Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hétérodoxies croisées. Catholicismes pluriels entre France et Italie, XVIe-XVIIe siècles

 | 
Gigliola Fragnito
, 
Alain Tallon

Résumés

Texte intégral

1Bernard Barbiche, Les stratégies d’évitement des crises entre la France et Rome sous Henri IV

2Après l'absolution de Henri IV par Clément VIII en 1595, les relations entre la France et le Saint-Siège sont marquées par une volonté de réconciliation durable. Les sources de conflit sont pourtant nombreuses. Retenons entre autres la défense des libertés de l'Église gallicane, la situation créée par l'édit de Nantes, la publication incontrôlée de livres suspects d'hérésie et l'action de prédicateurs extrémistes et de pasteurs trop zélés. Les diplomates royaux et pontificaux sont donc en permanence sur la brèche pour tenter de résoudre les litiges au cas par cas. L'analyse des stratégies ainsi déployées permet de conclure à leur efficacité.


3Sylvie Daubresse, Le parlement de Paris et les actes romains au XVIe  siècle : exemples de la pratique judiciaire

4La défense des « libertés de l’Église gallicane » face au pouvoir pontifical fut essentiellement affaire de juristes qui se posèrent en champions de l’indépendance du royaume. Les crises spectaculaires entre Rome et le parlement de Paris, toujours nées de situations conflictuelles particulières, sont bien connues, mais elles tendent à cacher les nombreux autres litiges résolus dans le secret du Palais de justice. Cette présente étude vise à présenter les différentes voies de recours juridique contre un acte romain devant le parlement de Paris au cours du XVIe siècle : la complainte de novelleté qui, par exemple, fut invoquée dans un litige pour la possession d’une abbaye du Nord de la France pendant le règne de François Ier. Il y a aussi l’appel comme d’abus, voie de recours à la justice laïque contre une sentence de l’autorité ecclésiastique, qui fut utilisé lors de l’octroi d’indulgences en 1524 à Beauvais, ou à l’occasion de la réforme du couvent des Cordeliers à Paris pendant les années 1580. Les bulles pontificales, les textes portant sur le rapport entre temporel et spirituel furent également étroitement contrôlés par le Parlement car ils pouvaient affecter directement l’autorité royale. Ces exemples tirés de la pratique judiciaire montrent que si les tensions pouvaient être fortes, la confrontation n’était pas systématique.


5Elena Bonora, Il sospetto d'eresia e i « frati diplomatici » tra Cinque e Seicento

6Il principio sancito dai cardinali e dai papi inquisitori del '500 secondo il quale era gravemente sospetto d'eresia chi conversava con gli eretici condizionò i comportamenti dei diplomatici pontifici presso le corti straniere ponendoli in balia dell'accusa d'eresia e dell'uso politico di tale accusa. In questo contesto plasmato dall'ideologia inquisitoriale, nel corso del '600 le caratteristiche strutturali e corporative del mondo regolare (esteso network, organizzazione gerarchica, voto di obbedienza ai superiori, controllo del percorso di studi, formazione teologica) si dimostrarono un capitale prezioso da spendere al servizio della Santa sede anche nella sfera diplomatica a scapito dell'attività dei nunzi che spesso erano vescovi. Il saggio evidenzia il protagonismo seicentesco dei regolari sulla scena delle relazioni internazionali europee interpretandolo alla luce di queste premesse, e suggerisce per il futuro una ricostruzione dell'attività delle reti missionarie che tenga conto del loro ruolo politico oltre a quello evangelizzatore e pastorale.


