Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Edmond Le Blant et son mandat de directeur de l’École française de Rome (28 décembre 1882-30 novembre 1888)

Jean Guyon

Texte intégral

  • 1 Le Blant naît en effet le 12 août 1818 et Geffroy le 20 avril 1820 ; il disparaît le 4 juillet 1897 (...)
  • 2 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant, dans Bulletin de la Société nationale des ant (...)

1Singulière destinée que celle d’Edmond Le Blant. De tous les directeurs de l’École française de Rome, il est le seul à avoir eu comme prédécesseur et comme successeur un même homme, Auguste Geffroy, dont il était l’aîné de quelque deux ans et qui l’a précédé de deux ans dans la tombe1. Des destins entrecroisés, donc, pour ces hommes d’une même génération ? Oui, et plus que cela car il leur est même arrivé de se côtoyer : adolescents, à l’institution de M. Petit, au collège royal Charlemagne, où ils furent tous deux de brillants élèves2 ; à l’âge mûr, au sein de l’Institut dont l’aîné fut membre à partir de 1867 de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, tandis que le cadet a été élu en 1874 à l’Académie des sciences morales et politiques. Non que leurs biographies soient tout entières à conjuguer à la façon des Vies parallèles de Plutarque. Leur carrière, pour le reste, a été trop différente et ils n’étaient certes pas dotés du même caractère. En outre – chose essentielle pour notre propos –, toute velléité d’esquisser un parallèle entre leurs mandats à la tête de l’École ne peut que tourner assez court. Et c’est là un euphémisme.

  • 3 M. Gras (éd.), « À l’école de toute l’Italie. » Pour une histoire de l’École française de Rome, Rom (...)
  • 4 Ibid., p. 126.
  • 5 Ibid., p. 244 et 346.

2À preuve la récente publication À l’école de toute l’Italie qui constitue un florilège de « pièces justificatives », comme disaient jadis les antiquaires, pour quiconque s’intéresse au sujet : son sous-titre, « Pour une histoire de l’École française de Rome », le marque assez. Dans l’index des personnes, neuf lignes de références pour Geffroy, mais seulement deux et demi pour Le Blant, où il n’est que quatre occurrences réellement significatives. Et quelles références de surcroît ! L’une renvoie à un article d’Émile Mâle sur l’École française paru en 1926, où les quelques lignes dévolues à Le Blant sont pour saluer ses travaux scientifiques et non pour évoquer son activité de directeur3. Silence à première vue surprenant, qui se comprend si l’on se réfère à un autre article du recueil, que Louis Madelin avait publié en 1909 : il n’y est pas seulement écrit qu’« Edmond Le Blant était aux antipodes d’Auguste Geffroy », mais que « le règne de celui-ci à Rome fut, pour le moins, un interrègne »4. Chose que confirment implicitement deux derniers textes dus respectivement à Albert Bayet et aux talents conjugués de Charles Pietri et Philippe Boutry : dans l’un comme dans l’autre, le nom de Le Blant ne figure qu’en incise au sein d’un développement sur l’imperium que Geffroy a exercé à l’École dans l’intervalle 1875-18955. La mémoire de Le Blant est décidément mal-aimée au Palais Farnèse.

Le Blant, ce mal-aimé

  • 6 Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1898, p. 80 : « De 1883 à 1888, pendant (...)
  • 7 Ainsi chez Héron de Villefosse : « Je me reprocherais de passer sous silence la période de six anné (...)

3« Pour le moins un interrègne », le mot de Louis Madelin sur la direction de Le Blant sonne comme une damnatio memoriae. Il n’en était pourtant pas l’inventeur. Sans être précédé, il est vrai, de la désagréable incise « pour le moins », il s’était déjà trouvé en janvier 1898 dans la bouche d’Henry Thédenat lorsqu’il a prononcé l’éloge des membres de la Société des antiquaires disparus l’année précédente6. Mais il se devine également entre les lignes des autres nécrologies de Le Blant qui ne signalent qu’incidemment, en règle générale, son passage au Farnèse7. En quoi elles s’accordent avec la façon dont son décès avait été annoncé dans les Mélanges de l’École. Le texte, paru selon l’usage au sein d’un épais encadré noir, peut être reproduit dans son intégralité, tant il est bref :

  • 8 MEFR, 17, 1897, p. 491. Comme un signe supplémentaire, mais bien involontaire sans doute, de la mal (...)

M. Edmond Le Blant, ancien directeur et directeur honoraire de l’École, est mort le 4 juillet dernier. Avertis trop tard et seulement par la voie des journaux, nous n’avons pu nous faire représenter officiellement aux obsèques, qui ont eu lieu à Paris, le 7 juillet. Cependant un groupe d’anciens membres, composé surtout de ceux d’entre nous qui avaient passé à l’École les années où M. Le Blant se trouvait à sa tête, a pu prendre part à la triste cérémonie et faire entendre l’expression de nos regrets. Parmi les discours qui ont été prononcés à cette occasion, celui de M. Héron de Villefosse, qui parlait au nom de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, nous a semblé particulièrement propre à faire connaître la carrière scientifique du vénéré défunt. Nous le reproduisons ici, en y joignant le témoignage de notre respectueuse émotion. M. Le Blant n’était pas seulement un savant distingué. C’était aussi un cœur excellent et un homme de bon conseil. L’École n’oubliera pas ce qu’elle doit à sa direction sage, intelligente et prévoyante.8

  • 9 MEFR, 15, 1895, p. 141.
  • 10 Encore faudrait-il ajouter la plaque au nom de Geffroy qui a été placée lors de ces cérémonies dans (...)

4L’auteur de ce billet était Louis Duchesne, alors directeur de l’École. Il ne pouvait faire moins qu’écrire ces trois dernières phrases où l’éloge est chichement mesuré. Surtout si on les compare à la laudatio qu’il avait réservée deux ans auparavant dans ces mêmes Mélanges à la mémoire d’Auguste Geffroy. Dans sa première page, également encadrée de noir, on peut lire que « les derniers devoirs lui ont été rendus, le 17 août, dans le cimetière de Bièvres, où il repose, et le 20 août, à Paris, dans l'église Sainte-Clotilde. Les membres actuels de l'École et les anciens membres se sont trouvés en grand nombre à ces deux cérémonies. Sur la tombe, à Bièvres, trois discours ont été prononcés, par M. Léon Say, au nom de l'Académie des Sciences morales et politiques, par M. le doyen Himly, au nom de la Faculté des Lettres de Paris, et par le directeur actuel de l'École. Le mardi 19 novembre, un service solennel a été célébré à Rome, en l'église nationale de Saint-Louis-des-Français. Une assemblée nombreuse et sympathique s'y trouvait réunie autour de MM. les ambassadeurs Lefebvre de Béhaine et Billot. »9, ce qui donne la mesure de l’appareil funèbre qui avait été mobilisé pour Geffroy10.

  • 11 Ibid., p. 153. J’ai naturellement respecté la typographie : le nom de Geffroy a été composé en gras (...)
  • 12 Ibid., p. 151.

5Suivent douze pages d’une tonalité rare chez Duchesne, tant pour le vibrato qui soutient l’éloge du défunt que par l’émotion à peine contenue et, il faut bien le dire, l’emphase de la péroraison : « À son souvenir, nous tous qui avons vécu avec lui et qui portons en nous une part de lui, nous donnons une garde d'honneur qui ne se terminera qu'avec le dernier retentissement de la dernière de nos voix. Et quand nous aurons tous disparu, ceux qui, sur ce sol sacré de Rome, continueront notre œuvre française se souviendront, car ils auront appris de nous à le vénérer, du nom d'Auguste Geffroy. »11 La griffe habituelle de ce redoutable bretteur qu’était Duchesne se retrouve pourtant ailleurs dans cette laudatio, mais c’est sur l’infortuné Le Blant qu’elle s’est portée quand il écrit : « On n’imaginait pas plus Geffroy en dehors de la direction de l’École, que l’École sans Geffroy à sa tête. Cela se vit pourtant, de 1882 à 1888. (…) Pour un temps, l’École eut, en la personne de M. Le Blant, un directeur qui n’était pas Geffroy. (…) La place ne fut pas plutôt vacante qu’il y rentra, comme par une loi de la nature. »12 Ses confrères de l’Académie ou de la Société des antiquaires n’avaient sûrement pas oublié cette saillie ; on comprend mieux ainsi que, dûment chapitrés que Le Blant « n’était pas Geffroy », ils aient réservé une place des plus modestes dans leurs nécrologies à son passage au Farnèse.

  • 13 A. Pératé, Edmond Le Blant, dans Revue archéologique, 3e série, t. 31, 1897, p. 1-7, à la p. 5. À n (...)

6Mais il est plus significatif encore que le même trait se retrouve sous la plume d’un homme, André Pératé, dont Le Blant avait été le directeur. Dans les sept pages de l’éloge funèbre qu’il lui a dédié en 1897 dans la Revue archéologique, la place faite à cette direction tient en un paragraphe d’une douzaine de lignes dont la moitié, de surcroît, traite de l’ouvrage sur les Sarcophages de la Gaule que Le Blant avait publié en 1886 – et cela pour indiquer que « sa préface ne vaut point celle des Sarcophages d’Arles. » La suite tient en deux phrases : « Il donna aux jeunes gens qu’il était appelé à diriger l’exemple d’une collaboration fréquente et intelligente aux Mélanges publiés par l’École. Que dire de plus ? il vécut là-bas en érudit quelque peu solitaire et sans doute eût-il eu tort de forcer sa nature. »13 Le trait peut être moins acéré que chez Duchesne ; il n’en est pas moins venimeux.

  • 14 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931].., p. 47.

7Le meilleur était pourtant à venir car la contribution de ce même André Pératé au volume collectif édité en 1931 pour célébrer le cinquantenaire, tardivement commémoré, de l’École française devait lui donner l’occasion, contrairement à sa résolution première, d’en « dire plus » ou, pour citer ses propres termes, « de parler librement du directeur » après avoir « payé au savant éminent un tribut d’éloges assez ample et sincère » dans son précédent article. De là l’incipit de son chapitre sur Le Blant, qui est un chef d’œuvre de rosserie : « Au temps heureux où notre jeunesse découvrait Rome et l’Italie avec enivrement, les membres de l’École s’apercevaient parfois qu’ils avaient un directeur. »14 Le dossier en ressort étoffé, l’accusation se précise : après avoir appris de Duchesne que Le Blant n’était pas Geffroy, nous voici instruits maintenant qu’il n’était pas à proprement parler un directeur. Essayons de démêler ce qui a pu motiver de tels jugements et jusqu’à quel point ils sont pertinents.

Une sorte d’usurpateur ?

  • 15 Duchesne est né en effet le 13 septembre 1843 et Pératé le 11 février 1862.
  • 16 Voir sur ce point A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 56.

8Qu’une même tonalité se retrouve dans les témoignages de Duchesne et Pératé ne saurait étonner car les deux hommes étaient très liés. Duchesne avait une affection quasi-paternelle pour ce cadet d’une vingtaine d’années plus jeune que lui15 à qui il échut d’assurer, avant Jérôme Carcopino, l’intérim de la direction de l’École après sa mort16. Nul doute qu’il lui avait communiqué son admiration pour la personnalité et l’action de Geffroy que Pératé n’avait pas connu dans ses fonctions de directeur. Mais cette admiration était telle qu’elle ne pouvait que conduire quiconque la partageait à considérer tout successeur de Geffroy comme une sorte d’usurpateur. Ce qui ne s’accorde guère pourtant avec les conditions dans lesquelles s’est faite en 1882 la nomination de Le Blant.

  • 17 C. Jullian, Lettres de jeunesse Italie-Allemagne 1880-1883 annotées par Paul Courteault, Bordeaux, (...)
  • 18 Ibid., p. 237-238, lettre n° XCI du 7 juin 1882.
  • 19 Ibid., p. 244, lettre n° XCIII du 22 juin 1882.

9C’est à sa demande que Geffroy a alors quitté le Farnèse. Toutes ses nécrologies en font foi, qui expliquent sa requête par des raisons d’ordre familial. Et Camille Jullian, alors membre de l’École, ne dit guère autre chose dans les lettres qu’il adressait à ses parents. Certes il écrit bien à propos de son directeur en décembre 1881 : « Malheureusement, j’ai bien peur qu’on n’en veuille plus à Paris. Il nous a dit qu’il craignait une destitution. »17 Mais le 7 juin 1882, évoquant à nouveau ce possible départ, il en donne de tout autres raisons : « M. Geffroy songe sérieusement à quitter l’École de Rome, il en a assez et sa femme aussi. Déjà l’an dernier il voulait prendre sa retraite, mais comme on ne trouvait personne pour le remplacer, il a dû revenir. »18 Du coup, deux semaines plus tard, c’est sur un ton badin qu’il fait retour sur le sujet : « Hier, M. Geffroy a donné un petit dîner d’adieu aux membres de l’École. Seulement il ne nous a point dit s’il partait définitivement ou s’il fallait lui chanter : " Tu t’en vas et tu nous quittes "… »19 Ce trait d’ironie serait inconcevable s’il avait continué à attribuer à une disgrâce le retrait plus ou moins imminent de son directeur.

  • 20 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 75.
  • 21 La raison la plus déterminante de l’hésitation de Le Blant tient sans doute aux préventions de sa f (...)

10Or Le Blant, inversement, semble avoir marqué quelque réticence à accepter sa nomination. C’est du moins ce qu’écrit Amédée Hauvette : « Il hésita beaucoup (…). Quelle responsabilité nouvelle il allait assumer ! et puis, que de séparations nécessaires ! De tendres liens, et des habitudes non moins chères, le retenaient à Paris. »20 Certes, ce trait répond depuis l’Antiquité à un lieu commun des éloges funèbres unanimes à vanter la réserve toute de modestie de leurs héros quand il leur faut accepter une charge, mais il répond trop à l’attachement que Le Blant a toujours marqué a sa famille pour n’être pas vraisemblable21. Ainsi, tandis que l’un était pressé de partir, l’autre tergiversait. Ce sont là autant d’éléments qui ne s’accordent guère avec une usurpation. Mais ils étaient propres à entretenir des rumeurs très au-delà des murs du Farnèse comme en fait foi la correspondance de Duchesne avec Giovanni Battista De Rossi qui a été heureusement publiée par Patrick Saint-Roch.

  • 22 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi et de Louis Duchesne (1873-1894), (...)
  • 23 Ibid., p. 234, lettre n° 182 du 3 septembre 1882.
  • 24 Ibid., p. 256, lettre n° 197 du 3 janvier 1883. Ainsi Le Blant fut poursuivi tout au long de sa vie (...)
  • 25 E. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, t. I, Provinces gall (...)

11Deux mois à peine après le dernier billet de Camille Jullian que j’ai cité, le nom de Le Blant y apparaît pour la première fois dans un post-scriptum suivi de points d’exclamation qui se passent de commentaire : « M. Geffroy ne retourne plus à Rome. On parle de M. Leblant pour le remplacer ! ! ! »22 À quoi De Rossi, dont on aura l’occasion de vérifier le constant irénisme, répond le 3 septembre 1882 : « Veuillez exprimer à Mr Geffroy ma tristesse et désolation de ce que vous m’annoncez sur son compte. (…) Si notre ami Le Blant le remplace mes rapports avec l’École française continueront à avoir le lien de la plus affectueuse cordialité. »23 Peine perdue, car dans un billet du 3 janvier 1883 où il annonce à De Rossi que « M. Le Blant vous arrivera dans quinze jours », Duchesne ajoute : « Pensez-vous que le Palais Farnèse soit bien son affaire ? Il ferait mieux ici, car je l’aime bien ; c’est un fort brave homme qui n’a jamais fait dans sa vie d’autre mal que de croire aux inscriptions de F. Lenormant »24 In cauda venenum : la chute fait allusion à l’un des plus cocasses faux épigraphiques du XIXe siècle, qui ne concernait d’ailleurs pas que les quelque soixante-dix textes chrétiens que Le Blant avait imprudemment accueillis près de trente ans auparavant dans ses Inscriptions chrétiennes de la Gaule25.

  • 26 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 331, lettre n° 256, (...)
  • 27 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 335, lettre n° 260, (...)
  • 28 Ibid., p. 348, lettre n° 272, sans date, publiée entre deux billets des 12 et 28 août 1884.
  • 29 Ibid., p. 437, lettre n° 339 du 7 juillet 1885.
  • 30 Ibid., p. 439, lettre n° 340 du 11 juillet 1885.

12Ce n’est pas tout. Le Blant n’avait pas passé un an et demi au Farnèse que Duchesne écrit à De Rossi le 22 mai 1884, avec la satisfaction intérieure que l’on devine : « On parle beaucoup de M. Geffroy pour remplacer M. Le Blant. Je ne sais si M. Le Blant a l’intention de s’en aller ; je le croirais volontiers. En tout cas, on peut être sûr de l’acceptation de M. Geffroy. »26 Vain espoir, car il lui mande bientôt : « M. Le Blant doit décidément retourner encore une année. Vous verrez que d’année en année, il finira par achever le curriculum. »27 Et derechef, au mois d’août : « M. Le Blant retourne à Rome ; il ne s’est fait prié que pour la forme et pas longtemps. Jugez du désespoir du bon M. Geffroy. »28 Un désespoir qui tourne à l’aigre un an plus tard, comme en témoigne un addendum apporté par Duchesne à sa lettre du 7 juillet 1885 : « M. Le Blant et M. Geffroy sont brouillés, l’un ne voulant pas s’en aller et l’autre voulant que l’un s’en aille. Dans cet état de leurs relations, je n’ose aborder de près M. Geffroy. Il doit être électrisé à forte tension. »29 Sans doute De Rossi répond-il dès le 11 : « Le Blant a été fasciné par l’école de Rome. Il ne voulait pas y venir, maintenant il ne veut pas la quitter. C’est une position qui me ferait envie, si j’étais Français. »30 Mais ces mots d’apaisement ne pouvaient suffire. Cette fois, c’en était fait : même si le mot n’était pas prononcé, pour Duchesne, le délit d’usurpation était constitué.

  • 31 Ibid., p. 463-464, lettre n° 361 du 30 janvier 1886.
  • 32 Ibid., p. 488, lettre n° 385 du 23 octobre 1886.

13Du coup, il est à l’affût du moindre incident qui puisse être porté à charge contre Le Blant. En témoigne cette consolatio que De Rossi, toujours aussi amène, ne manque pas de lui adresser le 30 janvier 1886 : « Mr Le Blant est affligé de ce que vous avez pris si mal un mot fort mal choisi par un des élèves de son école. Il n’y avait aucune mauvaise intention ; et l’on est là plein d’estime et de bienveillance pour vous qui êtes un ornamentum des origines de l’École. »31 Et le climat s’alourdit encore quand Duchesne, à l’automne de la même année, commence à envisager sa candidature à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le 23 octobre, le décès d’Ernest Desjardins lui inspire en effet ces considérations à la fois cyniques et féroces : « Encore quelques événements de cette nature et je pourrai entrer à l’Institut. Vous pourriez m’y aider, par exemple, en précipitant M. Le Blant du haut de la colonne Trajane. Pératé vous donnerait au besoin un coup d’épaule. »32

  • 33 Le mot a été souligné par De Rossi car il répond à la dernière phrase que Duchesne, conscient sans (...)
  • 34 Ibid., p. 489, lettre n° 386 du 5 novembre 1886.
  • 35 A. Pératé, Correspondance d’Italie-La destruction de Rome (Lettres de MM. Grimm et Grégorovius), da (...)
  • 36 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55-56 ; on notera cependant que Pératé est demeuré h (...)

14G. B. De Rossi ne tarde pas à répondre à cette « épître pleine de scélératesses33 » : « Elle renferme des éléments de cas pendable. Pourquoi la colonne Trajane substituée à la Roche Tarpéienne ? Il y a là quelque malice trop fine pour que mon sens grossier puisse la deviner. Pératé est invisible : peut-être il craint d’être compromis dans le complot que vous voulez ourdir (le mot est-il français ?). Natalie a cru l’apercevoir dessinant dans le mons Albanus. Cela n’est pas compromettant. »34 D’autres raisons pouvaient cependant expliquer que ce dernier se fît oublier en s’éloignant ainsi du Farnèse et de son directeur. Il avait fait paraître en mai 1886 dans la Gazette des Beaux-Arts un article où il livrait de larges extraits des lettres que Gregorovius et Grimm avaient écrites pour dénoncer la « destruction de Rome » due à la fièvre immobilière et aux brutales transformations urbanistiques qui affectaient la nouvelle capitale du royaume d’Italie35. Mais il n’avait point cru devoir avertir son directeur de cette publication qui pouvait passer pour une prise de position politique et non pas seulement esthétique, tant le débat ouvert à ce propos était alors âpre en Italie. Or même si Le Blant, « toutes portes fermées, s’exprimait avec la dernière violence sur les méfaits de la municipalité romaine », il prit assez mal la chose pour demander le rappel immédiat du coupable. C’était là, confie Pératé, l’« incident qui me sépara de mon directeur. » Et près d’un demi-siècle plus tard, il en ressassait encore l’amertume : « La Commission des Écoles sourit, et l’affaire n’eut pas de suite. Mais j’y perdis la troisième année sur laquelle je comptais, et dont je préparais déjà le travail. »36

  • 37 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 492, lettre n° 387, (...)
  • 38 Ibid., p. 526, lettre n° 415 du mois d’août 1887 : « Il vous faudra trouver l’occasion de stimuler (...)
  • 39 Ibid., p. 519, lettre n° 409 du 14 juin 1887 : « M. Le Blant fait beaucoup de zèle ; je lui en sera (...)
  • 40 Ibid., p. 523, lettre n° 412 du 15 juillet 1887 : « Il faudra se trouver ici dans les derniers jour (...)
  • 41 Ibid., p. 537, lettre n° 425, 23 octobre 1887 : « L’élection approche. C’est le 4 novembre qu’on do (...)
  • 42 Chose dont Duchesne, dans un de ses rares moments d’apaisement, paraît d’ailleurs assuré dès sa pre (...)
  • 43 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 508, lettre n° 401 d (...)
  • 44 Ibid., p. 510, lettre n° 403 du 19 avril 1887. De fait, l’article est paru dans les MEFR, 7, 1887, (...)

15Nul doute que l’affaire ait ému les membres de l’École, ce qui ne pouvait que réjouir secrètement Duchesne37 et nourrir son animosité envers Le Blant. Mais en réalité, tout lui était propice à l’alimenter, à commencer par les corsi e ricorsi de sa candidature à l’Académie. Tantôt il juge que le Blant le soutient trop mollement38 et tantôt que son zèle est intempestif39 ; d’autres fois, il le soupçonne de songer à prétexter ses obligations romaines pour être absent le jour du vote40, quand il ne craint pas que le rapport qui lui sera demandé sur ses titres ne soit pas assez louangeur41 ; tout cela bien à tort car il fut élu le 7 décembre 1888, dès sa seconde candidature et avec la voix de Le Blant42. Sans compter d’autres soucis plus mineurs et tout aussi vains, comme pour tel article sur Sainte-Anastasie qu’il redoutait de voir refusé dans les Mélanges. Car après avoir écrit le 9 avril 1887 à propos de Le Blant : « Je l’ai prié de ne pas me renvoyer mon mémoire avant de le faire passer sous vos yeux. Si vous l’avez, lisez-le, pourvu que vous en ayez le temps. Sinon, dites au Pilate du Palais Farnèse de me rendre le corps du délit. Je tâcherai de l’enterrer autre part. Vraiment je ne me serais pas attendu à cet affront »43, il mande dix jours plus tard à De Rossi : « Je ne sais si je vous ai fait des doléances au sujet de Sainte-Anastasie ; elles n’ont plus d’objet, le tyran du palais Farnèse s’étant changé en bon pasteur. Est-ce vous qui avez fait le miracle ? »44

  • 45 Il s’agit bien sûr du Bullettino di archeologia cristiana dont De Rossi assurait la direction depui (...)
  • 46 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 501, lettre n° 396 d (...)
  • 47 Ibid., p. 505, lettre n° 399 du 10 mars 1887.
  • 48 Ibid., p. 565, lettre n° 454 du 7 juillet 1888. En contrepoint, on notera le ton apaisé (ou stoïque (...)

16Tout lui est bon, décidément, pour exercer sa griffe contre Le Blant, qu’il convoque même dans ce reproche voilé qu’il adresse à de Rossi : « Mon rôle étant de vous taquiner, je vous taquine. Le Bullettino45… je n’en parlerais pas s’il ne faisait école. Mais voilà M. Le Blant qui se met à l’imiter. Ses Mélanges ne paraissent plus. »46 Mais autant vaut pour le décès du Secrétaire d’État du Vatican qui lui inspire ce trait d’une noirceur proprement haineuse : « Un trépas de cardinal, surtout de cardinal secrétaire d’État, ne fait vibrer chez moi aucune corde. Les journaux m’ont appris qu’il avait laissé cinq cent mille francs. Raison de plus pour ne pas s’émouvoir. En Bretagne on n’aime que les pauvres gens. Pauvre est un adjectif de sympathie. Cela se voit même chez les Celtes métis. M. Le Blant m’a parlé un jour de sa pauvre femme ; j’en ai conclu qu’il circulait quelque affection entre ces deux squelettes. »47 Et sa hargne ne désarme pas même lorsque s’annonce le dénouement si longtemps attendu : la fin du mandat de celui qui est décidément devenu sa bête noire. Qu’on en juge par ce billet du 7 juillet 1888 : « Le Blant est à toute extrémité… comme directeur de l’École. On n’a pas essayé de violenter la faible résistance qu’il opposait au renouvellement du bail. M. Geffroy ne part pas, il est parti, il est arrivé ; son esprit erre dans les corridors du palais Farnèse ; il y est si bien installé qu’il a déjà oublié l’interrègne. C’est comme Sergius III après son exil. Tous les actes du défunt vont être cassés. Si Le Blant avait oublié son cadavre à Rome, on l’aurait sûrement fait coucher à la belle étoile. »48

  • 49 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 586-587, lettre n° 4 (...)
  • 50 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 216, lettre n° LXXIX ; p. 236, n° XC ; p. 237-238, n°  (...)
  • 51 Élu pape en 897 contre (mais avant) Jean IX et déposé par lui en 898, Serge III revint en effet sur (...)

