Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Jules Toutain et Stéphane Gsell à l’École française de Rome (1886-1891). Une étape décisive pour l’étude du Maghreb

Monique Dondin-Payre

Texte intégral

1Jules Toutain et Stéphane Gsell constituent deux figures emblématiques de l’engagement de l’École française en Afrique du Nord. Du même âge, tous deux normaliens, agrégés d’histoire, ils se sont succédé à Rome où Toutain fit partie de la promotion 1890, au moment où Gsell quittait l’École après un séjour de quatre ans. Cependant, leurs activités respectives, avec leurs modalités et leurs conséquences, tant pour l’École que pour eux, divergent presque complètement puisque chacun incarne un mode d’implication différent vis-à-vis du Maghreb. Quand Jules Toutain fut recruté comme membre de l’École en 1890, il connaissait déjà l’Afrique du Nord, puisqu’il avait beaucoup travaillé en Tunisie ; Stéphane Gsell, au contraire, non seulement n’était jamais allé sur l’autre rive de la Méditerranée, mais n’avait fait aucune recherche avant sa sortie de l’École sur cette aire géographique, à laquelle il se consacra entièrement désormais.

2Dans les deux cas, l’École française joua un rôle fondamental dans l’intérêt que ces savants portèrent à ces pays, dont ils marquèrent profondément l’histoire.

L’École française et l’Afrique du Nord en 1890 : prise de contact

  • 1 Excellent bilan par C. Diehl, Les découvertes de l’archéologie française en Algérie et en Tunisie, (...)
  • 2 Si Renier est un précurseur, autodidacte, qui a formé la plupart des africanistes de la génération (...)
  • 3 De 1881 à 1889 il n’y a qu’un article sur l’Afrique dans les Mélanges.

3La situation scientifique du Maghreb du début du XIXe siècle jusqu’aux années 1890 a été assez souvent décrite pour qu’il suffise de la résumer ici1. Les caractéristiques essentielles en sont : une évolution marquée vers le professionnalisme ; le groupement indissociable entre l’Algérie et la Tunisie ; le fait que le décalage politique entre l’Algérie, occupée depuis 1830, et la Tunisie, sous protectorat depuis 1881, ne se reflète pas dans les structures archéologiques, bien au contraire : en Tunisie des instances furent mises sur pied très rapidement (Service archéologique du Protectorat en 1885), assurément pas sur le modèle algérien, inexistant, mais tout à fait indépendamment de lui. Après des débuts caractérisés par un amateurisme dévoué, l’histoire antique du Maghreb connaissait une mutation notable, suscitant des vocations aussi affirmées que celles d’Antoine Héron de Villefosse, Léon Renier ou René Cagnat, dont aucun, du fait de leur âge et de leur parcours, n’avait entretenu de relation avec l’École2 : celle-ci n’avait pas complètement pris son essor alors que ces savants marquaient durablement par leurs travaux la connaissance de l’antiquité de l’Afrique du Nord. L’École n’y était alors pas encore impliquée en tant qu’institution car elle fut fondée trop tard pour occuper immédiatement une place dans le protectorat tunisien et la colonie algérienne3. Ses objectifs s’étaient essentiellement concentrés sur l’Italie, tant pour les thèmes que pour les chantiers de fouilles, et les universitaires qu’elle formait commençaient tout juste à élargir leur horizon scientifique : quand, en 1883, Camille Jullian décida de se consacrer à l’histoire de la Gaule antique, il passa pour un original.

  • 4 Stéphane Gsell n’avait guère d’estime pour ce collègue, si l’on en juge par la nécrologie très crit (...)
  • 5 À notre connaissance, cette institution n’a pas fait l’objet d’une étude d'ampleur. Fondée en 1880, (...)
  • 6 Le titre de la collection est significatif de la conception unitaire du Maghreb : Musées et collect (...)
  • 7 M. Dondin-Payre, La mise en place de l'archéologie officielle en Algérie, XIXe s.-début du XXe s., (...)

4René Marie Moulin du Coudray de La Blanchère fait figure d’exception, ou plus précisément de précurseur, lui dont le parcours préfigure celui de Stéphane Gsell : normalien, agrégé, il travailla sur l’Italie lors de son séjour à Rome (1878-1881)4, mais, dès sa sortie, il partit pour l’École supérieure des lettres d’Alger qui venait d’être créée5 ; il y enseigna assez brièvement, avant d’être, en Tunisie, la cheville ouvrière de l’organisation du Service archéologique, des fouilles, du réseau des musées et de la rédaction de leurs catalogues6. Très vite, il fut sollicité pour reproduire en Algérie le schéma qui avait prouvé son efficacité dans le Protectorat tunisien. Sa mort prématurée (à 43 ans, en 1896) limita son œuvre écrite, essentiellement des guides de musées, dont il assura lui-même la publication ; mais sa détermination, son sens de l’organisation et l’ampleur de ses vues sont la raison de la concrétisation heureuse d’une entreprise dont le volet algérien avait si mal commencé7. En dépit de ces immenses qualités, il n’est pas assuré que l’influence de La Blanchère aurait suffi à orienter l’attention de l’École française vers le Maghreb : le processus fut accéléré par le contexte politico-intellectuel ; la participation du patrimoine archéologique à la constitution de l’identité nationale entraînait une difficulté croissante dans l’organisation des chantiers de fouilles en Italie, comme dans les autres pays où travaillaient les archéologues des instituts français :

  • 8 C. A. C. Barbier de Meynard, Séance publique annuelle du 22 novembre 1889. Discours d'ouverture, da (...)

En présence des difficultés que les fouilles archéologiques rencontrent actuellement en Italie, en Grèce et en Turquie, nous [l’Académie des inscriptions et belles-lettres] souhaitons vivement que le directeur de l’École de Rome continue [nous sommes en 1889] à tourner vers l’exploration de l’Afrique française l’activité scientifique des jeunes savants dont il dirige les recherches.8

5L’affirmation de l’Afrique du Nord comme terrain riche de promesses, son appropriation par les pays européens qui, dans le même temps, pratiquaient un protectionnisme patrimonial, l’élargissement de l’horizon scientifique de l’École, tous ces éléments ont convergé pour provoquer l’implantation de cette dernière sur le continent africain.

