Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Le rôle de l’École française de Rome dans le développement des études italiennes en France (fin XIXe - début XXe siècles)

Jérémie Dubois

Texte intégral

  • 1 Émile Mâle, spécialiste de l’art chrétien médiéval, est directeur de l’École française de Rome entr (...)
  • 2 É. Mâle, (sans titre), dans Rassegna di studi Francesi, 9, 1931, Fascicolo dedicato a Carlo Dejob, (...)
  • 3 Arch. nat., AJ16 1033, dossier personnel Charles Dejob, lettre du doyen de la faculté des lettres d (...)

1En 1931, Émile Mâle, alors directeur de l’École française de Rome1, saluait par un hommage en forme de regret la mémoire de celui qui avait été à la fin du XIXe siècle le principal organisateur du réveil des études italiennes en France : « Si Dejob eût été plus jeune de quelques années, il eût été, sans aucun doute, membre de l’École française de Rome ; mais lorsqu’elle fut fondée, il était déjà professeur2 ». L’intégration posthume de Charles Dejob (1847-1916) à la communauté des membres de l’École de Rome ne relève pas de la simple rhétorique : l’italianisant a, sa vie durant, noué de fréquents contacts avec l’établissement romain. Normalien et agrégé de lettres, Charles Dejob fut en 1900 le premier maître de conférences de langue et littérature italiennes à la Sorbonne. À sa retraite, en 1908, il est professeur de langues et littératures de l’Europe méridionale. Entre-temps, il a inauguré à partir de 1903 une délégation d’inspection pour l’italien dans les établissements secondaires3.

2Ce parcours individuel ne doit pas masquer le rôle d’entraînement collectif assumé par Charles Dejob entre la fin du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale. Ce « pré-romain » s’était donné pour but de peser sur les relations intellectuelles et politiques franco-italiennes en encourageant et en encadrant la diffusion de la langue italienne en France. Pour y parvenir, il créa une Société d’études italiennes en 1894, qui obtint en 1900 l’ouverture d’une agrégation d’italien et permit la naissance en 1901 de la première revue disciplinaire spécifique aux études italiennes, le Bulletin italien. Il s’agit de comprendre comment l’École française de Rome et ceux qui lui étaient liés ont appuyé des initiatives en faveur des études italiennes en France, pour mesurer la part qui revient à l’établissement romain dans l’effort collectif qui déboucha sur la naissance de la discipline moderne.

Le soutien institutionnel de l’École française de Rome aux premiers pas de la Société d’études italiennes

3Au printemps 1894, Charles Dejob rend publique une circulaire formulée en des termes aussi larges que choisis. Au lieu de la signer de son seul nom, il la fait suivre d’une liste des premiers adhérents, ce qui donne à son texte une valeur collective, dans une logique pétitionnaire :

  • 4 Bulletin de la Société d’études italiennes (désormais BSEI), 1, 9 avril 1894, p. 1.

Il a paru à quelques amis de la littérature et de l’art italiens que l’heure était venue de se grouper pour faire mieux connaître une nation si intimement mêlée à notre histoire. Le nombre des italianisants s’est fort accru chez nous dans les vingt dernières années, mais leurs efforts isolés n’ont pas produit tout le fruit qu’on pouvait attendre. D’ailleurs, il faut bien avouer que diverses raisons, dont quelques-unes étaient d’impérieuses nécessités, tournaient en général vers d’autres régions l’esprit de nos historiens et de nos critiques. Aujourd’hui que la France envisage avec sérénité l’avenir, ne lui siérait-il pas de voir se resserrer les liens intellectuels qui l’attachent à sa voisine ? Certes, il serait puéril de nier qu’un malentendu a séparé dans ces derniers temps la France et l’Italie, mais pourquoi ne pas chercher à le dissiper ?4

  • 5 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959.
  • 6 G. Ferragu, L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? , dans MEFRIM, 114-1, 2002, p. 7 (...)
  • 7 C’est du moins ce qu’indique son gendre, Marc Citoleux, dans son avant-propos à C. Dejob, Histoire (...)

4La circulaire est bien caractéristique d’un contexte marqué par ce que l’historien Claude Digeon devait appeler plus tard la « crise allemande de la pensée française5 » : la fascination anxieuse devant le nouvel Empire allemand tendait à éclipser l’intérêt scientifique qui pouvait être porté à d’autres pays voisins. Mieux, chez ceux-là mêmes qui choisissaient de tourner leurs regards vers l’histoire ou la langue de l’Italie, l’idée de la revanche avec l’Allemagne affleurait encore. De ce point de vue, un parallèle peut être esquissé entre les inspirations qui ont animé le projet de création de l’École française de Rome et celui de Dejob. La grande différence tient évidemment à l’écart entre le statut des deux initiatives, l’une procédant d’un État et l’autre de la société civile, à travers un groupement de type associatif. Le point commun réside néanmoins dans une lecture « triangulaire » des relations bilatérales, qui n’envisageait guère la question des relations scientifiques franco-italiennes sans l’intégrer dans un schéma de rivalité avec l’Allemagne. En ce sens, les efforts du premier directeur en titre de l’École française de Rome, Albert Dumont, pour contrer ce qu’il appelait dans une lettre de 1875 un « envahissement » allemand de l’Italie6, font écho à la volonté d’« arracher l’Italie à l’Allemagne » qui a passionnément habité Charles Dejob7.

  • 8 Pour une analyse approfondie des relations franco-italiennes à la fin du XIXe siècle, voir P. Milza (...)
  • 9 Geffroy, après sept années de direction, entre 1875 et 1882, avait été remplacé par Edmond Le Blant (...)
  • 10 Geffroy était membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1874.
  • 11 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 6.
  • 12 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986), Rome, 1987, p. 80. Sur l’action d’Edmond (...)
  • 13 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.
  • 14 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 4.
  • 15 Duchesne devait succéder à Geffroy le 27 mars 1895 et demeurer en fonction jusqu’à sa mort en 1922. (...)