17Quelle allégresse à propos du retour de Geffroy dans ce courrier ! Et cela même si Duchesne n’était pas sans quelque inquiétude à son sujet, comme en témoigne cette autre lettre écrite cinq mois plus tard : « M. Geffroy va vous arriver incessamment. Tâchez de le calmer, de dissiper un peu la perpétuelle inquiétude qui est le fond de son être. Il serait regrettable qu’il se créât des difficultés avec les jeunes gens et c’est bien à craindre. Diriger sans en avoir l’air c’est bien plus beau que le contraire, mais c’est plus difficile, surtout avec certains tempéraments. »49 Ce qui montre que, chez Duchesne, l’admiration n’ôtait rien à la lucidité car ce rapide portrait psychologique de Geffroy s’accorde assez avec ce que Camille Jullian écrit de lui dans sa correspondance50. En revanche, la vindicte ne cesse de l’habiter au point – s’il est permis de filer sa propre métaphore – de le conduire à piétiner le « cadavre » de Le Blant. Car c’est au moment précis où ce dernier quittait la scène que, pour la première fois, viennent expressément sous sa plume non seulement le qualificatif d’interrègne à propos de son mandat, mais également, au travers de l’allusion au pape Serge III, la stricte assimilation de ce mandat à une usurpation51.

  • 52 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 631, lettre n° 508 d (...)
  • 53 Ibid., p. 421, lettre n° 332 du 25 avril 1885 : « J’espère que le frère Arvale du Palais Farnèse ne (...)
  • 54 Ainsi qu’il l’indique lui-même dans son article sur l’École reproduit dans « À l’école de toute l’I (...)
  • 55 Voir supra note 6.

18Sans doute Duchesne revint-il à de meilleurs sentiments car le dernier mot qu’il ait écrit à De Rossi sur Le Blant n’est pas sans lui témoigner quelque sympathie, voire quelque pitié52. Mais le mal était fait. Non tant auprès de son correspondant qui connaissait assez Le Blant, avec qui il était lié par une longue amitié, pour en prendre et en laisser dans ce qui se disait ou s’écrivait sur lui. Mais dans le petit monde des historiens et des archéologues où ce brillant épistolier et ce non moins brillant causeur qu’était Duchesne n’avait sûrement pas manqué de prodiguer ses coups de griffe contre « Le Blantius », « le Pilate », « le tyran », voire – les jours où la méchanceté cédait à la seule ironie – « le frère Arvale du Palais Farnèse »53, en brossant par là un portrait au vitriol qui tient au caractère proprement obsessionnel de ses sentiments envers lui. Aussi des accents plus ou moins analogues se retrouvent-ils non seulement chez Pératé et ses collègues qui ont fourni à Louis Madelin la matière de son portrait de Le Blant54, mais aussi chez des familiers de l’École qui n’avaient, contrairement à eux, aucun motif de se plaindre personnellement de son directeur, Thédenat par exemple55. Tout cela invite à tempérer les charges qui ont ainsi été portées contre le mandat de ce dernier à la tête de l’École, non à refuser de les examiner.

Une mentalité d’ancien commis de bureau ?

  • 56 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 47.

19« M. Le Blant avait gardé de ses débuts dans un bureau de ministère des habitudes de minutie pointilleuse qui le préparaient mal à un rôle d’organisateur »56 : tel est, si l’on passe sur la malheureuse affaire de l’article destiné à la Gazette des Beaux-Arts, le principal grief qu’André Pératé a formulé contre son ancien directeur. Avant d’essayer d’en peser la validité, il convient de mesurer ce qui le fonde : la formation de Le Blant, ou plutôt son manque de formation aux yeux de cet ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé des lettres qu’était Pératé. Que ce dernier ait choisi de relever ces « débuts dans un bureau de ministère » se comprend assez : c’est une façon assez cruelle de signifier que Le Blant et lui-même n’étaient pas du même monde. Mais s’il est bien vrai que Le Blant n’était pas un universitaire, le peindre comme un rond-de-cuir serait pour le moins réducteur.

  • 57 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 60, lequel ajoute que son père, a (...)
  • 58 H. Leclercq, Le Blant (Edmond)..., col. 1244 ; cela, ajoute-t-il, « grâce à des relations de famill (...)
  • 59 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 63.

20Fils d’un avoué qui appartenait, comme on disait alors, à la « meilleure bourgeoisie » parisienne57, une fois son baccalauréat obtenu, il avait tout naturellement « fait son droit » et obtenu le titre d’avocat. Qu’il ait suivi dans le même temps des cours en Sorbonne et à la Bibliothèque nationale dit assez cependant que le barreau ne répondait guère à ses goûts. Mais il fallait bien qu’il eût un état. Et c’est pourquoi, « après quelques hésitations, peut-être en soupirant un peu », ainsi que le suppose Henri Leclercq, il se résolut en 1843 à occuper un emploi de commis au ministère des Finances, dans le service des douanes58. C’était là « une de ces situations modestes, mais enviées, qui absorbent rarement tout entière l’activité d’un jeune homme de vingt-cinq ans », comme l’écrit joliment Amédée Hauvette59.

  • 60 Que leur amour du romantisme conduisit à être des familiers de Victor Hugo, au point que celui-ci e (...)
  • 61 « Monsieur, j’arrive de la campagne et je reçois votre charmant envoi. Je vous en remercie sans pre (...)
  • 62 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 62.
  • 63 Ces articles occupent l’essentiel des treize premiers titres de sa bibliographie publiée par M. Pro (...)
  • 64 Ainsi que me le signale un de ses descendants, Antoine Levent, peut-être Le Blant devait-il égaleme (...)

21De fait, Le Blant avait bien d’autres préoccupations en tête que le travail de bureau. Adolescent, ses goûts l’avaient naturellement porté vers le romantisme, comme Paul Meurice et Auguste Vacquerie60 qui furent au même titre que Geffroy ses condisciples au collège royal Charlemagne. Cela au point de taquiner la muse et d’aller jusqu’à soumettre un de ses poèmes à Victor Hugo dont il a soigneusement archivé dans sa correspondance le chaleureux accusé de réception61. Mais il était également mélomane et musicien amateur assez averti pour qu’il lui fût permis, plus tard, d’« (aimer) à dire plaisamment qu’il devait à son hautbois son entrée à l’Institut. »62 Et il s’adonnait aussi au dessin et à la gravure sur bois. Les loisirs que lui laissait son poste aux Finances ne lui permettaient pas seulement de cultiver ces goûts multiformes pour les arts. Il les a également mis à profit pour tâter du journalisme en livrant au Feuilleton du Bien public et à la Tribune des artistes des chroniques sur l’actualité musicale ou artistique63, tout en entreprenant avec André Jacquemart, son collègue au Ministère, un travail de longue haleine sur l’histoire de la porcelaine64. En un mot, il menait la vie de ces jeunes commis artistes et dilettantes que l’on rencontre à foison au détour des romans de Balzac et d’autres écrivains du XIXe siècle. Sans doute s’en serait-il contenté s’il n’avait dû faire pour sa santé en 1847 un voyage en Italie au cours duquel il devait découvrir sa vocation.

  • 65 Archives de l’Institut, ms. 1708 (N. S. 220 ; entrée 12252). Ces carnets, au nombre de treize (ms. (...)
  • 66 M.-A. Boldetti, Osservazioni sopra i cimiteri de santi martiri, ed antichi cristiani di Roma, Rome, (...)

22De ce voyage garde témoignage à la bibliothèque de l’Institut le premier des petits carnets sur lesquels, dès lors, il devait coucher, d’une écriture étonnamment menue, ce dont il entendait garder mémoire65 (fig. 1). Contre toute attente, point d’« impressions de voyage » à la Hugo dans ses pages, mais des notes érudites. Ou plutôt des notes d’un homme qui entreprend de se forger une érudition. Les copies d’inscriptions faites au Collegio Romano, aux Musées capitolins, au Vatican, dans les églises, alternent avec des dépouillements de l’ouvrage classique de Boldetti sur les catacombes66, des citations d’auteurs anciens, païens et chrétiens, et des sortes de pense-bêtes sur tel terme de technique architecturale ou sur des thèmes d’iconographie chrétienne. Les rares échappées hors de ces relevés si studieux sont pour noter des sonnets de Pétrarque, quelques strophes de Dante ou le texte de l’épitaphe de Raphaël au Panthéon. Vingt-cinq ans environ avant la création de l’École de Rome, Le Blant expérimentait par là ce que fut initialement sa raison d’être : une propédeutique aux études de l’Antiquité à l’usage de jeunes savants.

Fig. 1 - Un des carnets de Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut (ms. 1720). ; il s’agit du douzième, dont les notes ne sont pas datées. Le papier remployé pour protéger la reliure porte un relevé de la main Le Blant de l’autel paléochrétien de Minerve, dans l’Hérault, qu’il a publié dans le t. II de ses Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, Paris, 1865, n° 609 et pl. 82-83, nos 500 et 501.

Fig. 1 - Un des carnets de Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut (ms. 1720). ; il s’agit du douzième, dont les notes ne sont pas datées. Le papier remployé pour protéger la reliure porte un relevé de la main Le Blant de l’autel paléochrétien de Minerve, dans l’Hérault, qu’il a publié dans le t. II de ses Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, Paris, 1865, n° 609 et pl. 82-83, nos 500 et 501.
  • 67 Alors installé au Collège romain où Le Blant copia, on l’a dit, nombre d’inscriptions ; une partie (...)
  • 68 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 64. L’anecdote est rapportée dans (...)
  • 69 Ibid.

23Cela témoigne chez lui d’une sorte de conversion dont il n’a laissé aucune trace écrite, mais seulement une tardive relation orale sûrement embellie par le souvenir et peut-être enjolivée encore par André Pératé et Amédée Hauvette qui l’ont rapportée. La cristallisation, pour parler comme Stendhal, lui serait venue de « cette visite au musée Kircher qui décida de son avenir » et qu’il aimait à rappeler en ses vieux jours. Mais elle ne se serait peut-être pas produite s’il n’avait eu pour le guider dans la découverte des collections insignes de ce musée67 un jeune Romain de quatre ans son cadet, passionné d’archéologie au point de désirer lui consacrer sa vie, et qui n’était autre que De Rossi. Lequel sut deviner quelle était sa voie et lui communiquer la flamme indispensable pour s’y aventurer. Qu’on en en juge : « La France, elle aussi, est riche en monuments chrétiens, lui disait De Rossi de sa voix franche et insinuante ; pourquoi ne feriez-vous pas là-bas ce que je veux faire à Rome ? »68 S’il est à Rome une rencontre qui, véritablement, décida de l’avenir de Le Blant, c’est bien celle-là. Car dès l’année suivante il se rangeait aux conseils de son nouvel ami en sollicitant du ministère de l’Instruction publique l’autorisation d’entreprendre « un voyage destiné à réunir les inscriptions des premiers temps du christianisme dans les Gaules »69.

  • 70 Monsieur Antoine Levent, qui a aimablement communiqué une photocopie de ce cliché à l’École françai (...)
  • 71 Moniteur universel du 26 janvier 1850, p. 285 cité par A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond (...)
  • 72 À défaut d’un ouvrage imprimé sur Julien Le Blant (1851-1936), on consultera le site http://www.leb (...)
  • 73 En particulier le recueil de Séguier, le célèbre épigraphiste nîmois (1703-1784), Inscriptionum ant (...)

24Il a alors trente ans. Un cliché qu’ont conservé ses descendants donne la mesure non seulement de la maturité qu’il avait acquise, mais aussi de sa détermination70 (fig. 2). De fait, moins d’un an après avoir obtenu l’accord du Ministère, il lui adresse le 25 octobre 1849 un rapport où il « annonçait la copie de 228 textes épigraphiques dont 47 inédits »71 Tout semble alors lui sourire, jusque dans sa vie privée. Le 8 avril 1850, il épouse Marie Lemaire, une femme de son âge, et, dès l’année suivante, naît à leur foyer un fils, Julien, qui fit carrière de peintre de guerre et d’illustrateur de livres72. Mais la jeune mère meurt trois semaines plus tard des suites de ses couches. En dépit de ce deuil, Le Blant se remet à son minutieux labeur qui nécessitait à la fois un dépouillement exhaustif des archives épigraphiques73 et des déplacements dans tout l’hexagone pour rechercher et réviser les inscriptions conservées. Il en vient pourtant rapidement à bout : dès 1852, il soumet à l’Institut un mémoire qui est couronné dans le concours des Antiquités nationales. C’était l’ébauche d’une publication plus ambitieuse : les Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle dont le tome I, édité en 1856 par l’Imprimerie impériale, traite des « provinces gallicanes », c’est-à-dire du diocèse des Gaules issu de la réforme de Dioclétien.

Fig. 2 - Portrait d’Edmond Le Blant aux alentours de 1850. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.

Fig. 2 - Portrait d’Edmond Le Blant aux alentours de 1850. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.
  • 74 Soit le début du tome I de ce recueil dont la publication s’est poursuivie jusqu’en 1861.
  • 75 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 491, lettre n° 387, (...)

251856 : c’était un an avant que son ami De Rossi ne fasse paraître les prolégomènes de ses Inscriptiones christianae urbis Romae74, sept ans avant que Theodor Mommsen et Wilhelm Henzen ne publient le tome I du Corpus inscriptionum Latinarum. Le Blant fait plus que participer du grand renouveau des études épigraphiques qui a été le fait de la deuxième moitié du XIXe siècle, il l’inaugure. Et cela de façon originale. Car les inscriptions sont pour lui des monuments et non seulement des textes. De là, en fin de volume, des planches de leurs dessins le plus souvent assortis des dimensions et du matériau de leur support. De là aussi l’attention portée à la paléographie, qui fait l’objet d’autres fac-similés des formes de leurs lettres. En outre, mettant à profit la matière relativement étroite qu’il avait à traiter – quelque 400 inscriptions tout de même –, il fait suivre ses copies de commentaires dont certains ont l’ampleur de véritables « dissertations », comme on disait alors. Enfin, il dote l’ouvrage non seulement d’une table des noms propres, mais aussi d’une table des matières dont même Duchesne devait reconnaître les mérites. Mais cela à sa façon coutumière, c’est-à-dire en égratignant à la fois Le Blant et De Rossi à qui il écrit trente ans plus tard : « Vos oreilles ont dû vous tinter tout à l’heure, car j’ai ouvert ma conférence d’épigraphie chrétienne à la Sorbonne et j’ai dit quelque bien de vos travaux ; mais j’en ai dit aussi du mal. J’ai regretté que la table du tome I des Inscr[iptiones] christ[ianae] soit si courte et j’ai fait remarquer combien vous différiez de M. Le Blant qui met une échelle contre son mur afin qu’on ait toute facilité de lui voler ses pommes. »75 Aussi le Recueil de Le Blant paraît-il encore aujourd’hui étonnamment moderne. Par rapport aux normes actuelles en matière d’épigraphie, il n’y manque que la traduction des textes en français. Mais il est vrai qu’en 1856, où tout lecteur potentiel avait fait ses humanités, la chose pouvait paraître superflue.

  • 76 Qui était la fille de Pierre Hippolyte Meda, notaire à Luzarches, et de Pauline Serre de Bazaugour.
  • 77 A. Jacquemart, E. Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, acco (...)
  • 78 Ce texte de 151 pages numérotées en chiffres romains est généralement relié dans les bibliothèques (...)
  • 79 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 67.

26Les années 1856 et suivantes marquent décidément pour Le Blant le départ d’une nouvelle vie. Sur le plan personnel d’abord, car il se remarie le 17 juillet avec une jeune fille de 21 ans, Marguerite-Thérèse Meda76, dont il eut trois enfants, Marthe Pauline qui meurt à sa naissance en 1858, Marie Paule Valérie en 1859, et en 1864 Marie Germaine Edmée qui ne vécut que deux ans. Mais aussi sur le plan professionnel – si tant est que, désormais, son véritable emploi fût aux douanes – car il est promu en 1857 sous-chef de bureau. Et surtout comme savant car sa publication lui vaut la consécration de ses pairs. Il est successivement élu en 1859 et 1861 membre résident de la Société des antiquaires et du Comité des travaux historiques. Cette reconnaissance le stimule : en l’espace de six ans, non content de livrer une trentaine d’articles et de faire paraître l’Histoire de la porcelaine qu’il avait écrite avec Albert Jacquemart77, il achève l’étude des inscriptions chrétiennes des Gaules. Cela en publiant en 1865 le tome II de son recueil, dévolu aux sept provinces du Midi, et une copieuse préface dont les pages sur le formulaire chrétien et son évolution au fil du temps gardent largement leur validité aujourd’hui encore78. Ses collègues ne se sont pas trompés sur le talent dont font montre ces deux volumes : comme l’écrit Amédée Hauvette, il « lui ouvrit les portes de l’Institut »79 où il est élu le 15 novembre 1867, à l’âge de cinquante ans ou peu s’en faut.

  • 80 T. Ruinart, Acta primorum martyrum sincera et selecta, Paris, 1689.
  • 81 E. Le Blant, Les Actes des martyrs. Supplément aux Acta sincera de dom Ruinart, Paris, 1882 (292 pa (...)

27D’autres seraient restés cantonnés dans le pré carré de leur spécialité. Lui a d’autres projets en tête qui justifient, plus sûrement que des raisons de santé, qu’il prenne en 1872 sa retraite anticipée au bout de trente ans de service aux douanes. Cela pour se livrer à des études d’histoire, sur les persécutions contre les chrétiens, leur fondement juridique et leurs martyrs par exemple, qui sont autant de broderies en marge d’un motif autrement important : la relecture critique des Acta sincera de Ruinart80 afin d’essayer de mieux cerner la validité historique des Actes des martyrs. Vain espoir, car la question reste toujours aussi âprement disputée aujourd’hui en dépit du copieux mémoire dont Le Blant entretient l’Académie pendant maintes séances en 1880 et 1881 avant de le publier en 188281.

  • 82 La recommandation figure dans un compte rendu de Ludovic Vitet paru dans le Journal des savants de (...)
  • 83 Selon le témoignage d’A. Pératé, Edmond Le Blant [1897]..., cit., p. 4.
  • 84 Ibid., p. 4-5.

28Non pourtant qu’il ait délaissé l’archéologie car dans le même temps, il met à profit le judicieux conseil qui lui avait été donné lors de la parution de ses Inscriptions de publier les monuments sculptés qu’il avait pu réviser lors de son enquête82. De là la parution en 1878 de ses Sarcophages chrétiens de la ville d’Arles qui ne se résument pas à un catalogue commenté de ces œuvres, assorti de dessins au trait – et non, au grand regret de Le Blant83, de photographies. L’ouvrage est pourvu d’une préface dont André Pératé, pourtant habituellement si sévère pour son auteur, écrit qu’« elle suffirait à faire vivre le nom de Le Blant » parce qu’elle « (retirait) l’archéologie chrétienne des excès du symbolisme » et « la mettait en garde contre les interprétations purement historiques ou décoratives » ; cela afin de tracer entre ces deux extrêmes la voie à une « méthode neuve et féconde », véritable « point de départ pour l’histoire de l’art chrétien. » Ce qui est bien jugé. Mais était-il besoin de porter pour finir ces acquis au crédit de « l’érudition restreinte mais foncièrement logique de Le Blant », quitte à ajouter, il est vrai, que cette érudition « faisait ici œuvre plus large que la science universelle de De Rossi »84 ?

  • 85 Ce mariage est célébré à Paris le 25 novembre 1880 ; la fille de Le Blant a vingt et un ans, son ma (...)
  • 86 Courrier d’Antoine Levent, arrière petit-fils de Suzanne Esmein, l’un des trois enfants du couple, (...)
  • 87 Qu’il mena à bien pendant son mandat de directeur, le publiant sous le titre Les sarcophages chréti (...)
  • 88 Chose alors à la mode car le recueil homonyme de V. Hugo était paru cinq ans plus tôt, en 1877.

29Comme les Inscriptions chrétiennes, les Sarcophages devaient pourtant compter deux tomes, car Le Blant se met aussitôt à la tâche pour étendre son enquête au reste de la Gaule. Cela au tournant des années quatre-vingt qui voient également le mariage de sa fille Marie Paule Valérie avec Adhémar Esmein, professeur de droit à la Faculté de Paris85. « Le jeune couple habite avec les beaux-parents ; la maison a été partagée pour les commodités et l’éducation des jeunes enfants Esmein est suivie pour les uns par Adhémar, de tradition républicaine, et pour les autres par Le Blant, légitimiste convaincu. »86 C’est donc à un homme qu’attachent à Paris non seulement l’achèvement d’un grand projet scientifique87, mais aussi la récente découverte de « l’art d’être grand-père »88 qu’est proposée en 1882 la direction de l’École française. On comprend qu’il ait hésité avant d’accepter, d’autant qu’il allait avoir soixante-cinq ans (fig. 3). Soit dix ans de plus que Geffroy lorsqu’il avait revêtu la même charge. Et qui était bien mieux préparé que lui, par sa carrière d’universitaire, à guider les membres de l’École dans leurs travaux.

Fig. 3 Edmond Le Blant en famille en 1883 dans sa propriété de Luzarches où étaient également logés sa fille et son gendre. Collection particulière de Bernard Esmein, un de ses descendants. De gauche à droite : Adhémar Esmein tenant son fils Charles sur ses genoux ; Madame Le Blant ; Valérie Esmein, née Le Blant, et sa fille Suzanne ; Edmond Le Blant.

Fig. 3 Edmond Le Blant en famille en 1883 dans sa propriété de Luzarches où étaient également logés sa fille et son gendre. Collection particulière de Bernard Esmein, un de ses descendants. De gauche à droite : Adhémar Esmein tenant son fils Charles sur ses genoux ; Madame Le Blant ; Valérie Esmein, née Le Blant, et sa fille Suzanne ; Edmond Le Blant.
  • 89 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 46. Le lieu de la prise de vue ne concorde pas avec (...)
  • 90 Qu’il publia effectivement en 1892 à Paris sous le titre L’archéologie chrétienne, un ouvrage qui a (...)
  • 91 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55. Le ton des quelque 150 lettres adressées par Le (...)
  • 92 Ce « on » ne peut guère renvoyer qu’à Pératé, le seul membre des promotions 1882-1887 encore en vie (...)
  • 93 L. Madelin, « L’École française de Rome », dans Revue hebdomadaire, 18e année, t. III, mars 1909, p (...)
  • 94 N’avait-il pas, jeune homme, « songé à s’inscrire aux Beaux-Arts avant d’intégrer l’École normale e (...)

30Aussi n’est-il pas étonnant que Pératé ait ainsi jugé de Le Blant : « Il ne nous dirigeait guère ; il s’en remettait sagement, et nous lui en étions reconnaissants, à l’exemple et à l’autorité des anciens », Paul Fabre en particulier dont on découvre sans surprise, sachant cela, qu’il siège au côté du directeur sur un cliché des membres en poste en 188589 (fig. 4). Mais que Pératé fût réellement reconnaissant à Le Blant de sa réserve en matière de direction scientifique est une autre affaire, car il écrit également de lui quand il évoque son propre cas : « Peut-être jugeait-il audacieux à un tout jeune homme d’arriver à Rome en ayant en poche un traité pour la publication d’un manuel d’archéologie chrétienne90 alors que lui-même ne s’était jamais risqué si loin ; j’avais été introduit par d’autres soins que les siens auprès de l’excellent De Rossi, avec lequel, très chaudement accueilli jadis, il n’avait plus que des relations strictement courtoises. »91 Ce que Louis Madelin a traduit ainsi, en forçant encore le trait : « Le Blant participait à un état d’esprit fréquent chez certains savants : loin d’ouvrir ses domaines, il s’y était taillé une sorte de chasse gardée. » Et d’ajouter, pour faire bonne mesure : « Dumont eût, s’il en avait été besoin, attaché des ailes aux épaules de ses élèves ; Geffroy avait encouragé les hauts essors ; Le Blant prit une paire de ciseaux et, me dit-on92, dans la mesure du possible, coupa les ailes. »93 Ce qui est pour le moins excessif car Pératé a bien fait carrière ; et si cette carrière l’a porté fort loin de l’archéologie chrétienne, au château de Versailles dont il fut le conservateur, cela a tenu plus sûrement à ses goûts profonds94 qu’à la fraîcheur avec laquelle Le Blant avait accueilli son projet de publication.

Fig. 4 - Les membres de l’École et leur directeur dans la cour du Farnèse en 1885 (Archives de l’École française de Rome, non coté). Au côté d’Edmond Le Blant, Paul Fabre ; debout, de gauche à droite, André Pératé, Maurice Prou, Charles Lécrivain, Ernest Langlois.

Fig. 4 - Les membres de l’École et leur directeur dans la cour du Farnèse en 1885 (Archives de l’École française de Rome, non coté). Au côté d’Edmond Le Blant, Paul Fabre ; debout, de gauche à droite, André Pératé, Maurice Prou, Charles Lécrivain, Ernest Langlois.
  • 95 Pierre de Nolhac, membre de 1882 à 1885.
  • 96 André Berthelot, membre de 1884 à 1886.
  • 97 Georges Pinet de Manteyer, membre de 1896 à 1900.
  • 98 Alexandre Desrousseaux, membre de 1885 à 1887.
  • 99 Edmond Courbaud, membre de 1890 à 1892.
  • 100 Texte reproduit dans « À l’école de toute l’Italie »..., cit., p. 126-127.

31Mais autant vaut pour ses collègues à l’École, ainsi qu’en témoigne encore Louis Madelin : « Ce qui est d’un intérêt psychologique, c’est que rarement promotions parurent par la suite prendre un essor plus hardi, hardi parfois jusqu’à la témérité. N’est-ce point sous la férule incertaine de ce savant un peu étroit, qu’on vit se former à Rome tel qui, à peine sorti de Rome, enfourcha Pégase95, tel qui devait siéger un jour à l’extrême gauche du Parlement96, tel qui, s’il n’écrivait l’histoire avec la conscience d’un érudit, deviendrait facilement un redoutable Juvénal de la Provence97, tel qui sera un des chefs de notre parti socialiste révolutionnaire98 et tel qui, entreprenant sur tous les terrains, y compris un de ceux où M. Le Blant, de mœurs patriarcales, ne s’aventurait pas, pouvait, m’écrit un de ses camarades, être, à tous égards, surnommé Hercule Farnèse99. »100

32Dans ce morceau de bravoure crypté dont Olivier Poncet a heureusement fourni les clés que j’ai reproduites en notes, la rhétorique a emporté Louis Madelin : parmi les cinq membres qu’il cite à mots couverts, il en est deux en effet qui ont séjourné au Farnèse après le départ de Le Blant. Et il était d’autant plus hors de propos de les citer que ce sont ceux qui ont suivi un cursus des plus classique : l’Hercule Farnèse Courbaud en terminant sa carrière à la Sorbonne et Manteyer, ce moderne Juvénal, comme archiviste en chef des Hautes-Alpes. Mais il en est allé tout autrement des autres. Qu’il ait enfourché Pégase ne fit pas seulement de Pierre de Nolhac ce poète qu’honorait l’amitié de Gabriele d’Annunzio ; il fut également conservateur du musée de Versailles, du musée Jacquemart-André et membre de l’Académie française. Et autant vaut pour le brillant parcours politique qu’ont accompli à gauche André Berthelot dans ses mandats de député de Paris et de sénateur de la Seine, et plus encore Alexandre Desrousseaux en tant que secrétaire du parti socialiste, député de Paris, puis du Nord, et pour finir vice-président de la Chambre. Ainsi que le suggère Louis Madelin, ont-ils dû vraiment ces carrières à une sorte de résilience qui leur aurait fait « prendre leur essor » après que Le Blant eut « coupé les ailes » des ambitions érudites de leur jeunesse ? Mais en ce cas ce dernier aurait été, même malgré lui, l’homme qui leur aurait révélé leur véritable vocation.

