Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

Discussion - 14

Texte intégral

  • 1 Sur le traitement des cadavres dans l’Antiquité, on pourra trouver des comparaisons dans le volume (...)
  • 2 Cfr. Liv. 22, 14; Varr., L.L., 157 et CIL, I², 809. Sur ces busta Gallica, on pourra consulter l’a (...)

1D. Briquel : Juste une petite remarque rapide sur la communication de Clara Berrendonner. Effectivement on se rend bien compte que pour les Romains, l’idée de sépulture à l’intérieur de la ville, à l’intérieur de la zone pomériale, était quelque chose de tout à fait aberrant, et je rajouterai simplement un trait qui va dans ce sens-là, que quelque fois, il semble qu’on ait la trace indirecte de trouvailles archéologiques qui devaient correspondre à des sépultures et qui forcément étaient évacuées de l’horizon psychologique des rites funéraires1. Je ferai simplement allusion, peut-être moins aux doliola, parce que, pour les doliola, il y a peut-être d’autres hypothèses, je ne voudrais pas insister là-dessus, mais cela m’a toujours frappé, l’histoire d’Attus Naevius, où on enterre la pierre qu’il a coupée au rasoir. La pierre, c’est sans doute un rite de fulgur conditum, mais le rasoir, vu l’endroit où on le trouve, est quand même un objet typique des sépultures qui ont été trouvées dans le lieu et cela doit correspondre à une trouvaille archéologique de tombes anciennes, villanoviennes, comme les doliola. Il y a aussi dans le même genre, et comme par hasard c’est toujours dans la zone du forum, parce que c’est là que ce genre de trouvailles était possible, il y a aussi toute la tradition sur les busta Gallica2. Donc là aussi, je pense que derrière on avait dû trouver des restes humains, mais forcément ça ne pouvait pas correspondre à des Romains, donc on les attribue à des barbares. Au fond, il y avait besoin de mettre en œuvre des schémas légendaires et des explications qui évacuaient la possibilité que ce soit des sépultures normales, puisqu’on ne pouvait plus admettre l’idée que sur ce qui était à date historique la zone pomériale, il puisse y avoir des traces de sépultures.

2É. Deniaux : Moi aussi j’ai beaucoup apprécié la communication de Clara Berrendonner, et je voulais la féliciter d’avoir tiré le meilleur parti des textes juridiques. Ce qu’elle propose comme hypothèse concernant l’édit des édiles plébéiens relatif à l’Esquilin, me paraît tout à fait convaincant. Les autorités, par l’intermédiaire des édiles, auraient cherché à protéger le patrimoine urbain. Alors la question que je me posais, mais je ne sais pas si elle peut avoir une réponse, c’est, en regardant ce texte avec lequel elle a comparé la protection et l’entretien des voies, si on peut imaginer pareille contrainte, pour la protection de cette partie du patrimoine urbain à travers ce qu’on sait de la table d’Héraclée concernant les amendes et l’entretien des rues.

3C. Berrendonner : Disons qu’il m’avait semblé qu’on pouvait rapprocher les deux documents. Ensuite, je dois avouer mon incompétence, parce que l’inscription du pagus montanus prévoit une procédure à l’encontre des contrevenants, donc manus iniectio, pignoris capio, mais il faut que je consulte des collègues juristes pour savoir exactement à quoi cela mène, car je ne suis pas capable de dire des choses vraiment intelligentes là-dessus.

4F. Frisone : Volevo complimentarmi anch’io per la relazione relativa alle tracce epigrafiche di una giurisdizione romana sulle sepolture. Devo dire che trovo molto incisiva, molto convincente la conclusione : quest’immagine della città dei morti sulla città dei vivi. E mi sorprende, mi sembra molto particolare il confronto con il mio campo di ricerca che è quello dell’intervento legislativo della città greca. Sulle tombe non esiste. Esiste invece sui comportamenti funerari. E proprio per questo Le volevo domandare una cosa che a me ha sempre lasciato piuttosto perplessa e scettica: dove Cicerone, nella sua valutazione del confronto di quella che lui riteneva fosse una ripresa alla lettera nelle leggi decemvirali delle leggi greche, trovasse questa somiglianza, visto che la documentazione epigrafica ed anche, in parte, quella letterale, per il mondo greco, veramente mostrano questa enorme diversità. Lì dove i Romani sono maniaci nel trattamento giuridico del rapporto con la tomba, l’accesso alla tomba, i Greci sono maniaci nel trattamento della purità rituale, della separazione del momento funerario. Rispetto alla tomba in se c’è veramente poco.

5C. Berrendonner : Je ne suis pas sûre que Cicéron fasse un parallèle entre les normes législatives des douze tables concernant les tombes, et le monde grec. Je crois que la référence fameuse aux lois soloniennes vaut plutôt pour justement les mesures somptuaires, de comportement funéraires, et qu’il ne s’intéresse finalement que très peu à la tombe elle-même. D’ailleurs, Atticus pose la question à la fin, et donc cela suggère bien que c’est un pan du discours cicéronien qui lui est propre, finalement.

6F. Frisone : Si ma infatti è un equivoco, perché in realtà l’aspetto che lui vede è poco presente.

7C. Berrendonner : Sono d’accordo.

Notes

1 Sur le traitement des cadavres dans l’Antiquité, on pourra trouver des comparaisons dans le volume récent de H. Guy, A. Jeanjean, A. Richier et alii, Rencontre autour du cadavre. Actes du colloque de Marseille (15-17 décembre 2010), Saint-Germain-en-Laye, 2012.

2 Cfr. Liv. 22, 14; Varr., L.L., 157 et CIL, I², 809. Sur ces busta Gallica, on pourra consulter l’article de J. Gagé, Les busta Gallica, Camille et l’expulsion de Februarius (?), in Hommages à Albert Grenier, Bruxelles, 1962, p. 707-720.

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540