5À l’heure de l’alliance entre l’Italie et l’Allemagne, les rapports franco-italiens sont bien plus dégradés que ne le laisse entendre l’habile litote de Charles Dejob, se bornant à enregistrer un simple « malentendu » entre les deux pays8. Le projet de la Société consistait précisément à ériger les « italianisants », c’est-à-dire les spécialistes de la langue et de la culture italiennes, en acteurs situés aux avant-postes de la relation franco-italienne, pour mieux favoriser la constitution d’une discipline nouvelle et reconnue en France. Ce programme est rapidement soutenu par le directeur et par un directeur honoraire de l’École française de Rome. Auguste Geffroy9 adhère à la nouvelle Société en qualité de directeur de l’École de Rome et de membre de l’Institut10 en juillet 189411. Edmond Le Blant, qui avait dirigé l’établissement de 1882 à 188812, adhère dès avril 189413. La liste des fondateurs de la Société d’études italiennes compte encore un futur directeur de l’établissement, l’abbé Duchesne14, qui avait été membre de l’École française de Rome durant les années 1873-1876 et avait contribué à la naissance de l’institution15.

  • 16 Voir Annuaire de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour l’année 1891, Paris, s.d.
  • 17 Ces analyses s’appuient sur la prosopographie établie dans le cadre de notre thèse, à laquelle nous (...)
  • 18 M. Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Paris, (...)

6Cet engagement était tout entier symbolique : Dejob avait choisi de n’exiger aucune cotisation de ses adhérents. Pour autant, parmi les élites intellectuelles françaises de l’époque, l’idée d’apporter un soutien à la cause des études italiennes était bien loin d’aller de soi. Le contexte du début des années 1890 était très défavorable aux études italiennes. L’italien est alors en France une langue « faible » dans le système pédagogique. Moins d’une vingtaine d’enseignants étaient chargés de l’enseigner vers 1890 dans l’ensemble des établissements secondaires publics français16. Ces maîtres ne formaient pas un groupe professionnel puisque la grande majorité d’entre eux ne diffusaient la langue transalpine que quelques heures par semaine, en complément de leur travail principal17. L’émergence d’une conscience collective était entravée par l’absence de formation commune : ceux qui aspiraient à enseigner l’italien pouvaient certes se présenter à un certificat d’aptitude à l’enseignement de l’italien, mais la réussite à ce concours ne leur assurait pas, loin de là, une affectation sur un poste. Certains lauréats restaient privés d’emploi tandis que d’autres enseignaient l’italien sans avoir le moindre titre pour cette tâche. L’absence d’un enseignement universitaire spécialement destiné à former les maîtres d’italien plaçait cette langue dans une situation d’infériorité manifeste, non seulement vis-à-vis des langues du Nord, mais aussi par comparaison avec l’espagnol. Ernest Mérimée, cousin de l’écrivain Prosper Mérimée, avait en effet obtenu à la faculté des lettres de Toulouse en 1886 une chaire de langue et littérature espagnoles18.

  • 19 Ancien membre de l’École française d’Athènes, Mézières avait d’abord enseigné la littérature étrang (...)

7Le déficit d’image qui pesait sur la langue italienne en France ne tenait pas seulement à l’indifférence que beaucoup lui témoignaient : il s’expliquait encore par l’hostilité franche qu’une partie des élites universitaires vouaient à l’Italie contemporaine, pour des raisons politiques. Le député et professeur de littérature étrangère Alfred Mézières refusa ainsi sèchement la présidence de la Société d’études italiennes que son fondateur lui proposait19.

  • 20 Le prince de Naples s’était rendu à Metz, au cœur des terres que la France avait dû céder à l’Allem (...)
  • 21 Lettre d’Alfred Mézières à Charles Dejob, citée dans C. Dejob, Histoire de la Société..., cit., p.  (...)

Mon Cher Collègue, votre idée est bonne, heureuse. Elle sera féconde. Mais je ne puis pardonner aux Italiens, moi, enfant de Metz, d’avoir laissé le prince de Naples accompagner l’empereur d’Allemagne dans ma ville natale pour y consacrer le droit de la conquête20. Tant que cette faute, tant que ce crime n’auront pas été expiés par eux, qui représentaient autrefois en Europe le droit des vaincus, par les Lombards et par les habitants de Venise que nous avons rendus libres, je n’aurai rien de commun avec l’Italie. Il m’en coûte de vous refuser mon concours... ; mais je ne pourrais plus me montrer au milieu de mes parents et de mes amis si je tendais la main aux anciens alliés qui nous ont fait cet outrage. Pour le moment, je ne les connais plus...21.

  • 22 G. Noiriel, Le massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893, Paris, 2010.

8Cette lettre témoigne que la violence physique avec laquelle s’était manifestée une explosion d’italophobie populaire à Aigues-Mortes en 189322 se doublait au début de l’année 1894 d’une violence verbale ayant gagné les milieux politiques et universitaires. La force du vocabulaire employé par Mézières, et en particulier le terme « expier », laisse entendre qu’à ses yeux, les « anciens alliés » sont véritablement devenus de nouveaux ennemis, contre lesquels il ne serait pas illégitime d’agiter le spectre d’un conflit qui aurait valeur de punition réparatrice. À l’inverse, l’appui de la direction de l’École française de Rome à la naissance de la Société d’études italiennes suggère une convergence autour d’un même pari, consistant à ne pas renoncer à nouer des liens intellectuels avec l’Italie, malgré les difficultés posées par la politique germanophile de Francesco Crispi.

  • 23 C. Dejob, Histoire de la Société..., Paris, 1919, p. 14.
  • 24 G. Goyau, Les origines, in L’histoire et l’œuvre, cit., p. 12.
  • 25 Émile Burnouf était bien placé pour inspirer à la nouvelle institution française en Italie une orie (...)
  • 26 A. Geffroy, L’École française de Rome, ses origines, son objet, ses premiers travaux, dans « À l’éc (...)

