Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’ambassadeur

 | 
Stefano Andretta
, 
Stéphane Péquignot
, 
Jean-Claude Waquet

Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier : « un genere di riconoscibile omogeneità » ?

Jean-Claude Waquet

Texte intégral

  • 1 M. Bazzoli, Ragion di Stato e interesse degli Stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal XV al (...)

1Consacrer un volume entier aux écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier de la fin du Moyen Âge au début du XIXe siècle, impose d’une part de tracer les limites du corpus des textes sur la base desquels on entend fonder l’analyse, et d’autre part de justifier la consistance de l’ensemble ainsi rassemblé. Chacun admettra que l’on doit y inclure les traités sur l’ambassadeur rédigés, en assez grand nombre, du XVIe au XVIIIe siècle. Mais ces écrits forment-ils, comme Maurizio Bazzoli l’a naguère affirmé, « un genere di riconoscibile omogeneità »1 ? Peut-on, en outre, les aborder de façon isolée ? Ne doit-on pas voir plus large, et comprendre dans l’ensemble des textes retenus quantité d’autres écrits qui, quoique hétérogènes, traitent cependant de l’ambassadeur et de l’art de négocier et font système aussi bien entre eux qu’avec les traités qui viennent d’être cités ? Quels pourraient être, enfin, ces écrits ? Pour répondre à cet ensemble de question, on se demandera en premier lieu si, par les témoignages qu’ils ont laissés, les auteurs de traités sur l’ambassadeur attestèrent la conscience de l’existence d’un genre spécifique, à l’enrichissement duquel chacun d’eux aurait contribué. On examinera ensuite les publications des bibliographes des XVIIe, XVIIIe et XIXsiècles, auxquels les contraintes de leur travail de recensement et de classement imposèrent à la fois de construire des catégories, de décider de ce qui faisait partie de chacune d’elles et ainsi de se prononcer sur l’existence et les limites d’un corpus d’écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier. Ce sont, enfin, les lecteurs des XIXe et XXe siècles qui retiendront l’attention. Praticiens ou historiens, ils ont été conduits, en constituant le corpus de leurs sources, à prendre implicitement ou explicitement parti sur l’existence d’une catégorie d’écrits à part, identifiable ou non comme un ensemble homogène.

Les auteurs et leurs écrits

  • 2 C. Braun, De legationibus, Mayence, Franciscus Behem, 1548, pièce non paginée.
  • 3 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité de l’ambassadeur, Dusseldorf, Busius, 1613, p. 1.

2Parmi les textes du XVIe siècle consacrés à l’ambassadeur, celui de Conrad Braun2 contient en appendice une liste des sources citées par l’auteur. Outre quelques poètes, on y trouve dix théologiens, seize philosophes, dont Platon et Aristote, trente-huit jurisconsultes, dont la plupart des grands commentateurs du droit romain, et environ cinquante historiens, dont Salluste, Tacite et Flavius Josèphe. Même si, notamment parmi les historiens, quelques textes médiévaux apparaissent, l’Antiquité domine absolument et fournit d’ailleurs la plupart des exemples sur lesquels le juriste allemand s’attarde. Enfin, rien, dans cette liste d’autorités, ne vient faire penser qu’il existait déjà, au moment où Braun rédigeait son traité, quelques écrits sur l’ambassadeur, comme ceux, à la circulation au demeurant plus ou moins confidentielle, de Bernard de Rosier, Martino Garati da Lodi, Ermolao Barbaro ou Etienne Dolet. Braun, ainsi, ne se situait pas dans une tradition d’écrits spécifiques sur l’ambassadeur, ni moderne, ni ancienne, puisque les textes grecs et latins qu’il citait ne portaient pas exclusivement sur le legatus. L’Antiquité lui fournissait des références, mais point de prédécesseurs, car, comme l’écrivit plus tard Jean Hotman de Villiers, on ne connaissait « aucun des Anciens qui ait tout à dessein escrit de ce sujet »3.

  • 4 Ainsi par ex. C. Pasquale, Legatus, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1598, épître dédicatoire non pagi (...)
  • 5 Voir par ex : Ex libris Polybii selecta de legationibus… nunc primum in lucem edita ex bibliotheca (...)
  • 6 H. Kirchner, Legatus, Marbourg, Paulus Egenolphus, 1614, passim.

3Après Braun et jusqu’aux premières décennies du XVIIe siècle, les auteurs de textes relatifs à l’ambassadeur continuèrent de faire généreusement appel à un stock d’autorités tiré de l’Antiquité4. Parallèlement, les recueils d’excerpta sur l’ambassadeur tirés des auteurs anciens, spécialement grecs, allaient se multipliant5. Toutefois les auteurs des traités de legatis se tournaient aussi, dans une proportion croissante, vers des références modernes où ils puisaient exemples et arguments. Ainsi Hermann Kirchner citait dans son traité de 1614 Commynes, Guicciardini, Machiavel, Cujas, Estienne, Ramus, Bodin et bien d’autres encore6. Pour autant, les auteurs faisaient-ils référence aux écrits portant spécifiquement sur l’ambassadeur, qui au fil du temps s’étaient faits de plus en plus nombreux ?

  • 7 O. Maggi, De legato, Venise, Ludovico Avanzi, 1566, épître dédicatoire non paginée à Alvise Moceni (...)
  • 8 A. Gentili, De legationibus libri tres, éd. E. Nys, New York, 1924 (voir l’index des auteurs cités (...)
  • 9 C. Pasquale, Legatus… cit. n. 4 (1598), loc. cit.
  • 10 F. de Marselaer, ΚΗΡΥΚΕΙΟΝ, sive Legationum insigne, Anvers, Guil. a Tongris, 1618, p. 147 et 242- (...)

4Partagée par bon nombre d’entre eux, une première attitude consista à faire silence ou quasi silence sur les œuvres déjà publiées, voire à affirmer, contre toute vérité, que le sujet n’avait pas encore été traité. Ainsi Ottaviano Maggi, quoiqu’il prît la plume après Dolet, Braun et Ferretti, écrivait en 1566 qu’il s’était proposé de décrire une personne publique de qua nemo, quod ego sciam, disseruit unquam antea, id est legatum generatim omnium principum7. En 1585, Alberico Gentili, citait environ 150 auteurs ou textes faisant autorité, mais aucun ouvrage de legatis8. En 1598, Carlo Pasquale ne mentionnait que les auteurs de l’Antiquité grecque et romaine. Dans sa préface, il soulignait, non sans affecter quelque surprise, que la matière des ambassades se trouvait sicuti neglecta. Les Anciens, notait-il, l’avaient à peine effleurée, et les Modernes n’avaient guère fait mieux : unus aut alter, summum tres, quod ego sciam, peculiari cura huc animum direxit. Toutefois il ne citait aucun nom9. En 1618 encore, Frédéric de Marselaer se plaçait à peu près sur la même ligne : son sujet, expliquait-il, avait été paucorum antehac manu tractatum, paucorum ingenio expolitum. Il ne signalait aucun traité de legatis, à l’exception de Gentili, alors que par ailleurs il invoquait à perte de vue les écrits des Anciens. Si, enfin, il mentionnait Ermolao Barbaro, c’était au sujet de sa nomination à l’archevêché d’Aquilée, et non en raison de son De officio legati10.

  • 11 T. Tasso, Il messaggiero, dans Dialoghi, éd. E. Mazzali, Turin, 1976, I, p. 58. Toutefois Le Tasse (...)
  • 12 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, « au lecteur », non paginé.
  • 13 H. Kirchner, Legatus… cit. n. 6, passim.
  • 14 J. A. de Vera, El Enbaxador, Séville, Francisco de Lyra, 1620, fol. 14v, 17, 20v, 27v, 32, 106, 14 (...)
  • 15 G. Bragaccia, L’ambasciatore, Padoue, Bolzetta, 1626, p. 8.

5Toutefois, au moment où Marselaer écrivait, la règle était devenue de citer ses prédécesseurs. Le Tasse, déjà, avait mentionné Barbaro11. En 1613, Jean Hotman de Villiers alla plus loin. Il signala bon nombre des auteurs précédents, dont de surcroît il souligna la parenté : « qui, observait-il, lira les escrits des modernes en ce sujet, de Brunus, Magius, Gentilis, Le Vayer, Pasquale, Kirchner et autres que j’ay veus, il semble qu’ils ont tous emprunté les uns des autres »12. De même Kirchner, qui, on l’a vu, se référait volontiers aux Modernes, citait aussi les textes déjà en circulation sur l’ambassadeur, de Braun, Gentili, Warszewicki, Maggi ou Le Vayer13. Juan Antonio de Vera renvoyait en bloc à Barbaro, Braun, Le Tasse, Gentili et Le Vayer, et ailleurs à Pasquale et à Marselaer14. Enfin Gasparo Bragaccia évoquait dès les premières pages de son copieux traité sur l’ambassadeur trois titres plus ou moins récents : Pasquale, Marselaer et l’Allemand Besold15.

