Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire l'institution. L’École française de Rome, 1873-1895

 | 
Michel Gras
, 
Olivier Poncet

Emmanuel Fernique, premier archéologue de l’École française de Rome, de Préneste au pays des Marses

Stéphane Bourdin

Texte intégral

  • 1 Parmi les prédécesseurs de Fernique, certains se sont certes intéressés à des découvertes archéolog (...)
  • 2 O. Motte, Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire, dans MEFRIM, 94-1, 1982, p. 393-48 (...)
  • 3 Ainsi, à propos du débat sur l’interprétation des statues de femmes portant des enfants en langes d (...)
  • 4 Les deux thèses sont publiées en 1880 chez Ernest Thorin sous les titres De regione Marsorum et Étu (...)
  • 5 E. Fernique collabore ainsi à la Grande encyclopédie dirigée par Marcellin Berthelot (1886-1902), p (...)
  • 6 Il n’hésite pas, par exemple, à revenir sur certaines de ses conclusions quant à l’organisation du (...)

1 Emmanuel Fernique, membre de l’École française de Rome de 1876 à 1878, est un des pionniers de la recherche archéologique de terrain au sein de cette institution1. Lors de son séjour romain, il a pu s’intéresser tour à tour aux antiquités de Capoue, du pays des Marses et de Préneste en ayant à cœur de prendre en compte à chaque fois l’ensemble de la documentation disponible et de recueillir les plus infimes indices auprès des populations locales. Il réalise en cela le programme qu’avait fixé aux membres le directeur Auguste Geffroy (1875-1882 et 1888-1895) : « Copiez, photographiez, estampez »2. Les membres de l’École sont invités à consulter et à ramener le plus de données possible, en particulier des inscriptions que l’on considère alors comme la clé de compréhension de tous les vestiges3. E. Fernique va donc parcourir dans ce but le Latium, la Campanie et les Abruzzes et consacrer à ses découvertes des mémoires remis à l’Institut, ainsi que ses thèses, latine et française4. De retour à Paris, tout en enseignant au Collège Stanislas et en participant à plusieurs grandes entreprises éditoriales5, Fernique continue de suivre les dossiers qu’il avait ouverts lors de son séjour romain6, tout en prenant part activement aux grands débats scientifiques de son temps, jusqu’à sa disparition précoce le 22 juin 1885, à l’âge de 31 ans. Nous allons donc revenir, dans les pages qui suivent, sur les différentes contributions d’Emmanuel Fernique à l’histoire et à l’archéologie de l’Italie centrale, sur la mise en place progressive de sa méthode d’enquête et tenter de dresser un bilan de ses principaux apports scientifiques.

  • 7 L’arbre généalogique de la famille Fernique-Lecestre, réalisé par Léon Lecestre et mis à jour par d (...)
  • 8 Collège Stanislas, Nouvelle édition des diptyques du Collège Stanislas contenant anciens élèves et (...)
  • 9 Troisième accessit de Vers latins en 1869, premier prix d’Histoire naturelle, quatrième accessit de (...)

2 Emmanuel Marie Fernique, fils de Clément Fernique, professeur de mathématiques, et de Louise Millet7, est né à Paris le 19 octobre 1854. Il effectue la majeure partie de sa scolarité au Collège Stanislas à Paris, de la 8e (1863-1864) à la classe de philosophie (1872-1873) et obtient en 1873 le baccalauréat8. Élève brillant, il est reçu plusieurs fois au concours général9. Après son baccalauréat, il entre à l’École normale supérieure et est reçu deuxième à l’agrégation d’histoire en 1876. Il devient ensuite membre de l’École française de Rome (1876-1878), soutient en 1880 son doctorat ès lettres et enseigne l’histoire au Collège Stanislas de 1878 à 1885.

  • 10 Léon Heuzey écrit ainsi à Auguste Geffroy, de la part de ses collègues de l’Institut : « La commiss (...)
  • 11 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions...
  • 12 U. von Wilamowitz, Scavi nelle Curti vicino a Santa Maria di Capua, dans Bullettino dell'Istituto d (...)
  • 13 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions..., p. 125 : « L’art grec de la meilleure période a (...)
  • 14 Ibid., p. 123 : « Dans la première classe les statuettes sont presque pleines, la terre est d’un gr (...)
  • 15 Léon Heuzey, conservateur au musée du Louvre et membre de l'Institut, qui s'intéresse notamment aux (...)

3 Parmi les sujets sur lesquels l’Institut attirait alors l’attention des membres de l’École française de Rome, et qui fournissaient parfois la matière à de savants mémoires, dont certains étaient publiés dans la toute jeune Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome (fondée en 1876) ou dans diverses revues, E. Fernique choisit de s’intéresser en premier lieu aux découvertes récentes de Capoue. Le mémoire qu’il présente à l’Académie des inscriptions et belles-lettres se signale par sa qualité et Léon Heuzey ne peut que recommander sa publication10, qui a lieu dans la Revue archéologique11. Les découvertes se sont multipliées autour de Santa Maria Capua Vetere, notamment près du hameau de Curti, au fondo Patturelli, depuis les premiers travaux en 1845 et le Musée de Capoue à peine ouvert (1874) comprend déjà une riche collection formée d’une centaine de statues de tuf et de 7 à 8 000 objets de terre cuite. Plusieurs articles récents ont décrit un certain nombre d’artéfacts12, mais Fernique ressent clairement le besoin de proposer un bilan complet de la documentation disponible, suivant en cela une règle qu’il va mettre en œuvre systématiquement par la suite. Ayant obtenu l’accord du chanoine Gabriele Iannelli, directeur du musée, il peut entreprendre de classer le matériel provenant du sanctuaire et de proposer un certain nombre d’interprétations et de typologies, tout en déplorant que les fouilles depuis 1845 aient été conduites sans grande rigueur, au point qu’on n’a pas distingué le matériel provenant du sanctuaire proprement dit de celui des tombes qui l’environnent. Le matériel est classé en grandes catégories (statues en tuf, terres cuites de « style archaïque », terres cuites de « style grec » ou « ancien »), parfois un peu fluctuantes, en fonction du matériau ou de critères stylistiques. Ce sont avant tout les statues de tuf qui retiennent l’attention de Fernique et en particulier les figures féminines tenant dans leurs bras des enfants en langes, que Ulrich von Wilamowitz interprète comme des représentations d’une déesse-mère, protectrice du mariage et des jeunes enfants et Friedrich von Duhn comme des divinités recevant et protégeant le défunt. Fernique constate quant à lui que sur certaines de ces représentations la figure féminine tend son sein à l’enfant, ce qui accrédite plutôt l’idée d’un culte matronal. La seconde grande catégorie comprend les antéfixes (personnages ailés, protomés féminins, masques de Gorgone, frises de palmettes), dont il dénombre plus de 400 exemplaires, sans plus de détails. Enfin, il distingue parmi les « terres cuites de style ancien et de style grec » tout un ensemble d’ex-voto de terre cuite, comprenant aussi bien des ex-voto anatomiques que plusieurs centaines de statuettes (femmes rappelant les tanagrines, enfants emmaillotés, animaux, grenades...). Tout en cherchant à distinguer des styles et à déceler l’influence des productions grecques sur les artisans campaniens13, il ébauche une réflexion sur la couleur des pâtes, qui pourrait permettre d’établir de nouvelles classifications14. Cette première étude publiée n’offre cependant qu’un aperçu, une sorte de bilan préliminaire à ce qui aurait pu être une étude plus étoffée des collections du Museo Campano. Dans la tradition du Bulletin de l’Institut de correspondance archéologique, elle vise surtout à prendre la mesure de ces vestiges et à porter leur existence à la connaissance d’un public érudit15.

  • 16 Avant de se lancer dans l'étude des vestiges de la ville de Préneste elle-même, Fernique se rend à (...)
  • 17 F. Zevi, F. Canciani, F. W. von Hase et al., Palestrina (Praeneste), dans Civiltà del Lazio primiti (...)
  • 18 E. Fernique évoque dans sa synthèse sur la ville les différents épisodes du pillage des nécropoles (...)
  • 19 E. Fernique, Les dernières fouilles de Préneste, dans Revue archéologique, t. 35, 1878, p. 233-242.

4 Fernique ne poursuit pas ses travaux en Campanie, puisqu’il entame bientôt des recherches plus au nord, à Préneste et dans la région du lac Fucin16. Depuis longtemps, les vestiges de Préneste avaient attiré l’attention. Les ruines du sanctuaire de Fortuna Primigenia étaient d’ailleurs toujours restées partiellement en vue, même si le village de Palestrina, le Palais Barberini et divers jardins en recouvraient une partie. L’exploration des nécropoles commence en 1738, avec la découverte de la ciste Ficoroni, et les premiers objets mis au jour enrichissent les collections du prince Barberini ou sont revendus par les propriétaires des terrains et inondent tous les musées européens. Les découvertes de la tombe Barberini en 1855, puis de la tombe Castellani en 1861 et de la tombe Bernardini en 1876 ne font que renforcer la frénésie des propriétaires17. Ces fouilles, plus ou moins contrôlées, se poursuivent durant tout le XIXᵉ siècle18. Entre novembre 1877 et janvier 1878, Fiorentini découvre encore 125 à 130 sarcophages à la Colombella, ainsi que 25 inscriptions et plusieurs cistes. Fernique choisit alors de rendre compte des travaux les plus récents et l’École française de Rome lui confie en outre le soin d’effectuer à son tour une campagne de fouille dans la nécropole19. Fidèle à la hiérarchie en cours à l’époque, c’est par la présentation des nouvelles inscriptions découvertes à Préneste en 1877 que Fernique ouvre son étude. Il évoque ainsi la dédicace de C. Lutatius Cerco sur un piédestal et 30 inscriptions funéraires inédites provenant de la nécropole, sur des cippes en forme de pomme de pin ou sur leur base. Dans ces épitaphes, certaines familles apparaissent pour la première fois (Cocii, Cungii, Cupii, Numitorii, Titionii) et Fernique propose de les dater, d’après la forme des lettres et la présence du nominatif singulier en -o à la 2ᵉ déclinaison de la fin IIIᵉ-début IIᵉ siècle av. J.-C. Il présente ensuite les vestiges archéologiques, sans que les inscriptions soient mises en relation avec les tombes, en distinguant trois types de sépultures, les grandes tombes archaïques avec un mobilier orientalisant, les sarcophages de pépérin avec un mobilier plus récent (cistes, miroirs) et les sarcophages en caisson de tuiles.