9Le soutien rapide apporté par l’encadrement de l’École française de Rome peut encore s’expliquer par l’identité du président finalement choisi pour la Société. Charles Dejob avait convaincu l’ancien chef de gouvernement Jules Simon d’accepter la présidence de son groupement. En lui, Dejob avait certes trouvé le « nom célèbre23 » qu’il recherchait pour attirer l’attention du public, mais il avait aussi obtenu l’appui d’un des hommes politiques ayant très tôt soutenu le projet de création à Rome d’une institution française de recherche historique. Jules Simon était ministre de l’Instruction publique dans le gouvernement de Thiers lorsque Félix Ravaisson, conservateur des antiques au musée du Louvre, lui avait proposé de créer en Italie une institution s’inspirant du modèle de l’École française d’Athènes (EFA)24. Un projet fut ensuite soumis au ministre par Albert Dumont en juin 1872, en présence d’Émile Burnouf, directeur de l’École d’Athènes25 et concerné au premier chef par le projet initial, qui liait la structure projetée à Rome à celle qui existait déjà en Grèce. L'« intelligente résolution26 » de Jules Simon en faveur de l’ouverture d’un établissement à Rome l’emporta sur les hésitations de Thiers. Dès lors, l’adhésion des directeurs de l’École française de Rome à la Société d’études italiennes peut avoir eu aussi valeur de témoignage de reconnaissance.

  • 27 C. Dejob, Marc-Antoine Muret, Un professeur français en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècl (...)

10Le soutien apporté par la direction de l’École française de Rome à l’initiative lancée en faveur des études italiennes peut aussi s’expliquer par des contacts personnels entre le fondateur de la Société et Auguste Geffroy. Lorsque Charles Dejob publie en 1881 sa thèse sur Marc-Antoine Muret, humaniste français du XVIe siècle qui séjourna en Italie, il remercie Geffroy de lui avoir « procuré l’accès de la Vaticane, de la bibliothèque de l’université et des archives nationales27 », ce qui, au passage, confirme que, dès ses premières décennies, l’École française de Rome a élargi son rôle de soutien à la recherche en Italie au-delà du cercle de ses seuls membres.

  • 28 R. Müller, Les chemins qui mènent à Rome. Entrer à l’École française entre 1876 et 1914, dans MEFRI (...)

11La contribution de l’École de Rome au développement de la Société d’études italiennes ne se résume pas à l’appui fourni par ses administrateurs. Comme l’a récemment montré Raphaël Muller, le directeur de l’institution représente « une instance d’impulsion, de contrôle et de décision28 ». La participation des dirigeants de l’École française à la Société d’études italiennes pouvait posséder un rôle d’entraînement parmi les membres et anciens membres, comme parmi les étudiants de l’École normale supérieure, de l’École pratique des hautes études ou de l’École des chartes, intéressés par les activités de l’École de Rome.

L’appui professionnel et intellectuel de membres et anciens membres.

  • 29 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 1.
  • 30 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 130-135.

12Les listes des adhérents que publie régulièrement la Société sont un bon indicateur des appuis trouvés par Dejob. Les deux premières séries comportent un nombre significatif d’anciens de l’École de Rome. Au total, vingt-deux des premiers adhérents de la Société d’études italiennes sont directement liés à l’École française de Rome, pour avoir passé à différents titres plusieurs années dans la capitale italienne au sein de cet établissement. Ce chiffre appelle une double mise en perspective. Il peut d’abord sembler modeste, rapporté au nombre total des 352 adhérents que compte le groupement en juillet 189429. Toutefois, parmi eux figurait une proportion significative d’adhérents italiens, lesquels ne pouvaient devenir membres de l’école du Palais Farnèse. Surtout, ces vingt-deux noms doivent être mis en relation avec le fait que l’institution n’admet chaque année que quelques chercheurs. Des origines à 1894, le nombre des admissions oscille ainsi entre un maximum de sept admis au titre de l’année 1878-1879 et un minimum de deux reçus, comme en 1877-1878 ou en 1891-189230. Ainsi, au moment où Dejob publiait sa deuxième liste, en juillet 1894, soixante-dix-sept personnes avaient été admises comme membres de l’École de Rome, cette dernière ayant été administrée par trois directeurs différents. Le fait que, sur cette population de quatre-vingt personnes, vingt-deux aient donné leur adhésion durant les premières semaines de la création de la Société n’est pas anodin. Si l’on souligne que certains des anciens membres étaient décédés en 1894, la propension à adhérer apparaît révélatrice d’un engagement collectif des savants, bibliothécaires et professeurs formés à Rome.

  • 31 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 4-6, et BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 5.
  • 32 Ibid., p. 3.
  • 33 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 5-6.
  • 34 BSEI, 1, 9 avril 1894 p. 4.
  • 35 Ibid.
  • 36 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 4-5.
  • 37 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.
  • 38 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 93.
  • 39 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 1-2.
  • 40 Ibid., p. 5.
  • 41 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 6.
  • 42 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 131.

