Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’écriture et l’espace de la mort. Épigraphie et nécropoles à l'époque préromaine

 | 
Marie-Laurence Haack

Introduction. Les nécropoles, miroirs des morts, reflets des vivants ?

Marie-Laurence Haack

Note de l’auteur

Dans notre recherche, nous avons bénéficié d’un financement de l’Agence nationale de la Recherche, du labex Transfers et de TRAME (EA 4284), notre équipe de recherches de l'université de Picardie, de l’aide de Michela Costanzi pour la correction du texte italien des discussions, du personnel administratif du laboratoire de l’UMR 8546 du CNRS, de Rosette Elzmonino d’abord, puis d'Hélène Virlouvet et de Lydie Cottelon, de la collaboration de Virginie Durant et de la confiance de D. Briquel, qui nous a laissé toute liberté dans les thèmes abordés et dans l’organisation du projet. Nous voudrions leur manifester à tous notre gratitude et demander à tous les auteurs, à M. Torelli en particulier, dont la communication n’a pas pu être publiée dans ce volume, de nous excuser pour le très grand retard survenu dans la publication des actes.

Texte intégral

  • 1 Cfr. M.-L. Haack (éd.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne. Table (...)
  • 2 Cfr. B. D’Agostino, Società dei vivi, comunità dei morti : un rapporto difficile in archeologia e (...)
  • 3 Sur les liens d’amitié entre B. D’Agostino et J.-P. Vernant, cfr. B. D’Agostino, Ricordo di J.-P.  (...)

1Ce volume d’actes d’un colloque international tenu à l’École française de Rome du 5 au 7 mars 2009 constitue l’étape finale d’un travail collectif de quatre ans financé par l’Agence nationale de la recherche et mené au sein du groupe « Épigraphie et nécropoles d’Italie » constitué de Cl. Berrendonner, C. Cousin, Emm. Dupraz, J. Hadas-Lebel, L. Haumesser et de G. Van Heems à l’intérieur de l’UMR 8546 du CNRS. Cette équipe de jeunes chercheurs s’est donné pour objectif de recenser les inscriptions funéraires d’Italie dans une base de données et a reçu lors de séminaires réguliers à Paris archéologues et historiens pour examiner les rapports complexes entre mondes des vivants et des morts à travers le prisme épigraphique. Le travail de connaissances et de mise en relation des inscriptions a déjà été présenté dans une table-ronde dont les actes sont désormais publiés1. L’objectif du colloque dont sont issus les actes que nous présentons ici est plus large : il s’agit de revenir sur des problématiques formulées, il y a trente ans, d’abord dans le monde anglo-saxon, puis reprises et critiquées ici même, en Italie, il y a vingt-cinq ans, dans un article de B.  D’Agostino des Dialoghi di Archeologia intitulé « Società dei vivi, comunità dei morti »2. L’article dont nous reprenons partiellement le titre avait placé le débat autour du rapport entre vivants et morts à la confluence entre anthropologie et archéologie d’une part, entre New Archaeology et Processual Archaeology anglo-saxonnes d’autre part. Il avait marqué l’histoire de l’archéologie de la mort et l’histoire des pratiques funéraires antiques, car B.  D’Agostino avait montré une ouverture d’esprit peu commune chez archéologues et historiens où, malgré la multiplication des publications, chacun reste, il faut bien le dire, souvent dans sa culture d’origine. Dans une Europe du Sud (France incluse) qui restait tout de même très attachée aux réalités du terrain, B.  D’Agostino avait expliqué à la fois pourquoi la New Archaeology voyait dans les nécropoles le reflet des sociétés qui les produisent, pourquoi l’on pouvait adhérer à certaines des critiques formulées à son encontre par la Post-Processual Archaeology et en même temps il avait formulé des propositions de définition des contours de ce monde des morts à l’aide des résultats de ses propres fouilles en Campanie. Cette ouverture d’esprit avait été favorisée par le dialogue constant entretenu par B.  D’Agostino avec J.-P. Vernant3, qui lui-même en 1982, en se plaçant dans la lignée des études pionnières de L. Gernet, avait organisé à Ischia avec l’Institut oriental de Naples un colloque sur l’idéologie funéraire dans le monde antique. Dans l’introduction, J.-P. Vernant avait déjà souligné la différence entre monde des vivants et des morts, en affirmant que le monde des morts est « l’expression plus ou moins directe, plus ou moins médiatisée, travestie, voire phantasmatique, de la société des vivants » (p. 6). Il avait expliqué cette différence par la mise en place par les vivants d’une « politique » de la mort, soit « l’effort de la société des vivants « pour élaborer une acculturation de la mort, pour l’assimiler en la civilisant, pour assurer, sur le plan institutionnel, sa « gestion », suivant une stratégie adaptée aux exigences de la vie collective. On pourrait parler d’une « politique » de la mort» (p. 7). Ces études qui cherchent à établir le jeu social de la mort, en rendant compte du travail des vivants sur les morts, constituent le point de départ de notre étude. Nous considérons que l’étude de l’idéologie funéraire est un moyen privilégié de parvenir à une vision sociale de l’Antiquité.

2Nous souhaitons faire preuve du même esprit d’ouverture que ces illustres prédécesseurs. Il nous a semblé bon d’abord de revenir d’abord sur les apports de la New Archaeology, en les croisant avec ce que l’on pourrait appeler, par symétrie, la New Literacy, et puis d’inviter chacun des orateurs à proposer ses réflexions sur ses apports en fonction des données épigraphiques dont il disposait.

  • 4 Voir, par exemple, L.R. Binford, Archaeology as anthropology, in M. Leone (éd.), Contemporary arch (...)

3Les plus jeunes d’entre les participants ne se rendent sans doute pas compte à quel point la Nouvelle Archéologie, développée en Angleterre et aux États-Unis par et par Lewis Binford et D. L. Clarke4, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, a considérablement modifié l’approche des données des fouilles archéologiques, par sa volonté de les exploiter de façon rationnelle à l’aide de l’informatique et des statistiques, tout en utilisant les acquis de l’anthropologie et des sciences naturelles pour réfléchir et théoriser. Toute une archéologie dite traditionnelle, parce qu’elle prendrait racine dans l’histoire, est alors passée pour un haut lieu du subjectivisme et de l’idiosyncrasique.

  • 5 Cfr. R. Chapman et K. Randsborg, Approaches to the archaeology of death, in R. Chapman, I. Kinnes (...)
  • 6 Sur cette variabilité, on consultera la thèse de J.M.O’Shea, élève de A. C. Renfrew et de D.L. Cla (...)
  • 7 Cfr. A. Naso, Architetture dipinteDecorazioni parietali non figurate nelle tombe a camera dell’E (...)
  • 8 Cfr. A. Rouveret, Espace sacré, espace pictural : une hypothèse sur quelques peintures archaïques (...)
  • 9 Cfr. J.A. Tainter, Social inference and mortuary practices : an experiment in numeral classificati (...)