Un médiocre organisateur ?

  • 101 Voir supra, note 56.
  • 102 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 54-55.

33Il reste à apprécier au fond la validité du grief majeur que Pératé, on s’en souvient, nourrissait contre son directeur : qu’il n’ait pas été un « organisateur »101. Ce qui tenait selon lui à un caractère timoré : « On sentait en M. Le Blant, toujours présente, une certaine hantise de ses responsabilités de fonctionnaire, avec une conscience peut-être trop faible de l’autorité que lui conférait cependant et son titre de l’Institut et sa situation romaine. " Ah ! ne me brouillez pas avec la République ! ", cette République un peu troublée en ces temps-là, dont il lui échappait de parler, sotto voce, sans tout le respect désirable. »102 « Que ses façons d’agir ne répondissent pas exactement à ses habitudes de pensée, c’était, trop naturellement, un sujet à commentaires d’une jeunesse portée à l’ironie », ajoute-t-il avant d’en donner un exemple assez cruel :

  • 103 En fait, le décès de Charles Poisnel-Lantillière est survenu le 18 octobre 1884 et non pendant l’ét (...)
  • 104 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55.

Un des membres de l’École, Poisnel, qui était mort l’été précédent103, avait laissé au palais Farnèse des papiers et notes de toute sorte. Notre directeur en voulut entreprendre le classement, se faisant aider de deux camarades du défunt. (…) Tout d’un coup ses jeunes adjoints le virent qui rougissait, avec une amère grimace, et il n’avait pas pris le temps de dissimuler la feuille où on lisait : " Le Blant va à la messe le jeudi et n’y va pas le dimanche. "104

34Le trait est d’autant plus à retenir que Pératé n’est pas le seul a déplorer la pusillanimité du directeur de l’École. En témoigne cette lettre de Maurice Prou à son père en date du 17 novembre 1884, donc à peu près contemporaine des événements qui viennent d’être rapportés :

  • 105 Chose que Duchesne déplore également dans une lettre écrite à De Rossi un mois plus tôt pour saluer (...)
  • 106 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 17 no (...)

J’ai quelques ennuis avec mon registre des Papes et je crains d’être obligé d’interrompre mon travail. (…) Les archives veulent faire publier par leurs employés leurs registres. (…) J’en ai référé par lettre pressante au directeur de l’École. Mais celui-ci n’a pas encore répondu ; il est indifférent à l’École105, et pendant que nous avons ici besoin de lui, il trouve bon de rester à Paris jusqu’à la fin de décembre.106

35Et derechef, dans une lettre adressée à sa sœur la semaine suivante :

  • 107 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 23 novembre 1884.

Il m’a écrit une lettre assez incroyable pour un directeur, où il s’en remet à ma sagesse. (…) Il s’agit de toute la publication de l’École qui se trouve interrompue. Et il faudrait que cela se traitât par voie diplomatique pour qu’on eût chance de réussir, et encore ! Le Vatican dit qu’il n’y a pas eu de convention écrite et cela est vrai. Au reste les Français ne me paraissent pas très bien vus en ce moment au Vatican.107

  • 108 Alors ambassadeur auprès du Saint-Siège.
  • 109 Copie des archives de l’Institut conservée dans les archives de l’École française de Rome, document (...)

36Pour éloigné qu’il fût alors de Rome, Le Blant était-il aussi indifférent que le supposait ce jeune membre tout juste arrivé au Farnèse ? Il ne le semble pas. Dès qu’il a connaissance de cet « incident bien fâcheux pour les travaux de l’École », il écrit à Geffroy que « Fabre a vu le chanoine Wentzel et lui a rappelé la convention passée, croit-il, entre vous et le cardinal archiviste mais on lui a répondu que rien n’avait été promis à ce sujet » ; aussi ajoute-t-il aussitôt : « Vous seriez bien bon de me dire ce qu’il en est, afin que j’en écrive à Mr Lefebvre de Béhaine108, par malheur en congé à cette heure et qui me paraît pouvoir être notre seul protecteur utile. »109 La réponse qu’il reçoit – « Vous croirez aisément qu’il n’y a jamais eu de convention écrite entre le Vatican et l’École française de Rome pour la publication des Registres pontificaux » – ne fait pas que confirmer ce que Prou avait appris de son côté à Rome ; elle vise aussi à dégager la responsabilité du précédent directeur tout en prodiguant à mots couverts des conseils de diplomatie à son successeur :

Il eût été excellent certes d’avoir une convention écrite, et je tiendrais pour très habile celui qui aurait obtenu un tel acte ; mais pour faire une convention, il faut offrir soi-même quelque chose ; qu’aurions-nous à offrir ? Vous savez d’ailleurs par expérience que presque tout à Rome est affaire de rapports personnels et que ce sont ces rapports, constamment entretenus, qui peuvent seuls prévenir les maux ou aider à les guérir.

37Et Geffroy, sur sa lancée, d’exprimer toujours à mots couverts ses regrets que ces conseils n’aient pas été plus tôt suivis d’effet :

Nous avions eu la pensée (vous vous rappelez une conversation à l’Institut) que la création de l’École autrichienne aurait pu être une occasion de partage entre les travaux de la Vaticane, partage qui aurait été agréé et par là consacré par l’autorité pontificale. (…) Nous avons dit alors : il faut profiter de ceci pour obtenir du Vatican que les registres du XIIIe siècle soient réservés à l’École française.(…). Vous qui étiez sur les lieux, vous y aurez vu des obstacles : ce n’est pas moi, ne les connaissant pas, qui peut en juger : vous aurez fait au mieux.

38Cela pour conclure :

  • 110 Ibid., document n° 6, lettre du 24 novembre 1884. Peut-être y a-t-il une confusion de date car cett (...)

Je ne puis pas même, si on me demandait mon avis, juger des circonstances présentes. Je ne les connais pas exactement. Y a-t-il un décret du Saint-Père, une formule imprimée ou bien écrite ? Il n’y en a pas sans doute car on parle d’une résolution prise en septembre, que vous connaîtriez si elle avait été publiée de quelque façon ; les personnes amies de l’École au Vatican vous en auraient informé .110

  • 111 Voir supra, note 28.

39Voilà qui n’était guère propre à aider Le Blant ; mais il est vrai que les rapports que Geffroy entretenait avec lui étaient déjà fort tendus en cette fin d’année 1884111.

  • 112 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)
  • 113 De fait, on trouve trace de ces courriers dans une minute sans date de lettre adressée à l’ambassad (...)

40Il convient pourtant de retenir à la décharge de Le Blant qu’il s’était ainsi enquis des possibles atouts dont disposait l’École dans cette crise avant même que le ministère de l’Instruction publique ne s’en émeuve par une lettre en date du 26 novembre de Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, le pressant « d’intervenir sans retard »112. N’ayant pu le rencontrer dans ses bureaux où il se rend aussitôt, Le Blant lui écrit le 28 novembre : « Empressé de retourner à mon poste, je devrai me mettre en route avant l’heure de votre retour », ce qui le conduit à l’informer dans ce billet des démarches qu’il a déjà accomplies auprès de l’ambassadeur près le Saint-Siège, mais également auprès du cardinal Pitra, préfet de la Bibliothèque Vaticane, du cardinal Perraud, « qui est de l’Académie française », et de son « vieil ami le commandeur De Rossi »113. Cela pour ajouter :

  • 114 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)

En arrivant à Rome mon premier soin sera de demander audience au Saint-Père. Quand je l’obtiendrai, je ne le sais, surtout en l’absence de l’ambassadeur. En 1883, je l’ai attendue trois mois et six semaines en 1884 et je crains fort de rencontrer une décision arrêtée, le pape ayant, me dit-on, exprimé la volonté de faire publier par le chanoine Corsini tout ce qui reste des regesta du XIIIe siècle. Abandonner le moins qu’il se peut faire aux étrangers est, nous le savons, que trop tendance générale en Italie.114

  • 115 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, (...)

41Le pape constituait donc pour lui un ultime recours dont il n’eut pas à user, comme on va voir, et cela explique peut-être que Le Blant s’est moins hâté à rejoindre son poste qu’il ne l’indique dans ce courrier. En est témoin ce billet en date du 9 décembre que Maurice Prou adresse à sa sœur et, à travers elle, à ses parents : « Je crois que si vous veniez vous seriez reçus chez le père Le Blant, notre directeur. Il se décide à s’acheminer par ici, et dans une huitaine il changera sa direction in partibus en véritable direction ; au moins il sera ici ; au reste nous l’attendons patiemment. »115 De fait, sa patience ne fut pas mise longtemps à l’épreuve car le 19 décembre, Le Blant écrit de Rome à son ministre de tutelle :

  • 116 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant ; la lettre est conservée à l’état de broui (...)

L’affaire dont j’ai l’honneur de vous entretenir personnellement et qui a causé tant d’inquiétudes à l’École menacée d’être dépossédée de la publication des Registres pontificaux du 13e siècle s’est terminée d’une façon à peu près satisfaisante grâce à l’intervention du cardinal Pitra. Mon premier devoir a été d’aller le remercier des sentiments tout français qu’il a montrés en se faisant à Rome notre unique protecteur.116

  • 117 Qui fut apparemment le seul de ceux que Le Blant avait sollicités à lui avoir apporté un appui. De (...)

42La crise étant passée, nombreux, naturellement, sont ceux qui tentent de revendiquer la part qu’ils ont prise à son dénouement. Car si Le Blant attribue implicitement la chose à sa démarche auprès de Pitra117, le ton est tout autre aux Affaires étrangères dont le ministre écrit le 7 janvier 1885 à son collègue de l’Instruction publique :

  • 118 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)

Notre chargé d’affaires que j’avais aussitôt invité à agir dans ce sens me répond que le gouvernement pontifical n’a pas attendu pour revenir sur sa décision et que nos compatriotes ont déjà repris leurs travaux. M. de Mombel a reçu en outre du cardinal secrétaire d’État l’assurance que Sa Sainteté portait un très réel intérêt aux études entreprises par les membres de l’École française et qu’elle désirait qu’on leur en facilitât l’exécution.118

  • 119 Ibid., document n° 36, rapport du 21 janvier 1885.

43Chose que confirme un rapport de Le Blant au ministère de l’Inscription publique en date du 21 janvier 1885 dans lequel il se félicite que Pierre de Nolhac ait été admis à consulter à la Bibliothèque Vaticane des manuscrits annotés de la main de Fulvio Orsini : « Ces précieux volumes sont contenus dans des armoires spéciales de la Vaticane, avec d’autres raretés bibliographiques, et aucun étranger n’avait encore été admis à les consulter. Cette faveur a été, comme plusieurs autres, motivée par l’excellente tenue des membres de l’École. »119

  • 120 Voir la référence donnée supra, note 8.

44Peu importent cependant ces revendications en paternité contradictoires : pour parodier le mot de Foch à propos de la victoire de la Marne, si l’on doit ignorer dans le cas présent qui a gagné la bataille autour des Archives Vaticanes, on sait bien qui, en cas d’insuccès, l’aurait perdue. Heureusement pour lui et pour le caractère qui était le sien, Le Blant n’eut pas souvent de telles difficultés à surmonter. Et en des tâches plus ordinaires, il a fait montre d’« une direction sage, intelligente et prévoyante », ainsi qu’en a jugé Duchesne quand il fut à la tête de l’École, ce qui le rendait apte à juger de l’intérieur ses véritables mérites120.

Les travaux et les jours d’une direction

  • 121 H. Leclercq, Le Blant (Edmond)..., col. 2199 : le paragraphe dévolu à la direction de Le Blant est (...)

45La sagesse de Le Blant dans sa direction de l’École tient au fait qu’il a suivi la règle de conduite qui convenait le mieux tant à son caractère prudent qu’à la nature d’un établissement tout récent et, partant, encore fragile. Henri Leclercq, dont la notice qu’il a rédigée pour le Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie est tributaire des éloges funèbres chichement mesurés dans lesquels il a puisé, l’a résumée en ces quelques mots : « Il ne voulut rien innover »121. Sans doute ; mais il aurait pu ajouter que ce parti tenait au souci constant de Le Blant d’assurer la pérennité de l’institution dont il avait la charge.

  • 122 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 236, lettre n° XC du 1er juin 1882 : « C’est son plais (...)
  • 123 Ibid., p. 229, lettre n° LXXXVI du 4 mai 1882.
  • 124 Ibid., p. 237, lettre n° XCI du 7 juin 1882.
  • 125 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, brouillon de dépêche daté du 19 décembre 1 (...)

46Cela se reconnaît par exemple au soin qu’il a porté à l’accroissement de la bibliothèque, à laquelle Geffroy avait auparavant accordé une non moins grande attention. Cela au point que Camille Jullian l’avait jugée parfois excessive122 et surtout pesante pour les membres, volontiers enclins, comme il se doit, à critiquer à temps et à contretemps les initiatives de leur directeur. Car comment peut-on à la fois se plaindre d’être requis à l’occasion pour cataloguer de nouveaux ouvrages123 et déplorer moins d’un mois plus tard que Geffroy songe à « nous imposer un bibliothécaire »124, chose qui aurait eu du moins pour effet positif de mettre un terme à de telles réquisitions ? Nulle trace dans les archives de traits aussi piquants à propos de Le Blant, mais le souci de la bibliothèque lui tenait assez à cœur pour qu’il lui ait servi d’argument dans un courrier adressé en décembre 1884 au Ministère dont l’objet était de dénoncer le poids que le bail du Farnèse faisait peser sur son budget de fonctionnement : « Le loyer qui dépasse 13 000 fr. est écrasant pour l’École et nous empêche d’acheter autant de livres qu’il nous serait nécessaire. »125

  • 126 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 237, lettre n° XCI du 7 juin 1882.
  • 127 Voir supra, note 46.
  • 128 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)

47Mais autant vaut à propos des Mélanges pour lesquels Geffroy nourrissait également de grandes ambitions qui n’avaient pas l’heur non plus de plaire à Camille Jullian : « L’intention de notre directeur est de transformer la belle publication in-octavo en un immense volume, avec d’immenses planches et d’immenses dissertations. Nous voilà plantés pour nos travaux personnels ! D’ailleurs, », se console-t-il, « tout cela ne peut être que des projets en l’air », car le départ de Geffroy lui paraît acquis lorsqu’il livre cette confidence à ses parents126. Vain espoir, car Le Blant n’est nullement revenu sur la politique arrêtée par son prédécesseur. N’en déplaise à Duchesne dont on se souvient qu’il se plaignait auprès de De Rossi en 1887 que « (les) Mélanges ne paraissent plus »127, son souci a été de pérenniser une revue d’autant plus fragile qu’elle ne comptait que deux numéros lorsqu’il a assumé la charge de sa publication. Et c’est pourquoi il revient sur elle avec constance dans ses rapports à l’Institut, à propos en particulier des retards apportés à sa parution qui affligeaient sans doute ses confrères tout autant que Duchesne. Cela pour dénoncer de façon également récurrente, et presque toujours dans les mêmes termes, « l’irrémédiable lenteur des graveurs et imprimeurs romains. »128 L’excuse est-elle recevable ? Seuls ceux qui ont porté ou portent encore le souci des publications de l’École sauraient le dire.

  • 129 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice P (...)
  • 130 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)

48Mais ce que les rapports ne disent pas (ou peu) est tous les soins que Le Blant a dû déployer comme directeur de publication. Cela en se livrant à un minutieux travail de relecture des manuscrits dont garde trace ce billet à Maurice Prou à propos d’un article que ce dernier avait donné aux Mélanges : « J’ai supprimé après avoir pris avis des Italiens votre note sur le mot trapaneta. Ainsi que je l’avais pensé ce mot veut dire couvre-pieds. »129 Mais aussi en veillant à l’équilibre financier de la revue, ce qui le conduit dès la fin de la première année de son mandat à écrire dans un rapport au Ministère, après s’être félicité que « notre volume comprendra 31 feuilles, c’est-à-dire plus que nous n’avions pris l’engagement d’en donner » : « Peut-être serait-il bon d’examiner s’il ne conviendrait pas de porter de 7,50 à 10 fr. le prix de l’abonnement. »130 La suggestion fut d’ailleurs entendue car l’année suivante, les Mélanges annoncent dans leur page de publicité qu’à dater de 1885, le prix des fascicules sera accru en conséquence.

  • 131 Ibid., document n° 30.
  • 132 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice P (...)
  • 133 Ibid., Année 1886, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 1er janvier 1886.

49Pour autant, le plus pesant était de veiller à conserver d’année en année à la revue un volume à peu près homogène, tant pour les textes que pour les planches. Ce qui a conduit plus d’une fois Le Blant à mettre lui-même la main à la pâte, comme en témoigne ce rapport du 6 mars 1884 dans lequel, après avoir relevé qu’il avait dû apporter un « contingent personnel » pour les planches des livraisons précédentes, il conclut avec satisfaction : « Je n’aurai pas à le faire cette année, les mémoires à publier devant nous fournir un nombre suffisant de photogravures. »131 Ce n’était pourtant là qu’un répit car, dès la fin de l’année suivante, le voici qui sollicite Maurice Prou, au lendemain de la parution de son premier article, de « nous en donner d’autres » : « Vous nous rendrez ainsi grand service, car je crains malgré tous mes efforts et mes lettres lancées de tous côtés que les Mélanges ne restent en souffrance. »132 Il devait d’ailleurs être aussitôt exaucé car il lui mande une semaine plus tard : « Merci de la collaboration que vous voulez bien me promettre. Quelques notices des manuscrits parmi celles que vous m’avez données me conviendraient fort sans préjudice d’un article archéologique. Mes Mélanges m’inquiètent un peu, car je n’ai pas encore remplacé M. Prou qui m’avait donné un article dès le mois de décembre. C’est ce que je dis aux nouveaux avec l’espoir de les voir vous imiter. »133

  • 134 Voir supra, notes 43 et 44.

50Mais l’inverse se produisait parfois : une subite abondance des matières qui risquait de compromettre, par un excès de pagination, l’équilibre financier de la revue. Parer à un tel danger n’est pas si facile car refuser ou retarder la parution d’un article, c’est presque toujours avoir à affronter l’ire de son auteur. Nous avons eu l’occasion de le vérifier à propos de Duchesne et de sa contribution sur Sainte-Anastasie que Le Blant put cependant publier comme il le souhaitait dès 1887134. Mais contenter Duchesne, c’était prendre le risque de mécontenter Prou dont Le Blant connaissait cependant assez l’équanimité pour pouvoir lui écrire sans trop craindre de le froisser au printemps de cette même année :

  • 135 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Edmond Le Blant à Maurice P (...)

Votre amical envoi, dont je vous remercie, m’arrive à un moment où mes Mélanges sont plus que complets. Trois de nos jeunes gens ont été d’une fécondité telle que je ne sais comment loger leurs œuvres, sans trop dépasser mon budget. Voulez-vous, pouvez-vous nous donner jusqu’à l’année prochaine pour imprimer votre notice d’un ms. du fonds de la Reine Christine. Ce serait pour les Mélanges de 1888 un précieux document.135

  • 136 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)
  • 137 H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis, Paris, 1889 (BEFAR, 54).
  • 138 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)

51De fait, parmi les membres de l’École à la « fécondité trop grande », il fallait compter cette année-là Hippolyte Noiret dont la copieuse édition d’une correspondance érudite ne pouvait être scindée en deux livraisons ; aussi Le Blant écrit-t-il dans son rapport du 10 mai 1887 : « Je tâcherai de la faire comprendre dans les fascicules de la BEFAR. »136 Ce qui fut fait en 1889137 aux frais de Noiret138 : ingénieuse solution qui prodiguait à l’auteur un honneur (il est vrai dispendieux pour lui) tout en étant ménagère des deniers de l’École.

  • 139 Voir supra, note 130 : de fait, le volume 3, publié en 1883, compte 454 pages, soit trente pages de (...)
  • 140 A. Croiset, Rapport de la Commission des Écoles d'Athènes et de Rome sur les travaux exécutés par l (...)

52Tant d’efforts et de diplomatie ont été payés de retour, au moins à terme. Car, passée l’embellie de 1883 dont le Blant se félicitait comme on l’a dit139, la pagination des volumes 4 et 5, publiés en 1884 et 1885, tombe respectivement à 426 et 418 pages, alors que le dernier numéro paru sous Geffroy en 1882 atteignait 482 pages. Mais le volume suivant, en 1886, compte 596 pages, celui de 1887, 502, et le dernier volume préparé par Le Blant en 1888 atteint 640 pages. Aussi le quitus que l’Académie lui a donné au terme de son mandat dut-il lui être particulièrement agréable car il valait reconnaissance de sa politique directoriale : « Héritier d’une tradition contemporaine de la fondation même de l’École, M. Le Blant la transmet intacte aux mains éprouvées de son successeur »140. De fait, les Mélanges ont atteint sous son imperium le stade de la maturité. Après l’année 1889 où la décrue momentanée de leur volume – 456 pages – s’explique sans doute par les difficultés qu’entraîne pour une revue tout changement de direction, ils oscillent entre 500 et 600 pages, voire dépassent largement 600 pages comme en 1890, deuxième année du second mandat de Geffroy.

  • 141 Voir supra, note 13.
  • 142 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)
  • 143 A. Esmein, Débiteurs privés de sépulture, MEFR, 5, 1885, p. 223-242 ; id., Quelques renseignements (...)
  • 144 Cf. supra, n. 85. De fait, A. Esmein fut directeur de la section des sciences religieuses à l'École (...)

53La pagination cependant ne fait pas tout ; il faut compter aussi avec la qualité. Et sur ce plan, Le Blant a pleinement joué le rôle d’aiguillon qui est attendu d’un directeur. Même Pératé en a convenu, qui lui est reconnaissant, comme on l’a vu, d’avoir donné aux membres « l’exemple d’une collaboration fréquente et intelligente aux Mélanges. »141 De fait, Le Blant ne s’est pas contenté de jouer les « bouche-trous » comme nous l’avons vu faire à l’occasion. Sans compter naturellement les nécrologies, il a publié onze articles dans la revue pendant la durée de son mandat, soit près de deux articles par an. Sur ce point, il a montré un zèle plus grand que Geffroy qui avait limité à un article par tomaison sa contribution aux Mélanges publiés sous sa direction et ne leur en a confié que deux autres pendant toute la durée de son second mandat au Farnèse. En outre, Le Blant a su solliciter, au-delà du cercle des membres, des collaborations de qualité. Celle de De Rossi, par exemple, « le savant le plus illustre de l’Italie », comme il l’écrit avec fierté dans un rapport du 21 décembre 1884 où il annonce également une prochaine publication dans la revue d’une contribution de « Mr. Stevenson son élève. »142 Mais aussi celle d’Adhémar Esmein, professeur de droit à l'université de Paris et à l'École libre des sciences politiques, qu’il lui était d’autant plus facile de solliciter que ce dernier était également son gendre : il en fit un collaborateur presque régulier, obtenant de lui pas moins de trois articles entre 1885 et 1888143. Nulle trace de népotisme d’ailleurs en cela, mais une grande sûreté de jugement car Le Blant avait reconnu en Esmein un homme promis à une grande carrière144.

  • 145 Car en cette époque où les membres étaient logés sous le même toit que leur directeur, ce voisinage (...)
  • 146 Voir supra, note 20.
  • 147 Ainsi Les sarcophages chrétiens de la Gaule. Introduction, dans CRAI, 1884, p. 434-437 ; Le christi (...)

54Un trait à première vue surprenant est que, si intense qu’ait été l’intérêt de Le Blant pour les Mélanges, il n’a nui en rien à celui qu’il a porté aux travaux de l’Académie tout au long de son mandat. Et cela même au quai Conti, lors de ses séjours à Paris dont la longueur désolait Duchesne et certains membres de l’École – mais non tous sans doute145. C’est que résider dans la capitale lui procurait un double agrément : d’une part se tenir éloigné pendant l’été et une bonne partie de l’automne du climat de Rome qu’il redoutait sans doute autant pour lui-même qu’il en craignait les effets pour les membres comme on le verra d’ici peu ; d’autre part « renouer avec de chères habitudes », pour parler comme Amédée Hauvette146. Et parmi elles la fréquentation de ses confrères académiciens ne tenait pas la moindre place, qu’il s’agît d’assister à leurs séances ou de leur présenter des communications comme il le fit régulièrement au moins une fois l’an dès la seconde année de son mandat147.

  • 148 Lettres du 20 janvier et du 10 février 1888, CRAI, 1888, p. 32 et 46-48. D’autres fois au contraire (...)
  • 149 En particulier à la Reale Accademia dei Lincei dont il était membre, comme on verra, aux Mémoires d (...)

55Mais c’est surtout depuis Rome que Le Blant a contribué à nourrir la réflexion de l’Académie en lui adressant des lettres à un rythme très soutenu : une dizaine en moyenne par an et jusqu’à seize pour la dernière année de son mandat. Il y tient une véritable gazette archéologique dont l’horizon n’est pas borné à Rome ou même à l’Italie. Quand, comme au début de 1888, « les découvertes se font ici rares, et à ce point », ajoute-t-il, « que l’on n’a pu encore trouver à Rome la matière nécessaire pour remplir les deux derniers fascicules du Bulletin communal d’archéologie », il n’hésite pas à faire état d’informations qui lui ont été communiquées par ses correspondants de France ou de Tunisie, tel le Père Delattre, le fouilleur de la Carthage chrétienne148. Mais c’est naturellement l’acquis des recherches menées à Rome qui tient la part essentielle dans ses courriers, qu’il s’agisse pour lui de rendre compte de fouilles qu’il a pu visiter, de propos qu’il a recueillis de collègues sur leurs travaux, ou encore de communications qu’il a entendues dans les sociétés savantes romaines aux travaux desquelles, soucieux du renom de l’École, il apporte lui-même sa contribution149.

  • 150 Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 552-553, lettre n° 443 du 6 mars 1888. De (...)

