de la métaphore : le roi doit être un bon lapidaire56. Mis en possession de nombreuses pierres, certaines précieuses, d’autres pas, il a pour tâche essentielle de distinguer le bon grain de l’ivraie, de saisir la place qui revient à chacun. Il doit savoir de qui recevoir le conseil et de qui le refuser, discerner ceux qui figureront parmi ses proches et ceux qui en seront exclus, repérer ceux auxquels confier ses secrets et les individus auxquels il ne faudra pas les révéler, etc. Après une longue énumération d’injonctions binaires, le roi ordonne enfin : « tu dois savoir choisir quels sont les mandataires (mandaderos) devant être adressés à un homme de rang inférieur au tien, quels sont les envoyés idoines pour un prélat, et quels sont les envoyés pour les maures et les hommes d’autres croyances »57. Les Castigos n’indiquent pas sur quels éléments d’appréciation – compétences linguistiques, statut social, appartenance ou non au clergé, ... – le roi doit se fonder pour choisir de tels représentants, mais ils sont en tout cas le premier texte de la matière spéculaire à souligner la nécessité de tenir compte du destinataire de la mission. Le conseil rejoint et investit ainsi d’autorité une pratique déjà existante à la fin du XIIIe siècle58. Un autre passage des Castigos, relatif à l’envoyé du roi en état d’ébriété, témoigne de l’attention soutenue portée aux enjeux concrets des missions diplomatiques59. Alors que pour le Secret des secrets l’ivrogne altère surtout l’image de sagesse de son mandant, le sujet est envisagé par les Castigos de façon plus ample dans une série de conseils sur les efforts nécessaires pour la conservation des secrets. Le véritable danger est alors que l’envoyé ivre ne contrôle plus le flux de sa parole, s’avère incapable de « dire un mensonge en gardant son secret [plutôt] que de dire la vérité en découvrant le secret »60. Comme l’explique le roi-narrateur à son fils :

  • 61 « [12] E quien mucho quiere fablar non se puede guardar que non aya de errar a las vegadas. E dizi (...)

celui qui veut beaucoup parler parfois ne peut éviter d’errer et, en usant beaucoup de sa parole, il en viendra à découvrir quelque chose du secret qu’il connaît. Et celui qui sait un grand secret et ne se garde pas de boire, en buvant, il se délivrera du secret qu’il connaît. Lorsqu’il reviendra à lui, il apparaîtra comme un mauvais gardien du secret qu’il a perdu. Si tu dois toujours te garder de boire beaucoup, garde-t’en plus encore lorsque tu seras en ambassade pour ton seigneur, afin de ne pas dire plus que ce que l’on t’a ordonné de dire, de ne pas promettre plus que ce que l’on t’a ordonné de promettre, et de ne pas révéler ce que l’on t’a ordonné en secret. L’homme ivre se déshonore et déshonore tout son lignage, et il déshonore le seigneur qui l’a envoyé avec son mandat, et il témoigne de la mauvaise éducation que lui donna son père…61.

12Dans l’enseignement de Sanche, l’appel à la tempérance prend la forme d’une injonction directement adressée à un infant qui est, selon une pratique alors courante, ambassadeur en puissance. La discrète figure de l’envoyé idéal du roi se caractérise donc dans les Castigos par l’importance prêtée à des enjeux pragmatiques – les destinataires, le maintien du secret – moins visibles dans les textes spéculaires précédents.

  • 62 P. Lopéz de Ayala, Rimado de palacio, éd. G. Orduna, Pise, 1981.
  • 63 Ibid., p. 228, 232.

13Près d’un siècle plus tard, dans les années 1380, l’ancien chancelier de Castille Pedro López de Ayala rédige le Rimado de Palacio (« Rimes du palais »), un ouvrage moral versifié assez hétérogène, tout à la fois traité de confession, paraphrase des Morales de Job et « art de gouverner » qui, en puisant dans la Bible, dans les Pères de l’Église et dans la Segunda Partida, propose au roi Jean Ier une série de remèdes pour guérir la Castille de son mauvais gouvernement62. Le narrateur cherche à entrer dans un palais dont les portes lui sont fermées, et saisit l’occasion pour faire état des malheurs dont souffre le prince – allusion assez transparente aux difficultés traversées par la Castille qui vient de subir en 1385 une grave défaite contre les Portugais à Aljubarrota. Les premiers « messagers » (mensajeros) des Rimes du palais signifient l’arrivée de mauvaises nouvelles, puis des « ambassadeurs » (embajadores) échouent dans leur tentative pour résoudre le Grand Schisme qui divise depuis peu la Chrétienté63. À ces envoyés de malheur s’opposent très nettement d’autres ambassades, dont Pedro López de Ayala recommande ensuite l’usage :

  • 64 « Nueve cosas yo fallo, con las quales tu veras / El grant poder del rrey en que lo conosçeras ; / (...)

J’ai trouvé neuf choses, parmi lesquelles tu verras
Le grand pouvoir du roi chez qui tu les reconnaîtras ;
Trois depuis des terres lointaines – tu comprendras ;
Six sont dans le royaume et ici tu les sauras.
S’il envoie ses ambassadeurs bien ordonnés,
De très bons chevaliers, des docteurs très lettrés,
Avec bonnes fournitures et bien accompagnés,
Par ceux qui les verront, alors ils seront remarqués.
Voilà un prince très grand, c’est sûr, on le dira,
Celui qui une ambassade si honorable enverra ;
Celui qui jamais ne l’a vu, ensuite le remarquera,
Et sa très grande renommée jamais il n’oubliera.
La seconde, s’ils voient la lettre messagère,
En note bien belle, de parole véritable,
Écrite en forme bonne et de cire ferme
Fermée, bien scellée, avec le jour, le mois et l’ère…64

  • 65 « Ya sabedes, Alexandre, que el mandadero demuestra el seso daquel quel embia […] Pues conviene vo (...)
  • 66 I. Beceiro Pita, La importancia de la cultura en las relaciones peninsulares (siglo XV), dans Anua (...)