  • 9 Sur S. Gsell : E. Albertini, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, (...)
  • 10 Fouilles dans la nécropole de Vulci exécutées et publiées aux frais de Son Excellence le prince Tor (...)
  • 11 Mises à part la publication de sa thèse Essai sur le règne de l'empereur Domitien, Paris, 1894, et (...)
  • 12 Nécrologie par G. C. Picard, dans Revue archéologique, 19621, p. 95-97.
  • 13 Le musée, créé par le décret du 7 novembre 1882, est le premier d’Afrique du Nord ; le bâtiment il (...)
  • 14 Voir note 36.
  • 15 L'inscription alimentaire de Sicca (Le Kef), dans Collections du Musée Alaoui, dir. R. M. du Coudra (...)

6Contrairement à ce que la suite laisserait penser, Stéphane Gsell était novice dans les affaires africaines alors que Jules Toutain était un africaniste confirmé. Normalien, brillant agrégé d’histoire (1886), Stéphane Gsell9 n’eut aucun contact avec le Maghreb avant sa sortie de l’École de Rome (1886-1890), où il s’illustra par les fouilles de la nécropole étrusque de Vulci suivie par une remarquable publication10. Il en termina l’édition après son séjour à Rome, alors qu’il était « converti » à l’Afrique du Nord mais ne revint jamais sur la question, ni sur aucune autre qui ne concerne l’Afrique11. Jules François Toutain avait 25 ans lorsqu’il fut recruté comme membre à l’École française de Rome (1890-1892)12. Après l’École normale supérieure et l’agrégation d’histoire (1888), il était immédiatement parti pour l’Afrique du Nord : il passa deux ans en Tunisie, exerçant les fonctions d’inspecteur des Antiquités au sein du service récemment créé par René Marie du Coudray de La Blanchère, qui lui confia le classement des objets du musée Alaoui13, et où il s’initia immédiatement au terrain, explorant l’île de Tabarka et le rivage continental qui lui faisait face14. À l’occasion de son travail au musée, il publia la première édition, commentée, de l’inscription réglant la donation d’alimentaria de Sicca, par le procurateur P. Licinius Papirianus15.

7À partir de ces prémices divergentes, Toutain et Gsell furent, à partir des années 1890, les pionniers et les piliers de l’investissement de l’École en Afrique du Nord, même si leur solidarité, alors très forte, n’est plus connue aujourd’hui.

Les modalités d’intervention de l’École française de Rome

  • 16 Il s’agit de la rue Scipion qui donnait sur la rue Bab-el-Azoun, premier siège de l’École ; L. Gaut (...)
  • 17 Albert Dumont dirigea l’École archéologique de Rome puis l’École française d’Athènes avant de prend (...)
  • 18 L’écrivain Pierre Benoit (1886-1912), fils d’un officier en garnison en Tunisie à partir de 1887, p (...)

8Les interventions archéologiques les plus spectaculaires ont focalisé l’attention, occultant un volet de l’intervention de l’École française : l’enseignement, à travers le lien étroit qui se tissa entre elle et l’École supérieure des lettres d’Alger. Celle-ci fournit des professeurs spécialistes d’histoire antique, et, parallèlement, constitua la structure officielle d’accueil des anciens Romains en Afrique du Nord. La fondation des Écoles supérieures d’Alger, motivée en premier lieu par la nécessité d’un enseignement médical, se poursuivit par la création des Écoles de droit, des sciences et des lettres (3 mai 1880), dans un « local minable, une pauvre maison mauresque », à laquelle on accédait par une ruelle si étroite « qu'il suffisait d'un bourricot avec ses deux couffins pour arrêter net professeurs et élèves »16. L’enseignement se concentra en un premier temps sur la langue et la littérature françaises avant de s’élargir rapidement à différentes disciplines, dont l’histoire et les antiquités de l’Afrique. Émile Masqueray, normalien, agrégé d’histoire (1869), en fut le premier pédagogue, qui prit la direction de cette École (jusqu’à sa mort, en 1894). L’auditoire, tant étudiant que grand public, était assez maigre (moins de 400 personnes en 1890, toutes formations confondues), pour laisser à l’encadrement toute latitude pour se livrer à des recherches. Le maître d’œuvre, Albert Dumont, ne s’en cachait pas : « Au pis-aller le maître professera pour un ou deux élèves et fera des travaux personnels »17. Le détachement de Gsell, membre sortant de l’École de Rome, comme chargé de cours d’archéologie générale, en 1891, par la volonté du philosophe Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur, fit de lui le successeur de René Marie du Coudray de La Blanchère (1881-1884) dans cette institution où, selon la tradition, son unique élève aurait, un moment, été l’écrivain Pierre Benoit18.

  • 19 Archives de l'École française de Rome, lettre de Stéphane Gsell à Geffroy, Alger, 27 avril 1892 : « (...)

9Dans le même cadre, l’École de Rome assuma un rôle d’organe de diffusion de l’information, et donc de garant scientifique : dans le même cadre puisque, à partir de 1896, incité par Geffroy, Gsell livra aux Mélanges une « Chronique archéologique africaine » ; cette recension annuelle des travaux et publications de l’année avait paru dans la Revue africaine, sous sa plume, de 1892 à 1895 ; il la transféra à l’École, et, en conséquence, la chronique signée de Jules Toutain de 1891 à 1893 dans les Mélanges (« Afrique romaine. Chronique ») disparut. Ce double glissement n’est pas indifférent : il manifeste la volonté de l’École de s’imposer dans ce domaine scientifique, d’autant que la « Chronique d’épigraphie africaine » que Cagnat nourrissait de ses travaux pour L’Année épigraphique, dans le Bulletin du Comité des travaux historiques depuis 1890, disparut exactement en 1896 ; mais il manifeste aussi l’effacement africain de Toutain et la prééminence de Gsell. Celui-ci s’était montré inquiet de la « concurrence » du bilan de Cagnat, pourtant ciblé sur un champ limité, et il est légitime d’avancer qu’une conciliation entre l’Académie et l’École, dont l’École – et donc Gsell - est sortie victorieuse, a réglé la question19.

  • 20 C. Picard, Notice sur la vie et les travaux de M. Stéphane Gsell..., p. 33.