7Gigliola Fragnito, La censura ecclesiastica nell’Italia della Controriforma : organismi centrali e periferici di controllo

8Il saggio intende delineare le varie fasi dell’organizzazione centrale e periferica del controllo librario e illustrare le ricadute che la complessa costruzione di apparati repressivi da parte della chiesa di Roma ebbe sull’applicazione delle norme censorie. A seguito della diffusione della Riforma protestante si assiste a un rafforzamento di vecchi organi (Maestro del Sacro Palazzo) e alla creazione delle Congregazioni dell’Inquisizione (1542) e dell’Indice (1572). Questa pluralità di organi deputati al controllo della stampa, dalle competenze mal definite, diede luogo a una costante e profonda conflittualità, che ebbe il suo immediato riflesso sulla redazione degli indici romani dei libri proibiti, ma anche sulla loro esecuzione sul territorio. Determinata a monopolizzare la materia censoria, la Congregazione dell’Inquisizione cercò di dirigere attraverso i suoi tribunali periferici le varie operazioni relative alla sorveglianza sulla circolazione del libro e di esautorare gli ordinari diocesani, cui gli indici tridentino (1564) e clementino (1596) affidavano un ruolo preminente.


9Jean-Louis Quantin, Les institutions de censure religieuse en France (XVIe-XVIIsiècles)

10Dans la France des XVIe et XVIIe siècles, la censure – aussi bien au sens traditionnel, seul attesté alors, de jugement critique sur un texte, qu’au sens répressif et policier du terme –, était partagée entre plusieurs institutions concurrentes. Partant d’un système essentiellement ternaire, où les rôles étaient répartis entre facultés de théologie, magistrats et pouvoir royal, la tendance, tout au long du XVIIe siècle, fut au renforcement de cette dernière instance aux dépens des deux autres, surtout en matière de censure préventive, que la monarchie, par le mécanisme du privilège, finit par se réserver complètement. La censure a posteriori, en revanche, resta partagée jusqu’à la Révolution. Un quatrième acteur, l’épiscopat, avait des prérogatives considérables en droit, tout en en étant largement dépossédé dans les faits : il tenta avec persévérance de reconquérir une place dans le contrôle des livres, notamment au travers de l’institution nouvelle qu’étaient les Assemblées du clergé. Ce conflit de juridiction jamais résolu fait de l’histoire de la censure un remarquable observatoire des rapports entre Église et État, pouvoir royal et parlements, gallicanisme des évêques et gallicanisme des magistrats.


11Frédéric Gabriel, La loi du magistère. Pouvoir ministériel et formes ecclésiales dans la controverse entre Cajétan et Almain (1511-1512)

12À l’occasion du concile de Pise, deux ecclésiologies marquées s’affrontent et constituent pour la postérité un point de repère non négligeable pour se réclamer de telle ou telle orthodoxie. Les modalités d’attribution de la potestas séparent la théologie romaine de l’école parisienne. Cette dernière est défendue par Almain qui, dans plusieurs de ses œuvres, utilise les Octo quaestiones de potestate papae d’un auteur peu apprécié par la papauté : Guillaume d’Occam. Sous une forme scolastique éprouvée, la controverse remonte de l’instauration du pouvoir ecclésial plénier au critère de l’ultime recours, dans le cadre d’une orthodoxie conçue comme socle législatif. Ce critère est double et concerne non seulement le rapport du pape et du concile, mais aussi celui de deux théologiens, chacun se réclamant de la pure orthodoxie, liée à une autorité soit magistérielle, soit universitaire.


13Benoît Schmitz, Le pouvoir du pape sur les royaumes : la controverse entre catholiques romains et catholiques gallicans à propos des bulles de 1585, 1589 et 1591

14Par trois fois durant la dernière décennie des guerres de religion, la papauté prétendit exercer son pouvoir de déposer les souverains. Les bulles pontificales provoquèrent une importante controverse imprimée opposant les catholiques romains et les catholiques gallicans. À travers la polémique qui mit aux prises le théologien jésuite Bellarmin et le juriste français Pierre de Belloy, puis, les ligueurs et les « politiques », cet article met en lumière le fossé doctrinal qui les séparait quant au problème du pouvoir du pape sur les royaumes. La réconciliation d’Henri IV avec Rome n’aurait pas été possible si, dans chaque camp, certains n’avaient été disposés à s’affranchir de textes et de principes érigés en normes intangibles pour s’en remettre au pouvoir plénier du pape et du roi. La concorde entre ces deux puissances souveraines permit de dépasser, sans le résoudre, le conflit des doctrines.