4Tout naturellement, cette New Archaeology s’est portée vers l’archéologie funéraire où les données abondent et se prêtent à des analyses à la fois de détail (la tombe) et d’ensemble (un groupe de tombes, voire une nécropole)5. À l’aide de modèles quantitatifs mathématico-statistiques, les néo-archéologues – souvent, d’ailleurs, des ethnologues - ont donc entrepris de reconstituer à partir du mobilier funéraire d’un défunt le niveau de richesse qu’il possédait de son vivant. Pour ce faire, ils ont comparé ce mobilier à d’autres et obtenu ainsi un indice de mortuary variability (« variabilité funéraire ») entre tombes qui permettait de placer le défunt dans la hiérarchie économique et sociale des vivants6. La comparaison paraissait d’autant plus naturelle que beaucoup de tombes tendent à reproduire à l’identique l’habitat du défunt soit par des procédés iconographiques, comme la peinture d’un faux toit ou d’un faux plafond7 ou de fausses portes8, soit par la disposition d’éléments de mobilier. Le cas échéant, les néo-archéologues complétaient cette analyse par une estimation de la « dépense d’énergie » (energy expenditure) déployée à partir du temps de travail passé à élever le monument funéraire9. Pour eux, il existait donc une corrélation directe et immédiate entre société des vivants et communauté des morts pour parler comme B. D’Agostino, soit en langage néo-archéologique un « isomorphisme » entre cérémonies funéraires et statut social dans un système socio-culturel, bref des équivalences entre rituel et société : ils pensaient qu’une société se voyait dans son rituel funéraire.

  • 10 Il s’agit bien d’une caricature, car l’idée d’une représentation symbolique de l’identité sociale (...)

5La méthode de la New Archaeology s’appuie donc sur l’idée qu’une société se découvre au premier regard dans ses restes archéologiques. Pour caricaturer10, il s’agirait simplement de lire et de compter. Pour les néo-archéologues, en effet, une société est un « système social », divisé en sous-systèmes séparés, qui évoluerait seulement par des causes « externes » et de type « adaptatif », ce qui revient à faire de l’individu, qui se résumerait à un social persona, une somme de ses identités sociales, quelqu’un de passif, soumis à un système social plus fort que lui.

  • 11 Parmi les très nombreuses publications de I. Hodder qui critiquent la théorie de la New Archaeolog (...)
  • 12 Cfr. P. J. Ucko, Ethnography and archaeological interpretation of funerary remains, in World Archa (...)
  • 13 Cfr. Fl. Frisone, Leggi e regolamenti funerari nel mondo greco, Galatina, 2000. Sur les lois sompt (...)
  • 14 Cfr. I. Morris, Burial and ancient society. The rise of the Greek city-state, Cambridge, 1987 ; id(...)

6Cette idée a suscité les plus vives critiques, notamment de la part des tenants de la Post-Processual Archaeology, comme I. Hodder11. Pour eux, un système social, loin d’être figé, est une structure ouverte, dotée de dynamiques internes ; il est en cours de transformation et par conséquent engagé dans un processus historique. Il paraît donc risqué de fonder des conclusions à partir d’une variabilité funéraire : on s’expose au risque de mettre en relation des tombes d’époques différentes où la société n’obéit plus aux mêmes règles, des tombes qui peuvent avoir abrité des membres d’origine extérieure et qui apportent de nouveaux modèles d’expression12 et des tombes qui peuvent suivre des lois somptuaires, comme Rome et le monde grec en ont connu13. Les travaux de I. Morris14 sur les tombes attiques ont bien montré la difficulté de trouver un bon échantillon de tombes : tous les membres d’un groupe n’ont pas obtenu de sépulture et il existe au sein d’une même nécropole des zones distinctes abritant toutes des membres d’une même communauté. Les réflexions sur le degré d’élaboration de tombes présupposent aussi des notions de valeur et de « travail abstrait », survenues bien après les périodes qui nous occupent, au moment de la Révolution industrielle. En somme, si l’on ne peut remettre en cause l’utilisation de l’informatique et des sciences naturelles pour l’analyse des réalités archéologiques, on peut s’interroger sur les présupposés philosophiques et politiques d’une telle pensée. Un individu n’est pas la somme d’identités sociales et une société n’est pas non le regroupement de plusieurs sommes d’identités sociales. L’ethnologie et l’anthropologie, pour ne parler que de ces disciplines, nous enseignent que les groupes humains, comme les individus, se caractérisent par leurs différences. En matière de traitement du corps et des restes humains, par exemple, les populations ont une gamme très étendue de choix possibles, incinération ou inhumation pour ne parler que de l’alternative la plus courante en Italie, et pour cette dernière, dans un cercueil de bois, dans un sarcophage, ou directement dans la terre. En Italie, à Spina au moins, dans la nécropole de Valle Trebba, pour ne citer que cet exemple, on trouve pour la même époque incinération et inhumation, et inhumation. On pourrait donc dire qu’il faut se garder d’une vision « laïque » et simpliste d’un individu : un individu n’est pas qu’un statut social et économique. Il a une culture et une histoire qu’il faut déchiffrer à travers des vestiges matériels qui ne prennent leur sens que dans un contexte.

7Si l’on est d’accord que la communauté des morts n’est pas le miroir de la société des vivants, s’il n’y pas isomorphisme, la difficulté consiste ensuite, bien sûr, à savoir quel rapport unit société des vivants et communauté des morts. Dans son article, B. D’Agostino définit ce rapport comme une « omologia », mot difficilement traduisible en français, qui recouvre en partie les sens du mot français « ressemblance », mais « omologia » n’est pas « assomiglianza », « langage concordant », si l’on regarde les sens du mot grec homologia. En tout cas, ressemblance et non identité rationnelle, d’ordre mathématique. Le même et l’autre, en même temps.

  • 15 Cfr. J.-P. Vernant, Introduction, in G. Gnoli et J.-P. Vernant (éd.), La mort, les morts dans les (...)
  • 16 Cfr. J.-P. Vernant, art. cit., p. 5-6.
  • 17 L’expression d’« idéologie funéraire » est encore employée récemment par G. Morpurgo, L'ideologia (...)

8Pour déterminer la nature de ce rapport, certains ont tenté de comprendre les filtres qui jouaient dans le passage du monde des vivants au monde des morts. Selon l’École française de Paris, l’écart entre les mondes des vivants et des morts serait créé par le traitement social de la mort, par l’effort d’acculturation et de gestion de la mort. Une société élaborerait une « politique » de la mort par laquelle un groupe social transforme la mort physique, « cette altérité radicale, cette extrême absence de forme, ce non-être par excellence », comme l’appelle J.-P. Vernant15, en conscience du changement d’état de l’individu, c’est-à-dire sa mort culturelle. Ainsi, le mort pourrait rentrer dans la « communauté des âmes », une « société invisible » qui a des analogies perceptibles avec la qualité sociale que le défunt revêtait parmi les vivants. Pour le dire plus simplement, une idéologie funéraire séparerait vivants et morts. Dans les faits, cette idéologie serait exprimée dans « tous les éléments significatifs qui, dans les pratiques comme dans les discours relatifs aux morts, renvoient aux formes de l’organisation sociale, aux structures du groupe, traduisent les écarts, les équilibres, les tensions au sein d’une communauté, portent témoignage sur sa dynamique, sur les influences subies, sur les changements opérés. À travers la grille des questions qui lui est imposée, le monde des morts (…) se présente comme le reflet, l’expression plus ou moins directe, plus ou moins médiatisée, travestie, voire phantasmatique, de la société des vivants16». J.-P. Vernant utilise le mot d’idéologie pour définir l’agent de cet écart17, mais d’autres se réfèrent aux mythes ou à la religion et ils évoquent la part des rites funéraires dans l’élaboration de l’espace tombal ou de la sépulture d’un individu.

9Le problème est que l’idéologie, la religion, le mythe, qui transforment et qui dissimulent l’image de soi que fournit une communauté, ne se livrent tels quels ni dans l’habitat ni dans la tombe. Notre connaissance en est parcellaire et limitée à des moments donnés de l’histoire. Pour ne parler que de la religion étrusque, il est facile de dire que nous possédons le plus d’informations sur elle au moment même, la période romaine, où s’amorce un élargissement du panthéon à des divinités romaines et à des pratiques rituelles de type romain. Peut-on pourtant savoir selon quelles règles et dans quelles conditions s’effectue l’écart réalisé entre monde des vivants et des morts ?