10Plus traditionnellement, Toutain et Gsell se livrèrent, en Afrique, à ce que l’on désignait comme des « fouilles », mais ni l’un ni l’autre ne ferait aujourd’hui figure d’archéologue « professionnel ». Ils se comportèrent, selon l’heureuse formule de Charles Picard, en « historiens archéologues »20. Il était alors inimaginable d’étudier un lieu dont on n’avait de connaissance que livresque, ne serait-ce que parce que, l’écrasante majorité de l’Afrique du Nord antique étant inconnue, l’exploration du terrain constituait un préalable indispensable. Mieux encore, il était inimaginable que quiconque, quel que soit son statut, ne se livre pas à des investigations, quel qu’en soit le prétexte, trouvaille ou simple curiosité. Ne sachant ni ce que l’on cherchait ni ce que l’on risquait de découvrir, on ne pouvait déterminer les sites propices aux fouilles, la réactivité spontanée était de règle :

  • 21 Recherche des Antiquités dans le nord de l'Afrique. Conseils aux archéologues et aux voyageurs. Ins (...)

Être du métier n’est pas toujours nécessaire. [...] Il suffit de ne pas laisser échapper des occasions qui se présentent à vous et qui, peut-être, ne se représenteront plus pour personne. [...] Il n’est besoin que de bonne volonté.21

  • 22 D’où la parution, sous le patronage du Comité des travaux historiques et scientifiques, de l’ouvrag (...)
  • 23 Informations sur Joseph Alphonse Letaille rassemblées par son petit-fils, Jean-Marie Schimpff (mise (...)
  • 24 A. Héron de Villefosse, Inscriptions de l’Henchir Makter (Colonia Aelia Aurelia Mactaris) - découve (...)
  • 25 Il consacra sa thèse à Carthage romaine, 146 av. J.-C.- 698 ap. J.-C., Paris, 1901 (BEFAR, 84), et (...)
  • 26 Mission épigraphique en Algérie, de MM. A. Audollent et J. Letaille, octobre 1889 à février 1890. R (...)
  • 27 « Un coup d’œil vaut souvent mieux que les meilleurs renseignements écrits », ibid., p. 398.
  • 28 Audollent, nommé par la suite professeur à Clermont-Ferrand, se consacra aux antiquités de la Gaule (...)

11Les découvertes étaient le plus souvent totalement ou partiellement fortuites : le cas de figure le plus fréquent est celui où des vestiges étaient repérés, des pistes de recherches amorcées par des informations officieuses, par les observations des guides, par la rumeur ; alors, le voyageur, quel qu’il soit, rassemblait immédiatement des outils, quelques ouvriers, et faisait des fouilles, parfois très brèves, au moins pour identifier le lieu et en déterminer la nature. Tous les curieux, explorateurs, militaires, administrateurs, universitaires agissaient de même22. De ce mode d’intervention découlent les modalités d’implication de l’École française de Rome : la participation de ses membres à des campagnes que l’École n’avait ni décidées, ni financées, ni commanditées, mais dont la mise en œuvre scientifique lui incombait, totalement ou en partie, à travers les individus qu’elle avait formés et qu’elle patronnait. Immédiatement avant l’arrivée de Gsell, la « mission Audollent-Letaille » d’octobre 1889 à février 1890 entre dans cette catégorie. Joseph Letaille, ancien officier, avait suivi des cours à l’École pratique des hautes études (EPHE), à la suite desquels plusieurs institutions (l’École pratique, le Ministère de l’instruction publique), lui confièrent des missions d’exploration, largement subventionnées par son père23. La découverte de l’« inscription du moissonneur de Mactar » lui apporta la notoriété24, mais jamais il ne fut capable de publier lui-même. En 1889 Auguste Audollent, alors membre de l’École de Rome25, l’accompagna comme garant scientifique et rédigea le rapport de l’opération. Le prologue de celui-ci expose que la mission avait « comme but premier de satisfaire » le souhait de l’Académie de voir l’École prendre pied en Afrique26. L’initiative de l’exploration revenait à l’EPHE, où Audollent, agrégé des lettres, et Letaille avaient été élèves du cours d’épigraphie d’Héron de Villefosse. École française de Rome et École pratique unissaient moyens matériels et intellectuels pour mener à bien cette « enquête de visu »27 qui commença par une « visite en détail » des provinces de Constantine et d’Alger, « amassant des indications pour les travaux futurs, posant çà et là d’utiles jalons, recueillant du même coup les textes nouvellement trouvés », et se termina par une fouille rapide (douze jours) du camp romain de Gemellae/El Kasbat, près de Biskra. Les deux missionnaires, toujours aidés sur place par les administrateurs et surtout les militaires, optèrent pour un recollement épigraphique géographique, résumant les connaissances antérieures, ne signalant que les textes nouveaux ou relus28.

Fig. 1 - Les premières interventions des membres de l'École française de Rome de l'Afrique du Nord (1886-1891)

Fig. 1 - Les premières interventions des membres de l'École française de Rome de l'Afrique du Nord (1886-1891)

Jules Toutain : un Farnésien africaniste confirmé

  • 29 Dans les années 1960 encore, Jean Lassus, directeur des Antiquités de l’Algérie, faisait pression p (...)
  • 30 Toutain explora le littoral et l’île elle-même, faisant des découvertes si importantes qu’elles don (...)
  • 31 La mission de Toutain à Tigzirt et à Taksabt/Taksebt n’a pas donné lieu à publication et est passée (...)
  • 32 Borne milliaire inédite, dans MEFR, 12, 1892, supplément (Mélanges de Rossi), p. 343-344. Repris da (...)
  • 33 Le sanctuaire de Saturne Balcaranensis au Djebel Bou-Korneïn (Tunisie), dans MEFR, 12, 1892, p. 3-1 (...)
  • 34 De Saturni dei in Africa romana cultu, Paris, 1894, qui ne fut pas publié dans les séries de l’Écol (...)
  • 35 Ses découvertes furent publiées, y compris une réédition de la borne milliaire (voir note 32), Insc (...)
  • 36 Fouilles et explorations à Tabarka et aux environs, dans Bulletin d'archéologie chrétienne, 1892, p (...)
  • 37 L. Poinssot, Inscriptions inédites de Chemtou (Simitttu Colonia), dans Bulletin trimestriel des ant (...)