13En s’engageant pour la cause de l’italien en France, d’anciens membres de l’École française de Rome contribuent à donner aux listes de Charles Dejob une dimension professionnellement diversifiée. Une partie d’entre eux adhère en mettant en avant leur qualité d’ancien membre de l’établissement français d’Italie, comme Georges Lacour-Gayet, Romain Rolland, Georges Digart ou Camille Enlart31. D’autres associent ce titre aux fonctions qu’ils exercent dans des institutions françaises, comme Lucien Auvray, « sous-bibliothécaire à la Nationale32 », Léon Dorez, « attaché à la Bibliothèque nationale », Alcide Macé, « maître de conférences à la faculté des lettres de Rennes » ou Paul Fabre, « professeur à la faculté des lettres de Lille33 ». Certains des anciens membres de l’École de Rome viennent grossir les rangs de la Société d’études italiennes sans que transparaisse leur formation commune. Plusieurs d’entre eux adhèrent en qualité d’enseignants, soit qu’ils exercent dans un établissement de l’enseignement secondaire, comme Edmond Courbaud, professeur au lycée de Versailles, soit qu’ils enseignent à l’université, comme Camille Jullian, « professeur à la faculté des lettres de Bordeaux34 », Georges Lafaye, maître de conférences en Sorbonne, Léon Gabriel Pélissier, professeur à la faculté des lettres de Montpellier ou Antoine Thomas, professeur en Sorbonne35. L’École française de Rome a également formé des juristes qui appuyèrent de leurs noms les premiers efforts en faveur du développement des études italiennes en France, comme Édouard Beaudoin ou Paul Fournier, associés à la même mention : « professeur à la faculté de droit de Grenoble36 ». La contribution des anciens membres de l’établissement français en Italie comprend aussi des personnes rattachées à d’autres grandes institutions, comme le montre l’adhésion d’Eugène Müntz, « de l’Institut37 ». Né en 1845, membre de l’École française de 1873 à 1876, il entre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 189338. Son adhésion a été jugée particulièrement précieuse par Charles Dejob, qui la met plusieurs fois en avant39. De même, l’adhésion de Pierre de Nolhac, « conservateur du musée de Versailles, maître de conférences à l’École des hautes études » et André Pératé, « conservateur adjoint au musée de Versailles40 » a représenté un appui à la fois savant et institutionnel pour la Société. Enfin, le nom de Théophile Homolle, « de l’Institut, directeur de l’École française d’Athènes41 », renvoie là encore à un ancien hôte de l’institution française en Italie : membre de l’École d’Athènes, il effectua en 1874-1875 un séjour d’un an au sein de l’École archéologique de Rome42. Les ramifications du monde des anciens membres de l’École française de Rome contribuent à expliquer l’adhésion rapide de personnes travaillant en des lieux aussi divers que Versailles ou Montpellier, Paris, Rennes, Athènes ou Bordeaux : la formation commune en Italie fait bien figure de lieu de sensibilisation à la cause des études italiennes en cette fin de XIXe siècle.

  • 43 Ibid., p. 95.
  • 44 BSEI, 2, sans date, p. 2.
  • 45 P. de Nolhac, Pétrarque et l’humanisme, Paris, 1892.
  • 46 C. Dejob, Un homme d’État spirituel et chevaleresque : Massimo D’Azeglio, dans Revue internationale (...)

14Au-delà des seules adhésions, les anciens membres de l’École française de Rome contribuèrent directement aux activités de la Société destinée à mobiliser l’opinion en faveur des études italiennes. Plusieurs d’entre eux ont donné des conférences visant à intéresser le public à la culture italienne et à élargir l’audience de la Société. La troisième des conférences, donnée en Sorbonne le 9 mai 1894, fut prononcée par Pierre de Nolhac, qui fréquenta le Palais Farnèse de 1882 à 188543. Elle portait sur « la poésie italienne contemporaine44 ». Auteur d’une thèse sur Pétrarque et l’humanisme45, Pierre de Nolhac s’exprime ici sur un genre qui touche à l’une de ses spécialités, la poésie italienne, mais il n’hésite pas à s’éloigner du XIVe siècle pour évoquer le temps présent. Parmi les sept premières conférences, programmées entre avril et juin 1894, Pierre de Nolhac est avec Charles Dejob le seul qui ait retenu un intitulé directement en prise avec l’Italie contemporaine46.

  • 47 BSEI, 4, 19 octobre 1894, p. 3.
  • 48 BSEI, 5, 28 juin 1895, p. 1. Sa conférence fut d’ailleurs publiée dans le recueil rassemblé par un (...)
  • 49 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 47.
  • 50 C. Enlart, Origines françaises de l’architecture gothique en Italie, Paris, 1894 (BEFAR, 66).

15Les anciens membres de l’École de Rome contribuèrent également à la deuxième série de conférences, données durant l’année 1894-1895. Le 30 janvier 1895, en Sorbonne, Camille Enlart présenta les « origines de l’architecture gothique en Italie47 », accompagnée de « projections à la lumière électrique », comme s’en félicite Charles Dejob48. Camille Enlart, né à Boulogne-sur-Mer en 1862, archiviste paléographe, avait été membre de l’École française entre 1889 et 189149 et avait consacré son mémoire présenté à l’Académie des inscriptions et belles-lettres aux Origines bourguignonnes de l’architecture gothique en Italie, ce qui devait nourrir un ouvrage intitulé Origines françaises de l’architecture gothique en Italie, paru précisément en 1894, l’année de son intervention devant la Société d’études italiennes50. Pour ce jeune savant, le sens de l’intervention est double puisqu’elle lui permet à la fois de participer aux projets de Dejob tout en bénéficiant d’une possibilité de faire connaître à Paris les travaux qu’il a préparés en Italie.

  • 51 BSEI, 4, 19 octobre 1894, p. 3.
  • 52 Ibid., p. 4.
  • 53 BSEI, 5, 28 juin 1895, p. 1.
  • 54 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 109.
  • 55 R. Rolland, Les origines du théâtre lyrique moderne. L’opéra en Europe avant Lully et Scarlatti, Pa (...)
  • 56 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 41.
  • 57 BSEI, 6, 5 novembre 1895, p. 5.
  • 58 Ibid. p. 4.