  • 20 Cette campagne de fouille fait également l’objet d’une très brève description par le directeur géné (...)
  • 21 M. T. Onorati, Teste votive di Palestrina : recuperi e dispersione, dans MEFRA, 104-2, 1992, p. 597 (...)

5 Au-delà du compte rendu de la fouille des tombes, la nouveauté de cet article réside dans le fait qu’il relate la première fouille conduite par Fernique dans la campagne prénestine du 4 au 15 février 1878. La fouille est implantée au sud-ouest de la ville, là où on signalait plusieurs centaines d’ex-voto de terre cuite, laissant supposer la présence d’une fabrique, d’un dépôt, voire de fauissae. Fernique fait ouvrir trois tranchées, dont deux mettent en lumière une stratigraphie complexe. Dans la deuxième tranchée, il signale un premier niveau formé de débris d’amphores, de briques et de blocs de calcaire et en dessous, une couche de blocs de pépérin bien taillés, formant une sorte de dallage. L’ensemble peut faire penser à un niveau d’écroulement, recouvrant le sol dallé d’une structure. Sous ce « dallage », au-delà d’un niveau vierge épais de 0,50 m, plusieurs ex-voto et une monnaie campanienne ou apulienne sont mis au jour. Dans la troisième tranchée, l’auteur signale la présence de deux « conduits », vraisemblablement des fosses, creusées dans la terre végétale, contenant 600 à 700 artéfacts, en majorité des ex-voto de terre cuite (ex-voto anatomiques, statuettes, animaux), ainsi que des fragments d’aes rude. En se fondant sur le style de ces objets, Fernique propose une datation de l’ensemble au IIe-début du Ier siècle av. J.-C.20 Ce n’est que par la suite qu’un long travail d’identification des parcelles cadastrales a permis de comprendre que le « dépôt » fouillé par Fernique, de même que de nombreuses fouilles réalisées auparavant, avaient mis au jour, sans en avoir réellement conscience, un même ensemble cultuel, un sanctuaire d’Hercule, situé au sud-ouest de la ville, dans les localités de Bocce Rodi, San Rocco et Colombella (actuelle Piazza Ungheria). C’est la découverte de deux dédicaces à Hercule à 300 m de la fouille de Fernique par Henry M. Stevenson en 1881 qui a permis cette identification21. Sur la base du matériel découvert, on peut dater la fréquentation de ce sanctuaire entre l’époque archaïque et la fin de la République.

  • 22 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 3 : « Ce sont sans doute ces raisons qui ont engagé l’Académ (...)
  • 23 Ibid., p. 2.
  • 24 Ibid., p. 29.
  • 25 Elles représentent respectivement quatre divinités (Mercure, Hercule, Minerve, Mars), deux guerrier (...)

6 Après cette première expérience, Fernique décide de consacrer sa thèse à une monographie de Préneste, comme l’y invite l’Académie des inscriptions et belles-lettres22. La ville de Préneste est déjà célèbre, mais l’attention s’est essentiellement concentrée d’une part sur le mobilier des riches tombes orientalisantes et d’autre part sur la mosaïque nilotique. Fernique renonce d’ailleurs à en parler et se contente de renvoyer à l’abondante bibliographie sur la question23. Son travail vise en revanche à établir une présentation la plus complète possible de l’histoire et de l’évolution d’une ville du Latium, une ville extrêmement importante en raison de la présence du sanctuaire de Fortuna Primigenia, qu’il qualifie de « Delphes du Latium »24. L’étude est organisée en quatre parties : la première est consacrée à une histoire de la ville, des origines à la fin de l’Antiquité, la deuxième au culte de la Fortune ; la troisième partie contient une description des principaux vestiges (sanctuaire, nécropoles), tandis que la quatrième partie propose une « histoire de l’art à Préneste », appuyée sur un catalogue d’objets inédits, comprenant 247 notices (pour plusieurs milliers d’objets). L’ouvrage comporte enfin une « carte des ruines du temple de la Fortune à Préneste », dressée par l’auteur lui-même et trois héliogravures représentant une poignée de ciste avec deux personnages ailés et trois plaques en os sculpté25.

  • 26 Strabon, V, 3, 11.
  • 27 Stéphane de Byzance, Ethnika, s.u. Πραίνεστος.
  • 28 Virgile, Énéide, VII, 677 ; Servius, Commentaires sur lÉnéide, VII, 677 ; Solin, II, 9 ; Scholies (...)
  • 29 L’étude pionnière d’Elias Bickermann (Origines gentium, dans Classical Philology, t. 47, 1952, p. 6 (...)
  • 30 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 21-28.
  • 31 Cicéron, Catilinaires, I, 4, 8 ; Lettres à Atticus, I,19, 4 ; Strabon, V, 3, 11 ; Florus, II, 9, 27 (...)
  • 32 Aulu Gelle, Nuits attiques, XVI, 13.
  • 33 Seule la figure d’Élien, rhéteur de Préneste, est oubliée dans cette vaste synthèse des sources lit (...)
  • 34 M. Albert l’avait déjà bien noté dans le compte rendu qu’il publiait en 1880 (dans Revue critique d(...)

7 Fernique propose donc une synthèse historique en s’attachant dans un premier temps à analyser les différentes traditions mythologiques se rapportant aux origines de Préneste. Il distingue un filon grec, autour de Télégonos, fils d’Ulysse et Circé26, une tradition mixte (grecque et latine) autour de Praenestos, fils de Latinus et petit-fils d’Ulysse27 et une légende locale, attribuant la fondation à Caeculus28, ancêtre mythique des Caecilii. Ce faisant, il précède les études sur les origines gentium qui vont fleurir dans la seconde moitié du XXe siècle29. Fernique retrace ensuite les principales étapes de l’histoire de la ville, en s’attachant à reprendre avec clarté et conviction des questions fortement débattues comme le fonctionnement et la composition de la ligue latine. En s’appuyant sur les tombes les plus anciennes, il suppose une fondation de la ville au VIIIe siècle av. J.-C. et décrit les principales étapes de l’évolution de Préneste, en affirmant tout d’abord son identité latine et en rejetant la thèse d’Octavius Clason qui voulait que la ville appartint aux Èques30. Préneste, populus du nomen Latinum, conserve son statut de ville alliée jusqu’à la guerre sociale et fournit à ce titre des contingents auxiliaires à l’armée romaine, puis devient un municipe. Cette période marque l’apogée de la ville, qui se distingue par ses productions artisanales (cistes, miroirs, strigiles) et par la fertilité de son territoire. À l’issue du conflit entre marianistes et syllaniens, Préneste est saccagée et devient en 82 une colonie31, dirigée par des duumvirs, avant que Tibère ne lui rende son statut de municipe32. Le territoire de Préneste se couvre alors de uillae et la ville demeure un lieu de villégiature jusqu’à la fin de l’Antiquité. Dans cette première partie, Fernique offre donc une présentation complète33 et équilibrée de l’histoire de Préneste, mettant à profit l’ensemble de la documentation littéraire et épigraphique, qu’il analyse avec toute l’acribie que lui permet sa brillante formation de latiniste. Toutefois, l’apport véritable de l’ouvrage se situe ailleurs, dans les développements consacrés au sanctuaire de la Fortune et aux nécropoles de la ville34.

  • 35 J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain des ori (...)
  • 36 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 78-79.
  • 37 Un plan et une perspective ont été dressés en 1614, suivis par Pierre de Cortone au milieu du XVIIe(...)
  • 38 A. Nibby, Analisi storico-topografico-antiquaria della carta dedintorni di Roma, 3 vol., Rome, 18 (...)
  • 39 Il faut attendre la reprise des fouilles après les destructions de la Seconde Guerre mondiale pour (...)
  • 40 P. Blondel, État actuel des ruines du temple de la Fortune à Préneste, dans MEFR, 2, 1882, p. 168-1 (...)
  • 41 E. Fernique, Notes sur les ruines du temple... ; O. Marucchi, Observations sur le temple de la Fort (...)

8 La deuxième partie est consacrée à une « histoire religieuse » de Préneste, dans laquelle Fernique s’attache à distinguer la Fortuna Primigenia, divinité oraculaire et à l’origine déesse de la fécondité italienne, de la Tyché grecque, à laquelle elle est identifiée par la suite35. Mettant à profit sa connaissance de la documentation campanienne, il suppose même que les nombreuses statuettes de terre cuite représentant une femme en train d’allaiter sont des ex-voto d’un culte matronal voué à la Fortune36. Il fournit ensuite dans une troisième partie une description des vestiges encore visibles à son époque et réalise un plan, en suivant et en critiquant ses prédécesseurs37. Il évoque l’enceinte et les terrasses en appareil polygonal irrégulier, avant de proposer une reconstitution du sanctuaire, qu’il appelle « le temple », d’énumérer les découvertes de villae sur le territoire et de faire le bilan de l’exploration des nécropoles. Pour Fernique, qui suit Antonio Nibby sur ce point38, le sanctuaire est composé de six étages : une immense place en bas avec des réservoirs d’eau, un premier étage correspondant aux jardins Barberini où l’on trouve des bassins, un deuxième étage correspondant au Corso et à la cathédrale, un troisième étage à la via del Borgo, un quatrième avec trois arcades s’ouvrant sur des « grottes », un cinquième avec l’hémicycle (Palais Barberini), un sixième étage où se trouvait le temple rond. En analysant la répartition des portions en appareil polygonal et en opus incertum il conclut que, dans une première phase, le sanctuaire ne s’étendait que sur les quatre derniers niveaux et que les étages 2 et 3 datent de l’époque syllanienne39 et les structures inférieures de l’époque augustéenne. Or, au moment où Fernique publiait sa thèse, Paul Blondel, pensionnaire de l’Académie de France à Rome entreprenait de son côté, sans concertation, d’étudier à nouveau le sanctuaire et d’en dresser un nouveau plan. Ses conclusions contredisent sur certains points les affirmations de Fernique, d’autant plus que Blondel a eu l’occasion de réaliser plusieurs sondages40, dans le jardin du séminaire notamment : Blondel démontre que le réservoir du premier niveau n’est pas doublé par un deuxième réservoir symétrique à l’est ; il prend aussi en compte les fouilles de P. Cicerchia et distingue dix niveaux dans l’agencement du sanctuaire. En se conformant à la volonté d’Auguste Geffroy, qui voulait faire des Mélanges un lieu d’échange et de réflexion, Fernique répond à Blondel, en admettant certaines de ses erreurs et en tenant compte aussi des découvertes récentes d’Orazio Marucchi41.