12Jules Toutain inaugure le système selon lequel, à partir de 1890 et jusqu’aux années 196029, un membre de l’École française de Rome au moins sera impliqué chaque année en Afrique du Nord. L’École n’occupant aucune place en Afrique avant lui, mise à part l’implication de La Blanchère comme ancien membre, Toutain est un pionnier. Il exerce son activité dans un cadre autre que celui du musée Alaoui où, de 1888 à 1890, il avait secondé La Blanchère, mais il connaissait le terrain à travers ses fouilles, à Tabarka notamment30. En 1891 il se concentre essentiellement sur l’Algérie, avec, au printemps, des travaux en Kabylie, à Tigzirt et Taksabt31. Ensuite il s’attache à la Tunisie : dès le printemps 1891, il explore le nord, relevant la présence de vestiges, ainsi une borne milliaire près de Zaouia Khedima, à 25 km de Tunis32 ; en mai-juin 1891, il entame, en tant que représentant de l’École, une fouille au Djebel Bou Kourneïn, une éminence au fond du golfe de Carthage surplombant la plaine du Mornak, où il met au jour un sanctuaire de Saturne Balcaranensis, divinité africaine dont il fera le sujet de sa thèse ; le matériel important de ce très riche chantier fut transporté au Bardo, mise à part une donation au Louvre33. L’année suivante est toujours consacrée à l’archéologie : à partir du 25 mars, pendant plusieurs semaines, il parcourt « tout le pays de Cherchel à Tunis » pour préparer sa thèse sur Saturne34. C’est alors qu’il s’intéresse à Oudna et, dans les ruines de Bab Khalled, près de Zaghouan, au système de récupération d’eau de pluie pour la ville35. En juin 1892, il retourne à Tabarka où il avait repéré de considérables vestiges, particulièrement des mosaïques et des inscriptions36. Les fouilles qu’il mène à Simitthus/Chemtou au printemps 1892 (trois mois de mi-avril à mi-juillet) et à l’automne (deux mois en septembre et octobre) ne sont qu’un volet, le plus étalé dans le temps, de son activité archéologique. Le lieu n’a été choisi ni par l’École ni par lui, mais par l’Académie des inscriptions, par l’intermédiaire de René Cagnat. Spécialiste d’épigraphie, Cagnat avait pressenti les ressources potentielles du site à l’occasion de la communication, par les exploitants des carrières de marbre, d’inscriptions repérées au hasard des travaux37. Argumentant l’intérêt de recherches par la présence de personnel affranchi et servile employé dans les carrières, Cagnat fit voter par l’Académie le financement des campagnes. Rémunéré personnellement en tant que fonctionnaire, membre de l’École, Jules Toutain se trouvait sous le double patronage de son institution de rattachement et de l’Académie, et, par conséquent, sous une double pression puisque, l’Académie, tutrice de l’École dont elle orientait les axes de recherche, avait à cœur le développement du nouveau terrain africain.

  • 38 Cette correspondance inédite – une lettre tous les deux jours environ –, est conservée aux archives (...)
  • 39 Auguste Geffroy (1820-1895), spécialiste de l’histoire du monde scandinave, enseigna à partir de 18 (...)
  • 40 Selon les mots de C. Gutron, Pour une approche anthropologique de l’archéologie. L’expérience de Ju (...)
  • 41 Fouilles à Chemtou (Tunisie), sept-nov. 1892, dans Mémoires de l'Académie des inscriptions et belle (...)
  • 42 Les citations inédites sont prises dans C. Gutron, Pour une approche anthropologique..., passim.
  • 43 Voir note 41.
  • 44 Henri Graillot (1868-1949) fit en Algérie, au nord de l’Aurès, une tournée exploratoire, notamment (...)
  • 45 Il resta attaché à l’Afrique puisqu’il écrivait à Charles Saumagne, qui le sollicitait : « Vous ave (...)

13Ses conditions de travail n’ont rien d’original : depuis 1830, professionnels ou amateurs, cautionnés par des autorités scientifiques et administratives ou travaillant de façon informelle, les archéologues sont contraints de faire preuve d’une très solide endurance physique, du sens de l’improvisation, d’une faculté d’adaptation à l’environnement et de persévérance ; tous soulignent combien les infrastructures matérielles (routes inexistantes ou rudimentaires, pas de chemin de fer, pas d’auberges) rendent les recherches physiquement et moralement éprouvantes. La correspondance que, selon une pratique alors générale, les membres éloignés de l’École entretiennent avec le directeur, lui rendant très régulièrement compte de leurs travaux, offre une image vivante de la conduite d’un chantier38 : Toutain raconte à Auguste Geffroy39 comment il a trouvé à se loger dans une maison de l’entreprise marbrière, comment il ne peut mener à sa guise le chantier, devant se plier aux contraintes du ramadan, comment il est parfois victime de problèmes de santé. Tout ceci est banal et le fait qu’il l’exprime tient au besoin de liens étroits avec l’École. Faute de prendre en compte ce contexte, sa réaction devant les résultats est mal comprise : quand Toutain insiste sur sa déception de ne trouver que des traces de bâtiments mais ni objets ni inscriptions, ce n’est pas par une conception désuète de l’archéologie qui n’aurait pas assimilé les méthodes de stratigraphie et serait attachée à des « trouvailles sensationnelles »40, ce qui aurait été étrange chez un savant très expérimenté et accoutumé au terrain. Toutain est habité par crainte de décevoir le commanditaire, financier et scientifique, l’Académie des inscriptions. C’est ainsi que s’expliquent ces formules dont il parsème ses lettres à Geffroy, son insistance – maladroite car il dévalue lui-même son travail à exprimer des excuses, alors qu’il fait des découvertes considérables, le forum, le théâtre, une nécropole, des monnaies d’or fatimides, des mosaïques41 : « plusieurs tombes toujours identiques, sans inscription ni objet d’art », « je vous avoue que j’ai éprouvé une vive déception : au début je ne pouvais pas croire que de pareilles constructions ne continssent rien », « cette absence de toute documentation artistique et épigraphique est évidemment regrettable »42. Gsell n’avait pas, à Vulci, fait de découvertes plus sensationnelles dans la nécropole et ne s’en était pas senti blâmable, mais ce que Toutain met au jour ne correspond pas aux attentes épigraphiques de Cagnat et n’a pas le caractère spectaculaire des tapis de mosaïques, des églises et des bâtiments qu’il avait trouvés à Tabarka, et qui semblaient de mise dans les chantiers africains. Sentant peser sur lui ces espoirs, il va au devant des reproches qui pourraient être faits à ce décalage et exprime dans ses lettres un désappointement qui est moins le sien que celui qu’il pressent de la part des autorités, particulièrement l’Académie à laquelle il réservera l’essentiel de la publication de ses trouvailles43. Son pressentiment s’avère justifié puisque, à son réel désespoir, les fouilles sont arrêtées lors de son départ de l’École : elles ne seront pas confiées, contrairement à ses souhaits, à Henri Graillot, qui, nouveau membre, est envoyé en Algérie pour y travailler avec Gsell44 ; le chantier de Chemtou fut abandonné pendant un demi-siècle, et l’œuvre, pourtant fondatrice, de Toutain est souvent oubliée. Toutain lui-même, profondément blessé par ce renoncement, se détourna presque complètement des études africaines45.