56Il est à ce point à l’affût de l’actualité que même un homme comme De Rossi, pourtant habituellement si indulgent envers lui, a pu s’en inquiéter auprès de Duchesne en 1888 : « Priscilla commence enfin à donner des résultats autres que des cryptes magnifiques anonymes : nous sommes dans un hypogée très primitif des Acilii Glabriones. Mr Le Blant qui est toujours à la recherche du jus primae cognitionis des découvertes pour en parler à l’Institut, a sans doute déjà écrit une lettre. J’espère qu’il n’ait pas affirmé en mon nom plus que je n’ose aujourd’hui affirmer. »150 Pour autant, Le Blant n’apparaît pas seulement dans ces lettres à l’Académie comme un chroniqueur minutieux de la vie archéologique romaine. En elles et plus encore dans ses carnets qui lui servent à en collecter la matière, il se montre un insatiable fureteur d’antiquités.

  • 151 « 102 pierres gravées, intailles ou camées et pâtes antiques ; 13 tessères ; bagues, cachets et aut (...)
  • 152 Tout en prenant soin, comme à son ordinaire, de le signaler aussitôt au public savant : E. Le Blant (...)

57Les notes qu’il y consigne ne sont que copies d’inscriptions, de médailles, de pierres gravées et de petits objets qu’il relève au hasard de ses promenades dans la ville et ses environs, de ses visites de fouilles ou de collections particulières, mais aussi en fréquentant assidûment les antiquaires. Auprès d’eux, il ne satisfait pas seulement sa curiosité, mais sa propre passion de collectionneur. Sans qu’il ait renoncé totalement au goût pour les porcelaines extrême-orientales qu’il avait acquis jadis de sa collaboration avec Jacquemart, ce sont désormais les antiques qui ont sa préférence : lampes, intailles, camées, vases, inscriptions, tout lui est bon. Mais ce n’est point un collectionneur jaloux de son bien : il publie ses acquisitions tout autant que ce qu’il a repéré au cours de ses recherches sans en faire l’achat. Et par testament, il lègue au Cabinet des médailles des pièces dont la nomenclature qu’en donne le Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie fait figure d’un inventaire à la Prévert151, tandis qu’échoit au Louvre un monument plus important : une base de colonnette de ciborium du IVe siècle portant les noms de quatre martyrs romains, fils de Félicité, qu’il avait eu la bonne fortune de découvrir et de pouvoir acquérir152.

  • 153 Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux Écoles pendant (...)

58Tout le zèle ainsi déployé se comprend par l’accueil réservé à ses envois. Dès la première année de son mandat, il est relevé dans le rapport de la Commission des Écoles qu’« en attendant, ce qui sera longtemps impossible, que les Mélanges deviennent un bulletin portant chaque mois à la connaissance des savants les faits nouveaux qui les intéressent, l’Académie sait quels services rend le directeur de l’École en nous communiquant avec tant de promptitude et de précision toutes les découvertes qui sont faites à Rome. »153 Et l’intérêt ne s’est pas émoussé avec le temps comme en témoigne l’éloge posthume qui a été rendu à son zèle épistolier par Héron de Villefosse :

  • 154 Éloge de M. Edmond Le Blant, membre de l’Académie, dans CRAI, 1897, p. 355-364, à la p. 361 = Disco (...)

Il avait voulu, pendant toute cette période [scil. 1883-1888], rester en communication constante avec notre Académie. Chaque semaine, au commencement de la séance, le silence se faisait comme par enchantement lorsque notre secrétaire perpétuel lisait le courrier de Rome et communiquait la lettre dans laquelle Edmond Le Blant nous faisait parvenir des nouvelles d’Italie et les découvertes les plus intéressantes parvenues à sa connaissance.154

  • 155 A. Geffroy, Lettre adressée au président de l’Académie, dans CRAI, 1879, p. 149-154.
  • 156 Sa première lettre à l’Académie a été lue en effet lors de la séance du 11 janvier 1889 : CRAI, 188 (...)
  • 157 Voir supra, note 48.

59On comprend mieux dès lors qu’il ait réservé autant de soin à ces lettres qu’aux Mélanges : plus qu’eux encore, elles étaient propres à gagner l’attachement de l’Académie dans laquelle il voyait sans doute le plus sûr protecteur de l’École. C’était là faire montre d’une véritable intelligence politique dont la leçon n’a pas été perdue par Geffroy. Lui-même n’avait sacrifié qu’une fois au genre de la lettre académique lors de son premier mandat155, mais dès le début de son second il a entrepris de le pratiquer avec la même constance que Le Blant156, tant il escomptait sans doute lui aussi y trouver avantage. Il n’a donc pas cassé les actes de son prédécesseur autant que l’avait imaginé Duchesne157, car pour un directeur, l’appui de l’Académie n’est pas à négliger pour conforter sa position auprès du Ministère. Et cela surtout, naturellement, à propos de la politique scientifique qu’il entend suivre.

  • 158 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)
  • 159 Ibid., document n° 42, rapport du 6 juillet 1885).
  • 160 Ibid., document n° 49, rapport du 10 mai1887).

60Or en cette matière, Le Blant a fait montre de plus de sens de l’organisation – d’intelligence en un mot – que Pératé n’a bien voulu le reconnaître. Ainsi il met à profit dès la première année de son mandat l’exemple malheureux que lui offrent les indécisions d’un des membres de la nouvelle promotion, Charles Lécrivain, pour esquisser ce que devrait être selon lui le « profil » de tout candidat au Farnèse : « Les quelques jours nécessairement perdus par ce jeune homme avant de choisir une voie montrent une fois de plus combien il importerait que les membres futurs de l’École s’initiassent, avant leur arrivée, comme le font les Allemands, aux études qu’ils devront aborder ici. »158 Deux ans plus tard, il glisse dans la conclusion de son rapport un plaidoyer pour une certaine polyvalence des membres : « Tel est, M. le Ministre, l’état des travaux poursuivis par les membres de l’École française, avec un zèle dont nous ne pouvons que nous louer, mais que je souhaiterais de voir appliquer, en partie du moins, aux études archéologiques que le séjour de Rome appelle et encourage. »159 Et son avant-dernier rapport est pour souligner le nécessaire équilibre à maintenir entre les différentes disciplines pratiquées au Farnèse dont le projet nourri par Stéphane Gsell d’orienter à l’avenir ses recherches vers la sculpture d’époque impériale lui fournit à point nommé une illustration : « C’est là une résolution que je me suis hâté d’encourager, l’étude de l’art antique n’ayant tenu, depuis quelques années, que peu de place dans les travaux de l’École. »160 Rien de systématique dans tout cela, mais de petites touches qui, juxtaposées, trahissent un projet soigneusement réfléchi.

  • 161 Ibid., document n° 26, lettre du 24 février 1883 au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscript (...)
  • 162 Ibid., document n° 43, rapport du 29 novembre 1885 : « Très prochainement Mr Fabre auquel vous avez (...)
  • 163 Ibid., document n° 46, rapport du 24 mai 1886 : « M. Langlois achève à la fin de septembre la trois (...)
  • 164 Voir supra, note 36.
  • 165 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les (...)
  • 166 Ibid., document n° 48, rapport du 2 février 1887 : « Un accident qui n’a rien de grave tient M. Noi (...)

61Pour autant, ces considérations sur la politique scientifique de l’institution n’épuisent pas la matière des rapports et de la correspondance officielle de Le Blant. Les membres de l’École y tiennent une place essentielle, et pas seulement pour cette raison que le directeur est tenu d’informer régulièrement Ministère et Académie de l’avancement de leurs travaux. Tantôt il plaide leur cause pour obtenir l’application la plus libérale possible d’un décret réformant leur cursus romain161, tantôt il se félicite que tel ou tel ait pu bénéficier d’une année supplémentaire162, voire sollicite une rallonge de quelques mois à cette année si cela est nécessaire163 – chose, soit dit en passant, qui montre que tous n’ont pas eu autant à souffrir de son autorité que s’en est plaint Pératé164. Et surtout, il se montre très attentif à l’état de leur santé dont il entretient régulièrement le Ministère165, même à propos d’incidents sans conséquence.166.

  • 167 Chose à quoi Le Blant n’était pas seul sensible. Voir l’ample nécrologie collective publiée par A. (...)
  • 168 Archives de l'École française de Rome, Dossier Le Blant, brouillon sans date de sa main, auquel le (...)

62La chose ferait sourire aujourd’hui ; elle se comprend en ce XIXe siècle finissant. Les « fièvres », comme on disait alors, constituaient un fléau auquel l’École a payé un lourd tribut car au décès de Charles Poisnel, déjà cité, il faut ajouter ceux de René Grousset et d’Hippolyte Noiret également disparus pendant le mandat de Le Blant167. Aussi ce dernier s’entremet-il volontiers en 1884 pour solliciter une prolongation du congé d’été des membres afin de leur éviter d’être « exposés aux rigueurs des quarantaines italiennes », donc « d’être retenus à la frontière, parqués pendant sept jours sous des tentes, avec des voyageurs de toute condition ». De ce fait, « le séjour dans ces lazarets est des plus dangereux » ajoute-t-il, d’autant qu’« après en être sortis, les voyageurs se trouvent de plus au foyer même du choléra qui règne en ce moment dans le nord de l’Italie. »168.

  • 169 Voir supra, note 8.
  • 170 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 48.

63En tout cela se trahit cette autre qualité que Duchesne a reconnue à Le Blant dans sa courte nécrologie : « C’était aussi un cœur excellent. »169 Mais elle transparaît également dans l’attention que ce dernier prêtait à ses relations avec les membres. Il ne se borne pas à les convier à fréquenter les réunions académiques et les réceptions auxquelles elles donnent lieu à l’occasion, leur ouvrant par là l’accès à un monde auxquels les introduisait plus sûrement encore le voisinage au Farnèse de l’École et de l’ambassade. C’était là, écrit Pératé, un « prélude modeste aux visites, aux soirées où notre mondanité sortait de ses langes, et, après une croissance hâtive, déployait ses ailes pour les bals des ambassades. Là nous rencontrions les directeurs de l’École allemande, et il faisait beau voir, après une conversation animée, Helbig, haut en couleur, ravir au buffet une pleine bouteille de champagne dont il arrosait ses démonstrations archéologiques. »170

  • 171 Depuis 1872, Corneto avait troqué son nom contre celui, antique, de Tarquinia. Pératé a-t-il conser (...)
  • 172 Jules de Laurière (1825-1894) n’était pas seulement un photographe passionné dont d’autres clichés (...)
  • 173 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 50-51.
  • 174 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 216, lettre n° LXXIX du 16 mars 1882.

64Voilà qui tranchait sur les manières et « la conversation un peu courte de Le Blant » que Pératé devait cependant soutenir jusque dans les excursions que les membres se plaisaient à faire dans la campagne romaine où, dit-il, « il arrivait parfois à notre directeur de nous accompagner : une fois c’était aux tombes étrusques de Corneto171, avec Mommsen, et une superbe photographie de M. de Laurière172 nous éternise autour de ce grand homme (fig. 5) ; une autre fois nous allions à Bracciano, où le prince Odescalchi nous avait octroyé l’accès de son château farouche (…) ». Mais, ajoute-t-il, « je n’ai guère besoin de dire que nous préférions organiser entre nous ces expéditions » où « signori et signore » pouvaient jouir de leur liberté173. Désir compréhensible, qui répond en écho à celui que Camille Jullian exprimait – mais à propos de Geffroy – quelques années auparavant : « Pourquoi nous épie-t-il quand nous sommes à côté des demoiselles ? (…) Il voudrait nous transformer en bénédictins. »174

Fig. 5 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote [la photographie a été insérée par Louis Prou dans un récit manuscrit intitulé « Voyage en Italie »]), qui le commente ainsi : « On voit, en commençant par la droite : le gardien, reconnaissable à ses clefs ; au-dessus un Russe [1], puis Langlois [2] et Fabre [3] ; devant, M. Le Blant [13], puis au bas : mademoiselle Maraini [14], Madame Le Blant ( !) [15]. Cette figure a fait beaucoup de bruit, d’un avis unanime Madame Le Blant est ratée ; puis une demoiselle dont je ne sais pas le nom [16], et la charmante mademoiselle Helbig avec son ombrelle [17] ; en haut, Lécrivain à l’air martial [4], Prou avec son inséparable canne, des fossiles à la main gauche [5] ; Pératé [6] ; puis le commandant Louis [8], et derrière le prince Odescalchi [7] ; la commandante [Louis] qui tient une ombrelle en guise de plumeau [9] ; au fond l’allemand Zungmeister [10], et l’illustre Mommsen, le clou de la pièce, ses deux mains derrière le dos [11], et son chapeau pointu, lequel chapeau n’a rien d’allemand attendu qu’à l’intérieur de la coiffe il y a la marque d’un marchand du Corso ; enfin M. Maraini [12], heureux possesseur de magnifiques sarcophages et des Italiens qui donnent une couleur locale » (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à sa sœur Marguerite, Rome, 5 mai 1885) (transcription de Bertrand Hamelin.)

Fig. 5 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote [la photographie a été insérée par Louis Prou dans un récit manuscrit intitulé « Voyage en Italie »]), qui le commente ainsi : « On voit, en commençant par la droite : le gardien, reconnaissable à ses clefs ; au-dessus un Russe [1], puis Langlois [2] et Fabre [3] ; devant, M. Le Blant [13], puis au bas : mademoiselle Maraini [14], Madame Le Blant ( !) [15]. Cette figure a fait beaucoup de bruit, d’un avis unanime Madame Le Blant est ratée ; puis une demoiselle dont je ne sais pas le nom [16], et la charmante mademoiselle Helbig avec son ombrelle [17] ; en haut, Lécrivain à l’air martial [4], Prou avec son inséparable canne, des fossiles à la main gauche [5] ; Pératé [6] ; puis le commandant Louis [8], et derrière le prince Odescalchi [7] ; la commandante [Louis] qui tient une ombrelle en guise de plumeau [9] ; au fond l’allemand Zungmeister [10], et l’illustre Mommsen, le clou de la pièce, ses deux mains derrière le dos [11], et son chapeau pointu, lequel chapeau n’a rien d’allemand attendu qu’à l’intérieur de la coiffe il y a la marque d’un marchand du Corso ; enfin M. Maraini [12], heureux possesseur de magnifiques sarcophages et des Italiens qui donnent une couleur locale » (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à sa sœur Marguerite, Rome, 5 mai 1885) (transcription de Bertrand Hamelin.)
  • 175 Ibid., p. 246, lettre n° XCV du 5 juillet 1882.
  • 176 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)
  • 177 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 13 mai 1885 : « Le soir nous avons dîné tous chez [Madame L (...)
  • 178 Lettre de Le Blant en date d’un « mardi 16 » suivi entre crochets de la mention 1891 portée de la m (...)
  • 179 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite (...)

65En outre Le Blant reçoit volontiers les membres à sa table, chose qu’aurait sûrement goûté pour le coup Camille Jullian à qui a échappé ce soupir dans sa correspondance : « Pas de dîner chez M. Geffroy ! toujours la même parcimonie ! »175 Maurice Prou s’est montré reconnaissant de ces attentions, surtout à propos d’une réception à laquelle il avait été convié alors que ses proches n’avaient pu lui rendre visite à Rome pour Noël comme ils en avaient fait le projet : « M. Le Blant nous a tous invités à dîner pour le premier jour de l’an, pour que nous ayons un semblant de réunion de famille ce jour-là »176 Sans parler de sa fierté, trois mois plus tard, d’avoir côtoyé à sa table Jules Ferry177. Et, en qualité d’ancien membre, on le retrouve, avec son épouse, invité par le directeur à un dîner « en redingote et sans cérémonie. »178 Aussi est-ce sans doute avec une certaine dose d’affection qu’il lui est arrivé de parler du « père Le Blant » dans sa correspondance179

  • 180 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 48.
  • 181 Et cela avec un certain succès auprès d’autres que Pératé, tel M. Prou qui confie à son père : « Mm (...)
  • 182 Voir supra, note 47.

66La tonalité, on s’en doute, est sensiblement différente chez Pératé quand il évoque ce qu’était la vie quotidienne des membres au temps de Le Blant : « Notre petit monde habite, les uns au palais Farnèse, les autres la grande ville ; ici où là, les installations sont pittoresques. Il n’y a encore, en ces temps anciens, que bien peu de chambres disponibles au palais ; mais le rêve de la bonne Mme Le Blant serait de réunir tous les membres, d’ouvrir une pension de famille ; la première innovation a été de faire servir par Cesare le café au lait matinal aux membres présents. Pension de famille, les réceptions du jeudi en donnent un peu l’impression : autour de la tasse de thé, il y a, ou à cinq heures ou bien le soir, un petit concert familial ; avec une des jeunes dames de notre société, la directrice conduit vaillamment au piano un morceau à quatre mains, puis le directeur, discrètement accompagné, régale l’auditoire intime d’un petit air de hautbois ; on écoute gravement, on applaudit gentiment. »180 Dans ce tableau où l’ironie, pour une fois, est en demi-teinte, place est laissée à une certaine sympathie amusée pour la « bonne Mme Le Blant » et la « vaillance » qu’elle déploie à l’occasion de ces mondanités assez compassés grâce auxquelles elle imagine servir la cause de son mari auprès des membres181. Ce qui montre, soit dit en passant, que Duchesne avait vu juste : il circulait bien quelque affection dans ce couple où sa férocité le conduisait à ne voir que « deux squelettes. »182 Chose que confirment, s’il en était besoin, trois lettres de Le Blant à son épouse conservées par Antoine Levent, un de leurs descendants.

  • 183 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre du 14 février 1883 communiquée par A (...)
  • 184 Ainsi il lui adjoint ce conseil à suivre lors de son arrivée en gare de Turin : « N’aie affaire à a (...)

67Cet homme qui avait largement alors dépassé la soixantaine l’appelle affectueusement « Chère petite femme » et il multiplie les prévenances envers elle. Le trait est particulièrement accusé dans un billet écrit deux mois après son installation au Farnèse où elle s’apprête à le rejoindre. Aussi s’ouvre-t-il et se clôt-il sur deux formules d’une même tonalité qui trahit le caractère volontiers inquiet de Le Blant : « Que Dieu te garde puisque te voilà décidée » ; « À bientôt donc chère femme puisque tu me donnes à la fois l’espoir et l’inquiétude de te voir venir. » Et l’entre-deux, où il fait montre dans les nouvelles qu’il donne de Rome d’un sens de l’autodérision inattendu chez cet homme ordinairement dépeint comme grave183, tient surtout en de minutieuses recommandations et informations pratiques relatives au voyage de sa femme184, qu’il va jusqu’à assortir d’un plan de la place de la gare de Turin afin qu’elle n’ait aucune hésitation sur l’emplacement de l’hôtel où elle fera halte à mi-parcours (fig. 6).

Fig. 6 - Lettre d'Edmond Le Blant à sa femme du 14 février 1883. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.

Fig. 6 - Lettre d'Edmond Le Blant à sa femme du 14 février 1883. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.
  • 185 Ibid., lettre du 13 mai 1883 : « Mr Ferri m’a dit, en me voyant chez lui vendredi qu’il avait lavé (...)
  • 186 Ce qui n’est pas une clause de style si l’on en juge par ce mot écrit deux ans plus tard par Mauric (...)
  • 187 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre de Le Blant du 13 mai 1883 communiqu (...)

68Les mêmes accents affectueux se retrouvent dans une lettre rédigée trois mois plus tard qui s’ouvre sur ces mots : « Je reçois à l’instant ta lettre du 20 qui me donne d’assez mauvaises nouvelles de tes jambes ; prends bien garde de te surmener. » La suite est pour donner quelques nouvelles de Rome : l’heureux dénouement d’une obscure fâcherie mondaine qui avait affecté Madame Le Blant185 ; une invitation chez Madame Minghetti à laquelle Le Blant est très sensible, s’agissant de la femme d’un homme politique qui fut plusieurs fois Premier ministre : « J’irai mardi chez elle dans la journée sur son invitation pressante. Il y avait là pour les Geffroy une intimité à laquelle on paraît vouloir me faire succéder. » Mais c’est pour ajouter : « Voilà, ma bonne petite femme, tout ce que je vois à te dire, si ce n’est que je t’aime et te regrette fort186. Je viens de recevoir la lettre de mort de la femme de Jules Girard, mon confrère ; elle disparaît à 50 ans ; tu vois que c’est un âge où il faut prendre garde à soi ». Et de conclure : « Embrasse pour moi Valérie et le bébé. Amitiés au sexe fort de la famille. »187

  • 188 Aujourd’hui Lavinio, l’antique Lavinium, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Rome.
  • 189 De fait, le projet ne semble pas avoir eu de suite.
  • 190 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre communiquée par Antoine Levent sur l (...)
  • 191 Voir supra, note 26.
  • 192 En l’espèce, il s’agit surtout de celui relatif au problématique renouvellement du bail de l’École (...)

69Que l’on n’imagine pas cependant que Le Blant juge sa femme apte à s’intéresser seulement à ces considérations d’ordre privé ; il s’ouvre également à elle de ses activités de directeur. Il en va ainsi dans cette même lettre où il lui écrit : « Demain je vais aller avec Duchesne et Stevenson à Civita Lavinia188, pour voir un lieu où nous pourrions faire des fouilles ; possibilité à laquelle je ne crois guère189 ; mais il est de mon devoir d’y regarder. » Et plus encore dans un autre courrier qui est imprécisément daté de l’année 1884190, mais a sans doute été écrit à la fin du printemps ou au début de l’été car il apporte confirmation des bruits dont Duchesne s’était fait l’écho à pareille date191 : Le Blant s’y montre sur le point de quitter la direction de l’École. Aussi se plaint-il auprès de sa femme de devoir s’astreindre aux « visites d’adieu qui, comme tu le sais, sont nombreuses ; la masse de relations qui se fait sans les chercher est incroyable et je comprends que Geffroy, qui s’y plaisait, en ait été débordé. » Mais le principal souci de cet homme scrupuleux est de « tout régler et tout payer avant (son) départ. » Tout payer, c’est « l’achèvement du travail de Menchini qui me promet d’en finir demain » ; tout régler, c’est laisser en ordre les dossiers pour son successeur192.

  • 193 Comme on l’a vu supra note 177. Le Blant avait apparemment noué (ou entretenu ?) de bons rapports à (...)
  • 194 Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1898, p. 81.
  • 195 Voir supra, note 8.
  • 196 Voir supra, notes 158 à 160.

70Comment ne pas regretter de ne disposer que de ces lettres ? À les lire, nul doute que Le Blant aurait pu faire sien ce mot de Jules Ferry que ce légitimiste convaincu appréciait suffisamment pour l’avoir invité à sa table193 et dont la gravité était non moins grande que la sienne : « Mes roses fleurissent en dedans. » Henry Thédenat ne s’y est pas trompé, qui écrit de lui : « Sa grande réserve fut parfois prise pour de la froideur. Au fond, il était très bon. »194 Mais l’intérêt de ces courriers est également qu’ils donnent à voir autrement que par sa correspondance officielle – car cette fois, c’est de l’intérieur – les travaux et les jours de sa charge de directeur. Une charge, pour paraphraser Duchesne195, qu’il a remplie en faisant montre d’une sage intelligence et, chose plus rare, d’une réelle intelligence du cœur. Mais il a su également s’y montrer prévoyant, comme en font foi les partis scientifiques qu’il souhaitait voir prendre à l’École196. Sans parler des efforts qu’il a déployés afin d’assurer de façon pérenne l’installation de celle-ci à Rome. Et même si ces efforts, comme on va la voir, ont eu un aboutissement autre que celui auquel il s’était principalement employé – par calcul ou par conviction, comment savoir ? –, cet aboutissement même doit être porté à son crédit.

Le responsable de l’enracinement de l’École au Farnèse

  • 197 M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010), dans MEFRIM, 122-2, 2010, p. (...)
  • 198 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 188-189, lettre n° LXVII du 22 décembre 1881.
  • 199 Ibid., p. 203, lettre n° LXXXIII du 2 février 1882.

71Que lors de sa création, l’École ait pu être hébergée au Farnèse avait constitué pour elle une aubaine. D’autant que, même s’il ne lui avait été attribué qu’une portion congrue du palais, l’espoir d’une extension de ses locaux lui était ouvert ; cela à cause de leur voisinage avec les « appartements Gianelli » situés comme eux au second étage. Dans le contrat de location qu’il avait conclu le 27 juin 1874 avec l’ex-roi de Naples, propriétaire du palais, le marquis de Noailles, légat et ministre plénipotentiaire auprès du roi d’Italie, avait en effet négocié pour la France une clause de préférence de location en cas de vacance de ces appartements197. C’est dire si chacun guettait à l’École la disparition de leur affectataire, un cardinal qui s’était lié aux Bourbons lors de sa nonciature dans le royaume des Deux-Siciles et les avait suivis dans leur exil romain. De fait, deux mois à peine après son décès survenu le 5 novembre 1881, Camille Jullian écrit à ses parents : « J’espère (…) que notre directeur réussira dans les négociations qu’il a engagées pour louer les appartements laissés vacants par la mort du cardinal Gianelli et qu’il pourra ainsi y installer les autres membres de l’École. »198 C’était montrer trop d’optimisme car il leur mande le 2 février 1882 : « Les négociations pour les chambres voisines des miennes ne sont pas terminées et il est même probable qu’elles ne se termineront pas à l’avantage de l’École, le directeur n’y mettant pas une excessive bonne volonté. »199 Pour autant, ce n’est pas tant le manque de zèle de Geffroy qui était en cause, mais l’âpreté de l’affrontement entre deux ministères, Affaires étrangères et Instruction publique, à propos de la dévolution des lieux libérés, dont l’issue ne dépendait que marginalement de lui. Aussi l’affaire a-t-elle suffisamment traîné pour que Le Blant ait eu à en traiter dès son entrée en poste au Farnèse.

  • 200 Cela, au motif que « l’appartement du premier se compose (…) de vastes salles affectées aux récepti (...)
  • 201 Ibid. : « M. Le Blant se montre disposé à accepter cet arrangement qui aurait naturellement pour co (...)
  • 202 Ibid., document n° 3, lettre du ministère du 21 juillet 1883. Le fait que le dernier membre de phra (...)

72Il découvre que l’ambassade entend utiliser la plus grande part des « appartements Gianelli », réservant à l’École la seule loggia qui en dépendait200. En raison de la modicité du loyer proposé201, il se montre enclin à accepter. Et « bien que ce projet diffère entièrement de ceux qui ont été étudiés jusqu’ici », le Ministère donne son accord le 29 juin 1883 à « cette combinaison, mais sans renoncer à l’examen d’arrangements ultérieurs qui donneraient à l’École de nouveaux espaces. »202. Cette demande de garanties pour l’avenir mit-elle obstacle à la négociation ? On ne sait. En tout cas, l’affaire traîne de nouveau pendant un an et pour tenter de la dénouer, Le Blant se met en quête d’une solution alternative que nous fait connaître la lettre, déjà citée, qu’il a adressée à sa femme sans doute à la fin du printemps ou au début de l’été 1884.

  • 203 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre de Le Blant à sa femme datée du cour (...)