  • 42 E. Fernique, Cista, cistella, dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. I, vol. 2, (...)
  • 43 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 162.

9 Fernique présente la nécropole de Préneste en s’appuyant en particulier sur les travaux du P. Raffaelle Garucci qui distingue quatre grands types de sépultures : les tombes les plus anciennes, sous tumulus ou à chambre, les sarcophages de tuf ou de pépérin et les pile (petits caissons pour les incinérations) et les caissons de tuiles d’époque romaine. C’est aux objets extraits de cette nécropole, le plus souvent sans en noter la provenance, qu’il consacre sa quatrième partie, en distinguant les objets les plus anciens, orientalisants, des mobiliers des tombes plus récentes. Cette réflexion s’appuie sur un appendice, « Catalogue des antiquités prénestines », qui présente plusieurs centaines d’objets inédits, appartenant à la collection Kircher, pour les objets découverts en 1876 par Bernardini, à la collection de la bibliothèque Barberini (cistes, terres cuites) et à la collection Castellani. Fernique présente des objets « archaïques », principalement des bijoux en or et en ambre des grandes tombes aristocratiques, mais le gros de son corpus est constitué d’objets appartenant à ce qu’il appelle « la seconde période du développement de l’art à Préneste ». La catégorie principale comprend les cistes de bronze, qu’il décrit longuement et dont il détaille les techniques de fabrication et les thèmes iconographiques. On retrouve d’ailleurs plus tard les principales idées de ce développement sur les cistes dans l’article qu’il leur consacre dans le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines42. Il accorde également beaucoup d’attention aux miroirs et aux plaques d’os décorées, tandis que la description des autres catégories d’objets est un peu plus sommaire. Partant de ce catalogue et des tombes publiées par R. Garrucci, Fernique tente alors de décrire les principales caractéristiques des productions artisanales prénestines et surtout de les replacer dans les grands courants de l’art antique. À une première phase (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.), marquée par les influences phéniciennes et étrusques, il oppose ainsi la riche documentation des IIIe-IIe siècles av. J.-C. (cistes, miroirs), époque où les artistes latins imitent les productions grecques, mais sans se départir d’une gaucherie qui leur est propre et qui lui rappelle les « vases peints de l’époque de la décadence » 43.

10La monographie de Fernique sur Préneste se veut donc une sorte d’histoire totale, intégrant les données littéraires, iconographiques, épigraphiques et archéologiques. Ses conclusions sur l’organisation du sanctuaire ont certes beaucoup vieilli et ont été rapidement contestées et dépassées, mais son développement sur les cistes ou sur l’histoire de Préneste demeure encore de nos jours d’un grand intérêt.

  • 44 E. Burri, Il Fucino e lemissario antico, dans Il tesoro del lago. Larcheologia del Fucino e la co (...)
  • 45 A. Geffroy, Larchéologie du lac Fucin, dans Revue archéologique, t. 36, 1878, p. 1-11 ; D. Faccenn (...)
  • 46 E. Fernique, De regione Marsorum...
  • 47 E. Fernique, Inscriptions inédites du pays des Marses, Paris, 1879 (BEFAR, 5).
  • 48 Ce cinquième volume de la Bibliothèque des Écoles françaises dAthènes et de Rome ne compte que 26 (...)
  • 49 Cette inscription porte le n° 47 dans le catalogue de Fernique (Corpus inscriptionum Latinarum [CIL(...)
  • 50 CIL, IX, 3847 = I², 389 ; cf. Il tesoro del lago..., p. 149-150.
  • 51 CIL IX, 3813 = I², 391 = Vetter 228 f ; cf. Il tesoro del lago..., p. 151.
  • 52 C. Letta, I culti di Vesuna e di Valetudo tra Umbria e Marsica, dans Assisi e gli Umbri nellAntich (...)
  • 53 Ve 224 = Sabellische Texte VM 4 ; cf. H. Rix, Handbuch der Italischen Texte, t. V, Sabellische Text (...)

11Enfin, lors de sa dernière année à Rome, entre la campagne qu’il dirige à Préneste et la rédaction définitive de sa thèse, E. Fernique prend en charge un nouveau dossier, celui des découvertes du lac Fucin, sur le territoire des Marses. Cette région bénéficie alors d’un regain d’intérêt, car les travaux en vue de l’assèchement définitif du lac (1862-1875), sous la direction du prince Alessandro Torlonia, en collaboration avec des ingénieurs français, mettent au jour un certain nombre de vestiges importants et relancent les études autour de l’émissaire antique44. A. Geffroy lui-même donne une première présentation de certains des objets provenant du secteur, notamment des bas-reliefs Torlonia, représentant une ville au bord du lac45, mais c’est à Fernique qu’il revient de proposer à la fois une synthèse générale sur le pays des Marses46 et la publication des inscriptions latines, publiées ou inédites47. Fernique se rend dans la région du Fucin en 1878 et y rassemble une vaste documentation, qu’il publie en deux temps. Il donne à l’Académie un premier mémoire sur les inscriptions latines de la région, qui est publié dans la Bibliothèque des Écoles françaises dAthènes et de Rome48. Dans cet opuscule sont reprises les inscriptions d’Alba Fucens publiées dans des feuilles volantes par G. Cipriani et O. Mattei, auxquelles il ajoute les inscriptions inédites découvertes dans les autres secteurs des bords du lac (Civita d’Antino, Luco, San Benedetto). Le texte est accompagné d’une transcription et le cas échéant d’un bref commentaire. Parmi les 91 inscriptions ainsi publiées, on rencontre une grande majorité d’épitaphes, mais également quelques inscriptions d’une grande importance pour la topographie locale comme le cippe funéraire de C. Marius Placidus, découvert entre Trasacco et Luco, qui mentionne un uicus F(i)staniensis49. L’inscription 49, murée dans une maison de Trasacco, signale la présence d’un autel du Fucin divinisé50, tandis que les inscriptions 72 et 7351 de Lecce dei Marsi rappellent l’importance du culte de Valetudo52 ainsi que l’existence d’un uicus Aninus. Il reproduit également, sous le numéro 52, une inscription très fragmentaire de San Benedetto dei Marsi, dans laquelle on a reconnu par la suite une dédicace à Jupiter en dialecte marse53.

  • 54 Ces inscriptions sont intégrées dans le volume IX du CIL, non sans quelques corrections : les inscr (...)
  • 55 Si la Serra di Celano et le Monte Sirente s’imposent assez clairement comme frontière naturelle, le (...)
  • 56 Une planche en couleur représentant la région et le tracé supposé des voies est publiée en fin de v (...)
  • 57 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 56-57. Ces fouilles sont aussi l’objet d’un des mémoires de (...)
  • 58 C. Promis, Le antichità di Alba Fucense negli Equi, Rome, 1836.

12Cette rapide publication des inscriptions laisse un goût d’inachevé54 et Fernique consacre alors sa thèse latine à une mise en contexte de ces documents, en proposant une synthèse générale sur le pays des Marses. Constatant qu’il n’existe pas d’étude complète sur la question, il propose tout d’abord une présentation de l’histoire des Marses, en se fondant sur les sources littéraires, depuis les légendes des origines qui les font remonter à Circé ou à Marsyas. Il évoque les campagnes contre Rome jusqu’à leur réduction au rang de socii et leur intégration à l’issue de la guerre sociale. Suit une description de leur territoire et une tentative pour le délimiter, avec un long développement destiné à comprendre à qui, des Èques ou des Marses, appartenait le territoire sur lequel les Romains ont déduit la colonie latine d’Alba Fucens et un autre à propos de la question non résolue de la frontière entre Marses et Vestins55. La partie la plus intéressante de l’ouvrage est toutefois constituée par le chapitre qu’il consacre à tenter de retracer le parcours de la uia Valeria56 et de son prolongement jusqu’à l’Adriatique (uia Claudia Valeria) et par l’ensemble des brefs chapitres dans lesquels il décrit tous les vestiges, de la Protohistoire à la fin de l’Antiquité, dont il a pris connaissance lors de son séjour. Ainsi, il consacre un long développement à l’émissaire du lac Fucin et au cunicule sous le Monte Salviano, ainsi qu’aux vestiges des Campi Palentini, qu’il est un des premiers à signaler. Il évoque en particulier des structures en appareil polygonal, longues de 269 m, autour desquelles il a dirigé des fouilles57. Il décrit aussi abondamment les ruines d’Alba Fucens, notamment son enceinte, en n’hésitant pas à critiquer la publication de Carlo Promis58 dont il reproduit le plan (planche II). Il s’interroge sur la date de construction de l’enceinte et arrive à une solution de compromis en attribuant les portions les plus « cyclopéennes », celles où les blocs sont les plus gros, à l’époque préromaine et les portions avec des blocs plus petits liés au mortier de chaux (opus quadratum) à des restaurations d’époque romaine. Il corrige en outre l’affirmation de Promis qui localisait un sanctuaire sur la pente du Colle Pettorino, en interprétant les vestiges comme ceux d’un théâtre.