Stéphane Gsell : la vocation africaine d’un ancien Romain

  • 46 Toutes les citations suivantes sont, sauf mention contraire, extraites de lettres inédites de Gsell (...)
  • 47 De Tipasa Mauretaniae Caesariensis urbe, Alger, 1894, et Tipasa, vil1e de la Maurétanie Césarienne, (...)
  • 48 CIL, t. 8, n° 4440 (p. 956) et n° 18587 = AE, 1909, n° 37 ; ibid., 1950, n° 180 ; ibid., 1982, n° 9 (...)
  • 49 Recherches archéologiques en Algérie, Paris, 1893 (Description de l'Afrique du Nord).
  • 50 En 1892 il envisage d’écrire un guide pour Baedeker, puisque Hachette a déjà signé contrat avec Lou (...)
  • 51 Il envoie à Geffroy des listes de livres à acheter et organise des échanges avec les Mélanges, par (...)
  • 52 Pour cette citation et les suivantes, Archives de l'École française de Rome, lettres inédites.

14À Alger, outre l’enseignement qu’il donnait à l’École des lettres, Stéphane Gsell poursuivit la ligne d’« historien-archéologue » qu’il avait suivie avec un succès si éclatant à Vulci. La partie pédagogique de sa tâche s’avéra légère, et il profitait de toutes les occasions, y compris des déplacements imposés par les épreuves des examens, pour explorer. Sans qu’il ait été soumis à aucune obligation, mais par attachement à l’École, qu’il avait officiellement quittée, il écrivait très régulièrement, comme tous les membres, à Auguste Geffroy, bien qu’il ne relevât plus de son autorité, sur un ton à la fois déférent et chaleureux, l’assurant de ses « sentiments de respect et d’affection »46. Il procéda immédiatement à des investigations sur le terrain, au gré de son intuition, nourrie par ses connaissances livresques. Il s’installa à Tipasa, au printemps 1891, pour fouiller la basilique où il mit au jour un autel avec un sarcophage, puis une mosaïque que sa légende identifia comme étant associée à sainte Salsa47. Il partit ensuite « vers le sud », passant à Constantine, puis vers la frontière tunisienne : « J’ai trois villes en vue de ce côté. J’espère que les fouilles pourront commencer la semaine prochaine : il n’y a pas de temps à perdre » ; au printemps 1892, nouveau départ pour Tipasa, où il était secondé par l’abbé Saint-Géraud, « mon élève en archéologie » (travail sur le sanctuaire dédié à sainte Salsa dont il reconstitua le sarcophage à partir de milliers de fragments), puis visite de basiliques à comparer avec celle de Tipasa, notamment à Sertei, et déplacements vers le sud (Zaraï, Ngaous, Lamasba où il compléta la reconstitution du tarif de distribution d’eau48, Diana Veteranorum) et vers l’est (Khamissa, Madaure), où il s’attacha à mettre en évidence l’existence de centres de peuplement antiques dans des régions devenues stériles49. Il conserva toute sa vie cette façon de procéder : au lieu d’aller droit vers un but difficile à déterminer, il poursuit les modes d’exploration traditionnels, à pied ou à cheval, avec escorte armée, puis en voiture, mais toujours au contact immédiat du terrain, relevant des inédits, faisant des fouilles rapides. Il ne reçoit aucune directive : salarié par l’École des lettres d’Alger – Liard lui transmet des sommes au fil de l’année –, il bénéficie de crédits occasionnels de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et s’efforce de pallier les problèmes matériels par des expédients50. Bien inséré dans les cercles scientifiques algériens, il fait partie de la Société africaine, de la Société archéologique du département de Constantine ; mais sa priorité est de préserver les intérêts de l’École de Rome, dont il veut pourvoir la bibliothèque en ouvrages sur l’Afrique qui lui font défaut51, et à laquelle il veut assurer une place scientifique (« Il faut absolument que l’EFR prenne pied ici. Vous voyez qu’il y a quelque chose à y faire »52) ; dans ce but il prépare le terrain, repère les sites dont la richesse archéologique lui semble propice aux futurs travaux de camarades : « Thibilis (le forum enterré de 0,80 m à 1 m seulement, des centaines d’inscriptions à trouver en quelques jours), Tipasa (une grande basilique à sept nefs pavée en mosaïque) ; Zana où un mois de travail donnerait certainement de très beaux résultats ». Au hasard de ces tournées, il rencontre à plusieurs reprises son collègue Toutain (à Tigzirt, à Tabarka), avec un plaisir qu’il se plaît à souligner.

Toutain, Gsell, l’École française de Rome et l’Afrique après 1893

  • 53 Lettre à M. Geffroy, septembre 1892, archives de l'École française de Rome.

15Il est impossible de poursuivre l’analyse des relations de Gsell avec l’Afrique : sa nomination à l’École des lettres d’Alger fit basculer sa vie, mais aussi l’histoire des études africaines antiques, et engagea l’École française de Rome sur un terrain où ses membres s’illustrèrent pendant des décennies. Pourtant, le séjour de Gsell faillit se terminer dès 1893 : s’il n’avait été prolongé dans sa fonction enseignante sur place, il serait revenu à Rome et se serait désormais consacré aux fouilles italiennes de l’École. Telle est l’intention qu’il exprime à Geffroy, tout en déplorant cette éventualité53. Sa situation administrative fut résolue et lui qui était allé à Alger presque par hasard, fit des études africaines son unique préoccupation et l’objet d’une œuvre irremplaçable. Si n’importe quel autre Farnésien qui travailla en Afrique à sa suite ne l’avait point fait, des pans d’histoire auraient tardé à être étudiés, mais rien n’aurait été irrémédiable. Mais la puissance de travail, l’érudition, l’immensité de la production tant synthétique qu’analytique, et l’impartialité irréprochable de Gsell font de lui un pilier irremplaçable de la place scientifique de l’École française de Rome et, à travers elle de la France, au Maghreb. Même après son départ d’Alger et jusqu’à sa mort, Gsell assura une tournée d’inspection annuelle en Algérie, symbole de son lien indéfectible avec ce pays, et la chaire d’Histoire de l’Afrique du Nord créée pour lui au Collège de France en 1912 et qui disparut à jamais après son décès en 1932, symbolise son envergure inégalée.

