Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Deuxième partie. L’« Incastellamento »

Chapitre 7. La genèse de l’« incastellamento »

Un espace en voie de recomposition (Fin du xe siècle – début du xie siècle)

Texte intégral

  • 1 Les cartulaires de Farfa livrent à peine cinq actes du xe siècle intéressant le territoire qui nous (...)
  • 2 Voir le chapitre précédent au paragraphe III.
  • 3 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/C.

1Le xe siècle est un siècle de rupture pour la vallée du Turano. Rupture avec l’organisation précédente des terres à l’intérieur de la curtis de Corneto constituée par l’abbaye de Farfa au ixe siècle, le xe siècle ouvre une période séculaire de transition pendant laquelle se mit lentement en place un nouvel ordre rural. Période cruciale à plus d’un titre, donc, mais mal documentée. Entre le milieu du xe siècle et la première moitié du xie siècle, la vallée du Turano sort à peu près totalement des sources disponibles, exclusivement d’origine ecclésiastique1. Les changements importants qui modifièrent dans le long terme l’organisation de l’espace considéré ici et dont les prémices se mirent en place durant cette période sont mal connus dans la mesure même où l’abbaye de Farfa avait perdu le contrôle de son patrimoine foncier dans la vallée au milieu du xe siècle2. Pendant les premières décennies du xie siècle, l’abbaye sabine récupera peu à peu les biens-fonds dispersés au cours du siècle précédent3. Plus ou moins explicites, les actes de donation et de vente de terres à l’abbaye transcrits par Gregorio da Catino dans ses cartulaires et les résultats de l’enquête archéologique, pour modestes qu’ils soient pour cette période, dévoilent les modifications qui transforment en profondeur l’organisation territoriale et le paysage de la vallée du Turano.

I – LA TERRE ET LE PAYSAGE

  • 4 Pour le Latium rural et urbain, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, chap. 2 et 3 et (...)
  • 5 Parmi les dernières attestations, voir RF III, n° 328 (880) : vineam nostram quam habemus in massa (...)

2Le mode de définition et de localisation des biens-fonds auquel recouraient les notaires dans leurs actes constitue le premier et le meilleur indice des transformations qui affectaient alors les campagnes4. Les actes recopiés par Gregorio da Catino montrent en effet combien s’est modifiée la description de l’espace depuis le ixe siècle. Les anciennes formes de répartition de la terre, en particulier la massa et le casale5, ont été abandonnées au profit de nouveaux regroupements qui étaient déjà en place au début du xie siècle et qui furent utilisés jusqu’à la seconde moitié du siècle.

3A cet égard, les trois actes des donations effectuées en faveur de l’abbaye de Farfa par les fils du réatin Maifredus entre 1012 et 1038 fournissent des exemples particulièrement significatifs qui font intervenir dans la localisation et dans la délimitation des biens-fonds donnés les principaux éléments de l’assiette territoriale de la vallée. Pour leur richesse, on en citera les passages qui intéressent notre propos.

4En 1012, Transaricus donna à Farfa :

  • 6 RF III, n° 450.

aliquid iuris et proprietatis meae quod ego habeo in comitatu Reatino, in castaldatu Turano, in loco qui nominatur Puzalia, in ipsa pertinentia de Malamorte et habet fines : a primo latere pertinentia de Ophiano et de Vivaro, a II° latere rivus qui vocatur de Sclavis, a III° latere rivus Sancti Martini descendens in rivum de Cartofaco et per ipsum rivum ascendit in terram filiorum Ioseph et filiorum Guidonis, a IIII° latere terra filiorum Totonis et pertinentia de Ophiano quomodo descendit in suprascriptum rivum Sancti Martini6.

5Quelques années plus tard, entre 1017 et 1020, son frère Lidinus donna à son tour à l’abbaye :

  • 7 RF III, n° 572.

res meas quas habeo in comitatu Reatino, in loco qui vocatur Ophianus inter affines : ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni, a II° latere rivus qui vocatur Gatturinus et qui vocatur Angri quomodo descendit in fluvium Turanum, a III° latere terram filiorum Guidonis et terram filiorum Totonis, a IIII° latere territorium de Malamorte et territorium de Bibaro7.

6En 1038 enfin, Transaricus acheva ce mouvement en donnant ses terres et celles de son frère défunt Salomon :

  • 8 RF III, n° 570.

Idest terram meam seu et alias res quae fuerunt Salomonis bonae memoriae germani mei. Idest in comitatu Reatino et in alio comitatu Furconino ipsam portionem nostram in pertinentia de Ophiano quae nobis evenit infra castellum de Ophiano et a foris in ipso vocabulo. Et in alio vocabulo ubi sunt ipsae turres cum suis pertinentiis. Et in alio vocabulo ubi dicitur rigus de Angri. Et in alio vocabulo ubi dicitur Vespulum. Et omnem pertinentiam de monte Pescloso. Et in monte ubi est aecclesia Sancti Iohannis cum suis pertinentiis. In omnibus suprascriptis vocabulis seu locis concedimus in suprascripto monasterio omnem nos-tram portionem sicuti nobis pertinet, inter affines : ab uno latere finis pertinentiae de Malamorte et finis pertinentiae de Bibaro et finis pertinentiae Berardi comitis filii Rainaldi et finis pertinentiae filiorum Haerimanni et finis pertinentiae de Cicolanis, et finis pertinentiae filiorum Guidonis et finis pertinentiae filiorum Totonis8.

7Le mode descriptif de l’espace utilisé et formalisé par les notaires à partir des indications que leur donnaient leurs clients combine, ici comme ailleurs, des instruments topographiques dont certains relèvent de l’observation du paysage et de la perception de ses composantes variées, qu’elle soient naturelles ou bien le résultat du travail de l’homme, et d’autres de la connaissance de la géographie institutionnelle et foncière. L’intérêt, naturellement, réside moins dans cette remarque des plus banales que dans la nature des éléments choisis pour représenter l’espace et dans l’importance respective de ceux qui relèvent de la description du territoire et de ceux qui traduisent la connaissance de son assiette : les premiers permettent de dessiner à grands traits les caractères saillants du paysage et de l’occupation du sol, les seconds dévoilent les principes de l’organisation de la vallée du Turano entre le milieu du xe siècle et celui du xie siècle, période séculaire pendant laquelle se construit progressivement un nouvel espace rural.

A) La vallée du Turano des notaires : échelle, mode et éléments de la description de l’espace

8La nature du marché foncier détermine l’échelle de la représentation spatiale utilisée par les notaires dans leurs actes. Que les transactions portent en majorité sur des petits lopins ou sur de vastes propriétés, la description du paysage en sera plus ou moins détaillée, approchant au plus près le parcellaire ou bien se contentant de faire ressortir les traits principaux de l’organisation territoriale. Pour la vallée du Turano de la première moitié du xie siècle, la documentation disponible est composée principalement par des actes de donation à l’abbaye de Farfa d’ensembles fonciers importants ; elle ne permet donc guère d’appréhender l’espace au degré le plus élémentaire de l’organisation agraire formé par la parcelle.

9Dans la vallée du Turano comme ailleurs, le système de description des terres qui faisaient l’objet d’une transaction utilise trois registres qui se complètent, permettant de la sorte de les identifier à coup sûr. Les notaires définissaient d’abord les biens-fonds qu’ils situaient ensuite dans des ensembles topographiques avant de les localiser par rapport à leur environnement immédiat.

1) La description des terres

  • 9 Voir par exemple RF III, n° 555 (1026), 569 (1030-1036), 572 (1017-1020) ; RF IV, n° 633 (1012), 63 (...)
  • 10 RF IV, n° 696. Autres types de précision : quantum michi pertinet (RF III, n° 572 de 1017-1020, n° (...)
  • 11 Quelques cas de figure : res sicuti iam tenuit Guinisius genitor meus ad proprietatem (RF III, n° 5 (...)
  • 12 RF IV, n° 776 (1044) : hoc est omne ipsum tenimentum de terra quam Petrus qui praenominatur Crassus (...)

10La première opération consiste naturellement à définir l’objet juridique de la transaction. Les transferts portaient alors toujours sur des biens, qualifiés généralement de res, dont les cédants spécifiaient qu’ils les tenaient en pleine propriété, ce qu’indique la formule habituelle : res meas quas habeo, voire res meae proprietatis quas habeo9. La précision peut être répétée avec insistance comme dans cet acte de 1035 dans lequel on lit : concedimus ad proprietatem sicuti nos modo tenemus ad nostram proprietatem10. Le mode d’acquisition des biens aliénés est parfois précisé : il s’agit de la portio ou de la sors héritée du père, voire de la mère, ou obtenue des frères et d’autres consortes après division d’un patrimoine indivis11. Le bienpeut avoir une autre provenance que familiale mais le fait reste exceptionnel tout autant que la mention du tenancier qui l’exploite12.

  • 13 RF IV, n° 772.
  • 14 RF III, n° 570 (1038) : idest terram meam seu et alias res quae fuerunt Salomonis bonae memoriae ge (...)
  • 15 LL I, n° 148 (950) : terre petia ; RF III, n° 556 (1026) ; RF IV, n° 679 (1031) ; n° 691 (1035) ; n (...)
  • 16 RF III, n° 569 (1030-1036) : idest res meas quas habeo... in vocabulo de casale qui fuit Petri Ason (...)
  • 17 RF IV, n° 634 (1012) : unum sedium de molendinis suptus ipsum molendinum quod Todicus per praestari (...)
  • 18 RF III, n° 521 (1025) : idest terram quam habeo... ipsum casalem qui dicitur Roccionis.
  • 19 RF III, n° 555 (1026) : infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ca (...)
  • 20 L’énumération de base : infra istos fines concedimus et tradimus in suprascripto monasterio omnia i (...)

11A la définition juridique suit parfois celle de la nature du bien cédé qui peut s’étendre sur une vallée entière comme la vallis in pede montis Sancti Iohannis donnée à Farfa en 1042-104313. Le mot terra a souvent le sens générique de bien-fonds14 mais aussi celui de terre arable en particulier lorsqu’il est associé à vinea15. La cession peut aussi inclure ou porter sur un bien particulier dont la nature est spécifiée : église16, moulin17, casale au sens ici d’exploitation agricole18 ou castellum qui désigne alors un château19. La précision est toutefois assez rare et, ici comme ailleurs, les notaires énumèrent plus volontiers de manière générique les composantes des biens-fonds selon un formulaire descriptif adapté au paysage. Pour autant qu’on puisse le vérifier au cas par cas, les termes employés renvoient sans doute aux différents éléments qui se trouvaient effectivement sur le bien-fonds cédé20. L’énumération descriptive, plus ou moins longue selon les cas, a peut-être pour fonction de résoudre la difficulté qu’éprouvent les notaires à nommer d’un mot les composantes d’un paysage en profonde mutation. On y reviendra.

  • 21 RF IV, n° 692 (1035) : infra hos fines omnes ipsas res concedimus in integrum.
  • 22 D’une des deux manières suivantes : voir par exemple RF III, n° 572 (1017-1020) : infra omnes supra (...)
  • 23 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : infra istos fines in integrum sextam partem, sicut michi e (...)
  • 24 Pour l’indication de la superficie des biens-fonds aliénés, voir par exemple RF IV, n° 633 (1012) : (...)
  • 25 Il faut également y ajouter quelques contrats de concession de biens donnés précédemment à l’abbaye (...)

12Les notaires précisent aussi et surtout quelle part de la propriété foncière, définie par des termes génériques et délimitée par des confins selon un système qu’on examinera dans un instant, est comprise dans la transaction. Celle-ci peut en effet porter sur la totalité du territoire décrit21 mais ce n’est pas toujours le cas. Lorsque la transaction intéresse une portion de l’espace défini au préalable, les notaires précisent alors qu’il s’agit uniquement des biens qu’y possède le cédant22, dont ils spécifient parfois la quote-part23, voire la superficie ou encore celle des terres exclues de la cession24. Ces deux derniers cas sont les seuls qui fournissent aux notaires l’occasion de mentionner une mesure25.

  • 26 Dernier exemple dans la vallée du Turano : RF III, n° 328 (880) pour une vigne per mensuram pedis p (...)
  • 27 Voir le chapitre précédent. Sur la modification du système de description de l’espace et en particu (...)
  • 28 Quelques exemples : LL I, n° 148 (950), n° 157 (953), n° 328 (967) et n° 364 (981) pour une terre p (...)
  • 29 RF III, n° 447 (1002) : Idest terram nostram quam nos habemus in territorio sabinensi in loco qui n (...)
  • 30 Seule l’inexactitude par défaut est naturellement évoquée, voir RF III, n° 598 (1043) : infra omnes (...)

13A partir du xe siècle, les biens-fonds donnés, vendus ou concédés dans la vallée du Turano ne font plus jamais l’objet d’une mesure linéaire de leurs côtés26. Doit-on voir dans cet abandon après la fin du ixe siècle une conséquence des remembrements opérés à l’intérieur de la curtis de Santa Maria de Corneto dans le courant du ixe siècle ou bien celle du bouleversement que le démembrement de la curtis a nécessairement provoqué dans l’organisation agraire au xe siècle27 ? Loin de remettre en cause l’importance des modifications liées à la formation puis à la désagrégation du domaine de Farfa dans la vallée au ixe et au xe siècle, encore faut-il observer que les transactions documentées pour la première moitié du xie siècle concernent principalement des grandes propriétés, lesquelles ne faisaient pas davantage l’objet d’une mensuratio per latera au cours de la période précédente. Quand une mesure apparaît encore dans les contrats du milieu du xe siècle au milieu du xie siècle, elle est toujours donnée en muid, en petit muid (modiolum), subdivisé en quartiers (quartaria) et en setiers (sextaria)28. Le muid ne correspond jamais ici, semble-t-il, à une capacité d’ensemencement mais à une surface mesurée dont un acte contemporain relatif à des terres en Sabine donne le mode de calcul et permet de l’estimer à 0,39 ha environ29. Prudents, les notaires prennent enfin la précaution de souligner le fait que l’inexactitude de la mesure ne saurait entraîner la nullité de l’acte30.

  • 31 LL II, n° 2048 (1020), RF III, n° 519 (1022), n° 521 (1025), LL II, n° 2049 (1026-1027). Sur cette (...)
  • 32 RF IV, n° 685 et LL II, n° 2046 (1033) pour une parcelle de moins de deux muids sise dans le lieu-d (...)

14Dernier aspect de la définition des propriétés, leur bornage est attesté de manière exceptionnelle dans les actes concernant la vallée du Turano. Si on peut voir dans cette rareté l’indice d’une occupation du sol assez lâche, il faut également insister sur le fait que les transactions connues ne concernent guère que des grandes unités foncières dont les limites suivent les accidents du relief et le réseau de circulation des eaux. Ce n’est guère qu’en l’absence de ces repères qu’une borne est mentionnée comme la petra ficta dressée sur une des éminences composant le sommet arrondi du Mont Croce à la limite des pertinentiae de Vivaro et de Malamorte31. En revanche, lorsque la transaction porte sur de simples parcelles et non plus sur de grandes propriétés foncières, la présence de bornes aux angles est signalée plus fréquemment, laissant de la sorte entrevoir la densité d’un parcellaire exploité32.

15Au bout du compte, le mode de définition des terres qui font l’objet d’une transaction laisse transparaître la difficulté que semblent éprouver les notaires à définir clairement des portions de territoire autrement que par des circonlocutions où se mêlent éléments juridiques et notations descriptives. La faible densité de l’occupation du sol dans une région en cours de colonisation agraire pourrait en être la cause mais encore faudrait-il disposer des preuves tangibles pour la démontrer. Cette difficulté paraît surtout renvoyer à l’absence d’éléments structurant fermement la propriété foncière, et partant le paysage rural, qui permettraient de l’identifier d’un mot. Nous y reviendrons.

2) La localisation des terres

  • 33 Pour d’autres régions où la mention du territoire pléban figurait d’ordinaire dans les localisation (...)
  • 34 Cf. P. F. Kehr, Italia Pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, n°7 et 10 p. 23-24. Sur la géograp (...)

16Les notaires mentionnaient ensuite l’appartenance de la propriété cédée à des ensembles topographiques énumérés du plus grand au plus petit et s’emboitant les uns dans les autres. Les éléments utilisés pour localiser les biens-fonds, au premier rang desquels figuraient le comté de Rieti et le gastaldat du Turano dans les premières années du xie siècle, relevaient d’abord de l’organisation publique de l’espace dont on suit de la sorte l’évolution et qu’on examinera dans un instant. A la différence d’autres régions, le formulaire notarial local n’était pas attentif aux circonscriptions ecclésiastiques, qu’il s’agisse du diocèse ou du territoire pléban33. Aussi l’organisation religieuse de la vallée reste-t-elle dans l’ombre, ou à peu près, avant la deuxième moitié du xiie siècle quand des papes confirmèrent à deux reprises, Anastase IV en 1153 et Lucius III en 1182, les possessions de l’église épiscopale de Rieti dont les plebes sont énumérées34. Après les circonscriptions publiques, les notaires indiquaient le lieu-dit à l’intérieur duquel était située la terre cédée : la vallée apparaît alors divisée en plusieurs loci, de grandes dimensions, qui comprenaient à leur tour d’autres ensembles et une micro-toponymie, selon une hiérarchie dont on cherchera à démêler les éléments principaux. La description de l’espace entre le milieu du xe siècle et celui du xie siècle fait ainsi intervenir un certain nombre d’instruments topographiques qui n’avaient pas cours jusqu’alors ou du moins sous cette forme, depuis le comté de Rieti jusqu’aux microtoponymes en passant par plusieurs formes d’unités foncières que l’on examinera le moment venu. Il convient auparavant de s’arrêter sur le mode de confinatio des terres.

3) La délimitation des terres

  • 35 Un seul notaire, Franco iudex et notarius, utilise indifféremment les trois systèmes : voir RF III, (...)

17Après avoir localisé le bien-fonds à l’intérieur d’ensembles topographiques énumérés du plus grand au plus petit, le notaire le situait par rapport à son environnement immédiat. Il disposait pour ce faire de trois modes différents, sans pour autant que les éléments utiles à la délimitation varient d’un système à l’autre. En d’autres termes, l’utilisation d’un mode de confinatio ou d’un autre ne renvoie pas tant à une façon différente de percevoir l’espace qu’à une manière différente d’agencer les points de repère lors de l’établissement de l’acte notarié. Preuve en est du reste que le même notaire pouvait fort bien recourir à l’un ou l’autre des systèmes en vigueur35. De ces trois modes, l’un est resté l’exception tandis que les deux autres dominèrent tour à tour, l’évolution allant dans le sens de la plus grande simplicité.

  • 36 Dans l’acte de 1038 (voir note 8), l’énumération des confronts commence de manière habituelle par l (...)
  • 37 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 278-279 ; A. Mailloux, Perception de l’espace(...)

18Il pouvait arriver, comme dans l’acte de donation de 1038 cité plus haut, que le notaire décrivît le pourtour du bien-fonds en suivant son périmètre, sans le réduire à une forme géométrique simple ni décomposer en tronçons successifs les tenants et aboutissants énumérés à la suite les uns des autres36. Aucun indice, comme la mention de signe marqué sur des arbres ou des pierres, ne permet de certifier qu’il y ait eu alors reconnaissance effective des confins par le notaire lors de l’établissement de l’acte37. Si un tel mode de délimitation est bien adapté à la définition de propriétés qui s’étendent sur de vastes portions de territoire au relief par ailleurs mouvementé et qui ne forment pas des figures géométriques simples, il n’en resta pas moins exceptionnel dans la vallée.

  • 38 Voir par exemple RF IV, n° 994 (1038-1045) pour la délimitation d’une terre de six quartaria au lie (...)
  • 39 Voir par exemple les actes de 1012 et 1017-1020 cités plus haut dans le texte (notes 6 et 7). Seul (...)
  • 40 Parmi la quarantaine de confinationes datant de la première moitié du xie siècle, 12 le sont per ca (...)

19Contraints par un formulaire rigide qu’ils appliquaient indifféremment à tous les biens-fonds dont ils avaient à s’occuper, les notaires utilisaient en effet le même système pour délimiter les petites parcelles, sans doute en majorité quadrangulaires, et les grandes propriétés foncières dont le pourtour ne dessinait évidemment pas une figure géométrique simple38. Pour ces dernières, le notaire ramenait arbitrairement le périmètre irrégulier du bien-fonds à quatre côtés et décomposait en autant de tronçons le tracé sinueux de ses limites, dont il énumérait les éléments juxtaposés de la géographie physique et foncière qui l’entouraient39. Deux systèmes différents furent utilisés successivement : l’ancien mode d’énumération des confronts per capita et latera, dont l’origine remonte aux techniques de l’arpentage romain, continua d’être employé jusqu’aux années 1030 quand il fut substitué par une simple délimitation per latera, laquelle ne suppose pas une forme rectangulaire des parcelles40.

  • 41 Voir par exemple RF III, n° 518 (1019) : caput in terra de ipso Vivario, pedem in rigo Sancti Marti (...)
  • 42 Voir par exemple LL II, n° 2047 (1038) : a capite petrae fixe et tenentis huius monasterii cum cons (...)
  • 43 Exemple parmi d’autres : RF III, n° 520 (1022) : a capite tenente haeredes cuiusdam Totonis et haer (...)
  • 44 RF IV, n° 772 (1042-1043) : ipsam vallem in pede montis Sancti Iohannis, inter affines a capite via (...)

20La confinatio per capita et latera énumère les confronts par côtés opposés, commençant par le caput et le pes et poursuivant par les deux latera parallèles41. Les dernières confinationes per capita et per latera ne respectent plus ce système et, à partir des années 1030, énumèrent les confronts par côtés adjacents et non plus par côtés opposés42. Les biens-fonds de la vallée du Turano documentés par une charte étaient en général, on l’a vu, des propriétés assez grandes et certainement rarement de forme quadrangulaire, à supposer même que leur périmètre dessinât une forme géométrique régulière ; en outre, leurs côtés ne faisaient plus jamais l’objet d’une mesure linéaire : aussi les capita, ou plus souvent caput et pes, ne désignaient sans doute pas les largeurs d’un rectangle et les latera ses longueurs. La délimitation des confronts devait en effet s’adapter de près au relief mouvementé de cette région montagneuse : caput et pes suivaient ainsi les courbes de niveau, désignant l’un le côté le plus élevé, l’autre le plus bas, en l’occurrence généralement un cours d’eau, tandis que les latera longeaient les pentes43. Peu avant d’abandonner un tel système, les notaires privilégièrent, semble-t-il, la voirie sur les lignes du relief, caput et, le cas échéant, pes désignant alors une voie publique44.

  • 45 RF III, n° 450 (1012), n° 555 (1026), n° 572-573 (1017-1020 et 1032). Voir par exemple pour la Poui (...)
  • 46 Voir RF III, n° 555 (1026) pour la délimitation de terres in loco qui dicitur Puzalia et in vocabul (...)
  • 47 RF IV, n° 696.
  • 48 LL II, n° 2045.
  • 49 RF III, n° 598 (1043) et LL II, n° 2075 (1043) pour la rétrocession au fils du donateur.

21La différenciation des confronts per capita et per latera, adaptée à des parcelles peu ou prou rectangulaires, ne reposait pas, ou ne reposait plus sur l’organisation du parcellaire ni sur celle de la propriété foncière au début du xie siècle. Aussi les notaires abandonnèrent-ils bientôt un système devenu obsolète et se contentèrent de dresser la liste des tenants et aboutissants en les décomposant en quatre côtés désignés simplement par le mot latus. L’énumération des confronts per latera, qui représente près des trois quarts des confinationes documentées, supplanta définitivement l’ancien système vers 1030. Elle se faisait généralement par côtés adjacents et, dans les quelques cas où l’emplacement des biens-fonds mentionnés est connu avec une précision suffisante, il est possible de discerner l’ordre et le sens qu’utilisait le notaire, même si celui-ci n’indiquait jamais de manière explicite les points cardinaux à la différence de ses confrères d’autres régions : le premier côté mentionné était situé souvent au soleil levant45 ; la rotation poursuivait par le nord, l’ouest et le sud46. Ce n’était toutefois pas la règle et on ne saurait voir dans ces quelques cas l’application d’un formulaire rigide à cet égard. Un exemple suffit à le montrer. Il s’agit de terres situées au lieu-dit Offiano, au pied du castellum quod dicitur Castellione sur lequel nous reviendrons longuement, et données à l’abbaye de Farfa entre 1035 et 1043. Décrivant la localisation des biens-fonds donnés en 1035, le notaire commence la délimitation par le rivus qui dicitur de Angri (fosso di Riancoli), qui se trouve au nord, continue par le Turano qui coule à l’ouest, poursuit par un rivus qui decurrit sub ipso castello qui dicitur Castellione au sud, et termine par la colline sur laquelle se trouve le château et qui ferme ce quadrilatère à l’est47 ; la rétrocession des biens suit un ordre différent, commençant par le nord, poursuivant par le sud et par l’ouest pour terminer par l’est48. En 1043, d’autres terres sises au même endroit sont données à l’abbaye : les confronts sont identiques mais le sens de l’énumération diffère des deux actes précédents, débutant par le sud et citant ensuite les côtés situés au nord, à l’ouest et enfin à l’est49.

  • 50 A la différence de la plaine lucquoise des viiie-ixe siècles, cf. A. Mailloux, Perception de l’espa (...)
  • 51 Voir en particulier les observations de J.-M. Martin, Perception et description du paysage, p. 121 (...)

22Il semble difficile de mettre ici en rapport l’utilisation d’un mode de délimitation des confronts avec le type de transaction ou la nature du bien-fonds50. Rien ne permet non plus de mettre en relation l’évolution de la confinatio de la terre avec des facteurs politiques ou culturels comme cela a pu être le cas ailleurs51.

23Que révèle, au bout du compte, l’évolution du système de description de la terre dans la vallée du Turano au début du xie siècle ? Pour autant que l’examen d’une région aussi circonscrite et peu documentée autorise quelque conclusion générale, deux caractères semblent la définir : simplicité et uniformité. L’abandon des mesures linéaires, celui de la distinction entre capita et latera permettent aux notaires de traiter de la même manière et indifféremment, selon un formulaire identique, tous les biens-fonds dont ils avaient à s’occuper, qu’il s’agisse de très petites parcelles ou de vastes propriétés. Une économie de moyens qui traduit un souci d’efficacité leur permet de s’adapter de la sorte à un marché foncier différencié. Cette évolution de la pratique notariale vers une plus grande sécheresse de l’acte se fait naturellement au détriment de la richesse des informations fournies sur les objets des transactions.

24L’évolution du formulaire traduit-elle, de manière plus substantielle, une modification de l’organisation agraire ? Nous manquons d’éléments pour y voir l’indice de la recomposition en profondeur du parcellaire, que marqueraient la disparition des parcelles rectangulaires et l’émergence d’un parcellaire irrégulier, ou encore une preuve de l’extension éventuelle des zones incultes dans le territoire de l’ancienne curtis de Farfa. Nous ignorons tout en effet de l’organisation agraire à l’intérieur des grandes propriétés foncières que leurs propriétaires cédèrent à l’abbaye de Farfa dans la première moitié du xie siècle mais rien ne permet de penser que l’incultum y ait progressé. Aussi est-ce moins par le système de description de la terre que par les éléments utilisés pour le faire, et qu’il convient maintenant d’examiner, que les actes notariés laissent entrevoir les modifications qui affectent l’assiette territoriale, la géographie foncière et les composantes principales du paysage humain dans la vallée du Turano depuis le milieu du xe siècle.

B) Entre Regnum et Patrimonium : un espace politique

1) Au premier plan : les circonscriptions publiques

  • 52 La massa Turana servait alors, on l’a vu au chapitre précédent, à localiser les biens-fonds. Pour d (...)

25A la différence de leurs prédécesseurs des viiie et ixe siècles, les notaires des xe et xie siècles se référaient d’abord et avant tout à l’assiette politique et administrative du territoire pour décrire l’espace. En effet, si le gastaldatus Reatinus n’avait guère été utilisé auparavant et jamais pour localiser des biens-fonds situés dans la vallée du Turano52, le gastaldatus Turanus et le comitatus Reatinus furent désormais les premiers éléments que les notaires employaient pour situer les propriétés foncières.

a) Le gastaldat du Turano (milieu du xe – début du xie siècle)

  • 53 Sur les circonscriptions du duché de Spolète, voir P. M. Conti, Il ducato di Spoleto e la storia is (...)
  • 54 RS, n° 1 (941) = D Ugo e Loth. n° 57, p. 170-172 : les rois Hugues et Lothaire donnent à Subiaco co (...)
  • 55 LL I, n° 148 (950) : in suprascripto Turano ubi dicitur Cornetum cum ecclesia Sancte Marine et omni (...)
  • 56 RF III, n° 569.
  • 57 Voir respectivement LL I, n° 148 : in territorio Turano ubi Stephanianus dicitur ; in suprascripto (...)

26Du milieu du xe siècle au début du siècle suivant, la documentation atteste l’existence d’une circonscription mineure qui couvrait la moyenne vallée du Turano et qui formait alors la principale référence topographique pour les notaires53. Le gastaldat du Turano apparaît ainsi dans les actes en 941 quand les rois Hugues et Lothaire donnèrent à l’abbaye de Subiaco la curtis de Sala, qui y était localisée et dont le centre était situé à l’emplacement de l’antique Carsioli, et ses dépendances qui s’étendaient dans les territoires de Subiaco, de Ciculi, de Rieti et de Sabine54. Le gastaldat, encore mentionné en 950 et à trois reprises en 101255, est également documenté sous la forme castaldatus de Ophiano en 1030-1036, date à laquelle il disparaît des sources56. La circonscription est aussi désignée sous la forme territorium Turanum en 950, en 967 et en 98157.

  • 58 Pour la donation par Louis II à l’abbaye de Farfa d’une terre sise dans la valle quae nuncupatur Tu (...)
  • 59 Outre le diplôme des rois Hugues et Lothaire cité à la note 54, voir également la confirmation des (...)
  • 60 LL I, n° 148 (950) cité à la note 55.
  • 61 RS n° 210 (993) pour une donation à l’abbaye de Subiaco de biens-fonds situés dans les fines Carsol (...)

27L’espace ainsi nommé, dont l’origine doit sans doute être cherchée dans l’importance des propriétés fiscales attestées dans la région au ixe et au xe siècle encore58, formait une entité territoriale nettement délimitée par les territoria et fines de Rieti au nord, de Sabine à l’ouest, de Tivoli et de Subiaco au sud-ouest, des Marses et du Cicolano à l’est59. Il s’étendait ainsi largement sur les deux rives du Turano depuis l’antique Carsioli jusqu’à l’actuel Colle di Tora : outre Tore et Carsioli, il comprenait plusieurs sous-ensembles comme Ofigianus, Puzalia, Paganeco et Baccareto60. A la fin du xe siècle, le territoire de Carsioli, où un vicomte est attesté en 993, fut détaché du gastaldat du Turano pour être englobé dans le comté des Marses dont les titulaires élargissaient alors leur domination territoriale61.

  • 62 RF III, n° 328.

28Si les mots et les réalités qu’ils désignaient ont changé depuis les viiie et ixe siècles, rien ne prouve cependant que la définition de l’espace se soit modifiée en profondeur. A part le vocable qui le qualifie et la fonction à laquelle il renvoie, le gastaldatus Turanus attesté par quelques actes du xe et du début du xie siècle n’était peut-être pas très différent, au moins dans son étendue sinon dans son organisation, de la massa Turana du ixe siècle dont la dernière mention date de 88062.

b) Comtés et diocèses : une région frontalière aux confins imbriqués (carte 7, p. 174-175)

  • 63 Pour les étapes de la conquête et, en particulier, la fluctuation des confins entre le duché romain (...)
  • 64 Cf. Codex Carolinus, éd. W. Gundlach, n° 60 (778), 68-72 (781-782). Le Ludovicianum (J.F. Böhmer et (...)
  • 65 Voir le privilège de Marin II définissant les confins du diocèse de Sabine en 944 (cf. aussi plus l (...)
  • 66 RF II, n° 290 (853) : pede tenentes in fine sancti Petri de Roma ; n° 292 (854) : pedem mittens in (...)
  • 67 LL II, n° 2048 (1020) : veniente in petram fixam de colle Foce... fossatus ascendens in petram fixa (...)
  • 68 Pour les deux dernières bornes, voir L. Travaini, I confini territoriali dell’abbazia di Subiaco, p (...)

29Sans remonter ici jusqu’aux conquêtes lombardes63, on rappellera seulement que la division de la Sabine entre le territorium Sabinense, restitué au pape, et le territorium Reatinum résulte des accords intervenus non sans difficultés entre Adrien Ier et Charlemagne entre 778 et 781 : ils aboutirent à la definitio per signa de la frontière entre le Patrimonium sancti Petri et le Regnum Italiae qui fut confirmée par Louis le Pieux en 81764. La terminatio du confin fut matérialisée par des bornes dont certaines sont sans doute indiquées dans quelques actes du milieu du ixe siècle jusqu’aux premières décennies du xie siècle. Ainsi peut-on restituer de manière assez précise le tracé de la frontière dans la région qui nous intéresse. Un staffile, poteau ou borne, avait été installé au casale longus, situé dans le territoire de Collelongo entre les villages actuels de Montenero et de Monteleone Sabino : là s’arrêtait le diocèse de Sabine au milieu du xe siècle65. Au sud, le finis sancti Petri de Roma est indiqué à plusieurs reprises parmi les confins du gualdus exercitalis de Pozzaglia au milieu du ixe siècle. Il passait en particulier sur un mont appelé alors Cacunus dont le nom provient sans doute d’un sanctuaire romain situé sur le mont Morella66. Une petra fixa ou ficta, qui appartient probablement à la même définition linéaire, est signalée ensuite à plusieurs reprises entre la pertinentia de Malamorte et celle de Vivaro au début du xie siècle : les limites attenantes la situent quelque part sur le versant occidental du massif du mont Croce67. Une autre borne, désignée tantôt staffile, tantôt petra voire columna, était située dans la plaine appelée campum sacrum, au pied d’Oricola ; elle marquait le confin entre les territoires des Marses, du Cicolano et de Rieti, qui appartenaient au Regnum, et ceux de Tivoli et de Subiaco dans le Patrimoine de saint Pierre. La frontière gravissait ensuite les monts Simbruini jusqu’à la petra imperatoris située près des sources de l’Aniene, qui marquait le confin entre les terres de Subiaco, définies fréquemment à la fin du xe et au xie siècle, et le diocèse des Marses68.

  • 69 Cf. DO I, n° 235 (962) et DH II, n° 427 (1020).
  • 70 Elle s’accentua du reste par la suite comme en témoigne la curtis de Sala iuris regni nostri donnée (...)

30La délimitation précise de la frontière entre le territorium Sabinense, dont la donation par Charlemagne au pape Adrien Ier fut confirmée par le Ludovicianum de 817 et par les diplômes impériaux successifs69, et le territorium Reatinum, ne mit pas fin pour autant à l’imbrication des intérêts patrimoniaux et territoriaux entre les deux entités politiques70. La moyenne vallée du Turano en livre notamment une illustration.

  • 71 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 943-944 et 984 sq.
  • 72 Pour les différentes éditions de la pancarte de Marin II, voir la note 65. Le passage concernant le (...)
  • 73 En 853, la cession à Farfa des dix portions du gualdus qui étaient situées jouxte la frontière et q (...)
  • 74 L’Ottonianum de 962, confirmant au pape Jean XII en particulier le territorium Sabinense sicut a do (...)

31Comme l’a montré Pierre Toubert, la frontière entre le territorium Sabinense et le territorium Reatinum définie en 781 correspondait au confin entre le diocèse de Sabine suburbicaire et le diocèse de Rieti. Il faut cependant attendre le milieu du xe siècle pour connaître la limite précise du diocèse de Sabine, ceci dans le contexte d’affirmation du pouvoir du princeps Albéric en particulier dans la région71. En 944, le pape Marin II confirma à l’évêque Jean III le diocèse dont il détermina minutieusement les confins, en particulier là où il jouxtait le diocèse de Rieti. Il est aisé de les suivre sur la carte. Du mont Tancia, la limite du diocèse de Sabine gagnait Montenero puis Monteleone, passait à côté de l’église Santa Vittoria à Trebula Mutuesca, gravissait le massif du mont Cimate, joignait Aqua Mezza, atteignait de là le Turano qu’elle remontait jusqu’à Carsioli où elle obliquait alors vers l’ouest en suivant les confins du diocèse de Tivoli72. Il s’ensuit par conséquent que le diocèse de Sabine avait englobé avant le milieu du xe siècle toute la région située entre Orvinio à l’est, Acquamezza au nord et Carsioli au sud, qui n’était pas comprise dans les limites du Patrimoine de saint Pierre mais dans celles du royaume jusqu’au milieu du ixe siècle. Le territoire correspondait à peu près à l’ancienne extension du gualdus exercitalis de Pozzaglia, dont le gastald Teudipertus ex natione Francorum avait possédé une large part au début du ixe siècle. L’incorporation de la région dans le diocèse de Sabine et, partant, dans le Patrimonium a peut-être suivi de peu la cession des portions du gualdus à Farfa au milieu du ixe siècle, qui s’est déroulée au demeurant sous le contrôle du pape Léon IV73. La limite entre le territorium Sabinense et le territorium Reatinum, telle que la définit le privilège de Marin II au milieu du xe siècle selon un tracé modifié peut-être pendant la deuxième moitié du siècle précédent, ne reproduisait donc pas exactement la frontière établie en 781 entre le Patrimomium et le Regnum auquel appartenait Rieti74.

Carte 7 – La moyenne vallée du Turano : frontières politiques et diocésaines (xe – début xiie siècle).

32Mineure en apparence, la modification survenue sur la rive gauche du Turano entre le milieu du ixe et celui du xe siècle quand le pape Marin II la confirma de manière solennelle fut pourtant à l’origine des revendications territoriales qui opposèrent les évêques de Rieti à ceux de Sabine jusqu’au xiiie siècle et dont quelques étapes nous sont connues. Il s’avère en effet que la situation était complexe sur le terrain.

  • 75 Sur les limites du diocèse de Rieti au xiie siècle, telles que les donnent les privilèges des papes (...)
  • 76 RS, n° 3 = DO I, n° 336. Cf. R. Morghen, Le relazioni del monastero sublacense col papato, p. 217-2 (...)
  • 77 Voir notamment à ce sujet les observations de S. Gasparri, La frontiera in Italia (sec. vi-viii), p (...)

33Nous ne possédons pas de délimitation semblable des confins du diocèse de Rieti avant la deuxième moitié du xiie siècle75. On sait cependant que l’episcopium de Rieti avait concédé à l’abbaye de Subiaco l’église Sant’Anatolia in valle que dicitur Tore, située à moins d’un kilomètre au nord d’Acquamezza, dont Otton Ier confirma la concession en 967 en même temps que la donation par les rois Hugues et Lothaire de la curtis Sale et Carsoli et de tous les biens que possédait l’abbaye in Ciculis et in Reatino, Savinensi et in omni Marsicano territorio76. Ce sont toutefois les actes de la pratique qui permettent d’entrevoir l’imbrication des circonscriptions ecclésiastiques et politiques sur la rive gauche du Turano et, au bout du compte, l’indétermination locale de la frontière entre les deux entités politiques77.

  • 78 Pour des actes mentionnant le territorium Reatinum, voir notamment LL I, n° 105 (949) : in territor (...)
  • 79 RF III, n° 450, RF IV, n° 633 et n° 635 (tous trois de 1012) : in comitatu Reatino in castaldato Tu (...)
  • 80 RF III, n° 569.
  • 81 RF III, n° 406-407 (Otton II, 981 = DO II, n° 244 et 249) ; 413 (Otton III, 996 = DO III, n° 203) ; (...)

34Au xe et début du xie siècle, les références topographiques utilisées par les notaires dans leurs actes laissent transparaître l’organisation territoriale dans la moyenne vallée du Turano. Le territorium Reatinum et le comitatus Reatinus font alors leur apparition, le premier à partir du milieu du xe siècle, le second à compter du début du siècle suivant, pour localiser les biens-fonds qui faisaient l’objet d’une transaction78. Plusieurs actes attestent l’appartenance du gastaldat du Turano, désormais privé de Carsoli, au comté de Rieti79. Dès lors, la disparition du gastaldat, qui n’est plus mentionné si ce n’est une dernière fois sous la forme castaldatus de Ophiano en 1030-103680, ne se fait pas attendre. Issu de la transformation du gastaldat réatin au ixe siècle et consolidé par l’hérédité du titre comtal au xe siècle, le comté de Rieti n’est guère mentionné avant le xie siècle, et jamais pour localiser des biens situés dans la vallée du Turano, si ce n’est dans les diplômes impériaux81. A partir de l’an mil en revanche, la première place revient au comitatus Reatinus et au territorium Reatinum, qui ont acquis une physionomie territoriale suffisamment nette pour que les notaires les utilisent au premier rang de leurs références topographiques.