14Tout en reprenant des éléments du Poridat de las poridades dans les deuxième et quatrième quatrains65, ce passage des Rimes du palais procède à plusieurs inflexions notables. La distinction entre l’homme-pied et l’homme-bouche, oreille ou langue du roi est approfondie. Il n’est plus question de mandaderos entendus de façon indifférenciée comme l’ensemble des envoyés du monarque, mais de ses mensajeros (« messagers ») et, pour la première fois dans la tradition spéculaire, de ses embajadores (« ambassadeurs »). Les Rimes du palais se font l’écho d’une évolution générale des chancelleries européennes qui usent alors plus fréquemment du terme pour qualifier des envoyés de rang social élevé. Corrélativement, Ayala souligne l’importance du statut parmi les critères devant présider à leur désignation. Fort à n’en pas douter de sa propre expérience diplomatique, l’ancien chancelier donne dans ses vers la préférence à ceux qui partent le plus souvent en ambassade au nom des rois de Castille et du Portugal, les letrados et les chevaliers66. Enfin, Ayala met moins en exergue l’idée d’une représentation idéale du prince que l’effet susceptible d’en être obtenu. Avec le bon ordonnancement du royaume, avec des villes bien gardées, des palais à l’air royal et des officiers justes, avec également le bon ordre qui règne dans sa maison – une chapelle noble, un bon conseil, un régime intérieur approprié –, les ambassades, les lettres et l’argent constituent pour le roi des pièces essentielles d’un gouvernement recommandable et reconnu pour tel.

15L’envoyé du roi puis l’ambassadeur qui se distingue progressivement du messager forment donc une matière de réflexion pour de nombreux textes influencés par le Secret des secrets. Toujours saisis au prisme du roi-mandant, leur caractérisation varie de façon importante selon le moment de rédaction et la perspective de chaque miroir, selon également le degré d’importance accordé à des considérations pragmatiques tirées de l’usage diplomatique. Les envoyés du roi sont dans cette tradition spéculaire des figures mineures et malléables dont l’action doit faire l’objet d’un contrôle vigilant.

Autres silences

  • 67 Gilles de Rome, De regimine principum libri III, Francfort, 1556, chap. XIX ; Libre del Regiment d (...)
  • 68 Frei Álvaro Pais (Alvaro Pelayo), Espelho dos Reis, éd. M. Pinto de Meneses, Lisbonne, 1955-1963 ; (...)

16Composé par le frère augustin Gilles de Rome à l’intention de Philippe III le Hardi entre 1277 et 1279, l’autre miroir le plus influent au Moyen Âge, le De regimine principum, n’accorde pas une place comparable aux ambassadeurs. Dans une réflexion politique articulée essentiellement autour de la question du bon gouvernement interne du royaume, le seul passage susceptible de les concerner porte sur le choix de la paix ou de la guerre. Gilles de Rome indique que cette prise de décision – et donc probablement la désignation du représentant chargé de la signifier à l’étranger – relève des domaines dans lesquels le roi doit faire appel au conseil67. Par la suite, les miroirs qui s’inspirent du De regimine principum, par exemple le Speculum regis de l’évêque portugais Alvaro Pelayo, le Libro de los estados de l’infant Juan Manuel ou le De regimine principum de l’infant Pierre d’Aragon, tous trois rédigés dans les années 1340-1350, n’évoquent pas plus le sujet68. Les traditions spéculaires n’évoluent donc pas de façon linéaire et homogène vers une importance toujours plus grande accordée aux ambassadeurs.

À la lisière du miroir, la fable et les exempla

17Il existe toutefois en Occident d’autres réflexions sur cette figure avant le XVe siècle. Elles se lovent dans des textes de fiction, d’édification, ou bien encore dans des chroniques qui précisent des modèles de comportement souverain. Se situant à la lisière du genre des miroirs au sens restreint, mais n’en possédant pas moins une fonction spéculaire, les écrits concernés sont trop nombreux pour être tous examinés dans le cadre de ce chapitre. L’analyse se limitera par conséquent à la péninsule Ibérique et, plus particulièrement, à deux œuvres saillantes qui usent de méthodes originales dans leur appréhension de la figure des ambassadeurs : des louanges à l’Espagne et une fable à portée politique.

  • 69 Fray Juan Gil de Zamora, De Preconiis Hispanie, éd. M. de Castro y Castro, Madrid, 1953.

18Le De preconiis Hispaniae est rédigé par le franciscain Juan Gil de Zamora à la fin du XIIIe siècle à l’intention de l’infant Sanche de Castille (le futur Sanche IV), dont il est le précepteur69. Sur le modèle des Laudes Hispaniae, l’auteur fait l’éloge de la terre, de la fertilité et des richesses de l’Espagne. Il loue également ses hommes, rappelle leur courage, leur sainteté et leur honnêteté, puis brosse le portrait des plus marquants d’entre eux, des philosophes, des docteurs et des princes. À la différence d’une grande partie de la tradition influencée par le Secretum secretorum, les conseils de comportement royal ne sont plus ici signifiés via Aristote transmettant son enseignement à Alexandre, mais directement formulés par l’auteur à l’intéressé, Sanche. Dès le prologue, l’usage d’exempla joue un rôle essentiel pour la construction d’un comportement souverain adéquat.

  • 70 Quemadmodum sanguis animalium et, quod est mirabilius, sanguis uve ac mori, iuxta Machabeorum Hist (...)

De la même manière que, selon l’histoire des Macchabées, le sang des animaux et, ce qui est plus remarquable encore, le jus de raisin et de mûre, lorsqu’ils sont montrés aux éléphants, les incitent au combat, de même les exemples des illustres princes excitent les âmes des nobles et les animent à accumuler et à perfectionner leurs vertus. […] Les exemples produisent plus d’effet que les paroles, les faits plus que les dits, les expériences plus que ce qui est montré ; l’exemple d’Alexandre au combat plus que les paroles d’Aristote qui dispute. […] Les mots en effet mettent de l’onguent, mais les exemples renforcent ; les mots font impression, mais les exemples poussent à l’action70.

  • 71 Ibid., Traité V, chap. 27 (de legatione ad Carolum et victoria regis Aldefonsi).
  • 72 Ibid., p. 268-270.
  • 73 Set viri diabolici qui [...] dicuntur iniciati, et solebant arabibus christianorum proposita denud (...)