16D’autres anciens membres de l’École de Rome apportèrent à la Société l’appui de leur parole, comme Eugène Müntz, qui présenta en février 1895 une conférence au cercle Saint-Simon et qui s’intitulait : « Léonard de Vinci, penseur et poète51 ». Le 24 avril 1895, Romain Rolland donna à la Sorbonne une présentation sur « Les origines de l’opéra italien : musique inédite du seizième et du dix-septième siècles52 ». Cette conférence ne se limita pas à un simple exposé puisqu’elle fut accompagnée, note Dejob, d’une « surprise » pour le public : « Mlle Fanny Créhange a bien voulu se faire entendre dans quelques-uns des plus beaux morceaux de musique italienne retrouvés par le conférencier53 ». Romain Rolland avait séjourné à Rome durant les mêmes années qu’Enlart, entre 1889 et 189154. Sa thèse, Les origines du théâtre lyrique moderne. L’opéra en Europe avant Lully et Scarlatti, n’était pas encore publiée : elle devait l’être un an plus tard, en 189555. La propension à contribuer aux activités de la Société d’études italiennes parmi les anciens membres de l’École française de Rome apparaît dans l’ensemble particulièrement forte parmi ceux qui ont quitté l’Italie depuis peu de temps. Les deux interventions de Léon Dorez en témoignent. Ancien élève de l’École des chartes, il avait passé trois années au Palais Farnèse, entre 1890 et 189356. Dès novembre 1895, Charles Dejob signale qu’il a donné une conférence sur « Pic de la Mirandole57 », et qu’il allait en proposer une autre sur « La jeunesse du pape Marcel II, 1501-153558 ».

  • 59 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.
  • 60 Ernest Bichat adhère en qualité de doyen de la faculté des sciences de Nancy et figure parmi la lis (...)

17Les personnalités liées à l’École de Rome ne sont certes pas les seules à soutenir la cause de l’italien en France. L’École normale supérieure a joué un rôle parallèle. Son directeur, Georges Perrot, figure sur la première liste d’adhésion59. Certains de ses maîtres de conférences, comme Gabriel Monod ou Émile Bourgeois, adhèrent également, de même que plusieurs élèves. Charles Dejob a mobilisé ses anciens condisciples de la promotion 1867, comme l’hispaniste Ernest Mérimée, ou des normaliens de promotions voisines, comme le scientifique Ernest Bichat, admis rue d’Ulm en 186660. De même, la Société a trouvé un appui important auprès de personnes chez qui l’intérêt pour l’Italie se mêlait à des convictions religieuses, comme chez le député catholique du Nord Henry Cochin, spécialiste de Pétrarque et acteur majeur des négociations qui ont finalement permis l’institution d’une agrégation d’italien et d’espagnol.

  • 61 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 4.
  • 62 BSEI, 1, p. 3.

18Toutefois, l’apport spécifique de l’École française de Rome tient sans doute à sa contribution à l’ouverture de la Société vers les élites italiennes. Le but de Charles Dejob a d’emblée été d’unir dans son groupement des savants français et italiens. Il y parvient dans une large mesure, rassemblant à la fois des personnalités parmi les plus influentes de la vie intellectuelle transalpine, comme Carducci, qui adhère en qualité de professeur à l’université de Bologne61, ou comme le philosophe napolitain Benedetto Croce62. Le recrutement d’adhérents italiens de la Société a été favorisé par la campagne de presse lancée par Dejob dans les journaux de la péninsule ; mais c’est sans doute par le biais de contacts interpersonnels que s’est produit le processus cumulatif qui vit plusieurs centaines d’Italiens appuyer le projet d’une diffusion des études italiennes en France. Les liens scientifiques et amicaux noués en Italie par des membres de l’École de Rome ont pu être déterminants pour ouvrir la Société dans un sens franco-italien.

La participation de « Romains » à la structuration d’un italianisme universitaire

  • 63 Arrêté du 8 décembre 1899 (A. Marais de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignemen (...)
  • 64 L’article premier de l’arrêté du 3 août 1895 autorisait pour la première fois, « à partir de la ses (...)
  • 65 Cette situation s’explique peut-être par le fait que l’essentiel de la formation de Bonafous s’étai (...)

19Les anciens membres de l’École française de Rome ont aussi encouragé la naissance d’un enseignement universitaire de l’italien, condition d’une amélioration de la qualité des cours dispensés dans les établissements secondaires. Le rôle de Léon Gabriel Pélissier est à cet égard significatif : l’historien, auteur d’une thèse sur Louis XII et Ludovic Sforza, avait séjourné à l’École française de Rome entre 1885 et 1887. Maître de conférences, puis professeur à la faculté des lettres de Montpellier, dont il devait devenir doyen, il organise à la fin du siècle avec son collègue Joseph Vianey, enseignant en littérature française, un centre universitaire d’italien. Cette initiative va trouver une reconnaissance en décembre 1899 lorsque la licence ès lettres mention « italien » est instituée à la faculté des lettres de Montpellier63. La faculté du Languedoc n’est pas la première à obtenir le droit de décerner ce titre, puisque ce diplôme avait été créé pour la faculté de Grenoble en 1895, l’année même où avait été institué dans cette ville le premier poste universitaire de langue et littérature italiennes, confié à Henri Hauvette64. L’initiative de Vianey et Pélissier a débouché sur l’institution d’une licence d’italien à Montpellier au même moment qu’à la faculté de lettres d’Aix. Or, Raymond Bonafous y enseignait depuis 1895 les langues et littératures du Midi. En marge de leurs charges principales, l’historien formé à Rome et le spécialiste de littérature française ont ainsi eu un rôle aussi important que leur collègue d’Aix dans la construction d’un enseignement universitaire de l’italien65.

  • 66 La revue naît à Bordeaux pour des raisons qui doivent beaucoup au rôle moteur d’Eugène Bouvy, bibli (...)
  • 67 R. De Cesare, Il 'Bulletin italien' (1901-1918), dans Critica e storia letteraria. Studi offerti a (...)

