Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’« Incastellamento » en Italie centrale

 | 
Étienne Hubert

Livre premier. Châteaux et villages dans la vallée du Turano. Études de cas

Conclusion du livre premier

Texte intégral

CHRONOLOGIE GÉNÉRALE

1Au terme de la présentation des quatre sites étudiés, il convient de rassembler de manière synthétique les principaux résultats archéologiques obtenus avant de les confronter aux données des dossiers documentaires dans la perspective d’élaborer l’histoire des structures territoriales de la moyenne vallée du Turano. Si la dynamique d’ensemble nous paraît acquise, il est évident que la poursuite éventuelle des fouilles à Montagliano, à Offiano ou à Sant’Agnese permettrait d’articuler de manière plus précise cette chronologie générale brossée ici à grands traits. Ajoutons également qu’en l’état actuel des recherches sur le château de Castiglione et sur son mobilier, l’attribution des phases centrales de destruction et de restauration aux principales scansions du mouvement général relève encore largement de l’hypothèse. En revanche, les étapes principales de la fondation et plus encore celles de l’abandon nous paraissent suffisamment documentées pour être intégrées à l’évolution d’ensemble qu’elles contribuent à éclairer.

1) Le haut Moyen Âge : Montagliano 1 ; Offiano 1 ; Sant’Agnese 1 ; Castiglione 1

2L’enquête conduite sur le terrain n’a pas permis de mettre au jour de vestiges, en place ou résiduels, d’une occupation médiévale des sites avant les xe-xie siècles à l’exception probable de Castiglione : il n’est pas exclu en effet que les constructions en bois dont des trous de poteau ont été découverts au sommet de la colline aient été contemporaines des tessons résiduels de céramique à « vetrina pesante » et de Forum ware du ixe siècle trouvés dans la stratigraphie postérieure. En revanche, il convient de souligner le fait que les secteurs fouillés ont livré du matériel résiduel pré-romain et romain à Montagliano notamment.

2) Les premières constructions fortifiées (fin du xe – début du xie siècle) : Montagliano 2 ; Offiano 2 ; Sant’Agnese 2 ; Castiglione 2

3A l’exception d’Offiano où les vestiges du castellum originel n’ont pu être retrouvés, les trois autres sites ont livré des éléments archéologiques peu nombreux de l’occupation attestée dès le début du xie siècle, sous la forme d’une construction en bois à Montagliano et d’un édifice maçonné de petites dimensions à Sant’Agnese et à Castiglione. L’achèvement de la fouille du château de Castiglione apportera certainement des informations nouvelles sur cette première phase de l’« incastellamento », pour la connaissance de laquelle il conviendrait certainement d’élargir les secteurs fouillés, à Montagliano notamment. Rappelons toutefois qu’aucun des sites étudiés n’a livré de vestiges contemporains d’un habitat groupé autour des premières constructions identifiées.

3) Les premières étapes de la concentration de l’habitat (milieu du xie – milieu du xiie siècle) : Montagliano 3 ; Offiano 2 ; Sant’Agnese 2 ; Castiglione 3-12

4Entre le milieu du xie et celui du xiie siècle, Montagliano présente les premières traces archéologiques de l’existence d’un village fortifié au pied du noyau originel. Un mur d’enceinte entoure désormais un espace construit principalement de bâtiments en bois puis, peu à peu, d’édifices en pierres maçonnées au mortier de chaux. Pendant cette phase, le château de Castiglione est successivement agrandi, détruit et restauré à plusieurs reprises avant d’être incendié pour la dernière fois. Aucun changement notable n’a été observé à Sant’Agnese tandis qu’on ignore encore tout au plan archéologique d’Offiano.

4) La deuxième vague de la concentration de l’habitat (milieu du xiie – milieu du xiiie siècle) : Montagliano 4 ; Offiano 3 ; Sant’Agnese 3 ; Castiglione 13

5Entre le milieu du xiie et celui du xiiie siècle, les sites connaissent des développements importants. Le castrum de Montagliano est agrandi par l’édification d’un second mur d’enceinte, le noyau fortifié interne s’articule davantage, le bois laisse la place à la pierre du moins dans les secteurs centraux du village. Offiano sort enfin de l’ombre : un mur d’enceinte puis une tour sont érigés au sommet de la colline. L’église de Sant’Agnese est reconstruite entièrement tandis qu’à l’écart du château, un habitat concentré mais ouvert est désormais documenté au plan archéologique. Quant au château de Castiglione, il est abandonné désormais de manière définitive.

5) Destructions (deuxième moitié du xiiie siècle) : Montagliano 5 ; Offiano 4 ; Sant’Agnese 4

6L’essor général de la période précédente est interrompu brutalement vers le milieu ou dans la seconde moitié du xiiie siècle. A Montagliano, la rocca et le mur de l’enceinte sommitale sont détruits en partie. La tour d’Offiano est démolie et la cour du château incendiée. Le château de Sant’Agnese fait l’objet d’une démolition partielle.

6) Entre restaurations et abandons (fin du xiiie – milieu du xive siècle) : Montagliano 6 ; Offiano 5 ; Sant’Agnese 4

7Montagliano est immédiatement restauré après cet événement : la rocca est reconstruite selon un plan différent ; le mur d’enceinte repris là où c’était nécessaire ; de nouvelles maisons en pierres sont édifiées dans le village là où subsistaient des édifices en bois. A Sant’Agnese, si le village continue d’être occupé, sans grande intensité toutefois, le château ne paraît pas avoir été restauré ni occupé durant cette période. Offiano est en revanche abandonné pendant près d’un siècle.

7) La reprise (deuxième moitié du xive siècle) : Montagliano 7 ; Offiano 6 ; Sant’Agnese 5

8La deuxième moitié du xive siècle voit un regain d’activité qui se manifeste en particulier par le lotissement des régions périphériques et la construction de nouvelles maisons à Montagliano ; après un abandon presque séculaire, Offiano est occupé à nouveau, la rocca est restaurée et de nouvelles constructions y sont édifiées, un village entouré de murs en pierres sèches ou liées à la terre et seulement en de très rares endroits au mortier de chaux se constitue à l’entour ; à Sant’Agnese, des travaux intéressent le secteur de l’église, le château est restauré et agrandi tandis que le village est incendié puis abandonné.

8) Déclin et désertions (première moitié du xve – première moitié du xvie siècle) : Montagliano 8 ; Offiano 7 ; Sant’Agnese 6 et 7

9La restauration des trois sites n’a pas empêché leur déclin qui s’étale dans le temps. A l’exception de l’incendie d’une maison à Montagliano, on n’observe sur le terrain aucune trace de destruction violente mais plutôt les signes d’une lente dégradation et de l’abandon progressif de secteurs de plus en plus importants. Les sites sont tous désertés dans la seconde moitié du xve siècle à l’exception de l’église Sant’Agnese qui vivote encore jusqu’au xvie siècle quand elle sera abandonnée de manière définitive.

© Publications de l’École française de Rome, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540