73Dans ce billet écrit à la veille d’un départ qu’il croit définitif, en homme scrupuleux, il entend, comme on l’a vu, « tout régler » des affaires qui lui incombent. Ce qui le conduit notamment à cette démarche : « Je me suis présenté hier dans une agence d’appartements pour voir ce que l’on pourrait trouver. On m’y a dit que notre bail ne finissant qu’en sept. 85, on ne pouvait rien faire d’utile, comme recherche, avant janvier et même mars ou avril, les locations ne se décidant ici que six mois à l’avance. » Mais qu’il conclue, sans doute un peu amèrement, que « cela regardera donc le directeur de l’an prochain » ne l’empêche pas de se préoccuper que son successeur puisse disposer de deux fers au feu pour la suite des négociations car il ajoute aussitôt : « L’ambassadeur est tombé d’accord hier avec moi que nous avions trop de loyer et que dans le cas de prolongation il y aurait lieu de le diminuer. »203

  • 204 Voir supra, note 116.

74Aussi reprend-il la même politique quand, le sort ayant tourné pour lui, il revient à Rome confirmé dans son poste. Écrivant au ministre le 19 décembre 1884 pour l’informer de la visite de courtoisie qu’il a accomplie auprès du cardinal Pitra après l’heureux dénouement de l’affaire des Archives Vaticanes204, il ne se contente pas de lui faire part du message que celui-ci lui a confié, mais le décrypte de façon appuyée. Qu’on en juge :

Il ne m’a pas caché qu’en dépit de l’estime inspirée au Saint-Père par l’attitude excellente et le grand savoir des membres de l’École un préjugé existait contre elle au Vatican par le fait de son habitation au palais Farnèse, c’est-à-dire sous le même toit que l’ambassade près le roi d’Italie. Mon prédécesseur M. Geffroy en avait déjà été averti, m’a dit le cardinal, et l’alerte que nous venons de subir est un de ses effets. Telle est la situation et je trahirais les intérêts de l’École en n’informant pas V. E. Nous vivons avant tout du Vatican, de sa bibliothèque et de ses archives. Son mauvais vouloir nous serait mortel.

  • 205 « Le loyer qui dépasse 13 000 fr. est écrasant pour l’École. (…) J’estime que nous pourrions être l (...)
  • 206 Ibid.

75C’est qu’il entend tirer argument de ce péril pour gagner son correspondant à l’idée de solution alternative qu’il a en tête. Ce qui le conduit à détailler par le menu les autres inconvénients que présente un logement au Farnèse205 ; et comme, par chance, « (le) bail expire en septembre prochain », il ne peut que conclure : « Dans ces conditions, Monsieur le Ministre, j’ai l’honneur de vous demander l’autorisation de chercher dans Rome un local qui puisse satisfaire aux besoins comme à la dignité de l’École. »206

  • 207 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, docume (...)
  • 208 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, lettre du 8 février 1885 : « En ce qui tou (...)
  • 209 Ibid. : « Par un sentiment dont je suis le premier à déplorer le peu de justice, le Vatican voit de (...)
  • 210 Ibid.

76Un plaidoyer aussi argumenté ne pouvait que produire son effet. Le 12 janvier 1885, le ministre lui donne son accord, assorti des attendus suivants : « Si à l’origine il a été bon de placer l’École de Rome naissante sous le même toit que l’ambassade de France près la Cour de Rome, il n’y a plus aujourd’hui de raison sérieuse de l’y maintenir ; il importe au contraire de lui procurer une habitation indépendante. »207 « Ainsi que l’exigent les convenances », comme l’écrit Le Blant au directeur de l’Enseignement supérieur le 8 février, il lui fallait cependant se résoudre à informer l’ambassadeur de ce revirement qui passait sans doute ses espérances, tant, par sa netteté, il confortait sa position. Ce dernier le reçoit de la façon qu’on imagine : « Mr Decrais m’a témoigné du déplaisir de cette décision qui aura pour résultat d’augmenter le nombre des Italiens habitant au palais Farnèse, et il m’a annoncé l’intention d’en écrire au Ministre des Affaires étrangères. » Et Le Blant de poursuivre son rapport en balayant d’un revers de main les arguments de l’ambassadeur208, mais aussi en agitant de nouveau la menace qu’un maintien de l’École au Farnèse ferait courir sur les travaux des membres à la Bibliothèque Vaticane209, ce qui le conduit à conclure : « Telles sont les raisons pour lesquelles je vous serais reconnaissant, Mr le Directeur, d’insister le cas échéant pour le maintien de la décision prise par Mr le Ministre de l’Instruction publique. » Non sans ajouter, comme ultime argument, qu’une telle conduite répondrait à la règle administrative de continuité du service car, écrit-il, « mon prédécesseur Mr Geffroy désirait, comme moi, que l’École devînt indépendante et il en a souvent entretenu Mr Dumont. »210

  • 211 Comme « l’immense appartement du 2° étage du Palais Ruspoli, au centre même de Rome » – il est situ (...)
  • 212 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, courrier daté du 1er mars 1885. Le plan es (...)
  • 213 Ibid., document non daté intitulé « Projet ».

77Cela fait, il se met aussitôt à la recherche d’un local pour l’École. Parmi ceux qui se révèlent à sa convenance211, son choix se porte sur des appartements situés au premier étage du palais Orsini installé non loin du Farnèse, sur les ruines du théâtre de Marcellus. Il les visite le 28 février et dès le lendemain il obtient leurs plans du secrétaire du prince212. Afin de lui répondre, il rédige une note dans laquelle il énumère les modifications à apporter avant une éventuelle installation, tout en précisant qu’il « serait bien entendu que l’École installerait dans les lieux loués sa nombreuse bibliothèque. »213 Ayant obtenu satisfaction sur la plupart des points visés par cette note, il soumet enfin au prince lui-même le 12 mars un projet très détaillé de location (Annexe I).

  • 214 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, courrier daté du 10 juin 1885.

78C’était là un atout qui venait à propos enrichir la main du ministère de l’Instruction publique dans la partie qu’il avait engagée avec les Affaires étrangères. Mais Le Blant souhaite l’enrichir encore. Aussi adresse-t-il le 10 juin au directeur de l’Enseignement supérieur une nouvelle note : « Permettez-moi », lui écrit-il, « de joindre aux observations que j’ai eu l’honneur de vous présenter quelques autres détails qui ont leur valeur. » Et de fait, il fait feu de tout bois, allant jusqu’à arguer que « le corridor où sont les chambres de nos jeunes gens contient aussi celles des domestiques, hommes et femmes, de l’ambassadeur. Je n’ai pas besoin d’insister sur le désagrément de ce voisinage immédiat et sur son inconvenance éventuelle du point de vue des mœurs. » Et si ce n’était que cela ! Il ajoute en effet, comme ultime argument : « Notre habitation est malsaine. En 83, Mr Fabre, membre de l’École, y a eu la fièvre typhoïde. Mr Poisnel en est mort au mois d’octobre. Mr de Reverseaux, conseiller de l’ambassade, a failli en mourir en 1861. En 83 lors de mon arrivée, deux domestiques de l’ambassade étaient atteints de fièvre ; un troisième en est mort l’an dernier en peu de jours. »214

  • 215 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, docume (...)

79Peine perdue, car le 9 octobre Louis Liard lui mande dans une note confidentielle : « Mes efforts ont été vains. Après une nouvelle communication du ministère des Affaires étrangères, M. le Ministre vient de donner ordre de renouveler votre bail à l’ambassade. »215 Le Blant abat alors sa dernière carte. Le 15 novembre, il écrit au ministre des Affaires étrangères pour plaider la cause du déménagement qu’il appelle de ses vœux :

Excusez, Monsieur le Ministre, la démarche que je prends la liberté de faire auprès de vous. Vous comprendrez à quel degré ma responsabilité est engagée, du fait comme je le suis de diriger une École dont les membres sont des jeunes gens de 20 à 25 ans, c’est à dire de l’âge où l’on est le plus facilement atteint par la fièvre typhoïde et la fièvre pernicieuse si particulièrement redoutable à Rome.

  • 216 Le courrier étant conservé seulement à l’état de brouillon, peut-être Le Blant a-t-il corrigé sur l (...)
  • 217 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, lettre du 15 novembre 1885.

80Cela d’autant que « la situation sanitaire du Palais Farnèse, déjà aggravée par les grands mouvements de terrains de la via Nazionale qui le confine216, va s’empirer par l’établissement des quais du Tibre sur lequel il ouvre ; la fièvre et les décès ont toujours été sur d’autres points la conséquence de ces travaux. » Et d’infliger au Ministre la liste des membres de l’École et du personnel de l’ambassade récemment décédés au palais que nous lui avons vu communiquer à Liard. La fine pointe de ce courrier est pourtant dans la flèche du Parthe qu’il destine à l’ambassadeur, dont il relève que bien qu’il « désire que nous continuions à habiter au Farnèse (…), lui-même s’est récemment efforcé de trouver une autre installation pour l’ambassade. »217 Ce qui est sous-entendre que ce dernier était tout aussi conscient que lui des dangers d’une résidence au palais.

  • 218 Pour plus de détails, voir M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse..., cit., p. 3 (...)

81De fait, M. Decrais avait écrit le mois précédent au ministère des Affaires étrangères en évoquant un projet d’installation de l’ambassade sur les terrains de la Villa Médicis si l’École devait quitter le Farnèse218. Pensait-il vraiment que ce projet, assurément fort onéreux, avait quelque chance d’aboutir ? Ou, à l’instar de Le Blant, désirait-il par cette nouvelle donne renforcer les atouts que son ministre avait en main ? Et Le Blant lui-même avait-il réellement l’espoir de fléchir les Affaires étrangères ? Ou souhaite-il faire monter les enchères en prévision des négociations qu’il aurait à mener avec elles en cas d’échec de sa tentative ? Comment savoir, quand la partie qui se jouait entre l’École et l’ambassade autour des « appartements Gianelli » paraît largement tenir d’un jeu de poker menteur ?

82Son dénouement, en tout cas, ne pouvait être indéfiniment remis, tant l’échéance du bail du Farnèse se faisait proche désormais. Et comme pouvait le laisser prévoir le rapport de force entre les deux parties – car que pouvaient peser les prétentions à déménager d’une École qui n’était sans doute pas le souci premier du ministre de l’Instruction publique face au désir arrêté qu’avait une grande ambassade de les contrecarrer ? –, il ne fut pas en faveur de Le Blant. Le 11 décembre 1885, il reçoit en effet cette note laconique du ministre :

  • 219 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, docume (...)

Monsieur le Directeur, j’ai l’honneur de vous informer que sur les instances de mon collègue, Mr le Ministre des Affaires étrangères, j’ai consenti à renouveler le bail de l’École française de Rome au Palais Farnèse. La durée de ce nouveau bail sera de cinq années au maximum, et la signature du bail est subordonnée à l’exécution par le propriétaire des travaux de réparation que vous avez jugés indispensables. Je vous prie de vous entendre avec M. Decrais au sujet de ces travaux et de m’en faire connaître la nomenclature.219

  • 220 « Destruction des cloisons qui divisent le grand salon contigu à notre bibliothèque (…) ; établisse (...)
  • 221 Ibid.

83Cette ultime phase des négociations ne fut pas moins ardue que les précédentes. Cela parce que, dans la lettre qu’il adresse le 22 décembre à l’ambassadeur afin de répondre à cet ordre, Le Blant ne borne pas les prétentions de l’École aux travaux de propreté et autres menues améliorations que tout propriétaire bailleur doit consentir, il souhaite des transformations plus importantes220. Ce qui montre qu’il n’avait pas seulement eu en tête les mois précédents un possible déménagement de l’École, mais qu’il s’était également employé à imaginer, pour le cas où elle demeurerait au Farnèse, quelle installation plus rationnelle et plus hygiénique exiger en contrepartie pour ses locaux. Aussi inclut-il également dans ces « conditions qu’exige l’intérêt et l’honorabilité de l’École » deux points qui concernent en fait, non le propriétaire, mais le locataire du Farnèse – en l’occurrence l’ambassadeur lui-même, puisque l’École ne disposait pas d’un bail propre. L’une est la « réduction du loyer qui nous coûte plus de 13 000 f. » ; l’autre tient à l’« éclairage de l’escalier jusqu’à 11 heures du soir avec droit, en cas de réceptions, de le faire prolonger jusqu’à minuit. »221

  • 222 Ibid., document n° 10, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 24 décembre 1885. 
  • 223 Ibid., document 11, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 22 janvier 1886 : « Il a été convenu que la (...)
  • 224 Sans doute songe t-il ici à l’entretien qu’il avait eu avec lui au printemps ou à l’été 1884 et au (...)
  • 225 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, docume (...)

84Entre correspondants qui habitent sous le même toit, un échange de courriers est l’affaire d’un instant, surtout s’ils sont tous deux également pressés de conclure. Dès que Decrais a en main la note de Le Blant, il ménage à ce dernier un rendez-vous pour le lendemain « avec le gérant, l’avocat et l’architecte de l’ex-roi de Naples ». Et même si « ces messieurs (…) paraissent fort hésitants, la probabilité est toutefois qu’ils s’exécuteront », écrit Le Blant à Louis Liard à la veille de Noël 1885222. De fait, un mois ne s’est pas écoulé que bailleur et locataire en sont au stade de discuter de modifications mineures à apporter à la liste des travaux à accomplir dans les anciens « appartements Gianelli »223, ce qui montre que La Blant avait vu juste. Mais si l’harmonie préside aux rapports avec le propriétaire, avec l’ambassade le bilan est plus mitigé. Certes Decrais a l’obligeance de prêter deux chambres à Le Blant pour y loger les membres et il paraît même disposé à les céder à titre définitif. Mais s’agissant du loyer de l’École, dont Le Blant estime qu’il devrait être – et cela depuis des années – de 10 000 francs, c’est une autre affaire : « M. Decrais que j’ai vu acquis à ce sujet224 m’a dit que la chose était exacte et que si nous payions au-delà de ce chiffre, c’est par suite d’une convention intervenue entre les deux ministères. Le fait est entièrement nouveau pour moi », ajoute Le Blant à l’intention de Louis Liard, « et j’ai cru devoir vous en entretenir. » Cela d’autant que « M. Decrais m’a dit qu’il y avait lieu à négocier sur ce point entre les deux ministères. »225

  • 226 Ibid., document n° 12, note confidentielle de Louis Liard du 28 janvier 1886. Pour aider Le Blant d (...)
  • 227 Ibid., document n° 14, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 12 février 1886 : « Dois-je faire une ré (...)

85Liard se montre d’un autre avis car il lui répond le 28 janvier 1886 par cette note confidentielle : « Puisque les administrateurs des biens farnésiens déclarent que pour un an le loyer de l’appartement occupé par l’École est de 10 000 f., puisque M. Decrais, après examen, a reconnu l’exactitude de cette déclaration, il faut vous entendre avec lui, pour que ce chiffre soit bien celui que nous paierons. »226 Ce qui est renvoyer Le Blant à son tête-à-tête avec l’ambassadeur. Lequel tourne dès lors à l’aigre comme il l’écrit quinze jours plus tard : « M. Decrais a refusé d’entrer en pourparlers avec moi ; la chose m’a-t-il dit est à régler entre les deux ministères. » Et sa fin de non-recevoir est plus nette encore à propos de l’éclairage de l’escalier du Farnèse : « (Il) m’a déclaré être excédé de cette affaire et ne pas vouloir en être entretenu directement. » De tels refus, argumente Le Blant, compromettent la signature du bail qui est subordonnée, selon les directives reçues de Liard en décembre 1885 « à l’exécution (…) des travaux de réparation que j’aurai jugés indispensables et M. Decrais ne signera me dit-il, que sur la remise d’une lettre dans laquelle je me déclarerai satisfait. » Aussi sollicite-t-il de Liard que de nouvelles instructions lui soient communiquées officiellement227, « chose indispensable pour assurer, en (le) couvrant, (ses) bons rapports avec M. Decrais. »

  • 228 Ibid., document n° 15, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 23 février 1886.

86Liard tardant à répondre, Le Blant prend sur lui de le relancer. Il est poussé à cela par le fait que Decrais lui « fait demander d’une manière pressante la déclaration qu’il attend » et par « la question de l’éclairage » qui compromet la dignité de l’École : « Il y a trois jours l’ambassadeur ayant fait éteindre, le directeur de l’École archéologique autrichienne, MSickel, qui était venu chez moi le soir a été obligé de s’éclairer pour descendre avec des allumettes qu’il avait par fortune dans sa poche. » Le Farnèse menaçant de se muer en Clochemerle, Le Blant a bien de nouveau songé à un déménagement de l’École mais, écrit-il, « bien qu’à tout hasard j’aie continué à chercher, je n’ai plus rien trouvé qui convienne. » Et sa conclusion sonne comme un nouvel appel à l’aide : « Il ne s’agit donc pour l’École que de se tirer le moins mal possible de la situation qui lui est faite. »228

  • 229 Ibid., document n° 16, note de Louis Liard du 23 février 1886.
  • 230 Ibid., document n° 17, Edmond Le Blant à l’ambassadeur Decrais , Rome, 28 février 1886.
  • 231 Ibid., document n° 18, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 14 mars 1886. L’arrangement finalement (...)
  • 232 Ibid. L’argument que Le Blant met en avant à ce propos est qu’« il est à craindre que les Italiens (...)

87La réponse qui lui parvient par retour de courrier et tient en deux points. Pour le loyer, « Nous ne devons que 10 000 f. (…) Nous écrivons aux Affaires étrangères (pour dire) que nous vous invitons à surseoir à toute conclusion jusqu’à ce qu’on nous ait répondu. » Quant à l’éclairage, « ne serait-il pas possible de s’entendre avec Mr Decrais sur la base suivante : (…) les jours où l’escalier ne serait pas éclairé par l’ambassade il le serait aux frais de l’École et vous rembourseriez la dépense tous les trois mois. »229 Le 28 février Le Blant informe par courrier l’ambassadeur de cette réponse officielle230 grâce à laquelle la question de l’éclairage ne tarde pas à trouver sa solution, comme il a la satisfaction de l’écrire à Liard le 14 mars231 ; reste le différend sur le loyer qui requiert, souligne-t-il, d’être tranché au plus vite232.

  • 233 Ibid., document n° 20, note confidentielle de Louis Liard du 16 mars 1886.
  • 234 Ibid., document n° 21, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 18 mars 1886.
  • 235 Voir dans l’article de M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse..., un rapide port (...)
  • 236 Cela parce que « les anciens appartements Caserte et Bari aujourd’hui occupés par l’École au 2e éta (...)
  • 237 Ibid.

88Tel est aussi le sentiment de Liard, qui lui répond dès le 16 mars en lui demandant « pour continuer notre négociation avec les Affaires étrangères » : « Pourriez-vous savoir, mais d’une manière tout à fait confidentielle, des administrateurs des biens farnésiens s’ils consentiraient à vous louer en le détachant du bail de l’ambassade, la partie du palais occupée par l’École, et à quel prix. »233 Le Blant lui répond le 18 mars qu’il convient en la matière de « pressentir à Paris le duc de San Martino. (…) C’est lui qui mène ici toute chose et rien ne se fait sans qu’il lui en soit préalablement référé. »234 Liard rencontre aussitôt cet homme « piccolo e vivacetto » qui représentait les intérêts de l’ex-roi de Naples au Farnèse235. Il en reçoit « de la meilleure grâce du monde tous les renseignements dont (il pouvait) avoir besoin. » Or après avoir « vu et examiné avec soin toutes les pièces de l’affaire », il lui apparaît que la question n’est pas tant l’obtention d’un bail distinct pour l’École, mais plutôt de savoir « si l’ambassade occupe encore une partie de l’appartement Bari [dont le reste est affecté à l’École] ; dans ce cas nous ne devons que 10 000 f. comme en 1875 ; dans le cas contraire, nous devons 12 000 f. par an »236 ; aussi écrit-il à Le Blant le 23 mars 1886 : « Je vous prie de me renseigner le plus tôt possible sur ce point de fait. »237

  • 238 Ibid., document n° 22, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 27 mars 1886.
  • 239 Ibid., document n° 24, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 14 avril 1886. Ainsi les craintes expri (...)
  • 240 Ibid., document n° 25, note confidentielle du 19 avril 1886.

89Le Blant lui répond le 27 mars pour le rassurer : « Depuis que l’École existe, rien n’a été ajouté à sa jouissance, si ce n’est la pièce dite de Gianelli que nous avons acquise en 83 (…) au prix annuel de 800 f. Donc notre appartement n’a pas toujours été de 12 000 f. et si l’on nous a chargé de 2 000 f. à dater du 15 septembre 77, c’est sans aucune raison, sans aucune augmentation de local. »238 Tout lui paraissant éclairci désormais, il s’inquiète le 14 avril auprès de Liard « de ne recevoir aucune instruction au sujet de notre affaire. » Cela à cause « du grave souci » que lui causent les « Italiens (qui) ont déjà tenté de (le) tromper au sujet des réparations promises (…) » : « Il serait bien utile que je leur puisse signer à ce sujet un engagement en forme et je ne puis l’obtenir d’eux tant que la signature du bail est tenue en suspens. »239 Aussi quel ne dut pas être son soulagement de recevoir cette note confidentielle de Liard en date du 19 avril – « Je crois que tout est arrangé. (…) M. Goblet a traité de l’affaire avec M. de Freycinet. Nous paierons 11 000 f. de loyer au lieu de 12 000. » – dans laquelle celui-ci, contre ses habitudes, il lui donne du « Mon cher Directeur »240. Le Blant et lui ayant été de bons compagnons d’armes dans cette rude bataille, c’était là une façon de se congratuler avec lui d’en voir la fin.

  • 241 Ibid., document n° 29, lettre de Louis Liard du 24 mai 1886 : « Monsieur le Directeur, en réponse à (...)
  • 242 Ibid., document n° 26, en date du 24 avril 1886.
  • 243 Ibid., document n° 27, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 4 mai1886.

90Qu’il ait fallu rien moins qu’un entretien entre le ministre des Affaires étrangères, de surcroît président du Conseil, et celui de l’Instruction publique pour aboutir au bout de seize mois de négociations à cet accord dit assez de quelle obstination leurs services étaient capables. D’autant que les modalités du compromis étaient prévisibles depuis le début, car le loyer arrêté constitue l’exact moyen terme entre les prétentions initiales des deux parties. Mais dès lors, les choses vont très vite. Car si la notification officielle de l’accord n’est signifiée à Le Blant que le 24 mai241, la convention passée par l’École avec les administrateurs de biens farnésiens avait été signée dès le 24 avril242 (Annexe II), l’ambassadeur recevant quant à lui le 4 mai l’autorisation des Affaires étrangères de signer le bail. Le Blant informe immédiatement Liard de cet heureux dénouement, non sans ajouter cette autre bonne nouvelle : « Les administrateurs du palais se sont engagés par écrit à avoir terminé au 1er sept[embre] les réparations et agencements convenus ; dès ce matin, je leur ai livré une partie de l’appartement et leurs ouvriers y sont en plein travail. »243

91Aussi, quelle légitime fierté – quelle pointe d’allégresse même, inhabituelle chez cet homme d’ordinaire si froid – dans ce brouillon non daté d’une lettre que Le Blant adresse à Liard en ce printemps 1886 :

  • 244 Ainsi que Liard le lui avait écrit dans sa note confidentielle du 23 mars 1886 : « M. de San Martin (...)
  • 245 De fait, les Farnésiens se plaignaient de faire pâle figure par rapport à leurs collègues de l’Acad (...)
  • 246 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, docume (...)

Je m’empresse de vous remercier de nous avoir sauvé 1 000 f. sur le montant du loyer qui nous a été imposé en 1877 (…). D’après ce que vous avez bien voulu m’écrire le 13 mars, j’ai consenti à une transformation que demandait le duc de San Martino ; il s’agit de la démolition de cloisons divisant en trois salons une importante salle où se placera avantageusement la bibliothèque, ces trois salons qui se succèdent étaient pour nous des pièces perdues. J’ai réservé pour l’École les pièces les plus belles et les meilleures qu’il avait demandé à nous reprendre244. Si, à la signature des conventions je ne rencontre pas quelque manque de parole, j’aurai gagné pour l’École 5 pièces dont trois données par les Italiens et deux par l’ambassadeur. J’ai assuré ainsi le logement de tous les jeunes gens que devait chasser successivement le développement de la bibliothèque. Nous aurons de plus un salon leur permettant comme ils le souhaitaient de se réunir et de pouvoir recevoir à leur tour les pensionnaires de l’Académie de France chez lesquels ils sont souvent invités245. Notre antichambre, salle à manger et salon à cette heure fort médiocres et d’un froid glacial, seront remplacés par des pièces en plein soleil plus brillantes, hautes de 9 mètres avec de magnifiques plafonds en bois sculpté. La bibliothèque jusqu’à cette heure divisée sera transportée dans une salle unique composée de trois salons que les Italiens nous demandent à réunir et qui mesurera 20 m. sur 9.246

  • 247 M. Gras, Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au Palais Farnèse, dans MEF (...)
  • 248 Voir supra, note 56.
  • 249 Voir supra, note 48.

92Je n’entre pas dans le détail de ces aménagements nouveaux que Michel Gras a étudiés dans un article où il s’est fait l’historiographe minutieux des transformations des salles du Farnèse et de leur dévolution si changeante au cours du temps247. Mais il faut relever qu’en la circonstance, Le Blant a su faire montre – et de belle manière – de ce talent d’« organisateur » que Pératé, on s’en souvient248, lui déniait entièrement. Peu importe qu’il ait ou non réellement souhaité que l’École délaisse le Farnèse – le jugement sur ce point ne peut que rester en suspens, comme on l’a vu. Mais une fois acquis qu’elle doit y demeurer, il a pour elle de hautes ambitions, qu’il défend pied à pied à la fois contre les agents de l’ex-roi de Naples et contre l’ambassade. Et quand il a obtenu raison, il met ce succès à profit pour redéfinir entièrement la distribution de ses locaux, sans crainte pour cela d’aller à rebours de ce que Geffroy avait imaginé avant lui, ainsi que Michel Gras l’a bien montré. Et sur ce point comme sur d’autres, lors de son second mandat au Farnèse, Geffroy n’a pas souhaité revenir sur les partis arrêtés par son prédécesseur afin de les casser, ainsi que l’attendait ou l’espérait Duchesne249. Est-ce une des raisons pour lesquelles la mémoire de Le Blant est odieuse aux yeux des partisans de Geffroy, comme le suppose encore Michel Gras ? La chose est possible, même si l’on ne trouve dans leurs écrits aucune trace de récrimination au sujet de la transformation des locaux de l’École.

  • 250 Lettre de M. Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome, dans CRAI, 1886, p. 242-247, (...)
  • 251 E. Le Blant, Note sur une mosaïque découverte au Palais Farnèse, dans MEFR, 6, 1886, p. 327-328.