  • 16 J. A. de Vera, El Enbaxador... cit. n. 14, fol. 14v.
  • 17 G. Bragaccia, L’ambasciatore... cit. n. 15, loc. cit.
  • 18 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, p. 21 et 71.
  • 19 L. Bély, La polémique autour de l’Ambassadeur de Jean Hotman : culture et diplomatie du temps de l (...)

6De Maggi à la génération de Vera, on voit donc se profiler plusieurs postures, qui peuvent aussi se comprendre comme autant de stratégies d’auteurs attentifs à se distinguer ou, du moins, à distinguer leurs écrits. Gentili, par son silence sur ses prédécesseurs, faisait présumer l’absolue nouveauté de son propos. Pasquale et Marselaer admettaient de n’être pas arrivés les premiers, mais dévalorisaient leurs devanciers, dont ils ne donnaient même pas les noms. Vera, qui les citait, s’empressait toutefois de préciser que les préceptes qu’ils avaient développés « no bastaron a constituir Enbaxador perfecto »16. Bragaccia mentionnait, certes, Pasquale, Marselaer et Besold, mais pour souligner qu’en dépit de ce que laissait penser la date d’impression de son livre, il l’avait composé avant que les leurs ne fussent publiés17. Hotman, pour sa part, affichait une véritable rupture avec les écrits précédents, en annonçant qu’il ne prétendait pas former un ambassadeur parfait, comme Le Tasse, Maggi, Gentili et « quelques autres » ; il critiquait « Messieurs les Académiques » qui, selon lui, voulaient « instruire les Ambassadeurs eux qui jamais n’ont esté en telle charge »18. Il fut, cependant, accusé d’avoir pillé Pasquale, et cette réputation lui est en partie restée19.

7Ainsi émergeait peu à peu un corpus de textes aux titres et aux contenus plus ou moins voisins, comme un ensemble à l’intérieur duquel il était possible de se situer. Toutefois les auteurs ne présentaient pas explicitement les ouvrages de legatis comme un genre à part. Ils les rassemblaient plutôt en raison de l’identité de leur sujet. Tout le monde, en outre, ne citait pas les mêmes écrits, même si, il est vrai, les références à Braun, Gentili et Pasquale revenaient fréquemment. Dolet, à l’inverse, n’était jamais mentionné. Barbaro, cité par Le Tasse et Vera, ne l’était pas de façon générale. Enfin les traités sur le légat pontifical tantôt étaient associés aux écrits sur l’ambassadeur et tantôt ne l’étaient pas.

  • 20 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, La Haye, Maurice Georges Veneur, 1682, 1, p. 101 (...)
  • 21 F. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, Paris, Michel Brunet, 1716.

8En outre, à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, la conscience de s’intégrer dans un ensemble recula face à la volonté des auteurs d’afficher une prise de distance vis-à-vis des écrits de leurs prédécesseurs. Abraham de Wicquefort reprit la posture d’Hotman, tout en la développant considérablement. S’il citait Pasquale et Vera, c’était pour critiquer leur asservissement à une vision chimérique de l’ambassadeur, détachée de la pratique et fondée sur la seule consultation des Anciens ou des poètes modernes. « Nous luy permettons, écrivait-il du premier, de s’égayer de son grec et de son latin pendant que nous parlerons un langage, que l’on puisse entendre aujourd’huy ». « L’auteur du traitté de l’Idée du Parfait Ambassadeur, ajoutait-il à propos du second, allègue les exemples des ambassadeurs d’Homère et de Virgile pour faire voir comment l’Ambassadeur doit négocier. Il en emprunte aussi d’Arioste et de Tasso, mais sans doute à dessein de former un ambassadeur aussi chimérique, que sont les héros de ces poètes 20. Quelques années plus tard, Callières affecta de n’écrire plus de l’ambassadeur, mais bien « de la manière de négocier avec les souverains ». Dans son court traité, il ne cita aucun des textes antérieurs sur l’ambassadeur21.

  • 22 J. de La Sarraz de Franquesnay, Le Ministre public dans les cours étrangères, Amsterdam, aux dépen (...)
  • 23 A. Pecquet, Discours sur l’art de négocier, Paris, Nyon fils, 1737, p. liv-lv ; C. A. Lescalopier (...)

9De façon plus générale, les auteurs de traités sur l’ambassadeur antérieurs à 1680 n’étaient plus à l’honneur dans les ouvrages spécialisés du XVIIIe siècle. Jean de La Sarraz de Franquesnay22, qui se concentrait sur les privilèges, prérogatives et immunités des ministres envoyés dans les cours étrangères, ne citait que Wicquefort et Callières, en déplorant cependant que le premier ait fait un « trop modique usage du droit public ». Antoine Pecquet et Charles Armand Lescalopier de Nourar, auteurs l’un et l’autre d’un livre sur l’« art de négocier », ne mentionnaient plus que Callières : le premier de façon très critique, de façon à mieux faire ressortir ses propres mérites ; et le second en des termes plus élogieux, mais en indiquant malgré tout que Callières, comme d’autres, n’avait pas fait toute leur place aux principes à tirer de la « loy naturelle » et de la « loy civile »23.

10Ce que ces derniers développements font apparaître, c’est moins la reconnaissance par les auteurs de la fin du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle d’une continuité dans la production d’écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier, que leur désir de se démarquer de leurs devanciers, soit, dans le cas de Wicquefort, en remettant en cause la perspective dans laquelle ils s’étaient placés, soit, dans celui de Callières ou de Pecquet, en ignorant superbement toute la production antérieure à 1680. Nulle revendication d’appartenance, donc, à une tradition pluriséculaire qui aurait pris son essor au XVIe siècle et ensuite se serait perpétuée, tout en connaissant des évolutions, jusqu’au cœur du XVIIIe siècle. Ni l’homogénéité du corpus constitué par les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier, ni même l’existence d’un tel corpus, n’étaient affirmées. Rien, en définitive, ne permet de penser que Wicquefort, Callières ou Pecquet auraient souhaité ou accepté être placés sur la même liste que Gentili, Pasquale, Marselaer ou Vera.

11Ainsi, par leurs interactions mutuelles, les auteurs de traités sur l’ambassadeur et l’art de négocier contribuèrent à faire émerger les liens qui reliaient leurs écrits, soit sur la base de l’affinité, soit sur celle de la critique. Mais, à aucun moment, ils ne se calèrent franchement à l’intérieur de l’ensemble textuel qu’aujourd’hui les historiens leur assignent volontiers pour demeure. Ils ne définirent pas non plus cet ensemble comme un « genere di riconoscibile omogeneità ». La construction de ce genre, en fait, appartient à d’autres qu’aux auteurs des textes eux-mêmes : aux bibliographes, d’une part, et aux historiens, de l’autre.

Les bibliographes et leurs catégories

  • 24 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, p. 237s.

12Le travail bibliographique sur les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier commença dès la première moitié du XVIIe siècle, avec trois compilations de nature assez différente, dont la première, publiée en appendice au traité d’Hotman, portait pour titre Auctores veteres et recentiores, qui vel data opera vel e re nata de Legato et Legationibus aut scripsisse constat, aut scripsisse dicuntur24.

13Ce premier essai ne présentait pas les écrits relevant d’un genre, mais bien les auteurs qui avaient écrit d’un sujet – argumentum – dont l’existence était ainsi affirmée. Son anonyme rédacteur recensait, outre le dialogue du Tasse, la quasi-totalité des traités spécifiques sur l’ambassadeur, de Braun à Kirchner. Il signalait également deux textes plus anciens – Garati et Barbaro – que toutefois il déclarait n’avoir pas lus.

14Cependant le rédacteur des Auctores ne s’arrêtait pas là. Désireux de couvrir complétement son domaine – ce qui est le propre de tout bon bibliographe –, il allongeait notablement la liste de ses références. Aux recentiores il ajoutait les veteres qui, ayant écrit sur tout, ne pouvaient pas ne pas avoir écrit sur l’ambassadeur. En l’absence d’œuvres entières, il citait des témoignages sur des écrits perdus des Anciens, des passages d’Eschine et de Démosthène, des chapitres du Code ou du Digeste et enfin les recueils d’excerpta publiés depuis la fin du XVIe siècle. En outre, aux traités de legatis, le rédacteur des Auctores mêlait les écrits sur le légat pontifical. Il alignait d’assez nombreuses références de textes juridiques, dont une Quaestio vetus et nova, An Legatum delinquentem punire liceat et maintes autres œuvres, de portée générale, jugées utiles pour le sujet. Enfin, prenant une toute autre direction, il incluait des opera e re nata, dont par exemple les Epistula et narrationes d’Ogier de Busbecq sur son ambassade en Turquie.