  • 54 En dépit de l’optimisme d’A. Merlin dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, (...)
  • 55 Maître de conférences à l'École des hautes études (Section des sciences religieuses), Jules Toutain (...)

16Paradoxalement, Jules Toutain, qui avait la fibre africaine, qui était reparti en Afrique du Nord comme membre de l’École en connaissance de cause, qui aurait tant souhaité que ses travaux africains aient une postérité, ne garda d’association avec ce continent qu’à travers la publication de ses deux thèses : en 1894, De Saturni dei in Africa romana cultu, et, en 1895, Les cités romaines de Tunisie. Essai sur l'histoire de la colonisation romaine dans l'Afrique du Nord, qui pose des questions si pertinentes qu’elles sont encore d’actualité. À l’issue de son séjour farnésien, il partit enseigner à la Faculté des lettres de Caen, et ne publia, uniquement pendant la décennie suivante, qu’une dizaine d’études sur l’Afrique, presque toutes en relation avec sa thèse54. Son œuvre fut désormais consacrée à la Gaule, à la religion55, et à une action citoyenne : très marqué par la guerre de 1914, il s’efforça, par des conférences, par des écrits, de promouvoir la paix, d’encourager la Société des nations, et publia, avec Désiré Blanchet, une Histoire de France qui connut un succès considérable.

17En tant que représentant de l’École française en Afrique du Nord, Toutain n’eut qu’une action temporaire, associée étroitement à son séjour romain et brutalement interrompue par sa déconvenue de voir Chemtou abandonnée. Il n’en est pas moins celui qui mit le premier le pied dans le pays en tant que membre de l’École. Premier Farnésien ayant travaillé en cette qualité en Algérie et en Tunisie, mort presque centenaire, en 1961, il incarne le passage des pratiques du XIXe siècle à celles du XXe siècle. Stéphane Gsell présente le cas de figure inverse : parti pour l’Algérie par hasard, alors qu’il n’était plus membre de l’École, il resta attaché au pays et à l’investissement de l’École en Afrique dont il se fit, à partir de ce séjour presque fortuit, l’inlassable héraut.

Notes

1 Excellent bilan par C. Diehl, Les découvertes de l’archéologie française en Algérie et en Tunisie, dans Revue internationale de l’enseignement, 15 août 1892, p. 5-39.

2 Si Renier est un précurseur, autodidacte, qui a formé la plupart des africanistes de la génération suivante, les bases historiques lui font défaut, à la différence de René Cagnat dont il prit l’éducation en charge pour des raisons personnelles et qu’il forma en épigraphie.

3 De 1881 à 1889 il n’y a qu’un article sur l’Afrique dans les Mélanges.

4 Stéphane Gsell n’avait guère d’estime pour ce collègue, si l’on en juge par la nécrologie très critique qu’il lui consacra (MEFR, 16, 1896, p. 489-490). Il n’y a pourtant guère de doute sur le fait que La Blanchère fut le pivot de l’organisation de l’archéologie et des musées en Tunisie puis en Algérie ; en outre, sa thèse et son mémoire inédit de l'École étaient si novateurs qu’ils furent traduits en italien un siècle plus tard : Terracine ; essai d'histoire locale, Paris, 1884 (BEFAR, 34) ; Terres pontines. Essai de reconstruction archéologique de l’ancien port de Terracine. Inscriptions de Terracine, traduits ensemble en italien par G. Rocci sous le titre Terracina. Saggio di storia locale, Gaète, 1984.

5 À notre connaissance, cette institution n’a pas fait l’objet d’une étude d'ampleur. Fondée en 1880, devenue en 1909 Faculté des lettres, l’École supérieure des lettres d’Alger constitue une des incarnations du passage de l’amateurisme à la professionnalisation ; avant sa création, la diffusion et la récolte des informations historiques, sociologiques, anthropologiques étaient assurées, notamment, par les sociétés historiques (Constantine depuis 1852, Alger depuis 1856), par la bibliothèque d’Alger (depuis 1835) et par le musée qui lui était associé.

6 Le titre de la collection est significatif de la conception unitaire du Maghreb : Musées et collections archéologiques de l'Algérie et de la Tunisie. Description de l'Afrique du Nord entreprise par ordre de M. le Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts.

7 M. Dondin-Payre, La mise en place de l'archéologie officielle en Algérie, XIXe s.-début du XXe s., dans Aspects de l'archéologie française au XIXe siècle. Actes du colloque international tenu à la Diana à Montbrison, 14 et 15 octobre 1995, éd. P. Jacquet et R. Périchon, Montbrison, 2000 (Recueil de mémoires et documents sur le Forez, 28), p. 351-400.

8 C. A. C. Barbier de Meynard, Séance publique annuelle du 22 novembre 1889. Discours d'ouverture, dans CRAI, 1889, p. 439-459, à la p. 457.

9 Sur S. Gsell : E. Albertini, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 20-36 ; nécrologies : E. Albertini, dans Association amicale de secours des anciens élèves de l'École normale supérieure, 1934, p. 53-55 ; A. Audollent, dans Revue tunisienne, 1933, p. 3-18 ; J. Carcopino, dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1932, p. 5-8 ; É. Michon, dans CRAI, 76, 1932, p. 7-13 ; S. Reinach, dans Revue archéologique, 36, 1932, p. 132-133.

10 Fouilles dans la nécropole de Vulci exécutées et publiées aux frais de Son Excellence le prince Torlonia, Paris, 1891 (BEFAR, 3e série) ; le terrain sur lequel se trouvait la nécropole appartenait au prince Torlonia qui confia à l’École française les fouilles dont il assuma les frais, jusqu’à la publication, publication comportant de nombreuses illustrations et de grandes planches qui demandèrent à Gsell un long travail, comme en témoigne sa correspondance avec le directeur Geffroy (archives de l'École française de Rome).

11 Mises à part la publication de sa thèse Essai sur le règne de l'empereur Domitien, Paris, 1894, et de très brèves contributions (Les statues du temple de Mars Ultor à Rome, dans Revue archéologique, 35, 1899, p. 37-43).

12 Nécrologie par G. C. Picard, dans Revue archéologique, 19621, p. 95-97.

13 Le musée, créé par le décret du 7 novembre 1882, est le premier d’Afrique du Nord ; le bâtiment il fut construit dans la seconde moitié du XIXe siècle pour servir de résidence au bey de Tunis par Mohammed Bey puis par Sadok Bey. Les premières collections archéologiques y furent installées en mars 1885 et il fut inauguré le 7 mai 1888 sous le nom de « musée Alaoui », en l’honneur du bey régnant. Depuis 1956 il est désigné comme « musée du Bardo ».