  • 18 B. D’Agostino cite en tête de son article un passage d’un article d’E. Leach, A view of the bridge(...)
  • 19 Voir les canoés et mégalithes de Chr. Y. Tilley, Metaphor and material culture, Oxford, 1999.
  • 20 B. D’Agostino, Problemi d’interpretazione delle necropoli, in R. Francovich et D. Manacorda (éd.), (...)

10B. D’Agostino, reprenant une idée d’Edmund Leach18, l’anthropologue britannique qui a contribué à fonder une anthropologie cognitive à partir des travaux de Cl. Lévi-Strauss, parle d’une « homologie métaphorique », en italien « omologia metaforica ». Certes, il paraît ingénieux d’utiliser une figure de style pour comprendre des concepts et des raisonnements abstraits et nombreux sont les anthropologues encore, comme C. Tilley, à avoir montré tout le profit qu’on pouvait tirer de cette trope pour saisir une pensée en action ou une expérience phénoménologique au travers d’objets, d’animaux, de monuments architecturaux19. Pourtant, dans le cadre d’une étude sur les nécropoles, je dois avouer qu’à la première lecture, je n’ai pas compris ce que tous deux (D’Agostino et Leach) entendaient par là et je ne suis pas sûre d’avoir encore compris. À les lire, il y aurait un transfert de sens par substitution analogique, l’homologie ayant lieu parce qu’au fond, comme dans la métaphore, le signifié serait identique. Dans un article plus récent, B. D’Agostino20 précise cette idée : il parle d’image métaphorique, cette fois, et il compare le discours des morts à une traduction du discours des vivants. Le problème, c’est que je ne suis pas sûre que ce qui se dit dans le monde des morts soit ce qui se dit dans le monde des vivants. Comment serait-il identique, alors que les circonstances de la réception, l’émetteur et l’intention diffèrent ?

  • 21 Cfr., par exemple, B. D’Agostino, L’archeologia delle necropoli : la morte e il rituale funerario, (...)
  • 22 Cfr., par exemple, J. A. Becker, J. Nowlin, Orientalizing infant burials from Gabii, Italy, in BAB (...)
  • 23 Cfr. A. Thiermann, S. Arnold, Der Magistrat und der Tod. Die Tomba dei Sarcofagi in Cerveteri als (...)
  • 24 Cfr., par exemple, A. Palmieri, L’anfora del pittore di Micali RC 1402 del Museo di Tarquinia : un (...)
  • 25 On citera, pour exemple, M. Cygielman et L. Pagnini, La Tomba del Tridente, Pise-Rome, 2006 ; P. B (...)
  • 26 L’épigraphie de l’habitat n’a pas fait l’objet d’études systématiques, sauf à Marzabotto, dans E.  (...)
  • 27 Sur ce renouvellement des travaux sur l’écrit, nous renvoyons à l’article lumineux de B. Fraenkel (...)

11L’un des moyens les plus aisés de se rendre compte de cette différence est justement le discours écrit dans le cadre de la tombe et au sein des nécropoles. Les études sur les rituels21, sur les catégories d’âge22, sur l’architecture23, sur l’iconographie24 du domaine funéraire se sont multipliées ces derniers temps, en même temps qu’augmentait le nombre de nécropoles ou de tombes qui faisaient l’objet d’éditions25. Ainsi, il nous semblait à tous, membres de ce groupe « nécropoles », que l’écriture funéraire offrait un biais pratique pour observer un système de pensée à l’œuvre et prolonger les réflexions de B. D’Agostino sur l’écart entre sociétés des morts et des vivants. On observera d’abord que la documentation funéraire est très abondante dans l’Italie d’avant et pendant la République et qu’elle abonde à une époque où l’épigraphie de l’habitat est a priori très limitée26, ce qui en soi révèle un usage de l’écriture idéologique. Pourquoi avoir besoin d’écrire sur des tombes ou sur des éléments de mobilier de tombes, quand on ne le fait pas ou plutôt quand on ne semble pas le faire, au même moment, sur des maisons habitées ? Quel besoin de communiquer y a-t-il dans le domaine particulier de la tombe et de la nécropole? Qu’est-ce qui est communiqué par écrit et qui ne peut pas l’être dans d’autres cadres ? Les Literacy Studies et les New Literacy Studies développées récemment nous apportent peut-être quelques voies d’explications27.

  • 28 Voir notamment J. Goody (éd.), Literacy in traditional societies, Cambridge, 1968 ; id., The Domes (...)
  • 29 Cfr. A. K. Bowman et G. Woolf (éd.), Literacy and power in the ancient world, Cambridge, 1994.
  • 30 Cfr. K. B. Basso, The ethnography of writing, in R. Bauman et J. Sherzer (éd.), Explorations in th (...)
  • 31 Sur le problème général des rapports entre écriture et État, voir K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B (...)
  • 32 Cfr. B. Street, Literacy in theory and practice, Cambridge, 1984. Voir aussi B. Street (éd.), Cros (...)