15Ainsi composée, cette bibliographie à la fois construisait un corpus des écrits sur l’ambassadeur et le dilatait dans plusieurs directions : l’Antiquité, via la médiation des humanistes ; la pratique des ambassades, via les écrits des ambassadeurs ; et enfin le droit, en juxtaposant le Code, les traités sur le légat pontifical ou des œuvres plus contemporaines, déterminées par l’affirmation des princes souverains – Bodin, Clapmar –, par l’importance des cours – Eberhard von Weyhe, cité pour son Aulicus politicus –, ou encore par le fonctionnement concret des ambassades – ainsi la Quaestio vetus et nova.

  • 25 Comme par ex. le Tractatus tractatuum universi juris, éd. F. Ziletti, Venise, 1584, 26 vol.

16En introduisant simultanément les extraits des Anciens et des actes de la pratique, la liste des Auctores faisait apparaître les deux horizons entre lesquels concrètement se partageaient les auteurs des traités de legatis : les exemples antiques, dont se nourrissait par exemple Pasquale ; et la pratique moderne, que visait Hotman. En faisant une place aux légats pontificaux, mais aussi à Bodin, la liste mettait également en évidence deux questions directement liées au sujet : celle de la relation entre ambassadeurs des princes et légats du pape ; et celle du lien entre essor des ambassades et affirmation de la souveraineté. Enfin le choix des titres, qui faisait une grande place aux œuvres des juristes, de même que la tonalité générale de la bibliographie, qui contenait des références à des publications juridiques spécialisées25, incitaient le lecteur à voir dans le sujet une matière de droit, comme cela était déjà le cas depuis longtemps et comme cela devait le rester dans de nombreuses publications ultérieures où la question de legatis et le problème du « Gesandtschaftsrecht » se trouvèrent confondus.

  • 26 Dissertationes politico-juridicae, I, De legatis eorumque jure, dans Spicilegia politico-juridica, (...)

17Presque au même moment, Christoph Besold plaçait un bref essai bibliographique en tête de son De legatis eorumque jure26. La liste des Auctores ne lui était pas inconnue, car il la démarquait en partie, notamment en ce qui concerne les écrits des Anciens qu’il citait avec autant de précision, et à peu près dans les mêmes termes. Pour autant ce docte juriste apportait de substantielles modifications à la liste proposée par son prédécesseur. Luthérien – du moins jusqu’en 1630 –, il évacuait les écrits sur le légat pontifical, à l’exception de Villadiego. Il éliminait également les monuments de la pratique. En outre il construisait, comme on devait s’y attendre, une bibliographie à la forte tonalité juridique. En effet venaient d’abord les non pauci jurisconsulti, qui de legatis tractatus evulgarunt, soit Garati, Ferretti, Villadiego, Braun, Maggi, Le Vayer et Gentili. Se présentait ensuite une classe à la tonalité peu juridique, regroupant des écrits jugés par Besold selon les critères de l’abondance et de l’élégance : Hotman, bref ; Le Tasse, abondant ; Pasquale, très abondant ; Warszewicki, élégant ; Kirchner, très élégant. Suivaient enfin les politici, c’est-à-dire, en fait, les juristes qui, comme Bodin, Arnisaeus ou Canonieri, avaient traité de matières politiques, et qui omnes fere … de legatis capita habent. Enfin Besold citait quatre thèses de droit public.

18Ainsi constitué, le corpus des écrits relatifs à l’ambassadeur évoluait par rapport aux Auctores, conformément à une conception du sujet à la fois savante, académique et surtout juridique. Plus clairement que dans la liste précédente, le droit passait en tête. Les traités de legatis, pour leur part, occupaient une place essentielle, et leur importance était donc reconnue. Mais, au lieu d’être réunis en un corpus unique, ils étaient répartis entre deux catégories, selon leur degré d’ouverture aux problématiques du droit. L’ensemble, à plus d’un égard, préfigurait une conception qui devait triompher dans les bibliographies du siècle suivant.

  • 27 G. Naudé, Bibliographie politique, Paris, veuve de G. Pelé, 1642, p. 117-119.

19Très différente était l’orientation de Gabriel Naudé dans la section de sa Bibliographie politique qu’il consacra aux écrits sur l’ambassadeur27. Naudé refusait de « mettre … en avant Crates et Phaleraeus, qu’il ne m’a jamais esté possible de lire ». Plus généralement, il liquidait les Anciens, qu’il ne citait pas. Mais, à l’inverse de Besold, il recommandait la lecture des écrits de la pratique : traités de paix, relations des ambassadeurs de Venise ou encore « négotiations des plus excellens ministres » où, selon lui, chacun pouvait acquérir « la facilité, et la disposition de traiter toutes ces matières à propos ». Des traités de legatis, celui qu’il louait le plus n’était pas une œuvre de droit, mais bien le texte de Pasquale, dont il vantait la « doctrine très polie » et d’où, à son avis, dérivait toute la littérature suivante. Puis, après avoir célébré avec Marselaer et Maggi d’autres écrits peu juridiques, et mentionné « certain ambassadeur sans nom, qui a faict un traité du Légat du Pape », il divisait le reste de sa section en trois catégories proches de celles de Besold, selon que les écrits touchaient de plus près les « jurisconsultes », les « humanistes » ou les « politiques ».

  • 28 Dont beaucoup étaient signalés. Outre Pasquale, Marselaer et Maggi, Naudé mentionnait en effet : D (...)

20Dans l’ensemble, le corpus que Naudé identifiait était plus resserré que celui du juriste allemand. S’il jouait en partie sur les mêmes critères de classement – Anciens et Modernes ; jurisconsultes, humanistes et politiques –, il aboutissait à un résultat très différent : plus « moderne », par l’exclusion des Anciens, et plus pratique, par l’inclusion des actes des négocations. La visée était de rassembler les matériaux pour l’instruction des futurs ambassadeurs, plutôt que de fournir des références adaptées aux facultés de droit. Aussi Naudé recommandait également la lecture des « histoires particulières des pays et lieux ». En revanche il diminuait la part du droit, en attribuant la palme à un texte nourri de citations des historiens, des poètes et des philosophes de l’Antiquité. Quant aux traités de legatis28, ils occupaient dans cette brève section une place essentielle. Toutefois, comme chez Besold, ils n’étaient pas présentés comme un tout, mais bien subdivisés en plusieurs catégories, selon leur orientation. De surcroît, ils ne se présentaient pas seuls, mais en articulation avec ce qui – relation ou histoire – constituait un récit instructif des négociations. L’ensemble formait, comme le faisait prévoir le titre de la bibliographie, un corpus très « politique », à opposer à celui, bien plus juridique, de Besold.

21Avec ces trois essais, autant de façons d’aborder la question des écrits sur l’ambassadeur se faisaient jour. Toutefois, même si les Auctores, Besold et Naudé n’épousaient pas le même point de vue, ils se rejoignaient sur un point : la place de premier plan réservée à la « trattatistica » de legatis, qui, même subdivisée en catégories, tendait à s’affirmer comme un ensemble particulier, susceptible d’être mis en relation soit avec des ouvrages de droit, soit avec des textes tirés de l’histoire des négociations. Un corpus, ainsi, se révélait comme tel, et en même temps il était aussitôt associé à deux clés de lecture : l’une juridique, et l’autre politique.

22Le travail bibliographique se poursuivit au XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle, principalement dans les facultés de droit du monde germanique, ce qui explique que la contextualisation juridique déjà pratiquée par Besold ait continué de se présenter tout en connaissant, par ailleurs, quelques inflexions.

  • 29 Nuremberg, P. C. Monath, 1727 ; voir p. 250-264. Avant von Neumann, et après Besold, on peut citer (...)