  • 59 Virgile, Énéide, VII, 750 sq. ; Solin, II, 28 ; Silius Italicus, VIII, 500 sq. ; Servius, Commentai (...)
  • 60 E. Fernique, Bronze représentant Angitia, dans Gazette Archéologique, 8, 1883, p. 223-225 ; S. Rein (...)
  • 61 Ce point de vue est notamment partagé par F. Coarelli et A. La Regina, Abruzzo, Molise, Rome-Bari, (...)
  • 62 Pline l’Ancien, III, 106.
  • 63 Pline l’Ancien, III, 108.
  • 64 Tite-Live, X, 3.
  • 65 CIL I², 5 ; cf. A. La Regina, I Sanniti, dans Italia omnium terrarum parens. La civiltà degli Enotr (...)

13Fernique énumère ensuite les principales découvertes faites dans les villes des Marses. Il localise Antinum à Civita d’Antino et signale les vestiges de fortification en appareil polygonal (qu’il qualifie de « cyclopéen », opus cyclopeum) et des ruines de thermes romains. Il localise à Luco dei Marsi le sanctuaire d’Angitia que signalent les sources59. On y trouve des vestiges de murs en appareil polygonal et d’une tour au sommet de la montagne. Une grande quantité de matériel votif y a été récupérée par Gaetano Manetti, intendant des Torlonia, avec en particulier des ex-voto anatomiques de terre cuite et des statuettes de bronze, représentant Hercule et des monnaies. C’est dans cette collection Torlonia qu’il identifie une représentation de la déesse Angitia, figurée comme une femme tenant des serpents60. Contrairement à l’avis de Mommsen, il affirme que l’enceinte est disproportionnée pour un simple sanctuaire et qu’une agglomération, devenue municipe, s’est développée autour61. Sur le territoire de Trasacco, il signale le uicus Supinatium, avant de décrire les vestiges présents à San Benedetto dei Marsi, où l’on localise Marruuium, principal centre des Marses, qui sont tous d’époque impériale. Il décrit l’enceinte, dont il ne subsiste plus rien de nos jours, les ruines de l’amphithéâtre, de deux mausolées et les nombreux vestiges de mosaïques, de colonnes etc. dans les maisons du village. La description de la région au nord-est du lac est plus succincte, mais il recueille néanmoins de précieuses informations sur la présence de tombes et de matériel épars à la localité Carfegna, au-dessus de Collarmele, où il propose de localiser la statio de Cerfennia et sur la présence d’une enceinte en appareil polygonal sur un des sommets au-dessus de Pescina. Enfin, il rappelle qu’un certain nombre de centres marses ne sont pas localisés, comme les Anxantini mentionnés par Pline l’Ancien62 et les villes d’Archippe63, Milonia, Plestinia et Fresilia64. L’étude se clôt par un bref développement sur la langue des Marses, envisagée essentiellement du point de vue des gloses antiques. Fernique constate l’apparition précoce du latin, qui se généralise dès le IIᵉ siècle av. J.-C. dans la région, mais il n’approfondit pas cette question. En 1877 pourtant a été découverte la fameuse inscription de Caso Cantovios, sur laquelle on discute encore65, mais qu’il ne fait que mentionner.

  • 66 Dans une note de juillet 1872, Albert Dumont propose d’ailleurs la création d’un Institut de corres (...)
  • 67 O. Motte, Les origines..., p. 419.

14À l’issue de son séjour romain, E. Fernique a donc eu l’occasion de s’intéresser à l’histoire et à l’archéologie de l’Italie centrale aussi bien préromaine que romaine. Ses recherches l’ont conduit en Campanie, dans le Latium et dans les Abruzzes, sur les routes d’une Italie unifiée de fraîche date. Il pourrait paraître hasardeux d’émettre un jugement d’ensemble sur la production scientifique d’un homme disparu à trente-et-un ans. Nous pouvons néanmoins dégager, à travers une œuvre déjà significative, un certain nombre de lignes de force. Les travaux de Fernique s’inscrivent dans une époque qui voit l’École française de Rome, née en 1873 comme sous-section de l’École française d’Athènes et « émancipée » de cette tutelle en 1875, s’affirmer progressivement dans le paysage scientifique européen, avec la création de la BEFAR (1876), puis des Mélanges (1881). Cette prudente affirmation s’effectue dans un contexte international difficile, marqué par la défaite de la France face à la Prusse et par la proclamation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces du château de Versailles. L’Institut de correspondance archéologique, fondé en 1829, est remplacé en mars 1871 par un Institut archéologique prussien, puis allemand66 et en 1886, le Bulletin est remplacé par les Mittheilungen des Kaiserlich Deutschen Archaeologischen Instituts. Dans ce contexte, les mémoires des membres de l’École française de Rome et les livraisons des Mélanges deviennent un instrument d’information sur les nouvelles découvertes archéologiques. Fernique rend ainsi compte des nouvelles découvertes de Capoue, de Préneste, du lac Fucin, alors qu’auparavant ces recherches étaient diffusées dans le Bulletin et les Annales de l’Institut de correspondance archéologique67.

  • 68 Il suffit pour s’en convaincre de lire les comptes rendus d’ouvrages publiés dans les deux première (...)
  • 69 E. Fernique, Inscriptions inédites du pays..., p. 14-15, n° 45.
  • 70 Fernique n’est pas le seul à contester l’autorité de Mommsen. Après les critiques de Mommsen et de (...)
  • 71 R. Cagnat, E. Fernique, La Table de Souk el-Khmis. Inscription romaine dAfrique, dans Revue archéo (...)
  • 72 Cf. Lettre de M. Charles Tissot, correspondant de l’Institut, à M. E. Desjardins, sur la découverte (...)
  • 73 T. Mommsen, Decret des Commodus für den saltus Burunitanus, dans Hermes, 1880, p. 386-411 et Nachtr (...)
  • 74 A. Esmein, Les colons du Saltus Burunitanus, dans Journal des Savants, 1880, p. 686-705.
  • 75 Parmi les inscriptions africaines décrivant la vie des domaines agricoles, on compte également cell (...)
  • 76 L’inscription est publiée en 1881 dans le volume VIII du CIL sous le numéro 10570.

15Fernique n’échappe pas à la règle qui veut alors qu’on manifeste un respect élogieux envers les chercheurs italiens68 et qu’on se permette en revanche de polémiquer avec les universitaires allemands. Ainsi, outre O. Clason dont il réfute les théories sur la présence èque à Préneste, Fernique n’hésite pas à corriger la transcription d’une inscription publiée par Theodor Mommsen69 ou à le contredire ouvertement plusieurs fois70. C’est surtout en proposant une nouvelle édition du texte de la Table de Soukh el-Khmis, en collaboration avec René Cagnat en 1882, que les accents polémiques sont les plus sensibles71. Le texte, découvert en 1880 à Souk el-Khmis en Tunisie, a été publié en fac-similé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres72 et immédiatement étudié par Theodor Mommsen73 et Adhémar Esmein74. La pierre ayant été transportée à Paris, Cagnat et Fernique proposent alors une nouvelle lecture, qui dans l’ensemble diffère très peu de celle de Mommsen, dont ils jugent les restitutions « sagaces » et ils proposent une traduction. Dans cette inscription, comme dans d’autres inscriptions africaines75, des colons du saltus Burunitanus adressent une supplique à Commode, pour se plaindre des exactions des conductores qui augmentent les corvées, en violation de la loi d’Hadrien, et de la complicité du procurateur. L’inscription reproduit également la réponse du prince et la dédicace d’un monument commémoratif par le magister du saltus. Le travail de Cagnat et de Fernique est certes intéressant, mais on a un peu l’impression qu’il n’apporte rien de neuf par rapport aux travaux précédents ; il s’agit bien plutôt de garder la main sur un document épigraphique important, alors que l’Académie de Prusse poursuit l’édition du Corpus inscriptionum Latinarum76.

  • 77 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 139-144.
  • 78 Ibid., p. 151 : « Il y a une imitation évidente de l’art grec ; mais l’artiste latin ne peut arrive (...)
  • 79 Ibid., p. 146 et suiv.
  • 80 Ibid., p. 154.
  • 81 Ibid., p. 155 : « Point de traditions différentes, point de courant opposés ; l’adresse plus ou moi (...)
  • 82 Ibid., p. 158 : « Si l’art latin imite l’art grec, et spécialement les produits de la céramique, il (...)
  • 83 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions..., p. 115 : « Les statues de tuf les moins ancienn (...)

16La connaissance de l’Antiquité classique fait de grands progrès tout au long du XIXᵉ siècle, grâce aux améliorations méthodologiques en matière de philologie et d’épigraphie. Fernique recueille cet héritage et utilise toujours avec une grande précision les sources littéraires et les inscriptions latines. L’archéologie se dégage progressivement à la même période de l’histoire de l’art et les travaux de Fernique donnent parfois l’impression que l’on est encore au milieu du gué. Dans la tradition de Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), il accorde une grande importance aux objets et tente de les intégrer à une vaste réflexion stylistique. Il replace par exemple les importations d’objets phéniciens et leurs imitations dans un mouvement général, que l’on n’appelait pas encore « orientalisant », qui touche aussi bien le Latium que l’Étrurie dans la seconde moitié du VIIᵉ siècle et la première moitié du VIᵉ siècle av. J.-C. et qu’il met en relation avec l’alliance étrusco-punique77. En étudiant la documentation des tombes hellénistiques de Préneste ou du sanctuaire du fondo Patturelli à Capoue, il cherche également à déterminer les influences stylistiques étrusques et grecques et à mettre en lumière d’éventuelles traditions locales. Certes, ses conclusions sont parfois brutales : tout ce qui est grossier et malhabile est forcément le fait de l’incapacité des artisans locaux à se hisser au niveau des productions grecques78. De même, lors de la fabrication des cistes, Fernique insiste sur le fait que les décors incisés ne sont pas toujours respectés lors du montage des lames de bronze ou de l’assemblage des pieds et des poignées79. Il s’attache à déceler dans les gravures des cistes et des miroirs tout ce qui imite l’art grec (composition des scènes, vêtement, décor, frises végétales), l’ensemble étant toutefois traité avec un réalisme latin, qui fait que les déesses ressemblent à des « paysannes romaines »80. Devant l’hétérogénéité des productions – les gravures peuvent être raffinées mais les éléments coulés grossiers, ou inversement –, il finit par renoncer à établir un classement typologique81 et par se cantonner à un jugement sévère82. On retrouve les mêmes a priori à propos de la documentation de Capoue, où il oppose une fois encore le raffinement grec à la grossièreté des traditions locales83.