20La structuration d’un italianisme universitaire en France a reposé sur une collaboration entre des spécialistes de différentes disciplines, rendue nécessaire par l’inexistence d’un groupe déjà formé et reconnu de spécialistes d’italien. La principale faiblesse que devaient surmonter les promoteurs d’un enseignement universitaire de l’italien en France tenait à la fragilité de leurs positions institutionnelles. Les anciens membres de l’École française de Rome, souvent bien établis dans différentes institutions culturelles ou universitaires, jouent un rôle d’appui scientifique et professionnel à la construction de la discipline. Le premier comité de rédaction de la première revue universitaire d’italien en témoigne. La naissance du Bulletin Italien à Bordeaux66 en 1901 est étroitement liée à la création d’une agrégation d’italien, décidée en 1898 et dont la première session eut lieu en 1900. Comme le note Raffaele De Cesare, il n’existait auparavant en France aucun périodique spécialisé, dédié à l’étude de la langue et de la littérature italiennes67. Six anciens membres de l’École française de Rome font partie du premier comité.

Tableau 1 - La présence d’anciens membres de l’École française de Rome dans le premier comité de rédaction du Bulletin italien, en 1901

Prénom et nom

Fonctions

Liens à l’École française de Rome

Lucien Auvray

Sous-bibliothécaire à la Bibliothèque nationale.

Membre (1885-1888)

Eugène Bouvy (secrétaire de la rédaction)

Chargé d’un cours complémentaire de langue et littérature italiennes à la faculté des lettres de Bordeaux, bibliothécaire universitaire.

Henry Cochin

Député du Nord, Paris.

Charles Dejob

Maître de conférences de langue et littérature italiennes à la faculté des lettres de Paris, président de la Société d’études italiennes.

Léon Dorez

Sous-bibliothécaire à la Bibliothèque nationale.

Membre (1890-1893)

Émile Gebhart

Professeur de littérature de l’Europe méridionale à la faculté des lettres de Paris, membre de l’Institut.

Henri Hauvette

Chargé de cours de langues et littérature italiennes à la faculté des lettres de Grenoble.

Alfred Jeanroy

Professeur de langues et littératures méridionales à la faculté des lettres de Toulouse.

Ernest Mérimée

Professeur de langue et littérature espagnoles à l’université de Toulouse, doyen de la faculté des lettres

Alfred Morel-Fatio

Secrétaire de l’École des chartes, directeur adjoint à l’École des hautes études, professeur suppléant au Collège de France.

Eugène Müntz

Conservateur de la Bibliothèque

de l’École des beaux-arts.

Membre (1873-1876)

Pierre de Nolhac

Conservateur du Musée national de Versailles,

directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Membre (1882-1885)

Léon Gabriel Pélissier

Professeur d’histoire à la faculté des lettres de Montpellier.

Membre (1885-1887)

Émile Picot

Professeur à l’École des langues orientales.

Georges Radet (directeur-gérant)

Professeur d’histoire ancienne et doyen à la faculté des lettres de Bordeaux.

Antoine Thomas

Professeur de littérature du Moyen Âge et philologie romane à la faculté des lettres de Paris.

Membre (1879-1881)

Joseph Vianey

Maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Montpellier.

Sources : Le Bulletin italien, Annales de la faculté des lettres de Bordeaux et des universités du Midi, quatrième série commune aux universités d’Aix, Bordeaux, Montpellier, t. 1, 1901, p. 2, et École française de Rome, Annuaire des membres, 1873-2009, Rome, 2009, en ligne sur le site de l’École française de Rome, www.efrome.it/fr/ecole/annuaire.html.

  • 68 La présidence du jury unique d’agrégation d’italien et d’espagnol a ainsi été assurée entre 1900 et (...)
  • 69 E. Müntz, L’iconographie de la Laure de Pétrarque, in Bulletin italien, 1, 1901, p. 85-91.
  • 70 L. G. Pélissier, Un traité de géographie politique de l’Italie à la fin du XVe siècle, dans Bulleti (...)
  • 71 Voir sur ce point I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920 : un épisode des relations (...)

21L’École française n’est pas le seul vivier à partir duquel s’est constituée la première revue universitaire d’études italiennes en France : les hispanistes, comme Alfred Morel-Fatio ou Ernest Mérimée, y occupent une place influente, notamment grâce à leurs fonctions respectives d’enseignant au Collège de France et de doyen de la faculté des lettres de Toulouse. La présence d’anciens membres de l’École de Rome, bons connaisseurs de l’histoire et de la culture italiennes, a peut-être été sollicitée par les deux principaux spécialistes de la langue italienne du comité, Charles Dejob et Henri Hauvette, pour équilibrer l’influence des hispanistes, avec lesquels l’alliance pour le développement des langues méridionales en France restait asymétrique68. La participation d’anciens membres au comité de rédaction ne fut pas seulement symbolique : ils apportèrent régulièrement des articles à la revue, comme en témoigne dans les premières années des contributions d’Eugène Müntz sur l’iconographie de la Laure de Pétrarque69, ou de Léon Gabriel Pélissier sur l’Italie de la fin du XVe siècle70. Surtout, Julien Luchaire, qui avait été membre de l’École française de Rome de 1898 à 1899 avant d’être nommé en 1902 maître de conférences de langue et littérature italiennes à la faculté des lettres de Lyon, devait lui aussi rejoindre le comité de la revue. L’influence de Julien Luchaire sur le développement des études italiennes en France fut considérable, en raison du rayonnement que prit la section des lettres italiennes de l’Institut français de Florence, dont il fut le créateur71.

  • 72 Voir sur lui C. Ceccuti, Il giornalismo di Ruggero Bonghi fra politica e cultura, dans Ruggero Bong (...)
  • 73 La Cultura, 23-30 avril 1894, p. 243.