12Les travaux de l’anthropologue britannique J. Goody28, l’un des initiateurs des Literacy Studies, qui a observé l’irruption de l’écriture dans des sociétés de culture orale, nous apprennent que la langue n’est ni un simple moyen de communication ni seulement un code linguistique, même sophistiqué, mais un moyen de production du social et du cognitif. Par conséquent, la langue écrite confère une forme très particulière et très puissante de pouvoir sur soi, sur les autres et sur le monde. Elle est aussi à l’origine de pratiques symboliques et de type scientifique inimaginables dans les cultures orales, et dont les effets sont aussi multiples que subtils. J. Goody montre ainsi que la pensée écrite est à l’origine du développement à la fois des réflexivités et des rationalités les plus précieuses, mais aussi des conservatismes ou même des orthodoxies cognitives et des fondamentalismes idéologiques les plus redoutables. En effet, alors que la communication orale, fondée sur un rapport dialectique, se caractérise par sa fluidité, le signe graphique est statique et issu de règles imposées qui l’ont fixé pour toujours et qui se révèlent contraignantes pour le lecteur qui doit s’être lui-même soumis à l’apprentissage de techniques bien précises pour décoder ce système complexe de signes. On comprend qu’A. K.  Bowman et G.  Woolf29, influencés par les analyses de J. Goody, se soient demandé si l’écriture avait joué dans les sociétés antiques le rôle d’une technologie fondamentalement répressive et disciplinaire. Quel type de pouvoir exerce l’écriture et de quel type de pouvoir émane-t-elle ? Pour le cerner, les ethnographes de l’écriture, comme Keith B.  Basso30, se sont intéressés aux règles, pour ne pas dire aux normes, auxquelles cette écriture obéit. Pour eux, qui comprennent l’écriture comme une forme parmi d’autres de l’activité de communication, il faut s’intéresser à la fois aux modèles de performance (domaines d’activité de l’écriture) et aux modèles de compétence (modèles de grammaire). Autrement dit, pour le domaine funéraire qui nous intéresse, cela revient à considérer d’une part les champs d’application de l’écriture, soit en partie les types d’inscriptions funéraires, épitaphes, dédicaces, inscriptions de don, de possession, et les intentions des scripteurs, et d’autre part, les formulaires utilisés et leurs variations. Le langage funéraire, comme le langage en général, est en effet caractérisé par l’arbitraire dans le choix du signe. Or, dans l’arbitraire se perçoivent les effets d’une idéologie ou d’un système de pensée qui conditionne les facteurs d’écart entre mondes des morts et des vivants qui constituent l’objet de nos études. Dans les inscriptions funéraires, l’arbitraire intervient à plusieurs niveaux : d’une part, dans le choix des modèles adoptés, formulaire particulier pour un type d’inscription particulière, et d’autre part, dans le choix de ne pas suivre complètement le formulaire. La répétition - dimension essentielle de l’écriture funéraire - est donc en soi une information. On ne suit pas un texte stéréotypé, sans accepter ce qui sous-tend ce modèle figé, à savoir à un premier niveau, la sélection d’un certain nombre d’informations à fournir, comme le ou les noms, l’âge, la fonction, puis sans souscrire à leur ordre dans la formulation, enfin sans adhérer aux valeurs qui conditionnent le choix des éléments annoncés. Ainsi, la mention d’un gentilice et sa place en antéposition ou en postposition du prénom ne sont pas sans implications sur la soumission des rédacteurs de telles inscriptions à des règles de transmission patrilinéaire. L’inscription funéraire suppose donc un type de rapport particulier entre l’individu et le groupe, voire entre l’individu et l’État31. Il est donc possible, en travaillant à partir de l’épigraphie funéraire, de dégager des types d’attitude par rapport à un pouvoir normatif de type religieux et / ou politique : adhésion aux règles collectives, refus de suivre une partie ou l’ensemble des règles, voire négociation autour d’un fonds de règles intangibles et d’autres plus souples. La définition de règles que l’on pourrait qualifier d’absolues permet de dresser les contours d’un système de valeurs collectives qui peut fournir des éléments de compréhension de ce monde des morts qui semble spécifique. L’étude des écarts réalisés offre aussi des profils d’individus ou de groupes marginaux et laisse entrevoir le degré d’ouverture d’une société, ses dynamiques de mutation et sa capacité à encadrer des stratégies de différenciation qui s’expliquent par une volonté d’émergence ou / et de renouvellement du corps politique et social. Il peut arriver que ces écarts soient non seulement graphiques mais aussi géographiques, les groupes particuliers étant séparés spatialement des autres défunts de la nécropole. On n’appréhendera pas néanmoins l’écriture comme une technologie dont les effets se révèlent partout identiques. Comme I.  Hodder à propos de la théorie de la New Archaeology, B.  Street32 a ainsi souligné le rôle de l’idéologie en matière de Literacy. Il a estimé qu’il fallait se défier d’une position « autonome » comme celle de J. Goody et montré que l’écriture est prise dans des contextes culturels et des rapports de pouvoir particuliers. Il faut donc se garder de généraliser en contextualisant les usages culturels de l’écrit, même si ces usages ont un même cadre funéraire.

  • 33 Voir, par exemple, L. Perria et alii (éd.), La parola delle immagini e delle forme di scrittura, M (...)
  • 34 On se référera dans ce domaine, par exemple, aux travaux de L. Cerchai et de F.-H. Massa-Pairault. (...)
  • 35 La question est également complexe en raison, parce que nous connaissons mal la littérature écrite (...)
  • 36 Voir notamment W. V. Harris, Ancient literacy, Cambridge, 1989, p. 2-28°; J. H. Humphrey (éd.), Li (...)
  • 37 Cfr. S. Stoddart et J. Whitley, The social context of literacy in archaic Greece and Etruria, in A (...)
  • 38 Voir les analyses de G. Colonna, Identità come appartenenza nelle iscrizioni di possesso dell’Ital (...)
  • 39 On verra l’enjeu local que représente la maîtrise de l’écriture en Vénétie dans S. Boaro, Dinamiche (...)
  • 40 Cfr. A. Cooley et Ph. Milnes-Smith, Lapidarias litteras scio. Literacy and inscribing cultures in (...)
  • 41 Sur ces inscriptions parlantes, cfr. Fl. Carraro, The « speaking objects » of archaic Greece writi (...)

13En outre, nombreuses sont les études qui, depuis les années 1980, ont mis l’accent sur la communication visuelle33. On ne peut plus réaliser d’étude épigraphique funéraire sans se poser la question des effets de caractère visuel, esthétique, suscités par l’écriture. La tombe est un « espace des signes », pour reprendre une expression chère à R. Barthes – pour le Japon- expression qui prend une nouvelle résonance pour nos études si l’on pense aux sémata grecs (signes autant que tombes), et il faut prendre en compte à la fois les rapports entre les différents signes graphiques et les rapports entre signes graphiques, architecturaux, iconiques. Le choix du lieu d’écriture de l’épitaphe est d’abord à considérer : à l’intérieur ou à l’extérieur de la tombe, ensuite sa disposition spatiale, sa mise en page, pourrait-on dire, dans le lieu choisi, à l’extérieur de la tombe, surmonte-t-elle la porte d’une tombe, à l’intérieur de la tombe un personnage peint ? Borde-t-elle une urne ? Un sarcophage ? Est-elle simplement gravée ou peinte ? Ou est-elle gravée puis recouverte de peinture ? Quel rôle joue-t-elle par rapport à l’image du défunt peinte ou sculptée ? Répétition, complément ou tout simplement un autre discours ? Les recherches sur la confrontation entre communication verbale et non verbale, ont fait l’objet depuis trente ans d’une bibliographie particulièrement importante qui, dans le domaine étrusque et italique au moins, change le regard sur les représentations figurées et leur interprétation34. Certains mots sont-ils ainsi mis en évidence par leur taille, par leur disposition, par leur séparation ? Ou au contraire sont-ils cachés par un sarcophage ou par un pilier qui fait écran, ou tout simplement certaines inscriptions sont-elles dissimulées à la vue parce que les tombes qui les abritent sont scellées, une fois les restes du défunt déposés ? Dans ce cas, quelles fonctions attribuer à l’écriture ? Il y a d’abord une fonction commémorative évidente. Il s’agit de conserver et de perpétuer le souvenir de la personne décédée, mais la question se pose de savoir combien de temps et par qui la mémoire d’un défunt pouvait être conservée35. Pour que l’inscription fût lue, il fallait des lecteurs. Or, quel était le degré d’alphabétisation des communautés que nous étudions ? Beaucoup d’études ont été réalisées sur l’Empire36, moins sur les périodes qui nous intéressent37. Les inscriptions étaient-elles lues lors d’événements particuliers de l’année ou lors de mises au tombeau de nouveaux membres de la même famille ? Étaient-elles lues par des membres de la famille, par des autorités religieuses, politiques ? Les inscriptions ont-elles subi des ajouts ? Des mutilations ? Ont-elles été réutilisées par d’autres familles que celles des défunts ? Est-ce le cas aussi pour les inscriptions de possession ? Pouvaient-elles passer d’une famille à une autre, alors que le nom du possesseur effectif n’était plus celui du possesseur inscrit sur l’objet38 ? Quel intérêt revêtait alors l’écriture ? Peut-il y avoir eu un intérêt politique ? Identitaire ? Et cet intérêt est-il lié à la seule diffusion du latin39 ? Les études récentes mettent l’accent sur la variété des situations locales et sur la pauvreté de l’épigraphie latine en comparaison de certaines épigraphies d’Italie40 ? Quant aux inscriptions de don, que nous révèlent-elles de l’échange réalisé, de ses conditions et des individus et des groupes ainsi liés ? La rédaction de certaines d’entre elles, à la première personne du singulier, induit-elle un changement de statut du propriétaire41 ?

