Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

Discussion - 15

Texte intégral

1D. Briquel : Je voudrais faire une petite remarque à propos de l’exposé passionnant sur Dyrrachium, qui nous a bien montré l’importance de cette relation entre l’iconographie et les textes, et montrer le type d’information supplémentaire qui vient de la confrontation. Il est toujours présenté comme un peu surprenant le fait que ces soldats se présentent avec un volumen. En réalité, c’est un type de phénomène qu’on trouve assez fréquemment dans le milieu militaire, et je pense en particulier au riche corpus d’inscriptions militaires de la Lyonnaise, qui avait été étudié par F. Bérard, où très souvent ces soldats se présentent comme des lettrés, comme des philosophes, avec les volumina. En outre, on a beaucoup d’inscriptions versifiées : ces soldats sont des poètes ou plutôt se veulent poètes, car, en fait, ils ne sont pas très bons. Il y aurait aussi tout un discours à faire sur l’image du soldat qui n’est pas nécessairement le soudard que l’on pourrait croire, et qui surtout, dans des milieux extérieurs, peut apparaître aussi comme un Romain, citoyen romain, doué d’une certaine culture. Je voulais simplement insister sur l’intérêt de ce discours réciproque que font l’image et le texte.

2C. Cousin : Je voudrais aussi, à propos de la conférence de Mme Deniaux, rappeler un point de détail pour le ruban dont vous avez parlé. Puisque ce personnage a un surnom ethnique à la manière grecque, je pense qu’il s’inspire aussi de l’iconographie grecque des lécythes à fond blanc, où l’on voit des bandelettes funéraires attachées autour de la tombe, soit sur les roseaux, soit vraiment des rubans qui entourent la stèle avec un nœud.

3É. Deniaux : Merci beaucoup, c’est précisément l’explication qui me manquait, parce que je n’avais pas trouvé de ruban sur les stèles funéraires.

4F. Beltrán : Il y a même des rubans dans les stèles peintes de la Macédoine. Je pense que c’est un peu le même cas que le vôtre du point de vue de l’iconographie plutôt grecque. On dirait qu’il y a le support grec, parce que l’atelier est grec, mais de l’autre côté l’iconographie de la tombe est romaine.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540