19Les trois récits d’ambassades figurant dans le De preconiis Hispaniae doivent de ce fait être lus par Sanche pour leur valeur exemplaire. Le premier forme un court chapitre du traité consacré au courage de certains hommes d’Espagne et porte sur une légation envoyée par le roi des Asturies à Charlemagne. Les ambassadeurs promettent au Carolingien le petit royaume ibérique en échange de son soutien contre les musulmans. Toutefois, à leur retour, les nobles asturiens obtiennent de leur monarque la révocation de sa proposition. Un tel revirement provoque la colère de Charlemagne, qui se déchaîne contre les chrétiens d’Espagne après avoir lutté contre les musulmans71. Le deuxième exemplum est situé au milieu du XIe siècle, après la mort du roi Sanche IV de Navarre (1076). Alphonse (VI) de Castille est élu roi à la condition de prêter le serment de ne pas avoir tué Sanche72. Urraca, reine de León, dépêche alors ses envoyés auprès d’Alphonse, qui se trouve à Tolède, pour qu’ils lui enjoignent secrètement de vite se saisir du royaume. Mais des hommes « diaboliques, que l’on appelle […] des initiés (iniciati), et qui avaient l’habitude de révéler les projets des chrétiens aux Arabes »73, tentent d’informer ces derniers de la disparition de Sanche. Heureusement,

  • 74 Set Petrus Ansurii, vir discretus et in lingua arabica eruditus, et pro rumoribus patrie curiosus, (...)

Petrus Ansurii, homme plein de discernement et connaisseur de la langue arabe, soucieux des rumeurs de sa patrie, chevauchait chaque jour à l’extérieur de Tolède […] Un soir, il lui arriva par hasard de rencontrer quelqu’un [...] qui lui dit être venu annoncer au roi Almemon la mort du roi Sanche. Mais, sous l’emprise de la conversation, Petrus Ansurii le mena hors du chemin. Après l’avoir décapité, il revint sur le chemin et, peu de temps [après], il trouva quelqu’un d’autre qui venait pour la même rumeur et la même cause, et il le décapita en l’anéantissant de la même manière. Mais, comme d’autres venaient par un autre chemin, le secret ne put demeurer caché à Almemon74.

20Le nuncius des Castillans vient ensuite signifier à Alphonse la proposition qui lui est faite, et le doute assaille Petrus Ansurii et ses frères : faut-il révéler à Almemon l’offre faite à Alphonse, au risque qu’il s’empare du nouveau roi et lui impose ses conditions, ou bien agir en secret, ce qui pourrait, si Almemon l’apprend, susciter son hostilité ?

  • 75 Rex Aldefonsus confidens in Domino sic respondit : Honorifice me recepit, et necessaria liberalite (...)

Confiant en Dieu, Alphonse répondit alors de la sorte : ‘il m’a reçu honorablement, et m’a fourni ce qui m’était nécessaire avec libéralité, et il m’a traité comme un fils. Comment pourrais-je donc lui tenir caché ce que Dieu a fait pour moi ?’ Il se rendit donc auprès de lui et lui révéla ce qu’il avait reçu par les messagers. Mais Almemon savait déjà tout et […], lorsqu’il entendit ce que disait Alphonse, devenu joyeux, il répondit ainsi : ‘je rends grâces au Dieu très-haut, qui a bien voulu me libérer de l’infamie et te préserver du danger. Si en effet tu avais voulu t’enfuir à mon insu, tu n’aurais pu échapper à la capture ou à la mort. Mais va maintenant, et reçois ton royaume. Et reçois de moi l’or, l’argent, les chevaux et les armes qui pourront adoucir les esprits des tiens75.

  • 76 Ibid., p. 359-360.

21Après avoir permis l’exaltation de valeurs curiales qui transcendent les différences religieuses, des ambassades sont encore mobilisées par Juan Gil de Zamora à l’occasion d’un troisième exemplum. Au sein du douzième livre, consacré aux précautions nécessaires dans l’art de la guerre et fortement influencé par Végèce, plusieurs legationes sont en effet utilisées pour tenter de soustraire aux ennemis leurs secrets76. Dans ces trois passages du De preconiis Hispaniae, l’exemplum se suffit à lui-même et ne donne pas lieu à interprétation explicite. Néanmoins, comme l’histoire est magistra vitae, les leçons peuvent et doivent être déduites par analogie : il ne faut pas que le roi contredise sa propre parole lorsqu’il s’adresse à des envoyés de souverains étrangers ; le caractère secret des ambassades doit être préservé et contrôlé ; la méfiance est requise à l’égard des ambassadeurs de puissances potentiellement hostiles, car ils peuvent exercer une activité d’espionnage. Conformément à son projet, Juan Gil de Zamora écrit donc sur les ambassadeurs à l’attention d’un futur roi en recourant à une méthode narrative qui diffère de la réflexion formulée en termes généraux – de simples « mots » dans son vocabulaire. Visant un effet similaire à celui produit par le sang animal sur les éléphants, il préfère mettre en scène des exemples particulièrement éloquents afin d’inspirer au prétendant au trône un courage, des réflexions et des vertus nécessaires pour la pratique des ambassades, une part importante de son futur métier de roi.

  • 77 Ramon Llull, El llibre de les bèsties, éd. M. Gustà, Llibre de Meravelles, Barcelone, 1980 : Llibr (...)
  • 78 Ibid., p. 114-129.
  • 79 Chap. V « Sur les messagers que le lion envoie au roi des hommes » (Dels missatgers que el lleó tr (...)