  • 84 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 51.
  • 85 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 163-164.

17Mais au-delà de l’étude des productions artisanales ou artistiques, l’activité de Fernique est également orientée vers le terrain et, comme tous les archéologues de son temps, il déplore la difficulté d’établir des critères de datation fiables. L’indice le plus sûr lui semble être la présence d’inscriptions. Parfois, c’est le contenu des inscriptions elles-mêmes qui est invoqué, comme quand il date les tombes de la nécropole occidentale d’Alba Fucens du IVᵉ siècle ap. J.-C. car on y a découvert une inscription qui mentionne le consulat de Claudius Mamertinus et Flavius Nevita en 362 ap. J.-C.84 Plus souvent encore, c’est à la forme des lettres ou en invoquant des arguments linguistiques (comme le nominatif archaïque en -o) qu’il date des inscriptions et partant les structures ou les objets sur lesquelles elles se trouvent. Ainsi, malgré une description très détaillée des techniques de fabrication et des répertoires décoratifs des cistes et des miroirs de Préneste, leur datation au IIIᵉ siècle est fondée uniquement sur les inscriptions qu’elles portent85.

  • 86 L. C. F. Petit-Radel, Recherches sur les monuments cyclopéens et description de la collection des m (...)
  • 87 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 95.
  • 88 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 88.
  • 89 Les enceintes sommitales de la région des Marses, des Vestins, des Èques ne sont pas à proprement p (...)
  • 90 Pour une rapide synthèse sur l’appareil polygonal et un rappel de la classification en 4 styles de (...)
  • 91 A. Campanelli, Il Fucino in età romana : il contesto archeologico, dans Il tesoro del lago..., p. 1 (...)
  • 92 D. Liberatore, Alba Fucens, ibid., p. 189.
  • 93 Appien, VII, 39 (167).
  • 94 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 43.
  • 95 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 8.
  • 96 Ibid., p. 103.

18En l’absence d’inscriptions se pose le problème de la datation, aussi bien pour les structures en élévation, ce que l’on n’appelle pas encore un peu pompeusement « l’archéologie du bâti », que pour les structures enfouies. Deux problèmes retiennent son attention : la datation des ouvrages en appareil « cyclopéen » que l’on rencontre aussi bien autour du lac Fucin qu’à Préneste et l’établissement d’une chronologie des sépultures de Préneste et de Capoue. Sur les bords du lac Fucin, Fernique signale de nombreuses portions de ce qu’il appelle des « murs cyclopéens ». Il reprend un terme popularisé par les travaux de Louis-Charles-François Petit-Radel, qui s’était attaché à recenser dans toute l’Europe des constructions en gros blocs plus ou moins taillés, que l’on qualifiait parfois aussi de « pélasgiques »86. Il adopte une position mesurée en admettant que ces structures en « appareil polygonal irrégulier », termes déjà mieux adaptés qu’il utilise par la suite, n’appartiennent pas à la « Préhistoire »87, mais il hésite encore à les dater de l’époque protohistorique. Ainsi, dans la conclusion de son étude sur les Marses, parmi les points laissés en suspens, outre l’absence de nécropoles d’époque marse, demeure la datation de ces murs cyclopéens. Il admet qu’il s’agit des plus anciens vestiges de la région, mais ne tranche pas quant à leur attribution aux Marses88. L’imprécision du vocabulaire et des descriptions contribue d’ailleurs à cette perplexité. En effet, les mêmes termes sont utilisés pour qualifier l’enceinte en appareil polygonal régulier d’Alba Fucens, des portions d’enceinte ou de terrasses à Luco dei Marsi, des enceintes sommitales au-dessus de Pescina89 etc. En outre, ce type de construction connaît une longue durée d’utilisation90, parfois jusqu’à la guerre sociale, avec l’adjonction de joints de mortier comme à Alba Fucens91. On comprend mieux les perplexités de Fernique devant l’enceinte polygonale d’Alba Fucens, que l’on date désormais soit à la fin du IVᵉ siècle av. J.-C. soit dans la première moitié du IIIᵉ siècle av. J.-C.92, mais que Petit-Radel compte au rang des enceintes « pélasgiques ». Toutefois, Appien vient à son secours en affirmant que les Romains ont fortifié une petite agglomération des Èques93 ; l’enceinte polygonale d’Alba Fucens peut donc être attribuée en grande partie aux Romains, qui ont intégré des portions d’une muraille antérieure94. L’enceinte en appareil polygonal de Préneste est quant à elle attribuée à la période archaïque de la ville (VIIIᵉ-VIIᵉ siècles av. J.-C.)95, mais il admet aussi que certains murs utilisant cette technique au sein du sanctuaire de la Fortune sont postérieurs à la deuxième guerre punique96.

  • 97 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 74.
  • 98 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 97, 103 et suiv., 116 et suiv. : « On est donc amené aux con (...)
  • 99 Si les structures en opus incertum du sanctuaire de Préneste remontent au IIe siècle av. J.-C., lo (...)

19Si la construction de murs en appareil polygonal est attribuée à une époque ancienne, Fernique n’hésite pas à dater les structures qu’il étudie en fonction des techniques employées. Il considère ainsi que l’opus reticulatum caractérise l’époque impériale, comme à San Benedetto dei Marsi97, tandis que l’opus incertum est daté de l’époque de Sylla. Ceci lui permet de proposer une reconstitution des différentes phases de construction du sanctuaire de la Fortune à Préneste98. En réalité, l’apparition de l’opus incertum doit être remontée au IIᵉ siècle av. J.-C.99, ce que confirme la présence d’enduits peints de premier style pompéien et les noms des magistrats impliqués dans la monumentalisation du sanctuaire, qui appartiennent aux principales familles de la ville avant l’installation de la colonie syllanienne.

  • 100 J. Boucher de Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, Paris, 1847 ; cf. P. J (...)
  • 101 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 129-130.
  • 102 Ibid., p. 132. Il suppose au passage que les sarcophages étaient plus profondément enterrés pour de (...)
  • 103 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 134.
  • 104 E. Fernique, Cista, cistella..., p. 238-240.
  • 105 Ibid., p. 241.

20Le même problème de datation se pose lors des fouilles que Fernique a dirigées ou dont il rend compte. Depuis les travaux novateurs de Jacques Boucher de Perthes100, l’idée d’une succession stratigraphique des niveaux de terrain s’impose peu à peu. Fernique se montre ainsi attentif à la profondeur relative des différentes tombes de la nécropole de Préneste, où il distingue une première couche de terre agricole (0,75 à 1 m d’épaisseur), suivie d’un niveau « épais de détritus de toute espèce », avec des pierres, des éclats de tuf, des ossements humains et animaux, des monnaies (1,25 à 2,50 m d’épaisseur) avant qu’on atteigne la terre vierge dans laquelle étaient creusées les tombes101. Tout en acceptant la typologie établie par Garrucci, qui distingue les tombes anciennes à chambre ou sous un amas de pierre, les sarcophages de tuf ou de pépérin qui correspondent à la deuxième phase et les tombes sous tuiles en bâtière d’époque romaine, il constate que les urnes cinéraires (pile) sont enfouies moins profondément que les sarcophages102 ou que certaines tombes sous tuiles sont plus profondes que les sarcophages de tuf103. Mais il ne développe pas davantage ces intuitions. On retrouve toutefois la même attention à la superposition de différents niveaux dans la fouille qu’il dirige en 1878 à Préneste, qui lui fait supposer la présence de fosses votives destinées à recueillir les ex-voto, en différentes couches séparées par des niveaux de terre vierge104. Pour dater ce dépôt, il va même jusqu’à faire analyser à l’université de Rome la composition des morceaux d’aes rude, composés d’un alliage de cuivre et d’étain, sans traces de plomb, ce qui correspond aux plus anciens exemplaires de la série d’aes rude de Vicarello, mais c’est finalement sur une base typologique qu’il propose une datation de l’ensemble aux IIe-Ier siècles av. J.-C.105

  • 106 Si l’on se réfère à tout ce que nous avons dit plus haut, le point de vue d’Ève Gran-Aymerich appar (...)
  • 107 À plusieurs reprises, il n’hésite pas à établir des parallèles entre la documentation antique et le (...)

21L’œuvre d’E. Fernique est représentative de l’effervescence scientifique des premières années de l’École française de Rome, quand les membres se lancent sous l’impulsion de leur directeur à la découverte des vestiges archéologiques et des inscriptions que recèle l’Italie. La pratique archéologique est encore balbutiante à l’École de Rome, alors que l’École d'Athènes entreprend ses grands chantiers de Délos (1873), Samos (1879) puis Delphes (1892). Il est toutefois exagéré de penser que l’activité des « Romains » se limite à de simples travaux d’érudition106. Même s’il est difficile de juger d’une carrière aussi brève, les travaux de Fernique initiés lors de son séjour romain dépassent largement la simple compilation. Par l’attention qu’il porte à la topographie et aux vestiges matériels, en particulier les collections du Museo Campano et le matériel des nécropoles prénestines, par les sondages qu’il dirige dans les Campi Palentini et à Préneste, par l’enquête minutieuse qu’il consacre aux ruines du sanctuaire de Fortuna Primigenia, ses recherches démontrent une grande curiosité intellectuelle et une grande maturité scientifique. Sa volonté systématique de rassembler la totalité de la documentation sur un problème donné (sources littéraires, témoignages oculaires107, documentation archéologique, inscriptions) lui permet enfin d’écrire des ouvrages qui sont encore dignes d’intérêt cent trente ans après.