93Pour autant, le Farnèse n’a pas été aux yeux de Le Blant qu’un local qu’il lui revenait d’aménager au mieux des intérêts de l’École. Il a su également déceler quel prix présentait l’étude de son sous-sol pour l’histoire de la Rome antique. Hasard ou fait exprès, c’est en ce même 24 avril 1886 qui voit la signature de la convention avec les administrateurs farnésiens – donc à l’instant précis où l’École est pleinement assurée de demeurer au palais – qu’il révèle cet intérêt dans une des nombreuses lettres qu’il a adressées à l’Académie cette année-là. Ce courrier dévolu à des copies d’inscriptions issues de fouilles compte un dernier paragraphe sur « une mosaïque découverte, l’an dernier, dans l’étage inférieur des caves du Palais Farnèse » dont Le Blant annonce la publication « dans le prochain fascicule des Mélanges. »250 De fait, leur tome 6 contient une brève note signée de sa main relative à ce pavement d’une iconographie originale – des voltigeurs – « récemment découvert, sous une couche de limon apporté par le Tibre. »251

  • 252 « Les pavements devaient être accessibles depuis la construction du Palais qui les a volontairement (...)
  • 253 E. Le Blant, Note sur une mosaïque découverte... : « Quel était le monument que décorait ce pavé si (...)
  • 254 En fait, comme le montrent les descriptions de Le Blant, ce n’est pas une, mais deux mosaïques qui (...)

94Qu’il s’agît, non d’une découverte, mais d’une redécouverte252 importe peu : alors absorbé par les travaux d’aménagement au sein de l’École, Le Blant n’avait guère le loisir de dépouiller l’historiographie du palais. Mais son soin ne s’est pas borné à signaler et décrire les éléments mis au jour ; en prenant appui sur les travaux du « savant abbé Duchesne », il s’est essayé avec prudence à les inscrire dans la topographie antique du quartier253. Et outre il a su convaincre « M. Giraud, architecte, pensionnaire de l’Académie de France (…) d’entreprendre la longue et difficile besogne de calquer et de relever, dans un sous-sol obscur, la mosaïque nouvellement découverte » afin de réaliser la planche qui illustre sa note254 – planche dont il n’omet pas de signaler qu’il doit à « l’obligeante intervention de M. le Duc de San Martino » de pouvoir la publier. Il lui devait bien cette courtoisie, après avoir tant obtenu de lui dans la négociation autour des « appartements Gianelli ».

  • 255 F. de Navenne, Rome, Le Palais Farnèse et les Farnèse, Paris, 1914, p. 10-20.
  • 256 H. Broise, R. Hanoune, p. Pomey, Y. Thébert, J-P. Thuillier, Éléments antiques...
  • 257 G. Vallet, Les fouilles sous le Palais Farnèse, dans CRAI, 1979, p 611-629.

95Or cette implication personnelle dans des fouilles faites sous le palais est la dernière des singularités qu’il convient de relever dans la direction de Le Blant. Geffroy ne semble pas avoir porté une égale attention à celles que Ferdinand de Navenne, conseiller à l’ambassade, a conduites au Farnèse en 1893-1894, non plus que Duchesne lorsque furent reprises en 1903 ces recherches qu’une crue du Tibre avait compromises255. Ni l’un ni l’autre ne les ont signalées dans les Mélanges et tous deux ont laissé Navenne confier la direction des travaux à un pensionnaire de la Villa Médicis, sans y associer l’École d’aucune façon. En fait, il a fallu attendre près d’un siècle pour que cette dernière s’intéressât de nouveau aux antiquités du palais. C’était sous Georges Vallet, quand il accepta d’enthousiasme la suggestion de la Surintendance aux Antiquités de Rome de mener de nouvelles fouilles dans les caves : la demande tombait à point nommé, à la veille du centenaire de l’École dont il entendait qu’il mît en lumière les multiples facettes de ses activités, en Italie et ailleurs. Aussi l’enquête fut-elle confiée cette fois à des membres de l’École qui ont rapidement publié le résultat de leurs recherches dans un copieux article des Mélanges256, tandis que le directeur choisissait de dédier à Charles Samaran une communication portant sur ces mêmes fouilles lors de la séance de l’Académie destinée à honorer le centenaire de ce dernier257. Ce n’est sans doute pas un hasard si, en ce premier siècle de la présence de l’École au Farnèse, les deux directeurs qui ont porté soin et attention aux antiquités qu’il recèle sont, pour l’un un archéologue et, pour l’autre, un homme qui a constamment montré une conscience, rare en son temps, que les inscriptions et autres pièces antiques qu’il publiait étaient aussi – voire avant tout – autant d’objets archéologiques.

96Ce trait, et d’autres que l’on a pu noter chemin faisant jettent sur la figure de Le Blant comme sur l’œuvre qu’il a accomplie au Farnèse une lumière insoupçonnée. Le reconnaître, est-ce lui prodiguer un excès d’honneur ? À chacun d’en juger. Mais il est sûr que l’homme ne méritait pas l’indignité qui est attachée à sa mémoire dans l’historiographie farnésienne. Nul doute – mais comment le lui reprocher ? – que ne se retrouvaient guère dans son caractère l’audace, l’imagination créatrice, le dynamisme communicatif dont les fondateurs de l’École, Albert Dumont et Auguste Geffroy, étaient largement dotés. Mais grâce au soin qu’il porté à sa tâche de directeur, il a su, à petit bruit, inscrire dans la durée l’institution encore fragile qu’il avait héritée d’eux. Ce n’est pas là une mince qualité à lui reconnaître.

Annexe I

Lettre d'Edmond Le Blant au prince [Filippo] Orsini relative à un projet de location d’appartement dans son palais afin d’y loger l’École

1885, 12 mars – Rome

Orig. Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, papier à en-tête « École française de Rome, Palais Farnèse ».

Mon Prince,

J’ai l’honneur de vous faire connaître les conditions auxquelles j’estime que l’École française de Rome pourrait se rendre locataire de l’appartement à loggia situé au premier étage, entre les deux jardins, dans le Palais Orsini et dont Votre Altesse a bien voulu me faire remettre le plan [fig. 7], plus les dépendances de cet appartement, soit les cuisines et un cabinet à gauche au rez de chaussée et quatre pièces à l’entresol. Ces conditions, dont je dois avant tout référer au ministère de l’Instruction publique, n’ayant pas personnellement le pouvoir de rien conclure, sont les suivantes :
Bail de douze ans à compter du quatorze septembre mille huit cent quatre vingt six (14 septembre 1886) au prix de onze mille francs (11 000 francs) payable de trois mois en trois mois.
Faculté pour l’École de s’établir dès à présent au Palais Orsini sans rien payer avant le premier terme qui suivra la date initiale du bail (14 septembre 1886)
Un papier convenable sera posé dans la dernière chambre à droite, laquelle sera mise en état d’habitation.
Des sonnettes électriques ou autres seront établies ou mises en état pour le service de l’appartement et notamment pour les communications entre le premier étage et la cuisine située au rez-de-chaussée.
Un fourneau de fonte en bon état sera placé dans la cuisine ainsi qu’un fourneau à charbon de bois à deux trous.
Des planches pour accrocher les casseroles au mur et pour poser à plat la vaisselle, seront placées dans la cuisine.
Des meubles, actuellement placés dans l’appartement, il ne sera laissé, sauf le lustre, que ceux qui seraient exposés à subir des dégradations par le fait de leur déplacement, il n’en sera laissé que le moins possible et après entente.
Les deux chambres destinées à loger les domestiques de l’École et auxquelles on accède par un petit escalier intérieur seront mises en état d’habitation et il sera fait au fond une petite cuisine.
Le locataire aura le droit d’entrer dans l’appartement par la porte de derrière donnant sur le jardin des colonnes.
Les quatre chambres d’entresol situées à droite seront nettoyées et il sera établi dans la première une cloison formant corridor et permettant d’entrer dans les autres en l’isolant.
Dans le cas où l’École aurait ultérieurement besoin de plus d’espace, l’appartement s’ouvrant en face par une porte battante sur le même palier et qui est figuré sur le plan que nous avons reçu de Votre Altesse, nous serait concédé au prix actuel de la location que V. A. aurait la bonté de nous faire connaître dans sa réponse, à la charge de l’École du premier trois mois d’avance.
Telles sont, Mon Prince, les conditions que je soumettrai au Ministre dans le cas où vous les accepteriez, en les spécifiant par le détail afin d’obtenir du gouvernement l’autorisation indispensable pour conclure un bail au Palais Orsini.

J’ai l’honneur de vous présenter l’assurance de ma haute considération.

Edmond Le Blant
Membre de l’Institut de France
Directeur de l’École française de Rome

Fig. 7 - Plan des appartements du palais Orsini communiqué à Edmond Le Blant par le secrétaire du prince pour répondre à son projet d’y loger l’École française. Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant.

Fig. 7 - Plan des appartements du palais Orsini communiqué à Edmond Le Blant par le secrétaire du prince pour répondre à son projet d’y loger l’École française. Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant.

Annexe II

Convention établie à l’occasion du renouvellement du bail de
l’École française de Rome au Palais Farnèse

1886, 24 avril. – Rome.

α. Brouillon. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26.

β. Minute sans titre, avec corrections et dernier item d'une autre main. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26.

A. Orig. signé. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26, accompagnée d’un plan des pièces mises en cause par les travaux (fig. 8).

L'édition est établie à partir de A.

1° Sont concédées à l’École française de Rome par les administrateurs du palais Farnèse les pièces 1, 2, 3 du plan ci-annexé [fig. 8] ; les murs seront repeints ainsi que les portes et les fenêtres.

2° De son côté l’École abandonne deux chambres de domestiques situées au dernier étage du palais.
3° Les pièces 4, 6 et 7 seront repeintes ; dans l’appartement on remettra en état les peintures des lambris et des fenêtres.
4° Il sera fait dans le couloir 17 B les lieux d’aisance à l’anglaise, avec eau destinés au seul usage du directeur.
5° Dans la pièce n° 2, la cloison sera enlevée. 
6° Dans la pièce n° 5 servant actuellement de cuisine, le fourneau sera enlevé, il y sera fait deux lieux d’aisance, l’un pour les membres de l’École, l’autres pour les domestiques. Cette pièce sera repeinte.
7° Suivant le désir exprimé par les bailleurs, les cloisons divisant aujourd’hui en trois pièces et un couloir (nos 12, 13, 14, 14 bis) un seul salon seront détruites ; les murs de cette pièce seront peints et son dallage mis en état.
8° Les murs de la pièce n° 18 qui deviendra l’antichambre seront repeints ainsi que les fenêtres et les volets qui seront peints à l’huile. La porte extérieure sera remplacée ou remise en état de neuf. Les panneaux d’en haut de la porte intérieure seront remplacés par une glace sans tain.
9° La pièce 19 qui deviendra la salle à manger sera remise à neuf pour les peintures qui seront toutes à l’huile. Elle sera décorée d’un papier convenable et il sera fait une cheminée.
10° De même pour la pièce n° 20 qui deviendra le salon, peinture à l’huile, papier et cheminée.
11° Dans la chambre 17, on ouvrira la porte aujourd’hui condamnée qui mène au couloir 17 A, les portes de cette chambre seront peintes à l’huile, si l’on ne peut y faire des raccords avec le même papier. Dans le petit cabinet attenant, on ouvrira, au dessus de la porte, un jour pour donner de l’air.
12° Les pièces 23, 24, 25, 26 seront repeintes.
13° La pièce 21 qui deviendra le cabinet du directeur sera repeinte, recevra un papier neuf, et l’on tendra la toile du faux plafond ;il y sera fait une cheminée et les peintures refaites à l’huile.
14° La porte de la chambre 22 menant à la loggia sera peinte à l’huile.
15° Dans la pièce 27 il sera fait une cuisine avec fourneau, eau et évier. Le fourneau sera garni en faïence et aura six trous dont un long (pour charbon de bois).
16° Les pièces 29, 30, 31 seront nettoyées et repeintes.
17° Dans les pièces 18, 19, 20, il sera mis au plafond des crochets permettant de placer des lustres.
18° Les serrures seront remises en état et pour les pièces 18,19, 20, 21, 22, qui serviront au logement du directeur, elles auront des boutons convenables.
19° Le bec de gaz du couloir qui est au dessus de celui servant d’entrée à l’Ambassade, sera remplacé par un bec donnant une flamme en éventail.
20° Un compteur à gaz sera établi dans le couloir pour séparer les lumières de l’École de celles de l’Ambassade.
21° Les travaux à faire seront terminés au plus tard au 1er septembre prochain.
22° Durant l’absence de l’ambassadrice, l’Administration farnésienne s’engage à éclairer l’escalier au moyen de quatre lampes à pétrole, pendant tout le temps que le directeur sera présent à l’École.

Federico Chiorino, procuratore Farnesiano.

Fig. 8 - Plan d’une partie du second étage du Palais Farnèse annexé à la convention signée à l’occasion du renouvellement du bail de l’École française le 24 avril 1886. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26.

Fig. 8 - Plan d’une partie du second étage du Palais Farnèse annexé à la convention signée à l’occasion du renouvellement du bail de l’École française le 24 avril 1886. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26.

Notes

1 Le Blant naît en effet le 12 août 1818 et Geffroy le 20 avril 1820 ; il disparaît le 4 juillet 1897, deux ans, à un mois et demi près, après Geffroy mort le 14 août 1895.

2 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant, dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1899, p. 59-60.

3 M. Gras (éd.), « À l’école de toute l’Italie. » Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Coll. EFR, 431), p. 167.

4 Ibid., p. 126.

5 Ibid., p. 244 et 346.

6 Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1898, p. 80 : « De 1883 à 1888, pendant un interrègne de M. Geffroy, Edmond Le Blant dirigea l’École française de Rome. » Comme « le charmant P[ère] Thédenat » était un « ami » autant qu’un « hôte » de l’École dans les années 1884 et suivantes, au point d’avoir guidé ou accompagné les excursions de ses membres dans la campagne romaine (cf. A. Pératé, « Edmond Le Blant », dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 47-57, à la p. 49) peut-être reprenait-il là une expression qui était déjà apparue, comme on verra infra, note 48, sous la plume de Duchesne dans sa correspondance avec De Rossi ?

7 Ainsi chez Héron de Villefosse : « Je me reprocherais de passer sous silence la période de six années, de 1883 à 1888, pendant laquelle il dirigea, avec autant de talent que de profit pour la science, les travaux des jeunes savants envoyés chaque année à Rome », CRAI, 1897, p. 361 = MEFR, 17, 1897, p. 498. Le trait est encore plus accusé dans la notice de H. Leclercq, Le Blant (Edmond) que l’on trouvera dans le t. VIII, 1929, de F. Cabrol, H. Leclercq, Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie [cité désormais DACL], col. 2143-2218 : la direction de Le Blant à l’École occupe moins d’une colonne dans ce texte de 38 pages (bibliographie comprise) dont une bonne part est un centon des nécrologies de Le Blant.

8 MEFR, 17, 1897, p. 491. Comme un signe supplémentaire, mais bien involontaire sans doute, de la malédiction qui frappe la mémoire de Le Blant, on notera que cette page ne figure pas dans le site « Persée » sur lequel les Mélanges sont consultables en ligne.

9 MEFR, 15, 1895, p. 141.

10 Encore faudrait-il ajouter la plaque au nom de Geffroy qui a été placée lors de ces cérémonies dans l’église Saint-Louis-des-Français et dont le texte en latin est reproduit ibid., p. 142.

11 Ibid., p. 153. J’ai naturellement respecté la typographie : le nom de Geffroy a été composé en gras au début et au terme de l’éloge, ce qui ne fut pas le cas deux ans plus tard pour celui de Le Blant.

12 Ibid., p. 151.

13 A. Pératé, Edmond Le Blant, dans Revue archéologique, 3e série, t. 31, 1897, p. 1-7, à la p. 5. À noter toutefois qu’un descendant de Le Blant, Bernard Esmein, conserve le tiré à part de cet article que l’auteur avait adressé à la veuve avec cette dédicace : « À Madame Edmond Le Blant, hommage de profond respect. »

14 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931].., p. 47.

15 Duchesne est né en effet le 13 septembre 1843 et Pératé le 11 février 1862.

16 Voir sur ce point A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 56.

17 C. Jullian, Lettres de jeunesse Italie-Allemagne 1880-1883 annotées par Paul Courteault, Bordeaux, 1936, p. 186-187, lettre n° LXVI du 15 décembre 1881.

18 Ibid., p. 237-238, lettre n° XCI du 7 juin 1882.

19 Ibid., p. 244, lettre n° XCIII du 22 juin 1882.

20 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 75.

21 La raison la plus déterminante de l’hésitation de Le Blant tient sans doute aux préventions de sa femme contre les voyages en général et l’Italie en particulier, comme me le signale un de ses descendants, Bernard Esmein. Marie-Thérèse Le Blant, née Méda, avait accompagné en effet ses parents en 1840, alors qu’elle était âgée de cinq ans seulement, dans un « tour » de plusieurs années en Europe qui se termina tragiquement à Palerme par la mort de son jeune frère, victime du choléra. Plus de quarante ans après, le souvenir restait très douloureux pour elle. Aussi, une fois la décision de Le Blant arrêtée, ne se laissa-t-elle convaincre que très lentement de le rejoindre au Farnèse, d’autant qu’elle était très attachée – comme Le Blant lui-même, on le verra – à ses enfants et petits-enfants qui vivaient à Paris comme à Luzarches sous le même toit que le couple Le Blant. Au reste, les réticences de Le Blant à accepter sa charge étaient de notoriété publique à Rome dès 1885, comme on verra infra, note 30, par un billet de G. B. De Rossi à Duchesne.

22 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi et de Louis Duchesne (1873-1894), Rome, 1995 (Coll. EFR, 205), p. 234, lettre n° 181 du 26 août 1882.

23 Ibid., p. 234, lettre n° 182 du 3 septembre 1882.

24 Ibid., p. 256, lettre n° 197 du 3 janvier 1883. Ainsi Le Blant fut poursuivi tout au long de sa vie scientifique par cette malheureuse publication. Vingt temps auparavant déjà, craignant qu’elle ne compromît sa première candidature à l’Institut, il avait sollicité G. B. De Rossi de lui apporter par écrit sa caution scientifique (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14243, fol. 321, Edmond Le Blant à Giovanni Battista De Rossi, 17 octobre 1862).

25 E. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, t. I, Provinces gallicanes, Paris, 1856, p. 186-224, nos 92-161. Sur les fouilles publiées par Charles Lenormant, dont l’authenticité fut défendue ensuite contre toute vraisemblance par son fils François, on pourra consulter la notice de H. Leclercq, Chapelle Saint-Éloi, DACL, t. III, 1914, col. 428-438.

26 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 331, lettre n° 256, 22 mai 1884. La rumeur dont Duchesne se fait ici l’écho était fondée ; elle est confirmée par une lettre de Le Blant à sa femme où il fait état de visites d’adieu, y compris à l’ambassade : « Hier j’ai dîné avec Fabre et sa sœur chez l’ambassadeur qui a été très aimable et m’a témoigné ainsi que l’ambassadrice un véritable regret de notre départ » (Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre de 1884 – mais sans date précise – communiquée par un descendant de Le Blant, Antoine Levent). Les archives publiques n’ont apparemment pas gardé trace de cet épisode dont on ne sait ce qui l’a motivé ni pourquoi il s’est résolu par le maintien de Le Blant.

27 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 335, lettre n° 260, sans date, mais antérieure au 18 juin 1884 selon le classement de P. Saint-Roch.

28 Ibid., p. 348, lettre n° 272, sans date, publiée entre deux billets des 12 et 28 août 1884.

29 Ibid., p. 437, lettre n° 339 du 7 juillet 1885.

30 Ibid., p. 439, lettre n° 340 du 11 juillet 1885.

31 Ibid., p. 463-464, lettre n° 361 du 30 janvier 1886.

32 Ibid., p. 488, lettre n° 385 du 23 octobre 1886.

33 Le mot a été souligné par De Rossi car il répond à la dernière phrase que Duchesne, conscient sans doute d’avoir passé la mesure, avait glissée dans sa lettre du 23 octobre : « Demandez à Madame De Rossi de me pardonner mes scélératesses. »

34 Ibid., p. 489, lettre n° 386 du 5 novembre 1886.

35 A. Pératé, Correspondance d’Italie-La destruction de Rome (Lettres de MM. Grimm et Grégorovius), dans Gazette des Beaux-Arts, 33, 1886, p. 440-446.

36 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55-56 ; on notera cependant que Pératé est demeuré hors-cadre au Farnèse en 1887, de sorte que l’annuaire des membres, disponible sur le site de l’École, le compte comme membre de 1884 à 1887.

37 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 492, lettre n° 387, sans doute du 18 novembre 1886 : « Le Blantius a dû vous revenir. S’il se figure être aimé de ses disciples il pousse l’illusion bien loin. Je suis un peu gêné des effusions d’antipathie qui me parviennent. Mais zitto. » Comment douter en effet qu’en cet automne 1886, l’« affaire Pératé » n’ait pas joué un rôle dans cette animosité des membres contre Le Blant ? Sans parler, peut-être, d’autres éléments que l’inhabituelle discrétion de Duchesne interdit de connaître.

38 Ibid., p. 526, lettre n° 415 du mois d’août 1887 : « Il vous faudra trouver l’occasion de stimuler au moment opportun le zèle de M. Le Blant. »

39 Ibid., p. 519, lettre n° 409 du 14 juin 1887 : « M. Le Blant fait beaucoup de zèle ; je lui en serais plus reconnaissant s’il ne se servait, pour me prôner, d’une comparaison imprudente : " Ce sera, dit-il, un brochet au milieu d’un vivier rempli de carpes. Il fera remuer les carpes ". Pour le moment le brochet fait les yeux doux à ces grosses dames ; il ne faudrait pas les effaroucher d’avance. »

40 Ibid., p. 523, lettre n° 412 du 15 juillet 1887 : « Il faudra se trouver ici dans les derniers jours d’octobre pour réchauffer certaines bonnes volontés et empêcher M. Le Blant de s’échapper. »

41 Ibid., p. 537, lettre n° 425, 23 octobre 1887 : « L’élection approche. C’est le 4 novembre qu’on doit exposer les titres. M. Le Blant veut bien ajouter quelques mots à l’oraison Boissier. Mais il ne sait trop quoi dire ; il voudrait bien, entre nous, que je lui fisse sa harangue. (…) Si vous pouviez lui écrire un mot. »

42 Chose dont Duchesne, dans un de ses rares moments d’apaisement, paraît d’ailleurs assuré dès sa première candidature : cf. ibid., p. 535, lettre n° 423 du 9 octobre 1887 : « Je suis allé passer aujourd’hui la journée chez le papa Le Blant, qui possède un château à Luzarches. Les propos que l’on m’avait rapportés ne paraissent pas fondés. Il restera et votera bien. » Pour la deuxième candidature, le témoignage de Le Blant est plus explicite encore : il a mené campagne en faveur de Duchesne dès qu’il a eu connaissance de la vacance d’un siège à l’Académie. En fait foi sa lettre à De Rossi du 14 août 1888 : « J’ai déjà parlé à Boissier et nous sommes d’accord pour appuyer Duchesne qui, je l’espère, passera facilement » (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14281, fol. 3).

43 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 508, lettre n° 401 du 9 avril 1887.

44 Ibid., p. 510, lettre n° 403 du 19 avril 1887. De fait, l’article est paru dans les MEFR, 7, 1887, p. 386-413.

45 Il s’agit bien sûr du Bullettino di archeologia cristiana dont De Rossi assurait la direction depuis 1863.

46 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 501, lettre n° 396 du 22 février 1887.

47 Ibid., p. 505, lettre n° 399 du 10 mars 1887.

48 Ibid., p. 565, lettre n° 454 du 7 juillet 1888. En contrepoint, on notera le ton apaisé (ou stoïque ?) de Le Blant dans la lettre qu’il adresse à De Rossi cinq semaines plus tard, le 14 août 1888, où l’autoportrait qu’il ébauche est cependant baigné d’une lumière crépusculaire : « Il est vrai que le 31 décembre je ne serai plus votre voisin à Rome. J’ai été nommé pour six ans et ma mission sera terminée. J’ai eu avant-hier 70 ans. Madame Le Blant se chagrine toujours beaucoup d’être l’hiver séparée de ses enfants et petits-enfants, puis, pour mes travaux personnels, je perds du temps dont il ne me reste plus guère. Voilà bien des raisons qui me poussent à rentrer en France. » (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14281, fol. 3.)

49 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 586-587, lettre n° 471 du 15 décembre 1888.

50 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 216, lettre n° LXXIX ; p. 236, n° XC ; p. 237-238, n° XCI par exemple.

51 Élu pape en 897 contre (mais avant) Jean IX et déposé par lui en 898, Serge III revint en effet sur le trône pontifical en 904 et fit aussitôt casser toutes les décisions de ses prédécesseurs : cf. K. Herbers, Serge III, dans Dictionnaire historique de la papauté, dir. Ph. Levillain, Paris, 1994, p. 1566-1567.

52 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 631, lettre n° 508 du 15 mai 1890 : « Aujourd’hui on opère de la pierre notre brave ami M. de Laurière ; c’est la taille qu’il a fallu employer. Nous avons bien peur de le perdre. M. Le Blant baisse un peu ; il se plaint beaucoup de ses yeux. M. Geffroy en a souffert aussi. Omnes dilabimur. »

53 Ibid., p. 421, lettre n° 332 du 25 avril 1885 : « J’espère que le frère Arvale du Palais Farnèse ne sera pas de retour et que je pourrai mettre sans le vexer les fascicules n° 1 et 2 [de l’édition du Liber Pontificalis] entre les mains du papa Delisle qui les présentera à la confrérie avec une homélie un peu soignée. » Comme me le signale J. Scheid, la plaisanterie s’explique sans doute par le fait qu'étaient encore dans tous les esprits en 1885 les fouilles faites de 1866 à 1871 par De Rossi et Henzen sur le sanctuaire des Arvales à La Magliana, près de Rome, et surtout la publication des actes de leur collège par W. Henzen, Acta fratrum arvalium, Berlin, 1874.

54 Ainsi qu’il l’indique lui-même dans son article sur l’École reproduit dans « À l’école de toute l’Italie »..., cit., p. 167 : « Des notes bien piquantes – trop, peut-être – que m’ont confiées d’anciens élèves de M. Le Blant à Rome, il ressort que le règne de celui-ci à Rome fut, pour le moins, un interrègne. »

55 Voir supra note 6.

56 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 47.