22Au début du XIVe siècle, Ramon Llull évoque la figure des ambassadeurs de manière plus développée encore dans le Llibre de les bèsties (« Livre des bêtes »)77. Inspiré de sources orientales, notamment du Calila e Dimna, mais puisant aussi dans le Roman de Renart, cet apologue du monde animal constitue une (septième) partie largement autonome du Livre des merveilles. Llull y fait une satire de la société humaine à laquelle est tendu un miroir déformé de ses pratiques, et il porte une charge féroce contre les rois injustes, promis au châtiment de l’enfer. Le héros, Felix, assiste d’abord à l’élection du lion comme roi des animaux, puis à la formation de son conseil. Dame Renart en est écartée, non sans de vives oppositions entre animaux carnivores et herbivores78. Temporairement étouffée, la dissension resurgit au moment d’adresser aux hommes une ambassade chargée d’écarter la menace qui pèse sur le bœuf, guetté par un équarrisseur79. Des conseils contradictoires sont alors formulés par les animaux qui veulent gagner l’amour des hommes. Pour la renarde, il faut envoyer des messagers et des joyaux, signifier ainsi la volonté du roi-lion et donner des cadeaux. Le coq s’y oppose, car il craint que soit ainsi révélé aux hommes un savoir dont ils useront pour asseoir leur domination, mais il n’emporte pas l’assentiment. Afin de désigner les ambassadeurs de façon convenable, les animaux cherchent explicitement à suivre les coutumes humaines. Le bœuf, qui parle d’expérience, avance que les rois des hommes ont pour habitude d’envoyer les membres de leur conseil, ainsi que les individus les plus nobles. Le léopard et l’once sont par conséquent désignés comme messagers. Deux cadeaux vivants les accompagneront, le chat à l’image du lion et le chien qui pourra chasser. Le roi-lion saisit cette occasion pour développer une conception des messagers idéaux proche de celle présente dans la tradition du Secret des secrets, en indiquant de surcroît leur capacité à composer :

  • 80 « Saviesa de senyor és significada en missatgers savis, bé parlants, bé aconsellants, bé acordants (...)

sagesse de seigneur est signifiée par des messagers sages, qui parlent bien, qui sont bons conseillers et avec qui l’on s’accorde facilement. Noblesse de seigneur est signifiée par des messagers qui accomplissent bien leur mission, bien vêtus, qui possèdent une suite bien nourrie et bien équipée. Les messagers et leur suite ne doivent pas faire montre d’avarice, ni d’aucune luxure, ni de superbe, de colère ou d’aucun autre vice. Toutes ces choses et beaucoup d’autres sont nécessaires pour les messagers d’un noble prince, afin que l’ambassade soit agréable au prince et à la cour auxquels ils sont transmis80.

23Le souci animal de mimesis des pratiques diplomatiques humaines idéales est toutefois vite mis à mal. Dès leur arrivée, les animaux-messagers découvrent à leurs frais et en dialoguant avec des naturels du royaume le caractère visiblement corrompu du roi des humains et, par conséquent, de l’ordre social placé sous son autorité. Témoins et victimes de multiples injustices, ils doivent attendre de façon excessive avant de pouvoir rencontrer un monarque imbu de sa personne ; ils transmettent bien leur message qui doit établir un rapport honnête entre le roi-lion et le roi des humains, mais ce dernier traite de façon indigne les animaux donnés en cadeau. Présentant un contraste saisissant avec l’image idéale évoquée dans les discours du bœuf et du lion, ces mésaventures permettent, en creux, de rappeler les codes de l’échange curial selon lesquels doivent être traités les ambassadeurs : un accès rapide à l’audience, un roi attentif au message délivré, soucieux de paix et remettant un présent à ceux qui lui rendent visite. Dans ces noces de la fiction et du miroir où les animaux imitent un comportement idéal des hommes pour mieux convaincre ces derniers de revenir à une attitude plus juste, le déroulement de l’ambassade fait l’objet de descriptions détaillées. Llull demeure néanmoins peu précis sur la façon dont les ambassadeurs doivent agir à l’étranger. Le roi-lion s’en explique au léopard et à l’once, mais la teneur de ses propos n’est pas rapportée.


  • 81 Voir par exemple S. Péquignot, « Un chemin de roi : Pierre IV d’Aragon dans son Livre », dans P. M (...)

24Le bilan du parcours est donc très contrasté. En Occident, du haut Moyen Âge jusqu’au XIIIe siècle, plus tard encore dans la tradition inspirée par le De regimine principum de Gilles de Rome, les envoyés des rois demeurent longtemps absents des textes spéculaires. En revanche, les traductions du Secret des secrets et de nombreuses œuvres écrites en péninsule Ibérique sous son influence les évoquent dans des conseils ou par des préceptes. Dans un monde où la pensée politique ne se cantonne pas aux traités, des exempla, des fables et même, quand des rois font composer sous leur autorité l’histoire de leur règne, des « autobiographies souveraines » s’emparent également de la figure du nuncius comme objet de réflexion81. Plusieurs aspects cruciaux des échanges diplomatiques des XIIIe et XIVe siècles sont alors susceptibles d’être pris en considération dans des ouvrages dont le propos est loin d’être uniforme. Le déroulement même des ambassades est parfois explicité, tandis que les compétences oratoires, la capacité à préserver le secret ou bien encore la faculté à s’accorder sont à l’occasion jugées nécessaires pour faire de bons nuncii. Au-delà pourtant, écrire à leur sujet consiste essentiellement à préciser les modalités d’une représentation adéquate du roi, à apaiser d’avance par le verbe et le conseil les craintes que pourrait susciter une charge aussi nécessaire que difficilement contrôlable à distance. Longtemps considérés dans l’ensemble indifférencié des envoyés ou des messagers, les ambassadeurs ne sont pas pensés en figures autonomes, mais en tant que porteurs de la voix, de la parole, de l’ordre, des vertus, de la personne même de leur mandant. Les textes spéculaires font ainsi largement écho aux conceptions dominantes en droit sur des nuncii dépourvus d’une personnalité juridique propre. Même si l’on exige de lui certaines compétences, l’ambassadeur, par principe comme par mesure de précaution, est toujours maintenu dans l’ordre du reflet ; il demeure un truchement qui facilite le seul dialogue véritable, celui entretenu par les princes. À la différence de certains manuels composés à l’époque moderne pour les hommes de l’art, les textes spéculaires sont d’abord destinés aux gouvernants ou, du moins, à la réforme de leur action. Les réflexions sur les nuncii visent dans ce cadre à élaborer et à proposer un modèle de comportement royal permettant de choisir, d’envoyer, de recevoir et de contrôler à bon escient les ambassadeurs, pas à coucher par écrit des préceptes que ceux-ci devraient eux-mêmes mettre en pratique.