23Ouvrons par exemple la Bibliotheca juris imperantium quadripartita de Johann Friedrich Wilhelm von Neumann 29, qui date de 1727. Comme le rédacteur des Auctores, cet auteur voyait large, en ce sens qu’il incluait dans sa bibliographie à la fois les écrits des Anciens et ceux de la pratique, sans oublier les dissertations académiques des universités allemandes. Il présentait les traités sur l’ambassadeur et l’art de négocier, de Dolet à Callières, comme une catégorie à part, dénuée de césure chronologique majeure, et de surcroît énumérée sans distinguer entre droit, littérature et politique. Il reliait cette catégorie à un grand nombre de textes juridiques portant sur des points particuliers, tels que l’inviolabilité et le juge compétent des ambassadeurs, le légat pontifical ou encore le droit d’ambassade des princes de l’Empire, etc. Le tout, en outre, était inclus dans une section intitulée De juribus legatorum, elle-même placée dans la troisième partie de la bibliographie, De scriptoribus juris gentium. Ainsi von Neumann, bien qu’il ait lu Naudé, se plaçait comme Besold sur le plan du droit. Il réunissait les traités sur l’ambassadeur en un corpus, incitait à lire ce corpus dans une perspective juridique, et enfin le commentait du point de vue de son apport à la question du droit d’ambassade, abordée elle-même sous l’angle du droit des gens.

24Adoptant ce point de vue, Von Neumann, tout en reconnaissant quelques qualités aux traités de legatis, ne dissimulait pas à son lecteur les point faibles de ces œuvres. Selon lui, Wicquefort était celui qui avait écrit minus male. Pauci autem sunt, soulignait-il toutefois, qui ex instituto Legatorum jura tradiderunt. La plupart de ces écrits, en effet, péchaient à ses yeux par l’absence d’un ordre déduit des principes – ceux, précisément, du droit naturel.

  • 30 Ratisbonne, J. L. Montags sel. Erben, 1785 ; voir p. 40, 44, 56-58, 536-571.

25À la fin du siècle, Dietmar Heinrich Ludwig von Ompteda revint sur la question dans sa Litteratur des gesammten sowohl natürlichen als positiven Völkerrechts30. S’il s’écartait de von Neuman en laissant de côté les écrits de la pratique et les textes des Anciens, en revanche, comme lui, il rassemblait en une seule série chronologique les compositions sur l’ambassadeur et l’art de négocier depuis Braun, sans marquer de césure chronologique. Comme lui également, il présentait ces productions conjointement avec des dissertations académiques et avec des traités de droit portant sur des sujets particuliers, mais connexes, y inclus les traités sur le légat pontifical. En outre von Ompteda prolongeait la liste des écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier au-delà de Callières, en l’étendant non seulement à des traités attendus – comme ceux de La Sarraz de Franquesnay ou de Pecquet –, mais aussi à des ouvrages sur le droit d’ambassade inspirés par la doctrine du droit naturel, comme ceux de von Pacassi, d’Ahnert et de Moser. Von Ompteda, ainsi, consolidait l’idée d’une sorte de corpus canonique des textes relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier. Il reliait ce corpus, sans transition, à une réflexion plus récente sur le droit d’ambassade. Enfin, comme von Neumann, il portait un jugement réservé sur ces écrits – Wicquefort compris –, qu’il jugeait trop politiques et trop peu juridiques, et il n’était guère positif que sur Germonio et surtout Gentili qui, à son avis, était le premier à avoir traité de façon assez complète du droit d’ambassade.

  • 31 S’agissant du XVIIIe siècle, et dans la perspective qui nous intéresse ici, deux autres textes mér (...)

26Avec von Neumann et von Ompteda, l’évolution allait donc dans le sens de la constitution toujours plus nette des écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier en un ensemble à part – plutôt d’ailleurs qu’en un genre à part. Elle attestait aussi l’appropriation de ces textes par la science universitaire du droit, et plus spécialement par les tenants de la doctrine du droit naturel. Ces écrits, enfin, étaient lus du point de vue de leur apport à la théorie du droit d’ambassade. La reconnaissance et la construction d’un corpus s’accompagnaient, ainsi, du déplacement de celui-ci en direction d’un contexte de lecture et d’interprétation qui, à lire les commentaires qui viennent d’être cités, ne le valorisait guère31.

  • 32 Leipzig, 1847. Voir le t. II, p. 6-25.

27On retrouve cette orientation au milieu du XIXe siècle dans l’Europaïsche Gesandtschaftsrecht d’Alexander Miruss32. Les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier y étaient, une fois encore, alignés de Garati à Lescalopier de Nourar en une série unique, complète et sans césure. S’ajoutaient en amont le Corpus juris et les excerpta tirés des Anciens, et en aval les œuvres de Moser, Ahnert ou von Römer. De plus étaient rappelés, outre les dissertations académiques, les grands textes du droit naturel, qui formaient un élément essentiel du contexte général, ainsi, fait plus rare, que des œuvres morales, avec Montaigne, Gracian et Hutcheson. Ainsi les écrits de legatis étaient, plus que jamais, présentés comme un ensemble cohérent, à lire dans la perspective, d’une part, de la tradition antique, à la fois juridique – le Corpus Juris – et littéraire – les recueils d’excerpta –, et d’autre part de la littérature plus récente sur le « Gesandtschaftsrecht », partie du « Völkerrecht » et principal sujet du livre de Miruss. Enfin la dimension pratique cédait devant une visée normative, exprimée notamment par des ouvrages de morale.

  • 33 Paris, 1837. Le t. Ier, p. 453-668, contient une « Bibliographie diplomatique choisie ».

28Cependant Miruss faisait également une place non seulement à Mably, dont il citait les Principes des négociations, mais aussi au Guide diplomatique de Charles de Martens33, de dix ans son devancier. Dans ce célèbre manuel, les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier continuaient, certes, d’être présentés dans le cadre d’une section relative au « Gesandtschaftsrecht », qui lui-même était inscrit dans le cadre plus général du droit naturel. À l’échelle du guide tout entier, cependant, la perspective théorique reculait face au souci d’une préparation pratique et professionnelle au métier de diplomate et à la mise en œuvre d’une science de la diplomatie incluant non seulement le droit public et les traités, mais aussi les actes des négociations, les leçons de l’histoire, la chronologie, la généalogie, la géographie, la statistique, la linguistique et l’économie. Les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier faisaient ainsi leur entrée dans le contexte élargi d’une culture professionnelle. Mais ils franchissaient cette étape en nombre réduit, car Martens ne retenait que les écrits les plus récents, à l’intérieur d’une section consacrée aux « ouvrages sur l’ambassadeur, les envoyés et les négociations » qui, outre Wicquefort et une édition récente et remaniée de Vera, ne comportait guère que les écrits sur la négociation depuis Callières, ainsi que des traités plus récents sur le droit d’ambassade et, signe des temps, les textes sur les consuls. Les priorités, donc, changeaient et, du même coup, les écrits de legatis antérieurs à Wicquefort étaient pratiquement omis, sans doute parce que jugés inutiles pour le temps présent. Enfin les titres conservés, tout en continuant d’être mis en relation avec les traités sur le droit d’ambassade, se configuraient aussi comme des compléments aux « traités spéciaux » relatifs à la profession de diplomate : la première édition du Martens, le Système de la diplomatie de Winter, le Traité complet de diplomatie de Garden, le Cours de style diplomatique de Meisel, ou encore les écrits d’Hauterive.

29Examiné dans la longue durée, le travail bibliographique fait apparaître plusieurs tendances. En premier lieu, les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier étaient de plus en plus souvent réunis en une catégorie à part, dont le socle était formé par une suite de textes allant de Garati et Braun à Pecquet et Lescalopier de Nourar. Les clivages internes revendiqués par les auteurs de ces œuvres, et notamment la rupture déclarée par Wicquefort face à la génération de Vera, étaient perdus de vue, au profit d’une vision beaucoup plus unitaire, et très souvent négative. Un corpus, ainsi, se trouvait à la fois construit, légitimé et décrié. En outre les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier étaient de plus en plus souvent mis en relation directe avec les traités ultérieurs sur le « Gesandtschaftsrecht », voire, plus tardivement, avec les manuels de diplomatie. Du même coup, et alors que le point de vue politique de Naudé était oublié ou, pire, contesté, le domaine général à l’intérieur duquel les écrits de legatis se trouvaient placés était le droit des gens, puis, avec Martens, la science de la diplomatie. À l’évidence, cette double mise en perspective fournissait des axes et des clés de lecture, souvent critiques. Pour les uns, qui s’intéressaient en premier lieu au droit d’ambassade, c’était le caractère proprement juridique, plutôt que politique, des ouvrages, ainsi que l’adhésion éventuelle de leurs auteurs aux principes du droit de la nature et des gens, qui constituaient les éléments principaux d’évaluation. Pour Martens, dont la visée était plus pratique, c’était l’utilité pour le métier de diplomate qui était le critère. Dans le premier cas, cela conduisait à une vision pour le moins dépréciative et, dans le second, à une sélection tout à fait drastique. Plusieurs catégories d’écrits, enfin, entraient dans les bibliographies ou en étaient retirés, selon l’orientation des bibliographes eux-mêmes. Ils constituaient une sorte de deuxième cercle, contribuant à éclairer le corpus principal et à en guider la lecture et l’interprétation. Il s’agissait, pêle-mêle, des monuments de l’antiquité grecque et romaine, des traités sur le légat pontifical, des ouvrages généraux de droit public et de droit des gens, des dissertations académiques, des écrits de la pratique et, notamment, des actes des négociations, et, et plus rarement, d’œuvres de morale. De ce travail complexe, les écrits de legatis ressortaient en ayant gagné en notoriété. Mais, en même temps, ils se trouvaient placés dans des perspectives souvent très éloignées de celles dans lesquelles leurs auteurs s’étaient situés et, en conséquence, ils se voyaient relus à partir de critères qui leur étaient largement étrangers. Enfin le double point d’arrivée du travail bibliographique, tel qu’il a été ici caractérisé avec Miruss et Martens, préfigurait autant appropriations des écrits de legatis : par les historiens du droit international, d’une part, et par les praticiens de la diplomatie, de l’autre.