22L’École française de Rome a ainsi contribué de plusieurs façons à éviter que l’initiative lancée à Paris en faveur des études italiennes en France ne soit immédiatement étouffée en raison des obstacles qui s’opposaient à son développement. Le soutien de l’École française a aidé Dejob à surmonter des déconvenues qui n’étaient pas toutes liées aux résistances rencontrées en France. L’une de ses plus grandes déceptions était venue d’Italie : dès le 23 avril 1894, le journaliste et homme politique Ruggiero Bonghi72 avait suggéré de créer en Italie une Société d’études françaises, qui développerait un projet analogue à l’initiative lancée en France73. La proposition avait bien vite tournée court, faute d’une mobilisation suffisante en Italie. Aussi, en agissant depuis la péninsule mais aussi en France comme une caisse de résonance de l’initiative lancée en faveur des études italiennes, l’École de Rome et ceux qui y était liés n’avaient pas hésité à s’engager à rebours de ce « malentendu » franco-italien.

23Le compagnonnage scientifique entre la discipline des études italiennes et les anciens membres alla bien au-delà du tournant du siècle. Un fait parmi d’autres en témoigne : l’historien Édouard Jordan, qui avait séjourné à Rome au début des années 1890, fut à partir de 1919 avec Henri Hauvette et Eugène Bouvy l’un des trois animateurs du comité de rédaction de la revue Études italiennes. La Revue des études italiennes actuelle, qui a succédé à cette publication, a ainsi une part de ses origines dans les murs du Palais Farnèse.

Notes

1 Émile Mâle, spécialiste de l’art chrétien médiéval, est directeur de l’École française de Rome entre octobre 1923 et juillet 1937, date à laquelle il est remplacé par Jérôme Carcopino. « À l’école de toute l’Italie ». Pour une histoire de l’École française de Rome, textes réunis par M. Gras, Rome, 2010 (Coll. EFR, 431), p. 372. Voir en dernier lieu Émile Mâle (1862-1954). La construction de l'oeuvre : Rome et l'Italie, Rome, 2005 (Coll. EFR, 345). 

2 É. Mâle, (sans titre), dans Rassegna di studi Francesi, 9, 1931, Fascicolo dedicato a Carlo Dejob, p. 43-44, à la p. 43.

3 Arch. nat., AJ16 1033, dossier personnel Charles Dejob, lettre du doyen de la faculté des lettres de Paris au recteur de Paris, 9 mars 1903.

4 Bulletin de la Société d’études italiennes (désormais BSEI), 1, 9 avril 1894, p. 1.

5 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, 1959.

6 G. Ferragu, L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? , dans MEFRIM, 114-1, 2002, p. 75-87, à la p. 77.

7 C’est du moins ce qu’indique son gendre, Marc Citoleux, dans son avant-propos à C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, Paris, 1919, p. 2.

8 Pour une analyse approfondie des relations franco-italiennes à la fin du XIXe siècle, voir P. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle : aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, Rome, 1981 (Coll. EFR, 53) ; G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine, 1770-1922, Paris, 2004 (1re édition 1997), notamment p. 265-266.

9 Geffroy, après sept années de direction, entre 1875 et 1882, avait été remplacé par Edmond Le Blant. Il retrouva son poste en 1888 et le conserva jusqu’en 1895. Voir la contribution de Anne Lehoërff et Olivier Poncet, Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l’École française de Rome dans ce volume.

10 Geffroy était membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1874.

11 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 6.

12 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986), Rome, 1987, p. 80. Sur l’action d’Edmond Le Blant comme directeur de l’École française de Rome, voir A. Pératé, Les directeurs. Edmond Le Blant, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 46-56. Voir maintenant la contribution de Jean Guyon, Edmond Le Blant et son mandat de directeur de l’École française de Rome (28 décembre 1882-30 novembre 1888) dans ce volume.

13 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.

14 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 4.

15 Duchesne devait succéder à Geffroy le 27 mars 1895 et demeurer en fonction jusqu’à sa mort en 1922. B. Waché, Duchesne, Louis Marie Olivier (Mgr), dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 9. Les sciences religieuses : le XIXe siècle, 1800-1914, dir. F. Laplanche, J.-M. Mayeur, Y.-M. Hilaire, Paris, 1996, p. 204, et B. Waché, Mgr Louis Duchesne : 1843-1922 : historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Rome, 1992 (Coll. EFR, 167).

16 Voir Annuaire de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour l’année 1891, Paris, s.d.

17 Ces analyses s’appuient sur la prosopographie établie dans le cadre de notre thèse, à laquelle nous nous permettons de renvoyer : J. Dubois, Enseigner l’italien en France de la fin du XIXe siècle à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Entre enjeux disciplinaires et relations franco-italiennes, thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Gilles Pécout, EPHE, 2010, 670 pages. Voir en particulier le chapitre premier, « Les maîtres d’italien vers 1890 : un groupe professionnel introuvable ? », p. 23-59.

18 M. Espagne, Le paradigme de l’étranger. Les chaires de littérature étrangère au XIXe siècle, Paris, 1993, p. 204.

19 Ancien membre de l’École française d’Athènes, Mézières avait d’abord enseigné la littérature étrangère à Nancy. Nommé ensuite à Paris, il devint professeur à la Sorbonne. Engagé volontaire en 1870, il fut élu député de Meurthe-et-Moselle et devint ensuite sénateur. Lorsque Dejob s’adresse à lui, il n’appartenait plus que nominalement au monde universitaire puisqu’il avait cessé d’enseigner effectivement en 1881 (M. Espagne, Le paradigme de l’étranger..., cit., p. 67 et 109).

20 Le prince de Naples s’était rendu à Metz, au cœur des terres que la France avait dû céder à l’Allemagne après la guerre de 1870-1871, en septembre 1893.