Notes

1 Sur les légats, voir le chapitre V de ce volume et, de manière générale, C. Zey, C. Märtl (éd.), Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie: zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, Zurich, 2008 ; P. Montaubin (éd.), Les légats pontificaux (à paraître). Plusieurs textes de droit canonique, notamment le chapitre de Guillaume Durand, sont édités par W. Hrabar, De Legatis et legationibus tractatus varii: Bernardi de Rosergio Ambaxiatorum brevilogus; Hermolai Barbari de Officio legati; Martini Garrati Laudensis de Legatis maxime principum; ex aliis excerpta qui eadem de re usque ad annum 1625 scripserunt, Iourev, 1906.

2 D. Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften zwischen Ost- und Westkaisern 756-1002, Berne, 1999, p. 95-102 ; A. Gillett, Envoys and political communication in the late antique West, 411-533, Cambridge, 2003, p. 73-77, 230-262.

3 P. Gilli, La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du XVe siècle: l’impossible représentation, dans MEFRM, 121/1, 2009, en particulier p. 177, n. 25.

4 Sur la littérature statutaire italienne, voir le chapitre III de ce volume.

5 Voir M. Bazzoli, Ragion di stato e interessi degli stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal XV al XVIII secolo, dans Nuova Rivista Storica, LXXXVI/II, 2002, p. 283-328, ainsi que l’introduction de ce volume.

6 J. Merceron, Le message et sa fiction: La communication par messager dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1998 ; Id., Le couple ludica-seria et son codage scénologique dans le théâtre religieux de la fin du Moyen Âge: l’exemple du messager ‘païen’, dans European Medieval Drama, 10, 2006, p. 1-56 ; J.-C. Vallecalle, Messages et ambassades dans l’épopée française médiévale. L’illusion du dialogue, Paris, 2006.

7 Voir le chapitre IV de ce volume ; S. Schein, Fideles Crucis. The papacy, the west, and the recovery of the holy land 1274-1314, Oxford, 1991 ; A. Leopold, How to recover the holy land. The crusade proposals of the late thirteenth and early fourteenth centuries, Ashgate, 2000.

8 W. Berges, Die Fürstenspiegel des hohen und späten Mittelalters, Leipzig, 1938, p. XIII.

9 Ibid.

10 J.-P. Genet, L’évolution du genre des miroirs des princes en Occident au Moyen Âge, dans S. Cassagnes-Brouquet et al. (dir.), Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, 1999, p. 531-541 ; U. Graßnick, Ratgeber des Königs. Fürstenspiegel und Herrscherideal im spätmittelalterlichen England, Cologne, 2004, p. 39-79 ; F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Le prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Rouen-Le Havre, 2007.

11 Sur les différentes appellations possibles (« littérature politique », « arts de gouverner », « miroirs », etc.), leurs significations et leurs limites, voir notamment J.-P. Genet, La littérature au miroir du prince, dans F. Lachaud, L. Scordia (dir.), Le prince au miroir... cit. n. 10, p. 405-423.

12 Ont été pris en considération les ouvrages édités (soit une cinquantaine) mentionnés dans : W. Berges, Die Fürstenspiegel... cit. n. 8 ; H.-H. Anton et alii, Fürstenspiegel, dans Lexikon des Mittelalters, III, Munich, 1989, col. 1041-1045 ; J.-P. Genet, L’évolution du genre... cit. n. 10 ; J. M. Nieto Soria, Les miroirs des princes dans l’historiographie espagnole (couronne de Castille, XIIIe-XVe siècles). Tendances de la recherche, dans A. de Benedictis (éd.), Specula principum, Francfort, 1999, p. 193-207 ; A. Rucquoi et H. Bizzarri, Los espejos de príncipes en Castilla: entre Oriente y Occidente, dans Cuadernos de Historia de España, 79 (1), 2005, p. 7-30 ; D. Nogales Rincón, Los espejos de príncipes en Castilla (siglos XIII-XV): un modelo literario de la realeza bajomedieval, dans Medievalismo, 16, 2006, p. 9-39.

13 Nuntius est qui nuntiat et quod nuntiatur, id est angelos kai angelia. Sed nuntius ipse homo genere masculino: id vero, quod nuntiat, genere neutro, ut hoc nuntium et haec nuntia (San Isidoro de Sevilla, Etimologías, Madrid, 2004, livre X, De vocabulis, 189).

14 Isidorus Hispalensis, Sententiae, éd. P. Caziers, Turnhout, 1998.

15 Smaragde, La voie royale, éd. Dom J. Leclerq, Saint-Léger-Vauban, 1950 ; Jonas d’Orléans, Le métier de roi (De institutione regia), éd. A. Dubreucq, Paris, 1995 ; Hincmar, De regis persona et regio ministerio ad Carolum calvum regem, dans Patrologie Latine, CCXV, col. 834-856.

16 De donis vero diversarum legationum ad camerarium aspiciebat, nisi forte iubente rege tale aliquid esset, quod reginae ad tractandum cum ipso congrueret. Haec autem omnia et his similia eo intendebant, ut ab omni sollicitudine domestica vel palatina, in quantum rationabiliter et honeste esse poterat, domnus rex omnipotenti Deo spem suam indesinenter committens ad totius regni statum ordinandum vel conservandum animum semper suum promptum haberet. […] Et ut qualiscunque legatio, sive speculandi sive etiam subdendi gratia veniret, qualiter omnes quidem honeste suscipi potuissent (Hinkmar von Reims, De ordine palatii, éd. T. Gross et R. Schieffer, Hanovre, 1980, p. 72-74, p. 78).

17 Ioannis Saresberiensis episcopi carnotensis Policratici sive de Nugis curialium et vestigiis philosophorum libri VIII, éd. C. C. I. Webb, I, Oxford, 1909 ; Ioannis Saresberiensis, Policraticus I-IV, éd. K. S. B. Keats Rohan, Turnhout, 1993 ; D. Foulechat, Le policratique de Jean de Salisbury (1372). Livre V, éd. C. Brucker, Genève, 2006.