Notes

1 Parmi les prédécesseurs de Fernique, certains se sont certes intéressés à des découvertes archéologiques ou à du matériel conservé dans de grandes collections, comme Jules Martha (membre en 1875-1876), mais il faut attendre Emmanuel Fernique et juste après lui René de La Blanchère (membre de 1878 à 1881) pour que des membres entreprennent de véritables fouilles. Le jugement d’Ève Gran-Aymerich (Naissance de larchéologie moderne. 1798-1945, Paris, 1998, p. 319), qui fait de Stéphane Gsell « le premier [membre] à diriger un chantier de l’institution française en Italie » est un peu rapide. Si les fouilles de Fernique n’ont pas l’ampleur de celles de Gsell à Vulci, elles n’en sont pas moins antérieures.

2 O. Motte, Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire, dans MEFRIM, 94-1, 1982, p. 393-483, aux p. 449 et suiv.

3 Ainsi, à propos du débat sur l’interprétation des statues de femmes portant des enfants en langes du sanctuaire du fondo Patturelli à Capoue, Fernique rappelle les positions de Ulrich von Wilamowitz et de Friedrich von Duhn, avant de déclarer qu’en l’absence d’inscription, rien ne permet de trancher entre elles (Note sur les récentes acquisitions du Musée de Capoue, dans Revue archéologique, 34, 1877, p. 110-127, aux p. 115-117). C’est d’ailleurs à partir des inscriptions latines sur les cistes et les miroirs, et non en fonction du reste du mobilier des tombes, qu’il propose de les dater du IIIe siècle av. J.-C. (Étude sur Préneste, ville du Latium, Paris, 1880 [BEFAR, 17], p. 163-164).

4 Les deux thèses sont publiées en 1880 chez Ernest Thorin sous les titres De regione Marsorum et Étude sur Préneste, ville du Latium, qui constitue le 17e volume de la Bibliothèque des Écoles dAthènes et de Rome. Le De regione Marsorum a été également édité avec une traduction en italien (La regione dei Marsi, Cerchio, 1991, sous la direction d’I. Di Iorio).

5 E. Fernique collabore ainsi à la Grande encyclopédie dirigée par Marcellin Berthelot (1886-1902), pour laquelle il rédige un grand nombre d’articles sur l’Antiquité classique. Il participe également au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, sous la direction de C. Daremberg et E. Saglio (1873-1912), avec notamment l’article Cista, cistella (Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. I, vol. 2, Paris, 1887, p. 1202-1205) dans lequel il reprend l’argumentation qu’il avait développée dans sa thèse à partir du corpus des cistes prénestines (Étude sur Préneste..., p. 145 et suiv). On lui doit en outre, dans ce même volume, les articles Couinus, Crepundia, Crotalum et Cupa.

6 Il n’hésite pas, par exemple, à revenir sur certaines de ses conclusions quant à l’organisation du sanctuaire de Préneste, en tenant compte des travaux de P. Blondel, dans un article donné pour la 2e livraison des Mélanges darchéologie et dhistoire (Notes sur les ruines du temple de la Fortune à Préneste, dans MEFR, 2, 1882, p. 199-202).

7 L’arbre généalogique de la famille Fernique-Lecestre, réalisé par Léon Lecestre et mis à jour par divers descendants, est consultable en ligne (http://fernique.com/pages%20familiales/Geneanophoto.pdf). On y apprend qu’E. Fernique a épousé Charlotte Avril, dont il a eu trois enfants, Henri (né en 1882), Jean (né en 1883) et Geneviève (née en 1885).

8 Collège Stanislas, Nouvelle édition des diptyques du Collège Stanislas contenant anciens élèves et les élèves actuels [nés de] 1835 à 1901, Bar-le-Duc, 1901, p. 172. (Source communiquée par Nicolas Lecervoisier.)

9 Troisième accessit de Vers latins en 1869, premier prix d’Histoire naturelle, quatrième accessit de Vers latins, septième accessit d’Histoire et géographie en 1870, premier prix de Version grecque, premier accessit de Géographie, deuxième accessit d’Histoire, troisième accessit de Vers latins, cinquième accessit de Discours latin en 1872, premier prix d’Histoire et premier prix de Dissertation latine en 1873 (Collège Stanislas, Nouvelle édition..., p. 1500).

10 Léon Heuzey écrit ainsi à Auguste Geffroy, de la part de ses collègues de l’Institut : « La commission des Écoles d’Athènes et de Rome a pris communication de la notice de M. Fernique sur les découvertes de Capoue. Je suis chargé de vous écrire qu’elle la trouve intéressante, bonne à imprimer, et qu’elle me l’a remise, afin que vous soyez libre de la faire publier, si vous le désirez, dans la Revue archéologique. Cela dépend de votre initiative, la commission n’ayant pas à se prononcer sur la question de la publication dans un recueil privé, si utile et si opportune qu’elle puisse la juger d’ailleurs. Cela revient à dire que j’attends votre décision... ». (Bibl. nat. Fr., nouv. acq. fr. 12935, Paris, 16 mai 1877, cité par O. Motte, Les origines..., p. 404.)

11 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions...

12 U. von Wilamowitz, Scavi nelle Curti vicino a Santa Maria di Capua, dans Bullettino dell'Istituto di corrispondenza archeologica, 1873, p. 145-152  ; F. von Duhn, Osservazioni sulla necropoli dell’antica Capua, e specialmente su d’un santuario ivi esistente destinato al culto dei morti, dans Bullettino dell'Istituto di corrispondenza archeologica, 1876, p. 171-192 ; P. Girard, Acquisitions récentes du Musée de Capoue, dans Revue archéologique, t. 32, 1876, p. 112-114.

13 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions..., p. 125 : « L’art grec de la meilleure période a donc pu pénétrer à Capoue, et ces statues sont peut-être le produit d’une industrie locale. »

14 Ibid., p. 123 : « Dans la première classe les statuettes sont presque pleines, la terre est d’un gris foncé, la plupart du temps sans paillettes noires ; dans la seconde la terre est généralement rouge d’une teinte plus ou moins foncée ; elle présente à la cassure soit une couleur de brique claire, soit une couleur rose tendre ; soit même quelquefois une couleur blanche. »

15 Léon Heuzey, conservateur au musée du Louvre et membre de l'Institut, qui s'intéresse notamment aux terres cuites d'Ardée, n’hésite pas d'ailleurs à demander à Fernique de bien vouloir le tenir au courant de l'avancée de ses recherches. Fernique lui adresse le 17 mars 1877 une longue lettre dans laquelle il présente les terres cuites qu’il a étudiées en 1876 dans les collections Barberini et Castellani de Préneste (lettre manuscrite conservée à la Bibliothèque de l'Institut, Ms 5772, fol. 213-214 ; cf. aussi G. Perrot, Rapport de la commission des Écoles d'Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux Écoles pendant l'année 1876 dans Comptes rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 1877, p. 504). Deux jours plus tard, le 19 mars 1877, profitant du départ imminent de la valise diplomatique, Fernique adresse un bref billet à Heuzey pour le mettre au courant de la campagne de presse déclenchée par le Popolo Romano contre Giuseppe Fiorelli, accusé d'avoir fait acquérir par l'État le mobilier de la tombe Bernardini, dont l'authenticité est remise en cause. Au bas du même billet, A. Geffroy prévient en quelques lignes l'Institut de l'envoi des articles en question et prend position pour l'authenticité du matériel (Bibliothèque de l'Institut, Ms 5772, fol. 215-126). Je remercie Laurent Haumesser de m'avoir signalé l'existence de ces documents.

16 Avant de se lancer dans l'étude des vestiges de la ville de Préneste elle-même, Fernique se rend à Ardée et recueille des renseignements sur les fouilles conduites dans le secteur. Il adresse alors, le 19 mai 1877, à L. Heuzey, un compte rendu accompagné d'un croquis du territoire ardéate (Bibliothèque de l'Institut, Ms 5772, fol. 217-219). Il recueille des renseignements sur le contexte de découverte des terres cuites conservées au Louvre, vraisemblablement retrouvées en même temps que des ex-voto anatomiques et décrit deux tombes à chambre fouillées par des paysans. Il conclut sa lettre en évoquant son intention de s'intéresser à la Sabine ou au territoire des Herniques (« Je reviens d'une excursion dans les montagnes de la Sabine ; il y a sur plusieurs points, du côté de San Gregorio et de Civitella des nécropoles qui n'ont pas été explorées : je crois aussi que le pays des Herniques doit être l'objet de nombreuses études, d'après les quelques indications que j'ai pu recueillir. »). Mais c'est finalement à l'étude des vestiges de Préneste et du territoire des Marses qu'il se consacre en 1877-1878.

17 F. Zevi, F. Canciani, F. W. von Hase et al., Palestrina (Praeneste), dans Civiltà del Lazio primitivo. Palazzo delle esposizioni. Roma 1976, Rome, 1976, p. 214-217.

18 E. Fernique évoque dans sa synthèse sur la ville les différents épisodes du pillage des nécropoles (Étude sur Préneste..., p. 125-128) : en 1825, Fabbrini fouille une partie du fondo Colombella et découvre quelques cistes. Les fouilles sont reprises au même endroit en 1855, aux frais du prince Barberini. Elles sont conduites par Constantino Giorgi et Pietro Cicerchia, puis par Nestore Marini (1858-1859) ; les objets découverts forment l’essentiel de la collection Barberini. Raffaele Garrucci dirige des fouilles en 1863 et en 1862 N. Marini explore les environs des « Thermes » et du casino Cecconi. En 1866, on trouve des cistes et des miroirs près de la Madonna delle Grazie. Les fouilles reprennent à grande échelle en 1869 : dans la vigne Galeassi, dans celle de Gaetano Pinci. En 1870, Pinci découvre une chambre sépulcrale avec trois niches et trois sarcophages. On fouille aussi près du couvent des Pères du Carmel, dans les vignes Parmigiani, Ceprari. En 1876, on fouille les fondi Pinci, Bandiera, Velluti et on y trouve des cistes. Dans le fondo Frollano sont découverts les objets qui forment la collection du Musée Kircher.