14Il serait intéressant de savoir si, dans certaines communautés, l’écriture conférait un tel prestige qu’il suffisait d’arborer une épitaphe, quel qu’en fût le texte, pour figurer parmi les « élites » ou au contraire, si l’écrit ne tenait sa valeur que de sa seule lecture, la prononciation de l’épitaphe recouvrant une valeur magique et symbolique qui n’est pas si éloignée de la fonction performative que certains sémiologues attribuent aux épitaphes. Pour ceux-ci, les rédacteurs d’inscriptions funéraires visent à agir sur quelqu’un, sur quelque chose ou bien sur les deux, en se servant du pouvoir d’action de la parole. Les inscriptions funéraires fourniraient donc un message performatif car leur énonciation permettrait non pas de décrire une action ou un événement, mais de la commettre ou de l’effectuer.

  • 42 Cfr. J.-D. Urbain, L’inscription funéraire moderne et contemporaine : une écriture performative…, (...)

15Je vais fournir trois exemples de cette action avec des inscriptions modernes et contemporaines en langue française que je tire d’un article du sociologue J.-D. Urbain42 :

161 - inscription de Johan von Rolingen du grand duché de Luxembourg :

« En l’an 1540, le 5e jour d’août,
Est mort le noble Johan, Seigneur de Rolingen,
Maréchal du Duché de Luxembourg.
Que Dieu l’ait en sa grâce »

17Cette inscription fournit un texte constatif rétrospectif (il raconte la vie passée) et prospectif (il raconte la vie à venir).

182 - inscription du cimetière de Géronville en Belgique datant de la première moitié du XIXe siècle :

« Ici
Reposent les
Dépouilles
Mortelles du
Plus aimé des
Époux, du plus
Regretté
Des pères »

19Plus bas, devenu presque illisible, est gravée la date de naissance (1791) et de mort ( ?) du défunt et, séparant ces textes, un signe héraldique : « le pélican avec sa piété », c’est-à-dire la représentation d’un pélican, au pied de la croix, s’éventrant avec son bec pour nourrir ses petits. La mort hante cette inscription funéraire, d’abord sous forme de corruption du corps, exprimée par le texte (les restes humains, les dépouilles), puis sous forme de la vie souvenue comme mortel sacrifice (allégorie complexe au Christ et au pélican). L’épigraphie funéraire reste constative.

203 - inscription d’enfant de Cham, en Suisse, dans le canton de Zug :

« Heinzli Loffel
1967-1972 »

  • 43 Cfr. J.-D. Urbain, art. cit., p. 111.

21Ce texte minimal n’est pratiquement pas compréhensible fonctionnellement hors de son contexte ou de sa présupposition fondatrice. Il n’y a même plus le verbe reposer, « l’expression de cette assertion, étant soit totalement implicite soit transférée et prise en charge par le contexte extra-linguistique »43, un papillon gravé sur la tombe, sous-entendant que le ici-maintenant est un cocon et le tombeau une chrysalide.

22Le texte se tourne presque entièrement vers le présent et le transforme par dénégation (il n’y a ni dépouilles ni squelette, mais un papillon), oubliant le futur et négligeant le passé. D’après J.-D.  Urbain, l’écriture aurait renoncé là à toute narrativité au nom d’une insurrection contre un réel perçu comme intolérable.

23Pour les sémiologues comme J.  D.  Urbain, en Occident cette performativité est datée : nous serions passés de l’époque moderne à l’époque contemporaine d’une écriture constative à une écriture performative. Pourtant, on peut se demander si on ne peut pas appliquer cette idée d’une dichotomie entre Texte et Performance, inspirée des travaux bien connus de J. L. Austin à toutes les inscriptions antiques, en particulier, étrusques qui fournissent le ou les noms de défunts associés à une iconographie censée les représenter dans cet ici-maintenant qu’incarnait le papillon pour le jeune Heinzli Loffel. Il suffit de penser à toutes ces urnes et sarcophages étrusques gravés représentant le défunt en train de banqueter. La prononciation de l’inscription opérerait ainsi un coup de force sur le réel : il s’agirait de faire banqueter, par la parole, le défunt en question. Le langage ne serait donc pas qu’un énoncé, mais une écriture engagée dans un échange, entre ce dont on parle, le locuteur et le destinataire. Evidemment, on peut se demander si la performance en question n’est pas avant tout celle du sémiologue qui fait dire aux inscriptions ce qu’elles ne livrent pas, mais elle a le mérite d’ouvrir des perspectives sur tout ce qui est dit sans être écrit, c’est-à-dire sur tout ce qui relève de cette idéologie propre au monde funéraire.

  • 44 Sur le scepticisme d’archéologues italiens, cfr. N. Terrenato, The innocents and the skeptics, Ant (...)

24Peut-on revenir alors sur la question qui nous occupait au début de notre intervention. Si la communauté des morts ne reflète pas la société des vivants, quelle image en donne-t-elle ? En est-elle une métaphore ? Il me semble que le rapport est du même type que celui qui unit une vie à une biographie ou à une autobiographie. La biographie et l’autobiographie sont dans une relation d’identité avec la vie dont ils sont le récit. De fait, comme ils sont des genres référentiels, ils sont soumis à un impératif de ressemblance (la fameuse homologie de Leach et D’Agostino), mais il nous semble que leur rapport se construit sur des effets de relief : est écrit seulement ce qui, à un moment donné, est jugé constitutif de l’identité personnelle du défunt et dans l’intérêt d’une communauté de lecteurs. Or, les travaux récents sur l’identité nous montent que celle-ci est plurielle, mouvante et idéologique. En la fixant sur le métal, sur la céramique ou sur la pierre, les rédacteurs d’inscriptions funéraires font un choix qui ne vaut que pour l’endroit prévu de l’inscription, son affichage à un moment donné et sa lecture par un type de public précis. En somme, ils la déforment, la distordent, la compressent, comme ses miroirs grossissants qui ne donnent de chacun ni un isomorphisme, ni une métaphore, mais une anamorphose. On me dira que je ne dis rien là de nouveau. Le vocabulaire a changé : on parle d’identité, de norme, de performance, quand on parlait autrefois d’existence, de loi et de prononciation. « Tutto cambia, niente cambia ! », diront les sceptiques44. C’est le défi qui a attendu les participants de ce colloque durant trois jours, prouver à partir de cas précis d’inscriptions, de tombes, de nécropoles, que la réflexion générale et théorique peut enrichir les pratiques de l’historien, du linguiste et de l’archéologue.