18 Hélinand de Froidmont, De bono regimine principis, éd. Patrologia latina, 212, p. 771-1082 ; Pedro Alfonso, Disciplina clericalis, éd. et trad. E. Ducay, Saragosse, 1980.

19 Giraud de Cambrai, De principis instructione liber, éd. G. F. Warner (Giraldi cambrensis Opera, VIII), Londres, 1891.

20 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 402-431.

21 H.-F. Delaborde, Le texte primitif des enseignements de Saint Louis à son fils, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, LXXIII, 1912, p. 73-100, p. 237-262 ; D. O’Connell, Les propos de Saint Louis, Paris, 1973 ; Vincent de Beauvais, De eruditione filiorum nobilium, éd. A. Steiner, Cambridge (Mass.), 1938 ; Id., De morali principis institutione, éd. R. J. Schneider, Turnhout, 1995 ; Gilbert de Tournai, Éducation des rois et des princes, éd. A. de Poorter, Louvain, 1914 (Les philosophes belges, IX) ; Jean de Limoges, Morale somnium Pharaonis sive de regia disciplina, éd. C. Horváth, Johannes Lemovicensis abbatis de Zirc 1208-1218. Opera omnia, I, Veszprém Egyházmegyei Könyvnyomda, 1932, p. 71-126.

22 W. F. Ryan et C. B. Schmitt, Pseudo Aristotle, the Secret of Secrets: Sources and influences, Londres, 1982 ; J. Kraye, W. C. Ryan et C. B. Schmitt, Pseudo-Aristotle in the Middle Ages: the ‘Theology’ and other texts, Londres, 1986 ; S. J. Williams, The Secret of Secrets. The scholarly career of a pseudo-aristotelician text in the latin Middle Ages, Ann Arbor, 2003 ; R. Forster, Das Geheimnis der Geheimnisse. Die arabischen und deutschen Fassungen des pseudo-aristotelischen Sirr al-asrār/Secretum secretorum, Wiesbaden, 2006, p. 1-130, qui analyse p. 69-73 la place des messagers dans le texte arabe original.

23 Poridat de las poridades, éd. Ll. A. Kasten, Madrid-Madison, 1957.

24 Appelée pour cette raison également « version de Tripoli », éd. T. Frenz et P. Herde, Das Brief- und Memorialbuch des Albert Behaim, Munich, 2000.

25 Sur la variabilité structurelle : D. Lorée, Le statut du Secret des secrets dans la diffusion encyclopédique du Moyen Âge, dans B. Baillaud et alii, Encyclopédies médiévales. Discours et savoirs, Rennes, 2004, p. 157-160.

26 Poridat... cit. n. 22, p. 52.

27 J. M. Sola-Solé, El Llibre de doctrina del rei Jaume d’Aragó, Barcelone, 1977, p. 95.

28 Roger Bacon, Secretum Secretorum cum glossis et notulis tractatus brevis et utilis ad declarandum quedam obscure dicta fratris Rogeri, éd. R. Steele, Oxford, 1920 (Opera hactenus inedita Rogeri Baconi, V), p. 147-148.

29 Le Secret des secrets, Texte du ms Baltimore, Walters Arts Gallery, W 308, XVe siècle, éd. D. Lorée (consultable en ligne : www.sites.univ-rennes2.fr/celam/cetm/S2.htm).

30 nuncius seu missus demonstrat sapienciam mittenti, et ejus est oculus in hiis que non videt, et ejus auris in hiis que non audit, et lingua ejus in ejus absencia (Roger Bacon, Secretum... cit n. 28, p. 147).

31 Oportet ergo eligere digniorem ex hiis qui sunt in tua presencia, sapientem, prudentem et honorabilem, considerantem, fidelem, declinantem seu fugientem omnem turpitudinem seu culpam (ibid., p. 148).

32 Et si non est sic in hac determinacione, sic ad minus secretarius fidelis, justus, nichil addens vel diminuens de hiis in quibus est missus, et quod sit custodiens mandatum tuum, et intendens de hiis que audit ex responsione sibi facta. Si ergo non inveneris eum talem, sit fidelis tamen deferens litteras tuas ei ad quem mittuntur, et referens atque reportans responsionem. Et si de aliquo nunciorum tuorum perpenderis sollicitum et attentum pecunie adquirende vel colligende de locis ad que mittitur, respue eum penitus, quia non mittitur tuo comodo. Nec mittas nuncium qui diligit vinum et se inebriat, quoniam Perses in adventu nuncii instant penes ipsum ut bibat vinum habundanter, quod si superflue biberit cognoscunt quod dominus ejus minus erat sapiens (ibid., p. 148).

33 Ibid., p. 148 ; Poridat... cit. n. 23, p. 52.

34 « Et se tu avoies messagier qui par tons te feïst trahison, je ne le dy point de mesure de la paine qu’il doibt souffrir mais en fay ce qu’il te plaira », selon une version française (Le Secret des secrets... cit. n. 29).

35 « Et ponet vuestras cosas en el depues que sepa vuestra voluntad et nol castiguedes de lo que a de recodir, que mucho ayna vera en lo que dizen cosa por que aura de recodir dotra manera » (Poridat... cit. n. 22, p. 52).

36 nichil addens vel diminuens de hiis in quibus est missus (Roger Bacon, Secretum... cit. n. 28, p. 148).

37 J. Merceron, Le message... cit. n. 6, p. 26-28 ; D. E. Queller, The office of the ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967. Pour la période carolingienne, voir J. L. Nelson, Messagers et intermédiaires en Occident et au-delà à l’époque carolingienne, dans A. Dierkens et J.-M. Sansterre (éd.), Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle, Genève, 2000, p. 402-403, p. 409.

38 Las Siete Partidas del rey don Alfonso el Sabio cotejadas con varios codices antiguos por la Real Academia de la Historia, Madrid, 1807.

39 A. De Benedictis (éd.), Specula principum... cit. n. 12, p. XVI ; G. Martin, Alphonse X de Castille, roi et empereur. Commentaire du premier titre de la Deuxième partie, dans Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, 2000, p. 323-348.