57 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 60, lequel ajoute que son père, avoué, avait sa loge aux Italiens, ce qui peut expliquer les goûts de Le Blant pour la musique. Un des descendants de Le Blant, Antoine Levent, me signale que la branche maternelle n’était pas moins aisée : Le Blant avait pour grand-père Bonaventure Rihouet (1755-1833), qui avait été administrateur général des domaines de la duchesse d’Orléans, et pour oncle Frédéric Rihouet (1795-1882), président de chambre à la Cour des comptes, qui fut aussi député de la Manche de façon quasi-ininterrompue de 1831 à 1848.

58 H. Leclercq, Le Blant (Edmond)..., col. 1244 ; cela, ajoute-t-il, « grâce à des relations de famille » – en l’espèce l’appui de Théodore Gréterin, directeur de la direction des douanes de 1831 à 1860, qui était le beau-frère de Le Blant.

59 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 63.

60 Que leur amour du romantisme conduisit à être des familiers de Victor Hugo, au point que celui-ci en fit ses exécuteurs testamentaires.

61 « Monsieur, j’arrive de la campagne et je reçois votre charmant envoi. Je vous en remercie sans prendre le temps de débotter. Il va sans dire que ma maison et ma main vous sont ouvertes. 18 juillet [1835 : addition au crayon de la main de Le Blant] » (Archives de l’Institut, ms. 1707 [N. S. 219 ; entrée 12267]). La chaleur de ce billet tient-elle au seul mérite poétique de l’envoi de Le Blant ou au fait que celui-ci avait été recommandé au poète par ses amis Meurice et Vacquerie ? Un demi-siècle plus tard, les sentiments de Le Blant sur Hugo étaient cependant plus mitigés. Voici en effet ce qu’il écrit le 26 mai 1885 à propos de ses obsèques dans une lettre à sa femme que conservent ses descendants Jeanne et Olivier Esmein : « Il paraît que vous vous égorgez à Paris ; tout mon vœu est que cela reste au Père Lachaise et que le voisinage de Victor Hugo n’amène rien dans notre pauvre quartier. On va, disent les journaux, débaptiser notre avenue. Aura-t-elle assez changé de nom ! Elle s’est déjà appelée avenue Charles X, avenue de Saint-Cloud, avenue d’Eylau. Va pour avenue Victor Hugo, jusqu’à ce qu’on la débaptise encore. »

62 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 62.

63 Ces articles occupent l’essentiel des treize premiers titres de sa bibliographie publiée par M. Prou, dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, p. 79-123 et reproduite dans le DACL, t. VIII, 1929, col. 2197-2218.

64 Ainsi que me le signale un de ses descendants, Antoine Levent, peut-être Le Blant devait-il également ce goût pour l’étude de la porcelaine au fait qu’un neveu de son grand-père maternel, Bonaventure Rihouet, avait été faïencier de la famille d’Orléans, puis faïencier du Roi en 1821 ?

65 Archives de l’Institut, ms. 1708 (N. S. 220 ; entrée 12252). Ces carnets, au nombre de treize (ms. 1708-1721), sont d’un format uniforme : 10 x 16 cm.

66 M.-A. Boldetti, Osservazioni sopra i cimiteri de santi martiri, ed antichi cristiani di Roma, Rome, 1720.

67 Alors installé au Collège romain où Le Blant copia, on l’a dit, nombre d’inscriptions ; une partie seulement des riches collections du musée Kircher est aujourd’hui présentée à la Villa Giulia, au musée des Thermes et au Palazzo Massimo alle Terme.

68 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 64. L’anecdote est rapportée dans les mêmes termes par A. Pératé, Edmond Le Blant [1897]..., cit., p. 2.

69 Ibid.

70 Monsieur Antoine Levent, qui a aimablement communiqué une photocopie de ce cliché à l’École française de Rome, le date « vers 1850 », soit trois ans environ après le voyage de Le Blant en Italie.

71 Moniteur universel du 26 janvier 1850, p. 285 cité par A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 65.

72 À défaut d’un ouvrage imprimé sur Julien Le Blant (1851-1936), on consultera le site http://www.leblant.com qui trace les grandes lignes de sa biographie, du catalogue de ses œuvres et fournit quelques reproductions de ses tableaux.

73 En particulier le recueil de Séguier, le célèbre épigraphiste nîmois (1703-1784), Inscriptionum antiquarum index absolutissimus, in quo græcarum latinarumque inscriptionum quæ in editis libris reperiri potuerunt prima verba describuntur, dont il a dressé de 1853 à 1855 une copie assortie d’additions et de commentaires de sa main qui est conservée aux archives de l’Institut, ms. 1699-1701 (N.S. 210 ; entrée 12271).

74 Soit le début du tome I de ce recueil dont la publication s’est poursuivie jusqu’en 1861.

75 P. Saint-Roch (éd.), Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 491, lettre n° 387, sans doute du 18 novembre 1886.

76 Qui était la fille de Pierre Hippolyte Meda, notaire à Luzarches, et de Pauline Serre de Bazaugour.

77 A. Jacquemart, E. Le Blant, Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine, accompagnée de recherches sur les sujets et emblèmes qui la décorent, les marques et inscriptions qui font reconnaître les fabriques d'où elle sort, les variations de prix qu'ont obtenus les principaux objets connus et les collections où ils sont conservés aujourd'hui, Paris, 1862.

78 Ce texte de 151 pages numérotées en chiffres romains est généralement relié dans les bibliothèques avec le t. I des Inscriptions ; il a été réédité en 1869 sous le titre Manuel d’épigraphie chrétienne d’après les marbres de la Gaule, accompagné d’une bibliographie spéciale. Dans son article Le Blant (Edmond)..., H. Leclercq, qui était pourtant d’ordinaire fort ménager de ses louanges, lui a rendu col. 2165 le plus bel hommage qui soit : « Celui qui écrit ces lignes lui a dû d’avoir consacré sa vie à l’étude du passé qu’il lui révéla. »

79 A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 67.

80 T. Ruinart, Acta primorum martyrum sincera et selecta, Paris, 1689.

81 E. Le Blant, Les Actes des martyrs. Supplément aux Acta sincera de dom Ruinart, Paris, 1882 (292 pages).

82 La recommandation figure dans un compte rendu de Ludovic Vitet paru dans le Journal des savants de mars 1867, selon A. Hauvette, Notice nécrologique sur Edmond Le Blant..., cit., p. 70.

83 Selon le témoignage d’A. Pératé, Edmond Le Blant [1897]..., cit., p. 4.

84 Ibid., p. 4-5.

85 Ce mariage est célébré à Paris le 25 novembre 1880 ; la fille de Le Blant a vingt et un ans, son mari trente-deux. Le Blant annonce aussitôt la nouvelle à De Rossi dans une lettre où il ne dissimule pas son contentement : « Je viens de marier ma fillette qui, à notre grande joie, demeure avec nous. Elle a épousé un homme très distingué, Mr Esmein, professeur agrégé à la Faculté de droit de Paris, qui écrit au Journal des savants et qui sera un jour, je l’espère, de notre Académie des sciences morales et politiques [prévision qui se réalisa en 1904]. C’est de plus un excellent garçon, plein d’amabilité et de délicatesse. » (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14264, fol. 221, 23 novembre 1880).

86 Courrier d’Antoine Levent, arrière petit-fils de Suzanne Esmein, l’un des trois enfants du couple, en date du 19 avril 2006, conservé dans les archives de l’École française de Rome. Un autre descendant de Le Blant, Bernard Esmein, me communique pour sa part : « La légende familiale raconte que pour ne pas avoir d’entretiens trop chauds avec son beau-père, Adhémar aimait aller travailler dans un petit pavillon isolé dans le jardin. » Pour autant ce qui, selon lui, caractérisait Le Blant était « un royalisme et un catholicisme libéral » ; il en veut pour preuve ses publications dans Le Correspondant, lieu d’expression de catholiques libéraux et royalistes modérés sous le Second Empire, qui se donnaient comme modèle l'Église chrétienne des premiers siècles. Iraient bien dans ce sens les allusions à sa collaboration au Correspondant qui se rencontrent dans les lettres adressées par Le Blant à De Rossi (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14240, fol. 466, 5 mars 1857 ; Vat. Lat. 14244, fol. 21, 16 janvier 1865 ; Vat. Lat. 14251, fol. 569, 23 novembre 1872 par exemple).

87 Qu’il mena à bien pendant son mandat de directeur, le publiant sous le titre Les sarcophages chrétiens de la Gaule, Paris, 1886.

88 Chose alors à la mode car le recueil homonyme de V. Hugo était paru cinq ans plus tôt, en 1877.

89 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 46. Le lieu de la prise de vue ne concorde pas avec ce qu’écrit Le Blant dans une lettre à sa femme en date du 30 mai 1885 que conservent ses descendants, Jeanne et Olivier Esmein : « Hier les messieurs de l’École m’ont fait la galanterie de me photographier au milieu d’eux. Nous nous sommes fait représenter au Palais Farnèse devant ces grands trophées de marbres antiques qui sont à droite et à gauche, dans le jardin. » Y eut-il deux prises de vue, le même jour ou à deux dates différentes ?

90 Qu’il publia effectivement en 1892 à Paris sous le titre L’archéologie chrétienne, un ouvrage qui a fait l’objet d’un compte rendu louangeur de G. Goyau dans les MEFR, 12, 1892, p. 494-499, mais que P.-Y. Le Pogam juge avec raison aujourd’hui « à la fois trop daté et trop sommaire » dans sa notice « André Pératé » du site électronique de l’INHA, http://www.inha.fr/spip.php?article2483.

91 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55. Le ton des quelque 150 lettres adressées par Le Blant à De Rossi qui sont conservées dans la correspondance de ce dernier conservée à la Bibliothèque Vaticane (Vat. Lat. 14239 à 14295) dément amplement ce jugement car, si l’essentiel des propos relève de la correspondance érudite, les éléments plus personnels révèlent une réelle intimité entre les deux hommes.

92 Ce « on » ne peut guère renvoyer qu’à Pératé, le seul membre des promotions 1882-1887 encore en vie en 1909 qui ait eu les mêmes centres d’intérêt scientifiques que Le Blant.

93 L. Madelin, « L’École française de Rome », dans Revue hebdomadaire, 18e année, t. III, mars 1909, p. 183-214, cité d’après l’édition qui en a été donnée dans « À l’école de toute l’Italie »..., cit., p. 113-139, à la p. 126.

94 N’avait-il pas, jeune homme, « songé à s’inscrire aux Beaux-Arts avant d’intégrer l’École normale et, pendant son cursus dans cette dernière, (été) attiré notamment par la littérature et la poésie », selon P.-Y. Le Pogam (notice « André Pératé » du site électronique de l’INHA mentionné à la note 90) ? On ne s’étonnera donc pas que Maurice Prou, son camarade de promotion à l’École, parle ainsi de lui, avant même de le connaître, dans une lettre à son père du 3 décembre 1884 conservée dans les archives de la Société archéologique de Sens (cote 2845 MS 55 B2) : « J’attends l’arrivée de mon collègue Pératé qui s’occupe d’art, pour aller voir les galeries avec lui. » Comme les autres textes de M. Prou auxquels je ferai référence, je dois sa connaissance à Bertrand Hamelin qui a eu l’amabilité de m’en communiquer les dépouillements, ce dont je tiens à le remercier chaleureusement.

95 Pierre de Nolhac, membre de 1882 à 1885.

96 André Berthelot, membre de 1884 à 1886.

97 Georges Pinet de Manteyer, membre de 1896 à 1900.

98 Alexandre Desrousseaux, membre de 1885 à 1887.

99 Edmond Courbaud, membre de 1890 à 1892.

100 Texte reproduit dans « À l’école de toute l’Italie »..., cit., p. 126-127.

101 Voir supra, note 56.

102 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 54-55.

103 En fait, le décès de Charles Poisnel-Lantillière est survenu le 18 octobre 1884 et non pendant l’été.

104 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 55.

105 Chose que Duchesne déplore également dans une lettre écrite à De Rossi un mois plus tôt pour saluer avec émotion la disparition de Poisnel et dans laquelle il égratigne une fois de plus Le Blant dans des termes assez semblables à ceux de Prou : « Je ne veux vous écrire qu’un mot pour vous marquer combien je suis sensible à la mort de ce pauvre Poisnel, à sa fin chrétienne et à l’intérêt que vous avez manifesté, en cette triste circonstance, pour lui et pour nous. Car sans doute aucun des membres de l’École n’était présent et son directeur, suivant l’usage ou plutôt l’abus était particulièrement absent. C’est vous en somme qui avez représenté tous nos amis, et avec quel cœur ? Nous le savons tous » : Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 365-366, lettre n° 286 du 23 octobre 1884.

106 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 17 novembre 1884

107 Ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 23 novembre 1884.

108 Alors ambassadeur auprès du Saint-Siège.

109 Copie des archives de l’Institut conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 9, lettre du 25 novembre 1884.

110 Ibid., document n° 6, lettre du 24 novembre 1884. Peut-être y a-t-il une confusion de date car cette missive paraît être la réponse à la lettre citée à la note précédente.

111 Voir supra, note 28.

112 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 31, lettre du 26 novembre 1884.

113 De fait, on trouve trace de ces courriers dans une minute sans date de lettre adressée à l’ambassadeur près le Saint-Siège au bas de laquelle figure la mention : « Écrit de même au cardinal Pitra, au cardinal Perraud, évêque d’Autun, au commandeur De Rossi » (ibid., document n° 32). Et la lettre destinée à De Rossi figure bien dans la correspondance de ce dernier (Bibliothèque Vaticane, Vat. Lat. 14272, fol. 216), ainsi que celle en date du 6 décembre par laquelle il le remercie de ses bons offices (ibid., fol. 239).

114 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 33.

115 Archives de la Société archéologique de Sens, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 9 décembre 1884.

116 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant ; la lettre est conservée à l’état de brouillon.

117 Qui fut apparemment le seul de ceux que Le Blant avait sollicités à lui avoir apporté un appui. De Rossi en tout cas s’était sûrement abstenu comme en témoigne cette lettre de Maurice Prou à son père en date du 3 décembre 1884, conservée dans les archives de la Société archéologique de Sens (2845 MS 55 B2): « Le commandeur De Rossi que j’ai vu plusieurs fois ne m’a été d’aucune utilité pour obtenir la publication de mon registre d’Honorius IV. Il a prétexté qu’en étant attaché au Vatican, il ne pouvait intervenir en notre faveur ; et maintenant que le cardinal Pitra a réussi, il doit se mordre les doigts de la réponse qu’il nous a faite. »

118 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 37, lettre du 7 janvier 1885, à laquelle le ministère de l’Instruction publique répond le 12 janvier par une lettre de remerciement (ibid., document n° 38) dont les termes se retrouvent dans un courrier adressé le même jour à Le Blant (ibid., document n° 39).

119 Ibid., document n° 36, rapport du 21 janvier 1885.

120 Voir la référence donnée supra, note 8.

121 H. Leclercq, Le Blant (Edmond)..., col. 2199 : le paragraphe dévolu à la direction de Le Blant est pour l’essentiel une paraphrase de la notice nécrologique de Pératé.

122 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 236, lettre n° XC du 1er juin 1882 : « C’est son plaisir, c’est sa passion de changer les bouquins de place. Mme Geffroy raconte qu’il se lève à trois heures du matin pour satisfaire cette douce manie. »

123 Ibid., p. 229, lettre n° LXXXVI du 4 mai 1882.

124 Ibid., p. 237, lettre n° XCI du 7 juin 1882.

125 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, brouillon de dépêche daté du 19 décembre 1883. La même argumentation se retrouve d’ailleurs ibid. dans autre brouillon en date du 8 février 1885 : « Notre loyer qui dépasse 13 000 f est excessif et nous devient plus lourd aujourd’hui que notre budget vient de recevoir une réduction et cette dépense est un grand obstacle au développement indispensable de notre bibliothèque. »

126 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 237, lettre n° XCI du 7 juin 1882.

127 Voir supra, note 46.

128 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’EFR, document n°48, rapport du 2 février 1887 – donc postérieur de trois semaines à la lettre de Duchesne visée à la note précédente. Mais le même propos se retrouve ibid., aussi bien dans les documents nos 29 (rapport du 24 décembre 1883), 35 (rapport du 21 décembre 1884), 41 (rapport du 24 avril 1885) que dans le document n° 52 (rapport du 3 mai 1888).

129 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 24 décembre 1885.

130 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’EFR, document n° 29, rapport du 24 décembre 1883.

131 Ibid., document n° 30.

132 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 24 décembre 1885.

133 Ibid., Année 1886, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 1er janvier 1886.

134 Voir supra, notes 43 et 44.

135 Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 21 avril 1887. De fait, l’article de M. Prou est paru dans les MEFR, 8, 1888, p. 19-45. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que Le Blant mettait à l’épreuve la patience de Prou car il lui avait déjà écrit un an presque jour pour jour auparavant : « J’ai reçu hier votre mémoire et je suis charmé de le lire. Ce n’est qu’en 87 que nous pourrons l’imprimer car nos fonds de 86 sont épuisés » (Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1886, Edmond Le Blant à Maurice Prou, Rome, 10 mars 1886).

136 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’EFR, document n° 49.

137 H. Noiret, Lettres inédites de Michel Apostolis, Paris, 1889 (BEFAR, 54).

138 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’EFR, document n° 50, rapport du 20 novembre 1887, dans lequel la publication de Noiret est signalée comme « un petit volume dont il a voulu faire personnellement les frais. »

139 Voir supra, note 130 : de fait, le volume 3, publié en 1883, compte 454 pages, soit trente pages de moins à peine que le numéro précédent.

140 A. Croiset, Rapport de la Commission des Écoles d'Athènes et de Rome sur les travaux exécutés par les membres de ces deux Écoles pendant l'année 1887 et reçus par l'Académie en 1888, dans CRAI, 1889, p. 58-70, à la p. 69.

141 Voir supra, note 13.

142 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’EFR, document n° 35. De fait, De Rossi devait rapidement honorer sa promesse en livrant un article sur Le martyrologe hiéronymien qui a été publié dans les MEFR, 5, 1885, p. 115-119 ; et l’on doit également à son amitié pour Le Blant cette autre seule contribution de lui parue dans les Mélanges, L’inscription du tombeau d’Hadrien Ier composée et gravée en France par ordre de Charlemagne, ibid., 8, 1888, p. 478-501. E. Stevenson s’est montré moins prompt car son article, Note sur les tuiles de plomb de la basilique de S. Marc ornées des armoiries de Paul II et de médaillons de la Renaissance n’a paru que dans les MEFR, 8, 1888, p. 439-477.

143 A. Esmein, Débiteurs privés de sépulture, MEFR, 5, 1885, p. 223-242 ; id., Quelques renseignements sur l’origine des juridictions privées, ibid., 6, 1886, p. 416-428 ; id., Un contrat dans l’Olympe homérique, ibid., 8, 1888, p. 426-436.

144 Cf. supra, n. 85. De fait, A. Esmein fut directeur de la section des sciences religieuses à l'École pratique des hautes études et fondateur de la Nouvelle revue historique du droit français et étranger. Spécialiste du droit constitutionnel et historien du droit, il a en outre été élu en 1904 à l'Académie des sciences morales et politiques. Voir J.-L. Halpérin, Esmein, Jean-Paul-Hippolyte-Emmanuel, dit Adhémar Esmein, dans Dictionnaire historique des juristes français (XIIe-XXe siècle), dir. p. Arabeyre, J.-L. Halpérin et J. Krynen, Paris, 2007 (Quadrige. Dicos poche), p. 311-312.

145 Car en cette époque où les membres étaient logés sous le même toit que leur directeur, ce voisinage leur semblait parfois pesant. Qu’on en juge, pendant le mandat de Geffroy, par ce billet de Camille Jullian en date du 4 mai 1882 : « Lui et Mme Geffroy avaient l’intention de faire un grand voyage et cette espérance nous réjouissait tous. Malheureusement ils ont cru que ce n’était pas de leur devoir de quitter le Palais Farnèse et ils sont restés, à notre grand désespoir. » (C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 228, lettre n° LXXXVI). Heureusement, le directeur s’est ravisé et une semaine plus tard, Camille Jullian écrit à ses parents : « Nous avons célébré son départ par des hourras fantastiques. » (ibid, p. 230, lettre n° LXXXVII du 11 mai 1882).

146 Voir supra, note 20.

147 Ainsi Les sarcophages chrétiens de la Gaule. Introduction, dans CRAI, 1884, p. 434-437 ; Le christianisme aux yeux des païens, ibid., 1885, p. 248-252 ; Le vol des reliques, ibid., 1886, p. 462-463 ; Note sur une pierre gravée publiée par Gruter, ibid., 1887, p. 346-350 ; Quelques notes d’archéologie sur la chevelure féminine, ibid., 1888, p. 419-425

148 Lettres du 20 janvier et du 10 février 1888, CRAI, 1888, p. 32 et 46-48. D’autres fois au contraire, c’était la surabondance, comme Le Blant s’en afflige dans une lettre en date du 26 mai 1885 adressée à sa femme que conservent ses descendants Jeanne et Olivier Esmein : « Je croyais ne plus avoir à écrire à l’Académie, et voici que je viens d’être obligé de bâcler une grande lettre au sujet d’une grande découverte faite en face de la villa Albani. C’est un tombeau rond comme celui de Cecilia Metella, mais presque plus grand du double. » 

149 En particulier à la Reale Accademia dei Lincei dont il était membre, comme on verra, aux Mémoires de laquelle il a contribué en 1884 et en 1888, année où il confie également une communication à ses Rendiconti. Le Blant avait coutume d’agir de même lors de ses séjours parisiens, ce qui lui vaut ce trait mordant de Charles Lécrivain dans un billet adressé à Maurice Prou : « Tu as pu jouir de ce spectacle épique, Monsieur le Blant présidant une section des Sociétés savantes. Ce devait être bien drôle » (Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1887, lettre du 8 juin 1887).

150 Correspondance de Giovanni Battista De Rossi..., cit., p. 552-553, lettre n° 443 du 6 mars 1888. De Rossi avait vu juste car, dès le 9 janvier, Le Blant avait signalé à l’Académie la découverte dans la catacombe de Priscille, « le 5 de ce mois », d’une salle qui « a dû être l’un des centres historiques les plus importants de la catacombe, c’est-à-dire l’un des lieux qui contenaient les corps des martyrs les plus illustres » (CRAI, 1888, p. 28-29) et il est revenu sur le sujet dans ses lettres du 17 février et du 25 mai (ibid., p. 51 et 226-228) où il donne de plus amples informations avant de conclure : « M. De Rossi, qui se réserve de lire et d’étudier tous ces proscynèmes, pense que la chambre (…) est celle où reposait le corps de saint Crescentio. »

151 « 102 pierres gravées, intailles ou camées et pâtes antiques ; 13 tessères ; bagues, cachets et autres monuments en plomb, cuivre ou ivoire ; 45 lampes en terre cuite païennes et chrétiennes ; 20 statuettes ou fragments de figurines et de vases ; 2 inscriptions funéraires romaines », dans DACL, t. VIII, 1929, col. 2196.

152 Tout en prenant soin, comme à son ordinaire, de le signaler aussitôt au public savant : E. Le Blant, D’un nouveau monument relatif aux fils de sainte Félicité, dans MEFR, 8, 1888, p. 292-296, article qui reprend la teneur d’une lettre à l’Académie du 16 février 1888 publiée dans les CRAI, 1888, p. 100-103. Pour la petite histoire, on signalera que « ce fragment sans importance aucune au point de vue artistique, mais extrêmement précieux au double point de vue historique et hagiographique » a été cédé en 1917 à l’Italie (qui servait en la circonstance d’intermédiaire à la Pontificia Commissione di Archeologia sacra) en échange « d’un fragment de sarcophage en marbre (…) orné de deux délicats motifs de sculpture » destiné à « (remplacer) avec honneur, dans la salle des antiquités chrétiennes du Louvre, le fragment de colonnette. » Il fallut pour cela que « la Chambre (…) se prononce sur un projet de loi autorisant l’échange (…) dont M. Jean Locquin, député, lui a proposé le vote dans un rapport élégant, net et sobre », ainsi que l’indique un article du journal Le Temps du 11 février 1917 reproduit dans la rubrique « Nouvelles archéologiques et correspondance » de la Revue archéologique, 5e série, vol. 5, 1917, p. 248-249. Où l’on voit qu’en cette période particulièrement critique de la Grande Guerre, la France n’avait rien à refuser à son alliée italienne ; laquelle, tout acquise elle aussi à l’« union sacrée », ne pouvait qu’appuyer pour sa part la demande du Vatican.

153 Rapport de la Commission des Écoles d’Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux Écoles pendant l’année 1883, dans CRAI, 1883, p. 346-375, à la p. 375.

154 Éloge de M. Edmond Le Blant, membre de l’Académie, dans CRAI, 1897, p. 355-364, à la p. 361 = Discours de M. Héron de Villefosse, dans MEFR, 17, 1897, p. 499.

155 A. Geffroy, Lettre adressée au président de l’Académie, dans CRAI, 1879, p. 149-154.

156 Sa première lettre à l’Académie a été lue en effet lors de la séance du 11 janvier 1889 : CRAI, 1889, p. 19-23.

157 Voir supra, note 48.

158 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 29, rapport du 24 décembre 1883 au ministère de l’Instruction publique.

159 Ibid., document n° 42, rapport du 6 juillet 1885).

160 Ibid., document n° 49, rapport du 10 mai1887).

161 Ibid., document n° 26, lettre du 24 février 1883 au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres : « Quelle est en présence de ce décret, la situation des membres de la seconde année ? Auront-ils à remettre, d’après la règle ancienne, leurs mémoires en juin prochain ou en mars 1884 ? Je dois ajouter que dans l’intérêt de la perfection de leurs travaux, MM. Diehl et Grandjean, les seuls intéressés, souhaiteraient de profiter tous deux du délai le plus long. »

162 Ibid., document n° 43, rapport du 29 novembre 1885 : « Très prochainement Mr Fabre auquel vous avez bien voulu accorder une quatrième année enverra pour l’impression les premières feuilles de son livre Le Liber censuum. »

163 Ibid., document n° 46, rapport du 24 mai 1886 : « M. Langlois achève à la fin de septembre la troisième année qui lui a été accordée [mais, pour mener à bien ses dépouillements à la Bibliothèque Vaticane] en somme cinq mois seraient nécessaires. » ; suit à l’appui de cette demande un ferme plaidoyer que Le Blant conclut avec toute la diplomatie requise par la circonstance : « C’est à vous, Monsieur le Ministre, et à l’Académie des inscriptions qu’il appartient de juger s’il y a plus d’inconvénient à charger un membre nouveau de continuer (…) qu’à laisser, faute de place, en dehors de notre École un jeune homme qui aura pu avoir le droit et le désir d’y être admis. » Il s’était montré assez habile pour emporter la décision. Langlois obtint la faveur demandée et prolongea à ses frais son séjour pendant un mois afin d’achever sa tâche : ibid., documents nos 48 (rapport du 2 février 1887) et 49 (rapport du 10 mai 1887).