Notes

1 Cfr. M.-L. Haack (éd.), Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne. Table-ronde des 14-15 décembre 2007, Mouvements et trajectoires dans les nécropoles d’Italie d’époque orientalisante, archaïque et hellénistique, ENS-Paris, Bordeaux, 2009.Qu’on veuille bien nous pardonner ici de ne pas proposer un état de la question pour l’épigraphie de l’Italie préromaine ou pour l’épigraphie étrusque. Plus de 10 000 inscriptions étrusques sont connues, dont un tiers, aux VIe et Ve siècles, puis 90 % à l’époque hellénistique, relèvent du domaine funéraire (cfr. Cl. Berrendonner, Les cultures épigraphiques de l’Italie républicaine. Les territoires de langue étrusque et les territoires de langue osque, in MEFRA, 114, 2002, p. 824-825). Les autres se répartissent entre inscriptions de don ou de possession, inscriptions sacrées et dédicaces, estampilles et signatures, inscriptions publiques et didascalies, textes juridiques, sans que les inscriptions de l’habitat ne constituent une catégorie en tant que telle (voir, par exemple, H. Rix (éd.), Etruskische Texte, I, Tübingen, 1991, p. 11 ; E. Benelli, Iscrizioni etrusche. Leggerle e capirle, Ancône, 2007). Aucune étude d’ensemble n’a été menée jusqu’à présent sur les inscriptions étrusques de l’habitat et la publication des inscriptions de l’habitat d’une cité, sous forme d’un volume particulier, a commencé récemment (cfr. G. Sassatelli (éd.), Iscrizioni e graffiti della città etrusca di Marzabotto, Bologne, 1994) et elle concerne surtout quelques cités, où il n’y a pas eu continuité de l’habitat de l’Antiquité jusqu’à nos jours. On pense ainsi à Spina, où l’habitat bénéficie d’un renouveau d’intérêt depuis quelques années. Cfr. Ch. Reusser (éd.), L'abitato etrusco di Spina – Nuove prospettive di ricerca, Zurich, 2012. L’ancien désintérêt des étruscologues pour l’habitat correspond aussi à leur attrait naturel pour les nécropoles étrusques, souvent imposantes. Pour autant, il est évident aussi qu’il existe une « culture épigraphique » particulière à l’Étrurie qui privilégie l’emploi de l’écriture pour un usage funéraire. Cfr. Cl. Berrendonner, art. cit., p. 824 sq. L’étrusque étant une langue d’attestation fragmentaire ou Restsprache, les recherches ont donné la priorité à une vision globale de la société d’un territoire étrusque ou de l’Étrurie. Ainsi, les études épigraphiques ont débouché sur des études onomastiques ou prosopographiques, comme celles de M. Morandi Tarabella, Prosopographia etrusca. I. Corpus. 1. Etruria meridionale, Rome, 2004 et de S. Marchesini, Prosopographia Etrusca, 2. Studia. Gentium mobilitas, Rome, 2008. La découverte de nouvelles données de l’habitat étrusque, à Marzabotto publiées par G. Sasssatelli et E. Govi (éd.), Marzabotto. La Casa 1 della Regio IV-insula 2. 1. Lo scavo, Bologne, 2010, à Prato (cfr. G. Poggesi, L. Donati, E. Bocci et alii, Gonfienti. Un insediamento tardo-arcaico fra Arno e Bisenzio, in M. Bentz, C. Reusser, Etruskisch-italische und römisch-republikanische Häuser, Wiesbaden, 2010, p. 123-133) et l’élargissement des perspectives des études sur l’habitat (cfr. M. Bentz, C. Reusser, op. cit. ; A. Di Castro (ed.), Housing and habitat in the Mediterranean World: responses to different environments (International Archaeology Conference, Prato, 2011 ; V. Jolivet, Tristes portiques. Sur le plan canonique de la maison étrusque et romaine des origines au principat d’Auguste (VIe-Ier siècles av. J.-C.), Rome, 2011 ; id., AEDES : maison des morts, demeure des hommes, séjour des dieux, in D. Frère et L. Hugot (éd.), Étrusques. Les plus heureux des hommes. Études offertes au professeur Jean-René Jannot, Rennes, 2014, p. 147-175) nous portent à croire qu’en 2009, le moment était venu de confronter le monde des vivants et monde des morts par le biais de l’épigraphie.

2 Cfr. B. D’Agostino, Società dei vivi, comunità dei morti : un rapporto difficile in archeologia e antropologia, in DArch, 3, 1, 1985, p. 47-58.

3 Sur les liens d’amitié entre B. D’Agostino et J.-P. Vernant, cfr. B. D’Agostino, Ricordo di J.-P. Vernant, in AION, n. s. 13-14, 2006-2007, p. 9-10 ; B. D’Agostino, J.-P. Vernant, P. Vidal-Naquet et l’ « Orientale », in L'histoire comme impératif ou la "volonté de comprendre" – Hommage à Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Cahiers du Centre Jean Bérard XXIII, Naples, 2011, p. 41-52. 

4 Voir, par exemple, L.R. Binford, Archaeology as anthropology, in M. Leone (éd.), Contemporary archaeology, Carbondale, 1962, p. 93-101 ; id., Archaeological systematics and the study of culture process, in M. Leone (éd.), Contemporary archaeology, Carbondale, 1965, p. 125-132 ; D.L. Clarke, Analytical Archaeology, Londres, 1968 ; id., Models in Archaeology, Londres, 1972 ; id., Archaeology : the loss of innocence, in Antiquity, 47, 1973, p. 6-18. Sur l’apport de L.R. Binford à l’archéologie et à l’anthropologie, cfr. C. Schier, L.R. Binford, in Studien zum Kulturbegriff in der Vor- und Frühgeschichtesforschung, Bonn, 1987, p. 169-181.

5 Cfr. R. Chapman et K. Randsborg, Approaches to the archaeology of death, in R. Chapman, I. Kinnes et K. Randsborgs (éd.), The Archaeology of death, Cambridge, 1981, p. 5 ; J.M.O’Shea, Social configurations and the archaeological study of mortuary practices : a case study, in R. Chapman, I. Kinnes et K. Randsborgs (éd.), op. cit., p. 40.

6 Sur cette variabilité, on consultera la thèse de J.M.O’Shea, élève de A. C. Renfrew et de D.L. Clarke, Mortuary variability. An archaeological investigation, Orlando-Londres, 1984.

7 Cfr. A. Naso, Architetture dipinteDecorazioni parietali non figurate nelle tombe a camera dell’Etruria meridionale (VII-V sec. a.C.), Rome, 1996, p. 343-394.

8 Cfr. A. Rouveret, Espace sacré, espace pictural : une hypothèse sur quelques peintures archaïques de Tarquinia, AION ArchStAnt, 10, 1988, p. 203-216, fig. 49 ; A. Naso, op. cit., p. 412-420 ; F. Roncalli, La definizione dello spazio tombale in Etruria tra architettura e pittura, in A. Minetti (éd.), Pittura etrusca : problemi e prospettive. atti del convegno (26 ottobre 2001-27 ottobre 2001), Sienne, 2003, p. 52-62.

9 Cfr. J.A. Tainter, Social inference and mortuary practices : an experiment in numeral classification, in World Archaeology, 7 (I), 1975, p. 1-15 ; id., Mortuary practices and the study of prehistoric social systems, in M.B. Shiffer (éd.), Advances in archaeological method and theory, New York, 1978, p. 105-141 ; J.M.O’Shea, art. cit.

10 Il s’agit bien d’une caricature, car l’idée d’une représentation symbolique de l’identité sociale dans les nécropoles est déjà formulée par les tenants de la New ArchaeologyCfr. R. Chapman et K. Randsborg, art. cit., p. 17.