40 [Partida II, Título XIII, Ley XVI], « Cómo el pueblo deve envergonzar, et obedescer al rey. […] et esta mesma obediencia le deven haber [los súbditos], para ir do los enviare, asi como en mandaderia, o en hueste, o en guerra, o en otro lugar do los mandasse » (Las Siete Partidas... cit. n. 38, II, p. 114-115).

41 [Partida II, Título XIII, ley XXIV] « han otro previllejo los caballeros, que mientre estodieren en hueste, ó fueren en mandaderia del rey, ó en otro logar qualquier do esten señaladamiente en su oficio ó servicio por su mandado, que todo aquel tiempo que asi estuvieren fuera de sus casas por algunas destas razones sobredichas non puedan ellos nin sus mugeres perder ninguna cosa por tiempo : et si alguno razonase que habie ganado alguna cosa dellos por razon del tiempo sobredicho, puédenla demandar por manera de restitucion desde el dia que tornaren á sus casas fasta quatro años, mas si en este plazo non la demandasen, dende adelante non lo podrien fazer » (ibid., p. 218).

42 [Partida III, Título V, Ley IX] « Que los que van en mandaderia non pueden seer personeros en pleyto de otri. Ome que fuese dado para ir en mandaderia del rey ó por pro comunal de su concejo ó de su tierra, desque hobiere otorgado de ir en la mandaderia non puede seer personero por otri en ningunt pleyto en aquel logar onde lo envian nin en el otro do va fasta que torne de la mandaderia : et esto porque non se destorve por ende aquello por quel envian, entendiendo en pleytos agenos e dexando aquello á que principalmente debie entender » (ibid., p. 422).

43 [Partida III, Título XXIII, Ley X] « Cómo los que son en hueste, ó en mandaderia del rey ó por pro comunal de su concejo á la sazon que dan juicio contra ellos, se pueden alzar dél quando tornaren » (ibid., p. 686).

44 Ibid., p. 76-77.

45 « et por eso los puso Aristóteles en semejanza de la lengua del rey, porque ellos han á decir por él allá do los envia lo que él non puede decir : otrosi fizo semejanza dellos al ojo et á la oreja del rey, porque ellos han de veer et de oir allá do van lo que él non oye nin vee » (ibid., p. 76).

46 « Mandaderos son llamados aquellos que el rey envia á algunos homes á quien non puede decir su nombre por palabra, ó non puede ó non quiere enviárgelo decir por carta : et estos tienen oficio muy grande et mucho honrado, como aquellos que han de mostrar la voluntad del rey por su palabra » (ibid.).

47 « et por ende tales oficiales como estos deben seer de buena palabra et sin cobdicia et de grant poridat : ca si tales non fuesen, non habrian vergüenza de facer cosa que les estodiese mal, nin sabrien amar al rey » (ibid.).

48 « nin habrien sabidoria para conoscer nin entender quién es el que los envia, nin otrosi quál es aquel á quien van nin sobre qué los envian, que son las tres cosas que debe saber todo mandadero » (ibid.).

49 « Et si de buena palabra non fuesen, non sabrien bien mostrar aquello que les mandasen decir : et la cobdicia les farie tomar alguna cosa, que seria vergüenza del que los enviase » (ibid.).

50 « débelos el rey amar, et fiarse en ellos, et facerles grant honra et mucho bien » (ibid.).

51 « et mandaderos hi ha aun sin estos que diximos que traen otras mandaderias por cartas, que son semejantes á los pies del home que se mueven á las vegadas á recabdar su pro sin fablar » (ibid.).

52 Libro de Alexandre, éd. J. Casas Rigall, Madrid, 2007.

53 Flores de filosofia, éd. H. Knust, Dos obras didácticas y dos leyendas, Madrid, 1878, p. 11-83.

54 Libro de los cien capítulos (Dichos de sabios en palabras breves e complidas), éd. M. Haro Cortés, Francfort, 1998, p. 86.

55 « E el alguazil del rey es al rey como las orejas, e los ojos, e el coraçón al omne. E el coraçón del escrivano del rey es carta de sus poridades, e la su mano es lengua del rey, que fabla por él e por todo su regno, e él es omne que está más acerca del rey […] La muestra del rey es su alguazil, la su postura es su portero, la su lengua es su escrivano, la su persona es su mandadero » (ibid.).

56 « Capítulo XVI. De cómmo deve seer omne buen lapidario en conosçer los omnes » (Castigos del rey Sancho IV, éd. H. Ó. Bizzarri, Madrid, 2001, p. 168-169).

57 « [8] E saber deves escojer quáles son mandaderos para enbiar a otro omne más baxo, e quáles son mandaderos para perlado, o quáles son mandaderos para moros o para omne de otra creençia » (ibid.).

58 S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009, p. 221-251.

59 « capítulo XXVIII. Cómmo deve omne meter mientes a que omne descubre su poridat » (Castigos... cit. n. 56, p. 226-227).

60 « [11] Más val dezir mentyra teniendo poridat que dezir verdat descobriendo la poridat » (ibid., p. 227). L’incontinence verbale provoquée par l’excès d’alcool est un thème récurrent en Occident au Moyen Âge (R. Kaiser et M.-T. Kaiser-Guyot, Trunkenheit und Gewalt im Mittelalter, Cologne-Weimar-Vienne, 2002, en particulier p. 107-108).

61 « [12] E quien mucho quiere fablar non se puede guardar que non aya de errar a las vegadas. E diziendo mucho de su palabra aurá a descobrir alguna cosa de aquella poridat que sabe. El que sabe una grand poridat e se non guarda de enbeudar en beudandol levarán dél la poridat que sabe que quando tornna en su acuerdo finca por mal andante de la poridat que perdió. [13] E commo quier que a todo tienpo te guardes de mucho bever, guárdate muy más ende quando fueres en mandaderia de tu sennor, por que non digas más de lo que te mandaron que dixeses, nin prometas más de lo que te mandaron prometer, nin descubras lo que te mandaron tener en poridat. [14] El omne beodo denuesta a sí e denuesta a todo su linaje, e denuesta al sennor que le enbía con su mandado, e da testimonio de mala criança que fizo su padre en el tienpo que le deviera castigar » (ibid.).