14 Voir note 36.

15 L'inscription alimentaire de Sicca (Le Kef), dans Collections du Musée Alaoui, dir. R. M. du Coudray de La Blanchère, Paris, 1890, p. 69-84 ; Corpus inscriptionum Latinarum (CIL), t. 8, n° 1641 = Z. Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, Rome, 1986, n° 367 = L’Année épigraphique 1991, n° 1685 et ibid., 2004, n° 877.

16 Il s’agit de la rue Scipion qui donnait sur la rue Bab-el-Azoun, premier siège de l’École ; L. Gauthier, À l’aube de notre École supérieure des Lettres (souvenirs d’un étudiant algérois), dans Cinquantenaire de la Faculté des lettres d’Alger (1881-1931), Alger, 1932, p. 217-231.

17 Albert Dumont dirigea l’École archéologique de Rome puis l’École française d’Athènes avant de prendre la direction de l’Enseignement supérieur ; sans doute est-ce ce lien qui le rendit particulièrement sensible à la nécessité de tisser une relation entre l’École française de Rome et l’Afrique. Sur l’École des lettres d’Alger, L. Paoli, L’enseignement supérieur à Alger, dans Revue africaine, 1905, p. 406-437 ; E. Doutté, L’œuvre scientifique de l’École des Lettres d’Alger, ibid., p. 438-446 : au début du XXe siècle trois antiquisants de l’École des lettres (La Blanchère, Victor Waille — musée de Cherchell —, Gsell) s’illustrèrent ; Masqueray est à part car ses centres d’intérêt sont beaucoup plus épars.

18 L’écrivain Pierre Benoit (1886-1912), fils d’un officier en garnison en Tunisie à partir de 1887, puis en Algérie, resta jusqu’en 1907 à Alger, quand, après avoir fait son service militaire, il partit pour Montpellier poursuivre ses études supérieures ; il avait commencé un cursus en droit, ce qui l’avait conduit à fréquenter l’École des lettres d’Alger ; en France il se tourna vers les lettres et l’histoire (il se présenta à l’agrégation d’histoire en 1910), peut-être influencé par la fréquentation de Stéphane Gsell. L’anecdote de Pierre Benoit unique élève est rapportée (p. 44) par Charles Picard dans la nécrologie émue qu’il consacra à Gsell, Notice sur la vie et les travaux de M. Stéphane Gsell, membre de l’Académie, dans CRAI, 91, 1947, p. 24-86. Louis Liard (1846-1917), agrégé de philosophie, recteur de l’académie de Caen en 1883, puis directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique, fut élu en 1906 à l’Académie des sciences morales et politiques.

19 Archives de l'École française de Rome, lettre de Stéphane Gsell à Geffroy, Alger, 27 avril 1892 : « Voici que je reçois à l’instant une chronique de M. Cagnat sur les découvertes africaines. Il paraît que l’idée de ces chroniques était dans l’air. Comme cette chronique ressemble beaucoup à la mienne, j’y vois une raison de plus pour vous prier de ne pas insérer mon manuscrit et de me le renvoyer. Ce n’est pas la peine de répéter des choses déjà dites et je renonce à cette publication, entreprise à laquelle il a le droit de prendre part ».

20 C. Picard, Notice sur la vie et les travaux de M. Stéphane Gsell..., p. 33.

21 Recherche des Antiquités dans le nord de l'Afrique. Conseils aux archéologues et aux voyageurs. Instructions adressées par le Comité des travaux historiques et scientifiques aux correspondants du Ministère de l'Instruction publique, Paris, 1890, p. 1.

22 D’où la parution, sous le patronage du Comité des travaux historiques et scientifiques, de l’ouvrage Recherche des Antiquités dans le nord de l'Afrique..., qui fut sans cesse réédité et mis à jour jusqu’en 1929 (collaborateurs : E. Babelon, Ph. Berger, V. B. Derrécagaix, H. Duveyrier, S. Reinach, H. Saladin, G. Marçais, R. Cagnat).

23 Informations sur Joseph Alphonse Letaille rassemblées par son petit-fils, Jean-Marie Schimpff (mise en ligne : http://www.lulu.com/items/volume_62.pdf).

24 A. Héron de Villefosse, Inscriptions de l’Henchir Makter (Colonia Aelia Aurelia Mactaris) - découvertes par M. Letaille, dans CRAI, 1884, p. 281-286 ; CIL, t. 8, n° 11824.

25 Il consacra sa thèse à Carthage romaine, 146 av. J.-C.- 698 ap. J.-C., Paris, 1901 (BEFAR, 84), et fit trois autres missions en Algérie et en Tunisie (1893, 1901, 1907).

26 Mission épigraphique en Algérie, de MM. A. Audollent et J. Letaille, octobre 1889 à février 1890. Rapport rédigé par M. Audollent, dans MEFR, 10, 1890, p. 397-588.

27 « Un coup d’œil vaut souvent mieux que les meilleurs renseignements écrits », ibid., p. 398.

28 Audollent, nommé par la suite professeur à Clermont-Ferrand, se consacra aux antiquités de la Gaule, tout en travaillant encore sur l’Afrique.

29 Dans les années 1960 encore, Jean Lassus, directeur des Antiquités de l’Algérie, faisait pression pour que l’École française de Rome envoie un archéologue fouiller à Tiddis, ce à quoi le directeur, soucieux de la protection des membres, n’était guère enclin (archives de l’École française de Rome).

30 Toutain explora le littoral et l’île elle-même, faisant des découvertes si importantes qu’elles donnèrent lieu à une seconde campagne, en 1892, et firent l’objet d’une publication unique, voir note 36.

31 La mission de Toutain à Tigzirt et à Taksabt/Taksebt n’a pas donné lieu à publication et est passée sous silence par la suite (ainsi, M. Euzennat, G. Hallier, Le mausolée de Taksebt (Algérie), dans CRAI, 136, 1992, p. 235-248) ; elle a cependant attiré l’attention sur la richesse du site romain, qui fut décrit plus précisément par P. Gavault, C. Bourlier, Tigzirt et Taksebt (Rusuccuru), dans Revue africaine, 35, 1891, p. 5-19, et 37, 1893, p. 181-182, mandatés par le gouverneur général pour inspecter les ruines et les enregistrer. Pierre Gavault, architecte, continua l’étude de Tigzirt, missionné par le ministère de l’Instruction publique et publia Études sur les ruines romaines de Tigzirt, Paris, 1897, qui resta le seul ouvrage de référence sur la question pendant un demi-siècle, jusqu’à ce qu’Albert Grenier reprenne les recherches. Gavault réalisa de très nombreux dessins et plans (dont certains pour Gsell) que sa mère légua, après sa mort précoce, au musée d’Alger.