19 E. Fernique, Les dernières fouilles de Préneste, dans Revue archéologique, t. 35, 1878, p. 233-242.

20 Cette campagne de fouille fait également l’objet d’une très brève description par le directeur général Giuseppe Fiorelli (Notizie degli scavi di Antichità, 1878, p. 68), qui se contente de signaler la découverte de nombreuses terres cuites votives et annonce la monographie à venir d’Emmanuel Fernique.

21 M. T. Onorati, Teste votive di Palestrina : recuperi e dispersione, dans MEFRA, 104-2, 1992, p. 597-657. Fernique, lui, attribuait le matériel votif à Fortuna Primigenia, mais il n’avait pas une vision d’ensemble de la documentation.

22 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 3 : « Ce sont sans doute ces raisons qui ont engagé l’Académie des inscriptions et belles-lettres à proposer à l’École française de Rome, parmi les sujets à traiter, la monographie d’une ville du Latium. »

23 Ibid., p. 2.

24 Ibid., p. 29.

25 Elles représentent respectivement quatre divinités (Mercure, Hercule, Minerve, Mars), deux guerriers appuyés sur leurs boucliers et tenant une lance, portant des cnémides, une cuirasse anatomique et un casque à haut cimier et enfin une sphinge (E. Fernique, Plaques en os sculpté trouvées à Préneste, dans Gazette archéologique, 1881-1882, p. 22-124, pl. 5-6).

26 Strabon, V, 3, 11.

27 Stéphane de Byzance, Ethnika, s.u. Πραίνεστος.

28 Virgile, Énéide, VII, 677 ; Servius, Commentaires sur lÉnéide, VII, 677 ; Solin, II, 9 ; Scholies de Vérone à l’Énéide, VII, 681.

29 L’étude pionnière d’Elias Bickermann (Origines gentium, dans Classical Philology, t. 47, 1952, p. 65-81) est suivie par de nombreux travaux, notamment ceux de Dominique Briquel (Les Pélasges en Italie. Recherches sur lhistoire de la légende, Rome, 1984 [BEFAR, 252] ; Lorigine lydienne des Étrusques. Histoire de la doctrine dans lAntiquité, Rome, 1991 [Collection de l'EFR, 139] ; Les Tyrrhènes, peuple des tours. Lautochtonie des Étrusques chez Denys dHalicarnasse, Rome, 1993 [Coll. EFR, 178] ; Les deux origines de Lanuvium, dans Origines gentium, éd. V. Fromentin et S. Gotteland, Bordeaux, 2001, p. 297-308) ou de J. N. Bremmer et N. M. Horsfall (Roman myth and mythography, Londres, 1987).

30 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 21-28.

31 Cicéron, Catilinaires, I, 4, 8 ; Lettres à Atticus, I,19, 4 ; Strabon, V, 3, 11 ; Florus, II, 9, 27 ; Appien, Guerres civiles, I, 96 ; Augustin, Cité de Dieu, III, 28.

32 Aulu Gelle, Nuits attiques, XVI, 13.

33 Seule la figure d’Élien, rhéteur de Préneste, est oubliée dans cette vaste synthèse des sources littéraires.

34 M. Albert l’avait déjà bien noté dans le compte rendu qu’il publiait en 1880 (dans Revue critique dhistoire et de littérature, 28, 1880, p. 26-29).

35 J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la Fortune à Rome et dans le monde romain des origines à la mort de César, Rome, 1987 (Coll. EFR, 64).

36 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 78-79.

37 Un plan et une perspective ont été dressés en 1614, suivis par Pierre de Cortone au milieu du XVIIe siècle, par Francesco Tranquilli au milieu du XVIIIe siècle, par George Hadfield à la fin du XVIIIe siècle, par Constantin Thon (publié en 1825), par Luigi Canina et par plusieurs pensionnaires de l’Académie de France (dont Jean-Nicolas Huyot en 1812, Auguste Guénepin en 1840, Charles Tétaz en 1846, Louis Bernier en 1875) (ibid., p. 100-102).

38 A. Nibby, Analisi storico-topografico-antiquaria della carta dedintorni di Roma, 3 vol., Rome, 1848-1849, t. 2, p. 496 et suiv.

39 Il faut attendre la reprise des fouilles après les destructions de la Seconde Guerre mondiale pour se faire une idée plus précise de l’organisation du sanctuaire et pour comprendre également, d’après les noms des familles qui financent les travaux (Aulii, Etrilli, Saufeii, Feidenatii, Dindii, Magulnii, Tondeii) et d’après le style de la décoration que cette restructuration date en réalité du troisième tiers du IIe siècle av. J.-C. (F. Coarelli, Lazio, Rome-Bari, 1982 [Guide archeologiche Laterza], p. 146-148).

40 P. Blondel, État actuel des ruines du temple de la Fortune à Préneste, dans MEFR, 2, 1882, p. 168-198.

41 E. Fernique, Notes sur les ruines du temple... ; O. Marucchi, Observations sur le temple de la Fortune prénestine, dans Bullettino dell'Instituto di corrispondenza archeologica, 1881, p. 248-256.

42 E. Fernique, Cista, cistella, dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. I, vol. 2, Paris, 1887, p. 1202-1205.

43 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 162.

44 E. Burri, Il Fucino e lemissario antico, dans Il tesoro del lago. Larcheologia del Fucino e la collezione Torlonia, dir. A. Campanelli, Pescara, 2001, p. 9-11 ; S. Agostini, E. Burri, La scomparsa di un lago, ibid., p. 17-18 ; S. Segenni, Il prosciugamento del lago Fucino e le scoperte archeologiche, ibid., p. 25-28.

45 A. Geffroy, Larchéologie du lac Fucin, dans Revue archéologique, t. 36, 1878, p. 1-11 ; D. Faccenna, C. F. Giuliani, C. Beltrame et al., I rilievi Torlonia dal Fucino, dans Il tesoro del lago..., p. 34-45.

46 E. Fernique, De regione Marsorum...

47 E. Fernique, Inscriptions inédites du pays des Marses, Paris, 1879 (BEFAR, 5).

48 Ce cinquième volume de la Bibliothèque des Écoles françaises dAthènes et de Rome ne compte que 26 pages, mais comme les Mélanges n’existent pas encore, elle apparaît alors comme la seule solution pour publier rapidement les découvertes importantes (O. Motte, Les origines..., p. 405).

49 Cette inscription porte le n° 47 dans le catalogue de Fernique (Corpus inscriptionum Latinarum [CIL] IX, 3856 ; le volume IX du CIL date de 1883). Cf. M. Tarpin, Vici et pagi dans lOccident romain, Rome, 2002 (Collection de l'EFR, 299), p. 337.

50 CIL, IX, 3847 = I², 389 ; cf. Il tesoro del lago..., p. 149-150.

51 CIL IX, 3813 = I², 391 = Vetter 228 f ; cf. Il tesoro del lago..., p. 151.

52 C. Letta, I culti di Vesuna e di Valetudo tra Umbria e Marsica, dans Assisi e gli Umbri nellAntichità, atti del convegno internazionale, Assisi, 18-21 dicembre 1991, dir. G. Bonamente et F. Coarelli, Assise, 1996, p. 317-339.

53 Ve 224 = Sabellische Texte VM 4 ; cf. H. Rix, Handbuch der Italischen Texte, t. V, Sabellische Texte. Die Texte des Oskischen, Umbrischen und Südpikenischen, Heidelberg, 2002 (Indogermanische Bibliothek).

54 Ces inscriptions sont intégrées dans le volume IX du CIL, non sans quelques corrections : les inscriptions 64 et 70 de Fernique par exemple, n’en font qu’une (CIL IX, 3694) ; la transcription de l’inscription 85 est entièrement revue (CIL IX, 3680), etc.

55 Si la Serra di Celano et le Monte Sirente s’imposent assez clairement comme frontière naturelle, le haut-plateau des Rocche quant à lui est un espace de transition entre ces deux populations, sans que l’on puisse déterminer précisément s’il appartenait aux Marses, aux Èques ou aux Vestins. Cf. S. Bourdin et A. Natali, Chronique, dans MEFRA, 120-1, 2008, p. 209-210.

56 Une planche en couleur représentant la région et le tracé supposé des voies est publiée en fin de volume (pl. I).

57 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 56-57. Ces fouilles sont aussi l’objet d’un des mémoires de Fernique remis à l’Institut, « Note sur des fouilles exécutées dans les champs Palentins » (J. Richard, Rapport de la commission des Écoles d'Athènes et de Rome sur les travaux de ces deux Écoles pendants l'année 1877, dans Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et belles-lettres, 1878, p. 370).

58 C. Promis, Le antichità di Alba Fucense negli Equi, Rome, 1836.

59 Virgile, Énéide, VII, 750 sq. ; Solin, II, 28 ; Silius Italicus, VIII, 500 sq. ; Servius, Commentaires à lÉnéide, VII, 750.

60 E. Fernique, Bronze représentant Angitia, dans Gazette Archéologique, 8, 1883, p. 223-225 ; S. Reinach, Répertoire de la statuaire grecque et romaine, t. II, Sept mille statues antiques réunies pour la première fois, avec des notices et des index, Paris, 1897-1898, vol. 2, p. 653, fig. 6 ; G. Grossi, U. Irti et L. Losardo, La raccolta archeologica del Fucino conservata nel palazzo Torlonia, dans Il tesoro del lago..., p. 29-30.

61 Ce point de vue est notamment partagé par F. Coarelli et A. La Regina, Abruzzo, Molise, Rome-Bari, 1984 (Guide archeologiche Laterza), p. 103.