62 P. Lopéz de Ayala, Rimado de palacio, éd. G. Orduna, Pise, 1981.

63 Ibid., p. 228, 232.

64 « Nueve cosas yo fallo, con las quales tu veras / El grant poder del rrey en que lo conosçeras ; / Las tres de muy lonje tierra las entenderas ; / Las seis son en el rregno quales aqui sabras. // Si sus embaxadores enbia bien ordenados, / Cavalleros muy buenos, doctores muy letrados, / Con buen apostamiento e bien aconpañados, / De los que a ellos veen, luego seran notados. // Algunt prinçipe muy grande – dizen – çierto sera, / El que tal enbaxada onrrada enbiara ; / El que nunca le vio, luego le notara, / E su fama muy grande non la olvidara // La segunda si veen su carta mensajera, / En nota bien fermosa, palabra verdadera, / En buena forma escripta e con fermosa çera / Çerrada, bien seellada, con dia, mes e era. // » (ibid., I, p. 654-655).

65 « Ya sabedes, Alexandre, que el mandadero demuestra el seso daquel quel embia […] Pues conviene vos que embiedes vestro mandadero et que escoiades el meior » (Poridat... cit. n. 23, p. 51, 16-19) pour le deuxième quatrain ; plus nettement encore, pour le quatrième : « Assy conviene que sean vestros escrivanos que metan la razon conplida en buena palabra e en letra fremosa et apuesta » (ibid., p. 50, 9-11).

66 I. Beceiro Pita, La importancia de la cultura en las relaciones peninsulares (siglo XV), dans Anuario de Estudios Medievales, 29, 1999, p. 79-104.

67 Gilles de Rome, De regimine principum libri III, Francfort, 1556, chap. XIX ; Libre del Regiment dels princeps, III, éd. N. Spindeler, 1480, chap. XIX.

68 Frei Álvaro Pais (Alvaro Pelayo), Espelho dos Reis, éd. M. Pinto de Meneses, Lisbonne, 1955-1963 ; Juan Manuel, Libro de los estados, éd. I. R. Macpherson et R. B. Tate, Madrid, 1991 ; Pierre d’Aragon (infant), De vita, moribus et regimine principum, éd. A. Beauchamp (consultable en ligne : www.narpan.net/ben/indexderegimine.htm).

69 Fray Juan Gil de Zamora, De Preconiis Hispanie, éd. M. de Castro y Castro, Madrid, 1953.

70 Quemadmodum sanguis animalium et, quod est mirabilius, sanguis uve ac mori, iuxta Machabeorum Historiam, ostensus elefantibus ipsos acuit ad prelium, sic exempla illustrium principum, animos nobilium excitant et animant ad virtutum cumulum et profectum. Nimirum, magis movent exempla quam verba, facta quam dicta, experimenta quam ostentamenta; exemplum Alexandri pugnantis quam verba Aristotelis disputantis […]. Verba siquidem ungunt, set exempla pungunt; verba pellunt, set exempla compellunt (ibid., p. 3-4).

71 Ibid., Traité V, chap. 27 (de legatione ad Carolum et victoria regis Aldefonsi).

72 Ibid., p. 268-270.

73 Set viri diabolici qui [...] dicuntur iniciati, et solebant arabibus christianorum proposita denudare (ibid., p. 268).

74 Set Petrus Ansurii, vir discretus et in lingua arabica eruditus, et pro rumoribus patrie curiosus, omni die extra Toletum [...] equitabat et casu accidit quodam vespere ut inveniret quemdam venientem. Qui dixit sibi, se ideo advenire, ut Almemoni regi regis Sancii interitum nunciaret. Petrus autem Ansurii duxit eum quasi causa colloquii extra viam. Quem amputato capite interfecit, et ad viam rediens, et paulisper procedens, invenit alium rumore et causa simili venientem, quem excidio simili decollavit. Set via alia aliis venientibus, secretum non latuit Almemoni (ibid., p. 269).

75 Rex Aldefonsus confidens in Domino sic respondit : Honorifice me recepit, et necessaria liberaliter ministravit, et ut filium me tractavit. Quomodo igitur eum celare potero que Dominus mihi fecit ? Et accedens ad eum quod per nuncios acceperat revelavit. Almemon autem hec omnia iam sciebat [...] Cumque audisset que dixerat Aldefonsus, factus hilaris, sic respondit: Gratias ago Deo Altissimo, qui me ab infamia liberare et te a periculo voluit custodire. Si enim me inscio effugisses, captionem aut mortem nullatenus evasisses. Nunc autem vade et acipe regnum tuum. Et de meo accipe aurum, argentum, equos et arma, quibus possis tuorum animos complanare (ibid., p. 270).

76 Ibid., p. 359-360.

77 Ramon Llull, El llibre de les bèsties, éd. M. Gustà, Llibre de Meravelles, Barcelone, 1980 : Llibre setè: de les bèsties, p. 113-145.

78 Ibid., p. 114-129.

79 Chap. V « Sur les messagers que le lion envoie au roi des hommes » (Dels missatgers que el lleó tramès al rei dels hòmens), p. 129-135.

80 « Saviesa de senyor és significada en missatgers savis, bé parlants, bé aconsellants, bé acordants ; e noblesa de senyor és significada en missatgers que facen honradament massió, e que sien bé vestits, e hagen companya ben nodrida, e bé arreada, e que los missatgers ni llur companya no hagen avaricia, ni nulla lúxuria, supèrbia, ira, ni negun altre vici. Totes aquestes coses e moltes d’altres són necessàries a missatgers de noble príncep, per tal que la missatgeria sia agradable al príncep, e a sa cort, a qui són trameses los missatgers » (ibid., p. 129).

81 Voir par exemple S. Péquignot, « Un chemin de roi : Pierre IV d’Aragon dans son Livre », dans P. Monnet et J.-C. Schmitt (dir.), Autobiographies souveraines, Paris, 2012, p. 179-200.

Auteur

École Pratique des Hautes Études - Stephane.Pequignot@ephe.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540