21 Lettre d’Alfred Mézières à Charles Dejob, citée dans C. Dejob, Histoire de la Société..., cit., p. 20-21.

22 G. Noiriel, Le massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893, Paris, 2010.

23 C. Dejob, Histoire de la Société..., Paris, 1919, p. 14.

24 G. Goyau, Les origines, in L’histoire et l’œuvre, cit., p. 12.

25 Émile Burnouf était bien placé pour inspirer à la nouvelle institution française en Italie une orientation qui concèdât une certaine place aux enjeux linguistiques. Il avait été l’un des sept premiers membres de l’École créée en 1846 par le roi Louis-Philippe comme une institution de perfectionnement pour l’étude de la langue, de l’histoire et des antiquités grecques à Athènes. À ce titre, il avait comme ses collègues donné des cours publics et gratuits de langue et littérature françaises, tout en entreprenant d’apprendre le grec moderne, notamment pour pouvoir voyager sans interprète. C. Valenti, L’École française d’Athènes, Paris, 2006, p. 24 et suiv.

26 A. Geffroy, L’École française de Rome, ses origines, son objet, ses premiers travaux, dans « À l’école de toute l’Italie »...., cit., p. 78.

27 C. Dejob, Marc-Antoine Muret, Un professeur français en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris, 1881, p. III.

28 R. Müller, Les chemins qui mènent à Rome. Entrer à l’École française entre 1876 et 1914, dans MEFRIM, 120-1, 2008, p. 259-279, à la p. 278.

29 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 1.

30 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 130-135.

31 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 4-6, et BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 5.

32 Ibid., p. 3.

33 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 5-6.

34 BSEI, 1, 9 avril 1894 p. 4.

35 Ibid.

36 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 4-5.

37 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.

38 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 93.

39 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 1-2.

40 Ibid., p. 5.

41 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 6.

42 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., cit., p. 131.

43 Ibid., p. 95.

44 BSEI, 2, sans date, p. 2.

45 P. de Nolhac, Pétrarque et l’humanisme, Paris, 1892.

46 C. Dejob, Un homme d’État spirituel et chevaleresque : Massimo D’Azeglio, dans Revue internationale de l’enseignement, 27, 1894, p. 524-539.

47 BSEI, 4, 19 octobre 1894, p. 3.

48 BSEI, 5, 28 juin 1895, p. 1. Sa conférence fut d’ailleurs publiée dans le recueil rassemblé par un autre membre de la Société d’études italiennes. C. Enlart, Les origines de l’architecture gothique en Italie, dans Conférences de la Société d’études italiennes, dir. Gustave Guénard, Paris, 1895, p. 89-112.

49 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 47.

50 C. Enlart, Origines françaises de l’architecture gothique en Italie, Paris, 1894 (BEFAR, 66).

51 BSEI, 4, 19 octobre 1894, p. 3.

52 Ibid., p. 4.

53 BSEI, 5, 28 juin 1895, p. 1.

54 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 109.

55 R. Rolland, Les origines du théâtre lyrique moderne. L’opéra en Europe avant Lully et Scarlatti, Paris, 1895 (BEFAR, 71).

56 École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986)..., p. 41.

57 BSEI, 6, 5 novembre 1895, p. 5.

58 Ibid. p. 4.

59 BSEI, 1, 9 avril 1894, p. 5.

60 Ernest Bichat adhère en qualité de doyen de la faculté des sciences de Nancy et figure parmi la liste des membres fondateurs. Ibid., p. 3.

61 BSEI, 3, 4 juillet 1894, p. 4.

62 BSEI, 1, p. 3.

63 Arrêté du 8 décembre 1899 (A. Marais de Beauchamp, Recueil des lois et règlements sur l’enseignement supérieur comprenant les décisions de la jurisprudence et les avis des conseils de l’Instruction publique et du Conseil d’État, t. 6, Juin 1898-janvier 1909, Paris, p. 116).

64 L’article premier de l’arrêté du 3 août 1895 autorisait pour la première fois, « à partir de la session de juillet 1896 », la faculté de Grenoble à délivrer la licence ès lettres avec la mention « Langues vivantes » et ce dans deux spécialités : allemand et italien. Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 58, 1895, p. 168-169.

65 Cette situation s’explique peut-être par le fait que l’essentiel de la formation de Bonafous s’était accomplie non pas en Europe du Sud mais en Allemagne, sur les traces de Heinrich von Kleist, à qui il avait consacré sa thèse (M. Espagne, Le paradigme de l’étranger, cit., p. 309).

66 La revue naît à Bordeaux pour des raisons qui doivent beaucoup au rôle moteur d’Eugène Bouvy, bibliothécaire de l’université de cette ville, chargé parallèlement d’un cours complémentaire de langue et littérature italiennes à la Faculté des lettres.

67 R. De Cesare, Il 'Bulletin italien' (1901-1918), dans Critica e storia letteraria. Studi offerti a Mario Fubini, 2 vol. , Padoue, 1970, t. 2, p. 69.

68 La présidence du jury unique d’agrégation d’italien et d’espagnol a ainsi été assurée entre 1900 et 1908 par un hispaniste, malgré quelques protestations des italianisants, réclamant deux jurys séparés.

69 E. Müntz, L’iconographie de la Laure de Pétrarque, in Bulletin italien, 1, 1901, p. 85-91.

70 L. G. Pélissier, Un traité de géographie politique de l’Italie à la fin du XVe siècle, dans Bulletin italien, 5, 1905, p. 131-143.

71 Voir sur ce point I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920 : un épisode des relations franco-italiennes au début du XXe siècle, Rome, 2001 (Coll. EFR, 291).

72 Voir sur lui C. Ceccuti, Il giornalismo di Ruggero Bonghi fra politica e cultura, dans Ruggero Bonghi fra politica e cultura, dir. L. Bellingeri et M. G. Gajo Mazzoni, Rome, 1996, p. 67-74.

73 La Cultura, 23-30 avril 1894, p. 243.

Auteur

Maître de conférences à l'université de Reims - jeremie.dubois@univ-reims.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540