32 Borne milliaire inédite, dans MEFR, 12, 1892, supplément (Mélanges de Rossi), p. 343-344. Repris dans MEFR, 13, 1893, p. 419-421, n° 1.

33 Le sanctuaire de Saturne Balcaranensis au Djebel Bou-Korneïn (Tunisie), dans MEFR, 12, 1892, p. 3-124. Don au Louvre : 6 lampes, 20 fragments de bas-reliefs, 25 fragments d’inscriptions sur marbre.

34 De Saturni dei in Africa romana cultu, Paris, 1894, qui ne fut pas publié dans les séries de l’École, à la différence des Cités romaines de Tunisie. Essai sur l'histoire de la colonisation romaine dans l'Afrique du Nord, Paris, 1895 (BEFAR, 72).

35 Ses découvertes furent publiées, y compris une réédition de la borne milliaire (voir note 32), Inscriptions de Tunisie, dans MEFR, 13, 1893, p. 419-459.

36 Fouilles et explorations à Tabarka et aux environs, dans Bulletin d'archéologie chrétienne, 1892, p. 175-209. Les mosaïques les plus célèbres sont les représentations de scènes rurales romaines, trouvées à la ferme Godmet, et les vestiges funéraires chrétiens.

37 L. Poinssot, Inscriptions inédites de Chemtou (Simitttu Colonia), dans Bulletin trimestriel des antiquités africaines, 3, 1884, p. 123-135.

38 Cette correspondance inédite – une lettre tous les deux jours environ –, est conservée aux archives de l’École française de Rome.

39 Auguste Geffroy (1820-1895), spécialiste de l’histoire du monde scandinave, enseigna à partir de 1872 l’histoire ancienne à la Sorbonne, avant de prendre, de 1875 à 1882, puis à nouveau à partir de 1888, la direction de l’École française de Rome. Voir la contribution de A. Lehoërff et O. Poncet, Un directeur historien : Auguste Geffroy (1820-1895) et l’École française de Rome dans ce volume. 

40 Selon les mots de C. Gutron, Pour une approche anthropologique de l’archéologie. L’expérience de Jules Toutain en Tunisie à la fin du XIXe siècle, dans Alfa 2006, p. 177-189, citation, p. 184 ; l’analyse de l’action de Toutain ne tient pas compte du contexte.

41 Fouilles à Chemtou (Tunisie), sept-nov. 1892, dans Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 1ère série, t. 101, 1893, p. 453-473 ; Le théâtre romain de Simitthu (Shemtou), dans MEFR, 12, 1892, p. 359-369. Voir A. Merlin, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 204-205.

42 Les citations inédites sont prises dans C. Gutron, Pour une approche anthropologique..., passim.

43 Voir note 41.

44 Henri Graillot (1868-1949) fit en Algérie, au nord de l’Aurès, une tournée exploratoire, notamment à Zana, à Timgad, à Khenchela, au cours de laquelle il récolta de nombreuses inscriptions : S. Gsell et H. Graillot, Exploration archéologique dans le département de Constantine, dans MEFR, 13, 1893, p. 461-541, et ibid., 14, 1894, p. 17-86 et 501-609.

45 Il resta attaché à l’Afrique puisqu’il écrivait à Charles Saumagne, qui le sollicitait : « Vous avez raison de penser que je n’ai pas oublié la Tunisie et que je me considère toujours comme un Africain. Je serai très heureux le cas échéant de vous envoyer quelque chose pour la Revue tunisienne. » (31 janvier 1931) ; au même, le 27 juillet 1938 : « Mon passé tunisien est toujours pour moi une époque que je me rappelle avec émotion. » (Fondation nationale des sciences politiques, Archives d’histoire contemporaine, Fonds Saumagne, carton C 6).

46 Toutes les citations suivantes sont, sauf mention contraire, extraites de lettres inédites de Gsell à Geffroy, conservées dans les archives de l’École française de Rome.

47 De Tipasa Mauretaniae Caesariensis urbe, Alger, 1894, et Tipasa, vil1e de la Maurétanie Césarienne, dans MEFR, 14, 1894, p. 291-450.

48 CIL, t. 8, n° 4440 (p. 956) et n° 18587 = AE, 1909, n° 37 ; ibid., 1950, n° 180 ; ibid., 1982, n° 955 ; ibid., 1983, n° 978 ; ibid., 1996, n° 1801 ; ibid., 2003, n° 1894, Lamasba, Ksar Belzma.

49 Recherches archéologiques en Algérie, Paris, 1893 (Description de l'Afrique du Nord).

50 En 1892 il envisage d’écrire un guide pour Baedeker, puisque Hachette a déjà signé contrat avec Louis Piesse (1815-1900) – sous-bibliothécaire à Alger, auteur de Itinéraire de l’Algérie, de Tunisie et de Tanger, sans cesse réédité de 1881 à sa mort. Gsell prévoit une édition française, anglaise, allemande. Ainsi, ses voyages auraient été financés par l’éditeur et il aurait pu consacrer les autres fonds à des fouilles.

51 Il envoie à Geffroy des listes de livres à acheter et organise des échanges avec les Mélanges, par exemple avec la Revue africaine (organe de la Société africaine depuis sa fondation, en 1857, publié régulièrement jusqu’en 1962).

52 Pour cette citation et les suivantes, Archives de l'École française de Rome, lettres inédites.

53 Lettre à M. Geffroy, septembre 1892, archives de l'École française de Rome.

54 En dépit de l’optimisme d’A. Merlin dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 205 et note 2.

55 Maître de conférences à l'École des hautes études (Section des sciences religieuses), Jules Toutain publia notamment Les cultes païens dans l’Empire romain, 2 vol. , Paris, 1917-1920 (Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences religieuses, 31).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les premières interventions des membres de l'École française de Rome de l'Afrique du Nord (1886-1891)
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/2637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteur

Directrice de recherches au CNRS - dondin_payre@club-internet.fr

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540