15Benoît Schmitz, Les thèses gallicanes sur le pouvoir pontifical à l’épreuve du protestantisme

16Si les théologiens italiens et allemands répondirent à Luther par des traités qui défendaient le pouvoir du pape, les gallicans observèrent sur ce thème un silence inédit, après des décennies de lutte en faveur du conciliarisme. Cet article montre que les théologiens français n’ont toutefois pas déserté le terrain ecclésiologique et ont pris eux aussi toute la mesure de l’attaque lancée par Luther contre la conception traditionnelle qui donnait à l’autorité ecclésiastique un rôle essentiel quant au salut des âmes. Si l’influence des doctrines romaines augmenta, elle resta cependant limitée car les gallicans surent défendre le pouvoir de l’Église sans abdiquer leurs positions. Des années 1520 aux années 1560, le pluralisme doctrinal catholique se manifesta donc moins par des hétérodoxies croisées que par des orthodoxies croisées, chacune défendant, dans la condamnation du protestantisme, à la fois la cause commune et le modèle qui lui était propre.


17Michela Catto, Les deux voies des catéchismes: les controverses et l’endoctrinement. France et Italie

18Le mot catéchisme indique le livre du savoir religieux élémentaire, mais aussi la doctrine à mémoriser sans prétendre à aucune explication. Le double sens fut un produit des décisions tridentines qui progressivement ont mis fin à la tradition des catéchismes de controverse, c’est-à-dire des livres en dialogue avec les autres doctrines chrétiennes. Les catéchismes de Edmond Auger (1563) ou de Pierre Canisius (1556, 1559, 1566) furent jugés inadéquats. Dans les années qui suivirent la publication du Catéchisme romain (1566), en langue vulgaire et en latin, apparut un autre modèle : le catéchisme de Robert Bellarmin (1597) que la papauté essaya de promouvoir en imposant sa traduction dans toutes les langues et son usage dans les écoles de doctrine chrétienne, mais auquel en Italie et en France fut réservé un succès différent.


19Giorgio Caravale, Censura romana e libri francesi nella seconda metà del ‘500. Qualche riflessione su normativa e casi specifici

20Questo saggio affronta l’atteggiamento maturato nella seconda metà del '500 dalle istituzioni censorie romane nei confronti di alcune tra le principali opere francesi circolanti nella penisola italiana. Ricostruendo in particolare i casi degli Essais di Michel de Montaigne, della République di Jean Bodin e delle opere giuridiche di Charles Du Moulin l'autore mette in risalto la difficoltà di costruire una storia coerente e complessiva della censura di fronte alle molte variabili, politiche, diplomatiche, culturali, istituzionali, alla varietà degli attori in gioco e alla sovrapposizione di competenze giurisdizionali che intervengono in ciascuno dei casi presi in esame.


21Elena Valeri, « Per la conservatione della religione e dello stato ». Les guerres de religion en France aux yeux des historiens italiens (XVIe-XVIIe siècle)

22Davila, Campiglia, Frachetta, Tortora ne sont que quelques uns des historiens italiens qui entre le seizième et le dix-septième siècle se dédièrent aux guerres civiles françaises. Qu’ils s’inspirent à des intentions polémiques ou, par contre, apologétiques, leurs écrits, en examinant le destin du seul pays en mesure de s’opposer à la puissance espagnole en Europe, expriment des jugements à l’aune des dynamiques politiques et de la vie culturelle et religieuse de la fin du seizième siècle et avancent des hypothèses sur la « quiete d’Italia », jugée comme garantie contre l’oppression de la péninsule de la part soit de l’Espagne que de l’Église de Rome. En croisant l’analyse des textes avec les biographies de ces auteurs et de certains des protagonistes des événements racontés il est évident que le débat qui eut lieu en Italie au sujet des guerres de religion en France ait contribué à renforcer les raisons de l’unité confessionnelle sur le plan religieux et celles de la pacification sur le plan politique.