11 Parmi les très nombreuses publications de I. Hodder qui critiquent la théorie de la New Archaeology, on pourra s’intéresser particulièrement à celles-ci : I. Hodder, Social structure and cemeteries : a critical appraisal, in P. Rahtz, T. Dickinson, L. Watts (éd.), Anglo-saxon cemeteries, BAR British Series, 1980, p. 161-169°; id., Towards a mature archaeology, in I. Hodder, G. Isaac et N. Hammond (éd.), Pattern of the past. Studies on honour of David Clarke, Cambridge, university Press, 1981, p. 1-13°; id., Theoretical archaeology : a reactionary view, in I. Hodder (éd.), Structural and symbolic archaeology, Cambridge University Press, 1982, p. 1-16°; id., Beyond processual archaeology, in B. Stjernquist (éd.), Monograph of historical Museum, Lund University, 1984, p. 45-54°; id., Survey 2 : ideology and power – the archaeological debate, in Environment and planning D : society and space, 2 (3), 347-353°; id., Post-processual archaeology, in M. Schiffer (éd.), op. cit., p. 1-26°; id. (éd.), The archaeology of contextual meanings, Cambridge University Press, 1987°; id. (éd.), Archaeology as long Term History, Cambridge University Press, 1987°; id. (éd.), The meanings of things, Londres, 1989°; id. (éd.), Archaeological theory in Europe, Londres, 1991°; id., The current theoretical debate, in B. Preucel (éd.), Processual and post processual archaeologies. Multiple ways of knowing the past, Carbondale, 1991, p. 30-41. Pour une mise en perspective de l’opposition avec la New Archaeology, cfr. T. Kerig, Ian Hodder und die britische Archäologie, in M.K.H. Eggert et U. Veit (éd.), Theorien in der Archäologie : Zur englichsprachigen Diskussion, Münster, 1998, p. 217-242°; M. Balter, The goddess and the bull : Catalhoyuk, an archaeological journey to the dawn of civilization, New York-Londres-Toronto-Sydney, 2005, p. 55-73.

12 Cfr. P. J. Ucko, Ethnography and archaeological interpretation of funerary remains, in World Archaeology, 1, 1969, p. 262-281, qui met l’accent sur les différences selon l’âge, le statut et le sexe. Ces réflexions sont poursuivies dans le livre de B. Orme, Anthropology for archaeologists, Londres, 1981.

13 Cfr. Fl. Frisone, Leggi e regolamenti funerari nel mondo greco, Galatina, 2000. Sur les lois somptuaires à Rome, cfr. C. Ampolo, Il lusso funerario e la città antica, AION ArchStAnt, 6, 1984, p. 71-102.

14 Cfr. I. Morris, Burial and ancient society. The rise of the Greek city-state, Cambridge, 1987 ; id., Death-ritual and social structure in classical antiquity, Cambridge, 1992 ; id., Burial and ancient society after ten years, in S. Marchegay, M.-Th. Le Dinahet et J.-F. Salles (éd.), Nécropoles et pouvoir. Idéologies, pratiques et interprétations (Lyon, 21-25 janvier 1995), Lyon, 1998, p. 21-36 ; I Morris, Archaeology as cultural history. Words and things in iron age Greece, Malden Mass., 2000.

15 Cfr. J.-P. Vernant, Introduction, in G. Gnoli et J.-P. Vernant (éd.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Cambridge, 1982, p. 6.Sur cet article, cfr. D. Garcia, Significado y analisis della muerte, in Relire Jean-Pierre Vernant (Paris, 9-11 octobre 2008), à paraître.

16 Cfr. J.-P. Vernant, art. cit., p. 5-6.

17 L’expression d’« idéologie funéraire » est encore employée récemment par G. Morpurgo, L'ideologia funeraria attraverso i corredi di Bologna tra VI e IV secolo a.C., in Il viaggio oltre la vita. Gli Etruschi e l'Aldilà tra capolavori e realtà virtuale, Catalogo della Mostra (Bologna 2014-2015), Bologne, 2014, p. 120-129 et par V. Nizzo, Archeologia e Antropologia della Morte : Storia di un’idea. La semiologia e l’ideologia funeraria delle società di livello protostorico nella riflessione teorica tra antropologia e archeologia, Rome, 2015 (non vidi).

18 B. D’Agostino cite en tête de son article un passage d’un article d’E. Leach, A view of the bridge, in M. Spriggs (éd.), Archaeology and anthropology, BAR, Supplementary Series 19, 1977, p. 161-176. E. Leach a développé l’usage de la métaphore comme instrument de compréhension en ethnologie dans Culture & communication the logic by which symbols are connected. An introduction to the use of structuralist analysis in social anthropology, Cambridge, 1976. On sera particulièrement attentif au chapitre 9, où E. Leach reprend la métaphore de Cl. Lévi-Strauss entre mythe et musique.

19 Voir les canoés et mégalithes de Chr. Y. Tilley, Metaphor and material culture, Oxford, 1999.

20 B. D’Agostino, Problemi d’interpretazione delle necropoli, in R. Francovich et D. Manacorda (éd.), Lo scavo archeologico : dalla diagnosi all’edizione, Florence, 1990, p. 401-420, parle d’immagine metaforica (p. 401). Voir aussi B. D’Agostino, La necropoli e i rituali della morte, in I Greci, Storia, cultura, arte, società 2. Una storia greca 1. Formazione, Turin, 1996, p. 435-437.

21 Cfr., par exemple, B. D’Agostino, L’archeologia delle necropoli : la morte e il rituale funerario, in M. D'Acunto et M. Giglio (éd.), Le rotte di Odisseo. Scritti di Archeologia e Politica di Bruno D’Agostino, Annali di Archeologia e Storia Antica, Dipartimento di studi del Mondo Classico e del Mediterraneo Antico, n.s.. 17-18, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, 2010/2011, p. 255-266 (= id., Archäologie der Gräber. Tod und Grabritus, in A.H. Borbein, T. Hölscher et P. Zanker (éd.), Klassische Archäologie. Eine Einführung, Berlin, 2000, p. 313-331) ; L. Morandi, La necropoli orientalizzante della Banditella a Marsiliana d'Albegna. Considerazioni sulle combinazioni di corredo e su alcuni aspetti rituali, in BABesch, 88, 2013, p. 13-38. 

22 Cfr., par exemple, J. A. Becker, J. Nowlin, Orientalizing infant burials from Gabii, Italy, in BABesch, 86, 2011, p. 27-39. 

23 Cfr. A. Thiermann, S. Arnold, Der Magistrat und der Tod. Die Tomba dei Sarcofagi in Cerveteri als spätklassischer Kontext etruskischer Architektur, Malerei und Sarkophage, in Römische Mitteilungen, 119, 2013, p. 99-138. 

24 Cfr., par exemple, A. Palmieri, L’anfora del pittore di Micali RC 1402 del Museo di Tarquinia : un caso di ‘special commission’?, in Mediterranea, 2, 2005, p. 107-132; N. Lubtchansky, Divines ou mortelles ? Les femmes de la Tombe du Baron à Tarquinia, in F.-H. Massa-Pairault (éd.), L’image antique et son interprétation, Rome, 2006, p. 219-236.

25 On citera, pour exemple, M. Cygielman et L. Pagnini, La Tomba del Tridente, Pise-Rome, 2006 ; P. Bruschetti, La necropoli di Crocifisso del Tufo a Orvieto, Pise-Rome, 2012 ; A. Babbi et U. Peltz, La Tomba del Guerriero di Tarquinia. Identità elitaria, concentrazione del potere e networks dinamici nell’avanzato VIII sec. a. C. Das Kriegergrab von Tarquinia. Eliteidentität, Machtkonzentration und dynamische Netzwerke im späten 8. Jh. v. Chr., Mayence, 2013 et le volume Les Étrusques et la Méditerranée. La cité de Cerveteri (Lens, 5 décembre 2013-10 mars 2014 ; Rome, Palais des Expositions, 14 avril-20 juillet 2014), Paris, 2013, qui propose de nouvelles études de tombes cérétaines. 

26 L’épigraphie de l’habitat n’a pas fait l’objet d’études systématiques, sauf à Marzabotto, dans E. Govi et G. Sassatelli (éd.), Marzabotto. La casa 1 della Regio IV insula 2, I. Lo scavo. II. I materiali, Bologne, 2010, mais il est indéniable comme l’a souligné encore récemment H. Becker, in Evidence for Etruscan archives: Tracking the epigraphic habit in tombs, the sacred sphere, and at home, in Etruscan Literacy in its Social Context. Accordia and the Institute of Classical Studies, University of London (sous presse), que, tout en entretenant des relations étroites, les épigraphies funéraires et domestiques répondent à des intentions différentes.