Les lecteurs et leurs choix

  • 34 Les origines de la diplomatie et le droit d’ambassade jusqu’à Grotius, Bruxelles, 1884.

30Il était dans la logique de ce qui précède que les historiens du droit international en vinssent à prêter attention aux écrits de legatis. Un premier nom se détache : celui d’Ernest Nys, auteur en 1884 d’une étude où il faisait trésor des bibliographies antérieures, notamment celles de von Ompteda et de Miruss34. Nys y procédait à une sélection à l’intérieur des écrits disponibles, en accord avec les objectifs et la chronologie de son sujet. Il conservait Garati, les traités sur le légat pontifical, puis les traités sur l’ambassadeur, de Dolet à Chokier, et aussi quelques dissertations académiques allemandes. L’effet était de mettre en valeur et de constituer une fois de plus en ensemble signifiant les écrits sur l’ambassadeur du XVIe siècle et début du XVIIe siècle, avec leurs antécédents immédiats – Garati – leurs annexes académiques et leurs pendants sur le légat pontifical. Il était aussi d’intégrer à nouveau ces textes dans une réflexion juridique, orientée en l’espèce vers la question de l’émergence des immunités diplomatiques. Les jugements étaient en conséquence : Gentili, célèbre juriste, était loué pour avoir produit le « premier travail systématique sérieux », tandis que Vera, qui n’était point homme de loi, avait produit un livre qui n’avait « pas grande valeur ».

  • 35 Plus connu pour son History of International Law in Russia, 1647-1917 : A Bio-Bibliographical Stud (...)
  • 36 Tartu, 1905 (citation p. iii-iv). Le tome 1er fut suivi d’un deuxième volume (1918), qui couvre le (...)
  • 37 Sur lequel Hrabar avait déjà écrit (Un traité de droit d’ambassade : ‘Ambaxiator Brevilogus’ de Be (...)

31Un autre jalon important est le recueil publié au début du XXe siècle par un juriste russe, Vladimir Hrabar35. Ce De legatis legationibusque tractatus varii36 se présentait comme sorte d’anthologie. Une fois de plus, la question de l’histoire du droit d’ambassade était au centre de l’attention, ainsi qu’il ressortait de l’introduction où Hrabar écrivait : quicquid de legationum jure a scriptoribus ante-Grotianis in publicum prodiit, in hac collectione congestum invenies. De plus, comme chez Nys, le gros du corpus restait formé par les traités de legatis depuis Garati, par les œuvres sur le légat pontifical et par les dissertations académiques allemandes. Toutefois la perspective de Hrabar était plus large que celle de son prédécesseur immédiat. Il mentionnait les recueils d’excerpta, et surtout il faisait une place au Moyen Âge, en introduisant deux écrits jamais cités ni exploités jusque là dans ce type de travail : l’Ambaxiator brevilogus de Bernard de Rosier37 et le Speculum legatorum de Guillaume Durand. Il faisait aussi réapparaître le De officio legati de Barbaro et le Messaggiero du Tasse, que les répertoires bibliographiques avaient omis, sans doute parce trop éloignés du droit. Il réservait également une place à des textes juridiques sur les immunités, notamment Pierre Ayrault. Dans l’ensemble, l’historien russe confortait un point de vue et consolidait un corpus dont il suggérait, sans d’ailleurs la démontrer, l’unité. Son œuvre est d’autant plus importante que le De legatis legationibusque tractatus varii devint ensuite, en dépit de sa faible diffusion, un instrument de travail assez largement utilisé par les spécialistes, au-delà du seul domaine de l’histoire du droit international.

  • 38 The School for Ambassadors, dans American Historical Review, 27, 1922, p. 426-464. Jules Jusserand (...)
  • 39 Paris, 1934 (citations p. 5 et 6). Commencé au lendemain du Traité de Versailles, le livre était e (...)

32Les travaux de Nys et de Hrabar peuvent être considérés comme un point de jonction entre les répertoires bibliographiques du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, qui étaient destinés aux facultés de droit, et de nouvelles catégories de lecteurs, dont les praticiens de la diplomatie. Parmi eux, le nom de Jules Jusserand s’impose. Ce diplomate, ambassadeur de France aux États-Unis au lendemain du premier conflit mondial, se fit en effet l’auteur d’abord d’une conférence reprise dans l’American Historical Review38, puis d’un petit volume intitulé L’École des ambassadeurs39 où il commentait les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier. Dès les premières pages, on voit que le sujet avait changé : Jusserand traitait de la profession diplomatique et de son histoire. À la différence de Nys et de Hrabar, il ne considérait pas les textes qu’il utilisait comme des primitifs du droit international : il y voyait plutôt les plus anciens manuels pour l’instruction des diplomates, emplis de « règles » tirées de l’usage. Pour autant, ses sources restaient en grande partie les mêmes que celles de ses prédécesseurs. Elles incluaient tous les écrits sur l’ambassadeur, de de Rosier à Vera. Toutefois, comme son analyse le conduisait jusqu’à l’époque contemporaine, il réunissait en une seule série les « traités du Moyen-Âge, de la Renaissance et d’ensuite », allait donc au-delà de Vera, utilisait largement Wicquefort, Callières ou Pecquet, et poursuivait avec Pradier-Fodéré pour terminer avec Paul Cambon. Autour de ce corpus central, qui recoupait en grande partie celui de Miruss, gravitaient quantité d’autres textes, dont la présence contribuait à composer un panorama original. Figuraient en particulier des dossiers d’archives, relatifs aux projets d’écoles diplomatiques en France, dont la célèbre Académie politique de Torcy, ce qui était cohérent avec l’orientation générale de l’École des ambassadeurs.

33Ce fut à peu près à la même époque, c’est-à-dire dans les années 1930, que plusieurs historiens s’approprièrent le corpus des écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier, tel qu’il avait été progressivement construit par les travaux précédents. Deux publications d’importance inégale doivent ici être examinées, dues à des auteurs qui l’un et l’autre avaient lu Nys et surtout Hrabar – sans doute plus que Jusserand – et qui utilisaient donc les textes, désormais facilement accessibles, de de Rosier et Barbaro.

  • 40 Treatises on the Ambassador Written in the Fifteenth and early Sixteenth Centuries, dans English H (...)
  • 41 Qui avait utilisé certains textes, comme ceux de Dolet, Hotman ou Wicquefort, dans sa Diplomatie a (...)

34Dans l’article publié en 1936 par Betty Behrens40, la clé de lecture des écrits sur l’ambassadeur changea de façon radicale. Il ne s’agissait plus de retrouver les antécédents du droit international avant Grotius, ou de retracer la lente affirmation d’un « French style of diplomacy », mais de voir comment une mutation institutionnelle – l’émergence de la figure de l’ambassadeur, dans le contexte de relations accrues entre les princes – se trouva prise en compte par les contemporains. Pour traiter cette question, Betty Behrens mettait à profit des textes tous présents dans le recueil de Hrabar, en combinant écrits spécifiques sur l’ambassadeur et traités sur le légat pontifical. Elle distinguait ensuite deux catégories : certains juristes, enracinés dans une conception médiévale, procédant par quaestiones, se montraient selon elle incapables d’assumer les réalités nouvelles ; les autres auteurs, à commencer par de Rosier, s’avéraient aptes à rendre compte des pratiques émergentes, fût-ce avec une méthode « in the highest degree artificial and academic ». Cependant ces écrits, quoique différents, présentaient de l’avis de Betty Behrens un trait qui les unissait : tous étaient l’œuvre de « theorists », et donc ils constituaient autant d’expressions initiales d’une théorie de la diplomatie ou, plus exactement, des institutions diplomatiques. En outre le corpus construit par l’histoire du droit international et, plus en amont, par les théoriciens du « Gesandtschaftsrecht », se trouvait repris et remis en contexte, pour servir un nouveau sujet, déjà largement abordé par d’autres auteurs, comme Maulde-La Clavière41 : l’histoire de la diplomatie de la Renaissance.