23Jean-Louis Quantin, Érudition gallicane et censure romaine au tournant des XVIe et XVIIe siècles : Papire Masson devant l’Index

24Sous le titre De Episcopis urbis, Papire Masson publia à Paris en 1586 les vies des papes, de Pierre à Grégoire XIII. L’ouvrage était marqué par un fort gallicanisme, politique et culturel plutôt que théologique, tout en condamnant fermement la Réforme protestante. Masson eut soin d’en faire présenter un exemplaire à Sixte-Quint. Transmis à la congrégation de l’Index, le De Episcopis urbis y fit l’objet, en octobre 1587, d’une censura du futur cardinal Silvio Antoniano, qui conclut qu’il devait être expurgé. Dans les dix ans qui suivirent, durant la difficile préparation du nouvel Index librorum prohibitorum, le De Episcopis urbis donna lieu à des débats répétés au sein de la congrégation. Face à Robert Bellarmin, partisan, dans une large mesure in odium auctoris, d’une condamnation absolue, l’helléniste français Pierre Morin prit la défense de Masson et, à travers lui, de l’érudition gallicane. Le De Episcopis urbis fut inclus dans l’Index de 1596, dans l’attente d’une édition expurgée, que Masson se refusa finalement à publier. L’affaire constitue ainsi un des tout premiers épisodes du conflit entre orthodoxie romaine et érudition gallicane.


25Miguel Gotor, «Onde non apparisca che anco tra i cattolici siano diversità d’opinioni in quello che riguarda la fede» : i sermoni di Ignazio di Loyola e le censure della Facoltà di Teologia del 1611 tra Parigi e Roma

26Nel 1611 il gesuita François Solier pubblicò in Francia la traduzione del libro Trois tres-excellentes Predications che conteneva tre sermoni in onore del beato Ignazio di Loyola scritti rispettivamente da un agostiniano e da due domenicani. L’opera venne prontamente censurata dalla Facoltà di Teologia di Parigi che contestò alcuni tratti agiografici del miracolismo ignaziano. Il saggio ricostruisce i meccanismi di intervento della fabbrica censoria francese confrontando un opuscolo che raccolse gli interventi ufficiali dei teologi della Sorbona con l’esemplare dell’opera conservata presso la Biblioteca Nazionale di Francia che reca i segni del primo revisore domenicano. La ricerca consente di lumeggiare le tensioni esistenti tra l’università di Parigi, i gesuiti francesi e gli altri ordini religiosi e i difficili rapporti ed equilibri intercorrenti tra il Parlamento, il sovrano, il mondo gallicano (nelle sue differenti varianti interne) e la Sede apostolica, nel corso di una fase storica mossa e incerta, quella della reggenza di Maria de’ Medici all’indomani dell’assassinio di Enrico IV.


27Jean-Pascal Gay, Histoire de censures inversées: Nicolas Chichon, Suárez et le Saint-Office (1624-1637)

28Ce texte explore le cas d’un remuant minime du second quart du XVIIe siècle, le P. Nicolas Chichon qui, alors qu’il fait l’objet de condamnations sévères en France, de la part de son ordre et des autorités politiques, parvient à se maintenir à Rome pendant plusieurs années en s’appuyant notamment sur l’Inquisition devant laquelle il accuse d’hétérodoxie plusieurs jésuites, dont Suárez qu’il se croit chargé par inspiration divine de corriger. Le cas ne révèle pas seulement la différence des logiques et des modalités de censure et de construction de l’autorité doctrinale entre la France et Rome, il signale surtout un glissement de la formalité des pratiques de censure qui permet de mesurer l’état de leur politisation à ce moment du siècle ainsi que la manière dont les différences entre l’espace religieux français et l’espace religieux italien servent cette politisation.