35L’expansion territoriale de Rieti, qui engloba l’ancien gastaldat du Turano jusqu’à la limite de Carsoli rattachée au comté des Marses, marque l’affirmation du chef-lieu sur cette région périphérique. Le mode de localisation en témoigne clairement. Jusqu’à l’an mil environ, la moyenne vallée du Turano, organisée autrefois autour de l’antique Tore devenue le centre d’une curtis et de propriétés fiscales, était dotée d’une individualité territoriale nettement affirmée : ni la massa Turana des viiie et ixe siècles, ni le gastaldatus Turanus du xe siècle n’avaient jamais été localisés par rapport à une entité topographique supérieure. Au début du xie siècle, la vallée perdit son autonomie, dont nous ignorons l’étendue réelle, et entra dans l’orbite d’une ville en expansion, Rieti, qui assurait de plusieurs manières son pouvoir sur un territoire mieux défini et contrôlé. Les notaires, dès lors, hiérarchisent l’espace : au premier rang, le comté ou le territoire de Rieti, les deux termes étant équivalents dans leurs actes ; au second plan, et pour peu de temps encore, le gastaldatus Turanus. L’affirmation de Rieti sur son comitatus se manifeste également par d’autres indices que nous examinerons le moment venu.

36Les actes de la pratique permettent de suivre d’assez près l’extension du comté de Rieti au xie siècle, qui ne s’arrêtait pas exactement à la limite du diocèse de Sabine telle que l’avait fixée la pancarte de Marin II en 944 mais empiétait sur son espace pour s’étendre jusqu’à la frontière définie par les missi de Charlemagne en 781. Tout au long des xe-xive siècles pour le moins, on y reviendra, la rive gauche du Turano fut en effet l’objet de contestations entre Rieti et la Sabine qui se l’approprièrent tour à tour.

  • 82 Voir par exemple RF V, n° 1095 (1084) : in territorio sabinense in loco qui dicitur Petra Daemone ( (...)
  • 83 RF IV, n° 776 (1044) : in comitatu Tyburtino in castello quod Portica vocatur ; RF V, n° 1205 (1110 (...)
  • 84 Pour le territorium Carsulanum, voir RF III, n° 572 (1017-1020), RF IV, n° 925 (1062), n° 988 (1069 (...)
  • 85 Pour le territorium Ciculanum, voir notamment LL I, n° 140 (947) LL II, n° 2042 ; RF III, n° 570 (1 (...)
  • 86 RF V, n° 1041 (1072-1079) : in territorio Marsicano in castello qui dicitur Tuphum. Pour les limite (...)

37Située à la périphérie méridionale du comté de Rieti, la moyenne vallée du Turano formait une entité territoriale délimitée à l’ouest par le comitatus Sabinensis82, au sud-ouest par le comitatus Tiburtinus83, au sud et à l’est enfin par le territorium Carsulanum84 et par le territorium Ciculanum, appelé aussi pertinentia de Cicolanis85, qui relevaient tous deux du comitatus Marsicanus86. Voyons les choses de plus près.

  • 87 Cf. LL I, n° 105 (949) ; RF III, n° 403 (986 ; première attestation d’une rocca) ; RF V, n° 1317 (d (...)
  • 88 RF V, n° 1111 : en 1086, les filii Hilperini donnent à Farfa res nostras et castella nomina eorum T (...)
  • 89 RF V, n° 1095 (1084) et 1255 (1090).
  • 90 Pour la localisation de Rocca Salice, cf. A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p (...)
  • 91 La moitié de la rocca ubi dicitur Salicis a été donnée à Farfa par le comte de Rieti Teudino en 108 (...)
  • 92 Très nombreuses attestations de l’appartenance du locus qui dicitur Puzalia (sur lequel on verra le (...)
  • 93 RF V, n° 1095 (1084) et 1255 (1090) : cession à l’abbaye de Farfa par le comte de Rieti, Erbeo, fil (...)
  • 94 RF IV, n° 776 (1044) pour le castellum quod Portica vocatur situé dans le comitatus Tyburtinus et R (...)
  • 95 RF IV, n° 938 (1062-1065) pour la localisation du locus ubi Capistrellus vocatur dans le territoriu (...)
  • 96 E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 212-213 (1096) : in territorio Car (...)
  • 97 RF IV, n° 988 (1069) : in loco qui Tuphus vocatur territorio Carsulano. RF IV, n° 1017 (1074) situe (...)
  • 98 Voir la délimitation des biens situés dans la pertinentia de Ophiano, qui englobe en particulier Ne (...)

38La frontière entre le comitatus Reatinus et le comitatus Sabinensis passait à l’ouest de Rocca Sinibalda, connue comme telle depuis la fin du xie siècle mais dont le noyau fortifié primitif remonte au siècle précédent87, entre les villages actuels de Monteleone et de Colle di Tora. A cet endroit, le confin entre les deux comtés paraît alors assez flou. Ainsi la région de l’ancien municipe de Trebula Mutuesca et des cinq châteaux fondés à l’entour par la famille réatine des filii Hilperini dans le courant du xie siècle est-elle alors localisée in territorio Reatino et in territorio Sabinensi88. En revanche, Capo Farfa et Cerdomare, à l’ouest et au sud-ouest, dépendaient du comté de Sabine89. Plus au sud, Poggio Moiano et Rocca Salice, située au sud de Colle de Tora sur le mont Mura Rocca90, devaient se trouver sur le confin entre les deux comtés91. Sur la rive gauche du Turano pourtant comprise alors dans le diocèse de Sabine et par conséquent, du moins en théorie, dans le patrimonium sancti Petri, le comté de Rieti du regnum Italiae comprenait alors toute la région de Pozzaglia et s’étendait jusqu’à Canemorto (aujourd’hui Orvinio) qu’il englobait également92. Le confin entre les deux comtés, qui ne suivait donc pas celui des diocèses respectifs, passait entre Orvinio et le castellum de Pietra Demone, situé à l’ouest d’Orvinio sur le colle Cima dei Coppi (1211 m), qui relevait comme Scandriglia du comté de Sabine93. La frontière obliquait ensuite vers l’est, laissant Percile et le castellum de Portica dans le territoire de Tivoli94, englobait la totalité du mont Croce dans le comté de Rieti qui comprenait de la sorte Vivaro et Vallinfreda95. Laissant Oricola dans le territoire de Carsioli96, le confin se dirigeait ensuite vers le nord suivant le Fosso Carcarone jusqu’au Turano. Il franchissait alors la rivière, sans doute à la hauteur du Fosso di Sant’Angelo qui coule entre Poggio Cinolfo et Collalto, tous deux de fondation plus tardive. La frontière gravissait enfin les monts de l’interfluve Turano-Salto, laissant Tufo dans le territoire de Carsioli97. Toute la vallée du Salto était incluse dans le Cicolano situé à la frontière du comté de Rieti et du comté des Marses98.

  • 99 On observera ainsi que, pour les notaires du moins, le mot territorium ne renvoyait pas au diocèse (...)
  • 100 Cf. P. Brezzi, Roma e l’Impero medioevale, p. 179 et suiv.
  • 101 Nombreux exemples : RF IV, n° 605 (1010) : Temporibus domni Sergii sanctissimi IIII papae et viri v (...)
  • 102 Franco iudex et notarius de territorio Sabinensi per iussionem domni Berardi comitis : RF III, n° 4 (...)
  • 103 RF III, n° 450 : Regnantis domni Heinrici, divina ordinante providentia, excellentissimi regis, ann (...)
  • 104 RF IV, n° 633-635 : Regnantis domni Heinrici, divina ordinante providentia excellentissimi regis, a (...)

39Les actes de la pratique sont suffisamment nombreux et précis pour ne pas laisser de doute sur l’extension du comté de Rieti dans ses marges méridionales où il se superposait en partie au diocèse de Sabine99. Dans le contexte politique difficile qui précéda le couronnement impérial de Henri II en 1014100, la politique expansionniste de Rieti transparaît en particulier de l’activité du juge et notaire Franco, qui opéra autant en Sabine que dans le Réatin dans le premier tiers du xie siècle. Lorsqu’il était en Sabine et qu’il dressait des actes relatifs à des biens-fonds qui y étaient situés sans l’ombre d’un doute, il les datait du pontificat de Serge IV (1009-1012) puis de celui de Benoît VIII (1012-1024), ajoutant en général le nom de l’évêque et celui des comtes de Sabine ainsi que, parfois, celui du patrice des Romains, Giovanni di Crescenzio († en 1012)101. Au mois de juillet 1012, Franco, qui précisa qu’il accomplissait son activité notariale en Sabine sur ordre du comte de Rieti Bérard (1008-1032)102, se trouvait cependant dans le comté de Rieti. Il y établit alors l’acte de la donation effectuée par Transaricus fq Maifredi de civibus Reatinis en faveur de l’abbaye de Farfa qui portait sur de nombreux biens-fonds sis en particulier in comitatu Reatino in castaldato Turano in vocabulo quod dicitur Puzalia ; passé dans le Regnum, il data alors normalement l’acte selon les années du règne de Henri II103. Revenu en Sabine au mois d’août suivant, il établit plusieurs actes à propos de terres situées au même endroit de cette rive gauche du Turano, à la frontière controversée du Patrimonium et du Regnum. Signe manifeste de la politique réatine, il les localisa expressément dans le comté de Rieti. Il alla plus loin encore : contrairement au formulaire notarial qu’il appliquait lui-même quand il se trouvait en Sabine pontificale et que les biens-fonds étaient situés dans une région qui ne faisait pas l’objet de contestation, il ne data pas ses chartes des années du pontificat de Benoît VIII mais de celles du règne de Henri II104. Le geste est manifeste qui reflète la politique territoriale mise en œuvre par les comtes de Rieti pour contrôler les deux versants de la vallée du Turano.

  • 105 RF III, n° 522 pour la convenientia et le n° 520 (1022) pour la donation à Farfa de la terre in ter (...)

40La rive gauche de la rivière jusqu’à Canemorto (Orvinio) était ainsi le lieu de circonscriptions et de pouvoirs enchevêtrés. Un acte en témoigne pour finir. En 1022, un litige opposa l’abbaye de Farfa à des propriétaires fonciers réatins au sujet de terres sises dans ce lieudit Pozzaglia problématique et toujours localisées expressément dans le territoire de Rieti. Le différend fut réglé en l’église Sant’Agnese de Malamorte, qui se trouvait sur le mont Croce dans le lieu-dit en question, en présence du vicomte Burrellus, représentant des comtes de Sabine Crescenzio et Oddone des Crescenzi Ottaviani, qui manifestaient de la sorte leur compétence sur cette région contestée105.

  • 106 RF III, n° 555 (1026) : rigum qui currit iuxta monasterium sanctae Mariae de Puzalia. Cf. I. Schust (...)
  • 107 Voir le chapitre 10 au paragraphe I/A. Pour des mentions de ses propriétés, qui restent exceptionne (...)

41Dans cette affaire complexe, la position d’un acteur qui y fut nécessairement impliqué nous échappe totalement. Au beau milieu de ce territoire se trouvait en effet le monastère Santa Maria del Piano de Pozzaglia, dont la tradition voudrait attribuer la fondation à Charlemagne mais qui n’est pas documenté avant 1026106. A part quelques propriétés mentionnées au hasard des actes notariés dans les énumérations de tenants et d’aboutissants, on ignore à peu près tout de l’histoire du monastère avant le début du xiiie siècle107.

  • 108 Sur les voies de communication, voir plus loin dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/b.

42Si Rieti a cherché à réaffirmer ainsi son pouvoir sur cette frange du versant occidental de la vallée du Turano que la terminatio de 781, confirmée en 817, lui avait attribuée mais que le privilège de Marin II avait incluse, de manière indirecte, dans le Patrimoine de saint Pierre, c’est sans doute pour s’assurer le contrôle de la voie de communication qu’elle forme entre Rieti et Carsoli et, de là, avec la via Valeria108. On en verra d’autres manifestations.

43Avec la disparition de l’ancienne entité territoriale du Turano, qui avait survécu sous la forme d’un gastaldat jusqu’aux premières décennies du xie siècle, aucun intermédiaire ne subsista entre le comté de Rieti et de grands lieux-dits qu’il convient maintenant d’examiner.

2) Les sous-ensembles territoriaux : une géographie héritée du haut Moyen Âge

  • 109 LL II, n° 2042 : pro rebus in Ophiano : a I° latere pertinentia Carsoli, a II° latere Tore, a III° (...)
  • 110 Voir le chapitre précédent aux paragraphes I/A/1 et I/A/3.

44Descendant d’un échelon dans l’organisation territoriale, les notaires recouraient ensuite à des entités topographiques mineures pour localiser les biens-fonds dont ils avaient à s’occuper. Un acte de 1037 en fournit la liste complète : il s’agit de la concession par l’abbaye de Farfa de biens sis in Ophiano et délimités par les territoires de Carsoli, de Tora, de Pozzaglia et du Cicolano109. Nous intéressent plus particulièrement ici le locus qui dicitur Ophianus et le locus qui dicitur Puzalia, issus pour l’un du fundus Ophiani et pour l’autre du gualdus exercitalis de Puzalia du haut Moyen Âge110. Ces lieux-dits couvraient chacun un territoire assez vaste, dont le Liber Floriger cartarum Farfensis cenobii, composé par le moine Gregorio da Catino vers 1130, permet de définir l’étendue (carte 8, p. 217).

a) Le locus qui dicitur Ophianus

  • 111 LF, p. 68, n° 371 et p. 246-247, n° 482. Sur les desseins de l’auteur du liber floriger, voir le ch (...)
  • 112 Voir respectivement RF III, n° 569 (1030-1036) : in territorio Reatino in castaldato de Ophiano in (...)
  • 113 LL II, n° 2042 (1037) cité plus haut note 103.
  • 114 Voir principalement RF III, n° 570 (1038).
  • 115 LL II, n° 1233 (1047-1089).
  • 116 LL II, n° 2043 (1035).
  • 117 RF III, n° 572 (1017-1020), n° 567 (1036).

45Le Liber floriger enregistre Ophianum dans sa liste des lieux-dits et renvoie aux documents correspondants du Régeste de Farfa et du Liber largitorius111. Appelé parfois gastaldatus ou territorium112, le locus qui dicitur Ophianus était limité de manière générale par Tore au nord, Pozzaglia à l’ouest, Carsioli au sud et la pertinentia Ciculi à l’est113. Quelques actes permettent d’en préciser les limites dans la première moitié du xie siècle. Sur la rive droite du Turano, le lieudit s’étendait au sud jusqu’au fosso Sant’Angelo qui formait le confin avec le territoire de Carsioli et à l’est jusqu’à la région de Tufo des filii Arimanni ; la ligne de crête des monts de l’interfluve Turano-Salto (colle Conciarelle, monte Piano, monte Partilebre et monte Arringo) séparait le lieu-dit Offiano du Cicolano qui dépendait, on l’a vu, du comté des Marses114 ; au nord enfin, il comprenait le mont Cervia jusqu’à Paganico115. Sur la rive gauche du Turano, le lieu-dit Offiano couvrait le versant oriental du mont Faito sans atteindre la ligne de crête qui relevait du lieu-dit Pozzaglia116. La limite traversait ensuite le rio di Petescia (rivus sancti Martini), gravissait le mont Croce où elle jouxtait la pertinentia de Malamorte. Au sud-ouest enfin, le lieudit Offiano confinait avec la pertinentia de Vivaro au fosso Pratarelle117.

b) Le locus qui dicitur Puzalia

  • 118 Voir les actes cités aux notes précédentes.
  • 119 RF IV, n° 994 (1038-1045) : in loco qui nominatur Puzalia maior.
  • 120 LL II, n° 2043 (1035) : res in Pozalia minori, a I° latere pes Montis Aurei. Voir aussi A. R. Staff (...)

46Le lieu-dit Pozzaglia occupait pour sa part la partie occidentale du territorium Turanum. Limité à l’est par la ligne de crêtes des monts Faito (1228 m) et Croce (1081 m), où il confinait avec le lieudit Offiano, il s’étendait à l’ouest jusqu’aux monts qui séparent Orvinio de Scandriglia (cima Casarena, 1191 m) et qui marquent ici le confin entre le comté de Rieti et le comté de Sabine. Au sud, le lieudit comprenait la pertinentia de Vivaro mais laissait Portica dans le territoire de Tivoli ; au nord, il s’étendait jusqu’au sommet du mont Faito sans englober sans doute son versant septentrional118. Il comprenait deux sous-ensembles principaux, Puzalia maior119 et Puzalia minor (ce dernier près de Montorio)120.

  • 121 Pour une région voisine, voir C. Wickham, Historical and Topographical Notes on Early Mediaeval Sou (...)
  • 122 Le castellum vetus quod vocatur de Puzalia est documenté en 1026 (RF III, n° 555) ; le castellum de (...)

47Le recours que faisaient les notaires pour localiser les biens-fonds aux lieux-dits Offiano et Pozzaglia, lesquels tenaient leur nom d’un fundus et d’un gualdus, atteste la pérennité de l’usage des cadres topographiques issus du haut Moyen Âge121. On ne saurait naturellement y voir un indice de la permanence des structures foncières antérieures. Du reste ne sont alors conservés que les toponymes, désormais amenés généralement par l’expression locus qui dicitur dénuée d’autre sens que topographique. Sans anticiper sur la suite, disons cependant que ces lieux-dits ne représentaient pas une forme nouvelle d’organisation de la vallée autour des castella qui portaient le même nom dès le début du xie siècle122. Soulignons aussi, le fait est important, que de nouveaux cadres géographiques n’avaient pas encore vu le jour dans un paysage en cours de transformation pour substituer à une échelle équivalente ces vestiges au moins formels de l’ancienne répartition du sol.

C) La description de l’espace et les éléments de la géographie physique et humaine de la vallée

  • 123 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/A.
  • 124 RF III, n° 569.

48Après avoir mentionné l’appartenance du bien-fonds aux grands cadres territoriaux, les uns publics, les autres coutumiers, le notaire ajoutait d’autres précisions à l’énumération de ces ensembles topographiques trop vastes pour suffire à l’identification certaine des terres cédées. Pour ce faire, il utilisait d’abord des sous-ensembles d’origine foncière, parfois qualifiés de pertinentiae, le mieux documenté étant la pertinentia de Malamorte au lieu-dit Pozzaglia que nous examinerons le moment venu123. A partir du deuxième quart du xie siècle, il pouvait encore préciser la localisation par un microtoponyme ou tout simplement par la mention de la présence ou de la proximité d’une particularité du paysage. Toutefois, dans la mesure où la plupart des transactions portaient sur des ensembles fonciers relativement importants, les actes à notre disposition ne documentent guère la désignation de l’espace et, partant, l’occupation du sol à l’échelon le plus élémentaire. En effet, la microtoponymie n’apparaît guère que lorsque sont échangées de simples parcelles ou des terres de dimensions modestes à l’instar de ces biens localisés in territorio Reatino in castaldato de Ophiano in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis iuxta ipsam fontem in quo est aecclesia Sanctorum Vincentii et Anastasii martyrum donnés par un prêtre à Farfa en 1030-1036124.

49Pour localiser et délimiter les biens-fonds cédés, les notaires utilisaient d’autres éléments, de deux ordres différents mais dans des proportions à peu près identiques : les particularités du paysage, physique ou humain, qui fournissaient naturellement à la topographie et à la microtoponymie des points de repères commodes ; la géographie foncière qui formait alors la composante principale de l’organisation de l’espace. Nous commencerons par examiner les premières.

1) Le milieu naturel : orographie et hydrographie

  • 125 Voir LL II, n° 2048 (1020) : pro rebus in Malamorte, a capite Volubrium et veniente in petram fixam (...)
  • 126 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : a III° latere rivus Sancti Martini descendens in rivum de (...)
  • 127 Voir cependant RF III, n° 518 (1019) : de alio latere finis terra de monte de Portica quomodo pergi (...)

50Le relief, dont les lignes principales limitaient souvent les propriétés foncières, servait assez rarement à localiser les biens-fonds : il arrivait cependant que vallées, cîmes (cacumen/scrimen montis) et sommets arrondis (serra montis) fussent nommés de manière explicite quand ils bordaient les confins125. Les notaires, encore attachés à la description linéaire du pourtour, se contentaient plus volontiers d’indiquer le sens des dénivellations entre les éléments remarquables du paysage qui jalonnaient le périmètre des propriétés foncières126. Utilisant parfois les éléments du relief dans leur topographie, les notaires ne privilégiaient pas de manière particulière les éminences au sommet desquelles un édifice notable, château ou église, avait été érigé127.

  • 128 Voir respectivement RF IV, n° 996 (1036-1038) ; RF III, n° 520 (1022) ; RF IV, n° 635 (1012). Voir (...)
  • 129 A la différence du Languedoc par exemple, cf. M. Bourin, La géographie locale, p. 36.

51La circulation des eaux marquait davantage la topographie foncière que les accidents du relief et, partant, la géographie des notaires. Il n’est pas de délimitation de biens-fonds qui ne fasse appel à l’une ou à plusieurs composantes du réseau hydrographique, depuis les sources résurgentes et les ravines ou les ruisseaux saisonniers qui coulaient à flanc de montagnes jusqu’aux rivières permanentes et jusqu’au Turano enfin. Relevons au hasard des documents les mentions de rigulagines en 1036-1038, d’un fossatum cum aqua currente et d’un fossatum qui descendit in rivum qui dicitur Sancti Martini en 1022, d’une fons que Guinisii vocatur en 1012, la « fonte delle Pacette » du Cadastre grégorien, encore en activité au début du xixe siècle et aujourd’hui tarie128. Toujours désignés par leur nom129, les ruisseaux et rivières permanents, principalement le rivus de Angri (fosso di Riancoli) et le rivus Sancti Martini (rio di Petescia) dont les gorges étroites et profondes encadrent le Turano, occupaient alors une place de premier plan dans la délimitation des grandes propriétés foncières et dans la géographie de l’occupation du sol. Par sa densité et son abondance, le réseau hydrographique autorisait le développement de cultures et d’activités spécialisées que les actes notariés laissent entrevoir.

2) Végétation et cultures : l’indigence des sources

  • 130 Le Liber Largitorius ne donne que 11 actes intéressant la moyenne vallée du Turano pour la première (...)
  • 131 Dans la région, les contrats agraires avec prélèvement en nature sur la production sont les moins n (...)
  • 132 Les énumérations sont limitées à quelques éléments, généralement du type : cum casis, vineis, terri (...)
  • 133 Les toponymes formés à partir du couvert végétal ou du paysage humanisé et cultivé sont très rares  (...)
  • 134 Dans la confinatio, les notaires n’indiquaient jamais ici la nature des cultures, se contentant du (...)
  • 135 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 167-198 sur la végétation et 206-300 sur la s (...)
  • 136 Plusieurs échantillons de charbons de bois ont été prélevés lors de la fouille du château de Castig (...)

52La dispersion du patrimoine de l’abbaye de Farfa et le démembrement de la curtis de Corneto à partir du milieu du xe siècle n’avaient pas transformé la vallée du Turano en une région abandonnée et inculte. Pourtant, la documentation dont nous disposons, composée principalement de mutations foncières auxquelles s’ajoutent de très rares contrats agraires130, ne fournit guère d’informations sur le couvert végétal ni sur la mise en culture qui définissaient le paysage de la vallée à la fin du xe siècle et pendant les premières décennies du siècle suivant. Les maigres renseignements épars contenus dans les deux catégories d’actes disponibles, que livrent les très rares attestations de cens en nature131, les énumérations descriptives des biens-fonds132, la toponymie le cas échéant133 et jamais les énumérations des confronts134, n’apprennent rien qu’on ne sache déjà sur l’exploitation des terres dans la région135. Ajoutons en outre que l’étude de l’environnement végétal, naturel et cultivé, n’entrait pas, à tort certainement, dans les perspectives des sondages archéologiques fouillés à Montagliano, à Offiano et dans la villa de Sant’Agnese : aussi aucune analyse spécifique n’a-t-elle été faite dans cette direction jusqu’à la fouille de Castiglione tout du moins136.

  • 137 RF III, n° 572 pour une énumération descriptive de biens-fonds qui s’étendaient de part et d’autre (...)
  • 138 RF IV, n° 938 (1062-1065) : Guinizo fils de Bérard, demeurant au lieu-dit Capistrellus, donne à Far (...)
  • 139 LL II, n° 2075 (1043) pour la concession de terres in Ophiano vocabulo Castellione où le cens requi (...)
  • 140 RF III, n° 567 de 1036. L’orne (Fraxinus ornus) est abondant dans la région, aujourd’hui comme hier (...)
  • 141 Présence exclusive de chêne à feuillage caduc méditerranéen dans un échantillon de charbons de bois (...)
  • 142 Très présente certainement, la forêt n’est pourtant pas documentée par nos sources : unique mention (...)

53On brosserait un tableau bien incomplet du paysage de la vallée à la fin du xe siècle et pendant les premières décennies du xie siècle en rassemblant les quelques notations éparses dans la documentation et en relevant ici la présence de saulaies137 ou là celle de chènevières138 dans les fonds humides des vallées du Turano et de ses affluents ; ailleurs celle de la vigne cultivée en association avec le noyer139 ; ailleurs encore, par exemple sur le mont Croce (1081 m) appelé alors mons qui dicitur Ornecta140, le recul de la forêt mixte, où dominaient les chênes méditerranéens à feuilles caduques utilisés principalement sinon exclusivement comme bois d’œuvre dans la construction141, et celui du maquis face à l’extension jusqu’à 700 ou 800 mètres d’altitude des surfaces cultivées en céréales et en vignes, où l’exploitation de l’arbre, fruitier ou non, occupait également une place importante142.

  • 143 Cf. E. Hubert, Espace urbain et habitat à Rome, p. 156-157.
  • 144 Sur la géographie foncière, voir dans ce chapitre le paragraphe II.

54Peut-être convient-il davantage de souligner l’absence singulière des composantes de la campagne dans le mode de description des terres et du paysage dans la vallée du Turano, lequel se réfère au contraire fréquemment et avec minutie au réseau hydrographique et dans une mesure moindre aux lignes du relief. Comme à Rome à peu près à la même époque143, les notaires préféraient mentionner simplement le nom des propriétaires des ensembles fonciers attenants plutôt que décrire les terres voisines en indiquant d’un mot leur destination agricole, ceci même lorsque le contrat intéressait de simples parcelles144. L’exploitation des terres est absente, en quelque sorte, du paysage que dessinent les actes notariés. Pour les notaires, sans doute plus que pour leurs clients pour qui la réalité était différente, l’espace était juridique avant d’être économique.

3) Le paysage construit

a) Le legs du passé

  • 145 Pour la via antiqua qui traversait le locus qui dicitur Ophianus et qui longeait en particulier l’é (...)
  • 146 RF III, n° 450 de 1012. Au ixe siècle, le terme civitas, qui renvoie à des vestiges d’un habitat en (...)
  • 147 LL I, n° 148 (950) : in territorio Turano ubi Stephanianus dicitur. Le toponyme Talianus/Stalianus, (...)
  • 148 RF IV, n° 635 (1012) : via quae venit ab ipso gualdu de ipso rivo. Sur le gualdus de Pozzaglia, voi (...)
  • 149 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : in loco qui nominatur Puzalia in ipsa pertinentia de Malam (...)

55Le passé, plus ou moins ancien, ne pesait guère, du moins de manière explicite, dans la description que faisaient les hommes de l’an mil de l’espace dans lequel ils vivaient, ou plutôt leurs notaires quand ils avaient à s’en occuper pour une transaction quelconque. Une via antiqua, la voie du fond de vallée, des murs antiques entourant l’église dédiée à la Sainte-Croix proche du fosso de Riancoli, une cripta à Paganico, voilà tout ou à peu près145. L’héritage historique n’occupait jamais qu’une place marginale dans la stratification toponymique et se limitait, à de rares exceptions près comme ce rivus de Cartofaco146, aux rares toponymes prédiaux attestés dans la vallée147. Du haut Moyen Âge ne subsistaient guère que le souvenir vague du gualdus de Pozzaglia148 et la mémoire de quelque événement dramatique survenu sur le mont Croce dont le versant occidental était appelé Malamorte149.

b) Le réseau de la circulation

  • 150 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 273-277.

56Parmi les éléments relevant de la géographie humaine, la voirie n’est guère mentionnée dans les confinationes, ceci peut-être parce que les transactions documentées mettent en jeu de grandes unités foncières davantage que les simples parcelles qui jouissaient nécessairement de la liberté d’accès150. Les actes n’en laissent pas moins entrevoir la hiérarchie du réseau et, dans certains cas, sa densité.

  • 151 La portion de la via Valeria désignée sous la forme via Marsicana est mentionnée parmi les biens co (...)
  • 152 Mention de la via antiqua parmi les confins d’une terre et d’une vigne in territorio Reatino in loc (...)
  • 153 RF IV, n° 692 (1035).
  • 154 Une via publica est mentionnée au lieu-dit Malamorte sur le monte Croce en 1036-1038 (RF IV, n° 996 (...)
  • 155 La description de confins la plus intéressante à cet égard se trouve dans RF IV, n° 635 (1012) où d (...)

57La voie antique du fond de vallée, qui reliait Tora à Carsioli et de là à la via Valeria151, est mentionnée à plusieurs reprises, on l’a vu, traversant le lieu-dit Offiano152. Le long de la voie et entourée de murs antiques, une église dédiée à la Sainte-Croix avait été édifiée au pied du mont Cervia non loin du confluent du fosso di Riancoli et du Turano153. Outre la voie antique qui formait l’axe principal de la circulation, les notaires mentionnaient quelquefois le réseau primaire des viae publicae qui en partaient154 ainsi que la trame capillaire des voies et sentiers qui assuraient la desserte des propriétés et des parcelles et dont les points d’aboutissements sont signalés le cas échéant155.

c) Églises et monastères

  • 156 Voir en premier lieu les contributions d’Aldo Settia réunies dans Chiese, strade e fortezze nell’It (...)
  • 157 Voir dans ce chapitre la note 33.
  • 158 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 881-894, et en particulier p. 884-886 sur les (...)

58La topographie des églises forme le premier indice permettant d’approcher l’organisation de l’espace et la distribution du peuplement156. Le formulaire notarial ne facilite pourtant pas le travail. En effet et à la différence d’autres régions italiennes, les notaires ne faisaient ici jamais référence aux circonscriptions plébanes dans leur mode de description de l’espace et de localisation des biens-fonds157. Les églises privées apparaissent en revanche au hasard de leur donation à l’abbaye de Farfa dans les premières décennies du xie siècle, fournissant de la sorte quelques informations sur la topographie religieuse et sur le peuplement dans la vallée158.

  • 159 Cf. P. F. Kehr, Regesta pontificum romanorum, Italia pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, p. 2 (...)
  • 160 RS, n°3=DO I, n°336.
  • 161 Cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 247 sq. Voir aussi le chapitre (...)

59On ignore tout de la géographie plébane dans la vallée du Turano avant les bulles des papes Anastase IV et Lucius III confirmant en 1153 et en 1182 les biens et privilèges de l’église cathédrale de Rieti : dans la région qui nous intéresse sont alors mentionnées les « pievi » de Sant’Anatolia in Tore, Sant’Angelo in Cervia, Sant’Andrea in Laceto (Ricetto) et Santa Lucia in Colle Alto159. A l’exception de Sant’Anatolia dont la concession par l’évêché de Rieti à Subiaco fut confirmée par Otton Ier en 967160, aucune de ces églises n’est attestée avant le milieu du xiie siècle quand elles sont peut-être de fondation récente161.

  • 162 Voir respectivement RF III, n° 450, n° 573 et n° 567. Pour d’autres exemples, voir RF III, n° 555 ( (...)

60Les actes des cartulaires de Farfa et les listes du Liber Floriger fournissent quelques éléments sur la géographie religieuse et en particulier sur la densité des oratoires privés dans la moyenne vallée du Turano. Mieux documenté, le territoire de Malamorte au mont Croce apparaît étroitement encadré sur le plan religieux lorsqu’il entre dans notre champ de vision au début du xie siècle. En effet, l’énumération des éléments constitutifs des grandes propriétés foncières mentionne souvent l’existence d’ecclesiae cum ornamentis. La donation effectuée en 1012 par Transaricus fils de Maifredus transféra ainsi à l’abbaye de Farfa un sixième du territoire de Malamorte, cum ecclesiis et ornamentis earum, de la même manière que celle faite par Giso fils d’Odemundus mentionna en 1032 les sanctae ecclesiae qui accompagnaient la donation d’un autre sixième du territoire ou encore celle que fit Samson, fils de Guinisius, en 1036162. Outre ces mentions génériques, la documentation permet d’entrevoir de plus près le tissu ecclésiastique.

  • 163 RF IV, n° 633 : aliquid de rebus nostrae proprietatis quas habemus in comitatu Reatino, in castalda (...)
  • 164 CF I, p. 335-343 et II, p. 6-9 (= RF III, n° 404 et n° 425 ; DO I, n° 337 et DO III, n° 277).
  • 165 RF III, n° 522. Sur le « cercle de paix » des églises, voir notamment P. Bonnassie, Les « sagreres  (...)
  • 166 LL II, n° 2051.
  • 167 Voir le chapitre 4 (paragraphe II/A) et le chapitre 6 (paragraphe I/A/2).

61L’église Sant’Agnese est citée pour la première fois en 1012 parmi les tenants et aboutissants des deux muids de terre que Guelto fils d’Odelricus et son neveu Bérard donnèrent à Farfa163. A cette date, l’abbaye sabine était déjà propriétaire de l’église, depuis peu sans doute puisque les grandes confirmations de ses biens délivrées par Otton Ier en 967 et par Otton III en 998 ne la citent pas dans le patrimoine qu’elles énumèrent de manière pourtant très détaillée164. C’est là, in circuitu aecclesiae Sanctae Agnes, dans l’espace sacré et peut-être muré qui entourait l’église que fut réglé en 1022 le différend foncier qui opposait Guelto, fils d’Odelricus, grand propriétaire dans les alentours, à l’abbé Hugues de Farfa, en présence du vicomte de Sabine Burrellus entouré d’une assemblée nombreuse165. En 1027, l’abbé Guido concéda à deux prêtres l’église ainsi que plusieurs biens-fonds, notamment les deux muids de terre donnés en 1012 par Guelto et son neveu166. La fouille du secteur de l’église n’a pas permis de mettre au jour de structures remontant certainement à cette période. Quelques tombes, qui n’ont pas livré de matériel, ont été cependant identifiées au sud de l’église sous des niveaux contenant du mobilier du xiie siècle et pourraient par conséquent appartenir à cette époque167. Rien n’empêche donc a priori de reconnaître dans les sépultures dont quelques éléments ont été mis au jour des vestiges du cimetière qui entourait l’église antérieure au xiie siècle et éventuellement contemporain, par conséquent, de l’entrée de Sant’Agnese dans le patrimoine de Farfa.

  • 168 RF III, n° 567 (1036) : ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venien (...)
  • 169 RF III, n° 521 : a secundo latere rivus qui vadit suptus Sanctum Marcum, venientem in suprascriptum (...)

62Deux autres églises sont encore attestées au lieu-dit Malamorte. L’église Sant’Angelo fut donnée à Farfa en 1062-1065 par son propriétaire, Guinizo fils de Bérard, habitant le lieu-dit Capistrellus où était située l’église : appelée parfois Sant’Angelo in Capistrello, elle donnait également son nom à un ruisseau qui se jetait dans le rivus Sancti Martini et qui est cité comme confin entre les territoires de Vivaro et de Malamorte (sans doute le fosso Pagoni)168. Une troisième église, dédiée à saint Marc, se trouvait à Malamorte également, signalée en 1025 non loin d’un casale dont elle formait un des confins169.

  • 170 Voir en particulier RF III, n° 570.
  • 171 RF III, n° 569 (1030-1036) : in castaldato de Ophiano in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis i (...)

63Au lieu-dit Offiano, les oratoires privés, mentionnés également parmi les composantes des grandes propriétés170, apparaissent nommément lorsqu’ils faisaient l’objet d’une donation spécifique à l’abbaye : c’est ainsi que, dans les années 1030, deux églises, SS. Vincenzo e Anastasio, édifiée dans le casale qui fuit Petri Asonis, et Santa Croce, au pied du mont Cervia et proche du fosso di Riancoli, furent données avec leurs revenus afférents à l’abbaye par les prêtres qui les desservaient et qui en étaient propriétaires171.

  • 172 Cf. E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, p. i, p. 101 pour la fondation du mo (...)
  • 173 RF III, n° 555. Voir aussi dans ce chapitre le paragraphe I/B/1/b et la note 100.
  • 174 Voir respectivement LL I, n° 48 (875) ; RF III, n° 570 et RF V, n° 1015-1016 ; cf. A. R. Staffa, L’ (...)

64Quelques fondations monastiques complètent le cadre ecclésiastique de la moyenne vallée du Turano tel que le dessine la documentation du début du xie siècle : le monastère fondé en l’an mil par le comte des Marses Rainaldo II auprès de l’église Santa Maria in Cellis voisine de Carsoli et donné au Mont-Cassin par son petit-fils Siginolfo en 1060172 (pl. LVIb) ; celui de Santa Maria de Puzalia (Santa Maria del Piano près d’Orvinio) documenté à partir de 1026173 (pl. XLIIb-XLIVa) ; le monastère San Giovanni in Monte, édifié sur les ruines d’un lieu de culte romain et attesté comme église dès 875 peut-être, en 1038 sûrement et comme monastère en 1074-1075 quand il fut cédé à l’abbaye de Farfa174 (pl. XLI-XLIIa).

  • 175 Voir LL I, n° 8 (834) pour Santa Maria de Corneto (voir aussi le chapitre 6, paragraphe I/A/4) ; LL (...)
  • 176 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 855-867.

65On ignore à peu près totalement quelle fut la stratification chronologique de la formation du tissu ecclésiastique dont la documentation plus généreuse en quantité comme en qualité atteste l’existence dans les premières décennies du xie siècle. Quelques églises sont connues depuis le ixe siècle comme Santa Maria de Corneto près de Castel di Tora, San Donato près de Petescia, San Giovanni sur le mont homonyme voisin de Montagliano, Sant’Angelo in Mollecto sur le mont Faito, ou depuis le xe siècle comme Sant’Anatolia in Tora et l’église Santa Maria proche de Carsioli175. En l’absence d’enquête archéologique appropriée, il est difficile d’émettre des hypothèses sur l’époque de leur fondation : la christianisation des campagnes depuis la tardo-antiquité et le très haut Moyen Âge, la colonisation agraire des viiie-ixe siècles et la dissolution de la curtis de Corneto au xe siècle ont dû chacune contribuer dans des proportions dont nous ignorons l’étendue à la formation du réseau ecclésiastique attesté dans les premières décennies du xie siècle176.

  • 177 Sur la géographie ecclésiastique et la distribution du peuplement pendant les derniers siècles du M (...)
  • 178 Les visites pastorales de l’époque moderne, particulièrement riches à ce propos, ont été utilisées (...)

66En effet, à l’exception de ces quelques mentions, l’organisation de l’encadrement religieux de la population dans la vallée du Turano à la veille et au lendemain du processus d’« incastellamento » nous échappe dans une large mesure177. Au demeurant, notre enquête de terrain, qui n’était pas orientée en ce sens, n’a fourni à peu près aucune information sur les structures ecclésiastiques locales qu’elles soient antérieures ou postérieures à l’« incastellamento ». Les églises de Montagliano et d’Offiano, celles présentes dans leur territoire, sont restées des noms connus par les seuls documents écrits d’époque tardive et généralement postérieurs à l’abandon des villages qu’elles desservaient ; dans la villa de Sant’Agnese, il conviendrait certainement d’élargir la fouille du secteur de l’église sur laquelle nos informations sont restées lacunaires ; à Castiglione, enfin, la trouvaille principale, qui a motivé du reste la fouille exhaustive du site, réside sans doute dans la mise au jour d’éléments décoratifs provenant de la chapelle du château et datant du xie siècle : la publication de la fouille fera l’objet d’un volume monographique actuellement en préparation. Les édifices ecclésiastiques, séculiers et réguliers, qui essaimaient la campagne n’ont fait à ce jour l’objet d’aucun programme archéologique spécifique qui permettrait d’établir, en premier lieu, leur chronologie et de reconnaître, au moins en partie, les fonctions religieuses et sociales qu’ils assuraient notamment en matière de sépulture et de peuplement mais seulement de quelques reconnaissances de terrain : il conviendra sans aucun doute de combler cette lacune à l’avenir178.

d) Les formes du peuplement

  • 179 Cf. G. Tabacco, I liberi del re, en particulier p. 114-116 et P. Toubert, Les structures du Latium (...)
  • 180 Sur la grande propriété, voir dans le chapitre 6, paragraphe I et dans ce chapitre le paragraphe II (...)
  • 181 RF III, n° 521 et LL II, n° 2049 (1026-1027).
  • 182 RF III, n° 556.
  • 183 LL II, n° 2050.
  • 184 LL II, n° 2049.
  • 185 RF IV, n° 938.
  • 186 RF III, n° 569.

67Le nombre des églises et des oratoires atteste autant la densité que la dispersion de l’habitat dans la moyenne vallée du Turano pendant la première moitié du xie siècle, en quoi il faut voir un succès de la colonisation des viiie-ixe siècles179 conjugué à la croissance liée à l’essor de la grande propriété aux ixe et xe siècles180. Toutefois les sources à notre disposition ne documentent guère de manière directe l’organisation du peuplement autour de l’an mil. Les actes de cession de biens-fonds mentionnent avec régularité l’existence de casae parmi les composantes, réelles ou potentielles, des propriétés foncières mais cela n’en dit guère sur les cadres du peuplement rural. Quelques actes attestent cependant la présence de casalia durant le premier tiers du xie siècle, dès lors qu’ils faisaient l’objet spécifique d’un acte juridique. Plusieurs casalia et loci gravitaient ainsi aux alentours des églises : dans la région de Pozzaglia, le casale qui dicitur Roccionis donné par Bérard fils de Guinisius à Farfa en 1025 et voisin de l’église San Marco181 ; le casale qui dicitur Frassus donné également à Farfa en 1026182 ; le casale qu’avaient tenu les fils d’Ildemarus et que l’abbaye concéda à un certain Girardus fils d’Isa en 1026-1027183 ; le casale de Filazanis mentionné la même année184 ou encore le locus ubi dicitur Capistrellus desservi par l’église Sant’Angelo, dont nous connaissons un habitant, également propriétaire de l’église au milieu du xie siècle, Guinizo fils de Bérard185 ; dans la région d’Offiano, le casale qui fuit Petri Asonis et l’église SS. Vincenzo e Anastasio qui y était située, donnés à Farfa dans les années 1030186.

  • 187 Voir notamment LL II, n° 2050 (1026-1027).
  • 188 LL II, n° 2049. Sur ces gros casali dispersés dans le maquis où ils ont conquis des terroirs agrico (...)
  • 189 LL II, n° 2049. Le casale qui fuit Petri Asonis dans le territoire d’Offiano comprenait une source (...)

68Au début du xie siècle, le casale désigne désormais une exploitation agricole susceptible de faire l’objet d’une mutation et que son propriétaire peut concéder ad laborandum187. Unité économique, il semble correspondre également à une unité de peuplement qui ne paraît pas dépasser le cadre de la famille. Les casalia documentés sont tenus en effet par un individu, par deux frères, éventuellement par un groupe familial plus étendu, désigné sous la forme habituelle filii N..., qui lui donnera son nom le cas échéant. Nous apercevons exceptionnellement la trame de ces casalia qui apparaît assez dense : au mois de septembre 1026 ou 1027, l’abbaye de Farfa concéda le casale Roccionis, qui lui avait été donné l’année précédente ; située non loin de l’église Sant’Agnese, l’exploitation jouxtait deux ou trois autres casalia188. Les casalia documentés par nos sources n’étaient pas situés en fond de vallée mais sur les versants montagneux, à une altitude de 700 ou 800 m pour les trois ou quatre casalia qui gravitaient à l’entour de l’église Sant’Agnese sur le versant occidental du mont Croce189.

  • 190 Sur cette question, voir d’une manière générale P. Galetti, Abitare nel Medioevo. Forme e vicende d (...)
  • 191 Voir en particulier S. Coccia et D.J. Mattingly, Settlement History, Environment and Human Exploita (...)
  • 192 Voir les résultats des fouilles présentés dans la première partie de ce volume.
  • 193 Voir le chapitre 5 et le volume prochain de la série consacré à la publication monographique de la (...)

69La documentation écrite ne dit rien des structures matérielles édifiées sur le casale. Construits selon toute vraisemblance en matériaux légers et périssables190, les casalia dispersés dans la moyenne vallée du Turano n’ont pu être localisés lors des prospections dans cette zone montagneuse et boisée et ont échappé par conséquent à notre enquête archéologique, comme c’est souvent le cas pour le peuplement rural du haut Moyen Âge jusqu’au début du xie siècle191. Ajoutons également que les fouilles effectuées sur les sites de Montagliano, d’Offiano et de la villa de Sant’Agnese n’ont mis nulle part au jour de vestiges ayant pu appartenir à coup sûr à un casale de la première moitié du xie siècle pas plus qu’à un noyau de peuplement du haut Moyen Âge192. Seul le site de Castiglione, on l’a vu, présente quelques traces d’un établissement de très petites dimensions qui a précédé l’édification du château à la fin du xe siècle ou au début du xie siècle : l’achèvement de la fouille permettra de compléter les informations recueillies à ce jour sur cette phase de l’occupation du site et sans doute de préciser sa datation193.

  • 194 Sur l’existence de petits noyaux de peuplement sur des sites investis par l’« incastellamento », vo (...)

70Pour autant que les sources documentaires et archéologiques à notre disposition à l’heure actuelle permettent de conclure, il n’apparaît pas que l’habitat dans la moyenne vallée du Turano ait été organisé selon un ou plusieurs noyaux de peuplement groupés dès la première moitié du xie siècle. La population rurale vivait alors majoritairement dispersée dans des casae et dans un réseau, assez dense par endroits, d’exploitations familiales à la consistance un peu plus importante appelées casalia et pouvant dès lors faire l’objet de transactions foncières. Aucun indice, matériel ou textuel, ne permet à l’heure actuelle d’affirmer l’existence de groupements plus consistants d’habitations paysannes dans la région étudiée ni même de signes avant-coureurs d’une évolution en ce sens. Notre méconnaissance au plan archéologique du peuplement rural dans la vallée du Turano du début du xie siècle interdit par ailleurs d’aborder le problème important de la continuité ou de la rupture avec les formes de l’habitat du haut Moyen Âge194. En l’état de la recherche sur le terrain, rien ne permet d’apprécier en effet les conséquences sur l’organisation du peuplement de la désagrégation de la curtis de Corneto au xe siècle et de son démembrement en plusieurs ensembles fonciers au profit de grandes familles de l’aristocratie réatine.

e) Châteaux et tours

71Énumérant les composantes des propriétés foncières, les notaires font intervenir à partir du début du xie siècle un élément nouveau dans le paysage qui leur sert parfois de point de repère pour délimiter les confins des terres : le castellum et, exceptionnellement, la turris.

Le castellum Gueltonis et Guinisii au lieu-dit Malamorte
  • 195 RF IV, n° 635 : a capite via que est suptus ipsa fonte que Guinisii vocatur et per ipsam viam venie (...)
  • 196 ASRoma, Catasto Gregoriano, Rieti, 144.
  • 197 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la (...)

72Au mois d’août 1012, Guelto fils d’Odelricus et son neveu, Bérard fils de Guinisius, inaugurèrent une série de donations et de ventes des biens-fonds que possédait la famille au lieu-dit Malamorte. L’une nous intéresse particulièrement ici. Cette année-là, Bérard vendit en effet pour soixante sous à l’abbaye de Farfa une terre d’une superficie de dix-huit muids, à peu près sept hectares. D’un côté, une voie bordait le terrain, qui passait sous la source dite « de Guinisius » et qui conduisait ensuite à une ravine que surplombait le château édifié auparavant par Guelto et son frère Guinisius. L’acte permet de localiser l’édifice avec précision. La terre vendue à Farfa était limitée en contrebas par le rivus Sancti Martini (actuel rio di Petescia), d’un autre côté par le chemin qui, depuis le gualdus situé sur l’autre rive du rivus Sancti Martini, montait à la ravine du château ; un fossé, qui passait au pied de l’église Sant’Agnese et qui descendait jusqu’au rivus Sancti Martini, fermait enfin le quatrième côté195. La précision de la confinatio a permis de localiser sans peine le castellum. L’emplacement de l’église Sant’Agnese, on l’a vu, a été identifié. La fons que Guinisii vocatur, aujourd’hui tarie mais où la nature de la végétation témoigne de l’humidité du terrain, est indiquée sous le nom « fonte delle Pacette » sur la feuille correspondante du Cadastre grégorien de l’État pontifical196. Les deux chemins mentionnés dans l’acte de 1012 sont encore représentés sur la feuille au 1 : 25 000 de la carte d’Italie de l’Istituto Geografico Militare levée en 1954-1955 (carte 5, p. 7). Disposant de ces éléments, la localisation du castellum, effectuée lors d’une campagne de prospection réalisée en 1992, ne rencontra aucune difficulté sur le terrain197.

  • 198 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina medievale, p. 70-72 ; E. De (...)

73L’acte de 1012 donne en particulier le nom des bâtisseurs du château dont l’un était encore en vie à cette date et permet par conséquent d’en fixer au moins de façon approximative la construction à la fin du xe siècle ou aux toutes premières années du xie siècle, entre la mort d’Odelricus et celle de son fils Guinisius. Dans le château, on l’a vu, la fouille n’a pas permis de retrouver les sols des occupations anciennes, ni par conséquent de proposer une datation absolue pour les phases successives de construction, d’aménagement et de destruction qui ont précédé la restauration générale de l’édifice au xive siècle. C’est donc davantage des structures maçonnées que proviennent les maigres informations sur les premières phases du castellum. La maçonnerie des murs les plus anciens du château (M21, M24 et M28), de type « polygonal » selon la typologie de la construction mise en évidence pour la Sabine198, et leur épaisseur – 1,5 m voire davantage pour le mur oriental sans doute doublé

  • 199 Voir le chapitre 4.
  • 200 L’oncle et le neveu sont en effet toujours dits de civitate Reatina et jamais habitatores in loco q (...)

74– permettent de supposer l’ancienneté de leur édification. L’absence d’éléments de confrontation certains interdit à ce jour de proposer une datation par analogie. A cet égard, l’achèvement de la fouille du château de Castiglione fournira sans doute des éléments décisifs à la connaissance des constructions fortifiées de l’an mil. Quoi qu’il en soit, la maçonnerie des murs les plus anciens – certainement antérieure à la période caractérisée par les premières tentatives de régularisation des lits de pose des moellons – et la chronologie relative des aménagements successifs du château permettent de dater la construction originelle avant les xiie et xiiie siècles199. En l’état de la recherche, rien n’interdit par conséquent d’identifier le bâtiment délimité dans sa première phase par les murs M21, M24 et M28 au castellum quod Guelto et Guinisius germanus suus antea habuerunt aedificatum attesté en 1012. Si tel était le cas, le château des fils d’Odelricus serait caractérisé notamment par ses petites dimensions (environ 30 m2) où la présence d’un étage n’est pas même assurée. Du reste, il ne servait sans doute pas de demeure à ses bâtisseurs qui résidaient tous deux à Rieti200.

Les fortifications dans le locus qui vocatur Ophianus
  • 201 RF III, n° 572 et CF II, p. 51 : Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in (...)
  • 202 RF III, n°570 et CF II, p.51 : ipsam portionem nostram in pertinentia de Ophiano quae nobis evenit (...)

75La première attestation de structures fortifiées situées dans le locus qui vocatur Ophianus date des années 1017-1020 quand l’un des fils de Maifredus, vir magnificus Lidinus, donna à l’abbaye de Farfa des biens-fonds sis au lieu-dit Offiano qui comprenaient en particulier des castella, des turres et des casae201. Une vingtaine d’années plus tard, en 1038, son frère Transaricus donna à son tour à l’abbaye ses biens et ceux d’un troisième frère défunt, Salomon, situés notamment dans le comté de Rieti. Les terres cédées alors à l’abbaye comprenaient en particulier une part de la pertinentia d’Offiano où les deux frères possédaient des biens tant à l’intérieur du castellum de Ophiano qu’à l’extérieur. D’autres biens-fonds étaient situés dans des lieux-dits voisins, notamment à un « endroit où se trouvaient des tours » ainsi que sur le mont où était édifiée l’église San Giovanni202. Les deux actes mentionnent ainsi plusieurs fortifications, désignées par les mots castella et turres. Si les tours ne portaient pas de nom permettant de les identifier, le castellum de Ophiano était désigné de manière spécifique en 1038 par le toponyme donné également à toute cette partie de la vallée, qui prenait par conséquent une acception plus réduite pour indiquer un vocabulum et le château qui y avait été érigé.

  • 203 LL II, n° 2042 : pro rebus in Ophiano... sicuti Liudeni filius Maifredi concessit in hoc monasterio (...)

76D’autres actes des cartulaires de Farfa fournissent quelques informations supplémentaires. En 1037, l’abbé concéda à un certain Iohannes filius Faidonis les biens situés au lieu-dit Offiano que Liudenus filius Maifredi avait donnés à l’abbaye une vingtaine d’années auparavant, à l’exception du château à tours que tenait alors le comte des Marses Bérard II203. Nous examinerons dans le chapitre suivant l’implantation de courte durée sans doute, mais qui n’en fut pas moins importante pour autant, des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano. Si ce château n’est alors désigné d’aucun nom qui permette de l’identifier à coup sûr, notons toutefois qu’il s’agit sans doute d’une fortification différente du castellum de Ophiano cité dans l’acte de 1038 : en 1037, le château à tours était en effet tenu par le comte des Marses tandis que celui qui portait le nom d’Offiano l’année suivante appartenait encore, pour partie du moins, au dernier fils de Maifredus.

  • 204 RF IV, n° 696 et CF II, p. 101 : donation à Farfa de res nostras quas habemus in territorio Reatino (...)
  • 205 Ibid. : a primo latere rivus qui dicitur de Angri, a II° latere flumen qui dicitur Turanus, a III° (...)
  • 206 RF III, n° 598 (1043) pour la donation par Romanus praesbiter filius Iohannis des res suas quas hab (...)
  • 207 IGM F° 145 III NO, Collalto Sabino, UG 369683, point coté 737.
  • 208 Voir le chapitre 5.

77Un troisième château est encore signalé au locus qui dicitur Ophianus en 1035 : il s’agit du castellum quod dicitur Castellione204. C’est également la seule fortification que la documentation écrite permette de localiser avec précision dans le lieu-dit Offiano. Le château était situé en effet près du rivus qui dicitur de Angri et du Turano tandis qu’un ruisseau descendait de la colline où il était érigé pour se jeter dans le Turano205. Deux autres actes des années 1042 et 1043 précisent enfin que les biens en question étaient situés au pied du mont San Giovanni206. Identifiée par Jean Coste, la colline de Castiglione est située immédiatement au sud du fosso de Riancoli, à l’emplacement où la carte au 1 : 25 000 porte le nom de Montagliano207. La colline, que domine à l’est le mont San Giovanni (1021 m), présente au sommet les vestiges d’une construction rectangulaire de dimensions modestes, dont la fouille intégrale a été entreprise en 1994208.

  • 209 Le vir magnificus Lidinus filius Maifredi est en effet dit habitator territorii Reatini in loco qui (...)

78Trois castella – Castiglione, Offiano et un château à tours anonyme – avaient par conséquent été édifiés dans le lieu-dit Offiano avant les années 1020-1030. La documentation atteste en outre que le castellum de Ophiano et le château à tours avaient appartenu aux trois fils de Maifredus. Il n’est pas exclu que la famille ait également possédé Castiglione : sa localisation le situe en effet à l’intérieur même des confins des biens familiaux donnés à l’abbaye de Farfa en plusieurs étapes entre 1017 et 1038. Propriétés des fils de Maifredus dans la première moitié du xie siècle, il est vraisemblable que ceux-ci, ou leur père, en avaient été également les fondateurs dans les dernières décennies du xe siècle ou au tout début du siècle suivant. A la différence des fils d’Odelricus, propriétaires du petit château qu’ils avaient édifié à Malamorte, un des trois fils de Maifredus résidait de manière plus ou moins permanente dans le lieu-dit Offiano, sans doute dans l’une des fortifications appartenant à la famille mais sans qu’on sache laquelle, tandis qu’un de ses frères au moins était réatin209.

  • 210 Sur la pertinentia d’Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1.
  • 211 LL II, n° 1264 (1094) : concession par l’abbé de Farfa de res iuris huius monasterii in territorio (...)
  • 212 Sur le castellum Totonis, donné, pour une part, à l’abbaye de Farfa par son fils Gualafossa en 1026 (...)

79Reste encore à identifier et à localiser le castellum de Ophiano et le castellum cum turribus mentionnés dans les deux actes des années 1037 et 1038. Leur localisation dans la pertinentia de Ophiano les situe par conséquent à l’intérieur d’un espace délimité globalement par le fosso di Riancoli au nord, par le versant oriental du mont Croce, par le fosso Sant’Angelo au sud et par les monts de l’interfluve Salto-Turano à l’est210. Un acte de la fin du xie siècle permet de préciser la localisation du château d’Offiano, alors appelé castellum vetulum de Ophiano : il était situé entre Castiglione à l’est, Petescia (aujourd’hui Turania) au sud, Montorio à l’ouest et Petra Galia, sans doute au nord211. L’emplacement des trois premiers, dont deux d’entre eux existent toujours à l’heure actuelle, est bien connu (pl. XLVb et XLVIIIa). Seul celui de Petra Galia reste dans l’ombre à moins qu’il ne faille y voir le château fondé par un certaine Totone et donné à Farfa en 1026 ou encore l’origine de Pietraforte, attesté sous ce nom à partir du début du xiiie siècle212 (pl. XLVI). Ainsi le château d’Offiano attesté au début du xie siècle était-il situé dans le voisinage immédiat sinon à l’emplacement même du village fortifié d’Offiano des xiie-xve siècles.

  • 213 RF V, n° 1015 et 1016. Voir aussi le chapitre suivant.

80Quant au castellum cum turribus tenu par le comte des Marses en 1037, on doit sans aucun doute l’identifier au noyau primitif du castellum quod est in comitatu Reatino in Ophiano et quod dicitur Montalianum, point stratégique de l’implantation de la famille comtale dans la moyenne vallée du Turano et que ses héritiers cédèrent à l’abbaye de Farfa en 1074-1075213.

  • 214 Voir le chapitre 3.
  • 215 Voir le chapitre 2.

81L’enquête archéologique effectuée en 1991 sur le site du castrum Offiani des xiie-xve siècles n’a pas permis, on l’a vu, de mettre au jour des vestiges appartenant au premier établissement fortifié documenté à Offiano dont la morphologie comme la localisation précise restent encore inconnues214. Les sondages fouillés à Montagliano au cours des trois campagnes effectuées sur le site en 1990, 1993 et 1995 n’ont pas fourni non plus d’informations consistantes sur la structure ni sur la morphologie du noyau fortifié originel du castrum de Montagliano dont seuls de rares vestiges de l’occupation du début du xie siècle (trou de poteau et sols de terre battue) ont été mis au jour au sommet de la colline215. Seule la fouille intégrale de la butte sommitale permettrait d’obtenir des résultats dans cette direction.

  • 216 Voir le chapitre 5.

82L’achèvement de la fouille du site de Castiglione fournira en revanche des informations plus circonstanciées sur la structure d’un château des environs de l’an mil. En l’état actuel de la recherche dont les résultats seront publiés dans un prochain volume de la série, il est d’ores et déjà possible d’avancer que le noyau originel du château était un édifice rectangulaire de petites dimensions (6,50 × 10 m) comportant sans doute un étage216.

  • 217 Voir dans ce chapitre le paragraphe III.

83Les quatre châteaux sur lesquels a porté notre enquête archéologique n’étaient pas les seuls qui avaient été édifiés dans la moyenne vallée du Turano autour de l’an mil. Les actes des cartulaires de Farfa mentionnent en effet d’autres castella contemporains et distribués à l’entour de la région choisie pour notre recherche. Nous en examinerons quelques-uns quand le moment sera venu d’étudier les rapports entre les châteaux, l’organisation du peuplement et celle du territoire217.

f) Moulins

  • 218 Sur les moulins à eau en Sabine, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, à l’index et e (...)
  • 219 Fondant le monastère Santa Maria in Cellis en 1000 et le dotant de terres bordées par le Turano et (...)
  • 220 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) pour une propriété cum casis... et molendinis aquarumque dec (...)
  • 221 A quarto latere flumen de Maura (affluent du Turano, leur jonction étant située au pied du castellu (...)
  • 222 RF IV, n° 634 : la cession de l’emplacement du moulin sis in territorio Reatino ubi dicitur Puzalia (...)
  • 223 IGM, 1 : 25 000, F° 145 de la Carte d’Italie, III N.O., Collalto Sabino, UG 329667.

84Les moulins à eau qu’actionnait un réseau hydrographique dense et abondant sont les dernières composantes du paysage construit que les notaires nomment dans leurs actes218. La « privatisation » des cours d’eau, dont la possession sinon la propriété était transférée en même temps que les terres qu’ils traversaient ou qu’ils longeaient, laissait aux propriétaires fonciers la faculté d’édifier un moulin où bon leur semblait à moins qu’une limitation expresse n’ait été stipulée dans l’acte de mutation219. Mentionnés le plus souvent de manière générique dans les énumérations attendues des éléments constitutifs des grandes propriétés sous la double forme molendinum et aquimolum220, les moulins servaient le cas échéant de point de repère pour définir les limites d’un bien-fonds221. De façon moins formelle surtout, ils faisaient parfois l’objet d’une transaction spécifique qui attestait de la sorte leur autonomie juridique par rapport aux ensembles fonciers dont ils dépendaient initialement. C’est ainsi qu’en 1012 Guelto fils d’Odelricus vendit à l’abbaye de Farfa pour vingt sous unum sedium de molendinis, suptus ipsum molendinum quod Todicus per praestariam tenuit, dont le bief aménagé dans les eaux du rio di Petescia est décrit avec une minutie particulière222. Au confluent du fosso dei Prati et du rio di Petescia, la carte au 1 : 25 000, levée en 1954-1955, porte encore le nom « la Mola », connue comme la « mola dello castello », dont il subsiste quelques vestiges aujourd’hui223 (carte 5, p. 7).

***

85Les formes du peuplement et de l’habitat, les premières constructions fortifiées, les édifices ecclésiastiques ou la voirie ne furent guère utilisés au bout du compte par les notaires comme des éléments du paysage utiles à la localisation et à la délimitation des biens-fonds. Ils n’ignoraient pas, naturellement, les points de repères commodes que fournissaient ces composantes de l’occupation du sol mais, tout compte fait, les particularités du relief et le réseau hydrographique retenaient davantage leur attention. La géographie locale des notaires accordait ainsi une place plus importante à l’environnement naturel qu’au paysage construit par les hommes. On aurait tort d’en conclure pour autant que la vallée du Turano était alors un espace inculte ou seulement en cours de colonisation humaine et agricole. Si les notaires recouraient rarement aux constructions diverses qui parsemaient la vallée, c’est peut-être qu’ils ne les reconnaissaient pas comme des éléments structurant la campagne et son organisation sociale, alors même qu’ils accordaient une attention pointilleuse à son organisation territoriale pour le caractère éminemment politique qu’elle revêtait. A l’échelon inférieur, la représentation de l’espace, dont témoigne le système de description des terres qu’ils employaient dans les actes de leur activité professionnelle, est alors fondée principalement sur d’autres réalités. Ce qui sert avant tout à localiser la terre, ce sont d’autres terres, d’autres propriétés. Autour de l’an mil et pour plusieurs décennies encore, la géographie de la vallée du Turano, pour les notaires, n’est pas une géographie du peuplement ni une géographie économique mais une géographie foncière qu’il convient maintenant d’examiner.

II–LA VALLÉE DU TURANO AU DÉBUT DU xie SIÈCLE : L’ESPACE DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE

  • 224 On ne sait rien ou presque des patrimoines de San Salvatore Maggiore à Concerviano, de Santa Maria (...)

86Dans la vallée du Turano comme ailleurs à la même époque, les sources à notre disposition ne laissent guère entrevoir qu’une partie de la propriété foncière laïque, dont nous ne connaissons pas du reste l’étendue : celle que leurs détenteurs, pour un motif ou pour un autre, transféraient au profit d’une grande fortune ecclésiastique. Encore faut-il que celle-ci en ait conservé les traces documentaires. Ainsi ignorons-nous tout, ou peu s’en faut, des terres qui ne vinrent pas enrichir le patrimoine de l’abbaye de Farfa en l’absence d’autres sources pour cette période224. La remarque est banale qui explique toutefois notre connaissance partielle du territoire examiné.

  • 225 Voir le chapitre précédent, au paragraphe III.

87A partir du milieu du xe siècle, la documentation de la pratique ne mentionne plus la curtis de Corneto que l’abbé de Farfa Campone avait concédée pour trois générations aux quatre fils du réatin Takeprandus en 950225. Lorsque la vallée est documentée à nouveau au début du xie siècle, de nouveaux ensembles fonciers ont désormais remplacé la curtis, sans que les sources à notre disposition permettent de reconstituer les étapes du démembrement du domaine sur lequel l’abbaye avait perdu entre temps tout droit éminent. À partir des années 1010, la conjoncture s’inversa quand la multiplication des donations pieuses, complétées le cas échéant par des achats de terres, permit à Farfa de reconstituer peu à peu son patrimoine foncier dans la vallée du Turano. Les actes de ces transferts mettent alors en évidence les deux types de propriété foncière qui coexistaient à la veille de ce mouvement : une propriété, grande ou très grande, aux mains de familles de l’aristocratie, principalement réatine ; une autre, de moindre étendue sans doute, peut-être plus fractionnée, moins documentée dans tous les cas, appartenant à de petits alleutiers locaux.

A) La grande propriété laïque

88La grande propriété forme l’élément principal de l’organisation de l’espace rural au début du xie siècle. A ce titre, c’est elle qu’utilisèrent les notaires dans leurs actes pour localiser et délimiter les terres données ou vendues. Les descriptions des tenants et aboutissants des biens-fonds aliénés, qui font principalement appel à la géographie foncière, permettent d’approcher de la sorte la distribution de la propriété dans la vallée et de dresser une liste des principaux propriétaires fonciers.

1) Les grands propriétaires fonciers

  • 226 Bernerius est le premier des quatre frères mentionnés dans la concession de 950 (cf. LL I, n° 148 e (...)
  • 227 RF III, n° 573 : omnia in integrum, quanta michi eveniunt a suprascripto genitore meo et modo michi (...)
  • 228 RF III, n° 555 (1026) : infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ip (...)
  • 229 RF III, n° 450 (1012) : Transaricus fq Maifredi donne à Farfa aliquid iuris et proprietatis meae qu (...)
  • 230 Voir par exemple RF III, n° 370 (962) pour un échange de biens entre Farfa et Richardus fq Takepran (...)

89Autour de l’an mil, une dizaine de familles, désignées habituellement sous la forme filii N..., se partageaient l’essentiel des terres dans la portion de la vallée du Turano qui nous intéresse et qu’encadraient les biens des deux frères Rainaldo II, comte des Marses, autour de Carsioli et Teudino I, comte de Rieti, dans la région de Rocca Sinibalda qui ne portait pas encore son nom. A cette date, la famille de Takeprandus, qui avait pris en concession la curtis de Corneto au milieu du xe siècle, n’apparaît plus parmi les propriétaires de la région, à l’exception des filii Bernerii issus sans doute d’un des quatre bénéficiaires de la concession de 950226. A cette seule exception près, aucun indice ne permet d’établir une filiation éventuelle entre les filii Takeprandi du xe siècle et les propriétaires fonciers attestés dans la vallée au début du xie siècle. Dans la seconde moitié du xe siècle, les fils de Takeprandus durent se déposséder, en partie du moins, de la curtis du Turano selon des modalités que nous ignorons. C’est sans doute à eux-mêmes, et non à leurs descendants, qu’il convient d’attribuer le démembrement du domaine, qui aurait ainsi suivi de peu la concession de 950. Durant le premier tiers du xie siècle en effet, les donateurs à l’abbaye ne se défirent pas de biens qu’ils avaient acquis personnellement mais dont ils avaient hérité de leurs pères. Ceux-ci, sinon leurs propres pères, entrèrent donc en possession d’une manière ou d’une autre de portions du domaine démembré par les fils de Takeprandus. Plusieurs indices directs et indirects en témoignent. De la manière la plus simple d’abord quand le donateur déclarait explicitement avoir hérité des biens dont il se défaisait, comme le fit par exemple Giso fils d’Odemundus en donnant à Farfa sa part du territoire de Malamorte sur le mont Croce en 1032227. Il arrivait également qu’énumérant les composantes de la propriété donnée et citant notamment un castellum, le donateur spécifiait qu’il avait appartenu autrefois à son père228. En l’absence de telles précisions, l’acquisition par héritage des biens-fonds donnés à l’abbaye découle du fait que ceux-ci constituaient souvent une quotepart issue de la division d’une propriété auparavant indivise229. Dernier indice allant dans le même sens enfin, l’appellation donnée à la plupart des terres, désignées habituellement sous la forme terrae filiorum N... dans les énumérations des confins, laisse à penser que l’acquisition aux fils de Takeprandus doit être attribuée à l’éponyme de la famille dont on sait parfois qu’il était leur contemporain230.

  • 231 Sur les comtes de Rieti et des Marses, voir en premier lieu H. Müller, Topographische und genealogi (...)

90Au premier rang des propriétaires fonciers dans la vallée figuraient les comtes des Marses et de Rieti. La première mention d’un comté des Marses remonte au gouvernement du roi Hugues de Provence (926-947) lequel l’attribua à Bérard Ier (947-972), fondateur de la dynastie et neveu de cet Azzo, peut-être comes Burgundie, qui vint en Italie à la suite de Hugues en 926. Durant la seconde moitié du xe siècle, la famille assit et consolida les bases de son pouvoir sur une région dominée jusque là par les grandes abbayes du Mont-Cassin, de Saint-Vincent-au-Volturne, de Saint-Clément à Casauria, de Subiaco et de Farfa. Après la mort de Bérard Ier, son fils Rainaldo II (972-1000) lui succéda comme comte des Marses tandis qu’un deuxième fils, Teudino (970-1000), devint pour sa part comte de Rieti231.

  • 232 Pour les comtes des Marses et de Rieti, voir par exemple RF III, n° 403 (986) : Teduinus comes fq B (...)
  • 233 Sur la famille, voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/1 à la note 75. Après les comtes Gottifredu (...)
  • 234 RF III, n° 477 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 272).

91Outre le lignage comtal des Marses et de Rieti qui déclare explicitement son appartenance à la « nation des Francs », les grands propriétaires dans la moyenne vallée du Turano appartenaient dans leur quasi totalité à l’aristocratie réatine, d’origine lombarde et franque mêlée232. On trouve notamment parmi eux les filii Ioseph, issus de vassaux impériaux de la seconde moitié du ixe siècle dont deux membres avaient été comtes de Rieti au xe siècle, Gottifredus († av. 922) et son fils Joseph († av. 982) lequel battit les Hongrois devant les murs de la cité en 942233. Outre les descendants des comtes de Rieti de la première moitié du xe siècle, d’autres propriétaires dans la moyenne vallée du Turano appartenaient à l’aristocratie de fonction tel le vicomte Transaricus, attesté en 1008, en qui il faut peut-être reconnaître l’un des trois filii Maifredi mentionnés à partir de 1012234.

  • 235 RF III, n° 399 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198).
  • 236 Notamment Rainerius, Sinebaldus et Gottifredus fq Ioseph, Hubertus et Lupo f. Gottifredi, Tedemariu (...)

92Quand les sources ne les mentionnent pas investis d’une fonction publique particulière, les grands propriétaires de la vallée du Turano apparaissent en groupe aux côtés du comte de Rieti dans les assemblées de justice. Au plaid présidé à Rieti en novembre 982 par l’évêque Pierre de Pavie et par le comte de Rieti Teudino I, l’assemblée comptait en particulier Rainerius, Atto et Gottifredus des filii Ioseph, Siefredus fils de Siefredus et Tedemarius fils de Campone, trois familles dont les possessions s’étendaient notamment sur les rives du Turano235. On les voit également assister, en groupe fourni, au plaid que présida le comte Teudino à Rieti en l’an mil236.

  • 237 Pour les transferts de terres au profit de l’abbaye de Farfa, voir dans ce chapitre le paragraphe I (...)

93Membres de l’aristocratie comtale et, pour certains, d’origine franque, les grands propriétaires fonciers dans la vallée du Turano, qui possédaient naturellement des terres ailleurs que dans la vallée, entretenaient des rapports étroits avec les deux puissances ecclésiastiques de la région. Le patrimoine de l’abbaye de Farfa et celui de l’évêché de Rieti s’enrichirent par leurs donations, destinées en particulier pour ce dernier à la restauration du palais épiscopal237.

  • 238 Filii Ioseph tenent turrem de Acupinco cum casis, vineis, hortis et quaeque iuxta ipsam sunt : RF V (...)
  • 239 LL II, n° 1998 (1016) et n° 2002 (1021).
  • 240 RF III, n° 342 : hoc est ipsam turrem cum palatio et cum aecclesiis cum petiis (sic pour petris), l (...)
  • 241 Pour la mention de la turris Ingizonis filii cuiusdam Sifredi et de la terra Sifredisca proche des (...)
  • 242 Voir respectivement RF III, n° 399 et 477 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », I (...)
  • 243 Sur la « privatisation » des tours des enceintes et sur l’existence de maisons-fortes urbaines dès (...)

94Liés entre eux par une communauté d’intérêts politiques et patrimoniaux, les grands propriétaires fonciers dans la vallée du Turano formaient également un groupe homogène résidant à Rieti dans un rapport étroit de voisinage qu’attestent les énumérations des confins de parcelles citadines. Il arrive ainsi que les actes livrent des descriptions, qui ne sont pas toutes sommaires, de leurs demeures réatines. Les filii Ioseph, qui possédaient en particulier des terres au nord du lieu-dit Offiano, tenaient à Rieti une tour de l’enceinte, la turris de Acupinco où ils résidaient238. L’abbé de Farfa l’avait concédée en 920 pour trois générations à leur aïeul le comte de Rieti Gottifredus en échange d’autres biens. L’acte de la concession décrit l’édifice avec un luxe inhabituel : la tour, appelée également turris marmorea239, était alors incluse dans un complexe qui comprenait en particulier un palais et une ou plusieurs chapelles240. De la même manière les Sifredeschi, propriétaires fonciers sur le mont Croce et fondateurs du château de Vivaro dans la seconde moitié du xie siècle, possédaient à Rieti une tour de l’enceinte, la turris Ingizonis241. L’aristocratie locale et l’épiscopat avaient pris ainsi possession de plusieurs tours des murs de la cité antique pour les intégrer dans des résidences plus ou moins articulées. Des plaids y furent parfois tenus comme celui présidé en novembre 982 par l’évêque de Pavie dans la tour de l’episcopium ou encore celui présidé en 1008 par le comte Bérard II de Rieti dans la tour de la porte Interocrina242. Citadins, les propriétaires fonciers dans la moyenne vallée du Turano apparaissent ainsi solidement installés dans des maisons fortes dont les plus importantes sont caractérisées par l’occupation de tours de l’enceinte et par l’aménagement d’ensembles architecturaux comprenant palais et chapelle243.

2) Terra et pertinentia : deux formes de la propriété foncière

  • 244 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/1.
  • 245 Quelques exemples seulement : terra filiorum Ioseph et filiorum Guidonis (RF III, n° 450 de 1012) ; (...)
  • 246 Pour le premier cas, voir notamment RF III, n° 572 (1017-1020) et n° 570 (1038) où les terrae filio (...)

95Avant d’examiner sa distribution, il n’est pas sans intérêt de s’arrêter un instant sur les modes de désignation de la grande propriété foncière laïque. Le lexique, qui se contentait du simple res, complété parfois par les mots ius et proprietas quand la terre faisait l’objet d’une transaction244, était différent lorsque les grandes propriétés étaient mentionnées dans les énumérations des confins. Les notaires distinguaient en effet deux catégories principales d’ensembles fonciers et territoriaux : les uns, qualifiés en général de terra, étaient désignés par le nom de leurs propriétaires sous la forme habituelle filii N... ; les autres, appelés pertinentia, étaient ancrés dans l’espace par un toponyme. Terra et pertinentia étaient les vocables les plus courants, mais le lexique s’enrichissait également des termes territorium, tenimentum ou fines245. Les mots, souvent interchangeables, ne l’étaient pas toujours. Ainsi les notaires n’utilisaient-ils jamais, semble-t-il, le mot terra dans certains cas : si la pertinentia pouvait désigner une terra, la réciproque ne se vérifie pas sinon de manière exceptionnelle246 ; nous verrons lesquels et pourquoi. Dans tous les cas, il s’agissait d’ensembles fonciers qui n’étaient pas nécessairement d’un seul tenant.

96Les chartes transcrites par Gregorio da Catino dans ses deux cartulaires permettent de dresser ainsi une liste à peu près exempte de lacunes des grandes propriétés foncières situées dans la vallée du Turano et désignées sous la forme terrae filiorum N... ou celle pertinentia de tali loco.

3) Les terrae

  • 247 A ce sujet, voir notamment les considérations de D. Herlihy, Family Solidarity in Medieval Italian (...)

97Les propriétés foncières appelées terrae filiorum N... trouvaient moins leur unité dans leurs composantes que dans leurs propriétaires : les filii N..., consortes descendants de la personne nommée qui n’était pas toujours leur père mais pouvait être un ancêtre plus éloigné247. Dans les trois premières décennies du xie siècle, l’ancien territorium Turanum était ainsi partagé entre les terres des filii Joseph, celles des filii Guidonis, celles des filii Totonis et celles des filii Arimanni dont il convient d’examiner brièvement la localisation. Encore faut-il auparavant présenter les possessions des fils du comte des Marses Bérard Ier (947-972) qui encadrent le territoire dans lequel s’est déroulée notre enquête.

a) Les possessions des comtes des Marses et de Rieti dans la vallée du Turano à la fin du xe et au début du xie siècle

  • 248 Voir respectivement RS, n° 210 (993) : le comte Rainaldo, son fils Bérard et son frère l’évêque Gua (...)
  • 249 Sur la généalogie des comtes des Marses, cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77. S (...)
  • 250 Sur l’extension et le caractère des possessions des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Tur (...)

98Dès la deuxième moitié du xe siècle, les possessions du lignage dans la vallée du Turano sont documentées dans le territorium Carsulanum qui forma un des centres du pouvoir comtal. En l’an mil, le comte des Marses Rainaldo II y fonda le monastère Santa Maria in Cellis qu’il dota en particulier du castellum Sancti Angeli édifié au confluent du Turano et du ruisseau qui coule dans la valle Mura et noyau de l’actuelle Carsoli248 (pl. LVI). C’est aux deux générations suivantes, avec Bérard II (993-vers 1045) et ses héritiers249, que les comtes des Marses étendirent leur domination dans la moyenne vallée du Turano en aval de Carsoli où leur présence est documentée à partir des années 1030250.

8 – La moyenne vallée du Turano : la propriété foncière au début du xie siècle.

  • 251 RF III, n° 403 (986) : in territorio reatino et loco qui nominatur ad illas vascas, terrae petiam u (...)
  • 252 RF III, n° 443 (1000) = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 257 : In isto (...)

99De son côté, le comte de Rieti Teudino I, frère du comte des Marses Rainaldo II, obtint notamment de Farfa, en échange de différents biens-fonds, une propriété de cent muids – une quarantaine d’hectares – située dans le territoire de Rieti au lieu-dit ad illas vascas et limitée de trois côtés par un méandre du Turano. La terre comprenait en particulier une rocca autour de laquelle étaient édifiées des maisons en bois et dans laquelle il faut reconnaître le noyau originel de Rocca Sinibalda251 (pl. LVb). Dans les années suivantes, Teudino étendit son implantation dans la région, selon des modalités qui fournissent le premier témoignage de l’apparition du fief en Sabine et des résistances qui l’accompagnèrent. Au mois de septembre de l’an mil, le comte présida un plaid à Rieti ad portam romanam, dans lequel il tint le double rôle de titulaire d’un pouvoir public et de détenteur de biens fonciers que lui contestait l’abbé Hugues de Farfa (998-1039). Répondant à l’accusation portée par l’abbé et à l’explication demandée par les juges et les boni homines, il soutint que les biens en question, qui s’étendaient entre le Salto et le Turano, lui avaient été cédés effectivement par le prédécesseur de Hugues sur le trône abbatial, en l’occurrence l’abbé Jean III (966-997), non par une charte, ni un libellus ou de quelque autre façon mais en fief, lequel apparaît ainsi comme un mode exceptionnel de possession. Il demanda alors à l’abbé Hugues de renouveler la concession selon les modalités accordées par son prédécesseur et fut relayé en ce sens par l’assemblée des juges et des boni homines : cédant à la requête, l’abbé prit dans sa main un bâton et le remit au comte en signe du fief252.

100Entre les possessions importantes, autant par leurs composantes que par les modes de leur détention, des deux rameaux de la dynastie comtale qui encadraient la moyenne vallée du Turano s’intercalaient les propriétés de différentes familles de l’aristocratie réatine, pour nous primordiales.

b) La terre des filii Joseph

  • 253 RF III, n° 450 (1012) ; n° 520 (1022) ; n° 573 (1032).

101Mal documentée par les actes de Farfa où elle n’est signalée que dans les listes de confins, la terra filiorum Ioseph est mentionnée pendant le premier tiers du xie siècle253. Située au lieu-dit Pozzaglia, elle confinait avec le lieu-dit Offiano et jouxtait le rivus Sancti Martini (actuel rio di Petescia) : elle couvrait ainsi une partie importante du mont Faito.

c) La terre des filii Guidonis

  • 254 RF III, n° 450 (1012), n° 572 (1017-1020), n° 570 (1038) et RF V, n° 1016 (1075) : Paganicum quod e (...)
  • 255 RF V, n° 1130. Voir le chapitre 8 au paragraphe II/A/1/d.

102Jouxtant la terre des filii Ioseph, les possessions des filii Guidonis s’étendaient sur les versants septentrionaux du mont Cervia et du mont Faito jusqu’à l’actuel lac artificiel du Turano254 : elles sont documentées notamment à la fin du siècle quand, en 1092, les membres de la famille donnèrent à l’abbaye de Farfa leurs biens qui comprenaient alors le castrum Antoni, Castellum Vecclum (Castel di Tora), Petra Balda, le castellum de Vulgarecta et une part de rocca de Salce, du castellum de Colle Longo (Colle di Tora) et d’Aqua Mezza sur lesquels nous reviendrons le moment venu255.

d) La terre des filii Totonis

  • 256 RF III, n° 450 (1012) ; n° 572 (1017-1020) ; n° 520 (1022).
  • 257 RF III, n° 555 : res meas quas habeo in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabu (...)
  • 258 RF III, n° 573 (1032), n° 570 (1038) et LL II, n° 2047 (1038).

103La terra filiorum Totonis était située au lieu-dit Pozzaglia in vocabulo qui dicitur Macerae et jouxtait la pertinentia de Malamorte et la pertinentia de Ophiano, confinant avec les terres des filii Guidonis et celles des filii Joseph256. En 1026, un membre de la famille, Gualafossa fils de Totone, donna à Farfa deux parts des biens qu’il possédait là et qui comprenaient en particulier le castellum de son père. Les propriétés de la famille, qui s’étendaient sur le mont Faito, étaient limitées par le Turano, les fines Vulgarettae, le finis castelli vetuli quod vocatur de Puzalia jusqu’au ruisseau qui coule près du monastère Santa Maria del Piano, par le rigum qui dicitur Sancti Martini (auj. rio di Petescia) et par les fines Ophiani257. La famille est encore mentionnée parmi les propriétaires de la région dans les années suivantes258.

e) La terre des filii Arimanni

  • 259 Dans la deuxième moitié du xie siècle, ils alternaient encore d’une génération à l’autre les noms A (...)
  • 260 Voir dans le chapitre 8 le paragraphe II/A/1/a.
  • 261 RF III, n° 572 (1017-1020) : ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni ; RF (...)

104Au début du xie siècle, les filii Arimanni, au nom évocateur de leur origine259, possédaient une partie des monts qui s’élèvent entre la vallée du Turano et le val di Varri au nord de Carsoli. Dans cette région, leurs propriétés, centrées sur le site de Tufo qu’ils donnèrent à Farfa dans la deuxième moitié du siècle260, jouxtaient celles des filii Maifredi au lieu-dit Offiano et la pertinentia de Cicolanis à l’est261.

105Cependant et sans considérer ici les petites propriétés alleutières, ces quelques noms ne suffisent pas à épuiser la liste des grands propriétaires fonciers dans la vallée du Turano. Ainsi les filii Maifredi, les filii Odelrici ou les Sifredeschi, qui comptaient pourtant parmi les plus gros propriétaires terriens dans les lieux-dits Offiano et Pozzaglia ou du moins parmi les mieux documentés, ne sont-ils jamais mentionnés nommément parmi les terrae filiorum N... qui servaient à délimiter les confins des biens-fonds aliénés. En revanche, les actes notariés attestent l’existence de plusieurs ensembles désignés par un toponyme qu’il convient maintenant d’examiner.

4) Les pertinentiae

  • 262 Voir respectivement RF III, n° 518 (1019), n° 555 (1026) et 570 (1038).

106A côté des grandes propriétés dont le nom des propriétaires est connu, plusieurs ensembles sont donc qualifiés par le mot pertinentia, voire territorium ou fines suivi par un toponyme. Dans la micro-région qui nous intéresse ici, on trouve les trois pertinentiae d’Offiano, de Vivaro et de Malamorte mais aussi les fines terrae de monte de Portica, les fines Vulgarettae, la pertinentia de monte Pescloso ou encore les fines castelli vetuli quod vocatur de Puzalia qui apparaissent au hasard des délimitations de confronts262. Les trois premières, qui sont les mieux documentées, retiendront principalement notre attention.

a) La pertinentia de Malamorte

107Les cartulaires de l’abbaye de Farfa contiennent un dossier assez étoffé sur la structure de la propriété foncière et sur les formes de l’occupation du sol dans la pertinentia de Malamorte pendant la première moitié du xie siècle, à la veille et au moment de l’entrée du territoire où se trouvait l’église Sant’Agnese dans le patrimoine de l’abbaye.

  • 263 Voir d’une façon générale RF III, n° 450 (1012) : in comitatu Reatino in castaldatu Turano in loco (...)
  • 264 Voir respectivement RF III, n° 520 (1022) et RF IV, n° 938 (1062-1065) ; voir aussi le chapitre 6 a (...)

108Situé dans le comté de Rieti et le gastaldat du Turano au début du xie siècle, le lieu-dit Malamorte relevait de la région de Pozzaglia qui jouxtait à l’ouest celle d’Offiano. Les cartulaires de Farfa en dessinent alors les confins de manière précise. Le lieu-dit était délimité au nord-est par la pertinentia de Ophiano, à l’est et au sud-est par les sommets du mont Croce jusqu’à la pertinentia de Vivaro, au sud par la terra de monte de Portica et enfin par le rio di Petescia à l’ouest. Le confin entre Vivaro et Malamorte était formé par un ruisseau, le rivus qui vocatur de Sclavis (actuel fosso del Diavolo ou fosso Pagoni), qui se jetait dans le rivus Sancti Martini (aujourd’hui rio di Petescia). Dans la première moitié du xie siècle tout au moins, le territoire de Malamorte s’étendait également sur l’autre rive du rio di Petescia depuis le rivus de Cartofaco (actuel fosso dei Prati), où il confinait avec les terres de Santa Maria del Piano de Pozzaglia à l’ouest, jusqu’aux propriétés des filii Ioseph et des filii Guidonis au nord et, à l’est, jusqu’aux terres des filii Totonis et jusqu’à la pertinentia d’Offiano263. Le territoire de Malamorte couvrait ainsi le versant occidental du mont Croce (1081 m) et, sur l’autre rive du rio di Petescia, la partie méridionale du Colle San Michele (987 m) occupée ensuite par le village de Montorio in Valle. Il s’agissait d’un territoire montagneux qui s’étendait sur plusieurs centaines d’hectares, comprenant différents lieux-dits parmi lesquels la localité ad macclas ou le locus ubi Capistrellus vocatur, issus de la colonisation du gualdus de Pozzaglia264. Les cartulaires de l’abbaye de Farfa livrent quelques informations sur la distribution de la propriété à Malamorte au début du xie siècle quand se multiplièrent les donations et les ventes de terres en faveur de l’abbaye.

  • 265 LF, p. 222-224.
  • 266 RF III, n° 450 et n° 570 ; RF IV, n° 633 et n° 635.
  • 267 RF III, n° 572.
  • 268 RF III, n° 518 et n° 522 ; RF IV, n° 776 et 996.
  • 269 RF III, n° 519, n° 521 et n° 567.
  • 270 LL II, n° 2051 et RF III, n° 573.
  • 271 LL II, n° 2048-2050.

109Le lieu-dit Malamorte, qui forme une entrée spécifique des nomina locorum du Liber floriger composé par Gregorio da Catino vers 1130265, constituait une unité foncière dont la propriété était déjà en partie divisée au début du xie siècle. L’unité de la propriété, désormais révolue, transparaît cependant des actes où le lieu est mentionné d’abord sous la forme pertinentia de Malamorte (à plusieurs reprises en 1012 et en 1038)266 ou, plus rarement, territorium de Malamorte (1017-1020)267. Relégué au rang de simple toponyme à partir des années 1020, il ne sera plus cité que sous la forme locus qui dicitur Malamorte (1019, 1022, 1036-1038, 1044)268, ubi dicitur Malamorte (1022, 1025, 1036)269, vocabulo Malamorte (1027 et 1032)270 ou, tout simplement, in Malamorte (1020 et 10261027)271.

  • 272 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/e et le paragraphe suivant.

110On ne sait de façon précise quand ni par qui avait été réalisée cette unité dont nous n’avons que des indices indirects. A la différence du locus qui dicitur Ophianus où dominaient sans conteste les filii Maifredi, grands propriétaires terriens dans la moyenne vallée du Turano mais pas uniquement là et fondateurs des noyaux primitifs des châteaux de Montagliano, d’Offiano et de Castiglione272, elle a peut-être été à l’origine le fait d’une consorteria de plusieurs familles réatines qui réunissait notamment les filii Maifredi, les filii Odemundi, les filii Odelrici et sans doute les filii Sinibaldi, dont nous ne savons s’ils étaient apparentés entre eux.

  • 273 RF III, n° 450 : Infra istos fines in integrum partem, sicut michi evenit a meis germanis fratribus (...)
  • 274 RF III, n° 525 (= CF II, p. 31 ; DH II, n° 405) : in comitatu Reatino terra quam Transaricus Sancte (...)

111En 1012, Transaricus fils de Maifredus donna à Farfa les droits et les propriétés qu’il possédait dans la pertinentia de Malamorte et qu’il avait reçus de ses frères ou de ses consortes : sa part correspondait au sixième de la pertinentia dont l’acte de donation définit les limites de manière globale273. Un diplôme de Henri II, qui confirma les nouvelles acquisitions de l’abbaye en 1019, fait du reste mention de cette donation274.

  • 275 RF III, n° 573 : Infra suprascriptos fines concedo ego suprascriptus Giso in suprascripto monasteri (...)
  • 276 Voir dans le chapitre 8 le paragraphe II/A/1/a.

112Vingt ans plus tard, en 1032, Giso fils d’Odemundus donna également à Farfa le sixième du vocabulum de Malamorte délimité de la même manière que dans l’acte de donation de 1012275. Comme les filii Maifredi pour Montagliano, Offiano et Castiglione, les filii Odemundi, qui prirent le nom de Sifredeschi, étaient propriétaires du castellum de Vivaro dans la deuxième moitié du xie siècle276.

  • 277 Lequel donna son nom à Rocca Sinibalda, située quelques kilomètres en aval et fondée dès avant la f (...)
  • 278 RF III, n° 567 : A primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam tenuit Sinebaldus, ascendentes (...)
  • 279 LL II, n° 2048 : Guinizo filius Senebaldi dedit solidos C pro rebus in Mala Morte... de omnibus VI (...)
  • 280 LL II, n° 2049 (1026-1027).
  • 281 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la (...)
  • 282 RF V, n° 1016 (1075) : a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo (actuel fosso di S. Maria) et q (...)

113Une autre famille, mal connue, était également propriétaire à Malamorte : Sinibaldus, dont on peut exclure l’identité avec le comte de Sabine du même nom attesté dans les années 1060277, et ses fils. Une terre au lieu-dit ad macclas de Malamorte qu’avait tenue un certain Sinibaldus, est citée non loin des terres des filii Totonis parmi les confins de biens donnés à Farfa par Samson fils de Guinisius en 1036278. En 1020, Guinizo fils de Sinibaldus obtint pour cent sous et un cens de six deniers la concession de biens de Farfa à Malamorte279. Il y a tout lieu de penser qu’il s’agit en réalité de la rétrocession délivrée par l’abbaye des biens que lui avait précédemment donnés le même Guinizo et dont l’acte n’aurait pas été transmis par Gregorio da Catino. Outre la généralisation bien connue de ces pratiques, attestées également pour des biens fonciers situés à Malamorte même dans le cas des fils de Guinisius280, la part concédée – le sixième – en constitue sans doute un indice indirect : il est possible en effet qu’à l’instar des filii Maifredi et des filii Odemundi, les filii Sinebaldi aient été propriétaires d’un sixième du territoire de Malamorte. Dans cette région, situé sur une éminence qui domine le confluent du fosso di Santa Maria et du rio di Petescia, un castellum Sinibaldi est mentionné aux xive et xve siècles seulement avant d’être abandonné au xve ou au xvie siècle. Toutefois, l’origine du site fortifié, qui n’a pas fait l’objet de sondages archéologiques, remonte pour le moins au xiie siècle, voire plus tôt, selon la typologie des structures maçonnées et la nature de la céramique recueillie en prospection281. Selon toute vraisemblance, il faut voir dans ce Sinibaldus ou dans ses fils, encore attestés parmi les propriétaires fonciers à cet emplacement précis dans la deuxième moitie du xie siècle, les fondateurs de ce castellum mal documenté282.

  • 283 Sur la résidence réatine, cf. RF IV, n° 633-635 (1012) pour Guelto filius Odelrici de civitate Reat (...)
  • 284 LL II, n° 2049 (1026-1027) : Girardus et Berardus filius Guinizonis obtiennent la rétrocession de d (...)
  • 285 RF IV, n°633 : Infra istos fines concedimus per mensuram modiola II° adunata, iuxta ipsam ecclesiam (...)
  • 286 RF III, n° 522 (1022). Sur Burrellus, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchunge (...)
  • 287 RF IV, n° 635 (1012) : fossatum quod est suptus ipso castello quod Guelto et Guinisius germanus suu (...)

114Le dossier de la pertinentia de Malamorte est plus fourni pour les propriétés d’une quatrième famille de l’aristocratie réatine également, celle des filii Odelrici283. Odelricus avait eu au moins deux fils, Guelto et Guinisius. Au début du xie siècle, ce dernier était déjà décédé et la branche était alors représentée par ses trois fils, Bérard, Gérard et Samson284. En 1012, Guelto et son neveu Bérard donnèrent à Farfa, non pas, comme Transaricus fils de Maifredus la même année ou comme Giso fils d’Odemundus vingt ans plus tard, l’ensemble de leurs propriétés à Malamorte, mais seulement aliquid de rebus nostrae proprietatis – en l’occurrence deux muids de terres (à peine quatre-vingt ares) jouxte l’église Sant’Agnese qui appartenait déjà à l’abbaye et dont c’est la plus ancienne mention dans les sources de Farfa285. Les donations et les ventes se poursuivirent jusqu’au milieu du siècle, non sans difficultés familiales ni contentieux contre l’abbaye. Pour cinquante sous qu’il avait prêtés à son neveu, Guelto tenait en gage une terre que Bérard avait pourtant donnée à l’abbaye. Le procès que Guelto intenta à l’abbé Hugues de Farfa fut réglé en présence du vicomte de Sabine Burrellus et d’un groupe nourri de laïcs et de moines en l’église Sant’Agnese de Malamorte : Bérard céda à son oncle seize muids de terre pour les cinquante sous qu’il lui devait tandis que Guelto renonçait à toute prétention sur la terre donnée à l’abbaye par son neveu286. Comme les filii Maifredi à Offiano et à Montagliano, comme les filii Odemundi plus tard à Vivaro, comme Sinibaldus et ses fils sans doute au castellum Sinibaldi, les filii Odelrici, en l’occurrence les deux frères Guelto et Guinisius, avaient édifié un castellum à faible distance de l’église Sant’Agnese287.

1 – Les filii Odelrici au xie siècle.

  • 288 RF IV, n° 776.
  • 289 RF IV, n° 938.
  • 290 Lidinus vir magnificus filius cuiusdam Maifredi bone memorie, habitator territorii Reatini in loco (...)
  • 291 RF IV, n° 947 (1066-1067) : parmi les donateurs figurent Teuto et Transmundus filius Grisonis ; le (...)

115Deux actes de donation à l’abbaye de Farfa ne sont pas sans poser problème. En 1044, la veuve d’un Bérard, Doda, et son fils Guinizo, qui résidaient dans le castellum de Portica, donnèrent à l’abbaye des terres sises à Malamorte288. Vingt ans plus tard, en 1062-1065, Guinizo fils de Bérard, qui demeurait désormais au lieu-dit Capistrellus à Malamorte, donna à Farfa l’église Sant’Angelo, les terres et les vignes alentours ainsi que la moitié d’un moulin, à l’exception des chènevières dont il conservait la propriété289. Rien n’affirme la parenté entre Guinizo fils de Bérard et Bérard fils de Guinisius (ou Guinizo) des filii Odelrici. Le second est mentionné comme réatin en 1012 tandis que le premier résidait à Portica en 1044 et à Malamorte dans les années 1060. Il est possible, naturellement, que, comme l’un des filii Maifredi290, Bérard se soit transféré de manière plus ou moins durable sur ses terres de Malamorte après 1012. Il convient également de souligner la mobilité, de faible rayon au demeurant, de Guinizo fils de Bérard, qui quitta le castellum de Portica pour un casale à Malamorte. L’onomastique pourrait fournir un argument à l’hypothèse de la filiation, Bérard donnant le nom de son père défunt à son fils. L’importance et la nature des propriétés de la veuve et de son fils, où se distingue une église privée, invitent peut-être à voir en Guinizo fils de Bérard un membre de la consorteria des filii Odelrici. A Vivaro aussi, les fondateurs du castellum étaient copropriétaires de l’église San Tommaso qu’ils donnèrent à Farfa291. Si l’on connaît la part du territoire de Malamorte que possédaient les filii Maifredi, les filii Odemundi et, peut-être, les filii Sinibaldi – la moitié ensemble –, on ignore quelle était celle des filii Odelrici.

116Propriété indivise d’au moins quatre et peut-être de six familles réatines, la pertinentia de Malamorte ne pouvait être identifiée à l’une plutôt qu’à l’autre. Lieu d’habitat dispersé en casae et en casali, elle n’était pas constituée autour d’un centre de peuplement ni autour d’un castellum particulier. La topographie donnait son unité à une réalité foncière complexe.

b) La pertinentia de Ophiano

  • 292 RF III, n° 450. Voir aussi RF III, n° 519 (1022) ; LL II, n° 2049 (1026-1027) ; RF III, n° 573 (103 (...)
  • 293 RF III, n° 555. Abrégeant la forme fines pertinentiae de Ophiano mentionnée par exemple en RF III, (...)
  • 294 RF III, n° 572 (1017-1020) ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni, a II° (...)
  • 295 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2/a.

117La pertinentia de Ophiano est attestée dès le début du xie siècle quand elle est mentionnée à plusieurs reprises parmi les confins de la pertinentia de Malamorte à partir de 1012292. On la trouve également citée sous la forme fines Ophiani parmi les confins des biens des filii Totonis au lieu-dit Macerae de la région de Pozzaglia293. Les deux donations effectuées par les fils de Maifredus à l’abbaye de Farfa en 1017-1020 et en 1038 en fournissent les confins. La pertinentia d’Offiano était limitée au sud et à l’est par le territoire de Carsioli et par la terre des filii Arimanni, au nord par les rivières Gatturinus et Angri (respectivement rio di Ricetto et fosso di Riancoli) jusqu’à l’endroit où elles se jettent dans le Turano, au nord encore et au nord-ouest par les terres des filii Guidonis et par celles des filii Totonis sur les monts Cervia et Faito et, à l’ouest et au sud-ouest enfin, par le territoire de Malamorte et par celui de Vivaro qui couvraient les pentes du mont Croce294. Si l’on en croit ces quelques actes, la pertinentia de Ophiano ne s’identifiait donc pas exactement au locus qui dicitur Ophianus lequel s’étendait également au nord du fosso de Riancoli et couvrait, au moins en partie, les versants du mont Cervia295.

  • 296 RF III, n° 370.
  • 297 RF III, n° 477 = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 272.
  • 298 RF III n°572 : habitator territorii Reatini in loco qui vocatur Ophianus.

118Les principaux propriétaires fonciers dans la pertinentia d’Offiano au début du xie siècle étaient la famille du réatin Maifredus, alors décédé. Si on connaît avec un luxe relatif les biens que les trois frères Transaricus, Lidinus et Salomon, ce dernier mort avant 1038, possédaient dans la région pendant le premiers tiers du xie siècle, on ignore davantage la famille elle-même. Un Maifredus, qui peut être le nôtre, fut témoin en 962 d’un échange de biens entre Richard fils de Takeprandus et l’abbé de Farfa, auquel souscrivit également un Odelricus, en qui il faut peut-être reconnaître l’un des propriétaires fonciers dans la pertinentia de Malamorte296. Un Transaricus est également attesté comme vicomte de Rieti en 1008297. La famille résidait à Rieti mais un des frères, Lidinus, qui s’intitulait vir magnificus, habitait en revanche dans le lieu-dit Offiano298.

  • 299 Voir notamment RF IV, n° 679 (1031), n° 685 (1033), LL II n° 2046 (1033), RF IV, n° 691 (1035) et L (...)
  • 300 Voir respectivement RF III, n° 572 : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Op (...)
  • 301 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/e.

119Dominée en grande partie par la famille de Maifredus, la pertinentia de Ophiano n’est cependant jamais désignée par l’expression terra filiorum Maifredi. Plusieurs raisons permettent de l’expliquer. Les propriétés de la famille ne couvraient pas la totalité du lieu-dit Offiano ni même le sous-ensemble qualifié de pertinentia, interdisant de la sorte l’identification entre la lieu-dit et la famille. D’autres propriétaires fonciers sont en effet attestés à Offiano où la petite propriété alleutière semble assez importante299. En outre, il ne semble pas que les trois fils de Maifredus aient conservé la propriété de la vallée du Turano dans l’indivis longtemps après la mort de leur père. En 1017-1020, Lidinus donna en effet à l’abbaye de Farfa sa part des propriétés familiales situées au lieu-dit Offiano tandis qu’en 1038 Transaricus donna sa propre portio et celle de son frère Salomon désormais décédé300. La division probable du patrimoine familial entre les trois filii Maifredi permet peut-être de rendre compte de la présence simultanée de trois fortifications dans la pertinentia de Ophiano qui n’était pas organisée en tout état de cause autour d’un unique castellum301.

2 – Les filii Maifredi au début du xie siècle.

c) La pertinentia de Vivaro

  • 302 Depuis la confirmation des biens de Farfa délivrée par le pape Étienne IV en 817 (RF II, n° 224) ju (...)
  • 303 RF III, n° 450 (1012) : a primo latere pertinentia de Ophiano et de Vivaro ; n° 572 (1017-1020) : a (...)
  • 304 Une terra Sifredisca est mentionnée par exemple en 1032 au pied des murs de Rieti : RF IV, n° 680.
  • 305 Voir notamment RF III, n° 364 (957), LL I, n° 201 (959), n° 419 (997) ; RF IV, n° 680 (1032) pour l (...)

120Attestée dès le début du xie siècle mais mal documentée avant la deuxième moitié du siècle, la pertinentia de Vivaro, qui prend peut-être son nom d’un fundus Viarii documenté au ixe et au xe siècle302, était située sur le massif du mont Croce et jouxtait les pertinentiae d’Offiano et de Malamorte303. Il faut attendre les années 1060-1080 pour connaître le nom des principaux propriétaires dans la pertinentia de Vivaro : il s’agit de la famille de Sifredus, qui était également propriétaire dans la pertinentia de Malamorte, et des fils de Teuton. Mal connue, la famille des Sifredischi304 est attestée à Rieti depuis le milieu du xe siècle et était propriétaire près de l’église San Cassiano et au pied des murs de la ville dont elle s’était approprié une tour, appelée turris Ingizonis305.

  • 306 Sur les problèmes que pose la constitution de territoires organisés autour des castella et des cast (...)

121Les actes notariés permettent de dresser une carte de la grande propriété foncière dans la moyenne vallée du Turano à peu près exempte de lacunes, où les pertinentiae de Malamorte, d’Offiano et de Vivaro formaient toutefois des ensembles particuliers. Si les notaires mentionnaient ces trois lieux de la sorte, peut-être est-ce en raison de leur ancrage dans la topographie, si l’on en juge du moins par l’ancienneté du nom de deux d’entre eux. Pour autant que les actes à notre disposition permettent d’en juger, le morcellement de la propriété, en parts idéales ou réelles, dans ces trois pertinentiae interdisait leur identification à des propriétaires trop nombreux, sauf à étendre de manière exagérée la liste de leurs noms. Les sources manquent pour examiner dans le détail la situation foncière dans les autres ensembles qualifiés par un toponyme. Sans anticiper sur la suite, disons déjà que l’examen des trois pertinentiae mieux documentées, dont deux d’entre elles couvrent très exactement le territoire que nous avons étudié dans le détail, permet d’exclure leur identification au finage d’un castellum dès la première moitié du xie siècle. Nous y reviendrons306.

B) La petite propriété alleutière

  • 307 RF IV, n° 996 (1036-1038) pour Iohannes praesbiter f. Aponis, qui sum habitator in loco qui dicitur (...)

122A côté de la grande propriété laïque, une petite ou moyenne propriété alleutière locale est également documentée de façon exceptionnelle sans que nous puissions connaître son étendue. Comme pour la grande propriété mais beaucoup plus rarement encore, elle n’apparaît jamais dans les sources qu’au moment de sa disparition au profit de l’abbaye de Farfa. Aussi manquons-nous d’élément pour apprécier son maintien éventuel dans la vallée du Turano. Alors que les grands propriétaires étaient principalement des citadins et appartenaient pour la plupart à l’aristocratie réatine, les petits propriétaires résidaient sur leurs terres, comme l’atteste l’expression habitator in loco qui dicitur... qui est généralement accolée à leur nom307. Nous ignorons de quelle manière ces modestes alleutiers étaient entrés en possession des biens qu’ils donnaient ou vendaient à l’abbaye de Farfa pour en obtenir généralement la rétrocession en précaire et dont on peut penser qu’ils les cultivaient souvent eux-mêmes.

C) La reconstitution du patrimoine de l’abbaye de Farfa

  • 308 CF I, p. 48-50 pour la Destructio monasterii Farfensis de Hugues et CF II, p. 3-86. Cf. I. Schuster (...)
  • 309 On compte ainsi entre 1012 et 1038 une vingtaine d’actes de donation de terres sises dans la moyenn (...)
  • 310 Deux donations seulement, toutes deux de 1026, intéressent des biens qui ne sont pas situés à Malam (...)

123A partir du début du xie siècle, le gouvernement de l’abbé réformateur Hugues de Farfa (998-1039), qualifié de recuperator et de restaurator par Gregorio da Catino, fut marqué notamment par la reconstitution du patrimoine dont l’abbaye avait perdu le contrôle pendant les crises du xe siècle. Consacré par l’empereur Otton III, Hugues obtint de l’empereur plusieurs diplômes et une confirmation générale des biens et des privilèges de l’abbaye308. Dans la vallée du Turano, le mouvement de récupération, par le biais de donations pieuses que venait exceptionnellement compléter un acte de vente, débuta dans les années 1010 et se poursuivit à un rythme soutenu tout au long de son abbatiat309. Au terme des années 1030, l’abbaye de Farfa avait récupéré une partie importante de son patrimoine dans les pertinentiae de Malamorte et d’Offiano tandis que les régions alentours restaient aux mains des consorterie aristocratiques310. La concentration topographique des biens cédés s’explique largement par le fait que, pour des raisons qui nous échappent, les filii Odelrici et les filii Maifredi furent alors les auteurs principaux des transferts en faveur de l’abbaye et les seuls entre 1012 et 1025. Après cette date, les donateurs étaient plus diversifiés, autant par leur origine familiale que par leur appartenance sociale, mais les biens aliénés étaient toujours localisés dans les mêmes lieux-dits de la vallée du Turano.

  • 311 On compte une dizaine de concessions pour la période considérée. Les rétrocessions, au nombre de ci (...)

124Les terres données à l’abbaye étaient parfois rétrocédées à leurs donateurs mais il s’en faut de beaucoup pour que la pratique ait été générale311. Aussi ne saurait-on y voir le motif principal des donations pieuses.

  • 312 Sur les rares contrats agraires de la période, voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/2. Voir d’un (...)
  • 313 LL II, n° 2048 (1020) : 100 sous d’entrée en concession et 6 deniers de cens ; n° 2049 (1026-1027)  (...)

125D’autre part, la deuxième catégorie de concessions que forment les contrats agraires est trop peu nombreuse, on l’a vu, pour mettre en évidence des particularités éventuelles dans le mode de gestion des terres dans la vallée du Turano312. Les contrats, qui comportent tous un droit d’entrée élevé, se différencient selon que le cens est payable en espèce et ne dépasse pas quelques deniers ou selon qu’il est dû en nature, en vin ou en moût pur et en grain313.

126L’abbatiat de Hugues de Farfa est caractérisé également par la redistribution des terres récupérées à de nouveaux acteurs fonciers qui élargirent leurs possessions dans la moyenne vallée du Turano. Le principal bénéficiaire en fut le comte Bérard II des Marses dont le père Rainaldo II était déjà propriétaire à Carsoli et dans les alentours ainsi que dans les monts de l’interfluve Salto-Turano. Avec l’élargissement des possessions des comtes des Marses commence une nouvelle période de l’histoire de la moyenne vallée du Turano que nous examinerons dans le chapitre suivant. Il convient auparavant d’étudier les modifications éventuelles que les prémices du processus d’« incastellamento » entraînèrent sur l’organisation du territoire et la distribution du peuplement dans la région considérée.

III–CHÂTEAUX, PEUPLEMENT ET TERRITOIRE DANS LA PREMIÈRE MOITIÉ DU xie SIÈCLE : L’ABSENCE DE RAPPORTS ORGANIQUES ?

A) Formes et fonctions des castella : une enquête à poursuivre

1) Les prémices de l’« incastellamento » dans la vallée du Turano : chronologie

  • 314 A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano (secc. x-xii), passim.

127L’« incastellamento » dans la vallée du Turano a fait l’objet d’une étude récente dans laquelle son auteur s’est efforcé de préciser les étapes de la fondation des différents sites fortifiés de la vallée314. Quelques erreurs d’identification ou de datation nous obligent à revenir sur certains dossiers pour les corriger là où c’est nécessaire. Les résultats de l’enquête archéologique et la critique conjointe des sources écrites à notre disposition invitent à parcourir à nouveau les modalités suivies par l’« incastellamento » dans la vallée.

  • 315 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, note 1, p. 322-323 ; C. Wickham, Il problema del (...)
  • 316 RF III, n° 403 : in territorio Reatino et loco qui nominatur ad illas vascas terrae petiam unam ubi (...)
  • 317 Pour la concession de 949, voir LL I, n° 105. On ne peut écarter l’hypothèse de la fondation de la (...)
  • 318 Pour des possessions du comte Sinibaldo dans la région, voir RF IV, n° 916 (1061-1062) et n° 988 (1 (...)

128Première observation : nous ne possédons pas de chartes d’« incastellamento » pour la région et la période considérées315. Il est vraisemblable que l’abbaye de Farfa, qui avait perdu le contrôle de la moyenne vallée du Turano au xe siècle, ne joua pas un rôle promoteur dans la fondation des sites castraux, lesquels sont entrés déjà bâtis dans son patrimoine. Un seul site fait peut-être exception. Il s’agit de la première construction fortifiée connue dans cette région, la rocca édifiée au lieu-dit ad illas vascas sur un promontoire surplombant un méandre du Turano et noyau de l’actuelle Rocca Sinibalda. En 986, l’abbé Jean de Farfa la donna au comte de Rieti Teudino I en échange d’autres biens316. On ignore qui fut le fondateur de la rocca édifiée non loin de l’église San Giustino. La curtis Sancti Iustini avait été concédée pour trois générations par l’abbé Campone à deux personnages, Gualterius f. Liuduini de Forcona et Tedaldus f. Ugonis, en 949 mais l’abbaye de Farfa devait en avoir repris le contrôle dans les années qui suivirent puisqu’en 986, l’abbé Jean pouvait en donner au comte de Rieti une centaine de muids au milieu desquels avait été édifiée la rocca par les concessionnaires de 949 ou bien par Farfa317. Appelée Rocca Senebaldi à partir des dernières décennies du xie siècle du nom du comte et recteur de Sabine qui se l’appropria selon des modalités qui nous échappent, la rocca fut revendiquée à plusieurs reprises mais sans succès par Farfa qui perdit définitivement son contrôle318.

  • 319 A la différence de ce que pensent A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 187 et (...)
  • 320 E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, p.I, p.101 : castellum quod vocatur Sanc (...)
  • 321 RF III, n° 555 : donation par Gualafossa filius Totonis de civitate Reatina de res suas quas habet (...)

129Aucune autre structure fortifiée n’est documentée à notre connaissance dans la moyenne vallée du Turano avant la fin du xe siècle319. A l’autre extrémité de la vallée, le castellum quod vocatur Sancti Angeli, situé au sommet de l’actuelle Carsoli, avait été fondé dès avant l’an mil quand le comte des Marses Rainaldo II le donna au monastère Santa Maria in Cellis qu’il fonda cette année-là320. Outre les trois fortifications des filii Maifredi érigées dans le lieu-dit Offiano et le château des fils d’Odelricus à Malamorte, la documentation de Farfa mentionne explicitement quelques autres castella dans la région pendant les toutes premières décennies du xie siècle. Le castellum quod vocatur de Puzalia, déjà qualifié de vetulum lorsqu’il apparaît dans les sources, et un castellum situé au lieu-dit Macerae de Pozzaglia, localisé sur le mont Faito, sont attestés tous deux dans un acte de 1026. Le second appartint au réatin Totone, dont le fils Gualafossa en donna une part à Farfa en 1026321.

  • 322 RF III, n° 518 (1019) : in loco qui dicitur Malamorte, caput in terra de ipso Vivario... de alio la (...)
  • 323 Voir E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans l (...)
  • 324 Cf. LL II, n° 2048 (1020), RF III, n° 567 (1036), RF V, n° 1015-1016 (10741075). Sur le site. voir (...)
  • 325 RF IV, n° 691 (1035) : in valle quae est suptus Montem Aureum ; LL II, n° 2043 (1035) : pes Montis (...)
  • 326 La mention d’un toponyme précédé de l’appellation pertinentia ou fines ne permet pas d’affirmer ave (...)

130Trois ou quatre castella supplémentaires existaient peut-être dans la région dès le début du xie siècle. Le site de Portica (pl. LIb), attesté comme castellum en 1044, est mentionné en 1019 sous la forme monte de Portica dont la terra confinait avec celle de Vivaro et avec le lieu-dit Malamorte322. Le toponyme donné au mons ne fournit pas un indice suffisant pour conclure à l’existence d’un castellum à cette date. Le site, reconnu en prospection, n’a pas fait l’objet de fouilles archéologiques323. Aussi est-il impossible de proposer à l’heure actuelle une datation des vestiges émergents ni a fortiori une hypothèse sur l’époque de la construction du noyau fortifié originel, dans tous les cas antérieure à 1044. Une autre construction fortifiée existait peut-être dès cette époque non loin du château édifié par les fils d’Odelricus au lieu-dit Malamorte. Un castrum Sinibaldi, qui jouxtait la villa de Sant’Agnese, n’est attesté qu’aux xive et xve siècles mais remonte certainement à une époque antérieure. Édifié sur un éperon situé au confluent du fosso di S. Maria et du rio di Petescia (carte 4, p. 6), le site présente des vestiges importants et articulés que les techniques de construction et la céramique ramassée en prospection datent du xiie aux xive-xve siècles. L’absence de fouille interdit de proposer une datation pour l’édification du château primitif. Son nom et son emplacement renvoient aux filii Sinibaldi, propriétaires de biens-fonds au lieu-dit Malamorte attestés à partir des années 1020 et tout au long du xie siècle : il n’est pas interdit de penser que la première fortification avait été érigée là, entre la fin du xe siècle et le début du siècle suivant, par Sinibaldus, décédé avant 1020324. Il est possible enfin qu’un château ait été édifié dès les années 1030 à Montorio, où il existait certainement à la fin du xie siècle, mais seul le toponyme est alors attesté325 (pl. XLVIIIa). Quant aux autres fortifications documentées dans la moyenne vallée du Turano à partir du milieu du xie siècle, aucun indice textuel certain, aucune enquête sur le terrain ne permettent d’affirmer leur existence dès les toutes premières décennies du siècle326.

  • 327 RF V, n° 1280, p. 276-279 : p. 277 et CF I, p. 243-258 : p. 249. Le document du Régeste, inséré par (...)
  • 328 A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 171, 173 et 175.
  • 329 Sur l’extension du locus Offiani, voir dans ce chapitre le paragraphe I/ B/2/a.
  • 330 LL I, n° 245 : ecclesiam Sancte Marie in fundo Turano concédée à Leo, Iohannes presbiteri et Formos (...)
  • 331 Cf. E. Migliario, Strutture della proprietà agraria in Sabina, p. 67 avec tous les renvois utiles a (...)
  • 332 LL I, n° 297 (957) : ubi dicitur Turianus... ab uno latere murus civitatis antique ; n° 345 (984) : (...)
  • 333 LL I, n° 245. A ce stade l’identification du castellum Sancti Pauli mentionné dans le document de l (...)

131Une liste des biens soustraits à l’abbaye compilée dans la seconde moitié du xie siècle et insérée avec des modifications et des ajouts par Gregorio da Catino dans le Chronicon mentionne en particulier une église Santa Maria in Ophiano super fluvium Toranum inter ipsum castellum antiquum et castellum Sancti Pauli, tenue par les filii Odelsinde cum suis confratibus327. Andrea Staffa identifie l’église à Santa Maria di Stiche ou delle Stecche, située au nord de Posticciola et abandonnée au xviie siècle, le castellum antiquum à Castelvecchio (aujourd’hui Castel di Tora) et suggère de reconnaître dans le castellum Sancti Pauli Rocca Sinibalda, pourtant citée sous son propre nom dans le même document328. Ces identifications ne vont pas sans poser problème. A l’exception de cette seule mention, on ignore tout d’une église Santa Maria in Offiano qu’aurait possédée Farfa. En outre, aucun indice ne laisse à penser que le lieu-dit Offiano se soit étendu au nord de Paganico jusqu’à Posticciola et encore moins jusqu’à Rocca Sinibalda329. Le toponyme Offiano accolé à l’église Santa Maria résulte sans doute d’une confusion du compilateur de ce document composite. Selon toute vraisemblance, la mention de l’église Santa Maria perdue par l’abbaye de Farfa renvoie à la concession d’une église Santa Maria in fundo Turano accordée par l’abbé Dagibert en 950330. Or le fundus Turanus ou Turianus et l’église Santa Maria qui y avait été édifiée et où les bénéficiaires de la concession de 950 détenaient d’autres biens sont cités fréquemment dans les actes des cartulaires de Farfa depuis le début du ixe siècle : le fundus était situé près de Poggio Mirteto dans la Sabine tibérine331. L’erreur du compilateur de la liste provient d’une mauvaise lecture de plusieurs actes transcrits quelques années plus tard par Gregorio da Catino dans le Liber largitorius. Le lieu-dit Turanus, traversé effectivement par un rigus de Turano qui n’est pas notre rivière toujours appelée flumen, l’était également par un rigus de Rofiniano dans lequel on reconnaîtra aisément l’origine de la mention d’Offiano dans le document de la fin du xie siècle ; il comprenait les vestiges importants d’une villa romaine, alors clairement reconnus comme antiques et pas seulement comme vétustes, qui fourniraient l’explication du castellum antiquum de notre document332. Enfin l’emplacement super fluvium Toranum donné à l’église proviendrait d’une lecture hâtive du contrat de 950 qui concéda l’église Santa Maria in fundo Turano insuper terram ad domum edificandam pedes XX333. Aussi convient-il d’écarter résolument la mention de cette église et des deux castella voisins qui ne se rapporte pas à la vallée du Turano.

  • 334 RF III, n° 522 (1022).
  • 335 RF III, n° 555.
  • 336 La précision ubi ipsa rocca stare videtur... et casis qui ibi sunt aedificatae dans l’acte de RF II (...)
  • 337 Sur les techniques de construction et sur la céramique, voir les contributions d’Elisabetta De Mini (...)

132Les sources écrites permettent de dater de manière assez précise l’époque de la construction des plus anciens châteaux de la vallée du Turano. Dans un cas au moins, on connaît en effet le nom des fondateurs, les deux fils d’Odelricus, Guelto et Guinisius. Quand leur château est mentionné en 1012, leur père était déjà mort, Guinisius également tandis que son frère Guelto était toujours en vie dix ans plus tard334. L’édification du castellum des fils d’Odelricus, que l’enquête archéologique n’a pas permis de dater avec précision, est par conséquent antérieure à 1012 mais de quelques années ou de quelques lustres seulement. De manière identique, lorsque, en 1026, le réatin Gualafossa, fils de Totone, donna à l’abbaye de Farfa une part du castellum quod fuit Totonis genitoris mei, peut-être doit-on comprendre que son père en avait été également le fondateur, au moment même ou à peu près où les fils d’Odelricus édifiaient leur propre château335. Enfin, la construction des castella et des turres que les fils de Maifredus donnèrent à l’abbaye de Farfa entre 1017 et 1040 et qui furent les noyaux primitifs d’Offiano, de Montagliano et sans doute également de Castiglione doit être attribuée aux trois frères eux-mêmes sinon à leur père Maifredus († avant 1012). Quant à la rocca originelle de Rocca Sinibalda, sa fondation doit être datée, on l’a vu, entre 949 et 986, peut-être plus proche de la deuxième date que de la première336. Les sources écrites datent par conséquent avec une précision relative l’édification des châteaux mentionnés dans la région entre les toutes dernières décennies du xe siècle et le début du siècle suivant, en étroite correspondance avec les structures matérielles et les objets céramiques contemporains des vestiges les plus anciens mis au jour sur les sites de Montagliano, de Castiglione et du château proche de l’église Sant’Agnese337.

2) La morphologie des châteaux au début du xie siècle : l’apport de l’archéologie

  • 338 Voir encore le cas du noyau originel de Rocca Sinibalda. En 986, les murs de la rocca sont claireme (...)
  • 339 Voir le chapitre 5 au paragraphe II/B.
  • 340 Ce qui est notamment le cas pour la tour plus tardive de Caprignano (xiie siècle), cf. G. Noyé, Fou (...)
  • 341 Sur la structure matérielle des châteaux de l’an mil qui ne se présentent pas dès l’origine comme d (...)

133En l’état de la recherche, la morphologie des châteaux du début du xie siècle nous échappe largement faute de fouilles suffisamment nombreuses et étendues. Ceux-ci se distinguaient certainement dans le paysage construit environnant, qui faisait alors la part belle au bois pour la construction paysanne, par l’utilisation de matériaux durables (maçonnerie en pierres liées au mortier de chaux)338. Dans les quelques cas documentés par l’enquête archéologique qui devrait être élargie afin de fournir davantage d’informations sur les premières phases de l’« incastellamento » dans la vallée du Turano, il apparaît, pour autant qu’on puisse généraliser à partir des rares données à notre disposition, que les structures fortifiées appelées castella appartenant à la première génération des fondations castrales étaient des édifices de très petites dimensions (pas plus de 50 ou 60 m2 au sol) que caractérisaient toutefois la présence d’un étage, du moins si l’on en croit l’exemple du noyau primitif du château de Castiglione339. A l’heure actuelle, nous ignorons si le castellum des fils d’Odelricus à Malamorte présentait une entrée au rez-de-chaussée dès l’origine comme celui de Castiglione ou si celle-ci avait été ouverte ultérieurement340. Dans cette dernière hypothèse, l’édifice qui se serait développé en hauteur au moins sur deux niveaux et où l’on accédait par l’étage aurait présenté un caractère défensif indéniable. Dans les quelques cas connus en partie, c’est donc à des constructions minuscules, très simples et rudimentaires dans leur morphologie, que renvoie le mot castellum au début du xie siècle dans la vallée du Turano341.

3) Les fonctions des châteaux : l’insuffisance des résultats archéologiques

134L’état de nos recherches archéologiques ne fournit guère d’informations sur les fonctions des castella de l’an mil. Si certaines constructions étaient alors qualifiées de turres, la fonction militaire dévolue aux châteaux de la première génération n’apparaît pourtant pas primordiale. Les deux édifices dont des structures appartenant à cette première phase ont été reconnues n’ont pas un caractère défensif manifeste. Le château de Castiglione présentait en effet une ouverture au rez-de-chaussée dès l’origine et n’était entouré, semble-til, d’aucune fortification extérieure. Pour autant qu’on puisse en juger, son développement en hauteur ne devait pas compter plus d’un étage au-dessus du niveau inférieur. Quant au château des fils d’Odelricus à Malamorte, l’état des structures conservées ne permet guère d’arriver à une conclusion sur ces points qui sont les seuls que l’archéologie peut mettre en évidence pour documenter l’aspect militaire des châteaux.

  • 342 Sur cette question, voir principalement R. Comba, Tours et maisons fortes dans les campagnes médiév (...)

135Un autre fait semble établi. Les sources écrites laissent à penser que les châteaux de la vallée du Turano ne servaient pas de demeure permanente à leurs fondateurs au début et dans la première moitié du xie siècle. Les actes qui les documentent mentionnent également de manière régulière, on l’a vu, la résidence réatine habituelle des grands propriétaires fonciers dans la région. Solidement installés dans des résidences urbaines caractérisées en particulier par l’occupation des tours de l’enceinte intégrées parfois dans des ensembles plus complexes, les membres de l’aristocratie réatine édifièrent ensuite sur leurs terres des constructions appelées en général castella et très rarement turres. Pour les cas examinés ici, il est difficile de voir l’exportation à la campagne du modèle de la résidence urbaine dans ces constructions très rudimentaires dans leur état primitif qui différaient déjà par leur définition lexicale. Peut-être le château de Castiglione avoisine-t-il ce modèle dans un second temps lorsque l’édifice originel fut agrandi par une aile à l’étage de laquelle fut aménagée une chapelle décorée à fresque342.

  • 343 RF III, n° 572 (1017-1020) : Lidinus vir magnificus filius cuiusdam Maifredi b. m., habitator terri (...)
  • 344 Pour la mention d’un régisseur dans la liste déjà citée des biens dont Farfa avait perdu le contrôl (...)

136Résidant à Rieti pour la plupart, les grands propriétaires fonciers dans la vallée du Turano pouvaient éventuellement déléguer un membre de la famille pour assurer sur place la gestion de leurs terres : peut-être doit-on comprendre ainsi la situation de Lidinus fils de Maifredus dont un acte précise qu’il habitait dans le lieu-dit Offiano tandis que ses frères résidaient à Rieti343. L’exemple de Lidinus semble pourtant faire alors figure d’exception. Les propriétaires fonciers devaient sans doute confier plus souvent la gestion locale de leurs terres dans la vallée du Turano à un régisseur344.

  • 345 Les informations manquent actuellement pour préciser la fonction résidentielle (présence de céramiq (...)

137Il conviendrait certainement de fouiller intégralement davantage d’édifices de cette période sans se limiter aux seuls châteaux mais en étendant l’enquête aux maisons paysannes pour comparer la qualité du mobilier provenant des différents types de bâtiments. La céramique contemporaine des premières phases d’occupation fournirait sans doute des informations sur la fonction des castella de l’an mil345.

138Deux autres problèmes, d’importance majeure, doivent encore être examinés avant de clôre ce chapitre : celui des rapports entre les premières constructions fortifiées et la distribution du peuplement ; celui des relations entre les châteaux et l’organisation de l’espace.

B) Les premières constructions fortifiées et la distribution du peuplement

139L’étude des rapports qu’entretenaient les premiers castella et le peuplement rural comporte deux volets principaux. Les constructions fortifiées ne furent pas édifiées au milieu d’un paysage désert ; aussi convient-il d’établir d’abord quelles relations unissaient les nouveaux châteaux au réseau d’habitat préexistant dont la formation était plus ou moins ancienne. Deuxième ordre de questions : dans quelle mesure les nouvelles fondations modifièrent-elles la distribution de l’habitat dans laquelle elles s’insérèrent ?

  • 346 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/c et d. Sur l’existence de villages du haut Moyen Âge, vo (...)

140La localisation choisie pour l’édification des premiers castella revêt naturellement une importance essentielle pour l’analyse de leurs fonctions. Première observation, la vallée du Turano ne constituait pas aux xe et xie siècles un terrain vierge livré à la colonisation agraire. Les cartulaires de l’abbaye de Farfa attestent en effet, on l’a vu, l’importance et la densité de l’occupation du sol et, partant, du peuplement aux viiie et ixe siècles. Pour autant que les sources archéologiques et écrites à notre disposition permettent de le savoir, le peuplement de la vallée autour de l’an mil et pendant les premières décennies du xie siècle ne présentait pas encore d’indice sur son « accentramento » éventuel mais était toujours distribué de façon éparse dans des maisons disséminées et dans des petits casalia, qui ne formaient alors rien de plus que de petites exploitations familiales dispersées en un semis lâche dans un voisinage plus ou moins étroit autour des églises rurales346. Les castella de la fin du Xe et du début du xie siècle s’installent donc dans un territoire occupé depuis longtemps. Pour autant, ils ne se superposent pas, ou rarement, à de précédentes installations rurales. L’enquête archéologique n’a pas mis au jour de vestiges significatifs d’occupations antérieures sous les premières constructions fortifiées : au cas par cas, les sites investis paraissent des sites neufs à la seule exception du castellum de Castiglione qui a remplacé sans solution de continuité un édifice en bois de petites dimensions relevant probablement du casale Taliano des ixe et xe siècles. En l’état des recherches dans la vallée du Turano, il n’apparaît donc pas que l’emplacement choisi pour l’édification des castella de l’an mil ait été déterminé strictement par la distribution du peuplement dans lequel ils se sont insérés. Naturellement, leur implantation se fait au milieu d’un espace habité. Pour autant la relation entre les casae et les casalia contemporains et le nouveau castellum ne semble pas étroite, au moins au plan topographique. Autre indice en ce sens, les castella n’ont pas été construits à côté des églises dont les sources écrites attestent la présence, souvent sur des sites de hauteur, dans tout le territoire de la vallée. Aucune église n’est alors documentée au voisinage immédiat de Castiglione ni du noyau primitif de Montagliano mais bien à une certaine distance comme San Giovanni et Santa Croce ; pour sa part, le castellum d’Offiano n’a pas été fondé aux côtés de l’église San Donato, documentée depuis le ixe siècle mais sans doute antérieure, mais sur l’autre rive du rio di Petescia ; le château édifié par les deux fils d’Odelricus à Malamorte, enfin, a été érigé non loin de l’église Sant’Agnese mais plusieurs centaines de mètres séparent les deux édifices. Aussi peut-on conclure que le réseau du peuplement préexistant ne paraît pas avoir influencé directement les propriétaires fonciers pour le choix de l’emplacement des premières constructions fortifiées.

  • 347 RF III, n° 403 cité à plusieurs reprises. On ignore tout en revanche sur l’existence éventuelle d’u (...)
  • 348 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 322-323 ; voir aussi P. Delogu et L. Travaini (...)

141Un autre indice en ce sens provient du fait que la construction des castella n’a pas modifié dans un premier temps du moins et pendant plusieurs générations la distribution du peuplement. On y reviendra. Disons déjà qu’autour des castella de la fin du xe et du début du xie siècle, les fouilles réalisées n’ont livré aucune trace d’un habitat paysan avant le milieu ou la seconde moitié du xie siècle dans le meilleur des cas. Certes notre enquête archéologique a été limitée. L’extension des secteurs fouillés permettrait sans doute d’affiner l’observation. Compte tenu des éléments à notre disposition à l’heure actuelle, nous ne pensons pas qu’elle modifierait radicalement la conclusion, du moins pour les quatre sites retenus. Il semble donc que les castella de la vallée du Turano ne formaient pas des centres de peuplement dès l’origine et qu’ils n’ont pas été construits dans le but de le devenir immédiatement. Gardons-nous cependant de généraliser. A la lisière du territoire intéressé par notre enquête, la rocca donnée en 986 par l’abbé de Farfa au comte de Rieti Teudino I forme à ce jour un exemple unique de maisons paysannes édifiées en matériaux légers et concentrées autour de la construction fortifiée dès avant la fin du xe siècle347. Dans la moyenne vallée du Turano, aucun indice documentaire, aucune trace archéologique ne témoignent de la réalisation de ces grosses fondations castrales, attestées à la même époque pas plus loin qu’au castellum Sancti Angeli (aujourd’hui Castel Madama) dans le Tiburtin en 992 et 1038348.

C) Les premières constructions fortifiées : organisation de la campagne ou contrôle du territoire ?

  • 349 RF IV, n° 635 : a capite via que est subtus ipsa fonte que Guinisii vocatur et per ipsam viam venie (...)
  • 350 RF IV, n° 696 : a III° latere rivus qui decurrit sub castello qui dicitur Castellione ; a IIII° lat (...)

142Les premiers castella documentés dans la vallée du Turano par les cartulaires de l’abbaye de Farfa sont parfois mentionnés parmi les éléments remarquables du paysage qui servent à décrire les confins d’une propriété. En 1012, une terre est ainsi limitée d’un côté par la « voie qui passe en contrebas de la source qu’on appelle « de Guinisius » et qui débouche sur le fossé qui se trouve au pied du château qu’avaient édifié autrefois Guelto et son frère Guinisius »349. Une autre parcelle, en 1035, est bordée par le « ruisseau qui coule au pied du château qu’on appelle Castellione et par la colline où se trouve ledit château qu’on appelle Castellione »350.

  • 351 RF III, n° 572 : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Ophianus... Infra omne (...)
  • 352 RF III, n° 570.

143Elément descriptif du paysage, les castella sont cités également, et surtout, dans les énumérations plus ou moins longues des biens que comprennent les propriétés vendues ou données. Ces listes quelque peu stéréotypées n’en révèlent pas moins dans leurs grandes lignes les composantes des grandes propriétés foncières. Quand, en 1017-1020, Lidinus fils de Maifredus donna à Farfa ses biens au lieudit Offiano, il céda tout ce qui lui appartenait des châteaux, des tours, des maisons, des terres et des vignes351. Cette place n’est pas nécessairement au premier rang des biens énumérés, comme en témoigne la donation, en 1038, par son frère Transaricus de nombreux biens-fonds, et en particulier, de sa part et celle de son frère défunt Salomon des biens familiaux à Offiano, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du castellum : il donna à l’abbaye omnes suprascriptas res... cum casis, castellis, aecclesiis, aquimolis molendinis352.

  • 353 RF III, n° 555 : res meas quas habeo in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabu (...)
  • 354 RF IV n° 984 (1068-1069) : échange des res in loco qui dicitur Repastus... cum ipso castello et sui (...)

144Bientôt pourtant le château allait occuper une place privilégiée parmi les composantes des propriétés foncières. Donnant ses biens au lieu-dit Macerae de Pozzaglia en 1026, Gualafossa fils de Totone céda au monastère une partie du château qui avait appartenu à son père, avec les maisons et les églises disséminées sur ses terres353. Ici, le donateur distingue le château des autres éléments constitutifs de ses biens-fonds. Mais il faudra attendre la deuxième moitié du xie siècle pour que le castellum commence seulement à prendre une autonomie telle qu’il deviendra l’objet principal de l’acte juridique354.

  • 355 Voir respectivement RF IV, n° 635 (1012) ; RF III, n° 555 (1026) et LL II, n° 2042 (1037).
  • 356 Voir respectivement RF III, n° 555 (1026), RF IV, n° 696 (1035), RF III, n° 570 (1038).
  • 357 Voir dans ce chapitre le paragraphe II.

145Appelées castella ou turres comme celles données à Farfa par le fils de Maifredus en 1017-1020, les premières structures fortifiées documentées dans la vallée ne portaient pas de nom propre, à la seule exception du castellum Sancti Angeli que possédait le comte des Marses Rainaldo II au sommet de l’actuelle Carsoli et dont il fut sans doute le bâtisseur. Mentionnées généralement de manière anonyme, elles étaient désignées dans le meilleur des cas par le nom de leur fondateur (castellum quod Guelto et Guinisius germanus suus ante habuerunt aedificatum dans le lieu-dit Malamorte en 1012), par celui de leur propriétaire (castellum quod fuit Totonis au lieu-dit Pozzaglia en 1026) ou encore par celui de leur détenteur (castellum cum turribus quod tenet Berardus comes au lieu-dit Offiano en 1037)355. Il fallut attendre le second quart du xie siècle pour trouver dans la vallée du Turano des castella désignés par un nom propre qu’ils ne portaient pas encore une quinzaine ou une vingtaine d’années auparavant : castellum quod vocatur de Puzalia, mais déjà vetulum en 1026 ; castellum quod dicitur Castellione en 1035 et castellum de Ophiano en 1038, ces deux derniers étant certainement anonymes dans les deux ou trois premières décennies du xie siècle356. De telles mentions se multiplient par la suite au rythme de la fondation des nouveaux châteaux. Il n’est pas indifférent que deux des castella identifiés par un nom propre dès la première moitié du xie siècle aient été désignés justement par celui du lieu-dit où ils avaient été édifiés, le troisième étant simplement appelé « châtillon ». Pour autant l’identification entre un territoire et le site fortifié qui s’appropria son nom ne fut pas un phénomène immédiat. Les lieux-dits Pozzaglia et Offiano n’étaient pas centrés alors sur une seule fortification mais étaient quadrillés par plusieurs petits châteaux fondés par certains propriétaires fonciers – le castellum vetulum quod vocatur de Puzalia, le château des fils d’Odelricus et celui de Totone au lieu-dit Pozzaglia ; le castellum de Ophiano, le castellum cum turribus tenu par le comte des Marses dans les années 1030 et Castiglione au lieu-dit Offiano. En d’autres termes, les premières fortifications érigées dans la région entre la fin du xe siècle et la première moitié du siècle suivant ne se présentent pas dès l’origine comme des éléments structurant la campagne. Celle-ci était alors perçue, on l’a vu, comme une mosaïque composée par les grandes propriétés foncières des consorterie aristocratiques dont les membres possédaient une quote part357. Les grandes propriétés laïques comprenaient des castella, mais ces fortifications, pas davantage que les autres composantes notables – les églises par exemple –, ne paraissent pas organiser l’espace rural ni son assiette à l’époque de leur fondation, dans les années ni les décennies qui suivirent.

  • 358 Voir le paragraphe II/A/4 de ce chapitre.
  • 359 RF III, n° 518.
  • 360 RF III, n° 572.
  • 361 RF III, n° 555.
  • 362 Sur la formation et l’organisation des finages villageois, voir P. Toubert, Les structures du Latiu (...)
  • 363 E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano », p. 217 où nous écrivion (...)

146Un problème se pose alors auquel nous avons déjà fait allusion. Les mots pertinentia, territorium ou fines étaient parfois utilisés comme élément de la localisation des terres et de la détermination de leurs confins dans les actes dès le début du xie siècle. Ces mentions ne sont guère nombreuses pour la région qui nous occupe à cette époque : outre les pertinentiae de Malamorte, d’Offiano et de Vivaro citées souvent dès 1012358, les sources attestent encore l’existence des fines terrae de monte de Portica en 1019359, celle du territorium Carsulanum en 1017-1020360, des fines Vulgarettae et des fines castelli vetuli quod vocatur de Puzalia en 1026361. Faut-il voir dès les premières mentions d’ensembles territoriaux suivis d’un toponyme qui est ou sera celui d’un castellum l’indice probant de l’existence d’un finage villageois organisé de façon cohérente autour d’une fondation castrale achevée362 ? Nous l’avions pensé il y a quelques années pour Offiano où nous avions vu dans la mention de la pertinentia de Ophiano dès 1012 la preuve de la présence d’un village abouti dès le début du xie siècle363. Plusieurs observations nous conduisent désormais à modifier notre jugement.

  • 364 La signification péjorative du toponyme ne suffit naturellement à expliquer sa disparition. On cite (...)
  • 365 Sur la fondation de Vivaro, voir le chapitre 8 au paragraphe II/A/1/a. La mention de la terra de mo (...)

147Pour la plupart, les pertinentiae ne formaient des entités territoriales que par la toponymie dont l’origine remontait à l’Antiquité ou aux premiers siècles du Moyen Âge. Elles renvoyaient à des unités foncières désormais morcelées entre plusieurs grands propriétaires dont chacun fut également le fondateur d’un ou de plusieurs castella. Aussi les pertinentiae du début du xie siècle ne gravitaient pas autour d’un castellum central : aucun des trois castella présents dans la pertinentia de Ophiano n’avait pris alors le pas sur les deux autres pour les reléguer dans une place secondaire. Si le nom donné à la pertinentia ou au territorium se reporta souvent sur l’un des châteaux qui y avait été bâti, pas immédiatement du reste mais quelques décennies après sa fondation, ce ne fut pas toujours le cas, dans le territoire de Carsioli par exemple ; d’autre part certains toponymes, portés par des lieux-dits où avaient été fondés des castella, disparurent pourtant comme celui de Malamorte364. Ailleurs, à Vivaro sans doute, à Portica peut-être, la première mention de la pertinentia précède de plusieurs décennies la construction du château qui prit son nom et que les sources écrites permettent parfois de dater au moins de manière approximative en l’absence de fouilles365. Au bout du compte, seules les fines du castellum de Pozzaglia attestent sans ambiguïté la formation d’un ensemble territorial autour d’une construction fortifiée centrale dans la vallée du Turano des premières décennies du xie siècle. Encore exceptionnel, le processus de recomposition foncière prendra tout son développement pendant la deuxième moitié du siècle.

  • 366 Outre le travail classique de P. Vaccari, La territorialità come base dell’ordinamento giuridico de (...)

148Mentionnés souvent au premier rang des énumérations des composantes d’une grande propriété foncière, points de référence utiles pour décrire un paysage mais encore privés de nom, les castella de la vallée du Turano ne représentaient pas la structure portante de l’organisation territoriale dans la première moitié du xie siècle. Les grandes propriétés de l’aristocratie laïque jouaient alors ce rôle. Peut-être les fonctions originelles des castella de la vallée du Turano doivent-elle être rapportées à cet aspect au début du xie siècle. Le démembrement de la curtis de Corneto, dont la cella de Santa Maria formait le noyau, avait entraîné la disparition du centre de gestion de la propriété foncière dans la vallée au xe siècle. La répartition des terres aux mains de propriétaires lointains et absents imposait la création d’instruments nouveaux pour administrer les ensembles fonciers qui avaient vu le jour. Cette fonction reste largement du domaine de l’hypothèse : les sources écrites à notre disposition et l’enquête archéologique que nous avons réalisée avec toutes ses limites ne fournissent pas d’indice en ce sens, pas plus qu’elles ne laissent entrevoir les rapports qui unissaient le castellum à l’état naissant à la seigneurie foncière et territoriale366.

  • 367 Pierre Toubert avait déjà relevé la présence à la frontière entre la Sabine romaine et la Sabine ré (...)

149Demeure seigneuriale le cas échéant ou servant de résidence aux intendants des grandes propriétés foncières sur lesquelles ne résidaient pas leurs propriétaires, les castella et turres des premières décennies du xie siècle devaient fournir également un instrument pour la maîtrise et le contrôle politique du territoire. Située à la périphérie du comté de Rieti et à la frontière controversée du Patrimoine de saint Pierre, la vallée du Turano est une voie de communication privilégiée entre le chef-lieu et ses confins méridionaux. A partir de l’an mil environ, la vallée voit se multiplier la fondation de constructions fortifiées, perçues et désignées comme telles par les contemporains en dépit du caractère rudimentaire à nos yeux de leur appareil militaire. Leurs bâtisseurs et leurs propriétaires appartenaient à l’aristocratie réatine quand ils n’étaient pas eux-mêmes membres du lignage comtal. Selon toute vraisemblance, les castella de la moyenne vallée du Turano remplissaient une fonction territoriale qui en faisait les instruments stratégiques du contrôle politique de la région frontalière367.

CONCLUSION

150Voilà quelle était pour l’essentiel la géographie de la moyenne vallée du Turano autour de l’an mil, telle que la décrivent les actes transcrits par Gregorio da Catino et que notre enquête de terrain contribue à éclairer. Si la réalité des juxtapositions et des emboitements territoriaux contestés paraît établie, il ne faudrait naturellement pas conférer une rigidité excessive à l’organisation de l’espace que les actes permettent d’appréhender pour les premières décennies du xie siècle. Pour les notaires contemporains, la campagne était d’abord et avant tout une mosaïque formée par des grandes propriétés. Leurs actes dessinent une géographie foncière davantage qu’une géographie du peuplement et de l’habitat. Au-delà de cette perception immédiate de l’espace, ils n’en dévoilent pas moins certains éléments constitutifs des grands ensembles fonciers et du paysage dont le plus important est naturellement le castellum. Les actes notariés et le terrain mettent alors en évidence deux faits principaux : 1) les fortifications documentées d’une manière ou d’une autre au début du xie siècle ne sont sans doute pas antérieures à la seconde moitié ou la fin du xe siècle ; 2) ces fortifications sont alors des composantes remarquables des propriétés foncières et du territoire mais pas encore des éléments qui polariseraient l’espace et le peuplement. L’évolution en ce sens ne devient manifeste qu’à partir des décennies centrales du xie siècle et selon des modalités qu’il convient maintenant d’étudier.

Notes

1 Les cartulaires de Farfa livrent à peine cinq actes du xe siècle intéressant le territoire qui nous occupe pour une quarantaine de la seconde moitié du ixe siècle et autant de la première moitié du xie siècle.

2 Voir le chapitre précédent au paragraphe III.

3 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/C.

4 Pour le Latium rural et urbain, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, chap. 2 et 3 et en part. p. 273-300 sur le dessin parcellaire ; J. Coste, Description et délimitation de l’espace rural dans la campagne romaine (traduction italienne dans Id., Scritti di topografia medievale) ; E. Hubert, Espace urbain et habitat à Rome du xe siècle à la fin du xiiie siècle, p. 63-96 ; E. Huertas, Les environs de Rome aux xe-xie siècles.

Les travaux récents sur la description de la terre et de l’espace à partir des actes notariés sont désormais nombreux. On retiendra principalement, pour d’autres régions italiennes, J.-P. Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés, 715-1230, t. 1, p. 116 sq et p. 201 sq. ; L. Feller, Les Abruzzes médiévales, en part. la première partie sur la construction du paysage ; Id., Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge ; A. Mailloux, Perception de l’espace chez les notaires de Lucques (viiie-ixe siècle) ; J.-M. Martin, La mesure de la terre en Italie centrale (viiie-xiie siècle) ; Id., Perception et description du paysage rural dans les actes notariés sud-italiens (ixe-xiie siècles) ainsi que L. Lagazzi, Segni sulla terra. Determinazione dei confini e percezione dello spazio nell’alto Medioevo. Pour d’autres régions plus éloignées, voir notamment M. Bourin, Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles ; Ead., La géographie locale du notaire languedocien (xe-xiiie siècle) ; A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiie siècles) ; A. Guerreau, L’évolution du parcellaire en Mâconnais (env. 900env. 1060).

5 Parmi les dernières attestations, voir RF III, n° 328 (880) : vineam nostram quam habemus in massa Torana in casale qui vocatur Coniolicampi ubi dicitur ad illam Ovellanam suptus viam. Le mot casale subsiste mais au sens d’exploitation agricole, voir dans ce chapitre le paragraphe I/C.

6 RF III, n° 450.

7 RF III, n° 572.

8 RF III, n° 570.

9 Voir par exemple RF III, n° 555 (1026), 569 (1030-1036), 572 (1017-1020) ; RF IV, n° 633 (1012), 635 (1012), etc. On trouve exceptionnellement ius et proprietas au lieu de res : RF III, n° 450 (1012).

10 RF IV, n° 696. Autres types de précision : quantum michi pertinet (RF III, n° 572 de 1017-1020, n° 518 de 1019), portio ad suam proprietatem (RF III, n° 521 de 1025).

11 Quelques cas de figure : res sicuti iam tenuit Guinisius genitor meus ad proprietatem (RF III, n° 520 de 1022) ; quantacumque michi eveniunt a paterno vel materno conquisito, sive consortibus meis (RF IV, n° 679 de 1031) ; sicut michi eve nit a meis germanis fratribus in sortem, sive ab aliis nostris consortibus evenit michi vel fratribus meis (RF III, n° 450 de 1012). Mention exceptionnelle de fidéicommis : omnem meam portionem et portionem supracripti Salomonis cuius fidei commissarius sum, qui me investivit et ad proprietatem tradidit in suprascripto monasterio (RF III, n° 570 de 1038).

12 RF IV, n° 776 (1044) : hoc est omne ipsum tenimentum de terra quam Petrus qui praenominatur Crassus in antea detinere solet et nos modo habemus et aliquid de vinea et terra quas modo tenent Todici ad laborandum. De telles mentions, un peu plus nombreuses dans les contrats de concession, ne suffisent pas pour étudier les modes d’exploitation de la terre dans la vallée.

13 RF IV, n° 772.

14 RF III, n° 570 (1038) : idest terram meam seu et alias res quae fuerunt Salomonis bonae memoriae germani mei

15 LL I, n° 148 (950) : terre petia ; RF III, n° 556 (1026) ; RF IV, n° 679 (1031) ; n° 691 (1035) ; n° 996 (1036-1038) : petia de terra et vinea ; n° 776 (1044) : tenimentum de terra et aliquid de vinea et terra.

16 RF III, n° 569 (1030-1036) : idest res meas quas habeo... in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis iuxta ipsam fontem, in quo est aecclesia Sanctorum Vincentii et Anastasii martyrum... Concedimus... totam ipsam suprascriptam aecclesiam ; RF IV, n° 692 (1035) pour l’église Santa Croce au lieu-dit Offiano près du fosso de Riancoli.

17 RF IV, n° 634 (1012) : unum sedium de molendinis suptus ipsum molendinum quod Todicus per praestariam tenuit avec une description plus précise : concedo a levata usque ad pausatam, cum catasto et clausura ubi ipsum aquimolum opus fuerit faciendi et cum aqua in ipsum intrante et in suum alveum revertente et cum introitu et exitu suo.

18 RF III, n° 521 (1025) : idest terram quam habeo... ipsum casalem qui dicitur Roccionis.

19 RF III, n° 555 (1026) : infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de castello quod fuit Totonis genitoris mei ex nostra portione duas partes in integrum. Sur les châteaux et les formes du peuplement, voir dans ce chapitre les paragraphes I/C et III.

20 L’énumération de base : infra istos fines concedimus et tradimus in suprascripto monasterio omnia in integrum cum casis, vineis, terris, pomis et arboribus suis et cum introitu et exitu suo omnibusque infra se et super se habentibus (par exemple RF IV, n° 633 de 1012) s’enrichit parfois d’autres termes génériques désignant des objets qui se trouvent effectivement sur le bien cédé : églises, moulins, châteaux (par exemple RF III, n° 570 de 1038 : sic concedimus omnes suprascriptas res quomodo superius scriptum est cum casis, castellis, aecclesiis, aquimolis, molendinis et omnibus infra se et super se habentibus in integrum). Sur cette question, voir M. Zimmermann, Glose, tautologie ou inventaire ? L’énumération descriptive dans la documentation catalane du xe au xiie siècle et L. Feller, Décrire la terre, p. 491-492.

21 RF IV, n° 692 (1035) : infra hos fines omnes ipsas res concedimus in integrum.

22 D’une des deux manières suivantes : voir par exemple RF III, n° 572 (1017-1020) : infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in perpetuum quantum michi pertinet... et n° 521 (1025) : infra ipsos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio omnem meam portionem in integrum ad suam proprietatem...

23 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : infra istos fines in integrum sextam partem, sicut michi evenit a meis germanis fratribus in sortem sive ab aliis nostris consortibus evenit michi vel fratribus meis, totam in integrum ipsam sextam partem concedo in suprascripto venerabili monasterio ; n° 555 (1026) : infra istos suprascriptos fines concedimus... ex nostra portione duas partes in integrum.

24 Pour l’indication de la superficie des biens-fonds aliénés, voir par exemple RF IV, n° 633 (1012) : infra istos fines concedimus per mensuram modiola II° adunata, iuxta ipsam ecclesiam quae vocatur Sanctae Agnes ; n° 635 (1012) : infra istos fines concedimus vobis... per mensuram modiola XVIII bona et arabilia. Pour la mention de terres exclues de la transaction, RF IV, n° 679 (1031) : infra omnes suprascriptos fines concedimus et ad proprietatem tradimus in suprascripto monasterio quantacumque michi eveniunt a paterno vel materno conquisito, sive consortibus meis. Exceptamus infra ipsos fines per mensuram sextaria III ; LL II, n° 2049 (1026-1027) : res... excepto casale quem tenet Girardus de Isa ab hoc monasterio et modiis XX et ecclesia Sancte Agnes et casale de Filazanis ; LL II, n° 2042 (1037) : res... sicuti Liudeni filius Maifredi concessit in hoc monasterio, excepto castello cum turribus quod tenet Berardus comes.

25 Il faut également y ajouter quelques contrats de concession de biens donnés précédemment à l’abbaye dans lesquels sont répétées les mesures figurant dans l’acte de donation : LL II, n° 2049 (1026-1027), n° 2051 (1027), n° 2046 (1033), n° 2045 (1035), n° 2047 (1038).

26 Dernier exemple dans la vallée du Turano : RF III, n° 328 (880) pour une vigne per mensuram pedis publici in longitudine pedum centum quinque et in latitudine pedem XXX. La rareté des actes entre la fin du ixe et le début du xie siècle interdit de dater précisément l’abandon de la mensuratio per latera, qui disparaît beaucoup plus tôt ici que dans d’autres régions et d’autres milieux du Latium, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 281 et suiv. et E. Hubert, Maisons urbaines et maisons rurales.

27 Voir le chapitre précédent. Sur la modification du système de description de l’espace et en particulier l’abandon des mesures linéaires, voir L. Feller, Décrire la terre, p. 506-507, qui met en relation le phénomène avec l’« incastellamento ». Pour la petite région qui nous occupe, le processus a précédé la mise en place de l’« incastellamento » qui ne paraît pas avoir modifié l’organisation de l’espace, ni sa perception par conséquent, avant la deuxième moitié du xie siècle : voir dans ce chapitre le paragraphe III et le chapitre suivant.

28 Quelques exemples : LL I, n° 148 (950), n° 157 (953), n° 328 (967) et n° 364 (981) pour une terre petia modia XXX ; RF IV, n° 633 (1012) : per mensuram modiola II° adunata ; n° 635 (1012) per mensuram modiola XVIII bona et arabilia ; RF III, n° 522 (1022) : XVI modiola de terra ; RF IV, n° 679 (1031) : Exceptamus infra ipsos fines per mensuram sextaria III ; n° 685 (1033) : omnem meam portionem quod est per mensuram modiola II ; n° 691 (1035) : exceptamus modiola duo ; n° 692 (1035) : modiola sex adunata ; n° 994 (1038-1045 ?) : infra istos fines quartaria sex ; n° 996 (1036-1038) : per mensuram modia II°. Après les années 1040, la mesure de la terre disparaît totalement des actes concernant la vallée du Turano.
Quelle différence entre le modium et le modiolum ? On observe que, sans ignorer modium, les actes du Régeste de Farfa donnent plus volontiers modiolum tandis que ceux du Liber Largitorius préfèrent modium, ceci même quand il s’agit de biens identiques, par exemple RF IV, n° 685 (1033) : donation à Farfa d’une portio quod est per mensuram modiola II et LL II, n° 2046 : rétrocession le jour même au donateur des biens susdits décrits cette fois per mensuram modia II. Une intervention de Gregorio da Catino n’est donc pas à exclure. A supposer que les deux mots décrivent des réalités différentes, on peut émettre l’hypothèse, parmi les explications possibles, que la différence entre muid et petit muid réside soit dans le type de calcul (cf. L. Feller, Décrire la terre en Italie centrale, p. 498-500) soit dans la mesure du pied utilisé : par exemple le pied de Liutprand (= pes cubitalis, soit un pied romain et demi) pour le muid (voir la note suivante), pied romain pour le petit muid.

29 RF III, n° 447 (1002) : Idest terram nostram quam nos habemus in territorio sabinensi in loco qui nominatur collis de sancto Martino, ubi dicitur villa terria, ad modiorum viginti et tres in integrum per unumquodque modium habentem per longitudinem cannas viginti et per latitudinem in omni loco habentem cannas decem, ad cannam pedum decem legitimi cubitalis mensuratam. Le muid est ainsi défini comme un rectangle de vingt cannes de longueur sur dix cannes de largeur, la canne mesurant dix pieds, du type legitimus cubitalis, soit 20 000 pieds carrés. Le pied utilisé, appelé legitimus cubitalis (soit un pied romain et demi) correspond à peu de choses près au pied de Liutprand, appelé dans la région pes publicus, legitimus ou summissalis, lequel mesure environ 0,44 m ; on obtiendrait ainsi pour le muid de Farfa environ 0,39 ha, au lieu de 0,23 ha retenu habituellement d’après les calculs de Luzzatto, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 459 note 1 ; C. Wickham, Studi sulla società degli Appennini nell’alto medioevo, p. 2930 (qui adopte pour Valva une mesure d’environ 0,5 ha). Voir aussi A. Mazzi. Nota metrologica. Un ragguaglio milanese nel secolo ix fra lo iugero romano ed il longobardo, p. 367 ; A. Chiavari, Misure agrimensorie altomedievali dell’Italia centrale. Il piede di Liutprando ed il moggio nell’area marchigiana nei secoli viii-xii, en particulier p. 912 sq et V. Villani, Per una storia della metrologia agraria medievale. L’area umbro-marchigiana e la marca d’Ancona, p. 17 sq. Sur le muid, voir en dernier lieu L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. xii-xiii, qui adopte un muid de 0,3 ha, et les considérations du même, Décrire la terre en Italie centrale, p. 495-502.

30 Seule l’inexactitude par défaut est naturellement évoquée, voir RF III, n° 598 (1043) : infra omnes suprascriptos fines concedimus... per mensuram modiola octo vel si plus mea res fuerit ; RF IV, n° 993 (1038-1044) : infra istos fines modiolum unum et si amplius invenire potueritis in hac carta permaneat sicuti michi pertinet ; n° 994 (1038-1045) : infra istos fines quartaria sex et si amplius invenire potueritis sicuti nobis pertinet in hac carta permaneat.

31 LL II, n° 2048 (1020), RF III, n° 519 (1022), n° 521 (1025), LL II, n° 2049 (1026-1027). Sur cette borne, voir plus bas le paragraphe I/B/1/b.

32 RF IV, n° 685 et LL II, n° 2046 (1033) pour une parcelle de moins de deux muids sise dans le lieu-dit Offiano et entourée ab omnibus lateribus petrae fixae ou encore LL II, n° 2043 (1035).

33 Pour d’autres régions où la mention du territoire pléban figurait d’ordinaire dans les localisations de terres, voir par exemple P. Cammarosano, La famiglia dei Berardenghi. Contributo alla storia della società senese nei secoli xi-xiii, p. 22-23 et J.-P. Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés, 715-1230, p. 116 sq et 202-203.

34 Cf. P. F. Kehr, Italia Pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, n°7 et 10 p. 23-24. Sur la géographie diocésaine et son évolution, voir dans ce chapitre (paragraphe B), le chapitre 9 (paragraphe I) et le chapitre 10 (paragraphe I/A).

35 Un seul notaire, Franco iudex et notarius, utilise indifféremment les trois systèmes : voir RF III, n° 450 (1012), 518-521 (1019-1025), 567 (1036), n° 569 (1030-1036), 570 (1038) ; RF IV, n° 633 (1012), 635 (1012), 679 (1031), 685 (1033), 692 (1035), 696 (1035).

36 Dans l’acte de 1038 (voir note 8), l’énumération des confronts commence de manière habituelle par l’expression ab uno latere, qui laisserait à supposer l’utilisation d’autres latera, deuxième, troisième, etc., mais se poursuit par la liste continue des propriétés voisines. Autre exemple en RF III, n° 567 (1036) où une propriété sise in vocabulo quod dicitur Puzalia ubi dicitur Malamorte ad ipsas macclas est ainsi délimitée : a primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam te-nuit Sinebaldus ascendentes in summum montem et tenentes filios Totonis et descendentes in pertinentiam de Ophiano ab ipso fossato de Sculcula, descendentes in rigum Sancti Martini et ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro et descendentes in rigum Sancti Angeli et in suprascriptum rigum qui dicitur Sancti Martini. Sur ce mode qualifié de « percursif », voir notamment L. Lagazzi, Segni sulla terra, p. 31 sq et A. Mailloux, Perception de l’espace, p. 41-43.

37 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 278-279 ; A. Mailloux, Perception de l’espace, p. 42.

38 Voir par exemple RF IV, n° 994 (1038-1045) pour la délimitation d’une terre de six quartaria au lieu-dit Puzalia maior : de uno latere terram Berardi comitis, de alio latere terram Petri presbiteri, de III° latere terram Petri Alberici, de IIII° latere via et RF III, n° 573 (1032) pour celle d’une vaste propriété au lieu-dit Malamorte s’étendant sur la quasi totalité du monte Croce : ab uno latere fines pertinentiae de Bibaro, a II° latere fines pertinentiae de Ophiano, a III° latere fines res haeredum de Ioseph et a IIII° latere terras tenentis haeredis Totonis.

39 Voir par exemple les actes de 1012 et 1017-1020 cités plus haut dans le texte (notes 6 et 7). Seul exemple où une terre n’est pas limitée par quatre côtés, le plus souvent de manière arbitraire, mais ici par cinq : LL I, n° 148 (950) : res in territorio Turano ubi Stephanianus dicitur, terre petiam I modia XXX : de IIbus partibus terra huius monasterii, de IIbus aliis terra quam sibi reservarunt, de capite flumen Turanum.

40 Parmi la quarantaine de confinationes datant de la première moitié du xie siècle, 12 le sont per capita et latera (dont 10 avant 1030) et 26 per latera dont 20 après 1030. Sur la confinatio per capita et latera, voir notamment A. Mailloux, Perception de l’espace, p. 39-40 et J.-M. Martin, Perception et description du paysage, p. 122-126.

41 Voir par exemple RF III, n° 518 (1019) : caput in terra de ipso Vivario, pedem in rigo Sancti Martini, de uno latere finis fossatus Stephani, de alio latere finis terra de monte de Portica quando pergit in rigum Sancti Martini.

42 Voir par exemple LL II, n° 2047 (1038) : a capite petrae fixe et tenentis huius monasterii cum consortibus, a II° heredis Octaviani, a pede et a IIII° latere heredis Totonis.

43 Exemple parmi d’autres : RF III, n° 520 (1022) : a capite tenente haeredes cuiusdam Totonis et haeredes cuiusdam Ioseph, a pede rivum qui dicitur Sancti Martini, ab uno latere fossatum qui descendit in suprascriptum rivum, ab alio latere terram tenentis haeredis cuiusdam Ioseph et descendentem in fossatum cum aqua currente et venientem in suprascriptum rivum Sancti Martini.

44 RF IV, n° 772 (1042-1043) : ipsam vallem in pede montis Sancti Iohannis, inter affines a capite viam publicam, a II° latere cacumen collis et tenentem Berardum comitem, a pede aliam viam publicam, a IIII° latere tenentem suprascriptum comitem ; même chose pour les n° 925 (1062) et 938 (1062-1065) qui sont les dernières attestations de ce système de confinatio pour la vallée du Turano.

45 RF III, n° 450 (1012), n° 555 (1026), n° 572-573 (1017-1020 et 1032). Voir par exemple pour la Pouille, J.-M. Martin. Perception et description de l’espace rural, p. 125, et pour le Languedoc, M. Bourin, Délimitation des parcelles, p. 76-77.

46 Voir RF III, n° 555 (1026) pour la délimitation de terres in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae, ab uno latere fluvius qui dicitur Turanus (à l’est), a II° latere fines Vulgarettae (au nord), a III° latere finem castelli vetuli quod vocatur de Puzalia venientes in rigum qui currit iuxta monasterium Sanctae Mariae de Puzalia et venientes in rigum qui dicitur Sancti Martini (à l’ouest et au sud-ouest), a IIII° latere fines Ophiani et ipsum suprascriptum rigum Sancti Martini (au sud) ; voir aussi les n° 572-573 (1017-1020 et 1032). Enumération en sens contraire : RF III, n° 450 (1012).

47 RF IV, n° 696.

48 LL II, n° 2045.

49 RF III, n° 598 (1043) et LL II, n° 2075 (1043) pour la rétrocession au fils du donateur.

50 A la différence de la plaine lucquoise des viiie-ixe siècles, cf. A. Mailloux, Perception de l’espace, p. 39-43.

51 Voir en particulier les observations de J.-M. Martin, Perception et description du paysage, p. 121 et suiv.

52 La massa Turana servait alors, on l’a vu au chapitre précédent, à localiser les biens-fonds. Pour des localisations in castaldatu reatino utilisées pour des terres situées dans d’autres micro-régions que la nôtre, cf. RF III, n° 336 (888), 340 (898), 345 (932) et 350 (936 ?).

53 Sur les circonscriptions du duché de Spolète, voir P. M. Conti, Il ducato di Spoleto e la storia istituzionale dei Longobardi ; H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen zur Geschichte des Herzogtums Spoleto und der Sabina von 800 bis 1100, passim et, pour notre région précise, p. 40-42 ; E. Saracco Previdi, Lo « sculdahis » nel territorio longobardo di Rieti (sec. viii e ix). Dall’amministrazione longobarda a quella franca ; S. Gasparri, Il ducato longobardo di Spoleto. Istituzioni, poteri, gruppi dominanti ; J.-P. Brunterc’h, Les circonscriptions du duché de Spolète du viiie au xiie siècle ; P. Santoni, Note sulla documentazione privata nel territorio del Ducato di Spoleto, p. 17-22 ; A. Sennis, Potere centrale e forze locali in un territorio di frontiera : la Marsica tra i secoli viii e xii, p. 13 et suiv. Pour d’autres régions, voir notamment V. Fumagalli, Città e distretti minori nell’Italia carolingia. Un esempio ; E. Taurino, L’organizzazione territoriale della contea di Fermo nei secoli viii-x. La persistenza della distrettuazione minore longobarda nel ducato di Spoleto : i gastaldati minori ; P. Galetti, Una campagna e la sua città. Piacenza e territorio nei secoli viii-x, p. 77-102. De manière générale, voir S. Gasparri, Il Regno longobardo in Italia. Struttura e funzionamento di uno stato altomedievale ; P. Delogu, L’istituzione comitale nell’Italia carolingia (Ricerche sull’aristocrazia carolingia in Italia, I) et V. Fumagalli, Il Regno italico.

54 RS, n° 1 (941) = D Ugo e Loth. n° 57, p. 170-172 : les rois Hugues et Lothaire donnent à Subiaco cortem unam iuris regni nostri positam in gastaldatu Turano que Sala dicitur... cum omni sua pertinentia omnibusque rebus ibidem aspicientibus coniacentibus in territoriis et finibus Sublacum et Ciculi et Reate atque Savini. Voir aussi le chapitre précédent à la note 72.

55 LL I, n° 148 (950) : in suprascripto Turano ubi dicitur Cornetum cum ecclesia Sancte Marine et omni pertinentia ipsius curtis infra cuncto gastaldato Turano et Ofigiano et Puzalia et Paganeco et Baccareto ; RF III, n° 450, RF IV, n° 633 et n° 635 (tous trois de 1012) : in comitatu Reatino in castaldato Turano in loco qui nominatur Puzalia in pertinentia de Malamorte.

56 RF III, n° 569.

57 Voir respectivement LL I, n° 148 : in territorio Turano ubi Stephanianus dicitur ; in suprascripto Turano ubi dicitur Cornetum ; n° 328 et n° 364 : in territorio Turano ubi dicitur Paganicum.

58 Pour la donation par Louis II à l’abbaye de Farfa d’une terre sise dans la valle quae nuncupatur Turana, voir ci-dessus, chap. 6/I/B. C’est la fonction originelle des gastalds que d’être administrateurs des patrimoines fiscaux : cf. notamment J.-P. Brunterc’h, Les circonscriptions du duché de Spolète, p. 222-223 ; P. Delogu, L’istituzione comitale, p. 67, 76 sq ; E. Saracco Previdi, Lo « sculdahis » nel territorio longobardo di Rieti, p. 666-667. Pour une autre région, voir J. M. Martin, La Pouille du vie au xiie siècle, p. 226.

59 Outre le diplôme des rois Hugues et Lothaire cité à la note 54, voir également la confirmation des biens de Subiaco délivrée par Otton Ier en 967 (RS, n° 3 = DO I, n° 336) où, parmi les biens de Subiaco situés dans le territorium Reatinum, est confirmée la cortis Sale et Carsoli in integrum cum omnibus sibi ubique adiacentibus pertinentiis. Similiter cuncta que in Ciculis et in Reatino Savinensis et in omni Marsicano territorio ou encore celle délivrée par le pape Grégoire V en 997 (RS n° 13) où le domaine appelé Sala civitas qui vocatur Carsoli est situé infra Reatino et Ciculano et Marsicano territorio.

60 LL I, n° 148 (950) cité à la note 55.

61 RS n° 210 (993) pour une donation à l’abbaye de Subiaco de biens-fonds situés dans les fines Carsoli effectuée par les comtes des Marses Rainaldo, son fils Bérard, et son frère l’évêque de Forcona Gualtiero. La donation, faite in territorio Carsolano, l’a été notamment en présence d’Ildebrando vice comes de Carsoli. Voir aussi E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensi Accessiones, I, p. 101 pour la fondation par le comte des Marses Rainaldo d’un monastère in territorio Carzulano (Santa Maria in Cellis près de l’actuelle Carsoli) en 1000. Sur les comtes des Marses, voir A. Sennis, Potere centrale e forze locali et sur leur présence dans la vallée du Turano le paragraphe II/A dans ce chapitre et dans le chapitre 8 le paragraphe I. Sur les vicomtes, voir notamment Formazione e strutture dei ceti dominanti nel Medioevo : marchesi, conti e visconti nel Regno italico (secc. IX-XII), 1 et 2, en particulier dans le vol. 2 la contribution de Cinzio Violante, Marchesi, conti e visconti tra circoscrizioni d’ufficio, signorie e feudi nel Regno italico (secc. ix-xii) ; cf. aussi J.-P. Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés, 715-1230, p. 410-415.

62 RF III, n° 328.

63 Pour les étapes de la conquête et, en particulier, la fluctuation des confins entre le duché romain et le duché de Spolète, voir surtout B. Bavant, Le duché byzantin de Rome. Sur l’institution du duché de Rome à la fin du viie siècle, plutôt qu’à la fin du vie siècle comme le veut Bernard Bavant, voir notamment P. Delogu, La storia economica di Roma nell’alto medioevo, p. 22, note 33.

64 Cf. Codex Carolinus, éd. W. Gundlach, n° 60 (778), 68-72 (781-782). Le Ludovicianum (J.F. Böhmer et E. Mühlbacher, Regesta Imperii, I, n° 622) a été consulté dans J. Haller, Die Quellen zur Geschichte der Entstehung des Kirchenstaates, p. 238-241, que nous avions sous la main et qui reproduit l’édition de Th. v. Sickel, Das Privilegium Ottos I. für die römische Kirche, p. 174 sq. Pour une édition plus récente, voir H. Führmann, Quellen zur Entstehung des Kirchenstaates, p. 76-79. Le passage bien connu du Ludovicianum relatif à la terminatio est le suivant : Eodem modo territorium Sabinense, sicut a genitore nostro Karolo imperatore beato Petro apostolo per donationis scriptum concessum est sub integritate, quemadmodum ab Itherio et Magenario abbatibus missis illius inter idem territorium Sabinense atque Reatinum definitum est. Sur cette question, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 938-945 et, récemment, S. Gasparri, La frontiera in Italia (sec. vi-viii), p. 15-16 ; A. Sennis, Un territorio da ricomporre : il Lazio tra i secoli iv e xiv, p. 39-41. On pourra voir aussi H. Hubert, Études sur la formation des États de l’Église, p. 51-64.

65 Voir le privilège de Marin II définissant les confins du diocèse de Sabine en 944 (cf. aussi plus loin dans ce paragraphe) : veniensque in cacumine Montis Nigri pergensque in casalem longum in ipsum staffilum. Et ab ipso affine pergit ad Leones Montanianum. Pour les différentes éditions du privilège de Marin II, voir P. F. Kehr, Italia pontificia. II. Latium, n° 3 p. 54 et H. Zimmermann, Papstregesten 911-1024, n° 180, p. 69-70. Nous avons utilisé celle donnée par M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, p. 211-213. Pour le casale qui vocatur Collis Longus : RF IV, n° 771 (1043), cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 384. Sur le sens de staffile, cf. ibid., p. 278, note 2 ; D.A. Bullough, An unnoticed medieval italian Staffile « post, esp. boundary-post » ; S. Gasparri, La frontiera in Italia, p. 14.

66 RF II, n° 290 (853) : pede tenentes in fine sancti Petri de Roma ; n° 292 (854) : pedem mittens in fine sancti Petri in monte Cacuno ; 295 (855) : pedem tenentem in rivo sancti Petri de Roma in monte qui dicitur Cacunus ; RF III, n° 306 (872), qui ne mentionne plus le finis sancti Petri, précise en revanche : in rivo de Cacuno et usque in illa murella. Une inscription y a été trouvée en 1761 :...(I)ovi Cacuno f(aciundum) c(uravit) ; cf. A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 192-193. Sur le gualdus, voir aussi le chapitre 6, paragraphe I/A/4.

67 LL II, n° 2048 (1020) : veniente in petram fixam de colle Foce... fossatus ascendens in petram fixam et venit in suprascriptum volubrium et in petram naturalem ; n° 2049 (1026-1027) : rigus Stephani ascendente in petram fixam et veniente in volubrium et petram naturalem ; RF III, n° 519 (1022) : fossatum qui dicitur Stephani ascendentem in volubrium et petram fictam et per ipsum suprascriptum fossatum descendentem in suprascriptum rivum ; n° 521 (1025) : a capite volubrum et petram fictam naturalem et serram quae distat intre Vivarium et Malam Mortem. Sur les pertinentiae de Malamorte et de Vivaro, voir plus loin le paragraphe II/A/4.

68 Pour les deux dernières bornes, voir L. Travaini, I confini territoriali dell’abbazia di Subiaco, p. 91-95, avec toutes les citations documentaires utiles et leur commentaire.

69 Cf. DO I, n° 235 (962) et DH II, n° 427 (1020).

70 Elle s’accentua du reste par la suite comme en témoigne la curtis de Sala iuris regni nostri donnée par les rois Hugues et Lothaire à Subiaco en 941 : voir le paragraphe précédent.

71 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 943-944 et 984 sq.

72 Pour les différentes éditions de la pancarte de Marin II, voir la note 65. Le passage concernant les confins du diocèse qui nous intéresse est le suivant : Et ab ipso affine provenit in confinio ut devenit in scampna procurrens in confinio Reatino et ab ipso affine venit in montem qui vocatur Tancia. Et inde pergens procurrit aquam frigidam quae descendit in Tancia. Et ab ipsis affinibus venit in Murum Sabellianum veniensque in cacumine montis Nigri (Montenero), pergensque in casalem longum in ipsum staffilum. Et ab ipso affine pergit ad Leones montanianum (Monteleone Sabino). Deinceps venit in rivum qui vadit juxta Sancta Victoriam Trybilensem (Santa Vittoria à Trebula Mutuesca) deinde ascendit in montem qui vocatur Carbo, et per Aquam Mensam (Acquamezza) devenit in flumen Torritii (Turano) et per ipsam faldata decurrit in Carzoli et venit in Campum sacrum.

73 En 853, la cession à Farfa des dix portions du gualdus qui étaient situées jouxte la frontière et que le cédant, Adelbert fils du gastald Teudipert, avait acquises du gastald franc s’est faite en présence d’un missus pontifical, l’évêque Cholonius : RF II, n° 290.

74 L’Ottonianum de 962, confirmant au pape Jean XII en particulier le territorium Sabinense sicut a domno Karlo imperatore antecessore nostro beato Petro apostolo per donationis scriptum concessum est sub integritate (sans reprendre la précision du Ludovicianum sur la definitio entre le territorium Sabinense et le territorium Reatinum) ajouta notamment de proprio nostro regno civitates et oppida cum piscariis suis, id est Reatem, Amiternum, Furconem, Nursiam, Balvam et Marsim et alibi civitatem Teramnem cum pertinentiis suis (DO I, n° 235, p. 325, l. 15-16 et 31-35), cession confirmée par Henri II au pape Benoît VIII : DH II, n° 427.

75 Sur les limites du diocèse de Rieti au xiie siècle, telles que les donnent les privilèges des papes Anastase IV (1153) et de Lucius III (1182), éditions citées par P. F. Kehr, Italia pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, n° 7 et 10, p. 23-24 (utilisées dans l’édition de M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, p. 265-272), voir le chapitre 9, paragraphe I et, pour les xiiie et xive siècles, le chapitre 10, paragraphe I.

76 RS, n° 3 = DO I, n° 336. Cf. R. Morghen, Le relazioni del monastero sublacense col papato, p. 217-218 ; P. Delogu, Territorio e cultura fra Tivoli e Subiaco, p. 33 ; L. Travaini, I confini territoriali dell’abbazia di Subiaco, p. 94, note 12. Sur Sant’Anatolia, cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 247-251.

77 Voir notamment à ce sujet les observations de S. Gasparri, La frontiera in Italia (sec. vi-viii), p. 16.

78 Pour des actes mentionnant le territorium Reatinum, voir notamment LL I, n° 105 (949) : in territorio Reatino ubi dicitur Basche curtem nostram que vocatur Sancti Iustini ; RF III, n° 403 (986) : in territorio Reatino et loco qui nominatur ad illas vascas (tous deux autour de l’actuelle Rocca Sinibalda) ; RF IV, n° 634 (1012) : in territorio Reatino ubi dicitur Puzalia ; RF III, n° 518 (1019) : in territorio Reatino in loco qui dicitur Malamorte ; RF III, n° 519 (1022) ; RF III, n° 520 (1022) ; RF III, n° 555 (1026) : in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae ; RF IV, n° 679 (1031) : in territorio Reatino in loco qui dicitur Ophianus ; RF III, n° 573 (1032), etc. Pour le comitatus Reatinus, voir les notes suivantes.

79 RF III, n° 450, RF IV, n° 633 et n° 635 (tous trois de 1012) : in comitatu Reatino in castaldato Turano in loco qui nominatur Puzalia in pertinentia de Malamorte.

80 RF III, n° 569.

81 RF III, n° 406-407 (Otton II, 981 = DO II, n° 244 et 249) ; 413 (Otton III, 996 = DO III, n° 203) ; 425-426 (998 = DO III, n° 277-278), etc. Sur les comtes de Rieti, voir en premier lieu H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 46-52. Sur les comtes Gottifredus, dont le père, Joseph, avait été vassal impérial et peut-être gastald de Rieti en 888 (RF III, n° 336), attesté en 920 et mort avant 922, et son fils Joseph, qui défit les Hongrois devant Rieti en 942, attesté également en 955 et mort avant 982, voir l’arbre généalogique dressé par P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, t. 2, p. 993-995 ; quelques compléments dans T. Leggio, Le fortificazioni di Rieti dall’alto medioevo al rinascimento, notes 48, 53 et 60, p. 64-65. Signalons également un Joseph, gastald de Rieti en 829 (RF II, n° 270). Après les comtes Gottifredus et son fils Joseph, le titre comtal passa à un rameau de la famille comtale des Marses avec le comte Teudino, fils du comte Bérard Ier des Marses, qui présida en 982 un plaid à Rieti avec le missus Pierre, évêque de Pavie et archichancelier (RF III, n° 399 = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198 ; voir aussi F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin du viiie siècle au début du xie siècle, p. 300-301) et en 1000 (RF III, n° 443 = C. Manaresi (éd), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 257).

82 Voir par exemple RF V, n° 1095 (1084) : in territorio sabinense in loco qui dicitur Petra Daemone (situé à l’ouest d’Orvinio ; voir ci-dessous note 87). Voir d’une manière générale H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 1-35 et P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, en particulier p. 941-945.

83 RF IV, n° 776 (1044) : in comitatu Tyburtino in castello quod Portica vocatur ; RF V, n° 1205 (1110) : in territorio Tiburtino quod est castrum quod vocatur Porcilis. Pour les limites du diocèse de Tivoli au xe et au xie siècle, voir les privilèges pontificaux dont la liste est donnée par P. F. Kehr, Italia pontificia, II. Latium, p. 76-78. Sur le Tiburtin et le « Sublacense » à cette époque, voir principalement R. Morghen, Le relazioni del monastero sublacense col papato, la feudalità e il comune et, dans les actes du colloque « L’eredità medievale nella regione tiburtina (Tivoli, 1979) », les contributions de P. Delogu, Territorio e cultura fra Tivoli e Subiaco nell’alto Medio Evo, L. Travaini, Rocche, castelli e viabilità tra Subiaco e Tivoli, J. Coste, I confini occidentali della diocesi di Tivoli et O. Amore, Per una storia della valle del Licenza.

84 Pour le territorium Carsulanum, voir RF III, n° 572 (1017-1020), RF IV, n° 925 (1062), n° 988 (1069), RF V n° 1070 (1085). Quelques informations dans M. Sciò, L’incastellamento del Carseolano nei secoli x e xi.

85 Pour le territorium Ciculanum, voir notamment LL I, n° 140 (947) LL II, n° 2042 ; RF III, n° 570 (1038). Sur le Cicolano, voir en particulier M. F. Perotti, Per la storia degli Equicoli in età romana ; A. R. Staffa, L’assetto territoriale della Valle del Salto fra la tarda antichità ed il medioevo ; Id., Il basso Cicolano dalla tarda antichità al secolo xiii, A. Di Nicola, Il governo dei Mareri a Petrella Salto e nel Cicolano nei secoli xiii e xiv ; A. Cortonesi, Ai confini del Regno. La signoria dei Mareri sul Cicolano fra xiv e xv secolo ; N. Christie, Excavations and Survey at the Castle and Villages of Medieval Rascino (Cicolano, Central Italy), avec les renvois aux publications préliminaires du « Cicolano Castles Project » ; T. Leggio, Il castello di Rascino nel medioevo.

86 RF V, n° 1041 (1072-1079) : in territorio Marsicano in castello qui dicitur Tuphum. Pour les limites du diocèse des Marses (dont les avatars au milieu du xie siècle sont évoqués dans le chapitre 8, paragraphe I/C) au début du xiie siècle, voir la bulle de Pascal II à l’évêque Bérard (1114), éditions citées par P. F. Kehr, Italia pontificia, IV Umbria, Picenum, Marsia, n° 4 p. 241 ; pour le xive siècle, cf. P. Sella, Rationes Decimarum Italiae. Aprutium-Molisium, p. 19 et suiv. Sur les Marses, voir A. Sennis, Potere centrale e forze locali in un territorio di frontiera : la Marsica et Id., Strategie politiche, centri di potere e forme di inquadramento territoriale nella Marsica.

87 Cf. LL I, n° 105 (949) ; RF III, n° 403 (986 ; première attestation d’une rocca) ; RF V, n° 1317 (début du xiie siècle). Sur l’« incastellamento » de Rocca Sinibalda, voir dans ce chapitre le paragraphe III/A.

88 RF V, n° 1111 : en 1086, les filii Hilperini donnent à Farfa res nostras et castella nomina eorum Trebula et castellum de Hilperino, et castellum de Ginestra et podium de Pizo et podium de cauda moza et castellum de Hugo... omnia posita sunt in territorio Reatino et in territorio sabinensi. En 944, la limite du diocèse de Sabine jouxtait Santa Vittoria sans l’inclure (voir ci-dessus la note 67) : au milieu du xiie siècle, la pieve de Santa Vittoria in Tripula dépendait effectivement du diocèse de Rieti : voir le privilège d’Anastase IV de 1153, éd. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, p. 266.

89 RF V, n° 1095 (1084) et 1255 (1090).

90 Pour la localisation de Rocca Salice, cf. A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 190-192.

91 La moitié de la rocca ubi dicitur Salicis a été donnée à Farfa par le comte de Rieti Teudino en 1083, en même temps que la moitié de Capo Farfa, Cerdomare, de Poggio Moiano, de Scandriglia et de Petra Demone : RF V, n° 1083. L’acte ne précise pas l’appartenance des sites aux comtés, spécifiée en revanche dans le territorium Sabinense pour Capo Farfa, Cerdomare, Scandriglia et Petra Demone dans les deux actes des cessions en faveur de l’abbaye faites par son fils Erbeo en 1084 et 1090 (RF V, n° 1095 et 1255). En 1092, lorsque les Guidoneschi donnèrent à Farfa leurs biens comprenant le castrum Antoni, une part du castellum de Colle longo, le castellum Vecclum, Petra balda, une part d’Aqua Mezza, le castellum de Bulgaretta ainsi que leur part de Rocca de Salce, les sites sont localisés in cuncto territorio Sabinensi etiam et in comitatu Reatino : RF, V, n° 1130 (1092).

92 Très nombreuses attestations de l’appartenance du locus qui dicitur Puzalia (sur lequel on verra le paragraphe suivant) au comitatus Reatinus : RF III, n° 450 (1012), n° 518-521 (1019-1022), n° 555-556 (1026), n° 567 (1036), n° 573 (1032) ; RF IV, n° 633-635 (1012), confirmée également par les diplômes impériaux, par exemple dans celui de Henri II du 9 avril 1019 confirmant en particulier la donation de RF III, n° 450 (1012) : RF III, n° 525 (= DH II, n° 405). Pour l’appartenance de Canemorto au comté de Rieti, voir notamment RF V, n° 1045 (1078-1080) : Ratterius filius Ratterii de comitatu Reatino habitator in Canemortuo.

93 RF V, n° 1095 (1084) et 1255 (1090) : cession à l’abbaye de Farfa par le comte de Rieti, Erbeo, fils de Teudino, de Pietra Demone, Scandriglia, Cerdomare et Capo Farfa situés dans le territorium Sabinense, inter affines : a primo latere cripta quae vocatur Fornicaria, pergentes in roccam de Sinebaldo et venientes in Turanum et per ipsum fluvium Turanum abeuntes in Puzaliam et pergentes in Canem Mortuum et quomodo vadunt in Porcili et pergunt in Macclam Felcosam et veniunt in Montem Aureum et pergunt in Ponticellum et veniunt in Vicum novum et quomodo pergunt in Frassum et veniunt in rivum nigrum et per ipsum rivum pergunt in suprascriptam criptam Fornicariam.
Sur Pietra Demone, voir en particulier P. Delogu et O. Amore, Insediamenti medievali alle falde dei Lucretili, p. 386-387 et J. Coste, I villaggi medievali abbandonati dell’area dei monti Lucretili, p. 395-396.

94 RF IV, n° 776 (1044) pour le castellum quod Portica vocatur situé dans le comitatus Tyburtinus et RF V, n° 1205 (1110) pour le castrum quod vocatur Porcilis dans le territorium Tiburtinum. Un acte de 1074 localise cependant la rocca de Licentia dans le comitatus Reatinus : RF IV, n° 1017.

95 RF IV, n° 938 (1062-1065) pour la localisation du locus ubi Capistrellus vocatur dans le territorium Reatinum. Le lieu-dit est situé sur le versant occidental du monte Croce au sud du territoire de Sant’Agnese. La frontière méridionale du comté de Rieti suivait par conséquent soit le fosso delle Pezzette et englobait dans ce cas Vallinfreda, documenté à partir de la deuxième moitié du xie siècle, soit le fosso del Diavolo un peu plus au nord et n’incluait dans ce cas que Vivaro sur la fondation duquel on verra le chapitre 8, paragraphe II/A/1.

96 E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 212-213 (1096) : in territorio Carsulano in castello quod vocatur Auricula.

97 RF IV, n° 988 (1069) : in loco qui Tuphus vocatur territorio Carsulano. RF IV, n° 1017 (1074) situe pourtant le castellum in loco qui nominatur Luculus qui super nomen Tuphus vocatur dans le territorium Reatinum.

98 Voir la délimitation des biens situés dans la pertinentia de Ophiano, qui englobe en particulier Nespolo, en RF III, n° 570 (1038) : la pertinentia est limitée à l’est par : finis pertinentiae Berardi comitis filii Rainaldi et finis pertinentiae filiorum Haerimanni et finis pertinentiae de Cicolanis. Voir aussi RF V, n° 1016 (1075) pour les confins du castellum quod dicitur Montalianum : de uno latere res ipsorum comitum qui sunt de comitatu Marsicano et res filiorum quondam Arimanni.

99 On observera ainsi que, pour les notaires du moins, le mot territorium ne renvoyait pas au diocèse mais était synonyme de comitatus, lequel dépassait les limites du diocèse de Rieti, en particulier sur la rive gauche du Turano.

100 Cf. P. Brezzi, Roma e l’Impero medioevale, p. 179 et suiv.

101 Nombreux exemples : RF IV, n° 605 (1010) : Temporibus domni Sergii sanctissimi IIII papae et viri venerabilis Rainerii aepiscopi, et Crescentii comitis rectorisque territorii Sabinensis... Actum in territorio Sabinensi... Ego Franco notarius complevi et finivi ; n° 606-607 (1010) ; 614-615 et 618-619 (1011), tous les quatre avec la mention de Iohannes patricius Romanorum ; 623 et 632 (1012). Franco s’intitule tantôt dativus et notarius et tantôt iudex. Sur les juges datifs, juges occasionnels et arbitres choisis par les parties avant le milieu du xie siècle, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1217-1220.

102 Franco iudex et notarius de territorio Sabinensi per iussionem domni Berardi comitis : RF III, n° 450 ; RF IV, n° 633 et 635, tous trois de 1012. Sur le comte Bérard, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 49-50.

103 RF III, n° 450 : Regnantis domni Heinrici, divina ordinante providentia, excellentissimi regis, anno in Hitalia nono, et domni Rainerii ducis et marchionis... Actum in comitatu Reatino. Donation que Henri II confirma à Farfa en 1019 : In comitatu Reatino terra quam Transaricus Sanctae Mariae largitus est : RF III, n° 525 = DH II, n° 405.

104 RF IV, n° 633-635 : Regnantis domni Heinrici, divina ordinante providentia excellentissimi regis, anno regni in Hitalia VIIII°, et domno Rainerio duce et marchione... scripsi ego Franco iudex et notarius territorii Sabinensis per iussionem domni Berardi comitis. Actum in comitatu et territorio Sabinensi. Il s’agit d’une donation et de deux ventes de terres et d’un moulin sis in comitatu Reatino in castaldato Turano in vocabulo Puzalia faites par Guelto f. Odelrici et Bérard f. Guinisii de civitate Reatina à l’abbaye de Farfa. Franco fit de même quelques années plus tard lorsqu’il instrumenta à Rome pour le compte de Bérard et toujours pour des biens-fonds situés au même endroit : RF III, n° 518-512 (1019-1025). En septembre 1012, il data en revanche plusieurs actes relatifs à des biens-fonds sis in territorio Sabinensi in loco qui dicitur Arnarius et dressés également in Sabinis selon le pontificat de Benoît VIII : RF IV, n° 642-643.
Entre autres documents, les trois actes de 1012 certifient que Franco iudex et notarius et Franco dativus et notarius sont une seule et même personne : dans les n° 633 et 635, il s’intitule iudex et notarius territorii Sabinensis per iussionem Berardi comitis, dans le n° 634, tantôt iudex et tantôt dativus et notarius ; les trois actes sont établis en même temps (le jour manque) pour l’oncle et le neveu, ensemble ou séparément, et en présence des mêmes témoins. P. Santoni, Note sulla documentazione privata nel territorio del Ducato di Spoleto, p. 142, ne les identifie pas.

105 RF III, n° 522 pour la convenientia et le n° 520 (1022) pour la donation à Farfa de la terre in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et objet de la contestation. Le vicomte Burrellus est connu par d’autres documents : voir par exemple RF III, n° 474 (1007) pour la notice d’un jugement rendu par l’évêque de Sabine Rainerius et les vicomtes Guido et Burellus, le document étant daté en particulier du temps de Crescentius et Otton comites territorii Sabinensis. Autres indications dans H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 34. D’une manière générale, sur les mécanismes du pouvoir à Rome et dans le Latium pendant les premières décennies du xie siècle, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1015-1038.

106 RF III, n° 555 (1026) : rigum qui currit iuxta monasterium sanctae Mariae de Puzalia. Cf. I. Schuster, Il monastero del Salvatore e gli antichi possedimenti farfensi nella Massa Torana, p. 50-57 (l’église Santa Maria in loco qui nominatur ad illa plana mentionnée en RF III, n° 497 de 1015, dont la possession par Farfa a été confirmée par Henri V en 1118 (RF V, n° 1318, p. 303), ne correspond pas au monastère de Pozzaglia qui n’a jamais dépendu de Farfa) ; notice et bibliographie dans le Monasticon Italiae, I : Roma e Lazio, p. 154 auquel on pourra ajouter D’Achille, Orvinio, p. 218-219 et E. Parlato et S. Romano, Roma e il Lazio, 376-379, avec des compléments bibliographiques. L’église aurait été reconstruite au xie siècle, réutilisant notamment des éléments architectoniques et décoratifs de l’édifice antérieur, peut-être du xe siècle.

107 Voir le chapitre 10 au paragraphe I/A. Pour des mentions de ses propriétés, qui restent exceptionnelles, voir notamment RF IV, n° 938 (1062-1065).

108 Sur les voies de communication, voir plus loin dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/b.

109 LL II, n° 2042 : pro rebus in Ophiano : a I° latere pertinentia Carsoli, a II° latere Tore, a III° latere pertinentia Pozalie, a IIII° latere pertinentia Ciculi.

110 Voir le chapitre précédent aux paragraphes I/A/1 et I/A/3.

111 LF, p. 68, n° 371 et p. 246-247, n° 482. Sur les desseins de l’auteur du liber floriger, voir le chapitre 1, au paragraphe II/A.

112 Voir respectivement RF III, n° 569 (1030-1036) : in territorio Reatino in castaldato de Ophiano in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis ; RF IV, n° 776 (1044) et surtout LL II, n° 1233 (1047-1089) : in territorio Ophiano vocabulo villa de Cervia.

113 LL II, n° 2042 (1037) cité plus haut note 103.

114 Voir principalement RF III, n° 570 (1038).

115 LL II, n° 1233 (1047-1089).

116 LL II, n° 2043 (1035).

117 RF III, n° 572 (1017-1020), n° 567 (1036).

118 Voir les actes cités aux notes précédentes.

119 RF IV, n° 994 (1038-1045) : in loco qui nominatur Puzalia maior.

120 LL II, n° 2043 (1035) : res in Pozalia minori, a I° latere pes Montis Aurei. Voir aussi A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 188-190.

121 Pour une région voisine, voir C. Wickham, Historical and Topographical Notes on Early Mediaeval South Etruria (1979), p. 89-90.

122 Le castellum vetus quod vocatur de Puzalia est documenté en 1026 (RF III, n° 555) ; le castellum de Ophiano en 1038 (RF III, n° 570). Voir dans ce chapitre le paragraphe III.

123 Voir dans ce chapitre le paragraphe II/A.

124 RF III, n° 569.

125 Voir LL II, n° 2048 (1020) : pro rebus in Malamorte, a capite Volubrium et veniente in petram fixam de colle Foce et per scrimen ipsius collis venit in alium collem qui distat inter ipsam terram et tenimentum filiorum Camponis ; RF III, n° 521 (1025) : a capite volubrum et petram fictam naturalem et serram quae distat inter Vivarium et Malam Mortem ; RF IV, n° 691 (1035) : in valle quae est suptus Montem Aureum ; LL II, n° 2043 (1035) : a I° latere pes Montis Aurei ; RF III, n° 567 (1036) : a primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam tenuit Sinebaldus ascendentes in summum montem et tenentes filios Totonis et descendentes in pertinentiam de Ophiano ab ipso fossato de Sculcula, descendentes in rigum Sancti Martini et ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro... ; RF III, n° 570 (1038) : omnem pertinentiam de Monte Pescloso et in monte ubi est aecclesia Sancti Iohannis ; RF IV, n° 772 (1042-1043) : ipsam vallem in pede montis Sancti Iohannis... a II° latere cacumen collis ; LL II, n° 1233 (1047-1089) : a IIII° latere res de capite serra de Cervia.

126 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : a III° latere rivus Sancti Martini descendens in rivum de Cartofaco et per ipsum rivum ascendit in terram filiorum Ioseph et filiorum Guidonis, a IIII° latere... et pertinentia de Ophiano quomodo descendit in suprascriptum rivum Sancti Martini ; LL II, n° 2049 (1026-1027) : ab uno latere rigus Stephani ascendente in petram fixam et veniente in Volubrium... ab alio latere pertinentia Bibarii et descendente in rigum Sclavi et in rigum Martini ; RF III, n° 567 (1036) : a primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam tenuit Sinebaldus ascendentes in summum montem et tenentes filios Totonis et descendentes in pertinentiam de Ophiano ab ipso fossato de Sculcula, descendentes in rigum Sancti Martini et ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro.

127 Voir cependant RF III, n° 518 (1019) : de alio latere finis terra de monte de Portica quomodo pergit in rigum Sancti Martini ; RF IV, n° 696 (1035) : a IIII° latere ipsum montem ubi est suprascriptum castellum qui dicitur Castellione ; LL II, n° 2045 (1035) : a IIII° latere mons ipsius castelli ; RF III, n° 570 (1038) : omnem pertinentiam de monte Pescloso et in monte ubi est aecclesia Sancti Iohannis ; RF IV, n° 772 (1042-1043) : ipsam vallem in pede montis Sancti Iohannis... a II° latere cacumen collis ; voir ci-dessous le paragraphe sur le paysage bâti.

128 Voir respectivement RF IV, n° 996 (1036-1038) ; RF III, n° 520 (1022) ; RF IV, n° 635 (1012). Voir la feuille correspondante du Cadastre grégorien : ASRoma, Catasto gregoriano, Rieti, 144. Sur la circulation des eaux, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 152 sq.

129 A la différence du Languedoc par exemple, cf. M. Bourin, La géographie locale, p. 36.

130 Le Liber Largitorius ne donne que 11 actes intéressant la moyenne vallée du Turano pour la première moitié du xie siècle, s’échelonnant entre 1020 et 1043 (LL II, n° 2042-2051 et 2075) et 2 seulement pour la seconde moitié du siècle (LL II, n° 1233 et 1264).

131 Dans la région, les contrats agraires avec prélèvement en nature sur la production sont les moins nombreux, réduisant d’autant nos informations sur la diversité des cultures (LL II, n° 2043, 2044, 2046 et 2075). Sur tout ceci, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 516-549.

132 Les énumérations sont limitées à quelques éléments, généralement du type : cum casis, vineis, terris, pomis et arboribus suis et cum introitu et exitu suo et omnibus infra se et super se habentibus in integrum (RF III, n° 519 de 1022, n° 520, n° 521, n° 569, n° 573, n° 598 ; RF IV, n° 633, n° 635, n° 685, n° 692, n° 696, n° 772). Pour un cas unique où la description est plus fournie : casis, terris, vineis, cultis et incultis, item agrestis cum silvis et salectis suis et omnibus infra se vel super se habentibus (RF III, n° 572 de 1017-1020). On notera l’absence des prairies naturelles ou entretenues (campum, pascuum, pratum) dans les énumérations ; sur celles-ci, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 226-227.

133 Les toponymes formés à partir du couvert végétal ou du paysage humanisé et cultivé sont très rares : relevons le mons qui dicitur Ornecta (RF III, n° 567), le locus qui dicitur maccla (RF III, n° 520, n° 522), le vocabulum qui dicitur macerae (RF III, n° 555), le vocabulum ubi dicitur campus Coniuli (RF III, n° 569), le vocabulum ubi dicitur Vespulum (Nespulum) (RF III, n° 570), le locus ubi dicitur campus de Asti (RF IV, n° 691), ubi dicitur vallis de agri folito (RF IV, n° 692) et le vocabulum ubi dicitur Porcili (RF IV, n° 685).

134 Dans la confinatio, les notaires n’indiquaient jamais ici la nature des cultures, se contentant du simple terra, et rarement le nom des tenanciers des confronts, à la différence du Languedoc par exemple, cf. M. Bourin, La géographie locale, p. 37.

135 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 167-198 sur la végétation et 206-300 sur la structure agraire. Pour la fin du Moyen Âge, on verra l’étude qu’Alfio Cortonesi a consacrée au Cicolano, Ai confini del Regno. La signoria dei Mareri sul Cicolano fra xiv e xv secolo, en particulier aux pages 279-312.

136 Plusieurs échantillons de charbons de bois ont été prélevés lors de la fouille du château de Castiglione, en vue de datations au radiocarbone (voir le chapitre 5 pour les premiers résultats) et d’analyses anthracologiques qui ont été confiées à Mme Aline Durand que nous remercions vivement. Les résultats seront publiés dans le volume monographique consacré au château de Castiglione. Pour l’apport de l’anthracologie à l’étude des paysages, voir son beau livre sur Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiie siècles).

137 RF III, n° 572 pour une énumération descriptive de biens-fonds qui s’étendaient de part et d’autre du Turano au lieu-dit Offiano qui fait mention de saulaies en 1017-1020 ; elles y sont citées en dernière place de l’énumération : terris, vineis, cultis et incultis, item agrestis cum silvis et salectis suis et omnibus infra se vel super se habentibus (même place dans les Abruzzes, cf. L. Feller, Les Abruzzes médiévales, p. 325) : qu’en déduire ? Sur les saulaies, voir en particulier A. Durand, Les paysages médiévaux, p. 348 et suiv. et F. Menant, Campagnes lombardes, p. 208 et suiv. Voir aussi S. Passigli, L’ambiente naturale delle zone umide nella toponomastica del Lazio medievale.

138 RF IV, n° 938 (1062-1065) : Guinizo fils de Bérard, demeurant au lieu-dit Capistrellus, donne à Farfa l’église Sant’Angelo, une terre et une vigne voisines ainsi que la moitié d’un moulin tout en se réservant la propriété des chènevières de la vallée du rio di Petescia (excepto ipsas canapinas quas michi reservo). Sur la culture du chanvre, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 217-220.

139 LL II, n° 2075 (1043) pour la concession de terres in Ophiano vocabulo Castellione où le cens requis était de musti mundi quartaria III et nucum quartarium I. Sur la juxtaposition de la viticulture à l’arboriculture, qui ne permet pas de parler de « coltura promiscua » au sens strict, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 258-266 ; pour une autre région, voir A. Durand, Les paysages médiévaux, p. 339 et suiv.

140 RF III, n° 567 de 1036. L’orne (Fraxinus ornus) est abondant dans la région, aujourd’hui comme hier : cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 177 et D. Bitetti, Cenni sulla vegetazione della Conca Reatina, p. 31-33. Autre toponyme issu d’une essence, le néflier : vocabulum ubi dicitur Vespulum (Nespulum), RF III, n° 570.

141 Présence exclusive de chêne à feuillage caduc méditerranéen dans un échantillon de charbons de bois concentrés dans un niveau d’incendie du château de Castiglione, examiné par Mme Aline Durand en 1997. Voir pour le Languedoc M.-G. Colin et al., La Maison du castrum de la bordure méridionale du Massif Central, p. 79-81 et A. Durand, Les paysages médiévaux, p. 389-396.

Pour l’explication du toponyme volubrium, attesté sur le mont Croce : LL II, n° 2048 (1020) : pro rebus in Malamorte, a capite volubrium et veniente in petram fixam de colle Foce ; n° 2049 (1026-1027) ; RF III, n° 519 (1022), n° 521 (1025), voir LL I, n° 441 (1000) pour un confin d’une terre sise dans la curtis Sancti Gethulii in territorio Sabinensi : a IIII° latere silva et semita que designat arborem que vocatur cerrus, que in eadem valle videtur esse, et ab ipsa cerro designatis aliis cerris ad aliam cerrum que iuxta silvam in via publica videtur cum duobus magnis ramis, et ibi vocatur volubrium.

142 Très présente certainement, la forêt n’est pourtant pas documentée par nos sources : unique mention de silvae dans l’énumération descriptive d’une propriété donnée à Farfa en 1017-1020 : item agrestis cum silvis et salectis (RF III, n° 572). Ajoutons deux mentions seulement pour l’incultum (ibid. et le n° 573 de 1032).
Conquis sur la forêt mixte et résultat de la colonisation de l’espace sylvopastoral du gualdus de Pozzaglia à partir du ixe siècle (voir le chapitre 6 au paragraphe I/A/3), le maquis est attesté par la toponymie au lieu-dit Pozzaglia et notamment sur les versants du mont Croce lorsque la vallée est documentée à nouveau au moment de son entrée dans le patrimoine de Farfa au début du xie siècle : RF III, n° 520 (1022) : in loco qui dicitur Puzalia in ipsa macclae ; RF III, n° 567 (1036) : in loco qui dicitur Puzalia ubi dicitur Mala Morte ad ipsas macclas ; LL II, n° 2047 (1038) : in Pozalia vocabulo Macle. Le micro-toponyme est attesté au moment même où de nouveaux terroirs agricoles, consacrés à la céréaliculture et à la viticulture, ont conquis à leur tour l’espace pastoral que constituait le maquis du mont Croce : voir les mentions génériques figurant dans les énumérations de biens-fonds situés sur les versants du mont Croce et décrits cum vineis, terris, arboribus fructiferis vel infructiferis (RF III, n° 450 de 1012 ; n° 519 de 1022 ; n° 521 de 1025 ; n° 573 de 1032) ; les mentions de surfaces pour des terres mises en culture (RF IV, n° 633 de 1012 : modiola II adunata ; n° 635 de 1012 également : 18 modiola bona et arabilia cum casis, vineis, terris, pomis et arboribus suis ; LL II, n° 2049 de 1026-1027 : 20 muids de terres mentionnés ; n° 2051 de 1027 pour deux parcelles, respectivement de 2 muids et d’un muid). On observe la même progression des terres cultivées sur les pentes du mont Faito (1223 m) : RF III, n° 555 de 1026. Pour des mentions spécifiques de céréaliculture et de viticulture associées : RF IV, n° 679 de 1031 : terra et vinea ; RF IV, n° 996 de 1036-1038 pour une petia de terra et vinea de 2 muids ainsi que les contrats agraires suivants : LL II, n° 2043 (1035) pour un cens de deux quartaria de moût pur et de deux de grain et n° 2044 (1035) pour un cens d’un muid de vin pur et d’un quartarium de grain. A l’exception du contrat déjà cité de 1043 spécifiant le versement d’un cens en moût et en noix, la présence de l’arbre associé aux terroirs cultivés en vigne ou en céréales est attestée uniquement de manière générique dans les énumérations descriptives des propriétés foncières, par exemple RF III, n° 518 de 1019 pour une terra cum pomis et arboribus suis. Pour le peuplement dans ce secteur, voir le paragraphe suivant. Sur la forêt et le maquis, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 167-198 (en particulier p. 188-189 sur l’essartage du maquis dans notre région).

143 Cf. E. Hubert, Espace urbain et habitat à Rome, p. 156-157.

144 Sur la géographie foncière, voir dans ce chapitre le paragraphe II.

145 Pour la via antiqua qui traversait le locus qui dicitur Ophianus et qui longeait en particulier l’église Santa Croce, entourée ab omni latere murus antiquus, au nord du rivus qui dicitur Angri (fosso di Riancoli), voir RF IV, n° 679 (1031) et n° 692 (1035). Sur les voies de communication, voir le paragraphe suivant. Pour le lieu-dit Paganico super criptam ou sub cripta, voir LL I, n° 157 (953), n° 328 (967) et n° 364 (981). En 986, une cisterna est mentionnée au locus qui nominatur ad illas vascas, dans la région où Farfa établit la cella de San Giustino de Massa Nautona au ixe siècle (sur le site du cimetière de Rocca Sinibalda) et où des vestiges appartenant peut-être à un établissement de type vicus ont été mis au jour : RF III, n° 403 ; cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della Valle del Turano, p. 246247 ; E. Migliario, Uomini, terre e strade, en particulier p. 42-43 et Ead., Per una storia delle strutture agrarie, p. 63.

146 RF III, n° 450 de 1012. Au ixe siècle, le terme civitas, qui renvoie à des vestiges d’un habitat encore reconnaissable comme « urbain » (cf. E. Migliario, Per una storia delle strutture agrarie, p. 57) est encore accolé aux sites de Tore et de Corneto (LL I, n° 8 de 834 : in massa Turana in casale qui vocatur Massingianus et Cornetus et Civitatem et RF II, n° 294 de 855 : ubi vocatur ad Civitatem in loco qui dicitur ad illud sartofagum ; cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 250-251) et au xe siècle à Carsioli (RS, n° 13 : confirmation des biens de Subiaco par Grégoire V en 997 qui mentionne Sala civitas qui vocatur Carsoli pour la curtis donnée par les rois Hugues et Lothaire en 941).

147 LL I, n° 148 (950) : in territorio Turano ubi Stephanianus dicitur. Le toponyme Talianus/Stalianus, qui a donné son nom au castellum quod dicitur Montalianum (RF V, n° 1015-1016 de 1074-1075), pourrait dériver du gentilice Stal(l)ius/ Tal(l)ius : E. Migliario, Uomini, terre e strade, p. 126 note 21. Voir également Ead., Per una storia delle strutture agrarie, p. 60-61.

148 RF IV, n° 635 (1012) : via quae venit ab ipso gualdu de ipso rivo. Sur le gualdus de Pozzaglia, voir le chapitre 6 au paragraphe I/A/3.

149 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) : in loco qui nominatur Puzalia in ipsa pertinentia de Malamorte... Sur l’origine hypothétique du toponyme, voir A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 193.

150 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 273-277.

151 La portion de la via Valeria désignée sous la forme via Marsicana est mentionnée parmi les biens confirmés à l’évêché de Tivoli par Benoît VI en 973 ( ?) : L. Bruzza, Regesto della chiesa di Tivoli, n° V, p. 32-39 : p. 34-35 (privilège attribué à Benoît VII et daté de 978), que P. F. Kehr, Italia pontificia, II : Latium, n° 7, p. 77 ne retient pas comme un faux (voir aussi H. Zimmermann, Papstregesten 911-1024, n° 520, p. 209). Près de Santa Maria in Cellis et du castellum Sancti Angeli (noyau de l’actuelle Carsoli), elle traversait le Turano et son affluent, le flumen de Maura, sur deux ponts en marbre : infra duobus pontibus marmoreis, unum qui vocatur de Maura et alium lapideum, cf. E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 101 (1000).

152 Mention de la via antiqua parmi les confins d’une terre et d’une vigne in territorio Reatino in loco qui dicitur Ophianus en 1031 (RF IV, n° 679) et parmi ceux de biens sis in territorio Reatino ubi dicitur Ophianus in quo est aecclesia dedicata in honore Sancte Crucis super rivum qui dicitur Angri en 1035 (RF IV, n° 692). Voir la note 139. Pour le carrefour important situé en aval de la vallée dans la région de Rocca Sinibalda, voir l’intéressante délimitation des confins de la curtis Sancti Iustini in territorio Reatino ubi dicitur Basche (dont le centre était situé près de Rocca Sinibalda) particulièrement attentive aux voies de communication entre la région et Rome : usque viam Salariam que venit a monasterio Domini Salvatoris et pergit ad Romam, de alio latere via Salaria que venit a civitate Reatina ad Romam, de alio latere rivus Arrianus... et fossatum qui pergit in flumen Toranum (LL I, n° 105 de 949). Sur le réseau antique, voir G. Alvino, La valle del Turano in età romana, p. 113-116 ; E. Bonanni et A. Zacchia, La Pietra scritta e l’alta valle del Turano, en particulier p. 32-50 ; E. Migliario, Uomini, terre e strade, p. 74-87 ; A. R. Staffa, La viabilità romana della Valle del Turano ; pour le Moyen Âge, voir J. Coste, L’incastellamento lungo la via Reatina ; T. Leggio, Le principali vie di comunicazione nella Sabina tiberina tra x e xii secolo.

153 RF IV, n° 692 (1035).

154 Une via publica est mentionnée au lieu-dit Malamorte sur le monte Croce en 1036-1038 (RF IV, n° 996) ; deux viae publicae bordaient la vallée au pied du mont San Giovanni en 1042-1043 (RF IV, n° 772).

155 La description de confins la plus intéressante à cet égard se trouve dans RF IV, n° 635 (1012) où des biens-fonds situés au lieu-dit Malamorte sur le mont Croce sont limités a capite via quae est suptus ipsa fonte quae Guinisii vocatur et per ipsam viam veniens in fossatum quod est suptus ipso castello quod Guelto et Guinisius germanus suus antea habuerunt aedificatum, a pede rivus qui dicitur Sancti Martini, a III° latere via quae venit ab ipso gualdu de ipso rivo quomodo ascendit in suprascriptum fossatum quod est suptus ipso suprascripto castello, a IIII° latere ipsum fossatum quod est suptus ipsa aecclesia Sanctae Agnes quomodo descendit in suprascriptum rivum Sancti Martini.

156 Voir en premier lieu les contributions d’Aldo Settia réunies dans Chiese, strade e fortezze nell’Italia medievale et celles de Cinzio Violante rassemblées dans Ricerche sulle istituzioni ecclesiastiche dell’Italia centro-settentrionale auxquelles on pourra ajouter du même L’organizzazione dello spazio nelle campagne medioevali e le strutture ecclesiastiche di cura d’anime et Id., L’organizzazione ecclesiastica per la cura d’anime.

157 Voir dans ce chapitre la note 33.

158 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 881-894, et en particulier p. 884-886 sur les donations d’églises privées à Farfa.

159 Cf. P. F. Kehr, Regesta pontificum romanorum, Italia pontificia, IV : Umbria, Picenum, Marsia, p. 23-24 ; éd. M. Michaeli, Memorie storiche della città di Rieti, II, p. 265-272.

160 RS, n°3=DO I, n°336.

161 Cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 247 sq. Voir aussi le chapitre 9 au paragraphe II.

162 Voir respectivement RF III, n° 450, n° 573 et n° 567. Pour d’autres exemples, voir RF III, n° 555 (1026) pour les propriétés des filii Totonis et n° 570 (1038) pour celles des filii Maifredi.

163 RF IV, n° 633 : aliquid de rebus nostrae proprietatis quas habemus in comitatu Reatino, in castaldato Turano in vocabulo quod dicitur Puzalia, in ipsa pertinentiae de Malamorte : ab uno latere res suprascripti monasterii ubi est aecclesia Sanctae Agnes, a tribus lateribus terram quam nobis reservamus.

164 CF I, p. 335-343 et II, p. 6-9 (= RF III, n° 404 et n° 425 ; DO I, n° 337 et DO III, n° 277).

165 RF III, n° 522. Sur le « cercle de paix » des églises, voir notamment P. Bonnassie, Les « sagreres » catalanes : la concentration de l’habitat dans le « cercle de paix » des églises (xie siècle).

166 LL II, n° 2051.

167 Voir le chapitre 4 (paragraphe II/A) et le chapitre 6 (paragraphe I/A/2).

168 RF III, n° 567 (1036) : ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro et descendentes in rigum Sancti Angeli et in suprascriptum rigum qui dicitur Sancti Martini et RF IV, n° 938 pour la donation de 1062-1065. La carte au 1 : 25 000 porte encore le toponyme « Capistrello » dans le carré UG 3365.

169 RF III, n° 521 : a secundo latere rivus qui vadit suptus Sanctum Marcum, venientem in suprascriptum rivum Sancti Martini.

170 Voir en particulier RF III, n° 570.

171 RF III, n° 569 (1030-1036) : in castaldato de Ophiano in vocabulo de casale qui fuit Petri Asonis iuxta ipsam fontem in quo est aecclesia Sanctorum Vincentii et Anastasii martyrum, l’église est donnée cum votis et offertis suis ; RF IV, n° 692 (1035) : ubi dicitur Ophianus in quo est aecclesia dedicata in honore Sancte Crucis super rivum qui dicitur Angri, donation du quart de l’église cum dotis suis.

172 Cf. E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, p. i, p. 101 pour la fondation du monasterium in territorio Carzulano de ipsa ecclesia quae est consecrata ad honorem Dei et sanctae Mariae et Id., Historia abbatiae Cassinensis, p. i, p. 222 pour la donation au Mont-Cassin ; Chronica monasterii Casinensis, éd. H. Hoffmann, II, 23, p. 207 et III, 17, p. 380-381. Sur Santa Maria in Cellis, voir aussi H. Bloch, Monte Cassino in the Middle Ages, I, p. 323-329 ; M. Inguanez, Documenti del monastero di S. Maria de Cellis conservati nell’Archivio di Montecassino ; M. Moretti, Architettura medioevale in Abruzzo, p. 142-147 et A. Sennis, Potere centrale e forze locali in un territorio di frontiera, p. 38-39.

173 RF III, n° 555. Voir aussi dans ce chapitre le paragraphe I/B/1/b et la note 100.

174 Voir respectivement LL I, n° 48 (875) ; RF III, n° 570 et RF V, n° 1015-1016 ; cf. A. R. Staffa, L’assetto territoriale della valle del Turano, p. 259.

175 Voir LL I, n° 8 (834) pour Santa Maria de Corneto (voir aussi le chapitre 6, paragraphe I/A/4) ; LL I, n° 48 (875) pour San Donato, San Giovanni et Sant’Angelo in Mollecto ; RS, n° 3 = DO I n° 336 (967) pour Sant’Anatolia (voir aussi le chapitre 6, paragraphe I/B) et plus haut dans ce paragraphe pour Santa Maria in Cellis. Voir d’une manière générale A. R. Staffa, L’assetto territoriale della Valle del Turano, p. 247-257 et 261-264.

176 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 855-867.

177 Sur la géographie ecclésiastique et la distribution du peuplement pendant les derniers siècles du Moyen Âge pour lesquels on dispose de sources mieux appropriées, voir le chapitre 9 au paragraphe II et le chapitre 10 au paragraphe I.

178 Les visites pastorales de l’époque moderne, particulièrement riches à ce propos, ont été utilisées en ce sens par Jean Coste (Un villaggio abbandonato, p. 13-15) et Andrea Staffa (en dernier lieu L’incastellamento nella valle del Turano). Les conclusions qu’Andrea Staffa tire de ces sources sur la géographie ecclésiastique pendant les derniers siècles du Moyen Âge sont convaincantes. En revanche, faute de sources appropriées, à de très rares exceptions près, et en l’absence d’enquêtes archéologiques, on ne saurait le suivre sans vérification ultérieure quand il attribue de manière systématique au haut Moyen Âge la fondation des églises rurales dont les registres d’églises et les visites pastorales attestent l’existence à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne et dans laquelle il voit un indice de la survivance jusqu’aux xiiie et xive siècles d’éléments d’habitat dispersé remontant à la tardo-antiquité.

Pour des enquêtes archéologiques dans cette direction, voir notamment M. Cagiano De Azevedo, Lettura archeologica di un territorio pievano : nota introduttiva ; G.P. Brogiolo, Lettura archeologica di un territorio pievano : l’esempio gardesano ; S. Lusuardi Siena, Lettura archeologica di un territorio pievano : l’esempio lunigianese et, plus récemment, S. Gelichi (dir.), Storia e archeologia di una pieve medievale : San Giorgio in Argenta ; S. Gelichi et al., S. Martino prope litus maris. Storia e archeologia di una chiesa scomparsa del territorio cervese ; la section consacrée aux lieux de culte et aux cimetières dans les actes du I° Congresso nazionale di archeologia medievale, p. 249-331. Pour une autre aire géographique, on citera seulement M. Fixot et E. Zadora Rio (dir.), L’église, le terroir, passim et Eid. (dir.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, en particulier les contributions de M. Bourin et A. Durand, Église paroissiale, cimetière et castrum en Bas Languedoc (xe-xiie siècles), p. 98-106 et A. Parodi, Les églises dans le paysage rural du haut Moyen Âge en Languedoc oriental (ixe-xiie siècles), p. 107-121.

179 Cf. G. Tabacco, I liberi del re, en particulier p. 114-116 et P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, en particulier p. 856 sq.

180 Sur la grande propriété, voir dans le chapitre 6, paragraphe I et dans ce chapitre le paragraphe II. D’une manière générale, voir P. Toubert, La part du grand domaine dans le décollage économique de l’Occident (viiie-xe siècles).

181 RF III, n° 521 et LL II, n° 2049 (1026-1027).

182 RF III, n° 556.

183 LL II, n° 2050.

184 LL II, n° 2049.

185 RF IV, n° 938.

186 RF III, n° 569.

187 Voir notamment LL II, n° 2050 (1026-1027).

188 LL II, n° 2049. Sur ces gros casali dispersés dans le maquis où ils ont conquis des terroirs agricoles par essartage, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 188-189.

189 LL II, n° 2049. Le casale qui fuit Petri Asonis dans le territoire d’Offiano comprenait une source et était limité par des torrents permanents et saisonniers (rigagines, fossatum), par conséquent situé sur un versant montagneux : RF III, n° 569.

190 Sur cette question, voir d’une manière générale P. Galetti, Abitare nel Medioevo. Forme e vicende dell’insediamento rurale nell’Italia altomedievale et les données rassemblées par V. Fronza et M. Valenti, Un’archivio per l’edilizia deperibile nell’altomedioevo, p. 159-218.

191 Voir en particulier S. Coccia et D.J. Mattingly, Settlement History, Environment and Human Exploitation of an Intermontane Basin in the central Apennines : the Rieti Survey, 1988-1991 ; F. Cambi et al., Etruria, Tuscia, Toscana : la formazione dei paesaggi altomedievali.

192 Voir les résultats des fouilles présentés dans la première partie de ce volume.

193 Voir le chapitre 5 et le volume prochain de la série consacré à la publication monographique de la fouille.

194 Sur l’existence de petits noyaux de peuplement sur des sites investis par l’« incastellamento », voir pour la Sabine le cas du casale de San Donato : J. Moreland et al., Excavations at casale San Donato, Castel Nuovo di Farfa (RI), 1990 et Eid., Excavations at casale San Donato, Castel Nuovo di Farfa (RI), 1992. Voir également les états de la question dressés à partir des sources documentaires par T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina e nel Reatino nel medioevo et à partir des enquêtes archéologiques par moi-même dans L’« incastellamento » dans le Latium. Quelques remarques à propos de fouilles récentes. Sur ce problème, on citera au moins C. Wickham, Castelli e incastellamento nell’Italia centrale ; Id., Studi sulla società degli Appennini nell’alto Medioevo, p. 72 sq ; Id., Il problema dell’incastellamento nell’Italia centrale. L’esempio di San Vincenzo al Volturno. Pour un état de la question, qui a suscité de nombreux débats et travaux qu’on ne peut tous citer ici, voir surtout P. Delogu, Introduzione alla tavola rotonda ; P. Toubert, L’incastellamento aujourd’hui, R. Francovich, L’incastellamento e prima dell’incastellamento, R. Hodges, At the frontier of history et C. Wickham, A che serve l’incastellamento ; voir aussi F. Marazzi, El « incastellamento » veinte anos después.

195 RF IV, n° 635 : a capite via que est suptus ipsa fonte que Guinisii vocatur et per ipsam viam veniens in fossatum quod est suptus ipso castello quod Guelto et Guinisius germanus suus antea habuerunt edificatum, a pede rivus Sancti Martini, a III° latere via que venit ab ipso gualdu da ipso rivo quomodo ascendit in suprascriptum fossatum quod est suptus ipso suprascripto castello, a IIII° latere ipsum fossatum quod est suptus ipsa ecclesia Sancte Agnes quomodo descendit in suprascriptum rivum Sancti Martini.

196 ASRoma, Catasto Gregoriano, Rieti, 144.

197 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 893 et le chapitre 4. La localisation précise du castellum Gueltonis et Guinisii permet notamment de corriger une légère erreur d’Ildefonso Schuster (Il monastero del Salvatore e gli antichi possedimenti farfensi nella « Massa Torana », p. 22-23) qui l’identifiait au castellum vetulum quod vocatur de Puzalia mentionné dans un acte de 1026 (RF III, n° 555). Andrea R. Staffa identifie pour sa part, de manière également erronée, le château des fils d’Odelricus au nouveau castrum de Pozzaglia : L’incastellamento nella valle del Turano, p. 190.

198 Cf. E. De Minicis, E. Hubert et G. Noyé, Strutture murarie della Sabina medievale, p. 70-72 ; E. De Minicis, Les structures maçonnées, p. 140-141 et sa contribution dans le volume suivant de la série.

199 Voir le chapitre 4.

200 L’oncle et le neveu sont en effet toujours dits de civitate Reatina et jamais habitatores in loco qui dicitur Malamorte, voir par exemple RF IV, n° 633 (1012) : Guelto filius Odelrici et Berardus filius Guinisii de civitate Reatina. Sur la signification de ces formules, voir C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, p. 309-316. Sur la résidence urbaine des propriétaires et bâtisseurs des premiers châteaux de la vallée et sur la fonction des châteaux, voir dans ce chapitre les paragraphes II/A/1 et III/A/3.

201 RF III, n° 572 et CF II, p. 51 : Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in perpetuum quantum michi ibidem pertinet de castellis, turribus, casis, terris, vineis, cultis et incultis, item agrestis cum silvis et salectis suis et omnibus infra se vel super se habentibus.

202 RF III, n°570 et CF II, p.51 : ipsam portionem nostram in pertinentia de Ophiano quae nobis evenit infra castellum de Ophiano et a foris in ipso vocabulo. Et in alio vocabulo ubi sunt ipsae turres cum suis pertinentiis. Et in alio vocabulo ubi dicitur rigus de Angri. Et in alio vocabulo ubi dicitur Vespulum. Et omnem pertinentiam de monte Pescloso. Et in monte ubi est aecclesiae sancti Iohannis cum suis pertinentiis.

203 LL II, n° 2042 : pro rebus in Ophiano... sicuti Liudeni filius Maifredi concessit in hoc monasterio, excepto castello cum turribus quod tenet Berardus comes.

204 RF IV, n° 696 et CF II, p. 101 : donation à Farfa de res nostras quas habemus in territorio Reatino in loco qui dicitur Ophianus suptus castellum quod dicitur Castellione.

205 Ibid. : a primo latere rivus qui dicitur de Angri, a II° latere flumen qui dicitur Turanus, a III° latere rivus qui decurrit sub ipso castello qui dicitur Castellione, a IIII° latere ipsum montem ubi est suprascriptum castellum qui dicitur Castellione. Voir aussi LL II, n° 2045 (1035). L’énumération des confins permet de corriger sur ce point P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 318 et p. 381 et A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 177, qui identifient Castiglione à Castel di Tora ou à Rocca Sinibalda.

206 RF III, n° 598 (1043) pour la donation par Romanus praesbiter filius Iohannis des res suas quas habet in territorio Reatino in loco qui nominatur Ophianus ubi dicitur Castellionis inter affines a primo latere fossatus qui descendit a Castellione et venit in Turanum, a II° latere rivus de Angeli veniens in Turianum, a III° latere Turanus et a IIII° latere Castellionis et RF IV, n° 772 (1042-1043) pour la donation par le même des res suas quas habet in territorio Reatino in loco qui nominatur Ophianus, ipsam vallem in pede montis Sancti Iohannis. Voir aussi LL II, n° 2075 (1043).

207 IGM F° 145 III NO, Collalto Sabino, UG 369683, point coté 737.

208 Voir le chapitre 5.

209 Le vir magnificus Lidinus filius Maifredi est en effet dit habitator territorii Reatini in loco qui vocatur Ophianus (RF III, n° 572 de 1017-1020) tandis que son frère Transaricus est intitulé de civibus Reatinis ou de civitate Reatina (RF III, n° 450 de 1012 et n° 570 de 1038). Cf. note 194.

210 Sur la pertinentia d’Offiano, voir dans ce chapitre le paragraphe II/A/1.

211 LL II, n° 1264 (1094) : concession par l’abbé de Farfa de res iuris huius monasterii in territorio Reatino vocabulo castello vetulo de Ophiano, a I° latere Castellione, a II° latere Petesa, a III° latere Mons Aureus, a IIII° latere Petra Galia. Contrairement à ce que pensent Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 381 et Andrea Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 179, le castellum vetulum de Ophiano ne désigne pas Castel di Tora, bien trop éloigné des confins énumérés dans l’acte de 1094.

212 Sur le castellum Totonis, donné, pour une part, à l’abbaye de Farfa par son fils Gualafossa en 1026, voir RF III, n° 555 : la propriété donnée s’étendait entre le Turano, les fines Bulgarettae au nord-ouest du mont Faito, le castellum vetulum de Puzalia et les fines Ophiani. La localisation générale convient parfaitement mais aucun site n’a été identifié à ce jour. Sur Pietraforte, voir A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 186-187. Dans tous les cas, on ne peut identifier ce Petra Galia au castrum de Petra Balda que les Guidoneschi donnèrent à l’abbaye de Farfa en 1092 (RF V, n° 1130). Localisé sur le versant occidental du mont Faito (voir A. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 190-192), ce dernier site est trop éloigné des autres confins du castellum vetulum de Ophiano.

213 RF V, n° 1015 et 1016. Voir aussi le chapitre suivant.

214 Voir le chapitre 3.

215 Voir le chapitre 2.

216 Voir le chapitre 5.

217 Voir dans ce chapitre le paragraphe III.

218 Sur les moulins à eau en Sabine, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, à l’index et en particulier p. 460 et note 3 et B. Condorelli, La molitura ad acqua nella valle del torrente Farfa : viii-xii secolo. Pour d’autres régions, on citera uniquement R. Comba (dir.), Mulini da grano nel Piemonte medievale et A.I. Pini, Energia e industria tra Sàvena e Reno : i mulini idraulici bolognesi tra xi e xv secolo, qui note en particulier la diffusion tardive du moulin à eau dans le territoire de Bologne.

219 Fondant le monastère Santa Maria in Cellis en 1000 et le dotant de terres bordées par le Turano et son affluent le flumen de Maura, le comte des Marses Rainaldo II lui accordait la faculté de construire un moulin, mais à un emplacement qu’il désignait explicitement, en l’occurrence près du pont de pierre qui enjambait le Turano : usque ad pontem lapideum ubi aquimolum edificare potueritis, cf. E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 101. Pour la mention, somme toute peu fréquente, des cours d’eau dans l’énumération des composantes des propriétés foncières qui faisaient l’objet de transaction, voir notamment RF III, n° 450 (1012) : cum aquarum decursibus ; RF V, n° 1016 (1075) : cum aquis aquarumque decursibus.

220 Voir par exemple RF III, n° 450 (1012) pour une propriété cum casis... et molendinis aquarumque decursibus... située sur le mont Croce et limitée notamment a II° latere rivus qui vocatur de Sclavis, a III° latere rivus Sancti Martini descendens in rivum de Cartofaco ; n° 567 (1036) : cum aquimolis, n° 570 (1038) : cum aquimolis molendinis ; RF V, n° 1016 (1075) : cum locis molendinis.

221 A quarto latere flumen de Maura (affluent du Turano, leur jonction étant située au pied du castellum Sancti Angeli, noyau de l’actuelle Carsoli) et ipsa mola quae ponitur supra ponte de Maura iuxta viam publicam (via Valeria) : E. Gattola, Ad historiam monasterii Cassinensis Accessiones, I, p. 101 (1000).

222 RF IV, n° 634 : la cession de l’emplacement du moulin sis in territorio Reatino ubi dicitur Puzalia porte tout spécialement a levata usque ad pausatam, cum catasto et clausura ubi ipsum aquimolum opus fuerit faciendi, et cum aqua in ipsum intrante et in suum alveum revertente et cum introitu et exitu suo ; n° 938 (1062-1065) pour la donation à Farfa de l’église Sant’Angelo in Capistrello et de la moitié de una mola. La localisation générique des biens et l’identité des cédants dont les propriétés sur le versant occidental du mont Croce invitent à identifier le cours d’eau au rivus Sancti Martini, actuel rio di Petescia. C’est à la même époque que les moulins commencent à faire l’objet d’actes spécifiques dans la région de Reggio d’Emilie, cf. C. Dussaix, Les moulins à Reggio d’Emilie aux xiie et xiiie siècles, en particulier p. 116.

223 IGM, 1 : 25 000, F° 145 de la Carte d’Italie, III N.O., Collalto Sabino, UG 329667.

224 On ne sait rien ou presque des patrimoines de San Salvatore Maggiore à Concerviano, de Santa Maria del Piano à Pozzaglia et très peu de celui de l’évêché de Rieti à cette époque.

225 Voir le chapitre précédent, au paragraphe III.

226 Bernerius est le premier des quatre frères mentionnés dans la concession de 950 (cf. LL I, n° 148 et le chapitre précédent au paragraphe III) ; c’est le seul dont les filii et leurs consortes sont mentionnés dans la liste des biens dont l’abbaye avait perdu le contrôle, composée sans doute dans la seconde moitié du xie siècle et transmise par Gregorio da Catino : filii Guidonis et Bernerii cum suis consortibus tenent in Tore curtem de Corneto cum pertinentiis (RF V, n° 1280, p. 277 et CF I, p. 249). Les filii Bernerii sont encore cités parmi les propriétaires entre Rocca Sinibalda et Santa Vittoria près de Monteleone à la fin du xie siècle, c’est-à-dire dans une région peu éloignée du centre de la curtis de Corneto des ixe et xe siècles : a II° latere pertinentiam de Rocca Sinebaldi, a III° latere terram tenentes filii Bernerii et venientes in rivum de Sancta Victoria et pertinentiam de castello Caput Pharphae (RF V, n° 1109 de 1086).

227 RF III, n° 573 : omnia in integrum, quanta michi eveniunt a suprascripto genitore meo et modo michi eveniunt a consortibus meis.

228 RF III, n° 555 (1026) : infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ipso castello quod fuit Totonis genitoris mei ex nostra portione duas partes in integrum.

229 RF III, n° 450 (1012) : Transaricus fq Maifredi donne à Farfa aliquid iuris et proprietatis meae quod ego habeo... in loco qui nominatur Puzalia... Infra istos fines in integrum sextam partem, sicut michi evenit a meis germanis fratribus in sortem sive ab aliis nostris consortibus evenit michi vel fratribus meis... ; n° 572 (1017-1020) : son frère Lidinus donne à son tour res meas quas habeo... in loco qui vocatur Ophianus... Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in perpetuum quantum michi ibidem pertinet.

230 Voir par exemple RF III, n° 370 (962) pour un échange de biens entre Farfa et Richardus fq Takeprandi, l’un des concessionnaires de la curtis en 950, auquel témoignèrent notamment Odelricus et Maifredus, en qui il faut sans doute reconnaître les pères respectifs de Guelto et Guinisius, d’une part, et de Transaricus, Lidinus et Salomon de l’autre, grands propriétaires dans les lieux-dits Pozzaglia et Offiano au début du xie siècle. C’est également le cas des filii Ioseph, propriétaires dans le lieu-dit Pozzaglia sur le mont Faito, qui descendaient du comte de Rieti Joseph († av. 982). Sur la famille, voir plus loin dans ce paragraphe.

231 Sur les comtes de Rieti et des Marses, voir en premier lieu H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen. Le comté des Marses a fait l’objet de la thèse de doctorat d’Antonio Sennis ; dans l’attente de la publication de sa thèse qu’on espère prochaine, voir A. Sennis, Potere centrale e forze locali in un territorio di frontiera : la Marsica tra i secoli viii e xii et Id., Strategie politiche, centri di potere e forme d’inquadramento territoriale nella Marsica dei secoli ix-xii. Le comté de Rieti n’a pas fait l’objet d’étude spécifique depuis les travaux prosopographiques d’Hermann Müller.

232 Pour les comtes des Marses et de Rieti, voir par exemple RF III, n° 403 (986) : Teduinus comes fq Berardi comitis ex natione francorum qui modo sum habitator in ducatu Spoletino et RS, n° 208 (1060) : domnus Rainaldus illustrissimus comes filius domni Berardi comiti natione francorum modo sum habitator in Carsoli. D’une manière générale, voir E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien.

233 Sur la famille, voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/1 à la note 75. Après les comtes Gottifredus († av. 922) et son fils Joseph († av. 982), dont l’un des fils, Octavianus, est l’ancêtre éponyme des Crescenzi Ottaviani, le titre comtal passa à un rameau du lignage des Marses avec le comte Teudino I, fils du comte Bérard Ier, attesté comme comte à partir de 970 (LL I, n° 347), qui présida notamment un plaid à Rieti avec le missus Pierre, évêque de Pavie et archichancelier, en novembre 982 (RF III, n° 399 = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198).

234 RF III, n° 477 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 272).

235 RF III, n° 399 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198).

236 Notamment Rainerius, Sinebaldus et Gottifredus fq Ioseph, Hubertus et Lupo f. Gottifredi, Tedemarius fq Camponis, Transmundus f. Guidonis, Giso et Hugo et Andreas fq Gezonis, tous propriétaires dans la vallée : cf. RF III, n° 443 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 257). Sur les assemblées judiciaires à Rome, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1220-1226.

237 Pour les transferts de terres au profit de l’abbaye de Farfa, voir dans ce chapitre le paragraphe II/C. Pour des donations à l’évêché de Rieti, voir notamment Arch. Cap. Rieti, Arm. IV, fasc. K, n° 1 (922), n° 2 (945), n° 4 (982) ; fasc. L, n° 2 (948) ; cf. T. Leggio, Le fortificazioni di Rieti, note 53, p. 64-65.

238 Filii Ioseph tenent turrem de Acupinco cum casis, vineis, hortis et quaeque iuxta ipsam sunt : RF V, n° 1280, p. 276 et CF I, p. 248.

239 LL II, n° 1998 (1016) et n° 2002 (1021).

240 RF III, n° 342 : hoc est ipsam turrem cum palatio et cum aecclesiis cum petiis (sic pour petris), lignaminibus et cum omni aedificio suo, cum introitu et exitu suo ; quae posita est super muros civitatis Reatinae in loco qui nominatur Acupencus ; voir aussi le n° 371 du 30 juin 920 pour la confirmation à Farfa par le roi Bérenger Ier = DB I, n° 124, p. 322-326. Sur la tour, voir T. Leggio, Le fortificazioni di Rieti, p. 10 et Id., Il paesaggio urbano di Rieti tra età romana e alto medioevo, p. 33.

241 Pour la mention de la turris Ingizonis filii cuiusdam Sifredi et de la terra Sifredisca proche des murs de la ville, voir RF IV, n° 680 (1032) ; voir aussi LL I, n° 419 (997) pour un casalicium infra civitatem Reatinam prope Sanctum Cassianum... de uno latere terra Ingizonis, de alio terra Teduini comitis, a III° latere murus ipsius civitatis, a IIII° latere murus ipsius ecclesie.

242 Voir respectivement RF III, n° 399 et 477 (= C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198 et II/2, n° 272).

243 Sur la « privatisation » des tours des enceintes et sur l’existence de maisons-fortes urbaines dès les ixe et xe siècles, voir notamment A. A. Settia, Lo sviluppo di un modello : origine e funzioni delle torri private urbane nell’Italia centrosettentrionale.
Par l’appropriation des tours de l’enceinte, les demeures de l’aristocratie réatine différaient assez sensiblement de celles de l’aristocratie romaine de la même époque qui ne comptaient alors aucun élément fortifié, à en juger du moins par les documents d’archives que les découvertes récentes de l’archéologie semblent confirmer sur ce point : cf. E. Hubert, Espace urbain et habitat à Rome, p. 181-184 ; voir aussi D. Manacorda, F. Marazzi et E. Zanini, Sul paesaggio urbano di Roma nell’Alto Medioevo, p. 652 ; R. Coates Stephens, Housing in Early Medieval Rome, 500-1000 AD ; R. Santangeli Valenzani, Edilizia residenziale e aristocrazia urbana a Roma nell’altomedioevo.

244 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/A/1.

245 Quelques exemples seulement : terra filiorum Ioseph et filiorum Guidonis (RF III, n° 450 de 1012) ; tenimentum filiorum Camponis (LL II, n° 2048 de 1020) ; finis pertinentiae filiorum Guidonis (RF III n° 570 de 1038), etc.

246 Pour le premier cas, voir notamment RF III, n° 572 (1017-1020) et n° 570 (1038) où les terrae filiorum N... sont qualifiées de pertinentiae. Pour le contraire, voir RF III, n° 518 (1019) qui mentionne les fines terrae de monte de Portica et la terra de ipso Vivario, cette dernière étant habituellement désignée de pertinentia (par exemple RF III, n° 450 de 1012), exceptionnellement de territorium (RF III, n° 572 de 1017-1020).

247 A ce sujet, voir notamment les considérations de D. Herlihy, Family Solidarity in Medieval Italian History et de C. Violante, Quelques caractéristiques des structures familiales en Lombardie, Emilie et Toscane aux xie et xiie siècles ; Id., Le strutture familiari, parentali e consortili delle aristocrazie in Toscana durante i secoli x-xii.

248 Voir respectivement RS, n° 210 (993) : le comte Rainaldo, son fils Bérard et son frère l’évêque Gualterio donnent à Subiaco des biens-fonds situés in Carsoli fines ; E. Gattola, Ad historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, I, p. 101 pour la fondation du monastère près de l’église Santa-Maria in Cellis qui préexistait. Voir aussi A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 38-39 ; M. Sciò, L’incastellamento del Carseolano nei secoli x e xi et dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/c.

249 Sur la généalogie des comtes des Marses, cf. A. Sennis, Potere centrale e forze locali, p. 75-77. Sur la base de RS, n° 210 (993) cité à la note précédente, où le père et le fils, tous deux porteurs du titre comtal, font une donation à Subiaco, et de RF IV, n° 772 (1042-1043), n° 993 (1038-1044 ?) et n° 994 (1038-1045 ?), l’activité documentée de Bérard II s’étend des années 990 aux années 1040.

250 Sur l’extension et le caractère des possessions des comtes des Marses dans la moyenne vallée du Turano au xie siècle, voir le chapitre 8 au paragraphe I.

251 RF III, n° 403 (986) : in territorio reatino et loco qui nominatur ad illas vascas, terrae petiam unam, ubi ipsa rocca stare videtur cum petris et muris et casis qui ibi sunt aedificatae et cum lignaminibus et cum introitu et exitu suo... per mensuram modiorum centum. Et habet fines, de tribus partibus flumen qui Toranus vocatur, a quarto latere cisterna et terra quam vobis ad partem vestri monasterii reservastis. La rocca avait été édifiée près du centre de la curtis de San Giustino que Farfa avait concédée pour trois générations à Gualterius f. Liuduini de Furcone et à Tedaldus f. Ugonis en 949 (LL I, n° 205) et dont elle avait récupéré au moins une partie entre temps. En 1008, le comte Bérard, fils du comte Teudino, obtint la concession de la curtis et d’autres biens à l’entour : LL II, n° 2003. Dans le deuxième moitié du xie siècle, les filii Teudini possédaient toujours Rocca Sinibalda dont les moines de Farfa réclamaient encore la restitution au début du xiie siècle, voir en particulier RF V, n° 1280, p. 276 ; CF I, p. 248 et RF V, n° 1317. Sur Rocca Sinibalda, voir aussi P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 401-402 et A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 171-173.

252 RF III, n° 443 (1000) = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 257 : In istorum omnium praesentia venit Hugo humilis abbas ex monasterio sanctae Mariae, cum Huberto iudice advocato suo, et dixit contra Teduinum comitem : « Domni et seniores et iudices, audite de isto seniore Teduino comite qui res sanctae Dei aecclesiae et nostri monasterii contendit... ». Tunc interrogaverunt iudices et boni homines : « Domne Teduine comes, quid de ista querela dicere volis, quam Hugo abbas cum suo advocato facit ? ». Respondit Teduinus comes et dixit : « Nolit Deus ut ipsas res neque per cartulam neque per possessionem neque per praestariam neque per libellum neque per breve neque per ullam inventam rationem, nominatim usque Saltum et usque Turanum et usque Sanctum Paternianum et usque rivum de Luciniano quomodo pergit in Turanum, in integrum aliquando contendam, nisi per fegum a vestro antecessore... ». Et dixit Teuduinus comes ad Hugonem abbatem : « Domne, si tibi placet, quomodo tenui illam terram a tuis antecessoribus, teneam et a vobis ». Tunc responderunt iudices et boni homines : « Domne abbas, si tibi placet, dona ipsas res ei ad fegum ». Et apprehendit Hugo abbas unum baculum in manu, et tradidit illi in fegum. Pour la liste des abbés de Farfa, voir I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa, p. 421. Il s’agit de la première attestation connue du fief pour la Sabine (dont l’apparition est donc antérieure à l’an mil, puisque Teduino tenait déjà les biens en fief de l’abbé Jean III) : cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 1103 et suiv. et p. 1138-1143 pour le rituel. Pour une autre région italienne, voir en particulier F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, p. 678-683. Pour l’activité judiciaire des comtes des Marses, souvent juges et parties à la fois, voir A. Sennis, Strategie politiche, centri di potere e forme di inquadramento territoriale, en particulier p. 117 120.
Voir également RF III, n° 477 (1008) = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 272, pour le jugement d’un différend opposant l’abbé Hugues de Farfa aux fils de Teudino I, les comtes Bérard et Gentile, qui détiennent des biens de Farfa et en particulier deux curtes dont le territoire était limité par le Turano et LL II, n° 2003 (1008) pour la concession par l’abbé de Farfa au comte Bérard desdits biens, auxquels fut ajoutée la curtis Sancti Iustini, contre un droit d’entrée de 600 sous.

253 RF III, n° 450 (1012) ; n° 520 (1022) ; n° 573 (1032).

254 RF III, n° 450 (1012), n° 572 (1017-1020), n° 570 (1038) et RF V, n° 1016 (1075) : Paganicum quod est res filiorum quondam Guidonis.

255 RF V, n° 1130. Voir le chapitre 8 au paragraphe II/A/1/d.

256 RF III, n° 450 (1012) ; n° 572 (1017-1020) ; n° 520 (1022).

257 RF III, n° 555 : res meas quas habeo in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae. Confins : ab uno latere fluvius qui dicitur Turanus, a II° latere fines Vulgarettae, a III° latere finem castelli vetuli quod vocatur de Puzalia venientes in rigum qui currit iuxta monasterium sanctae Mariae de Puzalia et venientes in rigum qui dicitur Sancti Martini, a IIII° latere fines Ophiani et ipsum suprascriptum rigum Sancti Martini. Infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ipso castello quod fuit Totonis genitoris mei ex nostra portione duas partes in integrum cum terris, casis, aecclesiis, vineis, pomis et arboribus suis et cum omnibus infra se et super se habentibus. Le castellum Totonis mentionné en 1026 pourrait être identifié à Montorio, dont le toponyme apparaît en 1035 (RF IV, n° 691 et LL II, n° 2043), ou encore à Petra Galia, mentionné entre Montorio et Castiglione parmi les confins du castellum vetus d’Offiano en 1094 et par conséquent situé au nord de celui-ci (LL II, n° 1264).

258 RF III, n° 573 (1032), n° 570 (1038) et LL II, n° 2047 (1038).

259 Dans la deuxième moitié du xie siècle, ils alternaient encore d’une génération à l’autre les noms Arimannus et Bonushomo : en 1069, Bonushomo filius qd. Arimanni et ses fils Bonushomo, Arimannus, Dodo et Iohannes font une donation à Farfa (RF IV, n° 988). Pour d’autres attestations de l’anthroponyme Arimannus, par exemple dans la région de Parme à la fin du xie siècle, voir A. Castagnetti, Arimanni in « Langobardia » e in « Romania », p. 113. Sur les exercitales et les arimanni, voir aussi la bibliographie citée au paragraphe I/A/3 du chapitre 6.

260 Voir dans le chapitre 8 le paragraphe II/A/1/a.

261 RF III, n° 572 (1017-1020) : ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni ; RF III, n° 570 (1038) : finis pertinentiae Berardi comitis filii Rainaldi et finis pertinentiae filiorum Haerimanni et finis pertinentiae de Cicolanis.

262 Voir respectivement RF III, n° 518 (1019), n° 555 (1026) et 570 (1038).

263 Voir d’une façon générale RF III, n° 450 (1012) : in comitatu Reatino in castaldatu Turano in loco qui nominatur Puzalia in ipsa pertinentia de Malamorte et habet fines : a primo latere pertinentia de Ophiano et de Vivaro, a II° latere rivus qui vocatur de Sclavis, a III° latere rivus Sancti Martini descendens in rivum de Cartofaco et per ipsum rivum ascendit in terram filiorum Ioseph et filiorum Guidonis, a IIII° latere terra filiorum Totonis et pertinentia de Ophiano quomodo descendit in suprascriptum rivum Sancti Martini. Pour des détails particuliers sur les confins, cf. RF III, n° 518 (1019) : caput in terra de ipso Vivario, pedem in rigo Sancti Martini, de uno latere finis fossatus Stephani, de alio latere finis terra de monte de Portica quomodo pergit in rigum Sancti Martini ; n° 521 (1025) : a capite Volubrum et petram fictam naturalem et serram quae distat inter Vivarium et Malam Mortem ; n° 567 (1036) : a primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam te-nuit Sinebaldus, ascendentes in summum montem et tenentes filios Totonis et descendentes in pertinentiam de Ophiano ab ipso fossato de Sculcula, descendentes in rigum Sancti Martini et ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro et descendentes in rigum Sancti Angeli et in suprascriptum rigum qui dicitur Sancti Martini.

264 Voir respectivement RF III, n° 520 (1022) et RF IV, n° 938 (1062-1065) ; voir aussi le chapitre 6 au paragraphe I/A/3 et dans ce chapitre en particulier le paragraphe I/C/3/d.

265 LF, p. 222-224.

266 RF III, n° 450 et n° 570 ; RF IV, n° 633 et n° 635.

267 RF III, n° 572.

268 RF III, n° 518 et n° 522 ; RF IV, n° 776 et 996.

269 RF III, n° 519, n° 521 et n° 567.

270 LL II, n° 2051 et RF III, n° 573.

271 LL II, n° 2048-2050.

272 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/e et le paragraphe suivant.

273 RF III, n° 450 : Infra istos fines in integrum partem, sicut michi evenit a meis germanis fratribus in sortem, sive ab aliis nostris consortibus evenit michi vel fratribus meis, totam in integrum ipsam sextam partem concedo in suprascripto venerabili monasterio cum casis et vineis, terris, cum ecclesiis et ornamentis earum et molendinis aquarumque decursibus, cum arboribus fructiferis vel infructiferis...

274 RF III, n° 525 (= CF II, p. 31 ; DH II, n° 405) : in comitatu Reatino terra quam Transaricus Sancte Marie largitus est.

275 RF III, n° 573 : Infra suprascriptos fines concedo ego suprascriptus Giso in suprascripto monasterio omnia in integrum, quanta michi eveniunt a suprascripto genitore meo et modo michi eveniunt a consortibus meis. Hoc est omnem sextam partem cum sanctis ecclesiis, casis, terris, vineis, pomis, arboribus fructiferis vel infructiferis, cultis et incultis et cum introitu et exitu suo...

276 Voir dans le chapitre 8 le paragraphe II/A/1/a.

277 Lequel donna son nom à Rocca Sinibalda, située quelques kilomètres en aval et fondée dès avant la fin du xe siècle (voir dans ce chapitre le paragraphe II/ A/3/a) et qui était également propriétaire dans le territoire de Pozzaglia, voir par exemple RF IV, n° 916 (1061-1062). Sur le comte Sinibaldus, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 30-32.

278 RF III, n° 567 : A primo latere pertinentiam ipsius terrae quam iam tenuit Sinebaldus, ascendentes in summum montem et tenentes filios Totonis et descendentes in pertinentiam de Ophiano... Pour la propriété et le castellum des filii Totonis, voir ci-dessus dans ce chapitre le paragraphe II/A/3/d.

279 LL II, n° 2048 : Guinizo filius Senebaldi dedit solidos C pro rebus in Mala Morte... de omnibus VI partem.

280 LL II, n° 2049 (1026-1027).

281 Cf. E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 896-897.

282 RF V, n° 1016 (1075) : a IIII° latere rivum qui venit a Cane Mortuo (actuel fosso di S. Maria) et quomodo veniunt in rivum Sancti Martini (actuel rio di Petescia) et res iam dicti monasterii et res filiorum quondam Senebaldi.

283 Sur la résidence réatine, cf. RF IV, n° 633-635 (1012) pour Guelto filius Odelrici de civitate Reatina et son neveu Berardus filius Guinisii de civitate Reatina.

284 LL II, n° 2049 (1026-1027) : Girardus et Berardus filius Guinizonis obtiennent la rétrocession de différents biens sicuti fuit de Guiniso filio Odelrici ; RF III, n° 567 (1036) pour Samso filius cuiusdam Guinisii de civitate Reatina.

285 RF IV, n°633 : Infra istos fines concedimus per mensuram modiola II° adunata, iuxta ipsam ecclesiam quae vocatur Sanctae Agnes.

286 RF III, n° 522 (1022). Sur Burrellus, cf. H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 34 et, sur ce différend et la convenientia qui l’a réglé, dans ce chapitre le paragraphe I/B/1/b et I/C/3/c.

287 RF IV, n° 635 (1012) : fossatum quod est suptus ipso castello quod Guelto et Guinisius germanus suus antea habuerunt aedificatum. Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/e.

288 RF IV, n° 776.

289 RF IV, n° 938.

290 Lidinus vir magnificus filius cuiusdam Maifredi bone memorie, habitator territorii Reatini in loco qui vocatur Ophianus (RF III, n° 572 de 1017-1020) tandis que son frère Transaricus est toujours de civitate Reatina (RF III, n° 450 de 1012 et n° 570 de 1038).

291 RF IV, n° 947 (1066-1067) : parmi les donateurs figurent Teuto et Transmundus filius Grisonis ; le même Transmundus filius Gisonis des filii Odemundi donna à Farfa sa part de Vivaro excepto ipso castello en 1084-1085 (RF V, n° 1094). Sur l’église privée, voir d’une façon générale P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 881 sq.

292 RF III, n° 450. Voir aussi RF III, n° 519 (1022) ; LL II, n° 2049 (1026-1027) ; RF III, n° 573 (1032) ; RF III, n° 567 (1036) ; RF III, n° 570 (1038).

293 RF III, n° 555. Abrégeant la forme fines pertinentiae de Ophiano mentionnée par exemple en RF III, n° 519 (1022).

294 RF III, n° 572 (1017-1020) ab uno latere territorium Carsulanum et terram filiorum Arimanni, a II° latere rivus qui vocatur Gatturinus et qui vocatur Angri, quomodo descendit in fluvium Turanum, a III° latere terram filiorum Guidonis et terram filiorum Totonis, a IIII° latere territorium de Malamorte et territorium de Bibaro et RF III, n° 570 (1038) : ab uno latere finis pertinentiae de Malamorte et finis pertinentiae de Bibaro et finis pertinentiae Berardi comitis filii Rainaldi et finis pertinentiae filiorum Haerimanni et finis pertinentiae de Cicolanis et finis pertinentiae filiorum Guidonis et finis pertinentiae filiorum Totonis.

295 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/B/2/a.

296 RF III, n° 370.

297 RF III, n° 477 = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/2, n° 272.

298 RF III n°572 : habitator territorii Reatini in loco qui vocatur Ophianus.

299 Voir notamment RF IV, n° 679 (1031), n° 685 (1033), LL II n° 2046 (1033), RF IV, n° 691 (1035) et LL II, n° 2043 (1035), RF IV, n° 692 (1035), n° 696 (1035), LL II, n° 2044 (1035), RF III, n° 569 (1030-1036), RF IV, n° 993 (1038-1044), RF IV, n° 994 (1038-1045) et le paragraphe suivant.

300 Voir respectivement RF III, n° 572 : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Ophianus inter affines... Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis suprascriptis in perpetuum quantum michi pertinet... et RF III, n° 570 : Idest terram meam seu et alias res quae fuerunt Salomonis, bonae memoriae germani mei... Infra omnes praedictos fines, concedo ego suprascriptus Transaricus omnem meam portionem et portionem suprascripti Salomonis, cuius fidei commissarius sum, qui me investivit et ad proprietatem tradidit in suprascripto monasterio.

301 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/e.

302 Depuis la confirmation des biens de Farfa délivrée par le pape Étienne IV en 817 (RF II, n° 224) jusqu’à celle donnée par Otton Ier en 967 (RF III, n° 404, p. 110 = DO I, n° 337, p. 456).

303 RF III, n° 450 (1012) : a primo latere pertinentia de Ophiano et de Vivaro ; n° 572 (1017-1020) : a IIII° latere territorium de Mala Morte et territorium de Bibaro ; n° 518 (1019) : caput in terra de ipso Vivario ; n° 519 (1022) : a capite fines ipsius pertinentiae de Vivaro ; n° 521 (1025) : serram quae distat inter Vivarium et Malam Mortem ; LL II, n° 2049 (1026-1027) : a capite pertinentia Bibarii... ab alio latere pertinentia Bibarii et descendente in rigum Sclavi et in rigum Sancti Martini, alias res ibidem a capite pertinentia Bibarii et Ophiani ; RF III, n° 573 (1032) : ab uno latere fines pertinentiae de Bibaro ; n° 567 (1036) : et ascendentes in summum montem qui dicitur Ornecta et per ipsum montem venientes in pertinentiam de Bibaro et descendentes in rigum Sancti Angeli et in suprascriptum rigum qui dicitur Sancti Martini ; n° 570 (1038) : ab uno latere finis pertinentiae de Malamorte et finis pertinentiae de Bibaro.

304 Une terra Sifredisca est mentionnée par exemple en 1032 au pied des murs de Rieti : RF IV, n° 680.

305 Voir notamment RF III, n° 364 (957), LL I, n° 201 (959), n° 419 (997) ; RF IV, n° 680 (1032) pour la turris Ingizonis filii cuiusdam Sifredi ; Siefredus filius Siefredi assiste au plaid de novembre 982 présidé par l’évêque de Pavie et le comte de Rieti Teudino I : RF III n° 399 = C. Manaresi (éd.), I placiti del « Regnum Italiae », II/1, n° 198.

306 Sur les problèmes que pose la constitution de territoires organisés autour des castella et des castra, voir dans ce chapitre le paragraphe III/C et dans le chapitre 8 le paragraphe II/C.

307 RF IV, n° 996 (1036-1038) pour Iohannes praesbiter f. Aponis, qui sum habitator in loco qui dicitur Puzalia. Voir aussi RF IV, n° 993 (1038-1044) pour Girardus f.q. Apae qui sum habitator in Ophiano, n° 994 (1038-1045) pour Candolfus et Ardinus filii q. Petonis et Iohannes f.q. Petri qui sumus habitatores in Ophiano ; n° 916 (1061-1062) pour Helperinus et Azolinus filii q. Sifredi de comitatu Reatino habitatores in Ophiano.

308 CF I, p. 48-50 pour la Destructio monasterii Farfensis de Hugues et CF II, p. 3-86. Cf. I. Schuster, L’abate Ugo I° e la riforma di Farfa nel secolo xi et Id., L’imperiale abbazia di Farfa, p. 113 et suiv.

309 On compte ainsi entre 1012 et 1038 une vingtaine d’actes de donation de terres sises dans la moyenne vallée du Turano pour deux actes de vente seulement, tous deux de 1012 (RF IV, n° 634 et 635).

310 Deux donations seulement, toutes deux de 1026, intéressent des biens qui ne sont pas situés à Malamorte ou à Offiano : RF III, n° 555 (res in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae sur le mont Faito) et 556 (casale qui dicitur Frassus in Puzalia).

311 On compte une dizaine de concessions pour la période considérée. Les rétrocessions, au nombre de cinq certaines ou probables, sont les suivantes : au donateur : LL II, n° 2046 et RF IV, n° 685 (1033) ; LL II, n° 2043 et RF IV, n° 691 (1035) ; LL II, n° 2045 et RF IV, n° 696 (1035) ; à des membres de la famille, en l’occurrence ses fils : LL II, n° 2049 (1026-1027) ; rétrocession probable : LL II, n° 2048 (1020).

312 Sur les rares contrats agraires de la période, voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/2. Voir d’une manière générale P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 516-549.

313 LL II, n° 2048 (1020) : 100 sous d’entrée en concession et 6 deniers de cens ; n° 2049 (1026-1027) : 100 sous d’entrée et 24 deniers de cens ; n° 2050 (1026-1027) : 60 sous d’entrée et 6 deniers de cens ; n° 2046 (1033) : 20 sous d’entrée et cens d’un muid de moût pur ; n° 2043 (1035) : 40 sous d’entrée et cens de 2 quartiers de moût pur et 2 de grain ; n° 2044 (1035) : 30 sous d’entrée et un cens d’un muid de vin pur et d’un quartier de grain ; n° 2045 (1035) : 40 sous d’entrée et cens de 3 deniers ; n° 2042 (1037) : 12 livres d’entrée et 12 deniers de cens ; n° 2047 (1038) : 100 sous d’entrée et 4 deniers de cens.
LL II, n° 2051 (1027) est une exception : pas de droit d’entrée et prestation une fois par an d’une semaine de cuisine (promiserunt ut semel in anno faciant ebdomadam coquine per VII dies).

314 A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano (secc. x-xii), passim.

315 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, note 1, p. 322-323 ; C. Wickham, Il problema dell’incastellamento, p. 57 ; T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina, p. 191 et suiv.

316 RF III, n° 403 : in territorio Reatino et loco qui nominatur ad illas vascas terrae petiam unam ubi ipsa rocca stare videtur cum petris et muris et casis qui ibi sunt aedificatae et cum lignaminibus... de tribus partibus flumen qui Toranus vocatur, a IIII° latere cisterna et terra quam vobis ad partem vestri monasterii reservastis. Le document permet d’anticiper d’un siècle la première mention retenue par A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 171. Voir également P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 401-402 et dans ce chapitre le paragraphe II/A/3/a.

317 Pour la concession de 949, voir LL I, n° 105. On ne peut écarter l’hypothèse de la fondation de la rocca par les deux bénéficiaires de la concession de 949. Il est possible en effet que ceux-ci aient été les promoteurs de la construction des premiers castella situés dans les limites de la curtis Sancti Iustini. On notera ainsi la présence d’un castellum de Hugo dans les alentours de Monteleone, documenté à la fin du xie siècle (RF V, n° 1111 de 1086), dans une région qui peut avoir été incluse dans la concession de 949.

318 Pour des possessions du comte Sinibaldo dans la région, voir RF IV, n° 916 (1061-1062) et n° 988 (1069). Premières attestations de la rocca de Sinebaldo ou rocca Sinebaldi en RF V, n° 1095 (1084) et n° 1109 (1086). L’énumération des confins figurant en RF V, n° 1109 et n° 1111, tous deux de 1086, certifient que le Sinibaldo qui a donné son nom à la rocca était effectivement le comte de Sabine Sinibaldo, mort à cette date. Voir aussi H. Müller, Topographische und genealogische Untersuchungen, p. 30-32. Voir aussi RF V, n° 1280 (deuxième moitié xie siècle), p. 276 : In comitatu Reatino... filii Teudini comitis... Roccam Senebaldi tenent per iniustum concambium ab abbate Iohanne et RF V, n° 1317 (1116 ? mais peut-être des années 1101-1104) pour la revendication de Farfa qui n’aboutit pas puisque le site n’est plus jamais mentionné dans les confirmations de ses biens.

319 A la différence de ce que pensent A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 187 et 199 et P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 396 à propos de Montorio in Valle ; sur ce site, voir plus loin dans ce paragraphe.

320 E. Gattola, Ad Historiam abbatiae Cassinensis Accessiones, p.I, p.101 : castellum quod vocatur Sancti Angeli qui est supra positum ponte de Maura.

321 RF III, n° 555 : donation par Gualafossa filius Totonis de civitate Reatina de res suas quas habet in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae, confins : ab uno latere fluvius qui dicitur Turanus, a II° latere fines Vulgarettae, a III° latere finem castelli vetuli quod vocatur de Puzalia venientes in rigum qui currit iuxta monasterium sanctae Mariae de Puzalia et venientes in rigum qui dicitur Sancti Martini, a IIII° latere fines Ophiani et ipsum suprascriptum rigum Sancti Martini. Infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ipso castello quod fuit Totonis genitoris mei ex nostra portione duas partes in integrum cum terris, casis, aecclesiis, vineis, pomis et arboribus suis... Les confins énumérés dans cet acte pourraient permettre d’identifier le castellum Totonis au noyau de Montorio in Valle ou à celui de Petra Galia (attesté en 1094 : LL II, n° 1264). La présence documentée dans les années 1030 de deux lieux-dits à Pozzaglia, l’un maior et l’autre minor (celui-ci autour de l’actuel Montorio in Valle : voir plus haut dans ce chapitre le paragraphe I/B/2/b), permet de penser au dédoublement du site dont la mention du castellum vetulum pourrait suggérer l’existence : cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 362 note 2 et p. 400. La reconnaissance que nous avons faite dans la région n’a pas permis d’identifier à ce jour de vestiges ayant pu appartenir au castellum vetulum de Pozzaglia mentionné au début du xie siècle, notamment sur les sites proposés par Pierre Toubert (lieux-dits « Colle Maggio » et « Cimitero Vecchio » situés au sud et à l’est de Pozzaglia, cf. Carte d’Italie, 1 : 25 000, F° 145, III N.O. Collalto Sabino). Sur le castellum de Pozzaglia, voir aussi A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 189-190, où il convient d’écarter l’identification d’un éventuel castellum novum de Pozzaglia au castellum édifié par Guelto et Guinisio, situé en réalité non loin de l’église Sant’Agnese sur le mont Croce.

322 RF III, n° 518 (1019) : in loco qui dicitur Malamorte, caput in terra de ipso Vivario... de alio latere finis terre de monte de Portica quomodo pergit in rigum sancti Martini ; RF IV, n° 776 (1044) pour la mention du castellum quod Portica vocatur in comitatu Tyburtino. Voir aussi P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 425-426 où il convient de corriger la datation proposée pour l’abandon du site, qui n’est pas antérieure au xve siècle.

323 Voir E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 895-896.

324 Cf. LL II, n° 2048 (1020), RF III, n° 567 (1036), RF V, n° 1015-1016 (10741075). Sur le site. voir E. Bonasera, E. De Minicis et E. Hubert, Chronique des fouilles de la section Moyen Âge : Prospection dans la haute vallée du Turano, p. 896-897.

325 RF IV, n° 691 (1035) : in valle quae est suptus Montem Aureum ; LL II, n° 2043 (1035) : pes Montis Aurei ; LL II, n° 1264 (1094) : Mons Aureus mentionné avec Castiglione, Petescia et Petra Galia parmi les confins du castellum vetulum de Ophiano. On ne peut suivre A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 187 sur l’« incastellamento » de Montorio in Valle : la confirmation d’un Montorio, qui n’est pas le nôtre, et de l’église Santo Stefano Vetere à l’abbaye de Subiaco figure dans un privilège de Jean XVIII de 1005 et non dans celle de Jean X de 926 (RS, n° 10, p. 22 et non RS, n° 9) ; le site mentionné dans le document de 934 invoqué (RF III, n° 348) n’est pas localisé dans la vallée du Turano mais dans le territoire d’Amiterno, sur un mont situé à l’ouest de Preturo au lieu-dit la Torretta, cf. L. Pani Ermini, Possessi farfensi nel territorio di Amiterno, p. 49 et S. Zenodocchio, Saggio di toponomastica amiternina dai regesti farfensi, p. 316-318. Il convient également de corriger sur ce point P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 396.

326 La mention d’un toponyme précédé de l’appellation pertinentia ou fines ne permet pas d’affirmer avec certitude l’existence d’un finage constitué autour d’un village dès cette époque : ainsi l’attestation des fines Vulgarettae dans la délimitation de confronts citée à la note 315 ne prouve-t-elle pas l’existence du castellum de Bulgaretta, dont la fondation est dans tous les cas antérieure à la fin du xie siècle ; même remarque pour le castellum de Vivaro. Sur cette question, voir dans ce chapitre le paragraphe III/C et le chapitre 8 aux paragraphes II/A/1 et II/C.

327 RF V, n° 1280, p. 276-279 : p. 277 et CF I, p. 243-258 : p. 249. Le document du Régeste, inséré par Gregorio dans le Chronicon à la suite du récit des invasions sarrasines, n’est pas daté. Il rassemble des éléments d’origines et de dates diverses dont certains ne sont manifestement pas antérieurs aux dernières décennies du xie siècle, comme la mention de la Rocca Senebaldi déjà signalée.

328 A. R. Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 171, 173 et 175.

329 Sur l’extension du locus Offiani, voir dans ce chapitre le paragraphe I/ B/2/a.

330 LL I, n° 245 : ecclesiam Sancte Marie in fundo Turano concédée à Leo, Iohannes presbiteri et Formosus presbiteri (avec la mention dans la marge du manuscrit et d’une main postérieure : S.te Mariae in Turrana) et CF I, p. 328.

331 Cf. E. Migliario, Strutture della proprietà agraria in Sabina, p. 67 avec tous les renvois utiles aux actes de Farfa ; voir aussi T. Leggio, Forme di insediamento in Sabina e nel Reatino, p. 179.

332 LL I, n° 297 (957) : ubi dicitur Turianus... ab uno latere murus civitatis antique ; n° 345 (984) : ubi dicitur Turanus... a II muricinum antiquum ; mentions des deux ruisseaux dans le même document. Sans entrer dans le détail, les actes des cartulaires de Farfa des xe et xie siècles distinguent nettement l’antiquus, qui qualifie généralement des vestiges de l’antiquité romaine, du vetus (également sous la forme vetulus, vecclus), qui est appliqué à des constructions d’un passé récent, voire presque contemporaines, mais déjà vétustes : c’est le cas de plusieurs castella, on l’a vu pour Pozzaglia ; même chose pour Offiano en 1094 (LL II, n° 1264).

333 LL I, n° 245. A ce stade l’identification du castellum Sancti Pauli mentionné dans le document de la fin du xie siècle nous semble superflue.

334 RF III, n° 522 (1022).

335 RF III, n° 555.

336 La précision ubi ipsa rocca stare videtur... et casis qui ibi sunt aedificatae dans l’acte de RF III, n° 403 laisse à penser que l’édification de la rocca et des maisons est récente à la date de 986.

337 Sur les techniques de construction et sur la céramique, voir les contributions d’Elisabetta De Minicis et de Nolwenn Lécuyer dans le fascicule suivant de la série.

338 Voir encore le cas du noyau originel de Rocca Sinibalda. En 986, les murs de la rocca sont clairement construits avec des pierres et maçonnés tandis que les casae sont édifiées vraisemblablement en bois : rocca cum petris et muris et casis qui ibi sunt aedificatae et cum lignaminibus (RF III, n° 403).
On ignore à peu près tout au plan archéologique de la construction paysanne dans le Sabine et le Latium au xe et au début du xie siècle. Pour les informations provenant des sources écrites, voir en particulier P. Toubert, Les structures du Latium, p. 332-336 ; nous nous permettons de renvoyer également à E. Hubert, Mobilité de la population et structure des habitations à Rome et dans le Latium (ixe-xiiie siècle) ; Id., Considérations sur la propriété immobilière dans les villages du Latium au Moyen Âge et Id., Maisons urbaines et maisons rurales dans le Latium médiéval. L’apport de la documentation écrite.

339 Voir le chapitre 5 au paragraphe II/B.

340 Ce qui est notamment le cas pour la tour plus tardive de Caprignano (xiie siècle), cf. G. Noyé, Fouilles de la section Moyen Âge : Caprignano, p. 966-968.

341 Sur la structure matérielle des châteaux de l’an mil qui ne se présentent pas dès l’origine comme des centres de peuplement, tout compte fait mal connue en raison des transformations successives qui ont modifié les sites et d’une documentation qui n’est guère explicite à ce sujet avant le xiie siècle, voir pour la région de Subiaco les recherches de P. Delogu et L. Travaini, Aspetti degli abitati medievali nella regione sublacense ; L. Travaini, Rocche, castelli e viabilità tra Subiaco e Tivoli ; P. Delogu, Problemi di castelli nel Lazio. Pour l’Italie septentrionale, voir A. A. Settia, Castelli e villaggi nell’Italia padana, p. 189-246 et les contributions commodément réunies dans Id., Proteggere e dominare. Fortificazioni e popolamento nell’Italia medievale (en particulier les articles sur Il primo incastellamento nella Bergamasca, p. 237-252 et Le terre dei Canossa, p. 253-284). Pour une autre région, voir par exemple J.-C. Poteur, Origine et évolution de l’habitat médiéval en Provence orientale, en particulier p. 327 (nos conclusions sont identiques aux siennes).
Alors que nous terminions la rédaction de cet ouvrage, nous avons pris connaissance de l’étude de J. A. Quiròs Castillo, La Valdinievole nel medioevo (fini d’imprimer en septembre 1999) dont les conclusions (p. 164-168) rejoignent les nôtres sur ce point.

342 Sur cette question, voir principalement R. Comba, Tours et maisons fortes dans les campagnes médiévales italiennes ; A. A. Settia, L’esportazione di un modello urbano : torri e case forti nelle campagne del nord Italia ; Id., Lo sviluppo di un modello : origini e funzioni delle torri private urbane.

343 RF III, n° 572 (1017-1020) : Lidinus vir magnificus filius cuiusdam Maifredi b. m., habitator territorii Reatini in loco qui vocatur Ophianus... Notons au passage qu’il n’est pas dit habitator in castello quod vocatur Ophianus. Les autres propriétaires de la vallée du Turano sont appelés de civitate Reatina, de civibus Reatinis. Sur de telles formules, voir notamment C. Violante, La società milanese nell’età precomunale, p. 309-316.

344 Pour la mention d’un régisseur dans la liste déjà citée des biens dont Farfa avait perdu le contrôle et compilée dans la deuxième moitié du xie siècle, voir l’exemple d’Adam presbyter qui erat castaldus Rainerii de Ioseph, lequel appartenait à la famille des filii Ioseph implantés en particulier dans notre région : RF V, n° 1280, p. 276 et CF I, p. 248. Sur ces intendants, voir notamment J.-P. Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés. 715-1230, p. 130-131.

345 Les informations manquent actuellement pour préciser la fonction résidentielle (présence de céramique de table décorée : « vetrina pesante » ou « sparsa » des types les plus anciens) et d’autres fonctions éventuelles (présence de céramique de stockage en quantité significative, voire de fosses-silos pour l’emmagasinage des prélèvements opérés par les propriétaires fonciers sur la production paysanne). L’étude du lot complet du mobilier de Castiglione devrait fournir des informations en ce sens.

346 Voir dans ce chapitre le paragraphe I/C/3/c et d. Sur l’existence de villages du haut Moyen Âge, voir tout récemment J. A. Quiròs Castillo, La Valdinievole nel medioevo.

347 RF III, n° 403 cité à plusieurs reprises. On ignore tout en revanche sur l’existence éventuelle d’un habitat villageois dans le castellum Sancti Angeli (noyau de l’actuelle Carsoli) fondé avant l’an mil, sans doute par le comte des Marses Rainaldo II.

348 Cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 322-323 ; voir aussi P. Delogu et L. Travaini, Aspetti degli abitati medievali, p. 3-4.

349 RF IV, n° 635 : a capite via que est subtus ipsa fonte que Guinisii vocatur et per ipsam viam veniens in fossatum quod est suptus ipso castello quod Guelto et Guinisius germanus suus antea habuerunt aedificatum.

350 RF IV, n° 696 : a III° latere rivus qui decurrit sub castello qui dicitur Castellione ; a IIII° latere ipsum montem ubi est suprascriptum castellum qui dicitur Castellione.

351 RF III, n° 572 : res meas quas habeo in comitatu Reatino in loco qui vocatur Ophianus... Infra omnes suprascriptos fines concedimus vobis in perpetuum quantum michi ibidem pertinet de castellis, turribus, casis, terris, vineis, cultis et incultis...

352 RF III, n° 570.

353 RF III, n° 555 : res meas quas habeo in territorio Reatino in loco qui dicitur Puzalia et in vocabulo qui dicitur Macerae... Infra istos suprascriptos fines concedimus in suprascripto monasterio de ipso castello quod fuit Totonis genitoris mei ex nostra portione duas partes in integrum cum terris, casis, ecclesiis, vineis, pomis et arboribus suis...

354 RF IV n° 984 (1068-1069) : échange des res in loco qui dicitur Repastus... cum ipso castello et suis pertinentiis contre ipsum castellum de Aqua Meza cum sua pertinentia ; RF V n° 1015-1016 (1074-1075) : cession à Farfa des res ipsas et castellum quod dicitur Montalianum... Voir le chapitre 8.

355 Voir respectivement RF IV, n° 635 (1012) ; RF III, n° 555 (1026) et LL II, n° 2042 (1037).

356 Voir respectivement RF III, n° 555 (1026), RF IV, n° 696 (1035), RF III, n° 570 (1038).

357 Voir dans ce chapitre le paragraphe II.

358 Voir le paragraphe II/A/4 de ce chapitre.

359 RF III, n° 518.

360 RF III, n° 572.

361 RF III, n° 555.

362 Sur la formation et l’organisation des finages villageois, voir P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, le deuxième chapitre et p. 339-368.

363 E. Hubert, Le « locus qui dicitur Ophiano » et le « castellum de Ophiano », p. 217 où nous écrivions : « A compter du début du xie siècle, le nom d’Offiano désigna une réalité nouvelle. Outre l’appellation topographique d’un espace comprenant plusieurs noyaux de peuplement dotés de leur individualité propre, Offiano nomma désormais, et surtout, un village constitué et son finage : les pertinentiae de Ophiano sont ainsi mentionnées pour la première fois en 1012, dans une liste de confronts, puis, dans les années qui suivirent, les fines Ophiani ou encore le territorium de Ophiano. Dès 1017-1020, des structures fortifiées sont attestées, de façon encore générique, au lieu-dit Offiano lorsque magnificus vir Lidinus filius Maifredi donna à l’abbaye de Farfa sa part d’un vaste patrimoine familial qui comprenait en particulier castella et turres ».

364 La signification péjorative du toponyme ne suffit naturellement à expliquer sa disparition. On citera seulement l’exemple voisin du village de Canemortuo (aujourd’hui Orvinio) de fondation légèrement postérieure.

365 Sur la fondation de Vivaro, voir le chapitre 8 au paragraphe II/A/1/a. La mention de la terra de monte de Portica en 1019 (RF III, n° 518) et celle du castellum quod Portica vocatur en 1044 (RF IV, n° 776) ont conduit Pierre Toubert à émettre l’hypothèse de la fondation du castellum entre ces deux dates : Les structures du Latium médiéval, p. 425.
Dans d’autres cas comme à Bulgaretta dont les fines sont mentionnées en 1026 (RF III, n° 555) et le castellum en 1092 (RF V, n° 1130), la documentation ne permet pas d’arriver à une conclusion certaine sur l’époque de la fondation du castrum en dépit de ce que pense Andrea Staffa, L’incastellamento nella valle del Turano, p. 181 ; voir aussi P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 446, qui ne se prononce pas sur l’époque de l’« incastellamento » du site.

366 Outre le travail classique de P. Vaccari, La territorialità come base dell’ordinamento giuridico del contado, voir en dernier lieu sur la seigneurie rurale G. Dilcher et C. Violante (dir.), Struttura e trasformazioni della signoria rurale ; A. Spicciani et C. Violante (dir.), La signoria rurale nel medioevo italiano. Sur les apports de l’archéologie dans ce domaine et dans le contexte particulier de la production métallurgique, voir R. Francovich et C. Wickham, Uno scavo archeologico ed il problema dello sviluppo della signoria territoriale. Sur ce que pourrait être une archéologie du féodalisme centrée sur le travail paysan et non plus sur les « notions confuses de territoire et de peuplement », voir M. Barcelò, Créer, discipliner et diriger le désordre, en particulier p. 103-112, suivi par P. Toubert, L’incastellamento aujourd’hui, p. xvi-xviii.

367 Pierre Toubert avait déjà relevé la présence à la frontière entre la Sabine romaine et la Sabine réatine de quinze castra frontaliers du seul côté romain entre Cottanello et Petescia : Les structures du Latium médiéval, p. 946, note 3. Sur la distinction entre « castelli » de peuplement et « castelli » stratégiques, cf. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval, p. 355 et suiv. ; Id., Pour une histoire de l’environnement économique et social du Mont-Cassin, p. 700-701 ; Id., La terre et les hommes dans l’Italie normande, p. 59-61. Sur cette question, voir en général Castrum 4 : Frontière et peuplement. Pour d’autres régions, voir R. Bordone, L’aristocrazia militare del territorio di Asti ; Id., Paesaggio, possesso e incastellamento nel territorio di Asti. Pour une tout autre région, voir G. Louise, Châteaux et frontière seigneuriale au xie siècle : l’exemple du Saosnois aux confins de la seigneurie de Bellême et du comté du Maine.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Légende Carte 7 – La moyenne vallée du Turano : frontières politiques et diocésaines (xe – début xiie siècle).
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 8 – La moyenne vallée du Turano : la propriété foncière au début du xie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/262/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende 1 – Les filii Odelrici au xie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/262/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 2 – Les filii Maifredi au début du xie siècle.
URL http://books.openedition.org/efr/docannexe/image/262/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540