27 Sur ce renouvellement des travaux sur l’écrit, nous renvoyons à l’article lumineux de B. Fraenkel et A. Mbodj, Introduction. Les New Literacy studies, jalons historiques et perspectives actuelles, Langage et société, 133, septembre 2010, p. 7-24. Pour une critique de ces études, cfr. L.M. Ahearn, Living Language : An Introduction to Linguistic Anthropology, Oxford, 2011.

28 Voir notamment J. Goody (éd.), Literacy in traditional societies, Cambridge, 1968 ; id., The Domestication of the savage mind, Cambridge, 1977°; id., The power of the written tradition, Londres-Washington, 2000.

29 Cfr. A. K. Bowman et G. Woolf (éd.), Literacy and power in the ancient world, Cambridge, 1994.

30 Cfr. K. B. Basso, The ethnography of writing, in R. Bauman et J. Sherzer (éd.), Explorations in the ethnography of speaking, Cambridge, 1986, p. 425-432.

31 Sur le problème général des rapports entre écriture et État, voir K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B. Wilkins (éd.), Literacy and the state in the ancient Mediterranean, Londres, 2007.

32 Cfr. B. Street, Literacy in theory and practice, Cambridge, 1984. Voir aussi B. Street (éd.), Cross-cultural approaches to literacy, Cambridge, 1993°; id., Social literacies : critical approaches to literacy in development, ethnography and education, Londres-New York, 1995°; id., Literacy « events » and literacy « practices ». Theory and practice in the New Literacy studies, in M. Martin-Jones et K. Jones (éd.), Multilingual literacies, Amsterdam, 2000, p. 17-29. B. Street nous semble simplifier à l’extrême les positions de J. Goody, pour mieux les critiquer. J. Goody a nuancé pourtant nombre de ses positions, ainsi dans J. Goody, L’homme, l’écriture et la mort. Entretiens avec Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, 1996, notamment p. 153-154 : « Une bonne partie des rituels funéraires concerne en fait la manière dont se tissent ces relations sociales, la dissolution de la persona terrestre du mort, et la constitution d’une nouvelle persona sous la forme d’un ancêtre. Les funérailles sont ainsi l’occasion d’une redistribution des rôles – de père, de mari – et des objets qu’il possédait entre les survivants. Encore une fois, il ne s’agit pas seulement de biens matériels, mais aussi de relations familiales, de relations plus larges, de toute la place que le disparu occupait au sein de la communauté ».

33 Voir, par exemple, L. Perria et alii (éd.), La parola delle immagini e delle forme di scrittura, Messine, 1998, p. 267-281.

34 On se référera dans ce domaine, par exemple, aux travaux de L. Cerchai et de F.-H. Massa-Pairault. La stèle du navire de Vel Kaikna de la tombe 10 de la nécropole dei Giardini Margherita à Bologne a bénéficié d’études confrontant représentations et non figurées, comme celles de L. Cerchai, Questioni di metodo, in MEFRA, 124, 2, 2012, p. 407-412 et de G. Sassatelli, Riflessioni sulla « stele della nave » di Bologna, in S. Bruni (éd.), Etruria e Italia preromana. Studi in onore di Giovannangelo Camporeale, Pise-Rome, 2009, p. 833-840.Pour le Sud de l’Italie, on se référera aux travaux de K. Lomas, comme Language and iconography: The identity of sub-groups in Italian funerary monuments, in Herom, 2, 2013, p. 97-121 (avec la bibliographie antérieure). 

35 La question est également complexe en raison, parce que nous connaissons mal la littérature écrite des Étrusques et que nous ignorons si l’éloge funéraire pouvait l’objet d’un genre littéraire écrit.Sur les éloges funéraires écrits et oraux dans le monde grec archaïque, voir K. Derderian, Leaving words to remember. Greek mourning and the advent of literacy, Leiden-Boston-Cologne, 2001.

36 Voir notamment W. V. Harris, Ancient literacy, Cambridge, 1989, p. 2-28°; J. H. Humphrey (éd.), Literacy in the Roman world, Portsmouth, 1991°; W. V. Harris, Instrumentum domesticum and Roman literacy, in H. Solin, E. Salomies et U.-M. Liertz (éd.), Acta colloquii epigraphici Latini (Helsinki, 3-6 sept. 1991), Helsinki, 1995, p. 19-28°; A. Cooley (éd.), Becoming Roman, writing Latin ? Literacy and epigraphy in the Roman West, Portsmouth, 2002°; R. Häussler et J. Pearce, Towards an archaeology of literacy, in K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B. Wilkins (éd.), op. cit., p. 219-236.

37 Cfr. S. Stoddart et J. Whitley, The social context of literacy in archaic Greece and Etruria, in Antiquity, 62, 1988, p. 761-772 ; T. J. Cornell, The tyranny of evidence : a discussion of the possible uses of literacy in Etruria and Latium in the archaic age, in J.H. Humphrey (éd.), Literacy in the Roman world, Portsmouth, 1991 (JRA Supplement ser.; 3), p. 7-33.

38 Voir les analyses de G. Colonna, Identità come appartenenza nelle iscrizioni di possesso dell’Italia preromana, in Epigraphica, 45, 1-2, 1983, p. 49-64, sur la fonction identitaire des inscriptions de possession.

39 On verra l’enjeu local que représente la maîtrise de l’écriture en Vénétie dans S. Boaro, Dinamiche insediative e confini nel Veneto dell’età del Ferro, in Padusa, 37, 2001, p. 153-197 ; K. Lomas, Writing boundaries literacy and identity in the ancient Veneto, 600-300 BC, in K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B. Wilkins (éd.), op. cit., p. 149-169 ; ead., Space, boundaries and the representation of identity in the ancient Veneto c. 600-400 BC, in G. Cifani et S. Stoddart (dir.), Landscape, ethnicity and Identity in the Archaic Mediterranean Area, 2012, p. 187-206, spéc. p. 198 sq.

40 Cfr. A. Cooley et Ph. Milnes-Smith, Lapidarias litteras scio. Literacy and inscribing cultures in Roman Venetia, in K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B. Wilkins (éd.), op. cit., p. 185-201.

41 Sur ces inscriptions parlantes, cfr. Fl. Carraro, The « speaking objects » of archaic Greece writing and speech in the first complete alphabetic documents, in K. Lomas, R.D. Whitehouse et J.B. Wilkins (éd.), op. cit., p. 65-80.

42 Cfr. J.-D. Urbain, L’inscription funéraire moderne et contemporaine : une écriture performative…, in R. Laufer (éd.), Le texte et son inscription, Paris, 1989, p. 93-112. Voir aussi J.-D. Urbain, L’archipel des morts. Le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident, Paris, 1998.

43 Cfr. J.-D. Urbain, art. cit., p. 111.

44 Sur le scepticisme d’archéologues italiens, cfr. N. Terrenato, The innocents and the skeptics, Antiquity and Classical archaeology, in Antiquity, 76, 2002, p. 1104-1111 ; id., « Start the revolution without me » : recent debates in Italian classical archaeology, in P. Attema, A. Nijboer, A. Zifferero (éd.), Papers in Italian Archaeology VI. Communities and settlements from the Neolithic to the early medieval Period, Proceedings of the 6th Conference of Italian Archaeology, Groningen, April 15-17, 2003, Oxford, 2005, p. 39-43.

Auteur

Université de Picardie - haackml@yahoo.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540