62 Pline l’Ancien, III, 106.

63 Pline l’Ancien, III, 108.

64 Tite-Live, X, 3.

65 CIL I², 5 ; cf. A. La Regina, I Sanniti, dans Italia omnium terrarum parens. La civiltà degli Enotri, Choni, Ausoni, Sanniti, Lucani, Brettii, Sicani, Siculi, Elimi, Milan, 1989 (Antica Madre), p. 400 et suiv.

66 Dans une note de juillet 1872, Albert Dumont propose d’ailleurs la création d’un Institut de correspondance archéologique français à Rome, doublé d’une école préparatoire d’archéologie et d’histoire de l’art (M. Gras (éd.), « À l’École de toute l’Italie ». Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Coll. EFR, 431), p. 9 sq.).

67 O. Motte, Les origines..., p. 419.

68 Il suffit pour s’en convaincre de lire les comptes rendus d’ouvrages publiés dans les deux premières livraisons des Mélanges (ibid., p. 462).

69 E. Fernique, Inscriptions inédites du pays..., p. 14-15, n° 45.

70 Fernique n’est pas le seul à contester l’autorité de Mommsen. Après les critiques de Mommsen et de Dessau à son article sur les inscriptions de Terracine (Inscriptions de Terracine, dans MEFR, 1, 1881, p. 35-62), La Blanchère reprend le dossier pour apporter un correctif (Inscriptions de la Valle di Terracina. Addenda, ibid., p. 249-258 ; cf. O. Motte, Les origines..., p. 453-454). Gustave Bloch, de son côté, rejette l’opinion de Mommsen selon laquelle les récits sur Coriolan ne sont que pure invention, pour tenter de récupérer des données historiques (G. Bloch, Quelques mots sur la légende de Coriolan, dans MEFR, 1, 1881, p. 215-225).

71 R. Cagnat, E. Fernique, La Table de Souk el-Khmis. Inscription romaine dAfrique, dans Revue archéologique, 41, 1881, p. 94-103 et 139-151.

72 Cf. Lettre de M. Charles Tissot, correspondant de l’Institut, à M. E. Desjardins, sur la découverte d’un texte épigraphique. Table de Souk el-Khmis (Afrique), dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 1880, p. 80-87.

73 T. Mommsen, Decret des Commodus für den saltus Burunitanus, dans Hermes, 1880, p. 386-411 et Nachtrag zu dem Decret des Commodus, ibid., p. 478-480.

74 A. Esmein, Les colons du Saltus Burunitanus, dans Journal des Savants, 1880, p. 686-705.

75 Parmi les inscriptions africaines décrivant la vie des domaines agricoles, on compte également celles d’Henchir Mettich (CIL VIII, 25902) et d’Aïn-el-Djemala (CIL VIII, 27943). Cf. J. Kolendo, Le colonat en Afrique du Nord sous le Haut-Empire, 2e éd., Paris, 1991 (Annales littéraires de l'université de Besançon, 447 ; Centre de recherches d'histoire ancienne, 107), et C. Briand-Ponsart et C. Hugoniot, LAfrique romaine de lAtlantique à la Tripolitaine. 146 av. J.-C.-533 ap. J.-C., Paris, 2005 (Collection U histoire), p. 196 et suiv.

76 L’inscription est publiée en 1881 dans le volume VIII du CIL sous le numéro 10570.

77 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 139-144.

78 Ibid., p. 151 : « Il y a une imitation évidente de l’art grec ; mais l’artiste latin ne peut arriver qu’à une perfection bien moindre ; la plupart du temps il reste au-dessous du médiocre. »

79 Ibid., p. 146 et suiv.

80 Ibid., p. 154.

81 Ibid., p. 155 : « Point de traditions différentes, point de courant opposés ; l’adresse plus ou moins grande d’un ouvrier ou d’un artiste, son éducation plus ou moins parfaite sont les seuls faits que l’on puisse remarquer. » et p . 162 : « Ces combinaisons diverses du style grec et du style latin, variant dans des proportions infinies, empêchent d’établir une classification sur de solides fondements ; il n’y a pas ici des traces d’archaïsme, là la marque d’un art bien développé ; tout dépend de l’habileté plus ou moins grande de l’artiste, de l’étude plus ou moins approfondie qu’il a faite des œuvres grecques pour s’en assimiler le caractère. »

82 Ibid., p. 158 : « Si l’art latin imite l’art grec, et spécialement les produits de la céramique, il prend pour modèles les produits les plus imparfaits, l’art le plus dégénéré. »

83 E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions..., p. 115 : « Les statues de tuf les moins anciennes semblent faites d’après l’inspiration de modèles grecs : les traits deviennent plus réguliers ; les formes exagérées de la poitrine disparaissent ; on sent l’influence d’un art plus raffiné. »

84 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 51.

85 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 163-164.

86 L. C. F. Petit-Radel, Recherches sur les monuments cyclopéens et description de la collection des modèles en relief composant la Galerie pélasgique de la Bibliothèque Mazarine, Paris, 1841.

87 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 95.

88 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 88.

89 Les enceintes sommitales de la région des Marses, des Vestins, des Èques ne sont pas à proprement parler construites en appareil polygonal. Le plus souvent, on ne trouve qu’une simple assise de gros blocs qui retient une accumulation de terre aplatie formant un chemin de ronde. Cf. G. Grossi, I recinti fortificati, « oppida » e « castella », marsi, dans Atti del Primo Convegno regionale dei beni culturali ed ambientali dAbruzzo, Chieti, 1981, p. 65-75 ; E. Mattiocco, Centri fortificati vestini, Sulmona, 1986 ; G. Grossi, Tipologia dei centri fortificati con mura poligonali in area marso-equa : cronologia e studio delle porte, dans Mura poligonali. Primo seminario nazionale di studi, dir. F. Fiorletta, E. M. Béranger, V. Evangelisti et al., Alatri, 1988, p. 93-110.

90 Pour une rapide synthèse sur l’appareil polygonal et un rappel de la classification en 4 styles de G. Lugli, cf. F. Coarelli, Lazio..., p. 387-391. Cf. également G. Lugli, Italia. Studi minori di topografia antica, Rome, 1965, p. 27-32 et 372-384 ; J.-P. Adam, La construction romaine. Matériaux et techniques, Paris, 1984 (Grands Manuels Picard, 3), p. 111 sq. ; R. Ginouvès et R. Martin, Dictionnaire méthodique de larchitecture grecque et romaine, t. I, Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor, Rome, 1985 (Coll. EFR, 84), p. 97-98.

91 A. Campanelli, Il Fucino in età romana : il contesto archeologico, dans Il tesoro del lago..., p. 158.

92 D. Liberatore, Alba Fucens, ibid., p. 189.

93 Appien, VII, 39 (167).

94 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 43.

95 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 8.

96 Ibid., p. 103.

97 E. Fernique, De regione Marsorum..., p. 74.

98 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 97, 103 et suiv., 116 et suiv. : « On est donc amené aux conclusions suivantes : 1° L’emplacement du temple primitif était moins considérable que celui qu’il occupa plus tard ; il s’étendait seulement entre le premier et le quatrième étage inclusivement. 2° Vers l’époque de Sylla on restaura et on embellit le temple primitif ; on construisit les bâtiments de l’étage du Corso, la Basilique, la salle oblongue occupée par le cellier du séminaire et peut-être aussi quelque bâtiment qui enfermait la grotte découverte par M. Cicerchia. On éleva enfin tout l’étage de la Cortina et le temple rond qui surmontait l’édifice entier. 3° Au commencement de l’Empire, on construisit les réservoirs qui se trouvent de chaque côté de l’area inférieure du temple, ainsi que la fontaine qui est au S. de la via degli Arcioni. »

99 Si les structures en opus incertum du sanctuaire de Préneste remontent au IIe siècle av. J.-C., lopus incertum apparaît dès le IIIe siècle av. J.-C. à Pompéi et au temple de la Magna Mater à Rome (J.-P. Adam, La construction romaine..., t. I, p. 139-141).

100 J. Boucher de Crèvecœur de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, Paris, 1847 ; cf. P. Jockey, Larchéologie, Paris, 1990, p. 88-90.

101 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 129-130.

102 Ibid., p. 132. Il suppose au passage que les sarcophages étaient plus profondément enterrés pour des raisons de salubrité publique et non en raison de leur antériorité. Cette situation se retrouve dans d’autres contextes comme dans le cimetière étrusco-celtique de Monte Bibele, dans lequel les tombes à incinération sont en général moins profondément creusées que les tombes à inhumation qui leur sont contemporaines (D. Vitali, La nécropole de Monte Bibele. Préliminaires pour une analyse spatiale et chronologique, dans Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, dir. D. Vitali et S. Verger, Bologne, 2008, p. 13).

103 E. Fernique, Étude sur Préneste..., p. 134.

104 E. Fernique, Cista, cistella..., p. 238-240.

105 Ibid., p. 241.

106 Si l’on se réfère à tout ce que nous avons dit plus haut, le point de vue d’Ève Gran-Aymerich apparaît ici encore un peu réducteur (Naissance de l'archéologie moderne..., p. 249) : « Jusqu’en 1885, à l’École française de Rome, les travaux de fouilles proprement dits sont modestes : S. Reinach procède en 1880 à quelques sondages entre Esquilin et Caelius, mais les recherches archéologiques prennent surtout la forme de monographies locales issues de travaux de topographie : Emmanuel Fernique étudie Préneste et collabore avec l’architecte Blondel, hôte de la Villa Médicis, pour la restitution du temple de la Fortune... »

107 À plusieurs reprises, il n’hésite pas à établir des parallèles entre la documentation antique et les usages de la campagne romaine de son temps, qu’il s’agisse du vêtement ou de l’usage d’emmailloter les nouveau-nés par exemple (E. Fernique, Note sur les récentes acquisitions..., p. 115).

Auteur

Directeur des études pour l'Antiquité à l'École française de Rome - dirant@efrome.it

© Publications de l’École française de Rome, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540