29Corrado Pin, Paolo Sarpi a colloquio con i gallicani

30Nell’epistolario di Sarpi con il mondo gallicano, in un arco di tempo che va dal 1604, con i primi contatti con Jacques-Auguste de Thou, fino al 1617, con l’invio allo stesso storico del manoscritto dell’Istoria dell’Interdetto, meritano particolare attenzione i carteggi con i giuristi Jacques Leschassier e Jacques Gillot, esponenti di spicco del Parlamento parigino. Benché ricorrente nelle lettere sarpiane il dibattito sui rapporti tra potere politico e potere religioso, che aveva visto giuristi gallicani e teologi veneziani accomunati, durante l’Interdetto veneziano del 1606-1607, nell’opposizione al totatus romano, spicca tuttavia nel carteggio con Leschassier il fitto colloquio del frate veneziano con il dottissimo avvocato parigino nell’assillante intento di riformare la chiesa veneziana sul modello di quella gallicana. Più orientato sul dibattito politico il carteggio con Jacques Gillot, dove il servita confida le sue radicali concezioni sull’assolutismo sovrano. Percorre inoltre i due carteggi la coscienza sarpiana del perdurante giogo politico e religioso, che grava « sopra il collo d’Italia », di contro al vivere libero e alla « libertà del parlare » del mondo francese.


31Sylvio Hermann De Franceschi, Le mythe politique de la Sérénissime contre les hantises de théocratie. L’hétérodoxie vénitienne face à l’orthodoxie romaine au début de la crise de l’Interdit (1606-1607)

32Alors qu’à à la fin du Moyen Âge, le mythe politique de Venise était dominé par l’idée selon laquelle la Sérénissime était l’incarnation parfaite du governo misto et d’une république aristocratique, il semble qu’au début du xviie siècle, le discours mythique vénitien franchit une nouvelle étape : Venise proclame désormais à la face du monde la perpétuité de sa domination, l’inaltérabilité de son institut originel à travers les pires épreuves, d’Agnadel jusqu’à l’Interdit, et finalement sa catholicité indéfectible, au même titre que le Très-Chrétien. Contre le magistère romain, la Sérénissime affirme que la raison d’État est validation assurée de l’orthodoxie des décisions prises par l’autorité politique souveraine : au temporel, le prince est aussi infaillible que le pape l’est au spirituel.


33Antonella Barzazi, « Si quid e Gallia afferatur, avide lego ». Reti intellettuali, libri e politica tra Venezia e la Francia nella prima metà del Seicento

34Tra l’ultimo decennio del Cinquecento e il primo del Seicento le relazioni culturali tra Venezia e la Francia furono particolarmente intense. La partecipazione della Repubblica alle ultime battute della lunga crisi politico-religiosa francese e le successive vicende dell’interdetto del 1606 contribuirono a dar forma a una composita corrente di scambi epistolari e librari che avrebbe in seguito coinvolto eruditi e letterati ecclesiastici gravitanti intorno all’Università di Padova e ambienti politici della capitale di diverso orientamento ideologico. Su questo sfondo, dopo il 1615, si avviò tra l’altro - di concerto tra settori moderati e pacifisti del ceto dirigente veneziano e la corte estense - un piano di pubblicazioni sulla recente storia francese che proseguì per l’intero corso degli anni venti, ritmato dagli alterni sviluppi del confronto diplomatico tra la Serenissima e la corte di Luigi XIII. Parallelamente la cerchia del patriziato marciano più legata alla memoria dell’interdetto utilizzò la collaudata rete dei contatti con il mondo intellettuale francese per promuovere la prima diffusione in Europa degli scritti di Paolo Sarpi.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540