  • 42 Renaissance diplomacy, Harmondsworth, 1973 (1re édit. : Londres, 1955), citations p. 102, 202, 205

35Garret Mattingly42 avait lu lui aussi Nys et Hrabar, de même bien sûr que Betty Behrens et Maulde-La Clavière. Prenant en considération une période plus longue que ces derniers, du Moyen Âge aux traités de Westphalie, il s’attachait à montrer comment à une forme médiévale des ambassades s’était substituée, en Italie d’abord, puis dans le reste de l’Europe, une forme moderne portée par les intérêts des États et incarnée par la figure de l’ambassadeur résident. Mattingly ne faisait pas des écrits de legatis, auxquels il reconnaissait une portée plus théorique que pratique, le sujet de son livre. En revanche, il trouvait dans ces textes autant de témoins des états successifs de l’institution et des changements qu’elle avait subis. Il abordait les textes médiévaux, en particulier de Rosier, dont il faisait grand usage. Il s’attardait sur Barbaro, dont le De officio legati signalait selon lui « the changed attitude of late-fifteenth-century Italians towards the duties of an ambassador ». Enfin il traitait en bloc les écrits sur le « parfait ambassadeur », de Dolet à Vera, qui à son sens formaient un ensemble cohérent. À l’intérieur de cette « literary tradition », observait-il, les emprunts étaient fréquents et, d’un ouvrage à l’autre, le portrait du parfait ambassadeur révélait une « strong family likeness ».

  • 43 Sans prétendre aucunement à l’exhaustivité, on utilisera ici, à titre d’exemple, les études suivan (...)

36Avec le livre de Garrett Mattingly, qui devint un classique, le corpus patiemment construit par les bibliographes depuis le XVIIe siècle, puis repris par les spécialistes du droit international, fit définitivement son entrée dans le discours des historiens, sans pour autant donner lieu dans l’immédiat à de nombreux travaux, car le climat historiographique général n’était guère favorable aux études relatives à la diplomatie. En revanche, à partir des années 1980, alors que l’histoire de la diplomatie reprenait des couleurs, ce corpus suscita un regain d’intérêt. Aussi il se trouva une nouvelle fois travaillé, dans le cadre de recherches portant sur la période moderne, par des historiens, des historiens de la pensée politique et des historiens de la littérature43 qui, quoique de sensibilité diverse, partageaient le même intérêt pour l’émergence d’institutions, de conceptions et de comportements nouveaux, dans le contexte d’une Italie et d’une Europe des cours et des États.

  • 44 H. Kugeler, « Le ‘parfait ambassadeur’ »… cit. n. 43, p. 185-186 ; Id., « ’Le parfait ambassadeur’ (...)

37Ces recherches renouvelées donnèrent lieu à des périodisations et à des interprétations différentes. Daniela Frigo mit l’accent sur l’émergence, à partir de Barbaro, puis sur la consolidation et sur le développement, jusqu’à la rupture marquée par Wicquefort, d’une « trattatistica » charriant avec elle principes moraux, préceptes comportementaux, modèles courtisans et échos de la Raison d’État. Daniel Ménager, pour sa part, vit dans le dialogue du Tasse le signe d’un tournant, de l’ambassadeur comme médiateur à l’ambassadeur comme messager. Maurizio Bazzoli prit pour fondement de sa périodisation la position des auteurs face à la Raison d’État et à la doctrine de l’intérêt des États, ainsi que leur sensibilité à l’affirmation de la diplomatie comme profession à part. Enfin Heidrun Kugeler insista sur la césure marquée par les traités de Westphalie, du point de vue de la structuration d’un système d’États comme de celui de l’évolution du corpus des écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier, qui durent désormais assumer et penser des réalités nouvelles44.

  • 45 Id., « ’Le parfait ambassadeur’ »… cit. n. 43, p. 27, 40.

38Ces analyses n’attribuaient généralement pas un rôle central aux traités juridiques sur le droit d’ambassade, exception faite de Gentili, ce qui marquait une différence avec le point de vue des bibliographes du XVIIIe siècle. En revanche, les écrits politiques et de comportement retenaient fortement l’attention. Aussi l’intérêt se concentra de façon récurrente sur une sorte de « short list », qui incluait de Rosier, Barbaro, Maggi, Gentili, Pasquale, Le Tasse, Hotman, Vera, Bragaccia, Wicquefort, Callières et Pecquet. Cette « trattatistica » acquérait, plus que jamais, une position centrale. C’est en elle, précisément, que Maurizio Bazzoli voyait un « genere di riconoscibile omogeneità ». De même, pour Heidrun Kugeler, ces écrits formaient « a genre well-established since the late fifteenth century », with « its own literary and semantic traditions ». Ils se présentaient comme « a ‘discourse’ that was characterised by continuity in format, language and methodology »45.

  • 46 Ibid., p. 6 ; voir aussi S. Andretta (L’arte della prudenza… cit. n. 43, p. 69) qui souligne l’imp (...)

39Toutefois, à l’instar des bibliographes du XVIIIe siècle, les historiens du XXe siècle et du début du XXIe siècle ne bornèrent pas leurs regards à la seule « trattatistica ». Continua à se poser, en d’autres termes, la question d’un « deuxième cercle » constitué d’écrits qu’il était légitime, et sans doute nécessaire, d’examiner en même temps que la « trattatistica ». Si les recueils d’excerpta, les œuvres sur le légat pontifical ou encore les recueils de négociations, comme ceux d’Ossat ou de Jeannin, furent rarement exploités conjointement aux écrits de legatis, avec lesquels pourtant ils avaient souvent été mis en rapport, Maurizio Bazzoli cita des œuvres ou parties d’œuvres juridiques relatives au droit d’ambassade, des articles d’encyclopédies – De Felice, Robinet – portant sur la diplomatie et enfin des « ragguagli », « consigli » et « istruzioni » manuscrits pour les diplomates. De même Heidrun Kugeler mit l’accent sur l’importance de ces « unpublished tracts and manuals on the diplomat ». Stefano Andretta y renvoya également46.

  • 47 Voir par ex. Informatione dell’offitio dell’ambasciatore, éd. T. Bertelé, Florence, 1935 ; D. Quel (...)
  • 48 Un autre angle de lecture, sur lequel on ne s’attardera pas ici, est celui des spécialistes d’étud (...)

40Ainsi la contextualisation de la « trattatistica » se perpétua, tout en se renouvelant par la référence à des textes longtemps restés manuscrits, dont les éditions s’étaient multipliées depuis le début du XXe siècle47. Cette évolution était cohérente par rapport à la réorientation des intérêts, d’une histoire des origines du droit international – pour laquelle les « instructions » manuscrites n’auraient guère été utiles – vers une histoire des institutions, des conceptions et des comportements diplomatiques, sur lesquels ces textes offrent d’utiles informations48.

Conclusion

41Des auteurs aux historiens, en passant par les bibliographes, l’évolution a ainsi conduit à l’émergence d’un corpus formé par une série de traités sur l’ambassadeur et l’art de négocier échelonnés du XVe au XVIIIe siècle. Cette émergence s’amorça avec les auteurs eux-mêmes, qui par leur souci de distinction et de contestation attestèrent l’existence de liens entre leurs textes. Elle démarra véritablement avec le travail de recensement et d’ordonnancement des bibliographes, qui furent les premiers à dresser des listes systématiques des écrits de legatis, tout en les mettant en rapport avec quantité d’autres écrits, notamment sur le droit d’ambassade. Elle s’acheva enfin avec les œuvres des historiens du droit international, des praticiens de la diplomatie et des historiens tout court, qui firent trésor de ce que les bibliographes avaient précédemment construit, tout en donnant sens à l’ensemble de textes ainsi rassemblé. Ainsi se constitua, de façon progressive, la notion d’une « trattatistica » sur l’ambassadeur et l’art de négocier.