164 Voir supra, note 36.

165 Copie des archives du ministère de l’Instruction publique (Arch. nat., F17 4130) conservée dans les archives de l’École française de Rome, document n° 35, rapport du 21 décembre 1884, à propos de Nolhac qui vient d’achever deux mois de congé de maladie : « Il sera de retour parmi nous sous peu de jours et je devrai modérer son ardeur au travail qui dépasse ses forces ; je verrai surtout à l’employer hors de Rome dont le climat lui est très contraire. » ; ibid., document n° 40, rapport du 8 mars 1885, à propos du même : « Je ne suis pas encore sans inquiétude à son égard et il a fait je crois une imprudence en venant, malgré mon avis, passer son hiver à Rome où l’attirent des études sur les collections de la Vaticane. Je vais, aussitôt que je pourrai l’obtenir de son zèle, l’envoyer dans quelque autre ville d’Italie où il pourra travailler sans danger » ; ibid., document n° 42, rapport du 6 juillet 1885, à propos de Lécrivain qui « se propose à mon grand regret, attendu l’insalubrité de Rome pendant les mois d’été, d’y prolonger son séjour au-delà du mois de juillet » ; ibid., document n° 48, rapport du 2 février 1887, signalant que Cadier « partira à Naples le 3 de ce mois. Le désir du médecin est qu’il n’y reste pas au-delà des premiers jours d’avril. Je ferai mes efforts pour que notre jeune savant se conforme à cette prescription. »

166 Ibid., document n° 48, rapport du 2 février 1887 : « Un accident qui n’a rien de grave tient M. Noiret à la chambre depuis plus de quinze jours et exigera des soins pendant une semaine encore. »

167 Chose à quoi Le Blant n’était pas seul sensible. Voir l’ample nécrologie collective publiée par A. Geffroy dans les MEFR, 9, 1989, p. 230-236 et spécialement, p. 230, cette évocation de Charles Poisnel : « Malheureux partout ailleurs qu’à Rome, il n’a pas voulu, pendant un été particulièrement malsain, quitter sa chère demeure du Palais Farnèse, et il a refusé de lutter contre le mal qui l’envahissait. »

168 Archives de l'École française de Rome, Dossier Le Blant, brouillon sans date de sa main, auquel le ministre répond le 4 septembre par une autre lettre (conservée ibid.) : « J’approuve la mesure que vous me proposez de prendre et j’autorise MM. les Membres de l’École de Rome à prolonger exceptionnellement leur séjour en France jusqu’au 15 octobre. »

169 Voir supra, note 8.

170 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 48.

171 Depuis 1872, Corneto avait troqué son nom contre celui, antique, de Tarquinia. Pératé a-t-il conservé l’ancienne appellation en souvenir de l’article posthume de Stendhal, « Les tombeaux de Corneto » qui fut publié par son cousin Romain Colomb dans la Revue des Deux-Mondes du 1er septembre 1853, puis dans le volume des Œuvres complètes de Stendhal consacré aux Chroniques italiennes, Paris, 1855, p. 311-327 ? En tout cas, son camarade de promotion Maurice Prou avait au moins autant goûté que lui la « fameuse excursion » à Corneto-Tarquinia dont il a laissé un récit plus détaillé encore dans une lettre à son père (Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1885, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 27 avril 1885), avant de faire parvenir à sa famille quelques jours plus tard le cliché reproduit à la fig. 5 (ibid., Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 5 mai 1885).

172 Jules de Laurière (1825-1894) n’était pas seulement un photographe passionné dont d’autres clichés (et pas exclusivement sur Rome et l’Italie) sont conservés aux archives départementales de la Dordogne ; cet historien et archéologue n’a pas seulement été membre de la Société historique et archéologique de la Charente, mais surtout secrétaire général du Bulletin monumental.

173 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 50-51.

174 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 216, lettre n° LXXIX du 16 mars 1882.

175 Ibid., p. 246, lettre n° XCV du 5 juillet 1882.

176 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 25 décembre 1884.

177 Ibid., Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 13 mai 1885 : « Le soir nous avons dîné tous chez [Madame Le Blant] avec Jules Ferry, l’illustre Ferry, ni plus ni moins, et l’ambassadeur auprès du St-Siège. » On ajoutera que M. Prou avait peut-être également été convié à une réception donnée en l’honneur de Mommsen à la veille de l’expédition à Corneto-Tarquinia ; c’est en tout cas ce qu’il espère dans une autre lettre adressée à son père le 20 avril 1885 : « L’illustre Mommsen est ici. C’est le grand sujet de conversation et l’attraction du moment. Ce soir grande soirée chez la Comtesse en son honneur ; et dans quelques jours chez M. Le Blant. »

178 Lettre de Le Blant en date d’un « mardi 16 » suivi entre crochets de la mention 1891 portée de la main de Prou, soit le 16 juin 1891 (Archives de la bibliothèque municipale de Sens, Fonds Prou, Année 1891).

179 Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Marguerite Prou, Rome, 9 décembre 1884. Le terme résonne en effet autrement chez lui que ce « papa Le Blant » que Duchesne employait à l’occasion comme on l’a vu à la note 42.

180 A. Pératé, Edmond Le Blant [1931]..., cit., p. 48.

181 Et cela avec un certain succès auprès d’autres que Pératé, tel M. Prou qui confie à son père : « Mme Le Blant part dimanche. Cela sera un grand vide. D’autant qu’elle est bien bonne pour nous, et pour moi elle a toutes sortes d’attentions délicates. » (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 13 mai 1885).

182 Voir supra, note 47.

183 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre du 14 février 1883 communiquée par Antoine Levent : « Ici quel drôle de monde ! On m’a envoyé (pour avoir quelques sous) un beau sonnet pour ma nomination, on m’y appelle Mr Le Blac. Le médecin de l’ambassade qui est venu me faire sa révérence m’appelle Mr l’Ambassadeur. (…) Hier visite officielle des membres de l’Académie m’annonçant ma nomination d’académicien des Lincei, les Lynx, ce qui est bien venu pour ma myopie. »

184 Ainsi il lui adjoint ce conseil à suivre lors de son arrivée en gare de Turin : « N’aie affaire à aucun guide ni porteur ». Et de même, à propos d’une possible inspection douanière : « Aie bien tes clés avec toi et aussi quelque carte de visite à enveloppe [ces mots sont soulignés deux fois] à ton adresse pour le cas où on te le demanderait pour savoir qui tu es. Pour moi on ne m’a rien demandé. »

185 Ibid., lettre du 13 mai 1883 : « Mr Ferri m’a dit, en me voyant chez lui vendredi qu’il avait lavé la tête à la comtesse, laquelle s’était excusée et avait promis réparation, d’où est venue le lendemain la brochure avec un mot à mon adresse et la carte qui était bien pour toi. J’ai remercié Mr Ferri de son intervention dans une ennuyeuse affaire et hier au soir je suis allé chez la comtesse qui m’a beaucoup demandé des nouvelles de ta santé et de ton voyage. Je ne sais toutefois ce qu’il y aura à faire l’an prochain avec cette fantasque personne ; nous en recauserons. »

186 Ce qui n’est pas une clause de style si l’on en juge par ce mot écrit deux ans plus tard par Maurice Prou à sa sœur : « Madame Le Blant est partie à notre grand regret, et je crois que M. Le Blant, qui ne peut se consoler de son départ, la suivra de près », (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, lettre du 20 mai 1885). De fait, Le Blant quitte Rome moins de dix jours plus tard, comme le montrent deux lettres destinées à sa femme que conservent Jeanne et Olivier Esmein, autres descendants de Le Blant. Dans la première, en date du 26 mai, l’habituelle formule de conclusion par laquelle il regrette son absence prend par exception un tour gentiment ironique : « Mes compliments à tes oignons, mais sans enthousiasme, puisqu’ils m’ont pris ma femme. »

187 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre de Le Blant du 13 mai 1883 communiquée par Antoine Levent.

188 Aujourd’hui Lavinio, l’antique Lavinium, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Rome.

189 De fait, le projet ne semble pas avoir eu de suite.

190 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre communiquée par Antoine Levent sur laquelle, par mégarde, Le Blant a seulement porté en tête les mots « Dimanche 1884. »

191 Voir supra, note 26.

192 En l’espèce, il s’agit surtout de celui relatif au problématique renouvellement du bail de l’École sur lequel on reviendra d’ici peu.

193 Comme on l’a vu supra note 177. Le Blant avait apparemment noué (ou entretenu ?) de bons rapports à cette occasion avec Ferry car il écrit une dizaine de jours plus tard à sa femme : « Je suis bien charmé que Julien [le fils issu de son premier mariage] ait bon espoir pour son ruban ; si Ferry était encore au pouvoir, il nous aurait probablement aidés ; mais tout sera pour le mieux si le pauvre garçon réussit. » (Archives personnelles de Jeanne et Olivier Esmein, descendants de Le Blant, lettre en date du 26 mai 1885).

194 Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1898, p. 81.

195 Voir supra, note 8.

196 Voir supra, notes 158 à 160.

197 M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010), dans MEFRIM, 122-2, 2010, p. 371-383, aux p. 373-374.

198 C. Jullian, Lettres de jeunesse..., cit., p. 188-189, lettre n° LXVII du 22 décembre 1881.

199 Ibid., p. 203, lettre n° LXXXIII du 2 février 1882.

200 Cela, au motif que « l’appartement du premier se compose (…) de vastes salles affectées aux réceptions et ne laisse à la disposition de notre ambassadeur que 4 chambres à coucher dont deux petites et mal situées. Les chambres des serviteurs sont également en nombre insuffisant. Le seul moyen de remédier aux lacunes de cette installation inhabitable pour un chef de poste ayant une nombreuse famille, consiste à assurer à notre ambassade, au second étage, indépendamment du logement spécialement réservé au conseiller de la mission, la possession d’un certain nombre de pièces. M. Decrais est donc d’avis de n’abandonner à l’École d’archéologie que la pièce formant loggia portée sur le plan ci-joint sous le n° 13 » (Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 1, copie de lettre du ministère des Affaires étrangères en date du 16 mai 1883 qui a été communiquée à Le Blant le 24 mai par le ministère de l’Instruction publique [ibid., document n° 2]).

201 Ibid. : « M. Le Blant se montre disposé à accepter cet arrangement qui aurait naturellement pour conséquence de réduire notablement la part contributive de dépense imputable au Ministère de l’Instruction publique. M. Decrais estime que cette quote-part pourrait être fixée à 800 francs, laissant ainsi à la charge de l’ambassade un loyer supplémentaire de 4 700 f. » Et le ministre d’ajouter à l’intention de son collègue de l’Instruction publique : « Les propositions formulées par notre ambassadeur à Rome me paraissant de nature à concilier les intérêts de nos deux départements, je m’empresse de vous les soumettre avec la confiance que vous voudrez bien leur donner votre assentiment. »

202 Ibid., document n° 3, lettre du ministère du 21 juillet 1883. Le fait que le dernier membre de phrase soit souligné indique l’intérêt porté par la direction de l’Enseignement supérieur à une extension de l’École, rendue indispensable par l’accroissement de la bibliothèque et les conditions de logement très précaires des membres.

203 Archives de l’École française de Rome, photocopie d’une lettre de Le Blant à sa femme datée du courant de l’année 1884 communiquée par Antoine Levent.

204 Voir supra, note 116.

205 « Le loyer qui dépasse 13 000 fr. est écrasant pour l’École. (…) J’estime que nous pourrions être logés aussi bien sinon mieux pour 9 000 fr. La décoration de l’appartement (…) est dans un état de malpropreté extrême. L’escalier haut de 122 marches n’est pas éclairé par le bailleur. L’ambassadeur y fait allumer le gaz jusqu’au premier étage ; le second qui mène à l’École est toujours obscur, et l’un de nos jeunes gens, Mr Pératé, vient de s’y contusionner la figure de manière assez sérieuse. Quand l’ambassadeur est absent, le premier étage reste comme le nôtre dans une complète obscurité ».

206 Ibid.

207 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 5, lettre du ministère du 12 janvier 1885.

208 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, lettre du 8 février 1885 : « En ce qui touche le fait d’introduction d’étrangers dans le Palais Farnèse, je dois vous exprimer qu’elle sera insignifiante pour l’ambassade qui occupe tout le 1er étage. Déjà les Napolitains y sont en très grand nombre reçus par le roi de Naples qui leur donne asile. À notre étage même, le second, se trouve une famille italienne et deux autres l’occupaient de plus lorsque Mr de Noailles, prédécesseur de Mr Decrais, s’était installé au Palais, bien longtemps avant qu’y vint l’École. Mr Lefebvre de Béhaine [l’ambassadeur de France près le Vatican] et tant d’autres ambassadeurs de Rome demeurent dans des palais comptant d’autres locataires. »

209 Ibid. : « Par un sentiment dont je suis le premier à déplorer le peu de justice, le Vatican voit de mauvais œil notre cohabitation avec l’ambassade près le roi d’Italie. Mon prédécesseur Mr Geffroy en avait éprouvé les effets et nous venons de les ressentir plus nettement encore cet été lorsque nous avons été menacés d’une dépossession dans un ordre de travaux que nous nous croyions acquis. (…) Et je dois à cette occasion vous rappeler que c’est là que travaillent MM. Fabre, de Nolhac, Prou, Langlois et Berthelot, cinq sur sept parmi nos jeunes gens. Il en résulte qu’un déplaisir du Vatican nous serait mortel et j’ajoute qu’une tension survenant entre le gouvernement français et la cour de Rome, dans l’état actuel des choses, constituerait pour nous un véritable danger. »

210 Ibid.

211 Comme « l’immense appartement du 2° étage du Palais Ruspoli, au centre même de Rome » – il est situé via del Corso – auquel il fait référence dans un courrier à l’ambassadeur Decrais du 22 décembre1885 (Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 14). Mais rien dans les archives conservées ne permet de savoir s’il a sérieusement exploré cette piste.

212 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, courrier daté du 1er mars 1885. Le plan est ici reproduit à la fig. 7.

213 Ibid., document non daté intitulé « Projet ».

214 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, courrier daté du 10 juin 1885.

215 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 6, note confidentielle de Louis Liard du 9 octobre 1885.

216 Le courrier étant conservé seulement à l’état de brouillon, peut-être Le Blant a-t-il corrigé sur la version adressée au ministère le lapsus qui lui a fait écrire « via Nazionale » pour « Corso Emanuele II », lequel d’ailleurs ne confine point le Farnèse mais en est éloigné de quelque 200 mètres.

217 Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant, lettre du 15 novembre 1885.

218 Pour plus de détails, voir M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse..., cit., p. 377.

219 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 7, lettre du ministère du 11 décembre 1885.

220 « Destruction des cloisons qui divisent le grand salon contigu à notre bibliothèque (…) ; établissement d’une cloison (qui) nous permettra de placer des livres dans les chambres qui donnent sur la cour et de laisser aux deux seuls membres de l’École que nous pourrons ultérieurement loger, des chambres saines, exposées au soleil », ibid., document n° 8, Edmond Le Blant à l’ambassadeur Decrais, Rome, 22 décembre 1885.

221 Ibid.

222 Ibid., document n° 10, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 24 décembre 1885. 

223 Ibid., document 11, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 22 janvier 1886 : « Il a été convenu que la cuisine serait déplacée et non les lieux d’aisance qui serai[en]t construits en double, pour les maîtres et les domestiques. La cuisine sera faite dans une pièce attenante à l’appartement, sur le devant du palais et qui nous sera concédée gratuitement. »

224 Sans doute songe t-il ici à l’entretien qu’il avait eu avec lui au printemps ou à l’été 1884 et au cours duquel Decrais s’était montré ouvert à une idée de réduction du loyer de l’École : voir supra, note 203.

225 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 11, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 22 janvier 1886.

226 Ibid., document n° 12, note confidentielle de Louis Liard du 28 janvier 1886. Pour aider Le Blant dans ses négociations avec l’ambassade, Louis Liard joint à son envoi « une note sur les baux précédents » qui n’est autre sans doute que le document n° 9 du même dossier. Et il laisse entrevoir en conclusion un possible recours en cas d’insuccès: « S’il est nécessaire que nous intervenions auprès des Affaires étrangères, dites le moi sans retard, nous agirons. »

227 Ibid., document n° 14, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome 12 février 1886 : « Dois-je faire une réserve dans la lettre qu’on attend de moi ? Permettez-moi de vous le demander et dans le cas où des réserves vous paraîtront comme à moi devoir être faites, je vous prie de m’en donner officiellement la formule. »

228 Ibid., document n° 15, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 23 février 1886.

229 Ibid., document n° 16, note de Louis Liard du 23 février 1886.

230 Ibid., document n° 17, Edmond Le Blant à l’ambassadeur Decrais , Rome, 28 février 1886.

231 Ibid., document n° 18, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 14 mars 1886. L’arrangement finalement arrêté est le suivant : « Nous sommes donc convenus avec M. le Chancelier qu’un éclairage à la lampe serait demandé au propriétaire lorsque l’on éteindrait le gaz [barré : pris par l’ambassadeur à sa charge personnelle] et M. le Chancelier m’annonce qu’on a fait droit à ma requête, consentant à ne pas nous traiter sur ce point en sous-locataires ainsi qu’on l’avait fait jusqu’à cette heure. »

232 Ibid. L’argument que Le Blant met en avant à ce propos est qu’« il est à craindre que les Italiens nous sachant enlacés, ne viennent à un moment donné, retirer purement et simplement ce qu’ils avaient accordé d’abord, et nous faire rester sans rien améliorer dans notre installation si défectueuse. »

233 Ibid., document n° 20, note confidentielle de Louis Liard du 16 mars 1886.

234 Ibid., document n° 21, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 18 mars 1886.

235 Voir dans l’article de M. Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse..., un rapide portrait de ce ministre plénipotentiaire qui représentait les intérêts de l’ex-roi de Naples, p. 374.

236 Cela parce que « les anciens appartements Caserte et Bari aujourd’hui occupés par l’École au 2e étage du Palais Farnèse, ont toujours été cotés, le 1er 8 000 f., le 2e 4 000, total 12 000. Mais avant que l’École vînt au Palais Farnèse, l’ambassade occupait 3 pièces de l’appartement Bari. Elle a continué de les occuper après 1875 ; aussi le loyer supplémentaire à payer pour l’École, appartement Caserte, et partie de l’appartement Bari a-t-il été fixé en 1875 à 10 000 f. et non à 12 000 f., prix total des deux appartements en entier » (Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 23, note confidentielle de Louis Liard du 23 mars 1886).

237 Ibid.

238 Ibid., document n° 22, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 27 mars 1886.

239 Ibid., document n° 24, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 14 avril 1886. Ainsi les craintes exprimées par Le Blant dans son courrier du 14 mars (voir supra, note 232) n’étaient pas seulement un prétexte pour hâter la décision de Liard.

240 Ibid., document n° 25, note confidentielle du 19 avril 1886.

241 Ibid., document n° 29, lettre de Louis Liard du 24 mai 1886 : « Monsieur le Directeur, en réponse à votre dépêche du 14 avril dernier, j’ai l’honneur de vous informer que M. le Président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, a consenti à accepter sur le prix actuel du loyer principal de l’École française de Rome, une réduction de mille francs (1 000 f.) à partir du 15 septembre 1886. Les instructions nécessaires ont été données à M. l’Ambassadeur de la République française près le Roi d’Italie avec lequel vous voudrez bien vous mettre en rapport. »

242 Ibid., document n° 26, en date du 24 avril 1886.

243 Ibid., document n° 27, Edmond Le Blant à Louis Liard, Rome, 4 mai1886.

244 Ainsi que Liard le lui avait écrit dans sa note confidentielle du 23 mars 1886 : « M. de San Martino vous fera incessamment proposer un échange de pièces ; s’il n’y a pas d’inconvénients à l’accepter, il serait heureux que vous fissiez bon accueil à sa proposition. » (Archives de l'École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 23).

245 De fait, les Farnésiens se plaignaient de faire pâle figure par rapport à leurs collègues de l’Académie, ainsi qu’en témoignent ces confidences de Maurice Prou à son père : « J’ai rendu visite aux académiciens de la Villa Médicis (…). Ces messieurs sont bien plus agréablement logés que nous (…). Leurs chambres sont très confortables. Ils dînent tous ensemble et ils ont un salon pour se réunir et recevoir leurs amis » (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à Louis Prou, Rome, 3 décembre 1884).

246 Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, document n° 19, brouillon sans date d’une lettre de Le Blant à Louis Liard.

247 M. Gras, Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au Palais Farnèse, dans MEFRIM, 122-2, 2010, p. 385-398. Mais on consultera également avec profit à ce propos son autre article, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse....

248 Voir supra, note 56.

249 Voir supra, note 48.

250 Lettre de M. Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome, dans CRAI, 1886, p. 242-247, à la p. 247 et pl. face à la p. 304.

251 E. Le Blant, Note sur une mosaïque découverte au Palais Farnèse, dans MEFR, 6, 1886, p. 327-328.

252 « Les pavements devaient être accessibles depuis la construction du Palais qui les a volontairement épargnés et le guide de J.-J. Boissard, Romanae urbis topographia et antiquitates, Francfort, 1597-1602, les mentionne rapidement entre les antiquités exposées dans la cour et celles du premier étage », comme le note Roger Hanoune dans l’article collectif, H. Broise, R. Hanoune, p. Pomey, Y. Thébert, J-P. Thuillier, Éléments antiques situés sous le Palais Farnèse, dans MEFRA, 89-2, 1977, p. 723-806, à la p. 772.

253 E. Le Blant, Note sur une mosaïque découverte... : « Quel était le monument que décorait ce pavé si curieux ? Pouvait-il avoir quelque rapport avec le sujet représenté ? Nous l'ignorons ; mais on peut se rappeler ici qu’à peu de distance du Palais Farnèse il existait un endroit appelé in prasino, marqué par l’emplacement actuel de l’église de Saint Laurent in Damaso qui en avait aussi reçu le nom. C'est là, comme l’a dit le savant abbé Duchesne, qu’était l'écurie de la célèbre faction verte (Le Liber pontificalis, p. 213). Notons toutefois que le premier des jeux d’adresse figurés sur notre mosaïque ne peut guère, semble-t-il, s'exécuter que dans une enceinte circulaire à court rayon et que selon toute apparence il ne s’agit pas ici d’un de ces exercices des grands cirques où se pressait la foule romaine. »

254 En fait, comme le montrent les descriptions de Le Blant, ce n’est pas une, mais deux mosaïques qui avaient été exhumées ; peut-être la difficulté de la tâche avait-elle dissuadée Giraud de relever la seconde ?

255 F. de Navenne, Rome, Le Palais Farnèse et les Farnèse, Paris, 1914, p. 10-20.

256 H. Broise, R. Hanoune, p. Pomey, Y. Thébert, J-P. Thuillier, Éléments antiques...

257 G. Vallet, Les fouilles sous le Palais Farnèse, dans CRAI, 1979, p 611-629.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Un des carnets de Le Blant conservés à la Bibliothèque de l’Institut (ms. 1720). ; il s’agit du douzième, dont les notes ne sont pas datées. Le papier remployé pour protéger la reliure porte un relevé de la main Le Blant de l’autel paléochrétien de Minerve, dans l’Hérault, qu’il a publié dans le t. II de ses Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au VIIIe siècle, Paris, 1865, n° 609 et pl. 82-83, nos 500 et 501.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14M
Titre Fig. 2 - Portrait d’Edmond Le Blant aux alentours de 1850. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 3 Edmond Le Blant en famille en 1883 dans sa propriété de Luzarches où étaient également logés sa fille et son gendre. Collection particulière de Bernard Esmein, un de ses descendants. De gauche à droite : Adhémar Esmein tenant son fils Charles sur ses genoux ; Madame Le Blant ; Valérie Esmein, née Le Blant, et sa fille Suzanne ; Edmond Le Blant.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 - Les membres de l’École et leur directeur dans la cour du Farnèse en 1885 (Archives de l’École française de Rome, non coté). Au côté d’Edmond Le Blant, Paul Fabre ; debout, de gauche à droite, André Pératé, Maurice Prou, Charles Lécrivain, Ernest Langlois.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 5 - L’excursion archéologique à Corneto (Tarquinia) du 26 avril 1885, cliché de Jules de Laurière conservé dans la correspondance de Maurice Prou (Archives de la Bibliothèque municipale de Sens, sans cote [la photographie a été insérée par Louis Prou dans un récit manuscrit intitulé « Voyage en Italie »]), qui le commente ainsi : « On voit, en commençant par la droite : le gardien, reconnaissable à ses clefs ; au-dessus un Russe [1], puis Langlois [2] et Fabre [3] ; devant, M. Le Blant [13], puis au bas : mademoiselle Maraini [14], Madame Le Blant ( !) [15]. Cette figure a fait beaucoup de bruit, d’un avis unanime Madame Le Blant est ratée ; puis une demoiselle dont je ne sais pas le nom [16], et la charmante mademoiselle Helbig avec son ombrelle [17] ; en haut, Lécrivain à l’air martial [4], Prou avec son inséparable canne, des fossiles à la main gauche [5] ; Pératé [6] ; puis le commandant Louis [8], et derrière le prince Odescalchi [7] ; la commandante [Louis] qui tient une ombrelle en guise de plumeau [9] ; au fond l’allemand Zungmeister [10], et l’illustre Mommsen, le clou de la pièce, ses deux mains derrière le dos [11], et son chapeau pointu, lequel chapeau n’a rien d’allemand attendu qu’à l’intérieur de la coiffe il y a la marque d’un marchand du Corso ; enfin M. Maraini [12], heureux possesseur de magnifiques sarcophages et des Italiens qui donnent une couleur locale » (Archives de la Société archéologique de Sens, Fonds Prou, 2845 MS 55 B2, Maurice Prou à sa sœur Marguerite, Rome, 5 mai 1885) (transcription de Bertrand Hamelin.)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 6 - Lettre d'Edmond Le Blant à sa femme du 14 février 1883. Collection particulière d’Antoine Levent, un de ses descendants ; une photocopie en est conservée dans les archives de l’École française de Rome.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 7 - Plan des appartements du palais Orsini communiqué à Edmond Le Blant par le secrétaire du prince pour répondre à son projet d’y loger l’École française. Archives de l’École française de Rome, dossier Le Blant.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 8 - Plan d’une partie du second étage du Palais Farnèse annexé à la convention signée à l’occasion du renouvellement du bail de l’École française le 24 avril 1886. Archives de l’École française de Rome, dossier Direction Le Blant-Travaux du Palais Farnèse, pièce 26.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Directeur de recherches honoraire au CNRS - Guyon@mmsh.univ-aix.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable