Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Livre second. Organisation de l’espace et géographie du peuplement

Introduction

Texte intégral

1La présentation et l’examen des résultats principaux de l’enquête archéologique réalisée dans la vallée du Turano ne constituent qu’une étape préliminaire de la mise en œuvre des données recueillies. Il convient maintenant de les confronter aux autres sources à notre disposition pour tenter d’élaborer l’histoire de l’organisation de l’espace et de la géographie du peuplement dans la micro-région prise en considération.

2Plusieurs périodes principales jalonnent cette histoire que la documentation écrite et archéologique éclaire avec plus ou moins d’intensité. La première, qui s’écoule de la deuxième moitié du viiie siècle jusqu’au milieu du xe siècle, correspond à la période de constitution du patrimoine de l’abbaye de Farfa dans la vallée du Turano puis à la dilapidation qui a accompagné les vicissitudes traversées par l’abbaye après sa destruction par les Sarrasins en 898. Entre la fin du xe siècle et le milieu du siècle suivant, le deuxième temps, plus bref mais d’importance primordiale, est celui de l’apparition des premières structures fortifiées, appelées castella et turres, dans la région alors dominée par l’aristocratie réatine. Le siècle qui s’écoule entre le milieu du xie et celui du xiie voit ensuite les premières concentrations de la population paysanne dans des villages tandis que perdurent les anciens caractères de l’habitat dispersé. En étroite relation avec la formation de la frontière terrestre du royaume de Sicile, le processus de fortification et de redistribution de l’habitat s’accentue ensuite jusqu’à la seconde moitié du xiiie siècle quand l’essor que connaissait la région depuis plus de deux siècles est interrompu brutalement pour des raisons que l’on cherchera à déterminer. De la première moitié du xive à la fin du xve siècle, la géographie de l’habitat qui a dominé le paysage des campagnes jusqu’à nos jours s’est enfin construite au prix d’une recomposition dans laquelle les facteurs politiques jouèrent sans doute un rôle déterminant.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540