42Cependant cette « trattatistica » ne forme pas à proprement parler un « genere di riconoscibile omogeneità ». En effet, les écrits qui la composent relèvent de plusieurs genres – dialogues dans le cas du Tasse ou de Vera, traité dans celui de Braun ou de Gentili. De surcroît, ils se caractérisent en fait par une diversité de sujets – de legationibus, de legato, de l’art de négocier – et une variété de points de vue qui oppose, par exemple, Hotman aux « académiques », ou Wicquefort à Vera. Aussi ce corpus, qui paraît avoir pour lui l’évidence, reste problématique. Il a, en fait, toujours été construit et reconstruit selon les besoins, les intérêts et les connaissances du moment, en incluant et excluant, segmentant et unifiant, en fonction de critères et de préoccupations qui servaient de fil conducteur aux bibliographes, aux praticiens et aux savants. Aussi les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier, même en leur partie que l’on peut qualifier de plus centrale, constituent en fait un ensemble flou, du point de vue à la fois de ses limites temporelles – vers le Moyen Âge et l’Antiquité, et vers le XIXe siècle, voire, dans le cas de Jusserand, vers le XXe siècle – et de la liste des œuvres qui s’y trouvent incluses à un moment donné – qui n’est pas la même chez Miruss et chez Martens, ni chez Nys et chez Jusserand.

43Le « second cercle » a connu lui aussi des évolutions tout à fait remarquables, avec l’inclusion ou l’exclusion, tantôt provisoire, tantôt définitive, des excerpta, des traités sur le légat pontifical, des dissertations académiques allemandes et des écrits de la pratique, et enfin avec l’irruption tardive, mais importante, des « instructions » et « ragguagli » manuscrits. Aussi, en pratique, les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier ne peuvent pas se définir comme un genre à part entière, ni comme un corpus figé, mais plutôt comme une série de textes dont certains, plus fréquemment invoqués – de Braun à Pasquale, Vera, Wicquefort et Pecquet – ont servi et continuent de servir de pivot à des constructions à géométrie variable, édifiées sur la base à la fois d’une tradition peu à peu accumulée et de choix intellectuels constamment renouvelés.

  • 49 Sur les écrits juridiques relatifs à l’ambassadeur depuis le Moyen Âge, on doit désormais citer la (...)

44Ainsi l’objet de ce livre – les écrits sur l’ambassadeur et l’art de négocier – à la fois s’impose de lui-même et ne s’impose pas du tout. Il suppose, en réalité, la définition préalable d’un point de vue. Celui qui a été adopté ici consiste à placer au centre de l’attention non pas la genèse du droit international, ni celle de la profession diplomatique contemporaine, mais plutôt les évolutions et les mutations enregistrées par les formations politiques dans la gestion de leurs relations mutuelles de la fin du Moyen Âge au début du XIXe siècle, tout au long d’une période marquée par l’émergence des États, l’affirmation de leur souveraineté, le développement de leurs institutions diplomatiques et la constitution progressive d’un système européen régi par un droit public partagé. Ce point de vue conduit à s’intéresser aux écrits déterminés par l’émergence, la généralisation et éventuellement la disparition de quatre objets : des figures – legatus, ambassadeur résident, envoyé, ministre, etc. – ; des notions en rapport avec ces figures – officium, charge, fonctions, etc. – ; des privilèges et des prérogatives – immunités, cérémonial, etc. – qui leur étaient attachés ; et enfin des savoirs théoriques et pratiques – sur les devoirs, les procédures, l’art et la science de la négociation – qu’elles étaient censées mettre en œuvre. Pour saisir ces différents aspects, on a formé un corpus largement conçu, qui inclut, certes, la « trattatistica » la plus fréquemment étudiée, et ainsi incite à la revisiter, mais qui comprend aussi un grand nombre d’autres textes : les écrits médiévaux – des miroirs des princes à la législation statutaire, aux dépêches, aux instructions et aux relations ; les « scritti cancellereschi » rédigés dans l’Italie de la Renaissance pour l’instruction des ambassadeurs ; les écrits produits dans l’espace allemand à l’époque moderne, en particulier dans un contexte universitaire ; les actes des négociations publiés, spécialement en France, dès le XVIIe siècle ; les traités de droit, jusqu’aux œuvres de la seconde moitié du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle49 ; en enfin les premiers écrits relatifs à la science de la négociation, notamment ceux de Martens. Par sa seule extension, ce corpus donne une idée de la diversité des angles sous lesquels ambassadeurs et art de négocier se trouvèrent construits, considérés et parfois décriés, jusqu’à ce que, dans l’Europe du XIXe siècle, l’« Old Diplomacy » parvienne à maturité.

Notes

1 M. Bazzoli, Ragion di Stato e interesse degli Stati. La trattatistica sull’ambasciatore dal XV al XVIII secolo, dans Nuova Rivista Storica, 86, 2002, p. 289.

2 C. Braun, De legationibus, Mayence, Franciscus Behem, 1548, pièce non paginée.

3 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité de l’ambassadeur, Dusseldorf, Busius, 1613, p. 1.

4 Ainsi par ex. C. Pasquale, Legatus, Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1598, épître dédicatoire non paginée (coepi sectitans Graeca et nostra, intentius nonnulla huius argumenti secernere…) et Paris, Pierre Chevalier, 1612, épître dédicatoire non paginée (penes me erant non pauca hujus argumenti, quae post hujus scriptionis editionem e plurima antiquitate conquisite excerpseram).

5 Voir par ex : Ex libris Polybii selecta de legationibus… nunc primum in lucem edita ex bibliotheca Fulvi Ursini, Anvers, Christophe Plantin, 1582 ; ou D. Hoeschel, Eclogae Legationum, Augsbourg, typis Joannis Praetorii, 1603.

6 H. Kirchner, Legatus, Marbourg, Paulus Egenolphus, 1614, passim.

7 O. Maggi, De legato, Venise, Ludovico Avanzi, 1566, épître dédicatoire non paginée à Alvise Mocenigo.

8 A. Gentili, De legationibus libri tres, éd. E. Nys, New York, 1924 (voir l’index des auteurs cités par Gentili, II, p. 203-208).

9 C. Pasquale, Legatus… cit. n. 4 (1598), loc. cit.

10 F. de Marselaer, ΚΗΡΥΚΕΙΟΝ, sive Legationum insigne, Anvers, Guil. a Tongris, 1618, p. 147 et 242-243.

11 T. Tasso, Il messaggiero, dans Dialoghi, éd. E. Mazzali, Turin, 1976, I, p. 58. Toutefois Le Tasse n’avait pas lu le texte de Barbaro, puisqu’il se limitait à évoquer « un suo libretto, il quale ne le mie mani non è pervenuto ».

12 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, « au lecteur », non paginé.

13 H. Kirchner, Legatus… cit. n. 6, passim.

14 J. A. de Vera, El Enbaxador, Séville, Francisco de Lyra, 1620, fol. 14v, 17, 20v, 27v, 32, 106, 140, 150v.

15 G. Bragaccia, L’ambasciatore, Padoue, Bolzetta, 1626, p. 8.

16 J. A. de Vera, El Enbaxador... cit. n. 14, fol. 14v.

17 G. Bragaccia, L’ambasciatore... cit. n. 15, loc. cit.

18 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, p. 21 et 71.

19 L. Bély, La polémique autour de l’Ambassadeur de Jean Hotman : culture et diplomatie du temps de la paix de Lyon, dans Cahiers d’histoire, 46, 2001, p. 327-354.

20 A. de Wicquefort, L’ambassadeur et ses fonctions, La Haye, Maurice Georges Veneur, 1682, 1, p. 101, et 2, p. 28.

21 F. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, Paris, Michel Brunet, 1716.

22 J. de La Sarraz de Franquesnay, Le Ministre public dans les cours étrangères, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1731, citation tirée de la préface non paginée.

23 A. Pecquet, Discours sur l’art de négocier, Paris, Nyon fils, 1737, p. liv-lv ; C. A. Lescalopier de Nourar, Le ministère du négociateur, Amsterdam, s.n., 1763 (mais achevé dès 1738), p. i-vii.

24 J. Hotman de Villiers, De la charge et dignité… cit. n. 3, p. 237s.

25 Comme par ex. le Tractatus tractatuum universi juris, éd. F. Ziletti, Venise, 1584, 26 vol.

26 Dissertationes politico-juridicae, I, De legatis eorumque jure, dans Spicilegia politico-juridica, Strasbourg, Lazare Zetzner, 1641 (mais publié dès 1616), p. 3-4.

27 G. Naudé, Bibliographie politique, Paris, veuve de G. Pelé, 1642, p. 117-119.

28 Dont beaucoup étaient signalés. Outre Pasquale, Marselaer et Maggi, Naudé mentionnait en effet : Dolet (cité pour la première fois dans une bibliographie), Braun, Le Vayer, Chokier et Germonio, tous rangés dans la catégorie des « juriconsultes » ; Gentili était classé comme « humaniste » ; Bragaccia était défini comme « politique ». On note l’absence de Barbaro et du Tasse, et aussi celle de Vera, dont pourtant la traduction française datait de 1635.

29 Nuremberg, P. C. Monath, 1727 ; voir p. 250-264. Avant von Neumann, et après Besold, on peut citer J. G. Kulpis, De legationibus statuum imperii commentatio, Giessen, Faber, 1679, qui produit lui aussi une ample bibliographie des écrits de legatis.

30 Ratisbonne, J. L. Montags sel. Erben, 1785 ; voir p. 40, 44, 56-58, 536-571.

31 S’agissant du XVIIIe siècle, et dans la perspective qui nous intéresse ici, deux autres textes méritent d’être cités. Il s’agit d’abord de la brève bibliographie placée par Barbeyrac en fin de sa préface à C. de Bynkershoek, Traité du juge compétent des ambassadeurs (La Haye, Thomas Johnson, 1723, p. xii-xv). Barbeyrac citait les Auctores et Besold. Il rappelait les recueils d’excerpta, mentionnait les « jurisconsultes scholastiques » et répartissait ensuite entre « jurisprudence », « politique » et « littérature » une 3e génération d’écrits, composée d’un « assez grand nombre d’ouvrages » de legatis. Omettant les textes antérieurs à Gentili, il louait Wicquefort, mais portait un jugement globalement négatif sur ces textes qui, lus dans la perspective du droit naturel, n’apportaient que des « matériaux », sans faire un « corps régulier », faute d’« ordre », de « méthode » et de « principes ». Hostile à Machiavel, attaché à la doctrine du droit naturel, G. Réal de Curban (La Science du gouvernement, Amsterdam, Arkstee & Merkus,1764, VIII, p. 116-119, 129-134, 369-373, 398-403, 440-441, 553, 563-570, 582-583, 607, 617-618, 685) critiqua Naudé (qui, selon lui, avait loué à tort Pasquale), cita avec éloge Bynkershoek et porta un jugement négatif sur les traités de legatis (Pasquale, Gentili, Hotman, Marselaer, Wicquefort, Callières, Pecquet), auxquels il reprochait une faible armature juridique, ou un attachement critiquable au droit romain, un penchant douteux pour la raison d’État machiavélienne, une surabondance d’érudition et une absence de vrais principes – ceux du droit naturel. Marselaer, toutefois, était « bon pour le tems où il a été fait ». Voir aussi, pour une présentation conduite du point de vue des « négociations en général », les Institutions politiques du baron de Bielfeld (La Haye, Pierre Gosse, 1760, II, p. 143-144) : des écrits antérieurs à 1680, Bielfeld ne retenait que Vera, « peu lu aujourd’hui », et de plus de « mauvais goût » ; en revanche il citait élogieusement Wicquefort, Callières et Pecquet.

32 Leipzig, 1847. Voir le t. II, p. 6-25.

33 Paris, 1837. Le t. Ier, p. 453-668, contient une « Bibliographie diplomatique choisie ».

34 Les origines de la diplomatie et le droit d’ambassade jusqu’à Grotius, Bruxelles, 1884.

35 Plus connu pour son History of International Law in Russia, 1647-1917 : A Bio-Bibliographical Study, Oxford, 1990.

36 Tartu, 1905 (citation p. iii-iv). Le tome 1er fut suivi d’un deuxième volume (1918), qui couvre le XVIIe siècle après Grotius et fait une grande place aux thèses des universités allemandes.

37 Sur lequel Hrabar avait déjà écrit (Un traité de droit d’ambassade : ‘Ambaxiator Brevilogus’ de Bernard du Rosier, dans Revue de droit international et de législation comparée, 2e série, 1, 1899, p. 314-317).

38 The School for Ambassadors, dans American Historical Review, 27, 1922, p. 426-464. Jules Jusserand fut ambassadeur à Washington de 1902 à 1924 et fut élu président de l’American Historical Association en 1920.

39 Paris, 1934 (citations p. 5 et 6). Commencé au lendemain du Traité de Versailles, le livre était en outre structuré de façon à occulter la part des Allemands – Martens, par exemple, n’était pas cité – et à soutenir une vision selon laquelle la diplomatie, d’origine italienne, était devenue avec le temps un art essentiellement français.

40 Treatises on the Ambassador Written in the Fifteenth and early Sixteenth Centuries, dans English Historical Review, 51, 1936, p. 616-627.

41 Qui avait utilisé certains textes, comme ceux de Dolet, Hotman ou Wicquefort, dans sa Diplomatie au temps de Machiavel, Paris, 1892-1893, 3 vol.

42 Renaissance diplomacy, Harmondsworth, 1973 (1re édit. : Londres, 1955), citations p. 102, 202, 205.

43 Sans prétendre aucunement à l’exhaustivité, on utilisera ici, à titre d’exemple, les études suivantes : D. Frigo, Principe, ambasciatori e « jus gentium ». L’amministrazione della politica estera nel Piemonte del Settecento, Rome, 1991 ; Id., ‘Virtù politiche’ e ‘pratica delle corti’. L’immagine dell’ambasciatore tra cinque e seicento, dans C. Continisio, C. Mozzarelli (éd.), Repubblica e virtù. Pensiero politico e Monarchia Cattolica fra XVI e XVII secolo, Rome, 1995, p. 355-376 ; Id., Corte, onore e ragion di stato : il ruolo dell’ambasciatore in età moderna, dans Ambasciatori e nunzi. Figure della diplomazia in età moderna, dans Cheiron, 15, 1998, n 30, p. 13-55 ; D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, 2001 ; M. Bazzoli, Ragion di Stato e interesse degli Stati... cit. n. 1 ; H. Kugeler, Le ‘parfait ambassadeur’. Zur Theorie der Diplomatie im Jahrhundert nach dem Westfälischen Frieden, dans H. Kugeler, C. Sepp, G. Wolf (éd.), Internationale Beziehungen in der frühen Neuzeit. Ansätze und Perspektiven, Munster, 2006, p. 180-211 ; Id., ’Le parfait ambassadeur’. The Theory and Practice of Diplomacy in the Century following the Peace of Westphalia, Ph.D., Oxford, 2006 ; S. Andretta, L’arte della prudenza. Teoria e prassi della diplomazia nell’Italia del XVI e XVII secolo, Rome, 2006.

44 H. Kugeler, « Le ‘parfait ambassadeur’ »… cit. n. 43, p. 185-186 ; Id., « ’Le parfait ambassadeur’ »… cit. n. 43, p. 7-8.

45 Id., « ’Le parfait ambassadeur’ »… cit. n. 43, p. 27, 40.

46 Ibid., p. 6 ; voir aussi S. Andretta (L’arte della prudenza… cit. n. 43, p. 69) qui souligne l’importance du Memoriale de Machiavel à Raffaelo Girolami.

47 Voir par ex. Informatione dell’offitio dell’ambasciatore, éd. T. Bertelé, Florence, 1935 ; D. Queller, How to succeed as an ambassador : a sixteenth century venetian document, dans Studia gratiana, 15, 1972, p. 653-671 ; L. Delavaud, La diplomatie d’autrefois, dans Revue d’histoire diplomatique, 28-29, 1914-1915, p. 602-620 ; E. Griselle, Un manuel du parfait diplomate au dix-septième siècle, ibid., p. 773-781.

48 Un autre angle de lecture, sur lequel on ne s’attardera pas ici, est celui des spécialistes d’études sur la négociation, dans la ligne de la redécouverte des écrits du XVIIIe siècle sur l’art de négocier, à partir d’I. W. Zartman (The 50% Solution, Garden City [NY], 1976), qui publia à nouveau un texte de De Felice. Voir par ex. W. Mastenbroek, Negotiating as emotion management, Heemstede, 2002, spécialement le chap. 2 (« The historical development of negotiating skills »).

49 Sur les écrits juridiques relatifs à l’ambassadeur depuis le Moyen Âge, on doit désormais citer la thèse, encore inédite, de Dante Fedele, « Naissance de la diplomatie moderne. L’ambassadeur au croisement du droit, de l’éthique et de la politique » (Lyon, École Normale Supérieure, décembre 2015). Cette thèse aborde, de façon plus générale, un grand nombre des questions soulevées dans le présent volume.

Auteur

École Pratique des Hautes Études - jean-claude.waquet@ephe.sorbonne.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540